La recomposition du Mouvement Destourien ?

Chokri Khémira

Introduction
Bien que les événements se poursuivent sans arrêt depuis le 14 janvier 2011 et l’incertitude semble prédominante concernant la Tunisie de demain, une certitude qu’on peut dégager est le fait que le Président Ben Ali n’est plus président et que son parti, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), n’existe plus11. Il s’agit d’un événement ayant une valeur politique et symbolique indéniable. Politique, en ce sens que le parti destourien quasi-unique qui dirigeait le pays pour une si longue période (depuis 1920), qui a construit l’Etat indépendant et guidé les masses pendant longtemps se trouve tout d’un coup battu en brèche et réduit à néant. Pire encore, dans un environnement d’ouverture politique, voire d’un pluralisme partisan exorbitant22, le parti le plus ancien en Tunisie ne figure plus sur l’échiquier politique. Symbolique, en ce sens que le RCD reflétait pour les uns l’image d’autoritarisme, de corruption et d’absence de libertés, et une fois dissous, la Tunisie s’acheminerait vers une nouvelle ère de démocratie, de prospérité et d’émancipation33. Pour ceux-ci, c’est en quelque sorte comme si la date de la dissolution du RCD sépare deux ères de l’histoire de la Tunisie : celle de l’"ancien régime" et celle de la "révolution". Tandis que pour les autres, la dissolution du RCD marque la fin un peu dramatique d’un ancien mouvement de résistance nationale qui a instauré les premières bases du nouvel Etat indépendant et qui reflétait un élément important de l’identité

1

A la suite d’une requête déposée par le ministre de l'Intérieur auprès du Tribunal de première instance de Tunis le 21 février 2011, ce tribunal a déclaré la dissolution du RCD par son jugement du 9 mars 2011, et qui va être confirmé par la Cour d’appel de Tunis le 28 mars 2011. 2 On compte 109 partis légalisés aujourd’hui en Tunisie (jusqu’au 31 août 2011).
3
Ce qui explique les manifestations qui ont gagné la rue avant le 9 mars 2011 (date de la dissolution officielle du RCD) et criant la dissolution du RCD.

1

tunisienne. Ainsi, sa dissolution pourrait être une menace à la stabilité de la Tunisie. C’est particulièrement cet intérêt relatif au sort du parti destourien que présente cette étude. Par ailleurs, notre étude peut être concentrée autour de quatre axes : le profil du mouvement destourien (I), le corpus technique (II), les données empiriques (III) et enfin les résultats (IV).

I Le profil du mouvement destourien
S’interroger sur le sort du parti Destourien exige avant tout quelques éclairages sur l’héritage destourien (A), les crises qu’a connues ce parti et la création du RCD (B), et enfin la chute du Président et la dissolution du RCD (C).

A/ L’héritage destourien
Le Rassemblement constitutionnel démocratique est la continuité d'un tout un courant qu'on peut le qualifier de destourien. Il importe d’explorer la pesanteur de son héritage historique. En fait, l'histoire du parti destourien remonte à la fin du 19e siècle44. Trois grandes phases historiques peuvent être distinguées avant la création du RCD: la phase des origines (a), celle du Néo-Destour (b), et celle du Parti socialiste destourien (c). a) Les origines Dans cette phase initiale on peut distinguer deux périodes : la première concerne les organisations politiques embryonnaires (i), la seconde est celle du Parti Libéral Destourien (ii). i. Organisations embryonnaires C’est au lendemain même de l’occupation française de la Tunisie que Ali BachHamba fonda avec Béchir Sfar en 1883, le « Mouvement bourgeois de Tunis », groupe d’hommes éclairés dits « les quarante », et qui publiait un journal « alHadhira », ayant pour objectif la résistance à l’occupation française. Toutefois, ce groupe était divisé sur le plan

4

Cf. tableau 1 montrant l’évolution historique du mouvement destourien.

2

doctrinal : une partie de tendance pan-islamiste et l’autre pro-occidentale. C’est ainsi que les uns vont fonder la «Khaldounia», les autres, les «anciens sadiki»5. Un peu plus tard, Bach-Hamba et Sfar décidèrent de regrouper leurs efforts et fondèrent « le parti évolutionniste » qui devint vite le « Parti Jeune tunisien », avec l’adhésion du Cheikh Abdelaziz Thaâlbi6. Or, c’est ce dernier qui va jouer un rôle décisif dans l’émergence d’une nouvelle organisation sur la scène politique. ii. Le Parti libéral Destourien C’est en février 1920 que les militants du « Parti jeune tunisien » se regroupent autour d'Abdelaziz Thaâlbi pour fonder le Parti Libéral Destourien, couramment appelé « Destour ». Au niveau de l’organisation, le Destour se compose du Comité exécutif, l’Assemblée générale et les cellules. Mais le Destour, avec une équipe hétérogène, ne va pas résister aux divergences internes. Déjà deux ans après sa fondation, il va subir une scission menée par M Guellaty qui va créer avec d’autres le « Parti réformiste »7. Une autre scission, cette fois-ci fatale, va avoir lieu à l’occasion du congrès extraordinaire du Destour du 12 mai 1933 et menée par l’équipe de Habib Bourguiba (Mahmoud Matri, Bahri Guiga, Ali Bouhajeb..)8, une équipe qui va inaugurer une nouvelle ère destourienne. b) Le Néo-Destour Après une mobilisation remarquable de la population, l’équipe de Bourguiba arrive, à l’occasion du congrès de Ksar-Hélal de 2 mars 1934, à exclure la vieille équipe du Destour et créer le Néo-Destour. Ce qu’il faut signaler, d'une part, est que le Néo-Destour se présentait comme un parti de masse. Déjà en 1936, le Parti comptait entre 70000 et 100000 adhérents environ, un nombre qui va atteindre 300000 après l’indépendance9. D'autre part, le Parti était fondé sur une organisation ayant un aspect démocratique. En fait, le Conseil national, qui est directement élu, contrôle l'activité du Parti et du B.P. ainsi que les travaux
5
Cf. Kraeim, Mustapha : Déstructuration socio-culturelle et émergence du pluralisme politique en Tunisie pendant la période coloniale, in Pluralisme social, pluralisme politique et démocratie, Actes de colloque de Tunis, 12-17 mars 1990, Tunis, Cahiers du CERES, série sociologie, N° 19, 1991, pp. 107-124.

6

Professeur à la Grande mosquée de Tunis, ayant une forte personnalité, Thaâlbi (1874-1944), va jouer un rôle important dans le mouvement nationaliste destourien.

7 8 9

Ridha, Abdallah : Le Néo-Destour au pouvoir, Thèse pour le Doctorat ès-sciences politiques, Faculté de droit et des sciences économiques, Université de Paris, 1963, pp. 17-20.

Ibid, pp. 25-29. Cf. Moore, Clement Henry: Tunisia since independence: The dynamics of one-party Government, University of California Press, 1965.

3

du Congrès. Il peut même exiger la réunion d'un congrès extraordinaire chaque fois qu'il estime irrégulière une activité du Bureau politique10. Reste également une remarque importante. Le Néo-Destour, bien que dominant, durant la période 1934-1963, n’était pas encore un parti unique, puisque le parti communiste Tunisien (PCT) était un parti légal à l’époque. Mais à partir de 1964, le Néo-Destour va connaître un tournant dans son histoire. c) Le Parti Socialiste Destourien (PSD) Le Congrès de Bizerte d’octobre 1964 a inauguré une nouvelle ère dans l’histoire du Néo-Destour. Ceci se manifeste sur trois niveaux au moins : au niveau de la doctrine où le Parti va adopter une option socialiste, au niveau institutionnel où le Néo-Destour va se transformer en parti unique de facto en se fusionnant institutionnellement avec l’Etat , et au niveau des rapports du Parti avec les organisations nationales qui se caractérisaient par le souci d’exercer sa tutelle sur celles-ci . Il faut signaler toutefois que, sur ces trois niveaux là, le Parti va connaître certains problèmes qui se sont transformé en crises, aggravées par la lutte pour la succession qui a marqué le paysage politique au milieu des années 1980 . En effet, le Parti lui-même s’est trouvé épuisé, voire menacé de l’intérieur et de l’extérieur.
11 12 13 14

Tableau 1 : Évolution historique du courant destourien en Tunisie
10

Pour plus de détails sur l'organisation interne du Néo-Destour, cf. Abdallah, Ridha, op.cit Selon les termes de Moncef Khaddar, « l’unique Parti s’empare organisationnellement de l’Etat, la conséquence est que celui-ci devient partisan et le Parti étatique, l’un se politise et l’autre se bureaucratise ». (Khaddar, M: Parti unique et violence politique en Tunisie, Mémoire pour le Diplôme d’Etudes Supérieures en science politique, Université de Paris I, 1971, p.40.)
11 12

Il s’agit notamment de l’Union Nationale des Femmes Tunisiennes (UNFT), l’Union Tunisienne des Industriels et Commerçants (UTIC), l’Union Nationale des Agriculteurs Tunisiens (UNAT), l’Union Générale des Travailleurs de Tunisie (UGTT) et l’Union Générale des Etudiants de la Tunisie (UGET)
13
C'est surtout par le biais de la double appartenance au Parti et aux organisations nationales qu'on a essayé d'imposer le contrôle du Parti sur celles-ci. Selon Bourguiba, « La double appartenance aux organisations et en particulier aux organisations syndicales et au Parti dont on approuve les principes, les objectifs et les procédés d'action n'est rien que normale » (Discours du 21 octobre 1964, op.cit).
14

Cf. Toumi, Mohsen: La Tunisie : de Bourguiba à Ben Ali, Paris, PUF, 1989.

4

Bourguiba/Th. les partisans de la ligne dure du Parti ont poussé pour un 9e Congrès extraordinaire (Monastir II. par Mahmoud El Materi. Sfar BachHamba/Sfar/A. Après les deux crises qu’a connues le Destour en 1922 et en 1933 . A. Une deuxième scission va avoir lieu le 7 septembre 1933. 1974) qui va remettre en cause la tendance démocratique du 8e Congrès. deux ans après sa fondation. la seconde en 1987. à la suite du septième congrès du parti.Matri/H. Habib Bourguiba et autres. Non satisfaits des résultats de ce congrès. 5 . le PSD va subir deux grandes crises : la première en 1971. La première crise a eu lieu à l’occasion du 8e Congrès (Monastir I. Bourguiba Z. Bach-Hamba B. Ben Ali B/ Crises du Parti et création du RCD Le Parti destourien a connu plusieurs crises durant son histoire s’étendant de 1920 à 2011. Sfar H. le Destour va subir une scission menée par quelques éléments destouriens à leur tête Laarbi Guellati.Parti ou organisation Mouvement bourgeois de Tunis Parti évolutionniste Parti Jeune tunisien Destour Néo-Destour PSD RCD Date de naissance 1883 1906 1907 1920 1934 1964 1988-2011 Chefs ou fondateurs A. Sfar A. C'est ce qu'exprime notamment la consécration de la règle de l’élection à tous les niveaux de la responsabilité au sein du Parti. y compris au niveau du Bureau Politique.Thaâlbi A. 1971) qui a été remporté par les libéraux. en confirmant ainsi la tendance démocratique du Parti. Bach-Hamba B. Thaâlbi M. imposer le retour des conservateurs à la tête du Parti et exclure quelques éléments destouriens 15 15 En fait.

