You are on page 1of 44

REVUE DE PRESSE – SEMAINE DU 9 AU 15 MARS 2009

LA VIE DU MODEM ............................................................................................................................................................................. 4
LE TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU .................................................................................................................................... 4
Le Télégramme - 11 mars 2009 - François Bayrou à Saint-Brieuc lundi 16 Mars 2009 .................................................................................. 4
France 3 - François Bayrou était en Haute-Vienne le 12 Mars 2009............................................................................................................... 4
AGENDA ............................................................................................................................................................................................... 4
François Bayrou, invité du portail www.lesdemocrates.fr .............................................................................................................. 4
Fadila Mehal – Réunion publique à Créteil (94), le 20 Mars 2009 ................................................................................................. 4
Première convention Européenne le 29 Mars 2009 ......................................................................................................................... 5
Journées de l’Europe du 16 au 18 Mars........................................................................................................................................... 5
VIE INTERNE ........................................................................................................................................................................................ 6
Interview MoDem de la semaine : Jean-Luc Bennahmias (projet de loi Hadopi) ........................................................................... 6
Résultats Elections cantonales partielles à Colombes (92).............................................................................................................. 6
Livre sur le Mouvement Démocrate écrit par un adhérent Philippe Gendre ................................................................................... 6
11 mars 2009 - Site Courrier Démocrate des Amériques MoDem et AFE...................................................................................... 6
Liste des sites officiels du Mouvement Démocrate ......................................................................................................................... 6
Sites des projets nationaux généraux................................................................................................................................................................ 6
Sites des commissions nationales..................................................................................................................................................................... 6
Outils adhérents................................................................................................................................................................................................ 7
Campagne européenne ..................................................................................................................................................................................... 7
Média social ..................................................................................................................................................................................................... 7
REACTIONS ET INTERVENTIONS.......................................................................................................................................................... 7
François Bayrou .............................................................................................................................................................................. 7
Réponse d’un certain François Bayrou à l’article de Luc Mandret « Le MoDem se perd sur le net » ............................................................. 7
11 mars 2009 - Total : "une entreprise ne doit pas obéir à la seule loi du profit"............................................................................................. 7
Marielle de Sarnez........................................................................................................................................................................... 8
Corinne Lepage ............................................................................................................................................................................... 8
Site Cap21- 12 mars 2009 - Fermeture de l'usine Continental à Clairoix (Picardie, Oise) : un tsunami social ............................................... 8
Cap21 - 11 mars 2009 - Suppression d’emplois à Gonfreville par Total.......................................................................................................... 8
Blognote - 9 mars 2009 - Corinne Lepage: régression des libertés publiques.................................................................................................. 9
Général Philippe Morillon............................................................................................................................................................. 10
Le Parisien - 12 mars 2009 - Général Philippe Morillon : « Cette décision me gêne » .................................................................................. 10
Députés européens......................................................................................................................................................................... 11
Site officiel - 11 mars 2009 - Plan de relance : le MoDem fait adopter l'idée d'un emprunt européen........................................................... 11
Jean François Kahn ....................................................................................................................................................................... 11
10 mars 2009 - Jean-François Kahn : la crise actuelle est "pire que celle de 29"........................................................................................... 11

LE MODEM DANS LES MEDIAS..................................................................................................................................................... 12
PRESSE ............................................................................................................................................................................................... 12
AFP ............................................................................................................................................................................................... 12
15 Mars 2009 - Nomination de Pérol: des "éclaircissements" s'imposent, selon Bayrou ............................................................................... 12
Le Figaro ....................................................................................................................................................................................... 12
12 mars 2009 - Pour Bayrou, Sarkozy «jette aux orties» l'héritage gaulliste.................................................................................................. 12
9 mars 2009 - Bayrou: la crise montre un besoin d'UE .................................................................................................................................. 14
10 mars 2009 - Kahn (Modem): la crise "pire qu'en 29" ................................................................................................................................ 14
Le Monde ...................................................................................................................................................................................... 14
9 mars 2009 - Portraits d'hommes politiques vus en fin de semaine à la télé ................................................................................................. 14
Le Nouvel Observateur.................................................................................................................................................................. 15
13 mars 2009 - Jean-François Kahn : les "notables poussiéreux" sont "partis à l'UMP"................................................................................ 15
11 mars 2009 - Bayrou critique la décision de réintégrer l'OTAN ................................................................................................................. 16
11 mars 2009 - Le "Taisez-vous Elkabbach" version Bayrou ........................................................................................................................ 16
Stratégies et CB News ................................................................................................................................................................... 17
Newsletter Stratégies - 13 Mars 2009 - Rumeur publique lance une offre de communication politique........................................................ 17
CB Newsletter 13 Mars 2009 - Rumeur Publique se lance dans la politique ................................................................................................. 17
AUDIOVISUEL..................................................................................................................................................................................... 17
François Bayrou ............................................................................................................................................................................ 17

FJ - 1
France 3 - Ce soir ou jamais - 10 mars 2009 .................................................................................................................................................. 17
Europe 1 - 11 mars 2009 ................................................................................................................................................................................ 18
9 Mars 2009 - Déplacement à Arras............................................................................................................................................................... 18
8 Mars 2009 - La Traversée du miroir............................................................................................................................................................ 18
Déplacement à Bordeaux - 5 mars 2009......................................................................................................................................................... 18
Corinne Lepage ............................................................................................................................................................................. 18
à Lesquin -10 mars 2009 ................................................................................................................................................................................ 18
BFM radio Le 12/15 – 6 Mars 2009............................................................................................................................................................... 18
Jean-Marie Beaupuy...................................................................................................................................................................... 18
Bernard Lehideux .......................................................................................................................................................................... 18
Il dresse le bilan du paquet social - 6 mars 2009............................................................................................................................................ 18
Laurent Gerault (modem 49) ......................................................................................................................................................... 18
Angers 7 - 7 mars 2009 .................................................................................................................................................................................. 18

LE MODEM EN REGIONS ................................................................................................................................................................ 19
NORD.................................................................................................................................................................................................. 19
La Voix du Nord – 16 mars 2009 - Éric Carton, nouveau coordinateur du MoDem pour le Douaisis ........................................................... 19
Nord Eclair - 11 mars 2009 - MoDem : Olivier Henno profondément choqué par les suppressions de postes chez Total............................. 20
EST ..................................................................................................................................................................................................... 20
Dernières Nouvelles d’Alsace - 13 mars 2009 - La crise vue par le MoDem................................................................................................. 20
Macommuneinfo - 9 mars 2009 - Européennes: Peyrelevade à Besançon pour le Modem............................................................................ 20
Dernières Nouvelles d’Alsace - 13 mars 2009 - Le sport pro en débat .......................................................................................................... 20
OUEST ................................................................................................................................................................................................ 21
Paris Normandie - 10 mars 2009 - Le MoDem réunifie la Normandie .......................................................................................................... 21
Paris-Normandie – 9 Mars 2009 - Européennes : SOS Normands !............................................................................................................... 21
Le Télégramme - 11 mars 2009 - François Bayrou à Saint-Brieuc, lundi ...................................................................................................... 22
Le Journal du Dimanche - 10 mars 2009 - Cognac: L'opposition accueillera les enfants............................................................................... 22
Rennesmaville.com - 9 mars 2009 - Budget : la hausse des impôts attise les débats ..................................................................................... 23
Ouest France - 8 mars 2009 - Budget de la ville de Rennes: l'UMP et le Modem contre............................................................................... 23
Angers in medio statvirtus - 7 mars 2009 – Laurent gérault sur Angers 7 ..................................................................................................... 24
ILE-DE-FRANCE ................................................................................................................................................................................. 24
Le Parisien - 11 mars 2009 -Un trou de 9,1 millions d’euros à Grigny.......................................................................................................... 24
Le Parisien - 9 mars 2009 – Saint-Denis 93 : Polémique sur le stationnement .............................................................................................. 25
SUD ..................................................................................................................................................................................................... 25
Communiqué du MoDem 47.......................................................................................................................................................................... 25
Sud-Ouest – 16 Mars 2009 – Bobet a fortifié le MoDem............................................................................................................................... 26
Sud-Ouest - 13 mars 2009 - Statu quo et paix armée ..................................................................................................................................... 27
Sud-Ouest - 10 mars 2009 – Pau : Les fantômes de l'ère Labarrère ............................................................................................................... 29
Sud-Ouest - 9 mars 2009 - Pierre Maudoux revient à la charge ..................................................................................................................... 30
Sud-Ouest- 12 Mars 2009 – L'après Didier Borotra excite les convoitises .................................................................................................... 31
Nice-Premium – 10 mars 2009 - Le Modem présente un candidat de notre région pour les élections européennes de 2009......................... 32
Nouvelles d’Arménie – 12 Mars 2009 - Florence Mardirossian pressentie par le MoDem............................................................................ 33
CENTRE .............................................................................................................................................................................................. 33
FR3 région 12 mars François Bayrou en Haute-Vienne :............................................................................................................................... 33

ACTUALITES ...................................................................................................................................................................................... 34
MAYOTTE .......................................................................................................................................................................................... 34
Malongo-Mayotte – 15 Mars 2009 - Mayotte : la campagne officielle débute ce lundi ................................................................................. 34
ELECTIONS EUROPEENNES ................................................................................................................................................................ 34
Express - 11 mars 2009 - Européennes: le MPF espère "renverser la majorité" avec Libertas ...................................................................... 34
Sondage - 10 mars 2009 - Blog Coulisses de Bruxelles - Elections européennes: large désintérêt des Français .......................................... 35
L’Humanité - 9 mars 2009 - Île-de-France : l’UMP à la peine....................................................................................................................... 36
AFP - 8 mars 2009 - Européennes: le Nouveau Centre aura 20% de candidats sur des listes avec l'UMP..................................................... 36
MOUVEMENT EUROPEEN .................................................................................................................................................................. 37
Rapport annuel ............................................................................................................................................................................................... 37
OTAN ................................................................................................................................................................................................ 37
Le Figaro - 10 mars 2009 - Otan : le véritable enjeu...................................................................................................................................... 37
Le Figaro - 10 mars 2009 - France/Otan : 58% des Français pour ................................................................................................................. 38
REFORME PARLEMENTAIRE EN PRATIQUE ....................................................................................................................................... 38
Le Figaro - 9 mars 2009 - L'Assemblée peine à user de sa nouvelle liberté................................................................................................... 38
LICENCIEMENTS TOTAL ................................................................................................................................................................. 39
Le Nouvel Observateur - 11 mars 2009 - Laurent Wauquiez demande "un geste" à Total ............................................................................ 39
FJ - 2
PLATEFORME INTERNET PARTI SOCIALISTE ................................................................................................................................... 41
9 Mars 2009 - Après le MoDem, les socialistes lancent un outil militant dans la cyber-bataille.................................................................... 41
SONDAGES.......................................................................................................................................................................................... 42
Le Nouvel Observateur - 10 mars 2009 - Jacques Chirac recueille 71% d'opinions favorables ..................................................................... 42
Le Journal du Dimanche – 14 Mars 2009 - IDF: Valérie Pécresse largement en tête .................................................................................... 42
Médiapart – 14 Mars 2009 - Manipulation par les sondages : la danse de Sarkozy, Bayrou et Besancenot................................................... 43

FJ - 3
LA VIE DU MODEM

LE TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU

LE TELEGRAMME - 11 MARS 2009 - FRANÇOIS BAYROU A SAINT-BRIEUC LUNDI 16 MARS 2009

François Bayrou, le président du Modem, sera en visite à Saint-Brieuc, lundi 16 mars. Ce déplacement entre
dans le cadre de ses «visites aux français ». Le thème retenu sera le handicap. M. Bayrou visitera le centre
«Loisirs pluriel » de Saint-Brieuc et rencontrera des responsables de l'APAJH, association pour les adultes et
jeunes handicapés. Il évoquera sans doute aussi les prochaines élections européennes puisqu'il sera accompagné
de Sylvie Goulard, tête de liste Modem pour la région Ouest, dont le numéro 2 est Bruno Joncour, le maire de
Saint-Brieuc.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/modem-francois-bayrou-a-saint-brieuc-lundi-
12-03-2009-286420.php

FRANCE 3 - FRANÇOIS BAYROU ETAIT EN HAUTE-VIENNE LE 12 MARS 2009

Le président du MoDem effectue un tour de France des régions à la veille du scrutin de juin.

Cette visite se traduit par un déplacement à Flavignac (Haute-Vienne) où François Bayrou doit se rendre
notamment dans une ferme. Toujours adepte d'une "troisième voie", le leader centriste défend plus que jamais
une "solution politique nouvelle".
Le 24 février dernier, le Mouvement Démocrate de la Haute-Vienne recevait Jean-Marie Beaupuy, tête de liste
MoDem de la cironscription Massif-Central Centre (Auvergne, Centre, Limousin). à venir reportage sur la
visite de François Bayrou et entretien dans le journal de France 3 Limousin (19h)

http://limousin-poitou-charentes.france3.fr/info/52386966-fr.php

AGENDA

FRANÇOIS BAYROU, INVITE DU PORTAIL WWW.LESDEMOCRATES.FR

La dernière semaine de mars, le portail social lesdemocrates recevra François Bayrou ; vous pouvez déposer
vos questions : http://votes.lesdemocrates.fr/vos-questions-a-francois-bayrou/

FADILA MEHAL – REUNION PUBLIQUE A CRETEIL (94), LE 20 MARS 2009

Fadila Mehal, Présidente fondatrice des "Mariannes de la diversité", troisième de la liste européenne du
Mouvement Démocrate en Ile-de-France, participera à une réunion publique sur le thème de l'Europe de la
diversité, le vendredi 20 mars à 20h à Créteil (94). La réunion se déroulera sous la présidence de Jean-Jacques
Jégou, sénateur-maire du Val-de-Marne, président du MoDem 94.
Adresse : Salle Jean Cocteau - 14, rue des écoles,
94000 Créteil
FJ - 4
Contacts : Permanence des élus MoDem de Créteil, 7 quater Place Salvador Alende, 94000 Créteil
Tél : 01 49 80 56 56 / 06 70 77 71 74 - email : elus.modem@ville-creteil.fr

PREMIERE CONVENTION EUROPEENNE LE 29 MARS 2009

La 1ère Convention européenne du Mouvement Démocrate se tiendra le :
Dimanche 29 mars, de 9 heures à 14 heures.
à la Maison de la Chimie
28 rue Saint Dominique, Paris 7ème - M°/ RER : Invalides
Cette Convention aura pour thème “la France et l’Europe face à la crise”. François Bayrou clôturera cette
journée.
Le nombre de places étant limité, n’oubliez pas de vous inscrire par mail à l’adresse suivante:
conventioneurope@lesdemocrates.fr ou par téléphone au 01 53 59 20 00.
Ouverture des portes à 8h30.
Une pause café/viennoiseries est prévue vers 11h30.

JOURNEES DE L’EUROPE DU 16 AU 18 MARS

Début le : 16/03/2009 - Fin le : 18/03/2009
Le Mouvement Européen – France organise en partenariat avec l’association HEC Débats, les Journées de
l’Europe sur le campus d’HEC à Jouy-en-Josas (78) les 16, 17 et 18 mars prochains.

Pendant trois jours, deux conférences et trois tables rondes rassembleront :

* des universitaires (Jean-Noël Jeanneney, Elie Barnavi...)
* des hommes et des femmes politiques (Daniel Cohn-Bendit, Harlem Désir, Marielle de Sarnez, Francis
Wurtz,...)
* des économistes (Nicolas Véron, Mario Monti...)
* des journalistes (Jean Quatremer, Françoise Crouïgneau…)

Ces débats aborderont des problématiques européennes variées comme l’identité et la culture, les élections
européennes, ou encore l’Europe face à la crise.

Initialement conçues pour sensibiliser les étudiants aux grands enjeux européens à l’approche des élections du 7
juin prochain, les Journées de l’Europe seront aussi ouvertes au grand public.

Contact :
Si vous souhaitez participer à cet événement, nous vous remercions de vous inscrire en envoyant un mail avec
votre nom, prénom, ainsi que l’intitulé de la conférence ou le numéro de la table ronde à laquelle vous
souhaitez participer avant le jeudi 12 mars à l’adresse suivante : remi@mouvement-europeen.eu

Plus d'info sur le site : http://www.mouvement-
europeen.eu/IMG/pdf/Deroule_Journees_de_l_Europe_2009_03_09.pdf

http://www.touteleurope.fr/fr/nc/divers/tous-les-
evenements/cmdcal/VIEW_FLATWEEK/ts/1237551534/agenda/journees-de-leurope.html

FJ - 5
VIE INTERNE

INTERVIEW MODEM DE LA SEMAINE : JEAN-LUC BENNAHMIAS (PROJET DE LOI HADOPI)

http://www.dailymotion.com/video/kNXueDhrA7821dYQXxx

RESULTATS ELECTIONS CANTONALES PARTIELLES A COLOMBES (92)

Candidats MoDem 5,79% (Michel Môme et Guénola de la Seiglière) avec 21.73% de votants

LIVRE SUR LE MOUVEMENT DEMOCRATE ECRIT PAR UN ADHERENT PHILIPPE GENDRE

Il est connu sur Agoravox sous le pseudo d’Imhotep
http://www.manuscrit.com/catalogue/textes/fiche_texte.asp?idOuvrage=12614
et http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52889

11 MARS 2009 - SITE COURRIER DEMOCRATE DES AMERIQUES MODEM ET AFE

AFE : Assemblée des Français de l’Etranger*, élections le 7 juin.
Les élections AFE approchent à grand pas. Le 29 mars, tous les candidats devront avoir déposé leur candidature
et fignoleront le texte de leur profession de foi. Les efforts de structuration du MoDem aux Amériques et en
Afrique portent leurs fruits puisque plusieurs listes aux couleurs du MoDem seront en lice.
Ici dans les Amériques, trois listes se présenteront devant les électeurs. A San Francisco, Franck Barrat,
président du MoDem US, mènera une liste d’ouverture avec des adhérents et des non-adhérents. Il est bien
placé pour récupérer un des quatre sièges en candidature.
Au Brésil, Rabah Belaidi sera la tête de liste d’une équipe exclusivement MoDem. Le MoDem au Brésil n’est
pas encore structuré mais la motivation de ses membres fait chaud au coeur et entretient tous les espoirs.
Enfin, à Montréal, Anthony Grolleau-Fricard (c’est-à-dire moi-même) sera la tête de liste d’un groupe ouvert,
engagé et qui ne sera pas exclusivement MoDem. D’ailleurs, la liste portera la mention soutenue par le
MoDem.
Notons également que Rémi Piet, vice-président du MoDem US, sera en 6ème position sur la liste AdFE de la
circonscription de Washington qui couvre tout l’Est des États-Unis du Maine à Miami.
Bonne chance à tous nos candidats !
http://www.courrierdemocrate.org/?p=53

LISTE DES SITES OFFICIELS DU MOUVEMENT DEMOCRATE

SITES DES PROJETS NATIONAUX GENERAUX

Site national : http://www.mouvementdemocrate.fr/

SITES DES COMMISSIONS NATIONALES

FJ - 6
Commissions organisées par Corinne Lepage
Portail des commissions : http://www.commissions-democrates.net/
Le forum de discussion : http://forum.commissions-democrates.net/index.php
Le wiki des commissions : http://wiki.commissions-democrates.net/index.php/03:Accueil/01
(identifiant et mot de passe identiques à celui du forum)
Pour vous renseigner, voici le vade-mecum des commissions : http://www.commissions-
democrates.net/uploads/Vademecum%20-%20V04.pdf

OUTILS ADHERENTS

Le Forum Démocrate (bureau virtuel de l’adhérent réalisé par l’équipe de Christophe Ginisty) :
http://www.forumdemocrate.fr/
E-démocrates (ancien e-soutiens) : http://www.e-democrates.fr/

CAMPAGNE EUROPEENNE

Le blog de campagne européenne : http://www.leseuropeens.fr/
Plein d’interviews vous y attendent !

MEDIA SOCIAL

A usage en partie externe au MoDem, réalisé par Nicolas Voisin : http://www.lesdemocrates.fr/

REACTIONS ET INTERVENTIONS

FRANÇOIS BAYROU

REPONSE D’UN CERTAIN FRANÇOIS BAYROU A L’ARTICLE DE LUC MANDRET « LE MODEM SE PERD SUR LE NET »
(cf revue 2009-10 http://777socrate.blogspot.com/2009/03/communication-politique-le-modem-se.html)

« J'ai lu vos commentaires, à partir du billet de Luc Mandret. Il y a du vrai dans cette réflexion, bien sûr. C'est
vrai que nous avons laissé se construire des outils différents. Et il est vrai aussi que cela ne s'est pas fait sous la
poigne de fer d'une stratégie pilotée par un directeur de la communication avec un e-spécialiste, et une e-
coordination. Justement. Il m'a semblé intéressant, en parlant avec Nicolas Voisin, avec Christophe Ginisty,
avec Antonin, avec bien d'autres, de laisser se construire des outils nouveaux et d'apprendre d'eux, plutôt que de
les gouverner... Je ne suis pas absolument sûr d'avoir raison en cette matière internet, parce que c'est une
matière vivante. Mais nous en avons besoin, parce que comme je l'ai dit encore récemment, c'est pour moi une
des éléments de résistance à la communication verrouillée. Alors, il y a des défauts ? Sûr, et j'en vois moi-
même quelques-uns. Mais la vie est pleine de défauts, c'est même pour ça qu'elle avance. Et on les corrigera en
avançant. Cordialement à tous. François Bayrou ».

11 MARS 2009 - TOTAL : "UNE ENTREPRISE NE DOIT PAS OBEIR A LA SEULE LOI DU PROFIT"

François Bayrou a critiqué la décision du groupe Total de supprimer 555 emplois en France d'ici 2013 malgré
des bénéfices records. "Je trouve que l'Etat devrait se mêler de faire passer à cette entreprise qui vient de faire
14 milliards d'euros de bénéfices le message de responsabilité élémentaire : quand on est dans cette situation
d'opulence, au moins on considère qu'on a le devoir de défendre les emplois dans le pays qui vous a fait ce que

FJ - 7
vous êtes", a-t-il déclaré sur Europe 1. C'est "grâce à la France que Total est devenu ce qu'il est. Une entreprise,
même une très grande entreprise comme celle-là, ne doit pas obéir à la seule loi du profit", a-t-il conclu en
faisant référence à la notion d'"entreprise citoyenne".

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-total-entreprise-loi-profit-europe1-110309.htmll

MARIELLE DE SARNEZ

Une phrase (où elle se déclare choquée par ces vacances à l’heure de la crise et du chômage) à l’occasion du
déplacement des Sarkozy au Mexique (textes en langue étrangère)

Roumanie : http://www.antena3.ro/stiri/externe/revolta-in-franta-dupa-un-concediu-de-lux-al-lui-sarkozy-in-
mexic_66638.html
Indonésie : http://www.detiknews.com/read/2009/03/10/125237/1097004/10/gara-gara-liburan-mewah-ke-
meksiko-sarkozy-bruni-dikecam
Vietnam : http://vnexpress.net/GL/The-gioi/2009/03/3BA0CBE0/
Angleterre : http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/4963504/Sarkozy-provokes-anger-
with-luxury-holiday-in-Mexico.html

CORINNE LEPAGE

SITE CAP21- 12 MARS 2009 - FERMETURE DE L'USINE CONTINENTAL A CLAIROIX (PICARDIE, OISE) : UN TSUNAMI
SOCIAL

Avec l'annonce de la fermeture de l'usine Continental à Clairoix dans l'Oise, la Picardie se trouve confrontée à
la plus grosse fermeture d'entreprise en France depuis le début de la crise, un drame pour 1120 salariés et leur
famille, un véritable tsunami pour un département déjà fragilisé par de nombreux plans sociaux. Corinne
LEPAGE, vice-présidente du Mouvement Démocrate et Olivier HENNO, membre du bureau national exécutif,
têtes de liste pour les élections européennes dans le Nord Ouest tiennent en premier lieu à témoigner leur total
soutien aux employés du site et s'insurgent contre une décision aussi brutale alors que les salariés avaient
consenti de nombreux efforts comme le retour aux 40 heures hebdomadaires ou l'acceptation de périodes de
chômage partiel en échange de la sauvegarde de l'emploi. Ils demandent à l'Etat d'agir avec la plus grande
fermeté pour défendre l'emploi sur le site alors que le groupe a présenté des bénéfices pour sa branche
pneumatiques en 2008. Encore une fois, il faut constater que les stratégies de court-terme et de recherche du
profit immédiat par les actionnaires ne permettent pas d'anticiper les mutations du marché et que les salariés
constituent de simples variables d'ajustement. Corinne LEPAGE et Olivier HENNO en appellent à la solidarité
nationale pour soutenir le tissu économique des régions du Nord Ouest (Picardie, Nord-Pas de Calais,
Normandie).

http://www.cap21.net/dynamic/compress.php?cp=1436

CAP21 - 11 MARS 2009 - SUPPRESSION D’EMPLOIS A GONFREVILLE PAR TOTAL

Suppression d’emplois à Gonfreville par Total : Corinne LEPAGE et Olivier HENNO dénoncent une stratégie
industrielle à contre-courant

FJ - 8
Corinne LEPAGE, vice-présidente du Mouvement Démocrate et Olivier HENNO, membre du bureau national
exécutif sont profondément choqués des suppressions d’emploi et mesures d’adaptation annoncées en Seine
Maritime par le groupe Total quelques semaines après l’annonce de bénéfices record de près de 14 milliards
d’euros.
Pour Corinne LEPAGE, le groupe TOTAL, fleuron de l’industrie française devrait montrer la voie de la
responsabilité, de l’éthique, du développement durable, surtout dans le contexte actuel. Or c’est tout le contraire
qui se passe, les décisions du groupe apparaissent ainsi uniquement conditionnées par la recherche du profit le
plus grand et du court-termisme (problèmes récurrents de sécurité du transport maritime et des installations de
raffinage, comportements peu éthiques à l'étranger, etc…) alors que le groupe devrait lancer un programme
d’investissement massif en direction des nouvelles énergies ainsi qu’un plan de formation ambitieux de ses
personnels pour les préparer aux mutations énergétiques à venir.
Corinne LEPAGE et Olivier HENNO qui conduiront la liste MoDem aux élections européennes dans le Nord
Ouest appellent à la responsabilité des dirigeants de Total pour ne pas participer à la destruction d’emplois sur
des territoires fragiles.
Eric Delhaye Directeur de campagne Elections européennes Nord Ouest

http://www.cap21.net/dynamic/compress.php?cp=1435

BLOGNOTE - 9 MARS 2009 - CORINNE LEPAGE: REGRESSION DES LIBERTES PUBLIQUES

J’ai beaucoup parlé au cours des derniers mois, comme nous tous, de la crise. Je voudrais ce matin dire le
sentiment d’inquiétude que je partage avec beaucoup de nos concitoyens quant à la régression de nos libertés
publiques. Elle s’accélère avec la crise comme si celle-ci était l’occasion de faire passer des mesures qui
n’auraient pas été imaginables dans un pays comme le nôtre, et cela dans une relative indifférence, la stratégie
de l’ébouillantement progressif de la grenouille fonctionnant parfaitement. Est-ce la bonne méthode ?
Nous risquons de nous retrouver rapidement dans un système qui n’aura plus de républicain que le nom, la peur
servant dans cette période de chômage croissant, de moyen suffisant pour calmer les velléités de réactions.
Après la nomination des présidents des chaînes publiques par le Président et l’étranglement financier de
l’audiovisuel public, dont les conséquences vont se produire d’un bout à l’autre de la chaîne pour réduire le
pluralisme déjà malade et la liberté de la cjritique, après les nouvelles règles mises en place par le CSA
réduisent drastiquement les équilibres. Non seulement la majorité gouvernementale détient deux tiers du temps
de parole, le temps du président de la République étant hors quota, ce qui signifie qu’en réalité le pluralisme ne
dispose que d’un quart voire un cinquième du temps de parole, mais encore la comptabilité se fait en fonction
de l’appartenance de la personne et non des sujets abordés y compris s’ils n’ont rien de politique.
Nous sommes donc mûrs pour la désinformation organisée et la régression qui n’existe dans aucune démocratie
d’un contre-pouvoir médiatique. La mort confirmée des juges d’instruction sans aucun accroissement de
l’autonomie des parquets témoigne de la volonté de faire dépendre de la chancellerie, donc de l’Elysée,
l’instruction des affaires sensibles et donc leur enterrement ou au contraire leur développement en fonction de
critères politiques. Exit le contrepouvoir judiciaire et tout espoir d’une séparation des pouvoirs dont la France
est pourtant la conceptrice.
La nomination de M.Pérol, en violation flagrante de la loi puisque la commission de déontologie ne devrait pas
statuer sur son cas le 11 (sans doute le risque d’une incompétence inévitable est-il trop grand) démontre la
disparition de l’état de droit, celui-ci devant s’effacer devant l’urgence de nommer la bonne personne au bon
poste compte tenu de la crise. Ce choix, très lourd de conséquence, illustre le fait qu’il n’y a plus aucune
autorité, en France, pour faire prévaloir le droit sur la force. Le vote de la loi Hadopi, à laquelle l’immense
majorité de nos concitoyens ne comprennent rien, ne vise à rien d’autre qu’à restreindre l’immense espace de
liberté qu’est internet, en réalité dernier espace qui reste au citoyen, en dehors de la manifestation. En effet, la
loi création et internet va conduire à faire évoluer un réseau neutre et universel vers une forme d ‘intranet avec
FJ - 9
une offre opérateur- producteur, en opposition avec la liberté. La risposte graduée, qui vise à sanctionner les
internautes téléchargeant « illégalement », votée en urgence avant que le Parlement européen ne l’interdise,
témoigne une fois encore d’une exception française en matière de liberté.
Au niveau des libertés individuelles, l’affaire edvige a été un premier essai sans doute raté, mais qui occulte le
fait qu’il existe aujourd’hui 45 fichiers, contre 34 en 2006, sachant qu'une douzaine de fichiers sont, de plus,
"en cours de préparation" . Or, près de 7,5 millions de personnes étaient déjà fichées par les fichiers judex et
stic aujourd’hui fusionnés auxquels s’ajoutent athena qui reprend des données de edvige, edvirsp.
Or, le rapport Bauer propose en sus un fichage ethnique et dans le même temps les moyens de la CNIL sont
considérablement diminués. Restaient les libertés locales particulièrement nécessaires en ces temps de crise où
la proximité et la solidarité de terrain sont indispensables. Or, le rapport Balladur porte de nombreuses
propositions, certaines intéressantes comme la nouvelle organisation entre départements et régions, imagine la
suppression de la compétence générale pour les régions et les départements, ce qui constitue une atteinte
incontestable à la libre administration des collectivités locales.
Ainsi, de quelque côté que l’on se tourne - et d’autres exemples auraient pu être donnés- non seulement aucun
progrès n’est enregistré, mais les acquis sont remis en cause, anéantissant progressivement tous les contre-
pouvoirs, les restrictions budgétaires achevant le travail en supprimant les moyens des associations.
Alors que la crise devrait être un accélérateur de libertés individuelles pour améliorer la coopération, la
solidarité et promouvoir l’imagination notamment dans le domaine économique, alors que la démocratie est,
parce que nous sommes en difficulté, le meilleur moteur de mobilisation et cohésion nationale, ce choix , lourd
de conséquences en terme politique , risque de se révéler particulièrement contre-productif, excluant
notamment toute idée d’union nationale.

http://corinnelepage.hautetfort.com/archive/2009/03/09/corinne-lepage-en-guise-d-au-revoir.html

GENERAL PHILIPPE MORILLON

LE PARISIEN - 12 MARS 2009 - GENERAL PHILIPPE MORILLON : « CETTE DECISION ME GENE »

L’ex-patron de la Forpronu (force de protection des Nations unies) en Bosnie, proche de François Bayrou, est
réservé sur ce retour et plaide pour une défense européenne.

Le chef de l’Etat a annoncé le retour de la France au sein du commandement intégré de l’Otan. Qu’en pensez-
vous ?
Philippe Morillon. Cela me gêne, je suis très réservé.
Cela aurait été une bonne chose si cette décision avait été accompagnée d’une revendication officielle des
Européens de partager le leadership de l’Alliance. Et de s’autonomiser davantage. Mais ce n’est pas le cas. Les
Américains assument environ 30 % des dépenses de l’Otan et 100 % du commandement supérieur. C’est
anormal.

L’Europe peut-elle se passer des Américains ?

Elle doit reprendre le flambeau, c’est le sens de l’histoire. Demain, l’une des actions importantes qui attend
l’Europe sera d’intervenir au Proche-Orient, pour garantir la paix entre Israéliens et Palestiniens quand un
accord sera signé. Nous sommes très attendus là-bas, cette mission ne peut pas incomber aux Américains.

FJ - 10
L’indépendance militaire de la France est-elle réellement menacée ?

Non. L’Alliance fonctionne par consensus. On ne peut pas entraîner un pays à s’engager dans un conflit contre
son gré. Le problème n’est pas là. Le problème est de trop dépendre d’un allié dont les intérêts stratégiques sont
en train d’évoluer vers le Pacifique : avec les Etats-Unis nos objectifs ne sont pas toujours les mêmes.

http://www.leparisien.fr/politique/general-philippe-morillon-cette-decision-me-gene-12-03-2009-439433.php

DEPUTES EUROPEENS

SITE OFFICIEL - 11 MARS 2009 - PLAN DE RELANCE : LE MODEM FAIT ADOPTER L'IDEE D'UN EMPRUNT EUROPEEN

Le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, a adopté aujourd'hui un amendement au plan de
relance de l'UE, déposé au nom des députés européens MoDem, qui "invite les Etats membres, notamment ceux
faisant partie de la zone euro, à étudier la possibilité d'un grand emprunt européen, garanti solidairement par les
États membres". Cet amendement a été déposé au rapport Ferreira sur le plan de relance.
Pour Bernard Lehideux (eurodéputé d'Ile de France), signataire de l'amendement, "un emprunt public au niveau
européen enverrait le signal d'une réponse européenne commune et forte à la crise. Elle serait un garant contre
les risques d'éclatement de la zone euro, et aiderait considérablement des pays comme la Grèce et l'Irlande à
bénéficier des meilleurs taux d'intérêt alors qu'ils sont aujourd'hui contraints d'emprunter à des taux très élevés
en raison de la défiance des investisseurs". Le MoDem a également demandé une série de réformes urgentes
pour combattre les graves dysfonctionnements qui ont conduit à la crise dont :
- une réforme des "mécanismes de rémunération qui sont des causes possibles d'instabilité financière"
- des mesures effectives contre les paradis fiscaux et l'adoption "d'un cadre législatif pour limiter les
transactions avec les pays non coopératifs" dans ce domaine.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/plan-relance-adoption-emprunt-europeen-110309.html

JEAN FRANÇOIS KAHN

10 MARS 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN : LA CRISE ACTUELLE EST "PIRE QUE CELLE DE 29"

Jean François Kahn, a estimé mardi à Reims que "l'Etat doit maintenant se mettre au service de l'Homme,
l'argent doit être au service de l'Homme et non le contraire, c'est le coeur la révolution que nous proposons. La
crise de 29 a débouché sur le stalinisme d'un côté et le fascisme de l'autre. Si on n'est pas capable de proposer
un autre système, les gens qui ne peuvent plus accepter cette société qui s'écroule, risquent d'écouter des voix
qui leur proposeront de mettre le sol, le sang ou la race au centre".
Le candidat aux élections européennes dans le Grand Est a par ailleurs dénoncé l'incohérence du gouvernement
pour combattre la crise. "Le plan de relance, c'est 5 milliards en une fois et le paquet fiscal, c'est 13 milliards
par an. Avec le recul, c'est une folie".

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/kahn-crise-pire-que-29-100309.html

FJ - 11
LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE

AFP

15 MARS 2009 - NOMINATION DE PEROL: DES "ECLAIRCISSEMENTS" S'IMPOSENT, SELON BAYROU

PARIS (AFP) — François Bayrou, président du MoDem, a instamment demandé dimanche des
"éclaircissements et réponses" concernant la nomination de l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée
François Pérol à la tête du groupe Caisse d'Epargne-Banque populaire.
Dans une déclaration à l'AFP, le député des Pyrénées-atlantiques assure que "les éléments qui s'accumulent
dans l'affaire Pérol obligent à des éclaircissements qui ne peuvent plus être différés".
Il cite l'audition du président de la commission de déontologie jeudi à la commission des lois de l'Assemblée.
Olivier Fouquet a indiqué que sa commission avait envisagé une démission collective. "Ils ont renoncé à le faire
uniquement pour éviter que d'autres abus de droit puissent être commis", commente M. Bayrou.
Il se réfère également à un article paru samedi sur le site Mediapart, accusant M. Pérol d'avoir "reçu entre 1,5 et
2 ME d'émoluments pour les conseils apportés au moment de la création de Natixis" (filiale commune de Caisse
d'Epargne et Banque populaire).
Interrogée par l'AFP samedi sur cette accusation, une responsable de communication de M. Pérol avait affirmé
que "les informations de Médiapart étaient mensongères" et fait part de son intention de saisir son avocat "afin
de poursuivre Médiapart en diffamation".
De son côté, un porte-parole de Natixis avait déclaré à L'AFP que la banque "n'avait jamais versé d'honoraires"
à François Pérol.
"Tout cela ne peut plus être écarté d'un revers de main et doit donner lieu à des éclaircissements et des
réponses", poursuit pour sa part M. Bayrou qui, citant M. Fouquet, déclare que ne pas saisir la commission dans
un tel cas est "un délit pénal".
L'ex-candidat à la présidentielle rappelle encore "que des dizaines de milliers d'épargnants se retrouvent
victimes des opérations en question, ayant acheté des actions de Natixis à 19,5 euros dont le cours est
aujourd'hui inférieur à 1 euro".
"Du point de vue de la légalité, aussi bien que du point de vue de l'intérêt de la nouvelle banque, on ne peut plus
rester dans le silence", insiste M. Bayrou.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5g76N6MM6lkSgMgUOcp9JlLgqW8Yg

LE FIGARO

12 MARS 2009 - POUR BAYROU, SARKOZY «JETTE AUX ORTIES» L'HERITAGE GAULLISTE

INTERVIEW - François Bayrou estime que le ralliement de la France à l'Otan est «un aller sans retour».

LE FIGARO. - La décision de réintégrer le commandement intégré de l'Otan n'est-il pas l'aboutissement d'un
processus engagé bien avant Nicolas Sarkozy ?
François BAYROU. - C'est ce que nous dit la propagande gouvernementale, pour faire passer une décision si
lourde de conséquences ! En fait, nous renonçons à ce qui faisait notre singularité, à ce signe d'indépendance,
qui donnait à la France une identité à part dans le concert des nations. Nous sommes dans l'Alliance atlantique
depuis le premier jour et nous n'avons jamais manqué à nos obligations. Mais rejoindre le commandement
intégré, ça veut dire être définitivement alignés à l'intérieur d'un ensemble, sous commandement américain, et

FJ - 12
influence prépondérante des États-Unis. Voyez-vous ce que cela aurait signifié au moment de la guerre en Irak
?
L'Allemagne qui, elle, était dans cette situation, n'a pourtant pas envoyé de soldats en Irak.
C'est précisément le fait que la France pouvait dit «non» à cette guerre qui a offert une respiration à
l'Allemagne. En acceptant l'intégration, la France s'ampute d'une part du crédit qui était le sien auprès du reste
du monde, de l'Afrique, du Proche-et du Moyen-Orient. L'autre conséquence est que nous renonçons à tout
espoir de construire une Europe de la défense indépendante. Souvenez-vous : on nous avait annoncé, promis-
juré, que la décision ne se prendrait que si l'Europe de la défense devenait réalité. Que reste-t-il de cette
promesse, rien ! Tout cela, Nicolas Sarkozy n'en a pas parlé pendant la campagne présidentielle. Il n'avait donc
pas de mandat pour rayer d'un trait de plume ce patrimoine d'indépendance de la France. Et cela est d'autant
plus grave, que c'est en réalité un aller sans retour.
Cela signifie-t-il que si vous étiez élu président de la République, vous ne reviendriez pas sur cette décision de
Nicolas Sarkozy ?
Rien n'est jamais irréversible. Mais un grand pays comme la France ne peut pas changer d'orientation, sur un tel
sujet, à chaque alternance.
Si cette décision est contraire à l'idée d'une Europe de la défense, comment expliquez-vous que les autres pays
européens applaudissent à notre retour ?
Tout cela est humain : ils sont contents que nous abandonnions notre originalité. Nous étions les seuls à
rappeler à nos partenaires et alliés que la défense de l'Europe pouvait se construire dans l'alliance, mais dans
l'indépendance. C'est à cela que l'on nous fait renoncer.
N'est-il pas paradoxal de vous entendre invoquer le gaullisme alors que vous êtes issu de la tradition démocrate-
chrétienne, historiquement plus atlantiste ?
La France, c'était un message : la résistance aux Empires. Depuis des siècles, c'est notre histoire. France, c'était
résistance. Alliance fiable et fidèle, mais résistance à toute domination. Oui, ce choix fondamental est le mien.
Aujourd'hui, l'UMP et ses satellites ont jeté aux orties cet héritage en se ralliant sur tous sujets au modèle de
société américain, en se faisant ouvertement défenseurs du capitalisme comme modèle de société, en nous
racontant, contre toute raison, que le capitalisme n'est pas en cause dans la crise. Et c'est précisément parce que
je suis européen que je m'attriste de voir oublier ce qui dans le modèle européen nous différenciait de la société
américaine. Et quelle misère de penser que tout cela est décidé avec l'accord, explicite ou tacite, de ceux qui se
présentaient comme héritiers du gaullisme ! On annonce qu'au seul moment qui compte, celui du vote à
l'Assemblée, ils ne seront pas là… S'ils se taisent sur cette décision, sur quoi parleront-ils ?
Approuvez-vous les propositions de réforme des collectivités locales présentées par Édouard Balladur ?
Je défends depuis longtemps l'idée d'un rassemblement des départements et des Régions, dans un même
ensemble chargé de l'aménagement du territoire, administré par les mêmes élus avec une seule administration.
En conseil régional, les élus délibéreraient de la stratégie, économique ou universitaire, par exemple. En conseil
départemental, ils se prononceraient sur ce qui est local, par exemple le social ou les établissements scolaires,
lycées et collèges. J'ai proposé que ces élus soient pour moitié représentants de territoires, au scrutin personnel,
et pour moitié élus au scrutin de liste, représentant les opinions. Il me semble que le rapport Balladur n'est pas
loin de cette vision. Pour le reste, la consécration de métropoles, Paris-Seine ou les dix métropoles régionales
me laisse plus interrogatif.
Que pensez-vous de la proposition de Jean-Pierre Raffarin de fusionner sa Région de Poitou-Charentes et votre
Région Aquitaine ?
Je n'y crois pas et je pense que cela, de toute façon, ne se fera pas. Songez qu'il faut déjà trois heures pour aller
de Pau à Bordeaux. Imaginez jusqu'à Bressuire…
Outre-mer, la création de collectivités uniques, auxquelles vous vous étiez opposée en 2004, est-elle aujourd'hui
une solution à la crise ?
J'ai fait campagne pour le «non» dans le référendum antillais de l'époque, parce qu'on supprimait le statut
départemental, sans dire ce qu'on allait mettre à la place. Comme on dit en créole «Mwen ka pa ach'té chat en
FJ - 13
sac». On n'achète pas sans voir ce qu'on achète. On ne lâche pas la proie pour l'ombre. Aujourd'hui, l'idée de
rapprochement département-Région règle la question pour tous les territoires de la République, outre-mer et
métropole. Et je trouve une loi générale plus intéressante et moins discriminatoire qu'une multiplication des
situations d'exception.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/03/12/01002-20090312ARTFIG00729-pour-bayrou-sarkozy-jette-aux-
orties-l-heritage-gaulliste-.php

9 MARS 2009 - BAYROU: LA CRISE MONTRE UN BESOIN D'UE

La crise économique est un "révélateur" du besoin d'Europe, a estimé à Lille, François Bayrou, président du
Mouvement Démocrate (MoDem), égratignant au passage le président de la Commission européenne José
Manuel Barroso en réclamant le départ de son équipe. "La crise a servi brutalement de révélateur et les Français
découvrent deux choses: si l'Europe est dispersée, son action est stérile et les réponses coordonnées qu'ils
attendent pour l'instant sont insuffisantes", a dit François Bayrou lors d'une conférence de presse avec Corinne
Lepage, tête de liste du MoDem dans le Nord-Ouest aux élections européenne de juin. "On le voit avec la
monnaie. Si l'euro n'avait pas existé, nos monnaies nationales auraient été emportées comme un fétu de paille,
surtout en France avec les déficits et la dette qui sont les nôtres", a-t-il ajouté. "Les gens ont compris que, face à
la crise, un pays tout seul ne pouvait rien. L'attente européenne est montée face à la crise", laquelle ne devrait
pas, selon lui, favoriser les partis eurosceptiques aux élections européennes, a-t-il souligné.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/03/09/01011-20090309FILWWW00528-bayrou-la-crise-montre-un-
besoin-d-ue.php

10 MARS 2009 - KAHN (MODEM): LA CRISE "PIRE QU'EN 29"

Jean François Kahn, tête de liste Modem dans le Grand Est pour l'élection européenne de juin, a estimé
aujourd'hui à Reims que la crise financière et économique actuelle était "pire que celle de 29" et prôné une
"révolution" qui met "l'Homme au centre de la société".
"L'Etat doit maintenant se mettre au service de l'Homme, l'argent doit être au service de l'Homme et non le
contraire, c'est le coeur la révolution que nous proposons", a déclaré l'ancien journaliste, lors d'une conférence
de presse.
"La crise de 29 a débouché sur le stalinisme d'un côté et le fascisme de l'autre. Si on n'est pas capable de
proposer un autre système, les gens qui ne peuvent plus accepter cette société qui s'écroule, risquent d'écouter
des voix qui leur proposeront de mettre le sol, le sang ou la race au centre", a-t-il poursuivi. Le candidat Modem
a par ailleurs dénoncé l'incohérence du gouvernement pour combattre la crise: "le plan de relance c'est 5
milliards en une fois et le paquet fiscal c'est 13 milliards par an. Avec le recul, c'est une folie".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/03/10/01011-20090310FILWWW00351-kahn-modem-crise-pire-que-
celle-de-29.phpp

LE MONDE

9 MARS 2009 - PORTRAITS D'HOMMES POLITIQUES VUS EN FIN DE SEMAINE A LA TELE
par Etis1
Vendredi, sur France 3, après Thalassa, Cohn-Bendit. Dany le rouge vieillit bien. L’homme a su adapter ses
idées et son comportement à son âge. Gauchiste et révolutionnaire à plus de 60 ans, ça aurait un côté vieux beau
FJ - 14
insupportable ! Lui, pourrait finir radical-socialiste, c’est plus décent. Maire de Cahors ou de Castelnaudary. Il
fera peut-être aussi dans 10, 15 ans, un bon Président.
Samedi, sur France 2, chez Ruquier (qui au fil des émissions se « jeanrouquassise »), il y avait Collomb
interrogé par le duo Zemmour-Noleau. On pouvait craindre le Maire de Lyon un peu fade. Il le fut, mais avec
bonne humeur. L’homme, bien qu’urbain, est madré : il eut le bon goût de ne pas se mettre en colère quand
Zemmour le titilla sur sa tendance « girouette ». Sommé de choisir entre Ségolène et Martine, en bon lyonnais,
il se garda de prendre parti : l’une serait femme d’instinct et l’autre de méthode, dit-il. Nous voilà bien
avancés ! Seule fausse note : quand il s’offre de régler l’addition d’un déjeuner que pourrait prendre dans un
grand restaurant lyonnais la femme de Christian Clavier, Marie-Anne Chazel, présente sur le plateau. On a déjà
beaucoup reproché au socialiste Gérard Collomb d’être trop généreux avec les riches. Qu’il se méfie !
Dimanche, enfin, sur France 5, à 19 heures, après la belle Françoise Hardy, PPDA interrogeait François Bayrou.
L’homme politique disait son attachement au terroir, ses racines paysannes, son amour des chevaux et des
livres. Sur de tels sujets où il n’est pas obligé de travailler ses dossiers, le Béarnais semble sincère et peut
convaincre. Il présentait une image à l’exact opposé de celle de Nicolas Sarkozy : le père tranquille de Bordères
contre l’hyper agité de Neuilly. C'est tentant...
Mais, ses propos sur le Pape furent embarrassés : on aurait aimé une condamnation plus ferme des orientations
actuelles de l’Eglise et quand il se présente en chevalier blanc de la laïcité, là, franchement, on croit rêver !
Comme Obélix dans la marmite, François Bayrou est tombé dans le bénitier… Difficile pour lui de s’en relever!

http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2009/03/10/portraits-d-hommes-politiques-vus-en-fin-de-semaine-a-
la-tele_1165679_3232.html

LE NOUVEL OBSERVATEUR

13 MARS 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN : LES "NOTABLES POUSSIEREUX" SONT "PARTIS A L'UMP"

Les notables du MoDem "sont tous partis. Vous n'imaginez pas l'avantage que ça donne. On n'a plus ces
notables poussiéreux, ils sont partis à l'UMP. Formidable !", lance l'ancien journaliste, candidat centriste aux
européennes.

Jean François Kahn s'est réjoui, vendredi 13 mars, que les "notables poussiéreux" du Mouvement démocrate
(MoDem) soient "partis à l'UMP". Tête de liste de la formation centriste pour les élections européennes de juin,
dans la circonscription Grand Est, Jean François Kahn a estimé sur i-Télé que le départ des notables constituait
un "avantage". "Je me balade dans toute la France et je vois socialistes, UMP, (qui sont) des copains.
Evidemment, des copains, parce que je les connais depuis 35 ans, ils sont toujours là. Ils ne croient plus en rien.
Ces espèces de notables poussiéreux", a déclaré l'ancien journaliste.
"Formidable !"

A la question de savoir s'il y avait des "notables" au MoDem, Jean François Kahn a répondu: "Il y en avait. On
les a perdus. Ils sont tous partis. Vous n'imaginez pas l'avantage que ça donne. On n'a plus ces notables
poussiéreux, ils sont partis à l'UMP. Formidable !". Le candidat du parti de François Bayrou a par ailleurs
annoncé qu'il allait "faire des propositions sur la crise très nettes, dans un mois". "Vous verrez, c'est quand

FJ - 15
même autre chose que le plan de relance de Mme (Martine) Aubry", a-t-il ajouté, estimant qu'il fallait "quelque
chose de plus original, de plus innovant".

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090313.OBS8696/jeanfrancois_kahn__les_notables_pou
ssiereux_sont_partis.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-j-f-kahn-les-notables-poussiereux-du-modem-sont-partis-a-l-
ump_746614.html

11 MARS 2009 - BAYROU CRITIQUE LA DECISION DE REINTEGRER L'OTAN

Le président du MoDem François Bayrou a regretté mercredi la décision prise "sans débat" du retour de la
France au sein du commandement militaire intégré de l'OTAN, estimant qu'il s'agit d'un "aller sans retour".
"Je trouve que le peuple français se voit enlever quelque chose de précieux et qu'il n'est pas juste qu'on ne lui ait
pas donné l'occasion de s'exprimer", a déclaré M. Bayrou sur Europe-1, ajoutant qu'il voyait "deux
conséquences" à l'entrée dans l'OTAN: "nous n'aurons pas la défense européenne indépendante que nous
voulions" et "c'est un aller sans retour". "Ceci s'est fait sans débat (...) parce que la volonté du pouvoir s'est
exprimé de la sorte", a-t-il déploré.
"Pendant des décennies, nous avions construit cette marque d'indépendance. Nous étions des alliés fiables et
fidèles mais nous avions cette part de liberté", a souligné le président du MoDem. "Aujourd'hui, en 2009, je
considère que nous allons nous priver d'une (..) des seules cartes que nous avions dans notre jeu pour être autre
chose qu'alignés à l'intérieur d'un ensemble occidental dont on a vu les bêtises qu'il pouvait faire."
"J'ai la certitude que si nous avions été à l'intérieur de l'OTAN, nous aurions été, avec les autres (...) dans
l'aventure irakienne", a-t-il affirmé. AP

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20090311.FAP9822/bayrou_critique_la_decision_de_reintegr
er_lotan.html

11 MARS 2009 - LE "TAISEZ-VOUS ELKABBACH" VERSION BAYROU

Interview sous tension. Invité de Jean-Pierre Elkabbach ce matin sur Europe 1, François Bayrou n’a pas
apprécié sa manière de présenter le dossier sur le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN
impulsé par Nicolas Sarkozy. Il faut dire que lors de cet échange, l’interviewer ne peut pas s’empêcher de faire
la leçon à son invité qu’il interrompt en ces termes: “c’est du baratin !”. Et Bayrou de l’accuser en retour de
“faire naturellement la propagande du gouvernement”. L’échange rappelle la campagne de l’élection
présidentielle de 1981 et le “Taisez vous Elkabbach” qu’aurait lancé Georges Marchais, alors Secrétaire
Général du Parti communiste, au même Jean-Pierre Elkabbach, accusé de servir de porte-voix au gouvernement
(de droite), sur les antennes d’Europe 1 et d’Antenne 2.

http://teleobs.nouvelobs.com/rubriques/focus/articles/le-taisez-vous-elkabbach-version-bayrou

Aussi sur :
Marianne : http://www.marianne2.fr/Bayrou-accuse-Elkabbach-de-propagande-gouvernementale_a176934.html

La vidéo : http://www.lesindiscrets.com/article-1137-otan-clash-bayrou-elkabbach-ce-matin.html

FJ - 16
STRATEGIES ET CB NEWS

NEWSLETTER STRATEGIES - 13 MARS 2009 - RUMEUR PUBLIQUE LANCE UNE OFFRE DE COMMUNICATION
POLITIQUE
POLITIQUE. Rumeur publique, agence-conseil en stratégie d'information dirigée par Christophe Ginisty,
engagé aux côtés de François Bayrou, développe une offre globale de relations publiques consacrée à la sphère
politique et citoyenne. Grégory Giavarina, trente-cinq ans, consultant en communication politique (Corinne
Lepage, Jean-Luc Bennahmias, etc.) rejoint l'agence pour piloter cette offre.

http://www.strategies.fr/newsletter/gon889130309

CB NEWSLETTER 13 MARS 2009 - RUMEUR PUBLIQUE SE LANCE DANS LA POLITIQUE

L’agence de RP Rumeur Publique élargit ses compétences à la sphère politique et citoyenne. Elle met en place
une nouvelle offre, destinée aux élus et aux candidats, qui va du conseil stratégique à la mise en place et
l’animation d’une présence web (site, blogs, réseaux sociaux…), en passant par les RP, la communication de
crise ou encore la veille sur Internet. Cette offre sera pilotée par Grégory Giavarina, 35 ans, consultant en
communication politique, qui travaille entre autres auprès de Corinne Lepage, Jean-luc Bennahmias ou encore
le Groupe Démocrate et Centriste du Conseil régional d’Ile de France.
Pas de lien.

AUDIOVISUEL

FRANÇOIS BAYROU

FRANCE 3 - CE SOIR OU JAMAIS - 10 MARS 2009

http://a988.v101995.c10199.e.vm.akamaistream.net/7/988/10199/3f97c7e6/ftvigrp.download.akamai.com//101
99/horsgv/regions/siege/france3/cesoiroujamais/20090310_csoj.wmvv

« il a atteint un score légèrement au dessus de sa moyenne (512 000 téléspectateurs depuis janvier) avec plus de
570 000 personnes hier soir et un pic à 23h35, lors du débat entre François Bayrou et Régis Debray, à 715 000
téléspectateurs. »
http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-24538-belle-audience-pour-ce-soir-ou-jamais-hier-soir.html

Extrait d’un commantire d’internaute :

« Bayrou sur France 3, Frédéric Taddeï, donc « Ce soir ou jamais », « l’actualité vu par la culture » comme dit
son slogan. L’émission commence (enfin, recommence pour nous heureux internautes), et là, la (divine)
surprise : impossible de se détacher d’un débat hors du temps. Après un retour intéressant sur le parcours
politique plutôt original de son invité politique, l’animateur passe la parole à Régis Debray, auteur d’un
nouveau livre sur la fraternité, et l’émission décolle. Entre le philosophe engagé, de gauche, ancien soutien de
Jean-Pierre Chevènement, et le politique agrégé des lettres classiques, s’établit un dialogue passionnant sur les
valeurs, sur « l’inscription culturelle du politique ». Par ses réflexions et son questionnement, le philosophe
parvenait à extraire du politique le fondement de son engagement, moment rare à la télévision, éclairant ainsi

FJ - 17
pour le téléspectateur des éléments déterminants bien mieux qu’aucun journaliste politique jusqu’ici. Sous cet
angle, l’oméga politique de François Bayrou, « l’humanisme », acquérait une épaisseur inattendue, et un
contraste passionnant avec les visions Sarkozystes ou socialistes. »

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52862

EUROPE 1 - 11 MARS 2009
http://www.europe1.fr/Radio/chroniques/(id)/1186/(nom)/L-interview-de-Jean-Pierre-
ELKABBACH/(date)/11/03/2009

9 MARS 2009 - DEPLACEMENT A ARRAS
http://www.dailymotion.com/video/k2v9pV471fbwSBYQO6

8 MARS 2009 - LA TRAVERSEE DU MIROIR
http://www.france5.fr/traversee-du-
miroir/index.php?page=article&numsite=2498&id_article=6398&id_rubrique=2501

DEPLACEMENT A BORDEAUX - 5 MARS 2009
http://www.dailymotion.com/user/mouvementdemocrate/video/x8m2fq_deplacement-francois-bayrou-
bordeau_news

CORINNE LEPAGE

A LESQUIN -10 MARS 2009
http://www.dailymotion.com/video/x8mp3k_corinne-lepage-lesquin-59-10032009?from=rss
BFM RADIO LE 12/15 – 6 MARS 2009
http://www.radiobfm.com/podcast/podcast.php?id=6

JEAN-MARIE BEAUPUY

En pré-campagne : http://www.dailymotion.com/user/mouvementdemocrate/video/x8mw08_intervention-
jeanmarie-beaupuy-camp_news

BERNARD LEHIDEUX

IL DRESSE LE BILAN DU PAQUET SOCIAL - 6 MARS 2009
http://www.leseuropeens.fr/bernard-lehideux-dresse-le-bilan-du-paquet-social-propose-par-la-commission-
europeenne/

LAURENT GERAULT (MODEM 49)

ANGERS 7 - 7 MARS 2009
http://www.dailymotion.com/video/k14bi9phVHBOJHYv9j

FJ - 18
LE MODEM EN REGIONS

NORD

LA VOIX DU NORD – 16 MARS 2009 - ÉRIC CARTON, NOUVEAU COORDINATEUR DU MODEM POUR LE DOUAISIS

Le MoDem prépare activement les prochaines échéances électorales, à commencer par les Européennes. Et,
dans le Douaisis, il s'est choisi un nouveau responsable, Éric Carton.
À cheval sur la 16e et la 17e circonscription, la section d'arrondissement du MoDem a renouvelé son bureau.
Monique Mestayer, devenue présidente d'honneur, a passé le témoin à Éric Caron, nouveau coordinateur.
Responsable d'un centre de formation à Dunkerque, l'intéressé, âgé de 49 ans, est douaisien. Il est aussi membre
du comité départemental du MoDem et était présent sur la liste présentée lors des dernières municipales.
Ce proche d'Olivier Henno s'est fixé pour but de mieux faire connaître la section et de la renforcer. Dans son
équipe, on trouve aux postes de vice-coordinateurs la Marchiennoise Nathalie Exposta ainsi que le Douaisien
Franz Quatreboeufs avec, à leurs côtés, Paul Tirmont, Jean-Baptiste Carton (NDLR : le fils de l'autre), Sylvain
Victor ou encore le Dr Parent.
Concernant les Européennes de l'an prochain, tous les candidats n'ont pas encore été désignés mais le Modem
comptera en particulier sur Corinne Lepage et Olivier Henno pour faire briller ses couleurs.
Le tram en question
En ce qui concerne le Douaisis, Éric Carton a tout d'abord tenu à évoquer un sujet qui préoccupe : le tram ! «
Un bon projet » selon lui, même s'il émet quelques doutes. Franz Quatreboeufs lui emboîte d'ailleurs le pas afin
de se demander « pourquoi on se précipite sur la deuxième ligne alors que la première ne fonctionne toujours
pas ? ».
À ce propos, la section a récemment fait parvenir une lettre ouverte au président du syndicat des transports,
mais n'a encore obtenu aucune réponse. M.
Quatreboeufs ajoute au passage qu'il estime que le maire de Douai « n'a pas fait le nécessaire pour informer la
population.
» Ceci relève de la « culture du secret ». Il parle même d'« inceste politique »à propos de la position commune
adoptée par certains élus du SMTD, aussi bien de gauche que de droite, reprochant aussi à la CAD, où les
mêmes élus siègent, d'être une « féodalité ».
Autre point sensible : le projet de cendre commercial sur la place du Barlet. Les représentants du MoDem sont
plutôt pour mais seraient favorables à un projet plus global de refonte du centre-ville.
Ils ont également évoqué jeudi soir les difficultés économiques rencontrées par le Douaisis.
Toujours pour Me Quatreboeufs : « L'arrondissement dévisse ». Quant à M. Carton, travaillant ailleurs, il
estime qu'il « voit la différence » et que d'autres arrondissements s'en sortent mieux que nous.
Conclusion des responsables locaux du MoDem : « Il faut un nouveau souffle pour le Douaisis ». Et c'est bien
celui-ci qu'ils espèrent incarner. Signalons que des réunions organisées chaque jeudi, à 20 heures, dans un café
de la place Carnot par les jeunes démocrates, ainsi que la création de cercles humanistes, « pour aider les gens à
oser ! » •
J-F. G.

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Douai/actualite/Secteur_Douai/2009/03/16/article_eric-carton-nouveau-
coordinateur-du-mode.shtml

FJ - 19
NORD ECLAIR - 11 MARS 2009 - MODEM : OLIVIER HENNO PROFONDEMENT CHOQUE PAR LES SUPPRESSIONS DE
POSTES CHEZ TOTAL

Olivier Henno, maire de saint-André et membre du bureau exécutif du MoDem s'indigne, dans un communiqué,
des suppressions de postes annoncées chez Total.
Il se dit "profondément choqué" par ces "mesures d'adaptation" comme les qualifie le groupe Total quelques
semaines après l'annonce de bénéfices records de 13,9 milliards d'euros.
Pour Corinne Lepage, vice-présidente du mouvement démocrate et tête de liste dans le Nord-Ouest pour les
européennes et pour Olivier Henno, "le groupe Total, fleuron de l'industrie française devrait montrer la voie de
la responsabilité, de l'éthique et du développement durable, surtout dans le contexte actuel". Or, notent-ils,
"c'est tout le contraire qui se passe. Les décisions du groupe apparaissent uniquement conditionnées par la
recherche du profit le lus grand et du court-termisme".

http://www.nordeclair.fr/Actualite/Depeches/2009/03/11/olivier-henno-total-modem-gonfreville.shtml

EST

DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE - 13 MARS 2009 - LA CRISE VUE PAR LE MODEM

A l'approche des élections européennes, le 7 juin, les partis politiques commencent à s'activer. Le MoDem
ouvrait le bal des « débats », mardi à Molsheim. Du moins des « invitations à »...
Et le café-stammtisch fut un rendez-vous d'esprits tout acquis... L'invitation conviait pourtant bien à une
« rencontre citoyenne ouverte à tous ». Le MoDem local n'aura pas (encore ?) réussi à mobiliser, mardi soir à
Molsheim. « Certains m'ont dit qu'ils viendraient, mais non... », répète son « animateur », Guy Salomon, la
mine philosophe. « Le 7 juin, c'est encore un peu loin », voit Cédric Baillet, vice-président départemental du
parti (et candidat aux législatives de 2007). Autour de la table, ... (reste de l’article payant)

http://www.dna.fr/articles/200903/13/la-crise-vue-par-le-modem,molsheim,000006105.php

MACOMMUNEINFO - 9 MARS 2009 - EUROPEENNES: PEYRELEVADE A BESANÇON POUR LE MODEM

La campagne électorale pour les européennes prend tournure. Un des prochains rendez-vous à Besançon est à
l’initiative du Modem.C’est Jean Peyrelevade, ancien homme d’affaires, qui sera dans la capitale comtoise le 2
avril. Le vice-président du Mouvement démocrate de François Bayrou s’adressera principalement au monde
économique. Jean Peyrelevade a été élu conseiller d’arrondissement à Paris en 2008. Jean-François Kahn, tête
de liste du Modem dans le Grand Est, n’est toujours pas annoncé à Besançon alors qu’il a déjà fait plusieurs
conférences dans d’autres villes de la région.

http://www.macommune.info/actualite/europeennes-peyrelevade-a-besancon-pour-le-modem-6818.html

DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE - 13 MARS 2009 - LE SPORT PRO EN DEBAT

Les Jeunes Démocrates du Haut-Rhin et le MoDem 68 organisent une table-ronde intitulée "Le sport
professionnel en France et en Europe, quelles évolutions ?" le 11 mars à 20 h, au Centre sportif régional
d'Alsace, 5 rue des Frères Lumière à Mulhouse (Amphithéâtre Eberhardt). Avec la participation de Jean-Luc
Bennahmias, député européen MoDem et auteur d'un rapport sur l'avenir du football professionnel en Europe ;

FJ - 20
Béatrice Hess, vice-présidente de la Fédération française handisport, ancienne nageuse ... (reste de l’article
payant)

http://www.dna.fr/articles/200903/07/le-sport-pro-en-debat,colmar,000003244.php

OUEST

PARIS NORMANDIE - 10 MARS 2009 - LE MODEM REUNIFIE LA NORMANDIE

POLITIQUE. Les responsables du Mouvement démocrate des cinq départements normands ont choisi Cabourg
pour lancer leur union normande.

C'est dans la cité balnéaire de la Côte Fleurie dont Corinne Lepage fut adjointe au maire au début des années 90
que cette union normande a été scellée samedi dernier en présence de la vice-présidente du MoDem, et tête de
liste aux élections européennes de juin pour la région nord-ouest. L'objectif de cette union normande est de
coordonner les réflexions et les actions du Mouvement démocrate à l'échelle de la Normandie sur de grands
enjeux communs à commencer par la réunification de la Normandie mais aussi l'offre en matière de transports
ou l'environnement. Au niveau opérationnel, elle s'appuie sur une présidence collégiale des cinq présidents
départementaux : Florent Saint-Martin (Seine-Maritime), Danièle Jeanne (Eure), Philippe Lailler (Calvados),
Stéphane Therou (Orne) et Etienne Savary (Manche). « La Normandie, c'est l'échelon pertinent pour élaborer
des propositions. Le MoDem est désormais d'attaque pour répondre aux défis des prochaines échéances
électorales européennes et régionales » juge Florent-Saint-Martin, Danièle Jeanne y voit un bon moyen « de
mieux appréhender les réactions et les souhaits des populations des cinq départements normands ».
Christophe Preteux

http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/118809/Le_MoDem_reunifie_la_Normandie

PARIS-NORMANDIE – 9 MARS 2009 - EUROPEENNES : SOS NORMANDS !

Le sortant socialiste Henri Weber exilé dans le centre, la Fécampoise Estelle Grelier n'est que numéro deux des
candidats du PS et Corinne Lepage (MoDem), seule tête de liste en lien avec la Normandie
POLITIQUE.Pas une seule tête de liste d'un grand parti n'est enracinée en Normandie pour les élections
européennes de juin. Le Nord pèse lourd et des sortants... déménagent.
Faut-il y voir une raison supplémentaire de réunifier la Normandie sans tarder ? L'examen des différentes listes
présentées par les principaux partis politiques pour les élections européennes de juin prochain dans la
circonscription Nord-Ouest met en évidence le fait qu'aucune des têtes de liste n'a pour base électorale la Haute
ou la Basse-Normandie.
Seule Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement du gouvernement Juppé, tête de liste du MoDem,
peut se prévaloir d'un lien devenu ténu avec la Normandie. Elle fut conseillère municipale à Cabourg et
candidate malheureuse aux législatives dans le Calvados. Mais c'était il y a quinze ans !
Par rapport à 2004, le contraste est particulièrement saisissant dans les rangs du PS où la liste avait été menée
par l'ancien sénateur de Seine-Maritime Henri Weber. Aujourd'hui, l'eurodéputé sortant, très proche de Laurent
Fabius, a été prié par son parti d'aller se faire élire ailleurs dans la circonscription Centre-Massif central ! Pour
les cadres socialistes de Haute-Normandie qui saluent tous son travail à Strasbourg et à Bruxelles, le coup est
un peu rude. Ils peuvent cependant se consoler avec la désignation en deuxième position de la liste PS -
conduite par Gilles Pargneaux, patron de la puissante fédération socialiste du Nord - de la Fécampoise Estelle
FJ - 21
Grelier, vice-présidente de la région en charge de l'Enseignement et présidente de l'agglomération de Fécamp.
En face, Jean-Paul Gauzès n'est pas mieux loti. Le patron du groupe UMP-divers droite au conseil régional de
Haute-Normandie et eurodéputé sortant ne sera que numéro 3 sur la liste du parti présidentiel, encore dirigée
par un Nordiste, le maire de Valenciennes Dominique Riquet. Et Tokia Saïfi, qui menait l'UMP en 2004, est
rétrogradée à la deuxième place.
Au FN, Marine Le Pen qui cherche à se tailler un fief électoral à Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais, part
en tête après l'orageuse rupture d'avec Carl Lang qui conduisait les troupes frontistes il y a cinq ans.
L'eurodéputé sortant se présente sous les couleurs du « Parti de la France ». A l'autre extrémité de l'échiquier
politique, Eric Pecqueur ouvrier dans l'automobile (également originaire du Nord) prend la tête de la liste de
Lutte ouvrière. Hier au Zénith de Paris, le nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot a présenté
ses chefs de file. Et c'est encore une figure du Nord qui tient la corde : l'eurodéputé sortant communiste Jacky
Hénin a été désigné pour conduire la liste du « front de gauche » dans le Nord-Ouest.
Christophe Preteux

http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/117643/Europeennes___SOS_Normands__

LE TELEGRAMME - 11 MARS 2009 - FRANÇOIS BAYROU A SAINT-BRIEUC, LUNDI

Dans le cadre de ses "Visites à la rencontre des Français", François Bayrou, le président du Modem, sera à
Saint-Brieuc, lundi, entre 12 h et 16 h. Il sera accompagné de Sylvie Goulard, tête de liste du parti centriste aux
prochaines élections européennes pour la zone Ouest. Une liste sur laquelle figure également Bruno Joncour. Le
maire de Saint-Brieuc occupe la deuxième place.

http://www.letelegramme.com/fil_info/politique-francois-bayrou-a-saint-brieuc-lundi-11-03-2009-286205.php

Aussi sur :
Ouest-France : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Francois-Bayrou-en-visite-a-Saint-Brieuc-lundi_-
855744--BKN_actu.Htm

LE JOURNAL DU DIMANCHE - 10 MARS 2009 - COGNAC: L'OPPOSITION ACCUEILLERA LES ENFANTS

Les élus de l'opposition du Conseil municipal de Cognac (Charente) ont accepté d'assurer eux-mêmes le service
minimum d'accueil dans les écoles, notamment lors de la journée de grève du 19 mars. Un an après les élections
municipales où la gauche avait renversé le maire sortant Jérôme Mouhot (UMP), les élus cognaçais se déchirent
sur l'application de cette réforme voulue par Nicolas Sarkozy mais diversement appliquée. Fermement opposé à
ce qu'il estime être une "atteinte au droit de grève", le maire socialiste Michel Gourinchas a refusé de mettre en
oeuvre le service minimum d'accueil mais a été rappelé à l'ordre par le tribunal administratif. Pour contourner la
difficulté, il a fourni le 25 février dernier à l'Inspection académique une liste de 21 personnes susceptibles d'être
réquisitionnées pour assurer la garde des enfants en cas de grève, dont les sept élus d'opposition issus de l'UMP,
du Modem et des divers droite. "Pourquoi ne pas réagir à un texte inapplicable avec un peu d'humour?", s'est
interrogé le maire devant la presse. Dans cette version moderne de l'arroseur arrosé, l'opposition a accepté de
jouer le jeu. "Nous avons décidé d'accepter d'assurer le service d'accueil des enfants non seulement lors de la
journée de grève du 19 mars prochain mais aussi durant toute la durée du mandat", a indiqué Noël Belliot, son
chef de file. "C'est une première en France".

http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/politique/200911/cognac-l-opposition-accueillera-les-
enfants_193381.html?popup
FJ - 22
RENNESMAVILLE.COM - 9 MARS 2009 - BUDGET : LA HAUSSE DES IMPOTS ATTISE LES DEBATS

Samedi soir, les élus de droite et ceux du Modem ont voté contre le budget de la ville. Celui-ci a malgré tout été
adopté. Non sans une petite joute verbale...
La majorité municipale aurait-elle pu éviter d'augmenter les impôts locaux en 2009 ? Et ce, alors que la Ville
est raisonnablement endettée : 783 € par habitant en 2008 contre 1 749 € à Grenoble, 1 171 € à Nantes ou
encore 870 € à Bordeaux. Autrement dit, l'équipe de Daniel Delaveau pouvait-elle emprunter davantage pour
maintenir son important plan d'investissements (90 millions d'euros en 2009) ?
Pour le maire, c'est une question d'équilibre. « Emprunter ? On voit où cela conduit l'Etat qui accumule les
déficits. Nous voulons maîtriser la dette que les Rennais auront à payer demain ! », insiste Daniel Delaveau.
Préférant les chiffres aux longs discours, le nouvel argentier de la Ville, François André, se charge de
démontrer le choix de la majorité par « A + B ». Si les taux d'imposition locale n'avaient pas été augmentés (+3
% pour la taxe d'habitation et +5,1 % pour le foncier bâti), les dépenses de la Ville auraient progressé de
manière plus importante que ses recettes. « L'écart aurait été de deux millions d'euros », insiste l'adjoint aux
finances.
Les questions qui fâchent
Mais la démonstration ne convainc pas l'opposition. Bruno Chavanat, au nom des élus de droite, s'attendait à
une augmentation « modérée. Ce que vous aviez annoncé. Elle ne l'est pas. Cette hausse touche tout le monde :
y compris les ménages les plus modestes ». Et le leader de l'opposition de rappeler que Rennes et son
agglomération cumulent désormais une taxe d'habitation (21,38 %) supérieure à la moyenne des villes de 100
000 à 300 000 habitants (20,26 %).
Caroline Ollivro, au nom du MoDem, a, elle aussi, fait ses calculs. « Pour la Ville de Rennes, la recette fiscale,
en 2009, va augmenter de 7,2 %. Mais il faut y ajouter les hausses décidées par le département et Rennes
métropole. Bref, pour une famille avec deux enfants, vivant dans un logement de 70 m2, l'addition va s'élever à
une centaine d'euros en plus pour la taxe d'habitation. » Et l'élue du Modem de s'interroger à voix haute : «
Avec cette hausse, vous financez le désendettement de la Ville. Est-ce à dire que vous avez des emprunts peu
fiables ? Nous aurait-on menti sur la bonne gestion d'hier ? »
Samedi, ce n'était pas encore la journée de la femme. Mais à peine eût-elle lancé ses attaques que ce fut la fête
de Caroline Ollivro. « Ces propos sont scandaleux ! », s'exclame Sylvie Robert au nom du PS. « Décidément,
vous n'êtes pas très sérieuse. Vous mélangez tout ! », bondit François André. L'adjoint aux finances en fait
serment : « La dette rennaise est saine ! Et si notre produit fiscal va croître cette année, c'est aussi parce que
l'Etat a augmenté les bases des impôts locaux. Et vous le savez ! »
L'affrontement verbal sera toutefois de courte durée. Au final, après dix heures de discours et débat, le budget
2009 a été adopté à la majorité. Les élus de l'URC (Union pour Rennes capitale) et du MoDem ont voté contre.

http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-Budget-la-hausse-des-impots-attise-les-debats-_loc-
852392_actu.Htm

OUEST FRANCE - 8 MARS 2009 - BUDGET DE LA VILLE DE RENNES: L'UMP ET LE MODEM CONTRE

Samedi soir, le budget 2009 de la ville de Rennes a été adopté à une large majorité. Et ce, après dix heures de
débat. L'augmentation des taux de la taxe d'habitation (3%) et du foncier bâti (5,1%) a donc été approuvée, ainsi
qu'un plan d'investissements supplémentaires de 12 millions d'euros afin de soutenir l'économie locale. "C'est
un budget courageux et de combat contre la crise", a commenté le maire Daniel Delaveau. Les huit élus de
droite et les trois élus Modem ont, eux, voté contre. "Les quatre priorités que sont les équipements municipaux,
la tranquillité en ville, l'université et l'urbanisme ne sont pas pris en compte", a estimé Bruno Chavanat au nom

FJ - 23
de l'UMP. "L'augmentation de la fiscalité est peut-être modérée pour vous. Mais certainement pas pour les
Rennais", a pour sa part fustigé Caroline Ollivro pour le Modem.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Budget-de-la-ville-de-Rennes-l-UMP-et-le-Modem-contre_-851564--
BKN_actu.Htm

ANGERS IN MEDIO STATVIRTUS - 7 MARS 2009 – LAURENT GERAULT SUR ANGERS 7

Laurent GERAULT, Président du Modem 49, conseiller municipal d'Angers (groupe de la minorité qui
comprend des membres de la société civile, des personnes issues de la gauche, des membres du Modem
bénéficiant du soutien de François Bayrou et des membres de l'UMP) était l'invité de la chaine Angers 7 ce
samedi 7 mars.
Il s'est exprimé sur les questions clé de la vie municipale: les choix contestables et contestés de la majorité
municipale dont le projet de budget est inadapté aux nécessités de la crise, et dont les effets d'annonce (gel des
tarifs municipaux) sont largement obérés par l'augmentation des prélèvements au titre de l'agglo (ordures
ménagères - eau - transports) et ne prennent pas en compte les besoin sociaux et la nécessité de développer
l'économie de l'agglomération.
Le budget de cette année tant à l'agglomération qu'à la ville révèle avec encore plus d'acuité le dérapage des
coûts du tramway qui absorbe cette année encore plus de parts au titre de l'investissement au détriment du
développement de l'économie. Finalement, c'est bien à l'épreuve des faits que nous nous rendons compte que
lorsque le maire et sa majorité présentent le budget 2009 comme un budget de combat, il n'y a dans ce vocable
qu'un artifice de communication hélas démenti par la réalité dès le debut de l'exercice comptable. Ensuite,
Laurent Gérault est longuement revenu sur le projet européen du MoDem.

http://angersinmediostatvirtus.blogspot.com/2009/03/laurent-gerault-sur-angers-7.html
Cf rubrique « Audiovisuel »

ILE-DE-FRANCE

LE PARISIEN - 11 MARS 2009 -UN TROU DE 9,1 MILLIONS D’EUROS A GRIGNY

LE DÉFICIT abyssal de Grigny a eu raison de l’union sacrée gauche-droite réclamant une rallonge à l’Etat.
Mardi soir, lors du débat d’orientation budgétaire, des élus d’opposition ont demandé au maire PC, Claude
Vazquez, de cesser son bras de fer avec l’Etat. Une stratégie qui s’est traduite, ces dernières années, par le refus
de voter un budget qui sombrait dans le rouge. En 2009, il manquera 3,8 M€ pour « faire face aux besoins
spécifiques de la population ».
Le passif cumulé en quatre ans atteint 9,1 M€, soit 27 % du budget de fonctionnement. « Ces dernières années,
l’Etat nous a regardés tranquillement nous enfoncer, sans prendre en compte les besoins scolaires et sociaux de
Grigny, tempête Claude Vazquez. C’est criminel. » Et l’élu d’assurer que sa commune a maîtrisé l’évolution de
ses dépenses et s’est conformée aux exigences de la chambre des comptes, mais qu’elle souffre d’une
insuffisance chronique de recettes. Grigny réclame le déblocage de prêts à taux zéro et la prise en compte de sa
population réelle. Le recensement comptabilise 26 000 habitants. Il y en aurait 4 000 de plus, soit 900 000 €
d’aides potentielles supplémentaires. « Un modèle de gestion étriqué » « Il faut mettre fin à ce bras de fer stérile
», tacle Serge Gaubier, élu MoDem. Invitant les alliés PS de Claude Vazquez à se démarquer, il stigmatise « un
modèle de gestion étriqué ». Pascal Troadec, ex-adjoint au maire passé dans l’opposition, porte l’estocade. «
Le rapport de force avec l’Etat s’est dégradé parce que Grigny manque de crédibilité. Si on n’est pas capable de
FJ - 24
mettre de l’ordre dans nos finances, Bercy enverra des gens faire le ménage à notre place. » Les élus devraient
se retrouver le 31 mars pour le vote du budget. Cette fois, la majorité a décidé de l’adopter, « soit en
déséquilibre (NDLR : ce qui est interdit par la loi), soit en inscrivant des recettes inspirées de nos
revendications ». La préfecture, elle, ne cesse de rappeler que Grigny est la ville la plus aidée de l’Essonne.

http://www.leparisien.fr/grigny-91350/un-trou-de-9-1-millions-d-euros-a-grigny-12-03-2009-439252.php

LE PARISIEN - 9 MARS 2009 – SAINT-DENIS 93 : POLEMIQUE SUR LE STATIONNEMENT

A match excepionnel, dispositif exceptionnel. La préfecture de Seine-Saint-Denis, le Losc, le Stade de France
et les différents partenaires croyaient cette fois avoir tout prévu pour faire face à l’afflux des 360 cars de
supporteurs lillois samedi soir. « L’an dernier, pour le match Lille - Lyon, le 1er mars, plus de 400 autobus
s’étaient déplacés. Des supporteurs, qui redoutaient de rater le début du match, étaient même descendus par
centaines, à pied, sur l’A 86 », rappelle Jean-François Herdhuin, le directeur départemental de la sécurité
publique.
« Ils mettent en danger les visiteurs »

Cette année, un dispositif très strict d’accueil des cars avait donc été mis en place. « Les bus affrétés par le club
disposaient d’emplacements de parking bien définis. Les policiers supervisaient l’acheminement vers ces aires
de stationnement », explique le club. Un parking d’une cinquantaine de places, situé sous l’A 86, avait
également été réservé pour les autres bus. C’est là que les cars des victimes, qui ne faisaient pas partie du
déplacement officiel, se sont garés. A la construction du stade, en 1998, il avait été prévu qu’aucun bus ne
puisse stationner aux alentours mais au parc des Expositions de Villepinte, à deux stations de RER. La tragédie
de samedi relance la polémique. « Ces stationnements anarchiques mettent en danger les visiteurs. Nous
demandons à la ministre de l’Intérieur d’interdire le stationnement aux abords du stade », enrage Claire O’Petit,
élue MoDem à Saint-Denis.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/polemique-sur-le-stationnement-09-03-2009-435494.php

SUD

COMMUNIQUE DU MODEM 47

OTAN : Lettre ouverte aux députés de Lot-et-Garonne

Le 17 mars, le Premier Ministre engagera la responsabilité de son gouvernement sur le retour de la France dans
le commandement militaire intégré de l'OTAN, Organisation du Traité de l'Atlantique Nord. Nous, adhérents du
Mouvement Démocrate de Lot et Garonne, demandons à tous les députés issus du Lot-et-Garonne de s'exprimer
clairement en votant contre ce projet.

Depuis 1966 et du fait de la décision du Général de Gaulle, la France ne fait plus partie du commandement
intégré de l'OTAN. Cette décision a garanti à la France son indépendance militaire et nucléaire. Elle y a gagné
une voix forte, ferme et écoutée de tous ses partenaires. Aujourd'hui encore, cette position équilibrée permet à
la France, sans être donneuse de leçon ni condescendante, le recul et l'indépendance nécessaires pour
déterminer la justesse de ses décisions et de ses interventions aux plans diplomatiques et militaires, dans le sens
d'un meilleur équilibre du monde.

FJ - 25
En prenant cette décision d'alignement, le Président de la République va modifier la centralité et l'indépendance
de cette position de la France, sans aucune contrepartie favorable à la mise en place d'une défense européenne
autonome. Quant à la voix de la France, ayant rejoint le chœur des alliés inconditionnels des Etats-Unis, elle
aura perdu ce qui la rendait si précieuse pour tant de pays dont elle aidait à faire entendre le point de vue.

Dès lors, on voit bien, comme l'a récemment déclaré le philosophe Régis Debray, que " Pour Sarkozy,
l'occident c'est l'Amérique. Pour Bayrou, l'occident c'est l'Europe ". Oui, plus que jamais, en cette période de
crise majeure, c'est l'Europe qui doit être notre priorité et notre bien commun.

La Présidence Collégiale
Mouvement Démocrate de Lot-et-Garonne

www.modem47.com
www.mouvementdemocrate.fr

SUD-OUEST – 16 MARS 2009 – BOBET A FORTIFIE LE MODEM

LE BOUSCAT. L'alliance entre droite et centre a explosé un mois après les élections. Le maire Patrick Bobet a
relégué le MoDem dans l'opposition, au bénéfice de son unité girondine
Avec 65 % des voix au premier tour, le maire du Bouscat, Patrick Bobet avait tout pour passer un deuxième
mandat tranquille. Mais voilà : dans son souci de rassemblement avec ses amis centristes (14 % des suffrages),
Patrick Bobet avait oublié une donnée nouvelle : l'UDF était devenue le MoDem. Non pas une nébuleuse aux
idéaux vagues, soumise sans trop rechigner à la majorité UMP ou apparentée, mais un vrai parti obsédé par son
autonomie. Pire encore, dans ce groupe MoDem de sept élus baptisé Bousc'avenir figurait l'un des moins
modérés (on allait écrire le moins centriste) du nouveau parti de François Bayrou : Bruno Asseray.
Cet homme d'affaire hexagonal possède un CV politique discontinu : « Il avait le profil d'une personne de
droite. D'ailleurs, quand mon prédécesseur Jean Valleix me l'a présenté avant les élections de 2001, il venait du
RPF de Charles Pasqua », raconte Patrick Bobet.
Durant le premier mandat, rien de troublant ne se passa. Sauf aux législatives, neuf mois avant les municipales
de 2008 : « Il a été le suppléant de Véronique Fayet sur une liste MoDem opposée à celle où je figurais moi-
même, derrière Chantal Bourragué, sur la première circonscription. Je n'ai pas trouvé ça bien, mais j'ai fini par
le considérer comme une péripétie. » En revanche, le maire du Bouscat dit être tombé des nues quand il
découvrit en avril que son adjoint avait réclamé dans une lettre ouverte un groupe autonome MoDem à la CUB
: « Cela me mettait en porte-à-faux vis-à-vis d'Alain Juppé, auquel j'avais assuré qu'il aurait quatre sièges du
Bouscat dans le groupe Communauté d'Avenir », dit le docteur Bobet.
Démission et conflit
Celui-ci démissionna de la CUB pour provoquer de nouvelles élections internes au Bouscat. Elles précipitèrent
cinq MoDem sur sept dans l'opposition municipale, aux côtés des socialistes, et Bruno Asseray dans une
situation inédite à la CUB, en position de franc-tireur isolé : « Je ne vais pas revenir dans un groupe
Communauté d'avenir qui m'a exclu », justifie-t-il aujourd'hui.
Dans ses allées et venues, Bruno Asseray a obtenu le soutien unanime du MoDem départemental alors que le
mouvement, en pleine restructuration, se trouvait agité par des turbulences. Rapprocher Asseray du duo Didier
Cazabonne-Joan Taris et sédimenter un mouvement auparavant inconsistant : telle fut la première conséquence
de l'imbroglio du Bouscat. Le MoDem peut remercier Bobet.
Situation ambiguë

FJ - 26
On passera sur les chamailleries au conseil municipal pour des candélabres et des oliviers. « M. Bobet ne nous
reconnaît pas le droit d'opposants, c'est la guerre ouverte », dit Bruno Asseray. « Ce n'est pas sérieux, répond le
maire, les gens de Bousc'avenir ont la parole et reçoivent les documents en temps et en heure, mais c'est vrai
que ces pinaillages incessants donnent des conseils fastidieux et agaçants. »
De ces épisodes, faut-il conclure que Le Bouscat est devenu une sorte de laboratoire de conflits futurs entre
UMP et MoDem, alliés de circonstances locales ? Patrick Bobet n'est pas d'accord : « D'abord, dans mon rôle
de maire, je ne suis pas UMP. Ensuite, je n'ai pas de problème spécifique avec le MoDem puisque deux élus sur
les sept sont restés dans ma majorité. Je garde d'excellentes relations avec les frères Cazabonne et Jacques
Mangon, dont je déplore au passage qu'il ait trouvé sur sa route un UMP lors des dernières municipales de
Saint-Médard-en-Jalles. Non, mon problème, c'est Bruno Asseray, que j'ai eu la malchance d'avoir chez moi
mais qui aurait tout aussi bien pu se trouver ailleurs. J'ai été trompé dans mon désir d'ouverture et cette affaire
m'a longtemps perturbé. »
La théorie de l'homme seul bute toutefois sur un fait : Bruno Asseray a l'appui de la majorité du MoDem au
Bouscat, et son colistier Luc Pascal a été élu délégué du parti sur la première circonscription avec le soutien de
Véronique Fayet, elle-même adjointe d'Alain Juppé et personnalité influente à la CUB. « Cette opposition
nouvelle, c'est une vraie déception pour moi », reconnaît le maire, qui avait choisi lui-même les personnalités
du MoDem parmi les dix présentées par Asseray. Et maintenant, il vit avec.
Ailleurs aussi, les relations sont tendues
Si le Bouscat est le lieu le plus remarquable des relations conflictuelles entre une majorité de droite et le
MoDem, il n'est pas le seul. À Bazas, la centriste Sophie Mette et ses cinq colistiers sont des opposants résolus
au maire Bernard Bosset, d'où des éclats spectaculaires en conseil municipal. À Barsac, le maire MoDem
Philippe Meynard aurait probablement été élu conseiller général du canton si l'ancien député UMP Philippe
Dubourg n'avait agi en coulisses pour le faire battre, ce qui a profité au socialiste Hervé Gillé. À Libourne, la
centriste Josette Daniel a refusé de s'allier avec le député UMP Jean-Paul Garraud et s'est publiquement réjouie
de l'élection de Gilbert Mitterrand à la mairie. À Saint-Médard-en-Jalles et Eysines, un MoDem bénéficiant a
priori du soutien de l'UMP, a vu un élu de droite lui compliquer la tâche au bénéfice de la gauche. En revanche,
à Bordeaux, la cohabitation est sans nuages entre UMP et MoDem. Mais si Alain Juppé confirme son intention
de se présenter aux législatives de 2012, il peut fort bien exiger que ses alliés de la mairie ne présentent
personne contre lui pour renforcer ses chances d'être élu au premier tour. Or, Joan Taris a déjà annoncé qu'il
présenterait un candidat...
Auteur : HERVÉ MATHURIN
h.mathurin@@sudouest.com

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/article/530811/mil/4288026.html

SUD-OUEST - 13 MARS 2009 - STATU QUO ET PAIX ARMEE

TALENCE. La campagne est encore présente dans la mémoire d'Alain Cazabonne et de Gilles Savary. Le débat
pourrait repartir au quart de tour entre les deux hommes
Ce fut un des grands duels de la campagne. En politique, ils ne font que des blessés. « Il n'a laissé aucune trace
chez moi. Je ne regarde jamais en arrière, mais je me souviendrai longtemps de cette campagne » dit Gilles
Savary (PS), un an après. Pour Alain Cazabonne (Modem), « le temps fait son oeuvre qui estompe tout, sauf les
attaques personnelles. »
Donc, ce ne fut pas un duel à mort. Gilles Savary a perdu une bataille, celle des municipales. Mais Alain
Cazabonne avait perdu la précédente, celle des cantonales.
Le socialiste éliminé après un retournement de tendance entre les deux tours, n'a pas disparu du paysage
talençais. Il a même été réélu. En effet, ayant démissionné du Conseil municipal au lendemain de sa défaite, il
perdait son mandat départemental à cause d'une loi applicable aux députés européens. Nouvelles élections
FJ - 27
cantonales, auxquelles cette fois, le centriste Alain Cazabonne ne s'est pas présenté. Et Gilles Savary a retrouvé
son fauteuil.
Tout ça pour perdre maintenant celui de député européen, à l'issue de manoeuvres byzantines au sein du PS...
Toujours la chicane
Après le duel, le face à face quotidien pouvait reprendre. « J'aspire à travailler avec le maire pour être utile aux
Talençais », dit aujourd'hui Gilles Savary. « Mais je regrette de ne pas avoir été invité à l'inauguration du
gymnase Boris Diaw. » « Faux ! », rétorque Alain Cazabonne. « Il m'a même téléphoné pour me demander s'il
pourrait prendre la parole. » Ce gymnase à partager entre sportifs talençais et élèves du collège Henri-Brisson,
dépendant du Conseil général, est une pomme de discorde talenço-talençaise qui a alimenté plusieurs années de
polémique. Et cela continue donc...
À ce genre de détail on vérifie que les deux hommes sont prêts à démarrer de nouveau au quart de tour, comme
des voisins de quartier pour un problème de boîte aux lettres ou de politesse.
Fort heureusement, ils s'opposent aussi sur le plan des idées et de leur vision de la ville. Du point de vue du
conseiller général, c'est simple, le maire n'en a aucune, ou presque : « Il n'a pas de politique globale
d'urbanisme. Il mène les dossiers au coup par coup. Même la création du centre-ville, il la doit à son
prédécesseur, Gérard Castagnéra. »
Gilles Savary fustige « l'Eldorado des promoteurs », le développement d'une « ville-dortoir », notamment pour
des étudiants, en lieu et place de liens plus valorisants avec l'université qu'il pensait pouvoir tisser s'il avait
accédé au fauteuil. Une grande partie de Bordeaux 1 se situe en effet à Talence. Pour appuyer l'argument
pendant sa campagne, des jeunes socialistes avaient même fait sensation en descendant en pyjama, sur la place
centrale. La discussion avec le maire avait été chaude.
Au pied du mur
Le sujet le défrise toujours et pas seulement au saut du lit : « Chaque fois que nous l'avons pu, nous avons fait
des opérations publiques : ZAC du centre-ville, rénovation de Thouars, friches, comme l'opération Renaissance
(1) et on a fait réserver des emplacements au PLU. J'ai porté le projet du tram qui est un axe fort, malgré les
difficultés, un dossier sur lequel je n'ai pas bien compris la position de M. Savary. De même, je ne le trouve pas
clair sur le projet de foyer de jeunes travailleurs et de logements porté par Aquitanis, office HLM de la
Communauté urbaine de Bordeaux, présidée par un socialiste (Vincent Feltesse). »
De son côté Gilles Savary trouve que la requalification du Quartier de Thouars piétine. Comme beaucoup de
villes de l'agglomération bordelaise, Talence a une cité d'habitat social.
Enclenché depuis plusieurs années, le processus joue de l'accordéon au gré des financements. Compte tenu de
la crise, et de la situation de l'ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine), le maire s'estime heureux
d'avoir pu sauver la restructuration du centre commercial.
Dans ce contexte, la collaboration entre les deux hommes se fait plus du bout des doigts que main dans la main.
Gilles Savary balance qu'il travaille davantage avec certains membres de son équipe qu'avec le maire lui-même.
Alain Cazabonne préférerait que « le conseiller général soit plus le défenseur du canton de Talence que du
Conseil général qui privilégie les zones rurales. »
En attendant, l'un comme l'autre auront un point commun quand Gilles Savary ne sera plus député européen :
travailler à temps plein chacun à leur poste. En chiens de faïence ?
(1) Où se trouve le fameux gymnase, mais aussi prochainement des logements et une crèche.
L'université, source d'identité
Ville dans la ville, l'université est un monde à part. Dans sa campagne, Gilles Savary, avait symboliquement
tracé un trait d'union avec sa formule « Univers-cité ». C'est par là que Talence peut renforcer son identité, mais
selon lui, on est loin du compte avec la politique municipale : « Cela ne doit pas être un dortoir pour étudiants.
Pessac a capté l'image d'UNITEC. Il faut rééquilibrer les choses et ne pas simplement subir la politique du
CROUS et de l'université, jusqu'à se faire piquer une rue. »
Estimant justement que la commune de Pessac tirait un peu trop la couverture UNITEC à elle, la municipalité
talençaise a lancé un projet de pépinière. « Il est compromis », reconnaît le maire qui met en cause le jeu de
FJ - 28
yoyo des financements. « Il est mort », dit Gilles Savary pour qui, le dossier a été mal géré. Quant au projet de
privatisation d'une voie par Bordeaux 1, il a été bloqué après mobilisation des riverains.
Ouvrir la ville sur l'université et vice-versa. Les deux hommes sont au moins d'accord sur ce point. Gilles
Savary, l'Européen, voit grand sur le plan culturel, sportif, social, économique, international. Le maire met en
avant des mesures concrètes, déjà opérationnelles : partage d'une salle, échanges culturels, transferts de
technologie avec Bordeaux UNITEC et Talence innovation, création d'un conseil municipalité-étudiants. Il
propose aussi la création d'une salle des congrès intercommunale avec l'Université. Gilles Savary lui accorde
même en prime « une petite opération avec des étudiants étrangers... qu'il a dû prendre sur notre programme. »
« J'envisage une reconversion professionnelle. J'ai plusieurs propositions. » Evincé des prochaines européennes,
Gilles Savary s'apprête à reprendre contact « avec la vraie vie des vraies gens comme dit la formule ». 10 ans au
Parlement européen lui ont donné de quoi rebondir. Sur le plan politique, il compte aller au bout de son mandat
de conseiller général (2011), avec une permanence plus modeste : « Ensuite, je verrai si je me représente ou
pas. » N'étant pas « déclarateur précoce » et « sans plan de carrière », il ne s'avance pas jusqu'aux prochaines
municipales. Mais les législatives sont plus proches et... « Je ne dis pas fontaine, je ne boirai pas de ton eau. »

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/article/528666/mil/4280492.html

SUD-OUEST - 10 MARS 2009 – PAU : LES FANTOMES DE L'ERE LABARRERE

Voilà bientôt trois ans qu'André Labarrère s'est éteint, à Pau, dans l'intimité neutre d'une petite chambre de
l'hôpital auquel il avait tenu à donner le nom de « François-Mitterrand ». Ce 16 mai-là, tout le monde louait
l'oeuvre du grand homme politique qui façonna, trente-cinq ans durant, le quotidien des Palois. Et pourtant. Un
an après l'accession au pouvoir de Martine Lignières-Cassou, qui fut sa première adjointe, le nom de l'ancien
maire n'a été donné à aucune rue, aucune place (1). Même le projet de la députée-maire PS, énoncé en mai
2008, de « commencer » par commander la réalisation d'une statue, n'a guère avancé. Manque de volonté
politique ?
« Il y a des urgences »
« Nous savons tous qu'il y a des urgences, et nous savons aussi que la précipitation n'est pas un gage d'efficacité
» déclarait l'élue, au lendemain des municipales, pour qualifier sa méthode. On ne peut pas dire qu'en matière
d'hommage au « père » des socialistes palois, la précipitation soit de mise... Pas plus que l'efficacité, d'ailleurs.
Et pour cause. La nouvelle municipalité de gauche - bien que composée de 6 élus « sortants » sur 35 - n'a eu de
cesse, en un an de mandat, de s'affranchir de « l'héritage Labarrère ».
« Par la volonté des Palois »
Un héritage clairement mis au placard moins d'une semaine après le second tour. Le 21 mars, l'élue remercie en
effet « solennellement » celui qui lui a mis le pied à l'étrier politique dès 1977, pour l'avoir « mise dans les
conditions d'accéder à ce siège », avec pour conséquence « d'être là, pleinement, par la volonté des Palois ».
André Labarrère, qui n'a jamais désigné de dauphin, aurait donc aidé la députée à devenir maire en ne lui
servant pas l'Hôtel de ville sur un plateau, mais en l'obligeant à le conquérir !
De quoi se sentir politiquement les mains libres. Libres pour accomplir la « révolution » annoncée. Parce qu'il
ne s'agit pas d'une simple succession, au lendemain de l'épisode Urieta. D'un simple changement de style, de
personnalité.
La réforme se veut profonde, sans compromis ni retour. Réforme de la gouvernance, d'abord. Plus question de
cautionner « le pouvoir d'un seul homme » selon le mot de l'adjoint délégué à la gestion du personnel municipal
- le premier du genre. « Les temps ont changé. Les choses ne se gèrent plus en cinq minutes dans le bureau du
maire. »
La preuve. Le fantôme des « anciennes pratiques » de l'ère Labarrère de plus en plus ouvertement qualifiées de
« clientélistes » rode dans les couloirs de l'Hôtel de ville. Mais la « nouvelle gouvernance » s'installe au sein des
services comme à l'extérieur. L'ancienne trotskiste a fait campagne sur le thème du collectif, dans sa diversité.
FJ - 29
Les adjoints et conseillers délégués, ses cadres, ont de vraies délégations et le directeur général des services
recruté à la Caisse des dépôts et consignations, Jean-Pierre Cremer, une vraie mission de modernisation.
Jean-Pierre Cremer, qui fait son petit effet lors des voeux au personnel, en janvier, en livrant un « diagnostic
clinique » sans concession de l'état de fonctionnement des services ! Un ange passe... Les fidèles d'André
Labarrère que sont Yves Urieta et Josy Poueyto s'indignent. Mais, en interne, on ne bronche guère. Les
résistances se révèlent finalement plus tonitruantes à « l'extérieur ».
On entend des commerçants, des associations se plaindre de ne pas être reçus par la députée-maire « comme le
faisait André Labarrère », mais par ses adjoints. Des plaintes relayées par les élus d'opposition. « Les Palois ne
sont plus écoutés ! » lance l'ancien maire Yves Urieta (Gauche moderne), en novembre, quand les Amis du
Musée des beaux-arts doivent tenir leur salon d'automne ailleurs qu'au musée, pour la première fois depuis un
siècle ! Là encore, les accords conclus par le passé avec Labarrère sont caducs. La municipalité veut conserver
les moyens de mettre en oeuvre son projet de sortir de l'« ère Labarrère ». Elle ne renonce pas, non plus, à son
engagement de campagne quand la Section Paloise rugby réclame 200 000 ? d'aide publique en plus en prenant
l'opinion à témoin.
Méthode à risque
La méthode reste la même coûte que coûte : ne pas traiter au coup par coup des dossiers, mais les aborder dans
leur contexte global. Agir en profondeur, avec des concrétisations fortes dans la deuxième partie de mandat
(couloirs de bus, nouveaux locaux associatifs...), au risque de générer de l'impatience et donc du
mécontentement.
Plan de circulation calamiteux ? Équipements sportifs coûteux ? Impôts trop élevés ? État catastrophique des
piscines ? Fin des paris au jaï alaï ? L'année écoulée s'est révélée extrêmement riche en dossiers « chauds », en
mauvaises surprises et levées de boucliers. Le signe qu'il faudra du temps pour tourner la page. André Labarrère
n'a toujours ni statue, ni rue à son nom. Mais son ombre reste bel et bien présente à Pau.
(1) La commission constituée autour du projet ne s'est réunie qu'une fois. Mais le boulevard du Midi, qui
prolonge le boulevard des Pyrénées vers le château, paraît être désigné pour porter le nom d'André Labarrère
et recevoir une oeuvre encore indéterminée à sa mémoire.

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/pau/article/525122/mil/4263376.html?L=0%3D151eff8ae6%3D6efce
701cb&cHash=f600ce71f4

SUD-OUEST - 9 MARS 2009 - PIERRE MAUDOUX REVIENT A LA CHARGE

TRANSPORTS SCOLAIRES. Le délégué du Mouvement démocrate invite Dominique Bussereau à saisir la
Cour régionale des comptes
En novembre dernier, par le biais d'une lettre ouverte, Pierre Maudoux, délégué du Mouvement démocrate
(Modem) dans la troisième circonscription, avait invité Dominique Bussereau, le président UMP du Conseil
général, à créer une commission « pluraliste et indépendante pour évaluer les grosses difficultés dans le
transport scolaire survenues en septembre 2008 et après ».
Répondant le 21 janvier dernier à Pierre Maudoux, Dominique Bussereau ne niait pas les dysfonctionnements
survenus lors de la rentrée scolaire. Le patron du Département les qualifiait même de « très pénalisants pour les
élèves et leurs familles ». Mais il rappelait aussi que le Conseil général avait « pris ses responsabilités » et
ajoutait : « Tout a été mis en oeuvre pour que des solutions rapides et concrètes soient trouvées aux difficultés.
»
Les raisons d'un refus
Enfin, Dominique Bussereau annonçait à Pierre Maudoux qu'il ne réserverait pas une suite favorable à sa
demande car celle-ci « ne s'inscrit pas dans les règles de fonctionnement des collectivités territoriales telles que
définies par le législateur ».
FJ - 30
Pierre Maudoux ne lâche pas pour autant le morceau : « Le Mouvement démocrate de Charente-Maritime, par
ma voix, ne réclamait rien d'autre que la lumière quant aux conditions de réalisation d'un appel d'offres pour
une délégation de service public qui concerne nombre d'enfants du département et leurs familles, et tous les
contribuables de Charente-Maritime ». Et d'ajouter : « Dominique Bussereau n'a donc pas répondu aux souhaits
de transparence des décisions politiques et de leur mise en oeuvre que je lui soumettais ».
« Prévu par le législateur »
Dans ces conditions, Pierre Maudoux suggère aujourd'hui au président du Conseil général de saisir, sur le sujet
des transports scolaires départementaux, la Cour régionale des comptes. « Ce qui est prévu par le législateur et
s'inscrit dans le mode de fonctionnement des collectivités territoriales », ajoute le délégué de circonscription du
Modem, en écho aux raisons du refus exprimé par Dominique Bussereau sur sa demande initiale.
Dans une longue argumentation écrite, Pierre Maudoux revient, notamment, sur l'amplitude horaire que doivent
supporter, encore aujourd'hui, certains adolescents « parce qu'il y a eu suppression d'offres horaires de transport
». Et d'asséner : « Il s'agit bien d'un choix politique qui oblige les jeunes à plus d'heures d'études en fin de
journée ou à attendre en dehors des établissements. Les familles apprécieront. »

http://www.sudouest.com/charente-maritime/actualite/saintonge/article/524170/mil/4258287.html

SUD-OUEST- 12 MARS 2009 – L'APRES DIDIER BOROTRA EXCITE LES CONVOITISES

BIARRITZ. Élu pour six ans, le sénateur maire souhaite aller au bout de son mandat et de ses projets. Mais la
course à sa succession provoque déjà quelques tensions dans sa majorité
Serré de près par Max Brisson et Michel Veunac, Didier Borotra n'a qu'une obsession, mener à bien son
programme d'ici 2014, en particulier l'énorme projet Biarritz Océan.
On le dit de plus en plus autoritaire et exigeant, partageant le pouvoir avec parcimonie, soufflant le chaud et le
froid sur ses troupes et ses collaborateurs. Un an après la réélection sans doute la plus compliquée de sa carrière
politique marathon, Didier Borotra n'a jamais semblé plus imperméable aux sautes d'humeur de l'opinion
publique. Les attaques sur le « coût pharaonique » du PPP (Partenariat public privé) Biarritz Océan _attribué en
juillet dernier à un collectif mené par Vinci_ le galvanisent plus qu'elles ne le contrarient. Le contexte
économique et social mondial calamiteux le conforte paradoxalement dans ses certitudes.
Son combat dit-il, c'est « l'après crise, préparer les emplois de demain ». L'extension du musée de la Mer et la
construction de la Cité de l'océan et du surf doivent parachever toujours selon lui, un programme pour redonner
du souffle à la cité. Une « vision » de Biarritz élaborée en 1991. Et tant pis si certains doutent encore.
Avertissement
Dans ces conditions, Didier Borotra s'active et se presse, menant chaque dossier à la baguette. Le seul patron,
c'est lui, rappelle-t-il à qui veut bien l'entendre. Et il y a encore tant à faire pour boucler son programme qu'il
n'est pas question de quitter le navire en pleine mer. « Si j'en ai la force physique, il n'y a aucune raison que je
m'arrête avant la fin de ce mandat ». Et après ? « Ça, c'est une autre histoire », glisse l'édile avec malice. « À 71
ans je me rends bien compte que je n'ai plus l'énergie de 1991. 2014, c'est encore loin ».
Un avertissement qui vaut autant pour lui que pour les dauphins qui auraient la tentation d'être trop pressés. Car
dans les coursives de l'hôtel de ville, la fièvre monte déjà. Il se murmure même que plusieurs élus auraient déjà
parié sur un éventuel retrait avant terme du sénateur maire de Biarritz. Après tout, ce dernier avait bien lui
même hâté le départ de Bernard Marie dans les conditions que l'on sait.
Son fidèle lieutenant, Michel Veunac (MoDem), n'y croit pas. « Moi, je suis un légitimiste, Didier Borotra a été
élu par les Biarrots pour six ans et, sauf cataclysme, il ira au bout. » Quant à Max Brisson (UMP), il se veut lui
aussi prudent, caressant le sénateur maire dans le sens du poil dans son blog hebdomadaire.
Du fait que les dés sont donc encore loin d'être jetés, mais que la question de la succession est déjà bien ouverte
au sein de la majorité plurielle de Biarritz, la tension est parfois bien palpable. À la tête d'une section

FJ - 31
disciplinée comme un commando et très active sur le terrain, l'UMP Max Brisson ne cache plus son désir
d'occuper un jour le siège de maire, et même de sénateur.
Candidat extérieur
Moins activiste et entouré de troupes plus discrètes, le MoDem Michel Veunac, n'a pas encore renoncé à toute
ambition.
Ce duel pour l'instant très feutré est observé du coin de l'oeil par les élus de gauche et les abertzale de la
majorité emmenés par des leaders qui n'ont pas la réputation d'être des requins en politique : Guy Lafite, André
Labèguerie, Michel Poueyts. « Ce ne sont pas des tueurs, ils ne pourront qu'être des alliés de circonstance de
l'un des trois candidats déclarés », estime un élu.
L'hypothèse fort vraisemblable de l'irruption d'un candidat venu de l'extérieur dans la bataille de 2014 n'est pas
à exclure. Le retour de la famille Marie, avec Michèle, la fille, bien sûr, est aujourd'hui peu probable. «
Franchement, MAM a d'autres chats à fouetter. Mais il est fort probable qu'elle aura son mot à dire à l'heure de
choisir le candidat de l'UMP et le successeur de Didier Borotra », estime un proche du ministre de l'Intérieur.
Michel Veunac ne doute pas, qu'« une ville de 30 000 habitants suscitera forcément les convoitises d'une
personnalité politique d'envergure ». Et si c'était une femme ? Où un jeune pour l'instant discret ?
Depuis son bureau « présidentiel », Didier Borotra observe ce cirque sans grand intérêt. Ces grandes ou petites
(rayez la mention inutile) manoeuvres l'agacent. Les observateurs notent qu'il a ces derniers temps repris son
gant de fer pour taper sur les doigts de quelques élus un brin dissipés au sein d'une majorité composite. Un peu
comme ces cocktails qui deviennent explosifs si on les secoue un peu trop.

http://www.sudouest.com/accueil/actualite/article/527396/mil/4271014.html

NICE-PREMIUM – 10 MARS 2009 - LE MODEM PRESENTE UN CANDIDAT DE NOTRE REGION POUR LES ELECTIONS
EUROPEENNES DE 2009

Le Mouvement Démocrate (MODEM) a présenté il y a quelques jours sa liste pour les élections européennes de
2009. Dans notre région c’est Jean-Luc Bennahmias (ex-Verts) qui représentera le Sud-Est côté Modem.
J-F Kahn, Robert Rochefort, Sylvie Goulard, présidente du Mouvement Européen France, sont les têtes de de
liste du parti de François Bayrou.
Des personnalités issues de la société civile tels que le journaliste Jean-François Kahn, le directeur général du
Credoc Robert Rochefort et la chercheuse Sylvie Goulard font partie des têtes de listes du Mouvement
Démocrate (MoDem) aux européennes du 7 juin. Des piliers du MoDem telles que Marielle de Sarnez (Ile-de-
France), Corinne Lepage (Nord-Ouest) et Jean-Luc Bennahmias (Sud-Est) figurent également parmi les têtes de
liste désignées lors d’un bureau exécutif mardi soir. Jean-François Kahn, fondateur de l’Evénement du Jeudi
puis co-fondateur de Marianne, dirigera la liste du MoDem dans la circonscription de l’Est, avec en numéro
deux l’eurodéputée sortante Nathalie Griesbeck et en numéro trois l’ancien secrétaire national des Verts Yann
Wehrling, qui a adhéré en novembre au MoDem. Le directeur général du Centre de recherche pour l’étude et
l’observation des conditions de vie (Credoc),Robert Rochefort, sera tête de liste dans le Sud-Ouest, avec en
numéro deux l’euro députée sortante Anne Laperrouze. Sylvie Goulard, présidente du Mouvement européen
France et ancienne conseillère de Romano Prodi lorsqu’il présidait la Commission européenne mènera pour sa
part la liste MoDem dans l’Ouest. En Ile-de-France, la liste sera dirigée par l’eurodéputée sortante Marielle de
Sarnez, avec le député européen sortant Bernard Lehideux en deux, et la présidente-fondatrice de l’association
des Marianne de la Diversité, Fadila Mehal, en trois. Dans le Nord-Ouest, l’ancienne ministre de
l’environnement Corinne Lepage, vice-présidente du MoDem, sera tête de liste avec le maire de Saint-André-
lez-Lille Olivier Henno en numéro deux. L’ex-Verts Jean-Luc Bennahmias, eurodéputé sortant, conduira la liste
MoDem dans le sud-est, avec en numéro deux la conseillère régionale Fabienne Faure et l’ex-député Gilles
Artigues en trois. L’eurodéputé sortant Jean-Marie Beaupuy dirigera la liste de la région Centre, avec en

FJ - 32
numéro deux Cherifa Adaissi, ex-maire adjointe de Blois. François Bayrou donnera le coup d’envoi de la
campagne du Modem dimanche 8 février lors d’une conférence nationale à la Mutualité à Paris.

http://www.nice-premium.com/article/le-modem-presente-un-candidat-de-notre-region-pour-les-elections-
europeennes-de-2009.4264.html

NOUVELLES D’ARMENIE – 12 MARS 2009 - FLORENCE MARDIROSSIAN PRESSENTIE PAR LE MODEM
par Stéphane/armenews
Du côté du MoDem, où l’on sait que la liste sud-est sera conduite par Jean-Luc Bennahmias, suivi de Fabienne
Faure et de Gilles Artigues, il est de plus en plus probable que le premier des rhodaniens sera... une
rhodanienne, à la quatrième ou sixième place.
Florence Mardirossian, jeune femme de 34 ans, spécialiste des relations internationales. Elle est, en outre, la
fille d’une des personnalités de la communauté arménienne régionale, Jules Mardirossian.
Ce dernier est président du Conseil de coordination des associations arméniennes de France (CCAF) - Lyon
Rhône-Alpes. La jeune élue MoDem fut l’une des chevilles ouvrières de la réalisation du Mémorial lyonnais du
génocide arménien, inauguré il y a quelques années place Antonin-Poncet à Lyon.

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=49630

CENTRE

FR3 REGION 12 MARS FRANÇOIS BAYROU EN HAUTE-VIENNE :

Le président du MoDem effectue un tour de France des régions à la veille du scrutin de juin.

Cette visite se traduit par un déplacement à Flavignac (Haute-Vienne) où François Bayrou doit se rendre
notamment dans une ferme. Toujours adepte d'une "troisième voie", le leader centriste défend plus que jamais
une "solution politique nouvelle".
Le 24 février dernier, le Mouvement Démocrate de la Haute-Vienne recevait Jean-Marie Beaupuy, tête de liste
MoDem de la cironscription Massif-Central Centre (Auvergne, Centre, Limousin). à venir reportage sur la
visite de François Bayrou et entretien dans le journal de France 3 Limousin (19h)

http://limousin-poitou-charentes.france3.fr/info/52386966-fr.php

FJ - 33
ACTUALITES

MAYOTTE

MALONGO-MAYOTTE – 15 MARS 2009 - MAYOTTE : LA CAMPAGNE OFFICIELLE DEBUTE CE LUNDI

La campagne officielle en vue de la consultation du 29 mars sur le statut de département d’outremer débute ce
lundi 16 mars à Mayotte, et se terminera le vendredi 27 mars à minuit.
La campagne officielle en vue de la consultation du 29 mars sur le statut de département d‘outremer, d’une
durée de près de deux semaines, débute lundi 16 mars ; elle se terminera vendredi 27 mars à minuit. Durant
cette période, l’administration (et notamment le préfet) est soumise au devoir de réserve, et les cinq partis
politiques - MDM, Modem, UMP, PS et Nema - officiellement habilités par la Commission de contrôle des
opérations électorales pour faire campagne, auront en tout quatre heures d’antenne - deux sur Radio Mayotte
et deux sur Télé Mayotte - pour avancer leurs arguments. Tous sont favorables au « oui ».
Comme d’habitude, la veille du scrutin, le samedi 28 mars, sera un jour neutralisé : aucun meeting ni
intervention radio ou télé ne sera toléré.
Le 29 mars, les 130 bureaux de vote disséminés dans l’île ouvriront à 8 heures et fermeront à 18 heures. Les
résultats devraient être dévoilés dans la soirée.
71.122 électeurs sont appelés à se prononcer sur le statut de département et région d’outremer. Ils devront
répondre à la question suivante : « Approuvez-vous la transformation de Mayotte en une collectivité unique
appelée département régie par l'article 73 de la Constitution et exerçant les compétences dévolues aux
départements et Régions d'outre-mer ? »
RC

http://www.malango-mayotte.com/actu/article-mayotte__la_campagne_officielle_debute_ce_lundi-4853.htm

ELECTIONS EUROPEENNES

EXPRESS - 11 MARS 2009 - EUROPEENNES: LE MPF ESPERE "RENVERSER LA MAJORITE" AVEC LIBERTAS

Philippe de Villiers a annoncé ce mercredi le lancement de sa campagne pour les élections européennes. Sous la
bannière du rassemblement Libertas de l'Irlandais Declan Ganley, le MPF présentera huits listes avec le parti
Chasse Pêche Nature et Tradition de Frédéric Nihous.
Le président du Mouvement pour la France (MPF), Philippe de Villiers, a lancé ce mercredi sa campagne des
européennes sous la bannière de Libertas, le rassemblement de l'homme d'affaires irlandais Declan Ganley,
avec qui il espère "renverser la majorité" au Parlement de Strasbourg.
Lors d'une conférence de presse avec le leader du "non" irlandais au traité de Lisbonne et de Frédéric Nihous,
patron de Chasse Pêche Nature et Tradition (CPNT), avec qui il fait alliance pour ce scrutin, Philippe de
Villiers a brocardé "les fous furieux" qui, à Bruxelles, "continuent de broyer des traditions, des peuples et leurs
singularités".
Huit listes "communes" MPF-CPNT seront montées pour ce scrutin, dont l'une sera conduite dans la
circonscription de l'Ouest par Philippe de Villiers et une autre dans le Nord-Ouest par Frédéric Nihous. Les six
autres têtes de listes seront désignées d'ici "une quinzaine de jours".
Peser au Parlement
Pour justifier de partir aux côtés de l'homme d'affaires irlandais, qui suscite des critiques dans les rangs
souverainistes, M. de Villiers a souligné que ce dernier ambitionnait d'avoir des listes Libertas dans chacun des

FJ - 34
27 pays européens, ce qui pourrait permettre, en cas de large victoire, de peser largement sur le Parlement, voire
d'y être "majoritaire".
Il a assuré que Libertas ne verserait "pas un centime" dans la campagne en France, qui sera payée uniquement
par le MPF et CPNT.
"Le vote Libertas est un vote efficace", a renchéri Frédéric Nihous: "n'envoyons pas à Strasbourg des gens qui
ont été désavoués lors du dernier référendum!" sur le traité européen.
Declan Ganley, a pour sa part tenu à minimiser les différences de vue qui pouvaient exister avec ses nouveaux
alliés français, notamment sur l'Otan, ou l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. "Nous avons plus de
points d'accords que de différences", a-t-il assuré.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/europeennes-le-mpf-espere-renverser-la-majorite-avec-
libertas_746134.html

SONDAGE - 10 MARS 2009 - BLOG COULISSES DE BRUXELLES - ELECTIONS EUROPEENNES: LARGE DESINTERET DES
FRANÇAIS

Seulement 53 % des Français se disent intéressés (18 % « très intéressés », 35 % « un peu ») par les élections
européennes du 7 juin 2009, selon un sondage (http://bruxelles.blogs.liberation.fr/envoi06mars09.pdf) publié le
6 mars par l’institut LH2. C’est très peu, même si c’est mieux qu’en 2004 où ils n’étaient que 46 % à la même
époque. Surtout, 52 % des personnes interrogées affirment qu’elles se détermineront en fonction des enjeux
nationaux et non de leurs « souhaits pour l’Europe ».
La structure des réponses est intéressante. L’intérêt pour l’Europe croît avec l’âge et ne devient majoritaire que
dans la tranche 35-49 ans. De même, il augmente avec la qualification professionnelle et le niveau d’études : il
est majoritaire à partir des professions intermédiaires et bac+2. Enfin, c’est à gauche que l’on trouve le plus
grand nombre de personnes intéressées par les questions européennes (surtout chez les Verts). Les sondés font
massivement confiance à la droite (40 %) et au Modem (20 %) « pour prendre les bonnes décisions au
Parlement européen » afin de faire face à la crise bancaire et économique… La gauche plafonne à 30 % et
l’extrême gauche à 5 %. Autrement dit, la crise ne favorise pas les partis de gauche. C’est seulement à propos
de la crise sociale qu’elle retrouve un peu de couleur, tout en restant minoritaire, un comble. L’heure du « grand
soir » n’a manifestement pas sonné.
Cela étant, les sondés ne croient pas que ces élections vont changer quelque chose en France : ils ne sont que 29
% à le penser. Rien d’étonnant à ce qu’ils pensent que la retraite, le logement, l’éducation, la santé et
l’insécurité sont des questions qui se traitent d’abord au niveau national. En revanche, 74 % estiment que
l’immigration ne peut trouver une solution qu’au niveau européen. Le score atteint 82 % pour l’environnement.
Plus surprenant en revanche, ils sont une forte minorité à penser que le pouvoir d’achat (42 %), les inégalités
sociales (42 %) et l’emploi (47 %) doivent se traiter à Vingt-sept. La crise bancaire et économique est
manifestement passée par là et a fait comprendre aux citoyens la nécessité de la solidarité européenne.
D’ailleurs, les sondés attendent de l’Europe davantage de coordination des politiques économiques et de
politique sociale. La politique étrangère, la défense ou l’Europe politique arrivent bien après. Dommage que
l’abstention s’annonce importante puisque manifestement les citoyens ont des choses à dire sur l’Europe, même
si leurs attentes sont largement déterminées par l’agenda national.

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2009/03/un-sondage-%C3%A0-t%C3%A9l%C3%A9charger-
ici.html

FJ - 35
L’HUMANITE - 9 MARS 2009 - ÎLE-DE-FRANCE : L’UMP A LA PEINE

Européennes . Un meeting peu enthousiaste pour la liste conduite par Michel Barnier et Rachida Dati.
Drôle de début de campagne pour l’UMP en Île-de-France. Samedi, cadres et militants étaient réunis à
Maisons-Alfort (Val-de-Marne) sous la houlette de Xavier Bertrand, secrétaire général du parti présidentiel.
L’objectif : rendre crédible le tandem improbable constitué par Michel Barnier, tête de liste, et Rachida Dati,
numéro 2.
Sur le fond politique, peu de surprises. Si ce n’est une confirmation : l’UMP, quelque peu embarrassée dans
cette élection à hauts risques où, aux conséquences des choix d’une l’Europe libérale de plus en plus rejetée,
vient s’ajouter un mécontentement social fort sur tout le territoire. Le seul créneau pour l’UMP consiste à
s’appuyer sur le maigre bilan de la présidence française à la tête de l’Union européenne. A donc été martelé le
souhait de voir « prolonger le succès » de cette présidence, Nicolas Sarkozy ayant donné, selon les dirigeants
UMP, « un nouvel élan » à l’institution. « L’Europe doit changer », a clamé Xavier Bertrand. Mais il n’a pas dit
dans quel sens… Sauf à considérer que « la refondation du capitalisme », chère à Nicolas Sarkozy, ouvre
d’alléchantes perspectives.
Le plus drôle cependant aura été les efforts déployés par Michel Barnier et Rachida Dati pour tenter de donner
crédit à l’idée qu’ils sont « des candidats heureux ». Le premier ne voulait pas être parachuté en Île-de-France,
mais rester dans le Sud-Est, où il avait été précédemment élu. La seconde aura du mal à faire oublier qu’elle
souhaitait ne pas être candidate du tout, et être ainsi contrainte d’abandonner le poste ministériel auquel elle est
attachée comme tremplin pour la suite de sa carrière.
« On ne peut pas dire que j’y aille contre mon gré », a expliqué sans conviction la garde des Sceaux. « Je suis là
de mon plein gré, et très heureux, très fier et très motivé dans une région où j’ai fait mes études », a essayé
d’expliquer Michel Barnier. « Le choix qu’ils font tous les deux est un choix courageux », a-t-il cru devoir
préciser au cours d’une soirée où l’enthousiasme n’avait pas été convoqué. Seule information : l’annonce qu’un
accord a été conclu avec le Nouveau Centre (NC), présidé par le ministre de la Défense Hervé Morin, « pour
des listes communes » dans les différentes circonscriptions, avec trois places éligibles et 20 % de candidats
pour les anciens amis de François Bayrou. Une manière de manger son chapeau pour Hervé Morin, qui a donc
renoncé, par crainte de mauvais résultats, à présenter des listes autonomes.
Dominique Bègles

http://www.humanite.fr/2009-03-09_Politique_Ile-de-France-l-UMP-a-la-peine

AFP - 8 MARS 2009 - EUROPEENNES: LE NOUVEAU CENTRE AURA 20% DE CANDIDATS SUR DES LISTES AVEC L'UMP

VERSAILLES (AFP) — Le Nouveau Centre, qui négocie des listes communes avec l'UMP pour les
européennes de juin, aura 20% de candidats sur ces listes, dont "au moins trois" postes en position éligible, a
annoncé samedi son président, Hervé Morin.
Le parti présidé par le ministre de la Défense Hervé Morin a renoncé à constituer des listes autonomes en
France métropolitaine, par crainte de mauvais résultats qui auraient pu hypothéquer son avenir politique.
"Je ne voulais pas risquer de jeter le parti, sur un coup de dés, dans une aventure dont l'issue était incertaine", a
expliqué M. Morin, devant environ 350 personnes au Palais des congrès de Versailles (Yvelines).
Il a jugé avoir atteint un "accord équilibré" avec l'UMP, avec 20% de candidats NC sur des listes d'union, dont
"au moins trois" en position éligible. En outre-mer, le Nouveau Centre présentera sa propre liste.
Selon plusieurs responsables du NC, l'ancien journaliste Jean-Marie Cavada sera en position éligible sur la liste
dirigée par Michel Barnier (UMP) en Ile-de-France.
A Maisons-Alfort (Val-de-Marne), où l'UMP lançait samedi sa campagne pour cette circonscription, M.
Barnier, responsable de la campagne nationale du parti majoritaire, a confirmé que le NC aurait "trois candidats
FJ - 36
en position éligible, dont un en Ile-de-France". "Les conditions d'un accord sont réunies", a également indiqué
le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand.
Le NC, lancé après la présidentielle de 2007 par d'ex-UDF ralliés à Nicolas Sarkozy et qui revendique plus de
8.000 adhérents, a souhaité que son projet soit pris en compte par l'UMP, promettant aussi de faire "une
campagne dans la campagne".
"Je souhaite que nous portions le fédéralisme et l'humanisme à son plus haut niveau", a déclaré le président
exécutif, Jean-Christophe Lagarde.
Le NC propose notamment un grand programme d'infrastructures financé par un emprunt de la Banque
Européenne d'Investissements, une hausse du budget européen (de 1,24% à 1,5% du revenu national brut des
Etats-membres), un moratoire sur les élargissements futurs de l'Union après l'adhésion de la Croatie, et la
création d'une "communauté européenne de l'énergie".
Face à la crise, il suggère de créer "un fonds socio-économique", des systèmes européens de supervision des
banques et des agences de notation, et d'interdire toute aide publique aux banques ayant une activité dans un
paradis fiscal.
Plusieurs responsables du NC ont redouté que la campagne porte sur le "pour ou contre Sarkozy", plutôt que sur
les thèmes européens. Ce sera "la campagne des démagos et populos de tous genres, on en connaît, même parmi
ceux qui ont été nos amis il y a encore pas si longtemps", a prédit M. Morin, visant François Bayrou qui a été la
cible de plusieurs piques.
"Gagner avec d'autres, c'est mieux que de perdre tout seul", a lancé François Sauvadet, chef de file des députés
NC.
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iy49Q1vYH02xwz2a48Nh-V6QY_tQ

MOUVEMENT EUROPEEN

RAPPORT ANNUEL
http://www.mouvement-europeen.eu/IMG/pdf/MEF-Rapport_Annuel-WEB2.pdf

OTAN

LE FIGARO - 10 MARS 2009 - OTAN : LE VERITABLE ENJEU
L'éditorial de Pierre Rousselin.
Le débat sur la place de la France dans l'Otan est tout à fait légitime, mais donne lieu à des prises de position
parfois étonnantes.
Il faut d'abord écarter ceux qui, par principe, au PS ou au MoDem, s'opposent aux décisions du président de la
République, quelles qu'elles soient. Peu importent les arguments invoqués, il s'agit pour ceux-là de se maintenir
dans une opposition systématique, censée plaire à une partie de l'électorat. Soit. Cela mène certains à se
découvrir «gaullistes» sans trop savoir pourquoi, mais résolument à contretemps. Le véritable enjeu ne consiste
pas à revenir sur la décision de 1966. Tout le monde sait qu'elle fut prise, dans un environnement déterminé,
pour préserver l'autonomie de notre force de frappe naissante et assurer la souveraineté nationale, dans un
contexte d'affrontement entre les blocs.
Même si le retrait d'alors ne fut pas toujours compris par les mêmes qui dénoncent le choix d'aujourd'hui, cette
époque-là est révolue. Et ce n'est pas un hasard si, depuis la chute du mur de Berlin, nos gouvernements, qu'ils
soient de gauche ou de droite, ont conduit une même politique de rapprochement avec l'Alliance atlantique.
Avec plus ou moins de bonheur, car il s'agissait, en même temps, de faire progresser la défense européenne.
L'objectif et la méthode n'ont pas changé. Alors, qu'on ne nous dise pas que le retour dans le commandement
intégré signifie la rupture d'un consensus ! C'est plutôt l'aboutissement de démarches entreprises de longue date,
FJ - 37
depuis les débats de l'après-guerre froide, les appels lancés aux États-Unis pour qu'ils interviennent dans les
Balkans, jusqu'aux tentatives assez irréalistes d'obtenir le commandement Sud et donc celui de la VIe flotte
américaine…
Cette fois-ci la manœuvre va aboutir. On peut en discuter les modalités. La France obtient-elle la monnaie de sa
pièce ? Les commandements qui vont lui revenir ne sont pas négligeables. Plutôt que d'appliquer des décisions
prises par d'autres, nos militaires et nos industriels vont accéder à l'élaboration de la doctrine, à la conception
des nouveaux systèmes d'armements. Ce n'est pas rien !
Quant aux gains espérés pour la défense européenne, il serait hasardeux de s'attendre à un grand marchandage,
à un donnant-donnant immédiat. Au sein de l'Otan, le poids politique de l'Europe s'est indiscutablement accru.
On l'a vu au sommet de Bucarest, l'an dernier, quand l'Amérique a dû s'incliner, pour la première fois, à propos
de l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine. Et l'on voit mal en quoi le fait de rester en marge du commandement
intégré sert la défense européenne. Reste le poids du symbole. Il est vrai qu'en 1966 la décision du général de
Gaulle était un acte politique très fort. Aujourd'hui, le contexte est différent. La France, nous dit-on, va perdre
son indépendance à l'égard des États-Unis. Parce qu'elle participera à deux ou trois cénacles de plus qu'avant ?
C'est faire peu de cas de la capacité de notre pays à faire entendre sa voix. Les Français, très majoritairement
favorables à la décision de Nicolas Sarkozy, ne s'y trompent pas.

http://www.lefigaro.fr/debats/2009/03/11/01005-20090311ARTFIG00071-otan-le-veritable-enjeu-.php

LE FIGARO - 10 MARS 2009 - FRANCE/OTAN : 58% DES FRANÇAIS POUR

Une majorité (58%) de Français se prononce en faveur du retour de la France dans le commandement intégré de
l'Otan après plus de 40 ans d'absence, selon un sondage Ifop/Paris Match à paraître demain. 37% sont contre et
5% ne se prononcent pas.
Ce soutien est plus net chez les sympathisants UMP (76%) que chez les sympathisants de gauche (52%) et du
MoDem (59%).
A titre de comparaison, l'Ifop rappelle un sondage réalisé en mars 1966 qui montrait que les opposants au retrait
de l'Alliance atlantique étaient alors presque deux fois plus nombreux (38%) que ses partisans (22%).
Sondage réalisé par téléphone les 5 et 6 mars auprès de 957 personnes représentatives de la population
française, âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas). Notice détaillée disponible auprès de la Commission
nationale des sondages.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/03/10/01011-20090310FILWWW00306-58-des-francais-pour-la-france-
dans-l-otan.php

REFORME PARLEMENTAIRE EN PRATIQUE

LE FIGARO - 9 MARS 2009 - L'ASSEMBLEE PEINE A USER DE SA NOUVELLE LIBERTE

La semaine d'initiative parlementaire oblige les élus à rédiger des propositions de loi juridiquement solides.

Les députés sont priés de se creuser la tête. La révision de la Constitution a en effet instauré une semaine tous
les mois, au cours de laquelle l'initiative de la loi viendra du Parlement. Encore faut-il avoir des textes en
magasin. Cela commence mal pour la première semaine d'initiative parlementaire, programmée entre le 16 et le
20 mars à l'Assemblée.
Jean-François Copé n'a déniché qu'une seule proposition de loi digne de ce nom. Déposée il y a plus de six
semaines (condition sine qua non) par Chantal Brunel, elle vise à favoriser l'accès au crédit des PME. Mais la
FJ - 38
députée UMP de Seine-et-Marne devra se contenter de la séance de nuit du 17 mars pour faire adopter son
texte. Le gouvernement organise le même jour le débat sur le retour de la France dans le commandement
intégré de l'Otan. Et dès le lendemain, le gouvernement aura encore la main en défendant son collectif
budgétaire devant les députés.
Les élus socialistes, auxquels était réservée la journée du 19 mars pour défendre des textes de leur cru, ont
annoncé à Roger Karoutchi qu'ils n'étaient pas prêts. Du coup, le secrétaire d'État chargé des Relations avec le
Parlement disposera d'une semaine supplémentaire pour «loger» des projets de loi. «C'est une période de
rodage», veut croire Roger Karoutchi. Qui reconnaît que «dans les espaces temps qui ne seront pas utilisés, le
gouvernement pourra inscrire des textes, avec l'accord de la conférence des présidents».
Demandes de moyens supplémentaires
Au groupe UMP du Sénat, on ne se fait guère d'illusions : «On n'a pas assez de propositions de loi en stock. Ce
ne sera pas jouable d'occuper une semaine par mois. Et vu la masse des projets en instance, on va devoir faire
notre marché auprès du gouvernement», confie un sénateur de la majorité.
Roger Karoutchi est disposé à récupérer des journées non utilisées par le Parlement, car il a un programme de
travail bien rempli jusqu'à l'été, avec les textes sur l'hôpital, le piratage sur Internet, le collectif budgétaire, le
Grenelle 1, le développement économique outre-mer, les autorités ferroviaires, la loi pénitentiaire… Le
Grenelle 2, autre texte lourd, n'est pas encore programmé, pas plus que la loi sur la sécurité intérieure (Lopsi),
maintes fois annoncée.
Deux autres textes adoptés en Conseil des ministres, la loi de programmation militaire et un projet de loi sur le
tourisme, sont aussi en stand-by. Sont encore attendus, un projet de loi sur les jeux en ligne, un projet sur le
crédit à la consommation et un texte sur l'exception d'inconstitutionnalité dont pourront se prévaloir les citoyens
qui se considèrent comme victimes d'atteinte aux libertés sur une loi.
Les présidents de groupes ont demandé aux présidents des deux Assemblées que des moyens humains et
financiers supplémentaires soient mis à leur disposition pour rédiger des propositions de lois solides
juridiquement. Car actuellement, les propositions déposées «finissaient au placard», explique Yannick
Favennec. Le député UMP de la Mayenne, qui vient de déposer deux propositions de loi, l'une sur la
valorisation des fonctions de sapeur-pompier volontaire, l'autre sur les droits d'auteur versés par de petites
associations à la Sacem, espère dans un premier temps «susciter l'intérêt de son groupe».
Éric Ciotti, lui, va chercher à glisser un amendement dans le Grenelle 2 avec sa proposition de loi visant à
limiter la distribution de tracts dans les boîtes aux lettres (soit 40 kg par habitant et par an dans les Alpes-
Maritimes).
C'est «en lisant la presse luxembourgeoise» que Denis Jacquat (UMP, Meurthe-et-Moselle) a eu l'idée de
déposer une proposition pour inciter les Français à renouveler leurs appareils électroménagers réfrigérants pour
faire des économies d'énergie. Ce texte crée une incitation financière de l'État. Donc seul le gouvernement
pourrait le reprendre à son compte. Le petit jeu du donnant donnant est en marche.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/03/10/01002-20090310ARTFIG00008-l-assemblee-peine-a-user-de-sa-
nouvelle-liberte-.php

LICENCIEMENTS TOTAL

LE NOUVEL OBSERVATEUR - 11 MARS 2009 - LAURENT WAUQUIEZ DEMANDE "UN GESTE" A TOTAL

Le secrétaire d'Etat à l'Emploi souhaite que le groupe pétrolier, qui a annoncé la suppression de 555 postes en
France, investisse "pour l'apprentissage et l'emploi des jeunes".

Le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, a demandé mercredi 11 mars "un geste" à Total "pour
l'apprentissage et l'emploi des jeunes", à la suite de l'annonce par le groupe pétrolier de la suppression de 555
FJ - 39
postes en France. Le groupe justifie cette décision par la baisse de la consommation de pétrole et d'essence en
France alors que celle du diesel, dans lequel il entend investir, augmente. Total doit "donner l'exemple" d'une
"entreprise responsable" en créant d'autres emplois en France si elle doit procéder à des restructurations, a pour
sa part jugé le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand. "Une chose est certaine, compte tenu du poids de
Total dans l'économie, compte tenu du poids de Total dans le CAC 40, on attend de Total que Total soit
exemplaire", a déclaré Xavier Bertrand lors de l'émission Questions d'info LCP-France Info-AFP.
"Le droit du travail existe"

"Si Total décide d'investir, notamment dans les nouvelles énergies, ça mérite des créations d'emploi. J'attends
d'une entreprise comme celle-ci qu'elle donne l'exemple". A propos du tollé suscité par la restructuration
annoncées de Total en France, qui a dégagé un profit record de 13,9 milliards d'euros en 2008, Xavier Bertrand
s'est refusé à "un concours de superlatifs". Alors que la socialiste Ségolène Royal a réclamé un prélèvement par
l'Etat des bénéfices du groupe, il a relevé que "ça existe, c'est l'impôt sur les sociétés. Total paie des impôts
importants parce qu'il y a des bénéfices importants. Je pense que Mme Royal le sait". Quant à la possibilité que
des entreprises prétextent de la crise pour licencier, le patron du parti majoritaire a souligné que "le droit du
travail existe, il est vérifié par l'Etat, par l'administration et par la justice".

Bayrou en appelle à l'Etat

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate , a de son côté vivement dénoncé la décision de Total.
"Je trouve que l'Etat devrait se mêler de faire passer à cette entreprise qui vient de faire 14 milliards d'euros de
bénéfices le message de responsabilité élémentaire : quand on est dans cette situation d'opulence, au moins on
considère qu'on a le devoir de défendre les emplois dans le pays qui vous a fait ce que vous êtes", a déclaré
François Bayrou sur Europe 1.

Royal : "l'Etat doit prélever les bénéfices"

Du côté du Parti socialiste, Ségolène Royal a estimé que l'Etat devait "prélever les bénéfices" du groupe
pétrolier Total "et les réinjecter massivement dans les énergies alternatives".
"Ce qui se passe chez Total, c'est une atteinte à la dignité et donc aux libertés au sens large", déclare la
présidente de la région Poitou-Charentes sur France Inter.
"Les propos du président Sarkozy n'engagent à rien"

Pour Martine Aubry, le groupe Total a commis "une très grave erreur de fond". "Cela pose pour le moins le
problème de la responsabilité sociale des entreprises", a déclaré la première secrétaire du PS lors d'une
conférence de presse, mercredi. "Ce n'est pas erreur de communication, c'est une erreur de fond. C'est de penser
que tout vous est permis." "S'il s'agit de mettre en pré-retraite avec financement par l'entreprise des salaires
jusqu'à l'âge du départ en retraite, et s'il s'agit de salariés volontaires pour cela, très bien, mais qu'on le dise de
manière très précise", a expliqué l'ancienne ministre de l'Emploi. Selon elle, cette affaire "montre bien que les
propos du président Sarkozy n'engagent à rien puisqu'il n'y a pas de texte de loi pour les faire appliquer". "Il
montre du doigt les patrons-voyous, et ça continue dans les banques, chez Total". La patronne du PS s'est
prononcée une nouvelle fois en faveur d'une loi pour encadrer les licenciements. Martine Aubry a en revanche
estimé qu'un rétablissement de l'autorisation administrative supprimée en 1986 "n'aurait aucun effet
aujourd'hui". Pour le NPA d'Olivier Besancenot, "Total assassine l'emploi" et que le PCF juge également
l'attitude de Total "scandaleuse".
Luc Chatel moins sévère

FJ - 40
Le porte-parole du gouvernement Luc Chatel s'est montré bien moins sévère. "Je comprends que, dans le
contexte actuel, ça choque, surtout si on met face à face 555 suppressions de postes et 14 milliards de profits
annoncés", a commenté Luc Chatel lors du compte-rendu du conseil des ministres. "C'est une annonce
particulièrement maladroite, malvenue dans le contexte actuel".
Mais "la réalité n'est pas aussi simple que ce raccourci", a-t-il dit.Luc Chatel a lui mis en avant le fait que le
groupe français allait investir 770 millions d'euros sur le site de Gonfreville, une des installations touchés. "Il
faut mettre au regard de ces 555 suppressions de postes les 3.000 embauches que le groupe Total va réaliser
cette année" en France, a-t-il aussi ajouté.
Le secrétaire d'Etat a assuré que le gouvernement allait être "particulièrement exigeant et vigilant vis-à-vis du
groupe Total pour qu'il applique ce qu'il a annoncé", à savoir que ces suppressions de postes seraient réalisées
sans licenciement sec.

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/economie/20090311.OBS8222/total_doit_donner_lexemple_selon_xa
vier_bertrand.html

PLATEFORME INTERNET PARTI SOCIALISTE

9 MARS 2009 - APRES LE MODEM, LES SOCIALISTES LANCENT UN OUTIL MILITANT DANS LA CYBER-BATAILLE

Après le Modem, c'est au tour des socialistes de lancer leur outil militant dans la cyber-bataille : voici en avant-
première notre.espoir-a-gauche.fr, présenté comme un "outil e-militant" par Vincent Peillon, à la tête de la liste
socialiste dans le Sud-Est pour les élections européennes et soutien de la motion Royal dont le nom du site est
le dérivé. Il s'agit, comme pour lesdemocrates.fr, d'une plateforme de blogs Open Source et gratuite (Wordpress
Mu) qui est complétée par un volet "social" (BuddyPress) : on y trouve un newsfeed, des groupes, des profils,
des "murs" (appelés Agora) et des statuts à la Facebook. Si la plateforme devrait accueillir d'autres
fonctionnalités (on parle d'un "agenda militant"), elle reste plus à l'heure de son lancement tournée vers la mise
en relation que vers l'action.
L'espoir à gauche (association issue de la motion E au congrès de Reims, donc), équipée d'un site web avant
même son lancement officiel fin janvier, semblait alors représenter la "concrétisation politique de l'entrée dans
l'opposition du PS" de Ségolène Royal. Mais cette dernière s'est depuis éloignée du parti ainsi que de la liste
qu'elle avait menée (elle ne compte d'ailleurs pas parmi les membres de l'équipe sur le site) : "«Stop !»
Ségolène Royal ne veut plus parler du PS. Ni même d'ailleurs de son courant, «L'espoir à gauche», dont elle se
considère juste comme «l'inspiratrice»", lisait-on récemment dans le Figaro.
On savait déjà que le courant fédérerait les soutiens, en ligne notamment, indépendamment de Désir d'Avenir et
de "ses réseaux", mais une autre question se pose : les autres familles socialistes qui avaient soutenu les autres
motions à Reims vont-elles elles-aussi lancer leurs propres outils ? tout porte à le croire évidemment. La
question serait plutôt : se rassembleront ils tous sur l'hypothétique plateforme du parti alors qu'ils auront déjà
rejoint chacun la leur ? Les militants auront ils l'énergie de s'engager une nouvelle fois, ailleurs ? Il est probable
qu'on retrouve alors sur le Web cette "dispersion horizontale" qui caractérise actuellement la stratégie du
MoDem, sauf qu'elle sera certainement plus subie qu'assumée. Pour info, la plateforme compte au 13/03
environ 1500 membres.

http://www.palpitt.fr/blog/index.php?post/2009/03/09/Apr%C3%A8s-le-MoDem%2C-les-socialistes-lancent-
un-outil-militant-dans-la-cyber-bataille

FJ - 41
SONDAGES

LE NOUVEL OBSERVATEUR - 10 MARS 2009 - JACQUES CHIRAC RECUEILLE 71% D'OPINIONS FAVORABLES

L'ancien président partage avec Rama Yade et Bertrand Delanoë la tête du classement des personnalités
Ifop/Paris-Match de mars. Nicolas Sarkozy est à la 29ème place.
Jacques Chirac (+7), Rama Yade (+8) et Bertrand Delanoë (inchangé) se partagent en mars la tête du
classement des personnalités Ifop/Paris-Match à paraître jeudi, tandis que Nicolas Sarkozy gagne 1 point,
apprend-on mardi 10 mars. L'ancien président de la République, la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, et le
maire PS de Paris totalisent 71% de bonnes opinions. Ils sont suivis de Dominique Strauss-Kahn (+9 à 70%),
Martine Aubry (+5 à 68%), Jean-Louis Borloo (+7) et Bernard Kouchner (-1) à 67%. François Bayrou, juste
derrière avec 66%, enregistre également une forte progression de 8 points. Jacques Chirac s'était déjà classé à la
deuxième place de ce tableau de bord en janvier, avec 70% de bonnes opinions. Il avait perdu 6 points en
février.
Le Pen dernier
Le chef de l'Etat reste à la 29ème place avec 47% de bonnes opinions. Son Premier ministre progresse de 5
points, ce qui lui permet de passer de la 13ème à la 10ème place. En revanche, il précède Ségolène Royal,
32ème avec 45% d'opinions favorables. A la fin du classement, Jean-Marie Le Pen gagne deux points (18%) et
sa fille Marine 3 points (22%). Par ailleurs, 59% des personnes interrogées, contre 60% en décembre, affirment
préférer Martine Aubry à Ségolène Royal (36% contre 33% en décembre). 5% n'ont pas de préférence (contre
7%). La Première secrétaire du PS est également préférée par 59% des gens au secrétaire général de l'UMP
Xavier Bertrand (38%). 1% ne se prononce pas. En revanche, elle fait jeu égal dans l'opinion avec Dominique
Strauss-Kahn, 49% chacun (2% ni l'un ni l'autre). Elle l'emporte dans l'ensemble des sympathisants socialistes
(59% contre 40% pour le directeur du FMI et 1% ni l'un ni l'autre). Ce soutien est encore plus massif dans
l'ensemble des sympathisants de gauche (65%-34%).
Sondage réalisé par téléphone les 5 et 6 mars auprès de 957 personnes représentatives de la population
française, âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas). Notice détaillée disponible auprès de la Commission
nationale des sondages.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090310.OBS8212/jacques_chirac_recueille_71_dopinion
s_favorables.html?idfx=RSS_politique&xtor=RSS-24
http://www.lefigaro.fr/politique/2009/03/10/01002-20090310ARTFIG00324-popularite-chirac-rejoint-yade-et-
delanoe-au-sommet-.php

LE JOURNAL DU DIMANCHE – 14 MARS 2009 - IDF: VALERIE PECRESSE LARGEMENT EN TETE
Par Bertrand GRECO

Selon le sondage Ifop réalisé pour le JDD, Valérie Pécresse devance largement son opposant dans la course à
l'investiture UMP pour la région Ile-de-France, Roger Karoutchi, secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le
Parlement. Même si elle est chahutée par la réforme des universités, la ministre de l'Enseignement supérieur a
pour avantage d'être au centre de l'actualité.

Qui de Valérie Pécresse ou de Roger Karoutchi a "le plus d'atouts pour l'emporter aux prochaines élections
régionales face à la gauche"? Le JDD a posé la question aux Franciliens cette semaine via un sondage réalisé
par l'Ifop.( http://www.lejdd.fr/pdf/le-climat-politique-en-ile-de-france.pdf) Les militants UMP d'Ile-de-France
s'apprêtent en effet à choisir leur chef de file au terme d'une âpre campagne interne: ils voteront, par Internet,
entre le lundi 16 et le dimanche 22 mars. La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche conserve
FJ - 42
une confortable avance sur son collègue du gouvernement: 64% des personnes interrogées estiment qu'elle est
la mieux placée pour affronter le socialiste Jean-Paul Huchon en mars 2010 (-3 points par rapport à janvier);
36% seulement préfèrent Roger Karoutchi (+3%). L'écart se creuse chez les sympathisants UMP: 75% pour
Pécresse, 25% pour son rival.

31% des sympathisants UMP ne connaissent pas Karoutchi

Certes, seuls les 70 000 adhérents de la région -revendiqués par l'UMP- sont appelés à départager les deux
ministres, et non les quelque 2 millions de sympathisants. Mais l'opinion publique francilienne ne saurait être
ignorée. Valérie Pécresse enregistre un taux de notoriété de 85% (93% des sympathisants UMP), dépassant le
président PS du conseil régional Jean-Paul Huchon: 82%. Le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le
Parlement se consolera en voyant sa notoriété grimper en flèche (+19% en deux mois): 61% des Franciliens
connaissent désormais son nom. Sans doute le résultat de son coming out fin janvier. 70% des électeurs UMP
ont une "bonne opinion" de lui (30% une mauvaise). Mais 31% des sympathisants UMP n'ont encore jamais
entendu parler de lui.

Pour sa part, Valérie Pécresse est appréciée par 90% des sympathisants UMP (10% ont une opinion négative).
En revanche, confrontée à la grogne des universités et des enseignants-chercheurs, la ministre ne plaît guère aux
jeunes: 61% des 18-24 ans la jugent sévèrement. Jean-Paul Huchon, lui, peut se prévaloir d'une cote d'opinion
de 64% (+4 points) auprès de l'ensemble des Franciliens, à égalité avec Marielle de Sarnez (Modem); loin
devant Pécresse (54%) et Karoutchi (44%).

D'ailleurs, le bilan du président sortant socialiste est jugé globalement positif par 44% des sondés (et même
39% des électeurs UMP); 26% ont un "avis négatif" et 30% n'ont pas d'opinion. Un clivage est à noter entre les
Parisiens et les habitants de la grande couronne: les premiers jugent favorablement le bilan de Huchon à 53%,
les seconds sont moins enthousiastes (39%).

Enfin, il apparaît que le dossier jugé "prioritaire" par les Franciliens est "l'amélioration et le développement des
transports en commun": 44% citent ce thème, à droite (47%) comme à gauche (43%). Suit "la lutte contre
l'insécurité": 32% (45% à droite). Puis "la sauvegarde et le développement de l'emploi" (30%, 34% à gauche),
"la rénovation et la réhabilitation des quartiers difficiles de banlieue" (29%), "la construction de logements"
(20%), "l'éducation" (19%) et "l'environnement" (19%). Jean-Paul Huchon n'a plus qu'à savoir qui sera son
principal adversaire en 2010.

http://www.lejdd.fr/cmc/paris/200911/idf-valerie-pecresse-largement-en-tete_194478.html

MEDIAPART – 14 MARS 2009 - MANIPULATION PAR LES SONDAGES : LA DANSE DE SARKOZY, BAYROU ET
BESANCENOT
par Marie-Anne Kraft

Ce sondage commandé par BVA-La Tribune-BFM vient juste de sortir. Il oriente la question sur les
personnalités politiques les mieux à même de "changer les choses" : Sarkozy et Besancenot en tête,
Bayrou loin derrière ...
C'est quand même étrange. Quelques jours avant, un sondage IFOP donnait François Bayrou largement devant
Sarkozy et Besancenot, concernant la cote de popularité (opinion favorable), en ordre inverse.

FJ - 43
Conclusion (de sophiste):

1- les Français ont une opinion favorable inversement proportionnelle à la faculté de l'homme politique à
changer les choses
Donc ils ne veulent pas trop changer les choses ...

2- selon la manière dont les questions sont posées pour un objectif a priori identique qui sous-entend une
préférence à l'endroit de la personnalité politique, les réponses ne sont pas du tout les mêmes. Tout tient donc
dans l'art de poser les questions (et de choisir les sondés ?) et non dans la réponse à la vraie question.

3- il serait plus judicieux de poser différentes questions dans le même sondage, en même temps, aux mêmes
personnes ...

CQFD

http://www.mediapart.fr/club/blog/marie-anne-kraft/140309/manipulation-par-les-sondages-la-danse-de-
sarkozy-bayrou-et-besanc

FJ - 44