Territoire romanais et territoire numérique

1

Table des matières
Introduction........................................................................................................................... 4 1- contexte....................................................................................................................... 4 2- problématique.............................................................................................................. 4 3- méthode....................................................................................................................... 5 I. Les enjeux de l'aménagement numérique du territoire...................................................... 7 1- La notion de territoire................................................................................................... 7 A- définitions :.............................................................................................................. 7 1- territoire naturel :................................................................................................. 7 2- La notion de territoire en sociologie..................................................................... 8 3- Notions d'espace public..................................................................................... 10 2- Territoire numérique................................................................................................... 10 A. Qu'est ce que c'est : ............................................................................................. 10 B- pourquoi aménager............................................................................................... 12 1- Laisser faire le marché ou entrer en action ?.................................................... 12 2- Rendre le territoire attractif................................................................................ 12 3- Vers un « hyper territoire » ?............................................................................. 14 3- Aménager le territoire numérique............................................................................... 14 A. les infrastructures.................................................................................................. 14 1- ADSL................................................................................................................. 15 2- Réseau sans-fil.................................................................................................. 15 3- Fibre optique...................................................................................................... 16 B- Site internet........................................................................................................... 18 1- Petite histoire du web :...................................................................................... 18 2- évolution d'internet :........................................................................................... 18 3- Vers le web 2.0.................................................................................................. 19 C- Le blog.................................................................................................................. 21 1- Libérer la publication......................................................................................... 21 2- De nouvelles technologies................................................................................. 22 3- le blog, expression ou information ?.................................................................. 23 4- blogosphère....................................................................................................... 24 D- Wiki....................................................................................................................... 26 1- un wiki dans la ville............................................................................................ 27 E- Contenus multimédia :........................................................................................... 27 F- E-administration..................................................................................................... 29 1- Quel est le rôle d'une collectivité ?.................................................................... 29 2- Pourquoi faire.................................................................................................... 29 3- l'accessibilité...................................................................................................... 30 F – les logiciels libres................................................................................................. 31 1- définition............................................................................................................ 31 2- Communautés et participation........................................................................... 31 3- interopérabilité................................................................................................... 32 3- Les blogs territoriaux.................................................................................................. 32 A- Le blog local ou blog citoyen................................................................................. 32 1- Définition............................................................................................................ 32 2- Quelques exemples........................................................................................... 32 3- Un média à écouter avec attention.................................................................... 33 B- Le blog de la collectivité........................................................................................ 34 1- définition............................................................................................................ 34 2

2- Rôle et mission.................................................................................................. 34 4- Les TIC, outils de participation................................................................................... 36 A- La participation sur internet................................................................................... 36 1- du blog............................................................................................................... 36 2- du Wiki: pour un travail en collaboration............................................................ 38 II. Les réalités de Romans.................................................................................................. 38 1- Mesurer la politique actuelle...................................................................................... 38 A- Méthodologie : grille d'évaluation du label « ville internet »................................... 38 B- Quel résultat ?....................................................................................................... 39 1- Accès public...................................................................................................... 39 2- mise en réseau des acteurs.............................................................................. 41 3- services aux habitants, ..................................................................................... 42 4- Usage interne.................................................................................................... 43 5- démocratie et débat........................................................................................... 44 6- E-administration................................................................................................. 45 7- internet local...................................................................................................... 45 8- logiciel libre........................................................................................................ 46 9- Réseau Très Haut débit..................................................................................... 47 C- stratégie................................................................................................................ 48 1- modèles............................................................................................................. 48 2- positionnement.................................................................................................. 49 3- Vision politique ................................................................................................. 50 2- Un festival pour changer d'image............................................................................... 51 A- Identité de Romans............................................................................................... 51 1- une identité composée...................................................................................... 51 2- Image perçue..................................................................................................... 52 3- Une nouvelle facette à l'image de Romans....................................................... 53 B- Le 1er Festival de Romans.................................................................................... 53 1- Vous avez dit festival ?...................................................................................... 53 2- Caractère du festival de Romans...................................................................... 56 3- organisation....................................................................................................... 58 4- retombées médiatique....................................................................................... 59 5- récit : le festival vu de l'intérieur......................................................................... 60 3- une action locale spécifique : la Blogosphère............................................................ 69 A- Identité................................................................................................................... 69 1- Blog local, un paradoxe ?.................................................................................. 69 2- lien social........................................................................................................... 69 3- Espace public.................................................................................................... 70 B- les outils................................................................................................................ 70 1- la salade Romanaise......................................................................................... 70 2- l'agenda des Romanais..................................................................................... 72 3- Bienvenue à Romans........................................................................................ 72 C- les actions............................................................................................................. 72 1- actions............................................................................................................... 73 2- J'ouvre mon blog............................................................................................... 73 Conclusion.......................................................................................................................... 75 Bibliographie....................................................................................................................... 77 Annexes :........................................................................................................................... 80

3

Introduction
1- contexte
La présente étude a été réalisée dans le cadre du Master 1 de Science Humaines et Sociale, mention Médiations et Construction des Identités Collectives de l'université Jean Monnet à Saint-Etienne. Je l'ai effectuée à l'occasion d'un stage conventionné au sein du service de Communication de la ville de Romans sur la période de février à mai 2007. Romans est la seconde ville par la taille du département de la Drôme. Historiquement, elle est connue comme la ville de la Chaussure. Ce secteur industriel est en crise, comme nous le rappellent les dernières fermetures d'usines. Cette crise est largement relayée dans les média traditionnels et font que l'image perçue de Romans est celle d'une ville sinistrée. Dans ce contexte difficile pour l'industrie et l'emploi, la ville redouble d'effort afin de faire porter un autre regard sur sa situation. La municipalité cherche à donner un nouveau visage à Romans. Le déploiement des TIC interviennent en partie dans ce contexte. La ville a une politique volontaire d'aménagement numérique du territoire. Depuis quelques années, la ville a pris conscience d'enjeux importants liés au Technologies de l'Information et de la Communication1. Cette prise de conscience se déroule dans un contexte de développement massif de ces technologies sur le territoire français et de la croissance du réseau internet. Les collectivités jouant parfois un rôle actif dans la construction des infrastructures de ce réseau. Mais l'action publique, pensée jusqu'alors en terme d'aménagement physique du territoire se trouve confrontée à la dématérialisation des échanges d'internet. Ce réseau est en constante mutation en terme de pratiques et d'usages. De nouvelles façons d'informer et de communiquer se sont crées sur internet. Les usages émergents sont de type participatifs. La parole citoyenne s'en trouve changée. Les acteurs du territoire, citoyens individuels ou regroupés en collectifs commencent en effet à adopter ces nouveaux usages. Un réseau d'acteurs émerge en effet du territoire. L'espace public local évolue avec internet, c'est un nouvel espace d'information et de débat local.

2- problématique
La ville est dans un contexte difficile de reconversion industrielle. La crise de l'industrie de la chaussure a frappé de plein fouet il y a peu. Cette situation difficile pour l'emploi a été largement diffusée dans les média. Partant de l'hypothèse que la ville a une image de ville sinistrée, et que cette image nuit à son développement, se pose la question du changement de cette image. Romans doit se débarrasser de cette image d'échec, du passée, qui ne prend pas en compte qu'une partie de la réalité, en montrant un visage de modernité. Mais comment se donner cette image de ville moderne ? La ville opte pour la reconversion et choisie d'explorer plusieurs pistes. L'une d'elle est l'image des TIC. La ville ambitionne aujourd'hui de se doter d'une nouvelle facette ''numérique'' à son identité. Il est cependant difficile de faire changer l'image d'une ville. Romans est fière de son industrie
1 Que nous appellerons plus communément les ''TIC'' par la suite

4

de la chaussure et des savoir-faire qui font partie de son identité. Aussi, pour se doter d'une nouvelle image, la ville saisie l'opportunité d'accueillir le festival de la création sur internet. Elle espère de fortes retombées médiatiques et un gain de notoriété. Il se pose la problématique du changement de cette image et de l'efficacité de la méthode employée. De plus, cette image n'est elle pas aussi le reflet de la réalité de ce qui se passe sur le territoire de la ville ? La ville conduit des projets d'aménagement de son territoire numérique. En terme d'infrastructure, elle s'est lancée dans la construction d'un réseau de fibre optique à très haut débit. Ce réseau, dans un premier temps est à disposition des entreprises et des collectivités. De plus, elle cherche à développer le logiciel libre sur son territoire et au sein des services de la municipalité. Un renouveau du site internet est aussi envisagé. Mais quand est il de la mesure de cette politique numérique actuelle ? L'action publique ne doit elle pas être repenser à l'heure de l'évolution du réseau, et en terme des besoins et des demandes des usagers. Comment savoir où se trouve l'intérêt général, objectif de toute politique publique ? Parallèlement à l'action publique, les acteurs locaux agissent aussi. Tous deux sont acteurs du territoire, même si celui ci peut être différent. Le territoire politique n'est en effet pas le même que le territoire subjectif d'un individu. Les acteurs se constituent en réseaux sociaux, de façon plus ou moins conscientes. Cette communauté d'acteurs locaux interconnectés via leurs blogs est d'or et déjà suivies par une partie des élus qui y participent. Mais quand est il de la municipalité ? Et cette sphère locale, qu'on appelle blogosphère, est elle devenue le nouveau lieu d'expression populaire de l'opinion, la place publique ? De plus, si la blogosphère est le nouvel espace public, alors se pose la question de son accès par le plus grand nombre : comment assurer l'accessibilité et la participation de la majorité des citoyens ? La collectivité doit elle accompagner cet élan ? De plus, une partie des acteurs s'expriment aujourd'hui différemment d'hier. L'opinion publique locale se fait aujourd'hui, entre autre, sur internet. Les acteurs utilisent les TIC pour informer et débattre. Internet propose aujourd'hui de nouveaux outils. Le but du site n'est plus la simple diffusion d'information, mais aussi la possibilité de débattre sur ces informations, d'échanger et de participer. Une logique participative n'est elle pas en train d'émerger de l'utilisation de ces outils ou est ce la demande de participation qui est rendue visible par ces nouveaux usages ?

3- méthode
La méthode utilisée pour réalisée est de type anthropologique. Je me suis en effet immergé dans mon terrain afin de m'intégrer au système et en comprendre les ressorts. J'ai été amené dans le cadre des cette étude à de nombreuses visites de terrains. « Le chercheur va sur le terrain, se mêle à la population locale, l'observe, de manière plus ou moins participante, prend des notes, tient un journal et procède à des entretiens »2, nous explique Yves Winkin. J'ai essayé d'appliquer cette méthode, m'impliquant sur mon terrain en participant à leurs activités. J'ai travaillé au sein du service de communication sur diverses tâches, observer les pratiques faites des TIC au sein du service et pu discuter de leur vision de celles ci. J'ai participé au festival de Romans en tant que festivaliers et ai
2 Yves Winkin, Anthropologie de la communication, De la théorie au terrain, Nouvelle édition, Paris, 2001, éditions du Seuil. Page 15

5

ainsi pu interviewés des festivaliers et des finalistes et pu observer les comportements et les échanges de la ''communauté '' blogueuse. J'ai également pris part à la journée de formation '' j'ouvre mon blog'' organisée par AIR. J'ai pu ainsi rencontrer et interviewés les animateurs de la blogosphère locale. J'ai de plus observé la blogosphère de l'intérieure en participant au discussions de certains blogs locaux et en les consultant régulièrement. La définition de mon terrain a évoluée au fil du temps. J'ai commencé par le limiter à la politique de la ville, à ses intentions et ses acteurs, mais il est apparu rapidement que cela ne suffirait pas pour faire une étude cohérente et complète de cette politique. En effet, j'émets l'hypothèse que la blogosphère intervient dans l'espace public. Mesurer ce qui se passe sur le territoire numérique de la ville peut alors difficilement se privé de l'intégration de cette sphère supplémentaire. Je dirais donc que mon terrain est le territoire numérique de Romans dans lequel j'inclus la politique publique et les actions locales. Il est important ensuite de garder le contact avec la théorie entre deux séances de terrains. Sans chercher à trouver systématiquement les applications des théories de la communication sur mon terrain, j'ai pu remarquer que des questionnements trouvaient leurs réponses dans des schémas de pensées des auteurs que je cite dans ce mémoire. J'ai trouvé des clefs de compréhension dans certains ouvrages théoriques qui permettent de mieux appréhender la réalité du terrain. Cette étude apporte donc une base théorique de connaissances et de définitions des phénomènes de communication que j'ai pu observés dans une première partie. C'est également un manuel pratique, pragmatique, qui propose mon vécu et mes observations sur le terrain en seconde partie. Ma problématique a émergé peu à peu de ma confrontation avec ce terrain. Ces rencontres ont soulevées chez moi nombre de questionnements de toutes sortes. Je crains de ne pas avoir assez spécifié mon « objet »3 comme l'exprime Winkin. Il y a en quelques sortes plusieurs objets dans cette étude : l'image et l'identité de la ville, sa politique numérique qui vise en partie à changer cette image, la blogosphère romanaise qui émerge et qui commence à faire partie de cette identité. J'ai peur d'avoir un peu trop poussé la partie technique de ce mémoire, dans la volonté d'en faire un outil de compréhension pour un public large. Mais l'appropriation des TIC aujourd'hui est un phénomène encore trop disparâtre pour ne pas donner des clefs de compréhension au plus grand nombre.

3 Yves Winkin, Anthropologie de la communication, De la théorie au terrain, Nouvelle édition, Paris, 2001, éditions du Seuil. Page 19

6

I. Les enjeux de l'aménagement numérique du territoire
1- La notion de territoire
A- définitions :
1- territoire naturel :
a- naturellement D'après Maïté Clavel4 la notion de territoire nous vient des sciences naturelles. Le territoire désigne alors l'espace qu'occupe un animal pour vivre. Le territoire désigne l'ensemble des lieux où il a ses habitudes : manger, dormir... Certains animaux sont connus pour ne pas partager leur territoire. Ils marquent leurs territoire pour en délimiter les frontières et ne tolèrent pas que des étrangers y pénètrent. Bien évidement, cette définition du territoire doit être adaptée pour l'homme. b- pour l'homme La notion de territoire est sûrement à mettre en parallèle avec la sédentarisation de l'homme. Le documentaire « Le sacre de l'homme » explique comment la naissance des civilisations est liée avec la fin du nomadisme pour l'homme5. Choisir un endroit pour y installer sa demeure de façon permanente et y élever ses enfants implique un nouveau rapport à la propriété et au territoire. Le territoire qui appartenait à tout le monde appartient désormais au peuple qui y a élu domicile. La naissance des premières villes, c'est aussi la naissance des premiers territoires. Les premières zones avec des frontières contrôlées par le groupe. La naissance des villes fait éclore une nouvelle notion pour l'homme : la propriété. Le fait de s'approprier un espace, d'y vivre et de l'aménager selon ses besoins fait que cet espace est une propriété publique. Le jeu vidéo Civilization6 met en évidence la naissance de la notion de territoire. Ce jeu Illustration 1: Sid Meier's Civilization IV conceptualise en effet le développement, la vie et la mort d'une civilisation. Il montre que les civilisations
4 Maîté Clavel, Sociologie de l'urbain Paris, 2002, Antropos. Page 71

5 Jacques Malaterre, Le sacre de l'homme, http://programmes.france2.fr/le-sacre-de-l-homme/ 6 Sid Meier's Civilization IV http://2kgames.com/civ4

7

commencent avec l'apparition des premières villes. Chaque ville se situe sur une zone de territoire. Chaque cité possède plusieurs territoires, celui où elle s'étend, sa zone d'influence culturelle, etc... Le jeu vidéo met ensuite en scène des constructions sociales de rapport au territoire. On aperçoit sur cette copie d'écran une ville au centre, et sa zone d'influence (son rayonnement culturel) en rouge. Une ville, et pourtant deux territoires. La conceptualisation ici ne recoupe que la modélisation d'un territoire concret et d'un territoire culturel abstrait représenté par des limites. La notion est importante dans le sens où une ville ne saurait se résumer en un seul territoire. Comme on peut le voir sur un SIG7, la ville est une superposition de territoires multiples, de réseaux qui alimentent la vie de la cité.

2- La notion de territoire en sociologie
a- territoire politique Les pouvoirs publics ont leur propre définition de territoire : c'est l'espace géographique qui est sous contrôle. « Le territoire est géré, organisé, administré par l'autorité publique8 ». Ce territoire à des frontières très précises, dessinées sur le cadastre. La commune est la plus petite collectivité en France. Elle est propriétaire d'un territoire, la commune. Elle a à sa charge l'administration de ce territoire, c'est à dire qu'elle doit veiller aux respects des frontières de chacun, au bien public et à l'aménagement de se territoire. La commune délivre les permis de construire. Les pouvoirs publics mènent les projets d'aménagements et de construction publique sur les territoires dont ils sont la charge. Selon la puissance publique, un territoire est avant tout une zone géographique, avec des habitants, des agglomérations, des reliefs, des courts d'eaux, des infrastructures. La puissance publique collecte des impôts auprès de ses habitants. Elle a ensuite la charge de les redistribuer sur son territoire afin de l'aménager et d'entretenir ses aménagements, selon des critères d'intérêt public. D'une manière générale, au sens politique du terme, on retiendra que le territoire est un espace dominé, contrôlé et organisé par une autorité. b- territoire humain Le territoire pour l'homme a été décrit dans une perspective naturaliste par les chercheurs de l'école de Chicago. Ils y voient une « aire naturelle, un quartier naturellement peuplé et organisé par les citadins à la recherche d'un endroit où s'installer »9. Ce sont aussi les comportements qui constituent le territoire. Les activités de chacun, les lieux de vie public qui s'y trouvent le forme et le transforme. Un territoire peut être personnel : c'est un groupe auquel on s'identifie, duquel on exclut ceux qui ne sont pas semblable à soi. c- identité La notion d'identité est attachée à celle de territoire. Le territoire regroupe des valeurs, des idées, des façons de faire, des compétences. Ce sont des lieux que l'on fréquente, certains emblématiques, d'autres plus anecdotiques car on trouve les mêmes sur le territoire d'à côté. Ce sont des voisins que l'on croise de façon plus ou moins régulière. Ce sont des aires d'habitations, des lieux de vie et des gens que l'on rencontre fréquemment.
7 SIG : Système d'Information Géographique, logiciel qui permet de visualiser des données sur une carte 8 Maîté Clavel, Sociologie de l'urbain Paris, 2002, Antropos. Page 71 9 Maîté Clavel, Sociologie de l'urbain Paris, 2002, Antropos. Page 71

8

Il y a aussi la notion d'appropriation qui est importante, dans le sens « faire sien ». Le citadin rend « propre à son usage » son territoire, son quartier. On s'approprie un quartier avec des repérages permanents, au sens de « prendre des repères (voisins, monuments, commerces...) »10. d- subjectivité du territoire La territoire se tisse avec le fil des relations sociales. C'est le voisinage que l'on croise au parc, au supermarché ou dans les rues. Les comportements construisent ce territoire. Au delà des frontières géographiques, qui ont de moins en moins d'incidence, le territoire devient de plus en plus subjectif et est lié au vécu de la personne qui y vit. Ce territoire peut se restreindre à l'habitation si l'on ne sort pas de chez soi, comme il peut s'étendre sur plusieurs kilomètres. Il est extensible. C'est une somme de trajets, de lieux de vie, de rencontre, d'événement structurant. Une repas de quartier dans la rue, une fête de voisinage et l'on s'approprie de nouveaux lieux par les relations sociales qui en naissent. e- rendre virtuel pour alimenter le possible Le territoire a besoin de couches virtuelles, au sens de vertueux. Comme on l'a vu, notre perception du territoire ne se limite pas forcément aux frontières du territoire politique. Le territoire est subjectif, il n'est pas forcément tangible. Développons à titre d'exemple la situation de deux villes dans la Drôme : Romans et Bourg de Péage par exemple sont deux villes distinctes, séparées par la frontière naturelle d'une rivière. Les deux villes sont reliées par trois ponts. Les habitants naviguent donc d'une ville à l'autre. Lorsqu'on leur demande où ils habitent, ils citent souvent l'une (Romans) même s'ils habitent l'autre. Chacun des déplacements, des activités partagées, des liens sociaux qui unissent les habitants des deux villes sont autant de ponts jetées entre les deux commune. On peut dire qu'il y a un territoire qui englobe les deux villes, même si celui ci est intangible et n'existe pas dans le cadastre. Le territoire est créé par nos comportements, tissé par nos relations. Ce territoire virtuel est cependant plus tangible pour les habitants que les deux territoires administratifs, forgées par les visions politiques des deux villes (qui ne sont pas du même bord politique, rivière oblige). Les territoires peuvent être en partie « virtuels »11. Les habitants n'en conservent que les vertus qui les intéressent et rendent possible de vivre ensemble. Ainsi ce forge un territoire différent de celui que l'on trouve dans les cadastres officiels des mairies, un territoire officieux qui officie chez eux. Ce territoire est formé par les habitants qui partagent lieux de vie, de travail, de rencontres indifféremment de ces limites qui ne les sépare pas, car ils ont jeté bien plus de ponts qu'il n'y a de frontières.

3- Notions d'espace public
La question du territoire est lié à la construction de l'espace public. Le territoire d'une collectivité est constitué d'une partie d'espace public. C'est aussi une question de parole
10 Maîté Clavel, Sociologie de l'urbain Paris, 2002, Antropos. Page 77 11 Bruno Latour, Emilie Hermant, Paris ville invisible, Paris, 1998, Les Empêcheurs de Penser en Rond http://www.bruno-latour.fr/virtual pour la visite virtuelle

9

publique, d'opinion publique, qui est en jeu. Ainsi, les analyses proposés par Habermas permettent d'approcher les relations entre espace public et paroles des citadins. a- Habermas « le processus au cours duquel le public constitué d'individus faisant usage de leur raison s'approprie la sphère publique contrôlée par l'autorité et la transforme en une sphère où la critique s'exerce contre le pouvoir de l'État. »12 Habermas utilise le terme de « publicité » pour parler de l'espace public. Cette espace public est la fois tangible et intangible. C'est à la fois, la place publique, nouveau symbole du pouvoir Républicain, et la sphère médiatique. L'espace public est le lieu de discussion, de confrontation des idées. C'est le lieu où les orateurs prennent la parole. C'est le lieux d'échanges où se crée l'opinion publique. Cette notion d'opinion publique est décriée par Bourdieu, qui pense qu'elle n'existe pas. Retenons tout de même la notion d'opinion publique comme l'expression populaire dans sa diversité, la parole des citoyens. b- espace public urbain Il s'agit de la place publique au sens large. C'est un des symboles de la démocratie. La place qui appartenait au Roi appartient désormais au peuple. Le peuple est représenté par l'Etat, à qui il a remit le pouvoir avec le contrat social. L'état garantit la liberté de circulation sur la place publique. L'espace public est ouvert à tous. Il appartient à tous, donc à personne. Il est approprié de façon temporaire par les personnes qui l'utilise. Selon Goffman, c'est un espace « d'interaction multiples »13. Les espaces publics se caractérisent par les rites interpersonnels qui les organisent. Il compare les rituels positifs (salut, reconnaissance, conversation...) avec les rituels négatifs (intrusion, bruits...). L'espace public est codifié, et chacun y apparaît d'une certaine façon. C'est le domaine par excellence des relations sociales entre étrangers. C'est le lieux des sociabilités froides et des liens faibles. L'espace public met en co-présence distante dans le même espace des personnes différentes. Il fait cohabiter au même endroit deux étrangers en leur permettant de respecter leurs distances. Une des caractéristique de l'espace public est l'anonymat et l'indétermination.

2- Territoire numérique
A. Qu'est ce que c'est :
« La notion de territoire numérique appartient au domaine de l'aménagement et du développement local. Elle est née à la fin des années 1990, de la rencontre des territoires avec les technologies de l'information et de la communication. Le territoire numérique est la transposition d'un espace géographique dans un espace numérique. Le territoire numérique se manifeste par l'utilisation par les acteurs du territoire (en particulier les collectivités territoriales) des outils du numérique (site web, réseaux
12 http://fr.wikipedia.org/wiki/Espace_public#L.27espace_public_selon_Habermas 13 Maîté Clavel, Sociologie de l'urbain Paris, 2002, Antropos. Page 89

10

haut débit, services mobiles, etc.), dans le but de développer ce territoire (aménagement, urbanisme, habitat, transport, environnement, développement économique, développement social et culturel, gestion des risques) d'améliorer ou de développer de nouveaux services (en matière de santé, de culture, d'information, d'éducation, d'emploi, de tourisme, …) ou d'améliorer le rapport de la collectivité aux citoyens (administration électronique, démocratie électronique). La notion de territoire numérique est parfois employée pour désigner les politiques et projets menés par les acteurs du territoire, dont les collectivités locales, pour développer le territoire. »14 Le territoire numérique est une métaphore du territoire. C'est son pendant ''virtuel'', résultant des actions concrètes de ses acteurs. Aménager un territoire, c'est le soumettre à la volonté humaine, c'est lui donner forme. Les TIC aménagent le territoire : on y place des infrastructures de communication (réseaux ADSL, fibre optique, antennes...), qu'on appelle couramment les autoroutes de l'information (« Information Highway »15), des outils (sites internet, blog, administration électronique, courriel...) qui forment des usages. Le territoire ainsi formé est différent à la fois du territoire politique et du territoire humain tel que cité plus haut : il le recouvre d'une couche supplémentaire, au même titre que d'autres aménagements (routes, réseaux d'eau courante...). De plus le territoire est désenclavé. Ces autoroutes de la communication intègrent le territoire dans un territoire numérique mondiale, la sphère internet. Aujourd'hui, ce sont plus de 700 M° d'internautes dans le monde. Aménager le territoire numérique, c'est « développer un terreau pour le rendre fertile »16. Tout d'abord on place les ''nutriments'' qui vont permettre aux usages de se développer. Ce sont les infrastructures. Les TIC fonctionnent avec des réseaux de communication. On commence l'aménagement en désenclavant le territoire. On le connecte à la sphère d'information qu'est internet. Les infrastructures ont été le pilier de l'action politique dans le domaine des TIC. Sans ces infrastructures, point de réseau. Le premier pas de l'action politique est donc souvent la problématique de l'accès au haut débit. Beaucoup de collectivités ont menées des actions dans ce sens, que ce soit en appuyant la demande des habitants ou en devenant elles-mêmes fournisseurs d'accès. Laisser faire le marché est efficace uniquement aux endroits ou le réseau est rentable à court terme, c'est à dire dans le centre des grandes villes. Les collectivités ont donc menées des politiques d'accompagnement qui ont parfois été le premier pas d'une politique plus avancée dans le domaine de la diffusion des TIC. Poser la question de l'aménagement, ce n'est pas seulement parler des infrastructures qui font la partie physique de ce territoire. Il est en effet intéressant de poser la problématique en terme d'usages innovants. Poser la question de l'aménagement uniquement en terme de couverture du territoire est un leurre. Internet n'est pas un média comme la télévision. Le type de diffusion n'est pas le même. Le paradigme de communication de la télévision est la diffusion, du sommet vers la base. C'est le modèle « télégraphique17 ». Pour internet c'est différent : c'est un outil de communication et d'interaction. L'effet s'accentue depuis la
14 Article wikipédia : l'aménagement numérique du territoire http://fr.wikipedia.org/wiki/Territoire_num%C3%A9rique 15 Projet américain d'aménagement numérique du territoire national datant de 1994, forgé par Al Gore 16 Christian Paul, Le défi numérique des territoires, Réinventer l'action publique, Paris, 2007, éditions Autrement. Page 81 17 Yves Winkin Anthropologie de la communication, De la théorie au terrain, Nouvelle édition, Paris, 2001, éditions du Seuil. Page 27

11

''renaissance'' d'internet (web 2.0). Tout le monde peut diffuser de l'information et en recevoir. L'ADSL note bien ce manque de compréhension des usages qui sont fait de la technologie : A pour Asymétrique, c'est à dire que l'on reçoit moins que l'on envoie. Cependant les usages du web ne s'effectuent pas uniquement en terme de réception. On reçoit et on envoie de l'information. Chaque personne est à la fois émetteur et récepteur. Penser uniquement en terme de réception, c'est oublier à quel point les usages innovants qui ont lieux sur le web sont dynamiques et créatifs. A titre d'exemple, 15 000 Français vivent aujourd'hui de leurs ventes sur eBay. Les TIC et les nouveaux usages que l'on y trouve sont potentiellement génératrices d'activités, voir d'emploi. C'est quelque chose à conserver à l'esprit lorsque l'on parle de conception du territoire numérique et de son attractivité.

B- pourquoi aménager
« La totalité des communes devrait avoir accès à la téléphonie mobile, à l’internet haut débit et à la télévision numérique d’ici à la fin de l’année 2007. »18

1- Laisser faire le marché ou entrer en action ?
L'aménagement du territoire est une des missions du pouvoir public. Son rôle est de maîtriser l'espace géographique et de l'équiper de façon à répondre aux mieux aux besoins des acteurs de ce territoire. Dans le cas du numérique, les collectivités territoriales peuvent se demander quel est leur rôle dans l'aménagement du territoire. France Télécom privatisé, est ce à dire que l'état a abandonné toute ambition dans ce domaine? Pas vraiment. La problématique se pose maintenant plutôt en terme de collaboration des acteurs publics et privés. Le secteur privé est en mutation dans le secteur des télécommunication. La grande majorité des foyers français sont aujourd'hui potentiellement connecté au haut débit19. Cependant, force est de constater que bien souvent ce sont les collectivités territoriales qui ont oeuvré pour étendre la couverture du réseau à leur territoire. Bien souvent la pression des pouvoirs publiques a été, et est toujours, nécessaire pour faire avancer les choses. Les collectivités se font souvent le relais des demandes en infrastructures de leurs habitants. Ils restent cependant encore beaucoup de zones « blanches » qui ne sont pas couvertes par le haut débit. Des collectivités choisissent alors de devenir fournisseur d'accès, lorsque l'offre privée n'est plus à même de répondre à la demande.

2- Rendre le territoire attractif
a- habitants Les collectivités ont de plus une nouvelle mission, qui est de rendre leur territoire attractif. Les territoires sont aujourd'hui en effet en « concurrence » les uns avec les autres. Les TIC sont un domaine privilégié de cette attractivité. Elles exercent en effet un appel de plus en plus fort auprès de plus en plus d'habitants qui ont des usages numériques. La disponibilité des offres haut débit sur un territoire n'est à n'en pas douter un critère qui peut être déterminant pour le choix de résidence d'un nombre certain de personne. Si l'on considère les derniers chiffres qui font état d'un peu moins de 50% de foyers connectés à
18 Déclaration de Christian Estrosi, Ministre délégué à l'aménagement du territoire 19 46% des foyers connectés à internet, dont plus 80% en haut débit. http://www.jdli.com/13eme-etude-GfK-sur-Les-Francais,-la-Micro-et-l-Internet-_a578.html

12

internet, on peut imaginer que l'accès ou non au haut débit sera pris en compte par une personne sur deux dans le choix de sa résidence. b- entreprises Pour les entreprises, les enjeux sont de tailles. On estime que les TIC sont un facteurs certains de croissance et de gain de productivité20. Au niveau européen, on parle de 40% d'augmentation de la productivité rendus possible par l'utilisation des TIC. Le prix du méga, la disponibilité des services, les offres haut débit, voir très haut débit sont des éléments aujourd'hui pris en compte dans le choix de localisation d'une entreprise. c- administration Les usages numériques locaux concernent aussi les relations sociales que peuvent entretenir les habitants. Permettre de nouveaux usages, se faire écho des usages existants permet d'accroître l'identification des habitants à leur territoire et son appropriation. Les nouveaux usages agrandissent le territoire numérique et le rende plus attractif. La relation qu'a l'administration avec les habitants doit être repensée à l'heure du numérique. Rendre son territoire attractif, c'est aussi avoir une politique volontaire et innovante dans ce domaine. L'administration électronique permet par exemple de gagner du temps et de l'argent pour la collectivité. Elle met en valeur une collectivité qui cherche non pas à déshumaniser son administration, mais à la rendre plus proche de ses administrés, en lui fournissant un service plus rapide directement. d- participation Le territoire est aussi rendu attractif par les usages qu'ont les administrés d'un territoire. Cela n'est pas encore mesuré, mais les TIC impliquent un certain nombre de nouvelles façons de faire et d'envisager la démocratie locale par exemple. L'ouverture ou non d'un territoire aux problématiques de participation et d'écoute des citoyens sera à l'avenir un facteur important d'appropriation d'un territoire. Les TIC impliquent de nouvelle façon de communiquer, parfois sans intermédiaire et plus directement. Elle permettent la tenue de débat contradictoire de façon plus fréquente et dans un différé assez court, voir directement lors de rendez vous. Ces technologies sont à mêmes de rapprochés les élus des citoyens, et les citoyens entre eux. Les TIC, et internet en particulier, favorisent le développement de projets décentralisés et participatifs. Il est en effet plus simple aujourd'hui d'ouvrir un forum de discussions et de fournir les documents et informations nécessaires à un débat sur un projet d'aménagement que de se lancer dans une enquête publique classique. Les façons de faire numérique permettent un gain de temps et sont plus accessibles (un site internet ne ferme jamais). Il reste toutefois la question de l'appropriation des outils par la population. e- représentation La question de la participation soulève souvent le problème de la représentation. Il est courant d'entendre que le système représentatif est en crise : taux de participation aux élections aléatoires, affaires mettant en cause des élus, baisse d'influence des parti politique dans lesquels de moins en moins de gens se reconnaissent. Le débat démocratique est difficile et semble inabordable. Le cadre solennel du conseil municipal et de la réunion public sont ils toujours les plus adapté au débat démocratique local à l'heure des blogs ? Il n'est certes pas question de remplacer l'un par l'autre, mais plutôt d'utiliser
20 50% de la croissance Européenne due aux TIC http://www.internet.gouv.fr/informations/information/statistiques/?debut_page=20

13

les deux de façon complémentaire. Souvent lorsqu'on aborde la question de la participation se soulève la question de la représentativité des participants. En quoi est ce que la personne qui intervient lors d'une participation est représentative ? Mais sans répondre à cette question tout de suite, notons tout de même ce paradoxe : ce sont les personnes qui veulent le plus participer, qui ont des idées ou au moins un avis, qui sont aujourd'hui les plus écartées du débat public, au nom de leurs « non représentativité ». Il est tout de même paradoxal de rompre le dialogue avec les personnes qui proposent, qui critiquent et qui sont actives.

3- Vers un « hyper territoire » ?
Une part de plus en plus importante de la vie politique et sociale se joue aujourd'hui en ligne. Quand « une collectivité néglige un débat, il s'ouvre sans elle »21. Les TIC fournissent les outils pour tenir des débats d'ordre public entre citoyens. La question n'est plus vraiment de savoir s'il faut passer aux TIC ou non. Celles ci sont déjà largement présentes dans les territoires. Le territoire s'en trouve modifié. A chaque nouvel usage qui apparaît localement, le territoire se trouve changé. Internet produit des effets. En plus d'être la fenêtre vers le monde dont on a eu parlé, il est un outil d'aménagement local du territoire. Il est déjà pris en main par une partie de la population. Localement, on assiste à la superposition d'un territoire virtuel fabriqué par les citoyens, les associations, les entreprises d'un territoire. Des services apparaissent, des relations naissent, des débats s'ouvrent sur des enjeux et des problématiques locales. La question est de savoir comment structurer et encadrer ce développement. Le rôle d'une collectivité reste d'aménager son territoire.

3- Aménager le territoire numérique
A. les infrastructures
De façon générale, on peut dire que le territoire numérique est l'ensemble des politiques et infrastructures mises en place sur le territoire. Les TIC sont une réalité présente qui a la forme d'un réseau organisé. Les tuyaux des TIC forme un nouveau réseau qui se superpose aux réseaux déjà existant tel que le réseau électrique, les égouts ou les rues. Les habitants utilisent entre eux des outils et ont reconstruit d'une certaine manière le territoire local sur internet. Ce réseau social a besoin d'infrastructures et d'outils, parfois déployés par l'entremise des villes.

1- ADSL
a- description L'ADSL est le tuyaux actuel d'internet. Ce réseau couvre aujourd'hui 96 % du territoire français. Ils existent toujours des zones blanches, mais de plus en plus le pourcentage se
21 Franck Confino, préface de Patrick Lamarque, Le blog territorial, nouvel enjeu de la communication locale, Voiron, 2006, Territorial éditions

14

restreint. Ce réseau a été développé dans le cadre d'actions d'états. D'une part parce qu'il utilise le réseau téléphonique mit en place dans le cadre de France Télécom service public. Ensuite parce que les collectivités publiques s'impliquent majoritairement dans ce domaine pour bénéficier de la plus grande couverture possible du réseau sur leur territoire. Depuis les années 2000, le réseaux ADSL a peu a peu étendu sa zone de couverture. France Télécom annonce 98% de la population ayant accès au haut débit22. L'ADSL est la première technologie de haut débit. C'est une technologie peut coûteuse car elle utilise un réseau déjà en place. Les tuyaux sont déjà posés, mais il reste tout de même les coûts non négligeable de dégroupage23. On peut dire que c'est avec l'ADSL que le haut débit est rendu accessible au plus grand nombre. Le câble a été la première technologie à proposer le haut débit. Il n'est hélas disponible que dans les plus grandes villes. Les usages du haut débit se ''démocratisent'' encore petit à petit : connexion permanente, téléchargement, téléphonie IP illimité... Les débits plus importants permettent l'usage quotidien d'internet. Le fait de ne plus être limité en temps, et d'avoir accès à une bande passante plus importante permet aujourd'hui de naviguer sur internet de façon transparente (pas de temps de chargement des pages) et de consulter des média gourmands : images, sons, vidéos. b- technique « L'Asymmetric Digital Subscriber Line »24, l'ADSL utilise le réseau téléphonique existant. Le signal utilise des fréquences différentes de celles utilisées par la voix. En augmentant cette bande passante, on peut augmenter le débit. Ainsi avec la dernière norme ADSL 2+, les débit peuvent aller jusqu'à 22Mbit/s en courant descendant, et 1Mbit/s en montant. Cependant, dans la pratique, la majorité des accès sont de types 8Mbits ascendant, 128Kbit/s ascendant. On trouve aujourd'hui au minimum une couverture ADSL via le réseau téléphonique. Néanmoins, c'est un débit limité et une couverture imparfaite selon la qualité du réseau téléphonique. En effet, plus on s'éloigne du central téléphonique et plus le débit est faible. Certaines zones d'une ville ne sont ainsi par couverte par l'ADSL, malgré qu'elles soient dans une ville moyenne. Les plus hauts débits permettent déjà les services « multi-play » comme la télévision et les téléphonie via IP (VoIP, la téléphonie transite via internet et non via le signal analogique classique du téléphone).

2- Réseau sans-fil
a- généralités Le réseau sans fil est particulièrement utile dans deux situations : – pour permettre la connexion nomade localement – pour couvrir des zones difficilement accessible à l'ADSL Le sans fil permet de partager une connexion dans des zones stratégiques : aéroports, gare, université, place publique, bar, hôtels, espace multimédia... On peut donc avoir accès aux outils d'internet de façon nomade. Ce développement s'effectue de façon parallèle avec le développement des ordinateurs portables. Internet est
22 http://www.francetelecom.com/fr/espaces/colocales/internet/hautdebit/Eligibilite_ADSL 23 Dégroupage : opération technique pour ouvrir le réseau France Télécom à la concurrence 24 http://fr.wikipedia.org/wiki/Asymmetric_Digital_Subscriber_Line

15

un outil accessible de façon nomade : on peut emmener son outil et se connecter sur ses lieux de travail ou de déplacement. L'utilisation des ondes Wi-Fi, de courtes portées, permet d'équiper un lieu de façon ciblée et de permettre aux utilisateurs de ce lieux de se connecter de façon transparente. Il est intéressant de voir que ces lieux de passage, de travail, de détente qui font partie de notre territoire sont intégrés aisément à notre territoire numérique. En effet, à chaque borne de connexion sans fil, c'est un îlot numérique qui est créé. Ce territoire que nous considérons déjà comme notre (dans le sens où l'on y vit, ne serait-ce qu'un instant) est raccrocher à notre territoire numérique. Certaine collectivité ont donc une politique très volontaire dans ce domaine, en offrant un réseau sans fil dans certains de ces lieux. Certaines, comme San Francisco25 ont même créé un réseau sans fil à l'échelle de la ville, offrant à tous ses habitants une connexion « gratuite » bas débit, payé par la publicité, et un service haut débit payant. b- technique A l'avenir, plusieurs solutions techniques pourrait palier au manque de couverture de l'ADSL, comme les réseaux sans-fils (Wi-Fi, Wi-Max, UMTS / 3G). Le Wi-Max26 semble être un bon compromis en terme d'investissement limité (quelques pylônes), de portée (plusieurs kilomètres) et de débit (en pratique, 12Mbit/s sur 20km). Le développement de cette technologie est cependant freinée à cause des lourds investissements des opérateurs sans fil dans la technologie 3G (pourtant bien moins performante). Une couverture via les réseaux sans fils peut être à même de pallier aux manques de couverture du réseau ADSL.

3- Fibre optique
a- généralités : La fibre optique est le tuyau futur des TIC. Rien n'est plus rapide que la lumière. Poser de la fibre optique aujourd'hui, c'est couvrir des usages de demain. En 2006, une équipe de chercheurs allemands27 est parvenu à transférer des données à 2,56 Tbit/s, soit l'équivalent de 60 DVD en une seconde. De nombreux usages tel que la vidéo à la demande ou la domotique. Beaucoup de ces usages restent à inventer. Le point de départ, c'est une connexion stable qui permet des débits très importants de façon synchrone28. Il est encore difficile d'imaginer ce Illustration 2: Fibre que l'on va pouvoir réaliser avec des réseaux de ce type. Bien des optique usages restent à inventer. b- pourquoi poser de la fibre optique On équipe le territoire géographique de fibre optique pour permettre le développement du territoire numérique : quelque part, on pose de la ressource pour pouvoir l'exploiter. La fibre permet de connecter des acteurs et de les mettre en réseau. La fibre, c'est un peu l'autoroute ou le TGV des TIC. Ce réseau rapproche les acteurs, leurs permet de
25 26 27 28 http://www.clubic.com/actualite-33544-google-fournira-du-wifi-gratuit-a-san-francisco.html http://wimax.free.fr/wimax.htm http://www.telcite.fr/fibre.htm#perspect Ce qui signifie qu'envoyer des données est aussi rapide qu'en recevoir

16

transférer énormément de données, de façon continue. Les interactions peuvent se développer aisément entre les individus. Ce type de câble permet entre autre de mutualiser les coûts. En effet, toutes communications peut passer par la fibre optique. Ne pas aménager de territoire numérique localement peut engendrer des risques de voir se délocaliser les entreprises les plus innovantes, ou du moins les plus gourmandes en NTIC, de son territoire. c- technique Concernant la majorité du territoire, facilement accessible, l'avenir semble être le support de la fibre optique. Ce type de câble exploite le signal lumineux et n'a donc pas en théorie de limite de débit. On dit souvent que c'est un investissement qui sera valable pendant 100 ans. Plus rapide que l'ADSL, ce support permet de plus un débit symétrique (on envoie les données aussi vite que l'on les reçoit). Concrètement, le débit est limité par l'équipement actuel et les offres se situent sur du 1Gbit/s. C'est un support relativement onéreux et dont la pose est assez lourde, car il nécessite d'être enterré. Les coûts de génie civil sont ainsi de l'ordre de 80€ du mètre. De plus, ils existent plusieurs modalité de pose de la fibre optique29 : – Fiber To The Home (FTTH) où la fibre est amenée jusqu'au domicile du particulier. Dans ce cas, le cout est estimé à 2000€ par abonné. – Fiber To The Building (FTTB) On envoie la fibre jusqu'au bâtiment. – Fiber To The Office (FFTO) ll s'agit d'une offre de fibre optique spécialement dédiée aux professionnels commes les entreprises et les administrations. – Fiber To The Curb (FTTC) Dans ce cas, la fibre optique relie la boucle locale nationale d'un Fournisseur d'Accès à Internet (FAI) au sous-répartiteur de l'opérateur historique. d- Usages : Les débits très importants de la fibre optique permettent d'envisager de nouveaux usages et une utilisation d'internet au maximum de ses capacités. L'argument principal pour les particuliers est la télévision haute définition (HD), très gourmande en bande passante. La fibre permet de faire transiter via le même tuyau toute sorte d'informations et de mutualiser les coûts : téléphonie, télévision, internet. Concernant les entreprises, sont évoqués des services tel que la visio-conférence HD... Le meilleur argument reste sans doute la fiabilité du support. « Avec la fibre optique, ça ne plante pas ». C'est un argument de premier ordre pour les entreprises. Si l'on observe les abonnements professionnels des entreprises aujourd'hui, on constate une énorme différence de coûts avec les abonnements des particuliers. En effet, les abonnements professionnels comprennent un service très onéreux de garantie de débit et de service. De nombreux services restent à inventer.

B- Site internet
Il existe aujourd'hui pas moins de 100 millions de sites web sur internet. Cette croissance exponentielle s'explique entre autre par le développement des pages personnelles et du web 2.0

29 Sources : http://www.guideinformatique.com/fiche-fibre_optique-506.html http://www.journaldunet.com/0611/061113-ftth.shtml http://www.ariase.com/fr/guides/fibre-optique.html

17

1- Petite histoire du web :
a- les débuts L'histoire d'internet30 débute en 1962 par un projet commandé par l'armée américaine. Elle mandate un groupe de chercheur pour créer un réseau capable de résister à une attaque nucléaire. On propose alors la création d'un réseau décentralisé. Il est capital de retenir ce point si l'on veut comprendre internet : la grande force, et la faiblesse peut être, d'internet, c'est d'être construit selon une architecture décentralisée. Le réseau de communication est une sorte de toile d'araignée, qui constitue un maillage. Si un point est anéanti, le réseau subsiste. L'information est codée en bit (0 ou 1). Elle est condensée en paquet. Chaque paquet contient l'adresse de destination, et est routé point à point vers sa destination de manière à éviter les bouchons. En 1969, un premier réseau reliant 4 universités est créé : ARPANE. En 1972, c'est le premier courrier électronique. En 1978, naissance du protocole TCP/IP, standard de circulation de l'information sur internet aujourd'hui. b- naissance du world wide web Un chercheur de CERN, Tim Berners-Lee31, met au point un système de navigation hypertext (un mot pointe vers une information). Il travaille à la mise au point du WWW. On met au point le protocole HTTP en 1993, qui permet la navigation d'une page à l'autre. Le premier logiciel de navigation s'appelle mosaic et fonctionne sous windows. Le premier annuaire de site internet, Yahoo est fondé en 1994, en même temps que le W3C qui est chargé d'élaborer les standards d'internet. Le web est né.

Illustration 3: la 1ère version de Mosaïc

2- évolution d'internet :
a- éclatement de la première bulle internet32 De nombreuses entreprises se lancent avec plus ou moins de succès sur internet. Suivant le modèle de Yahoo, coté en bourse deux ans après son lancement, de nombreuses ''start-ups'' relève le défi. Toutes ces entreprises cherchent à fournir un service particulier qui soit pérenne économiquement. Néanmoins, les idées sont en avances sur les technologies. Beaucoup de service (mp3.com par exemple) tablent sur des services qui nécessitent du haut débit. La majorité de la population n'y a pas encore accès. De plus, avec la sagesse qui la caractérise, la bourse fait s'envoler le NASDAQ, indice boursier des
30 http://www.commentcamarche.net/histoire/internet.php3 31 http://www.linternaute.com/histoire/categorie/138/a/1/1/histoire_d_internet.shtml 32 http://www.web-libre.org/dossiers/nasdaq,146.html

18

entreprises du secteur des NTIC, vers des sommets. En 2003, paniqué par une rumeur sur Microsoft, les cours s'effondrent. C'est l'éclatement de la première bulle. b- Faciliter la publication Internet se développe avec la couverture de plus en plus importante du haut débit. Les besoins en service sont toujours présents et les technologies peuvent suivre. Tout cela ce fait de façon plus continue bien sûr. Dans les années 2001 apparaissent les premiers outils de publication sur internet : des logiciels libres permettent de réaliser des sites internet sans connaître la programmation. Un des tous premiers outils est SPIP, lancé en juillet 2001. Ce logiciel libre fait ses preuves avec Le Monde Diplomatique33 notamment, et sera très repris par la suite. Une fois le site créé (ce qui nécessite tout de même des compétences), SPIP permet à d'autres personnes de contribuer au site très facilement. Le niveau de compétence pour publier est sensiblement le même que pour savoir envoyer un mail. c- naissance des blogs Le premier « blog » au sens de journal intime est né en 1995 à Montréal. En 1999, Pyra lance Blogger, une des premières plates formes de publication, racheté par google quelques années plus tard. S'en suit une longue vague de plate forme : Joueb en 2001, Skyrock avec Skyblog en 2002, WordPress et DotClear en 2003 pour les plus aboutis. Les blogs se développent ensuite en réseau, faisant des liens entre eux.

3- Vers le web 2.0
a- pourquoi le web 2.0 ? L'histoire d'internet est bien sûr liée à celle de l'informatique. Lorsque l'on crée un logiciel, il est courant d'ajouter au nom du logiciel le numéro de version. Souvent, ce numéro est un peu ''compliqué'' car l'évolution du logiciel se fait peu à peu, par retouche. Et lorsque le créateur d'un logiciel estime qu'un cap est franchi, il ajoute un numéro à sa version. Ainsi par exemple on parlait de windows 3.11, ce qui voudrait dire 3ème version de windows, et 11ème modification. Ce qui signifie que, subjectivement, windows à déjà franchie trois grandes étapes dans son développement. C'est dans ce sens que l'on parle de l'évolution récente d'internet. Plusieurs acteurs importants d'internet (n'oublions pas qu'internet est un projet décentralisé) ont estimés que le réseau avait franchie une grande étape dans son évolution, et on est passé au web version 2. Bien sûr il y a du discours marketing derrière cette appellation. Plusieurs agences de communication ont largement repris le slogan, invitant leurs clients à se remettre au goût du jour. Le web 2.034, c'est le mélange de deux ingrédients : une utilisation plus massive du réseau, par un plus grand nombre de gens, parallèlement à une simplification de la publication sur différents médias. C'est la naissance d'une seconde bulle internet, avec la venue de sites à succès qui utilisent des contenus fournis par les utilisateurs : DailyMotion, YouTube, LaFraise,
33 http://www.monde-diplomatique.fr

Illustration 4: la bulle web 2.0

19

MySpace... Ces sites développent des communautés d'utilisateurs qui en font leurs territoires d'expression. b- augmentation du nombre d'internautes Néanmoins, force est de constater qu'internet a évolué. Près de 50% des foyers français sont maintenant connectés à internet. Les technologies de haut débit sont de plus en plus répandues, et couvrent aujourd'hui la majorité du territoire français. La première étape du processus, c'est ce déploiement massif du réseau. Certes cette technologie n'est pas encore vraiment majoritaire. Nous sommes encore loin des 98% de foyers français équipés en télévision35. Mais plus nous avançons et plus ces technologies se diffusent. Le problème est différent de celui du minitel par exemple, dont quelques usages semblent comparable. Cette technologie est aujourd'hui abandonnée et certains ont peut être cru qu'internet suivrait le même schéma. Pourtant, Internet fait parti du quotidien d'un nombre de plus en plus important de personnes, et ce nombre ne fera certainement que croître dans le futur. c- Facilitation des usages, développement des compétences De plus, les internautes utilisent de mieux en mieux des outils de plus en plus simple d'accès. Les technologies, notamment les langages de programmation, sont plus transparentes pour les utilisateurs. On est passé d'un internet de spécialistes à un internet d'utilisateurs avancés. Seuls des personnes avec de solides compétences pouvaient publier sur internet il y a peu. Aujourd'hui, la publication est de plus en plus simple. L'usage des technologies s'efface au profit de l'expression. Il n'est pas aujourd'hui tant important de « savoir-dire », savoir construire un site internet, que d'avoir quelque chose à dire ou à exprimer. d- succès du collaboratif De plus en plus de sites nous permettent de créer nous même du contenu. On parle de sites UGC (User-Generated Content36, contenu généré par l'utilisateur). Ces sites, tel que FlickR, YouTube, DailyMotion, MySpace, NetVibes, Wikipedia... font parti des sites les plus consultés. Le récent succès économique de YouTube, racheté plus un milliard et demi d'€uro par Google, en est l'illustration même. Récemment sont entré dans le palmarès des top 10 des sites les plus consultés des sites dont le contenus est donnés par les utilisateurs. Wikipédia, l'encyclopédie collaborative, a fait la première sont entrées dans ce palmarès. Les sites à succès sont des sites dont le contenu est fourni par les utilisateurs eux mêmes. Les musiciens peuvent facilement construire leur page MySpace et proposer leurs morceaux en téléchargement ou à l'écoute. Ceux qui font de la vidéos postent leurs vidéos sur plusieurs portails tel que DailyMotion ou YouTube, où elles sont visible en streaming37. Les créateurs d'image publient images et photographies dans leur espace personnel chez FlickR. L'expression écrite est possible sur les nombreuses plate formes de bloging. De plus, on peut facilement mettre en relation le contenu de ses créations publiées sur les
34 35 36 37 Prononcez « web deux zéro » ou « web deux point zéro », au choix http://www.media-poche.com/chapitres/chap13/p26501.htm http://en.wikipedia.org/wiki/User-generated_content Streaming : regarder une vidéo directement dans une page web sans téléchargement préalable

20

différents portails du web 2.0 avec son blog. On assiste ainsi à la création de nombreux vidéo blog, ou vlog, ou le contenu principal est de la vidéo et non du texte. De façon plus générale, la tendance est au métissage des contenus : on trouve sur un blog des textes, des images, des vidéos et du son à lire à la demande, sans téléchargement, en streaming.

C- Le blog
1- Libérer la publication
a- Faire évoluer le site internet ? Le site internet a évolué. Devant son succès, la demande a été de plus en plus forte de la part des utilisateurs en possibilités de construire son propre site. On est passé d'un internet de spécialistes (universitaires, informaticiens) à un internet commercial (entreprises, agence de communication). Nous entrons actuellement de plus en plus dans un internet d'usagers. N'importe qui sachant envoyer un email est à même de créer son blog. Le blog se présente tout d'abord comme une évolution de la page personnelle. C'est un site internet simple, qui permet l'expression régulière d'une personne. Cette expression se réalise à travers une interface simplifié entre le rédacteur et le site internet. b- se libérer de la technologie En effet, construire un site internet a été pendant un certain temps réservé à des spécialistes. Il fallait connaître un minimum de programmation. Si le HTML n'est pas un langage difficile, il n'est cependant aisé de construire un site sans connaissance préalable dans ce domaine. Afin de faciliter l'accès à tous et d'effacer cette barrière technologique, de nombreux site avec ''back-office38'' ont été mis en place. Ils s'agit de sites créés sur mesure, mais dont on peut modifier tout ou partie du contenue grâce à des formulaires présents dans une interface d'administration. C'est à dire qu'une fois le site conçu, n'importe quel utilisateur sans connaissances autres que de savoir remplir un formulaire est à même d'agir sur le contenu d'un site. Ensuite, il n'y avait qu'un pas pour fournir des sites clefs en main. Je pense que c'est le point de départ des blogs, qui n'est ni plus ni moins qu'un site personnalisable dont l'utilisateur gère la publication du contenu comme il l'entend. Le fait que tout le monde ou presque disposant d'une connexion internet soi à même de créer un site internet a permis de ''libérer'' l'expression, de la faciliter. On distingue bien aujourd'hui les sites officiels, qui conservent une image de marque importante et un discours institutionnels des blogs, qui s'octroient une liberté de ton et sont perçus comme plus convivial. c- commentaires De plus, le blog permet à ses lecteurs de s'exprimer sur les sujets soulevés et de réagir grâce aux commentaires. Le contenu du site est donc généré par le « blogmaster » ainsi que ses lecteurs. Le schéma de communication est différent de ce que l'on a pu voir sur le site internet traditionnel39. Le blog donne en effet la possibilité au lecteur de réagir aux
38 Littéralement « arrière boutique ». 39 Qui est sensiblement un schéma de diffusion de message, du Un vers Tous

21

articles publiés. Le récepteur du message se transforme à son tour en émetteur. Ce schéma peut se reproduire tant que quelqu'un publie des commentaires. Des billets parfois très courts donnent ainsi lieux à des échanges passionnés. Le billet lance des discussions. C'est un outil d'expression mais aussi d'interaction, de participation. Les discussions se développent d'elle même, sans même parfois que l'auteur est à intervenir (si ce n'est le billet de départ). C'est une logique qui ressemble de près à celle des forums dont on maîtriserait le lancement des threads40. Bloguer, c'est choisir ces sujets de discussions et donner ensuite la possibilité aux visiteurs de s'exprimer. L'avantage du blog est qu'il canalise le feedback41 sur des sujets de discussion. Lancer une discussion sur un blog et l'ouvrir aux commentaires, c'est se donner une maximum de chance de recevoir directement les avis, positifs comme négatifs, sur ce sujet.

2- De nouvelles technologies
a- abonnement et « syndication » Pour suivre facilement la mise à jour d'un site internet, on a mis au point un outil d'abonnement. Le langage RSS42 (« Rich Site Summary », mal interprété « Really Simple Syndication » ) permet de suivre facilement le fil d'actualité d'un site. La production de ces flux d'information est transparente pour le rédacteur du blog, car entièrement automatisée le plus souvent par son logiciel de bloging. Ce format, qui en est à sa version 2.0 (d'où en partie le nom de web 2.0 ?) change la façon de communiquer du site internet, et plus particulièrement des blogs. Ce n'est plus en effet à l'utilisateur de chercher l'information, qui vient directement à l'utilisateur. On peut ainsi s'abonner à tous les sites que l'on consulte régulièrement avec des logiciels adaptés. Le navigateur libre Firefox en intègre un. Mais il existe de nombreux logiciels pour s'abonner à ces flux. L'abonnement fonctionne ensuite un peu à la manière d'un abonnement réel à un journal. Sauf que c'est cette fois à chaque article mis à jour que vous recevez votre journal. De plus, il est possible de faire le tri entre les informations qui vous intéresse grâce à l'intégration de mots-clefs. Il est ainsi possible de se faire soi même sa propre revue de presse. Des outils tels que les agrégateurs43 permettent aujourd'hui de mêler plusieurs abonnements sur une même page et de réaliser de telles ''revues de presse''. Les agrégateurs de contenus sur internet se présente sous la forme de pages internet à personnalisées. Il suffit d'entrer les adresses des différents flux d'informations auxquels on veut s'abonner pour obtenir un panel d'information. S'affichent ensuite presque en temps réel les dernières nouvelles publiées sur ces sites. b- « Trackbacks » et autres rétroliens « Concrètement, l'auteur d'un blog A peut établir un rétrolien vers un billet d'un blog B en faisant, dans un de ses propres billets sur son blog A, un lien vers l'URL du billet du blog B. Si le blog B gère les rétroliens, il est automatiquement indiqué dans le billet sur le blog B que le blog A y fait référence. Le lecteur du billet sur le blog B peut alors découvrir le blog A et s'y rendre, grâce à ce lien automatique. De même,
40 41 42 43 Sujets de discussion dans les forums Feedback : la rétroaction. C'est à dire le retour du récepteur sur le message de l'émetteur. http://www.pointblog.com/abc/rss_et_syndication_1.htm Logiciel (souvent un site internet) qui permet de grouper en même temps plusieurs fils RSS. Par exemple le site NetVibes : http://www.netvibes.com

22

l'auteur du blog B est mis au courant que l'auteur du blog A s'intéresse à son contenu ; le système de rétroliens est parfois qualifié de « social » car il permet des rencontres virtuelles. »44 Les trackbacks sont des outils assez transparents à mettre en place par les utilisateurs. Le trackback utilise en effet un lien universel vers un billet, et surveille les blogs qui parlent de lui. C'est à dire que si vous publiez un billet sur un sujet sur votre blog, et qu'une autre personne publie également un billet sur le même sujet et vous cite, alors un commentaire apparaît avec un lien entre les deux billets. Vous savez qui parle de vous. On dit donc que le trackback est un outil de création de lien social. Il permet en effet de mettre en contact des personnes qui ne se connaissent pas sur des sujets communs. Si l'on démultiplie par le nombre de blogs en France, on imagine les réseaux qui peuvent se créer. Prenons un exemple : vous faites un blog qui parle des présidentielles. Vous publiez un billet sur les résultats du 1er tour dans votre circonscription. Une autre personne veut le faire, et tombe en premier lieux sur votre blog. Elle publie son billet où elle vous cite et fait un trackback vers votre billet. Sur votre blog, un commentaire s'affiche sous votre billet sur les présidentielles : ce commentaire pointe vers le site qui parle de vous. Vous lui rendez visite et y trouvez quelques citations de votre dernier billet. En explorant un peu son blog, vous lisez un excellent billet sur l'haltérophilie, votre seconde passion. Ca tombe bien c'est le sujet de votre prochain billet. Vous décidez donc de faire un trackback vers ce blog dans votre futur article. Ces trackback établissent des passerelles entre deux blogs différents. Ils sont de plus bien référencés par les moteurs de recherche et vous font gagner des points de référencement45.

3- le blog, expression ou information ?
a- Le paradoxe du blog Difficile de parler de blog sans parler de journal intime. Le blog se caractérise à la fois par l'utilisation d'une plate forme de publication mise à disposition, mais aussi par une démarche, un ton spécifique. Le blog est souvent l'avatar d'une personne sur le territoire numérique et c'est en cela qu'il fascine. Il est à la fois le reflet intime d'une personne, qui y délivre ses pensées, voir ses arrières pensées, parfois qui parle d'elle même. Paradoxalement, internet est sûrement le dernier endroit où l'on songerait à publier ses pensées intimes. Internet est par définition ouvert. S'exposer sur internet, c'est prendre le risque d'être vu par tout le monde. C'est être public. Le blog se définit comme une expression à la fois très personnelle et publique. Le blog est un paradoxe46. b- liberté de ton du weblog « Les média traditionnels diffusent des messages. Les blogs démarrent des discussions », nous dit Loic Le Meur, célèbre entrepreneur dans le domaine des blogs. Le blog est un outil accessible à tous ou presque. Il permet d'exprimer et d'échanger. On attend d'un blog
44 http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9trolien 45 Le référencement désigne la façon dont les moteurs de recherche vous classe. Mieux l'on est référencer sur un mot clef, et plus il y a de chance d'apparaître dans les premiers résultats lorsque l'on tape ce mot. 46 Anne Coquelin, L'exposition de soi, du journal intime aux webcams, Paris 2003, Eshel

23

un ton personnel, des réponses aux commentaires, des articles publiés de façon régulière. On ne communique pas de la même façon sur un blog que sur un site institutionnel. Le schéma de communication qui s'opère sur un blog relève du TOUS vers TOUS. Le blog se rapproche plus de la discussion de personne à personne que du discours d'une personne vers ses auditeurs comme sur un site ''vitrine''. C'est surtout flagrant sur un média traditionnel tel que la télévision, pour lequel le schéma de communication est UN vers TOUS47 . Le blog se veut le plus souvent ouvert à la discussion et authentique. La publicité n'y est pas toujours la bienvenue, le ton se veut plus personnel et la ''tradition'' veut que l'émetteur soit assez clairement identifié48. Il n'est pas forcément tenu à un rapport d'objectivité et il affiche ses idées et ses éventuelles appartenance politique. c- qui parle ? Le blog est la parole d'une personne. Les enjeux de la publication ne sont d'ailleurs pas toujours bien maîtrisés et font peur : qui écrit, qui valide, qui prend la responsabilité de la publication ? Ce sont les questions que l'on peut se poser en lançant un journal. Le blog personnel, sorte de journal intime livré au public n'a pas à se poser la question. Mais on conçoit facilement que cette question est plus difficile dans le cas d'un blog associatif ou d'un parti politique. L'écrit engage. Nombre de collectif ne bloguent pas ou on du mal à le faire du fait de la question de la responsabilité : qui doit écrire ? Qui doit publier ? Qui choisit ce que l'on publie ou pas ? Est ce la personne qui a le plus d'aisance pour l'écriture, celle qui est le plus haut placée dans la hiérarchie ? Il ne faut pas oublier que ces questions ne sont pas résolues pour ces collectifs. Elle se posera aussi certainement pour la collectivité qui veut ouvrir son blog. Mais il y a certainement autant de réponses qu'il y a de blogs. Notons que certains outils tel que SPIP sont particulièrement adapté lorsque l'on a une chaîne de la publication. En effet, on peut avoir ainsi plusieurs rédacteurs, qui peuvent écrire des articles. Mais pour autant, un article une fois écrit n'est pas automatiquement publié en ligne. Il doit recevoir l'aval d'un directeur de la publication, qui peut relire le document, en corriger les fautes éventuelles et choisir de le publier ou non. L'exemple du journal participatif en ligne AgoraVox49 permet de bien illustrer ce fonctionnement : AgoraVox est un journal participatif ou plus de 12000 rédacteurs écrivent. Chaque article est soumis à un comité de rédaction avant d'être publié. Illustration 5: agoravox, le média citoyen Les informations sont vérifiées avant publication. Ce comité choisit ensuite selon plusieurs critères de mettre ou non l'article en ligne : validation des informations, sources, qualité du texte, orthographe...

4- blogosphère
On aurait pu croire le terme dérivé de la noosphère, célèbre hypothèse du philosophe français Teilhard de Chardin et du savant russe Vladimir Vernadski. La noosphère désigne
47 Joël de Rosnay, Carlo Revelli, La révolte du pronétariat, Des mass-média aux média de masses, Paris, 2006, Fayard. http://www.pronetariat.com 48 Ne serait-ce que par un pseudo, un avatar, une photo 49 http://www.agoravox.fr

24

une sorte de couche englobant la planète, un peu comme l'atmosphère, immatérielle et invisible, qui serait formée de tous les inconscients humains. La noosphère serait donc constituée de toutes ses idées qui, comme on le dit un peu naïvement, « flottent dans l'air ». La blogosphère désigne à l'origine la sphère des utilisateurs de blogs qui écrivent régulièrement et qui commentent les écrits des uns et des autres. Si l'on prend l'image du blog comme une personne, on peut dire qu'une blogosphère est une société de blogueurs. C'est un groupe social regroupé autour du point commun : j'utilise un blog. Chaque blogueur affiche ses relations publiquement en publiant sa liste d'amis ou de relations : la blog-roll. De plus, outre les billets qu'il publie de façon périodique, il visite et commente activement les autres blogs. Chaque blog fait référence plus ou moins souvent vers d'autre blogs. La blogosphère est en quelque sorte la somme de tous ces liens entre individus/blogs. a- Naissance de la blogosphère Reliés les uns aux autres grâce aux liens hypertext, les blogueurs prennent peu à peu conscience de former une sphère sociale. Cette communauté virtuelle, composé de personnes réelles rappelons-le, s'auto-désigne comme la ''blogosphère50''. Contrairement à ce qu'on peut entendre sur le repli sur soi des internautes, le blog permet des rencontres, de croiser des intérêts communs. Dans la petite histoire51 de la blogoshpère, il est intéressant de noter comment se structure petit à petit une communauté, qui s'autoproclame blogosphère. En mars 2000 a lieu la première réunion de blogueurs à Montréal, qui deviendra la rencontre des premiers mercredi du mois. Par la suite, de nombreuses réunions plus ou moins formelles de blogueurs se mettent en place. A paris, les premiers dîners entre blogueurs ont lieux en 2001. Il y a une conscience de communauté. Les blogueurs forment une société un peu à part. L'outil n'est pas encore très répandu, et cela facilite peut être un peu l'identification à une communauté de la part des utilisateurs de blogs. Très vite, les blogueurs expriment les besoins de se rencontrer physiquement. En 2001, le phénomène n'est pas encore très médiatique. Peut de personne on entendu parler des blogs. Pourtant, c'est le début des rencontres en « chair et en os ». Ces rencontres sont aujourd'hui courantes. On note surtout beaucoup de réunions de blogueurs politiques, qui apparaissent avoir une influence grandissante dans l'opinion publique. b- Sphère Le terme de sphère n'est pas anodin. Dans le cas de la blogosphère, il existe plusieurs façon de l'interpréter : on peut voir la sphère comme une bulle : c'est un cercle fermé, fini, un cocon. C'est une position foetale dans laquelle l'on se replie. On ne peut pas nier qu'il y a un repli sur soi lors de la création d'un blog. Le terme n'est pas négatif, on pourrait le voir comme un retour sur soi même. Le blogueur qui tient un journal intime est dans une phase d'introspection. Il se questionne sur ce qui fait son identité, son moi. Il utilise bien souvent un pseudonyme52. Là aussi, la symbolique est forte. L'utilisation d'un pseudonyme, c'est
50 Pour la petite histoire, la première apparition du terme date de 2002 et est apparu sur un blog de William Quick : http://www.iw3p.com/DailyPundit/2001_12_30_dailypundit_archive.php#8315120 51 http://yulblog.org/first_premier.html http://embruns.net/blogosphere/petite_histoire_blogosphere.html 52 http://fr.wikipedia.org/wiki/Pseudonyme

25

recourir à un certain anonymat. Anonymat entre guillemet; certains étant plus connus par leur pseudo que par leur nom civil. Cependant, ce n'est pas la norme, ou du moins ce ne l'est plus. S'il était très courant d'utiliser un pseudonyme au début d'internet avec toutes les craintes qu'a soulevé le réseau, ce n'est plus forcément le cas aujourd'hui. Il est de plus en plus courant d'utiliser son nom patronymique lorsque l'on s'exprime sur internet, ou d'offrir la correspondance entre son pseudo et son nom civil sur son site. Il est relativement peu apprécié de parler sur un blog d'un sujet public en cachant son nom. Peut être y a t il là un frein pour le succès des blogs territoriaux officiels, d'une mairie ou autre collectivité : la liberté de ton n'est plus tout à fait naturelle, ou du moins il y a un paradoxe : un outil, le blog, qui est vécu comme facile d'accès, où l'on peut s'exprimer personnellement et l'entité administration, où l'on doit se plier à des règles, des protocoles pour communiquer. La bureaucratie ne fait pas bon ménage au premier abord avec les blogs. Pourtant, notons que des conventions et des protocoles de communication existe dans les deux situations. c- sphère ou écosystème ? La biosphère est un curieux mélange. On pourrait presque lui préférer le terme d'écosystème : « En écologie, un écosystème désigne l'ensemble formé par une association ou communauté d'êtres vivants (ou biocénose) et son environnement géologique, pédologique et atmosphérique (le biotope). Les éléments constituant un écosystème développent un réseau d'interdépendances permettant le maintien et le développement de la vie. »53 Un écosystème fonctionne grâce aux interactions des acteurs. La blogosphère fonctionne précisément grâce aux interactions qu'entretiennent les internautes entre eux. Il y a un système, ni exclu, ni en opposition avec le système « réel ». La conception utilisatrice des TIC et la prise de distance qui en découle peuvent être trompeurs sur ce point. Les blogueurs ne sont pas dans un monde à part : la preuve, il parle de leur vie, de leurs passions, qui sont tout à fait réelles et palpables, et plus encore, ils parlent de la ''chose publique'' de manière publique.

D- Wiki
Le mot wiki54 vient de l'hawaïen « wiki wiki » qui signifie « rapide ». Les wikis sont des pages internet que toute personne peut modifier. C'est un outil collaboratif, car plusieurs personnes peuvent y participer en temps réel. Chaque modification de la page est prise en compte. Toutes personnes est à même de modifier ce qu'a écrit une personne avant elle, et donc de corriger ses erreurs. Dans le cas de wikis réservés à une communauté, ils peuvent nécessiter une identification préalable à la modification. Cela permet de ne permettre qu'à une population ciblée de participer.

Illustration 6: wikipédia, l'encyclopédie participative

53 http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cosyst%C3%A8me 54 http://fr.wikipedia.org/wiki/Wiki

26

Un exemple très connu de wiki est l'encyclopédie web wikipédia. Pourtant, wikipédia permet à ce simple récepteur de l'information d'émettre à son tour vers le site wikipédia. La participation sur wikipédia peut ce faire soit de manière anonyme (vous êtes tout de même identifier par votre adresse IP), soit de façon identifiée (on sait alors qui a écrit quoi). Le fait que la participation soit au coeur des usages des nouvelles technologies est intéressante. Nous y reviendrons sur cette problématique plus loin dans le cadre d'une réflection sur la participation.

1- un wiki dans la ville
L'utilisation de wiki par la municipalité est tout à fait envisageable. Les wikis sont déjà utilisé par plusieurs villes, comme Brest par exemple. Le wiki-Brest55 par exemple existe depuis plus d'un an. La ressemblance avec wikipédia frappe au premier abord. De fait, ils ont certainement utilisé le même logiciel pour le créer. Ce wiki est une base d'information écrite en collaboration par plusieurs rédacteurs. Il faut cette fois s'inscrire* (une fois) puis s'identifier* pour pouvoir contribuer au site. Ce wiki regroupe plusieurs usages. On y trouve de tout : de l'annuaire d'associations avec les contacts et les sites internet respectifs, au cartes postales Illustration 7: le wiki de Brest du siècle dernier de la ville. Le site se veut constructeur de lien social entre habitants. Il recueille les mémoires des habitants et permet le souvenir commun. Le wiki devient une sorte de mémoire collective, un patrimoine : la mémoire des habitants fait partie du patrimoine de la ville. Elle peut s'exprimer grâce aux TIC sur une page internet, et être ainsi diffusée.

E- Contenus multimédia :
Le réseau internet se caractérise par la transmission de données d'un endroit à l'autre. A ces débuts, le réseau a surtout permis de transmettre des données de type textes. En effet le codage56 du texte en fait une donnée simple et légère. Sans entrer dans les détails techniques, retenons que le texte est la donnée la plus simple à transmettre car la plus légère. Le texte ne génère un faible poids de données pour un volume d'information important. Au début d'internet, les tuyaux transmettant les informations étant très limité, l'essentiel du web était du texte. Plus nous avançons techniquement, et plus les tuyaux s'agrandissent. Aujourd'hui, les débits se sont accélérés et il est maintenant possible de transmettre des gros volumes de données à moindre coût. La croissance de la couverture du haut débit permet aujourd'hui de nouveaux usages, et notamment la transmission d'informations à plus grandes valeurs ajoutées. C'est ainsi que de nouveaux médias tel que la vidéo ou le son, beaucoup plus gourmand en terme de bande passante, peuvent être transmis sur internet. De plus, le téléchargement préalable n'est plus nécessaire pour avoir une lecture fluide.

55 http://www.wiki-brest.net/index.php/Accueil 56 Transformation de l'information en signal numérique 1 ou 0

27

a- le son Le son sur internet est de plus en plus présent. Plusieurs technologies ont fait leurs apparitions, et il est aujourd'hui possible d'intégrer facilement du son sur ses pages internet. Il est assez simple d'enregistrer numériquement des conversations, que ce soit avec son téléphone portable ou un minidisc. Puis de les mettre en libre écoute sur son site avec des outils de podcast. Ces outils permettent la lecture en ligne des sons sans téléchargement. En réalité, on transferts les données sur la machine qui lit le fichier son, mais ce de façon temporaire et transparente pour l'utilisateur. Les données sont en effet lues dès que le téléchargement débute (la petite barre de progression nous permet de le visualiser). Ces fichiers sont stockés dans un répertoire temporaire et sont effacées automatiquement au fur et à mesure des besoins. Le tout gérés de façon automatique par notre ordinateur. Voici une copie écran de ces nombreux outils qui permettent aujourd'hui de lire directement un fichier audio sur un site ou un blog. Illustration 8: Lire du son directement sur le site Celui ci, par abus de langage est appelé podcast. Ce n'est pas tout à fait la même chose, nous le verrons plus loin. b- la vidéo On trouve beaucoup de vidéo en lecture directe sur internet. Des sites comme DailyMotion, YouTube et GoogleVidéo permettent d'héberger ces fichiers assez lourds, et des les mettre à disposition de tous sur le réseau. Un média comme la vidéo n'a tout d'abord pas été disponible sur internet car c'est un média riche. La vidéo contient beaucoup d'informations, et elle est difficile a compresser ( = la plier de façon à ce qu'elle prenne moins de place). Les premières webTV en ont d'ailleurs fait les frais. Distribuer de la vidéo sur internet nécessite en tout premier lieu des connexions haut débits pour les utilisateurs. La couverture du haut débit étant de plus en plus importante, il est assez logique que les services de vidéos visualisables librement soient un succès. Les sites comme YouTube battent aujourd'hui des records d'audiences. Leurs grandes forces, ce n'est pas tellement le site en lui même, mais le fait qu'il propose un service accessible de n'importe quel autre site : la vidéo en streaming libre. Tout le monde peut créer son compte sur YouTube (par exemple), uploader sa vidéo sur le site puis la diffuser sur son blog. Pour le visiteur, c'est transparent : sans changer de site, il a accès à une vidéo, basse résolution certes, en lecture immédiate sans manipulations spécifiques. Il y a ainsi beaucoup de blog qui fonctionnent non plus seulement avec du texte, mais avec de la vidéo57. Néanmoins, la généralité est aujourd'hui au blog mixte, qui héberge plusieurs média : vidéo, son, image, texte. c- le podcast Le podcast, c'est le croisement des média son ou vidéo avec le flux RSS. En effet, le flux RSS permet de maintenir son audience informée de façon automatique de chaque mise à jour de son contenu. De plus, des lecteurs multimédia tel que iTunes permettent de s'abonner aux flux RSS de certains sites internet. Ces sites dédient en effet un flux RSS aux sons ou vidéos, que le logiciel vérifie à chaque fois que l'on l'allume. Ainsi lorsque l'utilisateur lance son logiciel, celui ci vérifie si les émissions auxquelles il est abonné ont
57 Les vlog, par contraction

28

mis leur contenu à jour, puis il les télécharge. Ce qui permet à l'utilisateur d'écouter ses émissions à la demande et non à heures imposées. Le modèle est particulièrement adapté aux émissions de radios mais on trouve de tout. Les podcasts sont peu utilisé par les villes pour informer les citoyens. Pourtant ce media permet une information régulière, dont on peut choisir la périodicité. Ainsi la ville d'Angouleme a fait le choix d'un podcast journalier, 5 jours sur 7, qui développe en quelques minutes les actualités de la ville. On y trouve des informations sur les travaux en Illustration 9: Itunes en fonctionnement cours, les manifestations prévues, ainsi que des numéros de téléphone en cas de d'actualités particulière. C'est à la fois un outil d'information et de lien entre la municipalité et les citadins. On trouve sur le site de la mairie des podcasts en écoute libre du lundi au vendredi. La lecture est quasi instantanée en haut débit. On reconnaît facilement l'émission grâce au jingle du début. Le son est de bonne qualité. La technologie du Illustration 10: Le journal podcast d'Angoulême podcast est bien utilisée : il y a possibilité de s'abonner au flux RSS et ainsi de télécharger automatiquement la dernière émission. Ces podcasts sont archivés sur cette même page pendant plusieurs mois.

F- E-administration
1- Quel est le rôle d'une collectivité ?
En 2004, plus d'un million de Français ont payés leurs impôts en ligne. L'administration électronique devient une mission de service publique. Plusieurs directives remettent en cause l'action publique dans ce domaine, et notamment celles émanent de la Direction Générale de Modernisation de l'état. L'état a ainsi récemment mis en place un site58 qui proposent plus de 600 démarches en ligne. De nombreuses collectivités ont d'or et déjà mis en ligne nombre de démarches administratives. Parfois sans se poser les questions de ces démarches en elles même. Il serait pourtant nécessaire de réfléchir à la modernisation de ces démarches avant de les mettre sur le site internet de la collectivité. Car encore faut il qu'elles répondent à plusieurs critères de services publics.

2- Pourquoi faire
L'administration électronique permet de rendre plus efficace l'administration. Elle permet de dématérialiser des démarches lourdes ou ressenties de telle façon. De plus, il s'en dégage plusieurs avantages en termes d'accessibilité, de rapidité et d'efficacité : fournir des services à distances permet d'éviter bon nombre de déplacement. Ce n'est pas
58 https://www.administration24h24.gouv.fr

29

négligeable pour le tout à chacun, et ça devient un facteur d'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Les téléservices permettent de plus un gain de temps tant pour l'usager que pour l'administration. La productivité du service s'en trouve améliorer. On évite les problèmes de relecture. Le gain de temps partagé permet d'augmenter l'indice de satisfaction de l'administré. Les gains de temps, les économies engendrées et l'amélioration du service pour les personnes à mobilité réduites ont déjà convaincues la plupart des services publics aujourd'hui d'adopter une administration en ligne de plus en plus importante. Pourtant, cette amélioration est réelle à condition de ne pas être mis en place au détriment Illustration 11: démarches administratives du site de Caen des démarches classiques. Il faut en effet prendre en compte le fait que bon nombre de personnes ne maîtrisent pas les outils informatiques et que rien ne remplace le service de personne à personne.

3- l'accessibilité
L'administration locale, au niveau de la ville, doit être à même de fournir un certain nombre de téléservices et de formulaires en lignes à ces administrés, afin de faciliter l'administration. Les procédures sont en effet ainsi plus rapide et d'un coût bien plus faible. Mais mettre en ligne des formulaires doit se faire dans le respect d'un certain nombre de normes. L'administration doit respecter des impératifs en terme d'accessibilité sur ses passerelles, notamment pour les personnes souffrant d'un handicap. Il est impératif que ces sites respectent les normes d'accessibilité en vigueur, comme celle du W3C. En effet, un site web n'est pas forcément accessible. S'il n'est pas construit avec rigueur et méthode, sans connaître ces normes, il ne le sera très certainement pas. C'est un peu comme de construire une habitation au hasard, sans connaître les méthodes et les normes de sécurités. Sauf cas extraordinaire, il y a alors très peu de chances que le bâtiment construit respecte les normes de sécurité en vigueur. La démarche pour un site internet accessible est sensiblement la même. Il faut déjà connaître à la base les normes utilisées et définir clairement les objectifs d'accessibilité. Pour les personnes handicapées, il existe en effet des normes très précises. Les TIC peuvent en effet être un facteur d'intégration et d'autonomie de ces personnes. Depuis la loi de février 200559 les collectivités doivent mettre en place des outils accessibles aux personnes souffrant d'un handicap. Pour cela, les sites doivent répondre à des normes et des standards définis par le W3C60. En effet, il suffit que les sites internet soient conçus dans le respect de ces standards pour qu'ils soient accessibles par des navigateurs spécialisés dont sont équipés les personnes handicapées.
59 http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=SANX0300217L 60 World Wide Web Consortium, en charge des standards d'internet : http://www.w3.org

30

F – les logiciels libres
« donne et tu recevras » Platon

1- définition
« Un logiciel libre se dit d'un logiciel qui donne à toute personne qui en possède une copie le droit de l'utiliser, de l'étudier, de le modifier et de le redistribuer »61 « Le logiciel libre c'est à la fois un logiciel que l'on peut utiliser Illustration 12: logo gratuitement, ainsi qu'un code source du logiciel mis à disposition de tous. Le code fait partie d'un patrimoine commun. »62 ''copyleft''

2- Communautés et participation
Les logiciels libres entre dans une logique de collaboration. Il y a une communauté de contributeurs, de personnes qui participent sur différents points et à différentes étapes : créations, améliorations, tests des logiciels. Et encore d'autre qui participent à leurs améliorations : noter les erreurs, écrire des tutoriels... Quelque part, lorsque l'on utilise gratuitement un logiciel en tant qu'outil de travail, c'est un peu comme recevoir un don. On entre dans une logique de contre-don, on se sent rétributeurs. Ce sentiment peut se traduire très concrètement par une envie de participation à la communauté du logiciel libre. Cela peut être de créer un tutoriel* sur une fonctionnalité d'un logiciel ou de répondre aux messages sur un forum pour quelqu'un qui à besoin d'aide. Il y a une sorte de micro système qui se créé autour de certains logiciels libre, qui s'organisent autour de sites participatifs (forums, blogs, wikis) ou de chat (les fameux chanels IRC) et sont animés par des contributeurs importants. Prenons l'exemple d'OpenOffice : Cette suite bureautique propose gratuitement un tableur, un traitement de texte, une gestion des bases de données et un logiciel de présentation. En gros, toutes les fonctionnalités de la suite de Microsoft Office. Seulement, outre que les logiciels soient totalement gratuit, même pour les professionnels, on trouve en lieu et place de la 63 traditionnelle hotline des forums d'entre-aide, des chats64, des listes de Illustration 13: Forum d'entre-aide pour OpenOffice diffusions.
61 62 63 64 http://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_libre Jean Marie Chosson, élu délégué au NTIC Service téléphonique de consultation après vente et d'aide aux usagers, payant. Service de discussion instantanée sur internet

31

3- interopérabilité
L'interopérabilité65 est une notion liée au logiciel libre. Cela signifie qu'un logiciel enregistre des documents dans un format ouvert, c'est à dire dont on connaît le code source. Cela permet de garantir que ces documents pourront être consultés malgré l'évolution des logiciels. Certains formats de données sont en effet obsolètes aujourd'hui, et il est très difficile de les ouvrir. Il faut donc pour garantir une bonne durée de vie des documents informatiques utiliser des logiciels qui garantissent l'interopérabilité. Cette logique est très souvent celle des logiciels libres, qui ne conservent pas la propriété de leurs codes sources.

3- Les blogs territoriaux
A- Le blog local ou blog citoyen
1- Définition
On peut parler de blog local ou d'un blog citoyen lorsque la thématique d'un blog est le territoire où vie le blogmaster, le plus souvent une ville. Cela peut sembler contradictoire avec la vision d'internet comme une fenêtre sur le monde. Mais si internet en général et les blogs en particuliers permettent de parler avec des personnes habitant à l'autre bout du monde, ils permettent aussi aux gens de s'exprimer sur un territoire. On assiste aujourd'hui à l'expression d'individus déjà bien en place sur un territoire, qui y vivent, parfois depuis un longtemps, et qui ont des choses à en dire. Il y a une volonté de participation à la vie commune et aux choix politiques. Ces blogs remplissent des fonctions de tribunes d'information de proximité parallèles à la communication officielle. Ils naissent souvent, à différent degré, des manques de la communication locale, que ce soit la presse locale ou la communication municipale. a- rôle Les blogs locaux offre un contre poids intéressant à une communication officielle jugée trop neutre ou désengagée. Des citoyens se font ainsi écho d'informations municipales et commentent celles-ci. Souvent, le ton est assez critique, d'où quelques tensions entre service de communication et blog citoyen. Il n'y a pas cependant de rôle bien définit du blog dit citoyen.

2- Quelques exemples
a- Le Rouennais LeRouennais.com a été ouvert par Sébastien Bailly en 2005. En 2006, il devient grandrouen.com, et affiche une audience de plus de 12000 visiteurs par mois. Il s'agit d'un blog collaboratif, où plusieurs six rédacteurs écrivent. Décris comme un site d'information locale, il se défend d'être une voix d'opposition. Il est pourtant ressenti ainsi par Franck Dubois, responsable du blog de la ville de Rouen : « il n'affiche pas clairement sa
65 http://fr.wikipedia.org/wiki/Interop%C3%A9rabilit%C3%A9

32

démarche d'opposition, mais il joue ce rôle »66. Ce blog est un des rares à proposer des publicités suite à l'affluence des visiteurs ainsi qu'une offre de publi-reportage. Il annonce 480 articles publiés en 10 mois et plus de 2000 commentaires. b- conflits : le cas d'école de monPuteaux Le désormais célèbre monPuteaux.com de Christophe Grébert a été un des tous premiers blogs citoyens. Ce journaliste, habitant de Puteaux c'est fait le relais de divers dysfonctionnement à la municipalité de la ville. Il affiche clairement sa critique de la municipalité et de ces décisions. En réaction, il a été plusieurs fois attaqué par la municipalité pour diffamation. Il n'a jamais perdu ses procès. Ces diverses attaques n'ont réussit qu'à le rendre plus connu et plus difficilement attaquable. MonPuteaux est un cas d'école de ce qui doit être évité à tout prix par les élus et le service de communication. Il est important de saisir les enjeux de ce nouvel outil de communication. Les blogs peuvent entraîner des réactions en chaîne fulgurante, même si son audience semble limitée au premier abord.

3- Un média à écouter avec attention
Il est assez clair que les règles classiques ne s'appliquent pas de la même manière sur un blog. Les spécificités du blog (que l'on a vu plus haut) doivent absolument être prises en compte. Il n'est pas sans risque de s'exprimer sur un blog, mais le silence n'est pas non plus salvateur. Comme tous médias, les blogs doivent être écoutés et consultés par le service de communication. Notons que cette écoute peut se réaliser facilement grâce aux flux RSS et aux agrégateurs. Il y a quelques comportements à observer : a- Avoir un recensement des blogs locaux : Être dans une attitude de veille : les nouvelles circulent rapidement sur les blogs. Cette veille peut être active : recherche via google, visites régulière des blogs locaux. Elle prend alors beaucoup de temps. Elle est néanmoins nécessaire pour effectuer un référencement exhaustif des blogs qui parlent de la ville. Gageons que plus la ville est grande, plus le travail d'investigation est important. Cependant, si la ville dispose d'une blogosphère, ce travail sera sans doute en partie réalisé par les animateurs de ce réseau des blogs locaux. On pourra déterminer quels sites on va écouter avec plus ou moins d'attention. b- Rester en veille passive Les flux RSS et les agrégateurs permettent aisément de rester en contact avec l'information publiés sur les sites. Ces flux ne sont pas disponibles sur toutes plates formes, notamment les blogs hébergés par SkyBlog. Si la majorité de ces blogs sont de types personnels, ils sont très simples d'accès. C'est pourquoi ils ont un public tout de même important chez les jeunes notamment, et qu'il importe de ne pas les négliger. La meilleure solution est sans doute la veille active pour ceux ci. (Voir DromeBlogs qui a réalisé un outil pour les surveiller). Le mieux est sans doute d'utiliser un agrégateur de flux de type netVibes. On s'abonne via ce site (gratuitement) puis on s'abonne aux flux des sites que l'on veut surveiller. Cela permet d'avoir une page personnalisée qui contient les derniers articles publiés sur les sites que l'on écoute.
66 Franck Confino, Le blog territorial, nouvel enjeu de la communication locale, Voiron, 2006, Territorial éditions. Page 18

33

B- Le blog de la collectivité
1- définition
Tout comme le blog local, le blog de la collecitivité a pour vocation d'informer localement les habitants d'un territoire. Il délivre de l'information de proximité et permet les discussions sur des problématiques locales. Le blog territorial émane directement de l'organe de communication officiel d'une collectivité.

2- Rôle et mission
a- mission : Force est de constater que ce type de blog n'existe que très peu. Peu de mairie ont fait à ce jour le pari, sans doute assez audacieux, d'utiliser le blog comme outil de communication locale. Ils existent divers atouts pour franchir le cap, malgré quelques freins. Cependant, certaines municipalités ont déjà fait le choix d'un ou plusieurs blogs municipaux. Notons que l'utilisation du blog relève plus d'un choix stratégique que d'une obligation. Les sites ''fixes'', sans commentaires, sont mieux adaptés pour les usages classiques. b- qui a un blog territorial ? La ville de Pfastatt en Alsace dispose à ce jour de trois blogs officiels. Le premier « à l'affiche », se fait le relais des informations sportives, culturelles et associatives de la ville. Le second « Un jour à Pfastatt », se fait l'écho des informations municipales.

c- les freins On peut y voir essentiellement une différence de conception entre une communication officielle qui utilise encore le schéma du UN vers TOUS, et ne gère pas forcément le feedback direct généré par les commentaires d'un blog. On peut dire que le Illustration 14: Les trois blogs de Psfastatt mode de fonctionnement même du blog implique une plus grande transparence de part le service. De plus, il s'agit pour le service de devoir quelque peu relâcher la main mise qu'il a sur les informations locales. Ouvrir un blog territorial, c'est accepter de ne pas avoir un contrôle absolu sur sa communication. L'ouverture aux commentaires, c'est prendre le risque d'entendre des critiques directes et de devoir en faire l'écho. Rappelons en effet que les commentaires des blogs sont le plus souvent modéré à postériori, c'est à dire que le blogmaster choisi ou non de les publier.

34

d- Les atouts Image et valeurs : Avoir un blog est déjà un plus non négligeable en terme d'image. L'outil a une image de modernité certaine et est à ce jour peu utilisé par les collectivité. De plus, le blog est un outil de débat et, bien utilisé, c'est un outil de participation et de dialogue. Un blog ne suffit pas à faire une démocratie participative, mais c'est un premier pas. Il véhicule des valeurs de débat et de contradiction propre à la démocratie. Interaction : Le blog permet une communication interactive. Il canalise le feedback sur une information. Lorsque l'on publie une information, on a rapidement la réaction des lecteurs. En effet, en écrivant un billet sur un sujet on choisi de lancer une discussion sur un thème. Un débat peu s'inscrire sur un blog, sous la surveillance du blogmaster. De plus, le blog permet de contrôler assez facilement les réactions sur un sujet grâce à la modération des commentaires. Ouvrir le débat plutôt que de le subir : Ne pas ouvrir le débat sur son blog territorial sera à terme, si ce n'est déjà, prendre le risque de le subir sur un autre blog local citoyen. C'est prendre le risque de perdre la primeur d'une information, et de la laisser être publiée ailleurs. C'est aussi perdre tout contrôle sur les commentaires qui vont naître de la discussion. C'est perdre le pouvoir de la formulation du cadre de cette discussion, de ses limites et ses enjeux. Avoir un blog municipal permet d'éviter un certain nombre de ces situations en publiant les informations avant les autres et en organisant le débat. Nul doute que si le débat sera repris sur d'autres blogs citoyens. Mais cette fois, la municipalité aura pu exprimer son point de vue et entraîner un débat sur son propre support. e- Quelques conseils67 : Établir une charte de bonne conduite : Comme dans tout débat public, la prise de parole est ordonnée et réglementé. Il en va de même pour les blogs. Une charte doit être publiée et validée par les internautes. La charte présente sur néthique68 me semble pertinente pour un blog de qualité d'une collectivité. Favoriser la participation par le ton et le style : On l'aura compris, les commentaires font partis des blogs. Un blog sans commentaire mérite il encore le nom de blog d'ailleurs ? Le ton des articles doit donc être plus libre, plus personnel que le ton d'un article de presse. Le blog est un outils d'expression autant que d'information. Poser des questions, interpeller, susciter les réactions sont des fondamentaux pour faire participer les gens. L'écrit, plus que l'oral, favorise la prise de distance vis à vis du discours. Il n'est donc pas inutile de se montrer un peu polémique et de surprendre. De même, le blog est le lieu d'expression du style d'une personne. Plus que dans un journal, où les faits prennent le dessus sur le style, le blog permet une plus libre expression. Respecter le débat : Il paraît essentiel alors que le débat soit fait dans les règle de l'art sur le blog municipal :
67 Franck Confino, Le blog territorial, nouvel enjeu de la communication locale, Voiron, 2006, Territorial éditions 68 http://nethique.info/charte

35

les commentaires doivent être modérés, mais non censurés. Un commentaire qui ne respecte pas la charte aura toute raison de ne pas être publier. Il ne sera pas reproché de ne pas publier un commentaire agressif ou insultant. Il est de même tout à fait possible de ne pas répondre à un commentaire, même construit et argumenté. Néanmoins, mieux vaut dans la mesure du possible répondre et faire vivre le débat. Faire vivre le blog sans tricher : Un blog sans commentaire peut attirer une certaine méfiance : est il censuré ? N'y a t il aucun visiteur ? Les articles ne se prêtent ils pas aux commentaires ? Il serait tout de même assez suicidaire d'utiliser de faux commentaires pour faire croire qu'il y a un débat. L'authenticité est ce qui est recherchée dans les blogs. Fausser le débat, c'est prendre le risque d'un boycott général.

4- Les TIC, outils de participation
A- La participation sur internet
Les chiffres de la participation des internautes sont optimistes. Une enquête récente de la société Médiamétrie parle de plus de 6 millions d'internautes « contributeurs ». C'est à dire qu'ils « possèdent leur propre blog ou site perso, ont créé leur forum, ou diffusent sur Internet leurs propres contenu audio et vidéo »69. Ces statistiques semblent pour le moins optimistes. Selon Jakob Nielsen70, un informaticien américain, on observe une loi dans la majeure partie des communautés, dites des « 90-9-1 ». Il semblerait que la majorité des personnes ne participent pas. – 90 % des internautes sont des utilisateurs, passifs – 9 % sont des contributeurs, occasionnels – 1 % sont des créateurs, à l'origine de l'essentiel de l'activité Il est difficile de dire si cette loi se vérifie. Certains blogueurs disent observer des chiffres assez proches sur leurs blogs71. Ces chiffres sont à relativiser. Si l'on observe le contenu d'internet aujourd'hui (plus de 100 millions de site web dans le monde72), alors que seulement 1% créent activement du contenu, qu'en serait il si tout les internautes du monde se mettait à créer du contenu ? Difficile de conclure de ces chiffres que le participatif ne marche pas. Le seul fait observable est qu'il suffit d'un petit nombre d'individus pour animer tout une communauté.

1- du blog
Le blog est un outil de participation au sein d'une collectivité. Le blog est certainement l'outil du web 2.0 le mieux maîtrisé par la population à ce jour. On estime en effet le niveau de compétence pour tenir un blog de base à celle qu'il faut pour envoyer un mail. Il existe on l'a vu, des blogs tenus par les citoyens locaux et parfois des blogs tenus par la collectivité. Nul doute qu'il ne suffit pas de planter son drapeau dans la blogosphère pour pourvoir être qualifié de ville internet aujourd'hui. La tenue d'un blog de ce type doit être pensé, les schémas de communication impliqués par les blogs devant être connus et acquis.
69 70 71 72 http://dinm.typepad.com/an_net_07_mediametrie/2007/03/web_20_la_crati.html http://www.useit.com/alertbox/participation_inequality.html http://www.weblocal.fr/2007/04/20/le-participatif-est-il-adapte-au-web-local/ http://www.lexpansion.com/art/1.0.150350.0.html?xtor=RSS-3

36

a- parler de ce qui ce fait localement Inutile de vouloir lancer un blog sans tout d'abord connaître l'appropriation de cet outil par la population locale. Une collectivité doit tout d'abord connaître les blogs qui existent sur son territoire, et choisir de s'en faire l'écho ou non, d'organiser ou non sa blogosphère. La blogosphère existe et devient palpable lorsqu'elle est organisée. Sa seule existence sans fédération, ce sont les blogs-roll73 (liste d'amis). Autant dire que l'on va avoir des réseaux d'affinités, mais rarement une liste exhaustive de tout ce qui ce fait localement. C'est pourquoi une collectivité dynamique dans ce domaine a tout intérêt. C'est une façon d'alimenter un vivier local en valorisant les productions personnelles ou associatives. En effet, on peut dire que le web local souffre essentiellement d'un manque de diffusion. Si les taux d'équipement peuvent être élevés, ils ne signifient pas que les outils soient utilisés et que les gens se les soient appropriés. Donner l'information localement pour la municipalité relève d'un vrai enjeu : c'est donner la chance à sa population de s'informer, de discuter et d'échanger sur des événements locaux. Et c'est en développant ces usages que l'on permet l'appropriation du territoire. La « territorialité »74 se construit en partageant un vécu local commun. b- informer Le blog est un outil d'expression et d'information. C'est un outil de publication qui permet le débat. Étymologiquement, informer se rapproche de « former ». Informer, c'est participer à la formation du jugement, de l'opinion. La mission première d'un blog territoriale pourrait donc être l'information. On l'a vu, le schéma de communication des blogs n'est pas le même que celui de la télévision. Le blog n'est pas une simple diffusion. C'est un outil de débat, qui permet d'obtenir immédiatement et sur le même média le feedback généré par mon information. On peut concevoir que le blog est un média où l'on est à même de délivrer des informations plus sensibles que sur la télévision par exemple. La gestion de la communication de crise tient en effet énormément au contrôle du feedback. Le blog permet un retour quasi instantané du feedback, et permet de répondre en temps réel. Mais sans être aussi alarmiste, le blog remet en cause la conception que peut avoir une collectivité de son rapport avec l'information. Le blog est un outil qui permet de diffuser de l'information localement à un rythme soutenu. La périodicité d'un blog est souvent d'un billet par jour. Le blog territorial, situé dans le contexte d'un territoire, permet de donner une information locale de proximité. Tant que le taux d'équipement ne sera pas plus élevé que ce qu'il est actuellement, il ne remplacera pas totalement les autres médias. Mais au fur et à mesure de l'accroissement des équipements dans les foyers et de l'appropriation des outils, on peut estimer qu'il sera un vecteur privilégié de l'information locale. c- transparence L'ère du collaboratif invite en effet à la transparence. « Être transparent, c'est donner la chance à quelqu'un qui est étranger à un projet de travailler en collaboration avec nous75 ». Un peu transparence permet souvent de lever des obstacles qui surgissent du manque d'information sur un sujet. Les TIC relaient beaucoup des valeurs de transparence et de collaboration. Au point que dans le cas des données personnelles, on
73 Blog-roll : liste de liens vers d'autres blogs 74 Alain Mons, La métaphore sociale, Image, Territoire, Communication,Paris, 1992, Presse Universitaire de France 75 Thierry Crouzet, http://blog.tcrouzet.com

37

estime qu'elle mettent en danger les libertés personnelles. Mais sans tomber dans les excès de la surveillance, les TIC permettent une meilleure information de proximité, une plus grande clarté dans les projets, des explications en directe sur des sujets sensibles. Donner aux habitants les plans des SIG pour travailler ensemble sur le PLU76, donner les chiffres sur le budget de la ville, fournir des données brutes sur l'insécurité, tout cela nourri le débat et permet aux citoyens d'être informer. Une certaine transparence des informations permet de faire travailler les citoyens aux côtés de leur administration. Car si ces informations filtrent tout de même, le débat aura lieu ailleurs et la collectivité n'aura pas les clefs de la discussion.

2- du Wiki: pour un travail en collaboration
Le wiki est sans doute ce qui ce fait de mieux en terme d'usage collaboratif. Il permet la mise à disposition de ressources en temps réel au plus grand nombre. Il permet de faire travailler des personnes sur les mêmes documents. C'est un outil à développer au sein des instances de démocratie locale. On peut imaginer qu'ils permettent aisément demain de faire travailler ensemble des habitants sur des projets tel que la modification d'un Plan Local d'Urbanisme. Les TIC ayant fait leur chemin au sein des collectivités, celle ci dispose de plus en plus souvent d'un SIG. On pourrait imaginer de fournir des cartes de ces SIG aux habitants afin de les informer au mieux des choix possibles et des modifications à porter. Les usages là encore restent a créer.

II. Les réalités de Romans
1- Mesurer la politique actuelle
A- Méthodologie : grille d'évaluation du label « ville internet »
J'ai cherché un outil à même de rendre compte de l'état de la politique numérique de la ville, de son impact et de ses résultats. J'ai tout d'abord proposé une enquête auprès de la population pour connaître l'avis des habitants. Cela n'a pas été possible étant donné l'imminence de l'élection de 2008. Il a été craint qu'une enquête ne soit mal interprétée. J'ai donc abandonné le projet et cherché un nouvel outil. Le label ville internet note et récompense les villes ayant une politique novatrice dans la diffusion des NTIC et leur mise en place sur leurs territoires. Un peu comme la ville fleurie, le label donne des arobases « @ » selon le respect de certains critères. Plusieurs thèmes sont ainsi évalués. J'ai choisi de répondre en interne à ce questionnaire, avec l'aide de Jean Marie Chosson, élu délégué aux NTIC.

76 Plan Local d'Urbanisme, qui remplace le Plan d'Occupation des Sols

38

a- avantages La grille permet de mesurer plusieurs grands domaines de la politique numérique. Elle n'introduit pas de jugement de valeur en elle même et l'on peut donc observer avec recul les données produites. Elle est assez exhaustive. b- limites « Brest y a été rétrogradée alors que c'est la ville qui a la politique numérique publique la plus ambitieuse. Et la ville de Puteaux à 5 étoiles » m'explique Hubert Guillaud. La grille, ou plutôt le barème du label ville internet, est critiquée, comme tout organisme qui donne ou non des récompenses. Cependant, la façon dont sont notées des villes plutôt en avance dans le domaine des TIC permet d'affirmer que le barème n'est pas forcément très heureux. Nous utiliserons donc les résultats de la grilles selon notre interprétation personnelle.

B- Quel résultat ?
1- Accès public
L'enquête cherche à quantifier la politique d'accès de la population à internet. En effet, devant les inégalités d'accès à internet qu'on appelle la fracture numérique, on cherche à mesurer le nombre de postes connectés à internet disponible pour les personnes non équipées. On mesure ensuite quels équipements et quelles ressources sont mises à disposition des utilisateurs. a- Espace d'accès à internet A Romans, on trouve en tout deux espaces multimédia en libre accès. Ils sont présents dans les deux médiathèques de la ville, toutes deux gérées par la communauté de communes depuis 2005. De plus, trois maisons de quartier, subventionnées par la municipalité, proposent des ordinateurs en libre accès connectés à internet : La maison de quartier Coluche prévoit ainsi 2 postes informatiques décrit comme assez ancien en libre accès pour la rentrée 2007. Ces postes ne seront pas connectés à internet selon les dire de la maison de quartier. La maison de quartier des Ors à quand à elle mis à disposition des habitants 3 postes informatiques. Ceux ci sont connectés à internet en haut débit. Du fait d'un manque de relais d'information et du besoin de bénévoles pour entretenir cet espace, il est depuis 2006 en accès restreint. Pour les utiliser, il est nécessaire de prendre rendez vous. Néanmoins, la maison de quartier propose un atelier d'initiation à l'informatique et à internet les samedis matins. Cette formation est actuellement suivie par deux groupes de 3 et 4 personnes. L'information a été relayée dans le journal de quartier et par des affichettes. La maison de quartier de Saint Nicolas dispose de 4 postes en libre accès. Ces postes sont réservées aux personnes inscrites à l'association. Enfin, il y a quatre organismes privés qui proposent des accès à internet payant : deux salles réseaux en centre ville et deux « taxi-phone ». Un de ces taxi phones s'est ouvert cette année. 39

b- Consultation et équipement : -> Les Maisons de quartiers : Saint Nicolas : 4 postes Coluche : 2 postes à la rentrée 2007 Les Ors : 3 postes, 3 imprimantes, 1 scanner. Quelques logiciels libres installés : Mozilla, OpenOffice. Diffusent les CD « bureaux libre ». -> Espace multimédia des médiathèques : Monnaie : 8 postes, dont deux dédiés à la recherche documentaire. Ces postes sont presque entièrement équipés en logiciels libres. Je suppose qu'il y a au moins une imprimante à disposition ? L'espace multimédia Monnaie est ouvert depuis 1999 et 2005 pour celui du centre ville. Ils sont équipés tous deux d'une douzaine d'ordinateurs connectés à internet. Chaque personne inscrite à la médiathèque peut utilisé librement ces postes. Il est tout de même conseillé de réserver l'accès à l'avance. La base du temps de consultation est de 30 minutes. Ce sont plus de 4000 consultations qui ont eu lieux en 2006 dans cet espace. Simone de Beauvoir : 8 postes sont à disposition du public. Ils sont reliés à une imprimante photocopieur. L'espace multimédia met également à disposition un appareil photo numérique. De plus, une connexion Wi-Fi est en libre service dans une salle spécifique de la médiathèque. Cette connexion permet d'avoir accès à internet. Les deux espaces multimédia ont une politique d'équipement en logiciel libre : les deux fonctionnent sous système d'exploitation libre Linux. Le taux d'occupation des postes est de plus de 75% en 2006. L'espace multimédia du centre ville a reçu plus de 1200 personnes. Le personnel accompagnant a fourni 234 heures d'initiations individuelles, et plus de 50 heures d'ateliers spécifiques. Près de 300 connexions au réseau Wi-Fi ont été comptabilisées. d- Fréquentation : Les deux espaces se disent très fréquentés. Fréquentant régulièrement la médiathèque du centre ville, j'ai pu constater que la salle multimédia ne désempli pas. En moyenne, il y a 25 consultations par jour à Monnaie en 2005, de 23 en 2006. Le taux d'occupation des postes est de plus de 75% au centre ville. On peut noter que ces deux espaces connaissent un succès important. Les deux services sont coordonnés dans leurs actions. Tous les deux sont supervisés par la CCPR. e- Label : L'espace Monnaie a fait l'objet d'une reconnaissance de l'Etat via le label Netpublic77. Ce label récompense les Espace Public Numérique (EPN) qui ont une vraie politique de sensibilisation et d'accompagnement du public. Ces espaces remplissent plusieurs critères de mission de service public décentralisé.

77 http://delegation.internet.gouv.fr/netpublic

40

f- Ateliers et publics spécifiques : Tous les publics n'ont pas les mêmes besoins. Aussi les EPN ont mis en place différents ateliers à destination de public ciblé : personnes SDF de la maison Oasis, personnes âgées, jeunes des maisons de quartiers... On a pu le voir dans les statistiques de fréquentations, les ateliers spécifiques occupent une place importante dans l'animation de l'espace multimédia : près de 300 heures y sont consacrés par an en 2006 à Simone de Beauvoir. A Monnaie, ce sont 24h par an qui sont consacrées à l'atelier d'initiation Passeport Internet Multimédia. Les cessions de deux heures proposent 6 places, et sont toujours complètes. Il apparaît que ces ateliers d'initiations soient toujours très prisés. La demande est très forte dans des domaines parfois très simple, voir basique. La génération des plus de 30 ans par exemple est très demandeuse selon Lionel de formation d'initiation à l'usage de l'ordinateur et du web. Les questions sont souvent de l'ordre de « je ne trouve rien sur internet », ou « je voudrais écouter de la musique sur mon ordinateur, et la transférer sur ma nouvelle clef USB ». Il y a une demande vers les usages les plus simples. La génération des moins de 18 ans a parfois un comportement d'expert, mais ce n'est pas le cas de la génération « migrante » qui doit faire l'effort de « s'y mettre ». Ces personnes travaillent et les horaires des espaces multimédia ne sont pas forcément très adapté à leur emploi du temps. g- Quelle politique scolaire ? L'équipement scolaire est développé de façon systématique. Pas d'initiative particulière. Les ordinateurs sont équipés en partie de logiciels libres. Romans n'a pas de politique spécifique dans l'équipement ou l'usage des TIC dans l'éducation. Il arrive que les salles informatiques soient misent à disposition d'un collectif pour un événement spécifique, mais cela ce décide au cas par cas. A titre d'exemple, voici le récit d'une petite expérience d'introduction des TIC à l'école a été menée dans une école primaire en Italie78. Dans la commune de Marzabotto, une classe de primaire est équipée de quelques ordinateurs. L'enseignante a remis au goût du jour la correspondance. Les élèves utilisent en effet l'email pour correspondre avec les élèves d'une école situées à Manchester. Chaque email est imprimée, et placé dans une boîte aux lettres au nom de chaque enfant. Le succès de l'introduction des TIC dans cette école ne se mesure pas tant au niveau de l'équipement de l'école (les ordinateurs sont anciens, les logiciels ne sont pas à jour) mais plutôt au niveau des usages qui sont fait de la technologie et des relations sociales qu'elles créent. Les TIC sont un tiers dans l'école, au même titre que le serait un spectacle de marionnette. On s'aperçoit que l'usage de ces technologies est source de relations sociales, de rites d'interactions entre élèves, enseignants, correspondants, d'échanges.

2- mise en réseau des acteurs
Comment est ce que les projets sont mis en oeuvre par les différentes collectivités. Qui fait quoi ?

78 Eric Barchechath, Rossela Magli, Yves Winkin, Comment l'informatique vient aux enfants. Pour une approche anthropologique des usages de l'ordinateur à l'école, Paris, 2006, éditions des archives contemporaines

41

a- Acteurs : La ville intervient dans l'aménagement numérique du territoire conjointement avec la Communauté de communes du Pays de Romans (CCPR). La CCPR regroupe 20 communes de la Drôme des collines, au nord de Romans. On y compte près de 50 000 habitants. Le financement est co-organisé entre les vingt communes. b- liens : Les deux collectivités ont mutualisés leur service communication. Sa création est assez récente et elle vient de fêter son dixième anniversaire. La CCPR a un site internet temporaire. Elle communique assez peu par ce médium et il est peu mis à jour. On y trouve essentiellement des informations statiques. c- projets : Depuis peu, la CCPR gère les deux médiathèques de Romans et leurs EPN79. Elle intervient également financièrement sur la mise en place du Très haut débit. Les deux structures ne sont pas à proprement dit connectées : il n'existe pas d'intranet ou extranet intercommunal. L'essentiel des relations à distance s'effectue par téléphone et emails. Cela pourrait changer avec la venue du très haut débit. Les collectivités seront en effet connectées à ce réseau.

3- services aux habitants,
Quels services numériques sont fournis aux habitants ? Ont ils accès à un espace personnalisé sur le site, ont ils un webmail offert par la municipalité ? a- Des idées en balbutiement : La plupart des questions sur ce type de projet ont trouvées des réponses négatives. Le site internet de la ville ne permet pas aux habitants de participer. Même si c'est en projet, Romans n'a pas encore d'espace de discussion sur internet. L'expression citoyenne via internet existe pourtant bel et bien à Romans, comme en témoigne les nombreux blogs Romanais. Des individus prennent la parole, des collectifs, des partis politiques locaux et des élus. b- Accessibilité : Un site internet n'est pas forcément accessible à tous les publics, notamment handicapés. La notion d'accessibilité regroupe un certain nombre de standards et de normes qui permettent au maximum d'utilisateur de naviguer sur un site internet. Ces publics, ce sont des personnes différentes, qui utilisent des outils différents : navigateurs, ordinateurs etc. Un site internet est dit accessible lorsqu'il respecte ces standards et permet la navigation à un maximum de gens (idéalement, à tous). Le site internet de la ville sous sa forme actuelle ne respecte pas les recommandations du W3C. Sur l'outil de test80, pas moins de 72 erreurs sont détectées. Pourtant la version
79 Espace Public Numérique 80 http://validator-test.w3.org

42

utilisée de SPIP (1.8) intègre un validateur81 de code. Celui ci ne semble pas activé. Un autre outil reconnu82 de test d'accessibilité donne aussi des résultats assez interpellant. Voici les remarques qu'il fournit : – Il manque 34 alternatives textuelles aux images (textes descriptifs qui s'affichent au survol de la souris, destinés au navigateur qui n'affiche pas les images. Note : ces balises sont particulièrement écoutés par les moteurs de recherchent, il y a donc doublement intérêt à les remplir). – La langue du document n'est pas précisée – La navigation sans souris n'est pas toujours possible – 2 liens cassés Depuis la loi LCEN (2005), les sites institutionnels sont censés répondre aux critères d'accessibilité. Le site sous sa forme actuelle n'est pas accessible et non conforme à la loi. Notons que ces questions devraient être réglées avec la mise en place du nouveau site web pour la mairie.

4- Usage interne
Quels outils sont mis à disposition des agents et des élus et pour quels usages ? a- intranet La mairie a développé un intranet83 depuis quelques années. Cet intranet a pour vocation de mettre en partage des ressources et de donner des actualités liées aux ressources humaines (avancement, recrutement...). On y trouve le matériel de communication : logo, charte graphique, etc... De plus, un annuaire permet d'avoir les numéros de postes et mails de chacun. Cet outil permet une facilitation certaine de la communication en interne. On trouve également un espace dédié au CE (son équivalent public) avec des petites annonces. b- Logiciel libre : La ville a mis en place une stratégie volontaire d'équipement en logiciel libre. Ainsi 90% des postes sont équipés avec OpenOffice, qui offre une suite bureautique efficace et gratuite équivalente à la suite microsoft office. Certains services sont encore réfractaires à l'usage d'OpenOffice, notamment le service communication (curieusement). La ville compte de plus déployer Linux sur les ordinateurs des Illustration 15: http://www.ubuntu-fr.org agents. C'est la distribution Ubuntu qui a été retenue. La ville veut faire un groupe test de Linux dans une des mairies annexes tout d'abord avant de généraliser.

81 Logiciel qui détecte les erreurs et non respects des standards d'accessibilité 82 http://webxact2.watchfire.com 83 http://intranet.ville-romans26.fr/rnest

43

c- Téléphonie De manière plus classique, la mairie équipe des élus et des chefs de services de téléphones portables professionnels. d- Récupération Depuis peu la ville offre son ancien matériel informatique à une plate forme humanitaire basée sur Romans. Celle ci le reconditionne et le distribue. e- formations Il y a une politique de formation professionnelle du personnel pour l'usage de TIC. Cette formation s'effectue en interne, via le service informatique. De plus, une formation sur le logiciel SPIP a été effectuée par la société FingerPrint auprès d'une partie du service communication. Néanmoins, les personnes ne sont pas à l'aise avec l'outil internet, et ne l'exploitent pas au mieux de ces possibilités. Cet outil permet certes une publication simplifiée sur internet, mais elle n'est pas encore totalement affranchie des contraintes techniques. Il serait certainement intéressant de former plus solidement le personnel qui s'occupe du site de la ville.

5- démocratie et débat
Est ce que les élus utilisent internet ? Avec quels outils ? On peut penser en effet que si les élus usent couramment des outils web, la population sera peut plus volontaire pour utiliser internet pour débattre. Encore faut-il qu'élus et techniciens soient formés à l'usage de ces outils. a- élus et NTIC Après consultation de Mr Dubreucq et Mr Chosson, j'estime aujourd'hui le pourcentage d'élus actifs utilisant internet autour de 30%. Tous les élus disposent d'un courriel personnel. L'usage d'internet n'est pas très développé au sein des élus. Les enjeux des NTIC ont été tardivement entendus, et pas par tout le monde. Les requêtes (formulaires, courriels) effectuées sur le site de la ville sont d'abord traitées par les services, qui transmettent éventuellement aux élus concernés. Le maire a été un des premiers élus du département à ouvrir un blog. Celui ci paraît assez suivi, si l'on en croit le nombre de commentaires, même si la fréquence de parution des billets n'est pas très élevée (environ 3 billets par mois). Il arrive, peu fréquemment, de voir intervenir certains élus (Bertholet, Le Marec (2nd adjoint) et chefs de service (communication, action culturelle) sur les blogs romanais. J'ai noté quelques réponses sur certains billets un peu polémiques. Mais la norme n'est pas à la prise de parole spontanée. b- conseil municipal Les délibérations prises lors du conseil municipal, les arrêtés ainsi que le relevé de décision du conseil municipal font l'objet d'une publication en ligne. On peut télécharger ces décisions à partir du site municipal au format PDF. On trouve aussi les appels d'offres 44

et les marchés publics sur un lien externe (qui pointe sur un site en dehors du site de la ville). c- acteurs non institutionnel Le site internet municipal n'héberge pas à ce jour d'acteurs locaux tel que des associations, commerçants, entreprises, artisans, particulier. Il a été validé pourtant de proposer une page de présentation par association locale. Le chef de service m'a avoué ne pas en faire une priorité. Je ne connais pas les demandes des associations dans ce sens. On peut juste noter que de nombreuses personnes comptent sur la communication de la ville pour relayer leurs informations. La ville répond en partie au moins à ce besoin grâce aux moyens traditionnels : affiches, mensuel et agenda papier distribué avec le Romans magazine tous les trois mois. La somme de travail est importante car rien n'est automatique. De plus, on trouve sur le site actuel un agenda qui pointe vers les diverses activités culturelles et associatives de la ville qui en font la demande. d- associations Une association anime le web local. L'Association des Internautes Romanaisl'84 proposent aujourd'hui de manière régulière des formations d'accompagnement d'utilisation des TIC. L'association propose aujourd'hui une formation d'aide à la création de blog sur des plateformes telles que blogspirit ou hautetfort. L'association propose aussi des formations sur les outils du web 2.0 tel que flickR, DailyMotion et ceux les premiers bureaux virtuels de google. L'association anime part ailleurs la blogosphère locale. La particularité de cette blogosphère est telle que nous y reviendrons de façon plus approfondie à la fin de cette partie.

6- E-administration
Quelles démarches peut on réaliser en ligne ? Quel service avec quelle qualité ? Faire une liste des démarches courantes disponibles à la mairie, voir lesquelles on peut faire en ligne. Noter l'accessibilité de ces démarches, leur clarté. Voir au niveau du traitement de ces demandes. Quel est le gain de temps, de productivité ? a- quelles démarches ? Le site internet municipal a une rubrique intitulé « Vos démarches ». On pourrait supposer que toutes les démarches administratives que l'on peut effectuer via internet s'y trouvent. Sur cette page, l'utilisateur ne trouve que deux liens : l'un vers le site de l'administration en ligne http://adele.service-public.fr et un autre vers http://www.changement-adresse.gouv.fr, qui fait partie d'ADELE. Pas de démarches spécifiques à Romans donc, mais des liens vers les sites de service public qui permettent d'effectuer des démarches. On trouve notamment des informations sur les services, leurs missions et des possibilités de les contacter : mail, téléphone... Les marchés publics sont eux aussi publiés sur internet. On trouve sur le site un lien externe qui pointe vers la liste des marchés publics de Romans.

84 l'AIR

45

7- internet local
Pour mesurer l'impact des TIC sur un territoire, on l'aura compris, il y a urgence à étudier de façon qualitative les usages qui sont fait du réseau sur ce territoire. J'avais donc effectué un projet d'enquête vers les habitants de Romans, qui avait pour but de quantifier la pénétration des divers usages du web sur le territoire Romanais. Elle n'a pas été validée du fait des échéances électorales. a- présentation de l'enquête Cette enquête a pour but de : – Mesurer le taux d'équipement des Romanais – Situer Romans par rapport aux restes des ménages français (comparaison avec une enquête nationale) – Mesurer l'efficacité de la politique numérique de la ville – Connaître les besoins en formation/sensibilisation des habitants aux NTIC – Envisager des méthodes de sensibilisation à internet vers la population – Mesurer la qualité du site internet de la ville et la pertinence des futurs outils. – Connaître les attentes pour le festival de Romans auprès des Romanais, voir au niveau national en extrapolant. – Impliquer les Romanais dans le futur festival de Romans – Constituer une mailing list de personnes sensibilisées aux NTIC b- méthodologie Méthode : Enquête quantitative auprès des habitants de Romans et des alentours, sur un échantillon de nombre encore inconnu, avec profil internautes / non internautes. Calcul d'un taux de confiance à posteriori. Démarche : Le questionnaire est disponible sur ville-romans.com. Il sera annoncé à la fois sur le site internet, mailing, courrier, panneaux lumineux afin de toucher un maximum de personnes, dont les non internautes. c- questions Voir enquête en annexe (p 81). J'invite le service communication à adapter cette enquête et à la mener auprès des Romanais une fois les échéances électorales passées. J'espère que ce document puisse servir de base à une démarche d'écoute des habitants de la ville sur leurs attentes et leurs niveaux d'implication dans ce domaine, afin de mieux déterminer la politique numérique de la ville.

8- logiciel libre
a- politique générale La ville met en place une stratégie d'usage interne des logiciels libres (qu'est ce qu'un logiciel libre). En effet, 90% des bureaux sont équipés avec Open Office. Cela représente 15 000 € d'économie par an. De plus la mairie s'inscrit dans une politique d'utilisation de formats interopérables. Cela 46

signifie qu'elle utilise en priorité des logiciels produisant des documents dont on sait que l'on pourra les consulter à long terme, malgré les évolutions des TIC. « La politique numérique, c'est aussi de savoir quel format de fichiers nous allons utiliser pour nos archives. Le choix d'un type de fichiers ouverts (OpenOffice) nous permet l'interopérabilité (possibilité d'exporter les fichiers sur différentes plate formes) de nos fichiers dans le temps. Aujourd'hui nous rencontrons des soucis avec les fichiers réalisés il y a quelques années à peine sous Word 2000 qui ne sont plus compatibles. »85 b- projet « bureau libre » La ville a produit deux éditions de 2000 exemplaires. En tout, ce sont 4000 compilations de logiciels libres qui ont été distribués gratuitement aux habitants sur des points stratégiques de la ville. Le CD contient plus de trente logiciels, dont la suite bureautique OpenOffice. On y trouve une suite de logiciels de bases (bureautique, navigateur...) et d'autres plus spécialisés (graphisme, vidéo, 3D...).

la première édition du « bureau libre »

9- Réseau Très Haut débit
a- historique Le projet de créer un réseau à très haut débit est assez ancien. Le projet a été évoqué en 1999 pour la première fois. Une enquête est menée en 2003 auprès des entreprises Romanaises et des environs afin de connaître les besoins de celles ci. 334 entreprises sont interrogées par courrier, 55 répondent (16,7%). Le mailing n'est pas exhaustif et concerne les entreprises qui connaissent la communauté de communes. Parmi ces 55 entreprises, 46 se disent en demande d'une réseau internet de débit supérieur. L'enquête est jugée satisfaisante et l'on prépare la mise en place du réseau. b- pourquoi une boucle locale de fibre optique Comme expliqué en première partie, la fibre optique relève d'une importance stratégique. C'est investissement assez lourd, que le marché ne réalise pas spontanément. De plus, c'est un choix de long terme, cette technologie étant encore pleine de promesses d'évolutions, tant en terme de techniques que d'usages. Les travaux du réseau très haut débit sont en cours et devront se terminer fin octobre 2007. Le réseau devrait être alors opérationnel début 2008. J'ai réalisé une carte de
85 Interviews de Jean Marie Chosson en annexe

47

Romans où l'on peut voir en rouge le tracé de la fibre optique. Les bâtiments au bord de cette fibre seront accessibles. Les repères correspondent aux bâtiments qui pourront potentiellement être relié au réseau.

Légende86 : En vert les bâtiments publics (mairie, mairies annexes...) En turquoise, les bâtiments de la CCPR En rouge les centraux d'accès à internet En jaune les écoles La ligne rouge correspond au tracé de la fibre optique

C- stratégie
1- modèles
a- Brest Le modèle de Brest87 a fortement marqué Romans dans le domaine des logiciels libres. La politique en direction des logiciels libres (distribution, équipement) qui a été menée est inspirée de l'édition du « Bureau Libre » distribué aux Romanais. Brest a lancé en 2005 son Bureau Libre – Free EOS, en diffusant 100 000 CD sur son territoire. Le CD, développé en partenariat avec les associations Free EOS, Archipel du libre, Finix et Infini, contient une trentaine de logiciels libres. Conçu comme un produit à part entière, il est
86 Retrouvez cette carte sur internet : http://vishbum.free.fr/romans 87 http://www.a-brest.net/rubrique121.html

48

doté d'une interface graphique. Des copies d'écrans et des explications textuelles accompagnent chacun des programmes. Une deuxième version du Bureau Libre est sortie en 2006. Romans a choisie de renouveler l'opération et a publié 2000 copies du Bureau Libre 2.0. b-Angoulême Le choix d'accueillir le festival de la création sur internet est autre. Le modèle avoué est celui d'Angoulême. Cette ville moyenne, auparavant méconnue, accueille en effet le festival le plus important des nombreux festivals de la Bande Dessinée. Chaque année, le festival de la BD d'Angoulême accueille plus de 150 000 visiteurs durant trois jours. Le festival est âgé de plus de trente ans. Il a une renommée internationale. Il fait aujourd'hui partie de l'identité de la ville. Difficile de ne pas penser Angoulême pour un amateur de bandes dessinées. L'ambition de Christophe Ginisty, organisateur du festival avec la société Rumeur Publique, et de Romans est de faire rimer la « création sur internet » avec « Romans ».

2- positionnement
Le positionnement de la ville par rapport aux TIC reste à définir clairement. Romans est une ville moyenne qui n'a pas des moyens démesurés. Le domaine des TIC intéresse la ville de façon vraiment visible depuis quelques années. On pourrait dire que le pôle des TIC n'a pas été une priorité municipale dans les premiers temps, mais que la ville se positionne plus clairement depuis peu. Des projets en sommeil comme le réseau très haut débit aboutissent. L'opportunité d'accueillir le festival de la création sur Internet s'est déclarée en 2006. Les élus ont choisi de saisir l'opportunité, mesurant un risque faible pour un gain d'image et de notoriété important. Ce sont sur ces grands projets que la politique d'aménagement numérique du territoire de Romans est aujourd'hui la plus visible. Suite au festival et à la volonté des élus de redonner une image plus moderne à la ville, un questionnement diffu s'est soulevé. Les équipements de la ville (site internet, usages numériques) sont apparus comme désuets. Il y a une volonté palpable au sein de la 49

municipalité de moderniser son image et d'avoir des outils, des usages et des équipements en adéquation avec les valeurs qu'elle veut afficher. Aussi il y a volonté au sein du service de communication de renouveler le site internet communal perçu comme vieillissant. On veut mettre Romans dans le chemin du numérique. Il y a par exemple pour projet d'intégrer du multimédia (vidéo, son, podcasts) dans le prochain site internet de la ville. On parle également d'un outil de type blog, avec un charte graphique reconnaissable (pour reconnaître facilement les sites de la ville) pour couvrir les événements culturels montés à Romans. Ces blogs événementiels auront pour but de faire le lien entre organisateurs, associations et participants.

3- Vision politique
a- Maire La vision politique des TIC est essentiellement portée par le Maire et ses élus. J'ai donc posé quelques questions à Mr Bertholet, élu PS à la tête de la mairie depuis 1990, sur sa vision des TIC. Je lui ai tout d'abord demandé de me donner sa vision des TIC. « Je pense que l'ensemble des NTIC peut contribuer au développement de la communication entre les membres de la société, entre les individus et les institutions, entre les entreprises, et être un facteur de démocratie locale et de dynamisme culturel et économique. Mais pour l'essentiel elles restent des outils : la machine ne peut transmettre la totalité du message que permet le contact direct. Et le développement des NTIC nous confronte à un nouvel enjeu démocratique : comment surmonter la fracture numérique ? » Cette première réponse dénote deux grandes attentes pour lesquelles on développe les TIC sur un territoire. Premièrement, dans le domaine politique. Il y a des ouvertures vers la démocratie locale. Les outils collaboratifs du web peuvent permettre des avancés dans ce domaine. Techniquement, on peut faire travailler les gens ensemble (espace numérique commun, wiki, blogs...) et leur permettre de collaborer. Deuxièmement, il y a des attentes dans le domaine économique. Elles ne sont pas développées dans ces propos, mais elles sont réelles. La seconde partie de la réponse est une nuance, où apparaissent quelques freins : la machine ne peut pas se substituer au contact direct. Les TIC restent des outils. Il y a une prise de distance, et une vision utilitaire des TIC. Oui, elles permettent de mieux communiquer entre nous, mais ce ne sont que des outils. Ma seconde question a pour but de savoir quelles sont les ambitions de Romans en matière de NTIC. Est ce un axe de développement, une reconversion, une nouvelle image pour la ville ? « Une offre performante en matière de NTIC est sans aucun doute un atout pour le développement de la plupart des activités économiques ( d'où la nécessité pour la collectivité d'investir pour permettre l'accès au haut débit là où le marché ne s'y engage pas encore parce que le potentiel d'utilisateurs ne lui parait pas suffisant!) Les NTIC peuvent également devenir un axe de développement en elles-même (bien que beaucoup d'autres territoires l'ambitionnent) et constituer ainsi une des thématiques de la reconversion industrielle. Elles peuvent donc conférer à la ville une nouvelle image bénéfique, de même que cette image positive peut générer elle 50

même le développement des NTIC. C'est à explorer ces potentialités que visent aussi bien la mise en place du très haut débit que l'accueil du festival de la création sur l'internet. » Cette réponse traduit l'engagement de la collectivité de développer un réseau numérique que le marché n'est pas seul à même de réaliser. Cet équipement est vécu comme un atout pour l'activité d'un certain nombre d'entreprises et pour l'attractivité du territoire. Il ressort de cette réponse que l'aménagement des TIC sur le territoire répond plus à des opportunités que l'on teste que d'un schéma directeur très planifié. On en espère des opportunités économiques, une image rajeunie qui soit bénéfique, et qui entraîne la ville dans un cercle vertueux. Romans a une image de ville numérique, elle attire des entrepreneurs dans ce domaine, ce qui accroît encore sa réputation. La modestie est de mise, comme le reconnaît le Maire : de nombreuses villes ont fait le pari des TIC, certains bien plus grandes. Néanmoins, il se pourrait bien que Romans ait des cartes a jouer par rapport à bien d'autres villes moyennes.

2- Un festival pour changer d'image
A- Identité de Romans
1- une identité composée
Qui mieux que le Maire connaît sa ville ? J'ai donc interroger Mr Bertholet sur ce qui à son sens fait l'identité de Romans : « Il est difficile de répondre à cette question. L'identité est ce la tradition industrielle (cuir, chaussure ?)? Les nouvelles réalités économiques (le nucléaire, la plasturgie, l'agro-alimentaire)? Est-ce la tradition gastronomique (raviole, pogne)? Est-ce le patrimoine ancien ? Est-ce la vitalité culturelle ? Est-ce l'ouverture aux échanges et à la coopération décentralisée ? Est-ce l'agenda 21 et le développement durable ? Est-ce la vitalité sportive (et notamment le rugby?) ? Est-ce l'histoire, souvent "frondeuse" (Le carnaval de Romans de 1580, les états provinciaux du Dauphiné de Résistance) ? Bref, l'identité de Romans c'est tout ça et vouloir la réduire à un élément qui résume l'ensemble me parait impossible. » La ville de Romans est un territoire historique sur lequel ont vécus des générations d'hommes et de femmes. Vouloir résumer l'identité de cette ville en quelques mots est bien sûr impossible. On trouvera néanmoins quelques termes, quelques spécialités et autres spécificités qui font la renommée de Romans : – c'est indéniablement une ville industrielle. La ville a connu diverses industries, qui relèvent sûrement plus de l'artisanat dans un premier temps : Romans bât la monnaie royale dès le XIVème siècle. Le XVIème siècle est marqué par l'industrie du drap. Au XXème jusqu'à il y a peu, c'est l'industrie de la chaussure. Aujourd'hui encore, cette l'industrie du cuir est bien présente sur le territoire, mais n'emploie plus autant de monde qu'auparavant. – Il y a une culture Romanaise. La ville est vivante, il y a de nombreuses associations (550 environ). Certaines manifestations sont bien ancrées dans le paysage, comme le carnaval de Romans, remis assez récemment au goût du jour. On pourrait rajouter en vrac les spécialités culinaires et les clubs sportifs. 51

Romans a une histoire frondeuse. Du tristement célèbre carnaval de 1580, qui se conclut en un bain de sang au blog d'aujourd'hui, en passant par l'anarchosyndicalisme, au blog au ton un peu « virulent », on peut dire qu'il y a un vent de contestation qui souffle toujours quelque peu à Romans.

2- Image perçue
a- négatif Quel image perçoit on de Romans. Il y a certainement autant d'image perçue, de soi social, qu'il y a d'individus qui perçoivent. Certains traits de « caractères » se retrouvent assez régulièrement, et je vais essayer d'en reconstruire ici le propos, en exagérant parfois le trait à dessein. Romans est une ville « sinistrée ». La mono industrie de la chaussure s'est écroulée, il y a un fort taux de chômage. Il y a une sinistrose ambiante qui mine. C'est une ville essentiellement ouvrière, les ouvriers y représentent environ 35% des personnes actives, ce qui la situe au dessus de la moyenne nationale. La perte de son industrie en fait une ville en perte de vitesse, qui s'est partiellement dépeuplée. C'est une ville populaire, avec un revenu par ménage relativement faible pour la France (13000€/an/habitant contre 15000€/an/habitant nationalement). Romans a besoin de nouvelles industries et d'emplois pour se relever. La ville est un peu morte, il est difficile d'y trouver un endroit ouvert le soir en semaine. Les jeunes préfèrent aller à Valence pour sortir. Les gens sont tout le temps en retard (le quart d'heure Romanais). b- positif C'est une ville qui a des atouts touristiques. Elle a une histoire assez riche, mais pas forcément bien mise en valeur. Le musée de la chaussure est assez unique en son genre. Les spécialités culinaires ont du charme. Il y a des manifestations culturelles intéressantes, la vie associative est vivante. C'est une ville centre. L'aménagement du territoire et la nouvelle gare TGV en fait une ville bien desservie. On est à deux heures de la capitale. Il y a de beaux paysages. Il y a de la qualité de vie. Il souffle à Romans un certain vent de liberté. Il y a une douceur de vie, le climat est agréable, le sud est assez proche. Il y a moins de stress que dans les grandes villes et une certaine indolence (le ¼ d'heure Romanais toujours). Le marché est un peu de type provençal, c'est un lieu de caractère et de vie.
Illustration 16: Le Jacquemart, un des symboles de Romans

Bien évidement, les visions de Romans se croisent, et l'on peut être en désaccord avec plusieurs de ces affirmations non argumentées. Ce sont néanmoins des propos que l'on retrouve facilement sur l'image perçue de la ville.

52

3- Une nouvelle facette à l'image de Romans
Devant le constat peut enjôleur que l'on fait de Romans dans les grands média, il paraît nécessaire aujourd'hui de faire parler de la ville autrement. Les termes de « sinistrose ambiante » ou de ville sinistrée illustrent certes une partie de la réalité, mais la ville ne se résume bien sûr pas à cela. Aussi Romans fait le choix de se donner une nouvelle image, d'explorer une possibilité du côté des TIC. Pour cela Romans met en oeuvre un aménagement en infrastructure du territoire numérique. Bientôt, le réseau très haut débit couvrira les secteurs industriels. De plus, Romans est une des rares villes de France où est apparu un réseau local social sur internet, un web communautaire, nouvelle représentation d'un territoire numérique centré sur Romans. Enfin la ville accueille depuis cette année 2007 le festival de la création sur internet. On attend beaucoup de ce type d'événement fort, symbolique qui concentre les attentions sur un sujet particulier.

B- Le 1er Festival de Romans

Romans accueille le festival de la création sur internet depuis février 2007. La seconde édition de se festival devrait avoir lieux au printemps 2008, vraisemblablement autour du mois de Mai.

1- Vous avez dit festival ?
a- Notion de festival88 Contrairement à ce que l'on pourrait penser au premier abord, la notion de festival est relativement récente. Elle est liée à la société de loisirs. Aujourd'hui, il serait certainement difficile de dénombrer tous les festivals qui existent, ne serait ce qu'en France. Plusieurs centaines au bas mot. Nombre de ces festivals se font dans le domaine artistique : théâtre, musique, image, vidéo. Certains ont des domaines très précis, comme le festival de films réalisés sur téléphone portable89. D'autres sur des thèmes plus larges tel que le festival d'Avignon sur le théâtre. La notion de festival est somme toute assez récente, contrairement à ce que l'on pourrait croire. Elle est liée à la civilisation des loisirs et l'expansion des médias. Nombres de festivals ont lieux en été et sont liés aux départs touristiques estivaux. Un des premiers grands festivals est très certainement celui d'Avignon. Conçu après guerre, il avait essentiellement pour but de faire partager des valeurs esthétiques aux plus grand nombre. Le phénomène est à la fois social (on cherche à « démocratiser » la culture) et historique (la plupart des festivals sont nés après la guerre). Les festivals sont des événements très appréciés et sont aujourd'hui très nombreux.

88 Bernard Faivre-d'Arcier, European Festivals Association, Comment donner un avenir aux festivals ? 89 http://www.festivalpocketfilms.fr

53

Un festival, c'est une unité de temps, une unité de lieu, une unité d'action. Le festival a pour utilité, directe ou indirecte, la démocratisation de la culture, son accès au plus grand nombre possible, la rencontre entre artistes et spectateurs. Il est facile d'accès. Le festival s'approprie les lieux sur un thème donné. Il apparaît comme plus accessible que les institutions culturelles dédiées. Les attentes ne sont pas les mêmes. On attend simplicité et convivialité d'un festival. Il doit être un lieux de rencontres, d'échanges et de dialogue. L'image du festival est celle d'un événement bon enfant, ou du lien social se crée, ne serait ce que de façon temporaire. De plus, on y trouve un esprit de communauté, regroupé autour d'un thème commun, d'un point de convergence. Le centre d'intérêt est le même pour tous pendant un certain temps (ce qui facilite les sujets de conversations). Le festival a plusieurs des points communs avec les blogs et la blogosphère. Tous deux sont des lieux d'échanges et de dialogue. Tous deux mettent en avant les interactions entre public et artistes et non simplement la diffusion. Ce sont tous deux des espaces de prises de risque, où l'on s'affiche et l'on va vers l'autre. Le sentiment communautaire est assez fort entre certains blogs, surtout ceux qui sont vétérans et qui ont une forte audience. Les blogs parlent beaucoup de leurs blogueurs et de leurs centre d'intérêt, ce qui permet de tisser des liens sociaux. Mais n'est ce pas un peu la même chose avec le festival, où l'on se rend par intérêt pour son thème ? Dans les deux cas, on se retrouve entre personne partageant un même centre d'intérêt. b- Tourisme ou culture ? Est ce que le festival est un événement uniquement touristique ou culturel ? Bon nombre de festival sont liés au tourisme. C'est certainement le cas de la plupart des festivals d'été. Ils sont une destination touristique de plus. Outre les intentions culturelles, ce sont des attractions touristiques : on en attend des retombées économiques en terme de consommation locale. Ils répondent essentiellement à des problématiques touristiques. Culturellement, le but d'un festival est d'aider les artistes, de leur proposer un scène où s'exprimer. Ce sont des événements de création. On y mène des projets de créations, des actions, des mises en scènes artistiques afin de mettre en valeur le travail d'artistes, reconnus ou non. Au niveau de la production, le festival répond aussi à des critères économique important. La problématique d'un artiste est souvent d'arriver à vivre des fruits de son travail. Aussi, le festival est une bonne façon de se mettre en relation avec un producteur. Le danger est alors de perdre ses marges de manoeuvre aux profits d'industrie du loisirs qui prennent plus que leurs temps de parole dans la programmation du festival. L'exemple d'Angoulême est particulièrement frappant dans ce sens. c- Problématiques économiques Les critiques contre la dernière édition du festival d'Angoulême ont rarement été aussi vives. Certains éditeurs menacent de ne pas y remettre les pieds. Il faut dire que ce festival de renommée internationale est un double événement : Angoulême se veut un lieux de rencontre à la fois du public avec des auteurs, mais aussi de rencontre entre éditeurs et auteurs. C'est un haut lieu pour la profession, qui permet à certains auteurs d'émerger et d'être reconnu par un éditeur, et de gagner sa vie grâce à son activités artistiques. 54

Tous les artistes ne cherchent pas à vivre de leurs travail artistique. C'est particulièrement visible sur internet, où l'on ne compte plus les communautés de musiciens ou d'artistes graphiques qui exposent gratuitement, et permettent le téléchargement de leur oeuvre librement. De gros sites communautaires comme MySpace doivent leurs succès à ce mouvement : les artistes qui s'y exposent et permettent l'écoute contrôlée de leur musique gratuitement ne cherche pas forcément à se vendre. C'était encore plus visible sur des communautés telle que TraxInSpace90. Néanmoins, il est bien difficile de ne mettre de côté la partie économique d'un festival. Même s'il n'est pas avoué, par crainte d'être déçu ou par modestie, nombre d'artistes rêvent d'être publiés, d'être soutenu par une maison de production. Et il est difficile de ne pas donner cette chance dans un festival dont le but est de promouvoir la créativité. Les festivals sont donc devenus des lieux de rencontres, un marché du travail entre artistes et entrepreneurs. Cela n'est pas sans conséquence. Les festivals sont d'une part accusés de mercantilisme pur et dur lorsqu'une limite psychologique est franchie. Ensuite, les producteurs investissent de grosse somme dans les festivals. On se doute bien les éditeurs attendent un retour en investissant dans ces manifestations. d- la fronde d'Angoulême91 Lorsque l'on est éditeur, être présent lors du festival coûte environ 100 000€ pour les trois jours. Fidèle à son engagement premier, le festival d'Angoulême « s’efforce de démontrer la diversité culturelle du 9e art sous toutes ses formes et partout dans le monde ». Le festival récompense essentiellement des petits auteurs, peu connus du grand public. Il ne donne guère de prix à des auteurs qui ont vendus beaucoup d'albums dans l'année. Le prix ne récompense pas les succès de la bande dessinée, car ils sont déjà des succès. Il cherche plutôt à mettre en avant la diversité du neuvième art, en promouvant des artistes et des oeuvres méconnues. De fait, il est souvent assez rare de connaître les premiers prix du festival, à moins d'être un amateur éclairé. Les éditeurs contestent pour beaucoup cette façon de donner des prix. Ils souhaiteraient en effet voir récompenser les albums qui ont le mieux été vendus. L'argument est que les oeuvres les plus vendues sont celles qui ont été plébiscitées par le grand public. Accessoirement, ce sont aussi les oeuvres qu'ils ont édités. De fait, les grands éditeurs sont aussi les grands absents du palmarès du festival. Les éditeurs ont de plus fait entendre leurs voix dans la presse sur la gestion de l'aménagement du territoire par la ville. En effet, la place du Champ de mars, traditionnelle place du festival a été réaménagé de telle façon qu'il n'y a plus assez d'espace pour accueillir la totalité du festival. Celui ci a donc été délocalisé à quelques lieux de là. Pour la première fois, il n'a pas pris place uniquement dans le centre Illustration 17: Affiche du festival mais dans la banlieue de la ville. Les éditeurs, entre autre, 2007 ont vivement critiqué ce changement de situation
90 http://www.traxinspace.com Une des premières communautés de musiciens proposant de la musique libre gratuite. Victime de son succès, il ferme ses portes en 2001. 91 Source : Les Dossier de la Bande Dessinés n°10, février 2007 – Dossier : Angoulême 2007

55

géographique, mettant parfois en cause le bien fondé de la politique de la ville. L'important n'est pas bien sûr de juger du fondement de cette critique. Ce que nous noterons, c'est que les acteurs du festival en général, et les éditeurs en particuliers, n'hésite pas à prendre position dans les choix d'aménagement du territoire de la collectivité qui accueille le festival. e- image La question du festival se pose également en terme d'image. Le festival s'associe toujours à une ville. L'événement nécessite en effet de l'espace, des locaux, une équipe technique pour son bon déroulement. Le festival est quasiment systématiquement accueilli par une ville, dans une relation qui peut être celle d'un hôte prestataire ou bien d'un partenaire. L'image perçue du festival et celle de la ville se mélange dans l'esprit public, du fait de la grande visibilité médiatique de ce type d'événement. On crée une sorte de symbole collectif. Un réflexe conditionné, du fait de la répétition du festival tous les ans sur un même thème. La répétition apporte de la stabilité et de la visibilité. Le mécanisme est assez inconscient mais clairement évoqué par les acteurs du festival : il faut « faire rimer création sur internet avec Romans ». Bien des communes ne sont en effet pas de taille à être renommée nationalement, ne serait ce que parce qu'il existe 36 000 communes en France. Or le festival permet de dépasser ces frontières géographiques en associant son nom à un domaine culturel qui touche du monde de façon éparse mais nationale. Le festival offre en effet à une collectivité une grande visibilité dans les média. Bien moins cher qu'une campagne de publicité à la télévision, il permet de créer de l'événement à moindre prix. Le choix de la date se révèle de tout premier ordre afin d'assurer à son événement la meilleur couverture médiatique possible.

2- Caractère du festival de Romans
a- historique L'idée du festival de Romans vient du directeur de l'agence de communication Rumeur Publique. Christophe Ginisty lance l'idée du projet début 200692, et se met à la recherche d'une ville pour l'accueillir. Deux blogueurs de Romans, Hubert Guillaud et Lionel Dujol sont rapidement au courant de la nouvelle. Ils préparent déjà le terrain, auprès de la région notamment, et se font l'écho de cette information auprès de la mairie. Romans fait rapidement le choix de saisir cette opportunité et se présente comme candidate pour l'accueil du festival. Après une première rencontre, Mr Ginisty choisit rapidement Romans parmi la dizaine de candidats annoncés, courant mai. La première conférence de presse pour annoncer le festival a lieu à Paris le 17 octobre 2006. Une deuxième conférence locale est montée le lendemain à Romans. Les deux conférences sont animées par Mr Ginisty et Mr Bertholet. Le site internet du festival est lancé début novembre 2006, en même temps que les inscriptions au concours. Les pass pour l'entrée au festival sont mis en vente sur le site. Un deuxième point presse est prévu à la mi-novembre. Il sera reporté à une date ultérieure. Le 1er décembre 2006, c'est l'ouverture des votes par les internautes. Chaque
92 http://www.festivalderomans.com/dates.php

56

visiteur est en effet invité à voter pour ses blogs préférés, classés dans 9 catégories. Une polémique apparaît sur la fiabilité du système de vote début janvier. Un nouveau système est mis en place, les compteurs ne sont pas remis à zéro. Les votes sont clos le 20 janvier 2007. Le 1er février 2007 le festival ouvre ses portes lors d'une cérémonie à 15h dans la salles des Cordeliers. b- présentation Le festival se présente comme la fête de la créativité et des usages du web. Le but est de montrer qu'internet libère la création. Le festival est conçu comme un festival des usages, des arts et activités pratiquer sur le réseau, plus qu'un festival technique. Sont mis en avant les outils et la façon de les utiliser par les personnes plus que les technologies. Le Festival s'articule autour d'un concours. Les blogueurs peuvent inscrire leurs blogs dans des catégories de création. En tout, il y en a neuf : la Bande dessinée, la vidéo, la musique, les arts graphiques, la littérature, la comédie, les podcasts, la photo et enfin l'expression citoyenne. Les internautes sont invités a voter pour leur site préféré grâce à des bannières présentent sur Illustration 18: bannière sur le site. Ces bannières, au couleur du festival, permettent un les sites participants buzz93 rapide sur internet. En tout, 1160 participants. La répartition selon les catégories est assez inégale. Deux catégories (musique, littérature) représentent à elle seules la moitié des participants.

Participants par catégories

Littérature Musique Vidéo Comédie Bande dessinée Photo Expression citoyenne Podcast Arts graphiques

93 Le buzz est un terme emprunté au marketing. Il désigne à la fois le bouche à oreille et la rumeur, qu'on ne maîtrise pas mais dont on est à l'origine, autour d'un phénomène.

57

3- organisation
Le festival de Romans s'est organisé autour d'un festival « in » et d'un festival « off ». Le « in » a été programmé par Rumeur Publique. Ce sont essentiellement des conférences sur des thèmes divers et variés : technologie, usages du web, musique, expression citoyenne. Des grands thèmes, articulés autour des neufs catégories représentées. Les conférences sont animées par des professionnels ainsi que des blogueurs, reconnus comme spécialistes d'un domaine particulier. a- Le festival «in» Le festival « in » est articulé autour de plusieurs conférences. Plusieurs micro-événements ont eu lieux pendant le festival : projection des films des finalistes de la catégories vidéos et comédie le jeudi soir, concert des 10 finalistes de la catégorie musique le vendredi soir, exposition d'oeuvres des finalistes des catégories graphiques (photo, BD, arts graphiques). Tous ces petits événements venaient ajouter un peu d'animation à une série de conférence d'une heure, mises bout à bout, qui ont été ressenties comme un peu longue par le public. Voir programme b- le festival « off » Le off, organisé par la ville et l'association AIR, donne lieu à trois tables rondes. Malheureusement, les horaires se chevauchent, aussi il est difficile de participer au deux festivals. Les trois tables rondes organisées n'amènent que peu de monde, une centaine de personnes au total. Toutes les trois sont accessibles gratuitement. Un apéro « web-citoyen » est également organisé le jeudi soir. C'est sûrement une des manifestations du « off » les plus suivies. Il a été très commenté et apprécié des webcitoyens. L'association a réalisé une carte interactive, intitulée bienvenue à Romans94. Sur cette carte, réalisée avec l'outil « map95 » de Google, on trouve les lieux clefs de la ville et leurs photos. AIR avait aussi proposé trois ateliers de sensibilisation et d'accompagnement vers les blogs et les outils du web 2.0 en prémices du festival lui même. L'idée est que

Illustration 19: la carte bienvenue à Romans
94 http://bienvenuearomans.free.fr 95 http://maps.google.fr

58

l'on ne peut pas participer si l'on ne connaît pas les outils. Il faut permettre aux gens de participer. Hélas, les quatre ateliers seront annulés à défaut de participation. Manque d'intérêt ou défaut de communication hors blogosphère ? La question reste posée. Un constat : le festival « off » n'a pas eu autant d'écho que ce que les blogueurs locaux en attendaient. Ceux ci se disent déçus du manque de visibilité des initiatives locales et évoquent même de ne pas participer à la prochaine édition du festival. d- cohérence du projet Le festival apporte à une nouvelle facette à l'image de la ville. Le thème que l'on y développe peut être associé durablement avec la ville qui l'accueille. Si demain on veut que la « créativité sur internet » dans son sens large (artistique, expression, citoyenneté...) face écho avec le nom de Romans, alors il y a tout intérêt à montrer les initiatives locales qui vont dans ce sens. La réalité internet à Romans aujourd'hui, ce sont ces blogs actifs, regroupé en réseau qui parle de ce qui ce fait localement. Ce sont des acteurs, individuels ou collectifs qui se font l'écho de l'information locale et qui échange sur le sujet. Romans tient là une composante intéressante, à mettre en avant, pour se doter d'une image de ''ville numérique''.

4- retombées médiatique
Le festival de Romans a fait parler de lui dans les média. A ce jour, on référence : 1 reportage sur le 20h de TF1 1 article écrit sur les sites france2.fr et france3.fr Des informations sur 10 radios nationales (RMC, Europe2 (jingle spécial), Nostalgie, Chérie FM, France Inter, France Info, Nova, France Bleu et RFI, RCF) 5 articles dans la presse quotidienne nationale 13 dans la presse spécialisée 24 articles dans la presse locale et 10 dans la presse locale extra-régionale 15 articles dans la presse des collectivités Effervescence de la blogosphère : on estime à environ 11 000 les billets et liens vers le festival de Romans Le site affiche 200 000 visiteurs uniques au compteur et 1,5 million de pages vues. 133 notes ont été publiées sur le blog du festival. En tout, 252 000 pages ont été vues, 84 000 visiteurs uniques et 1636 commentaires Le festival de Romans est un succès sur le plan médiatique. Il a su faire parler de lui et les retombées en terme d'image sont déjà importante pour une première édition. Anecdote : un site parodie le festival Le festival a beaucoup fait parler de lui mais aussi en controverse. L'une d'elle a été alimenté par le dispositif de vote qui s'est révélé pour le moins faillible. Toute une polémique s'est montée sur le concours, pilier central du festival. Un site parodique a même été crée par un inconnu96. C'est plutôt un gage de succès.

Illustration 20: Le site parodique

96 http://gromanche.podemus.com/

59

5- récit : le festival vu de l'intérieur
a- jeudi Le 1er février 2007. Je suis en stage à la mairie. Je travaille sur les retombées médiatiques qu'engendre le festival. Je suis plongé dans mon travail, quand un collègue m'interpelle : « il est 15h, le festival va commencer ». Je me saisi de mon appareil photo et de mon carnet, deux objets qui vont m'accompagner tout le long du festival. La sortie de la mairie donne directement sur la salle des Cordeliers, où à lieux la cérémonie d'ouverture. Je pénètre dans le bâtiment rapidement, en montrant patte blanche à l'entrée grâce à mon pass. Durant tout le festival in, je devrais montrer celui ci de façon quasi-systématique. Un service de sécurité assez impressionnant veille au grain devant chaque entrée. J'arrive dans une entrée assez vide. Les personnes arrivent par groupes clairsemé, qui discute entre eux. Quelques journalistes posent des questions et proposent quelques interviews. Il y un moment de flottement, avant que l'on annonce le début de la cérémonie. Une petite heure est nécessaire pour tout mettre en place. La cérémonie début vers 15h40, avec l'arrivée de Mr Ginisty. Celui présente le festival, son but, fait un état des lieux optimiste sur ce qu'il Illustration 21: ouverture à 15h nomme la blogosphère, annonçant 50% des foyers connectés à internet, plus de 50 M° de blogs dans le monde, dont 4M° en France. Le festival s'appuie beaucoup sur ces données, se voulant le reflet d'un véritable phénomène de société. Le maire est invité à prendre la parole au court de la représentation. Il affirme son enthousiasme de voir ce festival prendre place à Romans, expliquant avec sincérité les espoirs de la ville en terme de notoriété et de retombée d'image. Il s'en suit une présentation inégale des finalistes des neuf catégories au concours du

Illustration 22: cérémonie d'ouverture

60

festival et les traditionnels voeux de bon déroulement des événements. Premières festivités, une présentation des oeuvres graphiques, imprimées sur un grand format pour l'occasion dans le grand chapiteau place Jules Nadi. Le chapiteau est un des grands incontournables du festival. Symbole du caractère éphémère du festival, la grande tente a été placée entre les deux salles du festival : le cinéma Jean Villar et la salle des Cordeliers. Mois de février oblige, il fait froid. Des petits poêles à mazout ont été mis en place, et envoient des relents du marée noire dans la tente. Le froid et l'odeur auront raisons des visiteurs. Le grand chapiteau sera quasiment désert du début jusqu'à la fin du festival. J'y croise pour la première fois Agnès Durand, directrice du cabinet du maire, avec qui je devise quelques minutes sur l'événement. Las, la police municipale l'interpelle sur des bêtes questions logistiques et voilà mon entretien compromis. A peine le temps de manger sur le pouce, et c'est l'heure de la soirée de présentation des catégories podcasts, comédie et vidéos. On projette une compilation des meilleures oeuvres des finalistes de ces catégories. Deux bonnes heures de court métrages hétéroclites, où se mêlent clip musical et sketch absurde, interview « podcastée » et expérimentation vidéo. La qualité technique est elle aussi très hétéroclite, allant des effets spéciaux les plus réussis à la vidéo basse définition et à la bande son

Illustration 23: le chapiteau central, désert

qui crache. De très bonne surprise dans le lot. b- vendredi Le lendemain, la journée débute au chant du coq, à 10h. C'est le début des tables rondes. La première est sur le thème des technologies du web 2.0. Elle est animée par Dick Lantim de Microsoft et un directeur d'agence de communication Groupe Reflect, Alexis Mons. Christophe Ginisty anime cette table ronde, posant des questions aux invités de ce plateau. Car, première surprise, fi des tables rondes. Ce sont
Illustration 24: 1ère conférence

61

des personnalités qui débattent autour des questions de Mr Ginisty et non des tables rondes. Le public est invité à poser des questions en seconde partie de séances. Cette première table ronde est donc un peu technique, et on y apprend le pourquoi du web 2.0 et à quoi correspond ce terme un peu abstrait. L'employé de Microsoft explique quand à lui la venue du nouveau système d'exploitation Vista, et se voit posé quelques questions sur le suivi par Microsoft de ces évolutions du réseau internet. On y aborde en effet la venue des nouveaux outils tel que ceux de google qui permettent d'avoir une suite de logiciels de bureautiques en ligne. Une table ronde somme toute assez technique qui a eu le mérite de faire le point sur le web 2.0, quelque peu point de départ de ce festival. La seconde conférence regroupe elle une demi douzaine d'intervenants sur le thème de la musique et du modèle économique à mettre en oeuvre pour les musiciens sur le web. Des intervenants présents proposent d'or et déjà des solutions via leurs sites, tel que Airtist 97. Sujet sensible s'il en est, la discussion tient à coeur pour nombre d'intervenants et de personnes dans le public. Cette table ronde se conclût à midi sur la question suivante : La musique est elle une information comme les autres ? Je saute la table ronde de 12-13h. A 13h, nouvelle table ronde sur le thème du nouveau journalisme. La question part de l'affirmation comme quoi nous sommes tous potentiellement capteurs d'informations avec nos téléphones portables et autres appareils numériques. Un des intervenants est le fondateur du site scooplive, qui propose aux internautes de mettre en vente les images et vidéos qu'ils ont captés lors d'événements médiatiques. Un des trois autres intervenant fait partie de l'agence magnum. S'en suit le traditionnel débat entre média traditionnel et nouveau média, l'un accusant l'autre de ne pas être fiable car non professionnel et sources de rumeurs et de désinformation, l'autre rétorquant n'être qu'un intermédiaire vérifiant les images reçues. Entre deux tables rondes les gens sortent prendre l'air, et certains restent assis en attendant la suivante. Je sors sur le parvis de la salle, et me décide à engager la discussion avec deux jeunes hommes qui parle de la conférence. Tous deux ont fait le déplacement de Chambéry. Entrepreneurs dans le domaine du web, ils viennent pour se tenir au courant des usages et rencontrer des utilisateurs. Leur avis est plutôt positif sur le festival et le contenu des conférences. Ils regrettent toutefois un manque de visibilité et de communication « classique » autour de l'événement : il est difficile de connaître le festival si l'on est pas soi
97 http://www.airtist.com

Illustration 25: Le hype des technos

62

même internaute. La conférence de 14h est appelée séance plénière. Elle dure deux heures, avec les deux intervenants de ce matin (Mons et Lantim) ainsi qu'un représentant du cabinet de marketing GFK. Celui ci fait une mise au point quantitative de la diffusion des TIC à ce jour : 61% des Français sont équipés en ordinateurs et 51% ont un accès à internet à domicile d'après son étude. Le consultant Alexis Mons évoque à nouveau le web 2.0 et les éléments clefs qui en découlent : extension de l'identité, les univers persistants, le web sémantique98. Il présente une courbe assez intéressante des technologies passées, présentes et futures autour du web 2.0 et de leurs évolutions dans le temps. S'en suit une démonstration en temps réel par Dick Lantim de la nouvelle suite de logiciel de création de Microsoft. Une seconde conférence prend place à 17h, animé par les finalistes de la catégorie web citoyen. Cette catégorie, parfois décrié comme ne relevant pas de la créativité, est diverse. Les expressions citoyennes vont en effet du témoignage d'une maman d'un enfant handicapés moteur à un blog collaboratif local en passant par une classe de collège qui tient son blog avec l'aide de sa professeur de Lettres. Ce sont essentiellement des témoignages, ainsi que des questions posés par M Ginisty. L'une d'elle fera long feu, celle de savoir si les blogs sont oui ou non un cinquième pouvoir, un contre pouvoir, un pouvoir tout court. Les réponses diffèrent selon les blogueurs. Le représentant du blog participatif AuboisementCorrect est modeste et ne se considère par comme un pouvoir. Il considère même que les deux tiers de ses lecteurs sont simplement les politiques au pouvoir qu'il critique. Et de citer son audience de 1000 lecteurs par jour, qu'il compare avec celle de la presse écrite locale : 30000 lecteurs par jour. Un des ces blogueurs citoyens exprime le caractère de propagande dont relève le bulletin municipal. Selon lui, bien des blogs citoyens sont nés pour faire contre poids à cette presse officielle. On pose alors la question du ton souvent critique qu'adoptent ces sites, voir de leurs goûts de la polémique pour certains. Depuis Christophe Grébert, membre du jury et blogueur de monPuteaux, le blog citoyen a en effet l'image d'un citoyen « poil à gratter ». les réponses diffèrent. On parle de l'obligation de se montrer un peu polémique chez La piquouse de rappel99 si l'on veut susciter les réactions. AuboisementCorrect reconnaît que la provocation amène des lecteurs, mais qu'il faut s'en méfier. Parfois, la cible est sans défense face à ce type d'attaque, ne maîtrisant pas les outils. Et Christelle Membrey, animatrice du club internet du collège Aragon, d'insister sur le fait que « l'écrit laisse des traces ». La dernière table ronde de la journée est animée par Thierry Crouzet, auteur du cinquième pouvoir et du peuple des connecteurs100, de Benoît Rafael, journaliste du Dauphiné Libéré en charge du site quelcandidat.com lancé pour les présidentielles et de Christophe Grébert*. Le thème en est : « internet : le 5ème pouvoir ». Thierry Crouzet explique ce qu'est selon lui ce cinquième pouvoir. Partant de la théorie de la longue traîne (Les best-sellers ne représentent que 40% des ventes), il La presse est le quatrième pouvoir, et l'opinion publique, rendue visible grâce à internet, serait le cinquième pouvoir. Le cinquième pouvoir est le pouvoir des citoyens. Il enchaîne sur l'exemple des élections, il cite la campagne centralisé de Nicolas Sarkozy, qu'il juge classique et celle plus moderne de Ségolène Royal, décentralisée. Benoît Rafael en profite pour présenté le projet du Dauphiné, le site quelcandidat.com. Ce site propose à l'internaute de participer,
98 http://www.deuxzero.com/2006/11/le_web_20_selon_alexis_mons.html 99 http://lapiquouse.info 100http://blog.tcrouzet.com

63

en postant des vidéos ou des images et en publiant des commentaires. Sur le sujet politique, Thierry Crouzet estime qu'internet va donner naissance à une nouvelle sorte d'homme politique. Il ne sera plus un leader, mais un animateur. Ginisty pose la question de la participation. Faut il organiser, canaliser la participation? Est ce que finalement, le citoyen veut prendre le pouvoir (de l'élu, du journaliste). Ou veut il uniquement contrôler et participer ? L'auteur du cinquième pouvoir semble désapprouver: « internet est une organisation auto-contrôlée, auto-organisée. Les gens plébiscite les service de qualité. Internet fait dialoguer 1 milliard de personne101. La seule sphère comparable est la biosphère » J'ai pu discuter avec plusieurs blogueurs pendant les temps de pause entre les conférences. Ils sont là car finalistes dans leurs catégories. Deux d'entre eux font partis de l'équipe de Sixty-soixante102. Ils sont jeunes, viennent de Paris. Ils trimbalent avec eux leurs valises et autre sac de couchage. Je leur pose la question de leur hébergement, il m'explique comment il se débrouille, partageant une chambre d'hôtel ici ou dormant chez l'habitant de là. Le ton est bon enfant, mais il y a un peu de déception. Ils pensaient pouvoir faire la fête et trouver plus de monde. Ils regrettent le manque d'échanges possibles du fait du manque de participants. De fait, il semblerait qu'une grosse partie des personnes ayant fait le déplacement sont les finalistes eux mêmes... Enfin le soir, nous sommes conviés à un concert mettant en scène les dix finalistes de la catégorie musique. De nombreux styles musicaux sont représentés sur la scène. Arrivant sur place, je suis étonné du choix de la salle Jean Villard, salle de cinéma ou de théâtre où le public est assis. Peu de monde à fait le déplacement. L'organisateur, Christophe Ginisty, n'est pas présent. Les concerts s'autoproduisent, les uns à la suite des autres. C'est un peu désordonné, mais pas Illustration 26: mamy wata inefficace du point de mon point de vue du spectateur. Les styles sont divers, mais l'ensemble est professionnel et efficace. Certains groupes retiennent particulièrement mon attention, telle la vibrante Mamy Wata103, conteuse et chanteuse africaine à la voix chargée d'émotion. Le petit couple de Pat'Bol104 est aussi très bon dans son genre. Je garde aussi dans un coin de ma tête (celui où la migraine sévit) le son dévastateur de Da-Twin105. D'une manière générale, le concert est bon, les artistes de qualités.
101Un peu optimiste, il y en aurait 750 M° selon le journal du net 102Catégorie vidéo : http://www.carnages.com 103http://www.mamywata.net 104http://www.patbol.net 105http://www.da-twin.com

64

c- samedi La dernière journée est la plus riche en événements. Elle débute à 10h par la désormais traditionnelle table ronde. La première se déroule autour du thème de l'édition : « du blog au livre ». Elle est animée par Gonzague_Saint-Bris, écrivain, Franck Trilot, éditeur (M6 édition) et David Desrimais, éditeur (Neuf Flâneurs édition). Certains blogs attirent l'attention des éditeurs et sont publiés. Les éditeurs s'accordent à dire que leur critère est de pouvoir écouler 50 000 exemplaires, ce qui est une bonne vente pour un ouvrage aujourd'hui. On cite l'exemple de Ron l'infirmier106, qui arrive en retard, au moment où l'on parle de lui. Il prend le relais sur son cas, expliquant comment son blog, la chambre d'Albert Camus a été repéré par un éditeur, puis édité en livre. C'est une des ''success story'' qui alimentent ce débat. Les éditeurs surveillent en effet la blogosphère, à la recherche d'un succès littéraire potentiel. L'architecture du blog les y aide d'ailleurs beaucoup. « Les commentaires sont autant d'étude de marché » dira le responsable de M6 éditions. La question de l'écriture se pose : écrit on différemment sur les blogs ? Il semblerait que le rapport à l'écriture ne soit pas tout à fait le même. La temporalité est différente, la cadence d'écriture est différente. Le blog autorise la correction dans le temps, les retours en arrière. Le blog permet de s'affranchir des barrières de l'éditions. Chaque année, 100 000 manuscrits sont refusés. N'importe qui peut publier son blog. Concernant la formule « magique » pour qu'un écrit marche, Saint-Bris et Ron tombe d'accord : « plus on raconte ce qui nous touche, et plus on a de chance d'atteindre l'universel ». Et Saint-Bris de parler de Proust, dont les écrits sur sa vie quotidienne touche le monde entier. La formule semble être : « plus on est singulier, et plus on est universel ». La discussion s'oriente ensuite sur les mécaniques pour être repéré par les éditeurs. Il faudrait selon Ron garder un rapport de sincérité par rapport au texte. Le livre est un objet, et le blog une audience. L'influence a plus ou moins d'importance selon les éditeurs. Celui de Neuf Flâneurs se dit plus sensible aux textes qui le touchent, celui de M6 dit les observer car une bonne audience c'est toujours rassurant. Neuf Flâneurs ajoute qu'il y aurait une dynamique de la flânerie sur internet, un peu comme on flâne dans une ville, allant d'une rue à l'autre. Sur les blogs, on clique d'un lien vers l'autre, qui nous mènent vers des univers différents. La seconde table ronde de la journée est encore sur le sujet épineux de la musique sur internet. Comme la dernière, cette conférence suscite moult débats au sein de la salle. Je note d'ailleurs que la salle est bien plus remplie qu'en début de festival. Pas mal de nouvelle tête. Le week-end semble plus favorable à la tenue de ce genre d'événement. Le débat est en tout les cas bien animé. Le groupe d'animateurs est cette fois plus féminin (je me rends compte qu'alors c'était des animateurs et non des animatrice, assez curieusement. Dans les finalistes, la parité semblait plutôt de mise). Solène Lory est responsable marketing chez MySpace, Delphine Courette travaille sur la promotion d'artiste sur internet (essentiellement via MySpace), Laurent Magnin est cofondateur d'Airtist.com et Cédrick Lohou travaille pour la maison de disque Sony BMG. Solène Lory donne tout d'abord des chiffres vertigineux : MySpace affiche 140M° d'utilisateurs, et 3M° de groupes. On explique que même les artistes reconnus passent par MySpace aujourd'hui. Le modèle viral d'internet est très applaudie : « lorsque l'on laisse le pouvoir au gens, les nouveautés émerge », entend on. Cette affirmation soulève un vent de questions sur le formatage de l'oreille dont on soupçonne les grands média. Des
106http://ron.infirmier.free.fr

65

interrogations naissent sur le rôle de MySpace dans le domaine, qui mettrait en avant les artistes prêt à payer. Le site est il un outil marketing de plus, ou un média qui permet une large diffusion et l'émergence de nouveaux artistes ? Le débat n'aura pas lieu, les animateurs y voyant une simple attaque non constructive contre MySpace et non un débat contradictoire. Dommage. Pour conclure, Laurent Magnin demande enfin si le but de l'artiste est forcément de vendre des CD. Il évoque le cas de ses 60% d'artistes de son site qui oublient de vendre le CD à l'issue du concert ou sur leurs pages internet. La conférence de l'après midi est prometteuse, et je m'y rends un peu en avance. Elle s'intitule « liberté d'expression sur internet » et est animé par Reporter Sans Frontières. C'est la conférence qui a été la plus annoncée dans les média. Pourtant, il y a peu de participants. Le conférencier explique comment internet est contrôler aujourd'hui dans certains pays. Il est accompagné de deux blogueurs, l'un de Chine et l'autre d'Iran. Tous deux témoigne tour à tour des difficulté et de la censure organisé par l'Etat contre l'expression et internet. En Chine, le réseau est contrôlé et des sites tel que Google doivent censuré leurs contenus. L'intervenant Chinois explique que lorsqu'il Illustration 27: Une photo inconnue en Chine montre la célèbre photo de la place Tian en men, que nous connaissons tous, ceux ci ne la reconnaisse pas. Pour cause, il ne l'ont jamais vu ! Cette photo, qui arrive en premier lorsque l'on effectue une recherche d'image sur Google sur « tian en men » n'existe tout simplement pas sur le Google chinois. Cet exemple montre concrètement que la liberté d'expression n'est pas acquise, même sur un réseau tel qu'internet où semble régner l'auto-régulation. Même si cela nécessite de gros moyens et des technologies avancées (développées par les firmes telles que Cisco aux Etats Unis apprend-on), la surveillance massive est possible. De plus que certains sites collaborent avec les gouvernements et donnent des informations personnelles collectées sur les utilisateurs (Yahoo en Chine récemment). L'intervenant demande a qui profite la censure. « Au gouvernement, qui contrôle l'information et fait circuler sa propagande. Il existe par exemple en Chine une propagande anti-Japonais », explique-t-il. Il explique que le gouvernement crée un monde imaginaire, avec des haines entre le peuples qui ne serait pas sans cette propagande. Le blogueur Iranien fera quand à lui part des pressions que subissent les Iraniens de la part du gouvernement. L'Iran est un des pays où les blogueurs parlent le plus et se retrouvent le plus en prison. Il évoque le chiffre de 60 000 blogs sur le territoire iranien. Il explique que notre opinion de l'Iran, véhiculé par les grands média est faussé, et que pour voir le « vrai Iran », il faut regarder les blogs Iraniens et leurs messages de paix. La dernière table ronde se déroule dans la salle Jean Villard. Il s'agit d'une séance de critique sur l'événement, animée par Ginisty. Les questions sont tour à tour soulevées par le public. De nombreuses remarques fusent : Le prix d'entrée est trop élevé, le public ne 66

participe pas assez (de fait les tables rondes ressemblent plus à des conférences). Le concours essuie les critiques. Le manque de légitimité de certains finalistes est évoqué (sur des critères de qualité). La sélection par les internautes est parfois remise en question. On accuse le système de vote truqué, le manque de participation parfois. Le système de l'audience (plus on a d'audience, plus on a de chances d'être finaliste) fait l'objet de plusieurs remarques. Sur les tables rondes, on évoque la possibilité d'avoir des thèmes qui reviennent tous les ans, des débats plus long. Le festival voulait avoir une dimension politique plus importante, et on parlait de la venue d'un des candidats à la présidentielle. Cela ne s'est pas fait. Ginisty fustige les politiques, qui ne font que parler d'internet et n'en n'ont pas compris les usages. On parle des formes de créations « oubliées » (art code...) pourtant propre à internet. L'organisateur affirme que les catégories seront ré-organisées. La gestion de l'espace n'est pas très bonne, on regrette le manque de vie du chapiteau central. Le manque de convivialité et de rencontres est mis en avant. Le festival manque d'espace de vie et de lieux de rencontre (repas, buvette, forums, ateliers...). Les finalistes se disent livrés à eux mêmes et peu accueillis. On note le manque de participation de la population, qui a pourtant une réputation d'accueil. De fait, il y avait de Romanais dans le festival et les événements du « off » ont été peu suivis pour diverses raisons (horaires, absents de certains programmes...). A 17h a lieu la remise des prix. Cette cérémonie est très mise en scène. Elle débute par un bilan. On remercie le plus gros partenaire, la SNCF, dont le « réseau a contribué à rapprocher les gens, tout comme internet ». Christophe Ginisty annonce qu'il y aura un second festival dont les entrées seront gratuites pour les festivaliers du premier opus. Il annonce de plus avoir été contacté pour créer un festival équivalent à Rome. Après un épisode humoristique assez douteux réalisé par le célèbre blogueur Vinvin, les trophées sont remis par catégories. Des prix sont remis aux trois premiers. Certaines catégories n'en remettent que deux (catégorie photo). Les lauréats sont appelés un par un, et prennent parfois la parole. Les premiers prix ont droit au trophée, qui n'est pas sans rappeler les Césars de Cannes. Beaucoup de sentiments se dégagent du spectacle et de la mise en scène. Un écran géant retransmet en direct les visages empreints d'émotions des finalistes qui reçoivent leurs récompenses. La gagnante de la catégorie photo aura des paroles particulièrement Illustration 28: émotions pour le premier prix poignantes, se décrivant le 107 visage en larme comme tout d'abord décriée et enfin heureuse d'être reconnue pour son
107Pour la petite histoire, elle avait été critiquée car seule des 90 finalistes à utiliser la plate forme Skyblog, qui jouit d'une mauvaise réputation dans la blogosphère. Le « Skyblog » est synonyme de blog d'adolescent, journal intime immature et sans intérêt.

67

travail. La sincérité de la finaliste, sa simplicité et son bonheur resterons emblématique de cette cérémonie. Les jeunes entrepreneurs que j'avais croisé plutôt me confient même lui avoir proposé gratuitement la création d'un nouveau site internet pour exposer son travail, touchés par sa prestation. La cérémonie se conclut par une photo de groupe. Nous sommes invités à un buffet au musée de la chaussure, à quelques pas de là. Je profite d'offrir mes compétences de guide pour engager la conversation avec une blogueuse de passage. Celle ci vient d'Aix en Provence et ne fais pas partie des finalistes. Elle tient un blog de création graphiques où elle invite les gens à lui envoyer des poèmes qu'elle illustre. Au musée, une salle de réception est mise à disposition des festivaliers. La salle est rapidement comble et il est facile d'échanger au détour d'un petit four. C'est l'occasion pour moi de discuter avec les stars du jour et de recueillir leur avis sur leurs passages à Romans. Globalement, celui ci est plutôt positif. Les finalistes sont contents de leurs prix, ceux qui n'ont pas été sélectionnés se montrent beaux joueurs. C'est l'occasion de faire un bilan plutôt positif des participants. Les gens sont contents de trouver cet espace de convivialité même s'il arrive un peu tard. Le festival se clôt sur une bonne note.

Illustration 29: Buffet final

68

3- une action locale spécifique : la Blogosphère
Une des particularité de Romans est sa blogosphère. Depuis quelque temps, des associations, des invidus et des collectifs ont ouvert leurs blogs et s'expriment sur le local. La situation de Romans est intéressante dans le sens où la blogosphère est organisée et animée par une association locale. Les blogs ne sont pas seulement des atomes libres, ils forment les maillons d'un réseau local en développement. Certes l'activité est modeste, Romans étant une ville moyenne. Mais elle n'est pas négligeable et se développe peu à peu. Le nombres de blogs n'est pas extraordinaire si on le compare à une grande agglomération telle que Lyon par exemple. Mais il est de fait rare de voir se développer une communauté locale organisée de blogs. C'est là que réside l'exception Romanaise.

A- Identité
1- Blog local, un paradoxe ?
Il est toujours un peu paradoxal de parler de blog local. Le propre d'internet étant d'être accessible au monde entier (équipé d'ordinateur et de connexion, bien entendu). Daniel Thierry et Olivier Trédan108 (p3) expliquent dans une étude que les « créateurs de sites font peu de cas des localisations géographiques ». Bien sûr, cela change, et on le voit très bien avec l'émergence des blogs locaux citoyens, qui trouvent leur raison d'être en étant source d'informations et d'échanges au niveau local. Mais le blog hésite toujours un peu entre fenêtre sur le monde (internet accessible dans le monde entier) et fenêtre du local. Si certains blogs locaux affirme leur identité sur un territoire, allant jusqu'à prendre le nom générique des habitants ou de la ville (LeRomanais, MonPuteaux...), d'autres le fond avec moins d'affirmation identitaire. Néanmoins, l'exemple de Romans illustre bien ce fait : nombre de blogs sont des blogs territoriaux, inscrivent leurs identités dans un territoire donné, parlent de sujet locaux et permettent des discussions de proximité. On a souvent vanté internet comme permettant de discuter avec des personnes à l'autre bout du monde. Quel plaisir en effet de demander à quelqu'un le temps il fait à Montréal, ou à Istanbul. La question semble avoir moins d'intérêt lorsqu'on la pause à son voisin de pallier. Mais pourtant, internet permet les débats de proximité. La blogosphère Romanaise le montre bien, il y a des possibilités et des besoins d'échanges, de participation dans les domaines du local. On ne parle bien sûr pas des mêmes choses qu'avec la personne à l'autre bout du monde. Les échanges se construisent là sur des sujets bien plus précis. On entre plus dans une logique de participation. La discussion se mène souvent sur des sujets pragmatiques et des cas concrets, des vécus de personnes qui sont proches.

2- lien social
On l'a dit, les blogs sont des outils de lien social. Ils entrent dans une logique de communication de partage, de don, contre-don109. (Winkin p266). Le modèle de communication s'oppose, se différencie du moins, au modèle dit « télégraphique ». Ce n'est plus de la simple « diffusion » d'Un vers Tous, mais des échanges d'un à un, ou le don premier serait l'information principale (le billet) et les contre-dons les commentaires,
108Daniel Thierry, Olivier Trédan, Cyberespace et affirmation des identités territoriales, 2005 – M@rsouin Page 3 109Yves Winkin, Anthropologie de la communication, De la théorie au terrain, Nouvelle édition, Paris, 2001, éditions du Seuil

69

qui sont autant de feedback qui permettent d'ajuster l'information principale et de la transformer en discussion, en communication. La logique de don/contre-don opère également avec les blog-rolls. Celle ci sont des listes de blogs vers lesquelles on fait lien. Le lien hypertext devient affirmation du lien social, de la reconnaissance qui lie les blogueurs entre eux. La liste devient en quelque sorte le carnet d'adresse public, le catalogue de nos relations. Il est souvent construit avec réflexion, les blogueurs étant des «hommes sociaux » (définition de l'être humain selon Aristote). Et de l'homme social à l'homme politique, il n'y a qu'un pas110.

3- Espace public
On peut considérer la blogosphère comme un espace public moderne. La place public est le lieu des débats et des échanges contradictoires sur la conduite de la vie de la cité. Et que trouve-t-on sur les blogs locaux, si ce n'est des échanges sur la conduite de la politique de la cité ? L'identité de ces blogs s'inscrit dans celle de leurs habitants, personnes installées sur un territoire. Les blogs sont des lieux d'échanges, d'informations, de discussions et de débats. Parfois sur des thèmes personnels, de politique nationale, de projets divers, mais aussi, de façon de plus en plus visible sur des projets locaux, des manifestations locales, des problématiques du territoire où les blogueurs vivent. Les blogs locaux font (re)vivre un espace public local, une agora de territoire. Les outils de mise en réseau, les sites qui regroupent permettent de rendre tangible cette réalité, encore émergente.

B- les outils
1- la salade Romanaise
a- présentation de la salade La salade Romanaise est un métablog111. On y trouve en temps réel la Une des blogs locaux qui y sont référencés. Libre d'accès, la salade permet d'avoir en un coup d'oeil le résumé de tout ce qui a été publié récemment sur l'internet romanais. Elle indexe en effet la plupart des blogs romanais. Dès qu'un billet est publié, il apparaît sur la salade un résumé de ce billet, avec la date et l'auteur. On trouve sur la page principale dans un ordre chronologique uniquement les 8 derniers billets postés par les blogs inscrits. Chacun des billets annonce un résumé de quelques lignes, une image éventuelle, l'auteur du billet, la date de publication. Sur chaque billet, on peut cliquer sur un lien qui pointe directement

Illustration 30: l'ancienne Salade

110http://www.memo.fr/article.asp?ID=THE_POL_003#Som1 111Néologisme, un blog qui regroupe les billets d'un certain nombre de blogs qui y sont référencés

70

sur le blog de l'auteur. b- un outil de lien social La salade est un outil d'organisation, et de lien social. Elle représente de façon concrète si je puis dire la blogosphère romanaise. De part sa volonté d'exhaustivité, les acteurs ont permis de prendre en compte l'ensemble (petit bémol : techniquement, les skyblogs ne peuvent y entrer, car ils ne gèrent pas le protocole RSS) des blogs locaux. La salade est une sorte de journal, de tribune libre plutôt, sans ligne éditoriale, ou l'expression de chacun est reprise. C'est un outil de référencement, ou le robot est l'internaute. Une liste des blogs inscrits, avec les copie d'écrans, sont une sorte de liste d'amis, la matérialisation du réseau social. c- La ligne éditoriale : pas de ligne éditoriale La salade est justement un outil de lien et un espace public car elle n'impose pas de ton, d'expression particulière ou d'idée pour y adhérer. Seule compte l'exhaustivité. Il faut faire une demande pour être inscrit, mais c'est purement technique. On peut aussi demander à en être radié. La salade n'a pas de ligne éditoriale. Je pense que c'est là un élément essentiel de ce qui fait son identité : ne pas limiter l'expression permet de se positionner non pas comme une entité propre, avec sa volonté et son expression (comme un journal par exemple), mais plutôt comme une sorte de rapporteur objectif et impersonnel, neutre. Tout le monde peut s'exprimer sur la salade. Il s'agit d'une sphère nouvelle, une nouvelle couche d'un réseau de communication qui se superpose aux couches déjà existantes. Un nouvel espace public, lieu d'expression, de contradiction, de débat.
Illustration 31: La nouvelle salade Romanaise

e- activité La Salade Romanaise référence une centaine de blogs. Un tiers environ n'est plus actif et ne publie plus. Il en reste une soixantaine qui publie de façon plus ou moins régulière. Le nouveau métablog « DrômeBlog » classe les blogs par thèmes. Il référence 118 blogs à ce jour dans la Drôme. La plupart des blogs qui y sont présents sont des blogs de la Salade. L'outil est encore tout récent, ce qui explique le nombre de blogs encore faible. L'activité de publication des blogs est irrégulière. Difficile d'en déterminer un schéma directeur. Certains mois sont plus riche en événements que d'autres et sont plus sujets à l'expression. On note cependant que les blogueurs partent aussi en week end, car c'est pendant ces deux jours que la fréquence de publication est la plus faible. 71

Billets publiés par mois
550 500 450 400 350 300 250 200 150 100 50 0 juin Juil août Sept Octo Nove Déce Janv Févr mars Avri
Billets publiés

2- l'agenda des Romanais
Un nouvel outil vient d'être mis en place à l'heure où j'écris ces lignes. Il s'agit d'un agenda collectif, où toutes les personnes inscrites peuvent publiées leurs événements. De plus, on peut afficher le contenu de l'agenda sur son site en copiant quelque ligne de code.

3- Bienvenue à Romans
Même si la blogosphère est tournée vers des problématiques locales, elle reste ouverte aux visiteurs. A l'occasion du festival de Romans, une carte participative a été crée. Dans une démarche participative, elle permet à chacun de placer des repères sur le territoire de Romans afin d'indiquer aux autres les lieux qu'ils trouvent intéressant. (Voir copie d'écrans plus haut) Illustration 32: l'agenda
romanais

C- les actions
La blogosphère Romanaise est composée par les billets postés chaque jour par les blogs locaux. Elle est aussi portée et animée par des personnes regroupées depuis peu en association. L'Association des Internautes Romanais est animée principalement par 4

72

personnes : Hubert Guillaud112, Lionel Dujol113, Jean Marie Gilbert114 et Karim Bourras115. L'Association regroupe une douzaine de personnes à ce jour.

1- actions
Militant pour le développement de la blogosphère, elle propose depuis fin 2004 des séances de formations « j'ouvre mon blog » gratuite, à destination de tout public. J'ai participé à la formation de mars 2007, dont je fais un récit un peu plus bas. De plus une nouvelle formation est possible depuis peu, plus particulièrement à destination des associations. Elle est également gratuite. Intitulée « mon association en ligne », elle propose de découvrir divers outils de collaboration et de participation en ligne. Une formation est proposée courant Mai 2007. Les outils abordés seront les listes de diffusion et les mails (gmail, google groups), la messagerie instantanée (gtalk), les partage des documents et les bureaux en ligne (google documents) et enfin les agendas commun (google agenda). On notera que tous les logiciels sont proposés gratuitement par Google. Ce qui n'est pas sans poser des problème de contrôle d'internet bien évidement. Les animateurs en sont conscients, mais privilégie l'outil Google car plus simple à mettre en place (inscription unique).

2- J'ouvre mon blog
Récit de la journée de formation « j'ouvre mon blog » de mars 2007 Je me suis inscrit à l'une des formations. Celle ci prend place un samedi matin dans la maison rurale de Mondy. Il s'agit d'un complexe de formation privée, dans la campagne de Bourg de Péage. Une salle équipée d'ordinateurs reliés à internet est mis à notre disposition. Tout le monde est déjà en place lorsque j'arrive. Le public est hétéroclite : hommes, femmes de tout âge, parfois seul, souvent en groupes. Quelques jeunes adolescentes sont déjà sur leurs skyblogs. Je suis surpris de croiser Angès Durand, directrice du cabinet du Maire est en formation. La séance est animée par Lionel Dujol et Jean Marie Illustration 33: formation "j'ouvre mon blog" Gilbert.
112http://leromanais.free.fr, http://www.internetactu.net, entre autres 113http://mondemaeliova.free.fr, http://lespacemultimedia.blogspirit.com ... 114http://jmgilbert.hautetfort.com 115http://www.mondy.fr

73

Un vidéoprojecteur permet de suivre en direct les manipulations pour arriver à ouvrir son premier blog. La séance débute par une présentation des grands principes de réussite d'un blog. On nous présente les blogs comme dans une « dynamique de partage, de mise en réseau ». « L'esprit du blog, c'est le partage, c'est de créer du lien » nous dit on. Il faut se « renvoyer les uns vers les autres, se référencer ». Les animateurs invitent les personne à se connecter sur le site de ''haut et fort''. Nous nous inscrivons sur le site. Les débuts sont laborieux, car l'inscription nécessite une adresse mail valide, et certains n'en n'ont pas. Il leur faut donc créer un compte sur google mail ce qui n'est pas toujours une mince affaire. Tout en nous décrivant les étapes une à une, en prenant bien le temps de les faire valider par tout le monde, Lionel continue ses explications. Selon lui, le blogueur « tisse une toile, son lectorat ». La notion de proximité est y fondamentale. On va sur un blog car « on se sent proche de son contenu ». Et de continuer : « Les internautes sont intéressés par la fenêtre non pas sur le monde, mais sur ce qui leur est proche ». Il insiste sur le caractère social du blog, qui est avant tout un « réseau réel ». Ses consignes de réussites sont au nombre de quatre : proximité et ton personnel; faire des liens; poster des commentaires ailleurs et répondre à ses commentaires; inciter les gens à lire d'autres blogs (faire une blogroll). La séance continue avec des arrêts, des retours en arrière afin de ne laisser personne à la traîne. Les jeunes avancent vite et flâne sur le réseau en attendant les autres. Aucun ne se plaint, l'activité est toute trouvée. Une fois nos blogs créés, nous sommes invités a nous envoyer des commentaires les uns chez les autres. C'est assez amusant de voir des complicités de quelques instant lorsque l'on soupçonne quelqu'un de nous avoir envoyer un commentaire. Les trois heures sont passées très vite et chacun rentre chez soi avec son blog.

74

Conclusion
Les collectivités ont traditionnellement un rôle d'aménagement du territoire dans une optique de répondre au bien commun. Les problématiques d'aménagements du territoire ont souvent été abordées du point de vue technique, avec le problème de la couverture du haut débit. Ces questions sont encore en suspens dans certaines zones ''blanches*'' (qui n'ont pas accès à internet en haut débit). Les questionnements se posent dorénavant également en terme d'usages. Une fois que le territoire a les tuyaux pour faire circuler l'information, il reste encore la question des usages de cette transmission, la question de la communication. La « territorialité116 » se construit en effet de la conception que l'on se fait du territoire et des usages que l'on en a. La notion de territoire est large. Le territoire politique n'est pas forcément celui des habitants, qui s'approprient les lieux et les espaces. Avec l'avènement de la société d'information, notion un peu fourre-tout pour pour désigner l'arrivée des TIC dans nos vies, notre territoire a changé. Une nouvelle couche, que d'aucun se sont précipité de qualifier de totalement virtuelle et détachée du monde, est apparue. On l'aura compris, cette vision est illusoire. Le contenu du réseau internet et les messages qui y circulent sont produit par des personnes sur des territoires. Et si internet est d'abord apparu comme une fenêtre sur le monde, force est de constater qu'internet est également un outil local. Le blogueur parle de lui et de ce qui lui est proche. Car « l'universel est au coeur du particulier117 ». L'internaute recherche ce qui est proche de lui. On s'approprie un territoire mais l'inverse est aussi vrai. Le territoire fait partie de notre identité. Aussi on retrouve peu à peu les réseaux sociaux qui existent en dehors d'internet sur internet, au fur et à mesure de l'acquisition des outils et des usages du web par ces acteurs. Internet devient un lieu d'expression privilégié pour le local. L'accès à l'information est facilité par l'utilisation d'internet. De plus, des communautés locales s'organisent en réseaux. Une nouvelle entité de l'espace public voit peu à peu le jour sur le réseau internet. Les blogosphères locales deviennent en effet le nouveau lieu d'expression de l'opinion publique. La blogosphère agit en quelque sorte comme la nouvelle place publique où les citoyens peuvent prendre la parole. Les blogs citoyens émettent de l'information locale. La blogosphère et sa matérialisation, la salade, permet de capter les voix citoyennes qui s'expriment sur les problématiques locales. Ces flux d'information peuvent être retrouvés aisément du fait de leur regroupement par la salade. Outre cette circulation accrue et canalisée de l'information, les nouveaux outils des TIC permettent de lancer des discussions et des échanges. Nous ne sommes plus dans une simple logique de diffusion de l'information du haut vers le bas, mais dans une « communication orchestrale118 » où chaque blog constitue un instrument qui joue à sa mesure. Les usages même d'internet ont évolués, tandis que la couverture du réseau s'accroît et
116 Alain Mons, La métaphore sociale, Image, Territoire, Communication, Paris, 1992, Presse Universitaire de France 117 Citation de Goethe par Yves Winkin, Anthropologie de la communication, De la théorie au terrain, Nouvelle édition, Paris, 2001, éditions du Seuil. 118 Yves Winkin, Anthropologie de la communication, De la théorie au terrain, Nouvelle édition, Paris, 2001, éditions du Seuil. Page 54

75

couvre un partie de plus en plus importante du territoire national. Ils sont dorénavant participatifs et le contenu du web est de plus en plus généré par les utilisateurs. Pour relativiser, il faut dire que c'est un mouvement qui s'amorce. Les sites les plus visités sont encore les sites de références, tel que Yahoo!, Microsoft ou Google. Mais depuis peu, un site de type collaboratif a fait son apparition dans le top 10 des sites les consultés au monde. Ces sites l'ont bien compris et adoptent des parties de participatif dans leurs contenus, tel que Google et son espace personnel. Cette approche de la problématique de la participation évolue fortement sur internet. De nouveaux usages et outils permettent en effet la participation au sein de communauté de taille importante. Les wikis, les forums, les chats et les blogs sont autant d'outils au service de la participation. Ils permettent de travailler ensemble dans un schéma de collaboration. On peut d'or et déjà imaginer la consultation facilitée d'une cible d'habitants sur des sujets précis grâce à la géolocalisation, des débats sur les PLU directement consultables sur le site communal, etc. Il reste encore bien des usages à inventer. Romans modernise son image et veut offrir un nouveau visage au monde. Elle mène à ce jour des projets porteurs dans le domaine des TIC. Hier le festival de la créativité sur internet a permis de véhiculer dans les média cette image de ville numérique. Demain, la mise en place du réseau très haut débit rendra le territoire romanais plus attractif aux entreprises. Romans a fait le choix de technologies durables telle que la fibre optique ou le logiciel libre. De plus il émerge de son territoire numérique un nouveau lieu d'expression des citoyens. Ces particularités font l'originalité du pays de Romans. Bien sûr, cette expression pose la question de la participation. Il sera difficile d'esquiver la question de la fracture numérique. Il importe de la mesurer, d'en identifier les facteurs119 et de savoir quel doit être le rôle de la collectivité face à ces inégalités.

119 http://www.non-internautes-aquitains.com

76

Bibliographie
Livres : Eric Barchechath, Rossela Magli, Yves Winkin Comment l'informatique vient aux enfants. Pour une approche anthropologique des usages de l'ordinateur à l'école Paris, 2006, éditions des archives contemporaines Anne Coquelin L'exposition de soi, du journal intime aux webcams Paris 2003, Eshel Yves Winkin Anthropologie de la communication, De la théorie au terrain Nouvelle édition, Paris, 2001, éditions du Seuil Maîté Clavel Sociologie de l'urbain Paris, 2002, Antropos Robert Bourre, Isabelle Paillart Les théories de la communication Paris, 1992, CinémAction-Corlet Alain Mons La métaphore sociale, Image, Territoire, Communication Paris, 1992, Presse Universitaire de France Franck Confino Le blog territorial, nouvel enjeu de la communication locale Voiron, 2006, Territorial éditions Christian Paul Le défi numérique des territoires, Réinventer l'action publique Paris, 2007, éditions Autrement Joël de Rosnay, Carlo Revelli La révolte du pronétariat, Des mass-média aux média de masses Paris, 2006, Fayard http://www.pronetariat.com/ Presse écrite : Dominique Wolton Sortir de la communication médiatisée, Les fausses promesses de la « société internet » Le Monde Diplomatique, Juin 1999, p29 77

Éric Klinenberg Les bénéficiaires inattendus du miracle internet. Ce rêve envolé d'une information égalitaire Le Monde Diplomatique, Janvier 2007, p22-23 Pascale Vernès Un enjeu de taille (haut débit) Romans magazine, mars 2007, p10 Hubert Guillaud Be Local Netizen n°1, février 2006 http://leromanais.free.fr/?p=736 Hubert Guillaud Blogs locaux, de l'information à la contestation Netizen n°1, février 2006 http://leromanais.free.fr/?p=736 Internet : Franck Henry Place aux alterlocalistes http://montbouge.info/spip.php?article528 Hubert Guillaud L'internet influe-t-il sur le monde réel ? http://www.internetactu.net/?p=6703 Portail de la société de l'information du gouvernement : http://www.internet.gouv.fr/ Atelier aménagement numérique du territoire : http://extranet.ant.cete-ouest.equipement.gouv.fr/ Recherches : Daniel Thierry Modalités de circulation de l'information sur un territoire régional 2006 - Môle Armoricain de Recherche sur la Société d'Information et des Usages d'Internet http://www.marsouin.org/IMG/pdf/Thierry_12-2006.pdf Daniel Thierry, Olivier Trédan Cyberespace et affirmation des identités territoriales 78

2005 - Môle Armoricain de Recherche sur la Société d'Information et des Usages d'Internet http://www.marsouin.org/IMG/pdf/Thierry_Tredan_4-2005.pdf Enquêtes : L'année internet 2006 Médiamétrie http://dinm.typepad.com/an_net_07_mediametrie/ Mourrad Ader Etat des lieux concernant le mailing relatif au haut débit à destination des entreprises Romans Bourg de Péage Expansion, enquête interne Rapports : Espace multimédia Simone de Beauvoir Rapport d'activités 2005 http://lespacemultimedia.blogspirit.com/files/Rapport_Activites_EMMSB_2005-2.pdf Espace multimédia Monnaie Rapport d'activités 2005 Bernard Faivre-d'Arcier European Festivals Association Comment donner un avenir aux festivals ? http://efaextra.efaaef.eu/efadoc/11%5CBFAComment%20donner%20un%20avenir%20aux%20festivals.doc

79

Annexes :
Enquête à destination des Romanais I – Votre équipement :
Comment est équipé votre ménage ? Ligne téléphonique : oui – non Un ordinateur : oui – non – non, mais je veux m'équiper Plusieurs ordinateurs : oui – non – non, mais je veux m'équiper Réseau local : oui - non – non, mais je veux m'équiper Wi-fi : oui – non – non, mais je veux m'équiper Connexion internet à domicile : bas débit – haut débit – non – non, mais je veux m'équiper Connexion internet sur un autre lieu : travail – étude – médiathèque – cybercafé - autre Appareil photo numérique : oui – non – non, mais je veux m'équiper Votre ordinateur principal: Son système d'exploitation : windows – mac – linux Son état de fonctionnement : Très bon – moyen – mauvais Logiciels libres : Savez vous ce qu'est un logiciel libre ? Oui - non Y a t il des logiciels libres sur votre ordinateur : oui plusieurs – un ou deux – non – non, mais ça m'intéresse Connaissez vous le CD-Rom « Bureau libre » distribué par la ville : oui - non – non, mais ça m'intéresse Avez vous installé des logiciels libres via le CD-Rom « Bureau libre » de la mairie ? oui – non Si oui, où l'avez vous obtenu ? Médiathèque – festival de Romans – mairie - maison de quartier – magasin - autre Êtes vous satisfait de cette initiative : oui, vraiment – moyennement – non, pas du tout

II – Vos usages :
Informatique : Pour vous, utiliser un ordinateur, c'est : facile – assez facile – assez difficile – difficile Pour vous, utiliser internet, c'est : facile – assez facile – assez difficile – difficile Vos usages : surf – mail – recherche d'information – consulter mon compte – messagerie instantanée – publier des informations - autre Web 2.0 Avez vous un blog : oui, plusieurs – oui, un seul – non Postez vous des commentaires sur d'autres blogs ? oui régulièrement – oui, à l'occasion – non, jamais Utilisez vous les outils suivants : Wiki - podcast – Flux RSS – Forums – Tchat Avez vous un compte sur les sites suivants : Google – Flickr – Myspace – DailyMotion – YouTube Ville-Romans.com 80

Connaissez vous le site de la ville de Romans : oui – non Vous y allez une fois tous les : 7 jours – 15 jours – mois – 3 mois – ans Vous consultez surtout les rubriques : agenda - actualités – démarches administratives – photos – informations particulières – événements Vous en êtes : satisfait – plutôt satisfait – plutôt pas satisfait – pas satisfait Souhaiteriez vous plus d'actualités en ligne à propos de la ville ? Oui, tout à fait – oui, pourquoi pas – non Souhaiteriez vous plus d'actualités en ligne à propos des événements qu'organise la ville ? Oui, tout à fait – oui, pourquoi pas – non Festival de Romans : Depuis le 1er février 2007, Romans accueille le festival de la création sur internet. Vous estimez vous suffisamment informé sur cet événement ? Bien informé – assez bien informé – assez mal informé - pas du tout informé Comment vous êtes vous informé : site du festival – site de la ville – affichage – par un ami (buzz) Avez vous assisté à l'édition 2007 ? oui – non Quelles catégories vous intéressent ? Littérature – BD – Podcast – Comédie – Expression citoyenne – Vidéo – Musique – Arts graphiques - Photo Assisterez vous à l'édition 2008 ? oui, bien sûr – oui, peut être – non

III – Vous
Comment avez vous été informé de cette enquête : site internet – mail – panneau lumineux – affichage – courrier – par un ami (buzz) Vous êtes : un homme – une femme Votre âge : moins de 15 – 15 à 29 – 30 à 44 – 45 à 59 – 60 à 74 – plus de 74 Vous êtes : agriculteur – artisan, commerçant, chef d'entreprise – cadres – profession intermédiaire – ouvrier, employé – retraité – chômeur – étudiant Vous faites partie d'une association : oui - non Vous habitez : Romans – 15km autour de Romans – plus de 15 km de Romans Si vous souhaitez être informé des résultats de l'enquête et des actualités liés à internet de la ville, vous pouvez saisir votre e-mail :

81

Interview de Mr Bertholet, Maire de Romans 1- Identité, image et vision pour Romans – Qu'est ce qui fait l'identité de Romans selon vous ? Il est difficile de répondre à cette question. L'identité est ce la tradition industrielle (cuir, chaussure ?)? Les nouvelles réalités économiques (le nucléaire, la plasturgie, l'agroalimentaire)? Est-ce la tradition gastronomique (raviole, pogne)? Est-ce le patrimoine ancien ? Est-ce la vitalité culturelle ? Est-ce l'ouverture aux échanges et à la coopération décentralisée ? Est-ce l'agenda 21 et le développement durable ? Est-ce la vitalité sportive (et notamment le rugby?) ? Est-ce l'histoire, souvent "frondeuse" (Le carnaval de Romans de 1580, les états provinciaux du dauphiné de 1788-89, l'anarcho-syndicalisme de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème, la Résistance ? Bref, l'identité de Romans c'est tout ça et vouloir la réduire à un élément qui résume l'ensemble me parait impossible. Quelle est votre image de Romans ? Une ville moyenne, animée et conviviale, "une ville à vivre"

Quelle est la vision que vous avez pour Romans, en tant que maire actuel et futur candidat ? Où va la ville en quelques mots ? Ma vision est celle d'une ville au coeur d'une communauté d'agglomération, favorisant le dynamisme économique, la valorisation du patrimoine, la qualité de vie et entretenant avec les agglomérations voisines (Valence, Tain- Tournon) des projets communs faisant du territoire de Rovaltain un des pôles dynamiques de Rhône-Alpes.

2-NTIC : – Quel est votre vision des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (internet, logiciels libres,blogs citoyens...) ? Je pense que l'ensemble des NTIC peut contribuer au développement de la communication entre les membres de la société, entre les individus et les institutions, entre les entreprises, et être un facteur de démocratie locale et de dynamisme culturel et économique. Mais pour l'essentiel elles restent des outils : la machine ne peut transmettre la totalité du message que permet le contact direct. Et le développement des NTIC nous confronte à un nouvel enjeu démocratique : comment surmonter la fracture numérique ? Quelles sont les ambitions de Romans en matière de NTIC ? Est ce un axe de développement, une reconversion, une nouvelle image ? Une offre performante en matière de NTIC est sans aucun doute un atout pour le développement de la plupart des activités économiques ( d'où la nécessité pour la collectivité d'investir pour permettre l'accès au haut débit là où le marché ne s'y engage pas encore parce que le potentiel d'utilisateurs ne lui parait pas suffisant!) Les NTIC peuvent également devenir un axe de développement en elles-même (bien que beaucoup d'autres territoires l'ambitionnent) et constituer ainsi une des thématiques de la reconversion industrielle). Elles peuvent donc conférer à la ville une nouvelle image bénéfique, de même que cette image positive peut générer elle même le développement des NTIC. C'est à explorer ces potentialités que visent aussi bien la mise en place du très haut débit que l'accueil du festival de la création sur l'internet.

82

3- Les projets de la ville : – Quelles sont vos attentes au niveau de la fibre optique ? J'attends de la fibre optique qu'elle permette une utilisation performante de l'internet par les acteurs économiques, administratifs sociaux et, dans l'idéal, par les utilisateurs privés. Vous avez porté le festival de Romans. Qu'en attendez vous ? J'en attends une notoriété positive pour la ville (image de créativité, d'ouverture, de modernité), un moment convivial et inventif pour les visiteurs et les Romanais et, dans l'idéal là encore, des prolongements culturels et économiques locaux.

4- Participation : – Quelle sont selon vous les attentes en terme de démocratie participative au niveau de la ville ? Les attentes en matière de démocratie participative sont aujourd'hui le fait d'un nombre trop limité de personnes (militants politiques ou associatifs très motivés, collectifs de citoyens au sein des maisons de quartiers). J'aimerais que la participation des habitants à la discussion et à l'éclairage des choix de politique communale devienne une pratique largement partagée et ne reste pas l'affaire de "spécialistes". Vous avez été le premier élu à ouvrir un blog dans la drôme, qu'est ce que vous en retirez aujourd'hui ? J'en retire le regret de ne pouvoir y consacrer davantage de temps. Et aussi la confirmation qu'il s'agit plus d'un outil d'expression personnelle et d'échanges personnalisés que d'un outil pratique de la démocratie participative.

Que pensez vous de l'expression via les blogs à Romans? Est ce qu'il y a une blogosphère à Romans selon vous ? Quel est son poid ? J'avoue ne pas connaître suffisamment l'ensemble des blogs romanais, faute de temps. J'ai l'impression que notre blogosphère reste encore peu étendue et trop renfermée sur elle-même. Mais je pense que c'est un peu inévitable (effet de la fameuse fracture numérique). Il faut avoir non seulement l'outil, mais aussi un minimum de technique, et surtout du temps disponible pour s'informer, réfléchir, échanger, produire et créer sur le net.

83

Interview de Jean Marie Chosson, élu délégué aux TIC Dans quels domaines est ce que tu interviens ? Avec quelle compétence ? Conseiller délégué aux transports, à la circulation, au stationnement, et depuis 2001 suite à la démission du conseiller municipal, aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). J'utilise Linux depuis 4 ans à titre personnel. J'ai installé des logiciels libres sur mon lieux de travail (école). De plus, chez les Verts, il y a une vraie volonté politique de promotion des logiciels libres. Quels sont tes intérêts dans le logiciel libre ? Le logiciel libre c'est à la fois des logiciels que l'on peut utiliser gratuitement, ainsi qu'un code source des logiciels mis à disposition de tous. Le code fait partie d'un patrimoine commun. A l'heure actuelle, tout internet transit via les États-Unis. Imaginons que demain 50% de l'économie passe par internet. Il y a peut être danger. La distribution de CD de logiciels libre, d'où ça vient ? Le premier CD de logiciel libre a été édité par Brest. Je connais bien le délégué au nouvelles technologies de cette ville (Michel BRIAND). L'idée m'a plu, je lui ai demandé si nous pouvions utiliser ce CD comme modèle pour Romans. Depuis 2005, la mairie utilise du logiciel libre. Cela représente une économie d'au moins 15 000 € par an en licence. Est ce que Brest est un modèle pour Romans en matière de TIC ? En quoi ? Oui pour le cd de logiciels libres et pour les Point d'Accès Public à Internet (papi), la démarche de Romans est cependant différente sur les logiciels libre : nous avons commencé par équiper la mairie (90% des postes municipaux ont au moins OppenOffice) avant de proposer aux Romanais nos CD de logiciels libres. Quelles sont tes attentes au niveau de la fibre optique ? Aujourd'hui, un territoire sans accès à un Très Haut Débit n'est pas attirant pour les entreprises. En terme d'économie locale, on risquait de voir partir des entreprises locales. La fibre est plus qu'un atout pour l'implantation d'entreprises localement. De plus, on constitue un territoire numérique avec la fibre optique : on ne fait pas mieux que le signal lumineux. C'est un investissement qui sera valable 100 ans au moins... Quel est ton rôle dans ce projet ? C'est un projet que j'ai porté avec le Maire. Il faut à la fois permettre la concurrence (France Télécom + Completel + Neuf peut être...). On créé le maillage de base, et on loue les tuyaux à un opérateur. Nous allons de plus créé un réseau "ville de Romans", ce qui va permettre des économies au niveau des accès internet de la ville. Votre participation au festival de Romans ? Je suis très branché sur la blogosphère Romanaise, avec des gens tel que François Maquin de la Maison de Quartier, Lionel Dujol, Hubert Guillaud... Les blogs locaux ont relayés l'information comme quoi Ginisty recherchait une ville d'accueil pour son festival. 84

Au niveau de la ville, j'ai porté le projet avec le Maire (à travers Agnès Durand) et JD Abel. Qu'en attends tu ? Un travail sur l'image de la ville. On a beaucoup entendu parlé de Romans à travers la crise de la chaussure. On aimerait donner une autre image et faire parler de Romans autrement. Il faut susciter des vocations : on aimerait que dans l'avenir des créateurs d'entreprises pensent à Romans. Le festival doit porter la politique numérique de la ville. Nous souhaitons une symbiose entre le "in" et le "off". La ville a la volonté d'être dans le "in" et ne pas être relégué dans le "off". Quelles sont les ambitions de Romans en matière de NTIC ? Axe de développement, reconversion, nouvelle image, suivi ? En interne : – favoriser les solutions actuelles. – Faciliter l'accès à l'information. => tout cela pour améliorer la participation. La ville a une réelle politique numérique (THD, Festival, logiciel libre,...) Je souhaite de plus multiplier les accès à internet via des Papi (cf : Brest), des postes en libre accès dans des secteurs clefs tel que la mairie, les maisons de quartiers... Quelle est ton image de Romans actuellement ? Romans est une ville agréable, conviviale, plutôt jolie. C'est entre le gros village où tout le monde se connaît et la ville avec un relatif anonymat. Quelles sont les suite envisagées (formation, économie, ...) ? Nous envisageons de faire de la friche industrielle de Jourdan (site industriel proche du centre ville) un lieu d'implantation pour les entreprises. La fibre pourrait attirer des investisseurs pour des centres d'appels par exemple. //Quelle origine ? Qui porte ces projets ? Avec qui travaillez vous ? Service informatique et service communication. Quelles attentes en terme de : – démocratie participative ? Oui. Je souhaite mettre en place des forums et faciliter la mise à disposition de l'information pour les habitants. Notamment des enquêtes publiques réalisées via internet sur l'urbanisation par exemple. Quelle est la stratégie globale ? Oui, il y a une stratégie qui englobe divers aspects. La politique numérique, c'est aussi de savoir quel format de fichiers nous allons utiliser pour nos archives. Le choix d'un type de fichiers ouverts (OpenOffice) nous permet l'interopérabilité (possibilité d'exporter les fichiers sur différentes plate formes) de nos fichiers dans le temps. Aujourd'hui nous rencontrons des soucis avec les fichiers réalisés il y a quelques années à peine sous word 2000 qui ne sont plus compatibles. 85

Il y a une politique d'infrastructure et d'usages (les deux sont liés). Interview Hubert Guillaud, leRomanais // BLOGS : Y a t il une « blogosphère » Romanaise ? Si la définition de la blogosphère est un réseau de blogs organisés, oui il y a bien une blogosphère à Romans. Bien sûr comparé à Lyon, il y a beaucoup moins de blogs, mais ils ne sont pas organisés de la même façon. On observe un phénomène comparable à Puteaux, Grenoble et Rouen. Quelle est l'histoire du Romanais ? Je suis arrivé à Romans en 2002, j'ai créé leRomanais en mai 2003. J'ai observer le phénomène de la création des blogs fin 2002. J'ai donc cherché a tester les outils. Le but était aussi de faire des connaissance sur la ville. Quelles sont ses statistiques d'accès ? J'ai environ 150 pages vues par jour. J'y passe un temps fou : 6 à 8 heures par semaine. A titre de comparaison, mon collègue du blog "le grand Rouen" pense pouvoir dégager un salaire en travaillant à plein temps sur son blog. Est ce que tu définis « leRomanais » comme un pouvoir (genre 5ème pouvoir), un contrepouvoir, autre chose ? La notion de 5ème pouvoir est un peu fausse, elle ne me plait guère. En tout cas il est impossible de généraliser. LeRomanais n'est pas un lieu de pouvoir. Il n'y a pas ou peu de pouvoir de mobilisation. La blogosphère a un impact certain sur les élu, mais il faut rester lucide. C'est incomparable avec la presse locale par exemple. //AIR : Quelles histoires ? Nous avons créer AIR pour formaliser les choses faites en commun et rendre visible ce que l'on fait. Une douzaine de personne l'ont montées, dont 4 très actives : Karim Bourras de Mondy, Jean Marie Gilbert, Lionel Dujol et moi même. Les statuts de l'association devrais être déposé d'ici moins de trois mois. Quelles ambitions, attentes ? (que devrais être un projet numérique pour la ville) Air : pour formaliser les relations. La ville devrait peut être se voir moins en opposition avec la blogosphère locale. Les blogs cherchent plus à titiller pour faire réagir. La critique est constructive. Romans a besoin du festival, même si la ville ne sera sans doute jamais un pôle universitaire. Il serait néanmoins assez simple d'attirer quelques entreprises du domaines des nouvelles technologies. // FESTIVAL DE ROMANS : Qu'est ce que tu as vu du festival de Romans ? Christophe Ginisty très bon dans son rôle d'animateur. Des intervenants intéressants, notamment lors de la table ronde webCitoyenne. Des rencontres sympathiques au café webcitoyen. J'ai vu aussi la table ronde sur la démocratie participative organisée par la ville. 86

Comment était ce ? Le programme est arrivé trop tardivement, notamment pour la table ronde "je blog à Romans". La cérémonie finale était un peu décevante et ne montrait pas assez les lauréats. Il aurait peut être fallu 1 seul prix, et prendre quelques minutes pour présenter l'activité du lauréat. Est ce que tu crois à cet événement ? Je suis aller le chercher, donc oui. Je pense qu'il peut apporter beaucoup à la ville. Même si je n'apprécie par Ginisty. Je pense que la ville ne l'a pas assez cadré. Le festival aurait pu être mieux réussi si tous les acteurs avaient travaillé ensemble. Ce festival est un peu la rencontre de deux égo, la ville et Ginisty. Que penses tu du thème de la créativité sur internet ? Il ne suffit pas, il n'est pas assez spécialisé. Par exemple Angoulême est vraiment spécialisé sur la bande dessiné. Comment se mesurer à des festivals de cette ampleur? Il faudrait peut être imaginer autre chose, plusieurs petits festivals ... Quelle a été l'implication d'AIR ? On a essayé de faire les choses très tôt. La ville était d'accord pour organisé un "off". Nous avons eu trois actions principales : – la carte interactive participative – le supplément "blog" du dauphiné libéré qui n'est pas paru – les tables rondes // Politique numérique de la ville Avis sur différents points :Fibre optique ? Je pense que ce type d'investissement est incontournable pour une ville. Logiciels libres ? La politique de la ville sur ce point est une mauvaise copie de ce qui c'est fait à Brest : l'objet est sorti de nulle part. Pas de séance de formation (Lionel Dujol en a fait une après coup). Ce n'est pas une politique publique, mais une édition de CD. De plus, je me méfie des "gourous" du libre. Est ce que les Espaces multimédias sont de futurs « papi » ? Non, ce qui manque c'est une sensibilisation. On propose des formations. Comment est ce qu'une ville accompagne la sensibilisation aux NTIC? Qui veut elle toucher ? Est ce qu'elle s'associe avec des acteurs locaux? Un seul PaPi pourrait suffire, avec une programmation efficace et régulière.

87

Interview Lionel Dujol, animateur multimédia Monnaie // BLOGS : Y a t il une « blogosphère » Romanaise ? Oui. Il y a une communauté de blog avec une identité de territoire. Ce n'est pas une nébuleuse. Il faut le sentiment d'appartenance à un réseau. Il y a une conscience des uns des autres, on accueille les nouveaux blogs. Les blogs se font connaître soit par eux mêmes, soit sont reconnus par un autre blogs. La salade matérialise cette blogosphère locale. Quelle est son influence ? Son influence est minime. C'est un problème. La grande faiblesse, c'est que l'on a du mal à sortir de la blogosphère. On tourne en cercle fermé. Cela concerne moins de 10% de la population romanaise. Il y a tout de même une existence politique. Comment as tu créé le blog "l'esp@ce multimédi@" ? Dans quel but ? Le blog est né après ma rencontre avec Hubert Guillaud, à Autrans pendant les rencontres multimédia (événement national, 300 personnes en 2007). J'ai ouvert cet espace comme une pratique un peu expérimentale du blog. Le but du blog est de prolonger ce qui est fait à l'espace multimédia Monnaie. On y trouve des courts et des tutoriels, ainsi que des nouvelles sur l'internet local. Quelles sont ses statistiques d'accès ? 12 000 visites mensuelles, 400 par jour. Le blog a été repéré par les autres espace multimédia des médiathèques partout en France. Le lectorat est assez non Romanais. La thématique n'est pas très locale. Le blog est un outil pour les gens qui fréquentent l'espace multimédia. Quel est son impact local ? National ? Il n'a pas vraiment d'impact localement. Il est apprécié par les gens qui viennent à l'espace multimédia. Il est reconnu par les bibliothécaires et les gens du métier. Il a une image d'expertise. Comment as tu créé la salade Romanaise ? Dans quel but ? Nous avons créé la salade en 2004. On est parti avec 7 blogs, il y en a plus de 80 aujourd'hui. 45% sont actifs. On cherche à être exhaustif. Mais il reste des soucis de mise en page. On pense faire une nouvelle édition prochainement, avec des entrées thématiques. Quelles sont ses statistiques d'accès ? 80 à 100 visiteurs uniques par jour. Ce qui n'est pas si mal compte tenu du manque d'accompagnement par la ville. Il n'y a pas de reconnaissance de la spécificité de l'outil local. Quel est son impact local ? National ? Il y a une sphère politique influente de la ville qui lit certains blogs. Ce n'est pas suffisant. Il faut aller au delà d'internet. Il y a une certaine reconnaissance du milieu médiatique. Quelques journaux ont parlés de cette spécificité Romanaise. Notamment un papier de 88

libération dans le dossier « Aux blogs citoyen ». //AIR : Quelles histoires ? C'est récent. L'idée est au départ de développé l'internet local. Il était trop personnifié par nous deux (Hubert Guillaud et Lionel Dujol). L'association donne un cadre légal, permet de toucher des subventions (pour l'instant l'association tourne avec 0€) Les adhésions devraient se faire prochainement. L'association est regroupé autour d'un noyau dur (Hubert Guillaud, Lionel Dujol, Karim Bourras, Jean Marie Gilbert), avec une vingtaine de blogueurs derrière. Quelles ambitions, attentes ? Permettre un internet local, le promouvoir, le mettre en valeur, mettre en situation les citoyens locaux d'être acteurs : formation, accompagnement. Outil : la salade. Aujourd'hui lorsque l'on créé un blog à Romans, on est sûr d'avoir une audience. De plus, on cherche à aller vers d'autres sphères : journaux locaux, forums des associations. // FESTIVAL DE ROMANS : Qu'est ce que tu as vu du festival de Romans ? Tout le « off » et la plupart du « in ». Off : la table ronde sur la démocratie participative était très intéressante. Aujourd'hui on en est loin. On fait la démarche à l'envers : il faut avant tout sensibilisé et formé aux nouveaux outils pour permettre la participation. Comment était ce ? Le programme était intéressant mais il n'a pas été cadenassé assez tôt. Il y a eu de grosses lacunes dans l'accueil déplorable qui a été fait des candidats. Est ce que tu crois à cet événement ? Dans les conditions actuelles, c'est événement est mort-né. Il n'est pas fiable, c'est une coquille vide. Il faudrait faire en sorte que ça soit une évidence que cela ce passe à Romans. Par exemple, le « carrefours des possibles » aurait pu mettre en avant 10 projets innovants. La région était prête à suivre. Ça ne c'est pas fait. De même pour le projet « les enfants du pays ». Que penses tu du thème de la créativité sur internet ? C'est un thème réel : internet permet de libérer l'expression, la création. Le thème n'est pas forcément grand public. Si on veut que les Romanais s'y intéressent, il faut les sensibiliser. Nous avions prévu des ateliers sur des thèmes proche (mettre sa vidéo en ligne, ses photos, créer son blog...) mais la ville n'a pas relayer l'information. Quelle a été l'implication d'AIR ? L'organisation de 4 ateliers avant le festival pour sensibiliser les Romanais. Nous avons pris en charge les deux tiers du off. La ville n'a pas reconnu notre implication, alors que la région avait subventionnée l'événement à hauteur de 10 000€ en s'appuyant sur nos initiatives locales. Ça laisse de l'amertume. // Politique numérique de la ville 89

Qu'est ce que c'est pour toi ? Elle est axée sur la fibre optique, dans un objectif économique. A destination des citoyens, elle est quasi-inexistante, elle n'est pas développée : très peu de service d'administration en ligne, pas de mise en valeur des services multimédia, pas de documents donnant les lieux d'accès à internet. J'ai oublié le logiciel libre ! Fibre optique ? L'enjeu économique est très important. C'est un vrai enjeu de territoire. L'implantation d'un PME peut se jouer la dessus. Mais dans la perspective de l'internet local... Pour nous c'est du sûr débit (?) Logiciels libres ? A l'espace multimédia, nous sommes en « tout logiciel libre » depuis 6 ans. C'est une volonté personnelle. C'est un atout pédagogique : tu formes sur un outil, les gens repartent avec pour l'installer chez eux. La ville propose le problème à l'envers : tu proposes un logiciel gratuit, ok, mais qu'est ce que j'en fais? C'est une très bonne idée, mais il manque l'accompagnement de la personne. Il n'y a pas de prise en compte de la réalité locale. Moi j'en fais depuis 6 ans. Il n'y a pas de mise en valeur de cette expertise. Le soucis pour les gens aussi, c'est qu'ils se disent que si c'est gratuit, c'est forcément de la daube. Dans quelle direction devrais être orienté les efforts de la ville ? L'accompagnement et mettre en avant ce qui existe déjà localement. Par exemple la MJC Robert Martin propose des formations pour mettre sa vidéo en ligne. //Espace multimédia : Quelles sont ses missions ? Il existe depuis 1999, ce qui était assez novateur à l'époque. L'espace de la médiathèque du centre (Simone de Beauvoir, centre ville) est ouvert depuis 2004. A la monnaie, c'est un public difficile. La mission de l'espace multimédia est de fournir un accès à internet avec un plus-value. Nous ne sommes pas un prestataire de service. Ce n'est pas un cybercafé. On accompagne le public vers l'autonomie. Quel est ton rôle au sein de cet espace ? Je suis responsable du secteur multimédia à Monnaie : consultation, mise en place d'atelier, accueil des groupes (un groupe par semaine), je gère aussi le fond d'achat (livre, cd-roms). Les livres et les cd-roms sont surtout sur les usages de bases : vidéos, musique... Quels sont les besoins en sensibilisation ? Vers qui ? En 1999, internet était minoritaire, c'était une curiosité. En 2007, la demande est très forte. Avant c'était de la découverte. Aujourd'hui, il y a une volonté de savoir utiliser les outils que l'on voit partout. On me dit souvent : « je ne trouve rien ». Il y a deux générations. Celle des moins de 20 ans ont grandi avec ces outils, et ils ont souvent des comportements d'experts. Mais il y a une génération « migrante », les plus de 30 ans qui font l'effort d'aller vers internet. Ils sont très demandeur, mais ont très peu de temps libre comme ils travaillent. Pour ces personnes, les horaires de l'espace multimédia ne sont pas adaptés.

90

Peux tu commenter les statistiques d'accès aux espaces multimédia ? Je milite pour un service public à part entière. Je fais un bilan tous les ans avec le plus de transparence possible. Nous avons eu récément le label netpublic, validé par l'Etat lorsqu'une vraie logique de service public est en place. Il y a une vraie plus value humaine, c'est pour je donne des chiffres dans un contexte. En terme de fréquentation, le service arrive à son maximum. J'ai beaucoup de retraités et de personnes sans emploi. Il y a de plus en plus de demande sur l'accompagnement. On veux savoir utiliser internet. La consultation est importante. Il ne faut pas oublier qu'il y a un réel sous équipement du quartier. La Monnaie est le quartier le plus défavorisé de Rhône-Alpes. Que penses tu du projet de Brest, les "papi" ? Est ce un objectif ? C'est un projet extraordinaire, un exemple de ce que doit être l'accès public à internet. Il y a une volonté politique de la part de Michel Briand depuis 1998, qui dit qu'avant de parler de participation, il faut permettre de participer. Aujourd'hui, les habitants de Brest ont tous un papi (Point d'Accès Public à Internet) à moins de 500m de chez eux. Il y a 60 papi dans cette ville de 150 000 habitants. C'est énorme. Dans ces points d'accès, il y a un accompagnement qui prépare au participatif. Par exemple récemment ils ont mis en place un wiki (page internet modifiable par les utilisateurs) pour recueillir des paroles de marins. La démocratie participative est vouée à l'échec s'il n'y a pas d'accompagnement. Wiki et compagnie n'incitent aujourd'hui que les plus actifs et les plus revendicatifs et ne sont pas représentatifs. C'est un peu comme de distribuer des cahiers de doléances à des gens qui ne savent pas écrire.

91