Pour en revenir aux origines probables de la bouqala, disons que si elles ne semblent pas remonter

tout à fait à l'époque de l'exode des Maures andalous, ni même au x111e siècle, ni même au XVe
siècle, du moins sont-elles de l'époque de grâce où, à la fin du XVIe siècle, l'Etat algérien
connaissait sous le règne de Khaîr Eddine*, un essor politique, culturel et économique que lui
enviaient tous l es Etats méditerranéens. Dans maintes bawaqâl nous relevons des noms assez
évocateurs de la guerre de Course: Alger, Bab-al-Wad, Sidi- Fredj, Tunis, Smyrne**, turques,
soudanaises, roi, capitaine, marins, navire, mâts,etc. A cette période othomane de l'Algérie, la
langue arabe, il faut le souligner, est bel et bien vivante.

Miniature Md Racim.

A propos de langue de communication et de culture, Fray Diego de Haëdo, abbé de Fromesta
(Sicile), espagnol d'origine, ayant séjourné à Alger de 1577 à 1581, à montré dans sa relation de
voyage qu'en dépit de la diversité des langues, épiphénomène de la guerre de Course, l'arabe était
la langue la plus entendue dans le pays, chez les grands lettrés comme chez les modestes, chez les
citadins comme chez ceux de la badya, les ruraux.

Les hypothèses de S.Bencheneb semblent convaincantes. Effectivement, "la bouqala"
n'a été pratiquée que dans certaines villes et que ces villes sont des ports de la région
d'Alger ou de l'arrière-pays algérois. Outre la capitale, Cherchell, Dellys, Bougie,
Koléa, Miliana, Blida, Médéa dont les populations étaient et sont en liaison étroite avec
celles des ports... Il n'est pas exagéré dès lors de relier le développement de la
bouqala à la course en mer. La piraterie sévissait sur les bords de la Méditerranée, le
marin courait constamment de grands périls et les épouses vivaient dans une mortelle
angoisse tout le temps que durait la course à laquelle prenaient part leurs maris"

Kaddour M'hamsadji.

Boqala une texte explicatif de Ghawthy Hadj Eddine Sari


Bouqala et autres symboles
Ghawthy Hadj Eddine Sari
Ottawa, Canada
Bouqala :
Il a été dit que ce mot serait d’origine latine, comme « bocal », étant
donné l’ustensile utilisé lors de la cérémonie… La forme même de cet
ustensile suggère plutôt une amphore, telle que l’utilisaient les grecs lors des
cérémonies à caractère solennel ; le bocal est un récipient au col très court,
« vase pour boire » chez les romains, l’amphore a un col évasé et deux anses
pour être bien en main…Par ailleurs, le mot bocal, en arabe bouqal, n’est
apparu dans les parlers arabes que tardivement, on n’en trouve aucune trace
dans le dictionnaire encyclopédique Lisan el ‘Arabe.
Si les dictionnaires d’arabe moderne ignorent le verbe baqala, pour ne
donner que des dérivés tel boqoul, le Lisan donne le verbe baqala, qui
signifie « apparaître ». Il précise différentes déclinaisons donnant des mots
caractérisant des « apparitions » de phénomènes ou des substances : un jeune
dont la barbe commence à poindre est dit baqil, des plantes qui poussent en
primeurs bouqoul, une femme folâtre el baqla, et, curieusement, l’excès, tels
les sons assourdissants d’un instrument de percussion, bouqala… Le Lisan
dont les références sont dans la littérature arabe classique, ne donne pas
toutes les utilisations linguistiques du verbe baqala, il n’en demeure pas
moins que la forme fou’ala de ce verbe signifie « ce qui génère
l’apparition », cela s’inscrit correctement dans la démarche même de notre
bouqala...
Le Lisan el ‘Arabe est une oeuvre majeure du grand savant du Caire du
XIVeme siècle, Ibn Munzur. Comme tous les dictionnaires, il correspond à une
époque « civilisationnelle », donnant les signifiés des mots d’usage courant,
mais, aussi, les références littéraires, profanes et ésotériques ; cette dernière
particularité en fait un instrument incontournable de la philologie,
sémantique, la linguistique en général. Il est possible d’interpréter l’absence,
dans le Lisan, du concept bouqala, comme cérémonie de « medium » ou
« devin », au fait que cette pratique divinatoire n’est apparue qu’après le
XIVeme siècle, dans le Maghreb Arabe. Cela corroborerait la thèse d’une
datation de l’époque « ottomane »… Quoiqu’il en fut, il est clair que bouqala
est plus vraisemblablement dérivé du verbe arabe baqala = apparaître, que
du substantif du bas latin baucalis = ase à rafraîchir… (Cf. Le Lexis
Larousse).
Le but même de la Bouqala est « l’apparition de signes favorables à une
interprétation personnelle de tirage au sort »… On retrouve ici tous
les « ingrédients » des pratiques populaires concernant les « devins », le
zahar ou aléa (le sort en est jeté… le dé, les osselets, etc...), le mot arabe
zahar signifiant apparaître a donné le mot hasard… Dans la pratique
coutumière de la Bouqala algéroise, les incantations introductives sont
empruntes de référents religieux, liant les prières à Dieu et l’assistance des
« sages » ou sullah. On désigne par saints, consacré par l’usage, par abus de
langage, les sullah ou awlya : en Islam Dieu Seul est Saint Quddus, les awlya
ou sullah ne sont que des Sages, « assistant utilement - salih » les croyants
dans leurs prières adressées à Dieu Seul… (Coran XXII/11,12 ; XXXIX/10-
72 ; XLI/29-32, 36 ; XLII/4-7, entres autres…).
Durant les prières incantatoires d’initiation de la bouqala, Le Prophète
est évoqué « sur sa monture », signifiant ainsi l’utilité et l’aide nécessaire à
« toute quête ». Est évoqué, aussi, Sidi Abdelqader Boualem le célèbre
Maître de Baghdad, Abdelqader El Guylany (XIIeme siècle). Ici, cette
évocation a un sens particulier : surnommé le Sultan des awlya, il symbolise
à lui seul l’ensemble du diwan essalihyn ou « assemblée des sullah ». Le
Coran enseigne, en substance, que « Tous ceux qui ont témoigné de leur
fidélité à Dieu - Schuhada, sont vivants à jamais, alors que l’ont pense qu’ils
sont morts et enterres… ». Les évoquer et demander leurs « baraka »,
« grâce » que Dieu leur a accordée, constitue, pour le croyant, un acte
d’humilité - tawadu’ envers Le Créateur « Qui dispense ses grâces a qui Il
Veut » (Coran LVII/28, entre autres versets…).
Avant d’expliciter les autres symboles et significations, il est important
de noter que la « clôture » du cérémonial de la bouqala est désigné par le fàl.
Ce n’est pas anodin, cela explique le fait qu’une pratique « divinatoire » a
lieu chez des musulmans. En effet, le Coran et Le Prophète réprouvent tout
recours aux devins, oracles, chiromanciens, géomanciens, astrologues, et
autres magiciens. Le fàl que l’on peut traduire par « augure » fut, pourtant,
admis par les juristes musulmans sous une forme « islamisée ».
L’augure est l’interprétation des signes par des prêtres « en relation »
avec les divinités chez les grecs et romains de l’Antiquité. Les plus célèbres
interprètes d’augures furent les douze Sybilles, reparties sur les territoires de
l’antique empire gréco-romain. Pour l’Afrique du Nord, la « Sybile
Libyque », prêtresse (kahina en arabe…) annonçait par des oracles
« sibyllins », leurs « destins » aux croyants de cette religion (polythéiste : le
destin fatum, décidé par les dieux, la Sybille leur prêtresse y accédait…).
L’Eglise chrétienne de Byzance rejetait cette prêtresse, mais des pratiques
divinatoires coutumières persistèrent en langue libyque ti finagh (la
phénicienne, littéralement…). L’historique « Kahina » était une héritière de
la Sybille Libyque phénicienne, c’est peut-être la qu’il faudrait chercher
l’origine de ces pratiques divinatoires « berbères », comme les décrivent et
désignent les historiens grecs (barbarios désigne chez les grecs tous les
peuples asservis « bègues », c'est-à-dire « ne parlant pas ou parlant mal le
grec »… (Platon : La République et Lettres VII). L’empire chrétien
« christianisa » cette fonction religieuse « païenne » et les douze Sybilles
furent identifiées aux douze Apôtres du Christ. Dès le quatrième siècle des
iconographies apparurent dans les textes évangéliques, on peut même admirer
la Sybille Libyque dans la célèbre Chapelle Sixtine…
Au septième siècle, Le Prophète de l’Islam rejetant toute forme de
prêtrise « sacramentelle » (le dogme islamique n’admet aucun sacrement,
donc exclut toute forme de clergé…) et pratique magique, admettait les
« bonnes augures » ou fàl : avec ses compagnons, s’entretenant de problèmes
préoccupants, il aimait entendre des paroles fortuites, dues au « hasard », et
de bonnes augures…De cela, que rapportent des traditions authentifiéeshadyth
sahih, les juristes ont admis des pratiques telle la bouqala. En
évoquant le Secours Divin, la finalité de la bouqala étant « la bonne augure »
due au hasard des tirages de distiques ou quatrains et tirages des personnes,
les croyants ne transgressent aucune règle du tewekkul : la confiance ferme et
l’appui unique en La Miséricorde Divine - Dieu Unique Waly et Nacyr,
insiste le Coran en de nombreuses occurrences.
Les Arabes pratiquaient différentes formes de divinations, usant de
sable, osselets, oiseaux et autres procédés. Le vol des oiseaux, ettira, comme
augure, souvent de mauvaise augure, très répandu dans différentes cultures,
fut réprouvé par le Prophète. Il aimait la bonne augure, le bon fàl, qu’il
définit comme bonne parole. Le raja fy Allah, l’attente du Secours Divin,
peut avoir une réponse favorable par un son, voire une lumière, ce qui
constitue le fàl… Tout le cérémonial de la bouqala repose sur le fàl. Le
Prophète disait à ses compagnons que les pratiques divinatoires mènent
parfois au « désespoir - qunta », une désespérance qui obscurcit l’âme, la
« confiance en soi » et la vision « interne - bacyra ». Il les invitaient à
méditer ce verset coranique (Sourate XXXIX/ verset 50, connu sous
l’appellation verset des désespérés) qui dit, en substance, « Dis a ceux qui ont
perverti leurs âmes, ne désespérez pas de La Clémence Divine… »
(LXII/26…).
Autres symboles :
Sept : il a été dit, à propos des « sept eaux » à introduire dans la
bouqala, début de séance, que c’est un chiffre « porte bonheur »… En fait, la
signification symbolique du sept, dans la culture musulmane, est très riche
dans ses dimensions. Permettez moi de vous en donner un aperçu, non
exhaustif, des dimensions spirituelles et culturelles sociales, au sens large du
terme. Sans développer les signifiés, il est propose, ici, des jalons en vue
d’approfondissement…
Significations symboliques « Spirituelles » :
1 - Le référent étant le Coran, il y a, entre autres.
- la symbolique des sept cieux « gradues - tibaqa », dont il serait long de
développer les signifies dans le cadre de ce propos ; disons, pour saisir le
sens simplement, qu’il s’agit de sept cheminements d’élévation de l’être vers
la présence Divine - el uns.
- la symbolique des « sept dédoublées - seb’ el mathany » qui seraient, selon
les exégèses, les sept versets de la sourate « L’Ouverture - El Fatiha » du
Coran, ou les sept sourates longues (de II à IX). Toutes ces sourates ont des
vertus de préservation du mal, de guérison du coeur, de réalisation d’espoir.
- La symbolique des sept épis que donne une graine - habba, donnant à leur
tour cent graines chacun. Le Prophète explique « par un acte généreux envers
ses semblables, l’être humain récolte de dix à sept cents rétributions en ce
monde… » On trouvera cet enseignement, aussi bien dans le Coran (Sourate
XLVIII/ verset 29), que dans les Evangiles cité par le Coran (Matthieu/18-
32 ; Marc IV/26-34).
2 - Le référent étant les hadyths - propos et actes du Prophète.
- Les « sept tours - Tawaf » autour de la Ka’ba, ordonnés en quatre tours
d’un pas alerte, puis trois tours à pas lent ; nos Maîtres expliquent la
symbolique du « quatre » relevant de « la nature » humaine, les quatre
éléments (air, feu, terre, eau), générant trouble et impatience. Le « trois »
impair - witr, attribut divin, suscitant en l’être humain, sérénité et quiétude -
Sekyna : durant le Tawaf les croyants disent « me voici Seigneur », quêtant la
Présence Divine en leurs coeurs. Ce concept coranique, que l’on trouve dans
la sourate XLVIII aux versets 4, 18, a inspire le Maître juif andalou,
Maimonide (XIIIeme siècle) dans son commentaire, en arabe, du concept
hébraïque Shekhina (Cf. Dalail el hairyn, de Maimonide).
- Les sept « parties » du corps adorant Dieu - sujud, durant la salat ou
accession à la Présence Divine, « comme si tu Le Voyais, Lui te Vois » : tête,
deux mains, deux jambes, deux pieds, en prosternation, chaque partie
relevant des actes humains se « remettant en toute confiance à Dieu - Islam »
(XXXVI/61).
Symboliques du culturel social :
- Symboliques des subu’- septième jour, naissance, mariage, aux rituels très
varies, avec un invariant symbolique : festivités et dons, le cycle de sept jours
est « l’accomplissement ».
- Symbolique des « sept herbes » ou « sept épices » aux vertus médicinales,
liées au « quatre » et « trois », cite précédemment.
- Symbolique des « sept eaux » : cinq eaux que la tradition musulmane cite
(eaux du Paradis, du Prophète, des terres fertiles, selon des variantes) et les
deux eaux « primordiales », celle de La Création (Cf. Coran) et celle de la
« procréation » humaine.
- Symbolique des nombres associes au sept : sept, 1+6, 2+5, 3+4,
correspondant dans les alphabets sémites, Arabe, Hébreux, Phéniciens,
Araméen, a sept lettres « réalisant la connaissance ». (Cf. Ibn Khaldoun : La
Muqaddima / Histoire Universelle).
Ce qui nécessiterait plus ample explication, hors du présent contexte…
En espérant avoir suscite quelque intérêt de recherche dans ce vaste domaine
de l’anthropologie, ou, du moins, quelque curiosité…
Bibliographie :
1 - Ibn manzur : Lissan al Arab.
2 - Le Lexis Larousse.
3 - Platon : La République et Lettres, Flammarion, Paris.
4 - Maimonide : Dalail el hairyn, Ed. De Brouwer, Paris.
5 - Ibn Khaldoun : La Muqaddima / Histoire Universelle, Trad. V. Monteil, Ed.
Sindbad, Paris.







¤..aـــــــaìا Lّlìا تl> شlــ: lــــــq.8lS:
زuّll: ,Sــــaìاو oــnb: lq.ـــalc
íــــــ:,ìl:و ,ــbnìاو Lـــlb: lq:راuــــæ
uـــlb:و Lــ:ر ,:,ــــnìا ¿ـــ>lì lq:ّí:


Asfina li jaat bach nkafiha
Ballouz wa assokar nat3am ghachiha
Wa bel ***ad wa la3tar nattli swariha
Wa natlab rabi la3ziz lel haj yadiha.

Le navire qui est arrive, comment lui témoignerai-je ma gratitude?
D’amandes et de sucre je nourrirai ses gens.
De civette et d’essence parfumée j’oindrai ses mâts
Et je prierai Dieu Tout-puissant de le conduire au pèlerinage de la Mekke
-----------------------------------


وíــnìا Lّlìا Lــnb: ﻩّlìا uّ.>: o,ـSo ** و با,.ــــìا Lّlìا _ـــbn: ﻩّlìا ﻩ.aـــــــa: o,bo

و _ـــــ.lìا oار _ao ,ـــ>aìاو حV o,Sــaﻉ **lــo>ìام Lّlìا رlb ﻩّlìا oّد,: _ــìا o,آو

Al la3dou ali yattghi ** Allah ikhayab makro
Wa al trab ali ya3tach** Allah yasqih matro
Wa allil rah mcha** Wa al fjar lahh 3asakro
Wa al hmam alli tarr** Allah irado ila wakro

L'ennemi qui opprime**Dieu rend vaine sa perfidie
La terre qui a soif**Dieu l'arrose de la pluie indispensable
La nuit s'en est allée**et l'aube lance ses lueurs comme un troupe
Et le ramier quia pris l'essor**Dieu l'a ramené à son nid.


--------------------------------------
,:lــ> _ـlﻉ lــــــ.:l: _ــــــæa: Lــ8 ي,ـــSnìا
uـــl8 ﻩـì lـــ: بl.ـــa _ّæ8 _ـlﻉ يرّí8
لlــ8 Lì lـــ: L.ــــــl.l> _.ــﺡ Lــ>: يíــ.ﻉ
_ّæa: راua uهذ íــــ:,:و _o يّí:

Jayez 3la babna ifassal fi el 3akri
Qoltlou ya chbab fassal a3la qadri
Qal li ya khlilti hata tji 3andi
Anfassal chwar adhhab wa nzid man 3andi

Il passait devant la porte de notre maison en taillant un vêtement dans un tissu amarante.
Je lui dis : "Ô jeune homme, taillez donc à la mesure de ma taille ".
Il me répondait : " Mon amie, lorsque vous viendrez chez moi, je ferai pour vous un trousseau d’or
et j’y ajouterai encore tous mes biens. "
---------------------------------------
la bouqala:
Le mot Bouqala dans la langue populaire citadine algérienne se rapporte, tout
simplement à un récipient réfrigérant en terre cuite.La bouqala a 2 petites anses,
appelées "oudhinate", oreillettes.
ON en trouve encore aujourd'hui dans les boutiques de vaisselle artisanale, et
certainement dans la Casbah d'Alger.

This image has been resized. Click this bar to view the full image. The original
image is sized 640x363.


Le poème Bouqala:

Le mot bouqala désigne aussi un court poème dans le jeu de la bouqala. Ce poème
comprend généralement 4 à 6 vers, exceptionnellement un vers,2, 9 ou11 vers.

Ces textes n'ont aucun lien entre eux, si ce n'est leur poèsie résultant d'un charme( car
ils sont tous improvisés et transmis oralement) d'un rythme et d'une harmonie (car ils
sont illuminés d'images et remplis de sonorités) et d'une puissance de suggestion enfin
qui souligne l'intensité des actes de la pensées les ayant conçus.

Ces poèmes sont toujours récités au cours du jeu et jamais chantés!

Chez les connaisseurs, on a fini par désigner ce poème et ce jeu par un seul et même
mot: bouqala. Aussi est-il fréquent d'entendre dans une rencontre entre parents ou
amis, lorsque "Anefha", le bon moment se présente:"Wa loukan nwassiw
bwiqla*?"(littéralement:" Et si nous faisions une petite bouqala?".
*Rappelons que bwiqla est le diminutif de bouqala. (l'emploi du diminutif, ajoute de la
finesse )......

Khadour M'hamsadji...Jeu de la Bouqala (OPU).




Le jeu:

"Comme une sorte de dialogue avec soi-même, le fait d'écouter une Bouqala favorise
l'évocation libératrice et annonce un présage de bon augure:
Le "faal" qui en islam, a valeur de "niya saliha", intention louable".

Quand le jour fait place à la nuit et que la lueur de la lune et des étoiles remplace celle
du soleil, les femmes algéroises apportent une bouqala qu’on remplit d’eau et dans
laquelle on jette un bijou en argent (bague ou bracelet) dans le but d’y attirer un djin.
Après quoi, on la fait passer aux femmes désireuses de participer au jeu afin que
chacune d’elle y dépose sa fève marquée de façon spécifique à elle pour l’identifier lors
du tirage au sort.

Enfin, on couvre la bouqala avec la « chéchia » d’une jeune fille dans laquelle on
procède aux fumigations faites à base de benjoin, de henné, de quelques gouttes d’huile
d’olive, des effilures de vêtement d’une femme sans mari et de petits bouts de bois
prélevés de sept portes différentes, tout en prononçant à l’adresse du djin l’incantation
que voici : «Nous t’avons fait des fumigations de benjoin, apportes-nous de bonnes
nouvelles des cafés, nous t’avons fait des fumigations de henné, apporte-nous de bonnes
nouvelles de Mazghana (ancien nom d’Alger), nous t’avons fait des fumigations avec les
effilures de la femme sans mari, apporte-nous de bonnes nouvelles de chez les hommes,
nous t’avons fait des fumigations de l’huile, apporte-nous de bonnes nouvelles de chaque
habitation, nous t’avons fait des fumigations avec des bouts de bois, apporte-nous de
bonnes nouvelles de chez les pèlerins».

Dès lors, on dépose la bouqala par terre et une femme commence à réciter les bouqalates
(pluriel de bouqala), elles consistent en de petits poèmes porteurs de bons ou de mauvais
présages.
Avant chaque récitation de bouqala, chaque assistante noue son mouchoir ou son
foulard ou même sa ceinture matérialisant ainsi sa pensée pour l’absent auquel elle
dédie la bouqala et écoute attentivement la récitation de celle-ci.



Sitôt finie, une jeune fille vierge retire au hasard une fève du récipient et désigne de cette
façon la femme concernée par la bouqala et toutes les autres interprètent, tour à tour, le
présage tel qu’elle l’entendent. Puis, on remet la fève dans le récipient et on répète
l’opération plusieurs fois.

Le jeu fini, l’eau de la bouqala est jetée soit sur la terrasse soit dans la rue, au milieu de
la nuit quand il n’y a plus de circulation.
Si une femme veut voir dans le rêve si un vœu à elle doit se réaliser, elle met une gorgée
de cette eau dans la bouche qu’elle crache après la formulation intérieure de son vœu et
elle devra voir des signes pendant son sommeil lui révélant si oui ou non il sera exaucé.
Si par exemple, elle désire se marier, elle entendra des youyous dans son rêve.

Ce jeu de société existe encore de nos jours mais sous une forme beaucoup moins
protocolaire.




Exemples de Bouqalates:
1)
ل'·········--- *-'·········-- ل'·········---- ل'········-
ب:·-'···- Vو ق:···~ا'- ن'···آ '···-+- ى-····~ _-:-···=أ
ل>·····ﺏ ى--·····~ د>·····-- Vو ل'-·····~- Vو
=ا -······~'ﺏ :······-:- أ و-······--أو :······-:-أ ...

Ô augure qui dit l'augure,ô ouvreur de serrures
Trouve moi mon destin où qu'il soit
A l'est, a l'ouest au nord ou au pays de sidi Blal
faites un voeu nouez vos mouchoirs et dites basmalah.
2)

Bismi lah bdit wa Aâla anbi salit
Wa aâla assahaba rdhit Ya saknin al bit.

C'est en invoquant le nom de Dieu que j'ai commencé,
En priant Dieu de répandre ses grâces sur le prophète
Et en appelant sur ses Compagnons les Bénédictions divines,
Ô vous qui habitez la maison.
3)

Hbibi Âad fi sfar wa ana twahchou qalbi
ya njoum asmaa kounou chmi3tou
Yarbi3 al khlaa kounou frachtou
wa idha a3ttach hbibi al 3iin walatou
wa rabi al krim inajih man 3ayn hassadatou.




Mon chéri est en voyage et mon coeur désire le voir.
Etoiles du ciel, soyez sa petite bougie!
Herbages des campagnes, soyez son lit!
Et si mon chéri a soif , la source se présentera devant lui.
Et Dieu le Clément le gardera du mauvais oeil de ses envieux....
4)

3ssal ya 3ssal fi baqya khdhra
Ya chmamat el 3achaqin ya njimat azahra
Hlaf sid el mlah ma yarachi amra
Ghir ila jat ghzaltou bach tantfa al jamra

Miel qui coule dans un bol vert
Ô parfum des amoureux,
Ô étoiles la plus brillante
Le meilleur des seigneurs a juré qu'il ne verrait point femme, à moins que vienne sa
gazelle pour éteindre un charbon ardent.

5)
Essamra! Ya samra, yelli hlouwa ki ettamra, 3ayounek chahla wa lsanek djamra!



Oh! Brune, brune, tu es aussi délicieuse qu'une datte, tes yeux sont de couleur miel et ta
langue une flamme!
6)

Ana chabba ou mahri ghali, walli yabghi yaddini yahsseb andjoum ou yasshar elyali ou
yabnili akssour lâalali wa illa b'gha el ghali andjiblou b'net wa adrari



Je suis belle et ma dote est chère et celui qui m’aime doit savoir compter des palais, et si
le bien aimé accepte mes conditions je lui donnerais naissance a des filles et des garçons.






ءا-····-ا ª····-- J····آو ة-····~ ¸-····--
ة-·····هاز نا:---'·····ﺏ ة-·····---ا _-·····=
ة-··=او ة:··- ع:··=-- ءا-··-ا ن'··آ :··-
ءا-····-Vا ª-'-····~ V و ة-····=او ª····-:-
Mon cœur est dans l’angoisse et chaque articulation souffre d’un mal
Même le foie est consumé de flammes
Si le mal pouvait se boire d’un seul trait
Je préfèrerais une seule mort plutôt que de voir se réjouir les ennemis.

¸·····ﺏر ¸·····- ا:--:·····- ¸-'·····---ا ف'·····~-ا ¸·····- '·····-=:=
¸ﺏ:·········-ا ¸---'········ﺏ ó-:········-اد م:········=--ا ا:--········~-
¸····ﺏر '····- د:····-·- '····- ª····-إ '····- ~····--
*···- ¸-····-- ó····- ª····-·-ا و سا:····~:-ا ¸····-

Nous sommes sorties au milieu des nuits pour implorer Dieu
Nous avons trouvé les étoiles entourant le Prophète arabe
J’ai dit:” Ô Dieu, ô Adoré, ô Seigneur, délivre mon cœur des tristes pensées et du
chagrin”.

ا ¸-······~- *=······~-- ~·······-= ر>·······--ا ·-:-·······ﺏ ········-=-
ر'···--Vا ó···- ª···->- ¸···-- اوز'···=
ر'···-- ة-···=او و ª···-V ة-···=او
ر'·····--ا ب:·····---ا ¸·····- J······~- ة-·····=او و
J’ai grimpé à la terrasse pour arroser le basilic avec une aiguière de cristal
Près de moi sont passés trois beautés semblables à la pleine lune
L’une est ma Dame, l’autre est comparable à une lampe et la troisième allume, dans les
cœurs l’incendie.

ª-'····~ ت:····--ا _····-- ¸····- ¸····ﺏر '····- =ا
ª·····-'--ا ¸·····- د:······-- ~-+·····~و ¸·····-:- :-·····ﺹاو
ª-'······~-ا ل-······--- =ا _······-- ~······-=-
ª····-'-=-ا ل:·····-- و '····-آ ¸····--ا ó····- :-····= ا:·=:····-و
Seigneur, ô mon Dieu, il ne me reste qu’une heure pour mourir
Mon teint est devenu jaune et ressemble à un morceau de bois trainant à terre
Je prie Dieu que le présent soit changé.
Nous serons alors de nouveau comme nous étions et les réunions qu’on fait sur notre
compte disparaitront.

Bouquala N° 1

4·····--- ت:·····-- '·····-أ ¸-·····-=- ~·····-أ >·····-او 4·····-- ةدرو '·····-أ ن'·····-= ~····-أ >····-و 4····-- ª····ـ-:= '····ـ-أ:=ﺏ ~····-أ >····-ا
ila anta abhar ana houta fik wa il anta adjnen ana warda fik wa ila anta athabni
ana anmout aâlik
Si tu es la mer, moi je suis un poisson qui nage dans ton eau, et si tu es un jardin,
moi je suis une fleure plantée dans ta terre et si tu m’aimes, moi je meurs d’amour
pour toi
Bouquala N° 1

4·····--- ت:·····-- '·····-أ ¸-·····-=- ~·····-أ >·····-او 4·····-- ةدرو '·····-أ ن'·····-= ~····-أ >····-و 4····-- ª····ـ-:= '····ـ-أ:=ﺏ ~····-أ >····-ا
ila anta abhar ana houta fik wa il anta adjnen ana warda fik wa ila anta athabni
ana anmout aâlik
Si tu es la mer, moi je suis un poisson qui nage dans ton eau, et si tu es un jardin,
moi je suis une fleure plantée dans ta terre et si tu m’aimes, moi je meurs d’amour
pour toi
Bouquala N°3

J-·····ـه ¸·····ـ- ª·····ــ-~-او ة:-·····~-ا ¸·····- ¸-·····-= ª·····-=-ا *-او:·····ﺏ ة:=·-'·····- ª·····-='- ª·····-=
Aydawi bik ou yathanna hanna ya ahnina ya amaâtra bi arwayeh el djanna djini fi
essira wa essana liya Ah'bal
Tu es son remède et son bien-être, ô henné, henné parfumée par l’odeur du paradis
tu es dans mes pensées et l'attente est dure pour moi
Bouquala N°4

¸····ﺏ:-=- J-····~ ¿····- ¸--····~ ¿····-=ا ¸····ـﺏر'ـ- ~····-- يد:····-·- ~-····ـ-=و ¸····ـ-'-ـ-ا ف'····ـ~- ¸····ـ- ~····=:=
Akhredjt fi anssef elyali wa atlebt maâboudi kolt :" ya rabbi adjmaâ chamli maâ
chaml mahboubi "
Je suis sortie au milieu de la nuit et j’ai prié le bon dieu en lui disant :" mon dieu
faites-moi rencontrer mon bien-aimé "
Bouquala N°5

كوذ '······ـ---- ó······-ﺏ ª······-'-=و :······---او ¸······--ا -······-·--ا ء'······= 100 ¸······ـ- :······ـ-:-~ ~-······ـآ ش:=-'······ـ-
ª··········ــ---·-ا
Dja lamaâlem li waleftou wa akhyalou bin aâyniya douk amya maydjiwchkif
sirtou fi el aâklya
Le maître à qui je me suis habituée est revenu, son image est entre mes yeux, si
j’avais à choisir entre 100 hommes, personne ne lui sera égal, ni dans son
comportement ni dans son raisonnement
Bouquala N°6

اوراد ا:-و:···-·- '···هراد ¸···ـ--رو ¸···ـ--ا اور'···ـ-=- '···ـهدو-=و م'···-=-ا ó···- ª···=ر'=
Khardja mel hammam wa akhdoudha yahmarou wa lli aywariri darha
ayaâmrourou darou
Elle est sortie du bain maure et ses joues sont rouges, celui qui me donne son
adresse et me montre son chez elle, sa maison sera pleine de bonheur et de joie
Bouquala N°7

¸····ـ--- ¸····ـ- 4····ـ-:·- ~····ـ-·-و حو:····-أ '····ـ-+- ¸····ـﺏر ¸····ـ-'ـ·ـ-او ¸····ـ-'- ¸····ـ-'ـ-
Ghali, ghali wa el ghali rabbi, mahma atrouh wa atghib amaâztek fi kalbi
cher , cher et le plus cher est le bon dieu, malgré que tu t’en vas et tu t’absentes ton
amour sera toujours dans mon cœur
Bouquala N°8

:ه:=-'·······آ ¸-·······-- ¸·······- 4·······--=- ¸---='·······- ¸·······ـ-'~-- ك>·······ﺏ ¸-·······--=- ~·······-- *=·······~-- ~········-=
¸········ـــ-'-=-ا
Atlaât lasstah, koult lahbibi balek tanssani yakhi libali amhabtek fi kalbi ki el
djouhar el hakkani
Je suis monté à la terrasse, j’ai dis à mon bien-aimé:" attention tu m’oublies, toi
qui es dans mes pensées, ton amour est dans mon cœur et rien ne peut le changer
comme nul ne peut changer ni souiller une vraie perle de culture"
Bouquala N°9

ª······----- ¸-ا:-······- ¸······--آ ¸······ﺏر ~--و'+--······- ~······--=و :······=--ا ع'······-- ~······=-ه
Ahbet el kaâ labhar ou hanit yaddiha ou kolt rabbi kamelli matrani matmanya
Je suis descendu au fond de la plage, j’ai mis le henné à mes mains, j’ai dis au bon
dieu : " réalisez-moi mon souhait qui me tiens à cœur "
Bouquala N°10

ر م'·····---او =او ~·····-- '···--- ~···== ت'···= ء'···~-ﺏ ª···ـ-'-= ¸···ـﺏر ي-···-- ó···- ª···ـ-ؤ
nemt ou lamnem roaya min aândi, rabbi ahmama bida djet hatet aâliya
J'ai rêvé, et mon rêve est une vraie vision, un pigeon blanc s’est posé sur moi
Bouquala N°11

ي-······~ ¸---·····~ :-:······- ¸ﺏر'·····- يد'·····ـ-أ'-أو ¸·····--- '·····ـ-أو ي-·····ـ=و J·····---ا ~-·····~-
Amchit allil wahdi wana nabki wana annadi, ya rabbi laâziz sagamli saâdi
j’ai marché seule dans la nuit en pleurant et en criant : " bon dieu donnez-moi ma
chance! "
Bouquala N°12

ى:····+- ¸····--ا :-····- ~····=-'- ~····---ا ى:····~-'- و:····-- J····=---ا
El mandjel aâmrou mayasswi, el kalb ma ayhab ghir alli yahwa
La faucille est arquée et ne se redresse jamais, et le cœur n’aime que celui qu’il a
choisi
Bouquala N°13

ي-·····- '·····ـ-أ ت:·····ـ-'ـ- 4-·····ـ=ا:=و ت:·····ـ- 4·····---- ت:····-- ت:····-- ¸····ـ·-- ¸····ـ--او 4····ـ
Aâynik toute wa ahwedjbek yakout ana nadik walli yabghi aymout aymout
Tes yeux sont noirs, tes sourcils arqués, moi je veux t’épouser et celui qui veux
mourir, il meurt
Bouquala N°14

ر'····=-ا ر-···- :-···- :···-او '···ـ-ـﺏ'- ر'···ه:- ت-···ـ-و ت:-···ـآ را-···ـ-ا =···ـ~و ¸···ـ- ª---···~'- ~···~:-
Aghrasst yassmina fi wasst addar, kabret ou madet lazhar mabiya walou ghir
ghadr el djare
j’ai planté un jasmin au centre de la maison, le jasmin a grandi et a fleuri, je n’ai
pas à me plaindre sauf de la trahison du voisin
Bouquala N°15

--'······=-ا -······-:-و ª······-=-ا :--······- ~······---- -······ـ~'ـ= ¸·····ـ-'~-و ~·····--=- ó·····-- ¸·····- ¸-·····--
Ayni ayn lahbib wa alssani hacheme atmanit andir el hanna wa anzid el khatem
Mes yeux ne voient que mon bien-aimé et je n’ose prononcer un mot j’espère que
je mettrai le henné à mes mains et la bague à mon doigt
Bouquala N° 16

_····ـ+-- '····-أ ة و-····-و :····ه و-·····~ م:····--او ª····-=-'ﺏ '····-:= -····-و '····-:= -····- ¸····ـ- ى-····ـ-
yadi fi yed khouya, ou yed khouya bi el hanna, wa el youm saâdou houwa ou
ghdwa anna nathanna
Ma main tiens la main de mon frère, et la main de mon frère est décorée de henné,
aujourd’hui il a le bonheur de fêter son mariage et demain viendra mon tour
Bouquala N° 18

¸·······-=-و ª--·······~ >·······ﺏ ª--·······~-ا ب:·······-- ¸-:·······- ي:·······=-- او-·······='-V ت'·······-ﺏ'- ---·······ﺹ:- ي:·······=- ª---·······~
ي:···=-و ي:···=- ع:···-د
assfina tadjri atwassikoum ya abnet la takhdou el bahri, yarmi akloub fi echabka
b'la chafka wa aykhalli admouâa tadjri ou tadjri
18 Le bateau avançait à grande vitesse et a conseillé les jeunes filles de ne jamais
épouser un marin, il jette vos cœurs dans le filet sans scrupules et sans regret il
laisse couler, couler vos larmes
Bouquala N° 19

:-····ﺹو شاو ك:····~و ي:····~و س'····--ا ¸····- 4····-- ¸····-- ص>····= :····~-- اذا ج'····=ز ي:····~ س'····--- ا
Fammi, fammek fi kess ou sarri ou sarrek wach wasslou laness, sarri azdjedj ida
atkassar akhlass
Ma bouche et ta bouche boivent du même verre, mon secret et ton secret qui l’a
fait divulguer au gens? Mon secret est en verre, s’il se casse rien ne se répare
Bouquala N° 20

'·····+- ¸-'······-او ¸-'·····- د:·····--·-ا -·····+--او ª·····--ا--ا ~-·····~-- د:-:·····-ا ح>·····-- ~-·····ﺹ ن'·····-= ع'·····-- ~·····=-=
~······-·-و حو:······-
Ahbet al kaâ adjnen sabt lamleh arkoud atkassmet eddalia wa atnahhed el
aânkoud :" ghalli, wa el ghali mahma atrouh wa atghib "
Je suis allé au fond du jardin, j’ai trouvé les bons gens endormis la dahlia s’est
divisée, une grappe de raisin a soupiré en disant : "cher, tu seras toujours cher
malgré que tu t’en vas et tu t’absentes"
Bouquala N° 21

_·······ــ-:--و J·······--- ª·······ــ---'ـ- '·······ـ-أ ¸·······ـ---='- 4·······ـ---و ¸·······ـ--- ¸·······ـ- 4·······-=
Wa aâlik ya ahbibi anna kabla nakbel ou natwaffa
Oh! mon bien-aimé, je suis d’accord! je t’accepte et je meurs
Bouquala N° 22

~-······ــ---'- ¸······ـ-'ــ=-أ ¸······ـﺏرو ~······ــ-ﺽ:-و ¸······ـ--:ﺏأ ~······-رأ
Arfet abriki wa atwaddit ou rabbi aâtanni ma atmanit
J'ai fais ma prière et le bon dieu m’a donné tout ce dont j’ai espéré
Bouquala N° 23

:·-······~- ¸-و-······-ا ¿······- *······----ا '······->- ¸······ـآو ª······-----ا ودا:······-- *······----ا ¿······- *······----ا '······ـ--- ¸······ـآ
ª·······ـ---~-ا ا:-:········- ¸-و-·······-ا ¿·······- ¸-و-·······-ا '·······->- ¸······آو ª······---·-ا
Ki talka lamlih amâa lamlih yatwaddou, el bannina ou ki talka lamlih amaâ
eddouni yachabaôu laghbina ou ki talka eddouni m'âa eddouni aygharkou essfina
Quand tu trouves une bonne personne avec une bonne personne, ils se veulent du
bien et quand tu trouves une bonne personne avec une mauvaise personne ils
vivront dans le malheur et quand tu trouves une mauvaise personne avec une
mauvaise personne ils couleront le bateau
Bouquala N° 24

ª--······~'- 4·····-ﺏ شاو ¸·····- ~·····-'- ª·····--= ¸·····- ~·····=:= ¸·····-·- :·····=--ا ~·····--- :·····=--ا ع'·····-- ~·····=-=
ª·····ـ--ه 4·····---'=و ي'·····= 4·····---=
Ahbet el kaâ labhar alkit labhar yaghli, khardjet li djaniya kaletli :" wech bik ya
sâadiya ? ahbibek djey ou djayeblek ahdiya "
Je suis descendue au fond de la plage, elle était démontée un diable est sortie et m’a
dit : "que t’arrive-t-il saâdia ? ton bien-aimé est de retour et il t’offrira un cadeau"
Bouquala N° 25

ة:····-= 4-'····~-و ª····ـ-+~ 4····ـ-:-ـ- ة:····ـ--ـ-ا ¸····ــآ ة:····ـ-= ¸····ـ-'- ة:-····~'- ة:-····~-ا
Assamra! ya essamra, yalli ahlouwa ki ettamra, aâyounek chahla wa el sanek
djamra!
Oh! brune, brune, tu es aussi délicieuse qu’une datte, tes yeux sont de couleur miel
et ta langue une flamme!
Bouquala N° 26

¸-'-·····~ -ار -اودو ¸·····-ا:آ -ار ~·····=-ا '·····-:='- ª·····-'=-ا :-·····-و ¸-·····--= ء'·····= ª·····-'ﺏ---ا ةدر:·····-ا ¸·····آ ~·····-آ
Kount ki el warda el madbala dja ahbibi ou ghir el hala ya khouya, el hob rahou
akwani ou adweh rahou achfani
J’étais comme une fleure fanée mais mon bien-aimé est revenu, oh! mon frère
l’amour m’a brûlé le cœur et m’a guéri
Bouquala N° 27

~·····=-ا ¸·····- ¸·····-ار ¸--'·····=-'-و ك'······- ¸---·····-و ¸-·····-=-و ¸·····=- ن'·····آ:-'- ª·····ـ-'+-و ¸-'·····ـ-ز ¸·····-و
ª·······ـ-'-~-
Ou fi azmani walhana, ya louken atdji wa atdjini ou tadini amâak ou matkhayenni
rani fi el hob aâchkana
En ce moment je suis oisive mais si tu rentres et tu me reviens, et tu me prends
avec toi, sans me trahir, je serai toujours amoureuse de toi
Bouquala N° 28

¸ﺏ'·····-= ó·····-و ل:·····--و ¸·····~'--و ب-······-- '·····-او ª·····-ا:=و ة:·····-اد ب:·····---او ª-'-·····~ ن:·····-·-ا ó·····- ع:--·····-ا
ó--'······- J······--'- ل:······--و ¸······~'- ó······-و
Admouaâ fi laâyoun sayyala ou lakloub dayyara ou djawwala wana natâadeb wa
ankassi wa ankoul win ahbebi, win nassi wa ankoul ya lil ya aâyn
Les larmes coulent des yeux, et les cœurs sont en plein étonnement et désarrois et
moi je suis tourmentée et je vie sans tranquillité et je me dis : "par où sont passés
mes amis et où sont mes proches oh mes yeux oh mes nuits"
Bouquala N° 29

ó--'·······- J·······--'- ل:·······--و :······---- ا:·······-=-و ó--'······ه :······~-·-و 4--······-
Naddik wa anaâichou hanyin ou nattalaâou lakmar wa ankoulou ya lil ya aâyn
Je t’épouserai et on vivra heureux, on admirera tout le temps la beauté de la lune
et on chantera les belles nuits
Bouquala N° 30

- ¸-'····= ó····- ~····ﺏ:ه ¸-'····ــه ¸····-:- -'····ﺏ 4--····- =او ل'····-¸-'····= ª····-+-- ~····ﺏر
Kal wallah naddik beh anwalli, hani ahrabt manna djani , ahhrabt alhih djani
Pour qu’il revienne, il a juré que je serai à lui, je me suis sauvé loin de lui mais il a
fini par me retrouver
Bouquala N° 31

~······=ا:=-ا ·······~·- ó--:······-ا ª······ـ--ز ة-······ـ=او -······ـ+-- ó······ـ-ـ-'= ن'=-······~-ا ت'······-ﺏ ó---'······-'- :······ﺽ:-
ó·······ــ-·-او
Noudou ya naymin! Abnet assaltan djayin fihoum wahda zinet azzin taâachek
lahwadjeb wa el aâyn
Réveillez-vous! Vous qui dormez, les filles du roi arrivent! l’une d’elle est une
beauté qui selon elle le bel homme est celui qui a de beaux yeux et de jolis sourcils
Bouquala N° 32

~·····هاذ -ار ~·····---ا ó·····ـ-و ~='·····ـ~ـ-ا ó·····-و ~·····ـ--=-ا ó·····ـ-و ~····ـ=ا:=-ا نو:--'····-و ~='····ـ=--ا ¿····ـﺏ'-
Bayeâa lamhadjeb, ou ya magroun lahwadjeb win lahbib, win essaheb win el kalb
hahou daheb
Vendeur de m'hadjeb, aux sourcils arqués où est mon bien-aimé et mon
compagnon ? et chez qui le cœur va partir
Bouquala N° 33

¸········ـ--- ~·········~-ا'-و ª········ـ--·ﺹ تVو '---········-ا '·····+--- '·····+-- *·····-= ¸·····-و '·····ـ+--= ¿·····- 4·····ـ--= ª·····ـ---=
ª······ـ--ذ
Addanya wallet assâiba ou mina assaâb talka ahbiba djnbek amâa djanbha wali
aytih fiha talkaha diba
La vie est devenue difficile et il est difficile de trouver la bien-aimée, ton côté sur
son côté et quand tu en trouves une, tu te rendras compte que c'est une louvre
Bouquala N° 34

*-اور'·····- 4-:·····~و با-·····- 4·····ﺏ'-- ¸-'·····=ى-- ·-·····~او ¸·····-د:- ¸-ا:-'·····- 4·····--و ¸-ا:-'·····- 4·····--و ة'···-
¸->=-'·········- 4·········-ﺏ>ﺏ
Winek ya ghazali , winek ya ghazali, âoudli wa achfek âala hali , ghiyabek âadeb
ou choukek nar wa el hayet abla bik ma tahla
Où es-tu mon bien-aimé ? aies pitié et reviens-moi, ton absence est une souffrance
et ton désir est une flamme et la vie sans toi, ne vaut rien
Bouquala N° 35

¸·····ـﺏ:- :-·····- ى:-·····~-ا س'·····-'- ó·····-- ى:·····ـ-~-ا س'·····ـ-'- ó·····ـ-- ى:-·····~-او ¸·····ـ--- ¸·····ـ- ق:·····ـ=و ¸-ﺏ-·····-
Aâddabni wa ahrakli kalbi, wa achakwa limen ya nass, limen ya nass? ghir el
rabbi
Il m’a fait souffrir et m’a brûlé le cœur, à qui pourrais-je exprimer ma souffrance
à qui ? seul le bon dieu est au courant de ma souffrance
Bouquala N° 36

:·····=-ا :·····----- ك:·····ﺏ ¸--:·····~-'- ª·····--'- 4·····-'- ك:·····---ا ~·····= ¸·····- ¸-:·····- '·····-ر'آ ب'·····ﺏ ¸·····-- =·····-اد
~····-ﺏ _····--و ¸-'·····-ا ف:····~-و 4····--- م-····=- ¸-'····- ع'····-= ن:--'····-و ~ه-····-ا _····-- ~ه-····-ا -····= ع'····---'-
ل'···--ا سأر :···~=- ل'···=:-ا
Djayez âala beb darna yarmi fi hab lamlouk kallek : " yalla mayachrini bouk ",
koltilou : " el horr ma yatbaâ tamm adhab aâla adhab ou matkoun tammaâ " kalli
: " nakhdem aâlik ou nassref el ghali, aâla bent ardjel nakhssar rass el mel "
Il est passé par chez moi en jetant des cerises, il t’a dis : " je jure que ton père ne
peut m’acheter " tu lui a répondu :" L'homme libre ne s’achète pas ! épargnes de
l’argent et achète de l’or et ne comptes sur personne! " il m’a alors dit : " je te
prendrai en charge et je ferai tout pour subvenir à tes besoins, je payerai cher pour
toi fille d’un grand homme même si je déclare faillite "
Bouquala N° 37

-·····ـ-·ﺏ د:·-'·····- =ا ء'·····~ ناو ~·····-:- ¸·····-ار 4·····--- ó·····- *·····~ﺏ -·····-·ﺏ ¸·····-ار ¸-'·····- -·····-·- و-·····- =·····=ﺏ
--······~- م>······~-ا ¸······- در ~·····ـ-~ر ª·····ـ~- فو:·····=ﺏو :·····---آ ~·····ـهذ قرو ¸·····ـ- :·····ـ--·ﺏ ~·····--=-- ¸·····ـ->~
Bi khat yaddou m'âalem kalli : "ranni sallemi lahbib abâatou fi awrek adheb
aktabtou " ou bi ahrouf fadda archamt rad âala esallem moussallem , adâaid
bassah min kalbek rani akrib wa in chaa allah ma anaâoud abâaid
Le maître m’a écrit une lettre manuscrite me disant : " j’ai envoyé mon message et
mes salutations à mon bien-aimé sur une feuille en or, les lettres sont écrites en
argent " à mon tour, j’ai répondu au message en débutant le message par un grand
salut, il est vrai que je suis loin mais de cœur je suis proche et si le bon dieu le veut,
je ne serai plus jamais loin"
Bouquala N° 38

¸·····ـ---- ¸·····ـ-ا ما:······-ا '·····ـ-أو ¸-·····+-أ ª·····=:--ا _·····-- س'·····--او ~·····ــ--=-ﺏ س'·····--ا
Annass bi lahbib wa annass aâla el farha athanni wa ana laghram amlakni
Les gens accompagnés de leur amoureux se félicitent et moi, c’est l’amour qui m’a
possédé
Bouquala N° 39

'·····هدو'·- ª·····=:--او د:······- ~·····-'·-ا كV'·····ﺏ 'هو-·····-- ª·-·····~ ا :آ'·····ه ع:-·····~-ا ن-·····-'-'-
Ya kaydin achmouâa hakou chamâa kidouha, balek el ghayeb ayâaoud wa alfarha
anaâwdouha
Vous qui tenez les chandelles, tenez une bougie, laissez là allumés peut être que
l’absent reviendra et la joie sera au rendez-vous
Bouquala N° 40

-····-ا ª····-رو 4····-=·-'- J·······-'·--ا ف:·······~- _·······ـ-ـ= ª·······--=-ا ó·······-ز 4·······-=·-'-و J->·······~-ا :·······-د ª·······ﺏ'·-'- ª·······--
Matâadjbek warket addafla fi el ghaba dir adlayell, ou mayaâadjbek zin attafla
hata atchouf lafaâyel
Ne sois pas ébloui par la beauté de la feuille du laurier qui donne de l’ombre dans
une forêt et ne tombe jamais sous le charme d’une jeune fille avant de voir ses
actes
Bouquala N° 41

شا:····- 4-····~:-- ¸-'····= ف:····~- ¸····=أو ¸····=-و ~····--= 4····=ور ¿····=ر ¸-'····- 4-····~أ ¸-'····- ¸····-- ¸--'····-
4···········-=·-و:-:=
Ya ali, ya ali yalli assmek ghali, radjaâa rouhek atbib wa andji, ou adji atchouf
hali , anfarrachlek afreche ahrir wa anghatik bi izari
Oh! toi Ali, ton prénom m’est cher sois médecin je viendrais faire une consultation,
et tu prendras conscience de mon état, je viendrais faire ton lit, je te couvrirai avec
mon drap qui sera en pure soie
Bouquala N°42

¸·····-ار ء'·····--ا _·····-- 4·····-ﺏ اذاو ª-'·-·····~ ¸·····-ار م'······=-ا ¸·····-- 4·····-ﺏ اذا ª-'-·····~- 4--·····~او ¸---'·····- ¸-·····--
'····ــ-أ :-····- ª····---'- ó····-·-ا J····=آ _····-- 4····-ﺏاذاو ª····-'-ور
Aâmti ya âamti wach bik ghadbana? Ida bik aâla atâam, rani chabâana, wa ida
bik âala el ma rani rawyana, wa ida bik âala kahl el aâyn manadih ghir ana
Tante, tante pourquoi es-tu énervée ? si c’est à cause de nourriture je n’ai plus
faim, si c’est à cause de l’eau je n’ai plus soif et si c’est à cause de mon bien-aimé
aux yeux noirs je ne serai qu’a lui
Bouquala N° 43

¸··-- وز'··= 3 :-ه:····-ا ا-····ه _····-:-ا ~····-'- ¸····-= ¸····-:-= ~····--- ¸····آ -····+- ~····-- :ه:-'····- س:·····- ت'····-ﺏ
¿·····- '·····~- ¸·····--- '·····-أو ب:·····----ا ف:·····~- ª·····--'--ا ~·····-'-و ب:·····~-- :ه:·····-ا ª·····--'--ا ~·····-'-و ب:·····~--
ب:······----ا
Djazou âaliya atlata abnet, yagharssou fi azhar, kolt alhom :" ki yanbet khalouli
hakki " kaletli allawla:" hada azhar manssoub", ou kalet attania :" azhar
makssoub", ou kalet attalta :" anchouf el maktoub" wana âakli m'cha m'âa el
maktoub
Trois filles sont passées à côté de moi, elles plantaient la chance, je leur ai dis : "
quand la chance fleurira laissez-moi ma part " la première a dit : " la chance ne
nous appartient pas elle est attribuée ", la deuxième m’a dit : "La chance est
acquise " et la troisième m’a dit : " je verrai le destin ", et c’est alors que mon
esprit est allé avec le destin
Bouquala N° 44

-+--:·····- ¸·····-- ~--·····-را:-- ¸-:ﺏ:·····~ ¸-:ﺏ-·····آ ت'·····-- -······ﺏو -·····+=-- ~·····--آو -ه'······- ~-=·····ﺽو :-=·····ﺽ
Dahkou, wa adhakt amâahoum, wa aklit wa aklit malhoum, ou baâd ayyamet
kadbouni, charbouli lamrar, andemt aâla aârafthom
Ils ont ri et j’ai ri avec eux, j’ai mangé leur pain et après quelques jours ils m'ont
pris pour une monteuse, ils m’ont fait boire la boisson amère j’ai regretté de les
avoir connus
Bouquala N° 45

ª······-ﺏ ¸-و:-'······- ت'······--- ا:······---= ª······--=- ó······-- ~······---- م:······-+- ¸-······--
Kalbi mahmoum, malkit limen nahkih, ahkitou labnet âayrouni bih
Mon cœur est triste, je n’ai trouvé personne à qui raconter mon histoire, j’ai fini
par raconter aux filles, elles ont divulgué mes secrets
Bouquala N° 46

J····-=- ¸-····--:- ¸····--ا ~····---'- لاز'····- *····~ﺏ نو-····-او *····--- ¿····- ~····ﺏ:= ~····-- _-····= ~-····~- ~-····~-
ا:······----- ¸······- J······=ا:-ا ¸······- ~·······ﺏاو ¸ﺏر'······- ج:······- ~······---ا ¸······- ة:······-ا ¸-:--······-و ¸·-'······-=
Amchit, amchit hatta aâyit, djarrabt m'âa m'lih wa addouni, bassah mazel malkit
alli aywalemni, yahmel atbayâai wa aydirni amra fi el-bit, farredj ya rabbi wa
abâat li arradjel alli atmanitou
J’ai marché, j’ai marché....jusqu’à épuisement, j’ai essayé avec les bonnes et
mauvaises personnes, mais sans pour autant trouver la personne qui me convienne,
qui supporte mon caractère et que de moi sa femme bon dieu aidez-moi à trouver
l’homme que j’ai tant espéré
Bouquala N° 47

¸-·····-- ¸····--او ¸-'····- ي:····+-و ªﺏ'····~ '····-أ ¸········-----و ¸-'········---ا :+········~-و م:········=--ا ~········~=- ¸---········-
يرار-······-او ت'······-ﺏ ا:······--=- ¸-'·······-ا '·······ﺏ >·····-او ¸·····->·-ا ر:·····~-
Ana chabba ou mahri ghali, walli yabghini yaddini yahsseb andjoum ou yasshar
elyali ou yabnili akssour lâalali wa illa b'gha el ghali andjiblou b'net wa adrari
Je suis belle et ma dote est chère et celui qui m’aime doit savoir compter des palais,
et si le bien qui accepte mes conditions je lui donnerais naissance et des filles et des
gosses
Bouquala N° 48

¸······ـﺏ'-~ :······ـه '······+--زو '······+-·-- '······ـ-أ ¸ﺏا-······- ل:······=- :······-=- >······----ا -'······=ﺏ ó--······-ا:-'- -······---=
Djitkoum ya el waldin, bidjeh anbi latkhalou aytoul aâdabi ana nabghiha ou zinha
houwa assbabi
Au nom du prophète, parents je vous prie de ne pas faire durer ma souffrance, moi
je l’aime de sa beauté et je ne peux m’en passer
Bouquala N° 49

J······=-و ح'······-:- ¸······-:-=- ح'······---ا ¸······ﺏر ó······- ~·····-=- -'·····--- ó-·-'·····- شاو -اودو ¸-·····-- ¸-=:·····= ¸·····--ا
ح'······-:- ¸ﺏ'······ﺏ
Alli adjrahli kalbi daweh, wach mal âayn talkah, natleb man rabbi el fatteh
aykhalouni narteh wa anhel babi narteh
Celui qui m’a blessé le cœur, et l’a soigné, quels yeux peuvent-ils le voir ? je prie le
bon dieu pour qu’on me laisse, me reposer, et ouvrir ma porte pour que je sois
soulagée
Bouquala N° 50

_·····-=- V ~·-·····~ ي-······~ '·····--ا ª·····-- _·····-- ª·····-- ¸·····~ا:- ~·····-:=و ª·····-د _·····-- ª·····-د ~·····-در
Radit daffa âala daffa, wa atwit afrachi laffa âala laffa, anta saâdi chamaâti la
tatfa
J’ai fermé ma fenêtre, j’ai plié mon drap plis sur plis, tu es ma chance et ma
bougie qui ne s’éteint pas
Bouquala N° 51

--'······--او:-=-ا كاذ =·····-=ا --:آ'·····- بر'·····- -·····-اد '·····+-- '·····--د :-·····=-ا ¸-'·····- 'هر:·····~و ة:-·····-آ '·····ـ-رد
Darna akbira ou sourha âali, el khir dima fiha dayem, ya rabbi ya akrim, ahfed
dek el khir wa anâayem
Notre maison est grande ses murs sont hauts, le bien toujours présent toujours,
bon dieu soyez toujours généreux, protéger notre maison et sauvegardez-nous nos
biens et notre richesse
Bouquala N° 52

~·····هذ :·····~-رو ª·····~- ور'·····---- :-·····=-ا ~-·····~آ '·····-أو ~·····==-او ~=·····~-ا ~-·····~آ س'·····--ا
Anness kassbet achteb wana akssebt attir alli mankarou fadda ou richou adhab
Les gens ont eu les battons et le bois, et moi j’ai eu l’oiseau au bec d’argent et au
plumes en or
Bouquala N° 53

ج:····= ن'····~--ا _····--و '+-····~ر ~····---- '····هدأو '····هر:- ة-····---ا ¸···-و '···هرود قو:····-ا ¸···- م-···-او 'ها:···~ J···-·-ا
'+-·~أ
Lâakel sawwaha, wa addem fi lâarouk dawwarha , ou fi el kabda fawwarha, wa
addaha lalkalb arssamha, wa âala elssen akhradj assamha
La sagesse l'a embellit, le sang dans ses veines l'a fait tourner, et dans le foie il
s'évapore puis le passe au cœur qui l'a dessine et sur la langue son nom est
prononcé
Bouquala N° 54

'·····ــ-- '·····ـ--- ¸·····ـ='ـ~ ¸·····ـ- ¸·····ــ-=ر ~·····ــ--دو ¿·····ـ-~-ا ق:·····- ~·····ـ-آر
Arkebt fouk assbaâ, ou dallit radjliya, alli sadji yaddana liya
Je suis monté sur le dos du lion et j’ai mis de part et d’autre mes pieds, que celui
qui prétend être courageux et à la hauteur vienne s’approcher de moi
Bouquala N° 55

ª-········~-- ó········---Vاو -········=-ا ó········-ﺏ 4-='=ª········--ﺏ'- ¸--'········- ¸-:-'········- '········ـ--- ó---'········--- ª········ـ-:-~ جوز
Zoudj assbouâa matfatnin aâliya, kalouli:" malki ya abniya? Hadjtek makdiya bin
elhad ou latnin makdiya"
Deux hommes se bagarrent à cause de moi, ils m’ont dit jeune fille pourquoi
es-tu préoccupée? ton vœux sera exaucé entre dimanche et lundi
Bouquala N°56

ة:······-اد ª······--'--او c-······~-'آ ة:······-اد ة-······=و ن:ﺏ'······~-'ﺏ :-······~·- ت'······-ﺏ ث>······- :-=-'······ﺏ ¸-······-- تا:······آ
ª······-=- ª······--'--او :---'······آ
Akwet kalbi bi el djamra, atlata abnet yaghasslou bi assaboun, wahda dayra ki
achamss, wa attanya dayra ki lakmar, wa attalta nadjma
Elle a brûlé mon cœur à la braise, 3 filles se lavaient, la première est comme un
soleil, la deuxième est comme la lune et la troisième est une étoile
Bouquala N° 57

*·····~ﺏ '·····+-- ó-·····~:ه-- و '·····-ﺏ _-·····= '·····+--ذ:- ¸-·····= ن'····=:--او :····ه:=-ا ةدرو -····ـ- ¸····- ª····~و:·-ا ~····=:=
'+--·····ـ- ¸·····--ا '·····+---- ف:······- ¸·····--ا :-·····-
Khardjet lâaroussa, fi yad wardet el djouhar wa el mordjane hatta el wadniha,
hatta b'kaw madhouchin fiha, bassah ghir alli yaâaref kimatha alli yaddiha
La mariée est sortie ornée de perles de culture et de corail, tout ceux qui l’ont vu
sont restés bouche bée mais seul celui qui connaîtra sa vraie valeur sera à lui
Bouquala N° 58

c·····--او ~·····~=-ا ~·····-ﺏ :-·····~- ~·····-'آ اذا -·····---ﺏ _·····-- ي-·····ه :-·····~--ا ª······-رز --ﺏ'·····ﺏ ما-·····- ~·····-رزب
J·····~·-'آ '·····--د '·····+--- ¸·····->آو :-·····~- '·····+-- ¸·····-ا
Azraâat kaddem babkom zarriâat el kossbor, haddi aâla bantkoum, ida kanet
atssir bent lahsseb wa ansseb, alli fiha nachkor wa aklami aâliha dima ki laâssel
J’ai semé prés de votre porte les grains de coriandre, c’est pour votre fille qu’on
espère la demander, je ne dis que de bonnes choses d’elle et mes paroles pour elle
sont mielleuses et belles
Bouquala N° 59

¿······- ¸······-او ¸-······-·-- ¸······--ا :-······- :······-- ب:······~-و ى:-······ﺏ :-······--ا ¸---·····- ¸·····-ا :·····ه ¸-·····--- فر
Le puits m’appartient et je ne laisserai boire de mon puits que celui qui m’aime et
je ne serais qu’a celui qui connaîtra ma valeur
El bir biri ou yachrab mannou ghir alli yabghi walli yaâaref kimti houwa alli
yaddini
Bouquala N° 60

*·····~ﺏ ª·····--زو ªﺏ'·····~'-أ '·····-- ر:·····=- ش'······ﺏ'- ¸·····-ا ب'·····~-ا كا-·····ه ¸·····--= '·····ـ-:- '·····--:-د ~·····-'=-ا ى--·····~
'···-ﺏ ¸ﺏ'···هراد ي:···هز
Sidi attaleb dir fiya amziya, djibli hadek achbeb alli mayabghich yakhzor fiya, ana
chabba ou zina, bassah zahri dayarha biya
Monsieur le taleb faites-moi plaisir ramènes moi le bel homme qui ne veux poser
ses yeux de moi, moi je suis jeune et belle mais ma chance m’a trahit

Bouquala N° 61

ª······--د ~······---ا ¸······- ¸--از'······- '······+---- ª--······~--ا قرو ¸······- ª······--:-- ¸->······~ ~--······~
Sallemt aslami lazzina fi awrak atchina, koltalha :" mazalki fi el kalb dima"
J’ai salué ma belle, en lui écrivant sur la feuille de l’orange, je lui ai dis :" tu es
toujours dans mon cœur"
Bouquala N° 62

او ª··-:+- '··+-- ب:··---ا ª··-:-:- 'ه:-··~و --:··- '+-··~أ --:·····- ~····=- '····-أ ª····-:=-'- '····+--آ ó····-ز ن'····آ'- =
ª···-:-:- _···-- ت:··--و
Assamha maryem wa ayssamouha maryouma, el kouloub manha mahmouma,
wallah maken kifha fel houma, ana anhab maryem wa anmout aâla maryouma
Elle s’appelle Meriam et on l’appelle Maryouma, les cœurs sont tristes de ne
pouvoir l’avoir, je jure qu’aucune fille du quartier n’a sa beauté, moi j’aime
Miriam et je meurs pour Maryouma
Bouquala N° 63

لاو ~······-·-'ﺏ ª······--ا--او ª······--ا--ا =······~و ¸······- ª······--'- ¸-······-:-·= -·······---ﺏ ¸·······-:=-أ ت:=-'·······ﺏ ª--'·······~
¸-'·····- '+--·····ﺹ '·····--ﺏ ت:·····-- ~·····-·ﺏV ت:·····- ت:·····-- *·····-=-Vو 100 و :····-:- ª····-= 100 ¸-'=-·····~ ª·····-=
Djaâalolti âalya, fi wasst addalya, wa addalia bi laâaneb, wa assakya bi el hout,
aâatouni bantkom walla antih anmout , anmout, illa abghit bantna assdakha ghali,
amyet habbet el wiz ou m'yet habbet soltani
Ma balançoire est haute elle est au milieu de la dahlia la dahlia a fait le raisin, les
poissons sont dans la rivière donnez moi votre fille sinon je tomberai et je meurt,
ses parents lui répondent si tu veux mourir, notre fille sa dote est chère elle vaut
100 pièces de luis et 100 pièces de " Soltanis"
Bouquala N° 64

¸--ﺏ'····- ¸····=ور ¸-'····- ء'-····~-ا ó····- ك>····- ¸····--=- ¸····-ا:-ا -····ﺹ'- ª·-····~ 'ه-····- ¸····- ª·····-=-ا م:····- تد:····=
¸ﺏ:········-ا ¸-·······--او ¸ﺏ:·······ﺏ ª-·······~-- 4·······-='=
Fi yadha chamâa kassda el wali, antakli m'lek mass'ma kalli:" rouhi ya abniya,
hadjtek makdiya, bi rabbi wa anbi " akhredjt youm el djomâa el âar biya
Elle tient dans ses mains une bougie, elle dirige vers El-Wali, un ange m’a parlé du
ciel et m’a dit : " va! ma fille ton souhait est exaucé avec l’aide du bon dieu et du
prophète " je suis sorite le vendredi à cause de la honte et de l'ignomnie
Bouquala N° 65

ت'······-ﺏ'- ---······ﺹ:-أ cﺏ'······=--'- :--······-او :······-=- ~--······ﺏ cﺏ'······- J······-:-ا ~······---و :······=--ا ع'······-- ~······=-=
c-:····-ا :-····- و-····-'-
Ahbet l'kaâa labhar wa alkit armel yabess, abdit nahfar wa andir fi lamhabess
anwassikom ya labnet ma tadou ghir arrayess
J’ai plongé au fond de la mer, j’ai trouvé le sable sec, je commençais à creuser et a
remplir les pots, et conseillé les filles de m’épouser que le Rais
Bouquala N° 66

ب'·······~-ا -·······='- ¸-·······--·- ن'·······آ:-'- شو-·······=-'- *-·······~و ¸--·······~- ف'=-·······~:---'- صر'·······--ا
El karess manaklouch, ankhaf aychayyani, wa achikh manakhdouch ya louken
yaghnini, nakhod achbeb li kadddou aywatini
Le citron je ne le mange pas, il me fait maigrir, le vielle homme je ne l'épouserai
pas même s'il me lègue toute sa fortune, je n'épouserai que le bel homme qui me
convienne
Bouquala N° 67

س'·······--ا '·······+--- :-='·······=-- س'·······--'- ةدرو
Warda fi el kess yatkhatfou aâaliha anness
Une fleur dans le verre, les gens se bagarrent pour elle
Bouquala N° 68

¸-····--- :ه:····-او ب'····--ا _····-- ةدر:····-ا ¸-اد'····- ó-:····~- ض'····-ر ب'····ﺏ ت:····=
Djezt beb riad, nassrin nadali, el warda aâala el beb wa azhar âannakni
Je suis passé par la porte de riad il m’a appelé Nessrine, la fleur est à cote de la
porte les roses m’ont enlacée
Bouquala N° 69

¸·····=-ا _-·····= ¸-'·····- ي-·····- _·····-- ¸-·····~- ب'·····~'- :·····---- ى:·····-·-ا ¸·····- J·····~-- '·····-رد ب'·····ﺏ _·····-- :-'·····=
ي-····-·-'- 4--····-زو ~ه-····- ط'····- 4-····~-- ي-····--
Djayez aâla beb darna ayfassel fi el âakri, koltlou :" fassali aâla kaddi" kalli :"
hatta atdji âandi, anfassalek kat amdahab, wa anzidlek malli âandi
Il est passé par la porte de notre maison il découpait un caftan de couleur cannelle,
je lui ai dis : "faites- moi une tenue sur mesure" il m’a dit :" je te ferai un caftan
doré et je te rajouterai un autre cadeau"
Bouquala N° 70

-آ'·····- ¸····-ودأ J····-=-- ó-·-'····= ¸-'····- -آ'·····- ¸····- ب'····~-ا :='····= ¸····- -آ:='····= ¸····- ¸····~-
Machi fi khatar kom, fi khatar achab alli amâakom, yalli talâayn ladjbel addouni
amâakom
Ce n’est pas pour vous mais plutôt pour le jeune homme qui est avec vous, vous
qui montez la montagne prenez-moi avec vous
Bouquala N° 71

ما-·····- ج:·····=-و J=-·····-ىراد ¸·····- ن:·····-- '·····+----- ¸-'·····-= ¸·····- تداز ر:······~-ا ~·····--= رو-·····--ا ر-·····ﺏ ~·····=:=
¸-'--······-
Kardjet badr el bodour, talket achâaour, zadet fi adjnani, atmannitha atkoun fi
dari tadkhol ou takhrodj kaddem âadyani
La plus belle des belles est sortie, elle a lâché ses cheveux et a provoqué ma folie
j’aurai aimé qu’elle soit dans mon foyer, elle rentre et elle sort devant mes
ennemies
Bouquala N° 72

'······-ﺏ J······--'- ك:······ﺏاذا ¸······~ا:- شاو J······-·- شاو 4······-- ¸-······--و 4······--- ¸-······-- ¸-ر'······='- ¸-ر'······=
Djarti, ya djarti, kalbi aâalik ou âayni fik, wach naâamel, wach anwassi ida bouk
makbel biya?
Voisine! Ma voisine, mon cœur est pour toi et mes yeux ne voient que toi, que ferai-
je si ton père me refuse ?
Bouquala N°74

¸--'······ﺏ '····--و ¸····-- -····-و ¸····- _·····ﺏ '····ﺏ'ﺏ ¸-······--:- ¸······- :-·······~-=-'- '······+---- '······-أو ¸-'······= -······-و
Baba baghili wald âammi, ou yamma wald khali, ana koltelha :"manakhod ghir
alli aywatini
Mon père veut me faire épouser mon cousin paternel, ma mère préfère le cousin
maternel et moi je ne choisirai que celui qui me convienne
Bouquala N° 75

ن'······آ اذا ا:······--- ª······--ﺏ'- '······-- ل>······= 4······--:- '······-أ ¸-'······- ó--······~'--او J······--ا ó······-ﺏ ن'······-=-ا ¸······- ó--······-'-
'--····-او ¸-و'···= ف:···~ حور ا-···-ه
Kaâdin fi ladjnen bin el-fell wa el yassmin, kalli : " ana anwitek ahlen liya ya
labniya " koltlou : " ida ken hakda rouh atchouf khawti ou waldiya "
Il sont assis dans le jardin entre la moricandia et le jasmin, il m’a dit : " moi j’ai
l’intention de t’épouser ", je lui ai répondu : " vas-y voir mes frères et mes parents
"
Bouquala N° 76

¸-'····= -····-و :-····- ن:--'····- ا-····ه ¸-'····هVا J····آ ó····- :-····~-ا ·=-····~- ¸-او:····-ا نو'·····-و ~-·····~-ا -=:····-
Yarhem adâaif wa ayâawen azzawali, yassthak achokr man kol al-ahali, hada
maykoun ghir wald khali
Il a pitié du faible, et aide le pauvre, il mérite les remerciements de tous les
parents, cet individu ne peut être que moi cousin maternel
Bouquala N° 77

ó····- :-····ﺹ ¸····+=و '····-أ ¸····-:- :-····~=أ س'····-'- ت:····- J····=آ 'ه:·····~و ي:····-- '+--'-····~و يدرو 'هدو-····=
ر'-·······~- ª-:-······~-
Akhdoudha wardi, wa achfayefha âakri, wa achâarha akhal tout, ya ness
ahhassnou âawni wadjhi assfar men massboughet lachfar
Ses joues sont roses, ses lèvres sont rouges, et ses cheveux sont noirs, aidez moi et
venez à mon secours, cette beauté aux jolis cils a fait blêmir mon visage
Bouquala N° 78

ª······-ﺏ:-V س'······--ا -······-و ª······--'·- V ª······--:-ا س'······~
Cess arramla la atâalih, wald anness la atrabbih
Ne construit pas sur un terrain sableux les fondations ne seront pas solides et
n’éduque pas l’enfant des autres
Bouquala N° 79

¸····->= -····-و J····=ار :-····- '+--····--و ª····--'- '+--:····~ ¸-····-ﺏ
Banti soumetha ghalya ou mayaddiha ghir radjel wald ahleli
La valeur de ma fille est grande et celui qui l’épouse sera un fils de famille
Bouquala N° 80

c-=-'·······- ¸-·······-- J·······-- ª·······--ﺏ'- '·······--- ¸-·······=- ش'·······ﺏ ª·······--ه 4·······---=-و -·······-·--ا د>·······--- حو:·······- ¸-'·······-
'········---·ﺏ ف:········~- _-········=
Kalli :" anrouh labled abâayd wa andjiblek ahdiya bech athanni aâaliya ya
abniya" kolt :" kalbi ma ayhanch hatta aychouf bi âayniya
Il m’a dis : " je partirai dans un pays lointain, je t’achèterai un cadeau pour que tu
sois gentille et tendre avec moi " je lui ai répondu, que mon cœur ne sera attendrit
que si je voyais de mes propres yeux

'····--- اوز'····= نا:····--ا J····آ درو'····- ن'····-=:-'- ن'····-=:- 3 ة-·····-ارر ª·····--'--او ª·····ﺏ'--ا ة-·····-ار ة-·····=او ت'·····-ﺏ
ن>····- ي--····~ ª····~:~ ~····-د '····-أو ما:····= ة-····-ار ى:····=-و ª····ﺏ'--ا
Tardjmen, ya tardjmen ya ward kol lalwen, djazou aâliya atlata abnet , wahda
rafda el kaba, wa attanya rafda el kaba, ou lokhra rafda ahzem, wana addit
chouchet sidi f'len
Interprète, Oh! Interprète, toutes sortes de fleurs sont passé par moi, trois jeunes
filles la première portait un cabas, la deuxième portais aussi un cabas et l’autre
tenais une ceinture et moi j’ai épousé la mèche de monsieur X








Bouquala N° 82

أ ي:·····-=-ا ~·····-د '·····-أ -·····--- ·ﺏ'·····~ ل:·····--ا و :·····-:- :·····-:- 10 -······---- ¸······-
Koulou, wa el koul sabek fikoum, ana addit el khomri ou âachra fi âaynikom
Dites et dites à l’avance, j’ai épousé le brun et c’est celui qui est jaloux en meurt

Bouquala N° 83

ا:·······--ﺏ ¸·······- '·······-·- ¸·······ﺏر '········ﺏ اذا :--=·······ﺽ c·······---او :---·······~ ~--·······~
Sammit, sammitou, wa el kabch dahitou, ida b'gha rabbi naâaya fi bitou
J'ai sacrifié un mouton au nom de mon amour, et si le bon dieu le veux je serai la
femme de mon bien-aimé
Bouquala N° 84

او'·····=-ار ¸-و-·····-:- :----'·····- J·····آ :='·····--- ¸·····-ورد:- ~·····هذ ó·····- قو--·····ﺹ ن'·····آ
Ken sandouk mad'hab, atwaddarli maftahou, kol manatfakkar yarafdouni
aryahou
J’avais un coffre en or, j’ai perdu sa clé et des que je me rappelle de lui je suis
emportée par son vent
Bouquala N° 85

ت:····ـ-ـ- Vو 4--····- ت:···ـ- ···ـ ت:···ـ-
Attout! attout , naddik walla anmout
Mure, mure, je t’épouserais sinon je meurs
Bouquala N° 86

ة:-······-او ó-·-'·····- -·····+=-=- =ا ة:-······ﺹ ¸·····هو ب'·····~ :·····ه ة:--·····~--ا ¸·····- '·····ه'·- -·····-'-
Kaâaed m'âaha fi attassdira, houwa achbeb, ou hiya assghira, allah yahfadkom
malâayn wa el ghira
C’est leur mariage ils sont assis sur 2 chaises, ils sont jeunes puisse le bon dieu les
protéger du mauvais œil
Bouquala N° 87

ت:····-- ت:····-- ~····=- ¸····-او '····+-=- '····-أ ت:-'····--ا J····---او ت:····--ا J····=آ ¸····-=آ
Ki djali kahl attout wa allil yakout, ana anhabha walli ayhab aymout aymout
Quand mon brun est venu, la nuit était belle au clair de lune, moi je l’aime et celui
qui veux mourir il meurt!
Bouquala N° 88

د:······~-'- 4·····-- -······~-ا اذاو يد:·····- ó····- د:····- ó--····~ س:·····- د:·-'····ﺏ س:·····-- د:·····~-ا ف:·····- ن'····آ:-
ي-·······~ ¸---······~ د:·······~-ا م'-······~'-
Louken naâaref assâaoud yanghress bi el âaoud, naghrass satin âaoudmen âaoudi,
wa ida assaâad mannek ya massâaoud ya saguem assâaoud, saggamli saâadi
Si je savais que la chance se plantait avec une tige, j’aurais planté 60 tiges et si la
chance est de toi, bon dieu, toi qui donne la chance, je vous prie de m’arranger et
me donner ma chance
Bouquala N° 89

¸·······-ا ت'······->- :·····~-- ª······-'= ·-'······-او :·····=-- ¿-'·····= ب'·····~-ا :········~-- ~········---او ó-·-'········- ن
Acheb talaâa yaftar, wa el âatek talâa tanchar, atlaket el âayn fi el âayn wa el kalb
atkassar
Le jeune homme monte pour manger et la jeune fille pour étaler le linge, les yeux
se sont croisés et le cœur s’est brisé


'······- ¸-······----أ 4-ا-····- ·-····~-و ªﺏ'····~-ا -····-:- 4····-'-= ر'····+- ª····-V
4-'-····~ _····-- -····-:-و 4····---- _····-- رو-····-
4···-'-ز ل:··= _··-- 4---··= ¸··-ار
Aâalmini ya lalla n’har hammamèk narfèd assèpa* wa nassbèq qadamèk
ndrour âala iminèk wa nzid aâla chmalèk
rani khdimèk aâla toul zmanèk.
Apprenez-moi, ô Madame, le jour où vous allez au Hammam je porterai votre malle et
courrai devant vous.
Je tournerai à votre droite et puis à votre gauche.
Je suis votre serviteur aussi longtemps que vous vivrez.
***
La Sèppa* est une sorte de malle, en matière tressée généralement à base de genêt, alfa,
raphia, osier ou doûm (touffe de palmier nain).
De forme rectangulaire, ses dimensions sont moyennes elle est portée à la main au
moyen de deux anses jumelées, fixées sur le couvercle. A l’intérieur elle est couverte
d’une étoffe satinée, souvent de couleur rose. Les femmes coquettes y aménagent une ou
deux poches sur les côtés pour y ranger leur nécessaire de maquillage et fixent un miroir
à l’intérieur du couvercle.
Connue surtout chez les anciens citadins d’Alger, de Blida, de Constantine, la sèppa sert
particulièrement aux femmes qui y rangent leur linge de change quand elles se rendent
au hammâm (bain maure).
Cette utilisation traditionnelle de la sèppa s’est beaucoup perdue aujourd’hui, d’autant
plus qu’on n’en fabrique plus.
Quant à l’origine du mot sèppa, il est difficile à établir. Ce vocable serait le résultat
d’une influence romaine sur le parler arabe et hispanique parvenue ensuite au Maghreb
(Fès, Tlemcen, Alger) ou bien il proviendrait du latin et serait passé au turc!
On trouve un vague rapport entre le mot sèppa et sappa du bas latin qui aurait donné le
mot français sape. De celui-ci a été tiré le mot d’argot « les sapes: Les habits ».
Par contre, Mohammed Benchneb qui s’est interdit toute considération linguistique,
historique ou sociologique trouve à sèppa des origines turco-persanes : Seped et sepet «
panier, corbeille » et a traduit ce mot par « malle ».
. ..sــــ.و ..ّLIا و ,ه,Ilـــ. بlـــ.Iا ¤ــــ..c ..ّ.ر
iــــــ.a.Iا iـ.c _o el..ـــــ.. .ــ.آ با«> ..l> ..ــــ.. و _آ و ب,ــIا.ــ. ، _ــــ.aIl. با _ــــî.ﺡVا
،


rachit el bab b'zhar ou tib ou s'qit koul lahbab bel la3ssel ou z'bib ou ki nssit jani j'wab men 3and
lahbib

j'ai aspergé le pas de la porte avec de l'eau de fleur d'oranger et du parfum et j'ai arrosé les amis
avec du miel et des raisin secs et quand j'ai oublié un message est venu de chez l'aimé
lــo.
¤ـــــs.ر«Iا. :ــ.ذ .ــ>. .آ ى,هزف«ــ.. شlــ. ¤ـــــs.iﺡIا س«L .ــº ¤ــــــs.«. .I.,ـــــ. د lــo.



yemma yemma dirili twiqa fi wasst el hadiqa bech nchouf zahri ki jibou dik lewriqa.

mere mere fait moi une petite fenetre au milieu du jardin pour que je puisse voir ma chance quand la
ramenera la petite lettre

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful