Dissertation

Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notamment celles figurant dans le dossier ; de rédiger en utilisant le vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la question, en organisant le développement sous la forme d'un plan cohérent qui ménage l'équilibre des parties. Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Sujet : Comment peut-on expliquer la mutation des conflits sociaux ?
Document 1 : Quelques grands mouvements sociaux en France 18311834 1871 1890 1914 1936 1947 1968 1971 1972 1979 1981 1983 1986 1988 1995 19971998 2006 2006 2009 2010 Réforme des canuts de Lyon Commune de Paris Première célébration de la journée d’action du 1° Mai Manifestations de rue des « suffragettes »en faveur du droit de vote des femmes Vague de grèves avec occupations d’usines à la suite de l’élection du Front Populaire Vague nationale de grèves ouvrières Mouvement étudiant et grève générale Manifestation contre le nucléaire civil Mobilisation féministe lors du procès d’une mineure ayant avorté clandestinement Manifestation féministe pour l’application de la loi sur l’avortement et la gratuité de l’acte Première véritable marche des fiertés homosexuelles en France Mouvement de jeunes Beurs pour dénoncer les violences racistes Vaste mouvement étudiant Mouvement de grèves des infirmières Mouvement de mal-logés et grèves contre le plan de réforme de la Sécurité Sociale Mouvement des sans -papiers Installation de SDF dans des tentes à Paris et dans plusieurs villes de province Mouvement étudiant contre le CPE Grandes grèves contre la vie chère en Guadeloupe Mouvement de grève contre la réforme des retraites dans les régimes spéciaux

Source : P.Deubel, Dictionnaire d’analyse économique et historique des sociétés contemporaines, Pearsons Education, 2009 Document 2 : Plus du quart des salariés est syndiqué dans l’immédiat après-guerre, contre 8 % aujourd’hui. Mais cette chute sanctionne une évolution en quatre temps : une diminution rapide et régulière jusque la fin des années 1950 ; une légère remontée des années 1960 au milieu des années 1970 ; un nouveau déclin jusqu’au début

des années 1990, suivi d’une stabilisation. On le sait, en longue durée, le taux de syndicalisation en France apparaît comme l’un des plus faibles des pays industriels, les périodes d’intense conflictualité sociale et politique – le Front Populaire, la Libération – se traduisant par des vagues de syndicalisation relativement éphémères. (…). La courbe de la désyndicalisation qui intervient à partir de la fin des années 1970 est associée de manière suffisamment étroite avec celle de la montée du chômage et de la déstabilisation de l’emploi pour admettre qu’il s’agit de l’un des facteurs cette chute. Les formes d’emploi flexibles sont de fait un obstacle à la participation syndicale : seuls 2,4 % des salariés en CDD ou en intérim sont syndiqués ». En dehors de la CGT, tous les syndicats ont délaissé l’organisation des chômeurs. Le syndicalisme apparaît aujourd’hui replié dans le secteur public et les grandes firmes du secteur privé, au sein desquels il est souvent davantage représentatif du salariat intermédiaire que des travailleurs du bas de l’échelle. Plusieurs recherches ont montré les relations entre précarisation professionnelle et sociale, et prise de distance avec la vie syndicale et politique. (…) L’affaiblissement du syndicalisme et le recul en longue durée des journées de grève, indicateur d’une forme longtemps canonique d’action salariale, ne signifie pas la fin de la conflictualité sociale au travail, mais le renouvellement et l’invisibilisation partielle de cette dernière : si sa forme canonique, la grève, est en déclin, d’autres formes – refus d’heures supplémentaires, pétitions, débrayages de courte durée – progressent . Apparaissent plus répandues encore les situations d’« esprit de révolte sans révolte », de « consentement critique », ou de résistance individuelle qui fournissent un terreau potentiel de ressourcement de l’action collective. Source : Paul Bouffartigue, Précarités professionnelles et action collective, Travail et emploi, Octobrenovembre 2008 Document 3 : Les mutations de l’emploi salarié en France ( n milliers et en pourcentage)

Document 4 : Représentation de la répartition des valeurs en 2005-2088 Value Survey Cultural Map 2005-2008

Secular Rational Values : Valeurs rationnelles laïques Traditional Values : Valeurs traditionnelles Survival Values : valeurs matérialistes Self Expression Values : Valeurs d’expression personnelle

Source: Ronald Inglehart and Christian Welzel, "Changing Mass Priorities: The Link Between Modernization and Democracy." Perspectives on Politics June 2010 (vol 8, No. 2) page 554.

Épreuve composée
Cette épreuve comprend trois parties. 1 – Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre de l’enseignement obligatoire. 2 – Pour la partie 2 (Étude d’un document), il est demandé au candidat de répondre à la question en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document, de collecte et de traitement l’information. 3 – Pour la partie 3 (Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : • en développant un raisonnement ; • en exploitant les documents du dossier ; • en faisant appel à ses connaissances personnelles ; • en composant une introduction, un développement, une conclusion. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Première partie : Mobilisation des connaissances (6 points)
1. Présentez la théorie de la stratification sociale de Max Weber (3 points) 2. En quoi la prise en compte de l’hétérogénéité du facteur travail modifie-t-elle la gestion de l’emploi ? (3 points)

Deuxième partie : Étude d’un document (4 points)
Après avoir présenté le document, vous mettrez en évidence les relations entre l’évolution de l’emploi et la protection de l’emploi (LPE)

AU :Australie CN :Canada IR : Irlande SW : Suisse UK : Royaume-Uni US : Etats-Unis DK : Danemark IT : Italie JP : Japon BG : Belgique FN : Finlande AL : Allemagne ES : Espagne OE : Autriche SD : Suède NL : Pays-Bas PT : Portugal FR : France

Source : Protection de l’emploi, chômage structurel, Flash Economie, Natixis, 18/02/2013, n°159

Troisième partie : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points) En quoi les politiques macro-économiques mises en oeuvre depuis 2007 ontelle permis d’éviter de tomber dans la dépression ?Vous répondrez à cette question à l’aide du dossier documentaire et de vos connaissances.
Document 1 : Les taux d’intérêt directeur des Banques Centrales entre 2003 et 2011

Document 2 :

Source : France : « Go, stock and ... » ,Perspectives 2010-2011 pour l’économie française, OFCE, Octobre 2010

Document 3 :

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful