You are on page 1of 27

ANALYSE DU PROCESSUS CONCURRENTIEL DANS LES SERVICES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS AU CONGO : L'INCIDENCE DES EXTERNALITÉS DE RÉSEAU ET DE LA RÉGLEMENTATION SUR

LA DYNAMIQUE DU SECTEUR DE LA TÉLÉPHONIE
Béthuel Makosso De Boeck Supérieur | Innovations
2005/1 - no 21 pages 217 à 242

ISSN 1267-4982 Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-innovations-2005-1-page-217.htm

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 217.113.67.168 - 02/11/2012 13h38. © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 217.113.67.168 - 02/11/2012 13h38. © De Boeck Supérieur

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Makosso Béthuel, « Analyse du processus concurrentiel dans les services des télécommunications au Congo : l'incidence des externalités de réseau et de la réglementation sur la dynamique du secteur de la téléphonie », Innovations, 2005/1 no 21, p. 217-242. DOI : 10.3917/inno.021.0217

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour De Boeck Supérieur. © De Boeck Supérieur. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Innovations, Cahiers d’économie de l’innovation n°21, 2005-1, pp.217-242.

Analyse du processus concurrentiel dans les services des télécommunications au Congo : l’incidence des externalités de réseau et de la réglementation sur la dynamique du secteur de la téléphonie
Béthuel MAKOSSO1 Université Ngouabi-Brazzaville, Congo

bethuelmakosso@hotmail.com Le concept de réseau renvoie à la fois à l’idée d’interconnexion spatiale d’équipements complémentaires, coopérant entre eux pour transporter des flux de matière, d’énergie ou d’information d’une origine vers une destination (réseau physique) ; et à l’idée de support d’intermédiation économique dont la fonction est de mettre en rapport des fournisseurs et des consommateurs de certains biens et services.

1 2

217

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 217.113.67.168 - 02/11/2012 13h38. © De Boeck Supérieur

Le secteur congolais des télécommunications, notamment la téléphonie qui est au centre de cette étude, connaît de profondes mutations depuis quelques années. Le fait majeur qui marque ces mutations réside dans la transition qui s’est opérée entre l’époque dominée par l’organisation monopolistique de ce secteur et son ouverture à la concurrence. Depuis 1997, année de son ouverture à la concurrence, on assiste, d’une part, à la mise en place d’un nouveau cadre réglementaire et, d’autre part, à l’arrivée, de façon séquentielle, de nouveaux opérateurs privés exploitant des services à valeur ajoutée, en l’occurrence la téléphonie cellulaire. Les modifications de la configuration industrielle que ces mutations induisent se trouvent être au centre du questionnement actuel sur la compréhension des phénomènes techniques, économiques et réglementaires qui traversent ce secteur. Lorsqu’on scrute la littérature consacrée aux télécommunications et plus généralement aux différentes activités économiques communément qualifiées de réseaux2, il apparaît qu’un certain nombre d’invariants sont mis en évidence qui déterminent l’évolution de la structure de ces marchés.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 217.113.67.168 - 02/11/2012 13h38. © De Boeck Supérieur

à la suite des travaux d’A.info . Suivant N. 1990) en ayant un rôle à la fois sur le choix du consommateur et sur les performances des firmes. la reconnaissance de ce que la nouvelle économie de l’information évolue sous l’impulsion des économies de réseau. L’élément fédérateur de l’ensemble de ces travaux est... qui ont étendu et affiné le concept d’externalité. d’un service ou d’une technologie) dépend du nombre de membres ou de clients qui en sont déjà utilisateurs (R. Spiegel. la valeur d’un réseau téléphonique pour un abonné. dépend de la taille du « club » des utilisateurs.67..cairn. 218 Document téléchargé depuis www. © De Boeck Supérieur En effet. Antonelli. interdépendance qui rend en définitive la décision de chaque agent tributaire de celle des autres (C. 2 Le téléphone est l’exemple type de « bien club » ou « bien réseau » car l’utilité du téléphone pour chaque utilisateur dépend du nombre d’autres agents qui l’utilisent. 1992). 1989 . 1995 . 1995). Nijkamp. font notamment référence aux externalités de réseau1 qui sont liées aux « biens club »2 et qui jouent un rôle de premier plan aujourd’hui dans les études consacrées à l’analyse de la dynamique des industries des télécommunications en particulier et des activités en réseau en général. les travaux récents. Ce qui est finalement au cœur du raisonnement c’est bien entendu l’idée d’interdépendance entre les fonctions d’utilité de chaque membre potentiel rejoignant le réseau. L’argument théorique à la base de cette assertion étant le principe fondamental inhérent à toutes les études relatives aux externalités de réseau selon lequel le taux de croissance de la demande (d’un bien.168 . Capello et P..info . Ce raisonnement vaut également pour les firmes constituées en réseau. Curien (1992). et donc le prix qu’il est prêt à payer pour y adhérer. Varian (1999).113. L’article de pionnier de Rohlf (1974) qui s’inscrit dans le prolongement de la thèse Marshallienne et qui est consacré à l’économie de l’information a ainsi ouvert la voie à une série d’études dans lesquelles les externalités de réseau sont associées à un « effet de club » qui affecte aussi bien la production que la consommation (C.02/11/2012 13h38. L. Autrement dit. © De Boeck Supérieur . Antonelli. Marshall (1920) qui mettait en avant l’idée « d’atmosphère industrielle » pour traduire le fait de la manifestation d’économies externes (externalités) aux firmes générées par des interactions multiples entre acteurs locaux.cairn. Bental et M.113.217. B. comme le soulignent C.1 Les externalités de réseau évoquent ici le phénomène d’interdépendance des décisions de consommation individuelle et se définissent comme un accroissement parallèle de l’utilité retirée de la consommation d’un bien et du nombre de consommateurs du même bien.67. Shapiro et H. le réseau apparaît Document téléchargé depuis www.217. dans le domaine des télécommunications et dans d’autres activités en réseau.02/11/2012 13h38.168 . Gill.

info . fournissent les arguments d’une concurrence entachée d’éléments de monopole tant elles induisent des obstacles à l’entrée ou constituent des sources d’inefficacités en contrastant avec les conditions d’une concurrence durable et équilibrée (H.. est la constance que l’ouverture des télécommunications (et donc la fin de la réglementation) est marquée par la mise en oeuvre d’un ensemble de réglementations nouvelles.cairn.02/11/2012 13h38.217. en Asie qu’aux Etats-Unis. dans la quasi-totalité des pays. tant en Europe. Shelanski. Ce qui est mis en cause.217. mais aussi que ce secteur est soumis à une organisation industrielle spécifique. l’objet de cette étude est de tenter de prouver la validité de cette construction dans le contexte congolais. 2001 . Médan et T. Celles-ci. contexte de pays en développement où les mécanismes d’allocation des ressources peuvent.67. l’ironie des mouvements déréglementaires qui traversent ce secteur.1 La non duplication des infrastructures de base étant souvent justifiée par le caractère naturel de ces monopoles. © De Boeck Supérieur comme une trame polarisant les relations entre agents économiques. où la Document téléchargé depuis www. il contribue à modeler les structures de marché et le processus concurrentiel.168 . À ce stade de la connaissance théorique. En effet. suivre des logiques propres par rapport à ceux des pays développés et.113. on peut admettre que non seulement les télécommunications fournissent un cadre favorable à l’analyse des externalités de réseau et leurs conséquences économiques. 219 Document téléchargé depuis www..cairn.02/11/2012 13h38. ballotté entre la réglementation et la déréglementation. © De Boeck Supérieur .113. dans une certaine mesure.. A. Mais la spécificité qui caractérise ce secteur n’est pas le seul fait des interdépendances telles que nous venons de l’exposer. Warin.info .67.. Ce qui implique que le réseau est essentiellement associé à la concurrence imparfaite car. Elle est aussi le fait d’une histoire ancienne de ce secteur qui est resté. P. justifiant d’ailleurs la coexistence entre les monopoles d’Etat ou privés (dans le domaine des infrastructures de base)1 et l’ouverture de certains segments du marché à la concurrence. généralement en faveur de l’opérateur historique (ce qui serait le cas de l’ONPT au Congo) ou aux firmes établies. c’est le risque d’abus de position dominante de l’opérateur historique ou de l’opérateur établi sur ses concurrents potentiels. générateur ou modérateur de coûts de transaction. l’opposant de ce fait au marché parfaitement libre et concurrentiel de la théorie néoclassique où les relations sont parfaitement anonymes et isotropes. Prenant appui sur la connaissance que livre ce corps théorique. 2000).168 .

nous nous référons aux contributions de N. les économies des pays d’Afrique subsaharienne.113. Plus particulièrement. du fait du faible volume de transactions et de la pauvreté rampante.67. En effet. présentent quelques spécificités. amis et voisins apparaît comme la forme dominante d’assurance sociale en ce sens que dans une transaction.220 Document téléchargé depuis www.cairn. L’idée forte qui émerge de cette analyse est que.217.info . la famille et les relations de voisinage jouent un rôle dans l’établissement de la confiance. du fait de la structuration de ces économies. Fafchamps (2001) dont les enseignements présentent un intérêt particulier pour la compréhension et l’analyse des forces qui déterminent l’émergence des marchés dans ces économies. notamment la téléphonie ? Et vers quelle structure ce secteur tend-il à évoluer ? À cet ensemble de préoccupations nous formulons une hypothèse centrale. De ce fait les efforts individuels d’identification du partenaire commercial fiable (ou digne de confiance) élève sensiblement les coûts de recherche et d’arbitrage. © De Boeck Supérieur . © De Boeck Supérieur diffusion et l’adoption des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) sont à leur stade d’émergence mais en pleine expansion.02/11/2012 13h38. parentales et même ethniques) et les relations commerciales de long-terme constituent les moyens servant à minimiser les coûts de transaction. les externalités de réseau jouent énormément dans la rivalité concurrentielle et l’émergence des marchés dans ces pays.217. les réseaux de relations (amicales. dont le Congo. le marché et l’organisation hiérarchisée). l’étude tentera de répondre aux interrogations suivantes : quels sont les déterminants du processus concurrentiel qui se développe dans l’industrie des télécommunications au Congo. le cadre institutionnel légal offre peu de protection contre les risques contractuels.02/11/2012 13h38..168 . celle construite autour de l’idée forte que ce sont la nature de la réglementation en vigueur et les caractéristiques technico-économiques inhérentes au secteur des télé- Document téléchargé depuis www. à la lumière de l’ensemble des développements précédents.113.. Fafchamps souligne que le marché apparaît en Afrique comme la forme dominante des mécanismes d’allocation des ressources à côté de l’économie du don du fait de la relative absence de larges hiérarchies.. Ainsi. Et dans le cadre de cette étude. Son analyse des fonctions du marché et l’observation de la variété de coûts de transaction révèle qu’en Afrique.cairn.info . Ainsi la solidarité entre parents. mais aussi par une propension élevée à l’opportunisme.168 . dans sa typologie des voies organisant l’allocation des ressources dans une économie (le don.. Dans un tel contexte de marché caractérisé par des coûts de recherche et de vérification élevés.67.

Ce qui permet de le ranger parmi les facteurs explicatifs des performances des firmes et des structures de marché. ANALYSE DE L’ENVIRONNEMENT CONCURRENTIEL La dynamique d’un marché ne saurait être comprise dans sa plénitude sans une prise en compte des conditions environnementales qui le caractérisent.cairn. Un aperçu de l’état du marché de la téléphonie au Congo avant son ouverture à la concurrence L’évolution actuelle du marché de la téléphonie au Congo et l’ensemble des phénomènes qui s’y produisent tant du côté de l’offre que de la demande ne peuvent aisément se comprendre Document téléchargé depuis www.168 . © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.217. Aussi avons-nous placé l’intérêt de cette section dans le souci d’une meilleure compréhension des phénomènes économiques qui sont au centre de cette étude.02/11/2012 13h38. Cette approche qui a conduit à quelques difficultés liées au secret de l’information auquel sont attachés notamment les opérateurs privés.communications qui constituent les ressorts essentiels de la dynamique du marché de la téléphonie au Congo.168 .cairn.. © De Boeck Supérieur 221 . nous identifierons les principaux déterminants du processus concurrentiel sur ce marché et présenterons les perspectives d’évolution de la structure de ce marché dans la deuxième section. Et à la lumière de la grille de lecture dressée dans la première section.. n’a pas permis d’apprécier la situation de chaque opérateur en matière d’investissement et de résultats financiers.info . La raison à cela est que. Afin de répondre aux préoccupations de cette étude. l’environnement économique constitue une source importante d’inspiration stratégique.info .67. Ce problème n’a cependant pas ruiné la pertinence de l’analyse car la connaissance de l’évolution des parcs d’abonnés et celle de l’étendue des réseaux sur laquelle nous nous appuierons sont autant d’indicateurs pertinents pour traduire les forces en présence et appréhender le poids des participants au marché. tant pour les firmes déjà en place que pour les entrants potentiels.217.113.. l’article est structuré en deux sections.. La démarche adoptée dans ce travail est fondée sur la recherche et l’exploitation documentaire.02/11/2012 13h38.113.67. La première section analyse l’environnement concurrentiel dans lequel évoluent les différentes entreprises exploitant les réseaux téléphoniques.

l’ONPT a toujours souffert de l’insuffisance de lignes possibles. rendant les possibilités de communication des villes moyennes très limités. il ressort que l’offre de services téléphoniques n’a pas suivi une demande croissante (avec des pics en 1988 et 1993 et une relative constance les autres années).43 Pour cette période où des données sont disponibles. juin 1999 1993 4945 2543 1994 3376 2826 Document téléchargé depuis www. Les infrastructures de l’ONPT ne pouvant rendre cette offre disponible sur tout le territoire national et plus particulièrement dans les zones dites enclavées. PoiteNoire. Nkayi.02/11/2012 13h38.cairn..113. tel qu’indiqué dans l’introduction.93 satisfaction Source : Statistiques Télécoms.info . 222 . Ainsi.217.. Ainsi l’offre de services téléphoniques. l’ONPT n’a pas échappé aux difficultés financières et inefficacités qui ont caractérisé ces entreprises.99 49. l’offre de services téléphoniques ne concernait en fin de compte que les principales villes du pays (Brazzaville.sans se référer à la situation qui a prévalu avant sa libéralisation. Owando) et les principales gares du Chemin de Fer Congo Océan (CFCO) pour le besoin de régulation de la circulation des trains. Tsassa et T. s’est avérée assez limitée par rapport à la demande qui s’adressait à elle.94 30. non pas seulement à cause de l’absence 1 Devenu Société des Télécommunications du Congo (SOTELCO) depuis mai 2003 suite à une séparation des services de la poste et des télécommunications. on peut comprendre que de nombreuses zones du Congo sont restées enclavées.72 78.. En effet. Kimpolo (2002).cairn.02/11/2012 13h38.90 73. © De Boeck Supérieur 51.168 . l’ONPT1. l’offre de services téléphoniques relevait avant 1997 du monopole d’une entreprise publique.27 55.168 . comme on peut le lire dans le tableau suivant.info . Rapport de gestion. Comme la quasi totalité des entreprises qui faisaient autrefois partie du portefeuille de l’Etat. Tableau 1 Niveau de satisfaction de la demande de lignes téléphoniques au Congo de 1986 à 1994 Document téléchargé depuis www. qui n’était fournie pourtant que dans quelques localités.14 64. Ouesso.43 79. Si déjà au niveau des localités où les infrastructures de l’ONPT étaient présentes..67. © De Boeck Supérieur Années 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 Demandes 2602 2717 9616 3352 3328 3169 3118 adressées Demandes 675 842 4798 2456 1835 2051 2461 satisfaites Taux de 25. l’offre ne pouvait satisfaire la demande qui s’exprimait. comme le soulignent C. Dolisie.67.217.113.

.50% 99.00% 87.02% 53.info . justifiant la disponibilité de 100%.06% 56.113. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.88% NC 7.50% 56.Etranger 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 98.10% 63.168 .168 . Cette qualité qui s’est davantage détériorée en 1990 pour les liaisons hertziennes semble correspondre avec la crise économique et financière que le pays a connue depuis le milieu des années 1980.6% 80. Par ailleurs.86% 99. car elles ont eu pour effet d’aggraver la dégradation du réseau physique de l’ONPT.36% 100% 100% 100% 100% 100% Source : Rapport de gestion ONPT et statistiques télécoms 1999 NC : non calculé La lecture des données de ce tableau montre que la qualité des liaisons que l’ONPT proposait à sa clientèle n’était pas toujours satisfaisante du fait de la vétusté des installations.02/11/2012 13h38.00% 76.67.70% 82% 99.02/11/2012 13h38.info . Tableau 2 Disponibilité des liaisons dans le réseau ONPT de 1986 à 1994 Années Hertziennes BrazzavillePointe Noire Hertziennes Brazzaville .67. © De Boeck Supérieur .20% 68.00% 0 95..00% 35.. Les guerres récurrentes que le Congo a connues ont davantage déstructuré ce marché.00% 64. mais dans ce cas.66% 62.217..cairn. La restriction de l’offre n’était pas le seul fait qui caractérisait ce marché.00% 82.70% 21.70% 99.10% 77. C’est ainsi qu’en 1994 aucune liaison téléphonique ne pouvait se faire 223 Document téléchargé depuis www. L’installation d’une station terrienne en 1990 à Moungouni (dans les faubourgs de Brazzaville) a rendu plus fluide les liaisons téléphoniques entre Brazzaville et l’étranger.Ouesso Câble coaxial BrazzavillePointe Noire Liaison spatiale Brazzaville .00% 22. à cause du manque d’infrastructures de télécommunications.cairn.des infrastructures routières. surtout lorsqu’il s’agissait de joindre un correspondant à l’intérieur du pays. il faut noter que les conditions de l’offre sur ce marché étaient telles que l’obtention d’une ligne téléphonique était assujettie non seulement à des frais d’abonnement assez élevés (83 000 F cfa) mais surtout à un délai d’attente relativement long (correspondant à l’étude du dossier).217.06% 34. car la disponibilité des liaisons entre abonnés constituait aussi un fait marquant des services de télécommunication au Congo.00% NC 80% 10.00% 39.00% 7.113. pouvant durer jusqu’à une année.

