Institut national des langues et civilisations orientales L‟Ecole des hautes études en sciences sociales Formation doctorale « Asie

Mineure et Intérieure »

Les oiseaux de chasse en Asie Centrale : savoirs et pratiques

Thèse pour obtenir le grade de docteur

Présentée et soutenue par Svetlana Jacquesson

Directeur de thèse : M. le Professeur Rémy Dor Paris, septembre 2000

2

Table des matères
Table des matères ....................................................................................................................... 2 Avant-propos .............................................................................................................................. 5 Note sur les translittérations et transcriptions ............................................................................ 7 I. Introduction ............................................................................................................................. 9 I.1. Le terrain et l‟enquête ...................................................................................................... 9 I.1.1. Le terrain ................................................................................................................... 9 I.1.2. Quelques difficultés d‟approche ............................................................................. 16 I.1.3. L‟étendue géographique des enquêtes et leur chronologie ..................................... 19 I.1.4. Les informateurs ..................................................................................................... 22 I.1.5. Techniques d‟observation et d‟enquête................................................................... 26 I.1.6. Les données recueillies ........................................................................................... 28 I.2. Ethnoscience .................................................................................................................. 28 I.2.1. Historique ................................................................................................................ 29 I.2.2. Études des savoirs naturalistes populaires .............................................................. 33 I.2.3. Classifications ......................................................................................................... 37 I.2.4. Les oiseaux de chasse comme thème d‟étude ......................................................... 50 II. Les aigles ............................................................................................................................. 55 II.1. Données ornithologiques ............................................................................................ 55 II.1.1. Aigle royal, Aquila chrysaetos L. .......................................................................... 55 II.1.2. Aigle impérial, Aquila heliaca Savigny ................................................................ 56 II.1.3. Aigle ravisseur, Aquila rapax Temm. ................................................................... 57 II.1.4. Aigle criard, Aquila clanga Pallas ......................................................................... 58 II.1.5. Aigle de Bonelli, Hieraaetus fasciatus Vieillot..................................................... 58 II.1.6. Aigle botté, Hieraaetus pennatus Gmelin ............................................................. 59 II.2. Espèces d’aigles employées en volerie ...................................................................... 59 II.2.1. Europe .................................................................................................................... 59 II.2.2. Moyen-Orient ........................................................................................................ 60 II.2.3. Iran ......................................................................................................................... 62 II.2.4. Extrême Orient ...................................................................................................... 64 II.2.5. Remarques générales sur ces témoignages ............................................................ 66 II.3. Témoignages sur l’emploi des aigles en Asie Centrale ........................................... 67 II.3.1. Apports archéologiques et lexicographiques ......................................................... 69 II.3.2. Dires des voyageurs ............................................................................................... 73 II.4. Nomenclature türk des aigles ....................................................................................... 79 II.4.1. Noms de grands oiseaux de proie .......................................................................... 79 II.4.2. Noms réservés aux aigles ...................................................................................... 80 II.4.3. Nomenclatures scientifiques des langues türk ....................................................... 83 II.5. Système de dénomination des aigliers .......................................................................... 88 II.5.1. Description physiologique de l'aigle...................................................................... 89 II.5.2. Nommer, décrire, apprécier ................................................................................. 100 II.5.3. Distinction mâle / femelle.................................................................................... 105 II.5.4. Noms des mues de l'aigle..................................................................................... 107 II.5.5. Catégories d'aigles selon l'habitat ........................................................................ 117 II.5.6. Les aigles des montagnes..................................................................................... 126 II.5.7. Aigles des étendues basses .................................................................................. 142 II.5.8. Catégories hétérogènes ........................................................................................ 149 II.5.9. Appellations non spécifiées ................................................................................. 158 II.5.10. Aigles dits čegir ................................................................................................. 165 II.5.11. L‟oiseau buudayïk ............................................................................................. 179

3 II.5.12. Conclusions ....................................................................................................... 182 III. Les faucons ....................................................................................................................... 188 III.1. Le gerfaut .................................................................................................................. 188 III.1.1. Le gerfaut en Orient ........................................................................................... 189 III.1.2. Les noms du gerfaut en Asie Centrale ............................................................... 199 III.1.3. Les gerfauts des fauconniers türk ....................................................................... 204 III.2. Le faucon sacre .......................................................................................................... 217 III.2.1. Le nom du faucon sacre en türk ......................................................................... 218 III.2.2. Les faucons sacres des fauconniers türk ............................................................ 221 III.3. Le faucon pèlerin ....................................................................................................... 225 III.3.1. Le nom du faucon pèlerin en türk ...................................................................... 227 III.3.2. Les races de faucon pèlerin ................................................................................ 229 III.3.3. L‟emploi du faucon pèlerin de nos jours ............................................................ 231 III.3.4. Le faucon dit «kuu kumpay» .............................................................................. 233 III.3.5. Les noms d‟emprunt pour les faucons pèlerins .................................................. 235 III.4. Les petits faucons ...................................................................................................... 237 III.4.1. Leurs emplois en fauconnerie ............................................................................ 237 III.4.2. Les noms türk des petits faucons ........................................................................ 238 III.4.3. Les petits faucons en fauconnerie türk ............................................................... 245 III.5. Conclusions sur les faucons ...................................................................................... 248 III.5.1. De la nomenclature à l‟histoire : approches philologiques ................................ 248 III.5.2. D‟un système de dénomination vers un autre : approches ethnoscientifiques ... 250 IV. Les autours ....................................................................................................................... 252 IV.1. Introduction ............................................................................................................... 252 IV.2. Les autours en Orient ................................................................................................ 254 IV.3. Histoire türk et mongole de l‟autour ......................................................................... 257 IV.4. Premières données lexicographiques ........................................................................ 258 IV.5. La nomenclature türk des autours ............................................................................. 263 IV.5.1. Le nom générique............................................................................................... 263 IV.5.2. Les noms de la femelle et du mâle de l'autour commun .................................... 267 IV.5.3. Les noms des variations de l'autour commun .................................................... 269 IV.5.4. Les noms des races de l'autour ........................................................................... 273 IV.5.5. Les noms des variations des autours migrateurs ................................................ 279 IV.5.6. Un exemple de nomenclature régionale ............................................................. 284 IV.6. Les éperviers ............................................................................................................. 287 IV.6.1. Introduction ........................................................................................................ 287 IV.6.2. Les éperviers en Orient ...................................................................................... 288 IV.6.3. La nomenclature türk des éperviers ................................................................... 289 IV.7. Conclusions ............................................................................................................... 295 IV.7.1. Vers une histoire de l‟autourserie en Orient ...................................................... 295 IV.7.2. Traits spécifiques de l‟autourserie türk .............................................................. 296 V. Classifications des oiseaux de chasse ................................................................................ 300 V.1. Oiseaux de proie et oiseaux de chasse ........................................................................ 301 V.2. Oiseaux de chasse de bonne et de mauvaise qualité................................................... 301 V.3. Regroupements des oiseaux de chasse de bonne qualité ............................................ 302 V.3.1. Selon la couleur des yeux .................................................................................... 302 V.3.2. Selon la façon de tuer les proies .......................................................................... 303 V.3.3. Selon l‟aspect ...................................................................................................... 303 V.4. Noms pour les groupements des oiseaux de chasse ................................................... 305 V.5. Choix des noms génériques ........................................................................................ 305

4 V.6. Classifications des faucons ......................................................................................... 308 V.6.1. Gerfauts ............................................................................................................... 308 V.6.2. Sacres ................................................................................................................... 309 V.6.3. Pèlerins ................................................................................................................ 309 V.6.4. Schéma récapitulatif pour les faucons ................................................................. 310 V.7. Classifications des autours ......................................................................................... 310 V.8. Classifications des aigles ............................................................................................ 312 V.8.1. Exemples kïrgïz ................................................................................................... 313 V.8.2. Exemples kazak ................................................................................................... 319 V.9. Conclusions ................................................................................................................ 325 V.9.1. Critères exhaustifs et critères locaux ................................................................... 325 V.9.2. Spécificité des catégories supérieures ................................................................. 325 V.9.3. Pertinence des critères locaux ............................................................................. 326 V.9.4. Formes des classifications ................................................................................... 326 V.9.5. A la recherche d‟une taxonomie .......................................................................... 327 V.9.6. Classifications et savoir local .............................................................................. 329 V.9.7. Savoirs locaux ..................................................................................................... 332 V.9.8. Savoir individuel ................................................................................................. 335 V.9.9. Devenir du savoir local........................................................................................ 339 VI. Conclusions ...................................................................................................................... 340 VII. Annexes .......................................................................................................................... 343 VII.1. Annexe 1 : Liste des informateurs ........................................................................... 343 VII.2. Annexe 2 : Corpus des enregistrements................................................................... 343 VII.3. Annexe 3 : Documents photographiques commentés .............................................. 344 VII.3.1. Diapositives ...................................................................................................... 344 VII.3.2. Photographies ................................................................................................... 347 VII.3.3. Documents vidéo .............................................................................................. 355 VIII. Bibliographie ................................................................................................................. 356 IX. Indexes thématiques de la bibliographie .......................................................................... 373 IX.1. Etudes d‟ethnoscience ............................................................................................... 373 IX.2. Etudes d‟ornithologie ................................................................................................ 373 IX.3. Etudes sur l‟histoire de la chasse au vol ................................................................... 374 IX.4. Etudes d‟histoire ....................................................................................................... 374 IX.5. Linguistique türk ....................................................................................................... 375 IX.6. Langues altaïques ...................................................................................................... 376 IX.7. Dictionnaires ............................................................................................................. 376 IX.8. Ethnolinguistque türk ................................................................................................ 377 IX.9. Ethnolinguistique kïrgïz ............................................................................................ 378 IX.10. Etudes ethnographiques des Türk ........................................................................... 378 IX.11. Etudes ethnographiques des Kïrgïz ......................................................................... 378 IX.12. Etudes ethnographiques des Kazak ......................................................................... 379 IX.13. Etudes sur la chasse chez les Kïrgïz ........................................................................ 379 IX.14. Etudes sur la chasse chez les Kazak ........................................................................ 381 IX.15. Récits de voyage ..................................................................................................... 382 IX.16.Orature et poésie ...................................................................................................... 382 IX.17. Iconographie des oiseaux de chasse ........................................................................ 383 X. Liste des illustrations ......................................................................................................... 383

5

Avant-propos Nous sommes heureuse de remercier les nombreuses personnes, et personnalités, qui nous ont aidée au cours de ce travail. Sans prétendre pouvoir parler de toutes, on nous permettra sans doute de commencer par tous les aigliers, autoursiers et fauconniers du Kïrgïzstan et du Kazakstan, et leurs familles, qui nous ont fourni avec générosité et patience les éléments fondamentaux de cette recherche, qui n‟aurait guère de ses sans eux. C‟est un grand plaisir que de songer à eux tous, aux heures passées ensemble dans les steppes et les montagnes. C‟est un vif plaisir aussi que de remercier l‟Institut Français d‟Etudes sur l‟Asie Centrale, à Tachkent, et Monsieur Pierre Chuvin, son premier Directeur. L‟Institut était alors dans ses tout débuts, et nous étions de la première promotion d‟allocataires. Il est certain que sans Monsieur Pierre Chuvin et son amical soutien, sans l‟Institut et son personnel, très peu de missions qui ont constitué l‟ossature de cette recherche auraient été même envisageables. A ce propos, on nous permettra de remercier plus spécialement Stas Achouraliev, chauffeur émérite de l‟IFEAC, qui nous accompagnée et guidée pendant nos premières prospections. Sa compétence, son efficacité, sa patience au long des milliers de kilomètres de pistes difficiles, souvent en plein hiver, ne se sont jamais démenties. Nous n‟aurions garde d‟oublier ici les institutions locales, des plus modestes aux plus prestigieuses. Saluons seulement, mais avec sympathie et reconnaissance, les savants à la fois de l‟Académie des sciences du Kïrgïzstan et ceux de l‟Académie des sciences du Kazakstan. En France nous avons reçu toute l‟aide désirable des bibliothèques spécialisées dans l‟orientalisme et l‟ethnologie. On comprendra que nous citions avec une reconnaissance particulière trois établissement qui nous ouvert leurs fonds les plus anciens : la Bibliothèque centrale du Muséum et la Bibliothèque du Musée de l‟Homme d‟une part, et la Bibliothèque des « Langues‟O » d‟autre part. C‟est en France aussi que se sont déroulés nos entretiens avec M. Rémy Dor, à qui revient le mérite d‟avoir encouragé notre entreprise dès le début, d‟avoir suivi avec un œil attentif nos pérégrinations en Asie Centrale et, bien sûr, de nous avoir guidé dans la transformation délicate de nos notes de terrain en un travail universitaire. N‟oublions pas l‟équipe « L‟homme et la nature » du LACITO dont les réunions mensuelles ont beaucoup contribué à la dynamique de nos recherches cette dernière année. Un mot, aussi, pour demander à tous nos amis de nous pardonner d‟avoir parlé bien souvent d‟un même sujet pendant quelques années. Un travail passionné est une forme douce de monomanie. C‟est à François que nous renouvelons une fois encore notre reconnaissance la plus chaleureuse.

6

On trouvera page suivante une note sur les translittérations et transcriptions. Le texte se déroule selon un plan classique. Chaque chapitre comporte sa propre conclusion, et la conclusion générale (VI), très brève, tient à la fois de la conclusion en effet, du résumé, et engage quelques perspectives. Viennent ensuite plusieurs annexes dont la plus importante est sans doute le Corpus des enregistrements (VII.2), où l‟on trouvera transcrits en alphabet latin les principaux entretiens en kïrgïz et kazak que nous avons eus avec les meilleurs de nos informateurs. Tous les passages extraits de ce Corpus et cités dans la thèse elle- même sont bien sûr traduits par nous ; mais le lecteur turcologue ou turkophone peut aussi se rapporter à l‟original. La bibliographie (VIII) est rangée par ordre alphabétique pour la commodité des renvoies mais elle est abondamment pourvue d‟index. On trouvera aussi quelques illustrations qu‟on peut situer aisément en consultant la liste des illustrations qui suit la bibliographie. La table des matières se trouve en fin du volume.

7

Note sur les translittérations et transcriptions
Il existe pour le kïrgïz et le kazak des normes orthographiques en alphabet cyrillique légèrement modifié. Ces normes sont le choix de choix philologiques et politiques qui ne nous concernent pas. Les orthographes actuelles n‟évoquent que d‟assez loin les prononciations réelles, surtout pour le kazak. De même, une grande partie des discussions autour des transcription de cette norme écrite n‟a que très peu de rapports avec les véritables questions de la transcription des parler de nos informateurs. Ce qui était important dans notre cadre particulier, c‟était de rendre sensible les proximités et les divergences des langues kïrgïz et kazak, afin qu‟on puisse avoir une vue intelligible et claire de la situation onomastique dans l‟ensemble de la région. Cela impliquait de se démarquer des transcriptions plus ou moins scolaires qui ne sont le plus souvent que des translittérations de la norme écrite des deux langues. Il n‟était pas non plus question d‟adopter une transcription strictement phonétique, qui aurait compliqué les graphies sans bénéfice réel. Nous avons donc choisi une transcription phonologique claire, qui fasse apparaître la connivence des parlers au-delà des artifices du cyrillique. Nos conventions graphiques sont résumées ci-dessous. D‟abord les consonnes : kazak écriture prononciation K /k/ K avec patte /q/ Г /g/ Г avec patte /γ/ Ш /š/ Ч /č/ Ж /ţ/ kïrgïz écriture prononciation K /k/ K /q/ Г /g/ Г /γ/ Ш /š/ Ч /č/ Ж /dţ/ notre transcription k k g g š č j

Rappelons que š se lit « ch » comme dans chou ou chat, et č comme « tch » dans tchèque. Le ж kazak est une fricative tandis que le ж kïrgïz est une affriquée, mais nous les transcrivons l‟une et l‟autre par le même signe, /j/, d‟une part parce que rien ne s‟y oppose (il n‟existe pas de contraste phonologique), d‟autre part parce que cette graphie a l‟avantage de faire ressortir la correspondance étymologique entre les deux langues. Notre système de transcription, que nous avons voulu homogène pour les deux langues, est mieux adapté au phonétisme kïrgïz qu‟au kazak. Nous notons cependant soigneusement les diphtongues en kazak, qui correspondent assez souvent à des voyelles longues kïrgïz. Voici nos conventions : Cyrillique kazak Ии Уу Notre graphie Vocalisme postérieur Vocalisme antérieur ïy iy uw üw

Rappelons que « ï », si fréquent en türk, note un /i/ d‟arrière. Notre emploi du signe « y » est donc celui de /j/ de l‟API.

8 Noms propres des personnes et des lieux : cette difficulté est classique parce qu‟elle n‟a jamais de solution satisfaisante. Dans ce domaine on ne gagne en cohérence qu‟en perdant en lisibilité. Les toponymes ou noms propres portent une forme française quand elle existe dans les dictionnaires français. Les autres sont transcrits. Nous nous sommes permis aussi de corriger deux orthographes français présents dans les dictionnaires mais désuets : nous écrivons donc Kïrgïzstan et non pas Kirghizstan, ainsi que Kazakstan et non pas Kazakhstan. Les noms des langues et ethnies qui sont transcrits ne s‟accordent pas en français. Transcriptions des langues autres que les langues türk : nous citons plusieurs exemples en persan, en arabe, en chinois etc. Il est hors de question de transformer ces exemples en modifiant les graphies. Il s‟en ensuit certaines distorsions, puisque tous les auteurs ne pratiquent pas nécessairement le même système de transcription. On sait que les auteurs plus anciens, quand ils sont exacts, ont tendance à préférer une transcription plus phonétique que phonologique, de sorte qu‟il est absurde de vouloir à posteriori aligner les transcriptions dans un travail qui n‟est pas consacré à la philologie. Nous nous sommes donc bornée, dans quelques cas utiles, à ajouter entre crochets droits les équivalents pinyin des transcriptions Wade-Giles du chinois, afin de ne pas dérouter le lecteur. Pour le reste, l‟orientaliste s‟y retrouvera sans difficulté, croyons-nous.

9

NOTE : LES ILLUSTRATIONS ET SCHEMAS ONT ETE ENLEVES POUR POUVOIR OBTENIR UN FICHIER PDF TRANSMISSIBLE EN LIGNE I. Introduction I.1. Le terrain et l’enquête I.1.1. Le terrain
Les Kïrgïz et les Kazak, dont les appellations ont été souvent enchevêtrées et confondues, ont certes un passé commun qui les rapproche, mais ils montrent aussi des différences linguistiques et ethnoculturelles suffisantes pour qu‟on leur accorde, au moment de la réorganisation des terres de l‟Empire russe dans les années 1920, deux républiques distinctes. Soixante-dix ans plus tard, ils sont les maîtres de deux états souverains faisant partie de la Communautés des Etats Indépendants (CEI) : le Kazakstan et le Kïrgïzstan. Malgré une diaspora importante tant à l‟est (Xinjiang chinois), qu‟au sud (Ouzbékistan, Tadjikistan et, jusqu‟aux années 1970, Afghanistan) et à l‟ouest (les autres états de la CEI), ce sont les Kazak du Kazakstan et les Kïrgïz du Kïrgïzstan qui s‟approprient l‟héritage historique des ancêtres éponymes. SUPPRIME Carte générale de l‟Asie Centrale I.1.1.1. Géographie physique Le Kïrgïzstan est un pays relativement compact par son étendue (198 500 km2) et homogène par sa population (4 300 000 h). Le lac Ïssïk-köl (6236 km2 à 1607 m d‟altitude) entouré au nord par les chaînes de Küngöy Alatoo (altitude 4771 m au sommet Čok -tal) et au sud par celles du Teskey Alatoo (altitude maximale 5216 m au sommet Karakol) est ce que les Kïrgïz appellent «le coeur» de leurs pays. La partie méridionale du pays est prise par les chaînes montagneuses du Tien Shan qui s‟ouvrent sur quelques vallées et lacs de superficie importante : la vallée du Narïn, où coule le plus grand fleuve du Kïrgïzstan, est bornée au nord par les chaînes de Jetim (4931 m), Akča-taš (3985 m) et Moldo-too (4185 m) et au sud par les chaînes de Narïn-too (4500 m), Baybiče-too (3457 m) et Akšiyran (4037 m). Au delà des chaînes du Narïn-too et de l‟Atbašï, et presque parallèle à la vallée du Narïn, se trouve la vallée du Karakoyun. Plus au sud la vallée de l‟Aksay, l‟une des plus hautes vallées montagneuses, qui s‟étage entre 3 900 m et 5 000 m d‟altitude, culmine à la chaîne de Kakš aal qui trace la frontière avec la Chine, et à l‟est de laquelle s‟élève le pic de la Victoire (7 439 m), le sommet le plus haut du Tien Shan. Dans le sud-ouest du Kïrgïzstan la crête du Ferghana est le dernier obstacle à l‟accès dans la vallée qui porte le même nom. Au nordouest du Kïrgïzstan deux vallées importantes, la vallée du Talas et la vallée du Čüy ouvrent le pays vers le Kazakstan et sont d‟anciennes zones de contacts entre Kïrgïz et Kazak, de même que la vallée du Ferghana l‟est entre Kïrgïz, Ouzbek et Tadjik. SUPPRIME Le Tien Shan kïrgïz, juillet 1997 (Photo Sv. J)

10 Il n‟y a que peu de parties du pays qui soient vraiment difficiles d‟accès. Nous en donnerons seulement deux exemples. D‟une part, la vallée du Čatkal est fermée au nord par la crêt e de l‟Alatoo du Talas, qui n‟est traversée que par la gorge Karabuura (3305 m), et au sud par la crête du Čatkal, qui la sépare des franges septentrionales de la vallée du Ferghana. D‟autre part, la vallée de l‟Alay, qui fait partie des Pamirs, n‟est accessible que par une route montagneuse qui traverse des cols élevés (tout d‟abord celui de Čïyïrčïk, 2406 m, ensuite celui de Taldïk, 3615 m.). Cette route couvre pour une partie le grand axe qui relie Oš à Khorog, dans le Tadjikistan, et souffre de multiples restrictions à la circulation. Ce sont le plus souvent les contraintes saisonnières qui régissent l‟accès à de nombreuses régions. On peut parcourir une grande partie du Kïrgïzstan en utilisant les transports en commun qui fonctionnent lentement mais sûrement. Le col de Boom assure la liaison entre la région du lac Ïssïk-köl et la vallée du Čüy dans laquelle est situé la capitale Bichkek. Un grand axe routier qui traverse presque tout le Tien Shan, avec une bifurcation vers la vallée du Talas et une autre vers la région de Kočkor, assure la liaison entre la capitale Bichkek et la ville de Oš, au sud du pays, un centre ancien de commerce situé sur la Route de la Soie. On va dans le Tien Shan soit par le nord via la capitale Bichkek en joignant la vallée du Kočkor puis celle du Narïn (depuis Kočkor on peut aller à l‟est jusqu‟à Čaek et Miŋkuš, depuis Narïn on peut pousser vers le sud jusqu‟à Atbašï) soit par le sud en partant de Oš en suivant les vallées du Narïn, du Suusamïr et du Jumgal. Plusieurs chemins traversent la chaîne de Küngöy Alatoo et aboutissent directement au pied de Alataw d‟Ili, dans le district d‟Almatï, au Kazakstan. En hiver, la plupart de ces chemins sont fermés sauf celui de Karkïra, à l‟extrême est du lac. Pendant cette saison la liaison entre le Kïrgïzstan et le Kazakstan se fait via le col de Kurday. Pour explorer l‟intérieur du pays le réseau routier n‟est certes pas suffisant. Les anciens hivernages qui ont été transformés en villages sont souvent situés dans des petites vallées protégées des intempéries de l‟hiver. Les estivages sont rarement à moins de 2500 m d‟altitude, éparpillés un peu partout dans les montagnes. Là, il faut soit utiliser les moyens traditionnels de déplacement, à dos de cheval, soit s‟embarquer sur des camions mi litaires qui circulent en été. Le Kïrgïzstan comme terrain d‟étude offre donc certes quelques difficultés, mais reste accessible dans son ensemble. Il en va autrement avec le Kazakstan (2 715 100 km2) qui est treize fois plus grand que le Kïrgïzstan. Sa population, comme le suggère son étendue, est moins homogène et elle est partagée en deux groupes principaux, Européen et Kazak, dont chacun occupe des régions géographiques presque délimitées. Le nord, le nord-est et le centre du pays sont dominés par une population européenne. Dans l‟ouest, l‟industrialisation poussée, a laissé de la place aux Kazak, qui y habitent surtout la campagne. Dans les districts de Semipalatinsk et de Jezkazgan le nombre des Kazak et des Européens est presque égal, mais ce sont des régions fortement industrialisées. Il ne reste que le sud-est du Kazakstan où les Kazak soient de nos jours majoritaires dans les villes et dominent, bien sûr, la campagne. C‟est donc dans cette partie du Kazakstan, dans les districts de Šïmkent, de Jambïl, et d‟Almatï que se sont déroulées nos enquêtes et, ce n‟est que leurs caractéristiques géographiques que nous évoquerons ici. Le district d‟Almatï est dans sa plus grande partie une plaine semi désertique inclinée au nord vers le lac Balkaš et la vallée de l‟Ili, délimitée au sud par la chaîne de l‟Alataw kazak (chaîne parallèle au Küngöy Alatoo kïrgïz) et au sud-est par les extrémités septentrionales du Teskey Alatoo kïrgïz. Le paysage du district fut transformé par la construction sur le cours inférieur du fleuve Ili d‟une réserve d‟eau - le lac artificiel de Kapšïgay. Plusieurs rivières de taille variable, qui prennent leur source dans l‟Alataw kazak alimentent cette réserve d‟eau : de l‟ouest à l‟est ce sont les cours du Kaskelen, du Petit Almatï (affluent gauche du Kaskelen) et du Grand Almatï, Tereŋkara, Talgar, Ïssïk, Karasuw. La frontière méridionale du district longe le Kïrgïzstan et malgré les deux chaînes parallèles, Alataw kazak et Küngöy Alatoo

11 kïrgïz, c‟est une frontière poreuse qui permet aux populations des deux côtés de maintenir des contacts réguliers. Entre la chaîne de l‟Alataw à l‟ouest et la chaîne de Ketmen à l‟est une plaine vaste, la plaine de Sögetti, est traversée au milieu par la rivière Šarïn qui forme des canyons pittoresques avant de se jeter dans l‟Ili. A l‟est le district d‟Almatï longe le Xinjiang chinois. Les régions frontalières avec la Chine, tant au Kazakstan qu‟au Kïrgïzstan, sont soumises à un régime particulier de circulation. Depuis Kegen, il est plus facile de prendre la route du sud qui mène au Kïrgïzstan que la route de l‟est qui mène à Narïnkol. La vallée de l‟Ili qui servait de voie de passage depuis des siècles n‟est utilisée de nos jours que par des trafiquants privilégiés. Même si les lois de l‟économie du marché poussent sans cesse à la réouverture des passages d‟autrefois entre le Kazakstan et la Chine, il est peu probable que les ethnologues soient parmi les premiers à en profiter. L‟extrême sud-est du district d‟Almatï est dominé par les crêtes et les glaci ers les plus hauts du Tien Shan, la chaîne de Kakšaal. Sa partie occidentale est occupée par un semi désert d‟une étendue modeste, les Moyïnkum, qui est à cheval entre les districts d‟Almatï et de Jambïl (ville tout récemment renommée Taraz). C‟est dans le sol sablonneux des Moyïnkum que se meurent les deux rivières Čüy (appelé ici Šü) et Talas. Ce désert est encerclé et traversé en plein milieu par des routes qui le rendent facile d‟accès et qui relient les centres régionaux de Šü et de Moyïnkum d‟une part à la capitale kazak et d‟autre part à Jambïl. Deux chaînes parallèles (du nord-ouest vers le sud-est) dont l‟altitude ne dépasse pas les 1 600 m, le Karataw et le Boraldaytaw, occupent les périphéries méridionales du district de Jambïl et, sans créer d‟obstacles, le lient à celui de Šïmkent. Les deux districts, de Šïmkent et de Jambïl, se trouvent sur les franges méridionales des steppes centrasiatiques qui s‟étalent au nord jusqu‟à la taïga sibérienne. Ces deux districts sont séparés du Kïrgïzstan et de l‟Ouzbékistan par des massifs montagneux (le Alatoo du Talas et la chaîne de Pskem, 4 000 m d‟altitude dans les parties les plus élevées) qui entravent les communications et ne les rendent possibles que via la capitale ouzbek, Tachkent. A l‟ouest le district de Šïmkent se borne au cours moyen du Syr-Daria. I.1.1.2. Données historiques Entre le lac Balkaš au nord et la vallée du Narïn au sud, on trouve donc une zone, transfrontalière de nos jours, qui est d‟une part assez compacte pour se prêter à l‟investigation détaillée et d‟autre part assez variée pour nourrir des observations comparatives. Kazak et Kïrgïz se rencontraient souvent aux estivages du Küngöy Alatoo, de l‟Alataw kazak et de l‟Alatoo kïrgïz. Plus au nord, la vallée de l‟Ili ouvre la voie soit vers le sud et les oasis du Turkestan oriental, soit vers le nord et les pâturages de la Djoungharie. Des chemins caravaniers traversaient le Tien Shan et liaient les rives du lac Ïssïk-köl d‟une part à la vallée du Ferghana, et d‟autre part, via le col de Torugart (depuis Narïn) ou celui de Uluučat (depuis Oš) aux oasis du Turkestan chinois, le Xinjiang d‟aujourd‟hui. Cette dynamique des mouvements et des échanges est ancienne. La zone subit, depuis des millénaires, des influences conjointes des Iraniens et des Chinois. Entre deux grandes civilisations, la steppe avait cependant sa propre histoire. Elle démarre avec les Hsiung-nu [Xiongnu], qui créèrent un empire contemporain de celui des Han (206 av. J. C. - 220), et se poursuit à travers une myriade des peuplades dans lesquels on voit des ancêtres des Türk et des Mongols. Mentionnons les Hsien-pei [Xianbei] qui succédèrent aux Hsiung-nu; les Shihwei et les Hsi qui gouvernèrent le nord de la Chine et la Mandchourie entre le IVe et le VIe siècles; les Kitan, originaires du nord de la province du Jehol, qui conquirent la Chine du Nord et y établirent une dynastie sous le nom de Liao (907 - 1125); les T‟u-chüeh [Tujue] enfin qui sont les premiers Türk à apparaître dans les sources chinoises et qui fondèrent au cours du VIe siècle un empire à l‟image de celui des Hsiung-nu et contemporain à celui des

12 Tang (618 - 907); ces Türk furent battus en 744 par une confédération de tribus dirigée par les Uygur qui remplacèrent le khanat türk par un empire uygur. Ce dernier céda à son tour, en 840, devant les Kïrgïz. Cette histoire ancienne quoique fastidieuse à raconter et jamais sûre dans les détails est importante pour notre propos et nous y reviendrons à plusieurs reprises au long de notre exposé. Tout d‟abord parce que, aussi bien avant l‟empire de Genghis qu‟après son effondrement, il est fort délicat de distinguer les Türk des Mongol et quand bien même nous arrivons à le faire, les ethnies d‟aujourd‟hui ne s‟apparentent que très indirectement à leurs ancêtres d‟autrefois. L‟histoire de la chasse au vol, d‟autre part, tisse ses origines à travers des sources chinoises ou persanes et pour en déceler les fibres türk, ou türko-mongoles, il s‟avère indispensable de connaître le tableau ethnique des grands empires. Les sources autochtones les plus anciennes enfin ont besoin d‟un contexte historique pour prendre toute leur importance. Les conquêtes genghiskhanides ont trois conséquences principales pour la région : celle-ci profite de la «paix mongole» et participe aux échanges qui lient les deux extrémités du monde eurasiatique; elle se mongolise dans la mesure où nous trouvons parmi les Kazak du Jetisuw des Kereyid (Kerey en kazak) et des Nayman dont l‟histoire est étroitement liée à Genghis et à son ascension; enfin, elle finit par s‟islamiser au dépens des Ganghiskhanides mêmes. Toujours est-il que le pays tombe dans une sorte d‟oubli après l‟éclatement de l‟empire genghiskhanide. En effet, les grandes découvertes maritimes du XVIe siècle et les nouvelles routes du commerce rendent surannés les chemins caravaniers des steppes. Nos renseignements sur l‟intérieur du continent se font donc plus rares. Ce n‟est qu‟au moment où l‟Empire russe entreprend la conquête de l‟Asie Centrale que nous entendons parler à nouveau des Kazak et des Kïrgïz. Cette conquête débute au milieu du XVIème siècle et se poursuit pendant deux siècles. En moins de cinquante ans la Russie assujettit trois khanats türk, tous les trois issus de la Horde d‟Or, le fief assigné par Genghis à son fils Jöči : le khanat de Kazan, celui d‟Astrakhan, puis le khanat türk de Sibérie. Au fur et à mesure de son expansion, la Russie multiplie les ambassades vers le coeur de l‟Asie Centrale où deux khanats, ceux de Khiva et de Boukhara, sont les derniers vestiges de l‟empire de Genghis. Ces ambassades traversent les steppes kazak et font connaissance, quoique plus rarement, avec leurs voisins montagnards, les Kïrgïz. Au XVIIème siècle, les Kazak sont divisés en trois ligues ou hordes, la Petite Horde (Kiši Jüz) à l‟ouest du Kazakstan, la Horde Moyenne (Orta Jüz) au centre du pays, et la Grande Horde (Ulï Jüz) à l‟est, dans la région de Jetisuw. Ces ligues sont gouvernées par une aristocratie héréditaire se revendiquant de la lignée genghiskhanide. Quant aux Kïrgïz, dépourvus d‟une aristocratie légitime, c‟est-à-dire genghiskhanide, ils sont organisés en deux ailes, l‟Aile Droite (Oŋ Kanat) et l‟Aile Gauche (Sol Kanat). Ces ailes sont gouvernées par des propriétaires riches, qu‟on appelle manap. Les tribus constituant l‟Aile Droite occupent peu à peu les vallées du Čüy et du Talas, les rives de l‟Ïssïk-köl, la vallée du Narïn puis, de l‟autre côté du Tien Shan, les pâturages dans les régions de Aqsu et de Tourfan. Les tribus de l‟Aile Gauche, elles, sont concentrées aux alentours de la vallée du Ferghana, puis dans la vallée de l‟Alay, vers le Badakhchan et les Pamirs. Les ennemis les plus redoutables pour les Kazak et pour les Kïrgïz du XVIIème siècle ne sont cependant pas les Russes mais les Kalmaks (Kalmouks). Ces derniers sont des Mongols occidentaux qui, au début du XVIIème siècle, se dotent d‟un empire, appelé le plus souvent empire djounghar. A partir de son berceau, au nord-ouest de la Chine, l‟empire djounghar absorbe rapidement le khanat türk du Mogholistan, au Turkestan chinois, et agrandit ses territoires vers le sud-ouest où il se heurte aux Kazak et aux Kïrgïz. Les

13 incursions des Kalmaks, qui sont à la recherche de nouveaux pâturages, ne cesseront qu‟au milieu du XVIIIème siècle quand les troupes djounghar seront fauchées par les Mandchous. Les rixes entre Kalmaks d‟un côté et Kazak et Kïrgïz de l‟autre dureront à peu près un siècle. Elles laisseront une trace profonde dans la mémoire des Kazak et des Kïrgïz. Chez ces derniers le panthéon des ennemis épiques est essentiellement kalmak. Les ligues kazak et les ailes kïrgïz se retrouvent au début du XVIIIème siècle dans un contexte géopolitique fort enchevêtré. Les Kazak affrontent les Russes. Ces derniers poursuivent la construction d‟une ligne de fortifications au sud de la Sibérie, qui protège leurs nouvelles acquisitions et leur sert de base d‟arrière pour la conquête des steppes kazak. Les Kïrgïz, épargnés jusqu‟alors par les ingérences russes, font face à une autre politique expansionniste, de dimension régionale cette fois. Le khanat de Kokand, un scion des khanats de Khiva et de Boukhara, s‟abrite au début du XVIIIème siècle dans la vallée du Ferghana. C‟est à partir de cette vallée qu‟il mène une politique agressive dont les cibles principales sont ses voisins immédiats, les Kïrgïz. Au cours du XVIIIème siècle le khanat de Kokand conquiert tout d‟abord les territoires kïrgïz autour de la vallée du Ferghana, dans l‟Alay puis dans le Badakhchan, annexe une grande partie du Tien Shan intérieur, et arrive au début du XIXème siècle sur les rives du lac Ïssïk-köl. Pour compléter ce panorama historique il nous faut ajouter enfin que les Kazak comme les Kïrgïz se livrent à des luttes intestines tout au long du XVIIIème siècle. Les sources de tension entre les différentes fractions sont multiples, mais l‟une des principales est la pénurie de pâturages. La région du lac Ïssïk -köl par exemple est la scène de rixes continuelles entre les deux fractions les plus puissantes de l‟Aile Droite : les Bugu qui occupaient les territoires au sud-est du lac et les Sarïbagïš qui étaient les maîtres des rives occidentales. L‟équilibre vacillant entre ces deux fractions, tout comme l‟ingérence du khanat de Kokand, sont à l‟origine des déplacements constants des clans, qui abandonnent des pâturages âprement disputés pour chercher abri ailleurs, et qui reviennent dès que la balance des forces est inversée. En 1830, les Sarïbagïš se dotent d‟un khan, Ormon, qui ne tarde pas à revendiquer tout le nord du Kïrgïzstan. C‟est alors que les Bugu, ne voyant plus de solutions à leur situation précaire, se tournent vers l‟administration russe de la Sibérie Occidentale pour solliciter la protection du tsar contre leurs propres congénères. Nous sommes en 1853. Deux ans plus tard, en 1855, le gouverneur de Omsk obtient l‟accord du Tsar qui reconnaît les Kïrgïz Bugu comme sujets de l‟empire russe. Par ce même accord la région du lac Ïssïk-köl devient le premier protectorat russe au Kïrgïzstan. La décennie qui suit verra tout d‟abord la soumission des Kïrgïz de la vallée du Čüy, à l‟ouest du lac, puis la soumission des Kïrgïz de l‟intérieur du Tien Shan. Le sud du Kïrgïzstan ne cédera à la tutelle russe que beaucoup plus difficilement à la fin du siècle. I.1.1.3. Données démographiques et ethnographiques Les Russes pendant près d‟un siècle n‟aperçurent pas de différences significatives entre ceux que nous appelons actuellement Kazak et Kïrgïz, et toute la zone entre le lac Balkaš au nord et la vallée du Narïn au sud devint le district de Semireč‟e, ou Jetisuw, faisant partie du Gouvernement général du Turkestan. Le Jetisuw «Sept cours d‟eau» des nomades, appelé ainsi à cause de sept rivières (Ili, Karatal, Biyen, Aksuw, Leps, Baskan et Sarkand) qui traversent la région, se bornait au nord au lac Balkaš, au nord-est aux lacs Sasïk-köl et Alaköl, au sud-est à l‟Alataw djounghar et au sud au Teskey Alatoo. Le Semireč‟e comme unité administrative comprenait aussi bien le Jetisuw des nomades que les vallée du Talas et du Čüy à l‟ouest et une grande partie du Tien Shan intérieur au sud. Du côté kazak, le Jetisuw était à cette époque le territoire de la Grande Horde. On comptait parmi les tribus les plus importantes d‟une part les Uysun, apparentés quoique incertainement aux T‟u-chüeh; ensuite les Jalayïr, les Nayman et les Kerey qui régnaient sur

14 les steppes mongoles au milieu du XIIème siècle; et enfin les Duglat qui fondirent un khanat éphémère (deuxième moitié du XIVème - XVème siècles) au Turkestan chinois. D‟autres formations de taille plus modeste intégrées dans la Grande Horde n‟ont pas laissé de traces dans l‟histoire. Les Jalayïr occupaient, au XIXème siècle, le sud-ouest du lac Balkaš et la vallée du Karatal tandis que les terres des Nayman commençaient au sud-est du lac et s‟étalaient jusqu‟aux monts Tarbagatay. Jalayïr et Nayman se rencontraient sur les hivernages au sud du Balkaš. Dans la région de Almatï, on trouvait au nord-ouest les Ïstï, au centre, dans la vallée de l‟Ili, des Duglat et tout à l‟est, dans la plaine de Sögetti, des Alban. Au nord des Alban et au sud des Jalayïr, dans la région de Narïnkol, se trouvaient des groupes des Suwan. Les Kïrgïz entrent sur la scène historique en Sibérie et la région du Haut Iénissey, la dépression d‟Abakan-Minoussinsk et les steppes au nord des monts Sayan sont la première patrie qu‟on leur connaît. L‟histoire de leur pays actuel est l‟histoire d‟une multitude d‟ethnies, iraniennes ou türk, avant de devenir celle des Kïrgïz modernes au début du XVIIIème siècle. Sous la pression des populations voisines, et notamment celle des Mongols occidentaux, les Kïrgïz s‟aventurent à cette époque de plus en plus vers l‟intérieur du Tien Shan en occupant toutes les vallées propices à l‟élevage. Les Kïrgïz de Jetisuw appartenaient dans leur plus grande partie aux tribus de l‟Aile droite (Sayak, Sarïbagïš, Tïnïmseyit, Čerik, Bugu). Les tribus de l‟Aile Gauche (Saruu, Kušču) sont nettement minoritaires. Les Sayak étaient concentrés au nord et à l‟ouest du lac Ïssïk-köl tandis que les Sarïbagïch habitaient la vallée de Čoŋ Kemin et la haute vallée du Čüy, dans la région de Kočkor. La vallée du Narïn était le territoire des Tïnïmseyi t qui se mélangeaient au sud, dans le Tien Shan, aux Čerik. Les Bugu occupaient les terres qui bordaient le lac Ïssïk-köl au sud et à l‟est. La basse vallée du Talas appartenait aux Saruu tandis que la partie haute de la vallée étaient peuplée par des Kušču. Comment étaient donc les Kazak et les Kïrgïz qui étaient si souvent confondus dans les dossiers de l‟administration russe? Rendons hommage à P. S. Pallas et citons une partie de sa description des Kazak qui est aussi l‟une des descriptions les plus anciennes1 : «Ce peuple se donne le nom de Kirguis-Khasak; il est aussi connu sous ce nom des Russes et des
Cosaques... Les Kirguis, ainsi que tous les nomades asiatiques logent sous des tentes de feutre, semblables à celles des Kalmouks... Les Kirguis sont beaucoup plus propres que les Kalmouks; ils vivent même fort bien, puisqu‟ils possèdent beaucoup de bétail et les caravanes asiatiques leur fournissent les étoffes et toutes les choses nécessaires à leur habillement, ou bien ils se les procurent par leurs brigandages.... Les Kirguis marchent peu; ils sont continuellement à cheval; de sorte qu‟il est très rare de trouver un bon piéton parmi eux; ils ont presque tous les jambes cagneuses...Les Kirguis profèrent la religion mahométane... Ils observent strictement la loi de Mahomet pour tout ce qui regarde leur vie privée... Leur richesse consiste dans le bétail et surtout en chevaux et moutons. Ils ont peu de chameaux et encore moins de bêtes à cornes parce que ces animaux ne trouveront pas de nourritures dans leurs landes en hiver. Ils emploient les bêtes à cornes, ainsi que les chameaux, aux transport de leurs équipages, lorsqu‟ils passent d‟une contrée à l‟autre...Les chevaux des Kirguis ressemblent beaucoup à ceux de Kalmouks, quoique un peu plus hauts sur jambes... Ils vont de même chercher leurs pâturages sous la neige qu‟ils éparpillent avec leurs pieds. Les bestiaux qui paissent avec eux n‟ont pas beaucoup de peine à trouver leur nourriture... Ces troupeaux n‟éprouvent aucunes maladies épidémiques parce que les animaux sont entièrement abandonnés à la nature : aussi les Kirguis ont-ils de nombreux troupeaux... Les Kirguis mènent une vie pastorale et très frugale...»

Les Kïrgïz à cette époque sont mieux connus des Chinois que des Russes. Une description des Kïrgïz du XVIIIème siècle venant des archives chinoises nous les présente de la façon suivante :
1

Pallas 1794 : II, 284 - 308.

15

«Les Burut [une appellation donnée aux Kïrgïz par les Djounghars et reprise ensuite par
l‟administration mandchou] sont un peuple türk. Les terres qu‟ils habitent se trouvent entre Andidjan à l‟ouest et Kachghar à l‟est. Au nord, ces terres se bornent au fleuve Ili. La superficie de leurs terres est étendue et le peuple nombreux. Le nombre d‟hommes armés est de l‟ordre de 100 mille. Ceux qui gouvernent sont appelés biy. Certains ont sous leur responsabilité entre 10 et 20 familles, d‟autres jusqu‟à 40. Leurs vêtements ont des manches étroites et n‟ont pas de boutons. Ils ont des chapeaux à quatre plis au sommet plat comme les chapeaux des gens d‟Andidjan. Les coiffes des femmes sont décorées de plumes de faisan. (...) Il n‟y a que une ou deux personnes sur 100 qui font la prière musulmane, le namaz. Ils récoltent deux fois le blé : au printemps et en automne. Ils habitent des tentes en feutre. L‟élevage est leur occupation principale et la viande - leur nourriture de base. Du lait de jument ou de vache ils font une boisson fermentée. De chez nous ils cherchent la porcelaine, le thé, la soie, les tissus en coton, le tabac et le vin et ils chérissent ces produits énormément. Les Kïrgïz sont mal armés mais ils sont belliqueux. Ils sillonnent les steppes avec leurs fusils à plomb et leurs lances en bois, ils prennent l‟ennemi par surprise et se battent avec courage. C‟est pourquoi les Kazak ont peur des Kïrgïz. Même les Djounghars n‟ont pas pu les soumettre»2.

Ce qui rapproche le plus les Kïrgïz et les Kazak est leur mode de vie qui repose sur l‟élevage. Cette activité court tout au long de leur histoire et joue un rôle important dans leurs formules identitaires. Elle rassemble autour d‟elle, ou en elle, une vaste collection d‟usages et de savoirs, de pratiques sociales, et explique à certains égards une prise en charge des espaces et de la mémoire, tant personnelle que collective. Mais d‟une époque à l‟autre et d‟une région à l‟autre, les modes d‟insertion des éleveurs dans leurs milieux changent. Les conditions écologiques distinctes contribuent à expliquer en partie, à l‟intérieur même de ce mode de vie, la différence des organisations sociales, des cultures matérielles et des savoir-faire originaux. Les Kazak revendiquent une lignée genghiskhanide pour leur aristocratie ce qui n‟est pas vrai pour les Kïrgïz. Les Kazak sont des éleveurs des steppes : leurs déplacements saisonniers prennent une direction nord-sud : on quitte, au printemps, les steppes semi-arides du sud pour retrouver les vallées fluviales ou les massifs montagneux du nord. Leurs points de rencontre sont les hivernages au sud du lac Balkaš ou dans la steppe de Betpak. Les Kïrgïz sont des éleveurs des montagnes. Ils entreprennent des déplacements verticaux qui, selon les régions, se déroulent en quatre ou bien en deux étapes. Au Kïrgïzstan on se rencontre sur les estivages et on se disperse en hiver. Le dernier siècle a beaucoup perturbé ce tableau démographique simplifié. En 1882 1884 le Jetisuw accueille des fugitifs Uygur et doungans (des musulmans chinois) venant de la région de Kouldja (Yinin), au Xinjiang. Les Uygur s‟installent dans la basse vallée de l‟Ili tandis que les Doungans se dirigent vers les villes où on les retrouve encore de nos jours. Au début du XXème siècle le Jetisuw abritait 1.020.226 personnes dont 77% de Kazak ou de Kïrgïz, 16,3% de Russes et d‟autres européens, et 6,7% de Uygur et de Doungans. Dix ans plus tard, en 1913 la population passe à 1.288.002 personnes dont 68,9% de Kazak et de Kïrgïz, 26,2% de Russes ou européens, et 4,9% de Uygur et de Doungans3. S‟ensuivent une série d‟événements qui bousculent l‟équilibre entre autochtones et immigrants. Une révolte secoue les steppes à la veille de la Première Guerre mondiale : Kazak et Kïrgïz se soulèvent contre l‟enrôlement des hommes dans l‟armée russe et la réquisition des troupeaux, et organisent une résistance farouche mais éphémère. La pacification des steppes coûte cher en vies humaines : quoique on ne connaisse pas encore les chiffres exacts on estime que la population du district d‟Almatï diminua de 45 %, tandis que celle de Karakol, ou Prţevalsk, à l‟extrémité est du lac Ïssïk-köl - de 70 %. Pour échapper aux exactions des
2 3

Mokrynin 1995 : 232 - 233 d‟après Notes sur les contrées occidentales, XVIIIème siècle. Vasil‟ev1915 : 73 - 74.

16 troupes russes 300 000 Kazak et Kïrgïz de la seule région de Jetisuw prirent le chemin vers la Chine4. Ce n‟est qu‟une partie minime de ces fugitifs qui retourna vers leurs terres après l‟arrivée au pouvoir des Bolcheviks. Les excès da la collectivisation des années 1930 et la famine qui s‟ensuivit provoquèrent la mort de deux millions de Kazak et l‟exode d‟un autre million vers la Chine5. Dans les années 1950, l‟exploitation agricole des «terres vierges» du Kazakstan central priva des milliers de Kazak de leurs pâturages traditionnels. En 1959 les Kazak n‟étaient que 30% de la population de leur pays tandis que les Russes et les autres européens approchaient les 52%6. En 1989, le tableau ethnique du sud-est du Kazakstan se présentait comme suit (les chiffres sont des pourcentages)7 :
Districts Šïmkent Taldïkurgan Jambïl Almatï Kazak 55,7 50,3 48,8 41,6 Européens 19,8 39,8 36,9 38,6 Autres (Türk et Musulmans) 21,6 6,4 10,4 17,1

Les villes du sud, sauf la capitale Almatï, sont cependant des villes asiatiques animées par une foule multiethnique (Ouzbek, Tadjik, Uygur et Doungan). Les Kazak sont majoritaires dans la campagne, mélangés par endroits à d‟autres populations asiatiques. C‟est au sud-est du Kazakstan qu‟on trouve de nos jours un mode de vie et une culture traditionnelle qui ont été relativement épargnés par le moule soviétique. Le Kïrgïzstan, quoique doté d‟une grande réserve d‟eau et de quelques exploitations minières, a été relativement épargné. Il a accueilli aussi de nombreux colons russes mais les Kïrgïz ont toujours été majoritaires dans leur pays. Le recensement du 1979 donne les chiffres suivants : 52,6% de Kïrgïz, 31,9% d‟Européens et 15,7% de Türk ou de Musulmans. La population européenne est concentrée dans les grandes villes, comme la capitale Bichkek, et la montagne appartient aux Kïrgïz. Depuis l‟indépendance des deux pays, en 1991, les kolkhoz ont été démembrés, les terres et le bétail ont été privatisés, les éleveurs n‟espèrent plus les subsides de l‟état et ils affrontent tant bien que mal l‟économie naissante du marché. Ils sont à nouveau ramenés à leurs troupeaux parce que les prix des produits de consommation les incitent à faire renaître une économie de subsistance : ainsi réapprennent-ils à conditionner les laitages, à saler et à fumer la viande, à apprêter les peaux, à tisser la laine et à fabriquer du feutre. Des réseaux d‟entraide se sont vite reconstitués. Même s‟il n‟est plus possible d‟ignorer les frontières administratives, ou de reprendre les terres qui sont désormais exploitées par l‟agriculture ou l‟industrie, il devient indispensable de retrouver les façons les plus efficaces de gérer et d‟accroître les troupeaux. Le savoir-faire en matière de transhumance, quand ils ne l‟ont pas, les Kïrgïz et les Kazak le cherchent auprès des «barbes blanches» des villages. On se rend compte que si l‟économie planifiée s‟était prolongée dans le XXIème siècle, les Kïrgïz et les Kazak auraient perdu leurs derniers dépositaires du savoir-faire traditionnel qui ont franchi aujourd‟hui la soixantaine.

I.1.2. Quelques difficultés d’approche
4 5

Olcott 1995 : 121 - 126. Selon les chiffres disponibles, des 4 120 000 Kazak, 2 020 000 sont morts de famine et 1 030 000 s‟exilent en Chine dont 414 000 retournent lors de la Révolution culturelle, cf. Naumova 1992 : 8. 6 Naumova 1992 : 12. 7 Naumova 1992 : 14.

17 L‟assainissement du climat politique donne lieu à des revendications identitaires qui aident le retour vers la tradition. L‟intérêt renouvelé pour la chasse au vol illustre bien cette recherche des racines historiques et culturelles. L‟homme à cheval avec un aigle au poing est l‟une des images de prestige de la culture nomade. La reprise de cette pratique cynégétique est pour les uns l‟expression libre d‟une passion condamnée autrefois comme nati onaliste, voire arriériste. Pour les autres, et leur nombre n‟est pas moins important, c‟est une sorte d‟expiation. Plusieurs fonctionnaires fidèles au régime communiste cherchèrent à prouver leur adhésion aux communautés nationales et se mirent à pratiquer soit la musique, soit l‟orature, soit la chasse au vol. Les deux groupes nous ont offert une palette d‟informateurs aux profils très variés : l‟enthousiasme seul ne donne pas le savoir de même que la passion, souvent intermittente, n‟est pas suffisante pour le préserver. Souvent les plus passionnés étaient des informateurs médiocres, tout simplement parce qu‟on ne sait pas toujours bien parler de ses passions, tandis que les nouveaux initiés savaient dire et décrire. La parcimonie des propos qui vient avec l‟âge, la fatigue qui s‟y ajoute, de même que les blancs dans la mémoire faisaient aussi des plus expérimentés des interlocuteurs difficiles. Mais la chasse au vol, outre le prestige traditionnel qu‟on lui attribue, s‟avère aussi une source de revenu inattendue. Il y a eu pour commencer les journalistes, locaux ou étrangers, qui s‟y sont intéressés. Aux quelques films ethnographiques de l‟époque soviétique se sont ajoutés des reportages beaucoup plus pittoresques même s‟ils sont moins vrais. Pour toutes ces réalisations, on a eu recours à des gens qui, s‟ils n‟étaient pas de vrais connaisseurs, savaient au moins manier les oiseaux de chasse. Et on les a payés. Les paies différaient selon les occasions mais on a vite appris qu‟on pouvait se faire payer. On passe sans commentaires sur les difficultés que ces pratiques créent à l‟ethnologue. Il y a ensuite la demande toujours croissante d‟oiseaux de chasse. Si leurs prix en Occident et dans les pays arabes atteignent des chiffres astronomiques, ce n‟était pas le cas jusque récemment en pays kïrgïz et kazak. D‟ailleurs on n‟y vendait pas les oiseaux de chasse, on les échangeait contre des cadeaux qui faisaient une contre-valeur satisfaisante. Mais les premiers clients (dont l‟identité reste toujours obscure) proposaient des sommes inimaginables pour acquérir un faucon et plus rarement un autour. L‟appât du gain a donc fait apparaître une nouvelle génération d‟oiseleurs maladroits aux préoccupations purement mercantiles. A vrai dire, même parmi les vétérans, peu nombreux sont ceux qui échappent à la tentation des devises fortes. Un bon nombre de gens qui tenaient des oiseaux au poing ont été ainsi rayés de notre répertoire, ou plus précisément ce sont eux qui nous ont exclue puisque nous n‟étions pas une cliente potentielle. Ce phénomène ne touche pas à l‟aigle : un oiseau de chasse qui n‟a jamais été apprécié ailleurs qu‟en Asie Centrale. Ceci explique aussi que nous nous sommes mieux entendu avec les aigliers et avec les autoursiers qu‟avec les fauconniers. Pendant les deux années de travail au Kïrgïzstan et au Kazakstan, nous n‟avons vu que des faucons sacres ou plus rarement des faucons pèlerins à vendre, et nous n‟avons jamais assisté à une chasse au faucon. Les rares fois où nous nous sommes adressée à des institutions officielles (les Inspections de chasse, qui sont censées enregistrer les gens qui possèdent un oiseau de chasse) nous avons été accueillie avec beaucoup de méfiance et l‟information latente que détenaient leurs fonctionnaires avait des prix inaccessibles. Il faut aussi mentionner les multiples rivalités qui déchirent le milieu des gens qui pratiquent la chasse au vol. Commençons par la plus simple : à l‟intérieur d‟un village la doyenneté est disputée entre deux personnages. Une fois accueillie par l‟un des deux, l‟autre refuse de vous adresser la parole. Il faut beaucoup d‟efforts pour ménager ces susceptibilités et nous n‟y sommes pas toujours arrivée. Il y ensuite les désaccords qui opposent les jeunes, plus débutants, aux vieux, plus expérimentés. Les jeunes revendiquent une place que les vieux leur cèdent difficilement. Les relations entre les deux générations qui ont souvent commencé comme des leçons d‟apprentissage tournent par la suite en conflits constants à tous les

18 niveaux. Enfin, au Kazakstan le savoir lié à la chasse au vol est partagé entre trois traditions, aussi kazak l‟une que l‟autre, mais de provenances différentes. Il existe la chasse au vol pratiquée par les Kazak qui dans les années 1960 sont retournés ou venus au Kazakstan depuis la Chine (plus précisément le Xinjiang). Leur pratique semble s‟être épanouie et conservée dans des niches culturelles qui existaient encore à l‟époque. Ils restent, même de nos jours, les meilleurs connaisseurs de la chasse au vol au Kazakstan. Mais ceci suscite la jalousie des autres qui se voient comme les vrais Kazak : les Kazak de l‟ex -Kazakstan soviétique. Même si la chasse au vol pendant une longue période y étouffait, ces Kazak revendiquent pour leur pratique le statut de gloire nationale, et ne désespèrent pas de montrer le caractère primitif de la chasse au vol pratiquée par leur congénères venus de Chine (tout ce qui touche à la Chine, en tout cas, suscite toujours autant de convoitises que de méfiances). Enfin, depuis l‟indépendance, il y a les Kazak qui ont quitté l‟ouest de la Mongolie pour retrouver la mère patrie. Parmi ces immigrés, plusieurs sont venus au Kazakstan souverain avec leurs aigles au poing, leurs habitudes et leur savoir. Le grand problème au Kazakstan est donc de trouver un modus vivendi entre ces trois traditions. Le débat, malgré les implications idéologiques et politiques opaques, est un vrai débat qui tourne souvent au conflit. De plus, ces dernières années, il déborde des frontières kazak et touche aussi à la tradition kïrgïz qui, elle aussi, est mise en question par les Kazak. Même si cette situation est fort intéressante pour le sociologue, et pour l‟ethnologue, elle ne facilite pas son travail : on passe sous silence les noms de vrais connaisseurs parce qu‟ils ne sont pas de vrais Kazak, on se sent insulté si l‟enquêteur se dirige vers les Kazak chinois, etc. Cette rivalité a cependant poussé les uns comme les autres à défendre leur savoir et celui de leurs ancêtres. Malgré le prestige de la chasse au vol, les gens qui s‟y adonnent vivent souvent au seuil de la misère. Les maisons en béton aux toits de tôle héritées de l‟époque soviétique n‟ont pas la chaleur des feutres de la yourte traditionnelle. En hiver, l‟absence de chauffage et d‟eau (la plupart des sources naturelles sont gelées pendant cette saison) rend la vie difficile. La pénurie de nourriture qui touche tant les gens que les oiseaux de chasse ne rend pas l‟atmosphère plus sereine. L‟hospitalité traditionnelle des nomades en souffre beaucoup. En effet, ce n‟est pas l‟hospitalité elle-même qui est mise en question, mais une sorte de dignité qui supporte difficilement les manques. Il était difficile de faire des séjours prolongés, même si on apportait de la nourriture et des duvets, parce que les gens se sentaient mal à l‟aise et ne voulaient pas exposer leur misère. Il nous a donc fallu modifier notre stratégie d‟enquêtes : visiter nos informateurs pour des durées relativement courtes mais le plus fréquemment possible. Or, les conditions météorologiques et les étendues géographiques ne nous ont pas permis de faire ceci à notre gré. En hiver la plupart des routes ne sont pas carrossables. Les distances qui séparent un informateur de l‟autre, à l‟exception du lac Ïssïk-köl où sur une étendue relativement restreinte nous avions plusieurs informateurs, étaient rarement inférieures à 200 km. Nos interlocuteurs ont tous été des hommes. Qui plus est, certains d‟entre eux étaient d‟un âge avancé, ceux qu‟on appelle les barbes blanches. Il n‟était pas facile de gagner leur confiance et de les faire parler. Pour certains, nous avons réussi par nous-même : passer toute une journée à cheval par moins 5° C était une preuve suffisante que notre curiosité n‟était pas vaine. Pour d‟autres, nous nous sommes fait aider par des collaborateurs locaux : des amis kïrgïz qui, intéressés par notre sujet, subissaient avec un courage exemplaire les conditions dures des missions en hiver et nous aidaient à rompre les silences les plus infranchissables. Enfin une question délicate mais essentielle pour compléter cette esquisse du climat moral : la rémunération des informateurs. Nous ne l‟avons jamais fait, ce qui nous a privé de la possibilité d‟enquêter auprès de plusieurs personnages, surtout au Kazakstan, où l‟information ethnographique semble avoir acquis le statut de marchandise. Dans les deux pays nous avons souvent transporté des kilos de sucre, de farine ou de riz, offerts comme

19 cadeaux aux familles qui nous ont accueillie et, bien sûr, distribué un nombre considérable de clichés photographiques pour les albums familiaux quand ils existent. Il nous a semblé ainsi trouver une sorte d‟équilibre juste entre nos sollicitations et les intérêts des sollicités. Ce qui nous rassure, là où nous ne sommes jamais sûre de trouver la juste mesure, c‟est que nous avons laissé tant au Kïrgïzstan qu‟au Kazakstan non seulement des informateurs fidèles mais aussi de vrais amis.

I.1.3. L’étendue géographique des enquêtes et leur chronologie
L‟organisation logistique des enquêtes fut notre plus grande préoccupation. C‟était notre premier séjour en Asie Centrale et les quelques indications éparses concernant la pratique de la chasse au vol tant au Kazakstan qu‟au Kïrgïzstan dataient dans leur majorité des années 1960. Il s‟agissait donc dans un premier temps de prospecter des régions autrefois connues pour les aigliers et les autoursiers qui faisaient leur gloire, et de saisir l‟étendue actuelle de cette pratique cynégétique. Nous avons commencé par les régions dont on parlait le plus dans les sources ethnographiques soviétiques. Nos enquêtes ont été inégalement partagées entre le Kïrgïzstan et le Kazakstan : elles furent beaucoup plus fréquentes dans le premier pays et couvrirent la presque totalité du territoire. Au Kazakstan nous nous sommes limitée aux régions limitrophes du Kïrgïzstan (et donc relativement faciles d‟accès) c‟est -àdire les districts d‟Almatï et de Jambïl, avec un détour important au milieu du désert des Moyïnkum où nous étions attirée par le seul aiglier à pratiquer la chasse au vol dans un milieu désertique. La région du lac Ïssïk-köl a été au centre de nos enquêtes. C‟est la région où on observe la plus grande concentration des passionnés de la chasse au vol. La rive nord, entre Karaoy (près du Čoŋ Sarïoy) et Bosteri, est le domaine privilégié des autoursiers. La rive sud, et surtout la région du Ton, est la plaque tournante de l‟aiglerie. La rive nord abonde en sites qui se trouvent sur la voie de la migration automnale des autours. Dans les environs de Karaoy seul, il y en a quatre (Karagay bulak, Kurgak, Üčküngöy et Kuusere) qui livrent, entre le 15 septembre et fin octobre, un nombre important d‟autours passagers. La rive sud du lac, par contre, est connue pour les multiples aires de l‟aigle royal d‟où on se procure des oiseaux de chasse de qualité remarquable. L‟un des sites les plus connus est le Sïrtak jayloo, dans la haute vallée du Tuurasuu, dont l‟exploitation est contrôlée par le doyen des aigliers locaux, Kutuldu Süleymanbekov. SUPPRIME La rive sud du lac Ïssïk-köl, mars 1997 Dix ans plus tôt la fauconnerie avait aussi sa place dans la région. Sur la rive sud, à Semizbel, il existait une fauconnerie sous l‟égide du russe G. A. Demenčuk où on essayait, entre autre, la reproduction en captivité des faucons sacres. Après la mort de G. A. Demenčuk les tentatives se sont vite arrêtées. Les Kïrgïz n‟approuvaient pas l‟élevage artificiel des oiseaux de chasse et G. A. Demenčuk, malgré ses excellentes connaissances en fauconnerie, était considéré comme une sorte d‟usurpateur de la tradition «kïrgïz». De nos jours, il n‟y a plus de fauconniers sur les rives du lac. Le lac et ses rives forment une zone compacte et facile d‟accès pendant toutes les saisons. Nos missions les plus fructueuses se sont donc déroulées dans la région du lac où les facilités de déplacement nous permettaient pendant une seule mission de rencontrer un nombre important d‟interlocuteurs. La recherche des maîtres de la chasse au vol dans le Tien Shan kïrgïz s‟est révélée plus difficile. Par rapport au lac, c‟est une région qui n‟est accessible que pendant la saison estivale, au moment où la chasse au vol est en veille. Toute une partie de la région, proche de

20 la frontière avec la Chine, est interdite d‟accès. Malgré les efforts poursuivis dans le district de Narïn, dans celui de Aktalaa, puis dans la haute vallée du Narïn, les résultats ont été décevants. Pendant ces prospections nous étions aidée par Kanat Sïdïkov, linguiste à l‟Académie nationale des sciences qui, étant originaire de la région, a essayé d‟exploiter le réseau des parents et des proches. Nous avons questionné presque systématiquement tous les gens susceptibles de nous fournir des renseignements sur la chasse au vol. Ce n‟est que dans l‟un des villages, Karaoy sur Karakoyun, que nous avons pu enregistrer les propos d‟un vieillard sur la chasse au vol d‟autrefois et les raisons pour lesquelles elle n‟est plus pratiquée de nos jours. A Tašsaray, village situé sur la rive droite du Čüy, non loin de la réserve d‟eau d‟Orto Tokoy, à l‟entrée de la route qui mène vers l‟intérieur du Tien Shan, nous avons rencontré Ömürbek Turusbekov, un fauconnier-oiseleur qui est un expert du désairage des faucons sacres. Cette partie du Teskey Alatoo (les chaînes Bozbarmak, Ottuk, Ükök et le massif du Moldotoo), est connue pour les multiples aires de faucon sacre qu‟elle abrite. Mais les sanctions multiples qui ont été infligées à ce fauconnier par l‟Inspection de la Chasse ont celé son savoir. Ce n‟est que dans la haute vallée du Čüy (dite aussi vallée du Kočkor puis du Šamšï) que nous avons rencontré deux jeunes aigliers, dont les compétences nous paraissaient très faibles. Ils s‟occupaient des troupeaux de yaks et leurs soucis étaient ailleurs. Les ai gles étaient pris de toute évidence au hasard et les bergers attendaient des acquéreurs potentiels. Les renseignements que nous avons pu recueillir sur cette région sont donc de deuxième main : les souvenirs de Sardarbek Rïskulov sur les aigliers les plus illustres d‟antan dans la région de Kočkor, et un recueil de récits sur le même sujet qu‟il a rédigé et qu‟il nous a offert 8 ; et les histoires d‟Abdukaapar Osmonaliev, originaire de Aktalaa, fauconnier expérimenté mais qui ne pratique plus depuis des années et qui vit actuellement dans la capitale kïrgïz, où il a été accueilli par ses enfants. La vallée du Talas qui au début nous paraissait une région digne d‟être explorée nous a livré peu d‟informations intéressantes. Les gens qui pratiquent la chasse au vol, s‟il y en a, n‟ont pas été repérés pendant nos trois missions dans la région. Nous avons rencontré un seul autoursier, et l‟enquête tout juste amorcée n‟a pas eu de suite : notre visite suivante a révélé que notre homme avait perdu son oiseau (ou l‟avait vendu). Les prospections des val lées parallèles, du Keŋkol et du Karakol (affluents droits du Talas) et du Beštaš (affluent gauche du Talas) se sont avérées peu fructueuses. Les quelques bergers que nous avons rencontrés et les éleveurs des yaks (dans la partie haute de la vallée du Karakol) n‟ont pas de loisirs pour s‟occuper des oiseaux. La chasse en général est très peu développée parce que : «on n‟a pas de fusils, on n‟a pas de chiens et on a peur des amendes». Il est vraisemblable que les derniers maîtres de la chasse au vol qu‟on a vus dans les parages sont ceux qui, convoqués par les autorités, ont participé aux célébrations du millénaire de Manas (août 1995). On entend encore dans la vallée du Talas de multiples traditions liées au rocher Šumkar uya «Aire du gerfaut» situé non loin de la route qui mène vers le col Otmok. On y grimpait autrefois pour dérober les oisillons aux faucons qui y nichaient. Les gens de la vallée disent que des faucons, il y en a encore, mais que les oiseleurs ne s‟y risquent plus depuis que quelqu‟un y a trouvé la mort en essayant d‟enlever les oisillons. Le désert des Moyïnkum au sud du Kazakstan nous a offert un terrain fort différent de ceux que nous connaissons au Kïrgïzstan. C‟est un désert d‟échelle modeste, facile d‟accès même en hiver puisque la neige ne s‟y maintient pas. Nous y avions une destination précise : le centre régional, le Furmanovka d‟autrefois, le Moyïnkum de nos jours, où habite le seul aiglier kazak à pratiquer la chasse au vol dans un milieu désertique. Les deux missions que
8

Rïskulov 1990

21 nous y avons effectuées (2 000 km au total) ont été rétribuées largement par la générosité et la disponibilité de notre interlocuteur, Japar Satïlganov. Non seulement il a répondu avec patience à toutes nos questions, mais il nous a donné une petite monographie sur les oiseaux de chasse sortie de sa plume et un «dossier de presse» qui contenait des articles de journaux consacrés à la chasse au vol qu‟il recueillait depuis des années9. La capitale kazak, Almatï, était un passage obligatoire puisqu‟elle fut le siège éphémère de la première Association des aigliers et des fauconniers kazak. Il ne reste rien de cette association, si ce n‟est la déception de ses membres d‟autrefois. Le Président, avec la caisse semble-t-il, s‟est enfui aux États-Unis. Les membres attitrés d‟autrefois se disputent aujourd‟hui les touristes attirés par les prix modérés des randonnées cynégétiques. A vrai dire, des aigliers ou des fauconniers à Almatï même, il n‟y en a pas : ils habitent les faubourgs de la capitale et quand ils chassent ils se dirigent vers des régions moins industrialisées et plus éloignées. C‟est ainsi que, sur l‟invitation d‟Ä. Türdïbaev nous sommes allée à Šangeldi, un village perdu dans les collines situées au nord de la réserve d‟eau de Kapšïgay où pendant quelques jours nous avons eu la possibilité d‟observer les soins multiples qu‟il portait à ses oiseaux en vue de la saison de chasse qui approchait. Nous l‟avons retrouvé ensuite à plusieurs reprises dans sa bicoque située sur un terrain vague aux abords d‟Almatï où ont été abordés toutes sortes de sujets liés à la chasse au vol. Toujours aux abords de la capitale, à Šeberler awlï, nous avons trouvé un aiglier, Beket Esentaev, qui s‟est avéré un collaborateur remarquable. Mais Beket Esentaev n‟est pas représentatif de la chasse au vol de la région métropolitaine. Il est originaire de la région de Šïmkent, c‟est là qu‟il a appris l‟art de l‟aiglerie et c‟est encore dans cette région qu‟il se rend pour chasser avec son aigle. Le seul aiglier vraiment citadin, Asïlxan Artïkpaev, est l‟une des figures-clefs de l‟institutionnalisation de la chasse au vol au Kazakstan et le chef de l‟Inspection de chasse du district d‟Almatï. Mais il n‟a jamais voulu nous montrer son oiseau et c‟est un album fabriqué de coupures de presse (la plupart datent de l‟époque soviétique) qui lui sert à illustrer ses mérites pour la préservation de cette tradition nationale. C‟est grâce aux renseignements parcimonieux de ce personnage que nous avons découvert le village de Degeres. Connu autrefois grâce aux deux familles, les Uzakov et les Šïnïbaev, qui s‟adonnaient de génération en génération à la chasse à l‟aigle, le village n‟a presque rien préservé de sa gloire ancienne. Nous y avons vu en tout deux aigles : la plupart des aigliers locaux ont dû se séparer de leurs oiseaux à cause de la pénurie de nourriture. Les sorties cynégétiques à Degeres, comme à Almatï, semblaient réservées aux dignitaires locaux ou étrangers riches qui savaient rétribuer les efforts déployés. En outre, les Uzakov et les Šïnïbaev ne sont pas de «vrais Kazak» : ils sont venus de Chine dans les années 1960. Ils restent donc prudents, pour ne pas dire méfiants, et nos entretiens avec Axmed et Makan Uzakov ont été fort brefs. Quant aux Šïnïbaev, il semble qu‟ils aient été très appauvris ces dernières années. Il ne reste que le doyen de la famille pour continuer la tradition ancestrale. Ce dernier lors de notre visite était souffrant et alité. La dernière extension de nos enquêtes au Kazakstan nous a amenée à l‟extrême sud-est du pays dans la région du Kegen. Outre ses paysages exceptionnels (mentionnons seulement le canyon du Šarïn et les tumulus de Bešatïr), cette région est remarquable tant par son passé (on y trouve toujours les descendants des Merkits chassés par Genghis) que par son présent : une grande partie de la population a fait plusieurs allers et retours entre l‟ex -empire russe ou soviétique et la Chine, et jusque aujourd‟hui elle se sépare en vrais Kazak et en Kazak chinois. Les essais de privatisation des terres ont exacerbé des rivalités anciennes, et plutôt qu‟une division économique ou administrative on y a rétabli la division par clans. Nos enquêtes ont eu lieu dans le village de Jalangaš, où l‟un des plus vieux aigliers kazak,
9

Satïlganov 1979, 1980 a - f, 1981, 1985 et 1992.

22 Särsenbek Däwletbekov, nous a livré un récit détaillé de son expérience d‟aiglier tant en Chine (jusque 1959) qu‟en Union Soviétique. Comme souvent, le nombre important d‟aigliers que la région était supposée abriter s‟est vite amenuisé, pour se limiter finalement à Särsenbek lui-même et à son fils Sakartan. Pour le reste il s‟agissait soit de gens dont la passion provisoire pour la chasse au vol s‟est vue entravée par les difficultés économiques, soit de jeunes amateurs impliqués dans la vente des oiseaux de chasse. Les enquêtes sur la chasse au vol connaissent un autre handicap, celui des contraintes saisonnières : en été l‟oiseau mue et on lui accorde le calme complet. Ceux qui peuvent montent sur les estivages, emportent les oiseaux avec eux mais s‟adonnent à d‟autres divertissements. Il n‟est pas facile, tout d‟abord, d‟atteindre les estivages, il est ensuite encore plus difficile de parler des aigles pendant la saison où tout le monde boit du koumis. En automne on capture les autours, parfois des aigles, et on commence le dressage. Mais là encore ce sont les multiples travaux agricoles qui interviennent et on n‟est jamais sûr d‟y être au bon moment. Ou bien la séance quotidienne de dressage est finie et les gens sont dans les champs pour faucher l‟herbe, ou bien on a oublié de donner la cure la veille et le dressage est impossible, ou bien l‟oiseau est déjà repu et il n‟obéit plus. Il faut être un peu partout et en même temps pour saisir les moments propices. On ne chasse, enfin, qu‟en hiver. Mais les sorties cynégétiques dépendent de conditions multiples : météorologiques, tout d‟abord (on ne chasse pas s‟il y a du vent ou des nuages), mais aussi selon l‟abondance du gibier, l‟épaisseur de la couche de neige, la disponibilité des gens pour former une battue, la possibilité de procurer le nombre nécessaire de chevaux etc. L‟hiver est aussi la saison où il est le plus difficile de se déplacer et de se faire loger, sans parler de la température qui tombe souvent au dessous de 20 °. Les facteurs qui ont décidé du calendrier de nos missions sont donc multiples. Ces dernières se sont déroulées de la façon suivante :
Décembre 1995 : Jambïl – vallée du Talas – Čüy-Tokmok Janvier 1996 : Vallée du Talas et vallées voisines : du Keŋkol et du Karakol (affluents droits du Talas) et du Beštaš (affluent gauche du Talas) Janvier 1996 : Vallée du Čüy et du Kočkor, sud-ouest de l‟Ïssïk-köl. Février 1996 : Moyïnkum Mars 1996 : est de l‟Ïssïk-köl Avril 1996 : Tien Shan - est de l‟Ïssïk-köl - sud-est de l‟Ïssïk-köl Octobre 1996 : Ïssïk-köl Novembre 1996 : Ïssïk-köl Décembre 1996 : Région d‟Almatï - Kapšïgay - Ïssïk-köl - Moyïnkum Février 1997 : Région d‟Almatï - Degeres - Ïssïk-köl Mars 1997 : Région d‟Almatï - Région de Kegen - Ïssïk-köl

SUPPRIME
Carte des missions

I.1.4. Les informateurs
Le nombre des gens, au Kïrgïzstan et au Kazakstan, qui s‟adonnent à la chasse au vol est sans commune mesure avec le prestige qu‟on accorde à cette activité. Ce prestige pendant la période soviétique ne s‟exprimait que dans les discours officiels. Dans la pratique, les Inspections de Chasse et leurs multiples subdivisions multipliaient les restrictions concernant la possession des oiseaux de chasse et infligeaient, souvent sans raison valable, des amendes excessives. Ceci reste encore vrai. Si des registres des aigliers, des autoursiers et des fauconniers en droit d‟exercer existent, ils ont le statut des documents quasi-secrets, et il est

23 impossible de les consulter. On ne les ouvre qu‟à l‟occasion d‟une festivité officielle (comme cela fut le cas avec le millénaire de Manas) pour convoquer le plus grand nombre possible d‟hommes avec un oiseau au poing. On réussit alors avec de grands efforts à réunir une cinquantaine d‟hommes qui font des démonstrations de vol des oiseaux de chasse. Il faut préciser que se ne sont pas les meilleurs qui participent. On se laisse convaincre pour des raisons variées : l‟arrivisme, l‟orgueil, la fanfaronnade mais aussi l‟asservissement et la contrainte. Le nombre de participants à de telles festivités n‟est donc pas révélateur de l‟échelle réelle de la chasse au vol. La plupart de nos informateurs évitent soigneusement de se faire enregistrer par les Inspections de chasse. Ces institutions obéissent actuellement à une réglementation dont les clauses ne sont pas explicites et qui ne tiennent pas compte des particularités locales de la pratique cynégétique. Il est difficile d‟imposer, surtout aux plus vieux, le permis pour capturer un oiseau de chasse, son passeport ou sa carte d‟identité, et la somme due pour tous ces papiers. Les vieux se rapportent à l‟expérience des pères et des grands-pères qui se procuraient l‟oiseau dont ils avaient envie et en disposaient à leur gré. Et, jugent-ils, ce n‟est pas pour cette raison que les oiseaux de chasse sont devenus moins nombreux ou moins beaux. Cette résistance tacite est renforcée par le fait que les gens qui travaillent dans les Inspections de chasse sont vus comme des «intrus» (pendant une longue période les inspecteurs de la chasse étaient presque uniquement des Russes, et c‟est encore partiellement vrai) et leur compétences estimées comme minimes. On sait par ailleurs qu‟ils n‟échappent pas à l‟appât de gain et utilisent souvent leurs prérogatives comme outils de pression. Nous nous sommes donc rarement adressée aux Inspections de chasse et encore moins fait recommander par elles. La chance a été parfois de notre côté et des conversations engagées au hasard nous ont amenée chez des informateurs de premier ordre. Il est vrai aussi que plusieurs des pistes suivies se sont avérées fausses. Souvent des gens qui deux ou trois ans plus tôt s‟adonnaient à la chasse au vol ne le faisaient plus. Les raisons en étaient multiples : tout d‟abord leur situation économique (difficultés pour maintenir et nourrir un oiseau de chasse), ensuite leurs désaccords avec les Inspections de chasse et des amendes subies, enfin la raréfaction du gibier (surtout du renard dont les peaux vendues formaient une sorte de revenu secondaire mais non négligeable). Jusqu‟à la fin de notre séjour nous nous sommes efforcée de rencontrer le plus grand nombre possible des gens qui pratiquent la chasse au vol. L‟apport de la plupart d‟entre eux à nos enquêtes a été minime, mais ces rencontres nous ont permis d‟entrevoir la dimension sociologique de cette activité, de juger de son étendue réelle et bien sûr de choisir les informateurs qui nous semblaient les plus prometteurs. L‟oiseau de chasse le plus utilisé, au Kïrgïzstan et au Kazakstan, reste l‟aigle royal. Les aigliers dans les deux pays sont assez nombreux. En réalité au Kazakstan, parmi les gens qui s‟adonnent à la chasse au vol, nous n‟avons rencontré que des aigliers, à une exception près. Cela s‟explique tout d‟abord par une tradition ancienne liée au dressage de cet oiseau. Ensuite, l‟aigle royal n‟est pas encore inclus dans la liste des espèces protégées et ses maîtres ne sont pas menacés par des sanctions. En outre, c‟est un oiseau infiniment plus résistant que l‟autour ou le faucon, et son entretien peut être aussi rustique que la vie de ses propriétaires. Enfin, les fourrures de renard, qui est sa proie privilégiée, sont toujours bien vendues même si la demande ces dernières années a sensiblement diminué. Si l‟aigle s‟avère de bonne qualité, il est gardé par son propriétaire pendant plusieurs années. Les autoursiers sont moins nombreux que les aigliers et ils sont, d‟après nos observations, concentrés sur la rive nord de l‟Ïssïk-köl. Nous n‟avons pas rencontré d‟autoursier au Kazakstan. L‟autour se dresse beaucoup plus facilement que l‟aigle, peut être utilisé pendant la saison de chasse, qui commence mi-octobre et se termine mi-février, et relâché ensuite. Cela épargne à son propriétaire les soins multiples qu‟il doit porter à l‟oiseau

24 pendant la période de la mue et la nourriture qui doit être abondante pendant cette période, et fait de l‟autour un oiseau de très bonne affaire. Rares sont les autoursiers qui gardent leur oiseau d‟une saison à l‟autre, et cela seulement si l‟oiseau excelle soit par sa beauté soit par ses qualités de chasseurs. L‟autour, comme dans d‟autres pays, est un oiseau qui fournit surtout de la nourriture (la viande de lièvre, des cailles, plus rarement des faisans). Nous n‟avons pas rencontré de vrais fauconniers ni au Kazakstan ni au Kïrgïzstan. Le faucon sacre qui est le faucon préféré des fauconniers türk est un oiseau fragile, par rapport à l‟aigle ou à l‟autour, et son maintien demande beaucoup d‟attention. Or, outre ces difficultés, il est inscrit sur la liste des espèces protégées et sa possession pose des problèmes administratifs multiples. Le commerce illégal des faucons, dont les journaux se sont fait l‟écho, fait entourer le fauconnier tout de suite de suspicions tant de la part de ses voisins immédiats (qui le voient sans cesse vendre son oiseau à un prix inimaginable) que de celle des autorités locales (qui ne manquent pas de signaler la disparition ou l‟apparition d‟un faucon dans la région). Or le faucon, comme les autres oiseaux de chasse, se dérobe parfois à son maître. Comment prouver qu‟on a perdu le faucon et qu‟on ne l‟a pas vendu? Les diff icultés multiples qu‟entraîne un tel accident dissuadent les rares experts. Pendant notre séjour nous n‟avons vu qu‟un faucon sacre, dont deux doigts avaient été arrachés par un chat sauvage (il n‟était donc pas vendable) mais dont le maître ne perdait pas espoir de le faire chasser pour de bon. On trouvera en annexe (Annexe I) la liste de nos informateurs, 28 en tout, qui au cours de plusieurs entretiens et rencontres, nous ont fourni les renseignements les plus intéressants. Ces informateurs sont dans leur majorité kïrgïz (22 dont 8 autoursiers, 8 aigliers, un fauconnier dont l‟oiseau était réquisitionné par l‟Inspection de chasse et 5 autres qui ne pratiquent pas la chasse au vol mais qui nous ont livré soit des récits sur les maîtres d‟autrefois soit des renseignements variés qui touchent à notre sujet, comme l‟ornithologue Düyšembü Ïrsaliev et l‟ethnographe et lexicographe Abak Biyaliev). Il faut souligner ici l‟apport important des autoursiers comme Kurman Abdïkalïkov de Sarïoy et Sarï Satïlganov de Aksay qui ont été nos interlocuteurs privilégiés en ce qui concerne l‟autourserie kïrgïz, de même que la collaboration enthousiaste de Kutuldu Süleymanbekov et Sagïmbay Zarïnaev, aigliers kïrgïz de la rive sud du lac Ïssïk-köl. Nos informateurs kazak sont moins nombreux et presque exclusivement des aigliers. La différence quantitative a été neutralisée par la qualité des renseignements recueillis auprès des experts comme Japar Satïlganov, Särsenbek Däwletbekov et Beket Esentaev. Il faut souligner ici la place particulière de Äbdilxak Turdïbaev à qui on accorde à la fois le prestige du doyen des aigliers kazak et une vie précaire au seuil de la misère. On l‟utilise, depuis l‟indépendance, comme l‟archétype du vrai kazak, porteur des meilleures traditions ancestrales, mais on ne lui pardonne ni son origine10, ni son passé11. Il est connu aussi des Français : des articles, un court-métrage et un livre de photographies12 lui ont été consacrés et il a eu la possibilité de se rendre dans le sud de la France, accueilli par l‟équipage de chasse au vol de Courzieu. Toutes ces collaborations l‟ont rendu cependant fort susceptible pour ne pas dire méfiant. Ses griefs les plus amers s‟adressent à R. Pffeffer, ornithologue kazak d‟origine allemande et à Jagda Babalïkov, ethnographe kazak originaire de la Chine, dont

10 11

Il est né à Tacheng dans le Tarbagatay à quelques km de la frontière sino-kazak. Äbdilxak fait partie des Kazak qui, pendant le Révolution culturelle, cherchent asile en Union Soviétique; soupçonné d‟espionnage par les Soviétiques, il fut emprisonné pendant trois mois et effectua par la suite des travaux obligatoires, comme berger, au nord du Kazakstan. A l‟issu de cette période il se remaria: mais il a toujours sa famille, femme et enfants, au Xinjiang. 12 L‟article et le court mé trage sont de Stéphane Peyron, le livre est celui de Loew 1992.

25 chacun a rédigé une monographie sur la chasse au vol des Kazak en «pillant» le savoir d‟Abdïlxak13. La plupart des informateurs tant du côté kïrgïz que du côté kazak sont des personnes âgées : Särsenbek Däwletbekov avait 78 an, Kurman Abdïkalïkov 79 ans. Il y en a cependant quelques exceptions remarquables : Beket Esentaev, 38 ans au Kazakstan, Mombo Šekeev qui a à peu près le même âge, Sagïmbay Zarïnaev, 45 ans au Kïrgïzstan. Les autres ont dans leur majorité entre 50 et 65 ans. Le plus jeune aiglier que nous avons rencontré est Ulan Türdïbaev (18 ans), le fils d‟Äbdilxak Turdïbaev et le plus jeune autoursier Altïnbek Bratbekov (12 ans), l‟un des petits fils de Kurman Abdïkalïkov. Aucun de nos informateurs ne gagne sa vie par l‟exercice de la chasse au vol. Rares sont ceux dont le métier les lie d‟une façon ou d‟une autre à leur passion. Du côté kazak, Äbdilxak Turdïbaev s‟occupe, mais depuis quelques années seulement, de la volerie du Zoo d‟Almatï et est en contact constant avec les oiseaux. Un autre cas semblable est celui de Japar Satïlganov qui par son travail consciencieux dans la cellule locale de l‟Inspection de la chasse à Moyïnkum essaie de dissiper les préjugés multiples accumulés envers ces institutions au fil des années. Il a animé pendant quelques années le club Kawïrsïn «Plume» qui réunissait de jeunes amateurs de la chasse au vol de même que l‟association locale des aigliers. Lors de notre passage aucun des deux ne fonctionnait plus. Il en va de même avec Asïlxan Artïkpaev, à la capitale kazak, dont les préoccupations écologiques ne sont pas toujours dépourvues de quelques tâches de corruption professionnelle. Garde-chasse en chef du district d‟Almatï, il fut l‟un des organisateurs des rassemblements annuels des passionnés de la chasse au vol kazak rejoints par quelques étrangers. Les rivalités personnelles exacerbées et le manque de subsides ont mis fin aussi à ces manifestations. Un exemple intéressant est celui de Beket Esentaev qui dans la vie civile est un artisan exquis qui travaille également bien le métal, le bois et la corne. Särsenbek Däwletbekov, tant qu‟il était en force, s‟adonnait aussi de temps à temps à la joaillerie et à la menuiserie. De nos informateurs kïrgïz, Sagïmbay Zarïnaev est le médecin vétérinaire de la région du Ton, Joldošbay Kenenbaev est chauffeur de taxi à Karakol (ancien Prţevalsk) et Tentey Jamanakov travaille dans une station d‟essence sur la rive sud du lac Ïssïk-köl. Les autres sont dans leur majorité des retraités. Durant leur vie active ils ont exercé des métiers variés : Akun Akseyitov et Kačkïn Ismailov ont été des instituteurs qui au gré des mutations successives ont arpenté le Tien Shan kïrgïz. Kurman Abdïkalïkov fut pendant des années l‟agronome en chef dans la région de Čolponata (rive nord de l‟Ïssïk-köl). Les autres ont travaillé toute leur vie dans les kolkhoz d‟élevage. Tous décrivent la chasse au vol comme une passion, une activité qui remplit les heures de loisir ou le vide laissé par le manque d‟activités bien rémunérées et ... comme un devoir moral envers les traditions ancestrales. Il est vrai que tous ont un père, ou d‟autres parents proches, qui ont pratiqué la chasse au vol. Un certain nombre de nos informateurs font partie de l‟intelligentsia locale : Abak Biyaliev enseigne à l‟Université d‟Etat du Kïrgïzstan, Düyšembü Ïrsaliev est un ornithologue kïrgïz qui s‟est intéressé pendant longtemps aux oiseaux de chasse utilisés par ses compatriotes, Amantur Akmataliev et Sardarbek Rïskulov sont tous deux ethnographes amateurs, écrivains et journalistes. Malgré leur intérêt sincère pour cette tradition cynégétique, aucun d‟entre eux ne la pratique de nos jours. L‟appartenance à une lignée illustre ou à un clan puissant sont des revendications qui font partie de la recherche des repères identitaires depuis l‟indépendance. Les plus vieux, qui connaissent les généalogies, gardent une certaine prudence envers cette renaissance des réseaux d‟amitié mais aussi de rivalité. Les plus jeunes sont à la recherche fréné tique des sept
13

Pfeffer 1985, Babalïkov 1983 et 1989 dans la bibliographie.

26 ancêtres dont ils ont besoin pour légitimer leur identité, mais peinent à trouver à quoi cela rime dans une société qui fonctionne différemment. Nos informateurs ne revendiquent pas ouvertement une appartenance clanique ou tribale. Au Kazakstan les aigliers sont cependant divisés en deux groupes, qui correspondent aussi à une division ethnique : les héritiers de Jalayïr Šora appartiennent tous à la Grande Horde; ceux qui révèrent Tiney sont des Nayman et des Kerey de la Horde Moyenne. Jalayïr Šora et Nayman Tiney sont les noms les plus vénérés de la tradition kazak et peut-être aussi les noms les plus anciens qu‟elle garde. On ne sait pas exactement où et quand ces deux personnages vécurent mais on suppose que leurs vies se déroulèrent dans la première moitié du XIXème siècle. On entend ces noms le plus souvent dans un dicton qui est la seule trace des traditions d‟autrefois : tineydegi kasiyet uyalas eken sarkuspen, šoradagï kasiyet - tildes eken bar kuspen «La vertu de Tiney était dans les oiseaux fauves dont il connaissait les aires, la vertu de Šora était dans les oiseaux [de chasse] dont il connaissait la langue». En fait, la vraie différence est entre aigliers kazak du Kazakstan et aigliers kazak venus de Chine dans les années 1960. Les uns sont accusés d‟être «soviétisés», les autres d‟être «sinisés» et tous revendiquent le statut des Kazak plus vrais que les autres. Dans la région d‟Almatï il n‟y a que Asïlxan Artïkpaev qui se revendique fièrement du clan des Šapraštï et donc des aigliers kazak «locaux». Parmi les autres informateurs kazak les Uzakov, les Šïnïbaev et les Turdïbaev sont apparentés, et issus de la Horde Moyenne; l‟ancêtre reconnu des Uzakov et des Šïnïbaev est Bugabay, celui des Turdïbaev est Kayïrbay. Leur statut d‟immigrés les rend très discrets quant à leur appartenance clanique. Ils sont décrits, par les autres aigliers kazak, comme des Nayman. Quant aux aigliers kazak venus de Mongolie ce sont tous des Kerey. Au Kïrgïzstan, c‟est Kurman Abdïkalïkov qui parle avec fierté de son clan Esenaman dont deux autres membres furent des maîtres de chasse illustres : Kalka Abay et Šotoy Abaev. Les Esenaman font partie des Sayak et donc de l‟Aile Droite. Les autoursiers de Bosteri ne donnent pas d‟importance à cette question et se disent tous des Sayak. Sur la rive sud, les aigliers de la région du Ton se disent tous «des enfants de Torgoy», torgoydun balalarï, et appartiennent aux Bugu, eux aussi de l‟Aile Droite. Si autrefois, comme l‟attestent certaines traditions et mêmes des sources écrites, la chasse au vol était l‟occupation privilégiée de certains clans qui s‟y étaient rendus illustres, il est difficile de discerner une telle spécialisation de nos jours. Enfin, c‟est peut-être la précarité de la vie qui caractérise au mieux notre groupe d‟informateurs. Mais en cela ils ressemblent à la majorité de la population des deux républiques. Le seul qui échappe à cette catégorie est Kutuldu Süleymanbekov qui a su profiter de la privatisation et a réussi à récupérer la presque totalité des terres qui appartenaient autrefois à ses ancêtres. Avec le tracteur qu‟il a racheté à l‟ancien kolkhoz, il est devenu l‟un des plus importants propriétaires de terre dans la région. Les autres arrivent tant bien que mal à joindre les deux bouts mais n‟abandonnent pas pour autant leurs compagnons ailés.

I.1.5. Techniques d’observation et d’enquête
Le type d‟enquêtes que nous avons mené demande une connaissance approfondie du milieu physique et du tissu social, des habitudes quotidiennes et saisonnières, sans oublier la pratique des langues. L‟organisation logistique des enquêtes était en soi une tâche difficile. Puisqu‟il s‟agissait de notre premier terrain tant au Kïrgïzstan qu‟au Kazakstan, chaque mission demandait beaucoup de préparatifs rendus souvent aléatoires par le fait que nous allions dans des endroits inconnus et à la rencontre de gens aussi étrangers.

27 Nos buts principaux étaient consignés dans des questionnaires. Les questionnaires étaient inspirés au départ par le guide d‟enquête ethnozoologique de R. Bulmer14 et modifiés régulièrement au fur et à mesure que nous nous rendions compte de la spécificité des oiseaux de chasse comme sujet d‟enquêtes. Ces spécificités sont exposées avec plus de détails dans notre chapitre consacré à la méthodologie. Tout au long de nos missions nous avons cherché à questionner le plus de gens possible. Les renseignements recueillis ont été ainsi vérifiés et validés et nous avons pu par ailleurs mesurer la variabilité des savoirs individuels. En outre cette manière de procéder donnait à notre enquête une dimension sociologique qui la sortait du cadre étroit d‟une description ethnographique abstraite. Pour une partie des questions qui nous préoccupaient l‟observation seule livrait des réponses. Les voyages de prospection ont joué un rôle important dans l‟accumulation de données sur les caractéristiques régionales. Une fois acceptée par les gens, nous avons eu souvent le loisir d‟observer leur gestes, d‟examiner de près les oiseaux et l‟équipement, de nous renseigner, souvent auprès des enfants, sur les petits détails qui nous intriguaient, de les accompagner dans leurs déplacements multiples. L‟observation a été notre seul outil pendant les chasses auxquelles nous avons assisté. Chaque participant dans les battues avait une tâche précise, et nous aussi. Nous étions obligée tout d‟abord de bien la remplir pour accéder au privilège d‟y participer à nouveau. Quelquefois nous avons réussi à gérer cheval, appareil photo et dialogue en même temps. Mais le plus souvent il fallait nous y repérer par nous-même puisqu‟on parle peu pendant les battues. Cette difficulté a été accrue du fait qu‟on chasse peu avec les oiseaux de chasse même si on s‟en occupe beaucoup : pendant les deux ans de travail au Kïrgïzstan et au Kazakstan, les promesses de chasser étaient certes nombreuses mais elles n‟ont été tenues que rarement. Nous avons chassé plusieurs fois avec Kurman et ses autours et deux fois avec Äbdilxak et ses aigles. Nous avons jugé cependant cette expérience insuffisante ce qui explique que les techniques de chasse et les battues sont restés hors de notre problématique pour cette fois. Si on chasse peu, on parle beaucoup. Les oiseaux de chasse, leurs qualités et leurs défauts, sont des thèmes de discussions infinies aussi bien au Kïrgïzstan qu‟au Kazakstan. C‟est ainsi que nous avons pris connaissance d‟un savoir original, à facettes multiples, exprimé dans un vocabulaire particulier et que nous avons décidé de lui rendre son dû en le choisissant comme sujet de notre thèse. Ce n‟est qu‟un truisme de dire que les informateurs n‟ont que très rarement les mêmes préoccupations que l‟ethnologue. Les questions qu‟on leur pose leur paraissent souvent naïves, les réponses qu‟on en obtient nous semblent un écho très affaibli de nos souc is. Nous avons le plus souvent laissé à nos informateurs la liberté de choisir le sujet et de le changer à leur gré. C‟est ainsi que les renseignements sur les oiseaux de chasse se mélangent avec des tracas quotidiens, des empathies personnelles, de tout ce qui marque leur vie. Or, ces informations hétérogènes faisaient de nos informateurs des gens en chair et en os, elles rendaient plus agréable notre travail et elles enrichissaient notre connaissance sur les Kïrgïz et les Kazak de la fin du XXème siècle. La collecte des données lexicographiques formait la tâche la plus délicate et la plus difficile, mais aussi la plus passionnante de notre travail. Nous avons précisé tout d‟abord les noms et les qualités des oiseaux qui étaient entre leurs mains. Nous avons cherché tout ensuite à obtenir des renseignements sur les oiseaux de chasse de la région où ils habitaient. Nous nous sommes renseignée enfin sur les oiseaux dont ils se sont servis ces dernières années, des oiseaux possédés par leurs pères et leurs grands-pères. Nous avons sollicité souvent leurs appréciations sur les oiseaux des voisins ou des compères qu‟ils connaissaient. Au fur et à
14

Bulmer 1976.

28 mesure que notre documentation photographique augmentait nous avons cherché leurs opinions sur les oiseaux photographiés. Une fois un corpus satisfaisant de noms formé, nous avons essayé de savoir si l‟on connaissait tel ou tel nom d‟oiseau et quelles étaient ses caractéristiques. C‟est en croisant et recoupant les renseignements obtenus, en les vérifiant auprès de plusieurs informateurs que nous avons fait notre modeste apport au vocabulaire spécialisé et au système de classification des oiseaux de chasse des Kïrgïz et des Kazak.

I.1.6. Les données recueillies
Ils sont consignés dans deux inventaires distincts qu‟on trouvera en annexe. Les enregistrements sonores (Annexe II) complètent nos notes de terrain et sont dans une certaine façon l‟illustration du comportement de nos informateurs : il y est question des biographies personnelles, des descriptions des oiseaux, des classifications et inévitablement de plusieurs anecdotes liées à la pratiques de la chasse au vol. Les plus importants parmi ces enregistrements ont été transcrits et donnent naissance à un corpus de 116 pages (Annexe IV). Ce corpus n‟est pas traduit mais il est accompagné d‟index thématiques. De plus, nous nous y référons souvent au cours de notre exposé et les passages dont nous nous servons sont traduits en français. Il nous est certes impossible de reproduire nos notes de terrain. Les comptesrendus de toutes nos missions sont conservés à l‟Institut Français d‟Études sur l‟Asie Centrale à Tachkent (Ouzbékistan). Il va sans dire que ce qui échappe à la notation est souvent ce qui nous marque le plus : les mots et les phrases entendus au hasard, les gestes, les exclamations, les soupirs, les regards. Pour tout cela nous n‟avons d‟autre preuve que l‟attachement qui nous lie à tous ces gens. Les documents photographiques (Annexe III) sont assez nombreux : on y trouve tout d‟abord nos informateurs, les photos des oiseaux avec les noms qu‟on leur donne et les descriptions des qualités qui vont avec ces noms, l‟équipement des gens de volerie et les terrains de chasse que nous avons connus. Les Kïrgïz comme les Kazak ne se méfient pas de l‟appareil photo, ils sont fiers chaque fois qu‟on les prend en photos et la seule condition qu‟ils posent à l‟usage de cet outil est de leur offrir un cliché. Quoiqu‟ils «posent» à l‟occasion, le plus souvent ils ne réagissent pas au déclic. Nous avons pris le plus de photos lorsque nous interlocuteurs étaient occupés par ailleurs et que nous avions tout loisir d‟explorer leurs demeures. Lors de sorties cynégétiques l‟usage de l‟appareil photo a été plus difficile. Nous n‟avons pas voulu casser le rythme du groupe et les prises de vue en ont beaucoup souffert. Nous avons profité une seule fois d‟une caméra vidéo pour filmer les épisodes qui nous paraissaient les plus difficiles à décrire ou à photographier. Faute d‟électricité l‟usage de la caméra posait toujours beaucoup de problème. Enfin, une petite collection personnelle d‟objets (différents modèles de chaperons et un appui-bras d‟aiglier en corne de bouquetin) témoigne de la bienveillance de certains de nos informateurs.

I.2. Ethnoscience
Il ne s‟agira pas dans le cas des oiseaux de chasse d‟une étude d‟ethnoscience à proprement parler. Les classifications qui sont à la base de ces études concernent le plus souvent un segment important, si ce n‟est l‟ensemble, de la faune, ou de la flore, d‟une contrée. Or, nous étudierons des nomenclatures et des classifications qui n‟englobent qu‟une partie des oiseaux de proie et donc une partie minime du royaume des oiseaux. De plus, les oiseaux de chasse, sans être domestiqués ne peuvent guère être considérés comme des oiseaux sauvages. Mais certains des problèmes auxquels se heurtent les études d‟ethnoscience en

29 général et d‟ethnobiologie en particulier, de même que les méthodes qui permettent de les surmonter, nous intéressent directement.

I.2.1. Historique
Le terme «ethnoscience» est utilisé pour la première fois par George Peter Murdock, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Professeur d‟anthropologie, tout d‟abord à l‟Université de Yale où il succède à E. Sapir en 1938, puis à l‟Université de Pittsburg à partir de 1962, G. P. Murdock consacre l‟essentiel de ses recherches à l‟élaboration d‟une méthode de classement et d‟analyse de données ethnographiques à des buts comparatistes. Le résultat de ce travail de systématisation est un guide de classement intitulé Outline of Cultural Material. La base de données ethnographiques est appelée Human Relations Area Files 15. C‟est dans la troisième édition revue du guide de classement que G. P. Murdock se sert du terme «ethnoscience» pour décrire la section 82 qui regroupe les «idées au sujet de la nature et de l‟homme» et «les notions spéculatives et populaires concernant les phénomènes du monde externe et de l‟organisme humain»16. L‟ethnobotanique et l‟ethnozoologie font partie de l‟ethnoscience; la première se définit comme «savoir local à propos des végétaux», la seconde comme «savoir local à propos des animaux». Par «savoir local» on entend celui des populations dont l‟étude relève du domaine traditionnel de l‟ethnologie. Lors de son invention le terme «ethnoscience» désigne donc un objet d‟étude. Aux États-Unis, cet objet d‟étude est revendiqué par un courant ethnologique, né dans les années 1950 à l‟Université de Yale, et connu sous le nom de nouvelle ethnographie, mais aussi d‟anthropologie cognitive ou d‟ethnosémantique. Les chercheurs appartenant à ce courant, dont les plus connus sont W. H. Goodenough17, Bill Sturtevant18, Harold Conklin19, Charles Frake20 et Brent Berlin21, entreprennent des études sur les savoirs relatifs non seulement à la
15

La mise en place de cette base des données ethnographiques fut accélérée par le besoin de renseignements lors de la Seconde Guerre Mondiale. L‟armée américaine se voyant obligée de mener des opérations militaires sur des terrains jusqu‟alors peu connus, toute source susceptible de fournir des informations était bienvenue. Le recours fréquent aux études ethnographiques est à l‟origine des premières tentatives de création de bases systématiques de données ethnographiques. Ce sont par ailleurs les moyens fournis par l‟armée américaine qui permettent l‟ordonnancement et la croissance de Human Relations Areas File, cf. Barrau 1984 : 483. 16 Friedberg 1992 : 252. 17 Cf. Goodenough, W. «Componential analysis and the study of meaning», Language XXXII (2) de 1956, pp. 195 - 216 et «Residence rules», Southwestern Journal of Anthropology XII de 1957, pp. 22-37 pour les premières innovations méthodologiques que l‟ethnoscience emprunte à la linguistique structurale. D‟autres contributions importantes de W. H. Goodenough: Goodenough, G. H. (Ed.) Explorations in Cultural Anthropology. New York : McGraw, 1964. 18 Cf. Gladwin, T. et Sturtevant, B. (Eds.) Anthropology and Human Behavior. Washington: Anthropological Society of Washington, 1962; Sturtevant, B. «Studies in Ethnoscience», American Anthropologist LXVI de 1964, pp. 99 - 131. 19 Cf. Relation of Hanunoo Culture to the Plant World , la thèse (1954) non-publiée de H. Conklin, qui est considérée unanimement comme la première étude d‟ethnobotanique basée sur des méthodes rigoureuses d‟analyse des données lexicographiques; «Hanunoo color categories», Southwestern Journal of Anthropology XI (4) de 1955; pp. 339 - 344 et «Lexicographical treatment of folk taxonomies», International Journal of American Linguistics XXVIII (2) de 1962, pp. 119 - 141 où H. Conklin jette les bases, et les conventions, de l‟analyse sémantique des unités lexicales d‟une taxonomie, ou classification, populaire. 20 Cf. «The diagnosis of disease among the Subanun of Mindanao», American Anthropologist LXIII (1) de 1961, pp. 113 - 132 qui illustre les méthodes de l‟ethnoscience appliquées à l‟étude des maladies; «The ethnographic study of cognitive systems» in: Gladwin, T. et Sturtevant, B. (Eds.) Anthropology and Human behavior, Washington: Anthropological Society of Washinton, 1962; pp. 72 - 85 où Ch. Frake décrit la quête d‟une nouvelle méthode ethnographique et introduit une base terminologique pour l‟analyse des taxonomies populaires qu‟il partage avec H. Conklin; «Notes on queries in ethnography», Américan Anthropologist LXVI de 1964, pp. 132 - 145.

30 nature (flore, faune) mais aussi à la société (parenté, maladies). Leurs investigations les mènent tout d‟abord à une nouvelle définition du concept de culture, concept qui jusqu‟alors était d‟une grande élasticité. Ils éloignent les phénomènes matériels de la culture et l‟identifient à une connaissance de «tout ce que quelqu‟un doit savoir ou croire afin de se comporter d‟une façon convenable pour les autres membres d‟une société». La culture devient «la construction mentale des objets, des modèles de perception, de mise en relation et d‟interprétation de ces objets». Ainsi la démarche ethnographique doit dépasser la simple description des phénomènes observés, et doit se doter de méthodes d‟analyse qui permettent de construire «une théorie des modèles conceptuels dont les phénomènes observés sont le produit» 22 . Dans cet élan pour formaliser la démarche ethnographique, le terme «ethnoscience» ne désigne plus un objet d‟étude mais une nouvelle méthode d‟analyse mise au point pour explorer les modèles conceptuels d‟autrui. Dès lors la langue devient l‟accès privilégié, sinon le seul accès possible, à ces «modèles conceptuels». Les façons dont elle assure la communication et la transmission des connaissances à l‟intérieur d‟une société devient l‟objet d‟étude de l‟ethnolinguistique dont l‟un des théoriciens les plus importants était Dell Hymes 23 . Les tenants de la nouvelle ethnographie cherchent à leur tour des façons de décrire le contenu d‟une culture, ou d‟une connaissance, transmise et apprise verbalement. Ils s‟investissent dans la formulation de méthodes rigoureuses tant pour recueillir les données que pour les analyser. Ainsi, sur place, recommandent-ils la pratique de l‟explicitation (elicitation en anglais). Cette dernière est une technique de collecte de données qui repose non pas sur l‟observation participante mais sur un échange prémédité des questions et des réponses entre l‟ethnologue et ses informateurs. L‟échange est prémédité dans la mesure où l‟ethnographe ne doit jamais imposer aux informateurs des notions ou des concepts qui lui sont propres. L‟explicitation se déroule obligatoirement dans la langue des informateurs et, dans une première étape qui est aussi l‟étape la plus importante, elle vise la formulation correcte, grammaticalement et sémantiquement, des questions24. L‟échange question - réponse obéit à des règles strictes : il commence par des questions générales qui cherchent à déterminer l‟étendue du corpus
21

Outre son étude, en collaboration avec P. Kay, sur les couleurs, cf. Berlin, B. & Kay, P. Basic Color Terms : Their Universality and Evolution. Berkeley : University of California Press, 1969 mentionnons seulement Ethnobiological Classification : Principles of Categorization of Plants and Animals in Traditional Societies . Princeton: Princeton University Press, 1992. Ce dernier ouvrage, malgré les débats qu‟il continue de susciter reste incontournable en ethnobiologie. 22 Cf. Goodenough, W. H. «Cultural anthropology and linguistics» in: Garvin, P. (Ed.) Report of the 7th Annual Round Table Meeting on Linguistics and Language Study . Washington: Institute of Language and Linguistics; Georgetown University, 1957 (Monograph Series on Language and Linguistics N°9), pp. 167-168: «A society‟s culture consists of whatever one has to know or believe in order to operate in a manner acceptable to its members, and to do so in any role that they accept for any one of themselves... It is the forms of things that people have in mind, their models for perceiving, relating and otherwise interpreting them... Ethnographic description, then, requires methods of processing observed phenomena such as we can inductively contruct a theory of how our informants have organized the same phenomena. It is the theory, not the phenomena alone, which ethnographic description aims to present». 23 Cf. Hymes, D. «Ethnography of speaking», in: Gladwin, T. et Sturtevant, B. (Eds.) Anthropology and Human behavior, Washington: Anthropological Society of Washinton, 1962, pp. 13 - 53; «Directions in (Ethno)Linguistic Theory», American Anthropologist LXVI de 1964, pp. 6 - 56. Pour d‟autres options en ethnolinguistique, notamment en France, cf. Thomas, J. M. C. (Ed.) Linguistique, ethnologie, ethnolinguistique : la pratique de l’anthropologie aujourd’hui. Actes du Colloq ue international du C.N.R.S. organisé par l’association française des anthropologues, Sèvres 19 -21 novembre, 1981. Paris: SELAF, 1985 et Ethnolinguistique : contributions théoriques et méthodologiques . Paris: SELAF, 1981 (LACITO - Documents, Eurasie 5). 24 Cf. Fournier 1971 : 473 «Aussi la première tâche de l‟ethnographe est -elle de sélectionner des informateurs qui puissent lui enseigner comment poser des questions dans leur langue... Une précaution obligatoire [pour la suite] est de ne jamais introduire des termes qui ne soient préalablement utilisés par l‟informateur lui -même...».

31 d‟étude et à inventorier ses éléments constitutifs25; il vise ensuite, par des questions de plus en plus précises, à atteindre les relations de différenciation ou d‟inclusion qui organisent les éléments d‟un corpus 26 . Afin de mettre en évidence la structure d‟une classification, ou l‟emboîtement des catégories, certains ethnologues ont recours à l‟analyse componentielle qui est une analyse formelle, utilisée tout d‟abord par les linguistes et plus précisément par les phonéticiens. L‟analyse componentielle cherche à formuler, en évitant les redondances, les oppositions qui sous-tendent une structure et à atteindre les traits distinctifs ou les traits pertinents propre à chacune des catégories27. C‟est grâce à l‟analyse componentielle que les ethnologues espèrent gérer le passage des désignations aux significations et dégager les logiques d‟ordonnancement propres à une culture28. La valeur heuristique de ces techniques d‟enquête et d‟analyse a été démontrée dans des études des systèmes de pronoms personnels, des systèmes de parenté et, accessoirement,
25

Ainsi dans une enquête sur les oiseaux de chasse les questions générales chercheront à savoir quels sont les oiseaux de chasse et comment ils se distinguent des autres oiseaux. Ces questions peuvent prendre plusieurs formes: Qu‟est-ce que c‟est que les oiseaux? Combien y-t-il de sortes d‟oiseaux? Quelles sont les différentes sortes d‟oiseaux? Qu‟est-ce que c‟est que les oiseaux de proie? Combien y a -t-il de sortes d‟oiseaux de proie? Quelles sont les sortes d‟oiseaux de proie? Qu‟est-ce que c‟est que les oiseaux de chasse? Combien y a -t-il de sortes d‟oiseaux de chasse? Quelles sont les sortes des oiseaux de chasse? X [nom d‟un oiseau] est-il un oiseau? X est-il un oiseau de proie? X est-t-il un oiseau de chasse? Y [nom d‟un oiseau de proie] est-il un oiseau? Y est-il un oiseau de proie? Y est-il un oiseau de chasse? Z [nom d‟un oiseau de chasse] est-il un oiseau? Z est-il un oiseau de proie? Z est-il un oiseau de chasse? etc. Ces questions seront posées, sous une même forme, à plusieurs informateurs. Au bout de cette première étape, l‟ethnologue aurait constitué un inventaire presque exhaustif des noms des oiseaux de proie et des oiseaux de chasse et il aurait trouvé d‟une part le s critères (bec crochu, serres tranchantes, se nourrissent de chair) qui distinguent les oiseaux de proie des autres oiseaux et d‟autres part les critères qui distinguent les oiseaux de proie (des oiseaux dits «ignobles» ou «vilains» qui se nourrissent de charogne et qui ne sont pas sujets à l‟apprivoisement) des oiseaux de chasse (des oiseaux dits «nobles» ou «gentils» qui se nourrissent de viande chaude et qui sont sujets à l‟apprivoisement). Les éléments constitutifs du corpus, dans notre cas les différents noms des oiseaux de chasse, sont considérés comme des «ségrégats» (segregates) ou des «unités sémantiques fondamentales» (fundamental semantic units). Lorsque le corpus relève du domaine de la biologie ces «unités sémantiques fondamentales» sont souvent appelées taxons, cf. Conklin 1962 : 120 - 121; Frake 1962 : 76. 26 Supposons que, quant aux oiseaux de chasse, la première étape nous a permis de noter les noms du faucon, de l‟autour et de l‟épervier. Pour pouvoir préciser nos questions et savoir comment ces oiseaux de chasse se rapprochent ou se différencient l‟un par rapport à l‟autre il nous faut passer par les questions de type: Comment est l‟oiseau de chasse qu‟on appelle faucon? Le faucon est -il proche de l‟autour? Le faucon est-il un autour? Comment on reconnaît un faucon d‟un autour? Comment est l‟oiseau de chasse qu‟on appelle autour? etc. La multiplication des questions de ce type est le plus souvent générée par les réponses même des informateurs. Au bout de cette deuxième étape «d‟explicitation» l‟ethnologue apprend quels sont les traits qui distinguent les faucons des autours, les faucons des éperviers, et ainsi de suite, et quels sont les traits qu‟ils ont en commun. 27 Pour les oiseaux de chasse à ce niveau les critères d‟opposition seront: ois eaux de bas vol (autour, épervier) / oiseaux de haut vol (faucons); oiseaux de poing (autour, épervier) / oiseaux de leurre (faucons) et oiseaux qui tuent par saisissement (autour, épervier) / oiseaux qui tuent par percussion (faucons). Ce sont ces mêmes critères d‟opposition qui nous permettent de regrouper d‟une part l‟autour et l‟épervier dans une catégorie qui, quoi que le plus souvent non nommée, peut être désignée dans certains parlers français, exemplairement le parler lorrain, par le nom de chasserot et d‟opposer cette catégorie à la catégorie des faucons, dont tous les membres peuvent être désignés simplement par le nom «faucon». Tous ces oiseaux de chasse font partie des oiseaux dits «nobles» ou «gentils» et ils s‟opposent ainsi aux autres oiseaux de proie qui sont «ignobles» ou «vilains». Pour d‟autres applications de l‟analyse componentielle en ethnologie cf. Goodenough 1956, Frake 1962, Revel 1990 : 55 - 66, D‟Andrade 1995 : 31 - 91. 28 L‟illustration partielle que nous avons faite de cette technique d‟analyse montre à quel point elle peut se révéler fastidieuse puisqu‟elle exige à certaines étapes la mise en relation de tous les éléments constitutifs d‟un corpus. C‟est pourquoi l‟ethnologue qui pratique l‟explicitation et l‟analyse componentielle est obligé de délimiter un corpus, ou un ensemble d‟étude, à l‟intérieur d‟une culture. Cette délimitation du corpus imposée par les techniques de collecte et d‟analyse a suscité beaucoup de critiques: la culture dans ce cas devenait une juxtaposition ou un assemblage de corpus «isolés» ou «isolables» et la société en tant que globalité tendait à disparaître.

32 des nomenclatures botaniques ou zoologiques. Dans ce dernier cas, une attention particulière est portée à la structuration lexicale du corpus. H. Conklin a été l‟un des premiers à proposer une méthode d‟analyse lexicologique29. Il s‟agit dans le cas des nomenclatures botaniques ou zoologiques d‟éviter les listes, souvent fastidieuses, des correspondances plus ou moins sûres entre appellations indigènes et noms scientifiques. Les appellations indigènes, ou les ségrégats dans la terminologie de H. Conklin, sont considérées comme des lexèmes. Les lexèmes sont des unités sémantiques et comme telles ils sont différents des unités morphosyntaxiques30. De plus, ce n‟est pas l‟analyse morphosyntaxique qui nous aide à déceler la place des différents lexèmes dans une nomenclature ethnobiologique 31 . Cette distinction entre niveau morphosyntaxique et niveau sémantique ne peut être effectuée que quand d‟une part l‟ethnologue comprend la langue de ses interlocuteurs et quand d‟autre part il connaît la structure de cette langue32. Comme pour tout autre champ sémantique, on cherchera, dans le cas des nomenclatures botaniques ou zoologiques, à définir la structuration lexicale. Lorsque une structuration lexicale, relevant du domaine de la biologie, repose sur des relations d‟exclusion et d‟inclusion qui établissent une hiérarchie entre les lexèmes, elle est appelée taxonomie. Une taxonomie se distingue des autres structurations lexicales par (1) l‟existence, réelle ou sous-entendue, au niveau le plus élevé d‟un seul lexème qui inclut tous les autres lexèmes; (2) un nombre fini des niveaux hiérarchisés; (3) le fait que chaque lexème n‟appartient qu‟à un seul niveau; (4) l‟absence d‟ambiguïté sémantique ou de chevauchement entre les lexèmes qui appartiennent au même niveau. L‟un des buts de l‟ethnobiologie devient alors la comparaison des modèles taxonomiques auxquels les différentes cultures ont recours pour ordonner leurs environnements naturels. L‟ethnoscience s‟efforce de fournir une présentation objective des phénomènes observés à travers l‟ordonnancement que leur applique une société donnée et de montrer comment ce savoir ordonnancé et conceptualisé est appris et transmis33. A tel point que la culture est parfois décrite comme «la façon particulière qu‟a une société de classifier, principalement par le langage, son univers matériel et social» 34 . A travers les analyses formelles l‟ethnoscience s‟assigne donc deux tâches incompatibles : l‟une consistait «à montrer comment les divers peuples perçoivent leur univers»35, à établir des «grammaires culturelles» qui permettaient de comprendre et de prévoir les comportements d‟autrui 36 ; l‟autre dépassait le particularisme culturel et cherchait des catégories universelles, dépendantes de l‟héritage biologique et donc communes à tous les hommes. Malgré les polémiques que suscitent leurs démarches37, les tenants de l‟ethnoscience ont le mérite d‟avoir
29 30

Cf. Conklin 1962. Ainsi dans le cas des oiseaux, au niveau de l‟analyse linguistique, nous avons aussi bien des lexèmes simples (gerfaut, autour, épervier), que des lexèmes complexes (pie-grièche, pic épeiche, martin-pêcheur, coq de bruyère, poule d‟eau) dont certains sont analysables (martin -pêcheur, coq de bruyère, poule d‟eau) et d‟autre ne le sont guère (pie-grièche, pic épeiche). Malgré les différences qui existent entre ces lexèmes au niveau de l‟analyse morphosyntaxique ils ont tous le même statut lors d‟une analyse sémantique. 31 Une analyse morphosyntaxique qui désagrège les lexèmes comme «martin-pêcheur» ou bien «chevalier gambette» en «martin» et «pêcheur» ou bien en «chevalier» et «gambette», et qui peut par ailleurs aller plus loin en nous indiquant les différents morphèmes grammaticaux de ces noms - comme dans le cas de gambette qui est un diminutif de gambe «jambe» - ne nous aide point au niveau de l‟analyse sémantique: si nous partons du proverbe bien connu «Il n‟y a pas qu‟un âne qui s‟appelle Martin» et de «pêcheur» nous avons peu de chance de deviner qu‟il s‟agit dans ce cas d‟un nom d‟oiseau. Cf. à ce propos Frake 1962 : 77 - 78. 32 Sturtevant 1964 : 106 33 Frake 1962 : 85 34 Sturtevant 1964 : 343 35 Tyler 1969 : 6; Fournier 1971 : 465 36 Friedberg 1992 : 253 37 Les bases théoriques de l‟ethnoscience ont été beaucoup critiquées par les linguistes générativistes. Ainsi R. M. Keesing, dans «Paradigms Lost : the New Ethnography and the New Linguistics», Southwestern Journal of

33 diversifié les domaines d‟étude en ethnologie et intensifié les échanges entre les différentes disciplines des sciences humaines. L‟ethnoscience quitte sa période classique sans nostalgie et témoigne de sa vitalité en donnant naissance, à partir des années 1970, à des nombreuses tendances ethnologiques qui reprennent les études, momentanément délaissées, des savoirs naturalistes populaires.

I.2.2. Études des savoirs naturalistes populaires
Les études des savoirs naturalistes populaires réapparaissent à la fin du XIXème et au début du XXème siècle comme réponse à une ségrégation de plus en plus marquée entre les sciences de la nature d‟un côté et les sciences de l‟homme de l‟autre. Si à ses origines l‟histoire naturelle ne dissociait guère l‟homme de la nature, la spécialisation croissante des disciplines biologiques au XIXème siècle leur ôte les préoccupations utilitaires et humanistes. L‟homme est légué aux sciences humaines se développant alors au sein de la philosophie. Ce n‟est qu‟au moment où les puissances coloniales se heurtent à des espaces inconnus, peu accueillants au premier regard mais maîtrisés par les populations autochtones, que l‟intérêt pour les relations entre l‟homme et la nature revient à l‟ordre du jour. Cet intérêt se manifeste le plus nettement aux États-Unis où, à la fin du XIXème siècle, un agronome et botaniste, J. W. Harshberger, applique le terme «ethnobotanique» à l‟étude, à partir des données archéologiques, des plantes utilisés par les populations amérindiennes, de leur distribution dans le passé afin d‟élucider d‟une part «la position culturelle des tribus» et de trouver, d‟autre part, de nouvelles utilisations de ces plantes 38 . Cette ethnobotanique se contentera pendant un temps de décrire les usages que les Amérindiens faisaient des plantes et de mentionner en passant, entre parenthèses, les noms indigènes de ces plantes. Jusqu‟au moment où, deux membres du Bureau of American Ethnology, J. Henderson et J. P. Harrington, convaincus de l‟intérêt de ce travail, l‟étendent tout d‟abord aux études des relations entre les Amérindiens et les animaux et insistent ensuite sur la nécessité de ne pas se limiter à l‟inventaire des noms d‟animaux dans les langues indiennes, ni à celui des façons dont ils sont utilisés, mais d‟étudier aussi, à travers les discours locaux, le «savoir naturaliste indigène» ou le «savoir naturaliste populaire». Une telle démarche sera qualifiée à juste titre d‟»ethnozoologie» 39 . C‟est trente ans plus tard que E. F. Castetter propose de réunir l‟ethnobotanique et l‟ethnozoologie en «ethnobiologie» afin d‟envisager d‟une façon globale les relations entre les sociétés humaines et leurs environnements naturels40. En France à la même époque plusieurs savants se consacrent à l‟étude des relations entre l‟homme et la nature sans parler pour autant d‟ethnobotanique ou d‟ethnozoologie. L‟un des premiers fut Eugène Rolland (1846-1909), auteur de la Flore populaire de la France ou Histoire naturelle des plantes dans leurs rapports avec la linguistique et le folklore (1877Anthropology, XXVIII (4) de 1972; pp. 299 - 332, souligne-t-il que la culture est un ensemble qu‟on ne peut compartimenter qu‟avec beaucoup de difficultés: «Si nous décrivons un code cognitif, ce n‟est pas pour éviter l‟analyse de qui fait quoi et pourquoi. C‟est pour qu‟il nous aide à comprendre la complexité du comportement social, et non pas pour la lui enlever. Les anthropologues n‟ont plus besoin de compartimenter leu r domaine - ils ont besoin de lui redonner une intégralité. Ils doivent développer un paradigme à l‟intérieur duquel le modèle cognitif d‟une culture pourrait être systématiquement lié aux domaines sociologique, biologique, écologique ou à d‟autres domaines et non pas simplement extrait de ces domaines». 38 Harshberger, J. W. «The purpose of Ethnobotany», The American Antiquariam XVII (2) de 1896, pp. 73-81. Les études des savoirs locaux, concernant les plantes ou les animaux, afin de diversifier les modes d ‟exploitation des ressources naturelles, ou d‟en trouver des nouveaux, sont appelées plus tard «biologie économique», cf. Barrau 1984 : 482. 39 Henderson, J.; Harrington, J. P. Ethnozoology of the Tewa Indians. Washington: Government Printing Office, 1914; 76 p. (Bureau of American Ethnology, Bulletin 56) 40 Castetter, E. F. «The Domain of Ethnobiology», American Naturalist LXXVIII (775) de 1944; pp. 158-170.

34 1915) et de la Faune populaire de France (1877 - 1915), qui ouvre la voie aux recueils des savoirs botanistes et zoologiques41. Un peu plus tard, le naturaliste Auguste Chevalier (18731956), Professeur au Muséum National d‟Histoire Naturelle, commence une prospection des ressources végétales en Afrique tout en s‟intéressant aux savoirs locaux concernant les plantes et leurs usages. Enfin, Marcel Mauss, dans ses cours d‟ethnographie à l‟Institut d‟Ethnologie de l‟Université de Paris de 1926 à 1939, attire l‟attention sur l‟importance d‟une approche ethnologique des relations entre les sociétés et leurs environnements naturels 42 . Le terme «ethnobotanique» n‟est introduit en France qu‟en 1943 quand André-Georges Haudricourt43 et Louis Hédin44 publient L’homme et les plantes cultivés. A un moment où l‟émiettement des sciences et leur spécialisation croissante creusent un fossé entre les sciences de la nature et les sciences de l‟homme, A.-G. Haudricourt et L. Hédin réalisent une étude qui porte sur «l‟examen des relations étroites et réciproques qui unissent l‟Homme et les plantes cultivées», sur «le déroulement simultané de l‟histoire des plantes cultivées et de celle de l‟Homme depuis l‟invention de l‟agriculture en vue de montrer leur permanente correspondance» 45 . C‟est à A.-G. Haudricourt que revient aussi le mérite d‟avoir insisté sur l‟importance de la linguistique pour les recherches ethnologiques 46 . Dès lors, les relations entre l‟homme et l‟environnement naturel d‟un part, et la diversité de l‟insertion humaines dans les différents écosystèmes d‟autre part deviennent le sujet d‟études pluridisciplinaires dites «ethnobotanique», «ethnozoologie» ou bien «ethnobiologie». En France l‟ethnobiologie suit un développement qui lui est propre et elle reste d‟une certaine façon à l‟écart des secousses méthodologiques et théoriques de la nouvelle ethnographie américaine. Les échanges entre la tradition anglo-saxonne et la tradition française dans ce domaine particulier semblent peu nombreux. L‟interlocuteur français des ethnoscientifiques américains reste, à long terme, Claude Lévi-Strauss qui défend l‟analyse structurale en anthropologie, mais dans un contexte plus large : après les démonstrations remarquables sur les systèmes de parenté, il applique cette méthode à d‟autres thèmes comme le mythe, le rituel, la religion puis l‟art. Ses réflexions sur les activités classificatrices des hommes ont fait le sujet de deux ouvrages - Le totémisme aujourd’hui (1962) et La pensée sauvage (1962) - où l‟auteur, à travers de multiples exemples qui témoignent des intérêts divers que les humains portent à l‟environnement, reconnaît à la pensée «sauvage», qui n‟est pas «la pensée des sauvages mais la pensée à l‟état sauvage», une exigence d‟ordre qui est à la base de toute pensée. Dans le cadre plus étroit de l‟ethnobiologie, les maîtres, tels A.-G. Haudricourt, J. Rousseau, R. Portères, ne se passionnent pas pour les débats de l‟ethnoscience américaine qui
41 Pour

juger de l‟importance de ce travail, il est utile de savoir que le thesaurus de E. Rolland con cernant les animaux était, encore en 1988, au centre d‟un projet dirigé par Raymond Pujol (Laboratoire d‟Ethnobiologie du Muséum National d‟Histoire Naturelle). Ce projet cherchait à compléter et à actualiser le thesaurus de E. Rolland. Compléter parce que certaines familles d‟animaux, les Acariens, les Araignées et d‟autres, avaient échappé à l‟attention de E. Rolland. Actualiser parce qu‟il existe dans le thesaurus de E. Rolland quelques erreurs d‟identification des noms vernaculaires des animaux. Enfin, on envisageait une nouvelle édition illustrée, cf. «A propos de l‟ethnozoologie : entretient avec R. Pujol», Terrain X de 1988; pp. 108 - 111. 42 Cf. Mauss, M. Manuel d’ethnographie. Avertissement et préface de Denise Paulme . 3ème édition. Paris: Payot, 1992 (Petite bibliothèque Payot) où, dans une partie intitulée «Industries spécialisées à usages spéciaux» (pp.56-62), M. Mauss souligne l‟importance de l‟étude des «industries d‟acquisition» - «cueillette», «chasse», «pêche» - et des «industries de production» - «élevage» et «agriculture» (pp. 62-67). 43 Agronome au départ A.-G. Haudricourt se rend en Union Soviétique (1934-1935) pour y travailler avec N. I. Vavilov sur la biogéographie et l‟origine des plantes cultivés. 44 Botaniste au Muséum National d‟Histoire Naturelle et spécialiste de la végétation de l‟Afrique tropicale. 45 Haudricourt, A.-G.; Hedin, L. L’homme et les plantes cultivées. Préface de Michel Chauvet. Paris: Editions A.-M. Métaillié, 1987, p.11-12. 46Haudricourt, A.-G. «Linguistique et ethnologie» in: POIRIER, J. (Ed.) Ethnologie générale. Paris: Gallimard, 1968 (Encyclopédie de la Pléiade).

35 leur est pourtant contemporaine. Ce n‟est que Claudine Friedberg qui, en 1968, soumet pour la première fois à une étude critique les méthodes d‟enquête de quelques ethnologues américains de l‟école de la nouvelle ethnographie en leur opposant des méthodes d‟enquêtes utilisées par elle-même lors de ses missions chez les Bunaq du Timor47. Tout au long de ses recherches, Cl. Friedberg porte un regard attentif sur l‟effervescence théorique de la tradition américaine, la soumet régulièrement à des examens critiques et souligne les apports de la tradition française tant dans le domaine de l‟ethnologie que dans ceux de la linguistique et de la psychologie expérimentale 48 . La plupart des ethnologues français, même quand ils entreprennent des études des savoirs autochtones sur la nature, ne sentent pas le besoin de se positionner par rapport à l‟ethnoscience49. Fidèles aux enseignements de M. Mauss et A.-G. Haudricourt, ils ne s‟intéressent aux études d‟ethnobiologie en général et des classifications en particulier, que comme partie intégrale d‟une démarche ethnologique qui vise la description totale d‟une société50. Le terme «ethnoscience», quand il est utilisé en français, l‟est de deux façons différentes : au singulier il désigne une méthode d‟étude des savoirs populaires qui se rapproche parfois de la méthode de la nouvelle ethnographie américaine. Au pluriel, il se rapporte aux savoirs populaires eux-mêmes 51 . L‟ethnoscience en France ne s‟est jamais restreinte à l‟étude des classifications 52 . De nos jours, la plupart des ethnoscientifiques
47

Friedberg 1968. 1973, 1979, 1997. Dans cette démarche elle est épaulée de temps en temps par J. Barrau, cf. Barrau 1984, 1984, 1993, et par Marie Alexandrine Martin, cf. Martin 1975. 49 A l‟exception notable de Revel 1990 : 51 - 77. 50 L‟étude globale d‟une société est formulée par J. M. C. Thomas, Thomas, J. M. C., op.c., p. 20 -21, dans les termes suivants: «Il faut déjà préciser qu‟il s‟agira toujours d‟un groupe social humain de dimensions restreintes pour pouvoir l‟envisager dans sa totalité... Ce groupe, identifié, défini, délimité, fait l‟objet d‟une analyse en profondeur et sert de référence dans l‟étude de l‟ensemble plus vaste où il s‟insèr e. Deux perspectives sont privilégiées dans cette approche. La première envisage l’action du groupe sur son environnement et réciproquement l’action du milieu sur le groupe. La seconde considère les façons dont le groupe perçoit et interprète son environnement, comment il se situe dans le temps et dans l‟espace. Dans cette optique, est examinée la manière dont la société conçoit et exprime sa connaissance et sa conscience de sa propre existence: passé, présent et devenir, ses origines et son destin, sa rai son d‟être et celle de l‟univers où elle se situe. On verra aussi comment la communauté conçoit et exprime son expérience du monde où elle vit, comment elle l‟idéalise, comment elle l‟adapte à ses besoins et s‟adapte à ses contraintes, comment elle organis e, classe et interprète la réalité pour la conformer au modèle assurant son propre équilibre et sa sécurité, comment elle se fonde sur des modèles implicites ou explicites (et lesquels) pour organiser le monde, comment elle prend elle même modèle sur son environnement pour fonder ses structures». Les travaux les plus représentatifs de cette démarche ethnologiques sont les travaux sur les Pygmées effectués au sein du LACITO (Laboratoire des civilisations à tradition orale) sous la direction de Jacqueline M. C. Thomas et les recherches des membres du CeDRASEMI (Centre de recherches sur l‟Asie du sud-est et le monde indien) dont les trois volumes d‟histoire naturelle palawan de N. Revel, cf. Revel 1990. 51 Friedberg 1997 : 41. 52 Barrau 1983 : 10-11. Ainsi, les cours d‟ethno-botanique et d‟ethno -zoologie pour les années 1969-1970 publiés par les chercheurs du Laboratoire d‟Ethno -botanique et d‟Ethno -zoologie du Muséum National d‟Histoire Naturelle comprennent-ils, en ce qui concerne l‟ethnozoologie, outre les méthodes de récolte et de conservation des exemplaires, une partie dite «Champs de recherches» qui énumère, comme principaux thèmes du domaine ethnozoologique, «L‟aspect métaphysique, la mythologie, les croyances», «La pensée et les connaissances mythiques des animaux», «Les aspects psychologiques ou les rôles des animaux dans le folklore», «Les connaissances zoologiques des hommes à travers les temps», «L‟utilisation des animaux» et «L‟origine des animaux domestiques». Puis dans une deuxième partie appelée «Problématique générale et méthodologie» on évoque tout d‟abord les liens entre l‟ethnozoologie et la linguistique, même s‟il y est surtout question de l‟importance d‟une bonne connaissance de la langue lors des enquêtes, cf. Cours de ethno-botanique et ethnozoologie (1969-1970) présentés par les Professeurs Jean-François Leroy, Jacques Barrau, Hubert Gillet, Raymond Pujol. Paris: Laboratoire d‟ethno -botanique et d‟ethno-zoologie, c1969. Un premier colloque d‟ethnozoologie qui a eu lieu à Paris en 1973 réunit des communications qui abordent successivement des thèmes tels que «l‟homme et le milieu animal» (qui se subdivise à son tour en «ethnoécologie» ou les relations
48 Friedberg

36 revendiquent une définition plus large de leur discipline qui s‟assigne comme but «d‟appréhender les systèmes d‟idées, de notions et d‟attitudes qu‟une société entretient à l‟égard des faits, des objets et des phénomènes de son environnement»53, d‟étudier les savoirs en relation avec les savoir-faire et les représentations symboliques. Les savoirs dans ce contexte sont plus «des révélateurs de l‟appartenance à une structure sociale particulière» que «des reflets d‟une structure mentale universelle» 54 . Quant à l‟ethnobotanique et l‟ethnozoologie, leur vocation est «de faire apparaître la trame végétale et animale de l‟histoire des sociétés et civilisations» 55 , «d‟étudier une société dans son écosystème et comme partie de cet écosystème ... avec l‟ensemble des idées, des représentations qu‟elle se fait de la nature et d‟elle-même», et «de recueillir un maximum de données sur les connaissances et les pratiques humaines liées aux ressources naturelles» 56 . Les démarches personnelles - méthodes d‟enquête et analyses des corpus - échappent en conséquence à une formalisation méthodologique. Pour les années 1970s, R. Bulmer ne distingue pas moins de six tendances en ethnobiologie : (1) lexicographique - enquêtes ethnobiologiques afin d‟élaborer des dictionnaires qui passent outre les problèmes de catégorisation mais qui s‟intéressent de façon fructueuse aux étymologies des dénominations; (2) formelle - enquêtes ethnobiologiques sur la catégorisation qui ne se préoccupent guère du contexte culturel; (3) sociale - enquêtes ethnobiologiques qui étudient une partie seulement du savoir local afin d‟éclaircir une organisation sociale ou économique, l‟importance symbolique ou rituelle de certaines plantes et certains animaux; (4) biologique - enquêtes menées par des botanistes et des zoologues professionnels qui ont un accès facilité aux savoirs locaux mais qui sousestiment parfois les différences entre classifications scientifiques et classifications ethnobotaniques faute de pouvoir saisir toute l‟importance du contexte culturel; (5) naturaliste - enquêtes effectuées par des amateurs chez qui la curiosité personnelle pour la flore et la faune qui sont les leurs se transpose avec perspicacité sur le savoir botanique ou zoologique d‟autrui57.

entre l‟homme et son milieu, «interrelations entre l‟homme et l‟animal», «techniques d‟acquis ition», «utilisations»), «les animaux dans le langage et la pensée» (avec trois grands thèmes: «connaissance et classification», «aspects psychologiques», «mythologie et croyances»), enfin «l‟ethnozootechnie et la domestication», cf. PUJOL, R. (Ed.) L’homme et l’animal : premier colloque d’ethnozoologie. Paris: Institut international d‟ethnosciences, 1975. Les systèmes de classification et les nomenclatures en ethnobiologie sont au centre des discussions d‟un colloque organisé par la Maisons des sciences de l‟homme en juin 1973 et consacré aux «Méthodes d‟enquête ethnobiologique sur la conceptualisation et la classification des objets et des phénomènes naturels», cf. Barrau, J. «Ecologie et anthropologie, sciences naturelles et sciences humaines, opposition, discordance ou possible concert? A propos de deux colloques tenus à la Maison des sciences de l‟homme», cf. Social Science Information XIII (4/5) de 1974, pp. 1 - 3. 53 Barrau 1983 : 9. 54 Friedberg 1992 : 254. 55 Reprise de l‟idée émise tout d‟abord par J. Rousseau dans son article «Le champ de l‟ethnobotanique» paru dans le Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée en 1961, pp. 93 - 101, où il définit l‟ethnobotanique comme la science qui étudie «la trame végétale de l‟histoire de l‟humanité ». 56 Barrau 1983 : 10 - 11; Barrau 1984 : 482; Barrau 1993 : 25. Les études d‟ethnobiologie couvrent donc une gamme très large de sujets comme le montre par exemple la bibliographie d‟ethnosciences (ethnobotanique, ethnozoologie et médecines traditionnelles) réalisée par M. Mauries avec le concours de la Société d‟Ethnozoologie et d‟Ethnobotanique, ou bien les titres de la collection «Ethnosciences», publiée sous la direction de S. Bahuchet, collection qui a pour objectif «d‟explorer les relations multiples entre l‟homme et la nature: savoirs et usages, notions et croyances, à travers la langue, les techniques et les activités», ou encore les articles publiés dans le Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée (devenu plus tard Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée ) qui est le porte-parole des études d‟etnobotanique en France, et enfin les études publiées dans les pages de la revue Anthropozoologica (paraît depuis 1984) qui réhabilite les recherches en ethnozoologie et en archéozoologie. 57 Bulmer 1974a : 79 - 81.

37

I.2.3. Classifications
L‟ordonnancement que l‟homme applique aux éléments de son milieu naturel est l‟une des grandes préoccupations des études d‟ethnobiologie. Les classifications ethnobiologiques ont eu droit à un intérêt particulier puisqu‟on considère que les critères qui décident des multiples usages des plantes et des animaux dans les différentes sociétés sont codifiés par les règles de catégorisation et de dénomination. Au fur et à mesure que les études dans ce domaine se multiplient, des efforts ont été faits pour jeter les bases d‟une approche méthodologique qui, tout en tenant compte de la diversité des savoirs naturalistes, ouvre la voie à une réflexion comparatiste. On convient actuellement qu‟une enquête sur les connaissances zoologiques ou botaniques cherchant à démontrer comment un groupe humain perçoit la nature s‟intéressera de près à trois processus différents : (1) l‟identification des animaux ou des plantes; (2) leur dénomination et (3) catégorisation des unités dénommées ou insertion dans un système de référence. Tout en admettant l‟existence de trois processus distincts, on convient volontiers que dans la pratique ces processus sont concomitants : ainsi identification et dénomination vont souvent ensemble de même que la dénomination présuppose déjà une catégorie et prédit la façon dont l‟élément en question s‟inscrira dans une classification 58 . De plus, ces trois processus sont dépendants du contexte environnemental, culturel et linguistique de la société qui les pratique. I.2.3.1. Identification Tout ethnologue s‟intéressant aux savoirs naturalistes travaille sur place avec d‟informateurs qui identifient, plus ou moins rapidement, avec ou sans hésitation, les plantes et les animaux de leur milieu naturel. Il est donc logique que les ethnologues se posent des questions sur le processus d‟identification. Ce qu‟ils voient sur place est que pour certaines plantes ou animaux les informateurs donnent un nom toute de suite tandis que dans d‟autres cas ils ont besoin d‟un examen minutieux avant de se prononcer sur l‟objet à identifier. Les réponses à une partie de ces questions sont apportées par la psychologie expérimentale. C‟est cette dernière qui a montré que lors des ordonnancements l‟homme procède de deux façon différentes : soit par une perception globale, prototypique, ayant recours à des voisinages de ressemblance soit par une perception analytique, componentielle-conceptuelle, soit par les deux à la fois59. Lors de l‟identification d‟un animal, par exemple, nous nous servirons le plus souvent de la perception globale c‟est-à-dire que nous ne percevons pas une somme d‟éléments séparés mais un ensemble organisé, une forme globale qui donne du sens à ce que nous voyons. Des connaissances antérieures, conservées sous la forme d‟images mentales, ou des concepts, qui sont des formes plus abstraites de représentation, nous sont alors nécessaires pour réaliser l‟identification. Un concept, ou un prototype, contient le minimum des traits caractéristiques indispensables à une identification. Dans le cas des animaux, ces traits caractéristiques peuvent être physiques (aspect extérieur), sensoriels (couleurs, odeurs, cris) ou comportementaux (habitat, nourriture habituelle, mode de locomotion). Certains conceptstypes sont intégrés dans les zoonymes60, d‟autres sont maintenus par des récits traditionnels61.
58 Friedberg 59

1968 : 309 Friedberg 1992 : 154; Friedberg 1997 : 46; Dortier 1999 : 175 - 193. 60 Ainsi en Kïrgïz le nom de la ganga unibande, Pterocles orientalis, est qara boor «noir + ventre» à cause du ventre noir très typique; de même le nom pour le canard pilet, Anas acuta, est qïlquyruq «poil, crin + queue» à cause de la longue queue effilée; üpüp est un nom d‟origine onomatopéique pour la huppe, Upupa epops etc. 61 Toujours en Kïrgïz, il existe un récit qui raconte que les «moustaches» du faucon sacre sont les traces des larmes que celui-ci versa le jour où il ne réussit pas à fendre la meule taillée par David, le maître des artisans.

38 Enfin, dans les dictionnaires analytiques, quand ils sont bien faits, chaque entrée présentant une plante ou un animal devrait être suivie par l‟énumération des traits caractéristique du prototype. Lors d‟une identification, si nous sommes amenés à la justifier, nous n‟extrayons qu‟un nombre limité de traits caractéristiques propres au prototype. Par ailleurs, certaines régularités peuvent être observées quant à leur choix : ainsi au niveau des espèces, des sousespèces et des variétés d‟animaux les traits caractéristiques sont souvent morphologiques, c‟est-à-dire qu‟à ce niveau l‟identification opère à partir des éléments facilement perceptibles et elle ne fait que répondre à des discontinuités qui existent dans la nature 62; par contre, aux niveaux supérieurs, quand il est question de groupes d‟animaux plus ou moins apparentés, les traits caractéristiques sont plus nombreux, plus hétérogènes et souvent plus difficiles à circonscrire. Ces groupements supérieurs relèvent davantage de la catégorisation. L‟identification concerne donc l‟organisme individuel, contrairement à la catégorisation qui gère les groupes d‟organismes, et les traits caractéristiques mis en jeu lors d‟une identification sont d‟un nombre réduit et elles sont facilement perceptibles. Dans la mesure où les prototypes sont verbalisés, et où ils sont communs aux membres d‟une société, un ethnologue tentera de dresser un inventaire précis et détaillé des traits caractéristiques pris en compte dans leur élaboration. Une partie des prototypes sont constitués culturellement c‟est-à-dire qu‟ils sont propres à un contexte culturel et leur transposition mécanique d‟un contexte à l‟autre paraît difficile. C‟est justement en analysant le choix des traits caractéristiques propres aux prototypes que l‟ethnologue parvient à mettre en évidence les particularités du savoir qu‟il étudie ou, à l‟inverse, sa tendance à rejoindre certains universaux culturels. Quant à la perception analytique elle ne fonctionne, dans le cadre des identifications zoologiques ou botaniques, que quand elle est sollicitée, c‟est-à-dire quand un spécimen ne peut pas être rattaché facilement à un prototype. Ceci peut être le cas des animaux ou des plantes qui n‟appartiennent pas à notre milieu naturel, mais aussi des variétés locales peu connues ou peu importantes, des spécimens qui présentent certaines anomalies, etc. En se servant des traits caractéristiques propres aux prototypes, nous procédons alors à une sorte d‟analyse, nous constatons la présence ou l‟absence de certains traits caractéristiques et une décision finale qui résume les différenciations et les rapprochements successifs nous permet de rattacher le spécimen en question à un prototype. Tous ces postulats n‟enlèvent pas certaines difficultés liées à la description du processus d‟identification : quels sont les rapports entre la perception globale et la perception analytique? les prototypes sont-ils appris et comment? le traitement analytique est-il mis en jeu spontanément ou ne vient-il que lorsque l‟informateur est tenu de justifier son identification? Ce sont des problèmes qui relèvent du domaine de la psychologie expérimentale et les avancées dans ce domaine continueront à avoir des répercussions sur les théories et les méthodes de l‟ethnobiologie dès lors que cette

62

Une des meilleurs explications de la notion de «discontinuité naturelle» dans le contexte des études d‟ethnobiologie est celle de R. Bulmer 1974b : 11 - 12: «Quel que soit le groupe humain, il n‟occupe qu‟un minuscule fragment de la terre et, malgré les extensions rétrospectives de sa tradition orale, un bref moment du temps. Ainsi le nombre total de plantes et d‟animaux qui entrent dans son cercle d‟intérêt est seulement un segment minuscule des plantes et des animaux connus de la science. Si la vie est continue dans le temps et dans l‟espace, les restrictions du temps imposent tout de suite des discontinuités et dans l‟espace limité occupé par un groupe humain ces discontinuités objectives sont abondantes. Elles sont dues non seulement à la réduction du nombre total des espèces mais aussi parce que la compétition pour occuper les niches écologiques disponibles réduit, dans un milieu donné, le nombre des espèces semblables... Ainsi, la grille écologique assure une grande discontinuité entre les formes végétales et animales présentes dans un milieu et le fait que la survie de l‟hom me dépend en partie de l‟attention qu‟il porte à son milieu écologique constitue l‟une des dimensions les plus significatives de la classification qu‟il applique à ces formes».

39 dernière retient dans son orbite d‟intérêts les processus classificatoires et, plus généralement, les processus cognitifs. I.2.3.2. Dénomination Les nomenclatures ethnobiologiques sont importantes dans la mesure où elles sont des systèmes de dénomination qui permettent de comprendre comment les éléments du milieu naturel sont conceptualisés. De multiples témoignages montrent que les traits caractéristiques tant au niveau de la morphologie qu‟au niveau du comportement des animaux sont codifiés dans les noms et que de ce point de vue les zoonymes, et les phytonymes, se distinguent des autres champs du vocabulaire qui se révèlent beaucoup plus arbitraires. On suppose que ce mode de dénomination facilite l‟apprentissage des noms, leur mémorisation et leur usage, et permet à des sociétés qui n‟ont pas d‟écriture de gérer des nomenclatures biologiques de taille importante. Les premiers éléments de l‟analyse lexicologique ont été proposés par H. Conklin63. Cette analyse lexicologique a été affinée par B. Berlin 64 afin de mettre en liaison la structuration lexicale du vocabulaire et les modes de catégorisation. B. Berlin emprunte à H. Conklin les deux types de lexèmes qu‟on rencontre dans une nomenclature : lexèmes primaires (LP) et lexèmes secondaires (LS). Rappelons que cette distinction n‟est pas morphosyntaxique mais sémantique. Les lexèmes primaires sont de trois types : - LP inanalysable : platane, chêne - LP analysables qui à leur tour sont de deux sortes : - LP productifs : arbre aux quarante écus (Ginko biloba) où l‟un des constituants (arbre) marque un niveau supérieur. - LP improductifs : reine-des-prés (Spiralia ulmaria L.) où aucun des constituants ne marque une niveau supérieur. Quant aux lexèmes secondaires, ils contiennent, comme les LP productifs un constituant qui renvoie au niveau supérieur mais, en plus, au niveau qu‟ils occupent ils forment des séries contrastives. Ainsi un LP productif comme «arbre aux quarante écus» s‟oppose, à l‟intérieur des arbres, aussi bien au peuplier [LP inanalysable], qu‟à la prunecerise [LP analysable] et ne forme pas à proprement parler des séries contrastives. Quant aux lexèmes secondaires - par exemple «hibou grand-duc» et «hibou moyen-duc» - ils forment, au niveau qu‟ils occupent une série contrastive. En plus, les LS («hibou grand -duc») peuvent être abrégés («grand-duc») ce qui n‟est pas le cas des LP productifs («arbre aux quarante écus»). Parallèlement aux propositions de B. Berlin, R. Bulmer élabore, à partir de ses enquêtes d‟ethnozoologie chez les Karam de la Nouvelle Guinée, un autre modèle d‟analyse lexicologique. Pour R. Bulmer, la nomenclature ne prend son importance que comme fonction des entités biologiques qui sont en cause. Il évite donc les affinements linguistiques de B. Berlin et divise les dénominations dans une classification en deux types principaux : - dénominations monômes (peuplier, chêne) - dénominations composites qui se subdivisent en : - binômes qui sont à leur tour de deux sortes : ceux qui sont faits de deux monômes (prune-cerise) et ceux qui sont fait d‟un monôme et d‟un déterminant (peuplier argenté, chêne vert). - trinômes qui contiennent le plus souvent un binôme et un déterminant.

63 64

Cf. supra I.2.1 et la note pour Conklin. Berlin 1992 : 26 - 31.

40 - expressions qui regroupent les périphrases libres comme «semblable à», «de la même sorte que», «proche de» etc.65 Les ethnobotanistes français se servent de «terme de base», expression qui couvre les trois sortes de lexèmes primaires de B. Berlin. Les lexèmes secondaires, dans leur terminologie, résultent de l‟adjonction d‟un nombre varié de déterminants au terme de base66. Si la plupart des ethnologues admettent que la connaissance des formes morphosyntaxiques que revêtent les lexèmes dans une nomenclature populaire assure une certaine emprise sur la catégorisation, les corrélations que B. Berlin établit entre la structure morphosyntaxique d‟une appellation et son statut taxonomique ont suscité beaucoup de débats. Selon B. Berlin, les taxons les plus importants dans une classification ethnobiologique sont désignés par des lexèmes primaires, le plus souvent inanalysables, qui font partie uniquement du vocabulaire botanique ou zoologique et qui n‟ont pas d‟autres usages dans la langue en question. Par contre, les taxons d‟une moindre importance qui sont souvent des subdivisons concernant une seule plante ou un seul animal sont désignés par des lexèmes secondaires et, assez souvent, par des lexèmes motivés. Ceci sert partiellement à soulager les efforts mémoriels : les taxons les plus importants sont rencontrés quotidiennement et la mémorisation de leurs appellations ne pose pas de problèmes particuliers. Quant aux taxons spécifiques, le fait que les gens les rencontrent sporadiquement et les connaissent moins impose l‟emploi des noms motivés qui sont plus transparents, plus «parlants» et donc plus faciles à retenir. Les critiques adressées à B. Berlin sont de deux sortes. On accepte que la forme morphosyntaxique d‟une appellation soit en corrélation avec son importance, mais on n‟accepte pas que cette dernière soit assimilée à un statut taxonomique et encore moins que ce statut taxonomique soit toujours le genre. De plus, les ethnologues français rappellent que le système de dénomination des plantes ou des animaux est soumis aux lois d‟évolution du vocabulaire et citent l‟opinion d‟A.-G. Haudricourt qui, dans son étude sur les plantes cultivées, remarque que lorsqu‟un nom de plante est très fréquemment utilisé il se produit les phénomènes suivants : 1) ce nom acquiert des sens métaphoriques et donc peut perdre de sa spécificité, c‟est-à-dire qu‟il n‟est plus restreint au seul vocabulaire botanique; 2) le nom s‟affadit et, pour nommer la même chose, on a tendance à chercher une appellation plus expressive 67 . En plus de ces renouvellements constants du vocabulaire, les champs sémantiques des mots se modifient, avec possibilité de passage d‟un niveau hiérarchi que à un autre : l‟un des exemples les plus connus, qui vient aussi de Haudricourt, est celui des noms des céréales : «Ainsi la céréale la plus courante prend le nom qui désigne la céréale en général; par exemple, blé a remplacé froment, Frumentum a été employé au lieu de Triticum, alors qu‟il s‟agit toujours de la même plante»68. I.2.3.3. Catégorisation I.2.3.3.1. Modèle de B. Berlin et ses associés Une approche purement lexicologique des nomenclatures porterait préjudice surtout aux classifications biologiques dont les lois organisationnelles sembleraient venir des règles de dénomination. Parallèlement aux principes de dénomination, B. Berlin se penche sur les règles (psychologiques) de catégorisations des plantes et d‟animaux 69 . Il avoue, pour
65 66

Clément 1995 : 373 - 374 Friedberg 1986 : 28. 67 Martin 1975 : 264. 68 Haudricourt, A.-G.; Hedin, L. L’homme et les plantes cultivées Paris: Gallimard, 1943, p. 99 - 100. 69 Berlin 1992 : 20 - 26.

41 commencer, que ces deux dimensions - dénomination et catégorisation - sont artificiellement séparées70 et que les «principes» ne sont pas des règles mais des hypothèses à tester lors des descriptions de nouvelles taxonomies. Les principes de catégorisation des plantes et des animaux montrent tout d‟abord une certaine uniformité transculturelle des classifications ethnobiologiques qui reposent sur la morphologie des plantes ou des animaux. Ils soulignent ensuite les différences les plus importantes entre classifications ethnobiologiques et systématique scientifique. Ainsi, (1) dans un milieu naturel géographiquement délimité les hommes ne reconnaissent ou n‟ordonnent qu‟une partie des plantes et des animaux. Les plantes et les animaux reconnus sont souvent ceux qui se prêtent le plus facilement à l‟observation soit à cause de leur morphologie soit à cause de leur comportement. Les classifications ethnobiologiques sont donc toujours partielles puisqu‟elles ne tiennent compte que de certains segments de la flore et de la faune locales. Elles sont naturelles dans la mesure où elles reposent sur ce qu‟on appelle des discontinuités naturelles c‟est-à-dire des groupes de plantes et d‟animaux qui sont facilement perceptibles à cause des ressemblances morphologiques ou comportementales. La systématique scientifique par contre englobe toutes les plantes (y compris les cryptogames, c‟est-à-dire les plantes dont les organes de fructification sont cachés, comme les algues et les mousses, et qui par ce fait sont peu remarquables du point du vue morphologique) et tous les animaux (y compris les invertébrés). Elle est d‟une certaine façon artificielle puisqu‟elle repose actuellement sur la phylogénie, c‟est-à-dire le mode de formation et d‟évolution des organismes vivants, qui n‟est point observable. Les cas où les deux modes d‟organisation coïncident sont les cas où les discontinuités naturelles prises en compte par les classifications ethnobiologiques résultent des divergences évolutives ou des variations phénotypiques. (2) Parmi les critères possibles d‟ordonnancement d‟un milieu naturel, l‟homme a recours le plus souvent à ceux qui tiennent compte des discontinuités naturelles c‟est -à-dire des affinités ou des différences, morphologiques et comportementales, des organismes. D‟autres types d‟ordonnancements, tout en étant très importants à l‟intérieur des sociétés qui les pratiquent, coexistent presque obligatoirement avec un ordonnancement qui repose sur les discontinuités naturelles. Le fait qu‟une culture locale pratique plusieurs critères en même temps, et donc plusieurs ordonnancements à partir des critères différents, n‟est pas surprenant en soi-même. Les biologistes systématiciens de nos jours ordonnent aussi les organismes vivants selon des principes différents : nous avons d‟une part l‟école évolutionniste de G. G. Simpson et E. Mayr, mais aussi l‟école cladistique de Willi Hennig ou bien l‟école des pheneticistes défendue par R. Sokal et P. Sneath. Ces écoles se servent de systèmes de classification distincts qui sont très différents aux niveaux supérieurs (genres, familles, ordres) et dont le palier de base (espèces) n‟est le même que grâce à un concept introduit par E. Mayr - le concept d‟espèce non-dimensionnelle c‟est-à-dire celui qui ne prend pas en compte les dimensions de l‟espace et du temps. (3) Les groupes de plantes, ou d‟animaux, taxons, qui reposent sur des affinités morphologiques ou comportementales sont mis en relations hiérarchiques à l‟intérieur d‟un système, taxonomie. Une taxonomie comprend un nombre limité de paliers. Les taxons d‟un même palier sont mutuellement exclusifs. Ils peuvent être inclus dans les taxons des paliers supérieurs et
70

Cf. Berlin 1992 : 20 «... it is important that a clear distinction be made between the psychological conceptualization of plants and animals and the linguistic reflections of this underlying conceptual structure. This is a difficult issue to deal with in that our best entry into a society‟s system of classification is th rough language; ethnobiological classification is most easily recognized through the linguistic web of ethnobiological nomenclature. Nonetheless, I have organized the current reformulation in terms of those principles that reflect general patterns relating to the categorization of plants and animals as distinct from those principles that reflect general nomenclatural rules for the naming of plants and animals.»

42 ils peuvent à leur tour inclure des taxons des paliers inférieurs. Les taxonomies ethnobiologiques contiennent un nombre varié de paliers : les taxonomies les plus élaborées se rapprochent de la systématique scientifique et elles peuvent contenir jusqu‟à six paliers différents, mais la plupart des taxonomies ethnobiologiques connues manquent de profondeur hiérarchique et se satisfont de trois paliers seulement71 : SUPPRIME Paliers des formes de vie Le règne, dénommé ou pas, ne contient qu‟un seul taxon qui englobe tous les autres taxons : il correspond à Plantae pour les plantes et à Animalia pour les animaux. Les langues qui possèdent par ailleurs une nomenclature végétale ou animale bien développée sans pour autant avoir un nom commun pour «plante» ou «animal» ont suscité de nombreuses discussions. On considère actuellement que l‟absence de mots, ou même de périphrases, pour désigner «les plantes» ou «les animaux» ne signifie pas que ces deux grandes catégories ne sont pas reconnues conceptuellement. Les formes de vie réunissent en grands noyaux, morphologiquement et écologiquement bien distincts, des taxons génériques qui se ressemblent. Les formes de vie sont donc polytypiques dans la mesure où elles comportent des taxons génériques qui tout en se ressemblant restent distincts. Quant aux formes intermédiaires, leur existence dans les taxonomies ethnobiologiques est surtout conceptuelle, c‟est-à-dire que les hommes reconnaissent les affinités entre certains plantes ou animaux (par exemple les carnivores ou les rapaces) mais les groupements qui résultent de ces rapprochements ne sont pas toujours nommés. Il n‟y a pas d‟entente sur les moyens employés pour la mise en évidence de ces groupements conceptuels. A travers l‟étude des taxonomies ethnobiologiques on se rend compte que leurs paliers taxonomiques se ressemblent parce que, d‟une part, ils contiennent souvent un nombre comparable de taxons et parce que d‟autre part ces taxons ont un contenu semblable, autrement dit, les prototypes de plantes et d‟animaux montrent certains traits communs. Ainsi, quant au nombre, les taxons les plus nombreux à l‟intérieur des taxonomies ethnobiologiques sont les taxons du niveau générique. De plus, ce nombre, pour des sociétés d‟horticulteurs qui exploitent des milieux tropicaux est stable et se situe entre 500 et 600. La majorité des taxons génériques sont monotypiques c‟est-à-dire qu‟ils ne se subdivisent guère en taxons spécifiques ou en variétés. Si une grande partie des taxons génériques sont inclus dans des taxons supérieurs, il en existe certains qui, à cause de leur morphologie particulière ou de leur importance culturelle, sont indépendants par rapport aux paliers supérieurs - comme les formes de vie par exemple - et ils s‟accrochent plus ou moins directement au règne. Les taxons génériques ne correspondent pas obligatoirement aux genres de la biologie moderne : ce sont tout simplement les premières unités lexicales à être appris par les enfants et les premières appellations qui viennent à l‟esprit lorsqu‟on veut désigner un organisme. Les catégories des taxons génériques reposent du point de vue cognitif sur des prototypes. Elles ont une structure particulière dans la mesure où un seul parmi tous leurs membres potentiels est considéré comme le plus représentatif, le plus saillant ou le plus typique. De par sa nature, ce membre apparaît comme le centre de gravitation de la catégorie autour duquel se regroupent les autres membres, moins typiques, de la même catégorie72.
71 72

D‟après Berlin 1992 : 23 La notion du prototype existe aussi dans la taxonomie scientifique puisque, en zoologie par exemple, les nouvelles espèces et sous-espèces sont décrites par rapport à des types, ou à des prototypes, conservés sous la forme des dépouilles ou des animaux empaillés. Ces derniers ne peuvent être changés qu‟avec l‟accord de la Commission International de Nomenclature Zoologique.

43 Dans les taxonomies décrites jusque maintenant les taxons spécifiques et les variétés sont toujours moins nombreux que les taxons génériques. A la différence des taxons génériques qui sanctionnent des discontinuités naturelles, les taxons spécifiques peuvent être culturellement déterminés : ainsi le plus grand nombre de taxons spécifiques se rapportent à des plantes cultivées ou à des animaux domestiqués. Il existe des témoignages qui suggèrent que dans les sociétés qui ne pratiquent ni l‟agriculture ni l‟élevage les taxons spécifiques sont peu nombreux et, quant aux variétés, elles manquent entièrement. On peut aussi établir certaines correspondances entre les catégories des taxonomies ethnobiologiques, telles qu‟elles sont définies ci-dessus, et les catégories de la systématique scientifique. Les correspondances sont assez régulières au niveau générique et spécifique autrement dit les génériques des taxonomies ethnobiologiques coïncident assez souvent avec les genres de la biologie moderne de même que les spécifiques se rapportent le plus souvent aux espèces - et beaucoup plus occasionnelles aux niveaux supérieurs. Mais ces correspondances ne concernent que les domaines des plantes à fleurs et des vertébrés. Quant aux cryptogames et aux invertébrés, les catégories ethnobiologiques correspondent le plus souvent aux familles, ordres ou classes de la systématique scientifique. Des essais ont été faits pour établir une relation entre le type de dénomination et la place de l‟unité dénommée dans une taxonomie. Les lexèmes simples semblent majoritaires aux niveaux des formes de vie et des génériques. Malgré quelques exceptions, les lexèmes au niveau des spécifiques, et encore davantage au niveau des variétés, sont des lexèmes complexes. Il y a deux raisons qui peuvent expliquer l‟emploi occasionnel des lexèmes simples au niveau des spécifiques ou des variétés. Dans le premier cas, le spécifique en question est le membre le plus typique du genre. Le lexème simple dans ce cas est polysémantique dans la mesure où il désigne à la fois un genre et son spécifique le plus typique. Les lexèmes simples de ce type peuvent facilement devenir des lexèmes complexes au niveau spécifique puisqu‟un ils s‟agrègent facilement des déterminants comme «vrai», «meilleur», «commun», etc. Dans le deuxième cas, les lexèmes simples au niveau des spécifiques et des variétés désignent des plantes ou des animaux qui ont une importance particulière à l‟intérieur d‟une société donnée. I.2.3.3.2. Modèle de R. Bulmer En même temps que B. Berlin et ses collaborateurs élaboraient la première version de leur modèle, dans les années 1970, R. Bulmer propose indépendamment un autre modèle de classification ethnobiologique. Les points communs entre ces deux modèles fournissent en effet la première preuve d‟uniformité entre classifications ethnobiologiques provenant de contrées différentes. R. Bulmer nomme ces classifications «taxonomies naturelles». Ce sont des classifications dont le but principal est d‟assurer un cadre pour le maintien et la communication du savoir à l‟intérieur d‟une communauté. Les catégories de ces classifications sont donc des catégories «circonstancielles» et elles peuvent être modifiées en fonction des contextes - naturel ou culturel - qui changent et qui créent donc de nouvelles conditions pour leur utilisation. Une enquête d‟ethnobiologie doit tenir compte d‟une part des caractéristiques du milieu naturel et d‟autre part des particularités du milieu humain puisque les classifications, ou les taxonomies naturelles, conjuguent des renseignements qui sont écologiquement et culturellement significatifs. Parmi les caractéristiques les plus pertinentes des taxonomies naturelles, R. Bulmer souligne les cinq principes suivants 73 : (1) une taxonomie naturelle est faite de catégories arrangées hiérarchiquement. Les taxons d‟une catégorie sont souvent, mais pas toujours, mutuellement exclusifs c‟est-à-dire qu‟ils ne
73

Cf. Bulmer 1974a; Bulmer 1976 : 707.

44 comprennent pas les mêmes membres ou, si cela arrive, il s‟agit des membres marginaux; (2) tous les taxons, à l‟exception de quelques uns qui appartiennent soit au niveau le plus haut soit au niveau le plus bas, sont des taxons «naturels», logiquement sinon biologiquement, ou des taxons «généraux», «abstraits», dans la mesure où on peut en parler sans référence immédiate à leur utilité ou à d‟autres contextes particuliers. Ces taxons «naturels» sont appelés spécièmes; (3) les mots qui désignent les taxons ne possèdent pas, dans la plupart des cas, d‟autres emplois; s‟ils en ont certains, ce sont des emplois secondaires; (4) les relations entre les taxons d‟un même niveau sont souvent décrites en termes de parenté («frères», «de la même lignée» etc.); (5) les éléments totémiques, s‟ils existent, sont désignés par des noms de taxons appartenant à la taxonomie naturelle. Ce modèle maintient l‟idée d‟organisation hiérarchique des classifications ethnobiologiques. Il confirme l‟importance des taxons du niveau générique qui sont appelés, dans la terminologie de l‟auteur, spécièmes. Il opte, à travers le deuxième principe, pour des taxonomies naturelles à des fins intellectuelles plutôt qu‟utilitaires et, à travers le cinquième principe, pour la priorité de l‟ordonnancement morphologique par rapport aux ordonnancements symboliques. Les catégories particulières, par exemple celles qui sont utilitaires ou symboliques, traversent les taxonomies naturelles sans nuire à leur cohérence. R. Bulmer insiste enfin sur la flexibilité des taxonomies naturelles qui doivent tenir compte des savoirs personnels qui varient d‟un individu à l‟autre, puis de l‟extension et de la modification du savoir local en fonction des changements du contexte naturel ou social. La flexibilité concerne d‟une part le nombre des catégories reconnues et d‟autre part les noms qu‟on applique à ces catégories. I.2.3.3.3. Modèle de S. Atran Les modifications les plus importantes apportées aux deux modèles précédents concernent les notions d‟espèce et de genre, autrement dit, les niveaux des génériques et des spécifiques selon la terminologie de B. Berlin. Ainsi, Scott Atran 74 ne reconnaît que trois niveaux hiérarchiques : les types de base (ex. aigle, faucon), les formes de vie (ex. oiseaux) et les fragments des familles (ex. rapaces). Les types de base précèdent, du point de vue ontologique, les formes de vie et effectuent une partition morpho-comportementale exhaustive, dans la mesure où les organismes sont discernables à l‟oeil nu. Ils sont facilement reconnaissables. Dans le premier élan vers une classification les hommes effectuent un ordonnancement non pas à partir des traits particuliers mais à partir des «images mentales» des plantes et des animaux perçus comme entités, ou «morphotypes». Autrement dit, chaque type de base est appréhendé comme s‟il possédait une «essence», ou «une nature causale» sous-jacente qui permet de percevoir la ressemblance fondamentale des organismes au sein de ce type. La distinction scientifique entre genre et espèce est le plus souvent non pertinente dans un milieu local où la plupart des genres ne sont représentés que par une seule espèce. L‟espèce est donc le plus souvent co-extensive au genre, c‟est-à-dire que l‟espèce et le genre comprennent le même ensemble d‟organismes. De plus, les différences entre les espèces appartenant à des familles monogénériques y sont souvent comparables aux différences entre les genres appartenant à des familles polygénériques. D‟où le fait que les deux catégories générique et spécifique - décrites par B. Berlin peuvent être regroupées dans une seule catégorie - la catégorie des types de base ou des génériques-spécièmes. Les formes de vie regroupent des types de base qui sont écologiquement semblables. Elles relèvent d‟une expérience concrète et ne tiennent pas compte de l‟espace et du temps comme le font les catégories supérieures de la systématique scientifique. Les formes de vie
74

Cf. Atran 1986 : 22 - 60 et Atran 1990 : 17 - 47.

45 déterminent les rôles des éléments naturels dans le milieu écologique où se déroulent les activités des hommes. Elles partagent donc la flore et la faune locales selon les relations des éléments naturels les uns par rapport aux autres, puis en situant ces éléments naturels par rapport aux hommes. Dans les classifications ethnobiologiques, les formes de vie dans le domaine végétal ne correspondent pas à des catégories scientifiques. Par contre, pour les animaux, à l‟exception des invertébrés, les formes de vie se rapprochent des classes modernes. Les fragments des familles, à la différence des types de base et des formes de vie, n‟englobent que certains éléments de la flore et de la faune locales. Les critères morphologiques qui sous-tendent ces catégories sont moins nombreux que les critères morphologiques qui définissent les génériques-spécièmes mais plus nombreux que ceux qui délimitent les formes de vie. Les fragments des familles regroupent donc des types de base qui se ressemblent d‟une part morphologiquement et d‟autre part par leurs rôles écologiques. Ces regroupements ne sont pas toujours effectués à l‟intérieur des formes de vie reconnues certains réunissent des types de base qui appartiennent à des formes de vie différentes. La plupart des fragments des familles ne sont pas nommés même s‟ils sont reconnus conceptuellement. S. Atran formule les uniformités des taxonomies ethnobiologiques de la façon suivante : (1) la notion d‟espèce chez les plantes à fleurs et les vertébrés est attestée dans toutes les taxonomies ethnobiologiques; (2) les dénominations forment souvent des séquences c‟est-àdire que les monômes (aigle) des taxonomies ethnobiologiques donnent naissance à des binômes (aigle impérial) qui à leur tour peuvent devenir des trinômes (aigle impérial ibérique); (3) les taxons reposent sur des traits morphologiques qui ne sont pas analysés séparément mais sont appréciés comme un tout; (4) les formes de vie zoologiques (oiseaux, poissons, reptiles etc.) des taxonomies ethnobiologiques correspondent plus ou moins aux classes zoologiques scientifiques; (5) les formes de vie botaniques (arbre, arbuste, vigne, herbe etc.) ne correspondent pas à des catégories scientifiques mais sont écologiquement pertinentes. Quant à la structuration intérieure des taxonomies ethnobiologiques, elle est résumée en six règles : (1) Chaque élément naturel est soit animé, soit inanimé; (2) Chaque élément animé est soit une plante soit un animal; (3) Chaque plante ou animal n‟appartient qu‟à un seul type de base ou générique-spécième; (4) Il n‟y a pas deux types de base qui ont les mêmes caractéristiques morpho-comportementales, c‟est-à-dire de deux génériquesspécièmes, x et y, le générique-spécième x manquera au moins un trait morphocomportemental propre au générique-spécième y; (5) Chaque type de base n‟appartient qu‟à une seule forme de vie; (6) Chaque forme de vie possède au moins un trait morphocomportemental qui lui est propre c‟est-à-dire ce trait morpho-comportemental ne peut pas être le trait caractéristique d‟une autre forme de vie. I.2.3.4. Recherche des universaux Des essais ont été faits pour mettre les modèles de catégorisation et de dénomination dans une perspective évolutionniste. B. Berlin a été le premier à avancer l‟idée que les lexèmes appartenant aux différents niveaux taxonomiques sont acquis par les langues dans un ordre plus ou moins établi75. Partant du fait que les lexèmes appartenant au niveau générique sont les plus nombreux, B. Berlin proposait que ces mêmes lexèmes, les plus motivés, soient les premiers à être acquis par les langues. Au fil du temps, les langues développent des
75

Berlin, B. «Speculations on the Growth of Ethnobotanical Nomenclature», Language and Society 1 de 1972, pp. 51 - 86.

46 lexèmes appartenant au niveau spécifique ou bien désignant des formes de vie. Dans une troisième étape les langues s‟enrichissent des noms pour les variétés et pour les formes intermédiaires, quand elles sont nommées. Le lexème désignant le règne apparaîtrait en dernier. Côte à côte avec les réflexions sur l‟extension des nomenclatures biologiques, on s‟efforce d‟établir l‟ordre dans lequel les langues acquièrent les lexèmes désignant les discontinuités naturelles les plus importantes. Ces modèles évolutifs ont été développés par C. Brown 76 . Afin de définir un corpus de données susceptibles de comparaison, C. Brown introduit les concepts de «discontinuités naturelles majeures», c‟est-à-dire des taxons fortement hétérogènes dont les membres ne partagent qu‟un petit nombre de traits communs («formes de vie» dans la terminologie de B. Berlin) et «discontinuité naturelle mineures», c‟est-à-dire des taxons relativement homogènes dont les membres partagent un grand nombre de traits communs (génériques et spécifiques). Les «discontinuités naturelles majeures» sont pan-environnementales et peu nombreuses tandis que les «discontinuités naturelles mineures» sont localement circonscrites et très nombreuses. En ce qui concerne la zoologie, C. Brown choisit les discontinuités suivantes :
- «oiseau» ou grand être (par rapport aux insectes) qui a des ailes, des plumes et un bec. - «poisson» ou être au corps allongé qui a des nageoires et des branchies. - «reptile» ou être au corps allongé, qui n‟a ni plumes, ni pelage, ni extrémités. - «ver/insecte», décrit en anglais par le néologisme wug (< worm + bug), ou petit être qui n‟est pas ni oiseau, ni poisson, ni serpent. - «mammifère» ou grand être qui n‟est ni oiseau, ni poisson, ni serpent.

Dans la plupart des langues examinées par C. Brown les discontinuités ainsi définies sont nommées par des lexèmes simples et elles incluent de nombreux taxons qui sont eux aussi désignés par des lexèmes simples. En analysant un corpus réunissant des données de 144 langues, C. Brown conclut que les lexèmes désignant les discontinuités naturelles majeures sont acquises par les langues suivant une ordre qui paraît stable. En zoologie cet ordre est le suivant : étape 1 sans lexème ------------> étape2 oiseau poisson reptile étape 3 ------------> vers/insecte mammifère

Autrement dit, la taille de la nomenclature biologique permet de situer une langue sur une échelle qui contient trois étapes différentes77 : à l‟étape initiale, la langue ne possède pas de lexèmes pour décrire les formes de vie zoologiques; dans une deuxième étape la langue acquiert un lexème, ou des lexèmes, appartenant à cette étape, sans ordre particulier; quand la langue aura acquis tous les lexèmes de la deuxième étape, elle passera à la troisième étape en créant un lexème pour désigner les mammifères et/ou les vers/insectes. C. Brown souligne surtout les «relations implicites» (implicational relationship) mises en évidence par ce modèle. Ces relations traduisent des restrictions universelles sur l‟acquisition par les langues
76

Cf. Brown, C. «Folk Botanical Life-forms : Their Universality and Growth», American Anthropologist 79 de 1977, pp. 317 - 342; Brown, C. «Folk Zoological Life-forms : Their Universality and Growth», American Anthropologist 81 de 1979, pp. 791 - 817; Brown, C. Language and Living Things : Uniformities in Folk Classifications and Naming. New Brunswick: Rutgers University Press, 1984; 293 p. 77 C. Brown est le premier à avouer que dans sa démarche il s‟inspire du travail de B. Berlin et de P. Kay sur le s couleurs.

47 des lexèmes désignant les formes de vie. «Oiseau» et «poisson» peuvent être les seuls deux noms de formes de vie qui existent dans une langue, mais ceci n‟est plus vrai pour «poisson» et «mammifère». Le fait qu‟une langue possède un nom pour «mammifère» prédit et impose l‟existence des noms pour «oiseau», «poisson» et «reptile» tandis que le fait qu‟une langue possède un nom pour «oiseau» ne nous permet pas de formuler des pronostics précis. Quant au schéma évolutionniste qui sous-tend ce modèle, il est testé sur des données provenant des langues de trois familles différentes : les langues maya de la Mésoamérique, les langues polynésiennes de l‟Océanie et les langues numiques de l‟ouest des États-Unis. Procédant à une reconstruction historique, C. Brown montre que l‟extension de la nomenclature biologique dans les familles linguistiques en question obéit au schéma proposé. Les perturbations dans le schéma ainsi établi s‟expliquent toujours par des contraintes environnementales : des langues peuvent manquer de lexème pour «poisson» tout en ayant des lexèmes pour «ver/insecte» et «mammifère» comme c‟est le cas de certaines langues de la Nouvelle Guinée. Mais dans ces contrées on ne trouverait que rarement du poisson. Si l‟intérêt porté aux «relations implicites» décrites par C. Brown semble être général, le schéma évolutionniste suscite beaucoup de réticences78 et les critiques les plus bienveillants proposent à C. Brown de considérer cette séquence diachronique non pas comme un schéma évolutif mais comme un schéma du changement des langues79. Intrigués par cette première étude de C. Brown, les ethnobiologistes conviennent qu‟il faut porter davantage d‟attention aux modes d‟extension du vocabulaire biologique des langues qui évoluent dans des milieux naturels différents, et étudier de près les conséquences des contraintes environnementales sur l‟acquisition des lexèmes désignant les discontinuités naturelles majeures. De plus, ils suggèrent que les efforts dorénavant doivent être orientés vers l‟importance pratique des distinctions taxonomiques. Ce n‟est qu‟en tenant compte des dimensions pratiques qui soustendent les classifications ethnobiologiques qu‟on arriverait à évaluer correctement leurs évolutions diachroniques, à l‟intérieur d‟une même culture et leurs variations d‟une culture à l‟autre80. I.2.3.5. Critiques des modèles anglo-saxons En France l‟approche empirique des Anglo-Saxons est accueillie avec réserve par les ethnobiologistes, et plus généralement par les ethnologues. Les critiques visent aussi bien les modèles que les méthodes. Dès 1968, suivant les premières publications de B. Berlin et ses collaborateurs, Cl. Friedberg attire l‟attention sur le fait que lors d‟une enquête botanique ou zoologique il s‟agit de distinguer trois types de démarches qui ne sont pas toujours superposables: identification (pour pouvoir donner à une plante, par exemple, une place dans un système de représentation du monde végétal, il faut d‟abord pouvoir la reconnaître); dénomination (pour pouvoir parler d‟une plante reconnue il faut lui donner un nom, ce nom pouvant aussi bien déceler ce qui a permis de la reconnaître que le rôle qu‟elle joue dans la société) et insertion dans un système de représentation qui rend compte de la façon dont est organisé, au sein d‟une culture particulière, l‟ensemble du monde naturel81. Les classifications ethnobiologiques sont donc l‟aboutissement des opérations non explicitées qui prennent trois aspects différents (perception/identification, dénomination et référenciation à un ordre) et
78

Cf. Blust, R. Compte-rendu de Language and Living Things : Uniformities in Folk Classification and Naming de C. Brown, Language vol. 61 de 1985, pp. 891 - 896. 79 Cf. Casson, R. «Environment, Utility and Universals in Ethnobiological Classifications», Reviews in Anthropology XIV de 1987, pp. 205 - 214. 80 Hunn, E. «Utilitarian Factor in Folk Biological Classification», American Anthropologist 84 de 1982, pp. 830 - 847. 81 Friedberg 1968 : 309.

48 elles ne peuvent pas être réduites à la nomenclature. D‟autant plus que cette dernière n‟est pas directement liée à la «perception»82 : a) parce qu‟il n‟y a pas forcément correspondance entre perception et langage et b) parce que le vocabulaire a son évolution propre liée à l‟histoire de la société qui l‟utilise83. D‟où le fait qu‟une recherche d‟universaux dans les ordonnancements du monde naturel, menée uniquement à travers une analyse du vocabulaire, paraît insatisfaisante. Au niveau de la catégorisation, on insiste sur le fait que les relations hiérarchiques ne sont pas facilement discernables à l‟intérieur des classifications ethnobiologiques. Certes, la plupart des classifications décrites jusque maintenant obéissent plus au moins à une structure hiérarchique. Mais au fur et à mesure que les données s‟accumulent, les essais pour faire ressortir cette structure hiérarchique à tout prix obligent les ethnologues à gérer un nombre toujours croissant d‟anomalies. Les doutes se font donc plus grands sur le caractère d‟invariant cognitif et on cherche d‟autres modes d‟organisation des classifications ethnobiologiques 84 . Quand bien même on arrive à mettre en évidence une structure hiérarchique, elle ne contient que rarement les six paliers décrits par B. Berlin. La plupart des classifications ethnobiologiques sont peu profondes, c‟est-à-dire qu‟elles n‟ont que deux ou trois paliers hiérarchiques, mais larges, c‟est-à-dire qu‟elles gèrent un grand nombre de taxons au niveau des types de base ou des génériques-spécièmes. Ce sont souvent les «niveaux cachés» (groupements d‟organismes qui ne sont pas nommés mais qui sont reconnus conceptuellement) qui assurent une profondeur hiérarchique aux classifications ethnobiologiques. Or, il n‟existe pas d‟unanimité sur les méthodes appropriées pour mettre en évidence ces niveaux cachés85. La quête des groupements non82 83

Friedberg 1997 : 44. Ce sont des avertissements anciens en ce qui concerne le recours des ethnologues aux langues. Ainsi, A.-G. Haudricourt et Granai, G., écrivent-il en 1955: « Ferdinand de Saussure a souligné le caractère arbitraire des symboles qui constituent la langue. Il n‟y a, en effet, aucun rapport intelligible entre la prononciation d‟un mot et le concept qu‟il représente. Par exemple quel rapport peut -il exister entre le fait de fermer les lèvres au début et à la fin du mot pomme et le fruit arrondi que nous connaissons? Mais prenons même un mot décomposable comme pomme de terre. Le mot pomme de terre par suite d‟une convention arbitraire désigne un objet qui n‟est pas une pomme et qui n‟est pas en terre; ce mot désigne un légume d‟usage courant que l‟on cultive de telle ou telle façon. Le concept est déjà socialisé, tout à fait différent de l‟objet naturel qui est une plante d‟Amérique du Sud... Dans la langue nous nous trouvons donc en présence d‟un double arbitraire: l‟arbitraire du mot prononcé par rapport à ce que signifie le mot, et l‟arbitraire de la signification du concept socialisé par rapport à l‟objet physique», cf. Haudricourt, A.-G. & Granai, G. «Linguistique et sociologie», Cahiers internationaux de sociologie XIX de 1955, pp. 114 - 129. Mais Claude Lévi-Strauss, par exemple, critique les arguments linguistiques invoqués pour démontrer la nature arbitraire du signe linguistique et souligne que le principe saussurien «représente seulement un moment de la pensée linguistique, et, dès qu‟on essaye d‟apercevoir les choses d‟un point de vue un peu plus général, sa portée se limite et sa précision s‟estompe», cf. Lévi -Strauss 1974 : 108 - 113. 84 Cf. Friedberg 1968 : 313; Hunn 1977 : 43. 85 Cf. Taylor, P. M. «Covert Categories Reconsidered : Identifying Unlabeled Classes in Tobelo Folk Biological Classification», J. Ethnobiol. VI(2), pp. 105 - 122, qui insiste sur le fait que les méthodes employées le plus souvent pour mettre en évidence ces groupements (test des triades, construction de clefs dichotomiques et comparaison par paires des similitudes et des différences à l‟intérieur d‟une série) sont des méthodes qui reposent sur une similarité perceptuelle. Elles sont donc inappropriées puisqu‟elles obligent souvent les informateurs à effectuer des groupements qui reposent sur des critères autres que les critères propres à leur taxonomie. Cl. Friedberg souligne, dès 1968, que «entre la catégorie désignée par un terme spécifique et celle qui, ne l‟étant pas, n‟est pas consciente à l‟esprit des informateurs et que l‟ethnologue met en évidence par u ne enquête appropriée, il y a toute la gamme de possibilités que la langue met à la disposition des individus qui la parlent pour définir des catégories dont ils ont une conscience plus ou moins nette, de la façon qui leur semble le mieux appropriée, c‟est-à-dire par l‟intermédiaire des périphrases ou de mots composés, dont la formulation peut être plus ou moins stéréotypées et donc appartenir plus ou moins à un mode d‟expression commun à toute une culture. Il s‟agit de savoir au milieu de toutes ces possib ilités, lesquelles ont été retenues dans la culture étudiée ou lesquelles l‟ethnologue a pu mettre en évidence», cf. Friedberg 1968 : 311.

49 nommés est cependant importante puisque dans les taxonomies peu profondes qui cumulent un grand nombre des génériques-spécièmes, les groupements non-nommés permettent d‟envisager d‟autres modes de classement que l‟ordre alphabétique. L‟une des critiques les plus pertinentes remarque que le modèle de B. Berlin s‟inspire des classifications des sociétés d‟agriculteurs, et souvent même d‟horticulteurs, et qu‟il ne convient pas à l‟analyse des classifications des sociétés de chasseurs-cueilleurs ou d‟éleveurs. Il semble cependant que les données sur les classifications pratiquées par de telles sociétés sont fort lacunaires et une nouvelle formulation ou une extension du modèle de B. Berlin se fait attendre86. A l‟approche empirique des ethnologues anglo-saxons, les ethnologues français opposent donc une approche globale et soulignent que «savoir comment telle ou telle population classe les différentes parties du monde ne nous intéresse que dans la mesure où cette étude permet de révéler l‟ensemble de la culture»87. L‟étude des classifications n‟est envisagée que comme partie intégrante d‟une enquête ethnologique formelle. La classification morphologique des végétaux et des animaux qui est au centre des études ethnobiologiques aux États-Unis ne suscite en France qu‟un intérêt modéré : tout en reconnaissant que c‟est le mode le plus englobant d‟ordonnancement de la nature on souligne qu‟il n‟est pas forcément le plus significatif sur le plan culturel 88 . Ce qui importe au-delà des ordonnancements morphologiques est la façon dont ces ordonnancements sont projetés dans un cadre plus large - celui des systèmes de représentation - et les interactions entre ces deux types d‟ordonnancement89.
86

Voir à ce propos Brown, C. «Mode of Subsistence and Folk Biological Taxonomy», Current Anthropology XXVI (1) de 1985, pp. 43 - 64, où, à partir de données comparatives provenant de quelques dizaines de langues, l‟auteur montre que les taxonomies des «non -agriculteurs», c‟est-à-dire des groupes qui dépendent de la chasse et de la cueillette, diffèrent des taxinomies des agriculteurs au moins sur deux points: le nombre de taxons dénommés et l‟emplois des dénominations binomiales. Les taxonomies des agriculteurs s‟avèrent plus riches, ou plus volumineuses, que celles des chasseurs-cueilleurs. Mais elles gèrent en même temps un nombre beaucoup plus important des dénominations binomiales qui sont presque inexistantes dans les taxonomies des «nonagriculteurs». 87 Friedberg 1968 : 310. Cf. aussi le compte-rendu de Martin 1975 sur un classique dans les études d‟ethnobotanique, l‟ouvrage de B. Berlin, D. E. Breedlove et P. H. Raven, Principles of Tzeltal Plant Classification, où les critiques commencent par: «Le titre de l‟ouvrage annonçait, pensions -nous, une étude de la société tzeltal en prenant les végétaux comme point de départ. Or, les auteurs n‟ayant retenu que la seule culture matérielle liée aux plantes n‟ont pu réaliser la synthèse ethnologique attendue et c‟est principalement de botanique et de linguistique que traite ce livre». 88 Friedberg 1968 : 322; Martin 1975 : 266; Friedberg 1973 : 319. Il ne faut pas oublier cependant que les ethnologues américains, dont la plupart sont aussi d‟excellents linguistes et botanistes, ou zoologues, sont fort conscients des restrictions qu‟ils s‟imposent lors des élaborations des modèle s ethnobiologiques. Ils ne cessent de préciser que leurs propos ne concernent qu‟un certain mode d‟ordonnancement qui a cependant le mérite d‟être universellement employé, cf. Hunn 1977 : 61. Ainsi, les empiristes américains se rapprochent -ils des structuralistes, en la personne de Claude Lévi-Strauss qui, en défendant sa méthode anthropologique écrit, en 1956: « Or, j‟ai montré qu‟il ne s‟agit jamais d‟appréhender la société globale (entreprise, en tout état de cause, irréalisable stricto sensu) mais d‟y discerner des niveaux qui soient comparables, et deviennent ainsi significatifs», cf. Lévi-Strauss 1974 : 105 - 106. Dans ces cas, la recherche des universaux, que ce soit par les structuralistes comme Claude Lévi-Strauss ou par les empiristes comme B. Berlin et al., est, pour reprendre l‟expression de Morris 1984 : 45 «a consistent and healthy opposition to cultural relativism», cf. Morris, B. «Pragmatics of Folk Classification», Journal of Ethnobiology, IV(1) de 1984, pp. 45 - 61. 89 Cf. Martin 1975 : 267 «Dans toute classification l‟importance n‟est pas seulement de déterminer les critères retenus pour grouper les plantes mais de montrer à quoi ils correspondent dans l‟esprit des hommes, s‟ils sont des fils directeurs pour l‟étude globale de la société vue sous toutes ses facettes et tenter d‟analyser les articulations éventuelles entre ces facettes»; Friedberg 1997 : 47 «La représentation étant considérée à la fois comme le moteur et le produit des pratiques, quand ces dernières se transforment en fonction de l‟évolution du contexte socio-économique et technique, les dites représentations sont également amenées à se modifier. Ceci n‟est évidemment pas sans influence sur les modes de catégorisation. Dans ce cadre, l‟essentiel n‟est donc plus de rechercher des universaux, mais de comprendre à quel niveau des processus cognitifs s‟effectuent les

50 Le clivage entre les structures formelles des classifications ethnobiologiques et leur environnement social est certes l‟une des faiblesses les plus évidentes des modèles américains. Mais renforcer ce clivage en insistant sur le fait que la recherche des universaux dans les structures taxonomiques et l‟observation du comportement de l‟homme dans sa totalité sont des buts irréconciliables condamnerait les recherches ethnobiologiques à une stérilité théorique qui serait regrettable90. D‟ailleurs, cette diversification des approches, plutôt que des objectifs, est affrontée sans problème par les anthropologues anglo-saxons qui, dès les années 1970, entament une analyse des environnements sociaux qui se veut aussi rigoureuse que l‟analyse des classifications qui en sont issues. L‟une des démarches vise à assurer les descriptions adéquates des environnements sociaux; l‟autre cherche à établir les façons dont ces derniers conditionnent les variations des modes classificatoires91. L‟intérêt renouvelé pour l‟environnement social permet de réexaminer les relations entre les ordonnancements du monde naturel que pratique une société et les systèmes de représentations qui lui sont propres : ainsi, se propose-t-on comme but de «montrer comment les classifications biologiques et sociales se déterminent les unes par rapport aux autres au sein d‟une culture donnée»92. La prise de position des ethnologues dans ce cas se fait à travers les postulats des sciences cognitives : on notera, par exemple, chez S. Atran des formulations comme «la rationalité n‟est pas une élaboration historique ou culturelle mais un universel cognitif». C‟est pourquoi il serait possible de rechercher les uniformités entre les ordonnancements du monde naturel que pratiquent les différentes sociétés. Les spéculations symboliques par contre sont «des tentatives culturellement idiosyncrasiques»93. De plus, «la compréhension rationnelle du monde, fondée sur des schémas cognitifs universels, est à la fois historiquement préalable et psychologiquement nécessaire à toute élaboration symbolique ou scientifique d‟une représentation du monde». L‟importance des systèmes de représentation n‟a donc rien à perdre de l‟intérêt qu‟on porte aux matériaux dont on se sert pour élaborer ces systèmes.

I.2.4. Les oiseaux de chasse comme thème d’étude
Les oiseaux de chasse invitent à une étude d‟ethnozoologie. Le thème comporte cependant certaines particularités qui nécessitent une démarcation des démarches traditionnelles de l‟ethnoscience ou de l‟ethnobiologie. Nous nous arrêtons sur ces particularités en montrant les questions qu‟elle soulèvent en ethnobiologie et en expliquant en même temps notre démarche. Commençons tout d‟abord par les deux aspects essentiels d‟une enquête en ethnozoologie - l‟identification et la dénomination - qui assurent la constitution d‟un bon corpus de données. Le point le plus important est que lors de nos enquêtes l‟identification ne s‟est faite que très sporadiquement. Les oiseaux de chasse que nous voyons chez nos informateurs étaient déjà identifiés et ils portaient des appellations. Il était impossible de nous

changements, tout en prenant soin de se tenir au courant des travaux qui se font dans ce domaine par les sciences cognitives». 90 A deux reprises, cf. Friedberg 1968 : 322 et Friedberg 1979 : 82, Cl. Friedberg semble dissocier entièrement les deux approches quoique dans d‟autres cas elle souligne l‟intérêt des sciences cognitives pour les recherches ethnologiques. 91 Cf. Ellen 1979 pour quelques implications méthodologiques de la réconciliation entre empirisme américain et anthropologie sociale britannique de même que les travaux de R. Bulmer qui, lors ses enquêtes chez les Kalam de la Nouvelle Guinée, commence par les descriptions minutieuses des classifications zoologiques pour explorer ensuite leurs dimensions symboliques à l‟intérieur de la société qui les pratique. 92 Atran 1986 : 193. 93 Atran 1986 : 19 - 20.

51 lancer dans la capture des oiseaux de chasse afin de les faire identifier par nos informateurs. Si nous avons pu observer des «identifications» ce n‟est que quand d‟une part les gens de volerie jugent ou évaluent les oiseaux de leurs confrères et quand, d‟autre part, nos informateurs regardaient des photographies d‟oiseaux de chasse. Chez les oiseaux de chasse l‟identification prend le plus souvent la forme d‟un jugement ou d‟une évaluation. Tout d‟abord parce qu‟il est difficile de confondre les différents oiseaux de chasse : un aigle n‟est pas un faucon même pour les débutants les plus naïfs. Les autours sont bien différents des faucons et les espèces de faucon se distinguent nettement l‟une de l‟autre au moins aux yeux des gens de volerie. Ce qui im porte ici est de savoir si le faucon ou l‟autour en question appartient à une bonne race et s‟il deviendra un bon oiseau de chasse. Nous manquons donc presque toujours l‟étape (si c‟en est une) de l‟identification de l‟oiseau comme appartenant à un genre ou à une espèce, et nous affrontons tout de suite à l‟analyse des races et des variétés, et de leurs qualités respectives comme oiseaux de chasse. Certes, chaque fois que les informateurs ont été tenus de décrire leurs oiseaux, ils l‟ont fait sans difficulté. Mais il est difficile de dire dans ce cas s‟ils décrivent l‟oiseau qui se trouve en face, perché au bloc, ou s‟ils énumèrent des traits caractéristiques sous-entendus par l‟appellation qu‟ils ont déjà attribuée à l‟oiseau. Le fait est que les Kïrgïz et les Kazak décrivent avec la même conviction l‟oiseau qui est en face, l‟oiseau du voisin qu‟ils ont vu il y a deux semaines, l‟oiseau de leur grand-père mort il y a une dizaine d‟année et l‟oiseau dont ils ont entendu parler mais ils n‟ont jamais vu. Un oiseau de chasse est donc le plus souvent identifié à un «prototype» verbalisé, appris et transmis fidèlement d‟une génération d‟oiseleurs à l‟autre. Les grands maîtres de chasse savaient décrire autrefois des dizaines et des dizaines d‟oiseaux de chasse sans avoir pour autant le besoin de les avoir sous les yeux. Les gens de volerie que nous avons rencontrés savent décrire en détail au moins une vingtaine d‟oiseaux de chasse et pour ce faire ils n‟ont guère besoin de voir les oiseaux. On ne sollicite la perception que superficiellement. Ce qui importe ce sont les images verbales conservées en mémoire. Comment maintient-on actifs ces «prototypes» verbalisés? Chaque fois qu‟on capture un oiseau, un «prototype», celui qui correspond à la description de l‟oiseau nouvellement pris, est activé et par la même occasion actualisé. Ce sont les «prototypes» qui correspondent aux races et aux variétés les plus communes qui sont le plus souvent activés et actualisés, et qui sont donc les plus stables. D‟autres «prototypes» cependant décrivent des oiseaux qu‟on ne voit que rarement, le gerfaut blanc ou bien l‟autour blanc, qu‟on ne capture qu‟une fois tous les dix ans. De tels «prototypes» ne sont donc actualisés que d‟une décennie à l‟autre. Mais ces oiseaux rares provoquent toujours une grande animation. Ils attiraient une foule d‟oiseleurs venus de partout pour les voir. Pendant des semaines, voire des mois et des années, on ne se fatigue pas de raconter le gerfaut blanc qu‟on a vu, et de reprendre ce que les autres disaient à son propos. C‟est ainsi qu‟à côté des «prototypes» stables des oiseaux communément rencontrés, on trouve des «prototypes» stables des oiseaux rares mais recherchés. A mi-chemin entre les oiseaux communs et les oiseaux rares se situent les oiseaux qui tout en n‟étant pas des gerfauts blancs ne sont pas pour autant fréquents. Les «prototypes» les plus fragiles s‟appliquent justement à ce type d‟oiseaux. Il est fréquent dans ce cas que le propriétaire de l‟oiseau ne parvienne pas à l‟identifier et qu‟il le confonde avec une race proche. L‟identification véritable ne se ferait que si l‟oiseau était soumis aux yeux d‟un vrai connaisseur. C‟est celui qui détient les portraits verbalisés qui sont peu connus par ailleurs. C‟est celui aussi qui est le vrai dépositaire du savoir et le gardien de la tradition. Ces connaisseurs ont toujours joué, et ils le faisaient encore au début du XXème siècle, un rôle important dans la transmission du savoir et, d‟une certaine façon, dans sa vulgarisation. On se rendait chez eux pour faire juger et évaluer son oiseau de chasse, pour

52 être sûr de son nom et pour obtenir quelques conseils sur l‟apprivoisement quand cela était nécessaire. Un maître connaisseur jugeait dans la journée les oiseaux d‟une vingtaine d‟oiseleurs venus souvent de loin. Il faisait ceci à haute voix, au milieu d‟une assemblée attentive. Avant d‟apprendre le sort de son propre oiseau, on écoutait donc les évaluations de tous les oiseaux présents. Ces évaluations, autant que nous puissions en juger par les quelques exemples qui nous sont parvenus, comportaient toujours une description morphologique détaillée en suite de quoi on donnait le nom à l‟oiseau, qui était un nom de race ou de variété, et des conseils concernant son apprivoisement. Les propos du maître étaient souvent repris par tous ceux qui participaient aux séances d‟évaluation. Plus on participait à des telles séances, plus on en apprenait sur les oiseaux de chasse. On improvisait ensuite les mêmes assemblées entre voisins. On s‟exerçait à décrire son oiseau, on écoutait comment le voisin décrivait le sien, on pouvait s‟essayer à contester cette description et ainsi de suite. Ce sont donc ces portraits verbalisés appris et transmis verbalement qui constituent l‟essentiel de notre corpus. Ce sont eux qui nous aident à analyser le savoir kïrgïz et kazak en matière d‟oiseaux de chasse. Nos enquêtes ne se sont certes pas limitées aux descriptions des oiseaux. Toute discussion sur les oiseaux de chasse a été la bienvenue : la capture a été souvent abordée, l‟apprivoisement encore davantage, nous avons participé à des randonnées cynégétiques, et visité les uns et les autres autant que cela nous a été possible. Ces thèmes secondaires nous ont permis tout d‟abord d‟apprendre beaucoup sur les oiseaux de chass e d‟une part et sur la chasse au vol d‟autre part. Ils ont fourni ensuite le contexte approprié qui mettait en évidence les particularités du savoir et du savoir-faire de nos informateurs. La grande majorité de ces portraits verbalisés n‟ont jamais été exemplarisés c‟est-àdire qu‟il nous a été impossible de nous procurer les dépouilles des oiseaux dont nous avons enregistré la description. Tout d‟abord parce qu‟on ne tue pas un oiseau de chasse. Ensuite parce qu‟une partie des oiseaux décrits par nos informateurs sont des oiseaux rares qu‟on ne capture que de temps en temps. Les seules exemplarisations des portraits verbalisés sont les photos que nous avons prises des oiseaux de chasse rencontrés sur place. Il va sans dire que nous avons cherché à savoir comment ces portraits verbalisés s‟inscrivent dans un système de référence et quelle est la nature de ce système, ou de ces systèmes, de référence. Les règles de dénomination et de catégorisation formulées en ethnobiologie s‟appliquent, comme nous l‟avons dit, à l‟ensemble du vocabulaire botanique ou animalier d‟un groupe ethnique qui habite à un moment donné un lieu géographiquement circonscrit. Les oiseaux de chasse dans ce contexte ne représentent qu‟un segment de la faune et donc un segment seulement du vocabulaire animalier. D‟ailleurs, ce segment ne se limite pas à la faune locale puisque plusieurs espèces d‟oiseaux de chasse sont des oiseaux migrateurs. De plus, le vocabulaire des oiseaux de chasse n‟appartient pas au groupe ethnique dans son ensemble mais à une fraction qui a toujours été minoritaire à l‟intérieur de ce groupe. Enfin, la catégorisation des oiseaux de chasse se déploie surtout au dessous du niveau de base - qu‟il soit celui de l‟espèce ou celui du genre - c‟est-à-dire aux niveaux qui selon les ethnobiologistes sont les plus imprégnés du particularisme culturel. En tenant compte de ce que nous savons déjà sur la catégorisation, nous nous proposons d‟examiner les formes qu‟elle prend dans un exemple comme celui des oiseaux de chasse. Les études de ce genre ont jusque maintenant porté soit sur les plantes cultivées soit sur les animaux domestiques. Les oiseaux de chasse se rapprochent certes des animaux domestiques. Mais ce sont surtout des oiseaux apprivoisés c‟est-à-dire extraits de leur milieu naturel, hébergés, nourrit et utilisés par l‟homme. Ce dernier n‟intervient aucunement dans leur reproduction, il ne contrôle pas les races et les variétés, et il ne peut pas les améliorer pour les faire correspondre à ses goûts ou à ses besoins. Si on distingue d‟une part l‟apprivoisement de la domestication, il est probable d‟autre part qu‟aux débuts les deux processus n‟étaient pas si nettement démarqués. De même qu‟on est moins sûr des raisons

53 précises que les hommes préhistoriques pouvaient avoir pour domestiquer certains animaux, de même ne sait-on pas exactement comment l‟homme a choisi les oiseaux à apprivoiser. On rappelle toujours que l‟homme n‟a pas domestiqué le mouton pour utiliser sa laine puisque la laine de mouton sauvage est d‟une qualité risible. Une telle réflexion est valide aussi pour les oiseaux de chasse : l‟homme n‟a pas choisi d‟apprivoiser l‟aigle parce que celui s‟attaque au loup. Dans la nature, les aigles, comme d‟ailleurs les autres oiseaux de chasse, se satisfont le plus souvent de proies modestes dont la plupart n‟ont pas d‟intérêt pour l‟homme. Quant à l‟apprivoisement deux scénarios paraissent vraisemblables : il se peut que des oiseaux de proies attirés par la charogne aient été capturés et gardés vivants tout d‟abo rd par curiosité. Ce sont souvent les oiseaux juvéniles et inexpérimentés qui se laissent prendre et qui acceptent par la suite plus facilement l‟homme. En effet ce scénario se rejoue chaque fois qu‟on capture des oiseaux de chasse. On en attire certains par un leurre vivant ou bien par une dépouille de lièvre et on les prend au filet. Mais, quand les aigles s‟attaquent aux jeunes animaux domestiques on les laisse dévorer leur plein. Les aigles repus ont du mal à s‟envoler et d‟habitude ils essaient de se sauver en courant. C‟est alors qu‟on les attrape en leur jetant dessus un vêtement. Le deuxième scénario voit dans les animaux apprivoisés des animaux de culte. C‟est l‟hypothèse par exemple qui prévaut quant à la domestication du taureau au Proche-Orient, domestication qui est postérieure au culte du taureau. On retrouve, surtout chez les aigliers, certaines traces de zoolâtrie. Il est probable donc que l‟aigle avant de devenir un oiseau de chasse a été un oiseau de culte. De nos jours encore on voit des oiseaux «de chasse» qui sont gardés dans le foyer, qui sont nourris et à moitié apprivoisés mais dont on ne sert pas pour chasser. La réponse à la question «Pourquoi vous les gardez?» est sans aucune ambiguïté : parce qu‟ils portent bonheur au foyer. Lorsqu‟on apprivoise un oiseau de chasse on n‟essaie pas à proprement parler de briser sa nature sauvage ou de le domestiquer. Le plus important est de lui faire accepter la proximité de l‟homme. Cela réussi, on se gardera de faire de l‟oiseau de chasse un anima l familier. Les enfants par exemple n‟ont pas le droit de jouer et même de s‟approcher des oiseaux de chasse. Il en va de même avec les femmes. On réserve aux oiseaux de chasse des coins isolés où ils ne sont dérangé ni par les gens ni par les autres animaux (chats et chiens par exemple). Le seul qui a le droit de toucher à l‟oiseau, c‟est son propriétaire. C‟est lui qui peut lui caresser les plumes, lui nettoyer le bec et même l‟embrasser. L‟oiseau de chasse préserve donc sa nature sauvage et ne se laisse toucher que par son maître. L‟apprivoisement de l‟oiseau de chasse est aussi un travail solitaire qui se déroule hors du foyer, dans les champs ou aux piémonts des montagnes. Le propriétaire est secondé par une seule personne. Lors de l‟apprivoisement on apprend certes à l‟oiseau à répondre au rappel et à se poser au poing de son propriétaire mais ce qu‟on fait surtout est qu‟on observe son vol, les façons dont il s‟attaque au leurre. On fait ainsi le tri entre les bonnes qualités qu‟il faut affirmer et les défauts qu‟il faut essayer d‟éliminer. L‟apprivoisement est donc d‟une certaine façon une mise en valeur des bonnes qualités que l‟oiseau possède par nature. Cela devient d‟autant plus évident quand on voit comment les aigliers s‟occupent des aiglons pris au nid. On fait tout ce qui est possible pour que ces aiglons ne deviennent pas des poussins. Ils sont isolés du reste du foyer, ce n‟est que l‟aiglier qui les approche et qui les nourrit. Les aiglons se familiarisent plus facilement avec leur maître que les oiseaux adultes. Mais les aiglons ne savent pas chasser puisqu‟ils n‟ont jamais chassé dans la nature. Une fois qu‟ils sont habitués à la présence de l‟aiglier, ce dernier essaie de leur apprendre le comportement des aigles sauvages. Les heures qu‟il passe avec l‟aiglon sont consacrées à des exercices de vol où l‟homme, instruit par son expérience avec des oiseaux adultes, apprend à l‟oiseau juvénile ce qu‟il n‟a pas pu apprendre de ses parents. L‟homme dans ce cas se substitue d‟une certaine façon aux pairons. L‟apprivoisement ne consiste donc pas à priver l‟oiseau de sa nature sauvage mais à lui faire accepter l‟intervention humaine tout en soulignant ses qualités de prédateur et de

54 chasseur. La preuve la plus sûre de la nature discrète de cette intervention est le fait que les oiseaux de chasse relâchés rejoignent leurs congénères sauvages. On peut relâcher un oiseau de chasse soit parce qu‟on n‟a guère de temps pour s‟en occuper ou qu‟on ne trouve plus les moyens de le nourrir, soit parce qu‟après s‟en être servi pendant des années on considère que l‟oiseau a donné son dû et qu‟il mérite sa liberté. Ces oiseaux relâchés restent pendant un moment près du foyer de leurs propriétaires mais ils ne tardent pas à reprendre une vie dans la nature. Ils n‟ont de toute évidence aucune difficulté à se réinsérer parmi les oiseaux sauvages. Les gens de volerie en sont bien conscients et ils mettent souvent une bague à la patte de l‟oiseau qu‟ils viennent de relâcher afin que si quelqu‟un d‟autre arrive à le capturer, il sache que c‟est un oiseau qui a déjà servi et lui rende la liberté. Tous ces exemples montrent que les oiseaux de chasse ne sont pas des oiseaux domestiques. Chaque fois qu‟on a besoin d‟un oiseau de chasse, on va le chercher parmi les oiseaux sauvages et si par hasard on capture un oiseau qui a déjà servi on se doit de le relâcher. C‟est ce contact constant avec les oiseaux sauvages qui donne des dimensions différentes au savoir des gens de volerie, et qui nous oblige à distinguer dans ce cas le vocabulaire de la chasse au vol de celui de l‟éleveur par exemple. Tout en tenant compte des réflexions qui se font en ethnoscience, nous n‟avons pas mené à proprement parler une étude de catégorisation. Certes, nous espérons apporter des données nouvelles pour nourrir les théories en ethnobiologie. Mais, fidèle à une formation qui relève plutôt de la philologie ou de l‟ethnologie, nous nous sommes efforcée de donner d‟une part une profondeur historique aux histoires des oiseaux et d‟autre part, chaque fois que nos données étaient suffisantes, de montrer comment la tradition türk s‟inscrit dans un contexte plus large - celui de la chasse au vol en Orient. Chacune des chapitres a comme sujet un des oiseaux de chasse utilisé par les Kïrgïz et les Kazak. Nous commençons par l‟aigle parce que c‟est de loin l‟oiseau de chasse le plus important en Asie Centrale. Nos données sur cet oiseau sont les plus volumineuses et elles nous permettent d‟éclaircir une gamme de problèmes que nous retrouvons dans les chapitres consacrés aux autres oiseaux de chasse. Les faucons suivent l‟aigle et les autours viennent à la fin. Chaque chapitre décrivant un oiseau de chasse comporte à son tour des renseignements ornithologiques sur l‟oiseau et sur ses races géographiques. Faute d‟échantillons, ces renseignements ornithologiques sont très importants parce qu‟ils fournissent un cadre objectif aux discours des gens de volerie. A côté des renseignements ornithologiques, nous proposons de brèves esquisses de l‟histoire de l‟oiseau en Orient surtout quand cette histoire concerne les aires culturelles voisines des Kïrgïz et des Kazak. Suit, dans la mesure de possible, la reconstitution de l‟histoire türk de l‟oiseau. C‟est à ce prix seulement qu‟un savoir local prend sa cohérence et toute son importance. Ce savoir local se déploie à travers les portraits verbalisés des oiseaux de chasse. La plus grande partie de ces portraits viennent de notre corpus. Quand cela a été possible, le corpus a été complété par des renseignements supplémentaires que nous trouvons dans quelques études ethnographiques ou dans les mémoires de quelques maîtres illustres de la chasse au vol. Notre ambition à cette étape a été de reproduire le plus fidèlement possible ces portraits verbalisés. Certes c‟est un travail qui par endroit paraît fastidieux. Mais c‟est un travail qui n‟a jamais été fait et le besoin s‟en fait d‟autant plus ressentir en ce moment. L‟indépendance du Kazakstan et du Kïrgïzstan et le renouveau de la chasse au vol comme une tradition ancestrale sont à l‟origine de la forte ethnographisation de cette pratique. On cherche à apprendre et les choix des sources ne sont pas toujours judicieux. C‟est donc le moment pour une synthèse sur le savoir en matière d‟oiseaux de chasse, avant que ce savoir ne s‟ethnographise pas complètement. Les ordonnancements, ou les classifications, des oiseaux de chasse ne viennent qu‟à la fin. Les classifications nous donnent l‟occasion d‟une dernière mise en contexte du savoir türk

55 en matière d‟oiseau de chasse, et de quelques réflexions sur la pérennité ou la fragilité de ce savoir.

II. Les aigles
II.1. Données ornithologiques L‟Asie Centrale est l‟une des régions du monde où l‟on trouve la plus grande concentration naturelle de rapaces. Ainsi le genre Aquila y est représenté par ses quatre espèces principales : Aquila chrysaetos L. ou aigle royal, Aquila heliaca Savigny ou aigle impérial, Aquila rapax Temm. ou aigle ravisseur et Aquila clanga Pallas ou aigle criard. Quant au genre Hieraaetus, il comprend deux espèces, toutes les deux fort minoritaires par rapports aux représentants du genre Aquila : l‟aigle de Bonelli, Hieraaetus fasciatus Vieillot et l‟aigle botté, Hieraaetus pennatus Gmelin. Certaines de ces espèces se divisent en deux ou plusieurs sous-espèces ou races géographiques dont chacune se caractérise par des traits morphologiques et par une zone géographique. Les variations des différentes sous-espèces suivent ce que les ornithologues appellent la règle de Gloger et de Bergmann, c‟est -à-dire qu‟à l‟intérieur d‟une seule espèce les races méridionales sont plus petites que les races septentrionales. A la différence des faucons et des autours chez qui les couleurs du manteau s‟éclaircissent du l‟ouest à l‟est et du sud au nord, chez les aigles le manteau s‟assombrit de l‟ouest à l‟est. Le dimorphisme sexuel est peu développé chez les aigles, c‟est-à-dire que les mâles et les femelles ont une coloration semblable, mais les femelles sont toujours plus grandes que les mâles. II.1.1. Aigle royal, Aquila chrysaetos L. Les ornithologues décrivent quatre sous-espèces de l‟aigle royal pour la zone paléarctique. Ces sous-espèces, de l‟aveu des ornithologues mêmes, sont très proches morphologiquement et écologiquement et leur définition actuelle ne saurait être définitive. Les sous-espèces reconnues actuellement sont sédentaires et les oiseaux n‟effectuent pas de migrations importantes à l‟exception des individus juvéniles qui peuvent s‟éloigner de leur résidence en hiver. L‟espèce nominale ou l‟aigle royal de l‟Europe du nord, Aquila chrysaetos chrysaetos L. dépasse les limites de notre continent et s‟étend vers le nord-ouest de l‟Asie. On la rencontre dans l‟Oural et, de temps en temps, encore plus au sud dans les collines des Mugaljar, au Kazakstan. A l‟est Aquila chrysaetos chrysaetos L. ne dépasse pas le fleuve Iénissey mais descend jusqu‟à l‟Altay. Les aigles de l‟espèce nominale sont des oiseaux sédentaires mais certains individus juvéniles errent en hiver et c‟est ainsi qu‟on les rencontre souvent au nord du Kazakstan. Ils construisent leurs aires aux sommets des arbres (pins, chênes, hêtres) ou bien aux flancs de montagnes escarpées mais ils ont besoin des grands espaces ouverts pour chasser et se nourrir. Les proies qu‟ils attaquent sont souvent de grande taille, aussi bien des mammifères que des oiseaux. Ces aigles, trop grands et d‟un vol peu agile, n‟arrivent pas cependant à s‟emparer des oiseaux au vol rapide. Parmi les mammifères, ils chassent le plus souvent le lièvre et le renard, et parmi les oiseaux ils arrivent à attraper les gallinacés. Le manteau est brun foncé, souvent à reflets violacés. L‟envergure des ailes dépasse facilement les 2 m. Les plumes du jabot, de la poitrine et de tibia ont des lisères rousses ou dorées qui donnent une nuance particulière au manteau. C‟est à cause de cette nuance qu‟on l‟appelle souvent aigle doré. La crinière est de couleur ocre et la queue relativement longue. Les populations de l‟aigle royal de l‟Europe du nord sont peu denses puisque chaque couple a besoin d‟un vaste terrain de chasse et les sites de nidification sont fortement espacés.

56 La sous-espèce de l‟Europe du sud, Aquila chrysaetos fulva L., dépasse aussi le continent européen et s‟étend jusqu‟au sud du Turkménistan où elle se reproduit dans les déserts des Kïzïlkum et des Karakum puis, plus à l‟ouest, sur le plateau de l‟Üst-urt. Sur toute cette étendue la population est clairsemée et le nombre d‟oiseaux est peu important. Dans les régions semi désertiques, cette race construit ses aires aux sommets des saxaouls. L‟aigle royal de l‟Europe du sud est dépourvu des reflets dorés caractéristiques de la race nominale et son manteau est uniformément fauve avec une crinière brun clair. Parallèlement aux deux races de l‟Europe, il en existe deux autres pour le continent asiatique. Les races asiatiques sont moins étendues que les races européennes. L‟extrême nord-est de l‟Asie, au delà du fleuve Iénissey, est le territoire de la sous -espèce dite aigle royal du Kamtchatka, Aquila chrysaetos kamtchatica Severtsov. Certains de ces aigles descendent en hiver jusqu‟à l‟Altay; on en voit alors dans les dépressions de Abakan et de Minoussinsk, dans la région du lac Baykal et au nord de la Mongolie, dans les monts de Hangay et de Hentey. Comme les races précédentes celle-ci ne forme pas une population dense : dans la région du lac Baykal les sites de nidification sont séparés par des dizaines de kilomètres et on considère en général que le nombre d‟aigles du Kamtchatka n‟est pas élevé. C‟est une race des montagnes qui construit ses aires de nidification exclusivement aux flancs escarpés et rocheux des montagnes. L‟aigle royal de Kamtchatka est le plus grand des aigles royaux de la zone paléarctique, son manteau est très foncé et paraît presque noir, les plumes de la crinière sont étroites et de couleur roux-foncé. La race de l‟aigle royal qui habite les montagnes de l‟Asie Centrale est appelée aigle royal de l‟Himalaya ou Aquila chrysaetos daphanea Menzbir. C‟est un oiseau des hautes altitudes qui règne sur les sommets rocheux mais il s‟aventure aussi à l‟occasion dans les forêts de conifères. Cette race construit ses aires sur des rochers, mais on en trouve aussi aux sommets des arbres, exemplairement des sapins au Kïrgïzstan. On la rencontre entre 2 000 et 3 000 m mais dans les Pamirs elle monte au-dessus de 3 000 m. Ce n‟est qu‟en hiver que certains oiseaux se risquent dans les étendues basses en cherchant de la nourriture. La plus grande concentration de sites de nidification de cette race se trouve entre le Tien Shan au sud et le Tarbagatay au nord94. Les populations sont assez nombreuses dans le Küngöy Alatoo et dans le Teskey Alatoo, à l‟ouest dans les massifs montagneux du Talas et du Čatkal, au sud dans les chaînes qui bordent la vallée du Ferghana. Jusque récemment les populations kïrgïz de l‟aigle royal étaient parmi les plus denses et les plus épargnées par les intrusions humaines. L‟aigle royal de l‟Himalaya est aussi grand que son congénère de Kamtchatka et la femelle pèse souvent plus de 6 kilogrammes. Son manteau est brun foncé aux reflets noirs, avec une calotte noire et une crinière rousse. Les plumes de la poitrine et de tibia ont des lisères rousses mais elles n‟ont pas les nuances dorées de la race nominale. La queue des adultes est presque entièrement noire et elle est dépourvue de la naissance blanche si caractéristique de la race nominale. II.1.2. Aigle impérial, Aquila heliaca Savigny L‟aigle impérial est représenté par sa race nominale Aquila heliaca heliaca Savigny. C‟est une espèce méridionale qui préfère les forêts et les steppes boisées mais en Asie Centrale elle s‟est bien adaptée aux étendues désertiques. En altitude, l‟aigle impérial se maintient au-dessous de 2 000 m. Les populations les plus septentrionales se déplacent en hiver tandis que celles du sud sont sédentaires. L‟aigle impérial construit son aire aux sommets des arbres, comme le chêne ou le peuplier, mais dans les régions désertiques il se résigne aux sommets des saxaouls et, plus rarement, des monticules. D‟ouest en est on
94

Dolgušin 1962 : 630; Dement‟ev 1966 : I, 295.

57 rencontre l‟aigle impérial dans les bassins des fleuves Oka et Kama en pays baškir, dans l‟Oural, puis dans les parties méridionales de la Sibérie occidentale. La conquête des terres vierges au nord du Kazakstan, dans les années 1970, a détruit une grande partie de son habitat naturel. De nos jours, l‟aigle impérial est encore fréquent dans les étendues désertiques au sud du pays. Une population compacte est observée la vallée du Chu et les régions avoisinantes riches en saxaouls. A l‟ouest du Kazakstan, les aires de l‟aigle impérial sont éparpillés entre les Mugaljar au nord et les Kïzïlkum au sud. Des concentrations très importantes de l‟aigle impérial ont été observées sur les rives de la mer d‟Aral, puis dans la basse vallée du SyrDaria. Au Kïrgïzstan, l‟aigle impérial est sporadique et le nombre des couples reproducteurs n‟est pas établi. Il se reproduit dans la région du lac Ïssïk-köl et dans la vallée du Talas. C‟est n‟est qu‟en automne, lors des migrations, que le nombre des oiseaux s‟accroît. L‟aigle impérial n‟hiverne que rarement au Kïrgïzstan. L‟aigle impérial est plus petit que l‟aigle royal et le poids de la femelle ne dépasse pas 4 kilogrammes. Le bec et les croches sont moins puissants. Son vol est peu rapide et il se satisfait le plus souvent des mammifères de petite taille (lièvres, écureuils, marmottes) ou des oiseaux (perdrix, canards et oies). La charogne complète ce régime alimentaire. Le manteau est brun foncé, marqué souvent mais pas toujours des plumes blanches aux épaules. La queue est courte et entièrement sombre. II.1.3. Aigle ravisseur, Aquila rapax Temm. L‟aigle ravisseur est représenté par deux sous-espèces : Aquila rapax orientalis Cabanis ou aigle ravisseur de l‟Europe et Aquila rapax nipalensis Hodgson ou aigle ravisseur de l‟Asie. La place taxonomique des deux races n‟est pas bien établie et parfois on leur accorde le statut des espèces à part entière : la race de l‟Europe est décrite dans ce cas comme Aquila rapax et elle est appelée aigle ravisseur pour la distinguer de la race de l‟Asie dite Aquila nipalensis ou aigle des steppes. La distribution des deux races est mal établie. On dit le plus souvent que la sous-espèce orientalis s‟étend au delà de l‟Europe et atteint le sud-ouest de la Sibérie et le nord du Kazakstan. Les ornithologues kazak décrivent des oiseaux appartenant à cette race d‟une part sur les rives de la mer Caspienne et de la mer d‟Aral et d‟autre part dans le Tarbagatay et dans la région au nord du lac Balkhach. Il existe encore des doutes sur la place taxonomique des aigles qui se reproduisent sur les rives de la mer d‟Aral, dans les Kïzïlkum et dans la basse vallée du Syr-Daria : pour les uns ils appartiennent à la race de l‟Europe, pour les autres ce sont des oiseaux de la race de l‟Asie. Les ornithologues considèrent que la majorité des aigles de cette espèce qu‟on rencontre au nord-ouest du Kazakstan appartient à la race dite orientalis; par contre, les oiseaux de la même espèce qu‟on voit au sud-est du pays seront le plus souvent de la race nipalensis. L‟aigle ravisseur privilégie les étendues ouvertes, herbeuses ou arides. Il construit son aire par terre ou bien dans des constructions abandonnées, assez souvent sur les tombes en argile, et occasionnellement au sommet des saxaouls. Il se nourrit de rongeurs qu‟il agrippe en courant ou en faisant un saut prompt. Il ne dédaigne pas les reptiles et la charogne. L‟aigle ravisseur évite les montagnes, mais on peut le voir chasser aux piedmonts. Il est plus petit que l‟aigle impérial et les plus grandes femelles ne dépassent que rarement les 5 kilogrammes. Le manteau est brun, mais à l‟état usé il semble très pâle, presque chamois. La crinière est moins marquée que chez l‟aigle impérial même si certains oiseaux ont des plumes roussâtres à la nuque. Ce n‟est que la teinte légèrement plus claire du manteau et la taille plus faible qui le distinguent de l‟aigle impérial. En Asie Centrale, l‟aigle ravisseur est un oiseau rare. L‟aigle des steppes habite, comme nous l‟avons, dit le sud-est du Kazakstan puis une zone qui inclut les monts de l‟Altay et le lac Baykal au nord et qui s‟étend vers le centre de la Chine. Cette race s‟est bien habituée aux montagnes : on la rencontre jusqu‟à 2 300 m dans

58 l‟Altay et elle ne descend que rarement au-dessous de 1 600 m. L‟aigle des steppes construit ses aires aux flancs des rochers, sur des amas de pierre et même sur des terriers de marmottes. Sa nourriture consiste en rongeurs, notamment des lièvres et des marmottes, puis en oiseaux, comme les tétras. L‟aigle des steppes est très semblable à l‟aigle ravisseur mais il est plus grand, son manteau est plus foncé et souvent il porte une crinière de couleur ocre. Les populations qui occupent la région du lac Baykal et la Mongolie sont parmi les populations aquilines les plus denses de nos jours. II.1.4. Aigle criard, Aquila clanga Pallas L‟aigle criard est un oiseau migrateur, peu nombreux en Asie Centrale. Son aire de reproduction couvre le sud de la Sibérie, le pays des Touvins, le nord de la Mongolie, le nord de la Chine et la Mandchourie. Pour rejoindre ses sites d‟hivernage il survole l‟Asie Centrale mais ne s‟y arrête que brièvement. Les ornithologues cherchent encore à savoir si les quelques témoignages sur des couples reproducteurs au Tien Shan central et dans les monts de Karataw au Kazakstan sont exacts95. Lors des migrations, les aigles criards ont été observés dans la basse vallée de Syr-Daria, dans la région de Tachkent, des monts de Karataw au Kazakstan et au Tien Shan central. L‟aigle criard est un oiseau forestier qui par ailleurs privilégie les régions humides comme les vallées fluviales ou les marais. Il construit son nid dans des arbres (pins, chênes, aulnes ou saules), de préférence en hauteur. Étant de faible taille, l‟aigle criard est plus agile et plus rapide que les autres aigles. Il se lance souvent à la poursuite des oiseaux en vol. Mais on peut le voir aussi par terre où il attrape ses proies en courant. L‟aigle criard se nourrit de petits mammifères, mais aussi d‟oiseaux, de reptiles et même d‟insectes. Le manteau de l‟adulte est brun avec la nuque plus claire. Les rémiges sont d‟habitude plus foncées, à reflets noirâtres et elles cassent l‟uniformité de la couleur du manteau. Le juvénile se fait remarquer par un manteau couvert de points blancs en forme de goutte. On lui connaît une variété rare, à qui autrefois on attribuait le statut d‟une espèce à part entière, Aquila fulvescens, qui a le manteau très clair, presque chamois, avec les rémiges des ailes brun foncé. Entre ces deux colorations extrêmes, il existe des oiseaux dont le plumage présente des stades intermédiaires. II.1.5. Aigle de Bonelli, Hieraaetus fasciatus Vieillot L‟aigle de Bonelli est représenté en Asie Centrale par sa race nominale, Hieraaetus fasciatus fasciatus Vieillot, dont les sites de nidification se trouvent surtout au Turkménistan, au Tadjikistan (région de Kurgan Tübe) et au sud de la vallée du Ferghana 96. Hors de ces régions, des aigles de Bonelli ont été observés dans les Kïzïlkum et dans les monts Karataw. Ils construisent leurs aires dans des falaises rocheuses et chassent sur les terrains de maquis et de broussailles, dans les zones humides adjacentes ou bien en patrouillant à flanc de montagne et de colline. Ressemblant fortement à un autour et étant plus rapide que les grands aigles, il se nourrit des oiseaux qu‟il attrape souvent au vol. L‟aigle de Bonelli est un aigle de taille moyenne, plus grand qu‟une buse mais plus petit que la plupart des vrais aigles. Comme l‟autour, il a une queue longue et un plumage contrasté : manteau brun foncé et dessous clair strié de brun. Le bec est moins massif que le bec des aigles et les tarses ne sont que faiblement emplumés. Sa silhouette, comme nous l‟avons dit, ressemble beaucoup plus à la silhouette d‟un autour que d‟un aigle.

95 96

Dolgušin 1962 : 652; Etchecopar 1978 : 165. Dolgušin 1962 : 657; Etchecopar 1978 : 162.

59 II.1.6. Aigle botté, Hieraaetus pennatus Gmelin L‟aigle botté est connu en Asie Centrale par la race dite Hieraaetus pennatus milvoides Jerdon (Spizaetus milvoides Jerdon). Il se reproduit dans l‟Altay, le Touva et la région du lac Baykal. D‟après les ornithologues kïrgïz, il nicherait dans les parties centrales et orientales des Teskey et Küngöy désertiques Par ailleurs des aigles bottés ont été observés pendant la période de reproduction dans les régions de Čong Kemin, de désertiques du Talas, dans les chaînes du Ferghana et du Čatkal. Il reste cependant rare au Kïrgïzstan. L‟aigle botté privilégie les régions boisées en altitude qui comportent en même temps des zones ouvertes. Il construit ses aires soit aux flancs des rochers, soit au sommet des arbres. Il a la taille d‟une buse variable et deux phases de coloration. La phase claire comprend des oiseaux qui ont le manteau roussâtre et des scapulaires blancs tandis que le dessous du corps est blanc avec des raies brunes. La phase sombre, nettement minoritaire, se fait remarquer par le manteau brunâtre et les parties inférieures brun clair. Les tarses, tant de la phase claire que de la phase sombre, sont couverts de culottes blanches, ou couleur crème, parfois barrés de roussâtre. C‟est un habile chasseur qui attrape les oiseaux après une descente extrêmement rapide. C‟est le plus petit des aigles. Si les différentes espèces d‟aigles sont relativement faciles à reconnaître grâce à certains traits morphologiques et surtout grâce à leurs stratégies écologiques distinctes, ceci est moins vrai pour les sous-espèces ou les races géographiques. De plus, il faut toujours tenir compte de l‟âge des oiseaux puisque avant de mettre leur livrée d‟adulte les aigles portent entre trois ou quatre livrées juvéniles qui sont fort variables. Ajoutons aussi la différence de taille qui distingue les oiseaux femelles des oiseaux mâles et enfin les variations individuelles des oiseaux qui peuvent être infinies. Ces préliminaires nous aident à aborder le foisonnement des noms d‟aigles et les problèmes que pose l‟identification des oiseaux qui les portent. II.2. Espèces d’aigles employées en volerie Certaines espèces d‟aigles se prêtent facilement à l‟apprivoisement et peuvent devenir sans difficulté des auxiliaires de la chasse. D‟autres se révèlent plus farouches et aiment mieux mourir de faim qu‟obéir à l‟homme. D‟une région à l‟autre, les aigliers sélectionnent parmi les races locales tout d‟abord celles qui se prêtent à l‟apprivoisement. Ensuite ils peuvent raffiner la sélection en jugeant du vol de l‟oiseau, de son aptitude à chasser le gibier qu‟on trouve sur place et du coût de son maintien. On choisira un aigle soit pour son attaque intrépide soit pour son vol souple et on évitera ceux qui sont soit trop encombrants soit trop agressifs. Si de nos jours on tend à restreindre l‟aigle de chasse aux aigles royaux, les aigliers d‟antan ne méprisaient pas les autres espèces d‟aigles. Selon les époques et les endroits plusieurs espèces d‟aigles ont été essayées à la chasse. Dans les paragraphes qui suivent nous allons examiner les témoignages sur les emplois des différentes races d‟aigles tout d‟abord en Europe, puis en Asie et enfin chez les Türk. II.2.1. Europe Dès les témoignages les plus anciens le statut de l‟aigle comme oiseau de chasse est ambigu. Dans les traités latins l‟aigle est un fléau et on y énumère de multiples formules pour le conjurer. C‟est que l‟aigle s‟attaque souvent aux autres oiseaux de chasse à cause de leurs jets qu‟il confond avec une proie attrapée. L‟aigle peut difficilement être considéré comme un oiseau de chasse en Occident médiéval. Tout d‟abord, les textes médiévaux occidentaux sont fort succincts quant aux aigles et, en tout cas, ils ne tiennent pas compte de ses nombreuses espèces. Ces mêmes textes décrivent pourtant les autres oiseaux de chasse d‟une façon

60 minutieuse. Ensuite, l‟art figuratif du Moyen âge ne contient aucune représentation d‟un aigle au poing d‟un homme. Il semble enfin que la valorisation christologique de l‟aigle, associée à saint Jean, de même que son importance dans les emblèmes héraldiques, ont été des obstacles à son utilisation comme oiseau de chasse. Au XIIIème siècle, l‟empereur Frédéric II écrit à propos des aigles : «Parmi les oiseaux de chasse certains ne sont pas utilisés par les hommes, comme tous les types d‟aigles, qui sont malaisés à porter en raison de leur poids; et surtout si on les emportait [à la chasse], tous les autres oiseaux rapaces que l‟on porterait en leur compagnie ne pourraient être portés ni voler convenablement, à cause de la peur»97. II.2.2. Moyen-Orient Les traités de volerie au Moyen-Orient commencent à ranger les aigles parmi les oiseaux de chasse vers la fin du Xème siècle. Un premier exemple est le traité arabe rédigé vers 995 par le Grand Fauconnier du calife fâtimide al-„Azîz bi-Illâh98 qui mentionne des aigles de chasse appartenant aux deux genres Aquila et Hieraeetus. Les aigles du genre Aquila sont appelés ‘ukâb et l‟auteur leur décrit quatre couleurs de manteau. Il annonce d‟emblée une nomenclature détaillée des «grands aigles de chaque contrée», mais ne décrit en réalité que les grands aigles de Maghreb, qui sont, d‟après lui, plus farouches que les grands aigles d‟Orient. Nous pouvons être certains qu‟à cette époque ‘ukâb «grand aigle» n‟était pas seulement un nom exotique dans une nomenclature savante mais un vrai oiseau de chasse puisque ce même auteur raconte plusieurs épisodes cynégétiques où le «grand aigle» intervient. Ainsi, apprenons-nous que le calife al-„ Azîz bi-Illâh fut si passionné par un grand aigle qui prenait la grue qu‟il ordonna qu‟on lui en cherche de partout. On préférait alors les «grands aigles», c‟est-à-dire les aigles du genre Aquila aux petits aigles, c‟est-à-dire les aigles du genre Hieraeetus. Les grands aigles prenaient la gazelle, le lièvre et le renard dans les montagnes tandis que dans les plaines, c‟est-à-dire dans la vallée du Nil, on les lâchait sur la grue, la cigogne blanche ou bien sur le pélican. Les aigles du genre Hieraaetus étaient appelés zummağ. L‟auteur leur décrit également quatre couleurs de manteau et précise que ces oiseaux sont fort estimés pour le vol de la grue. Ce texte est remarquable par le fait que son auteur revendique... «le droit d‟auteur» quant aux paragraphes qui décrivent les aigles : «Ces lignes constituent un chapitre dont nous sommes les inventeurs, personne n‟ayant avant nous rien dit de semblable et, si quelqu‟un après nous en rapporte quelque chose, c‟est à nous que reviendra, en priorité, le droit d‟auteur». Devons-nous croire que l‟usage des aigles au Moyen-Orient ne prend d‟importance qu‟à la fin du Xème siècle ? Cela paraît vraisemblable. Rappelons cependant que ce texte décrit la chasse au vol royale, telle qu‟elle fut pratiquée à la cour du calife fâtimide. Il n‟est donc pas représentatif de la tradition arabe en général pour laquelle, d‟après les observations de l‟un de ses plus grands connaisseurs Mr. François Viré, l‟usage de l‟aigle fut «rareté suscitant peu l‟intérêt des gens d‟oiseaux»99. Malgré son statut de «rareté», l‟aigle continue à occuper une place dans les traités arabes de volerie. Ainsi, celui du mamelouk Ibn Manglî, rédigé en 1371, consacre plusieurs paragraphes aux aigles, tant du genre Aquila que du genre Hieraeetus. Ce texte se nourrit par ailleurs d‟un traité plus ancien, élaboré au milieu du XIIIème siècle par „Isâ al-Asadî de Baghdad. Parmi les régions où «l‟aigle de chasse», c‟est-à-dire l‟aigle royal, était recherché, Ibn Manglî mentionne le pays de Mossoul, la Syrie, l‟Egypte, puis les te rritoires de Mardin et de Diyarbakir en Anatolie. D‟après Ibn Manglî certains des aigles employés au Moyen -Orient
97

Van den Abeele 1994 : 86 - 91 et annoté par François Viré, cf. Viré 1967. 99 Viré 1967 : 108 - 112.
98Traduit

61 étaient alors importés depuis l‟Occident. Il précise que les oiseaux dits «aigles» appartiennent à sept espèces différentes dont chacune a un ton particulier du plumage. Pour l‟aigle royal seul, il en énumère quatre. Grâce à ces textes, complétés par les travaux de Mr François Viré 100 nous pouvons résumer le savoir arabe en matière d‟aigles de la façon suivante101 :
Aquila chrysaetos ‘uqâb al-sayd «aigle de chasse» ; abraš al-danab «aigle à queue bigarrée». On lui décrit par ailleurs quatre tons de plumage. Aquila heliaca šaylamânî «blond d‟ivraie» ; ša’îrî «blond d‟orge» ; al-abyad «blanc» Aquila rapax hudâriyya «tout noir» ; mukallaf «brun noir» ; ‘uqâb al-arnab «aigle à lièvre» ; saqr al-arnab «sacre à lièvre» Aquila clanga, Aquila pomarina102, Aquila verreauxi103 zanbûrî «aigle guêpe» à cause de sa façon de descendre sur la proie Hieraaetus fasciatus zummağ «coléreux» Hieraaetus pennatus bitrîq «patrice» ; arqat «moucheté» ; âfa «fléau, calamité» ; dâhiya «fléau, calamité» ; qadâ’ «justice» ; sahm «flèche (mortelle)» ; manğanîq «baliste»

Grands aigles du genre Aquila ‘uqâb

Petits aigles du genre Hieraeetus zummağ

Tous ces oiseaux - huit espèces appartenant à deux genres - semblent aptes à la chasse. Les préférences des aigliers arabes vont cependant à l‟aigle royal, distingué par le nom «aigle de chasse», à cause de son aptitude à s‟emparer du gros gibier. Il est suivi par l‟aigle impérial qui convenait à la chasse du gibier de taille moyenne et de certains oiseaux comme la grue, l‟oie et l‟outarde. Même s‟il est appelé «aigle à lièvre», l‟aigle ravisseur étaient rarement utilisé pour chasser ce gibier. Quant à l‟aigle criard, l‟aigle pomarin et l‟aigle de Verreaux, les trois oiseaux étaient confondus dans la nomenclature des aigliers et leur emploi relevait surtout des tentatives personnelles de certains aigliers. Le plus apprécié des petits aigles était l‟aigle de Bonelli, excellent pourvoyeur en gibier à plumes, suivi par l‟aigle botté à qui on réservait le lièvre. Comment savoir si l‟emploi de l‟aigle au Moyen-Orient à cette époque atteste tout simplement la curiosité des fauconniers au service des califes qui, comme leurs confrères en Orient et en Occident, ne cessèrent jamais de tester les qualités des oiseaux de proie susceptibles de devenir auxiliaires à la chasse ou bien si cet emploi fut le fruit d‟une influence étrangère? Le Grand Fauconnier du calife fâtimide ne suggère pas de réponse à cette question. Nous trouvons quelques indications dans l‟ouvrage du mamelouk Ibn Manglî, rédigé en 1371, qui reprend l‟une des traditions sur l‟introduction de l‟aigle au Moyen -Orient. Les paragraphes qui y sont consacrés, d‟après l‟étude de F. Viré, sont repris de l‟ouvrage de „Isâ al-Asadî de Baghdad et datent donc du milieu du XIIIème siècle : «Ce sont, a-t-on dit, les gens d‟Occident qui, les premiers, volèrent à l‟aigle, c‟est-à-dire les Byzantins, selon ce qu‟en disent les livres anciens. L‟on y raconte entre autre, que le César [Justinien I (527 - 565)]
100 101

Cf. notamment Viré 1980. Les noms entre guillemets sont les calques français des noms vernaculaires en arabe. 102 L‟aigle pomarin est une espèce proche de l‟aigle cria rd et les deux espèces sont difficilement reconnaissables dans la nature. L‟aigle pomarin se reproduit dans une zone qui s‟étend depuis l‟Asie Mineure jusqu‟au Caucase et il n‟apparaît au Proche-Orient, en Syrie et en Irak qu‟en hiver. 103 L‟aigle de Verreaux est un aigle de l‟Afrique qu‟on rencontre sporadiquement en Jordanie et en Israël. C‟est un aigle aussi grand que l‟aigle royal au manteau noir mais à dos blanc.

62 envoya, en présent, un aigle à Chosroès Anouchirvân [Chosroès I (531 - 579)] en lui écrivant que ce rapace lui fournirait, au vol, beaucoup plus que ne peut le faire le sacre»104. Pour le Moyen-Orient, «On dit que parmi les souverains, les premiers à avoir volé avec l‟aigle royal furent ceux de Mossoul ainsi que leurs sujets; c‟est de chez eux qu‟est venu ce mode de vol»105. Quant aux aigles du genre Hieraeetus leur emploi en volerie vient des Persans qui furent «les premiers à avoir volé avec cette espèce»106. Des traditions sur «qui le premier vola avec» existent pour tous les oiseaux de chasse. Ainsi, selon la tradition arabe, les Persans sont ceux qui employèrent les premiers le faucon sacre, l‟autour et les petits aigles tandis que les Occidentaux sont les premiers à s‟être servi du faucon pèlerin et de l‟aigle royal. Si nous acceptons que les Persans représentent l‟Orient de la même façon que les Byzantins représentent l‟Occident, nous sommes fort surpris que l‟aigle comme oiseau de chasse vienne de l‟Occident et non pas d‟Orient. Les traditions arabes selon lesquelles l‟emploi de l‟aigle comme oiseau de chasse vient de l‟Occident ne trouvent pas de confirmations dans les sources occidentales. Dans l‟état actuel de nos sources il semble difficile d‟analyser davantage ces traditions. Nous allons donc continuer notre esquisse de l‟emploi de l‟aigle en Orient en essayant de combler au mieux possible les lacunes de son histoire comme oiseau de chasse. II.2.3. Iran Les sources persanes accordent peu de place aux aigles comme oiseaux de chasse. Selon un traité persan du XIème siècle, l‟aigle ‘ukâb, tout en faisant partie des oiseaux sujets à l‟apprivoisement, était particulièrement recherché pour sa vésicule biliaire utilisée comme médicament, ses plumes dont on se servait pour l‟empennage des flèches et ses croches dont on fabriquait des amulettes. Par contre, un oiseau appelé toghrol, qui semble appartenir au genre Hieraeetus, est fort admiré comme oiseau de chasse107. Les textes persans sont en général moins élogieux sur les grands aigles. D‟ailleurs, ils se servent du mot arabe, ‘ukâb, pour désigner ces oiseaux. Par contre, les petits aigles du genre Hieraeetus sont parmi les oiseaux les plus estimés du plateau iranien. Citons ici la tradition arabe à propos de l‟emploi des petits aigles : «On dit que les premiers à avoir volé avec cette espèce [l‟aigle de Bonelli ou Hieraeetus fasciatus] furent les Perses qui la prétendaient être de celle de l‟autour, en quoi ils ont raison. Il faut dire que leur pays offre les meilleures conditions pour la pratique de la volerie avec toutes les races de l‟autour et ces gens déconsidèrent ceux qui ne font pas voler l‟aigle de Bonelli, les ravalant au rang des incapables en art du vol. Un docte de Perse a indiqué que le premier à avoir volé avec l‟aigle de Bonelli fut un roi perse du nom de Ardachîr...»108. Nous constatons par ailleurs que si les Persans empruntent aux Arabes le nom des grands aigles, ce sont les Arabes qui se serviront de la terminologie persane pour décrire les petits aigles. Les espèces d‟aigles connues en Iran nous viennent d‟une source tardive, rédigée à la fin du XIXème siècle par Teymûr Mîrzâ, un fauconnier au service de Nâser al-Dîn Chah. Mais, comme le veut la tradition, cet auteur s‟inspire des meilleurs écrits de ses prédécesseurs et la liste qu‟il nous donne semble être représentative pour la tradition persane médiévale109 :

104 105

Viré 1984 : 122. Viré 1984 : 166. 106 Viré 1984 : 164. 107 EIR 1991 - Bâzdârî, p. 55. 108 Viré 1984 : 164. 109 D‟après Phillot 1968 : 30 sq. Les formes persanes sont celles de Phillott 1914 : 93; Cf. aussi EIR 1991 Bâzdârî, pp. 55 - 56.

63

Noms persans ‘uqâb / qaraqûš ‘uqâb-i mâh-dum «aigle à la queue-croissant» ‘uqâb-i kûchî-gân

‘uqâb-i â’îna-lî

karlak

‘uqâb-i zard «aigle fauve» ‘uqâb-i qurbâqa-chî / bûq khura «aigle mangeur de grenouilles»

‘uqab-i dûbarâr

Descriptions et identifications probables aigle royal; nom commun des aigles. aigle dont le manteau est d‟une couleur foncée uniforme et dont la queue est blanche sauf à l‟extrémité où elle se termine par une bande noire. [aigle royal immature] aigle dont la queue est relativement courte et entièrement blanche tandis que les ailes sont longues. Il chasse en couple les oiseaux aquatiques et se tient près des étendues d‟eau. [pygargue à queue blanche] aigle de moyenne taille, au plumage foncé, à la calotte rousse qui a quelques plumes blanches aux épaules. [aigle impérial] aussi grand que l‟aigle royal juvénile; le bec et les serres sont noirs et très puissants; la tête et le dos sont uniformément bruns tandis que le reste du plumage est parsemé d‟aiglures. [?aigle botté] le manteau est très foncé tandis que le dessous est fauve strié de noir; sa silhouette ressemble à celle de l‟autour; immature cet aigle est appelé ‘uqâb-i sîna-bâzî. [?aigle de Bonelli] cet aigle fréquente les marais et les rives d‟eau et se nourrit d‟oiseaux aquatiques malades; quand il n‟en trouve point il se contente de grenouilles, du poisson rejeté aux bords etc., d‟où son nom. [aigle criard, aigle pomarin] un aigle de petite taille dont le mâle est à peine plus grand que la femelle de l‟autour; il est audacieux et il chasse toujours en couple; l‟oiseau immature a le dos [brun] foncé tandis que le devant est roux foncé, sans taches ou aiglures; les tarses sont fortement emplumés. [aigle de Bonelli ]

A la fin du XIXème siècle quand cette liste fut compilée, la tradition persane était depuis des siècles sous l‟influence türk en matière de volerie. On trace cette influence surtout dans la nomenclature. Ainsi, les grands aigles sont connus sous deux noms communs dont l‟un, ‘ukab, est d‟origine arabe tandis que le deuxième, karakûš «oiseau noir», est d‟origine türk. Les emprunts au türk sont nombreux : ‘ukâb-i kurbâka-chî où le deuxième mot kurbâkachî vient du türk kurbâka «grenouille» + chî, morphème d‟agent, et ‘ukâb-i kûchî-gân où kûchî-gân est l‟un des noms türk de l‟aigle. La nomenclature persane, à elle seule, nous incite à voir dans le plateau iranien un point de rencontre des influences différentes en matière d‟aiglerie : de l‟ouest celle, plus ancienne, des Arabes et du nord -est l‟influence, plus tardive, des Türk. L‟espèce qui mérite le plus de commentaires est l‟aigle de Bonelli. L‟auteur du traité avoue l‟avoir apprivoisé en 40 jours et l‟avoir utilisé à la chasse des francolins, des poules d‟eau et des lièvres110. Ceci confirme la tradition arabe qui veut que ce fussent les Persans qui savaient se servir au mieux de cet aigle. Rappelons cependant que l‟auteur du traité, Teymûr Mîrzâ, fut un fauconnier professionnel au service du Nâser al-Dîn Chah et que son expérience avec les oiseaux de chasse n‟est révélatrice que d‟une tradition aristocratique perpétuée alors dans les cours des potentats locaux. Quant aux témoignages des voyageurs, qui se font de plus en plus nombreux à cette époque, aucun ne mentionne les aigles parmi les oiseaux de chasse communément employés en Iran aux temps modernes111.
110

Phillott 1968 : 32. aigles sont absents par exemple des récits de Drouville 1825 qui consacre plusieurs pages à la chasse, cf. Drouville 1825 : II, 32 - 40, et de Henry René d‟Allemagne 1911, cf. Allemagne 1911 : IV, 228 -232.
111Les

64

II.2.4. Extrême Orient C‟est à l‟époque des Tang (618 - 907) que côte à côte avec les autours et les faucons, nous trouvons les premières mentions d‟aigles. Ces aigles étaient confinés aux Quartiers des Animaux. Les Quartiers des Animaux étaient alors au nombre de cinq et ils abritaient respectivement les chiens de chasse, les aigles, les éperviers, les autours et les faucons112. Nous savons des chroniques des Tang qu‟à cette époque le désairage d‟aigles était pratiqué dans les parties orientales de Ningxia 113 . Ces aigles étaient-ils utilisés comme oiseaux de chasse? Ceci paraît vraisemblable. N‟oublions pas cependant que les Chinois s‟intéressaient souvent plus aux plumes des aigles qu‟aux aigles eux-mêmes. Ainsi quand les chroniques parlent des aigles qui se reproduisaient dans Shanxi ce n‟est pas parce que ces aigles étaient des bons oiseaux de chasse mais parce que leurs «plumes blanches» étaient fort recherchées par la cour royale où on s‟en servait pour fabriquer l‟empennage des flèches114. Un premier témoignage de grande qualité sur l‟emploi de l‟aigle comme oiseau de chasse en Chine date de l‟époque des Cinq Dynasties (907 - 960). Le peintre kitan Hu Huai, qui vécut au début du Xème siècle à Fanyang (aujourd‟hui Xian) dans le Hebei, fit figurer, sur un dessin intitulé «Départ pour la chasse», quatre cavaliers kitan que nous reconnaissons grâce à leurs vêtements, leurs coiffes et les selles de leurs chevaux. Chacun d‟entre eux tient un oiseau de chasse au poing. Ainsi voyons-nous sur le dessin de Hu Huai un faucon sacre chaperonné, un gerfaut et un aigle115. Le «Départ pour la chasse» de Hu Huai est donc un premier témoignage fiable sur l‟emploi de l‟aigle en territoire chinois. Mais ce ne sont pas les Chinois qui s‟en servent. Les Kitan sont, à l‟époque des Cinq Dynasties, ce que les Chinois appellent des «barbares du nord». Hu Huai témoigne donc l‟emploi de l‟aigle chez une partie de ces «barbares», à savoir les Kitan. Si nous supposons que cette pratique cynégétique ne fut pas exclusivement kitan, on pourrait voir dans cette peinture un témoignage, indirect il est vrai, sur l‟emploi de l‟aigle par les Türk, et aussi par les Mongols. Les Türk à l‟époque des Cinq Dynasties étaient tout près de la province native de Hu Huai puisque un royaume türk occupait une partie de Shaanxi, juste au nord du Hebei. En fait, l‟histoire de l‟aigle en Chine est bien documentée à partir de la conquête d‟une partie de l‟Empire du Milieu par les congénères de Hu Huai, les Kitan, qui y établirent la dynastie des Liao (907 - 1125). Sous les Liao, comme sous les Tang, les Quartiers des Animaux abritaient un nombre important d‟aigles. Les chroniques nous livrent d‟intéressants détails sur l‟histoire de ce que nous pouvons appeler les «fauconneries royales». Ainsi savonsnous que les gens de ces Quartiers étaient le plus souvent d‟origine étrangère, non-Han et le plus vraisemblablement kitan, puisqu‟ils venaient des campements (ordos) et non pas des villes116. Les aigles, comme les autres oiseaux de chasse, faisaient partie des cadeaux diplomatiques enregistrés à la cour impériale sous forme de tributs. Parmi les pays pourvoyeurs en aigles nous trouvons d‟une part la Corée, puis les pays des T‟ieh-li et des Wujo117. Et les T‟ieh-li et les Wu-jo étaient des scions de la royauté Po-hai118 détruite par les

112 Schafer 113 Schafer

1958 : 305. 1958 : 298 - 299. 114 Schafer 1958 : 306 - 307. 115 Taipei 1998 : 263. Le quatrième oiseau est caché par son maître. 116 Wittfogel 1949 : 226. 117 Wittfogel 1949 : 352, 354, 481. 118 Pour l‟historique de cette royauté cf. infra la note sur les Po-hai dans III.1.1.1.

65 Kitan au début du Xème siècle. Nous ne connaissons pas leurs origines mais nous savons qu‟à cette époque ils habitaient près du fleuve Kirin, en Mandchourie119. D‟après Wittfogel, les Kitan se servirent et des faucons et des aigles comme auxiliaires de chasse. Les chroniques Liao mentionnent plusieurs fois les deux groupes d‟oiseaux côte à côte. Comme il convient à une tradition aristocratique, la chasse au vol sous les Liao était fortement réglementée. Ainsi les gerfauts revenaient exclusivement à l‟empereur ou au premier ministre. De temps en temps le monopole sur certains oiseaux de chasse se durcissait et touchait aussi aux aigles. Dès que l‟approvisionnement en oiseaux de chasse se stabilisait, les restrictions sur ces derniers étaient levées120. Ceci montre que non seulement les faucons, mais aussi les aigles, étaient des oiseaux de chasse importés et que l‟offre n‟était pas toujours à la hauteur de la demande. Nous apprenons, toujours par les chroniques des Liao, que les randonnées cynégétiques de la cour impériale, où on employait des aigles, avaient lieu au printemps. Mais les descriptions de ces randonnées ne nous disent pas comment ces aigles étaient employés121. Il ressort des chroniques que la chasse au vol, ou au moins la chasse avec un aigle, était l‟apanage des Kitan. Ainsi, pour illustrer les influences des Kitan sur une partie de l‟élite chinois, Wittfogel donne l‟exemple du neveu d‟un fonctionnaire chinoise de haut rang. Ce neveu, dont le comportement était fortement influencé par les «moeurs barbares» devint un connaisseur de l‟apprivoisement des aigles»122. La faculté de manier les aigles était donc propre aux Kitan et non pas aux Chinois. D‟après ces témoignages, il est raisonnable de penser que l‟aigle ne fut qu‟une curiosité dans les fauconneries impériales en Chine. Hors de la cour, il était certes employé par les populations türk ou mongol de l‟empire du milieu, mais il ne gagna jamais l‟admiration des Chinois eux-mêmes. Ces derniers lui préféraient l‟autour, ou bien l‟épervier, et les aigles ne les intéressaient que comme source d‟ingrédients pour leur pharmacie traditionnelle123. Les témoignages plus tardifs sur l‟emploi de l‟aigle en Chine concernent soit la cour impériale, et le plus souvent celle des Qing (1644 - 1911), une dynastie d‟origine mandchoue, soit des populations non-chinoises. Ainsi, le père jésuite Matteo Ripa, raconte-t-il qu‟en 1711 l‟empereur Kangxi organisa une randonnée cynégétique à laquelle participèrent 12 000 personnes et pendant laquelle des aigles furent lâchés sur des daims. En 1866, David Armand, missionnaire lazariste et correspondant du Muséum, écrivit à ce sujet : «A Pékin vous rencontrez à chaque pas des hommes, surtout des Mandchous qui sont passionnés pour les oiseaux, parcourant les rues en tenant sur le poing ... des faucons et parfois des aigles»124. Les Mandchous, comme les Kitan, venaient du nord, des terres des Barbares, et leurs traditions les rapprochent davantage des Mongols et des Türk que des Chinois. C‟est à l‟époque de la dynastie mandchoue des Qing qu‟une nomenclature des aigles trouvera une place dans le Pentaglotte. Le tableau suivant résume cette nomenclature125 :

119

Wittfogel 1949 : 50, 74, 97, 150. 1949 : 236. 121 Wittfogel 1949 : 132 et 134. Les chroniques décrivent la chasse des oies et des cygnes à l‟aide des faucons et des gerfauts, mais elles ne font pas intervenir les aigles à proprement parler. 122 Wittfogel 1949 : 220. 123 David & Oustalet 1877 : I, 8. 124 Bugniot 1994 : 191. 125 La transcription des noms mandchous, suivis du numéro de page dans l‟édition en cinq langues du dictionnaire, Pentaglotte 1957 dans la bibliographie, revient à Denison-Ross 1909. Il en va de même avec la transcription des noms chinois, leur traduction mot-à-mot ainsi que la traduction des notices explicatives qui accompagnent ces noms dans l‟édition bilingue de ce dictionnaire. Quand c‟était possible nous avons précisé cette nomenclature en nous servant des dictionnaires de Cincius 1972 et de Norman 1978 pour le mandchou, de Karlgren 1974 et de Couvreur 1966 pour le chinois. Les données chinoises ont été complétées grâce à l‟apport des ornithologues comme David & Oustalet 1877 et Wilder & Hubbart 1938.
120 Wittfogel

66
Noms mandchou damin [4127] yasuka [4128] saksaha damin [4127] «aigle - pie» nimašan [4129] Noms chinois tiao ch‟ing tiao «aigle bleu» chieh pai tiao «(?) aigle au plumage qui commence à blanchir» chih ma tiao
Description dans l‟édition bilingue du Pentaglotte Nom commun des aigles126. «C‟est un aigle qui fréquente les lacs du presqu‟île de Liaodong en Mandchourie» «Aigle de deux ans dont les plumes de la queue sont blanches à la naissance et noires aux extrémités»127 «C‟est un aigle qui ressemble à l‟aigle royal, le manteau est noirâtre, la queue est courte, les ailes sont couvertes de minuscules taches noires. La queue paraît blanche»128 «Cet aigle a le plumage noirâtre et les ailes bigarrées» «C‟est un aigle adulte dont les ailes sont rayées comme la peau du tigre»129 «La couleur du plumage de cet aigle est un mélange de noir, de blanc et de pourpre»130 «C‟est un aigle au plumage jaune pâle»131 «Il ressemble à l‟aigle dit nimašan» «Il ressemble à l‟autour. Il est aussi grand que l‟aigle mais sa charpente est plus légère. Il habite les forêts denses»

tarbalji [4129] «aigle à marmottes» kuri damin [4127] «aigle rayé» čakiri damin [4128] «aigle bigarré» kôwa damin [4128] «aigle jaune pâle» isuka [4128] matkala [4129]

t‟uan tiao hu pan tiao «aigle rayé comme le tigre» hua pai tiao «aigle blanc bigarré» huang pai tiao «aigle blanc-jaune» pai tiao «aigle blanc» tao sha tiao

Comme plus haut dans les exemples en arabe et en persan, cette liste est fort hétérogène. Nous y reconnaissons plus ou moins des représentants de quatre genres d‟oiseaux de proie de grande taille : Aquila (grands aigles), Hieraaetus (petits aigles), Spizaetus (spizaètes) et Haliaeetus (pygargues). Des oiseaux appartenant aux trois premiers genres ont été, à un moment ou un autre, utilisés comme oiseaux de chasse. Quant aux pygargues, que nous avons déjà rencontrés dans la liste persane de Teymûr Mîrzâ, il paraît peu vraisemblable qu‟ils aient été employés comme oiseaux de chasse. Les aigliers de nos jours en tout cas n‟en gardent aucun souvenir. Par contre, il semble qu‟une race d‟aigles du nord de l‟Asie, utilisée cette fois comme oiseau de chasse, était très semblable aux pygargues à tel point qu‟u n connaisseur comme Pierre Amédée Pichot ne voyait pas de contradictions en racontant l‟histoire suivante : «M. Tony Conte has lately givent an account of the travels of MM. Benoit-Méchin and de Mailly in
Turkestan.They brought back with them one of these eagles.To the best of my belief it is the same species as that found in Manchuria, Haliaeetus albicilla [pygargue à queue blanche].This bird is now in the hands of one of my friends, M.Paul Gervais. He has trained it, or continued its training, for the bird was brought to Europe in charge of a native falconer, and had already distinguished itself by numerous exploits... It is rather a heavy bird to carry, fot it measures from 70 to 80 cm in height »132.

II.2.5. Remarques générales sur ces témoignages
Denison-Ross 1909 : 269. Karlgren reconstitue une forme *ţieu pour le chinois ancien et la traduit comme «aigle de mer; aigle; vautour» cf. Karlgren 1974 : §1240. 127 Il s‟agit le plus vraisemblablement de l‟aigle royal immature. Chez Wilder & Hubbard, c‟est le nom de l‟aigle royal, cf. Wilder & Hubbard 1938 : 394. 128 Norman 1978 : 213 voit dans cet oiseau le pygargue à queue blache, Haliaeetus albicilla. 129Selon Denison-Ross 1909 : 270 il s‟agit de l‟aigle criard, Aquila clanga. 130L‟oiseau en question devrait appartenir au genre Spizaetus, le plus vraisemblablement Spizaetus nipalensis ou spizaète de Hodgson. 131Aquila fulvescens d‟après Denison-Ross 1909 : 270. 132 Harting 1885 : 447 - 453.
126

67

D‟après nos sources, au Moyen-Orient et en Iran, on savait utiliser comme oiseau de chasse non seulement l‟aigle royal mais aussi l‟aigle impérial et l‟aigle de Bonelli. Qui plus est l‟emploi de ces espèces avait des origines différentes : l‟aigle royal, d‟après la tradition arabe, serait venu de l‟Occident tandis que l‟emploi de l‟aigle de Bonelli était l‟apanage des Persans. Les sources chinoises ne livrent pas de précisions sur les espèces d‟aigles utilisées comme oiseaux de chasse. Nous savons que les aigles étaient, soit capturés à l‟intérieur de l‟empire chinois, soit importés de la Mandchourie et de la Corée. Les premières nomenclatures d‟aigles se font remarquer par leur exhaustivité puisqu‟elles tiennent compte des espèces les plus importantes rencontrées d‟un bout à l‟autre de l‟Asie. Certaines espèces sont bien décrites soit par certains traits morphologiques, soit par leur habitat, soit par leur comportement. D‟autres restent plus difficiles à cerner. Ainsi, l‟aigle royal juvénile est régulièrement distingué de l‟aigle royal adulte, le juvénile étant «l‟aigle à queue bigarrée» en arabe, «l‟aigle à la queue-croissant» en persan, «l‟aigle-pie» en mandchou à cause de la naissance blanche du plumage. Les petits aigles de genre Hieraeetus, l‟aigle de Bonelli et l‟aigle botté, sont presque toujours comparés aux autours à cause de leur charpente légère (les zummağ des Arabes, les ‘ûkâb-i dubarâr et ‘ûkaâb-i zard des Persan, l‟aigle dit matkala des Mandchous). En persan et en mandchou nous trouvons aussi les pygargues remarqués à cause de leur queue blanche (‘ukâb-i kûchî-gân en persan, nimašan en mandchou). Par contre, les descriptions ne sont pas unanimes en ce qui concerne l‟aigle impérial, l‟aigle ravisseur et l‟aigle criard. L‟aigle impérial est un aigle «fauve» pour les Arabes («blond d‟ivraie», «blond d‟orge», «blanc») tandis qu‟en persan il est remarqué pour ses scapulaires blancs (‘ukâb-i â’înalî). L‟aigle ravisseur est «tout noir», «brun noir» ou bien «aigle à lièvres» en arabe tandis que la race orientale, ou aigle des steppes, est un «aigle à marmottes». Quant à l‟aigle criard, on note de façons différentes les teintes contrastées des oiseaux juvéniles ou de la variété dite fulvescens : «aigle-guêpe» en arabe à cause de sa façon de descendre sur la proie mais aussi peut-être à cause du plumage contrasté fauve-brun, «aigle rayé» en mandchou. Par contre, en persan c‟est un «aigle mangeur de grenouilles» à cause de son habitude de se maintenir près des cours d‟eau et des marais. Même si ces listes d‟aigles sont souvent abritées à l‟intérieur des traités de volerie, il est peu vraisemblable que tous les oiseaux dont nous y trouvons les noms ont été effectivement employés comme oiseaux de chasse. De plus, de par leur nature, ces sources nous décrivent une forme très raffinée de la chasse au vol - pratiquée dans cours aristocratiques de l‟époque et maintenue par des aigliers ou des fauconniers professionnels. Les mentions fréquentes des aigles sont donc, d‟une certaine façon, trompeuses puisqu‟elles ne témoignent aucunement d‟une pratique générale de la chasse à l‟aigle dans ces contrées. Les témoignages des voyageurs des temps modernes confirment que les tentatives des fauconniers professionnels n‟ont jamais dépassé les enclos des cours aristocratiques. II.3. Témoignages sur l’emploi des aigles en Asie Centrale L‟opinion assez répandue que la chasse à l‟aigle a ses origines dans les steppes d‟Asie Centrale repose sur une base documentaire insuffisante. Nous ne disposons que d‟un seul témoignage, celui du médecin grec Ctésias, prisonnier à la cour d‟Artaxerxès II, surnommé «Mnémôn» (405 - 359 av. J. C.). Dans un texte intitulé Histoires de l’Orient Ctésias a décrit la chasse des «Indiens» de la façon suivante : «Les lièvre et les renards, les Indiens les chassent de la façon suivante: ils n‟ont pas besoin de chien pour
chasser, mais ils prennent des oisillons d‟ai gles, de corbeaux et de milans; ils les nourrissent et leur apprennent la chasse. Et voici quel est leur apprentissage: ils accrochent de la viande à un lièvre docile et à un renard apprivoisé, et ils les laissent courir; ils envoient alors immédiatement les oiseaux à leurs trousses et leur

68
permettent de prendre la viande. Les oiseaux les poursuivent de toutes leurs forces et lorsqu‟ils ont attrapé le lièvre ou le renard, ils les retiennent pour recevoir la viande en récompense. C‟est pour eux un appât tout à fait séduisant. Et quand ils ont bien assimilé la technique de la chasse, on les lâche contre les lièvres de montagne et les renards sauvages. Et les oiseaux, dans l‟espoir de recevoir le petit repas habituel, chaque fois qu‟apparaît une de ces bêtes, ils les poursuivent, les enlèvent brusquement et les rapportent à leurs maîtres [C‟est ce que dit Ctésias]. Et le fait qu‟on leur donne pour leur repas les entrailles de la bête qu‟ils ont jusque -là transportée, c‟est par lui aussi que nous le savons »133.

Les textes de Ctésias ne nous sont pas parvenus en entier et les fragments que nous en connaissons se trouvent dans des auteurs postérieurs qui les citent : le passage sur la chasse à l‟aigle vient d‟Elien, Sur la nature des animaux 4,26. On reconstitue, à travers ces fragments une immense fresque historique, mélange de fiction et de réel, de mensonge et de naïveté»134. Certes, Ctésias, par ses descriptions des « animaux fabuleux», inspire un grand nombre de bestiaires du Moyen Age. Mais la part de fiction est accrue souvent par les auteurs postérieurs qui n‟ont pas eu la même expérience de l‟Orient que l‟auteur des passages originaux. Le dressage des oiseaux de proie décrit dans le passage ci-dessus n‟a rien d‟imaginaire. Il est exact dans les plus petits détails : le choix des oiseaux juvéniles qui s‟adaptent plus facilement à l‟homme et qui apprennent ce que celui-ci veut leur apprendre; l‟emploi de leurres vivants (lièvre et renard) à moitié apprivoisés ; le recours à un appât qui poussent les oiseaux à attraper le leurre; le choix d‟animaux susceptibles d‟être chassés par l‟aigle; jusqu‟à la rétribution des oiseaux après la prise réussie. C‟est ainsi qu‟on apprivoise, depuis toujours dirions-nous, les oiseaux qui chassent le gibier à poil : au Xème siècle le Grand Fauconnier du calife fâtimide décrit exactement dans les mêmes termes comment les «gens d‟Orient» dressent le faucon sacre pour chasser la gazelle135 et, neuf siècles plus tard, c‟est ainsi que Emil Duhousset décrit les faucons sacres qui s‟emparent des gazelles au Kurdistan136. Parmi les fauconniers türk, ce sont les fauconniers türkmen qui se servaient du sacre pour chasser la gazelle. Quant aux Kïrgïz et aux Kazak, ils appliquent le même type d‟affaitage à l‟aigle, ce qui nous renvoie au passage de Ctésias. Il reste que les «Indiens» de Ctésias sont difficiles à identifier. Il s‟agirait le plus vraisemblablement des habitants des provinces du Nord Ouest indien annexés à l‟empire perse suite aux expéditions de Cyrus le Grand (559 - 530 av. J. C.) puis de Darius Ier (552 486 av. J. C.), autrement dit la Bactriane, ou le nord de l‟Afghanistan actuel, et une partie du bassin de l‟Indus. Il est sûr qu‟on ne chasse guère à l‟aigle en Inde, et cela depuis longtemps. L‟aigle a été sporadiquement utilisé au nord de l‟Afghanistan mais surtout par les populations türk. Et de nos jours ce sont les Kïrgïz et les Kazak qui confirment que Ctésias n‟était pas uniquement un conteur d‟histoires fabuleuses. Nous n‟avons guère d‟autres témoignages confirmant ou contredisant celui de Ctesias. Que l‟Asie Centrale soit la région qui ait le plus utilisé l‟aigle comme oiseau de chasse est certainement vrai. Quant à l‟histoire türk de cette pratique cynégétique, elle ne peut être retracée que très prudemment et seulement à partir du XIIème siècle. Les sources de cette histoire, pour les époques anciennes, sont de deux types : les résultats des fouilles archéologiques et quelques données lexicographiques. L‟interprétation des deux types de sources s‟avère cependant hasardeuse.

Histoires de l’Orient. Traduit et commenté par Janick Auberger. Paris: Les Belles Lettres, 1991; p. 121. 134 Op. c., Introduction. 135 Viré 1967: 44 - 46. 136 Gien 1994 : 198.
133Ctésias.

69

II.3.1. Apports archéologiques et lexicographiques
II.3.1.1. Prédécesseurs mythologiques de l’aigle de chasse Les images les plus anciennes restent muettes et nous ne faisons que deviner leur signification. Les textes écrits n‟apparaissent que plus tard. A partir du moment où les images et les mots coexistent, leur recoupement nécessite beaucoup de prudence. Sans oublier dans ce parcours que ce qui nous intéresse c‟est l‟histoire de l‟aigle comme oiseau de chasse et qu‟il ne peut être considéré comme tel qu‟à partir du moment où nous pouvons dire, avec une dose raisonnable de vraisemblance, qu‟il s‟agit d‟un auxiliaire de l‟homme. L‟aigle comme auxiliaire de l‟homme portera obligatoirement les jets, il aura éventuellement un chaperon et sera assez souvent au poing de son maître. Ce n‟est que la présence de l‟un de ces trois éléments qui nous permet de conclure qu‟il s‟agit d‟un oiseau de chasse. De nombreuses scènes cynégétiques où l‟aigle intervient ne peuvent pas prouver qu‟il s‟agit d‟un oiseau de chasse. Nous résumons dans les paragraphes qui suivent les apports türk à l‟histoire de l‟aigle comme oiseau de chasse. Des oiseaux de proie de grande taille, au bec crochu et aux griffes puissantes apparaissent dans l‟art des steppes dès l‟époque des Scythes (fin du VIIème siècle av. J. C.)137. Mais nous avons peu de raisons à voir dans ces oiseaux des aigles, et encore moins des aigles de chasse. Le style animalier, où les rapaces ont leur place au même titre que les félins, les cervidés, le loup, l‟élan, le sanglier et le chameau, est un style allégorique. Il évoque un univers parallèle à celui des humains, qui lui fait écho, mais ne le rejoint point. D‟autres images aviformes, comme celles qui proviennent des tombes saces du Kazakstan (VIIème IIIème siècle av. J. C.)138, sont trop sommaires pour donner lieu à une interprétation cohérente : ce sont le plus souvent des éléments décoratifs à destination inconnue. Il en va de même avec la plupart des objets aviformes trouvés dans l‟Altay (VIème - IVème siècle av. J. C.)139. Or, on y observe côte à côte avec les griffons «félins», entièrement mythologiques, des griffons «aquilins», plus réalistes, sans crête, au bec crochu140. De plus, outre les scènes qui représentent un antagonisme symbolique 141 , on en découvre d‟autres où un contenu cynégétique paraît aussi probable : côte à côte avec des félins s‟attaquant aux élans142 nous voyons des griffons « aquilins» tenant dans leurs serres des bouquetins143 ou bien des griffons « aquilins» juchés sur des élans144. Si certaines de ces représentations ont des parallèles assyriens ou persans, d‟autres semblent être d‟inspiration locale. Ce sont justement ces scènes, et notamment celle où nous voyons un griffon « aquilin» juché sur un élan avec les croches d‟une patte plantées dans les reins, celles de l‟autre agrippant le garrot, avec les ailes déployées pour s‟assurer l‟équilibre, qui dépassent le symbolisme et font penser, à tort ou à raison, à la chasse à l‟aigle. L‟un des exploits les plus admirés de l‟aigle comme oiseau de chasse était justement l‟emprise que cet oiseau effectuait sur certains cervidés. Les voyageurs qui l‟ont vu faire décrivent l‟aigle dans la même position que celle que nous retrouvons dans l‟art des Scythes. Nous retiendrons donc que c‟est au coeur de l‟Altay que nous observons une certaine émancipation des images aviformes du contenu mythologique ou symbolique et les premiers pas vers une interprétation plus réaliste.
137 138

Schiltz 1975 : Pl. 28, 29, 188. Schiltz 1975 : Pl. 113 - 115. 139 Rudenko 1960 : Fig. 37, 145, 146. 140 Schiltz 1975 : Pl. 127 - 132; Rudenko 1961 : Tab.XV, 2. 141 Rudenko 1960 : Fig. 150. 142 Rudenko 1960 : Fig. 151. 143 Schiltz 1975 : Pl. 188. 144 Rudenko 1961 : Fig. 39.

70 La première mention en türk d‟un oiseau qui pourrait bien être un aigle vient du «Livre de la divination», Ïrk Bitig, un texte «runique» d‟inspiration manichéenne supposé antérieur au Xème siècle. Cet oiseau est appelé talïm kara kuš «oiseau noir de rapine» et il intervient dans les contextes suivants :
altun qanatlï talïm qara quš män tanïm tüsi taqï tükämäzkän taluyda jatïpan tapladuqïmïn tutar män säbdükimin yiyür män andag küčlüg män «Je suis un oiseau noir de rapine aux ailes d‟or Ce qui nourrit mon corps ne s‟épuise guère Je vis dans l‟océan, j‟y prends ce qui me plaît Je mange ce que j‟aime telle est ma force »145 talïm qara quš män jašïl qaya jaylagïm qaya qïšlagïm ol tagda turupan mäŋiläjür män «Je suis un oiseau noir de rapine J‟estive sur un rocher vert J‟hiverne sur un rocher rouge M‟abritant dans cette montagne je suis plein de joie»146

Compte tenu du genre du texte où nous relevons ce nom, il est impossible de voir dans cet «oiseau noir de rapine» un oiseau de chasse. Le syntagme «oiseau noir de rapine» semble être le parallèle türk de ce que nous avons appelé jusque maintenant des «griffons» et ce syntagme renvoie davantage aux représentations animalières de l‟art des steppes, avec l‟ensemble des sous-entendus mythologiques et symboliques, qu‟à un oiseau de chasse. Deux textes du XIème siècle mentionnent cependant «l‟oiseau noir [de rapine]» dans des contextes cynégétiques. Ainsi dans le poème didactique Qutadghu bilig nous lisons le passage suivant :
qalïqta učuglï qara quš yorï seniŋdiŋ köčümez aya kök böri učarïgučurmaz seniŋ qušlarïŋ yorïrïg yorïtmaz kör esring itiŋ147 «L‟oiseau noir qui vole dans les cieux Ne t‟échappe pas, oh Loup Gris, Tes oiseaux ne ratent pas le gibier à plumes, Regarde, ton félin et ton chien ne laissent pas s‟échapper le quadrupède»

Le possessif qui marque «oiseaux», «chien» et «félin» est le premier indice d‟une intervention humaine. Il s‟agit dans ce cas non pas d‟animaux sauvages mais d‟animaux qui sont des auxiliaires de l‟homme et le possessif ici aura la même valeur que le déterminant «de chasse». L‟oiseau noir dans cet exemple garde une certaine distance par rapport aux auxiliaires de l‟homme puisqu‟il n‟est pas marqué par le possessif et ne semble pas faire partie des animaux de chasse. Dans le Thesaurus de Kâchgharî (XIème siècle) kara kuš «oiseau
145Malov 146

1950 : 85, III. Notre traduction. Malov 1950 : 90, LI. 147 Cf. Arat, R. (Ed.) Kutadgu bilig : metin. Istanbul, 1947, § 5375 - 5379.

71 noir» désigne certes les planètes «Jupiter» et «Balance» mais aussi un oiseau réel, appelé en arabe ‘ukâb ou «grand aigle»148. C‟est à cette époque aussi que nous trouvons quelques représentations de l‟oiseau noir qui cèdent à des tentations plus réalistes : ainsi l‟oiseau que nous voyons sur un médaillon du XIIème siècle, provenant de Termez, révèle certes des points communs avec les images des «griffons» mais à la différence de ces derniers il est dépourvu de crête et d‟autres accessoires imaginaires et se rapproche d‟avantage à ce que nous appellerons un aigle149. De plus, cet oiseau serre dans ses croches tout simplement un lièvre. La présence de l‟homme est encore une fois fort discrète et il nous faudra à nouveau reculer devant la tentation de voir dans cette image celle d‟un aigle de chasse. La valorisation héraldique de l‟aigle et son emploi comme oiseau de chasse vont difficilement ensemble, en Occident comme en Orient150. L‟incertitude plane aussi sur d‟autres représentations d‟aigles signalées par divers auteurs. D‟après Bernštam, l‟image d‟un oiseau chaperonné sur le couvercle d‟un ossuaire sodgien de Vème VIIème siècle serait celui d‟un aigle 151 . Mentionnons aussi un fragment des fresques de Bäzäklik (IXème siècle) décrit par le Coq comme «eine Jagdszene, in der gezähmte Adler verwendet werden»152. Il nous faut convenir que l‟aigle, avant de devenir un oiseau de chasse, a une longue histoire dans les steppes d‟Asie Centrale. Il est difficile de décrire quand et comment l‟oiseau de chasse s‟émancipe par rapport à ses prédécesseurs mythologiques. Côte à côte avec les aigles, oiseaux de chasse, les Türk de nos jours gardent encore les images de plusieurs oiseaux mythiques proches de l‟aigle. Umay [Ïmay, May-ene, etc.], la protectrice de la maternité et de l‟enfance, est souvent décrite comme un oiseau aquilin qui habite les cieux153. Mentionnons aussi l‟oiseau sämrug (du persan sîmurg), aux contours indéfinis, mais souvent assimilé à l‟aigle. Chez les Kazak et les Kïrgïz, il existe de nombreuses traditions liées à l‟oiseau kumay dont les oeufs renferment un merveilleux chien de chasse appelé kumay ïq. L‟« oiseau noir [géant]», [alp] kara kuš connu d‟un bout à l‟autre de l‟Asie Centrale est, comme disent nos collègues kïrgïz, « une des formes mythologiques de l‟aigle»154. C‟est l‟oiseau qui habite le sommet de l‟arbre cosmique et dont les oisillons sont dévorés par un serpent, ou un dragon, jusqu‟au jour où un héros (Er Töštök ou Er Töstik dans les traditions kïrgïz et kazak) tue le monstre. En récompense, l‟oiseau noir répond aux appels de ce héros et l‟accompagne dans ses aventures155. Mais les images de ces oiseaux mythiques sont fragiles et elles se mêlent facilement : le alp kara kuš devient zïmïrïk / samurïk, ou šïŋïraw chez les Kazak. Par ailleurs,
148

Atalay 1986 : I 331, III 40, III 221. 1968 : 33 puis ġg. 11. 150 Plusieurs représentations d‟aigles, ou d‟oiseaux de proie, qui serrent des lièvres dans leurs croches, viennent de part et d‟autre du monde musulman. Mentionnons celle sur un panneau incrusté d‟ivoire, datée du X ème siècle et provenant de Edfu en Egypte, cf. IMA 1998 : Fig. 4, puis un fragment de gouache sur papier, du XII ème XIIIème siècles des collections du Louvre publié par Roux 1977 : Fig.58. 151 Nous regrettons de n‟avoir pas pu consulter l‟ouvrage de A. N. Bernštam. Il s‟agit de Istoriko-kul’turnoe prošloe Severnyj Kirgizii po materialam bol’šogo Čujskogo kanala publié en 1943 à Frunze. Nous citons le passage se rapportant à l‟ossuaire en question d‟après Simakov 1998 : 62: «Les ossuaires en forme de yourte, trouvés le long du tracé [du canal du Čüy], sont d‟origine sogdienne. Des ossuaires à la base ovale, aux couvercles sphériques, pourvus de manches, ont été trouvés près du village d‟Ivanovskoe. Sur un des couvercles on voit une image d‟un aigle chaperonné». 152 Le Coq 1914 : 1. La scène de chasse avec un aigle apprivoisé se trouverait dans Le Coq, Chotscho. Berlin: D. Reimer, 1913; Planche 33. 153 Abramzon 1990 [1971] : 295; Tursunov 1979 : 50; 222 - 223. Tursunov essaie d‟établir des correspondances entre les traditions türk de nos jours et certaines représentations de l‟art des steppes. Cette démarche a été critiquée par Potapov 1991 : 294 - 298. 154 Manas 1995 : I, 85. 155 Boratav 1965 : 162 - 168 et notes; Tursunov 1979 : 51; 224 - 225.
149 Esin

72 malgré leur vitalité en milieu türk on considère que les oiseaux mythologiques comme Umay et Sämrug peuvent être d‟inspiration étrangère. On leur trouve le plus souvent des parallèles iraniens - les oiseaux humâ et sîmurg 156 . Quant à «l‟oiseau noir géant», les ethnographes kazak et kïrgïz voient dans cette image un apport purement türk à la mythologie de l‟aigle. II.3.1.2. Premières apparitions de l’aigle de chasse L‟histoire de l‟aigle comme oiseau de chasse se tisse à partir du XIIIème siècle. L‟un des premiers témoignages est celui de Marco Polo qui lors de son séjour auprès du khan mongol Koubilay (1214-1294) note : «Il [Koubilay] a aussi une grande multitude d‟aigles fort bien dressés à prendre loups, et renards et daims et chevreuils et lièvres et d‟autres petits animaux à planté. Et ceux qui sont dressés à prendre loups sont très grands et puissants, car sachez qu‟il n‟est loup si grand qu‟il ne soit pris»157. Une étape importante dans l‟histoire de cet oiseau est l‟apparition d‟un nom pour l‟aigle, autre que kara kuš «oiseau noir». Ce nom est noté une première fois, en 1241, par un historien arménien, Kirakos de Gandjak (1201 - 1272), pris en otage lors des conquêtes mongoles et employé par la suite comme secrétaire. Dans les écrits de Kirakos de Gandjak, il existe un chapitre consacré aux moeurs et coutumes des Mongols ainsi qu‟une liste de mots de leur langue. Cette liste de mots est souvent considérée comme l‟exemple le plus ancien de la langue mongole. Mais elle n‟est pas homogène et elle contient notamment plusieurs mots türk. Cette liste nous livre deux noms pour l‟aigle : burk’ui et kouch 158 . Si l‟origine du premier mot est contestable, le deuxième est un mot türk pour «oiseau» et, aussi souvent, pour «oiseau de chasse». Nous retrouvons le nom de l‟aigle dans le Nuzhatu-l-Qulûb (1339) de Hamdullâh al-Mustaufî al-Qazwînî : «‘ukâb, l‟aigle, est appelé par les Türk barkût. Il est interdit de manger sa chair. C‟est un oiseau puissant et majestueux, on peut l‟apprivoiser et on peut s‟en servir pour chasser des oiseaux et des animaux. De ses proies, il mange surtout le foie. Il construit ses aires sur des rochers et aux sommets des montagnes»159. L‟origine du nom burk’ui / barkût a été longtemps débattue par les lexicographes : les uns considèrent le mot bürküt comme un mot türk emprunté par le mongol, les autres optent pour l‟échange inverse. Pour venir au bout des discussions philologiques, Doerfer propose une explication phonologique 160. A partir des formes attestées du mot aussi bien dans les langues türk que dans les langues mongoles, il lui reconstitue une forme initiale * bürküt qu‟il considère comme une forme türk puisqu‟elle existe toujours dans plusieurs langues türk. Les formes mongoles, chez qui on observe un changement régulier de -k- en -g- en deuxième syllabe, sont dans ce cas des emprunts au türk. D‟autres emprunts türk en mongol confirment ce changement consonantique. Le processus inverse qui consiste à accepter une forme initiale *burgud, qui est la forme majoritaire dans les langues mongoles, n‟est pas possible puisqu‟on ne peut guère expliquer comment le -g- en deuxième syllabe est devenu un -k- dans les formes türk.

156

A propos de ces oiseaux mythiques cf. Ionov 1913; Potanin 1916 : 76 - 77; Sternberg 1925; Esin, E. « Türk san‟at tarihinde Karahanlï devrinin mevkii» in: Altïncï türk tarih kongresine sunulan bildiriler, Ankara, 1962, pp. 114 - 116; Basilov, V. « O turkmenskom pire doţdâ Burkut -baba », Sovetskaâ êtnogragrafiâ ° 3, 1963, pp. 42 - 52; Kadar, Z. «Bemerkungen zür Eulensymbolik in der eurasischen Kunst», Materialia turcica, Bd.7/8, 1981/82, pp. 220 - 239; Tursunov 1979 : 50; 222 - 223; Petrov 1986 : 26 - 27; Čeremisin, D. « K irano-tûrkskim svâzam v oblasti mifologii : boginâ Umaj i mifičeskaâ ptica », in: Derevânko, A. (Ed.) Narody Sibiri : istoriâ i kul’tura. Novosibirsk, 1997; pp. 31 - 43. 157 Hambis 1980 : I, 235. 158 Cf. Boyle, J. A. «Kirakos of Ganjak on the Mongols», Central Asiatic Journal VIII (3) de 1963, p. 209. 159 Stephenson 1928 : 78. 160 Doerfer 1963 : § 782.

73 En türk comme en mongol, le mot bürküt comme nom de l‟aigle apparaît donc tardivement. Il est absent des premiers monuments écrits en türk, comme le Thesaurus de Kâchgharî (XIème siècle) et le poème Qutadghu bilig de Yûsuf Khass Hadjib (XIème siècle). D‟autre part, on ne le trouve pas dans l‟Histoire secrète des Mongols (XIIIème siècle). Mais à partir du XIVème siècle le mot est attesté dans plusieurs monuments écrits : il se trouve tout d‟abord dans un glossaire arabo-kiptchak du XIVème siècle161, puis dans un glossaire trilingue - persan, čagatay, mongol - du XVème siècle162 et, à la même époque pour le mongol, dans les vocabulaires sino-mongols élaborés par le Bureau des Interprètes des Ming163. Un traité de fauconnerie, pour lequel on décrit une version türk supposée être du XIVème siècle et des versions persanes plus tardives, du XVIIème et du XIXème siècles, nous livre un autre nom türk de l‟aigle de chasse 164 . Ce traité serait une compilation de renseignements venant de textes plus anciens aux origines incertaines165. L‟aigle de chasse dont on se servait pour prendre le chevreuil y est appelé karčal. Ce nom se rapproche du nom kara čagïl qui désignait, d‟après P. S. Pallas, l‟aigle royal juvénile166. Au début du XVIème siècle Babur (1483 - 1530), Türk du Ferghana, prince timouride et fondateur de la dynastie des Moghols en Inde du Nord, se sert de l‟aigle pour chasser les cervidés dans la région de Kaboul. Cet oiseau est appelé burkut dans les mémoires rédigés par Babur167. Son successeur Akbar (1556 - 1607) maintient la tradition ancestrale, et donc türk, et les voleries royales à son époque abritent, côte à côte avec les autours, les éperviers et les faucons, des aigles de chasse, appelés barkut par le chroniqueur Abu‟l Fazl168. L‟iconographie moghole cependant ne nous fait pas connaître ces aigles, tandis que les images des faucons et des autours y sont nombreuses. Les cours des potentats türk de Boukhara, de Khiva et, plus tard, de Kokand délaissèrent aussi les aigles au profit des faucons et des autours. Ces derniers sont les seuls oiseaux de chasse dont parlent les archives, exemplairement celles des khans de Kokand 169 . De même, dans les descriptions des chasses royales, dues tout d‟abord aux chroniqueurs autochtones puis aux voyageurs, il est question surtout des faucons et des autours mais pas d‟aigles. Il en va de même avec les nombreuses miniatures à thème cynégétique de Transoxiane qui ne contiennent aucune représentation d‟un oiseau de chasse que nous pourrions rapprocher d‟un aigle. II.3.2. Dires des voyageurs Si dans les cours aristocratiques de Boukhara, de Khiva et de Kokand on privilégie la chasse au faucon ou à l‟autour, la chasse à l‟aigle est pratiquée dans les steppes kazak, en pays kïrgïz et dans un moindre degré en pays baškir Dans les paragraphes qui suivent nous nous
Kun, T. La langue des Kiptchak d’après un manuscrit arabe d’Istanboul. Partie II : Reproduction phototypique. Budapest, 1942, p. 11. 162 Poppe, N. « Mongol‟skij slovar‟ Mukaddimat al-Adab », Trudy Instituta vostokovedeniâ. Moskva, 1938; p. 403. 163 Lewicki 1959 : 23. 164 Harting 1891 : 193 - 195 décrit la version türk de ce traité, édité et traduit par Hammer-Purgstall, tandis que Hofmann 1968 : 81 analyse une version persane. 165 Ainsi apprenons-nous d‟un des manuscrits persans que le texte original, composé par des sages de la cité de Balnâz, existait déjà à l‟époque d‟Aristote et d‟Alexandre le Grand. Par la suite le texte se retrouva à Alexandrie, puis à Antioche où il fut sauvé d‟un incendie, apporté à Baghdad et traduit en Syriaque. C‟est à partir de la version syriaque qu‟on en fera ensuite des versions türk et persane, cf. Harting 1891 : 194 - 195, Hofmann 1968 : 81. 166 Harting 1891 : 194. 167 Beveridge 1995 : 373. 168 Blochmann 1994 : I, 304. 169 Cf. Troickaja 1968 : 351 - 352; Nabiev 1973 : 156 - 160.
161 Halasi

74 proposons d‟examiner l‟apport des voyageurs et plus précisément ce qu‟ils disent sur les aigles employés pour la chasse. Si beaucoup de voyageurs s‟adonnent avec plaisir aux descriptions des chasses en général et de la chasse à l‟aigle en particulier, peu nombreux sont ceux qui s‟intéressent de près aux oiseaux auxiliaires. Ceci n‟est pas surprenant, puisque s‟il est facile de reconnaître un aigle dans un oiseau de chasse, il en va tout autrement quand on doit préciser de quel aigle il s‟agit. De tels renseignements nous viennent soit des voyageurs naturalistes, comme P. S. Pallas, soit des amateurs passionnés qui ont su pousser la curiosité au-delà de l‟apparence majestueuse de l‟oiseau de chasse. D‟après G. Dement‟ev la turcisation du vocabulaire russe des aigles est déclenchée par Peter Simon Pallas (1741 - 1811) qui se sert du mot berkut pour décrire l‟aigle royal juvénile qu‟il distingue de l‟aigle royal adulte, dit kholzan170. A la fin du XVIIIème siècle Pallas raconte comment les Kazak de la région d‟Orenbourg protégeaient leurs troupeaux des loups et des renards à l‟aide d‟aigles apprivoisés 171 . A peu près à la même époque un membre de la commission frontalière d‟Orenbourg, Aleksej Iraklievitč Levšin, confirme que le mode de chasse le plus apprécié des Kazak est la chasse à l‟aigle. Ils se servaient à cette fin des aigle s de l‟espèce Falco fulvus qui se reproduisaient dans les monts Oural et ils achetaient ces oiseaux aux Baškir172. Les notes de M. Ch. E. de Ujfalvy confirment bientôt celles de Levchin et détaillent l‟échange d‟aigles entre Baškir et Kazak : «Les Baškir élèvent l‟espèce d‟aigle appelé aigle royal, à grande tête noire; ils les vendent aux Kirghises [Kazak], qui s‟en servent pour chasser les loups, les renards et les chats sauvages...»173. La renommée des aigles de l‟Oural et les échanges d‟oiseaux entre Baškir et Kazak sont à nouveau détaillés par Leonid Pavlovitč Sabaneev, éditeur en chef de la revue Priroda i oxota [Nature et chasse]. A la fin du XIXème siècle cette revue accueillit dans ses pages plusieurs articles sur les pratiques cynégétiques dans la région des monts Oural. Dans l‟un de ces articles, rédigé par L. Sabaneev lui-même et consacré à l‟extermination des loups dans la région, nous lisons le paragraphe suivant: «Les Baškirs se sont appauvris et de nos jours ils sont de simples pourvoyeurs d‟aigl es pour les Kazak. Ceci est
particulièrement vrai pour les Baškirs montagnards qui habitent les parties sud -est du district d‟Oufa et le nord du district d‟Orenbourg. Ces Baškirs cherchent dans les nids des aiglons, d‟habitude au début du mois du juin, et après les avoir élevés ils les amènent à Troitsk où ils les vendent 15 roubles l‟oiseau et parfois plus cher encore. Les femelles, qui sont plus grandes et plus fortes, sont davantage recherchées que les mâles. Les aigles qui viennent du sud de l‟Oural sont fort appréciés dans les steppes kazak et on les préfère aux aigles de l‟Asie Centrale qui sont plus petits et ne conviennent pas à la chasse du loup. Les aigles de l‟Oural appartiennent à l‟espèce dite Aquila chrysaetos ou kholzan tandis que les aigles de l‟Asie Centrale appartiennent à l‟espèce Aquila nobilis ou berkut »174.

Une autre description des aigles employés à la chasse nous vient du récit de l‟officier suédois Philip John von Strahlenberg qui pendant ses treize années de captivité en Russie élabora une sorte de thesaurus de l‟empire russe, y compris de la Sibérie et de la «Grande Tartarie». Ainsi apprenons-nous qu‟au début du XVIIIème siècle les «Tartars» de la Sibérie connaissaient trois sortes d‟aigles : bourkout, koutchougan et karakouch. Les aigles dits bourkout étaient les plus grands, «noirs comme le charbon» et ce n‟était que la cire du bec et des pattes qui était jaune-citron. Ces aigles habitaient les hautes montagnes et les grandes forêts. Les aigles dits koutchougan étaient plus petits que les aigles bourkout mais plus grands que les aigles karakouch. A ces derniers Strahlenberg donne le nom latin Aquila naevia
170 Dement‟ev 171

1966 : I, 294. Pallas 1794 : II, 306. 172 Levšin 1996 [1832] : 384. 173M. Ch. E. de Ujfalvy, De Paris à Samarkand. Paris: Hachette, 1880; p. 58. 174 Sabaneev 1992 [1881] : 177 - 178.

75 (=Aquila clanga ou aigle criard). Les «Tartars» se servaient de ces trois sortes d‟aigles de la même façon que les Occidentaux se servaient des faucons175. En 1820, Egor Fedorovič Timkovski, lors de son voyage à Pékin réunit de nombreux renseignements sur les différentes contrées de l‟empire chinois. C‟est dans la partie consacrée au Turkestan chinois qu‟il cite le passage suivant traduit du chinois par N. Bičurin : «Le burgout, en russe berkout et en chinois khu tcha tiao, est un aigle noir, haut de deux ou trois pieds et doué
d‟une grande force dans les ailes. Il habite les montagnes lointaines du Turkestan. L‟aigle de la même esp èce qu‟on trouve à l‟ouest du Badakhchan où il porte le nom de syrym est encore plus grand et encore plus terrible quand il attaque; quand il vole il ressemble à un nuage. Il habite les montagnes et parvient à la grosseur d‟un chameau. Quand les habitants d‟un pays voient le berkout traverser les airs, ils se retirent dans leurs maisons: il attaque souvent des chevaux et des boeufs. Les grandes plumes de ses ailes ont huit à dix pieds de longueurs»176.

Un peu plus tard, en 1858/1859, Šokan Valixanov note à propos du Turkestan chinois : «Les rapaces sont nombreux dans les montagnes. Parmi les races que nous connaissons, mentionnons le gypaète
barbu (Gypaetus barbatus) qui dans les descriptions des Chinois prend la taille d‟un chameau; le vautour moine (Vultur fulvus), l‟aigle [berkut dans le texte] (Aquila chrysaetos), le faucon, l‟autour etc. L‟aigle dont les notables locaux se servent pour chasser les renards et les bouquetins est capturé surtout dans la région de Khotan; les faucons et les autours sont pris dans les bois de conifères du district de Aksu et ils sont apprivoisés par les gens de Kokand »177.

A ces deux témoignages s‟ajoute celui de l‟officier anglais J. Scully qui lors de son service comme médecin à Kachghar, au Turkestan chinois, trouva des loisirs pour s‟adonner à des observations naturalistes. Il s‟intéressa beaucoup aux oiseaux de ces contrées et il publia plus tard une liste des noms türk (néo-uygur) des oiseaux. En décrivant les dépouilles rapportées, il écrit à propos de l‟aigle178: «Aquila chrysaetus L.: this species is the celebrated birkut - the name by which the golden eagle is known in
Khokand and Western Turkestan generally; in Kashgharia however it is called qara-kush i.e., black bird. The trained bird is very common in eastern Turkestan, every governor of a district or town usually having several. It is said to live and breed in the hills south of Yarkand and near Khoten, where the young bird are caught, to be trained for purposes of falconry ».

Ajoutons ici un témoignage de la fin du XVIIIème concernant les Kalmouks, ou des Mongols occidentaux, qui depuis le début du XVIIème siècle peuplaient les steppes de la basse vallée du Volga, au nord de la mer Caspienne. Le naturaliste P. S. Pallas note à leur propos 179 : «Des activités sérieuses des Kalmouks, j‟en viens à leurs divertissements. Un amusement principal et aussi une
occupation alimentaire de tous les peuples nomades est la chasse, et les Kalmouks en pratiquent toutes les sortes. La chasse au vol est surtout un passe-temps des princes et des gens distingués pour l‟été. Ils dressent pour cela principalement des autours, et leur variété rare, totalement blanche, aussi les faucons sacres et quelques sortes d‟aigles - Falco fulvus, en kalmouk bürküt, et Falco hypoleucus - aussi différents petits oiseaux de proie. Ce sont

175 Strahlenberg 176 Timkovski

1736 : 360. 1993 [1820] : I, 414; Bičurin 1829 : I, 216. Quoique les traductions de N. Bičurin aient été publiées une dizaine d‟années plus tard, Timkowski a dû avoir accès à ses notes lors de son séjour à Pékin. 177 Valixanov 1985 : III, 113. Notre traduction. 178 Scully 1876 : 123. 179 Pallas 1776 : I, 147.

76
d‟habiles connaisseurs des faucons les mieux appropriés à la chasse, et ils les apprivoisent, presque à la façon des fauconniers européens, par la faim et le manque de sommeil »180.

Cette abondance des noms d‟aigles de chasse est due à une nomenclature encore incertaine et la plupart des noms que nous avons rencontrés se réfèrent aux différentes races, ou aux individus d‟âges différents ou bien de sexes différents de l‟aigle royal, Aquila chrysaetos 181 . Ainsi, les deux noms berkut et kholzan décrivent chez P. S. Pallas respectivement l‟aigle royal juvénile et l‟aigle royal adulte. Chez Sabaneev berkut décrit une race de l‟aigle royal de l‟Asie Centrale, de faible taille tandis que kholzan se réfère à la race de l‟Oural. Le mot berkut est un emprunt russe au türk. Quant au mot kholzan son origine est incertaine : il se rapproche du mongol xalzan «calvitie; tache claire au front des animaux domestiques, exemplairement le cheval» 182 . Le parallèle türk du mongol xalzan, kaška, désigne dans le vocabulaire des aigliers kïrgïz et kazak une race d‟aigles dont il sera question plus loin. Dans son dictionnaire du russe vernaculaire V. Dal‟ précise que c‟est un nom qu‟on rencontre surtout en Sibérie183. Il est possible que les parlers russes de Sibérie aient emprunté ce mot au mongol. Les deux noms berkut et kholzan désignent donc des aigles royaux de taille différente. Cette différence de taille peut être due soit à l‟âge, soit au sexe, soit au fait que les oiseaux appartiennent à des races géographiques différentes. Quoique la définition des races ait beaucoup changé, il est possible d‟effectuer certains recoupements. Ainsi le Falco fulvus que nous rencontrons tout d‟abord chez Pallas, puis chez Levšin, est décrit pour une première fois par Linné (Systema Naturae, 10ème édition, de 1758, p. 88), l‟oiseau type venant de l‟Angleterre. Plus tard, en explorant la faune du Turkestan russe S.A. Severcov attribue le nom de Aquila fulva intermedia (Vertikal’noe i gorizontal’noe rasprostranenie turkestanskix ţivotnyx de 1873, p.112) à une race d‟aigles rencontrée dans les plaines du Turkestan. Actuellement Falco fulvus L. et Aquila fulva intermedia Severcov sont considérés comme synonymes décrivant une même race d‟aigles et ils ont été remplacés par Aquila chrysaetos fulva. C‟est une race méridionale de faible taille qu‟on rencontre au sud de l‟Europe et de l‟Asie. Le nom Aquila nobilis a été utilisé par P. S. Pallas (Zoographia rosso-asiatica de 1811, p.338) pour décrire une race d‟aigles royaux dont l‟oiseau type venait de l‟Oural tandis que Aquila chrysaetos sans autre précision correspond à Falco chrysaetus L. (Systema Naturae, 10ème édition, de 1758, p. 88), l‟oiseau type venant de la Suède. Aquila nobilis Pallas et Aquila chrysaetos L. sont de nos jours réunis en Aquila chrysaetos chrysaetos L. ou aigle royal de l‟Europe du Nord qui est une race septentrionale et donc de taille plus importante. Pour revenir à nos auteurs, kholzan décrirait dans ce cas un aigle adulte, le plus vraisemblablement femelle et peut-être d‟une race septentrionale ou des montagnes, tandis que berkut se référerait à un aigle juvénile, ou bien mâle, éventuellement d‟une race méridionale. Rappelons nous que P. S. Pallas note un autre nom türk pour l‟aigle royal juvénile, kara čagïl, inspiré le plus vraisemblablement par le plumage bigarré de l‟oiseau immature184.
180

Ce témoignage de P. S. Pallas est repris quelques années plus tard par B. Bergmann: «Les faucons, les autours et diverses sortes d‟aigles, connus en russe sous le nom berkut, en latin comme Falco fulvus et en français comme Jean-le-Blanc sont capturés par les Kalmouks et utilisés comme oiseaux de chasse», cf. Bergmann 1804 : II, 187. B. Bergmann se trompe cependant en donnant aux aigles utilisés par les Kalmouks le nom français Jean-le-Blanc : le Jean-le-Blanc en question, décrit par Buffon dans Histoire naturelle des oiseaux, n‟est autre que le circaète Jean-le-Blanc, Circaetus gallicus, un oiseau qui n‟a jamais été utilisé en fauconnerie, cf. Buffon, G. L. Histoire naturelle des oiseaux, Paris: Imprimerie royale, 1770 - 1786, vol. 1, pp. 97 - 105. 181 Cf. Dement‟ev 1966 : I, 294. 182 Lessing 1966 : 922. 183 Dal‟ 1989 [1882] : IV, 558 184 Les deux parties de ce nom désignent une couleur: qara «noir» et čaġïl/čaŋġïl «couleur indéfinie tirant sur le blanc, sur le gris ou sur le bleu», cf. Yudakhin 1965 : 845 et infra II.5.10.1.

77 Il est plus difficile de se prononcer sur les noms d‟aigles rapportés par E. F. Timkovski. La glose chinoise est problématique : correspond-elle à hoang chou tiao [huáng shŭ tiaō], «aigle des rats jaune» du père David, qui est le nom chinois de l‟aigle criard, Aquila clanga185. Quant au mot syrym, nous ne le trouvons guère dans les langues türk. L‟indication que ce sont des aigles «de la même espèce» qui habitent les montagnes du Turkestan laisserait croire que nous avons affaire de nouveau à des races différentes de l‟aigle royal. Mais il ne faut pas oublier le témoignage de Valixanov qui remarque, à propos de la tradition chinoise qui est aussi à la base du récit de Timkovski, que l‟oiseau à qui les Chinois donnent la taille d‟un chameau est le gypaète barbu. Le nom syrym pourrait donc se référer au gypaète barbu. Parmi les données les plus intéressantes sont les notes de l‟officier suédois Strahlenberg. Ce dernier nous livre trois noms d‟aigles de chasse utilisés en Sibérie : bourkout, karakouch et koutchougan. Le premier bourkout sera le nom de la race locale de l‟aigle royal. Le deuxième, karakouch «oiseau noir», un aigle de faible taille, est identifié par Strahlenberg comme un aigle criard. D‟après Scully pourtant, les Türk de la région de Kachghar appellent ainsi la race locale de l‟aigle royal. Enfin, selon les ornithologues russes, les Türk donnent ce nom à l‟aigle impérial186. Nous reviendrons plus loin dans notre exposé sur les problèmes que pose l‟identification de « l‟oiseau noir» chez les Türk. Quant au troisième nom, si nous jugeons par les données dans les langues türk d‟aujourd‟hui, l‟oiseau dit küčügän était connu d‟un bout à l‟autre du monde türk. A l‟ouest le nom est attesté en ottoman, puis dans les dialectes turcs d‟Anatolie; à l‟est il est connu des Kazak et des Kïrgïz ainsi que des Türk de l‟Altay. Mais il est difficile d‟identifier l‟oiseau en question. Assez souvent ce nom semble désigner tout simplement un oiseau de proie de grande taille. Cet oiseau de proie devient, d‟une langue à l‟autre, soit un aigle, à queue blanche ou piscivore, soit un gypaète, soit un vautour :

185

David & Oustalet 1877 : I, 8. Si cette glose chinoise est correcte, le nom türk burgout désignerait au Turkestan chinois l‟aigle criard. S‟ajoute à cette hypothèse le témoignage de E. J. Harting: «The writer has been recently informed by Prince Boris Swiatopolk Cyetwertynski that in his opinion the species to which the name berkut is properly applied is not, as has been supposed by some authors, the golden eagle (Aquila chrysaetos L.), which the Russians call orel, but one of the smaller eagles, either Aquila naevia [aigle criard] or Aquila bonellii [aigle de Bonelli]. He adds however, that the young golden eagle in its ġrst or dark plumage is often called berkut. He describes the true berkut as being larger than a falcon but smaller than an eagle», cf. Harting 189 : 192. 186 Cf. Dement‟ev 1966 : I, 302.

78

güjügen güčän/güčügän küčügän küšigen küčügön küšigen / küšegen kičügen küčügen/küčigän

sorte d‟aigle sorte de gypaète sorte d‟aigle; aigle à queue blanche vautour moine gypaète barbu gypaète barbu; oiseau piscivore sorte d‟aigle gypaète barbu; oiseau de proie

Turc, dialectal187 Ottoman188 Teleut189 Kazak190 Kïrgïz191 Karakalpak192 Lebed193 Türkmen194

Selon Strahlenberg cet oiseau était employé à la chasse. Or, le gypaète et les vautours ne sont pas sujets à l‟apprivoisement. Les langues qui se servent du mot küčügen pour désigner le gypaète ou le vautour ont par ailleurs d‟autres noms pour ces oiseaux. Le mot küčügen dans ces langues (kïrgïz, kazak, türkmen) est de surcroît un mot archaïque pratiquement inconnu des locuteurs actuels. Revenons maintenant aux langues où ce mot désigne un aigle. Nos sources ne nous donnent que deux précisions sur la nature de cet aigle : soit c‟est un aigle à queue blanche (Lebed) soit c‟est un aigle piscivore (Karakalpak). C‟est ainsi que le nom küčügen a été le plus souvent considéré comme le nom du pygargue à queue blanche, Haliaeetus albicilla. Il est vrai que le pygargue, répandu d‟un bout à l‟autre du domaine türk, répond bien à cette description et de plus il a à peu près la même taille ou il est juste un peu plus petit que l‟aigle royal. Mais le pygargue, jusqu‟à preuve du contraire, n‟est pas sujet à l‟affaitage et les aigliers kïrgïz et kazak sont les premiers à l‟avouer. Rappelons ici que ce nom a été emprunté par le persan où kûčigân ou ‘ukâb-i kûčigân est le nom d‟un aigle dont la queue est courte et blanche, qui vole vite et qui chasse en couple des oiseaux aquatiques. Cet aigle serait le plus vraisemblablement le pygargue à queue blanche. Revenons aussi à la note de Pierre Amédée Pichot qui, en décrivant un aigle apporté du Turkestan chinois, le rapproche au pygargue à queue blanche. Dans l‟état actuel de nos connaissances nous ne pouvons qu‟avancer deux hypothèses : soit le pygargue à queue blanche a été sporadiquement utilisé comme oiseau de chasse autrefois, soit une race d‟aigles, originaire du Turkestan, est très proche du pygargue avec qui on peut le confondre facilement. Les dires des voyageurs confirment donc que l‟aigle, délaissé en partie par les notables türk qui lui préfèrent le faucon ou l‟autour, est un oiseau de chasse très apprécié en pays kïrgïz, au Turkestan chinois, dans les steppes kazak et dans les steppes d‟Astrakhan. On se servait de différentes races de l‟aigle royal, et en outre d‟oiseaux d‟âges différents et de sexes différents, d‟où une certaine confusion dans les descriptions des voyageurs. Certains d‟entre eux voient dans les aigles de chasse de faible taille soit des aigles criards soit des aigles impériaux. Enfin, une race d‟aigles de chasse, originaire du Turkestan, semble se rapprocher de près des pygargues.

187 188

DS 1963 : VI, 2208. Radlov 1893 : II 1645. 189 Radlov 1893 : II 1512. 190Kazak 1974 : II, 153 191Yudakhin 1965 : 474 192 Karakalpak 1958 : 346; Karakalpak 1967 : 1122; Baskakov 1951 : 18. 193 Baskakov 1985 : 163 194 Roux 1966 : 399; Kononov 1958 : § 600

79

II.4. Nomenclature türk des aigles
Avant d‟examiner le système de dénomination des aigliers kïrgïz et kazak, il faut examiner les noms dont les différentes langues türk se servent pour désigner les aigles. Nous étudierons tout d‟abord les noms d‟aigles en tant qu‟unités lexicales puis les usages de ces unités lexicales dans les nomenclatures scientifiques en türk. Ceci est indispensable pour deux raisons : comme turcologues ce sont ces noms que nous rencontrons dans nos lectures ou que nous entendons sur place; ceux d‟entre nous qui s‟intéressent de plus près aux oiseaux cherchent des renseignements dans la littérature ornithologique en langues locales. Il convient donc de bien connaître les noms communs et les noms scientifiques des aigles avant d‟accéder au système de dénomination des aigliers. Ce plan reflète le parcours que nous avons suivi dans les études qui ont précédé nos enquêtes. Comme tel, il a le mérite de nous mener étape par étape à la description des connaissances spécialisées, et nous permet ainsi d‟éclaircir des problèmes - tout d‟abord de portée générale puis de plus en plus spécifiques - au fur et au mesure qu‟ils se présentent.

II.4.1. Noms de grands oiseaux de proie
Les langues türk de nos jours disposent de plusieurs noms pour décrire les grands oiseaux de proie195 :
Oiseau de proie proche de si-murg persan zümrüd-ü anka Oiseau de proie proche de humâ persan «oiseau noir» karakuš garaguš karagus karakuš garaguš karakoš karagoš karakus karakus kara kuš kåra kuš kara kuš aigle kartal / burgut bergut/ gartal

Turc Azerî Nogay Kumïk Türkmen Čuvaš Tatar Baškir Karakalpak Kazak Kïrgïz Ouzbek Uygur Altay Yakut Tuvin Xakas

sumrug ămărtkayăk sämrug sämregoš zïmïran / süymürük samurïk zumuruk semurg simruke? qaŋ kerede

humay

kumay / biydayïk qumay / buudayïk kumåy

xara toyon ezir xara xus

bürgüt/ kartal pĕrhĕt börket börköt bürkit bürkit bürküt burgut bürgüt/ kara tar mürküt xotoy bürgüt

Dans les langues türk d‟aujourd‟hui sî-murg et qaŋ kerede gardent leur aspect fabuleux et sont des oiseaux qui appartiennent au folklore. Par contre, hûma devient dans plusieurs langues türk l‟un des noms pour «vautour» :

195

D’après Turc 1988 : 793; 805, 1679 ; Azeri 1977 : 154, 158 ; Nogay 1956 ; Pröhle 1991 : 48 ; Türkmen 1968 : 122, 155, 594, 706; Roux 1966 : 397 ; Sergeev 1968 : 50; Petrov 1986 : 26-27 ; Tatar 1984; Tatar 1977 ; Baškir 1954; Baškir 1964; Baškir 1993 ; Karakalpak 1958 et Karakalpak 1967 ; Kazak 1974 ; Yudakhin 1965 ; Ouzbek 1981, Ouzbek 1983 ; Scully 1880; le Coq 1913; Raquette 1927; Denison-Ross 1909 ; Baskakov 1964 ; Yakut 1968 ; Tuvin 1953 ; Čankov 1961.

80
kumay kumåy kumåy gummay Gyps hymalayensis: Gyps fulvus Gyps hymalayensis: Gyps fulvus Kïrgïz196 Ouzbek197 Ouzbek198 Türkmen, dialectal199

II.4.2. Noms réservés aux aigles
Quant à kartal, bürküt et kara kuš ce sont des noms qu‟on réserve aux aigles. Leur distribution géographique selon les différentes langues türk, de sud-ouest au nord-est, est la suivante:
Turc Azeri Nogay Kumïk Türkmen Tatar Baškir Karakalpak Kazak Kïrgïz Ouzbek Uygur Altay Tuvin Xakas kartal + + bürküt + + kara kuš + + + + + + + + + + + +

+

+

+ + + + + + + + + +

+

L‟azeri est la seule langue türk où les deux noms, gartal et bergut, existent côte à côte. Quant au turc, le mot burgut n‟est attesté qu‟en ottoman et on ne le trouve guère dans les dialectes turcs d‟aujourd‟hui. En türkmen, aussi, kartal n‟est attesté que dans une source de XVIIème siècle et il n‟est plus utilisé aujourd‟hui. Quant à bürküt et kara kuš, ils coexistent dans un grand nombre de langues türk, ce qui suggère que leurs emplois sont assez distincts pour justifier le maintien des deux mots. A la différence de l‟appellation kara kuš «oiseau noir», bürküt semble moins chargé de sousentendus symboliques. Ce nom se raccroche plus à un oiseau réel, l‟aigle, et le plus souvent à l‟aigle de chasse. Mais de même que le nom bürküt n‟échappe pas aux traditions mythologiques 200 , l‟appellation kara kuš servira sporadiquement pour désigner l‟aigle de chasse 201 . Le mot bürküt est le nom de l‟aigle royal dans la plupart des langues türk orientales202 :
Šukurov 1981 : 63. Bazarova 1978 : 153. 198 Ouzbek 1983 : 83. 199 Kurbanov 1971 : 77. 200 Nous le retrouvons par exemple parmi les oiseaux vénérés, ou oiseaux-totems, de certains clans türkmen et baškir, cf. Roux 1966 : 399-400; Kuzeev 1959 : 67. 201 Ainsi, dans un traité de fauconnerie, compilé par une certain Alï Qouchtchî qui était originaire du Turkestan oriental, les aigles sont décrits sous le nom de qara quš, cf. Hof mann 1968 : 86. 202 D’après Azeri 1977 : 158 ; Baškir 1954 : 323; Baškir 1964 : 490 ; Karakalpak 1967 : 583 ; Šukurov 1981 : 59 ; Kazak 1985; Liste 1978 ; Liste 1983 ; Scully 1880 : 210, le Coq1913 : 3 ; Tatar 1977 : I, 209 ; Dement‟ev 1952; Kühnert 1980 : 29.
196 197

81
bergut börköt bürkit Aquila chrysaetos Aquila chrysaetos Aquila chrysaetos Aquila chrusaetos Aquila chrysaetos Aquila chrysaetos Aquila chrysaetos Aquila chrysaetos Aquila chrysaetos Azeri Baškir Karakalpak Kïrgïz Kazak Ouzbek Uygur Tatar Türkmen

bürküt
bürkit burgut bürgüt börket bïrgut/ bïrgït/ burgut/ bürgüt

La forme du nom en azeri, bergut, n‟obéit pas à l‟harmonie vocalique et on peut se demander si cette forme ne vient pas du russe. L‟appellation «oiseau noir» a conservé beaucoup d‟ambiguïté. Son emploi varie d‟une langue à l‟autre et parfois à l‟intérieur d‟une même langue. D‟après Dement‟ev, en Asie Centrale türk on donne le nom kara kuš «oiseau noir» à tout aigle de grande taille autre que l‟aigle royal et plus particulièrement à l‟aigle impérial203. Ceci est vrai pour le türkmen et le kazak. En kïrgïz et en ouzbek, le nom kara kuš//kåra kuš est attribué à l‟aigle des steppes, Aquila rapax nipalensis, tandis que dans les dialectes uygur de Kachghar c‟est le nom de l‟aigle royal. Le tableau suivant montre l‟usage de l‟appellation «oiseau noir» dans les langues türk d‟Asie Centrale204 :
garaguš karagoš karagoš karagoš karakus karakus xara xus karakuš karakuš karagïs karaguš kara kus / kus kuzgun kara kuš kara kuš kåra kuš karakoš garaguš aigle aigle vautour, charognard aigle criard vautour, charognard aigle impérial aigle aigle des steppes aigle oiseau de proie aigle oiseau de proie oiseau de proie aigle royal; aigle aigle des steppes aigle nom pour tous les aigles de grande taille sauf l‟aigle royal. Azeri Baškir Baškir Baškir Karakalpak Kazak Xakas Kïrgïz Kumïk Nogay Nogay Uygur (Sarïgh) Uygur de Hami Uygur Ouzbek Tatar de Kazan Türkmen

Les données türk confirment l‟observation de G. Dement‟ev. Dans certaines langues cependant (baškir, karakalpak, sarïgh uygur) la signification de «oiseau noir» s‟étend pour inclure les charognards, y compris le milan ou le corbeau. Il est plus difficile de cerner le champ sémantique du mot «oiseau noir» pour les langues türk où nous n‟avons qu‟un seul nom pour «aigle» comme c‟est le cas du nogay, kumïk, xakas et le dialecte tatar de Baraba. Ainsi, les significations du kara kuš «oiseau noir» dans les langues türk peuvent être résumées comme suit :
Dement‟ev 1966 : I, 302. D’après Azeri 1987 : IV, 444 ; Baškir 1954 : 323 ; Baškir 1964 : 826 ; Kuzeev 1959 : 68 ; Baškir 1996 : 350 ; Karakalpak 1967 : 583 ; Karakalpak 1967 : 169, 976 ; Kazak 1985 ; Čankov 1961 : 511 ; Šukurov 1981; Dement‟ev 1940; Ïrsaliev 1966 : 209 ; Pröhle 1991 : 48 ; Baskakov 1940 : 214 ; Nogay 1956 : 385 ; Malov 1957 : 62 ; Malov 1954 : 159 ; Scully 1880 : 218; le Coq 1913 : 3; Raquette 1927 : 31 ; Ouzbek 1981 : II, 602 ; Dmitrieva 1981 : 151 ; Tatar 1955 : II, 390 ; Dement‟ev 1952 ; Kurbanov 1971 : 76.
203 204

82

SUPPRIME Arrêtons-nous sur les exemples de l‟uygur. Les dialectes uygur sont sans aucun doute les dialectes türk le plus abondamment décrits. Cela nous a permis d‟approfondir notre enquête sur les emplois des mots bürküt et kara kuš. Les résultats de cette enquête peuvent être résumés ainsi : - bürküt est le nom de l‟aigle royal dans le Lob-nor 205 et dans le dialecte Salar 206 . Les monographies existantes sur les autres dialectes uygur n‟attestent pas l‟emploi de ce mot. - dans les dialectes de Kachghar, de Yarkand et dans les parlers uygur de la vallée de l‟Ili le nom commun pour «aigle» est kara kuš «oiseau noir»207. De plus, c‟est le nom de l‟aigle royal dans les dialectes de Kachghar et de Hami208. - l‟aigle peut être appelé tout simplement kuš «oiseau» dans les dialectes de Kachghar, de Yarkand et de Guma209 : SUPPRIME Dans les dictionnaires de l‟uygur standard bürküt est traduit soit comme aigle210 soit comme aigle royal, Aquila chrysaetos, et il tend à remplacer kara kuš211. L‟emploi du mot kuš «oiseau» pour désigner l‟aigle est un emploi propre aux aigliers. «L‟oiseau noir» est tout d‟abord un rapace de grande taille puis un oiseau qui se nourrit de charogne, éventuellement un aigle. C‟est dans ce sens qu‟on se sert de cette appellation pour désigner l‟aigle comme oiseau de proie par opposition à l‟aigle comme oiseau de chasse. C‟est aussi à partir de cette opposition que les nomenclatures ornithologiques des langues türk ont essayé de se servir de l‟appellation kara kuš. En effet, aucune de ces nomenclatures n‟utilise kara kuš pour désigner l‟aigle royal considéré unanimement comme l‟aigle de chasse. On s‟en servira soit comme nom générique des aigles, par exemple en azeri, soit pour désigner les espèces d‟aigles autres que l‟aigle royal. Ainsi en baškir l‟appellation garakoš «oiseau noir» est attribuée à l‟aigle criard, en kazak et en türkmen elle désigne l‟aigle impérial tandis qu‟en kïrgïz et en ouzbek on s‟en sert pour nommer l‟aigle des steppes. Les emplois du nom kara kuš dans les nomenclatures modernes des langues türk sont résumés dans le tableau suivant :
Aigle criard Azeri Baškir Kazak Ouzbek Kïrgïz Türkmen karagoš Aigle impérial karagoš karakus kåra kuš kara kuš garaguš Aigle des steppes čöl garagušu

garaguš

205

Malov 1956 : 96. 1976 : 302. 207Raquette 1927 : 31; Malov 1961 : 126. 208Scully 1880 : 218; Le Coq 1913: 3; Malov 1954 : 159. 209Raquette 1927 : 31; Jarring 1951 : IV, 16. 210Denison-Ross 1909: 269; Nadjip 1968 : 218; Schwarz 1992 : 90. 211Denison-Ross 1909: 269; Nadjip 1968 : 218.
206Tenišev

83

II.4.3. Nomenclatures scientifiques des langues türk
Quelques langues türk où les travaux lexicographiques ont eu une certaine ampleur, et où on observe des tentatives de normalisation du vocabulaire ornithologique désignent les différentes espèces d‟aigles de la façon suivante :
Aigle criard Azeri Baškir Kazak Ouzbek Kïrgïz Türkmen čïgïrgan gartal bakrak börköt karagoš Aigle impérial mäzar gartalï ak yawrïn börköt karagoš karakus akiyïk (?)kirånkåra šakïldak garaguš Aigle des steppes čöl garagušu čöl gartalï dala börkötö (?)kïrankara kåra kuš čöl burguti kara kuš garaguš

Dans quelques exemples les noms türk sont calqués sur le russe. Ainsi au russe orelkrikun «aigle criard» correspond l‟azeri čïgïrgan gartal «aigle criard» et le baškir baqraq börköt, au russe orel-mogil‟nik «aigle des cimetières» ou aigle impérial correspond l‟azeri mäzar gartalï «aigle des cimetières». Le calque pour l‟aigle des steppes est plus intéressant puisque pour rendre le russe stepnoj orel «aigles des steppes» l‟azeri hésite entre le nom générique à choisir : ainsi l‟aigle des steppes est aussi bien appelé čöl gartalï «aigle des steppes» que čöl gara gušu «oiseau noir des steppes». II.4.3.1. Choix du baškir Le baškir distingue les aigles des montagnes, taw börkötö, des aigles des steppes, dala börkötö, une opposition que nous retrouverons chez les aigliers kïrgïz et kazak. L‟appellation dala börkötö est de plus en plus souvent traduite comme «aigle des steppes» et elle se raccroche d‟une façon stable à l‟espèce Aquila rapax orientalis. Quant au taw börkötö, c‟est l‟un des noms pour l‟aigle royal. Nous avons trouvé une seule description de l‟»oiseau noir» en baškir qui dit qu‟il s‟agit d‟un oiseau de proie de couleur noire, plus petit que l‟aigle royal, qui construit son nid aux sommets des arbres et chasse les oiseaux aquatiques212. Or, cette description convient aussi bien à l‟aigle impérial qu‟à l‟aigle criard. Tous deux sont plus petits que l‟aigle royal, leurs plumages sont plus sombres et tous deux construisent leurs nids au sommet des arbres. L‟imprécision de l‟appellation karagoš fait qu‟on cherche à s‟en débarrasser : ainsi on donnera à l‟aigle criard le nom de bakrak börköt et à l‟aigle impérial le nom de ak yawrïn börköt «aigle aux épaules blanches». II.4.3.2. Choix du kazak En kazak nous ne trouvons pas d‟appellation pour l‟aigle criard. Dans les nomenclatures ornithologiques en kazak l‟aigle impérial est appelé aussi souvent karakus «oiseau noir» que akïyïk «[aigle] aux épaules blanches». L‟appellation « aux épaules blanches» appartient au vocabulaire des aigliers où elle a un emploi particulier. Si nous la retrouvons dans la nomenclature ornithologique kazak c‟est qu‟au départ on croyait que les
212

Baškir 1993 : I, 637.

84 scapulaires blancs étaient caractéristiques de l‟aigle impérial. Depuis l‟avis des ornithologues s‟est nuancé et, comme nous le verrons, les scapulaires blancs peuvent être observés chez d‟autres espèces d‟aigles, et notamment chez l‟aigle royal. Les Kazak disent karakus pour les aigles qui sont attirés par la charogne et encore plus exactement pour ceux qu‟on aperçoit sur les dépouilles du bétail mort. Pour les aigliers cependant l‟oiseau noir n‟es t pas obligatoirement un charognard. Voilà comment cet oiseau est décrit par Beket Esentaev qui vit à Almatï mais qui est originaire de la région de Jambïl : «Les oiseaux noirs sont très nombreux, ils se distinguent des aigles par leur silhouette, par leur aspect extérieur.
En général il est possible de confondre un aigle et un oiseau noir, mais cela n‟arrive qu‟à ceux qui ne s‟y connaissent pas. Si non, ils sont très différents, l‟aigle et l‟oiseau noir. Pour commencer leurs croches sont différentes. Puis les queues: la queue de l‟oiseau noir est plus courte. Pour la taille, il y en des petits mais il y en a aussi des grands. Parmi les oiseaux noirs il y a ceux qu‟on appelle suw bürkit «aigles aquatiques». On en trouve dans la région dite Betpak dala. On les voit beaucoup au printemps, la naissance de leur queue est blanche. Leurs croches sont des vraies croches. L‟oiseau noir s‟attaque au lièvre, qu‟il le prenne ou qu‟il le rate, il s‟attaque au lièvre. Il lui arrive même d‟essayer de prendre le renard... Mais on ne chasse pas avec un oiseau noir, on ne le dresse pas, il ne s‟apprivoise pas »213.

L‟oiseau noir à queue courte est sans aucun doute l‟aigle impérial. Par contre, le fait que le pygargue à queue blanche, suw bürkit est considéré aussi comme une sorte d‟oiseau noir montre qu‟en kazak, comme en türkmen, l‟appellation karakus tend à désigner tout aigle de grande taille autre que l‟aigle royal Quant à l‟appellation kïrankara «noir hardi» il nous semble qu‟on doit lui reconstituer une forme plus complète qui est kïran kara kus «oiseau noir hardi». L‟épithète kïran est donnée aussi bien aux oiseaux de chasse qu‟aux chiens de chasse. Il évoque de nos jours toutes les qualités propres à un bon oiseau de chasse : rapidité, sensibilité, hardiesse. L‟opposition entre karakus et kïrankara réside donc dans le fait que l‟un, kïrankara [kus], est utile à la chasse tandis que l‟autre, karakus, ne l‟est pas. On peut se demander aussi si cette appellation n‟est pas inspirée par le nom latin de l‟aigle des steppes : Aquila rapax ou aigle ravisseur. Les aigles qui se maintiennent dans les étendues basses et qu‟on peut utiliser comme oiseaux de chasse sont appelés par les aigliers dala bürkiti «aigles des steppes». Nous donnons la parole encore une fois à Beket Esentaev qui décrit ces oiseaux : «Même si l‟aigle des steppes, dala bürkiti, est hardi, peu nombreux sont les aigliers qui l‟utilisent pour la chasse.
Je l‟ai vu dans la région de Jezkazgan. Il y avait là -bas un aiglier, Jusup Ermaz, il était aussi poète... Il en prenait des aigles des steppes, avec un piège... C‟est ainsi que j‟ai vu beaucoup d‟aigles des steppes. Quant à kïrankara il est différent, c‟est un vrai aigle »214.

En kazak donc nous trouvons deux appellations distinctes pour l‟aigle des steppes : kïrankara et dala bürkiti. D‟après B. Esentaev, ces deux appellations décrivent des aigles différents. La question se pose à savoir si les deux appellations se réfèrent aux deux sousespèces de l‟aigle des steppes qu‟on rencontre au Kazakstan : Aquila rapax orientalis ou aigle ravisseur et Aquila rapax nipalensis ou aigle des steppes à proprement parler. II.4.3.3. Choix de l’ouzbek En ouzbek, comme en kazak, la case réservée à l‟aigle criard reste vide tandis que les appellations «[oiseau] noir hardi» et «oiseau noir» sont inversées : kirånkåra est le nom de
213 214

C - Esentaev où le C majuscule renvoie au Corpus de nos enregistrements, cf. Annexes. C - Esentaev.

85 l‟aigle impérial et c‟est sous ce nom que nous le trouvons dans la liste des espèces protégées, tandis que kåra kuš est le nom de l‟aigle des steppes. En ouzbek aussi on cherche à se débarrasser de kåra kuš comme appellation ambiguë et l‟aigle des steppes est de plus en plus souvent appelé čöl burguti. II.4.3.4. Choix du kïrgïz En kïrgïz l‟appellation kïrankara n‟est pas utilisée. Dans la littérature ornithologique en kïrgïz l‟aigle impérial, Aquila heliaca, est désigné par le nom kara šakïldak215. C‟est un nom d‟origine onomatopéique et il semble être inspiré par le cri de cet oiseau que les ornithologues décrivent comme un aboiement répété ressemblant à celui du corbeau mais en moins grave216. En kïrgïz on évoque par le verbe šakïlda- un bruit comme le claquement des dents ou bien comme celui de la crécelle. Le même verbe s‟emploie par ailleurs pour décrire les bavardages de celui que nous appelons en français « un moulin à paroles». Le nom kïrgïz de l‟aigle impérial se traduirait bien comme «[aigle] noir bruyant».Voilà comment l‟un de nos informateurs décrit cet aigle : «C‟est un aigle aquatique. On l‟appelle aussi kara šakïldak «[aigle] bruyant noir». C‟est un aigle aquatique, s‟il
y de l‟eau, il se nourrit de poisson. S‟il n‟y a pas d‟eau, dans les endroits secs, il se nourrit des restes. Il est de la même nature que les vrais aigles. Il leur ressemble. J‟ai vu des aigliers peu expérimentés qui se promenaient avec un tel aigle au poing en disant: «Moi aussi, j ‟ai un aigle». C‟est qu‟il est tout à fait comme un vrai aigle, et les ailes et le bec sont comme chez les vrais aigles mais sa race s‟est affaiblie et n‟étant plus capable de prendre quoi que ce soit il est devenu comme les vautours, il leur ressemble. On le voit d‟ailleurs assez souvent avec les vautours. Au printemps il s‟empare parfois des marmottes prises au piège par les chasseurs »217.

Trois points attirent notre attention : 1) l‟aigle noir bruyant est décrit comme un oiseau aquatique qui se nourrit sporadiquement de poisson; 2) cet oiseau se nourrit aussi de charogne; 3) on peut facilement le confondre avec un aigle de chasse comme cela arrive aux aigliers peu expérimentés. Ajoutons enfin qu‟on appelle parfois cet aigle sazdïn kara šakïldagï «[aigle] noir bruyant des roseaux». Voilà la description de cet oiseau faite par l‟aiglier Moldogazï, de la vallée du Jumgal, et notée par A. Akmataliev : «L‟aigle qu‟on appelle sazdïn kara šakïldagï «[aigle] noir bruyant des roseaux» je ne fais pas que le connaître, je
l‟ai même apprivoisé. Le pauvre, tout ce qui l‟intéresse ce sont les canards et les poissons. Il lui arrive même d‟avaler de la rhubarbe. C‟est un oiseau faible, il suit longtemps ses parents et se nourrit de ce qu‟ils prennent»218.

Les aigliers kïrgïz connaissent enfin un aigle appelé kara toonun karkïldak «[aigle] bruyant des montagnes noires» c‟est-à-dire des montagnes basses dont la couche de neige fond en été. C‟est un aigle hardi qu‟on utilise comme oiseau de chasse219. Les ornithologues ont constaté que l‟aigle impérial ne se reproduit que dans le nord du Kïrgïzstan où il privilégie la vallée du Narïn et les piémonts des chaînes qui bordent le lac Ïssïk-köl220. C‟est un oiseau qui aime les plaines boisées, les steppes parsemées d‟arbres ou, en Asie Centrale, les steppes désertiques. Ses proies habituelles sont les rongeurs et les oiseaux de taille modeste. Il avale volontiers de la charogne. Nous ne trouvons aucune
Ïrsaliev 1969 : 206; Aldašev 1992 : 31. Ïrsaliev 1969 : 206 - 207. 217 C - Osmon uulu. 218 Akmataliev 1993 : 218. 219 Kenenbay uulu 1995 : 69. 220 Ïrsaliev 1969 : 206.
215 216

86 mention du fait que cet oiseau peut être de temps en temps piscivore 221 . Comparons maintenant avec les descriptions ornithologiques de l‟aigle criard, Aquila clanga. Tous les ornithologues s‟entendent à dire que c‟est un aigle rare au Kïrgïzstan. On le voit le plus souvent pendant les périodes des migrations et, d‟après quelques observations qui nécessitent confirmation, il nicherait dans les parties orientales du Tien Shan222. Son régime alimentaire ressemble à celui de l‟aigle impérial puisqu‟il se nourrit essentiellement de rongeurs et d‟oiseaux de petite taille. Mais les aigles criards dans la vallée du Syr-Daria ramassent les poissons morts sur les rives223. De plus, c‟est un oiseau qui est inféodé aux cours d‟eau ou aux marais et les contrées boisées qu‟il choisit sont toujours situées à proximité de l‟eau. Si nous retournons aux descriptions que les aigliers font de l‟aigle «noir bruyant» et notamment aux mentions que c‟est un aigle piscivore nous constatons qu‟elles ne conviennent pas à l‟aigle impérial. Par contre, nous y reconnaissons assez facilement l‟aigle criard. Il existe donc une hésitation sur les aigles qu‟on appelle «bruyants» šakïldak /karkïldak qui sont décrits comme des aigles impériaux par les ornithologues tandis que les descriptions des aigliers renvoient aux aigles criards. L‟appellation kara kuš «oiseau noir» désigne dans la littérature ornithologique l‟aigle des steppes. Les aigliers ne sont pas unanimes dans leurs descriptions de l‟oiseau noir. A la question «Y a-t-il une différence entre l‟aigle et l‟oiseau noir», Kutuldu Süleymanbekov, de la rive sud du lac Ïssïk-köl, s‟est empressé de répondre que «Il y a mille différences entre l‟oiseau noir et l‟aigle». La seule différence qu‟il a pue définir cependant était la différence de taille : l‟oiseau noir est plus petit que l‟aigle. A la question si l‟oiseau noir peut être hardi, c‟est-à-dire un oiseau de chasse, il répondit avec quelques hésitations que certains oiseaux noirs, si l‟on sait comment faire, peuvent être des oiseaux de chasse 224. L‟un des disciples de Kutuldu Süleymanbekov, Sagïmbay Zarïnaev, décrit ainsi l‟oise au noir : «Il est plus petit que l‟aigle, il est hardi, on peut chasser avec un oiseau noir, il prend les canards, les oies et les faisans»225. Les descriptions des aigliers encore une fois ne s‟accordent que difficilement avec celles des ornithologues : l‟oiseau noir des aigliers se rapproche davantage de l‟aigle impérial, ou bien de l‟aigle criard. II.4.3.5. Récapitulations Les noms türk pour «aigles» sont au nombre de quatre : kara kuš, bürküt , kartal, küčügön. Le mot kartal est le nom des aigles à l‟ouest du domaine türk, en turc de Turquie et en azeri; dans les langues türk orientales, ce mot est remplacé par le mot bürküt. Quant à küčügön et kara kuš, les deux mots sont répandus d‟un bout à l‟autre du m onde türk. Tous les deux ont des champs sémantiques quelque peu flous : ils désignent un oiseau de proie de grande taille qui est attiré par la charogne. Le mot küčügön est peu utilisé de nos jours tandis que kara kuš est encore très présent dans les langues parlées. Les nomenclatures ornithologiques türk sont élaborées à partir de ces quatre unités lexicales. Dans les langues türk orientales le nom bürküt dénote d‟une façon assez stable l‟aigle royal, Aquila crysaetos. A l‟emploi stable du nom bürküt s‟oppose celui du nom kara kuš qui peut désigner tout aigle de grande taille, y compris le pygargue, autre que l‟aigle royal. D‟une nomenclature à l‟autre le syntagme kara kuš est attribué à des espèces différentes : aigle impérial ou aigle criard en baškir; aigle impérial ou aigle des steppes en türkmen, aigle des steppes en ouzbek et en kïrgïz, aigle impérial en kazak. Ce qui suggère que dans la langue parlée l‟aigle criard, l‟aigle impérial et l‟aigle des steppes sont le plus souvent confondus et
Ïrsaliev 1969 : 209; Dement‟ev 1966 : I, 306. Ïrsaliev 1969 : 215. 223 Ïrsaliev 1969 : 216. 224 C - Süleymanbekov. 225 C - Zarïnaev.
221 222

87 tous les trois sont communément appelés kara kuš. L‟ambiguïté de l‟appellation kara kuš est mal tolérée par les nomenclatures scientifiques qui tendent à s‟en débarrasser en la remplaçant par des noms calqués sur le russe : čïgïrgan gartal et bakrak börköt pour l‟aigle criard en azeri et en baškir; čöl gartalï, dala börkötö et čöl burguti pour l‟aigle des steppes en azeri, baškir et ouzbek. En ouzbek, en kazak et en kïrgïz les nomenclatures ornithologiques cherchent à accroître le nombre d‟unités lexicales disponibles et en ajoutent trois nouvelles : akïyïk «[aigle] aux épaules blanches», kïrankara «[aigle] noir hardi» et šakïldak ou «[aigle] bruyant». Le premier, «[aigle] aux épaules blanches», vient du vocabulaire des aigliers et il est utilisé dans les nomenclatures ornithologiques kazak et baškir pour désigner l‟aigle impérial. L‟origine du deuxième, «[aigle] noir hardi», est incertaine et cette origine incertaine se répercute sur son emploi : en kazak c‟est un nom pour l‟aigle des steppes tandis qu‟en ouzbek c‟est un nom pour l‟aigle impérial. Enfin, le nom donné à l‟aigle impérial par la nomenclature ornithologique kïrgïz, šakïldak ou «[aigle] bruyant», continue à avoir un emploi indépendant dans la langue parlée où il désigne plutôt l‟aigle criard. Cet emploi instable des unités lexicales disponibles se retrouve dans le choix du nom générique que les nomenclatures attribuent aux aigles pour les distinguer des autres oiseaux de proie226 :
Aigle royal bergut amărtkăyăk börket börköt bürgüt burgut bürküt bürkit bürküt Aigles gartal amărtkăyăk227 ?börket229 börköt, karagoš garaguš230 burgutlar231 bürküt bürkitter232 bürküt Oiseaux de proie yïrtïjï gušlar alïjï gušlar `sătkăn vesenkayăksem228 yertkïč kos yïrtkïs koš yirtkič kušlar alaman kuš, yirtkuč kuš jïrtkïš, algïr kustar, kïran jïrtkïč kuštar algïr kïraan

Azeri Čuvaš Tatar Baškir Türkmen Ouzbek Uygur Kazak Kïrgïz

Quoique la plupart des langues türk (čuvaš, ouzbek, kazak, kïrgïz, peut-être tatar) choisissent le nom de l‟aigle royal comme nom générique des aigles, les raisons de ce choix
226

D’après Petrov 1986; Čuvaš 1928 : I, 205; XIV: 268 ; Tatar 1955 : II, 390 ; Baškir 1954 : 13, 441 ; Ouzbek 1971; Ouzbek 1954 : 44 ; Denison -Ross 1909: 269; Nadjip 1968 : 218; Schwarz 1992 : 65, 90 227 Ce mot est aussi présent dans les noms du pygargue - tinĕs ămărtkăyăkĕ «aigle de mer» et de l‟aigle impérial - vile ămărtkăyăkĕ «aigle des cimetières». 228 Groupe nominal qui rend en čuvaš le sens du turc alïjï ou yïrtïjï. 229 Le nom du gypaète en tatar est bärän börkete «aigle des agneaux» ou bäränqaraq «celui qui dérobe les agneaux», cf. Tatar 1955 : I, 63 tandis que le syntagme aw börkete désigne non seulement un aigle de chasse mais aussi un faucon de chasse, c‟est-à-dire que ce syntagme correspond au français «oiseau de chasse», cf. Tatar 1966 : 93. 230 Une phrase extraite du journal «Pionnier», cf. Türkmen 1962 : 117, un journal bien éducatif si l‟on juge par son titre, établit une liaison, aussi contestable qu‟elle puisse paraître, entre bürgüt et garaguš. Ainsi nous lisons: yöne ġaraġušlarda bürgütlerden bašġa bir näče ayratïnlïq bar «Mais les oiseaux noirs (les aigles?) ont, à part l‟aigle royal, quelques autres variétés». 231Ainsi le pygargue (Haliaeetus) est appelé soit suvburgut « aigle aquatique» soit deŋiz burguti «aigle de mer», cf. Ouzbek 1971 et Ouzbek 1954 : 489; le nom du circaète Jean-le-Blanc est ilan burguti «aigle serpentaire». 232 Y compris les pygargues connus en kazak sous le nom suw bürkit «aigle aquatique».

88 semblent différentes. Pour certaines des langues türk (tchouvache, tatar, peut-être baškir et ouzbek) ce choix est lexicographique puisque la nomenclature des aquilidés repose sur une dérivation qui consiste à ajouter un déterminant au nom générique. Dans ce type de nomenclature les pygargues sont presque toujours assimilés aux aigles. Il en va de même avec d‟autres oiseaux de proie : le gypaète et le circaète Jean-le-Blanc. En kïrgïz et en kazak par contre le choix du nom de l‟aigle royal comme nom générique des aigles peut s‟expliquer par l‟importance de l‟aigle royal comme oiseau de chasse. Dans ces mêmes langues en effet les noms des autres espèces d‟aigles ne sont pas dérivés du nom générique. Par contre, les noms des pygargues et du circaète Jean-le-Blanc sont dérivés du nom pour l‟aigle royal. N‟oublions pas cependant que pour la plupart des langues le nom générique des aquilidés est le fruit d‟efforts délibérés afin d‟élaborer des nomenclatures scientifiques et que dans la pratique les aquilidés, ou les différentes espèces d‟aigles, les pygargues et peut -être quelques autres oiseaux de proie (gypaètes, circaètes) ne semblent pas avoir de nom commun, comme le confirment par ailleurs les données baškir et uygur. La différence entre les nomenclatures ornithologiques et les langues vernaculaires est représentée dans le schéma suivant : SUPPRIME Les vicissitudes qui accompagnent les ébauches des nomenclatures scientifiques ont été critiquées, pour l‟ouzbek, par Bazarova 233 . Pour élaborer ces nomenclatures les lexicographes ont cherché des noms soit dans le vocabulaire des aigliers, pour le kïrgïz et le kazak, soit dans les parlers locaux, pour les autres langues türk. C‟est ainsi que certains noms vernaculaires ont été attribués artificiellement à des espèces d‟aigles sans tenir compte de leur usage courant. Ce qui explique qu‟aujourd‟hui les nomenclatures ornithologiques comportent un nombre important de doublets. De plus, certains aigliers ont recours de nos jours aux noms de la nomenclature et cette interaction entre systématique et vocabulaire traditionnel contribue aux ambiguïtés dans la nomenclature des aigles.

II.5. Système de dénomination des aigliers
Avant de décrire le système de dénomination nous allons attirer l‟attention sur la morphologie de l‟aigle et la façon dont les aigliers analysent et nomment les différentes parties de l‟oiseau. Cette introduction est indispensable puisqu‟une grande partie des noms donnés aux aigles font allusion à leur morphologie. Mais, tout en tenant compte des caractéristiques morphologiques ou de comportement des différents oiseaux, le système de dénomination des aigliers distingue tout d‟abord les aigles selon leur sexe et selon leur âge ou, plus précisément, selon le nombre de mues que les oiseaux ont subies. Après avoir présenté la morphologie de l‟aigle nous allons donc aborder successivement les noms donnés aux aigles de sexe différent (II.5.3) puis les noms qui décrivent les mues successives des aigles de chasse (II.5.4.). Ce n‟est qu‟ensuite que nous étudierons tout d‟abord les catégories d‟aigles selon l‟habitat puis les noms des différentes races d‟aigles qui forment le vrai noyau de la nomenclature des aigles. Si les noms donnés au mâle et à la femelle sont peu nombreux, il n‟en va pas de même pour les noms des différentes mues. Les aigliers kazak savent décrire jusque vingt mues tandis que les aigliers kïrgïz ne vont pas au delà de cinq ou six mues. Ajoutons que les noms des mues peuvent varier d‟une région à l‟autre. Il en résulte un nombre important de termes dont l‟analyse lexicographique ne s‟avère pas toujours facile. Nous précisons autant que possible la
233

Cf. Bazarova 1978.

89 signification des différents termes puis les régions où ils sont utilisés. Tous les noms des mues peuvent servir d‟appellations c‟est-à-dire qu‟on peut présenter un oiseau en l‟appelant par le nom de la mue qu‟il vient de subir. D‟où la nécessité de connaître le vocabulaire des mues et faire la différence entre les noms des mues et les noms des vraies «races». Notons enfin que la description physiologique que nous allons présentée dans les paragraphes suivants n‟est possible que grâce à un contact étroit avec l‟oiseau qui est perché au bloc, à la portée de la main. Les détails qu‟elle fait ressortir ne sont pas des détails observés sur des oiseaux en vol ou des oiseaux qu‟on voit dans la nature. Cette proximité est soulignée aussi par la façon dont on mesure les parties du corps de l‟oiseau : toutes les mesures sont des mesures à partir de la main, et pour les prendre on lui tâte les cuisses, on introduit les poings entre les cuisses.

II.5.1. Description physiologique de l'aigle
Il va sans dire que les aigliers savent décrire leurs aigles du sommet de la tête jusqu‟aux croches des doigts. La matière première du vocabulaire descriptif est constituée des mots qui, dans leur plus grande partie, servent aussi bien à détailler l‟homme que les animaux, domestiques ou sauvages. Peu nombreux sont les termes qui sont propres à la chasse au vol et qui ne sont pas utilisés hors de ce domaine. Mais les aigliers gèrent habilement la matière première de leur vocabulaire descriptif et se servent d‟expressions qui rendent singulière leur façon de décrire les oiseaux. La morphologie de l‟aigle est analysée de façon systématique même si certaines parties du corps attirent l‟attention beaucoup plus que d‟autres. Cette analyse est effectuée, tout d‟abord, à des buts pragmatiques puisqu‟elle permet d‟évaluer les aigles qu‟on vient de capturer et de ne retenir que ceux qui pourront devenir des oiseaux de chasse. La connaissance approfondie de la morphologie de l‟aigle est donc indispensable. Si, pour les faucons et les autours, presque tous les individus rencontrés dans nos régions seront potentiellement des oiseaux de chasse, cela n‟est plus vrai pour les aigles. Il y en a qui ne s‟apprivoisent parce qu‟ils sont trop farouches. D‟autres n‟obéissent qu‟après un affaitage long et fatigant. Il y en a qui, tout en s‟adoucissant, ne chasseront jamais pour leur maître. D‟autres ne donneront que des oiseaux de chasse de qualité médiocre, incapables de s‟attaquer au renard ou au loup. En examinant de près les aigles sauvages les aigliers cherchent à connaître leurs points forts et à deviner leurs comportements. Ceci afin d‟échapper aux peines inutiles d‟un affaitage fastidieux, ou aux désenchantements futurs lors des randonnées cynégétiques. La longue pratique de l‟évaluation des aigles sauvages aboutit tout d‟abord à la constitution d‟une liste de traits morphologiques qui sont significatifs («yeux blancs», «langue noire», «épaules blanches», «queue courte», etc.) puis aux coïncidences répétées entre un trait morphologique et certaines qualités de l‟oiseau (les aigles aux «yeux blancs» sont difficiles à apprivoiser mais ce sont des chasseurs intrépides; les aigles à la «langue noire» s‟apprivoisent facilement et chassent remarquablement, etc.). Si pour une partie les aigliers se servent de traits morphologiques connus et pris en compte par les ornithologues (taille de l‟oiseau, longueur relative des ailes et de la queue, coloration du plumage, couleur du bec et de la cire), ils en ont aussi d‟autres qui leur sont propres et qui ne sont pas exploités par l‟ornithologie moderne (couleur de la langue, couleur des yeux). La morphologie d‟un aigle de chasse est donc la morphologie d‟un aigle étudiée et décrite à des fins pragmatiques. II.5.1.1. La tête et sa forme

90 La tête, ou la chef, de l‟aigle, bas // baš234 est décrite tout d‟abord par son contour qui inclut le sommet töbe // töbö, le front maŋday // maŋday, les tempes šeke // čeke et l‟occiput ou la nuque šüyde // čüylü. C‟est à partir du contour de la tête que les aigles sont divisés en deux catégories : baka bas // baka baš «à tête de grenouille» et jïlan bas // jïlan baš «à tête de serpent». Et les aigliers kazak et les aigliers kïrgïz disent unanimement que les aigles «à tête de serpent» sont meilleurs que les aigles «à tête de grenouille»235. Selon certains aigliers, un contour de la tête dit «tête de serpent» permettra de reconnaître la femelle de l‟aigle, tandis que le contour dit «tête de grenouille» est un indice qu‟on a affaire au mâle. Par ailleurs, on peut décrire la tête d‟un aigle comme : - uzïn bas «tête allongée» qui est partiellement synonyme de «tête de serpent» ou bien kïska bas «tête raccourcie» qui, pour sa part, se rapproche de «tête de grenouille»236. - bašï joon «à tête massive» / bašï čoŋ «à tête grande», qui sont des variations libres sur «tête de grenouille»237 et qui s‟opposent à bašï ičke / bašï učtuukuy «à tête effilée» de la même façon que «tête de serpent» s‟oppose à «tête de grenouille»238. En kïrgïz, on distingue certains aigles par leur tête «ronde comme l‟oeuf de la poule», tooktun jumurtkasï sïyaktuu togolok239. Chaque élément qui contribue au contour de la tête peut être pris à son tour comme critère de description : šošak töbeli «au sommet bombé» ou jalpak töbeli «au sommet plat»240; šüydeli «à la nuque bombée» ou šüydesiz «à la nuque aplatie»; šekeli «aux tempes seyantes» ou šekesiz «aux tempes écrasées»; šot maŋday «au front seyant » ou jazïk maŋday «au front plat». SUPPRIME La tête de l’aigle II.5.1.2. Les yeux et leurs couleurs Le contour de l‟oeil köz // köz est analysé plus sommairement : on mentionne les paupières kabak // kabak, sans distinguer la paupière supérieure de la paupière inférieure, puis les pupilles janar // karek. Quand les aigliers disent «paupières» ils sous-entendent souvent «arcades sourcilières» : parmi les aigles ils apprécient ceux qui ont les arcades sourcilières saillantes et un peu basses de sorte qu‟elles ombragent partiellement l‟arrière des yeux. Les aigles dont les yeux sont dégarnis et dégagés, chez qui les arcades sourcilières sont hautes et peu saillantes, sont appelés jaydak kabak «aux yeux dégarnis» et sont considérés comme de mauvais chasseurs241. Mais ce qui importe le plus dans les yeux de l‟aigle est leur couleur. Alors que les ornithologues ne décrivent aux aigles que des yeux jaunes, avec des variations minimes de nuances, les aigliers discernent dans leurs oiseaux des yeux de toutes les couleurs. Ces couleurs se réfèrent au cercle orbital et non pas à l‟iris. La membrane nictitante n‟est pas prise en compte dans la définition de la couleur des yeux.

234Dans

la présentation de la physiologie de l‟aigle le nom kazak vient en premier séparé par deux tra its obliques du nom kïrgïz. Quand il existe plusieurs noms dans l‟une des deux langues, ils ne sont séparés que par un seul trait oblique. 235Babalïkov 1989 : 48; Yudakhin 1965 : 100; Biyaliev 1968 : 22; C 63, K. Abdïkalïkov. 236Babalïkov 1983 : 71. 237 C - Zarïnaev. 238 C - Zarïnaev. 239 Imankulov 1980 : 122. 240 Babalïkov 1983 : 71. 241 Babalïkov 1989 : 50.

91 Parmi les couleurs des yeux reconnues par les aigliers kïrgïz on trouve : ak köz «yeux blancs»242 ou ayran köz «yeux couleur du lait caillé»243, süttöy appak köz «yeux tout blancs comme le lait»244, akčïl «tirant sur le blanc», sarï ayran «jaune tirant sur le blanc», čegireek «jaunâtres»245, sarïgïč «jaunâtres», sarï čegir «jaune doré», kerireek «tirant sur le marron»246, kïzïl čegir «orangés», kïzgïltïm «carminés», kïzïl «rouges»247, čoktoy kïzïl «rouges comme la braise»248, köröŋ «bruns»249, suunun tereŋ irimindey köpkök «tout bleus comme un tourbillon d‟eau profonde» 250 , karajïl «noirâtres» 251 , kara «noirs» 252 . Chez les aigliers kazak nous retrouvons la même gamme des couleurs des yeux, depuis le blanc jusqu‟au noir, mais les noms de couleurs sont le plus souvent accompagnés par le mot šegir : ak šegir « blancs», sarï šegir «jaunes», kïzïl šegir «rouges», kök šegir «bleus». Ce n‟est que les yeux noirs qui sont appelés tout simplement kara köz «yeux noirs»253. Certaines de ces couleurs deviennent plus compréhensibles grâce aux comparaisons dont les aigliers se servent de temps en temps : ainsi disent-ils pour les yeux jaunâtres, koy közündöy sarïgïč «jaunâtres comme les yeux de mouton»254, pour les yeux blancs, ak čaŋgïl ečkinin közü sïmal «blancs comme les yeux de chèvre»255 ou bien karïškïrdïkïnday köpkök «tout bleus comme les yeux du loup»256. La couleur des yeux paraît si importante qu‟elle puisse être le trait spécifique d‟une race d‟aigles et, dans la pratique, plusieurs races d‟aigles sont nommées d‟après la couleur des yeux. Or, ces noms de couleurs ne sont pas utilisés uniquement pour décrire les yeux des aigles. Pour une partie ce sont des noms de couleur d‟usage général, qui s‟appliquent aussi bien à la couleur d‟un fruit qu‟à la couleur d‟un tissu; pour le reste, ils se réfèrent plus particulièrement à certains pelages des animaux domestiques, et le plus souvent aux robes du cheval. Nous ne saurions dire si la transposition d‟une couleur de robe du cheval aux yeux de l‟aigle influence son sens, mais des mutations sémantiques dans des cas similaires sont fréquentes dans les langues türk257. Quant aux yeux de l‟aigle, ce qui y spécifie partiellement l‟usage des noms de couleur est le mot šegir // čegir, sur lequel nous reviendrons en décrivant les races d‟aigles. II.5.1.3. Le bec et sa silhouette Le bec tumsïk // tumšuk / murun est l‟arme la plus redoutable de l‟aigle et les aigliers lui accordent une attention particulière. L‟admiration unanime pour le bec aquilin se lit tout d‟abord dans les euphémismes dont on se sert pour le désigner : bolat «acier», kök bolat «acier bleu» ou bien kanjar «poignard»258. On s‟intéresse ensuite à la taille et à la forme du
242 243

Soltonoev 1993 [1934] : II, 190 Karalaev 1952 : 8; C - Osmon uulu; C - Süleymanbekov; C - Abdïkalïkov. 244 Imankulov 1980 : 120. 245 C - Abdïkalïkov. 246 C - Abdïkalïkov. 247 C - Zarïnaev; C - Süleymanbekov; C - Abdïkalïkov; Soltonoev 1993 : II, 191. 248 Imankulov 1980 : 122; Karalaev 1952 : 8. 249 C - Zarïnaev. 250 Imankulov 1980a : 124; Karalaev 1952 : 8. 251 C - Zarïnaev. 252 C - Zarïnaev; Imankulov 1980 : 128. 253 Babalïkov 1989 : 50; C – Esentaev. 254 C -.Süleymanbekov. 255 Imankulov 1980 : 127. 256 Imankulov 1980 : 122. 257 Ainsi dans son étude sur les noms de couleur en türk, Laude-Cirtautas (1961) accepte un schéma qui lui permet d‟explorer des champs sémantiques selon qu‟elle à fair e avec les plantes, les animaux, les yeux etc. 258 Babalïkov 1989 : 48; Imankulov 1980 : 127.

92 bec. Un bec d‟aigle pourrait être décrit en kïrgïz comme joon tumšuk «bec massif» 259 , tumšugu dümpüy «bec courbé»260, kïska tumšuk «bec court»261 qui sont tous des becs propres aux aigles dits «tête de grenouille», puis uzun tumšuk «bec allongé»262, tumšugu učtuukuy «bec pointue»263 ou bien jïlanga okšoš tumšuk «bec qui ressemble au [museau du] serpent»264 qui sont des becs spécifiques des aigles dits «tête de serpent». Les aigliers kazak sont plus imaginatifs et ils différencient chez les aigles des «becs en sabre» - kïlïš tumsïk, des «becs en faucille» - orak tumsïk et enfin des «becs en trompette» - keškil tumsïk. De plus, la forme du bec prédit certaines qualités de l‟aigle de chasse : les aigles qui ont «le bec en sabre» s‟apprivoisent facilement, ils sont très intrépides et ne demandent pas beaucoup de soins; ceux qui ont «le bec en faucille» sont réputés comme oiseaux difficiles à apprivoiser, tandis que les aigles au «bec en trompette» sont appréciés pour leur rapidité265. Chez les aigliers kïrgïz nous rencontrons aussi les comparaisons du bec à un outil tranchant : baltaday jazï tumšuk «bec gros comme une hache», kanjarday uzun tumšuk «bec long comme un poignard»266. Mais il s‟agit dans ces cas d‟expressions libres et non pas de critères qui définissent la nature de l‟aigle de chasse. Les couleurs de la corne du bec tumsïk müyizi // tumšuktun müyüzü et de la cire, ou des commissures, du bec tumsïk ezüwi / awïz // uurt267 / ooz / oozdun jeegi268 sont importantes pour l‟appréciation de l‟aigle. On cherche surtout les aigles dont la corne du bec est «bleu métallisé» ou «bleu d‟acier» - kök tumsïk // kök tumšuk «bec bleu»269. Outre la couleur, on observe la forme de la cire et des commissures du bec. Chez les aigles qui s‟avèrent des chasseurs intrépides, disent les aigliers, la cire du bec est très étendue vers le sommet de la tête270. Puis on préfère les aigles dont les commissures du bec sont charnues et pendantes salpï ezüw «aux commissures du bec pendues» ou bien les aigles dont les commissures du bec sont étirées jusqu‟à l‟arrière de l‟oeil - sïzdïktï ezüw / jïrïk ezüw // jïrïk «aux commissures [du bec] fendues271. C‟était une qualité recherchée aussi par les fauconniers français qui disaient dans ce cas «avoir bouche large» ou «grande bouche»272. La forme des narines, ou des narilles, tanaw // tanoo/ köŋö /dem algan tešik, est aussi importante dans la pratique des ornithologues que dans celle des aigliers. Les aigliers apprécient les aigles qui ont les narilles larges, plutôt de forme ovale et dont la partie supérieure est un peu plus saillante. Ces narilles sont décrites comme japsar tanaw «narilles jointes» en kazak ou bien kenen tanoo «narilles larges» en kïrgïz et les aigles qui en sont pourvus sont considérés comme des oiseau de grande haleine, c‟est-à-dire que dans une poursuite il se fatiguent difficilement273. Quant aux aigliers kïrgïz, ils admirent beaucoup les aigles dont les narilles sont comme «fendues», jïrïk274. De plus, ils décrivent à certains aigles

259 260

C - Zarïnaev. C - Zarïnaev. 261 C - Jamanakov. 262 C -Zarïnaev; C - Jamanakov. 263 C -. Zarïnaev. 264 C -. Zarïnaev. 265 Babalïkov 1989 : 48 - 49. 266 Imankulov 1980 : 122. 267 C - Abdïkalïkov; Imankulov 1980 : 124. 268 C - Zarïnaev. 269 Babalïkov 1989 : 49; C - Zarïnaev; Balšenov 1979 : 297. 270 C - Süleymanbekov. 271Babalïkov 1989 : 49; C - Abdïkalïkov; Balšenov 1979 : 299; Simakov 1998 : 213. 272Cf. Viré 1961 : 83. 273 Babalïkov 1989 : 49; Karalaev 1952 : 10. 274 C - Süleymanbekov.

93 des moustaches, murut, qui se croisent au dessus du bec et qui semblent être des crins du lore, c‟est-à-dire de la partie qui sépare la narille de l‟oeil275. SUPPRIME Le bec et sa silhouette II.5.1.4. La langue et ses couleurs La langue - til // til, le gosier - tamak // tamak, ou le palais et la luette - taŋday sont examinés à cause de leur couleur. Les aigliers kazak comme les aigliers kïrgïz s‟accordent à dire que la langue et le gosier de certains aigles sont tout noirs, kapkara, ou bien «tout noirs comme couverts de suie», köö sïypaganday kapkara276. Ces aigles sont très appréciés comme oiseaux de chasse et souvent on leur accorde le statut d‟une race à part entière. De plus, les aigliers kazak assurent que la couleur de la langue donne des indices sur le tempérament de l‟oiseau : les aigles qui ont la langue rouge, kïzïl til, c‟est-à-dire la majorité des aigles, ne posent pas de problèmes particuliers lors de l‟affaitage; ceux qui ont la langue pâle ou grisâtre, boz til, sont difficiles à apprivoiser, ils sont exigeants et rebutés; enfin les aigles qui ont la langue noire, kara til, sont des aigles de bonne qualité puisqu‟ils sont endurants, faciles à apprivoiser et âpres à la proie277. II.5.1.5. Le cou et la crinière Le cou de l‟aigle moyïn // moyun est surtout remarquable par la crinière qu‟il porte : šuwda en kazak et jogdor en kïrgïz278. Mais, on s‟accorde à dire qu‟on aime bien les aigles qui ont le cou long «comme le cou de l‟oie», kaz moyïn ou bien le cou gracieux, koykoygon moyun279. C‟est le cou allongé par ailleurs qui permet de reconnaître l‟aigle royal en vol et de le distinguer de l‟aigle impérial dont la silhouette est plus raccourcie. Les aigliers considèrent que les aigles de bonne affaire ont les plumes de la crinière étroites et fines comme la soie jibektey ičke ou fines et pointues comme la langue de serpent - šanšarday jiniške, tandis que chez les aigles de mauvaise entreprise ces plumes sont grosses et arrondies 280 . Selon la longueur de la crinière les aigliers kazak distinguent des aigles à crinière courte - üzbe šuwda et des aigles à crinière longue - uzïn šuwda281. Partout on apprécie la crinière qui est bien fournie, épaisse, longue et pendante 282 . Enfin, la couleur de la crinière intervient dans la définition des races : on décrit des aigles à la crinière «toute rousse» - kïpkïzïl; «fauve» sarïgïč; «très pâle» - kupkuu et «noîratre» - karaljïn283.

275 276

C - Osmon uulu; Karalaev 1952 : 10. C - Abdïkalïkov; Imankulov 1980 : 121; Karalaev 1952 : 8. 277 Babalïkov 1989 : 49 - 50. 278 Babalïkov 1989 : 57; Biyaliev 1967 : 38; Imankulov 1980 : 125. En kazak le mot šuwda désigne aussi les poils longs du chameau. En kïrgïz čuuda qui désigne le plus souvent les poils longs du dessous et des pattes du chameau, mais non pas sa crinière, n‟est pas utilisé dans le vocabulaire des aigliers qui ont recours dans ce cas à un mot emprunté au mongol, jogdor. C‟est à l‟aide du mot jogdor qu‟on décrit de nos jours les crinières (chameau, aigle) ou les aigrettes (Demoiselle de Numidie). En mongol cependant zogdur désigne les poils longs pendus sur la partie inférieure du cou du chameau et, accessoirement, la crinière du lion, cf. Lessing 1960 : 1067. 279Karalaev 1952 : 8; Balšenov 1979 : 298. 280 C - Süleymanbekov; Imankulov 1980 : 125; Soltonoev 1993 [1934] : II, 191; Balšenov 1979 : 298. 281 Balšenov 1979 : 298. 282Babalïkov 1989 : 57; C 62, K. Abdïkalïkov. 283Imankulov 1980 : 125.

94 II.5.1.6. Le plumage du corps Même si le plumage de l‟aigle peut être décrit dans les plus petits détails, on se sert dans la pratique d‟un nombre réduit d‟éléments. Donnons tout d‟abord les noms kazak et kïrgïz des parties du plumage : - kanat // kanat : les ailes. - šalgï // čalgïn : les pennes c‟est-à-dire les rémiges primaires284. Dans le Thesaurus de Kâchgharî (XIème siècle) le mot čalgay désigne les bouts des ailes285. Le mot est attesté en tuvin: čalgïn «aile d‟oiseau»286. Dans la plupart des langues türk cependant ce mot décrit de nos jours soit la faux (baškir salgï, türkmen čalgï) soit l‟archet (turc čalgï). En kazak aussi šalgï désigne dans la langue courante soit la faux, soit l‟archet, soit les bouts des moustaches tandis qu‟en kïrgïz, hors du vocabulaire des aigliers, čalgï/čalgïn est le nom de la faux. Plutôt que de rapprocher ce mot de l‟archet ou de la faux, comme le font souvent les aigliers, il convient de voir en lui une ancienne racine *dal- , commune au türk et au mongol, que nous retrouvons d‟une part dans le türk čalgay «aile, bouts des ailes, rémiges», puis dalbay «leurre du fauconnier»287 et d‟autre part dans le mongol dalabči(n) «aile; tout ce qui ressemble à une aile»288. - jetim šalgï «les pennes orphelines» : les plumes attachées à l‟os dit «premier doigt» ou «pouce», les alulas, qui sont au nombre de cinq. - pïšak šalgï «la penne-couteau» : la première des rémiges primaires de l‟aigle, la plus forte, la plus courte et la plus pointue des rémiges primaires. - bes šalgï «cinq pennes» / kürek šalgï «pennes-rames» / sabaw šalgï «pennes battantes» // uzun čalgïn «pennes longues» : les rémiges primaires les plus longues, les cerceaux, au nombre de cinq pour chaque aile 289. Au Kazakstan et au Kïrgïzstan on prise beaucoup les aigles qui, perchés au bloc et regardés de dos, ont les pennes croisées de plus d‟un süyem (longueur égale à l‟espace entre le pouce et l‟index écartés)290. - kanattïn kïlïš kïrï «bord tranchant de l‟aile» / šalgïlardïn kïlïš kïrï «bord tranchant des pennes» // mürü «épaule»291 : les épaules ou les bords d‟attaque des ailes, les mahutes dans la langue des fauconniers français. - ara kanat «aile intercalaire» // kïska čalgïn «pennes courtes»292 : les quatre plumes (rémiges secondaires), ou les vanneaux, qui suivent les six rémiges primaires. - irge kanat «aile de base» // kerege čalgïn «aile du pourtour» / kïska kanat «aile courte»293 : le reste de rémiges secondaires, celles qui viennent après les vanneaux et que les fauconniers français appellent «dehais». - jün : les plumes du corps, tectrices. - jota jünderi : les couvertures humérales.

284 285

Babalïkov 1989 : 54; C 72, K. Abdïkalïkov. DS 1969 : 137. 286 Tuvin 1968 : 514 287 La leurre est une planchette recouverte par les ailes d‟un oiseau, exemplairement du pigeon, dont le fauconnier se sert pour rappeler son oiseau. 288 Lessing 1960 : 223. 289 Babalïkov 1989 : 54; Biyaliev 1967 : 99; Akmataliev 1993 : 144 290 Babalïkov 1989 : 52; C 58, D. Ïrsaliev. L‟expression «avoir pennes croisées» est utilisée aussi par les fauconniers arabes et français. Partout c‟est une marque de beauté, cf. Viré 1961 : 43. 291C - Osmon uulu; C - Abdïkalïkov; Soltonoev 1993 [1934] : II, 190 292 Babalïkov 1989 : 51; Biyaliev 1967 : 99. 293Biyaliev 1967 : 99; Akmataliev 1993 : 89. Les deux mots kazak renvoient à la structure d‟une yourte: irge désigne la partie basse ou les fondations tandis que kerege est le mot kazak pour «treillis».

95 - kaptal jünderi 294 : les dernières rémiges qui suivent les «dehais». Elles sont assimilées aux plumes du corps à cause de leur petite taille. - ič kanat «aile intérieur» : les couvertures sous-alaires295. - kirewke jünder «plumes-carapaces» // jamgïrlïk «plumes imperméables» / jamgïr «pluie» : les couvertures ou les plumes qui forment la couverture alaire296. - boor jünderi : les plumes du bas-ventre ou du brayer297 - balak jüni // balak jünü : les rectrices latérales ou «les culottes». - saŋgïrïk jün // saŋoor jünü : «plumes du cloaque» ou la couverture sous-caudale. Si elle est épaisse et remplit la poignée, c‟est un signe distinctif des bons aigles 298. En kazak saŋgïrïk désigne à proprement parler les fientes des oiseaux tandis que saŋguwïr est le nom pour cloaque. Les deux mots sont des dérivés du verbe saŋgïw- «fienter» qui n‟est utilisé que pour les oiseaux. Le kïrgïz saŋoor est le même que le kazak saŋguwïr «cloaque», mais il désigne uniquement la couverture sous-caudale. Or, nous trouvons en kïrgïz zaŋ «défécations» de même que zaŋdï- «déféquer» qui, quand ils ne sont pas remplacés par des euphémismes, peuvent se référer aussi à l‟homme. L‟hésitation entre s- et z- en initial, de même que le schéma morphologique des mots saŋguwïr / saŋoor, montrent que ce sont des emprunts au mongol. En effet, nous trouvons dans cette langue tout d‟abord saŋga«déféquer», puis saŋgasun «défécations»299. Le dictionnaire du xalx précise qu‟il s‟agit dans ce cas des «excréments des oiseaux de proie»300. Le nom du cloaque en kazak, saŋguwïr, vient du mongol saŋga- et -uur/-üür, le morphème dont on se sert pour obtenir les noms des outils à partir d‟un verbe, «ce dont on se sert pour expulser les fientes» dans notre cas. Le mot saŋga(g)uur cependant n‟est pas attesté dans les dictionnaires mongols à notre disposition. Mais nous aurons encore des exemples de mots dont le schéma morphologique indique une origine mongole et qui sont encore en usage parmi les Kazak et les Kïrgïz même si ils ne sont plus employés en mongol. Ceci peut s‟expliquer par le fait que ce sont des emprunts faits au mongol avant les XVI - XVIIème siècles. A partir du XVIème siècle l‟épanouissement du bouddhisme parmi les Mongol met fin à la pratique active de la chasse au vol et condamne à l‟oubli une partie du vocabulaire lié à cette activité. SUPPRIME Le plumage de l’aigle II.5.1.7. La queue - kuyrïk // kuyruk : la queue ou le balai. Chez l‟aigle le balai comprend douze, très rarement treize plumes. C‟est un parti pris parmi les aigliers que ce sont les oisillons seuls qui ont treize plumes dans la queue301. La queue de l‟aigle peut être longue, uzun kuyruk ou bien courte, kïska kuyruk, au bord arrondi, joru kuyruk «queue de vautour» ou bien au bord plat,

294Babalïkov 295

1989 : 52. C - Osmon uulu. 296 Babalïkov 1983 : 84 - 85; Biyaliev 1967 : 35, 99; C - Mambetbaev. Le kïrgïz jamgïrlïk vient de jamgïr «pluie» + LIk «morphème de généralisation» en l‟occurrence quelque chose dont on se sert pour se protéger de la pluie. 297C - Akmataliev; C - Abdïkalïkov 298 Babalïkov 1983 : 87, Biyaliev 1967 : 77; C - Osmon uulu; Imankulov 1980 : 123. 299 Lessing 1960 : 672. 300 Cevel 1966 : 468 301Akmataliev 1993 : 144.

96 ketmen kuyruk «queue-houe». On considère que les aigles à queue longue sont plus habiles en vol que les aigles à queue courte. - kuyrïktïn kaskasï / kuyrïktïn köbesi // kaška kuyruk : les deux rectrices centrales de la queue, les couvertes302. Il y a peu d‟aigliers qui sachent de nos jours décrire ou nommer toutes les plumes du plumage. Par ailleurs, le kazak et le kïrgïz n‟ont pas de mot particulier pour «plume». Pour dire «plumes», les aigliers ont le plus souvent recours à des procédés morphologiques 303 : ainsi le pluriel marqué de kanat «aile» - kanattar - désigne «les plumes des ailes», le pluriel marqué de kuyruk «queue» - kuyruktar - désigne «les plumes de la queue». Ou bien ils se serviront des classificateurs numériques et le plus souvent des mots tal «chose longue» ou čaktï «fois; nombre». Ainsi, les rémiges deviennent-elles kanatïnïn taldarï «les choses longues de ses ailes»304. A l‟occasion, les aigliers parleront de la crinière, des culottes ou bien de la couverture sous-caudale, mais le reste du plumage est résumé dans le mot jün utilisé aussi bien pour désigner la robe d‟un cheval, la toison d‟un mouton que les cheveux de l‟homme. Selon le contour des plumes du manteau les aigles sont divisés en deux groupes : (1) aux plumes étroites et pointues qu‟on appelle soit usak jün // ičke jün «plumes menues» soit tal japïrak jün «plumes-feuilles-de-saule»; (2) aux plumes grosses et arrondies dites soit iri jün // togolok jün «grosses plumes» soit torangï japïrak jün // terek jalbïrak jün «plumesfeuilles-de-peuplier». On préfère les plumes menues aux grosses plumes305. Ce qui est déterminant pour le plumage d‟un aigle c‟est sa couleur. Certes, la majorité des aigles appartiennent aux deux grandes catégories : «aigles fauves»- sarï bürkit // sarï bürküt, et «aigles noirs» - kara koŋïr bürkit / kara bürküt. Mais nous trouverons aussi des races d‟aigles dont le manteau est dit «roux», ou bien «gris», ou bien «bleu» etc. L‟analyse des nuances du manteau, et des noms de couleur qui les décrivent, s‟avère difficile. Les aigliers gardent jalousement une large palette de couleurs dont ils se servent pour décrire le manteau de leurs disciples et se contentent de dire que ces couleurs ne sont visibles qu‟à un oeil d‟aiglier :
« [Les nuances du manteau] ne peuvent pas être vues par tout le monde. On ne les voit que si on regarde avec un oeil d‟aiglier. Il y a des aigles qui sont bruns, il y a des aigles qui sont noirs, il y en a qui sont fauves... mais tout le monde ne voit pas ça. Il n‟y a que les aigliers qui s‟y connaissent »306.

De temps en temps les aigliers se laissent emporter par leur inspiration et nous livrent quelques secrets concernant le manteau. Certaines couleurs deviennent plus visibles à cause des comparaisons qu‟ils emploient. Ainsi le manteau dit «fauve bigarré», sarala ou «gris bigarré», bozala ressemble au manteau du hibou grand-duc - ükünün jündörü sïyaktuu sarala / ükünün jündörü sïyaktuu bozala307. Un manteau «fauve doré» a la couleur du fromage cuit ejigeydey sapsarï308. Mais ces occasions sont rares et il est difficile à donner des exemples qui illustrent la signification de tous les noms de couleur que nous entendons de la bouche des aigliers. Outre la couleur, les aigliers décrivent au manteau certaines bigarrures. Chez les Kazak on apprécie particulièrement les aigles dont les plumes du plastron ont des points pâles
Babalïkov 1983 : 87; Balšenov 1979 : 296; Imankulov 1980 : 127. C - Osmon uulu; C - Zarïnaev; C - Šapirov; C - Osmon uulu; C - Šakeev; C - Jamanakov. 304 C - Abdïkalïkov; Imankulov 1980 : 123. 305 Babalïkov 1983 : 85; Soltonoev 1993 51934] : II, 191. 306 C - Esentaev. 307Imankulov 1980 : 120, 127. 308Karalaev 1952 : 8
302 303

97 appelés ak buršak «grêle blanche». Les aigles qui ont ce type de plumage sont appelés šïnjïr balak šubar tös «[aigles à la] poitrine bigarrée [et aux] pattes [dont les plumes ont un dessin de] chaîne»309. Chez certains aigles le plastron est parsemé de plumes de couleur rousse dites kantamar «vaisseaux sanguins»310. Chez les aigliers kïrgïz on note la même particularité du plumage (jemsöödö on čaktï kïzïl jünü bolot «sur la gorge ils ont dix plumes rousses»), mais on n‟a pas un terme particulier pour le désigner311. Enfin, chez certains aigles juvéniles, la naissance blanche de la queue est couverte de bigarrures rassemblant à des giclées de sang. On appelle ces bigarrures bürkör en kïrgïz et pürker / bürker en kazak. Complétées par quelques autres traits distinctifs, elles définissent une race d‟aigles particulièrement hardis312. Nous trouvons aussi des races d‟aigles définies par la couleur distincte de la tête (la calotte et la crinière y compris), de la queue ou bien des culottes. Enfin, les aigliers apprécient les aigles dont le plumage paraît luisant, aux couleurs huilées, un plumage qui est «épais et imperméable comme le duvet d‟un canard gras », semiz üyrektin jünindey tïgïz313. Puis un plumage qui est raide, šoodurak, ou «dur comme le fer», kök temirdey berik, et qui produit un bruissement chaque fois que l‟aigle bat des ailes314. II.5.1.8. Jambes, doigts, croches Si le bec de l‟aigle déchire, c‟est avec les pieds et les croches qu‟il attrape et tue les proies. Leur force retient donc tout naturellement l‟attention des aigliers qui ont recours à une métrologie traditionnelle leur permettant de définir d‟avance les prouesses dont leur oiseau sera capable. Les pieds de l‟aigle sont divisés en : - but : «cuisses» à proprement parler mais le mot a des emplois très variés. Ainsi but désigne tout d‟abord les cuisses315 et dans ce cas les aigliers disent butu uzun «aux cuisses longues», butu kïska «aux cuisses courtes», butu joon «aux grosses cuisses», butu balban «aux cuisses fortes», butu arïštuu «aux cuisses bien fendues»316. Mais on se sert aussi souvent du mot but pour désigner les tarses317, c‟est-à-dire les endroits où on attache les jets, puis les doigts et les croches318. Dans ce dernier cas on précise la couleur de la cire : «jaune», ou bien «jaunâtre», ou bien «bleu»319. Enfin, but peut désigner soit les doigts soit les croches320. - san «cuisses» est utilisé davantage par les aigliers kazak. Ainsi, disent-ils šokpar san «aux cuisses en forme de masse d‟arme» pour les aigles qui ont les cuisses courtes et arrondies puis serke san «aux cuisses de bouc castré» pour les aigles qui ont les cuisses longues et musclées321. - ayak «pieds» est le plus souvent utilisé par les aigliers kazak et il a dans ces cas les mêmes emplois que le mot but chez leurs confrères kïrgïz322.
309Babalïkov 310Babalïkov

1983 : 86 1983 : 86 311Soltonoev 1993 [1934] : II, 191. 312Imankulov 1980 : 125; Balšenov 1979 : 300. Le kïrgïz bürkör et le kazak pürker / bürker sont absents des dictionnaires, mais ils se rapprochent du verbe bürkir- / bürkür- «asperger» qui est attesté en türk ancien, cf. DS 1969 : 133. 313Balšenov 1979 : 297 314Imankulov 1980 : 124; Soltonoev 1993 [1934] : II, 191; Balšenov 1979 : 298 315 C - Osmon uulu; C - Abdïkalïkov; Soltonoev 1993 [1934] : II, 190 316Imankulov 1980 : 123. 317 C - Osmon uulu; C - Süleymanbekov; C - Šapirov 318 C - Süleymanbekov; C - Abdïkalïkov 319Soltonoev 1993 [1934] : II, 190 320 C - Abdïkalïkov; C - Šapirov 321Babalïkov 1983 : 89 322C - Uzakov; C - Esentaev

98 - kol «bras» 323 est, dans le vocabulaire des aigliers, un synonyme de but et ayak. Comme les deux mots précédents, il désigne soit les cuisses 324 , soit les tarses 325 , soit les croches326. A la différence des fauconniers français qui distinguent exprès les «mains» du faucon des «pieds» de l‟autour ou de l‟aigle, une telle démarcation n‟est pas faite en kïrgïz ou en kazak. - aŋgar / iš : «entre-cuisses». On mesure l‟espace entre les deux cuisses, en y introduisant les poings, pour se rendre compte de la robustesse d‟un aigle : si l‟espace est plus grand ou égal à deux poings - c‟est un aigle fort, si l‟espace est inférieur à deux poings - c‟est un oiseau faible. De plus, pour décrire les aigles qui sont «bas-assis» ou «court-jointés», c‟està-dire qui ont les pattes courtes, on dira aŋgarï alšak «à l‟entre-cuisses bas»327. - baltïr : «mollets». Leur importance est double. Tout d‟abord, on les mesure lors de la capture de l‟aigle : plus ils sont gros, plus l‟aigle est apprécié 328. Les plus forts des aigles auront un mollet dont l‟épaisseur dépasse ou est égale à quatre doigts. C‟est pour des mollets de cette taille qu‟on dit piyaz baltïr «mollets-oignons». Si l‟épaisseur est égale à trois doigts, c‟est encore un bon aigle. Les aigles dont les mollets ne mesurent que deux doigts sont tout juste capables de prendre le renard329. Ensuite, c‟est en tâtant les mollets de son aigle que l‟aiglier sait si l‟oiseau est trop gras pour chasser ou bien s‟il est amaigri et âpre à la chasse. Enfin, on aime les mollets durs et musclés, les «mollets où on ne peut pas enfoncer les doigts», baltïrïna kol batpagan330, baltïrïna tutam batpagan331. Quant aux tarses, sïyrak // šïyrak332 ou bawtagar // bootagar «attache-jets»333 on les aime courts, robustes et couverts de plumes. Les doigts et les croches de l‟aigle sont désignés soit ensemble, par des noms généraux, soit ils sont distingués par des noms spécifiques : - tuyak «sabot» désigne dans le vocabulaire des aigliers soit les doigts soit les croches334 - šeŋgel // čeŋgel «crochet»335 est un nom, peu utilisé, pour les croches. Ces dernières sont soit intégrées dans le pied et elles sont désignées dans ce cas par ayak / but / kol, soit on les appelle tout simplement tïrnak // tïrmak «ongles»336. On apprécie les croches longues, salalï, et fortes, küštüü337; puis les croches qui ne s‟émoussent pas avec le temps et qui sont «pointues comme une aiguille», uču iynedey kurč tïrmak338.
ailleurs, on emploie le mot kol pour désigner la main et la poignée, puis les doigts de l‟homme; les bras du cheval, c‟est-à-dire les pieds d‟avant par opposition aux pieds d‟arrière ou les jambes. 324 C - Süleymanbekov; C - Zarïnaev; Imankulov 1980 : 127. 325 C - Zarïnaev 326 C - Süleymanbekov; C - Satïlganov; Imankulov 1980 : 124. 327Seydimbekov 1994 : 108 328 C - Ïrsaliev; Karalaev 1952 : 8, 10. 329Babalïkov 1983 : 89 330Imankulov 1980a : 123 331Soltonoev 1993 [1934] : II, 190 332Imankulov 1980a : 127; Soltonoev 1993 [1934] : II, 191. 333Biyaliev 1967 : 26; Imankulov 1980 : 123. 334 C 110, B. Esentaev; Balšenov 1979 : 296. Musaev 1975 : 133 remarque que pour une grande partie des langues türk tuyak «sabot» peut se substituer à tïrnak / tïrmak «ongles, croches». De plus, le turc tïrnak et l‟azeri dïrnag, à la différence des langues türk orientales, désignent tout d‟abord le sabot. D‟où Musaev suggère qu‟en effet nous n‟avons à faire qu‟à un seul mot, tïrnak, et que tuyak est une forme plus tardive qu‟on peut lier au mot tïrnak grâce à une forme intermédiaire doynag qui existe en türkmen et qui fournit des indices sur les changements phonétiques qui se sont produit. 335 Imankulov 1980 : 124. 336 C - Esentaev; C - Osmon uulu; C - Süleymanbekov; C - Satïlganov, C - Abdïkalïkov; C - Šapirov. 337 C - Esentave. 338Imankulov 1980 : 124.
323Par

99 - taban // taman : la plante des pattes qui doit être dure et rugueuse. - bez // sööl : les pelotes subdigitales, ou les protubérances cornées du dessous des doigts. Les aigles dont les pelotes sont rugueuses et endurcies sont très appréciés puisque, disent les aigliers, quand l‟aigle étreint ses proies il se sert surtout des pelotes subdigitales339. - bolat «acier»340 / muun «articulation»341 / sedep «nacre»342 : les écailles cornées qui couvrent le dessus des doigts. On dit des aigles qui ont les écailles dures et grosses kojïr ayak «aux pieds rugueux» et on les oppose aux aigles appelés takïr ayak «aux pieds lisses». Les pieds rugueux sont le signe distinctif des aigles de bonne entreprise. Si sur le doigt médian l‟aigle porte quatre ou cinq écailles bien distinctes, il est considéré comme un chasseur intrépide. Celui qui n‟y a que trois écailles, s‟il est bien dressé, pourra prendre le renard. Les aigles qui ont moins de trois écailles sur le doigt médian sont considérés comme des aigles de mauvaise entreprise343. -tuyaktïn pïšagï «couteau des croches» / bïčak «couteau» désigne les bords acérés des croches qui sont creuses. Cette caractéristique des croches est bien connue des aigliers locaux qui expliquent tout d‟abord qu‟elle rend les croches plus tranchantes et qu‟elle facilite ensuite l‟introduction d‟une bouffée d‟aire dès que les croches sont plantées, laisse gicler le sang et rend la mort plus rapide344. - tegewürin // teköör345 est le nom du doigt postérieur, dit aussi avillon ou talon en français. C‟est le plus fort et le plus important des doigts de l‟aigle puisque sans son aide ce dernier est incapable de se nourrir. Le mot tegewürin // teköör existe aussi en bachkir, tekäwüer «ergot», mais il est inconnu des autres langues türk. Nous trouvons une racine tek-/ teg- en türk ancien qui, entre autre, signifie «pousser le cheval en avant». Précisons que les Türk n‟éperonnent pas le cheval, puisqu‟ils n‟ont pas d‟éperons, mais se servent, si nécessaire, des talons. Un indice sur l‟origine du nom türk du doigt postérieur pourrait être le mot degege du mongol classique qui devient dêgêê en xalx, et qui signifie, de nos jours, «crochet; en forme du crochet»346. Ce mot est le résultat de la nominalisation, par le moyen du morphème -ege/-aġa, d‟un radical verbal qui n‟est pas préservé en mongol mais qui est peutêtre le même que le radical verbal tek-/teg- attesté en türk ancien. En mongol toujours nous trouvons le morphème -uur/-üür dont on se sert pour obtenir les noms des instruments et des outils à partir d‟un verbe qui explique leur usage347. Les mots kïrgïz et kazak obéissent donc à un schéma morphologique propre au mongol (c‟est-à-dire un radical verbal teg-/tek- que nous traduisons comme «accrocher» mais qui peut aussi bien vouloir dire «se servir des talons, pousser par les talons, accrocher par les talons» et un morphème -ġur/-gür par lequel nous obtenons «ce dont on se sert pour accrocher»; en effet, le doigt postérieur est le doigt par lequel l‟aigle accroche ou déchire ses proies), d‟où nous suggérons que le nom türk du doigt postérieur est un emprunt au mongol. - jembasar «presse-prise»348 ou «charnier» est le doigt dont l‟aigle se sert pour tenir la proie.

339Babalïkov 340Babalïkov

1983 : 90. 1984 : 89. 341 C - Abdïkalïkov; C - Šapirov. 342C - Abdïkalïkov. 343Babalïkov 1984 : 89; Balšenov 1979 : 297. 344Babalïkov 1984 : 90; Imankulov 1980 : 124. 345 Babalïkov 1989 : 61; Balšenov 1979 : 297; C - Abdïkalïkov; Imankulov 1980 : 124. 346Lessing 1960 : 242. 347Poppe 1974 : § 155 348Babalïkov 1989 : 61; Biyaliev 1967 : 32; Balšenov 1979 : 297.

100 - sïgïm «serre-prise» 349 / ortan sawsak «doigt médian» // orton «médian» 350 est le doigt médian, ou la grande sangle, qui serre la proie, qui la maintient lorsque l‟aigle tire des bécades. - šeŋgel «croche» 351 / ilgiš «crochet» / šïnašak «petit doigt» 352 // čïpalak «petit 353 doigt» / četki «extérieur»354est le nom du petit doigt dit encore petite sangle. SUPPRIME Les pieds de l’aigle II.5.1.9. Autres parties Ajoutons enfin quelques autres indices, relevant de la morphologie de l‟aigle, qui aident à reconnaître l‟oiseau de bonne qualité : - er süyek : «os mâle» ou fourchette. On considère que les bons aigles ont une fourchette saillante et pointue qu‟on peut sentir en tâtant le devant de l‟oiseau355. -tös süyek // töš söögü : «os de la poitrine» ou sternum. On lui applique le même critère que pour la fourchette et on choisit les aigles dont le sternum est saillant et pointu356. - kökirek / omïraw // kökürök / omuroo357 : «poitrine» qui doit être «large» - kökürögü joon, «pleine» - kökürögü jagdayïnkï et bien redressée quand l‟aigle est perché au bloc. - ayïr süyek «os fourchu» / köčük «coccyx, fesse» est le nom de l‟escofraie, ou du fondement de l‟oiseau constitué du cloaque et de l‟anus. L‟escofraie large est le signe distinctif des bons aigles358. - maysawït «réceptacle à graisse» / maytüp «fondement lubrifiant» // maylayïš jer «endroit lubrifiant»359 : la glande uropygienne qui se trouve sur le croupion de l‟oiseau et dont la sécrétion huileuse sert de lubrifiant au plumage et le rend imperméable. - jemsaw // jemsöö : le jabot ou la gorge qui doit être large pour qu‟on puisse y introduire les cinq doigts360.

II.5.2. Nommer, décrire, apprécier
Le vocabulaire concernant la physiologie des aigles fonctionne à trois niveaux différents : nous avons tout d‟abord un inventaire des noms des parties du corps, puis, dans un second temps la description de ces parties et, enfin, l‟appréciation et l‟évaluation de chaque partie du corps afin de deviner les qualités de l‟oiseau.

349Babalïkov 350C

1989 : 60; Balšenov 1979 : 297. - Abdïkalïkov; Biyaliev 1967 : 72. 351Balšenov 1979 : 297. 352Babalïkov 1989 : 60. 353 C - Zarïnaev. 354C - Abdïkalïkov. 355Babalïkov 1983 : 92. 356Soltonoev 1993 [1934] : II, 191; Oralbaev 1994 : 123. 357Soltonoev 1993 [1934] : II, 191-192. En effet kökirek // kökürök désigne plutôt la cage thoracique, omïraw // omuroo le poitrail, d‟un cheval par exemple, et qui correspond au «plastron» de l‟oiseau de chasse, c‟est -à-dire le haut de la poitrine formé par les deux muscles pectoraux. 358 Babalïkov 1983 : 92; Soltonoev 1993 [1934] : II, 192. 359 C - Abdïkalïkov. 360Soltonoev 1993 [1934] : II, 191.

101 II.5.2.1. Nommer Les noms des parties du corps sont (1) soit communs à l‟homme, aux animaux et aux oiseaux (tête, front, tempes, nuque, oeil, bouche, langue, pieds, etc.), (2) soit communs aux animaux et aux oiseaux (crinière/huppe, pattes, queue, plumage/pelage, bec/museau). Les termes proprement ornithologiques sont peu nombreux. Si en français, grâce à l‟aviculture peut-être, nous pouvons rapidement dresser le portrait d‟un oiseau en parlant du «bec», des «ailes» et des «plumes» ce n‟est pas tout à fait vrai en türk. Comme nous l‟avons vu il existe deux mots pour «bec» : tumšuk et murun // burun. Le premier mot désigne certes le bec mais aussi le museau des mammifères et des reptiles. Quant au mot murun // burun, il se réfère aussi bien au bec des oiseaux qu‟au museau des animaux ou bien au nez de l‟homme. En cherchant une étymologie au türk tumšuk, B. Egorov se sert du čuvaš sămsa «nez, bec» qu‟il rapproche du mongol samsa «cartillage nasal» 361 . Nous avons déjà remarqué que les langues türk ne possèdent pas de mot particulier pour «plume». Le mot jün, utilisé pour décrire les plumes du corps ou le plumage en général, désigne à proprement parler la pilosité, aussi bien celle des animaux (et le plus souvent des bêtes à laine) que celle de l‟homme. Tous les mots que nous relevons dans la description du plumage s‟appliquent aussi bien au pelage des animaux et, accessoirement, à la pilosité humaine. C‟est le cas de tük / tübit / küp qui sont des mots pour le duvet, quel qu‟il soit, ou bien kïl «crin» ou «les poils longs de la queue ou de la crinière» mais aussi «cheveux, poil» pour l‟homme. Nous avons déjà remarqué que pour décrire la crinière des aigles on se sert des mots šuwda ou jogdor qui, chacun à sa façon, nous renvoient à la laine du chameau. En fait, le mot qui est lié le plus étroitement aux oiseaux semble être le mot pour aile, kanat. Mais la description de l‟aile se fait à partir d‟un mot šalgï // čalgïn qui apparaît comme un élément ancien du vocabulaire aviaire puisqu‟il existe aussi en mongol. Le vocabulaire qui décrit les pattes ou les croches de l‟aigle, et des oiseaux de chasse en général, est constitué de termes d‟origine disparate : ainsi on donne au doigt postérieur un nom qui est emprunté au mongol et qui désigne «ce par quoi on accroche» ou «ce par quoi on talonne». Un autre emprunt, šeŋgel // čeŋgel «crochet», qui vient cette fois du persan, est utilisé comme nom de la petite sangle ou du petit doigt. Ce dernier peut être aussi appelé šïnašak // čïpalak c‟est-àdire par les mots qui désignent le petit doigt de l‟homme. Et ce n‟est que dans quelques cas rares que les aigliers innovent en donnant aux croches des noms qui décrivent leur fonction : ilgiš «crochet» pour le petit doigt, sïgïm «serre-prise» pour la grande sangle et jembasar «presse-prise» pour le charnier. Le vocabulaire qui décrit la physiologie de l‟aigle contient peu de termes spécifiques, et ils sont de surcroît rarement türk à proprement parler. Les noms du doigt postérieur et de la couverture sous-caudale sont intéressants pour l‟histoire de cette tradition cynégétique. Or, ce sont des emprunts türk au mongol. Le seul mot qui se fait remarquer par son originalité est le mot köŋö(ö) utilisé par les aigliers kïrgïz pour désigner les narilles de l‟aigle. Ce mot est inconnu des Kazak, il n‟est pas attesté dans le dictionnaire de Yudakhin et nous ne lui connaissons pas d‟autres emplois. Certes, le vocabulaire qui décrit les oiseaux de chasse (par sexe, par âge, par races, par la couleur du plumage) porte tous les traits caractéristiques d‟un vocabulaire influencé par la domestication. Mais l‟inventaire des mots surprend par l‟insuffisance des termes spécifiques. Chez les Türk en général, et chez les Kazak et Kïrgïz en particulier, l‟aiglier ou le fauconnier emprunte des termes à l‟éleveur. Ce qui tend à prouver qu‟aussi ancienne qu‟elle soit, la chasse au vol n‟a pas la même importance que l‟élevage.

361Cf.

Musaev 1974 : 139, Lessing 1960 : 668.

102 II.5.2.2. Décrire Nous avons donc peu de termes spécifiques pour nommer les parties du corps de l‟aigle et des oiseaux de chasse en général. La particularité de ce vocabulaire vient du fait qu‟il ne suffit pas de nommer : il faut aussi décrire. Mais comment décrire un oiseau quand on ne pratique pas l‟aviculture et quand on n‟apprécie que médiocrement le gibier à plumes? Les aigliers türk y arrivent de trois façons différentes. Prenons quelques exemples concernant la tête, le bec et la queue : - par un simple déterminant dans un premier temps : ainsi il convient de distinguer une «tête allongée», uzïn bas, d‟une «tête raccourcie», kïska bas; une «tête massive», joon baš, d‟une «tête effilée», ičke baš; un «bec allongé», uzun tumšuk, d‟un «bec court», kïska tumšuk ; une queue longue, uzun kuyruk, d‟une queue courte, kïska kuyruk etc. puisque tous ces détails ont leur importance pour définir la race de l‟aigle et deviner ses qualités d‟oiseau de chasse. - par une comparaison avec un animal, un oiseau ou une plante quand on cherche à préciser. Ainsi certaines des oppositions du paragraphe précédent sont rendues plus expressives par une comparaison - baka bas//baka baš «à tête de grenouille» et jïlan bas//jïlan baš «à tête de serpent», mais aussi tooktun jumurtkasï sïyaktuu togolok «tête ronde comme l‟oeuf de la poule» pour la tête; jïlanga okšoš tumšuk «bec qui ressemble au [museau du] serpent» pour le bec et joru kuyruk «queue de vautour» c‟est-à-dire queue courte et arrondie. Ajoutons ici l‟exemple des plumes qui sont tal japïrak jün «plumes-feuilles-de-saule» ou bien torangï japïrak jün // terek jalbïrak jün «plumes-feuilles-de-peuplier». - par une comparaison à un objet dans des cas spéciaux : on cherchera à exprimer la forme et la puissance du bec en le comparant soit à une arme tranchante - «bec en sabre», kïlïš tumsïk, «bec gros comme une hache», baltaday jazï tumšuk, «bec long comme un poignard», kanjarday uzun tumšuk - ou bien à un outil tranchant - «becs en faucille», orak tumsïk. Et pour la queue, un dira une «queue-houe», ketmen kuyruk, pour préciser qu‟il s‟agit d‟une queue courte au bord plat. Les comparaisons, et surtout le choix des termes de comparaison, sont pleins d‟enseignements sur la pratique des aigliers et sur la singularité de leur expérience. Elles montrent qu‟à un certain niveau - le niveau où les aigliers investissent créativité et imagination - le vocabulaire est dans un renouvellement constant : nul n‟imagine que la poule fait partie du mode de vie kïrgïz ou kazak depuis longtemps, ou que la faucille et la houe sont des objets indispensables à l‟éleveur nomade. Nos réflexions ici sont cependant limitées par les limites chronologiques du corpus qui, malgré nos efforts, ne devient conséquent qu‟à partir du début du notre siècle. Rappelons ici que le vocabulaire français concernant la physiologie des oiseaux de chasse était de même peu fourni au Moyen Age362. Par la suite, il accroît son volume d‟une part grâce au développement de l‟ornithologie qui dépoussière certains mots latins et d‟autre part grâce à l‟imagination des fauconniers. Et, dans ce dernier cas, les démarches sont semblables à celles que nous venons de décrire chez les aigliers türk : ainsi trouvons nous dans la bouche des fauconniers français des mots comme «balai» - pour la queue, «plastron»- pour le haut de la poitrine, «couteaux» pour les rémiges primaires, «cerceaux» pour rémiges secondaires etc. II.5.2.3. Apprécier Les noms des parties du corps de l‟aigle servent à l‟élaboration des «portraits» du bon oiseau. Ces «portraits» se présentent comme des énumérations des parties du corps dont

362Van

Den Abeele 1994 : 179.

103 chacune est assortie de la caractéristique la plus appréciée. Donnons deux exemples de tels «portraits» : « Les ailes sont fauves, les plumes sont arrondies, les cuisses sont arqués, les yeux sont blancs, les
épaules sont dures, les cuisses sont fines et fermes. Les pattes sont grises, le bec est gris, les yeux sont enfoncés, on ne distingue pas les mâles des femelles »363.

Ou bien : « Les yeux sont gros, le plumage est épais, ce sont des oiseaux de grande taille, les épaules sont dures,
la poitrine est large, le cou est fauve, le plumage ne retient pas le givre. La queue est longue, les plumes sont raides, ils ont des taches blanches sur le dos. Dix crins roux ornent le jabot. Les yeux sont rougeâtres, les paupières sont lourdes, les pupilles sont grandes, les tarses sont fins, les cuisses sont grosses, les culottes sont rousses, les yeux sont embrumés. Les pattes sont grises, le bec est gris et long, le bréchet est saillant. Le jabot est gros, on peut y introduire les cinq doigts. Les plumes sont pointues »364.

Un article que Françoise Aubin consacre aux critères d‟appréciation du cheval chez les Mongols 365 nous a aidé à comprendre la nature de ces portraits. Nous y apprenons, qu‟en mongol deux genres littéraires ont comme thème exclusif le cheval. Le premier, dit «louanges du cheval», moriny col, est bâti sur des «jugements de valeur stéréotypés, ressentis comme impératifs mais cependant variables selon les zones ethnographiques». Le deuxième, dit «caractéristiques du cheval», moriny šinţ, livre un système d‟évaluation du cheval, venu en Mongolie de l‟Inde, via le Tibet, qui consiste à établir des corrélations entre les traits externes de l‟animal et sa valeur comme coursier. L‟analyse rapide des «louanges du cheval» révèle que le cheval est couramment dénommé d‟après la couleur de sa robe et que certaines robes sont plus appréciées que d‟autres. Quant aux «caractéristiques du cheval» ce sont «des listes de parties du corps du cheval assorties de qualificatifs, chaque mention requérant, de la part du traducteur, un long commentaire philologique». S‟attardant sur le sens du mot šinţ, traduit dans un premier temps comme «caractéristique», l‟auteur attire l‟attention sur le fait que le mot signifie beaucoup plus qu‟une simple caractéristique : «c‟est un signe, le symptôme extérieur de quelque autre chose de caché; ou encore un signe servant de pronostic, un pronostic nécessairement de bonne augure». De tels traités de physionomie existent, chez les Mongols, pour des animaux domestiques autres que le cheval : les chameaux et, à un moindre degré, les moutons. Or, ces listes des caractéristiques des animaux racés existent aussi chez les Türk. Ils sont centrés, comme chez les Mongols, sur le cheval et le chameau et ils sont maniées, avec plus ou moins de dextérité, par les éleveurs. Les notes de B. Soltonoev montrent cependant qu‟il existe(ait) aussi des listes physionomiques pour les oiseaux de chasse et plus particulièrement pour l‟aigle. Les «portraits» qu‟il faits des deux «sortes» de bons aigles ont toutes les caractéristiques du «genre» : des parties du corps assorties de qualificatifs sont énumérées l‟une après l‟autre et c‟est en fonction de ces traits morphologiques qu‟on se prononce sur les qualités, ou la valeur, de l‟oiseau. F. Aubin ne dit rien sur l‟existence des listes de physionomie des oiseaux de chasse chez les Mongols. Nous en avons trouvé de bons exemples d‟une part en persan et d‟autre part en arabe.
363 364

Soltonoev 1993 [1934] : II, 190. Soltonoev 1993 [1934] : II, 191. 365 F. Aubin, «Critères d‟appréciation des chevaux dans la tradition des nomades mongo ls», Le cheval en Eurasie : pratiques quotidiennes et déploiements mythologiques. Collection «Eurasie. Cahiers de la Société des Etudes euro-asiatiques. Paris: L‟Harmattan, 1999; pp. 65 - 86.

104 L‟exemple persan vient de Nowrûz-nâma du poète „Omar Kayyâm (XIIème siècle) : « In the case of any animal, the unicolor is better then the varigated one... As for the baz [oiseau de
chasse, l‟autour dans cet exemple], it has to have tough flesh and well -proportioned body parts, namely a small short head; a broad forehead and eyes; a broad crop; a wide, low breast; a thick rump and thighs; thick, well-rounded legs; good talons; strong toes; and black claws that are green at the base. This combination of features is found mostly in a white bâz, a plain yellow or a plain red one. Such a rare avis is worth any price »366.

En arabe nous avons trouvé plusieurs exemples dans un traité de la fin du XIVème siècle rédigé par le mamelouk Ibn Manglî. Citons ici les paragraphes concernant l‟aigle royal : « Pour être de bonne affaire, l‟aigle royal doit (de même que l‟autour) répondre aux caractéristiques
suivantes : haute stature, large chef, yeux profonds, arcades capées, tarses épais, grands pieds, cuisses pleines, larges commissures, bec allongé, expression lointaine, grande concentration intérieur, long balai, turbulence rare, ardeur impétueuse... Il a bouche insatiable, expulse loin les émeuts, a vaste envergure, renonce rarement, gagne souvent; frappe-t-il qu‟il brise, saisit-il qu‟il lacère, le relance-t-on plusieurs fois qu‟il reste aussi hardi. Le meilleur se reconnaît à ses vastes narilles et ses larges pattes; il refuse rarement la proie; quand il frappe il tue; quand il attrape, il fait corps; quand il poursuit il rejoint; dès qu‟on le secourt sur la proie, il lâche volontiers; quand il agriffe, il sait relaxer. Voilà quelle est la race de l‟aigle royal, oiseau de vol »367.

Dans une note, F. Viré propose le commentaire suivant : « Ce genre de fiche signalétique en prose rimée qu‟on trouve déjà chez Kuchajîm [fin du X ème
siècle], à propos de chaque oiseau de vol, et qui est tiré des traités anciens de fauconnerie dénote plus le souci de l‟assonance des phrases que celui de la précision scientifique. Cette forme de style devait être, chez les gens de vol, à but didactique et la traduction ne peut en rendre la musique »368.

Il est évident que les descriptions des aigliers n‟obéissent pas entièrement à des fins scientifiques et sont donc souvent dépourvus de «précision scientifique», au moins dans le sens où nous l‟entendons. Mais, pour le kïrgïz au moins, il nous paraît difficile de voir dans ces descriptions uniquement un «souci d‟assonances». Ce souci d‟assonances dans la description des oiseaux existe, mais il est l‟apanage des bardes kïrgïz qui y ont recours pour décrire, par exemple, le maître des oiseaux de chasse, l‟oiseau dit buudayïk369.
ünü zaar turbaybï jünü čaar turbaybï kuyrugu kunduz turbaybï čabïtï jïldïz turbaybï beli mekir turbaybï közü čekir turbaybï kuyrugu kučak turbaybï čalgïnï bïčak turbaybï čïn buudayïk özü eken Son cri n‟est-il pas perçant, Ses plumes ne sont-elles pas bigarrées, Sa queue n‟est-t-elle pas une queue de loutre,
366EIR

- Bâz, p. 17. 1984 : 118. 368Viré 1984 : 270, note 174. 369 Moldo Kïlïč, Kazaldar. Frunze: Adabiyat, 1991, p. 109.
367Viré

105
Son vol n‟atteint-il pas les étoiles, Son dos n‟est-il pas voûté, Ses yeux ne sont-ils pas jaunes, Sa queue ne remplit-elle pas la poignée, Ses plumes ne sont-elles pas des couteaux, On dit que c‟est ainsi le vrai buudayïk.

D‟après F. Aubin les premiers textes de physionomie des animaux chez les Mongols sont traduits du tibétain. Les textes tibétains, notamment ceux sur le cheval, sont à leur tour soit d‟inspiration sanscrite soit d‟inspiration chinoise. Enfin, les traditions indiennes venues chez les Mongols par l‟intermédiaire tibétain semblent être passé aussi en Occident, cette fois par l‟intermédiaire arabe. Mais, comme le souligne F. Aubin, les études comparatives dans ce domaine n‟existent pas encore. F. Viré suppose que les «fiches signalétiques» en prose rimée pour les oiseaux de chasse viennent des «traités anciens» mais ne précise pas ce qu‟il entend par là. Les premiers exemples en arabe semblent dater du la fin du Xème siècle. Nous ajoutons donc ici quelques fiches physionomiques des oiseaux de chasse, et notamment les exemples türk concernant l‟aigle, et nous laissons à d‟autres le soin d‟en poursuivre l‟étude.

II.5.3. Distinction mâle / femelle
Certaines pratiques sont communes aux Kïrgïz et aux Kazak, et nous en parlerons tout d‟abord. Mais nous traiterons séparément le lexique kazak, puis kïrgïz, que nous comparerons à la fin. On différencie le mâle de la femelle d‟une part par le comportement des oiseaux lors de la reproduction et d‟autre part par la taille. Les aigliers kazak et les aigliers kïrgïz considèrent que des deux oiseaux, celui qui couve les oeufs est la femelle. De plus, ils s‟accordent à dire que des deux oiseaux, c‟est toujours la femelle qui est plus grande et plus forte. « Chez les aigles, le femelle est grande. Si elle est grande, c‟est qu‟elle élève les aiglons, elle a
beaucoup de besogne. C‟est elle qui couve les oeufs... Dieu lui a donné cette taille grande pour qu‟elle puisse élever les aiglons. Quant au mâle, il est plus petit. Il n‟a pas de forces pour s‟attaquer au gros gibier »370.

Les aigliers qui cherchent les aiglons au nid ajoutent que si le nid contient deux oeufs celui qui éclôt en premier donne le mâle tandis que celui qui éclôt en deuxième donne la femelle371. Les traits morphologiques utilisés pour définir le sexe, en dehors de la taille, sont peu nombreux. Voilà un essai d‟en énumérer certains : « Il existe des différences entre le mâle et la femelle. La tête de la femelle est plus pointue, plus
étroite, puis sont bec est pointu. La tête du mâle est grosse et massive, son bec est courbé. Si le bec est ainsi, c‟est un mâle. C‟est la femelle qui est plus hardie »372.

370

C - Süleymanbekov. 1989 : 67. 372 C - Zarïnaev.
371Babalïkov

106 Chez les aigliers kazak aussi, la silhouette de la tête est parfois liée au sexe : ainsi considèrent-ils que les femelles ont une «tête de serpent», jïlanbas, tandis que les mâles ont une «tête de grenouille», bakabas373. En kazak on appelle le mâle šäwli / bukatana / sarïša tandis que la femelle est dite uyabasar «couvre-nid»374. Des trois noms pour le mâle, il n‟y en a qu‟un qui soit réservé uniquement aux aigles : sarïša «fauvâtre». Les deux autres, bukatana et šäwli, sont utilisés aussi par les autoursiers : bukatana est le nom d‟une race d‟autours de faible taille tandis que šäwli désigne le tiercelet des autours375. Chez les aigliers kazak le mot šäwli est utilisé de deux façons : pour certains c‟est le nom du mâle, pour d‟autres c‟est le nom d‟un aigle de faible taille et de mauvaise entreprise376. Chez les aigliers kïrgïz le mot čüylü, qui correspond au kazak šäwli, n‟est utilisé que pour désigner le tiercelet de l‟autour. La façon la plus courante de nos jours pour préciser le sexe d‟un aigle est de dire bürküttün urgaačïsï «la femelle de l‟aigle» et bürküttün erkegi «le mâle de l‟aigle». On ne donne aucune appellation particulière à la femelle mais on précise que tous les noms des races de la nomenclature traditionnelle se réfèrent aux femelles et non pas aux mâles377. En kïrgïz, comme en kazak, les aigliers ne font pas une différence nette entre les aigles de faible taille et les mâles des aigles. Ainsi, l‟appellation baylooč «leurre»378 est d‟usage ambigu : elle désigne d‟une part un aigle de petite taille qui ne chasse pas bien et dont on se sert de leurre lors de piégeage des aigles sauvages 379 ; mais, dans certaines régions du Kïrgïzstan, cette même appellation est donnée au mâle de l‟aigle380. Dans les parlers kïrgïz du Kazakstan cependant le nom baylow est donné au hibou grand-duc c‟est-à-dire à un oiseau qui sert de leurre lors de la capture des aigles sauvages381. Ceci suggère que l‟interprétation de l‟appellation baylooč/baylow comme nom du mâle est secondaire par rapport à sa signification de «oiseau-leurre». Deux autres appellations, čïbïsïn baylooč382 et čögööl, peu utilisées de nos jours, sont données à des aigles de faible taille sans que leur sexe soit précisé : « Les plus petits des aigles, on les appelle čïbïsïn baylooč ou bien čögööl. Malgré leur faible taille, on
trouve parfois parmi les aigles dits čïbïsïn baylooč des oiseaux hardis. Un aiglier expérimenté pourrait prendre le renard avec un tel aigle. Mais il manque de forces et ne s‟empare du renard qu‟avec difficulté. Ceux qu‟on appelle čögööl ont des grosses paupières entrouvertes. Ils prennent le renard, ils le prennent par le museau. Même si le renard les entraîne, ils ne le lâchent pas. C‟est pourquoi on les considère comme des aigles hardis »383.

Nous constatons donc que si les aigliers kazak et les aigliers kïrgïz sont d‟accord sur les façons de définir le sexe des aigles, ils donnent des noms différents aux oiseaux mâles et femelles. L‟appellation la plus courante pour le mâle en kazak, šäwli, n‟est point utilisé en kïrgïz. Par contre, le terme kïrgïz baylooč, utilisé pour désigner le mâle, n‟est pas connu des aigliers kazak. Les aigles de faible taille, qui sont considérés comme des chasseurs médiocres,
373Oralbaev 374

1994 : 119. Kosbasarov 1988 : 142-143; Babalïkov 1989 : 67. 375 Cf. IV.5.2. 376Babalïkov 1989 : 67 - 68. 377 Soltonoev 1993 [1934] : II, 190; C 26, K. Süleymanbekov. 378 Vient du verbe bayla- «lier, attacher», nominalisé par le morphème -ooč/-ööč qui indique soit un outil soit la destination d‟un objet. 379 C - Zarïnaev; C - Jamanakov 380 C - Süleymanbekov 381 Cf. Beyekeev, N. Kazakstandagï Kïrgïzdardïn tildik özgöčölüktörü. Frunze, 1964, p.60. 382 Où čïbï(y) veut dire «poussin». 383 Imankulov 1980 : 127, 128.

107 sont appelés šäwli en kazak et baylooč/čïbïsïn baylooč ou čögööl en kïrgïz. Il semble que la distinction selon la taille soit plus pertinente que la distinction selon le sexe : les aigles de faible taille ne sont décrits comme mâles qu‟accessoirement. De plus, la prédilection pour les femelles des oiseaux de chasse - qu‟ils soient faucons, autours ou aigles - explique que le vocabulaire pour décrire les mâles est beaucoup moins développé. Ainsi, pour le kazak, voyons nous que les mêmes termes sont utilisés pour décrire les tiercelets d‟autours et les mâles des aigles. Chez les Kïrgïz enfin nous savons que les appellations des différentes races d‟aigles se réfèrent aux femelles et non pas aux mâles.

II.5.4. Noms des mues de l'aigle
II.5.4.1. Cycle physiologique Les aigles sont remarquables par leur longévité : on dit que dans la nature ils peuvent atteindre facilement cent ans. Les aigliers türk connaissent ces oiseaux dès leur âge le plus tendre puisqu‟ils cherchent souvent les aiglons au nid; ceux qu‟ils capturent à l‟aide de filets sont aussi parmi les individus les plus jeunes. Les bons aigliers entretiennent leurs oiseaux durant de longues années : cette cohabitation prolongée permet un suivi de toutes les phases du développement de l‟oiseau et du changement du plumage. En ce qui concerne les aigles, plutôt que de leur âge, on parle du nombre des mues qu‟ils ont subies. Au Kïrgïzstan et au Kazakstan les aigles pondent les oeufs (un ou deux, très rarement trois) entre mi-Mars et mi-Avril. L‟incubation dure entre 40 et 45 jours et les premiers aiglons apparaissent vers la fin du mois d‟Avril. Ils restent au nid à peu près 70 jours, puis le quittent vers le mois d‟août pour passer seuls leur premier hiver. Les premières plumes apparaissent vers le 30ème jour après l‟éclosion (l‟oisillon n‟a eu jusque là que du duvet) et elles se développent jusqu‟au printemps prochain où les aiglons entameront leur première mue. La mue commence en Mars ou Avril de chaque année et se prolonge jusqu‟au Septembre. Elle est interrompue en hiver. Comme la plupart des oiseaux de proie de grande taille, l‟aigle n‟arrive pas à changer toutes ses plumes en une saison. Pendant chaque saison de mue, il ne change que certaines plumes; d‟autres peuvent rester inchangées pendant trois ans. Mais l‟oiseau essaie de renouveler régulièrement les plumes les plus importantes (rémiges et rectrices) qui sont aussi les plumes qui s‟usent le plus. Les ornithologues appellent les premiers manteaux variables de l‟aigle «plumage juvénile» (chez l‟aigle royal jusqu‟à la quatrième/cinquième année); les plumages juvéniles peuvent être plus ou moins nombreux selon les oiseaux et ils sont remplacés vers la cinquième année par un manteau qui change beaucoup moins - «le plumage adulte». Reprenons ici les observations sur les mues de l‟aigle royal faites par Severcov (1891 1947) : un ornithologue russe qui a consacré de longues années à l‟études des oiseaux de l‟Asie Centrale. Ces observations, que nous avons résumées dans deux tableaux, nous aideront à mieux suivre le discours des aigliers türk384 : «...the young bird begins to molt at the age of 14-15 months, in June and July [c‟est-à-dire dans la
deuxième année de son existance]. This molt [première mue], at first very slow, lasts until September and October. It is arrested in winter and continues during the following summer. The second dress [deuxième plumage juvénile] is nearly complete at the age of thirty months [c‟est-à-dire en Septembre-Octobre de la troisième année]. The first molt [deuxième plumage juvénile] is entirely achieved by the third year, but then, nearly without interruption, the older feathers of the second dress begin to drop, replaced by those of the third dress [plumage juvénile intermédiaire] which is

384

D‟après Jollie 1947 : 550

108
completed by the fifth year. The fourth dress [plumage adulte] is completed by the seventh year, the fifth by the ninth year etc. »
1ère année : Mois 1 1ère année 1ère année 1ère année

2

3 4 Pondaisons Incubations

5

6

7

8

9

10

11

12

Naissances

1er plumage juvénile

Années suivantes : 2ème année 3ème année 4ème année 1er - 3ème mois 1er plumage juvénile 2e plumage juvénile plumage intermédiaire 4ème - 10ème mois 1ère mue incomplète 2ème mue complète 11ème - 12ème mois 2e plumage juvénile plumage juvénile intermédiaire plumage juvénile intermédiaire ou plumage adulte plumage adulte

juvénile 3ème mue

5ème année

plumage juvénile 4ème mue intermédiaire ou plumage adulte

Les deux termes qu‟on retrouve le plus souvent dans les noms que les aigliers türk donnent aux différents âges de l‟aigle sont tübit «duvet» et tülek//tülök «mue, plumage, manteau». En kazak, le mot tübit n‟est pas exclusivement réservé aux oiseaux et désigne le duvet des animaux en général, aussi bien celui du lièvre que celui de la chèvre. Les duvets et les plumages des différents âges sont méticuleusement différenciés selon leur coloration et plus rarement selon leur état général (luisant, usé, sali etc.). II.5.4.2. Premières mues Les aigliers kïrgïz et kazak cherchent souvent les aiglons au nid. Ils connaissent bien les couples nicheurs dans leur région et, supposant que les rejetons héritent des qualités de leurs géniteurs, ils jettent leur dévolu sur un couple particulier. Dès lors, ils ne quittent plus les aigles et ils savent à quel moment exactement les oeufs sont pondus et quand commence la couvaison. Les aigliers préfèrent chercher l‟aiglon d‟une aire où il n‟y a qu‟un seul oeuf pondu. Cet aiglon est appelé jalkï «unique» en kazak385 et jalgïztuuma «seul-né» en kïrgïz386, et c‟est de lui qu‟on espère faire un oiseau de chasse hardi et courageux. Quand il y a deux oeufs, egiz «jumeaux» en kazak et eki tuuma «deux-nés» en kïrgïz, et quand les deux aiglons survivent, ils seront, selon les aigliers, des oiseaux de chasse de qualité moyenne. De plus, des deux aiglons celui qui éclôt en premier est appelé en kazak soit šäwli «mâle» soit bukatana soit sarïša «jaunâtre». Ce serait un oiseau mâle de faible taille. Le deuxième aiglon, qui apparaît quatre ou cinq jours après, est considéré comme une femelle et on l‟appelle uyabasar «couvre-nid» en kazak et uya bašï «chef de l‟aire» en kïrgïz. Si les aigliers doivent choisir entre ces deux aiglons, ils choissent toujours celui qui éclôt en deuxième387. Les aigliers donnent trois mois à l‟aiglon pour qu‟il revête le premier plumage juvénile. Juste après l‟éclosion l‟aiglon est dit ak ürpek «duvet blanc» en kazak et ak küp «duvet blanc» en kïrgïz. Puis lorsqu‟il se pare du second duvet dans lequel on peut deviner les
385 386

Babalïkov 1989 : 64 Akmataliev 1993 : 134 387 Babalïkov 1989 : 65, 67; Biyaliev 1970: 246

109 naissances, remplies de sang, des premières plumes - temir kanat «aux plumes de fer» en kïrgïz et kan tübit «duvet de sang» en kazak. C‟est à ce moment que les aigliers prélèvent leurs disciples. Lorsque les premières vraies plumes, rémiges et rectrices, commencent à remplacer le second duvet et que l‟aiglon devient noir bigarré il est appelé kara kanat «ailes noires», ou bien karala balapan «aiglon bigarré» en kazak et kara ala/karala «bigarré» en kïrgïz 388 . Ces trois premières étapes sont souvent regroupées, et pendant la période de croissance l‟aiglon est appelé balapan «poussin» ou bala «enfant». De plus, s‟il s‟agit d‟un aiglon pris au nid on le désignera comme kol bala «enfant de la main [de l‟homme]» puisque c‟est l‟homme qui lui apprendra à voler et à chasser389. S‟il s‟agit d‟un aigle juvénile pris au filet, il sera désigné comme tüz bürkiti/tüz kusï «aigle des étendues sauvages / oiseau des étendues sauvages»390. Nous verrons plus loin comment les aigliers s‟appliquent à déterminer l‟âge d‟un aigle sauvage qu‟ils viennent de capturer. Les noms des mues que nous analysons dans les paragraphes qui suivent se réfèrent à l‟aiglon pris au nid et élevé par l‟aiglier. Pendant la deuxième année de l‟aiglon, c‟est-à-dire le premier été après sa naissance, il ne change son premier plumage juvénile que très partiellement. Les aigliers kazak vont jusqu‟à dire qu‟il le garde tel qu‟il est. Le manteau devient alors si usé qu‟il protège à peine l‟oiseau des froids de l‟hiver qui suit 391. L‟aigle pendant cette deuxième année est appelé tirnek en kazak et bozum en kïrgïz. Le terme kazak tirnek est d‟étymologie incertaine 392 . Quant au kïrgïz bozum «gris sale; usé», il décrit l‟état du premier plumage juvénile. Dans le troisième été qui suit l‟éclosion l‟aigle effectue la première mue complète. Pour décrire cette première mue les aigliers kazak disent : kara kargaday tüledi «il a mué comme une corneille noire», tastay tüledi «il a complètement mué» d‟où l‟appellation de cette mue - tas tülek «mue complète». En kïrgïz, et nous supposons que c‟est pour les mêmes raisons, on appelle cette mue taš tülök. Jusqu‟à cette première mue complète les aigliers kazak et kïrgïz sont d‟accord tant sur le développement de l‟oiseau que sur les noms qu‟ils donnent aux mues. Les mues suivantes par contre sont l‟objet de débats constants et les noms par lesquels ils les désignent varient beaucoup. II.5.4.3. Mue de la quatrième année La mue que l‟aigle subit pendant la quatrième année aboutit à un manteau que les aigliers kïrgïz appellent kumtülök où kum, mot türk, veut dire «sable, calcaire» et rend l‟explication de cette appellation bien difficile. Il nous semble cependant que avons affaire ici avec un emprunt au mongol où guna(n) désigne la troisième année des animaux domestiques, mais aussi de quelques animaux sauvage comme le tigre, par exemple 393 . Le kïrgïz a emprunté ce mot sous la forme kunan et, comme le mongol, s‟en sert pour désigner l‟âge des animaux domestiques avec cependant une légère hésitation : le mot désigne tantôt la troisième tantôt la quatrième année 394. Le nom de la quatrième mue de l‟aigle sera donc *kuntülök plutôt que kumtülök et elle sera une forme abrégée de *kunan tülök «quatrième mue».
388 389

Babalïkov 1989 : 64; Biyaliev 1970: 246 Babalïkov 1989 : 72 390tüz «ce qui est en dehors du camp; steppe» 391 Babalïkov 1989 : 80 392 Kosbasarov 1988 : 150 le rapproche du tïrnak «ongles, croches, griffes». Il est vrai que côte à côte avec tïrnakta «s‟user les ongles à amasser des biens», nous trouvons, dans le même sens, tirnekte. Kosbasarov suggère qu‟on lui donne le nom de tirnek / tïrnak parce que c‟est à ce moment que les croches de l‟oisillon commencent à durcir. 393 Lessing 1960 : 368 394Yudakhin 1965 : 445

110 Chez les aigliers kazak, la quatrième mue est décrite par plusieurs noms qui changent d‟une région à l‟autre. Chez les Kazak du Xinjiang nous retrouvons le nom kumtülek. Dans la région d‟Almatï les aigles dans leur quatrième année peuvent être désignés comme ana «mère» puisque c‟est à partir de cette année qu‟ils commencent à s‟accoupler et donc à se reproduire. Le choix de ana «mère» peut s‟expliquer par le fait que les aigliers kazak se servent surtout des femelles. Dans l‟Altay, kantülek «au manteau tacheté de sang» se dit des aigles dans leur quatrième année parce que c‟est alors qu‟ils deviennent des chasseurs intrépides et leurs plumes portent le sang de leurs proies. II.5.4.4. Dernière mue juvénile Les noms de la cinquième mue sont aussi variés. En kïrgïz, si l‟on juge que l‟aigle a revêtu son plumage adulte, on l‟appellera barčïn ou bir barčïn et dès lors les mues des années suivantes seront dites tout simplement eki barčïn, üč barčïn etc395. Par contre, si l‟aigle porte toujours un plumage intermédiaire on l‟appellera ïmtülök / ïltülök / nïmtülök : telles quelles ces appellations n‟ont ni de traduction ni d‟explication396. Signalons cependant que le premier élément nïm de l‟appellation nïmtülök se rapproche du mot nïl «noir, sombre» qui est luimême un emprunt au mongol397. Il se peut que la forme étymologique de cette appellation soit *nïltülök «plumage noir, sombre» et que les formes que nous relevons dans le vocabulaire des aigliers de nos jours ne soient que des formes phonétiquement modifiées. Or, une appellation comme *nïltülök «plumage noir, sombre» s‟explique par le fait que au fil des mues successives le plumage de l‟aigle s‟assombrit. Dans le district d‟Almatï et en Mongolie occidentale, les aigliers kazak appellent la mue de la cinquième année kana. La signification du nom est ambiguë398. Pour la même mue nous trouvons le nom ana «mère» chez les Kazak de Xinjiang et kumtülek chez les Kazak de l‟Altay. Dans le district de Taldïkurgan, elle porte parfois le nom kök tübit «duvet gris bleuté» puisqu‟à partir de la cinquième année le manteau de l‟aigle s‟assombrit et les naissances blanches des plumes diminuent considérablement399. II.5.4.5. Plumages adultes Si après la cinquième mue les aigliers kïrgïz considèrent que l‟oiseau porte son plumage adulte et n‟attribuent guère de noms aux mues suivantes, il en va tout différemment chez les aigliers kazak qui ont des noms différents pour les mues jusqu‟à la douzième année et, dans certaines régions, jusqu‟à la vingtième année. Mais, les appellations sont très variées et elles changent d‟une région à l‟autre. Elles sont présentées dans le tableau suivant :

395 396

Soltonoev 1993 [1934] : II, 190 Yudakhin 1965 : 780; Biyaliev 1970 : 246 397 Yudakhin 1965 : 558 398 Dans le dictionnaire kazak, cf. Kazak 1974 : V, 633 kana est glosé «enveloppe; écorce du grain; volume, poids». On dit kanadan šïktï «il est sorti de sa peau» pour celui qui est présomptueux, prétentieux, pour celui qui s‟emporte. Par ailleurs, le même dictionnaire considère que kana est le nom de la septième mue. 399 Babalïkov 1989 : 83

111
Région d‟Almatï400 6 jana 7 kumtülek 8 kuwtülek 9 sumtülek 10 baršïn 11 12 13 14 15 20 plus käri / mola Kazak de l‟Altay 401 kuwtülek köktübit kana jana baršïn barkïn šögel District de Taldïkurgan402 kana jana oba oba oba kuwtülek kuwtülek sumtülek mola Kazak de Xinjiang403 kana kuwtülek käri Kazak de Mongolie404 jana kumtülek baršïn koŋïr tülek käri tülek ak tülek akïrgï tülek -

Nous avons au moins trois noms pour la mue de la sixième année : jana, kuwtülek et kana. L‟appellation jana est utilisée dans le district d‟Almatï405. La mue de la sixième année est dite kuwtülek par les aigliers kazak de l‟Altay406 où kuw signifie «sec, desséché, usé» ou bien «rusé, astucieux, habile». Puisque le manteau de l‟aigle ne saurait être desséché ou usé après une mue, ce nom évoquerait les qualités de l‟aigle qui entre dans sa sixième année. Pour les années suivantes, de la 7ème à la 10ème année, nous retrouvons dans un ordre hasardeux des appellations que nous connaissons déjà. Les deux mots qana et jana désignent respectivement la huitième et la neuvième année chez les Kazak de l‟Altay. Rappelons que qana désigne la mue de la cinquième année dans la région d‟Almatï et chez les Kazak de la Mongolie, tandis que dans la région de Taldïkurgan c‟est une appellation alternative pour la septième mue. Le nom, kumtülek, de la septième mue dans la région d‟Almatï et en Mongolie occidentale est le même que celui dont les Kïrgïz se servent pour désigner la quatrième mue. D‟autres appellations que nous connaissons déjà - kuwtülek, köktübit - sont reprises différemment d‟une région à l‟autre. Pour la dixième année nous retrouvons le mot baršïn qui, chez les Kïrgïz est le nom des plumages adultes, à partir de la cinquième ou de la sixième année. Un aigle dit baršïn vu par un ethnographe kazak a été décrit comme «noiraud» 407 . Ces appellations n‟ont pas d‟étymologie türk. Il nous semble qu‟elles sont dérivées d‟un radical mongol qu‟on trouve dans baragan «sombre, foncé», baragala- «assombrir», baragaxan «noiraud, obscur» 408 . Quant au deuxième élément, -čïn/-šïn, il n‟est pas impossible qu‟il s‟agisse dans ce cas du morphème mongol -ji/-jin utilisé pour former les noms des femelles des animaux. Quant au mot šögel, dont nous ne connaissons pas l‟étymologie, il est utilisé pour qualifier celui qui est mûr pour une affaire, celui qui «sait y faire»409. Notons qu‟il existe en kïrgïz un mot sögöl/sögör expliqué dans le dictionnaire de Yudakhin comme «appellation d‟aigle» et qui doit être le même mot que le kazak šögel «mûr, expérimenté»410. De nos jours

400 401

Babalïkov 1983 : 110 D‟après Altay 1980 : 93 402 Balšenov 1979 : 297 403 Babalïkov 1983 : 111 404 Babalïkov 1983 : 111 405 Cf. Kazak 1974 : III, 626 où c‟est le nom de l‟aigle dans sa huitième année. Dans la langue parlée jana est utilisé parfois dans le sens de «respectable, estimé, vénérable». 406 Altay 1980 : 93 407 Seitov 1929 : 69 408Lessing 1960 : 83 409 Dans le dictionnaire kazak cependant, cf. Kazak 1974 : X, 264, c‟est n‟est que le nom de l‟aigle dans sa onzième année. Les autres emplois du mot sont fournis par Babalïkov 1989 : 84 410 Yudakhin 1965 : 657

112 cependant le mot sögöl/sögör n‟est ni connu ni utilisé par les aigliers kïrgïz, que ce soit dans la nomenclature des mues ou dans la nomenclature des races d‟aigles. II.5.4.6. Retraite Dans certaines régions du Kazakstan, surtout dans la région d‟Almatï, on appelle les aigles qui ont dépassé la dixième année käri «vieux» ou mola «cimetière». Le nom barkïn qu‟on donne à l‟aigle dans sa onzième année, signifie, entre autres, «tertre funéraire»411. De même, oba qui désigne les aigles entre la neuvième et la onzième année signifie, lui aussi, «tertre, tumulus»412. D‟après les aigliers, à partir d‟un certain âge les aigles ne s‟attaquent plus au gros gibier et ils manquent de rapidité et d‟audace. A cet âge on leur rend volontiers la liberté en leur attachant une bague d‟argent au doigt : c‟est un signe que l‟aigle a servi longtemps un maître et qu‟il a mérité sa liberté. La tradition veut que si un tel aigle est repris par quelqu‟un, il soit relâché immédiatement. Une fois libérés, la plupart de ces aigles ne sont plus capables de reprendre une vie indépendante. Ils se maintiennent près du foyer de leurs maîtres et s‟abritent le plus souvent dans les cimetières où ils se nourrissent de souris et ne dédaignent ni la charogne ni les déchets, d‟où les multiples noms que nous pouvons traduire comme «croque-mort» - mola, oba, barkïn413. Remarquons que ces signes de faiblesse, qu‟on confond parfois avec l‟âge avancé, apparaissent à des moments différents dans les différentes régions : ainsi, dans le Xinjiang on dirait «vieux» un aigle de chasse qui est dans sa huitième année; dans le district d‟Almatï et dans l‟ouest de la Mongolie, dans la dixième année; dans l‟Altay à partir de la douzième année. Mais le vieillissement de l‟oiseau de chasse, ou plutôt son épuisement, dépend autant de la région où il est utilisé que du savoir-faire de son maître. Un aigle de chasse s‟use plus rapidement qu‟un aigle sauvage, et l‟une des raisons principales en est que l‟oiseau apprivoisé est souvent confiné au bloc, tant pendant les périodes des mues que quand son maître est occupé ailleurs. Cela affecte ses capacités du vol et, avec les années, l‟aigle perd de la vitesse ou de l‟haleine. Mais un aiglier soigneux fera voler son oiseau le plus possible et préservera ainsi ses qualités de chasseur. Quels que soient les soins qu‟on lui porte, un aigle de chasse ne saurait servir son maître au-delà de 20 ans. Et ce sont ces aigles relâchés, comme l‟admettent les aigliers, qu‟on voit ensuite hanter les cimetières. II.5.4.7. Nomenclatures simplifiées Il existe des systèmes simplifiés pour dire l‟âge des aigles. En kïrgïz, on appelle tüs bürküt «aigle teint» l‟aigle entre la première et la cinquième mue, puis, après la cinquième mue, il devient kara bürküt «aigle sombre»414. Ce système regroupe donc d‟une part tous les plumages juvéniles, tüs bürküt «aigle teint», et d‟autre part tous les plumages adultes, kara bürküt «aigle sombre». De même au Kazakstan, dans le district de Taldïkurgan, on a recours à un système simplifié dès la sixième mue :

Kazak 1974 : II, 103. Kosbasarov propose que barkïn soit le nom d‟une couleur du manteau, brun sombre (kara koŋïr), et que le nom de cette couleur soit inspiré par la couleur du déclin du jour décrit en kazak par le verbe barkïndadï «à la brune, sur la brune», cf. Kosbasarov 1988 : 150-154. C‟est aussi l‟explication que fournit Babalïkov 1989 : 84. Il se pose une question intéressante qui est de savoir si barkïn et baršïn / barčïn ne sont pas des formes apparentées qui auraient la même origine mongole. 412 Kazak 1974 : VII, 367 413 Mukanov 1995 : 90; Seydimbek 1996 : 13 414 Biyliev 1970 : 246
411

113
de la 6ème jusqu‟à la 8ème année de la 9ème jusquèà la 11ème année de la 12ème jusqu‟à la 14ème année de la 15 jusqu‟à la 19 année après la 20ème année bozïm oba kuw tülek sum tülek mola

D‟après les explications de D. Düzelulï, pendant la sixième année l‟aigle, appelé bozïm «gris sâle; usé», change enfin toutes les rectrices de la queue415. L‟oiseau garde le même nom pendant les deux années qui suivent puisqu‟il n‟y a pas de changements importants à noter : il ne fait que devenir plus mûr et plus expérimenté. Entre la neuvième et la onzième année l‟aigle est appelé oba et son manteau ne subit que de changements minimes. Si la vitesse de son vol ne diminue pas, elle ne s‟accroît guère. Pendant la période suivante dite kuw tülek, d‟après l‟expression de D. Düzelulï, l‟aigle ne vous laisse rien savoir, il garde ses secrets. Puis pendant les cinq années qui suivent, où il porte le nom sum tülek, ses forces commencent à diminuer et l‟aigle passe beaucoup de temps perché à l‟abri. Enfin, après la vingtième année, l‟état de son plumage se détériore, la queue se raccourcit et l‟aigle résiste mal au froid. C‟est alors qu‟ils cherche souvent l‟abri dans les cimetières d‟où son nom. Même s‟il vit longtemps, après la vingtième année l‟aigle ne vit que pour lui, il n‟est plus sujet à l‟apprivoisement416. II.5.4.8. Définir l'âge des aigles sauvages Il convient ici de dire quelques mots sur la façon dont les aigliers définissent l‟âge d‟un aigle sauvage qu‟ils viennent de capturer. Et au Kazakstan et au Kïrgïzstan on s‟accorde à dire qu‟un bon aiglier sait dire l‟âge d‟un aigle sauvage sans hésitation. La plupart des aigliers reconnaissent facilement l‟aigle juvénile qui vient de quitter le nid - balapan ou bien bu jïlkï balapan «aiglon de cette année»417, l‟aigle juvénile dans sa première année tirnek // bozum418, puis l‟aigle qui vient de terminer sa première mue complète, tastülek // taštülök. Au delà de quatre ans, les aigliers ont le plus souvent recours aux noms comme barčïn, eki barčïn, barkïn, baršïn etc419. Dans ces cas, ils veulent dire tout simplement que c‟est un aigle qui a joui de la liberté et qui a chassé par lui-même420. Le plus souvent on définit l‟âge de l‟aigle en examinant la queue : l‟aigle juvénile a des rectrices dont la naissance est blanche, et, dont l‟extrémité porte une bande noire large de cinq doigts à l‟extrémité. Mais il n‟existe point de métrologie qui donne les proportions entre le noir et le blanc de la queue pour les années qui suivent421. Les aigliers kïrgïz disent que ce n‟est qu‟après la cinquième mue que la queue de l‟aigle devient entièrement sombre, et on l‟appelle alors barčïn422. L‟aiglier D. Düzelulï, du district de Taldïkurgan, reconnaissait l‟âge des aigles sauvages par la couleur de leurs émeuts. Les émeuts des aigles juvéniles sont tout blancs. De plus, ces oiseaux expulsent les émeuts au loin. Les émeuts des aigles adultes ont une couleur

Balšenov 1979 : 297 Balšenov 1979 : 297 417 C - Süleymanbekov 418 Rïskulov 1991 : 169; C -Šapirov 419 Rïskulov 1991 : 65; Seydimbekov 1994 : 115 420 Karalaev 1952 : 36 421 Aljanov 1964 : 13; Oralbaev 1994 : 118; Imankulov 1980 : 121; C - Jamanakov 422 C - Süleymanbekov
415 416

114 jaune pâle ou vert pâle, tandis que ceux des aigles vieillissants - vert foncé. Ces derniers n‟arrivent pas à expulser les émeuts au loin423. Les aigliers kïrgïz considèrent que jusqu‟à quatre ans l‟aigle sauvage se laisse prendre au filet si on a appâté avec un pigeon ou un lièvre, mais qu‟après cet âge il devient trop rusé, et pour le prendre on a besoin d‟une dépouille de renard et d‟un autr e aigle qui servira de leurre424. Il y a peu d‟aigliers qui sachent dire l‟âge de l‟aigle, au delà de trois ou quatre ans, en examinant son état général ou l‟état de son plumage. S‟ils y arrivent, c‟est qu‟ils se servent d‟indices qui ne relèvent pas de la physiologie de l‟oiseau à proprement parler : les conditions dans lesquelles l‟oiseau a été pris, la façon dont il s‟est laissé prendre, la résistance de l‟oiseau lors des premiers essais d‟apprivoisement, etc. Les difficultés pour définir l‟âge de l‟aigle sauvage peuvent expliquer le système simplifié des mues utilisé par les aigliers kïrgïz : ces derniers se servent surtout d‟aigles pris sauvages, à la différence des aigliers kazak chez qui la pratique d‟aller chercher les aiglons dans le nid est beaucoup plus courante. On peut suivre les mues et affiner les noms d‟un aiglon pris dans le nid, mais il en va différemment avec l‟oiseau sauvage où on se contente le plus souvent de constater si c‟est un aigle de cette année (balapan), si c‟est un aigle qui n‟a pas encore mué (bozum), si c‟est un aigle qui a terminé sa première mue (tastülök) ou si c‟est un aigle qui a mué plus d‟une fois (barčïn). II.5.4.9. Comparaisons et conclusions Avant de tenter quelques conclusions, donnons les nomenclatures complètes, en kïrgïz et en kazak, des mues de l‟aigle :

423 424

Balšenov 1979 : 297 Akmataliev 1993 : 117

115 Noms des mues de l’aigle en kazak425
District d‟Almatï
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13/14 15 /19 Plus

balapan tirnek tastülek ana kana jana kumtülek kuwtülek sumtülek käri / mola

District de Taldïkurgan bala tirnek tastülek muzbalak/ kandïbalak köktübit kana/bozïm jana/bozïm bozïm oba oba oba kuwtülek kuwtülek sumtülek mola

Kazak de l‟Altay balapan tirnek tastülek kantülek kumtülek kuwtülek kök tübit kana jana baršïn barkïn šögel

Kazak de Mongolie balapan tirnek tastülek ana kana jana kuw tülek baršïn koŋïr tülek käri tülek ak tülek akïrgï tülek

Kazak de Xinjiang balapan tirnek tastülek kumtülek ana kana kuwtülek käri

Noms des mues de l’aigle en kïrgïz
Sans précision de la région426 balapan / bala bozum taštülök kumtülök ïmtülök ïltülök barčïn/bir barčïn eki barčïn Vallée du Jumgal, Tien Shan427 balapan bozum ïmtülök küntülök taštülök barčïn bir barčïn eki barčïn Tien Shan428 Région du lac Ïssïk-köl429 bala bozum taštülök kumtülök nïmtülök bir baarčïn eki baarčïn üč baarčin Région du lac Ïssïk-köl430 bala bozum taštülök kumtülök barčïn

1 2 3 4 5 6 7 8

bozum taštülök kumtülök ïmtülök barčïn bir barčïn eki barčïn

Chez les Kïrgïz comme chez les Kazak, l‟âge de l‟aigle est défini par le nombre de mues qu‟il a subies. L‟énumération méticuleuse des mues successives, tant du côté kazak que du côté kïrgïz, suggère que nous avons affaire à des aigles apprivoisés qu‟on cherche au nid ou qu‟on capture dès qu‟ils quittent le nid, c‟est-à-dire dans leur premier automne de vie indépendante, et qui subissent les mues successives entre les mains de leurs maîtres. Les deux nomenclatures suivent tant bien que mal les mues complexes de l‟aigle et s‟efforcent de les décrire dans leurs plus petits changements. Le nombre des termes kïrgïz est beaucoup moins important que celui des termes kazak. De plus, tant en kïrgïz qu‟en kazak, à côté des nomenclatures détaillées nous trouvons des nomenclatures simplifiées qui ne tiennent pas compte de chaque mue mais des étapes les plus importantes dans le développement du plumage de l‟aigle. La nomenclature kïrgïz est plus simple et c‟est pour cette raison peut être qu‟elle est aussi plus stable. D‟une région à l‟autre les noms des mues ne varient pas, sinon pour la
425Balšenov 426

1979 : 297; Babalïkov 1989 : 77 - 78 Yudakhin 1965 : 89, 780 427 Akmataliev 1993 : 217 - 220 428 Kïrgïz 1960 429 Imankulov 1980 : 121; C - Jamanakov 430 Soltonoev 1993 [1934] : II, 190

116 cinquième et la sixième année c‟est-à-dire le moment où l‟aigle endosse son plumage adulte. Cette hésitation n‟est pas surprenante. Les ornithologues ont observé que le moment où l‟aigle acquiert son plumage adulte dépend de plusieurs conditions - qualité de la nourriture, latitude et altitude de la région qu‟il habite. De plus, dans les mêmes conditions deux oiseaux peuvent se développer différemment et revêtir leur plumage adulte à des moments différents. Quant à la nomenclature kazak elle est assez cohérente jusqu‟à la troisième ou quatrième année. Dès lors, un inventaire limité de termes est utilisé de façons très différentes d‟une région à l‟autre. Cet inventaire inclut les termes suivants : köktübit «au duvet gris bleuté» bozïm (1) «gris sâle». kuwtülek (1) «plumage sec, usé»; (2) «rusé, astucieux, habile» sumtülek (1) «plumage usé»; (2) «rusé, cruel, sanguinaire» baršïn «sombre»431. barkïn (1) «tertre funéraire»; (2) «sombre»432 šögel (1) «mûr, expérimenté»; (2) «vieillissant»433. ana «mère» kana pourrait signifier «prétentieux» jana pourrait signifier «respecté» käri «vieux» mola «cimetière» oba «tumulus; cimetière» Parmi ces noms ceux qui se réfèrent au manteau suivent la même logique que les noms des systèmes simplifiés c‟est-à-dire qu‟ils confirment l‟assombrissement du plumage de l‟aigle avec l‟âge (baršïn, barkïn). Mais aussi, dès la sixième année, plusieurs noms font allusion à l‟épuisement de l‟oiseau de chasse : outre käri «vieux», plusieurs noms évoquent le crépuscule d‟une vie (oba, mola, peut-être barkïn). Quant aux appellations dont l‟interprétation reste incertaine, elles décrivent le plus souvent des qualités humaines (respecté, intrépide, rusé, expérimenté, cruel) qui peuvent être transposées sur les oiseaux de chasse, mais n‟indiquent qu‟indirectement son âge. Ce sont des qualités qui dépendent du savoir-faire de l‟aiglier, ou qui expriment son avis sur l‟évolution des qualités de l‟oiseau. Si nous acceptons qu‟à partir de la sixième année les noms de la nomenclature kazak se réfèrent non pas à une seule année, ou à une seule mue, mais à des tranches d‟années, ou à des phases dans le développement de l‟aigle de chasse, nous rendons une certaine cohérence aux données kazak. Aussi, nous pouvons remarquer que les nomenclatures des aigliers des districts d‟Almatï et de Taldïkurgan sont plus proches qu‟elles ne le paraissent au premier coup d‟oeil : les noms qu‟on donne à l‟aigle de chasse pendant ses dernières années sont les mêmes dans les deux régions. Leur succession est la suivante : kuwtülek - le point culminant ou la période, de trois ans le plus vraisemblablement, où les qualités de l‟aigle ne changent point, ni en mieux ni en moins bien; sumtülek - les forces de l‟aigle commencent à diminuer et il passe beaucoup de temps perché, il n‟a plus guère l‟envie qu‟il avait plus jeune de prendre l‟air, de voler; mola - le plumage de l‟aigle se détériore et il perd ses qualités de chasseur c‟est-à-dire qu‟il ne saura pas prendre le gibier (renard, loups) convoité par son maître et il se contentera des proies de tailles modestes.

431 432

Kosbasarov 1988 : 151-152 Kosbasarov 1988 : 152 433 C - Esentaev

117 Or, l‟appellation kuwtülek est utilisée aussi dans l‟Altay, dans l‟ouest de la Mongolie et au Xinjiang. Elle s‟inscrit dans des séquences qui sont différentes mais qui suivent la même logique. Chez les Kazak du Xinjiang, après la septième année - kuwtülek - on commence à considérer l‟aigle de chasse sinon comme «vieux» au moins comme «vieillissant», käri. Chez les Kazak de Mongolie occidentale la septième année - kuwtülek - est séparé de la «vieillesse», ou la dixième année, par deux étapes intermédiaires - baršïn et koŋïr tülek «plumage brun-sombre» - qui marquent l‟assombrissement de la teinte du manteau. Dans l‟Altay, la sixième année - kuwtülek - est suivie par des noms qui marquent d‟une part l‟assombrissement du manteau (kök tübit, baršïn, barkïn) et qui font allusion d‟autre part aux qualités de l‟aigle qui vont en s‟améliorant jusqu‟à la 12ème année, moment où l‟aigle est appelé šögel «mûr». A cet âge, les aigliers kazak de l‟Altay rendent la liberté à leur oiseau de chasse434. Tant dans l‟Altay que dans l‟ouest de la Mongolie, l‟âge avancé de l‟aigle de chasse est associé à l‟assombrissement de son manteau. Les nomenclatures kazak sont donc à l‟unisson pour les noms des mues jusqu‟à la première mue complète. Par contre, il existe beaucoup d‟hésitations sur les noms entre la première mue complète et le vieillissement de l‟aigle de chasse. Ajoutons enfin que la nomenclature des mues nous donne un premier avant-goût des difficultés d‟analyse des noms des races. Dans les deux cas nous avons affair e à un inventaire limité d‟appellations dont les interprétations et les usages varient beaucoup d‟une région à l‟autre sinon d‟un aiglier à l‟autre. De plus, la synonymie et le polysémie alourdissent encore davantage ces inventaires. Ils comportent par ailleurs des aberrations qui n‟empêchent aucunement leur fonctionnement. Ils regroupent enfin des mots d‟origines hétérogènes : nous y relevons aussi bien des mots du vocabulaire courant que des mots des vocabulaires plus spécialisés, exemplairement celui de l‟élevage. Enfin, les noms de couleur ont un rôle prépondérant dans ce type de nomenclature.

II.5.5. Catégories d'aigles selon l'habitat
Les noms donnés aux aigles pour décrire leur sexe ou leur âge font partie du système de dénomination des aigliers dans la mesure où ces noms sont couramment utilisés pour désigner un oiseau, et ils fournissent souvent la réponse à la question «Comment est votre oiseau?». Ces noms cependant ne sont pas de noms de races d‟aigles. Certes, nous trouvons des aigliers qui ne nomment leurs oiseaux que par le nom de la mue. Mais, en kïrgïz, à partir de la cinquième année, on observe une tendance nette à désigner l‟aigle par un nom de race et non pas par un nom d‟âge. Nos enquêtes en kazak sont insuffisantes pour que nous puissions décrire le passage de la nomenclature d‟âge vers celle des races chez les aigliers kazak. Qu‟est-ce que c‟est que les races d‟aigles? Les aigliers kïrgïz comme les aigliers kazak divisent tout d‟abord leurs aigles en deux catégories selon l‟habitat : aigles des montagnes / aigles des étendues basses en kazak, et aigles des montagnes / aigles des étendues arides en kïrgïz. A l‟intérieur de chacune de ces catégories ils distinguent des groupements d‟oiseaux qui ont des traits morphologiques en commun et qui sont désignés par un nom. Nous employons le terme «race» pour désigner les groupements d‟aigles décrits par un même nom et inclus dans l‟une des catégories selon l‟habitat; le terme «variété» s‟applique dans notre exposé à des subdivisions des races. Ces subdivisions des races sont désignées par une appellation qui leur est propre. Quand cela s‟avère nécessaire le terme «groupe» indiquera les subdivisions des variétés. Les «groupes», comme les «variétés», sont désignées par une appellation qui leur est propre.

434

Altay 1980 : 93

118 Nous présentons tout d‟abord les catégories d‟aigles selon l‟habitat, puis les différentes races et leurs subdivisions telles qu‟elles nous ont été décrites par nos informateurs. II.5.5.1. Définitions des aigliers kazak L‟opposition la plus simple ne fait ressortir que deux catégories d‟aigles : oy kusï «oiseaux des étendues basses» et taw kusï «oiseaux des montagnes». Ces deux catégories de base varient d‟une région à l‟autre. Ainsi dans les Moyïnkum on oppose šöl dala bürkiti «aigles des steppes arides» au taw bürkiti «aigles des montagnes»435 tandis qu‟au pied des Alataw, dans la région d‟Almatï, on différencie les «aigles des steppes», dala bürkiti, des «aigles des montagnes», taw kusï. L‟habitat peut être spécifié davantage et les catégories deviennent alors trois : soit oy kusï «oiseaux des étendues basses», kïr kusï «oiseaux des collines» et taw kusï «oiseaux des montagnes»; soit encore oy kusï «oiseaux des étendues basses», orta taw kusï «oiseaux des montagnes moyennes» et ülken taw kusï «oiseaux des hautes montagnes»436. Les aigles des hautes montagnes sont appelés parfois kuz kusï «oiseaux des crêtes». Les catégories additionnelles des «oiseaux des collines» et des «oiseaux des montagnes moyennes» qu‟on voit apparaître dans certaines régions montr ent que la division des aigles selon l‟habitat est malléable : d‟une région à l‟autre c‟est soit la catégorie des «aigles des montagnes» soit celle des «aigles des étendues basses» qui incorporera les catégories additionnelles au cas où il sera nécessaire de rétablir une division bipartite. Catégories d’aigles selon l’habitat en kazak Les aigliers kazak reconnaissent les aigles des montagnes par leur grande taille et par leur charpente robuste. Ce sont des aigles bas-assis, c‟est-à-dire qu‟ils ont les cuisses relativement courtes et épaisses. Les doigts sont courts, la plante des pieds est calleuse et les serres sont émoussées par le contact constant avec la pierre. Les plumes de la crinière et des culottes sont longues et pendues. Leur manteau est brun sombre, kara barkïn. Parfois les aigliers comparent la couleur du manteau aux couleurs des rochers que les aigles fréquentent : ainsi les aigles qui construisent leurs aires sur les versants enneigées de l‟Altay, du Tarbagatay et des Alataw auront un manteau tacheté du blanc (ak šubar) et des plumes blanches aux épaules437. Les aigles des étendues basses construisent leurs aires dans les steppes, aux endroits les moins accessibles, souvent aux sommets des saxaouls. Ils ont la charpente légère et une taille relativement faible. Leur manteau est le plus souvent de couleur fauve ou «jaunâtre», sarïgïš, les plumes sont pointues et les doigts longs et écartés438. Ajoutons à ces fiches signalétiques les commentaires de Beket Esentaev, originaire de la région de Karataw, district de Jambïl :
« Ceux qu‟on appelle oy qusï, «aigles des étendues basses», ne montent pas dans les montagnes, ils fréquentent les piémonts. Ce sont des aigles de faible taille. Des aigles comme ceux-là j‟en ai vu chez les aigliers allemands et autrichiens. Les yeux de ces aigles sont jaunes, sarï šegir, leur manteau est fauve, il peut tirer sur le brun, ils sont petits, leur silhouette est arrondie, compacte. De tels aigles il y en a beaucoup dans les collines entre Almatï et Jambïl... Les aigles des montagnes, taw qusï, ont la

435 436

Satïlganov 1980f : 74 Babalïkov 1986 : 69; Seydimbekov 1994 : 16 437 Satïlganov 1980f : 74 438 Seydimbekov 1994 : 116

119
queue longue, ils sont grands, ils ont la charpente robuste, tout cela leur vient de la nature, c‟est die u qui les a faits comme cela... »439.

Les deux catégories d‟aigles ainsi définies se distinguent donc tout d‟abord par leur habitat mais aussi par la taille et par la teinte du manteau. A ces deux traits morphologiques on peut ajouter quelques autres qui paraissent cependant optionnels : doigts longs - doigts courts, queue longue - queue courte, vol rapide - vol lent etc. Il convient ici de préciser davantage les habitats des aigles au Kazakstan en donnant quelques exemples de montagnes, taw, de steppes, dala, d‟étendues basses, oy, et d‟étendues arides, šöl. Les chaînes montagneuses sont concentrées à l‟est du pays et elles comprennent, le long des frontières avec la Mongolie et la Chine, une partie de l‟Altay (1449 m), le Tarbagatay (2992 m.), le Djounghar Alataw (4442 m.) et le Alataw Transilien (4951 m.). Le centre du Kazakstan est occupé par la région de Sarïarka (altitude entre 300 m. et 1565 m.) qui est une haute plaine rompue par quelques chaînes montagneuses d‟altitude modeste : Kökšetaw au nord (471 m.), Ulïtaw (1133 m.) à l‟ouest, Kïzïlaray (1565 m.) et Šïngïstaw (1305 m.) à l‟est. Tout à l‟ouest du pays, les chaînes méridionales de l‟Oural sont connues sous le nom de Mugaljar taw (675 m.). Parmi les montagnes kazak, il n‟y a que les Alataw (Djounghar et Transilien) et l‟Altay qui seront qualifiés de ülken taw «hautes montagnes» tandis que les chaînes montagneuses de Sarïarka et le Mugaljar seront soit des montagnes moyennes, orta taw, soit des collines, kïr. Ces chaînes montagneuses délimitent une vaste plaine soumise à l‟assèchement continu dans laquelle les steppes arides (dala) alternent avec des étendues désertiques (šöl) ou des déserts sablonneux (kum). Un exemple typique de steppe aride est la steppe de Betpak limitée par les cours inférieurs du Šü et du Sarïsuw au sud -ouest, par le lac Balkaš à l‟est et par la région de Sarïarka au nord. Quant aux déserts sablonneux, ils commencent juste au sud de la steppe de Betpak (Moyïnkum), occupent l‟espace entre les vallées du Syr-daria et de l‟Amou-daria (Kïzïlkum) et s‟étendent jusqu‟à la mer Caspienne (Karakum). Des poches éparses du désert sont dispersées par ailleurs au sud du lac Balkaš et au nord de la mer d‟Aral. Malgré leur renommée funeste auprès des voyageurs ces étendues arides fournissent aux Kazak, encore de nos jours, des pâturages de printemps et d‟automne. Il n‟est donc pas surprenant que les Kazak connaissent et se servent des aigles de ces contrées. Ajoutons enfin que les meilleurs aigles des montagnes viennent, selon les aigliers kazak, soit de l‟Altay soit des Alataw; parmi les aigles des étendues basses ils apprécient les aigles de Sarïarka et de Betpak dala. II.5.5.2. Définitions des aigliers kïrgïz Comme il convient à un pays montagneux dont le territoire presque entier est pris entre les chaînes du Tien Shan, les aigles des montagnes, too bürkütü, sont les aigles les plus appréciés au Kïrgïzstan. Les deux traits caractéristiques de ces aigles : ce sont des oiseaux de forte taille et leur manteau est d‟une teinte foncée, ce qui explique qu‟on les appelle souvent kara «noirs» ou too karasï «noirs des montagnes»440. Aux «aigles des montagnes» les aigliers kïrgïz opposent les «aigles des étendues arides», čöl bürkütü. Nous allons préciser le biotope décrit comme čöl en citant quelques indications données par les aigliers. Un exemple de čöl semble être la vallée de l‟Ili dont les

439 440

C - Esentaev Akmataliev 1993 : 92, 217

120 aigles étaient très recherchés au début du siècle441. C‟est pour ces aigles que les Kïrgïz parlent d‟aigles des contrées chaudes442. Mais des vallées arides de haute altitude seront aussi décrites comme čöl : d‟après l‟aiglier Moldogazï les aigles dits čöl bürkütü qu‟on rencontre dans la vallée du Jumgal viennent des vallées de l‟Alaykuu (2 300m) et de l‟Alay (3 000 m) 443 . C‟était aussi l‟avis de Alïkul Kenenbay uulu, du village Akbulak (Tien Shan central), pour qui les aigles čöl bürkütü se reproduisaient dans les vallées de l‟Arpa (2 700 - 3 600m) et de l‟Alay444. Selons nos informateurs les aigles des étendues arides ne fréquentent pas la vallée du Narïn, au coeur du Tien Shan445 et ils sont rares sur les rives de l‟Ïssïk-köl446. Les aigles des étendues arides sont des oiseaux de faible taille dont le manteau est fauve, d‟où leur deuxième appellation de čöl sarï / čöl sarïsï / čöldün sarïsï «[aigles] fauves des étendues arides»447 . Les autres traits de ces aigles sont inconstants et changent d‟une région à l‟autre sinon d‟un aiglier à l‟autre. Les aigliers du Tien Shan reconnaissent ces oiseaux grâce à une fissure sur le talon448. Sur les rives du lac Ïssïk-köl on ne leur connaît pas cette particularité. Il n‟y guère d‟unanimité sur les qualités de ces aigles : pour les uns ce sont des oiseaux courageux449 qui prennent le renard450 et peuvent même arrêter une antilope451, pour les autres ce sont des oiseaux médiocres qui se nourrissent de menus animaux452. Le regroupement des aigles selon l‟habitat est pratiqué donc et par les aigliers kazak et par les aigliers kïrgïz. De plus, malgré les reliefs différents des deux pays, ces catégories se ressemblent : les aigles des montagnes sont décrits de la même façon en kazak et en kïrgïz; les aigles des étendues basses des aigliers kazak ont en commun avec les aigles des étendues arides des aigliers kïrgïz la faible taille et une teinte de manteau plus claire, décrite comme «fauve». Mais, nous avons déjà donné quelques exemples des biotopes décrits comme čöl par les aigliers kïrgïz. Il s‟agit dans la plupart de ces exemples de vallées arides de haute altitude, bien différentes des plaines désertiques du Kazakstan. Les aigles des étendues arides des Kïrgïz sont, de par leur habitat, bien différents des aigles des étendues basses des Kazak. Chez les aigliers kïrgïz la catégorie des aigles des étendues arides semble réunir deux groupes distincts d‟aigles : les aigles des étendues arides d‟altitude et les aigles des étendues arides basses. Catégories d’aigles selon l’habitat en kïrgïz Cependant, en étudiant les aigles des «non-montagnes» nous allons voir que de part et d‟autre du Küngöy Alatoo, c‟est-à-dire qu‟on soit au Kazakstan ou au Kïrgïzstan, ils ont beaucoup de traits morphologiques en commun. Ceci est un indice que les catégories d‟aigles selon l‟habitat sont supra-territoriales, c‟est-à-dire qu‟elles ne sont pas limitées à un seul pays, que ce soit le Kazakstan ou le Kïrgïzstan. Ainsi les aigles des montagnes des aigliers kazak comme des aigliers kïrgïz sont les aigles des Alatoo ou bien de l‟Altay. De même certains des
441

Soltonoev 1993 [1934] : II, 191 - Süleymanbekov; C 59- Abdïkalïkov 443 Akmataliev 1993 : 218 444 Kenenbay uulu 1995 : 69 445 C - Ïrsaliev 446 C - Abdïkalïkov 447 C - Abdïkalïkov; Biyaliev 1972 : 143; C - Süleymanbekov; Kenenbay uulu 1995 : 69; Akmataliev 1993 : 218 448 C - Osmonuulu; Akmataliev 1993 : 218 449 Akmataliev 1993 : 218 450 C - Osmonuulu 451 Imankulov 1980 : 120 sq. 452 C - Süleymanbekov
442C

121 aigles des étendues arides basses des aigliers kïrgïz peuvent très bien venir du Kazakstan, de la vallée de l‟Ili par exemple. Ceci ne doit pas nous surprendre. Les échanges entre le Kazakstan et le Kïrgïzstan, si nous considérons ces pays dans leurs frontières actuelles, ont toujours été très dynamiques. La chaîne de Küngöy Alatoo, au nord du lac Ïssïk-köl, n‟est pas à proprement parler une frontière et les multiples passages qui la traversent en sont la preuve. Il n‟est pas surprenant dans ce cas que les aigliers kazak et les aigliers kïrgïz s‟accordent dans leurs descriptions de certaines races d‟aigles des «non-montagnes». En résumé, un aigle des montagnes est un oiseau qui privilégie les montagnes et qui possède un certain nombre de traits morphologiques qui lui sont propres : grande taille, charpente robuste, tarses emplumés, manteau sombre, queue longue. Inversement un aigle des étendues basses est celui qui est de faible taille, à la charpente légère, au manteau fauve et à la queue courte. Mais cette opposition n‟est pas absolue puisque elle tolère de nombreuses exceptions. Les aigliers eux-mêmes insistent qu‟il ne suffise pas de voir en aigle chasser en bas pour décider qu‟il s‟agit d‟un aigle des étendues basses. Quand la nourriture se fait rare, disent-ils, on voit beaucoup d‟aigles des montagnes chasser en bas. La prudence s‟impose surtout avec les oiseaux qu‟on voit en bas. Par contre, si on voit un aigle chasser en montagne on peut être sûr qu‟il s‟agit d‟un aigle des montagnes puisque les oiseaux d‟en bas ne montent jamais chasser en montagne. La teinte de manteau peut être aussi trompeuse : il existe des aigles fauves qui vivent en altitude de même qu‟il existe des aigles foncés qui vivent en bas. Les aigliers sont les premiers à souligner la flexibilité de ces catégories naturelles. En février 1997 à la question «Comment sont donc les aigles de la région de Degeres?» Axmed Uzakov donna la réponse suivante : « Ce sont des aigles des montagnes, chez nous on dit taw bürkiti «aigles des montagnes» puis dala
bürkiti «aigles des steppes». Alors les aigles de notre région sont des aigles des montagnes. Mais les oiseaux, ils volent, ils volent loin, beaucoup d‟aigles viennent ici, beaucoup d‟aigles qui ont été relâchés se maintiennent dans notre région453. On y trouve donc maintenant beaucoup de bons aigles. Quand on dit «aigles des montagnes» ce sont certes des oiseaux des montagnes mais s‟ils ne trouvent pas de nourriture pour leurs oisillons ils descendent aussi dans les plaines. Il se peut même qu‟ils s‟aventurent dans les déserts. Cela sert donc à quoi de dire c‟est un aigle des montagnes ou bien c‟est un aigle des steppes? Nous considérons que les aigles des steppes sont de faible taille mais ceci ne veut pas dire que tout aigle de faible taille est un aigle des steppes. Dans nos steppes il n‟est pas rare de rencontrer des aigles des montagnes. Dans nos montagnes il est possible de voir des aigles des steppes. Quand les aigliers de notre village ont relâché leurs aigles, ils se sont tous mélangés »454.

II.5.5.3. Appellations des aigles d'après le lieu d'origine Dans ce système de dénomination les aigles sont décrits tout simplement par le lieu d‟origine, par exemple alataw bürkiti «aigles des Alataw». Ce système de dénomination est assez souvent utilisé par les jeunes aigliers d‟approche plus pragmatique pour qui les autres systèmes de dénomination paraissent soit archaïques soit embrouillés. Par ailleurs, il est utilisé davantage au Kazakstan qu‟au Kïrgïzstan. Donnons tout d‟abord quelques exemples kazak de ce type d‟appellations455 : alataw bürkiti «aigles des Alataw», Tien Shan central.
Lors de nos enquêtes en 1996/97 la situation précaire des aigliers les avait obligés à ne garder qu‟un seul oiseau. D‟habitude ils entretiennent deux à trois aigles. Les aigles relâchés sont des aigles apprivoisés que leurs maîtres ne peuvent plus nourrir. 454 C - Uzakov 455 Seydimbek 1996 : 9; Babalïkov 1986 : 69
453

122 karataw bürkiti «aigles du Karataw», Tien Shan occidental456. xanteŋri bürkiti «aigles du Xantengri», la crête la plus haute du Tien Shan entourée de glaciers et couronnée par le sommet Xanengri (7439 m.), au Kïrgïzstan. bogda bürkiti «aigles du massif Bogda», Tien Shan oriental, de nos jours du côté chinois, au Xinjiang. kïzïlkum bürkiti «aigles des Kïzïlkum» karakum bürkiti «aigles des Karakum» betpak dala bürkiti «aigles de la plaine de Betpak»457 arka bürkiti «aigles du centre du Kazakstan»458 jetisuw bürkiti «aigles de Jetisu»459 Au Kïrgïzstan, comme nous l‟avons dit, ce système de dénomination est moins utilisé et moins développé. On s‟en sert cependant pour distinguer les aigles des chaînes montagneuses au sud du lac Ïssïk-köl, teskey bürkütü «aigles du Teskey [Alatoo]» 460 des aigles des chaînes montagneuses du nord du lac, küngöy bürkütü «aigles du Küngöy [Alatoo]»461. Par ailleurs, les aigles du nord du pays sont souvent décrits comme arkalïktïn bürkütü «aigles du nord du Kïrgïzstan»462. Remarquons que le nord du pays, pour les Kïrgïz, ce sont les deux chaînes des Alatoo qui entourent le lac Ïssïk-köl et que le groupe d‟oiseaux désigné par les Kïrgïz comme arkalïktïn bürkütü correspond d‟une part au groupe que leurs confrères kazak appellent alataw bürkiti et couvre d‟autre part les groupes d‟aigles du Teskey Alatoo et du Küngöy Alatoo. Dans ce système de dénomination le besoin de préciser s‟il s‟agit d‟un aigle de montagne ou d‟un aigle des étendues basses n‟existe pas puisque les appellations formées essentiellement à partir des toponymes sont explicites. Dans les exemples kazak nous retrouvons facilement les composants taw «montagne», dala/tala «steppe» et kum «sables» qui nous renvoient aux biotopes des aigles et donc aux catégories selon l‟habitat. Les exemples kïrgïz évoquent tous des aigles de montagnes. Il existe une série d‟appellations, tant en kazak qu‟en kïrgïz, qui conjuguent le lieu d‟origine de l‟oiseau avec un trait morphologique. Par exemple en kazak 463 : altaydïn ak ïyïgï «[aigles] aux épaules blanches de l‟Altay»; karagaydïn kïzïl balak sarïsï «[aigles] fauves aux culottes rouges des forêts de sapins»; tümennin sarï kusï «aigles fauves de [la région du] Tümen»; narïnnïn sarïsï «[aigles] fauves de [la vallée du] Narïn»; deresinnin sarïsï «[aigles] fauves de Deresin», oraldïn kara šolagï «[aigles] noirs à la queue courte de l‟Oural». Chez les aigliers kïrgïz nous trouvons les exemples suivants : indistandïn kökayagï «[aigle] aux pieds bleus de l‟Inde»464, kurt čïčaar jumgal bürkütü «aigle de [la vallée du] Jumgal qui extermine les loups» 465 . Ces appellations constituent un groupe transitoire entre les dénominations d‟après le lieu d‟origine et les dénominations, plus traditionnelles et très nombreuses, d‟après la morphologie des oiseaux. Et au Kïrgïzstan et au Kazakstan, le système de dénomination des aigles d‟après le lieu d‟origine tend souvent à remplacer les dénominations à partir de la morphologie des oiseaux.
456 457

C - Esentaev C - Esentaev 458 Balšenov 1991 : 290 459 Balšenov 1991 : 298 460 Akmataliev 1993 : 218 461 Akmataliev 1993 : 218 462 Soltonoev 1993 [1934] : II, 191 463 Babalïkov 1989 : 69 464 Soltonoev 1993 [´1934] : II, 191 465 Akmataliev 1993 : 218

123 Mais ces «noms géographiques» sous-entendent souvent une série de traits morphologiques propres aux aigles de la région en question. Voilà, par exemple, comment Beket Esentaev décrit les aigles de Karataw :
« Les aigles du Karataw sont de petite taille. Mais ils sont particulièrement rapides. Quand ils descendent [sur la proie] ils descendent bien, rapidement. Pouvoir monter verticalement et descendre à pic cela ne dépend pas de la taille des aigles. Les petits aigles du Karataw poursuivent la perdrix et s‟en emparent. Parfois les aigles de l‟Alataw aussi prennent la perdrix, mais étant grands ils ne sont pas si rapides »466.

De même, pour un aiglier kïrgïz teskey bürkütü signifie non seulement un aigle du Teskey Alatoo mais aussi, au moins, un aigle dont les plumes de la crinières sont dures comme les coraux, küngöy bürkütü désigne certes un aigle du Küngöy Alatoo mais aussi un aigle dont la couverture sous-caudale remplit le poignée etc.467. Le système de dénomination des aigles d‟après leur lieu d‟origine est à la portée de tous puisqu‟il ne nécessite pas l‟oeil expérimenté qui analyse la morphologie des oiseaux. Un profane pourrait dire teskey bürkütü «aigles du Teskey [Alatoo]» et personne ne le contredirait. Mais si pour le profane les aigles du Teskey sont des aigles qu‟il a vus dans le Teskey Alatoo, il en va différemment pour les aigliers. Ces derniers, tout en acceptant la qualification «aigles du Teskey», sauront leur décrire une série de traits morphologiques qui leur sont propres. II.5.5.4. Parallèles scientifiques II.5.5.4.1. Espèce polytypique Il convient ici de mettre en parallèle les catégories selon l‟habitat des aigliers et certaines catégories des ornithologues. Nous avons déjà décrit les six espèces d‟aigles qui cohabitent en Asie Centrale. Les trois propriétés de l‟espèce comme catégorie taxonomique sont l‟isolement reproductif, les différences écologiques et les distinctions morphologiques. Ce qui retiendra notre attention à cette étape ce sont les différences écologiques. Chaque espèce est considérée comme une unité écologique dans la mesure où, quels que soient les individus qui la composent, elle interagit en tant qu‟unité écologique avec d‟autres espèces qui partagent son environnement. De plus, la plupart des espèces sont polytypiques c‟est -àdire qu‟elles ne sont pas constituées d‟une seule population locale 468, mais d‟un grand nombre de populations locales : plus la distance qui sépare deux populations est importante, plus il est vraisemblable qu‟elles différeront par un grand nombre de leurs caractéristiques et on les considérera alors comme des sous-espèces distinctes. Une sous-espèce à son tour est une catégorie collective puisque toute sous-espèce est à son tour constituée de nombreuses populations locales qui sont différentes les unes des autres aussi bien génétiquement que morphologiquement. Comme telle elle paraît problématique aux biologistes évolutionnistes qui tendent à la remplacer par la «race écologique». La race écologique est une sous-division de l‟espèce et elle est définie comme «une population qui est particulièrement bien adaptée à son environnement local». Les populations enfin ne sont pas des formations homogènes. Les ornithologues reconnaissent, à l‟intérieur d‟une population, plusieurs catégories de variation : variation suivant l‟âge ou variation saisonnière qui sont des variations non génétiques; puis,
466 467

C - Esentaev Akmataliev 1993 : 218 468 Une population est «une communauté des individus capables d‟accouplement et vivant dans un endroit donné... Une espèce est composée dans le temps et dans l‟espace d‟un certain nombre de populations locales dont chacune intercommunique et intergrade avec les autres», cf. Mayr 1994 : 95.

124 des variations des phénotypes ou des caractères physiologiques, morphologiques ou de comportement des différents groupes d‟individus469. Nous résumons, un peu sommairement, les différents axes de diversification dans le schéma suivant470 : SUPPRIME Axe de diversification II.5.5.4.2. Préférences écologiques des différentes espèces et sous-espèces d'aigles Rappelons maintenant les espèces et les sous-espèces d‟aigles qu‟on rencontre en Asie Centrale en mettant l‟accent cette fois sur les habitats, ou les différences écologiques, que leur décrivent les ornithologues471 :
Etendues basses arides A. c. fulva (Tk., Kz.) Steppes boisées steppes et plaines A. c. chrysaetus (Kz.) A. c. kamtchatica (Kz.) A. c. daphanea (Kr., Kz.) A. rapax nipalensis (Kz., Mn.) Forêts Piémonts Montagnes

A. rapax orientalis (Kz.)

A. heliaca heliaca (Tk., Kz., Kr.) Aquila clanga (Kz., Kr.) Aquila fasciata fasciata (Tk., Kz.) Aquila pennata milvoides (Kz., Kr.)

Au niveau des espèces déjà nous voyons que, selon leurs préférences écologiques, il en y a qui sont plutôt des montagnes, ou des piémonts des montagnes - l‟aigle criard et l‟aigle botté - et d‟autres qui sont plutôt des étendues basses - l‟aigle impérial et l‟aigle de Bonneli. Or, il y a aussi des espèces - aigle royal et aigle ravisseur - qui se sont adaptées à des conditions écologiques très variées : on rencontre ces espèces aussi bien dans les étendues basses désertiques que dans les hautes montagnes comme le Tien Shan. C‟est ici que nous devons rappeler que selon les ornithologues chaque espèce comprend un certain nombre de populations locales qui se différencient l‟une par rapport à l‟autre. II.5.5.4.3. Catégories des aigliers et catégories des ornithologues La vraie question est de savoir si bürküt / bürkit dans le vocabulaire des aigliers - par exemple dans des catégories comme too bürkütü, čöl bürkütü - s‟applique aux sous-espèces d‟une seule espèce - l‟aigle royal- ou si, à la différence des nomenclatures scientifiques en langues autochtones, c‟est un nom générique, c‟est-à-dire qu‟il englobe plusieurs espèces du genre Aquila. La seule différence entre espèces et sous-espèces dans ce contexte est l‟isolement reproductif. Or, nous n‟avons pas assez de données sur la reproduction. Mais il existe quelques possibilités pour combler ce manque dans nos enquêtes : (1) certaines espèces, comme l‟aigle de Bonelli et l‟aigle botté - sont des oiseaux rares au Kïrgïzstan comme au Kazakstan. De plus, ces espèces ont des aspects morphologiques si caractéristiques qu‟il n‟est pas possible de les confondre avec les grands aigles - royal,
469 470

Mayr 1994 : 103. Où sb/sc désigne la sous-espèce, p - la population. Les catégories de variations sont soulignées. 471Kz. = Kazakstan; Tk. = Türkmenistan; Kr. = Kïrgïzstan; Mn. = Mongolie.

125 impérial, ravisseur. Les descriptions méticuleuses que les aigliers fournissent pour les races d‟aigles qu‟ils reconnaissent rendront possible l‟identification de ces espèces si nous les rencontrons. (2) l‟aigle criard est bien connu des aigliers kïrgïz et il a un nom qui lui est propre : kara šakïldak «[aigle] noir bruyant». (3) l‟aigle impérial, n‟est jamais rencontré en montagne. (4) les deux espèces - chrysaetus «royal» et rapax «ravisseur» - existent cependant à la fois en montagne et dans les étendues basses. Mais, des trois sous-espèces des montagnes, l‟une - kamtchatica - ne se rencontre que sporadiquement dans l‟Altay, la deuxième daphanea - est la sous-espèce prédominante dans les montagnes d‟Asie Centrale (Pamirs, Alay, Tien Shan, Tarbagatay) et la troisième - nipalensis - est à nouveau une sous-espèce de l‟Altay. (5) la plupart des sous-espèces qui privilégient les étendues basses ne peuvent être rencontrées qu‟au Kazakstan. Ainsi, des deux sous-espèces de l‟aigle royal, l‟une - fulva fréquente les étendues arides des Karakum, des Kïzïlkum et le plateau de Ust-ürt tandis que la sous-espèce nominale - chrysaetus - n‟est rencontrée qu‟en hiver au nord du Kazakstan. Enfin, la sous-espèce orientalis de l‟aigle ravisseur est répandue sur un grand espace qui s‟étend de la dépression des mers Caspienne et d‟Aral jusqu‟aux steppes du Kazakstan du nord, et, encore plus au nord, jusqu‟à Akmolinsk et Pavlodar; à l‟est on la rencontre jusqu‟au Tarbagatay et le lac Balkaš. Or, comme nous les verrons dans les chapitres suivants les aigliers, quand ils décrivent leurs oiseaux, précisent souvent les régions où on peut les rencontrer. Cette indication supplémentaire nous permettra de restreindre la catégorie des aigles des montagnes des Kïrgïz comme des Kazak à la sous-espèce daphanea de l‟aigle royal tandis que la catégorie des aigles des étendues basses, telle qu‟elle est décrite par les aigliers kazak, englobera, d‟une région à l‟autre, aussi bien les deux sous-espèces - fulva et chrysaetus - de l‟aigle royal que la sous-espèce orientalis de l‟aigle ravisseur et enfin l‟aigle impérial. Le kazak bürkit apparaît dans ce contexte non pas comme un nom spécifique, celui de l‟aigle royal, mais comme un nom qui englobe trois espèce d‟aigles de grande taille : royal, impérial et ravisseur. Il se rapproche ainsi de l‟arabe et du persan 'ukâb qui, les auteurs sont d‟accord sur ce point, désigne les mêmes trois espèces. En kïrgïz par contre, bürküt désigne uniquement la sous-espèce locale de l‟aigle royal; l‟aigle des steppes est connu des aigliers sous le nom qu‟on lui donne aussi dans la nomenclature scientifique - kara kuš - tandis que l‟aigle impérial et l‟aigle criard semblent confondus sous un nom d‟origine onomatopéique : šakïldak / karkïldak. Le fait que lorsque les aigliers détaillent les races et les variétés d‟aigles, ils se limitent le plus souvent aux déterminants et ils omettent systématiquement les déterminés - qu‟ils soient bürküt ou kus - présente une difficulté supplémentaire. Le déterminé peut être systématiquement omis parce qu‟il est le même et qu‟on ne sent pas le besoin de le répéter. Mais aussi il se peut aussi que les déterminants substantivés sont commodes pour parler des oiseaux qui sont certes des aigles mais pas obligatoirement des aigles royaux. Pour obtenir une réponse satisfaisante sur l‟appartenance taxonomique des races et des variétés des aigliers il sera nécessaire de soumettre des échantillons de chaque race et variété aux ornithologues systématiciens. Or, cela est impossible pour deux raisons : tout d‟abord les aigliers ne tuent pas leurs disciples et ensuite pour obtenir un inventaire complet d‟échantillons il faudra des dizaines d‟années vu que certaines races et variétés sont rares et n‟apparaissent qu‟une foi s tous les dix ans. Quoique nous n‟ayons pas de preuves formelles, les catégories d‟aigles selon l‟habitat telles qu‟elles sont décrites et pratiquées par les aigliers semblent correspondre à deux catégories de l‟ornithologie moderne : d‟une part à des espèces prises comme unités

126 écologiques et d‟autres part à des populations vues comme races écologiques. C‟est cette fusion entre deux phénomènes distincts qui explique que malgré les efforts à multiplier les traits morphologiques propres aux oiseaux en fonction de l‟habitat qu‟ils choisissent, les catégories selon l‟habitat restent très hétérogènes. Et qu‟un critère comme la couleur de manteau donne dans la pratique des catégories «polytopiques» c‟est-à-dire des oiseaux qui, malgré la même teinte de manteau, occupent plusieurs sortes d‟habitat. Quant aux groupes d‟aigles selon le lieu d‟origine, sollicitons à nouveau la biologie moderne. Elle accorde toute leur importance aux races géographiques, autrement dit aux différences entre les populations d‟une même espèce séparées par l‟espace. Mais elle admet aussi que même des populations voisines diffèrent l‟une de l‟autre et qu‟il n‟en existe pas deux qui soient identiques. C‟est ainsi qu‟à la notion de «race géographique» s‟ajoute la notion de «variation microgéographique» ou de «variation spatiale» qui tiennent compte justement des différences entre des populations voisines472. Pour illustrer cette notion, Mayr renvoie à une étude sur les mollusques de Hawaii où chaque vallée et chaque sommet possédaient ses propres mollusques caractéristiques. Quelles sont les caractéristiques variables? C‟est, et E. Mayr insiste là-dessus, tout caractère, qu‟il soit interne ou externe, morphologique ou physiologique473. Les observations sur les mollusques de Hawaii viennent d‟un zoologue. Mais il est fort probable que si ces mollusques ont une certaine importance dans le régime alimentaire des locaux, les caractéristiques notées par le zoologue n‟échapperont pas à ces derniers. C‟est comme cela que nous expliquons les groupes d‟aigles selon le lieu d‟origine : nos aigliers enregistrant avec un oeil attentif les différences les plus subtiles, de morphologie ou de comportement, d‟un groupe à l‟autre d‟oiseaux de chasse.

II.5.6. Les aigles des montagnes
Les aigliers kazak comme les aigliers kïrgïz divisent les catégories d‟aigles selon l‟habitat en plusieurs catégories secondaires. Ce sont ces catégories secondaires que nous étudierons dans les chapitres qui suivent. Rappelons que «race» est employé pour désigner les groupements d‟aigles décrits par un même nom et inclus soit dans l‟une des catégories selon l‟habitat soit dans l‟une des catégories que nous avons appelées «hétérogènes»; «variété» s‟applique dans notre exposé aux subdivisions des races et «groupe» indique les subdivisions des variétés quand elles existent. Nous décrivons les races qui suivent telles qu‟elles nous ont été décrites par nos informateurs. Les propos de ces derniers sont complétés par, ou comparés à, des renseignements contenus dans les quelques sources écrites sur le sujet. Un certain nombre d‟appellations sont entièrement livresques : elles viennent des sources à notre disposition, mais elles ne sont pas connues de nos informateurs. Nous citons ces appellations «livresques», comme disent les anciens auteurs, pour mémoire. Les grandes divisions - aigles des montagnes, aigles des étendues basses, aigles noirs, aigles fauves, etc. - que nous établissons dans les pages qui suivent ne sont pas à proprement parler celles de nos informateurs. Chaque race d‟aigle est mise dans l‟une de ces divisions parce qu‟à un moment ou un autre dans leurs discours nos informateurs lui attribuent cette place. Mais ces divisions ne correspondent pas à une organisation classificatoire introduite par les aigliers eux-mêmes. Les classifications, tant des aigles que des autres oiseaux de chasse, sont l‟objet d‟un chapitre à part (cf. chapitre V).
472 473

Mayr 1994 : 205. Mayr 1994 : 209.

127 Les pages qui suivent prennent la forme d‟une nomenclature commentée : outre les noms des différents groupements d‟aigles, nous y trouvons leurs descriptions morphologiques détaillées, les témoignages de nos informateurs sur les oiseaux en question et les histoires qu‟on raconte à leur propos. C‟est sous cette forme que se sont déroulées nos enquêtes. Nos interlocuteurs ont été toujours libres de raconter ce qu‟ils savaient, ou ce qu‟ils voulaient, sur les aigles, ou sur les autres oiseaux de chasse, et il nous revenait de profiter de leurs discours. Ce n‟est que lorsque nous les connaissions bien que nous leur posions des questions à notre tour. Les connaître bien nous permettait, le plus souvent, de jauger de la qualité, ou de la sincérité, de leurs réponses. Les étymologies des appellations sont une préoccupation de l‟auteur puisque les gens de la volerie ne s‟y intéressent pas. Les identifications ne sont tentées que dans les cas où les descriptions de nos informateurs renvoient clairement à des espèces ou des sous-espèces connues des ornithologues. Les données kïrgïz sont plus amples que les données kazak pour des raisons que nous avons expliquées dans notre introduction474. Les races d‟aigles se suivent dans un ordre qui ne tient pas compte du fait qu‟elle est décrite par les aigliers kïrgïz ou par les aigliers kazak. Par contre, l‟origine des renseignements est toujours précisée dans la description de la race. Une séparation formelle entre les données kïrgïz et les données kazak supposerait beaucoup de renvois et de répétitions - ce que nous avons voulu éviter. Nos commençons par les races d‟aigles définies à partir des traits morphologiques et attribuées à l‟une des grandes catégories selon l‟habitat - aigles des montagnes (II.5.6.) ou bien aigles des étendues basses (II.5.7.). Suivent les catégories hétérogènes (II.5.8.) ou les races d‟aigles chez qui la couleur du manteau - noir (II.5.8.1) ou fauve (II.5.8.2) - ou bien la silhouette - à queue courte (II.5.8.3.) - semblent être le trait d‟union entre les différentes variétés. Ces races cependant ne sont pas inféodées à un seul type d‟habitat et nous y trouvons pêle-mêle des aigles des montagnes et des aigles des étendues basses. Aux descriptions des races et de leurs subdivisions s‟ajoute ce que nous avons appelé des «appellations nonspécifiées» (II.5.9). Ces appellations «non-spécifiées», et les discours qui les accompagnent, mettent en évidence une qualité, ou un trait de comportement, propre à certains oiseaux qui appartiennent par ailleurs à des races différentes. Nous finissons en donnant place à quelques oiseaux légendaires qui font partie de la mythologie des aigliers d‟aujourd‟hui (II.5.10 et II.5.11). II.5.6.1. Aigles "aux moustaches couvertes de glace" Les plus célèbres des aigles des montagnes sont ceux qu‟on appelle en kïrgïz muzmurut : «[aigle aux] moustaches [couvertes] de glace». Ce sont des aigles très audacieux et, bien sûr, très rares. Dans les sources écrites nous lisons que les aigles aux moustaches couvertes de glace ont des poils qui sortent des narilles et se croisent au dessus du bec. En hiver ces poils retiennent de la neige et de la glace, d‟où leur nom 475. Les yeux sont décrits comme tout rouges476 ou rouges comme la braise de la spirée. Les aigliers de nos jours se contentent de dire que c‟est un aigle qui construit son aire soit près des glaciers 477 soit sur les sommets que l‟homme ne peut pas atteindre, dans l‟Alay mais aussi dans les massifs de Atbašï, du Teskey Alatoo et du Küngöy Alatoo478. Voilà ce que Abdukaapar Osmon uulu, de la région de Atbašï, raconte à propos de cet aigle :

474 475

Cf. I.1.3. Biyaliev 1972 : 142; Ïrsaliev 1966 : 19; Akmataliev 1993 : 218. 476 Biyaliev 1972 : 142. 477 C - Süleymanbekov. 478 C -. Osmon uulu.

128 «Parmi les aigles des montagnes les plus hardis sont ceux qu‟on appelle alaydïn muzburutu «[aigles
aux] moustaches [couvertes] de glace de l‟Alay». C‟est ainsi qu‟on les appelle, «aux moustaches couvertes de glace». Ces aigles construisent leurs aires dans les endroits les plus élevés, ils vivent dans les hautes montagnes et les plus hardis d‟entre eux chassent les bouquetins et les cervidés. Ce sont de très bons aigles. Les aigles «aux moustaches couvertes de glaces» sont des aigles qui fréquentent les hautes montagnes, les endroits froids... Parmi les loups il y en a qu‟on appelle karïškïr, il y en a qu‟on appelle börü, il y en a qu‟on appelle kökjal. Ceux qu‟on appelle kökjal sont les plus féroces. Ce sont les aigles «aux moustaches couvertes de glace» qui peuvent prendre ces loups. Ils prennent les loups dit kökjal, ils ne les craignent pas. Ils prennent ce qui leur tombe sous les yeux, ils prennent même le sanglier, il y en a qui s‟attaquent au tigre... Les aigles «aux moustaches couvertes de glace» se reproduisent dans l‟Alay, puis dans la vallée de Atbašï, dans le Teskey et le Küngöy Alato o, ils y en a dans tous ces endroits»479.

Selon d‟autres, les aigles «aux moustaches couvertes de glace» nichent dans le Tien Shan, près du col de Kögart (3319 m d‟altitude), dans un endroit giboyeux qu‟on appelle Kanašuu. C‟est à cet endroit qu‟on a vu ces aigles s‟attaquer au sanglier480. Puisqu‟ils habitent les cimes des montagnes on décrit à ces aigles un manteau particulier. Il est «dense, imperméable et luisant comme celui du canard» ou bien «aux plumes rêches dont le bruissement affole le bétail»481 d‟où l‟épithète kaldïr kanat482/šaldïr kanat483 «aux ailes bruissantes» qui accompagne souvent le nom de cet oiseau. De nos jours l‟aigle «aux moustaches couvertes de glace» est l‟un de ces aigles dont on parle beaucoup mais qu‟on voit rarement. Aucun des aigliers kïrgïz que nous avons rencontrés n‟a pu prétendre avoir vu ou avoir chassé avec cet oiseau. II.5.6.2. Aigles "aux culottes couvertes de glace" Il en va de même avec une race d‟aigles décrit cette fois par les aigliers kazak muzbalak «[aigles aux] culottes [couvertes] de glace». D‟après Dembosïn Düzelulï, un aiglier de la région de Taldïkurgan, le manteau de ces aigles est de couleur brune ( koŋïr), il est dense et chaud comme une fourrure. La crinière est longue. Les cuisses sont courtes et robustes et les culottes couvrent les pieds. Ce sont des oiseaux qui résistent très bien au froid. La neige et la glace restent collées aux culottes d‟où leur nom «aux culottes couvertes de glace»484. Les aigles «aux culottes couvertes de glace» étaient connus aussi des Kazak de l‟Altay485. Par contre, pour la plupart des aigliers kazak de nos jours ce sont des oiseaux qui appartiennent au folklore. Voilà ce qu‟en dit Beket Esentaev, de Almatï : «Des aigles dits muzbalak on en trouve beaucoup dans le folklore. Ce sont des aigles des hautes montagnes»486. Beket n‟est pas allé plus loin dans la description de ces aigles. Qu‟ils soient «aux moustaches couvertes de glace» ou bien «aux culottes couvertes de glace» ces aigles tombent dans l‟oubli et de nos jours leurs noms appartiennent au folklore plutôt qu‟à l‟inventaire des aigliers.

479 480

C - A. Osmon uulu. Karalaev 1952 : 12 - 16. 481 Akmataliev 1993 : 92. 482 Akmataliev 1993 : 92; Karalaev 1952 : 8-11. 483 C - Süleymanbekov; - Zarïnaev. 484 Balšenov 1991 : 298. 485 Altay 1980 : 94. 486 C - Esentaev.

129 II.5.6.3. Aigles "aux épaules blanches" C‟est son appellation - akiyin // akïyïk «aux épaules blanches» - qui décrit le mieux cette race d‟aigles. Certains disent que les plumes blanches aux épaules sont au nombre de deux487, d‟autres en décrivent trois ou quatre488. Parfois en parlant de ces aigles on les appelle orolmo toonun akiyini «[aigles aux] épaules blanches des montagnes [aux chemins qui montent] en hélice»489. Comme les aigles «aux moustaches couvertes de glace», ce sont des aigles qui habitent les hautes montagnes. On pourrait imaginer l‟altitude de ces montagnes en sachant que selon la tradition kïrgïz il faut neuf mois pour les franchir à cheval 490. Parmi les massifs montagneux qui méritent l‟épithète de orolmo too nous pouvons mentionner l‟Alay et l‟Altay. D‟ailleurs les meilleurs aigles aux épaules blanches sont souvent décrits comme originaires de ces massifs : alaydïn agiyini «[aigle aux] épaules blanches de l‟Alay»491 ou bien altaydïn agïyïgï «[aigle aux] épaules blanches de l‟Altay»492. L‟origine du nom de ces aigles est cependant semi-légendaire : on dit, au Kïrgïzstan, qu‟un garçon de treize ans vêtu dans une pelisse de chevreuil fut enlevé par un aigle et emporté jusqu‟à l‟aire qui abritait deux aiglons. Le garçon ne perdit pas son sang froid et fit une corde des dépouilles d‟animaux qui se gisaient dans l‟aire. Il emballa les deux aiglons, les attacha à sa ceinture et quitta l‟aire par la corde qu‟il s‟était fabriqué. Pendant la descente l‟un des aiglons fut légèrement blessé aux épaules. Une fois les plaies guéries, elles furent recouvertes de plumes blanches. On lui donna alors le nom agiyin, «aux épaules blanches». Cet aiglon devint par la suite un excellent oiseau de chasse et il enrichit son propriétaire par les fourrures des animaux qu‟il prenait. Mais un jour, il se lança à la poursuite d‟une biche blanche qui s‟enfuyait dans un bois. L‟aigle ne put pas s‟arrêter, l‟un de ses jets s‟accrocha à une branche et sous l‟impact de la vitesse et du poids, ses jambes furent écartelées. C‟est ainsi qu‟il trouva sa mort493. Les aigles «aux épaules blanches» ont été les compagnons de chasse de plusieurs aigliers illustres. Dans les années 1960, la région de Alamüdün, près de la capitale kïrgïz, vécut pendant des années avec les exploits d‟un tel aigle qui appartenait à l‟aiglier Berdalï. Cet aigle excellait dans la chasse du renard et du loup 494 . A la même époque au sud du Kïrgïzstan, à Atbašï, l‟aiglier Asanalï prit un aigle «aux épaules blanches» qui venait de l‟Alay. Asanalï chassa avec cet aigle des loups et des cervidés pendant une dizaine d‟années. Un jour l‟oiseau se déroba. Toujours sous le charme de son aigle «aux épaules blanches» Asanalï ne pouvait plus trouver un oiseau qui lui convenait, et il abandonna alors la chasse au vol495. Les aigles «aux épaules blanches» sont aussi connus et aussi appréciés par les aigliers kazak. Ces derniers ont, comme leurs confrères kïrgïz, beaucoup d‟histoires à raconter à propos de ces oiseaux. D‟après Dembosïn Düzelulï, l‟aigle dit akïyïk nichait autrefois dans les rochers entre Karasïrïk et Jarkent 496 . Les Kïrgïz et les Kazak de la région se disputaient souvent les aiglons qu‟ils allaient chercher dans l‟aire malgré la descente périlleuse. Avant 1917 c‟étaient les Kïrgïz qui, à deux ou trois reprises, avaient réussi à s‟emparer des oisillons. C‟est de cet endroit que Dembosïn en prit à son tour un. C‟était dans les années 1920. Douze
487 488

C - Osmon uulu. C - Däwletbekov. 489 Akmataliev 1993 : 116 490 Yudakhin 1965 : 579 491 C - Osmon uulu; Kenenbay uulu 1995 : 69 492 Altay 1980 : 94 493 Bektenov 1978 : 61 - 62. 494 Akmataliev 1993 : 129 - 132 495 C - Osmon uulu 496Narïnkol de nos jours, tout à l‟est du district d‟Almatï, près de la frontière avec la Chine.

130 mois plus tard l‟aigle lui échappa et «retrouva ses montagnes», d‟après les propos de Dembosïn. Au sud du Kazakstan, nous entendons parler de ces aigles depuis la vallée du Talas, où ils sont décrits par Sarïbek Sïrgabaev, originaire du village de Sarïdala dans la basse vallée 497 , jusqu‟à la région de Kegen, près de la frontière avec la Chine, où l‟un de nos informateurs, Särsenbek Däwletbekov, en a parlé en connaisseur498. Les plumes blanches qui sont le trait le plus distinctif de cette race d‟aigles méritent quelques commentaires. Elles furent tout d‟abord incluses dans la fiche signalétique de l‟aigle impérial, Aquila heliaca. Or, on s‟est aperçu par la suite que d‟autres espèces d‟aigles (l‟aigle botté et l‟aigle de Bonelli) portaient aussi, ne serait-ce que sporadiquement, des plumes blanches aux épaules. De même, parmi les aigles royaux, Aquila chrysaetus, la littérature ornithologique signale plusieurs oiseaux, de provenances différentes, dont les épaules sont garnies de plumes blanches. D‟après une étude de S. A. Severcov, sur soixante-dix aigles royaux venant de l‟Asie Centrale, huit avaient des plumes blanches aux épaules 499 . On considère de nos jours ces plumes blanches comme un indice intéressant sur l‟évolution du genre Aquila, mais on n‟est pas prêt à considérer les aigles aux épaules blanches comme une sous-espèce à part entière. Quant aux aigles dit akiyin//akïyïk des aigliers kïrgïz et kazak, ce sont le plus vraisemblablement des aigles royaux de la sous-espèce daphanea puisqu‟ils habitent les hautes montagnes. L‟étude de S. A. Severcov qui constate que sur soixante-dix aigles royaux venant de l‟Asie Centrale il n‟y en avait que huit «aux épaules blanches» confirme les observations des aigliers qui considèrent ces aigles comme des oiseaux rares. De plus, les aigles qui ont des maillures blanches au dos ne sont pas obligatoirement des aigles «aux épaules blanches» comme le montrent les propos de nos informateurs : «Les aigles qu‟on appelle «aux épaules blanches», je n‟en ai pas encore vu. Il arrive souvent qu‟on
prenne des aigles qui ont des plumes blanches au dos, mais ce ne sont pas à proprement parler les aigles «aux épaules blanches». Et puis, les aigles «aux épaules blanches» [aigles impériaux] que j‟ai vus dans le Zoo de Almatï, ils sont encore différents»500.

C‟est pourquoi, lors de notre visite chez Makan Uzakov, de Degeres, celui-ci qui possédait pourtant un aigle dont les épaules portaient quelques plumes blanches s‟est bien gardé de le décrire comme un aigle «aux épaules blanches». La plupart des aigliers que nous avons rencontrés ne sont pas très sûrs de la description des vrais aigles «aux épaules blanches». Ce qui pourrait s‟expliquer par le fait que la plupart d‟entre eux ne les ont jamais vus. Ainsi, savent-ils simplement que ces aigles privilégient les hautes montagnes, qu‟ils ont des plumes blanches aux épaules et qu‟ils sont rares. La remarque de Beket Esentaev à propos des aigles «aux épaules blanches» qu‟on voit dans le Zoo d‟Almatï et qui ne sont pas les aigles «aux épaules blanches» des aigliers attire à nouveau notre attention sur les aberrations de la nomenclature scientifique kazak. Dans cette nomenclature ce sont les aigles impériaux, Aquila heliaca heliaca, qui sont appelé akïyïk «aux épaules blanches». En fait, lors de son élaboration, les ornithologues et les lexicographes sont allés chercher des matériaux soit dans les parlers régionaux soit dans les parlers spécialisés, exemplairement celui des aigliers. Or, le choix des noms et surtout leur réutilisation ont été souvent hasardeux. Ceci empêche le bon fonctionnement de la nomenclature scientifique

497 498

Dosmambetov 1992 : 124-127 C - Däwletbekov 499 D‟après Jollie 1947 : 572 - 573 500 C - Esentaev

131 qu‟on est obligé de remanier périodiquement afin de la nettoyer des contresens les plus évidents501. II.5.6.4. Aigles dits "beren" II.5.6.4.1. Aigles dit "beren" chez les aigliers kïrgïz Le mot beren, de nos jours, semble être une épithète plutôt qu‟une appellation donnée à une catégorie particulière d‟aigles. Les aigliers que nous avons questionnés à propos de ce nom sont unanimes dans leurs réponses : «C‟est un nom qu‟on donne aux aigles hardis et âpres à la chasse »502. «C‟est un nom qu‟on donne aux meilleurs aigles. Les bons aigles, les aigles qui sont âpres à la proie, on les appelle beren»503. Hors du vocabulaire des aigliers le mot beren est appliqué à celui qui est fort et puissant, celui sur qui on peut s‟appuyer. Dans son dictionnaire K. Yudakhin indique, sans autres précisions, que le mot beren est un emprunt au persan504. Nous supposons qu‟il s‟agit dans ce cas du persan pärran «celui qui vole, volant», dérivé du pär «duvet de l‟oiseau; plume; aile». Dans quelques langues türk, comme l‟uygur, l‟ouzbek et les dialectes kïrgïz du sud, nous retrouvons un autre emprunt persan formé sur la même racine : pärände/paranda/berende «oiseaux» viennent du persan pärände «celui qui vole, oiseau». La vraie signification du mot beren serait donc tout simplement «celui qui vole», «volant» ou bien «oiseau». Chez les aigliers kïrgïz de nos jours, l‟appellation beren semble vidée de tout autre contenu que celui d‟épithète. Or, dans les années 1960, A. Biyaliev notait au moins trois appellations qui contenaient le mot beren. Ces appellations sont les suivantes505 : - baš beren «grand beren» - orto beren «beren moyen» - bermettüü beren «beren [au plumage] perlé»506 Plus tard, entre 1971 et 1994, G. Simakov, en étudiant les aspects rituels de la chasse au vol consigne, avec de brèves explications, encore huit noms d‟aigles qui contiennent le mot beren. Ces noms sont les suivants : - belgilüü beren «beren marqué»507. - belgisiz beren «beren non-marqué».

Tant que la chasse à l‟aigle était, au Kazakstan soviétique, considérée comme une activité saugrenue, la façon dont on gérait cet héritage emportait peu et l‟emploi d‟un terme du vocabulaire des aigliers pour désigner un oiseau à quoi il ne se référait pas au départ ne créait pas de diffic ultés. Depuis l‟indépendance, la chasse à l‟aigle est revendiquée comme une tradition ancestrale, et l‟intérêt qu‟on lui porte ne cesse de croître. Parmi les intéressés, nous trouvons souvent des écoliers et des étudiants. C‟est alors que les contresens en tre les manuels d‟ornithologie qu‟on utilise à l‟école et les propos des anciens qu‟on entend dans la famille, prennent toute leur importance. 502 C - Osmon uulu 503 C -. Süleymanbekov 504 Yudakhin 1965 : 129 505 Biyaliev 1972 : 143 506 bermet «nacre, perle» désigne dans le vocabulaire des chasseurs le jarre, c‟est-à-dire les poils longs et durs qui recouvrent en hiver le duvet soyeux des bêtes à fourrure; bermettüü se dit d‟une bête dont la fourrure est bien fournie et dans toute sa beauté cf. Biyaliev 1967 : 25. 507 Simakov 1998 : 211 traduit par «beren connu» mais, à notre avis, dans ce cas belgilüü est un synonyme de nišanalï et tous les deux veulent dire «marqué», «qui porte des signes distinctifs».
501

132 - beldemčelüü beren «beren cuirassé» se dit d‟un aigle qui porte une bande blanche sur le bas de la poitrine508. - bermettüü beren «beren [au plumage] perlé» chez qui, selon les informateurs de Simakov, les lisières des plumes sont marquées de blanc. - beš beren «cinq beren"509. - beš šakektüü beren «beren aux cinq bagues» qui a cinq écailles proéminentes sur chaque doigt. - kišendüü beren «beren entravés» dont les culottes sont très longues et marquées de 510 blanc . - tikendüü beren «beren aux griffes» dont les hampes des plumes dépassent leurs lisières et blessent souvent les mains des aigliers511. - kök kamčï beren dont les ailes sont garnies de plumes longues et pendues qui ressemblent aux lanières (kanjïga). Les aigliers lui coupent souvent ces plumes « lanières » pour le rendre méconnaissable et le protéger de la convoitise de leurs confrères512. Ajoutons aux données de A. Biyaliev et de G. Simakov la description que Imankulov fait des aigles dits kök kamčï beren : «Les yeux sont bleus comme les tourbillons d‟eau claire. Les paupières sont très lourdes. Au fils des
mues, le manteau devient gris bigarré, soyeux, très beau à regarder. Ces aigles volent comme le faucon sacre, leur vol n‟est pas lourd comme le vol des autres aigles, ils tombent sur le renard comme un boulet. Ainsi si le renard s‟esquive, il leur arrive de s‟écraser par terre »513.

Notons en passant que dans cette description l‟attention portée au vol de l‟oiseau et à la vitesse de sa descente sur les proies fait écho au sens initial du mot beren venant du persan «volant». La plupart de ces noms ne sont guère utilisés de nos jours. D‟ailleurs, on trouve de plus en plus d‟aigliers kïrgïz qui ne reconnaissent même pas le mot beren, quelque soit sa signification514. La seule exception est le nom kök kamčï beren qui est bien connu sur les rives du lac Ïssïk-köl. Lors de nos enquêtes dans cette région, l‟aiglier Kutuldu Süleymanbekov de la rive sud voyait dans son aigle, âgé de 27 ans, un aigle dit kök kamčï beren. Voilà comment il décrivait cet oiseau : «C‟est un aigle des montagnes. Celui-là, on l‟a pris sur l‟estivage. Il est rare comme tous les bons aigles. Les pieds sont bleus, le bec est bleu, le manteau aussi»515. SUPPRIME L’aigle dit kök kamčï beren (Tuurasuu, rive sud de l’Ïssïk-köl, K. Süleymanbekov, oct. 1997) Essayons ici d‟analyser les données kïrgïz tout en sachant que nous nous heurtons à un obstacle sérieux : ni A. Biyaliev, ni G. Simakov ne précisent les endroits où ils ont enregistré
Il est vrai que beldemče désigne le plus souvent une partie du costume féminin et plus précisément une sorte de jupe fendue d‟un côté qui porte un ruban ou une ceinture pour être attachée à la taille. Mais historiquement c‟est aussi le nom d‟une sorte de cuirasse qui protège la taille et les côtes. Simakov 1998 : 211 traduit ce nom comme «beren à la jupe» mais nous pensons qu‟il s‟agit ici d‟une cuirasse, d‟un «plastron» comme diraient les fauconniers français, et non pas d‟une jupe. 509 Nous nous demandons s‟il n‟y ait pas ici une confusion entre baš «tête; premier; grand» et beš «cinq». Si c‟est le cas, il s‟agit du «grand beren» dont le nom a été noté par A. Biyaliev et non pas de «cinq beren». 510 Simakov 1998 : 215 511 Simakov 1998 : 219 512 Simakov 1998 : 215 513 Imankulov 1980 : 124-125 514 C - Abdïkalïkov 515 C - Süleymanbekov
508

133 les appellations de leurs listes. Nous laissons de côté les données de A. Biyaliev qui sont moins exhaustives et nous nous arrêtons sur celles de G. Simakov. Parmi les aigles dits beren il y a deux sortes d‟oiseaux : les premiers sont «marqués» c‟est -à-dire qu‟ils possèdent un ou plusieurs signes morphologiques qui permettent de les reconnaître tandis que les autres sont «non marqués», c‟est-à-dire qu‟on n‟arrive pas à appliquer à ces aigles des signes morphologiques particuliers. Si l‟appellation beren est le nom d‟une vraie race, belgilüü beren «beren marqués» et belgisiz beren «beren non marqués» ne sont pas à proprement parler des noms de variété : ils effectuent certes une première distinction à l‟intérieur des aigles dits beren mais leur usage comme termes d‟appel nous paraît peut probable. Ce qui revient à dire qu‟il est peu probable qu‟un aigle qu‟on rencontre nous soit présenté sous le nom de belgilüü beren ou bien de belgisiz beren. A partir de nos renseignements et ceux de G. Simakov nous pouvons représenter la race dite beren de la façon suivante : SUPPRIME La race beren Nous acceptons ici que le groupe des «beren non marqués» n‟est pas détaillé davantage c‟est-à-dire qu‟il n‟y a pas de variétés des «beren non marqués». Les différentes appellations des «beren marqués» sont par contre des noms de variété, puisque, tous ces oiseaux sont certes des beren mais chacun a en plus un trait distinctif qui lui est propre et qui est exprimé par un déterminant. Reprenons maintenant les «beren marqués» et commençons par l‟appellation kök kamčï beren. C‟est justement l‟appellation la plus difficile à interpréter : la couleur des yeux selon les uns, ou du manteau selon les autres, pourrait expliquer le nom de couleur kök «bleu, gris» que cette appellation contient. Quant au mot kamčï «cravache», il est plus difficile de lui trouver une signification. Il se peut que «cravache» fasse allusion à la particularité du plumage que certains décrivent à ces aigles, c‟est-à-dire les plumes longues et pendantes qu‟ils ont sur chaque aile. Ces plumes sont comparés par certains à des lanières (kanjïga), mais elles pourraient aussi bien évoquer la langue en cuir d‟une cravache. Or, les aigles dits kök kamčï beren se rapprochent, à cause de cette particularité de plumage, de la race d‟aigles appelée kanjïgaluu kara seŋsel/kanjïgaluu kara saŋsaŋ «[aigles] noirs plumeux aux lanières». Arrêtons nous ici sur les déterminants des noms de race ( beren et seŋsel) dans ces deux cas. Une particularité du plumage, et nous supposons qu‟il s‟agit de la même particularité dans les deux cas, est décrite de façons différentes : dans l‟un des cas on se sert de kanjïga «lanière» comme métaphore tandis que dans l‟autre on a recours à kamči «cravache». Mais dans les deux cas on cherche les comparaisons dans la vie quotidienne de l‟éleveur : quoi de plus indispensable dans cette vie que la cravache et les lanières? Les mêmes observations sont valides pour les noms des autres variétés des «beren marqués» : ces noms conjuguent un déterminant et le nom de race. Les déterminants, qui sont tous des mots d‟usage courant («bague», «entraves») précisent un trait distinctif. Mais souvent ce trait morphologique n‟est pas limité à une seule variété d‟aigles de chasse. Ainsi, les culottes fournies, trait caractéristique de kišendüü beren «beren aux entraves», sont très appréciées non seulement chez les aigles mais aussi chez les faucons. De même, les cinq écailles proéminentes sur chaque doigt, comme chez le «beren aux cinq bagues», šakektüü beren, est une caractéristique «supra-raciale» des bons aigles. Enfin, un même trait distinctif des aigles de chasse peut être rendu par des déterminants différents : ainsi les plumes longues et pendantes des ailes sont comparées soit à une lanière soit à la langue d‟une cravache, pour les culottes longues nous avons au moins deux déterminants différents - kišendüü «aux entraves» mais aussi baypaktuu «aux

134 chaussons». C‟est là une des raisons principales de la prolifération des noms de variété pour l‟aigle en particulier et pour les oiseaux de chasse en général. Or, de tous ces noms de variété dans le cas des aigles beren il n‟y en a qu‟un qui semble persister : kök kamčï beren. En tout cas c‟est le seul nom connu des aigliers que nous avons rencontrés sur les rives du lac Ïssïk-köl. Essayons d‟analyser les facteurs qui sont à l‟origine de la simplification du système de dénomination pour les aigles beren au Kïrgïzstan. Nous pouvons supposer qu‟une partie des noms de variété tombent dans l‟oubli parce que le trait distinctif qu‟ils expriment n‟est plus jugé pertinent. Ainsi, on n‟éprouve guère le besoin d‟inclure les culottes longues dans la description d‟une variété puisque tous les aigles de bonne qualité sont supposés a priori posséder des culottes longues. Il s‟ensuit que les noms de variété les plus résistants sont, soit ceux qui font allusion à un trait pertinent qu‟on ne retrouve guère chez d‟autres aigles, soit ceux qu‟on n‟arrive plus à analyser, des noms qui sont d‟une certaine façon figés. Ceci paraît être le cas d‟un nom comme kök kamčï beren : aucun de nos informateurs n‟a pu préciser la signification des déterminants kök et kamčï. Quant à la survie de ce type de noms figés, qui ne sont plus compris, elle est assurée souvent par des maîtres comme, par exemple, Imankulov pour la région du lac Ïssïk-köl : le nom kök kamčï beren fait partie du répertoire des aigles d‟Imankulov dont les paroles sont chéries par les aigliers locaux qui les transmettent fidèlement d‟une génération à l‟autre. II.5.6.4.2. Aigles dits "peren" chez les aigliers kazak Etudions maintenant la description de cette race d‟aigles chez les aigliers kazak. Le mot peren est la correspondance régulière du kïrgïz beren et, comme ce dernier, c‟est un emprunt persan en kazak. Les aigliers kazak de nos jours ne connaissent guère cette race d‟aigles. Un seul aiglier a commenté le nom peren de la façon suivante : «Eh bien chez nous, dans le pays du Karataw, pären est un nom qu‟on donne beaucoup aux gens;
pären donc est un nom personnel. Ceci doit être un mot kazak, un mot ancien, mais je ne connais pas ce qu‟il veut dire. Les Kazak, par exemple, tous les noms des oiseaux [de chasse], ils les donnent aussi aux gens. C‟est ainsi chez nous, dans le pays de Karataw, dans le district de Šïmkent. C‟est une région kazak, il n‟y a pas d‟autres ethnies, et là nos moeurs kazak se sont bien conservées»516.

Mais grâce aux travaux du médecin vétérinaire J. Balšenov nous avons des données fournies sur cette race d‟aigles517. Ces données viennent du district de Taldïkurgan, c‟est-àdire un district proche du Kïrgïzstan, et elles ont été notées dans les années 1960, à peu près à l‟époque où A. Biyaliev enregistrait les renseignements sur cette race d‟aigles du côté kïrgïz. Rappelons que les données de A. Biyaliev, complétées par les enquêtes de G. Simakov, nous livrent six variétés d‟aigles appartenant à la race dite beren. Dans le district de Taldïkurgan on ne connaissait à cette race que quatre variétés. L‟une des variétés est dite sawïttï peren «peren cuirassé». Le plumage de ces aigles est si raide que quand ils battent des ailes ils font un bruit qui affole les chevaux sur les pâturages. Mais leur duvet est fin et ne les protège que médiocrement du froid. Chez les aigles dits sadaktï peren «peren aux arcs» les plumes des ailes rappellent les empennages des flèches. Ils tombent sur la proie comme un éclair, leurs serres percent la cage thoracique et provoquent la mort instantanée. Ceux qu‟on appelle baypaktï peren «peren aux chaussettes» se font reconnaître par le dessous des pieds : il est mou et tendre. Ce sont des oiseaux indécis. Les aigles dits sïzdïktï peren «peren aux commissures du bec fendues» ont les commissures du bec étirées vers l‟arrière des yeux. Ce sont des oiseaux faciles à affaiter mais peu appréciés par les vrais aigliers.
516 517

C - Esentaev Balšenov 1979 : 299

135 II.5.6.4.3. Comparaison des données kïrgïz et kazak Nos sources ne nous permettent pas une vraie comparaison des races kïrgïz et kazak. Les données kazak viennent d‟un seul informateur, D. Düzelulï. Nos enquêtes et l‟examen de la littérature ethnographique ne nous ont pas permis de vérifier, compléter ou confirmer les notes de Balšenov. Limitons nous donc à quelques observations. Le district de Taldïkurgan est situé au sud du lac Balkaš. Il est partagé en deux zones naturelles très différentes l‟une de l‟autre : la première couvre les basses vallées des rivières comme le Karatal, le Aksuw et le Lepsi et est dans sa plus grande partie une plaine sablonneuse et désertique. La deuxième zone, plus à l‟est, est occupée par les chaînes de Djounghar Alataw. C‟est une zone montagneuse qui, malgré les altitudes plus modestes, ressemble au nord du Kïrgïzstan. Il est donc possible qu‟une même race d‟aigles des montagnes se rencontre d‟une part au Kïrgïzstan et d‟autre part au Kazakstan, dans le district de Taldïkurgan. Cette race est non seulement la même mais elle porte le même nom, beren/peren. Si nous examinons les variétés de cette race décrites d‟une part par les aigliers kïrgïz et d‟autre part par les aigliers kazak nous voyons qu‟elles ont certains traits en commun. Tout d‟abord, il s‟agit dans les deux cas d‟aigles hardis et courageux, très appréciés par les aigliers. Ces derniers notent pour certains aigles de cette race une particularité des plumes des ailes : du côté kïrgïz les plumes longues et pendantes des ailes sont comparées soit à une lanière soit à la langue d‟une cravache tandis que du côté kazak elles sont comparées aux empennages des flèches. Nous supposons qu‟il s‟agit ici du même trait morphologique qui est cependant décrit différemment : en kazak on dit sadaktï peren «peren aux arcs» tandis qu‟en kïrgïz on l‟appelle kök kamčï beren. Ce qui nous paraît intéressant est que parmi les noms des variétés nous en trouvons certains qui sont presque des synonymes : sawïttï peren «peren cuirassé» en kazak et beldemčelüü beren «beren cuirassé» en kïrgïz. Les variétés qui portent ces noms sont cependant décrites de façons différentes : les «peren cuirassé» des Kazak sont des aigles qui ont un plumage raide qui produit des bruissements chaque fois qu‟ils battent des ailes; les «beren cuirassé» des Kïrgïz, si nous nous fions aux notes de G. Simakov, portent une bande blanche sur le bas de la poitrine. Il en va de même avec deux autres variétés - baypaktï peren «peren aux chaussettes» et kišendüü beren «beren entravés» - qui se font remarquer par une particularité des pattes. D‟après les renseignements disponibles, les «peren aux chaussettes» sont des aigles qui ont le dessous des pattes mou et lisse tandis que les «beren entravés» ont les culottes longues. Remarquons cependant que chez les faucons baypaktï/baypaktuu se dit des faucons «pattus» c‟est-à-dire ceux qui ont les culottes longues. II.5.6.5. Aigles dits "kaška" Il semble que cette race comprend au moins trois variétés : kuu kaška // bay kaška/baatïr kaška. Les noms de ces variétés sont mentionnés pour la première fois dans la liste des aigles de Belek Soltonoev : la seule indication qu‟il nous donne est que nous avons affaire à des oiseaux de chasse de bonne qualité518. Nous retrouvons les mêmes noms dans le dictionnaire de K. Yudakhin mais sans explications519. En fait, nous ne connaissons qu‟une seule description de cette race d‟aigles faite par Imankulov :

518 519

Soltonoev 1993 : II, 191 Yudakhin 1965 : 363

136 «La crinière des aigle qu‟on appelle bay kaška, ou bien baatïr kaška, est fauve pâle, les plumes de la
tête sont de la même couleur. Leurs yeux paraissent clairs (ak čaŋgïl) comme les yeux de la chèvre. Ils ne lâchent pas ce qui s‟accroche à leurs serres»520.

Cette description, aussi succincte qu‟elle soit, nous apprend que (1) les deux appellations bay kaška et baatïr kaška sont des synonymes et que (2) les aigles de cette race ont une crinière et le dessus de la tête pâles, plus pâles que le reste du manteau. Quant à l‟appellation kuu kaška, il nous semble que dans la description de cette race elle assure une opposition que nous allons décrire aussi pour les aigles dits čegir : les deux groupes d‟aigles, bay kaška et kuu kaška, sont différenciés l‟un par rapport à l‟autre non par des traits morphologiques mais par des traits métaphoriques, les uns (bay kaška / bay čegir où bay signifie «riche, prospère») étant de bonne augure tandis que les autres (kuu kaška / kuu čegir où kuu est l‟antonyme de bay - «sec, aride, infertile, infructueux») sont jugés de mauvaise augure. Rares sont les aigliers kïrgïz de nos jours qui connaissent ces appellations. Un seul a essayé de les expliquer, sans trop de conviction : «L‟aigle, il a des narilles. A côté des narilles il a des poils, il a des poils qui sortent du côté des
narilles, ce sont les moustaches. Quand ces moustaches sont blanches on appelle l‟aigle kaška bürküt. C‟est cela, les moustaches des aigles dits kaška sont blanches. Ce sont des aigles hardis. Ensuite selon d‟autres particularités on les appelle de plusieurs manières: baatïr kaška, čal kaška [où čal est le nom d‟une couleur: «gris, grisonnant, argenté»], boz kaška [où boz est aussi un nom de couleur: «gris, terne, de couleur indéfinie]. Ce sont des noms qui ont été utilisés par les aigliers d‟autrefois. Sinon, les aigles des montagnes ils sont tous de la même race, d‟une seule race»521.

Selon notre informateur, kaška décrit les crins blancs qu‟on peut apercevoir sur le lore. D‟une région à l‟autre, des rives du lac Ïssïk-köl, où est né Imankulov, aux chaînes du Tien Shan intérieur, d‟où vient A. Osmon uulu, les interprétations de cette appellation changent tout en restant dans le champ sémantique de «marqué de blanc ou de clair». Les propos de A. Osmon uulu confirment par ailleurs qu‟autrefois kaška était le nom d‟une vraie race d‟aigles puisqu‟il énumère quelques noms (čal kaška, boz kaška) qu‟on donnait aux différentes variétés de cette race. D‟autres interprétations nous viennent du côté des aigliers kazak chez qui les aigles dits kaska maŋday «[aigles au] front chauve» ont la couronne du bec étirée vers le front ce qui donne l‟impression d‟un lore dégarni de poils. C‟est cette couronne étendue que les aigliers kazak appellent kaska maŋday. Plus la couronne du bec est étendue, plus l‟aigle est apprécié, de même que chez les gens le front large est considéré comme un signe d‟intelligence522. Il est difficile de savoir si les aigles «au front chauve» sont une race particulière. A la différence du kïrgïz nous ne trouvons pas en kazak de noms de variétés qui contiendraient le mot kaska. Ce n‟est que dans la basse vallée du Talas, une région très proche du Kïrgïzstan, qu‟on connaissait autrefois une variété d‟aigles dite bay kaska. D‟après les notes des ethnographes kazak, il s‟agissait dans ce cas des aigles qui portent une tache blanche, ou claire, au front523. Quant au mot qui sert du nom à cette race, kaska// kaška, il est attesté pour la première fois au XIème siècle dans le Thesaurus de Mahmûd Kâchgharî où il désigne (1) une étoile ou une pelote c‟est-à-dire une tache blanche, le plus souvent arrondie, sur le front du cheval ou

520 521

Imankulov 1980 : 127 C - Osmon uulu 522Babalïkov 1986 : 49 523 Dosmambetov 1992 : 124-127

137 (2) une brebis à la tête blanche et à la toison foncée 524 . Son emploi dans le vocabulaire animalier reste étroitement lié au cheval, mais on connaît quelques exceptions : dans les dialectes turcs de l‟Anatolie, kaška décrit une chèvre noire qui a une tache blanche au front tandis qu‟en karačay, une langue türk du Caucase, k’ašxa ečki est le nom du bouquetin. On retrouve par ailleurs ce mot dans quelques zoonymes (en kïrgïz kaškulak < kaška kulak «aux oreilles tachetées de blanc = blaireau», Meles meles) et ornithonymes (kaškaldak < kaška+l+dak «foulque macroule», Fulica atra) 525 . Jusque maintenant son emploi dans le vocabulaire de la chasse au vol semble avoir échappé à l‟attention des lexicographes. Or, chez les aigles il paraît difficile de lui trouver une interprétation sûre : son sens varie entre «à la tête et à la crinière pâles», «aux moustaches [crins du lore] blanches», «à la couronne du bec étendue / au front chauve» et «au front marqué de blanc»526. Précisons enfin que dans le vocabulaire des aigliers les appellations forgées à l‟aide du mot kaska // kaška sont à examiner avec prudence encore pour une autre raison. Les couvertes de la queue de l‟aigle, c‟est à dire les deux rectrices centrales, sont appelées tant e n kïrgïz qu‟en kazak kaska kuyruk // kaška kuyruk527. Le mot kaska // kaška «couvertes de la queue» est également utilisé dans la nomenclature des aigles. Ainsi, une appellation comme üč kaška veut dire non pas «[aigles qui ont] trois taches claires au front» mais «[aigles aux] trois couvertes blanches dans la queue». Le secret de cette appellation nous est révélé par Imankulov : «Les plumes au milieu de la queue, les couvertes, sont appelées kaška kuyruk. Quand ces aigles sont
immatures, les trois plumes du milieu sont toutes blanches, de la naissance jusqu‟à l‟extrémité. C‟est pourquoi on leur donne ce nom»528.

La coloration des rectrices chez l‟aigle royal est, comme nous l‟avons expliqué, l‟un des critères pour définir son âge. Chez les oiseaux juvéniles la naissance de la queue est presque entièrement blanche, avec une bande sombre à l‟extrémité. La largeur de cette bande varie légèrement d‟un oiseau à l‟autre. Au fil des mues successives, la naissance blanche de la queue diminue progressivement et chez les aigles adultes la queue est sombre avec très peu ou pas de blanc à la naissance529. Il ressort de la description de Imankulov que l‟appellation üč kaška est donnée à une race d‟aigles qui étant juvéniles ont les couvertes de la queue dépourvues de bande sombre terminale. Ajoutons enfin une autre appellation qui contient le mot kaška : ak dambal kaška «[aigle aux] culottes blanches [qui a les] couvertes blanches». D‟après les notes de G. Simakov, il s‟agit bien d‟aigles qui ont des plumes blanches dans la queue. Le mot kaška encore une fois n‟évoque pas une tache blanche au front mais des plumes blanches dans la queue530.
524 525

DS 1969 : 431 Cf. Laude-Cirtautas 1961 : 112 - 113 526 Nous supposons que Biyaliev 1967 : 21 en traduisant baatïr qašqa par «aigle à tête blanche» veut dire «aigle dont la tête est marquée de blanc». Il existe cependant un oiseau appelé en kirghiz aq baš bürküt «aigle à tête blanche» pour lequel on dit: ak baš bürküt degen bar, karasaŋ, bürküt sïyagï ïškïn baka jegen bar «Il y a un aigle qu‟on appelle «aigle à tête blanche», si tu le regardes il est comme le vrai aigle, mais il se nourrit de grenouilles et de rhubarbe». Il s‟agit dans ce cas non pas d‟un vrai aigle, Aquila, mais d‟un pygargue, Haliaeetus et le plus vraisemblablement de la pygargue de Pallas, Haliaeetus leucoryphus, comme l‟indique son régime alimentaire. 527Babalïkov 1983 : 87; Balšenov 1979 : 296; Karalaev 1952 : 8 -11; Imankulov 1980 : 127. 528 Imankulov 1980 : 127 529 Cf. Watson 1997 : 198 - 199 530 Simakov 1998 : 209. Mais Simakov reste inféodé à l‟interprétation du mot kaška comme «tache blanche au front» et, malgré la description qu‟il cite, il traduit cette appellation comme «[aigle] aux caleçons blancs et à la tête marquée de blanc».

138 II.5.6.6. Aigles dits "molor" Dans la littérature ethnographique en kïrgïz nous rencontrons un certain nombre d‟appellations qui ne sont plus utilisées par les aigliers de nos jours. C‟est le cas des aigles au manteau «roux», appelés molor. Yudakhin enregistre l‟emploi de ce mot comme nom d‟une race d‟aigles mais ne donne pas d‟autres indications. Le mot molor est inconnu en türk ancien et on ne le trouve point dans les autres langues türk d‟aujourd‟hui. Par contre, en mongol, bolur / molur est un nom commun pour différents cristaux et pierres et il désigne par ailleurs la topaze531. Cette dernière est une pierre précieuse d‟un jaune plus ou moins foncé, qui paraît enfumé. Dans la plupart des langues türk on nomme cette pierre précieuse par un nom d‟emprunt, topaze, venu le plus vraisemblablement par le russe. Nous ne saurons dire par quel chemin le mot molor est arrivé dans le vocabulaire des aigliers kïrgïz, mais il nous semble qu‟il garde un lien avec le sens du mot en mongol, c‟est-à-dire la topaze, et plus précisément avec la couleur de la topaze : jaune plus ou moins foncé. Le manteau roux que les aigliers kïrgïz décrivent avec tant d‟insistance pour cette race d‟aigle aurait comme point de départ la couleur de la topaze. D‟après les dires des aigliers du Tien Shan, interrogés par D. Ïrsaliev dans les années 1960, des aigles dits molor nichaient dans les parties orientales du Tien Shan, près de la frontière chinoise. On les cherchait alors dans la vallée de Atbašï à l‟endroit nommé Bosogo532. Voici le portrait de ces aigles au travers des trois descriptions que nous avons trouvées : «Leur manteau est roux comme le feu. Les narilles sont larges. Le front est marqué de blanc ( kaška), le bec est massif et crochu. Les culottes sont marquées de plumes blanches »533. «Ils ont la tête ronde comme un oeuf, leur bec est court et en forme de poignard, les yeux sont rouges
comme la braise, la queue est courte. La silhouette de ces aigles est comme la silhouette du chameau sur lequel on a chargé les perches de la yourte. Au poing, ils se tiennent droit comme les gerfauts. Quand ils s‟emparent de gros gibier, comme la chevreuil, même si le combat est très acharné, ils gardent le dessus et ne touchent pas la terre de leurs ailes. D‟autres aigles à la queue courte dans les mêmes circonstances se retrouvent souvent renversés. On les appelle aussi košu oobas molor « [aigles dont] la charge ne penche pas» parce qu‟ils sont comme les chameaux châtrés qui gardent toujours le fardeau en équilibre»534.

«Les bords du bec sont tout fins mais très acérés, l‟avillon est aussi long que les autres doigts. Son manteau est roussâtre»535. D‟une description à l‟autre il n‟y a que la couleur du manteau qui ne change pas. Cette couleur est décrite en kïrgïz par le mot kïzïl que nous traduisons comme «roux»536. Toutes les descriptions s‟accordent cependant à dire que le bec est particulier - court, massif, crochu, et la tête moins aplatie que chez les autres aigles. De plus, Imankulov les décrit comme des aigles à la queue courte.
531 532

Lessing 1960 : 116 et 542. Ïrsaliev 1966 : 19. La vallée d‟Atbašï est la plus haute vallée du Kïrgïzstan située entre 2 000 m et 3 200 m d‟altitude. 533 Karalaev 1952 : 10 repris par Biyaliev 1972 : 142 534 Imankulov 1980 : 122 535 Ïrsaliev 1966 : 19 536 Nous gardons ici le sens «roux, rouge» même si pour décrire les robes du cheval par exemple le mot kïzïl est le plus souvent combiné avec d‟autres noms de couleur (bleu, noir, blanc) pour rendre des nuances variées du gris, cf. Yudakhin 1965 : 478.

139 Nous retrouvons des aigles semblables chez les aigliers kazak du district de Taldïkurgan. Ils les appellent jiyren kus «oiseaux roux». Ce sont des aigles hardis, qui ont les yeux injectés de sang (kandï köz). Les culottes et la couverture sous-caudale sont de couleur roux vif (kïpkïzïl). Leur apprivoisement est cependant très difficile537. A l‟est du Kazakstan on connaît au moins encore une variété d‟aigles qui attire l‟attention par le teinte rousse du manteau. Elle est dite koyköz kïzïl «roux aux yeux bruns». Tout ce que nous savons sur cette variété est qu‟elle est bien appréciée par les aigliers kazak de la région de Taldïkurgan538. Quelques détails pourront nous aider à identifier ces aigles «roux» : (1) la couleur de leur manteau; (2) la queue courte et (3) les endroits où on rencontrait ces aigles autrefois. Il nous semble que nous avons affaire dans ce cas à l‟aigle ravisseur, Aquila rapax nipalensis Hodgson. Il a une queue relativement courte, son manteau est de couleur brune mais à l‟état usé il semble très pâle, presque chamois. C‟est un oiseau qui s‟est bien adapté aux altitudes et qu‟on rencontre rarement au-dessous de 1 600 m. Même si c‟est une sous-espèce septentrionale (Altay, Mongolie, nord de la Chine), des individus errants sont souvent rencontrés en Asie Centrale. De plus, si de nos jours l‟aigle ravisseur ne se reproduit pas au Kïrgïzstan, au début de notre siècle les ornithologues décrivaient des couples nicheurs dans les parties orientales du Tien Shan, ce qui coïncide avec les indications des vieux aigliers539. Enfin, c‟est l‟espèce aquiline la plus nombreuse en Mongolie et il est fort probable qu‟elle a été exploitée par les aigliers locaux, d‟où peut-être son nom mongol chez les aigliers kïrgïz. II.5.6.7. Aigles dits "têtes noires à la crinière comme l'aigrette de la grue demoiselle" L‟aigle dit «tête noire [à la] crinière [comme l‟aigrette de la] grue demoiselle», karkïra jogdor kara baš540, a été décrit par Imankulov. Ce dernier, originaire de la rive nord du lac Ïssïk-köl, était, au milieu de notre siècle, le doyen des aigliers de la région. Son savoir sur les oiseaux de chasse était renforcé par un rare don de parole. Les dires de Imankulov sont repris sans cesse par les aigliers locaux, mais le nom de l‟aigle dit «tête noire à la crinière comme l‟aigrette de la grue demoiselle» a été curieusement oublié. Voilà comment Imankulov décrivait cet aigle : «On appelle jogdor / jokdor, «crinière», les plumes longues sur la nuque de l‟aigle. Chez certains
aigles la crinière est toute rousse, chez d‟autres elle est couleur de rouille, elle peut être aussi pâle, très pâle. De temps en temps on trouve des aigles dont la crinière est noirâtre, les plumes de la crinière sont fines et pointues comme les plumes de l‟aigrette de la grue demoiselle tandis que les plumes qui couvrent le sommet de la tête sont toutes noires. Les paupières sont entrouvertes, les yeux sont gros, bombés, globuleux. Chez cet aigle, dès son plus jeune âge, la naissance blanche de la queue est couverte de taches vermiculaires qui ressemblent à des éclaboussures de sang [non pas par leur couleur mais par leur forme]. Ces taches sont appelées kanduu bürkör «éclaboussures». D‟une mue à l‟autre, ces éclaboussures deviennent chatoyantes, bleuâtres. Les aigles dits «têtes noires à la crinière comme l‟aigrette de la grue demoiselle» sont très rares. On les cherche au-delà du Kökšaal»541.

On peut reconnaître cette race d‟aigle tout d‟abord par la crinière noire puis par la coloration particulière de la queue chez les oiseaux juvéniles. Le fait que c‟est une race
Balšenov 1979 : 300 Balšenov 1979 : 299 539 Ïrsaliev 1969 : 209 - 210 540 Où karkïra est le nom kirghiz de la grue demoiselle, Anthropoides virgo, jogdor désigne la crinière des aigles, kara «noir» et baš «tête». 541 Imankulov 1980 : 125 - 126. Kökšaal est le nom d‟une chaîne montagneuse à la frontière kïrgïz -chinoise.
537 538

140 d‟aigles qu‟on cherche au-delà de Kökšaal explique peut être pourquoi elle commence à être oubliée au Kïrgïzstan : tant que les frontières entre le Kïrgïzstan et la Chine étaient poreuses, les aigliers kïrgïz connaissaient aussi des races d‟aigles qu‟ils trouvaient chez leurs confrères de la Chine. La fermeture des frontières à partir des années 1950 a nettement affaibli les contacts, et les échanges entre les aigliers kïrgïz des deux côtés du Kökšaal ont été de plus en plus sporadiques. II.5.6.8. Aigles courtauds Cette race comprend deux variétés d‟aigles : kelteboz «gris courtauds» et janboz/janpos «[aigles] aux flancs gris». Les noms des variétés sont des noms composés et dans le premier nous pouvons isoler un premier élément kelte «court»542, suivi du nom de couleur boz. L‟analyse du deuxième donnerait jan «côté, flanc »543 , puis le même nom de couleur. Quant au nom de couleur en question, il décrit, dans les premiers monuments écrits en türk, (1) la couleur des nuages de pluie, (2) une teinte livide du visage, (3) les cheveux grisonnants, (4) une robe de cheval et (5) une couleur de la laine de mouton544. Le mot boz a préservé ces usages multiples dans les langues türk modernes. Il est utilisé dans le vocabulaire animalier pour décrire aussi bien l‟ours brun, boz ayï, que le loup gris, boz kurt. On le trouve dans le nom du blaireau en türk ancien, borsuk (< bor+ suk ou bor/boro est une forme parallèle de boz), et dans le nom kïrgïz pour le veau de deux ans, boruk. Chez les oiseaux, le mot boz accompagne le plus souvent le nom de l‟alouette, boz torgoy//boz torgay. Quant au pelage des animaux domestiques, et surtout du cheval, d‟une source à l‟autre et d‟une langue à l‟autre, ce nom évoque une robe qui se situe soit dans la gamme des gris (gris clair, gris -perle, gris foncé, gris cendré) soit dans la gamme des bruns (bai châtain, bai marron, bai brun, louvet)545. Quant aux aigles, si ce nom de couleur désigne une teinte de plumage, il est bien difficile de la préciser et, comme nous le verrons, les descriptions des aigliers sont assez contradictoires. Qu‟ils soient appelés kelteboz ou janboz ces aigles sont décrits comme trapus, à la charpente robuste, aux queues et aux ailes relativement courtes (keltegireek) 546 . Que leur silhouette particulière soit due à la longueur de la queue devient évident par le nom kelte kuyruk «à queue courte» qu‟on leur donne sporadiquement547. De plus, quand ils sont perchés au bloc, ces aigles sont comparés aux faucons : la silhouette des faucons perchés, qui ont les cuisses et la queue relativement courtes est différente de celle des autours qui sont d‟un e façon générale plus élancés et qui ont les cuisses et la queue plus longues 548 . Par leur silhouette ces aigles se rapprochent des aigles à queue courte appelés šolak//čolok que nous décrirons plus loin.
«court» est un mot d‟origine persane utilisé, surtout au sud de la Kirghizie, dans un nombre restreint de locutions: on s‟en sert pour décrire la queue des animaux domestiques kelte kuyruk «à la queue courte», et c‟est dans ce sens que nous le retrouvons dans le vocabulaire des aigliers; on dit aussi de celui qui est malhabile en parlant kelte til «à la langue courte», cf. Yudakhin 1965 : 371. 543 Mais aussi «cuisse, hanche» dans certaines sources écrites du XIème siècle et dans quelques dialectes türk de la Sibérie, cf. Sevortân 1974 : III, 113-114. Clauson 1972 : 940 suppose que «côté, flanc», quand ils sont utilisés pour analyser l‟espace, sont des usages plus tardifs que «cuisse, hanche» qui décrivent des parties du corps. Il est probable que dans cette appellation kirghiz le mot jan désigne une partie du corps, les cuisses ou le hanche, tandis que dans la langue courante c‟est une postposition dont on se sert pour situer les objets dans l‟espace. 544DS 1969 : 115 545 Laude-Cirtautas 1961 : 88, Sevortân 1974 : II, 171 - 173 546 Cf. Karalaev 1952 : 9 - 10; Ïrsaliev 1966 : 18 - 19; Biyaliev 1972 : 142; Imankulov 1980 : 127; C - Osmon uulu 547 C - Süleymanbekov 548 Ïrsaliev 1966 : 18 - 19
542kelte

141 Les uns décrivent pour les aigles dits kelteboz un manteau «chatoyant, aux plumes bien rangées comme les pierres dans le lit d‟un ruisseau», saydïn tašïna okšop türlünüp turat, tandis que leurs yeux sont «tout bleus comme un tourbillon d‟eau», kök irimdey köpkök549. Les autres disent que le manteau tire sur le gris et les yeux sont alors blancs550. Quant à ceux qu‟on appelle janboz, leur manteau peut être fauve doré, comme la couleur du fromage cuit, ejigedey sarï, et leurs yeux seront dans ce cas blancs comme le lait caillé, ayranday ak551. Ou bien le manteau est perçu comme brun-roux tandis que les yeux sont rouges552. Imankulov compare le manteau de ces aigles au manteau du hibou grand-duc553. A deux reprises on leur décrit une langue noire554. Les aigles kelteboz sont des chasseurs intrépides : parmi leurs proies les plus spectaculaires nous trouvons les bouquetins et les mouflons 555 , puis les chevreuils et les sangliers556. Mais, ce sont des oiseaux difficiles qui ne pardonnent pas les bravades de leurs maîtres et s‟en vengent inévitablement557. Dans la région du lac Ïssïk-köl, on va jusqu‟à dire que peu d‟aigliers sont capables de chasser avec les aigles kelteboz558. On leur préfère donc les aigles janboz. Un dicton qui termine souvent les discours sur ces oiseaux dit : kelteboz salsaŋ keŋirsiŋ, janboz salsaŋ jarïlsïŋ «Si tu chasses avec un aigle kelteboz tu es étourdi, si tu chasses avec un aigle janboz tu es comblé»559. Lors de nos enquêtes un aigle qui appartenait à Sagïmbay Zarïnaev, de la rive sud du lac Ïssïk-köl, était considéré comme un aigle janboz. Voilà comment l‟aiglier décrivait son oiseau : «Ses yeux sont rouges, tout rouges, puis ils tirent sur le marron. Le bec est massif puis allongé, il est
comme le museau de serpent, il est long. Puis le bec, il est comment, il est gris. La cire du bec est jaune. Le manteau est fauve. Les pieds aussi, ils sont jaunes. C‟est-à-dire c‟est un aigle jaune, fauve»560.

Un critère probable pour distinguer les deux variétés de cette race pourrait être la couleur du manteau. Le manteau des aigles kelteboz se situe davantage dans la gamme des gris/aux reflets froids tandis que celui des aigles janboz penche vers la gamme fauves/aux reflets chauds. Chez les aigles donc, le nom de couleur boz connaît les mêmes emplois variés que lorsqu‟il est utilisé pour décrire les robes des chevaux. SUPPRIME L’aigle dit janboz (Ton, rive sud de l’Ïssïk-köl, S. Zarïnaev, mars 1997)

549 550

Karalaev 1952 : 9 - 10 Ïrsaliev 1966 : 19 551 Karalaev 1952 : 9 - 10 552 Ïrsaliev 1966 : 18 553 Imankulov 1980 : 127 554 Karalaev 1952 : 9 - 10; C - Abdïkalïkov 555 Ïrsaliev 1966 : 19 556 Biyaliev 1972 : 142 557 Karalaev 1952 : 9 - 10 558 C - Süleymanbekov 559 Karalaev 1952 : 9 - 10; C - Zarïnaev 560 C - Zarïnaev

142

II.5.7. Aigles des étendues basses
Les races d‟aigles des étendues basses sont moins nombreuses que les races d‟aigles des montagnes. Elles semblent mieux connues du côté kazak ce qui n‟est pas surprenant vu les vastes étendues arides qui occupent une grande partie de ce pays. Ce sont aussi les aigliers kazak qui portent à ces aigles une admiration beaucoup plus forte que celle de leurs confrères kïrgïz. La plupart des données kazak concernant les aigles des étendues basses vient du district de Taldïkurgan. Deux aigliers nous renseignent sur les aigles de ce district : d‟une part Dembosïn Düzelulï, originaire du pays, questionné par le vétérinaire J. Balšenov dans les années 1970, puis notre informateur B. Esentaev, venant du pays du Karataw, district de Jambïl, mais connaissant bien les aigles des districts voisins. De plus, B. Esentaev nous a fourni certains renseignements sur les aigles de la steppe de Betpak. Nous ne pouvons circonscrire géographiquement nos données kïrgïz. Elles viennent aussi bien des aigliers de la région du lac Ïssïk-köl que des aigliers du Tien Shan intérieur. Enfin, les aigles des étendues basses ne sont pas inconnus des aigliers des vallées du Čü e t du Talas. II.5.7.1. Aigles dits "sïrgak" Ce sont les aigles des étendues basses les plus appréciés et les plus recherchés en Kïrgïzstan. Le mot sïrgak n‟est pas utilisé hors du vocabulaire des aigliers et sa signification exacte en kïrgïz nous est inconnue. En kazak le même mot décrit la légèreté, la souplesse, l‟esprit vif et alerte561, mais il n‟y désigne pas une race d‟aigles. Les aigles dits sïrgak se font remarquer tout d‟abord par leur hardiesse, puis par quelques traits morphologiques qui leur sont propres. La caractéristique la plus pertinente de cette race d‟aigles est un bec entrouvert par lequel on voit la langue. Cette caractéristique est différemment expliquée d‟un aiglier à l‟autre : «Ce sont des aigles qui viennent des étendues arides, des contrées chaudes. Dès la naissance le bec
reste entrouvert. Après la deuxième mue cette aperture s‟accroît, et après la troisième mue on peut apercevoir la langue»562. «Le [cire du] bec s‟allonge vers le sommet de la tête, puis c‟est déchiré, cet endroit -là, cet endroit-là du bec [les commissures] est comme lacéré, il est déchiré»563. «Il est très facile de les reconnaître. Le bec est comme percé par un burin et on aperçoit la langue qui est toute rouge»564. «Il a une callosité au-dessous des narilles, sur le bec. Après deux ou trois mues, à cause de cette callosité, le bec reste entrouvert et on aperçoit la langue»565.

L‟opinion qui prédomine donc est que les bords du bec de ces aigles sont écartés (le plus vraisemblablement à cause d‟une callosité) et qu‟on y ap erçoit la langue. Tous nos informateurs s‟accordent pour dire que les aigles sïrgak ont plusieurs variétés. Ces variétés sont spécifiées soit par des caractéristiques du plumage, soit par des caractéristiques des pieds.

561Kazak 562

1974 : VIII, 497 C - Abdïkalïkov 563 C - Osmon uulu 564 Karalaev 1952 : 10 - 11 565 Imankulov 1980 : 123-124

143 Ainsi trouvons-nous tout d‟abord des aigles dits kïl sïrgak «sïrgak au crin»566, jelbegey sïrgak «sïrgak aux ailes pendantes» 567 et jeldüü sïrgak «sïrgak hérissé», puis des aigles qu‟on appelle ayak sïrgak (< ayak «pied, plante du pied» + sïrgak), but sïrgak (< but «cuisse, pied» + sïrgak), sïm sïrgak (< sïm «fil métallique» + sïrgak). Mais les descriptions de ces variétés ne suivent pas toujours la logique des appellations. L‟aigle dit kïl sïrgak «sïrgak au crin» est le plus facile à reconnaître et la plupart des aigliers s‟accordent à dire qu‟il a un crin dans la couverture sous-caudale, près de la glande uropigienne. Voici deux descriptions de cet aigle - la première appartient à Imankulov tandis que la deuxième est due à Kurman Abdïkalïkov : «Il a dans la couverture sous-caudale un poil plus raide et plus épais que les crins de la queue du
cheval. C‟est pourquoi on lui donne ce nom. Il a les yeux de la couleur du meilleur thé et on l‟appelle parfois altïnköz «aux yeux dorés». Ses cuisses ne sont pas très massives mais les tarses sont robustes. Les croches sont dures et pointues, elles ne sont pas émoussées puisqu‟elles ne sont jamais au contact du rocher»568.

«Sous la queue, un peu plus haut que ceci [le cloaque] il y a un endroit qui produit de la matière grasse
[la glande uropigienne]. Tous les oiseaux, ils en prennent avec leur bec de cet endroit pour graisser leurs plumes. Même les poules graissent leurs plumes. Chez eux [les aigles dits kïl sïrgak] à côté de l‟endroit qui produit de la matière grasse on voit un long crin. Ce sont donc ces aigles qu‟on appelle kïl sïrgak»569.

On peut entendre cependant d‟autres explications du nom kïl sïrgak «sïrgak au crin» : soit ce sont des aigles qui ont un poil au fond du gosier, soit ce sont des aigles qui ont deux crins emmêlés dans le plumage du plastron570. Les aigliers de nos jours ne savent plus décrire les variétés dites jelbegey sïrgak et jeldüü sïrgak : ces appellations, quand elles sont mentionnées, le sont pour mémoire, mais on ne se rappelle plus les caractéristiques des oiseaux qui les portent 571 . En fait, ces deux appellations appartiennent au répertoire du barde Sayakbay Karalaev, fort célèbre dans la région du lac Ïssïk-köl. Parmi les plus vieux aigliers nous en trouvons encore quelques uns qui ont connu S. Karalaev. Connaître S. Karalaev qui, dit-on, ne cessait pas de réciter même quand il était à cheval avec un aigle au poing, veut dire connaître par coeur une partie de son répertoire. Or, on vénère la mémoire de S. Karalaev autant qu‟on chérit ses paroles. C‟est ainsi que nous retrouvons ces deux appellations dans la bouche des aigliers de la région du lac même si les oiseaux qu‟elles désignent leur sont inconnus. Donnons enfin la description de ces oiseaux telle que nous la trouvons chez S. Karalaev : «Même s‟ils étaient au départ de la même race, de la même nature, les aigles dits jeldüü sïrgak «sïrgak
hérissé» et jelbegey sïrgak «sïrgak aux ailes pendantes» ne se mêlant pas l‟un à l‟autre sont devenus très différents par la suite. Les ailes de celui qu‟on appelle jelbegey sïrgak ne sont pas bien repliées sur le corps, elles pendouillent. Que ce soit une plaine, que ce soit une montagne cela lui importe peu, il vole bien partout. Ces deux aigles, qu‟on les dresse ou qu‟on ne les dresse pas, qu‟ils soient repus ou affamés, ils prennent tout gibier qui leur tombe sous les yeux. Au bloc, ils se tiennent tranquilles comme les chameaux chargés. Les croches sont entaillées comme si on les avait enroulées d‟un fil
566 567

De qïl «crin, poil de la queue ou de la crinière; poils raides, cheveux rêches» jelbegey «portant le manteau sans enfiler les manches» évoque ici les ailes pendantes de l‟aigle quand il est au bloc. 568 Imankulov 1980 : 123-124 569 C - Abdïkalïkov 570 C - Abdïkalïkov ; Simakov 1998 : 216 571 C - Osmonuulu; C - Zarïnaev; C - Abdïkalïkov

144
métallique. Les doigts de celui qu‟on appelle jeldüü sïrgak ont des écailles grosses comme les bagues que portent les femmes. Il a cinq grosses écailles sur chaque doigt »572.

Ce qui distingue donc les aigles dits jeldüü sïrgak «sïrġaq hérissé» des aigles jelbegey sïrgak «sïrġaq aux ailes pendantes» sont les cinq écailles proéminantes sur chaque doigt pour le premier et les ailes pendantes pour le deuxième. Tous les deux ont des croches particulières, des croches qui sont comme entaillées. D‟ailleurs la description que S. Karalaev fait de ces croches est à l‟origine d‟une appellation nouvellement forgée : sïm sïrgak573 où sïm désigne le fil métallique évoqué dans une des comparaisons dont se sert S. Karalaev pour décrire les marques particulières aux croches : tïrmaktarïnda sïm menen bekem baylap anan kayradan čečip salgansïgan belgiler bar «les croches sont couvertes de marques comme si après les avoir serrées d‟un fil métallique on avait enlevé ce fil». Deux autres appellations, ayak sïrgak574 et but sïrgak575 sont données aux aigles qui ont le même trait distinctif, c‟est-à-dire des croches entaillées. Ces deux appellations sont par ailleurs synonymes. Il s‟ensuit que quatre appellations différentes - jeldüü sïrgak, sïm sïrgak, ayak sïrgak, but sïrgak- sont attribuées à des aigles qui ont un même trait distinctif. Nous avons essayé donc de voir si certaines de ces appellations ne sont pas des appellations régionales c‟est-à-dire des appellations qui sont utilisées seulement dans certaines régions de la Kïrgïzstan et qui sont inconnues, ou qui ne sont pas utilisées, ailleurs. L‟un de nos informateurs de la région du lac Ïssïk-köl, Kurman Abdïkalïkov, ne mentionne qu‟une seule variété des aigles dits sïrgak - celle qu‟on appelle kïl sïrgak. Il reconnaît les aigles dits sïrgak des autres aigles des étendues arides par le bec entrouvert et la variété dite kïl sïrgak par le crin caché dans la couverture sous-caudale. Un autre aiglier de la même région a mentionné les appellations jelbegey sïrgak et jeldüü sïrgak mais il n‟a pas su décrire les oiseaux. Abdukaapar Osmon uulu, originaire de la région du Tien Shan (Kïlzïl tuu, dans la vallée de Atbašï) a énuméré plusieurs variétés de la race dite sïrgak : jelbegey sïrgak, jeldüü sïrgak, kuu čegir sïrgak, baš sïrgak, but sïrgak, jün sïrgak. Mais il n‟a su décrire que deux variétés : baš sïrgak et but sïrgak. Il distingue la première variété des autres aigles des étendues arides par les commissures du bec qui sont comme déchirées et la deuxième variété par les croches entaillées. Pour la variété qu‟il appelle jün sïrgak (< jün «plume, plumage» + sïrgak) il dit tout simplement qu‟elle a un plumage particulier, différent du plumage des autres aigles des étendues arides. La distinction des variétés comme jün sïrgak et but sïrgak à l‟intérieur de cette race enlève une légère ambiguïté qui existe chez S. Karalaev : les deux appellations dont il se sert, jeldüü sïrgak «sïrgak hérissé» et jelebegey sïrgak «sïrgak aux ailes pendantes», renvoient au plumage même si l‟un des oiseaux, celui qu‟il appelle jeldüü sïrgak, est reconnu surtout par les cinq grosses écailles sur chaque doigt. Dans le paire jün sïrgak / but sïrgak le contraste est plus limpide puisque le premier nom renvoie au plumage, et le plus vraisemblablement aux ailes pendantes, tandis que le deuxième évoque les pieds et, comme le précise notre informateur, les croches entaillées. Quant au nom baš sïrgak que nous pouvons traduire comme «vrai sïrgak» il n‟est pas le nom d‟une variété mais une forme plus développée de l‟appellation sïrgak. Il nous semble que c‟est à cause de cette opposition plus claire que les appellations synonymes comme ayak sïrgak / but sïrgak ont pratiquement remplacé celle de jeldüü sïrgak. La race des aigles dits sïrgak peut être représentée de la façon suivante :

572 573

Karalaev 1952 : 10 - 11 Biyaliev 1972 : 143 574 Biyaliev 1972 : 143 575 C - Osmon uulu

145 SUPPRIME La race des aigles dits sïrgak II.5.7.2. Aigles tachetés En décrivant les aigles de la région de Jetisuw, jetisuw bürkitteri, Dembosïn Düzelulï parle d‟une race d‟aigles dits koŋïr ala «bruns tachetés» 576 . Certains de ces aigles ont la crinière longue, uzïn šuwda, d‟autres ont la crinière courte, üzbe šuwda. A l‟intérieur de cette race, le vieil aiglier distinguait trois variétés d‟aigles appelées respectivement : akköz koŋïr ala «bruns tachetés aux yeux blancs» suwköz koŋïr ala «bruns tachetés aux yeux [couleur] d‟eau» ak dambal koŋïr ala «bruns tachetés aux culottes blanches» Si les deux premières variétés se différencient par la couleur des yeux, ou plus généralement par les caractéristiques des yeux, la troisième variété a pour trait distinctif les culottes blanches. Le trait commun aux trois variétés est une particularité du plumage exprimée par le mot ala577. L‟analyse la plus consensuelle fait de ce mot un nom pour les assemblages de couleurs contrastées, assemblages qui incluent, presque obligatoirement, le blanc 578 . Ces assemblages de couleurs sont rendus en français par «pie», «bigarré» ou «tacheté» et on maintient quelque part une ambiguïté qui est aussi présente dans le mot türk : bigarré de combien de couleur ? tacheté de blanc ? quelles taches sur quels fonds etc. Les animaux «bigarrés» ont une longue histoire chez les Türk. Ils apparaissent, comme animaux héraldiques, couverts de méandres et de volutes ou bien de filets d‟écailles, à l‟époque des Zhou (XIème - VIème siècle av. J. C.). Nous les retrouvons, décorés de points, virgules et tirets, dans certaines peintures rupestres, puis dans l‟art animalier des steppes. Selon une tradition la Montagne «Bigarrée» 579 , une montagne sacrée pour les Türk, était habitée par des animaux «bigarrés» (tigre «bigarré», oiseau de proie «bigarré», dragon «bigarré», cheval «bigarré», licorne «bigarré»). Quant aux chevaux «bigarrés», tout en étant des habitants fabuleux de la Montagne Bigarrée, c‟étaient aussi des chevaux réels élevés par les Türk580. On suppose que les chevaux «célestes» que les envoyés des Hans (206 av. J. C. 220 ap. J. C.) cherchèrent en Asie Centrale, dans la vallée du Ferghana, étaient aussi des chevaux «bigarrés» puisque dans les sources chinoises on se sert du mot türk alaja (< ala+ja) pour décrire les robes de ces animaux. Les robes alaja étaient parfois comparées à la peau de tigre. D‟autres peuplades «barbares» des confins de la Chine, dont certaines peuvent être considérées comme des ancêtres lointains des Türk, étaient aussi connues pour les chevaux «bigarrés» qu‟ils fournissaient à l‟Empire du Milieu. C‟est de cette époque que datent

Balšenov 1979 : 298 - 299 Plusieurs études ont été consacrées à l‟emploi du mot ala tant comme nom de couleur que comme nom de pelage, cf. Laude-Cirtautas 1961 : 70 - 76; Esin 1965 : 175 - 192; Esin 1968 : 21 - 24; Hamayon 1978 : 233. 578 Ainsi, le dictionnaire kazak-kazak explique-t-il le mot ala comme «apparence venant du mélange du blanc avec d‟autres couleurs», cf. Kazakh 1974 : I, 178. La présence du blanc est évidente dans des syntagmes comme ala karga «corneille bigarrée» qui est le nom de Corvus corone corvix. Quant il ne s‟agit pas de pelages, l‟assemblage de couleurs contrastées est perçu comme déroutant, anormal et dans les emplois figurés ala évoque le manque d‟harmonie, la mésentente, le mal à l‟aise etc., cf. ala awïz «bouches bigarrées» c‟est-à-dire mésentente, ala ayak «pieds bigarrés» ce qui revient à dire rusé, méchant, cruel; ala közdedi «[ceci lui] paraît bigarré» - ceci ne lui plaît pas, ceci lui paraît étrange, etc. 579 La montagne bigarrée des Türk, ala taġ, était une montagne dont les pentes étaient parsemées de végétation, d‟arbres, cf. Esin 1968 : 22. De nos jours, ala too / alataw est utilisé par les Kazakh et les Kirghiz pour désigner les chaînes du Tien Shan. 580 Esin 1968 : 23
576 577

146 plusieurs représentations des chevaux «bigarrés» sur lesquelles on voit soit une robe régulièrement rayée, comme la peau du tigre, soit une bande sombre qui longe le dos581. Grâce au Thesaurus de Kâchgarî (XIème siècle) nous apprenons que, quant aux chevaux, le mot ala désigne toute robe qui n‟est pas unie (la robe unie est appelée tum en türk et elle correspond assez bien au français «zain») et que les chevaux bigarrés sont de plusieurs sortes d‟après la nature de leurs bigarrures. Ainsi distinguait-t-on tour à tour ogar «cheval étoilé», tögüz «cheval avec une étoile au front», yalgil «cheval à la crinière blanche», bašgil «cheval à la tête blanche», bögrül «cheval aux flancs blancs», bol «cheval aux pieds blancs» quant à la distribution des taches claires, puis tâz «cheval moucheté» ou «cheval étourneau», ala «cheval tacheté de blanc et de noir» ou «cheval pie», targïl «avec des rayures noires et blanches» ou «cheval zébré» - quant à la taille et à la forme des taches. Cette description des taches n‟est cependant effectuée que pour le cheval, et accessoirement pour quelques autres animaux domestiques (par exemple bašil «mouton avec une tête marquée de blanc», bogrul «mouton dont le cou est marqué de blanc», čâl «mouton tacheté de blanc et de noir» qui est une sorte de mouton «pie», kartal «mouton tacheté» etc.). A cette époque nous ne trouvons aucun indice de l‟application de ces noms de couleur au plumage des oiseaux en général et des oiseaux de chasse en particulier. De plus, à la différence du français où les noms de robe de cheval sont souvent explicites aussi bien sur la couleur de fond que sur les différentes marques qui le perturbent, les noms türk passent sous silence la couleur de fond582. Comme la plupart des noms de pelage en türk, ala peut être modifié par un autre nom de couleur qui apporte une précision soit sur les bigarrures soit sur le fond. Donnons ici quelques exemples : kök ala «mélange de blanc et de gris-bleu» en kazak, «tacheté de grisbleu» ou «mélange de blanc et de gris-bleu» en kïrgïz; sarï ala «jaune tacheté» en kazak et en kïrgïz; et pour revenir aux aigles koŋïr ala «mélange de brun et de blanc» en kazak. Ces noms composés montrent que ala, tout en étant un mélange de couleurs contrastées, n‟est pas obligatoirement le mélange de blanc et de noir puisque en kïrgïz on dit aussi bien ak ala «blanc tacheté» que kara ala «mélange de noir et de blanc». Et en kazak et en kïrgïz les mélanges décrits par ala sont le plus souvent des mélanges de blanc avec d‟autres couleurs. Les noms composés nous fournissent une précision sur les couleurs mélangées, et le plus souvent ils confirment que nous avons affaire à un mélange de blanc et d‟une autre couleur dont le nom précède ala. Quant au mot ala employé tout seul il nous semble qu‟une des traductions les plus fidèles serait «marqué, tacheté de blanc». Mais ni ala tout seul ni ses composés ne nous renseignent sur la nature de dessin (rayure, tache, étoiles). Il se peut donc que le mélange en question n‟est pas à proprement parler un dessin et que la distribution des deux couleurs n‟est pas facile à décrire ou à exprimer. Quant aux oiseaux de chasse, il semble qu‟on a recours au mot ala pour décrire les taches claires, quelle que soit leur forme (aiglures, bigarrures, écalures, émaillures, tavelures), qui bouleversent la teinte du manteau. Ces taches sont caractéristiques des plumages juvéniles et ne sont que partiellement préservées dans les plumages des oiseaux adultes. L‟exemple le plus typique d‟un plumage juvénile tacheté de blanc est celui de l‟aigle criard chez qui les nombreuses taches blanches qui couvrent le dos et les ailes chez l‟oiseau juvénile disparaissent à l‟âge adulte, c‟est-à-dire vers la cinquième année. Il est peu probable cependant que les aigles dits «bruns tachetés», décrits par D. Düzelulï, soient des aigles criards. Or, il est difficile de deviner, vu le peu de renseignements que nous avons, quels sont les aigles ainsi nommés. Des aigles portant un manteau «brun bigarré» pourront aussi bien être des aigles des steppes, des aigles ravisseurs, des aigles impériaux ou bien des aigles
581 582

Esin 1965 : 179 - 180 Ainsi en français «rubican» se dit d‟un cheval noir, bai ou alezan dont la robe est parsemée de poils blancs, «pommelé» sous-entend des taches arrondies et plus foncées sur une robe grise tandis que les noms türk des robes que nous avons donnés plus haut ne contiennent aucune indication sur la couleur du fond.

147 royaux. Sans parler du fait que l‟aigle appelé ak dambal koŋïr ala «brun tacheté aux culottes blanches» évoque soit l‟adulte de l‟aigle de Bonnelli soit la phase claire de l‟aigle botté, tous les deux des aigles rares mais existant dans nos régions. D‟ailleurs, le problème des «aigles tachetés» s‟est posé très tôt. Dans le Pentaglotte, rédigé au XVIIIème siècle, nous trouvons déjà trois noms d‟aigles «tachetés» et malgré des recherches croisées en mandchou, mongol, chinois et uygur, et les explications qui accompagnent ces noms dans la version bilingue mandchou-chinois de ce compendium, leur identification reste toujours incertaine. Ces noms sont les suivants :
Mandchou kuri damin čakiri damin saksaha damin Mongol xoruu-du bürgüd čegir bürgüd čagčagay-du bürgüd Chinois hu pan tiao hua pai tiao chieh pai tiao Uygur bederlik burgut583 ala burgut584 čakir burgut585

Le premier, décrit dans la version bilingue du Pentaglotte comme un aigle adulte dont le manteau est rayé comme le manteau du tigre, est supposé être le nom de l‟aigle criard, Aquila clanga 586 . Le deuxième, si on se fie à l‟explication en chinois, c‟est-à-dire que la couleur du manteau de cet aigle est un mélange de blanc, de noir et de rouge 587, ne saurait être que l‟aigle de Hodgson, Spizaetus nipalensis Hodgson, le seul dans ce bout du monde à avoir un plumage si contrasté. C‟est un aigle pratiquement inconnu des Türk mais rencontré sporadiquement au centre de la Chine et en Mongolie588. Le troisième, décrit comme un aigle de deux ans dont les plumes des ailes ont la naissance blanche, serait le nom, ou l‟un des noms, pour l‟aigle royal juvénile589. Arrêtons-nous ici sur les appellations de ces aigles «tachetés». L‟aigle royal juvénile est appelé en mandchou «aigle-pie»590 et nous supposons qu‟il est appelé ainsi à cause de la coloration des rémiges primaires chez la pie qui sont noires à l‟extrémité et blanches à la naissance. En mongol cette appellation est calquée sur le mandchou et nous y découvrons un mot čagčagay plus un morphème -du/-dü dont on se sert pour obtenir des qualificatifs à partir d‟un nom. Ce mot ne serait qu‟une déformation, ou une forme dialectale, du mot šigazagay qui est le nom de la pie en mongol classique. Le truchement uygur se servira dans ce cas d‟un de ces noms de couleur dans les langues turco-mongoles dont l‟interprétation est fortement contextuelle : čakir. En uygur, le mot čakir désigne une couleur entre le bleu et le vert591; pour justifier le truchement uygur nous ajouterons que dans d‟autres langues türk le même mot veut dire «de couleurs différentes»592. Le mandchou et le mongol auront à leur tour recours à ce nom de couleur čakiri/čegir pour rendre le nom de l‟aigle «bigarré», dont le plumage serait un mélange de blanc, de noir et de rouge. Or, le mot čakiri désigne en mandchou (1) les jarres, c‟est-à-dire les poils durs des fourrures d‟hiver qui sont souvent blancs ou argentés; (2) une tache blanche; (3) des

583 584

Pentaglotte 1957 : 4127 Pentaglotte 1957 : 4128 585 Pentaglotte 1957 : 4127 586 Denison-Ross 1909 : 270 587 Denison-Ross 1909 : 270 588 David & Oustalet 1877 : I, 8. 589 Denison-Ross 1909 : 270 590 Norman 1978 : 231 saksaha «pie bavarde, Pica pica . 591 Baskakov 1939 : 30 592 Par exemple en turc et en ouzbek, cf. Deny 1921 : 72; Ouzbek 1981 : II, 361; Laude-Cirtautas 1961 : 98.

148 bigarrures593. Le mongol reprend le mandchou puisqu‟en mongol aussi le mot čakir veut dire «clair, blanc, blanc comme la neige; taches blanches sur les plumes des oiseaux» 594 . Le truchement uygur se sert dans ce cas du mot ala. Mais l‟oiseau en question ne sera donc pas l‟aigle de Hodgson. Il s‟agit le plus vraisemblablement de l‟aigle criard juvénile. Quant à l‟aigle dont le manteau est «strié comme la peau de tigre», précisons que le chinois hu pan désigne, dans le vocabulaire de la volerie, un plumage juvénile et parfois celui du tiercelet de l‟autour595. Ainsi, nous sentons-nous débarrassée de la comparaison déroutante avec la peau d‟un tigre. Le nom mandchou de cet aigle, kuri, vient du mongol küreng/kürin «brun, brun foncé». Mais ce nom de couleur désigne en mandchou un pelage foncé avec des rayures plus claires ou bien un pelage bigarré, rayuré. Le truchement mongol évite le nom de couleur küreng/kürin et a recours à xoruu-du < xoruu+du où xoruu est le nom d‟une sorte de tourterelle596. Cette allusion au plumage de la tourterelle, quelle que soit l‟espèce en question, n‟est pas une invention mongole. Dans le vocabulaire des fauconniers chinois le premier plumage juvénile des oiseaux de chasse, et plus précisément des autours, est dit «plumage tourterelle» 597 . L‟uygur, qui a à sa disposition un terme qui convient parfaitement aux circonstances, bozïm//bozum, s‟aligne cependant sur l‟une des significations du mot mandchou, c‟est-à-dire «aux rayures» et de surcroît se sert d‟un emprunt - bederilik - toujours au mandchou, dont nous ne trouvons aucune trace dans les langues türk d‟aujourd‟hui. En fait, le mot bederlik (beder(i)+ LIK qui est un morphème de généralisation) vient du mandchou bederi «rayure, tache», lui-même d‟origine mongol598. C‟est dire si dans le monde türk et mongol, et plus largement dans le monde altaïque, la terminologie des taches et des rayures pose des problèmes intéressants. Pour revenir à nos oiseaux, il est peu probable que bederlik burgut s‟applique à l‟aigle criard. On peut y voir, avec beaucoup de précautions un aigle impérial juvénile ou, puisqu‟ils se ressemblent beaucoup, un aigle des steppes juvénile. Nommons enfin deux variétés d‟aigles tachetés pour lesquelles nous avons quelques indices supplémentaires. La première est appelée en kïrgïz böksönün alasï «les [aigles] tachetés des piémonts»599. Voici comment l‟un de nos informateurs décrit ces aigles : «Ce sont des aigles qu‟on rencontre dans nos montagnes. Ceux qui sont de petite taille et ceux qui sont
tachetés de blanc, [et sur le manteau] et sur le dessous, on les appelle «les tachetés des piémonts». Ce sont des aigles de bonne qualité... On les appelle ainsi à cause de la coloration de leur manteau. Aussi parce qu‟ils survolent les piémonts des montagnes où ils trouvent de petites proies pour se nourrir »600.

Nous avons dans ce cas la confirmation qu‟il s‟agit d‟un aigle au manteau tacheté de blanc, qui est de petite taille, qui chasse dans les piémonts et qui se satisfait de petites proies. Avec un peu plus de certitude nous pourrions reconnaître l‟aigle criard juvénile, Aquila clanga, tout d‟abord à cause de la taille, puis des taches blanches du manteau et enfin puisqu‟en Asie Centrale les aigles criards sont souvent vus quand ils survolent les piémonts des montagnes.

Cincius 1975 : II, 381. C‟est elle qui précise que le plumage de cet aigle n‟est pas «un mélange de blanc, de noir et de rouge», comme le suggère la traduction de Denison-Ross 1909 : 270, mais «tacheté de blanc, de noir et de rouge». 594 Lessing 1960 : 162 595 Schaffer 1958 : 330 596 Lessing 1960 : 968 597 Schaffer 1958 : 323, 337 598 Cincius 1975 : I, 120 599 C - Osmon uulu 600 C - Osmon uulu
593

149 La deuxième variété est nommée, toujours par les aigliers kïrgïz, ak kïrčoonun bürkütü «aigle strié / bandé de blanc». Il s‟agit d‟un aigle des étendues arides (čöl) dont le manteau est strié de blanc comme si on l‟avait entouré d‟une bande blanche (ak kïrčoo)601 . Il est fort probable que nous avons affaire ici aux juvéniles de l‟aigle des steppes (Aquila rapax orientalis ou Aquila rapax nipalensis) qui sont facilement reconnaissables dans la nature par les deux barres blanches sur les ailes. Rappelons enfin que, comme pour les chevaux, certaines des taches sur le manteau de l‟aigle sont analysées comme des signes distinctifs des aigles de bonne entreprise. C‟est le cas des lisières blanches des plumes couvrant le brayer et le plastron, appelées en kazak ak buršak «grêles blanches», les plumes rousses sur le plastron de l‟aigle dites kantamar «vaisseaux sanguins» et les bigarrures ressemblant à des giclées de sang sur la naissance blanche de la queue - bürkör en kïrgïz et pürker/bürker en kazak.

II.5.8. Catégories hétérogènes
Quoique l‟une des différences les plus souvent évoquées entre les aigles des montagnes et les aigles des étendues basses soit la teinte du manteau, elle n‟est pas un critère immuable. Les aigles «noirs», comme les aigles «fauves», donnent dans la réalité des catégories polytopiques. Une catégorie polytopique comprend des oiseaux qui peuvent se ressembler par leur morphologie, la teinte de manteau dans notre cas, mais qui s‟adaptent à des biotopes différents. Ainsi, certains des aigles qui ont le manteau foncé sont des aigles des montagnes tandis que d‟autres aigles au manteau foncé se rencontrent dans les étendues basses. Dans d‟autres groupements d‟aigles, et l‟habitat et la teinte de manteau cèdent devant un trait caractéristique particulier - par exemple la queue courte. Parmi les aigles à queue courte on rencontre des oiseaux au manteau fauve aussi bien que des oiseaux au manteau foncé. Le biotope des oiseaux ne joue plus un rôle prépondérant et ce qui importe davantage c‟est le trait morphologique qu‟ils ont en commun. Les ruptures de ce type semblent fréquentes dans les ordonnancements ethnobiologiques. Nous traitons donc ces catégories comme des catégories hétérogènes qui transversent les catégories selon l‟habitat. II.5.8.1. Aigles noirs Les aigles noirs se différencient surtout par l‟estime que leur portent les aigliers. Ainsi, selon leurs qualités d‟oiseaux de chasse, cette catégorie d‟aigles se ramifient en deux catégories secondaires : aigles noirs de bonne qualité et aigles noirs de mauvaise qualité. II.5.8.1.1. Aigles noirs de bonne qualité A. Aigles dits «noirauds» On admire les aigles «noirauds» pour leur taille et pour leur rapacité, mais il est rare que quelqu‟un parvienne à les apprivoiser. La description la plus détaillée de ces aigles vient de la bouche de Karalaev : «Il est très facile de reconnaître un aigle «noiraud». Un poil sort de chacune des deux narilles du bec.
Ces poils ressemblent aux défenses du sanglier. Les croches sont rouge ensanglanté, acérées comme des clous. A l‟extrémité de la queue, il a une barre noire de suie, large de quatre pouces. En fait, cette barre noire existe chez tous les aigles. Un peu plus haut que la barre noire on voit des taches sombres qui ont la forme du sabot de gazelle. C‟est pourquoi on le reconnaît facilement dès qu‟il quitte le nid.
601

Akmataliev 1993 : 118

150
L‟aigle «noiraud» est parmi les aigles, ce que le gerfaut est parmi les faucons. Il chasse le renard, le loup et les bouquetins»602

Notons que les «moustaches» ou les «défenses» que Karalaev décrit chez les aigles «noirauds» les rapprochent des aigles «aux moustaches couvertes de glace». Par contre, les «croches rouges ensanglantés» doivent être une tournure poétique puisqu‟elles conviennent peu à un oiseau du genre Aquila. Plus récemment, les aigliers omettent ces détails et se contentent de remarquer que c‟est un aigle de grande taille qui a le manteau tout noir603. On entend souvent une sorte de dicton à propos de ces aigles : karačïk tomogosun ala čïk «[Quant aux aigles] noirauds vas [à la chasse] en prenant leur chaperon»604. Un aiglier de la rive sud du lac Ïssïk-köl explique ce dicton de la façon suivante : «Si tu chasses avec un aigle, chasse avec le noiraud, quand tu chasses avec le noiraud va [à la chasse]
en prenant son chaperon. Ceci veut dire qu‟il faut prendre le chaperon. Si on le porte sans chaperon, lui, il voit très vite, il voit loin [et il se débat donc sans cesse au poing], c‟est pourquoi on dit que quand on chasse avec un aigle noiraud il faut prendre son chaperon»605.

Les aigliers du Tien Shan semblent mieux connaître ces aigles que leurs confrères des rives de l‟Ïssïk-köl. Voilà ce que l‟un d‟entre eux raconte à leur propos : «Les aigles qu‟on appelle «noirauds» nichent dans le massif du Toguztoro, à l‟endroit dit Kaanaču. Ils
sont plus grands que les aigles «aux épaules blanches» et que les aigles «aux moustaches couvertes de glace» de l‟Alay. Ils sont très grands, l‟aile déployée fait plus d‟un mètre, comme chez les vautours. Puis ils sont tout noirs. C‟est pourquoi on les appelle «noirauds». Mais personne n‟a chassé avec un tel aigle. Ils sont trop lourds, ils sont grands, grands comme les vautours, personne ne peut les tenir au poing. Quand ils chassent, eh bien, ils prennent les cervidés des piémonts. Si on chasse avec un tel aigle la veille et si on ne le sort pas le lendemain, il s‟attaque à son maît re. Ce sont des aigles comme cela, ceux qui savent les apprivoiser savent aussi qu‟ils doivent chasser les cervidés tous les jours. Puis quand on chasse avec un tel aigle, il faut sortir à plusieurs, il faut qu‟il y ait beaucoup de camarades qui ramassent le gibier, il en prend énormément. Mon père disait que quand ils s‟emparent des cervidés ou des bouquetins, ils sont capables de les soulever et de les emporter d‟un rocher à l‟autre. Ils les soulèvent et ils volent, que ce soit un bouquetin, que ce soit autre chose. Un grand bouquetin pèse entre cent vingt et cent cinquante kilogrammes, mais ils le soulèvent et le charrient d‟un rocher à l‟autre. C‟est un aigle noiraud qui attaqua un avion Andov. Il percuta un avion Andov et y trouva la mort. Jadis un aiglier de la vallée du Jumgal, j‟ai oublié son nom, a essayé de chasser avec un tel aigle. Alors qu‟il voulait chasser avec un noiraud, son père disait : «Prends beaucoup de camarades avec toi». L‟aiglier n‟a pas suivi les conseils de son père, il est parti seul et il s‟est fait tuer par l‟aigle. Il s‟est fait tuer par le noiraud qui l‟arracha à son cheval, le jeta sur un rocher et dévora ensuite sa dépouille. Depuis personne n‟a osé chasser avec un noiraud dans la vallée du Jumgal. Mon père le disait, personne n‟a chassé avec un tel aigle. Mais on sait qu‟ils se reproduisent dans le massif du Toguztoro. A l‟endroit Kaanaču. Moi même, je n‟en ai jamais vu. Mais parmi les chasseurs, il y en a qui en ont vu voler d‟un rocher à l‟autre avec des mouflons dans les croches »606.

Cette race d‟aigles semble inconnue des aigliers kazak. Il est vrai que dans la basse vallée du Talas, une région où Kazak et Kïrgïz cohabitent depuis longtemps, les aigliers kazak distinguent quatre races d‟aigles dont l‟une est appelée karaša «noirâtres». Mais cette race ne

602 603

Karalaev 1952 : 10 C - Süleymanbekov 604 C - Süleymanbekov 605 C - Zarïnaev 606 C - Osmon uulu

151 nous est connue que par son nom et, malgré la ressemblance des appellations, nous ne saurions pas dire s‟il s‟agit de la race que les aigliers kïrgïz appellent karačïk607. Aigles dits «noirs plumeux aux lanières» Les aigles appelés kanjïgaluu kara seŋsel / kanjïgaluu kara saŋsaŋ «[aigle] noir plumeux aux lanières» sont souvent mentionnés dans les sources écrites mais ils sont peu connus de nos jours. D‟après les sources écrites, le déterminant kanjïgaluu «aux lanières» évoque une particularité du plumage, à savoir les plumes longues et pendantes des ailes. Chacune de ces plumes ressemble à une lanière, et plus précisément à celle, kanjïga, qui se trouve à l‟arrière de la selle et à laquelle on attache le gibier. On appelle ces plumes longues et pendantes du même nom, puis on nomme ces aigles kanjïgaluu «aux lanières» 608 . Pour achever le portrait de ces aigles il faut ajouter deux autres traits caractéristiques qu‟on l eur décrit de temps à autre : ainsi Imankulov note qu‟à la naissance de la queue, sur le dessus, cet aigle porte une rangée de plumes courtes qui sont bien visibles 609 tandis que l‟un de nos informateurs leur a décrit des yeux noirs610. Or, dans la langue courante kanjïgaluu signifie «bénéfique» et se dit d‟un cheval qui procure des bénéfices à son maître (grâce aux prix qu‟il gagne lors des jeux équestres) ou d‟un oiseau de chasse qui est prenant, qui permet à son maître d‟avoir toujours du gibier suspendu à la lanière de sa selle611. Le reste du nom, kara seŋsel, peut être interprété de deux façons. D‟après Yudakhin, kara seŋsel est une locution fixe qui s‟applique à celui qui est chanceux, veinard612. Cette locution est donc synonyme de kanjïgaluu «bénéfique». Mais, un dérivé du mot seŋsel, seŋselgen, signifie «plumeux», «duveteux», «soyeux», «vaporeux»613. On s‟en sert pour décrire les cheveux vaporeux, les moustaches fournies ou bien une fourrure soyeuse. De plus, dans la région du lac Ïssïk-köl on dit du même aigle kara saŋsaŋ et non pas kara seŋsel. Dans la langue courante on appelle saŋsaŋ la laine douce de l‟agneau614. D‟où il est probable que dans le vocabulaire des aigliers le mot saŋsaŋ/seŋsel évoque une qualité du plumage, un plumage épais mais soyeux, le plumage frais d‟un aigle qui a par ailleurs les plumes des ailes longues et pendantes, puis la couverture sus-caudale bien fournie. Nous avons affaire ici à une appellation dont les éléments fonctionnent à deux niveaux : ils peuvent avoir un sens direct et il évoquent dans ce cas une particularité du plumage (rémiges longues et pendantes, couverture sus-caudale bien visible, plumage épais et soyeux); mais ils ont aussi des emplois figurés où sont sous-entendues la chance, la réussite, la prospérité. Selon que l‟on privilégie l‟un ou l‟autre des deux niveaux l‟appellation kanjïgaluu kara seŋsel pourrait être traduite différemment : «[aigle] chanceux» tout court mais aussi «[aigle] chanceux aux lanières» ou «[aigle] noir plumeux aux lanières» et enfin «[aigle] noir plumeux qui apporte de la chance». Le même oiseau est appelé parfois kanjïgaluu kara ker «[aigle] brun-noir aux lanières»/»[aigle] brun-noir chanceux»615 où seŋsel «plumeux» est remplacé par ker «marron, brun-roux». Cette forme parallèle peut être l‟indice que dans l‟appellation kanjïgaluu kara seŋsel, kara seŋsel n‟est pas une locution fixe puisque d‟une région à l‟autre ses éléments sont dissociés et qu‟on en remplace un pour obtenir une appellation proche. Ajoutons enfin qu‟une
607 608

Dosmambetov 1992 : 124-127. Imankulov 1980 : 123; Akmataliev 1993 : 118 609 Imankulov 1980 : 123. Il s‟agit des plumes sus -caudales. 610 C - Zarïnaev 611Yudakhin 1965 : 340 612 Yudakhin 1965 : 643 613 Yudakhin 1965 : 643 614 Yudakhin 1965 : 634 615 Akmataliev 1993 : 118

152 race du faucon sacre aux tarses très emplumés est appelée par les fauconniers du nord de l‟Inde sang-sang et que le même nom, donné aussi au faucon sacre, existe en uygur, saŋsaŋ/sänsän 616 . Cet exemple tente à prouver que le mot seŋsel/saŋsaŋ décrit, dans le vocabulaire des fauconniers et des aigliers, une particularité du plumage de même que chez les éleveurs il désigne une toison particulière - la laine douce de l‟agneau. II.5.8.1.2. Aigles noirs de mauvaise qualité A. Aigles dits «noirs des cimes» Les aigles noirs les plus grands et les plus impressionnants sont appelés čokunun karasï, «les noirs des cimes». Soltonoev les range, au début de notre siècle, parmi les aigles de chasse les plus appréciés617. Cependant, dans les années 1940, l‟aiglier Karalaev nuance un peu l‟attitude des aigliers envers ces oiseaux : «Ils sont si lourds que la selle use le dos du cheval quand on les porte. Pendant longtemps ils ne sont
pas capables de prendre quoi que ce soit, ils vous font souffrir. Ils vous fatiguent à mort avant de prendre quoi que ce soit. Ce sont des aigles qui ne vous donnent que des soucis»618

De nos jours, les aigliers de la région du lac Ïssïk-köl partagent l‟opinion de Karalaev : «Parmi les mauvais aigles, il y a ceux qu‟on appelle «les noirs des cimes». Ils sont de forte taille, ils
sont plus grands que les aigles communs. Mais ils ne guettent que la charogne, ils guettent ce que les autres aigles prennent, puis se fiant à leur taille ils les attaquent sauvagement et leur enlèvent la prise. C‟est en dérobant les prises des autres qu‟ils se nourrissent. Il y a des aigles comme ça»619.

«Les noirs des cimes, ils prennent ce qu‟ils prennent et s‟ils ne prennent pas il ne prennent point. On ne leur apprend rien, ce ne sont pas de bons aigles»620. Les «noirs des cimes» sont donc des aigles de grande taille mais difficiles à apprivoiser et à entretenir d‟où les soucis, la fatigue qui viennent à l‟esprit des aigliers quand ils les décrivent. Quant au qualificatif jaman «mauvais», il décrit aussi bien les aigles qui sont mauvais chasseurs que ceux qui ne sont pas sujets à l‟apprivoisement. Deux autres appellations, ačuuluu kara «noirs coléreux» et zorlukču kara «noirs violents» semblent décrire les mêmes aigles noirs. Les «noirs coléreux» sont réputés comme des oiseaux réticents, désobéissants, au tempérament inconstant, qui chassent tantôt bien tantôt mal et qui à l‟occasion n‟hésitent pas à attaquer leur maître. Quant aux «noirs violents», ils ne sont pas sujets à l‟apprivoisement. Grâce à leur grande taille, ils charrient souvent les prises des autres aigles621. Il nous semble que malgré les appellations différentes nous avons à faire ici avec une seule race d‟aigles. Aigles dits «froissés au plumage noir» L‟appellation kara jündüü kabïrïk «[aigles] froissés au plumage noir» décrit, d‟après Soltonoev, des aigles de bonne qualité622. Quant à nos informateurs, soit ils ne connaissent pas

616 617

Cf. Phillott 1908c : III, 180; Le Coq 1913 : 9 et 114 Soltonoev 1993 [1934] : II, 191 618 Karalaev 1952 : 10 619 C - Süleymanbekov 620 C - Abdïkalïkov 621 Simakov 1998 : 210 et 213. 622 Soltonoev 1993 [1934] : II, 191

153 ces aigles623, soit ils se complaisent à dire que ce sont des aigles de chasse qu‟on peut bien sûr rencontrer en Kïrgïzstan 624 . Une appellation très proche, karga jündüü kabïrïk «[aigles] froissés au plumage de corneille» fait partie de l‟inventaire d‟Imankulov. Mais, à la différence de Soltonoev, il s‟en sert pour décrire des aigles de mauvaise qualité qui ont le plumage mou comme celui de la corneille, la poitrine étroite, les yeux noirs et les pieds dont la couche cornée est toute lisse625. II.5.8.1.3. Appellations disparates pour les aigles noirs de mauvaise qualité Beaucoup d‟appellations qui contiennent le déterminant kara «noir» sont péjoratives. Ainsi, on connaît des aigles noirs qui lâchent le pet tout le temps. Ces aigles sont appelés oosurak kara «noirs pétards». D‟autres aigles noirs n‟ont pas les forces pour se procurer de la nourriture. Ils sont dits šal kara «noirs impotents». Il y a des aigles noirs qu‟on appelle soit šölböö kara «[aigles] noirs [dont les ailes] pendouillent» soit et iyri kara : «[aigles] noirs tordus». A la première vue les aigles «noirs [dont les ailes] pendouillent» paraissent convenables mais quand on les prend au poing les ailes ne se replient pas sur le corps, elles pendouillent, l‟oiseau ne se tient pas droit d‟où leur appellation626. Les aigles «noirs tordus» se tiennent à peine droit, ils se tordent tout le temps et leur queue reste collée au gant 627. Les aigliers kazak ne sont guère enthousiastes sur les aigles noirs. A quelques rares exceptions, les aigles noirs sont considérés comme de mauvais oiseaux de chasse. Ainsi, les aigles dits möldir kara «noirs uniformes», jawdïr kara «noirs purs» et karga jündi kara «noirs aux plumes de corneille»628 sont tous des mauvais oiseaux, jaman629. Peu nombreux sont les aigles noirs de bonne qualité. Leurs mauvaises qualités sont par contre multiples : soit ils sont trop grands, trop lourds et trop agressifs, soit ils ont une mauvaise stature et un plumage souple et lisse. En général, les aigles noirs sont difficiles à apprivoiser : ils sont soit tenaces et leur apprivoisement est fastidieux, soit «ignobles» ou incapables d‟apprendre. Les quelques bonnes qualités de ces aigles ne sont mises en valeur que par les aigliers les plus expérimentés. Aucune appellation de race ne contient le mot bürküt «aigle» ou kus «oiseau». Aussi kara «noir», ou son dérivé karačïk//karaša «noiraud», sont-ils substativés et deviennent-ils «les noirs» ou bien «les noirauds». Certaines des appellations (jawdïr kara, möldir kara, bult kara) peuvent être considérées comme des noms composés de couleur. La majorité des appellations sont cependant obtenues par un procédé de détermination où kara «le noir» est précédé par un déterminant (iyri «tordu», oosurak «qui pète», šal «impotent»). Des ruses morphosyntaxiques sont à noter dans les appellations qui cumulent les déterminants : kara jündüü kabïrïk «[aigles] froissés au plumage noir» et kanjïgaluu kara seŋsel «[aigles] noirs plumeux aux lanières». Selon les règles de morphosyntaxe türk le déterminant le plus important est placé immédiatement avant le déterminé. Cette particularité morphosyntaxique suggère qu‟à l‟intérieur des aigles noirs, ils existe des groupements qui n‟ont pas exactement le même statut : à côté des «vrais» aigles noirs, dont les appellations contiennent le nom de couleur «noir» précédé par un déterminant, nous trouvons des groupements pour lesquels la couleur noire ne paraît pas être la caractéristique la plus importante. C‟est le cas des aigles

623 624

C - Abdïkalïkov C - Süleymanbekov 625 Imankulov 1980 : 128 626 Imankulov 1980 : 128 627 Imankulov 1980 : 128 628 Le plumage de la corneille est souvent admiré par les aigliers qui, pour constater qu‟un aigle a bien mué, diront: kara kargaday tülepti «il a mué comme une corneille noire», cf. Babalïkov 1983 : 34. 629Balšenov 1991 : 299-300

154 kabïrïk «froissés» et seŋsel «plumeux». Si nous allégeons l‟inventaire des aigles noirs des appellations synonymes, il prendra la forme suivante : SUPPRIME II.5.8.1.4. Parallèles ornithologiques Il est peu probable que les aigles noirs de mauvaise qualité soient des aigles des montagnes. Les défauts que leur attribuent les aigliers - tant au niveau du plumage qu‟au niveau de la stature ou du comportement - renvoient aux aigles foncés des étendues basses et notamment à l‟aigle impérial adulte - Aquila heliaca heliaca - dont le manteau est brun à reflets noirs, et à la sous-espèce nipalensis de l‟aigle ravisseur qui porte un plumage brun foncé. Rappelons-nous que ces aigles sont connus dans plusieurs langues türk sous le nom de kara kuš «oiseaux noirs»630. Quoique les aigliers se soient intéressés à leurs qualités et leur aient donné des noms autres que kara kuš, ils évitent de les appeler bürkit//bürküt. Ce sont «les noirs» qui sont certes des aigles mais qui ne sont pas des aigles de chasse. II.5.8.2. Aigles fauves II.5.8.2.1. Aigles fauves des étendues basses chez les aigliers kazak Le seul endroit où, à notre connaissance, on décrit plusieurs races d‟aigles fauves est la région de Taldïkurgan, au Kazakstan. Les quatre meilleures races forment le groupe de tört sarï «les quatre fauves». La race la plus appréciée est appelée deresinniŋ sarï šolagï «fauves à queue courte de Deresin». Les yeux de ces aigles sont brun clair ( ker šegir), la queue est courte et large, les culottes sont roussâtres, les épaules sont larges. Une autre race des aigles fauves est dite soit eški sarï «fauves [aux yeux de] chèvre», parce que leurs yeux sont implorants comme ceux de la chèvre, soit kandï balak «culottes [couvertes de] sang» parce que leurs culottes sont tachetées de roux. Ces aigles sont difficiles à apprivoiser et n‟obéissent qu‟aux meilleurs aigliers. La race dite kurïm sarï «fauves roux» vient en troisième place. Les yeux de ces aigles ont la couleur du lait caillé (ayranday ak šegir). Ce sont des oiseaux de performance moyenne. La dernière race est appelée iriŋ sarï «fauves [couleur du] pus». Ce sont des aigles dont le bec est plat comme le bec du cygne. Ils sont peu appréciés comme oiseaux de chasse. Les races dites küyik sarï «fauves brûlés» et sabalak sarï «fauves ébouriffés» ne sont pas des aigles à apprivoiser : SUPPRIME II.5.8.2.2. Aigles fauves des étendues arides des aigliers kïrgïz Les aigles fauves ont été décrits une première fois par Soltonoev, au début du XXème siècle : «Les aigles des étendues arides ont les épaules larges, le manteau chez la plupart tire sur le fauve, les plumes du manteau ont la forme des feuilles de peuplier [c‟est -à-dire qu‟elles sont pointues], les yeux sont jaunes (čegir), les pieds sont bleus, aux doigts longs, la poitrine est large, le bec est bleu, les croches sont longues»631. L‟avis sur leurs qualités ne fait pas l‟unanimité. Les uns considèrent les aigles fauves comme des chasseurs médiocres :

630Cf. 631

infra II.5.12. Soltonoev 1993 [1934] : II, 191

155 «Ceux qu‟on appelle «les fauve des étendues arides», čöldün sarïsï, ils habitent les endroits chauds, ils se reproduisent dans les endroits chauds. Ils se nourrissent des perdrix et d‟autres petites
bestioles, ce sont des petits aigles qui se plaisent dans les endroits chauds. Mais ce ne sont pas des aigles de chasse»632.

Selon les autres, les aigles fauves sont capables d‟arrêter une gazelle : «Les aigles des étendues arides habitent les endroits chauds, les piedmonts des montagnes. Les cuisses
sont longues, le bec est d‟acier, le manteau est chatoyant. Sur les espaces ouverts ils arrivent à arrêter la gazelle [jeyren, Gazella subgutturosa]»633.

Afin de choisir les meilleurs des aigles fauves les aigliers kïrgïz se servent d‟une série de traits morphologiques propres aux aigles fauves de bonne entreprise. Ainsi, dans la région du Tien Shan (vallée du Jumgal) on reconnaît les aigles fauves de bonne qualité par les talons fissurés: sur le talon, dit-on, ils ont une fissure où on peut introduire une allumette. On appelle donc parfois ces aigles tešik taman «[aigles] aux talons fissurés»634. D‟autres reconnaissent les aigles fauves de bonne qualité en cherchant deux crins entrelacés dans le plumage du plastron 635 . Les aigles au manteau fauve qui, dit-on, s‟attaquent aux bouquetins et aux sangliers, sont appelés sarï uŋkuy «[aigles] fauves à la tête baissée». Ils ont les yeux jaunes et leurs cuisses sont pleines de force. Mais ce sont des aigles rares636. Aux aigles fauves de bonne qualité s‟ajoutent toute une série d‟aigles fauves qui ne méritent pas le respect des aigliers comme le montrent les noms qu‟on leur donne : sarï saygak «oestres jaunes» qui mangent beaucoup mais prennent peu; sarï siygek «fauves pisseurs» qui sont effarouchés même par les bruits des hommes qui pissent; sarï uygak «jaune-bardane» qui sont tout jaunes comme les fleurs de la bardane locale; oosurak sarï «jaunes qui pètent»637, saškalaŋ sarï «[aigle] fauves excités»638 etc. II.5.8.2.3. Aigles fauves des montagnes Cependant, les aigles fauves qui ont été les oiseaux préférés des aigliers illustres tant du côté kïrgïz que du côté kazak sont tous des aigles des montagnes. Les aigliers de la région du lac Ïssïk-köl racontent encore comment l‟un des doyens locaux de la chasse au vol, au nom de Tomobiy, trouva son bonheur avec un aigle « fauve comme la crécerelle». Cet aigle fauve, d‟après la tradition, venait de la vallée d‟Alay (3 000 m. d‟altitude), avait chassé dans la vallée de l‟Arpa (4 000 m. d‟altitude), s‟était mêlé aux aigles du Torugart (4 500 m. d‟altitude) avant d‟apparaître dans la région du lac. Malgré l‟apprivoisement difficile qui dura six mois, l‟aigle fauve prit quatre cervidés la première fois, quatre renards et deux loups la deuxième fois et dès lors rien n‟échappait à ses croches. Cet aigle restera dans la tradition kïrgïz sous le nom de sarïnjï «fauvet». Le jour où son maître Tomobiy, content des services

632 633

C - Süleymanbekov Imankulov 1980 : 127 634 Akmataliev 1993 : 218; C - Osmon uulu. 635 C - Abdïkalïkov 636 Ïrsaliev 1966 : 19; Simakov 1998 : 218 637 Simakov 1998 : 218 638 Cette appellation a été attestée par B. Soltonoev (Soltonoev 1993 [1934] : II, 191) dans le vocabulaire des aigliers kirghiz au début de notre siècle. Maintenant, elle provoque la hilarité des aigliers kirghiz auprès de qui nous avons cherché à savoir sa signification. Voilà ce que l‟un d‟entre eux dit à son propo s: «[aigle] fauves excités»? Quand on dit «[aigles] fauves excités» on pourrait bien vouloir dire des aigles qui se débattent sans cesse au poing. Il doit s‟agir d‟un aigle au plumage fauve. Les aigles au plumage fauve sont nombreux. C‟est à l‟un d‟entre eux qu‟on a du donner le nom «[aigle] fauve excité», cf. C - Süleymanbekov

156 que l‟oiseau lui avait rendus le remit en liberté, l‟aigle «fauvet» se dirigea vers son pays natal, vers la vallée de l‟Alay639. Les aigliers kazak racontent à leur tour l‟histoire d‟un aigle dit asaw sarï «fauve sauvage» pris dans la région de Tarbagatay. C‟était à cause de cet aigle que le foyer de son maître, un certain Bek, ne désemplissait jamais : on y voyait des gens qui faisaient tout ce qui leur était possible pour gagner la bienveillance de Bek et obtenir cet aigle en récompense; d‟autres ne cessaient de lui donner des brus pour ses fils en espérant obtenir cet aigle en dot; les troisièmes lui offraient des prix fort élevés (un lingot d‟argent, un chameau et un cheval) en essayant de s‟approprier l‟oiseau. Mais Bek ne voulait point se séparer de son aigle. Jusqu‟au jour où il céda à la renommée d‟un aiglier kazak de l‟Altay, ce dernier étant de surcroît un descendant de Genghis, et lui donna l‟aigle dit «fauve sauvage». L‟oiseau passa plusieurs années dans l‟Altay puis son maître le céda à l‟un de ses jeunes parents qui était aussi un aiglier. Ce dernier chassa à son tour avec l‟aigle «fauve sauvage» pendant plusieurs années. C‟est lui qui rendit la liberté à l‟aigle tant que l‟oiseau était encore capable de se reproduire et de chasser pour lui-même. Entre le jour où cet aigle fut capturé par Bek et le jour où on le laissa en liberté, il passa trente ans au service de l‟homme640. II.5.8.2.4. Parallèles ornithologiques Les aigles fauves des étendues basses sont mis en valeur surtout par les aigliers kazak. Du côté kïrgïz, on parle des aigles des étendues arides et chaudes qui peuvent arrêter la gazelle mais les aigliers kïrgïz ne connaissent ces oiseaux que par ouï-dire. Par contre, chez les aigliers kazak comme chez leurs confrères kïrgïz on apprécie davantage des aigles qui ont certes un manteau fauve mais qui sont des aigles des montagnes. Du côté kazak, dans la région de Taldïkurgan, parmi les caractéristiques récurrentes des aigles fauves nous trouvons la queue courte et la teinte roussâtre - soit des culottes soit du manteau en général. La queue courte indique l‟aigle ravisseur - Aquila rapax orientalis - dont la queue est nettement plus courte que chez les autres espèces d‟aigles. Quant aux teintes rousses, les culottes et la couverture sous-caudale sont roussâtres chez les juvéniles de l‟aigle impérial - Aquila heliaca heliaca - et de l‟aigle criard - Aquila clanga. L‟aigle ravisseur de la sous-espèce orientalis a plutôt un plumage ocre mais les teintes rousses existent chez les oiseaux juvéniles et les adultes portent parfois une calotte et une crinière rousses. L‟aigle de Bonelli aussi a des nuances rousses de plumage sur le croupion ou sur le dos. De toutes ces espèces, l‟aigle criard ne se rencontre pas dans la région du Taldïkurgan. L‟aigle impérial et l‟aigle ravisseur de la sous-espèce orientalis sont fréquents dans la région, notamment près du lac Balkaš et dans la vallée de l‟Ili. Il en va de même avec l‟aigle de Bonelli tandis que l‟aigle criard ne se rencontre que lors des migrations. Les aigles fauves des étendues arides des aigliers kïrgïz sont, comme nous l‟avons vu, de deux sortes : les premiers sont des chasseurs médiocres, les deuxièmes peuvent arrêter la gazelle. Les aigles fauves dont on déplore les qualités de chasseurs sont le plus vraisemblablement des aigles ravisseurs de la sous-espèce orientalis. Ceux qui peuvent arrêter la gazelle sont par contre des aigles royaux de la sous-espèce fulva. Cette sous-espèce ne se rencontre pas en Kïrgïzstan mais les aigliers eux-mêmes ne considèrent pas ces oiseaux comme des aigles locaux. Quant aux aigles fauves qui vivent en altitude il n‟existe qu‟une seule sous -espèce qui porte un plumage qui tire sur le fauve et qui privilégie les montagnes - la sous-espèce nipalensis de l‟aigle ravisseur. Mais cette sous-espèce ne se rencontre qu‟au nord-est du

639

640Babalïkov

Kenenbay uulu 1995 : 65 - 69; C - Zarïnaev 1989 : 76-77.

157 Kazakstan. Les aigles fauves des montagnes tels qu‟ils sont décrits par les aigliers seront plutôt des variations - individuelles ou de groupe - observées chez les aigles royaux. II.5.8.3. Aigles à queue courte La plupart de ces aigles portent une appellation qui contient le mot šolak//čolok. Ce mot veut dire «manchot; qui a perdu l‟une des jambes; estropié, boiteux, cul-de-jattes». Mais, chez les animaux, il désigne aussi souvent une queue courte ou coupée, par exemple en kïrgïz : čolok baytal «jument à la queue et à la crinière courtes (coupées)»641. Le même mot peut dire «courtaud, court». Il est peu probable que dans la nomenclature des aigliers il soit question d‟aigles estropiés. Dans ce sens nous n‟avons rencontré le mot qu‟une seule fois, en kïrgïz. Il s‟agissait d‟un aigle fauve qui en attaquant un chat sauvage, s‟abîma le pied. Après la convalescence le pied devint de quelques centimètres plus court et on donna alors à cet aigle le nom de sarï čolok «fauve courtaud»642. La queue courte et la silhouette trapue sont les traits distinctifs les plus importants de cette catégorie d‟aigles. Une première race, décrite par les aigliers kazak, est appelée sarï šolak «fauve à la queue courte». Nous avons déjà rencontré des aigles appartenant à cette race : les «[aigles] à queue courte et [au manteau] fauve de Deresin», deresinnin sarï šolagï, mentionnés par D. Düzelulï pour le district de Taldïkurgan. Or, les aigles dits «à queue courte et [au manteu] fauve» sont connus dans plusieurs régions du Kazakstan. Ainsi, lors d‟une visite chez l‟aiglier D. Düzelulï, un journaliste kazak, originaire du centre du Kazakstan, et plus précisément de la région dite Sarïarka, doit décrire sur la demande du vieillard les aigles de son pays. Après une brève hésitation, le journaliste dit : «Ils sont fauves, ils ne sont pas très élancés, ils sont plutôt trapus». Le vieil aiglier accepte cette description et précise que des aigles comme ceux-là on les appelle sarï šolak «à queue courte et [au manteu] fauve»643. L‟un de nos informateurs, B. Esentaev nous a fait remarquer que dans les étendues désertiques on voit des aigles qu‟on appelle kumnïn sarï šolagï «à queue courte et [au manteu] fauve des sables»644. Enfin, lors de nos enquêtes dans le district d‟Almatï, l‟aiglier Axmed Uzakov de Degeres, possédait un aigle qu‟il appelait baluwan šolak «[aigle] à la queue courte de grande taille»645. C‟était un aigle qu‟il venait de prendre et dans lequel il mettait beaucoup d‟espoir. De plus, et les aigliers kazak et les aigliers kïrgïz connaissent une race d‟aigles au manteau foncé ou noir qui ont aussi la queue courte et une silhouette trapue. Les Kazak racontent encore comment leur poète Abay (1845 - 1904), originaire du district de Semey, à l‟est du Kazakstan, donna cinq juments noires à l‟un de ses congénères du nom de Tulak pour obtenir un aigle à queue courte et [au manteau] noir. Cet oiseau est resté dans la tradition kazak sous le nom de tulaktïn kara šolagï «[l‟aigle] à queue courte et [au manteau] noir de Tulak»646. Avec cet aigle Abay chassa les renards dans les chaînes de Šïŋgïs (1305 m.) qui se trouvent à l‟extrême est de la région dite Sarïarka. Toujours au Kazakstan, il existe une autre variété d‟aigles noirs à queue courte qu‟on appelle oraldïn kara šolagï «[aigles] à queue courte et [au manteau] noir de l‟Oural». Les traits morphologiques de ces aigles nous sont inconnus si ce n‟est qu‟ils ont une queue courte, comme le montre leur nom, et qu‟on les trouve le plus souvent dans l‟Oural647. Nous connaissons au moins encore une appellation kazak qui décrit un aigle à la queue courte dont le manteau n‟est ni fauve ni noir mais gris, ou de couleur indéfinie : šaymannïn
641Yudakhin 642Cf.

1965 : 866 Akmataliev 1993 : 92 643Balšenov 1979 : 290 644C - Esentaev 645C - Uzakov 646Seydimbek 1996 : 13 647Babalïkov 99 - 100

158 sur šolagï «[l‟aigle] à queue courte et [au manteau] gris de Šayman»648. Nous n‟avons pas pu retrouver la tradition qui raconte les exploits de Šayman et de son oiseau. On raconte en Kïrgïzstan qu‟au milieu du XIXème siècle, vers 1840, un aiglier au nom de Čïčay, des Sayak, avait un aigle dit kara čolok qui prenait des loups et des chèvres sauvages649. D‟après les données de G. Simakov, en kïrgïz on donne l‟appellation kara čolok «à queue courte et [au manteau] noir» aux aigles qui ont la charpente légère, une silhouette peu élancée, des jambes courtes et robustes et, comme le dit leur nom, une queue courte. Ces aigles chassent aussi bien dans les plaines que dans les montagnes650. Ajoutons enfin une autre appellation du répertoire des aigliers kïrgïz : kösöö kuyruk kök jal : «crinière grise à la queue courte». Cette appellation est expliquée de la façon suivante par Imankulov : «Les plumes de la queue sont courtes et raides comme les roseaux. Un crin pointu comme une aiguille est caché dans la crinière. Les cuisses sont grosses et les tarses sont bleus comme ceux du faucon sacre. Cet aigle peut emporter un renard»651. Le schéma suivant résume nos connaissances sur les aigles à queue courte : SUPPRIME Ces aigles trapus ou courtauds pourront être soit des aigles ravisseurs, Aquila rapax orientalis, soit des aigles impériaux, Aquila heliaca heliaca. Parmi les grands aigles, c‟est l‟aigle ravisseur qui a la silhouette la plus trapue avec une queue courte très caractéristique. La couleur de son manteau - brun pâle et presque chamois à l‟état usé - conviendrait bien au déterminant «fauve». De plus, c‟est une sous-espèce qu‟on rencontre dans toutes les régions évoquées par les aigliers kazak : la district de Taldïkurgan, la steppe de Betpak et la région de Sarïarka. Les aigles qui ont la silhouette trapue, la queue courte et le manteau sombre ou noir sont le plus vraisemblablement des aigles impériaux, Aquila heliaca heliaca qu‟on rencontre aussi bien au Kazakstan qu‟en Kïrgïzstan.

II.5.9. Appellations non spécifiées
Il existe en kïrgïz et en kazak un certain nombre d‟appellations qui n‟identifient pas de vraies races mais qui qualifient ou évaluent des groupes d‟oiseaux. Ces appellations peuvent être données à des aigles de races différentes et c‟est pourquoi nous les appelons appellations non spécifiées. Certaines de ces appellations sont fondées sur un trait morphologique qu‟on observe chez des races différentes, d‟autres regroupent des aigles qui partagent les mêmes qualités. Nous allons décrire quelques appellations non spécifiées mais leur nombre peut être beaucoup plus important. II.5.9.1. Aigles dont les prises chargent un chameau On donne le nom töö komdot «[aigle dont les prises] chargent un chameau» aux aigles hardis et prenants. Voici deux esquisses de ces oiseaux : «Ceux qu‟on appelle töö komdot «[aigle dont les prises] chargent un chameau», si on arrive à les capturer, quand ils chassent, ils s‟emparent de tout ce qui leur tombe sous les yeux. Leurs prises égalent la charge d‟un chameau. Ce sont des aigles très hardis»652 ; «Quand tu chasses avec cet aigle, si tu as un
648Seydimbek 649Soltonoev

1996 : 13 1993 [1934] : II, 192 650 Simakov 1998 : 214 651 Imankulov 1980 : 126 652 C - Osmon uulu

159 boeuf ou un chameau, tu l‟amènes. Tu l‟amènes vers les pâtures des chev reuils et des bouquetins. Parce que ce n‟est pas un, c‟en est cinq que cet aigle peut prendre. Ils sont courageux ces aigles, ils ont du courage»653. Nous n‟avons pu établir que deux traits caractéristiques des «aigles dont les prises chargent un chameau» : selon certains aigliers, leur doigt postérieur ou avillon est très acéré et ils buffètent les proies comme le fait le faucon sacre 654, selon d‟autres ces aigles ont des grands yeux et des commissures du bec étirées vers l‟arrière des yeux 655 . L‟un de nos informateurs a qualifié d‟aigle «dont les prises chargent un chameau» un aigle des étendues basses appelé par ailleurs janpos656. Les aigliers inexpérimentés donneraient l‟appellation töö komdot aux aigles dits «noirs des cimes», čokunun karasï 657 . Enfin, Imankulov attribue l‟épithète töö komdot aux aigles qui ont les «moustaches couvertes de glace», muzmurut658 : SUPPRIME Cette appellation vit grâce à une tradition orale qui, tout en soulignant les qualités exceptionnelles de l‟aigle en question, ne nous renseigne guère sur ses caractéristiques morphologiques. Voilà un résumé d‟une version de cette tradition : «La fille d‟un aiglier célèbre épousa un homme ni riche ni pauvre. Un jour trois aigliers passèrent la
nuit dans la yourte où elle vivait auprès de ses beaux-parents: l‟un était content de son oiseau, le deuxième en était mécontent et le troisième complètement désespéré avec le sien. La fille demanda à son beau-père d‟échanger une manade contre l‟aigle de celui qui en était désespéré. Le beau -père y consentit, l‟aiglier aussi, même s‟il fut surpris. Une fois les aigliers partis, le fille dit: «C‟est un aigle dont la première prise a été un sanglier. Il n‟a pas pu se débarrasser des poils de la crinière. Il faut tuer une jument blanche et donner à cet aigle la graisse du cou. Le premier jour on lui en donnera une coupe, le deuxième une tasse et le troisième encore moins. C‟est ainsi que nous allons lui nettoyer l‟estomac». Trois jours plus tard l‟aigle guérit. La fille se mit alors à le dresser. Puis elle le do nna à son mari en disant: «C‟est l‟aigle dont les prises chargent un chameau. Chaque fois que tu chasses avec lui il te faut un chameau et beaucoup de compagnons. Si aujourd‟hui tu en prends cinq, prends -en dix demain et puis quinze le lendemain». Tant que le mari suivait les conseils de sa femme tout se passa bien: les prises de l‟aigle suffisaient et pour lui et pour ses compagnons. Mais un jour, il ne voulut plus partager avec des compagnons nombreux et n‟en invita que cinq. Vers la fin de la journée l‟aigle rentra à la yourte tout seul. Son âpreté n‟étant pas satisfaite, il avait tué son maître, puis ceux qui l‟accompagnaient et il avait avalé leurs foies. La fille coupa les croches de ses avillons puis lui rendit la liberté»659.

Ce récit ne contient aucun indice sur la morphologie de l‟aigle (les couleurs des yeux et du manteau ne sont pas précisées, on ne mentionne aucune particularité du plumage, du bec ou des pattes). De plus, les aigliers que nous avons rencontrés ne connaissent que des morceaux de ce récit. D‟où leurs hésitations quant aux aigles à qui on peut donner cette appellation. Nous avons par ailleurs observé les mêmes hésitations concernant une autre appellation, «aux épaules blanches», qui aussi vit grâce à une tradition. Mais les plumes blanches aux épaules étant un trait morphologique précis, les aigliers s‟obstinent à le chercher parmi les aigles qu‟ils capturent. Et quand un aigle aux «épaules blanches» tombe entre leurs
653 654

C - Abdïkalïkov Akmataliev 1993 : 118; Baybosunov 1990 : 115 655 C - Abdïkalïkov 656 C - Abdïkalïkov. 657 Akmataliev 1993 : 119 658 Imankulov 1980 : 120 659 Baybosunov 1990 : 117 - 118

160 mains les aigliers analyseront en détail la morphologie de cet oiseau. Ce n‟est qu‟une question d‟échanges ou d‟influences pour que certains traits morphologiques, relevés sur un ou plusieurs aigles qui ont des plumes blanches aux épaules, deviennent les attributs indispensables à la race d‟aigles dits «aux épaules blanches». Ainsi, une appellation comme «aux épaules blanches» est renouvelée à des intervalles réguliers c‟est -à-dire chaque fois qu‟on capture un oiseau qui porte des plumes blanches aux épaules. Cela n‟est pas possible avec une appellation comme töö komdot qui ne contient aucun indice morphologique. II.5.9.2. Aigles "aux yeux blancs" Il est difficile de préciser les caractéristiques des yeux décrits comme blancs. Dans un témoignage ces yeux sont comparés aux yeux de la chèvre, ils sont dits durs et insincères 660. Certains décrivent une pupille grise au milieu d‟un cercle blanc 661. En kazak, on dit ak köz «yeux blancs» pour les yeux qui sont durs et impitoyables662. De la même façon en kïrgïz, közünün agï menen karayt «il regarde avec le blanc des yeux», signifie «il a un regard méchant et hostile»663. Des aigles «aux yeux blancs» on en trouve tout d‟abord parmi les aigles des hautes montagnes : un aigle bien connu des Kïrgïz est celui qu‟on appelle alaydïn akközü : «[aigle] aux yeux blanc de l‟Alay»664. Voilà ce que les aigliers kïrgïz des années 1990 disent sur ces aigles : «Ils ont les yeux blancs comme le lait caillé, puis au milieu il y a la pupille, elle est grise. Oui, elle est
grisâtre. J‟en ai vu un tel aigle de mes propres yeux. Il y avait un aiglier qui s‟app elait Tokon, de Kïzïltuu [dans le Tien Shan], son aigle c‟était un aigle «aux yeux blancs». L‟aigle «aux yeux blancs» est un oiseau des déserts, des montagnes désertiques. Plus tard l‟aigle de Tokon se retourna contre son maître. Quand il poursuivait un renard, si le renard se sauvait dans son terrier, l‟aigle se vengeait sur Tokon. C‟est pourquoi il lui rendit la liberté... Rares sont les aigliers qui ont chassé avec un aigle «aux yeux blancs». Il se retourne souvent contre l‟aiglier, il est inconstant, ca pricieux. Au poing il serre le gant de l‟aiglier et ses croches s‟y enfoncent. Quand on ne réussit pas à le faire chasser, il enfonce ses croches dans le gant, c‟est un aigle comme cela, un aigle difficile. C‟est pourquoi il [Tokon] le laissa partir. Mais, c‟est un aigle que j‟ai vu de mes propres yeux. Les siens sont blancs, blancs comme le lait caillé, ayranday ak»665.

Les aigles «aux yeux blancs» sont donc des oiseaux difficiles, désobéissants, qui peuvent se retourner contre leurs maîtres. Malgré ce tempérament difficile, nous avons plusieurs témoignages sur des aigliers qui chassaient avec cet aigle encore récemment : Ïskak Malataev, l‟un des aigliers les plus respectés dans la région du lac Ïssïk-köl 666 , puis Moldogazï Jekšenaliev originaire de la vallée du Jumgal, au Tien Shan 667 . Lors de nos enquêtes nous n‟avons pas rencontré cet oiseau. Chez les aigliers kazak par contre les aigles «aux yeux blancs» sont des aigles des étendues basses et ils appartiennent à une race dite koŋïr ala «marrons foncés à égalures».

660 661

Akmataliev 1993 : 218 C -Osmon uulu 662Kazak 1974 : V, 97 663Yudakhin 1965 : 414 664 Soltonoev 1993 [1934] : II, 191; Akmataliev 1993 : 218 665 C - Osmon uulu 666C - Abdïkalïkov 667Akmataliev 1993 : 218

161 Dembosïn Düzelulï, du district de Taldïkurgan, racontait autrefois qu‟il avait fait mué 22 aigles dits koŋïr ala et qu‟il se souvenait de chacun comme d‟un très bon oiseau de chasse668. Nous ne savons donc pas quel est le sens exact du déterminant ak köz «aux yeux blancs» dans le vocabulaire des aigliers. Tous ce que nous pouvons déduire est qu‟il s‟agit d‟aigles hardis mais au caractère difficile. Pour les aigliers kïrgïz ce sont des aigles des montagnes tandis que pour les aigliers kazak ce sont des aigles des étendues basses. II.5.9.3. Aigles à "la langue noire" Pour certains aigliers les aigles dits «langues noires inassouvies de sang», kanga toybos kara til nichent dans les falaises et sur les rochers hautes des montagnes669. L‟un de nos informateurs explique que ces oiseaux ont non seulement la langue noire mais aussi trois crins noirs au fond de la gorge. De plus, ajoute-il, on trouve ces crins noirs non seulement chez certains aigles des montagnes mais aussi chez certains aigles des étendues basses : «Il y a des aigles qu‟on appelle «langues noires inassouvies de sang». De tels oiseaux on en trouve
parmi les aigles dits sïrgak, janpos, puis parmi les aigles dont les prises chargent un chameau. Leur langue est toute noire. Si on leur ouvre le bec, à l‟arrière de la langue il y a trois crins noirs. C‟est à des aigles comme ceux-là qu‟on donne le nom «langues noires inassouvies de sang»670.

Rappelons nous qu‟une autre race des aigles, celle des aigles dits karačïk «noirauds», a la gorge, ou la luette, noire d‟où le fait qu‟on appelle parfois ces oiseaux kara kömököy karačïk : «[aigles] noirauds à la luette noire». Imankulov décrivait ainsi ces aigles :
«Dès sa naissance, sa queue est comme la queue d‟un aigle qui a mué cinq fois [c‟est -à-dire que la naissance de la queue n‟est pas blanche]. La gorge, la langue et la luette sont comme couvertes de suie. Le «noiraud à la luette noire» se tient droit comme un gerfaut, les pieds et le bec sont comme chez le faucon sacre, les yeux sont tout gris comme les yeux du loup, le bec est gros comme une hache, les arcades sourcilières sont capées. S‟il s‟empare d‟un sanglier, ou d‟un cervidé, ou d‟un loup, il ne les lâche pas au risque de se faire écarteler les pieds. C‟est pourquoi il est réputé comme un aigle har di. Il est avare de nourriture et en avale tant qu‟on lui donne»671.

Nous retrouvons la même race d‟aigles chez les aigliers kazak. Elle porte le même nom kanga toymas kara til «langues noires inassouvies de sang». Comme l‟explique J. Babalïkov, «langues noires inassouvies de sang» est la forme développée de l‟appellation kara til «langues noires». Cette appellation fait partie d‟une classification des aigles d‟après la couleur de la langue. Les aigles sont ainsi divisés en trois groupes : kara til «langues noires», boz til «langues grises» et kïzïl til «langues rouges». Certaines caractéristiques de l‟oiseau sont dans ce cas expliquées comme relevant de couleur de la langue. Ainsi les aigles à la «langue grise» sont difficiles à entretenir et à apprivoiser et ils ont un tempérament inconstant; ceux qui ont la langue rouge sont des oiseaux moyens dont les qualités dépendent beaucoup du savoir-faire de l‟aiglier; enfin, les aigles à la «langue noire» sont fort appréciés puisque ils sont peu exigeants et faciles à entretenir672. L‟appellation «langue noire» a donc des significations différentes : chez les aigliers kazak elle s‟inscrit dans une répartition tripartite des aigles de chasse selon les difficultés
Balšenov 1991 : 298 - 299. Pour la race dite qoŋïr ala cf. supra II.5.7.2. Kenenbay uulu 1995 : 69 670 C - Abdïkalïkov 671 Imankulov 1980 : 121-122 672 Babalïkov 1983 : 73
668 669

162 qu‟on rencontre lors de leur affaitage; chez les aigliers kïrgïz elle désigne un trait morphologique propre aux aigles de bonne qualité quelle que soit leur race. Comme la catégorie des aigles dont les prises chargent un chameau, celle des aigles à la langue noire regroupe aussi bien des aigles des montagnes que des aigles des étendues arides ou des aigles à queue courte. Ce ne sont pas les seules appellations non spécifiées. Il nous semble que deux autres traits morphologiques peuvent donner naissance à des appellations non spécifiées. Certes, en décrivant les aigles dits kaška nous les avons considérés comme une race. Mais des oiseaux caractérisés comme kaška nous en trouvons aussi parmi les aigles dits molor. Puisque la caractéristique décrite comme kaška se rencontre chez des oiseaux appartenant à des races différentes nous pouvons la considérer comme une caractéristique, ou comme une appellation, non spécifiée. Il en va de même avec un trait distinctif comme la queue courte, elle est certes le trait distinctif des aigles dits šolak//čolok, mais aussi des aigles molor. A l‟intérieur des aigles dit šolak//čolok il y en a qui ont le manteau sombre et d‟autres qui ont le manteau fauve : šolak//čolok «à queue courte» pourrait aussi être une appellation non spécifiée donnée aux aigles à queue courte qu‟ils soient des aigles des montagnes (au manteau sombre) ou des aigles des étendues basses (au manteau fauve). II.5.9.4. Appellations des aigles d’après leur façon de tuer la proie Ces appellations ont été utilisées par Imankulov. Nous en trouvons quelques échos dans la littérature ethnographique673. Les aigliers de la région de l‟Ïssïk-köl ne s‟en servent plus. D‟après Imankulov on peut distinguer trois catégories d‟aigles d‟après la façon dont ils tuent leurs proies : ormo «[aigles] qui fauchent», jarma «[aigles] qui écorchent» et ur tokmok «[aigles] bat-marteau». Voilà les descriptions de ces oiseaux d‟après Imankulov : «Quand les aigles dits ormo accrochent le renard, ils se servent du bec comme font les faucons sacres,
ils lui fauchent les aines. C‟est à cause de ceci qu‟on les appelle «[aigles] qui fauchent. Les aigles dits jarma «[aigles] qui écorchent» ont les avillons si acérés qu‟il leur suffit d‟accrocher le renard ou le cervidé pour les écorcher. D‟où leur nom. Ceux qu‟on appelle ur toqmoq «[aigles] bat-marteau» sont des aigles puissants. Quand ils lient le renard celui-ci se mord la langue, ils l‟étranglent par la force de leur prise. Puis quand on dépèce le renard on voit que les endroits où l‟aigle l‟a serré sont noirs et couverts de sang caillé et que ses poumons ont crevé»674.

Souvent ce système est simplifié et réduit à deux catégories. La première regroupe à la fois les aigles qui fauchent et les aigles qui écorchent sous le nom ormo jarma, et cette catégorie s‟oppose à la catégorie ur tokmok «[aigles] bat-marteau» ou aigles qui étreignent. Dans la nature, les aigles chassent différemment selon les proies, les terrains de chasse et les conditions météorologiques. Un vol plané, sur un terrain plat et découvert, peut se transformer, en repliant les ailes, en une glissade rapide et aboutir au saisissement de la proie par les talons. Ce n‟est pas à proprement parler une percussion puisque l‟aigle rouvre les ailes et la queue juste au moment où il s‟empare de sa proie. Dans ce cas l‟aigle serre la proie et lui perce la peau. C‟est ainsi que l‟aigle chasse les lièvres et les oiseaux de grande taille. Par beau temps, quand il vole haut dans le ciel, l‟aigle peut piquer sur des oiseaux en vol qui sont plus bas, comme le font les faucons, et les tuer par percussion, par la force et la dureté de ses talons. Le plus souvent l‟aigle entreprend un vol battu sur un terrain accidenté qui lui permet de surprendre de petits mammifères avant qu‟ils ne se cachent dans leurs terriers. La descente
673Biyaliev

674Imankulov

1967 : 72; Akmataliev 1993 : 118 1980 : 126 - 127

163 est relativement lente et la proie s‟échappe souvent. L‟aigle dans ce cas peut effectuer plusieurs descentes avant de saisir la proie ou bien, s‟il est assez agile, il se lancera à sa poursuite en essayant de l‟attraper par ses croches. Enfin, si l‟aigle s‟attaque à de gros mammifères, comme des renards ou des loups, il maintient le vol au-dessus de sa proie jusqu‟au moment où, la tête de la proie détournée, il pourra s‟agripper à son cou et à son dos. Une fois cette prise réussie, l‟aigle bat des ailes tout d‟abord pour maintenir son équilibre, puis pour effaroucher sa victime en la frappant. La mort vient ou bien par les croches qui serrent ou bien par l‟épuisement ou bien par le choc675. Quelles que soient donc les ruses des attaques des aigles, leurs vraies armes sont les croches d‟une part et les pelotes subdigitales ou les cals d‟autre part. Les aigles ne se servent des cals que quand ils tuent à la façon des faucons, c‟est-à-dire par percussion, ce qui leur arrive rarement dans la nature. Par contre la prise puissante finalisée par les croches qui percent la peau des victimes est le comportement le plus naturel lors des attaques. D‟ailleurs, les aigliers kazak en sont très conscients. Ils disent que les croches de l‟aigle sont tout d‟abord courbées puis concaves, c‟est-à-dire creuses à l‟intérieur. Lorsque l‟aigle plante ses croches, leur concavité assure l‟entrée d‟une bouffée d‟air et laisse gicler le sang de la victime, ce qui permet de l‟achever le plus rapidement possible. La division tripartite des aigles selon la façon dont ils tuent le renard concerne surtout les aigles apprivoisés par l‟homme. Dans les trois exemples que donne Imankulov, les aigles s‟attaquent au renard qui est le gibier le plus recherché à cause de sa fourrure. Avec le renard, l‟aigle se protège surtout des morsures. L‟attaque classique se déroule en trois étapes : tout d‟abord il plante les croches d‟un pied au dos du renard, il le fait retourner la tête et il agrippe ensuite par les croches de l‟autre pied le museau pour éviter les morsures. Il le serre enfin tant par les croches que par les jambes en essayant souvent de lui briser la colonne vertébrale ou bien de l‟immobiliser pour pouvoir se servir aussi de son bec. D‟ailleurs, les aigliers kïrgïz n‟apprécient guère les aigles qui tuent leurs proies en lui déchirant la peau. Cela diminue la valeur des peaux surtout quand il s‟agit de la fourrure du renard. On leur préfère les aigles qui tuent en étreignant ce qui laisse intacte la fourrure du renard676. Ajoutons enfin que l‟aiglier, par l‟affaitage, peut influencer le comportement de l‟aigle lors des attaques : il peut accentuer les réactions qui lui paraissent utiles et aider l‟oiseau à se débarrasser d‟autres qui ne lui conviennent pas. Le savoir-faire des aigles pris au nid résulte entièrement du dressage et de l‟expérience de l‟aiglier. II.5.9.5. Appellations des aigles d’après leurs proies Chez les Kïrgïz, ce système de dénomination divise les aigles en deux grandes catégories : les aigles qui chassent le loup, börülük bürküt «aigles à loups» et les aigles qui chassent le renard, tülkülük bürküt «aigles à renards». En observant leur comportement dans la nature, puis certaines caractéristiques morphologiques, les aigliers kïrgïz jugent que certaines races d‟aigles conviennent à la chasse de renard tandis que d‟autres, moins nombreuses, sauront vaincre le loup. Les aigles sont choisis en fonction des ambitions ou des passions de leurs maîtres : certains qui cherchent à faire du profit en vendant les fourrures de renard préféreront les races dites «à renards». D‟autres qui auront besoin surtout de protéger leurs troupeaux en hiver voudront se procurer un aigle des races dites «à loups». Pendant certaines périodes cependant, le nombre de loups en Asie Centrale augmentait tant et les dégâts subis par les troupeaux étaient si importants que l‟état soviétique offrait un prix pour les pattes des loups tués. Les races «à loups» pouvaient donc aussi être des races «lucratives».
675Watson

676Simakov

1997 : 47 - 53 1998 : 212

164 Le système bipartite que nous trouvons chez les aigliers kïrgïz est simplifié puisqu‟il ne tient compte que des deux proies les plus appréciées. Chez les Kïrgïz nous ne trouvons qu‟une seule appellation qui fait allusion à une proie autre que le loup et le renard : tavšančïl «[aigles] à lièvres»677. Les races à «lièvres» sont faibles et peu appréciées par les aigliers678. La même appellation d‟«aigle à lièvres» est utilisée en türkmen 679 et en turc de Turquie680. Rappelons-nous qu‟en arabe l‟aigle ravisseur est appelé ‘ukâb al-arnab «aigle à lièvres». Nous trouvons d‟autres appellations de ce type dans les langues türk de Sibérie. Ainsi, en Xakas et en Sagay, de même qu‟en Šor, une race d‟aigles est appelé kiyikčin «[aigle] giboyeur». Nous traduisons «giboyeur» puisqu‟il est difficile d‟identifier la proie de cet aigle. Le mot kiyik est utilisé dans plusieurs langues türk comme un nom générique des artiodactyles, les suidés étant exclus. D‟une langue à l‟autre il désigne des ovins (chèvre, bouquetin, mouflon), des antilopidés (antilopes, gazelle) et très souvent des cervidés (cerf, daim, renne, chevreuil). Dans les langues türk de Sibérie, comme en türk ancien, il a un champ sémantique encore plus étendu et il désigne tout simplement le gibier, c‟est-à-dire tout animal qui est sensible d‟être chassé par l‟homme dans un but quelconque681. Plutôt que de voir dans les aigles dits kiyikčin des aigles dont les proies habituelles sont des ruminants, nous acceptons que ce sont tout simplement des aigles qui chassent des proies vivantes par opposition éventuellement à ceux qui se nourrissent de charogne ou de poisson. Toujours dans les langues türk de Sibérie, en Lebed, en Teleut et en Altay, nous relevons, quant aux aigles, l‟appellation tarbaljïn «[aigles] à marmottes» 682 . En mongol tarwaga est le nom de la marmotte des steppes, Marmota bobac. La même appellation, tarbaji, pour une race d‟aigle existe aussi dans les langues mongoles. Elle est attestée une première fois dans le Pentaglotte (XVIIIème siècle) où l‟oiseau en question est décrit comme «un aigle au manteau noirâtre et aux ailes bigarrées»683. En mongol classique on se servait de cette appellation pour désigner l‟aigle fauve, c‟est-à-dire les aigles des steppes ou «tawny eagle» en anglais.684. Elle n‟est plus utilisée en mongol xalx : nous ne la trouvons pas dans le dictionnaire de Cevel et parmi les aigles empaillés que N. Moaven énumère dans le Musée d‟Etat d‟Ulan Bator il n‟y en a pas qui sont nommés «aigles à marmottes». Par contre, elle est préservée dans d‟autres langues mongoles comme le bouriate et le kalmouk. En bouriate tarbalja/tarbaja est le nom d‟un aigle des forêts 685 tandis qu‟en kalmouk, tarwji, toujours selon Novikova, désigne «un aigle noir de petite taille». Dans le dictionnaire kalmouk tarwj est traduit comme «aigle à la queue blanche»686. Dans son volume consacré aux oiseaux de proie de l‟URSS, l‟ornithologue G. Dement‟ev en décrivant l‟aigle des steppes, et plus précisément la sous -espèce dite Aquila rapax nipalensis Hodgson, remarque tout d‟abord que c‟est l‟aigle le plus courant au sud -est du lac Baykal et en Mongolie, puis que sa proie la plus habituelle est la marmott e d‟où le nom local de cet oiseau qu‟il note comme tarbajin687. Cette description de G. Dement‟ev nous est d‟autant plus utile qu‟elle prouve qu‟une partie des appellations que nous avons analysées
tavšančïl vient de tavšan «lièvre brun, Lepus europaeus» et -čïl un morphème qui rend le français «-phile». Simakov 1998 : 219 679 Roux 1966 : 397 où il voit dans tušanjïl un vautour mais c‟est peu probable puisque les vautour s ne s‟attaquent pas aux lièvres. Il doit s‟agir d‟un aigle. 680 Où tavšanjïl est le nom qu‟on donne aux aigles ou vautours (sic) dont la proie habituelle est le lièvre, cf. Turc 1988 : II, 1431. 681 Cf. Ŝerbak 1961 : 120 - 121; Bazarova 1990 : 89 - 91 682 Baskakov 1985 : 202; Novikova 1972 : 138 683 Pentaglotte 1957 : 4129. Assez curieusement le truchement uygur rend ce nom par huy kuš «chouette». 684 Lessing 1960 : 780 685 Novikova 1972 : 138 686 Kalmouk 1977 : 478 687 Dement‟ev 1966 : I, 312
677 678

165 dans les paragraphes précédents sont inspirées par les proies des aigles dans la nature et non pas, comme c‟est le cas avec le kïrgïz, par le gibier à quoi on destine l‟aigle de chasse.

II.5.10. Aigles dits čegir
Nous allons tout d‟abord tracer l‟historique du mot – šegir//čegir et voir comment ses emplois dans le vocabulaire des aigliers kazak et kïrgïz se différencient des emplois qu‟il a dans les langues courantes. On décrira ensuite une catégorie d‟aigles qui comprend en kïrgïz deux types d‟oiseaux. Les premiers sont appelés may čegir et ils sont de bon augure, les deuxièmes sont dits kuu čegir et ils sont de mauvais augure. Cette catégorie n‟est pas à proprement parler une «race» et elle se rapproche davantage de ce que nous avons appelé des appellations, ou des catégories non spécifiées, dans la mesure où elle semble transverser la division en races. Nous quitterons ainsi les descriptions morphologiques de l‟aigle comme oiseau de chasse et nous donnerons leur place à quelques reliquats des cultes liés aux oiseaux de proie ou à des survivances de différentes formes de zoolâtrie. C‟est dans ce contexte aussi que nous évoquerons les «maître des oiseaux [de chasse]». II.5.10.1. Historique du mot En kïrgïz, le mot čegir n‟est attesté sous cette forme que dans le vocabulaire des Par contre, une forme très proche, čekir, désigne soit une taie, soit une couleur des yeux - gris689. En kazak, d‟après les dictionnaires, le mot šegir n‟est utilisé que pour décrire une couleur des yeux, mais à la différence du kïrgïz, il s‟agit non pas des yeux gris mais des yeux jaunes ou tirant sur le jaune690. En cherchant les correspondances de ce mot dans les autres langues türk nous nous heurtons à deux formes - les unes à vocalisme postérieur, les autres à vocalisme antérieur. Le tableau suivant récapitule les occurrences des deux formes et leurs significations : aigliers688.
Langue691 Turc A. Baškir Couleurs des yeux Postérieur Antérieur čakïr gris šagïr blanchâtre, clair čakïr de couleurs différentes clairs striés de bleu, gris-bleu čagir de couleurs différentes gris Couleur Postérieur šagïr blanchâtre čakïr gris strié de bleu Taie Postérieur šagïr

Antérieur

Antérieur

Turc

Ouzbek

688 689

Yudakhin 1965 : 854. Yudakhin 1965 : 855. 690 Kazak 1974 : X, 188. 691 Les données ont été extraites des sources suivantes: DS 1969 : 140; Baškir 1993 : II, 642; Baškir 1996 : 761; Ouzbek 1981 : II, 361; Deny 1921 : 72; Laude-Cirtautas 1961 : 98; Turc 1984; Karakalpak 1958 : 732; Baskakov 1963 : 402; Baskakov 1939 : 30; Baskakov 1964 : 110; Baskakov 1966 : 167.

166
Kïrgïz čekir gris čaŋgïl couleur indéfinie tirant sur le blanc, le gris ou le bleu čekir

Kazak

Karakal. Nogay Uygur

šagïr šegir tacheté de jaunâtre blanc, jaunâtre šegir gris šagïr décoloré čekir bleu bleu-vert čaŋkïr bleu šaŋïr bleu

Altay Tuba

Un même mot est utilisé pour décrire une couleur, une taie et, dans quelques langues (Turc, Ouzbek, Nogay, Kïrgïz) c‟est aussi le nom du vin. Ce qui nous reste à expliquer c‟est la différence du vocalisme d‟une langue à l‟autre et, parfois, à l‟intérieur d‟une même langue. Ceci devient possible si nous considérons que les formes türk sont des emprunts au mongol. Un examen des données du mongol écrit aboutit au tableau suivant692 :
Yeux Antérieur čengkir693 Couleur Antérieur čengkir694 Postérieur čangkir695 čakir698 Taie Antérieur čeg696 čeker699 Postérieur čaġ-a697 čakir700

Or, l‟existence de paires de mots qui ne se distinguent que par leur vocalisme, et qui ont le même sens, ou qui sont très proches du point de vue sémantique, est bien connue en mongol. Dans sa description du dialecte xalx, Vladimircov consacre plusieurs pages à ce phénomène et pour l‟illustrer il se sert de la paire čengkir/čangkir701. D‟après Vladimircov, ces paires à vocalisme contrasté peuvent marquer le genre (les mots à vocalisme antérieurs sont alors considérés comme féminins tandis que ceux à vocalisme postérieur sont des masculins) et dans ce cas ils sont souvent maintenus dans la langue. Pour d‟autres paires à vocalisme contrasté l‟explication pourrait être historique (à certaines époques on favorise le vocalisme antérieur puis c‟est le vocalisme postérieur qui est considéré comme plus pertinent), socio-linguistique (le vocalisme antérieur pourrait être considéré comme plus raffiné) ou bien des dialectes différents privilégient des vocalismes différents). Vladimircov
692 693

Tous les exemples sont pris dans le dictionnaire de Lessing 1960. «blue-eyed» 694 «light blue, bluish» 695 «whitish, blond; grey (of hair)» 696 «a dot, a point, a comma» 697 «taie» 698 «very white, light, snow white» 699 «having a film on the eye» 700 «white spots on the finger nails or on the feathers of a bird» 701 Cf. Vladimircov 1989 : 126 - 134.

167 constate par ailleurs que les langues mongoles ont tendance à se débarrasser des paires à vocalisme contrasté quand les mots qui les composent sont identiques du point de vue sémantique. Ainsi en xalx, nous observons le développement suivant702 :
Formes du mongol classique čangkir čengkir čakir čeker Formes du mongol xalx cangir cênxer caxir cêxêr Emplois des formes en mongol xalx n‟est plus utilisé703 bleu clair, bleu tirant sur le blanc, bleu d‟azur marque blanche à l‟ongle marque blanche

Retournons maintenant aux données türk. L‟existence de paires à vocalisme contrasté est attestée aussi dans les langues türk mais ces paires sont moins nombreuses. Quant au nom de couleur en question, la plupart des langues türk ont des formes à vocalisme postérieur. Puisque la forme en turc ancien - čakïr - est aussi à vocalisme postérieur nous pouvons considérer que les langues türk ont emprunté au mongol tout d‟abord ces formes à vocalisme postérieur. De plus, les formes à vocalisme postérieur sont elles-mêmes de deux sortes : le Kïrgïz, le dialecte des Altay kiji et le Tuba gardent encore des formes avec une consonne nasale, occlusive et vélaire, tandis que dans les autres langues türk nous n‟avons qu‟une occlusive vélaire. L‟explication de ces deux formes se trouve dans le grammaire de J. Deny qui écrit, à page 72, que si en ottoman le -N- n‟est jamais vélaire, «il peut aussi, quoi que beaucoup plus rarement, se dépouiller de sa nasalité pour devenir purement guttural [vélaire]», c‟est -à-dire, et nous reprenons l‟un de ses exemples : čaŋkïr > čakïr704. Si en kïrgïz et kazak les formes antérieures existent côte à côte avec les formes postérieures, la plupart des langues türk n‟ont gardé que les formes à vocalisme postérieur, tandis qu‟en karakalpak et en uygur nous n‟avons que des formes à vocalisme antérieur. Existe-t-il dans ce cas, en kïrgïz et en kazak, une différence de sens qui expliquerait le maintien des deux formes? En kïrgïz čaŋgïl décrit une couleur neutre («gris») ou une couleur indéfinie qu‟on peut préciser par un autre nom de couleur : c‟est ainsi qu‟on dira čaŋgïl bulut pour décrire la couleur des nuages mais kök [bleu] čaŋgïl tuman pour celle du brouillard. Quant au mot čekir, on s‟en sert en kïrgïz pour décrire l‟oeil : soit «une couleur grise» soit «une taie». En kïrgïz il existe donc une différence de sens qui explique peut-être le fait que les deux formes ont été maintenues. En kazak, cette différence est plus faible. On se sert des deux formes - postérieure et antérieure - pour décrire les yeux et selon le dictionnaire kazak ces deux formes sont synonymes. Or, dans la langue courante la forme antérieure, šegir décrit presque exclusivement les yeux des gens qui sont blonds, quelle que soit la couleur véritable de leurs yeux. Quant à la forme postérieure, šagïr, elle semble décrire à la fois un défaut de l‟oeil, c‟est-à-dire une taie, mais aussi des yeux lumineux, radieux voir chatoyants. Ces nuances de sens semblent suffire cependant pour que le kazak aussi garde les deux formes.

702 703

Les exemples xalx viennent des dictionnaires de Cevel 1966 et Luvsandendev 1957. Quoiqu‟un verbe dérivé de ce mot cangirtax «devenir blanc, gris (pour les cheveux)» soit attesté dans le dictionnaire de Luvsandendev. 704 Deny 1921 : 72

168 II.5.10.2. Son emploi par les aigliers Dans le vocabulaire des aigliers, les mots čegir//šegir sont utilisés de deux façons : ils décrivent tout d‟abord les yeux des oiseaux, puis une catégorie d‟aigles. Avant de passer à la description de cette catégorie d‟aigles, arrêtons-nous sur les mots čegir//šegir utilisés pour décrire les yeux des oiseaux de chasse. Que ce soit en kïrgïz ou en kazak, ils sont rarement utilisés tout seuls. Ils entrent dans des syntagmes dont les plus utilisés sont : sarï čegir//sarï šegir, ker šegir et kïzïl čegir/kïzgïltïm šegir où sarï signifie «jaune», ker «bai, marron», kïzïl «rouge» et kïzgïltïm «rougeâtre». Ces syntagmes sont utilisés, et au Kïrgïzstan et au Kazakstan, pour décrire les yeux de l‟autour et de l‟aigle. Ils expriment donc des nuances différentes du «jaune» puisque l‟aigle et l‟autour ont des yeux «jaunes» à la différence des faucons qui ont les yeux noirs. A une seule occasion, un aiglier kïrgïz a décrit les yeux d‟une race d‟aigles tout d‟abord comme čegireek [čegir+reek où -rAAK est un morphème qui atténue la qualité] puis comme apakayraak [ap+aq+ay+raak où ap- est un morphème qui intensifie la couler tandis que -Ay et -rAAK sont des morphèmes qui atténuent la qualité] «tous blanchâtres»705. En kïrgïz donc nous constatons une divergence entre le sens du mot čegir tel qu‟il est expliqué dans le dictionnaire de Yudakhin et son emploi dans le vocabulaire de la chasse au vol où il ne désigne guère «les yeux gris» mais «les yeux jaunes». C‟est en utilisant les mots čegir//šegir qu‟on adapte, au Kïrgïzstan et au Kazakstan, la façon persane de diviser les oiseaux de proie en zard-čašm «[aux] yeux jaunes», c‟est-à-dire les accipitridés, et sîâh-čašm «[aux] yeux noirs», c‟est-à-dire les falconidés. On rend le persan zard-čašm «[aux] yeux jaunes» par šegir közdi «aux yeux šegir» ou šegir közder tobï «groupe des yeux šegir» en kazak et par čekirdin tukumu «lignée des čekir» en kïrgïz. En kazak le «groupe des yeux šegir» comprend l‟autour commun, l‟autour blanc et l‟épervier de même qu‟en kïrgïz la «lignée des čekir» comprend les différentes variétés de l‟autour et l‟épervier. On distingue les oiseaux aux yeux čegir//šegir des oiseaux aux yeux noirs, kara közder tobï «groupe des yeux noirs» en kazak et kara közdün tukumu «lignée des yeux noirs» en kïrgïz. L‟aigle dans ce type de classification est placé avec les oiseaux aux yeux noirs 706. Or, au début du XXème siècle, Zarudnij note pour les Kazak et les Ouzbek de la région du Syr-Daria qu‟il divisent les oiseaux de chasse en deux catégories : kara köz «yeux noirs» où ils placent les faucons et l‟aigle et sarï köz «yeux jaunes» c‟est-à-dire l‟autour et l‟épervier707. Dans la notation de Zarudnij sarï «jaune» s‟oppose à kara «noir» de la même façon que šegir//čegir s‟oppose à kara «noir» dans les témoignages de J. Bablïkov et de A. Biyaliev, c‟est-à-dire que dans cet emploi au moins šegir//čegir est pensé comme «jaune» y compris en kïrgïz où, comme nom de couleur des yeux, il est censé désigner «gris» :
Persan Kazak Aigles Faucons sîâh-čašm «[aux] yeux noirs» kara közder tobï «groupe des yeux noirs» kara közdün tukumu «lignée des yeux noirs» kara köz «yeux noirs» Autours et éperviers zard-čašm «[aux] yeux jaunes» šegir közder tobï «groupe des yeux šegir» čekirdin tukumu «lignée des čekir» sarï köz «yeux jaunes»

Kïrgïz Zarudnij

705

C - Süleymanbekov. Le morphème -rAAK rend le français -âtre. 1983 : 8; Biyaliev 1967 : 47 et 100 où, à la page 100, nous relevons une erreur puisque les accipitridés sont appelés dans la traduction russe černoglazye «aux yeux noirs». 707 Cf. Zarudnij 1915.
706 Babalïkov

169

Pourtant, et en kazak et en kïrgïz les mots šegir//čegir font partie surtout du vocabulaire des aigliers. Chez les Kazak la caractéristique la plus remarquable des yeux des aigles est décrite par le mot šegir. Citons ici le paragraphe que Jagda Babalïkov consacre à ce terme : «Dans le vocabulaire des aigliers les yeux de l‟aigle sont décrits de mille façons. Même si les
différentes nuances des yeux ne sont pas liées directement aux qualités de l‟aigle comme oiseau de chasse, les aigliers kazak ont plusieurs noms pour décrire leurs nuances. Les yeux nébuleux sont appelés ak [blanc] šegir, kök [bleu/gris] šegir, sarï [jaune] šegir, altïn [or] šegir, kïzïl [rouge] šegir, kan [sang] šegir. Les yeux étincelants sont dits yeux noirs, kara köz, ou bien yeux injectés, kandï köz. Qu‟ils soient courageux ou pas, on considère que les aigles ont des yeux étincelants. Quand ils parlent des aigles, les aigliers évoquent souvent «le feu des yeux», köz otï. Ils disent qu‟on discerne, sous les paupières de certains aigles, une sorte de nébulosité, une sorte de brume. Plus cette nébulosité est lumineuse, scintillante plus l‟oiseau a la vue perçante. C‟est dans ce sens que les aigliers parlent souvent du «feu des yeux», de la «nébulosité des yeux» ou bien de la «lumière des yeux »708.

Ce paragraphe montre surtout que šegir ne décrit pas uniquement une couleur des yeux mais une qualité des yeux : nébulosité, lumière, perspicacité. D‟ailleurs, c‟est ce qui ressort aussi de notre entretien avec Belek Esentaev, l‟un de nos meilleurs informateurs kazak. A la question : « Qu‟est-ce que šegir veut dire?», il a répondu : « Il existe un mot comme cela. Quand on dit šegir, qu‟il s‟agisse des yeux jaunes, qu‟il s‟agisse des yeux bleus, on peut tous les appeler šegir. Une nuance des yeux. Elle existe aussi chez les chevaux. Même si on a affaire à des yeux blancs, on pourra les caractériser comme šegir»709. Nous avons très peu de données sur ces aigles chez les aigliers kazak. Quelques renseignements viennent de l‟article de J. Balšenov710. Ainsi l‟aiglier Dembosïn Düzelulï de la région de Taldïkurgan raconte-t-il comment, en 1938, il réussit à avoir un aigle dit kök šegir. Cet aigle, il le chercha auprès des Kazak qui estivaient dans l‟Alataw, et ils ne consentirent à le lui donner que quand il leur offrit un boeuf. C‟était un aigle des montagnes, et plus précisément un aigle qui ne fréquentait que les rochers, kuz kusï. Il prenait des loups. Il trouva la mort quand, en poursuivant un lièvre dans les broussailles, une branche sèche lui perça le coeur. Chez les aigliers kïrgïz cependant le mot čegir n‟est pas simplement une caractéristiques des yeux des aigles mais une catégorie d‟aigles. Cette catégorie d‟aigles comprend deux types d‟oiseaux. Les premiers sont appelés may čegir et ils sont opposés, presque trait par trait, à ceux qu‟on appelle kuu čegir. Accessoirement, on peut rattacher à cette catégorie un oiseau aux contours indéfinis, bayan čegir / čegir bayan considéré comme «le maître des oiseaux [de chasse]». Il convient peu dans le cas des aigles dits čegir de parler de races. Cette catégorie montre surtout comment les aigliers gèrent, et renouvellent, les reliquats des cultes liés aux oiseaux de proie et plus largement les survivances des différentes formes de zoolâtrie. Nous avons déjà évoqué certaines dimensions symboliques et mythologiques des oiseaux de proie en décrivant «l‟oiseau noir géant» des Türk et en évoquant les oiseaux si-murg et hûma. A la différence de ces oiseaux fabuleux, dans les paragraphes qui suivent nous aurons à faire avec des oiseaux auxiliaires de l‟homme. Nous allons observer tout d‟abord comment certaines forces magiques qu‟on attribuait au départ
708

Babalïkov 1983 : 73 - 74. 116; B. Esentaev. Ainsi, dans ses entretiens avec J. Balšenov, Dembosïn Düzelulï, de la région de Taldïkurgan, décrit-il pour une race d‟aigles des «yeux blancs comme le lait caillé» et disant : ayranday akšegir = comme le lait caillé + blanc + šegir, cf. Balšenov 1979 : 299. 710 Balšenov 1979 : 307 - 310.
709 C

170 aux oiseaux de proie ont été transposées par la suite sur les oiseaux de chasse, et plus particulièrement sur l‟aigle. Puis, en examinant les descriptions des aigles d its may čegir nous découvrirons des parallèles intéressants avec une forme de zoolâtrie très répandue en Asie intérieure et septentrionale : la consécration des animaux. II.5.10.3. Aigles dits may čegir Ces aigles sont connus partout au Kïrgïzstan comme des oiseaux de bon augure. Voilà comment les aigliers du lac Ïssïk-köl décrivent leurs bienfaits : «Les meilleurs des aigles, on les appelle may čegir. Si on en rencontre un, il est de bonne augure, il est
plein de bienfaits, kasiyettüü. On dit que les meilleurs des aigles, ce sont les aigles may čegir. Si on réussit à en prendre un, il est de bon augure même si on l‟installe tout simplement au bloc, chez soi. Il est comme cela, la prospérité et le bonheur s‟installent avec lui. Il a des traits qui montrent qu‟ il est de bon augure... S‟il se perche à votre poing, la prospérité et le bonheur s‟y perchent aussi »711.

«Voilà, moi, moi j‟avais un oncle maternel qui s‟appelait Awayla. Cet homme, il vivait à Tuuratam. Il
est né en 18.., j‟ai oublié exactement l‟année, et il est mort en 1935/36. Cet homme, en chassant avec un aigle, a réussi à avoir un troupeau de mille moutons. C‟est que son aigle était un aigle may čegir, c‟est ainsi qu‟il est devenu riche. Autrefois la fourrure d‟un renard valait un mouton. C‟est ainsi que l‟aigle l‟a rendu riche. Cela, cela vient de l‟augure, jol, de l‟aigle. L‟aigle de bonne augure, jolduu bürküt, même s‟il ne prend pas [de gibier], il fait entrer le bonheur dans le foyer»712.

SUPPRIME L’aigle dit may čegir (Tuurasuu, rive sud de l’Ïssïk-köl, K. Süleymanov, oct. 1996) L‟aigle dit may čegir apporte donc la prospérité et le bonheur au foyer. Ce qui ne ressort pas des descriptions de nos informateurs, mais qui est d‟une certaine façon sous entendu, c‟est que le bonheur d‟un foyer dépend de sa progéniture et que cet oiseau accroît et protège la descendance. C‟est justement cette force bienfaisante qui le distingue de son antonyme, l‟aigle dit kuu čegir. Ce dernier prive de descendance son propriétaire. Il est facile de montrer que ces forces bienfaisantes ne sont transposées sur l‟aigle de chasse que tardivement. La croyance que l‟aigle apporte la prospérité dans le foyer est fort répandue en Asie Centrale et elle ne fait pas partie à proprement parler de la mythologie des aigliers. La preuve en est que l‟aigle est un oiseau de bon augure même chez les Türk qui ne l‟utilisent pas comme oiseau de chasse, les Yakut par exemple713. La prospérité d‟un foyer türk suggère une descendance fourmillante, un bien-être commun, c‟est-à-dire l‟absence des maladies, et des troupeaux s‟accroissant sans cesse. Nous avons des témoignages qui montrent qu‟on se retournera vers l‟aigle dans chacun des trois cas. D‟un bout à l‟autre de l‟Asie Centrale on voit dans l‟aigle un protecteur de la maternité et de l‟enfance, et partant de la fécondité. Chez les Bachkir et chez les Karakalpak, mais aussi chez les Kazak et les Kïrgïz, lors des accouchements difficiles on introduisait dans la yourte un aigle impérial pour éloigner les mauvais esprits 714 . Les Türkmen du sud-ouest du Türkmenistan tenaient dans la yourte où les enfants mouraient un aigle impérial, vivant ou
711 712

C - Süleymanbekov C - Zarïnaev 713 Cf. à ce propos les études classiques de Ionov 1913 et Šternberg 1925. 714 Cf. Esbergenov, X. «O blizosti pereţitkov doislamskix verovanij v obyčaâx Karakalpakov i Baškir», Arxeologiâ i êtnografiâ Baškirii, t. 4, 1971, pp. 232 - 238; Zäkiriyanov 1995 : 156.

171 empaillé715. D‟un bout à l‟autre de l‟Asie Centrale türk on suspendait au berceau du nouveauné les croches desséchées d‟un aigle afin d‟éloigner les mauvais esprits716. Dans la plupart de ces exemples il ne s‟agit pas cependant de l‟aigle royal, qui est par excellence l‟aigle de chasse, mais soit de l‟aigle impérial soit de l‟aigle ravisseur. Or, la qualité d‟éloigner les mauvais esprits qui rendent difficiles les accouchements semble avoir été transposée par la suite sur l‟aigle de chasse. Ainsi, chez les Kïrgïz et les Kazak, lors des accouchements difficiles on introduisait dans la yourte un aigle de chasse déchaperonné puisque les mauvais esprits craignent surtout le regard de l‟aigle717. Les mauvais esprits dans ce cas, en quittant la femme qui accouchait, s‟installaient dans l‟aigle et on trouvait normal que celui-ci meure après une telle séance. Les aigliers donc n‟étaient pas toujours prêts à sacrifier leurs oiseaux. On convint alors qu‟un objet qui était en contact avec l‟aigle de chasse - cet objet étant le plus souvent le gant de l‟aiglier - pouvait remplir la même mission718. C‟est aussi parce qu‟il peut vaincre les mauvais esprits que l‟aigle éloigne les maladies et assure le bien-être du foyer. Illustrons cette qualité de l‟aigle par deux exemples. Tout d‟abord, la pharmacopée traditionnelle des Türk attribue des bienfaits variés à presque toutes les parties de l‟aigle. Le foie, par exemple, pourrait guérir l‟hydrophobie et la rage. Dans la région du lac Ïssïk-köl, la bile de l‟aigle est administrée aux femmes enceintes pour faciliter l‟accouchement, tandis qu‟au sud du Kïrgïzstan, dans la région de Och, elle est utilisée contre la stérilité. On s‟en sert aussi pour oindre la langue des enfants et les protéger ainsi du rachitisme. Dans la même région on prépare une décoction avec les croches de l‟aigle et on la boit pour s‟assurer une bonne santé719. Chez les Kazak, on guérissait celui qui avait pris peur en mettant sur sa tête un aigle. Toujours chez les Kazak, pour soigner le mal de tête on bourrait l‟oreiller de plumes d‟aigle720. Si dans la plupart des cas nous avons des raisons de croire que la pharmacopée traditionnelle se servait des aigles sauvages, l‟exemple des Kazak chez qui on met un aigle sur la tête du malade implique un oiseau apprivoisé. Ensuite, le chaman türk, qui est le plus souvent un guérisseur, a souvent recours aux oiseaux, y compris à l‟aigle. Cette liaison est consacrée tout d‟abord dans le costume du chamane qui incorpore souvent les plumes, les croches et le bec de l‟aigle 721. Chez les Uygur de la vallée de l‟Ili, mais aussi chez les Karakalpak, le chaman se sert d‟une touffe de plumes d‟aigle lors du rite de guérison722. Enfin, parmi les esprits protecteurs des chamans, chez les Türk de l‟Altay, les Kazak, les Karakalpak, les Bachkir et les Ouzbek, nous découvrons à nouveau l‟aigle723. Qui plus est, Simakov remarque que lorsque on éloigne les mauvais esprits en ayant recours à l‟aigle, on substitue d‟une certaine façon l‟aigle au chaman puisque c‟est à ce dernier que revient le mérite de combattre les mauvais esprits 724. Ces rites de guérison font intervenir l‟aigle comme oiseau de proie et non pas l‟aigle comme oiseau de chasse. Quant à la troisième condition pour la prospérité d‟un foyer nomade, c‟est-à-dire les troupeaux fourmillants, le rôle de l‟aigle, et cette fois il s‟agit de l‟aigle de chasse, est reconnu dans les récits traditionnels. L‟aigle, d‟une part, sert à protéger les troupeaux des loups. Dans les traditions des Kïrgïz et des Kazak, les meilleurs aigles s‟emparent souvent des loups les plus rusés qui ont su échapper aux pièges, au poison et au fusil. Un aigle qui chasse bien,
715 716

Simakov 1998 : 40 - 41 Biyalieva 1972 : 26 717 Ibragimov 1872 : 122; Divaev 1903 : 315; Babalïkov 1983 : 108 718 Simakov 1998 : 47; 70 - 71 719 Simakov 1998 : 55. 720 Zäkiriyanov 1995 : 156. 721 Abramzon 1958b : 145; Esbergenov 1971 : 236; Potapov 1991 : 212. 722 Pantusov 1907 : 43; Esbergenov 1971 : 234 723 Zadyxina 1952 : 413; Esbergenov 1971 : 232; Potapov 1991 : 212 et 217; Basilov 1992 : 231. 724 Simakov 1998 : 71

172 d‟autre part, peut prendre quelques dizaines de renard pendant une bonne saison. Les fourrures de renard se vendaient cher et notre informateur qui dit qu‟on donnait un mouton pour une fourrure de renard nous explique partiellement comment ce commerce faisait croître les troupeaux. Ce ne sont ici que deux exemples pour illustrer l‟apport d‟un oiseau de chasse comme l‟aigle au bien-être du foyer. Tous ces exemples où l‟aigle est pensé tour à tour comme protecteur de la maternité et de l‟enfance, comme vainqueur des mauvais esprits et partant des maladies, et plus généralement comme gardien du bien-être du foyer nous obligent à parler d‟une forme de zoolâtrie pratiquée en Asie intérieure et septentrionale. Attirons tout d‟abord l‟attention sur le fait que les aigliers utilisent deux mots différents pour décrire la bonne augure de l‟aigle de chasse, ou comme c‟est le cas dans notre exemple, de l‟aigle dit may čegir : jol / ak jol «chance, bonheur» et kasiyet «particularité». Le premier sous-entend certes la réussite, mais il désigne surtout la chance, la veine. Comme tel, il est bien intégré dans le vocabulaire des chasseurs à qui on souhaite une bonne chasse en disant : joluŋ bolsun «Que la chance soit avec toi». Quand on dit de nos jours qu‟un aigle est chanceux, joltoy / ak joltoy on veut dire que c‟est un oiseau à qui la chasse réussit, qui prend beaucoup de gibier. Il en va différemment avec le mot kasiyet, qui est d‟origine arabe. Ce mot arabe remplace, chez les Türk islamisés, un mot türk ancien, ïduk «sacré; saint; intouchable; libre; sacrificiel», préservé encore en kïrgïz, ïyïk, puis dans les dialectes türk de l‟Altay725. Quant aux animaux, ïduk désigne ceux qu‟on s‟interdit de toucher, c‟est-à-dire des animaux «intouchables, libres»726. Ces animaux étaient choisis parmi les animaux domestiques. Ces animaux ne devenaient «consacrés», qu‟après un rite de purification : on les enfumait à l‟aide de genévri er, on les aspergeait du lait ou de l‟alcool du lait, on enduisait leurs sabots avec du beurre et on les décorait avec des tissus de couleurs variées ou avec des verroteries. Dès lors, on s‟obligeait à ne pas monter, charger, traire, tondre ou abattre l‟animal consacré. En revanche, on espérait que cet animal apporterait le bien-être du clan ou du foyer, la protection et l‟accroissement des troupeaux, et qu‟il se chargerait à l‟occasion des mauvais esprits qui provoquent les maladies. Dans le domaine türk, cette forme de zoolâtrie a été pratiquée par les Türk de l‟Altay et par les Tuvin. Plus au sud, chez les Kazak et les Kïrgïz, nous ne disposons que de témoignages fragmentaires727. Notons enfin que chez les Türk, les animaux vénérés ont été appelés à la fois par le mot türk, ïdïk / ïzïx / ïyïk, mais aussi par leur nom mongol, seter, luimême d‟origine tibétaine 728 . Plus récemment, on les appelle aussi nïsanalï «marqué» et, comme nous l‟avons dit, kasiyettüü. Un oiseau qu‟on décrit de nos jours comme kasiyettüü ne serait être qu‟un oiseau consacré, un oiseau à qui on ne touche pas, qu‟on ne tue pas. Dans un premier temps cette

725 726

DS 1969 : 217 - 218; Sevortân 1974 : I, 649 - 650; Yudakhin 1965 : 925. Nous trouvons une bonne description des multiples facettes des rites liés aux animaux consacrés dans Potapov 1969 : 358 - 371. 727 Ainsi, chez les Kïrgïz, on croyait que lorsque quelqu‟un souffrait de l‟épilepsie il était victime de mauvais esprits qu‟il fallait éloigner. Pour ceci, on se servait le plus souvent d‟un bouc châtré, d‟un chevreau ou d‟une brebis. On amenait l‟animal près du malade, la guérisseuse récitait ses conjurations tandis que la maîtresse du foyer secouait un mouchoir blanc sur la tête de l‟a nimal. On le faisait tourner ensuite trois fois autour du malade, on lui accrochait un collier fait de verroteries et on le lâchait dans le troupeau. Dès lors, il ne fallait pas toucher à cet animal, ni d‟ailleurs prononcer de mots vulgaires en sa présence. C‟est à ce prix seulement que le malade pouvait être guéri, cf. Biyalieva 1972 : 111. D‟autres formes de ce rite sont décrites par Abramzon 1990 [1971] : 322 - 323. 728 Pour une description de ce rite chez les Mongols, cf. Elisabetta Chiodo, «The Horse White-as-Egg : a Study of the Custom of Consecrating Animals to Deities», Ural-Altaishce Jahrbücher, Bd. 11, 1992, pp. 125 - 151. A la page 132, l‟auteur explique que seter est la forme mongolisée du tibétain tshe-thar «to save a life, to liberate living creatures to acquire a religious merite; custom of sparing the lives of goats, sheep and other living creatures which have to be killed».

173 vénération se rapporte surtout aux aigles sauvages. Voici ce que l‟ornithologue V. Plotnikov note, à la fin du XIXème siècle, pour les Kazak de la région de Semipalatinsk :
«Les pygargues à queue blanche construisent leurs nids dans les prairies ou sur les peupliers et ces nids sont tous bien connus... Les pygargues sont parmi les premiers oiseaux qui arrivent au printemps, ils arrivent à la fin du mois du mars. Les Kirgiz [Kazak] fêtent l‟arrivée des pygargues - précurseurs du printemps - en tuant un mouton et en suspendant ses tripes sous le nid du pygargue...»729.

V. Plotnikov nous a laissé un autre témoignage concernant cette fois l‟aigle impérial : «Les Kirgiz [Kazak] n‟apprécient pas l‟aigle impérial comme oiseau de chasse. Par contre, ils le
vénèrent comme le précurseur du printemps. Au printemps l‟arrivée du premier aigle impérial réjouit les Kazak qui, pour marquer cette occasion, tuent un mouton et le mangent en commun. Tuer quoi que ce soit près du nid d‟un aigle impérial c‟est s‟attirer la colère des gens qui vivent dans les alentours. Je connais un cas où le nid d‟un aigle impérial, se trouvant sur un arbre penché, allait tomber dans l‟eau. Les Kazak l‟ont alors retiré avec attention et ils l‟ont enterré »730.

Précisons ici que, si pour les époques plus récentes les animaux consacrés étaient choisis parmi les animaux domestiques, nous avons quelques rares témoignages sur la consécration ou la vénération des animaux sauvages731. Les espoirs qu‟on place dans l‟aigle comme protecteur du bonheur et du bien-être le rapprochent des animaux consacrés. Mais un oiseau vénéré ne peut que difficilement être employé comme oiseau de chasse. Rappelons-nous que les animaux consacrés sont intouchables : on ne peut pas les monter, ni charger, ni traire, ni tondre. C‟est en plaçant l‟aigle dit may čegir dans le contexte plus large des animaux consacrés que nous pourrons expliquer l‟insistance, qui revient souvent quand on parle de cet oiseau, qu‟on sent sa bienfaisance même si on ne chasse pas avec lui, même si on le garde tout simplement à la maison. Ce dernier détail nous confirme dans la conviction que nous avons à faire dans le cas des aigles dits may čegir d‟une forme de zoolâtrie très proche de celles, bien décrites et bien documentées, concernant les animaux domestiques. D‟ailleurs, les aigliers de nos jours ne donnent pas aux aigles may čegir le statut d‟une vraie race et ils considèrent que plusieurs bonnes races d‟aigles entrent dans cette catégorie. Ainsi, Imankulov, un expert sur la question dans la région du lac Ïssïk-köl, voit des aigles may čegir dans les aigles «aux épaules blanches»732. C‟est aussi la façon dont les aigliers du lac expliquent le plus souvent le contenu de l‟appellation may čegir. Voilà les rapports entre les aigles dits ak iyin et ceux qu‟on considère comme may čegir d‟après Kurman Abdïkalïkov : «Quant aux aigles may čegir, ils ont ici, voilà, sur les ailes [aux épaules] trois plumes toutes blanches.
Ces plumes donc sont toutes blanches. Ils ont donc trois traits [plumes] sur ce côté et trois traits [plumes] sur l‟autre. Même si l‟aigle may čegir reste perché au bloc à la maison, il est de bon augure, ak joltoy. Ils sont vraiment de bonne augure ces aigles »733.
729 Cf.

Plotnikov, V. «Ornitologičeskij očerk Čiliktinskoj doliny i prilegaûŝego Tarbagataâ, Semipalatinskaâ oblast‟, Zajsanskij uezd», Zapiski Zapadno-sibirskogo otdeleniâ Imperatorskogo russkogo geografičeskogo obŝestva, vol.XV, fasc. 3, 1893; p. 1. 730 Cf. Plotnikov, V., id., p. 1 731 Cf. par exemple l‟histoire trouvée par E. Chiodo dans Rachîd ad -Dîn : Ögedey rend la liberté à un loup qu‟on vient de prendre. Il explique sa geste de la façon suivante: «J‟ai relâché ce loup parce que j‟ai ressenti une faiblesse dans mon corps. Je me suis dit alors que si j‟épargnais la vie d‟une créature vivante le Dieu Eternel m‟épargnera aussi», cf. Chiodo 1992 : 134. 732 Imankulov 1980 : 120 733 C - Abdïkalïkov

174

Puis plus tard dans notre entretien : «Les aigles dits may čegir sont les mêmes aigles que ceux qu‟on appelle orolmo toonun akïyïgï
«[aigles] aux épaules blanches des montagnes aux chemins qui s‟élèvent en hélice». Le seule différence est dans leur hardiesse : les premiers sont plus hardis que les seconds»734.

Ces rapprochements entre les aigles «aux épaules blanches» et les aigles may čegir suggèrent peut-être une autre interprétation du nom akïyïk. Les aigles aux épaules blanches sont appelés soit akiyin soit akïyïk. Les mots iyin et ïyïk désignent en kazak l‟épaule. En kïrgïz par contre, iyin veut dire «épaule» tandis que ïyïk est la forme kïrgïz du turc ancien ïduk «sacré; saint; intouchable; libre; sacrificiel». De nos jours ces aigles, qu‟ils soient appelés akiyin ou akïyïk, sont décrits comme des aigles «aux épaules blanches». Or, il est possible que cette équation entre akiyin et akïyïk confonde des catégories différentes d‟oiseaux. Si la race d‟aigles aux épaules blanches ne peut pas être mise en doute puisqu‟il existe bien une tradition qui raconte l‟origine de cette race, on peut se demander si les aigles dits akïyïk sont les mêmes que les aigles aux épaules blanches. Les aigles dits akïyïk sont-ils un exemple d‟oiseau consacré? Ceci paraît possible et explique par ailleurs le déterminant ak «blanc» qui précède le terme pour animal consacre, ïduk/ïyïk : la couleur ou la robe des animaux consacrés était très importante et on privilégiait, quand c‟était possible, les robes claires ou blanches. Quand les aigliers disent que les aigles may čegir et les aigles «aux épaules blanches» sont de la même nature, il se peut qu‟ils visent akïyïk et non pas akiyin. Mais on observe aussi chez les aigliers de nos jours une tentative de définir les traits morphologiques qui permettent de distinguer ces aigles de bon augure. Il nous a été facile d‟établir certains de ces traits morphologiques puisque lors de nos enquêtes deux aigliers de la rive sud du lac Ïssïk-köl possédaient des oiseaux à qui ils donnaient volontiers le nom may čegir. Ces deux aigliers décrivent leurs disciples comme suit : «C‟est un bon oiseau. Les plumes sont luisantes. Mon aigle commence à avoir quelques uns des signes
des aigles dits may čegir. Son manteau paraît luisant à la lumière. D‟après ce qu‟on sait des aigliers d‟autrefois ce serait un aigle may čegir. Il a été pris dans la région du Tong, à l‟endroit dit Kïzïltuu. Il semble que quelqu‟un a essayé de l‟apprivoiser, il n‟a pas su le faire, l‟aigle s‟est dérobé et est venu dans la région du Tong pour chercher de la nourriture. Il a pris un chien et, étant très repu, il n‟a pas pu s‟envoler. C‟est ainsi qu‟on l‟a pris et qu‟on l‟a apporté à Kutuldu. Mais Kutuldu a déjà deux ou trois aigles et il me l‟a donné. Cet aigle porte bonheur même si on ne l‟utilise pas pour la chasse »735.

«Ses yeux sont jaunâtres ou bien brunâtres. Son plumage est particulier, ses yeux sont particuliers, les
pieds sont vernis, luisants736. [Puis dans un entretien quelques mois plus tard] Il a les yeux rouges, le manteau est tout noir. Tous les aigles de cette race ont les doigts longs et écartés. Puis ils ont les plumes raides, on entend le bruit de ces plumes raides, ces plumes ne sont pas comme les plumes des autres aigles. Les aigles dits may čegir existent partout au Kïrgïzstan, mais ils sont rares. Ce sont des aigles des montagnes, ils existent partout au Kïrgïzstan, mais ils sont rares »737.

Les traits morphologiques les plus caractéristiques des aigles dits may čegir sont, pour certains, les plumes blanches aux épaules mais surtout un manteau décrit comme luisant, éblouissant et des pieds qui, eux aussi, sont dits vernis, luisants. Il est possible que traits
734 735

C - Abdïkalïkov C - Jamanakov 736 C - Süleymanbekov 737 C - Süleymanbekov

175 morphologiques soient suggérés par le nom qu‟on leur donne puisque may désigne en kïrgïz la matière grasse comme signe de prospérité et d‟abondance738. Quant à l‟appellation baatïr čegir nous la considérons comme une appellation synonyme de may čegir. Elle est attestée tout d‟abord dans la liste des aigles de Belek Soltonoev, puis dans le dictionnaire de Yudakhin et elle est encore utilisée dans certaines régions de la Kïrgïzstan739. II.5.10.4. Aigles dits kuu čegir Si l‟aigle dit may čegir est associé à la prospérité et au bonheur du foyer celui qu‟on nomme kuu čegir n‟apporte que des malheurs. L‟aiglier qui chasse avec un tel aigle n‟a pas de progéniture. S‟il en a déjà, le malheur frappe son foyer, anéantit ses proches et s‟étend sur son voisinage. Voici ce que les aigliers du lac Ïssïk-köl racontent sur cet aigle : «Tout en étant très hardi, il n‟est pas de bonne augure. Celui qui chasse avec lui se heurte aux
malheurs. Ses enfants aussi, eux aussi sont touchés par le malheur. C‟est pourquoi celui qui sait le reconnaître ne chasse pas avec lui. On le rencontre parmi nos aigles [aux pieds] bleus, mais on le rencontre rarement. C‟est un mauvais oiseau. Si on lui tombe dessus il faut soit le chasser soit le tuer, on ne tire rien qui vaille de lui»740.

«Celui qui chasse avec cet aigle n‟a pas de descendance, ceux qui chassent avec lui sont des gens qui
ne veulent pas d‟enfants. Celui qui chasse avec lui n‟élève pas d‟enfants. Mais c‟est un aigle très hardi, vraiment hardi»741.

Les préjugés envers cet aigle étaient si forts que jadis on ne s‟approchait pas d‟une yourte qui abritait un tel oiseau. On connaît des cas où les voisins tuaient l‟aigle et chassaient des parages l‟aiglier qui s‟en occupait 742 . En fait, de tels préjugés envers certains aigles existent ailleurs en Asie Centrale. Nous en trouvons un bon exemple parmi les Türkmen. On croit, au sud-ouest du Turkménistan, que si l‟ombre de l‟aigle impérial, appelé kara kuš «oiseau noir», tombe sur une femme, elle n‟aura pas d‟enfants. Pour échapper à ce désastre, il fallait soit prendre un aigle impérial et le garder au foyer soit en tuer un et pendre sa dépouille. On agissait de la même façon si les nouveaux-nés dans un foyer ne survivaient pas743. Simakov signale pour la région de Och, au sud de la Kïrgïzstan, qu‟on y tuait des aigles et, dans les familles dont les enfants mourraient, on donnait leur bile aux nouveaux-nés pour qu‟ils résistent aux mauvais esprits. Dans la même région, on pouvait voir des dépouilles d‟aigles, à nouveau dans les familles dont les enfants mourraient, accrochées aux murs des maisons744. Ces exemples donnent une autre dimension aux croyances liées à l‟aigle puisque l‟éloignement des malheurs ou la survie des nouveau-nés ne sont possibles que par la mort de l‟oiseau. Autant on entend partout en Asie Centrale qu‟il ne faut pas tuer un aigle, autant on constate que des aigles sont tués dans certaines circonstances. Les exemples de l‟usage des parties du corps de l‟aigle dans la pharmacopée traditionnelle, de même que la force
738 739

Cf. Yudakhin 1965 : 509-510. Voilà comment l‟écrivain S. Rïskulov, porte-parole des aigliers de la région du Kočko r décrit cet aigle: «Les plumes sont courtes et le manteau est lisse et brillant, éblouissant à la lumière. Il ne se tient jamais tranquille au bloc, il se débat sans cesse. Sitôt le chaperon enlevé, il s‟attaque sans crainte à tout ce qui lui saute aux ye ux», cf. Rïskulov 1990 : 8. 740 C - Abdïkalïkov 741 C - Abdïkalïkov 742 Rïskulov 1991 : 178 743 Simakov 1998 : 40 744 Simakov 1998 : 51 - 52

176 protectrice attribuée à ses plumes et à ses croches utilisées comme amulettes, sous-entendent des oiseaux tués à ces fins. Avec l‟aigle dit kuu čegir nous retrouvons donc certaines traces de ces croyances chez les aigliers. Mais ces derniers ont aussi leur mot à dire quant au mauvais augure qui pèse sur cet oiseau. Il y a une tradition selon laquelle l‟aigle dit kuu čegir anéantissait les rejetons des ruminants sauvages ou des artiodactyles (kiyik). Ces derniers dans leur chagrin le maudirent. Dès lors la malédiction des artiodactyles accompagne cette race d‟aigles malgré leurs excellentes qualités de chasseur745. C‟est à cause de ces excellentes qualités de chasseur que l‟aigle dit kuu čegir attire les aigliers. C‟est par ailleurs l‟oiseau de chasse des vieux aigliers ou des aigliers solitaires qui n‟ont pas de famille. Ce sont souvent eux qui possèdent le savoir-faire et l‟expérience nécessaires pour apprivoiser cet aigle et pour s‟en servir correctement. Parce que, dit-on, si la proie lui échappe il s‟attaque à son maître746. Au Kïrgïzstan on se souvient encore des aigliers qui, passionnés par la hardiesse de cet oiseau, négligeaient le bien-être de leur foyer. En voilà un exemple raconté par Kurman Abdïkalïkov : «Les aigliers qui chassent avec cet aigle sont rares, très rares. Il y a Aalï qui a chassé avec un tel
oiseau. Je t‟ai déjà parlé de Kalka, mon grand-père. C‟est le père de mon père. Mon père avait aussi des frères aînés. [Aalï est l‟un des ces frères aînés et donc un oncle paternel de Kurman]. Alors que Aalï chassait avec cet aigle un jour quelqu‟un est venu le voir, dans sa yourte. «Ay, Aalï, tu es quelqu‟un de bien, pourquoi tu portes ceci à ton poing», dit le visiteur. [L‟aigle] était attaché de ce côté de la yourte, et il n‟osait même pas passer devant lui, il se tenait à distance. Il se tenait à distance puis il disait : «Pourquoi chasses-tu avec ceci, ne le connais-tu pas?». «Même si je le connais, je chasse avec lui», répondit [Aalï]. «Mais pourquoi tu chasses avec ceci?». «Oy, quand je serai mort peu m‟importe si j‟ai des enfants à élever», répondit [Aalï]. Voilà il n‟y a pas d‟enfants de cet Aalï, il n‟y a rien qui reste de lui»747.

De nos jours on cherche à concrétiser l‟image de cet oiseau et les aigliers lui décrivent des traits particuliers qui permettent de l‟identifier immédiatement. Voilà ce qu‟en dit Kurman Abdïkalïkov : «On trouve dans les montagnes un arbuste qu‟on appelle chèvrefeuille. Il est tout sec, de co uleur
grisâtre, c‟est un arbuste sec, on a l‟impression qu‟il est desséché, mais non, il est vivant, il fleurit. Les pieds de l‟aigle dit kuu čegir sont comme cet arbuste»748.

Les pieds à la corne desséchée sont la caractéristique récurrente de cet oiseau 749. Il est plus difficile de saisir d‟autres traits particuliers : les yeux sont décrits soit comme espiègles, soit comme jaunâtres, soit comme tout blancs750 ou bien rougeâtres751. Certains disent que les yeux sont complètement dégarnis, qu‟on ne voit ni de cils ni de sourcils et que cette partie de la tête ressemble à une peau dont on a enlevé les poils, d‟où une autre appellation qu‟on lui donne : takïr čegir où takïr veut dire «dénudé, dépouillé, sans poils» 752 . L‟un de nos informateurs lui a décrit des commissures du bec et la cire des pieds de couleur bleuâtre 753. D‟autres insistent sur le fait que les croches de cet aigle sont toujours tranchantes puisqu‟il a
745 746

Simakov 1998 : 195 Rïskulov 1990 : 8; Kïdïr uulu Kasïmbek, Törtkül, Région de Bokonbaev 747 C - Abdïkalïkov 748 C - Abdïkalïkov 749 C - Jamanakov; Rïskulov 1990 : 8; Imankulov 1980 : 127 750 C - Abdïkalïkov 751 C - Abdïkalïkov 752 Imankulov 1980 : 127 753 C - Abdïkalïkov; Simakov 1998 : 196

177 une façon particulière de se percher en s‟appuyant sur ses talons et en protégeant ses croches754. Si les traits morphologiques ne sont pas conclusifs, on saura reconnaître cet aigle par les effets qu‟il exerce sur tout ce qui l‟entoure. Nous avons déjà évoqué les influences néfastes qu‟il a sur l‟aiglier et son foyer. Avant d‟en arriver au désastre, on peut amener un chien près du bloc où est perché un aigle et enlever le chaperon à ce dernier. Si le chien se sauve en aboyant c‟est un aigle kuu čegir755. On peut aussi enduire le gant de l‟aiglier avec de la graisse et le laisser pendant la nuit près de l‟aigle. Si le lendemain le gant paraît sec l‟oiseau perché au bloc est un aigle kuu čegir756. Disons enfin que les aigliers ont souvent du mal à préciser la place des aigles kuu čegir dans leurs classifications. Pour les uns ils sont comme les aigles aux épaules blanches, c‟est-àdire des aigles des montagnes, mais ils ont un oeil blanc757. Pour les autres, les aigles kuu čegir sont des aigles des steppes désertiques et ils ressemblent beaucoup aux aigles dits sïrgak758. Enfin, d‟après Kurman Abdïkalïkov, les aigles kuu čegir sont très rares et si on en trouve, on les trouvera le plus vraisemblablement parmi les aigles gris, kök bürküttör «aigles [à la cire du bec et des pattes] gris bleuté» de la région du lac Ïssïk-köl759. II.5.10.5. L’oiseau čegir bayan Le «maître des oiseaux de chasse» s‟apparente aux aigles dits čegir, des oiseaux très hardis quel que soit leur augure. Il est appelé čegir bayan. Le nom est attesté dans le dictionnaire de K. Yudakhin avec une notice laconique qui explique que c‟est le maître des oiseaux et plus particulièrement des oiseaux de chasse 760 . Nous ne trouvons guère de renseignements sur l‟oiseau dit čegir bayan dans la littérature ethnographique récente. C‟est à partir des notes de l‟ethnographe F. Fiel‟strup761 que nous reconstituons peu à peu son image. D‟après F. Fiel‟strup, lors d‟un festin qui marquait la fin de l‟apprivoisement d‟un aigle nouvellement pris et le début de sa première saison de chasse les aigliers profèrent une bénédiction en disant : čekir bayan koldob, bürkütün algïr bolsun «Que ton aigle soit prenant avec le soutien (la protection) de Čekir bayan»762. Ensuite lorsqu‟un aiglier lâche son aigle sur le gibier, il s‟exclame : a kuday bere kör čegir bayanïm koldoy kör «Ah, Créateur, donne [du gibier], mon Čegir bayan protège (aide) [mon oiseau]»763.
754 755

Simakov 1998 : 196 Imankulov 1980 : 127 756 Rïskulov 1991 : 8; Simakov 1998 : 196 757 C - Šapirov 758 C - Osmon uulu 759 C - Abdïkalïkov 760 Yudakhin 1965 : 854 761 F. Fiel‟strup effectua de nombreuses missions en Asie Centrale pour le musée d‟ethnographie de St. Petersbourg. Lors des missions de 1924 et 1925, cf. Êtnografičeskie êkspedicii 1924 i 1925 gg. Leningrad : Gosudarstvennyj russkij muzej, 1926, pp. 47 - 53, il s‟intéressa à la chasse au vol chez les Kïrgïz et confia les résultats de ses enquêtes à 82 pages écrites à la main. F. Fiel‟strup disparaît lors des purges staliniennes des années 1930 et ses manuscrits n‟ont jamais été publiés. Une version se trouve actuellement en possession de G. Simakov qui s‟y réfère souvent dans sa monographie sur les aspects rituels de la chasse au vol en Asie Centrale, cf. Simakov 1998 : 14. Les exemples concernant le maî tre des oiseaux de chasse viennent donc de Fiel‟strup via Simakov. 762 Simakov 1998 : 199 d‟après Fiel‟strup 1928 : 78. Simakov traduit : «Que ton aigle soit prenant selon le gré de Čegir bayan». 763 Simakov 1998 : 200 ne cite pas sa source mais il doit s‟agir à nouveau des notes de F. Fiel‟strup. Simakov donne la formule kïrgïz a kuday berekör čegir bayanïm kolodoy kör et traduit : « Oh, Tous-puissant donne du gibier, mon Čegir bayan amène ce gibier dans le filet» ; kolodoy kör ne fait pas de sens en kïrgïz et il s‟agit, à notre avis, du verbe koldo- «protéger» que nous avons déjà dans l‟invocation précédente.

178 Peu nombreux sont les aigliers de nos jours qui savent parler de l‟oiseau čegir bayan et on n‟entend ce nom que des plus expérimentés ou des plus âgés. Lors d‟un entretien avec le journaliste Stéphane Peyron, l‟aiglier kazak Äbdilxak Turdïbaev dit : «Tout notre art vient de cette nature qui nous entoure. Nous élevons des moutons, des chameaux, des chevaux, des vaches. Chaque espèce a sa divinité. Les aigles, bien sûr, ont leur dieu. Il s‟appelle Ch eguir Koyane (sic). Et c‟est à lui tout spécialement que vont mes prières»764. Il s‟agir dans ce cas non pas de šegir koyan mais du šegir bayan qui est le parallèle kazak du kïrgïz čegir bayan. Äbdilxak est en fait originaire de Togučak, un village kazak situé dans le Tarbagatay, du côté chinois. Il est le doyen des aigliers kazak au Kazakstan mais ces derniers voient souvent en lui un étranger. Son savoir est le savoir des Kazak de la Chine et ses confrères sur place, dans la région de Almatï, le contestent souvent. Mais ils sont aussi les premiers à admettre que de l‟autre côté de la frontière, en Chine, les traditions ancestrales des Kazak se sont mieux préservées. En Kïrgïzstan, un seul de nos informateurs, Kurman Abdïkalïkov, 78 ans, a évoqué le roi des oiseaux čegir bayan mais les qualités qu‟il lui attribue se sont confondues avec les qualités d‟un autre oiseau mythique appelé buudayïk. Citons le récit de Kurman : «Quant à čegir bayan c‟est ainsi qu‟on appelle le maître des oiseaux [de chasse]. Le maître des
oiseaux [de chasse], dit-on, ressemble à l‟oiseau buudayïk. Celui qu‟on appelle čegir bayan est donc le maître des oiseaux [de chasse]. Quelqu‟un avait réussi à prendre l‟oiseau čegir bayan, mais après il n‟arrivait pas à l‟apprivoiser. [Ensuite Kurman remplace čegir bayan par buudayïk]. L‟oiseau dit buudayïk, s‟il s‟apprivoise, il ne répond pas au rappel. Quelque part quelqu‟un, en piégeant des oiseaux de chasse, s‟était emparé du maître des oiseaux, buudayïk. Quand il rentra chez lui, c‟est un riche qui prit le maître des oiseaux. Le riche lui donna neuf chevaux, neuf vaches, neuf chameaux, neuf moutons, de chaque espèce de bétail il lui donna neuf têtes et prit le maître des oiseaux. Alors il commença à l‟apprivoiser mais l‟oiseau ne s‟apprivoisait point. S‟il lui donnait de la viande, s‟il becquetait de la viande, il ne s‟intéressait plus au leurre. S‟il se jetait sur le leurre, il ne revenait pas au poing. Vint alors une personne qui s‟y connaissait, un vieillard. Le riche demanda à ce vieillard : «Dites donc, cela fait une éternité que s‟il revient au poing il ne se nourrit pas, que s‟il se nourrit il ne revient pas au poing. Que dois-je en faire, ne me direz-vous pas comment l‟apprivoiser?». «Je vous le dirai», répondit [le vieillard]. Et quand il dit comment apprivoiser cet oiseau, il est apparu qu‟il fallait lui donner le foie et le coeur de celui qui l‟avait pris, ce n‟est qu‟ensuite qu‟il allait s‟apprivoiser. [Celui qui avait pris le maître des oiseaux] était un enfant unique. Le riche avait donc besoin de cet enfant unique et il le fit appeler. «Nous avons besoin de cet enfant, le khan le demande. Donnez-nous votre enfant et demandez en récompense ce que vous voulez». [Le khan] donna à l‟enfant ce qu‟il voulait, à l‟enfant, à sa mère, à ses parents. L‟enfant dit alors «Que dois-je faire maintenant?». «Vasy» lui répondit-on. La khan fit tuer l‟enfant et montra à l‟aigle [à l‟oiseau buudayïk] son foie et son coeur. Dès que l‟oiseau buudayïk avala le foie et le coeur de celui qui l‟avait pris, si c‟était un tigre qu‟il rencontrait il prenait le tigre, si c‟était un félin qu‟il rencontrait il prenait le félin, si c‟était un ours qu‟il voyait il prenait l‟ours. L‟oiseau buudayïk, il prend tout ce qui lui tombe sous les yeux»765.

Avant de donner davantage de renseignements sur les traditions liées à l‟oiseau buudayïk, admettons que les renseignements recueillis par F. Fiel‟strup, de même que les propos de Äbdilxak Turdïbaev, ne précisent pas la nature du «maître», ou bien du «protecteur», des oiseaux de chasse : s‟agit-il d‟un oiseau, d‟un aigle ou bien d‟un saint? En Asie Centrale türk chaque espèce du bétail domestique a son protecteur766. Par endroits, on se
Peyron, St. «J‟ai chassé à l‟aigle sur les terres des Kazaks», Le Figaro Magazine du 27 avril, 1996, p. 42. C - Abdïkalïkov 766 Ainsi les bovins sont protégés par Zengi baba, les chameaux – par Oysïl kara ou Oysul ata, les moutons - par Šopan ata, les chèvres - par Seksek ata, cf. Potanin 1916 : 114-115; Tursunov 1979 : 41, 217-218. Zengi baba, Oysïl kara et Šopan ata sont aussi des saints musulmans dont les mazar (tombes) sont des lieux de pèlerinage en Asie Centrale, cf. Basilov 1970 : 99 - 107; Abramzon 1990 [1971] : 320-321. Les ethnographes du monde türk
764 765

179 souvient encore des protecteurs ou des maîtres des animaux sauvages 767 . Il n‟est pas surprenant dans ce cas que les oiseaux de chasse aient aussi un protecteur ou un maître. Mais en même temps qu‟au protecteur dit čegir bayan, les aigliers s‟adressaient à Jaya tölök ou Jayï sayatšï768, au roi Salomon769, ou à Kïdïr770. Il est possible que dans le cas de čegir bayan nous ayons un exemple d‟un maître ou d‟un protecteur pré-islamique. Mais les traditions liées à cette image sont très affaiblies et ne permettent pas d‟approfondir l‟analyse. De nos jours on entend peu parler des protecteurs. Les aigliers, quand ils le font, s‟adressent à kuda(y) «Dieu, Allah» ou quday talaa «Dieu Tout-Puissant». Voici quelques exemples de nos enquêtes qui montrent quand et comment les aigliers de nos jours évoquent un «dieu» : «Celle-là [le femelle de l‟aigle] est grande, c‟est dieu qui l‟a fait comme cela, elle est grande»771 «La queue de l‟aigle de montagne est longue, sa charpente est robuste, tout ce qu‟il a lui vient de la nature. C‟est dieu qui l‟a fait ainsi»772 «Cela se passe différemment [le piégeage des oiseaux de chasse]. Si dieu te respecte, tu en prendras
beaucoup, si dieu ne te respecte pas, pendant un mois tu n‟en prends aucun. Cela [l‟oiseau de chasse] est un don de dieu, c‟est un don de dieu»773 «Combien de renards pour une saison? Si dieu dit : que j‟en donne, les renards sont nombreux. Alors, il [l‟aigle] en prendra une vingtaine»774 «Les oiseaux noirs, si tu les utilises selon les voeux de dieu, ils peuvent s‟avérer courageux, hardis»775

II.5.11. L’oiseau buudayïk
II.5.11.1. Chez les Kïrgïz Si on doit parler du maître des oiseaux de chasse de nos jours au Kïrgïzstan, on parlera le plus souvent de l‟oiseau appelé buudayïk. Pour la plupart de nos informateurs c‟est un oiseau proche des aigles776. Ainsi, pour décrire la catégorie des aigles on dit facilement que
s‟accordent pour dire que les protecteurs du bétail tels que nous les connaissons actuellement on t été «islamisés» mais que les racines de ces croyances sont plus anciennes que l‟islam. 767 Les Kïrgïz appellent le maître des ruminants sauvages Kayïp, Kayïp eren, Kayberen, Kayberen ata , cf. Manas 1995 : I, 255 - 256. 768Simakov 1998 : 199 d‟après Fiel‟strup. 769 Une tradition fort répandue en Asie Centrale türk raconte comment Salomon, épris de l‟une de ses femmes, cède à son caprice et décide de lui construire un palais fait des os de tous les oiseaux du monde. Salomon appelle l‟autour et lui donne l‟ordre de rassembler tous les oiseaux. Il n‟y a que la chouette qui refuse d‟obéir. Sous les menaces de l‟autour elle s‟exécute et une fois en face de Salomon excuse son retard en disant qu‟elle était plongée dans de profondes réflexions. Etonné Salomon lui deman de l‟objet de ses réflexions. «J‟ai essayé de savoir si les femmes étaient plus nombreuses sur terre que les hommes», répond la chouette. Irrité, Salomon s‟exclame que les hommes, certes, étaient plus nombreux. «Il y a une femme de plus sur la terre, dit a lors la chouette, puisque l‟homme qui suit les caprices d‟une femme ne peut être compté parmi les hommes». Ayant compris le message de la chouette, Salomon relâche les oiseaux rassemblés. Cf. Tursunov 1979 : 42, 219. Pour d‟autres traditions liées à Salomo n cf. Potanin 1916 : 113, 176 - 179. 770Al-Khidr, un prophète musulman, est décrit dans les traditions türk de l‟Asie Centrale comme un vieillard vêtu de vert, à cheval blanc, à la recherche de l‟élixir de longévité. Errant sur la terre, il arrive au secours des gens en difficulté en se transformant en derviche, invalide, ou bien en quelqu‟un de connu, mais il ne montre jamais sa véritable apparence. Pour reconnaître Kïdïr il faut regarder sa main droite dont le pouce n‟a pas d‟os, cf. Manas 1995 : I, 368; Potanin 1916 : 114. 771 C - Süleymanbekov 772C -Esentaev 773C - Šapirov 774 C - Esentaev 775 C - Süleymanbekov 776 C - Osmon uulu; C - Sagïmbaev

180 c‟est une catégorie qui commence avec l‟oiseau buudayïk et qui se termine avec la buse777. A une autre occasion cependant le même informateur a décrit l‟oiseau buudayïk comme un oiseau qui était à mi-chemin entre l‟aigle et l‟autour. Certains disent que l‟autour blanc «est issu» de l‟oiseau buudayïk778. L‟oiseau buudayïk, disent les aigliers, a vécu il y a longtemps, par la suite sa lignée a disparu et de nos jours il n‟y a personne qui a vu cet oiseau779. En fait nous connaissons l‟oiseau buudayïk grâce à un poème du barde kïrgïz Moldo Kïlïč (1886-1917). Ce dernier, comme beaucoup de bardes de son époque, s‟inspirait de la tradition orale des Kïrgïz et son poème est un remaniement des récits traditionnels sur l‟oiseau buudayïk. Donnons donc le résumé de ce poème780 :
Un oiseleur du nom de Karatölök voit un rêve où il prend l‟oiseau buudayïq et l‟offre au khan Janïbek. Le lendemain il raconte son rêve à sa mère qui le supplie de ne pas prendre cet oiseau parce que : Quand on prend l‟oiseau buudayïq, il ne s‟apprivoise pas. S‟il s‟apprivoise, Il ne se tient pas au poing. S‟il se tient au poing, Il ne se tient pas au bloc. S‟il se tient au bloc, il ne répond pas au rappel. S‟il répond au rappel, C‟est qu‟on l‟a repu avec le foie de celui qui l‟a pris. S‟il répond au rappel, C‟est qu‟on l‟a repu avec les seins de celui qui l‟a pris. Malgré les conseils de sa mère, Karatölök part à la recherche de l‟oiseau buudayïq. Le premier à s‟emmêler dans son filet est une buse que Karatölök tue et offre comme sacrifice au filet. Le deuxième à s‟emmê ler dans le filet est un faucon crécerelle qui sauve sa vie en proposant à Karatölök de leurrer pour lui l‟oiseau buudayïq. Grâce à la ruse de la crécerelle Karatölök s‟empare de buudayïq. C‟est un oiseau aux croches de fer, au plumage tacheté, à la queue d‟une loutre, aux yeux jaunâtre (čekir), à la voix cruelle, au vol qui l‟emporte jusqu‟aux étoiles. Karatölök offre cet oiseau au khan Janïbek qui lui donne en récompense neuf têtes de chaque espèce du bétail, un carquois rempli d‟or et un coffret rempli d‟argent. Comme l‟avait prédit la mère de Karatölök l‟oiseau buudayïq ne s‟apprivoise qu‟après s‟être repu du foie de Karatölök. Dès lors, buudayïq prend tout ce qui lui tombe sous les yeux. Un jour le khan le lâche sur un cerf blanc ( ak bugu). Sans regarder le cerf blanc l‟oiseau buudayïq s‟élève dans les cieux et disparaît.

Le récit peut être poursuivi avec un autre oiseleur qui cherchera de nouveau l‟oiseau buudayïk pour le khan Janïbek et paiera de sa vie son apprivoisement. L‟oiseau buudayïk disparaîtra à nouveau lorsqu‟il rencontrera le cerf blanc. Un indice sur l‟appartenance de ce récit à une tradition d‟esprits tutélaires est le cerf blanc. L‟une des plus importantes tribus kïrgïz du nord s‟appelle buġu «cerf». De plus, il existe en kïrgïz plusieurs récits sur l‟ancêtrebiche, ou «la mère aux cornes» : deux chasseurs tuent un cerf blanc et prennent parmi les biches une fille aux cornes. C‟est la fille de Kaybergen, maître des ruminants sauvages. La fille aux cornes épouse un homme kïrgïz et dès lors elle est connue comme «la femme aux cornes», müyüzdüü baybiče ou bien «la mère aux cornes», müyüzdüü ene. C‟est l‟ancêtre des Kïrgïz dits Bugu781. Les indices qui nous permettent de voir un esprit tutélaire dans l‟oiseau buudayïk sont plus difficiles à saisir. Ils existent cependant. L‟oiseau buudayïk est le maître des oiseaux de proie. Les oiseaux de proie ont été vénérés comme esprits tutélaires de part et

777 778

C - Osmon uulu C - Abdïkalïkov 779 C - Osmon uulu; C - Süleymanbekov 780 D‟après le texte kïrgïz édité par O. Sooronov dans: Moldo Kïlïč, Kazaldar. Frunze: Adabiyat, 1991; pp. 103 122. 781 Abramzon 1990 [1971] : 297 - 302.

181 d‟autre du monde türk782. Chez les Kazak et les Kïrgïz, les esprits protecteurs des ancêtres (arwak//arbak) sont souvent pensés comme des animaux et certains exemples d‟antagonisme animalier sont interprétés comme des cas d‟antagonisme entre les esprits protecteurs. Voilà un récit qui illustre cet antagonisme à double face :
« Jiydi, l‟un des sages qui se trouvait dans l‟entourage du khan Ablay (1710 - 1780) avait comme esprit protecteur un renard roux. Un jour Ablay demanda à Jiydi de le lui montrer. Ils montèrent sur un monticule et en descendant Ablay vit un renard roux. Aussitôt un aigle fauve surgit des cieux et se cramponna sur le renard. Quand Ablay raconta à Jiydi ce qu‟il avait vu, celui dit : «Le renard roux est mon esprit protecteur, l‟aigle fauve est le vôtre. Ce que vous avez vu montre que le vôtre est plus fort que le mien»783.

Ajoutons enfin que l‟incorporation des noms propres (celui du khan Janïbek, fils du Barak, khan de la Horde Blanche, milieu XVème siècle), de même que certains renvois à l‟islam (notamment lorsqu‟on décrit l‟enterrement de l‟oiseleur) sont des remaniements tardifs d‟un canevas qui paraît plus ancien. Moldo Kïlïč et ses poèmes sont bien connus au Kïrgïzstan et ceci pourrait être la raison de la vivacité de l‟image de l‟oiseau buudayïk parmi les Kïrgïz. En tout cas, de nos jours, il semble avoir remplacé complètement le maître des oiseaux dit čegir bayan. II.5.11.2. Chez les Kazak A la différence de la tradition kïrgïz, chez les Kazak biydayïk est un oiseau de chasse aux yeux noirs, de la même nature que les faucons. Personne ne peut affirmer avoir vu ou pris cet oiseau. D‟après Ä. Turdïbaev, l‟oiseau biydayïk se nourrit exclusivement des coeurs. Il s‟attaque aux autres oiseaux et les percute avec une telle force qu‟il leur déchire le thorax et s‟empare du coeur encore battant 784. Comme au Kïrgïzstan, la vivacité de cette image est assurée par la poésie traditionnelle mais nous n‟y trouvons pas de récits aussi détaillés que celui de Moldo Kïlïč. Au Kazakstan dès qu‟on parle de l‟oiseau biydayïk ce sont les vers du barde Akaŋ seri (1843 - 1913) qui viennent à l‟esprit785 :
awlïm kongan sïrïmbet dalasïna boldïm gašïk ak suŋkar balasïna biydayïkka layïk karagïm-ay böktergige kor bolïp barasaŋ ba «Dans la plaine de Sïrïmbet où s‟est installé mon campement, je suis tombé amoureux de l‟enfant d‟un gerfaut blanc. Ma bien-aimée, digne de l‟oiseau biydayïk daignerais-tu échoir à une crécerelle»

Mais ces lignes imprégnées de la poésie de l‟amour ne nous apprennent rien sur l‟oiseau biydayïk. Au mieux pourrons-nous déduire que l‟oiseau biydayïk est aussi apprécié que le gerfaut blanc puisque la bien-aimée, fille du gerfaut blanc, est digne de l‟oiseau biydayïk. La même discrétion caractérise les apparitions de cet oiseau dans d‟autres exemples de la poésie kazak786 :

782 783

Cf. Simakov 1998 : 44 - 61. Potanin 1972 : 66 784 Pfeffer 1985 : 95. 785 Babalïkov 1983 : 163 - 164; C - Esentaev. 786 Kengesbaev 1977 : 375.

182
bürkitten kïran kus bolmas bawluwï jetpey böri almas biydayïktan algïr gus bolmas buyïrmasa ekew tügil, birdi almas suŋkardan suluw kus bolmas kawïrsïnï katpay uša almas «Il n‟y a pas d‟oiseau plus courageux que l‟aigle, Mais s‟il n‟est pas assez entraîné il ne prend pas de loups. Il n‟y a pas d‟oiseau plus prenant que biydayïk Mais, sans veine, il n‟en prend pas deux, même pas un. Il n‟y a pas d‟oiseau plus beau que le gerfaut Mais il ne peut voler que quand ses ailes ont bien poussé »

Nous ne trouvons qu‟un seul indice sur l‟oiseau biydayïk comme oiseau de chasse. Il vient d‟un fragment de l‟épopée Šora baatïr. Narïkbay et Gülhanïs, font un pèlerinage à la tombe de Babay-tuktï, y sacrifient un agneau et prient le saint musulman de leur donner un enfant. En poursuivant leur chemin, ils s‟arrêtent près d‟une étendue d‟eau où les cygnes et les oies pullulent. Alors que Narïkbay et Gülhanïs, tourmentés par la faim, regardent avec convoitise les cygnes et les oies, l‟oiseau biydayïk apparaît dans le ciel. Les cygnes s‟envolent, mais l‟un après l‟autre ils se heurtent aux croches du biydayïk. Il en tue des dizaines, puis il disparaît. Narïkbay et Gülhanïs voient dans l‟apparition de l‟oiseau biydayïk un bon augure et ils restent sur place plusieurs jours en se nourrissant des cygnes morts sous ses croches. C‟est alors que Šora baatïr est conçu 787 . Nous ne nous attardons pas sur les dimensions symboliques de l‟oiseau biydayïk, mais nous attirons l‟attention sur le fait qu‟il est à nouveau décrit comme un démolisseur des oiseaux ce qui nous confirme dans l‟idée que dans la tradition kazak cet oiseau se rapproche davantage des faucons, et le plus vraisemblablement des gerfauts. Rappelons-nous que chez les Kïrgïz de tels exploits sont traditionnellement attribués au gerfaut. Cette dissonance entre les descriptions kïrgïz et kazak de l‟oiseau en question confirme que nous avons affaire à un oiseau imaginaire qui est décrit, au moins dans les traditions tardives, comme un excellent oiseau de chasse, comme un oiseau de chasse idéal. Ce qui mérite d‟être souligné est que chez les Kïrgïz cet oiseau de chasse idéal est pensé plutôt comme un aigle (aux yeux jaunes, qui s‟attaque à de gros gibiers) tandis que chez les Kazak il sera plutôt un faucon (aux yeux noirs et un fabuleux chasseur d‟oiseaux).

II.5.12. Conclusions
Des noms connus des aigles (kara kuš, kuš, bürküt, kartal, küčügön) les aigliers ne retiennent que kus//kuš, kara kus//kara kuš et bürkit//bürküt. L‟emploi que les aigliers kazak font des noms kara kus, dala bürkiti et akïyïk est différent de celui des nomenclatures ornithologiques. Des noms des oiseaux de proie mythiques (si-murg, humâ etc.), ils ne se servent que du nom bïydayïk/buudayïk qui est le plus souvent le nom du maître des oiseaux de chasse. Le nom kus «oiseau» n‟est utilisé que par les aigliers kazak; chez leurs confrères kïrgïz le même mot – kuš - désigne la forme de l‟autour et non pas l‟aigle. Pour désigner l‟aigle de chasse les aigliers kïrgïz se servent couramment du mot bürküt. La catégorie «aigle» est désignée le plus souvent par le nom de son spécifique le plus typique : l‟aigle royal. C‟est l‟une des raisons pour laquelle on a cru longtemps que les aigles de chasse n‟étaient choisis que parmi cette dernière espèce. Mais les noms multiples que les

787Divaev

1905 : 25 - 27.

183 aigliers donnent aux aigles de chasse prouvent que leur choix ne saurait être réduit au seul aigle royal même si ce dernier reste le plus apprécié. Le vocabulaire qui décrit les oiseaux de chasse (par sexe, par âge, par races etc.) porte tous les traits caractéristiques d‟un vocabulaire façonné par la domestication. C‟est un vocabulaire qui est bâti essentiellement sur des distinctions intra-spécifiques et qui répond le plus souvent à des besoins fonctionnels : choisir les aigles sujets à l‟apprivoisement et si possible les meilleurs entre eux. Le vocabulaire décrivant les aigles se distingue donc des vocabulaires décrivant les autres oiseaux de chasse : chez les falconidés et les accipitridés presque toutes les espèces rencontrées dans nos régions sont sujets à l‟apprivoisement. Les distinctions intra-spécifiques pour ces groupes d‟oiseaux sont plus succinctes et elles correspondent assez souvent aux races géographiques des ornithologues. La taille du vocabulaire des aigles est sans commune mesure avec les vocabulaires des falconidés et des accipitridés. Mais l‟analyse des mots relatifs aux aigles surprend par l‟insuffisance des termes spéciaux, et même spécialisés. Les mots dont les aigliers se servent pour décrire la physiologie de l‟aigle sont aussi utilisés pour décrire la physiologie d‟autres animaux, sauvages ou domestiques, et même la physiologie de l‟homme. Une grande partie des noms d‟aigles qui expriment un trait morphologique ne renvoient pas immédiatement aux oiseaux et encore moins aux aigles. La même remarque s‟applique aux noms bâtis sur des noms de couleur : soit les noms de couleur sont «neutres», c‟est-à-dire qu‟ils n‟ont pas de référents spécifiés, soit ce sont à proprement parler des noms de robe et comme tels nous les retrouvons tous dans le vocabulaire décrivant le cheval par exemple. Or, le recours aux couleurs est omniprésent : c‟est à partir de la couleur qu‟on spécifie le plus souvent les yeux, le plumage, mais aussi le bec, les pattes ou bien les croches. C‟est par le moyen de différents procédés morphosyntaxiques qu‟à partir d‟un fonds lexique commun les aigliers forgent une nomenclature volumineuse. Résumons les types de structures morphosyntaxiques les plus récurrentes :
I. Structures élémentaires qui reposent sur une simple dérivation ou sur une simple détermination I.1. Dérivation I.1.1. Noms créés à partir des traits morphologiques (dérivation nominale N -> N) I.1.1.1. couleur du plumage : karačïk «noiraud» < kara «noir» + čIk morphème à valeur atténuante. karaša «noirâtre» < kara «noir» + ša/še morphème à valeur hypocoristique et approximative : ««noirâtre, assez noir, plutôt noir». sarïnjï «fauvet» < sarï «fauve, jaune» + njI morphème à valeur atténuante. I.1.2. à partir des traits comportementaux I.1.2.1. à partir des proies habituelles (dérivation N -> N) : börülük «[aigle] à loups» < börü «loup» + LIk morphème qui forme des noms abstraits tülkülük «[aigle] à renards» < tülkü «renard» + LIk tavšančïl «[aigle] à lièvres» < tavšan «lièvre» + čIl morphème «d‟inclination» qui correspond au français «-phile» I.1.2.2. à partir des manières de tuer la proie (dérivation V -> N) : ormo «[aigles] qui fauchent» < or «faucher» + mA morphème de nominalisation qui forme des noms d‟action à partir de verbes jarma «[aigles] qui écorchent» < jar «déchirer, égorger, écorcher» + mA (id.) I.1.3. pour préciser le sexe (dérivation N -> N šäwli «pourvu du phallus» < šap «aine, phallus» + LUU morphème attributif

184
I.1.4. pour préciser l‟emploi (dérivation V -> N) baylooč «aigle-leurre» < bayla lier, attacher» + -ooč/-ööč morphème de nominalisation qui indique soit un outil soit la destination d‟un objet I.1.5. pour préciser l‟âge (dérivation N -> N) balapan «poussin» < bala «enfant, fils» + pan morphème improductif à valeur hypocoristique I.2. Détermination I.2.1. noms créés à partir des traits morphologiques I.2.1.1. couleur du plumage jiyren kus «oiseau roux» sarï bürküt «aigle fauve» kara bürküt «aigle noir» jawdïr kara «noir pur» : deux noms de couleur dont le premier jawdïr «pur, uni» précise le deuxième kara «noir» iriŋ sarï «fauve [couleur du] pus» < iriŋ «pus» + sarï «jaune, fauve» altïn sarï «fauves d‟or» < altïn «or» + sarï «jaune, fauve» janboz «[aigles] aux flancs gris» < jan «côté, flanc» + boz «gris, de couleur indéfinie» kandï bawïr kara «noirs [au] brayer [tacheté de] roux» < kan «sang» + LUU morphème attributif + bawïr «brayer» + kara «noir» ak dambal koŋïr ala «bruns tachetés aux culottes blanches» < ak «blanc» dambal «culotte» koŋïr «brun» ala «tacheté» I.2.1.2. effets du plumage jelbegey sïrgak «sïrgak aux ailes pendues» < gérondif jelbegey «portant le manteau sans enfiler les manches» + sïrgak jeldüü sïrgak «sïrgak hérissé» < jel «vent» + LUU morphème attributif + sïrgak kara jündü kabïrïk «[aigle] froissé au plumage noir» < kara «noir» + jün «poil, plume» + LUU morphème attributif + kabïr «froisser, fouler» + Ak/Ïk morphème de nominalisation karka jündüü kabïrïk «{aigle] froissé au plumage de corneille» < karga «corneille»+ jün «poil, plume» + LUU morphème attributif + kabïr «froisser, fouler» + Ak/Ïk morphème de nominalisation I.2.1.3. autres traits physiologiques - moustache muzmurut «[aigle aux] moustaches [couvertes de] glace» < muz «glace» + murut «moustaches» - épaules akiyin «[aigle aux]épaules blanches» < ak «blanc» + iyin «épaule» - crin kïl sïrgak «sïrgak [au] crin» < kïl «crin» + sïrgak - luette kara kömököy karačïk «noiraud [à la] luette noire» < kara «noir» + kömököy «luette» + kara «noir» + čIk morphème à valeur atténuante - charpente kelteboz «gris courtauds» < kelte «court + boz «gris, de couleur indéfinie» iyri kara «[aigle] noir tordu» < iyri «tordu» + kara «noir» šölböö kara «[aigles] noirs [dont les ailes] pendouillent» < šölbürö «pendre, pendouiller» + UU/OO morphème de sens abstrait expriment la notion sémantique du verbe et utilisé actuellement pour former les infinitifs + kara «noir» baluwan šolak «[aigle] à queue courte de grande taille» < baluwan «grand, fort» + šolak «à la queue courte» I.2.2. noms créés à partir des traits comportementaux I.2.2.1. habitat čöl bürkütü «aigle des étendues arides» < čöl «étendue aride» + bürküt «aigle» + (s)I indice anaphorique de 3ème personne qui marque le déterminé. too bürkütü «aigle des montagnes» < too «montagne» + bürküt «aigle» + (s)I indice anaphorique.

185
too karasï «noir des montagnes» < too «montagne» + kara «noir» + (s)I indice anaphorique de 3ème personne. čöl sarï «fauve d‟étendues arides» < čöl «étendue aride» + sarï «fauve» ou un syntagme nominal où la détermination est marquée seulement par l‟ordre. čöl sarïsï «fauve des étendues arides» < čöl «étendue arides» + sarï «fauve» + (s)I indice anaphorique čöldün sarïsï «le fauve des étendues arides» < čöl «étendue arides» + NIn génitif + sarï «fauve» + (s)I indice anaphorique čoqunun karasï «le noir des cimes» < čoqu «cime» + NIn génitif + kara «noir» + (s)I indice anaphorique böksönün alasï «le tacheté des piémonts» < böksö «piémont» + NIn génitif + ala «tacheté» + (s)I indice anaphorique šöl dala bürkitteri « aigles des steppes arides» < šöl «aride» + dala «steppe» bürkit «aigle» + LAr pluriel + (s)I indice anaphorique orta taw qusï «oiseaux des montagnes moyennes» < orta «moyen» + taw «montagne» + qus «oiseau» + (s)I indice anaphorique I.2.2.2. lieu d‟origine alataw bürkiti «aigle d‟Alataw» kïzïlkum bürkiti «aigle de Kïzïlkum» karakum bürkiti «aigle de Karakum» teskey bürkütü «aigle de Teskey [Alatoo]» küngöy bürkütü «aigle de Küngöy [Alatoo]» I.2.2.3. tempérament šal kara «[aigle] noir impotent» < šal «vieux, impotent» + kara «noir» sabalak sarï «fauve précipité» < sabala «foncer, s‟élancer, se ruer» + Ak/Ïk morphème de nominalisation + sarï «fauve» zorlukču kara «noir violent» < zor «force, violence» + LIk morphème de généralisation qui forme des noms abstraits + čI morphème d‟agent + kara «noir» kanga toybos kara til «langues noires inassouvies de sang» < kan «sang + GA directif + toy «s‟assouvir» + MAs morphème de négation verbale + kara «noir» + til «langue» I.2.3. Noms qui décrivent une fonction uyabasar «couvre-nid» pour la femelle < uya «nid» + bas «couvrir» + (A)r morphème de l‟aoriste I.2.4. Autres töö komdot «[aigle dont les prises] chargent un chameau» < töö «chameau» + komdo «charger» + (A/y)t morphème du présent futur objectif, 3e personne singulier. košu oobas molor «[aigles dont] la charge ne penche pas» < koš «charge» + I indice anaphorique de 3e personne singulier + oo «pencher» + MAs morphème de négation verbale + molor I.3. Comparaisons I.3.1. à un animal sarï saygak «oestre jaune» karkïra joġdor kara baš «tête noire [à la] crinière [de la] grue [de Numidie] < karkïra «grue [de Numidie] + jogdor «crinière» kara «noir» + baš «tête» I.3.2. à une plante sarï uyġak «fauve [comme la ] bardane» < sarï «fauve, jaune» + uyġak «bardane» I.3.3. à un objet sawïttï peren «peren cuirassé» < sawït «cuirasse» + LUU morphème attributif + peren baypaktï peren «peren aux chaussettes»< baypak «chaussettes» + LUU morphème attributif + peren

186
bermettüü beren «beren [au plumage] perlé» < bermet «perle» + LUU morphème attributif + beren kök kamčï beren < kök «bleu, gris» + kamčï «cravache» + beren ak kïrčoonun bürkütü «aigle strié / bandé de blanc» < ak «blanc» + kïrčoo «bande» + NIn génitif + bürküt + (s)I indice anaphorique de 3e personne singulier. II. Structures complexes qui relient au moins deux structures élémentaires II. 1. Détermination II.1.1. Conjuguant l‟habitat et un trait morphologique orolmo toonun akiyini «[les aigles] aux épaules blanches des montagnes [aux chemins qui montent] en hélice» < orolmo «en hélice» + too «montagne + NIn génétif + ak «blanc» + iyin «épaule» + (s)I indice anaphorique du 3è personne singulier. II.1.2. Conjuguant le lieu d‟origine et un trait morphologique alaydïn akiyini «[l‟aigle] aux épaules blanches de l‟Alay» < alay «nom du massif montagneux» + NIn génitif + ak «blanc» + iyin «épaule» + (s)I indice anaphorique alaydïn akközü «[l‟aigle] aux yeux blancs de l‟Alay» < alay «nom du massif montagneux» + NIn génitif + ak «blanc» + köz «yeux» + (s)I indice anaphorique alaydïn muzburutu «[l‟aigle aux] moustaches [couvertes de] glace de l‟Alay» < alay «nom du massif montagneux» + NIn génitif + muz «glace» + burut «moustaches» + (s)I indice anaphorique II.1.3. Conjuguant le lieu d‟origine et un trait autre que morphologique kurt čïčaar jumgal bürkütü «aigle de [la vallée du] Jumghal qui extermine les loups» < kurt «loup» + čïč «exterminer, disperser» + (A)r morphème de l‟aoriste + jumgal «nom de vallée» + bürküt «aigle» + (s)I indice anaphorique II.1.4. Conjuguant deux traits morphologiques akköz koŋïr ala «bruns tachetés aux yeux blancs» suwköz koŋïr ala «brun stachetés aux yeux couleur d‟eau» kösöö kuyruk kök jal «[aigle à la] crinière grise [et à la] queue dégarnie» > kösöö «imberbe, dégarni» + kuyruk «queue» + kök «gris» + jal «crinière» II.1.5. Conjuguant l‟habitat et deux traits morphologiques karagaydïn kïzïl balak sarïsï «[aigles] fauves aux culottes rouges des forêts de sapins»

II.2. Noms métaphoriques à plusieurs interprétations
(a) • kanjïgaluu kara seŋsel «[aigle] chanceux veinard» < kanjïgaluu «veinard» + kara seŋsel «chanceux» • kanjïgaluu kara seŋsel «[aigle] chanceux aux lanières» < kanjïgaluu «lanière» + LUU morphème attributif + kara seŋsel «chanceux» (b) • kanjïgaluu kara seŋsel «[aigle] plumeux noir aux lanières» < kanjïga«lanière» + LUU morphème attributif + kara «noir» + seŋsel «toison d‟agneau» • kanjïgaluu kara seŋsel «[aigle] plumeux noir veinard» < kanjïgaluu «veinard» + kara «noir» + seŋsel «toison d‟agneau»

Les deux procédés morphosyntaxiques qui sous-tendent la nomenclature sont la dérivation lexicale et la détermination. Au niveau de la dérivation des noms sont obtenus aussi bien à partir de radicaux nominaux qu‟à partir de radicaux verbaux. Au niveau de la détermination tous les choix offerts par la langue sont exploités : nous avons aussi bien des syntagmes nominaux où la détermination s‟opère seulement par l‟ordre des mots, des syntagmes nominaux où le déterminé est marqué par l‟indice anaphorique de 3e personne, et enfin des syntagmes nominaux où le déterminant est marque par le génitif et le déterminé par l‟indice anaphorique de troisième personne. Aucun des procédés morphosyntaxiques n‟est

187 inféodé à une catégorie classificatoire : des noms des races ou des variétés sont obtenu aussi bien par une dérivation que par l‟une des déterminations possibles. Le déterminé bürküt//bürkit «aigle [royal] ou kus «oiseau» est le plus souvent omis. D‟où un grand nombre d‟adjectifs, ou de noms de couleur, qui sont substantivés. Mais le plus souvent il ne suffit pas de nommer, il convient de décrire et d‟apprécier. Nous avons déjà attiré l‟attention sur les comparaisons expressives et sur les noms métaphoriques qui fonctionnent à deux niveaux : un niveau concret qui nous renvoie le plus souvent à un trait morphologique et un niveau abstrait qui nous renvoie à une appréciation (de bon augure, de mauvais augure). Ajoutons à ceci que pour une grande partie des noms de race ou de variétés leur trait le plus caractéristique est exprimé par le nom, ce qui doit faciliter l‟apprentissage et assurer la transmission du savoir. Mais un même trait définitoire peut être décrit de façons différentes : ainsi les plumes longues et pendantes des ailes sont comparées soit à une lanière, kanjïga, soit à une cravache, kamčï; les culottes longues et fournies sont rendues soit par baypaktuu «aux chaussettes» soit par kišendüü «aux entraves». Beaucoup de noms sont opaques c‟est-à-dire qu‟ils ne sont pas analysés par les locuteurs. Ce sont par ailleurs ces «noms opaques» qui sont les plus stables : tant qu‟on parvient à analyser une appellation on peut modifier certains de ces éléments en les remplaçant par des synonymes, soit pour la rendre plus expressive, soit parce qu‟on ne se la rappelle pas exactement au moment où il en question. Par contre, les «noms opaques» sont des structures figées qu‟on apprend par coeur et qu‟on reproduit fidèlement même si on ne les comprend pas. Les noms «opaques» sont durables parce qu‟on les tient des maîtres de la chasse reconnus dont on chérit la mémoire. La nomenclature des aigles ne comporte qu‟un nombre limité de synonymes et d‟homonymes. Les synonymes sont présents parmi les noms de couleur quoique des différences minimes de nuance ne soient pas à négliger dans ce cas. Ils sont rares parmi les noms des variétés (zorlukču/ačuuluu). Comme exemple d‟homonymes rappelons celui du mot kïrgïz qašqa «tache blanche au front» mais aussi «couvertes de la queue». Il existe, à tous les niveaux, des différences importantes entre les nomenclatures kïrgïz et kazak. La plus importante est que l‟aigle de chasse est le plus souvent appelé bürküt «aigle [royal]» par les aigliers kïrgïz et kus «oiseau» par les aigliers kazak. Ensuite les différences sont soit de contenu, soit de forme. Parmi les différences de contenu, si nous acceptons que les noms transcrivent des observations et des expériences, ces dernières ne sont pas toujours partagées par les aigliers kïrgïz et kazak. Ceci est particulièrement vrai pour les noms des mues. Outre le fait que les aigliers kïrgïz ne nomment que les plumages juvéniles, même parmi ces plumages juvéniles les opinions ne concordent pas : le second duvet est appelé temir kanat «plumes de fer» en kïrgïz et kan tübit «duvet de sang» en kazak, l‟aigle pendant sa deuxième année est appelé bozum «gris» en kïrgïz et tirnek «croches» en kazak. Ce qui nous paraît encore plus important, est que des races qui portent le même nom en kïrgïz et en kazak, comme c‟est les cas des aigles dits beren//peren, sont décrites différemment. Qui plus est, des noms qui sont presque des synonymes sont expliqués de façons différentes : sawïttï peren «peren cuirassés» sont des aigles qui ont un plumage raide et bruissant en kazak tandis que les aigles dits beldemčelüü beren «beren cuirassés» en kïrgïz sont des oiseaux qui portent une bande blanche sur le bas de la poitrine. Nous appelons différences de forme les différences pour lesquelles il existe un accord sur les faits observés mais pas sur les noms qu‟on leur donne : si les aigliers kïrgïz et kazak sont d‟accord sur les façons de définir le sexe des aigles, ils donnent des noms différents aux oiseaux mâles : šäwli «celui qui est pourvu du phallus» pour le mâle en kazak et baylooč «leurre» en kïrgïz; les rectrices longues et pendantes des aigles dits beren//peren sont comparées à la langue d‟une craveche en kïrgïz et aux empennages des flèches en kazak : pour les oisillons uniques on dit jalkï «unique» en kazak et jalgïztuuma «seul-né» en kïrgïz;

188 une couvée de deux oisillons est appelée egiz «jumeaux» en kazak et eki tuuma «deux-nés»en kïrgïz, etc. Les emprunts au mongol, qui sont d‟ailleurs les seuls emprunts que nous avons relevés, s‟introduisent à tous les niveaux de la nomenclature des aigles : dans la description physiologique de l‟aigle un tiers des mots sont d‟origine mongole. Les emprunts au mongol sont présents dans les noms des mues (kumtülök, baršïn) aussi bien que dans les noms de races (molor). Ces emprunts sont un indice précieux sur l‟origine et l‟étendue de cette pratique cynégétique et sur les échanges entre Türk et Mongols. Le corpus qui a étudié dans les chapitres précédents est géographiquement et chronologiquement hétérogène. Si pour certaines appellations nous avons des indications sur les régions où elles sont utilisées, beaucoup ont une provenance mal définie. Or, nous avons vu, quand nous avons étudié les noms des mues, que les variations régionales sont importantes : elles se manifestent d‟une part par l‟emploi d‟appellations différentes et d‟autre part par les emplois différents qu‟on fait des mêmes appellations. Il en va de même avec les noms des races et des variétés. Certains de ces noms sont d‟usage purement régional : c‟est le cas par exemple des noms des races et des variétés concernant les aigles de la région de Jetisuw. Au Kïrgïzstan, nous avons remarqué que les races connues et décrites par les aigliers de la région du lac Ïssïk-köl ne le sont pas toujours par les aigliers de la région du Tien Shan et vice versa. Nombreux sont les exemples qui montrent que c‟est un corpus fragile : beaucoup d‟appellations qui étaient encore utilisées dans les années 1960 ne le sont guère de nos jours. L‟hétérogénéité géographique et chronologique du corpus explique aussi son volume : en fait, nous n‟avons aucun indice qui prouve que ces noms ont été tous utilisés à un endroit donné et à un moment donné.

III. Les faucons
Si l‟on trouve de bons fauconniers türk depuis l‟Oural jusqu‟à la Chine, il n‟y en a guère qui puissent rivaliser avec leurs confrères kïrgïz. Ces derniers sont à juste titre renommés non seulement comme d‟excellents praticiens de la chasse au faucon mais aussi comme de fins interprètes des qualités et des défauts de ces oiseaux. Même les fauconniers kazak leur reconnaissent la suprématie en matière de fauconnerie. Et la fauconnerie türk doit aux fauconniers kïrgïz la mise en valeur des oiseaux qui la marquent le plus : le gerfaut et le faucon sacre.

III.1. Le gerfaut
Les populations de gerfauts qui se reproduisent dans la zone arctique, au nord du Canada, au Groenland, en Islande et au nord de la Sibérie, et qui descendent en hiver jusqu‟aux régions sub-arctiques comme la péninsule scandinave et les hauteurs de la Russie centrale en Europe, les monts Altay et Sayan et la plaine de Mandchourie en Asie, furent utilisées très tôt dans des échanges diplomatiques et, plus rarement, commerciaux. Si les gerfauts du Groenland restèrent à l‟abri de la convoitise humaine, la distance étant un obstacle difficile à franchir, il en va différemment avec ceux d‟Islande et du nord de la Scandinavie qui furent les plus connus et les plus appréciés en Europe. Les gerfauts apparaissent dans les chroniques nordiques à partir du VIème siècle et, quatre siècles plus tard, on les sollicite en tribut dans le pays de Drenthe en Hollande788. Avant le rattachement de l‟Islande au royaume de Norvège (1262) puis de Danemark (1380), les gerfauts de cette île étaient recherchés par des marchands entreprenants qui les revendaient ensuite aux cours aristocratiques d‟Europe.
788

Fuks 1994 : 109.

189 Très tôt on voit les gerfauts islandais tout d‟abord au poing des aristocrates européens, puis plus loin, puisqu‟on s‟en servit aussitôt de cadeaux diplomatiques. C‟est ainsi que Phillipe II le Hardi (1342-1404) racheta son fils, le comte de Nevers, au sultan Bayazet I (1347-1403) moyennant douze gerfauts 789 . Au XVIème siècle, à l‟époque où la fauconnerie prospérait encore en Occident, le roi de Danemark instaura un monopole sur les gerfauts d‟Islande et la circulation de ces faucons fut très limitée790. En Europe le faucon blanc d‟Islande est désigné par un mot composé, gerfaut. Le premier élément vient du vieil haut allemand gîri, qui signifie «vorace»; le second élément est falco, le nom latin du faucon. C‟est l‟étymologie du nom dans la plupart des langues européennes, qui ont emprunté un composé fait en pays germanique. Ce serait une entreprise fascinante que d‟écrire l‟histoire diplomatique, tant de l‟Occident que de l‟Orient, en suivant les échanges de gerfauts blancs. Ce n‟est pas notre propos ici. A travers l‟esquisse de l‟histoire du gerfaut en Orient nous cherchons à découvrir les premiers foyers où la capture des gerfauts est attestée, à suivre les voies qu‟empruntaient les gerfauts du nord asiatique, à faire ressortir le rôle des Türk et des Mongols dans la circulation de ces oiseaux et de là l‟emploi d‟un nom türko-mongol pour désigner ce faucon dans une grande partie du continent asiatique.

III.1.1. Le gerfaut en Orient
Le gerfaut a une longue histoire en Orient. A la différence de l‟Europe, la zone de distribution du gerfaut en Asie est beaucoup plus étendue et en étudiant son histoire nous allons parler tout d‟abord des Chinois, des Toungouses et des Coréens, puis des Mongols et des Türk et enfin des Russes. Les documents historiques sont cependant très inégaux. Les sources chinoises sont les plus anciennes et les plus complètes. C‟est à partir de ces sources aussi que nous tirons l‟essentiel de nos renseignements sur les Toungouses et les Coréens. Les témoignages proprement türk et mongols ne commencent qu‟à partir du XIIème siècle et tant pour les époques précédentes que pour celles qui suivent nous sommes souvent obligée d‟avoir recours à des textes d‟origine étrangère, le plus souvent chinoise ou persane. Quant aux Russes, ils sont évoqués à titre comparatif quand leur histoire, médiévale ou moderne, se mêle à l‟histoire des peuples des steppes. III.1.1.1. Témoignages chinois La fauconnerie chinoise tient la palme de l‟ancienneté avec des témoignages qui remontent à la dynastie des Han (206 av. J.-C. - 220) 791 . Certains auteurs voient dans l‟épanouissement de cette tradition cynégétique sous les Han l‟influence directe de l‟ouverture de la Route de la Soie et l‟intensification des contacts de l‟Empire du Milieu avec l‟Asie Centrale792. Mais ce n‟est qu‟à partir du IIème siècle qu‟on reconstitue une histoire cohérente de la fauconnerie en Chine et il semble qu‟à cette époque, comme pour les siècles suivants, il est question autant des populations de l‟Asie Centrale que de celles de la Mandchourie et de la Corée. Pendant les quatre siècles qui séparent la dynastie des Han de celle des Tang (618 907) la Chine du nord est divisée en petits royaumes éphémères dont les potentats sont soit
789 790

Fuks 1994 : 110. Fuks 1994 : 111. 791 Il s‟agit notamment d‟une scène de chasse sur tuile de terre cuite provenant d‟une tombe du Henan, cf. W. C. WHITE, Tombs Tile Pictures of Ancient China, Toronto : University of Toronto Press, 1939, pl. XXVIII. Quelques témoignages littéraires qui attesteraient la pratique de la chasse au vol en Chine au VII ème siècle av. J.C. sont commentés par Schafer 1958 : 294 - 296. 792 Cf. Bugniot 1994 : 187.

190 d‟origine toungouse soit d‟origine türko-mongole. Les pratiques cynégétiques d‟alors nous sont peu connues 793 . Nous disposons par contre d‟amples données sur la pratique de la fauconnerie sous les Tang. C‟est à partir de cette époque que les renseignements sur les oiseaux utilisés comme auxiliaires se précisent et nous voyons le gerfaut apparaître. La Chine du nord se procurait alors les gerfauts soit par l‟intermédiaire des marchands, connus en chinois sous le nom ko (Karlgren n°411, pinyin kè) «étrangers, visiteurs», soit sous forme de tributs ou de cadeaux diplomatiques794. Dans les deux cas les gerfauts étaient importés et leur provenance peut être établie grâce à l‟attention que leur portait la dynastie régnante et donc ses chroniqueurs. Les gerfauts venaient tout d‟abord du nord-est, où la Chine des Tang avait pour voisins les royautés Po-hai 795 et Silla 796 , puis des populations toungouses de la Mandchourie, exemplairement les Mo-ho797, les Kitan et les Djourtchen, et enfin du nordouest, qui était alors le domaine des khanats türk798. Dès cette époque le gerfaut est un faucon
793

Schafer cite cependant une tradition chinoise selon lakuelle le dernier souverain des Chi du nord (550 -577), dynastie établie au nord-est de la Chine, accorda à son autour favori un fief, geste peu connu de l‟historiographie chinoise, cf. Schafer 1958 : 297. 794 Les marchés qui assuraient les échanges entre la steppe et la Chine furent ouverts, sous les menaces des Hsiung-nu [Xiongnu], dès le début du IIème siècle av. J.-C. Si la convoitise des chefs Hsiung-nu, pour certains produits chinois, exemplairement la soie et le vin, était assouvie grâce aux paiements annuels envoyés par la cour royale de l‟Empire du milieu, les marchés cherchaient à satisfaire les besoins des nomades soit en céréales soit en produits manufacturés. Ce système d‟échanges fut interrompu sous Wu -ti à la fin du IIème siècle av. J.-C. Ce dernier obligea les Hsiung-nu, à reconnaître la primauté de l‟empereur chinois et à lui témoigner leur respect par des tributs annuels. Les tributs n‟eurent pour autant qu‟une valeur symbolique. Pendant plusieurs siècles, y compris sous les Tang, les relations entre la Chine et ses voisins des steppes suivirent ce schéma d‟échanges inégaux qui enrichissaient l‟aristocratie nomade mais pesaient lourd sur le budget de l‟empire chinois, cf. Barfield 1994 : 45 -67. 795 Le royaume dit Po-hai, fondé en 712, comprenait le sud de la Mandchourie, y compris la région de l‟Oussouri, et le nord de la péninsule coréenne. Les sources chinoises disent des moeurs des sujets po -hai qu‟ils tiennent à la fois des Coréens (exemple des étrangers sédentaires) et des Kitan (exemple des étrangers nomades). En effet, c‟était un royaume qui possédait cinq villes murées, se servait de l‟écriture chinoise et abritait bouddhistes et confucéens à la fois. Ses habitants pratiquaient la métallurgie, qu‟ils avaient le plus vraisemblablement apprise des Türk, et l‟agriculture; ils élevaient le porc mais aussi le cheval, et le renne faisait partie des animaux domestiqués. La chasse restait l‟une des occupations principales, la pêche livrait entre autres des perles et la cueillette assurait un produit d‟échange fort demandé - le ginseng. Tout au long de son existence le royaume a dû se protéger de ses voisins toungouses et à l‟occasion il n‟hésita pas à chercher le soutien des Türk orientaux. Des relations entre la Chine et les Po-hai sont établies dès 712. A partir de cette date les sources chinoises notent de multiples ambassades Po-hai qui apportèrent des tributs. Le royaume des Po-hai est conquis par les Kitan, originaires de Mandchourie, en 926. Sa population fut alors dispersée et des groupes isolés de Pohai se retrouvèrent dans la région du Kirin, à l‟ouest du fleuve Yalu ou bien au Heilongjiang, cf. d‟Hervey de Saint-Denys 1876 : I, 347 - 371, Wittfogel 1949 : 96, Crossley 1997 : 18 - 19. 796 Le royaume dit Silla, fondée en 37 av. J.-C., n‟occupe au départ que le sud-est de la péninsule coréenne. A partir du VIIème siècle il élargit son contrôle à toute la péninsule. En 936 il est conquis par le royaume coréen dit Koguryo, cf. Wittfogel 1949 : 105. 797 Les Mo-ho, de même que les Kitan et les Djourtchen dont nous allons parler plus loin, sont des ancêtres des Toungouses. Ils étaient connus tout d‟abord sous le nom Wo -chü dérivé du mandchou wedji «forêt». Les Mo-ho formaient une confédération de tribus éparses située entre les fleuves Amour, au nord, et Soungari, au sud. Ils avaient comme voisins immédiats, à l‟est les Djourtchen et au sud les Kitan. Les Mo -ho connaissaient l‟agriculture et élevaient le porc et le cheval. Ils étaient d‟excellents archers et la chasse était l‟une de leurs occupations préférées. A l‟occasion ils pouvaient réunir sept mille guerriers. Les Mo -ho établissent des relations avec la Chine sous la dynastie des Wei (386 - 556) quand ils offrirent en tribut cinq cents chevaux. Les sources chinoises notent à peu près vingt quatre ambassades des Mo-ho à la Cour des Tang, cf. d‟Hervey de Saint -Denys 1876 : I, 333 - 344, Wittfogel 1949 : 106, Crossley 1997 : 18. 798 Les Türk apparaissent dans les chroniques chinoises au milieu du VI ème siècle sous le nom T‟u-chüeh [Tujue]. Ils habitaient alors les monts Altay et étaient connus comme des forgerons habiles. Au cours du VI ème siècle les T‟u-chüeh fondèrent un empire à l‟image de celui des Hsiung -nu. Sous les premiers chefs türk, Mu-kan (mort en 572) et son oncle Istämi (mort en 576), l‟empire türk s‟étendit entre la Mandchourie à l‟est et la mer Caspienne à l‟ouest. A cause des règles de succession qui ouvraient la voie aux lignées latérales, l‟empire türk se

191 très apprécié, mais aussi très rare. On l‟appelait alors hai tung ch’ing «[faucon] bleu des mers de l‟est» ou hai ch’ing «[faucon] bleu de mer». Ces deux appellations décrivent les gerfauts qui se reproduisaient au bord de l‟Océan Arctique, mais qui migraient en hiver vers la Mandchourie, le nord de la Chine et de la Corée et qui étaient pris sur la côte pacifique, au bord de la Mer Jaune. Les populations autochtones de ces contrées fournissaient régulièrement des gerfauts à la Chine dès le VIIème siècle et vraisemblablement dès une date encore plus ancienne qu‟il est difficile d‟établir. Les Kitan étaient originaires du nord de la province du Jehol799. Au début du Xème siècle ils profitèrent de l‟affaiblissement des Türk à l‟ouest et des Tang au sud, conquirent la Chine du Nord et y établirent une dynastie sous le nom de Liao (907 - 1125). Si l‟on juge par la passion des faucons qui marque leur histoire, les Kitan devaient être de fins connaisseurs de la chasse au vol et ceci depuis longtemps. L‟une des images les plus anciennes du gerfaut est due à la brosse, en poils de loup dit-on, du peintre Hu-Huai qui vécut à la fin du IXème siècle, à l‟époque des Cinq Dynasties (907 - 960). Hu-Huai était originaire de Fanyang (aujourd‟hui Xian) dans le Hebei et c‟était un peintre kitan. L‟une de ses peintures les plus connues, qui se trouve aujourd‟hui dans les collections du Musée National de Taipei, s‟appelle «Départ pour la chasse». Nous y voyons quatre cavaliers kitan, facilement reconnaissables par leurs coiffes, leurs vêtements et les selles de leurs chevaux, dont chacun porte au poing droit un oiseau de chasse. Celui du milieu tient sans aucun doute l‟oiseau appelé «bleu des mers de l‟est»800. A l‟époque royale, les chroniques Liao décrivent les randonnées cynégétiques qui avaient lieu sur le camp du printemps et pendant lesquelles l‟empereur chassait les cygnes et les oies à l‟aide des faucons. C‟étaient des gerfauts dits «bleus des mers de l‟est» et connus depuis les sources Tang801. Comme celle des Tang, la fauconnerie royale des Kitan dépendit entièrement des territoires du nord-est pour se procurer ces oiseaux. Les chroniques Liao mentionnent des gerfauts qui arrivent à la cour royale tout d‟abord du pays des Djourtchen
divisa sous peu en deux khanats, oriental en Mongolie et occidental au Turkestan chinois. Comme les Hsiung-nu, pendant les périodes de cohabitation pacifique les Türk maintint le système de tributs et échangèrent leurs chevaux contre la soie des Chou [Zhou] du nord (557 - 581), puis des Sui (581 - 618). Sitôt la balance fragile perturbée, leurs razzias dévastaient les régions frontalières de la Chine. Les Türk mirent leur force militaire au service des Tang et les aidèrent à saisir le pouvoir. Mais les relations se détériorèrent peu après. Au début du VIIème siècle, profitant du désordre à l‟intérieur du khanat türk oriental, les Tang capturèrent leur chef et réussirent à incorporer dans leur empire la presque totalité des tribus türk. Un quart du siècle plus tard, en 659, le même sort fut réservé au khanat türk occidental. Mais la gestion des sujets türk s‟avéra difficile. Dès 679 les Türk se révoltèrent et sous l‟égide de Elteriš (682 -692) réinstallèrent un khanat, dit le deuxième khanat türk. A partir de 692 les Türk reprirent leurs razzias au nord de la Chine et trente ans plus tard la Chine fut obligée de remettre en place un système de tributs fort lucratif pour les Türk. Ceci ne dura que peu de temps. Sujets à nouveau à des disputes de succession, les Türk furent battus en 744 par une confédération de tribus dirigée par les Ouïghours qui remplacèrent le khanat türk par une empire uygur. Cf. Barfield 1994 : 131 150, Sinor 1989 : 285-314. Les échanges entre les Türk et les Tang suivirent le même schéma que les échanges entre les Hsiung-nu et les Han: les Türk offraient à la Chine le plus souvent des chevaux et demandaient tout d‟abord de la soie puis d‟autres produits manufacturés. La place des oiseaux de chasse dans ces échanges n‟est pas précisée. 799 Les sources chinoises voient dans les Kitan les descendants des Hsien-pei [Xianbei], à même titre que les Shih-wei [Shiwei] et les Hsi [Xi]. Les Hsien-pei formèrent une confédération qui au IIème siècle remplaça celle des Hsiung-nu. Entre le IVème et le VIème siècles plusieurs dynasties issues de cette confédération gouvernèrent le nord de la Chine et la Mandchourie. Les Shih-wei, les Hsi et les Kitan occupent, géographiquement et culturellement, une position intermédiaire entre les Toungouses, peuples des régions boisées qui pratiquaient la chasse, l‟agriculture et l‟élevage du porc et les nomades türko-mongols, peuples des steppes dont l‟agriculture était rudimentaire, qui ne connaissaient pas le porc mais possédaient de grands troupeaux de moutons, de chevaux et par endroits de chameaux. Les descendants des Hsien-pei pratiquaient une économie mixte où l‟élevage du mouton et du cheval avait lieu en même temps que l‟élevage du porc. Ils faisaient des déplacements saisonniers, cultivaient le terre à petite échelle et s‟adonnaient à la chasse et à la pêche, cf. Wittfogel 1949 : 22 23, 40 - 43, Franke 1990 : 407. 800 Cf. Trésors du palais national de Taipei. Paris: Union des Musée nationaux, 1998; p. 263. 801 Wittfogel 1949 : 132, 134.

192 puis des pays d‟autres peuplades septentrionales qui sont les ancêtres des Türk et des Mongols. Parmi ces dernières on remarque notamment les Tsu-pu qui à une occasion firent parvenir à la cour des Liao trente gerfauts 802 . L‟appellation Tsu-pu 803 était le plus vraisemblablement une appellation collective puisque les textes distinguent les Tsu-pu orientaux, dont faisaient partie les Tatar et les Jalayïr, les Tsu-pu occidentaux qu‟on identifie avec les Nayman et les Tsu-pu septentrionaux qui comprenaient les Kereyid804. La mention dans les chroniques Liao des «faucons bleus des mers de l‟est» provenant des Tsu-pu nous fournit un premier témoignage sur l‟existence, côte à côte avec les voies toungouse et coréenne, d‟une voie türko-mongole pour se procurer les gerfauts. Les chroniques Liao nous apprennent par ailleurs que la cour royale employait des oiseleurs chargés de l‟approvisionnement en gerfauts. Leurs missions les amenaient souvent dans les pays des Cinq Nations, des Wu-ku, des Ti-lieh et des Pi-ku-tê805 . Les Cinq Nations représentaient, comme l‟indique leur nom, un ensemble de cinq tribus de souche toungouse qui habitaient le territoire au nord des Djourtchen, entre le Soungari à l‟ouest et l‟Oussouri à l‟est 806. Il existait à cette époque ce que les chroniques Liao appellent les «voies des faucons». Ces voies reliaient le pays des Djourtchen au pays des Cinq nations. Chaque année les Djourtchen, qui étaient les intermédiaires entre les Cinq nations et la cour des Liao, envoyaient un millier de cavaliers armés qui s‟emparaient des gerfauts par la force. Maintenir ouvertes les voies des faucons était l‟une des plus grandes préoccupations de la dynastie des Liao 807. Les Wu-ku, renommés pour leurs qualités des guerriers, étaient originaire des régions au nord-ouest de l‟empire Liao. Certains savants identifient les Wu-ku avec les Oŋgirat mongols808. Les Ti-lieh habitaient au départ la région des fleuves Ursung et Khulun-nur au Heilongjiang et formaient une confédération de huit tribus dont certaines étaient apparentées aux Tatars 809. Une fois conquis par les Kitan une partie des Ti-lieh se retrouva au nord-ouest de la province du Jehol.
802 803

Wittfogel 1949 : 348. Le chinois «Tsu-pu» se rapproche de près au mot tibétain pour «mongol», sogpo. A l‟époque des Yuan (1206 - 1368), au moment où on fit rédiger les chroniques des dynasties précédentes, on remplaça l‟appellation «Tatar», qui ne désignait au départ qu‟une seule tribu mongole, par «Tsu -pu» à cause des nuances péjoratives dans l‟emploi du nom «Tatar» par les historiographes des Song (960 -1279), cf. Wittfogel 1949 : 101. 804 Wittfogel 1949 : 101 - 102, 348. Les Tatar habitaient alors le territoire entre le lac Kölün et les monts Khingan. Tout en étant tributaires des Liao, ils leur opposèrent souvent une résistance farouche. Les Tatar disparaissent de l‟histoire à la fin du XIIème siècle quand, après avoir empoisonné le père de Temüjin, Yesügey, et participé à côté des Djourtchen à la destruction du premier royaume mongol sous Ambagay, ils furent tout d‟abord attakués par une coalition des Mongols et des Kereyid puis presqu‟entièrement massacrés par le futur Genghis khan. Les Nayman dont le nom est mongol mais dont la plupart des chefs portaient des titres türk habitaient l‟ouest de la Mongolie actuelle, tandis que les Kereyid, de souche mongole mais fortement sinisés, occupaient le territoire entre les monts Khentey et les monts Khingan. Au milieu du XII ème siècle alors que le futur Genghis venait de naître, les Tatar, les Nayman et les Kereyid étaient les tribus les plus puissantes dans les steppes mongoles, cf. Barfield 1994 : 189 - 191. 805 Wittfogel 1949 : 360. 806 Wittfogel 1949 : 92. Depuis Wittfogel, l‟histoire des Cinq Nations, et d‟autres populations de l‟Extrême orient russe, a été étudiée avec succès par les savants russes. Nous trouvons une bonne synthèse des derniers résultats dans Nesterov 1998. C‟est ce même auteur, Nesterov 1998 : 99, qui partant de l‟importance des Cinq Nations pour l‟apprivoisement en gerfauts suggère que leur territoire s‟étendait beaucoup plus à l‟est et donnait sur les rives de l‟Océan. 807 Franke 1975 : 152; C‟est partiellement à partir de ces «voies des faucons» que Nesterov 1998 : 96 - 99 cherche à préciser la situation géographique du pays des Cinq Nations. On con naît même la tracée de l‟une des «voies des faucons» qui empruntaient la vallée du fleuve Ančukhu, un affluent droit du Sungari, cf. Nesterov 1998 : 96. 808 Wittfogel 1949 : 92. Les Oŋgirat sont au XII ème siècle l‟une des tribus importantes en Mongolie orien tale. Ils sont alliés par le mariage au clan de Genghis: la mère de Genghis, Hö‟elün, de même que son épouse, Börte, venaient des Oŋgirat. 809 Wittfogel 1949 : 90.

193 Quant aux Pi-ku-tê [Bigude], leur nom est la transcription chinoise du türk begüt «notables» et il semble que ce sont les premiers Türk qui interviennent dans l‟histoire du gerfaut. Sous les Liao les Pi-ku-tê étaient divisés en deux groupes territoriaux : Po-ssû Pi-ku-tê et Ta-ma Pi-kutê. Po-ssû Pi-ku-tê pourrait être la transcription chinoise du türk boz begüt tandis que Ta-ma Pi-ku-tê vient de tama begüt, tama étant un terme kitan désignant l‟escorte royale. Les Po-ssû Pi-ku-tê étaient chargés de la protection de la frontière occidentale, tandis que les Ta-ma Piku-tê rendaient le même service aux confins nord-est de l‟empire Liao810. C‟est vers leur pays que les oiseleurs de l‟empereur Liao se dirigeaient pour s‟approvisionner en gerfauts. Mais quelle que soit la manière de se les procurer, les gerfauts n‟étaient jamais en nombre suffisant et les Kitan prirent des mesures pour en assurer le contrôle. Ils établirent une sorte de monopole sur ces oiseaux et restreignirent leur possession aux membres de la famille royale811. Les Kitan continuèrent à exploiter surtout la voie toungouse et il semble que les voies türk et mongole n‟avaient alors qu‟une importance secondaire. Afin de pacifier les tribus toungouses qui les pourvoyaient en gerfauts, les Kitan soumirent une partie des Djourtchen, les déplacèrent au sud de la Mandchourie, près du golfe Liaotung, et les appelèrent «Djourtchen civilisés». Ceux des Djourtchen qui restèrent près du fleuve Sungari continuèrent à s‟occupaient de l‟élevage, de la chasse et de la pêche et on leur attribua l‟appellation «Djourtchen sauvages». Les trois activités principales des «Djourtchen sauvages» leur fournirent les trois articles les plus sollicités dans les échanges avec les Liao : les chevaux, les fourrures et les perles. D‟après la tradition, les Djourtchen qui trouvaient la pêche des huîtres à perles très difficile apprirent à se servir des gerfauts pour capturer les cygnes. Ces derniers se nourrissaient d‟huîtres et ils avalaient alors les perles qu‟on trouvait par la suite dans leur jabot. Les gerfauts dont se servaient les Djourtchen étaient les célèbres hai tung ch’ing «[faucons] bleus des mers de l‟est». On précise alors que ces faucons, de taille relativement faible mais très hardis, étaient pris dans le pays des Cinq Nations, tandis que les gerfauts aux serres blanches, encore plus estimés, provenaient du pays des Djourtchen 812. Les lourds tributs en perles et en gerfauts suscitèrent des soulèvements djourtchen contre les Liao, pour qui maintenir ouvertes «les voies des faucons» était l‟une des tâches les plus laborieuses à assurer. L‟un des premiers actes hostiles des Djourtchen fut de s‟emparer des oiseleurs envoyés par les Liao à la recherche des gerfauts813. Au moment où, devenus maîtres de la Mandchourie, les Djourtchen essayèrent d‟arracher la Chine du nord aux Liao, ils cherchèrent le soutien des Song du sud (960 - 1279) en leur envoyant de multiples ambassades. Parmi les tributs offerts à la cour chinoise il y avait à nouveau des gerfauts 814. Les empereurs Song partagèrent la passion de leurs voisins barbares pour les gerfauts. Huizong (1102 - 1125), l‟un des empereurs Song, est connu non seulement comme le fondateur de l‟Académie impériale de la Calligraphie et de la Peinture mais aussi comme un peintre exquis renommé pour ses dessins d‟oiseaux. Parmi les oiseaux, Huizong trouva souvent son inspiration dans le gerfaut815. Au début du XIIème siècle, les Djourtchen, aidés par les Song, renversèrent les Liao et gouvernèrent à leur tour le nord de la Chine sous le nom dynastique de Jin (1115 - 1234).

810 811

Wittfogel 1949 : 91, 98. Wittfogel 1949 : 236. 812 Franke 1975 : 150. 813 Wittfogel 1949 : 422. 814 Franke 1975 : Appendix I. Par ailleurs, l‟une des meilleures descriptions du pays des Djourtchen faite par l‟historien Hsü Meng-hsin à la fin du XIIème siècle s‟attarde en particulier sur les gerfauts, les autours et les éperviers de ces contrées, cf. Franke 1975 : 105. 815 Cf. Bushell, St. Cinese art. London : Wyman and Sons, 1906; II, 139.

194 Tout au long de leur règne ils envoyèrent des ambassades qui se frayèrent un chemin chez les amis et chez les ennemis grâce aux gerfauts qui les accompagnaient816. III.1.1.2. Premières mentions türk et mongol du gerfaut C‟est au milieu du XIIème siècle que nous trouvons presque simultanément les premières mentions türk du gerfaut, dans le poème didactique Qutadghu bilig de Yûsuf Khass Hadjib817 et dans le thesaurus türk-arabe Divan lûghat at-türk de Mahmûd Kâchgharî818, puis mongoles, dans le récit anonyme dit Histoire secrète des Mongols819. Les notices türk sont surtout poétiques. Dans le poème de Yûsuf Khass Hagjib on se sert de la couleur du gerfaut pour évoquer la vieillesse : sačïm boldï soŋkur tüsi teg šašut «mes chevaux sont devenus gris comme la couleur du gerfaut»820. Quant au Thesaurus de Kâchgharî le nom du gerfaut y est illustré par un proverbe : kičig ulugka turušmas kïrguy soŋkurka karïšmas «les petits ne s‟opposent pas aux grands, les éperviers ne se mêlent pas des gerfauts»821. Le texte mongol est moins laconique et il brosse un tableau qui reflète l‟histoire du gerfaut à cette époque au nord de la Chine. Les faucons blancs des Mongols proviennent aussi des peuples des forêts du Nord puisqu‟il est question de la soumission par Jöči, le fils aîné de Genghis khan, d‟une série de populations türk et mongoles (Kïrgïz, Oyrat, Bouriat, Tumet) qui habitaient la vallée de l‟Iénissey. Les peuples des forêts se servirent alors des gerfauts pour racheter leurs vies et ce furent les seigneurs des «Dix Mille Kïrgïz» qui se rendirent tout d‟abord devant Jöči «en apportant avec eux des gerfauts blancs, des hongres blancs et des zibelines noires». Puis tous les seigneurs des populations soumises se présentèrent devant Genghis khan, toujours avec «les gerfauts blancs, les hongres blancs et les zibelines noires» 822 . Le texte de l‟Histoire secrète confirme qu‟au XIIIème siècle ce n‟est pas seulement sur la côte pacifique et en Mandchourie qu‟on capturait des gerfauts. Ceux offerts à Genghis par les habitants de la vallée de l‟Iénissey furent le plus vraisemblablement des gerfauts qui erraient en hiver sur toute la plaine de Sibérie centrale et descendaient jusqu‟au nord du lac Baykal, aux sources du Lena et de l‟Iénissey. Les origines de cette voie türko-mongole pour se procurer les gerfauts sont mal documentées. Les témoignages chinois sont plus laconiques à ce propos et s‟il y est question des faucons provenant de l‟Ouest, il n‟y a pas, à notre connaissance, des mentions

816 817

Franke 1990 : 416. Yûsuf Khas Hadjib, originaire de Balasagun, rédigea Qutadghu bilig [La Science qui apporte le bonheur] à Kachghar à la cour des Karakhanides et l‟offrit au souverain de cette ville. Bien que le style du poème soit fortement influencé par la tradition iranienne, la langue en est le dialecte de Kachghar et il contient de nombreux renseignements sur la vie de la cour des Karakhanides. 818Divan lûghat at-türk est le premier et le plus important thesaurus türko-arabe qui date du milieu du XIème siècle. L‟auteur Mahmûd Kâchgharî, né à Kachghar au début du XIème siècle, semble avoir été un notable türk proche des Karakhanides. Le thesaurus est le plus vraisemblablement rédigé à Baghdad, mais l‟auteur possédait d‟excellentes connaissances sur les parlers türk des régions de Tarïm, des vallées de l‟Ili, du Čüy et du Syr Daria. Outre les données lexicographiques, le texte contient d‟éléments géographiques, his toriques, ethnographiques et dialectologiques de première importance. 819 Moŋġol-un ni’uča tobčiyan [Histoire secrète des Mongols] est l‟histoire des Mongols, racontée par euxmêmes, depuis les origines de Genghis khan et jusqu‟en 1229. Le texte mongol orig inal ne nous est pas parvenu, mais une transcription phonétique en caractères chinois du texte mongol a été publiée pour la première fois dans l‟encyclopédie de l‟empereur Ming Yung-le au début du XVème siècle. Ce récit, considéré comme le premier monument écrit du mongol, a bénéficié de plusieurs éditions et traductions érudites. Pour notre travail nous utilisons tout d‟abord l‟édition de P. Pelliot de 1949, puis le lexique du texte établi par Haenisch 1962, enfin la seule traduction complète en français de ce texte, celle de Marie-Dominique Even. 820 DS 1969 : 508. 821 DS 1969 : 508. 822 Even 1994 : § 201.

195 explicites des gerfauts ni d‟ailleurs une appellation pour les distinguer des gerfauts dits «bleus d‟outremer» et capturés sur la côte pacifique. III.1.1.3. Voies d’approvisionnement türk et mongol Par la suite les sources écrites poursuivent avec application l‟aventure du gerfaut dan s les steppes centrasiatiques et au-delà, et elles montrent qu‟au moins à partir du XIème siècle la voie türko-mongole des gerfauts est aussi importante que la voie chinoise. La dynastie mongole des Yuan (1206 - 1368), qui succéda aux Jin en Chine, envoyait ses oiseleurs à travers le pays des Bouriat, le long de la vallée du Barguzin dans un lieu «si loin vers Tramontane que le pôle Nord et l‟étoile communément nommée Etoile Tramontane, on les laisse quelque peu derrière soi vers le Midi». D‟après le récit de Marco Polo, «les gerfauts qui vivent sur ces îles sont en telle abondance que le Grand Khan [Koubilay] en a tant qu‟il veut»823. Mais les gerfauts de la «Mer Océan» ne suffisaient pas de toute évidence à Koubilay (1214-1294) puisque les troupes mongoles qui débarquèrent en Corée (1231 - 1258) furent chargées, outre des tâches moins pacifiques, d‟envoyer des gerfauts au Grand Khan. Après la conquête du pays, la population locale paya une partie du tribut en gerfauts 824. A leur tour, les Yuan exploitèrent tout au long de leur règne les gerfauts de la côte pacifique. Quand Koubilay partait à la chasse, d‟après le récit de Marco Polo, il s‟abritait dans une belle chambre en bois portée par quatre éléphants, couverte de draps d‟or battu à l‟intérieur et de peaux d e lions à l‟extérieur. Et il y tenait toujours «douze gerfauts des meilleurs» dont il se servait pour chasser les grues 825 . Une peinture de l‟époque des Yuan, conservée au Musée de Taipei, représente, à une échelle plus modeste, une partie cynégétique de Koubilay où celui, à cheval cette fois, porte un gerfaut blanc au poing droit826. Les gerfauts dont se servaient les Khans de la Horde d‟Or (1237 - 1380) durent leur parvenir surtout par la voie türko-mongole. Il est fort probable qu‟on capturait des gerfauts sur le territoire même de la Horde d‟Or, dans l‟Oural puis dans les régions de Tumen et de Tobol. Mais les gerfauts étaient aussi l‟article le plus précieux des tributs payés par les princes russes aux khans de la Horde d‟Or. Ainsi en 1468 le voyageur russe Afanassij Nikitin attendit pendant deux semaines à Novgorod l‟ambassadeur du khan à qui il devait transmettre quatrevingt dix gerfauts envoyés par le Grand Duc de Moscou Ivan 827. Nous ne sommes donc pas surpris que les gerfauts blancs manquèrent à Tamerlan (1370 - 1405). Sa politique expansionniste l‟opposa tout d‟abord à la Horde d‟Or, et la voie türko-mongole fut coupée. Ses intentions hostiles envers la Chine rompirent aussi l‟envoi des gerfauts provenant de l‟est. Une tradition kazak828 raconte à ce propos que l‟une des raisons des conflits entre Tamerlan et Toktamïš829 fut un gerfaut blanc dont ils se disputèrent âprement la propriété. III.1.1.4. Les gerfauts de la Russie A l‟ouest, les gerfauts de la région du Dvina attirèrent l‟attention de la cité de Novgorod dès le Xème siècle. Quatre siècles plus tard la cour de Moscou monopolisa la
823 824

Hambis 1980 : I, 175. Bugniot 1994 : 190. 825 Hambis 1980 : I, 237 - 239. 826 Cf. Taipei 1966 : Fig. 173. 827 Dement‟ev 1945 : 12 - 13. 828 C - Esentaev. 829 Toktamïš, l‟un des derniers khans de la Horde d‟Or, fut successivement allié et ennemi de Tamerlan, jusqu‟en 1391 quand, après une brève incursion de Toktamïš dans la Transoxiane, Tamerlan le poursuivit jusqu‟aux bords de la Volga où les guerriers de Toktamïš fu rent exterminés.

196 capture des gerfauts non seulement au bord de l‟Océan Arctique mais aussi dans les régions du Petchora, de Perm et jusqu‟à l‟Oural. Des oiseleurs affranchis avaient pour tâche de procurer tous les ans à peu près 100 gerfauts à la cour de Moscou. Mais, à la différence des gerfauts d‟Extrême Orient, il semble que les gerfauts russes circulèrent peu à cette époque, et même dans la Pologne voisine il était impossible de se les procurer. III.1.1.5. Echanges des gerfauts en Asie Au cours des siècles suivants c‟est la voie chinoise, empruntant les tracés de la Route de la Soie, qui semble la plus importante et la plus efficace, et les gerfauts que distribuèrent les Ming (1368-1644) aux ambassades venant de l‟Occident musulman furent soigneusement décrits par les chroniqueurs. Quand en 1421 l‟empereur Yongle accueillit simultanément des ambassades des princes timourides Ulugbeg, Šahruh, Soyurgatmïš et Baysongor, le chroniqueur envoyé par les soins de Baysongor rédigea les lignes suivantes : «...l‟empereur [Yongle] fit amener devant lui les ambassadeurs qu‟il honora d‟un banquet et le 6 mars 1421, il les fit venir et en même temps il fit apporter dix gerfauts... Il parla ... avant de distribuer les oiseaux de la manière suivante : Sultan Šah, l‟envoyé d‟Ulugbeg en reçut trois, Sultan Axmed, l‟envoyé de Baysongor en reçut trois également, puis trois oiseaux furent offerts à Chadi Khodja, l‟ambassadeur de Šahruh»830. Quant à Soyurgatmïš, l‟empereur Ming l‟accusa de négligence puisqu‟un gerfaut envoyé précédemment avait été perdu par l‟entourage du prince. Ce ne furent que les suppliques de l‟envoyé qui décidèrent l‟empereur à en donner à nouveau en précisant «tu vas rester là jusqu‟à ce qu‟on m‟apporte de nouveaux gerfauts; justement on m‟en a promis deux et je veux bien te les confier». Un autre échange d‟ambassades fut accompagné d‟une lettre rédigée par l‟empereur Yongle à l‟attention de Šahruh où nous lisons : «Cette fois on envoie au Sultan tout spécialement Li-Da avec Jang-Fu ... afin de transmettre au Sultan
les gerfauts à lui destinés. Ce sont des oiseaux que nous avons essayés nous-même... Ces gerfauts ne naissent pas en Chine même, mais on nous en apporte régulièrement en présents d‟au-delà des mers. Nous n‟en manquons pas, tandis que chez vous, ils sont rares...»831.

Même si l‟empereur Yongle parle dans cette lettre seulement des gerfauts de la côte pacifique nous savons qu‟à la même époque un certain nombre de gerfauts venaient à la cour des Ming depuis la Mongolie. Nous ne possédons pas de descriptions détaillées de ces oiseaux mais il semble qu‟ils étaient moins appréciés que les gerfauts du Pacifique. Les archives chinoises précisent qu‟un gerfaut de Mongolie valait un vêtement. A titre de comparaison à la même époque deux peaux de zibeline valaient aussi un vêtement. Les historiens sont d‟accord pour dire que c‟était un prix très peu élevé pour un gerfaut 832. Ce qui peut s‟expliquer par la taille plus petite et le plumage moins éblouissant des oiseaux que les Mongols capturaient au sud de la Sibérie. Sous les Qing (1644 - 1911) la cour royale se sert des mêmes voies d‟approvisionnement en gerfauts. La voie du nord-est, est encore opérationnelle au début du XVIIIème siècle. Un officier suédois, Philip John von Strahlenberg, qui passa six ans en Sibérie comme prisonnier de guerre, écrit à ce propos : «In the province of Dauria [haute
830 831

Mazahéri 1983 : 49. Mazahéri 1983 : 20. 832 Cf. Xafizova, K., Kitajskaâ diplomaciâ v Central’noj Azii 14 - 19 vv [La diplomatie chinoise en Asie Centrale XIVème - XIXème siècles], Almatï : Gïlïm, 1995, p. 127.

197 vallée de l‟Amour, au nord-ouest du Heilongjiang] and near the river Amour, there are a great many milk white falcons which are sent in great numbers to China» 833 . En 1719 une ambassade envoyée par Pierre le Grand à la cour de l‟empereur Kangxi (1662 - 1722) compte parmi ses membres un médecin écossais, John Bell. Celui-ci fit un récit détaillé de son voyage à travers l‟empire russe et du séjour de l‟ambassade à Pékin. C‟est à cette occasion qu‟il décrit une randonnée cynégétique de l‟empereur mandchou où les envoyés du tsar russes furent conviés. La randonnée eut lieu dans les environs de Pékin, les participants y furent nombreux mais parmi les plus importants John Bell remarque les fauconniers de la cour. Quant aux oiseaux qui leur étaient confiés le médecin écossais les décrit ainsi : «Je ne pouvais me lasser d‟admirer la beauté de ces oiseaux; la plupart étaient aussi blancs que des colombes, avec une ou deux plumes noires aux ailes et à la queue. On les apporte de la Sibérie ou des pays situés au nord de la rivière d‟Amour»834. Au témoignage du médecin écossais s‟ajoute celui d‟un père jésuite, Jean Baptiste du Halde (1674 - 1743), qui pendant ses pérégrinations dans l‟empire des Qing fait l‟observation suivante : «One of the finest birds is called haitsing which is only taken in the district of Han-tchong-fu
[?Hancheng], in the province of Chensi [Shaanxi], and in certain cantons of Tartary. It may be compared with our finest falcons, although of course much larger and stronger. It may be called the king of birds of prey in Tartary and China, for it is the handsomest, the keenest and the most courageous. It is so highly prized that as soon as a specimen is captured it is obliged to be taken to the Court»835.

Et le médecin écossais et le père jésuite notent donc que les gerfauts viennent des contrées situées au nord de l‟Amour mais aussi de la Sibérie ou, comme l‟écrit du Halde, de certaines régions de la Tartarie. Toujours à propos des «Tartars de la Sibérie» Philip John von Strahlenberg remarque que si l‟on juge par certaines images qui décorent leurs urnes, la chasse avec un oiseau apprivoisé a une longue histoire dans ces contrées. Quant au prestige de l‟oiseau de chasse au XVIIIème siècle l‟officier suédois confirme que quand les «Tartars» veulent témoigner leur respect à un personnage important ils lui font parvenir un bel oiseau de chasse. Nous avons toutes les raison de croire que ce bel oiseau de chasse était le plus souvent un gerfaut. A la même époque, toujours d‟après le témoignage de Strahlenberg, les «Tartars» de la Sibérie se servent de trois sortes de faucons dont le plus apprécié, au manteau cendré ou tacheté de blanc et de forte taille est sans aucun doute le gerfaut que Strahlenberg appelle par un nom, tzungar, qui lui est donnée à la fois par les Türk et par les Mongols836. III.1.1.6. La conquête de la voie türk par la Russie Nous ne saurions énumérer toutes les mentions du gerfaut dans les chroniques de l‟époque. Notre propos est surtout de montrer les voies par lesquelles on se procurait les faucons blancs en Asie et de faire remarquer qu‟outre la voie chinoise, très bien documentée, il existait en même temps plusieurs voies türko-mongoles. Mais si la voie chinoise reste fonctionnelle assez longtemps, la voie türko-mongole commence être démantelée à partir du XVIème siècle, et plus précisément dès la conquête de la Sibérie par l‟empire russe. L‟existence de cette voie est attestée par une lettre adressée par l‟émir du Boukhara „Abdallâh au khan du khanat türk de Sibérie Kučum en 1595/96 dans laquelle l‟émir demande «des

833 834

Strahlenberg 1738 : 361. Bell 1763 : I, 394. 835 D‟après Harting 1885 : 447 - 453. 836 Strahlenberg 1738 : 362.

198 gerfauts, des peaux de zibeline et de renards» en échange des tissus qu‟il envoyait837. Dès le XVIème siècle la cour de Moscou élargit son réseau d‟oiseleurs jusqu‟aux régions de Tobolsk, de Tumen et de Verxnotur‟e. Qui plus est, des oiseleurs türk, bachkirs et tatars, entrèrent au service du tsar russe. La majorité des oiseleurs qui travaillaient dans les régions de Tobolsk et de Tumen étaient en effet des Tatars locaux. En 1675, les oiseleurs de Tumen, de Tobolsk et de Verxnotur‟e devaient faire parvenir à Moscou 25 gerfauts gris et 25 tiercelets de gerfaut gris sans compter les gerfauts blancs838. Dès lors, comme il convient à une politique coloniale en expansion, les gerfauts commencèrent à quitter les frontières russes. Le chah de Perse recevait annuellement 28 gerfauts et deux autours, et les documents attestent la régularité de ces envois pendant la première moitié du XVIIème siècle. L‟échange des ambassades entre la Russie et les khanats de Khiva et de Boukhara se poursuivit à un rythme inégal jusqu‟à la fin du XIXème siècle. Ces ambassades cherchaient à renouveler les relations amicales chaque fois qu‟un nouveau souverain s‟emparait du pouvoir, à accroître et à faciliter le commerce entre la Russie et l‟Asie Centrale, voire l‟Inde. Les tsars russes se préoccupèrent aussi du sort des nombreux esclaves orthodoxes retenus dans les khanats. Les gerfauts dont se servait la cour russe n‟étaient pas des marchandises mais des cadeaux diplomatiques de haute valeur. On les attribuait avec parcimonie et on ne s‟en servait que pour appuyer les demandes les plus délicates. Les vicissitudes des relations diplomatiques entre la Russie et les khanats d‟Asie centrale pourraient certainement être étudiées en fonction du nombre de gerfauts qui quittait la Russie pour réjouir les potentats türk. Ainsi en 1589 un envoyé de l‟émir „Abdallâh (1583 - 1598) fit le trajet entre Boukhara et Moscou en traversant la mer Caspienne. Les propositions de commerce qu‟il apporta intéressèrent Moscou et pour marquer sa bonne disposition le tsar russe Fedor envoya 10 gerfauts à l‟émir et permit à son envoyé d‟en acheter 25 autres839. En 1613 le successeur de „Abdallâh, Imâm Qulî (1611 1641), envoya à son tour un ambassadeur à Moscou. Celui-là devait transmettre les meilleurs voeux de l‟émir de Boukhara et ses intentions de maintenir de relations amicales avec la Russie mais aussi acheter pour son émir des armures de bonne qualité et des gerfauts. Malgré le monopole sur le commerce des oiseaux de chasse on pouvait en acheter encore si on avait obtenu l‟accord du tsar. Nous ne savons pas si à cette occasion l‟envoyé boukhariote réussit à obtenir les gerfauts. Six ans plus tard un nouvel ambassadeur de Imâm Qulî arriva à Moscou. Il apportait une lettre diplomatique qui, outre la promesse de libérer les esclaves russes retenus à Boukhara, contenait une demande de quatre gerfauts. Imâm Qulî, écrit-on, était si désireux d‟obtenir ces gerfauts qu‟il proposa au tsar russe de demander ce que lui semblait bon en récompense. A cette époque le tsar russe était donc préoccupé de la libération des esclaves orthodoxes. Or, en lisant les descriptions des historiens, il semble parfois que le nombre d‟esclaves que les khans d‟Asie centrale libéraient était souvent proportionnel au nombre de gerfauts qui leur parvenaient. Des ambassades boukhariotes se risquèrent à deux fois en Sibérie, en 1622 à Tümen et en 1640 à Tobolsk, et cherchèrent à acquérir des gerfauts pour l‟émir. Les autorités russes leur firent savoir cependant que les gerfauts de Sibérie étaient réservés exclusivement au tsar russe, et ce n‟était que lui qui pouvait en disposer à son gré. En effet, au début du XVIème siècle le tsar Mikhail édita trois décrets pour régulariser les échanges en Sibérie : le premier de 1618 interdisait le commerce du tabac, le deuxième, de 1620, interdisait la vente des gerfauts et des oiseaux de chasse et le troisième - l‟importation d‟armes de toutes sortes.

837

Cf. Vilkov, O., Remeslo i torgovlâ Zapadnoj Sibiri v 18 veke [Artisanat et commerce en Sibérie Occidentale au XVIIIème siècle], Moskva : Nauka, 1967, p.170. 838 Dement‟ev 1945 : 23 sq. 839 Cf. Burton, A. The Bukharans : a Dynastic, Diplomatic and Commercial History . Richmond : Curzon Press, 1997, p. 60 et suivantes.

199 En 1671 une ambassade russe arriva à la cour de „Abd al-Aziz (1651 - 1681) à Boukhara. Malgré les cadeaux multiples en fourrures et tissus l‟émir ne pût pas cacher sa déception quand il apprit que l‟ambassade n‟apportait pas de gerfauts. Pendant l‟audience „Abd al-Aziz voulut savoir tout d‟abord si le tsar russe possédait des gerfauts et des faucons, puis il fit montrer aux ambassadeurs russes les gerfauts qu‟il possédait et, en précisant que les gerfauts sont les oiseaux de chasse qu‟il aimait le plus, demanda qu‟à l‟avenir le tsar russe lui en envoie le plus possible. Cette demande ne fut respectée que quatre ans plus tard. En 1675 des envoyés russes rejoignirent les ambassadeurs boukhariotes sur le chemin de retour. Parmi ces envoyés on comptait six fauconniers chargés de s‟occuper des gerfauts envoyés par le tsar russe à l‟émir. Or, des disputes acharnées opposèrent le chef de l‟ambassade, un certain Vasilij Daudov, aux fauconniers en charge des oiseaux. Ces deniers accusaient Daudov de dissimuler l‟argent qui leur revenait pour qu‟ils puissent s‟occuper correctement des oiseaux. Daudov pour sa part considérait que la viande destinée à nourrir les oiseaux était recelée par les fauconniers. Une fois à Astrakhan cette ambassade tumultueuse préféra traverser la mer Caspienne et affronter les Türkmen belliqueux plutôt que risquer la vie des gerfauts en allongeant leur routes par des contrées plus paisibles. Or, la traversée prit un mois et l‟un de s gerfauts y mourut. Une fois à Khiva, l‟ambassade fut retenue pendant six semaines et le chef local s‟appropria deux des gerfauts destinés à l‟émir de Boukhara. Entre Khiva et Boukhara un deuxième gerfaut périt sur la route. A son arrivée V. Daudov n‟avait plus que deux gerfauts à offrir mais même ces deux oiseaux furent acceptés avec beaucoup d‟enthousiasme. On ne saurait dire si c‟était en récompense pour les gerfauts reçus, mais le fait est que V. Daudov retourna en Russie avec 55 esclaves libérés par la grâce de „Abd al-‟Azîz. Au XVIIIème siècle, la décadence de la fauconnerie en Russie rendit inutile le monopole d‟état sur les gerfauts, et de multiples missions étrangères se rendirent au nord de l‟empire russe pour chercher des gerfauts. C‟est ainsi qu‟en 1743 une mission boukhariote arriva à Tobolsk afin de se procurer des gerfauts pour l‟Emir840. Cette esquisse historique, aussi lacunaire qu‟elle soit, nous permet d‟illustrer les trois voies principales d‟acheminement des gerfauts en Orient : la voie chinoise en provenance de la Mandchourie et du nord-ouest de la Corée, la voie türko-mongole en provenance de la Sibérie, et la voie russe qui à partir du XVIème siècle remplace la voie türko-mongole. Cette dernière cependant laissa des traces dans le nom sous lequel on connaît le gerfaut en Asie Centrale.

III.1.2. Les noms du gerfaut en Asie Centrale
III.1.2.1. Nom russe En effet, ce ne sont ni son nom russe ni son nom chinois qui ont voyagé avec cet oiseau. Le nom russe du gerfaut, krečet, est attesté pour la première fois dans le récit historique Slovo o polku Igoreve, [La Geste du prince Igor], dont les événements se rapportent à la fin du XIIème siècle841. L‟hypothèse émise par Dement‟ev842 que ce nom est un emprunt russe aux langues finno-ougriennes a été critiquée par Schenk qui fait remarquer que le mot krečet n‟existe pas dans ces langues843. Quant au mot kereczen / kereczet, attesté en hongrois dans la chronique de Kézai (XIIème siècle), Schenk le considère comme un emprunt hongrois au russe 844 . Le nom russe du gerfaut, malgré cette extension hongroise, resta
Dement‟ev 1945 : 29 - 33. Schenk 1935 : 407. 842 Dement‟ev 1952 : 176. 843 Schenk 1935 : 392. 844 Schenk 1935 : 388 et 394.
840 841

200 géographiquement limité. Il est certes connu au nord de la Russie, dans les vallées du Dvina et du Petchora, mais il ne l‟est plus à l‟est de l‟Oural. III.1.2.2. Nom chinois Le nom chinois du gerfaut est descriptif : hai ch’ing «[faucon] bleu des mers» ou hai tung ch’ing «[faucon] bleu des mers de l‟est», et le mot pour «faucon» hu n‟y est même pas inclus845. On ne retrouve le nom chinois qu‟en coréen où le gerfaut est parfois appelé hai ch’ing ying tzü846. Il convient ici de noter que cette appellation chinoise, qui ne contient pas le nom du genre, entraîne certaines incertitudes dans l‟identification de l‟oiseau en question. «Bleu des mers de l‟est» peut apparaître à l‟occasion comme un nom décrivant tous les oiseaux de chasse, au manteau clair et de grande taille, originaires de la côte Pacifique. Il faut exclure cependant que hai tung ch’ing désigne un «aigle aux sourcils blancs» ou bien le pygargue à queue blanche, comme l‟affirme Pierre-Amédée Pichot à la fin du XIXème siècle847. Il est vrai que sur certaines images chinoises des oiseaux de chasse au plumage blanc sont décrits comme «aigles blancs». Mais il ne s‟agit là que d‟une fausse traduction puisque, quand elle est reproduite, la notice chinoise de ces images nomme ces oiseaux bai ying c‟est-à-dire «autour blanc»848. De plus, les aigles et les pygargues, à la différence des faucons et des autours, n‟ont jamais le plumage blanc si caractéristique de certains oiseaux du nord. Il est par contre difficile à dire si le nom «bleu des mers de l‟est» ne décrit p as occasionnellement un autour blanc. Les autours, comme les faucons de la côte Pacifique, comptent un grand nombre d‟individus dont le plumage est presque entièrement blanc. Les textes qui décrivent les chasses à l‟aide des «bleus des mers de l‟est» ne peuvent pas nous servir d‟appui puisque les gibiers qu‟ils évoquent (cygnes et oies pour les chasses des empereurs Liao, grues pour les oiseaux blancs de Koubilay, faisans pour ceux de l‟empereur mandchou Kanxi) conviendraient aussi bien à un bon faucon qu‟à un bon autour. Les images chinoises des oiseaux de chasse au plumage blanc nous viennent en aide parfois : la silhouette d‟un gerfaut, même sous la brosse ou sous l‟aiguille d‟un artiste inspiré, reste facilement distinguable de celle d‟un autour. Le gerfaut a la tête moins aplatie et sa queue, beaucoup plus courte que la queue d‟un autour, ne dépasse que de peu les ailes repliées. Ainsi, pouvons-nous être certaine que les oiseaux blancs sortis de la brosse du peintre kitan Hu-Huai et de l‟empereur Song Huizong sont des gerfauts. La prudence s‟impose cependant chaque fois que nous avons affaire à un oiseau blanc de la côte Pacifique. En 1962, comme le rapporte Mazahéri 849 , M. Philippe Rambaud de l‟Association des Fauconniers de France en regardant un film japonais sur le vol du gerfaut reconnut dans l‟oiseau de l‟écran un autour plutôt qu‟un faucon puisque l‟oiseau en question volait bas et semblait lourd. Rappelons cependant que même en Occident, autant on admirait le gerfaut pour sa beauté, autant on était parfois déçu par son tempérament difficile et par sa lourdeur. Citons ici une dernière opinion sur l‟identité de l‟oiseau dit «bleu des mers de l‟est», celle de Nesterov850. Cet auteur, en étudiant la distribution des ethnies toungouses au Moyenâge, se sert des témoignages des chroniques Liao selon lesquelles les oiseleurs envoyés par la
845 846

Schafer 1958 : 308 et 337. Serruys 1955 : 33. 847 Cf. Harting 1885 : 447 - 453. 848 Cf. par exemple Taipei 1966 : 197 où une broderie sur soie de l‟époque des Song est sensée représenter un aigle blanc, «white eagle» en anglais, tandis que la notice chinoise nous dit qu‟il s‟agit de l‟oiseau bai ying «autour blanc». 849 Mazahéri 1983 : 72 850 Nesterov 1998 : 96 - 99

201 cour impériale se rendaient dans le pays des Cinq Nations pour se procurer des «bleus des mers de l‟est». Il superpose donc à la carte ethnique, déduite des chroniques Liao, la carte de la distribution actuelle de deux espèces de faucons : Falco gyrfalco grebnitzki Sev. ou gerfaut du Kamčatka, et Falco peregrinus leucogenys Brehm ou faucon pèlerin de la toundra. Dans les traductions russes des chroniques Liao dont se sert Nesterov il existe une phrase, que nous ne trouvons pas dans la traduction de Franke. Cette phrase dit que les oiseleurs qui se rendaient dans le pays des Cinq Nations cherchaient des faucons niais qui étaient encore dans leurs aires. En s‟appuyant sur les cartes de distribution des deux espèces et de leurs aires de nidification et en sachant que le pays des Cinq Nations se bornait à l‟ouest au fleuve Soungari, Nesterov conclut que les oiseleurs envoyés par les Liao ne pouvaient pas atteindre les aires de nidification des gerfauts et que les oiseaux dits «bleus des mers de l‟est» ne sont pas de gerfauts, mais seulement des faucons pèlerins de la toundra. Au raisonnement de Nesterov nous ne pouvons opposer qu‟une remarque : les faucons pèlerins de la toundra, malgré leur grande taille, ont un plumage contrasté qui n‟est pas celui des oiseaux qu‟on voit sur certaines peintures ou broderies chinoises. Enfin, ne serait-ce que pour les époques tardives, nous pouvons être certaine que l‟appellation «bleu des mers de l‟est» désignait un gerfaut et non pas un autour. Dans le Pentaglotte, ou Dictionnaire des Cinq Langues compilé à l‟époque des Qing, le chinois hai ch’ing est rendu en uygur par šuŋgar, qui est le nom türk du gerfaut. III.1.2.3. Nom toungouse Il n‟existe pas de témoignages anciens sur les langues des populations toungouses qui pourvoyaient la Chine en gerfauts. Les ethnies qui vécurent dans l‟orbite chinoise se servirent d‟écritures imitées de l‟écriture chinoise, et quelques documents rédigés dans ces écritures nous sont parvenus. Si nous ne connaissons qu‟environ deux cents mots kitan, la langue des Djourtchen nous est mieux connue grâce aux travaux du Bureau des Interprètes des Ming. Le vocabulaire sino-djourtchen élaboré par ce Bureau contient deux mots pour «faucon». Le premier, reconstitué comme *gudi par Kane, se rapproche du chinois hu «faucon». Le deuxième mot djourtchen, cette fois réservé au gerfaut, est ši-mu-ko ou šen-k’o-’an851. Nous le retrouvons chez les descendants des Djourtchen, les Mandchous, sous la forme šongkon ou šongkoro852. Ce mot mandchou est considéré unanimement comme un emprunt au mongol853. Il faut ajouter aussi que le mot šongkon n‟est connu que des ethnies toungouses de la périphérie, celles qui ont été en contact avec les Chinois et les Coréens mais aussi avec les Mongols. Les langues toungouses de l‟intérieur de la Sibérie se servent du mot gêkčan qui, malgré les gloses hésitant entre «faucon» et «autour» dans le dictionnaire de V. Cincius854, devrait désigner le faucon puisque c‟est de la même racine qu‟on a dérivé le verbe gêkda«buffeter, percuter la proie». Ce dernier verbe renvoie à la manière qu‟a le faucon, et non pas l‟autour, de tuer sa proie. III.1.2.4. Noms mongol et türk Le nom du gerfaut en mongol moyen 855 est šonkar/šinkor 856 , singxur/šongxor 857 et c‟est sous le même nom qu‟il est connu dans les langues mongoles d‟aujourd‟hui :
851

Kane, D. The Sino-Jurchen Vocabulary of the Bureau of Interpreters. Uralic and Altaic series 153, Bloomington 1989. 852 Cincius 1975 : II, 427. 853 Doerfer 1963 : § 237; Novikova 1972 : 138. 854 Cincius 1975 : I, 146. 855 Pour la périodisation des langues mongoles cf. Poppe 1974 : 1 - 7. 856 Doerfer 1963 § 237.

202

šonxor šonxor šoŋxor šoŋkxor šouoo šoŋxr šoŋxår

oiseau de proie diurne gerfaut gerfaut gerfaut faucon faucon gerfaut

Xalx Xalx Čaxar Üzemčin Dagur Kalmouk Torgud, Dzarčin, Ööld,Urianxay, Bayad, Xoton

Cevel 1966 : 854 Mongol 1982 Mongol 1988a : 661 Kara 1963 : 34 Martin 1961 : 299 Kalmouk 1962 Mongol 1988b : 785

Dans quelques dialectes mongols ce mot acquiert un sens plus générique et, accompagné d‟un déterminant, il est utilisé pour former les noms de plusieurs faucons. Dans ces cas quand il s‟agit du gerfaut on se sert du déterminant cagan «blanc». Le nom du gerfaut dans les langues türk est le même, mais à la différence des langues mongoles il est peu utilisé comme nom générique des faucons :
šoŋkor šungar šoŋkar suŋkar šumkar šümxar šumkår šuŋkar šoŋkar šongar šankar šuŋkar šunkar šuŋgar faucon gerfaut tiercelet du gerfaut faucon gerfaut faucon, oiseau blanc de la taille d‟une poule qui mange des pigeons gerfaut faucon gerfaut gerfaut (dial.) gerfaut oiseau de chasse, gerfaut gerfaut gerfaut Altay kiji Azeri Baškir Karakalpak Kïrgïz Uygur de Hami Baskakov 1964 : 715 Azeri 1991 : I, 587 Baškir 1964 : 327 Baskakov 1951 : 18 Yudakhin 1965 : 913 Malov 1954 : 198

Ouzbek Tatar de Baraba Tatar de Kazan Tatar de Tobol Čuvaš Türkmen Türkmen d‟Afghanistan Uygur

Ouzbek 1988 : 572 Dmitrieva 1981 : 198 Tatar 1984 : 725 Petrov 1986 : 32 Petrov 1986 : 28 Kurbanov 1971 : 80, 81; Kühnert 1980 : 35 Le Coq 1913 : 9; Nadjip 1968 : 551

Le vocabulaire commun des Türk et des Mongols continue à susciter des débats. Le nom du gerfaut est un des exemples où, malgré toutes les efforts, il est impossible de trancher sur l‟origine du mot. Il doit être considéré par conséquent comme un héritage commun des Türk et des Mongols. Rappelons que le nom du gerfaut est attesté, tant en mongol qu‟en türk, à peu près à la même époque. Doerfer reconstitue une forme initiale de ce mot en mongol, *sïŋkor, différente de celle que nous trouvons en mongol écrit et rappelle que la forme türk le plus ancienne est soŋkur, comme l‟atteste le Thesaurus de Kâchgharî858. Il s‟arrête ensuite sur un phénomène phonétique qu‟il appelle «la brisure du -i-» en première syllabe859 pour arriver aux conclusions suivantes : 1) la brisure du -i- est un développement phonétique qui se produit en mongol à partir du XIVème siècle; 2) cependant la forme türk où nous trouvons un o- en première syllabe, de même que les multiples exceptions à la règle de la brisure du -i-, contredisent l‟opinion communément admise que les formes en «-i- brisé» sont récentes; 3) la rapport entre les deux formes du nom du gerfaut, l‟une avec -o- et l‟autre avec -i- en premiers
857 858

Lessing 1960 : 712. Doerfer 1963 : §237. 859 A propos de ce phénomène phonétique cf. Vladimircov 1989 : 177.

203 syllabes, est d‟ordre dialectal et non pas chronologique; 4) la forme commune ou d‟origine fut le plus vraisemblablement *s’ioŋkor; 5) dans certains dialectes y compris celui duquel est issu le mongol écrit la diphtongue –„io- se développa en un -i- simple; 6) dans d‟autres dialectes, mongols et türk, cette diphtongue évolua en -o-. Le nom du gerfaut n‟a d‟étymologie ni en türk ni en mongol. Les essais de certains lexicographes des langues türk pour lui inventer une origine onomatopéique sont peu convaincants 860 . L‟hypothèse selon laquelle le nom du gerfaut fut au départ un nom de couleur, celle de son manteau, repose sur une base ethnolinguistique plus sûre puisque un nombre important de noms d‟oiseaux de chasse sont en effet des noms de couleur. Cependant, quant au gerfaut, cette hypothèse reste complètement gratuite861. Enfin, Doerfer s‟oppose aux tentatives de rapprochement entre l‟arabe ‘sakr «faucon sacre», l‟indo-aryen čakunas «oiseau de grande taille» et le türk soŋkur «gerfaut». Il rejette aussi l‟hypothèse d‟une origine sémitique selon lakuelle le nom türk du gerfaut viendrait du mot akkadien simkurru/senkurru/singurru dont le sens est très flou et varie d‟un auteur à l‟autre entre «bête sauvage», «une sorte de poisson», «guépard» etc862. III.1.2.5. Déploiements du nom türko-mongol du gerfaut C‟est par la voie türko-mongole que le nom du gerfaut s‟est répandu au-delà de sa patrie. En Corée on trouve à côté de hai ch’ing ying tzü la forme sung-ku ying tzü dont le premier composant sung-ku correspond, d‟après Serruys, au mongol singxur863. Ramstedt cite par ailleurs les formes soŋkhol-mai et šoŋkhor pour le coréen du nord, toutes les deux traduites par «faucon»864. Or, nous savons qu‟après l‟incursion mongole en Corée, des princes coréens passèrent des années à la cour mongole comme otages. L‟un d‟entre eux, Ch‟ungyol, de retour dans son pays fut promu roi et il organisa alors des équipages de vol dont les fauconniers furent surtout des Mongols865. En persan, le nom du gerfaut semble être venu tout d‟abord par une voie türk puisque dans le plus ancien traité de fauconnerie persane qui nous soit parvenu, le Bâz-nâma de Nasavî, rédigé au XIème siècle, le gerfaut est appelé déjà sonkor et l‟auteur précise : «On ne le
Bazarova 1978 : 45 décompose l‟ouzbek šunkår en une racine onomatopéique šunk, décrivant prétendument un cri d‟oiseau, et un morphème (I)r / (A)r. Le même avis est partagé par Xusainov 1988 : 173 - 174. Décrire un oiseau de chasse comme le gerfaut par son cri n‟a pas de sens. En outre, les étymologies onomatopéiques se limitent à examiner les données des langues türk modernes sans tenir compte ni des formes anciennes du mot ni de ses formes mongoles. 861 C‟est A. Biyaliev qui défend une étymologie chromatique du nom du gerfaut, cf. Biyaliev 1972 : 276 - 277. Il se sert de la démonstration de B. Vladirmircov qui, dans sa grammaire comparative des langues mongoles, ramène les formes coxor «bigarré, tacheté» du mongol xalx et šubar «id.» du kazak à une forme ancienne *čowaqur «id», cf. Vladimircov 1989 : 415. A. Biyaliev suggère que *čowaqur devient d‟une part un nom de couleur, «tacheté» ou «blanc-bleuté», qui existe dans la plupart des langues mongoles d‟aujourd‟hui, et qu‟il est à l‟origine, d‟autre part, du nom du gerfaut dans les mêmes langues. Voilà les paires qui nourrissent l‟hypothèse de A. Biyaliev: čoukur//singxur/šongxor en mongol moyen, coxor//šonxor en mongol xalx cf. Vladimirtsov 1989 : 415, sooxor//šonxor en bouriat cf. Bouriat 1962, cooxr//šoŋxr en kalmouk cf. Kalmouk 1977, čokur//soŋkur / šuŋkar en türk ancien cf. DS 1969. Si les noms de couleur que nous trouvons en première position se rattachent sans aucun problème à la forme reconstituée de Vladimircov, ceci n‟est plus vrai pour les noms du gerfaut en deuxième position. Le changement du vocalisme de première syllabe (une voyelle arrondie ou une diphtongue qui évolue vers une voyelle nasalisée) ne relève pas des changements phonétiques propres au mongol ou au türk. Ce qui nous oblige à conclure que cette hypothèse sur l‟origine chromatique du nom du gerfaut en mongol et en türk ne résiste pas aux analyses phonétiques. 862 Doerfer 1963 : §1273. 863 Serruys 1955 : 33. 864 Ramstedt 1949 : 242. 865 Bugniot 1994 : 190.
860

204 trouve pas dans nos régions. J‟ai entendu dire qu‟autrefois on l‟apportait aux cours de Mâhmud et Masûd du Turkestan» 866 . Les deux souverains nommés sont de la dynastie Ghaznévide (Xème-XIIème siècles) et donc le gerfaut était connu en Iran bien avant l‟arrivée des Mongols. Il est vrai cependant que les Persans se familiarisèrent avec cet oiseau surtout au temps des Ilkhans. Il en est même question dans la lettre d‟Arghoun (1284-1291) envoyée à Phillipe le Bel867. Malgré les contacts anciens des Persans avec les Chinois via la Route de la Soie, et les gerfauts des ambassades des pays chrétiens qui, d‟après le témoignage de Marco Polo, étaient destinés non pas à Kubilay mais aux seigneurs du Levant et notamment à Arghoun 868 , c‟est le nom «türko-mongol» du gerfaut qui fut utilisé en Iran tant que la fauconnerie prospéra. Le gerfaut est absent des premiers traités arabes de fauconnerie, comme celui du grand fauconnier du calife fâtimide al-Aziz bi-Ilâh qui date de la fin du Xème siècle. Il est fort probable que les Arabes vinrent à connaître cet oiseau au Moyen Age, époque à l akuelle ils entrèrent en contact d‟une part avec l‟Occident, lors des Croisades, et d‟autre part avec la Horde d‟Or, par l‟intermédiaire des dynasties mamlouks (1250 - 1811). Lorsque le gerfaut apparaît dans les traités arabes de fauconnerie, par exemple dans l‟encyclopédie cynégétique d‟al-Asadî au milieu du XIIIème siècle, il est appelé par le nom türko-mongol, sunqur, même si on lui donne pour patrie la Géorgie869. Pour finir ce tableau, il nous faut dire que tant en Afghanistan qu‟au nord de l‟Inde on appelle le gerfaut par son nom türko-mongol870. Nous avons là de bons exemples de l‟importance de la voie türko-mongole qu‟empruntèrent autrefois les gerfauts en Orient.

III.1.3. Les gerfauts des fauconniers türk
La passion pour un oiseau de chasse comme le gerfaut a suscité en Orient, comme en Occident, une multitude d‟opinions sur ses qualités et ses défauts. Mais, soit qu‟il ait été très lointain, soit qu‟il fût le plus souvent enfermé dans les fauconneries royales, cette passion apporta peu à la vraie connaissance de cet oiseau. En Europe, on distinguait certes le gerfaut d‟Islande du gerfaut de Norvège ou de celui de Groenland et alors qu‟on faisait l‟éloge de ses performances au vol on admettait qu‟on connaissait peu ses habitudes, si ce n‟est qu‟il suivait les migrations des lagopèdes 871 . En Chine, malgré l‟admiration pour la couleur de son manteau, on lui préférait volontiers l‟autour872. La plupart des traités arabes de fauconnerie citent son nom «pour mémoire» et ceux qui lui consacrent quelques paragraphes, comme celui de Ibn Manglî (XIVème siècle), se bornent à une description succincte de son plumage puis s‟attardent longuement sur sa rareté, le moyen de se le procurer, et ses prix élevés 873. Chez les Persans aussi, les auteurs cynégétiques ne connaissaient le gerfaut qu‟à peine et ce n‟est qu‟au XIXème siècle que le fauconnier Teymur Mîrzâ, qui travailla pour Nâser al-Dîn Chah, en décrit

866

EIR 1991 - Bâzdârî, 55. lettre date de 1289 et son objet est la campagne militaire envisagée contre les Mamelouks d‟Egypte. Elle finit par la phrase suivante: «si ... tu envoies en don des objets merveilleux, des gerfauts, des pierres [précieuses] de toutes sortes de couleurs, du pays des Francs, que la force du Ciel et la Fortune du qaghan décident de la manière dont nous [te] témoignerons de la faveur!», cf. Mostaert, A. & Cleaves, Fr., Les lettres de 1289 et 1305 des ilkhans Arghoun et Öljeitu à Philippe le Bel, Harvard University Press, 1962, p. 18. 868 Hambis 1980 : I, 175. 869 Viré 1984 : 133. 870 Kühnert 1980 : 35; Phillott 1908b. 871 Chenu 1980 : 51. 872 Schafer 1958 : 307 - 309. 873 Vire 1984 : 133.
867La

205 un, acheté à grand prix en Russie et venant le plus vraisemblablement d‟un zoo russe 874. Au nord de l‟Inde le nom du gerfaut se trouve sporadiquement dans les pages des chroniques des empereurs moghols. C‟est sur la demande de ces derniers que de nombreux portraits de gerfauts sont réalisés par les peintres de la cour, comme celui d‟un gerfaut provenant de la Perse peint par Mansûr à la demande de Djahânghîr au XVIIème siècle875. Chez les fauconniers türk, le gerfaut a une place qui lui est particulière en Orient. Nous sortons cette fois des voies royales que poursuit le gerfaut pour aller le chercher chez ceux qui le connaissaient pour l‟avoir vu dans la nature et l‟avoir pris dans leurs filets. En l‟absence de données semblables pour les populations toungouses et mongoles, les fauconniers türk sont les seuls à avoir conservé un échantillon du savoir des oiseleurs qui, pendant des siècles, approvisionnaient le continent en gerfauts. C‟est un savoir pragmatique qui relève beaucoup plus des compétences des oiseleurs que de celles des fauconniers. Certes, on connaît les performances au vol de ce faucon, mais on s‟intéresse surtout à son origine, à sa rareté relative en pays türk, aux différents plumages qu‟ont les faucons dits gerfauts, à l‟importance de la couleur du plumage, aux rapports entre les différentes races. Le discours sur le gerfaut paraît d‟autant plus vivant que les sources qui le no urrissent sont plus variées et, fait rare dans le cadre de la fauconnerie türk, il acquiert une profondeur chronologique, fût-elle toute modeste. Notons dès le début que le gerfaut chez les fauconniers kïrgïz et kazak n‟est pas seulement un faucon blanc mais un oiseau à qui on connaît d‟une part plusieurs races et d‟autre part des parents très proches. C‟est ainsi qu‟il apparaît dans l‟un des premiers témoignages écrits sur la fauconnerie kïrgïz, celui de l‟historien et ethnographe kïrgïz Belek Soltonoev. Voilà ce qu‟il écrit à ce propos à la fin du XIXème siècle : «Le gerfaut, šumkar est de la même race que le faucon sacre. Après l‟aigle, c‟est le plus hardi des
oiseaux de chasse. Peut-être est-il plus hardi que l‟autour blanc. Il existe de nombreux récits parmi les Kïrgïz à propos de cet oiseau et ces récits ne sont pas imaginaires, mais vrais... Le gerfaut convient au vol de l‟outarde, du cygne et de l‟oie. On croit qu‟il peut pulvériser par un coup de son bec la meule du moulin. Le gerfaut, dit-on, peut vaincre l‟aigle. Quand il buffète le lièvre, il lui fend la tête. Quand on chasse avec l‟autour ou l‟épervier, ils prennent motte après la première prise. Les plus hardis des gerfauts ne se satisfont jamais de peu. Ils frappent pour tuer, ils détruisent leurs proies par centaines. Ils n‟en entament que la toute dernière. Les plus hardis des gerfauts sont souvent suivis dans la nature d‟autres faucons qui se nourrissent de leurs prises. Le gerfaut šumkar a six race : baypaktuu šumkar «gerfaut pattu», küykö šumkar «gerfaut crécerelle», kandï bürkör «[gerfaut] moucheté», kara šumkar «gerfaut noir», ak šumkar «gerfaut blanc», itelgi «sacre». Le plus apprécié est le gerfaut crécerelle, mais il se laisse prendre rarement...»876.

On trouve dans ce passage, sous une forme condensée, les points les plus importants du débat sur le gerfaut tant chez les fauconniers kïrgïz que chez leurs voisins kazak. Ce sont ces mêmes points qui fourniront la trame de notre exposé : nous nous arrêterons tout d‟abord sur la parenté entre le gerfaut et le faucon sacre telle qu‟elle est décrite par les fauconniers locaux en ajoutant quelques observations faites par les ornithologues; nous parlerons ensuite des descriptions du gerfaut et de ses races par les fauconniers kïrgïz et kazak en les comparant, à titre indicatif, avec les races établies par les ornithologues.

874 875

EIR 1991 - Bâzdârî 56. Rogers 1978 : 107. 876 Soltonoev 1993 [1934] : II, 195.

206 III.1.3.1. La parenté entre le faucon gerfaut et le faucon sacre III.1.3.1.1. Les fauconniers türk décrivent la parenté Commençons par les fauconniers kïrgïz qui se servent de deux appellations, šumkar «gerfaut» et itelgi «faucon sacre» pour décrire les faucons en question. La relation entre ces deux oiseaux est exprimée de manières différentes :
itelginin baarï šumkar dep eseptelbeyt «Tous les sacres ne sont pas considérés comme des gerfauts»877 šumkar degenibiz bul itelgilerden čïkkan algïr batïrlarï «Celui que nous appelons gerfaut est le plus prenant et le plus hardi parmi les sacres»878 ošol ele jana prostoy itelgiden ele šumkar bolup čïgat «Le gerfaut, il peut même éclore du sacre commun»879 šumkardan šumkar tuulbayt, itelgiden šumkar tuulat «Le gerfaut ne naît pas du gerfaut, le gerfaut naît du sacre»880

Parmi les plus jeunes on constate cependant une certaine hésitation comme le montrent les propos suivants : šumkardï itelgi deyt itelgini šumkar dep koyot «On dit du gerfaut - sacre, puis on dit du sacre - gerfaut ...»881. On admet tout d‟abord qu‟il s‟agit d‟oiseaux différents, on souligne ensuite que le gerfaut, šumkar et le sacre, itelgi, sont des faucons très proches, à tel point qu‟on arrive même à dire que le gerfaut naît du sacre. Il reste cependant un brin d‟ambiguïté dans les discours des fauconniers kïrgïz quant à la reproduction des deux oiseaux. Or, leurs voisins kazak l‟illustrent par de nombreux exemples des couvées mixtes. On raconte d‟une part qu‟on trouve parfois dans une même couvée des oisillons noirs bigarrés qui deviendront des gerfauts et des oisillons bruns bigarrés qui deviendront des sacres. Les fauconniers kazak croient d‟autre part que le faucon sacre, itelgi et le gerfaut, suŋkar s‟accouplent et le métis, buwdan issu de ce croisement, est considéré comme un gerfaut de la race du sacre, itelgi tekti suŋkar882. En fait, d‟un bout à l‟autre du domaine türk on parle de l‟accouplement des deux faucons. A l‟extrême ouest, chez les Bachkir, Pallas note à la fin du XVIIIème siècle qu‟on appelle šoŋkar les mâles des gerfauts qui nichent dans l‟Oural tandis que les femelles sont connues comme itelge. En effet, dans les dictionnaires bachkir le mot šoŋkar est toujours le nom du mâle du gerfaut, et il s‟oppose à ätälge qui est le nom de la femelle883. A l‟extrême est, chez les Ouïghour, nous avons un témoignage concordant qui date du milieu du XIX ème siècle. Dans sa contribution à la connaissance de l‟avifaune du Turkestan oriental, J. Scully écrit à propos du faucon sacre : «The Turkî name of this bird is aitalgu, and all competent authorities in such matters in Kashgharia assert positively that this is the female of the famed shunkar»884. Une dernière interprétation du paire gerfaut / sacre a été recueillie chez Kazak de la région du Syr-Daria au début du XXème siècle. Dans cette région les deux appellations suŋkar et itelgi décrivaient alors le faucon sacre mais à des âges différents : itelgi était le nom

877 878

C - Süleymanbekov. Imankulov 1980 : 115. 879 C - Süleymanbekov. 880 Akmataliev 1993 : 153. 881 C - Zarïnaev 882 Babalïkov 1989 : 110. 883 Baškir 1964 : 327. 884 Scully 1876 : 117.

207 du faucon sacre juvénile dont le plumage était tacheté de roux, tandis que suŋkar était le nom du faucon sacre adulte dont le plumage était tacheté de gris885. Par rapport à ces interprétations, les fauconniers kïrgïz font preuve de prudence : ils ne parlent ni du métissage ni du dimorphisme sexuel. En fait, ils insistent plus particulièrement sur la différence numérique des deux oiseaux. Si le faucon sacre est commun, le gerfaut est un oiseau rare :
itelginin on on beš čaktï uyasïnan biröö čïgat je čïkpay da kalat «De dix ou quinze aires de sacre il sort un seul gerfaut. Mais il se peut qu‟il n‟y en ait aucun »886, šumkar al čanda čïgat «Le gerfaut apparaît rarement»887, šumkar dele bir zamandarda bolgon, bul alar dele ošon keyin jagï maydalanïp ketkende anday qïraan šumkar keyin čïkkan jok «Des gerfauts il y en avait jadis, ensuite leur race s‟est amoindrie et on ne trouve plus de gerfauts aussi hardis qu‟autrefois»888.

Enfin, une sorte de hiérarchie est établie d‟emblée entre les deux faucons. Le gerfaut étant plus rare est aussi plus estimé. Remarquons que jusqu‟ici il n‟est pas question du manteau blanc du gerfaut qui est son attribut le plus évident en Occident et dans beaucoup d‟autres pays. Comment décrit-on donc ces deux faucons qui sont si proches et si différents en même temps, et pourquoi leur donne-t-on des noms différents? Les fauconniers kïrgïz se servent d‟une série de critères pour reconnaître le gerfaut. Voilà comment ils les expliquent : «Il est plus grand que les autres. Les ailes sont longues et pointues, très pointues. Mais on le reconnaît
surtout par ce qu‟on appelle plumes du cloaque [couverture sous-caudale]889, saŋoor jündörü. Chez les meilleurs des gerfauts toutes les plumes de la couverture sous-caudale sont marquées, elles sont comme décorées. Puis, quand ils se débattent, on entend un fracas et non pas un froufrou. Leur plumage, les plumes des ailes sont rêches, même les plus petites plumes sont séparées l‟une de l‟autre. Elles sont rêches, très rêches. Les gerfauts sont forts, ils volent vite. Puis, quand ils sont au perchoir ils se tiennent plus droit que les faucons sacres, ils ont la poitrine large et les cuisses longues »890.

«Le gerfaut a des caractéristiques particulières. Sous la queue, il a des plumes qu‟on appelle
couverture sous-caudale, saŋoor. La couverture sous-caudale, c‟est une touffe de plumes blanches et longues. Au milieu, ces plumes sont barrées de noir. C‟est la première caractéristique du gerfaut. Puis, c‟est sa taille, il est grand, ses plumes sont rêches, elles sont différente s des plumes du faucon sacre, elles sont rêches, quand on les touche, elles sont rêches, très rêches »891.

«Chez les faucons on appelle étau, tulga les trois doigts d‟avant, celui qui est en arrière est appelé
avillon, teköör. Chez le faucon sacre l‟étau de la main est étroit, les trois doigts d‟avant ne sont pas très écartés, tandis que l‟étau du gerfaut est très ouvert, les trois doigts d‟avant sont longs et écartés. Sur le dessous de la main, là où se joignent l‟étau et l‟avillon, il a une callosité. Plus cette callosité est grande et dure, plus l‟oiseau est fort. Avec une telle main, quand il frappe le renard, il le fait vaciller. Quant au lièvre, s‟il le percute ses yeux sautent des orbites»892.

885 886

Orexov 1910. Akmataliev 1993 : 153. 887 C - Osmon uulu 888 C - Osmon uulu 889 L‟entre-cuisse et le bas-ventre. 890 C - Osmon uulu 891 C - Süleymanbekov 892 C - Abdïkalïkov

208 «Voilà la couverture sous-caudale, saŋoor. Elle est comme marquée de suie. Des traits noirs si
réguliers, qui évoquent la poitrine de la perdrix choukar, n‟existent que chez le gerfaut. La couverture sous-caudale est toute propre, sans aucune souillure, elle est à peu près de la même longueur que la queue, c‟est une marque de rapidité. Les doigts sont aussi longs et écartés que les doigts de l‟aigle. La grande sangle est très écartée des autres doigts, c‟est aussi une marque de hardiesse »893.

«Sur toutes les plumes de la couverture sous-caudale, qui est blanche et épaisse, on voit des taches
noires allongées comme des tirets. C‟est une couverture sous-caudale comme celle-ci qu‟on appelle «plumes du gerfaut», šumkar jünü. Après la première mue, ces traits noirs se transforment en barres et rappellent les flancs de la perdrix choukar. Dès la première mue et jusqu‟à sa mort le gerfaut garde ces barres noires qui ne font que se renforcer. Ce ne sont que les gerfauts qui ont des barres comme ça. Leur plumage peut être blanc ou bleuté, mais ils ont toujours ces barres noires sur la couverture souscaudale»894.

Les fauconniers kïrgïz distinguent donc le gerfaut, šumkar, du faucon sacre, itelgi, par la taille plus forte, les plumes plus rêches, l‟étau de la main plus ouvert, et surtout la couverture sous-caudale barrée de noir «comme la poitrine de la perdrix choukar». Nous ne disposons pas d‟opinions aussi détaillées provenant des autres fauconniers türk. Chez les Kazak, malgré l‟examen minutieux du plumage de l‟oiseau, c‟est surtout la teinte claire du manteau et la taille qui sont décisives. Les données uygur et baškir sont lacunaires à ce propos. III.1.3.1.2. Les ornithologues expliquent la parenté Il convient ici de donner la parole aux ornithologues qui, comme les fauconniers türk, ont été confrontés aux variations des gerfauts puis à la ressemblance entre certaines races de gerfaut et certaines races de faucon sacre. Les renseignements ornithologiques que nous fournissons dans ces paragraphes nous aideront aussi à mieux suivre le discours des fauconniers kïrgïz sur les races de gerfaut. D‟après les ornithologues, les gerfauts de la zone sub-polaire, tout en appartenant à la même espèce (Falco gyrfalco), se subdivisent en plusieurs races géographiques. Les races géographiques se distinguent l‟une de l‟autre surtout par des t raits morphologiques : la race la plus sombre et de plus faible taille (Falco gyrfalco gyrfalco L.) occupe l‟ouest de la zone de distribution du gerfaut, c‟est-à-dire les pays scandinaves et le nord de la Russie jusqu‟au fleuve Petchora. A l‟est de ce fleuve on trouve une race qui est relativement plus claire et de taille plus importante (Falco gyrfalco intermedius Gloger) qui se propage jusqu‟au fleuve Iénissey. Au-delà de l‟Iénissey et jusqu‟au Kamčatka les gerfauts (Falco gyrfalco grebnitski Sev.) sont souvent d‟une teinte blanc immaculé et d‟une forte taille. Chacune des trois races géographiques est par ailleurs polymorphe et comporte, dans des proportions presque égales, d‟oiseaux sombres (plus nombreux à l‟ouest et rares à l‟est) et d‟oiseaux clairs (exceptionnels à l‟ouest et fréquents à l‟est). A ces races géographiques les ornithologues ont rajouté plus tard une population isolée de gerfauts (Falco gyrfalco altaicus Dem.), qui sont plus petits et plus sombres et qui habite l‟Altay, le Tarbagatay et le Tien Shan. C‟est la race de gerfauts que les fauconniers türk connaissent le mieux. Cette race méridionale est aussi polymorphe et elle est composée d‟une part d‟oiseaux relativement clairs et d‟autre part d‟oiseaux relativement sombres. Les oiseaux clairs et les oiseaux sombres, tant des races du nord que de celle du sud, peuvent s‟accoupler et la littérature ornithologique mentionne des couples constitués des partenaires différents, de même que des couvées qui contiennent à la fois des oisillons clairs

893 894

Rïskulov 1991 : 42. Rïskulov 1991 : 113.

209 et des oisillons sombres. Rappelons que des couvées mixtes sont souvent décrites par les fauconniers kazak. La parenté entre les gerfauts et les faucons sacre, que nous avons déjà devinée à travers les observations des fauconniers kïrgïz, a été suggérée pour la première fois par N. A. Severcov en 1855. De nos jours elle est unanimement admise par les ornithologues. L‟un des théoriciens de cette parenté, G. Dement‟ev, suppose que le gerfaut et le sacre sont issus d‟une race commune qui occupait au départ les steppes désertiques de l‟Asie Centrale. A l‟époque pré-glaciaire une partie des oiseaux de cette race se déplace vers le nord où ils donnent naissance aux populations actuelles des gerfauts. Ceux qui restent au sud deviendront à leur tour les ancêtres des faucons sacres. Lors de la période glaciaire une fraction des faucons du nord regagne le sud et, d‟après Dement‟ev, donne naissance à la population des gerfauts d‟Altay. Ces derniers gardent encore des caractéristiques de la race commune qui les éloignent de leurs congénères du nord, les gerfauts, et les rapprochent de leurs congénères du sud, les faucons sacres. Les races géographiques du faucon sacre sont le résultat des migrations des fractions de la race commune à l‟époque post-glaciaire et des adaptations aux écologies différentes. A l‟intérieur de ces races on observe des changements morphologiques réguliers du sud-ouest (les races les plus éloignées des gerfauts) vers le nord-est (les races les plus proches des gerfauts). C‟est ainsi que dans le domaine türk coexistent des espèces très proches comme le gerfaut d‟Altay, chez qui les caractéristiques des gerfauts sont affaiblies, et le faucon sacre montagnard, celui du Tibet et de la Mongolie, chez qui les caractéristiques le rapprochant du gerfaut se sont bien affirmées895. Dès lors nous ne sommes pas surpris que le gerfaut des fauconniers türk s‟éloigne souvent des gerfauts du nord et se rapproche davantage des faucons sacres montagnards. Il semble que parmi les fauconniers kïrgïz le faucon sacre ne r etient l‟attention que comme un géniteur probable du gerfaut et que l‟on ne l‟examine que pour y chercher les attributs de ce dernier. Or, les fauconniers kïrgïz, comme leurs confrères ailleurs dans le monde, sont très attentifs à l‟aspect extérieur de l‟oiseau, notamment à sa taille, aux teintes de son manteau et aux particularités des yeux, du bec et des serres. C‟est cette analyse visuelle de la morphologie de l‟oiseau qui est à l‟origine de la profusion des races. Ce sont ces races que nous étudierons ci-dessous. Les données kïrgïz sont complétées par des données kazak et, dans la mesure du possible, par des données des autres langues türk. Les identifications que nous proposons servent à fournir quelques repères au lecteur. On se souviendra au long des paragraphes qui suivent que tout faucon de grande taille dont la couverture sous-caudale est barrée de noir sera considéré par les fauconniers kïrgïz comme un gerfaut, šumkar. Ce critère explique d‟une part les nombreuses races du gerfaut que connaissent et décrivent les fauconniers kïrgïz et d‟autre part que des faucons proches, notamment quelques races du faucon sacre, sont considérés par ces derniers comme des gerfauts. Le gerfaut kïrgïz est donc un faucon à la couverture sous-caudale barrée de noir tandis que son manteau peut être de teintes variées. Le plus grand nombre des races du gerfaut sont définies à partir de la couleur du manteau. Pour commencer mentionnons le gerfaut que les fauconniers appellent jönököy šumkar, «gerfaut commun». Son manteau est décrit soit comme boz čaar896 soit comme boz ala897. Les deux teintes sont très proches et nous les rendons par

Dement‟ev 1952 : 30 - 40. Ajoutons que G. Dement‟ev fut parmi les ornithologues soviétiques celui qui travailla le plus en collaboration avec les gens des pays dont il étudia l‟avifaune. Il consacra beaucoup d‟attention aux oiseaux de chasse d‟Asie Centrale et porta un intérêt particulier à la tradition locale de la chasse au vol. 896 C - Osmon uulu 897 C - Mambetbaev
895

210 «gris moucheté» ou «gris bigarré»898. La caractéristique la plus pertinente du gerfaut commun reste la couverture sous-caudale barrée de noir d‟où un autre nom qu‟on lui donne souvent dans la poésie traditionnelle : baldak šumkar / baldaktuu šumkar «gerfaut [à la couverture sous-caudale] barrée / gerfaut [à la couverture sous-caudale] à barres» où baldak désigne les barres de la couverture sous-caudale. Si nous ne trouvons pas ce sens du mot baldak dans le dictionnaire de Yudakhin, il est attesté, comme nous l‟avons dit, dans la poésie traditio nnelle. Voilà comment Imankulov, barde et fauconnier kïrgïz de la rive nord du lac Ïssïk-köl, décrit le gerfaut899 :
saŋooru baldak saymaday šumkarda kooz jün bölök «Le beau plumage du gerfaut est tout particulier La couverture sous-caudale est barrée (baldak) comme une broderie»

Le nom baldak šumkar ou baldaktuu šumkar est donc l‟un des noms du gerfaut commun dans la poésie traditionnelle et n‟indique pas une race particulière. Il en va de même avec l‟appellation söök šumkar. D‟après Imankulov 900 , ce nom composé des mots söök «os; apparenté» et šumkar «gerfaut» est donné aux faucons chez qui les attributs du gerfaut n‟apparaissent qu‟après la première mue. III.1.3.2. Le gerfaut blanc Les fauconniers kïrgïz reconnaissent trois races de gerfaut dont chacune est définie par la teinte du manteau : ak šumkar «gerfaut blanc», kara šumkar «gerfaut noir» et küykö šumkar «gerfaut crécerelle». C‟est le gerfaut blanc qui suscite l‟émerveillement des fauconniers locaux mais ils ne le voient pas souvent. Nos informateurs ne le connaissaient que par ouïdire. Dans les années 1960 un fauconnier kïrgïz de la vallée du Talas, Čopo Medetbekov, avoua que pendant un quart du siècle il ne vit que trois gerfauts blancs qui hivernaient à cet endroit. Il en va de même avec le «gerfaut blanc», ak suŋkar, des fauconniers kazak. Voilà un témoignage recueilli dans la région d‟Almatï dans les années 1970 : «Je n‟ai jamais vu le faucon qu‟on appelle ak suŋkar. Mais on dit que, l‟aigle mis à part, c‟est le
meilleur des oiseaux de chasse. J‟ai entendu un viellard décrire le faucon blanc comme un oiseau très propre, comme un oiseau noble. Il ne supporte aucune souillure sur son plumage. Si une saleté s‟y accroche, il le nettoie immédiatement. Si la saleté résiste, il arrache la plume salie. Sa teinte est toute blanche. C‟est pourquoi on l‟appelle suŋkar ou ak suŋkar»901.

Quand ils parlent du gerfaut blanc, les fauconniers évoquent tout d‟abord sa beauté puis sa hardiesse à la chasse. Nous avons entendu dire qu‟avoir un gerfaut blanc au poing c‟est bien, parce que tout le monde vous regarde et admire votre oiseau. Le fait qu‟il s‟agisse d‟un oiseau rare ne fait qu‟augmenter l‟estime qu‟on lui porte. Or, il semble qu‟autrefois c‟était un oiseau mieux connu et plus souvent rencontré que de nos jours. On le voyait souvent au poing des fauconniers de l‟est du Kazakstan et de la Djoungharie902; au nord, dans

Rappelons cependant que boz n‟est pas à proprement parler le «gris» mais un mélange de couleurs, y compris de noir et de blanc, difficile à analyser et dans lequel on ne voit pas une couleur de base. 899 Imankulov 1980 : 117. 900 Imankulov 1980 : 116. 901 Älišerov 1994 : 62. 902 Babalïkov 1989 : 105.
898

211 la région de Pavlodar, on le décrivait comme «faucon blanc aux yeux noirs»903; il avait été pris à plusieurs reprises au sud, dans la vallée du Talas. Chez les Bachkir de nos jours «gerfaut» est devenu le nom d‟un oiseau que peu de gens sauront décri re. Mais les gerfauts de l‟Oural étaient nombreux autrefois, surtout le long du Bela, et jusqu‟au milieu du XIXème siècle on en voyait encore au poing des fauconniers locaux. Il semble que c‟est l‟exploitation sans mesure des aires de nidification qui provoqua la disparition du faucon blanc de l‟Oural. Au début du XXème siècle le gerfaut dans la région n‟était déjà plus qu‟un souvenir904. De même, au Turkestan chinois au début du XXème siècle on ne se rappelle que son nom et le fait que c‟est un oiseau cher905. Depuis la conquête de la Sibérie par l‟empire russe et le rétrécissement des territoires türk au nord, les captures de gerfauts blancs devinrent sporadiques, et les gens savaient bien qui avait pris un gerfaut blanc, quand, et ce que le gerfaut était devenu par la suite. Les témoignages de la fin du XIXème et du début du XXème siècles sont nombreux : Zarudnij raconte qu‟aux alentours de 1915 dans la région de Tachkent on parlait encore d‟un gerfaut blanc pris dans la basse vallée du Talas une trentaine d‟années plus tôt906. SUPPRIME En 1962 l‟ornithologue kïrgïz D. Ïrsaliev se rendit dans cette vallée pour observer un gerfaut blanc qui y était signalé depuis quelques années. L‟ornithologue vit dans cet oiseau un gerfaut de Sibérie, Falco gyrfalco intermedius Gloger907. En 1981, d‟après le témoignage de J. Babalïkov, des gerfauts de Sibérie furent soumis au jugement des fauconniers kazak d‟Almatï. Après un examen détaillé de la taille des oiseaux et de la teinte de leurs manteaux, les fauconniers locaux reconnurent que ces faucons ressemblaient beaucoup aux gerfauts kazak908. Les noms ak šumkar / ak suŋkar leur avaient été donnés sans hésitation. Quand les fauconniers kazak et kïrgïz disent «gerfaut blanc» ils ont en tête tout d‟abord les rares gerfauts de Sibérie qui se rencontrent en hiver dans leurs pays. Mais il existe, surtout au Kïrgïzstan, plusieurs témoignages sur des faucons blancs du pays. Au Tien Shan, dans la partie nord-est de la vallée de l‟Arpa, près du lac Čatïr-köl (3 500 - 3 600 m d‟altitude), se trouve un rocher que les Kïrgïz appellent ak šumkardïn uyasï, «l‟aire du gerfaut blanc». La population locale affirmait qu‟un faucon blanc y nichait depuis toujours et ceci était encore vrai au début de notre siècle. Voila, en abrégé, le témoignage de B. Soltonoev à propos de ce rocher : «En 1920 je me suis rendu exprès dans la vallée de l‟Arpa et j‟ai vu le rocher, mais je n‟y suis pas
monté. Il est vrai qu‟on ne trouve pas de tels rochers dans les autres régions du pays, mais il n‟est pas si haut. J‟ai cherché à savoir s‟il y avait toujours une aire de gerfaut et j‟ai reçu les réponses suiv antes. En 1886 un jeune kïrgïz des Sarïbagïš vola du bétail aux kïrgïz Čoŋbaghïš, sujets de la Chine. Sur le retour, pour raccourcir son chemin, il se mit à monter les lacets du rocher. C‟est alors qu‟il vit l‟aire. Tant qu‟il montait, le faucon blanc y revint souvent en y apportant chaque fois des oies. En fait, il y avait plusieurs aires sur ce rocher et en bas on trouvait en masse des os desséchés d‟oies, de cygnes, de marmottes, d‟outardes et de petites antilopes. Dans l‟hiver de 1898, alors que Musakoj o Keldibek uulu des kïrgïz Sayak se promenait dans la vallée de l‟Arpa, des canards et des oies tombèrent du ciel. Quand il leva les yeux, il vit un gerfaut pâle, kuba šumkar, pousser un vol d‟oies et de canards vers

Čormanov 1906. Dement‟ev 1952 : 89. 905Le Coq 1913 : 9. 906 Zarudnij 1915. 907 Ïrsaliev 1969 : 53. 908 Babalïkov 1989 : 105.
903 904

212
l‟endroit où se trouvait l‟aire. Vers 1906-1907, des canards tombèrent à nouveau du ciel dans la vallée de l‟Arpa»909.

Un autre rocher du même nom se trouve aussi au Tien Shan, dans la région de Atbašï, près de l‟endroit appelé Korgontaš. Il y avait encore un gerfaut blanc dans les années 1930. Les uns racontent que la dernière fois qu‟on vit ce faucon, il tua d‟innombrables oies qui tombèrent aux pieds des gens, puis il s‟envola pour toujours910. Les autres disent que, pour des raisons obscures, ce gerfaut fut tué par un douanier russe qui avait un très bon fusil911. Les gerfauts blancs dans ces témoignages ne sont donc pas des gerfauts de Sibérie puisque leur zone de nidification est beaucoup plus au nord. Rappelons ici qu‟on trouve parmi les gerfauts d‟Altay d‟une part des individus pâles et d‟autre part des individus sombres. Il est fort probable que les individus pâles des gerfauts d‟Altay sont décrits tant par les Kïrgïz que par les Kazak comme «gerfauts blancs», au même titre que les gerfauts de Sibérie. Dans l‟un des récits kïrgïz cités ci-dessus on parle d‟ailleurs d‟un gerfaut pâle, kuba šumkar et non pas d‟un gerfaut blanc, ak šumkar. D‟après l‟un de nos informateurs kïrgïz les gerfauts pâles sont appelés soit ak šumkar «gerfaut blanc» soit kuu šumkar «gerfaut pâle»912. En dehors de ces récits, c‟est la tradition épique kïrgïz qui enrichit l‟histoire du faucon blanc dans les steppes. Manas, le héros éponyme de la plus grande épopée kïrgïz, posséda un faucon blanc. A sa mort l‟oiseau revint à son fils Semetey. Une partie de l‟épopée décrit les aventures de Semetey qui part à la recherche de son faucon blanc, perdu pendant une chasse au cygne. On ne saurait dire si les récits ci-dessus concernant les deux rochers font écho à l‟épopée ou si les conteurs de Manas les ont intégré dans leurs improvisations, mais on raconte que le gerfaut blanc de Manas fut pris par l‟oiseleur Tölön du rocher qui se trouve dans la vallée de l‟Arpa. Le texte épique décrit ainsi cet oiseau :
közü kara kök šaal but .... booru kara sïrtï kök kösöö kuyruk ünü ačuu913 «Aux yeux noirs, aux tarses calleux ... au plastron noir, au manteau bleuté à la queue courte, au cri perçant»

Les gerfauts blancs d‟autrefois jouaient un rôle important dans les multiples échanges qui régissaient la vie des steppes. Tout d‟abord c‟était la rançon la plus sûre pour récupérer des confrères pris en otages pendant les razzias, barïmta qui rythmaient les relations entre clans et tribus. Ensuite, un gerfaut pouvait remplacer plusieurs têtes de bétail dans le prix de la bru, qalï. Enfin, une coutume voulait qu‟on puisse présenter le gerfaut comme don, tartuu à qui on voulait et exiger en revanche une récompense, kolko. Il était difficile de refuser un tel don et souvent tout un clan joignait ses efforts pour assurer la récompense. Au début de notre siècle cette récompense n‟était pas moins de cent moutons pour un gerfaut. Les gerfauts partaient le plus souvent vers les notables et c‟est de là que lui vient peut-être le nom ak mïrza

909 910

Soltonoev 1993 [1934] : II, 196-197. Manas 1995 : I, 68. 911 C - Osmon uulu 912 C - Süleymanbekov 913 Manas 1995 : I, 67.

213 suŋkar «gerfaut noble »914. Certes, c‟était un faucon noble mais aussi un faucon destiné aux nobles. III.1.3.3 Le gerfaut noir C‟est par opposition à ces gerfauts blancs que les individus sombres parmi les gerfauts d‟Altay sont appelés «gerfauts noirs», kara šumkar / kara suŋkar. L‟estime qu‟on lui porte chez les Kazak n‟est pas comparable à la passion que les Kïrgïz éprouvent pour cet oiseau. Ils disent du gerfaut noir qu‟il est «noir comme le charbon»915, «noir comme la loutre» ou «noir comme la corneille916«. Cette teinte de manteau n‟est pas entièrement imaginée. On trouve en fait parmi les gerfauts d‟Altay des oiseaux très sombres, presque noirs, comme le montrent les dessins de V. Vatagin faits au début de notre siècle et publiés dans la monographie de G. Dement‟ev917. Ces gerfauts noirs sont aussi connus et aussi estimés que les gerfauts blancs. On les utilisait aussi dans les échanges diplomatiques, et en Iran on mentionne ces gerfauts noirs dès l‟époque des Ilkhans (milieu du XIIIème siècle)918. Les fauconniers kïrgïz et kazak considèrent le gerfaut noir comme un oiseau local qui se reproduit dans leur pays. Mais il est aussi rare que le gerfaut blanc. On connaît encore bien les histoires des quelques gerfauts noirs que les Kïrgïz ont vus depuis le début du siècle. L‟un d‟eux fut pris au nid sur la rive nord du lac Ïssïk-köl par l‟oiseleur Mambetalï. Il le présenta ensuite à Kökümbay de la vallée du Jumgal qui offrit en récompense 100 moutons. Le gerfaut noir survécut à l‟exode qui, en 1916, amena son propriétaire au Xinjiang chinois. Deux ans plus tard, en 1918 quand les fugitifs étaient sur le chemin du retour, le gerfaut noir fut pris de force à son propriétaire par un Uygur de Üčturfan. Peu de temps s‟écoula et on revit le gerfaut noir sur l‟estivage de Kökümbay, dans la vallée du Jumgal, au Tien Shan kïrgïz. L‟oiseau s‟était échappé et avait rejoint son ancien maître. L‟autre gerfaut noir appartenait au célèbr e conteur de l‟épopée Manas, Čïlagïz Imankulov, originaire aussi de la rive nord du lac Ïssïkköl. Il chassa avec lui jusqu‟en 1959 et ce même faucon fit le voyage jusqu‟à Moscou pour y participer à une semaine de la culture kïrgïz. C‟est à cette occasion qu‟on fit la b elle photographie qu‟on voit si souvent dans les publications kïrgïz de Čïlagïz avec son kara šumkar. Un récit plus récent à propos du gerfaut noir est celui de Kurman Abdïkalïkov de Karaoy, rive nord de l‟Ïssïk-köl : «Je n‟ai pas chassé avec un gerfaut noir, kara šumkar, mais j‟en a pris un. C‟est mon fils Babay qui en
prit un en 1991 ou 1992. Ou peut-être en 1993. Il en a pris un, mais ce sont des Pakistanais qui sont venus et l‟ont emporté. Le gerfaut noir, on l‟a pris de ces montagnes, des montagnes qui sont près de notre village. Après nous, un autre en a pris aussi un gerfaut noir, du même endroit, ce gerfaut noir, il est parti en Arabie»919.

Le gerfaut noir est d‟une certaine façon le «gerfaut kïrgïz» puisque nulle part ailleurs il n‟a suscité tant d‟admiration et tant de discours qu‟au Kïrgïzstan. Hors de ce pays, même les fauconniers türk ne le connaissent qu‟à peine. SUPPRIME

914 915

Zarudnij 1915. C - Süleymanbekov 916 C - Abdïkalïkov; Rïskulov 1991 : 43. 917 Dement‟ev 1952 : 120, 123. 918 Doerfer 1963 : § 1273. 919 C - Abdïkalïkov

214 Les fauconniers kïrgïz hésitent un peu à donner leur préférence à l‟un des deux gerfauts. Le blanc est aussi hardi que le noir et la gamme de gibiers qu‟ils procurent est à peu près la même. Si l‟on admet que parmi les gerfauts communs, šumkar/jönököy šumkar, il peut y avoir de temps en temps des oiseaux médiocres, personne n‟a entendu parler d‟un gerfaut blanc, ak šumkar, ou d‟un gerfaut noir, kara šumkar, qui se soit avéré un mauvais chasseur. La mythologie de la fauconnerie kïrgïz de nos jours est cependant la mythologie du gerfaut noir. On dit que c‟est le gerfaut noir qui tue l‟aigle si ce dernier lui charrie sa prise. C‟est le gerfaut noir encore qui descend les outardes, les oies et les canards par dizaines pour n‟emporter que la dernière de ses victimes. C‟est toujours lui qui fait sauter les yeux du lièvre quand il le buffète, qui s‟empare du grand-duc et même du pélican. Certains exploits qu‟on attribuait autrefois au gerfaut blanc sont relégués de nos jours au gerfaut noir. A force d‟être rare, encore plus rare que le gerfaut noir, le gerfaut blanc voit sa gloire se ternir et l‟oiseau de chasse de Manas et de Semetey recule devant son congénère plus sombre mais plus proche. III.1.3.4. Le gerfaut «crécerelle» Tous les fauconniers kïrgïz sont d‟accord qu‟on lui donne ce nom à cause de son manteau qui ressemble à celui du faucon crécerelle920. Mais le portrait de cet oiseau semble réduit à la teinte du manteau. A une exception près, nos informateurs n‟ont pas été capables de décrire le gerfaut «crécerelle» en détail. D‟ailleurs il persiste une ambiguïté quant à la lignée (tukum) de l‟oiseau en question. Il est rapproché tantôt des gerfauts tantôt des faucons crécerelles. Les uns pensent qu‟il est de la même nature que le faucon crécerelle et que c‟est un faucon crécerelle de forte taille et très hardi. Les autres le décrivent comme un gerfaut dont le manteau est roussâtre. Dès lors, on n‟est plus unanime sur les performances à la chasse de ce faucon. L‟une des premières mentions de son nom s‟accompagne de la remarque qu‟il était le plus apprécié des gerfauts : quand on donnait en dot des oiseaux de chasse, au nombre de neuf comme le voulait la coutume kïrgïz, c‟était ce faucon qui y était le plus estimé921. De nos jours on n‟en parle plus dans ces termes. Certes, il y a des fauconniers qui assurent que le gerfaut «crécerelle» a toutes les caractéristiques du gerfaut et qu‟on chasse avec lui comme avec un gerfaut. Mais d‟autres vont jusqu‟à dire qu‟il est aussi impuissant que le faucon crécerelle922. Voilà comment le gerfaut «crécerelle» est décrit par l‟un des rares fauconniers de nos jours qui l‟ont vu : «Il a été pris par mon fils, voilà c‟est celui de mes fils qui l‟a pris. Moi, j‟étais caché derrière une hutte
à l‟endroit appelé Karačoku923, lui il était un peu plus haut, c‟est de là qu‟il l‟a pris. L‟oiseau était un peu plus grand que le faucon crécerelle, ses yeux étaient tout rouges, lui-même était tout roux, même les pieds étaient jaunâtres. Tiens, me dis-je, ne serait-ce pas un gerfaut crécerelle? Je l‟ai apporté ici, à la maison, j‟ai commencé à l‟apprivoiser, quand je le lançais sur les pigeons il les prenait vite et bien. Ah, c‟est un bon faucon, me dis-je, et je le mis au perchoir. Puis je suis parti pour deux ou trois jours, eh bien, il est mort de faim pendant mon absence»924.

Les ornithologues voient dans le «gerfaut crécerelle» des Kïrgïz une race du faucon sacre, celle du Tibet ou Falco cherrug hendersoni Hume925. Ce faucon niche en altitude, dans les Pamirs et dans l‟Alay et fréquente la Mongolie et le Tibet. Il est de grande taille, le dos, les
920 921

C - Süleymanbekov; Imankulov 1980 : 116, Biyaliev 1967 : 104; Rïskulov 1991 : 112. Cf. infra le témoignage de B. Soltonoev. 922 Akmataliev 1993 : 153. 923 Sur la rive nord de l‟Ïssïk-köl, aux piémonts du Küngöy Alatoo. 924 C - Abdïkalïkov 925 Kïrgïz 1976 : VI, 481.

215 ailes et la queue sont de teinte rousse et, fait très important pour les fauconniers kïrgïz, la couverture sous-caudale est barrée de noir926. Le sacre du Tibet est rencontré sporadiquement au Kïrgïzstan, au Kazakstan, en Ouzbékistan et au Turkestan chinois. Les fauconniers kazak et ouzbek de la vallée du Syr-Daria le cherchaient jadis dans la Boukharie orientale comme on appelait alors une partie des Pamirs. Ils l‟appelaient soit kïzïl suŋkar / kizil šuŋkår «gerfaut rouge» soit kïzïl itelgi / kizil itålgi «sacre rouge»927. D‟après Scully, un oiseleur de Yarkand, au Turkestan chinois, à la vue d‟un dessin coloré du faucon sacre du Tibet le nomma sans hésitation gerfaut, šumkar928. Les fauconniers uygur le capturaient autrefois dans le pays des Dolons, dans la région du Lobnor, et dans les montagnes au sud-ouest de Yarkand. Les témoignages kazak, ouzbek et uygur confirment que nous avons affaire à la race géographique du faucon sacre dite du Tibet. Mais la rareté de ce faucon et le fait que peu de fauconniers l‟ont tenu au poing accroît leurs hésitations sur ses véritables qualités. Hors du domaine türk, les faucons sacres des montagnes ont été rapprochés des gerfauts, sous influence türk le plus vraisemblablement, en Iran. D. Phillott rapporte que certains textes persans de fauconnerie décrivent le faucon dit šûnkâr «gerfaut» comme la race montagnarde du faucon sacre itâlgû. La différence entre ces races, d‟après ces textes, n‟est autre chose que la différence entre les gens trapus des montagnes et leurs voisins raffinés des plaines929. III.1.3.5. Le gerfaut pattu Avec la multiplication des races du gerfaut nous nous éloignons de plus en plus du faucon blanc, qu‟il soit de Sibérie ou d‟Altay. C‟est le cas de l‟oiseau appelé en kïrgïz «gerfaut pattu», baypaktuu šumkar. On trouve cette appellation tout d‟abord dans la liste de B. Soltonoev, ensuite dans le dictionnaire de Yudakhin et enfin dans le vocabulaire cynégétique de A. Biyaliev. Elle n‟est pas attestée dans les autres langues türk. Quant au kïrgïz, les trois mentions citées ci-dessus sont fort laconiques. Tout ce que nous savons sur ce faucon est qu‟il a les tarses emplumés, comme le montre son nom et, puisqu‟on l‟appelle šumkar, la couverture sous-caudale barrée de noir. La plupart des fauconniers de nos jours ne connaissent ni l‟oiseau ni le nom 930 . Les ornithologues n‟en disent pas d‟avantage sur ce faucon «pattu». Mais les données kïrgïz font écho à des données venant du nord-ouest de l‟Inde. Ainsi, D. Phillott écrit-il dans l‟un de ses articles sur le faucon sacre : «A variety of saker that does not appear to have been yet described is said to be feathered on the tarsi
and feet like «certain breeds of pigeons». Amongst the professional falconers of Pindi Gheb this variety is called sang-sang, but amongst falconers of the Derajat it is distinguished by the adjective pâ-moz , which may be translated «booted». The evidence of the existence of this peculiar variety (which is also supposed to be above the average in size) is detailed and corroborative. Arab falconers of Basrah incorrectly call this variety shunghar, a name (probably of a species of Jerfalcon) familiar to them from old Persian manuscripts on falconry»931.

Sans être sûre qu‟il s‟agisse du même oiseau, il nous semble que l‟unanimité des observations des fauconniers des deux cotés de l‟Himalaya mérite l‟attention. Notons aussi le nom shunghar, qui n‟est autre chose que le türk šumkar, donné à cet oiseau par les
Dement‟ev 1960 : 13 - 14. Zarudnij 1915. 928 Scully 1876 : 117. 929 Phillott 1908b : III, 113. 930 C - Osmon uulu; C - Abdïkalïkov 931 Phillott 1908c : III, 180.
926 927

216 fauconniers arabes. En outre, le nom saŋ-saŋ / sänsän est connu des fauconniers uygur de Kuča comme le nom d‟une race du faucon sacre932. III.1.3.6. Les noms qualificatifs du gerfaut en kïrgïz Une nomenclature n‟est jamais close. Nous espérons cependant que les paragraphes précédents ont éclairci tant soit peu les races principales du gerfaut chez les fauconniers türk. On rencontre dans la littérature d‟autres noms du gerfaut mais ce ne sont pas des noms de races à proprement parler. Pour une partie il s‟agit des noms régionaux, pour le reste ce sont le plus souvent des noms qualificatifs qui font allusion à l‟une des caractéristiques du gerfaut. Par souci d‟exhaustivité nous proposons une liste commentée de ces noms : - kasa šumkar : «gerfaut vrai» est inclus par A. Biyaliev dans son vocabulaire cynégétique933. Le nom est synonyme de baldaktuu šumkar «gerfaut [à la couverture souscaudale] barrée». D‟après l‟un de nos informateurs c‟est un nom qu‟on donne surtout au gerfaut noir934. - kösöö šumkar : «gerfaut à queue courte» est un nom que nous avons trouvé dans le répertoire de Turdubay Eškojo uulu, fauconnier de la région de Bichkek935. Le gerfaut en question est décrit comme un gerfaut au manteau noir d‟ébène, dont les plumes de la queue et des ailes sont dures comme le fer-blanc. Quand il se débat au perchoir, le bruit de ses plumes effare les moutons dans l‟enclos et les poulains sur les pâtures. Ce ne sont que les plus patients et les plus doués des fauconniers qui viennent à bout de ses ruses et qui réussissent à l‟apprivoiser. Il n‟y a pas de doute qu‟il s‟agit du gerfaut noir. La queue courte, qui ne dépasse pas les ailes repliées, est considérée par les fauconniers kïrgïz et kazak comme une preuve de rapidité. - tik šumkar : «gerfaut droit» est une appellation utilisée par l‟un de nos informateurs, originaire de la région du Tien Shan936. Elle évoque l‟une des qualités les plus appréciées des gerfauts : se tenir bien droit au poing ou au perchoir. - katuu bürkör : le nom se trouve tout d‟abord dans la liste d‟oiseaux de chasse de B. Soltonoev. Il est repris ensuite par Yudakhin dans son dictionnaire. Nous ne disposons pas de description de ce faucon qui est rangé parmi les autres races du gerfaut. D‟après l‟un des meilleurs fauconniers kïrgïz, Imankulov de la rive nord de l‟Ïssïk-köl, on appelle bürkör les bigarrures sur le plumage des oiseaux de chasse, et plus particulièrement celles qu‟on voit sur la naissance blanche de la queue chez les aigles. L‟appellation katuu bürkör se traduirait donc comme «[gerfaut] fortement moucheté». Il est probable que nous avons là un nom poétique du gerfaut, mais nous n‟avons pas pu trouver d‟exemples confirmant cette hypothèse. - kök šumkar : «gerfaut bleuté» est une appellation mentionnée à plusieurs reprises par nos informateurs937. Ils s‟en servent surtout pour illustrer la variabilité des teintes du manteau chez le gerfaut sans pour autant lui accorder le statut d‟une race à part entière. Chez Biyaliev le nom est expliqué comme désignant un vieux gerfaut au plumage bleuté938. Dans le même sens on rencontre ce nom dans les récits de S. Rïskulov939. - sürtmö šumkar : trouvé dans deux sources différentes ce nom est expliqué de deux manières différentes. D‟après le fauconnier Kudaybergen de la région de Kočkor, cités par S.
932 933

Le Coq 1913 : 9 et 114. Biyaliev 1967 : 104. 934 C - Osmon uulu 935 Akmataliev 1993 : 153. 936 C - Osmon uulu 937C - Osmon uulu; C - Šapirov 938 Biyaliev 1967 : 104. 939 Rïskulov 1991 : 62.

217 Rïskulov940, c‟est le nom qu‟on donne au gerfaut dont les barres de la couverture sous-caudale ne sont pas assez nettes et paraissent un peu estompées. D‟après le fauconnier Turdubay Eškojo uulu de la région de Bichkek, cité par A. Akmataliev941, il s‟agit d‟un gerfaut qui a les moustaches bien soulignées. Le gerfaut et le faucon sacre adultes ne portent pas de «moustaches», à la différence du faucon pèlerin. On devine cependant des «moustaches» chez certains sacres juvéniles. Or, c‟est par l‟absence ou la présence des moustaches que les fauconniers persans distinguent les multiples races, ou variétés, de faucon sacre. Il est donc possible que ce nom décrive un oiseau juvénile, qu‟il soit sacre de grande taille ou gerfaut türk. Il nous faut remarquer, pour conclure ces paragraphes, que le türk šumkar/suŋkar est beaucoup plus que le Falco gyrfalco des ornithologues. C‟est tout d‟abord une appellation qui inclut à la fois le gerfaut de Sibérie, la race locale du gerfaut et, enfin, quelques races du faucon sacre. C‟est aussi une appellation pratique dans la mesure où elle rend compte, grâce aux déterminants variés, du polymorphisme des gerfauts tel qu‟il est décrit par les ornithologues. Le gerfaut des Kïrgïz, et des Kazak, n‟est pas obligatoirement un faucon blanc. C‟est un faucon qui se fait remarquer tout d‟abord par sa couverture sous-caudale barrée de noir, puis par la beauté de son manteau, fût-il de teintes différentes, par sa taille et enfin par sa hardiesse à la chasse. Parmi les Türk ce sont les fauconniers kïrgïz qui ont le vocabulaire le plus riche et le plus détaillé pour décrire cet oiseau.

III.2. Le faucon sacre
Le faucon sacre est pour la fauconnerie en Orient ce que le faucon pèlerin est pour la fauconnerie en Occident. Cet oiseau de grande taille, parent proche du gerfaut, vit et se reproduit en Asie Centrale, en Mongolie et en Chine occidentale. En hiver il migre partiellement vers les pays arabes, l‟Iran et le nord de l‟Inde. Comme le gerfaut, le fauc on sacre est représenté par plusieurs races géographiques. Les races occidentales (Falco cherrug danubialis en Europe) ont les parties ventrales foncées, un discret dessin roussâtre sur les parties dorsales et la couverture sous-caudale striée. Les races orientales (Falco cherrug cherrug Gray, Falco cherrug milvipes Jerdon, Falco cherrug hendersoni Hume) se distinguent par le ventre moins foncé, le dos davantage marqué de roux et la couverture souscaudale barrée. Les races occidentales sont généralement plus petites que les races orientales. Ces dernières se rapprochent souvent du gerfaut. Rappelons nous que le faucon sacre du Tibet, qui appartient aux races orientales, est considéré par les fauconniers türk comme une race de gerfaut et non pas comme une race du faucon sacre. Connu des fauconniers depuis la Chine jusqu‟au nord du continent africain, le faucon sacre a mérité très tôt leur estime. On vit en lui un oiseau de chasse robuste et résistant qui malgré une certaine lourdeur du vol convenait bien à la chasse du gros gibier. On a su très tôt surmonter son naturel rebuté en montrant plus de patience pendant l‟apprivoisement, et en revanche on a pu admirer son vol de l‟outarde, du lièvre et de la gazelle. Dans les pays arabes, où l‟art de chasser avec un sacre connut le plus de raffinement, les fauconniers locaux suivirent avec attention ses migrations et élaborèrent une nomenclature très riche pour décrire les multiples variétés de son plumage. Ils distinguaient tout d‟abord les oiseaux hagards942 sakr des oiseaux niais šark. Parmi les premiers on ne comptait pas moins de sept teintes du plumage et on décrivait avec conviction les qualités et les défauts qui
940 941

Rïskulov 1991 : 112. Akmataliev 1993 : 153. 942 «Un faucon hagard est l‟oiseau pris sauvage à la fin de sa première année et en livrée complète», Chenu 1980 : 165.

218 allaient avec chacune de ces teintes. Chez les faucons niais, on arrivait à définir cinq plumages différents et à attribuer des qualités particulières à chacun d‟eux. Le faucon sacre était nommé souvent «le gentil», hurr, de la même manière que les fauconniers occidentaux réservaient ce compliment au faucon pèlerin 943 . Dans les traités arabes de fauconnerie, le faucon sacre précédait le faucon pèlerin puisqu‟il lui était supérieur. Le fauconnier arabe, dit sakkar, était celui qui s‟occupait surtout du vol du faucon sacre comme le montre le nom de son métier formé sur le nom du disciple le plus apprécié. Enfin, ce sont des fauconniers arabes que l‟Occident apprit l‟usage du faucon sacre et c‟est sous son nom arabe que nous le connaissons aujourd‟hui. En Iran, le faucon sacre, čarg est décrit en détail dans les traités de fauconnerie dès le XIème siècle 944 . Son nom est l‟un des plus anciens noms d‟oiseau de chasse que nous connaissons en persan et c‟est de cette langue que les Arabes l‟avaient emprunté. Dans les pays arabes comme en Iran, le faucon sacre était fort apprécié pour la chasse de l‟outarde et du lièvre, mais il marqua l‟histoire de la volerie de ces pays surtout par son emploi à la chasse de la gazelle. En Extrême Orient, le faucon sacre a une histoire parallèle à l‟histoire du gerfaut, et ses meilleurs exemplaires accompagnèrent souvent le cousin plus noble dans des missions diplomatiques. A l‟époque des Tang, le faucon sacre fait partie des oiseaux de haut vol utilisés par les Chinois et, comme souvent en Orient, il semble plus apprécié que le faucon pèlerin945. On se procurait des sacres non seulement par l‟intermédiaire des «Barbares de l‟Ouest», mais aussi en Chine même. Les faucons niais pris sur le Fleuve Jaune dans le Ningxia oriental furent renommés dès le VIIème siècle 946 . Nous retrouvons les faucons sacres à côté des gerfauts et des pèlerins dans les équipages de Koubilay (1260-1294). Malgré la forte concurrence de l‟autour l‟usage de cet oiseau de chasse fut maintenu jusqu‟à l‟arrivée de la dynastie mandchou des Qing (1644-1911). Les Mandchous sont la seule population toungouse à avoir un nom pour ce faucon, itulhen947, et le nord de la Chine doit constituer la frontière septentrionale de l‟usage du sacre.

III.2.1. Le nom du faucon sacre en türk
Le faucon sacre est un oiseau de chasse répandu surtout au sud du domaine türk c‟està-dire au Türkmenistan, en Ouzbékistan, au sud du Kazakstan, au Kïrgïzstan et au Turkestan chinois. Plus au nord, en pays baškir et tatar, on connaît son nom mais il est peu utilisé. Le nom du faucon sacre, itelgi est assez stable dans la zone méridionale :
itålġi italġu / itälgü itelgi itelge itelgi itelgi ütälki ütel‟gi
943 944

Falco cherrug Falco cherrug Falco cherrug Falco, faucon Falco cherrug ?Circus, busard Falco cherrug Falco cherrug

Ouzbek Uygur Kïrgïz Nogay Kazak Karakalpak Azeri Türkmen

Ouzbek 1981 : I, 339; Ouzbek 1983 : 88 Denison-Ross 1909 : 274; Le Coq 1913 : 9 et 114 Yudakhin 1965 : 305 Baskakov 1940 : 189 Kazak 1979 : IV, 478 Baskakov 1951 : 57; Karakalpak 1967 : 403 Azeri 1977 : 173 Türkmen 1968 : 674

Viré 1984 : 134 - 142. EIR - Bâz, 17. 945 Schafer 1958 : 308. 946 Schafer 1958 : 298 - 299. 947 Novikova 1972 : 138.

219
ätälge ätälge etelek femelle du gerfaut Falco cherrug Falco cherrug Baškir Tatar de Kazan Čuvaš Baškir 1964 : 327 Tatar 1857 : 59-60 Petrov 1986 : 30

Par contre, chez les populations türk du Nord, qui ne connaissent pas le faucon sacre, un nom proche, désigne tout simplement un oiseau de proie, milan ou vautour :
t‟elgen tälgän / tägligän teyligen/ teligen tegligen teylegen tiygilgen tilgän töylögän Milvus, milan Milvus, milan Milvus, milan Aquila, aigle Milvus, milan vautour, milan Milvus, milan Milvus, milan Lebed Teleut Telengit Abakan Altay kiji Xakas Tatar Baškir Baskakov 1985 : 213 Petrov 1986 : 30 Petrov 1986 : 30 Petrov 1986 : 30 Baskakov 1964 Čankov 1961 Tatar 1977 : III, 9710 Baškir 1964 : 320

Dans la zone méridionale on relève le mot teligen en kïrgïz, où il désigne le tiercelet du faucon sacre peu apprécié en fauconnerie948. En tatar et en baškir, qui constituent une zone transitoire, les deux formes coexistent : l‟une désigne le faucon sacre et l‟autre un oiseau de proie. La situation est semblable du côté mongol. Le faucon sacre a un nom, proche du nom türk, dans les langues mongoles du sud tandis qu‟en bouriat, parlé par un groupe septentrional des Mongols, on ne trouve guère de nom pour ce faucon :
itelgü itelge šonxor idleg / idleg sonxor idleg idleg/ idleg šonxor itlg gerfaut Falco cherrug Falco cherrug espèce de faucon utilisé pour la chasse au lièvre Falco cherrug Falco cherrug Mongol moyen Xalx Xalx Xalx Xalx Kalmouk Lessing 1960 : 418 Moaven 1971 : 123 Namnandordj 1976 Cevel 1966 : 299 Bazïlxaan 1977 : 143 Kalmouk 1977 : 274

Parmi les langues toungouses ce n‟est qu‟en mandchou que nous relevons le nom itulhen/iturhen «gerfaut (sic)»949. Remarquons que le nom du faucon sacre en mongol est souvent composé de deux mots dont l‟un qui est le nom du gerfaut, sonxor / šonxor est un déterminant, tandis que le nom propre au faucon sacre, idleg, est un déterminé. Ceci n‟est pas surprenant puisque les Mongols connaissent une race du faucon sacre des montagnes, ou dans le langage des ornithologues le faucon sacre de Mongolie (Falco cherrug milvipes Jerdon), qui est très proche du gerfaut. Rappelons nous qu‟un autre faucon sacre d‟altitude, le faucon sacre du Tibet (Falco cherrug hendersoni Hume), est considéré par les fauconniers kïrgïz comme une race du gerfaut et non pas comme une race du faucon sacre. La plupart des lexicographes considèrent que les Türk, comme les Mandchous, ont emprunté ce nom aux Mongols950. Comparant les noms du faucon sacre dans les langues en question Novikova reconstitue deux formes d‟origine qui sont d‟après son avis étymologiquement les mêmes : *itelgün qui est à l‟origine des formes mongoles, mandchou et türk méridionales et *iteglegün >*iteglegen> *teglegen d‟où sont issues les formes dans les

948 949

Yudakhin 1965 : 721. Cincius 1975 : I, 334; Novikova 1972 : 138. 950 Doerfer 1963 : § 62.

220 langues türk de la Sibérie951. Ces formes reconstituées, comme les formes modernes n‟ont guère d‟étymologie mongole. A. Biyaliev en a proposé une à partir des données türk. Il isole deux racines verbales it- «pousser; heurter» et teg- «atteindre; frapper» attestées en türk ancien et préservées dans les langues türk d‟aujourd‟hui soit sous les mêmes formes soit sous des formes morphologiquement plus élaborées952 :
Türkmen Azeri Uygur Tatar Baškir Kazak Kïrgïz Ouzbek «pousser», «heurter» itele- / itekleitäläitä(r)et-/ etär- ?üteretiteriteritar«toucher», «effleurer» deg- /degirdäytägtiyteytiy-/tiygiztiyteg- /tegiz-

La première racine it- «pousser, heurter» possède par ailleurs en türk ancien une forme factitive itär- «faire pousser, faire heurter» qui est à l‟origine de l‟un des plus anciens noms pour «fauconnier» en türk, itärči que nous traduisons comme «celui qui pousse [le faucon]»953. C‟est peut être cette même racine que nous découvrons dans l‟une des formes mandchous : iturhen viendrait de itur+hen. Mais aucune racine verbale du type it-/id-/itärn‟existe ni en mandchou ni en mongol. Ce qui tend à prouver que les formes mongoles et mandchoues viennent du türk. Quant aux noms türk du faucon sacres ce sont des dérivés nominaux et le plus vraisemblablement des participes954. Cette étymologie türk ferait du faucon sacre «celui qui heurte [la proie]» ce qui décrit assez précisément son comportement dans la nature955.

951 952

Novikova 1972 : 138. A propos du morphème - lA, des formes türkmen et azeri, comme morphème verbal qui au départ décrivait une action répétitive cf. Serebrennikov 1986 : 237. Quant au morphème -(A)r / -(I)r c‟est une synonymes du morphème précédent, cf. Serebrennikov 1986 : 239. On s‟en sert par ailleurs pour former certaines formes factitives. 953 DS 1969 : 215. 954 Le turc ancien fut une langue particulièrement riche en participes. Une partie de ces participes sont encore opérationnels dans les langues türk d‟aujourd‟hui, d‟autres ont rejoints les noms. L‟un des morphèmes les plus actifs est -GAn/-GIn, cf. Ŝerbak 1977 : 171 - 173, Serebrennikov 1986 : 103-104, que nous reconnaissons facilement dans les formes reconstituées par Novikova et dans celles des langues türk de la Sibérie. De plus, c‟est un morphème qui dépasse la morphologie proprement türk et que nous retrouvons en mongol, cf. Poppe 1974 : § 149. Dans ce cas une partie des formes türk auront perdu le -n final. Il nous semble que c‟est la seule hypothèse qui expliquerait non seulement les formes türk mais aussi les formes mongoles et mandchoues. Quant à l‟origine mongole du nom du faucon sacre elle attend une analyse morphologique comme celle appliquée aux formes türk pour notamment éclaircir la racine et donc l‟étymologie de ce mot. 955 A. Biyaliev 1972 : 251 - 255 propose une autre interprétation du «morphème» -GIn. Cette interprétation nous paraît cependant complètement gratuite. D‟après Biyaliev, le «morphème» -GIn serait issu d‟un mot ancien *GIn chargé du sens «oiseau». Biyaliev reconstitue ce mot ancien à partir des données kïrgïz, où la forme teligen coexiste avec la forme telikuš d‟où l‟auteur conclut que les deuxièmes éléments de ces formes ( -gen et -quš) sont des synonymes et attribue donc au premier le sens du kuš «oiseau». Il donne un autre exemple, celui du nom küčügen «oiseau de proie de grande taille», qu‟il fait remonter a u küčtüü-gen, où le premier élément étant un déterminant küčtüü «fort, plein de force» le deuxième élément serait logiquement un déterminé, c‟est -à-dire un nom et vraisemblablement celui pour «oiseau». Remarquons seulement que les morphèmes du type -ġun/-gen/gün/-ġan sont très utilisés pour la formation des noms d‟animaux, et non seulement des oiseaux, cf. par exemple l‟étude de Novikova 1972, et qu‟il est hasardeux de les charger du sens «oiseau».

221

III.2.2. Les faucons sacres des fauconniers türk
Le faucon sacre est, de nos jours, le faucon le plus utilisé au Kïrgïzstan et au Kazakstan. C‟est d‟ailleurs le seul faucon que nous avons vu lors de nos enquêtes. Les fauconniers kïrgïz le décrivent cependant assez sommairement. C‟est un faucon différent du gerfaut puisque la couverture sous-caudale n‟est pas barrée mais striée, il y en a qui sont hardis à la chasse mais en général ce faucon est plus lent et moins agile que le gerfaut ou le faucon pèlerin. Voici deux opinions kïrgïz sur le faucon sacre : «La femelle du faucon sacre est plus grande que le mâle. Elle chasse les marmottes. C‟est un berger
qui l‟a vue chasser des marmottes. C‟est qu‟elle est très courageuse et très hardie parce que les marmottes sont fortes, elles ne sont pas une proie facile»956

«C‟est un oiseau cher. Les bons exemplaires sont de très bons oiseaux de chasse. Ils prennent le lièvre,
l‟outarde, l‟oie et d‟autres gibiers de grande taille. Ils peuvent même prendre le tétraogalle, le faisan, la perdrix»957

Les races du faucon sacre, itelgi sont moins nombreuses que les races du gerfaut, šumkar. Au Kïrgïzstan, on lui connaît trois races principales : kïygak, kara bölö et muštuk. Ces trois noms sont absents des études sur les oiseaux de chasse au Kïrgïzstan faites jusqu‟ici et ne sont pas expliqués dans le dictionnaire de K. Yudakhin. Pour les deux premiers nous avons eu les témoignages de deux de nos informateurs; le troisième n‟a été nommé et décrit que par un seul informateur. III.2.2.1. Le faucon qui fauche Commençons par le nom de la première race, kïygak. Le mot est un dérivé du verbe kïy- «couper, trancher, faucher, écimer»958. Dans la langue courante le mot kïygak959 désigne, en kïrgïz, les tranchants de la lame d‟un poignard, et en kazak, la «dent» des faucons. La «dent», ou l‟ondulation tranchante qui se trouve sur la mandibule supérieure, est l‟un des traits physiologiques qui distingue les faucons des autres oiseaux de proie, aigles et autours par exemple. Nous avons peu de données sur l‟aspect extérieur du faucon kïygak mais il a deux signes distinctifs : il est de faible taille et ses plumes sont tranchantes comme la lame d‟un couteau. Voilà comment l‟un de nos informateurs le décrit : «Le faucon qu‟on appelle kïygak, c‟est mon fils qui l‟a vu, moi aussi je l‟ai vu. Nous étions cachés et
tout d‟un coup nous avons entendu un bruit, moi j‟agite le pigeon [qui sert de leurre], et alors le faucon pique sur le filet avec un sifflement. Je regarde, rien, je le vois voler plus loin. Puis je regarde le filet, les quatre piquets qui le tiennent sont sur place, ils n‟ont même pas bougé. Ah, je vois, il a du passer par le dessus du filet, me dis-je. Ensuite, juste en face de moi il y a un autour qui apparaît, j‟agite le pigeon, l‟autour s‟approche, c‟était un autour juvénile, et il tombe dans le filet. Je le sors du filet puis quand je veux remettre le filet sur les quatre piquets, là où le faucon était passé je vois quatre mailles tranchées, voilà comme avec un couteau. C‟est donc en fauchant le filet qu‟il s‟était sauvé »960.
956 957

C - Osmon uulu C - Süleymanbekov 958 Ŝerbak 1970 : 194; Yudakhin 1965 : 479. 959 Morphologiquement nous y distinguons la racine kïy- et le morphème nominal -GAQ par lequel on forme le plus souvent des noms d‟outils dont on se sert pour effectuer l‟action décrite par la racine, cf. Serebrennikov 1986 : 109. 960 C - Abdïkalïkov

222

Ce faucon frappe l‟imagination surtout par la manière dont il tue ses proies. Les deux témoignages concordent dans les plus petits détails : «Le faucon dit kïygak est une race du faucon sacre. Comment il se fait qu‟on l‟a appelé kïygak? C‟est
que quand il attaque l‟outarde ou le cygne ou l‟oie il ne les buffète pas, il se glisse sous l‟aile, et là il fauche le tendon. Ensuite ils ne peuvent plus voler, ils tombent par terre. Alors, il se glisse à nouveau sous l‟aile et cherche la chair. C‟est de cette chair qu‟il bequète, les proies essaient de se sauver en courant, mais il bequète, il bequète. Voilà ce qu‟on appelle kïygak. Une race du faucon sacre»961.

«Quand les outardes et les oies volent, le faucon dit kïygak vient tout d‟un coup, il se glisse sous l‟aile
et arrache le tendon. L‟outarde tombe par terre. Le faucon en poursuit une autre, se glisse sous l‟aile et arrache le tendon. Mon père disait que ce faucon ne buffète pas la proie, il est tout tranchant. Les proies qu‟il fait descendre [en leur arrachant le tendon ou le pectoral] ne peuvent plus voler, moi j‟y vais, toi tu y va, on leur tranche le cou et on les ramasse puisqu‟ils ne peuvent plus voler. Pour le vol de l‟outarde on a donc besoin d‟un tel faucon. Quand je le lâche il se glisse rapidement sous l‟aile, et après qu‟il lui a arraché le tendon, l‟outarde tombe »962.

Comme tous les faucons de bonne qualité c‟est un oiseau rare. De plus, il est difficile d‟en attraper un puisqu‟il fauche le filet. En fait, on ne le prend que si ses pieds s‟y emmêlent. Ce n‟est pas pour autant un oiseau imaginé. Sur la rive nord du lac Ïssïk-köl on raconte que c‟est le père d‟un fauconnier local très connu, Kasïm Kartayganov, qui a chassé avec un tel faucon. Il est difficile d‟identifier ce faucon sacre au plumage qui fauche le filet et qui tue ses proies en leur arrachant le pectoral. Citons, à titre de curiosité, ce que V. Dal‟, l‟auteur du dictionnaire du russe vernaculaire, écrit à l‟entrée «gerfaut», krečet : «Ce faucon est le plus précieux de tous les oiseaux de chasse. Il n‟attaque jamais une proie par terre, il ne la buffète pas non plus en l‟air. Il y fonce du ciel et il glisse ses serres sous l‟aile»963. III.2.2.2. Le faucon dit « demi-frère » Quant au faucon dit kara bölö c‟est l‟un des faucons que nous avons vus. En décembre 1996 Kutuldu Süleymanbekov de la rive sud de l‟Ïssïk-köl était en train d‟en apprivoiser un. Le faucon avait été pris sur la même rive, un peu plus à l‟est, à J eledöböö, par l‟un des amis de Kutuldu. Les deux doigts de la main gauche du faucon avaient été arrachés par un chat sauvage, mais Kutuldu ne désespérait pas de le faire chasser pour de bon. C‟était de toute évidence un faucon sacre. Le dessus était brun-gris avec les lisières des plumes plus claires, le dessous strié de noir, la tête nettement plus pâle que le manteau, et les moustaches à peine visibles. La cire des pattes était jaune tandis que la cire des yeux et du bec était livide. Mais c‟est ici une description d‟une observatrice non initiée. Voilà comment le maître décrit son oiseau : «Celui que nous appelons kara bölö «demi-frère» est une race du faucon sacre. Mais il a le
comportement d‟un gerfaut. Les barres claires sur la queue ne sont pas très marquées, le man teau est noir, mais souvent il est moucheté par-ci par-là. C‟est ainsi le faucon sacre qu‟on appelle kara bölö. Parmi les faucons sacres, il est le plus proche des gerfauts »964.
961 962

C - Satïlganov C - Abdïkalïkov 963 Dal‟ 1989 : II, 193. 964 C - Süleymanbekov

223

La ressemblance entre ce faucon et le gerfaut a été soulignée aussi par un autre de nos informateurs, Sarï Satïlganov, un voisin proche de Kutuldu. D‟après Sarï, le faucon dit kara bölö se rapproche d‟avantage du gerfaut que du faucon sacre. On le reconnaît par les couvertes de la queue qui sont toutes noires tandis que les couvertures sont barrées de blanc. Sarï lui-même a chassé avec ce faucon pendant deux saisons et dans ses souvenirs c‟est son «gerfaut»965. Si nous avons vu l‟oiseau de Kutuldu, nous n‟avons pas assisté à la chasse où il était censé montrer sa ressemblance avec le gerfaut. Le faucon de Kutuldu est mort quelques mois plus tard et malgré les espoirs de son propriétaire il n‟a jamais chassé pour de bon. SUPPRIME Le faucon sacre que les Kïrgïz appellent kara bölö (Tuurasuu, rive sud de l‟Ïssïk-köl, K. Süleymanov, déc. 1996) G. Dement‟ev dans son étude sur le gerfaut d‟Altay décrit une variation du plumage chez qui les couvertes de la queue ne sont pas barrées. Cette variation semble correspondre au kara bölö des fauconniers kïrgïz. Au nord de l‟Inde, la même observation a été faite par D. Phillott à propos d‟une race du faucon sacre appelée lagar-dum «[faucon] à queue du laggar» par les fauconniers indiens et mutlaku’l-’amûd «[faucon] aux couvertes non barrées» par les fauconniers arabes. Le faucon laggar ou Falco jugger Gray, évoqué par le nom indien, a comme signe distinctif une queue brune dont toutes les rectrices sauf la paire centrale sont barrées de blanc. Le faucon aux couvertes non-barrées, qui ressemble à la fois au sacre et au gerfaut, et qui est connu des fauconniers kïrgïz, indiens et arabes n‟est pas reconnu par la systématique ornithologique. III.2.2.3. Le faucon dit «muštuk» La race dite muštuk a été décrite par un seul informateur, Kurman Abdïkalïkov de Karaoy, rive nord de l‟Ïssïk-köl. Il a tracé tout d‟abord le portrait de ce faucon puis a fait une description très vive de la façon dont il chasse. Voilà tout d‟abord comment il le décrit : «Nous étions en train de descendre de la montagne [où ils ont passé une journée à capturer des oiseaux
de chasse] et je vois Düyšö Čakïrov, le responsable de notre commune. Il était aussi un autoursier, un oiseleur. « Alors, tu en a pris? », demandai-je. « Aucun », dit-il. Mais qu‟est-ce que c‟est que cet oiseau qu‟il porte enveloppé, pensai-je. On dirait un faucon sacre, la tête est comme celle du faucon sacre, les cuisses sont celles du faucon sacre. J‟en avais entendu parler quand j‟étais petit, puis je l‟avais vu. Ah, c‟est donc celui qu‟on appelle muštuk. ... C‟est à cette occasion que j‟ai vu le faucon qu‟on appelle muštuk. Ses cuisses sont grosses et courtes, il ressemble au faucon hobereau. Celui que j‟ai vu il avait l‟aile un peu déchirée. C‟est un signe de hardiesse ».

Le récit complet de Kurman montre que celui qui avait pris le faucon dit muštuk n‟avait pas été en mesure de le reconnaître. En fait, il est difficile de savoir comment Kurman lui-même l‟a reconnu si ce n‟est qu‟il en avait déjà entendu parler. D‟après le récit de Kurman, tous les oiseaux de proie, l‟aigle et le sacre commun y compris, ont peur de ce faucon. Néanmoins il ne les attaque que quand il est sujet à une provocation966. Il existe au Kïrgïzstan beaucoup de récits sur la rivalité entre l‟aigle et le faucon sacre. On dit que le faucon sacre tue l‟aigle qui lui charrie la proie967, que l‟aigle et le faucon sacre se disputent les
965 966

C - Satïlganov C - Abdïkalïkov 967 Akmataliev 1993 : 155 - 157; Rïskulov 1991 : 104 - 106.

224 aires dans les rochers, que l‟aigle attaque parfois la couvée du sacre qui se venge ensuite968. Quant au faucon sacre dit muštuk ses qualités exceptionnelles se révèlent quand on décrit la manière dont il chasse le tétraogalle. Nous avons recours encore une fois au récit de Kurman : «Quand on chasse avec un tel faucon, il faut chasser les tétraogalles. Jadis un fauconnier d‟ici chassait
avec le faucon dit muštuk. Ce fauconnier s‟appelait Osmonkan, il était de Aral, au nord de Čolponata. Il avait donc ce faucon dans la yourte et le faucon était chaperonné. Il était au perchoir. Quelqu‟un entre dans la yourte, le faucon ne bouge même pas. Puis, tout d‟un coup, le f aucon se remue, comme ça il remue ses ailes. Tiens, ce faucon qui se tenait en paix, ce n‟est pas en vain qu‟il se remue [dit son maître]. Il prend le faucon, caresse ses plumes, lui enlève le chaperon et le lâche avec les jets. Il le lâche de l‟intérieur de sa yourte. Le faucon s‟en va. On ne sait pas où il va. Une demi -heure plus tard on voit une dizaine de tétraogalles tourner au-dessus de la yourte. Elles ne peuvent pas s‟en aller, elles ont peur [du faucon]. Le faucon dit muštuk les descend tous, il les fait tomber à l‟intérieur de la yourte. Puis son maître découpe l‟un des tétraogalles et lui jette les viscères. Puis le faucon dit muštuk revient et les avale lentement. Voilà comment il est, le faucon dit muštuk. Il savait de loin qu‟il y avait de tétraogalles à proximité. Il a l‟ouïe si fine, il reconnaît ce qui est en train de s‟approcher ».

Ce récit reprend en fait des exploits qu‟on attribue le plus souvent au gerfaut noir. Remarquons que les meilleures races du faucon sacre sont très proches du gerfaut. III.2.2.4. Les défauts des faucons sacres comme oiseaux de chasse En fait, le sacre commun, tout en étant le faucon le plus utilisé de nos jours au Kïrgïzstan, y est souvent critiqué pour trois défauts principaux : il est rebuté, son vol n‟est pas aussi souple que le vol du faucon pèlerin et il est sujet à la fuite. Les fauconniers kïrgïz sont cependant plus bienveillants à l‟égard du faucon sacre que leurs confrères kazak. Ces derniers ne sont pas satisfaits de la manière dont il chasse. En fait, le sacre peut être très entreprenant à la proie et la poursuivre pendant des dizaines de kilomètres. Le fauconnier est donc obligé de le suivre en forçant au maximum son cheval. Dans ce cas, c‟est l‟éleveur qui l‟emporte sur le fauconnier chez les Kazak : on considère unanimement qu‟il est peu raisonnable de sacrifier une monture pour la prise d‟un faucon sacre. Une proverbe très répandu sanctionne cette décision : itelgi salgan et jeydï, atïnïn etin it jeydi, «Celui qui chasse avec un faucon sacre mange de la viande mais son cheval est mangé par les chiens»969. Comme pourvoyeur de viande on lui préfère l‟autour et on dit : karšïga kazan astïradï itelgi etek bïlgaydï, «L‟autour fait bouillir le chaudron, le sacre salit les vêtements». Ce scepticisme à l‟égard du faucon sacre s‟explique par le fait que pour la même gamme de gibiers les Kazak et les Kïrgïz disposent de l‟autour. Par rapport au faucon sacre, il est plus facile à apprivoiser et de plus il ne se lance jamais dans de longues poursuites, se contentant d‟arrêter le gibier sur une courte distance ou laissant tomber la poursuite dans le cas contraire. Mais aussi lisons-nous dans ce scepticisme un choix pragmatique qui fait de la chasse au vol non pas un divertissement mais une activité payante. L‟avis contradictoire qui fait du faucon sacre le faucon le plus utilisé mais aussi le plus critiqué est partagé aussi par les autres fauconniers türk. Au Turkestan chinois, d‟après le témoignage de Scully, «the aitalgu is not at all prized, and is considered hardly worth training»970. A l‟ouest du domaine türk les Baškir prenaient chaque année des faucons sacres

968 969

Rïskulov 1991 : 10 - 18. C - Esentaev 970 Scully 1876 : 117.

225 niais, mais ces oiseaux étaient à vendre, tandis que les fauconniers locaux se servaient surtout du faucon pèlerin971. Jadis les aires de nidification du faucon sacre étaient âprement négociées entre les différentes tribus türkmen. D‟après le témoignage d‟Aboul Ghazi, au XVIème siècle, les Karaoylï, étant très appauvris, demandent aux Ersarï, avec qui ils partagent un ancêtre commun, de leur céder les sources d‟eau et les aires d‟oiseaux de chasse dans les Balxans. Les Ersarï leur attribuent dix aires de faucon pèlerin et dix huit aires de faucon sacre au Grand Balxan de même que quatre aires de faucon pèlerin et six aires de faucon sacre au Petit Balxan. En revanche, les Karaoylï s‟obligent à procurer chaque année aux Ersarï dix femelles et quatre mâles du faucon pèlerin et dix huit femelles du faucon sacre. Ils remplissent cette corvée pendant plusieurs années972. Jusqu‟au XIXème siècle le faucon sacre était l‟oiseau de chasse le plus répandu dans le pays désertique des Türkmen et, d‟après le témoignage de Moser973, on l‟utilisait, comme en Iran et dans les pays arabes, pour chasser la gazelle. Cela n‟empêche pas que les Türkmen le décrivent comme un oiseau capricieux et rebuté, difficile à apprivoiser974. N‟oublions pas que la renommée du faucon sacre tant en Iran que dans les pays arabes est due surtout à ses performances à la chasse de gazelle. Parmi les Türk, cette chasse fut pratiquée jadis par les Türkmen. Cela n‟est plus vrai depuis le début de notre siècle. Les dernières chasses de gazelles avec des faucons sacres ont eu lieu chez les Türkmen d‟Afghanistan, à Dawlatabad, dans les années 1960975. Il existe quelques témoignages sur ce type de chasse au Kazakstan, mais il est certain qu‟elle n‟a jamais été très répandue. Chez les Kïrgïz, on n‟en parle pratiquement pas. Privé d‟un gibier spectaculaire comme la gazelle, concurrencé par l‟autour comme pourvoyeur de viande et dépassé dans toutes ses qualités par le gerfaut d‟Altay, le faucon sacre de nos jours tient une place bien humble parmi les oiseaux de chasse des fauconniers türk.

III.3. Le faucon pèlerin
Le faucon pèlerin est le favori des fauconniers en Occident qui lui décrivent des mérites innombrables. C‟est un bel oiseau au manteau bleuté qui est certes moins éblouissant que celui du gerfaut mais infiniment plus beau que celui du faucon sacre. Il est docile et s‟apprivoise facilement. C‟est le plus rapide des faucons et ses piqués sur la proie sont spectaculaires. Enfin, c‟est l‟oiseau de chasse dont la gamme de gibier est la plus variée et qui s‟attaque à plus de cent vingt espèces d‟animaux. Son emploi en fauconnerie s‟amplifie du fait que c‟est le seul faucon mondialement répandu. De plus, c‟est un oiseau migrateur ou erratique comme le suggère son nom. Les races locales d‟une part et les faucons migrants d‟autre part ont été à la base de l‟élaboration d‟une nomenclature du faucon pèlerin tant en Occident qu‟en Orient. Là où la fauconnerie était pratiquée, les fauconniers connaissaient tout d‟abord les pèlerins sédentaires de leurs pays, puis les pèlerins migrateurs. En France par exemple l‟espèce nominale, Falco peregrinus peregrinus Tunst., était appelée «faucon de montagne» puisqu‟elle se reproduisait dans les Alpes et les Pyrénées. Les faucons pèlerins des côtes d‟Afrique étaient les «faucons de Barbarie» et ceux de passage en Afrique, les «faucons de Tartarie»976.
971 972

Rudenko 1955 : 85 - 87. Kononov 1958 : 78. 973 Moser 1885 : 286. 974 Dement‟ev 1952 : 386. 975 Kühnert 1980 : 98 sq. 976 Chenu 1980 : 63.

226 En Orient, de même, les fauconniers connaissaient plusieurs races du faucon pèlerin. Le plus grand et le plus pâle des faucons pèlerins, le faucon pèlerin de la toundra ou Falco peregrinus leucogenys Brehm occupe, comme le montre son nom, la région de la toundra depuis la Scandinavie jusqu‟au nord-est de la Sibérie. Cette race hiverne au sud, à la longitude de l‟Afrique centrale. Au sud de la toundra, dans les zones boisées de la Russie, un congénère très proche, mais sédentaire, est le faucon pèlerin de Russie ou Falco peregrinus brevirostris Menz. Plus au sud encore, dans les zones désertiques de l‟Asie deux races étroitement apparentées au faucon pèlerin mais de plus faible taille, le faucon du désert ou Falco peregrinus babylonicus Temm. et le faucon de Barbarie, Falco peregrinus pelegrinoides Temm. sont les races les plus utilisées en fauconnerie orientale. En Orient, à la différence de l‟Occident, le faucon pèlerin n‟a jamais eu le statut de «faucon gentil» ou «faucon noble». Les raisons en sont multiples. Le faucon pèlerin y souffrait de la concurrence d‟une part du faucon sacre et d‟autre part de l‟autour. Le faucon sacre était plus robuste et plus résistant, il convenait mieux aux contrées désertiques d‟une grande partie du continent asiatique. Les fauconniers arabes et persans tout en connaissant le faucon pèlerin avaient une prédilection nette pour le faucon sacre. Chez les Türk et plus à l‟est, en Chine du nord, le pèlerin ne pouvait pas égaler le gerfaut, il était souvent remplacé par les grands sacres des montagnes et en plus, pour le gibier de bouche, on lui préférait de loin l‟autour. Il semble que les races de l‟Orient, c‟est-à-dire le faucon du désert et le faucon de Barbarie, ne donnaient pas de bons oiseaux de chasse. C‟étaient des oiseaux de faible taille par rapport à leurs congénères du nord du continent asiatique ou de l‟Europe, ils étaient sujets à la fuite, leur rationnement demandait beaucoup d‟attention et ils n‟étaient pas très persévérants dans la poursuite du gibier. Que ce soit en Chine où encore au début de notre siècle le faucon pèlerin remplissait les marchés aux oiseaux, dans les steppes türk où on le nommait le bourreau des oiseaux, en Iran où les traités de fauconnerie gardent de lui un portrait fort flatteur, ou dans le monde arabe où les fauconniers locaux essayaient de rivaliser de savoir-faire en matière de pèlerins de l‟Occident - en Orient la renommée du faucon pèlerin a été faite grâce aux races nordiques qui visitaient tous ces pays en hiver.

227

III.3.1. Le nom du faucon pèlerin en türk
Le faucon pèlerin est connu d‟un bout à l‟autre du domaine türk. Son nom lačïn est très stable et ne subit que des changements phonétiques réguliers. Le tableau ci-dessous résume les données lexicographiques türk avec les identifications proposées par les différents auteurs :
lačïn lačïn lašïn lačïn lačïn lâčïn låčin lašïn lašïn ïlaačïn lačin Falco peregrinus Falco peregrinus peregrinoides Falco, faucon Falco peregrinus peregrinoides Falco peregrinus Falco peregrinus babylonicus Falco peregrinus Falco peregrinus Falco gyrfalco, Falco peregrinus Falco peregrinus babylonicus Falco peregrinus babylonicus, Falco peregrinus peregrinator Falco Falco Falco Falco Azeri Balkar Nogay Kumïk Türkmen Türkmen Ouzbek Kazak Karakalpak Kïrgïz Uygur Baškir Tatar Čuvaš Lebed Azeri 1977 : 174 Aytač 1990 : 36 Nogay 1956 : 584 Pröhle 1991 : 63 Kühnert 1980 : 31, 34 Kurbanov 1971 : 79 Bazarova 1978 : 152 Babalïkov 1989 : 140 Karakalpak 1967 : 373, 903 Ïrsaliev 1969 : 27 Denison-Ross 1909 : 208; Le Coq 1913 : 6 Baškir 1964 : 805 Tatar 1977 : II, 333 Egorov 1964 : 97, 126 Baskakov 1985 : 176

ïlasïn lačïn lačăm kayăk lačïn

Le mot lačïn apparaît, pour une première fois dans la traduction uygur, Altun jaruk, du Suvarnaprabhâsa-sûtra977. Il y est le nom d‟un oiseau de proie qui s‟empare des oisillons du pigeon978. Nous retrouvons le même mot dans le Thesaurus de Mahmûd Kâchgharî (XIème siècle) avec la notice laconique qu‟il s‟agit d‟un oiseau de proie et que son nom est aussi une épithète de virilité979. Le l- initial qui n‟existe pas dans les langues türk, où on prononce ce mot le plus souvent à l‟aide d‟une prothèse suggère que nous avons à faire avec un emprunt. C‟est Ramstedt qui a essayé de développer cette hypothèse en cherchant à ce mot une origine sino-coréenne 980 . D‟après lui le chinois la-tjen «faucon latin ou faucon européen» est à l‟origine non seulement du coréen načen / naţen «latin; une variété particulière de faucon de chasse» mais aussi du türk lačïn šoŋkar et du mongol način šoŋxor qu‟il traduit de la même façon 981 . La plupart des lexicographes passent sous silence cette hypothèse. Ramstedt ne
977

Découvert au Nord-Ouest de la Chine au début du XXème siècle par S. E. Malov, la version uygur de Suvarnaprabhâsa-sûtra, faite à partir d‟une traduction chinoise du texte sanscrit, remonterait au X ème siècle. Il existe deux versions chinoises du sûtra: la première fut exécutée par Dharmarâksha au début du V ème siècle, la deuxième est l‟oeuvre des religieux chinois Baogui et Yijing et date du début du VIIIème siècle. 978 DS 1969 : 332. 979 Atalay 1986 : I, 410. 980 Ramstedt 1949 : 135. 981 Nous connaissons d‟autres emprunts des langues altaïques au chinois qui montrent le même développement phonétique c‟est-à-dire le l- initial du chinois correspond à n- ou l- en mongol, à l- en mandchou, à l-, le plus souvent neutralisé par une prothèse, en türk et à n- en coréen. Par exemple le nom du mulet: luus en mongol, louse/lusi en mandchou, laša/alaša/alasa en türk et nase en coréen, cf. Novikova 1972 : 111-112. Quant au nom du faucon pèlerin même si Ramstedt cite une forme mongole en n- initial, et il est vrai que tous les noms

228 donne pas la graphie du chinois la-tjen et l‟analyse de ce composé à partir du sens qu‟il lui donne est difficile. Quant au premier élément «la », son emploi dans le sens «latin», est un emploi phonétique et non significatif et le plus vraisemblablement un emploi récent. En tout cas nous ne le trouvons pas dans le dictionnaire de B. Karlgren982. Le deuxième élément est probablement celui que B. Karlgren note comme t‟siän et traduit comme «épervier» 983 . Schafer remarque que le mot chan, écrit de la même façon que t’siän, est très utilisé dans les textes anciens. Pour sa part il suppose que c‟est le nom du faucon émerillon puisque l‟oiseau dit chan est admiré surtout pour la facilité dont il s‟empare des pigeons 984 . Dans son introduction aux étymologies coréennes Ramstedt écrit à propos des entrées sino-coréennes : «I have included in the following list of words many vocables merely marked «Sino-Korean», though it is not, in most cases, certain that Korean pronunciation had made any contribution. In early times the ancestors of the Turks, the Huns, certainly had direct contacts with the Chinese. By this I do not mean to say that a direct and close connection between the Koreans and the Turks - more correctly the Proto-Koreans and the Proto-Turks - did not existe». Le mot türk ne vient pas du coréen puisque, à la différence de la prononciation coréenne, il garde le l- initial. Il paraît donc probable que c‟est un emprunt ancien au chinois 985. Mais le parallèle coréen serait le seul indice sur le contenu sémantique de ce composé et l‟interprétation des noms türk et mongole comme «faucon latin», «faucon européen» nous paraît hasardeuse. Malgré cette hypothèse de G. Ramstedt, plusieurs turcologues se complaisent à chercher une étymologie türk au nom du faucon pèlerin. Ils décomposent le nom du faucon pèlerin, suivant le modèle d‟autres ornithonymes türk, en deux éléments : un nom de couleur et un morphème -CIn. Ce dernier est un élément actif dans plusieurs ornithonymes türk et on est prêt à le considérer comme un mot ancien pour «oiseau» qui a perdu son sens et emploi indépendants986. Quant au nom de couleur en question on y lit le plus souvent le mot ala «bigarré, bariolé»987. Le nom du faucon pèlerin résulterait dans ce cas soit d‟une métathèse (alačïn > alčïn > lačïn)988 soit d‟une réduction de la voyelle initiale et sa chute dans certaines langues (alačïn > ïlačïn > lačïn)989. Cette explication a le défaut d‟être limitée au türk et elle n‟explique pas l‟origine des formes mongoles en n- initial. En outre, elle fait du faucon pèlerin «l‟oiseau bigarré» nom qui convient peu à la livrée bleuté de cet oiseau.
mongols de nos jours sont en n- initial de même que la forme mandchou, il ne faut pas oublier que dans les glossaires mongol-chinois du XIVème siècle ce mot est noté comme lačïn, cf. Lewicki 1959 : 58; Mostaert 1977 : 73. 982 Karlgren, B. Analytic Dictionary of Chinese and Sino-Japanese. New York: Dover Publications, 1974. 983 Karlgren 1974 : § 967. 984 Schafer 1958 : 308. Remarquons q ue l‟oiseau auquel on donne le nom lačïn dans la version uygur de Suvarnaprabhâsa-sûtra est aussi un chasseur des pigeons. 985 En étudiant les noms altaïques du mulet Novikova 1972 : 111 remarque à propos de sa forme en mongol écrit lagusa qu‟on peut y isoler un élément *la- qui serait soit «un terme préhistorique migrateur» (?) soit un très ancien emprunt au chinois. 986 Parmi les ornithonymes le plus souvent cités nous trouvons le nom d‟un oiseau qui se nourrit de poisson, balïkčïn DS 1969 : 80, la caille budursïn DS 1969 : 120, puis le pigeon kavakarčïn en čuvaš, kögeršin/kügärčen/göverčin dans d‟autres langues türk, saračïn «bécasse» en šor, ilbeesin «gibier à plumes» en kïrgïz etc. 987 Cf. Schütz 1968 : 112 et Bazarova 1978 : 60-62. Le mot ala est attesté dans toutes les langues türk. Son sens varie entre «bigarré, bariolé»; «aux bandes blanches», «celui qui a les côtés blancs» en yakut; «pie» quant à la robe du cheval; «gris clair». Le même mot existe en mongol sous la forme alag et possède le même diapason sémantique, cf. Lessing 1960 : 26. De plus, les deux formes, ala et alag, sont attestées dans les langues toungouses et enfin en coréen, cf. Cincius 1975 : I, 27. D‟après Doerfer 1963 : § 95 il s‟agit d‟un emprunt türk en mongol. Sevortân 1974 : I, 129 - 130 fait remarquer cependant que la forme alag n‟existe pas dans les langues türk et suggère que les formes türk et mongole sont indépendantes par rapport l‟une à l‟autre même s‟il est probable qu‟elles ont une origine commune. 988 Cf. Nafasov 1988 : 110. 989 Cf. Bazarova 1978 : 60.

229

III.3.2. Les races de faucon pèlerin
Les fauconniers kïrgïz et kazak connaissent deux races du faucon pèlerin : le faucon pèlerin du désert et le faucon pèlerin de la toundra. Le faucon pèlerin du désert se reproduit au Kïrgïzstan où les parois escarpées des falaises dans les régions de Narïn, de Aktalaa et de Toguztoro sont son domaine privilégié. Il est plus rare au Kazakstan où pendant de longues années on ne lui connaissait que deux zones probables de reproduction : la réserve naturelle Nawrïzïm et les rives du lac Marka-köl. Les monts du Tarbagatay, l‟ouest de l‟Altay mongol et les parties orientales du Tien Shan abritent des populations importantes du faucon pèlerin du désert. Le faucon pèlerin de la toundra n‟est rencontré que pendant les périodes de migrations. Sporadiquement c‟est un oiseau hivernant en Asie Centrale. En kazak il n‟y a qu‟un seul nom pour les deux races du faucon pèlerin, lašïn. La nomenclature de ce faucon en kïrgïz est par contre fort compliquée. Dans l‟encyclopédie kïrgïz, le faucon du désert est appelé čöl ïlaačïnï ou šahin, tandis que le faucon pèlerin de la toundra est désigné comme tundra ïlaačïnï990. Dans son dictionnaire Yudakhin énumère trois noms du faucon pèlerin : kara ïlaačïn «faucon pèlerin noir», kïzïl ïlaačïn «faucon pèlerin roux» et too ïlaačïn «faucon pèlerin montagnard». Les deux derniers noms sont, d‟après l‟auteur, des synonymes. Dans son vocabulaire cynégétique A. Biyaliev décrit le faucon pèlerin de la toundra sous le nom qara ïlaačïn991. Plus tard, dans sa thèse sur la terminologie cynégétique des Kïrgïz le même auteur mentionne le «faucon pèlerin pâle», kuu ïlaačïn, qui est, d‟après lui, le faucon du désert992. En fait, les plumages variés des faucons pèlerins et leurs races ont intrigué les fauconniers depuis longtemps. Au XIVème siècle les fauconniers arabes appelaient «montagnards» les faucons pèlerins qui se reproduisaient dans leurs pays c‟est -à-dire le faucon du désert, Falco peregrinus babylonicus Temm. et le faucon de Barbarie, Falco peregrinus pelegrinoides Temm. Ils leur décrivaient au moins cinq teintes différentes du manteau : «noir», «roux», «moiré vert», «beige» et «blanc». Si nous ne savons pas exactement comment ces teintes étaient partagées entre les deux races, nous y apprenons que «le noir» était le plus beau et «le roux» - le plus grand993. Toujours à propos de ces deux races du faucon pèlerin les données arabes sont complétées par des données venant du nord-ouest de l‟Inde, grâce aux travaux de D. C. Phillott. Les fauconniers du Penjab appellent le faucon du désert l»al š»ah»in «faucon pèlerin rouge» et ils le distinguent du faucon de Barbarie qui est nommée k»al»i š»ah»in «faucon pèlerin noir»994. D‟une langue à l‟autre quelques traits pertinents dans les descriptions des races du faucon pèlerin se dégagent : des races dites «montagnarde», ou bien «noire», ou bien «rouge / rousse» sont reconnues à la fois par les fauconniers français, arabes, hindi et kïrgïz. Reprenons maintenant la nomenclature kïrgïz. Les noms relevés dans l‟encyclopédie sont, comme souvent, calqués sur le russe. Quant au šahin, nous n‟avons jamais entendu des fauconniers kïrgïz ce nom d‟origine persane. Il est utilisé d‟une part en arabe995 et en hindi996 et d‟autre part en azeri997, en türkmen998 et en ouzbek999. L‟appellation kïzïl ïlaačïn «faucon
990 991

Kïrgïz 1976 : VI, 490. Biyaliev 1967 : 105. 992 Biyaliev 1972 : 145. 993 Viré 1984 : 132. 994 Phillott 1908d : III, 389. 995 Viré 1980 : 145. 996 Ali 1981 : 349. 997 Azeri 1977 : 174. 998 Kühnert 1980 : 31, 35; Roux 1966 : 397. 999 Bazarova 1978 : 96.

230 pèlerin roux», citée par Yudakhin, convient bien au faucon du désert qui est plus roux que la race nominale. Dans ce cas, l‟appellation too ïlaačïn «faucon pèlerin montagnard» décrit aussi le faucon du désert. Ce dernier nom s‟explique par les lieux privilégiés de nidification de cette race au Kïrgïzstan. Il est plus difficile d‟identifier les races dite kara ïlaačïn «faucon pèlerin noir» et kuu ïlaačïn «faucon pèlerin pâle». Le faucon de Barbarie, décrit comme «noir» par les fauconniers hindi, ne visite pas au Kïrgïzstan. La tentation de A. Biyaliev de voir le faucon de la toundra dans le kïrgïz kara ïlaačïn est peu justifiée si l‟on tient compte du fait que le faucon de la toundra est l‟oiseau le plus grand et le plus pâle de cette espèce. Nous avons examiné donc d‟autres vocabulaires türk concernant le faucon pèlerin et complété ces données lexicographiques par les avis des ornithologues sur la variabilité du faucon pèlerin en Asie Centrale. Dans le dictionnaire le plus récent de l‟uygur à l‟entrée «faucon» nous trouvons côte à côte lačin «faucon pèlerin» et kizil lačin «faucon pèlerin roux». La deuxième appellation décrit, comme en Kïrgïz, le faucon du désert. Or, à la fin du XIXème siècle les fauconniers uygur connaissaient une variété du faucon pèlerin du désert qu‟ils appelaient boz lačin «faucon pèlerin pâle, de couleur indéfinie» 1000 . Cette dernière appellation rappelle le «faucon pèlerin pâle», kuu ïlaačïn, des Kïrgïz. Les noms de couleur kizil «roux, rouge» et boz / kuu «pâle, neutre, gris» sont bien distincts en türk et il est peu probable qu‟une même race soit décrite d‟une façon si contradictoire. En fait, l‟explication se trouve dans les observations des ornithologues. Ils ont constaté que les faucons du désert du Turkestan russe sont souvent plus foncés que ceux du Turkestan chinois 1001 . S‟ils sont d‟accord sur l‟existence de deux types de coloration - foncé et pâle - les rapports numériques entre ces deux types de même que leur exacte distribution géographique ne sont pas assez étudiés pour ouvrir le chemin à une nouvelle subdivision de la sous-espèce. Toujours est-il que l‟appellation «faucon pèlerin pâle» chez les Kïrgïz et chez les Uygur pourrait s‟appliquer aux individus pâles parmi les faucons du désert du Turkestan. Chez les Baškir, à nouveau dans une entrée du dictionnaire, nous trouvons quatre teintes du plumage pour le faucon pèlerin : ak ïlasïn «faucon pèlerin blanc», kök ïlasïn «faucon pèlerin bleu-gris», kara ïlasïn «faucon pèlerin noir», kïzïl ïlasïn «faucon pèlerin roux». Cette nomenclature riche n‟est pas surprenante puisque le faucon pèlerin était le faucon le plus utilisé par les Baškir. Ils le capturaient en grand nombre et en vendaient même aux Kazak. En outre, le pays des Baškir est un carrefour où se rencontrent les races de l‟ouest et de l‟est avec celles du nord et du sud. Ainsi la race nominale Falco peregrinus peregrinus s‟étend jusqu‟à l‟Oural et aux rives occidentales de la mer Caspienne. Au nord, les parties septentrionales de l‟Oural sont le domaine du faucon pèlerin de la Russie, Falco peregrinus brevirostris. Le faucon pèlerin de la toundra, Falco peregrinus leucogenys, atteint le pays baškir en hiver. La première appellation baškir, «faucon pèlerin blanc» désigne sans doute le faucon pèlerin de la toundra. Le «faucon pèlerin bleu-gris», kök ïlasïn, décrirait bien la race nominale tant admirée en Occident pour son manteau bleuté. Le «faucon pèlerin roux» pourrait bien être le faucon pèlerin du désert que les Baškir, même s‟ils ne le voient pas dans leur pays, doivent connaître de leurs voisins kazak. Quant au «faucon pèlerin noir» c‟est le plus vraisemblablement le faucon pèlerin de la Russie, Falco peregrinus brevirostris, qui se distingue et de la race nominale et du faucon pèlerin de la toundra par un manteau très foncé, presque noir. De plus, nous apprenons des ornithologues que la population des faucons pèlerins des parties centrales et méridionales de l‟Oural présente une variation mélanisante au plumage extrêmement foncé1002.
1000 1001

Scully 1876 : 118. Dement‟ev 1934 : 484. 1002 Dement‟ev 1966 : I, 101.

231 En examinant les données sur les pèlerins en Asie nous avons trouvé l‟appellation «pèlerin noir» d‟une part chez les fauconniers arabes et pendjabî et d‟autre part chez les fauconniers baškir et kïrgïz. Au sud, cette appellation décrit sans aucune doute le faucon de Barbarie puisque nous avons le témoignages de D. C. Phillott, l‟un des meilleurs connaisseurs de la fauconnerie orientale. La même appellation chez les Türk ne décrit pas la même race puisque le faucon de Barbarie est inconnu des Baškir et des Kïrgïz. Chez les Türk du nord l‟appellation «faucon pèlerin noir» décrit le plus vraisemblablement le faucon pèlerin de la Russie qui est la seule race dans ce domaine géographique à avoir une forme mélanisante noire ou très foncée. Cependant au Caucase où l‟appellation kara lačïn a été attestée en balkar 1003 , elle désigne à nouveau la race dite Falco peregrinus peregrinoides ou le faucon de Barbarie. Ce qui nous conduit à conclure que l‟appellation kara lačïn «faucon pèlerin noir» décrit dans les vocabulaire türk deux races différentes : chez les population türk du nord c‟est le nom d u faucon pèlerin de Russie tandis que chez les population türk du sud elle désigne le faucon de Barbarie. Le tableau ci-dessous résume nos cogitations lexicographiques :
Race nominale Falco peregrinus pelegrinus NO de l‟Inde Balkar Uygur Kïrgïz Baškir lačïn kïzïl lačïn / boz lačïn kïzïl ïlaačïn/ too ïlačïn/ kuu ïlaačïn kïzïl ïlasïn Races nordiques Falco peregrinus leucogenys Falco peregrinus brevirostris Races méridionales Falco peregrinus babylonicus lâl šâhîn Falco peregrinus pelegrinoides kâlî šâhîn kara lačïn

kara ïlaačïn

kök ïlasïn

ak ïlasïn

kara ïlasïn

III.3.3. L’emploi du faucon pèlerin de nos jours
Si nous nous sommes arrêtée un peu plus sur les noms du faucon pèlerin qu‟on trouve dans les sources écrites c‟est que nos informateurs kïrgïz et kazak en parlent très peu. Les seuls faucons que nous avons vus au Kïrgïzstan étaient des faucons sacres et nous n‟avons pas pu trouver un seul fauconnier qui chasse avec un faucon pèlerin. L‟un de nos informateurs du Tien Shan, Abdukaapar Osmon uulu, avait eu un faucon pèlerin pendant une quinzaine d‟années. Lors de notre séjour, il était installé depuis trois ans chez ses enfants à la capitale kïrgïz et n‟avait plus d‟oiseau de chasse. La diminution du nombre des faucons pèlerins au Kïrgïzstan et au Kazakstan a incité les ornithologues à inscrire son nom sur la liste des espèces protégées. Dès lors, posséder un faucon pèlerin pose des problèmes administratifs et peu nombreux sont les fauconniers locaux qui s‟y retrouvent. On ne connaît pas le nombre actuel du faucon pèlerin ni au Kïrgïzstan ni au Kazakstan. Voilà deux témoignages peu concordants, tous les deux recueillis auprès des fauconniers qui habitent la rive sud du lac Ïssïk-köl :

1003

Aytač 1990 : 36

232 «Parmi les oiseaux de chasse qui sont rares au Kïrgïzstan il y a les faucons pèlerins. Ils sont peu
nombreux au Kïrgïzstan. Les aigles sont nombreux, les faucons sacres sont aussi nombreux, mais pas les faucons pèlerins»1004.

«Par ici il y a aussi des faucons pèlerins, on en prend beaucoup. On chasse aussi avec des faucons pèlerins»1005. Le faucon pèlerin est peu connu de nos jours au Kazakstan. Voilà ce que l‟un des meilleurs fauconniers kazak, Axmed Uzakov, de la région d‟Almatï, dit à son propos : «Je crois que maintenant je peux reconnaître un faucon pèlerin. Il y a quelque temps un ornithologue
est venu de Moscou et m‟a montré la photo de cet oiseau. D‟après ce que j‟ai entendu dire c‟est un oiseau fragile et capricieux comme un enfant. Jadis c‟est mon père qui avait un faucon pèlerin. On dit que c‟était un bel oiseau, prenant et hardi. Un jour le faucon pèlerin s‟est envolé pour toujours. Ensuite mon père n‟a jamais eu un tel faucon. C‟est donc un faucon noble, mais très rare. De nos jours même ceux qui l‟ont vu sont peu nombreux »1006.

Au Kïrgïzstan et au Kazakstan le statut du faucon pèlerin comme oiseau de chasse est assez modeste. Il existe de nombreuses histoires qui décrivent les prouesses de ce faucon dans la nature : des autours qui cherchant à lui échapper se glissent entre les pieds du cheval, des corneilles et des freux qui se sauvent dans les yourtes à sa vue, des parois d‟avions qui cèdent sous la force de son coup. Peu sont cependant les récits qui le décrivent comme un oiseau qui accompagne l‟homme. On trouve que la chasse avec un faucon si rapide met à l‟épreuve et le fauconnier et son cheval. Voilà comment on décrit les difficultés de la chasse avec un pèlerin : «De nos jours personne ne chasse avec un faucon pèlerin. C‟est que l‟affaitage du faucon pèlerin est
difficile. Ensuite, même si l‟on arrive à l‟apprivoiser, pour chasser avec lui on a besoin d‟un bon cheval. C‟est que, quand on chasse avec un faucon pèlerin, il buffète le gibier à plume et s‟il ne réussit pas à le tuer, il monte à nouveau dans le ciel. Si la deuxième fois il ne réussit pas, c‟est fini, il se lance à la poursuite du gibier qui se sauve en volant. Une fois qu‟il s‟est lancé à la poursuite, il est fort probable qu‟il se perde. Pour pouvoir le suivre et le récupérer, on a besoin d‟un cheval. C‟est pourquoi on ne chasse pas avec un faucon pèlerin. C‟est pourquoi mon père disait toujours qu‟il faut avoir un bon cheval pour pouvoir chasser avec un faucon pèlerin »1007.

Les réserves des Kïrgïz à l‟égard de la chasse avec un faucon pèlerin sont exactement les mêmes que celles des Kazak pour la chasse avec un faucon sacre. Ils montrent que chez les Kïrgïz et chez les Kazak, ne serait-ce que ces derniers temps, le cheval de monte est aussi précieux que l‟oiseau de chasse, sinon plus, et que l‟éleveur l‟emporte souvent sur le fauconnier. Il est plus difficile d‟expliquer les difficultés que les fauconniers locaux ont avec l‟apprivoisement du faucon pèlerin. On ne manque pas de les évoquer chaque fois qu‟il est question de ce faucon. Voilà ce qu‟en dit l‟un des plus vieux et plus expérimentés fauconniers kïrgïz, Kurman Abdïkalïkov : «Personne ne chasse avec un faucon pèlerin. Je n‟ai jamais vu cela. Les fauconniers d‟autrefois
disaient que s‟il s‟apprivoise il ne revient pas au rappel, s‟il revient au rappel il ne s‟apprivoise pas. Le

1004 1005

C - Süleymanbekov C - Satïlganov 1006 Älišerov 1994 : 180. 1007 C - Ïrsaliev

233
faucon pèlerin a une glande. Ceux qui le savent lui retirent cette glande et ce n‟est qu‟ensuite qu‟il s‟adoucit. Quant à sa rapidité, il est plus rapide que le faucon sacre, on dit qu‟il est le plus rapide»1008.

Les ornithologues ne font pas mention de cette glande. Elle ne semble pas avoir attiré l‟attention des fauconniers en Occident. Au Kïrgïzstan même il n‟y a qu‟un seul fauconnier qui en ait parlé. On ne retrouve pas dans le discours sur le faucon pèlerin la passion et l‟enthousiasme qui marquent l‟image de ce faucon en Occident. Les descriptions sont moins éloquentes et plus sommaires. Les deux meilleures que nous avons obtenues, l‟une au Kïrgïzstan et l‟autre au Kazakstan, se résument dans les lignes suivantes : «Le faucon pèlerin il n‟a qu‟une race. Il est petit, les pieds sont jaunes. La cire du bec chez le faucon pèlerin est jaune tandis que chez le faucon sacre elle est bleue. Puis ses cuisses sont allongées comme les cuisses de l‟autour. Mais il est petiot. La longueur des ailes du faucon pèlerin est égale à la longueur de la queue. C‟est pourquoi il est très rapide »1009. «J‟ai vu le pèlerin, lašïn. Il est de la race des faucons, suŋkar. Il a la tête toute aplatie, il est de faible
taille et son cou est tout court. Quand il est perché il se tient tout droit. Le pèlerin est très rapide, quand il vole l‟air siffle, il rase l‟air en volant »1010.

III.3.4. Le faucon dit «kuu kumpay»
Les noms des races du faucon pèlerin que nous avons discutés plus haut ne sont donc pas connus de nos informateurs. En fait, la discussion autour du faucon pèlerin s‟anime à partir du moment où on parle d‟un oiseau qui, à tort ou à raison, lui est apparenté. C et oiseau est appelé kuu kumpay. La seule indication que donne son nom est qu‟il s‟agit d‟un oiseau de couleur pâle, kuu. Les qualités de chasseur de cet oiseau sont unanimement admirées : «Le faucon appelé kuu kumpay est le roi des oiseaux de chasse aux yeux noirs, c‟est leur chef. Voilà, il prend le cygne, le cygne noir, le cygne blanc, il n‟y a pas de gibier qu‟il rate »1011. «Et l‟aigle et le faucon sacre ont peur du faucon appelé kuu kumpay. Quand il percute sa proie, ce n‟est jamais en vain, quand il percute, il tue»1012. Comme tous les oiseaux de bonne qualité c‟est un oiseau rare : «Il ne reste pas longtemps dans le même endroit. C‟est qu‟il se dépêche de rejoindre les endroits où il y a beaucoup d‟oiseaux»1013. «Il ne se montre pas aux hommes»1014. «Il y a des gens qui ont vu ce faucon mais il n‟y en a pas qui ont réussi à le prendre »1015. Même si c‟est un oiseau rare, les fauconniers savent le décrire. Voilà son portrait d‟après leurs propos :
1008 1009

C - Abdïkalïkov C - Satïlganov 1010 C - Esentaev 1011 C - Šapirov 1012 C - Abdïkalïkov 1013 C - Osmon uulu 1014 C - Satïlganov. 1015 Imankulov 1980 : 117.

234

«Ses pieds sont comme les pieds du faucon sacre. Il est plutôt courtaud. La tête est de la même taille que la tête du faucon sacre. En fait, il est à peu près de la même taille que le faucon émerillon »1016. «Il est plus grand que le faucon émerillon, plus petit que le faucon sacre et son plumage est grisâtre»1017. «Il est un peu plus grand que le faucon crécerelle. Il niche dans les cols des montagnes et dans les piémonts rocheux. Il se nourrit de tétraogalles et de marmottes »1018. A l‟indication donnée par son nom, c‟est-à-dire la couleur pâle de son plumage, s‟ajoute une indication sur sa taille : il a à peu près la taille du faucon émerillon, il est plus grand que le faucon crécerelle et plus petit que le faucon sacre. Quant à son origine, les fauconniers kïrgïz sont partagés : beaucoup le considèrent comme une race du faucon sacre, mais ceux qui voient en lui une race du faucon pèlerin sont aussi nombreux. Deux de nos meilleurs informateurs, Kurman Abdïkalïkov et Sarï Satïlganov, le décrivent comme une race du faucon sacre1019. C‟est aussi l‟avis de l‟un des meilleurs connaisseurs de la chasse au vol au Kïrgïzstan, Imankulov1020. Tous les trois sont originaires de la région du lac Ïssïk-köl. Par contre, d‟après les renseignements que nous avons eus des fauconniers de la région du Tien Shan, le faucon dit kuu kumpay est une race du faucon pèlerin. C‟est l‟opinion tout d‟abord de Abdukaapar Osmon uulu de la région de Atbašï et ensuite de l‟ornithologue D. Ïrsaliev, lui même originaire de la région de Narïn. Voilà comment ce dernier raconte les observations des fauconniers locaux qu‟il a mises à profit pour ses études sur les oiseaux de chasse au Kïrgïzstan : «Le faucon appelé kuu kumpay est de petite taille et son plumage est pâle. D‟après les fauconniers
locaux c‟est une race du faucon du désert. Il niche surtout dans la partie occidentale de la vallée du Narïn (les régions de Aktalaa et de Toguztoro). Il n‟est pas nombreux, c‟est même un oiseau rare. Je l‟ai vu pour la première fois en 1960 quand le faucon a attaqué un vol d‟outardes et en a tué une. Il était plus petit que le faucon du désert, ses ailes étaient plus pointues et son plumage beaucoup plus pâle que le plumage de ce dernier»1021.

Il est difficile d‟ajouter foi à l‟une des deux opinions sur la race de ce faucon. D. Ïrsaliev lui-même note qu‟elle est à étudier par les ornithologues. Mais il paraît que ce faucon est plus rare et donc moins connu au nord du Kïrgïzstan, comme le montrent les témoignages de nos informateurs de la région du lac Ïssïk-köl. Par contre, l‟oiseau est plus fréquent et mieux connu au sud, dans la région du Tien Shan, où les fauconniers connaissent même les emplacements de ses aires de nidification. Remarquons qu‟au nord comme au sud on parle peu de fauconniers qui ont su apprivoiser ou qui ont chassé avec ce faucon. On trouve cependant un récit documentaire à ce propos dans la littérature ethnographique. Dans son livre sur les maîtres de chasse au Kïrgïzstan, S. Rïskulov raconte que le fauconnier Moyut ata de la rive nord du lac Ïssïk-köl, vers la fin de sa vie quand il ne pouvait plus monter à cheval, réussit à prendre un faucon dit kuu kumpay. Pour ce faire, il se servit d‟une race particulière d‟autour qui était la seule à pouvoir s‟en emparer, toutes les ruses d‟oiseleur étant vouées à

1016 1017

C - Abdïkalïkov Rïskulov 1991 : 173. 1018 Imankulov 1980 : 117. 1019 C - Satïlganov; C -Abdïkalïkov 1020 Imankulov 1980 : 117. 1021 Ïrsaliev 1969 : 33.

235 l‟échec. Une fois apprivoisé, la chasse avec ce faucon était un vrai plaisir et ses exploits sont encore contés parmi les Kïrgïz locaux1022. Pour récapituler, chez les Kïrgïz kuu kumpay est le nom d‟un faucon, proche du faucon du désert, mais plus petit et plus pâle, qui niche dans la partie occidentale de la vallée du Narïn et qui, malgré ses qualités exceptionnelles de chasseur n‟est que rarement apprivoisé par les fauconniers locaux.

III.3.5. Les noms d’emprunt pour les faucons pèlerins
Il nous faut enfin parler du nom baarïn. La plupart des sources écrites l‟expliquent comme le métis du faucon sacre et du faucon pèlerin 1023 . Aucun de nos informateurs ne connaît cet oiseau. Voilà ce qui dit à son propos Imankulov dans ses mémoires : «Le plumage du faucon pèlerin qui a mué plusieurs fois devient beau comme le plumage de l‟a utour
après la troisième mue. C‟est un faucon pèlerin comme ça qu‟on appelle baarïn. Il est plus hardi que l‟autour et le faucon sacre»1024.

Voici ce que nous avons pu reconstituer de l‟histoire de ce nom. Notons tout d‟abord que dans les langues türk c‟est un emprunt à l‟arabe via le persan. Chez les fauconniers arabes on appelait kûhî «montagnardes» les races qui se reproduisaient sur place, tandis que les faucons pèlerins migrants qui arrivaient par les côtes étaient dits bâhrî «ultramarins». Les pèlerins «ultramarins» sont aux yeux des fauconniers arabes «plus rapides et plus vigoureux» que les pèlerins «montagnards», mais ils sont sujets aux maladies»1025. En outre, dans les traités arabes de fauconnerie nous lisons que les faucons pèlerins «ultramarins» n‟ étaient pas connus des Francs et des Byzantins puisqu‟on ne les trouvait pas dans leurs pays 1026. D‟après F. Viré, ce nom était appliqué indifféremment à toutes les races qui quittaient les pays nordiques et la Sibérie où ils se reproduisaient pour hiverner en pays musulmans. En persan bâhrî est de même le nom des faucons «ultramarins»1027. On retrouve le même mot en Azeri où bähri décrit le faucon pèlerin d‟Europe, Falco peregrinus peregrinus 1028 . Ce nom est utilisé ensuite par les Türkmen1029 et par les Ouzbek1030 pour désigner le faucon pèlerin de la toundra. G. Dement‟ev, qui s‟intéressa non seulement à l‟avifaune de l‟Asie Centrale, mais aussi à la chasse au vol et aux oiseaux de chasse locaux, confirme que bahrïn / baharin est le nom que les fauconniers türk d‟Asie Centrale donnent au faucon pèlerin de la toundra1031. Le nom existe aussi en uygur sous la forme bäri et le baron von Le Coq le décrit comme un oiseau de chasse très estimé qui est employé pour le vol du héron, du canard et de l‟oie1032. Enfin, Zarudnij cite bagarïn comme le nom utilisé par les Kazak de la vallée du Syr-Daria pour désigner le faucon pèlerin de la toundra qui était assez nombreux dans cette région

1022 1023

Rïskulov 1991 : 172 - 175. Soltonoev 1993 [1934] : II, 196; Yudakhin 1965 : 90; Biyaliev 1972 : 145. 1024 Imankulov 1980 : 118. 1025 Viré 1984 : 131. 1026 Viré 1984 : 131. 1027 EIR - Bâzdârî. 1028 Azeri 1977 : 174. 1029 Kurbanov 1971 : 76. 1030 Ouzbek 1981 : II, 114. 1031 Dement‟ev 1952. 1032 La Coq 1913 : 9.

236 pendant les périodes de migration1033. Chez les Kazak ce nom est le plus vraisemblablement emprunté à l‟ouzbek. Le nom baarïn est donc un emprunt en kïrgïz. Dans la plupart des langues türk, comme nous l‟avons vu, ce nom est donné au faucon de la toundra. Il n‟y a pas de raisons pour qu‟il en aille différemment en kïrgïz puisque ce faucon, assez nombreux dans le pays pendant les saisons de migration, est connu des fauconniers kïrgïz. B. Soltonoev, qui est le premier à noter ce nom en kïrgïz, le décrit comme le métis du faucon pèlerin et du faucon sacre. Cet exemple inattendu du métissage des oiseaux de chasse n‟est pas confirmé par les données des autres langues türk. Yudakhin dans son dictionnaire cite tout d‟abord B. Soltonoev puis se sert d‟un exemple de l‟orature kïrgïz qui est le suivant :
baarïn degen boluuču ïlaačïndïn kïraanï1034 «Celui qu‟on appelle baarïn Est le plus hardi des pèlerin»

Nous relevons aussi ce nom dans les allégories du barde Togolok Moldo :
ïlaačïn čoŋun baarïn deyt, baarïn töksö kaarïn deyt1035. «Le plus grand des pèlerins est appelé baarïn, Celui qui épanche sa colère [sur les oiseaux] est appelé baarïn»

Dans les deux exemples il n‟est pas question de métissage, mais d‟un faucon de la même race que le faucon pèlerin qui est cependant plus grand et plus hardi. Ajoutons à ses caractéristiques le manteau très beau de ce faucon évoqué par Imankulov. Il faut accepter comme très vraisemblable que le nom baarïn est en kïrgïz, comme dans les autres langues türk, le nom du faucon pèlerin de la toundra, plus grand, plus hardi et plus beau que le faucon du désert. Il semble qu‟autrefois le nombre et donc l‟emploi du faucon pèlerin étaient beaucoup plus importants. Au début de notre siècle c‟était un oiseau de chasse bien connu dans les districts du Syr-Daria et de Jetisuw. On s‟efforçait même à le faire venir du pays baškir. Le pèlerin sauvage était vendu pour 10 ou 15 roubles, celui qui était apprivoisé coûtait entre 80 et 100 roubles, prix très élevés à l‟époque 1036 . Le faucon pèlerin était très apprécié des fauconniers uygur qui le préféraient au sacre1037. Les fauconniers türkmen trouvaient que le faucon pèlerin était plus facile à apprivoiser que le faucon sacre et bien sûr infiniment meilleur pour le gibier à plumes. C‟est le faucon pèlerin qui pourvoyait en viande non seulement son maître mais aussi les autres oiseaux de chasse si ce dernier en possédait 1038. La situation cynégétique a dû beaucoup changer pendant les derniers cinquante ans pour aboutir à la disparition presque complète du faucon pèlerin comme oiseau de chasse au Kïrgïzstan et au Kazakstan et une partie du savoir concernant ce faucon semble déjà perdue.

1033 1034

Zarudnij 1915 : 5. Yudakhin1965: 90. 1035 Togolok 1970 : 22. 1036 Orexov 1910. 1037 Scully 1876 : 117. 1038 Dement‟ev 1952 : 387.

237

III.4. Les petits faucons III.4.1. Leurs emplois en fauconnerie
A la différence des accipitridés dont plusieurs espèces s‟avèrent inutiles en volerie, presque toutes les espèces des falconidés, à deux exceptions près, ont été sujets à l‟apprivoisement. C‟est ainsi que le faucon hobereau, le faucon émerillon et le faucon crécerelle malgré leur petite taille font partie des oiseaux de chasse, et en Occident et en Orient. Si le naturel plus docile de ces faucons en a fait des oiseaux d‟apprentissage pour les enfants en Orient1039, en Occident on les voyait au poing de la gent féminine qui goûtait de temps à autre aux plaisirs de la volerie. Leur emploi resta cependant restreint et les témoignages concernant leur apprivoisement sont souvent tardifs. Ce n‟est pas la gamme des gibiers plus modestes qui décourageait les fauconniers, mais le fait que ces oiseaux étaient fragiles et très sensibles à la nourriture et au climat. Il était rare qu‟on arrivait à s‟en servir pendant deux saisons successives. Dès lors la complicité entre l‟homme et l‟oiseau fut incertaine de même que la place qu‟il lui donna en fauconnerie. III.4.1.1. Par les Persans En Orient le faucon crécerelle, le faucon hobereau et le faucon émerillon ont été utilisés partout où la fauconnerie fut pratiquée. On s‟en servit soit à titre de curiosité soit parce que les grands faucons furent rares et chers. Le faucon crécerelle fait partie des oiseaux de chasse, bâz en Iran au même titre que l‟autour et les grands faucons, et ceci depuis le XIème siècle quand on l‟appelle encore par son nom persan yûha. Il en va de même avec le faucon hobereau, yo’yo’. D‟après la tradition persane, rapportée par Ferdowsî, c‟est le roi sassanide Bahrâm Gôr qui fut le premier à apprivoiser cet oiseau. Beaucoup plus tard, au XIX ème siècle, ces deux faucons gardent toujours leur statut d‟oiseaux de chasse mais le faucon crécerelle porte alors un nom türk, dâlija tandis que le faucon hobereau est connu sous un nom arabe, leyl «nuit», puisqu‟il chasse le mieux au crépuscule. Entre le XIème et le XIXème siècles l‟inventaire persan d‟oiseaux de chasse s‟enrichit d‟un nom nouveau : le faucon émerillon, appelé dès le Moyen Age d‟un nom türk toromtây 1040 . Si son nom est absent des textes anciens, au début du XXème siècle, les faucons émerillons sont des oiseaux de chasse très recherchés en Iran et on les utilise pour chasser une race locale de perdrix et la bécassine1041. III.4.1.2. Par les Arabes Le seul nom arabe du petit faucon que nous trouvons dans les textes de fauconnerie est celui du faucon crécerelle, načč. Les femelles étaient utilisées comme oiseaux de chasse par les enfants et comme un porte-leurre volant par les adultes. En outre, les bédouins de Syrie s‟en servaient pour dresser leurs chiens de chasse. Ces chiens étaient lancés, en même temps que le faucon crécerelle, sur une gerboise de campagne. Dans un pays raviné l‟oiseau guidait les chiens qui perdaient de vue la gerboise1042. Le faucon émerillon, connu des fauconniers arabes par son nom persan yo‟yo‟ mais aussi par le prénom «petit fléau» dû à sa témérité, était utilisé pour la chasse des cochevis et, à titre de divertissements, des traquets. Enfin, le
1039

En japonais par exemple on appelle le faucon hobereau chigo hayabusa «faucon des petits enfants», cf. Austin 1948 : 89. 1040 EIR - Bâzdârî, 53 sq. 1041 EIR - Bâz, 19. 1042 Viré 1984 : 275.

238 hobereau, très rare dans les pays arabes, n‟était affaité que dans les parties orientales du domaine où il aidait les enfants à capturer des petits oiseaux et des cailles1043. III.4.1.3. Par les Chinois En Chine, où le gerfaut et l‟autour furent les oiseaux de chasse des notables, les petits faucons connurent l‟appréciation de la paysannerie. Si nous ne connaissons pas l‟histoire de l‟emploi du faucon hobereau en fauconnerie chinoise nous avons des témoignages sur sa pérennité. Dans les années 1930 il était le faucon le plus utilisé en Chine du nord-est1044. Par contre, les Pékinois ne s‟en servaient que rarement et ils lui préféraient les éperviers jugés plus carnassiers1045. Quant aux autres petits faucons, l‟émerillon était sporadiquement utilisé au nord-est de la Chine pour capturer de petits oiseaux tandis que le faucon crécerelle y faisait partie des oiseaux familiers1046. Nous ne trouvons de mentions du faucon Kobez que comme leurre vivant pour attirer d‟autres oiseaux de chasse1047.

III.4.2. Les noms türk des petits faucons
L‟Asie centrale türk connaît cinq espèces de petits faucons. Par ordre décroissant de la taille, on y rencontre le faucon hobereau ou Falco subbuteo L. répandu dans toute la zone tempérée de l‟Asie, au sud jusqu‟à l‟Himalaya et la péninsule arabique. Le faucon émerillon ou Falco columbarius L. se reproduit dans la région au nord du lac Baykal mais descend en hiver jusqu‟en Inde. Le faucon Kobez ou Falco vespertinus L. habite une zone beaucoup plus restreinte par rapport aux deux espèces précédentes. Depuis le nord de la Chine et du Kazakstan où il se reproduit ce faucon entreprend de longues migrations pour passer l‟hiver en Afrique. Le faucon crécerelle ou Falco tinnunculus L. habite pratiquement tout le continent asiatique. Les populations septentrionales rejoignent les zones méridionales en hiver. Enfin le faucon crécerellette ou Falco naumanni Fleischer, le plus petit faucon dans la zone paléarctique, a la même aire de distribution que le faucon crécerelle mais, à la différence de ce dernier, il vit et se reproduit en colonies. De même que leurs congénères de plus grande taille, ces faucons ont plusieurs races géographiques mais ces dernières ne jouent qu‟un rôle très modeste dans la nomenclature des fauconniers. Le faucon Kobez et le faucon crécerellette ne sont pas utilisés en volerie. Au Kazakstan on connaît les cinq espèces, tandis qu‟au Kïrgïzstan le faucon Kobez semble être inconnu des fauconniers locaux1048 :
Faucon hobereau Faucon émerillon Faucon crécerelle Faucon Kobez Kïrgïz jagaltay turumtay küykö --Kazak jaġalmay turïmtay böktergi küykentay

Quant aux autres langues türk, les hasards des travaux lexicographiques ont voulu que ces quatre noms (jagaltay, turumtay, küykö, böktergi) soient glosés différemment d‟une
1043 1044

Viré 1980 : 146. Wilder 1938 : 386. 1045 Abbé David 1877 : I, 34. 1046 Wilder 1938 : 388, 392. 1047 Hemmingsen 1951 : 34. 1048 Le faucon crécerellette est appelé de la même manière que le faucon crécerelle, sauf dans quelques cas rares où on se sert du déterminant aktïrnak «aux serres blanches».

239 langue à l‟autre et d‟un dictionnaire à l‟autre. Voilà un tableau qui résume les données dans les langues les plus importantes. Les cases ombragées y signalent les identifications que nous jugeons erronées :

F. subbuteo,
f. hobereau Kazak Kïrgïz Baškir (a) Baškir (b) Tatar Ouzbek Türkmen Uygur jagalmay jagaltay yagalbay1049 yagïlbay1052 jigåltåy1054 turlutay/ turlïtay1058 jagalmay1062

F. columbarius,
f. émerillon turïmtay turumtay turumtåy1055 trumtay1059 turumtay1063

F. vespertinus, F. f. Kobez tinnunculus, f.
küykentay yagalbay1060 crécerelle böktergi küykö müktärge1050 toromtay1051 torïmtay1053 köyka1056/ kökantåy1057 gövenek/ gövönök1061 kökenek1064

III.4.2.1. Le nom du faucon hobereau Le nom du faucon hobereau est le même dans la plupart des langues türk orientales, c‟est-à-dire en tatar, baškir, kazak, kïrgïz, ouzbek et uygur. En türkmen le mot yagalbay n‟est attesté que dans une source de la fin du XVIème siècle1065 et nous ne le trouvons pas dans les dictionnaires modernes. La traduction par «faucon Kobez» de J.-P. Roux nous paraît néanmoins erronée. Le mot yagalbay en türkmen désignerait plutôt le faucon hobereau comme dans les autres langues türk orientales. On reconnaît dans le nom du faucon hobereau une racine, commune au türk et au mongol, qui est le mot yakal/yagal/jagal et qui signifie «taches pigmentées sur le visage des femmes enceintes» en türkmen, «tache, souillure» en karakalpak 1066, «aux rayures de couleur jaune ou marron sur le cou ou sur les côtés» en kazak1067, «aux taches claires sur le cou ou sur
1049 1050

Maksûtova 1976 : 285. Baškir 1964 : 303. 1051 Baškir 1964 : 686; Baškir 1996 : 622. 1052 Tatar 1966 : 700. 1053 Tatar 1984 : 504; Tatar 1955 : III, 334. 1054 Bazarova 1978 : 153. 1055 Ouzbek 1981 : II, 229. 1056 Bazarova 1978 : 152. 1057 Bazarova 1978 : 152. 1058 Dement‟ev 1952; Kurbanov 1971 : 80. 1059 Kühnert 1980 : 32, 5. 1060 Roux 1966 : 399-400. 1061 Dement‟ev 1952; Kurbanov 1971 : 77 . 1062 Denison-Ross 1909 : 278; Le Coq 1913 : 8. 1063 Denison-Ross 1909 : 274; Le Coq 1913 : 10 et 115; Schwarz 1992 : 223. 1064 Denison-Ross 1909 : 272; Le Coq 1913 : 8. D‟après Schwarz 1992 : 707 c‟est le nom du faucon émerillon. 1065 Kononov 1958 : § 595. 1066 Karakalpak 1958 : 206. 1067 Kazak 1974 : III, 489.

240 les omoplates» en baškir1068, d’agïl «grandes taches aux omoplates ou au cou des animaux» en yakut 1069 , puis jagal «aux taches foncées sur la nuque et les épaules» en mongol classique1070 et zagal «blanchâtre, gris» en xalx1071. On emploie donc ce mot pour décrire les pelages des animaux domestiques comme la brebis jagal koy en kazak ou le plumage des oiseaux : yagal kuš «hobereau» en baškir1072, d’agïl toyon «aigle aux épaules blanches» en yakut1073, zagalay «aigle tacheté» en mongol classique1074. Quant au nom du faucon hobereau il est attesté tout d‟abord en mongol au XIVème siècle sous la forme jakalmay/jagalmay1075. Dans les langues mongoles d‟aujourd‟hui il est préservé en xalx, zagalay / zaalay / zagalday1076 et en kalmouk, zahlma1077. D‟après E. Sevortân le nom du faucon hobereau est un emprunt mongol en türk1078. III.4.2.2. Le nom du faucon émerillon Le nom du faucon émerillon est aussi un nom stable dans les langues türk. L‟identification par G. Dement‟ev du türkmen turlutay comme le faucon hobereau est erronée puisque de l‟autre côté de l‟Amou Darya, chez les Türkmen du nord de l‟Afghanistan, trumtay est bien le nom du faucon émerillon comme dans les autres langues türk. La glose russe qui traduit le baškir toromtay comme «faucon crécerelle» n‟est guère fiable. Dans le plus récent dictionnaire du baškir l‟oiseau dit toromtay est décrit comme ayant un manteau bleu-gris et une poitrine rousse tachetée de noir1079. Cette description s‟applique au faucon émerillon et non pas au faucon crécerelle, dont le manteau est roux. La même remarque est valide pour le tatar torïmtay. Le nom du faucon émerillon est attesté pour la première fois en türk au XIIème siècle dans le Thesaurus de Mahmûd Kâchgharî1080. Il apparaît à peu près à la même époque dans l‟Histoire secrète des Mongols 1081 . Le Thesaurus l‟explique laconiquement comme le nom d‟un oiseau de proie. L‟Histoire secrète des Mongols nous offre à nouveau un contexte plus descriptif : l‟émerillon y est celui qui accule les petits oiseaux dans les buissons 1082 . Comme d‟autres noms des petits oiseaux, celui-ci a été interprété très différemment d‟un auteur à l‟autre et d‟un dictionnaire à l‟autre1083. La plupart
Baškir 1996 : 830. Yakut 1972 : 124. 1070 Lessing 1960 : 1022. 1071 Cevel 1966 : 257. 1072 Baškir 1996 : 830. 1073 Yakut 1972 : 124. 1074 Lessing 1960 : 1022. 1075 Mostaert 1977 : 65. 1076 Bazïlxaan 1977 : 105. 1077 Kalmouk 1977 : 235. 1078 Sevortân 1974 : IV, 10 - 11. L‟analyse morphologique de la forme mongole n‟est pas facile . Les premières formes du XIVème siècle contiennent un morphème -mai difficile à identifier. Dans sa grammaire du mongol écrit N. Poppe 1974 : § 138 et § 296 ne mentionne que le morphème -tai / -tei par lequel nous obtenons le sens «pourvu de», de même que le comitatif. Ce morphème est opérationnel dans la plupart des langues türk orientales. Il paraît cependant hasardeux de traduire le nom du faucon hobereau comme «pourvu de taches», «pourvu de taches au cou et aux épaules» même si ce nom convient bien à cet oiseau qui se fait remarquer par la tache blanche ou claire qui marque son cou. 1079 Baškir 1993 : II, 372 1080 Atalay 1986 : III, 243 1081 Haenisch 1962 : 155 1082 Even 1994 : § 85 1083 Cf. les exemples cités par Doerfer 1963 : § 896
1068 1069

241 des études lexicographiques lui accordent une origine türk et le considèrent donc comme un emprunt en mongol. Le nom du faucon émerillon ne possède pas d‟étymologie sûre ni en türk ni en mongol1084. Notons que le faucon émerillon est appelé turumtây en persan 1085, puis trumtay en pachtou1086, rêtâl tûrûmti en pendjabi et tûrûmti / tûrûmtâri en hindi1087. D‟après Phillott1088 l‟émerillon est absent des textes cynégétiques persans rédigés au nord de l‟Inde avant le XIVème siècle. Le même auteur suppose que c‟est sous l‟influence des Moghols et le plus vraisemblablement à l‟époque d‟Akbar (1542-1605), que l‟émerillon trouva une place parmi les oiseaux apprivoisés dans ces contrées. Rappelons nous qu‟en Iran aussi le faucon émerillon n‟apparaît que tardivement. Il semble donc que l‟usage de l‟émerillon comme oiseau de chasse est propre à la fauconnerie türk et que tant en Iran qu‟en Inde du nord on apprend à s‟en servir des Türk. La colonne destinée au faucon Kobez reste la plus vide et, correction faite de l‟identification de J. P. Roux, nous ne connaissons que son nom en kazak. Il reste cependant à préciser le sens de l‟ouzbek kökantåy traduit par «faucon crécerelle» dans la monographie de Bazarova mais qui pourrait, comme en kazak, être le nom du faucon Kobez, rare visiteur au nord de l‟Ouzbékistan. III.4.2.3. Le nom du faucon crécerelle Le faucon crécerelle est connu sous trois noms différents : böktergi/müktärge en kazak et en baškir, küykö/köyka en kïrgïz et en ouzbek et gövenek/kökenek en türkmen et en uygur. Le nom de cet oiseau est d‟ailleurs le seul exemple qui détruit l‟homogénéité du vocabulaire kïrgïz-kazak concernant les petits faucons. Le kïrgïz, böktörgü et l‟ouzbek böktargi désignent les femelles des busards et non pas le faucon crécerelle1089. L‟analyse morphologique du mot böktergi montre qu‟il s‟agit d‟un dérivé de büktir «élévations; sommets rocheux des montagnes; cols; passages en altitude»1090 obtenu à l‟aide du morphème nominal, -QI / - GI, qui décrit une appartenance ou bien une relation dans l‟espace ou dans le temps1091. Comme ornithonyme le mot böktergi décrit donc un oiseau d‟après son habitat c‟est-à-dire un oiseau qui fréquente les basses montagnes ou les piémonts1092. Son emploi comme nom du faucon crécerelle ou des busards femelles paraît peu motivé de même que la confusion des deux oiseaux1093. En fait, et le faucon crécerelle et les busards sont des oiseaux qui privilégient les landes et les marais. Mais la différence de taille (l‟envergure du faucon crécerelle est deux fois plus petite que celle des busards) de même que les vols distincts (les busards planent au1084 1085

Doerfer 1963 : § 896. Doerfer 1963 : § 896. 1086 Kühnert 1980 : 35. 1087 Ali 1981 : 359. 1088 Phillott 1908f : 5. 1089 Les busards n‟ont pas été utilisés par les fauconniers türk, à la différence des fauconniers arabes qui dressaient les femelles à prendre la caille, le francolin et la perdrix, cf. Viré 1984 : 275. 1090 DS 1969 : 132. 1091 Cf. Ŝerbak 1961 : 107, Ŝerbak 1977 : 96 - 99. 1092 A la différence du türk ancien, dans les langues türk d‟aujourd‟hui le mot bökter/böktür ne désigne plus les sommets rocheux ou les passages en altitude mais les pieds des montagnes ou bien les piémonts, cf. Kazakh 1976 : II, 403, Yudakhin 1965 : 151. En mongol böktürge désigne le flanc d‟une colline ou une pente, cf. Lessing 1960 : 126. Et en türk et en mongol ces dérivés remontent à une racine verbale bök-/bög-/bük- «être penché, plié, tordu» cf. DS 1969 : 132, Lessing 1960 : 123, 125. 1093 En kazak on dit cependant que le nom du faucon crécerelle böktergi vient du fait qu‟on le voit le plus souvent voler en rasant les flancs des collines. En kïrgïz, un dérivé nominal de la même racine, böktürmö, décrit le vol des oiseaux de proie quand ils rasent la terre, cf. Yudakhin 1965 : 171.

242 dessus des landes tandis que les faucons crécerelles se font remarquer surtout par leur vol battu sur place) rendent peu probable la confusion des deux oiseaux. Quant aux autres noms türk du faucon crécerelle nous constatons à nouveau une confusion ou une distinction incertaine entre le faucon crécerelle et les busards. Le tableau cidessous résume les interprétations des ornithonymes en question selon les différentes langues :
Kïrgïz Ouzbek Baškir (dial.) Tatar Uygur Türkmen F. Crécerelle küykö köyka Busards

köygänäk/kögänäk köygänäk/küygänäk kökenek gövenek

Les noms du faucon crécerelles en uygur et en türkmen et, peut-être, les noms des busards en baškir et en tatar semblent s‟inscrire dans une longue liste d‟ornithonymes ou zoonymes türk qui sont tous issus du k»ök «bleu». Une des explications possibles au sens instable de ces dérivés pourrait justement être leur origine chromatique. Le tableau suivant résume les extensions morphologiques du nom de couleur «bleu» et leurs emplois dans le vocabulaire animalier türk1094 :
bleu kök gök köy göy/göö/ gow/gok pigeon kökürčkän göverjin köyärčin kügäljin oiseau de proie ?kökiš autres kökmök «daim»

Türk ancien Turc Azeri Dialectes de l‟Anatolie

göyäm «mouche de couleur bleue»; göwänäk/ güwängil «taon» gövenek küke «mouchet» köyka / kökantåy köygänäk kögänäk köygänäk küykänäk küykentay küykö

Türkmen Ouzbek Baškir Tatar Kazak Kïrgïz

göök kök kük kük kök kök

göögerčin kaptar < persan kügärsen kügärčen kögeršin kögüčkön

sasïk kökek «huppe» kökmök sasïk küykö «crécerelle»

Uygur Yakut Tuvin Altay Tatar du Tobol

kök küöh kök kök

käptär < persan xoluup < russe kökbuġa küüle

kökenek

köküyäk «renard à fourrure bleutée»

1094

D’après DS 1969 : 313 ; Laude-Cirtautas 1961 : 77 ; Laude-Cirtautas 1961 : 78, 84 ; Kühnert 1980 : 34 ; Kazak 1974 : VIII, 198 ; Yudakhin 1965 : 418, 460.

243 Le nom türk du pigeon est morphologiquement transparent et tous les lexicographes y reconnaissent un dérivé de «bleu». Quant à l‟analyse morphologique des noms d‟oiseaux de proie, supposés être issus du «bleu», il s‟avère hasardeux. Les formes relevées forment à première vue cinq groupes différents :
Türkmen Uygur Kïrgïz Ouzbek Kazak Baškir Tatar gövenek kökenek kökentay kögänäk küykö köyka küykentay köygänäk küygänäk

Les formes türkmen et uygur, de même que celles de certains dialectes baškirs, sont les plus faciles à analyser. Une découpe du type kök + än + äk paraît possible. Pour l‟analyse morphologique nous partirons de la fin en identifiant un morphème nominal, diminutif ou hypocoristique -AQ 1095 . L‟interprétation du morphème -An est plus difficile mais avec quelques précautions les turcologues le considèrent le plus souvent comme un morphème nominal qui a le même contenu sémantique que le précédent1096. Le nom du faucon crécerelle en türkmen et en uygur, de même que le nom du busard en baškir résulteraient donc d‟un double affaiblissement du nom de couleur «bleu». Ils décriraient quelque chose, un oiseau dans notre cas, qui est bleuâtre, bleu affaibli ou bien d‟une couleur indécise qu‟on compare au bleu. D‟où nous pouvons conclure que chez les busards ce nom décrit, par opposition au nom böktergi, les oiseaux mâles si remarquables par leur manteau gris - argenté - bleuté. Cette motivation paraît cependant douteuse pour le faucon crécerelle chez qui la couleur grise est simplement la couleur de la calotte et d‟une partie de la queue chez le mâle. La même analyse morphologique s‟applique au nom du faucon crécerelle, ou bien du faucon Kobez, en ouzbek que nous trouvons dans la troisième colonne. Dans ce nom le morphème diminutif -AQ, plus ancien et moins productif est remplacé par un morphème diminutif d‟usage plus récent, -tAy1097. Le nom conviendrait bien ne serait-ce qu‟au mâle du faucon Kobez dont le manteau et la calotte sont d‟une couleur gris cendre. Quant aux autres formes, nous pouvons avancer deux interprétations. Il est possible que la voyelle (-ö-/-ü-) et la diphtongue (-öy-/-üy-) en première syllabe soient des variations libres. Les exemples du baškir où nous trouvons à la fois les deux formes (avec une voyelle et avec une diphtongue), la nature instable de la voyelle en première syllabe dans la majorité des formes pourraient confirmer cette hypothèse. Dans ce cas les dérivés que nous trouvons en 5ème et 6ème colonnes seront soumis à la même analyse morphologique que les formes précédentes et ils seront chargés du même contenu sémantique c‟est-à-dire qu‟ils évoqueront un oiseau dont la couleur du plumage se situe vers les zones les plus affaiblies et les plus incertaines du bleu. Pour les noms baškir et tatar nous insisterons à nouveau sur le fait qu‟il s‟agit le plus vraisemblablement des mâles des busards. Les noms kïrgïz et ouzbek, de même que la forme küke attestée chez les Türkmen au nord de l‟Afghanistan, sont difficiles à analyser1098. Il serait possible de leur reconstituer une
Ŝerbak 1977 : 101; Serebrennikov 1986 : 100. Cf. Serebrennikov 1986 : 102 et 118 qui le décrit comme un morphème diminutif qui fut opérationnel avec les racines nominales et donne les exemples du turc oglan «garçon» < oglï «fils», kazak özen «rivière» < öz «source», ouzbek tuzån «poussière légère» < tuz «poussière». 1097 Ŝerbak 1977 : 102; Serebrennikov 1986 : 102; Ouzbek 1988 : 724 . 1098 La forme türkmen est incertaine. Nous n‟en trouvons de traces ni dans les lexiques ornithologiques ni dans les dictionnaires. Quant aux formes kïrgïz et ouzbek nous leur trouvons une seule correspondance, incertaine, en türkmen standard, küyki/küykü «courbé, voûté, arqué, tendu», cf. Türkmen 1968 : 420. Nous ne savons point que
1095 1096

244 forme *küykö(n) / köyka(n). Dans ce cas les formes de la 5ème et 6ème colonnes seront formées par le recours à des morphèmes diminutifs analogiques à ceux que nous avons déjà décrits. Cette hypothèse implique cependant des anomalies difficiles à expliquer. Il paraît peu probable que les deux noms du busard en baškir aient des origines différentes : l‟un kögänäk serait un dérivé du «bleu» tandis que l‟autre köygänäk serait un dérivé du mot köyka(n) luimême d‟origine inconnue. Il en va de même avec les noms du faucon Kobez en kazak et en ouzbek. Nous penserons plutôt que les ornithonymes inclus dans le dernier tableau sont tous apparentés et que les différences de forme sont des variations libres. Il nous paraît aussi plus logique de leur chercher une origine chromatique qu‟une origine onomatopéique. Quant aux confusions récurrentes entre les noms des petits faucons et d‟autres oiseaux de proie, exemplairement des busards, elles peuvent être expliquées de plusieurs façons. Ces confusions sont dues tout d‟abord à l‟absence de travaux ethnolinguistiques consacrés à ces oiseaux. Les données lexicographiques proviennent donc soit des dictionnaires russes qui traitent les ornithonymes très sommairement, soit des travaux des lexicographes qui s‟attaquent aux analyses morphologiques et sémantiques mais qui par ailleurs n‟ont qu‟une idée très superficielle des oiseaux en question, soit des travaux des ornithologues enrichis de listes d‟ornithonymes locaux qu‟ils établissent tant bien que mal faute de connaître les langues en question. Le caractère hétéroclite du vocabulaire ornithologique türk complique aussi la tâche. Ce vocabulaire est constitué le plus souvent des mots dérivés et il en contient un grand nombre qui ne se distinguent que par les morphèmes mis en oeuvre ou bien qui sont des synonymes morphologiques, comme c‟est le cas avec les ornithonymes examinés ci -dessus. La partie proprement türk de ce vocabulaire comprend pour sa part plusieurs couches chronologiques : certaines langues s‟avèrent particulièrement conservatrices à l‟égard des ornithonymes tandis que d‟autres les renouvellent plus facilement. Par exemple le nom du faucon crécerelle en azeri est muymul1099. Cet ornithonyme est attesté pour la première fois vers le Xème siècle1100. Mais l‟azeri est la seule langue türk où il a été préservé. A ces couches chronologiques se superposent des différenciations dialectales. Aussi faibles qu‟elles soient à l‟intérieur des langues türk, elles se font sentir justement dans ces parties spécifiques des vocabulaires. Pour des langues aussi proches que le kïrgïz, le kazak, l‟uygur et le türkmen un même ornithonyme, takanak, désignerait «crécerelle de grande taille» ou «une variété du gerfaut» en kïrgïz1101, «pie-grièche» en kazak1102, «choucas» en uygur1103, «pie-grièche»1104, ou bien «une sorte de pie»1105 ou bien «faucon bigarré»1106 en türkmen. Enfin, le vocabulaire türk contient plusieurs emprunts au mongol et encore davantage de mots qui sont communs aux deux langues. Cette dernière catégorie accroît l‟instabilité de certaines zones du vocabulaire ornithologique. Ainsi les busards ont un nom générique xulatu/quladï qui leur est propre en mongol comme en türkmen, en kïrgïz, en kazak et en tchouvache. Nous avons constaté cependant qu‟ils sont aussi appelés köygänäk/küygänäk en baškir et en tatar, böktörgö/böktargi en kïrgïz et en ouzbek puis, à quoi nous pouvons ajouter le nom azeri, belibaglï. Ce sont justement ces noms régionaux ou dialectaux qui sont les plus difficiles à
faire du nom mandchou du faucon crécerelle keikuhen, cf. Norman 1978 : 173. C‟est un mot emprunté puisque nous ne le trouvons pas dans les autres langues toungouses et il est absent du dictionnaire comparatif de Cincius. La source de Norman semble avoir été le Pentaglotte où au mandchou keikuhen correspondent le mongol ?küyküneg et l‟uygur jagalmay «faucon hobereau», cf. Pentaglotte 1957 : 4137. 1099 Azeri 1977 : 181. 1100 DS 1969 : 121. 1101 Yudakhin 1965 : 687 et 692. 1102 Kazak 1988 : II, 479. 1103 Baskakov 1939 : 156. 1104 Roux 1966 : 399. 1105 Muxamedova 1969 : 64. 1106 Kononov 1958 : 53.

245 gérer et à décrire. Il s‟avère indispensable alors de les placer dans un système, celui d‟un vocabulaire ornithologique, pour pouvoir déterminer leur poids exact. Ainsi, si nous récapitulons nos connaissance sur les crécerelles et les busards nous obtenons le tableau suivant :
Faucon crécerelle Kïrgïz Kazak Ouzbek Baškir Uygur Türkmen küykö böktergi köyka müktärgä kökenek gövenek böktargi köygäläk ġulatï böktürgö Busards kulaalï kuladïn

Nous constatons que ces inventaires ornithologiques sont cohérents dans la mesure où ils ne comportent pas de synonymes. Le kïrgïz est la seule langue qui dispose de deux noms pour les busards mais elle réserve l‟un d‟entre eux aux femelles et aux juvéniles tandis que le deuxième est donné aux mâles. Ce choix s‟explique par le fait que les femelles et les juvéniles des différentes sous-espèces des busards se ressemblent beaucoup et se distinguent nettement des mâles qui à leur tour ont pour trait commun un manteau gris pâle argenté. On peut conclure dans ce cas que nous avons affaire non pas à une confusion des oiseaux, crécerelles et busards, mais à une gestion différente d‟une langue à l‟autre d‟un inventaire limité de noms.

III.4.3. Les petits faucons en fauconnerie türk
Au Kïrgïzstan et au Kazakstan les petits faucons sont des oiseaux migrateurs qui arrivent au printemps, nichent dans les régions boisées et s‟envolent en automne. Ils ont toujours attiré l‟attention et des adultes et des enfants par leurs vols gracieux et ondoyants et par l‟agilité dont ils font preuve pour s‟emparer des petits oiseaux. On les apprivoise rarement puisqu‟on les trouve peu résistants au froid. De plus, les périodes de chasse avec ces faucons se limitent à un ou deux mois au printemps et à l‟automne. On leur préfère donc les grands faucons qui sont de meilleurs giboyeurs. Étant plus dociles et plus doux ces petits faucons ont été utilisés comme oiseaux d‟apprentissage pour les enfants. Au Kïrgïzstan et au Kazakstan on ne s‟en sert pas de porte-leurre volant et d‟ailleurs on n‟y connaît pas ce mode de capture d‟oiseaux de chasse. Et au Kïrgïzstan et au Kazakstan il existe une certaine hésitation quant aux qualités du faucon hobereau. Si les fauconniers lui reconnaissent unanimement la rapidité du vol, ils sont souvent découragés par son caractère «libertin». Voilà les opinions de deux fauconniers kïrgïz sur le faucon hobereau : «Quant au faucon hobereau, il ressemble beaucoup au pèlerin par sa rapidité et la façon dont on
l‟apprivoise. Quand on lance un hobereau, les passereaux s‟envolent pris de panique et cherchent à se cacher le plus vite possible dans les buissons. Alors, plutôt que de les poursuivre comme font le faucon émerillon et l‟épervier, le faucon hobereau se glisse dans l‟air en remontant et se lance à la poursuite d‟autres passereaux qu‟ils soient près ou loin. C‟est pourquoi il n‟est pas apprécié en fauconnerie»1107.

1107

Imankulov 1980 : 119.

246 «Le faucon hobereau est plus rapide que l‟autour et le faucon sacre. Il est très beau, mais il ne s‟apprivoise pas, il est impossible de chasser avec lui »1108. D‟ailleurs les fauconniers d‟autres contrées partagent le scepticisme kïrgïz quant aux qualités du faucon hobereau. Il est décrit souvent comme un oiseau lâche et désagréable. Mais c‟est un avis récent. D‟après M. Planiol les textes plus anciens de fauconnerie font du faucon hobereau un oiseau très performant au vol, très hardi à la chasse, capable de chasser même la perdrix 1109 . Il nous est impossible ici de retracer les vicissitudes des jugements des fauconniers au fil des siècles. Toujours est-il qu‟au Kïrgïzstan on lui préfère le faucon émerillon. Chez les fauconniers de nos jours ce faucon fait partie des souvenirs d‟enfance, et ils l‟évoquent souvent comme le premier oiseau de chasse qu‟ils ont tenu au poing. On apprivoise surtout les faucons niais, qu‟on cherche au nid, puisque les oiseaux adultes sont trop habitués aux petites proies. Les plus grands, et les mieux affaités, des faucons émerillons peuvent prendre la caille, la perdrix et, parfois, la corneille. Ce sont ces grands émerillons qu‟on retrouve dans la poésie kïrgïz sous le sobriquet kumpay :
torumtay zorun kumpay deyt kïrgïydïn zorun šumpay deyt1110 «Le plus fort des émerillons s‟apelle kumpay, Le plus fort des éperviers s‟appelle šumpay»

Rappelons ici qu‟un faucon supposé être de la race du faucon pèlerin, mais qui est plus petit et plus pâle que ce dernier, est appelé en kïrgïz kuu kumpay. Or, le faucon émerillon est souvent décrit par les fauconniers kïrgïz comme une réplique en plus petit du faucon pèlerin1111. Il nous semble qu‟une comparaison plus détaillée entre le faucon dit kuu kumpay et celui appelé kumpay par les Kïrgïz est à faire. Le pèlerin dit kuu kumpay ne serait-il pas plutôt un faucon émerillon de forte taille? La crécerelle est sans doute le petit faucon dont on parle le plus au Kïrgïzstan. Ceci est d‟autant plus évident qu‟au Kazakstan on la range à peine parmi les oiseaux de chasse. Le faucon crécerelle, qui se nourrit dans la nature surtout d‟insectes et occasionnellement de petits passereaux, et qui n‟a jamais été utilisé en fauconnerie que pour le divertissement - en France Louis XIII le lançait sur des chauves-souris - occupe une place importante dans le discours des fauconniers kïrgïz. Il est vrai qu‟on ne parle que très rarement de la crécerelle commune et ce ne sont que les enfants qui l‟admirent quand elle chasse les souris. Mais on parle beaucoup d‟une race qui est plus grande que la crécerelle commune et infiniment plus hardie à la chasse. Voilà comment cette race est décrite par le fauconnier Imankulov : «On rencontre parmi les crécerelles, très rarement, une fois sur mille, une crécerelle de grande taille,
un sorte du gerfaut des crécerelles, küykönün šumkarï. Elle est plus grande que la crécerelle commune et son plumage est moins roux. Elle prend les perdrix, les cailles et les pigeons. Quand on voit la huppe, elle survole les champs à coups d‟ailes. Et bien, si vous lancez un épervier ou un faucon émerillon à sa poursuite, ils n‟arrivent pas à la prendre. Ensuite, il y a un petit oiseau gris-brun que nous appelons ersïŋar. Il habite les steppes désertiques. Ni l‟épervier, ni l‟émerillon, ni le hobereau ne réussissent à le prendre. Ce petit oiseau sait leur échapper par son vol ondoyant et, en plus, il vole très vite. Ce sont ces oiseaux, la huppe et le ersïŋar, que le gerfaut des crécerelles peut prendre. C‟est pourquoi on l‟admire tant »1112.
1108 1109

C - Satïlganov Planiol 1948 : 161. 1110 Togolok 1970 : II, 22. 1111 Imankulov 1980 : 116. 1112 Imankulov 1980 : 118.

247

Tous nos informateurs ont parlé avec plaisir de cet oiseau. Ils insistent tout d‟abord sur le fait que c‟est un oiseau très rare, thème qui nourrit toujours les discours. Ils s‟étonnent ensuite de sa rapidité et ils admirent enfin ses prises qui ne conviennent pas aux crécerelles communes. Mais si une différence est à marquer entre le gerfaut «crécerelle», küykö šumkar et le «gerfaut des crécerelles», küykönün šumkarï on n‟en tient pas toujours compte et on confond souvent les deux noms. C‟est surtout vrai pour la région du lac Ïssïk-köl où l‟appellation küykö šumkar décrit tour à tour une race du gerfaut et une race du faucon crécerelle. Il nous semble que küykönün šumkarï, le «gerfaut des crécerelles», est une épithète, un nom poétique pour les plus forts des faucons crécerelles. D‟ailleurs nos informateurs de la région du Tien Shan leur connaissent un autre nom, takanak. Voilà comment l‟un d‟eux décrit ces faucons : «Le plus hardi des faucons crécerelles est appelé takanak. Il convient à la chasse des pigeons et des
cailles. Puis il prend aussi des moineaux. Sinon, la crécerelle commune, elle ne prend que des souris. C‟est le plus hardi, celui qu‟on appelle takanak...C‟est vrai qu‟on dit parfois «gerfaut crécerelle», küykö šumkar. En fait, on donne ce nom au takanak qui est une sorte de crécerelle. Lui, comme je l‟ai déjà dit, il prend le pigeon, les poussins de la cane et de la caille. On dit que c‟est le seul à pouvoir prendre la huppe. C‟est que la huppe a un vol très ondulé, elle monte et elle descend sans cesse. Mais lui aussi, il monte et il descend, c‟est donc le seul à pouvoir prendre la huppe. Moi, à vrai dire, je ne l‟ai jamais vu cet oiseau. On en a pris beaucoup de crécerelles dans notre enfance, on jouait beaucoup avec eux, mais je n‟ai jamais vu une crécerelle qui puisse prendre un moineau»1113.

Le nom takanak est utilisé aussi dans la poésie kïrgïz comme le montrent les vers du barde Togolok Moldo, lui-même originaire du Tien Shan :
küykönün čoŋu takanak aŋdïp jüröt bakalap akïrïn jürüp jep ketet al daġï bizdi takalap1114 «Les grandes crécerelles dites takanak Guettent et épient Glissent, saisissent puis s‟en volent Elles aussi se moquent de nous»

S‟il existe une certaine confusion quant au nom exacte de ce faucon, tous les fauconniers kïrgïz mettent en évidence sa ressemblance avec le faucon crécerelle 1115 . Il revient aux ornithologues d‟identifier cet oiseau mais nous oserons cependant une hypothèse. Elle nous a été inspirée par le fait, souvent souligné, que c‟est le seul faucon qui peut s‟emparer de la huppe. Or, une race du faucon émerillon, Falco chikuera Daudin, faucon chiquera ou faucon émerillon à tête rousse, répandu depuis l‟est de l‟Iran et jusqu‟à l‟Inde, est renommé parmi les fauconnier de ce pays pour le vol de la huppe. Il est appelé en hindi tûrûmti, un nom türk véhiculé par le persan. S‟agirait-il dans ce cas non pas d‟une race de
1113 1114

C - Osmon uulu Togolok 1970 : II, 22. 1115 La confusion s‟étend encore plus loin si nous q uittons le vocabulaire des oiseaux de chasse et examinons l‟ornithonyme takanak. En kïrgïz même nous trouvons deux formes: takanak traduit par Yudakhin 1965 : 692 comme «crécerelle de grande taille» et taganak qui désigne d‟après le même auteur, page 687, une race du gerfaut. En kazak, taganak est le nom d‟un passereau non identifié, cf. Kazakh 1974 : VIII, 529. En uygur, cf. Baskakov 1939 : 156, takunak kâga désigne le choucas tandis que le türkmen ala taganak a été interprété successivement comme «faucon bigarré» par Kononov 1958 : 53, «pie-grièche grise» par Roux 1966 : 399 et «un oiseau de la même race que la pie» par Muxamedova 1969 : 64.

248 crécerelle, comme le croient les fauconniers kïrgïz, mais de l‟émerillon à tête rousse dont certains exemplaires pourraient atteindre le Kïrgïzstan en été?

III.5. Conclusions sur les faucons III.5.1. De la nomenclature à l’histoire : approches philologiques
Les fauconniers türk apprivoisent les mêmes espèces que leurs confrères plus ou moins lointains. Les noms des faucons dont on se sert comme oiseau de chasse sont les mêmes d‟un bout à l‟autre du domaine türk. Par contre, le nom d‟un oiseau comme le faucon crécerelle - peu ou pas utilisé en fauconnerie türk - change d‟une langue à l‟autre et se mélange avec des noms qu‟on peut donner aussi à d‟autres oiseaux de proie. Le vocabulaire des falconidés comporte peu d‟emprunts. Ces derniers concernent exclusivement le faucon pèlerin. Le nom de ce faucon déjà est d‟origine étrangère, le plus vraisemblablement chinoise. Un autre nom qui désigne les faucons pèlerin migrateurs - baarïn et formes apparentées - est d‟origine arabe. Mais le vocabulaire türk des falconidés correspond presque mot-à-mot au vocabulaire mongol. Les efforts des lexicographes à démêler le vocabulaire commun des deux langues donnent les résultats suivants : - le nom du gerfaut à qui Doerfer reconstitue une forme *s’ioŋkor ne peut pas être considéré comme un mot emprunté par une langue à l‟autre et appartient donc à un fond commun que nous pouvons appeler avec quelques précautions «altaïque». - le nom du faucon sacre serait, d‟après Doerfer, un emprunt du türk au mongol. Mais ce nom possède une étymologie türk et on ne parvient pas à lui trouver d‟étymologie mongole. - le nom du faucon pèlerin n‟est pas un mot türk, mais il n‟est pas non plus un mot mongol. Ce serait un mot étranger aux deux langues, venant vraisemblablement de la Chine. - le nom du faucon hobereau est un emprunt du türk au mongol. - le nom du faucon émerillon est un nom türk emprunté par le mongol. Outre le fait qu‟il n‟existe pas encore de consensus sur l‟histoire de la plupart de ces noms, ce que nous savons déjà ne fournit aucun indice sur l‟histoire de la fauconnerie si ce n‟est que l‟origine de la fauconnerie en Asie Centrale et Intérieure ne peut être ni türk ni mongol mais «türko-mongol». Ce qui paraît plus instructif est la façon dont ce vocabulaire «türko-mongol» s‟inscrit dans un contexte régional plus élargi. En fait, l‟histoire de chaque espèce de faucon de chasse en Asie se tisse à travers des échanges et des influences qui changent de direction à chaque fois. La fauconnerie «türko-mongol» semble être mise en avant par l‟emploi du gerfaut. Ce dernier en fait est connu en persan et en arabe sous un nom türk. Mais en parlant du gerfaut nous ne devons pas oublier que l‟histoire la plus ancienne de cet oiseau de chasse se déroule dans des régions habitées par des populations toungouses. Le nom du gerfaut apparaît à peu près en même temps, dans la première moitié du XIIème siècle, d‟une part dans un vocabulaire sino-djourtchen, d‟autre part dans le Thesaurus du Kâchgarî et enfin dans l‟Histoire secrète des Mongols. Certes, on considère le nom mandchou comme un emprunt au mongol, et il est vrai qu‟on ne le trouve pas dans les autres langues toungouses. Le fait que le nom du gerfaut n‟a pas d‟étymologie enlève tout espoir de lui attribuer une ori gine sûre. Les Türk et les Mongols dans ce cas ne seront-ils pas de simples intermédiaires dans les voyages des gerfauts vers le sud? Le schéma suivant essaie de retracer les chemins du gerfaut en Asie en laissant en pointillés ceux qui sont probables mais qui ne sont pas assez documentés : Les chemins des gerfauts en Asie SUPPRIME

249

Un cas intéressant est celui du faucon émerillon. Quoique l‟origine de son nom turumtay//toromdoy - en türk et en mongol ne soit pas tout à fait claire, c‟est sous ce nom qu‟il est connu en Iran et au nord de l‟Inde. De plus, il existe des témoignages sur l‟introduction relativement tardive de ce faucon dans les deux pays en question : en Inde en tout cas, il n‟apparaît sous ce nom dans les traités de fauconnerie qu‟avec les Moghols. Le faucon émerillon en Asie SUPPRIME Nous n‟avons pratiquement rien à apprendre des fauconniers türk sur le faucon pèlerin. Son nom est un nom étranger, d‟origine sino-coréenne d‟après Ramstedt. Le nom n‟a pas d‟étymologie türk ni guère d‟étymologie mongole. L‟oiseau est peu utilisé comme oiseau de chasse de nos jours et les noms de certaines races du pèlerin viennent de l‟arabe, via le persan. Comment interpréter dans ce cas une tradition qu‟on trouve dans les traités arabes : «Selon, enfin, un autre dire, le premier à voler avec le Pèlerin aurait été un khakan des Turcs»1116. Si nous devons attribuer foi à ce «dire» le khakan türk devrait être l‟un des potentats «barbares» qui harcelaient la Chine aux débuts de l‟histoire türk. Le faucon pèlerin en Asie SUPPRIME Quant au faucon sacre, les fauconniers en Orient ont mis en évidence la bonne qualité des races locales indépendamment les uns des autres. Il y a peu d‟emprunts dans le vocabulaire qui le décrit sauf entre le persan et l‟arabe. Des races qui sont connues à peu près dans les mêmes termes des deux côtés de l‟Himalaya portent des noms autochtones et non pas de noms d‟emprunt. Puisque des efforts considérables ont été déployés pour étymologiser les noms «türkomongol» des faucons il convient de voir ce que ces étymologies nous apprennent dans les faits. Rappelons tout d‟abord que tous les noms des faucons n‟ont pas d‟étymologies fiables. Les noms du gerfaut et du faucon émerillon par exemple ne dévoilent pas leurs secrets. D‟autres noms ont des étymologies incertaines : celles du nom du faucon pèlerin en font soit «le faucon latin», c‟est-à-dire d‟Occident, soit «l‟oiseau bigarré». Quoique la tentative de voir dans le faucon pèlerin le faucon d‟Occident paraisse séduisante, elle manque de base sûre tant linguistique qu‟ethnographique. Le seule étymologie fiable du nom du faucon sacre suggère que c‟est un nom inspiré par le comportement de cet oiseau et plus précisément par la façon dont il attaque ses proies : c‟est l‟oiseau qui buffète. Par contre, celui du faucon hobereau reflète le plus vraisemblablement une particularité du plumage. Quant au nom du faucon crécerelle nous avons vu que c‟est un nom instable. Les unités lexicales qui peuvent servir de nom à ce faucon décrivent soit un comportement - un vol au ras des piémonts - soit une couleur du manteau - bleuâtre, grisâtre. Les étymologies mêmes des noms du faucon crécerelle expliquent que ces noms aient du mal à s‟accrocher à un seul oiseau : plusieurs oiseaux survolent les piémonts des montagnes de même que beaucoup peuvent être caractérisé comme «grisets». Les étymologies donc n‟apportent pas de données vraiment significatives. Mais le fait que les noms des faucons sont difficiles à étymologiser est peut être l‟une des preuves les plus sûres de leur ancienneté et indirectement de l‟ancienneté de la tradition cynégétique qui sous-tend ce vocabulaire.
1116

Viré 1984 : 162

250

III.5.2. D’un système de dénomination vers un autre : approches ethnoscientifiques
Nous descendons ici un cran plus bas dans la nomenclature et nous analysons les façons dont les fauconniers perçoivent leurs disciples et les noms qu‟ils leur donnent. Ici les apports des fauconniers concernent plutôt l‟ornithologie et seulement indirectement l‟histoire de la fauconnerie. Notons tout d‟abord que ornithologues et fauconniers peuvent être d‟accord quand ils décrivent la diversité des faucons. Les fauconniers reconnaissent les mêmes espèces que les ornithologues et ils s‟entendent le plus souvent sur les subdivisions des espèces en races. Les points communs sont d‟autant plus importants qu‟ils ne se limitent pas simplement aux façons de découper la diversité mais ils englobent aussi des concepts plus complexes comme celui de l‟espèce polytypique et des races polymorphes et, partant, de la phylogénie. Soulignons que les fauconniers türk sont arrivés à l‟idée de parenté entre certaines races de gerfaut et certaines races de faucon sacre indépendamment des ornithologues. Et que les races décrites sous un même nom par les fauconniers sont justement celles qui ont aidé les ornithologues à reconstituer la phylogénie de l‟espèce. Quoique similaires, les découpes ne sont pas les mêmes et après avoir souligné la communauté de certains concepts, les divergences que nous constatons paraissent d‟autant plus importantes. Ces divergences agissent surtout au niveau des races. D‟où le fait qu‟une une espèce polytypique reconnue comme telle et par les fauconniers et par les ornithologues peut avoir des contenus différents. Commençons à la fois par le gerfaut et par le faucon sacre. Les différences entre la systématique des ornithologues et l‟organisation des fauconniers sont résumées dans le tableau suivant :
Gerfauts (Falco gyrfalco) šumkar grebnitski altaicus sombres pâles pâles sombres ak šumkar kara kara šumkar bölö Sacres (Falco cherrug) itelgi milvipes cherrug itelgi kïygak muštuk

hendersoni

küykö šumkar

La différence la plus importante est que la catégorie du «gerfaut» telle qu‟elle est définie par les fauconniers türk est beaucoup plus étendue que celle de l‟espèce gyrfalco des ornithologues. Elle comprend toutes les races de l‟espèce gyrfalco mais aussi une race au moins de l‟espèce cherrug. En plus de cette différence des catégories englobantes nous remarquons plusieurs découpes qui sont propres aux fauconniers. Ainsi, si les ornithologues peuvent attribuer les gerfauts blancs à deux races distinctes (grebnitski et altaicus) les fauconniers les considèrent comme un groupe homogène désigné par un même nom : ak šumkar. Par contre, les ornithologues ne prennent pas en compte les variations à l‟intérieur des individus sombres du gerfaut d‟Altay ni d‟ailleurs celles à l‟intérieur du faucon sacre d‟Asie Centrale. Les fauconniers dans ce cas décrivent au moins une variation - kara bölö pour les gerfauts sombres d‟Altay et deux - kïygak et muštuk - pour le sacre d‟Asie Centrale. Les «surdistinctions» des fauconniers s‟exercent toujours sur les races locales qui sont les mieux connues et les plus utilisées. Ce qui nous échappe dans les découpes effectuées par les fauconniers est comment elles tiennent compte, si elles le font, du dimorphisme sexuel. Pour les faucons, à la différence des autours et des aigles, il n‟existe pas de termes spécifiques pour distinguer la femelle du mâle. Nos avons constaté que ceux que les uns considèrent comme des races différentes

251 (šumkar et itelgi en kïrgïz ) sont vus par les autres tout simplement comme des oiseaux de sexe différent (šoŋkar et ätälge en baškir). Mais malgré ces différences et incertitudes en matière de gerfauts les fauconniers türk s‟entendent mieux avec les ornithologues qu‟avec les autres fauconniers d‟Orient. Les fauconniers persans ou arabes par exemple accepteraient-ils de payer un prix exorbitant pour un gerfaut qui n‟est pas blanc mais qui est tout de même gerfaut aux dires de leurs confrères türk. Cela parait peu vraisemblable. Surtout s‟ils ont eu affaire à des fauconniers indiens pour qui D. Phillott nous a laissé le témoignage suivant : «Modern Indian falconers, proverbial for inaccuracy, have a habit of calling any Saker (chargh) that is unusual in size and markings a «shûnqâr», and so, by exciting emulation, obtain a fictitious price from some credulous native gentlemen»1117. Il n‟y pas de raison de chercher cette sorte de supercherie du côté türk. Mais il faut accepter que le «gerfaut» türk ne soit pas obligatoirement le faucon blanc immaculé tant recherché en Occident et en Orient. Pour le faucon pèlerin les fauconniers s‟entendent davantage avec les ornithologues. Les races du pèlerin décrites d‟un côté et d‟autre sont les mêmes :
Race nominale peregrinus Kïrgïz Baškir kök ïlaasïn Races nordiques leucogenus baarïn ak ïlaasïn brevirostris kara ïlaačïn kara ïlaasïn sombres kïzïl ïlaačïn kïzïl ïlaasïn Races méridionales babylonicus pâles kuu kuu ïlaačïn kumpay pelegrinoides

Les races des fauconniers, à une exception près, sont spécifiées par la teinte du manteau. Des précautions s‟imposent cependant chaque fois que nous avons affaire à une teinte de manteau : le pèlerin «noir» des Kïrgïz et des Baškir n‟est pas le pèlerin «noir» des fauconniers indiens par exemple. La «surdistinction», comme pour les sacres, ne concerne que la race locale. Les variations dues au dimorphisme sexuel se confondent vraisemblablement avec les variations des races ou des populations. Les fauconniers türk distinguent peu de races pour les petits faucons. Il n‟en existe pas pour le faucon hobereau. Les races à l‟intérieur des émerillons et des crécerelles ont des statuts ambigus. Les fauconniers eux-mêmes admettent les ressemblances entre le pèlerin et l‟émerillon et certaines races qu‟ils décrivent - kuu kumpay pour les pèlerin et kumpay pour les émerillons - sont à la limite des deux espèces sans que nous puissions dire si c‟est la catégorie des pèlerins qui s‟étend vers certaines variations des émerillons ou si c‟est l‟inverse. Il en va de même avec une sorte de crécerelle qui est la seule à pouvoir s‟emparer des hu ppes et qui paraît très proche de l‟émerillon à tête rousse ou Falco chikuera Daudin. Les noms des races sont obtenus dans leur majorité par une détermination : on ajoute au nom de l‟espèce un ou plusieurs déterminants pour obtenir un nom de race. Les déterminants indiquent le plus souvent une couleur du plumage («blanc», «pâle», «noir», «roux») ou une particularité du plumage autre que la couleur («pattu», «rêche, qui fauche»). Tant qu‟on joue avec la détermination, le déterminé, ou le nom spécifique, est rarement omis : pour le gerfaut par exemple nous retrouvons le nom spécifique šumkar dans tous les noms de race. Côte à côte avec les appellations de race qui résultent d‟une détermination et qui contiennent le nom spécifique nous en trouvons d‟autres qui ne contiennent pas de nom spécifique : kïygak et muštuk chez les sacres, kuu kumpay chez les pèlerins, kumpay chez les
1117

Phillott 1968 : 49.

252 émerillons et takanak chez les crécerelles. Un cas intéressant est celui des faucons dits «demifrère» puisque c‟est le seul exemple où un terme de parenté intervient dans la nomenclature des oiseaux de chasse. La plupart de ces appellations «non apparentées» n‟ont pas d‟étymologies fiables et elles ne peuvent être raccrochées aux catégories englobantes qu‟à travers les descriptions des fauconniers. Notons enfin que c‟est au niveau des races que nous relevons le plus d‟emprunts : l‟un des noms des faucons pèlerins migrateurs - baarïn - est un emprunt du türk à l‟arabe; celui utilisé par les fauconniers uygur pour désigner le faucon sacre pattu - säŋsäŋ - vient du nord de l‟Inde.

IV. Les autours IV.1. Introduction
L‟autour est un oiseau des zones boisées d‟où il ne s‟éloigne qu‟occasionnellement. Les ailes courtes et la queue longue lui donnent une souplesse nécessaire au vol dans un milieu accidenté comme la forêt. De la taille d‟une buse, plus petit que l‟aigle et plus grand que le faucon, l‟autour adulte porte le plus souvent un manteau gris plomb ou gris brun sur un plastron blanc barré de gris. La queue est grise, rayée de clair et de sombre tout au long et terminée par une bande blanche de largeur variée. L‟expression farouche si caractéristique de l‟autour est due aux arcades sourcilières très saillantes, surmontées par des traits blancs. Comme la plupart des oiseaux de chasse, c‟est un oiseau polymorphe et on distingue d‟une part les femelles, qui sont plus grandes et plus fortes que les mâles et, d‟autre part, les autours juvéniles, jusqu‟à deux ans, dont le plumage aux teintes brunes et rousses est bien différent du plumage adulte. Répandue dans toute la zone paléarctique l‟espèce se morcelle en plusieurs races géographiques. Ces dernières se différencient l‟une par rapport à l‟autre tout d‟abord par la taille, les races du nord-est étant plus grandes que celles du sud-ouest, puis par la teinte du manteau qui est plus pâle ou presque blanche chez les autours du nord-est et gris-brun foncé chez ceux du sud-ouest. Les races septentrionales sont migratrices tandis que celles des zones tempérées sont soit errantes soit sédentaires. A la différence des autres espèces migratoires, il n‟y a pas une discontinuité entre les zones de reproduction et les zones d‟hivernage, ce qui signifie que dans les régions tempérées de l‟Asie on trouve à la fois des autours sédentaires, qui se reproduisent sur place et des oiseaux migrants, qui y passent seulement l‟hiver. Enfin, chez les autours du nord-est il existe un dimorphisme prononcé, qui n‟est dû ni à l‟âge ni au sexe et à cause duquel une même race géographique peut être composée à la fois d‟oiseaux très pâles et d‟oiseaux très sombres. La connaissance des races géographiques, aussi superficielle qu‟elle soit, est indispensable à l‟étude de l‟autour en Orient. Cet oiseau n‟est en effet qu‟un visiteur saisonnier dans la plupart des contrées où il est utilisé. Les autoursiers locaux en sont bien conscients puisqu‟ils suivent de près des flots migratoires afin d‟organiser la capture des meilleurs exemplaires. La connaissance des déplacements des races nordiques, qui sont les races les plus appréciées, est essentielle pour les autoursiers en Orient. L‟introduction ornithologique qui suit donne un résumé des connaissances ornithologiques que nous jugeons indispensables tout d‟abord à l‟étude de la place de l‟autour dans la chasse au vol en Orient puis à notre analyse de la nomenclature türk des autours. La race nominale, Accipiter gentilis gentilis L. ou autour des palombes, se reproduit depuis les parties septentrionales de la Russie jusqu‟au fleuve Volga à l‟est. C‟est une race sédentaire et en domaine türk elle n‟est connue que des autoursiers baškir. Les autours des

253 palombes ont une taille moyenne, leur manteau est brun-gris et le plastron clair est barré de brun1118. Les plaines de la Sibérie occidentale sont le domaine d‟une autre race, Accipiter gentilis buteoides Menz., ou autour de la Sibérie occidentale. Son aire de reproduction s‟étend depuis le lac Onega au nord-ouest de la Russie jusqu‟au fleuve Iénissey à l‟est. Au sud cette race se borne aux parties centrales des monts Oural et ne dépasse pas les latitudes de Tumen et de Tomsk. A la différence des autours des palombes, les autours de la Sibérie occidentale sont très mobiles et certains peuvent atteindre en hiver la Crimée, le nord du Caucase, la basse vallée du Volga à l‟ouest et Atïraw (ancien Gur‟ev), la basse vallée du Syr-Daria, Jambïl, Bichkek, le lac Ïssïk-köl et les monts Altay à l‟est. Cette race a déjà le manteau sensiblement plus pâle que l‟autour des palombes. En outre, elle peut comprendre des individus dont le manteau est pratiquement blanc1119. Ce sont justement les autours blancs tant convoités des autoursiers türk dont nous parlerons plus loin. Sauf mention explicite d‟une provenance de l‟Extrême Orient ce sont aussi les autours blancs des autoursiers persans et arabes. En Iran, les chroniques rapportent des captures occasionnelles d‟autours blancs dans la région de la mer Caspienne dès le Xème siècle1120. Mais, et en Iran et dans les pays arabes, la plupart de ces oiseaux étaient soit achetés à grands frais soit importés par des ambassades. Dans les pays arabes les autours blancs provenaient de la Géorgie ou bien de l‟Occident chrétien 1121, tandis qu‟en Iran ces oiseaux arrivaient le plus souvent par l‟intermédiaire türk. Dès le Moyen âge tardif les Iraniens connaissent l‟autour blanc sous un nom türk. Malgré les nombreuses mentions des autours blancs dans les traités cynégétiques tant arabes que persans, ces oiseaux étaient réservés aux souverains et aux dignitaires, et dans ces contrées ils n‟ont jamais été aussi populaires que les faucons. L‟extrême nord-est de la Sibérie abrite la race la plus pâle, Accipiter gentilis albidus Menz. ou l‟autour de la Sibérie orientale. Il se reproduit dans le pays des Koryak et sur la presqu‟île du Kamtchatka. C‟est le plus grand des autours de l‟Asie; son manteau et son plastron blancs ne sont que légèrement tachetés de bleu-gris ou de brun. Cette race est aussi polymorphe, et elle inclut d‟une part des oiseaux qui sont entièrement blancs et d‟autre part des oiseaux qui sont nettement plus gris. Depuis leur zone de reproduction les autours de la Sibérie orientale descendent en hiver jusqu‟au nord de la Mandchourie 1122 . Seuls les autoursiers de l‟Extrême-Orient, chinois, coréens et japonais, se servirent de cette race. On trouve les traces de cet oiseau dans les textes chinois à partir du IXème siècle1123. On l‟appelait alors «[autour] blanc du chemin oriental» et on savait qu‟il se reproduisait au -delà de Lulong1124 sans pouvoir préciser d‟avantage l‟endroit1125. Il est fort probable que les autours de la Sibérie orientale, au même titre que les gerfauts, faisaient partie des tributs envoyés par les ancêtres des Toungouses et des Coréens aux cours impériales de la Chine et que de là ces oiseaux poursuivaient parfois leur mission vers l‟intérieur de l‟Asie Centrale. Étant un oiseau rare1126, l‟autour de la Sibérie orientale n‟a joué qu‟un rôle fort modeste dans la pratique
Dement‟ev 1966 : I, 180 - 184. Dement‟ev 1966 : I, 184 - 187. 1120 EIR 1991 - Bâz, 17. 1121 Ainsi à la fin du Xe siècle l‟empereur byzantin Basile II envoya deux autours blancs au calife fâtimide al Azîz bi-Illâh, cf. Viré 1967 : 65. 1122 Dement‟ev 1966 : I, 187 - 190. 1123 Il s‟agit d‟un traité d‟autourserie en chinois, Jou chüeh pu rédigé au IXe siècle par le lettré Tuan Ch‟engshih, traduit et commenté par Schafer 1958. 1124 Lulong était alors le nom d‟une localité située au nord -est de la province Hebei. 1125 Schafer 1953 : 333. 1126 L‟autour du Kamtchatka hiverne surtout dans les vallée de l‟Amour et de l‟Oussouri. Au nord de la Mandchourie déjà le nombre des oiseaux hivernants diminue. Ces dernières années il n‟a été signalé qu‟une fois en Corée et il est pratiquement absent du Japon, cf. Austin 1948 : 74 et Etchécopar 1978 : 145.
1118 1119

254 cynégétique mais il a marqué profondément les goûts artistiques et l‟imagination des autoursiers de l‟Extrême-Orient. Au sud et au centre de la Sibérie, il existe deux races d‟autours qui sont à mi-chemin entre les races nordiques et les races méridionales. Le territoire entre les parties méridionales des monts Oural à l‟ouest, à travers la basse vallée du Tobol, et jusqu‟au cours supérieur de l‟Irtiš à l‟est est occupé par la race dite Accipiter gentilis suschkini Dem. ou autour de la Sibérie méridionale. Ce dernier est plus petit que son congénère de la Sibérie occidentale, il a un manteau bleu pâle, couvert d‟un dessin fin en forme d‟écailles. Dans les zones frontalières les autours de la Sibérie méridionale se mettent à ressembler à la race buteoides 1127. Une partie de ces autours hivernent au Türkmenistan, au Kazakstan et au Kïrgïzstan. Cette race est donc connue des autoursiers kazak et kïrgïz. Son importance chez les populations autochtones comme les Tatar et les Baškir est moins documentée. La partie centrale de la Sibérie depuis la vallée de l‟Iénissey à l‟ouest et jusqu‟au fleuve Lena à l‟est, bornée au sud par le lac Baykal et les parties septentrionales de la Mongolie est le domaine de l‟autour de la Sibérie centrale, Accipiter gentilis schwedowi Menzbir. C‟est de loin la race la plus importante pour l‟autourserie en Orient. Ces autours sont de taille moyenne, le manteau est gris ardoisé, la calotte est presque noire et le plastron finement barré de gris-brun. A la différence des races nordiques il n‟y a pas d‟oiseaux blancs parmi ces autours 1128. Les premières descriptions des migrations des autours de la Sibérie centrale, très importantes pour l‟approvisionnement en oiseaux de chasse, ont été faites par les Chinois au IXème siècle. Ces flots migratoires n‟ont pas changé au fil du temps et les ornithologues de nos jours confirment les observations des autoursiers chinois d‟autrefois: en Chine, pendant les migrations d‟automne ces autours quittent les provinces de Shanxi et Hebei au nord-ouest pour joindre les provinces de Shandong et Qiansuo sur la côte pacifique. De même, les nids des autours situés au nord des provinces de Shanxi et de Hebei, décrits en détail dès le IXème siècle, sont peut-être les nids les plus anciennement répertoriés dans l‟histoire de l‟autourserie1129. L‟autour de Sibérie centrale est la race la plus connue des autoursiers türk. C‟est cette race que nous appellerons dans notre exposé «autour commun». Beaucoup de ces oiseaux hivernent dans les districts d‟Almatï et de Taldïkurgan, puis dans la vallée du Syr -Daria. Au Kïrgïzstan les premiers autours hivernants arrivent dans la région du lac Ïssïk-köl en septembre, et leur nombre ne fait que croître dans les trois mois qui suivent. Certains oiseaux continuent leur mouvement vers le sud et rejoignent le nord de l‟Inde et l‟Afghanistan. Jadis ils y étaient fort recherchés par les autoursiers indiens et pakistanais1130. Au XIXème siècle on en prenait encore au nord de l‟Afghanistan et leurs prix sur les marchés locaux étaient très élevés1131.

IV.2. Les autours en Orient
L‟autour est l‟un des oiseaux les plus importants en volerie orientale. La zone où on s‟en sert comme auxiliaire de chasse couvre, de l‟est à l‟ouest, le Japon, la Corée, la Chine, la Mongolie, le nord du sous-continent indien, l‟Afghanistan, l‟Iran, la péninsule arabique et bien sûr l‟ensemble du domaine türk. L‟histoire de l‟autourserie en Orient se nourrit des sources chinoises, persanes et arabes. Ces sources, tant du côté chinois que du côté persan,
Dement‟ev 1966 : I, 190 - 192. Dement‟ev 1966 : I, 192 - 193. 1129 Schafer 1958 : 298, 319 sq. 1130 Ali 1981 : 233 - 234. 1131 Burton 1851 : 13.
1127 1128

255 font souvent intervenir les peuples voisins et nous y trouvons tantôt implicites tantôt précis les indices les plus anciens sur l‟autourserie chez les Türk et les Mongols. Les témoignages proprement türk puis mongols ne commencent qu‟à partir du VIIIème siècle. Les premières mentions de l‟autour comme oiseau de chasse dans cette zone viennent de Chine et remontent à quelques siècles av. J. C.1132. Mais ce n‟est qu‟à partir du IIème siècle que les témoignages sur l‟autourserie, et accessoirement l‟esperveterie, en Chine prennent une certaine cohérence. Il semble établi de nos jours que c‟est la Chine qui véhicula la diffusion de l‟autourserie en Extrême-Orient lors de ses expansions territoriales: les souverains de Koguryo (Corée du Nord) apprirent l‟usage de l‟autour des Chinois et le transmirent à leur tour, au milieu du IIIème siècle, aux Japonais1133. Quelques siècles plus tard, à l‟automne de l‟année 608, plus de dix mille autoursiers, ying shih en chinois, répondirent à une convocation du dernier empereur Sui et se présentèrent à la capitale orientale de l‟époque, Luoyang1134. Les Sui (581 - 618) gouvernèrent un empire dont les parties septentrionales furent dominées à partir du IVème siècle par des royaumes «barbares». Ce furent tout d‟abord les «Seize Royaumes des Cinq Barbares», qui s‟étendirent depuis le sud de la Mandchourie jusqu‟au Xinjiang oriental et Qinghai, puis l‟empire des Wei du nord (398 - 534) fondé par les Tabgač ou Toba qui sont d‟origine probablement türk, suivi par celui des Wei occidentaux à Chang‟an et Wei orientaux à Ye, au nord-est de Henan. La myriade de ying shih réunis à Luoyang par le dernier empereur Sui ne saurait être exclusivement chinoise et nous somme tentée d‟y soupçonner une forte présence d‟autoursiers «barbares». Les premiers renseignements détaillés sur les races d‟autours utilisées en Chine furent rédigés sous les successeurs des Sui, les Tang (618 - 907). Dès cette époque les autours les plus appréciés étaient les autours nordiques dont le manteau blanc réjouissait tant les connaisseurs. Réservés aux notables, tout comme les gerfauts, on leur accordait une attention accrue et une grande partie de l‟histoire de l‟autourserie en Orient est due aux mentions multiples de ces oiseaux dans des textes d‟origines variées 1135 . Les autours blancs furent, au même titre que les gerfauts, l‟un des articles de valeur que la Chine sollicitait des populations assujetties de la Mandchourie et de la Corée du Nord1136. Les chroniques dynastiques des Liao [Kitan] (907 1125) puis des Jin [Djourtchen] (1124 - 1280) témoignent que les autours blancs étaient des oiseaux de chasse aussi prestigieux que les gerfauts. Par la suite Marco Polo nous laissera des descriptions détaillées des équipages de vol de Koubilay, le fondateur de la dynastie mongole des Yuan (1280 - 1368), où à côté des faucons on tenait des autours «pour oiseler sur les

1132

Un récit, très populaire en Chine médiévale, avait pour héros «Le roi cultivé» du royaume des Chu. Ce roi serait le premier autoursier chinois que nous connaissons puisque le récit décrit, entre autre, ses randonnées cynégétiques avec un autour. D‟après une autre tradition, un notable condamné à mort, Li Szu, qui vécu au III e siècle av. J.C. dans le même royaume, déplora longueme nt la séparation d‟avec son autour gris et son chien de chasse. On croit de même que c‟est un autour qu‟on voit sur un bas -relief du IIe siècle av. J. C. découvert à Shantung par E. Chavannes, cf. Schafer 1958 : 295 - 296. Schafer s‟étonne de sa part que les premiers témoignages chinois sur l‟autourserie viennent des régions «si éloignées des steppes, d‟où on suppose que cette pratique cynégétique est originaire». Rappelons cependant que certains sinologues soupçonnent la présence d‟un substrat «proto-Türk» dans le royaume des Chu (1028 - 281 av. J. C.), cf. Esin 1968 : 19. 1133 Si l‟introduction de la volerie en Corée n‟est pas illustrée par des témoignages historiques précis, il en existe pour le Japon. Dans l‟une des chroniques officielles nous lisons qu‟en 355 on captura un étrange oiseau et on le présenta à l‟empereur. C‟est un prince coréen qui y reconnut un autour qu‟il apprivoisa pour le souverain japonais, cf. Bugniot 1994 : 187-188. 1134 Schafer 1958 : 297. 1135 Ainsi lisons-nous dans le traité de Tuan Ch‟eng-shih qu‟un prince des Zhou du Nord, les conquérants des Wei occidentaux, acquiert en 552 un autour blanc dont la provenance resta inconnue. Le dernier prince de la même dynastie, Kao Wei reçut en 575 un autour blanc qui lui fut envoyé par un fonctionnaire de Yu-chou, situé au nord de Pekin, cf. Schafer 1958 : 325 - 326. 1136 Schafer 1958 : 304.

256 rivières»1137. Cette passion des souverains et des notables nourrit un nombre important de textes cynégétiques dont la plupart sont décrits, à juste titre, comme des traités d‟autourserie puisque c‟est l‟autour, et non pas le faucon, qui sera l‟oiseau le plus important en volerie chinoise1138. C‟est ainsi que dans le Pentaglotte1139, compilé sous la dynastie mandchou des Qing (1644-1911), le chapitre consacré à la volerie contient une terminologie propre à l‟autourserie et l‟oiseau de chasse par excellence est l‟autour appelé par son nom toungouse giyahôn1140. A côté de l‟autourserie aristocratique qui nous est le mieux connue, il existait certainement une autourserie «de bouche» pratiquée par les paysans chinois. Et si, comme partout ailleurs, la tradition aristocratique s‟efface avec les cours royales qui la maintenaient, l‟autourserie «de bouche» survit en Chine jusqu‟au milieu du XXème siècle grâce à la paysannerie. D‟après le témoignage de Hemmingsen dans les années 1940 les Chinois des provinces de Hebei et de Liaoning capturaient encore des autours pendant les migrations d‟automne et s‟en servaient pour chasser les deux gibiers traditionnels: le faisan et le lièvre1141. L‟autourserie a aussi une longue histoire au Moyen Orient où la tradition persane dispute le palme de l‟ancienneté à l‟autourserie chinoise. D‟après l‟historien Masûdî, c‟est l‟un des lieutenants d‟Alexandre, Ptolémée Ièmer Sôter, qui au IVème siècle av. J. C. apprivoisa pour la première fois l‟autour. Son exemple fut suivi par les rois des Grecs, des Romains, des Arabes et des Persans1142. A l‟époque sassanide (IIIème - VIIème siècles) l‟autour fait partie des équipages royaux de volerie côté à côte avec le faucon pèlerin et le faucon sacre. La Perse islamique maintint cette tradition qui, comme en Chine, subit les influences des dynasties türk: tout d‟abord les Ghaznévides (977 - 1186) qui, lors de leurs expansions territoriales vers l‟Afghanistan et l‟Inde occidentale, contribuèrent à l‟épanouissement de la chasse au vol dans ces pays, puis les Seldjoukides (1038-1194) et les Atabegs. Assez curieusement cependant l‟autour ne fut pas jugé digne de garnir le poing des rois ou des notables iraniens. Ces derniers portaient volontiers les faucons mais, au cas où l‟envie leur venait de tenir un autour, ils ne devaient pas le faire plus d‟une fois pour le même oiseau1143. Le terme persan, bâz «oiseau de chasse, autour» fut oublié en Iran dès le Moyen Age tardif et remplacé par un mot türk kuš «oiseau, oiseau de chasse, autour». L‟autourserie persane garde, à la différence de l‟autourserie chinoise, les traces des influences étrangères dans son vocabulaire. Quand Rachid ad-Din décrit le vaste réseau des oiseleurs affranchis mis au service des Ilkhan mongols il les appelle par un nom türk qûščî «oiseleur» 1144 . Tout en poursuivant un
1137 1138

Hambis 1980 : I, 237. Nous pouvons consulter ici ne serait-ce que les titres des travaux et les commentaires sur certains d‟entre eux dans la Bibliotheca accipitraria de Harting 1891 : 206 - 209. 1139Publié pour la première fois en 1771 sous le titre mandchou Han i araha nonggime toktobuha manju gisun i buleku bithe c‟est au départ un dictionnaire mandchou-chinois où les mots sont transcrits d‟une écriture à l‟autre et accompagnés d‟une explication en mandchou. L‟édition en cinq langues, ou le Pentaglotte, porte le titre Sunja hacin-i hergen kamciha buleku bithe [Livre-mirroir comprenant des écritures de cinq sortes]. Cette édition est arrangée par thèmes, elle comprend cinq langues - mandchou, mongol, tibétain, néo-uygur et chinois - mais elle est dépourvue des explications en mandchou. 1140 On peut commencer par consulter le dictionnaire mandchou-anglais de Norman 1978 : 109 où le vocabulaire de la volerie se trouve essentiellement à l‟entrée «autour», puis l‟article de Haenisch 1934 qui a édité quelques chapitres du Pentaglotte concernant la chasse. Toutes les entrées concernant la volerie y commencent par giyahôn silmen «autour et épervier». Le faucon y est absent et il en va de même pour l‟aigle. 1141 Hemmingsen 1951 : 34. 1142 EIR 1991 - Bâzdârî, 53. 1143 Ainsi au XIe siècle le souverain ziyaride Kay Kâvûs dans une oeuvre didactique rédigée à l‟attention de son fils, Qâbûs-nâma, lui donne le conseil suivant: «The kings of Khorassan do not fly the bâz by their own hands, but those of Iraq customarily do. Both ways are all right, but if, as an eventual king, you wish to fly it yourself, do not fly any bâz more than once, for that is unbecoming to a king», cf. EIR 1991 - Bâzdârî, 53-54. 1144 EIR 1991 - Bâz, 18.

257 développement qui lui est propre, l‟autourserie persane resta en contact avec la tradition türk et les échanges se poursuivirent jusqu‟à la fin du XIXème siècle quand ce mode de chasse fut entravé par l‟introduction des armes à feu. Les Arabes connurent l‟autourserie par l‟intermédiaire iranien dès l‟époque préislamique et ce sont eux de nos jours qui font revivre l‟ancien terme persan bâz / bâzî dont ils se servent pour désigner la femelle de l‟autour1145. L‟un des plus anciens traités arabes de volerie, rédigé pour le calife fatimide al-‟Azîz bi-llâh à la fin du Xème siècle, commence par un long chapitre sur les races des autours, les manières de les apprivoiser et les gibiers qui leur conviennent1146. Les pays arabes où cet oiseau ne se reproduit pas réussirent très tôt à se le procurer en dépit de son prix élevé. Des autours venant de Grèce, du Caucase, du Turkestan, de l‟Iran et de l‟Inde contribuèrent au long des siècles à la renommée de cet oiseau de chasse. A la différence de l‟Extrême-Orient nous avons peu de données sur la pratique de l‟autourserie dans les pays arabes de nos jours et il semble qu‟elle a reculé devant l‟esperveterie et la fauconnerie.

IV.3. Histoire türk et mongole de l’autour
L‟histoire la plus ancienne de l‟autourserie dans les steppes se compose, comme nous l‟avons dit, des indices éparpillés dans les sources chinoises et persanes. Les contributions proprement türk ou mongoles n‟apparaissent qu‟assez tardivement. Les témoignages türk les plus anciens succèdent de peu à la fondation du premier kaghanat türk au VIème siècle. Ils sont de deux types: nous disposons tout d‟abord d‟une série d‟inscriptions runiques qui sont les premiers documents écrits des nomades türk1147, puis de quelques données archéologiques. Dans les textes en écriture runique nous avons trouvé six noms d‟oiseaux de proie mais, à une exception près, le contexte ne permet pas de conclure qu‟il s‟agit d‟oiseaux de chasse. L‟un de ces noms appartient à l‟aigle, quatre semblent décrire différentes races de faucon et un seul nom pourrait se référer à l‟autour1148. Ce nom vient d‟un fragment du texte inscrit sur une stèle funéraire trouvée sur le fleuve Abakan au pays xakas. Nous y lisons: togdï turzun artzun kušladačï ... (?) kušča čablï tüšürmiš ärtiŋiz ... «Né déjà qu‟il vive! Que ceux qui chassent avec un oiseau se multiplient ...? Vous étiez précipités comme l‟oiseau čablï...» 1149 Ces fragments en écriture runique sont les seuls à notre connaissance à évoquer directement la
Viré 1980 : 139 - 140; L‟importance des Persans pour le développement de l‟autourserie est souvent soulignée par les auteurs arabes. Ainsi, dans un traité cynégétique arabe du XIV e siècle nous lisons: «De leur côté, les sages de la Grèce ont prétendu que ce furent les Grecs qui, les premiers, volèrent l‟autour, mais Muhammad Ibn Manglî réfute que: la thèse qui prévaut est celle