Sadok Ben Jemaa. d’un malaise cardiaque 18.) : Les figures du politique en Afrique. le Secrétaire général du Parti en devenait Président. Le même jour. que le Comité Central du PSD. Mamadou (Dir. semble-t-il. un communiqué du PSD annonça que. J. que le Premier ministre Zine El Abidine Ben Ali succéda officiellement au Président Bourguiba à la magistrature suprême. Dakar. Souhayr : Bourguiba. Il n’a cure des autres partis qui se réclament de l’opposition mais qui n’ont jamais lutté et dont les dirigeants n’ont jamais connu la prison. p. le Premier Ministre est immédiatement investi des fonctions de Président de la République… ». héritière du parti destourien. démission ou empêchement absolu. une grande partie de sa crédibilité et de sa popularité. réuni le 27 février 1988. Après la désignation constitutionnelle du Premier ministre comme successeur unique du Président. Momar-Omba et Diouf. 19 Pour plus de détails sur ces clans. la nouvelle équipe ne pouvait réaliser sa succession qu’à l’intérieur même du PSD. décida l’abandon de l’ancienne dénomination et opta pour une nouvelle dénomination : Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD).Livres. Ainsi. le 14 février de cette année. la Tunisie a vécu pendant plus de vingt ans « un jeu de serpents et d’échelle » (Ben Achour. C’est le 7 novembre 1987. Sophie et Belhassen. A noter que M Ahmed Mestiri était déjà exclu du Parti depuis 1972 17 Selon Bourguiba. 6 . C’est pour cette raison. in Diop.701). 9 mars 1985. plus de dix ans après cette crise. Tome II : Un si long règne (1957-1989). Karthala. Paris. Hassib Ben Ammar. La réponse de la direction du Parti était claire et nette . Béji Caïd-Essebsi. Bref. 18 Le problème de la succession du « Combattant Suprême » est posé en Tunisie de manière sérieuse et urgente à partir de 1967. lorsque Bourguiba a été victime. 1985. 16 17 18 19 20 21 16 Il s’agit de MM Ahmed Mestiri. in Annuaire de l'Afrique du Nord. Or celui-ci avait perdu à l’époque. Cf.« pour déviation de la ligne politique du Parti » . Il s’agit d’une crise de succession du leader au sein du PSD où se jouait une lutte intense pour la succession entre plusieurs clans .A. en se fondant sur l’article 57 de la Constitution . 1999. Med Salah Belhaj. Habib Boularès. Med Moaada et Med Masmoudi. et en raison de l’empêchement absolu du Président. C’est la seconde crise de 1986-1987 qui va aboutir à un nouveau tournant dans l’histoire du Parti. C’est sur la base de ce qualificatif de « démocratique » que la nouvelle élite va fonder tout son projet de réforme : la démocratisation du Parti et de l’Etat. Med Ben Amara. le chef du Parti s'est montré encore attaché à la thèse de la légitimité historique . p. 1989. il s’agit d’une crise de légitimité démocratique. « Le Parti sera toujours victorieux parce que c’est le parti de la lutte nationale. 21 Le Président Bourguiba a été déclaré en état d’empêchement absolu sur la base d’un certificat médical signé par sept médecins. 20 L’article 57 de La Constitution stipule : « En cas de vacance de la Présidence de la République pour cause de décès. conformément à l’article 17 du règlement intérieur. Le PSD sortira victorieux de toutes les batailles et remportera inéluctablement toutes les élections et ses candidats seront toujours vainqueurs à l’instar de son Président qui a su mettre le succès de son côté dans toutes péripéties de la lutte nationale » (Discours de clôture des travaux du Comité Central du PSD. Rafâa: « La succession de Bourguiba ». Bessis. 220).

des jeunes désoeuvrés et des familles désemparées de l'autre (voir Jeune Afrique n° 2481. Expression empruntée à Michel Camau et Vincent Geisser. Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis. du 27 juillet au 2 août 2008). 23 Ibid. la puissance d’un parti. Bien que personne ne s’attendait à ce que va se passé le 14 janvier 2011. 2003. 2009-2010. L’élite dirigeante du Rassemblement Constitutionnel Démocratique: étude sur le personnel du Comité central et du Bureau politique (1987-2003). le Parti finit d’être verrouillé. sa formation. à l’image de son élite. banale affaire de malversation dans le recrutement d'une entreprise publique de la région. parlant de la gestion "maladroite" de la cérémonie des funérailles du leader Habib Bourguiba le 8 avril 2000 par les dirigeants du RCD (Le syndrome autoritaire. durant plus de deux décennies. Ce qui va se confirmer après la chute du Président de l’Etat et sa fuite le 14 janvier 2011. Tous ces événements sont particulièrement emblématiques d’une certaine « panne de l’imaginaire politique » des dirigeants du RCD.Toutefois. Quant à son élite. Il s’agit notamment (en mettant ces événements dans un ordre chronologique) du soutien du Parti de la candidature du Président Ben Ali aux présidentielles de 2009. ses modes de recrutement. et la réaction violente (encore une fois) aux manifestations qui ont gagné tout le pays à la suite de l’immolation du jeune tunisien Mohamed Bouazizi . sa culture politique et ses actions finissent par la rendre « verrouillée » 22. Chokri. Pire encore. 7 . la réaction violente du pouvoir aux manifestations du bassin minier de Gafsa . le soutien du Parti (encore une fois) de la candidature du Président Ben Ali aux présidentielles de 2014. quelques événements ces trois dernières années témoignent de « la décadence progressive » du Parti et prévoyaient « la fin d’un cycle » pour ses élites. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali. relève essentiellement du niveau 22 Pour plus de détails. p. l'affaire relayée par Internet après plusieurs mois de mutisme et de mauvaise gestion du pouvoir. selon les spécialistes. voir notre thèse sur l’élite dirigeante du RCD: Khémira. 25 26 Voir la presse nationale. 23 24 25 26 C/ La chute du Président et la dissolution du RCD Le 14 janvier 2011 le Président Ben Ali fuit le pays et laisse un vide au niveau de la présidence de l’Etat et du Parti.355-356). a fini par dégénérer en un conflit ouvert entre l'armée et la police d'un côté. En fait. Petit à petit il s’est transformé en appareil de propagande au service du Président et un outil de quadrillage et de contrôle de la population. 357-362. voire s’achemine progressivement vers une fermeture du système tout entier sur lui-même. Presses de sciences politiques. 24 Au départ. pp. thèse pour le doctorat en sciences politiques. le RCD semble échouer à réaliser ce projet de changement démocratique. que ce soit à l’échelon du Parti ou à l’échelon de l’Etat. Question : un parti qui a perdu son chef peut-il survivre ? Il s’agit d’une question d’intérêt théorique et pratique majeur.

Bien que la destitution de Bourguiba était formellement dans la légalité et à l’intérieur du Parti . Plusieurs indicateurs prouvent que le RCD était en dehors des événements durant la crise qui a finit par sa dissolution : . 408-409). La trace et l’héritage. en indiquant que son parti est en train de se remettre en cause et de tirer les enseignements des derniers événements tout en 27 Selon Samuel Huntington « The institutional strength of a political party is measured. Michel & Geisser. 2004. En fait.élevé de son institutionnalisation . Vincent : Introduction : « La trace et l’héritage ». in the first instance.: Political order in changing societies. Seules deux timides interventions avaient lieu d’une manière tardive et qui étaient en dehors du cadre institutionnel du Parti. in Mélanges offerts au Doyen Sadok Belaïd.410. ce faisant. 241-252. by its ability to survive its fonder or the charismatic leader who first brings it to power. les événements précédant et succédant la fuite de Ben Ali confirment davantage l’immobilisme et l’effacement du Parti vis-à-vis de son Président. Centre de publications universitaires.cit. M. Yale University Press. The adaptability of the Congress Party (in India) was reflected in its changing leadership from Banerjea and Besant to Gokhale and Tilak to Ghandi and Nehru » (Huntington. 32 Aucune réunion n’a eu lieu au sein du Comité central ou au sein du Bureau politique pour réagir aux événements. Seul le Secrétaire général du RCD a été reçu par le Président Ben Ali quelques jours avant sa fuite 8 . 31 A ce propos. Tunis. Camau et V. p. pp. Est-ce le cas pour le RCD? A rappeler que la succession du leader historique du Néo-Destour Bourguiba était trop longue et problématique . elle n’était pas exempte de pas mal d’interrogations sur la légitimité de la succession31. par le Secrétaire général du RCD qui a accordé une interview à une 27 28 29 30 32 chaîne de télévision étrangère. op. New Haven and London.Le Parti n’a pas réagi aux affrontements qui ont gagné le pays avant la fuite du Président . cette succession que nous avons qualifiée de problématique semble peser sur l’action du Parti tout au long de son règne. Samuel P. Or. Egalement.. Bouslah. .) : Habib Bourguiba. Vincent (Dir. 29 Cf. Ezzeddine: «La longue succession de Bourguiba et du Bourguibisme (1975-1990) ». 30 C’est l’article 57 de la Constitution tunisienne (avant la révision du 25 juillet 1988) qui désigne le Premier ministre successeur au Président. Geisser mettent l’accent sur ce « paradoxe » : « Le régime du 7 novembre (…) fait tout pour suggérer que l’histoire de la Tunisie indépendante n’a véritablement commencé qu’un matin de 1987.Le Parti n’a pas pu faire la moindre réaction à la suite de la fuite de son Président. pp. in Camau. Il est pris dans un paradoxe qui figure au coeur de sa fondation : invoquer le "changement" et dévaloriser ce qui a précédé mais aussi. p. le Règlement intérieur du PSD désigne le Secrétaire général du Parti (qui est au même temps Premier ministre) successeur au Président. 28 Ibid. La première a eu lieu neuf jours après la fuite du Président. la puissance institutionnelle d’un parti politique se mesure notamment par son habileté à faire survivre son leader charismatique et permettre une succession du leader sans crise au sein du parti .16). placer Bourguiba en creux du discours et le placer en position du Commandeur. Michel & Geisser. sorte de surmoi oppressant » (Camau. Or. 1979.

Une série de démissions successives après la fuite du Président. de la part de certains membres du Bureau politique du RCD lorsqu’ils étaient membres du gouvernement provisoire . 36 Il s’agit de MM Fouad Mebazaa.Enfin. Moncer Rouissi et Kamel Morjane. sur un appel du Bureau politique qui dirige les affaires courantes du Parti durant cette période ». ces deux réactions témoignent de la fragilité institutionnelle du RCD. c’est ce que dit l’article 20 du Règlement intérieur du RCD . le Comité central et qu’il procèdera. le Comité central se réunit dans deux semaines pour élire le Président du Parti. . . Cf. « En cas de vacance au poste de la présidence du Parti entre deux congrès. 34 35 Selon l’article 20 du Règlement intérieur du RCD. le journal tunisien Assabah du 28 janvier 2011. La deuxième intervention a eu lieu quatre jours après celle du Secrétaire général. .Une décision gouvernementale annonçant le gel des avoirs et des activités du RCD. Or. Ce qui n’était pas fait par les membres du Bureau politique qui auront dû appeler à la réunion extraordinaire du Comité central pour l’élection d’un nouveau Président du Parti. une décision judiciaire datant du 9 mars 2011 annonçant la dissolution du RCD 37. En fait. lancer un appel à la réunion du Comité central du RCD relève exclusivement soit de la compétence du Président soit de celle du Bureau politique en cas d’absence de ce dernier. Med Ghannouchi. dans un prochain temps. et qui va être confirmé par la Cour d’appel de Tunis le 28 mars 2011. 37 C’est à la suite d’une requête déposée par le ministre de l'Intérieur auprès du Tribunal de première instance de Tunis le 21 février 2011. Il a précisé notamment qu’il compte réunir. 9 . que ce tribunal va déclarer la dissolution du RCD par son jugement du 9 mars 2011. le RCD va être l’objet d’une grande polémique politique et sociale : faut-t-il exclure tous les RCDistes du jeu politique et mettre fin une fois pour toute au mouvement destourien qui a privé le pays de toute expérience démocratique durant une si longue période de notre histoire ? Ou bien. par 38 membres du Comité central du RCD qui publiaient une déclaration énonçant leur attachement à la Révolution. Zoheier Mdhafer. ouvrir une nouvelle page et favoriser la réconciliation avec les éléments RCDistes et destouriens qui n’ont pas commis des crimes à l’encontre du peuple tunisien ? 33 35 36 33 Cf. Une fois dissous. sûrement au changement de la dénomination du Parti . Business News du 24 janvier 2011. en appelant à une réunion d’urgence du Comité central 34.assurant qu’il se félicite de la Révolution qu’il faut soutenir et mener à bon port.

ainsi que contre l’exclusion des anciens RCDistes des prochaines échéances politiques . Approuvé le 11 avril par la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution. est le fait de reporter le jugement du 2 mars au 9 mars 2011. De l’autre côté. de la réforme politique et de la transition démocratique . Ce qui prouve que ce parti semble garder une place dans la mémoire des tunisiens.Plusieurs anciens militants destouriens ont appelé à la reconstruction du mouvement destourien 39. que cette tendance est adoptée par la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution. de la réforme politique et de la transition démocratique. une manière d’éviter d’annoncer la dissolution le jours même de la commémoration de la naissance du Néo-Destour (2 mars 1934). certaines personnalités RCDistes se voyaient en train de créer des nouveaux partis. 38 C’est ce que confirme l’article 15 du décret-loi relatif à l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante. une grande majorité des partis de l’opposition et de la population. émanant de la juridiction qui a annoncé la dissolution du RCD. seraient écartés de la course électorale pour l’Assemblée Constituante (Tunisie News du 22 avril 2011). nombre de réactions favorisent l’hypothèse d’une éventuelle reconstruction du mouvement destourien : 38 . Il faut signaler. défendent la thèse de l’exclusion. semble-t-il. .Enfin. du comité central et des secrétaires généraux des comités de coordination ainsi que les présidents des cellules du RCD qui sont visés par cette mesure. Les membres des gouvernements de Ben Ali. 10 . . cet article interdit aux hauts cadres du RCD de se porter candidat aux élections du 24 juillet 2011. Pas mal d’informations confirment l’hypothèse d’une éventuelle recomposition en cours de réalisation du mouvement destourien. Idem pour les «Mounachidin» qui ont appelé l’ancien Président à se présenter aux présidentielles de 2014. toutefois. 40 formations donne plus d’intérêt à notre recherche. 39 C’est à l’occasion de la commémoration de l’indépendance de la Tunisie que d’anciens militants du NéoDestour ont appelé à sa rénovation (voir Tunis news du 21 mars 2011).Un geste que certains l’ont salué. Un RCDiste particulièrement vindicatif a clairement fait planer la menace d’un «bain de sang».Les RCDistes eux-mêmes se sont posé la question: faut-il rompre totalement avec le mouvement destourien et intégrer de nouveaux partis politiques. La Télévision Nationale a consacré un reportage à cette manifestation.Nombre de RCDistes s’est manifesté contre la dissolution de leur Parti. D’un côté. . ou bien chercher de reconstruire le mouvement destourien ? Les événements succédant la dissolution du RCD favorisent deux tendances contradictoires. 40 Des dizaines de RCDistes se sont manifesté le 16 avril 2011 «contre l’exclusion des anciens constitutionnels démocrates des prochaines échéances politiques» selon leurs propres termes relayés par la TAP. Ce sont les membres du bureau politique. ceux de la Chambre des Députés et de la Chambre des Conseillers ne pourront également pas présenter leurs candidatures aux élections de l’Assemblée Constituante. au cas où les responsables de son parti dissout.

II Le corpus technique Confirmer ou infirmer une telle hypothèse exige l’emploi d’une méthodologie rigoureuse et appropriée. Paris. « L’environnement. dépasser ses frontières et faire intervenir d’autres acteurs qui lui sont formellement extérieurs. 1994. En effet. 1977. a une incidence sur le fonctionnement interne des organisations. la sociologie des organisations a l’avantage d’utiliser à la fois l’analyse systémique: les règles du jeu dans une organisation ou ce qu’on appelle « contraintes de l’action collective ». des marchés. 1988. A cet égard. D’une part. du Seuil. dans la mesure où la médiation des relations de pouvoir devient indispensable chaque fois qu’un individu doit unir ses propres efforts à ceux d’autrui pour mener à bien un projet qui lui tient à coeur » (L’analyse sociologique des organisations.En suivant une telle hypothèse. du fait de leur nécessaire collaboration dans l’accomplissement des buts collectifs (…). on ne peut que réfuter d’avance l’hypothèse inverse qui dit que le RCD a trouvé la « mort » le jour de sa dissolution. De nombreuses recherches montrent qu’il faut pouvoir. l’analyse de réseaux a le mérite de situer les acteurs dans des réseaux de relations plus vaste dépassant le cercle restreint d’une seule organisation. Cette méthode permet de passer « en douceur » d’un niveau d’analyse à un autre. Autrement dit. de l’Etat. l’éclatement du RCD en plusieurs groupuscules ne veut pas dire qu’on va les traiter en dehors de leur 41 42 43 41 On évoque notamment les travaux pionniers de Michel Crozier et Erhard Friedberg. qu’il s’agisse des concurrents. p. un passage par la sociologie des organisations et par l’analyse de réseaux nous semble inévitable. notamment leur ouvrage : L’acteur et le système: Les contraintes de l’action collective. D’autre part. in Revue française de Sociologie. 308. p. Cf. 11 . 2). « La problématique de l’analyse organisationnelle est (…) celle des contraintes et limites qui pèsent sur la liberté d’action et de décision des hommes. Ed. Paris. travailler sur les partis politiques relève de la sociologie des groupes qui rassemble souvent deux modes d’analyse : l’analyse structurelle et l’analyse stratégique. d’autres institutions. pour expliquer le fonctionnement et l’évolution d’une organisation. XXXV. et l’analyse stratégique: les stratégies des acteurs et leurs manières d’action pour s’adapter à ces règles . Il faut donc idéalement inclure ses caractéristiques dans l’étude d’un système d’action local » . en particulier du niveau intra-organisationnel au niveau interorganisationnel. 43 Lazega. elles s’attache à la trame même de la vie en société. Pour n°28. Bien plus. Emmanuel : « Analyse de réseaux et sociologie des organisations ». 42 Selon Erhard Friedberg. Pour reprendre Emmanuel Lazega.

ainsi que le statut professionnel. de faire une sorte d’analyse sociographique de l’élite dirigeante de ces groupuscules en cours de recomposition. soit directement (entretiens avec les responsables de ces formations). à cause. que l’identification de ces formations n’est pas du tout évidente. III Données empiriques Notre travail empirique nous a permis d’identifier trois éléments fondamentaux : les acteurs (A). vouloir empêcher la disparition du RCD par certains destouriens et la crainte des partisans de la rupture avec l’ancien régime de voir ce parti 12 . d’autre part des conséquences politiques de la dissolution du RCD. pour notre propos. a) Partis Destouriens Il s’agit de l’identification des formations partisanes créées après le 14 janvier 2011 et faisant partie de la mouvance destourienne. Une analyse de ses caractéristiques sociales qui exige. d’une part. le monde des affaires. De même pour la technique d’enquête qui nous met en contact avec l’objet de notre recherche. tout d’abord. C’est pour cette raison que nous avons essayé de contourner cette difficulté par le biais de la technique biographique qui nous offre. qui se montrent trop prudents quant à la question de leurs origines RCDistes. A/ Acteurs Nous entendons par acteurs non seulement les partis proprement dits (a). le niveau d’étude et la formation.environnement dans lequel celui-ci a longtemps agi (c’est-à-dire l’Etat. sur la difficulté d’avoir une information précise et complète sur la composition de ces nouvelles formations partisanes. il importe de mettre l’accent d’abord. mais également les élites qui dirigent ces partis (b). Nous trouvons également utile le recours à l’analyse morphologique dans la mesure où toute étude sur la composition d’une élite doit mettre l’accent avant tout sur la morphologie de celles-ci. soit indirectement (entretiens avec d’anciens responsables ou sympathisants du RCD). Il s’agit. Quant aux techniques de recherche employées. l’âge. certaines informations audio-visuelles sur le profil des membres de ces formations. du nombre pléthorique des partis créés après le 14 janvier 2011 (109 partis jusqu’aujourd’hui). en premier lieu. En fait. grâce à des articles de presse. les organisations nationales. Il faut noter. le recours aux critères connus de classement social : le sexe. la société civile). leurs stratégies (B) et leurs perspectives (C).

Parti de la Justice et de la Liberté . Président du Congrès Démocrate Social (entretien réalisé le 23 août 2011).Congrès Démocrate Social 44 46 44 Selon les propos de Jalloul Azzouna. soit figurent parmi ses fondateurs d’anciens dirigeants destouriens (membres du B.Parti Réformiste Destourien .Parti de la Dignité et de la Démocratie . d’autres élèvent ce nombre à 82 45.Parti du Néo.Le Mouvement de Demain . ou du C. nous avons essayé de fixer un critère formel basé sur deux éléments interchangeables : soit le parti reconnaît explicitement son appartenance au RCD ou au mouvement destourien.Parti Républicain pour la Liberté et la Justice .Parti la Voix du Tunisien (Sawt At-tounsi) .P.C. des présidents des sections ou des dirigeants à l’Organisation des Etudiants destouriens).Parti de l’Indépendance pour la Liberté .Parti de l’Initiative (Al-Moubadara) . de Comités de Coordination.Parti de la Rencontre de La Jeunesse Libre .Le Mouvement de la Tunisie Nouvelle .Parti Libéral Destourien Tunisien Démocratique . Il s’agit des partis suivants : . 13 .Parti La Voix de la République .Parti de l’Avenir (Al-Moustakbal) .Parti de la Patrie (Al-Watan) . des S. 46 Voir la liste détaillée de ces formations à l’annexe 1. Toutefois. L’avantage d’un tel critère est de limiter l’objet de notre étude et d’éviter tout discours politiste et populiste. Secrétaire général du Parti populaire de liberté et du progrès (sur la page facebook du parti précité). 45 Selon les propos de Houcine M’hamdi.Parti des Républicains Libres .gouverner de nouveau. Certains parlaient de 47 partis destouriens .G.Parti de la Modernité . C’est ainsi que le suivi des acteurs depuis le 14 janvier 2011 jusqu’aujourd’hui nous a permis d’identifier 18 formations partisanes qui répondent à notre critère . tout ça a fait confusion sur la réalité des nouvelles formations.Destour . du Parti.

cette classification n’est pas définitive. elle ne pourrait être rigoureuse ni définitive. la seconde est souterraine risque de discréditer l’une et l’autre. Secrétaire général du Parti Al-Watan. ancien Secrétaire général du Comité de Coordination du RCD à Ben Arous.Il faut noter toutefois que cette classification des acteurs doit être nuancée. Ce que semble applicable au Parti Al-Watan où nombre d’anciens responsables RCDistes s’est retiré du Parti en préférant l’intégration du Parti Al-Moubadara de Kamel Morjane où cette démarcation entre 47 48 47 Il s’avère que M M’hamdi est entré depuis une dizaine d’années en confrontation avec le Parti et son Président. 14 . l’autre est officieuse connue seulement par les responsables du Parti . Deux démarches semblent être suivies. du Congrès Démocrate Social. D’autre part. M M’hamdi se montre systématiquement à l’encontre de la recomposition du RCD (entretien réalisé avec M M’hamdi le 23 août 2011). Toutefois. Par ailleurs. en faisant des déclarations et en écrivant des livres et des articles critiques envers ces derniers. essayer -au fur et à mesure que la contestation s’apaisede faire entrer progressivement d’anciennes figures destouriennes. b) Elites destouriennes Nous parlons des élites destouriennes en tant qu’éléments fondamentaux que ce soit dans la plateforme de ces nouvelles formations ou dans l’accélération du processus de recomposition du mouvement destourien. et qui se présente en rupture totale avec le RCD et la mouvance destourienne . Les contestations populaires qu’a connues le RCD avant et après sa dissolution ont poussé les premiers responsables de ces nouvelles formations d’approuver beaucoup de réserve et de prudence dans l’annonciation des membres fondateurs de leurs partis. deux listes de fondateurs du parti . que l’identification de ces élites n’est pas une tâche facile. D’une part. Préparer. En effet. on a préféré ne pas annoncer les noms de plusieurs membres pour éviter d’éventuelles contestations (ce qui nous permet de comprendre qu’il s’agit de grandes figures du RCD). travailler avec deux équipes . semble-t-il. ou se dotant de dirigeants destouriens parmi ses membres fondateurs. Il faut signaler tout d’abord. D’autre part. le fait qu’un nouveau parti se reconnaît d’origine destourienne. dans la mesure où les choses ne sont pas encore faites et peuvent évoluer à tout moment dans un autre sens. fondé par Houcine M’hamedi. l’une est officielle. ceci ne veut pas dire forcément qu’il envisage recomposer avec les autres formations le mouvement destourien. C’est le cas. il faut signaler que cette double démarche n’était pas toujours bénéfique pour ces partis. 48 Selon les propos de M Mohamed Jegham. d’une part. mentionnée dans le demande de visa déposé au ministre de l’intérieur et annoncée au public. la première est une équipe de façade. Ce qui dépend essentiellement de la volonté de l’élite dirigeante.

il était objet d’une vive contestation de la part de certaines personnes présentes au meeting . Amor Bejaoui (Parti de la Voix du Tunisien). 51 Voir la liste détaillée de ces élites à l’annexe 2. ancien Secrétaire général de l’Organisation des Etudiants du RCD qui a préféré adhérer avec autres anciennes figures du RCD au Parti Al-Moubadara (entretien avec un ancien responsable du RCD). comme étant le nouveau Secrétaire général du Parti. celles de second rang et celles de troisième rang . Souheil Salhi et Mohamed Meftah (Parti de la Justice et de la Liberté). Abderraouf Baâzaoui (Parti de la Modernité). Mohamed Ben Saâd (Parti Réformiste Destourien). où le risque de rejet et de contestation demeure réel. De même pour la démarche cherchant à réintégrer progressivement les anciennes figures. Concernant les élites de second rang. feu Ridha Ayed (Parti Réformiste Destourien). à l’occasion d’un meeting du Parti Al-Moubadara à Sidi Bouzid. Béchir Fathallah (Parti Républicain pour la Liberté et la Justice).« scène » et « coulisse » semble inexistante . Kamel Morjane et Salah Beccari (Parti AlMoubadara). Pour les élites de premier rang. Présenté par M Kamel Morjane. Toutefois. Abdelmajid Chaker. Héla Hafsa et Meysa Zerzeri (Parti pour l’Indépendance et la Liberté). l’exemple de M Salah Beccari est révélateur. Aziza Htira et Belgacem Henchi (Parti du Néo-destour). Arrivons aux élites de troisième rang qui se composent d’anciens Secrétaires des Comités de Coordination ou des Présidents de sections du 49 50 51 52 49 C’est le cas à titre d’exemple de M Hsouna Nasfi. on peut citer les noms suivants : Mohamed Sahbi Basli (Parti Al-moustakbal). 15 . on peut les classer en trois catégories : les élites de premier rang. 50 Voir Journal électronique Al-mindhar du 9 août 2011. 52 A rappeler que M Friâa a démissionné du Parti Al-Watan le 12 juin 2011. Rachida Jelassi Belkhirya. il s’agit d’anciens ambassadeurs ou d’anciens gouverneurs appartenant au RCD. Moncef Ben Cherifa et Mounir Ben Miled (Parti libéral destourien démocratique). des hauts dirigeants de l’Organisation des Etudiants destouriens ou bien d’anciennes figures destouriennes. Dans les limites des données à notre disposition. Lasâad Khabthani (Parti de l’Indépendance pour la Liberté). Passons à l’identification des élites destouriennes. il s’agit des anciens membres du Bureau Politique ou du Comité Central du RCD. Béchir Ben Slama et Faycel Triki (Parti Libéral Destourien Démocratique). A cet égard. Hsouna Nasfi (Parti Al-Moubadara). Abderrazek Cheraït (Parti de la Voix de la République). la collecte des données à notre disposition nous a permis de fixer la liste des noms suivante : Ahmed Friâa et Mohamed Jegham (Parti Al-Watan). Leur identification ne pourrait être facile pour les raisons précitées. Saâd Khémiri (Parti Al-Watan).

Or. Ahmed Mansour (Parti du Néo-Destour). Mustapha Masmoudi (Mouvement de la Tunisie nouvelle). les élites issues du mouvement destourien semblent opter pour quatre stratégies : multiplication des formations partisanes (a). il s’agit du Parti Al-Watan qui a eu son visa le 4 mars 2011. on peut citer les noms suivants : Abderrazek Kérimi (Parti de l’Indépendance pour la Liberté). par exemple) et faciliter ainsi la tâche à tous ceux qui veulent reconstruire le RCD ? 16 . à la suite de la dissolution du RCD. en plus de leur origine destourienne bien évidemment. négociation et coordination (b). Or. Ce qui nous donne un taux général de représentation du Sahel de 48. Chokri Ben Abda et Ahmed Laâmouri (Parti libéral destourien démocratique).33%. sur 33 éléments 16 sont issus du Sahel. renouvellement des élites (c) et récupération des élites destouriennes (d). Faouzi Ben Jannet (Parti de la Jeunesse libre). Déjà quelques jours avant l’annonciation du verdict de la dissolution du RCD. Après. tandis que le taux de représentation de Sousse est de 33. par quoi expliquer ce phénomène de multiplication de ces formations à mouvance destourienne ? Pourquoi ne pas se contenter d’un seul parti (parti Al-Watan. Khélifa Ben Salem (Mouvement de demain). est leur descendance du Sahel. avec la prééminence de Monastir à l’époque de Bourguiba et la primauté de Sousse avec Ben Ali. B/ Stratégies Depuis la dissolution du RCD. se multipliaient les formations à mouvance destourienne au rythme de la multiplication des partis politiques en Tunisie depuis le 14 janvier 2011. a) Multiplication des formations partisanes Nous signalons une nette multiplication des formations partisanes issues du Parti destourien. dont 11 originaires de Sousse. des élites qui présentent de telles caractéristiques communes adoptent certainement des stratégies bien particulières afin de réaliser leurs buts. Par ailleurs. ce qui semble réunir une partie importante de ces élites.48%. certains responsables anticipaient l’évènement et décidaient de créer la première formation partisane de mouvance destourienne après le 14 janvier . Houcine M’hamdi (Congrès Démocratique Social).RCD. Parlons en chiffres. fief du Parti destourien.

les membres fondateurs des formations destouriennes semblent soucieux de coopérer entre eux et se 53 C’est le cas. C’est dans ce cadre là qu’on peut comprendre la communication un peu prudente de la majorité de ces partis qui préféraient (notamment durant la période précitée) de travailler d’une manière un peu discrète et loin du public (j’ai trouvé beaucoup de difficultés pendant cette période pour contacter ces partis et d’avoir leurs adresses qui n’étaient pas pour la plupart permanentes) . Autre problème. élite marginalisée du RCD et vieille élite destourienne) pour pouvoir se mettre d’accord de se réunir au sein d’un seul parti. 53 54 b) Négociation et coordination Tout en fondant leurs structures. j’ai accompagné un ancien responsable local du RCD pour assister à une réunion du Parti Al-Moubadara. la mouvance destourienne s’est montrée assez diverse (élite dirigeante du RCD. A cet égard. les deux formations les plus connues par leur identité rcdiste -Alwatan et Almoubadara. et après des coups de fil. 17 .Pour répondre à cette question. à titre d’exemple. mon accompagnant me dit que la réunion aura lieu dans un autre endroit. D’abord. il reçoit un coup de fil lui prévenant qu’on ne peu pas assister à la réunion. Ensuite.avaient été objet de contestations (annulation de plusieurs réunions et meeting durant les trois premiers mois de mars. et à la suite de la dissolution du RCD. La preuve. tandis que certains choisissaient de se retirer pour le moment de la sphère publique. Par contre multiplier les formations permettrait d’éviter de telles contestations. ce phénomène de multiplication des formations partisanes à mouvance destourienne n’a pas fait pour autant obstacle à leur communication et coordination. Ainsi choisir de s’organiser dans le cadre d’un seul parti ne pourrait être qu’une mauvaise stratégie de la part des ex-RCDistes. la mise d’autres sous contrôle. pou des raisons d’ordre organisationnel. Toutefois. Mais en quittant la place. de fortes voix se sont élevées contre la réhabilitation des RCDistes et pour leur exclusion de la scène politique. 54 Ceci est valable pour le Parti Al-Watan qui n’a pas encore d’adresse permanente (il a changé d’adresse deux fois). je me permettrais de citer cette histoire : un jour du mois de mai. il faut mettre ce phénomène dans son contexte politique et social. la communication entre élites qui était difficile et contrainte par l’arrestation de certains responsables par les autorités judiciaires. du meeting du 1er mai 2011 à Tataouine annulé à cause de l’opposition de certains manifestants qui se sont groupé devant la Maison du peuple en empêchant l’accès des responsables d’Al-Watan. ce qui est applicable également au Parti Réformiste Destourien et au Parti Al-Moubadara. avril et mai) . en arrivant à l’endroit où va s’organiser la réunion. De même pour le meeting de Zarzis.

C’est dans ce cadre là qu’on peut comprendre certaines initiatives que ce soit entre certaines formations de mouvance destourienne ou entre celles-ci et d’autres formations qu’on peut qualifier de proches ou « alliés » à celles-ci. Parti du Néo-Destour. l’idée d’un passage direct aux élections législatives et présidentielles au lieu de l’organisation des élections constituantes . ce front va se transformer en initiative appelée la « Concorde Républicaine ». nous cite notamment Al-Moubadara. 58 Voir Assabah du 6 juin 2011. qui se composait de 47 partis . défendait notamment l’idée de l’organisation d’un référendum sur la forme du régime politique à adopter dans la nouvelle Constitution et l’étendue des pouvoirs attribués à l’Assemblée Constituante. Au niveau de la coordination entre les différentes formations destouriennes. certaines initiatives peuvent confirmer cette réalité. A l’occasion du Congrès constitutionnel du Parti AlWatan le 30 juillet 2011. 56 Ibid 57 Voir Info-Tunisie du 1er août 2011. A signaler que cette initiative. Secrétaire général du Parti Réformiste Destourien. deux formations de la mouvance destourienne choisissaient de soutenir la direction de M Mohamed Jegham. 59 Voir la liste de ces partis à l’annexe 3. Interrogé sur l’identité des partis avec lesquels son parti est en train de négocier. Parti Républicain pour la Liberté et la Justice. Par ailleurs.négocier afin de trouver des visions communes aussi bien pour les questions actuelles que pour les questions d’avenir. « on n’a jamais arrêté de négocier » . M Ben Saâd. Quant à la coordination entre ces formations et les partis proches d’elles ou alliés. et la Rencontre de la Jeunesse Libre56. il est certain que la majorité de celles-ci est en coordination continue depuis leurs légalisations. 18 . cette initiative était objet d’une polémique. nous parlons notamment du « Front pour la République » composé le 6 juin 2011 par des formations de mouvance destourienne et d’autres partis qualifiés de « centristes ». Tandis que certains voyaient en elle un moyen 55 57 58 59 55 Entretien réalisé avec M Ben Saâd. Al-moustakbal. Ce front qui réunissait 25 partis défendait entre autres. Or. Il s’agit de MM Kamel Morjane chef du Parti Al-Moubadara. de confiance et de collaboration entre leurs partis . et aux suites du conflit opposant deux courants au sein du Parti. Selon M Mohamed Ben Saâd. Un mois plus tard environ. le 14 juin 2011. et Sahbi Basli chef du Parti Al-moustakbal qui ont participé à ce congrès et se sont exprimés afin de passer un message d’amitié. Parti libéral Destourien Démocratique.

sur 18 présidents ou premiers secrétaires des partis. En effet. 19 . les fondateurs des nouvelles formations se sont trouvés dans l’obligation de renouveler leurs élites en intégrant des membres plus jeunes et non connus par leur militantisme au sein du RCD. surtout que le Directeur exécutif de cette initiative (Yadh Elloumi) est un rcdiste qui a guidé la manifestation des anciens RCDistes désapprouvant les mesures tendant à leur exclusion des élections de la Constituante . Par ailleurs. le nombre des chefs jeunes (moins de 50 ans) est de 4. 60 61 62 63 c) Renouvellement des élites Conscients du coup qu’a subit le RCD. 60 C’est ainsi que le Parti de Demain. Toutes les formations destouriennes sans exception. 62 Voir la page facebook du Parti de la dignité et du travail.efficace pour réaliser la transition démocratique . 63 Naccache. ceci peut exprimer les limites de la stratégie de négociation et de coordination. in Kapitalis du 10 septembre 2011. Or. Certains vont encore plus loin et considèrent que cet appel au référendum par toutes ces forces n’est qu’un « coup d’Etat contre la révolution » . d’autres la qualifiaient de « Concorde destourienne ». En examinant les listes des membres fondateurs des 18 partis destouriens. ce qui élève le taux des « vieux » à 78% contre 22% pour les jeunes. du 28 juillet 2011. surtout quand elle s’exerce par une ancienne élite. 61 A rappeler que cet homme a menacé devant les écrans de télévisions que le pays risque de plonger dans un « bain de sang » si les RCDistes seront exclus des prochaines élections (voir Info-Tunisie du 3 août 2011). Gilbert : « Quand un ramassis de partis politiques du RCD et de l’opposition à Ben Ali appellent à un coup d’Etat contre la révolution ». défendent explicitement et sans réserve le rajeunissement de ses élites comme étant une stratégie partisane allant de pair avec l’esprit révolutionnaire régnant après le 14 janvier 2011. cette stratégie de renouvellement des élites trouve ses limites au niveau des premiers responsables des partis qui sont dans leur grande majorité des « vieux ». ce qui équivaut à un taux de 16. le taux de la nouvelle élite est largement supérieur à celui des anciens : seulement 35 éléments expérimentés sur un nombre total de 213.43%. C’est ainsi qu’un parti signataire de cette initiative (Parti de Dignité et de Travail) décidait de s’en retirer en justifiant sa décision par la mainmise des partis destouriens sur cette initiative . a appelé à l’unification des partis de l’initiative en un seul parti (voir Assabah du 24 août 2011).

elle était exigée par le contexte de contestation dans lequel a vécu ces nouvelles formations. concernant la récupération pure et simple des élites destouriennes. Il parait que les chosent sont en train de changer (malgré quelques résistances) et au fur et à mesure que nous approchons de la date des élections de la Constituante. choisi par AlWatan pour assumer la responsabilité de la fondation des structures du Parti. et la troisième forme consiste au contrôle d’un parti par son infiltration par des éléments RCDistes.Replacée dans la politique générale de ces formations destouriennes et dans la logique de notre hypothèse (la recomposition du mouvement destourien). d) Récupération des élites destouriennes Après une période critique marquée par la contestation. 1988 et 1993) et au sein de l’Etat 64 64 Il s’agit d’un ancien responsable local du RCD. En effet. ancien Secrétaire général de l’Organisation des Etudiants destouriens. cette stratégie de récupération des élites destouriennes prend trois formes : la première est une récupération pure et simple des élites destouriennes marginalisées au temps de Ben Ali (notamment dans la période récente). on est en train de récupérer certaines compétences du RCD connues par leur pouvoir de mobilisation de la base militante. 20 . C’est le cas de M Saâd Khémiri. Le premier est relatif au Parti Al-Watan. à titre de Secrétaire général du Parti. ce monsieur a assuré plusieurs fonctions au sein du Parti (deux fois membres du Comité Central. La preuve. cette stratégie de renouvellement des élites ne pourrait avoir des effets considérables sur la circulation de l’élite destourienne. D’abord. Nous avons déjà parlé de la stratégie de « double équipe » adoptée par certains partis au début de leur apparition (Parti Al-Watan notamment). la seconde forme est une cooptation de certaines élites destouriennes adhérentes à d’autres partis. les formations destouriennes commençaient depuis deux mois environ à fouiller dans les tiroirs afin de récupérer leur ancienne élite. à savoir M Salah Beccari. particulièrement les jeunes. vers une récupération de l’ancienne élite. la prudence et la discrétion. on peut citer deux exemples. Selon certaines sources proches du Parti . la crainte. on s’acheminerait. quelques mois après. grâce à ses relations étendues avec les dirigeants régionales et locales des structures de la jeunesse destourienne. Par ailleurs. semble-t-il. préférant garder l’anonymat. les formations destouriennes se montrent soucieuses de récupérer leurs élites afin de les réhabiliter politiquement dans les échéances électorales. Le second exemple concerne Parti Al-Moubadara qui a récupéré une ancienne figure du RCD. en réactivant tout un réseau des structures du RCD.

21 . 67 Voir The tunisian way. le cas de Mme aziza Htira est également révélateur. Ensuite. d’une manière surprenante. dès le début. Selon certains. ce parti va être traversé très tôt par un conflit entre ses co-fondateurs 69. Mme Htira ne va rejoindre ni l’un ni l’autre des partis précités. Selon M Nabil Gorji. des partis comme Al-watatan et Al-Moubadara n’arrêtent pas de solliciter nombre de RCDistes adhérents à d’autres partis. mais aussi les anciens cadres du RCD qui ont été écartés en fin de parcours à l’instar de Aziza Hetira. 66 Ibid. puis ministre de la culture et ambassadeur). Dans le même sens. Arrivons.(Conseiller auprès du Président de la République. Mais. Ancienne présidente de l’UNFT et ancien membre du Comité Central du RCD (2008). la seconde forme de récupération est relative à la cooptation de certaines élites destouriennes adhérentes à d’autres partis. Selon son Secrétaire général M Houcine Mhamdi. enfin.com du 19 mai 2011. « on a finit par lâcher l’un de nos membres qui vient de tomber dans le piège du Parti Al-Moubadara » . ancienne présidente de l’UNFT. elle va plutôt rejoindre le Parti du Néo-Destour de Ahmed Mansour . 69 Pour plus de détails sur ce conflit. C’est cependant le second parti qui semble l’attirer davantage » . notre parti était victime d’une infiltration des éléments RCDistes qui voulaient « mettre le parti sous leurs mains » 70. 70 Entretien réalisé avec M Gorji le 14 septembre 2011. le Parti Réformiste Destourien du regretté Ritha Ayed et le Parti libéral Destourien Démocratique de Abdelmajid Chaker ne se disputent pas seulement l’héritage du "Destour" et de Bourguiba. à la troisième forme qui consiste au contrôle d’un parti par le biais de son infiltration par des éléments RCDistes déjà cooptés. Selon certains témoignages . Interrogé sur les noms de ces éléments. C’est le cas des militants du Congrès Démocrate Social qui étaient la cible de plusieurs tentatives de cooptation par ces deux partis. elle anima une course pour sa sollicitation par plusieurs partis. Secrétaire général du Parti (contesté par M Abderrazek Krimi et camarades). Fondé par un groupe d’anciens RCDistes et d’indépendants. 68 Voir sur net Radio Kalima du 19 juin 2011. M Gorji nous a cité les noms de MM Lasâad Khabthani (ancien membre du Comité Central du RCD en 2003 et Secrétaire général de 65 66 67 68 65 Il s’agit de M Houcine Mhamdi. A noter que cette affaire est maintenant devant la justice qui va trancher entre M Gorji et M Krimi. que les deux partis ont sollicitée pour figurer parmi leurs cadres. Cette forme de récupération des élites semble applicable au Parti de l’Indépendance et de la Liberté. Secrétaire général du Congrès Démocrate social (entretien réalisé le 23 juillet 2011). « Les deux partis destouriens. voir le journal Assabah du 27 juillet 2011.

la recherche d’un leadership (b). 22 . Reste la question à poser sur l’efficacité et l’utilité d’une telle stratégie pour l’avenir des partis destouriens ? C/ Perspectives La collecte des informations et les enquêtes en cours confirment notre hypothèse mais avec quelques nuances quant à la recomposition du mouvement destourien. Su la base de quelques indices tirés des propos de certains responsables interviewés. nous pouvons distinguer les tendances suivantes. 74 Cas des partis Al-Watan. Plus claire encore. a) Polarisation des électeurs Malgré l’exclusion d’une partie des responsables destouriens de la participation à la Constituante. « c’est le moment de fouiller et faire sortir nos propres destouriens. 73 Entretien réalisé avec M Mohamed Ben Saâd. un rôle assumé par les formations des anciens destouriens et qui consiste à récupérer les anciens militants jadis marginalisés par le RCD . Abderrazek Krimi (une figure rcdiste à l’Ariana) et Mohamed Lamine Kaouache. 72 Cas des partis tels que : Parti du Néo-Destour. et quelle que soit la légitimité des uns et des autres. ceci peut avoir quatre tendances : la polarisation des électeurs (a). Parti de la Voix duTunisien. un second rôle assumé par les formations issues organiquement du RCD et qui se préoccupent de la réactivation des 72 74 71 Ibid. les différentes formations destouriennes se montrent attachées à la polarisation des électeurs. il est clair que la récupération des élites destouriennes est une stratégie suivie par plusieurs formations de la mouvance destourienne. Toutefois. homme d’affaire connu par ses fortes relations avec Mme Saida Agrebi (Présidente de l’Organisation des Mères de Tunisie et membre du Comité Central du RCD depuis 1998) 71. Al-Moubadara et Al-moustakbal. Parti Libéral Destourien Démocratique. dit M Ben Saâd »73.Comité de Coordination de Ariana). Parti Réformiste Destourien. La première tendance est un partage minutieux des rôles entre les différentes formations destouriennes : d’une part. et une période difficile au niveau de la communication avec le public (entre avril et juin). les alliances électorales (c) et la fusion (d). le 14 juin 2011. D’autre part. Mouvement Tunisie Nouvelle.

les formations destouriennes semblent ne pas faire exception. cette quête de polarisation des électeurs reste un défi pour les destouriens. 79 80 Voir le journal électronique Tuniscope du 29 août 2011. chose quasiment inexistante durant les trois premiers mois suivant la dissolution du RCD . du 1er juin 2011). que dire de la question du leadership ? 76 77 78 79 80 b) A la recherche d’un leadership ? 75 Entretien réalisé avec un responsable local du RCD. Voir la page facebook du Parti Al-Watan. Basli. en organisant des visites médicales pour certaines régions défavorisées et des tournois de football . Ben Saâd. solution trouvée par le parti Al-Watan qui a trouvé une nouvelle méthode pour séduire de nouveaux partisans. 23 . la vie politique se montre aujourd’hui de plus en plus ouverte à la concurrence. des bananes et une photo de souvenir avec » . 76 C’est ainsi que le Bureau politique du Parti Al-moustakbal exprimait. Longtemps soumise à la domination d’un seul parti qui monopolise tous les moyens médiatiques. conférences de presse et apparition des responsables des partis destouriens sur les chaînes de télévision). il suffit de mobiliser les gens pour que tout reprend » 75. qui préfère garder l’anonymat. A l’image de l’Union Patriotique Libre qui poursuit une compagne publicitaire inédite en Tunisie. congrès. La seconde tendance est le renforcement progressif de la communication directe avec le public (meeting. Encore mieux. En reprenant l’habitude (ou le goût) d’apparaître devant les caméras en s’adressant au public. dans un communiqué. Morjane. les responsables destouriens semblent en train de gagner de terrain de nouveau . « la majorité de nos structures sont saines et sauves. 77 A titre d’exemple. Chaker). sécuritaires et financiers. homme d’affaire très riche rentrant de la Libye il y a quelques mois. Or. Par ailleurs. « l’innovation s’impose pour se différencier. la plupart des responsables destouriens participaient dans des programmes audio-visuels (MM Jegham. La troisième tendance est symptomatique d’un nouveau phénomène qui est en train de se propager en Tunisie. à savoir le « marketing politique » ou plutôt le « marketing électoral». au moins à court terme (les élections de la Constituante et éventuellement les prochaines élections présidentielles et législatives).instances régionales et locales du Parti dissous . L’absence d’une réglementation juridique du financement des partis politiques renforce cette tendance. c’est particulièrement le Parti Al-Watan qui cherche à se rapprocher davantage de ses électeurs. sa protestation contre la discrimination exercée par les moyens audio-visuels publics dans la présentation des partis politiques (journal Achourouk. ces deux derniers mois. 78 Ce parti est créé par M Slim Riahi.

il a nié l’existence d’un quelconque conflit personnel avec M Friâa. tout en assurant être le représentant légal du parti Al-Watan . Mais la justice va 81 82 83 84 85 86 81 Selon M Friâa. notamment à travers l’animation de conférences. Imen Joudi. à cause notamment de l’affaiblissement du Parti et son effacement vis-à-vis de son Président. Ainsi. le Parti va être l’objet d’une scission qui va le diviser en deux courants : les pro-Friâa d’un coté. Nejib Belhabib. Ceci dit. Sonia Smeti. 24 . A cet égard. en ajoutant que sa démission du parti Al-Watan ne l’empêchera pas « de servir le pays. M Friâa. commande de faire passer le flambeau aux jeunes ». 82 Kapitalis du 16 juin 2011. à la suite des contestations exprimées contre lui de l’intérieur et de l’extérieur du Parti . 83 Entretien réalisé avec M Jegham le 10 août 2011. à l’ère de Bourguiba. la démission de M Friâa semble traduire une lutte pour le leadership. une plainte va être déposée dans une action en référé par M Béchir M’halla qui. 84 Dans une interview accordée à la chaîne Hannibal. Premier Secrétaire général du Parti. Co-fondateur du Parti avec M Jegham. Après un échange de critiques entre les deux hommes sur une chaîne de télévision . Déjà. 85 Il s’agit d’un groupe composé de 6 personnes : MM Mohamed Béchir M’halla. Avec Ben Ali. « l’engagement par la Tunisie d’une nouvelle étape post-révolutionnaire. pour se défendre contre la critique de M Jehgam pour avoir été ministre de Ben Ali les derniers jours de son règne. Quant à M Jegham. Le premier exemple porte sur la crise qu’a vécue le Parti Al-Watan et qui a abouti à la démission de M Ahmed Friâa. Mehdi Azzibi. la pesanteur de l’héritage despotique est considérable pour les destouriens. la « fuite » de Ben Ali le 14 janvier 2011 et la fin dramatique du RCD aggravait davantage ce problème de leadership. Pire encore. Mehdi Zeribi. le problème de la succession du leader était vivement posé. M Friâa a choisi de se retirer. la publication de livres et la présentation de conceptions sur différents projets » (Tunisie numérique du 15 juin 2011). met en cause la légalité de M Jegham à la tête de ce parti et l’accuse « d’avoir fait main basse sur Al-Watan » . et les pro-Jegham de l’autre. les formations destouriennes crées après la dissolution du RCD semblent souffrir encore de ce « complexe » de leadership. Or. la question est devenue de plus en plus compliquée.C’est la deuxième perspective et qui n’est pas claire pour le moment. contrairement à cette interprétation. il disait : «Au moins moi j'étais ministre de l'intérieur pendant quelques jours pas comme toi pendant quelques années! ». 86 Voir Tunisie numérique du 22 juillet 2011. sous le régime du président déchu. en dépit de leur appartenance au RCD . elle est même problématique. Bien que M Jegham nie catégoriquement cette hypothèse. précisant qu’ils ont été tous les deux victimes d’exclusion. deux exemples peuvent nous enseigner sur l’importance d’une telle question. Pire encore. il reconnaît les effets négatifs de cette démission sur l’unité du Parti et sa direction .

et M M’halla et ses camarades quittaient Al-Watan pour rejoindre selon certains. de leadership au sein des partis destouriens. fille de Bouraoui Ben Ali. 87 88 Par ailleurs. surtout M Morjane qui est. 88 Des informations qui circulaient sur la page facebook du Parti Al-Watan disaient que le groupe M’halla a rejoint l’Union patriotique Libre créée par l’homme d’affaire M Slim Riahi. Une telle tendance commence d’être concrétisée : une réunion s’est tenue mercredi 17 août 2011 entre 87 Le tribunal de première instance de Tunis a refusé la demande de M M’halla. et reconnaître comme çà la légalité de la direction du Parti sous le Secrétariat général de M Jegham (voir Tunisie News du 24 août 2011). il paraît que les choses sont loin d’être réglées. Autre exemple qui soulève. à savoir MM Kamel Morjane. et à l’heure actuelle. et Mohamed Jegham chef du Parti Al-Watan . ce qu’il faut tirer de ces deux affaires est qu’elles sont révélatrices de l’existence d’un problème. Ce parti a vu. marié à Dorra Ben Ali.donner raison à M Jegham et ses partisans . en exprimant comme çà l’intention de faire des alliances électorales entre les différentes formations destouriennes. lui aussi. en approuvant les résultats du Congrès général du Parti Al-Watan du 30 juin 2011. 89 c) Alliances électorales Il s’agit d’une tendance qui vient de lancer ses prémices. des démissions. la question du leadership au sein des partis destouriens. vice président du Parti. notamment celle de M Béchir Ben Slama. lui aussi. Peut être l’instauration des alliances électorales au sein des formations destouriennes ouvrira la voie à la résolution d’un tel problème. un autre parti . de surcroît. cousin du président déchu) ? Sont-ils capables de céder l’un à l’autre ? Ou bien le scénario de la lutte « Friâa/Jegham » va être répété ? Toutefois. du 18 janvier 2011. est relatif au Parti Libéral Destourien Démocratique. pour ne pas dire d’une crise. 89 89 Voir « Le face-à-face Kamel Morjane/Mohamed Jegham ». in Maghreb Intelligence. les négociations se poursuivent et il n’est pas encore temps de trancher. certains parlaient de deux hommes qu’on trouve « présidentiables » ou capables de régler le problème du leadership au sein de la mouvance destourienne. chef du Parti Al-Moubadara. Mais le leadership de ces deux hommes pose pas mal de questions : sont-ils capables de dépasser leurs handicaps (ils étaient des « hommes de Ben Ali ». Il est vrai. 25 .

Mieux encore. c’est la conséquence naturelle » . M’halla et collègues au sein 90 Cette alliance est mise en oeuvre aujourd’hui à travers les listes de « l’Unité nationale » entre les quatre partis précités. nous a informé il y a quelques jours. 90 91 92 d) Fusion Interrogé sur l’avenir des formations destouriennes. du 4 août 2011).les présidents de quatre partis destouriens ou anciens du RCD : selon un communiqué publié sur la page facebook du parti Al-Watan. il s’agit du Parti Al-Moubadara. qu’il est en train de négocier avec les deux partis Al-Watan et Al-Moubadara dans le but de faire une fusion de leurs trois formations sous le nom de « Parti de l’Initiative Destourienne pour la Patrie » . le dernier stade de cette tendance ne pourrait être que la fusion. M Ben Saâd. Son chef. Sahbi Basli et Mohamed Jegham. 94 95 s’attendre même à des surprises les mois et les jours qui viennent. 95 Entretien réalisé avec M Ben Saâd. 93 Entretien réalisé avec M Mohamed Ben Saâd. le 14 juin 2011. M Jegham appelle à la formation d’une alliance forte entre les partis destouriens et les autres partis centristes. Mohamed Ben Saâd. en liant tout ceci aux propos de M Jegham et à ceux de M Ben Saâd93. M Ben Saâd. 91 Il s’agit de MM Kamel Morjane. ils ont décidé de présenter des listes communes pour les élections à la Constituante et ce à travers toutes les régions de la Tunisie . les quatre chefs des partis ont lancé un appel à tous les partis destouriens et ceux du centre pour rejoindre ce groupe. 26 . 94 Ibid. jusqu’au présent et dans les limites de notre enquête (données empiriques sur les 18 partis en question et 5 entretiens avec des responsables de 5 partis). ce parti a fait plusieurs tentatives de fusion avec des partis destouriens tels que le Parti du Néo-Destour et le Parti Libéral Destourien Démocratique. deux remarques s’imposent. Or. Secrétaire général du Parti Réformiste Destourien nous répond directement: « notre objectif est clair : de la concorde on passe à l’alliance et de l’alliance à la fusion. regroupant entre 50 et 60 partis pour faire face aux islamistes (Al-chark Al-awsat. le Parti Réformateur Destourien. le 12 août 2011. D’un commun accord. la majorité de ces formations ne nient pas l’existence de négociations et de coordination entre eux. 92 Dans une interview accordée au journal Al-chark Al-awsat. tandis qu’un seul parti reconnaît explicitement une éventuelle fusion de celles-ci : le Parti Réformiste Destourien. le Parti Al-Moustakbal et le Parti Al-Watan. A cet égard. La première est que. la preuve la multiplication des démissions (celles de Friâa. Encore mieux.

surtout que les élections auront lieu en principe dans un mois et demi. En fait. il importe de revoir les résultats de notre enquête. les conditions et l’étendue de cette recomposition restent indéterminées pour le moment. toute transition porte avec elle une part considérable d’incertitude au niveau de ses conséquences. D’une part. celles de Béchir Ben Slama. Ainsi notre hypothèse (la recomposition du mouvement destourien) même si les événements récents semblent la confirmer. Le premier scénario est une fusion partielle des formations destouriennes. nous proposons trois scénarii que nous trouvons plus ou moins envisageables et que nous mettons dans un ordre décroissant de probabilité de réalisation. notre enquête nous dit que le suivi des acteurs jusqu’au présent. confirme l’hypothèse d’une recomposition en cours du mouvement destourien. IV Conclusions Pour finir. Or. D’autre part. Zakaria Ben Mustapha et Rachida Jelassi au sein du Parti Libéral Destourien Démocratique. il ne faut pas perdre de vue que nous sommes en train de traiter un phénomène qui est en action continue et qui fonctionne selon une logique de transition où se construit le passage entre l’« Ancien régime » et le « nouveau régime ». etc.).d’Alwatan. certaines formations ne sont pas encore prêtes à négocier sérieusement la question de la fusion à cause notamment de leurs conflit 27 . Nous le trouvons le scénario le plus plausible à court terme (entre un mois et un an). c’està-dire entre quelques formations seulement. Mais la manière. C’est pour cette raison que le recours à des scénarii peut nous aider à rapprocher davantage de la réalité complexe. Il est vrai. elle doit être nuancée.

96 97 99 99 Il s’agit de certaines listes des partis Al-Watan. Quant au troisième scénario. à savoir une fusion totale entre les différentes formations destouriennes 98. du 1er mars 2011. Michel : « La Révolution démocratique arabe : du virtuel au réel ». c’est la leçon que nous a apprise Max Weber. Parti de l’Indépendance pour la Liberté et le Parti Libéral Destourien Démocratique). Al-Moubadara (notamment à Sousse) et autres. le Parti Libéral Destourien Démocratique. Ou plutôt une recomposition pure et simple du RCD ? Ce qui ouvrira la porte à la reproduction de l’autoritarisme de l’« Ancien Régime ». 97 97 Le cas du Parti Al-Moubadara qui préfère gagner du temps avant d’arriver au stade de la fusion (voir l’interview de M Kamel Morjane dans le journal Assarih du 5 septembre 2011). il ne faut pas se contenter d’expliquer les phénomènes sociaux. le problème des listes électorales de certains partis destouriens refusées par l’Instance Supérieure Indépendante des Elections . bien qu’il soit peu probable. il faut également et en dernière analyse les comprendre.internes . la question du leadership qui n’est pas encore réglée et qui peut être un handicap à la fusion des partis destouriens. 100 28 . 100 Camau. mais possible à moyen terme. semble-t-il. Al-Moubadara (notamment à Sousse) et autres. et récemment. Ce qui pourrait traduire en fin de compte ce que Michel Camau appelait « fragmentation des élites dirigeantes »100. Le second scénario est moins plausible à court terme. 99 99 Il s’agit de certaines listes des partis Al-Watan. 98 98 Nous exceptons de cette fusion le Parti du Congrès Démocratique et Social que nous avons déjà signalé son opposition radicale à toute coopération avec les partis destouriens (entretien avec son Secrétaire général. D’autres hésitent encore de le faire pour éviter. Autrement dit. En effet. les crises et les scissions qu’ont connues certains partis (AlWatan. plusieurs éléments favorisent la validation de ce scénario : la communication difficile que trouve la plupart des partis destouriens que ce soit avec la masse ou avec leurs militants (ex-RCDistes). quel sens attribuer à une soidisant « recomposition du mouvement destourien » ? S’agit-il vraiment d’une recomposition du mouvement destourien (c’est-à-dire RCD + vieux destouriens) ? Ce qui peut traduire une corrélation entre les éléments anciens et les éléments nouveaux (mais qui restent tous antérieurs au 14 janvier 2011). Il s’agit de l’éclatement des formations destouriennes. in Journal algérien Elwatan. il demeure possible. 96 96 C’est le cas particulièrement du Parti Al-Watan. et le Parti de l’Indépendance pour la Liberté. les réactions contestataires que subissent ce dernier temps les ex-RCDistes . M Houcine M’hamdi). Reste un élément qu’il ne faut jamais négliger dans ces types de recherche en sciences sociales .

) ? Pour répondre à ces questions. 29 . une nouvelle construction d’un « bloc destourien » ? Permettant ainsi l’apparition d’une nouvelle donne sur l’échiquier politique tunisien aujourd’hui.Ou bien encore. etc. Quel serait le rôle des autres partis. y a –t-il une incorporation d’autres éléments partisans dans ce bloc destourien (islamistes. nationalistes. il faut laisser le temps au temps. ou faire comme disaient les anglais : « wait and see ».

et une fois dissous.1920 : création du Parti Libéral Destourien. n’existe plus. de prospérité et d’émancipation. sa dissolution pourrait être une menace à la stabilité de la Tunisie. . Tandis que pour les autres. et à titre indicatif. la dissolution du RCD marque la fin un peu dramatique d’un ancien mouvement de résistance nationale qui a instauré les premières bases du nouvel Etat indépendant et qui reflétait un élément important de l’identité tunisienne. c’est en quelque sorte comme si la date de la dissolution du RCD sépare deux ères de l’histoire de la Tunisie : celle de l’"ancien régime" et celle de la "révolution". la Tunisie s’acheminerait vers une nouvelle ère de démocratie. et qui a fini 30 . de corruption et d’absence de libertés.1971 : Congrès de Monastir I et II qui vont exprimer la première grande crise du Parti . A/ Profil L’histoire du mouvement destourien remonte au 19ème siècle.La recomposition du mouvement destourien ? Rapport de synthèse Bien que les événements se poursuivent sans arrêt depuis le 14 janvier 2011 et l’incertitude semble prédominante concernant la Tunisie de demain.1964 : Congrès de Bizerte et une nouvelle dénomination du Parti : Parti Socialiste Destourien (PSD) qui va inaugurer une tendance socialiste. stratégies (III) et conclusions (IV). Il s’agit d’un événement ayant une valeur politique et symbolique indéniable. le RCD reflétait l’image d’autoritarisme. une lutte entre les « libéraux » et les « conservateurs ». hypothèse (II).1934 : Congrès de Kasr Helal et la naissance du Néo-Destour. une certitude qu’on peut dégager est le fait que le Président Ben Ali n’est plus président et que son parti. Ainsi. Pour certains. couramment appelé « Destour ». Par ailleurs. notre démarche peut être présentée sur quatre temps: profil (I). Pour ceux-ci. C’est particulièrement cet intérêt relatif au sort du parti destourien que présente cette étude. le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD). il importe d’évoquer quelques dates charnières : . . . A cet égard.

notre hypothèse consiste à envisager une recomposition en cours du mouvement destourien à la suite de la dissolution du RCD.9 mars 2011 : Dissolution du RCD B/ Hypothèse Sur la base d’une étude sociographique et d’une enquête sur le terrain.1988 : Une nouvelle dénomination du Parti : Rassemblement Constitutionnel Démocratique. 31 . nous pouvons distinguer 18 partis politiques répondant au critère que nous avons fixé : la reconnaissance explicite du parti de son appartenance à la mouvance destourienne et/ou l’existence de responsables destouriens au sein du parti. a) Multiplication des formations partisanes En fait. la crainte. les élites issues du mouvement destourien semblent opter pour trois stratégies : multiplication des formations partisanes (a). les fondateurs des nouvelles formations ont choisi de renouveler leurs élites en intégrant des membres plus jeunes et non connus par leur militantisme au sein du RCD. et jusqu’à le 15 septembre 2011. . la prudence et la discrétion. b) Renouvellement des élites Conscients du coup qu’a subit le RCD.1987 : la fin du leadership de Bourguiba et l’accession de Ben Ali à la présidence du Parti et de l’Etat. .14 janvier 2011 : Fuite du Président Ben Ali. . c) Récupération de l’ancienne élite Après une période critique marquée par la contestation. . renouvellement des élites (b) et récupération de l’élite destourienne (c). C/ Stratégie Depuis la dissolution du RCD.par la victoire des seconds et l’échec de la première tentative d’une véritable démocratisation du Parti. les formations destouriennes commençaient depuis deux mois environ à fouiller dans les tiroirs afin de récupérer leur ancienne élite.

certaines formations ne sont pas encore prêtes à négocier sérieusement la question de la fusion à cause notamment de leurs conflits internes. plusieurs éléments favorisent la validation de ce scénario : la communication difficile que trouve la plupart des partis destouriens que ce soit avec la masse ou avec leurs militants (ex-RCDistes). les réactions contestataires que subissent ce dernier temps les ex-RCDistes. Le premier scénario est une fusion partielle des formations destouriennes.D/ Conclusions La collecte des informations et les enquêtes en cours confirment notre hypothèse mais avec quelques nuances quant à la recomposition du mouvement destourien ou la création d’un « bloc destourien ». Nous le trouvons le scénario le plus plausible à court terme (entre un mois et un an). nos perspectives peuvent être présentées sous forme de trois scénarii que nous trouvons plus ou moins envisageables et que nous mettons dans un ordre décroissant de probabilité de réalisation. semble-t-il. il demeure possible. Quant au troisième scénario. D’autres hésitent encore de le faire pour éviter. bien qu’il soit peu probable. Parti de l’Indépendance pour la Liberté et le Parti Libéral Destourien Démocratique). et la question du leadership qui n’est pas encore réglée et qui peut être un handicap à la fusion des partis destouriens 32 . c’est-à-dire entre quelques formations seulement. En effet. Il s’agit de l’éclatement des formations destouriennes. Le second scénario est moins plausible à court terme. les crises et les scissions qu’ont connues certains partis (Al-Watan. Etant donné la nature douteuse et incertaine de toute transition démocratique. En fait. à savoir une fusion totale entre les différentes formations destouriennes. mais possible à moyen terme.

Annexe 1 : Liste détaillée des partis destouriens Partis Parti de la Patrie Parti de l’Avenir Parti de la Justice et de la Liberté Parti Républicain pour la Liberté et la Justice Parti de la Rencontre de la Jeunesse Libre Parti de l’Initiative Mouvement de la Dignité et de la Démocratie Partis des Républicains Libres Parti de l’Indépendance pour la Liberté Parti Réformiste Destourien Parti Libéral Destourien Tunisien Démocratique Parti de la Voix de la République Parti de la Modernité Mouvement de la Tunisie Nouvelle Congrès Démocratique Social Courant de demain Parti du Néo-Destour Voix du Tunisien Date de visa 4 mars 2011 9 mars 2011 12 mars 2011 17 mars 2011 18 mars 2011 1er avril 2011 21 avril 2011 22 avril 2011 22 avril 2011 26 avril 2011 24 mai 2011 30 mai 2011 4 juin 2011 16 juin 2011 16 juin 2011 16 juin 2011 15 juillet 2011 19 août 2011 Président ou Secrétaire général Mohamed JEGHAM Sahbi BASLI Souheil SALHI Béchir FATHALLAH Mohamed AYARI Kamel MORJANE Mohamed GHAMMADH Nazih SOUII Nabil GORJI/Mohamed Amin KAOUECH Mohamed BEN SAAD Abdelmajid CHAKER Abderrazek CHERAIT Abderraouf BAAZAOUI Mustapha MASMOUDI Houcine M’HAMDI Khélifa BEN SALEM Ahmed MANSOUR Amor BEJAOUI 33 .

Nom Ahmed Friaa Parti Parti Al-Watan Age (ans) 62 Lieu de naissance Médenine Responsabilités partisanes (avant 14/01/2001) Membre du Comité Central du RCD (1993/1998/2003/200 8) Mohamed Parti Al-Watan 68 Sousse Membre du Comité Jegham Central du RCD 1988/1993/1998 Membre du Bureau Politique du RCD 1995 Kamel Morjane Parti Al63 Sousse Membre du Comité Moubadara Central et du Bureau Politique du RCD (2005-2011) Salah Beccari Parti Al64 Sidi Bouzid Membre du Comité Moubadara Central du RCD (1988/1993) Membre du Bureau Politique du RCD1993 Aziza Htira Parti du Néo-Destour Membre du Comité Central du RCD (2008) Belgacem Henchi Parti du NéoMahdia Membre du Comité Destour Central du RCD (1993/1998) Rachida Jelassi Belkhirya Parti libéral Destourien Membre du Comité Central Démocratique du RCD (2008) Moncef Ben Parti libéral 69 Sousse Membre du Comité Cherifa Destourien Central du RCD Démocratique (1993/1998/2003/200 8) Mounir Ben Parti libéral 68 Tunis Membre du Comité Miled Destourien Central du RCD Démocratique (1998/2003/2008) Mohamed Ben Parti 60 Sousse Membre du Comité Saâd Réformiste Central du RCD Destourien) (1988) Héla Parti pour Monastir Membre du Comité 34 .

Hafsa Meysa Zerzeri Amor Bejaoui l’Indépendance et la Liberté Parti pour l’Indépendance et la Liberté Parti de la Voix du Tunisien 66 Central du RCD (2008) Membre du Comité Central du RCD (2008) Membre du Comité Central du RCD (1988/1993/199 8/2003/2008) Abderraouf Parti de la 56 Kairouan Membre du Baâzaoui Modernité Comité Central du RCD (1988) Béchir Fathallah Parti Républicain 66 Membre du Comité pour la Liberté et la Central du RCD Justice (1988) Lasâad Khabthani Parti de l’Indépendance Membre du Comité Central pour la Liberté du RCD (2003) Mohamed Sahbi Basli Ambassadeur et membre de la Chambre des Conseillers Souheil Salhi Parti de la 50 Tunis Secrétaire Justice et de la général des Liberté Etudiants Destouriens (1981-1989) Mohamed Meftah Parti de la Justice et de la Membre du Comité Central Liberté du RCD (2003/2008) Abdelmajid Parti libéral 84 Sfax Ancien militant Chaker destourien Destourien démocratique (Directeur du Néo-Destour et du PSD) Béchir Ben Parti libéral 80 Tunis Ancien militant Slama destourien Destourien démocratique (membre du Bureau Politique du PSD) Faycel Triki Parti libéral destourien Membre de la Chambre des démocratique Conseillers Saâd Khémiri Parti Al-Watan Secrétaire général de l’Organisation des Etudiants du RCD (19972000) Parti Almoustakbal 59 Sousse Bizerte 35 .

Hsouna Nasfi Parti Al-Moubadara Ridha Ayed Parti Réformiste 76 Destourien Abderrazek Parti de la Voix 74 Cheraït de la République Abderrazek Kérimi Parti de l’Indépendance pour la Liberté Chokri Ben Abda Ahmed Laâmouri Khélifa Ben Salem Faouzi Ben Jannet Mustapha Masmoudi Houcine M’hamdi Parti libéral destourien démocratique Parti libéral destourien démocratique) Mouvement de demain Secrétaire général de l’Organisation des Etudiants du RCD (20002003) Ancien militant du PSD Tunis Ancien militant au Néo-Destour Président de la section du RCD à l’Ariana Secrétaire général du Comité de Coordination de Tunis-Médina (2008) Ancien militant Destourien 48 45 Parti de la Jeunesse libre Mouvement de la Tunisie 74 nouvelle Congrès 53 Nabeul Démocratique Social Secrétaire général du Comité de Coordination du RCD à Ben Arous 36 .

Annexe 3 : La Concorde Républicaine* .Parti de l’Indépendance pour la Liberté .Moustakbal .Parti Libéral Maghrébin .Mouvement de la Dignité et de la Démocratie .Parti Al-Watan .La Voix de la République .Forum Libre de la Jeunesse .Parti de l’Unité et de la Réforme .Parti des Républicains Libres .Parti Républicain pour la Liberté et la Justice .Le courant de Demain .Parti de la Justice et de la Liberté .Parti de la Jeunesse Démocratique .Parti de la Modernité .Parti Al.Parti Wâad pour la Tunisie .Parti Réformiste Tunisien .La Voix du Tunisien .Parti de la Dignité et de l’Egalité 37 .

Parti de la Nation Culturelle Unioniste .Le Mouvement Démocratique pour la Réforme et la Construction .Parti de la Justice et du Développement .Parti de la Dignité et du Travail** .Mouvement Citoyenneté .Parti de la Volonté .Union Patriotique Libre .Parti de la Liberté et du développement .Parti de la Justice et de l’Egalité 38 .Parti Al.Union Démocratique Unioniste .Wafaa à la Tunisie .Parti des Libéraux Tunisiens .Mouvement Biladi ..Parti de la Liberté pour la Justice et le Développement .Parti de l’Unité Populaire .Parti Social Libéral .Mouvement des Démocrates Socialistes (Taïeb Mohsni) .Parti des Verts pour le Progrès .Parti de l’Avenir pour le Développement et la Démocratie .Parti du Consensus Républicain .

Mouvement de la Réforme et de la Justice sociale . en contestant la « mainmise des partis Destouriens » sur cette alliance (voir Journal électronique Binaa News du 29 juillet 2011).Parti de la Dignité pour la Justice et le Développement ..Parti de la Dignité * Source : La Presse du 7 juillet 2011 ** Ce parti s’est retiré de la Concorde Républicaine le 28 juillet 2011.Mouvement des Forces du 14 janvier . 39 .

2004.): Political order in changing societies. Paris. 1989. Khaddar (Moncef): Parti unique et violence politique en Tunisie. thèse pour le doctorat en sciences politiques. 241-252. du 10 septembre 2011. pp. 1963. in Pluralisme social. Université de Paris I. 2003. Geisser (Vincent) : Le syndrome autoritaire. Friedberg (Erhard): L’acteur et le système: Les contraintes de l’action collective. Presses de sciences politiques. 1979. 107124. Toumi (Mohsen) : La Tunisie : de Bourguiba à Ben Ali.Bibliographie sélective Bouslah (Ezzeddine) : «La longue succession de Bourguiba et du Bourguibisme (1975-1990) ». in Mélanges offerts au Doyen Sadok Belaïd. Ed. PUF. Université de Paris. série sociologie. Tunis. Camau (Michel). Crozier (Michel). Moore (Clement Henry): Tunisia since independence: The dynamics of oneparty Government. Naccache (Gilbert) : « Quand un ramassis de partis politiques du RCD et de l’opposition à Ben Ali appellent à un coup d’Etat contre la révolution ». in Journal algérien Elwatan. Camau (Michel) : « La Révolution démocratique arabe : du virtuel au réel ». Ridha (Abdallah): Le Néo-Destour au pouvoir. 40 . 1965. 1991. du 1er mars 2011. University of California Press. N° 19. pp. pluralisme politique et démocratie. Paris. Kraiem (Mustapha) : Déstructuration socio-culturelle et émergence du pluralisme politique en Tunisie pendant la période coloniale. Huntington (Samuel P. Cahiers du CERES. 1977. Mémoire pour le Diplôme d’Etudes Supérieures en science politique. Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis. Paris. 1971. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali. New Haven and London. 12-17 mars 1990. Thèse pour le Doctorat èssciences politiques. Actes de colloque de Tunis. Faculté de droit et des sciences économiques. Yale University Press. in Journal électronique Kapitalis. Khémira (Chokri) : L’élite dirigeante du Rassemblement Constitutionnel Démocratique: étude sur le personnel du Comité central et du Bureau politique (1987-2003). 2009-2010. Tunis. Centre de publications universitaires. du Seuil.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful