REPUBLIQUE DU CAMEROUN Fonds d’énergie rurale (FER

)

MANUEL DES PROCEDURES Volume 2 – Tome 2 Minima techniques de l’électrification rurale
Version définitive finale - octobre 2010

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

PREAMBULE

Le Manuel des procédures du Fonds d’Energie Rurale (FER) est constitué de trois volumes. Le Volume 1 porte sur les objectifs, les principes et l’organisation du FER, ainsi que sur ses pr océdures opérationnelles et de gestion. Le Volume 2 regroupe les outils et les documents de références qui doivent être utilisés dans le cadre de la mise en œuvre des procédures décrites dans le premier volume. Il est décomposé en deux tomes : le Tome 1 présente les principaux outils et documents de référence, le Tome 2 détaille les minima techniques à annexer au cahier des charges techniques pour l’électrification rurale.

Le Volume 3 est un manuel destiné aux opérateurs de services d’énergie rurale, qui intervie ndront dans la mise en œuvre des projets d’énergie rurale. Les spécifications techniques définies dans le présent Tome 2 du Volume 2 s’appliquent aux ouvrages, matériels, équipements et travaux réalisés dans le cadre des autorisations d’électrification rurale et font partie intégrante du cahier des charges des permissionnaires. Elles fixent les standards minima auxquels doivent répondre les ouvrages construits par un OSER dans le cadre de sa concession / autorisation ainsi que les moyens à mettre en œuvre pour que ces ouvrages soient construits suivant les règles de l’art, respectent les règlements e n vigueur au Cameroun et assurent la sécurité des personnes. Les caractéristiques techniques des matériels et le dimensionnement des ouvrages à mettre en œuvre pour développer l’électrification rurale dans une zone d’autorisation sont de l’entière respo nsabilité de l’OSER.

MARGE

Version définitive finale

page 2

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

DEFINITIONS

AER BT CEI CSP DELEGUE DE L’AER kVA kWh MT NF OSER PV

Agence d’électrification rurale Basse Tension Commission Electrotechnique Internationale Concessionnaire de Service Public Société ou personne physique agissant au nom et pour le compte de l’AER kilo-Volt-Ampère kilowattheure Moyenne Tension Normalisation Française Opérateur de Services d’Energie Rurale, société de droit camerounais titulaire d’une autorisation et/ou ses sous-traitants Photovoltaïque

MARGE

Version définitive finale

page 3

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

SOMMAIRE
PREAMBULE ............................................................................................................................................................ 2 DEFINITIONS ............................................................................................................................................................ 3 SOMMAIRE .............................................................................................................................................................. 4 1. SPECIFICATIONS TECHNIQUES GENERALES ............................................................................................... 5 1.1 NORMES APPLICABLES POUR LA CONCEPTION TECHNIQUE ET LA REALISATION DES OUVRAGES ...................................... 5 1.2 CONDITIONS CLIMATIQUES DE REFERENCE ......................................................................................................... 5 1.3 NIVEAU D’ISOLEMENT DES OUVRAGES ET TENSIONS D’ESSAIS CORRESPONDANTES ..................................................... 5 1.4 MATERIELS ET EXECUTION .............................................................................................................................. 6 1.5 MONTAGE .................................................................................................................................................. 6 1.6 MARQUAGE DES MATERIELS ET EQUIPEMENTS.................................................................................................... 6 1.7 GALVANISATION ET PEINTURE ......................................................................................................................... 7 1.8 CONNEXIONS GALVANIQUES ........................................................................................................................... 7 1.9 TROPICALISATION ......................................................................................................................................... 7 SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES.......................................................................................... 8 2.1 MOTEURS THERMIQUES................................................................................................................................. 8 2.2 LIGNES MT ............................................................................................................................................... 12 2.3 POSTE « OSER » ...................................................................................................................................... 13 2.4 POSTES MT/BT ......................................................................................................................................... 15 2.5 LIGNES BT ................................................................................................................................................ 16 2.6 RACCORDEMENTS BT .................................................................................................................................. 17 2.7 INSTALLATIONS INTERIEURES ......................................................................................................................... 18 2.8 SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES FAMILIAUX ....................................................................................................... 18 ETUDES D’EXECUTION ET DIMENSIONNEMENT ...................................................................................... 30 3.1 PREVISION DE LA DEMANDE .......................................................................................................................... 30 3.2 ETUDE D’EXECUTION DES LIGNES MT ............................................................................................................. 31 3.3 ETUDE D’EXECUTION DES RESEAUX BT ............................................................................................................ 35 3.4 ETUDES D’EXECUTION DES POSTES ET CENTRALES DE PRODUCTION ....................................................................... 36 TRAVAUX DE MONTAGE DES LIGNES MT ................................................................................................. 37 4.1 TRAVAUX PREALABLES ................................................................................................................................. 37 4.2 FONDATIONS ............................................................................................................................................. 39 4.3 SUPPORTS................................................................................................................................................. 45 4.4 TIRAGE ET REGLAGE DES CABLES .................................................................................................................... 48 4.5 TRAVAUX ANNEXES ..................................................................................................................................... 52 4.6 ESSAIS...................................................................................................................................................... 52 4.7 INSPECTION FINALE DE LA LIGNE .................................................................................................................... 52 4.8 MISE EN SERVICE DE LA LIGNE ....................................................................................................................... 53 TRAVAUX DE REALISATION DE LIAISONS EN CABLES SOUTERRAINS MT .................................................. 54 5.1 POSE DES CABLES ....................................................................................................................................... 54 5.2 MONTAGE DES BOITES D'EXTREMITE ET DE JONCTION......................................................................................... 56 TRAVAUX DE MONTAGE DES LIGNES BT .................................................................................................. 57 6.1 IMPLANTATION DES POTEAUX BOIS................................................................................................................. 57 6.2 IMPLANTATION DES POTEAUX BETON .............................................................................................................. 57 6.3 MONTAGE DES ACCESSOIRES DE LIGNES BT ..................................................................................................... 58 6.4 MISE EN PLACE DES CABLES BT ..................................................................................................................... 58 6.5 MISE EN PLACE DES POSTES MT/BT .............................................................................................................. 58 6.6 INSTALLATION DES EQUIPEMENTS D’ECLAIRAGE PUBLIC ...................................................................................... 59 6.7 MISE A LA TERRE DU NEUTRE ........................................................................................................................ 59 6.8 ESSAIS...................................................................................................................................................... 59 INSTALLATION DES SYSTEMES SOLAIRES INDIVIDUELS ........................................................................... 60

2.

3.

4.

5.

6.

7.

MARGE

Version définitive finale

page 4

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

1.
1.1

SPECIFICATIONS TECHNIQUES GENERALES
Normes applicables pour la conception technique et la réalisation des ouvrages
Les normes suivantes sont applicables pour la conception technique et la réalisation des ouvrages. les recommandations de la CEI (Commission Electrotechnique Internationale) ; la VDE (Association des Ingénieurs Electrotechniques Allemands) en particulier la VDE0210 et la VDE0211 ; la DIN (Normes Industrielles Allemandes) ; la NF (Norme Française) en particulier la NF C 11-201 « Travaux d’électrification en zones rurales », la NF C 67-200 « Fabrication des poteaux béton ». Toute autre norme équivalente et de renommée internationale est acceptée.

1.2

Conditions climatiques de référence
Les conditions climatiques d’exploitation caractérisant la zone d’autorisation sont :
Rubrique température moyenne annuelle température maximale température minimale vitesse maximum des vents degré hygrométrique niveau kéraunique Altitude Valeur 35 ° C 48 ° C 10 ° C 120 km/h 90 % 70 < 1000 mètres
1

L’irradiation globale horizontale de référence pour l’expression des performances et services rendus par un système photovoltaïque est de 5500 Wh/m² par jour. Cette valeur d’irradiation globale s’entend sur un plan incliné à 15° par rapport à l’horizontale, orienté au Sud géographique.

1.3

Niveau d’isolement des ouvrages et tensions d’essais correspo ndantes
Les niveaux d’isolement et tensions d’essais correspondantes des matériels et équipements éle ctriques MT et BT doivent respecter les recommandations de la CEI 71 et en particulier les valeurs suivantes pour l’isolement externe et interne.

1

sujet à modification suivant la zone d’autorisation.

MARGE

Version définitive finale

page 5

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Désignation Tension nominale du réseau Tension maximale du réseau Tension de tenue aux ondes de choc 1,2/50 s Tension de tenue à fréquence industrielle 1 minute

Unités kV kV kV crête kV eff. 30 36 170 70

Valeurs 0,40 0,42 10 2,5

Les ouvrages à réaliser dans le cadre de l’autorisation sont implantés dans une zone caractérisée par un climat tropical et par une pollution forte due à des vents de sables et de poussières. L’isolement des équipements installés sera conçu pour un niveau de pollution de type III, défini dans le tableau 1 « lignes de fuite recommandées » de la recommandation CEI 71-2, année 1996.

1.4

Matériels et exécution
Tous les matériels nécessaires à l’exécution des travaux seront neufs et non de récupération. Ils seront en outre des produits de première qualité, provenant de fabricants reconnus. La conception des équipements devra correspondre à la pratique la plus moderne de l’ingénierie. Les équipements devront être disposés d’une manière simple, et avec un accès aisé, afin d’en faciliter la surveillance, l’inspection, l’entretien, l’exploitation et la réparation. Les équipements et les appareils doivent satisfaire aux conditions normales d’un service continu et doivent pouvoir résister aux courants de court-circuit. L’exécution des travaux devra satisfaire à une grande sécurité de fonctionnement, ainsi qu’à la séc urité des personnes et du personnel d’exploitation.

1.5

Montage
L’OSER sera tenu d’exécuter tous les travaux nécessaires pour le montage et l’installation des mat ériels et équipements. Tous les outils et équipements nécessaires pour le montage des installations et des ouvrages sont à la charge de l’OSER. Les travaux de montage comprennent également les appareils de contrôle, d’inspection, les équip ements requis pour la mise en service des installations, notamment ceux nécessaires pour les réceptions provisoires d’installations et la soumission des rapports de mise en servic e des installations.

1.5.1

Plaques indicatrices
Toutes les pièces importantes d’un équipement, d’un instrument ou d’un dispositif fournies dans le cadre du présent contrat doivent porter en permanence une plaque indicatrice indiquant d’une m anière lisible et durable le numéro de série, le nom et l’adresse du fabricant, la capacité nominale, les caractéristiques électriques et autres informations significatives.

1.6

Marquage des matériels et équipements
Tous les matériels et équipements importés par un permissionnaire dans le cadre de son autorisation devront porter une marque d’identification spéciale indélébile. Celle -ci sera précisée le moment opportun.

MARGE

Version définitive finale

page 6

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

1.7

Galvanisation et peinture
Après fabrication, toutes les surfaces extérieures et intérieures des pièces métalliques prévues pour l’installation en plein air seront galvanisées à chaud. Les matériels ne seront pas soumis à une galvanisation tant que toutes les opérations de fabrication n’auront pas été terminées. Si de légers dommages ont été occasionnés à la galvanisa tion pendant le montage, ceux-ci seront réparés conformément aux spécifications techniques.

1.8

Connexions galvaniques
Toutes les connexions entre métaux de nature différentes (aluminium-cuivre, cuivre-fer, etc.) seront réalisées à l’aide de connecteurs bimétalliques.

1.9

Tropicalisation
Toutes les isolations électriques, panneaux en fibre, matériels en bois ou autres matériels qui pourraient subir des détériorations sous l’influence de moisissures, champignons, de termites ou d’autres phénomènes parasitaires doivent être protégés efficacement.

MARGE

Version définitive finale

page 7

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

2.

SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
Moteurs thermiques
Dimensionnement
Il appartient à l’OSER de déterminer les puissances unitaires des groupes thermiques de façon à assurer le service précisé dans les documents du contrat sans entraîner une usure prématurée des moteurs et/ou une consommation excessive en carburant. Ce dimensionnement doit être réalisé sur base d’une analyse de la demande et de son évolution prévisible ainsi que sur une estimation de la courbe de charge journalière de la demande à satisfaire et de son évolution.

2.1
2.1.1

2.1.2

Caractéristiques générales
Dans le silence des présentes prescriptions, les groupes thermiques mis en œuvre doivent satisfaire aux normes : ISO 9528 relative aux groupes électrogènes à courant alternatif entraînés par moteurs alternatifs à combustion interne ; ISO 3046 relative aux moteurs alternatifs à combustion interne. Les documents attestant la conformité des caractéristiques des groupes aux normes précitées doivent être rendus disponibles sur simple demande de l’AER. Les groupes thermiques doivent avoir une puissance de sortie totale inférieure ou égale à 250 kW. Cette limite concerne la puissance totale installée (Groupes de base + Groupe d’appoint éventuel). La mise en œuvre d’une puissance totale supérieure à 250 kW est subordonnée à l’obtention pré alable auprès des instances compétentes d’une autorisation de production, conformément à la loi. Les groupes thermiques utilisés doivent être qualifiés par leur constructeur pour le régime de fonctionnement prévu : service continu ou discontinu ; durée annuelle de fonctionnement ; surcharge uni horaire.

2.1.3

Caractéristiques du moteur thermique
Le moteur doit être du type diesel 4 temps à injection directe pour des puissances supérieures à 5 kVA. Pour des puissances inférieures, le moteur diesel reste préconisé ; l’utilisation d’autres types de moteurs (essence, kérosène) est possible mais soumise à l’avis préalable de l’ AER La vitesse de rotation du moteur ne doit pas dépasser 1500 tours par minute. Le recours à des vitesses supérieures est possible mais soumis à l’avis préalable de l’ARSEL.

MARGE

Version définitive finale

page 8

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Le moteur est à refroidissement par air ; il peut également être à refroidissement liquide (eau) pour des puissances de GE dépassant 30 kVA. Le démarrage du moteur peut être manuel ou électrique (batterie de démarrage). Le moteur doit obligatoirement être doté des équipements suivants : filtre à air spécialement adapté à des conditions sévères de poussière (ex : filtre à bain d’huile de grande capacité précédé d’un séparateur statique centrifuge, ou système équivalent) ; filtre à gasoil et filtre à huile par cartouche. Le rejet des gaz de combustion du moteur doit respecter les dispositions suivantes : les gaz de combustion sont rejetés à l’extérieur du lo cal où est installé le groupe par un tuyau d’échappement de longueur suffisante ; le raccordement du tuyau d’échappement à l’échappement moteur est flexible afin de limiter la transmission des vibrations ; les parties chaudes du tuyau d’échappement à portée de l’opérateur doivent être protégées ou calorifugées ; si le local est situé à proximité immédiate d’habitations, un silencieux doit être interposé à la sortie du tuyau d’échappement. Le moteur doit être muni d’une plaque signalétique contenant au minimum les informations suivantes : nom du fabricant numéro ou référence du modèle cylindrée en cm
3

puissance moteur en kW vitesse nominale en tours/minutes norme de référence numéro de série pays de fabrication

2.1.4

Caractéristiques de l’alternateur
Selon la configuration du réseau BT, l’alternateur est monophasé ou triphasé. L’isolement de l’alternateur doit être au minimum de classe F. Le rendement de l’alternateur doit être supérieur ou égal à 80%. L’alternateur doit être muni d’une plaque signalétique contenant au minimum les informations su ivantes : nom du fabricant numéro ou référence du modèle numéro de série tension nominale en volts puissance nominale en kVA

MARGE

Version définitive finale

page 9

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

facteur de puissance nominal vitesse de rotation en tours/minute norme de référence classe d’isolation pays de fabrication

2.1.5

Protections mécaniques
Des équipements de protection doivent être prévus pour faire face aux situations critiques suivantes : pression d’huile moteur anormale, température d’eau moteur anormale (cas du refroidissement par eau).

2.1.6

Protections électriques
Les protections électriques doivent comprendre au minimum : protection générale du GE par disjoncteur à déclencheur à seuil magnétique au niveau du jeu de barres ; la protection générale doit avoir un temps de réaction compatible avec la capacité de surcharge de l’alternateur ; une protection contre les surtensions d’origine atmosphérique par parafoudre ou système équ ivalent posé sur le premier support au départ de la centrale. Le groupe électrogène doit être doté d’une liaison équipotentielle entre tous ses constituants, r amenée à un point de connexion sur le châssis du groupe pour mise à la terre. Tous les autres masses métalliques doivent être reliées à la même prise de terre (armoire de commande, chemins de câble, tuyauteries, réservoirs de carburant). La prise de terre doit être réalisée par ceinturage en fonds de fouille de la cabine du GE d’un condu cteur massif en cuivre nu d’au moins 25 mm de section, en bon contact avec le sol (l’usage d’un autre conducteur de conductivité équivalente est possible).

2.1.7
2.1.7.1

Equipements annexes
Coffret de commande Le coffret de commande et de protection du groupe thermique peut être intégré au bâti du groupe ou monté séparément : le montage séparé est le système préconisé ; dans ce cas le coffret de commande est déporté sur un mur ; en cas de montage intégré au bâti du groupe, le coffret de commande doit être efficacement protégé contre les vibrations du GE par des silentblocs ou système équivalent. Le coffret doit être au minimum doté d’indicateurs de mesure des paramètres suivants : tension par phase (en volts) ; courant appelé par phase (en ampères) ; fréquence (en hertz) ; durée cumulée de fonctionnement du GE (en heures) ;

MARGE

Version définitive finale

page 10

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

compteur d’énergie active délivrée au départ du réseau (en kWh). Le coffret de commande doit en outre inclure les fonctions suivantes : démarrage et arrêt du groupe ; réglage de la tension et de la fréquence ; sectionnement du réseau de distribution BT. 2.1.7.2 Section des conducteurs La section des conducteurs entre le groupe et l’armoire de commande, lorsque celle -ci est déportée, doit satisfaire aux minima suivants : conducteurs des câbles de commande du GE : 1,5 mm² ; conducteurs de câbles de batterie du GE : 6 mm² ; conducteurs de câbles de préchauffage du GE : 4 mm² ; conducteurs de puissance du GE : 16 mm². Les câbles doivent être qualifiés pour un usage en extérieur conformément aux normes en vigueur. Toutes les liaisons électriques doivent être réalisées sur des borniers logés dans des boîtiers fermés munis de presse-étoupes de diamètres appropriés à la section des câbles et de degré de protection IP54. 2.1.7.3 Réservoir de carburant La réserve de carburant doit prendre en compte l es conditions d’accès au site et son éloignement de la première source d’approvisionnement permanente ; dans tous les cas, elle doit assurer une autonomie de fonctionnement minimum de 5 jours. Le groupe est alimenté par une nourrice de carburant placée à une élévation suffisante par rapport au groupe pour que la pompe à injection du moteur soit en charge. Si le volume de carburant à stocker dépasse 500 litres, les dispositions suivantes doivent être prises : un réservoir principal en tôle d’acier doit être installé à l’extérieur de la salle des groupes, et relié par une canalisation en acier ou en cuivre à une nourrice de capacité inférieure à 500 litres située à l’intérieur du local des groupes. Une pompe de transfert spéciale pour carburant permet le remplissage du réservoir vers la nourrice. le réservoir peut être installé en fosse ou en surface ; toutes les précautions doivent être prises par rapport à l’environnement, le risque d’incendie, la protection contre la corrosion du rése rvoir. une vanne de sectionnement de l’alimentation en carburant doit être accessible à l’extérieur du local du GE ; elle est placée de préférence à l’opposé de la sortie du tuyau d’échappement. Les dispositions d’installation doivent être prises pour permettre la concentration de dépôts éventuels et de l’eau de condensation au fond des réservoirs ou du tuyau d’échappement et leur extra ction périodique.

2.1.8

Installation du groupe
Le groupe doit être assemblé sur châssis (skid), l’ensemble étant posé sur un socle en béton armé.

MARGE

Version définitive finale

page 11

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

La liaison entre les supports de moteur et d’alternateur avec le châssis doit être réalisée par des silentblocs. Le socle repose sur un isolant. La masse du socle doit représenter 1,5 fois le poids du groupe. Le groupe et ses équipements annexes (sauf réservoir de carburant) doivent être installés dans un local dont l’accès sera fermé au public. Le réservoir principal de la centrale sera également inacce ssible au public. Les dimensions du local et ses ouvertures doivent être calculées de manière à assurer la ventilation requise pour les groupes en conditions normales de fonctionnement. Les portes du local doivent être suffisamment larges pour permettre un dégagement facile du groupe le plus important. Un extincteur d’incendie doit être prévu dans le local. L’emplacement de la centrale de la salle des groupes doit être sélectionné sur la base de critères techniques, le choix définitif devant être obtenu par consensus parmi la population locale. Une attention particulière doit être portée à ce que les nuisances sonores générées par le fonctionnement des groupes soient compatibles avec son environnement proche.

2.2

Lignes MT
Les lignes MT sont des lignes triphasées ou biphasées sans neutre distribué non équ ipées d’un câble de garde. Les lignes biphasées seront dimensionnées pour la pose ultérieure du troisième conducteur.

2.2.1

Tracés des lignes MT
Les tracés des lignes MT seront établis en respectant les lois ainsi que la réglementation en vigueur au Cameroun en ce qui concerne la protection de l’environnement. Ils seront établis de telle manière que chaque support sera accessible en toute saison.

2.2.2

Câbles conducteurs
Les câbles conducteurs sont des câbles en Almelec fabriqués suivants les normes DIN 48201 / 6 ou NF C 34 – 125. La fabrication, les tests, le colisage et le transport seront conformes à la recommandation C.E.I 1089. L’OSER est responsable du choix des sections des conducteurs devant équiper les lignes MT qu’il e nvisage de construire. Il devra justifier le choix des sections retenues qui seront au minimum de 35 mm² et au maximum de 150 mm². La tension mécanique moyenne qui se produit dans les câbles conducteurs à la température moyenne de la région et sans vent sera conforme à la norme VDE 0210 (1987), tableau no 3. Les conducteurs Almelec seront graissés uniquement sur la couche extérieure.

2.2.3

Supports
Les supports des lignes MT peuvent être en béton, en bois ou métalliques. Les poteaux bois seront conformes à la norme NF C 67-100, les poteaux en béton armé conformes à la norme NF C 67-200.

MARGE

Version définitive finale

page 12

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Les supports métalliques qu’ils soient du type poutrelle, tubula ire ou treillis métalliques seront galvanisés au chaud. La galvanisation sera conforme à la norme EN ISO 1461 ou équivalente. Quels que soient les supports utilisés, l’OSER justifiera que ceux-ci résistent, moyennant les coefficients de sécurité imposés par les normes, aux efforts auxquels ils sont soumis compte tenu des charges qu’ils supportent et des conditions climatiques auxquelles les lignes sont soumises. En cas d’utilisation de poteaux bois, les armements métalliques qu’ils supportent seront mis à la terre.

2.2.4

Fondations des supports
L’OSER justifiera les fondations qu’il envisage pour les différents types de supports nécessaires pour la construction des lignes en fonction des efforts auxquelles elles sont soumises et des caractéristiques des sols dans lesquelles elles sont implantées. L’OSER est responsable des essais permettant de déterminer les caractéristiques des sols.

2.2.5

Armements
Les armements des supports des lignes MT seront dimensionnés pour respecter les normes en vigueur quant aux distances entre conducteurs à assurer pour éviter tout amorçage entre phases compte tenu des conditions climatiques d’exploitation. Les armements seront dimensionnés mécaniquement pour résister moyennant les coefficients de sécurité imposés par les normes aux effort s auxquels ils sont soumis compte tenu des charges qu’ils supportent et des conditions climatiques auxquelles les lignes sont soumises. Les armements en acier seront galvanisés à chaud.

2.2.6

Accessoires de lignes
L’isolement des lignes MT peut être réalisé à l’aide de chaînes d’isolateurs du type capot et tige, d’isolateurs rigides ou d’isolateurs du type synthétique. Dans tous les cas, l’isolement devra satisfaire aux conditions précisées au point no 1.3 des spécifications techniques générales. Les chaînes d’ancrage seront sur isolées pour tenir compte de la réduction d’isolement dû à leur p osition non verticale. Les pinces de suspension des conducteurs seront du type oscillant. Les conducteurs pourront être protégés contre les vibrations d’origine éolienne par des armor-rods placés au niveau des pinces. Tous les accessoires de chaînes d’isolateurs, d’isolateurs permettant de fixer ceux -ci aux armements seront en acier galvanisé à chaud. Les manchons de réparation et de jonction des conducteurs seront prévus pour tenir un effort de traction sans glissement d’au moins 85 % de la tension de rupture du conducteur pour lequel ils sont prévus.

2.3

Poste « OSER »
Le dispositif de raccordement au réseau MT du Concessionnaire du Service Public de l’Electricité (CSPE) doit être réalisé conformément aux prescriptions définies par le CSPE et approuvé par ses services compétents. Il en est de même du nœud de raccordement.

MARGE

Version définitive finale

page 13

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

2.3.1

Comptage de l’énergie MT
Un dispositif de comptage de l’énergie électrique en MT doit être prévu au point d’entrée de l’antenne MT qui représente le point de livraison du CSPE. Le dispositif de comptage doit être constitué des éléments mini suivants : transformateurs de courant classe de précision 0.5, 15 VA et d’un calibre approprié ; transformateurs de tension classe de précision 0.5, 15 VA et d’un rapport de tension approprié ; un compteur d’énergie active à double ou triple tarif ; un indicateur de maximum de puissance ; une horloge de commande de changement de tarif ; un enregistreur de puissance réactive si la puissance souscrite est supérieure à une puissance à définir ; un enregistreur d’interruption de service (manque de tension) . L’installation du dispositif de comptage doit respecter les points suivants : les appareils doivent être placés en tableau à l’intérieur d’une cabine fermée non accessible au public les mettant à l'abri des chocs, de l'humidité, des températures excessives, des poussières et des vapeurs corrosives ; un espace libre d'au moins 1 m par rapport au point le plus saillant des appareils doit être réservé sur le devant du tableau à l’intérieur de la cabine ; les indications de tous les appareils doivent être facilement lisibles depuis le devant du tableau ; les transformateurs de tension doivent être placés en amont du moyen de coupure manœuvrable ; les transformateurs de courant doivent être placés immédiatement en aval de la protection de l’antenne MT ; les transformateurs de mesure doivent être aisément accessibles en vue de leur vérification et de leur remplacement éventuel ; le tableau de comptage doit être situé le plus près possible des transformateurs de mesure. Les transformateurs de mesure doivent être périodiquement vérifiés par un organisme agréé.

2.3.2

Protection contre les surtensions d’origine atmosphériques
La protection contre les surtensions d’origine atmosphérique doit être assurée en tous les points r equis de l’antenne MT par des parafoudres ou des éclateurs. Lorsque cette protection est assurée par des éclateurs, la résistance de la terre des masses ne doit pas excéder 30 ohms et le matériel BT doit supporter 10 kV à 50 Hz et 20 kV au choc. Si pour des raisons techniques ou économiques il n’est pas possible d'obtenir économiquement une résistance de terre des masses inférieure à 30 ohms, une alternative autorisée est de recourir à des parafoudres à résistance variable (parafoudres à oxyde de zinc) qui écouleront le courant de choc avec coupure automatique du courant.

MARGE

Version définitive finale

page 14

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

2.3.3

Protection contre les courts-circuits
Les dérivations MT doivent être protégées par des interrupteurs aériens avec ouverture automatique ou par des sectionneurs à fusible placés à l'origine des dérivations.

2.4

Postes MT/BT
Les postes MT/BT de puissance inférieure à 160 kVA seront du type « haut de poteau » équipés de transformateurs du type hermétique à remplissage intégral. L’enroulement primaire des transform ateurs sera muni d’une prise principale et de 4 prises de réglage hors tension correspondant à une v ariation de 2 x 2,5 % du rapport de transformation. L’OSER justifiera les puissances nominales des transformateurs qu’il envisage d’installer dans les l ocalités électrifiées à partir d’un réseau MT. Cette justification sera basée sur une prévision de la d emande en puissance de la localité et de son évolution. Le transformateur sera protégé contre les surtensions d’origine atmosphérique par des parafoudres du type oxyde de métal qui seront reliés à la terre des masses du poste. La résistance des terres des masses du poste aura une valeur minimum permettant d’assurer le fonctionnement correct des parafoudres. Le conducteur des masses du poste, en cuivre d’une section minimale de 29 mm² sera protégé mécaniquement le long du support du poste jusqu’à une hauteur de 2 m et jusqu’à 50 cm en dessous du niveau du sol. Afin de permettre la mesure de la résistance de mise à la terre lors de l’exploitation du réseau, un coupe circuit en cuivre sera installé au dessus de la protection du co nducteur de mise à la terre. La mise à la terre des parafoudres sera réalisée par un conducteur indépendant d’une s ection minimum de 95 mm². Le transformateur sera protégé contre les surintensités par un disjoncteur général BT dont le déclenchement dans la zone thermique est géré par un relais à image thermique intégré au boîtier du disjoncteur. Le disjoncteur BT constitue l’élément de coupure du poste. Il est manœuvrable à partir de la plate forme du poste par tringlerie de commande cadenassable en position ouverte et fermée. Le disjoncteur BT, du type tétrapolaire à trois pôles protégés, sera muni d’un dispositif as surant la mise à la terre du neutre du transformateur lorsque le disjoncteur est en position ouverte. L’ouverture du disjoncteur devra pouvoir être réalisée de deux manières : manuellement par l’intermédiaire d’un levier et d’une tringlerie ; automatiquement par l’intermédiaire de déclencheurs à maximum d’intensité temporisés ou par le relais thermique. La fermeture du disjoncteur sera uniquement possible au moyen de la commande manuelle constituée d’un levier et d’une tringlerie de renvoi. Le poste sera équipé d’une armoire BT cadenassée comprenant : un compteur d’énergie active ; un indicateur de puissance maximum appelée ; les disjoncteurs ou les fusibles de protection des départs BT : Ceux-ci seront dimensionnés pour assurer une sélectivité avec le disjoncteur principal BT ;

MARGE

Version définitive finale

page 15

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

éventuellement le compteur d’énergie de l’éclairage public, son dispositif de commande et le dispositif de protection associé lorsque le réseau BT ou une partie est équipé d’un conducteur EP. Les compteurs et l’indicateur de puissance max seront lisibles de l’extérieur.

2.5
2.5.1

Lignes BT
Câbles conducteurs
Les conducteurs des lignes BT seront des câbles isolés torsadés autoporteurs ou avec neutre porteur, de tension nominale 0,6/1 kV, équipés ou non d’un conducteur pour l’éclairage public. Les conducteurs avec neutre porteur seront conformes à la norme NF C 33-209 ou équivalente tandis que les conducteurs autoporteurs répondront à la norme VDE0274 ou équivalente. Les sections des conducteurs de phases seront déterminées par l’OSER pour que la chute de tension maximum dans le réseau BT ne dépasse pas 10 % de la tension nominale BT. La section minimum des conducteurs de phase en aluminium est de 35 mm². La détermination des sections des conducteurs des différentes lignes BT constituant le réseau BT de la localité sera effectuée : sur base d’une estimation à moyen terme de la puissance transitant dans les différentes lignes et de son évolution ; en fonction des contraintes techniques : résistance mécanique, chute de tension admissible, intensité maximale admissible du conducteur, tenue en court-circuit ; en recherchant le meilleur compromis entre le coût du conducteur et celui des pertes engendrées au long du cycle de vie du conducteur.

2.5.2

Supports
Les supports des lignes BT peuvent être en béton, en bois ou métalliques. Les poteaux bois seront conformes à la norme NF C 67-100, les poteaux en béton armé conformes à la norme NF C 67-200. Les supports métalliques qu’ils soient du type poutrelle ou tubulaire seront galvanisés au chaud. La galvanisation sera conforme à la norme EN ISO 1461 ou équivalente. Quels que soient les supports utilisés, l’OSER justifiera que ceux-ci résistent, moyennant les coefficients de sécurité imposés par les normes, aux efforts auxquels ils sont soumis compte tenu des charges qu’ils supportent compte tenu des conditions climatiques auxquelles les lignes sont so umises.

2.5.3

Fondations des supports
L’OSER justifiera les fondations qu’il envisage pour les différents types de supports BT nécessaires pour la construction des réseaux en fonction des efforts auxquelles elles sont soumises et des caractéristiques des sols dans lesquelles elles sont implantées.

2.5.4

Accessoires de ligne
Les accessoires de ligne comprennent tous les matériels nécessaires à la suspension et à l’ancrage des faisceaux sur les supports, au raccordement de jonction et de dérivation des conducteurs, au raccordement de l’éclairage public ainsi qu’à la mise à la terre du neutre. Les accessoires de ligne seront adaptés au type de conducteurs utilisés.

MARGE

Version définitive finale

page 16

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

2.5.5

Eclairage public
L’éclairage public sera assuré par des luminaires fixés sur les supports des lignes BT par l’intermédiaire d’une console assurant leur bonne orientation par rapport à la voie de circulation. La puissance unitaire et le nombre de lampes d’éclairage public installées dans une localité seront fonction du service souhaité par la communauté et de sa capacité à payer ce service. Le dispositif de fixation de la console sur le support sera conçu pour éviter toute rotation du luminaire sous l’action du vent. En fonction du type de lampe utilisé, chaque luminaire sera équipé d’un ballast pour la compens ation de l’énergie réactive. Le ballast sera soit intégré dans le luminaire soit fixé au niveau de la co nsole sous une enveloppe de protection contre les chocs mécaniques et les intempéries. Pour des raisons d’économie d’énergie, l’OSER est tenu d’utiliser des lampes à économie d’énergie d’une pui ssance comprise entre 20 et 25 W. Le corps ou enveloppe externe du luminaire sera fixé sur la console et comprendra la douille, les connexions électriques, et le réflecteur. La console, son dispositif de fixation et le corps du luminaire seront dimensionnés pour résister aux conditions climatiques d’exploitation. Toutes les pièces en acier seront galvanisée s à chaud.

2.5.6

Mise à la terre
Le conducteur neutre du réseau BT sera mis à la terre au premier poteau de chaque départ BT du poste (la distance séparant le premier poteau BT du poste doit être supérieure à 8 m), tous les 200 m en ligne et à chaque poteau de fin de ligne. La terre du réseau BT, séparée de celle du poste MT/BT présentera une résistance maximum de 2 . La résistance de chaque prise de terre de devra pas dépasser 5 . Le conducteur de mise à la terre du neutre, à âme multibrins en cuivre de section minimale de 29 mm² sera protégé mécaniquement sur une hauteur de 2 m à chaque support. Chaque prise de terre sera équipée d’un coupe circuit permettant de mesurer la résistance de terre durant l’exploitation.

2.6

Raccordements BT
Les raccordements BT seront dimensionnés pour les puissances souscrites par les abonnés. Une sélectivité sera assurée entre le ou les fusibles généraux du branchement et le disjoncteur principal de l’abonné. Les connecteurs de raccordement seront du type à perforation d’isolant perm ettant un raccordement d’abonné sous tension. Les conducteurs de raccordement BT auront une section minimale de 16 mm² aluminium. Chaque type de branchement (éventuellement suivant la puissance souscrite) doit faire l’objet d’un schéma et d’une nomenclatu re exhaustive de ses éléments, chaque élément étant identifié par son fabricant, son modèle et son numéro de référence. Cela concerne : le connecteur ; le câble de descente ; le potelet ; la pince d’ancrage ; les appareils de protection ;

MARGE

Version définitive finale

page 17

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

les appareils de contrôle de la consommation ; le coffret divisionnaire. Le contrôle de la consommation de l’abonné est défini en fonction du type de tarification retenu : compteurs de kWh (simples, à prépaiement, etc.) ; limiteurs de puissance (thermique, magnétique, électronique) ; limiteur de consommation journalière ; d’autres solutions techniques peuvent être envisagée s mais doivent être soumise à l’avis préalable de l’AER. Des dispositions spécifiques doivent être prises pour mesurer et le cas échéant corriger le facteur de puissance, qui est susceptible de dégradation sensible notamment avec l’utilisation massive d’éclairage fluorescent. Une description technique détaillée des systèmes retenus pour le contrôle de la consommation et des mesures prévues pour le contrôle et la correction du facteur de puissance doivent être présentés.

2.7

Installations intérieures
Les installations intérieures seront conformes aux normes et règles en vigueur au Cameroun.

2.8

Systèmes photovoltaïques familiaux
Un système photovoltaïque familial (SPF) permet de produire et distribuer de manière autonome des services électriques couvrant les besoins domestiques courants : éclairage, audiovisuel, froid, etc. Les éléments constitutifs d’un système PV comprennent obligatoirement : module(s) photovoltaïque(s) d’une puissance totale inférieure à 150 Wc ; support de modules PV ; régulateur de charge de batterie ; batterie de stockage électrochimique ; coffret de protection de batterie ; câbles électriques de raccordement des composants. Chaque système photovoltaïque sera adapté au service souhaité par l’abonné compte tenu du prix qu’il consent à payer.

2.8.1
2.8.1.1

Modules photovoltaïques
Certification Les modules PV du type monocristallin ou polycristallin doivent être testés et certifiés conformément à la norme CEI-61215. Les modules PV de type couches minces doivent être testés et certifiés conformément à la norme CEI-61646. La puissance crête annoncée doit être celle obtenue après la stabilisation de la puissance (effet Staebler-Wronski)

MARGE

Version définitive finale

page 18

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Dans tous les cas, l’emploi de modules PV de technologies autres que le monocristallin ou le polycri stallin est soumise à l’avis préalable de l’AER. L'homologation de type doit être certifiée par un rapport d’essai effectué par un laboratoire d'essais accrédité et conduit conformément à la procédure IECQ QC 001002. Les documents attestant des certifications obtenues doivent être rendus disponibles sur simple demande de l’AER. 2.8.1.2 Caractéristiques mécaniques Le module PV doit être muni d’un cadre assurant sa rigidité et permettant sa fixation sur des structures supports. Le matériau constitutif du cadre doit être inoxydable ; il doit conférer au module une bonne résistance à la torsion durant sa manutention. Le module doit être doté de boîtier(s) étanche(s) de degré IP54 abritant les borniers de connexion. Les boîtiers sont équipés de presse-étoupes permettant la traversée des câbles. La polarité des borniers doit être clairement indiquée à l’intérieur du boîtier. Chaque module PV doit être muni d’une plaque signalétique contenant au minimum les informations suivantes : nom, monogramme ou symbole du fabricant numéro ou référence du modèle puissance-crête (Wc), courant de court-circuit (A), tension de circuit ouvert (V) pour les conditions STC (Standard Test Conditions) numéro de série pays de fabrication 2.8.1.3 Caractéristiques électriques En ce qui concerne les tolérances de fabrication, la puissance-crête réelle d’un module ne doit pas être inférieure à 90% de la puissance-crête nominale. Les courbes caractéristiques I-V (irradiation globale de 1000 W/m² dans le plan du module, températures de cellule de 25°C, 40°C et 60°C) doivent être fournies pour chaque type de module PV proposé. Les modules d’un même générateur sont obligatoirement du même modèle. L’association de m odules de type ou de puissance différente au sein d’un même générateur est proscrite. Les modules monocristallin ou polycristallin doivent avoir au minimum 36 cellules. Chaque module doit être équipé d’une diode by-pass de protection contre l’effet de « hot-spot» .

2.8.2
2.8.2.1

Supports de modules
Type de supports Les types de supports préconisés sont : structure posée ou ancrée au sol, structure fixée sur une façade verticale.

MARGE

Version définitive finale

page 19

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Les autres types de supports possibles sont : structure fixée sur toiture, structure posée en terrasse. 2.8.2.2 Caractéristiques techniques Les matériaux constitutifs des supports de modules PV doivent être capables de résister à 10 ans d’exposition extérieure sans corrosion ou fatigue notables. Les traitements anticorrosion mis en œuvre doivent être décrits. Les matériaux constitutifs suivants sont admis : acier inoxydable, acier galvanisé, aluminium anodisé, bois traité, matériaux plastiques traités anti-UV. La combinaison de différents matériaux (y compris boulonnerie) sur une même structure est admise à condition que soient clairement décrites les dispositions techniques prévus pour empêcher la formation de pile électrochimique entre ces matériaux. La couche de galvanisation d’une structure métallique doit être de 3 µm au minimum. 2.8.2.3 Implantation et orientation Les supports de modules PV doivent être statiques. L’inclinaison des modules par rapport à l’horizontale doit être de 15° par rapport à l’horizontale, avec une tolérance de + ou -5°. Les modules doivent être orientés vers le Sud géographique, avec une tolérance de + ou - 10°. Sur chaque site, le lieu d’implantation des modules doit être choisi de telle manière qu’aucune ombre ne soit portée sur eux entre 90 minutes après le lever du soleil et 90 minutes avant le coucher du soleil. 2.8.2.4 Fixation des modules PV En cas de montage sur toiture, une distance minimale de 0,1m doit être respectée entre face arrière de modules et toiture. La structure support de modules doit être fixée sur le corps de charpente ou du bâtiment, et non sur la toiture elle-même. Un système de haubanage doit être prévu si nécessaire. En cas de fixation murale, le support de modules doit être fixé au minimum en 2 points avec une système de fixation traversant le mur (goujons et platine de serrage). En cas de structure au sol, le support doit être installé dans un lieu à l’écart des zones de passage ; le(s) module(s) et le câblage doivent être placés hors de portée des enfants. Les câbles enterrés doivent être passés sous gaine (tube PVC ou PE). Les fixations des modules sur la structure support (écrous, rondelles, boulons) doivent être en matériau(x) inoxydable(s).

MARGE

Version définitive finale

page 20

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Une protection contre le vol des modules doit être intégrée soit au moyen des systèmes de fixation des modules (rivets pops ou écrous antivol), soit au niveau de la conception de la structure support de modules elle-même.

2.8.3
2.8.3.1

Régulateurs de charge
Type de régulateurs Le régulateur de charge doit assurer la protection de la batterie contre des surcharges ET des décharges excessives. Les régulateurs n’assurant qu’une seule de ces fonctions sont proscrits. Les régulateurs suivants sont admis : régulateur série, régulateur parallèle. Le régulateur doit fonctionner selon d’un des modes de régulations suivants : régulation Pulse Wave Modulated (PWM), régulation basée sur un algorithme d’évaluation de l’état de charge de la batterie .

2.8.3.2

Caractéristiques techniques Le boîtier du régulateur doit présenter les caractéristiques suivantes : son degré de protection est au minimum IP32 suivant la norme IEC 529 ; sa conception doit cependant permettre une circulation d’air entre intérieur et extérieur du bo îtier (effet de respiration), afin d’éviter des phénomènes de condensation à l’intérieur du boîtier ; il intègre un système de fixation murale ; le circuit imprimé du régulateur est mécaniquement solidaire du boîtier (clips ou vis). Le régulateur doit tolérer sans dommage ou être protégé contre les événements accidentels suivants : inversion de polarité au branchement de la batterie et du (des) module(s) sur le régulateur ; court-circuit sur l’utilisation : cette protection doit être assurée par un fusible ou équivalent dont le remplacement doit pouvoir être effectué par l’usager, sans ouverture du boîtier du rég ulateur ; surtensions induites à l’entrée modules ou à la sortie utilisation (foudre) ; toute situation de fonctionnement « sans batterie», le(s) module(s) photovoltaïque(s) étant connecté(s) au régulateur : dans cette situation, le régulateur doit également protéger les appareils d’usage en limitant la tension de sortie à une valeur au maximum supérieure à 30% à la tension nominale de sortie du régulateur ; fonctionnement aux limites de capacités nominales : le régulateur doit tolérer sans dommage un courant d’entrée 25% supérieur au courant de court -circuit du générateur PV, et un courant de sortie utilisation 25% supérieur au courant nominal maximal (tous appareils allumés) du système PV, pendant une durée à indiquer par le fournisseur.

MARGE

Version définitive finale

page 21

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Le régulateur ne doit pas produire d’interférences sur les fréquences radio q uelque soit les conditions de fonctionnement. Chaque régulateur doit être muni d’une plaque signalétique contenant au minimum les informations suivantes : nom, monogramme ou symbole du fabricant, numéro ou référence du modèle, tension nominale (V), courant nominal entrée module et sortie utilisation (A). Le régulateur doit porter un marquage indélébile indiquant la polarité + ou - de chaque bornier de raccordement électrique. Les tensions seuils de déconnexion et connexion du générateur PV et de l’utilis ation assignées au régulateur doivent être fixées en fonction des conditions réelles d’environnement et du type de batt erie. A titre de rappel, les valeurs de référence pour une température de 20°C et une densité d’électrolyte de 1,24 kg/l sont les suivantes : générateur PV : seuil de déconnexion = 2,30 V par élément de batterie, seuil de reconnexion = 2,25 V par élément (soit respectivement 13,8 et 13,5 V pour une batterie 12V monobloc) ; utilisation : seuil de déconnexion = 1,90 V par élément de batterie, seuil de reconnexion = 2,10 V par élément (soit respectivement 11,4 et 12,6 V pour une batterie 12V monobloc). Le réglage des tensions de seuils doit être précis à + ou - 20 mV par élément de batterie (soit + ou 0,12V pour une batterie 12V monobloc) et stable sur toute l’étendue des conditions de fonctionn ement du régulateur. Le régulateur doit satisfaire aux réglages d’hystérésis généralement admis : l’écart entre seuils de déconnexion et connexion de l’utilisation est de 0,2 V par élément de ba tterie (soit 1,2V pour une batterie 12V monobloc) ; l’écart entre seuils de déconnexion et connexion du générateur PV est de 0,05 V par élément de batterie (soit 0,3V pour une batterie 12V monobloc). Le régulateur doit être doté d’un dispositif de compensation en température de la tension de déconnexion du générateur PV (tension de fin de charge) ; le facteur de correction à appliquer est de -4 à 5 mV/°C par élément de batterie (soit -24à -30 mV/°C pour une batterie 12V monobloc). Le régulateur doit avoir une performance énergétique minimum définie comme suit : la chute de tension interne entre module et batterie doit être inférieure à 4% de la tension nominale dans les conditions de courant maximal du générateur PV ; la chute de tension interne entre batterie et départ utilisation doit être inférieure à 4% de la tension nominale dans les conditions de charge maximale appliquée au système ; la consommation à vide du régulateur ne doit pas dépasser 6 mA quelque soit les conditions de fonctionnement. Le régulateur de charge doit être équipé de témoins de visualisation de l’état de charge de la batt erie, de type LED ou dispositif équivalent, fournissant à l’utilisateur les indications minima suivantes : système disponible à l’utilisation, état de charge batterie suffisant ; utilisation déconnectée, état de charge batterie est trop faible. Il est préconisé qu’une indication d’avertissement de fin de décharge proche soit également intégrée sur le régulateur.

MARGE

Version définitive finale

page 22

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

2.8.4
2.8.4.1

Batteries de stockage
Type de batterie Les types de batteries admis sont les suivants : batteries à plaques tubulaires et grande capacité d’électrolyte ; batteries à plaques planes au plomb-antimoine et à électrolyte liquide de type stationnaire adaptées pour utilisation sur des systèmes PV ; batteries automobiles standard. L’utilisation d’autres types de batteries (plomb étanche avec électrolyte gélifié, plomb-calcium) est soumise à l’avis préalable de l’AER. Dans le silence des présentes prescriptions, il sera fait référence aux normes CEI 896, CEI 1056 et NFC 58510.

2.8.4.2

Caractéristiques techniques Chaque batterie doit être munie d’une plaque signalétique comportant au minimum les informations suivantes : nom, monogramme ou symbole du fabricant, numéro ou référence du modèle, capacité (Ah) avec indication du régime de décharge (C10 , C20 , C100), mois et année de fabrication. La batterie doit porter un marquage indélébile indiquant la polarité de chaque borne. La capacité de référence d’une batterie est définie comme sa capacité C 20, qui correspond à un régime de décharge réaliste sur un système PV. La capacité C20 de la batterie ne doit pas dépasser N fois le courant de court-circuit du générateur PV mesuré en A (aux conditions standards). N = 20 pour une batterie à plaque tubulaire N = 30 pour une batterie à plaque planes stationnaires ou automobile standard La profondeur de décharge maximale de la batterie (atteinte occasionnellement en fin de durée d’autonomie assignée au SPF) ne doit pas dépasser les valeurs suivantes : 80% de la capacité C20 pour une batterie à plaque tubulaire, 60% de la capacité C20 pour une batterie à plaques planes stationnaire, 40% de la capacité C20 pour une batterie automobile standard. Une batterie ne peut être qualifiée comme « adaptée pour utilisation systèmes PV» et proposée comme telle au public qu’à condition de respecter les critères techniques minima suivants : l’épaisseur de chaque plaque doit être supérieure à 2 mm ; le volume d’électrolyte doit être supérieur à 1,15 litres par 100 Ah de capacité nominale C 20 et par élément ; le taux d’autodécharge à 25°C ne doit pas dépasser 6% de la capacité C20 par mois.

MARGE

Version définitive finale

page 23

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Le bac de la batterie doit être d’épaisseur et de rigidité suffisante pour supporter sans dommage son transport et sa manutention. Le niveau d’électrolyte dans la batterie doit pouvoir être facilement vérifié par l’utilisateur : marquage des niveaux minimal et maximal sur des bacs translucides, jauges de niveau intégrées dans les orifices de remplissage des éléments. La densité de l’électrolyte ne doit pas dépasser 1,25 kg/l. La durée de vie de la batterie étant largement déterminée par la qualité de l’électrolyte et de la première charge, les dispositions suivantes sont à prendre : l’électrolyte doit être préparé à partir d’acide sulfurique hautement concentré et d’eau distillée suivant la norme DIN 43 530 (ou équivalent) ; l’électrolyte ne doit être transféré dans la batterie qu’en vue de sa prochaine mise en service ; la batterie doit impérativement subir une charge initiale complète avant sa mise en service ; la procédure correspondante doit être très précisément décrite. La batterie ne doit pas reposer à même sur le sol ; elle peut être installée de l’une des manières suivantes : sur un socle en matériau résistant aux acides et ininflammable (le bois traité est accepté) ; dans un boîtier muni d’aérations de ventilation pour l’évacuation des gaz ; le boîtier doit être en matériau résistant aux acides et ininflammable ; L’ensemble batterie-régulateur doit être installé dans un lieu à l’écart des passages et bien ventilé.

2.8.5

Appareils d’usage et accessoires
Les charges à alimenter par un SPF sont typiquement : points lumineux ; téléviseurs noir/blanc ou couleur via un onduleur ; radios, radiocassettes et autres appareils audio ; chargeur de lampe transportable rechargeable et de téléphone mobile. Les points lumineux sont obligatoirement partie intégrante de la fourniture standard d’un SPF : en fonction de l’usage assigné, ils peuvent être du type fluorescent, incandescent ou halogène. Etant donné l’importance de l’éclairage fluorescent dans les SPF, les spécifications minima ne concernent pour l’instant que ce type d’appareils ; leur nombre et leur puissance doivent être compatibles avec la capacité énergétique du générateur PV. Les appareils et accessoires suivants ne sont pas obligatoirement partie de la fourniture standard, mais doivent être prévus en option dans l’offre de SPF : convertisseur DC/DC pour adaptation aux tensions 6 et 9 V doit être proposé en option ; convertisseur DC/AC pour alimentation de téléviseurs (pour les SPF de plus de 100 Wc) ; prise pour branchement poste TV 12V.

MARGE

Version définitive finale

page 24

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Les appareils audio et TV ne font pas partie intégrante de la fourniture standard, mais une liste d’appareils conseillés et disponibles sur le marché local pour u sage de télévision et radiocassettes doit être mise à la disposition de l’utilisateur. 2.8.5.1 Lampes fluorescentes Les types de lampes fluorescentes recevables sont les suivantes : réglettes lumineuses à tube droit, lampes fluorescentes compactes (LFC). La configuration comprenant un ballast électronique unique alimentant plusieurs tubes fluorescents peut être proposée mais est doit être soumise à l’avis préalable de l’ AER. Dans le silence des présentes prescriptions, il sera fait référence aux normes CEI 458, CEI 921 et CEI 924 et CEI 925 relatives aux caractéristiques et performances des ballasts transistorisés. Chaque lampe doit être munie d’une plaque signalétique contenant au minimum les informations suivantes : nom, monogramme ou symbole du fabricant, numéro ou référence du modèle, puissance nominale (W), tension nominale et plage de tensions de fonctionnement admissibles (V), fréquence du ballast (kHz). La lampe doit être pourvue d’un système de fixations permettant un montage mural. Les borniers électriques du ballast doivent présenter les caractéristiques suivantes : permettre une liaison solide du conducteur d’alimentation, sans endommager celui -ci (ex : bornes à vis) ; être d’une taille suffisante pour permettre le raccordement de conducteurs de section pouvant aller jusqu’à 2,5 mm² ; être pourvus d’un marquage indélébile indiquant la polarité de chaque entrée. Si la lampe est pourvue d’un capot de protection du tube, celui -ci doit alors : être étanche aux insectes ; être facilement démontable pour changement de tube par l’usager. Le tube doit être d’un modèle disponible au Cameroun. Les lampes à usage extérieur doivent présenter un degré de protection IP 54 ; en alternative, il est possible d’utiliser des lampes à usage intérieur placées sous un abri présentant une étanchéité équ ivalente. La fréquence du ballast doit être au minimum de 16 kHz. Le ballast doit assurer le fonctionnement normal de la lampe sur une plage de tensions comprise entre -15% et +25% de la tension nominale. L’efficacité lumineuse de l’ensemble ballast-lampe doit être au minimum de 35 lumens par watt.

MARGE

Version définitive finale

page 25

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Le rendement du ballast doit être au minimum de 80% sur toute la plage de fonctionnement. Les caractéristiques du courant de ballast en régime établi doit satisfaire aux conditions suivantes : la forme d’onde doit être symétrique, le facteur de crête ne doit pas dépasser 1,7 fois le courant de fonctionnement nominal de la lampe pour une tension comprise entre 11 et 12,5 V. La lampe doit être conçue de manière à ce qu’aucun contact accidentel ne soit possible entre l’usager et les hautes tensions délivrées par le ballast. A cet effet, le dispositions minima suivantes sont d’application : les électrodes du ballast ne doivent jamais être en contact avec le corps de la lampe ; le ballast doit être convenablement isolé sur le plan électrique. Le ballast doit être protégé de la destruction dans les situations accidentelles ci-après : le tube est enlevé de son support alors que la lampe est sous tension, ou la lampe est allumée alors qu’il n’y a pas de tube ; l’amorçage de la lampe ne se fait pas ; il y a inversion de polarité sur la tension d’alimentation ; les bornes du ballast sont court-circuitées. Le ballast ne doit pas produire d’interférences sur les fréquences radio quelque soit les conditions de fonctionnement. Les lampes doivent être commandées par un interrupteur ayant un pouvoir de coupure compatible avec le courant transitant. Les lampes extérieures doivent de préférence être commandées de l’intérieur de l’habitation. 2.8.5.2 Appareils et accessoires optionnels Le convertisseur DC/DC doit satisfaire aux critères techniques suivants : la plage de tension d'alimentation doit correspondre à celle de la tension de sortie du régulateur de charge ; le convertisseur doit être du type hacheur à découpage ; le boîtier du convertisseur doit présenter un degré de protection minimum IP32 ; le boîtier du convertisseur doit être doté de dispositif de fixation ou d’accrochage mural ; la prise d'alimentation du convertisseur doit être détrompée ; le courant nominal du convertisseur ne doit pas excéder 1 A. L’utilisation d’un convertisseur DC/AC ne doit être envisagée qu’aux conditions suivantes : les PV ont une puissance supérieure ou égale à 100 Wc ; le convertisseur ne doit pas être utilisé comme convertisseur central de l’installation (c’est -àdire en sortie de régulateur), mais seulement pour alimenter des récepteurs (ex. TV, vidéo) pour lesquels il n’existe pas de modèles fonctionnant en courant continu et disponibles localement. Le convertisseur DC/AC doit satisfaire aux critères techniques suivants :

MARGE

Version définitive finale

page 26

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

sa puissance doit être inférieure à 250 VA ; la plage de la tension d'entrée doit être de - 10% à + 30% de sa tension nominale la forme d’onde peut être sinusoïdale ou pseudo-sinusoïdale ; la tension de sortie doit être stable à 8%, et la fréquence de sortie à 2% ;

son rendement doit être au moins de 90 % ; une surcharge d'au moins 2 fois son courant nominal pendant 5 secondes doit être tolérée ; la surtension pendant l'alimentation des charges inductives et capacitives doit être limitée ; il doit être protégé contre le court-circuit sur l’utilisation ; sa consommation à vide doit être inférieure à 2% de la puissance nominale.

2.8.6

Conducteurs
Les conducteurs utilisés pour les liaisons modules-modules, modules-régulateur, régulateurbatteries, batteries-batteries doivent être adaptés pour l’usage extérieur conformément au standard international IEC60811. Ils sont du type H07 RNF ou norme équivalente. Les conducteurs préconisés pour les installations intérieures sont ceux couramment disponibles dans le commerce au Cameroun : câbles de type A05 VVU, A05 VVR ou équivalent, montés en apparent ; câbles monofilaires de type H07 VU ou équivalent sous gaine polyéthylène encastrée. Pour les installations de petites tailles, des solutions de câblage en kits sous forme de faisceaux précâblés peuvent également être prévues. Sous réserve du respect des chutes maximales de tension autorisées, les sections minimum acceptables de conducteurs sur le générateur PV sont de : 2,5 mm² pour une liaison module-module, ou module-régulateur ; 4 mm² pour une liaison régulateur batterie. Les sections des conducteurs doivent être dimensionnées de manière à ne pas dépasser les valeurs de chute de tensions suivantes : liaison module-régulateur : maximum 2% ; liaison régulateur batterie : maximum 1% ; liaison régulateur lampe la plus éloignée du régulateur, toutes lampes allumées : 5%. Toutes les liaisons entre conducteurs situées en extérieur doivent être solidement assurées sur le plan mécanique par l’usage de borniers et être situées à l’intérieur de boîtiers de jonction présentant un degré de protection IP 54. Toutes les liaisons entre conducteurs situés en intérieur doivent être solidement assurées sur le plan mécanique par l’usage de dominos et être situées à l’intérieur de boîtiers de jonction de modèle courant au Cameroun. Les moyens prévus assurer une fixation solide des câbles de distribution TBT (attaches, colliers, etc.) doivent être précisément décrits.

MARGE

Version définitive finale

page 27

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

2.8.7

Dimensionnement et performances du système
Les indicateurs de performances suivant doivent être fournis pour tout SPF proposé : énergie journalière garantie : c’est l’énergie garantie disponible à la sortie « utilisation» du régulateur de charge dans les conditions de référence d’irradiation globale et de température a mbiante définies précédemment. Elle est exprimée en Watt-heures par jour (Wh/jour) ; autonomie de fonctionnement : c’est le nombre de jours pendant lesquels le système peut fou rnir l’énergie journalière garantie à partir de sa batterie chargée à 100%, le(s) module(s) PV étant déconnecté(s) du régulateur. La méthode de dimensionnement utilisée pour aboutir aux performances annoncées doit être décrite. La gamme des SPF proposés doit couvrir l’ensemble de la demande potentielle définie en trois cat égories de service : catégorie B - « basique» : énergie journalière garantie de 100 Wh/jour catégorie S - « standard» : énergie journalière garantie de 170 Wh/jour 20% ; 20% ;

catégorie C - « confort» : énergie journalière garantie supérieure à 200 Wh/jour. L’autonomie de fonctionnement doit être au minimum de : 2 jours pour les SPF de classe B ou C ; 3 jours pour les SPF de classe C. La conception générale des SPF doit être basée sur la recherche de l’efficacité énergétique.

2.8.8
2.8.8.1

Service après-vente
Formation et information des usagers Tout SPF doit être livré avec une notice d’utilisation spécifique décrivant : un descriptif illustré du SPF et de son principe de fonctionnement ; les consignes d’utilisation : première mise en service, allumage/extinction des lampes, signification des voyants de régulateur, etc. ; les consignes d’entretien périodique : nettoyage module(s), vérification électrolyte, entretien cosses batterie, etc. ; les consignes en cas de panne : vérifications de premier niveau, modalités d’alerte, etc. ; les limites de garanties : vol, non respect des consignes, etc. La notice a une valeur contractuelle ; elle doit être facile de compréhension par le grand public, rédigée en français et en langue vernaculaire (le choix de la langue étant fonction du contexte local), et abondamment pourvue en illustrations. Elle ne d épasse pas l’équivalent de 2 pages A4 recto-verso. Les dispositions doivent être prises pour qu’au moment de l’installation du SPF, chaque utilisateur reçoive une formation de base sur l’utilisation du SPF s’appuyant sur une lecture attentive et co mmentée de la notice d’utilisation. Tout SPF doit être livré avec au minimum : 2 litres d’eau distillée pour batterie en bouteilles scellées, 5 fusibles pour régulateur de charge.

MARGE

Version définitive finale

page 28

Cameroun – Fonds d’énergie rurale 2.8.8.2 Service après vente de proximité

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Un service après-vente de proximité doit être mis en place au niveau du cercle ou de la commune et offrir les prestations minima suivantes : point-relais téléphonique pour entrer en contact avec le fournisseur ou l’opérateur des SPF ; vente de produits et consommables dont la diffusion n’est pas assurée par les canaux commerciaux traditionnels : lampes, tubes de lampes, fusibles, eau distillée, convertisseurs DC/DC, etc. point de dépôt d’appareils en panne à réparer (à défaut de réparation sur place). La description détaillée des moyens humains, techniques et logistiques mis en œuvre pour l’exécution du service après-vente constitue une obligation essentielle. 2.8.8.3 Garanties Seuls peuvent être admis des équipements et composants pour lesquels la garantie du fournisseur contre tout défaut de fabrication est au minimum : pour les modules PV : 10 ans ; pour les régulateurs de charge : 2 ans ; pour les batteries : 1 an ; pour tous les autres composants : 1 an. Des options d’extension de garanties doivent être proposées par les fournisseurs, avec leurs tari fs et conditions d’application : pour les modules PV : 20 ans au lieu de 10 ans ; pour les régulateurs de charge : 5 ans au lieu de 2 ans ; pour les batteries : 2 ans au lieu de 1 an ; pour les autres composants : 3 ans au lieu de 1 an. Le fournisseur de modules PV doit s’engager à appliquer la garantie, avant la fin de la période de g arantie : les modules présentent des défauts tels que stipulés aux termes des tests de qualification exécutés conformément à la norme CEI-61215 ou CEI-61646 ; les modules présentent une dégradation de puissance-crête de plus de 10% par rapport à la puissance nominale. Les essais éventuellement nécessaires seront réalisés en laboratoire agréé. Les modalités d’application de la garantie doivent être clairement décrites dans le contrat de fourniture des modules PV, notamment pour ce qui concerne la prise en charge des frais de déplacement et de main d’œuvre.

MARGE

Version définitive finale

page 29

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

3.

ETUDES D’EXECUTION ET DIMENSIONNEMENT
Prévision de la demande
Tout projet soumis au FER doit obligatoirement être accompagné d’une analyse de la demande en électricité spécifiquement menée pour la zone dans laquelle les investissements doivent être réalisés reposant sur : des données de base collectées sur le terrain ; un ou plusieurs scénarios d’évaluation de la demande en électricité ; Les documents et données de base suivantes doivent être constitués ou collectés sur le terrain : plan au 1/5000 de la localité desservie, avec positionnement au GPS de tous les points de livraison potentiels publics et privés et tracé prévisionnel du réseau électrique ; recensement et positionnement des stations de pompage motorisées pour l’approvisionnement en eau potable situées dans la zone de desserte du réseau BT ; évaluation de la population de chaque localité desservies en se basant sur des enquêtes récentes menées dans la zone ou à défaut sur le dernier recensement disponible (1988) ; statistiques de consommation de localités rurales similaires déjà électrifiées. Le dimensionnement des réseaux BT doit reposer sur une évaluation réaliste de la demande en électricité établie à partir : d'une analyse statistique et d’une modélisation de la consommation d'électricité des localités électrifiées situées dans la même région ; d’enquêtes menées auprès des futurs usagers ; d’une identification précise des besoins communautaires et productifs (artisanat, production agricole, élevage) ; d’hypothèses réalistes de consommation individuelle : fourchette de 90 à 500 kWh annuels par abonné, puissance foisonnée de pointe inférieure à 250 W par abonné. La maîtrise de la demande en électricité constitue une partie intégrante de tout projet d’électrification rurale. A cet effet, les composantes suivantes doivent obligatoirement être prévues et précisément détaillées au niveau de l’offre faite aux abonnés : économie d’énergie, notamment par le recours massif à l’éclairage fluoresc ent basse consommation ; maîtrise de la puissance appelée, par exemple à travers une segmentation adaptée des calibres de puissance pouvant descendre jusqu’à 25 W par abonné (2 points lumineux) ; lissage de la courbe de puissance par une répartition étalée des appels de puissance, notamment pour les usages communautaires (pompage, moulin à mil, etc.) ; correction du facteur de puissance.
ème

3.1

MARGE

Version définitive finale

page 30

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

3.2
3.2.1

Etude d’exécution des lignes MT
Détermination du tracé
Le tracé de principe de la ligne est déterminé en fonction des postes existants ou futurs à y raccorder et en tenant compte des diverses servitudes imposées par les différentes administrations d’Etat. En outre, il tient également compte des suggestions afférentes aux installations privées telles que lotissements, usines, dépôts existants et projetés pour autant qu’elles ont pu être détectées au cours de la reconnaissance du tracé. Le tracé du principe est fai t sur la base du plan d’état des lieux (plan itie néraire) au 1/5000 fourni par l’OSER. Ce plan doit faire ressortir les obstacles intéressant le projet sur une bande de 200 m.

3.2.1.1

Balisage provisoire Le projet de tracé sera établi en conformité avec les prescriptions et règlements en vigueur imposés par les différentes administrations d’Etat. Il doit tenir compte des directives ci-dessous afin de respecter dans la mesure du possible les différentes contraintes imposées par l’environnement : réaliser des alignements aussi longs que possible, étudier la position des angles, en particulier, sur des points culminants ou à proximité des traversées de routes, de voies ferrées, de lignes électriques, de façon à éviter des traversées en pleine portée, indiquer les croisements avec les conduites d’alimentation générale en eau, les oléoducs ou g azoducs, les câbles téléphoniques aériens ou souterrains.

3.2.1.2

Balisage définitif Après accord de l’AER sur l’étude détaillée du tracé, il sera procédé au balisage définitif, au rele vé du profil en long et de la bande planimétrique correspondante. Le tracé doit passer par les points (sommets) du balisage définitif. Pour cela, le géomètre devra prendre toutes les dispositions afin de rattacher son levé à des points de triangulation ou de polygonation existants. Les sommets du tracé seront alors calculés en coordonnées MTU. Le nivellement sera rattaché au nivellement IGN. L’implantation du tracé (matérialisation du profil en long) se fait à l’aide de piquets en fer cimentés de type « A » (0,10 x 0,10 x 0,20 m) au nombre de vingt (20) au moins au km et sont munis d’un n uméro repère ou de borne kilométrique de type « B » au nombre de une (1) borne par kilomètre (borne de 0,15 x 0,15 x 0,35 m de profondeur). Ces piquets dont la tête est peinte en rouge doivent être très solidement implantés de façon à éviter leur disparition ou leur enlèvement. Les routes, rues, et pistes seront encadrées par deux piquets enfoncés presque au ras du sol. Au passage (traversée) des routes goudronnées, il sera fait une marque à la peinture blanche sur une longueur de 1,00 m de part et d’autre du bord de la chaussée avec les numéros des piquets de tr aversée. Les angles (sommets) seront matérialisés systématiquement sur le terrain par des bornes en béton de type « B » munies de plaque ou d’écriteau portant le numéro du sommet ; ces bornes devront être conformes au modèle joint au dossier d’appel d’offres. Les sommets, les bornes kilométriques ainsi qu’au moins quatre (4) piquets d’alignement au kil omètre sur les alignements seront repérés par rapport à des obstacles fixes.

MARGE

Version définitive finale

page 31

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Les piquets repérés sont répartis d’une façon telle que de chacun d’eux, il soit possible d’apercevoir le jalon posé sur le piquet repéré suivant. Les croquis de repérage des piquets ou bornes sont reportés sur le carnet de repérage. Les bornes d’angles, les bornes kilométriques d’alignement et les piquets d’alignement sont repérés dans l’ordre chronologique. Les layons ne sont effectués que sur le tracé définitif, après en avoir averti le propriétaire ou le Service des Eaux et Forêts dans le cas de forêts classées. 3.2.1.3 Profil en long Il définit la configuration du terrain existant sous l’emprise de la ligne ; l’axe de celle-ci étant pris comme référence. La bande d’étude à lever est de 40 mètres (20 m de part et d’autre de l’axe de la ligne). Sur cette bande d’étude, tous les obstacles ou détails pouvant intéresser le projet sont figurés en trait plein. Le relevé du profil en long est effectué avec précision pour toutes les natures de terrain : plat ou accidenté. Les tolérances admises sont les suivantes en centimètres (cm) : En distance : Td = 0,4 . √D En altitude : Tz = 0,2 . √D En alignement : Ta = (D/500)+ 3 (écart entre le piquet considéré et l’alignement réel)( D = di stance en mètre entre le piquet considéré et l’angle de plus proche). D exprimé en mètre (m) représente la longueur de l’alignement considéré. Contrôle du profil en long : Cette opération consiste à rattacher au système de coordonnée MTU (X, Y), Z IGN la polygonale formée par les différents sommets du tracé de la ligne projetée. Ce procédé permet de connaître les écarts en distance, en alignement et en altitude. Ces écarts de fermeture, lorsqu’ils ne dépassent pas les tolérances fixées ci -dessus, prouvent que les mesures de distances et de pentes ne sont pas entachées d’erreurs. La situation de ces repères de triangulation est fournie par l ’Institut Géographique National (IGN). L’entreprise ou le cabinet de géomètre aura à effectuer les cheminements de rattachem ent à ces points et par conséquent à contrôler la longueur des alignements et la valeur des angles mesurés. Lorsque le tracé présente une dénivellation importante plus de 10 % parallèle à l’axe du tracé, il y a lieu de compléter le profil en long par un profil dit contre profil. levé à 5 m de l’axe, si la pente est comprise entre 10 % et 30 % levé à 10 m de l’axe, si la pente est supérieure à 30 %. Les profils de traversée de voies ferrées et voies navigables, doivent faire l’objet de relevés plus d étaillés, afin de pouvoir établir un dossier de traversée à grande échelle pour l’administration intére ssée. Les échelles à adopter pour l’établissement des plans du profil en long sont, sauf indications co ntraires de l’AER : 1 / 2500 pour les distances, 1 / 500 pour les hauteurs.
e e

MARGE

Version définitive finale

page 32

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Le profil en long représente en particulier : les angles du tracé exprimés en grades ; les routes et chemins existants et projetés avec leur direction, le PK exact, l’angle de traversée et la désignation administrative ; les voies de chemins de fer et autres voies rigides pour les véhicules guidés avec l’indication du gabarit cinématique, ainsi que leur direction, le PK exact, l’angle de traversée et la désignation administrative ; les lignes électriques traversées existantes ou projetées, leurs tensions, le nombre de fils, l’altitude au sol du fil supérieur et du fil inférieur, au point de croisement et la température a pproximative au moment du levé, l’angle de traversée par rapport à l’axe de la ligne projetée ; les lignes de télécommunications (mêmes renseignements que les lignes électriques) ; pour les traversées de bois, nature des essences, hauteur moyenne actuelle : dans une bande de vingt (20) mètres de part et d’autre de l’axe, tous les obstacles rigides : habitations en dur, tôles, bois ou paille, hangars, réservoirs arbres avec leur hauteur. Dans la partie haute du plan, il y a lieu d’indiquer la longueur des alignements, le nom des villes ou villages traversés. Au dessous du profil, les renseignements suivants : plan de comparaison, altitude du terrain naturel (TN), distances entre piquets, numéro des piquets, distances cumulées des piquets avec l’indication de PK. Deux lignes en blanc pour : le report ultérieur des distances entre supports, le report ultérieur du numéro des supports. Enfin, en dessous des renseignements précités, il faut représenter le levé planimétrique du terrain sur une bande de 40 m de large (20 m de part et d’autre de l’axe de la ligne projetée). Sur cette bande, sont indiquées les limites visibles de cultures, la nature du terrain traversé (friches, cultures maraîchères, rizières, palmeraies, jardins, bois, taillis, etc., ainsi que les zones marécageuses ou inondables. Les lignes d’énergie électrique avec leur tension de service, les ligne s PTT et les canalisations souterraines. En outre, seront reportés les constructions, les mouvements de terrains importants situés en dehors de l’axe de la ligne. Dans les parties où la ligne projetée emprunte un couloir préalablement défini par les services de Concessionnaire de Service Public dans lequel se trouve déjà une ligne de tension identique, le tracé de celle-ci devra être reporté sur une bande planimétrique avec l’emplacement des supports exi stants. Si des contre profils ont été levés, ceux-ci seront reportés sur la bande planimétrique suivant leurs positions respectives avec l’indication de la distance par rapport à l’axe de la ligne.

MARGE

Version définitive finale

page 33

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Lorsque le tracé projeté surplombe un domaine appartenant à une administration d’Etat, il sera ét abli un plan à une plus grande échelle en concordance avec le profil en long. Les échelles adoptées dans ce cas sont les suivantes : Longueur : 1/1000 , Hauteur : 1/500 . La bande planimétrique sera également reproduite avec l’indication du P.K. exact. Traversées de forêts classées : si le tracé projeté traverse une forêt classée ou un périmètre de reboisement, la zone d’abattage (7,5 m de part et d’autre de l’axe de la ligne) sera délimitée sur la bande planimétrique. Elle sera matérialisée sur le terrain par un marquage à la peinture rouge des arbres à abattre.
e e

3.2.2
3.2.2.1

Etudes électromécaniques
Dossier technique Avant de réaliser l’implantation des supports sur le profil en long, l’OSER fournira à l’AER pour approbation les données et documents suivants : caractéristiques techniques des conducteurs ; hypothèses de calcul des tensions et flèches des conducteurs ; tableaux de calcul des tensions et flèches des conducteurs pour les différentes hypothèses ; paramètre de réglage des conducteurs à 65 °C ; caractéristiques techniques des différents types de supports (y compris armements) incluant : portées vent, poids, maximum, angle de déflexion maximum de la ligne supporté par le support ; caractéristiques techniques et calculs de dimensionnement des différents types de fondations retenus pour les différents types de supports (ainsi que les résultats des essais de sol effectués) ; caractéristiques techniques et dimensionnement de l’isolement des lignes ; caractéristiques techniques des accessoires de lignes.

3.2.2.2

Répartition des supports La répartition des supports sur le profil en long sera conduite de manière à trouver la solution la plus économique possible. La portée maximale des supports de suspension sera judicieusement utilisée pour épargner les implantations. Cette répartition sera réalisée en respectant les contraintes et règles suivantes : respect des portées maximales des différents types de supports ; distance minimales entre les conducteurs et le terrain en distinguant terrain cultivé, plantations, etc. ; distance minimales entre les conducteurs et les voies de circulation, routes, etc. ; distance verticale de croisement entre les conducteurs de la ligne et ceux d’autres lignes croisées ; distances minimales entre les conducteurs et les bâtiments surplombés ; respect des distances entre les conducteurs de lignes et les bâtiments, compte tenu de l’inclinaison maximale des conducteurs sous l’action du vent.

MARGE

Version définitive finale

page 34

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Il appartient à l’OSER de se conformer aux normes et règles en vigueur au Cameroun en ce qui concerne ces distances de sécurité. 3.2.2.3 Carnet de piquetage provisoire L’OSER établira le carnet de piquetage qui rassemble dans un document unique tous les éléments nécessaires à la construction de la ligne. Les indications que comporte ce document sont en général les suivantes : numéros des supports avec indications de repérage ; portée horizontale entre les supports, porté vent, poids, angle de déflexion de la ligne, dénivellation ; type de support, armement, etc. ; type de fondation, de mise à la terre ; type de chaîne ; type de pince, protection du conducteur par brins préformés ; étriers d’accrochage des chaînes, chapes tourillons, etc. Ce document fournit sans ambiguïté, pour chaque support, la liste de toutes les pièces nécessaires à son équipement.

3.2.3

Documents à remettre à l’AER
L’OSER fournira les documents et dossiers suivants à l’AER : dossier technique des lignes ; rapport de balisage définitif de chaque ligne précisant les point de départ et d’arrivée ainsi que les points d’angles intermédiaires : le rapport de balisage contiendra les coordonnées géographiques de ces différents points pour une intégration du tracé de la ligne dans le Système d’Information Géographique de l’AER. plan de profil en long de chaque ligne avec répartition des supports et justificatif mécanique de chaque support ; carnet de piquetage provisoire de chaque ligne et bordereau quantitatif du matériel ; tableau de pose des conducteurs.

3.3
3.3.1

Etude d’exécution des réseaux BT
Cartographie des localités
L’OSER établira pour chaque localité à électrifier les plans au 1/2000 les limites des concessions ou des îlots ; la représentation des rues ; les voies et réseaux divers (eau électricité, téléphone) ; le mobilier ou l’équipement rural ; les équipements administratifs.
ème

ou 1/1000

ème

précisant :

MARGE

Version définitive finale

page 35

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

3.3.2

Dossier technique
L’OSER fera son projet de réseau BT de chaque localité en tenant compte des éléments suivants : arrivée de la ligne MT et choix de l’emplacement des postes MT/BT, configuration de la localité et des réseaux de distribution existants. Les calculs électriques permettront le choix des conducteurs et des protections en fonction du courant nominal, de la chute de tension admissible et de la tenue aux courts-circuits. Les accessoires de réseaux, support d’alignement, d’angle, d’étoilement, de fin de ligne et les armements seront dimensionnés à l’aide de calculs mécaniques.

3.3.3

Documents à remettre à l’AER
L’OSER remettra les documents suivants à l’AER : caractéristiques techniques des câbles BT, supports BT, accessoires de câbles, éclairage public, types de raccordements proposés ; plan des localités à l’échelle 1/1.000 ou 1/2.000 ou toute autre échelle agréée par l’AER et précisant : position des parcelles, des rues, des lieux importants (écoles, culte, santé, forage, moulins, etc.) ; lieux d’implantation du ou des postes MT/BT, tracé du réseau BT avec points d’implantation des supports, des points d’éclairage public, mise à la terre du neutre ; caractéristiques techniques des câbles utilisés pour les différents tronçons de lignes BT et justification de la chute de tension maximum en extrémités du réseau BT ; caractéristiques techniques des différents types de raccordement proposés.

Les plans des localités et des réseaux BT seront établis par un procédé permettant une intégration et un positionnement faciles dans le Système d’Information Géographique (SIG) de l’ AER. Ils serviront à la localisation géographique et à la comptabilisation des abonnés. Il est demandé à l’OSER de se rapprocher de l’AER pour connaître les caractéristiques du SIG qu’elle utilise.

3.4

Etudes d’exécution des postes et centrales de production
L’OSER fournira à l’AER les documents suivants : plan d’ensemble et de masse des ouvrages précisant l’emplacement de chaque équipement et caractéristiques techniques de chaque constituant ; caractéristiques électriques des transformateurs précisant notamment les niveaux des pertes à vide et des pertes cuivre. caractéristiques techniques des équipements de protection (disjoncteurs, etc.) et des dispositifs de mesure ; plans de conception de l’armoire BT et caractéristiques techniques des appareils et équipements intégrés ; plan de conception de la mise à la terre des masses.

MARGE

Version définitive finale

page 36

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

4.

TRAVAUX DE MONTAGE DES LIGNES MT

Les principales étapes des travaux à accomplir pour la construction des lignes MT, objet de la présente concession, comprennent, mais ne sont pas nécessairement limitées à : l'exécution des travaux préalables ; le repérage des alignements et le report de l'implantation des supports sur le terrain ; le transport et la manutention de tout le matériel jusqu'à pied d'œuvre ; l'exécution des fondations, y compris, s'il y a lieu les épuisements ; le levage des supports équipés de leurs armements ; l'installation et la pose du matériel d'équipement pour la fixation des câbles conducteurs aux supports ; le déroulage, la jonction, le tirage et réglage des câbles conducteurs, la mise en place des armorrods, bretelles et accessoires ; la mise en place des diverses plaques, la numérotation des supports ; la réalisation des ouvrages spéciaux pour l'exécution des travaux de traversées des voies publiques, lignes électriques, lignes de télécommunication, etc. ; la réalisation de tous les travaux de remaniement qui devraient être effectués même après achèvement de la ligne, pour que l'installation réponde à toutes les prescriptions et règlements en vigueur ; les retouches à la peinture au zinc sur la galvanisation des armements ; la remise en état des pistes et accès en fin de travaux, y compris les ponts ; l'exécution de tous les travaux annexes spécifiés par ailleurs dans les présentes spécifications techniques. L'énumération des principales étapes des travaux ne limite en aucun cas la responsabilité de l’OSER pour l'accomplissement de tous les travaux et la fourniture de l'outillage, main d'œuvre, équipements et matériels exigés par les documents du contrat.

4.1
4.1.1

Travaux préalables
Abattage, débroussaillage et élagage
L’OSER prend à sa charge le dégagement de toutes branches, arbres, et broussailles sur une bande de 8 m de largeur totale dans l'axe de la ligne. Dans cette zone, les arbres seront coupés au ras du sol et il sera possible de faire circuler un véhicule si la pente et la consistance du terrain le permettent. Au-delà de cette tranchée, l’OSER abattra tout arbre de grande hauteur qui dans sa chute risquerait d'atteindre les conducteurs, non compte tenu de leur balancement sous l'action du vent. L’OSER abattra les arbres sur lesquels des personnes sont susceptibles de monter, pour une raison quelconque, et dont les branches maîtresses risqueraient d'approcher les conducteurs de moins de 2,5 m en cas de balancement des conducteurs.

MARGE

Version définitive finale

page 37

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Dans les zones de cultures où la végétation ne risque pas, par sa nature même, de croître au point de venir en contact ou à proximité des conducteurs, les abattages décrits ci-dessus ne seront pas exécutés. L’OSER devra au contraire, dans la mesure du possible, éviter les dégâts sur de telles cultures. L’OSER dégagera, autour du point d'implantation d'un support, une zone de travail de 5x5 m.

4.1.2

Reprises d'alignements
Il appartient à l’OSER d'implanter les supports sur le terrain. Toutefois, après avoir effectué tous les contrôles, les inspections et reconnaissances le long du tracé de la ligne, l’OSER pourra proposer à l’AER ou à son Délégué des modifications éventuelles de certains emplacements de supports, pourvu qu'il en justifie l'opportunité. Pareille modification du point d'implantation n'excèdera en aucun cas 10 m dans une direction et ne sera permise qu'après vérification du respect de la garde au sol et du non dépassement des charges admissibles pour lesquelles le support est calculé. Les modifications éventuelles, acceptées par l’AER ou son Délégué, seront reportées sur les plans et documents. L’OSER procèdera à l'implantation définitive de tous les supports. Chaque support sera implanté et centré avec une limite d'erreur transversale de 15 cm par rapport à l'axe de la ligne et à ± 0,5 % d'erreur sur la longueur de la portée (par rapport au pylône précédent) indiquée dans le plan de profil en long. Les points d'implantation des supports seront matérialisés sur le terrain au moyen de piquets en bois numérotés. Tous les piquets seront maintenus en place jusqu'à ce que l’AER ou son Délégué autorise leur enlèvement. Les supports d'alignement seront localisés au moyen d'un piquet de centre jaune et d'un piquet de direction rouge. Les supports d'angle seront orientés au moyen d'un piquet jaune au centre et de deux piquets rouges indiquant les deux directions de la ligne. L’OSER sera responsable de la localisation correcte des supports sur le terrain et de la longueur définitive des portées dont les valeurs exactes seront reportées dans le carnet de piquetage.

4.1.3

Accès
L’OSER pourra utiliser les accès existants aux chantiers. Il aura à sa charge l'aménagement des pistes, ponts, ouvrages spéciaux nécessaires pour l'approvisionnement du chantier ainsi que l'exécution des travaux de construction. L’OSER aménagera et entretiendra, pendant les travaux de construction, les accès aux supports depuis la route la plus proche suivant un tracé défini par lui et approuvé par l’AER ou son Délégué. L’OSER entretiendra en état carrossable les pistes d'accès nécessaires pour atteindre les supports. Elles devront être en état à la mise en service de la ligne. L’OSER limitera les dégâts dans le couloir de la ligne au minimum compatible avec un avancement normal du chantier. Il veillera à prendre toutes les précautions possibles pour éviter des accidents corporels ou matériels. Les dégâts aux routes, sentiers, ponts, fossés, etc., imputables à l’OSER seront réparés par ses soins et à ses frais.

MARGE

Version définitive finale

page 38

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

4.2
4.2.1

Fondations
Choix des fondations
L’OSER est responsable du type de fondation à réaliser compte tenu du support à implanter et des caractéristiques de sol rencontré au point d’implantation.

4.2.2

Orientation des fouilles
L'implantation des fondations sera réalisée par l’OSER. La vérification de la conformité des emplacements avec le profil en long, la vérification des alignements des fondations restent du domaine de la responsabilité de l’OSER qui devra procéder lui-même aux travaux et repérages nécessaires. Les fondations des supports de suspension, des supports d'ancrage d'alignement et de fin de ligne seront orientées pour que leurs armements soient perpendiculaires à la direction de l'alignement. Les fondations des supports d'ancrage d'angle seront orientées pour que leurs armements soient orientés suivant la bissectrice de l'angle de la ligne. L'alignement du centre de la base d'un support quelconque ne pourra s'écarter de plus de 3 cm de l'alignement théorique.

4.2.3

Exécution des fouilles
L’OSER effectuera les travaux de terrassement nécessaires au type de fondation nécessaire pour le type de support implanté compte tenu du type de sol rencontré. Les excavations des fondations des supports seront réalisées à des dimensions au moins égales à celles des fondations mêmes et seront exécutées de façon à ce que le terrain environnant soit remué le moins possible. Les fonds de fouilles devront être maintenus à l'état de terrain naturel, parfaitement horizontaux, aux niveaux relatifs et d'ensemble corrects. La profondeur des fondations sera mesurée par rapport au point le plus bas de la surface occupée par ces fondations. L’OSER prendra toutes les mesures nécessaires pour éviter l'éboulement des terres entre l'excavation et la coulée de béton. L’OSER devra pouvoir disposer de tous les moyens et engins qui pourraient être requis si des circonstances imprévisibles, telles que venue d'eau ou sable boulant, rendaient impossible l'exécution normale d'une fondation. Si, au cours des diverses opérations relatives à l'exécution des fouilles, il se formait de la boue au fond de la fouille, celle-ci serait enlevée et remplacée par un lit de sable stabilisé, de gravier bien dense ou de béton maigre. L’OSER devra prendre ses dispositions pour laisser le moins longtemps possible les fouilles ouvertes. Il prendra toutes les mesures utiles pour éviter les accidents de jour comme de nuit provenant de fouilles ouvertes laissées sans surveillance.

MARGE

Version définitive finale

page 39

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

4.2.4

Balisage
L'entourage des fouilles par des cordes ou des dispositifs équivalents, l'éclairage de nuit et le gardiennage des fouilles, sondages, tranchées est sous l'entière responsabilité de l’OSER de même que l'établissement des ponts et passages provisoires. L’OSER répondra en conséquence, à ses risques et périls aux réclamations et poursuites qui pourraient être intentées soit par accidents survenus en cas d'insuffisance de protection des fouilles, soit pour toute autre cause. L’AER prendra d'office et aux frais de l’OSER les précautions réglementaires qui lui seraient rappelées par l'administration, et qui ne seraient pas respectées par celui-ci.

4.2.5

Béton
Si le béton est apprêté sur chantier, l’OSER installera une bétonnière, une aire de stockage de matériaux et un procédé de dosage et de mélange des matériaux. Tout mélange manuel est strictement défendu.

4.2.5.1

Composition du béton Le béton sera composé de ciment Portland, d'eau, de sable, et de gravier et, si cela est nécessaire, d'adjuvants accélérateurs de prise. La composition du mélange donnera une plasticité et une travaillabilité au béton en rapport avec les difficultés de mise en place et après sa mise en œuvre, une dureté, une imperméabilité et une résistance conformes aux exigences des calculs des fondations. Le rapport eau-ciment ne dépassera pas 0,60. Il sera tenu compte de la teneur en eau des agrégats pour déterminer la quantité d'eau nécessaire au mélange. La quantité minimum de ciment pour les fondations sans semelles en béton non armé sera d'au moins 270 kg par mètre cube de béton terminé. Le béton pour ces fondations sera de la classe de qualité B15 suivant la norme DIN 1045 ou équivalente et présentera une résistance à la compression après 28 jours qui ne sera pas inférieure à 15 N/mm². La quantité minimum de ciment pour les fondations avec semelles en béton armé et les fondations en béton armé sera d'au moins 350 kg par mètre cube de béton terminé. Le béton pour ces fondations sera de la classe de qualité B25 suivant la norme DIN 1045 ou équivalente et présentera une résistance à la compression après 28 jours qui n'est pas inférieure à 25 N/mm². La proportion de sable et de gravier sera déterminée suivant les dispositions locales pour obtenir la résistance du béton demandé.

4.2.5.2

Matériaux pour béton Ciment Le ciment utilisé sera un ciment PORTLAND artificiel de la classe Z35 suivant la norme allemande DIN 1164 ou équivalente. L’OSER est tenu de commander le ciment à temps et de remettre une copie de la commande à l’AER ou à son Délégué. Il avertira immédiatement ce dernier de l'arrivée au chantier de tout le lot de ciment et en demandera la réception. Dès son arrivée sur le site, le ciment sera entreposé dans un hangar sec et à l'abri des intempéries avec les moyens adéquats pour éviter ou absorber toute humidité. Tout ciment contenant des blocs, détérioré ou jugé inemployable ne sera pas utilisé. La température du ciment au moment de son utilisation ne pourra pas excéder sensiblement la température ambiante.

MARGE

Version définitive finale

page 40

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Si le dosage des ciments n'est pas effectué par balance spéciale, les mélanges doivent être prévus pour sacs ou fûts entier. L’AER ou son Délégué a le droit de peser le contenu des emballages ; la tolérance sur le poids est de 1 %. Sable L’OSER choisira des endroits d'approvisionnement en sable qui devront être approuvés par l’AER ou son Délégué. Le sable sera naturel ou de broyage et les grains n'auront pas de dimensions supérieures à 5 mm. Le sable naturel est constitué de grains secs crissant à la main : il est propre, débarrassé de toute partie de terre et d'autres corps étrangers, et au besoin, passé à la claie. Le pourcentage en poids des matières terreuses et impalpables ne peut dépasser 2 %. Le sable obtenu par concassage ne peut être utilisé s'il présente des éléments dont la plus grande dimension dépasse 1,5 fois la plus petite dimension. Le sable sera stocké de manière à éviter toute intrusion de corps étrangers dans le béton et toute ségrégation ou détérioration. Gravier L’OSER choisira des endroits d'approvisionnement en gravier qui devront être approuvé par l’AER ou son Délégué. Le gravier sera du type naturel ou de concassage de rocher dur, de dimensions comprises entre 5 et 33 mm. Toutefois, pour les dalles dont l'épaisseur est supérieure à 50 cm, des graviers plus gros pourront être utilisés sans que leur dimension supérieure ne puisse excéder 50 mm. Le gravier doit être formé d'éléments bien proportionnés, de qualité dure et lourde. Chaque morceau doit présenter au moins deux faces de brisure. Les pierres plates (plaquettes) ou allongées (aiguilles) sont exclus. Les matériaux sont compacts, anguleux, rendant un son net et sont purgés de toutes matières terreuses ou organiques. L'aire de stockage sera aménagée pour éviter toute souillure des matériaux. Eau de gâchage L'eau de gâchage doit être propre et la teneur en matières nocives, telles que acides, alcalins, sulfates, matières sucrées, matières grasses, matières organiques, doit être limitée compte tenu de la nature du ciment. Elle ne doit pas provenir de terrains marécageux ou bourbeux, ne doit pas contenir plus de 5 grammes d'impuretés en suspension et 20 grammes d'impuretés dissoutes par litre. Les eaux douteuses ou susceptibles de contenir des matières organiques seront soumises obligatoirement à l'analyse chimique aux frais de l’OSER. 4.2.5.3 Vérification de la qualité du béton Au cours des travaux de bétonnage, des essais de contrôle sur cubes seront effectués régulièrement à toute demande de l’AER ou de son Délégué. L’OSER préparera à ses frais et conformément aux prescriptions de l’AER ou de son Délégué des cubes de béton et les fera tester dans un laboratoire approuvé par ce dernier. Les essais seront conformes aux normes DIN 1045 ou équivalentes. Un nombre suffisant de cubes sera fait pour obtenir un échantillonnage des résultats de la résistance du béton chaque jour de coulée. L’AER se réserve le droit de demander une modification de la composition du mélange, si la résistance à l'écrasement est inférieure à la résistance demandée.

MARGE

Version définitive finale

page 41

Cameroun – Fonds d’énergie rurale 4.2.5.4

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Installations de fabrication et prescriptions de mise en place du béton Les installations de fabrication et de mise en place du béton seront soumise à l'approbation de l’AER ou de son Délégué qui pourra obliger l’OSER à améliorer ses installations ou en augmenter la capacité, si la qualité du béton laissait à désirer ou si le rendement de la fabrication était insuffisant. Le béton sera préparé dans une bétonnière à entraînement mécanique dont le type et la capacité auront dû être approuvé ; de plus, de par sa conception, cette bétonnière assurera une répartition uniforme de tous les éléments au sein du mélange. La cuve de la bétonnière déchargera le mélange sans qu'il y ait apparition de ségrégation. Les matériaux constitutifs du béton seront soigneusement mesurés sur la plate-forme de chargement. Le ciment sera mesuré au poids et le sable et les agrégats dans des cuves calibrées qui auront été approuvées par l’AER ou son Délégué. Transport et mise en place Aucun béton ne pourra être mi en place sans la présence de l’AER ou de son Délégué, et ce, seulement après qu'il ait inspecté les fonds de fouille, les coffrages, ainsi que les parties encastrées et éventuellement renforcées. La mise en place du béton sera interdite si l’AER ou son Délégué juge que les conditions pour une mise en place convenable ne sont pas remplies. Seules les méthodes de transport et de mise en place qui éviteront toute ségrégation et toute perte éventuelle de béton seront permises. De plus, les moyens utilisés permettront d'amener à pied d'œuvre un béton de consistance requise. Quoi qu'il en soit, le béton qui aura été transporté sur une distance appréciable sera convenablement mélangé avant son déchargement au point d'utilisation. Le béton sera mis en place avant la première prise du ciment et dans les 30 minutes qui suivent sa préparation, dans le meilleur des cas, le plus rapidement possible. Les hauteurs de bétonnage ne dépasseront jamais 1,50 m, sauf là où l'on aura pris les moyens nécessaires pour éviter toute ségrégation et où cela aura été spécialement autorisé par l’AER ou son Délégué. Traitement et protection du béton Le béton sera traité par application d'un produit de cure adéquat ou en maintenant le béton humide durant une période minimum de 14 jours suivant une méthode approuvée par l’AER ou son Délégué. Le produit de cure aura dû être approuvé par l’AER ou son Délégué et sera mis en place conformément aux prescriptions du fabricant. L’OSER aura, à portée de main et prêt à l'emploi, avant la mise en place du béton, tous les produits et outillages nécessaires à son traitement. Les réparations des imperfections du béton seront effectuées dans les 24 heures qui suivent le décoffrage. Les bavures seront enlevées sur les surfaces visibles du béton. Le béton endommagé ou qui présente des cavités sera enlevé par fragment jusqu'au béton sain et sera remplacé par un mortier de ciment.

MARGE

Version définitive finale

page 42

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

4.2.6

Coffrage
L’OSER fabriquera, assemblera et entretiendra tous les coffrages nécessaires pour maintenir le béton en lui donnant les surfaces et inclinaisons détaillées sur les plans. Si nécessaire, le coffrage sera muni d'une ouverture pour le passage du fil de mise à la terre Les coffrages seront suffisamment résistants, rigides et étanches. Ils devront supporter les charges engendrées par le bétonnage et la vibration et résister sans déformation préjudiciable aux actions extérieures (poussée des terres, etc...).

4.2.6.1

Matériaux L’OSER aura le choix pour les matériaux de coffrage. Les coffrages ordinaires peuvent être en bois, métalliques ou autres matériaux dont l'aspect de surface correspond à celui de coffrage en bois non raboté ou plus lisse. Les bois employés seront de première qualité, sans gros nœuds, ou autres défauts, assemblés par joints en "V" pour surfaces planes. Les coffrages en bois bakélisés, métal, ou matériaux similaires, seront enduits d'une huile minérale, sauf aux endroits où le béton doit recevoir un enduit imperméable. L'huile utilisée ne tâchera pas et ne contiendra ni matières pouvant endommager le béton, ni aucun constituant volatil. Elle devra être entièrement absorbée par les matériaux de coffrages.

4.2.6.2

Mise en œuvre Si l’OSER emploie des coffrages en bois, il doit avoir à pied d'œuvre, en un lieu protégé du soleil et de la pluie, un dépôt suffisant de bois de bonne qualité. Les coffrages sont réalisés de telle façon que les surfaces en contact avec le béton soient lisses et régulières. Tous les coffrages seront nettoyés. Les coffrages en bois doivent être saturés d'eau avant le bétonnage. L'huile en excès sur les surfaces des coffrages ainsi que l'huile répandue sur les armatures sera enlevée soigneusement. Le coffrage sera construit conformément aux dimensions de béton achevé, prévues aux plans. Il se fera avec grand soin, alignement parfait, bien droit en d'aplomb. La tolérance d'implantation sera au maximum de 1 cm. Les coffrages seront construits de façon que leur enlèvement puisse se faire sans choc et que la pose et le réglage des armatures éventuelles puissent s'effectuer facilement. Le coffrage sera suffisamment étanche pour prévenir des fuites de mortier. Les ancrages et les attentes éventuels seront placés dans le coffrage conformément aux plans. L’OSER prévoira des appuis appropriés dans le cas où il n'est pas possible d'obtenir des fondations adéquates pour les étançons.

4.2.7

Armatures
Les armatures seront bien disposées et fixées conformément aux plans de ferraillage. Un soin particulier sera apporté aux ligatures pour que les armatures conservent leur position pendant le bétonnage. Dans le cas de massif armé réalisé avec coffrage, l’OSER vérifiera l'emplacement et la forme de tous les coffrages pour s'assurer qu'on peut y placer l'armature comme il est prescrit. La mise en dépôt d'acier d'armatures se fera sur des appuis solides, éloignés du sol. Les armatures seront brossées avant leur

MARGE

Version définitive finale

page 43

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

emploi et nettoyées avec soin, de manière à les débarrasser de toute trace de terre ou de rouille non solidement adhérente, et surtout des traces d'huile ou de graisse. Toutes les barres seront pliées à froid. L’OSER prendra les précautions nécessaires pour éviter au maximum les dégâts aux aciers d'armature et pour prévenir l'accumulation de toutes les matières pouvant compromettre la bonne adhérence du béton à l'armature. 4.2.7.1 Matériaux L'acier utilisé pour les armatures sera du type BST 420/500 RK, (tension maximum admissible 2400 daN/cm²), conforme à la norme DIN 1045 ou équivalente. Dans un même ouvrage, il ne peut y avoir qu'une seule sorte d'acier, sauf pour les étriers. 4.2.7.2 Mise en œuvre Les raccordements des barres seront exécutés avec un recouvrement suffisant pour obtenir la résistance requise. Les recouvrements des extrémités des barres adjacentes seront au minimum égaux à 40 fois le diamètre de la barre la plus mince. Les assemblages de barres seront fermement ligaturés à chaque intersection au moyen de fils recuits ; les assemblages par soudure sont interdits. Les armatures seront maintenues à l'écart des coffrages ou du sol par des dés ou prismes en mortier préfabriqués à l'exclusion de blochets en bois ou coupures d'acier. Les armatures occuperont exactement les emplacements prévus aux plans et toute précaution sera prise pour qu'elles ne puissent se déplacer pendant la coulée et le serrage du béton.

4.2.8

Décoffrage
L’AER ou son Délégué donnera son accord pour procéder au décoffrage. Le décoffrage pourra être exécuté au plus tôt 7 jours après la coulée du béton. Il sera effectué avec grand soin et de façon à ne pas compromettre la sécurité de la structure et prévenir les dégâts au béton. En aucun cas, on n'enlèvera les étançons avant que le béton n'ait atteint une résistance pour supporter en toute sécurité son propre poids et toute autre charge qui lui est appliquée. Aucun ragréage après décoffrage ne peut être effectué sans l'accord préalable de l’AER ou de son Délégué. Ces ragréages seront effectués à l'aide d'un mortier de ciment. L'aspect du béton après décoffrage doit être impeccable. Les déchets de bois, clous, ligatures, qui resteraient apparents doivent être enlevés par et aux frais de l’OSER.

4.2.9

Travaux de finition
Les réparations des imperfections du béton seront effectuées dans les 24 heures qui suivent le décoffrage. Les bavures seront enlevées sur les surfaces visibles du béton. Le béton endommagé ou qui présente des cavités sera enlevé par fragment jusqu'au béton sain et sera remplacé par un mortier de ciment.

MARGE

Version définitive finale

page 44

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Les dés de fondation dépasseront le niveau moyen du sol d'au moins 20 cm. Chaque dé sera terminé par une pointe de diamant en mortier riche en ciment (cône pour les fondations forées) lissée à la taloche. Cette pointe sera exécutée au plus tôt 2 heures après la fin de la coulée et au plus tard 4 heures après la fin de la coulée de béton. Cette Pointe de diamant présentera des facettes dont la pente sera au moins de 10 % pour faciliter l'écoulement de l'eau. Après lavage et nettoyage, les surfaces hors sol des dés de béton des fondations seront rendues imperméables par application de deux couches d'un enduit au bitume. Ces couche seront étendues à la brosse à partir de 30 cm sous le niveau du sol.

4.2.10 Remblayage
Aucun ouvrage ne pourra être remblayé sans l'autorisation de l’AER ou de son Délégué. Tout blindage en bois et tout autre matériau utilisé pour la construction seront enlevés des fouilles avant le remblayage. Les terres de remblai ne contiendront aucune substance organique ou tout élément putrescible. Les matières telles que bois, déchets organiques, etc, extraits des fouilles et qui ne pourraient être utilisés pour le remblai seront évacuées par les soins et aux frais de l’OSER, et déversées à un endroit approuvé par l’AER ou son Délégué. Les remblais de terre et cailloux seront compactés mécaniquement par couche de 30 cm au plus, et, selon les circonstances, convenablement humectés de façon à remplir tous les vides et à reconstituer le mieux possible la capacité du sol original, nécessaire pour assurer aux fondations la résistance voulue au renversement. Les terres provenant des fouilles de fondations forées seront épandues à l'endroit d'implantation des supports. Pour toutes les fondations, le remblai atteindra un niveau minimum de 15 cm par rapport au niveau du sol situé près des dés des fondations et sera incliné et en pointe pour éviter toute accumulation d'eau éventuelle.

4.2.11 Protections contre les eaux et l'érosion
L’OSER exécutera la protection des ouvrages de la ligne contre les eaux et l'érosion, partout où les conditions locales l'exigent soit du fait de l'état de choses pré-existant, soit du fait des terrassements exécutés pour l'établissement des fondations. Les protections seront réalisées soit en maçonnerie, soit en moellons, soit en terres rapportées avec plantations adéquates, soit par l'exécution de tranchées d'écoulement en amont, soit par combinaisons de ces moyens, suivant les besoins et selon les dispositifs à soumettre à l'approbation de l’AER ou de son Délégué.

4.3
4.3.1

Supports
Transport et manutention des supports métalliques
Les supports métalliques doivent êtres transportés avec soin pour éviter tout dommage aux surfaces galvanisées.

MARGE

Version définitive finale

page 45

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

4.3.2

Transport et manutention des poteaux en béton armé
Les poteaux en béton armé doivent être transportés et manipulés avec soin. Au cours des opérations mettant en jeu le poids propre (transport, mise en dépôt, bordage et levage), le poteau doit être sollicité suivant son sens de plus grande inertie, compte tenu des indications que doit fournir le fabricant : poids, position du centre de gravité et des points d'élingage. Les opérations de manutention doivent être conduites de façon à ne pas faire subir aux poteaux de surcharges dynamiques. Les dispositifs d'élingage seront pourvus de garniture souple garantissant efficacement le béton contre tout risque d'épaufrure. Le quartier est fait avec des barres de bois. Le transport par route est fait au moyen d'une remorque rigide et de longueur suffisante pour éviter des portes-à-faux excessifs. Cette remorque doit être munie d'un dispositif coulissant permettant le réglage suivant la longueur des poteaux transportés. Le châssis est monté sur ressorts. Les essieux sont munis de freins et les roues équipées de pneumatiques. Si le pied des poteaux repose sur la plate-forme du tracteur, celle-ci est munie d'une traverse pivotante évitant la flexion des poteaux dans les virages. Les points d'appui des poteaux, au nombre de 3, se trouvent dans un même plan et présentent une surface suffisante. Les poteaux ne doivent jamais être transportés à plat. La remorque ne doit jamais être attachée au camion par son crochet d'attelage normal si les poteaux portent sur le camion et la remorque. Quand il y a plusieurs couches de poteaux, elles sont séparées par des cales en bois de largeur suffisante, ces cales ayant 10 mm d'épaisseur au minimum et étant toujours placées à l'aplomb des points d'appui des poteaux de la première couche. Le déchargement a lieu par l'intermédiaire de palans, au moyen de potences, monorails ou de portiques amovibles ou par tout autre dispositif mécanique. Le procédé de ripage sur glissières inclinées n'est autorisé que si elles sont complétées par des moyens de retenue mécaniques. Lorsqu'il n'est pas possible d'accéder à pied d' œuvre directement par route, on pourra utiliser des fardiers ou des triqueballes. Les poteaux doivent alors être soulagés et protégés par une poutre de répartition de longueur appropriée. Dans le cas de long parcours, il y a intérêt à transporter simultanément deux ou plusieurs poteaux solidarisés. Dans tous les cas, le traînage sur le sol est formellement proscrit. Les poteaux en dépôt à pied d' œuvre doivent être placés sur champ en deux points au minimum et reposer sur des cales en bois ou tout autre dispositif approprié. Les porte-à-faux ne doivent pas dépasser la longueur indiquée par le fabricant, d'une part pour le transport, d'autre part pour le dépôt à pied d' œuvre.

4.3.3

Levage et implantation des supports
L'implantation et le centrage des supports dans la fouille de fondation seront faits avec tout le soin nécessaire. Il ne sera pas toléré de défauts d'alignement ou de centrage de plus de 5 cm mesurés sur la plus grande face du support. Le défaut de verticalité ne dépassera pas 5 mm/m dans les directions parallèle et perpendiculaire à la ligne pour les supports d'alignement et dans les directions parallèle et perpendiculaire à la bissectrice de l'angle de la ligne pour des supports d'angle. Les supports d'angles et d'arrêts en bout de ligne pourront être implantés sur la verticale avec un "nez" dans le sens opposé à l'effort résultant égal en moyenne à une demi-tête de support. Après réglage des conducteurs, il ne sera pas toléré de défaut de verticalité supérieur à 5 mm/m entre la tête et le pied du support.

MARGE

Version définitive finale

page 46

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

L'ATTRIBUTAIRE devra, avant exécution, soumettre à l’AER ou à son Délégué, pour approbation, le procédé qu'il compte employer pour le levage des supports. Il devra toujours disposer des moyens nécessaires pour évaluer les efforts qui seront imposés aux engins de levage et aux supports, au cours de l'opération Le levage du poteau bois se fera immédiatement après le forage de la fouille avec une tarière de diamètre approprié (30 cm maximum). Chaque poteau en bois est encastré directement dans le sol sur une profondeur égale à sa hauteur totale divisée par 10, avec un minimum de 1,6 m. Le pied est calé dans la fouille à l'aide de pierres sèches. Le compactage du remblai devra se faire avec une barre à mines.

4.3.4

Montage des armements
Les armements seront fixés aux supports avec le plus grand soin et en évitant toute détérioration de la couche de galvanisation. Ils pourront être montés avant le levage des supports. Dans le cas contraire, et pour des supports avec fondations en béton, la fixation de l'armement sur le support ne pourra intervenir qu'au moins 7 jours après le coulage du béton. Pièces endommagées Au cours des manutentions et du montage, l’OSER utilisera les dispositifs de protection pour empêcher tout dommage aux éléments des armements, notamment à la galvanisation des pièces métalliques. Aucun fer plié, tordu ou autrement endommagé ne sera monté. Les pliures et déformations excessives seront cause de rebut. Les pièces dont la galvanisation serait gravement endommagée seront rebutées. Toutes les pièces des armements devront être propres et droites. L’OSER est responsable des dommages qui seraient occasionnés aux pièces jusqu'à la réception provisoire de la ligne. Il sera tenu de réparer ces dommages à ses frais, soit par redressement si l’AER ou son Délégué l'autorise, soit par remplacement des pièces rebutées par des pièces identiques. peinture sur galvanisation Les pièces dont la galvanisation aurait été légèrement endommagée seront retouchées par peinture selon le procédé suivant :

-

nettoyage à la brosse métallique ou au papier abrasif de façon à éliminer absolument toute trace de rouille éventuelle et les pellicules de zinc non adhérentes. Lavage au white-spirit suivi d'un essuyage au chiffon. Le traitement à l'acide phosphorique est proscrit ;

-

application de deux couches successives d'une peinture riche en zinc, à liant phénolique ou styréné à mettre en œuvre selon prescription du fournisseur. Les trous forés ou alésés sur place seront peints comme indiqué ci-dessus, avant montage des pièces. Dans l'éventualité où la galvanisation aurait été fortement endommagée, les pièces devront être re galvanisées.

4.3.5

Montage des chaînes d'isolateurs à capot et tige
Il appartient à l’OSER de constituer les chaînes d'isolateurs et de vérifier le bon verrouillage des goupilles. L’OSER vérifiera également la propreté des isolateurs et le bon état du matériau. Il en effectuera éventuellement le nettoyage. Les isolateurs présentant des défauts seront écartés.

MARGE

Version définitive finale

page 47

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Les accessoires des chaînes seront transportés de manière à les prémunir de tout contact avec le sol. Chaque élément sera nettoyé et contrôlé avant le montage pour écarter tous ceux qui présentent des défauts visibles. L'assemblage sera effectué conformément aux plans et aux recommandations du constructeur. Les boulons seront convenablement serrés, tout cela conformément aux règles de l'art régissant les constructions des lignes aériennes. Il appartient à l’OSER de placer les chaînes de retenue de bretelle s'il opte pour un support et un arment d'ancrage qui nécessite leur utilisation. Les chaînes de suspension seront fixées aux armements de telle sorte que chaque goupille fasse face au fût du support. Les capots d'isolateurs des chaînes d'ancrage seront placés de manière que l'ouverture de l'œillet soit dirigée face au sol pour permettre un bon drainage de l'eau.

4.3.6

Montage des isolateurs support
Les isolateurs supports seront montés sur les armements conformément aux spécifications du fabricant.

4.4

Tirage et réglage des câbles
Les principaux travaux à réaliser lors du tirage et du réglage des câbles sont, sans que cette énumération soit limitative :

-

approvisionnement de l'outillage, dérouleuses, freineuses, treuil, etc. ; transport à pied d'œuvre ; installations de gabarits de protection aux traversées de chemins de fer, routes, etc. ; préparation des tourets, déroulage sous tension mécanique, tirage et réglage des câbles, confection des manchons de raccordement et de réparation ; confection des armor-rods, mise sur pince des conducteurs ; réalisation des bretelles aux équipements d'ancrage des conducteurs ; évacuation des matériaux d'emballage ; remise en état des lieux.

-

4.4.1

Tirage des câbles
La protection des tourets par l’OSER au cours de l'entreposage, des manutentions et des transports sera telle qu'au moment du tirage, les tourets ne présentent pas de détériorations et les câbles aucun dommage. Les bois de protection placés autour des tourets ne seront retirés qu'après la mise en place sur le dévidoir. Les câbles conducteurs seront déroulés suivant la méthode de déroulage sous tension. L’OSER fournira tout l'outillage et les engins nécessaires qui auront dû être approuvés par l’AER ou son Délégué. En aucun cas, les câbles conducteurs ne toucheront le sol.

MARGE

Version définitive finale

page 48

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Les câbles conducteurs seront déroulés avec attention pour éviter toute tension, perte de brins, éraflures, entailles ou tout autre dommage. Durant les opérations de déroulage, l’OSER veillera à éviter toute surcharge aux supports, armements et fondations. Tout dommage occasionné à ces éléments, survenu durant les travaux de déroulage seront réparés par et au frais de l’OSER. Celui-ci prendra toutes les précautions nécessaires pour que les supports, armements, fondations, ne soient pas soumis, durant le déroulage des câbles, à des charges pour lesquelles ils n’ont pas été calculés. Les poulies de déroulage qui seront utilisées ne devront causer aucun dégât aux câbles conducteurs. Les poulies de déroulage seront à faible friction, de préférence à roulement à billes. Elles seront graissées de façon à tourner aisément. Toute poulie que l’AER ou son Délégué jugera non conforme sera enlevée de la ligne et remplacée. Les poulies de déroulage auront un diamètre minimum en fond de gorge de 25 fois le diamètre respectif du câble conducteur. Les poulies seront accrochées aux chaînes d'isolateurs ou à des crochets ou élingues de longueur suffisante pour que les câbles occupent respectivement la hauteur qu'ils occuperont après la mise sur pinces. Les poulies seront disposées de manière telle que les câbles occupent respectivement les hauteurs qu’ils occuperont après la mise sur pince. Les gorges des poulies seront garnies de néoprène ou de caoutchouc. Les poulies seront conçues et utilisées de manière que la force de tirage n'entraîne pas de dommage ou de dépôt de corps étrangers dans la couche de néoprène ou de caoutchouc qui pourraient blesser le câble. Les joints ne passeront pas dans les poulies. Les poulies ayant servi au tirage de câbles en cuivre sont proscrites. Si par suite de mauvaises conditions atmosphériques ou d'une panne d'engin, il s'avère nécessaire de laisser le câble conducteur sur poulie durant les travaux de déroulage, le câble devra être laissé suspendu avec une flèche correspondant au moins à deux fois une flèche normale. Le câble conducteur qui sera resté plus de 72 heures ou durant des vents violents sur poulie sera inspecté pour détecter toute détérioration éventuelle. L’OSER réparera alors chaque conducteur endommagé ou le remplacera. Les travaux de déroulage seront effectués en respectant les règles de sécurité des travaux de montage pour le personnel et le public. Durant les travaux de déroulage, de réglage et de mise sur pinces, tous les câbles conducteurs seront mis à la terre à des endroits approuvés par l’AER ou son Délégué. L’OSER notera les différents points de mise à la terre et, avant de signaler que la ligne peut être mise sous tension, il fournira, à l’AER ou à son Délégué, un document écrit certifiant que toutes les mises à la terre ont été enlevées et que le personnel a été informé de ce qu'il n'y aurait dorénavant plus d'intervention sur la ligne sans une autorisation écrite de l’AER ou de son Délégué. L’OSER fournira et installera toute protection nécessaire aux croisements des lignes électriques et téléphoniques, chemins de fer, routes, autoroutes et obstacles pour leur protection et celle des câbles. Immédiatement après la fin des travaux de déroulage d'une section de ligne, l’OSER démontera et enlèvera tous les portiques de protection.

MARGE

Version définitive finale

page 49

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

L’OSER utilisera un système de communication radio fixe et/ou mobile pour conduire et contrôler les travaux de déroulage. Il se chargera de l'obtention des licences nécessaires auprès des pouvoirs concernés. Sauf si elles sont serrées sur des extrémités de câble à sacrifier, les pinces de tirage seront du type à mâchoires parallèles et à surfaces de contact lisses, sans ondulation. Elles seront de longueur propre à assurer la mise sous tension du câble sans pliage, entaille, ni glissement des brins constituant le câble. Les câbles ne seront pas soulevés au moyen d'outils à faible rayon de courbure ou de nature à causer des blessures ; La courbure de la surface de contact sera au moins égale à celle imposée ci-dessus pour les poulies. Toute portion de câble présentant une blessure quelconque sera éliminée. Les chutes de câble inférieures à 80 m ne seront pas utilisées en ligne. Elles pourront servir à la confection des bretelles.

4.4.2

Confection des manchons de raccordement et de réparation
Lorsque la blessure d'un câble n'affecte pas plus de trois brins, soit qu'ils soient cassés, soit qu'ils soient blessés sur une profondeur supérieure à 1/3 de leur diamètre, on utilisera un manchon de réparation. Là où les dégâts sont plus importants, la section endommagée du câble conducteur sera coupée et les extrémités jointes par un manchon de raccordement. L’OSER respectera les prescriptions fournies par le fabricant pour la réalisation des manchons de raccordement et de réparation. Dans une même portée, il ne sera permis qu'un seul joint. Il n'y aura pas de joint à moins de 10 mètres de la pince la plus proche. Aucun manchon ne sera placé dans une portée croisant une grande route, une rivière importante ou des lignes importantes de télécommunication ou de transport d'énergie électrique. Un inventaire de toutes les jonctions et des jonctions de réparation sera tenu à jour et transmis à l’AER ou à son Délégué.

4.4.3

Réglage de câbles
Le réglage sera fait séparément pour chacun des quantons de pose, délimités par les supports d'ancrage ; des réglages intermédiaires seront nécessaires chaque fois que l'on ne pourra garantir l'uniformité de la composante horizontale de la tension entre toutes les portées du canton, soit à cause des frottements dans les poulies, soit à cause des dénivellations. Les opérations de mise sous tension et réglage seront conduites sous la responsabilité de l’OSER de façon à ne jamais surcharger les supports. Il appartiendra à l’OSER d'haubaner éventuellement certains supports et armements, compte tenu des cas de charge pour lesquels ils sont calculés. La tension sera appliquée aux câbles de façon à ne pas dépasser la tension indiquée au tableau de pose ; celui-ci sera établi en tenant compte de ce que le câble conducteur subira un certain fluage sous l'effet des sollicitations auxquelles il sera soumis après la pose. Les tableaux des tensions et flèches de pose des conducteurs seront établis par l’OSER et soumis à l’AER ou à son Délégué pour approbation. Ils indiqueront la composante horizontale de la tension à réaliser dans les câbles conducteurs ainsi que la flèche maximum en fonction de la portée équivalente et de la température à envisager. La portée équivalente pour chaque canton de réglage sera calculée par l’OSER sur base des portées réelles qu'il aura relevées au préalable. Le réglage des câbles sera basé sur la température ambiante diminuée de X C. Le thermomètre à utiliser pour la mesure des températures sera un thermomètre à mercure, protégé par une gaine d'aluminium avec rainure pour la lecture. La mesure sera faite 1 1/2 heures après la pose du

MARGE

Version définitive finale

page 50

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

thermomètre. Celui-ci sera placé à la hauteur moyenne du conducteur et sa gaine ne devra pas être en contact avec aucun objet. Il sera exposé au même ensoleillement que le conducteur. Au cours de chaque réglage, tous les conducteurs seront traités aussi uniformément que possible, afin qu'ils subissent ultérieurement le même fluage. A cette fin, on veillera notamment à terminer autant que faire ce peut les opérations de réglage le même jour pour tous les conducteurs d'un canton de pose. Après réglage, les câbles seront maintenus tendus dans les poulies pendant au moins 48 heures. Passé ce délai, le réglage sera vérifié et les câbles pourront être fixés sur les chaînes d'isolateurs ou aux isolateurs supports. Dès le réglage terminé, et sauf conditions météorologiques exceptionnelles, les conducteurs seront fixés aux chaînes d'isolateurs suspendues de façon que ces dernières soient verticales. La tolérance sur la flèche de réglage des conducteurs sera de 1,5 %. Par contre, dans une portée déterminée quelconque, les différences entre les flèches des divers conducteurs ne pourront pas dépasser la moitié de la tolérance ci-dessus. Les flèches des conducteurs seront contrôlées au moyen de mesures directes par visée de support à support ou à l'aide du théodolite, sur simple demande de l’AER ou de son Délégué. La flèche des câbles devra être vérifiée dans deux portées au moins par canton de pose, suffisamment écartées l'une de l'autre pour pouvoir apprécier l'uniformité de la tension. Les mesures de flèches ne seront pas basées sur les cotes de niveaux indiquées sur le profil en long, mais bien sur la situation réelle sur le terrain après l'implantation des pylônes. S'il est constaté que la distance d'un câble au sol est inférieure aux distances réglementaires, l’OSER en avisera aussitôt l’AER ou son Délégué et proposera les mesures propres à y remédier.

4.4.4

Mise sur pinces
Les câbles conducteurs seront placés dans les pinces de suspension avec éventuellement des armorods. Ceux-ci seront convenablement centrés dans chaque pince de suspension. Une attention toute particulière sera demandée lors de la mise en place des derniers brins pour éviter tout dommage à la surface des câbles conducteurs. Les pinces de suspension utilisées pour attacher les conducteurs aux chaînes d'isolateurs seront des pinces oscillantes. Pendant le montage des pinces de suspension, les chaînes d'isolateurs seront maintenues verticales. Après la mise sur pince, les chaînes d'isolateurs ne devront présenter aucune inclinaison anormale dans le sens de la ligne. L’AER ou son Délégué se réserve le droit de vérifier la position de ces chaînes ainsi que la valeur correcte de la flèche des conducteurs. Cette vérification aura lieu pour un canton donné, après le réglage des deux cantons adjacents. Les pinces d'ancrage à coincement sont à installer de manière telle que le câble ne se déforme pas en forme de cage, ni que les divers fils, câble, couches, ne soient soumis à une surcontrainte, ou que le câble ne soit endommagé ou déformé d'une manière quelconque. Les bretelles seront réalisées à l'aide de connecteurs bifilaires. L’OSER respectera les prescriptions du fabricant quant à la pose de ces connecteurs. Les conducteurs seront fixés sur les isolateurs rigides à l’aide d’attaches spiralées. Le sens de câblage de l’attache sera le même que celui de la couche extérieure du conducteur équipant les lignes. Il incombe à l’OSER de nettoyer le chantier des emballages et des chutes de câbles.

MARGE

Version définitive finale

page 51

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

4.5
4.5.1

Travaux annexes
Numérotation des supports
La numérotation des supports béton ou métalliques sera faite à la peinture blanche indélébile. Cette peinture présentera des caractéristiques telles qu'elle adhèrera parfaitement au béton et résistera au rayonnement ultra-violet et à la chaleur. L’OSER aura à fournir les preuves de ces qualités. L'application de la peinture se fera par jeux de gabarits comprenant des chiffres de 0 à 9 et des lettres. Les dimensions des chiffres et lettres seront telles qu'ils s'inscriront dans un rectangle de 10 cm de haut sur 5 cm de large. La numérotation des poteaux bois sera réalisée à l'aide de plaquettes clouées à même le poteau. Ces plaquettes présenteront un chiffre noir sur fond blanc. Les dimensions minimum seront 6x3 cm. Elles présenteront des caractéristiques telles que les couleurs résisteront à l'action des UV. La numérotation des supports se fera à une hauteur de 2 m. Elle sera orientée du coté route ou voie carrossable pour qu'elle soit facilement lisible à partir d'un véhicule d'entretien.

4.6

Essais
Il appartient à l’OSER, d'une part d'informer l’AER ou son Délégué de ce que les lignes sont prêtes pour les essais et d'autre part, de conduire ces essais en présence et suivant les instructions de l’AER ou de son Délégué.

4.6.1

Conductibilité de la ligne
Sur les tronçons de lignes complètement montés, l’OSER effectuera des mesures de résistance électrique des câbles conducteurs, afin de vérifier la concordance entre les valeurs de la ligne montée et les valeurs d'essai des conducteurs en usine. La tolérance sera de 5 %.

4.6.2

Isolement de la ligne
Les essais d'isolement de la ligne seront effectués par application pendant 24 heures de la tension nominale de la ligne entre deux phases. Le niveau d'isolement d'une phase sera mesuré avant la mise sous tension. Ces mesures auront lieu en présence d'un représentant de l’AER ou de son Délégué.

4.7

Inspection finale de la ligne
A la fin des travaux et avant la mise en service des ouvrages, l’AER ou son Délégué procédera à une vérification générale de la ligne en présence de l’OSER. Cette vérification portera sur la totalité des travaux (implantation des supports, assemblage des accessoires, remblayage, nettoyage le long de la ligne, etc. Pour cette vérification, l’OSER mettra les moyens nécessaires à la disposition de l’AER. Pendant cette inspection finale, un rapport sera préparé, indiquant tous les contrôles faits sur la parfaite exécution de la ligne, en particulier pour chaque support : type et hauteur du support ; type de fondation mise en place ;

MARGE

Version définitive finale

page 52

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

longueur et état des chaînes d'isolateurs (ou des isolateurs supports) ; plaques de repérage ; état de la galvanisation ; -nettoyage du support et des isolateurs ; exécution et fixation des pinces ; fixation des boulons et écrous ; etc. En outre, pour l'ensemble de la ligne : l'exécution du réglage des câbles et des jonctions ; le parfait état des conducteurs et le respect des distances de sécurité ; la parfaite exécution de la coupe des arbres et des plantes ainsi que la conservation des routes d'accès.

4.8

Mise en service de la ligne
La mise sous tension de la ligne sera effectuée par l’AER.

MARGE

Version définitive finale

page 53

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

5.

TRAVAUX DE REALISATION DE LIAISONS EN CABLES SOUTERRAINS MT
Pose des câbles
Les liaisons par câbles isolés MT sont établies en tranchées, la profondeur de celles-ci étant fixée à quatre vingt (80) cm en bordure des voies et à un (1) m aux traversées des voies. Les tranchées doivent être exécutées dans toutes les règles de l'art et les règlements de voirie en vigueur. Les déblais doivent être placés sur le côté de la fouille de manière à entraver le moins possible la circulation. L'enlèvement de la couverture sera fait avec soin pour permettre la réutilisation des matériaux. Ceux-ci seront rangés sur le côté de la fouille qui n'est pas occupé par les déblais, dans la mesure où il n'y a pas gêne de la circulation. Les fouilles doivent être munies d'entourage de protection constitué par des cordages. Il est interdit, sauf accord préalable, de creuser des galeries souterraines. En principe, la largeur des tranchées pour un seul système de câbles ne doit pas excéder 60 cm, et pour deux systèmes de câbles 1 m. La pose des câbles doit être faite avec le plus grand soin. Les tourets étant placés sur vérins, le tirage est effectué à bras d'homme. Pendant l'opération, les câbles doivent reposer sur des galets de roulement et on doit éviter toute courbure prononcée des câbles ; dans les angles seront utilisés des galets spéciaux à trois bobines. Le rayon de courbure du câble ne doit jamais être inférieur à quinze fois le diamètre du câble. Les câbles monophasés sont placés avec au moins 7 cm d'écart, sur une couche de sable ou de terre tamisée de 20 cm d'épaisseur et disposés de façon à serpenter légèrement dans la tranchée afin de permettre ultérieurement la confection d'une boîte de réparation sans nécessiter que les tronçons du câble ne soient sectionnés. Les câbles sont ensuite recouverts d'une couche de sable ou de terre de 15 cm d'épaisseur. Le remblai est effectué par couches successives soigneusement damées. Au cours du remblai, un grillage métallique est mis en place à 50 cm environ de la surface du sol, sur tout le parcours des câbles. Ce mode de pose suppose un terrain stable ; dans le cas de terrains mouvants ou de terres fraîchement remuées, il y a lieu de prendre d'autres dispositions qui résultent de l'étude de chaque cas d'espèce. Les câbles MT pourront être, à la demande de l’AER, placés en caniveau béton d'un modèle à soumettre à son accord. L’OSER doit mesurer l'isolement des câbles avant la confection des boîtes de jonction et d'extrémité. Le remblayage ne pourra se faire qu'après accord écrit de l’AER ou de son Délégué : pour le fond de fouille, pour le câble reposant sur 10 cm de sable, pour le grillage mis en place. Aux traversées de rues et de routes, aux croisements d'obstacles tels que chemins de fer, canalisation d'eau, égout, gaz ou câbles téléphoniques, les câbles sont placés chacun dans un tuyau en ciment ou en

5.1

MARGE

Version définitive finale

page 54

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

fonte de diamètre minimum 150 mm ; il sera placé une buse supplémentaire à l'occasion de ces travaux, pour le passage de câbles futurs. Lorsqu'il y a plusieurs câbles électriques dans la même tranchée et que la distance de 0,20 m ne peut être respectée, les câbles sont séparés par une rangée de briques jointives posées sur champ, sur le même lit de sable que les câbles ou par des plaquettes en ciment de 10 cm de hauteur et de 3 cm d'épaisseur. Aux traversées de routes, les tuyaux s'étendront avec joints faits sur toute la longueur de la traversée et déborderont de 0,50 m au moins de la limite de la route. Les changements de direction dans le tracé du câble sont repérés par des dés en béton avec indication de la nouvelle orientation. En principe, le câble doit être éloigné de plus de 1m des bords extrêmes des supports des lignes aériennes électriques ou de télécommunications. Dans le cas contraire, il est entouré dans une gaine en planches goudronnées sur une longueur de 1m de part et d'autre des bords extrêmes des supports métalliques ou en béton armé et sur une longueur de 50 cm de part et d'autre des bords extrêmes des poteaux bois. Les descentes de talus se font suivant une ligne brisée avec un angle inférieur à 160 . Si la longueur du talus le justifie, on fait faire au câble une boucle d'au moins 1,50 m de rayon. Le coude de crête est logé dans un encadrement en planches goudronnées sur trois côtés, avec interposition de 15 cm de sable de chaque côté entre planches et câbles. L'entrée des câbles dans les postes se fait par un coude peu prononcé et dans un tuyau en grès, en ciment, ou en fonte à travers la maçonnerie des murs et du sol. Le câble ne doit jamais être pris dans le ciment. Le remblaiement des tranchées sera exécuté par couches horizontales de 20 cm, soigneusement compactées à la dame vibrante. Les terres en excédent provenant des fouilles après damage sont chargées et transportées aux décharges publiques par l’OSER. La réfection provisoire des trottoirs et des chaussées est faite par l'entrepreneur qui doit en assurer l'entretien, conformément aux prescriptions du service de voirie. La réfection définitive sera faite une fois le tassement du terrain jugé suffisant, au plus tôt un mois après la réception provisoire et au plus tard deux mois après. La réfection définitive est à la charge de l'entrepreneur et devra être faite suivant la technique imposée par les services des travaux publics ou de la voirie municipale suivant le cas. Toutes les parties avoisinantes qui ont été détériorées ou affaissées du fait de l'exécution de la tranchée, sont remises en état ; la réparation des caniveaux d'eau doit être particulièrement soignée pour éviter des infiltrations. La remise en état des trottoirs s'entend quelle que soit la nature de la couverture, asphalte, ciment, briques, dalles, carreaux. Si les services intéressés exigent que les réfections soient effectuées par leurs entreprises, l’OSER doit s'entendre directement avec elles. L’OSER assume la responsabilité pleine et entière de tous les dégâts quelconques causés aux canalisations d'eau, gaz, air comprimé, électricité, téléphoniques et télégraphiques, voies de chemin de fer, égouts, regards d'eau et autres ouvrages rencontrés dans les fouilles, lors de l'exécution des sondages, des tranchées ordinaires, pendant le tirage des câbles et, dans la suite, par l'effet des tassements des terrains.

MARGE

Version définitive finale

page 55

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

5.2

Montage des boîtes d'extrémité et de jonction
Les boîtes d'arrêt de câbles et les jonctions éventuelles seront à monter suivant les instructions données par le fournisseur. Il peut être demandé l'exécution de boîtes de jonction chemisées en plomb dans les terrains inondés. A droite des boîtes de jonction, les tranchées sont élargies de façon à ce que les parties extrêmes des différentes boîtes et des câbles soient au moins distantes de 40 cm. Les boîtes de jonction portent une plaque en cuivre gravée donnant le signalement du câble. Les boîtes de jonction sont repérées sur le terrain par des dés en béton teintés en couleur rouge dans la masse. Ces dés auront la forme d'un tronc de pyramide de 30 cm de haut avec une base inférieure de 20x20 cm et une base supérieure de 10 x10 cm. Sur la base supérieure située à environ 2 cm au dessus du niveau du sol, est scellée une plaque indicatrice donnant les caractéristiques du câble et portant le numéro de repérage. Ces dés sont posés, dans la mesure du possible, au-dessus de la boîte de jonction. Dans le cas ou cette disposition est impossible par suite de la présence d'une chaussée ou d'un trottoir, le dé est posé à la limite de la concession. Sur la plaque indicatrice, la direction dans laquelle se trouve la boîte est donnée par une flèche et la distance entre le dé et la boîte précisée.

5.2.1

Essais électriques
Les installations de câbles terminées devront subir un essai de tenue de tension. L’OSER est tenu d'effectuer l'essai selon VDE 0271 ou CEI 55-1 et 55-2.

MARGE

Version définitive finale

page 56

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

6.
6.1

TRAVAUX DE MONTAGE DES LIGNES BT
Implantation des poteaux bois
Les poteaux bois seront implantés conformément au plan de masse établi par l’OSER de manière à respecter la portée maximale admissible et assurer les gardes au sol minimales en vigueur au Cameroun. Les poteaux bois seront implantés sur le domaine public sans qu’ils soient une entrave à la circul ation des véhicules ou à l’accessibilité par véhicules des terrains privés et publics. Si pour une absolue nécessité, un poteau bois doit être implanté sur un terrain privé, l’OSER devra se conformer à la réglementation en vigueur en la matière. Tout dédommagement éventuel est à sa charge. Le levage des poteaux bois se fera normalement immédiatement après la réalisation des fouilles. Si tel n’est pas le cas, l’OSER prendra les mesures de marquage des fouilles nécessaires pour empêcher tout accident de jour comme de nuit. Chaque poteau bois sera encastré directement dans le sol sur une profondeur minimum de 1,6 m. Le pieds sera calé dans la fouille à l’aide de pierres sèches. Le compactage du remblai se fera à l’aide d’une barre à mines. Après réglage du conducteur, il ne sera pas toléré de défaut de verticalité supérieur à 3 (trois) mm par mètre entre la tête et le pied du support.

6.2

Implantation des poteaux béton
Les poteaux béton seront implantés conformément au plan de masse établi par l’OSER de manière à respecter la portée maximale admissible et assurer les gardes au sol minimales en vigueur au Cameroun. Les poteaux bois seront implantés sur le domaine pub lic sans qu’ils soient une entrave à la circulation des véhicules ou à l’accessibilité par véhicules des terrains privés et publics. Si pour une absolue nécessité, un poteau bois doit être implanté sur un terrain privé, l’OSER devra se conformer à la réglementation en vigueur en la matière. Tout dédommagement éventuel est à sa charge. Si les poteaux béton ne sont pas levés immédiatement après la réalisation des fouilles, l’OSER prendra les mesures de marquage des fouilles nécessaires pour empêcher tout accident de jour comme de nuit. Si la fondation d’un support en béton requiert l’utilisation de béton celui -ci respectera les spécifications techniques précisées dans la section consacrée aux montages des lignes MT. Le centrage des supports sera réalisé avec tout le soin nécessaire. Il ne sera pas toléré de défaut de centrage par rapport à la fondation de plus de 5 (cinq) cm, mesuré à partir des arrêtes du support et de la fondation.

MARGE

Version définitive finale

page 57

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

Les supports d’angles et d’arrêts en bout de ligne seront implantés sur la verticale avec un « nez » dans le sens opposé à l’effort résultant, égal en moyenne à une demi-tête de support. Après réglage du conducteur, il ne sera pas toléré de défaut de verticalité supérieur à 3 (trois) mm par mètre entre la tête et le pied du support pour les supports d’alignement et 5 (cinq) mm par mètre pour les autres types de supports.

6.3

Montage des accessoires de lignes BT
Les accessoires de suspension et d’ancrage des conducteurs seront fixés sur les supports à 25 cm du sommet. Dans le cas de supports de suspension permettant la réalisation d’angles faibles, le dispositif de su spension sera placé de telle manière que la tension mécanique résultant de la traction du conducteur tente d’écarter ce dernier du support. L’ancrage sera autant que possible utilisé avantageusement pour effectuer la jonction entre des conducteurs de tourets différents hors tension mécanique. Pour réaliser la connexion électrique, il sera fait usage de manchons de jonction pré-isolés. La dérivation en « T » sera réalisée en combinant le principe de l’alignement pour la ligne principale et l’ancrage pour la ligne en dérivation. Le raccordement électrique sera assuré par des connecteurs bifilaires à perforation d’isolant. Les dérivations doubles seront réalisées par la combinaison de deux alignements sir les dérivations sont alignées ou ne forment qu’un angle faible, soit par un alignement et deux ancrages dans le cas contraire. Dans le cas de deux dérivations en alignement, le raccordement électrique entre les circuits sera assuré par des bretelles de section équivalente à celle de la dérivation. L’arrêt sera effectué à l’aide d’un dispositif d’ancrage. Le faisceau de câbles se terminera par une boucle permettant de réaliser une bretelle de jonction chaque fois qu’une extension future du réseau sera envisageable. L’extrémité des câbles sera rendue étanche par l’utilisation de manchons d’extrémités thermo-rétractables.

6.4

Mise en place des câbles BT
Les spécifications techniques pour la mise en place des câbles MT sont applicables pour la mise en place des câbles BT

6.5

Mise en place des postes MT/BT
Les postes MT/BT seront implantés sur le domaine public sans qu’ils soient une entrave à la circul ation des véhicules ou à l’accessibilité par véhicules des terrains privés et publ ics. Le disjoncteur BT sera fixé au poteau au moyen de ferrures de fixation adaptées à la forme du support. L’OSER confectionnera la plate forme de manœuvre du disjoncteur BT et prendra les dispositions en ce qui concerne le réglage et l’ajustage de la tringlerie de commande du disjoncteur BT. La liaison BT entre le transformateur et les disjoncteurs BT sera réalisée à l’aide d’un câble dont l’extrémité côté transformateur sera protégée contre la pénétration d’humidité au moyen d’un e

MARGE

Version définitive finale

page 58

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

gaine thermo-rétractable. Les cosses utilisées tiendront compte de la nature des matériaux des conducteurs et des plages de raccordement des appareils. L’armoire BT sera fixée au support du poste de manière à ce que la partie inférieure soit située à 1,2 m au dessus du sol.

6.6

Installation des équipements d’éclairage public
Chaque support muni sur le plan de masse du symbole correspondant à un point lumineux sera équipé d’un luminaire d’éclairage public. Selon l’implantation du support, la crosse du luminaire sera orientée pour assurer un éclairement maximal de la voirie. Les luminaires seront connectés au réseau BT par l’intermédiaire de conducteurs isolés de 2,5 mm² et de connecteurs à perforation d’isolant. Lorsque les lampes EP d’un réseau BT sont commandées par des cellules photoélectriques individuelles, celles-ci seront réglées pour assurer un fonctionnement plus ou moins synchrone de toutes les lampes. Le réglage des niveaux d’allumage et d’extinction sera tel qu’il permettra un fonctionnement ad équat de l’éclairage public compte tenu de l’heure moyenne de coucher du soleil. Le réglage sera adapté au service souhaité par la communauté et à sa capacité de payer.

6.7

Mise a la terre du neutre
La mise à la terre du neutre sera exécutée conformément aux spécifications pour chaque poteau portant le repère de mise à la terre comme indiqué sur les plans de masse des réseaux. La résistance des prises de terre sera mesurée systématiquement et les valeurs seront consignées dans un carnet spécialement prévu à cet effet. Pour les prises de terre dont la résistance dépasse 5 , l’OSER prendra les mesures nécessaires pour qu’une amélioration puisse être prise immédiatement.

6.8

Essais
Les essais suivants seront réalisés avant la mise sous tension du réseau BT : mesure de l’isolement des conducteurs de phase et du conducteur EP si existant ; mesure de la tension secondaire à vide du transformateur pour effectuer le choix de la position du régleur hors tension ; vérification du bon réglage de la tringlerie de commande des disjoncteurs BT ; vérification du fonctionnement de l’éclairage public.

MARGE

Version définitive finale

page 59

Cameroun – Fonds d’énergie rurale

Manuel des procédures – Volume 2 Tome 2

7.

INSTALLATION DES SYSTEMES SOLAIRES INDIVIDUELS
Les panneaux photovoltaïques seront installés avec une orientation et une inclinaison optimales pour le mois de l’année présentant l’ensoleillement le plus faible. Autant que faire se peut, le lieu d’installation des panneaux photovoltaïques sera tel que durant l’année, ils ne subiront pas d’ombre durant les 90 minutes après le lever du soleil et avant son co ucher. Les panneaux photovoltaïques seront installés à une hauteur telle qu’ils pourront être accessibles sans moyens spéciaux pour un nettoyage régulier. Si montés sur le toit, le dispositif de fixation assurera un espace minimum de 10 cm entre le toit et la surface inférieure des panneaux. Si montés sur le sol, la structure de fixation et sa fondation devront pouvoir résister à des vents de 120 km/h. Le dispositif de fixation des panneaux sera conçu pour éviter le vol et le vandalisme. Les câbles qui assurent la liaison entre les panneaux et le lieu où sont installés les batteries seront protégés mécaniquement et contre l’humidité. Les batteries seront installées dans un endroit bien ventilé, protégé du soleil, autre qu’une pièce d’habitation de l’abonné.

MARGE

Version définitive finale

page 60