You are on page 1of 31

UNIVERSITE IBN TOFAIL FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES, ECONOMIQUES ET SOCIALES KENITRA

DEUSS : FINANCE ET COMPTABILITE

DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI

Animatrice : Mme. L.Z. OMARI ALAOUI

2011/2012

DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI

I. Les principales approches en analyse financière 1. 2. 3. L’ajustement entre la liquidité des emplois et l’exigibilité des ressources. L’ajustement fonctionnel des emplois et des ressources L’ajustement global entre le coût des ressources et le ren dement des emplois.

II. Les démarches et les outils de l’analyse financière 1. 2. L’analyse statique. L’analyse dynamique.

DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE

-- SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -- MME L.Z.OMARI. ALAOUI

2

I. Les principales approches en analyse financière

Pour parvenir à formuler un jugement relatif à la situation et aux performances d’une entreprise, l’analyse financière met en œuvre des démarches d’investigation qui s’appliquent à des sources d’information comptables (compte de résultat, bilan, tableau de financement) ou extra –comptable. L’attention des analystes se focalise généralement sur trois aspects majeurs de la situation et de l’activité de l’entité étudiée. L’étude du financement porte sur la nature et la composition des ressources, leur stabilité, leur coût et les risques financi ers qu’elles induisent. L’étude de l’emploi des fonds concerne leur nature, leur structure, le niveau et la variabilité des résultats qu’ils permettent de dégager ainsi que les risques économiques qu’ils engendrent. La confrontation entre les décisions de financement et les décisions relatives à l’allocation des fonds conduit à s’interroger sur les conditions d’ajustement entre les ressources et les emplois et permet de justifier les trois approches principales de l’analyse financière. 1. L’ajustement entre la liquidité des emplois et l’exigibilité des ressources. L’ajustement financier fondamental que l’entreprise doit assurer concerne l’harmonisation entre la durée ou la « maturité » ou le « terme » des ressources et celle des emplois. Il revient alors à l’analyste financier d’apprécier si les ressources mises en œuvre sont suffisamment stables, compte tenu de la durée des emplois auxquelles elles sont affectées. A cette fin, il devra notamment déterminer si les échéances de remboursement de ces ressources pourront être respectées grâce aux encaissements que l’entreprise obtient en réalisant les actifs qu’elle détient, dans des conditions « normales » d’utilisation. Dans son approche du bilan, cette première conception met au centre de l’analyse l’ajustement entre la liquidité des actifs et l’exigibilité des éléments du passif. L’étude du tableau de financement cherche en outre à vérifier l’adéquation entre la stabilité des flux de ressources nouvelles et celles des flux d’emplois. Qu’il soit abordé dans une optique de flux ou de stocks, « l’équilibre financier » est donc perçu au travers d’un ajustement entre la liquidité des actifs et l’exigibilité des éléments du passif, c’est à dire entre la confrontation de la structure à terme des emplois et la structure à terme des ressources. 2. L’ajustement fonctionnel des emplois et des ressources Selon une deuxième approche, les conditions d’ajustement doivent être définies non par référence au couple liquidité – exigibilité, mais par référence à un découpage fonctionnel qui conduit à ventiler les emplois et les ressources selon leur participation aux quatre cycles financiers fondamentaux qui structurent les opérations de l’entreprise. En premier lieu, les opérations courantes d’approvisionnement, de production et de vente qui se renouvellent de façon continue permettant de définir le cycle d’exploitation. En deuxième lieu, un cycle d’accumulation met en jeu des opérations concernant la collecte des ressources permanentes, propres ou empruntées, et leur engagement dans des emplois durables, notamment à l’occasi on des investissements matériels, immatériels ou financiers/ En troisième lieu, l’entreprise est engagée dans un ensemble d’opérations de répartition ; celles-ci engendrent des ressources liées notamment aux revenus perçus en contrepartie des investissements en portefeuille réalisés ; quant aux revenus que l’entreprise distribue elle - même, de façon régulière, aux différents ayants droit concernés par ses activités, ils se traduisent par des emplois. Enfin, l’ensemble des opérations financières de trésorerie assument une fonction d’ajustement global. Si les trois cycles précédemment mentionnés secrètent un excédent global des ressources sur les emplois, l’entreprise peut l’affecter à divers placements de trésorerie. Si on constate, au contraire, une insuffisance des ressources relativement aux emplois, elle doit solliciter des concours supplémentaires et notamment des concours bancaires de trésorerie. Dans cette deuxième perspective, les questions centrales posées à l’analyse financière concernent d’abord la mesure de la contribution que chacun des cycles fonctionnels apporte à l’entreprise en terme d’ajustement des ressources et des emplois ou en terme de résultat ; elles portent ensuite sur la mise en cohérence de ces différents cycles et de leurs incidences financières.
DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -- SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -- MME L.Z.OMARI. ALAOUI

3

Ajustement et performance par grande fonction. fonctionnelle des états structure financière et le coût du financiers. La troisième approche identifiable en analyse financière procède d’une vision développée par la théorie financière. Enjeux relatifs aux instruments d’analyse Méthodes caractéristiques Dégagement de la structure Dégagement de la structure Dégagement de la relation entre la par terme du bilan. défaillance. emplois de fonds. Solvabilité Liquidité des actifs Exigibilité des dettes Fonction Coût du capital Structure financière Rendement des actifs.Analyse de la combinaison de faillite ou de la d’équilibre partiel relatif des ressources et du portefeuille probabilité d’une à chaque domaine de d’actifs. Les différentes approches en analyse financière Approche patrimoniale I. Elle conduit à considérer l’entreprise comme un lieu permettant la mise en valeur d’un « pool de fonds ». - Applications opératoires caractéristiques - Analyse – crédit par Contrôle interne les banques. tandis que leur emploi engendre un rendement mais aussi des risques économiques liés à l’instabilité des revenus attendus. autodiagnostic. Analyse du risque de défaut chez un partenaire commercial (client). III. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. Approche fonctionnelle Approche « pool de fonds » Concepts clés - II.3.Analyse financière facteurs de vulnérabilité « externe » ou « interne » dans les différents champs orientée vers le contrôle des financière de gestion. Enjeux relatifs à l’application des approches Point de vue privilégié Appréciation de la viabilité d’une entreprise du point de vue de ses partenaires. ou Evaluation de l’entreprise par un investisseur en fonds propres. L’ajustement global entre le coût des ressources et le rendement des emplois.MME L.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. ALAOUI 4 . les coûts et les risques induits par le « pool de fonds » et ses affectations. Localisation des sources de .Allocation des ressources.Z.OMARI. Analyse « externe ». Enjeux théoriques Orientation Problématique majeure Evaluation du risque . Or l’obtention de ces fonds implique un coût et induit des risques financiers. les ajustements financiers fondamentaux sont définis dans une perspective de gestion de portefeuille et mettent en jeu des arbitrages entre le rendement. la performance et des . Dans ces conditions.Analyse en termes . capital. gestion.

Les flux d’emplois. . L’analyse des performances : le Compte de produits et charges. elle intègre l’étude de trois types de flux financiers. les flux de ressources et les flux de résultats. ils permettent l’étude du patrimoine considéré comme un état des emplois et des ressources cumulées par l’entreprise à une date donnée. Les ratios utilisés en analyse statique. L’analyse statique : L’analyse du bilan met essentiellement en œuvre : . ALAOUI 5 . a. L’analyse des flux : Le tableau de financement DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. Dans une perspective statique. les instruments de l’analyse financière s’appliquent à l’ensemble des flux qui transitent dans l’entreprise . Le passage du bilan fonctionnel au bilan financier.La relation fondamentale de trésorerie qui rend compte de l’ajustement global entre les grandes masses de l’actif et du passif. Les ratios de structure.II.Z. B.MME L. L’analyse dynamique : flux financiers et performances. or ces flux sont recensés soit dans le compte de résultat. soit dans le tableau de financement. Dans une perspective dynamique. Les ratios de synthèse. a) Tableau des soldes intermédiaires de gestion b) Ratios d’analyse des performances. 1. l’analyse statique s’intéresse essentiellement à l’étude du bilan. c. Quelle que soit l’approche adoptée.Un ensemble de ratios calculés à partir d’indications relatives au patrimoine. Le découpage horizontal du bilan et les termes de la relation de trésorerie b. Les démarches et les outils de l’analyse financière. soit encore dans un tableau de flux. Les ratios de rotation. A.OMARI. les outils de l’analyse financière sont mis en œuvre dans deux perspectives temporelles . 2. B. A La relation fondamentale de trésorerie a. Les ratios utilisés en analyse statique. La relation fondamentale de trésorerie B. A. Ainsi. L’approche dynamique procède d’un point de vue synthétique .SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. b.

Bilan Emplois Actif circulant (y compris trésorerie actif) Ressources F. Un fonds de roulement positif ou nul traduit la contribution du financement permanent au financement de l'actif circulant ou bien la dépendance totale de l'entreprise vis-à-vis des tiers (fournisseurs. (Les concepts de fonds de roulement fonctionnel.L'ANALYSE DU BILAN A La relation fondamentale de trésorerie 1.  Par le bas du bilan. a.MME L.F. Fonds de roulement fonctionnel EMPLOIS ACTIF IMMOBILISE Immobilisations en non-valeurs Immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles Immobilisations financières Ecarts de conversion -actif sur éléments non circulants F. par la différence entre l'actif circulant et le passif circulant. sur un plan statique (bilan) ou dynamique (tableau de financement).G.F.F. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.F = Excédent de l'actif circulant sur le passif circulant Passif circulant (y compris trésoreriepassif) Même si ces deux méthodes de calcul du F. le F.) pour le financement de son cycle d'exploitation. ALAOUI RESSOURCES FINANCEMENT PERMANENT Capitaux propres Capitaux propres assimilés Dettes de financement Provisions durables pour risques et charges Ecarts de conversion-passif sur éléments non circulants 6 .R.F.F. permet d'apprécier les modalités de financement de l'actif immobilisé. le fonds de roulement fonctionnel correspond au montant des ressources acycliques qui.OMARI. Le découpage horizontal du bilan et les termes de la relation de trésorerie 1. elles traduisent néanmoins deux optiques différentes:  Par le haut du bilan. du fait de l'égalité bilantielle des «stocks d'emplois et de ressources». le F.F. il s'agira d'apprécier la situation d'équilibre.) Dans le diagnostic financier.Z.G.R. banquiers.) Notons que le F. constitue un indicateur de l'équilibre financier ou de la solvabilité de l'entreprise. de Besoin de Financement Global et de trésorerie). etc. dans la mesure où le passif circulant finance non seulement l'actif circulant mais une partie de l'actif immobilisé.R. après financement de l'actif immobilisé.G. En d'autres termes.F. en calculant le degré de couverture réel du B.R.1. le fonds de roulement fonctionnel: Le fonds de roulement fonctionnel est égal à la différence entre le financement permanent et l'actif immobilisé. demeure disponible pour couvrir les besoins de financement du cycle d'exploitation de l'entreprise ou besoin de financement global (B. Un fonds de roulement négatif signifie une dépendance encore plus accrue.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -.R.2. Le bilan en masses : Emplois Ressources Actif Immobilisé Actif Circulant (hors trésorerie) Trésorerie –actif Financement permanent Passif circulant (hors trésorerie) Trésorerie –passif 1.R. conduisent au même résultat. peut également être calculé par le «bas du bilan».F. = part du financement permanent permettant de couvrir une partie du besoin de financement global (B.R.F. par le F.

régies d'avances et accréditifs  552 Crédits d'escompte  553 Crédits de trésorerie  554 Banques (soldes créditeurs)  Ainsi. stocks importants.F..F.G.passif La trésorerie nette peut également être calculée par la différence entre le F.F. selon les deux approches (haut du bilan.000. suffisant par rapport aux besoins de financement de son cycle d'exploitation.  L'actif circulant hors trésorerie et le passif circulant hors trésorerie.F. Bilan (données en dhs) Actifs (emplois) Passif (ressources) Actif immobilisé 1000.R.500. à la suite notamment du non renouvellement des facilités de crédit (encadrement du crédit) ou encore d'à –coups conjoncturels (baisse de l'activité.000 Passif circulant 2.actif et la trésorerie – passif. B.F – B.F. cela signifie que les emplois sont supérieurs aux ressources. ALAOUI 7 . par «le bas du bilan » : DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE Actif circulant 500.MME L.. ce qui traduit un besoin de financement global qui doit être comblé. (bas du bilan). la trésorerie ne correspond pas au disponible (comptes caisses et banques) mais à la différence entre la trésorerie .).G. Dans le cas contraire. = financement permanent – actif immobilisé = 2.G.F.F. elle constitue un emploi.F. Aussi. le B.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -.G.N.000.: Trésorerie nette = F. Le besoin de financement global (B. La trésorerie nette résulte donc de la différence entre le F.000 Calcul du F. Si la trésorerie nette est positive. B. etc.F.000 – 1. toute amélioration de la situation de trésorerie de l'entreprise repose sur les mesures visant à la fois l'accroissement du F.actif – Trésorerie.000.R.000 2.R.b.000 Financement permanent 2.F.G.R.000 = 1.000.): Selon le plan comptable marocain.G. la trésorerie nette (T. Evaluons le F.F et le B. Exemple : Soit le bilan de l'entreprise X arrêté au 31/12/N.F «par le haut du bilan» : F. L'équilibre financier passe par une bonne harmonisation du F. on pose généralement: Trésorerie nette = Trésorerie. se calcule par la différence entre l'actif circulant hors trésorerie et le passif circulant hors trésorerie.R.G.F. En cas de différence négative.Z. trésorerie générale et chèques postaux débiteurs  516 Caisse. bas du bilan).500.R.000 Calcul du F.R. ainsi.R.F. et du B.000 -.G.R.000 1. car toute insuffisance constitue un facteur de précarité.OMARI. et le B.): Dans le bilan fonctionnel.F. Si la différence est positive. Mentionnons que cette méthode de calcul montre à l'évidence que le niveau de la trésorerie nette est lié aux opérations qui affectent à la fois:  L'actif immobilisé et le financement permanent.G.F. (haut du bilan) et la réduction du B. Actif circulant (hors trésorerie) Passif circulant (hors trésorerie) Ressources de financement Ressources de financement Passif circulant (hors trésorerie) Actif circulant (hors trésorerie) c. l'entreprise doit-elle disposer d'un F.F. Bilan N° poste Trésorerie -actif Trésorerie –passif Poste 511 Chèques et valeurs à encaisser  514 Banques.500.R. il s'agit alors d'une ressource de financement.F. elle représente une ressource de financement. Cette dernière formule découle de l'égalité fondamentale entre l'actif et le passif du bilan.

F. La reformulation du bilan en fonction de critères d'exigibilité et de liquidité est possible en utilisant les indications relatives aux échéances des postes de l'actif et du passif qui figurent dans l'ETIC. b) Les retraitements des actifs fictifs:  les immobilisations en non-valeurs Les immobilisations en non-valeurs regroupent: les frais préliminaires. De la même façon. etc. il convient de les assimiler à la trésorerie –actif.). et éviter ainsi le risque de rupture de stocks.000. ou des créances commerciales immobilisées. deux cas de figure peuvent se présenter:  Si la perte de change latente a été constatée par une provision.000 = 1.000 Notons qu'un fonds de roulement de 1 Million de dhs a peu de signification économique. par exemple en matière d'amortissement ou d'appréciation des risques (provisions).MME L. En matière de retraitement.. ou encore les acquisitions hors exploitation. La présentation comptable dépend à la fois des principes comptables fondamentaux et des options prises par les chefs d'entreprises. les charges à répartir sur plusieurs exercices et les primes de remboursement des obligations.500. En principe. C'est le cas par exemple des prêts immobilisés pour la partie à échéance à moins d'un an. Aussi convient-il pour l'analyste financier de procéder à certains retraitements et/ou reclassements de créances et de dettes.Z. pour améliorer la qualité de l'information bilantielle et l'adapter aux impératifs de l'analyse et du diagnostic financiers. Notons que certains analystes opèrent le même redressement pour les effets bancables. etc. 1. c'est à dire escomptables et non escomptés. Pour les créances. afin de procéder aux reclassements nécessaires. les pouvoirs public imposent aux entreprises de distribution de constituer des stocks stratégiques (appelés stocks de sécurité). certains auteurs préconisent de neutraliser l'impact de l'évaluation du taux de change en fin d'exercice. le bilan liquidité vise essentiellement à établir l'inventaire de l'actif et du passif de l'entreprise en vue de dégager la valeur du patrimoine de l'entreprise et de porter un jugement sur sa solvabilité. Aussi certains auteurs préconisent d'en retrancher le montant de l'actif circulant et de le rajouter à l'actif immobilisé. = actif circulant – passif circulant = 1. et pour le crédit fournisseur inutilisé. c'est à dire du besoin de financement global pour apprécier s'il est suffisant ou non par rapport à l'activité de l'entreprise. avances au trésor.F. la perte de change latente doit donner lieu à la constitution d'une provision pour risque de change. l'analyste se reportera aux informations contenues dans l'ETIC. 1. soit sur des créances de l'actif circulant ou des dettes du passif circulant. S'agissant d'actifs fictifs. Le stock outil étant destiné à rester en permanence dans l'entreprise.  Les titres et valeurs de placement: Si les titres inscrits sous cette rubrique sont aisément négociables et donc totalement liquides.). aucun redressement ne devra être effectué. titres. Les écarts de conversion portent soit sur des créances immobilisées ou des dettes de financement. dans la mesure où le résultat de l'entreprise aura déjà supporté l'impact de la perte latente par le jeu de la dotation aux provisions. 2. ALAOUI 8 . Dans le secteur pétrolier par exemple.  Les actifs à plus ou moins d'un an: Les actifs seront reclassés en fonction de leur échéance réelle. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. du fait de la divergence entre la logique comptable ou fiscale et la logique financière. On procédera de la même façon pour les actifs à plus d'un an.000 – 500. les placements spéculatifs dans des actifs d'exploitation (stocks. et c'est pourquoi il convient de rapprocher son montant des besoins liés au cycle d'exploitation de l'entreprise (stocks. Les actifs à moins d'un an seront donc éliminés de l'actif immobilisé.R.  Les écarts de conversion actif: Ils correspondent à des pertes de change latentes (dépréciation d'une créance ou appréciation d'une dette). dans sa conception financière. Ce peut être le cas des charges constatées d'avance par exemple. Ainsi. leur montant sera retranché de l'actif et les capitaux propres seront diminués à due concurrence. le bilan financier ou bilan liquidité conserve la préférence des investisseurs et des banquiers.1) les corrections de l'actif: a) Les reclassements de l'actif:  Le stock outil Le stock outil correspond au stock minimum nécessaire que l'entreprise constitue pour faire face à ses besoins d'exploitation. Les principaux reclassements et retraitements à effectuer.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. qui viendront en diminution de l'actif circulant et en augmentation de l'actif immobilisé. en contre-passant l'écriture comptable correspondant par l'annulation de l'écart de conversion actif et l'accroissement des créances ou la diminution des dettes correspondantes. En revanche. Le passage du bilan fonctionnel au bilan financier: Si le plan comptable marocain a consacré la présentation fonctionnelle du bilan. L'analyse financière à partir des documents comptables est rendue parfois difficile. L'appréciation de son niveau en valeur absolue n'est pas suffisante. dont l'échéance peut être supérieure à un an.OMARI. il perd son caractère de liquidité. représentent un potentiel de liquidités qui vient accroître la trésorerie. et intégrés à l'actif circulant. créances. qui tous deux constituent une trésorerie virtuelle.

d'un point de vue financier.  Provisions réglementées. La dette fiscale correspondante. superdividendes ou seconds dividendes et report à nouveau. dont les montants devront être rapportés ultérieurement au résultat imposable de l'entreprise. notamment vis-à-vis de leur actionnariat. Ces reclassements portent sur les dettes de financement. ALAOUI 9 .S. Notons que la politique de dividendes constitue un volet important des stratégies des firmes cotées.2. et d'asseoir les calculs de ratios de recouvrement de créances ou de règlement de dettes sur des données rigoureusement homogènes. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. et déduit des capitaux propres. le montant correspondant est assimilé sur un plan financier à des ressources stables. les bénéfices non distribués faisant partie de l'autofinancement demeureront en capitaux propres. ou sur les produits constatés d'avance à plus d'un an. celle –ci constitue un emploi de capitaux qui a déjà affecté à la baisse le montant des capitaux propres. l'assemblée générale des actionnaires décidera de l'affectation du bénéfice résiduel en réserves facultatives. Le bénéfice à répartir n'est pas totalement disponible pour les actionnaires. des résultats nets en instance d'affectation et des prélèvements sur les réserves.Z. ces principes sont de peu d'utilité pour l'analyse patrimoniale. cette imposition différée doit être prise en compte.  Les comptes d'associés créditeurs: Ils font normalement partie du passif circulant hors trésorerie. car la distribution de dividendes obéit à des contraintes:  Légales: affectation de 5% du bénéfice à la réserve légale dans la limite de 10% du capital. calculée au taux d'imposition de l'entreprise. en fonction de son échéance à plus ou moins d'un an soit aux dettes de financement.OMARI. b) les reclassements des dettes:  les dettes à plus ou moins d'un an: A l'instar des créances. La fiscalité différée concerne les subventions d'investissements et les provisions réglementées. puisqu'ils ont fait l'objet d'amortissements ou de provisions suivant ces mêmes règles. De même.Cette correction présente l'avantage de considérer les créances ou les dettes concernées pour leur niveau d'origine. Les dividendes ont en effet un fort contenu informatif quant aux perspectives futures de l'entreprise. l'analyste financier doit procéder chaque fois que possible aux corrections d'actifs qui lui apparaissent nécessaires pour dégager une valeur réaliste du patrimoine de l'entreprise. en fonction de l'échéance. Lorsqu'il existe une convention matérialisant un engagement de longue durée de la part des actionnaires. Après avoir satisfait à ces deux contraintes. sera assimilée.  Les dettes fiscales différées ou latentes: Il s'agit de l'imposition différée ou latente des éléments suivants:  Subventions d'investissement.  Si aucune provision n'a été effectuée. Il convient de noter que ces deux types de retraitements sont sans impact sur le calcul du fonds de roulement et du besoin de financement du cycle d'exploitation. a) Répartition du résultat: Dans les sociétés par actions.  Statutaires: dotation le cas échéant à des réserves statutaires. soit au passif circulant hors trésorerie de l'entreprise. En cas de perte nette. D'autres auteurs suggèrent l'élimination à la fois de l'écart de conversion à l'actif et de la provision pour perte de change au passif. ces corrections de nature fiscales pourront être négligées.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. les dettes seront reclassées en fonction des informations dont dispose l'analyste en dettes à plus d'un an (financement permanent) ou dettes à moins d'un an (passif circulant hors trésorerie). et qui doivent par conséquent supporter l'impôt sur les résultats (I. le bénéfice à répartir est constitué par le bénéfice de l'exercice corrigé du report à nouveau. car on conserve très souvent des distorsions importantes entre la valeur comptable et la valeur économique des éléments de l'actif. D'un point de vue financier.  Provisions pour risques et charges.). Aussi. la répartition du résultat consiste à augmenter le passif circulant hors trésorerie du montant des bénéfices à distribuer.  Les plus ou moins -values latentes: Si l'application des principes de coûts historiques et de prudence garantissent que les actifs ont été comptabilisés dans le respect des règles comptables. Sur un plan financier. dont la partie à moins d'un an d'échéance viendra augmenter le passif circulant hors trésorerie. La fiscalité latente concerne les provisions pour risques et charges sans objet réel ou avec un objet tout à fait aléatoire.MME L. Le tableau d'affectation des résultats met en évidence les origines et l'affectation des résultats.) les corrections du passif: Le bilan financier ou bilan liquidité est toujours établi après répartition du résultat. les économies fiscales consécutives à la constatation de moins-values potentielles sur les éléments de l'actif et de charges différées (non-valeurs) ou latentes (écarts de conversion actif) devront normalement être prises en considération. il est possible de rapporter aux capitaux propres la partie nette d'impôts et de classer l'impôt latent en dettes de financement ou au passif circulant hors trésorerie. versement d'un intérêt statutaire ou premier dividende. La première étape de l'analyse financière consiste à répartir le résultat. l'écart de conversion actif constitue donc une destruction potentielle de ressources non constatée et qui devra être retranché de l'actif. s'agissant généralement d'analyses financières dans une optique de continuation d'exploitation. 1. qui viendront en accroissement du financement permanent. qui sont à réintégrer au résultat imposable de l'entreprise. mais.

et le lui loue moyennant un échéancier convenu. mais ces solutions sont difficiles à mettre en pratique (détermination de la valeur de remplacement. y compris la valeur résiduelle au terme du contrat. les obligations cautionnées figurent parmi les dettes «fournisseurs et comptes rattachés«. Le retraitement comptable du crédit-bail peut être effectué selon le procédé suivant:  Inscription à l'actif des biens financés par crédit-bail pour leur valeur comptable nette. Les écarts de conversion passif: L'écart de conversion passif représente un gain de change latent. Le bilan financier permet de déterminer la valeur des fonds des actionnaires.  Le prix d'achat résiduel en fin de contrat. l'analyste financier dispose des informations suivantes. ALAOUI     10 . alors qu'elles constituent un véritable financement bancaire à court terme. 3. qui constituent incontestablement un indicateur fondamental de solidité financière de l'entreprise. Pour le retraitement du crédit-bail au niveau du bilan. en cas d'exercice de l'option d'achat ou encore la valeur de remplacement. actif net comptable. qui figurent dans l'ETIC:  La valeur estimée du bien à la date du contrat. Les actionnaires sont soucieux de connaître la valeur réelle de leur patrimoine. caution) peuvent constituer un facteur de risque très important pour l'entreprise.  restituer le bien. c'est pourquoi l'analyste financier devra les étudier avec une grande attention. tandis que les créanciers veulent s'assurer de la capacité de l'entreprise à faire face à ses engagements. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.3.MME L. situation nette. dans la mesure où ils contribuent à son activité économique. D'un point de vue financier. ne fait pas l'objet dune inscription en actif.bail. grâce à ses actifs en cas de liquidation (solvabilité) ou en situation normale (liquidité). qui conformément aux normes comptables en vigueur. Certains auteurs suggèrent également de retenir à l'actif et au passif la valeur actuelle des loyers restant à courir.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. Comptablement. actif net comptable corrigé. qui intéresse à la fois les actionnaires de l'entreprise et ses créanciers. Le bilan financier et l'analyse de la solvabilité et de la liquidité de l'entreprise Le bilan financier participe d'une conception patrimoniale de l'entreprise. de fusion et d'apport + Ecart de réévaluation + Réserve légale + Autres réserves ± Report à nouveau + Résultat net en instance d'affectation. par lequel la société de crédit-bail acquiert un bien à la demande de son client. le principe de prudence s'oppose à ce type de redressement. nantissement. etc.1. 1. Aussi est-il recommandé de les retrancher des dettes fournisseurs et comptes rattachés et de les assimiler à de la trésorerie passif. Diverses notions sont couramment utilisées pour traduire les préoccupations des actionnaires ou des tiers : capitaux propres. le locataire a la possibilité de:  racheter le bien pour une valeur résiduelle convenue dans le contrat.  Le montant des redevances de l'exercice et le cumul des redevances des exercices précédents. l'appréciation réaliste de l'outil industriel et commercial ou actif économique de l'entreprise nécessite la prise en compte des biens acquis en crédit-bail.) L'analyse de la solvabilité: notions de capitaux propres. Il en est de même pour le crédit-bail.  renouveler le contrat d'un point de vue financier. gage. La loi fiscale oblige les entreprises à l'intégrer dans le bénéfice imposable.  La durée théorique d'amortissement du bien. c'est à dire leur valeur d'origine diminuée des amortissements théoriques. Les engagements donnés par l'entreprise sous la forme de sûretés réelles (hypothèque. choix d'un taux d'actualisation. 3. les redevances restant à payer. situation nette. warrant) ou d'engagements financiers (aval.). Il s'agit d'un contrat à durée déterminée. actif net comptable.) Les retraitements des engagements hors bilan : le cas du crédit-bail mobilier: Les engagements hors bilan figurent dans l'ETIC et concernent: Les sûretés réelles données ou reçues Les engagements financiers donnés ou reçus Les biens financés par crédit. Seules figurent en effet au compte de produits et charges les redevances correspondantes. capital souscrit non appelé + Primes d'émission. actif net comptable corrigé.  Les obligations cautionnées: Les obligations cautionnées matérialisent le crédit des droits de douane accordé par l'administration des douanes à l'entreprise.Z.OMARI. A l'issue de la période de location. Le crédit –bail ou leasing mobilier a été introduit au Maroc dès 1965.  Constatation en dettes de financement au passif d'emprunt équivalent.  Les capitaux propres (après affectation des résultats) correspondent au :  Capital social -Actionnaire.

Dans l'optique du créancier. provisions pour risques et charges sans objet. et retrancher les immobilisations en non-valeurs. personnel. correspond à l'excédent de l'actif circulant sur le passif circulant. Aussi. Les capitaux propres matérialisent les capitaux à risques comptables qui reviennent à l'actionnaire.) ± Fiscalité latente et/ou différée (impôts latents sur plus-values. mais le fonds de roulement financier ou fonds de roulement net de l'entreprise.Immobilisations en non-valeurs  L'actif net comptable: Pour le calcul de l'actif net comptable. comme l'illustre la démarche suivante : Stocks + Créances de l'actif circulant (à moins d'un an) + Trésorerie –actif = Actif circulant (à moins d'un an) – Passif circulant (à moins d'un an) – Trésorerie –passif = Fonds de roulement financier ou net – Dettes de financement (à plus d'un an) – Autre créanciers (à plus d'un an) = Fonds de roulement propre + Actif immobilisé (à plus d'un an) = Actif net comptable. La situation nette: Pour obtenir la situation nette.1. est l'expression de ce qui reste pour les actionnaires. L'actif net comptable corrigé correspond à la conception patrimoniale de l'entreprise en termes de valeur de marché ou de valeur réelle. et vise donc à apprécier le risque d'illiquidité à court terme de l'entreprise. engagement contractuels avec les clients. ALAOUI 11 . il faut ajouter aux capitaux propres les subventions d'investissement et les provisions réglementées. l'entreprise doit – elle disposer d'une marge de sécurité pour faire face aux risques. Les notions développées ci-dessus sont fondamentales pour l'évaluation de la richesse des actionnaires ou des risques encourus par les créanciers. L'actif net comptable qui est un indicateur de surface financière.2. appelée fonds de roulement financier ou encore fonds de roulement permanent ou fonds de roulement net. Le fonds de roulement financier: L'analyse de la liquidité de l'entreprise (généralement complétée par les ratios) repose sur le rapprochement de la liquidité des éléments de l'actif circulant et de l'exigibilité des éléments du passif circulants.  L'actif net comptable corrigé: L'actif net comptable corrigé correspond à la somme des éléments suivants: = Actif net comptable + Plus –value latentes – moins –values ± Risques ou avantages donnés ou reçus (hors bilan) – Risques divers réels ou potentiels (absence de provision. etc. pour autant que ces actifs puissent être réalisés à leur valeur bilantielle. Cette marge de sécurité. l'approche du calcul de l'actif net comptable n'aura pas comme point de départ les capitaux propres.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. provisions réglementées..OMARI. La situation nette représente le potentiel des capitaux qui subissent le risque de l'entreprise.) L'analyse de la liquidité: notions de fonds de roulement financier et de fonds de roulement propre: 3. un actif net comptable positif signifie que les actifs permettent d'assurer la couverture de tous les engagements de l'entreprise. = Capitaux propres + Subventions d'investissement + Provisions réglementées . on procède de la façon suivante: = Situation nette + Provisions pour risques et charges à caractère de réserves sans objet + Ecarts de conversion passif – Ecarts de conversion actif (en l'absence de provisions) – Fiscalité latente (subventions. c'est à dire la différence entre l'actif total et l'ensemble des dettes. Cependant. écarts de conversion passif Du point de vue du créancier.2.Z. 3. économies fiscales sur moinsvalues). l'actif net comptable constitue un critère essentiel de la solvabilité de l'entreprise. Cette définition par le bas du bilan correspond à la formule: DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.MME L. fournisseurs.

SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. Fonds de roulement propre = Actif net comptable – Actif immobilisé Ou encore: Fonds de roulement propre = fonds de roulement financier – Dettes à long et moyen terme B.Fonds de roulement financier = Actif circulant – Passif circulant Par suite de l'identité comptable de l'actif et du passif.MME L. Les ratios de synthèse également définis sur le bilan. ALAOUI 12 . B. soit l’autonomie que l’entreprise parvient à se ménager. Traduit la part des capitaux propres dans le financement global de l’entreprise (autonomie). Reflète l’importance du stockage ou de ses conditions techniques. Ratios de structure concernant l’actif Ratios Numérateur Dénominateur 1 Immobilisations corporelles Actif total 2 Immobilisations corporelles Actif total 3 4 Stocks Actif total Créances clients Actif total Interprétation Exprime la lourdeur des investissements physiques requis par l’activité. Traduit l’importance des liaisons financières initiées par l’entreprise sous forme de prise de participation ou de concours financiers à LT octroyés à des entreprises alliées.OMARI. En voici quelques-uns de ces indicateurs. le fonds de roulement financier peut être également calculé par le haut du bilan par la formule: Fonds de roulement financier = Financement permanent – Actif immobilisé 3. comparent des éléments d’actif à des éléments de passif. 7’ = 1-7 Ce ratio « de levier» traduit également l’autonomie financière à terme. Les ratios de synthèse.Z. Les ratios de structure comparent le montant de certains postes de l’actif et du passif au total de ces derniers. Ratios de synthèse concernant l’équilibre financier à court terme Ratios Numérateur Dénominateur Interprétation Traduit les conditions de financement stable des 9 Capitaux permanents Actif immobilisé immobilisations dans des termes qui rappellent ceux permettant le calcul du fonds de roulement DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. Les ratios utilisés en analyse statique. Les ratios de structure. Les ratios concernant l’actif traduisent généralement l’influence exercée sur la composition du patrimoine économique de l’entreprise par les conditions technico-économiques de son activité. Les ratios concernant le passif expriment soit la stabilité du financement.Le fonds de roulement propre: Le fonds de roulement propre correspond à l'excédent de l'actif net comptable sur l'actif immobilisé.1. Idem. Exprime l’importance des règlements accordés à la clientèle dans le cadre d’usances sectorielles généralement contraignantes.2. B. Les ratios financiers utilisés en analyse statique permettent d’étudier la composition du bilan et la rotation de certains de ses encours.2. Ratios de structure concernant le passif Ratios Numérateur Dénominateur Capitaux permanents Passif total 5 Capitaux propres Passif total 6 6’ 7 7 8 Dettes totales Capitaux propres Dettes à +1an Dettes à +1an Passif total Capitaux permanents Capitaux permanents Capitaux propres Interprétation Traduit la stabilité du financement.2. Traduit la part de l’endettement dans le financement de l’entreprise (autonomie) 6’=1-6 Traduit l’autonomie dont l’entreprise fait preuve dans la composition de son financement permanent.

Traduit le rythme de rotation des capitaux propres. Ratios de rotation globale : Ratios Numérateur 16 Chiffre d’affaires HT 17 Chiffre d’affaires HT Dénominateur Actif total Capitaux propres Interprétation Traduit le rythme de rotation des actifs. Les ratios de rotation. c à d l’intensité avec laquelle ils sont mis en œuvre pour assurer le flux de ventes de l’exercice.MME L.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. Traduit la durée nécessaire pour assurer une rotation du stock . c à d le nombre de commerciales. Traduit les conditions de « trésorerie immédiate ».10 Actifs circulants 11 Créances + disponibilités 12 Disponibilités Dettes à moins d’un an. ce délai peut être exprimé en mois (x12) ou en jours (x360). Ratios de rotation des stocks : Ratios Numérateur 13 Approvisionnements HT Dénominateur Stock moyen 13 Stock moyen x 12 x 360 Approvisionnements HT Interprétation Traduit la vitesse de rotation du stock. Ce ratio de «trésorerie gén érale» permet d’analyser l’ajustement global entre les éléments les plus liquides de l’actif et les plus exigibles du passif.OMARI. ce délai peut être exprimé en mois (x12) ou en jours (x360). Ratios de rotation des créances : Ratios Numérateur 14 Ventes TTC 14 Interprétation Traduit la vitesse de rotation ou de Encours moyen de créances recouvrement des créances . Dettes à moins d’un an. Les ratios de rotation mettent en relation le niveau moyen de certains stocks ou encours significatifs et le flux qui permet leur variation. Ce ratio de « trésorerie restreinte » traduit l’équilibre financier à cour t terme en retenant les éléments les plus liquides. ce délai peut être exprimé en mois (x12) ou en jours (x360). c à d 15 Approvisionnements TTC Encours moyen de dettes le nombre de renouvellement des dettes que le commerciales flux d’approvisionnement permettrait d’assurer au cours de l’exercice. ALAOUI 13 . net. c à d le nombre de renouvellements du stock que le flux d’approvisionnement permettrait d’assurer en cours d’exercice. renouvellements du portefeuille que le flux de ventes permettrait d’assurer au cours de l’exercice. B. Les conditions de recouvrement des créances sont perçues au travers des ratios 14 qui traduit la vitesse de recouvrement et 14’ qui exprime le délai nécessaire pour effectuer un renouvellement complet du portefeuille de créances. Traduit la durée nécessaire pour assurer une 15’ Encours moyen de dettes Approvisionnements TTC rotation ou un remboursement complet de commerciales x 12 x 360 l’encours des dettes . c à d l’intensité avec laquelle ils sont mis en œuvre pour assurer le flux d’activité de l’exercice.Z.3. Dettes à moins d’un an. Dénominateur Ratios de rotation des dettes fournisseurs: Ratios Numérateur Dénominateur Interprétation Traduit la vitesse de rotation des dettes . Traduit la durée nécessaire pour assurer une Encours moyen de créances Ventes TTC rotation ou un renouvellement complet du x 12 x 360 portefeuille .

C.  Le résultat avant impôts (somme des deux précédents). Le compte de produit et charges est organisé pour dégager des marges et des soldes significatifs.  "les charges" correspondent à un appauvrissement potentiel de l'entreprise. il s'agit de:  La "variation de stocks de produits". A. Le compte de produits et charges (Compte de résultat) enregistre les opérations de l'entreprise en distinguant les opérations d'exploitation. de ses opérations non courantes et de l'impôt sur les sociétés. Ainsi. est établi à partir des "comptes de gestion".P. Section 1: Présentation Le compte de produits et charges présente. par les diverses écritures d'inventaires.P. L’ANALYSE DYNAMIQUE : FLUX FINANCIERS ET PERFORMANCES. est l'état de synthèse qui décrit en termes comptables de produits et de charges. qui traduisent les conséquences des opérations d'exploitation de l'entreprise.  Toutes les rubriques de résultats. Les flux d’emplois. Les totaux de l'exercice sont ventilés en deux sous-ensembles:  Les montants résultant d'opérations propres à l'exercice.C. de sa politique de financement.2. ALAOUI DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE 14 . Le résultat net est obtenu en fin de tableau à la fois:  par "cascades"  par différence " produits – charges" C'est ce montant qui figure dans les capitaux propres du Bilan de fin d'exercice. Elles sont génératrices de pertes dans la mesure où le niveau des produits correspondant leur reste inférieur. L’approche dynamique procède d’un point de vue synthétique . en deux feuillets qui se lisent "en liste" (ou en cascade) les produits et les charges de l'exercice. En complément de l'étude du Bilan. tenus durant l'exercice et corrigés.  Le résultat courant (somme des deux précédents).  Le résultat non courant. Certains postes ou rubriques sont susceptibles de présenter des montants négatifs.C. Ils sont générateurs de bénéfices dans la mesure où le niveau des charges correspondantes leur reste inférieur. les composantes du résultat net final:  "Les produits" qui correspondent à un enrichissement potentiel de l'entreprise. l'étude du Compte de Produits et Charges (C.  Le résultat financier. Section 2 : Règles d'établissement et retraitements: 1° Règles d'établissement : Le C. en cas de diminution du stock entre le début et la fin de l'exercice. les flux de ressources et les flux de résultats.) constitue un point obligé de l'analyse financière pour la mise en œuvre ultérieure de la méthode des ratios et du tableau de financement. les opérations financières les opérations exceptionnelles.Z. Le C.P.  Ceux résultant d'opérations concernant les exercices antérieurs Il fait apparaître également les montants de l'exercice précédent.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. en fin d'exercice. Les rubriques constitutives du CPC sont les suivantes: Le compte de produits et charges permet de dégager divers niveaux de résultats.OMARI. tout en dégageant cinq résultats intermédiaires:  Le résultat d'exploitation. L’analyse des performances : le Compte de produits et charges.MME L. le compte de produits et charges fait apparaître les résultats intermédiaires suivants: Résultat d'exploitation = Produits d'exploitation – Charges d'exploitation Résultat financier Résultat courant = = Produits financiers – Charges financières Résultat d'exploitation + Résultat financier Résultat courant + Résultat non courant Résultat non courant = Produits non courants – Charges non courantes Résultat avant impôts = Résultat net = Résultat avant impôt – Impôts sur les résultats -. produits et charges. elle intègre l’étude de trois types de flux financiers. Il mentionne les dates de début et de fin d'exercice.

F. financier.MME L.Z.bail doit être déduite des "autres charges externes" et reclassée en :  Dotations d'exploitation pour l'amortissement qui aurait été pratiqué par l'entreprise dans l'hypothèse de l'achat du bien acquis en leasing. Dans cette optique. en cascade. Les subventions d'exploitation: Le Plan comptable marocain exclut du calcul de la valeur ajoutée les subventions d'exploitation. L'intérêt du diagnostic financier est de permettre d'affiner l'analyse de la structure du résultat et de neutraliser l'impact de certains phénomènes anormaux (plus-value de cession d'une immobilisation par exemple) sur le résultat de l'entreprise. l'état des soldes de gestion (E. la redevance de crédit. 2° Les retraitements du Compte de produits et charges : C. de faire face à ses besoins de fonctionnement et de développement.P. courant. les étapes successives de la formation des résultats . Cet état comporte deux tableaux:  Le tableau de formation des résultats (T. Si le compte de produits et charges permet de déterminer les différents niveaux de rentabilité (exploitation.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. ou encore de disposer de réserves suffisantes pour pallier les aléas d'une crise. Les charges de sous . En partant du principe que le personnel extérieur à l'entreprise a contribué par son travail à la formation de la valeur ajoutée. qui passe par la détermination de la capacité d'autofinancement.OMARI.  Charges financières pour la rémunération de la dette qui aurait servi à financer cette acquisition. en mettant en évidence sept soldes intermédiaires issus des comptes de gestion dans l'ordre suivant: DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.traitance des autres charges externes et les reclasser : – – soit en achats: pour la part "matières".C.G.  Le tableau de calcul de l'autofinancement (A.) qui analyse.entreprises pertinentes d'une part. Cette démarche est motivée par le souci de faire prévaloir une approche économique sur une approche juridico . L'état mentionne clairement en tête les dates de début et de fin d'exercice.F) de l'exercice.) permet de visualiser à travers les soldes de gestion comment l'entreprise a généré son bénéfice et sa capacité d'autofinancement.S. 1° Règles d'établissement: L'ESG décrit en deux tableaux la formation du résultat net et celle de l'autofinancement.comptable (cas du crédit.bail par exemple) et de mettre en évidence le coût des grands facteurs de production plutôt que de suivre l'évolution des charges par nature du plan comptable.traitance obéit aux même préoccupations. soit en charges de personnel: pour la part "main d'œuvre".R. Toutefois.L'exploitation doit dégager un bénéfice pour permettre à l'entreprise de survivre et de se développer.G.traitance et une entreprise dont les activités sont totalement intégrées. C'est pourquoi le crédit bail doit être traité comme une opération d'investissement financée par voie d'endettement. L'État des Soldes de Gestion : E. A l'instar des retraitements du bilan. Les charges de personnel: Le retraitement vise à permettre la comparaison entre la situation d'une entreprise qui fait appel à du personnel intérimaire et celle d'une entreprise qui dispose de son propre personnel. à savoir rendre pertinente la comparaison entre une entreprise qui recourt à la sous. Le bénéfice doit en effet permettre à l'entreprise d'assurer la rémunération des capitaux propres. L'étude de la rentabilité d'une entreprise suppose l'appréciation des résultats dégagés à chacun des niveaux reconnus comme significatifs pour porter un jugement sur la qualité de gestion. ALAOUI 15 .S.  Le tableau de formation des résultats (TFR) Le tableau de formation des résultats permet de déterminer par étapes successives la formation du résultat.traitance: Le retraitement des charges de sous. on procède aux retraitements suivants: Les rémunérations du personnel extérieur à l'entreprise doivent être retranchées des charges externes et reclassées en charges de personnel. Le crédit –bail: La comparaison entre une entreprise propriétaire de ses immobilisations et une autre entreprise locataire de ces mêmes biens est rendue difficile. ces dernières sont la plupart du temps des compléments du prix de vente et doivent à ce titre venir en accroissement du chiffre d'affaires. Le traitement consiste à : neutraliser les charges de sous. et pour analyser de façon significative l'exploitation de l'entreprise sur plusieurs périodes d'autre part. B. les analystes financiers suggèrent de procéder à des reclassements du compte de produits et charges pour établir des comparaisons inter. non courant).

) Il s'agit d'un résultat d'exploitation indépendant de la politique de financement de l'entreprise (charges et produits financiers). C'est pourquoi on a recours pour les entreprises industrielles ou de services au concept de production qui englobe :    La production vendue. Tableau de répartition de la valeur ajoutée Parties prenantes Rémunération Personnel Charges de personnel Etat Impôts et taxes. l'Etat. En comptabilité nationale.B.  La production de l'exercice: Le chiffre d'affaires traduit le dynamisme commercial de l'entreprise.  Excédent brut d'exploitation (EBE).B. c'est à dire le chiffre d'affaires. Enfin le concept de valeur ajoutée présente un intérêt particulier pour l'analyse de la répartition des revenus au sein de l'entreprise entre le personnel. en y ajoutant les subventions d'exploitation et en y retranchant les impôts. ou insuffisance brute d'exploitation (IBE): L'E.I. c'est à dire les immobilisations produites par l'entreprises pour elle-même. il n'est pas toujours significatif de l'activité réelle de celle-ci. La production stockée. en particulier quand les en-cours de fabrication sont importants et/ou que l'entreprise réalise des travaux pour elle-même. impôt sur les résultats Prêteurs Charges d'intérêt Actionnaires Dividendes Entreprise Dotations aux amortissements et aux provisions Affectation du résultat aux réserves.  Pour les entreprises industrielles: les achats consommés de matières et fournitures et les autres charges externes réellement consommées.E. et les consommations en provenance des tiers d'autre part.OMARI. de la politique d'investissement et de renouvellement des immobilisations (amortissements). La marge brute dégagée par l'activité de négoce est calculée par la différence entre les ventes de marchandises (en l'état) et les achats revendus de marchandises: Marge Brute = ventes de marchandises en l'état – Achats revendus de marchandises Les achats revendus sont égaux aux achats diminués de la variation de stocks de marchandises (stock final – stock initial) Pour les entreprises commerciales. (P. Marge brute sur ventes en l'état (MB): L'activité de l'entreprise est séparée en activité de négoce (achat et vente en l'état) et en activité de production.B. représente le résultat provenant du cycle d'exploitation et constitue à ce titre le premier solde significatif en termes de rentabilité.) La valeur ajoutée constitue un indicateur pertinent du poids économique et de la taille de l'entreprise.E. ALAOUI 16 . il s'agira d'une Insuffisance brute d'exploitation (I. Le concept de valeur ajoutée est fondamental car il permet de relier l'analyse macro. L'intérêt du concept de production est tout d'abord de fonder une opinion valable sur le niveau d'activité de l'entreprise. VA = Marge brute + Production – Consommations de l'exercice Les consommations en provenance des tiers englobent :  Pour les entreprises commerciales: les autres consommations de biens ou de services .Z. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. le taux de marge (c'est à dire le rapport de la marge brute au chiffre d'affaires hors taxes). Il permet également de rapprocher la production de l'exercice des consommations correspondantes. les apporteurs de capitaux et l'entreprise elle –même. à savoir les variations de stocks de produits.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. constitue un indicateur fondamental pour l'analyse du seuil de rentabilité.économique et l'analyse microéconomique. de même que les charges de personnel: E. en l'absence de comptabilité analytique. = Valeur ajoutée + Subventions d'exploitation – Impôts & taxes – charges de personnel Si le solde est négatif. la somme des valeurs ajoutées de toutes les entreprises permet de dégager le Produit Intérieur Brut. de la politique fiscale (impôts sur les résultats) et des éléments non courants. Production de l'exercice = Production vendue ± Production stockée + Production immobilisée.E. taxes et versements assimilés. La valeur ajoutée mesure l'apport réel de l'entreprise à l'économie. La production immobilisée. et pour l'analyse de la politique commerciale de l'entreprise dans le temps et par rapport à la concurrence.B. Il se détermine à partir de la valeur ajoutée.  Valeur ajoutée (VA) : Elle s'évalue par la différence entre la marge brute et la production d'une part.MME L.

crédit –bail. l'entreprise doit procéder à des investissements de renouvellement ou d'expansion. 1. et dans l'E. Elle mesure davantage la capacité de l'entreprise à dégager un autofinancement par son activité ordinaire que l'autofinancement potentiel généré par l'ensemble des opérations de l'exercice.G.C.G.B.. ALAOUI 17 .S.Z. la capacité d'autofinancement peut être calculée selon une méthode soustractive à partir de l'excédent brut d'exploitation.courants – Charges non.L'E. Calcul de la capacité d'autofinancement suivant la méthode dit "additive". Résultat net = Résultat courant + Produits non. à partir du résultat net de l'exercice : Capacité d'autofinancement = Résultat net de l'exercice (+ si bénéfice. orientée davantage vers les décideurs privés et les banquiers familiers avec la notion de cash.E.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -.P.  Résultat d'exploitation (RE) : Il figure à la fois dans le C. Résultat d'exploitation = E. dettes de financement.E + Autres produits d'exploitation – Autres charges d'exploitation + Reprises d'exploitation + Transferts de charges – Dotations d'exploitation  Résultat financier (RF)  Résultat courant (RC)  Résultat non courant (RNC)  Résultat net (RN): Il s'agit du dernier résultat. Ce sont les deux soldes caractéristiques dégagés par le tableau de détermination de l'autofinancement (T. obtenu en corrigeant le résultat courant des opérations non courantes et en déduisant l'impôt sur les résultats.: Pour des fins d'analyse et de contrôle. aux passifs circulants et à la trésorerie – Reprises sur amortissements. S'agissant des ressources internes. Calcul de la capacité d'autofinancement selon la méthode soustractive à partir de l'E.F. Le résultat d'exploitation qui est égal à la différence entre les produits d'exploitation et les charges d'exploitation. Pour ce faire. ce sont celles sécrétées par l'exploitation de l'entreprise et désignées par les vocables de capacité d'autofinancement et d'autofinancement. La capacité d'autofinancement correspond au potentiel généré par l'activité normale de l'entreprise pour: – Financer ses investissements de renouvellement (dotations aux amortissements) et d'expansion (bénéfice non distribués). Il constitue également pour l'investisseur un flux financier significatif pour l'appréciation de la rentabilité économique de l'entreprise. dans la mesure où la capacité d'autofinancement ne prend en considération que les opérations trouvant leur origine dans l'activité ordinaire de l'entreprise. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.OMARI.B. constitue donc un bon indicateur en matière de gestion de trésorerie.courantes – Impôts sur les résultats  Le tableau de détermination de l'autofinancement et les concepts de Capacité d'autofinancement et d'Autofinancement: Pour se maintenir et se développer. peut être calculé à partir de l'E.R. a) Capacité d'autofinancement La capacité d'autofinancement est la source de financement générée par l'activité de l'exercice.E.) ou interne. Le calcul de la capacité d'autofinancement à partir du résultat net de l'exercice part d'une approche résolument microéconomique. et calculée selon les dispositions indiquées dans l'E.B.E.S.flow traditionnel (trésorerie immédiatement disponible). – Faire face à la dépréciation de l'actif immobilisé (dotations aux provisions) ou à des risques et des charges probables (provisions durables pour risques et charges). l'entreprise dispose d'un ensemble de ressources dont l'origine peut être externe (augmentation de capital. subventions d'investissement. On remarque que les résultats des cessions d'actif immobilisé ne sont pas pris en compte. faire face à la dépréciation de ses actifs et à des risques divers et assurer le financement de son besoin en fonds de roulement.B. 2.MME L. – si perte) + Dotations de l'exercice autres que celles relatives aux actifs. sur provisions (autres que celles relatives aux actifs et aux passifs circulants et à la trésorerie) et sur subventions d'investissement – Produits des cessions des immobilisations + Valeur nette d'amortissement des immobilisations cédées ou retirées de l'actif. – Assurer la rémunération des apporteurs de capitaux (dividendes). etc. C'est un flux de fonds qui sert de base de calcul pour toutes les prévisions de trésorerie. avant toute affectation du résultat net. comptes courants associés. bien qu'ils constituent un flux.).

Au niveau de l'entreprise et d'un point de vue strictement financier. 2° Signification et rôle de l'autofinancement: Dans le cadre d'une économie marchande.S. donc un élément essentiel de la capacité d'endettement de l'entreprise.MME L. Sur un plan stratégique l'autofinancement confère à l'entreprise des degrés de liberté en matière de choix d'investissements. Le caractère potentiel ou théorique de la capacité d'autofinancement apparaît clairement. En effet. l'autofinancement constitue un facteur d'indépendance financière appréciable. – charges décaissables:  autres charges d'exploitation  charges financières (sauf dotations sur actif immobilisé et financement permanent)  charges non courantes (sauf valeur nette d'amortissement des immobilisations cédées et immobilisé ou financement permanent)  impôts sur les résultats + produits encaissables:  autres produits d'exploitation  transferts de charges d'exploitation  produits financiers (sauf reprise sur provisions réglementées ou sur provisions durables et reprises sur amortissements)  produits non courants (sauf produits de cessions d'immobilisation. Ainsi.G.  L'autofinancement évite à l'entreprise de s'endetter de manière trop lourde. ALAOUI dotations sur actif 18 .C.G. en particulier en période d'encadrement du crédit. Sur un plan financier. Il se calcule en retranchant de la capacité d'autofinancement les distributions ou retraits de bénéfices intervenus au cours de l'exercice.S.P. l'autofinancement à un coût en intérêt puisque les sommes disponibles auraient pu être placées à l'extérieur dans des emplois lucratifs. en réduisant le poids des charges financières. pour celleci. en l'absence de distribution de dividendes. car elle s'obtient par la différence entre les produits encaissables et non calculés et les charges décaissables et non calculées.OMARI.) ont également pour effet de corriger plusieurs agrégats de l'E. la fonction d'investissement est essentiellement dévolue à l'entreprise.E. le financement d'une croissance compatible avec son objectif d'autonomie reste nécessairement conditionné par le niveau de son autofinancement.E. 3° Les retraitements de l'E.: Il convient de noter que les divers retraitements (opérés sur le C.  Est un garant du remboursement des emprunts. b) Autofinancement : 1° le calcul de l'autofinancement: L'autofinancement constitue le surplus monétaire (ressource) généré par l'entreprise et conservé durablement pour assurer le financement de ses activités. Il n'entraîne aucune charge d'intérêt et de remboursement.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. et évite aussi les frais importants consécutifs aux opérations financières. En fait. l'autofinancement:  Est un financement interne disponible pour l'investissement tant en vue de maintenir le capital économique qu'en vue d'assurer la croissance de l'entreprise. ou I.Capacité d'autofinancement = E. et il a un coût en capital car il décourage l'épargne des actionnaires par la diminution des dividendes. Cette définition montre que la capacité d'autofinancement constitue le maximum de ressources que l'entreprise pourrait consacrer à l'autofinancement.Z. c'est à dire si les produits et les charges se traduisent par des encaissements et des décaissements immédiats et intégraux. L'autofinancement joue donc un rôle fondamental tant au niveau de l'entreprise que de l'économie nationale.B. la capacité d'autofinancement correspond à la différence entre les produits encaissés et les charges effectivement décaissées si et seulement s'il n'existe pas de décalage de trésorerie. les reclassements : DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. la capacité d'autofinancement constitue un reliquat plutôt qu'un agrégat comme dans la méthode additive. Autofinancement = Capacité d'autofinancement – Dividendes distribués au cours de l'exercice. reprises sur subventions d'investissement et reprises sur provisions durables ou réglementées) Selon la méthode soustractive. Il permet à l'entreprise de limiter le recours à l'endettement et améliore par conséquent sa rentabilité.B.

l’excédent de trésorerie d’exploitation ( E.E.T. – et de la sous.E. des pratiques d’amortissement et de provisions (charges non décaissables) et des reprises et transferts de charges ( produits non encaissés). qui représente simplement la différence entre les recettes d’exploitation et les dépenses d’exploitation de l’entreprise. il n’existe pas toujours une correspondance entre un résultat bénéficiaire et une trésorerie positive.T. dans l’approche indirecte) de fonder une optique globale sur la gestion de l’entreprise. ): La capacité d’autofinancement représente la capacité de l’entreprise à générer des flux pour sa propre activité.B. Il est en principe affecté au règlement des paiements «obligatoires ».)  L’E.R.B.) A. d’un in dicateur synthétique de la variation de la trésorerie. Production de l'exercice: La production de l'exercice est un mélange de produits d'exploitation d'origines et de principes d'évaluations différents.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. .R. dans la mesure où la capacité d’autofinancement ne prend pas en compte les décalages financiers et les variations de stocks.bail. pour apprécier la capacité th éorique de l’entreprise à rembourser ses dettes.E. c’est à dire les variations du besoin en fonds de roulement d’exploitation ( B. Le retraitement consiste. ni le surplus non courant (résultat non courant).B.B.E.T. ALAOUI 19 . = Encaissements d’exploitation Approche indirecte : 2. le cas échéant.E. peut être calculé de deux façons.) et de Seuil de Rentabilité (S. et B. Il est important pour l’analyste financier de disposer.OMARI.E.T. permet de bien appréhender les différences entre les notions de résultat et de trésorerie. Intérêt et signification de l’E. Puisque la production stockée comprend à la fois du coût d'achat de matières premières et de frais accessoires mais aussi de la main d'œuvre directe et des amortissements.Z. à diminuer la production stockée de la main d'œuvre directe et des amortissements inclus. traduit l’excédent des liquidités sécrétées par l’exploitation.E. ou diminution du B. Il constitue donc un indicateur de l’équilibre financier de l’entreprise. il s’agit d’un critère original qui présente les caractéristiques suivantes :  Il permet à partir de deux paramètres ( recettes et dépenses d’exploitation dans l’approche directe .E. et du B.T.R.B. Ainsi. – Décaissements d’exploitation E.E.T.R.  Il prend en compte les décalages financiers (délais d’encaissement des créances et de règlement des dettes) et les variations de stocks.T. Section 3 : Les concepts d'Excédent de Trésorerie d'Exploitation (E.F.T.E. ne correspond pas à ses disponibilités.– du crédit.MME L. lié au niveau de l’E. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. – – Le retraitement des subventions d'exploitation quant à lui permet d'accroître la production et par conséquent la valeur ajoutée de l'entreprise.E.E). De la capacité d’autofinancement à l’excédent de trésorerie d’exploitation ( E..T. en plus de l’E.F.E.F.E. les remboursements d’emprunts. – du personnel extérieur à l'entreprise .T. En effet. Ces montants viennent fausser la valeur ajoutée en la majorant de charges n on comprises dans les consommations.E. c’est à dire les charges financières.  Il est calculé indépendamment des choix de politique financière (charges et produits financiers). En effet.) est un instrument d’analyse qui distingue les éléments d’exploitation des éléments financiers et non courants. l’impôt sur les sociétés et les dividendes.  L’E. une entreprise bénéficiaire peut être en cessation de paiement alors qu’un résultat déficitaire peut s’accompagner d’une trésorerie positive. Mesure de l’excédent de trésorerie d’exploitation : L’E. est sensible à toute amélioration de ces deux composantes (accroissement de l’E. Il s’agit en fait d’un surplus monétaire d’exploitation qui ne comprend ni le surplus financier (résultat financier). = E. Les ventes de produits finis et de prestations de services sont évaluées au prix de vente alors que la production stockée et la production immobilisée sont évaluées à la sommes des coûts de production. Approche directe : E.. 1. L’E.Augmentation du besoin de fonds de roulement d’exploitation.E.E.T.traitance . Cependant. Ont pour effet de diminuer la consommation de l'exercice et d'accroître la valeur ajoutée.E.R.E. E.F.  L’E.E. i l s’agit d’un flux de fonds et non pas d’un flux de trésorerie.

Le cas inverse peut traduire soit le résultat de difficultés économiques et commerciales (concurrence vive. La rotation du crédit fournisseurs : Les délais moyens consentis par les fournisseurs dépendent essentiellement des usages commerciaux du secteur.Clients créditeurs. et permettent d’appréhender la réalité économique et industrielle de l’entreprise à partir de la rotation des stocks. ALAOUI 20 . Ce délai traduit la moyenne qui s’écoule entre la date d’entrée en stock et la sortie des mêmes stocks. on distingue l’entreprise commerciale de l’entreprise industrielle. des créances clients et des dettes fournisseurs.LES RATIOS DE GESTION OU DU B. Le délai moyen d’écoulement des matières et fournitures consommables est mesuré par le ratio suivant : R2 = Stock moyen de Mat.C. L’en-cours clients est calculé comme suit : Clients et comptes rattachés . due à une meilleure capacité de négociation de l’entreprise. Il exprime le nombre de jour s d’achats ou de consommations représenté par le stock. Produits en cours. mévente. 1ères et de Mat & Fournitures consommables x 360j Achats consommés de matières et fournitures Le délai moyen d’écoulement des produits en cours R3 = Stock moyen de produits en cours x 360j Production vendue Le délai moyen d’écoulement des produits finis se calcule par rapport aux prix de revient des produits vendus R4 = Stock moyen de produits finis Production vendue B. Cas de l’entreprise industrielle : On distingue différentes catégories de stocks :Matières premières. soit le reflet d’une politique délibérée. avances et acomptes. Produits finis. La rotation des stocks : Les stocks représentent souvent une part importante des actifs circulants. Des comparaisons inter.Z.R (OU D’EQUILIBRE FINANCIER) : Les ratios de gestion constituent les ratios explicatifs du besoin en fonds de roulement. matières et fournitures consommables. c’est à dire la consommation. Le délai moyen de recouvrement des créances est calculé par le ratio suivant : R5 = En-cours clients x 360j Ventes T. La rotation des créances commerciales : x 360j Les délais moyens de règlement des clients sont fonction à la fois des pratiques en vigueur dans le secteur de l’entreprise.MME L. L’examen de leur rotation et leur évolution dans le temps renseignent utilement sur la liquidité de l’entreprise et sur l’efficacité de sa politique commerciale. Pour le calcul des ratios de rotation.F.).SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. etc. Les ratios de rotation permettent de déterminer le délai moyen pour que le stock se transforme en créance sur la clientèle (cas d’une vente à crédit). et du pouvoir de négociation avec les clients. Un tel délai peut à l’inverse traduire une position de dépendance tout à fait dangereuse et coûteuse. Le ratio R1 mesure le délai moyen d’écoulement des marchandises consommées et revendues en l’état par l’entreprise. SECTION 1 : LES DIFFERENTS RATIOS : A. La rotation du stock doit être appréciée en fonction de la nature de l’activité de l’entreprise et des conditions internes de gestion. Le délai moyen de règlement accordé par les fournisseurs est égal à : DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.T.performances de l’entreprise. Un délai supérieur à la moyenne de la profession est le signe en principe d’une situation favorable. Cas de l’entreprise commerciale : R1 = Stock moyen de marchandises / Achats revendus de marchandises x 360j Rappels :  Le stock moyen de marchandises = Stock initial + Stock final / 2  Les achats revendus de marchandises = Achats – Variation des stocks.entreprises permettent par ailleurs d’apprécier les performances ou les contre. Un délai moyen inférieur à la norme de la profession peut être le signe d’une situation défavorable (problème de solvabilité de l’entreprise…) ou au contraire d’une trésorerie confortable qui permet à l’entreprise de régler ses fournisseurs par anticipation et profiter ainsi d’escomptes de règlement. ou en liquidités (cas d’une vente au comptant).OMARI. Une durée moyenne inférieure à la durée de la profession traduit une situation favorable.

T.A.R6 = En-cours fournisseurs x 360j Achats T.E.A. A contrari o.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. Les ratios de rentabilité : L’analyse de la rentabilité est essentielle dans la mesure où elle est la résultante de la politique générale de l’entreprise. H. Les ratios de rentabilité économique : D’un point de vue économique.B.B.C. ou de marges fortes accompagnées d’un faible taux de rotation des capitaux engagés. Les ratios de rentabilité d’exploitation : Ces ratios permettent d’appréhender la rentabilité d’exploitation à divers stades de la formation du résultat.Fournisseurs débiteurs. Le ratio du taux de marge brute : traduit la performance de l’entreprise à travers son aptitude à générer des ressources de trésorerie. R3 = Résultat d’exploitation Chiffre d’affaires H. Ce ratio fait apparaître le niveau relatif du résultat. 1. et le reliquat serait consacré à la rémunération des capitaux propres. L’en-cours fournisseurs est déterminé comme suit : Fournisseurs et comptes rattachés .B. la rentabilité de l’entreprise s’exprime par le rapport entre le surplus monétaire dégag é et le capital économique ( actif total). – Achats revendus de marchandises H. le meilleur indicateur de la rentabilité des capitaux qu’il a engagé est mesuré par le ratio suivant : R6 = Résultat de l’exercice x 100 Capitaux propres Il est possible de décomposer ce ratio en un produit de 3 facteurs : R7 = Résultat net de l’exercice = Résultat net de l’exercice x Chiffre d’affaires x Passif Capitaux propres Chiffre d’affaires Actif total Capitaux propres Rentabilité financière = Marge commerciale x Rotation de l’actif x Ratio d’endettement DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.OMARI.T. avances et acomptes. Actif économique Taux de rentabilité économique = Taux de marge brute x Taux de rotation de l’actif économique d’exploitation Ainsi. Actif économique C. H. Ce ratio peut être décomposé en un produit de deux facteurs : R5 = E. la rentabilité financière est définie comme le résultat revenant aux capitaux propres après déduction de la rémunération des dettes. Les ratios de rentabilité financière : Le résultat économique dégagé doit servir à rémunérer les dettes par prélèvements des frais financiers. Ainsi. Ce ratio ne prend pas en considération les conditions de financement (part relative des capitaux propres et des capitaux empruntés à long terme) : R4 = E.T. la rentabilité économique dépend à la fois du taux de marge brute d’exploitation et du taux de rotation de l’actif économique qui mesure l’efficacité du capital économique. Pour l’actionnaire. C.T. 2. qui constitue un véritable investissement.T.E.B.T. indépendamment de la politique financière de l’entreprise et de l’impact des éléments non courants et de la fiscalité au titre de l’impôt sur les résultats. Une amélioration de ce ratio est le signe d’une marge brute élevée ou d’une meilleure productivité. Actif économique L’actif économique peut être représenté par l’actif total. Ventes de marchandises H. x C.A.E. une baisse de ce ratio reflète une situation dégradée par suite de la baisse de la marge b rute et/ou d’un accroissement des charges d’exploitation. mais on lui préfère l’actif immobilisé d’exploitation majoré du besoin en fonds de roulement. R2 = E. H. C.T.MME L. ALAOUI 21 .T. La rentabilité économique peut procéder d’une politique de marges faibles associée à une forte rotation de l’actif économique. R1 = Ventes de marchandises H.Z. Le ratio de marge brute : Utilisé essentiellement par les entreprises commerciales perm et d’apprécier la stratégie commerciale poursuivie par l’entreprise.E = E.

on l’appelle le rendement.La rentabilité financière est donc fonction de :  La politique commerciale de l’entreprise .MME L. Pour l’actionnaire majoritaire. R10 = Capitaux empruntés Marge brute d’autofinancement D. concerné autant par l’enrichissement de l’entreprise que par les revenus qu’il perçoit. en supposant d’ailleurs la vitesse de rotation constante. Il s’agit de la rentabilité d’un actif financier . Les ratios de rendement financier : On regroupe sous ce titre les ratios de rentabilité calculés par référence à la capitalisation boursière. Lorsque la part relative de l’endettement augmente le dénominateur du ratio de rentabilité (résultat net / c apitaux propres) diminue. l’endettement détermine le montant du capital investi par les actionnaires et influence le bénéfice par la déduction des frais financiers (intérêts payés). En effet. il es t préférable d’exprimer la rentabilité par le rapport donnant le bénéfice par action : R8 = Résultat net x 100 Nombre d’actions On retient pour ce calcul le nombre d’actions composant le capital social. et du rôle joué par l’endettement dans le passage de la rentabilité économique à la rentabilité financière. Pour mettre en évidence cette relation. La capitalisation boursière est égale à : Nombre de titres composant le capital x Cours du titre en bourse Le calcul de ces ratios se heurte au problème posé par les variations du cours du titre en bourse. Le ratio suivant leur donne une mesure de l’importance relative de l’endettement de l’entreprise et de sa capacité d’endettement. c’est à dire l’éval uation du capital de l’entreprise à partir du cours de l’action de l’entreprise cotée en bourse. mais également d’obtenir le remboursement progressif de leur prêt suivant les termes de leur contrat. Cet effet est appelé effet de levier.  La rotation de ses actifs. c’est à dire de son aptitude à générer du chiffre d’affaires à partir de moyens déterminés (politique industrielle et technique) . Leur objectif est non seulement de percevoir une rémunération.  La politique financière de l’entreprise. soit la valeur moyenne du cours sur un exercice. On retient soit le dernier cours connu. il faut recourir à la notion de résultat brut avant charges financières puisque ces dernières sont fiscalement déductibles et introduire le coefficient d’érosion du bénéfice par les charges financières soit : 1 – Charges financières Résultats On utilise alors le résultat d’exploitation avant charges financières et avant impôts mais après amortissement. L’expression de la rentabilité devient : Résultat Chiffre d’affaires X Chiffre d’affaires Actif total X Actif total Capitaux propres X 1 – Charges financières Résultats X ( 1 – taux d’imposition) Marge X Rotation X Coefficient d’endettement X Coefficient de charges financières X Taux d’imposition Cette relation mesure l’effet de l’endettement sur la rentabilité financière lors de l’augmentation de l’actif total par endettement. mais la rentabilité reste la même si le résultat net diminue dans la même proportion.OMARI. Par contre l’actionnaire minoritaire qui recherche un revenu préférera mettre l’accent sur la rentabilité de son placement exprimée par le ratio : R9 = Bénéfices distribués (Dividendes) x 100 Capitaux propres Le point de vue des emprunteurs est différent.Z. ALAOUI 22 . c’est à dire de la structure de ses ressources financières. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -.

La productivité du travail dépend ensuite de la productivité des équipements.). Les ratios de productivité Les ratios de productivité permettent d‘analyser les performances des facteurs de production de l’entreprise ainsi qu e leur évolution.MME L. Un ratio élevé est le signe d’un degré capitalistique élevé de l’entreprise. Un ratio faible signifie que l’entreprise utilise beaucoup de main d’œuvre et peu de capital. la productivité du personnel dépend du degré capitalistique de l’entreprise ou rapport entre les facteurs capital et travail. Le rapport Dividendes x 100 / Bénéfice net donne un indice de mesure de la politique de distribution et d’autofinancement (pay out ratio).R. Dans cet esprit. Ces différents ratios servent de base aux analyses financières ayant pour objet de déterminer la va leur d’un titre en vue d’un placement. dépend à la fois du montant du bénéfice et du cours.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. Ces ratios ne permettent pas de mesurer le revenu offert par un placement.E. Il convient alors d’ajouter au bénéfice net l’avoir fiscal. on peut également mesurer l’importance de l’autofinancement par le rapport : Autofinancement Capitalisation boursière Mais on lui préfère généralement le rapport : Autofinancement Capitaux propres Qui donne une mesure plus rigoureuse de la capacité de financement propre de l’entreprise et des informations intéressantes sur les possibilités de développement de l’entreprise et de croissance de son capital. et de procéder à des comparaisons inter. ALAOUI 23 .entreprises : R1 = Valeur ajoutée / Production R2 = Valeur ajoutée / Effectif moyen R1 mesure le degré d’intégration des activités de l’entreprise et sa contribution à l’économie. L’importance de ce ratio dépend non seulement de la rentabilité de l’entreprise. Ainsi. Il s’agit alors pour ce dernier. d’un gain en capital mais cet avantage reste potentiel et ne deviendra effectif qu’à la cession de ses droits ou lors de la liquidation. Les mises en réserves viennent augmenter l’actif net dur lequel portent également les droits de l’actionnaire. est appelé « price earning ratio » (P. On préfère dans ce cas utiliser le ratio : Dividendes x 100 Capitalisation boursière Ce rapport mesure le rendement financier proprement dit. soit sous forme de coefficients : Taux de capitalisation = Bénéfice net x 100 Capitalisation boursière Coefficient de capitalisation = Capitalisation boursière Bénéfice net Le taux de capitalisation qui s’exprime également par le rapport : Bénéfice net / cours. R2 mesure la valeur ajoutée générée par personne employée et donne une première idée de la productivité. c’est à dire de la valeur ajoutée produite par dirham investi.Z. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.Les ratios sont exprimés soit en pourcentages.OMARI. Ils sont utilisés couramment par les milieux bancaires et boursiers. mais aussi de sa politique de distribution des bénéfices. Ce ratio peut être décomposé comme suit : Valeur ajoutée = Immobilisations d’exploitation +Besoins en fonds de roulement d’exploitation Effectifs Effectifs X Valeur ajoutée Immobilisations d’exploitation +Besoins en fonds de roulement d’exploitation Productivité du travail = Degré capitalistique de l’entreprise X Productivité de l’investissement. Le coefficient de capitalisation qui s’exprime également par le rapport Cours / Bénéfice par action. E.

Ratio de rentabilité des capitaux propres. Ne tient Ratio de rendement défini sur l’exploitation. ALAOUI 24 .E. 5 E. Il tient compte de la performance globale Ratio de rendement strictement défini sur l’exploitation. 10 CAF Capitaux propres Variante du ratio précédent.Z. Interprétation Traduit l’efficacité de l’exploitation (approvisionnement. Il utilise un indicateur plus fiable de la performance d’exploitation (EBE° 3 Ratio de marge. Permet de mettre en évidence le rythme auquel l’autofinancement permet de reconstituer les capitaux des propriétaires. Il est plus extensif et facile à établir.Ratios d’analyse des performances. 11 Valeur ajoutée Production Le ratio de productivité. Traduit l’efficacité globale de l’entreprise.B.B. 8 CAF Résultat de l’exercice Immobilisations d’exploitation + BFR 9 Capitaux propres DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.B. production et vente) 2 E. Résultat de l’exercice E. Il permet d‘analyser les performances des facteurs de production de l’entreprise : mesure du degré d’intégration des activités de l’entreprise et sa contribution à l’économie 12 Valeur ajoutée Effectif moyen Le ratio de productivité.OMARI.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -.E Actif total Variante du ratio précédent. Expression classique du taux de profit dégagé sur les capitaux fournis par les propriétaires.MME L. Ratios Numérateur Dénominateur 1 Résultat d’exploitation Chiffre d’affaires HT Chiffre d’affaires HT Chiffre d’affaires HT Ratio de marge.E Résultat de l’exercice Résultat d’exploitation Variante du ratio précédent. d’exploitation + BFRE compte que des éléments directement liés à l’exploitation. Il utilise un indicateur plus fiable de la performance d’exploitation (EBE) 6 7 Actif total Immobilisations Ratio de rendement. Il permet d‘analyser les performances des facteurs de production de l’entreprise : mesure de la valeur ajoutée générée par personne. dans l’ensemble de ses activités. 4 Actif total Ratio de rendement. Traduit l’efficacité dont l’entreprise fait preuve en utilisant son patrimoine économique pour dégager un résultat sur son activité courante.

Le tableau de financement est généré directement par la comptabilité à partir : – de la capacité d'autofinancement déterminée au niveau de l'état des soldes de gestion. l'évolution de la variation du besoin de financement global et permet d'établir la relation fondamentale de la trésorerie: Variation F. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.F. – des variations des soldes des comptes d'actif et de passif circulants et de trésorerie Le tableau de financement doit répondre à trois objectifs:  Il doit recenser les emplois nouveaux et les ressources nouvelles constatés au cours de l'exercice. que l'entreprise a pu mobiliser pour faire face à ces besoins. ALAOUI 25 . Section 1 : Tableau de financement (T.) et le tableau emplois – ressources (T. Diverses terminologies sont utilisées. ou la réduction de l'actif circulant). les emplois du côté débit et les ressources du côté crédit. Le tableau de financement met l'accent sur l'analyse de la variation du fonds de roulement (F. En d'autres termes.). A ce titre le tableau de financement doit permettre d'expliquer le passage entre deux bilans successifs. Le tableau de financement peut être présenté en cascade comme il peut l'être aussi sous forme d'un compte schématique (en T). – des mouvements bruts de valeur (ou flux) de ressources ou d'emplois stables figurant dans les comptes de financement permanent et d'actif immobilisé à la fin de l'exercice. en décrivant les ressources dont elle a disposé et les emplois qu'elle en a effectués.  Un flux de ressources entraînera une augmentation de stocks de ressources ou une diminution de stocks d'emplois.OMARI.  Il doit permettre l'analyse des variations de patrimoine de l'entreprise et notamment d'expliquer ces variations. les plus fréquentes sont le tableau de financement (T. Il comporte deux tableaux:  Synthèse des masses du bilan.) ou Tableau des emplois et ressources (TER) : 1. Ces flux de fonds sont des emplois nouveaux ou ressources nouvelles au cours de l'exercice et viennent augmenter ou diminuer les comptes de patrimoine actif ou passif entre le début et la fin de l'exercice:  Un flux d'emplois induira une augmentation de stocks d'emplois (patrimoine actif) ou une diminution de stocks de ressources (patrimoine passif).G.R.E. ou les distributions de dividendes) ou de caractère cyclique (tels l'accroissement de l'actif circulant ou la diminution du.F.MME L. L'analyse se fait généralement en termes de niveau et de structure. forme l'autofinancement de l'exercice .3 : LE TABLEAU DE FINANCEMENT L'étude du tableau de financement a pour objet l'appréciation des flux qui ont caractérisé l'activité de l'entreprise au cours d'un exercice donné.  Il doit expliquer l'incidence financière des différentes opérations de l'exercice sur la trésorerie. Il s'agit des:  Ressources de financement de caractère stable (tels l'autofinancement et les nouveaux emprunts) ou de caractère cyclique (tels l'accroissement du passif circulant. les remboursements d'emprunts.  Tableau des emplois et ressources. passif circulant). d'investissement ou de financement. Le tableau de financement retrace toutes les opérations devant se matérialiser par la constatation d'un flux financier réel sur la période concernée.R.Z. de répartition.F. – Variation B. a) Définition Le tableau de financement est l'état de synthèse qui met en évidence l'évolution financière de l'entreprise au cours de l'exercice. que ce soit pour les opérations d'exploitation. b) Structure du tableau de financement: Le tableau de financement proposé par le plan comptable marocain s'intéresse à l'ensemble des activités de l'entreprise. = Variation Trésorerie Le tableau de financement fait mention expresse des dates de début et de fin d'exercice. sur un exercice donné. Définition et objectifs du T. Cette capacité diminuée des dividendes distribués de l'exercice. internes ou externes.F.) et du besoin en fonds de roulement comme il privilégie la variation de la trésorerie.  Emplois financiers de caractère stable et définitif (tels les investissements réalisés.R. La trésorerie et par suite la liquidité de l'entreprise constitue un indicateur de l'équilibre financier à tout instant de la vie de l'entreprise ainsi que de l'apparition de difficultés financières éventuelles. et permet d'expliquer l'évolution de l'équilibre financier et de la situation patrimoniale de l'entreprise.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. il doit retracer l'ensemble des besoins financiers ressentis ainsi que l'ensemble des ressources.F. à travers l'évolution du fonds de roulement fonctionnel.

en principe. Variation de trésorerie nette: Elle résulte verticalement de la variation du fonds de roulement et du besoin de financement global et horizontalement par la différence entre la variation de la trésorerie-actif et celle de la trésorerie-passif..OMARI.Z. MASSES Exercice Exercice Variations ( a– b) (a) précédent (b) Emplois (c) Ressources (d) 1 2 3 Financement Permanent Moins actif immobilisé = Fonds de roulement (A) fonctionnel (1-2) Actif circulant Moins Passif circulant = Besoin de financement (B) Global (4-5) Trésorerie nette (Actif – Passif) = A–B X X X X X X X X X X X X 4 5 6 X X X X X X X X X X X X 7 X X X X Cette synthèse est établie directement à partir des montants nets figurant dans les bilans de début et de fin d'exercice. quatre masses successives: DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. ALAOUI 26 . ce qui traduit.. de calculer:  Le fonds de roulement fonctionnel : Financement permanent – Actif immobilisé.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -.2.  Cession et réduction d'immobilisations. La présentation "fonctionnelle" du bilan permet. 3. il s'agit notamment des flux de:  Accroissements des emplois en non. (A)  Le besoin de financement global : Actif circulant hors trésorerie– Passif circulant hors trésorerie. Variation du Besoin de financement global: Le besoin de financement global augment en "emplois".. Sa variation résulte des variations nettes des postes d'actifs circulants et de passif circulant hors trésorerie. respectivement une amélioration ou une détérioration de ce fonds. diminue en "ressources.au. Les flux susceptibles d'induire une variation du fonds de roulement sont variés. Variation du fonds de roulement: Le fonds de roulement augment en "ressources". par simple différence. (B)  La trésorerie nette : Trésorerie –actif – Trésorerie. et diminue en "emplois".1.. En emplois.. Après report des montants de l'exercice et de ceux de l'exercice précédent dans les colonnes (a) et (b). ce qui traduit.. Synthèse des masses du bilan ou présentation fondée sur l’analyse de la variation des composantes de l’équilibre financier: I. Variation de trésorerie nette = Variation FRF – Variation BFG b. SYNTHESE DES MASSE DU BILAN Exercice du..  Acquisition et augmentation des immobilisations.MME L..... Tableau des emplois et ressources ou présentation fondée sur l’analyse de la variation de la trésorerie. les différences entre les montants (a) et (b) constituent:  Des emplois financiers (colonne c)  Des ressources financières (colonne d) 1. pour l'exercice comme pour le précédent. sont inscrites dans les colonnes (c) et (d). en vertu de la formule d'équilibre financier: Trésorerie nette = Fonds de roulement fonctionnel – Besoin de financement global.valeurs. les variations constatées entre le début et la fin de l'exercice. selon leur nature.  Augmentation de situation nette  Augmentation de dettes de financement.b. Un contrôle vertical permet de vérifier que cette trésorerie nette.  Remboursement des capitaux propres  Remboursement des dettes de financement Variation Total emplois (–) En ressources il s'agit notamment des flux de:  Autofinancement. en principe. Le tableau des emplois et ressources présente. obtenue à partir des deux masses active et passive du bilan est bien égale à la différence (A) – (B).passif. respectivement un alourdissement ou une amélioration au niveau de ce "besoin". Variation Total ressources(+) Il en résulte : Variation du Fonds de roulement = Variation ressources acycliques – Variation emplois acycliques 2.

EMPLOIS ET RESSOURCES I.F. corporelles  Acquisitions d'immob. Les mouvements de fonds qui affectent la trésorerie peuvent être de toutes natures. 3. Opérations de financement: elles donnent naissance à une variation des flux de trésorerie de financement. VARIATION DE LA TRESORERIE TOTAL GENERAL EXERCICE EMPLOIS RESSOURCE S X EXERCICE PRECEDENT EMPLOIS RESSOURCES X X X X X X X X X X X X X X X 2. Opérations de répartition: relatives notamment à l'affectation des résultats. EMPLOIS STABLES DE L'EXERCICE (FLUX)  ACQUISITIONS ET AUGMENTATION D'IMMOBILISATIONS (E)  Acquisitions d'immob.I. proviennent de l'analyse de deux bilans successifs relatifs à la fin de l'exercice précédent et à la fin de l'exercice courant.OMARI. VARIATION DU BESOIN DE FINANCEMENT GLOBAL (B.C. La variation de trésorerie nette résulte de ces différentes variations sur une période donnée.).F. Élaboration et interprétation du T.MME L. Opérations d'investissement: elles donnent naissance à une variation des flux de trésorerie d'investissement.G. Les deux premières en termes de flux de l'exercice : "Ressources stables" et "emplois stables".SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. Une variation positive souligne la capacité de l'entreprise à générer des ressources par son activité. De nombreuses informations complémentaires sont nécessaires à l'élaboration du tableau de financement et proviennent de l'Etat des informations complémentaires (E.) IV. Elles sont regroupées dans cette présentation en quatre catégories. apports  Subventions d'investissement  AUGMENTATION DES DETTES DE FINANCEMENT (D) (nettes de primes de remboursement) TOTAL I . RESSOURCES STABLES L'EXERCICE (FLUX) DE  AUTOFINANCEMENT (A)  CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT – Distributions de bénéfices  CESSION ET REDUCTION D'IMMOBILISATIONS (B)  Cessions d'immob. incorporelles  Acquisitions d'immob. financières  Récupérations sur créances immobilisées. corporelles  Cessions d 'immob. Les flux d'emplois et de ressources.  AUGMENTATION DES CAPITAUX PROPRES ET ASSIMILES (C)  Augmentation de capital. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. II.T. RESSOURCES STABLES (A + B + C + D) II. financières  Augmentations des créances immob. ALAOUI 27 . Opération d'exploitation: elles donnent naissance à une variation des flux de trésorerie d'exploitation.  Les deux dernières en termes de variation nette globale :"Variation du BFG" et "Variation de la trésorerie". EMPLOIS STABLES (E + F + G + H) III . généralement l'exercice. 4. nécessaires à l'élaboration du tableau de financement de l'exercice courant. 2.Z. 1. incorporelles  Cessions d'immob. REMBOURSEMENT DES CAPITAUX PROPRES (F)  REMBOURSEMENT DES DETTES DE FINANCEMENT (G)  EMPLOIS EN NON VALEURS (H) TOTAL II.

dans le cas d'existence d'écarts de conversion. obtenus en bas du tableau. expression en valeurs relatives des diverses composantes du tableau par rapport au total.  pour les autres flux: directement à partir du grand livre (mouvement débit et mouvement crédit des comptes relatifs aux postes concernés du Tableau de financement). en particulier pour les flux d'emplois et de ressources acycliques ou stables. a.  Investissement ou acquisition d'immobilisations.OMARI.passif. Par contre. Les emprunts obligatoires sont retenus pour leur montant diminué des éventuelles primes de remboursement servis à la souscription.  Les réserves de réévaluation doivent être isolées et ignorées par le tableau de financement auquel cas les variations d'immobilisations doivent être déterminées après retraitement des immobilisations pour revenir à leur valeur historique.  Les réductions d'actifs immobilisés résultant de virements de postes à postes ( immobilisations en cours vers immobilisations concernées ou avances sur immobilisations vers immobilisations) ne se traduisent par aucun flux financier ne doivent pas influencer le tableau de financement  Les réductions d'immobilisations financières correspondant à des remboursements perçus sur prêts. résultant de virements de compte à compte par exemple doivent être ignorés. en particulier pour le haut du bilan.  Augmentation de dettes de financement. Ce tableau traduit donc une synthèse de la politique financière poursuivie par l'entreprise et peut être exploité de diverses manières: . a) Construction du tableau de financement : a. Il permet tout d'abord d'apprécier la politique d'investissement et de financement de l'entreprise.  Le total général des emplois et celui des ressources. ne constituent pas des flux financiers et résultent de virements de comptes à comptes.. les augmentations de capital par incorporation de réserves ou consolidation de dettes.  Les parts d'augmentation de capital non libérées ou non appelées n'ayant pas induit de ressources réelles ne doivent pas apparaître dans le tableau de financement.  Augmentation de capitaux propres:  L'augmentation de capital par apports en nature ou en numéraire doit être prises en compte dans le tableau de financement comme flux de ressources réelles pour la partie souscrite. La détermination des flux réels d'emplois et de ressources se trouve facilitée par l'élaboration d'une balance de mutations dont le principe est de reconstituer les variations brutes des postes d'actif ou de passif au cours de l'exercice. et de s'assurer que l'équilibre financier de l'entreprise est satisfaisant.2. appelée et libérée y compris les éventuelles primes d'émission ou primes d'apports ou de fusion. Exemples particuliers:  Cession d'actifs immobilisés  Seules les cessions se traduisant par un flux financier d'encaissement doivent être prises en ressources acycliques stables dans le tableau de financement pour le prix de cession. Toutefois. les masses III et IV du tableau de financement sont calculées non pas en termes de flux. sont des ressources dont le montant figure en valeur historique dans le tableau des immobilisations. constitue la somme algébrique des variations (en augmentation ou en diminution) des différents postes composant l'actif et le passif circulants (hors trésorerie). b) Interprétation du tableau de financement.  Il n'y a lieu de faire apparaître en emplois acycliques que les véritables investissements se traduisant par un flux d'emplois réel. Le tableau de financement constitue pour l'analyste financier un document essentiel. et ne doivent pas influencer le tableau de financement. sont égaux. les flux de ressources et d'emplois stables sont obtenus:  pour l'autofinancement : à partir du modèle de calcul figurant dans l'Etat des soldes de gestion.  Le montant des investissements est déterminé à partir des montants bruts des immobilisations et des éventuelles cessions brutes d'actifs immobilisés. tels que les virements de compte à compte.MME L. il convient d'annuler ces écarts dans les comptes correspondants. en vérifiant que le fonds de roulement fonctionnelle permet de faire face au besoin de financement global de l'entreprise. dépôts et cautionnement. la simple lecture des hauts de bilans ne permet que la détermination de variations nettes des postes et non des variations brutes seules représentatives des flux réels de fonds constatés au cours de l'exercice. ALAOUI 28 .  Le tableau de financement prend en ressources toutes les dettes nouvelles (hors.actif et de la trésorerie. en particulier quand il est pluriannuel.concours de trésorerie) obtenues au cours de l'exercice.1. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -..  Variation de la trésorerie du tableau "synthèse des masses du bilan".Z. mais à partir des variations des montants nets du bilan:  Variation du BFG obtenue de la "synthèse des masses du bilan". représente la somme algébrique des variations de la trésorerie.En effet. Les faux flux. les flux de ressources et d'emplois cycliques: A la différence des deux premières masses.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. De même il y a lieu de neutraliser tous les mouvements qui ne constituent pas des flux.pour une approche globale.

Les ratios de rotation des stocks des créances et des dettes: (Voir Chapitre III) La variation du besoin de financement d'exploitation peut être liée à la variation de l'activité de l'entreprise (conjoncturelle) comme elle peut être liée à des modifications structurelles.  fournisseurs. En effet. appréciation de la politique de désinvestissement. b.Z. C'est un signe de déséquilibre de financement.- pour identifier la stratégie de croissance (interne ou externe). Il y a lieu de se poser la question suivante: l'investissement est-il financé par des ressources propres ( CAF + augmentation de capital) ou par des emprunts? Pour répondre à cette question on doit calculer certains ratios dont notamment: Variation des ressources propres et des dettes de financement Investissement Variation des ressources propres et des dettes de financement Investissement + variation BFG Avec :  Variation des ressources propres = capacité d'autofinancement + augmentation de capital + subventions d'investissement reçues – dividendes  Variation des dettes de financement = augmentation des emprunts – remboursement.MME L.3. ne cache qu'un alourdissement des besoins de trésorerie qu'il y a lieu d'analyser avec précision en remontant à l'évolution des composantes du besoin en fonds de roulement. ALAOUI 29 .2. de son degré d'autonomie financière et du taux d'autofinancement de ses investissements. Analyse de la variation du Fonds de roulement fonctionnel: Les flux de ressources stables doivent couvrir les flux d'emplois stables pour dégager une ressources nette. b. Deux aspects sont importants: le financement de l'investissement et la capacité de remboursement des dettes financières stables. Il peut s'avérer intéressant de séparer ces éléments avant de les analyser. analyse de la politique de financement de l'entreprise. b. cela signifie que l'entreprise doit recourir à des ressources externes pour rembourser des dettes stables. les causes de l'évolution de ce besoins seront localisées en s'intéressant aux principales composantes:  stocks. La couverture des investissements par des emprunts en grande partie constitue un indicateur de risque de faillite. Analyse de la variation du Besoin en fonds de roulement: L'analyse porte essentiellement sur la variation du besoin en fonds de roulement d'exploitation. Analyse de la variation de la trésorerie nette.  Financement de l'investissement. Une analyse affinée du besoin en fonds de roulement consiste donc à : DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. ANALYSE AFFINEE DU BFG Une analyse détaillée du bilan d'une entreprise permet de constater que certains postes d'actif et de passif circulant peuvent contenir des éléments concernant l'exploitation mais également d'autres éléments hors exploitation.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. analyse de la structure et de l'évolution des emplois en général et des catégories d'investissements en particulier. tout alourdissement significatif des financements en trésorerie.OMARI.1. La variation de la trésorerie nette résulte de la différence entre la variation du fonds de roulement et celle du besoin en fonds de roulement.  ratios de rotation.  Capacité de remboursement des emprunts: Elle peut être évaluée par deux ratios: Dettes financières stables Capacité d'autofinancement disponible Capacité d'autofinancement Remboursement Si la capacité d'autofinancement est inférieure au remboursement. appréciation de la politique de dividendes de l'entreprise.  clients.

les créances et les dettes sont dites d’exploitation à partir du moment où elles sont rattachées à des charges et des produits qui composent l’E.  Charges constatées d'avance : Les charges constatées d'avance concernent en général l'exploitation.R hors exploitation est composé dans sa majorité d’éléments qui ne sont pas nécessairement récurrents mais généralement ponctuels. remises à verser . c'est le besoin en fonds de roulement global qu’on doit comparer au fonds de roulement. autres impôts indirects).  Valeurs mobilières de placement : Les valeurs mobilières de placement sont hors exploitation. BFR d'exploitation = Stocks + Créances d'exploitation — Dettes d’exploitation non financières ni bancaires BFR global = Stocks + Ensemble des créances circulantes — Ensemble des dettes circulantes non financières ni bancaires En vue de porter un jugement sur l’équilibre financier d’une entreprise.  Les ristournes à obtenir. car c'est la totalité de ce BFR dont il faut assurer le financement par des capitaux permanents sous peine de déséquilibrer la trésorerie. des créances clients et des dettes fournisseurs. Les éléments du passif circulant :  Dettes fournisseurs et comptes rattachés : Elles concernent généralement l'exploitation. le B .OMARI.  Dettes sur immobilisations et comptes rattachés : Sont le plus souvent des dettes hors exploitation. 30 .MME L.  Sont hors exploitation :  Impôt sur les bénéfices (Certains spécialistes suggèrent cependant d’éclater cet impôt entre une imposi tion concernant l’exploitation et une imposition hors exploitation.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -.  Autres créances :  Concernent l'exploitation :  La TVA . Contrairement au précédent qui est dans sa majorité récurant.  Le capital souscrit appelé non versé : Il doit être considéré comme une créance hors exploitation.  Produits constatés d'avance :Les produits constatés d'avance concernent en général l'exploitation. DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -.  Les subventions d'investissements obtenues et non encore encaissées.  Les emballages consignés. Ces avances et acomptes concernent en général l'exploitation.  Créances clients et comptes rattachés : Les créances clients concernent l'exploitation . dissocier le BFR d'exploitation du BFR global et analyser l’évolution en valeur absolue des différentes rubriques de ces besoins en fonds de roulement. Et vous calculerez les ratios de rotation de quelques actifs circulants et passifs circulants que vous aurez ajoutés à votre besoin en fonds de roulement.E.F. ristournes.  Les dettes fiscales d’exploitation (TVA.  Les avances sur salaires consenties au personnel .R. ALAOUI   affiner ensuite le calcul des ratios de rotation des stocks.F.  Dettes fiscales et sociales  Concernent l'exploitation :  Les dettes sociales .  Hors exploitation :  Les dividendes à verser aux actionnaires . Distinction entre le BFR d’exploitation et le BFR hors exploitation : Le B.B. D’une manière synthétique. celle-ci étant calculée sur le résultat exceptionnel.Z.  Les valeurs mobilières de placement achetées et à régler. d’exploitation est le besoin de financement de l’activité de l’entreprise. Autres dettes  Concernent l'exploitation :  Les rabais. L’analyse précédente va donc permettre de dissocier le besoin en fonds de roulement d'exploitation du besoin en fonds de roulement global de l'entreprise.  Sont hors exploitation :  La cession d'immobilisations ou de valeurs mobilières de placement (le produit de la cession n'est pas encore encaissé) . Les éléments d'actif circulant sont les suivants :  Avances et acomptes versés sur commandes.

dans la mesure où la plupart des entreprises tiennent une comptabilité d'engagements et disposent de journaux auxiliaires des achats et des ventes à crédit. (Voir ratios de rotation exprimés en jours) Le calcul des coefficients de pondération : les éléments d’exploitation sont regroupés en besoins de financement et ressources de financement. à la fin de chacun des douze mois d'activité. de manière à obtenir le nombre de jours de CA.  Le calcul du BFR qui correspond à la somme des produits du CA. pour chacun de ces éléments.Par contre. a) Affinez l’évaluation des stocks. LE BFG NORMATIF La mise en œuvre de la méthode dite des experts comptables passe par trois étapes :   Le calcul des délais d’écoulement à partir du Bilan et du CPC . Pour chaque élément (stock. on peut exprimer tous les ratios de rotation par rapport au chiffre d’affaires. Cela ne soulève guère de problèmes pour les créances clients et les dettes fournisseurs. b) Prendre en compte des variations de prix La valeur absolue des stocks d'une entreprise pourrait augmenter plus rapidement que le BFR sous la seule influence d’une hausse du prix d'achat des marchandises et matières premières et non sous l’effet d'un accroissement des délais de stockage. c'est le besoin en fonds de roulement d'exploitation qu’on doit utiliser pour déterminer le ratio BFR/Chiffre d'affaires. ALAOUI 31 . créances clients et dettes fournisseurs. la moyenne des chiffres relevés. fournie par le Bilan de fin d'exercice.HT et du nombre de jours obtenu rapporté à l’année ( /360 j) DEUSS FINANCE ET COMPTABILITE -. Par contre. BFR = stocks CA CA + clients CA fournisseurs CA Le ratio de stocks peut être décomposé de la manière qui suit : Stocks CA HT = Stocks Achats consommés HT Ratio de rotation des stocks Achats consommés HT CA HT Impact des prix d'achat De même. Pour dissocier l'influence des prix d'achat ou prix de vente et l'impact réel d'une modification intervenue dans les délais de stockage ou de règlement des clients et fournisseurs. Dans le diagnostic simplifié. le relevé mensuel des stocks soulève quelques difficultés dans les entreprises qui ne gèrent pas ces stocks sur ordinateur. puis on multiplie le rapport obtenu par le délai d’écoulement spécifique à l’élément envisagé.Z. Cette relation reste valable si nous divisons chacun des éléments par le chiffre d'affaires hors taxes. Cette hausse de prix viendra également gonfler les dettes fournisseurs et il se pourrait alors que ces dettes fournisseurs augmentent par suite de cette hausse des prix d'achat et non sous la pression d'une augmentation des délais de règlement consentis par ces mêmes fournisseurs. client. Enfin.HT qu’il représente. il se pourrait que l'entreprise ait majoré ses prix de vente et que la progression du ratio de rotation des créances clients découle de la hausse des marges et non d'une augmentation des délais de paiement accordés à ces clients. et afin de disposer d'un indicateur qui permet de suivre le financement du développement.SEMESTRE I-DIAGNOSTIC FINANCIER APPROFONDI 2011/2012 -. il est possible d'écrire : Fournisseurs = CA HT Fournisseurs Achats TTC Délai de règlement des dettes fournisseurs X Achats TTC CA HT Poids des achats par rapport au chiffre d'affaires II. le BFR est exprimé par la relation suivante : BFR = stocks + clients — fournisseurs. des créances clients et des dettes fournisseurs II est en effet possible de substituer à l'évaluation des stocks. fournisseurs) on calcule le pourcentage qu’il représente par rapport au chiffre d’affaires total.OMARI.MME L.