Licence Calcul Differentiel

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES

Calcul Différentiel

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

Université Bordeaux I Année universitaire 2000-01

P HILIPPE C HARPENTIER U NIVERSITÉ B ORDEAUX I L ABORATOIRE DE MATHÉMATIQUES P URES 351, C OURS DE LA L IBÉRATION , 33405 TALENCE Adresse électronique: Philippe.Charpentier@math.u-bordeaux.fr

Introduction

Ce

polycopié a été réalisé durant l’année universitaire 2000-2001 alors que j’enseignais les certificats de Licence LA1 et LA2. J’ai choisi de faire une présentation assez exhaustive (donc ne correspondant pas toujours exactement au contenu des programmes officiels de la Licence de Bordeaux) affin d’éviter au maximum les « trous » que j’ai pu constater en travaillant à la préparation de l’oral de l’agrégation. La présentation tâche toujours de dégager en premier les concepts généraux même si on ne les utilise que dans des cas particuliers. Par rapport au programme officiel il n’y a finalement que peu de changements. Pour les équations différentielles, la notion de solution approchée a été systématiquement développée et utilisée. Ainsi le Théorème de cauchy-Lipschitz est non seulement démontré avec le Théorème du point fixe mais aussi avec avec la méthode d’Euler des solutions approchées. Du même coup, on montre le Théorème de Arzela-Cauchy-Péano. Les exercices des fins de chapitre sont dûs aux enseignants de travaux dirigés, Christophe Bavard, Gérard Galusinski, Gilles Robert et Philippe Monnier. Philippe Charpentier

iii

Table des matières

Introduction CHAPITRE I. Calcul Différentiel I.1. Fonctions différentiables . . . . . . . . . . . . . . . . . I.2. Théorème des accroissements finis et applications . . . . I.2.1. Le Théorème des accroissements finis . . . . . . . I.2.2. Applications du Théorème des accroissements finis I.3. Théorèmes d’inversion locale et des fonctions implicites . I.3.1. Le Théorème d’inversion locale . . . . . . . . . . I.3.2. Le Théorème des fonctions implicites . . . . . . . I.4. Différentielles d’ordre supérieurs . . . . . . . . . . . . . I.4.1. Différentielles secondes . . . . . . . . . . . . . . I.4.2. Différentielles d’ordres supérieurs . . . . . . . . . I.5. Formule de Taylor, développements limités . . . . . . . . I.5.1. La formule de Taylor . . . . . . . . . . . . . . . I.5.2. Développements limités . . . . . . . . . . . . . . I.5.3. Opérateurs différentiels . . . . . . . . . . . . . . I.6. Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I.6.1. Maxima et minima relatifs . . . . . . . . . . . . . I.6.2. -conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . I.6.3. Sous-variétés différentiables, extrema liés . . . . . Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

iii 1 1 6 6 8 10 10 13 14 14 16 20 20 22 27 28 28 29 32 36 43 43 43 46 47 47 52 52 52 53 55 56 57 59 62 62 63 64 65 66 66 67 67 68 70 71

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CHAPITRE II. Équations différentielles II.1. Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.1.1. Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.1.2. Bouts des solutions maximales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.1.3. Cylindres de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.2. Solutions approchées, Méthode d’Euler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.3. Théorèmes d’existence et d’unicité généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.3.1. Le cas de dimension finie : le Théorème de Cauchy-Peano-Arzela . . . . . . II.3.2. Le cas localement lipschitzien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.3.2.1. Lemmes de Gronwall, Lemme fondamental . . . . . . . . . . . . II.3.2.2. Le Théorème de Cauchy-Lipschitz . . . . . . . . . . . . . . . . . II.3.2.3. Solutions globales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.3.2.4. Dépendance par rapport aux conditions initiales et à un paramètre II.4. Le Théorème des bouts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.5. Équations différentielles linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.5.1. Définitions, existence et unicité des solutions . . . . . . . . . . . . . . . . II.5.2. Résolution des équations différentielles linéaires d’ordre ½ . . . . . . . . . II.5.2.1. Cas où est de dimension finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.5.3. Résolution des équations différentielles linéaires d’ordre Ò . . . . . . . . . II.5.3.1. Équation différentielles linéaires scalaires d’ordre Ò . . . . . . . . II.5.4. Équations différentielles linéaires à coefficients constants . . . . . . . . . . II.5.4.1. Cas où est de dimension finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.5.4.2. Cas des équations d’ordre Ò . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.5.5. Stabilité des solutions des équations différentielles linéaires . . . . . . . . . II.6. Éléments d’études qualitatives en dimension ½ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . v

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TABLE DES MATIÈRES

Exemples de sujets et de corrigés d’examens Examen partiel de l’année universitaire 2000-2001 Sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Examen de la session de Juin 2001 . . . . . . . . Sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Examen de la session de Septembre 2001 . . . . . Sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Examen de la session de Mai 2002 . . . . . . . . Sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Index des Notations Index Terminologique Bibliographie

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . .

75 75 75 76 77 77 79 80 80 81 82 82 84 85 87 89

vi

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

C HAPITRE Á

CALCUL DIFFÉRENTIEL
SECTION I.1

Fonctions différentiables
D ÉFINITION I.1.1. 1. Soient un espace métrique, un espace normé, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une fonction de Í dans . On dit qu’une fonction de Í dans un espace normé est un (resp. ), et on écrit (resp. ) au point ܼ , s’il existe un voisinage Î de ܼ et une fonction de Î dans telle que Ü ½). ܾÎ, Ü Ü Ü avec Ü Ü¼ Ü (resp. Ü Ü ¼ Ü Ü¼ Ü Ü¼ 2. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ ¾ Í et Í , , deux fonctions. Ü   Ü , pour Ö assez petit, on On dit que ½ et ¾ sont tangentes en ܼ si, en posant Ñ Ö ½ ¾ ܠܼ Ö aÑ Ö Ö en Ö . Il revient au même de dire que ½   ¾ Ü   ܼ . 3. Sous les même hypothèses que le 2., on dit que ½ et ¾ sont strictement tangentes en ܼ si, et , il existe Ö tel que, pour Ü   ܼ Ö et Ý   ܼ Ö on a ½ ܼ   ¾ ܼ Ü   Ü   Ý   Ý Ü   Ý , c’est-à-dire que   est lipschitzienne de rapport dans ½ ¾ ½ ¾ ½ ¾ la boule ܼ Ö .

Ó´ µ

´µ

Ç´ µ ´µ ´µ

Ó´ µ

Ç´ µ

ÐÑ ´ µ ¼

ÐÑ ´ µ

·

´ µ Ó´ µ ¼ ´ µ ´ µ ¼ ´ ´µ ´µ ´ ´µ ´ µ

´µ

×ÙÔ Ó´

´µ

µ

´µ

½¾

¼ ´ µµ

¼

Bien sûr, la notion de stricte tangence est plus forte que celle de tangence.

P ROPOSITION I.1.1. Soient et deux espaces normés sur à , Í un ouvert de , ܼ ¾ Í et Í , , deux fonctions. 1. La relation « ½ est tangente à ¾ en ܼ » est une relation d’équivalence. Si ½ est tangente à ¾ en ܼ , en ce point ; en particulier, si ½ est continue en ܼ , ¾ l’est aussi. ½   ¾ est continue en ܼ et vaut 2. Il existe au plus une application linéaire de dans telle que les fonctions Ü ½ Ü   ½ ܼ et Ü Ü   ܼ soient tangentes en ܼ . De plus, si ½ est continue en ܼ alors est continue et réciproquement.

½¾

¼

´

µ

´µ

´ µ

Démonstration. Le 1. est immédiat, et, la seule chose à voir dans le 2. est le fait que si deux applications linéaires ½ et ¾ de sont tangentes en zéro alors elles sont égales ce qui évident puisque

dans

×ÙÔ
Ü

Ö

½ ´Üµ

  ¾ ´Ü µ

½

 

¾

Ö

1

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

D ÉFINITION I.1.2. Soient et deux espaces normés sur à , Í un ouvert de , ܼ ¾ Í et Í . On dit que est différentiable en ܼ si les conditions suivantes sont vérifiés : 1. est continue en ܼ . 2. Il existe une application linéaire telle que les applications Ü Ü   ܼ et Ü Ü   ܼ soient tangentes en ܼ , c’est-à-dire Ü Ü¼ Ü   ܼ Ü   ܼ . De plus, lorsqu’elle existe, cette application linéaire est unique et continue. On l’appelle la différentielle de en ܼ ou la dérivée de en ܼ et elle se note ܼ ou encore ¼ ܼ . Si est différentiable en tout point de Í , on dit que est différentiable dans Í et l’application Ü Ü de Í dans s’appelle l’application dérivée de , ou simplement la dérivée ou la différentielle de .

´µ

´ µ· ´ ´ µ

µ · Ó´

µ

´µ ´ µ

´

µ

´ µ

´µ

Ä´

µ

Remarque I.1.1. 1. La Proposition précédente montre qu’une fonction est différentiable en ܼ si et seulement si la condition 2. de la Définition ci-dessus est satisfaite avec continue. 2. ´Ü¼ µ est donc une application linéaire de dans . Son action sur un élément de sera notée ´Ü¼ µ´ µ ou ´Ü¼ µ ¯ . 3. Dans toute la suite, dans un énoncé donné, les espaces vectoriels considérés sont des espaces vectoriels sur un même corps à qui est soit Ê soit . Naturellement, lorsque les espaces normés sont complexes, on peut aussi les considérer comme des espaces normés réels. La notion de différentiabilité dépend alors du corps sur lequel on se place. En effet, si on considère que le corps des scalaires est Ê, la fonction est différentiable s’il existe une application Ê-linéaire tangente, et, si on considère que le corps des scalaires est , elle le sera s’il existe une application -linéaire tangente. Ainsi on voit aussitôt, par la définition même, que la différentiabilité sur implique celle sur Ê, la Ê-différentielle étant égale à la -différentielle, mais la réciproque n’est pas vraie en général : une fonction Ê-différentiable est -différentiable si et seulement si sa Ê-différentielle est -linéaire. Ê, ´Ü¼ µ est une application linéaire de Ê dans . Elle s’écrit donc Ø Ø ´Ü¼ µ ¯ ½. On identifie alors 4. Dans le cas où ´Ü¼µ ¯ ½. Ceci redonne, dans le cas où Ê, la notion usuelle de toujours l’application linéaire ´Ü¼ µ avec le point de dérivée. Le but du présent cours n’est pas d’étudier les différences profondes qui existent entre la Ê-différentiabilité et la -différentiabilité (ceci est essentiellement l’objet de la théorie des fonctions holomorphes), mais de construire une théorie des fonctions différentiables indépendante du corps.

D ÉFINITION I.1.3. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de et Í . On dit que est continûment différentiable dans Í ou de classe ½ dans Í , et on note ¾ ½ Í , ou simplement ¾ ½ Í , si est différentiable dans Í et si l’application dérivée est continue de Í dans (muni de la norme usuelle des applications linéaires continues).

´

µ

Ä´

µ

´ µ

D ÉFINITION I.1.4. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , Í différentiable en ܼ s’il existe une application linéaire continue Ü   ܼ et Ü Ü   ܼ soient strictement tangentes en ܼ .

et ܼ

¾ Í . On dit que

´µ

´ µ

´

µ

est strictement telle que les applications Ü

La Proposition suivante est immédiate :

P ROPOSITION I.1.2. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , Í tiable en ܼ si et seulement si elle est différentiable en ܼ et si on a

et ܼ

¾ Í.

est strictement différen-

avec

Ü Ý Ü¼

Ð Ñ ´Ü ݵ ¼.

´Üµ   ´Ýµ

´Ü µ ¯ ´Ü   ݵ · Ü   Ý ´Ü ݵ
¼

Nous verrons, à la section suivante (Proposition I.2.2, page 9), une condition suffisante de différentiabilité stricte qui implique qu’une fonction continûment différentiable est strictement différentiable. La Proposition suivante se vérifie très facilement à partir des définitions :

P ROPOSITION I.1.3. Les notions de fonctions différentiables, strictement différentiables, de différentielle en un point et d’application dérivée restent inchangées si on remplace les normes des espaces et par des normes équivalentes. P ROPOSITION I.1.4. Soient et trois espaces normés, Í un ouvert de et Î un ouvert de 1. Si et sont deux applications de Í dans différentiables en ܼ ¾
2 Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

Í , pour tous scalaires

.

et ,

I.1. FONCTIONS DIFFÉRENTIABLES

est différentiable en ܼ et ܼ ܼ 2. Soient Í , Î , ܼ ¾ Í et supposons différentiable en ݼ alors Æ est différentiable en ܼ et Æ
Démonstration. La preuve du 1. est élémentaire, vérifions simplement le 2. écrire

·

´ · µ´ µ

´ µ · ´Ü µ. ´Ü µ Ý ¾ Î . Si est différentiable en Ü ´ µ´Ü µ ´Ý µ Æ ´Ü µ.
¼ ¼ ¼ ¼ ¼ ¼

¼

et

étant différentiable en ܼ , elle est continue, et on peut

´ ´Ü¼ µµ · ´Ý¼ µ ¯ ´ ´Üµ   ´Ü¼ µµ · Ó´ ´Üµ   ´Ü¼ µ µ pour Ü voisin de ܼ . En écrivant ensuite que est différentiable en ܼ et en remplaçant dans l’expression précédente, il vient ´ ´Üµµ ´ ´Üµµ
Comme

´ ´Ü¼ µµ · ´Ý¼ µ Æ ´Ü¼ µ ¯ ´Ü   ܼ µ · ´Ý¼ µ ¯ Ó´ Ü   ܼ µ · Ó´ ´Ý¼ µ sont continues, on a
Ó´

´Ü¼ µ ¯ ´Ü   ܼ µ · Ó´ Ü   ܼ µ

´Ü¼µ et

´Ý¼ µ ¯ ´Ó Ü   ܼ µ

Ó´ Ü   ܼ µ et Ó´ Ü   ܼ µ

´Ü¼ µ ¯ ´Ü   ܼ µ · Ó´ Ü   ܼ µ

P ROPOSITION I.1.5. 1. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de différentiable en tout point de Í et Ü , Ü ¾ Í. 2. Soient continue. Alors ,

´Ü ÜÒ µ de et ´Üµ ¯ ´ ´ Ü ÜÒ µ · ´Ü ÜÒ µ · · ´Ü ÜÒ  Ò µ Òµ 3. Soient et deux espaces de Banach. Soit Ä ´ µ le sous ensemble de Ä ´ µ constitué des isomorphismes de sur . Alors Ä ´ µ est ouvert dans Ä ´ µ et l’application ³ Ù Ù  de Ä ´ µ dans Ä ´ µ est de classe . De plus, pour toute Ù ¾ Ä ´ µ, on a ³´Ùµ ¯  Ù  Æ Æ Ù  ¾ Ä ´ µ
est différentiable en tout point Ü
½ ½ ¾ ½ ½ ½ ¾ ½ ½ ½ ½ ½ ½

½

´µ ¼

et

Í
Ò

. Si

est constante elle est

Ò, et

des espaces normés et

une application multilinéaire

Démonstration. Le 1. est évident ainsi que le 2. pour Ò

½. Montrons donc le 2. pour Ò
½

½. Par linéarité, on a
Ò ½

´Ü½ ·

½

ÜÒ · Ò µ

´

ܾ

ÜÒ µ ·

· ´Ü ½

Ü Ò µ · ´Ü µ
¾, Þ Ü , si Ò et de Ü telle que

¾ Á et Þ

´Ü µ est une somme d’expressions de la forme ´ÞÁ µ avec ÞÁ ´Þ½ ÞÒ µ Á si ¾ Á . Alors la continuité de implique qu’il existe une constante à ¾ ´Ü µ à ×ÙÔ Ã Ó´ µ ce qui termine la preuve du 2.

½ ¾ Ò , cardÁ ne dépendant que de

Démontrons maintenant le 3. Voyons tout d’abord que ´ µ est ouvert dans ´ µ ; pour voir que Ù­ · est un isomorphisme pour assez petit, il suffit de voir que Ù ½ ­ ½ ¾ ­Ù ½ ­ ½ , cela résulte du Lemme important suivant : Or si on prend

Ä´

Ä

Ä

Æ ´Ù · µ

µ : soient Ù

¾ Ä ´ µ et ¾ · Ù ½ Æ ¾ Ä ´ µ.

­ ­´

L EMME . 1. Soit
­

2. Soient

  Ùµ ½­ ½  ½ Ù
et

un espace de Banach. Si .

Ù

¾ Ä ´ µ est telle que Ù
Ù ½ de

½ alors µ dans

  Ù est inversible dans Ä ´ µ, et,
µ est continue.

deux espace normés. L’application Ù

Ä´

Ä´

Démonstration du Lemme. Considérons la série

gente. On voit alors aussitôt que sa somme Ú vérifie Ú ´ Ùµ ´ Ùµ Ú . ´ µ et supposons qu’il existe une suite Ò ´ µ qui tends vers Montrons maintenant le 2. du Lemme. Soit Ù zéro telle que, pour tout Ò, Ù · Ò ´ µ. Alors, pour tout Ò, · Ù ½ Ò ´ µ (multiplier à gauche par Ù ½ ), et · Ù ½ Ò µ ½ Ù ½ Ù ½ ´´ · Ù ½ Ò µ ½ µ Ù ½ , donc ´Ù · Ò µ ½ Ù ½ on a ´Ù · Ò µ ½ Ù ½ ´ ´ · Ù ½ Ò µ ½ Ù ½ Ò Ù ½ . Or la formule

Ò

 

Æ

 

Æ

¾ Ä Æ Æ Æ

Æ ¾ Ä

¼

ÙÒ . Comme ÙÒ

Ù Ò , cette série est absolument convergente, donc conver-

 

  Æ

Æ

 

Æ Æ

¾ Ä  

¾ Ä

Æ

 

Æ Ñ
montre que, pour
¼

´ ½µÑ ´Ù ½ Æ Ò µÑ

Æ

   

· Ù  ½ Æ Ò

¡

¡   · ´ ½µÆ Ù ½ Æ Ò Æ ·½

Ò petit (i.e. Ò assez grand) la norme de

¡ · Ù ½ Æ Ò  ½ est uniformément bornée ce qui permet de conclure.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

3

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL
Fin de la démonstration de la Proposition. Pour assez petit, on a ³´Ù · µ   ³´Ùµ ´Ù · µ ½ Æ ´Ù   ´Ù · µµ Æ Ù ½ ½  ´Ù · µ ½ Æ Æ Ù ½ . Pour voir que ³ est différentiable, il suffit de voir que la différence entre ´ Ù · µ ½ Æ Æ Ù ­ et Ù ½ Æ Æ Ù ½ est ­ ­­ ­ ­   ½   ½ ­ ­  ½ ­ ­ ­ µ. Or cette différence est, en norme majorée par ´Ù · µ   Ù , et il suffit de voir que ´Ù · µ ½   Ù ½ ­ un Ó´ Ù

tend vers zéro quand tend vers zéro ce qui n’est autre que la continuité de ³ qui est donnée par le Lemme. ´ µ dans ´ ´ µ ´ µµ ce qui est très simple : l’application qui à Reste à voir que ³ est continue de ´Ú Û µ ´ µ ´ µ fait correspondre l’application linéaire Ú Û est continue de ´ µ ´ µ dans ´ ´ µ ´ µµ, et, comme ³´Ùµ ´³´Ùµ ³´Ùµµ, le résultat découle de la continuité de ³ que nous avons déjà établie.

¾Ä ÄÄ

¢Ä Ä

Ä

ÄÄ

Ä

  Æ Æ

Ä

¢Ä

P ROPOSITION I.1.6. Soient dans et ,

½
Ô

Ò, des espaces normés,

Ò
, , et

Í

un ouvert de

et

une fonction de

Í

Ù ´Ü µ

. Pour tout , soit

suffit que, pour chaque , la fonction

´¼

Ü

¼µ. Soit Ü ¾ Í . Notons
¼

la projection de

l’injection canonique de dans définie par . Pour que soit différentiable en ܼ , il faut et il soit différentiable. De plus, dans ce cas, on a

sur

Ô

Æ

Ù

½

´Ü µ
¼

Ò
¼

Ù

Æ ´Ü¼ µ
Æ

Démonstration. Les applications Ô et Ù étant linéaires, elles sont différentiables (Proposition I.1.5, page précédente) de différentielles ´Ü¼µ. en chaque point égales à elles même, et, par suite (Proposition I.1.4, page 2) est différentiable de différentielle ´Ü¼ µ Ô Inversement, on a

Ò

½

Ù

Æ

d’où on déduit aussitôt le résultat.

C OROLLAIRE . Soient dans et , ,

Í un ouvert de . Pour tout soit Ù une fonction de Í dans et posons ٴܵ ÙÒ ´Üµµ, Ü ¾ Í . Soit ܼ ¾ Í . Si, pour tout , Ù est différentiable en ܼ alors Ù l’est aussi et on a ٴܼ µ ¯
Ò

½

Ò, et

Ò
des espaces normés, une application multilinéaire continue de

´Ù ´Üµ
½ ½

´Ù ´Ü µ
½ ¼ ½

Ù ´Ü¼ µ ¯

ÙÒ ´Ü¼ µµ
Ò
½

Démonstration. En effet, il suffit de remarquer que

Ù est la composée de

avec l’application de

Í

dans

définie par

Ü

´Ù ½ ´Ü µ

ÙÒ ´Üµµ et d’appliquer la Proposition précédente (ainsi que la Proposition I.1.4 et la Proposition I.1.5).
Ò Å
½

Remarque I.1.2. Si

est somme directe topologique de sous-espaces, il est canoniquement isomorphe à l’espace normé

produit des

, et la Proposition précédente s’applique clairement : si on note est différentiable en ܼ si et seulement si les fonctions

Í

ÔÆ

Ô

la projection canonique de

sur

sont différentiables et on a

´Ü¼ µ ¯

Ò

, une fonction
½

´Ü¼ µ ¯

.

P ROPOSITION I.1.7. Soient ,

½ µ

Ò, et Í

Ò
des espaces normés,
½

,

Í

un ouvert de

,

ܼ

´Ü ´

¼ ½

Í , et ´Ü¼ ½ ܼ

dans . Pour tout , soient ܼ la fonction de ܼ  ½ Í , qui est un ouvert contenant ܼ , et ܼ Ò ¼ alors les fonctions Ü sont différentiables en ܼ et on a ܼ ¯ une fonction de Ü Ü¼ Ò ,Í

´ µ ´ µ

´ µ

dans définie par ܼ Ü Æ Ü¼ . Si est différentiable en

´ µ

ܼ ҵ

¾

ܼ ´Ü¼ µ ¯

,

½

Ò µ.

¼ La différentielle de Ü en

différentielle partielle de
4 

¼ ¼ ´Ü¼ µ et s’appelle la ܼ est généralement notée Ü ´Ü¼ µ ou ´Ü µ ou encore Ü Ü par rapport à Ü au point ܼ ou encore la dérivée partielle de par rapport à Ü en
Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

½

I.1. FONCTIONS DIFFÉRENTIABLES

ܼ , et la formule précédente devient

´Ü µ
¼

Ò Ü
½

´Ü µ Æ Ô
¼

où Ô est la projection canonique de sur . ¼ Si, pour tout ܼ ¾ Í , Ü est différentiable en ܼ , l’application Ü de par rapport à Ü et se note soit de classe
½

Ü ou

pour que

dans Í , il faut et il suffit que les fonctions 

¼ . De plus, si ou encore Ü

Ü

est différentiable en tout point de Í ,

´Üµ s’appelle la dérivée partielle

Ü soient continues dans Í .

Démonstration. Pour tout , soit Ù l’injection canonique de dans définie par Ù ´Ü µ ´¼ Ü ¼µ. Comme ¼ ´Ü µ ¼ ¼ ¼ ¼ . Par suite, est différentiable en ܼ et Ü · Ù ´Ü Ü µ, est différentiable dans et on a ´Ü µ Ù , pour tout Ü ´Ü¼ µ ´Ü¼ µ Ù , d’où la première partie de l’énoncé. La seconde partie est immédiate.

 

Æ

¾

Remarque I.1.3. 1. L’existence des dérivées partielles Ü , pour tout , n’implique pas, à priori, que est différentiable. Nous reviendrons sur cette question à la section suivante. ½ Ü est une application linéaire de à dans que l’on identifie toujours à sa valeur en ½. 2. Si Ñ

D ÉFINITION I.1.5. Soient et deux espaces normés, ½ un sous-espace de , Í un ouvert de et une fonction de Í dans . On dit que est différentiable dans la direction ½ en ܼ ¾ Í si la fonction Ü Ü¼ Ü , Ü ¾ ½ , qui est définie dans un voisinage de dans ½ est différentiable en . On note ½ ܼ la différentielle de cette application et on l’appelle la différentielle de dans la direction ½ en ܼ . C’est un élément de . ½

¼

¼

´ µ

´ · µ Ä´

µ

Les deux Propositions suivantes, qui sont immédiates, permettent de relier les différentielles dans une direction aux notions de différentielle et de différentielles partielles :

P ROPOSITION I.1.8. Soient et deux espaces normés, ½ un sous-espace de , Í un ouvert de et une fonction de Í dans ܼ ½ . . Si est différentiable en ܼ alors elle est différentiable dans la direction ½ en ܼ et ½ ܼ

´ µ
et

´ µ

P ROPOSITION I.1.9. Soient posons que et deux espaces normés,

Í

un ouvert de

,

une fonction de ,

soit somme directe topologique de sous-espaces

½
Ò

Í

dans

ܼ

Ò. Identifions Ü
½

Ò Å
½

¾ Í . Supavec ,

Ò
l’espace normé produit
½

par l’isomorphisme canonique (bicontinu)

´Ü

½

ÜÒ µ. Pour tout

est différentiable dans la direction à Ü au point ܼ , et de plus, Ü ½ Ò ¾ , on a

´

µ

´Ü µ
¼

en ܼ si et seulement si elle admet une différentielle partielle par rapport ܼ . En particulier, si est différentiable en ܼ , alors, pour

´ µ

´Ü µ ¯
¼

Ò
½

´Ü µ ¯
¼

Remarque I.1.4. On notera que, comme pour les différentielles partielles, l’existence de différentielles dans diverses directions (par exemple, dans la proposition précédente, pour chaque ) n’implique pas la différentiabilité de la fonction (cela n’implique même pas la continuité au point). Pour terminer, résumons les résultats précédents dans le cas où les espaces et se décomposent tous les deux :

P ROPOSITION I.1.10. Soient

Ò Å
½

et

Ò Å
½

deux espaces normés sommes directes topologiques de sous-espaces, Í un ouvert de , dans et ܼ un point de Í . Pour tout , soit Ô la projection canonique de sur et

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

une fonction de Í Ô Æ . Si est
5

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

différentiable en ܼ alors pour tous et ,

est différentiable dans la direction

en ܼ et

´Ü µ ¯
¼

Ò Ñ
½ ½

´Ü µ ¯
¼

On dit que

´Ü µ est donnée par la matrice Jacobienne
¼

´Ü µ
¼

½ ½

Ò où Ñ

´Ü µ ¾ Ä ´
¼

µ.

En utilisant cette écriture, on peut énoncer à nouveau la Proposition sur la différentielle d’une application composée :

P ROPOSITION I.1.11. Soient

Ò Å
½

Ò Å
½

et

Ô Å
½

trois espaces normés sommes directes topologiques de sous-espaces, Í un ouvert de , une fonction de Í dans , Î un ouvert de , une fonction de Î dans et ܼ un point de Í tel que ܼ ݼ ¾ Î . On suppose que est différentiable en ܼ et que est différentiable en ݼ . Alors, avec les notations de la Proposition précédente pour et l’analogue pour , pour ¾ , on a

´ µ

´ Æ µ¯
En d’autres termes la matrice Jacobienne de

Ò ¼ Ô Ñ 

½ ½

½

½

´Ý µ Æ
¼

´Ü µ ¯
¼

Æ

est le produit des matrices Jacobiennes de

et .

SECTION I.2

Théorème des accroissements finis et applications
SOUS-SECTION I.2.1

Le Théorème des accroissements finis
On considère tout d’abord le cas des fonctions d’une variable réelle pour lesquelles on a un résultat plus précis.

D ÉFINITION I.2.1. Soit une fonction d’un intervalle

à droite (resp. gauche) en ܼ
¼ ¼ ¼ ¼

¾

℄ de Ê dans un espace normé . On dit que admet une dérivée (resp. Ü ¾℄ ℄) si ¼ ´Ü µ Ð Ñ ´Ü · µ   ´Ü µ (resp. ¼ ´Ü µ
¼ ¼ ¼ ¼ ¼ ¼ ¼

Ð Ñ ´Ü · µ   ´Ü µ ) existe.
On remarquera, bien sûr, qu’une fonction de ¼ ´Ü¼ µ. à droite et à gauche et que ¼ ´Ü¼ µ

℄ dans

est différentiable en ܼ

¾℄

si et seulement si elle admet des dérivées

T HÉORÈME I.2.1 (Théorème des accroissements finis ).
Soient tout
6

Ü

¾℄

un espace normé, sauf peut être pour

Ü appartenant à un sous-ensemble dénombrable

et

℄ Ê deux fonctions continues. Supposons que pour de ℄ , ¼ ´Üµ et ¼ ´Üµ

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.2. THÉORÈME DES ACCROISSEMENTS FINIS ET APPLICATIONS

existe et vérifient

¼ ´Üµ

¼ ´Üµ, Ü ¾℄

´ µ  ´ µ

Ò

. Alors on a

´ µ  ´ µ

¼, pour tout Ü ¾ ℄, on a ´Üµ   ´ µ ´Ü µ   ´ µ · ´Ü   µ · (I.2.1) (en appliquant ceci à Ü et en faisant tendre vers zéro). Soit Í l’ensemble des Ü ¾ ℄ qui ne satisfont pas à (I.2.1). La continuité des fonctions montre que Í est ouvert. Si Í est non vide, il a une borne inférieure . Par continuité, (I.2.1) est vraie au ¼ ´ µ ce voisinage de , donc et ¾ Í puisque ce dernier est ouvert, ce qui implique aussi que . On a donc ¼ ´ µ ´Üµ   ´ µ · ´Ü   µ pour Ü · avec assez petit. Comme vérifie (I.2.1), on a donc qui implique ´Üµ   ´ µ ´Üµ   ´ µ ´Üµ   ´ µ· ´Ü   µ· ce qui contredit la définition de . Considérons maintenant le cas général où les éléments de forment une suite ÜÒ . Au lieu de démontrer (I.2.1), nous allons démontrer que, en notant ÆÜ l’ensemble des entiers Ò tels que ÜÒ Ü, pour tout Ü ¾ ℄,
Démonstration. Supposons tout d’abord . Il suffit de montrer que, pour tout

´Üµ   ´ µ

´Ü µ   ´ µ ·

Ò¾ÆÜ

¾ Ò · ´Ü   µ ·

(I.2.2)

ce qui donnera la conclusion comme précédemment. Remarquons tout d’abord que la fonction

Ü

point n’appartenant pas à , continue à gauche aux points de et croissante : en effet, la croissance étant évidente, la continuité ¼ tel que ℄Ü Æ Ü · Æ ne contienne aucun ÜÔ avec Ô Ñ, ce qui entraîne résulte du fait que, si Ü ¬ , pour tout Ñ, il existe Æ ¬
¬ ¬ ¬ ¾ Ò ¬ ¬Ò¾ÆÜ

Ò¾ÆÜ

¾ Ò

est continue en tout

 

si on désigne encore par Í l’ensemble des Ü Supposons donc a nouveau Í non vide, et soit sa borne inférieure. Comme précédemment on a et ce qui précède montre que , et que Í . Si , on peut conclure comme dans la première partie. Supposons c’est-à-dire ÜÒ¼ . Alors, ¾ Ò · ¾ Ò¼ , et, comme n’est pas dans Í , par continuité, (I.2.2) est encore vérifiée sur un ¾ Ò pour tout Ü on a Ò¾Æ Ò ¾Æ Ü intervalle semi-ouvert non vide · ce qui contredit encore la définition de .

¬ ¬   Ò ¾ ¬ ¬ ¬ Ò¾ÆܦÆ

¾

 

¾ Ñ·½ , et, si Ü ¾

, on a le même résultat en remplaçant ℄Ü

¾

  Æ Ü . Il en résulte que ℄ qui ne satisfont pas à (I.2.2), si Ü ¾ Í , il existe Æ ¼ tel que ℄Ü   Æ Ü℄ Í .
par ℄Ü

 Æ Ü·Æ ¾

¾

¾

C OROLLAIRE . Soit tout Ü ¾

et que

¼ ´Üµ

une application continue. Supposons que admette une dérivée à droite ¼ Ü pour . Alors, pour tous ܽ , ܾ dans , on a ܽ   ܾ ܽ   ܾ .

´ µ

´ µ

´µ

Remarque I.2.1. On a bien sûr des énoncés analogues pour les dérivées à gauche qui s’obtiennent en changeant Ü en Considérons maintenant les fonctions définies sur un ouvert d’un espace normé.

 Ü.

T HÉORÈME I.2.2 (Théorème des accroissements finis ).

Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de et Í . Soient et deux points de Í tels que le segment joignant à dans soit contenu dans Í . Supposons continue sur et que, pour tout Ü ¾ , soit différentiable en Ü et que Ü . Alors     .

´µ

´µ

´µ

Démonstration. On considère la fonction ´Øµ ´´½ ص · Ø µ, Ø ´Øµ . Il suffit donc d’appliquer le corollaire précédent.

 

 

¾ ¼ ½℄. Alors

est différentiable en tout point de

℄¼ ½

et

C OROLLAIRE . Soient et deux espaces normés, Í un ouvert convexe de et Ü ¾ Í , soit différentiable en Ü et que Ü . Alors, Ü Ý ¾ Í ,

´µ

´Üµ   ´Ýµ

Í

. Supposons que, pour tout Ü Ý . . Supposons que, pour tout

P ROPOSITION I.2.1. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert connexe de et Í Ü ¾ Í , soit différentiable en Ü et que Ü . Alors est constante dans Í .

´µ ¼

Démonstration. En effet, le Théorème précédent implique que implique que est constante.

est localement constante. Comme

est continue et Í connexe, ceci

Le Théorème des accroissements finis pour les fonctions réelles d’une variable réelle classique est une égalité ( ´Ü · µ , ℄¼ ½ ). Il est bien connu que ce Théorème est en général faux pour les fonction à valeurs dans un espace vectoriel de dimension supérieure ou égale à ¾. Par contre, si est définie sur un ouvert d’un espace normé et à valeurs dans Ê, on peut appliquer le Théorème classique à la restriction de la fonction à un segment. Cela donne immédiatement le résultat suivant :

´Üµ · ¼ ´ ܵ

¾

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

7

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

T HÉORÈME I.2.3 (Théorème des accroissements finis ).

Soit une fonction différentiable sur un ouvert Í d’un espace normé tels que le segment Ü Ü soit contenu dans Í . Alors il existe ¾

· ℄

´Ü · µ

´Üµ · ´Ü · µ ¯

℄¼ ½

à valeurs dans Ê . Soient Ü et tel que

dans

Ce Théorème peut se généraliser aux fonctions à valeurs dans un espace normé de la manière suivante :

T HÉORÈME I.2.4 (Théorème des accroissements finis ).

Soit une fonction différentiable sur un ouvert Í d’un espace normé à valeurs dans un espace normé . Soient Ü et dans tels que le segment Ü Ü soit contenu dans Í . Alors Ü   Ü appartient à l’enveloppe convexe fermée de l’ensemble Ü ¯ ¾ .

· ℄ ´ · µ

℄¼ ½

´ · µ

´µ

Démonstration. Notons tout d’abord qu’il suffit de considérer le cas où les espaces normés sont des Ê-espaces vectoriels (Remarque est donc différentiable sur Í de différentielle Ä I.1.1, page 2). Soit Ä une forme linéaire continue sur . La fonction Ä (Propositions I.1.4, page 2 et I.1.5, page 3). Le Théorème précédent appliqué à Ä montre qu’il existe Ä ℄¼ ½ tel que

Æ

Ä ´ ´Ü · µ   ´Üµ   ´Ü · Ä
Alors si ´Ü · µ de Hahn-Banach.

  ´Üµ n’appartenait pas à l’enveloppe convexe fermée de

Æ µ¯ µ ¼ ´Ü · µ ¯

¾

Æ

¾℄¼ ½

, cela contredirait le Théorème

SOUS-SECTION I.2.2

Applications du Théorème des accroissements finis
T HÉORÈME I.2.5.
Soient un espace normé, un espace de Banach, Í un ouvert convexe de et Ò Ò¾Æ , une suite de fonctions différentiables de Í dans . On suppose que : 1. Il existe ܼ ¾ Í tel que la suite Ò Ü¼ a une limite dans ; 2. La suite Ò converge uniformément, sur Í , vers Í c’est-à-dire que l’on a

´ µ

´ µ

´ ´ µµ

Ä´ Ð Ñ ×ÙÔ Ò ´Üµ   ´Üµ ¼ Ò ½
ܾÍ

µ

Alors : (i) Pour tout Ü ¾ Í la suite Ò Ü Ò¾Æ converge vers Ü dans . (ii) La suite Ò converge uniformément sur toute partie bornée de Í . (iii) La fonction limite est différentiable sur Í et .

´ µ

´ ´ µµ

´µ

Démonstration. En effet, le Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.2, page précédente) appliqué aux fonctions Ô un point ܽ donne

 

Õ en

Ô ´Üµ   Ô ´Ü½ µ   ´ Õ ´Üµ   Õ ´Ü½ µµ

ce qui montre immédiatement, en prenant ܽ ܼ , que Ô ´Üµ Õ ´Üµ tend vers zéro uniformément sur toute partie bornée de Í . La fonction limite existe donc puisque est supposé complet et elle est continue. Reste à voir que est différentiable de différentielle . Or, ܽ Í étant fixé, on a, pour Ò Æ ,

 

Ü   ܽ ×ÙÔ Ý¾Í

Ô ´Ý µ  

Õ ´Ý µ

(I.2.3)

¾

¾ ´Üµ   ´Ü½ µ   ´Ü½ µ ¯ ´Ü   ܽ µ

´Üµ   ´Ü½ µ   ´ Ò ´Üµ   Ò ´Ü½ µ · Ò ´Üµ   Ò ´Ü½ µ   Ò ´Ü½ µ ¯ ´Ü   ܽ µ ·
Ò ´Ü ½ µ ¯ ´Ü   Ü ½ µ  
(I.2.4)

´Ü ½ µ ¯ ´Ü   Ü ½ µ

Soit ¼. Le premier terme du second membre de (I.2.4) se majore par Ü Ü½ pour Ò Ò¼ d’après (I.2.3) (en faisant Õ et Ô ). Le troisième terme se majore par la même quantité d’après l’hypothèse, pour Ò¼ assez grand. Fixons maintenant Ò Alors la différentiabilité de Ò en ܽ montre que, pour Ü Ü½ assez petit, le second terme se majore aussi par Ü Ü½ .

½

 

 

 

Ò Ò¼ .

8

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.2. THÉORÈME DES ACCROISSEMENTS FINIS ET APPLICATIONS

C OROLLAIRE . Soient Í un ouvert connexe d’un espace normé et Ò Ò¾Æ , une suite de fonctions de Í dans un espace de Banach vérifiant les conditions suivantes : 1. Il existe un point ܼ ¾ Í tel que la suite Ò Ü¼ converge dans ; 2. Pour tout Ü ¾ Í il existe une boule de centre Ü et de rayon sur laquelle la suite Ò Ò¾Æ converge uniformément vers ; Alors, pour tout Ü ¾ Í , la suite Ò Ü Ò¾Æ a une limite Ü dans , tout point de Í possède un voisinage sur lequel la suite Ò converge uniformément vers et est différentiable sur Í et .

´ µ

´ ´ µµ

¼

´ µ

´ µ

´ ´ µµ

´µ

Démonstration. En effet, soit Ç l’ensemble des points Ü de Í en lesquels la suite ´ Ò ´Üµµ converge. Le Théorème précédent montre que Ç est ouvert et fermé, et comme Ç est non vide, on a Ç Í . Le reste de l’énoncé résulte du Théorème précédent.

T HÉORÈME I.2.6.
Soient ,

½

Ò, et

Ò
des espaces normés,
½

, Í un ouvert de

et

une application continue

de Í dans . 1. Si les dérivées partielles Ü Ü , Ò, existent en tout point Ü de Í et si, pour tout , Ü Í sont continues en un point ܼ de Í , alors est différentiable en ܼ . 2. Pour que soit de classe ½ dans Í , il faut et il suffit que ait des dérivées partielles Ü Ü en tout point Ü de Í et que les applications Ü soient continues.

Ä´

µ

´µ½

´µ

On peut naturellement donner un énoncé analogue lorsque I.1.9, page 5.

est somme directe topologique de sous-espaces, en vertu de la Proposition

Démonstration. Montrons tout d’abord le 1., le 2. en sera une conséquence facile. D’après la Proposition I.1.7, page 4, il faut montrer que ­ ­
­ ­ ­ ­

´Ü½

Ü Ò µ   ´Ü ¼ ½

ܼ Òµ  

Ò

Ò, on a, pour   Ü µ. Il suffit donc de montrer que, pour tout ¼, il existe ¼ tel que pour ­Ü   ܼ ­ , ½ ¼ Ò   ½, ­ ­ ­ ­ ­Ü ·½   ܼ·½ ­ ­ ´Ü¼ (I.2.5) ܼ Ü ·½ ÜÒ µ   ´Ü¼ ܼ·½ ÜÒ µ   Ü ´Ü¼ µ ¯ ´Ü ·½   ܼ·½ µ­ ½ ½ ´Ü¼ ܼ Ü ·¾ ÜÒ µ   Ü ´Ü¼ µ ¯ ´   ܼ·½ µ est, dans un voisinage de ܼ·½ , Or la différentielle de la fonction ½ ¼ ܼ Ü ·¾ ÜÒ µ   Ü ´Ü¼ µ Ü ´Ü½ ­ ­ ­ ­ et l’hypothèse de continuité de Ü implique donc que, que pour ­Ü   ܼ ­ ,½ Ò, ­   ܼ·½ ­ , assez petit, on a ­ ­ ­ Ü ´Ü¼ ܼ Ü ·¾ ÜÒ µ   Ü ´Ü¼ µ­ ½
¼­
·½ ·½ ·½ ·½ ·½ ·½

­ est un Ó´­Ü

­

½

Ü

´Ü¼ µ ¯ ´Ü

  ܼµ­ ­ ­
­

­

­

et, le Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.2, page 7) implique (I.2.5). Le 2. se voit alors aisément : nous savons déjà que la condition est nécessaire (Proposition I.1.7, page 4). Réciproquement, si elle est satisfaite, alors est différentiable en tout point de Í d’après le 1., et elle est de classe ½ à nouveau d’après la Proposition I.1.7.

P ROPOSITION I.2.2. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de est différentiable dans Í et si est continue en ܼ alors

et une application de Í dans . Soit ܼ est strictement différentiable en ܼ .

¾ Í . Si
 

Démonstration. En effet, si on pose ´Üµ ´Üµ ´Ü¼ µ ´Ü¼ µ ´Ü ܼ µ, ¼, il existe ¼ tel que, pour Ü Ü¼ , on a Par hypothèse, pour accroissements finis ( page 7) implique que est -lipschitzienne dans la boule Ü

 

   

¯  

´Üµ   ܼ

est différentiable et ´Üµ ´Ü µ ´Ü¼ µ. . Alors le Corollaire du Théorème des .

Nous allons terminer cette sous-section en donnant un Théorème célèbre dont nous ne donnerons la démonstration que dans un cas particulier, la preuve générale étant difficile :

T HÉORÈME I.2.7 (Théorème de Sard ). Soient Í un ouvert de Ê Ô et une application de classe
critiques de , c’est-à-dire l’ensemble des points Ü de Í Ò). Alors est de mesure (de Lebesgue !) nulle.

´ µ

de Í dans Ê Ò . Soit tels que le rang de Ü soit
½

´µ

Ò (i.e.

l’ensemble des points ÊÔ

Ñ´ ´ µµ

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

9

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Démonstration. Comme nous l’avons dit nous ne faisons la démonstration que dans un cas particulier, pour la simplifier : nous nous contentons du cas Ô Ò. Par translation, il suffit de montrer que, si Á ¼ ½℄Ò , ´ Á µ est de mesure nulle. Soit Ü Á . Puisque Ò ´Üµ´Ê µ est un sous-espace de dimension inférieure à Ò ½, il existe un hyperplan È contenant ´Üµ´ÊÒ µ. Soit ¼ fixé. Pour tout Ý ´Ü µ, le Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.2, page 7) appliqué à la fonction Ù ´Ùµ ´Üµ Ù donne

¾

 

¾

´Ýµ

´Üµ · ´Üµ ¯ ´Ý   ܵ · Ø   Ü ´ µ ´µ
Ù¾ ´Ü

 

¯

×ÙÔ

ÐÑ ´ µ ¼ puisque est uniformément continue sur le compact Á . Comme ´Üµ · ´´Üµ ¯ ´Ý   ܵ appartient ¼ ´Üµ · È , la distance de ´Ýµ à È est inférieure à ´ µ. Ceci montre que ´ ´Ü µµ est située entre les à l’hyperplan affine È deux hyperplans affines dont la distance à È est ´ µ. Une autre application du même Théorème des accroissements finis montre par
ce qui implique ailleurs que

µ

´Üµ   ´Ùµ

´Ýµ   ´Üµ ´Ýµ appartient à la boule de centre

×ÙÔ ´Ùµ . Finalement, ´ ´Ü µ est contenu dans Ù¾Á un cylindre droit dont la base est l’intersection de È avec la boule de centre ´Üµ et de rayon «Á et la hauteur est ¾ ´ µ. Ainsi, Ô ´ ´Ü µ est contenu dans un pavé de ÊÒ dont les côtés parallèles à È sont de longueurs Ò«Á et le côté perpendiculaire à È est de  ½ Ò ´ µ. longueur ¾ ´ µ. Le volume d’un tel pavé est ¾Ò´Ò ½µ ¾ «Ò Á Découpons maintenant chacun des Ò côtés du pavé Á en parties égales : on obtient ainsi Ò cubes de côté ½ . Chacun de ces Ô cubes est contenu dans une boule (centré en l’un quelconque des points du cube) de rayon ´ Òµ . D’après ce qui précède, si l’un de
de sorte que ces cubes intersecte alors son image par est contenue dans un pavé de volume

×ÙÔ Ù¾Á ´Üµ et de rayon «Á

´Ùµ Ý   Ü
où «Á

 ½  Ò ´´ÔÒµ µ ¾ÒÒ ½ ¾«Ò Á

Comme il y a au plus Ò tels cubes, on en déduit que ´ Á µ est contenu dans une réunion finie de pavés dont la somme des volumes  ½ ´´ Òµ µ, quantité qui tend vers zéro lorsque tend vers l’infini. Compte tenu des propriétés bien connues de la est ¾ÒÒ ½ ¾ «Ò Á Á µ est nulle, et la preuve du Théorème est mesure de Lebesgue sur ÊÒ cela signifie exactement que la mesure (de Lebesgue) de ´ achevée dans ce cas particulier. C.Q.F.D.

Ô

SECTION I.3

Théorèmes d’inversion locale et des fonctions implicites
SOUS-SECTION I.3.1

Le Théorème d’inversion locale
P ROPOSITION I.3.1. Soient et deux espaces de Banach, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une fonction de Í dans . Supposons que soit strictement différentiable en ܼ et que ܼ soit un isomorphisme de sur (i.e. ܼ bijective, ܼ et ܼ  ½ continues (c.f. le commentaire qui suit la Définition I.3.1). Alors il existe un voisinage ouvert Î de ܼ (contenu dans Í ) et un voisinage ouvert Ï de ݼ ܼ tels que soit un homéomorphisme de Î sur Ï .

´ µ

´ µ

´ µ

´ µ

´ µ

Démonstration. Soit ½ ´ ´Ü¼µµ ½ Í . Comme ´Ü¼ µ est linéaire, ½ est aussi strictement différentiable en ܼ et ´ Ü µ . Soit ¼ ½. Il existe donc Ö ¼ tel que l’application Ü ³´Üµ Ü ½ ´Üµ soit lipschitzienne de rapport ½ ¼ dans la boule ´Ü¼ Ö µ. Utilisons maintenant le Lemme suivant qui est une conséquence facile du Théorème du point fixe classique :

Æ

 

L EMME . Soient un espace de Banach, ܼ un point de , Ö ¼ et une fonction continue de la boule ouverte ´Ü¼ Ö µ dans telle que la fonction Ü ´Üµ Ü ´Üµ soit lipschitzienne de rapport ½. Soit ݼ ´Ü¼ µ. Alors, il existe un voisinage ouvert Î de ܼ contenu dans ´Ü¼ Öµ tel que soit un homéomorphisme de Î sur la boule ouverte ´Ý¼ ´½ µÖµ. De plus, l’application réciproque  ½ de cet homéomorphisme est lipschitzienne de rapport ½ ´½ µ.

 

 

 

10

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.3. THÉORÈMES D’INVERSION LOCALE ET DES FONCTIONS IMPLICITES

Démonstration du Lemme. En effet, considérons la fonction dans fonction

´Üµ ­ ´Üµ­· ݼ   ܼ . Il est clair que est lipschitzienne de rapport ­ Ü   ܼ Ö. Alors, si Ý ¾ ´Ü¼ ´½   µÖµ, la ´Ü¼ Öµ et ´Ü¼ µ ¼. Par suite, pour Ü ¾ ´Ü¼ Öµ on a ­ ­ ´Üµ­ ´Üµ Ý · ´Üµ est lipschitzienne de rapport et vérifie ´Üµ   ܼ
­ Ý   ܼ · ­ ­ ´Üµ­ ­ ­

Ainsi, si on pose ´½ µÖ½ Ý Ü¼ , est une fonction lipschitzienne de rapport de la boule fermée ´Ü¼ Ö½ µ dans elle même. Le Théorème du point fixe classique implique que a un unique point fixe dans cette boule fermée ce qui signifie que l’équation ´Üµ Ü Ý a une unique solution dans la boule ´Ü¼ Öµ. En d’autres termes, pour tout Ý ´Ý¼ ´½ µÖµ, l’équation ´Üµ Ý a une unique solution ´Ý µ dans la boule ´Ü¼ Ö µ. Ceci définit donc une fonction de ´Ý¼ ´½ µÖµ dans ´Ü¼ Öµ et comme

 

 

 

­ ­

­ ´Üµ   ´Ü¼ µ­

­ ­Ü

  ܼ ­   ­ ´Üµ   ´Ü¼ µ­
½
­ ­Ý

­

­

­

  ­ ­ ´½   µ ­Ü   ܼ ­

¾

 

on a

­ ­

­ ´Ýµ   ´Ý¼ µ­

ce qui montre en particulier que est continue. Si alors on pose Î l’inverse de la restriction à Î de .

½   ½ ´ ´Ý¼ ´½   µÖµµ, Î

  ݼ ­

­

est un voisinage ouvert de ܼ et

est

Fin de la démonstration de la Proposition. D’après le Lemme, il existe un voisinage ouvert Î de ܼ tel que ½ soit un homéomorphisme de Î sur un voisinage ouvert Ͻ de ½ ´Ü¼ µ. Comme ´Ü¼ µ est un homéomorphisme de sur , est un homéomorphisme de Î sur un voisinage ouvert Ï de ݼ . « On notera que dans la démonstration de la Proposition précédente on a simplement utilisé que ´Ü¼µ est un isomorphisme » implique que est aussi complet. est complet. Mais l’hypothèse

D ÉFINITION I.3.1. Soient et deux espaces normés, Î un ouvert de et Ï un ouvert de . On dit que est un difféomorphisme de classe ½ de Î sur Ï si est une bijection de classe ½ de Î sur Ï et si son inverse  ½ Ï Î est aussi de classe ½ .
Avant de poursuivre plus avant, faisons une remarque importante. Si et sont deux espaces normés, une application linéaire continue bijective de sur n’a pas nécessairement un inverse  ½ continu. Dans toute la suite nous appellerons isomorphisme d’espaces normés (ou simplement isomorphisme) de sur une application linéaire continue bijective telle que  ½ soit continue. Rappelons au passage que le Théorème d’isomorphie de Banach dit que, quand et sont des espaces complets, toute application linéaire continue bijective est un isomorphisme.

P ROPOSITION I.3.2. Soient et deux espaces normés, Î un ouvert de et Ï un ouvert de . Soit un homéomorphisme de Î sur Ï différentiable en ܼ ¾ Î . Pour que  ½ soit différentiable en ܼ il faut et il suffit que ܼ soit  ½ ܼ un isomorphisme. De plus, dans ce cas ܼ  ½ .

´

µ´ ´ µµ ´ ´ µµ
  ¯

´ µ

´ µ

Ü Ü¼

Démonstration. La condition est clairement nécessaire (en utilisant la formule de différentiation d’une fonction composée), mon´Ü¼ µ ´Ü¼µ ´Ü ܼ µ · Ü Ü¼ ´Ü ܼ µ, Ü Î , avec trons donc qu’elle est suffisante. Par hypothèse on a ´Üµ Ð Ñ ´Ü ܼ µ ¼, ce qui s’écrit encore

 

 

 

 

¾

Ü   ܼ
soit encore, pour Ý

´ ´Ü¼ µµ ½ ¯ ´ ´Üµ   ´Ü¼ µµ   Ü   ܼ ´ ´Ü¼µµ ½ ¯ ´Ü   ܼ µ
(I.3.1)

¾ Ï et en posant ݼ ´Ü¼µ, ­  ½ ´Ýµ    ½´Ý¼ µ ´ ´Ü¼µµ ½ ¯ ´Ý   ݼ µ   ­ ­  ½ ´Ý µ    ½ ´Ý¼ µ­ ´ ´Ü¼ µµ ½ ¯ ´  ½ ´Ý µ    ½ ´Ý¼ µµ
­ ­

d’où on tire

termine la démonstration.

­ ­ ­­ ­¡ ­    ½ ´Ýµ    ½ ´Ý¼ µ­ ­´ ´Ü¼ µµ ½ ­ Ý   ݼ ­ ½   ­´ ´Ü¼ µµ ½ ­ ­ ´  ½ ´Ý µ    ½ ´Ý¼ µµ­ ­ ­ et comme Ð Ñ ´  ½ ´Ý µ    ½ ´Ý¼ µµ ¼ (car est un homéomorphisme), il vient ­  ½   Ý µ    ½ ´Ý¼ µ­ Ã Ý   ݼ , pour Ý Ý Ý¼ proche de ݼ (pour une certaine constante à ), ce qui prouve que le second terme du second membre de (??) est un Ó´ Ý   ݼ µ et

P ROPOSITION I.3.3. Soient et deux espaces normés, Î un ouvert de et Ï un ouvert de . Soit un homéomorphisme de classe ½ de Î sur Ï . Pour que soit un difféomorphisme de classe ½ de Î sur Ï il faut et il suffit que, pour  ½ Ý  ½, Ý ¾ Ï . tout Ü ¾ Î , Ü soit un isomorphisme et alors  ½ Ý

´µ

´ µ´ µ ´ ´

´ µµ

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

11

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL
Démonstration. La Proposition I.3.2 montre que  ½ est différentiable en tout point de Ï . Il faut seulement voir que  ½ est de classe ½ c’est à dire que Ý ´ ´  ½´Ýµµµ ½ est continue. Mais, comme est supposée continue, ceci résulte du Lemme de la Proposition I.1.5, page 3.

T HÉORÈME I.3.1 (Théorème d’inversion locale ).
Soient et deux espaces de Banach, Í un ouvert de et une application de classe ½ de Í dans . On suppose qu’il existe ܼ ¾ Í tel que ܼ soit un isomorphisme de sur . Alors il existe un voisinage ouvert Î de ܼ contenu dans Í et un voisinage ouvert Ï de ܼ tels que soit un difféomorphisme de classe ½ de Î sur Ï .

´ µ

´ µ

Démonstration. D’après la Proposition I.2.2, page 9, est strictement différentiable en ܼ , et la Proposition I.3.1, page 10, implique qu’il existe un voisinage ouvert Î ¼ Í de ܼ tel que soit un homéomorphisme de classe ½ de Î ¼ sur son image. Comme ´ µ est ouvert (Proposition I.1.5, page 3) son image réciproque par est ouverte dans et contient ܼ par hypothèse. Il existe Î ¼ de ܼ tel que ´Üµ soit un isomorphisme pour tout Ü Î . Ainsi, si on pose Ï ´Î µ, on est donc un voisinage ouvert Î dans les conditions de la Proposition I.3.3, page précédente, ce qui termine la preuve.

Ä

¾

C OROLLAIRE . Soient et deux espaces de Banach, Í un ouvert de et une application de classe ½ de Í dans . Pour que soit un difféomorphisme de classe ½ de Í sur son image, il faut et il suffit que les deux conditions suivantes soient remplies : (i) est injective ; (ii) pour tout Ü ¾ Í , Ü est un isomorphisme.

´µ

Démonstration. Les conditions sont bien sûr nécessaires, voyons qu’elles sont suffisantes. En effet, le Théorème d’inversion locale montre que est un application ouverte, donc ´Í µ est ouvert, et la Proposition I.3.3, page précédente, montre qu’il suffit de remarquer que est un homéomorphisme. Or, par hypothèse, est une bijection, et la continuité de  ½ résulte du fait que est ouverte. Remarque I.3.1. Le Théorème d’inversion locale que nous venons de voir redonne, bien sûr, le résultat classique en dimension ÊÒ , est un difféomorphisme local en un point ܼ si et seulement si est de classe ½ au voisinage de ܼ et le finie : si Jacobien de en ܼ est non nul. Nous terminons cette sous-section par un résultat classique d’inversion globale :

T HÉORÈME I.3.2 (Théorème de Hadamard-Lévy ).
Soient et deux espaces de Banach et une application de classe ½ de ­ dans . On ­ suppose que, pour tout Ü ¾ , Ü est un isomorphisme et qu’il existe un nombre tel que ­ . Alors Ü  ½­ est un difféomorphisme de sur (i.e. surjectif) de classe ½ .

´µ

¼

´ ´ µµ

Démonstration. La Proposition précédente nous dit qu’il suffit de montrer que est bijective. Démontrons tout d’abord que est surjective. Soient Ü et Ý . Soit ­ ¼ ½℄ tel que ­ ´¼µ ´Üµ., Ø ¼ ½℄. ¼ et ­ ¼ ℄ telle que Par hypothèse, est un difféomorphisme au voisinage de ´Üµ (Théorème I.3.1) ; il existe donc ­ ­ . Soit l’ensemble des Ø ℄¼ ½℄ tels qu’il existe ­ ¼ Ø℄ tels que ­ ­ . est donc non vide. Soit la ؽ ؾ , et si ­ ¼Ø℄ est continue et vérifie ­ ­, ½ ¾, l’ensemble des borne supérieure de . Si ¼ Ø ¼ ؽ ℄ tels que ­½ ­¾ sur ¼ Ø℄ est fermé (par continuité) et ouvert car est un difféomorphisme local en tout point de . Il ¼ telle que ­ ­ . De cette relation on tire ­ ´Øµ ´ ´­´Øµµ ½ ­ ´Øµ, et l’hypothèse s’en suit qu’il existe ­ ­ ´Øµ , ¼ Ø . Le Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.2, page 7) entraîne donc que si implique ­ ´Øµ ¼ ؽ ؾ , on a ­ ´Ø½ µ ­ ´Ø¾ µ ×ÙÔ ­ ´Øµ ؽ ؾ . Ceci montre que si ´ØÒ µÒ est une suite, dans ¼ qui converge

¾

¾

¾

Æ

¾

Æ

¾

Æ

Æ

Æ

vers , alors ´­ ´ØÒ µµÒ est une suite de Cauchy dans . Comme est supposé complet, on conclut que ­ se prolonge par continuité ½, étant un difféomorphisme local en ­ ´ µ, ­ peut se prolonger par  ½ ­ au-delà de ce qui contredit la à ¼ ℄. Alors si ­ ´½µ. Si on choisit ­ ´Øµ ´½ ص ´Üµ · ØÝ, Ý quelconque, on obtient ´­ ´½µµ Ý, ce qui définition de . Ainsi ´­ ´½µ conclut. On notera que, au passage, on a montre que pour toute fonction ­ ¼ ½℄ telle que ­ ´¼µ ´ µ, nous avons montré qu’il existe une unique fonction ­ ¼ ½℄ telle que ­ ­ . De plus, ceci reste évidement vrai si on remplace ¼ ½℄ par un segment quelconque de Ê. Montrons maintenant que est injective. Soient Ü et ܼ deux points de tels que ´Üµ ´Ü¼ µ. Soient ­½ ´Øµ ´½ ØµÜ · Øܼ et ­½ ´Øµ ­½ ´Øµ. Posons ³´× ص ­× ´Øµ ×­½ ´Øµ, ¼ × ½ et ³Ø ´×µ ³´× ص de sorte que ­× ´¼µ ­× ´½µ. La première ¼ ½℄, il existe une unique fonction continue ³Ø ¼ ½℄ telle que ³Ø ³Ø . partie de la preuve montre que, pour tout Ø posons ³´× ص ³Ø ´×µ et ­× ´Øµ ³´× ص. Remarquons que ³ est continue car, si ´×½ ؽ µ ¼ ½℄¾ , comme  ½ existe et est un  ½ ³´× ص définit, pout Ø voisin difféomorphisme local au voisinage de ³´×½ ؽ µ (Théorème I.3.1), la fonction continue ´× ص de ؽ des fonctions Ø vérifiant Ø ³Ø , au voisinage de ×½ . Alors l’unicité obtenue dans la première partie de la démonstration montre que Ø ³Ø au voisinage de ×½ . Pour montrer que Ü Ü¼ , il nous suffit de montrer que, × ¼ ½℄, on a ­× ´¼µ ­× ´½µ. Soit l’ensemble des × ¼ ½℄ pour lesquels cette propriété est vraie sur ¼ ×℄. Comme ´Üµ ´Ü¼ µ, ³´× ص Ã×, et comme

 

Ø

 

 

¾

Æ

Æ

¾

Æ

  Æ

¾

¾

Æ

Æ

¾

¾

12

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.3. THÉORÈMES D’INVERSION LOCALE ET DES FONCTIONS IMPLICITES

est un difféomorphisme local à l’origine (Théorème I.3.1), il existe ¼ tel que continuité de ³, on a . Si ½, la preuve est terminée. Supposons donc ¼ tels que  ½ existe et soit un difféomorphisme local au voisinage de ³´  ½ ³´× ص, pour ´× ص ´× ص · ℄ ´¼ ℄ ½ ½℄, on a ´× montre que ´× ص ­× ´Øµ, ce qui contredit la maximalité de .

¾

Æ

¾  

¢

 

 

. Soit ¼ la borne sutérieure de . Par ½. Comme ³ est continue, il existe ¼ et · ℄ ¢ ´ ¼ ℄ ½   ½℄µ. Alors, si on pose ¼µ ´× ½µ et l’unicité prouvée précédement C.Q.F.D.

¾

SOUS-SECTION I.3.2

Le Théorème des fonctions implicites
T HÉORÈME I.3.3 (Théorème des fonctions implicites ).
Soient , et trois espaces de Banach, Í un ouvert de ¢ et un fonction de classe ½ de Í dans . Soit ܼ ݼ un point de Í . On suppose que ܼ ݼ et que la différentielle partielle de par rapport à la seconde variable au point ܼ ݼ , Ý Ü¼ ݼ , est un isomorphisme de sur . Alors il existe un voisinage ouvert Î Í de ܼ ݼ , un voisinage ouvert Ï de ܼ dans et un fonction de classe ½ de Ï dans tels que la relation

´

µ

´

µ

´

µ

´

´ µ

µ ¼

´Ü ݵ ¾ Î ´Ü ݵ ¼
ܾΠÝ

équivaut à la relation

´Üµ
¢

Démonstration. Nous allons déduire ce Théorème du Théorème d’inversion locale. Considérons l’application ½ Í définie par ½ ´Ü Ý µ ´Ü ´Ü ݵµ, ´Ü ݵ Í . Cette application est de classe ½ et sa différentielle en ´Ü¼ ݼ µ est l’application ´ µ ´ Ü ´Ü¼ ݼ µ · Ý ´Ü¼ ݼ µ µ. L’hypothèse faite sur Ý ´Ü¼ ݼ µ implique que ½ ´Ü¼ ݼ µ est un isomorphisme, et on peut lui appliquer le Théorème d’inversion locale (Théorème I.3.1, page ci-contre) : il existe un voisinage Î de ´Ü¼ ݼ µ contenu dans Í et un voisinage Ͻ de ´Ü¼ ¼µ tels que ½ soit un difféomorphisme de classe ½ . Soit ½ le difféomorphisme ½ ´Ü¼ ݼ µ dans réciproque. Il est nécessairement de la forme ½ ´Ü Þ µ ´Ü ´Ü Þ µµ, avec ´Ü Þ µ Ͻ , ce qui définit une fonction de classe ½ , , dans Ͻ . Comme ½ et ½ sont des homéomorphismes réciproques, on a équivalence entre les deux relations suivantes : (a) ´Ü Ý µ Î et ´Ü Ý µ Þ ; (b) ´Ü Þ µ Ͻ et ´Ü Þ µ Ý . Si on fait Þ ¼ dans (a), on trouve la première relation de l’énoncé. Soit alors Ï l’ensemble des points de tels que ´Ü ¼µ Ͻ . Clairement Ï est un ouvert de qui contient ܼ , et si on pose ´Üµ ´Ü ¼µ, est une fonction de classe ½ dans Ï telle que la relation (b) pour Þ ¼ s’écrive Ü Ï et ´Üµ Ý , ce qui termine la preuve.

¯

¯

¾

¢

¾

¾ ¾

¾

¾

On notera que l’ouvert Ï dont l’existence est prouvée par le Théorème des fonctions implicites n’est pas nécessairement connexe, ,Ý ´Üµ, implique ´Ü ݵ Í et ´Ü ݵ ¼. Dans mais il contient évidement une boule centrée en ܼ telle que la relation Ü un certain sens, est la seule fonction qui possède cette propriété :

¾

¾

P ROPOSITION I.3.4. Dans les conditions du Théorème des fonctions implicites, et avec les même notations, soient Ï ¼ un voisinage ouvert connexe de ܼ contenu dans Ï et une fonction continue de Ï ¼ dans telle que

Alors

est la restriction à Ï ¼ de la fonction

´Ü µ Ý ´Ü ´Üµµ ¾ Í ´Ü ´Üµµ ¼
¼ ¼

Ü ¾ ϼ

donnée par le Théorème des fonctions implicites.

Démonstration. En effet, soit l’ensemble des points de Ï ¼ tels que ´Üµ ´Üµ. On a donc ܼ et est fermé car et sont continues. Montrons maintenant que est ouvert dans Ï ¼ . Si n’est pas ouvert dans Ï ¼ , il existe un point Ü de et une suite ´ÜÒ µ de points de Ï ¼ qui converge vers Ü tels que ´ÜÒ µ ´ÜÒ µ, pour tout Ò. L’équivalence du Théorème des fonctions implicites Î pour tout Ò. Mais comme ´Ü ´Üµµ Î , ceci contredit la continuité de en Ü. Comme est montre alors que ´ÜÒ ´ÜÒ µµ Ï ¼. connexe, on a donc bien

¾

Ò

¾

¾

La démonstration du Théorème des fonctions implicites montre que, si on oublie l’hypothèse résultat suivant :

´Ü¼ ݼ µ

¼, on a démontré le

T HÉORÈME I.3.4 (Théorème des fonctions implicites ).

Soient , et trois espaces de Banach, Í un ouvert de , Î un ouvert de point de Î et une fonction de classe ½ de Í ¢ Î dans . On suppose que Ý Ü¼

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

´

, ܼ un point de Í , ݼ un ݼ µ est un isomorphisme de
13

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

sur . Alors il existe un voisinage ͽ de ܼ , un voisinage Ï de dans Î telle que Ü Þ ¾ ͽ ¢ Ï on ait Ü Ü Þ Þ.

´ µ

´ ´ µµ

´Ü Ý µ et une unique fonction
¼ ¼

de ͽ ¢ Ï

C OROLLAIRE . Soient et deux espaces de Banach, Í un ouvert de de classe ½ . On suppose que ܼ est surjective et que d’un sous-espace ¾ (qui est nécessairement complet). Alors

´ µ

´ µ

, ܼ un point de Í et une fonction de Í dans est somme directe topologique de ܼ et Í contient un voisinage de ܼ .

´ µ

Ö´ ´ µ

´´¼ ÜÒ µµ est une suite de Cauchy dans Ö´ ´Ü¼ µµ ¢

Démonstration. En effet, remarquons tout d’abord que

les projections sont continues par hypothèse, on doit avoir Théorème une fois identifié avec le produit Ö´ ´Ü¼ µ

¾ est nécessairement complet : si ´ÜÒ µ est une suite de Cauchy dans ¾ alors et, comme est complet, elle converge vers Ü ´Ü½ ܾ µ ; comme ¾ ¾

¢

Ü

¾

:

Ð Ñ ÜÒ . Ceci étant remarqué, le corollaire suit immédiatement le ´Í µ contient le voisinage Ï de ´¼ ܼ µ.

SECTION I.4

Différentielles d’ordre supérieurs
SOUS-SECTION I.4.1

Différentielles secondes
D ÉFINITION I.4.1. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et Í une fonction. On Í de ܼ et si la dit que est deux fois différentiable en ܼ si différentiable dans un voisinage ouvert Î différentielle Î est différentiable en ܼ . La différentielle de en ܼ est notée ¾ ܼ (ou ¼¼ ܼ ) et s’appelle la différentielle seconde de au point ܼ . C’est une application linéaire continue de dans , c’est-à-dire un élément de . On dit que est deux fois différentiable dans Í si elle est différentiable en tout point de Í et si est aussi différentiable en tout point de Í , et on note ¾ l’application ¾ Ü Ü de Í dans et on appelle différentielle seconde de cette application. On dit que est de classe ¾ dans Í si elle est deux fois différentiable dans Í (i.e. en tout point de Í ) et si ¾ est continue de Í dans l’espace normé , et on note ¾ ¾ Í .

´ µ Ä´ µ ´µ

Ä´

µ

´ µ

Ä´ Ä´ Ä ´ Ä ´ µµ Ä ´ Ä ´ µµ

µµ

´ µ

Rappelons que l’espace ´ ´ µµ s’identifie canoniquement et isométriquement à l’espace par l’application Ù Ù où Ù´ µ ´Ù µ . néaires continues sur

¢

Ä

Ä

On identifie alors toujours la différentielle seconde phisme c’est-à-dire à la forme bilinéaire continue

La définition ci-dessus et l’identification précédente montrent que

´Ü µ à la forme bilinéaire continue obtenue par cet isomor´ µ ´ ´Ü µ ¯ µ ¯ que l’on écrit alors ´Ü µ ¯ ´ µ.
¾ ¼ ¾ ¼ ¾ ¼

¯ ¯

Ä´

µ des formes bili-

P ROPOSITION I.4.1. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et Í une fonction. Alors est deux fois différentiable en ܼ si elle est différentiable dans un voisinage de ܼ et s’il existe une application bilinéaire continue de ¢ dans telle que, pour assez petit, ¾ , on a

´Ü · µ ¯   ´Ü µ ¯   ´Ü µ ¯ ´ µ Ó´
¼ ¼ ¼

´

·

µ

La propriété fondamentale qui justifie pleinement cette identification est la suivante :

T HÉORÈME I.4.1.

Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et Í une fonction deux fois différentiable en ܼ . Alors ¾ ܼ est une application bilinéaire continue symétrique. Autrement dit, ¾ ¾ ܼ ¯ ܼ ¯ , ¾ .

´ µ ´ µ

´ µ ´ µ

´ µ

14

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.4. DIFFÉRENTIELLES D’ORDRE SUPÉRIEURS

Démonstration. Posons ´ µ Démontrons tout d’abord que En effet, si on écrit
­ ­

´Ü¼ · · µ   ´Ü¼ · µ   ´Ü¼ · µ · ´Ü¼ µ.
­ ­

´

µ  µ­
­

¾

´Ü¼ µ ¯ ´ ´

µ­

­

Ó´´

·

µ¾ µ

(I.4.1)

´

µ 

¾

´Ü¼ µ ¯ ´

­ ·­

µ   ´Ü¼ · µ ¯ · ´Ü¼µ ¯ ´Ü¼ · µ ¯   ´Ü¼µ ¯   ¾ ´Ü¼ µ ¯ ´

µ­

­

(I.4.2)

le second terme du second membre de cette inégalité est un Ó´ ´ µ ´¼µ où ´Üµ ´Ü¼ · · ܵ ´Ü¼ · ܵ ´Ü¼ · finis (Théorème I.2.2, page 7), on majore ce terme par

 

 

 

´ · µ par la Proposition précédente, et, le premier s’écrit µ ¯ Ü · ´Ü¼ µ ¯ Ü. En appliquant à le Théorème des accroissements
(I.4.3)

¼

×ÙÔ
Ø

½

´Ü¼ · · Ø µ   ´Ü¼ · Ø µ   ´Ü¼ · µ · ´Ü¼µ
¾

En écrivant

´Ü¼ · · Ø µ   ´Ü¼ · Ø µ ´Ü¼ · · Ø µ   ´Ü¼ µ   ´ ´Ü¼ · Ø µ   ´Ü¼ µµ Ø · Ó´ · µ, par la définition même de la différentielle seconde, on voit que (I.4.3) est un Ó´ ´ · µµ, ce qui montre (I.4.1). membre de (I.4.2) est un Ó´ Terminons maintenant la preuve du Théorème. Comme ´ µ est symétrique, (I.4.1) donne
­ ­

´Ü¼ µ ¯ ´ · Ø µ   ¾ ´Ü¼ µ ¯ ´ · µ. Ainsi, la premier

´

µ 

¾

´Ü¼ µ ¯ ´
¾

µ­

­

Ó´´

·
Ó´´
¾

µ¾ µ · ´ µ¾ µ
on a

et, par suite, Alors, si et sont dans

­ ¾ ­

´Ü¼ µ ¯ ´

µ  µ 
¾

´Ü¼ µ ¯ ´ ´Ü¼ µ ¯ ´

µ­
­ µ­

­

de normes égales à ½, pour tout
­ ¾ ­

¼, il existe

¼ tel que, pour · µ¾

´Ü¼ µ ¯ ´

ce qui, en simplifiant par

¾

donne le résultat cherché. C.Q.F.D.

Remarque I.4.1. Dans le cas particulier où Ê, ¾ ´Ü¼ µ est une application bilinéaire de ʾ dans . Elle s’écrit donc, ¾ ¾ ¾ ¾ ´ µ Ê , ´Ü¼ µ ´ µ ´Ü¼ µ ´½ ½µ. On identifie toujours ¾ ´Ü¼ µ avec le vecteur de ´Ü¼ µ ´½ ½µ ce qui redonne la notion usuelle de dérivée seconde dans le cas où Ê.

¾

¯

¯

¯

P ROPOSITION I.4.2. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et Í une fonction deux fois différentiable en ܼ . Pour tout Ø fixé dans , l’application Ü Ü ¯ Ø, définie au voisinage de ܼ est ¾ différentiable en ܼ de différentielle ܼ ¯ Ø .

´ µ ´ µ

´µ
¯

Ù Ø de ´ Démonstration. En effet, cette application est la composée de l’application linéaire Ù Ü ´Üµ d’un voisinage de ܼ dans ´ µ (Proposition I.1.4, page 2 et Proposition I.1.5, page 3).

Ä

Ä

µ dans

et de l’application

P ROPOSITION I.4.3. Soient ,

½ µ

Ò, et

Ò
des espaces normés,
½

,

Í

un ouvert de

,

ܼ

un point de

Í

et

une fonction de Í dans deux fois différentiable en ܼ . Alors, pour tout , Ò, les différentielles partielles Ü sont différentiables en ܼ . Pour tous et , Ò, Ü admet une différentielle partielle par rapport à Ü , notée ¾ Ü Ü Ü¼ , qui est un élément de , et on a ¾ Ü Ü Ü¼ ¯ ¯ ¾ Ü ¯ ¯ . De plus, pour tous et ÜÜ ¼ ½ Ò ½ Ò dans , on a

´

´ µ

´ µ
¾

½

½

´ µ

Ä´

´ µ

µ

´

´ µ

µ

´Ü µ ¯ ´ µ
¼

Ò
½ ½

´

¾

ÜÜ

´Ü µ ¯ µ ¯
¼

´Üµ Ù où Ù ´ µ ´¼ Démonstration. En effet, pour tout , Ü ´Üµ ¼µ, (Proposition I.1.7, page 4), ¾ ´Ü¼ µ ce qui montre que Ü est différentiable en ܼ et que sa différentielle partielle par rapport à Ü en ܼ est ¾ Ü Ü ´Ü¼ µ ´Ù Ù µ.

Æ

¾

Æ

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

15

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Remarque I.4.2. 1. On a bien sûr un énoncé analogue pour les différentielles directionnelles lorsque est somme directe topologique de sous-espaces. Ñ ½, ¾ Ü Ü ´Ü¼ µ est une application bilinéaire de à ¾ dans et on l’identifie toujours à sa 2. Dans le cas où Ñ valeur au point ´½ ½µ. 3. On notera que la Proposition ci-dessus (en particulier dans le cas du 2. ci-dessus) donne un résultat plus fort que le classique Théorème de Schwarz qui dit que les dérivées partielles secondes croisées sont égales lorsque la fonction est deux fois continûment dérivable.

P ROPOSITION I.4.4. Soient ,

½

Ò, et

Ò
des espaces normés,
½

,

Í

un ouvert de

,

ܼ un point de Í

et

une fonction de Í dans . Pour que soit deux fois différentiable en ܼ il suffit qu’elle admette des dérivées partielles continues Ü , Ò, en tout point d’un voisinage de ܼ , et que les dérivées partielles secondes Ò, existent en tout point d’un voisinage de ܼ et qu’elles soient continues en ܼ . ÜÜ Ü,

´µ½

½

Démonstration. Il suffit d’appliquer deux fois le Théorème I.2.6, page 9.

P ROPOSITION I.4.5. Soient dans . 1. Si Ò 2. Si Ò ,

½
¾

Ò, et

Ò
des espaces normés,
½

et

une application multilinéaire continue de

½, ¼. ¾, la différentielle seconde de ´Üµ ¯ ´ µ
¾

en Ü ¾

est donnée par la formule

´ ´Ü µ· ´ µ

µµ · ´ ´Ü

µµ

où Ü est le point de dont toutes les coordonnées sont égales à celles de Ü sauf la -ème qui est et la -ème qui est . En particulier, si Ò , ¾ est l’application constante qui à Ü fait correspondre la forme bilinéaire symétrique continue ½ ¾ ½ ¾ .

´

µ

´ µ

¾ ´

Démonstration. C’est une conséquence immédiate des définitions et de la Proposition I.1.5, page 3. Terminons ce paragraphe en donnant, à titre d’exercice le calcul de la différentielle seconde d’une fonction composée. Supposons donc que Í soit un ouvert d’un espace normé , Î un ouvert d’un espace normé , une fonction de Í dans Î , une fonction de Î dans un espace normé , les deux fonctons et étant supposées deux fois différentiables, en ܼ Í et en ݼ ´Ü¼ µ Î . La en Ü est donc ´ µ´Üµ ´ ´Üµ ´Üµ . Ainsi ´ µ est la composée de l’application bilinéaire différentielle de ´Ù Úµ Ù Ú et de Ü ´ ´ ´Üµ ´Üµµ. Par des résultats que nous avons vus, on a donc

Æ

Æ

Æ

¯

Æ

¯

Æ

¾

¾

´ ´
ce qui donne Ainsi :
¾

Æ µµ´Ü¼µ ¯
´

´ ´
¾

Æ µ´Ü¼µ ¯

´Ü¼µµ · ´ ´ ´Ü¼ µ
¾

¾

´Ü¼ µ ¯ µ ´Ü¼ µ ¯

Æ µ´Ü¼µ ¯

´Ý¼ µ Æ ´ ´Ü¼ µ ¯ µ Æ ´Ü¼µ · ´Ý¼ µ Æ

P ROPOSITION I.4.6. Dans les conditions ci-dessus, la différentielle seconde de
¾

´ Æ µ´Ü µ ¯ ´ µ
¼

¾

´Ý µ ¯ ´ ´Ü µ ¯
¼ ¼

´Ü µ ¯ µ · ´Ý µ ¯ ´ ´Ü µ ¯ ´ µµ
¼ ¼ ¾ ¼

Æ

au point ܼ est donnée par la formule

SOUS-SECTION I.4.2

Différentielles d’ordres supérieurs
Comme nous l’avons vu au paragraphe précédent, la différentielle seconde est une application bilinéaire symétrique continue dans . Pour abréger les notations nous noterons ¾ ´ µ l’espace des formes bilinéaires symétriques continues de dans et ¾ ´ µ celui des formes bilinéaires continues de dans . Plus généralement, pour Ò Æ £ , mous noterons Ò ´ µ l’espace des formes multilinéaires symétriques, c’est-à-dire telles que, pour toute permutation de ½ Ò, ´Ü ´½µ Ü ´Òµ µ ´Ü½ ÜÒ µ, et continues de Ò dans , et Ò ´ µ l’espace des formes multilinéaires continues de Ò dans . Par récurrence sur Ò, on déduit aussitôt la propriété suivante : de

¢

¢

Ë

Ä

Ë

¢

¾

Ä

16

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.4. DIFFÉRENTIELLES D’ORDRE SUPÉRIEURS

P ROPOSITION I.4.7. L’espace par l’application

Ä ´ ÄÒ  ´

½

´

½

µµ s’identifie canoniquement et isométriquement à l’espace normé ÄÒ ´ ´ µ¯´ Òµ Ò µ.
½ ½

µ

Ces mises au point étant faites, nous pouvons généraliser aisément la notion de différerentielle seconde à celle de différentielle d’ordre quelconque :

D ÉFINITION I.4.2. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une application de Í dans . Par récurrence sur Ò, on dit que est Ò fois, Ò , différentiable au point ܼ si elle est Ò   fois Ò ½ Ü d’un voisinage de ܼ dans Ò ½ différentiable dans un voisinage de ܼ et si l’application Ü est différentiable en ܼ . Dans ce cas, la différentielle de cette application s’appelle la différentielle (ou dérivée) d’ordre Ò de en ܼ et se note Ò Ü¼ (ou ´Òµ ܼ ) et c’est un élément de Ò . Lorsque est Ò Ò Ü de Í dans fois différentiable en tout point de Í , l’application Ò Ü s’appelle la Ò différentielle d’ordre Ò de et se note Ò (ou ´Òµ ). On dit que est de classe Ò dans Í , et on écrit ¾ Ò Í , Ò , si elle différentiable à l’ordre Ò dans (i.e. en tout point de) Í et si Ò est continue. Par convention, on dit qu’une fonction de Í dans est de classe ¼ dans Í , ce que l’on écrit ¾ ¼ Í , si elle est continue dans Í . Une fonction de Í dans qui appartient à Ò Í pour tout Ò ¾ Æ est dite de classe ½ dans Í et on écrit ¾ ½ Í .

½

´µ

Ä ´

½

µ

´ µ

´ µ

´µ

Ä´

µ Ä´

µ

´ µ

½

´ µ

´ µ

´ µ

T HÉORÈME I.4.2.

Soient et deux espace normés, Í un ouvert de fois différentiable au point ܼ . Alors Ò Ü¼ ¾ Ò

´ µ Ë´

µ.

, ܼ un point de Í et

une fonction de Í dans

Ò

Démonstration. En effet, nous avons déjà vu ce résultat à la sous-section précédente pour Ò ¾ (Théorème I.4.1, page 14), démontrons le pour Ò ¾ par récurrence. Supposons donc le résultat vrai pour Ò ½. Comme Ò ´Ü¼ µ ´ ½ Ò µ ´ ´ Ò ½ µ´Ü¼ µ ½ µ Ò , ´ Ü µ est déjà un fonction symétrique des variables , . . . , . Comme toute permutation de ½ Ò est composée ´ ¾ µ ¼ ¾ Ò Ò d’un nombre fini de transpositions dont chacune permute deux éléments consécutifs, il suffit de voir que Ò ´Ü¼ µ ´ ½ ¾ Òµ ne change pas quand on échange ½ et ¾ . Or, on a Ò ´Ü¼ µ ´ ½ ¾ Ò µ ´ ¾ ´ Ò ¾ µ´Ü¼ µ ´ ½ ¾ µµ ´ ¿ Ò µ, et le résultat découle encore du Théorème I.4.1.

 

¯

¯

¯

¯

¯

¯

¯

Remarque I.4.3. Dans le cas particulier où Ê, Ò ´Ü¼ µ est une application Ò-multilinéaire de ÊÒ dans . Elle s’écrit Ò Ò donc, ´ µ Ê , ´Ü ¼ µ ´ ½ ½µ. On identifie toujours Ò ´Ü¼ µ avec le vecteur de Òµ ½ Ò ¾ ´Ü¼ µ ´½ Ò ´Üµ devient une Ò ´Ü¼ µ ´½ Ê) et Ü ½µ (ce qui redonne la notion usuelle de dérivée Ò-ième dans le cas où application de Í dans .

¯

¾

¯

¯

On notera que si est un espace produit (ou une somme directe topologique) alors une fonction de Í dans si et seulement si chacune de ses composantes est de classe Ò . La démonstration de la Proposition suivante se fait aisément en utilisant la Proposition I.4.5, page ci-contre.

est de classe

Ò

P ROPOSITION I.4.8. Soient ,

dans . Alors est de classe ½ sur et on a : 1. Pour Ô Ò Ô est identiquement nulle. 2. Si Ô Ò, pour tous Ü ¾ et ½

½

Ò et

Ò
des espaces normés et une application multilinéaire continue de
½

´

Òµ ¾ Á Á
½ ½

, on a
Ô Ô

Ô

´Üµ ¯ ´

½

Ôµ

½

où ´Á µ Ü désigne l’élément de dont les coordonnées sont coordonnée de ´ µ , si ¾ Á . En particulier Ò est constante.

´ µ

Ò

permutation de Á

´
Ü

´ µ

Á

´Ü µµ
¾ Á et
´ µ

si

, la -ème

P ROPOSITION I.4.9. Soient , et des espaces normés, Í un ouvert de , Î un ouvert de , une application de Í dans Î et une application de Î dans . Si est Ò fois différentiable en ܼ ¾ Í et si est n fois différentiable en ݼ ܼ alors Æ est Ò fois différentiable en ܼ. De plus si ¾ Ò Í et ¾ Ò Î alors Ò Æ ¾ Í.

´ µ ´ µ

´ µ

´ µ

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

17

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Démonstration. Pour Ò ½, ceci résulte de la Proposition I.1.4, page 2, la formule donnant la différentielle d’une fonction composée montrant la dernière assertion de la Proposition dans ce cas. Pour le cas général, on raisonne par récurrence sur Ò. Supposons donc est Ò ½ fois différentiable et, de classe Ò ½ pour la dernière assertion. le résultat prouvé pour Ò ½. Il faut donc voir que Or ´Üµ ´ ´Üµµ ´Üµ ce qui peut s’écrire comme la composée de l’application Ü ´ ´ ´Üµ ´Üµµ et de l’application ´Ù Úµ Ù Ú. La seconde application est bilinéaire donc de classe ½ (Proposition précédente). Pour la première, il suffit de voir que ses composantes sont Ò ½ fois différentiables (ou de classe Ò ½ ), ce qui est l’hypothèse pour la seconde et résulte de l’hypothèse de récurrence pour la première. La conclusion s’obtient en réutilisant l’hypothèse de récurrence.

Æ

Æ

 

 

 

P ROPOSITION I.4.10. Soient et deux espaces de Banach. L’application ³ est de classe ½ (c.f. Proposition I.1.5, 3., page 3). De plus, pour tout Ò, on a ½ Ò ¾

Ä´

´

µ

Ä´ Ò ³´Ùµ ¯

µ ´ ½µÒ

µ Ä ´ µ définie par ³´Ùµ Ù  Ò ½, toute Ù ¾ Ä ´ µ et tout
½

Ù ½ Æ
permutation de ½ Ò

´½µ

Æ Ù ½ Æ

Æ Ù ½ Æ

´ µ

Ò

Æ Ù ½

Démonstration. Nous avons déjà vu que ³ est de classe ½ (Proposition I.1.5, page 3) et que ³´Ùµ ´³´Ùµ ³´Ùµµ où est Ú Û. Montrons qu’elle est de classe Ò en raisonnant encore une fois par récurrence sur Ò : définie par ´Ú Ûµ supposons donc le résultat prouvé pour Ò ½, et voyons que ³ est de classe Ò ½ . Cela est fort simple : ³ est la composée de l’application Ù ´³´Ùµ ³´Ùµµ qui est de classe Ò ½ par hypothèse de récurrence, et de l’application bilinéaire qui est de classe ½ (Proposition I.4.8), et il suffit d’appliquer la Proposition précédente. Pour voir la formule on procède de la manière suivante : soit Ò l’application multilinéaire continue définie par

¯

  Æ Æ

 

Ò ´Ù½

ÙÒ·½ µ ¯ ´

½

Òµ Ò ´³´Ùµ

´ ½µÒ
permutation de

Ù½ Æ
½

´½µ

Æ Ù¾ Æ

Æ ÙÒ Æ

´Òµ

Æ ÙÒ·½

Ò

On doit donc montrer que Ò ³´Ùµ détails sont laissés au lecteur.

¯

³´Ùµµ ¯

. On fait alors ceci par récurrence sur Ò sans grande difficulté. Les

D ÉFINITION I.4.3. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de et une fonction de Í dans . On dit que est un difféomorphisme de classe Ò (resp. ½ ) de Í dans , si est bijective si et  ½ sont toutes deux de classe Ò (resp. ½ ). P ROPOSITION I.4.11. Soient et deux espaces de Banach, Î un ouvert de classe ½ de Î sur Ï . Alors, si est de classe Ò (resp. de classe Ò (resp. ½ )).

, Ï un ouvert de et un difféomorphisme de ½ ),  ½ l’est aussi (i.e. est un difféomorphisme

Démonstration. En effet, on sait que ´  ½ µ´Ý µ ´ ´  ½´Ýµµ ½ . Il en résulte que ´  ½µ est la composée des applications  ½ et Ù Ù ½ , les deux premières étant de classe Ò ½ si est de classe Ò , et la dernière étant de classe ½ (Proposition I.4.10). Raisonnons alors par récurrence sur Ò. Supposons le résultat vrai pour Ò ½, alors  ½ est de classe Ò ½ ce qui conclut.

 

C OROLLAIRE 1. Soient et deux espaces de Banach, Î un ouvert de classe Ò (resp. ½ ) de Î sur Ï . Si, pour tout Ü ¾ Î , phisme de classe Ò (resp. ½ ).

´Üµ est un isomorphisme alors

, Ï un ouvert de

et

un homéomorphisme de est un difféomor-

Démonstration. Il suffit d’appliquer la Proposition précédente et de la Proposition I.3.3, page 11.

C OROLLAIRE 2. Dans les conditions du Théorème d’inversion locale (Théorème I.3.1, page 12), si ½ ) alors est un difféomorphisme de classe Ò (resp. ½ ) de Î sur Ï .

est de classe

Ò (resp.

C OROLLAIRE 3. Dans les conditions du Théorème des fonctions implicites (Théorème I.3.3, page 13), si (resp. ½ ) alors l’application Ï est aussi de classe Ò (resp. ½ ).
18 Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

est de classe

Ò

I.4. DIFFÉRENTIELLES D’ORDRE SUPÉRIEURS

P ROPOSITION I.4.12. Soient ,

½

Ò, et

des espaces normés,

Í

Ò
un ouvert de ,

ܼ Ò

¾ Í et
,

une fonction

de Í dans de classe Ô au point ܼ . Alors, pour tout ½ Ô partielles d’ordre Ô au point ܼ , Ô Ü ½ Ü Ô Ü¼ qui sont des éléments de tous Ô, ½ Ò,

´ ´

´ µ
ܽ Ô

Ô

½ Ü Ô ´Ü µ ¯
¼ ¼ ½

´ µ

½ Ä´

½

½

admet des dérivées vérifiant, pour Ô

µ

½ ½

µ¯ µ¯
Ô
Ôµ
½

Ô Ô

´ ´
Ò

Ô

Ü

´½µ

pour toute permutation

de

½

Ü ´Ôµ ´Ü¼ µ ¯

´½µ

´½µ

µ¯ µ¯
Ô Ôµ

´ µ

Ô

´ µ

Ô

, et on a
Ô

´Ü µ ¯ ´

´ ´

Ô

½

Ü ½ Ü Ô ´Ü¼ µ ¯

½ ½

µ¯ µ¯

Démonstration. Ceci se démontre par récurrence sur Ô comme la Proposition I.4.3, page 15. Par abus de notation, on écrit usuellement Ô Ü
½

Ü Ô ´Ü ¼ µ

Ô Ü

´½µ

Ü

´ µ

Ô

´Ü¼ µ pour toute permutation

de

½

Ô

.

½, ½ Ô, Ô Ü ½ Ü Ô ´Ü¼ µ est une application multilinéaire de Ã Ô dans Remarque I.4.4. Dans le cas où Ñ et, comme pour les dérivées partielles secondes, on l’identifie toujours à sa valeur sur ´½ ½µ. De plus, dans ce cas, grâce à l’in« ´Ü¼ µ, où variance par permutation des indices, on écrit plus simplement Ô Ü«½ Ü« ÒÒ ´Ü¼ µ ou même, encore plus simplement,

«

´«½

«Ò µ est un multi-indice tel que «

Ò

½

½

«

Ô.

De plus, toujours dans ce cas particulier où les sont de dimension ½, en regroupant les dérivées partielles en fonctions des multiindices «, on trouve l’expression classique de la différentielle des fonctions définies sur un ouvert de ÊÒ à partir des dérivées partielles :

P ROPOSITION I.4.13. Soient Í un ouvert de Ê Ò et une fonction, de Í dans un espace normé Alors, avec les notations de ci-dessus, on a :

, Ô fois différentiable en ܼ

¾ Í.

Ô

´Ü µ´ µÔ
¼

« ´«½

« Ô

Ô « ´Ü¼µ´ µ« « Ò «Ò µ¾Æ «Ò
et

´ µÔ ´

µ, ´ µ«

«½
½

«Ò , « Ò

«½

«

Ò
½

«.

Démonstration. Ceci se voit facilement par récurrence sur différentiant la formule à l’ordre Ô, il vient

Ô : supposons la formule vraie pour Ô et montrons la pour Ô · ½. En
Ò «
½

Ô·½

´Ü¼ µ ¯ ´ µÔ·½

´ « µ´Ü¼ µ ´ µ«

ce qui donne bien, en regroupant les dérivées partielles une formule similaire à celle que l’on cherche. Il faut simplement vérifier que, ¬ , avec ¬ de longueur Ô · ½, si et seulement si ´¬½ tous calculs faits, on trouve le bon coefficient. Or, ´ « µ ¬Ò µ ´«½ « ·½ «Ò µ pour un certain tel que ¬ ¼. Ainsi le regroupement donne
¼ 

Ô

´Ü¼ µ´

µÔ

¬ Ô·½

¬ ¼ ¬½

´¬

Ô

½

  ½µ

¬Ò

¬

´Ü¼ µ´ µ¬

ce qui donne immédiatement le résultat.

P ROPOSITION I.4.14. Soient ,

½

Ò, et

Ò
des espaces normés,
½

, Í un ouvert de

, ܼ un point de Í et

une

fonction de Í dans . Pour que soit Ô fois différentiable en ܼ , il suffit qu’elle admette des dérivées partielles Ô Ü Ü Ü continues au voisinage de ܼ , pour tous ½ Ò. Ô Ô ½

´µ

½

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

19

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Démonstration. Il suffit de raisonner par récurrence sur Ô (c.f. Proposition I.4.4, page 16) en utilisant la Proposition précédente. Naturellement, on a des énoncés analogues (avec les différentielles directionnelles d’ordre Ô) à ceux des deux Propositions précédentes lorsque est somme directe topologique de sous-espaces.

SECTION I.5

Formule de Taylor, développements limités
SOUS-SECTION I.5.1

La formule de Taylor
P ROPOSITION I.5.1. Soient Í un ouvert de Ê , un espace normé et

Ø

½ ´½   ØµÒ ´Øµ · ´½   ص ´Øµ · · Ò
Í
dans

une fonction Ò

Ò

· ½ fois différentiable de Í dans ´Øµ ½ ´½   ØµÒ Ò ´Øµ
Ò
·½

. Alors

où la fonction entre parenthèse est considérée de différentielle au point Ø.
Démonstration. C’est un cas particulier du Lemme suivant :

(c.f. Remarque I.4.3, page 17) et

Ø

désigne la

L EMME . Soient , et trois espace normés, Í un ouvert de Ê, Ù une application de Í dans et ³ une application bilinéaire continue de dans . Alors l’application

¢
Ø

, Ú une application de Í dans

Ò Ô
¼

´ ½µÔ ³´ Ô Ù´Øµ Ò Ô Ú´Øµµ

de Í dans

a pour dérivée

Ø

³´Ù´Øµ Ò·½ ڴصµ · ´ ½µÒ ³´ Ò·½ ٴص ڴصµ
Ê,

Preuve du Lemme. Ceci se voit très facilement à partir du Corollaire de la Proposition I.1.6, page 4. Preuve de la Proposition. Il suffit d’appliquer le Lemme avec , ³´Ø

ݵ

ØÝ, Ý ¾

et ٴص

½ ´½   ØµÒ . Ò

Nous allons maintenant avoir besoin de la notion d’intégrale d’une fonction de variable réelle à valeurs dans un espace de Banach. Sans entrer dans les détails, précisons un peu ce point. Soit Á un intervalle de Ê, un espace de Banach et une fonction de Á dans . On peut alors considérer les sommes de Riemann, dans , associées à sur Á . Comme dans la définition de l’intégrale de Riemann, on définit alors la notion de fonction définie sur Á et à valeur dans intégrable au sens de Riemann . Il est alors clair que si Á est fermé et continue, par continuité uniforme, elle est intégrable au sens de Riemann, et que, si on considère la fonction Ü

Ü

´Øµ Ø, elle est dérivable (différentiable) sur l’intérieur ¼ ´Øµ Ø. On peut aussi, plus

de Á de dérivée en Ü égale à

´Üµ. En particulier, si

est dérivable et Á

℄, on a ´ µ   ´ µ

simplement, ne considérer (cela nous suffira) que les fonctions réglées : On dit qu’une fonction d’un segment Á de Ê dans un espace de Banach est réglée si elle est limite uniforme, sur Á , de fonctions ℄, ½ , Ò , telle en escalier c’est-à-dire de fonctions de la forme suivante : il existe une subdivision finie ´ µ½ Ò de Á que, sur ℄ ·½ , soit constante (on ne s’interrese pas à la valeur de aux points de la subdivision). On définit ensuite l’intégrale d’une fonction en escalier par

´Øµ Ø

Ò ½
½

´

·½

  µ¾

alors facilement que si ½ et ¾ sont deux fonctions en escalier, alors ½ 20

 

¾
¾

est la valeur prise par

sur

·½

. On verifie

en est une aussi (quitte à changer les subdivisions) et

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.5. FORMULE DE TAYLOR, DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS
­ ­ ­ ­ ­ ­

´ ½ ´Øµ   ¾ ´Øµµ Ø­ ­

´

  µ ×ÙÔ
ؾÁ

½ ´Øµ

  ¾ ´Øµ

. De là, on déduit que si

est une fonction de Á dans

qui est limite uniforme est supposé

d’une suite ´ Ò µ de fonctions en escalier alors la suite

Ò ´Øµ

Ø

complet) et sa limite ne dépends pas de la suite ´ Ò µ convergeant vers choisie. C’est cette limite que l’on appelle l’intégrale de . Naturellement, les fonctions continues sur un segment Á sont uniformément continues (Á est compact) et donc limites uniformes de fonctions en escalier. Cette méthode permet donc de définir l’intégrale des fonctions continues à valeurs dans l’espace de Banach , et la propriété de différentiabilité de Ü

Ò

est de Cauchy dans

et donc converge (puisque

Ü

´Øµ Ø est une conséquence immédiate des propriétés de base de l’intégrale ainsi définie.

