You are on page 1of 10

Page 1

Proposée Par : Mr Chortani Atef
Corrigée par : Jemai Wajdi 4
ème
Sc & Tech

Série N° 3 LES NOMBRES COMPLEXES (CORRIGEE)

A- Enoncé :
Exercice 1 (QCM)
1) Quelle est la partie réelle du nombre complexe z = (2 + i )² ?
a)1 b) 2 c) 3 d) 4
2) Quelle est la partie imaginaire du nombre complexe z = (1 - i )²
a)-2 b) -1 c) 0 d) -2i
3) Le module du nombre complexe z = 4 + 3i est égal à
a)7 b) √7 c) 5 d) 25
4) Un argument du nombre complexe z = 2 - 2i est égal à
a) −
π
2
b) −
π
S
c) −
π
4

5) Si z = 2 - 5i alors
a)z = −2 −Si b) z = 2 + Si c) z = −2 + Si
6) Soit z le nombre complexe de module 2 et d'argument /3
alors la forme algébrique de z est égale à
a)√S +i b) 1 + i √S c) 1 −i√S
7) Dans ℂ, l'ensemble des solutions de l'équation z
2
+ z + 1 = 0 est :
a)∅ b) _
1
2
+i
√S
2
,
1
2
− i
√S
2
_ c) _
1
2
+ i
√S
2
, −
1
2
+ i
√S
2
_
9) Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal (0 , u⃗, v⃗)
L
i
ensembleues points N u
i
affixe z tel que
z +1
z −1
est imaginaiie pui est
a)Le cercle de centre O et de rayon 1 privé du point d'affixe 1
b) L’axe des imaginaires purs privé du point d'affixe 1.
c)L'axe des réels privé du point d'affixe 1.
10) Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal (0 , u⃗, v⃗)
L
i
ensembleues points N u
i
affixe z tel que
z +1
z −1
est iéel est ∶

Page 2
a)Le cercle de centre O et de rayon 1 privé du point d'affixe 1
b) L’axe des imaginaires purs privé du point d'affixe 1.
c)L'axe des réels privé du point d'affixe 1.

Exercice 2
1) Ecrire sous forme algébrique le nombre complexe z =
i
i i
+
÷ +
1
) 1 )( 2 (
.
2) Soit f l’application de C – {-1} dans C définie par f(z) =
1 + z
z
.
a)Calculer, sous forme algébrique f( i ) ; f(– i ) ; f( –1+i ) .
b) Résoudre dans C l’équation f( z ) = i et écrire la solution sous forme algébrique
Exercice 3
Résoudre dans ℂ les équations suivantes
1) z
2
+ 2 z + 3 = 0 ; 2) 2 z
2
+ z + 1 = 0 ; 3) z
2
+ 4 = 0 ; 4) 25 z
2
–30z + 9 = 0 .
Exercice 4
1) Montrer que tout nombre complexe z vérifie la relation :
8 z
4
+ 8 z
3
– z – 1 = ( z + 1 ) ( 2 z – 1 ) ( 4 z
2
+ 2 z + 1 ) .
2) En utilisant ce résultat, résoudre dans C, l’équation 8 z
4
+ 8 z
3
– z – 1 =0.
Exercice 5
Le plan complexe (P) est rapporté au repère orthonormal ) , ; (O v u
 
.
Soit (D) l'ensemble des points M de (P) d'affixe z vérifiant : (1) 2 3 i z i z ÷ + = ÷
1. En écrivant z = x + i y, montrer par le calcul que (D) est une droite dont on donnera une
équation.
2. On se propose dans cette question de vérifier le résultat du 1.
Soit A le point d'affixe 3i et B le point d'affixe ÷ 2 + i.
a) Placer A et B dans le repère ) (O v , u ;
 
.
b) En interprétant géométriquement la relation (1) à l'aide des points A et B, redémontrer
que (D) est une droite. Tracer (D).
c) Retrouver alors par le calcul l'équation de (D) obtenue au 1.

Exercice 6
Le plan complexe est muni d’un repère orthonormal ( ) ; ; O u v
 
d’unité graphique : 2 cm.
1) Résoudre dans l’ensemble des nombres complexes l’équation :
2
2 2 6 0 z z + + = .
On appelle
B
z la solution de cette équation dont la partie imaginaire est positive.

Page 3
2) On désigne par A le point d’affixe 2 2
A
z i = + .
Placer dans le plan complexe les points A et B d’affixes respectives
A
z et
B
z .
3) Montrer que les points A et B appartiennent au cercle de centre O et de rayon 6 .
Exercice 7
0n consiueie le polynôme P uéfini pai ∶ P(z) = z
4
− 6z
3
+ 24 z
2
− 18z + 6S
1) Nontiei que l’équation P(z) = u aumet ueux solutions imaginaiies
2) Résouuie uans ℂ l'équation P(z) = u.
S) Placei uans le plan complexe iappoité au iepeie oithonoimal (0 , u⃗, v⃗) les points A, B,
C et B u
i
affixes iespectives z
A
= i√S , z
B
= −i√S , z
C
= S +2i√S et z
Ð
= z
c

Nontiei que ces quatie points appaitiennent à un même ceicle ue centie I u’affixe S.
Exercice 8
Le plan complexe P étant rapporté à un repère orthonormé (O, v u
 
, ); On considère deux
points M et M' d'affixes respectives z et z' tel que: z'= iz-i .
1) Soit A le point d’affixe 1.
a)Montrer que │z'│=│z-1│
b) Déduire l’ensemble des points M(z) pour que OM’=2.
Construire cet ensemble.
2) Résoudre, dans C, l’équation(E): z
3
+8=0
3) Montrer qu’un nombre complexe z est solution de (E) si et seulement si z'
est solution de l’équation (E’) : z
3
+3iz
2
-3z-9i=0 .
4) Déduire alors les solutions de l’équation (E’).
Exercice 9
Dans le plan rapporté au repère orthonormal direct ) , ; (O v u
 
on considère les points A, B et
C d'affixes respectives :
B
Z
Z
Z ; 1 Z ;
2
2 6
Z
A
C B A
= ÷ =
÷
= i
i

1. a) Écrire ZC sous forme algébrique.
b) Déterminer le module et un argument de ZA et de ZB.
c) Écrire ZC sous forme trigonométrique ; en déduire les valeurs exactes de cos
12
t
et de
sin
12
t
.

Exercice 10
Le plan complexe P est rapporté à un repère orthonormal direct ( O ; u ; v ) .

Page 4
On désigne par A et B les points d’affixes respectives – i et 2 i . de P distincts de A. à
tout point M d’affixe z, associe le point M’ d’affixe z’ telle que z’ = |
.
|

\
|
+
÷
i z
i z
i
2
.
1) a)Pour z=i donner la forme algébrique de z’
b) Pour z = i
2
1
2
3
+ donner la forme algébrique de z’
c) Déterminer le point M de P tel que M‘= O, avec O le point d’affixe 0.
d) Déterminer le point M de P tel que M‘= N, où N est le point d’affixe 2 – i.
2) Déterminer et construire :
a)L’ensemble (E) des points M de P dont les images ont pour affixe un nombre imaginaire
pur.
b) L’ensemble (F) des points M de P dont les images ont pour affixe un nombre réel
c)L’ensemble (G) des points M de P dont les images appartiennent au cercle de centre 0 et
de rayon 1.
Exercice 11
o étant un nombre réel appartenant à l'intervalle [0 ; t] et z un nombre complexe, on
considère le polynôme P(z), défini par :
P(z) = z
3
÷ (1 ÷ 2 sin o) z
2
+ (1 ÷ 2 sin o) z ÷ 1.
1. a) Calculer P(1).
b) En déduire l'existence de trois nombres réels a, b, c tels que :
P(z) = (z ÷ 1) (az
2
+ bz + c).
Déterminer a, b et c.
c) Résoudre, dans C, l'équation P(z) = 0.
2. On considère trois nombres complexes :
z1 = 1 ; z2 = ÷ sin o + i cos o ; z3 = ÷ sin o ÷ i cos o.
Déterminer le module et un argument de chacun de ces nombres complexes z1, z2 et z3 :

















Page 5
B- Correction :
Exercice 1 (QCM)
1) La partie réelle du nombre complexe ( )
2
2 z i = + est 3. En effet :
( )
2
2 4 1 4 3 4 z i i i = + = ÷ + = + .
2) La partie imaginaire du nombre complexe ( )
2
1 z i = ÷ est -2. En effet
( )
2
1 1 1 2 2 z i i i = ÷ = ÷ ÷ = ÷ .
3) Le module du nombre complexe z = 4 + 3i est égal à 5. En effet :
2 2
3 4 3 4 25 5 i + = + = =
4) Un argument du nombre complexe z = 2 - 2i est égal à
π
4
÷ . En effet
( ) ( ) ( )
π
arg 2 2 arg 1 arg 1
4
i i i ÷ = ÷ = + = ÷ .
5) Si z = 2 - 5i alors 2 5 z i = +
6) Soit
( ) | |
2
\
π
arg 2π
3
z
z
z
¦ =
¦
e
´
÷
¦
¹
 alors 1 3 z i = + .
En effet :
π π 1 3
2 cos sin 2 1 3
3 3 2 2
z i i i
| |
| |
= + = + = +
|
|
|
\ .
\ .
.
7) Dans , l'ensemble des solutions de l'équation
2
1 0 z z + + = est : ]
1
2
+i
√3
2
, −
1
2
+i
√3
2
¿ .
en effet :
( )
2
2
1 2
1 4 3 3
1 0
1 3 1 3
et
2 2
i
z z
i i
z z
Δ
¦
= ÷ = ÷ =
¦
¦
+ + = ·
´
÷ ÷ ÷ +
¦
= =
¦
¹
.
8) L’ensemble des pts M du plan tel que
1
1
z
z
+
÷
soit imaginaire pure est : Le cercle de
centre O et de rayon 1 privé du point d'affixe 1
En effet :
( )( ) ( )( )
( )
( )
( ) { }
2 2
,1
1 1
1 1 1 1
1 1
1 1
2 1 0 1 0 \ 1
O
z z
z z z z
z z
zz z z zz z z
zz a b M A
+ +
= ÷ · + ÷ = ÷ +
÷ ÷
· ÷ + + ÷ = + ÷ ÷
· ÷ = · + ÷ = · eC
.

Page 6
9) L’ensemble des pts M du plan tel que
1
1
z
z
+
÷
soit réel est L'axe des réels privé du point
d'affixe 1. En effet :
( )
( )
( )
( )
( ) ( )
( ) { }
1 1
1 1 1 1
1 1
1 1
2 0 0 , \ 1
z z
z z z z
z z
zz z z zz z z
z z b M O u A
+ +
= · + ÷ = ÷ +
÷ ÷
· ÷ ÷ + = + ÷ ÷
· ÷ = · = · e


Exercice 3 :
Résoudre dans ℂ les équations suivantes
1) z
2
+ 2 z + 3 = 0 ; 2) 2 z
2
+ z + 1 = 0 ; 3) z
2
+ 4 = 0 ; 4) 25 z
2
–30z + 9 = 0 .
En effet :
1)
( )
2
2
1 2
' 1 3 2 2
2 3 0
1 2 et 1 2
i
z z
z i z i
Δ
¦
= ÷ = ÷ =
¦
+ + = ·
´
¦
= ÷ ÷ = ÷ +
¹
.
2)
( )
2
2
1 2
1 8 7 7
2 1 0
1 7 1 7
et
4 4
i
z z
i i
z z
Δ
¦
= ÷ = ÷ =
¦
¦
+ + = ·
´
÷ ÷ ÷ +
¦
= =
¦
¹
.
3) ( )
2
2 2 2
1 2
4 0 4 2 2 et 2 z z z i z i z i + = · = ÷ · = · = = ÷ .
4)
2
2
1 2
' 15 225 0
25 30 9 0
15 3
25 5
z z
z z
Δ
¦
= ÷ =
¦
÷ + = ·
´
= = =
¦
¹
.
Exercice 5
Le plan complexe (P) est rapporté au repère orthonormal
( )
, , O u v
 
.
Soit (D) l'ensemble des points M de (P) d'affixe z vérifiant : (1) 2 3 i z i z ÷ + = ÷
1- On pose z x iy = + . on a:

( ) ( ) ( )
2 2 2
2
2 2 2 2
3 2 3 2
3 2 1
6 9 4 4 2 1
4 4 4 0 1
z i z i x iy i x iy i
x y x y
x y y x x y y
x y y x
÷ = + ÷ · + ÷ = + + ÷
· + ÷ = + + ÷
· + ÷ + = + + + ÷ +
/ /
/ /
· + ÷ = · = ÷ +

Donc (D) est une dte d’équation 1 y x = ÷ + .
2- Soit A le point d'affixe 3i et B le point d'affixe -2 + i.
a- Placer A et B dans le repère (voir fig.).

Page 7
b- ( )
3 2
3 2
z i z i
z i z i
AM BM
÷ = + ÷
· ÷ = ÷ ÷ +
· =
donc
| | AB
M med e .L’équation de la médiatrice de [AB] est
donnée par : soit I le milieu de ( ) AB ( ( ) 1, 2 I ÷ ).
| |
1 1
. 0 0 1 2 0 1
2 1
AB
x
M med MI IA x y y x
y
÷ ÷ | | | |
e · = · = · ÷ ÷ + ÷ = · = ÷ +
| |
÷
\ . \ .
 
.


Exercice 7 : on pose ∶ P(z) = z
4
− 6z
3
+24 z
2
− 18z +6S
1) Nontions que l’équation P(z) = u aumet ueux solutions imaginaiies. 0n pose
( )
*
1 1 1
α ; α z i = e
et
( )
*
2 2 2
α ; α z i = e uonc :
( ) ( ) ( ) ( ) ( )
( ) ( )
( )
( )
4 3 2
4 3 2
4 2 2
4 2 3
2
1
1 2
2
1 2
α α 6 α 24 α 18 α 63 0 α 6 α 24α 18 α 63 0
α 24α 63 0 δ 24δ 63 0
α 24α 63 6α 18α 0 et
6α α 3 0
' 144 63 81
α 3
δ 3 et δ 3 ( imp)
α 3
α 3 ou α 3
P i i i i i i i
i
Δ
= ÷ + ÷ + = · + ÷ ÷ + =
¦
÷ + = ÷ + =
¦
¦
· ÷ + + ÷ = ·
´
¦
÷ =
¦
¹
¦ = ÷ = ¦
¦¦
¦
=
¦´ ¦
= · = ÷
· ´
´
¦
=
¦
¹ ¦¹
¦
= = ÷
¹

2) Résolvons uans ℂ l'équation P(z) = u. En effet :
( )
( )( )( )
( )( )
( )
4 3 2 2
2 2 4 3 2
6 24 18 63 3 3
3 3 3 3
6
3 24

3 18
3 63
P z z z z z z i z i z az b
z z az b z az z b az b
a
b
a
b
= ÷ + ÷ + = ÷ + + +
= + + + = + + + + +
= ÷ ¦
+ =
·
= ÷
=
6
21
a
b
¦
= ÷ | ¦
·
´

=
\
¦
¦
¹

( )
( )( )
( )
1 2
2
2 2
3 2
3 ou 3
3 6 21 0
' 9 21 12 2 3
3 2 3 ou 3 2 3
z i z i
P z z z z
i
z i z i
Δ
¦
= = ÷
¦
¦
¦
= + ÷ + = ·
= ÷ = ÷ = ´
¦
´ ¦
¦ ¦
= ÷ = +
¹ ¹

S) voii fig.

Page 8
0n a :
3 3 2 3, 3 3 2 3,
3 2 3 3 2 3 et 3 2 3 3 2 3
IA i IB i
IC i ID i
= ÷ + = = ÷ ÷ =
= + ÷ = = ÷ ÷ =
.
Bonc ces quatie points appaitiennent
A un même ceicle ue centie I u’affixe S.





Exercice 8
Le plan complexe P étant rapporté à un repère orthonormé (O, v u
 
, );
On considère deux points M et M' d'affixes respectives z et z' tel que: ' z iz i = ÷ .
1- Soit A le point d’affixe 1.
a- Montrons que │z'│=│z-1│. En effet : ( ) ' ' 1 1 z iz i z i z z = ÷ · = ÷ = ÷
b-
( ) ,2
' 2 ' 2 1 2 2
A
OM z z AM M = · = · ÷ = · = · eC .















2-
( )
{ }
θ
3
3 3 θ 3 π
π
2
8 0 8 2 ; 0,1, 2
π 2 π
θ
8 8
3 3
i
i i
i
r
z re
z z re e k
k
e
= ¦
¦
=
¦ ¦
+ = · = ÷ · · = · e
´ ´
= +
÷ =
¦ ¦ ¹
¹
{ }
S 1 3, 2,1 3 i i = + ÷ ÷


3- On a ' 1 ' z iz i z iz = ÷ · = ÷ si z est solution de (E) alors
( )
3
2 3 3 2
1 ' 8 0 1 3 ' 3 ' ' 8 0 ' 3 ' 3 ' 9 0 iz iz z iz iz z iz ÷ + = · ÷ ÷ + + = · ÷ ÷ + = i.e. :
3 2
' 3 ' 3 ' 9 0 z iz z i + ÷ ÷ = par suite z' est solution de l’équation (E’)
3 2
3 3 9 0 z iz z i + ÷ ÷ =
4- Déduction des solutions de l’équation (E’).
{ }
1 1 3 3
1 2 3 S 3, 3 , 3
1 1 3 3
iz i z
iz z i i
iz i z
¦ ¦
÷ = + = ÷
¦ ¦
÷ = ÷ · = ÷ · = ÷ ÷
´ ´
¦ ¦
÷ = ÷ =
¹ ¹



Page 9
Exercice 9
Dans le plan rapporté au repère orthonormal direct ) , ; (O v u
 
on considère les points A, B et
C d'affixes respectives :
B
Z
Z
Z ; 1 Z ;
2
2 6
Z
A
C B A
= ÷ =
÷
= i
i

1-
a-
( )
( )
A
C
6 2
6 2 1
Z 6 2 6 2
2
Z
Z 1 4 4 4
B
i
i i
i
i
÷
÷ +
+ ÷
= = = = +
÷
.
b-
| |
6 2 6 2 8
4
2 2 2
3 π
arg arg 2 2π
2 6
A A
A
i i
Z Z
i
Z
¦
÷ ÷
= · = = =
¦
¦
´
| |
÷ ¦
÷ ÷ ÷
|
¦
|
\ . ¹
et
( ) | |
1 2
π
arg arg 1 2π
4
B B
B
Z i Z
Z i
¦
= ÷ · =
¦
´
÷ + ÷ ÷
¦
¹

c- On a :
| |
4 π π π
2 2 et arg arg arg arg 2π
6 4 12 2
A A
C C A B
B B
Z Z
Z Z Z Z
Z Z
| |
= = = ÷ ÷ ÷ ÷ ÷ + ÷
|
\ .
d’où
π π
2 2 cos sin
12 12
C
Z i
| |
= +
|
\ .

Par équivalence :
π 6 2 π 6 2
cos 2 2 cos
12 8 12 4
π 6 2 π 6 2
2 2 sin sin
12 4 12 8
¦ ¦
+ +
= =
¦ ¦
¦ ¦
·
´ ´
÷ ÷
¦ ¦
= =
¦ ¦
¹ ¹

Exercice 11
o étant un nombre réel appartenant à l'intervalle [0 ; t] et z un nombre complexe, on
considère le polynôme P(z), défini par :
P(z) = z
3
÷ (1 ÷ 2 sin o) z
2
+ (1 ÷ 2 sin o) z ÷ 1.
1-
a- ( ) ( ) 1 1 1 2sinα 1 2sin α 1 0 P = ÷ ÷ + ÷ ÷ = .
a- 1 est une racine de P donc il existe trois nombres complexes a, b, c tels que :
( ) ( )
( )
2
1 P z z az bz c = ÷ + + . Détermination de a, b et c :
( ) ( )
( )
( ) ( ) ( )
2 3 2
1 1
1 0 1 2sin α 2sin α
1
1
a a
P z z az bz c az z a b z b c c a b b
c
c
= = ¦ ¦
¦ ¦
= ÷ + + · + ÷ + + ÷ + ÷ = · ÷ + = ÷ ÷ · =
´ ´
¦ ¦
=
÷ = ÷
¹ ¹

c) P(z) = 0 ssi
( )
2
2 2
2
1 1
1
' sin α 1 cos α cos α
2sin α 1 0
sinα cos α et sin α cos α
z
i
z z
z i z i
Δ
= ¦
¦
¦
= ÷ = ÷ = ´ ¦
+ + = ·
´
¦
= ÷ + = ÷ ÷
¦
¹ ¹

2- On considère trois nombres complexes :

Page 10
z1 = 1 ; z2 = ÷ sin o + i cos o ; z3 = ÷ sin o ÷ i cos o.
Le module et un argument de chacun de ces nombres complexes z1, z2 et z3 :
En effet :
v
| |
1
1
1
1
1
arg 0 2π
z
z
z
¦ =
¦
= ·
´
÷
¦
¹

v ( )
| |
π
2
α
2
2
2
1
sin α cosα cosα sin α
π
arg α 2π
2
i
z
z i i i e
z
| |
+
|
\ .
¦ =
¦
= ÷ + = + = ·
´
| |
÷ +
| ¦
\ . ¹

v
( )
( ) | |
3 2
3 2
3 2 2
1
π
arg arg arg α 2π
2
z z
z z
z z z
¦
= =
¦
= ·
´
| |
÷ ÷ ÷ ÷ ÷ +
¦
|
\ . ¹