You are on page 1of 9

Édito

« Le peuple de droite »
Il ne faut pas faire trop dire à des élections partielles, le taux d’abstention étant une donnée importante. Mais, le premier tour des élections législatives dans l’Hérault, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne démontre qu’il existe un « peuple de droite ». La crise de l’UMP ne l’a pas, jusqu’à présent, désuni. L’avenir, cependant, dira ce qu’il en est, si la désunion devient structurelle. Mais, au-delà, cette situation rappelle, sinon une loi de la politique française, du moins une constante. Quand la gauche est au pouvoir, l’électorat de droite, passés les premiers moments de désarroi, renforce son opposition, alors que l’électorat de gauche tend plus ou moins à se démobiliser. Car, ce dernier estime avoir produit son effort dans les campagnes précédentes et éprouve des difficultés de l’exercice du pouvoir, qui provoquent interrogations et mécontentements. Souvenons-nous qu’en janvier 1982, le Parti socialiste avait perdu quatre élections partielles, alors que les réformes économiques et sociales battaient leur plein. Dans la conjoncture, beaucoup plus difficile qui est la nôtre actuellement, nous ne pouvons pas être surpris. Ce qu’il revient de faire, nous le savons aussi, 29 novembre 2012 – n° 10
Lettre éditée par la cellule Veille et Riposte du Parti socialiste

tendre tous nos efforts pour obtenir des résultats, tout particulièrement pour l’emploi, savoir donner une cohérence à la politique menée et l’expliquer, répondre fortement et précisément aux critiques et aux attaques de la droite. C’est évidemment plus facile à écrire qu’à faire. Mais, c’est le chemin, et pour cela il faut qu’il y ait une volonté. Alain BERGOUNIOUX
NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE 1

1 2

Droite  (anti)  sociale  :  la  motion   «  au  bon  beurre  »  
L’appellation  «  Droite  sociale  »  ne  doit  pas   tromper  Elle  n’a  de  sociale  que  le  nom.   Mais,  son  approche  est  également   inquiétante.  Elle  est  conduite  par  une   volonté  de  stigmatisation  et  de   culpabilisation  sociales  et  un  paternalisme   conservateur.     À  elles  seules,  les  deux  motions  jumelles  -­‐   Droite  forte  et  Droite  sociale  -­‐  recueillent   près  de  50  %  des  suffrages.  Loin  devant   Les  Gaullistes,  La  Droite  populaire  et  la   Boîte  à  idées  qui  remportent   respectivement  12,31  %,  10,87  %  et   9,19  %  des  voix.     fragiles,  rendus  responsables  de  leurs   propres  difficultés.  Coupables  d’être   pauvres,  de  se  retrouver  au  chômage,  de   se  soigner  et  de  se  loger  aux  frais  du   contribuable…  Et,  surtout,  d’être  à  la   remorque  des  classes  moyennes,  priées   de  mettre  la  main  à  la  poche  et  de  faire   amende  honorable  !   Touchées  de  plein  fouet  par  la  crise,   celles-­‐ci  paient  pourtant  au  prix  fort  les   conséquences  d’une  politique   néoconservatrice,  dont  les  effets  ont  été   désastreux,  à  tout  point  de  vue,  pour   notre  économie.  Après  cinq  années  de   sarkozysme  et  dix  années  de  gestion  du   pays  par  la  droite,  la  dette  s’est  accrue  de   900  milliards  d’euros  en  une  décennie,   pendant  que  le  chômage  connaissait  une   hausse  de  plus  d’un  million  de   personnes  entre  2007  et  2012,  que  la   pauvreté  explosait  -­‐  8,5  millions   d’hommes  et  de  femmes  sous  le  seuil  de   pauvreté  -­‐,  q ue  l’échec  scolaire  amplifiait   sans  fournir  la  moindre  alternative  aux   principaux  intéressés,  que  la  formation   professionnelle  se  révélait   malheureusement  inefficace  et  que  le   marché  du  travail  s’enfonçait  dans  la   précarité.      

Cette  motion  reprend   l’antienne  des  minorités   silencieuses  qui  souffrent,   en  opposition  aux  assistés   sociaux,  assimilés  à  des   profiteurs  du  système.  

  Culpabilisation.  Ce  texte,  censé  porter   une  ambition  sociale,  ne  nécessite  guère   de  travail  fouillé  en  terme  d’analyse,  tant  il   est  court  -­‐  très  court,  m ême  :  pas  plus   d’une  page  et  demie…   Il  reprend  l’antienne  des  «  minorités   silencieuses  »  qui  souffrent,  en  opposition   aux  «  assistés  sociaux  »,  assimilés  à  des   profiteurs  du  système.  Lequel  ne  leur   confèrerait  que  des  droits,  sans  la  moindre   contrepartie,  en  retour  !  Cette   argumentation,  maintes  fois  répétée,  au   cours  de  la  dernière  décennie  -­‐   particulièrement  sous  le  mandat  de   Nicolas  Sarkozy  -­‐,  tend  une  nouvelle  fois  à   stigmatiser  les  différentes  franges  de  la   population,  en  ciblant,  prioritairement,  les   catégories  les  plus  modestes.  Peu  de   choses,  en  revanche,  sur  les  classes  les   plus  aisées,  choyées  et  cajolées,  cinq   années  durant.  Au  final,  cette  tirade  n’a   d’autre  objectif  que  de  culpabiliser  les  plus  

L’accès  à  l’emploi  comme   critère  d’attribution  aux   logements  sociaux  ?  C’est   le  principe  bien  connu  de   la  double  peine  que   Wauquiez  et  ses  amis   appliquent  à  la  lettre.  
  Stigmatisation.  Supprimer  les  effets  de   seuil.  Soit,  mais  comment  ?  Aucun  projet   digne  de  ce  nom  n’est  proposé  pour   remédier  à  cette  difficulté.  Défiscaliser  à   nouveau  les  heures  supplémentaires  ?   Encore  faut-­‐il  rappeler  le  coût  

NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE

2

4 3

particulièrement  élevé  de  cette   mesure  :  4,5  m illiards  d’euros  par  an  !   Pour  quel  résultat  ?  Un  nombre   toujours  plus  élevé  de  chômeurs,  un   gain  de  pouvoir  d’achat  à  somme  nulle   -­‐  6  m illions  de  personnes  percevant   750  euros  ou  parfois  moins  -­‐,  et  le   minimum  pour  ceux  qui  sont  en   mesure  de  «  travailler  plus  »,  au  gré   des  besoins  du  chef  d’entreprise,  et   non  du  salarié,  comme  le  prétendent   Laurent  Wauquiez  et  ses  amis.   Favoriser  l’intéressement  et  la   participation  pour  partager  les  fruits   de  la  croissance  ?  Soit,  mais  gare  à  la   tentation  d’une  rémunération  déguisée   et  défiscalisée  pour  le  patron,  et  qui   n’apporte  pas  sa  contribution  à  l’effort   national.  Encore  faut-­‐il,  donc,  que  cette   proposition  ne  tourne  pas  au  marché   de  dupes.  Avec,  pour  conséquence,   l’effondrement  des  recettes  et  de  la   protection  sociale  solidaire.   L’accès  à  l’emploi  comme  critère   d’attribution  aux  logements  sociaux  ?   C’est  le  principe  bien  connu  de  la   double  peine  que  W auquiez  et  ses   amis  appliquent  à  la  lettre.  Déjà  fautif   de  ne  pas  travailler,  l’inactif  est  prié  de   déguerpir  et  de  trouver  un  lieu   d’accueil  où  bon  lui  semble…  Avec  la   Droite  sociale,  comme  avec  la  Droite   forte,  l’exclusion  bat  son  plein  !   Second  volet,  et  non  des  moindres,  le   «  cancer  de  l’assistanat  »  !  La  chasse  est   lancée  !      

Déjà  fautif  de  ne  pas   travailler,  l’inactif  est   prié  de  déguerpir  et  de   trouver  un  lieu  d’accueil   où  bon  lui  semble…  Avec   la  Droite  sociale,  comme   avec  la  Droite  forte,   l’exclusion  bat  son   plein  !  
  Plus  de  devoirs,  moins  de  droits  !   Pas  de  pitié  pour  les  chômeurs  et  les   exclus  du  système  !  On  saisit  aisément   le  but  de  la  manœuvre  :  discréditer  

celles  et  ceux  qui  perçoivent  des   allocations  et  pointer  du  doigt  tout   individu  percevant  indument  des  aides   sociales.  Quant  aux  salariés,  ils  ont  tout   lieu  de  s’estimer  heureux  de  posséder  un   emploi  et  de  percevoir  une   rémunération.       Propositions  insidieuses.  Travailler,  en   contrepartie  du  RSA  :  c’est  bien  sous  le   mandat  de  Sarkozy  que  l’idée  a  été   fabriquée  de  toute  pièce  !  Encore  aurait-­‐ il  fallu  mettre  en  place  les  structures  et   personnels  propres  à  accompagner  une   mesure  qui,  pour  discutable  qu’elle  soit,   n’en  aurait  pas  moins  nécessité  un   minimum  d’encadrement.  Au  diable,  les   détails  !  Les  impétrants  peuvent  bien  se   débrouiller  seuls  et  se  mettre  en  quête   d’un  travail.   La  motion  suggère,  par  ailleurs  -­‐  sans   pour  autant  formuler  la  moindre   proposition  -­‐,  de  combattre  les  fraudes   fiscales  et  sociales  (+  de  50  milliards   d’euros  par  an).  Ce,  en  visant   implicitement  les  étrangers  qui  se   trouvent  en  situation  régulière  ou   irrégulière.  Rien,  en  revanche,  sur  la   fraude  fiscale  et  aux  organismes  sociaux   dont  se  rendent  responsables  un   parterre  d’entrepreneurs  peu   scrupuleux,  heureusement  peu   nombreux,  au  même  titre  que  les   présumés  fraudeurs  «  sociaux  ».   Lutter  contre  l’exil  fiscal  ?  Certes,  mais   on  est  en  droit  de  s’interroger  sur   l’étendue  des  projets  gouvernementaux,   en  la  matière,  entre  2002  et  2012,  et   l’action  m enée  par  Fillon.   Financer  le  permis  de  conduire  des   jeunes,  en  contrepartie  d’un  service   social  ?  Une  bonne  idée,  certes,  mise  en   place  de  longue  date  par  plusieurs   Conseils  généraux,  pour  permettre  aux   bénéficiaires  de  se  déplacer  à  moindre   frais  pour  trouver  un  emploi.     L’assurance-­‐chômage,  en  contrepartie   d’une  formation  ?  Mais,  alors,  pourquoi   éliminer  le  projet  de  Sécurité  sociale   professionnelle  ou  feindre  de  l’oublier   en  route  ?  Retour,  donc,  à  la  case   antisociale  !     Reste  la  crise  du  système  financier  qui   vaut  à  la  Droite  sociale  de  remettre  au   goût  du  jour  les  recettes  du  XIXe  siècle  !   Le  tout,  au  prix  d’une  analyse  à  

NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE

3

6 5

l’emporte-­‐pièce  qui  tourne  le  dos  aux   mutations  économique  du  XXIe  siècle.   Depuis,  la  mondialisation  est  passée   par  là  et  on  ne  peut  se  contenter  de   regarder  indéfiniment  les  avions   passer.  L’un  des  maux  qui  affecte  notre   société  est  la  financiarisation  de   l’économie.  Les  profits  à  court  terme   mettent  en  péril  le  tissu  industriel  et   l’appareil  productif.  Il  fragilise  tout   autant  le  secteur  tertiaire,  soumis  au   sacro-­‐saint  principe  de  rentabilité   immédiate.      

Les  entreprises  du  CAC   40,  suspectées  de   s’enrichir  sur  le  dos  des   salariés  ?  C’est  pourtant   bien  sous  la  droite  que   l’impôt  dégressif  a  été   réhabilité,  au  mépris  de   l’Égalité  des  droits  de   l’homme  et  du  citoyen.  

  Les  entreprises  du  CAC  40,  suspectées   de  s’enrichir  sur  le  dos  des  salariés  ?   C’est  pourtant  bien  sous  la  droite  que   l’impôt  dégressif  a  été  réhabilité,  au   mépris  de  l’Égalité  des  droits  de   l’homme  et  du  citoyen.  Plus  il  y  a  de   profits,  moins  on  paye  d’impôts  !  N’est-­‐ il  pas  aberrant  de  constater  que  ces   mêmes  groupes  participent   marginalement  à  l’effort  de  solidarité,   en  comparaison  du  travail  fourni  par   les  PME/PMI,  dans  un  rapport  de  1  à   5  !  En  laissant  le  MEDEF  piloter  la   politique  économique  et  fiscale,  il  ne   fallait  guère,  il  est  vrai,  s’attendre  à  ce   que  la  justice  soit  au  rendez-­‐vous  !  Au   final,  75  millions  d’euros  de  niches   fiscales.       Arrière,  toute  !  En  finir,  une  bonne   fois  pour  toute,  avec  les  35  heures  !  En   dix  ans,  la  droite  n’a  pas  trouvé  le   temps  de  mettre  ses  menaces  à   exécution.  Ce  qui  n’empêche  pas  les   tenants  de  la  Droite  sociale  d’appeler   nos  gouvernants  au  respect  du  droit   européen,  sans  la  moindre  explication  

supplémentaire.  À  croire  que  la   difficulté  est  trop  grande  pour   dénicher  un  angle  d’attaque   susceptible  de  remettre  en  cause  cette   avancée  sociale,  au-­‐delà  du  discours.   Endiguer  le  harcèlement  normatif  ?  La   plus  grande  difficulté  pour  les   PME/PMI,  c’est  bien  la  disparité  fiscale   qui  les  démarque  des  grands  groupes.   Si  des  normes  et  des  règles  sont   définies,  ce  n’est  pas  pour  nuire  à  leurs   intérêts  réciproques.  Elles  n’ont  pour   autre  objet  que  de  sécuriser  les   parcours  professionnels,  les  processus   industriels,  en  limitant  les  nuisances,   ou  bien  encore  de  protéger   l’environnement  et  les   consommateurs.  Trop  d’abus  ont  été   commis  et  il  paraît  urgent  de  les   encadrer.  Loin  des  préconisations   hasardeuses  de  Laurent  W auquiez  et   de  ses  colistiers.     Favoriser  l’accès  au  crédit  pour  les   PME  ?  C’est  précisément  ce  que   François  Hollande  vient  de  faire,  via  la   création  de  la  BPI.  Il  fallait  une  réponse   forte  à  la  crise  financière  que  la  droite   n’a  pas  su  endiguer.  Et  non  en   renflouant  les  caisses  des  banques,   sans  engagement  en  retour  et  sans  le   moindre  souci  du  «  gagnant-­‐gagnant  »,   en  reproduisant  ainsi  les   comportements  d’avant  crise.     Miser  sur  l’apprentissage  ?  Cette   stratégie  peut  s’avérer  payante  dans   certains  secteurs  d’activités,  en   veillant  à  ne  pas  créer  des  sous-­‐ emplois  et  des  salariés  «  kleenex  »,   comme  ce  fut  trop  souvent  le  cas   depuis  2002.  Un  pays  développé  a   besoin  d’être  sans  cesse  à  un  niveau  de   formation  élevé.    

Faire  le  choix  de  la   préférence   communautaire  ?  C’est   devenu  une  obsession  au   sein  de  l’UMP  !  
  Conclusion.  En  lisant  cette  motion,   prétendument  centrée  sur  la  justice   sociale,  on  est  en  droit  de  s’interroger.   Comment  peut-­‐on  se  prévaloir  de  la   justice,  dès  lors  que  l’on  ne  juge  

NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE

4

7 8

positivement  qu’une  tranche  de  la   population,  en  stigmatisant  l’autre   partie,  la  plus  modeste,  qui  est  aussi  la   plus  nombreuse  ?  Comment  peut-­‐on  se   prévaloir  d’une  éthique  sociale  et   morale,  lorsqu’on  s’attache  sans  cesse   à  rogner  les  droits  individuels  et   collectifs  ?  Après  avoir  dirigé  la  France   pendant  une  décennie,  la  droite   s’abandonne  au  dogme  ultralibéral,   s’enferre  dans  ses  certitudes  qui  ont   mené  la  France  au  résultat  calamiteux   distingué  par  le  rapport  Gallois.  La   droite  reste  obstinément  dans  le  déni.   Il  serait  utile  que  l’UMP  assume   pleinement  ses  responsabilités,  en   revenant  sur  les  causes  de  sa  double   défaite  du  printemps  dernier  et  en   proposant  un  vrai  projet  pour  la   France.  Et  non  un  patchwork  d’idées   incohérentes,  contradictoires,  voire   simplistes  et  dangereuses  pour  notre   avenir.      

aurent-­‐wauquiez-­‐arretons-­‐traiter-­‐ classes-­‐moyennes-­‐cochons-­‐ payeurs-­‐livre-­‐lutte-­‐225216.html)

Il  serait  utile  que  l’UMP   assume  pleinement  ses   responsabilités,  en   revenant  sur  les  causes   de  sa  double  défaite  du   printemps  dernier  et  en   proposant  un  vrai  projet   pour  la  France.    
  C’est  pourtant  ce  que  font,  aujourd’hui,   les  amis  de  Laurent  W auquiez.  «  J’ai  36   ans,  je  n’ai  pas  à  assumer  le  bilan  des   trente  dernières  années.  M ais  vous  avez   raison,  il  y  a  une  responsabilité   collective  de  la  gauche  et  la  droite,   assume-­‐t-­‐il  crânement.  C’est  pour  cette   raison  que  ce  livre  dit  «  ça   suffit  !  »(ndlr  :  La  lutte  des  classes   moyennes,  Odile  Jacob,  2012).  Les   classes  moyennes  devraient  être  au   cœur  de  la  société,  mais  au  final  elles  ne   sont  que  des  «  cochons  payeurs  »  :  on  ne   pense  à  elles  que  pour  payer.  »  Ces   mêmes  classes  moyennes  méritent   mieux  que  ces  proclamations  de   comptoir.     (http://www.atlantico.fr/decryptage/l
NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE 5

1 2

DÉCRYPTAGE & DÉBATS

« La  droite  s’emploie  à  capter  les  logiques   identitaires  et  culturelles,  en  réponse  à  la   mondialisation  et  à  la  menace  musulmane » Gaël Brustier est politologue et coauteur,
avec Jean-Philippe Huelin, de Voyage au bout de la droite (Éditions Mille et une nuits, 2011). Il se livre, pour nous, à une analyse sans complaisance d’une droite en recomposition permanente. Dans et en-dehors de nos frontières.

L’élection  de  Jean-­François  Copé  à  la   présidence  de  l’UMP  n’est-­elle  pas  le   signe  tangible  d’une  mutation  de  la   droite  française  ?   Oui.  La  ligne  Copé  est  stratégique,  pour   l’essentiel.  Il  assume  parfaitement  la   mutation  de  la  droite,  en  prenant  appui,   notamment,  sur  la  posture  adoptée  par   Nicolas  Sarkozy  dans  l’entre-­‐deux  tours   de  l’élection  présidentielle.  Cette  réalité   est  accouplée  au  score  enregistré  par  la   droite  «  forte  »,  à  l’occasion  du  vote   interne  de  l’UMP,  dans  les  pas  de  P atrick   Buisson.     Au-­‐delà  de  ce  constat,  les  différences   idéologiques  entre  Copé  et  Fillon  restent   faibles.  Rien  ne  les  sépare,   fondamentalement.  Et  ce,  m ême  si  deux   sociologies  cohabitent  :  d’un  côté,   l’option  dure,  choisie  par  Copé,  dans  la   lignée  de  Patrick  Buisson  ;  de  l’autre,  une   forme  d’hésitation  volontaire  dans   laquelle  Fillon  se  complaît.  Nous   sommes  donc  dans  la  nuance,  même  si  la   réalité  est  tout  autre.       Ne  convient-­il,  malgré  tout,  pas  de   regarder  le  pays  dans  sa  dimension   réelle  ?    

Absolument.  On  ne  vote  pas  de  la  même   manière  selon  qu’on  se  situe  dans  le  Sud,  le   Nord,  l’Est  ou  l’Ouest.  Dans  les  zones   périurbaines  ou  en  m ilieu  rural.  Il  est  ainsi   probable  que  l’on  s’oriente  vers  des  ententes   politiques  entre  l’UMP  et  le  FN,  dans  le  Sud-­‐ Est.  Cette  tendance  sera  d’autant  plus  palpable   que  l’appareil  est  fragilisé  et  l’autorité  des   leaders  du  principal  parti  de  l’opposition   sérieusement  ébranlée  par  la  base  militante.     Cette  entente  sera,  en  revanche,  plus  difficile   dans  le  Nord-­‐Est,  dans  la  mesure  où  l’électorat   ouvrier,  majoritairement  acquis  à  la  cause   frontiste,  est  peu  compatible  avec  l’UMP,  sur  le   fond  et  économiquement.  Dans  l’Ouest,  le  FN,   s’il  progresse,  n’est  pas  en  m esure  d’imposer   des  alliances.  Cette  question  est  donc   circonscrite,  pour  l’essentiel,  au  Sud-­‐Est,  en   ciblant  plus  particulièrement  l’intérieur  du   Var  où  vit  une  population  plus  jeune  et  moins   riche  que  celle  qui  réside  sur  la  Côte.  C’est  là,   très  précisément,  q ue  le  risque  d’accords   électoraux  est  le  plus  fort.     Ne  faut-­il  pas  se  déprendre  d’une  vision   purement  organisationnelle  et  considérer   que  l’extrême-­droite  est  plus  vaste  q ue  le   Front  national,  avec  des  cadres  qui  ne  sont   pas  directement  rattachés  à  cette  famille  
6

NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE

4 3

politique  et  servent  de  lien  avec   l’UMP  ?   Le  mode  de  gestion  du  Front   national  par  la  famille  Le  Pen  a   favorisé,  effectivement,  l’émergence   d’une  multitude  de  groupes,  en   bordure  de  ce  parti.  S’ensuit   l’émergence  de  cadres  issus  des   rangs  de  l’extrême-­‐droite  capables,   localement,  de  nouer  des  accords   avec  l’UMP.  Bompard  en  est  la   parfaite  illustration  dans  le  Vaucluse.   D’autres  ont  entrepris  une  démarche   similaire  un  peu  partout  dans  le   pays.   La  vraie  question  est  de  savoir  où  se   situe  le  clivage  avec  la  gauche,  d’un   point  de  vue  économique  est  social,   et  ce  qui  peut  prêter  à  un   rapprochement  avec  la  droite,  au   plan  local  et  national.  La  redéfinition   et  l’exploitation  du  concept  de   préférence  nationale  se  prêtent   parfaitement  au  jeu.  Copé  l’a   compris.    

La  lecture  de  Buisson   est  sociologique.  Elle   s’appuie  sur  des  faits   concrets  et  avérés  :  les   classes  populaires  ne   se  trouvent  plus  là  où   elles  étaient.  

paniques  morales  des  compensations   identitaires.  Cet  imaginaire  occidentaliste   se  fonde  sur  la  peur  du  déclin  et  du   déclassement.  Avec,  en  filigrane,  une   grande  interrogation  sur  le  destin  de  la   France.  Il  répond  cyniquement  à  ces   angoisses,  en  exploitant  le  filon  de   l’immigration,  lequel  serait,  à  l’entendre,  la   traduction  concrète  de  la  m ondialisation,   au  coin  de  la  rue.     Montargis  (Loiret,  17  000  hab.)  en  est  la   parfaite  illustration.  Début  décembre,  le   Père-­‐Noël  y  a  été  interdit  de  Maternelle   par  une  directrice,  au  nom  du  «  respect  des   différentes  croyances  et  des  valeurs  de   l’écoles  laïque  ».  Depuis  q uand  le  Père-­‐Noël   est-­‐il  le  représentant  du  Christ  sur  terre  ?   Cette  option  vise  clairement  à  ne  pas   heurter  l’esprit  des  retraités.  Il  s’agit  là   d’une  aberration  qui  a  provoqué  des   paniques  morales  dans  une  ville  populaire,   périurbaine  et  économiquement  faible.   Buisson  prospère  sur  ce  terrain-­‐là,   lorsqu’il  dénonce  la  nourriture  hallal  dans   les  cantines  scolaires  ou  le  droit  de  vote   des  immigrés.  Il  agit  en  stratège,  et  non  en   idéologue.      

  Patrick  Buisson  et  Jean-­François   Copé  ne  cherchent-­ils  pas  à   préempter  le  peuple  ?     Oui.  La  lecture  de  Buisson  est   sociologique.  Elle  s’appuie  sur  des   faits  concrets  et  avérés  :  les  classes   populaires  ne  se  trouvent  plus  là  où   elles  étaient.  Quant  à  l’électorat   ouvrier,  il  s’est  éloigné  de  la  gauche   partout  en  Europe.  Les  employés   issus  des  zones  périurbaines  sont,   pour  leur  part,  quasi-­‐absents  du   débat  public…  Tout  cela  serait  le   fruit  de  la  mondialisation  et  d’un   foisonnement,  sur  lesquels  il  est   impossible  d’agir.     Buisson  propose  à  ces  populations   oppressées,  fragiles   économiquement  et  gagnées  par  des  

Yves  Roucaute  est  un   Occidentaliste  pur  qui  est   convaincu  que  le  danger   vient  du  monde  arabo-­ musulman.  Il  est   également  persuadé  que   toutes  les  civilisations  ne   se  valent  pas  et  défend,   par  principe,  un  certain   art  de  vivre  à  la  française.  

  Qui,  dans  ces  conditions,  remplit  ce  rôle   au  sein  de  la  droite  ?   Yves  Roucaute,  philosophe  et  essayiste   français.  Ce  professeur  agrégé  en  sciences   économiques  est  le  tenant  d’une  ligne  néo-­‐ conservatrice.  Il  a  servi  d’aiguillon  à  la   pensée  de  Nicolas  Sarkozy  et  de  Claude   Guéant.  C’est  un  Occidentaliste  pur  qui  est   convaincu  que  le  danger  vient  du  monde   arabo-­‐musulman.  Il  est  également   persuadé  que  toutes  les  civilisations  ne  se   valent  pas  et  défend,  par  principe,  un  

NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE

7

6 5

certain  art  de  vivre  à  la  française.   En  écho,  la  droite  s’emploie  à   capter  toutes  les  logiques   identitaires  et  culturelles,  en   réponse  à  la  mondialisation  et  à  la   menace  musulmane.     Vous  dites  de  l’UMP  qu’elle  est   devenue  une  caisse   enregistreuse  des  «  paniques   morales  »  du  pays.  Cela  signifie-­ t-­il  qu’elle  fonde  désormais  son   discours  sur  le  déclin,  comme  le   firent  Alain  de  Benoit  et  le   GRECE,  au  début  des  années   1980  ?   La  comparaison  s’arrête  là.  La   Nouvelle  Droite  n’a,  en  effet,   aucune  influence  sur  l’UMP.  Ce,   d’autant  qu’elle  n’est  pas   occidentaliste.  Sa  conception  de   l’Europe  est  même  radicalement   différente  de  celle  qui  prévaut  au   sein  du  principal  parti  de   l’opposition.  Il  existe,  en  revanche,   une  réelle  porosité  entre  Yves   Roucaute  et  Patrick  Buisson,  qui   est  en  contradiction  avec  cette   ligne.   Prenons  la  laïcité,  qui  illustre   parfaitement  la  «  droitisation  »  des   esprits.  Elle  est  aujourd’hui   dévoyée  par  des  gens  qui  s’en   prennent  ouvertement  à  l’Islam.  À   commencer  par  Marine  Le  Pen  qui   ne  manque  pas  une  occasion  de   stigmatiser  cette  religion,  au  nom   de  la  défense  des  principes  judéo-­‐ chrétiens.      

tout  les  sépare.  Ils  se  rapprochent,  en   revanche,  de  plus  en  plus,  sur   l’immigration  et  l’hostilité  à  l’Islam.        

Laurent  Wauquiez  n’est   pas  fondamentalement   différent  des  idéologues   de  la  Droite  forte.  Son   style  est  certes  plus   policé,  mais  ne  s’en  réfère   pas  moins  à  la  même   sociologie.  
  À  l’UMP,  l’agrégation  des  motions     La  Droite  forte  et  La  Droite  sociale,   marque  l’emprise  d’une  idéologie   ultra-­droitière  au  sein  de  ce  parti.     En  stigmatisant  l’assistanat  et  en  se   livrant  à  une  véritable  entreprise  de   séduction  vis-­à-­vis  des  classes   moyennes,  Laurent  Wauquiez   n’adresse-­t-­il  pas  un  signale  fort  à   Guillaume  Peltier  et  Geoffroy  Didier  ?   Oui.  Laurent  Wauquiez  n’est  pas   fondamentalement  différent  des   idéologues  de  la  Droite  forte.  Son  style   est  certes  plus  policé,  mais  ne  s’en  réfère   pas  moins  à  la  même  sociologie.  Il  se   revendique  lui-­‐même  de  la  démocratie   chrétienne,  avec  la  m ême  inclinaison   stratégique  que  Guillaume  Peltier  et   Geoffroy  Didier.  Il  est  ainsi  convaincu  de   la  nécessité  de  s’appuyer  sur  cette   France  périphérique,  composée,  pour   l’essentiel,  des  classes  moyennes,  pour   parvenir  à  une  synthèse  permettant  de   capter  différents  types  d’électorats.  Ce   qui  lui  vaut  de  condamner  l’assistanat,   en  renouant  ainsi  avec  l’idéologie   défendue  par  Nicolas  Sarkozy,  en  2007.   J’observe,  d’ailleurs,  qu’il  est  lui  aussi   conseillé  de  très  près  par  Patrick   Buisson.     Les  «  mouvements  populistes  »   donnent  le  ton  un  peu  partout  en   Europe.  Comment  interprétez-­vous  ce   phénomène  ?   Dès  lors  que  l’Occident  s’estime   menacée,  la  peur  du  déclin  ressurgit.   Avec  des  différences  culturelles  et  des   traductions  propres  à  chaque  pays.  En   Italie,  deux  visions  s’affrontent  entre  la  
8

La  laïcité  est   aujourd’hui  dévoyée   par  des  gens  qui  s’en   prennent   ouvertement  à   l’Islam.  

  Qu’est-­ce  qui  distingue  de  l’UMP   de  Copé  et  le  FN  de  Marine  Le   Pen  ?   Ces  deux  partis  ont  une  approche   radicalement  différente  de   l’Europe,  l’euro,  l’économie  et  la   mondialisation.  Sur  ces  aspects,  

NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE

7 8

Ligue  du  Nord  et  le  Sud,  soumis  à  une   explosion  et  une  recomposition   fédérative.  Ce  qui  se  résume  par   l’affrontement  de  deux  droites   extrêmes,  résolument  hostiles  l’une  à   l’autre.  En  Autriche,  le  vieux  fond   pangermaniste  s’est  m ué  en  défense  de   l’identité,  en  pointant  les  minorités   turques.  Aux  Pays-­‐Bas,  les  femmes  et   les  mouvements  gays  se  retrouvent   pleinement  derrière  les  tenants  d’un   nationalisme  des  riches  qui  fustige   l’Islam  dans  ce  qu’il  a  de  plus  radical.   Les  exemples  foisonnent,  jusqu’outre-­‐ Rhin  où  l’ouvrage  L'Allemagne  court  à   sa  perte,  connaît  un  grand  succès.  Thilo   Sarrazin,  membre  du  SPD,  y  affirme   que  les  musulmans  minent  la  société   allemande.  Il  pointe,  en  particulier,   leur  refus  de  s’intégrer  et  les  accuse  de   vivre  aux  crochets  de  l’Etat.  Un   phénomène  similaire  se  produit  aux   Etats-­‐Unis,  avec  l’émergence  de   groupuscules  néo-­‐conservateurs  qui   sont  la  déclinaison,  outre-­‐Atlantique,   des  mouvements  occidentalistes.    

enclenché  le  m écanisme  de  l’Islam  comme   phénomène  politique.  Dès  lors,  en  France,   l’immigration  ne  s’est  plus  résumée  à  la   seule  population  arabe,  mais  à  la   civilisation  musulmane.      

Depuis  1492,  l’Europe  a   dominé  le  monde,   résumant  l’humanité  à   l’homme  européen,  dans   toutes  ses  composantes.    
  Comment  interpréter  l'émergence   conjointe  du  sarkozysme,  du   berlusconisme  ou  des  Tea  Parties   aux  Etats-­Unis  ?  Ces  phénomènes   ont-­ils  un  rapport  entre  eux  ?   L’Occident  est  à  la  fois  une  production   et  la  mère  nourricière  de  l’Europe.   Depuis  1492,  ce  continent  a  dominé  le   monde,  résumant  l’humanité  à   l’homme  européen,  dans  toutes  ses   composantes.  Le  déclin  amorcé  dans   les  années  1970,  la  fin  du   communisme  et  l’émergence  des   problèmes  environnementaux  ont   changé  la  donne.     Le  film  Argo  réalisé  par  Ben  Affleck,   sorti  en  octobre  dernier,  en  Amérique   du  Nord,  revient  sur  la  crise  iranienne   des  otages  de  1979.  Cinq  ans  après  le   choc  pétrolier,  une  révolution  anti-­‐ occidentaliste  a  pris  forme.  Elle  a  

D’un  côté,  les  plus   favorisés  se  réfugient   derrière  les  valeurs   occidentalistes,  en  prônant   une  logique  belliqueuse   contre  toute  menace   extérieure  :  de  l’autre,  les   franges  populistes,  hostiles   à  tout  interventionnisme,   souhaitent  fermer  les   frontières,  au  nom  de  la   lutte  contre  les  immigrés,   érigés  en  concurrents.  
  Après  1974,  les  néo-­conservateurs   opposent  les  élites  à  la  société,  avant   d’assigner  d’importantes  missions  à   leur  pays.     Absolument.  Les  tenants  de  cette  ligne   idéologique  se  situent  majoritairement  à   gauche.  Il  s’agit  même,  pour  certains,   d’anciens  trotskystes  issus  des  m ilieux   libéraux  new-­‐yorkais.  Parallèlement,   survient,  au  sein  du  Parti  Républicain,   l’avènement  d’un  occidentalisme  qui   emprunte  aux  registres  protectionnistes  et   isolationnistes.  Il  estime  raisonnable  de   fermer  les  frontières,  sans  pour  autant   déclarer  la  guerre  à  l’Islam.   Plusieurs  déclinaisons  de  l’idéologie  du   déclin  coexistent  donc.  D’un  côté,  les  plus   favorisés  se  réfugient  derrière  les  valeurs   occidentalistes,  en  prônant  une  logique   belliqueuse  contre  toute  espèce  de  menace   extérieure  :  de  l’autre,  les  franges   populistes,  hostiles  à  tout   interventionnisme,  souhaitent  fermer  les   frontières,  au  nom  de  la  lutte  contre  les   immigrés,  érigés  en  concurrents.  C’est   l’effet  direct  de  la  mondialisation.  

NOTE DE VEILLE ET DE RIPOSTE SUR LA SITUATION DE LA DROITE ET DE L’EXTRÊME-DROITE

9