P ROPOSITION I.5.2. Soient Í un ouvert de Ê contenant Ò·½ . Alors

¼ ½℄,
¾

un espace de Banach et
½

une fonction de Í dans

de classe

½ ´¼µ · · ½ Ò ´¼µ · ´½   ØµÒ ´¼µ · ´¼µ · ¾ Ò Ò Dans cette formule les différentielles Ô ´¼µ sont identifiées à un vecteur de . ´½µ
¼

Ò·½

´Øµ

Ø

Démonstration. Cela résulte aussitôt de la Proposition précédente.

P ROPOSITION I.5.3. Soient Í un ouvert de­ Ê contenant ­ Í dans . Supposons que ­ Ò·½ Ø ­
­ ­ ­ ­

½ ´½µ   ´¼µ   ¾
´Øµ

´µ

¼ ½℄,

Å, ½
¾

½ ´¼µ     Ò
Ò·½
et

un espace normé et Ø . Alors

½

une fonction Ò
­ ­ ­ ­

· ½ fois différentiable de

Ò

´¼µ

´Ò · ½µ

Å

Démonstration. En effet, considérons les fonctions

  ص  Å ´½ ´Ò · ½µ

ڴص

´Øµ · ´½   ص ´Øµ ·
­

· ½ ´½   ØµÒ Ò ´Øµ Ò

­ Ò·½ ´Øµ­, ce qui donne La Proposition I.5.1 dit que Ú ´Øµ Ò sulte du Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.1, page 6).

´½   ØµÒ ­

ڴص

´½   ØµÒ Å Ò

¼ ´Øµ. Alors la conclusion ré-

T HÉORÈME I.5.1 (Formule de Taylor avec reste intégral ).
Soient un espace normé, un espace de Banach, Í un ouvert de et une application de classe de Í dans . On suppose que le segment ܼ ܼ est contenu dans Í . Alors

´Ü · µ
¼

´ µÔ ´

µ¾

½ ´Ü µ · · Ò
¼

· ℄

Ò·½

Ò

´Ü µ ¯ ´ µÒ ·
¼

½ ¼

´½   صÒ
Ò

Ò·½

´Ü · Ø µ ¯ ´ µÒ
¼

·½

Ø

Ô, ½

Ô

Ò · ½.

´Ü¼ · Ø µ, Ø ¼ ½℄. Alors Ú est de classe Ò·½ et on vérifie aisément, Démonstration. En effet, considérons la fonction Ú ´Øµ Ô Ô par récurrence, que, pour tout entier Ô, Ú ´Øµ ´Ü¼ · Ø µ ´ µÔ (c.f. Proposition I.4.2, page 15). Le Théorème est donc un cas particulier de la Proposition I.5.2.

¯

¾

T HÉORÈME I.5.2 (Formule de Taylor-Lagrange ).

Soient et deux espaces ­ normés, ­ Í un ouvert de et une application Ò fois différentiable. Supposons que, pour tout Ü ¾ Í on ait ­ Ò·½ Ü ­ Å . Alors, pour assez petit,
­ ­ ­ ­

´µ

½ ´Ü · µ   ´Ü µ     Ò
¼ ¼

Ò

´Ü µ ¯ ´
¼

­ µÒ ­ ­

­

Å

´Ò · ½µ

Ò·½

Démonstration. En effet, comme dans la preuve du Théorème précédent, il suffit d’appliquer la Proposition I.5.3.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

21

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

T HÉORÈME I.5.3 (Formule de Taylor-Young ).

Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í Ò   ½ fois différentiable dans Í et Ò fois différentiable au point ܼ . Alors

et

une fonction de Í dans

½ ´Ü · µ   ´Ü µ     Ò
¼ ¼

Ò

´Ü µ ¯ ´ µÒ Ó´
¼

Òµ

Démonstration. Pour Ò résultat vrai pour Ò

linéaire

½, c’est exactement la définition de la différentiabilité. Procédons par récurrence sur Ò et supposons donc le ½ ´Ü¼ · µ     Ò ´Ü¼ µ ¯ ´ µÒ . Comme Ô ´Ü¼ µ est une forme multilinéaire symétrique, Ò Ô ´Ü¼ µ ¯ ´ µÔ au point est l’application le Corollaire de la Proposition I.1.6, page 4, montre que la différentielle de l’application

  ½. Soit ³´ µ

Si on note Ô tielle de ³ en

Ô

:

´Ü ¼ µ ¯ ´

µÔ ½ cette application (ce qui se justifie par la symétrie de Ô

Ô Ô ´Ü¼ µ ¯ ´

µ

´Ü¼ µ), on obtient une expression de la différen´Ü¼ µ ¯ ´ µÒ ½

³´ µ

´Ü¼ · µ   ´Ü¼ µ  
Ó´

L’hypothèse de récurrence appliquée à donne alors ³´ µ ¼, il existe finis (Théorème I.2.2, page 7) que, pour tout termine la preuve.

Ò ½ µ, ce qui implique, par le Théorème des accroissements Ò , ce qui ¼ tel que, pour , on a ³´ µ   ³´¼µ

½   ´Ò   ½µ

Ò

Dans le cas d’une fonction définie sur un ouvert de ÊÒ , la Proposition I.4.13, page 19, combinée aux formules de Taylor que nous venons de donner, redonne la forme classique pour la partie principale :

P ROPOSITION I.5.4. Dans les conditions de l’une des formules de Taylor ci-dessus, si Proposition I.4.13, « « Ü Ê Ü

Ê Ò , on a, avec les notations de la
×Ø

« Ò où «Ê ×Ø » est à remplacer par le reste correspondant à la formule considérée, et que l’on peut exprimer avec les même notations pour la formule avec reste intégral :

´ · µ
¼

´µ
«

´ µ·
¼

Ê ×Ø

´Ò · ½µ

´ µ«
« Ò·½

½ ¼

«

«

´Ü · Ø µ´½   صÒ

Ø

SOUS-SECTION I.5.2

Développements limités
Pour pouvoir définir la notion de développement limité, il nous faut tout d’abord introduire celle de polynôme d’un espace vectoriel dans un autre.

D ÉFINITION I.5.1. Soient et deux espaces vectoriels sur à . 1. On appelle polynôme homogène de degré Ò, Ò entier , de dans une application ³ de dans de la forme ³ Ü Ü Ü où est une application multilinéaire de Ò dans . Par convention, on appelle polynôme homogène de degré zéro une fonction constante de dans . 2. On appelle polynôme de degré Ò (ou Ò) de dans une somme de polynômes homogènes ³Ô de dans de degrés Ô Ò.

´µ

´

µ

½

P ROPOSITION I.5.5. 1. Si ³ est un polynôme homogène de degré Ò, il existe une application multilinéaire symétrique Ò telle que ³ Ü Ü Ü ,ܾ . 2. Soient , , et À trois espaces vectoriels sur un polynôme homogène de degré Õ et

´µ

´

µ

Ü
22

¨ ¢ À une application bilinéaire. Alors ¨´³´Üµ ´Üµµ

Ã, ³

un polynôme homogène de degré Ô,

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.5. FORMULE DE TAYLOR, DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS

est un polynôme homogène de degré polynômes ³ et . 3. Plus généralement, si , ,

Ô · Õ de

dans

À . Cette propriété permet de définir le «produit» des
, alors

½ Ò, et À sont des espaces vectoriels, ³ Ò polynôme homogène de degré Ô , et ¨ une application multilinéaire de dans
Ü
Ò
est un polynôme homogène de degré
½

½

Ò, un

¨´³ ´Üµ
½

³Ò ´Üµµ

½

Ô

de

dans À .

Démonstration. Le 2. et le 3. sont évidents et le 1. se voit en considérant

´Ü½

ÜÒ µ
de permutation

´Ü
½

´½µ

Ü ´Òµ µ

Ò

Il est utile de remarquer que la notion de polynôme introduite ici généralise la notion usuelle de polynôme à Ò variables. En effet, et étant des espaces vectoriels, soit ³ un polynôme homogène de degré Ô de Ò dans . Il existe donc une application multilinéaire Ò , on a ³´Üµ Ò pour tout symétrique de ´ Ò µÔ dans telle que, pour Ü ´Ü ܵ. Écrivons Ü ´¼ Ü ¼µ Ü ; alors

¾

¾

¾

³´Üµ

´

½

Ô µ¾ ½

ÒÔ

´Ü ½

Ü Ôµ

Comme

est symétrique, on peut «regrouper» les Ü

d’indices égaux d’où :

P ROPOSITION I.5.6. Soient et deux espaces vectoriels et ³ un polynôme de degré Ô de une application multilinéaire de Ò dans telle que

´ µ
Ô
½

Ò dans . Pour ¼

Ô, il existe

³´Üµ

« ´«½

«

«Ò µ¾ «

È

½

ÒÒ
fois

´´Ü µ«
½

½

´ÜÒµ«Ò µ ¼µµ ¾ ´ Òµ«
ß

´Ü
En particulier, si

µ«
Ã
et

Ü

fonction polynômiale de Í dans

´Ü

½

ÜÒ µ

´Í µ où Í est un ouvert de Ã Ò et un espace normé, on a Ò ³´Üµ Ü« « ´ÜµÜ« Ò « « «È ÒÒ Ò¾ « « Ô
½
½

´´¼

Þ

Ü

¼µ
µ

«

´¼

Ü

´ ½

½

¾ Ã Ò , et où « est une fonction continue de Í dans

lorsque les fonctions « sont constantes.

, ce qui donne la notion usuelle de

D ÉFINITION I.5.2. Soient et deux espaces vectoriels sur à . Soit ³ une application de ³ la fonction de dans définie par

¡

dans

, et, pour tout

¾

, soit

¡ ³´Üµ

³´Ü ·

µ   ³´Üµ

¡Ü ¡Ü ³ ¡Ü ´¡Ü ³µ qui vaut, au point Ü, ¡Ü ¡Ü ³´Üµ ³´Ü · Ü · Ü µ   ³´Ü · Ü µ   ³´Ü · Ü µ · ³´Üµ En particulier, la notation est justifiée par le fait que ¡Ü ¡Ü ³ ¡Ü ¡Ü ³. 2. Pour tout entier Ò ¾, on appelle différence (symétrique) Ò-ième de ³ relative aux points Ü
½ ¾ ¾ ½ ½ ¾

1. On appelle différence (symétrique) seconde de

³

relative aux points

ܽ

et

ܾ

de

la fonction

½

¾

½

¾

½

¾

¾

½

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

½

,. . . , ÜÒ
23

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

de

la fonction

¡Ü

½

¡ÜÒ ³ ¡ÜÒ ´¡Ü
Ü
¼ ½
½

½

Ô Ò Ô Ò
de

¡ÜÒ  ³µ. Explicitement, cette fonction est : ´ ½µÒ Ô ³´Ü · Ü · · Ü Ô µ
½ ½

En particulier, pour toute permutation
P ROPOSITION I.5.7. Soient et

½

Ò

, on a

¡Ü

½

¡ÜÒ ³ ¡Ü

´½µ

¡Ü

´ µ

Ò

³.

deux espaces vectoriels sur à , et

³

Ò
½

³ ³Ò ´Üµ

Ò un polynôme de degré Ò. Soit Ò une application multilinéaire symétrique telle que Ü Ü . Alors : Ò 1. Pour tout dans , ³ est un polynôme de degré Ò   . ÜÒ . 2. Pour tous ܽ ,. . . , ÜÒ dans , ܽ ÜÒ ³ Ò Ò Ü½

´

µ

¡

¡

¡

´

½

µ

Démonstration. On démontre ceci par récurrence sur Ò. pour Ò ½, on a ¡ ³´Üµ ³½ ´ µ, ce qui montre le résultat dans ce cas. Supposons donc la Proposition vraie pour Ò ½. Vérifions tout d’abord le premier point : en tenant compte du fait que Ò est symétrique, · ³Ò ½ µ et en utilisant l’hypothèse de récurrence, on a, en écrivant ¡ ³ ¡ ³Ò · ¡ ´³¼ ·

 

¡ ³´Üµ

Ò Ò ´Ü

Ü µ · ´Ü µ

(I.5.1)

est, en Ü, un polynôme homogène de degré Ò ¾, ce qui montre le 1. Vérifions maintenant le 2. En écrivant (I.5.1) pour , on peut écrire ¡ÜÒ ³ est un polynôme homogène de degré dépendant du paramètre ÜÒ et, Ò ½ · ¼ où Ò ½, Ò ½ ´Üµ Ò ½ ´Ü ܵ avec Ò ½ ´Ü½ Ü Ò   ½ µ Ò Ò ´Ü ½ ÜÒ ½ ÜÒ µ. On applique maintenant de plus, pour ¡ÜÒ ½ ´¡ÜÒ ³µ ´Ò ½µ Ò ½ ´Ü½ ÜÒ ½ µ ce qui termine la preuve. l’hypothèse de récurrence à ¡ÜÒ ³ : ¡Ü½

ÜÒ

¾

 

 

 

C OROLLAIRE 1. La donnée d’un polynôme ³ Ò ³ ³.
¼

détermine de manière unique les polynômes homogènes ³ tels que

Démonstration. En effet, c’est clairement vrai pour Ò ¼, et, si on suppose cela vrai pour Ò ½, la Proposition montre que ³ détermine entièrement l’application multilinéaire symétrique Ò , donc ³Ò , et il suffit d’appliquer l’hypothèse de récurrence à ³ ³Ò .

 

 

De ce fait ³ s’appelle la composante de degré de ³.

C OROLLAIRE 2. Étant donné un polynôme homogène Ò symétrique Ò telle que ³Ò Ü

´µ

³Ò

de degré Ò, il existe une et une seule application multilinéaire ܵ. Ò ´Ü
et sont des espaces normés, il faut voir ce

La notion de polynômes introduite ci-dessus est abstraite. Dans le cas où les espaces que signifie qu’un polynôme est continu :

P ROPOSITION I.5.8. Soient et deux espaces normés et ³

Ò
¼

³

un polynôme de degré Ò. Pour tout soit

l’application

multilinéaire symétrique de dans déterminée par ³ (Corollaire 2 ci-dessus). Les conditions suivantes sont équivalentes : (i) Les applications sont continues. (ii) Les polynômes homogènes ³ sont continus. (iii) ³ est continu. (iv) ³ est continu à l’origine. (v) Il existe Ö tel que ³Ü ½. Ü Ö (vi) Pour tout Ö , ³Ü ½. Ü Ö

¼

×ÙÔ ´ µ · ¼ ×ÙÔ ´ µ ·

24

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.5. FORMULE DE TAYLOR, DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS

Démonstration. Il est clair que (i)

Ü Ô µ ; ces expressions Définition I.5.2, page 23) est une somme d’expressions de la forme (à un facteur multiplicatif près) ³´Ü ½ étant continues en zéro par hypothèse, il en est donc de même de Ò qui est donc continue partout ce qui implique que ³Ò est continue. Alors ³ ³Ò est continue en zéro et l’hypothèse de récurrence entraîne la continuité de tous les , ¼ Ò ½. L’implication (i) (vi) est très simple : d’après la carctérisation des applications multilinéaires continues, les sont bornées sur la boule fermée ´¼ Ö µ ce qui entraîne la même chose pour les ³ et donc pour ³. Comme (vi) (v) est évidente, il n’y a plus qu’à voir que (v) (i). On procède à nouveau par récurrence sur Ò. Pour Ò ¼ c’est évident, supposons donc le résultat obtenu pour Ò ½. Le raisonnement est similaire aux précédents : si ³ est bornée sur la boule ´¼ Ö µ alors il en est de même de Ò et, par suite, aussi de ³Ò et on peut donc appliquer l’hypothèse de récurrence à ³ ³Ò .

étant triviale, supposons le résultat vrai pour Ò

µ(ii)µ(iii)µ(iv). Montrons que (iv) implique (i) par récurrence sur Ò. L’affirmation pour Ò ¼ ½¡ ¡ÜÒ ³ qui (d’après la   ½. D’après la Proposition I.5.7, l’application Ò est Ò Ü
½

 

µ

 

µ

µ

 

 

D ÉFINITION I.5.3. Soient et deux espaces normés, Î un voisinage de zéro dans , Ò un entier positif et une fonction de Î dans . On dit que est tangente à zéro à l’origine à l’ordre Ò si Ü Ü Ò . On dit que deux fonctions ½ et ¾ de Î dans sont tangentes à l’origine à l’ordre Ò si ½   ¾ est tangente à zéro à l’origine à l’ordre Ò.

´µ

Ó´

µ

La Définition I.5.2, page 23 montre que :

P ROPOSITION I.5.9. Dans les conditions de la Définition ci-dessus, si

¡Ü

½

¡ÜÒ ´¼µ

Ó´´ Ü ·
½

est tangente à zéro à l’origine à l’ordre Ò, on a

ÜÒ µÒ µ

D ÉFINITION I.5.4. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une fonction de Í dans . On dit qu’un polynôme ³ de degré Ò est un développement limité de à l’ordre Ò au point ܼ si la fonction Ü Ü¼ Ü est tangente à l’origine à ³ à l’ordre Ò. Autrement dit si Ò

´ · µ

´Ü · ܵ   ³´Üµ
¼

Ó´ Ü µ

P ROPOSITION I.5.10. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et ³½ et ³¾ sont deux développements de à l’ordre Ò en ܼ alors ³½ ³¾ .
Démonstration. C’est exactement le Lemme suivant : L EMME . Si un polynôme de degré

une fonction de Í dans

. Si

Ò est tangent à zéro à l’origine à l’ordre Ò il est identiquement nul.

Preuve du Lemme. La preuve se fait par récurrence sur Ò. Supposons le Lemme montré pour Ò

  ½. Si on pose ³  

Ò
¼

l’application multilinéaire symétrique associée à ³Ò , les Propositions I.5.7, page ci-contre et I.5.9 montrent que, pour ¼ tel que, pour ܽ · · ÜÒ on a Ò ´Ü½ ÜÒ µ ´ ܽ · · ÜÒ µÒ . Comme Ò est multilinéaire, ceci ¼, et, donc ³ est un polynôme de degré Ò ½ qui est tangent à zéro à l’origine à l’ordre Ò ½. L’hypothèse de implique Ò récurrence donne le résultat.

³ , et si Ò est ¼ il existe

 

P ROPOSITION I.5.11. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une fonction de Í dans . Supposons que admette un développement limité ³ à l’ordre Ò en ܼ . Les conditions suivantes sont équivalentes : (i) est continue en ܼ . (ii) ³ est continu.
Démonstration. Ceci résulte de la Proposition I.5.8, page précédente.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

25

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

P ROPOSITION I.5.12. Soient et dans

deux espaces normés, Í un ouvert de

. Supposons que

, ܼ un point de Í et une fonction continue de Í Ò admette un développement à l’ordre Ò ³ ³ en ܼ . Alors :
¼

1. pour tout Ô

Ò,

Ô
¼

³

est le développement limité à l’ordre Ô de

en ܼ .

2. Si Ò est la forme multilinéaire symétrique associée à ³Ò , on a

¡Ü

½

¡ÜÒ ´Ü µ   Ò Ò´Ü
¼

½

ÜÒ µ

Ó´´ Ü · ·
½

ÜÒ µÒ µ

­ ­ Ò ­ Démonstration. Pour montrer le 1., il suffit de voir que ­ ­

(Proposition I.5.8, page 24. Le 2. se déduit des Propositions I.5.9, page précédente, et I.5.7, page 24.

Ô·½

³

­ ­ ´Üµ­ ­ ­

Ó´ Ü Ô µ. Mais ceci est évident car ³ est supposée continue

P ROPOSITION I.5.13. Soient et deux espaces normés, Í un ouvert de tiable au point ܼ de Í dans . Alors : 1. admet un développement limité à l’ordre Ò en ܼ

, ܼ un point de Í et

une fonction Ò fois différen¼

³ ÜÒ µ

Ò
¼

³

où ³
½

´Üµ ½ ´Ü µ ¯ ´Üµ .
ÜÒ µÒ µ

2. On a

¡Ü

½

¡ÜÒ ´Ü µ  
¼

Ò

´Ü µ ¯ ´Ü
¼

½

Ó´´ Ü · ·

Démonstration. C’est une conséquence de la formule de Taylor-Young (Théorème I.5.3, page 22) et de la Proposition précédente.

P ROPOSITION I.5.14. Soient , ,

1. Soient et deux applications de Í dans et ܼ un point de Í . Si et admettent un développement limité à l’ordre Ò au point ܼ , il en est de même de et son développement limité est la somme des développements de et .

et À des espaces normés, Í un ouvert de

, Î un ouvert de

.

·

2. Soient une application de Í dans , une application de Í dans , une application bilinéaire continue de ¢ dans À et ܼ un point de Í . Si (resp. ) admet un développement limité ³ (resp. ) à l’ordre Ò au point ܼ alors la fonction de Í dans À définie par Ü Ü Ü (i.e. le «produit» de et ) admet un développement limité à l’ordre Ò au point ܼ . Plus précisément, soit le polynôme ¾Ò Ò définit par (c.f. Proposition I.5.5, page 22) Ü ³Ü Ü , et posons . Alors

¨ ´ µ ¨´ ´ µ ´ µµ
¼

´ µ ¨´ ´ µ ´ µµ
au point ܼ .

est le développement limité à l’ordre Ò de 3. Soient une fonction de

¼

Í

dans

Î,

une fonction de

Î

dans

,

ܼ

On suppose que

(resp. ) admet un développement limité à l’ordre

Ò³

un point de Ò
¼

Í

et

ݼ ݼ ,

´Ü µ.
¼

³ , ³¼
½

(resp.

Ò
) au point
¼

ܼ (resp. ݼ ). Alors

Æ
Ò

admet un développement limité à l’ordre Ò, , au point
¼ 
½
½·

ܼ donné par la formule

´Üµ

Æ ´Ü¼µ ·

l’application multilinéaire symétrique (de

Ò dans ) associée à
·

´³ ´Üµ
½

³ ´Üµµ

, où

désigne

.

Ó´ Ü Ò µ, et on a

Démonstration. Le 1. est évident, vérifions le 2. On écrit

´Ü¼ · ܵ

³´Üµ · ִܵ et ´Ü¼ · ܵ

´Üµ · ״ܵ où Ö et × sont des

¨´ ´Ü¼ · ܵ ´Ü¼ · ܵµ   ¨´³´Üµ ´Üµµ

¨´³´Üµ ״ܵµ · ¨´Ö´Üµ ´Üµµ · ¨´Öܵ ״ܵµ

et, d’après la caractérisation des applications multilinéaires continues, le membre de gauche de l’égalité ci-dessus est un Ó´ conclut en notant que est aussi un Ó´ Ü Ò µ.

 

Ü Ò µ ; on

26

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.5. FORMULE DE TAYLOR, DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS

Montrons maintenant le 3. Comme précédemment écrivons est un Ó´ Ü Ò µ (resp. Ó´ Ý Ò µ). Il est clair que ×´³´Üµ · Ö ´Üµµ

´Ü¼ · ܵ ³´Üµ · ִܵ et ´Ý¼ · ݵ ´Ýµ · ״ݵ où Ö (resp. ×) Ó´ Ü Ò µ, et, en posant Æ , il vient
Ò
½

´Ü¼ · ܵ
Chaque terme gène de degré

´Ü¼ µ ·

Ò
½

³ ´Üµ · ִܵ · Ó´ Ü Ò µ
´³ ½ ´Üµ

Ò
½

³ ´Üµ · ִܵ

est une somme de d’expressions de la forme

³ ´Üµµ, ½

Ô

Ò, ou

´

ִܵ

µ, les seconds étant des Ó´ Ü Ò µ. Pour conclure, il suffit de voir que · ce qui résulte de la Proposition I.5.5, page 22. ½·

´³ ½ ´Üµ

³ ´Üµµ est un polynôme homo-

C OROLLAIRE . Soient , et des espaces normés, Í un ouvert de une fonction de Î dans , ܼ un point de Í et ݼ point ܼ et que est Ò fois différentiable au point ݼ . Soit homogène donné par la formule

´Ü µ. On suppose que Æ . Pour ½ Ô
¼

, Î un ouvert de

,

une fonction de Í dans Î , est Ò fois différentiable au Ò, soit Ô Ü le polynôme

©´µ

©Ô ´Üµ

Ò
½

¼ 
½·

½
·

Ô

´Ý µ ¯ ½
¼ ½

½

´Ü µ ¯ ´Üµ
¼

½

½
Ô

½
Ô

´Ü µ ¯ ´Üµ Ô
¼

Alors la différentielle d’ordre Ô de

Æ

au point ܼ est
½

Ô´

Æ µ´Ü¼µ ¯ ´

Ôµ

Ô

½¡

½

¡ Ô©

Démonstration. C’est une conséquence immédiate de la Proposition précédente et de la Proposition I.5.7, page 24.

SOUS-SECTION I.5.3

Opérateurs différentiels
Soit Í un ouvert de Ã Ò . Rappelons (c.f. Remarque I.4.4, page 19) que, pour «

´«½

«Ô µ ¾ ½

Ò Ô , on note

«

´Üµ

½ Ü«Ò Ü« Ò ½

´Üµ

D ÉFINITION I.5.5. Soient Í un ouvert de coefficients dans Í ,

´

µ

ÃÒ

et

un espace normé. Si

È

est un polynôme à
Ò Ü« Ò

Ò variables de degré Ô et à

È ´Üµ

« ´«½ «Ò µ « Ô

½ « ´ÜµÜ« ½

on appelle opérateur différentiel associé à È ou opérateur différentiel linéaire l’application È de l’ensemble des fonctions Ô fois différentiables de Í dans définie par

È

´Üµ

« ´«½ «Ò µ « Ô

« ´Üµ « ´Üµ

P ROPOSITION I.5.15 (Formule de Leibnitz ). Soient , et trois espaces vectoriels, une application bilinéaire de ¢ dans , Í un ouvert de Ã Ò , (resp. ) une fonction Ô fois différentiable de Í dans (resp. ). Soit È un polynôme à Ò variables de degré Ô à coefficients dans Í . Posons

¨

´

µ

È ´Ü½ · ݽ

ÜÒ · ÝÒ µ

«¬

½ «¬ Ü« ½

Ò ¬½ Ü« Ò Ý½

¬Ò ÝÒ

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

27

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Alors

È ´¨´

µµ´Üµ

«¬

«¬ ¨´ « ´Üµ ¬ ´Üµµ

½ Ü« Démonstration. Il suffit clairement de montrer ceci lorsque È est un monôme Å ´Üµ Ü« Ô et «½ ½. En raisonnant ÒÒ , « ½ par récurrence sur Ô, et en écrivant Å ´Üµ ܽ Å ´Üµ, on a Šܽ Å . En développant Å ´Ü · Ý µ et en utilisant l’hypothèse ¼ ¼¼ de récurrence, on peut écrire Å ¨´ µ ­ ¨´ Å ¼ Å ¼¼ µ, où Å et Å sont des monômes d’où on déduit (Proposition

I.1.5, page 3)

Å ¨´
ce qui s’écrit encore et Æ ¼¼

µ

­ ´¨´ ܽ Å ¼

Å ¼¼

µ · ¨´ Å ¼

ܽ Å

µµ

­ ¼ ¨´ Æ ¼ Æ µ, la sommation étant étendue aux couples de monômes ´Æ ¼ Æ ¼¼ µ tels que Æ ¼ Å ¼¼ ou bien Æ ¼ Å ¼ et Æ ¼¼ ݽ Å ¼¼ pour un indice . Ceci donne la Proposition.

ܽ Å ¼

SECTION I.6

Applications
SOUS-SECTION I.6.1

Maxima et minima relatifs
Dans toute cette sous-section on considère des fonction d’un ouvert Í d’un espace normé dans Ê.

D ÉFINITION I.6.1. Soient un espace normé, Í un ouvert de et une fonction de Í dans Ê . On dit que admet un minimum (resp. maximum) relatif en ܼ ¾ Í s’il existe un voisinage Î de ܼ dans Í tel que Ü ¾ Î , Ü Ü¼ (resp. Ü Ü¼ . De plus, on dit que ce minimum (resp. maximum) est strict si l’inégalité est stricte pour tout Ü Ü¼ .

´µ

´ µ

´µ

´ µ

On dira que

admet un extremum relatif en ܼ si elle admet un minimum ou un maximum relatif en ce point.

P ROPOSITION I.6.1. Soient un espace normé, Í un ouvert de , ܼ un point de différentiable en ܼ et si elle admet un extremum relatif en ܼ alors

Í

´Ü µ ¼.
¼

et

une fonction de

Í

dans Ê . Si

est

Ø

, la fonction Ø ´Ü¼ · Ø µ (qui est définie pour Ø assez petit) admet un extremum relatif en Démonstration. En effet, pour ¼ ce qui implique que sa dérivée en ¼ est nulle. D’après la Proposition Proposition I.1.4, page 2, on a donc ´Ü¼ µ ¼.

¾

¯

Rappelons maintenant quelques résultats élémentaires concernant les formes quadratiques. Soit ³ un polynôme homogène de degré ¾ d’un espace vectoriel dans Ê (on appelle forme quadratique réelle sur un tel polynôme). Il existe donc une unique forme bili½ ´³´Ü · Ü µ   ³´Ü µ   ³´Ü µµ. néaire symétrique ³ de ¢ dans Ê telle que ³´Üµ ³´Ü ܵ, et elle est donnée par la formule ³´Ü½ ܾ µ ½ ¾ ½ ¾ ¾ On dit que ³ est positive (on écrit ³ ¼) si ³´Üµ ¼ pour tout Ü ¾ c’est à dire si ³´Ü ܵ ¼ Ü (on dit aussi que ³ est positive). Si est un espace normé, et si ³ est continue, alors ³ est une forme bilinéaire continue. Dans ce cas les notions algébriques usuelles se définissent, pour nous, dans le cadre topologique :

D ÉFINITION I.6.2. Soient un espace normé et ³ une forme quadratique réelle continue sur . On dit que ³ est non dégénérée si la forme bilinéaire symétrique continue associée considérée comme application de dans son dual ¼ est un isomorphisme d’espaces normés (i.e. si l’application Ü ³Ü où ³Ü Ý ³ Ü Ý est bijective et son inverse est continue).

´µ

´ µ

28

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.6. APPLICATIONS

P ROPOSITION I.6.2. Soient un espace normé et ³ une forme quadratique réelle continue sur . 1. Si ³ est non dégénérée, la relation «³ Ü Ý Ý ¾ » implique Ü . 2. Si ³ est positive et non dégénérée il existe une constante telle que, Ü ¾

´ µ ¼

¼

¼

, on a ³

´Üµ

Ü

¾

.

Démonstration. Le 1. est évident, et, en dimension finie la réciproque est aussi vraie, mais ce n’est, en général, plus le cas en dimension ³Ü l’isomorphisme de dans ¼ associé à ³. Comme ³ est non dégénérée, par définition, il infinie. Vérifions le 2. Soit Ü existe une constante ¼ telle que Ü ³Ü ce qui se traduit par l’existence d’un Ý de norme inférieure à ½ tel que ¾ Ü ¾ ³´Ü ݵ . L’inégalité de Cauchy-Schwarz implique alors Ü ¾ ³´Üµ³´Ýµ Å ¾ ³´Üµ, car, ³ étant continu, elle est bornée sur la boule unité.

¾

T HÉORÈME I.6.1.

Soient un espace normé, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une fonction de Í dans Ê . Si fois différentiable en ܼ et si elle admet un minimum relatif en ܼ alors ܼ et ¾ ܼ .

´ µ ¼

´ µ ¼
¾

est deux

Démonstration. En effet, d’après la Proposition I.6.1, page ci-contre, la formule de Taylor-Young (Théorème I.5.3, page 22) s’écrit ici ½ ¾ ´Ü¼ · ܵ ´Ü¼ µ ¾ et Ø assez petit, ´Ü¼ µ ´Ü ܵ · ִܵ, avec ִܵ Ó´ Ü ¾ µ. L’hypothèse implique donc que, pour Ü ¾ ´Ü¼ µ ´ØÜ Øܵ · ¾Ö´Øܵ ¼, c’est-à-dire, en posant ¾Ö´Øܵ ؾ ´Ø ܵ, ¾ ´Ü¼ µ ´Ü ܵ · ´Ø ܵ ¼. Comme ´Ø ܵ tends vers zéro quand Ø tends vers zéro, le Théorème en résulte.

¯

 

¯

¯

Bien sûr la réciproque de ce Théorème est fausse. On a seulement le résultat plus faible suivant :

T HÉORÈME I.6.2.

Soient un espace normé, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une fonction de Í dans Ê . Si est deux fois différentiable en ܼ et si ܼ et ¾ ܼ est positive et non dégénérée alors admet un minimum strict en ܼ .

´ µ ¼

´ µ

Démonstration. En effet, la formule de Taylor-Young et la Proposition précédente implique qu’il existe une constante

¼ telle que

´Ü¼ · ܵ   ´Ü¼ µ
et, pour

Ü

assez petit, on a

¾ · ´Üµ

¼.

¾

· ´Ü µ

Ü

¾

Remarque I.6.1. 1. On a bien sûr des énoncés analogues pour les maxima relatifs. 2. Le Théorème ci-dessus donne une condition suffisante d’extémum. Mais cette condition n’est naturellement pas nécéssaire. Dans de nombreux exemples, l’utilisation de la formule de Taylor avec reste intégral permet de conclure lorsque l’on ne sait pas si ¾ ´Ü¼ µ est non dégénerée.

SOUS-SECTION I.6.2

-conjugaison
D ÉFINITION I.6.3. Soient , , ½ et ½ des espaces normés, Í (resp. ͽ ) un ouvert de (resp. ½ ), Ç (resp. ǽ ) un ouvert de (resp. ½ ), une fonction de Í dans Ç et ½ une fonction de ͽ dans ǽ . 1. On dit que est -conjuguée à ½ s’il existe des difféomorphismes de classe ³ de Í dans ͽ et de Ç dans ǽ tels que ½ Æ Æ ³ ½ . 2. Soient ܼ ¾ Í et ܽ ¾ ͽ . On dit que est localement -conjuguée à ½ au voisinage de ܼ et ܽ s’il Í (resp. Ï Ç) un voisinage de ܼ (resp. ܼ ) et ν ͽ (resp. Ͻ ǽ ) un voisinage de ܽ existe Î (resp. ½ ܽ ) tels que Î Î Ï , ½ ν ν Ͻ et Î est -conjuguée à ½ ν .

´ µ

´ µ

La notion de -conjugaison est facile à retenir en se souvenant des diagrammes commutatifs de la F IG . I.6.1, page suivante. -difféomorphisme est -conjugué à l’identité. Par exemple, tout Dans la suite de cette sous-section nous allons essentiellement considérer des espaces normés de dimension finie. Il est alors -conjugaison, une fonction donnée à une fonction de Ã Ò dans Ã Ñ . Pour ce particulièrement interressant d’essayer de réduire, par faire, le langage de coordonnée locale est très commode. Soit un espace normé de dimension finie sur à , et Í un ouvert de . Si ´ µ½ Ò est une base de , tout élement Ü de s’écrit de manière unique Ù

Ò

Pour tout , soit Ü la fonction (linéaire) de dans à définie par Ü ´Ùµ est un système de coordonnées linéaires sur . Plus généralement :

½

Ù

, et, l’application Ù

´Ù ½

ÙÒ µ est un isomorphisme de

sur Ã Ò , si

Ò est la dimension de

.

Ù . Alors, on dit que le Ò-uplet de fonctions ´Ü½

ÜÒ µ
29

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Í ³ ͽ
½ ½

Ç ³ ǽ
½

Î

Î

Ï

ν
ν

½

ν Î

Ͻ

Æ Æ ³ ½
F IG . I.6.1 –

Æ

Æ ³ ½

-conjugaison

D ÉFINITION I.6.4. Soient un espace normé de dimension finie Í un ouvert de et ܼ un point de Í . On appelle système de coordonnées locales en ܼ de classe la donnée de fonctions Ü de Í dans à de classe telles que l’application Ü Ü½ Ü Ü Ñ Ü de Í dans Ã Ñ soit un difféomorphisme de classe au voisinage de ܼ . Lorsque les fonctions Ü sont linéaires, on dit que le système est linéaire.

´ ´µ

´ µµ

Ñ

Le Théorème d’inversion locale (Théorème I.3.1, page 12) implique aussitôt le critère suivant :

P ROPOSITION I.6.3. Soient un espace normé de dimension finie et ܼ un point de . Une application de classe Ü Ü½ Ü ÜÒ Ü d’un voisinage de ܼ dans Ã Ò est un système de coordonnées locales de classe en ܼ si et seulement si les formes linéaires ܽ ܼ , . . . , ÜÒ Ü¼ forment une base de ¼ . En d’autres termes, si le déterminant de la matrice jacobienne en ܼ associée à l’application est non nul.

´ ´µ

´ µµ

´ µ

´ µ

Avant de poursuivre, précisons l’utilisation que l’on fait généralement des coordonnées locales en dimension finie. Supposons donc que est un espace normé de dimension finie Ò et un espace normé de dimension finie Ñ. Soit ܼ un point de . Supposons que l’on de Í dans , Î un voisinage de soit dans la situation suivante : il existe un voisinage Í de ܼ dans , une application de classe ݼ ´Ü¼ µ dans tel que ´Í µ Î et ³ Í ÊÒ et Î ÊÑ deux systèmes de coordonnées locales aux points ܼ et ݼ . Si on note ³ ´Ü½ ÜÒ µ et ´Ý½ ÝÑ µ, on dit que la fonction ½ ´Ü½ ÜÒ µ ´ ½½´Ü½ ÜÒ µ ÜÒ µµ ½Ñ ´Ü½ définie par ½ ³ ½ , et qui est -conjuguée à , est l’expression de dans les coordonnées locales ´Ü µ, ´Ý µ. Reprenons l’exemple d’un -difféomorphisme d’un ouvert Í d’un espace normé de dimension Ò dans un espace normé de même dimension. Si ܼ est un point de Í , choisissons un système de coordonnées locales ´Ý½ ÝÒ µ de classe en ݼ ÜÒ µ où Ü Ý est clairement un système de coordonnées locales en ܼ (composé de deux ´Ü¼ µ. Alors le système ´Ü½ difféomorphisme) de classe . Clairement, l’expression de dans les coordonnées locales ´Ü µ, ´Ý µ est l’application identique. Ceci peut se généraliser aisément au cas où la différentielle de au point ܼ est soit surjective soit injective.

Æ Æ

Æ

P ROPOSITION I.6.4. Soient et deux espaces normés de dimensions finies de dimensions respectives Ò et Ñ, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une application de classe , , de Í dans . 1. Si ܼ est surjective, est localement -conjuguée à la projection canonique

´ µ ´ µ

½

de Ã Ò dans Ã Ñ . 2. Si ܼ est injective, de Ã Ò dans Ã Ñ .

´Ü

½

ÜÑ ÜÒ µ

ÜÒ µ

´Ü

½

ÜÑ µ

est localement

-conjuguée à l’injection canonique

´Ü
Æ

½

´Ü
 

½

ÜÒ

¼

¼µ

Démonstration. Montrons tout d’abord le 1. Puisque ´Ü¼ µ est surjective on a Ò Ñ. Soit ´Ý½ ÝÑ µ un système de coordonnées locales en ´Ü¼ µ. Posons Ü Ý ½ Ñ. Comme ´Ü¼ µ est surjective, les formes linéaires Ü ´Ü¼ µ, ½ Ò sur de sorte que Ñ sont linéairement indépendantes et on peut trouver Ò Ñ formes linéaires Ü Ñ · ½ ´ ܽ ´Ü ¼ µ ÜÑ ´Ü¼ µ ÜÑ·½ ÜÒ µ forme une base de ¼ . La Proposition précédente montre que ´Ü½ ÜÑ µ est un système de coordonnées locales en ܼ ce qui termine ce cas. ÜÒ µ un système de coordonnées locales en ܼ . Vérifions maintenant le 2. Ici ´Ü¼ µ est injective ce qui impose Ò Ñ. Soit ´Ü½ Posons ´Ü¼ µ´ µ Ë et soit ´Ü¼Ò·½ Ü¼Ñ µ un système de coordonnées linéaires sur Ë de sorte que ´Ü½ ÜÒ Ü¼Ò·½ Ü¼Ñ µ est un système de coordonnées locales au voisinage de ´Ü¼ ¼µ dans Í Ë . Soit ³ Í Ë la fonction définie par ³´Ù ×µ ´Ùµ · × de sorte que ³´Ü¼ ¼µ ´ µ ´Ü¼ µ · , et, par suite, ³´Ü¼ ¼µ et un isomorphisme de sorte que ³ est un difféomorphisme au voisinage de ´Ü¼ ¼µ (Théorème I.3.1, page 12). Posons ensuite Ý Ü ³ ½ pour ½ Ò et Ý Ü¼ ³ ½ ¼ pour Ò · ½ Ñ. Clairement les formes linéaires Ý ´ ´Ü¼ µµ, ½ Ñ, forment une base de , ce qui, d’après la Proposition

¨

¯

¯

¢

¢

Æ

Æ

30

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.6. APPLICATIONS

précédente montre que ´Ý½ ÝÑ µ est un système de coordonnées locales sur en ´Ü¼ µ. Par construction, on a Ý ½ Ò et Ý Ý ³´ ¼µ ܼ ´¼µ ¼ pour Ò · ½ Ñ. L’expression de dans les coordonnées ´Ü µ et ´Ý bien l’injection canonique de Ã Ò dans Ã Ñ .

Æ

Æ

Æ

Ü pour µ est donc

T HÉORÈME I.6.3 (Théorème du rang constant ).

Soient et deux espaces normés (considérés sur Ê ) de dimensions finies, Í un ouvert de , ܼ un point de Í et une application de classe de Í dans . Pour que soit -conjuguée à une application linéaire en ܼ , il faut et il suffit que le rang de Ü soit constant sur un voisinage de ܼ .

´µ

Démonstration. La condition est évidement nécessaire, la différentielle d’une application linéaire étant égale à elle même en tout point. ¼, ´Ü¼ µ ¼, et, on peut choisir des coordonnées Démontrons qu’elle est suffisante. Par translation, on peut supposer que ܼ linéaires ´Ü¼ µ sur et ´Ý ¼ µ sur telles que, dans ces coordonnées, ´Ü¼ µ soit l’application ´Ü¼ Ü¼Ò µ ´Ü¼½ Ü¼Ö ¼ ¼µ, Ö ½ étant le rang de ´Ü¼ µ. Nous identifions maintenant à ÊÒ et à ÊÑ par ces coordonnées. Soient , ½ Ñ, les composantes ´½ Ü¼Ò µ. Le choix des coordonnées implique de et considérons l’application ³ de Í dans ÊÒ définie par ³ Ö Ü¼ Ö·½ que ³´¼µ est l’identité, et, par le Théorème d’inversion locale (Théorème I.3.1, page 12), ܽ ַܼ½ , ½ , . . . , ÜÖ Ö , ÜÖ·½ ¼ ÜÒ est un système de coordonnées locales en ¼. Par construction, l’expression de dans les coordonnées ´Ü µ et ´Ý¼ µ est . . . , ÜÒ ´Ü½ ÜÒ µ ´Ü½ ÜÖ Ö·½ ´Üµ de ´Ü½ ÜÒ µ. La matrice jacobienne Ñ ´Üµµ où les sont des fonctions de classe de cette application contient la matrice identité Ö Ö , et comme son rang au voisinage de ¼ est égal à Ö , tout bloc ´Ö ·½µ ´Ö ·½µ que l’on par rapport à toute -ème coordonnées, Ö, sont nulles ce qui en extrait est de déterminant nul. Par suite, les dérivées partielles de ¼ , . . . , ÝÖ ÝÖ ¼ , ÝÖ·½ ÝÖ ¼ ·½ montre que les fonction ne dépendent pas de ÜÖ·½ , . . . , ÜÒ . Posons alors ݽ ݽ ÝÖ µ, Ö·½ ´Ý½ ¼ ÝÑ ÝÖ µ. Ceci nous définit clairement un nouveau système de coordonnées locales au point ¼ ´¼µ (car . . . , et ÝÑ Ñ ´Ý½ les fonctions définissant les Ý en fonction des Ý ¼ sont inversibles). Si on exprime alors la fonction dans les coordonnées ´Ü µ et ´Ý µ on trouve clairement ´Ü½ ÜÒ µ ´Ü½ ÜÖ ¼ ¼µ ce qui est le résultat cherché.

¢

¢

 

 

Nous avons vu ce que l’on peut dire, en termes de -conjugaison, lorsque ´Ü¼ µ est soit injective soit surjective. On peut se poser ¼. Sans hypothèse supplémentaire, il est facile de voir que l’on la question de savoir si l’on peut dire quelque chose quand ´Ü¼ µ peut avoir à peu près n’importe quoi. C’est pour cette raison que l’on introduit la notion de point critique non dégénéré :

D ÉFINITION I.6.5. Soient Í un ouvert d’un espace normé (réel) et une application de Í dans dit que ܼ ¾ Í est un point critique non dégénéré de si ܼ et si ¾ symétrique non dégénérée (c.f. sous-section précédente).

´ µ ¼

Ê de classe , ¾. On ´Ü µ est une forme bilinéaire
¼

Le Théorème suivant est un analogue des résultats précédents dans le cas des point critiques non dégénérés :

T HÉORÈME I.6.4 (Lemme de Morse-Palais ).

·¾ Soit une fonction réelle de classe , , définie sur un voisinage de l’origine d’un espace de Hilbert réel .On suppose que est un point critique non dégénéré de . Alors il existe un difféomorphisme de ½ ¾ ¯ ³ Ü ³ Ü , au voisinage de . classe , ³, au voisinage de tel que ³ et Ü ¾

¼

¼

´¼µ ¼

½ ´µ

´¼µ ´ ´ µ ´ µµ

¼

Démonstration. Elle est basée sur un Lemme dont la preuve est similaire à celle du Lemme utilisé pour la démonstration du Théorème se Stone-Weierstrass :

´ µ tel que Ä ½.Alors il existe une suite de polynômes en Ä qui L EMME . Soient un espace de Banach et Ä converge, dans l’espace de Banach ´ µ, vers un endomorphisme Ê, noté Ä tel que ʾ Ä. De plus, il existe un voisinage Í de tel que la fonction Ä Ä soit un difféomorphisme de classe ½ de Í sur son image.

Ô

Ä

¾Ä

 Ô

Ä· ¾ Ò µ. Posons ½ Ò·½ ¾´ · µ

Démonstration du Lemme. Définissons, par récurrence, une suite ´ Ò µ d’éléments de Ä ½. Par récurrence on voit tout d’abord que Ò . remarquons ensuite que pour tout entier Ô ½ on a Ò·Ô commutent deux à deux (ce sont des polynômes en Ä), il vient

Ô 

ÄÔ ´ µ en posant  

½ ¼, Ò·½ ¾ ´ ¼ : en effet, si cela est vrai au rang Ò, on a ¾ ½´ ¾ Ò Ò·Ô ½ Ò ½ µ, et comme les ¾

 

 

d’où on déduit ´ µ . Ceci montre Ò·Ô Ò Ò·Ô ½ Ò ½ . Par récurrence on obtient donc Ò·Ô Ò que la suite ´ Ò µ est de Cauchy dans ´ µ, et comme cet espace est complet, elle converge vers ´ µ. Alors Ê est l’endomorphisme cherché. De plus, on remarque que si Ä ´ Öµ, Ö ½, alors, Ê ´ Öµ. Reste à voir que Ä ainsi construit à partir de Ä ´ Öµ définit une application de classe ½ sur cette boule (pour Ö l’endomorphisme Ê ¾ assez petit). soit l’application de classe ½ de ´ µ dans lui même définie par ´ µ . Sa différentielle étant ´ µ , il en résulta que ´ µ est inversible. Le Théorème d’inversion locale (Théorème I.3.1, page 12) entraîne donc que · est un difféomorphisme de classe ½ (Proposition I.4.11, page 18) dans un voisinage Í de . Si on prend Ö assez petit pour que ´ Öµ Í , l’application Ä Ä que nous avons construite est nécessairement l’inverse de , ce qui termine la preuve du Lemme.

 

Ô

Ò·Ô   Ò

É

Æ

Æ

É

Ô

Ä

 

½´   Ò ½µ Æ ´ Ò·Ô ½ · Ò ½µ ¾ Ò·Ô ½

 

É

Ä

¾

¾

¾

¾Ä Ô

Ô

Ò·½

 

É

É

¯

Ô

É

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

31

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Démonstration du Lemme de Morse-Palais. Nous pouvons supposer que Í est une boule ouverte de centre ¼. Appliquons la formule de Taylor avec reste intégral (Théorème I.5.1, page 21), tout d’abord à puis ensuite à , il vient successivement :

´Üµ
et

½ ¼ ½ ¼

´Øܵ ¯ Ü Ø
¾

´Øܵ
compte tenu des hypothèses, et, par suite

´×Øܵ ¯ ØÜ × ´×Øܵ ¯ ´Üµ¾ Ø × Ø
¾

´Üµ
Alors si on pose

½ ¼ ¼

½

¾

´Üµ

½ ¼ ¼

½

´×ØÜµØ × Ø

on peut écrire ´Üµ ´Üµ ´Üµ¾ . Ainsi, est une application de classe de Í dans ´ ʵ qui s’identifie canoniquement ¼ µ. Alors, le Théorème sur la caractérisation du dual d’un espace de Hilbert entraîne l’existence de ´Üµ ´ µ tel que, à ´ pour tout , dans on ait ´Üµ ´ µ ´Ü µ (I.6.1)

Ä

¯

Ä

¾Ä

¯

¯

En particulier, il vient

Posons ´Üµ ´¼µ ½ Æ ´Üµ. puisque est continu, l’est aussi (par sa définition même), et, quitte à réduire Í on peut supposer   ½ de sorte que   ´Üµ ½ pour tout Ü ¾ Í . D’après le Lemme, ´Üµ possède que ´¼µ Æ ´Üµ est suffisamment voisin de une racine carrée ʴܵ. Posons ³´Üµ ʴܵ ¯ Ü, et vérifions que ³ est le difféomorphisme cherché. Tout d’abord, ³ est bien de classe , d’après le Lemme, car l’est et et aussi. On a bien ³´¼µ ¼, et ³´Üµ ¯ ʴܵ ¯ ´ ܵ · ʴܵ ¯ , ¾ , et, par suite ³´¼µ Ê´¼µ est un isomorphisme, ce qui entraîne, d’après le Théorème d’inversion locale (Théorème I.3.1, page 12) que ³ est un difféomorphisme local. Pour finir, il nous reste à voir que ³ vérifie (I.6.2). Comme ¾ ´Þ µ est symétrique (Théorème I.4.1, page 14), il en est de même de ´Üµ. La relation (I.6.1) montre alors que ´Üµ est égal à son adjoint, et, par suite, ´Üµ£ ´Üµ Æ ´¼µ ½ , ´Üµ ´¼µ Æ ´Üµ. Clairement, dans cette dernière relation on peut remplacer ´Üµ par une puissance soit ´Üµ£ Æ ´¼µ de ´Üµ et donc par un polynôme en ´Üµ, et, comme, d’après le Lemme, ʴܵ est limite de polynômes en ´Üµ, on peut aussi ´¼µ Æ Ê´Üµ. Alors, ´¼µ ¯ ³´Üµ ³´Üµ ´¼µ Æ Ê´Üµ ¯ Ü Ê´Üµ ¯ Ü remplacer ´Üµ par ʴܵ. Ainsi on a ʴܵ£ Æ ´¼µ ´¼µ Æ ´Üµ ¯ Ü Ü ce qui est la relation (I.6.2). ʴܵ£ Æ ´¼µ Æ Ê´Üµ ¯ Ü Ü d’où ´¼µ ¯ ³´Üµ ³´Üµ C.Q.F.D.

ce qui montre que ´¼µ est un isomorphisme puisque ¼ est un point critique non dégénéré par hypothèse. ½ ¾ ´¼µ ´Üµ¾ c’est-à-dire, d’après ce qui précède, tel Nous cherchons un difféomorphisme local ³ tel que ³´¼µ ¼ et ´Üµ ¾ que ´Üµ Ü Ü ´¼µ ³´Üµ ³´Üµ (I.6.2)

½ ¾

¾

´¼µ ¯ ´Üµ¾

´¼µ ¯ ´Üµ¾

´¼µ ¯ Ü Ü

¯

¯

¯

SOUS-SECTION I.6.3

Sous-variétés différentiables, extrema liés
D ÉFINITION I.6.6. Soient un espace de Banach et un sous-espace fermé de . On dit qu’une partie Å de est une sousde modelée sur si tout point Ü de M possède un voisinage ouvert Í tel variété (différentiable) de classe qu’il existe un difféomorphisme de classe , ³, de Í sur son image ³ Í vérifiant ³ Í Å ³Í . Le couple Í ³ s’appelle une carte locale de Å au voisinage de Ü. Si le sous-espace est de dimension finie , on dit que la sous-variété Å est de dimension . Si de plus est aussi de dimension finie et que sa dimension est Ò, on dit aussi que Å est de codimension Ò   .

´

µ

´ µ

´

µ

´ µ

Dans toute la suite, nous ne considérerons que le cas où est un espace normé réel de dimension finie. Autrement dit nous ne considérerons que des sous-variétés de ÊÒ . Notre but est simplement de donner des définitions équivalentes des sous-variétés, ce qui est essentiellement une application du Théorème des fonctions implicites, et de définir le plan tangent à une sous-variété. Par la même occasion, nous donnerons, dans cette sous-section, le Théorème classique des extrema liés qui s’exprime particulièrement bien avec le langage des sous-variétés. 32 Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.6. APPLICATIONS

P ROPOSITION I.6.5. Soient un espace normé de dimension finie Ò et Å une partie de . Pour que Å soit une sous-variété de dimension de classe de , il faut et il suffit que tout point Ü ¾ Å possède un voisinage ouvert Í sur lequel soient définies Ò   fonctions Í Ê de classe , Ò, telles que : (i) Í Å est l’ensemble des zéros communs aux fonctions , Ò; (ii) les formes linéaires Ü sont linéairement indépendantes pour tout Ü ¾ Í .

·½

´µ

·½

Ê ÊÒ  et à Ê ¼ (choix Démonstration. Voyons tout d’abord que les conditions sont nécessaires. Identifions à ÊÒ de coordonnées linéaires). Alors si ´Í ³µ est une carte de Å (comme dans la définition ci-dessus), et si ´Ü µ sont les coordonnées Ü ³, · ½ Ò, vérifient les conditions (i) et (ii). Réciproquement, supposons que les canoniques de ÊÒ , les fonctions , des formes linéaires sur telles que conditions soient vérifiées en un point Ü de Å . Soient ½

¢

¢

Æ

´

½

·½ ´Üµ

Ò ´Üµµ

forment une base de ¼ . Il en résulte que ´ ½ Ò µ est un système de coordonnées locales au point Ü (Proposition I.6.3, page 30), et, par suite, l’application ³ ´ ½ Ò µ d’un voisinage Î de Ü dans ÊÒ est un difféomorphisme vérifiant ³´Î Å µ ³´Î µ ´Ê ¼ µ.

¢

C OROLLAIRE 1. Soient et deux espaces normés de dimensions finies, Í un ouvert de de Í dans . Soit ݼ un point de tel que  ½ ݼ ne soit pas vide et que Alors  ½ ݼ est une sous-variété de de codimension .

´ µ

´ µ

Ñ

Ü ¾  ½ ´Ý¼ µ,

et une application différentiable Ü soit surjective.

´µ

Démonstration. En effet, identifions à ÊÔ (par des coordonnées linéaires), soient ´ ½ celles de ݼ . Posons ݼ de sorte que

 

Ô µ les composantes de

½ et ´Ý¼

Ե ݼ

 ½´Ý¼ µ
Puisque

Ü ¾ Í tels que ´Üµ

¼ ½

Ô

´Üµ est supposée surjective, les

´Üµ sont linéairement indépendantes pour Ü ¾ Í , ce qui conclut.

C OROLLAIRE 2. Pour que Å Ê Ò soit une sous-variété de dimension , il faut et il suffit que chaque point Ü de Å possède un voisinage ouvert Í tel qu’il existe une application Í Ê Ò  vérifiant : (i) Ü est surjective pour tout Ü ¾ Í  ½ ݼ pour un ݼ ¾ Ê Ò  . (ii) Å Í

´µ

´ µ

Démonstration. En effet, la suffisance résulte du Corollaire précédent et la nécessité est contenue dans la Proposition.

P ROPOSITION I.6.6. 1. Soit Å une sous-variété de dimension de Ê Ò . Notons ܽ ÜÒ les coordonnées canoniques de Ò Ê . Quitte à permuter les coordonnées Ü , tout point de Å possède un voisinage Í tel que Í Å soit le graphe d’une application d’un ouvert de Ê (que l’on identifie à ܽ Ü ) dans Ê Ò  (que l’on identifie à Ü ·½ ÜÒ ). 2. Soient ½ et ¾ deux espaces normés de dimensions finies, ͽ un ouvert de ½ et une application de Í dans ¾ de classe . Alors le graphe de est une sous-variété de ½ ¨ ¾ de dimension ½.

´¼

¼

´ µ µ

´

µ

´

¼

¼µ

Ñ

Démonstration. Montrons tout d’abord le 1. En effet, utilisons les notations et les conclusions de la Proposition précédente : soit Í ÊÒ  l’application dont les composantes sont les . Par la Proposition précédente, on peut extraire de la matrice jacobienne de un mineur ´Ò µ ´Ò µ de déterminant non nul ; autrement dit, quitte à permuter les coordonnées de ÊÒ , on peut écrire

  ¢  

ÊÒ

´Ü Ý µ Ü ¾ Ê Ý ¾ Ê Ò  

de sorte que Ý ´Üµ soit un isomorphisme. D’après le Théorème des fonctions implicites (Théorème I.3.3, page 13), il existe une application d’un ouvert ͽ de Ê dans ÊÒ  telle que ´´Ü ´Üµµ ¼ ce qui montre que l’ensemble des zéros de (i.e. les zéros communs aux ) est le graphe de . Vérifions maintenant le 2. Identifions ¾ à ÊÖ par de coordonnées linéaires et soient ´ µ les composantes de . Le graphe de est l’ensemble des points ´Ü ܽ ÜÖ µ de ͽ ÊÖ tels que Ü ´Üµ, ½ Ö, c’est-à-dire l’ensemble des zéros communs aux fonctions

¢

´Ü ܽ

ÜÖ µ

Ü

  ´Üµ

et, comme les

sont linéairement indépendantes, le résultat découle de la Proposition précédente.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

33

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

P ROPOSITION I.6.7. Pour que Å Ê Ò soit une sous-variété de classe dimension , il faut et il suffit que chaque point Ý de Å possède un voisinage ouvert Í dans Ê Ò tel que Í Å soit l’image d’un ouvert Î de Ê par une application Ô Î Í de classe vérifiant : (i) Ô Ü est injective pour tout Ü ¾ Î ; (ii) Ô est un homéomorphisme de Î sur Í Å muni de la topologie induite par celle de Ê Ò . On dit que le couple Î Ô est une représentation paramétrique (ou une paramétrisation) de Í Å .

´µ

´ µ

Démonstration. La nécessité résulte du 1. de la Proposition précédente, montrons la suffisance. Soit ݼ Å et ܼ Ô ½ ´Ý¼ µ. Comme Դܼ µ est injective, si son rang est , on peut trouver d composantes de Ô dont les différentielles en ܼ sont linéairement indépendantes. Ê Ê Ò  Ê Ê ¼ la projection canonique sur le Supposons que ce soit les premières. Alors si on note ½ ÊÒ premier facteur, ´ ½ Ôµ´Ü¼ µ est un isomorphisme, et, d’après le Théorème d’inversion locale (Théorème I.3.1, page 12), ½ Ô est un difféomorphisme d’un voisinage, noté encore Î , de ܼ sur un ouvert ͽ de Ê . Comme Ô est continue, on peut supposer, quitte à réduire Î , que Í est le produit de ͽ Ê ¼ par un ouvert ; de ¼ ÊÒ  . Soit ¾ la projection canonique sur le second Ê ÊÒ  sur ÊÒ  ¼ ÊÒ  . Comme ½ Ô est un difféomorphisme, on peut écrire Դܵ ´ ½ Դܵ facteur de ÊÒ  ½ ´ ½ Ôµ´Üµµ, c’est-à-dire, en posant Ý ´Ý ¾ Ô ´ ½ Ôµ ½ ´Ýµµ, ce qui montre que Í Å ½ Ô ´Ü µ , Ô ´Ü µ ¾ Ô ´ ½ Ôµ   ½ est le graphe de ¾ Ô ´ ½ Ôµ ͽ ; , et la conclusion résulte du 2. de la Proposition précédente.

¾

Æ

¢

¢

Æ

Æ Æ

Æ

Æ Æ Æ Æ Æ

¢

¢

¢

Æ

Æ

¢

Æ Æ

Æ

Æ

Terminons ces généralités sur les sous-variétés en définissant le plan tangent :

D ÉFINITION I.6.7. Soit Å une sous-variété d’un espace normé . On dit qu’un vecteur Ú ¾ est tangent à Å en un point ܼ de Å s’il existe une application différentiable ­ d’un intervalle Á de Ê contenant dans telle que Ø ¾ Á , ­ Ø ¾ Å, ­ ܼ et ­ ¼ Ú . L’ensemble des vecteurs tangents à Å au point ܼ s’appelle l’espace tangent à Å en ܼ et se note Ìܼ Å (ou Ìܼ Å ).

´µ

´¼µ

´¼µ ´ µ

¼

P ROPOSITION I.6.8. Soit Å une sous-variété de dimension d’un espace normé de dimension finie. Alors pour tout ÌÜ Å est un espace vectoriel de dimension .

Ü de Å ,

Démonstration. En effet, par la définition même des sous-variétés, il existe un voisinage ouvert Í d’un point Ü de Å et un difféoÊ ÊÒ  tel que ³´Í Å µ Ê ¼ , et on peut supposer ³´Üµ ¼. Alors si ­ est une courbe morphisme ³ Í tracée sur Å comme dans la Définition ci-dessus, ³ ­ est une courbe sur Ê ¼ et réciproquement. Il en résulte aussitôt que ³´Üµ ÌÜ Å Ê ¼ ce qui montre que ÌÜ Å ³´Üµ ½ Ê ¼ est un espace vectoriel de dimension .

¢

¯

¢

Æ

¢

¯

¢

¢

Suivant la définition équivalente que l’on adopte pour une sous-variété, on a une caractérisation de son plan tangent :

P ROPOSITION I.6.9. Soit Å une sous-variété de dimension d’un espace norme de dimension finie Ò. 1. Avec les notation de la Proposition I.6.5, ÌÜ Å est l’intersection des noyaux des Ü. 2. Avec les notations du Corollaire 1 de la Proposition I.6.5, si Ü Ý¼ , ÌÜ Å est le noyau de 3. Avec les notations de la Proposition I.6.6, 2., Ì´Ü ´Üµµ est le graphe de Ü. 4. Avec les notation de la Proposition I.6.7, ÌÜ Å est Ô Ü ¯ Ê .

´µ

´µ

´µ

´µ

´Üµ.

Démonstration. Le 1. est immédiat : pour des raisons de dimension, il suffit de voir que ÌÜ Å est contenu dans l’intersection des noyaux des ´Üµ ce qui résulte aussitôt de formule de dérivation d’une fonction composée. Le 2. se voit de la même manière. Le 3. est aussi ½ ¾, désigne la projection sur le -ième facteur, on a ¾ ­ ´Øµ ´ ½ ­ ´Øµµ et similaire : si ­ est tracée sur ´Ù ´Ùµµ , et si , le résultat s’obtient en différentiant et en utilisant que ­ ´¼µ ´Ü ´Üµµ. Le 4. est tout aussi simple : si ­ est une courbe dans Î , alors Ô ­ est une courbe dans Å dont le vecteur tangent en ¼ est Դܵ ­ ¼ ´¼µ, ce qui montre que Դܵ Ê est contenu dans ÌÜ Å et, comme ces deux espaces ont même dimension (puisque Դܵ est injective), ils sont égaux.

Æ

Æ

Æ

¯

¯

Nous terminons maintenant ce chapitre par la notion d’extrema liés.

D ÉFINITION I.6.8. Soit Å une sous-variété différentiable d’un espace normé de dimension finie , Í un ouvert de qui coupe Å et une fonction de Í dans Ê . On dit que présente un extremum relatif lié en ܼ ¾ Í sur Å si ܼ ¾ Å et si la restriction de à Í Å présente un extremum relatif en ܼ . P ROPOSITION I.6.10. Soit Å une sous-variété différentiable d’un espace normé de dimension finie , Í un ouvert de qui coupe Å et une fonction différentiable de Í dans Ê . Si a un extremum lié en ܼ sur Å , alors la restriction de ܼ à l’espace tangent Ìܼ Å est nulle.

´ µ

34

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

I.6. APPLICATIONS

Démonstration. Ceci est immédiat : si ­ est une courbe tracée sur Å passant par ܼ en Ø relatif en Ø ¼ ce qui entraîne la nullité de sa dérivée, ce qui prouve la Proposition.

¼, alors la fonction

Æ ­ a un extremum

Cette Proposition peut se traduire de différentes manières en fonction du choix de la description de l’espace tangent à une variété, comme il est dit à la Proposition I.6.9. La plus connue est celle obtenue en utilisant la caractérisation 1. de cette Proposition :

T HÉORÈME I.6.5 (Théorème des multiplicateurs de Lagrange ). Soit Í un ouvert de Ê Ò , , ½ , des fonctions de classe

de Í dans Ê dont les différentielles sont linéairement indépendantes en tout point de Í , et soit Å l’ensemble des zéros communs aux . Soit une fonction de Í dans Ê différentiable présentant un extremum lié en ܼ ¾ Í sur Å . Alors il existe des constantes
½

telles que

´Ü µ
¼ ½

´Ü µ. Les nombres
¼

sont appelés les multiplicateurs de Lagrange.

Comme pour les extrema libres, on peut donner des conditions de différentielle seconde pour les extrema liés :

P ROPOSITION I.6.11. Soit Í un ouvert de Ê Ò , , , des fonctions de classe ½ de Í dans Ê dont les différentielles sont linéairement indépendantes en tout point de Í , et soit Å l’ensemble des zéros communs aux . Soit une fonction de Í dans Ê deux fois différentiable. 1. Si présente un minimum lié en ܼ ¾ Í sur Å , et si , , sont les multiplicateurs de Lagrange associés à et Å , alors la restriction à l’espace tangent Ìܼ Å de Å en ܼ de la forme bilinéaire

½

´ µ½

¾

´Ü µ  
¼ ½

¾

´Ü µ est positive.
¼

2. Supposons qu’il existe des constantes

,

½

, telles que
¾

´Ü µ
¼ ¾ ½ ¼

½

´Ü µ. Alors si la
¼

restriction à l’espace tangent Ìܼ Å de la forme bilinéaire présente un minimum local lié strict en ܼ

´Ü µ  
¼

´Ü µ est définie positive,
¯ ¯ Æ

¾ Í sur Å .
¯ Æ

Démonstration. Montrons tout d’abord le 1. Soit ­ Å une courbe tracée sur Å telle que ­ ´¼µ ܼ . On a donc ¾ ´ ¼ (Théorème I.6.1, page 29). D’après la Proposition I.4.6, page 16, on a ¾ ´ ­ µ´¼µ ¾ ´Ü¼ µ ´­ ¼ ´¼µµ¾ · ´Ü¼µ ­ ¼¼ ´¼µ. Comme ´­ ´Øµµ ¼ pour tout , on a ¾ ´Ü¼ µ ´­ ¼ ´¼µµ¾ · ´Ü¼ µ ­ ¼¼ ´¼µ ¼, et, en additionnant à l’indentité precedente, il vient

­ µ´¼µ

 

¯

¾

´

Æ ­ µ´¼µ

¾

´Ü¼ µ ¯ ´­ ¼ ´¼µµ¾  

¾ ½

´Ü¼ µ ¯ ´­ ¼ ´¼µµ¾

¼

Comme la sphère unité de ÊÒ est compacte, on peut extraire de la suite ´×Ò µ une sous-suite convergente ; quitte à changer de notations, nous pouvons donc supposer que la suite ´×Ò µ est convergente de limite ×¼ . Le Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.3, page 8) appliquée à chaque entre ܼ et ÜÒ montre alors que ´Ü¼ · ÆÒ ×Ò µ ÆÒ ×Ò ¼, ¼ ½, ce qui implique, par passage , ´Ü¼ µ ×¼ ¼, ce qui signifie que ×¼ Ìܼ Å . Par ailleurs, la formule de Taylor-Young (Théorème I.5.3, à la limite quand Ò page 22) appliquée à chaque en ܼ donne

ce qui termine la preuve par définition du plan tangent. Démontrons maintenant le 2. Raisonnons par l’absurde. Si ܼ n’est pas un minimum local strict lié, il existe une suite ´ÜÒ µÒ ½ dans Å qui converge vers ܼ telle que ´ÜÒ µ ´Ü¼ µ pour tout Ò ½. Posons ÜÒ Ü¼ · ÆÒ ×Ò avec ×Ò ½ et Ð Ñ ÆÒ ¼.

Ò

½

½

¯

¾

¯

ÆÒ ´Ü¼ µ ¯ ×Ò · ÆÒ ¾
¾

¾

´Ü ¼ µ ¯ ´× Ò µ¾
¾ ¾

¾ Ó´ÆÒ µ

et, apliquée à , donne

´ÜÒ µ   ´Ü¼ µ
d’où on déduit, compte tenu de l’hypothèse
¾ ÆÒ ¾ ¾

ÆÒ ´Ü¼µ ¯ ×Ò · ÆÒ ¾
´Ü¼ µ  
¾ ¾ ½

¾ ´Ü¼ µ ¯ ´×Ò µ¾ · Ó´ÆÒ µ

¼

´Ü¼ µ
¾

¾ ¯ ´×Òµ¾ · Ó´ÆÒ µ ¼

En faisant tendre Ò vers l’infini, cela donne hypothèse puisque ×¼

¾ ÌÜ Å .
¼

´Ü ¼ µ  

½

´Ü¼ µ

¯ ´×¼ µ¾ ¼ ce qui est une contradiction avec la seconde

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

35

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Exercices
Exercice I.1. est un espace normé, ´ µ est l’espace des applications linéaires continues de dans lui-même muni de la norme opérateur. Montrer, en utilisant seulement la définition, que l’application ¨ ´ µ ´ µ définie par ¨´Ùµ Ù¾ est différentiable en tout point.

Ä

Ä

Ä

Exercice I.2. est un espace préhilbertien réel, Ù un élément de

Ä ´ µ (cf. Exercice I.1).
Ê;

1. Montrer, en utilisant seulement la définition, que l’application donner sa différentielle. 2. Traiter la question a) en utilisant les théorèmes généraux. 3. Etudier la différentiabilité de la fonction

´Üµ

ٴܵ Ü

est différentiable en tout point et

´Üµ

ٴܵ Ü Ü Ü ¾

.

Exercice I.3. est un espace normé, ´ µ est l’espace des applications linéaires continues de Etudier la différentiabilité des applications suivantes :

Ä

dans lui-même muni de la norme opérateur.

1. 2.

³Ô Ù ¾ Ä ´ µ   ÙÔ Ô ¾ Æ , ´Ù Úµ ¾ Ä ´ µ ¢ Ä ´ µ   Ù¾ Ú¿ .

Exercice I.4. est un espace de Banach, ª est l’espace des éléments Ù et bicontinue). 1. Démontrer que ª est un ouvert de 2. Soit ¢ l’application de ª dans donner sa différentielle.

¾ Ä ´ µ tels que
´

· Ù est un isomorphisme de

(

· Ù est bijective

Ä ´ µ. Ä ´ µ définie par ¢´Ùµ

· Ùµ ½ Æ ´

  Ùµ. Démontrer que ¢ est différentiable et

Exercice I.5. 1. Soit un espace normé et une application définie sur un ouvert de à valeurs dans Ê, différentiable en tout point. Démontrer que si admet un extremum local en un point, sa différentielle y est nulle. (a) est un espace normé, Í est un ouvert de tel que Í soit compact, et Í frontière de Í et différentiable dans Í . Démontrer qu’il existe ܼ Í tel que

¾

´Ü¼ µ

Ê une application continue, nulle sur la ¼.

Exercice I.6. 1. Soit « ¼. Etudier la différentiabilité en ´¼

¼µ de la fonction

de ʾ dans Ê définie par : si ´Ü

´Ü ݵ
(a) Même question avec

ÜÝ « ܾ · Ý ¾ ¼ sinon

ݵ

´¼ ¼µ

´Ü ݵ
Exercice I.7. Soit la fonction de ʾ dans Ê définie par :

Ü¿   Ý ¿ ܾ · Ý ¾ ¼ sinon

si ´Ü

ݵ

´¼ ¼µ

´Ü ݵ
1. Montrer que 2. Montrer que n’est pas différentiable en ´¼

¼

ܾ

sinon

Üݾ · ݾ

si ´Ü

ݵ

´¼ ¼µ

admet en tout point des dérivées partielles dans toutes les directions.

¼µ.
et une application convexe différentiable de ª dans Ê. admet en ܼ un minimum absolu.

Exercice I.8. Soit un espace normé, ª un ouvert convexe de 1. Soit ܼ un point de ª. Montrer que si

¼ ´Ü¼ µ

¼,

36

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

EXERCICES

2. Montrer que l’ensemble

Ü ¾ ª t q ¼ ´Üµ

¼

est convexe.

Exercice I.9. On étudie la différentiabilité d’une norme. 1. Une norme peut elle être différentiable en ¼ ? 2. est un espace de Hilbert réel. Montrer que l’application différentiable dans le complémentaire de l’origine.
ʾ Ê
¾

Ü

Ü

, où la norme est déduite du produit scalaire, est

3. Soit 4. Soit nuls.

Ê Ê

´Üµ ´Üµ

Ü ½ Ü ¾ ʾ . Montrer que Ü ½ Ü ¾ ʾ . Montrer que

est différentiable en un point Ü si et seulement si

est différentiable en un point Ü si et seulement si

ܽ

ܽ
et

ܾ

ܾ .
sont non

6. Soit ´ (a) (b) (c)

5. On munit Ó de la norme du sup. Soit ¼ Ê seulement si il existe un indice Ò¼ tel que ÜÒ¼

µ un espace normé et ´Ü¼ µ´Ü¼ µ ܼ ; ´Ü¼ µ ½ ; Pour tout ¾ Ê£ ´ ܼ µ

Ê

´Üµ Ü ½ Ü ¾ ¼ . Montrer que est différentiable en un point Ü si et ÜÒ pour tout Ò Ò¼ . ´Üµ Ü . Démontrer que si est différentiable en ܼ ¼, alors,

× Ò´ µ ´Ü¼µ.
½

Exercice I.10. Soit Ê Ê une application de classe 1. Retrouver la formule classique :

.
½ ¼

´ · µ

´ µ·

¼´ · Ø µ Ø ´ ´ ´ÜÒ µµ Ü

µ ¾ ʾ ´ÜÒ µ ¾ н . Démontrer que ¨ est différentiable ¼ ½℄ dans Ê.

2. Soit ¨ l’application de н dans lui-même définie par : ¨´Üµ en tout point et calculer sa dérivée.

Exercice I.11. Soit l’ensemble des applications de classe ½ de ¼ ½℄ dans Ê, nulles en ¼ et l’espace des applications continues de On équippe de la norme Ü ×ÙÔ Ü¼ ´Øµ et de la norme de la convergence uniforme. Soit ¨ Ê et ³ par :

ؾ ¼ ½℄

définies

³´Üµ

ܼ · ܾ et ¨´Üµ

½ ¼

³´Üµ´Øµ Ø Ü ¾

Les applications ³ et ¨ sont elles différentiables ?

Exercice I.12. Soit une application différentiable de ʾ dans Ê et ³ l’ application différentiable de ʾ dans ʾ définie par ³´Ö Ecrire les matrices jacobiennes de et ³. Donner les dérivées partielles de ³ en fonction de celles de .

Æ

µ

´Ö Ó× Ö × Ò µ.

1. Soit Ò et

une algèbre normée, .

 

et deux éléments de

et Ò un entier

½. Donner une majoration de

Ò   Ò en fonction de
½

(a) Soit

un espace normé, Ô un entier

½. Démontrer que l’application Ù

ÙÔ de Ä ´ µ dans lui-même est de classe

.

Exercice I.13. Soit l’ensemble des matrices carrées réelles d’ordre . 1. Montrer que la série 2. Soit

´ ½µÒ

¾Ò·½

´¾Ò · ½µ µ.

converge pour tout

¾
¾Ò·½

. . Montrer que est de classe
½

l’application définie par

´ µ

 
Ü Ü

Ñ Ü´ Ó×

Ó×

Ò

¼

´ ½µÒ

´¾Ò · ½µ

et vérifie

´ µ  ´ µ

Exercice I.14. et sont deux espaces normés, ª un ouvert de Ð Ñ ¼ ´Üµ Ä existe dans ´ µ. 1. Montrer que 2. En déduire que

´ · µ   ´ µ   Ä´ µ ¼ µ existe et ¼ ´ µ Ä.

Ä

,

une application continue de

ª dans

, dérivable dans

ªÒ

telle que

´ µ où

est une fonction de limite nulle en ¼.

Exercice I.15. Soient et deux réels . Montrer qu’il n’existe aucun réel tel que accroissements finis classique ne s’applique pas aux fonctions à valeurs vectorielles.

 

´

  µ

. En déduire que la formule des

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

37

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Exercice I.16. Soit ℄ Ê une application continue et dérivable sur ℄ 1. Montrer que si

¼ ´Üµ

« pour tout Ü ¾℄

, alors

´ µ  ´ µ

(

).

«´

  µ.
ܼ (considérer ´Üµ
´Üµ   ´Ü   ܼ µ ¼ ´Ü¼ µ

2. Montrer que ce résultat ne subsiste pas si on remplace dérivée par dérivée à droite, ou si on considère des fonctions à valeurs vertorielles (on pourra prendre ´Üµ ÜÔ´ ܵ). . Montrer que 3. Soit ܼ ℄ et appliquer la question 1.). 4. On pose ´Üµ Conclusion ?

¾

¼ ´Ü¼ µ est valeurs d’adhérence de ¼ ´Üµ pour Ü

ܾ ÜÔ´ ܵ pour Ü

¾ Ê£

et

´¼µ

¼. Prouver que ¼ ´¼µ est isolé dans l’ensemble des valeurs ¼ ´Üµ.
( , espace vectoriel normé). On veut établir qu’il . Prouver qu’il existe ܼ

Exercice I.17. Soit ℄ une application continue et dérivable à droite sur ℄ tel que ´ µ ´µ ´ µ ¼ ´ µ . existe ℄

¾

1. On suppose que ´Ü¼ ·

µ   ´Ü¼ µ

    ´ µ   ´ µ ´   µ ½ ¼ et ¼ ´Üµ
.

pour tout Ü

¾℄

¾℄

et

¼ tels

2. Conclure en appliquant le théorème des accroissements finis aux segments Exercice I.18. Soit Í un ouvert de ÊÒ et

ܼ ℄ et ܼ ·

℄.

2. Soit à un compact inclus dans Í . Prouver qu’il existe une réunion finie de pavés compacts ¥ telle que à 3. Si est de classe
½

1. Soit È un pavé compact (produit d’intervalles fermés bornés) inclus dans Montrer que ´ ´È µµ ¼ (on pourra subdiviser È en pavés). , établir que

Í

ÊÒ . On note

la mesure de Lebesgue de ÊÒ , et on suppose que Ñ

Í . On suppose que

Ò.
est -lipschitzienne sur

È.

´ ´Í µµ

¼.

¥

Í.

sur Á et que ¼¼ ´ µ existe ( est différentiable au point ´

Exercice I.19. Soit une fonction définie sur un intervalle ouvert Á de Ê et à valeurs dans un espace vectoriel normé. On suppose que

µ   ´Üµ ¼ ¾ Á ). pour ´Ü ݵ ¾ Á ¢ Á , on pose ´Ü ݵ ´ÝÝ   Ü si Ü ¼ Ý et ´Ü ܵ ¾ ¼¼ ´Üµ. Montrer que µ (on pourra utiliser la fonction ´Øµ ´Øµ   ´ µ   ´Ø   µ ´ µ   ´Ø   µ ´ µ ¾).

est dérivable

Exercice I.20. 1. Soit ℄ une fonction vectorielle admettant une dérivée à droite en ؼ . Montrer qu’alors l’application dérivée à droite en ؼ . (a) Soient et telle que (b) (c)

admet une différentiable

Ù   µ. Soit un point de , Î un voisinage de et soit ³ Í ¢ Î Ä ´ µ satisfaisant à ³´Ù Úµ   ³´Ù Ûµ Ú Û . . Montrer qu’il existe au plus une application différentiable de Í dans Î telle que ´Ùµ ³´Ù ´Ùµµ et ´ µ Montrer que le résultat précédent est encore vrai si l’on suppose seulement que ³ possède une différentielle partielle par
´Ùµ
rapport à la seconde variable qui est continue.

deux espaces vectoriels normés, Í un ouvert connexe de et un point de Í . Soit ´Ùµ . Montrer que pour Ù assez proche de on a ´Ùµ ´ µ ÜÔ´

Í

Exercice I.21. Déterminer la tangente et la concavité au point ´½

¾µ de la courbe définie implicitement par l’équation

Ü ÐҴݵ · Ý ÐҴܵ
Exercice I.22. Soit Ê Ê¾ l’application définie par

ÐÒ´¾µ

´Ü ݵ

´Ù Úµ avec
Ô

Ù
2.

Ü ½ · Ý ¾ · Ý ½ · ܾ
´Ê¾ µ.

Ô

Ú

´Ü · ½ · ܾ µ´Ý · ½ · ݾ µ

Ô

Ô

1. Étudier la différentiabilité de . Calculer son jacobien en ´Ü est-elle inversible ? Déterminer et construire

Ý µ ¾ ʾ .

Exercice I.23. Soit un espace vectoriel de dimension finie, et Ù une application de classe ½ et -Lipschitzienne avec ½. Montrer que définie par ´Üµ Ü · ٴܵ est un difféomorphisme. [Indication : pour montrer que est surjective, on pourra montrer que l’image inverse d’une partie bornée est bornée]. Exercice I.24. Soit un espace de Banach. Montrer l’existence de deux voisinages Í et Î de Á est un ½ -difféomorphisme entre Í et Î . 38

dans

Ä´ µ tels que la restriction à Í de Ù

Ù¾

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

EXERCICES

Exercice I.25. Soit Ò Æ £ et ÊÒ ℄ l’espace affine des polynomes unitaires de degré Ò à coefficients complexes. ´Ü½ ÜÒ µ ÊÒ Ü½ ÜÒ . Soit ËÒ ÊÒ ℄ l’ensemble des polynomes unitaires scindés à racines simples et ÍÒ Ò Vérifier que ÍÒ est un ouvert de Ê et que ËÒ est un ouvert de ÊÒ ℄. Montrer que l’application ³ ÍÒ ËÒ définie par ³´Ü½ ÜÒ µ ´ ܽ µ ´ ÜÒ µ est un ½ -difféomorphisme.

¾

¾

¡¡¡

 

 

Exercice I.26. Ò tel que le polynome È ´ µ Ò · ½ Ò ½ · · Ò admet Ò racines simples distinctes Þ½ ´ ½ Soit Òµ Montrer que pour tout positif existe un positif tel que pour tout ´½ Ò µ dans Ò vérifiant ×ÙÔ½ Ò Ò Ò   ½ · ½ · · Ò admet Ò racines simples distinctes Û½ ÛÒ avec Û Þ pour tout . polynome È ´ µ

¾

¡¡¡

¡¡¡

 

 

ÞÒ .
le

Exercice I.27. Soit Ê Ò ´Êµ une fonction de classe

1. Montrer qu’on peut trouver des fonctions ν ÎÒ Ê est une base de vecteurs propres de ´Øµ. Étudier la différentiabilité des Î . 2. On définit
Ê

Å

telle que, pour tout Ø,

ÊÒ continues telles que, pour tout Ø, la famille ´Î½ ´Øµ

´Øµ admet Ò valeurs propres distinctes.

ÎÒ ´Øµµ

ž ´Êµ par

Montrer que

½ Ø ½ · Ø ¼ pour Ø ¼ ´Øµ ¼ ½ Ø ½ pour Ø ¼ et ´¼µ  ½ sur Ê. Déterminer les vecteurs propres de ´Øµ, conclure. est de classe ´Øµ

½ ¼ ¼ ½

Exercice I.28. 1. Montrer que, si Ü et Ý sont des réels positifs, ÜÝ 2.

ÝÜ est équivalent à ÐҴܵ Ü ÐҴݵ Ý. Étudier la fonction ℄¼ ·½ Ê définie par ´Üµ ÐҴܵ Ü. En déduire que, pour tout Ü ¾℄½ ·½ différent de , l’équation ÜÝ Ý Ü admet exactement deux solutions, dont l’une est Ü. On note ´Üµ la seconde solution et on pose ´ µ . Montrer qu’on définit ainsi une fonction continue de ℄½ ·½ vers ℄½ ·½ . ½ sur ℄½ et sur ℄ ·½ . (a) Montrer que est de classe
(b) Montrer qu’il existe une fonction

℄¼ ·½

Ê différentiable telle que

´Üµ
(c) Montrer que est de classe

´ µ   ´Ü   µ ´Üµ℄¾

½ sur ℄½ ·½ .

Exercice I.29 (Lemme de Morse (c.f. Théorème I.6.4)). l’espace vectoriel des matrices symétriques de 1. On note Í . Ò ´Êµ tels que Ø Í

Å

Ë

ÅÒ ´Êµ. On fixe

¾Ë
ª

inversible et on note

Í
Ø

¾

(a) Montrer que ª difféomorphisme local en

Ä Ò ´Êµ est un ouvert de
Ò.

et que l’application ³

Ë définie par ³´Í µ

Í Í est un

(b) Montrer l’existence d’un voisinage Î de dans ´ µ Ò et Ø ´Å µ ´Å µ Å pour tout Å

(c) Montrer qu’il existe une matrice diagonale dont les coefficients diagonaux sont des ½ et des Î Ò ´Êµ de classe ½ telle que pour tout Å Î , Ø ´Å µ ´Å µ Å .

Ë et d’une application ¾ Î. ¾

Î

Ä Ò ´Êµ de classe ½ telle que  ½ ainsi qu’une application
en ¼

2. Soit ÊÒ Ê une fonction de classe est inversible.

Ä

½ , nulle en ¼ et telle que ´¼µ
telles que et
½

¼. On suppose que la matrice hessienne de

(a) Montrer qu’il existe des fonctions lisses (b) Montrer qu’il existe un pour tout Ü dans Ï , on a

´Üµ

ÜÜ

´Üµ pour tout Ü.

½ -difféomorphisme ´Üµ

´

¡¡¡

Ò µ défini sur un voisinage Ï de ¼ et un entier Ö tels que,

´ ½ ´Üµµ¾ · ¡ ¡ ¡ ´ Ö ´Üµµ¾   ´ Ö·½ ´Üµµ¾   ¡ ¡ ¡   ´ Ò ´Üµµ¾

Exercice I.30. Le but de cet exercice est de montrer que le nombre n’est pas algébrique d’ordre ¾ (et donc est irrationnel), c’est-à-dire qu’on ne peut pas trouver trois entiers , , non tous nuls tels que ¾ · · ¼. 1. Soient et deux entiers. On note de Taylor-Lagrange pour en ¼. 2. On suppose que la fonction de Ê dans Ê définie par

´Üµ

Ü·

 Ü pour tout Ü réel. Ecrire la formule

´½µ est un entier. Montrer qu’alors

¼. Conclure.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

39

CHAPITRE I. CALCUL DIFFÉRENTIEL

Exercice I.31. Soit Ê· Ê une fonction de classe

¼ et Ü Ð Ñ ´Üµ ¼. Montrer (par exemple par récurrence) qu’il existe ·½ ´Òµ une suite ´ÜÒ µ strictement croissante et à valeurs positives telle que ´ÜÒ µ ¼ pour tout Ò ¼. Indication : pour passer du rang Ò ½ au rang Ò · ½, on pourra raisonner par l’absurde.

½ telle que ´¼µ

Exercice I.32. Soient un espâce normé, Á un intervalle compact de Ê et Á une application de classe ½ . On note ´ µ Ü Á tels que ´Üµ ¼ . Montrer que si ´ µ est infini alors il existe dans Á tel que ´Òµ ´ µ ¼ pour tout Ò. Montrer que ce n’est plus valable lorsque Á Ê.

¾

Exercice I.33 (Théorème de Borel). ½ ¾ et valant ½ sur Ü ÊÒ tels que Ü 1. Soit ³ une fonction de classe ½ de ÊÒ dans Ê nulle sur Ü ÊÒ tels que Ü ½ Ò de Ê dans Ê et Ñ-plate en ¼ i.e. telle que « ´¼µ ¼ pour tout « ´«½ «Ò µ tel ½ . Soit une fonction de classe « Ñ. Pour tout que « ¼, on note ÊÒ Ê, la fonction Ü ³´Ü µ ´Üµ. Montrer que si « Ñ alors

¾

¾

¡¡¡

Ü¾Ê Ò
quand tend vers ¼.

×ÙÔ

«

´Üµ   « ´Üµ

¼ ½ Ñ-plate en ¼ par des fonctions de classe
« Ñ « « « ܽ ½ ¡ ¡ ¡ Ü Ò Ò . «´ Ñ   Ñ ½   Ñ µ´Üµ

3. Pour tout multiindice «

2. En déduire qu’on peut approcher (en un sens à préciser) toute fonction de classe ½ nulles au voisinage de ¼.

¾ Æ Ò , on considère un réel
« Ñ.
de classe

« . On pose Ñ ÊÒ

Ê définie par Ñ ´Üµ

(a) Montrer que pour tout Ñ, il existe une fonction Ñ de classe pour tout « tel que

½ nulle sur un voisinage de ¼ telle que ×ÙÔ Ü¾Ê Ò
«

½ ¾Ñ

(b) Montrer qu’il existe une fonction

½ telle que

«

´¼µ ¡

« pour tout «. Ò

Exercice I.34. ÊÒ Ê une fonction de classe ¾ . On définit le laplacien de Soit ouverte (resp. fermée) de ÊÒ . 1. Si ¡ 2. Si ¡

par 

¾ . On note ܾ ½
. .

(resp.

) la boule unité

´Üµ ´Üµ

¼ pour tout Ü dans ¼ pour tout Ü ¾

, montrer que

´Üµ
½

Ñ Ü ´Ýµ pour tout Ü ¾
Ý
½

, montrer que

Ñ Ò ´Ýµ
Ý

´Ü µ

Ñ Ü ´Ýµ pour tout Ü ¾
Ý
½

1. Soient´ Ò

Å

¾ Æ £ , Ò ¾ et « ¼. On considère ÊÒ Ê , ´Ü ½ ¡ ¡ ¡ Ü Ò µ ܽ ¡ ¡ ¡ ÜÒ et on pose µ l’application ´Ü½ ¡ ¡ ¡ ÜÒ µ ¾ ´Ê· µÒ tels que Ü « . Étudier le maximum global de la rextriction de à Å . Retrouver ainsi
¾ et Ò réels strictement positifs
½

l’inégalité arithmético-géométrique. (a) On se donne un entier Ò Soit
ÊÒ Ê,

¡¡¡

´

Ò . On note Î

´Ü½
sur Î .

¡¡¡

ÜÒ µ ¾ ÊÒ tels que

Ü

µ

½

.

´Ü½

¡ ¡ ¡ ÜÒ µ

ܾ . Déterminer le maximum global ge

Exercice I.35. Quel est, parmis tous les triangles ayant un périmètre donné Ô

¼, celui qui a la plus grande aire ?

Exercice I.36. Soient et deux espaces normés et une application deux fois différentiable d’ un ouvert ª de dans . A tout vecteur de , ª , définie par ³ ´Üµ ´Üµ . Montrer que ³ est différentiable et exprimer sa différentielle on associe l’application ³ en un point Ü ª.

¾

¯

Exercice I.37. Soit un espace de Hilbert réel, Ù une application linéaire continue de dans lui-même et ³ l’application de ³´Üµ ٴܵ Ü . Démontrer que ³ est deux fois différentiable et déterminer sa différentielle seconde. Exercice I.38. Soit un espace de Banach, ª l’ouvert de dans ´ µ définie par

dans Ê, définie par

Ä

Ä ´ µ constitué des Ù tels que
¨´Ùµ ´ · Ùµ ½ Æ ´

· Ù est inversible dans Ä ´ µ et ¨ l’application de ª

Démontrer que ¨ est de classe 40

¾

  Ùµ Ù ¾ ª

et déterminer sa différentielle seconde. Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

EXERCICES

ª est un ouvert d’un espace normé et une application Ò · ½ fois différentiable de ª dans un espace normé Ò et tout ¾ ª, on pose Ì ´Üµ ´ µ · ¼ ´ µ ¯ ´Ü   µ · · ½ ´ µ ´ µ ¯ ´Ü   Ü   µ. ´Ôµ 1. Calculer ´Ì µ pour tout entier Ô. 2. On suppose que ª est connexe et que ´Ò·½µ ¼. Que peut on dire de ?

Exercice I.39.

. Pour tout entier

Exercice I.40. On désigne par le produit scalaire usuel dans ÊÒ . Soit une application deux fois différentiable de ÊÒ dans lui-même telle que ¼ ¼ ´Ü µ ´¼µ ¼ et ´Üµ pour tous vecteurs Ü ÊÒ . 1. Soit 2. Pour 3.

´ Ð µ. En déduire que ´ Montrer que ¼¼ est nulle et que

¯ ¯ ¾ ÊÒ et ³ Ü ¾ ÊÒ   ³´Üµ Ð ¾ ÊÒ , on pose ´ е
е

¼.

¼ ´Üµ ¯

¼ ´Ü µ ¯

¼ ´Üµ ¯ . Calculer la dérivée de ³. ¼¼ ´Üµ ¯ ´ е . Montrer que ´ е

¾

  ´

е et ´

е

est une application linéaire conservant le produit scalaire.

Exercice I.41. Soit un espace vectoriel normé sur Ê, 1. On suppose 2. On suppose de classe
¾

ª un ouvert convexe de

et

une application de ª dans Ê.

différentiable. Montrer que . Démontrer que

est convexe si et seulement si est convexe si et seulement si

´Üµ
¾

´Ýµ · ¼ ´Ýµ ¯ ´Ü   ݵ pour tous Ü Ý ´Üµ ¯ ´ µ ¼ pour tout ´Ü µ ¾ ª ¢
. On suppose qu’il existe deux réels

¾ ª.
. et

Exercice I.42. Soit et deux espaces normés et tels que pour tout Ü , ´Üµ

1. Montrer que pour tous Ü, Ý éléments de

¾

une application deux fois différentiable de et ¼ ´Üµ . , on a
­ ­

dans

­ ´Ü · ݵ   ´Ü   ݵ   ¾ ¼ ´Üµ ¯ Ý­

Ý

¾

2. En déduire une majoration de 3. Montrer que pour tout Ü dans ,

¼ ´Üµ¯Ý
Ý

pour Ü, Ý éléments de
­ ­

, Ý non nul.

¼ ´Üµ­ ­

Ô

¾

Exercice I.43. ʾ Ê une fonction ½ et ª ´Ü ݵ ʾ t q ´Ü ݵ ¼ et soit ´Ü¼ ݼ µ un point de Ö´ªµ. On suppose que Soit ´Ü¼ ݼ µ ¼. Soient et deux fonctions ½ coincidant sur l’ensemble ´Ü ݵ ʾ ´Ü ݵ ¼ au voisinage de ´Ü¼ ݼ µ. Í Ê telle que sur Í . On pourra Montrer qu’il existe un voisinage ouvert Í de ´Ü¼ ݼ µ et une fonction ½ ,  ´Ü Ý µ ¼. considérer le changement de variables local ´Ü Ý µ ´ ´Ü ݵ ݵ si par exemple, Ü ¼ ¼

¾

¾

 

Exercice I.44. Les sous ensembles suivants sont ils des sous-variétés ? On déterminera l’ espace tangent en un point quelconque lorsque cela est possible. 1. 2. 3. 4. 5.

´Ü ݵ ¾ ʾ ܾ · ݾ ½ ( On cherchera à appliquer le plus de définitions possibles du cours). ´Ü Ý Þ µ ¾ Ê¿ Ü¿ · Ý¿ · Þ ¿   ¿ÜÝÞ ½ ; ´Ü Ý µ ¾ Ê ¾ Ü ¾   Ý ¾ ¼ ; ´Ø Ø ¾ µ Ø ¼ ´Ø  Ø¾ µ Ø ¼ ; ¾ ´Ü Ý µ ¾ Ê Ý Ü .
Ê défini par
¾ Þ½   Þ¾ Þ¿ ¾ Þ¿ Þ¾   ½

Exercice I.45. On considère le sous ensemble de ¿

¼

Démontrer que cet ensemble est une sous variété de Ê . Exercice I.46. Soit Å une sous-variété compacte de ÊÒ de dimension ; ܼ un point de ÊÒ . 1. Démontrer qu’il existe un point Ü Å tel que ´Ü¼ Å µ ´Ü¼ ܵ où est la distance euclidienne. 2. Démontrer qu’un tel point Ü est tel que Ü Ü¼ est orthogonal à l’espace tangent en ܼ à Å .

¾

 

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

41

C HAPITRE ÁÁ

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

D

ans tout ce chapitre, les espaces normé considérés seront toujours des espaces normés réels complets c’est-à-dire des espaces de Banach réels. Pour toute fonction différentiable Ü d’un intervalle de Ê dans un espace de Banach (réel) , la différentielle ܴص de Ü en un point Ø de l’intervalle de définition de Ü est toujours identifiée à l’élément ܴص ½ de et sera, le plus souvent (pour ne pas dire toujours) notée ܼ ´Øµ pour satisfaire aux habitudes usuelles. De même, les dérivées d’ordre supérieures de Ü, identifiées à un élément de seront notées ܼ¼ ´Øµ, Ü´¿µ ´Øµ, Ü´Òµ ´Øµ. Les réferences bibliographiques classiques de base pour ce chapitres sont : [Car67], [Ave83] et [Dem96].

¯

SECTION II.1

Généralités
SOUS-SECTION II.1.1

Définitions
D ÉFINITION II.1.1.

Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ et appelle équation différentielle d’ordre une équation de la forme On dit qu’une fonction Ü de classe ½ d’un intervalle Á de Ê dans deux conditions suivantes sont satisfaites : (i) Ø Ü Ø ¾ Í pour tout Ø ¾ Á ; (ii) ܼ Ø Ø Ü Ø , pour tout Ø ¾ Á .

½ ܼ ´Øµ

une fonction continue de Í dans

. On

´Ø ܴصµ ou ܼ

´Ø ܵ

(II.1.1)

est une solution de l’équation (II.1.1) si les

´ ´ µµ ´ µ ´ ´ µµ

Le sous-ensemble Í de la Définition ci-dessus n’est pas nécessairement ouvert, de même que l’intervalle Á peut être ouvert, fermé, borné ou non. Dans le cas où une borne de l’intervalle Á appartient à Á , il est généralement sous-entendu que Ü est dérivable à droite ou à gauche (suivant le cas) et que cette dérivée vérifie l’équation (II.1.1). D’autre part, il n’est pas nécessaire de supposer, à priori, dans cette Définition que Ü est de classe ½ : c’est automatique puisque est continue. 43

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

Si

est un produit fini

Ò
½

d’espaces de Banach, et si

,

½

Ò, sont les composantes de Ò

, et

Ü

celles de Ü, alors

l’équation (II.1.1) est un système de Ò équations différentielles d’ordre ½ à Ò inconnues

ܼ

´Ø ܽ

ÜÒ µ ½

De la même manière, on peut définir les équations différentielles d’ordre Ò :

D ÉFINITION II.1.2. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ Ò et appelle équation différentielle d’ordre Ò une équation de la forme

une fonction continue de Í dans

. On

Ü´Òµ

On dit qu’une fonction Ü de classe Ò d’un intervalle Á de Ê dans les deux conditions suivantes sont satisfaites : (i) Ø Ü Ø Ü¼ Ø Ü´Ò ½µ Ø ¾ Í pour tout Ø ¾ Á ; ´Òµ (ii) Ü Ø Ø Ü Ø Ü¼ Ø Ü´Ò ½µ Ø , pour tout Ø ¾ Á .

´Ø Ü Ü¼

Ü´Ò ½µ µ

(II.1.2)

est une solution de l’équation (II.1.2) si

´ ´µ ´µ ´ µµ ´µ ´ ´µ ´µ

´ µµ

Ainsi Ü est une solution de (II.1.2) si et seulement elle est solution de l’équation différentielle du premier ordre suivante :

ܼ ܽ ܼ½ ܾ

ܼҠ¾ ܼҠ½

ÜÒ ½ ´Ø Ü Ü ½

Ü Ò ½ µ

Ceci montre que l’étude des équations différentielles d’ordre Ò se ramène toujours à celle des équations d’ordre ½. Précisément :

P ROPOSITION II.1.1. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê

Ü´Òµ une équation différentielle d’ordre Ò. Soit ¼ continue définie sur Í par

´Ø Ü Ü¼ Ü Ò  µ ´Ø µ l’équation différentielle d’ordre ½ où
´ ½µ

¢

Ò et

une fonction continue de Í dans

et

(II.1.3) est la fonction (II.1.4)

´Ø µ

´Ø ´Ü

¼

ÜÒ ½ µµ

´Ü

½

ÜÒ ½

Alors, Ü est solution de (II.1.3) si et seulement si, il existe une solution Ü Ü¼ . En particulier, on a Ü´ µ Ü , Ò  .

¼

½

´Ø Ü ´Ü
¼

ÜÒ ½ µµ

¼

ÜÒ ½ µ de (II.1.4) telle que

D ÉFINITION II.1.3. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ et une fonction continue de Í dans . Soit ؼ ܼ un point intérieur à Í . On appelle «problème de Cauchy» en ؼ ܼ associé à l’équation différentielle ܼ Ø Ü le problème qui consiste à chercher une solution Ü de l’équation différentielle précédente définie sur un intervalle Á contenant ؼ et vérifiant Ü Ø¼ ܼ . Le point ؼ ܼ s’appelle la «condition initiale» (ou «donnée initiale») du problème de Cauchy.

´

µ ´ µ

´

µ

´ µ

´

µ

Dans la pratique on parle du «problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴؼ µ ܼ ». Si un problème de Cauchy ܼ ´Ø Ü µ , ܴؼ µ ܼ a une solution, on dit aussi que le point ´Ø¼ ܼ µ est un point d’existence locale pour l’équation différentielle ܼ ´Ø ܵ. On dit qu’un point d’existence locale ´Ø¼ ܼ µ est un point d’unicité locale si, étant donné deux solutions au problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴؼ µ ܼ , définies sur des segments contenant ؼ , il existe un segment non réduit à un point contenant ؼ sur le quel les deux solutions sont égales.

´Ø ܵ une équation différentielle d’ordre ½ provenant d’une équation d’ordre Ò. Alors, en termes de Remarque II.1.1. Soit ܼ solution de l’équation d’ordre Ò, un problème de Cauchy (pour l’équation d’ordre ½) s’écrit Ü´ µ ´Ø¼ µ ܼ ¾ , ¼ Ò   ½, avec ´Ø¼ ܼ Ü Ò ½ µ ¾ Í .
On remarquera au passage que la notion de problème de Cauchy est tout à fait naturelle : en effet, si ³ d’une équation différentielle d’ordre ½, ؼ

¾ Á , on a ³´Øµ

Ø

Á

est une solution

fixe la condition initiale ³´Ø¼ µ ܼ . Avant de poursuivre donnons une interprétation géométrique classique des équations différentielles : 44 Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

ؼ

´Ù ³´Ùµµ Ù ·

est une constante. C’est cette dernière qui

II.1. GÉNÉRALITÉS

D ÉFINITION II.1.4. Soient un espace normé et un ensemble. 1. On appelle champ de vecteurs sur à paramètre dans une application d’une partie Í de ¢ dans . Si est un espace topologique, on dit que le champ est continu si l’application est continue. 2. Soit un champ de vecteurs continu sur à paramètres dans Ê (on dit, dans ce cas, que le paramètre est le temps). On appelle courbe intégrale du champ au voisinage de ؼ ܼ ¾ , une courbe différentiable ­ Á , ؼ ¾ Á , telle que, pour tout Ø ¾ Á , Ø ­ Ø ¾ Í , ­ ؼ ܼ , et, la tangente ­ ¼ Ø à la courbe en Ø est égale au vecteur Ø ­ Ø (i.e. à tout instant, la tangente à la courbe est donnée par le champ de vecteurs). Autrement dit si ­ Á est une solution au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ . 3. Dans les conditions du 2., si le champ est indépendant du temps (i.e. du paramètre, c’est-à-dire Í où Í est un ouvert de ), on dit que est le «champ des vitesses» et l’équation différentielle ܼ Ü est dite autonome.

£

£

£

£

´ ´ µµ

´ ´ µµ

´ µ

´

µ

´µ

´ µ ´ µ

´µ

Cette définition est généralement prise comme définition des équations différentielles par les mécaniciens. La distinction entre champ de vecteur dépendant du temps et champ indépendant du temps est en fait illusoire : la première se ramène à la seconde en Í Ê est un champ de vecteurs dépendant du temps, soit considérant l’espace-temps : en effet, si Ê Í ´½ ´Ø ܵµ. Alors si ­ ´­½ ­¾ µ est une courbe l’espace temps, et le champ de vecteurs définit par ´Ø ܵ ¼ ´Øµ ½ et ­¾ ¼ ´Øµ ´­½ ´Øµ ­¾ ´Øµµ, donc, la courbe intégrale telle que ­½ vaille ؼ au temps ؼ intégrale de , on a tout de suite ­½ (i.e. ­½ ´Øµ Ø) à une projection sur qui est une courbe intégrale du champ . On voit ainsi que l’on récupère toutes les courbes intégrales du champ comme des courbes intégrales du champ des vitesses sur l’espace-temps.

¢

¢

D ÉFINITION II.1.5. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ et une fonction continue de Í dans . 1. Soient ܽ Á½ et ܾ Á¾ deux solutions de l’équation différentielle ܼ Ø Ü . On dit que ܾ prolonge ܽ si Á¾ Á½ et si la restriction de ܾ à Á½ coïncide avec ܽ . 2. On dit qu’une solution Ü Á de l’équation différentielle ܼ Ø Ü est maximale s’il n’existe pas de solution ܽ Á½ prolongeant Ü et telle que Á½ Á .

´ µ

´ µ

P ROPOSITION II.1.2. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ et une fonction continue de Í dans . Toute solution Ü Á de l’équation différentielle ܼ Ø Ü se prolonge en une solution maximale (mais ce prolongement n’est pas nécessairement unique).

´ µ

, la notation signifiant que les bornes peuvent ou non être incluses dans Démonstration. Pour fixer les notations, posons Á l’intervalle. Montrons par exemple que Ü se prolonge en une solution Ü Á où Á avec et Ü maximale à droite (i.e. tels que en ). Construisons, par récurrence des prolongements successifs Ü de Ü, définis sur des intervalle  ½ : si Ü  ½ est construit ( ½), soit la borne supérieure des tels que Ü  ½ se prolonge à . Il existe donc ½  ½ , si · , si · , et Ü une solution de l’équation différentielle prolongeant Ü  ½ . Clairement, par construction la suite ´ µ est décroissante et la suite ´ µ est croissante : les suites ´ µ et ´ µ sont donc adjacentes et par suite elles sont convergentes (dans Ê éventuellement) vers une limite commune . De plus, toujours par construction des Ü , il existe une solution de l’équation différentielle Ü qui prolonge chaque Ü et que l’on peut, si cela est possible, prolonger en . alors, est une solution de l’équation différentielle qui prolonge Ü, elle prolonge chaque Ü ce qui implique ·½ , et, si Þ . par suite

½

½

 

Tout point d’existence est donc point d’existence pour une solution maximale. Il faut par contre distinguer les notions locales et globales pour ce qui est de l’unicité. On dit qu’un point d’existence locale ´Ø¼ ܼ µ est un point d’unicité maximale s’il n’existe qu’une ´Ø ܵ, ܴؼ µ ܼ . Un point d’unicité maximale est bien sûr un point d’unicité seule solution maximale au problème de Cauchy ܼ locale mais la réciproque est fausse.

D ÉFINITION II.1.6. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ et une fonction continue de Í dans . Supposons Í de la forme Á ¢ Ç où Á est un intervalle de Ê et Ç une partie de . On dit qu’une solution Ü de l’équation différentielle ܼ Ø Ü est globale si elle est définie sur l’intervalle Á tout entier.

´ µ

Remarque II.1.2. On notera qu’une solution globale est bien sûr maximale mais que la réciproque est fausse. La Proposition suivante se démontre immédiatement par récurrence :

P ROPOSITION II.1.3. Soient un espace de Banach réel et Í un ouvert de Ê ¢ et une fonction continue de Í dans . Si est de classe (resp. ½ ) toute solution de l’équation différentielle ܼ Ø Ü est de classe ·½ (resp. ½ ).

´ µ

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

45

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

On peut d’ailleurs aisément calculer les dérivées successives d’une solution (en dérivant l’équation différentielle) en fonctions de la solution elle même et des dérivées de .

P ROPOSITION II.1.4. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ fonction Ü Á est une solution du problème de Cauchy ܼ (i) Ü est continue, ؼ (ii)

et

Ø ¾ Á , ܴص

ܼ ·

¾ Á et ´Ø ܴصµ ¾ Í , Ø ¾ Á ;
Ø Ø¼

Æ

´Ø ܵ, Ü´Ø µ

une fonction continue de Í dans . Une ܼ , si et seulement si : ¼

´Ù Ü´Ùµµ
Ø

Ù.
Ø Ø¼
et Ü étant supposées continues, la fonction

Démonstration. En effet, il suffit de remarquer que, les fonctions

´Ù Ü´Ùµµ Ù

est dérivable sur Á de dérivée

´Ø ܴصµ ce qui est une propriété élémentaire de l’intégrale.

On notera, par exemple que si Ü est à priori dérivable sur Á sauf peut être en un nombre fini de points de son intervalle de définition, et ´Ø ܴصµ, la Proposition ci-dessus implique que Ü est une solution de l’équation différentielle : vérifie, en dehors de ces points, ܼ ´Øµ en fait, dans cette situation, ܼ se prolonge par continuité à tout l’intervalle, ce qui implique que Ü est de clase ½ sur l’intervalle.

SOUS-SECTION II.1.2

Bouts des solutions maximales
Dans cette sous-section nous allons introduire une notion qui permet, dans certains cas, de dire où se trouvent les extrémités des solutions maximales.

D ÉFINITION II.1.7. Soient

un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans , ܼ µ ¾ Í et ³ Á une solution maximale au problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴؼµ ܼ. Posons Á « ¬ , la notation signifiant que l’intervalle peut être ouvert ou fermé. 1. Si ¬ ·½, on appelle bout droit de la solution maximale ³ l’ensemble ¬ ¢ ´³µ où ´³µ est l’ensemble des valeurs d’adhérence (dans ) de ³´Øµ lorsque Ø tend vers ¬ . Autrement dit, ´³µ ³´℄Ø ¬ µ. ؾÁ 2. Si «  ½, on appelle bout gauche de la solution maximale ³ l’ensemble « ¢ ´³µ où ´³µ est l’ensemble des valeurs d’adhérence (dans ) de ³´Øµ lorsque Ø tend vers «. Autrement dit, ´³µ ³´℄« Ø µ. ؾÁ

´Ø

¼

P ROPOSITION II.1.5. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans , ؼ ܼ ¾ Í et ³ Á une solution maximale au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ . Si ¬ ½ (resp. «  ½), et si Ø ³ Ø reste borné au voisinage de ¬ (resp. «) (auquel cas on dit que est bornée sur le graphe de ³ au voisinage de ¬ ) alors ³ (resp. ³ ) est réduit à un point. Autrement dit, ³ a une limite en ¬ (resp. «).

´

µ ·

´ ´ µµ

´ µ ´ µ

´µ

´µ

Šؽ   ؾ , ce qui montre, puisque

Démonstration. En effet, le Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.2, page 7), pour ؽ et ؾ proches de ¬ on a est complet que ³´Øµ converge dans lorsque Ø tend vers ¬ .

³´Ø½ µ   ³´Ø¾ µ

P ROPOSITION II.1.6. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans , ؼ ܼ ¾ Í et ³ Á une solution maximale au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ . Supposons de dimension finie. Si ¬ ½ (resp. «  ½), et si ³ reste bornée au voisinage de ¬ (resp. «) alors ³ (resp. ³ ) est un compact connexe non vide.

´

µ

´µ

·

´ µ ´ µ

´µ

de ces Démonstration. En effet, si on pose Ø ´³µ ³´℄Ø ¬ µ, alors Ø est un compact connexe non vide et l’intersection compacts ne peut être vide (famille décroissante). La connexité se voit aussi aisément : si ´³µ ǽ Ǿ , où les Ç sont des ouverts ǽ µ de rencontrant tous deux ´³µ et tels que ǽ Ǿ . Par compacité de , il existe deux voisinages ouverts ÎÖ½ ´ ǽ et ÎÖ¾ ´ Ǿ µ de Ǿ disjoints. Ainsi, quitte à changer les Ç on peut les supposer disjoints. Si ´Ç½ Ǿ µ, alors l’intersection des est vide ce qui implique, par définition de la compacité, que l’un d’entre eux est vide. Ø

Ò

46

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.2. SOLUTIONS APPROCHÉES, MÉTHODE D’EULER

SOUS-SECTION II.1.3

Cylindres de sécurité
D ÉFINITION II.1.8. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ et une fonction continue de Í dans . ؼ   Ì Ø¼ Ì ¢ ܼ Ö¼ est un cylindre de sécurité pour Soit ؼ ܼ ¾ Í . On dit qu’un cylindre le problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ , si toute solution Ü Á de l’équation différentielle ܼ Ø Ü définie sur un intervalle Á contenant ؼ , contenu dans ؼ   Ì Ø¼ Ì , vérifiant Ü Ø¼ ܼ reste contenue dans ܼ Ö¼ (i.e. Ü Ø ¾ ܼ Ö¼ , Ø ¾ Á ).

´

µ ´ µ

´

µ

´ µ ´ µ ´µ ´ µ

· ℄

´

µ

· ℄

´ µ

La Proposition simple, mais importante, suivante montre qu’il existe toujours des cylindres de sécurité.

P ROPOSITION II.1.7. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ et ؼ ܼ ¾ Í . Supposons qu’il existe un cylindre ¼ ؼ   ̼ ؼ

´

Å

µ

´Ø Ý µ¾ ¼ est un cylindre de sécurité du problème de Cauchy ܼ

×ÙÔ

´Ø ݵ

·½. Alors le cylindre

ؼ

¼ ̽ , ne ¼ ℄, Ì ½ Démonstration. En effet, si cela était faux, il existerait, par exemple, une solution Ü définie sur un intervalle ؼ ؼ · ̽ ¼ , on ait ܴص ܼ Ö¼ . Soit la borne inférieure restant pas dans ´Ü¼ ؼ µ, c’est-à-dire telle que, pour certaines valeurs de Ø Ì½ ¼ ℄ tels que ܴص ܼ Ö¼ , de sorte que Ü´ µ ܼ Ö¼ et ؼ ¼ . Alors, par définition de Å , des Ø Ø¼ ؼ · ̽ ؼ · ̽

· Ì ℄ ¢ ´Ü Ö µ contenu dansÒ Í tel que Ö Ó   Ì Ø · Ì ℄ ¢ ´Ü Ö µ avec Ì Ñ Ò Ì Å ´Ø ܵ, Ü´Ø µ Ü .
¼ ¼ ¼ ½ ¼ ½ ¼ ¼ ½ ¼ ¼ ¼ ¼

une fonction continue de Í dans

. Soit

¾

Ö¼

­ ­ ­ ­

 

¼ ce qui est absurde puisque ̽

ؼ

ܼ ´Ùµ Ù­ ­ Ö¼ . Å

­ ­

 

 

ؼ

­ ¼ ­ ­Ü ´Ùµ­

Ù

ؼ

´Ù Ü´Ùµµ Ù

Å´

  ؼ µ Å̽¼

P ROPOSITION II.1.8. 1. Il existe un cylindre de sécurité dès que est bornée sur un cylindre contenu dans Í donné a priori. 2. Si l’espace est de dimension finie alors tout cylindre ¼ contenu dans Í est compact et la continuité de implique qu’elle est bornée sur ¼ ; ainsi, dans ce cas, on peut donc prendre pour ¼ , dans la Proposition précédente, tout cylindre contenu dans Í . 3. En général, la continuité en ؼ ܼ de permet seulement de dire qu’il existe un cylindre ¼ où est bornée et donc un cylindre de sécurité qui lui est associé comme dans la Proposition précédente. ØÝ ½, où ¼ 4. La preuve de la Proposition montre que si on a seulement Å ´Ø Ý µ¾ ¼ ؼ ؼ ̼ ¢ ܼ Ö¼ , alors le cylindre Ò Óest de sécurité pour toute solution définie sur un intervalle de

´

µ

×ÙÔ

´ µ

·

¼ Ñ Ò Ì¼ Ö¼ . Dans cette situation on dit que ¼ ℄ avec ̽ la forme ؼ ؼ · ̽ Å Ò Ö Ó Ì½ Ñ Ò Ì¼ ¼ , est un cylindre de sécurité. Å

· ℄

´

µ

ؼ ؼ · ̽ ℄ ¢

´Ü

¼

Ö¼ µ,

5. On notera que, d’après le Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.2, page 7), dans les conditions de la Proposition précédente, toute solution Ü définie sur un intervalle Á tel que Á ¢ ܼ Ö¼ est contenu dans un cylindre de sécurité sur lequel est majorée par Å , est lipschitzienne de rapport Å .

´

µ

SECTION II.2

Solutions approchées, Méthode d’Euler
D ÉFINITION II.2.1. Soient

´Ø

¼

ܼ µ

¾ Í . Nous dirons qu’une fonction continue ³ Á

un espace de Banach réel et

Í

une partie de

Ê¢

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

ؼ ؼ · Ì ℄

,

une fonction continue de Í dans et est une solution approchée
47

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

linéaire (affine) par morceaux à droite de ؼ au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ , si les conditions suivantes sont satisfaites : (i) Il existe une subdivision Ø , Æ , de Á telle que ØÆ Ì , et, pour tout , Ø ³ Ø ¾ Í ; (ii) pour tout , Æ   , la restriction de ³ à l’intervalle Ø Ø ·½ est donnée par ³ Ø Ø ·½ ℄ Ø ³Ø Ø Ø Ø ³ Ø . De même, par symétrie, nous parlerons de solution approchée linéaire (affine) par morceaux à gauche Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ . de ؼ au problème de Cauchy ܼ

´ µ·´

µ´

¼

´ µµ

¼ ½

´ µ ´ µ ´ ´ µµ ℄

´µ

´ µ ´ µ

On notera que, étant donné une subdivision de l’intervalle ؼ ؼ · Ì ℄, il existe au plus une seule solution approchée linéaire par morceaux à droite de ؼ au problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴؼ µ ܼ : cette méthode de construction est généralement appelée la méthode d’Euler ou méthode de la tangente. Précisément cette méthode construit la solution approchée comme suit :

P ROPOSITION II.2.1 (Méthode d’Euler ). Soient Í une partie de Ê ¢ , espace de Banach, et une application de Í dans . Soit ؼ ܼ ¾ Í . 1. On définit tout d’abord ³ sur l’intervalle ؼ ؽ par ³ Ø Ü¼ Ø   ؼ ؼ ܼ , ؽ étant choisit de sorte que ؽ ³ ؽ ¾ Í (si cela est possible bien sûr). 2. on définit ensuite ³ sur l’intervalle ؽ ؾ par ³ Ø ³ ؽ Ø   ؽ ؽ ³ ؽ , ؾ étant là aussi choisit de sorte que ؾ ³ ؾ ¾ Í . 3. Et ainsi de suite par récurrence sur chacun des intervalles Ø Ø ·½ , Æ  . Il est clair que cette construction donne une solution approchée linéaire par morceaux à droite de ؼ , définie sur un intervalle ؼ ØÆ dont la taille dépend du choix initial de ؼ ܼ et de (on peut avoir, sans hypothèses supplémentaires, ØÆ Ø¼ !). On dit que cette solution approchée linéaire par morceaux est associée à la subdivision Ø . De plus, on a : (i) Sur Ø Ø ·½ , ³ est dérivable et ³¼ Ø Ø ³Ø . (ii) aux points Ø , ³ a une dérivée à droite et à gauche et ³¼ Ø Ø ³ Ø et ³¼ Ø Ø  ½ ³ Ø  ½ (sauf aux extrémités où il n’y en a qu’une sur les deux). (iii) En notant ³¼ Ø la dérivée de ³ en dehors des points Ø , Æ , alors ³¼ est une fonction en escalier Ø ³¼ Ù Ù, pour tout Ø. et on a ³ Ø Ü¼ ؼ

´

´ µµ ´

´µ

´ µµ

´µ

·´ µ ´ µ ´ µ·´ µ ´ ´ µµ ℄¼ ½ ´ µ ´ ´ µµ ´ µ

´

µ

´µ

´

´ µµ

´µ

·

´µ

´µ

´ µ ¼

´

´

µµ

Naturellement, si on choisit au hasard le point de départ ´Ø¼ ܼ µ il se peut que l’on ne puisse même pas entamer le processus de construction car on peut ne pas trouver ؽ ؼ tel que ´Ø½ ³´Ø½ µµ Í . La F IG . II.2.1 illustre la construction.

¾

droite d’équation : Ü

· ´Ø   Ø µ ´Ø Ü µ, Ø

Ø

Ü Ü Ü Ü Ü¿ Ü Ü¾
½

´Ø Ü µ ´Ø Ü µ ´Ø Ü µ ´Ø Ü µ

´Ø½ ܽ µ ´Ø¼ ܼ µ

´Ø¾ ܾ µ

´Ø¿ Ü¿ µ

ܼ

Í

Þ

ܴص

ؼ

ؽ

ؾ

Ü · ´Ø   Ø µ ´Ø Ü µ Ø Ø¿ Ø Ø Ø

Ø Ø ·½ Ø

ß

Ê

F IG . II.2.1 – Solution approchée par la méthode d’Euler

si 48

Æ Ü¼ µ ¾ Í , on pourra toujours construire une telle solution approchée sur un intervalle ؼ ØÆ ℄ assez petit. Plus précisément, ؼ Ì ℄ est assez petit, grâce à la continuité de , pour toute subdivision ´Ø µ de ؼ Ì ℄ on peut construire une solution approchée
Si ´Ø¼ Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.2. SOLUTIONS APPROCHÉES, MÉTHODE D’EULER

associée à cette subdivision : l’idée est que, si la subdivision est assez fine, on espère ainsi approcher une solution exacte. En fait, nous allons procéder de manière plus précise en utilisant les cylindres de sécurité :

P ROPOSITION II.2.2. Soient un espace de Banach réel et Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et ؼ ܼ ¾ Í . Supposons que l’on ait un cylindre ¼ ؼ ؼ ̼ ¢ ܼ Ö¼ contenu dans Í sur lequel Ö est bornée par Å . Alors si Ì Ì½ ̼ ¼ , pour toute subdivision Ø , Æ , de ؼ ؼ Ì ,

´

· ℄ la méthode d’Euler construit une solution approchée linéaire par morceaux associée à la subdivision ´Ø µ qui reste dans ´Ü Ö µ. Autrement dit, le cylindre Ø Ø · Ì ℄ ¢ ´Ü Ö µ est de sécurité pour toute solution approchée linéaire par morceaux définie sur un intervalle Ø Ø · Ì ℄. De plus, une telle solution approchée est
Å
¼ ¼ ¼ ¼ ½ ¼ ¼

µ

ÑÒ

· ℄

´

µ ´ µ½

Å -lipschitzienne. Naturellement, on a un énoncé analogue pour les solutions approchées linéaires par morceaux à gauche de ؼ .

¼

¼

Démonstration. Reprenons les notations de la définition précédente et raisonnons par récurrence sur : montrons que ³´Øµ ܼ Ö¼ pour ¼ (ce qui est bien sûr vrai si ¼). En effet, l’hypothèse de Ö¼ , pour Ø Ø Ø ·½ ℄, si l’on suppose ³´Ø µ ܼ récurrence implique ´Ø ³´Ø µµ Å, ½ , ce qui entraîne ³´Ø µ ³´Ø ·½ µ ´Ø ·½ Ø µÅ pour ¼ ½, et, par suite, en écrivant

¾

 

 

 

 

 

³´Øµ   ܼ
il vient

³´Øµ   ³´Ø µ ·
 ½ ´Ø

 ½

¼

´³´Ø µ   ³´Ø

·½ µµ

³´Øµ   ܼ

Å Ø Ø ·

¼

·½

 Ø µ

Å ´Ø   ؼ µ

Ö¼

Le fait que ³ soit Å -lipschitzienne résulte aussitôt de la dernière assertion de la Proposition précédente. S’il est clair que, dans les conditions de la Proposition précédente, on peut toujours considérer des solutions approchées linéaires par morceaux définie sur des subdivisions aussi fines que l’on veut, il est moins évident que l’on puisse en construire qui soit, en un certain sens, proches d’une vraie solution. Pour aborder cette question, introduisons tout d’abord une définition :

D ÉFINITION II.2.2. Soient

un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et . 1. On dit qu’une fonction ³ Á de classe ½ sur un segment contenant ؼ est une solution ½ approchée de classe au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ , si ³ ؼ ܼ et si

´Ø

¼

ܼ µ ¾ Í . Soit

¼

´ µ ´ µ ´ µ Ø ¾ Á ´Ø ³´Øµµ ¾ Í et ×ÙÔ ³¼ ´Øµ   ´Ø ³´Øµµ ؾÁ ´µ ½ ´µ
­

2. On dit qu’une fonction continue ³ Á de classe ½ par morceaux sur un segment Á contenant ؼ est une solution -approchée de classe ½ par morceaux au problème de Cauchy ܼ ØÜ, Ü Ø¼ ܼ , si ³ ؼ ܼ et s’il existe une subdivision Ø , Ò, de Á , ؽ , ØÒ , telle que, pour tout Ø ¾ Á , ³ admette une dérivée à droite ³¼ Ø et une dérivée à gauche ³¼ Ø en Ø (sauf bien sûr aux extrémités où il n’y en a qu’une), la restriction de ³ à chaque intervalle Ø Ø ·½ est de classe ½ et

´ µ

´ µ

℄ ´ µ

Ø ¾ Á ´Ø ³´Øµµ ¾ Í

×ÙÔ
ؾÁ

³¼ ´Øµ   ´Ø ³´Øµµ

et

×ÙÔ ­³¼ ´Øµ   ´Ø ³´Øµµ­
ؾÁ

­

Nous avons vu précédemment qu’une solution approchée linéaire par morceaux ne peut s’échapper d’une boule si son intervalle de définition est convenablement relié à un cylindre de sécurité. Pour les solution -approchées, il faut modifier un peu ce résultat :

P ROPOSITION II.2.3. Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et ؼ ܼ ¾ Í . Supposons que l’on s’est donné un cylindre Á ¢ ܼ Ö¼ Í où Á est un segment de Ö¼ Ê contenant ؼ tel que ØÝ Å ½. Soit . Soit ̼ maximum de sorte que Å ´Ø Ý µ¾ ؼ ؼ ̼ soit contenu dans Á . Alors toute solution -approchée ½ par morceaux ³ ؼ ؼ Ì , avec Ì Ì¼ , au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ , reste dans la boule ܼ Ö¼ . Naturellement on a un résultat analogue pour un intervalle convenable de la forme ؼ   Ì Ø¼ .

´

µ

· ℄

×ÙÔ

´ µ

·

¼

´

µ

·

´ µ ´ µ

´

µ

· ℄

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

49

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

Démonstration. Supposons que cela soit faux. On a donc une telle solution -approchée, ³, définie sur un intervalle ؼ ؼ ̽ ̼ , qui sort de la boule ´Ü¼ Ö¼ µ pour une valeur de Ø Ì½ . Soit la borne inférieure des Ø pour lesquels ³´Øµ ܼ Ö¼ et ̽ . Comme ³ est dérivable sauf en un nombre fini de points et est continue, on a de sorte que ³´ µ ܼ

 

 

· ̽ ℄, Ö¼ ,

Ö¼
et, par suite

³´ µ   ܼ

­ ­ ­ ­

ؼ

³¼ ´Ùµ Ù­ ­

­ ­

Ö¼

  ´Ù ³´Ùµµ­ Ù · Ø ´Å · µ´   ؼ µ
¼

­ ¼ ­³ ´Ùµ

­

ؼ

´Ù ³´Ùµµ Ù

´Å · µÌ½
, on a

puisque, par définition de , pour ؼ

Ù

´Ù ³´Ùµµ ¾

. Mais ceci contredit la définition de ̽ .

L’étape fondamentale pour obtenir les Théorèmes d’existence de solution locale pour les équations différentielles que nous avons en vue est de montrer que, étant donné un cylindre de sécurité, on peut toujours construire des solutions -approchées linéaires par morceaux définies dans un intervalle dont la longueur ne dépend que du cylindre de sécurité. Nous allons donner deux preuves de ce résultat : l’une ne faisant aucune hypothèse sur la fonction et l’autre sous une hypothèse d’uniforme continuité locale. La seconde permettra en plus de contrôler l’erreur faite par la solution approchée en fonction du module de continuité de .

T HÉORÈME II.2.1 (Théorème d’existence des solutions -approchées ).

un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et ¾ Í . Supposons que l’on s’est donné un cylindre Á ¢ ´Ü¼ Ö¼ µ Í où Á est un segment de Ö¼ Ê contenant ؼ tel que ×ÙÔ ´Ø ݵ Å ·½. Soit ̼ Å maximum de sorte que ؼ ؼ · ̼ ℄ soit ´Ø Ý µ¾ contenu dans Á ; ainsi, ؼ ؼ · ̼ ℄ ¢ ´Ü¼ Ö¼ µ est un cylindre de sécurité. Alors, pour tout ¼ il existe une

´Ø

¼

ܼ µ

Soient

solution -approchée, linéaire par morceaux ³ ؼ ؼ Naturellement, on a un énoncé analogue sur l’intervalle

·Ì ℄
¼

ؼ   ̽ ؼ ℄ avec ̽

. De plus cette solution est Å -lipschitzienne. Ö¼ et ؼ   ̽ ؼ Á.

Å

Démonstration. Nous pouvons nous restreindre au cas ̼ ¼ sinon il n’y a rien à montrer. Nous allons construire ³ par la méthode d’Euler ce qui donnera tout de suite la dernière assertion concernant le fait que ³ est Å -lipschitzienne d’après la Proposition II.2.2 et le Théorème des accroissements finis, Théorème I.2.1, page 6. Nous construisons donc ³ en utilisant la méthode d’Euler (Proposition II.2.1). D’après la Proposition II.2.2, page précédente, cela revient à montrer qu’il existe une subdivision convenable de ؼ ؼ · ̼ ℄. Définissons tout d’abord ؽ par

ؽ

Ò Ø

ؼ Ø

̼ tels que

´Ø¼ ܼ µ   ´Ø ܼ · ´Ø   ؼ µ ´Ø¼ ܼ µµ

Par continuité de , on a clairement ؽ ؼ . Si ؽ ̼ la construction est terminée. Sinon on recommence le même procédé pour ̼ la construction se termine et sinon on recommence. Supposons construire ؾ en remplaçant ؼ par ؽ et ܼ par ³´Ø½ µ. Si ؾ que le procédé se poursuive jusqu’à l’étape Ò (i.e. ØÒ ½ ̼ ). Remarquons tout de suite que la fonction ³ ainsi construite est une solution -approchée sur l’intervalle ؼ ØÒ ℄ : cela résulte aussitôt de la Proposition II.2.1 et de la construction, et, de plus, elle est Å -lipschitzienne. Pour conclure, il suffit donc de voir que le procédé s’arrête nécessairement c’est-à-dire que, pour Ò assez grand, on aura automatiquement ØÒ Ì¼ . Supposons que cela soit faux et que le procédé se poursuive indéfiniment. On construit ainsi ̼ et une solution approchée ³ sur ؼ ؼ . Comme ³ est une suite strictement croissante ´ØÒ µ majorée qui converge donc vers ؼ Å -lipschitzienne, on a ce qui montre que la suite ´³´ØÒ µµ est de Cauchy dans . Elle converge donc vers une limite ܼ qui appartient à ´Ü¼ Ö¼ µ d’après la Proposition II.2.2, page précédente. Considérons alors, pour Ò donné assez grand la solution approchée ³Ò définie sur ؼ ؼ ℄ et Ò (Proposition II.2.2). Si Ø ℄ØÒ Ø¼ ℄ on a ³¼Ò ´Øµ ´ØÒ ³´ØÒ µµ, et, comme est continue en associée à la subdivision Ø , ¼ ¼ ¼ ´Ø Ü µ, pour Ò assez grand, on aura

³´ØÒ·½ µ   ³´ØÒ µ

Å ´ØÒ·½   ØÒ µ

¾

´ØÒ ³´ØÒ µµ   ´Ø ³Ò ´Øµ

car et

³´ØÒ µ   ܼ

et ؼ

  ØÒ tendent vers zéro quand Ò ½. Ceci contredit la possibilité de construire ØÒ·½ .

³Ò ´Øµ   ³´ØÒ µ

Å ´Ø¼   ØÒ µ

C.Q.F.D.

Si on impose une condition d’uniforme continuité à , le Théorème précédent devient très simple : 50 Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.2. SOLUTIONS APPROCHÉES, MÉTHODE D’EULER

P ROPOSITION II.2.4. Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et Ü µ ¾ Í . Supposons qu’il existe Á ¢ ´ Ü Ö µ Í où Á est un segment de Ê contenant Ø tel que, ¼ ¼ ¼ ¼ ¼ d’une part, ×ÙÔ ´Ø ݵ Å ·½, et, d’autre part, soit uniformément continue sur , c’est-à-dire que ´Ø Ý µ¾

´Ø

son module de continuité

´Ùµ ×ÙÔ ´Ø Ý µ   ´Ø Ý µ tels que Ø   Ø · Ý   Ý Ù Ù ¼ Ö vérifie Ð Ñ ´Ùµ ¼. Soit Ì maximum de sorte que Ø Ø · Ì ℄ soit contenu dans Á . Alors toute solution Ù Å Ù approchée linéaire par morceaux à droite de Ø est -approchée pour ´´Å · ½µ µ où Ñ Ü Ø  Ø ¼ Æ  ½ .
½ ½ ¾ ¾ ½ ¾ ½ ¾ ¼ ¼ ¼ ¼ ¼ ¼ ¼ ¼ Ñ Ü Ñ Ü ·½

Démonstration. C’est une conséquence immédiate de la Proposition II.2.1, page 48.

L’intérêt des solutions -approchées réside dans la propriété suivante :

P ROPOSITION II.2.5. Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et ܼ µ ¾ Í . Supposons que l’on ait une suite ³Ò , Ò ½, de solutions Ò -approchées au problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴؼ µ ܼ , définies dans un même segment Á telle que ÒÐ Ñ ½ Ò ¼ (ce qui est toujours possible par les deux résultats précédents si Á est convenablement associé à un cylindre de sécurité comme dans les Propositions précédentes) et qui converge uniformément vers une fonction continue Ü Á telle que, Ø ¾ Á , ´Ø ܴصµ ¾ Í . Alors Ü est une solution de problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴؼ µ ܼ .

´Ø

¼

Démonstration. Remarquons tout d’abord que, en posant ³¼

Ü, l’ensemble
¼ ؾÁ

´Ø ³Ò ´Øµµ Ò

est un compact de Ê contenu dans Í . En effet, si on note l’ensemble des ³Ò , Ò ¼, alors est compact dans l’espace normé Ù ´Á µ (muni de la norme uniforme) (car l’ensemble formé des points d’une suite convergente et de sa limite est toujours compact), ´Ø ´Øµµ est continue de Á dans Ê , son image est compacte. Comme est continue, et comme l’application ´Ø µ ceci implique qu’elle est uniformément continue sur (Proposition ??, page Proposition II.1.1) et, par suite, la suite des fonctions Ù ´Ù ³Ò ´Ùµµ converge uniformément, sur Á , vers Ù ´Ù Ü´Ùµµ. Alors, comme, par hypothèse, on a, si Á ؼ Ì Ø¼ · Ì ℄,

¢

¢

¢
­ ­

 

­ ­ ­³Ò ´Øµ ­

  ܼ  

Ø Ø¼

´Ù ³Ò ´Ùµµ Ù­ ­

Ò ´Ì

  ؼ µ

on obtient la conclusion en écrivant
­ ­ ­Ü´Øµ ­

  ܼ  

Ø Ø¼

´Ù Ü´Ùµµ Ù­ ­

­ ­

ܴص   ³Ò ´Øµ
· ·
Ø Ø¼ Ò ´Ì

´Ù Ü´Ùµµ   ´Ù ³Ò ´Ùµµ Ù

  ؼ µ

et en appliquant la Proposition II.1.4, page 46.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

51

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

SECTION II.3

Théorèmes d’existence et d’unicité généraux
SOUS-SECTION II.3.1

Le cas de dimension finie : le Théorème de Cauchy-Peano-Arzela
T HÉORÈME II.3.1 (Théorème de Cauchy-Peano-Arzela ).
Soient un espace normé réel de dimension finie, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et ؼ ܼ ¾ Í . Supposons que l’on ait Á ¢ ܼ Ö¼ Í un cylindre contenu dans Í où Á est un segment de Ê contenant ؼ (un tel cylindre existe toujours si ؼ ܼ est dans l’intérieur de Í , mais ceci n’est Ö¼ pas nécessaire). Soient Å ØÝ Å (Å est fini car est compact et continue), ̽ et Å ´Ø Ý µ¾ Ö¼ ̾ tous deux maximum de sorte que ؼ   ̽ ؼ ̾ soit contenu dans Á . Alors il existe une solution

´

µ

´

×ÙÔ

´ µ

´

µ

µ

Ü

ؼ   ̽ ؼ · ̾ ℄

Å

au problème de Cauchy ܼ

· ℄ ´Ø ܵ, Ü´Ø µ
¼

ܼ .

Démonstration. Il nous suffit, par exemple, de montrer l’existence de Ü sur ؼ ؼ · ̾ ℄, le même raisonnement fournira une solution sur ؼ ̽ ؼ ℄ et il n’y aura plus qu’à recoller les deux solutions. D’après la Proposition précédente ( est uniformément continue ½ -approchée, ³ , définie sur l’intervalle Ø Ø · Ì ℄. Comme chaque ³ est Å sur ), pour tout Ò ½, il existe une solution Ò Ò ¼ ¼ ¾ Ò ´Ü¼ Ö¼ µ, Ø (Proposition II.2.2, page 49), l’ensemble des ³Ò forme une partie équicontinue, et, étant de lipschitzienne et ³Ò ´Øµ ½ est relativement compact. Alors le Théorème d’Ascoli dimension finie, ´Ü¼ Ö¼ µ est compacte, ce qui montre que ³Ò ´Øµ Ò implique qu’il existe une sous-suite ´³Ò µ ¼ de la suite ´³Ò µ qui converge uniformément sur ؼ ؼ · ̾ ℄ vers une fonction continue Ü. Pour conclure, il suffit d’appliquer la Proposition II.2.5. C.Q.F.D.

 

¾

C OROLLAIRE . Soient

¢ , une fonction continue de Í Æ dans et ´Ø¼ ܼ µ ¾ Í . Alors il existe une solution maximale de l’équation différentielle ܼ ´Ø ܵ telle que ܴؼ µ ܼ . De plus, si Í est ouvert, l’intervalle de définition de toute solution maximale de l’équation différentielle ܼ ´Ø ܵ est ouvert.

un espace normé réel de dimension finie, Í une partie de Ê

Démonstration. La première assertion résulte du Théorème précédent et de la Proposition II.1.2, page 45. La seconde est immédiate : si Ü est une solution maximale définie sur ℄ ℄, alors ´ Ü´ µµ appartient à Í qui est ouvert, et, le Théorème précédent dit qu’il existe ´Ø ݵ, Ý´ µ Ü´ µ. En considérant alors la fonction qui est égale à Ü sur ℄ ℄ et à Ü au une solution Ü au problème de Cauchy Ý ¼ delà de , on contredit la maximalité de Ü. Remarque II.3.1. Dans les résultats d’existence de cette sous-section il n’y a évidement pas unicité de la solution. Par exemple le problème de Cauchy ܼ ¿Ü¾ ¿ , Ü´¼µ ¼, a trivialement deux solutions (locales ou maximales) : Ü ¼ et ܴص Ø¿ .

SOUS-SECTION II.3.2

Le cas localement lipschitzien
D ÉFINITION II.3.1. Soient un espace normé réel de dimension finie, Í une partie de Ê ¢ , ØÜ Ø Ü une fonction continue de Í dans . On dit que est localement lipschitzienne en Ü si, pour tout point ؼ ܼ de Í il existe un voisinage Î de ؼ ܼ et une constante (dépendant du point ؼ ܼ ) tel que, dans Î Í soit lipschitzienne de rapport par rapport à Ü, c’est-à-dire si, pour tout couple de points Ø Ý½ et Ø Ý¾ de Î Í on a Ø Ý½   Ø Ý¾ ݽ   ݾ .

´

µ

¼

´

´

µ

´

µ

´ µ ´ µ µ ´ µ ´ µ

´ µ

52

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.3. THÉORÈMES D’EXISTENCE ET D’UNICITÉ GÉNÉRAUX

Dans la suite, nous dirons souvent «localement lipschitzienne» pour «localement lipschitzienne en Ü». Dans ce cadre, nous allons démontrer des Théorèmes d’existence et d’unicité (local et maximal). Nous donnerons deux démonstration de l’existence des solutions : l’une utilisant les solutions approchées définies à la section précédente, l’autre basée sur le Théorème du point fixe. Pour la première, il nous faut remplacer l’argument de compacité (nécessité par l’utilisation du Théorème d’Ascoli) utilisé dans la preuve du Théorème de Cauchy-Peano-Arzela par un autre. Cet argument est développé dans la première sous-section :

II.3.2.1

Lemmes de Gronwall, Lemme fondamental

L’estimation qui permet de faire converger une suite de solutions -approchées est basé sur un Lemme élémentaire :

L EMME

DE

G RONWALL . SoitÙ une fonction continue de

¼ Ì ℄, Ì ¼, dans Ê telle que
Ø·
Ø
¼

ٴص
Alors on a Ù

Ù´×µ × Ø ¾

¼ Ì℄

¼

¼

´Øµ
Ø
¼

  Ø

  ½ , ¼ Ø Ì.

¡

Démonstration. Soit Ú ´Øµ différentielle. Posons ۴ص

Ù´×µ ×. Comme Ù est continue, Ú est dérivable et on a Ú¼ ´Øµ Ø · ڴص, ce qui est une inéquation   Øڴص. Il vient Û¼ ´Øµ   Ø ´Ú¼ ´Øµ   ڴصµ, d’où Û¼ ´Øµ Ø   Ø . Comme Û´¼µ ¼, il vient ۴ص
Ø
¼

× × ×

¾

½    Ø  Ø   Ø

et, par suite Ú ´Øµ

¾

Ø ½ 

Ø

, d’où le résultat puisque ٴص

Ø · ڴص.

L EMME F ONDAMENTAL .

Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans , ´Ø¼ ܽ µ ¾ Í et ´Ø¼ ܾ µ ¾ Í . Soit Á un segment de Ê contenant ؼ . Soient ³½ Á une solution ½ -approchée ½ par ¼ morceaux au problème de Cauchy Ü ´Ø ܵ, ܴؼµ ܽ, et ³¾ Á une solution ¾ -approchée ½ par ¼ morceaux au problème de Cauchy Ü ´Ø ܵ, ܴؼµ ܾ. On suppose qu’il existe une constante ¼ telle que, pour tout Ø ¾ Á , on a

´Ø ³ ´Øµµ   ´Ø ³ ´Øµµ
½ ¾

³½ ´Øµ   ³¾ ´Øµ
½ ¾

Alors, on a

³½ ´Øµ   ³¾ ´Øµ

ܽ   ܾ

ؠؼ

·´ · µ

ؠؼ

 ½

Démonstration. Pour simplifier les notations, nous pouvons supposer ؼ ¼. D’autre part, il nous suffit de montrer cette estimation pour Ø ¼, le cas Ø ¼ se traitant en changeant Ø en Ø. Les solutions ³ étant -approchées, on a
­ ¼ ­³½ ´Øµ

 

­ ³¼¾ ´Øµ­

 

½ ½

· ·

¾ ¾

· ·
½

´Ø ³½ ´Øµµ   ´Ø ³¾ ´Øµµ ³½ ´Øµ · ³¾ ´Øµ
. Soit ³´Øµ

où ³¼ désigne la dérivée de ³ dans un intervalle ou elle est de classe il vient

³½ ´Øµ ³¾ ´Øµ. En intégrant l’inégalité précédente,

³´Øµ   ³´¼µ

Ø
¼

´ ½·
¾

¾

·

³´Ùµ µ Ù
Ø
¼

´ ½·

· ·

³´¼µ µ Ø ·

³´Ùµ   ³´¼µ Ù ³´Øµ   ³´¼µ
: cela donne

Nous pouvons donc appliquer le Lemme de Gronwall de la présente page à la fonction ٴص

³´Øµ   ³´¼µ
ce qui donne

½

¾

· ³´¼µ

Ø ½

³´Øµ

³´¼µ

Ø·

½

·

¾

Ø   ½ , ce qui est l’inégalité cherchée.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

53

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

C OROLLAIRE . Soient un espace de Banach, Í une partie de Ê ¢ et et deux fonctions continues de Í dans . Soient Á un intervalle de Ê et ³½ Á (resp. ³¾ Á ) une solution de l’équation différentielle ܼ Ø Ü (resp. ܼ Ø Ü ). On suppose qu’il existe une constante telle que, pour tout Ø ¾ Á , on a Ø ³½ Ø   Ø ³¾ Ø ³½ Ø   ³¾ Ø (ce qui est par exemple le cas si est globalement lipschitzienne), et, ØÜ   ØÜ , pour Ø Ü ¾ Í . Alors, pour ؼ ¾ Á , on a

´

´ µ ´ µ ´ µµ ´ ´ µµ ´µ ´µ ´ µ ´ µ ´ µ
³½ ´Øµ   ³¾ ´Øµ
³¼¾ ´Øµ   ´Ø ³¾ ´Øµ

³½ ´Ø¼ µ   ³¾ ´Ø¼ µ
.

ؠؼ

·

ؠؼ

 ½

Démonstration. En effet, on a

Il existe de nombreuses versions du Lemme de Gronwall qui consistent essentiellement à résoudre des inéquations différentielles linéaires d’ordre ½. Nous avons donné ci-dessus celle qui nous était utile pour le Lemme fondamental. En voici quelques autres qui servent dans la théorie des équations différentielles.

P ROPOSITION II.3.1 (Lemme de Gronwall ). Soient Á un intervalle de Ê et Ù une fonction continue par morceaux de constantes aÙ

´Øµ

ؠؼ , Ø ¾ Á .

¼ et

Á dans Ê · ¼ telles que, pour un ؼ ¾ Á , on ait, pour tout Ø ¾ Á , ٴص ·
ؼ , l’autre cas se traitant en changeant Á en  Á . Comme
ؼ

telle qu’il existe des Ø Ù × ×. Alors on ؼ

´µ

Démonstration. Raisonnons pour Ø

Ø
en intégrant, il vient

  ´Ø Ø¼µ Ø Ù´×µ ×
´Ø Ø¼µ

  ´Ø Ø¼µ ٴص  

Ø Ø¼

Ù´×µ ×

  ´Ø Ø¼µ

Ø Ø¼

Ù´×µ ×

½     ´Ø Ø¼µ

, et, en réutilisant l’hypothèse, on trouve le résultat.

P ROPOSITION II.3.2 (Lemme de Gronwall ). Soient Á un intervalle de Ê , Ù, Ú et « ¾ Ê , on a

des fonctions de Á dans Ê . On suppose que Ù est positive. Si, pour un

Ú ´Øµ

«· «

Ø Ø¼

Ù´×µÚ ´×µ × ·
´ µ

Ø Ø¼

´×µ
´ µ

× Ø

ؼ ×
«. Par intégration, l’hypothèse sur Ú

alors

Ú ´Øµ

ÊØØ Ù ×
¼

×

·
Ø

Ø Ø¼

Ê×Ø Ù

´×µ
³´Ø¼ µ
´Øµ

Démonstration. Soit donne

³ la solution de l’équation différentielle ³¼
´Øµ

Ù³ ·

telle que

³´Øµ   ڴص

Comme Ù est positive, on a ¼ Ù . Ainsi la fonction ¨´Øµ ´Øµ vérifie ¨¼ ´Øµ ¼ et ¨´Ø¼ µ ¼ ce qui donne ¨´Øµ ¼. Autrement dit, ³´Øµ Ú ´Øµ ¼, pour Ø Ø¼ . La Proposition résulte donc du fait élémentaire que la solution de l’équation différentielle ³¼ Ù³ · telle que ³´Ø¼ µ « est Ø ÊØ ÊØ × Ù´ µ ´×µ × ³´Øµ « ؼ Ù´×µ × ·

 

ؼ ÊØ   ؼ Ù´×µ ×

Ù´×µ ´×µ ×

ؼ

P ROPOSITION II.3.3 (Lemme de Gronwall ). Soient un espace de Banach, Á un intervalle de Ê et ³ une application continue de Á dans de classe ½ par morceaux au sens où les points de discontinuité de ³¼ forment une partie discrète de Á et sont de première espèce (i.e. ³¼ a une limite à gauche et à droite en tout point de ). Supposons qu’il existe deux constantes et telles que, pour tout Ø ¾ Á Ò on a

¼

¼

³ ¼ ´Ì µ

³´Øµ

·

Alors, pour tous Ø et ؼ dans Á , on a :
54 Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.3. THÉORÈMES D’EXISTENCE ET D’UNICITÉ GÉNÉRAUX

1. Si 2. Si

¼, ³´Øµ ¼, ³´Øµ

³´Ø¼ µ ³´Ø¼ µ

·

ؠؼ

Ø   ؼ .
ؼ · ×, ×

·

ؠؼ

 ½

.
ؼ ·× ؼ

Démonstration. Supposons tout d’abord Ø

ؼ . En posant Ø

¼, il vient ³´Ø¼ · ×µ
ؼ ·× ؼ

³¼ ´Ùµ Ù · ³´Ø¼ µ, d’où

³´Ø¼ · ×µ
Si

³´Ø¼ µ · × ·

³´Ùµ Ù
ؼ ·× ؼ

¼, cela donne 2. A partir de maintenant, on suppose ´×µ · × · ³´Ø¼ µ
, ce qui s’écrit encore

¼. Si on pose ´×µ   × ´×µ
× ×
¼

³´Ùµ Ù, l’inégalité précédente s’écrit
. Il vient donc, puisque

¼ ´×µ

×
¼

×   × ·   × ³´Ø¼ µ
  Ø Ø

´¼µ

¼,

  × ´×µ
soit

Ø   Ø Ø · ³´Ø¼ µ

ainsi Si

    ³´Ø¼ µ   × × ´ ³´Ø¼ µ · En reportant ceci dans l’inégalité majorant ¼ ´×µ, il vient ¼ ´×µ µ  , ce qui est le 1. Supposons maintenant Ø Ø¼ . Changeons Á en  Á , Ø en  Ø et ؼ en  Ø¼ . Si on pose ´Ùµ ³´ Ùµ, on a ¼ ´Ùµ  ³¼ ´ Ùµ et
´×µ
×

³´Ø¼ µ ·

­ ­

¼, la première partie donne, pour Ù

¼ ´Ùµ­ ­

la même manière, la première partie donne aussi, le résultat cherché.

´Ùµ

 Ø¼, ´Ùµ

­ ¼ ­ ­³ ´Ùµ­

´Ùµ · Ù ¾  ´Á Ò µ ´ Ø¼ µ · Ù   ´ Ø¼ µ , ce qui est le résultat voulu. Si ¼, de ´Ù ´ Ø¼ µµ ´Ù ´ Ø¼ µµ ´ Ø¼ µ ·   ½ , pour Ù  Ø¼ ce qui est, là

II.3.2.2

Le Théorème de Cauchy-Lipschitz

La première conséquence du Lemme fondamental est un résultat d’unicité :

P ROPOSITION II.3.4. Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de ؼ ܼ ¾ Í . Soient ³ Á , , deux solutions au problème de Cauchy ܼ Ø Ü ,Ü suppose qu’il existe une constante telle que, pour tout Ø ¾ Á , on a

´

µ

½¾ ¼ ´Ø ³ ´Øµµ   ´Ø ³ ´Øµµ
½ ¾

´ µ ´Ø µ
¼

Í

dans

ܼ . On

et

³½ ´Øµ   ³¾ ´Øµ

Alors les deux fonctions ³½ et ³¾ sont identiquement égales sur l’intervalle Á .
Démonstration. En effet, le Lemme fondamental, page 53, appliqué aux solutions donne immédiatement le résultat. On notera que l’on ne fait ici aucune hypothèse ni sur ni sur la taille de l’intervalle Á (il faut seulement que tout soit bien défini c’est-à-dire que ´Ø ³ ´Øµµ Í ). Nous utiliserons cela par la suite.

¾

T HÉORÈME II.3.2 (Théorème de Cauchy-Lipschitz ).

Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue localement lipschitzienne de Í dans et ؼ ܼ ¾ Í . 1. Deux solutions au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ , sont identiquement égales sur l’intersection de leurs intervalles de définition (en particulier, on a unicité locale). 2. S’il existe un segment Á non réduit à un point contenant ؼ et un voisinage Î de ܼ tels que Á ¢ Î Í alors il existe une unique solution maximale à l’équation différentielle ܼ Ø Ü qui vaut ܼ en ؼ . En particulier, si ؼ ܼ est intérieur à Í , il existe une unique solution maximale au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ (existence et unicité des solutions maximales).

´

µ

´ µ ´ µ

´ µ ´ µ

´

µ

´ µ

Démonstration. Vérifions tout d’abord l’unicité. Soient ³½ Á½ et ³¾ Á¾ deux solutions au problème de Cauchy et Á Á½ Á¾ . Comme est supposée localement lipschitzienne, la Proposition précédente montre qu’il existe un intervalle  contenu dans Á et contenant ؼ sur le quel les deux solutions sont égales. Supposons cet intervalle maximal (pour l’inclusion). S’il n’est pas égal à Á , une de ses bornes appartient à l’intérieur de Á , et, en réappliquant la Proposition en ce point on aboutit à une contradiction. L’existence elle résulte du Théorème II.2.1 page 50, du Lemme fondamental, page 53, de la Proposition II.2.5 page 51, et de la Proposition II.1.2, page 45.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

55

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

Remarque II.3.2. On notera que l’unicité du Théorème précédent montre en particulier que (dans les conditions du Théorème) deux solutions de ܼ ´Ø ܵ définies sur un même intervalle coïncident sur tout l’intervalle si et seulement si elle prennent la même valeur en un point de l’intervalle. Vue l’importance de ce Théorème, nous allons donner une seconde démonstration qui ne fait pas appel à l’existence des solutions approchées mais qui utilise simplement le Théorème du point fixe classique. Pour cette démonstration, nous nous contenterons d’établir un résultat d’existence et d’unicité local, l’existence et l’unicité des solutions maximales s’en déduisant comme précédemment.

T HÉORÈME II.3.3 (Théorème de Cauchy-Lipschitz ).

Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et ܼ µ ¾ Í . Supposons que ¼ ؼ   ̼ ؼ · ̼ ℄ ¢ ´Ü¼ Ö¼ µ soit un cylindre contenu dans Í sur lequel ×ÙÔ ´Ø ݵ Å ·½ et ´Ø ݵ est -lipschitzienne en Ý. Soit ؼ   Ì Ø¼ · Ì ℄ ¢ ´Ü¼ Ö¼ µ avec ´Ø Ý µ¾ ¼ Ò Ó Ö Ì Ñ Ò Ì¼ ¼ . Alors il existe une unique solution au problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴؼµ ܼ , qui Å est définie dans ؼ   Ì Ø¼ · Ì ℄.

´Ø

¼

Démonstration à partir du Théorème du point fixe. Soit le sous-espace des fonctions continues de ؼ valant ܼ en ؼ muni de la norme de la convergence uniforme. Pour toute Ù posons

¾

  Ì Ø¼ · Ì ℄ dans ´Ü¼ Ö¼µ

´Ùµ´Øµ

ܼ ·

Ø Ø¼

´× Ù´×µµ ×

Par définition de Ì , on a ´Ùµ´Øµ ܼ Ö¼ , ce qui montre que envoie dans lui même. Le Théorème sera démontré si on prouve que a un unique point fixe (Proposition II.1.4, page 46). Soient Ù et Ú dans . En utilisant que est -lipschitzienne il vient ´Ùµ´Øµ ´Úµ´Øµ Ø Ø¼ Ù Ú . Itérons cette estimation : immédiatement

 

 

 

 

­ ¾ ­ ´Ùµ´Øµ

  ¾´Úµ´Øµ­

­

¾

Ù Ú

Ø Ø¼

×   ؼ ×

dans lui-même. Comme voit que, pour Ò assez grand, Ò est une application contractante de Ì ℄ ´Ü¼ Ö¼ µµ, c’est un espace complet, et la conclusion résulte du Corollaire du Théorème du point fixe classique.

Par récurrence, on conclut aussitôt que, pour tout Ò on a

´ Ø   ؼ µ¾ Ù Ú ¾ ´ Ì µÒ Ù   Ú Ò ´Ùµ´Øµ   Ò ´Ú µ´Øµ Ò

¼, on Ð Ñ ´ ̵ Ò ½ Ò est fermé dans Ù ´ ؼ   Ì Ø¼ ·
. Comme

Ò

Remarque II.3.3. Dans l’énoncé ci-dessus, il n’est pas nécessaire d’avoir un cylindre de la forme ¼ ؼ   ̼ ؼ · ̼ ℄ ¢ ´Ü¼ Ö¼ µ. Il suffit d’avoir un cylindre ¼ Á ¢ ´Ü¼ Ö¼ µ possédant les même propriétés et de considérer ensuite un cylindre ؼ   ̽ ؼ · ̾ ℄ ¢ ´Ü¼ Ö¼ µ contenu dans ¼ et tel que Ì Ö¼ . L’unique solution au problème de Cauchy est alors définie Å dans ؼ   ̽ ؼ · ̾ ℄.
II.3.2.3

Solutions globales

Dans la preuve du Théorème précédent, le fait que ؼ Ì Ø¼ · Ì ℄ ´Ü¼ ʼ µ soit un cylindre de sécurité sert seulement à assurer que l’application envoie dans lui-même. Avec une hypothèse plus forte sur , le même raisonnement donne une condition suffisante, mais non nécessaire, pour qu’une solution maximale soit globale :

 

¢

P ROPOSITION II.3.5. Soient un espace de Banach, Á un intervalle ouvert de Ê et une application continue de Á ¢ dans . On suppose qu’il existe une fonction continue Á Ê · telle que, pour tout Ø fixé dans Á la fonction Ý Ø Ý soit Ø -lipschitzienne. Alors toute solution maximale de l’équation ܼ Ø Ü est globale (i.e. définie dans Á tout entier).

´ µ

´µ

´ µ

Démonstration. En effet, soient ´Ø¼ ܼ µ Á et ؼ ̽ ؼ · ̾ ℄ un segment contenu dans Á . Reprenons la seconde démonstration est évidement un cylindre du Théorème de Cauchy-Lipschitz (Théorème II.3.3) : notons tout d’abord que ؼ ̽ ؼ · ̾ ℄ de cette preuve envoie l’espace des fonctions continues de ؼ ̽ ؼ · ̾ ℄ dans (qui est un de sécurité, et l’application espace de Banach pour la norme uniforme) dans lui-même. Alors si est la borne supérieure des valeurs prises par la fonction ´Øµ

¾ ¢

 

 

 

¢

sur

ؼ   ̽ ؼ · ̾ ℄, comme précédemment, on voit que Ô est lipschitzienne de rapport pour Ô assez grand. Ceci montre que l’unique solution maximale au problème de Cauchy ܼ ؼ   ̽ ؼ · ̾ ℄ tout entier, ce qui termine la preuve.
Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

Ô ´Ñ

ܴ̽ ̾ µµÔ donc contractante Ô ´Ø ܵ, ܴؼ µ ܼ est définie sur

56

II.3. THÉORÈMES D’EXISTENCE ET D’UNICITÉ GÉNÉRAUX

II.3.2.4

Dépendance par rapport aux conditions initiales et à un paramètre

P ROPOSITION II.3.6. Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans . Soient Á « ¬ un segment de Ê , ܼ ¾ , Ö¼ , tels que, si ¼ Á ¢ ܼ Ö¼ Í, Ø Ý Å pour Ø Ý ¾ , est -lipschitzienne en la seconde variable, dans ܼ Ö¼ , pour tout Ø ¾ Á , et, ¬   « Ö¼ Å de sorte que ܽ ¾ ܼ Ö¼ et ؽ ¾ Á , Á ¢ ܽ Ö¼ soit un cylindre de sécurité pour le problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø½ ܽ . Alors l’unique solution ³Ø½ ܽ au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø½ ܽ est définie dans Á . De plus : 1. L’application ܽ ³Ø½ ܽ est ´¬  «µ -lipschitzienne sur ܼ Ö¼ (i.e. si Ü ¾ ܼ Ö¼ , , ´¬  «µ à ܽ   ܾ avec à on a, Ø ¾ Á , ³Ø½ ܽ Ø   ³Ø½ ܾ Ø ). 2. L’application ؽ ³Ø½ ܽ Ø est Å ´¬  «µ -lipschitzienne sur Á . En particulier, la fonction Ø Ø½ ܽ ³Ø½ ܽ Ø est continue sur Á ¢ Á ¢ ܼ Ö¼ .

´ µ

¼

´ ´ µ ´ µ

¾µ

´

¾µ

´

µ

´

µ

´ µ

¾

´µ

´

´µ ´µ

´

¾µ

´ µ ´ µ ´ ¾µ

½¾

µ

´µ

´

¾µ

Démonstration. En effet, c’est une conséquence immédiate du Lemme fondamental, page 53 : pour le 1. c’est évident, et, pour le 2. il suffit d’utiliser en plus que les solutions au problème de Cauchy sont lipschitziennes de rapport Å ( 3. de la Proposition II.1.8, page 47). La dernière assertion résulte de la compacité.

P ROPOSITION II.3.7. Soient un espace de Banach réel, un espace topologique, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í ¢ dans . Soient Á « ¬ un segment de Ê , ܼ ¾ , Ö¼ , Î ¼ un voisinage d’un point ¼ de , tels que, si ¼ Á ¢ ܼ Ö¼ ¢ Î ¼ Í ¢ , Ø Ý Å pour Ø Ý ¾ ¼ , est -lipschitzienne en la seconde variable, dans ܼ Ö¼ , pour tout Ø ¾ Á , et tout ¾ Î ¼ , et, ¬   « Ö¼ Å de sorte que ܽ ¾ ܼ Ö¼ , ؽ ¾ Á , ¾ Î ¼ , Á ¢ ܽ Ö¼ soit un cylindre de sécurité pour le problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø½ ܽ . Pour tout ؽ ܽ ¾ Á ¢ ܼ Ö¼ ¢ Î ¼ soit ³Ø½ ܽ l’unique solution au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø½ ܽ (qui est définie sur Á ). Alors la fonction Ø Ø½ ܽ ³Ø½ ܽ Ø est continue de Á ¢ ܼ Ö¼ ¢ Î ¼ dans ܼ Ö¼ .

£

£

£

´

´

´

¾µ

℄ µ ´

µ ´ µ

´

µ

´µ

´ µ £ ´ µ µ ´ µ ´ ¾µ ´ µ ´ ´ µ ´ µ ´ ¾µ ´ µ ´
¾

¼ ´ µ ´ µ ´ µ ¾µ ´ µ µ

¾

Démonstration. En effet, ؽ , ܽ et ½ étant fixés, la fonction ´Ø µ ´Ø ³Ø½ ܽ ½ ´Øµ µ est continue ce qui implique que la fonction ´Ø ³Ø½ ܽ ½ ´Øµ µ est continue uniformément par rapport à Ø Á . Autrement dit, pour tout ¼, il existe un voisinage Î ´ ½ µ de ½ (dépendant à priori de ؽ et de ܽ ) tel que pour tout Î ´ ½ µ on a
­ ¼ ­³Ø Ü ½ ½
½

´Øµ   ´Ø ³Ø½ ܽ ½ ´Øµ µ­
½

­

¾

ce qui signifie que ³Ø½ ܽ ( page 53) implique alors

est une solution -approchée au problème de Cauchy ܼ

´Ø ³Ø½ ܽ ½ ´Øµ

½µ

  ´Ø ³Ø
´¬  «µ

½

ܽ

½

´Øµ µ

ؾÁ ܽ . Le Lemme fondamental

´Ø Ü µ, ܴؽ µ

³Ø½ ܽ ½ ´Øµ   ³Ø½ ܽ ´Øµ
Alors, grâce à la Proposition précédente, pour Ø
­ ­³

ØÜ

´Øµ   ³Ø½ ܽ

½

­ ´Øµ­

¾ Á et Ü ¾ ´Ü¼ Ö¼ ¾µ, et ¾ Î ´ ½µ, on a ­ ­ ­ ­ ³Ø Ü ´Øµ   ³Ø Ü ´Øµ · ­³Ø Ü ´Øµ   ³Ø Ü ´Øµ­ · ­³Ø Ü ´Øµ   ³Ø Ü ´Øµ­ ´¬  «µ ¬ ¬ · Å ´¬ «µ ¬Ø½   ج · ´¬ «µ ܽ   Ü
½ ½ ½ ½ ½ ½ ½ ½ ½

ce qui termine la preuve. Remarque II.3.4. Quitte à réduire l’intervalle Á , on peut donner une démonstration de ce dernier résultat qui n’utilise pas la Propo-

sition précédente, directement à partir du Théorème du point fixe à paramètres appliqué à la fonction Ü définie sur l’espace des fonctions continues Ü de Á dans

ܽ ·

Ø

´Ü¼ Ö¼ ¾µ.

ؽ

´× Ü´×µ

½µ

×

P ROPOSITION II.3.8. Soient un espace de Banach réel, Í une partie de Ê

« ¬ un segment de Ê , ؼ ¾ Á , ܼ ¾ , Ö¼ , tels que, ¼ Á ¢ ܼ Ö¼ ØÝ Å pour Ø Ý ¾ , et, ¬   « Ö¼ Å de sorte que ؽ ¾ Á , ܽ ¾ ܼ Ö¼ , Á ¢ ܽ Ö¼ soit un cylindre de sécurité pour le problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø½ ܽ . Pour tous ؽ ¾ Á et ܽ ¾ ܼ Ö¼ , soit ³Ø½ ܽ Ø ³ Ø Ø½ ܽ la solution du problème de Cauchy Ý ¼ Ø Ý , Ý Ø½ ܽ . Alors : 1. Supposons que admette une dérivée partielle Ü par rapport à la seconde variable dans un voisinage de ¼ et que Ø Ü Ü Ø Ü soit continue. Quitte à réduire Á et Ö¼ on suppose de plus que Ü Ø Ü est bornée sur ³ Ø Ø½ ܽ est de classe ½ sur Á ¢ ܼ Ö¼ . ¼ (continuité au point ؼ ܼ ). Alors la fonction Ø Ü½ De plus, la fonction Ø ³Ü½ Ø Ø½ ܽ ( ³Ü½ est une fonction de Á ¢ Á ¢ ܼ Ö¼ dans ) est dérivable Á

℄ ´ µ ´µ ´ ´ µ

¾

¼

¢

,

une fonction continue de Í dans

µ ´ µ ´ µ ´

´ µ ´ µ ´ µ

´ ¾µ ´ µ ´ µ µ ´

´

´

µ

Æ Í,

¾µ

´ µ

. Soient

´

¾µ

È ÐÔÔ

µ

´

ÖÔ ÒØ Ö

¾µ

´ µ ´ Ä´ µ

¾µ

57

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

par rapport à Ø sur Á , et est solution du problème de Cauchy Ý ¼ où ؽ ܽ est la ؽ ܽ Ø Ý , Ý Ø½ fonction, de Á ¢ dans , définie par ؽ ܽ Ø Ý Ü Ø ³ Ø Ø½ ܽ Æ Ý . 2. On suppose de plus que admette une dérivée partielle Ø par rapport à la première variable dans un voisinage de ¼ et que Ø Ü Ø Ø Ü soit continue. Quitte à réduire Á et Ö¼ on suppose aussi que Ø Ø Ü est bornée sur ¼ (continuité au point ؼ ܼ ). Alors la fonction Ø Ø½ ³ Ø Ø½ ܽ est de classe ½ sur Á ¢ Á . De plus, la fonction Ø ³Ø½ Ø Ø½ ܽ ( ³Ø½ est une fonction de Á ¢ Á ¢ ܼ Ö¼ dans ) est dérivable par rapport à Ø sur Á , et est solution du problème de Cauchy Ý ¼ ؽ ܽ , ؽ ܽ Ø Ý , Ý Ø½ où ؽ ܽ est la fonction de Á ¢ dans définie par ؽ ܽ Ø Ý Ü Ø ³ Ø Ø½Ü½ ¯ Ý . De plus, la fonction Ø Ø½ ܽ ³ Ø Ø½ ܽ est de classe ½ sur Á ¢ Á ¢ ܼ Ö¼ . 3. Supposons maintenant que les hypothèses du 1. soient satisfaites et que, en outre, que dépende d’un paramètre appartenant à un espace de Banach , c’est-à-dire que Í est un ouvert de Ê ¢ ¢ . Précisément, suppose que les hypothèses du 1. de l’énoncé sont satisfaites en remplaçant ¼ par ¼ Á ¢ ܼ Ö¼ ¢ μ où μ est un voisinage fermé d’un point ¼ de (en supposant Ü continue et bornée sur ¼ ). De plus, on suppose que admet une dérivée partielle par rapport à dans un voisinage de ¼ et que cette dernière est continue et bornée sur ¼ . Pour tous ؽ ¾ Á , ܽ ¾ ܼ Ö¼ et ¾ μ on note ³Ø½ ܽ Ø ³ Ø Ø½ ܽ la solution du problème de Cauchy Ý ¼ Ø Ý , Ý Ø½ ܽ . Alors la fonction Ø Ü½ ³ Ø Ø½ ܽ est de classe ½ sur Á ¢ ܼ Ö¼ ¢ μ . De plus, la fonction Ø ³ Ø Ø½Ü½ ( ³ est une fonction de Á ¢ Á ¢ ܼ Ö¼ ¢ μ dans ) est dérivable par rapport à Ø sur Á , et est solution du problème de Cauchy Ý ¼ , où ؽ ܽ est la fonction de Á ¢ dans définie par ؽ ܽ Ø Ý , Ý Ø½ ÆÝ Ø ³ Ø Ø½ ܽ . Si on suppose que, en outre, les hypothèses ؽ ܽ Ø Ý Ü Ø ³ Ø Ø½ ܽ du 2. sont aussi satisfaites, la fonction Ø Ø½ ܽ ³ Ø Ø½ ܽ est de classe ½ sur Á ¢ Á ¢ ܼ Ö¼ ¢ μ .

Ä´ µ

Ä´ µ

´ µ

´ ´

´ µ ´ µ µµ ´

´ µ µ

´ µ ´ ´

µ

µ

´ µ

´

µ

´

´ µ ´ ¾µ

´ ´

¾µ ´ µ ´ µ µ £

µ ´

´ µ µ

´

£ £

´

µ

´ ´ µ

´ ¾µ ¾µ Ä ´£ µ ´ µ ´ µ ¼ ´ ´ µ µ · ´ ´ ´ µ ´
¾ ¢
ݵ

´

´ ¾µ µ ´ µ

µ µ µ

´ ´ µ Ä ´£ µ

´µ µ

´ ´

µ µ

Ä ´£ µ ´

¾µ

Démonstration. Nous pouvons tout d’abord Remarquer que l’hypothèse faite sur Ü implique (Théorème I.2.2, page 7) que est lipschitzienne d’un rapport indépendant de ´Ø½ ܽ µ Á ´Ü¼ Ö¼ ¾µ μ . Ainsi le Théorème d’existence et d’unicité de Cauchy-Lipschitz (Théorème II.3.3, page 56) donne l’existence et l’unicité des solutions ³Ø½ ܽ et ³Ø½ ܽ . ´Ü¼ Ö¼ ¾µ, tout ؽ Á et tout Ø Á , Démontrons tout d’abord le 1. Notons en premier que, pour tout Ü

¢

¾

est trivialement ´Øµ-lipschitzienne ce qui implique (Proposition II.3.5, page 56) que le problème de Cauchy Ý ¼ ؽ ܽ ´Ø Ý µ, Ý ´Ø½ µ admet une unique solution qui est globale (i.e. définie sur Á ). Fixons ؽ Á et ܽ ´Ü¼ Ö¼ ¾µ. Soit Ý la solution du problème de Cauchy Ý ¼ . Tout revient à montrer que, pour Ü ´Ü¼ Ö¼ ¾µ, ؽ ܽ ´Ø Ý µ, Ý ´Ø½ µ

Ý

ؽ ܽ ´Ø

Ü ´Ø

³´Ø ؽ ܵµ Æ Ý

¾

¾

¾

³´Ø ؽ ܵ   ³´Ø ؽ ܽ µ   ݴص ¯ ´Ü   ܽ µ
En effet, si cette inégalité est prouvée, alors
½

¾

¾

Ó´ Ü   ܽ µ

(II.3.1)

¯   ´Ø ³´Ø ؽ ܵµ   ´Ø ³´Ø ؽ ܽ µµ   Ü ´Ø ³´Ø ؽ ܽ µµ ¯ ´³´Ø ؽ ܵ   ³´Ø ؽ ܽ µµ (II.3.2) ´Ø ݵ   ´Ø ³´Ø ؽ ܽ µµ   Ü ´Ø ³´Ø ؽ ܽ µµ ¯ ´Ý   ³´Ø ؽ ܽ µµ. En écrivant la différentielle de cette Considérons la fonction Ý fonction au point ³´Ø ؽ ܵ, on majore le second membre de (II.3.2), en norme, par Ñ ³´Ø ؽ ܵ   ³´Ø ؽ ܽ µ , où Ñ ×ÙÔ Ü ´Ø ³´Ø ؽ ܵ · ´½   µ³´Ø ؽ ܽ µ   Ü ´Ø ³´Ø ؽ ܽ µµ
Þ ¼ ´Øµ   ´Øµ ¯ Þ ´Øµ
¼ ½

car continuité de la première résulte de la Proposition II.3.7, page précédente, appliquée à l’équation différentielle dont Ý est solution. Démontrons donc (II.3.1). Pour Ø Ø½ la relation est évidente puisque le membre de gauche vaut zéro. pour simplifier les notations, posons Þ ´Øµ ³´Ø ؽ ܵ ³´Ø ؽ ܽ µ Ý ´Øµ ´Ü ܽ µ et ´Øµ Ü ´Ø ³´Ø ؽ ܽ µµ. On a donc

³Ü et ³ Ø

³Ü ´Ø ؽ ܵ existe en ܽ et vaut ݴص, et la fonction ´Ø ܽ µ ³´Ø ؽ ܽ µ est de classe ¼ ³ sont continues par rapport à ´Ø Ø½ ܽ µ : la seconde l’est évidement (solution de l’équation différentielle), et la

 

 

(Théorème I.2.2, page 7). La continuité de
­ ¼ ­Þ ´Øµ

  ´Øµ ¯
­Þ

­ Þ ´Øµ­

Ü et la compacité , montrent alors que, pour

¼ donné, il existe

¼ tel que

³´Ø ؽ ܵ   ³´Ø ؽ ܽ µ

pour

Or d’après la Proposition II.3.6, page précédente, on a ³´Ø ؽ d’où ­ ¼ ­

ܵ   ³´Ø ؽ ܽ µ

Ã Ü   ܽ

Ü   ܽ

, pour une certaine constante

Ã,

´Øµ   ´Øµ ¯ Þ ´Øµ­ Ã Ü   ܽ pour Ü   ܽ Cette dernière estimation montre que Þ est une solution à -approchée de l’équation Þ ¼ ´Øµ ¯ Þ telle que Þ ´Ø½ µ ¼. Comme ´Øµ ¯ Þ est lipschitzienne, de rapport « ×ÙÔ ´Øµ , le Lemme la fonction identiquement nulle est une solution et comme Þ
fondamental, page 53, donne

Þ ´Øµ

Ã Ü   ܽ

« ؠؽ

ce qui démontre (II.3.1). Démontrons maintenant le 2. La preuve est similaire à celle du 1. Comme précédemment, pour tout Ü ´Ü¼ Ö¼ ¾µ, tout ؽ Á et tout Ø Á , Ý Ø½ ܽ ´Ø Ý µ Ü ´Ø ³´Ø ܵµ Ý est trivialement ´Øµ-lipschitzienne ce qui implique (Proposition II.3.5, page 56)

«

pour

Ü   ܽ

¾

¯

¾

¾

58

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.4. LE THÉORÈME DES BOUTS
que le problème de Cauchy Ý ¼ ´Ø½ ܽ µ admet une unique solution qui est globale (i.e. définie sur Á ). Fixons ؽ ܽ ´Ø Ý µ, Ý ´Ø½ µ ؽ Á et ܽ ´Ü¼ Ö¼ ¾µ. Soit Ý la solution du problème de Cauchy ݼ ´Ø½ ܽ µ. Encore une fois, tout ؽ ܽ ´Ø Ý µ, Ý ´Ø½ µ revient à montrer que, pour Ø Á , on a

¾

¾

¾

­ ­³´Ø ؽ

ܽ µ   ³´Ø Ø Ü½ µ   ´Ø½   صݴص­

­

Ó´¬Ø½   جµ
½

¬

¬

(II.3.3)

En effet, si ceci est prouvé, alors ³Ø½ ´Ø ؽ ܽ µ existe en ؽ et la fonction ´Ø ؽ ܽ µ ³´Ø ؽ ܽ µ est de classe : il suffit, d’après ce qui précède, de voir que ³Ø½ est continue ce qui résulte de Proposition II.3.7, page 57, comme précédemment. Démontrons donc (II.3.3). Posons ۴ص ³´Ø ؽ ܽ µ ³´Ø Ø Ü½ µ ´Ø½ صݴص et ´Øµ Ü ´Ø ³´Ø ؽ ܽ µµ. Un calcul immédiat donne

 

 

 

´Ø ³´Ø ؽ ܽ µµ   ´Ø ³´Ø Ø Ü½ µµ   ´Øµ ¯ ´³´Ø ؽ ܽ µ   ³´Ø Ø Ü½ µµ ¬ ¬ ¬ ¬ Les même estimations que celles faites dans la preuve du 1. donnent alors Û¼ ´Øµ   ´ØµÛ´Øµ à ¬Ø½   ج, pour ¬Ø½   ج , ce ¼ ´Øµ ¯ Û. Remarquons maintenant que ۴ؽ µ qui signifie que Û est une solution à -approchée de l’équation différentielle Û ³´Ø½ ؽ ܽ µ   ³´Ø½ Ø Ü½ µ   ´Ø½   ص ´Ø½ ܽ µ, et, ³´Ø½ ؽ ܽ µ ³´Ø Ø Ü½ µ, ce qui donne, en appliquant le Théorème de TaylorLagrange (Théorème I.5.2, page 21) à l’ordre ¾ la fonction Ø ³´Ø Ø Ü½ µ,
Par suite, pour ¬Ø½ ج ( ´Øµ Û qui vaut ۴ؽ µ en ؽ , le ¼ qui est celle qui vaut ¼ en ؽ ¬ ¬ Lemme fondamental permet de la comparer à la solution Û¼ et donne Û¬ à ¼ ¬Ø½ ج. En comparant maintenant Û et Û½ , à nouveau avec le Lemme fondamental, on obtient ۴ص ½ ´Øµ ¬ à ¼¼ ¬Ø½ ج, ce qui est (II.3.3). Pour finir, démontrons 3. Fixons ؽ et ܽ . Compte tenu de ce qui précède, il nous suffit de voir que ³´Ø ؽ ܽ µ est dérivable et que sa dérivée satisfait l’équation différentielle décrite dans l’énoncé. La continuité de ³ s’en déduira comme dans les preuves du 1. et du 2., ce qui permettra de conclure que ³ est ½ par rapport à toutes les variables. On peut facilement déduire la dérivabilité en du 1. ci-dessus démontré : en effet, considérons l’équation différentielle ´Ü¼ Ý ¼ µ ´ ´Ø Ü µ ¼µ, ܴؽ µ ܽ , ݴؽ µ . Si on , est de classe ½ en ´Ø ܽ µ, ce qui lui applique le résultat montré au 1., on obtient que la solution ܴص ³´Ø ؽ ܽ µ, Ý ´Øµ achève la preuve.
¬

Û¼ ´Øµ   ´ØµÛ´Øµ

¯

 

¬

  ج ­ ´Ø½ ܽµ   ´Ø ܽ µ­ · Ó´¬Ø½   جµ ¬ ¬ ¬Ø½   ج. Si Û½ est la solution de l’équation différentielle Û¼ assez petit), on a ۴ؽ µ
۴ؽ µ

¬ ¬Ø½

¬­

­

¬

¬

 

 

C OROLLAIRE . Soient et deux espaces de Banach, U un ouvert de Ê ¢ ¢ , une fonction de classe , , de Í dans et ؼ ܼ ¼ ¾ Í . Alors il existe et Ö tels que, pour tous ؽ ¾ Á ؼ   ؼ , ܽ ¾ ܼ Ö et ¾ au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø½ ܽ , ¼ Ö , la solution maximale ³Ø½ ܽ est définie dans Á , et, la fonction

´

µ

´

£

´

µ

µ

¼

¼

£

´

· ℄ µ ´ µ

½

est de classe

´Ø Ø Ü µ dans Á ¢ Á ¢ ´Ü Ö µ ¢ ´
½ ½ ¼

¼

Ö µ.

³´Ø ؽ ܽ

µ

³Ø½ ܽ ´Øµ

Démonstration. Pour ½, c’est un cas particulier de la Proposition précédente. Raisonnons par récurrence sur . Supposons le résultat vrai pour ½. Alors la Proposition précédente dit que les fonctions ³Ø , ³Ø½ , ³Ü½ et ³ sont solutions d’équations  ½. La Proposition précédente implique donc que différentielles dont le second membre est, par hypothèse de récurrence de classe   ½ ces fonction sont de classe ce qui termine la preuve.

 

SECTION II.4

Le Théorème des bouts
Dans cette section nous allons donner des conditions suffisantes pour qu’une solution maximale soit définie dans un intervalle le plus grand possible. Nous obtiendrons ce résultat dans deux cas : le cas localement lipschitzien et le cas de dimension finie lorsque la solution maximale est bornée.

T HÉORÈME II.4.1 (Théorème des bouts ).

³

Soient

que : – Soit est de dimension finie et, si voisinage de ¬ (resp. «) ;

Á

un espace de Banach, Í un ouvert de Ê ¢ et une fonction continue de Í dans . Soit une solution maximale de l’équation différentielle ܼ Ø Ü . Posons Á « ¬ . On suppose

´ µ

¬

·½ (resp. «

 ½),

est bornée sur le graphe de

³ au
59

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

– Soit est localement lipschitzienne sur Í . Alors les éventuels bouts de ³ sont contenus dans la frontière de « ¢ ³ ) rencontre Í alors ³ n’est pas maximale.

´µ

Í.

Autrement dit, si

¬

¢

´³µ (resp.

Démonstration. Démontrons par exemple ceci pour les bouts droits. Raisonnons par l’absurde : soit ´¬ µ un bout droit de ³ contenu dans Í . ¬ . Par Considérons tout d’abord le premier cas. La Proposition II.1.5, page 46 nous dit alors que ³´Øµ tend vers lorsque Ø ´Ø ܵ, ailleurs, le Théorème de Cauchy-Peano-Arzela (Théorème II.3.1, page 52) donne une solution ³ au problème de Cauchy ܼ Ü´¬ µ , définie au voisinage de ¬ . Alors (Proposition II.1.4, page 46) la fonction égale à ³ sur « ¬ ℄ et ³ au-delà de ¬ est une solution qui prolonge ³ ce qui contredit la maximalité de ³. Considérons maintenant le second cas. Soit

¬   Ì ¬ · Ì ℄ ¢ ´ Öµ
un cylindre contenu dans Í sur lequel est bornée par Å ; quitte à réduire Ì , nous pouvons supposer Ì Å Ö de sorte que est un cylindre de sécurité. Quitte à réduire à nouveau Ì et ainsi que Ö , on peut aussi supposer que est lipschitzienne de rapport au ܼ . Comme est une valeur d’adhérence de ³´Øµ lorsque Ø tend voisinage de . Soit ؼ ℄¬ Ì ¾ ¬ et ܼ ³´Ø¼ µ. Soit ¼ vers ¬ , on peut choisir ؼ de sorte que ¼ soit aussi petit que l’on veut. Soit Ö¼ Ö ¼ . Alors la boule ´Ü¼ Ö¼ µ est contenue dans la boule ´ Ö µ, et, si ؼ est assez près de ¬ , on peut trouver ̼ tel que ¬ ؼ ̼ Ñ Ò´Ì ¾ Ö¼ Å µ. Ainsi

¾  

est contenu dans (Théorème II.3.3, page 56) dit qu’il existe une et une seule solution au problème de Cauchy Ü que ³ se prolonge à ؼ ̼ ؼ · ̼ ℄ ce qui contredit la maximalité de ³.

 

    ؼ   ̼ ؼ · ̼ ℄ ¢ ´Ü¼ Ö¼ µ ¼ Í , donc est un cylindre de sécurité tel que ¬ ¾℄ؼ   ̼ ؼ · ̼ . Alors le Théorème de Cauchy-Lipschitz ¼
´Ø ܵ, ܴؼ µ

 

ܼ . Ceci montre

Remarque II.4.1. On notera que, dans les conditions du Théorème des bouts, toute solution maximale est définie sur un intervalle ouvert.

P ROPOSITION II.4.1. Soient un espace de Banach, Í un ouvert de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et ؼ ܼ ¾ Í . On suppose que : – Soit est de dimension finie et est bornée sur Í . – Soit est localement lipschitzienne. Soit Á un intervalle ouvert contenant ؼ et possédant la propriété suivante : le graphe de toute solution ³  au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ , telle que  est un segment contenu dans Á , est contenu dans un compact de Í . Alors toute solution maximale au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ , est définie sur un intervalle contenant Á .

´

µ

´ µ ´ µ

´ µ ´ µ

Démonstration. Soit ³ une telle solution maximale. Supposons ³ définie sur un intervalle ℄« ¬ . Si Á n’est pas contenu dans l’intervalle Á . Si on considère la restriction de ³ à un intervalle de la forme  ℄ؼ ¬, de définition de ³ alors, par exemple, on a ¬ l’hypothèse faite sur Á montre que ³´Øµ admet une valeur d’adhérence , lorsque Ø tend vers ¬ , telle que ´¬ µ soit dans Í ce qui contredit le Théorème des bouts, page précédente.

¾

 

P ROPOSITION II.4.2. Soient un espace de Banach, Á un intervalle ouvert de Ê et une fonction continue bornée de Á ¢ dans . On suppose que : – Soit est de dimension finie. – Soit est localement lipschitzienne. Alors toute solution maximale de l’équation différentielle ܼ Ø Ü est définie sur Á tout entier. Autrement dit, les solutions maximales sont globales.

´ µ

Démonstration. En effet, soit ³ une solution maximale et ℄« Proposition II.1.5, page 46, montre que ³ a une limite, dans précédente.

¬

son intervalle de définition. Si ¬ Á (en particulier ¬ · ), la , lorsque Ø tend vers ¬ . Ceci contredit le Théorème des bouts, page

¾

½

Remarque II.4.2. On peut énoncer cette Proposition sans supposer de laquelle est bornée alors ³ est nécessairement globale. Dans le cas localement lipschitzien, il n’est pas nécessaire de supposer 60

bornée à priori : si ³ est une solution maximale sur le graphe
bornée :

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.4. LE THÉORÈME DES BOUTS

P ROPOSITION II.4.3. Soient un espace de Banach, Á un intervalle ouvert de Ê et une fonction continue localement lipschitzienne de Á ¢ dans . on suppose que, pour tout compact à de Á il existe des constantes à et à telles que, pour Ø Ü ¾ à ¢ , on a

´ µ

¼

¼

Alors toute solution maximale de ܼ

´Ø ܵ à ´Ø ܵ est globale.
Ã

Ü

·

Ã

Ã

Démonstration. Soient ´Ø¼ ؼ ¬ ℄. On a donc

ܼ µ

¾Á¢

et

³ ℄« ¬ ­ ¼ ­ ­³ ´Øµ­ ܼ

une solution maximale. Supposons par exemple que

¬

¾ Á , et soit

³´Øµ · Ã
à Ã
à ´¬  Ø¼ µ

La Proposition II.3.3, page 54, donne alors

³´Øµ
d’où on tire une majoration de la forme

à ´¬  Ø¼ µ ·
­ ¼ ­ ­³ ´Øµ­

 ½

ce qui implique que (³¼ restant bornée quand Ø tend vers ¬ ) bouts.

Š÷ à ³´Øµ converge dans

quand Ø tend vers ¬ et contredit le Théorème des

P ROPOSITION II.4.4. Soient un espace de Banach, Á un intervalle ouvert de Ê , Ç un ouvert de , Í Á ¢ Ç et une fonction continue de Í dans . Soit ³ « ¬ Ê une solution maximale de l’équation différentielle ܼ Ø Ü . On suppose que : – Soit est de dimension finie et est bornée sur le graphe de ³ au voisinage des bornes de « ¬ qui sont dans Á . – Soit est localement lipschitzienne. Soit ­ ¾ « ¬ . Alors, si ¬ ¾ Á (resp. « ¾ Á ), pour tout compact à de Ç ,

´ µ

(resp. ³ ½

´Ã µ ℄« ­ ℄) est compact.

³ ½ ´Ã µ

­¬

Démonstration. En effet, s’il n’en était pas ainsi, l’ensemble

posséderait une valeur d’adhérence ´¬

µ lorsque Ø tend vers ¬ ¾ Á avec

´Ø ³´Øµµ tels que Ø ¾ ­ ¬

et ³´Øµ

¾ Ã , ce qui contredit le Théorème des bouts, page 59.

¾Ã

P ROPOSITION II.4.5. Soient un espace de Banach, Á un intervalle ouvert de Ê et une fonction continue de Á ¢ dans . On suppose que : – Soit est de dimension finie. – Soit est localement lipschitzienne. Soit ³ « ¬ une solution maximale de l’équation différentielle ܼ Ø Ü telle que « ¬ Á . Alors : 1. ne reste pas bornée sur le graphe de ³ au voisinage des bornes de « ¬ qui sont dans Á . 2. Si est de dimension finie et localement lipschitzienne, alors ³ Ø tend vers ½ lorsque Ø tend vers l’une des bornes de « ¬ qui sont dans Á .

℄ ´µ

´ µ

·

Démonstration. Nous avons déjà vu le 1. lors de la Remarque suivant la page 54. Le 2. est immédiat car, dans le cas contraire, ³´Øµ aurait une valeur d’adhérence dans lorsque Ø tend vers, par exemple, ¬ Á ce qui contredit encore le Théorème des bouts.

¾

Remarque II.4.3. On peut construire un exemple de fonction ℄¼ ½ ¢ ¼´Êµ telle que l’équation différentielle ܼ ´Ø ܵ admette une solution maximale ³ bornée définie sur ℄¼ ½ telle que, lorsque Ø tend vers zéro ³´Øµ n’ait pas de valeurs d’adhérence dans ¼ ´Êµ. Ceci montre que, dans le 2. de la Proposition précédente et dans la Proposition II.1.6, page 46, l’hypothèse de finitude de la dimension est nécessaire.

P ROPOSITION II.4.6. Soient un espace de Banach, Á un intervalle ouvert de Ê , Ç un ouvert de continue de Í dans . On suppose que : – Soit est de dimension finie. – Soit est localement lipschitzienne.

Á ¢ Ç et

une fonction

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

61

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

Soit ³ « ¬ une solution maximale de l’équation différentielle ܼ Ø Ü . Soit ½ (resp. ¾ ) un convexe fermé borné de contenant l’origine. Soit ؼ ¾ « ¬ . On suppose que l’image par de la partie du graphe de ³ correspondant à l’intervalle « ؼ (resp. ؼ ¬ ) est contenue dans ½ (resp. ¾ ). Alors

(resp. Á (resp. ̾

℄Ø

¼

ؼ · ̾ ℄

Á ؼ ¬ ) avec ̽
¾

℄ ℄Ø   Ì
¼

´ µ

½

ؼ ℄

℄« Ø ℄
¼ ½

×ÙÔ

¼ tels que
¾

×ÙÔ

¼ tels que   Ç   ³´Ø µ ).
¼

Ç   ³´Ø¼ µ

Démonstration. Vérifions par exemple l’assertion concernant ̽ . Si

Á ℄   ½ ؼ ℄ ℄« ؼ ℄

il n’y a rien à montrer, supposons donc « Á . Il faut montrer que ؼ ̽ «. D’après la Proposition II.1.5, page 46, ³´Øµ possède une limite telle que, d’après le Théorème des bouts ( page 59), ´« µ appartient à la frontière de Í . D’autre part, le Théorème des accroissements finis (Théorème I.2.4, page 8) montre que, pour Ø ℄« ؼ ℄, on a (car ¼

 

¾

³´Øµ   ³´Ø¼ µ ¾ ´Ø   ´Ø¼ µ
½ ).

¾

½

 ´Ø¼   «µ
½

½

Comme

½

est fermé, on a aussi

Si on avait ؼ et par suite

  ̽ «, on aurait

  ³´Ø¼ µ ¾  ´Ø¼   «µ  ´Ø¼   «µ
½

¾ Ç. Ceci donnerait ´« µ ¾ Í ce qui contredit le Théorème des bouts, page 59.

Ç   ³´Ø¼ µ

SECTION II.5

Équations différentielles linéaires
SOUS-SECTION II.5.1

Définitions, existence et unicité des solutions
D ÉFINITION II.5.1. Soient Á un intervalle de Ê et un espace de Banach. On appelle équation différentielle linéaire d’ordre Ò à coefficients continus sur Á une équation différentielle de la forme

Ü´Òµ
où,

´Øµ ·

Ò ½
¼

´Øµ ¯ Ü

´ µ

(II.5.1)

est une fonction continue de Á dans , et, les sont des fonctions continues de Á dans Ä ´ µ. Lorsque ¼ on dit que l’équation (II.5.1) est homogène. L’équation différentielle linéaire homogène obtenue en remplaçant ´Øµ par ¼ dans (II.5.1) est dite associée à (II.5.1).
Par opposition, si est non identiquement nulle, l’équation (II.5.1) est dite «avec second membre». Comme il a été dit à la Proposition II.1.1, page 44, toute équation différentielle d’ordre Ò se ramène à une équation différentielle d’ordre ½, ce qui ramène une équation différentielle linéaire d’ordre Ò à une équation différentielle linéaire d’ordre ½. Considérons alors une équation différentielle linéaire d’ordre ½ : ܼ ´Øµ Ü · ´Øµ. Clairement l’application ´Ø ݵ ´Øµ Ý · ´Øµ de Á dans est telle que, pour tout compact à de Á , il existe deux constantes à et à telle que ´Ø Ý µ . Alors la Proposition II.4.3, page précédente implique : Ã Ý · à , pour tout ´Ø Ý µ Ã

¯

¢

¯

¾ ¢

62

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.5. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES LINÉAIRES

P ROPOSITION II.5.1. Soient un espace de Banach et

Ü ´Òµ

´Øµ ·

Ò ½
½

´Øµ ¯ Ü

´ µ

une équation différentielle linéaire, les

fonctions et étant continues sur un intervalle Á . 1. Pour tout ؼ ܼ ¾ Á ¢ Ò , la solution maximale de l’équation vérifiant Ü´ µ ؼ ܼ est globale. De plus, deux solutions maximales sont identiques si et seulement si elles sont égales ainsi que leurs dérivées jusqu’à l’ordre Ò   en un point de Á . En d’autres termes, si ³ , , sont des solutions de l’équation telles

´

µ

´ µ

½

qu’il existe des constantes

et un réel Ø ¾ Á tels que
½

³´ µ

½ ´Øµ ¼, ¼

Ò   ½, alors
½

³

¼. ´ µ

2. Si ³½ et ³¾ sont deux solutions de l’équation, alors ³½   ³¾ est solution de l’équation homogène associée. En particulier, si ³¼ est une solution de l’équation, toute autre solution est de la forme ³¼ ³ où ³ est une solution de l’équation homogène associée. 3. L’ensemble des solutions de l’équation homogène associée est un sous-espace vectoriel de ½ Á . ´ µ De plus, pour tout Ø ¾ Á , l’application qui à une solution ³ ¾ associe ³ Ø ¼ Ò ½ est un isomorphisme d’espaces vectoriels de sur Ò . En particulier, si est de dimension finie, l’est aussi.

Ë

Ë

´ ´ µµ Ë

· Ë

Démonstration. En effet, d’après ce qui a été dit avant l’énoncé, il suffit de voir ceci pour les équations d’ordre ½, et alors, la fonction ´Ø ݵ ´Øµ Ý · ´Øµ est clairement ´Øµ-lipschitzienne par rapport à Ý (Proposition II.3.5, page 56). Le 2. et le 3. sont alors évident.

¯

SOUS-SECTION II.5.2

Résolution des équations différentielles linéaires d’ordre ½
T HÉORÈME II.5.1.
Soient un espace de Banach et ܼ Ø ¯ Ü une équation différentielle linéaire homogène de degré , étant une application continue d’un intervalle Á dans . Soit l’application de Á dans définie par Ø ¯ . Alors la solution ³ de l’équation différentielle qui vaut ܼ ¾ au point Ø Æ , ¾ ؼ de Á est ³ Ø Ê Ø Ø¼ ¯ ܼ où Ø Ê Ø Ø¼ est la fonction de Á dans qui est solution de l’équation différentielle linéaire ܼ Ø ¯ Ü qui vaut en ؼ . Ê Ø Ø¼ s’appelle la résolvante (ou le noyau résolvant) de l’équation différentielle linéaire homogène.

´µ

´µ

´µ

´µ

´ µ

Ä´ µ ´µ

Ä´ µ

Ä ´Ä ´ µµ

½

´ µ

´ µ

Ä´ µ

Démonstration. En effet, l’équation ܼ page. En dérivant alors ³´Øµ Ê´Ø Ø¼ µ ³´Ø¼ µ ܼ .

´Øµ ¯ Ü étant linéaire, Ø Ê´Ø Ø¼ µ est globale d’après la Proposition II.5.1, de la présente ¯ ܼ, il vient ³¼ ´Øµ ʼ´Ø ؼ µ ¯ ܼ ´ ´Øµ Æ Ê´Ø Ø¼µµ ¯ ܼ ´Øµ ¯ ³´Øµ, et, clairement,

P ROPOSITION II.5.2. Soit Ê Ø Ø¼ la résolvante d’une équation différentielle linéaire homogène ܼ Ø ¯ Ü de degré . 1. Pour tous Ø, ؼ et ؽ dans Á , on a Ê Ø Ø¼ Ê Ø Ø½ Ê Ø½ ؼ (la composition dans étant notée comme un produit), Ê Ø Ø¼ est inversible (dans ) et Ê Ø Ø¼  ½ Ê Ø¼ Ø . 2. Ø × Ê Ø × est une fonction de classe ½ de Á ¢ Á dans . De plus, si est de classe sur Á alors Ø × Ê Ø × est de classe ·½ .

´ µ

´ µ ´ µ

´ µ ´ µ ´ µ

´ µ ´ µ ´ µ Ä ´ µ ´ ´ µµ ´ µ Ä´ µ

´µ

Ä´ µ

½

Démonstration. En effet, la première formule résulte aussitôt de l’unicité de la Proposition II.5.1, et la seconde s’en déduit. Le 2. en Ê´Ø Ø¼ µ est ½ , donc (Proposition I.4.10, page 18), il en est de même de Ø Ê´Ø¼ ص. La conclusion résulte résulte : clairement Ø alors de la Proposition I.4.14, page 19.

P ROPOSITION II.5.3 (Formule de Lagrange ). Soient un espace de Banach et ܼ Ø ¯Ü Ø une équation différentielle linéaire avec second membre à coefficients continus sur un intervalle Á . Soit Ê Ø × la résolvante de l’équation homogène associée. Alors pour tous ؼ ¾ Á et ܼ ¾ , la solution globale de l’équation avec second membre qui vaut ܼ en ؼ est donnée par la formule Ø

´µ

· ´µ ´ µ
ؼ

³´Øµ

Ê´Ø Ø¼µ ¯ ܼ ·

Ê´Ø ×µ ¯

´×µ

×

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

63

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

Démonstration. En effet, utilisons la méthode classique de variation de la constante : cherchons la solution sous la forme ³´Øµ Ê´Ø Ø¼ µ ݴص. En dérivant, il vient ³¼ ´Øµ ʼ ´Ø ؼ µ ݴص · Ê´Ø Ø¼ µ ݼ ´Øµ ´Øµ ´Ê´Ø ؼ µ ݴصµ · Ê´Ø Ø¼ µ ݼ ´Øµ, et Ý doit ¼ ¼ ´Øµ c’est-à-dire Ý ´Øµ ʴؼ ص ´Øµ d’après la Proposition précédente. Comme il faut ݴؼ µ ܼ , il satisfaire Ê´Ø Ø¼ µ Ý ´Øµ

¯

¯

¯

vient Ý ´Øµ

ܼ ·

Ø

ؼ

ʴؼ ×µ ¯ ´×µ ×, et il n’y a plus qu’à remarquer que
Ø Ø¼

¯

¯

¯

¯

¯

Ê´Ø Ø¼ µ ¯ ܼ ·

ʴؼ ×µ ¯ ´×µ ×

Ê´Ø Ø¼ µ ¯ ܼ ·

Ø Ø¼

´Ê´Ø ؼ µÊ´Ø¼ ×µµ ¯ ´×µ ×

II.5.2.1

Cas où

est de dimension finie

Dans cette sous-sous-section nous supposons que l’espace de Banach est de dimension finie Ò. Comme peut être un espace vectoriel sur Ê ou , il faut préciser ce que l’on appelle la dimension de . Si est donné, à priori, comme espace vectoriel réel, il s’agit bien sûr de de sa dimension sur Ê ; s’il est donne comme espace sur de dimension Ò, il est de dimension ¾Ò sur Ê. Comme ce Ê ou de dimension que nous allons faire est valable dans les deux cas, nous allons considérer que est un espace vectoriel sur Ã Ò sur à . Ainsi, si ܼ ´Øµ Ü · ´Øµ est une équation différentielle linéaire, on considère ici que est une application continue de Á dans Ã Ò et une fonction continue de Á dans l’espace des matrice carrées d’ordre Ò à coefficients dans à . Si on note ´Øµ ´Øµ Ò et ܴص ´Ü ´Øµµ½ Ò Ã , l’équation différentielle devient un système de Ò équations différentielles à coefficients dans à :

¯

¾

ܼ

Ò
½

´ØµÜ ·

´Øµ ½

Ò

Dans toute la suite de cette sous-sous-section, nous utiliserons la notation ci-dessus pour les équations différentielles linéaires à coefficients continus sur Á , espace vectoriel de dimension finie Ò sur à . Si l’équation différentielle est homogène, sa résolvante est donc une application de Á Á dans l’espace des matrices carrées d’ordre Ò à coefficients dans à , et on peut considérer son déterminant. De même, on peut considérer la trace de ´Øµ que nous noterons

¢

ÌÖ´ ´Øµµ

Ò

Dans ces conditions :

½

´Øµ.

P ROPOSITION II.5.4. Soit ܼ Ø ¯ Ü une équation différentielle linéaire homogène, étant une fonction continue d’un intervalle Á dans un espace normé de dimension finie Ò sur à . Soit Ê Ø Ø¼ sa résolvante. Alors

´µ

Ø Ê´Ø Ø µ
¼

ÊØØ

´ µ
× ×

¼

ÌÖ´ ´ µ

Démonstration. En effet, posons ٴص page précédente donnent

Ê´Ø Ø¼ µ de sorte que Ù¼ ´Øµ

´Øµ Æ Ù´Øµ. La définition de la dérivée et la Proposition II.5.2,

Ù´Ø · µ Æ Ù´Øµ ½
Ø Ù´Øµ, il vient Æ´Ø · µÆ´Øµ ½ l’équation différentielle linéaire Æ ¼ ÌÖ´ ´ØµµÆ , Æ ´Ø¼ µ
et, si on pose Æ ´Øµ

´Ù´Øµ · Ù¼ ´Øµ · ´ µµ Æ Ù´Øµ ½ · ´Øµ · ½ ´ µ ½ · ÌÖ´ ´Øµµ · ¾ ´ µ. Ceci signifie exactement que Æ est la solution de ÊØ Ø¼ ÌÖ´ ´×µ × . ½, dont la solution est ƴص

D’après la Proposition II.5.1, page précédente, ´³ µ½ Ò est une base de l’espace des solutions d’une équation différentielle linéaire homogène si et seulement si, pour chaque (ou pour un) Ø Á , ´³ ´Øµµ½ Ò est une base de . D’autre part, si ´³ µ½ Ò est un Ò-uple d’éléments de l’espace des solutions, on a ³ ´Øµ Ê´Ø Ø¼ µ ³ ´Ø¼ µ (Théorème II.5.1, Ò l’application Ø Ò l’application ´³ ´Øµµ½ Ò, et, Ê´Ø Ø¼ µ Ò page précédente), ce qui fait que, si on note Ï Á ´Ü µ½ Ò ´Ê´Ø ؼ µ Ü µ½ Ò, on a Ï ´Øµ Ê´Ø Ø¼ µ Ï ´Ø¼ µ. En particulier, si ´³ µ½ Ò et une base de l’espace des solutions, en adoptant une écriture matricielle, on a Ê´Ø Ø¼ µ Ï ´Øµ´Ï ´Ø¼ µµ ½ (on considère ici Ï ´Øµ et Ï ´Ø¼ µ comme des matrices carrées d’ordre Ò inversibles). Ceci amène la définition suivante :

¾

¯

¯

¯

D ÉFINITION II.5.2. Soit ܼ Ø ¯ Ü une équation différentielle linéaire homogène de degré , étant une fonction continue d’un intervalle Á dans un espace normé de dimension finie Ò sur à . Soit l’espace des solutions de l’équation différentielle. 1. Une base ³ ½ Ò de est appelés un système fondamental de solutions. 2. Si ³ ½ Ò est un système fondamental de solutions, la matrice carrée Ï Ø d’ordre Ò dont les vec-

´µ

Ë

½

´ µ

´ µ

Ë

´µ

64

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.5. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES LINÉAIRES

teurs colonne sont les ³ Ø est appelée une matrice fondamentale ou matrice Wronskienne de l’équation différentielle. Le déterminant Û Ø de Ï Ø est appelé le Wronskien du système ³ ½ Ò.

´µ

´µ

´µ

´ µ

P ROPOSITION II.5.5. Soit ܼ Ø ¯Ü Ø une équation différentielle linéaire de degré , étant une fonction continue d’un intervalle Á dans un espace noprmé de dimension finie Ò sur à . Soit ³ ½ Ò est un système fondamental de solutions de l’équation homogène associée, Ï Ø la matrice fondamentale associée et Û Ø son Wronskien. Alors : Ø 1. Û Ø Û Ø¼ ؼ ÌÖ´ ´×µ × . 2. Soit ³¼ la solution de l’équation homogène qui vaut ܼ en ؼ , et, soit ³½ la solution de l’équation avec second membre qui vaut en ؼ . Alors ³ ³¼ ³½ est la solution de l’équation avec second membre qui vaut ܼ en ؼ , et on a :

´µ

· ´µ

´µ

´ µ

Ê

´µ

´ µ

½

´µ

¼

·

³¼ ´Øµ

³½ ´Øµ ³´Øµ

Ï ´ØµÏ ´Ø¼µ ½ ¯ ܼ Ø Ï ´ØµÏ ´×µ ½ ´×µ ×
ؼ

Ï ´ØµÏ ´Ø¼µ ½ ¯ ܼ ·

Ø Ø¼

Ï ´ØµÏ ´×µ ½ ´×µ ×
Ø Ø¼

Ï ´Øµ Ï ´Ø¼ µ ½ ¯ ܼ ·

Ï ´×µ ½ ´×µ ×

Démonstration. C’est une conséquence du Théorème II.5.1, page 63, et de la Proposition II.5.3, page 63.

SOUS-SECTION II.5.3

Résolution des équations différentielles linéaires d’ordre Ò
Comme nous l’avons déjà dit, l’étude de ces équation se ramène à celle des équations d’ordre ½. Précisons cela :

P ROPOSITION II.5.6. Soient un espace de Banach et

Ü´Òµ Ò. Soit
étant une fonction d’un intervalle Á dans Ò la matrice Ø ¾

´Øµ ·
et

Ò ½
¼

´Øµ ¯ Ü

´ µ

(II.5.2)

´ µ Ä´ µ

une fonction de Á dans

Ä ´ µ, une équation linéaire d’ordre
½

¼

´Øµ 

¼

¼ ¼ ¼ ´Øµ ´Øµ

¼
½

¼ ¼
Ò ½ ´Øµ

´Øµ
¼

Alors l’équation (II.5.2) est équivalente à l’équation différentielle linéaire d’ordre

¼ ¼ ´Øµ
. . .

½

½ ܼ

´Øµ ¯ Ü · ´Øµ où 

Soit Ê Ø Ø¼ la résolvante de l’équation homogène associée ܼ Ø ¯ Ü, de sorte que Ê Ø Ø¼ est une matrice carrée d’ordre Ò à coefficients dans . Soit Ê Ø Ø¼ ¼ Ò ½ la première ligne de cette matrice. Alors : 1. La solution ³ de l’équation homogène associée à (II.5.2) telle que ³´ µ ܼ , Ò   , en ؼ est

´ µ

Ä´ µ

´ ´ µµ

´µ

´ µ

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

¼

½

65

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

égale à ³

´Øµ

Ò
¼

Ê ´Ø ؼµ ¯ ܼ .
¼ ´ µ ¼ ¼ ¼ ¼

2. On a Ê tielle Ê
´ µ

Ò

Ò ½
¼

´Ø Ø µ ´Ê ´Ø Ø µµ ´Øµ Æ Ê
´ µ

Ò ½ , et, pour tout , Ø Ò ½

Ê ´Ø ؼ µ est solution de l’équation différen-

´ µ

´Ø

ؼ µ

Æ

.

Démonstration. Ceci est une conséquence immédiate des résultats de la sous-section précédente : le 2. s’obtient en dérivant la formule du 1. donnant la solution ³.

II.5.3.1

Équation différentielles linéaires scalaires d’ordre Ò
à (Ã Ê ou ). Les

C’est le cas où

et sont donc des fonctions scalaires que l’on note alors

, et l’équation s’écrit (II.5.3)

Ü´Òµ

´Øµ ·

Ò ½
¼

´ØµÜ´ µ

L’identification de cette équation avec une équation d’ordre ½ que nous venons de voir donne une équation différentielle linéaire d’ordre ½ avec Ã Ò comme espace de Banach. On peut donc lui appliquer les résultats de la Sous-sous-section II.5.2.1, page 64. Contentons nous simplement de traduire ces résultats en termes d’équation scalaire d’ordre Ò. Soit

Ü´Òµ
l’équation homogène associée. Alors :

Ò ½
¼

´ØµÜ´ µ

(II.5.4)

1. L’ensemble des solutions de (II.5.4) est un sous-espace vectoriel de Ò ´Á ʵ des fonctions de classe Ò de Á dans Ê de ÊÒ définie par Ø ´³µ ´³´Øµ ³´Ò ½µ´Øµµ est un isomorphisme. dimension Ò. Pour tout Ø Á , l’application Ø

Ë

µ, est un système fondamental de 2. Si ´³½ ³ µ est une base de , le système ´¨½ ¨Ò µ, où ¨ ´³ ³ ³ µ. solutions de l’équation différentielle d’ordre ½ associée. Le wronskien de ce système est appelé le wronskien de ´³½
3. D’une manière générale, si ´³½ ³ µ est un système de fonctions de classe système le déterminant ۴ص de la matrice, dite matrice wronskienne du système,
¼ 

¾

Ë

Ë

´Ò ½µ

Ò de Á dans Ê, on appelle wronskien de ce

Ï´³½

³Ò µ ´Øµ

³½ ´Øµ ³¼½ ´Øµ

³¾ ´Øµ ³¼¾ ´Øµ

³Ò ´Øµ ³¼Ò ´Øµ

½

Alors, si ´³½ ³ µ est un Ò-uple d’éléments de , c’est une base de si et seulement si son wronskien ne s’annule pas en un point de Á . Dans ce cas il ne s’annule en aucun point de Á , et vérifie (Proposition II.5.5, page précédente) ÊØ Û´Øµ ۴ؼ µ ؼ Ò ½ ´×µ × 4. Si ´³½

Ë

Ò ½µ ´Øµ ³´Ò ½µ ´Øµ ³´ ½ ½

Ë

Ò ½µ ´Øµ ³´ Ò

³ µ est une base de Ë , la solution de (II.5.3) qui vaut ܼ en ؼ s’écrit ³´Øµ ³¼ ´Øµ ·
Ò
½

³ ´Øµ

´×µÛ ´×µ × Ø ¼ Û ´× µ

Ø

où ³¼ est la solution de l’équation homogène (II.5.4) qui vaut ܼ en ؼ , Û est le wronskien du système ´³½ ³ µ et Û le déterminant de la matrice obtenue en remplaçant dans la matrice wronskienne Ï´³½ ³Ò µ la -ieme colonne par le vecteur ´¼ ¼ ½µ.

SOUS-SECTION II.5.4

Équations différentielles linéaires à coefficients constants
Nous dirons ici qu’une équation différentielle linéaire d’ordre ½ est à coefficient constant si elle s’écrit

ܼ

¯ Ü · ´Øµ

(II.5.5)

66

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.5. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES LINÉAIRES

où est un élément de ´ µ, espace de Banach, et une fonction continue d’un intervalle Á dans (en fait usuellement, on dit que l’équation est à coefficients constants si est une fonction constante, mais cette hypothèse suplémentaire n’apporte rien de plus).

Ä

P ROPOSITION II.5.7. La résolvante Ê

´Øµ

Ê´Ø

¼µ de l’équation différentielle homogène ÜÔØ
Ä ´ µ qui est la solution de l’équation différentielle ʼ Ò
Ø

ܼ

associée à (II.5.5) est une fonction de Ê dans qui vaut en ؼ en

¯Ü

(II.5.6)

¼ et s’écrit ʴص

¾ Ê , est égale à

Ø Ò . De plus la solution de (II.5.6) qui vaut ܼ ¾ Ò ¼Ò
¼ ¼

ÆÊ

ܴص

ÜÔ´´Ø   Ø µ µ ¯ Ü

Démonstration. En effet, d’après le Théorème II.5.1, page 63, il suffit de vérifier que ÜÔØ est bien solution de l’équation différentielle ʼ Ê ce qui résulte aussitôt du Théorème I.2.5, page 8, appliqué aux somme partielles de la série définissant ÜÔØ

Æ

De la Proposition II.5.3, page 63, on déduit immédiatement le corollaire suivant :

C OROLLAIRE . La solution de l’équation différentielle (II.5.5) qui vaut ܼ en ؼ est donnée par la formule

ܴص

ÜÔ´´Ø   Ø µ µ ¯ Ü · ´ ÜÔ´Ø   ×µ µ ¯ ´×µ
¼ ¼

Ø

ؼ

×

II.5.4.1

Cas où

est de dimension finie

Nous nous contentons de considérer le cas où est un espace vectoriel de dimension finie Ò sur . Ceci nous permet d’utiliser la théorie de réduction des matrices à coefficients complexes. Précisément, nous allons utiliser le Lemme suivant : L EMME . Soit une matrice carrée d’ordre Ò à coefficients complexes. Soient , ½ le sous-espace caractéristique associé à de multiplicité respectifs . Pour chaque , soit

Ô

½

Ò,

Ô Å
½

Ô, les valeurs propres de d’ordres (i.e. Ö´ µ ). Alors,

 

et

est de dimension

Ô.

Chaque est clairement stable par , considérée comme endomorphisme de , et on peut considérer la restriction de à . Ü est équivalente au système d’équations linéaires Dans ces conditions l’équation différentielle linéaire homogène ܼ homogènes

¯

où Ü est une fonction à valeurs dans . Les résultats de la sous-section précédente montrent que la solution de chacune de ces Ø ÜÔ´Ø´ ÜÔ´Ø µ Ù où Ù . En écrivant ÜÔ´Ø µ µµ, et en utilisant que est le équations s’écrit Ü ´Øµ Ø par un polynôme de degré ½ en . En sous-espace caractéristique associé à , on obtient que ÜÔ´Ø µ est le produit de résumé :

ܼ

¯Ü ½

Ô

¯

¾

 

 

P ROPOSITION II.5.8. Soit ܼ ¯ Ü une équation différentielle linéaire homogène à coefficients constants, étant une matrice complexe carrée d’ordre Ò. Alors, avec les notations de ci-dessus, pour chaque valeur propre (de multiplicité de , l’équation différentielle possède des solutions à valeurs dans le sous-espace caractéristique associé à , de la forme Ø É Ø , où É est un polynôme de degré   à valeurs dans , qui forment un espace Ø É Ø la vectoriel de dimension . De plus, toute solution de l’équation différentielle s’écrit Ü Ø

µ

´µ

½

´µ

´µ

sommation s’étendant à toutes les valeurs propres distinctes de

.

II.5.4.2

Cas des équations d’ordre Ò
Ü´Òµ
Ò ½
¼

Il suffit de reprendre les résultats des sous-sections précédentes. Par exemple, si

¯ Ü´ µ

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

67

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

est une équation homogène,
¼

¾ Ä ´ µ, et si
¼ ¼
½

¼ ¼ ¼
¼

¼ ¼
¾

¼ ¼
Ò ½

½

¼ 

ÜÔ´Ø µ 

ʼ ´Øµ ¼ ´Øµ ʼ

ʽ ´Øµ ¼ ´Øµ ʽ

ÊÒ ½ ´Øµ ¼  ½ ´Øµ ÊÒ
´Ò ½µ ÊÒ  ½ ´Øµ

½

´Ò ½µ ´Ò ½µ ʼ ´Øµ ʽ ´Øµ

la solution de

Ü´Òµ
qui s’annule ainsi que ses Ò

´Øµ ·

Ò ½
¼

¯ Ü´ µ
ÊÒ ½ ´Ø   ×µ ¯ ´×µ ×.
Ò ½
¼

  ½ premières dérivées en ؼ est ܴص

Ø

Dans le cas particulier où

est de dimension ½, ces équations se ramènent aux systèmes différentiels linéaires à coefficients

ؼ

constants que nous avons vus à la sous-sous-section précédente. Par exemple, pour l’équation différentielle Ü´Òµ tion caractéristique (donnant les valeurs propres de la matrice, une fois l’équation ramenée à l’ordre ½) est Ò

Ü´ µ , l’équa. Ainsi,
¼

Ò ½

Ø Õ ´Øµ ; où est une racine de l’équation caractéristique et l’équation admet des solutions de la forme Ø Õ ´Øµ. , où est l’ordre de la racine . La solution générale de l’équation s’écrit alors

Õ

un polynôme de degré

SOUS-SECTION II.5.5

Stabilité des solutions des équations différentielles linéaires
Donnons tout d’abord la définition générale de solution stable d’une équation différentielle :

D ÉFINITION II.5.3. Soient un espace de Banach, Í une partie de Ê ¢ , une fonction continue de Í dans et ؼ ܼ un point de Í . Supposons que la solution maximale ³Ø¼ ܼ au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ soit définie sur un intervalle contenant ؼ ½ . Dans ces conditions ; 1. On dit que ³Ø¼ ܼ est stable s’il existe Ö et tels que, pour tout ܽ ¾ ܼ Ö¼ , la solution maximale ³Ø¼ ܽ au problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܽ soit définie sur ؼ ½ et vérifie ³Ø¼ ܼ Ø   ³Ø¼ ܽ Ø Ü¼   ܽ pour tout Ø ¾ ؼ ½ . 2. On dit que ³Ø¼ ܼ est asymptotiquement stable si elle est stable et s’il existe Ö½ et une fonction ¯ Ø Ü¼   ܽ pour ¯ ؼ ½ ½ continue telle que Ø ·½ ¯ Ø et ³Ø¼ ܼ Ø   ³Ø¼ ܽ Ø Ü¼   ܽ Ö½ et Ø ¾ ؼ ½ .

·

´µ ·

´µ ¼·

·

¼ ´ µ ´ µ · ´µ ÐÑ ´µ ¼

¼

´ ´ µ ´ µ ´ µ · ¼ ´µ ´µ

µ

La Proposition II.5.8 donne immédiatement le résultat suivant :

P ROPOSITION II.5.9. Soit une matrice carré à coefficients complexes d’ordre Ò et considérons l’équation différentielle ܼ ¯ Ü. Alors : 1. Si toutes les valeurs propres de ayant une multiplicité strictement plus grande que ont une partie réelle srtictement négative et si celles de multiplicité ont une partie réelle négative ou nulle toute solution de l’équation différentielle reste bornée sur ½ . En particulier toute solution est stable. 2. Si toutes les valeurs propres de ont une partie réelle srtictement négative, toutes les solutions de l’équation différentielles tendent vers zéro quand Ø ½. En particulier elles sont toutes asymptotiquement stables.

¼·

½

½

·

P ROPOSITION II.5.10. Soient Á un intervalle de Ê contenant ؼ ½ , un espace normé de dimension finie, et continue de Á dans . Les conditions suivantes sont équivalentes : 1. Toutes les solutions de l’équation différentielle ܼ Ø ¯ Ü sont stables. 2. Toutes les solutions de l’équation différentielle ܼ Ø ¯ Ü sont bornées.

Ä´ µ

·

une application

´µ ´µ

68

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

II.5. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES LINÉAIRES

Démonstration. En effet, soit Ê´Ø Ø¼ µ la résolvante de l’équation de sorte que toute solution s’écrit ܴص II.5.1, page 63). Alors si ´ µ½ Ò est une base de , et si chaque solution est bornée on a
½

Ê´Ø Ø¼ µ ¯ ܼ (Théorème

×ÙÔ ×ÙÔ Ê´Ø Ø¼ µ ¯
Ò Ø Ø¼

·½

les notation de la définition ci-dessus). Il s’en suit alors que

·½ ce qui implique aussitôt la stabilité des solutions. Réciproquement, si toutes les solutions sont ܼ (avec stables, la stabilité de la solution nulle entraîne qu’il existe Ö ¼ et ¼ tels que, pour ܼ Ö, on a ³Ø¼ ܼ ´Øµ
et, par suite

Ø Ø¼

×ÙÔ Ê´Ø Ø¼ µ

Ê ´Ø Ø ¼ µ
ce qui implique la propriété 2.

ܼ

×ÙÔ

½

Ê´Ø Ø¼ µ ¯ ܼ

Ö

Nous terminons cette sous-section en donnant un résultat de stabilité pour une équation différentielle qui est une perturbation d’une équation linéaire :

P ROPOSITION II.5.11. Soit une matrice carré d’ordre Ò à coefficients complexes dont les valeurs propres sont de parties réelles strictement négatives. Soit Á ¢ Í Ê Ò une fonction continue localement lipschitzienne en Ü, Á étant un intervalle ouvert de Ê contenant ؼ ½ et Í un ouvert de Ê Ò . On suppose qu’il existe une boule ouverte , , contenue dans Í et que ØÜ ¯ Ü Ü avec Ü ¼ ¯ Ü . Alors la fonction identiquement nulle est une solution de l’équation différentielle

¼

· ´ µ

´µ

ÐÑ ´ µ ¼

´¼ µ

ܼ
qui est asymptotiquement stable.

¯ Ü · ´Ø ܵ

(II.5.7)

Démonstration. Tout d’abord, l’hypothèse faite sur montre que ´Ø ¼µ ¼ ce qui implique que la fonction identiquement nulle est solution de l’équation différentielle. Soit Ü ³Ø¼ ܼ la solution de (II.5.7) qui vaut ܼ en ؼ (elle existe d’après le Théorème II.3.2, page 55). Si elle est définie sur ℄« ¬ , du Corollaire de la Proposition II.5.7, page 67, on déduit que, pour ؼ Ø ¬ , on a

ܴص

´Ø Ø¼ µ

¯ ܼ ·

Ø Ø¼

´Ø ×µ

¯ ´× Ü´×µµ ×
ܼ ´Øµµ.

car Ü est solution de l’équation différentielle linéaire ܼ Soit

ܼ

Æ ¼, Æ , tel que, pour Ü Æ. Soit ؽ ؼ tel que, pour ؼ Ø Ü´Øµ

Ü , où Æ on ait ´Ø ܵ ؽ on ait ܴص Æ. Alors, pour ؼ
­ ­ ­ ´Ø Ø¼ µ ­ ­ ­

¯ Ü · ´Ø ³Ø

¼

½ et ¼ seront fixés plus loin. Choisissons Ø Ø½ on a

ܼ ·

ح ؼ

­ ­ ´Ø ×µ ­ ­ ­

Ü´×µ ×
½, « ¼ et
´Ø Ø¼ µ ¼ tels que ­ ­

(II.5.8)
­ ­ ­ ­

Remarquons maintenant que l’hypothèse faite sur Ø Ø¼ . En reportant ceci dans (II.5.8), il vient
´«· µ´Ø Ø¼ µ

implique que l’on peut trouver

 ´«· µ´Ø Ø¼µ ,

ܴص

ܼ ·

Ø Ø¼

´«· µ´× Ø¼ µ

Ü´×µ × Ø¼

Ø

ؽ

Alors la Proposition II.3.1, page 54, donne ´«· µ´Ø Ø¼ µ ܴص ܼ ´Ø Ø¼µ c’est-à-dire ܴص ܼ  «´Ø Ø¼µ , pour le Æ ¾ , sur tout intervalle ؼ ؽ ℄ sur lequel on a ܴص Æ, on a automatiquement même intervalle en Ø. On en déduit que si ܼ ܴص Æ ¾. En conséquence, si Ü est définie sur ℄« ¬ , on a nécéssairement ܴص Æ sur ؼ ¬ . Montrons maintenant que ¬ · : en effet, dans le cas contraire, puisque ܴص Æ le bout droit de Ü contiendrait un élément ´¬ µ avec Æ ce qui contredit le Théorème des bouts ( page 59). Enfin, sous la condition ܼ Æ ¾ on a ܴص Æ sur ؼ · ce qui, comme on vient de le voir, implique ܴص à ܼ  «Ø , et assure que la solution nulle est asymptotiquement stable.

½

½

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

69

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES

SECTION II.6

Éléments d’études qualitatives en dimension ½
Dans cette section, nous allons simplement donner les outils de base des études qualitatives d’équations différentielles d’ordre ½ lorsque l’espace est Ê, sans donner d’exemples concrets d’utilisations.

D ÉFINITION II.6.1. Soient Í une partie de Ê ¢ Ê et une fonction continue de Í dans Ê . 1. Pout tout Å Ø Ü ¾ Í , soit Å la droite passant par Å de pente Ø Ü . L’application Å Å s’appelle le champ des tangentes associé à l’équation différentielle ܼ ØÜ. 2. Pour tout ¾ Ê , la courbe d’équation Ø Ü s’appelle l’isocline de l’équation différentielle ܼ ØÜ. 3. On dit qu’une courbe dans Í est fortement infranchissable si aucune solution de l’équation différentielle ܼ Ø Ü , autre que elle lorsqu’elle est elle même solution, ne peut le couper.

´ µ

´ µ ´ µ

´ µ

´ µ ´ µ

L’isocline ¼ joue un rôle particulier : si on pose

Í· Í 
et

´Ø ܵ tels que ´Ø ܵ ´Ø ܵ tels que ´Ø ܵ

¼ ¼

´Ø ܵ tels que ´Ø ܵ ¼ toute solution de l’équation différentielle est croissante dans Í· , décroissante dans Í  et stationnaire sur  ¼ .  ¼
Si la fonction infranchissable.

est localement lipschitzienne, le Théorème de Cauchy-Lipschitz ( page 55) montre que toute solution est fortement

D ÉFINITION II.6.2. Soient Í une partie de Ê ¢ Ê et une fonction continue de Í dans Ê . 1. Une fonction « Á Ê dérivable est dit une barrière inférieure pour l’équation différentielle ܼ Ø Ü si Ø « Ø ¾ Í , pour tout Ø ¾ Á , et si «¼ Ø Ø « Ø , Ø ¾ Á. 2. Une fonction ¬ Á Ê dérivable est dit une barrière supérieure pour l’équation différentielle ܼ Ø Ü si Ø ¬ Ø ¾ Í , pour tout Ø ¾ Á , et si ¬ ¼ Ø Ø ¬ Ø , Ø ¾ Á. 3. Une barière est dite forte si les inégalités des définition ci-dessus sont strictes pour tout Ø ¾ Á et faible sinon.

´ µ ´ ´µ ´ µ ´ ´µ

´µ ´µ

´ ´ µµ ´ ´ µµ

P ROPOSITION II.6.1. Soient Í un ouvert de Ê ¢ Ê et une fonction continue de Í dans Ê . Soit ³ Á Ê une solution de l’équation différentielle ܼ Ø Ü . Soient « Á Ê et ¬ Á Ê de classe ½ telles que Ø « Ø ¾ Í et Ø ¬ Ø ¾ Í , pour tout Ø ¾ Á . 1. Si « (resp. ¬ ) est une barrière inférieure (resp. supérieure) forte et s’il existe ؼ ¾ Á tel que « ؼ ³ ؼ (resp. ¬ ؼ ³ ؼ ) alors pour tout Ø ¾ ؼ ½ Á on a « Ø ³ Ø (resp. ¬ Ø ³ Ø ). On traduit cette propriété en disant qu’une barrière forte est fortement infranchissable. 2 Si de plus est localement lipschitzienne, si « (resp. ¬ ) est une barrière inférieure (resp. supérieure) et s’il existe ؼ ¾ Á tel que « ؼ ³ ؼ (resp. ¬ ؼ ³ ؼ ) alors pour tout Ø ¾ ؼ ½ Á on a « Ø ³ Ø (resp. ¬ Ø ³ Ø ). On traduit cette propriété en disant que, lorsque est localement lipschitzienne, une barrière est faiblement infranchissable.

´ ´ µµ ´ µ ´µ

´ µ

´ µ

℄ · ´ µ

´µ

´µ

´µ

´µ

´ ´ µµ ´ µ ´ µ ´µ

´µ

´ µ

´ µ

´ µ

℄ ·

´µ

Démonstration. Démontrons tout d’abord le 1. pour une barrière inférieure forte. Supposons tout d’abord «´Ø¼ µ ³´Ø¼ µ. S’il existe Ø Ø¼ tel que «´Ø¼ µ ³´Ø¼ µ, soit ؽ l’infimum de l’ensemble de ces Ø de sorte que «´Ø½ µ ³´Ø½ µ et ³¼ ´Ø½ µ «¼ ´Ø½ µ. Alors ³ « est strictement croissante au voisinage de ؽ et comme elle est strictement positive à gauche de ؽ , on ne peut avoir «´Ø½ µ ³´Ø½ µ. Si «´Ø¼ µ ³´Ø¼ µ, on a ³¼ ´Ø¼ µ «¼ ´Ø¼ µ, ce qui implique que ³ « est strictement croissante au voisinage de ؼ et on remplace ؼ par ؼ¼ ؼ pour refaire le raisonnement précédent. Démontrons maintenant le 2. pour une barrière inférieure. Pour ؽ ؼ ×ÙÔ Á , soit ؽ l’ensemble des Ø Ø¼ tels que «´×µ ؼ ℄. Supposons ؽ . Alors ³´×µ pour × Ø¼ Ø℄. Il est clair que ؽ est fermé et non vide, et si ×ÙÔ Ø½ , on a ؽ ´ ³´ µµ Í et il existe un cylindre de sécurité Ð · Ð℄ ³´ µ Ö ³´ µ · Ö℄, Ð · Ð℄ Á , contenu dans Í au

 

 

¾

¾

¾

 

¢

 

 

70

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

EXERCICES

voisinage duquel est -lipschitzienne pour un ¼. Soit ¼ ¼ , ¼ étant choisit assez petit de sorte que, quitte à réduire éventuellement Ð, soit un cylindre de sécurité pour le problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, Ü´ µ ³´ µ, avec ´Ø ܵ ´Ø ܵ · . Comme « est une barrière inférieure sur Ð · Ð℄ pour c’est une bérrière inférieure forte pour pour le même intervalle. Soit ³ la solution maximale du problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, Ü´ µ ³´ µ. Le 1. de la Proposition montre alors que «´Øµ ³ ´Øµ pour

 

termine la preuve.

Ø    ½ , Ø ¾   Ð · Ð℄. Ø ¾℄ · Ð℄. D’autre part, le Corollaire du Lemme Fondamental ( page 54) donne ³´Øµ   ³ ´Øµ En faisant tendre vers zéro, il vient alors «´Øµ ³´Øµ pour Ø ¾℄ · Ð℄, ce qui contredit la définition de . On a donc ؽ ce qui
Remarque II.6.1. Une barrière faible peut être infranchissable sans que

soit localement lipschitzienne.

D ÉFINITION II.6.3. Soient Í une partie de Ê ¢ Ê et une fonction continue de Í dans Ê . Soient « Á Ê et ¬ Á Ê telles que Ø « Ø ¾ Í et Ø ¬ Ø ¾ Í , pour tout Ø ¾ Á . Supposons que « (resp. ¬ ) soit une barrière inférieure (resp. supérieure) infranchissable pour l’équation différentielle ܼ ØÜ. 1. Si « Ø ¬ Ø , pour tout Ø ¾ Á , on dit que l’ensemble Ì « ¬ Ø Ü ¾ Í tels que « Ø Ü ¬ Ø Ø ¾ Á est un entonnoir. 2. Si « Ø ¬ Ø , pour tout Ø ¾ Á , on dit que l’ensemble Ë « ¬ Ø Ü ¾ Í tels que « Ø Ü ¬ Ø Ø ¾ Á est un anti-entonnoir.

´ ´µ ´µ ´µ ´µ ´µ

´ ´µ ´µ ´µ

´ µ ´ µ ´ µ

´ µ ´ µ

´µ ´µ

P ROPOSITION II.6.2. Soient Í un ouvert de Ê ¢ Ê et une fonction continue de Í dans Ê localement lipschitzienne. Soient « Á Ê et ¬ Á Ê telles que Ø « Ø ¾ Í et Ø ¬ Ø ¾ Í , pour tout Ø ¾ Á . Supposons que « (resp. ¬ ) soit une barrière inférieure (resp. supérieure) pour l’équation différentielle ܼ ØÜ. 1. Supposons « Ø ¬ Ø , pour tout Ø ¾ Á (i.e. Ì « ¬ est un entonnoir, les barrières étant infranchissables d’après la Proposition précédente). Alors toute solution ³ Á Ê de l’équation différentielle ܼ Ø Ü telle que, pour un ؼ ¾ Á , on ait « ؼ ³ ؼ ¬ ؼ , est telle que « Ø ³ Ø ¬ Ø , pour Ø ¾ ؼ ½ Á . 2. Supposons « Ø ¬ Ø , pour tout Ø ¾ Á (i.e. Ë « ¬ est un anti-entonnoir). Alors, pour tout ؼ ¾ Á , il existe ܼ ¾ ¬ ؼ « ؼ tel que la solution maximale ³ du problème de Cauchy ܼ Ø Ü , Ü Ø¼ ܼ , soit définie sur ؼ ½ Á et vérifie ¬ Ø ³ Ø « Ø sur cet intervalle.

´ ´µ ´ µ

´µ

´µ ´ µ ´ µ℄ ·

´µ ´ µ ´µ

´ ´µ ´ µ ´

´ µ

´ µ

µ

´µ

´µ

´µ

´µ

´µ

´µ

· ´ µ ´ µ

´ µ

Ø ×ÙÔ Á reste dans Ë ´«

Ð Ñ «´Øµ   ¬ ´Øµ ¬ µ.

3. Dans les conditions du 2., si de plus

¼, alors il existe une et une seule solution de l’équation différentielle ܼ
¾ 

existe et est positive ou nulle dans

Ë ´« ¬ µ et si ´Ø ܵ qui

Démonstration. Le 1. résulte aussitôt de la Proposition précédente. Montrons le 2. Pour Ø Á , soient Ø et Ø les solutions maximales au problèmes de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴص «´Øµ et ܴص ¬ ´Øµ respectivement. En raisonnant à Ø décroissant (i.e. en «inversant» le sens du temps) la Proposition précédente, l’unicité du Théorème de Cauchy-Lipschitz et le Théorème des bouts ( page 59), montrent Ø℄ Á et vérifient ¬ ´×µ «´×µ sur cet intervalle. Soit ؼ Á . Pour Ø Ø¼ , que Ø et Ø sont définis sur ℄ Ø ´×µ Ø ´×µ Ø Ø¼ · Á , soit ÈØ ´Ø¼ µ ؾ ℄ Á , ؾ ´Øµ «´Øµ pour Ø ℄ Ø ´Ø¼ µ Ø ´Ø¼ µ℄. Soient ؼ ؽ ؾ . Comme ¬ ´Øµ ؾ ´Øµ par définition des Ø et Ø et par l’unicité du Théorème de Cauchy-Lipschitz, on doit avoir ؽ ´Øµ ؽ ´Øµ sur ؾ ´Øµ ؾ ´Øµ ℄ ؽ ℄ Á , ce qui montre que ÈØ ´Ø¼ µ, Ø Ø¼ · Á , est une famille décroissante des compacts non vides. Soit ܼ un point de leur intersection (qui est non vide par compacité). Si ³ est définie sur ℄«½ ¬½ , on a alors ¬ ´Øµ ³´Øµ «´Øµ sur ℄«½ ¬½ ؼ · Á (³ est «coincée» par les Ø et Ø ). Enfin le Théorème des bouts entraîne que ´ ؼ · Á µ Ø ¼ ¬½ . Ê et ³¾ ℄«¾ ×ÙÔ Á Ê sont deux solutions telles que ¬ ´Øµ ³½ ´Øµ ³¾ ´Øµ Vérifions maintenant le 3. Si ³½ ℄«½ ×ÙÔ Á

¾

½

 ½

¾

¾  ½

 ½

¾

½

½

½

³¾ ´Øµ  ´Ø Ùµ Ù «´Øµ dans ؼ ×ÙÔ Á , ؼ ¾ Á (deux solutions ne peuvent se couper), on a ³¼¾ ´Øµ   ³¼½ ´Øµ ³½ ´Øµ Ü ³½ ´Ø½ µ ¼, pour un ؽ ؼ , par croissance de ³¾   ³½ , on contredit l’hypothèse Ø Ð ×ÙÔ Ñ Á «´Øµ   ¬ ´Øµ ¼.

¾ ¼, et si ³¾ ´Ø½ µ  

Exercices
Exercice II.1. Soit une application continue de Ê dans ÅÒ ´Êµ et soit ´Á antisymétrique pour tout Ø Ê.

¾

µ une solution de ¼

´Øµ

. On suppose que la matrice

´Øµ est
71

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

CHAPITRE II. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES
1. Trouver une équation différentielle satisfaite par Ø 2. En déduire que si

´Ø¼ µ est orthogonale (ؼ ¾ Á ), alors ´Øµ est orthogonale pour tout Ø ¾ Á .

Æ

.

Exercice II.2. Soit un espace de Banach et

Ä ´ µ l’espace de ses endomorphismes continus. Soit ¾ ´ µ. On considère l’équation différentielle ¼· Æ Æ ¼
³µ avec ³´¼µ Á
.

1. Montrer qu’il existe un solution maximale ´Á 2. Montrer que ³ est

½.

3. Montrer que Á contient l’intervalle

Ø

 ½ et que dans cet intervalle, on a ³´Øµ

´Á

· Ø µ  ½ . ´ÜÒ µÒ¾Æ
.

Exercice II.3. Soit l’espace de Banach des suites de réels qui tendent vers 0 à linfini, muni de la norme pose ´Ø ܵ ´ ÜÒ ½ ¾ · ½ ´Ò · ½µµÒ¾Æ . 1. Montrer que 2. Soit 3. 4. est continue de Ê

½ . Pour Ø ¾ Ê et Ü ¼ pour Ø ¾℄¼

¾

, on

¼ et ´℄   ܵ une solution de ܼ ´Üµ avec Ü´¼µ ¼. Montrer que ÜÒ ´Øµ ¾ En déduire que ÜÒ est de classe sur ℄¼ avec ܼ¼ Ò ´Øµ ½ ¾ (Ø ¾℄¼ ). ¾ Prouver que ÜÒ ´Øµ Ø pour Ø ¾℄¼ . ´Ø ܵ ¾Ü½
¾

¢

dans

.

5. Conclusion ? 1. Soit pour ´Ø

ܵ ¾ ʾ . Donner l’allure des courbes intégrales de l’équation différentielle ܼ
´Ø ܵ ½   ܾ ½
¾

´Ø ܵ.

(a) Dans quel ouvert Í faut-il poser cette équation pour que tout problème de Cauchy admette une unique solution maximale ? (b) (facultatif) Mêmes questions avec . . Soient et deux nombres réels.
½

Exercice II.4. Soient ³ et deux fonctions continues de ʾ dans Ê telles que ³

1. Montrer qu’il existe un intervalle Á comprenant et deux fonctions Ù et Ú de classe

Ù¼ ´Øµ

³´Ø ٴصµ Ú¼ ´Øµ

sur Á telles que

´Ø ڴصµ

2. Montrer que pour tout Ø 3. 1.

¾ Á , ڴص ٴص si Ø et ڴص ٴص si Ø . . Montrer que ´Ú ´Øµ   ٴصµ´Ø   µ ¼ pour tout Ø ¾ Á . On suppose seulement que ³ £ Soit ؼ ¼ et ­ ¾ Ê . Déterminer la solution maximale du problème de Cauchy ܼ ­ ¾ · ܾ , ܴؼ µ ¼
(a) Soit ´℄« (b) (c) (d) (e)

et Ù´ µ

Ú´ µ

.

¬ ³µ la solution maximale du problème de Cauchy Montrer que ¬ est fini [on pourra utiliser la méthode de comparaison]. Montrer que si « ¼, alors ³´Øµ tend vers  ½ quand Ø tend vers «· . Prouver que « ¼ si ؼ est assez grand.  ½ Etablir que quand ؼ tend vers ·½, ¬   ؼ et « sont équivalents à ؼ

¾

¾.

Exercice II.5. Soit un espace de Hilbert réel, Á un intervalle de Ê et Á ´ µ une application continue. Montrer que les solutions de l’équation ¼ ´Øµ sont de norme constante si et seulement si ´Øµ est antisymétrique pour tout Ø Á .

Ä

¾

Á

Exercice II.6. Soit un espace vectoriel de dimension finie et Á un intervalle de Ê. Soit Á ´ µ du problème de Cauchy

Ä

Á Á

Ä ´ µ continue et ؼ ¾ Á . On considère la solution

¼

Montrer que

´Øµ est inversible pour tout Ø.

´Øµ Æ

´Ø¼ µ

Exercice II.7. Soit Ê ´ Ò µ une application continue, de période .

Ò de l’équation Ý ¼ l’espace vectoriel des solutions Ê ´ØµÝ. Montrer que l’application Ì définie 1. Soit Ý´Ø · µ est un endomorphisme de . En déduire que l’équation ݼ ´ØµÝ posséde une solution pour laquelle par Ì Ý ´Øµ Ý´Ø · µ ݴص avec .

Ä

¾

2. Retrouver ce résultat en utilisant le fait que la résolvante vérifie

ؾÊ
72

Ê´Ø ¼µ

Ê´Ø µ Æ Ê´ ¼µ

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

EXERCICES

3. Que se passe-t’il quand est constante ? Exercice II.8. Soit Ô un entier positif et ½

Ô des fonctions continues de Ê dans Ê. On considére l’équation différentielle

Ý´Ôµ · ½ ´Üµ Ý´Ô ½µ · ¡ ¡ ¡ · Ô ´Üµ Ý

¼

Montrer que pour tout ܼ réel, il existe « positif tel qu’aucune solution non nulle de cette équation différentielle n’a plus de Ô zéros sur l’intervalle ܼ « ܼ · «℄. Étudier le cas particulier de l’équation Ý ´¿µ Ý ¼ , conclure.

 

 ½

Exercice II.9. Soit un réel positif. Expliciter toutes les solutions de l’équation Ý ¼¼ en déduire les solutions sur ℄ ½ ½ de

 

  ¾Ý ¼. En effectuant le changement de variables Ø × Ò´ µ,
¼

´½   ؾ µÝ¼¼   Øݼ   ¾ Ý

Décrire toutes les solutions de l’équation précédente. Exercice II.10. Ê Ê dérivable, croissante, telle que Ð ÑØ ½ ´Øµ · Soit ݼ¼ · ´ØµÝ. Étudier la fonction ´Øµ¾ · ¼ ´Øµ¾ ´Øµ ; montrer que

½. Soit

est bornée.

ؼ ·½

Ê une solution de l’équation différentielle

Exercice II.11. Ê ·½ Soit Ê· Ê continue, telle que ¼ ¼· Ê une solution de l’équation différentielle ´Øµ Ø converge. Soit ݼ¼ · ´ØµÝ. Si est bornée, montrer que ¼ ´Øµ a une limite en · , et que cette limite est nulle. En déduire que deux solutions bornées sont nécessairement colinéaires. Conclusion ?

½

½

Exercice II.12. Ê Ê continues, et ݽ ݾ Ê Ê un système fondamental de solutions de l’équation différentielle Ý ¼¼ · ´ØµÝ ¼ · ´ØµÝ . Soient Montrer que ݽ et ݾ n’ont pas de zéro commun, et qu’entre deux zéros consécutifs de ݽ se trouve nécessairement un zéro de ݾ ; en déduire que ce zéro est unique. Exercice II.13. Soient È É Ê trois fonctions dérivables sur Ê vérifiant

ܾÊ
Soient Ý et Þ deux fonctions vérifiant

È ´Üµ

¼

É ´Ü µ

Ê ´Ü µ

1.

¾ 2. Soit Ê Ê une fonction continue vérifiant ¼ ¼¼ la question précédente que toute solution de Ý · ´ØµÝ . consécutifs est comprise entre ª et

È ´ÜµÝ¼¼ ´Üµ · È ¼ ´ÜµÝ¼ ´Üµ · ɴܵݴܵ È ´ÜµÞ ¼¼ ´Üµ · È ¼ ´ÜµÞ ¼ ´Üµ · Ê´ÜµÞ ´Üµ ¼ Calculer la dérivée de È ´Üµ ´Ý ¼ ´ÜµÞ ´Üµ   Ý ´ÜµÞ ¼ ´Üµµ, et en déduire qu’entre deux zéros consécutifs de Þ se trouve un zéro de Ý .
´Øµ ª¾

pour tout Ø avec et ª réels positifs. Déduire de ¼ admet une infinité de zéros, et que la distance entre deux zéros

Exercice II.14. Soit Á un intervalle réel et 1. Montrer que, si Ý

2.

´ÜµÝ, la fonction Þ ´Üµ ݴܵ¿ est solution de ´ µ Þ ´ µ ½¼ ´ÜµÞ ¼¼ · ½¼ ¼ ´ÜµÞ ¼ · ´ ´Üµ¾   ¿ ¼¼ ´ÜµµÞ Soit ´Ý½ ݾ µ un système fondamental de solutions de Ý ¼¼ ´ÜµÝ. On pose

Á

Á

Ê est solution de l’équation Ý ¼¼

Ê de classe ¾ .

Þ½ ´Üµ
Montrer que ´Þ½ Þ¾ Þ¿

ݽ ´Üµ¿

Þ¾ ´Üµ

ݽ ´Üµ¾ ݾ ´Üµ

Þ ¿ ´Ü µ

ݽ ´ÜµÝ¾ ´Üµ¾

Þ ´Üµ

ݾ ´Üµ¿

Þ µ est un système fondamental de solutions de ´ µ.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

73

E XEMPLES DE S UJETS ET DE C ORRIGÉS D ’ E XAMENS
Examen partiel de l’année universitaire 2000-2001
Sujet
Exercice I Question de cours
¿

1. Soient ½ ,

¾,

¿

et

des espaces normés. Soit

une application multilinéaire continue de

dans
½

.

(a) Donner explicitement la différentielle ´Üµ de en un point Ü . (b) En déduire (en justifiant clairement chaque étape) un calcul explicite des différentielles seconde et troisième de , ¾ et ¿ ´Üµ, en un point Ü.

¾

´Üµ

2. Soient , et trois espaces normés. Soient Í un ouvert de et Î un ouvert de . Soient un application de Í dans Î et une application de Î dans . Soient ܼ Í et ݼ ´Ü¼ µ. On suppose que est différentiable en ܼ et différentiable en ݼ .

¾

(a) Donner explicitement la différentielle de

(b) On suppose que et sont deux fois différentiables en ܼ et ݼ respectivement. Calculer explicitement (en justifiant clairement chaque étape) la différentielle seconde ¾ ´Ü¼ µ de en ܼ . Exercice II Soit entier 1. 2. 3. un espace de Banach. Soit

Æ

en ܼ .

½, soit È l’application de Montrer que È est une fonction de classe ½ sur . Calculer explicitement la différentielle È ´Ùµ de È en un point Ù ¾ Montrer que È est un difféomorphisme de classe ½ au voisinage de

Ä ´ µ l’espace de Banach des endomorphismes continus de fois Þ ß ÆÙ dans lui-même définie par È ´Ùµ Ù Æ .
. .

dans lui même. Pour tout

75

EXEMPLES DE SUJETS ET DE CORRIGÉS D’EXAMENS

Exercice III Soient 1. 2.

ܼ   ¼ ܼ · ¼ ℄ un intervalle fermé de Ê. de Á dans . ­ En appliquant la formule de Taylor à l’ordre 2 aux points Ü et Ü · Soit ³ une fonction de classe ­ Ü   ¼ , montrer que si ×ÙÔ ³´Üµ et ×ÙÔ ­ ¾ ³´Üµ­ , alors ×ÙÔ ³´Üµ ¾ ¼ · ¼ ¾. ܾÁ ܾÁ ܾÁ Soit une fonction de Á dans de classe ½ . On suppose que, pour tout entier Ò ¼ on a
un espace de Banach et Á
¾

¼

ou

Ü et

×ÙÔ ­ ¾Ò ´Üµ­ ´¾Òµ Å Ò Ü¾Á où Å et sont des constantes indépendantes de Ò. ­ ­ (a) En utilisant le 1. donner une majoration de ×ÙÔ ­ ¾Ò·½ ´Üµ­ pour tout Ò ½. ܾÁ (b) En déduire que la série de Taylor de en ܼ converge, dans , vers ´Ý µ pour tout Ý dans un voisinage de ܼ que l’on
précisera. Exercice IV Soient et deux espaces de Banach et une application de ­ dans ­ ¼ telle que, pour tout Ü , ´Üµ est inversible et ­´ ´Üµµ ½ ­ .

­

­

ؼ · 1. Soit ؼ Ê. Soit ­ ℄ؼ il existe une fonction continue ­ ℄ؼ
2. Soient

¾

¾

de classe

½

. On suppose qu’il existe une constante
½

 

3.

℄ un intervalle, ­½ et ­¾ deux fonctions continues de ℄ dans telles que Æ ­½ Æ ­¾ et ­½´ µ ­¾´ µ. ℄ tels que ­½ ´Øµ ­¾ ´Øµ. Montrer que Ì est fermé. (a) Soit Ì l’ensemble des Ø ¾ (b) Montrer que Ì est ouvert. (c) Conclure que ­½ ­¾ . Soit ­ ¼ ½℄ une fonction de classe ½ telle que ­ ´¼µ ¾ ´ µ. Soit Ì l’ensemble des Ø ¾℄¼ ½℄ pour lesquels il existe ­ ¼ Ø℄ continue telle que Æ ­ ­ . (a) Déduire du 1. que Ì est non vide. (b) Soit la borne supérieure de Ì . Déduire du 2. qu’il existe ­ ¼ continue telle que Æ ­ ­ . qui converge vers . En utilisant l’hypothèse sur (et le théorème des accroissements finis) (c) Soit ´ØÒ µ une suite dans ¼ montrer que, pour tous Ô et Õ entiers

 

½

une fonction continue telle que ­ ´Ø¼ µ ؼ · ½ telle que ­ ­.

Æ

¾ ´ µ. Montrer que, pour

assez petit,

­ ´ØÔ µ   ­ ´ØÕ µ
(d) En raisonnant par l’absurde, déduire du 1. que 4. Soient Ü

ؾ ¼ ½℄

×ÙÔ

­ ´Øµ ØÔ   ØÕ

et en déduire que ­ se prolonge en une fonction continue sur

´ µ

¾

).

et Ý

¾

½.

¼ ℄. ´½   ص ´Üµ · ØÝ, montrer que
est surjective (i.e.

. En appliquant ce qui précède à la fonction ­ ´Øµ

Corrigé
Exercice I Cet exercice étant une question de cours, donnons brièvement les réponses : 1. (a) (b) 2. (a) (b)
¾ ¾ ¿

´Üµ ¯ ´ µ ´ ½ ܾ Ü¿ µ · ´Ü½ ¾ Ü¿ µ · ´Ü½ ܾ ¿ µ. ´Üµ ¯ ´´ µ ´ µµ ´ ½ ¾ Ü¿ µ · ´ ½ ¾ Ü¿ µ · ´ ½ ܾ ¿ µ · ´ ½ ܾ ¿ µ · ´Ü½ ´Üµ ¯ ´´ µ ´ µ ´Ð µµ ´ ½ ¾ Ð ¿ µ · ´ ½ ¾ Ð ¿ µ · ´ ½ Ð ¾ ¿ µ · ´ ½ Ð ¾ ¿ µ · ´Ð ½ ´Ü¼ µ ¯ ´Ü¼ µ ¯ ´ ´ ´Ü¼ µµ Æ ´Ü¼µ ¯ . µ ¾ ´Ý¼ µ ¯ ´ ´Ü¼µ ¯ ´Ü¼ µ ¯ µ · ´Ý¼ µ ¯ ´
Exercice II
¾

¾ ¿µ · ¾ ¿µ ·

´Ü½ ´Ð ½

¾ ¾

¿ µ, ¿ µ.

´Ü¼ µ ¯ ´

µµ.

76

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

EXAMEN DE LA SESSION DE JUIN 2001

1. 2. 3.

È

est la composée de l’application linéaire Ù

È ´Ùµ ¯ È´
µ

 ½
¼

´Ù
fois

Ùµ et de l’application multilinéaire ´Ù½
ß ÆÙ .

Ùµ

Ù½ Æ

ÆÙ

.

Ù

Æ Æ Ù    ½ où Ù

Þ

ÙÆ

, et le théorème d’inversion locale donne le résultat. Exercice III

1. Supposons par exemple

Ü Ü · ¼℄

ܼ  

¼

ܼ · ¼ ℄. La formule de Taylor-Lagrange donne
¼ ¾ ¼

³´Ü · ¼ µ   ³´Üµ   ³´Ü¼ µ
d’où le résultat.
­ 2. Par le 1., ­ ¾Ò·½

¾

de Å ,

´Üµ­

­

et ¼ .

¾´¾Òµ Å Ò · ´¾Ò · ¾µ Å Ò·½ ¾ ¼

¼

´¾Ò · ½µ Ž Ò , où Ž est une constante ne dépendant que
sur un intervalle

3. Le reste dans la formule de Taylor-Lagrange à l’ordre ž Ò ¾ Ò , et tend vers zéro si ½ ¾ ½.

Ò appliquée à

ܼ  

ܼ · ℄ se majore donc par

Exercice IV 1. Soit ܼ tel que ´Ü¼ µ ­ ´Ø¼ µ. Par le théorème d’inversion locale, est un difféomorphisme au voisinage de ܼ . Donc  ½ est définie et continue au voisinage de ­ ´Ø¼ µ. La continuité de ­ implique donc que ­  ½ ­ est définie et continue au voisinage de ؼ .

¾

Æ

2.

(a) Immédiat les fonctions étant continues. (b) Si ؽ Ì , est un difféomorphisme au voisinage de ­ (c) Par connexité.

¾

´Ø½ µ donc ­

 ½ Æ ´

Æ ­ µ est déterminé au voisinage de ؽ .

3.

(a) Immédiat.

(b) Si ¼ ؽ ؾ , et si ­ est définie sur ¼ Ø ℄ et vérifie ­ en posant, pour ¼ Ø , ­ ´Øµ On peut alors définir ­ sur ¼ ­Ø ­ (cette définition ne dépend pas du choix de ­Ø .

Æ

Æ

­ , le 2. implique que ­½ et ­¾ sont égales sur ¼ ؽ ℄. ­Ø , où Ø Ø et ­Ø est continue sur ¼ Ø℄ et vérifie

(c) Le théorème des accroissements finis donne

­ ´Øµ, il vient ­ ´Øµ est une suite de Cauchy dans est alors continue.
4. En effet, le 3. montre qu’il existe ­ Ý ´ µ.

­ ­

­ ´ØÔ µ   ­ ´ØÕ µ ×ÙÔ ­ ´Øµ ØÔ   ØÕ , et comme ´­´Øµµ Æ ­ ´Øµ ؾÁ ­   ½­ ´­´Øµµ ­ ´Øµ , ce qui donne l’inégalité en utilisant l’hypothèse. Il en résulte que ­ ´ØÒ µ qui converge donc vers ¾ , ce dernier étant complet. La fonction ­ prolongée par en
´ µ ¾ ´ µ) qu’il existe ­½ de · ℄ telle que · ℄, on contredit la maximalité de . ¼ ½℄ telle que Æ ­ ­ . En particulier ´­ ´½µµ

(d) Si ½, le 1. montre (­ ´ µ prolongeant alors ­ par ­½ sur

Æ ­½
­ ´½µ

­ et ­½ ´ µ

. En

¾

Ý, ce qui montre que

Examen de la session de Juin 2001
Sujet
A

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

77

EXEMPLES DE SUJETS ET DE CORRIGÉS D’EXAMENS

Soit que

ٴܵ Ý

un espace de Hilbert réel de dimension finie Ò Ü Ù´Ýµ pour tous Ü Ý . Soient ´Üµ

¾

1. Montrer que

et

sont de classe

½ sur

2. Montrer que la restriction de

3. Montrer qu’il existe ½ Ë et ½ Ê tels que ´ ½ µ ½ ´ ½ µ. 4. Montrer que ´Ê ½ µ est stable par Ù et, en raisonnant par récurrence, en déduire que Ù.

¾

à Ë admet un maximum.

¾ et de produit scalaire noté . Soit Ù ¾ Ä ´ µ un endomorphisme tel ÜÜ Ü ¾ , ´Üµ ٴܵ Ü , Ü ¾ , et Ë  ½ ´½µ. et, pour tous Ü ¾ , calculer explicitement ´Üµ ¯ et ´Üµ ¯ .

¾

admet une base de vecteurs propres de

B
Questions de cours préliminaires. 1. Donner la définition d’un cylindre de sécurité pour un problème de Cauchy. Démontrer que si Í est un ouvert de Ê , espace de Banach, et Í une fonction continue, pour tout point ´Ø¼ ܼ µ Í , il existe un cylindre de sécurité centré en ´Ø¼ ܼ µ pour le problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, ܴؼ µ ܼ .

¾

¢

2. Soient

espace de Banach, Í un ouvert de Ê ¢ et Í une fonction continue. Soient ³ Á , Á segment de Ê, ½ ¾, deux solution -approchées, ¼, de classe ½ , de l’équation différentielle ܼ ´Ø ܵ. On suppose qu’il existe ¼ tel que, pour tout Ø ¾ Á , on a

Soit ؼ

¾ Á . Posons Ü

³ ´Ø¼ µ,

½ ¾. Démontrer que, pour tout Ø ¾ Á on a

´Ø ³½ ´Øµµ   ´Ø ³¾ ´Øµµ

³½ ´Øµ   ³¾ ´Øµ

³½ ´Øµ   ³¾ ´Øµ
dans Ê telle que ٴص

ܽ   ܾ

ؠؼ

· ´ ½ · ¾µ

ؠؼ

 ½
Ø   ½ , pour ¼

3.

Ù´×µ × Ø ¾ ¼ Ì ℄ avec Ø· ¼ et ¼, alors on a ٴص ¼ à la fonction ٴص ³´Øµ   ³´¼µ , ³´Øµ ³½ ´Øµ   ³¾ ´Øµ. Soient espace de Banach et Í un ouvert de Ê ¢ . Soient et deux fonctions continues de Í dans telles que Æ ×ÙÔ ´Ø ܵ   ´Ø ܵ ·½. Soient ³ Á (resp. Á ) une solution de l’équation différentielle ´Ø ܵ¾Í ܼ ´Ø ܵ (resp. ܼ ´Ø ܵ). On suppose qu’il existe ¼ telle que, pour tout Ø ¾ Á , ´Ø ³´Øµµ   ´Ø ´Øµµ ³´Øµ   ´Øµ . Déduire du 2. une majoration explicite de ³´Øµ   ´Øµ , Ø ¾ Á , en fonction de Æ, et des valeurs prises par ³ et en un point ؼ de Á .
Problème

On pourra appliquer, sans le redémontrer, le lemme de Gronwall (c’est-à-dire : si Ù est une fonction continue de

Ø

¼ Ì ℄, Ì ¼, Ø Ì)

Soient ª un ouvert de ʾ et ª Ê une fonction continue. Dans tout le problème on suppose donnée une solution ³, définie ´Ø ܵ. sur un intervalle Á de Ê, de l’équation différentielle ܼ Soit « une fonction de classe ½ de Á dans Ê telle que, Ø Á , ´Ø «´Øµµ ª.

¾

¾

I 1. Supposons tout d’abord «´Ø¼ µ On suppose que, pour tout Ø ¾ Á , on a «¼ ´Øµ

2.

³´Ø¼ µ. ؼ tel que «´Øµ ³´Øµ. Soit ؽ Ò Ø Ø¼ Ø ¾ Á tels que «´Øµ ³´Øµ . Montrer que (a) On suppose qu’il existe Ø «´Ø½ µ ³´Ø½ µ, que ³   « est strictement croissante au voisinage de ؽ et conclure à une contradiction. (b) En déduire que «´Øµ ³´Øµ, pour tout Ø Ø¼ , Ø ¾ Á . On suppose maintenant que «´Ø¼ µ ³´Ø¼ µ. Montrer que «´Øµ ³´Øµ pour Ø Ø¼ assez proche de ؼ , et, en utilisant la question précédente, conclure que «´Øµ ³´Øµ, pour tout Ø Ø¼ , Ø ¾ Á .
II

´Ø «´Øµµ et qu’il existe ؼ ¾ Á tel que «´Ø¼ µ

³´Ø¼ µ.

A partir de maintenant on suppose que est localement lipschitzienne en la seconde variable. Soit ¬ ´Ø «´Øµµ et qu’il existe ؼ Á tel que «´Ø¼ µ ³´Ø¼ µ. que, pour tout Ø Á , on a «¼ ´Øµ

Ø Ø¼ ؾ ℄ tels que «´×µ 1. Pour tout ؾ ؼ ¬ , soit ؾ non vide que l’on notera dans la suite ؼ ℄. On suppose dans la suite de cette question que ؾ .
78

¾

¾

¾

¾

×ÙÔ Á . On suppose

³´×µ

pour ×

¾ ؼ Ø ℄

. Montrer que

ؾ est un intervalle fermé

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

EXAMEN DE LA SESSION DE JUIN 2001

(a) Pout tout ¼, on pose ´Ø ܵ ´Ø ܵ · , ´Ø ܵ ª. Montrer qu’il existe Ö ¼ et Ð ¼ tels que, pour ¼ ½, le problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, Ü´ µ ³´ µ, admet une solution ³ définie dans l’intervalle  Р· Ð℄ Á et à valeurs dans le segment ³´ µ Ö ³´ µ· Ö ℄, les intervalles  et ³´ µ Ö ³´ µ· Ö ℄ étant tels que soit -lipschitzienne, pour un ¼, en la seconde variable dans  ³´ µ Ö ³´ µ· Ö℄ (on pourra montrer l’existence d’un cylindre de sécurité convenable). (b) Montrer que pour Ø Â , on a

¾

 

¢

 

 

 

(c)

même intervalle. (d) Conclure à une contradiction. 2. Conclure que «´Øµ

Ø    ½ ³´Øµ   ³ ´Øµ En utilisant le résultat de la partie I, montrer que «´Øµ ³ ´Øµ pour Ø ¾℄ · Ð , et en déduire que «´Øµ

¾

³´Øµ sur le

³´Øµ pour tout Ø ¾ ؼ ¬ .

Corrigé
A et sont de classe ½ comme composées d’applications linéaires et bilinéaires continues ( est de dimension finie), et un ¾ Ü et ´Üµ ¾ ٴܵ puisque Ù est symétrique. calcul immédiat donne ´Üµ 2. Comme Ë est fermé et borné, et que l’espace est de dimension finie, c’est un compact. y admet donc un maximum. 3. Comme, pour Ü Ë , ´Üµ ¼ ( ´Üµ Ü Ü ¾ ¼), Ë est une sous-variété de , et on peut appliquer le théorème des multiplicateurs de Lagrange. 4. La relation ´ ½ µ ½ ´ ½ µ signifie exactement que ½ est un vecteur propre de Ù associé à la valeur propre ½ . Alors, si Ü ´Ê ½ µ , on a ٴܵ ½ Ü Ù´ ½ µ ¼, ce qui montre que ½ est stable par Ù. Comme ´Ê ½ µ ½ ½ , en recommençant le même raisonnement que précédemment avec ½ à la place de , on trouve un second vecteur propre ¾ ½, et ¾ ´´Ê ½ µ ´Ê ¾ µµ est aussi stable par Ù. Par récurrence on en déduit le résultat demandé. 1.

¯

¯

¾

¯

¾

¨

¨

¾

B Questions de cours préliminaires : voir le cours. Problème I 1. (a) Par définition de l’ Ò et continuité des fonctions, on a «´Ø½ µ ³´Ø½ µ. Si on avait «´Ø½ µ ³´Ø½ µ, la continuité des fonctions contredirait la définition de ؽ . On a donc «´Ø½ µ ³´Ø½ µ. Ceci implique «¼ ´Ø½ µ ´Ø½ «´Ø½ µµ ´Ø½ ³´Ø½ µµ ³¼ ´Ø½ µ, ¼ ¼ ¼ ¼ ¼ au voisinage de ؽ . Ceci implique que, pour Ø Ø½ assez proche de ؽ , on a et, par continuité de ³ « , on a ³ « ³´Øµ «´Øµ et contredit la définition de ؽ . (b) La contradiction précédente montre que l’hypothèse de départ de la question précédente est fausse ce qui est le résultat. (c) Si «´Ø¼ µ ³´Ø¼ µ, on a «¼ ´Ø¼ µ ³¼ ´Ø¼ µ, et, par continuité, ³ « est strictement croissante au voisinage de ؼ ce qui ؼ tel que, sur ℄ؼ ؼ¼ ℄ on a ³´Øµ «´Øµ. On peut alors appliquer le raisonnement fait aux deux montre qu’il existe ؼ ¼ questions précédentes, en remplaçant ؼ par ؼ «´Øµ pour Ø Ø¼¼ , ce qui permet de conclure. ¼ , et obtenir ³´Øµ

 

 

 

II 1.

м · м℄ ³´ µ Ö ³´ µ· Ö℄ un cylindre contenu dans ª sur le quel est majorée par Å et tel que soit (a) Soit ¼ Ö , le cylindre Ð · Ð℄ ³´ µ Ö ³´ µ· Ö℄ -lipschitzienne sur ¼ . En prenant alors, pour tout ¼ ½, et Ð
(b) (c)

 

¢

 

inégalité en utilisant le (b) et en faisant tendre vers zéro. (d) Comme on a supposé ؾ , quitte à réduire Ð, on peut supposer · Ð contredit alors la définition de . 2. Immédiat.

Å ·½ est de sécurité pour le problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, Ü´ µ ³´ µ. Comme ³ est une solution -approchée du problème de Cauchy ܼ ´Ø ܵ, Ü´ µ ³´ µ, qui est définie sur l’intervalle  , on peut appliquer la troisiemme question de cours préliminaire ce qui donne l’inégalité. Il suffit d’appliquer le résultat de la partie I en remplaçant par , Á par   Ð · Ð℄ et ؼ par (car «¼ ´Øµ ´Ø «´Øµµ sur   Ð · Ð℄) pour obtenir «´Øµ ³ ´Øµ sur ℄ · Ð℄. Comme Ð est indépendant de , on obtient alors la dernière ؾ (et bien sûr Ð
¼). La question précédente

 

¢

 

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

79

EXEMPLES DE SUJETS ET DE CORRIGÉS D’EXAMENS

Examen de la session de Septembre 2001
Sujet
Exercice I
Soient un espace ­de Banach ­ et constante Å telle que ­ ¾ ´Üµ­ Å , 1. Soient Ü

¾

et ×

¾ Ê. En écrivant ´Ü · × µ avec la formule de Taylor avec reste intégral, montrer que
,

ܾ

Ê une fonction de classe .

¾

telle que

´Üµ

¼, Ü ¾

. On suppose qu’il existe une

2. En déduire que,

ܾ

´Üµ

Ô

½ ´Üµ · × ´Üµ ¯ · ×¾ Å ¾

¾

¼ ×¾Ê

¾Å ´Üµ.
Exercice II

Soit que

Ø ¾ Ê, ´Ø · µ

une application continue de Ê dans l’espace des matrices carrées d’ordre Ò complexes. On suppose qu’il existe ´Øµ. On considère l’équation différentielle linéaire

¾ Ê tel
( )

ܼ

´Øµ ¯ Ü

Soit Ë l’espace vectoriel sur 1. Montrer que l’application Ü

des solutions de ( ). Pour toute Ü

2. Soit ؼ Ê. Soit Ê´Ø Ø¼ µ la résolvante de ( ). Soit ܼ Soit ³¼ la solution de ( ) qui vaut ܼ en ؼ . (b) En déduire que ³¼ (a) Montrer que ³¼ ´Ø¼ µ

¾

Ü est un isomorphisme de Ë sur lui même.

¾ Ë , on pose ܴص Ü´Ø · µ.
ؼ µ associé à la valeur propre
.

¾

Ò un vecteur propre de ʴؼ ·

³¼ ´Ø¼ µ. ³¼ .
Exercice III

Question de cours préliminaire. Énoncer le théorème des bouts. ¾ Ò de ÊÒ que ´¼µ Soit une fonction de classe ­ ­ dans Ê telle   ½­ ­ ¼ telle que ´ ´Üµµ , Ü ÊÒ . une constante Pour tout Ù ÊÒ , on considére l’équation différentielle

¾

¾

¼. On suppose que, Ü ¾ ÊÒ , ´Üµ est inversible et qu’il existe
( Ù)

ܼ

´ ´Üµµ ½ ¯ Ù

1. Montrer que,

ؼ ¾ Ê, ܼ ¾ ÊÒ , ( Ù ) admet une solution Ü définie au voisinage de ܼ telle que ܴؼ µ

ܼ .

2. Monter que toute solution de ( Ù ) est définie sur Ê tout entier. 3. Soit ³Ù la solution de ( Ù ) qui vérifie ³Ù ´¼µ ¼. (a) Calculer (b)

´ ´³Ù ´Øµµµ ; En déduire que ´³Ù ´Øµµ

Ø

4. En déduire que

´³Ù ´½µµ

ØÙ · Ù¼ , pour un Ù¼ ¾ ÊÒ . Ù et conclure que ´ÊÒ µ ÊÒ (i.e. que
Exercice IV

est surjective).

80

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

EXAMEN DE LA SESSION DE SEPTEMBRE 2001

Question de cours préliminaire. Énoncer le théorème d’inversion locale. Soit ª un ouvert de ÊÒ . Soient et deux fonctions de classe ½ de ª dans Ê. On suppose que, pour tout Ü ª Ê telle que, Ü ª, ´Üµ ´Üµ ´Üµ. Soit ܼ ª fixé. qu’il existe une fonction continue 1. Montrer que,

Ü ¾ ª, ´Üµ

¼ et

´Üµ

¼.
,

¾

¾

¾ ª, ´Üµ ¼ et

3. Soit ª ÊÒ la fonction définie par ´Üµ ´ ´Üµ ¾ ´Üµ Ò ´Üµµ, les la question précédente. Montrer qu’il existe un voisinage ouvert ν de ܼ tel que sur son image.

2. Montrer qu’il existe des formes linéaires linéaires sur ÊÒ .

¾

Ò, sur ÊÒ

telles que

´ ´Ü¼µ

¾

Ò µ soit une base de formes

, ¾ Ò, étant les formes linéaires de soit un difféomorphisme de classe ½ de ν

4. Soit ª ÊÒ la fonction définie par ´Üµ ´ ´Üµ ¾ ´Üµ ¾ Ò, étant les formes linéaires de Ò ´Üµµ, les , la question 2. Montrer qu’il existe un voisinage ouvert ξ de ܼ tel que soit un difféomorphisme de classe ½ de ξ sur son image.

5. Soit Î que À

6. Pour tout Ý

Æ

ν ξ . Déduire de ce qui précède que À

¾ ´Î µ, on pose À ´Ýµ ´ ½ ´Ýµ 
½ ´ ´Üµ ݽ
¾ ´Üµ

.

Æ  ½ est un difféomorphisme de classe
¾ ´Ü µ

½

de

´Î µ sur ´Î µ tel

Ò ´Üµµ

´Üµ ·

Ò ´Ý µµ. Montrer que Ò 

½ ´ ´Üµ Ý ¾

Ò ´Üµµ

´Üµ

½ ´Ü µ ´Ü µ

7. En déduire que, 8.

Ý ¾ ´Î µ, on a  ½ ´Ýµ ¼. Ý Conclure qu’il existe un voisinage Ï de ´Ü¼ µ dans Ê et une fonction ³ Ï voisinage de ܼ .

¾ ¾

Ò

, et

Ê de classe

½

telle que

³Æ

sur un

Corrigé
Exercice I 1. En effet, par la formule de Taylor on a ¼ l’intégrale se majore, par hypothèse, par

comme une inéquation du second degré en ×, il vient 2. Comme l’inégalité précédente est valable pour tout × Ê, en la considérant Ô ×¾ ´ ´Üµ µ¾ ¾×¾ Å ¾ ´Üµ ¼, c’est-à-dire ´Üµ ¾Å ´Üµ , ce qui donne le résultat en prenant le ×ÙÔ pour ½.

½ ×¾ Å ¾

´Ü · × µ
¾

´Üµ · × ´Üµ ¯ ·

½ ¼

´½   ص

¾

´Ü · Ø× µ ¯ ´× µ¾ Ø, et comme

, on obtient l’inégalité voulue.

¯

 

¾

¯

Exercice II 1. Il est clair que si Ü linéaire. 2. (b)

¾ Ë alors Ü ¾ Ë . De plus, si Ü ¾ Ë et si ݴص Ü´Ø   µ, on a Ý ¾ Ë et Ü Ý. Enfin Ü

Ü est clairement

(a) En effet, on a ³¼ ´Øµ

par unicité du problème de Cauchy.

Ê´Ø Ø¼ µ ¯ ܼ ce qui donne ³¼ ´Ø¼ µ ʴؼ · ؼ µ ¯ ܼ ܼ ³¼ ´Ø¼ µ. ³¼ et ³¼ sont donc deux solutions de l’équation différentielle qui prennent la même valeur en ؼ . Elles sont donc égales
Exercice III

Ù ½ est de classe ½ , l’application Ü ´ ´Üµµ ½ 1. Comme est supposée de classe ¾ sur ÊÒ et comme l’application Ù est de classe ½ sur ÊÒ , donc, en particulier, lipschitzienne. La conclusion résulte donc du théorème de Cauchy-Lipschitz.
2. Comme Ü 3. (a)

Question de cours préliminaire. Voir le cours.

(b) Immédiat. 4. En faisant Ø

Ø

´ ´Üµµ ½ ¯ Ù est définie et continue sur ÊÒ et localement lipschitzienne, ceci résulte du théorème des bouts.   ¡ ´ ´³Ù ´Øµµµ ´³Ù ´Øµµ ¯ ³¼Ù ´Øµ ´³Ù ´Øµµ ¯ ´ ´³Ù ´Øµµµ ½ ¯ Ù Ù. ¼ dans la question précédente, il vient Ù¼

È ÐÔÔ

¼ et on conclut aussitôt.

ÖÔ ÒØ Ö

81

EXEMPLES DE SUJETS ET DE CORRIGÉS D’EXAMENS

Exercice IV Question de cours préliminaire. Voir le cours. 1. Évident. 2. C’est le théorème de la base incomplète en dimension finie puisque 3. C’est une conséquence du théorème d’inversion locale puisque 4. Idem compte tenu du 1. 5. Immédiat. 6. D’après la question précédente on a ½ ´ faite sur et .

´Ü¼ µ ¼. ´Ü µ ´ ´Ü µ

¾ ´Üµ

Ò ´Üµµ.

´Üµµ

´Üµ. La formule s’obtient en dérivant cette égalité et en utilisant l’hypothèse

8. Soient Ï un voisinage de ´Ü¼ µ dans Ê et Í un voisinage de ´ ¾ ´Ü¼ µ ´Î µ. Ò ´Ü¼ µµ dans ÊÒ ½ tels que Ï Í Ï , si on note Ý ´Ý¾ ÝÒ µ, la question précédents montre que Ý Alors si Ü ½ ´Ü Ý µ est constante dans Í . Si on note ݼ ´ ¾ ´Ü¼ µ ´Ý½ Ý µ Ï Í , ½ ´Ýµ Ò ´Ü¼ µµ, on a, pour Ý ½ ´Ý½ ݼ µ ce qui montre que la formule ³´Ý½ µ ´Ý½ Ý µ Ï Í , définit une fonction ³ de classe ½ dans Ï . Comme À , si Ü appartient à un ½ ´Ý µ, Ý voisinage assez petit de ܼ , on aura ´Üµ Ï Í et par suite ½ ´ ´Üµµ ³´ ´Üµµ, ce qui est le résultat.

7. Comme est un difféomorphisme sur Î , pour Ü résulte donc de la formule de la question précédente.

¾ Î , les formes linéaires ´Üµ, ¾ ¢

¾,

, Ò sont indépendantes. Le résultat

¾

¢

¾

¢

¾

¢

Æ

Examen de la session de Mai 2002
Sujet
Exercice I
1. Question de cours. (a) Énoncer avec précision puis démontrer le résultat d’existence et d’unicité des solutions d’une équation différentielle linéaire. (b) Donner la définition de la résolvante d’une équation différentielle linéaire d’ordre ½. Énoncer et démontrer ses propriétés fondamentales. 2. Soient

Ä ´ µ.

un espace de Banach, Á un intervalle ouvert de Ê et ؼ

¾ Á . Soient

,

,

et

des fonctions continues de Á dans

Soit ´Ü

ݵ une solution du système différentiel

ܼ ݼ

´Øµ Æ Ü · ´Øµ Æ Ý ´Øµ Æ Ü · ´Øµ Æ Ý

Montrer que, si Ý ´Øµ est inversible pour tout Ø que l’on explicitera.

¾ Á , alors Ø

Þ ´Øµ

ܴص Æ ´Ý´Øµµ ½ est solution d’une équation différentielle

Exercice II
Soient et deux fonctions continues de Ê dans ´ÊÒ µ telles que, pour tout Ø ´Øµ Ý (resp. Þ ¼ ´Øµ Þ ). une solution de l’équation différentielle Ý ¼ 1. Calculer la dérivée de Ø 2. 3. 82

ݴص Þ ´Øµ , où désigne le produit scalaire euclidien de ÊÒ . Soit Ê ´Ø ؼ µ (resp. Ê ´Ø ؼ µ) la résolvante de l’équation Ý ¼ ´Øµ ¯ Ý (resp. Þ ¼ ´Øµ ¯ Þ ). Déduire de la première question Ø Ò que Ê ´Ø ؼ µ Æ Ê ´Ø ؼ µ Ê . En déduire que si ´Øµ  Ø ´Øµ pour tout Ø, alors Ê ´Ø ؼ µ est orthogonale, pour tous Ø et ؼ .
Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

¯

Ä

¯

¾ Ê, on ait ´Øµ · Ø ´Øµ ¼. Soit Ý (resp. Þ)

EXAMEN DE LA SESSION DE MAI 2002

Exercice III
Soit la boule (pour la norme euclidienne ) fermée de ÊÒ centrée à l’origine et de rayon Ö¼ dans ÊÒ . Pour tout «

des fonctions de classe donne

½ d’un voisinage de

¼ fixé. Soient ´Ü «µ
Ò
½

Ò,

´«½

¡¡¡

«Ò µ ¾ ÊÒ , on pose

« ´Üµ. On se

½ fixé une fois pour toutes. ¼ tel que, pour «   ℄.

1. Montrer que est lipschitzienne par rapport à la première variable Ü dans ½. pour « 2. Montrer qu’il existe Æ ³« ´Øµ définie sur Á

, uniformément par rapport à la seconde variable «,

Æ, le problème de Cauchy ܼ

´Ü «µ, Ü´¼µ

¼, admet une unique solution

Dans la suite, on note ³´Ø 3.

³« ´Øµ cette solution, ´Ø «µ ¾ Á ¢ ´¼ Ƶ. Montrer que ³ est de classe ½ dans Á ¢ ´¼ Æ µ. «µ Ø ³ ´Ø «µ   Ø
Ò

4. Soit ¡« ´Øµ

« ³ ´Ø «µ, ´Ø «µ ¾ Á ¢ ´¼ Ƶ. « ½
Ü ´³´Ø

(a) Montrer que ¡« est solution de l’équation différentielle Þ ¼ par rapport à la première variable). (b) En déduire que ¡« est identiquement nulle. 5. Montrer qu’il existe une fonction ³´½ Ùµ). 6. Montrer que, si
½ ´¼µ

«µ «µ ¯ Þ (où Ü est la différentielle partielle de ³´Ø «µ
´Ø«µ (considérer ´Ùµ

définie sur un voisinage de

¼ dans ÊÒ

telle que

¡¡¡

Ò ´¼µ est une base de ÊÒ ,

est un difféomorphisme au voisinage de l’origine.

Exercice IV

A Soient Ù et Ú deux fonctions continues positives d’un intervalle ؼ ؼ · Ì ℄, Ì

¼, dans Ê. On suppose qu’il existe

¼ tel que

ٴص
1. Soient

·

Ø Ø¼

Ù´×µÚ´×µ ×
´Øµ ÜÔ

Ø

´Øµ le second membre de l’inégalité ci-dessus et ´Øµ ÜÔ
Ø Ø¼

 

Ø Ø¼

Ú ´× µ ×

. Montrer que

¼ ´Øµ

¼.

2. En déduire que ٴص

Ú ´× µ ×

.

B Soient un espace de Banach et Í un ouvert de fonction continue. Soient ܼ Í et ݼ Ê. Soit Þ ´Ü ݵ Í Ê. On note Þ¼ ´Ü¼ ݼ µ. Soit ؼ Ê. On considère le problème de Cauchy

¾ ¢ ¾

¾

¾

Í ¢Ê

. Soit

Í

¢ Ê la fonction définie par ´Þµ
Þ¼

une fonction -lipschitzienne et soit

´Ü Ý µ

Í Ê une ´ ´Üµ Ý ´Üµµ,

Þ¼
Soient Þ½ et posons Þ

´Þ µ

Þ ´Ø ¼ µ

(*)

´Ü½ ݽ µ Á Í ¢ Ê et Þ¾ ´Ü¾ ݾ µ Á ´Ü ݵ Þ½   Þ¾ ´Ü½   ܾ ݽ   ݾ µ. ¼.

Í ¢ Ê deux solutions de (??) définies sur un intervalle Á

ؼ ؼ · Ì ℄

3. Montrer que Ü

4. Montrer que, pour Ø 5. En déduire que Þ½

ؼ , Ø ¾ Á , on a ݴص Þ¾ .

Ø Ø¼

Ý´×µ ´Ü½ ´×µ ×.

È ÐÔÔ

ÖÔ ÒØ Ö

83

EXEMPLES DE SUJETS ET DE CORRIGÉS D’EXAMENS

Corrigé
Exercice I 1. Voir le cours 2. D’après le cours, ´Ý  ½ µ¼ ´Øµ ݴص ½ ݼ ´Øµ ݴص, ce qui donne aussitôt Þ ¼ ´Øµ ´Øµ Þ Þ ´Øµ Þ ´Øµ ´Øµ. L’équation différentielle cherchée est donc : Þ ¼

Æ

 

Æ

Æ

Æ   Æ

´Øµ Æ Þ ´Øµ · ´Øµ   Þ ´Øµ Æ ´Øµ Æ Þ ´Øµ   Æ Þ   Þ Æ ´Øµ · ´Øµ.

Exercice II 1. On a :

´ ݴص Þ ´Øµ µ¼

ݼ ´Øµ Þ ´Øµ · ݴص Þ ¼ ´Øµ
´Øµ ¯ ݴص Þ ´Øµ · ݴص ´Øµ ¯ Þ ´Øµ
ª «

2.

´ ´Øµ ·Ø ´Øµµ ¯ ݴص Þ ´Øµ ¼ Si ݼ et Þ¼ sont des points de ÊÒ , on peut écrire Ý ´Øµ ª Ê ´Ø ؼ µ ¯ ݼ et Þ ´Øµ Ê ´« Ø Ø¼ µ ¯ Þ¼ . La question précédente donne ݼ Þ¼ soit ØÊ ´Ø ؼ µ Æ Ê ´Ø ؼ µ ¯ ݼ Þ¼ alors Ê ´Ø ؼ µ ¯ ݼ Ê ´Ø ؼ µ ¯ Þ¼ ݼ Þ¼ . Ceci étant valable pour tous ݼ et Þ¼ , on obtient le résultat.
. Exercice III

3. Il suffit d’appliquer la question précédente avec

1. Soit 2.

3. C’est le résultat du cours sur la régularité des solutions d’une équation différentielle dépendant d’un paramètre. 4. (a) En utilisant le fait que ³« est solution de l’équation différentielle ܼ ´Ü «µ, il vient immédiatement :

Ñ Ü ×ÙÔ ´Üµ . Prenons « « . Le théorème des accroissements finis donne aussitôt, pour Ü ¾ , ܾ ½ ¾, ´Ü½ «µ   ´Ü¾ «µ Ž « ܽ   ܾ , ce qui donne le résultat demandé. On a ´Ü «µ Å « avec Å Ñ Ü ×ÙÔ ´Üµ . Par suite, pour « Æ, ×ÙÔ ´Ü «µ ÆÅ , et on peut choisir Æ Ü¾ ܾ de sorte que ÆÅ Ö¼ ce qui signifie que   ℄ ¢ est un cylindre de sécurité pour le problème de Cauchy considéré. Le ℄. théorème de Cauchy-Lipschitz donne alors une solution définie sur l’intervalle  

Ž

¡¼« ´Øµ

« ´³´Ø «µµ · Ø

« ´ µÜ ´³´Ø «µµ ³ ´Ø «µ  Ø «

 

« ´³´Ø «µµ  
Ü ´³´Ø

« ´ µÜ ´³´Ø «µµ ³ ´Ø «µ «

«µ «µ ¯ ¡« ´Øµ

(b) En effet, ¡« est solution d’une équation différentielle linéaire homogène et ¡« ´¼µ ¼. 5. La question 3. montre que Ø ´Ø«µ ³´½ Ø«µ est ½ dans ℄ ½ ½ . De plus, la question 4. (b) implique que « ´Øµ

6.

« ³ ´½ Ø«µ ³ ´½ Ø«µ « ´ « ´Øµµ, pour Ø ½. Comme « ´¼µ ³´½ ¼µ ¼ (car « Ø ¼, Ü´¼µ ¼), on conclut que « est solution du problème de Cauchy ܼ ´Ü «µ, Ü´¼µ ¼, et, par ½. unicité de cette solution, on en déduit que « ´Øµ ³« ´Øµ, Ø ¼ ´¼µ « ´¼µ, ce qui montre (puisque ´¼µ est une base) que ´¼µ est surjective. Comme on est ´¼µ ¯ « On a «  ³´½ Ø«µ « Ø ³¼ est solution de ܼ
¼ ´Øµ
en dimension finie, il n’y a plus qu’à appliquer le théorème d’inversion locale. Exercice IV

 

1. En effet,

¼ ´Øµ

ÜÔ

 

Ø Ø¼

Ú´×µ × Ù´ØµÚ´Øµ   ´ØµÚ´Øµ℄ et il suffit d’utiliser que Ù

et Ú

¼.

´Ø¼ µ ce qui conclut puisque Ù . 2. Par la question précédente, ´Øµ ¼ 3. ܽ et ܾ sont deux solutions du problème de Cauchy Ü ´Üµ, ܴؼ µ ܼ . Comme est localement lipschitzienne, l’unicité du théorème de Cauchy-Lipschitz donne le résultat. 4. Par la question précédente, on a Ý ¼ Ý ´Ü½ µ, ½ ¾. Donc ݼ ´Øµ ݴص ´Ü½ ´Øµµ, et il n’y a plus qu’à intégrer. 5. On a déjà ܽ ܾ et l’égalité ݽ ݾ résulte de la question précédente et de la question 2.
84 Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

Index des Notations 
´Ü µ, 4 Ü ¼  ,5 Ü ¼ ´Í µ, 17 ½ ´Í µ, 2 ¾ ´Í µ, 14 ½ ´Í µ, 17 Ò ´Í µ, 17 ÄÒ ´ µ, 16 ËÒ ´ µ, 16 O ´ µ, 1 o´ µ, 1 ½ ´Ü¼ µ, 5 ´Ü¼ µ, 2
¼ ´Ü¼ µ, 2 ¼ Ü ,5 ¼ Ü ´Ü¼ µ, 4
Ü ,5 Ü ´Ü¼ µ, 4

85

a

Index Terminologique
Champ de vecteurs Courbe intégrale d’un, 45 à paramètre, 45 Dérivée à droite en un point, 6 d’une fonction en un point, 2 d’une fonction, 2 à gauche en un point, 6 Partielle d’une fonction par rapport à Ü en un point, 5 Partielle d’une fonction par rapport à Ü , 5 Difféomorphisme de classe ½ , 11 de classe ½ , 18 de classe Ò , 18 Différentielle d’une fonction en un point, 2 d’une fonction, 2 d’une fonction dans une direction en un point, 5 d’ordre Ò d’une fonction en un point, 17 d’ordre Ò d’une fonction, 17 Partielle d’une fonction par rapport à Ü en un point, 4 seconde d’une fonction en un point, 14 seconde d’une fonction, 14 Équation différentielle Anti-entonnoir pour une, 71 Autonome, 45 Barrière inférieure associé à une, 70 Barrière supérieure associé à une, 70 Bout droit d’une solution maximale, 46 Bout gauche d’une solution maximale, 46 Champ des tangentes associé à une, 70 Condition initiale d’un problème de Cauchy associé à une, 44 Cylindre de sécurité pour un problème de Cauchy, 47 Entonnoir pour une, 71 Isocline associé à une, 70 linéaire d’ordre Ò, 62 linéaire homogène, 62 Linéaire homogène de degré ½ Matrice Wronskienne d’un système fondamental de solutions d’une, 65 Résolvante d’une, 63 Système fondamental de solutions d’une, 64 Wronskien d’un système fondamental de solutions d’une, 65 Méthode d’Euler pour les solutions approchées d’une, 48 d’ordre ½, 43 d’ordre Ò, 44 Problème de Cauchy associé à une, 44 Solution d’une, 43 Solution -approchée de classe ½ par morceaux, 49 Solution -approchée de classe ½ , 49 87 Solution approchée linéaire par morceaux, 48 Solution asymptotiquement stable d’une, 68 Solution globale d’une, 45 Solution maximale d’une, 45 Solution prolongeant une autre, 45 Solution stable d’une, 68 Fonction de classe ¼ , 17 de classe ½ , 2 de classe ¾ , 14 de classe ½ , 17 de classe Ò , 17 Continûment différentiable, 2 Dérivée, 2 Développement limité d’une fonction à l’ordre Ò en un point, 25 Différence symétrique seconde d’une fonction, 23 Différence symétrique Ò-ième d’une fonction, 23 Différentiable en ܼ , 2 Deux fois Différentiable en ܼ , 14 Différentiable dans la direction ½ en un point, 5 Ò fois différentiable en un point, 17 Strictement différentiable en ܼ , 2 présentant un minimum ou un maximum relatif en un point, 28 présentant un extremum relatif lié en un point, 34 Point critique non dégénéré d’une, 31 Fonctions Tangentes en ܼ , 1 Tangentes à l’origine à l’ordre Ò, 25 Strictement tangentes en ܼ , 1 Formule de Leibnitz, 27 de Taylor avec reste intégral, 21 de Taylor-Lagrange, 21 de Taylor-Young, 22 Isomorphisme (d’espaces normés), 11 Matrice Jacobienne d’une fonction en un point, 6 Opérateur Différentiel linéaire, 27 Polynôme de degré Ò, 22 Homogène de degré Ò, 22 Sous-variété Différentiable de classe de dimension , 32 de modelée sur , 32 Différentiable de classe Représentation paramétrique d’une, 34 , 30 Système de coordonnées locales en un point de classe

INDEX TERMINOLOGIQUE

Théorème des accroissements finis, 6–8 des bouts, 59 de Cauchy-Lipschitz, 55, 56 de Cauchy-Peano-Arzela, 52 Lemme de Gronwall, 53, 54 de Hadamard-Lévy, 12 des fonctions implicites, 13 d’inversion locale, 12 Lemme de Morse-Palais, 31 des multiplicateurs de Lagrange, 35 du rang constant, 31 d’existence des solutions -approchées d’une équation différentielle, 50

88

Licence de Mathématiques Pures de Bordeaux Calcul Différentiel

Bibliographie
[Ave83] A. AVEZ – Calcul différentiel, Collection Maîtrise de Mathématiques Pures, Masson, Paris, 1983. [Car67] H. C ARTAN – Calcul différentiel, Collection Méthodes, Hermann, Paris, 1967. [Dem96] J.-P. D EMAILLY – Analyse numérique et équations différentielles, Collection Grenoble Sciences, Presses Universitaires de Grenoble, 1996.

89

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful