ttommage Kyrishnamurii

« Le vent du déserl balaie la trace du voyageur. Seul s ’imprime le pas présent. Le passé, le futur... du sable lissé par le vent. #

J. » David BOHM . précurseur du IIIe millénaire Par ROBERT LINSSEN KRISHNAMURTI «I « L ’œ uvre de Krishnamurti est em preinte de ce que l ’on peut appeler l ’essence d ’une appro­ che scientifique des problèmes. sous sa form e la plus haute e t la plus pure.

ce qui serait trahir son message . Le célèbre auteur dramatique Bernard Shaw déclarait à son sujet : « C’est l’être humain le plus beau que j ’ai jamais ren­ contré ». le premier ministre indien R. Rom Landau. K r is h n a m u r t i Le célèbre penseur indien. Quelques échos de Krishna­ murti et de son œuvre. de la corruption. Carlos Suarès. auteur d’une quarantaine d’ouvrages traduits en plu­ sieurs langues était né à Madanapalle dans le sud de l’Inde le 11 mai 1895. considérait Krishnamurti comme le plus grand philosophe que le X X e siècle ait donné à l’Inde. Depuis 60 années il dénonce avec patience. adéquat à l’actualité de notre époque et ne faisant référence à aucune valeur du passé. de la souffrance. Krishnamurti souhaite que l’homme se connaisse véritablement parce que cette connaissance véritable et supra-mentale lui permettra de briser en lui-même et par lui-même les chaînes qui le paralysent depuis des millénaires. * Éditions Stock-Paris. Gandhi déclarait : « sa mort appauvrit notre pays et le monde ». E n apprenant le décès de Krishnamur­ ti. Des profondeurs de ce niveau où régnent l’Intelligence créatrice et « l’ordre sans cause » peut surgir la seule inspira­ tion capable de résoudre fondamentale­ ment les problèmes actuels ou désordre. Des livres aussi essentiels que « Se libérer du connu » ou « l’Eveil de l’Intelli­ gence » en fournissent un éloquent témoi­ gnage *. Il n’est pas inutile de rappeler l’estime et le respect que de nombreuses per­ sonnalités occidentales témoignaient à Krishnamurti. les écrivains anglais Claude Bradgon. . l’auteur du « meilleur des mondes » qui a préfacé « Première et dernière liberté » de Krish­ namurti écrivait : « Dans le pouvoir de ce rayonnement j ’avais l’impression d ’écouter le discours du Bouddha ». Il serait fastidieux d’énumérer les pro­ pos admiratifs de personnalités du monde des arts. sa mère. Sa vision s’inspire des cimes du dépouillement inté­ rieur. ancien premier ministre du gouver­ nement indien. assassinée en 1984 avait une grande vénération pour Krishnamurti qu’elle considérait comme l’un des sages les plus authentiques de l’Inde contempo­ raine.Robert Linssen - vient de mourir à Ojai en Californie après avoir quitté l’Inde où ses conférences ont été annulées. reli­ gions et philosophies traditionnelles quoi­ qu’elles s’en défendent souvent. Pour cette raison son enseignement peut être considéré comme un énoncé des conditionnements de l’esprit formulé dans un langage clair. le violo­ niste Yehudi Menuhin ancien fervent auditeur des causeries de Krishnamurti à Gstaad. L ’expérience religieuse la plus pure et la plus naturelle requiert au contraire la liberté et l’indépendance à l’égard de toute organisation. Henri Miller. de la violence. le célèbre chef d’orchestre Léopold Stokowski. des métho­ des de méditation en vogue et de la plupart des enseignements traditionnels provoque souvent l’hostilité de ceux qui du 16 vivent de ce qu’il appelle l’exploitation spirituelle. Sa disparition prive le monde d ’une des lumières spirituelles les plus pures de l’histoire humaine. de la science. Il nous a quitté « physiquement » dans la nuit au 17 février dans son chalet « Arya Vihara » à l’âge de 90 ans. Madame Indira Gandhi. Marilyn Ferguson. de la littérature. Le Pandit Nehru. persévérance et affection le rôle négatif de la croyance en la réalité absolue de l’ego (le « moi ») dont s’inspirent la plupart des morales. de toute habitude rituélique. En résumé. La sérénité des critiques de Krishna­ murti à l’égard des « gurus ». de la cruauté et des guerres constantes. L’utilité des remèdes extérieurs est plus apparente que réelle. l’enseignement de Krishna­ murti est profondément religieux mais pour lui la religion est un état naturel de « reliance » vivante et libre n’impliquant pas l’appartenance à une religion ou une secte particulière.il est permis d’affirmer que le monde aura rarement connu un athlète de l’esprit d ’une pareille envergure. Aldous Huxley. Signalons entre autres. père d ’Indira Gandhi. Sans faire autorité de la personne ou de l’enseignement de Krishnamurti . En cette fin du xxe siècle déchiré par des crises s’étendant à l’universalité des activités humaines il n’y a selon Krishna­ murti aucune autre solution durable.

L’U. Krishnamurti a exprimé les souhaits qui lui tiennent le plus à cœur. a consacré une séance officielle d’hommage à Krishnamurti le mercredi 26 mars 1986. Il sou­ haite qu’aucune commémoration soit or­ ganisée en l’honneur de sa personne. professeur de philosophie au San Francisco State Collège (U. David Shainberg. En octobre 1931. Lors de son séjour à Bruxelles.I. Krishnamurti organisait des rencontres annuelles à Brockwood Park près de Winchester en Angleterre. le biologiste Maurice Wilkins. Alida de Curti fondait avec nous le premier « Centre Krishna­ murti de Belgique ». Il était accompagné de D. Nos premières rencontres avec lui ont été très émouvantes. Elles se sont déroulées dans le cadre merveilleux du Camp d ’Ommen au nord de la Hol­ lande en août 1930 et 1931. la Valley School de Bangalore. Krishnam urti a insisté sur le fait qu’il n’ a aucun successeur. etc. professeur de physique théorique à l’Uni­ versité de Londres qui fut longtemps l’ami et le collaborateur d'Einstein .F.C.E. Les écoles les plus connues d ’Occident sont l’école de « Brockwood Park » en Angleterre et celle de « Oak Grove » en Californie. Quatre écoles existent en Inde. qu’il n’existe aucun interprète officielle­ ment accrédité de son enseigne­ ment. une fois de plus. . En 1956 lors des conférences au Palais des Beaux Arts de Bruxelles nous avons eu la joie d ’accueillir Krishnamurti pen­ dant un mois dans notre villa de Zervueren. Ils ont suscités un grand enthousiasme parce qu’ils exprimaient ce que nous ressentions profondément. notre ami Fritjof Capra nous confiait son inten­ tion de consacrer un ouvrage à Krishna­ murti et le Prix Nobel Werner Heisen­ berg. En plus des six confé­ rences publiques. De nombreux savants y participaient.). ancien « vainqueur de l’Atlantique ». la Rajghat School.S. Tous ceux qui ont assisté aux causeries d ’Ommen et aux longues soirées face au feu de camp géant allumé par Krishnamurti tandis que résonnait une sonate au clair de lune de Beethoven en conservent un souvenir ému.O. Rupert Sheldrake. Gérard Blitz et le célèbre aviateur Charles Lindbergh. la Rishi Valley School près de Madanapalle.- Hommage à Krishm m urti Lors d ’un déjeuner offert par Madame Wanda Scarauelli au Châlet Tanneg à Gstaad vers 1966 en présence de Krishnamurti. L e s enseignements de Krishnamurti ont attiré notre attention vers 1928. Needleman. School de Madras. Témoignage personnel.S. Prix Nobel. animés par Marcel Hastir. Fritjof Capra.N. professeur de physi­ que à l’Université de Berkeley.v a n t de nous quitter physiquement. la K. professeur à l’Univer­ sité de Cambridge et membre de l’Acadé­ mie Royale des Sciences de Grande-Bretagne. Pour cette raison nous avons toujours prévenu les auditeurs de nos conférences et les lecteurs de nos écrits que ceux-ci n’engagent que nous-m êm es. nos premiers con­ tacts suivis avec lui datent de 1949 à Londres et surtout de 1950 à Paris où nous avons organisé les conférences de la Sorbonne et de la salle Pleyel avec A nnette Duché et M arcelle Boudonneau. psychiatre de New York." Rencontres et dialogues de Krishnamurti avec le monde savant. toutes suivies par la Les derniers souhaits. Parmi eux. J. D è s 1974.A. Il a déclaré. Rajagopal et miss Sanderson. Il souhaite que nous vivions réellement son enseignement et que les écoles nou­ velles dont il est l’inspirateur poursuivent leur développement. A . Des chants en chœur auxquels par­ ticipaient les jeunes venant d ’une tren­ taine de pays se prolongeaient tard dans la nuit. le célèbre physicien David Bohm. ce dernier nous confiait qu’il considérait l’œuvre philosophique de Krishnamurti comme l’un des monu­ ments fondamentaux du x x ' siècle.

Robert LINSSEN le 25 février 1986 Fondateur du Centre Krishnamurti de Belgique en 1931. Krishnamurti veut que l’homme soit sa propre lumière.S. ** L ’interdiction de tout commentaire ou interpré­ tation de son enseignement formulée par Krishna­ murti est surprenante. La reine Elisabeth a été fort impres­ sionnée par la personnalité de Krishnamurti. Les relations avec ses auditeurs se font dans un climat de spontanéité et d ’affec­ tion absent de toute recherche d’autorité. Krishnamurti ne met jamais ses audi­ teurs dans une situation de dépendance à l’égard de sa personne. Ces échanges impliquent obliga­ toirement la communication verbale. . Cette présence totale à un présent toujours renouvelé nous révèle l’immen­ sité d ’horizons nouveaux dépassant les limites imposées par la plupart des reli­ gions ou philosophies traditionnelles. * Aucun de tous les faits cités ici n’est évoqué dans les livres de Mary Luytens publiés aux éditions Arista. Par sa « vision pénétrante et holisti­ que » enfin libérée du mirage de l’ego. Elle exprime le désir de conserver la pureté initiale de son message. Comme le disait le Bouddha il y a 2 500 ans. Il ne prend donc pas de disciple. Krishnamurti est le plus simple et le plus profond des instructeurs spirituels que nous avons rencontrés au cours de soixante années de recherches intérieures tant en Occident qu’en Orient. Les échanges sont indispensables afin que nous soyons des « miroirs » les uns pour les autres dans une relation d’ouver­ ture authentique. Le caractère confortable du cadre dans lequel se font ses déplacements résulte du choix des organisateurs et non du sien. Il peut rire comme un enfant tout en passant instan­ tanément du sourire à l’état de la plus austère gravité. Après Bruxelles nous avons conduit Krishnamurti et Rajagopal par la route. Elle a eu le privilège de recevoir Einstein et de s’entretenir avec l’illustre physicien. Krishnamurti répond à ce que nous pourrions considérer comme les critères de l’Éveil authentique. des préjugés et de l’imitation. des croyances. Son désintéresse­ ment des biens matériels est évident.reine Elisabeth de Belgique. La reine nous confiait. à Hambourg où se donnaient plusieurs con­ férences.L. lors de nos divers entretiens au château du Stuyvenberg. plusieurs entretiens privés se sont déroulés à la villa de Zervueren *. Il est d ’une pureté cristalline. La totalité de l’œuvre écrite ou orale enregistrée ne serait-elle pas suffisante? « La vie est relation ». Son enseignement expose clairement la façon d’y parvenir par l’exercice d’une attention vigilante dégagée de l’emprise des mémoires et des automatismes du passé. Ces diverses circonstances y compris celles de vacances avec Krishna­ murti en Suisse et rencontres à Rome et Florence nous ont permis d ’affirmer qu’il n’existe en lui aucune contradiction entre l’homme et l’œuvre. Krishnamurti est incontestablement le précurseur du IIF millénaire.B. Nous sommes bien placés pour le savoir par le refus opposé à nos offres d’aide après le décès de nos parents. Lors de son séjour à Bruxelles Krishna­ murti a été invité par la reine mais il a souhaité que cette rencontre se fasse dis­ crètement en l’absence de la publicité et du protocole des réunions officielles. qu ’Einstein et Krishnamurti étaient les personnalités les plus excep­ tionnelles qu’elle ait rencontrées. Vice-Président du Comité belge Krishnamurti A. Nous avons toujours craint que l’interdiction répétée de tout commentaire conduise au fana­ tisme et à la naissance d’une nouvelle ortho­ doxie. Il souhaite que l’homme soit libre de la peur.