You are on page 1of 22

Introduction

Les chercheurs en sciences humaines notamment en anthropologie, en sociologie, en philosophie, en psychologie, en criminologie, en administration des affaires, en science politique, en communication, en éducation, en histoire partagent la conviction qu’il est souhaitable de tenter de comprendre l’action humaine par l’étude et l’analyse systématiques. Certains chercheurs emploient des méthodes de recherche quantitative, tandis que d’autres optent pour les méthodes de recherche qualitative, et d’autres encore, pour une combinaison de ces deux méthodes . La recherche qualitative désigne « tout type de recherche qui emploie des informations non numériques pour explorer les caractéristiques des individus et des groupes et arrive à des résultats qu'il est impossible d'obtenir par des techniques statistiques ou d'autres méthodes quantitatives. Les études de cas cliniques, les études narratives sur le comportement, l'ethnographie, les études des organisations et les études sociales en sont quelques exemples 4. » La recherche qualitative est utile pour comprendre un domaine méconnu, ou pour lequel la recherche antérieure semble insuffisante ou non applicable à une situation particulière. Elle est explicative : elle veille à expliquer des situations complexes où la réduction des données à des éléments quantifiables entraînerait la perte d'une trop grande quantité d'information. Ses méthodes d'échantillonnage portent ainsi sur le contenu de l'échantillon, plutôt que sur les personnes. Elle montre comment certaines situations sont vécues et interprétées. Les méthodes qualitatives sont utiles pour édifier une théorie ou un cadre théorique à partir d'une réalité observable et pour comprendre un phénomène de manière approfondie et détaillée. C’est la question de recherche qui dicte les méthodes de collecte de données qualitatives et analytiques que l'on doit privilégier. Il existe un grand nombre de méthodes; les trois principales (et leurs caractéristiques) sont décrites dans l’encadré Pour les mordus.

1

Chapitre 01 :La recherche qualitative :définition ,but, méthodes et nature 1.Définition de la recherche qualitative : C’est la recherche qui produit et analyse des données descriptives, telles que les paroles écrites ou dites et le comportement observatoire des personnes (Taylor et Bogdan, 1984). Elle renvoie à une méthode de recherche intéressée par le sens et l'observation d'un phénomène social en milieu naturel. Elle traite des données difficilement quantifiables. Elle ne rejette pas les chiffres ni les statistiques mais ne leur accorde tout simplement pas la première place. 2. But de la recherche qualitative : Le chercheur est intéressé à connaître les facteurs conditionnant un certain aspect du comportement de l'acteur social mis au contact d'une réalité. Il se sert d'un modèle interprétatif où l'accent est mis sur les processus qui se développent au sein des acteurs (ici, on est intéressé par les significations que l'acteur attribue à son environnement de même qu’à ces interprétations). De ce fait, chercher à comprendre, chercher à décrire, explorer un nouveau domaine, évaluer les performances d’une personne, aller à la découverte de l’autre, évaluer une action, un projet sont des démarches dont la réussite reste en partie liée à la qualité de la recherche qualitative sur lesquelles elles s’appuient. On fait alors de la recherche qualitative : • Pour détecter des besoins. Ex : Je m’informe de l’état de santé de quelqu’un. • Pour poser un choix, prendre une décision. Ex : Je recherche des informations pour déterminer si une matière est acquise par mes étudiants. • Pour améliorer un fonctionnement, des performances. Ex : Je recherche de l’information pour tenter d’améliorer la communication dans mon entreprise. • Pour cerner un phénomène. Ex : Je recherche de l’information pour faire le point sur la progression d’une maladie dans tel pays. • Pour tester aussi des hypothèses scientifiques. Cette recherche qualitative est menée au moyen de méthodes 3 .Aperçu sur les méthodes de la recherche qualitative : Les méthodes de recherche qualitative les plus utilisées sont : l’interview, l’observation et l’histoire de vie. - L’interview Blanchet distingue d’une part le niveau général de l’interview et d’autre part le niveau des ‘’questionnaires oraux’’ et des ‘’entretiens de recherche’’ comme éléments d’un sous-ensemble du vaste ensemble des interviews. 2

Il s’agit en fait d’une œuvre personnelle et autobiographique. . ‘’observer est un processus incluant l’attention volontaire et l’intelligence. Elle est utilisée dans : . . Ce qui fait la spécificité de l’observation par rapport à l’interview est l’objet de la démarche. les connaissances. les idéologies.L’observation Pour de Ketele. Elle peut être définie selon Califaux (1992) comme un récit qui raconte l’expérience de vie d’une personne.L’interview libre : où l’enquêteur s’abstient de poser des questions visant à réorienter l’entretien. les schèmes mentaux) 3 . La vue est donc l’un des cinq (5) sens le plus souvent sollicité dans un processus d’observation mais les autres peuvent être mis en exergue (ex : l’odorat pour la technique d’observation en botanique). telles les conceptions du monde.. journalistiques.) Interviews comme éléments méthodologiques d’une démarche scientifique Pour Labov et Fanshel. Les différents types d’interviews sont : .Entretiens de recherche Autres interviews (informels. orienté par un objectif terminal ou organisateur et dirigé sur un objet pour en recueillir des informations’’.Ensemble des interviews .Questionnaires oraux .Les études culturelles (dimensions symboliques de la vie des groupes sociaux.L’interview semi-dirigée où l’interviewer prévoit quelques questions à poser en guise de point de repère.L’histoire de vie Les collectes d’histoire de vie ont connu un regain d’intérêt en sciences sociales à partir des années 70. L’interview peut ne pas être individuelle. l’interview est un speech-évent dans lequel une personne A extrait une information d’une personne B. L’entretien est un acte de communication permettant des retours en arrière (cas de l’anamnèse) et des projections dans l’avenir et l’observation est un acte à sens unique (sauf dans le cas de l’observation participante) et porte sur une situation actuelle. information qui était contenue dans la biographie de B. Dans la recherche scientifique. elle peut être aussi de groupe (ex : le focus group discussing) et les fins visées peuvent être très diverses. ..L’interview dirigée : la personne interviewée répond à des questions préparées et planifiées dans un ordre déterminé. l’observation est donc conçue en fonction d’un cadre théorique de référence. .

des lettres. la question se pose de savoir en quoi la recherche qualitative révèle-t-elle une fin des certitudes ? 3. d’actions et de documents. dans certains cas. Elle est aussi façonnée par le point de vue personnel du chercheur en tant qu’observateur et analyste. documents qui les complètent. s’appliquent aussi à la recherche quantitative ou à d’autres activités de recherche avec des êtres humains. Malgré cela. elle les amène à s’interroger sur la façon dont les individus interprètent et donnent sens à leurs paroles et à leurs actes. les rapports et réseaux sociaux de groupe) . Nature de la recherche qualitative La recherche qualitative vise à comprendre les visions du monde des personnes et la façon dont elles se comportent et agissent. Certaines études qualitatives vont au-delà des expériences personnelles des individus pour explorer les interactions et les processus au sein des organisations ou dans d’autres contextes. La connaissance.Les études de processus de socialisation (modes d’intégration.. les groupes. tant sur le plan individuel que sur le plan culturel. dans une certaine mesure. la démarche vise principalement à connaître les perceptions qu’ont les participants 4 . Ces différentes méthodes supposent que la recherche qualitative est menée avec une certaine rigueur scientifique. mais qui. Les techniques et méthodes de collecte de l’histoire de vie se recentrent autour de la collecte de récit (longs récits centrés sur l’évolution d’un personnage. Cela suppose que toute connaissance est.Les études sociales (sur les institutions. partant. Cette perspective oblige les chercheurs à comprendre les phénomènes à partir de discours. Démarche générale. est envisagée comme une construction sociale. des photographies. exigences méthodologiques et pratiques Si les méthodes impliquent une interaction directe avec les participants. ainsi qu’à d’autres aspects du monde avec lesquels ils sont en relation (y compris les autres personnes). de régulation et de participation au sein d’unités sociales diverses) et d’inculturation (processus d’apprentissage de divers aspects de la culture). tributaire du contexte social. des extraits de journal personnel…). La section qui suit présente une description sommaire de la démarche générale de la recherche qualitative. de nature interprétative et. ainsi que des exigences méthodologiques et des pratiques qui y sont rattachées. Les chercheurs qui adoptent une méthode qualitative s’efforcent donc de prouver la fiabilité de leurs conclusions en employant de multiples stratégies méthodologiques.

Ces approches méthodologiques comprennent. l’ethnographie. etc. Le traitement approprié des données recueillies varie sensiblement (voir l’article 10. transcriptions d’entrevue. qui oriente les stratégies d’échantillonnages et le choix des sites de recherche.5 et également l’article 5. a des perspectives et des démarches différentes quant à l’application des méthodes qualitatives. Dans certains cas. Dans ces études. — font appel à tout un éventail de méthodes d’analyse de contenu. sites Web. photographies. Lors de la discussion initiale liée au 5 . souvent. A) Diversité des approches. après la collecte des données sur le terrain. de techniques et de démarches épistémologiques qui permettent aux chercheurs de pénétrer l’univers des participants ou de s’impliquer dans un contexte social particulier. c’est l’utilité particulière ou la richesse des sources d’information en vue d’approfondir la compréhension que l’on a du phénomène étudié. la recherche-action participative. Les études qualitatives de matériaux textuels et iconographiques — livres. pour les besoins du projet de recherche. Il n’y a pas de méthode unique en recherche qualitative. ainsi que la signification qu’ils attachent à leurs pensées et à leurs comportements.3). l’analyse narrative. de questions qui orientent la recherche. et non la possibilité d’en tirer des résultats statistiquement significatifs. et même chaque chercheur d’une même discipline. de méthodologies. La recherche qualitative fait appel à tout un éventail d’approches théoriques. L’expression « recherche qualitative » englobe une gamme étendue de paradigmes et de perspectives qui se recoupent. sans toutefois s’y limiter. Les chercheurs recourent à toute une gamme de méthodes pour recueillir des données : entrevues. la phénoménologie. dans ces recherches. Chaque domaine ou discipline. les chercheurs et les participants continuent à l’occasion à communiquer par voie électronique ou autre. ils les choisissent en fonction de patterns émergents au cours de la collecte des données. l’histoire orale. la théorisation ancrée et l’analyse du discours. groupes de discussion et autres techniques. la proximité de longue durée avec les participants constituent les meilleurs moyens de recueillir des données fiables. B) Collecte de données et taille de l’échantillon. vidéos. Dans le but d’améliorer la qualité des données. un chercheur peut faire appel à des sources d’information et à des stratégies de collecte de données multiples. Les chercheurs choisissent les participants en fonction de leur contribution potentielle au développement de la théorie et. En règle générale. Dans d’autres cas.d’eux-mêmes et des autres. La plupart des chercheurs qui emploient des méthodes qualitatives privilégient la collecte de données diversifiées se recoupant sur un nombre limité de cas ou de situations jusqu’à atteindre un point de saturation ou de redondance thématique. observation des participants. l’accent est mis davantage sur la profondeur que sur l’étendue.

les chercheurs informent les participants éventuels à la recherche de la confidentialité des données et discutent avec eux de leurs attentes (voir les articles 3. notes d'observation. Souvent. cinéma Questions observationnelles (Comment l'équipe chirurgicale collabore-telle en salle d'opération?) et questions descriptives portant sur les valeurs. C) Résultats de la recherche. la possibilité de généraliser les résultats et de les appliquer à d’autres contextes.2 et 5. analyse de cas. on estime que le transfert des résultats d’un contexte à un autre renvoie à une question théorique plutôt qu’à une question de procédure ou d’échantillonnage. prise de notes et écriture réfléchie Ethnographie Description dense. peinture.consentement. groupes de discussion Technique analytique Réflexion thématique et phénoménologique. En recherche qualitative. ou encore la représentativité de l’échantillon ne sont pas nécessairement des questions pertinentes. diagramme pour représenter les tendances et les processus 6 .2). narration. entrevues structurées ou non structurées Secondaire : documents. les croyances et les pratiques d'un groupe culturel (Que se passe-t-il ici?) Primaire : observation des participants. 4 . relecture des notes et codage thématique.Types d'études qualitatives Méthode qualitative Phénoménologie Type de question Source des données Primaire : enregistrement magnétophonique d’une longue conversation Secondaire : poésie.

observations Secondaire : expérience personnelle Sensibilité théorique. Les questions de recherche La rédaction d’un projet de recherche est la plupart du temps. Les auteurs donnent le plan et les thèmes à aborder : . Cela apparait contradictoire au discours précédent sur le processus de recherche. Mais. prise de notes thématiques. accent sur la recherche des concepts et des processus fondamentaux Source : adaptation de Richards et al. diagrammes. Si le théorique et l’empirique sont concomitants en qualitatif.1. elle passe d’un mode d’agir en pensée.. Cette formalisation apparait néanmoins statique..Théorie à base empirique Questions de processus portant sur l’évolution de l'expérience au fil du temps ou sur ses stades ou phases (Comment les résidents en médecine composent-ils avec la fatigue?) ou questions de compréhension (Quelles sont les dimensions de ces expériences?) Primaire : enregistrement magnétophonique d'entrevues.Une conceptualisation du problème .La planification opérationnelle. on oppose la définition d’un projet à sa réalisation.5 Chapitre 02 : la formulation du questionnement Par commodité. Le fait initiateur peut être de différentes natures : un problème théorique ou une demande sociale. La première catégorie se concrétise dans la définition d’un projet. élaboration de concepts pour le développement de théories. en interne ou en externe. 7 . 2. Ce premier construit « intellectuel » s’inscrit comme une justification et une légitimation par rapport à des réalités empiriques. à condition d’accepter la possibilité d’une évolution de ce projet au cours de sa réalisation. La définition d’un projet de recherche est un processus itératif dans lequel les synthèses intermédiaires correspondent à des résultats temporaires valides à un moment donné. Le chercheur doit y apporter la plus grande attention pour éviter les désagréments Ce premier document expose une réflexion anticipée à partir du thème de recherche envisagé. à un mode de penser action.Le choix et la justification d’une stratégie . l’activité du chercheur.

Mais aussi en provenance des entreprise .1 La demande sociale versus le construit théorique Le travail quotidien du chercheur.. aboutissent nécessairement à des résultats contradictoires ou incohérents. On peut citer les travaux de Simon (rationalité limitée). permettent d’imaginer des recherches. Il facilite la perception des demandes théoriques et des demandes sociales Les incertitudes théoriques se traduisent par trois types de demande.de perspectives théoriques en devenir . en gestion pour pouvoir comprendre réellement la portée des recherches sur les couts de transaction ou les théories de l’agence. La conceptualisation des situations tiens compte des représentations des acteurs pour en accroitre la validité 8 . la nécessité de proposer un paradigme novateur. La multiplicité des paradigmes.La recherche évolue plus souvent organisationnelles.si la première apparait évidente pour un quelque sorte une « photosynthèse » des connaissances de l’évolution des travaux. un travail sur les points de rupture ou les paradoxes de la littérature dans un domaine particulier.il se construit . Chandler (stratégie /structure) ou Michael porter (analyse sectorielle). ni les conséquences humaines d’un mode de croissance contractuel particulier. La plupart des recherches se concluent par une discussion il existe un ensemble de réflexions traduites en conjectures Il faut d’abord les relier aux connaissances actuelles sur le domaine. des méthodologies et des terrains.il prennent pas en compte les dimensions organisationnelles. indépendamment de tout projet. 2. par exemple La recherche sur les alliances et les coopérations est exemplaire à cet égard. .. Par exemple. Soit . la nécessité d’évaluer ou de vérifier sur le terrain un ensemble de théories et de conceptualisations.des pratiques professionnelles. Ils se révèlent à l’occasion d’exercices de synthèse théorique. la conceptualisation de beaucoup de transformations sociales. consiste à être l’écoute de ses pairs et des terrains aux résultats de recherche permettent de repérer les problématiques. Comme Mintzberg l’a réalisé pour la stratégie. Soit.la plupart du temps . Les informations sur les pratiques organisationnelles génèrent des idées. mais en sciences de gestion il faut reconnaitre que les exemples sont extrêmement rares .Un travail de recherche en science de gestion n’émerge jamais d’une construction pure de l’esprit du chercheur .1.à partir d’une certaine demande. Elle amène . Soit.

En sciences de gestion. Le chercheur part sur le terrain pour évaluer les situations.La définition philosophique de l’objet opère comme une légitimation et une évaluation de l’intérêt.Les demandes pratiques. Le protocole est une « déclaration d’intention ».2 La formation des axes de recherche et des hypothèses Définir de cette manière. on peut affirmer que l’objet de recherche ne sera finalisé qu’à partir d’une triple formulation : philosophique.la demande sociale accroit la validité. sans laquelle l’objet d’étude reste à l’état de projet. d ans le bon sens du terme. alors la recherche débute par une évaluation des acquis.1.. conceptuelle et méthodologique . définie comme la capacité à produire une évaluation et des instruments stables . Au-delà de la fonction technique contraignante d’une mise en ordre de ses propres connaissances. tirer des plans. la définition méthodologique du projet contrait le chercheur à exposer une manière de faire. définie comme la capacité à appréhendre effectivement et réellement ce qu’il est censé approcher. pour une raison précise.pour conduire l’étude et lier les aspects théoriques aux observations par des choix méthodologiques . . le compromis entre l’utilité théorique et pratique prédomine. Il s’agit de donner une valeur au projet.La définition conceptuelle a plutôt une valeur opératoire. telles qu’elles sont exprimées par les professionnels.Enfin. 2. Les concepts rassurent à partir du moment où ils signifient une réalité et permettent de l’expliquer. avant de se focaliser sur un espace déterminé à connaitre. le protocole est une séquence logique qui permet de connecter l’empirique au théorique pour engager effectivement le processus de recherche. . . 9 . Un protocole de recherche est toujours unique. Correspondent rarement à des questionnements de recherche. au début du projet. comme pour le travail des géomètres. Si les premières informations laissent supposer des connaissances limitées sur le domaine. il reste un exercice de stimulation du chercheur. Les deux facteurs à l’origine du questionnement satisfont à des critères différents : -la demande théorique accroit la fidélité. le questionnement suppose une démarche relativement procédurale.

la situation et les processus étudiés. les techniques de réduction des données. Par ailleurs.les variables essentielles. par rapport à la problématique. il n’est pas possible d’étudier et d’analyser avec un regard contemplatif une réalité complexe. 04 Les liens logiques entre les propositions et les données le chercheur envisage les étapes successive de analyse des données (pendant et après la collecte). Les choix. C’est une manière le revenir en arrière et d’envisage à nouveau la littérature mobilisée pour restituer la place réelle du projet dans une perspective de production et d’accumulation de connaissance. les sollicitations nombreuses. 03 L’unité d’analyse :la troisième dimension du protocole mérite une attention particulière de la part du chercheur car l’unité d’analyse spécifie les situations de gestion étudiées. 02 Les propositions(ou les questions) :même dans une recherche exploratoire. 10 .la discussion porte sur le choix de la stratégie d’accès au réel. expérimentations.Encadré2 Thèmes d’un protocole de recherche 1-Questionnement et objectifs de la recherche 2-propositions(ou questions) 3-Unité d’analyse Procédures Acteurs et situation 4-Liens logiques entre les propositions et les données Technique de réduction des données et représentation Critères pour interpréter les données 5-développements conceptuel et théorique 01 Le questionnement et les objectifs de la recherche :Ce premier thème expose les principales dimensions à étudier. les questions permettent de focaliser le regard sur des thématiques plus précises. les acteurs. plutôt que la volonté de représentation. les modes d’analyse et les modalités des représentations.. classifications) 05 Développements conceptuel et théorique :la conclusion du protocole porte sur les résultats théoriques attendus. catalogues. C’est un échantillonnage théorique. les éléments clés . cet formulation des hypothèses satisfait trois fonctions . les risques de diversions sont importants. l’analyse des liens logiques comporte une première ébauche de la validité de la recherche à partir des critères enlisés pour interpréter les données (contrastes. comparaison. les déterminations portent donc sur le milieu. Elles s’inscrivent dans une démarche le description. Sur le terrain. de connaissances théorique et/ou des premières investigations.

-« indifférentes »à l’objet. l’hypothèse définit les termes conventionnels utilisés . et donc sans réelles influences a priori. l’hypothèse sélectionne les faits à regardes. a priori . celles confirmées ou infirmées par l’observation. -« naturelles ». consécutives à l’utilisation de théories et de résultats antérieurs. Encadré3 Les caractères classiques de l’hypothèse -Motivée théoriquement. Les relations proposées entre les concepts anticipent des régularités entre les faits ou les variables . -Au moment de la formation de l’objet de recherche et de la réalisation du protocole.Le chercheur dispose rarement de la possibilité de fractionner les phénomènes par un ensemble de relations théoriques explicatives. -Contestable -Opérationalisable et testable. les situations de gestion ne peuvent pas se limiter à des causalités simples.. non entre les concepts. seront formulées effectivement comme une contribution et un enrichissement logique .. Les variables. pour repérer dans les théories disponibles des conjectures . circonscrites par des indicateurs.C’est entre les faits. les hypothèses : -« inconscientes ». L’hypothèse simplifie la réalité par des relations de type « vrai » ou « faux ». Enfin ?elle délivre une proposition de vérifications sur le terrain .Ensuite .. -Interprétable théoriquement et empiriquement -Reproductible dans d’autres conditions. .Ce sont les 11 .D’abord. les indéterminations.Mais. Les véritables hypothèses. avec les mêmes résultats. l’utilisation de formes hypothétiques intervient dans trois phrases de la démarche qualitative.elle fixe la pensée sur la problématisons . Le travail par hypothèses les restitue difficilement . Dans une recherche qualitative. inhérentes à l’objet et au terrain. les incertitudes ou les approximations font partie intégrante du projet et le légitime. pour les formuler comme des postulats . que les relations s’expliquent dans les situations concrètes. Par conséquent. auxquelles la recherche ne peut se soustraire .

2 Une problématique de recherche La rédaction de la problématique 1 conclut une phase importante Elle organise un premier dispositif argumentaire sur l’intérêt. des hypothèses de recherche et des lignes d’analyse que permettront de traiter le sujet choisi ». A condition de maintenir un cohérence et de ne pas satisfaire à une formalisation ad hoc des faits. comme une tentative pour faire correspondre les théorie et le questionnement avec des réalités concrètes . surtout après les restriction précédent sur l’hypothèses. La définition simple classique est empruntée à Beaud(1986) : « la problématique est un ensemble construit autour d’une question principale . -Au moment de la formulation des explications définitives. Des aspect sous estimés du phénomène nécessitent de mobiliser ou de forger d’autres théorisation et concepts. Porté à l critique.Laissons de coté. Au minimum. Le chercheur communique les deux versions de la problématique dans la rédaction finale. Les versions successives permettent d’enregistrer les évolutions et les enrichissements du projet. 2. 12 . pour les rassembler dans des relations qui sont des propositions d’expériences . Il est donc «naturel » que la confrontation réalité-théorie aboutisse à une certaine reformulation du carde de référence. ou seront abandonnées -Au moment de la définition du carde méthodologique. Les observations enrichissent les agencements théoriques et pratiques envisagés a priori. Des présupposés se révèlent inutiles o : faux .Au contraire. Alors que le protocole demeure un instrument de travail Même si la problématique s’adapte au fur et à mesure du déroulement. la valeur et la mise en œuvre de la recherche. Pour ne retenir que la dimension formelle de c document. La problématique correspond avec le premier énoncé d’envergure du projet. Si cette position entraine des risques.hypothèses formatives et créatives qui deviendront des postulats. Elle est nécessaire pour démontrer le réalisme des recherches qualitatives. La structure donnée par l’autour . une recherche qualitative nécessite deux problématiques communiquées. Le choix d’une méthode qualitative est motivé par la volonté et/ou la nécessité d’une démarche empirique approfondie et contextualisée. Le lecteur apprécie le réalisme et la fidélité validité du processus à partir de cette évolution. Les questionnement général s’adapte donc. La problématique est un document officiel.

Elle justifie donc de mettre en œuvre le projet pour tenter d’obtenir des résultats intéressants. La durée.Le chercheur rédige la problématique 1. ils évitent de produire une problématique qui ressemble à une vague compilation d’articles. La problématique 1 correspond à une étude de faisabilité. avant d’y être confronté. qui détermine le caractère scientifique de la recherche. liés à quelques questions résultant de l’détermination ou de la méconnaissance du problème étudié. 13 . surtout. _Une méthode pour enregistrer et représenter les données. la qualité du travail empirique se pensent avant la réalisation . En fonction de la cohérence des relations. Mais. Les théories se légitiment par rapport au paradigme. Construite par les instruments techniques et opérationnels de l’observa tien. Le chercheur intègre les questionnements en les différenciant. ou à partir de la rationalisation des praticiens. original et pertinent. Les quatre thèmes précédents ne concernent pas explicitement la rédaction d’une problématique .Un moteur théorique. à partir du moment ou se sent capable de spécifier son objet par quatre dimensions (Van de Ven (1987) qui lui donnent un caractère novateur. La contribution théorique proposée et les résultats pratiques anticipés spécifient encore. Le choix de la stratégie de recherche se réfléchit selon ses deux dimensions la méthode permet d’évaluer l’adéquation entre la manière de poser le problème et les pratiques réelles a observer. motivée par une connaissance théorique satisfaisante. _ Une définition de la méthode d ‘observation. la problémation est essentielle. si cela se révèle nécessaire. Déterminée. l’objet précis de la recherche et le dispositif théorique mobilisé. incertains. Dans les méthodes qualitatives de recherche sur les entreprises. La problématique 1 distingue les discours acceptables.Cette dimension instrumentale contraint le chercheur à se projeter sur son terrain et à envisager la multiplicité et la complexité des situations. . Les « hypothèses formatives » agrègent ce premier déterminant. sans les exclure. mais il reprennent les contenus à aborder dans la rédaction. en vue de la réalisation. -Une définition claire des concepts. Les connaissances sur les réalités organisationnelles impliquent des référentiels nombreux : dans d’autres champs scientifiques. non-robustes. L’objet et les accès possibles aux situations de gestion. Et en évaluant leur puissance explicative supposée sur les situations. c’est le dispositif méthodologique. concentré dans le questionnement.

Il n’existe pas de plan d’expérience prédéterminé comme dans les méthodes quantitatives. Par le volume et l’accent mis sur la justification du cadre de référence dans le premier cas. Enfin. de restituer l’ensemble du processus. Pour les démarches qualitatives. Le plan type d’une problématique ressemble à la première partie d’un plan final de rédaction. Les quatre déterminations de Van de Ven (1987) jouent alors comme un dispositif d’évaluation du travail. Particulièrement nécessaire dans les communications scientifiques. les deux rédaction permettent un «apprentissage dans l’art d’écrire » (barreyre. Néanmoins. encore une fois. elle se rédige à l’issue du travail de terrain et intègre les spécificités du recueil et de l’analyse des données. et de progrès dans l’explication en réduisant tante que cella est possible l’indétermination. Cela justifie. l’imprévisibilité et l’approximation. soit la tentative de rédaction. Il diffère. La problématique 2 détermine. par le chercher et par le responsable scientifique. soit implique un retour sur le terrain et une nouvelle observation à partir d’un cadre de référence enrichi théoriquement et adapté empiriquement. Cet écrit permet d’évaluer l’acceptation. la saturation et la complétude. 14 . Cette rationalisation a posteriori est acceptable si le chercheur restitue les évolutions et le processus adaptatif du projet théorique aux réalités empiriques.Quant à la problématique 2. Sur les résultats et la discussion dans le second. 1980). le travail de terrain s’interrompt lorsque la certitude d’avoir satisfait au questionnement est acquise.

axes de recherche et/ou hypothèses Définition du problème de recherche Champs des connaissances Représentation et conceptualisation 3_résultats attendus(contributions théoriques et managériales) 4_méthodologie générale et protocole de recherche Stratégie de recherche Accès au terrain Planification des opérations 5_techniques d’analyse des données 6_plan final de rédaction 7_bibliographie extensive 15 .Encadré4 Plan type d’une problématique 1_formulation du problème Approche philosophique Approche théorique A approche méthodologique empirique 2_questionnement.

16 . L’accumulation des connaissances se base sur la confirmation par une observation régulière des mêmes causes aux mêmes effets. et donc de structuration de l’entendement. Et donc. 19977 ). Néanmoins. comme le travail sur les conceptualisations. Pourtant. et un enrichissement logique. L’hypothèse sélectionne les faits à regarder. Avec les réserves précédentes.Dans la plupart des cas. . puis de proposer. par la tentative de rédaction de la problématique. -opportunité. De même. une formalisation cohérente du projet facilite cette étape. la problématique sera évaluée par des instances extérieures selon un ensemble de critères (voir ci-dessous. nécessaire. on ne peut pas suivre certains auteurs. à partir des présentations de barreyre (1980) et de aktouef (1987) sur les exigences de la recherche). seulement. -rigueur de la démarche et méthodologie de recherche . évoqués dans la partie suivante. elle ne se résout pas. C’est une contrainte externe qui pèse sue le chercheur. -justification du choix des lieux et des modes de recueil et valeur du discours écrit . A ktouf (1992) par exemple. -utilité du travail. contribuent à la formation de l’esprit scientifique. L’obligation de composer. lorsqu’ils affirment que l’hypothèse est systématiquement nécessaire au questionnement d’une recherche. -justification de la pertinence des données à recueillir . les moments et les étapes » ( Guitton. Rien n’empêche un jeune chercheur de les discuter dans sa présentation : -unité et clarté du sujet . « Composer. c’est ordonner sa pensée. Les variables circonscrites par des indicateurs. en rechercher les parties.qualité de la présentation . 1951 ). -justification des outils . La problémation. Le passage d’un thème d’intérêt à l’énoncé d’un problème de recherche se révèle toujours être un exercice particulièrement difficile ( Selltiz. originalité et apports réels anticipés . La formulation des hypothèses participe à l’opérationnalisation de la régularité entre les faits ou les variables. évaluent le phénomène .

indéterminations. Le travail par hypothèses les restitue difficilement. non entre les concepts que les relations s’expliquent dans les situations concrètes. on envisage successivement huit phases selon le cycle ci-dessous. font partie intégrant du projet et le légitime. A priori. -Au moment de la définition du cadre méthodologique. L’utilisation de formes hypothétique intervient dans trois phases de la démarche qualitative. empiriques et les conceptualisations s’accumulent. -Au moment de la formulation des explications définitives. Pour repérer dans les disponibles des conjectures. Tandis que la problématique. les situations de gestion ne peuvent pas se limiter à des causalités simples. C’est entre les faits. -Au moment de la formation de l’objet de recherche et de la réalisation du protocole. Ce sont les hypothèses méthodiques factuelles qui délimitent l’objet. Le chercher dispose rarement de la possibilité de fractionner les phénomènes par un ensemble de relations théoriques explicatives. Ce sont les hypothèses conclusives. Ou seront abandonnées. Chapitre 03 : Le processus de recherche : La recherche est un processus qui peut se concevoir comme une succession de phases par lesquelles le chercheur passe. Par conséquent. La récursivité est un postulat de base pour expliquer les comportements humains. Elles représentent autant d’unités logiques de travail et de contrôle : Etape 1 : formulation d’un problème 17 . Version1 puis 2 . C’est sur le terrain que la fidélité et la validité se démontrent par la conceptualisation des théories. les incertitudes ou les approximations. à l’origine d’une discussion sur la validité et la fidélité des propositions. Un instrument de travail construit progressivement. pour les rassembler dans des relations qui sont des propositions d’expéri ences. Avec le temps. L’hypothèse simplifie la réalité par des relation de type «vrai » ou «faut » .est un document d’engagement de réalisation. les résultats théoriques.Dans une recherche qualitative. Le protocole reste un document propre au chercher.Mais. puis la tentative d’explication. Comme une tentative pour faire correspondre les théories et le questionnement avec des réalités concrètes. Ce sont les hypothèses formatives et créatives qui deviendront des postulats.

Activité du chercheur : Formulation d’un questionnement précis en réflexion sur l’approche du terrain (l’unité d’analyse) à explorer. première confrontation du théorique et de l’empirique par une évaluation de l’adéquation entre l’objet à la méthodologie mise en œuvre. Résultat : Une question de recherche. Activité du chercheur : Recherche de terrains d’observations. Activité du chercheur : Recherche théorique (littérature. Eventuellement quelques entretiens non directifs ou quelques observations permettent de spécifier le problème. rencontre de quelques praticiens compétents. Etape 3 : préparation des études empiriques et affirmations des référentiels Problème général : La recherche empirique en qualitatif relativement longtemps. l’individu. le choix (imposé par la question) d’une méthodologie. état de synthèse questions actuelles dans le domaine). une synthèse de littérature. et éventuellement une adaptation de la problématique. et éliminer les nombreuses diversions. le plan de recherche. le groupe. les terrains. validation par le directeur de recherche ou de thèse. les thèmes théoriques à investiguer dans la littérature se repèrent plus facilement. Il est nécessaire de connaitre les différentes étapes par lesquelles la recherche va passer pour pouvoir reste opportuniste méthodiquement. Contrôle : Validation par des résultats avec la collecte des données envisagées et rédaction de la partie méthodologique Etape 4 : enquête et confrontation théorique 18 . formulation explicite du protocole de recherche. Par ailleurs à partir des questions de recherche et des terrains. opérationalisable. préparation du cadre de référence pour les analyses. les référenciels majeur. Etape 2 : définition des objectifs de la recherche Problème général : Avoir un minimum de pré-structuration du plan de recherche pour permettre d’aborder les études empiriques avec des questions ou des résultats attendus définis. qui ne sont pas des hypothèses mais un ensemble de questions de recherche pour guider l’observation. Résultat : Une série de sous-question.Problème général : La première étape consiste à articuler le projet de recherche avec l’ensemble des recherches existantes afin de permettre l’émergence d’un cadre opératoire réaliste et pertinent. observable). un problème) La méthodologie s’impose en fonction des objectifs de recherche et des possibilités d’accès au terrain. Résultat : L’unité d’analyses. Contrôle : Une problématisation cohérente en fonction des critères de recherche (correspondant à une réalité. Une unité d’analyse (l’organisation. le chercheur soumet cette formulation à la critique. mais en laissant la possibilité d’une adaptation aux réalités. Contrôle : Validation des objectifs théoriques par une instance scientifique et discussion ouverte avec des praticiens pour accroitre le réalisme.

dans un même mouvement la recherche empirique et la recherche théorique par une confrontation permanente. les premières analyses. le cas par rapport au problème théorique. taux de changement tendance. Le premier enjeu consiste à réduire toutes les données par la codification (élaboration du dictionnaire des thèmes définitifs) puis rédiger un rapport de terrain (situation. Activité du chercheur : Construction des outils d’analyse et d’interprétation. déduction ou récursive) Entre les faits et la théorie. quelquefois contradictoires (multiplication des sources) et correspondent rarement aux théories. l’éthique du chercheur est fondamentale 19 . production de descriptions..Problème général : Le processus de recherche qualitatif associe. chronologie. Résultat : Des propositions visant à expliquer la réalité observée sur la base du questionnement et une articulation explicite (induction.. la discussion aves les acteurs sur le terrain Etape 5 : analyses Problème général : Les données en qualitatif sont volumineuses. d’explications (locales. confronter en permanence à la théorie réaliser des microanalyses sur les faits. Par ailleurs. Contrôle : Un enregistrement de l’activité du chercheur (le journal de recherche) la multiplication des sources pour une triangulation. Le cadre de la recherche évolue sous une action de discernement entre les explications provisoires confortées par les concepts. périodicité. utilisation de modélisation existante.). Résultat : Une base de données organisée ou les informations sont liées entre elles et les références théoriques explicites par l’intermédiaire d’un dictionnaire des thèmes. causales. dans cette phase.. Pae conséquent toutes les opérations sont enregistrées (essai-erreur. mais l’activité doit être systématique pour l’enregistrement des données. celles qui sont infirmées et les propositions indéterminées qui ne trouvent pas de réponses certifiées par le théorique. Si le plan de recherche implique des mesures. duration. globales) et de vérifications (contextuelles). amplitude. on peut se référer à la taxinomie de Monge (1990) : continuité. rétablir la chaine des causes.…). Activité du chercheur : Elle est fonction du terrain et du problème. Contrôle : Etre capable de communiquer l’ensemble du processus de traitement et d’analyse des données. construction progressive.

20 .

Conclusion : La recherche qualitative produit de grandes quantités de données textuelles sous la forme de transcriptions et de notes d'observation de terrain. elle ne devrait pas être abandonnée à un novice. 21 . L'analyse des données prend souvent place à côté du recueil des données pour permettre aux questions d'être redéfinies et de développer de nouvelles voies d'enquête. de la vision et de l'intégrité du chercheur . Une analyse de haute qualité de données qualitatives dépend de l'habileté. et l'analyse de ces données prend du temps et demande beaucoup de travail. La préparation systématique et rigoureuse. Les données textuelles sont typiquement explorées de façon inductive en utilisant l'analyse de contenu pour générer des catégories et des explications . des logiciels peuvent aider à l'analyse mais ne devraient pas être considérés comme des raccourcis d'une analyse systématique et rigoureuse.

1988 . Hygin KAKAI. Université de Franche-Comté. DESLAURIERS Jean-Pierre. GOTMAN Anne. Expérimentale. Ed. Date de modification : 2012-08-22 22 . Presses de l’Université de Québec.gc. Méthodologie du recueil d’informations. 1991. Contribution à la recherche qualitative. de SINGLY François : L'Enquête et ses méthodes : l'entretien. Février 2008 Le cours de recherche qualitative ( Mr Ghrissi) Les sites internet : www.REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES BLANCHET Alain. Paris : Nathan Université 1992. cadre méthodologie de rédaction de mémoire.ca .ethique. De Boeck–Bruxelles.ger. De KETELE Jean-Marie et ROEGIERS Xavier. Les méthodes de la recherche qualitative.