(Le texte français suit immédiatement le texte anglais

)

Statement
Date: May 9, 2013 For immediate release

Statement by Senator Mike Duffy
CAVENDISH, PEI – In recent months, I have heard and understood the concerns of Canadians about Senators' expenses. When questions like these arise involving those entrusted with the use of tax dollars, Canadians deserve nothing but the highest standards of transparency and clarity in response. These questions go beyond mere rules and administration, and strike at the high standards of integrity Canadians expect of Parliament. The Deloitte audit of expenses claimed by me and other senators has been a fair, impartial effort by a credible third party to deliver that level of transparency and clarity. This audit has indicated that there is a ‘lack of clarity’ in the Senate’s rules and definitions with regard to residency and housing allowances. In this respect, the audit is consistent with the position I have maintained since this controversy first arose. But while the rules themselves may have been unclear, my duty as a Senator and as a custodian of Canadian tax dollars is absolutely clear. I believe it is incumbent upon me as a parliamentarian to put questions about my expenses to rest. The Deloitte audit revealed a single claim, totaling $1050.60, which I erroneously claimed due to an administrative oversight. I should have noticed the error at the time, but did not. That claim was repaid in March, prior to the completion of the Deloitte audit, as part of a total reimbursement of just over $90,000. This covered all of the expenses I was paid as a result of having to maintain two residences; one on Prince Edward Island, another in Ottawa. I will not be seeking the return of any portion of this reimbursement even though these expenses were claimed in good faith. When I discussed these issues with my wife in February, we came to the conclusion that repaying the $90 thousand was the right thing to do, regardless of the outcome of the audit that was to come. It was the right decision then, and it is the right decision now. I can only effectively represent the people of Prince Edward Island if I have

earned their trust and respect. I am honoured to serve the people of my home province, and with the actions I have taken, I feel confident I can look them in the eye and assure them I am doing so with integrity. With these matters now dealt with, my focus going forward will remain: to be the most effective representative I can be for my fellow Islanders. I am pleased the Senate has decided in light of Deloitte’s findings, to now clarify the rules and definitions with respect to residency and housing allowances. This is a positive outcome emerging from a regrettable set of circumstances, and I am pleased that a new set of Senate rules will be in place for the benefit of Canadian taxpayers. As a former journalist, I understand and respect the media's interest in this issue. I have responded to these matters with my actions, as outlined above. I am declining any further media requests. - 30 Contact: Melanie Mercer (613-947-4163)

Déclaration
Date : le 9 mai 2013 Pour diffusion immédiate

Déclaration du sénateur Mike Duffy
CAVENDISH (Î.-P.-É.) – Au cours des derniers mois, j’ai bien entendu et compris les préoccupations des Canadiennes et des Canadiens au sujet des dépenses des sénateurs. Lorsque l’argent des contribuables est en cause, le public mérite que soient respectées les plus hautes normes de transparence et de clarté. Ce respect va bien au-delà des simples règles administratives et fait appel à des

normes élevées d’intégrité dont les Canadiennes et les Canadiens s’attendent du Parlement. La vérification du cabinet Deloitte relativement aux dépenses que d’autres sénateurs et moi avons réclamées est un exercice juste et impartial effectué par un tiers parti dans le respect de ces normes de transparence. La vérification a conclu à un « manque de clarté » au sein des règles et définitions du Sénat qui s’appliquent aux allocations de résidence et logement. À ce titre, la vérification reprend la position que je maintiens depuis le début de la controverse. Mais si les règles n’étaient peut-être pas claires, mon devoir comme sénateur et gardien de l’argent des contribuables canadiens, lui, l’est tout à fait. Je crois qu’il m’appartient en ma qualité de parlementaire de régler une fois pour toutes les questions au sujet de mes dépenses. La vérification de Deloitte a relevé une seule réclamation, au montant de 1 050,60 $, que j’ai demandée par erreur en raison d’un oubli administratif. J’aurais dû constater mon erreur à l’époque, mais je ne m’en suis pas rendu compte. J’ai remboursé cette réclamation en mars, avant que la vérification Deloitte soit terminée, dans le cadre d’un remboursement global d’un peu plus de 90 000 $, qui couvre toutes les sommes que j’ai touchées en lien avec mes deux résidences; l’une à l’Île-du-Prince-Édouard, l’autre à Ottawa. Bien que j’aie réclamé ces dépenses de bonne foi, je ne demanderai pas qu’on me remette une partie du remboursement.

Lorsque j’ai discuté de tout cela avec mon épouse, en février, nous avons conclu que la bonne chose à faire était de rembourser le montant de 90 000 $, et ce peu importe les conclusions de la vérification qui était en cours. C’était la bonne décision à ce moment-là, et ça reste la bonne décision aujourd’hui. Je ne peux bien représenter les gens de l’Île-du-Prince-Édouard que si je mérite leur confiance et leur respect. Je suis honoré de servir les habitants de ma province natale et grâce aux gestes que j’ai posés, je sais que je peux les regarder dans les yeux et leur garantir que je travaille pour eux en toute intégrité. Ayant réglé une fois pour toutes ces questions, je peux continuer de me concentrer sur mon objectif : être le meilleur représentant possible pour mes concitoyens. Je suis heureux que le Sénat ait décidé, à la lumière des résultats de la vérification Deloitte, de clarifier les règles et définitions en matière d’allocations de résidence et de logement. C’est un résultat favorable qui découle de circonstances regrettables, et je suis ravi qu’un nouvel ensemble de règles sera bientôt en place au Sénat pour le bénéfice des contribuables canadiens. À titre d’ancien journaliste, je comprends et respecte l’intérêt des médias dans ce dossier. J’ai répondu aux questions par mes gestes, tel que je l’ai expliqué plus haut. Je n’accepterai pas d’autres demandes des médias. - 30 -

Renseignements: Melanie Mercer (613-947-4163)

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful