LA DOCTRINE DE MAHOMET.

L’Islam c’est le Christianisme adapté à la mentalité arabe. Une copie et une copie déformée. La législation musulmane n’est que le Code romain, revu et corrigé par des Arabes : de même la science musulmane n’est que la science grecque et l’architecture musulmane n’est qu’une imitation de l’architecture byzantine. On se demande pourquoi le Christianisme, qui comptait des adeptes en Arabie, ne s’y est pas développé, comme il l’a fait ailleurs. Les Arabes furent protégés par leurs déserts, n’ont pas été soumis à une propagande soutenue par la force : les dogmes trop compliqués pour le cerveau des Bédouins. Le Christianisme refusa avec beaucoup d’intransigeance tout compromis avec les traditions, les coutumes et les superstitions locales : la polygamie dont les Bédouins étaient friands, pèlerinage au temple de la Kabaä, mois sacré, circoncision, etc … Mahomet a simplifié le Christianisme selon un plan préconçu, il l’a volontairement déformé en l’interprétant comme pouvait l’interpréter un cerveau arabe. Il lui a pris tout ce qui ne heurtait pas les idées et les coutumes des Bédouins : l’unité de Dieu, la mission du Prophète, l’immortalité de l’âme. Les Arabes étaient préparés de longue date à la conception d’un Dieu unique, vieille croyance sabéenne. Il semble d’ailleurs que le temple de la Kabaä comptait parmi ses nombreuses idoles une divinité plus puissante ou plus renommée que les autres : Ilah, que l’on peut rapprocher de l’Eloah hébreu. Les Arabes étaient préparés à l’idée d’un prophète, idée lancée par les traditions messianiques des Juifs et des Chrétiens. Le notion de l’immortalité fut introduite, le culte des ancêtres y conduisit logiquement. Mahomet a rejeté comme d’abominables erreurs ce qu’il ne comprenait pas ou ce que n’aurait pas compris un esprit arabe ou encore aurait heurté les coutumes des Bédouins. La doctrine générale de l’Islam est simple : Un Dieu suprême. Pas de Trinité, pas de fils de Dieu. Le Saint-Esprit est un intermédiaire entre Dieu et le Prophète, c’est l’ange Gabriel Les anges sont les messagers divins mais mortels. Jésus Christ est un prophète mais non le fils de Dieu « Rohou Illahi ». Le Paradis est réservé aux vrais croyants qui ont pratiqué le bien et la vertu. Les peines de l’enfer sont éternelles. Il y a un Purgatoire. Est interdit l’usage de boissons fermentées. Certains mets sont jugés nuisibles à la santé : animaux morts ou non saignés, sang, chair du porc. La polygamie est tolérée. Il l’a pratiquait lui-même ( difficile de la défendre aux autres ). A l’esprit de tribu, il substitue la solidarité musulmane : le prochain, c’est exclusivement, le musulman. Il reconnaît l’esclavage, le concubinage, la loi du talion.

Si les Juifs ont encouru la malédiction du Tout-Puissant pour avoir nié la mission céleste du Christ et si les Chrétiens se sont égarés en inventant des dogmes qui n’ont pas été révélés, les musulmans eux sont dans la vérité et cela ne se discute même pas. Dieu gouverne le monde d’une façon absolue et dans les plus humbles détails : il a tout réglé d’avance. On comprend, dès lors, beaucoup mieux pourquoi les intégristes veulent imposer cette fameuse Charia, la loi de Dieu et non les lois des hommes … !!! Donc, nous ne devons plus nous en faire, on veille sur nous ! Le « Croyant » tel qu’il l’a défini, n’est pas un homme qui se distingue par ses vertus : c’est simplement celui qui s’enrôle sous la bannière de l’Islamisme et l’Islamisme n’est pas, une doctrine visant la perfection de l’individu, amis c’est un groupement de ceux qui reconnaissent Mahomet comme le prophète de Dieu.