You are on page 1of 4
L’impôt de solidarité sur la fortune Introduction L’ISF, impôt portant sur le patrimoine des contribuables les plus aisés, est un impôt jeune, à la légitimité fragile. Suspecté de nuire à l’activé économique au motif de redistribution, il a une forte connotation politique. Son poids reste limité au point de mettre en péril son existence même. .1 IMPÔT CONTESTÉ AUX OBJECTIFS D’ÉQUITÉ SOCIALE, L’ISF OCCUPE UNE PLACE SECONDAIRE ET ATYPIQUE DANS LE SYSTÈME FISCAL FRANÇAIS ..1 Un impôt contesté aux objectifs d’équité sociale ..1. UN IMPÔT CONTESTÉ… • • L’IGF institué en 1982 a été supprimé en 1986 avant la création de l’ISF en 1989 ; L’ISF fait l’objet d’une contestation théorique : il aboutirait à une double imposition, d’une part celle du revenu donnant lieu à constitution d’épargne, d’autre part celle de la fraction épargnée de ce revenu. Cette situation entraînerait un biais à la défaveur de l’épargne, d’où des risques de sous-investissement… ..2. …AUX OBJECTIFS D’ÉQUITÉ SOCIALE • • L’ISF est un moyen indirect de renforcer la progressivité du système fiscal ; Il a pour objectif de réduire les inégalités de patrimoines, de pallier la faiblesse de l’imposition globale du patrimoine, de faire contribuer les plus aisés. L’ISF était en effet censé, à sa création, fournir les ressources nécessaires au financement du RMI. ..2 L’ISF occupe une place secondaire et atypique dans le système fiscal français ..1. UN IMPÔT À RENDEMENT FAIBLE MAIS EN PROGRESSION • Rendement faible : 2,5 Mds € par an environ ; • • • • Taux modéré ; Marginalisation depuis la mise en place du bouclier fiscal en 2007 ; Seuil d’imposition assez élevé (732 000 € depuis la LFI 2005) ; Environ 250 000 déclarations par an, en progression en 2007 compte tenu du renchérissement des biens immobiliers ces dernières années. ..2. UNE PLACE ATYPIQUE DANS L’IMPOSITION DU PATRIMOINE • Un impôt en principe synthétique destiné à appréhender la totalité du patrimoine, à l’instar de l’imposition sur les successions… .2 DANS UN CONTEXTE INTERNATIONAL DE RÉDUCTION DE L’IMPOSITION DU PATRIMOINE, LE CHOIX DES MODALITÉS DE L’ISF EST CONTRAINT, MAIS DES AMÉNAGEMENTS RESTENT ENVISAGEABLES ..1 Dans un contexte international de réduction de l’imposition du patrimoine, les modalités retenues pour l’ISF en ont fortement réduit l’impact ..1. LE CONTEXTE INTERNATIONAL EST À LA RÉDUCTION DE L’IMPOSITION DU PATRIMOINE • Présence dans 6 pays d’Europe seulement : Espagne, Finlande, Luxembourg, Suède, Pays-Bas, France ; Allemagne : suppression en 1997 d’un ISF instauré en 1993. Suppression également au Danemark et en Autriche en 1994 ; • La tendance est à l’allégement des taux ou au relèvement des abattements. ..2. L’ASSIETTE DE L’ISF A ÉTÉ ÉVALUÉE AVEC CIRCONSPECTION De nombreuses exonérations existent : • des biens professionnels, c’est-à-dire les biens nécessaires à l’exercice d’une activité principale, sous forme d’une profession industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, les biens ruraux exploités par leur propriétaire ou loué par bail à long terme, les parts ou actions de sociétés, si leur détenteur exerce une fonction effective dans la société, donnant lieu à une rémunération représentant au moins 50 % de ses revenus professionnels ; • des pensions, retraites et rentes viagères constituées dans le cadre de l’activité professionnelle précédemment exercée ; les indemnités d’assurance versées réparation de dommages corporels ; en • • • • ..3. AINSI QUE SON TARIF • • • les contrats d’assurance-vie non rachetables souscrits avant le 20 novembre 1991 ; les objets d’art, de collection et d’antiquité ; les droits de propriété intellectuelle. barème progressif de 0,5 à 1,8 % (6 tranches) seuils : réactualisés au niveau de l’inflation par la LFI 2005 ; plafonnement IR + ISF à 50 % du revenu depuis la mise en place du bouclier fiscal. ..2 Des aménagements de l’ISF sont envisageables afin d’assurer sa pérennité et un meilleur rendement, sous réserve de faisabilité politique En théorie, des pistes d’aménagement existent, même si la tendance politique actuelle va plutôt dans le sens d’un « détricotage » de l’ISF : ..1. CONCERNANT L’ASSIETTE • simplifier et clarifier l’assiette en l’étendant aux biens professionnels et aux œuvres d’art, quitte à leur appliquer un taux réduit. Cette piste relative aux œuvres d’art a fait l’objet d’une proposition de la commission des finances de l’AN en 1998, rejetée par le gouvernement. • ..2. CONCERNANT LES TAUX ET LES SEUILS • Réduction des taux : en France, est appliqué un taux variable jusqu’à 1,8 %, alors que d’autres pays pratiquent des taux fixes (PaysBas : 0,8 %, Luxembourg : 0,5 %) ; Abaisser le seuil d’imposition qui est particulièrement élevé en France : 732 000 € contre 124 000 € en Allemagne et 215 000 en Espagne. • Conclusion Des marges d’adaptation existent malgré la crainte du « moins-disant fiscal ». L’ISF est le lieu d’enjeux politiques, économiques et sociaux plus que budgétaires. C’est un sujet d’une grande sensibilité, comme l’est du reste l’ensemble de la fiscalité du patrimoine.