Bienvenue makno !

- Modifier l'article - Mon profil - Déconnexion
Rechercher s ur le s ite...

LE FLUX

WEB 1,2,3

SO_CULT’

PEER2PEER

OLD FASHION MEDIA

SO_AMAZING

GAMING

LE_FLOUZE

POLITIQUE

MARKETING ROOM

Le streaming, combien de divisions, et quel retour sur investissement ?
Publié le 26 mars à 16h40 par Philippe Astor

V ous avez souscrit à un accès au contenu intégral du site et à la new sletter. Nos offres

Que rapporte le streaming sur abonnement aux ayant droit de la musique ? Quel retour sur investissement peuvent-ils en attendre versus le téléchargement, dont le PDG de Deezer annonce la mort dans le Guardian ? Et combien d’abonnés y a t-il en France ? Quelques indicateurs glanés de ci delà, dont il convient toutefois d’interroger la fiabilité, permettent d’apporter un embryon de réponse. Dans un article qui relate une entretien avec Axel Dauchez , PDG de Deezer, lors du dernier Mobile World Summit à Barcelone, le Guardian cite le chiffre de 60 heures de musique écoutées en moyenne par semaine par les abonnés à la plateforme de streaming française. Vérification faite, la bonne statistique est de 60 heures par mois, soit environ 900 écoutes de titres de musique d’une durée moyenne de 4 minutes (60 h x 60 min. / 4). Autant d’éléments d’information permettant d’évaluer – à la louche, s’agissant de moyennes, et en élargissant les données de Deezer à l’ensemble des plateformes – ce que rapporte le streaming sur PRO version Are you a developer? Try out the HTML to PDF API

En direct du web :
03/05/2013 - La découverte musicale, toujours plus sociale - Ina Glob al 26/03/2013 - Microsoft, Spotify, The Echo Nest team up on Mixshape - CNet 25/03/2013 - Spotify launches first ad campaign - Reuters - Media 25/03/2013 - Spotify To Launch First Ever Ad Campaign On NBC's The Voice Tonight [VIDEO] - Hypeb ot 25/03/2013 - Will Spotify's First-Ever Ad Campaign Help It Win The Streaming Wars? [VIDEO] - Hypeb ot 25/03/2013 - Will Spotify's First-Ever $10M Ad Campaign Help It Win The Streaming Wars? [VIDEO] - Hypeb ot 25/03/2013 - Google, Twitter, Amazon... pourquoi se lancent-ils tous dans le

pdfcrowd.com

abonnement aux ayant droit de la musique (labels et Sacem), soit 0,0062 € par écoute (9,90 € – 19,6 % de TVA – 30 % qui vont dans les poches de la plateforme / 900). A titre de comparaison, la vente d’un titre de musique en téléchargement rapporte 0,56 € aux ayant droit (0,99 € – 19,6 % de TVA – 30 % pour la plateforme de téléchargement). Ainsi faudrait-il comptabiliser 90 écoutes pour percevoir autant, en tant qu’ayant droit, que sur la vente d’un titre en téléchargement, et 900 écoutes pour percevoir autant que sur la vente d’un album par le même canal. Cette évaluation – sur la base des informations fournies par Axel Dauchez – est probablement dans la fourchette haute de l’estimation, sachant que de nombreux titres ou albums se vendent en deçà du prix TTC retenu pour notre calcul ; à une variable près : la durée moyenne des titres écoutés, qui ne doit pas être très éloignée des 4 minutes que nous avons retenues. Reste à vérifier si elle est en correspondance avec les chiffres du marché français délivrés par le SNEP pour l’année 2012. 7,14 milliards d’écoutes en 2012 L’année dernière, l’abonnement à des services de streaming (Internet et mobile) a pesé 35,38 M€, selon le SNEP. Si l’on retient que ces chiffres portent en gros sur 80 % du marché (ils n’incluent pas les revenus d’un grand nombre d’indépendants), on peut estimer le chiffre d’affaires du streaming sur abonnement pour l’industrie phonographique française dans son entier à 44,22 M€ sur la période (35,38 M€ x 100 / 80). Un chiffre qui n’englobe pas les perceptions de la Sacem, difficiles à estimer. Nonobstant la marge d’erreur de quelques pour cent que cette inconnue peut introduire, et sachant qu’un abonnement rapporte 5,57 € aux ayant droit (9,90 € – 19,6 % de TVA – 30 % pour la plateforme), le nombre moyen d’abonnés en France sur l’ensemble de la période a donc été de l’ordre de 661 0001 (44,22 M€ / 5,57 / 12). Rapporté aux statistiques communiquées par Axel Dauchez, ces 661 000 abonnés auraient écouté en 2012 quelques 7,14 milliards de titres (661 000 x 12 x 900) pour un rapport aux ayant droit de 43,5 M€ (7,14 milliards x 0,0062 €), ce qui est directement en phase avec notre estimation du marché à 44,22
PRO version
Are you a developer? Try out the HTML to PDF API

streaming ? - Telerama 22/03/2013 - Streaming par abonnement, Le complexe de l’indigène #Gratuit ElectronLib re 21/03/2013 - Skype, Spotify creators hope to inspire European innovation - Reuters Media 21/03/2013 - Media Business - Amazon veut concurrencer Deezer et Spotify Offremedia

Sur Twitter :
@PrpleTrtle : RT @1GRR: Le chiffre qui fait mal : Deezer a 5 fois plus d'utilisateurs inactifs que Spotify http://t.co/CnByzcfboA
il y a 10 minutes

@Dreamside : RT @1GRR: Le chiffre qui fait mal : Deezer a 5 fois plus d'utilisateurs inactifs que Spotify http://t.co/pmiiTHHJU1
il y a 10 minutes

@TSeneor : Après #Deezer, #Spotify lance sa 1ère campagne pub, diffusée pendant The Voice US http://t.co/uFt3rvFmJr
il y a 29 minutes

@gdhios : @Spotify_France la petite appli du jour : http://t.co/53AFB5HVAb pour convertir les playlists Deezer sur #Spotify :) pratique !

pdfcrowd.com

M€, étendue aux labels indépendants, sur la base des chiffres publiés par le SNEP pour la période. Ainsi, les informations fournies par Deezer sur le nombre moyen d’écoutes par abonné, ainsi que les estimations qu’elles nous permettent d’établir sur ce que rapporte en moyenne une écoute sur abonnement aux ayant droit, paraissent-elles tout à fait fiables, avec une marge d’erreur relativement faible, les différentes inconnues de l’équation (durée moyenne réelle des chansons écoutées, part des perceptions de la Sacem de l’ordre de 10 %, part des abonnés à 4,90 € de l’ordre de 10 %, part de marché des indépendants, etc.) étant parfois susceptibles de s’annuler les unes les autres. D’où il ressort donc, avec une faible marge d’erreur, que : Les abonnés français à un service de streaming écoutent en moyenne 900 titres par mois Une écoute sur abonnement rapporte en moyenne 0,0062 € aux ayant droit 90 écoutes rapportent autant que la vente d’un titre en téléchargement 900 écoutes rapportent autant que la vente d’un album en téléchargement Dans tous les cas, il ne s’agit cependant que de moyennes, que de nombreux cas particuliers peuvent venir démentir, dans un sens ou dans l’autre. En matière de streaming, fut-ce sur abonnement, il n’y a pas de prix public HT garanti, et ce que rapporte une écoute dépend de nombreux paramètres, d’un mois et d’une plateforme à l’autre (prix de l’abonnement, nombre d’abonnés et de titres écoutés en moyenne, variation de la part de marché du label ou de l’artiste sur chaque plateforme, où ils sont confrontés à une concurrence non pas accrue mais démultipliée, etc.). Quadrature du cercle Globalement, l’industrie du streaming et les ayant droit, s’ils ont à cœur d’optimiser la rentabilité de ce nouveau mode de consommation de la musique, auront une sorte de quadrature du cercle à résoudre. Dans un premier temps, tout faire pour multiplier le nombre d’écoutes doit être l’objectif numéro un des labels et des artistes, s’ils veulent que le streaming devienne pour eux une source de revenus
PRO version
Are you a developer? Try out the HTML to PDF API

il y a 29 minutes

@vincentpi : RT @SophianF: RT @1grr: Le chiffre qui fait mal : Deezer a 5 fois plus d'utilisateurs inactifs que Spotify http://t.co/2bmMD9KCA3
il y a 33 minutes

@igor_mages : Mon petit projet, téléchargement automatique et transparent de spotify/deezer to iTunes http://t.co/G37csbEM1P
il y a 34 minutes

@AnaisBloup : @Nzthzn Spotify :) c'est dans le même genre que Deezer
il y a 42 minutes

@musicpiracyblog : Streaming IS the future of recorded music? @ http://t.co/zF9wEbhtGk #deezer #spotify
il y a 44 minutes

@Olivelah : Aie RT @1GRR: Le chiffre qui fait mal : Deezer a 5 fois plus d'utilisateurs inactifs que Spotify http://t.co/lT4aBjNymg
il y a 58 minutes

@DJK_ : RT @1GRR: Le chiffre qui fait mal : Deezer a 5 fois plus d'utilisateurs inactifs que Spotify http://t.co/pmiiTHHJU1
1 hour ago

En voir plus sur Twitter

L'agenda
Musique et cinéma, les derniers nés d’un mariage réussi

pdfcrowd.com

significative. C’est également l’intérêt des plateformes, si elles souhaitent que le prix des formules d’abonnement qu’elles proposent soit jugé acceptable par le consommateur. Payer 9,90 € par mois pour n’écouter qu’un peu de musique de temps en temps n’est pas une proposition de valeur qui tient la route. Mais est-ce l’intérêt des ayant droit et celui des plateformes mainstream à plus long terme ? Probablement jusqu’à un certain point, à partir duquel tout peut basculer, pour le meilleur comme pour le pire : en effet, si le nombre moyen de titres écoutés par les abonnés croît plus vite que le nombre d’abonnés lui même, la rémunération des labels va décroître à l’unité, ce que les volumes peuvent peut-être compenser (le nombre de titres écoutés sur les plateformes de streaming anglaises a bondi de 700 % l’an dernier), mais jusqu’à quand ? Quant aux plateformes, elles ont tout intérêt à ce que le revenu des ayant droit par écoute croisse si elles veulent se trouver en situation de pouvoir négocier un partage de la valeur plus en leur faveur, et parvenir à dégager suffisamment de marges pour investir dans l’innovation, le marketing et la R&D. Pour les plateformes comme pour les ayant droit, l’objectif doit être d’augmenter le nombre d’abonnés à une multitude de services de musique connectés ; mais pas nécessairement, à plus long terme, la quantité de titres écoutés par chacun d’eux, en tout cas jusqu’à un certain point. Sur un plan purement comptable, il vaut mieux, en effet, que les abonnés à un service de streaming écoutent en moyenne 500 titres par mois plutôt que 1000 (chaque écoute rapportera 2 fois plus), et faire primer la qualité de cette écoute sur la quantité. Une spirale vertueuse que seules une forte segmentation des offres et de nouvelles couches applicatives sont à même d’enclencher. A défaut, la mal-bouffe, le zapping et la boulimie, dans une ère de forte abondance, pourraient coûter très cher à la musique. 1 Ce nombre était certainement moindre en début d’année, et nettement supérieur fin 2012, avec une progression du marché de l’abonnement en valeur de l’ordre de 50 % sur les douze mois, selon le SNEP. En considérant que la valeur moyenne de 661 000 abonnés correspond au nombre d’abonnés à mi-2012, avec une progression de 23,5 % en valeur au premier semestre selon le SNEP, on peut
PRO version
Are you a developer? Try out the HTML to PDF API

d’un mariage réussi Le 30/03/2013 de 10h00 à 13h00 Assemblée générale du Spiil Le 25/03/2013 de 18H30 à 21H00

Indicateurs
Classement radio MediaForest du 10/03/2013 au 18/03/2013 Mix France International

1. "STAY" par RIHANNA FEAT. MIKKY EKKO 2. "DUSTY MEN" par SAULE FEAT. CHARLIE WINSTON 3. "FEEL SO CLOSE" par CALVIN HARRIS 4. "LOCKED OUT OF HEAVEN" par BRUNO MARS 5. "OH LA" par BRICE CONRAD 6. "THRIFT SHOP" par MACKLEMORE AND RYAN LEWIS FEAT. WANZ 7. "HO HEY" par THE LUMINEERS 8. "JE TE DONNE, GENERATION GOLDMAN" par LESLIE ET IVYRISE 9. "SCREAM AND SHOUT" par WILL I AM FEAT. BRITNEY SPEARS 10. "I COULD BE THE ONE" par AVICII VS NICKY ROMERO

pdfcrowd.com

estimer à environ 535 000 leur nombre en janvier 2012 (en partant de l’équation X + 23,5 X / 100 = 661 000), et autour de 800 000 en décembre 2012, en ligne avec une progression de 50 % du CA de l’abonnement sur un an.
Tw eet

Rédigé par Philippe Astor Journaliste spécialiste de l’industrie de la musique et d’Internet, collaborateur de Musique Info (Ecran Total) et co-fondateur d’Electron Libre.
Suivre @m akno

Consult er t ous les art icles de Philippe Ast or →

2 commentaires sur cet article
Benjamin Sauzay dit :
26 mars 2013 à 18 h 54 min (Modifier)

Et ceci vient donc parfaitement confirmer les chiffres Adami sur la remuneration in fine des artistes 0,0062 – 10% Sacem environ x 10% de royalties moyen – abattements habituels (allez pour être généreux on fait un taux moyen réel à 8%) = 0,0004 !
Répondre

PRO version

Are you a developer? Try out the HTML to PDF API

pdfcrowd.com

Philippe Astor dit :
26 mars 2013 à 19 h 09 min (Modifier)

Indeed
Répondre

Laisser un commentaire
Connecté en tant que Philippe Astor. Se déconnecter ?
Commentaire

Laisser un commentaire

Articles récents
Le stream ing, com bien de divisions, et quel retour sur investissem ent ? Spotify… et m aintenant la vidéo ! Chine, l’Em pire du ciném a Stream ing par abonnem ent, Le com plexe de l’indigène #Gratuit Nouveaux m édias : Radio France passe la seconde

Commentaires récents
Une école de développeur nom m ée 42 | ElectronLibre dans 42 – l’école de Xavier Niel #Live Philippe Astor dans Le stream ing, com bien de divisions, et quel retour sur investissem ent ? Benjamin Sauzay dans Le stream ing, com bien de divisions, et quel retour sur investissem ent ?

Tous les articles
m ars 2013 (302) février 2013 (365) janvier 2013 (421) décem bre 2012 (413) novem bre 2012 (504) octobre 2012 (491) septem bre 2012 (349) août 2012 (21)

Le site
À propos Mentions légales Contact Publicité

PRO version

Are you a developer? Try out the HTML to PDF API

pdfcrowd.com

YouTube, prem ier m édia pirate de la planète Bernard Tapie, le « grand arc du Sud » dans le viseur

août 2012 (21) Firefox bloque 80,6% des cookies indésirables | ElectronLibre dans Google : « Vade retro anti-publicitas ! » Hulu n’est pas à vendre (à m oins que…) | ElectronLibre dans Spotify… et m aintenant la vidéo ! juin 2012 (1)

© 2008-2013 Electronlibre.info. Tous droits réservés.

PRO version

Are you a developer? Try out the HTML to PDF API

pdfcrowd.com

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful