You are on page 1of 4

______________________________________ <Prénom> <Nom> ______________________________________ <Adresse><CP> <Ville> ________________________________________________ <Ville>, le <date>

Monsieur ___________________________________
<X Y> ____________________________________________________ <adresse><CP> <Ville> liste des évêchés sur le site de la Conférence des évêques en France liste des …

Objet ; demande d’inscription entant que APOSTAT et habeas data de tous les archives de votre institution.

Monsieur, Ayant été inscrit à votre institution non laïque au lieu de culte de _______________________ de la ville de __________________ en date du _____________, sous le nom de _________________________________. Je vous fais part, par la présente, de ma demande d’être clairement identifié comme APOSTAT à vos registres. Comme vous le savez, ce rituel n’existe pas, car le passé n’existe pas. Dans le présent, les seules choses qui existent sont les archives de cet acte qui n’ont pas de signification à mes yeux et aux yeux de ma république laïque. Cette demande a pour fondement, le droit à pétition prévu à l’article 72-1 de la constitution de la France. Mon choix de devenir APOSTAT est une décision personnelle qui n’implique que moi et uniquement moi-même en dépit des souvenirs des autres personnes. En fait, je n’ai jamais souhaité appartenir à cette institution et ma position n’a pas changé. Ces registres ne concernent que moi et j’en suis « le propriétaire » légitime. En effet, si une autre personne réclame un droit de « propriété » sur ces registres ou se considère concernée par eux d’une quelconque manière, cela serait inexact, car il s’agit d’un acte personnel qui m’a été imposé. Je ne vais pas me lancer dans une longue diatribe sans doute inutile, mais quelques explications me semblent utiles. Le comportement et l’expression de l’homosexualité ce n’est pas particulièrement par fierté, mais pas du tout par honte non plus. L’homosexualité n’est pas constitutive de la personne, mais elle ne peut pas non plus en être exclue. C’est très « bien » de vivre l’homosexualité au grand jour, sans se cacher, évitant ainsi de se faire souffrir inutilement, et aussi de faire souffrir autour de soi par le mensonge, les secrets. C’est très « bien » de vivre heureux et en couple pour des années, donner de l’amour et en recevoir en retour.

Pour toutes les couples, je veux la reconnaissance et la protection de la république, je veux les mêmes droits, les mêmes devoirs. Je ne veux plus de cette hiérarchie institutionnalisée des différents couples. L’homosexualité n’est pas vraiment un choix. Sinon le choix serait probablement d’être hétérosexuel. Non pas que l’homosexualité soit douloureuse en elle-même, elle ne l’est pas. Mais parce que notre monde, notre société, la majorité de ceux qui m’entourent sont toujours, en 2013, emprunts d’une forte homophobie. Alors me direz-vous, c’est un problème de société, pas un problème de cette religion ? Hélas, il faut bien reconnaître que cette institution non laïque est une des principales et constantes sources de cette homophobie ambiante, parfois sournoise, souvent dangereuse, blessante, porteuse de tant de souffrances pour ceux qui n’arrivent pas à s’en affranchir, poussant certains, trop agressés, jusqu’au suicide. L’homosexualité est considérée par votre institution non laïque comme une pratique sexuelle « objectivement désordonnée » et les actes homosexuels sont définis dans le catéchisme comme l’un des « péchés gravement contraires à la chasteté » au même titre que le viol (!). Pour Benoît XVI, le mariage égalitaire participe d’une « nouvelle idéologie du mal » et il serait même « un obstacle sur la route qui mène à la paix » (on croit rêver…). Le Vatican voit les humains homosexuels comme de deuxième classe mondiale, que ses familles mettent en danger la société. Il le considère les familles homosexuels comme subhumaines. Il prétend qu’« insérer des enfants dans les unions homosexuelles au moyen de l’adoption signifie en fait leur faire violence (en les plaçant) dans des milieux qui ne favorisent pas leur plein développement humain digne ». En dégradant et en méprisant les personnes homosexuelles du tout le monde. En utilisant un langage de la haine et des commentaires qui discriminent. Partout dans le monde, cette institution non laïque à travers ses actions, sa propagande, ses médias, ses lieux de cultes, ses groupuscules, s’immisce dans l’éducation, influence les hommes politiques, agit sur les pouvoirs publics et les votes, fait pression sur les populations, soutient des mouvements anti-laïques. Enfin, depuis le début du « débat » sur l’ouverture du mariage et de l’adoption à tous les couples en égalité, le florilège des propos homophobes de la part des instances des différentes des institutions non laïques s’est beaucoup « enrichi ». « Mgr » André Vingt-Trois a assimilé le mariage des couples de même sexe à une « supercherie qui ébranlerait un des fondements de notre société ». « Mgr » Barbarin craint que cette loi ouvre la voie à l'inceste et la polygamie (??). Quelle réponse de cette institution non laïque à la pétition signée par des élus de votre entreprise (pasteurs et prêtres, théologiens, responsables associatif, ou simples pratiquants) , « peinés de voir que la seule parole non laïque hiérarchisée audible soit celle du refus du mariage égalitaire » ? La réponse est, hélas, similaire aux autres réponses de votre institution non laïque sur ce sujet de société. Elle est emprunte de mépris, d’agressivité, de pseudo-vérité issues de nulle part. Elle y dit que « la pratique de l’homosexualité représente une menace sérieuse pour la vie et le bien-être d’un grand nombre de personnes », les signataires sont qualifiés de personnes « qui

ignorent l’enseignement de votre institution non laïque ou cherchent d’une manière ou d’une autre à le saper ». Est-ce là ce que votre institution non laïque appelle un débat respectueux, digne de l’intelligence humaine ? Où sont ses propres valeurs ? Considerez-vous que les travailleurs sexuels, ceux qui n’utilisent pas de préservatif, celles qui font des avortements, ce qui décident pour une mort digne, ceux qui ne vont plus à vos cultes, les homosexuels, les blasphèmes, les violents, les naturistes, les hommes libres de pensée, … enfin toute personne normale, mérite la peine la plus haute de votre institution, la APOSTASIE ? ou dites moi qui la mérite ? En tout cas, pour moi, c'en est trop. Je ne veux plus être lié par aucune façon à une institution non laïque porteuse de tant de violences, d'irrespects, de rejets. Il est même important pour ma propre sauvegarde, pour la sauvegarde de mon idéal d'une société du « vivre ensemble », de me séparer par tout moyen possible de telles idéologies. Cette institution non laïque hiérarchisée sombre dans l'obscurantisme, elle le fera sans moi. Je ne considère plus cette institution non laïque que comme un lobby aveuglé, dangereux, de haine, nuisible pour la société des hommes. Son comportement se réduit de plus en plus à celui d'une secte, mais peut-être est-ce là son avenir ? Je refuse de cautionner cette idéologie homophobe, lesbophobe, transphobe, sexiste, patriarcale, liberticide, draconienne, aliénante, sectaire, niant les individus, participant à la haine, au crime d’état, au génocide, au suicide, s’immisçant insidieusement dans la vie politique et publique, dans l’éducation, dans les consciences, favorisant la propagation des maladies, s’opposant au droits de la constitution (à l’avortement, la procréation assistée, l’égalité entre homme et femme, …), à la libre expression même vestimentaire, à la nudité, au respect des individus (dans d’autres institutions même des mutilations à la naissance sont vos marques). En s’imposant insidieusement dès la naissance, en incluant des pratiques délétères comme la négation, l’interdiction, la manipulation, la culpabilisation, le harcèlement, … enfin, en violant à tous les droits humains. Je n’accepte pas de valoriser une institution qui intervient autant dans ma république, dont la hiérarchie a des droits différents des miens (migration, logement, salaires, impôts, sécurité, …), dont les lieux de culte (de propagande) sont financés par ma nation, … Entreprise qui remplace en partie l’état dans des services comme la vie associative, la consultation psychologique, l’inhumation, la collecte des impôts, … Le jour où j’écris cette lettre est aussi symbolique. Il ne suffit que de regarder la date et les journaux pour se rendre compte du tout le « mal » que vous faites (Votre institution non laïque est finalement « le diable » !!). L’histoire le dira sans doute mieux que moi (ah oui c’est vrai vous manipulez l’histoire), mais je pressens que cette institution non laïque ne pourra pas se dédire longtemps de la responsabilité importante qu’elle porte à freiner, pour ainsi dire contre-carrer la lutte pour l’égalité,… des droits de l’homme. Comme son rôle dans les heures sombres de l'histoire, comme son discours venimeux face aux projets des lois actuels, le rôle néfaste des institutions non laïques hiérarchisées dans le cadre de la lutte pour l’égalité devra bien un jour être reconnu, jugé aussi…

Enfin, Je vous demande donc, SVP de m’envoyer la preuve physique (manuscrit complet) de l’existence de tout registre qui me concerne, je m’occuperai de son élimination. Du même, je vous demande donc d’avoir l’obligeance de me rayer des listes des inscrits (« baptisés ») à cette « secte », tous ceux qui sont tenues dans votre institution non laïque ainsi que de tout autre document que vous détiendriez dans un autre endroit. Seulement les preuves légales de cette radiation seront validées. Aucune annotation en plus dans vos registres déjà existants vous est demandée (pas d’annotations, de paragraphe, de post-it, …). Ceci s’applique aussi pour tout autre acte (rituel) inscrit dans votre institution (cf. liste d’exemples au pied de page) et de m’adresser une attestation de cette radiation. Mon adhérence à votre institution prend fin par la présente lettre vous signifiant mon APOSTASIE et ce, en vertu de l'article 1364 du code de droit canonique qui évoque clairement : « L’APOSTAT de la foi, l’hérétique ou le schismatique encourent une excommunication latae sententiae ». Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative "à l’informatique, aux fichiers et aux libertés", « mon évêché » de baptême ne peut refuser cet acte d’apostasie. Je lui demande par la présente de radier mon nom et toute autre donnée me concernant de tout registre des baptêmes et de tout autre fichier manuscrit ou informatisé que votre institution détiendrait. Au titre de la réglementation de la Commission Nationale Informatique et Liberté, votre institution non laïque doit me fournir à titre gracieux un double de tout acte modifié. Conformément à l’alinéa 2°c de l’article 11 de la loi précitée et si je devais ne pas recevoir cette attestation d’ici un mois, je serai au regret de saisir la CNIL voire d’engager toute procédure nécessaire pour obtenir le respect de ma volonté présentement exprimée. Egalement, j’exerce le droit d’habeas data pour toute information que vous ayez sur mon apostasie, pour telle raison vous devrez m’envoyer tous les manuscrits que vous avez créé et démontrer que vous avez effacé tous les autres registres, même celui de la présente demande et votre copie(s) de certificat de réponse à mon apostasie. Pétition, Je vous demande l’exclusion dans tous les faits, même les statistiques, des registres des personnes non laïques et la reconnaissance de cet acte d’APOSTASIE que par cette déclaration j’exprime. Je fais usage de mon droit légitime à disposer librement de mes décisions et au libre développement de la personnalité tel comme est consacré dans l’article 72,1 de la constitution politique de la France. Veillez trouver ci-dessous des autres rituels avec des registres à éliminer et à démontrez la preuve de son habeas data : __________________________________________________ __________________________________________________ __________________________________________________ __________________________________________________ __________________________________________________ cc. CNIL, Conseil Constitutionnel français