You are on page 1of 5

 

Compte‐rendu de la réunion du 
groupe nouveaux modèles 
économiques des industries 
culturelles du 5 février 2009 
 
Frédéric Martel  
 
les media conglomerates 
américains 
 

5 bis rue d’Uzès 75002 Paris | Tél. 01.40.41.11.60 | Fax 01.40.41.11.65 1


info@capdigital.com | www.capdigital.com
Association de loi 1901 publiée au J.O. le 25 février 2006 - N° Siret : 489 749 291 00014
Participants au groupe de réflexion 
Daniel Ackerman Sylvain Garnier
Benjamin Alembik Fatiha GAS
Etienne Armand AMATO Florence germond
Sédès Anne Jean-François Gervais
REQUENA Ariane alexis godais
François BANGUI Jean Gondé
Jerome Barthelemy Holken Hadmut
Jérôme Barthélemy Pierre Hénon
Alain BEAUMONT Stéphane herry
jean michel BEHAR Alex Houdent
Max Benoit Sylvain Huet
Hervé Bonin gervais jean-francois
Abdel Bounane Laure Jouteau
marie-pierre Bouvet christine jusanx
bruno caillet DAVID KATZ
francois-xavier Cardon raphael labbé
Dominique CARTIER Didier LANOISELEE
Emmanuel Cayla Jean-Marc LAZARD
Thomas cazals Jerome Lebuchoux
alain chaptal Matthieu Lecomte
Guillaume CHARNY-BRUNET Mathieu Lerondeau
Ken CHEN philippe letellier
Yves Clavier LEMMIZ LILAA
Gaëlle Couraud Christophe LORIEUX
Marie-Annick Croizé-Deslandes Eric Mahe
Jerome Cuny Maxime Marzin
Michael Dahan Benoit MAUJEAN
Jean-Marie Davesnes Ivan Meseguer
Frédérique de Almeida Laurent MIALARET
Claude de Loupy Laurent MIALARET
Thierry de Vulpillieres Sarah Miko
catherine DEHAENE Pierre Moeglin
Dominique Delouis Simon MONNERET
Frédéric DESCLOS Minh-Son Nguyen
Marianne Desserrieres Dominique Noel
Alain Dolium SEGHROUCHNI Omar
Ghislain du Chéné Philippe Perennez
Olivier Dubosc franck Petitta
Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI Gaëlle Pinson
alexandre farro Thierry Plassard
eric farro emmanuel raillard
Frank Ferran Sophie Revillard
XAVIER FILLIOL Xavier Rodet
Emmanuelle Fouquet maurice ronai
Michaël Gammalame Emmanuel Roussel
Jean-Gabriel Ganascia xavier rousselle
Hadrien Gardeur Michel Roux
5 bis rue d’Uzès 75002 Paris | Tél. 01.40.41.11.60 | Fax 01.40.41.11.65 2
info@capdigital.com | www.capdigital.com
Association de loi 1901 publiée au J.O. le 25 février 2006 - N° Siret : 489 749 291 00014
Patrick Saint-Jean Henri Verdier
barbara sallé Christian VILMER
Rodrigo Sanz Nicolas W
Pierre Schweitzer Turner William
Yves SIMON Mohamed ZERGAOUI
Andreas Topp Stephane Zibi
laurent vannimenus Gaelle Zovi
Jérôme Vauselle Marie France Zumofen

Autres réunions 
- Usages et usagers, la fiction et la presse : entre le 6 et le 10 avril 2009
- Modèles économiques, état de l’art et Benchmark : entre le 11 et le 15
mai 2009

Également, à l’occasion de Futur en Seine, une conférence ouverte au grand


public permettra de réunir les meilleurs intervenants, et de confronter leurs
points de vue avec l’audience.

5 bis rue d’Uzès 75002 Paris | Tél. 01.40.41.11.60 | Fax 01.40.41.11.65 3


info@capdigital.com | www.capdigital.com
Association de loi 1901 publiée au J.O. le 25 février 2006 - N° Siret : 489 749 291 00014
Rappel 
Pour mémoire, think digital est un programme financé par le plan filière. Il se
structure en trois parties : les groupes de réflexion, la veille et l’animation.
L’objectif à atteindre est d’organiser au moins huit groupes de réflexion par an,
six la première année.

Introduction 
L’industrie culturelle, connue sur le nom d’industrie créative se caractérise par :
une dimension culturelle ou créative, une nature industrielle, protégée de
surcroît par un système de droits d’auteur ou de copy Right.

Les 6 majors 
L’industrie culturelle mondiale se structure globalement autour de six sociétés
mères ou majors : Time Warner, New Score, W. Disney, Viacom, Bertelsmann et
Sony. Toutes sont des sociétés américaines à l’exception de Sony (japonaise) et
de Bertelsmann (allemande). Toutes entretiennent des liens entre elles, passent
des accords sur divers projets bien qu’elles soient a priori en situation de
concurrence. Toutefois, les différents secteurs - musique et cinéma - sont
couverts par des media conglomerates différentes.

À l’exception de Sony, qui est entreprise japonaise, les grandes majors sont
reliées à un studio qui constitue sa première clé d’identification, son network.
Aussi, c’est une industrie en perpétuelle évolution.

Plusieurs studios pour une major 
À l’exemple de Disney, les majors sont constituées de plusieurs studios : Walt
Disney Production, Walt Disney Studio, Disney Animation, Touchtone Picture,
Holliwood Picture. Une telle division peut permettre à une entreprise comme
Disney de produire un film légèrement violent ou sexuel sans attenter à leur
image de studio familial. Ainsi, ils produisent le film sous le nom d’un de leur
studio annexe, sans que cela n’ait de conséquences capitalistiques ou financières
dans la mesure où ils font partie intégrante de la maison mère.

En revanche, il existe une deuxième catégorie de studios nommés united


specialised à l’image de Pixar, Miramax, Dreamworks qui appartiennent en fait
au studio Disney. Ils ne portent pas le nom d’une major mais font partie d’une
major la plupart du temps.

Très souvent, il existe un lien particulier entre ces studios et les studios
principaux. Ils sont relativement indépendants vis-à-vis de la maison mère en
terme de créativité du moment qu’ils remplissent les objectifs budgétaires fixés
par la major.
5 bis rue d’Uzès 75002 Paris | Tél. 01.40.41.11.60 | Fax 01.40.41.11.65 4
info@capdigital.com | www.capdigital.com
Association de loi 1901 publiée au J.O. le 25 février 2006 - N° Siret : 489 749 291 00014
Les 3 niveaux du secteur culturel : production, distribution et 
cinéma 
Il y a toujours trois niveaux à penser dans le secteur culturel : la production, la
distribution et les salles de cinéma qui suivent les instructions données par le
secteur de la distribution. Aussi, aux USA, la Cours Suprême des Etats-Unis a
institué une jurisprudence interdisant aux majors de posséder à la fois les
studios de production et les salles de cinéma afin d’éviter une concentration trop
importante dans les mains de quelques entreprises. Toutefois, certaines majors à
l’instar de Sony ont peu à peu réussi à contourner cette législation de 1947.

Les majors investissent en outre d’autres secteurs comme les chaine de


télévision (ABC pour Disney), le théâtre (Broadway), la musique, internet et les
produits dérivés (très important pour Disney).

Enfin, si l’industrie culturelle américaine occupe 50 % du Box Office en Europe, il


n’en est pas de même dans les pays asiatiques ou arabes dans lesquels, à défaut
de censure, le contexte historico-culturel représente un obstacle important à la
diffusion internationale des produits culturels. Parfois, le passage des produits
culturels par des point de croisement des cultures à l’instar d’Hong Kong pour la
Chine et l’Occident, permet leur transformation et leur adaptation à un public
étranger, ne serait-ce qu’en termes linguistiques. Par ailleurs, pour contourner la
censure, la MPAA tolère dans ces pays l’intrusion de produits pirates qui
sensibilisent la population de ces pays à la culture américaine en attendant que
les barrières ne soient levées.

Pour toute question relative à Think Digital ou au contenu des réunions, merci de
contacter Jean-Baptiste Soufron : jb.soufron@capdigital.com

L’ensemble des séances et des compte-rendus de Think Digital sont disponibles


sur le site web du Think Tank : http://thinkdigital.capdigital.com

Think Digital est un programme financé dans le plan filière Ile-de-France.

5 bis rue d’Uzès 75002 Paris | Tél. 01.40.41.11.60 | Fax 01.40.41.11.65 5


info@capdigital.com | www.capdigital.com
Association de loi 1901 publiée au J.O. le 25 février 2006 - N° Siret : 489 749 291 00014