217...113. qui consacre l’ouverture du secteur des télécommunications à la concurrence. La destruction des équipements à Brazzaville (Centrale de Ouenzé) et dans les environs (station terrienne de télécommunication par satellite de Moungouni) a ramené les capacités à 3 000 lignes à Brazzaville tout en limitant les possibilités de communication internationale. par une demande potentielle importante dont on peut prétendre fortement encline à s’adresser à des offres alternatives face aux inefficacités inhérentes à l’entreprise publique ONPT.cairn. L’ensemble des éléments qui viennent d’être présentés. Dans le cadre des préoccupations de cette étude. la loi congolaise de réglementation des télécommunications a été élaborée et votée sur la base de données économiques congolaises. marque le début d’un processus déréglementaire c’est-à-dire la mise en place d’une réglementation nouvelle1 qui définit les modalités d’exercice de la concurrence dans ce secteur.cairn.113.168 . Du côté de la demande.. on peut retenir que le marché des services téléphoniques a été marqué au Congo. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. modifiée d’ailleurs par la directive 96/19/CE faisant obligation aux Etats membres de lever les droits spéciaux ou exclusifs sur les services et infrastructures de télécommunication.info .168 . En effet. 224 Document téléchargé depuis www. l’insatisfaction d’une demande croissante et l’enclavement des zones entières. l’analyse de ce cadre réglementaire permet de mieux saisir les enjeux qu’il représente en mettant en évidence les aspects économiques qui ont une incidence sur le processus concurrentiel. © De Boeck Supérieur .217. Les initiateurs de cette loi s’étaient appuyés notamment sur les directives 1 La loi n°14-97 du 26 mai 1997 définit la réglementation comme la fonction essentielle qui consiste à veiller au bon fonctionnement et au développement de l’ensemble du secteur des télécommunications dans le cadre institutionnel décrit dans ladite loi.67. il semble nécessaire de rappeler ici le contexte dans lequel était intervenu le vote de cette loi. à savoir la restriction de l’offre. Le cadre réglementaire en vigueur depuis l’ouverture du marché La loi n°14-97 du 26 mai 1997.entre Brazzaville et Pointe-Noire à partir du câble coaxial qui reliait ces deux localités. relative à la concurrence dans les marchés des services de télécommunication.. Mais avant d’aborder l’analyse proprement dite. avant son ouverture à la concurrence.02/11/2012 13h38.67. mais surtout européennes et mondiales du début des années 19902.02/11/2012 13h38. 2 Il s’agit notamment de la directive européenne 90/388/CEE de la Commission du 28 juin 1990. laissent entrevoir que ce marché présente un réel potentiel de croissance qui peut justifier la ruée vers le mobile.info .

Eu égard à l’article 1 de cette loi.1 Il faut noter aussi qu’à cette époque. à ses principaux concurrents. l’ouverture du marché des télécommunications a souvent été guidée par deux principes : d’une part l’exploitation concurrentielle du segment de marché des services à valeur ajoutée et d’autre part la gestion des infrastructures de base qui relève des monopoles privés ou publics.02/11/2012 13h38.info . de signaux. de sons ou de renseignements de toute nature par fil. la Direction Générale de l’Admi- Document téléchargé depuis www. qui à première vue aliène le principe même d’une concurrence libre et équilibrée.67. L’ouverture du marché congolais de télécommunication à la concurrence ne concerne donc que les services à valeur ajoutée. téléphonie mobile.cairn.32 du code de postes et télécommunications définit la notion de télécommunication comme toute transmission.67. réside dans sa capacité de commercialiser. l’impact de prestation des services de télécommunication par internet n’avait absolument pas été perçu par les autorités politiques congolaises et européennes au moment de la discussion du projet de loi.113. Dans la réalité congolaise. © De Boeck Supérieur européennes qui étaient encore sur projet à l’époque et qui devaient être soumises au vote du conseil et du parlement européen. transmission des données et services de câblodistribution).02/11/2012 13h38. © De Boeck Supérieur . d’images.. 2 L’article L.113. 225 Document téléchargé depuis www. le monopole de la fourniture des services de base à l’ONPT (SOTELCO). Ce qui présageait des ouvertures partielles du marché en opérant une distinction entre services et infrastructures.info . radioélectricité ou autres systèmes électromagnétiques. en son article 1. en tant que processus de rivalité.. d’écrits. la loi de réglementation de 1997 pose le principe selon lequel les activités de télécommunications s’exercent librement. la réglementation congolaise entend promouvoir le développement de la concurrence avec la création d’un organe de régulation.217.168 . C’était aussi l’époque du cloisonnement des différents marchés des télécommunications (téléphonie filaire. émission ou réception des signes.168 .. optique. la force potentielle de l’ONPT dans le processus concurrentiel.217. en l’occurrence la téléphonie mobile dont une gamme de services indispensables sont fournis par l’ONPT propriétaire des infrastructures essentielles qui jouent un rôle structurant dans les télécommunications2. l’accès aux infrastructures de base encore sous monopole. Une des particularités de ces directives est qu’elles intervenaient dans un contexte de marché mondial des télécommunications dominé par la téléphonie filaire1. En effet. dans le respect des autorisations et déclaration tout en octroyant. distinction qui sous-tend encore aujourd’hui la réflexion réglementaire en Europe et aux Etas-Unis.cairn.. Parallèlement à cette disposition de la loi de réglementation.

168 . et dont l’accès est indispensable à ses concurrents pour exercer leur activité sur le marché concerné. 2 Il faut noter que ni un décret.En France.. © De Boeck Supérieur .cairn. disposition contraire à la théorie des facilités essentielles qui considère que l’entreprise dominante doit faciliter l’accès effectif de ces installations et accorder un tel accès à des conditions non discriminatoires par rapport à celle qu’elle se réserve à elle-même.. On peut poursuivre l’analyse des textes régissant les télécommunications au Congo et noter par ailleurs que ceux-ci ont entre autres caractéristiques. Arrêté n°1060 du 15 octobre 1999). ni moins encore la loi elle-même (loi du 26 mars 1997) ne précise quel doit être l’organe chargé de gérer matériellement le « plan national de numérotation ». 1 226 Document téléchargé depuis www.02/11/2012 13h38.67.113.168 . par le biais de la DGACPT (décret n°98-86 du 25 février 1998). l’ONPT et la DGACPT sont tous les deux sous la tutelle du ministère des postes et télécommunications. l’ONPT vue sa connaissance du secteur.113. bien ou service) qui ne peut être dupliqué à un coût raisonnable.217.. Ainsi. concerne les situations où une entreprise en position dominante exploite ou contrôle une installation (infrastructure. © De Boeck Supérieur nistration Centrale des Postes et Télécommunications (DGACPT). Mais il a été quand même décidé que cette tâche administrative soit confiée à l’opérateur historique. l’organisation de la DGACPT est telle qu’il n’y a pas séparation entre l’organe de régulation et l’opérateur public (ONPT). plaçant cette dernière dans la position de juge et partie. 3 La théorie des facilités essentielles (Essential facility doctrine) formalisée vers le milieu des années 1970.. lorsqu’on confronte le contrôle monopolistique des infrastructures de base par l’ONPT et sa présence dans les activités en aval à Document téléchargé depuis www. ni un arrêté. l’exercice par l’ONPT d’un monopole sur les communications internationales et sa position stratégique que cela lui confère dans la gestion et le contrôle de l’interconnexion des réseaux conditionnent l’usage de la « facilité essentielle »3 par les opérateurs alternatifs au paiement de sommes importantes en redevances et frais d’interconnexion (cf.217. le contrôle de la gestion des ressources rares du secteur (fréquences et plan de numérotation)2 par l’opérateur historique.cairn.67.info . De même. ce qui implique que sur le marché congolais des télécommunications. distordant ainsi les conditions de la concurrence dès lors que la réglementation ne garantit pas la séparation des fonctions de réglementation et d’exploitation des organisations de télécommunication. l’autorité de régulation des télécommunications (ART) n’est associée au ministère en charge des télécommunications que par voie consultative. Mais comparativement à l’Union Européenne et la France notamment1.02/11/2012 13h38. En effet.info . ce qui le place davantage dans une position dominante face aux opérateurs alternatifs. l’opérateur historique est assimilé à l’organe de régulation.

face à la concurrence. du fait de la marginalité qui caractérise la téléphonie par Internet dans le référentiel sur lequel l’étude se focalise. il est aisé de retenir que la loi n°14-97 du 26 mai 1997..67. b) celle-ci n’a pas fait l’objet de duplication .. d) du fait de la libéralisation du secteur. deux technologies se partagent le marché. En particulier.. l’ONPT. Tye.info . B.113. En tenant compte de ce que l’ONPT est une administration publique. et du système GSM exploité conjointement par Celtel-Congo depuis fin 1999 et LibertisTélécom. Cet argument qui sous-tend l’abus de position dominante est d’autant justifié dès lors que : a) le contrôle monopolistique de la ressource par l’ONPT est effectif . l’ONPT serait enclin à surfacturer le service rendu par la « facilité essentielle » à ses concurrents. l’idée intuitive qui émerge est que.info . le plus ancien. 1987. W. Competitive acces: a comparative industry approach to the essential facility doctrine. in Energy low Journal. c) son accès est biaisé par des conditionnalités financières et enfin. qui définit les conditions d’exercice de la concurrence sur ce marché et les textes y afférant. opérateur du réseau Cyrtel. est du domaine exclusif de l’opérateur historique. AFRIPA. 2 Nous avons choisi de faire abstraction de la téléphonie par Internet et de la présence d’un cinquième opérateur.113.168 . placent l’opérateur historique dans une position telle que les conditions de concurrence dans ce secteur se trouvent entachées d’éléments de monopole en sa faveur.217.217.67. gérant le réseau d’infrastructure.. Le réseau filaire. © De Boeck Supérieur .l’« essential facility doctrine »1.168 . © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. quelques semaines après le déploiement du réseau Cf. il apparaît que son ministère de tutelle et son organe de régulation (DGACPT) restent juges et parties. développant des services finals.02/11/2012 13h38. 1 227 Document téléchargé depuis www. Les développements qui précèdent sont riches d’enseignements pour la compréhension de la nature de la concurrence qui prévaut dans ce secteur.cairn. et réglementant ses nouveaux concurrents.02/11/2012 13h38. Dans la téléphonie mobile. Il s’agit du système à la norme D-AMPS dont l’autorisation d’exploitation avait été octroyée dès 1997 à Cyrus.cairn. Les caractéristiques de l’offre et de la demande après l’ouverture du marché a) L’offre de service téléphonique Depuis l’ouverture du marché. l’offre de service téléphonique est assurée par quatre opérateurs2 exploitant en tout trois systèmes différents regroupés en deux types de réseaux : le réseau filaire et les réseaux mobiles. l’ONPT ne saurait toujours justifier les restrictions d’accès au réseau public à ses concurrents.

laissant penser ainsi que l’ONPT et les trois opérateurs mobiles sont en fait en concurrence indirecte. Le tableau suivant donne une vue d’ensemble des différents services offerts par les quatre opérateurs.info ..cairn. les quatre opérateurs.. © De Boeck Supérieur Un certain nombre de remarques émergent de l’analyse de l’offre de services des quatre opérateurs : – La première est que du fait de l’interconnexion des réseaux instituée par le décret n°99-187 du 29 octobre 1999.02/11/2012 13h38. Tableau 3 Type de services offerts par les différents opérateurs Opérateur Type de Services offerts ONPT (SOTELCO) -Appels téléphoniques -Fax -Connection Internet Cyrus -Appels téléphoniques -Roaming national Celtel-Congo -Appels téléphopniques -Roaming national et international -Messagerie (SMS) -Wape (Internet) -Connection internet LibertisTélécom -Appels téléphopniques -Roaming national -Messagerie (SMS) 228 Document téléchargé depuis www. comprenant d’une part le téléphone fixe exploité sous une forme monopolistique et d’autre part la téléphonie cellulaire exploitée en concurrence directe par les trois opérateurs mobiles. L’analyse plus fine de ce type de complémentarité.217.67. Du fait aussi des disparités qui apparaissent au niveau des services offerts par les trois opérateurs du mobile. Cette complémentarité qui est essentiellement d’ordre technique se manifeste par la fonction de relais que chaque opérateur peut assurer pour les autres en permettant à deux abonnés de réseaux différents de pouvoir communiquer.. fondée sur l’existence d’une taxe à l’interconnexion.info . notamment chez Celtel et Libertis). montre en fin de compte que dans ce secteur toute communication nécessitant un relais a des incidences pécuniaires sur l’ensemble des opérateurs impliqués.113. – La troisième remarque qui relève de la différence des technologies utilisées dans la téléphonie mobile révèle plutôt l’incompatibilité qui caractérise les système D-AMPS et GSM Document téléchargé depuis www. – La deuxième est que ce marché est segmenté.168 .. © De Boeck Supérieur .168 . bien qu’étant en concurrence.217.Celtel.cairn.113.02/11/2012 13h38. sont complémentaires dans les appels téléphoniques (celtel et libertis le sont en plus dans le service de messagerie). l’élément commun à travers lequel la concurrence s’exprime plus intensément se situe au niveau des tarifs d’abonnement et des communications téléphoniques (autour desquels tournent l’essentiel des campagnes de publicité et de promotion.67.

229 Document téléchargé depuis www. Filiale de la société française Nexus Origine du 100% Etat 100% capital congolais Nexus∗ Source : Unité des Grandes Entreprises (UGE) Note∗: Depuis 2003.217.cairn. en dehors de l’ONPT qui est une entreprise publique (et Cyrus qui est devenu depuis la propriété d’un national). © De Boeck Supérieur S.113. Cette deuxième remarque nous suggère que la fragmentation du segment de la téléphonie cellulaire accroît les coûts de changement (schitching cost) des consommateurs. en d’autres termes leur aversion à supporter les coûts liés au changement.67.info .. Tableau 4 Structure du capital des quatre opérateurs de téléphonie Opérateur Nature de l’entreprise ONPT (SOTELCO) Publique Cyrus Document téléchargé depuis www.. Cette participation étrangère a introduit d’importantes innovations dont l’impact dans le secteur est tout à fait perceptible au niveau des stratégies de l’offre et de conquête de la demande.67.dans la mesure où le passage d’un système à l’autre nécessite pour le consommateur l’achat d’un nouveau téléphone. Ainsi il ressort de cet aperçu que les conditions de base de l’offre dans ce segment de marché sont générateurs de phénomènes de « verrouillage »1 dont l’impact sur la mobilité des consommateurs peut justifier le rythme de croissance d’un réseau et la position concurrentielle d’un opérateur (C.168 . – La dernière remarque porte sur la structure du capital des quatre opérateurs téléphoniques.A S.cairn.02/11/2012 13h38. par le fait que le passage de Cyrus à Celtel ou Libertis et vice-versa exige davantage de dépenses nécessaires à l’acquisition d’un nouvel appareil.. En particulier l’arrivée des opérateurs étrangers est marquée par l’introduction sans arrêt sur le marché de la téléphonie de 1 Le phénomène de verrouillage ou de lock-in traduit ici le coût pour un consommateur de passer d’un opérateur à un autre.168 .A Filiale du Filiale du groupe groupe hollandais égyptien Celtel ORASCOM 100% Celtel 100% ORASCOM .113.info . Shapiro et H. coûts de changement justifiés ici par. bien qu’il est possible pour deux interlocuteurs qui utilisent des systèmes différents de pouvoir communiquer grâce à l’interconnexion.A. © De Boeck Supérieur En effet.217. les trois opérateurs du mobiles sont le fait des investissements directs étrangers dont le capital est à 100% étranger. 1999).02/11/2012 13h38. d’une part la « non portabilité du numéro de téléphone » et d’autre part. la société a été rachetée par un congolais qui détient la totalité du capital.. Celtel-Congo LibertisTélécom S. Varian.

Tableau 5 Illustration de l’atonie du marché de la téléphonie de l’ONPT Années Nombre d’abonnés Nombre d’abonnés/ 100 habitants Document téléchargé depuis www. limitant l’ONPT aux localités où ses installations sont encore viables. C’est un marché ancien parce qu’il existe depuis la création de l’ONPT (loi n°9-64 du 25 juin 1964). celle d’être à la fois ancien et nouveau.02/11/2012 13h38.84 1993 19177 0.cairn. Les ventes promotionnelles et la différentiation dont la publicité constitue le principal canal sont aussi des innovations apportées par la participation étrangère dans les stratégies de conquête de la demande.47 0.info .113..67. conférant aux opérateurs mobiles le pouvoir de conquérir les localités inaccessibles au 230 Document téléchargé depuis www.44 0.113. pour les opérateurs.02/11/2012 13h38. un partage de fait..nouvelles offres de services visant.217.46 2004 d’abonnés/ 100 habitants Source : ONPT.35 0. © De Boeck Supérieur 1992 18114 0. Bureau affaires commerciales des Télécoms (BACT) Ce marché se présente aussi comme une nouveauté avec l’arrivée de la téléphonie mobile qui a fait du téléphone l’affaire de « tout le monde ».168 .47 Nombre 10986 10457 14006 14095 15000 d’abonnés Nombre 0. un produit de masse car il concerne désormais dix fois plus de monde. le téléphone ne concernait que les localités accessibles au réseau de l’ONPT et les ménages pouvant justifier d’un logement et d’un revenu.84 1996 20362 0.39 Années 1998 1999 2000 2001 2002 2003 15232 0.86 1994 20553 0. mais ne concernait qu’une infime partie de la population comme le montre le tableau suivant qui retrace la situation du passé récent.77 1997 9873 0.info ...217.89 1995 21410 0. Si avant l’ouverture de ce marché à la concurrence.cairn. à exploiter les opportunités non encore exploitées. © De Boeck Supérieur . la période post libéralisation est marquée au Congo par un remodelage de ce marché.168 . b) Les caractéristiques de la demande du marché Le marché de la téléphonie au Congo présente une ambivalence.67.

C’est d’ailleurs avec l’explosion de la demande de services téléphoniques qu’une étude commerciale de ce marché a été réalisée et dont nous analysons les résultats pour indiquer les traits caractéristiques de cette demande. Recherches commerciales sur le marché des télécommunications au Congo.168 . Nelson.168 .113. cette étude démontre que c’est à travers la publicité et les amis et parents que les consommateurs prennent connaissance de l’existence des sociétés de téléphone auxquelles ils sont abonnés (sur un échantillon de 1052 personnes interrogées. 66% d’interrogés répondent qu’ils changeront de réseau et Document téléchargé depuis www. 2000. Ensuite.113. l’idée qui émerge de ce résultat est que le poids des réseaux familiaux et amicaux dans la relation marchande entre consommateur et opérateur de réseau téléphonique a des effets amplificateurs sur les externalités que ces réseaux génèrent.02/11/2012 13h38.67. 231 Document téléchargé depuis www.. Makosso. 2 Ceci est d’autant vrai pour ce marché dans la mesure où le téléphone s’apparente à ce que P.02/11/2012 13h38.217. 1974) et donc agit dans le processus concurrentiel en affectant les opportunités d’achat des consommateurs (B. les externalités de réseau auraient des effets beaucoup plus significatifs sur la concurrence. Ce qui laisserait croire que dans un tel contexte. Brazzaville.1 OVTSF-Conseil.cairn. à savoir la spécificité du comportement des participants au marché dans les pays d’Afrique subsaharienne.info . le deuxième enseignement qui nous intéresse dans cette étude est que lorsqu’on interroge les abonnés aux différents réseaux pour savoir ce qu’ils feraient si un réseau autre que celui auquel ils sont abonnés leur assurait un service téléphonique de meilleure qualité et leur offrait des meilleurs tarifs. L’enquête réalisée par le cabinet OVTSF-Conseil1 nous intéresse particulièrement à trois niveaux.info . Tout d’abord.. 1995).217... © De Boeck Supérieur . si on adopte les hypothèses selon lesquelles la publicité est essentiellement informative (P. A la lumière de ce que nous évoquions en introduction. il apparaît que dans une société devenue de plus en plus publiphile. les 58% de consommateurs ayant utilisé le canal des conseils d’amis et parents constituent la preuve de ce que la solidarité entre parents et amis représente effectivement une forme d’assurance sociale et donc un mécanisme important d’allocation de ressources2. 48% répondent avoir connu la société par la publicité et 52% par les amis et parents). Ce résultat est fondamental car. © De Boeck Supérieur réseau de l’ONPT et les usagers (même urbains) qui ne pouvaient s’abonner à L’ONPT.cairn.67. Nelson (1974) appelle « bien d’expérience » dont la connaissance n’est possible qu’après avoir fait l’objet d’expérimentation.

décrivant l’intervalle [0. nous développons un modèle microéconomique simple dû à N.. différenciés entre eux par la valeur d’un paramètre réel ϑ.168 . infra). La lecture que nous faisons de ces résultats est que la demande sur ce marché est assez sensible aux coûts de changement car non seulement 34% pensent qu’ils ne changeront pas de réseau. même si elle peut être liée à un effet de mode. Pour ce faire. La prévision de la demande de télécommunications. Curien et M. 82% ne sont prêts à opérer la substitution que si la mobilité s’effectue entre Celtel et Libertis. notamment le prix d’entrée du réseau car l’analyse des motivations d’achat montre que ce sont l’accessibilité à l’abonnement et le coût de l’abonnement qui guident les choix de la clientèle.02/11/2012 13h38. © De Boeck Supérieur . Enfin l’étude révèle que la demande sur ce marché est très sensible au prix.217. donc un changement qui implique un coût moindre que celui qu’impliquerait un autre choix. deux réseaux exploitant la même technologie GSM. LE PROCESSUS CONCURRENTIEL ET SES DÉTERMINANTS Le modèle de base L’analyse que nous entreprenons dans cette section procède de l’articulation entre les principaux déterminants du processus concurrentiel dans ce secteur et la manière dont ceux-ci affectent les positions concurrentielles des différents opérateurs. Supposons la pos1 N.168 . 232 Document téléchargé depuis www.34% des personnes interrogées répondent qu’ils ne changeront pas de réseau. Ainsi les caractéristiques de l’offre de service téléphonique sur le marché congolais et celles de la demande constituent autant de facteurs qui aident à comprendre la dynamique concurrentielle dans ce secteur. Gensollen1 dans lequel il est possible d’examiner notamment l’impact de l’effet de club dans la croissance des réseaux et donc dans le processus concurrentiel.cairn. 1].cairn..113. éd. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www. Ce qui explique d’une part l’explosion de la demande de téléphone portable.67. 1989.. Curien et M. Paris. mais que sur les 66% de personnes susceptibles de changer de réseau.217.02/11/2012 13h38.info .113.info . Gensollen. Considérons à cet effet une population d’individus distincts potentiellement demandeur de raccordement à un quelconque réseau téléphonique. Eyrolles..67. Méthodes et Modèle. et d’autre part la faible demande de téléphone fixe et celle qui s’adresse à Cyrus (cf.

© De Boeck Supérieur sibilité d’évaluer l’utilité de chaque individu ϑ en terme monétaire à travers l’expression : U (y. La variable t.info . une fonction croissante de t telle que w(0.113.cairn. δ. ϑ). La lecture fine des relations [1] et [2] permet de mettre en évidence deux éléments qui déterminent le processus concurrentiel sur un marché de télécommunication. et où δ = 1 (ou 0) est la décision binaire de se raccorder (ou non) à un réseau téléphonique dont le taux de pénétration est t qui s’interprète comme la taille du réseau. En d’autres termes.cairn.233 Document téléchargé depuis www. dans laquelle y est le budget consacré à la consommation générale (hors abonnement téléphonique) sur une certaine période de référence. la décision de s’abonner à un réseau sera prise si : E < w(t. ϑ) et celle qui correspond à la décision contraire (δ = 0.. et donc influence l’utilité de chaque individu ϑ. est interprété comme la disposition à payer de l’individu ϑ pour accéder à un réseau de taille t. et ensuite le coût de l’abonnement que nous interprétons ici par la rapidité de se raccorder au réseau et bien évidemment le coût monétaire de l’opération. Tout d’abord les externalités de réseau que génère t . est une externalité.168 .217. le coût d’abonnement à un réseau quelconque. tout individu de caractéristique ϑ et de revenu r est donc soumis à un arbitrage entre l’utilité qu’il retire de la décision de s’abonner (δ = 1.info . qui est considérée ici comme déterminante du point de vue de la décision d’un individu de s’abonner à un réseau téléphonique.168 . Document téléchargé depuis www. ϑ) [2]. © De Boeck Supérieur . La validité de cette relation tient au fait que pour tout individu ϑ l’incitation économique à adhérer à un réseau est fondée sur la croyance que le coût d’adhésion sera compensé par la valeur du réseau. soit U0 = r. ϑ) [1].217.02/11/2012 13h38. ϑ) = y + δw (t.. soit U1 = r-E+w(t. ou encore la taille du « club des adhérents ».67. y = r). w(t.. ϑ) = 0. t.67. Il vient tout naturellement que la décision de souscrire un abonnement à un réseau téléphonique sera prise si U1>U0.113. La relation [1] est fondamentale pour l’analyse du processus concurrentiel car elle montre que les agents économiques ne consentiront une dépense de consommation supplémentaire relative à un abonnement téléphonique (à un des opérateurs en concurrence) que s’ils perçoivent un bénéfice à cela à travers la valeur de t. y = r-E).. Si on désigne par E.02/11/2012 13h38.

© De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.168 .. Tableau 6 Evolution des différents tarifs d’abonnement de 1995 à 2003 (unité : F cfa) Année ONPT Cyrus Celtel Libertis 1995 83230 1996 83230 1997 83230 50000 1998 83230 50000 1999 83230 50000 25000 2000 83230 50000 25000 35000 puis 25000 2001 83230 50000 10000 15000 puis 10000 2002 83230 50000 10000 10000 2003 83230 50000 10000 10000 Sources : BACT/service commercial de Cyrus/service commercial de Celtel/ service commercial de Libertis.217..02/11/2012 13h38. L’examen des données contenues dan les tableaux 6 et 7 appelle deux remarques. Il apparaît notamment dans le tableau 6 que ce sont Celtel et Libertis qui offrent les meilleures conditions d'entrée dans un réseau téléphonique (ces coûts baissent jusqu’à 5000 F cfa lors des ventes promotionnelles). La première découle des disparités frappantes qui apparaissent dans les coûts d’abonnement aux différents réseaux. dans une première approche.info . En effet. justifie du point de vue du modèle.Application du modèle sur le marché congolais et analyse des positions concurrentielles Sur la base du modèle précédent et des analyses qui en ressortent.113. en observant l’évolution des tarifs d’abonnement aux différents réseaux et l’évolution du nombre d’abonnés de chaque opérateur.. Tableau 7 Evolution des parcs d’abonnés des différents opérateurs Document téléchargé depuis www. © De Boeck Supérieur Année ONPT Cyrus Celtel Libertis 1995 21410 - 1996 20363 - 1997 9873 2016 - 1998 10986 2016 - 1999 10457 2010 - 2000 14006 1650 40000 37000 2001 14095 1403 85000 48000 2002 15000 882 154302 78420 2003 15232 713 217000 100999 Sources : BACT/service commercial de Cyrus/service commercial de Celtel/ service commercial de Libertis. des conclusions intéressantes peuvent être tirées qui corroborent les prédictions du modèle.02/11/2012 13h38. d’une part la faiblesse des parts de marché de l’ONPT et de Cyrus et d’autre part la consistance de celles de Celtel et Libertis dès leur entrée sur le marché (Cyrus n’a enregistré que 2006 abonnés dans sa première année alors que Celtel et Libertis en ont enregistré 234 .217.168 .67.info .cairn.113. ce qui.cairn.67. on peut examiner quelques données disponibles du marché congolais de la téléphonie et affirmer la scientificité de la théorie sous-jacente de ce modèle..

168 . Celtel et Libertis adoptent des stratégies similaires. comparable à celui enregistré par Celtel et Libertis dans leur phase de lancement.67. lorsqu’on compare les tarifs des communications téléphoniques des trois opérateurs de téléphonie cellulaire à partir de 2000. on a pu observé qu’en matière de tarification notamment. par rapport à la théorie chamberlienne. Ce qui confirme le rôle déterminant du coût d’entrée E dans le processus concurrentiel. un partage équilibré du marché entre les deux opérateurs. Cet argument est d’autant convaincant que. Un tel parallélisme comportemental aurait pour conséquence économique.02/11/2012 13h38. Chamberlin (1953).113.168 . selon E... © De Boeck Supérieur En effet. depuis l’arrivée de Libertis sur le marché de la téléphonie. 235 Document téléchargé depuis www.info . la concurrence par les prix des communications téléphoniques semble ne pas jouer un rôle prépondérant à côté des tarifs d’abonnement.cairn. Le contraste qui apparaît dans ce cas. En effet.cairn.217. comparativement à celui de Libertis avec lequel on note pourtant un parallélisme comportemental. Pourtant du côté de Cyrus cela n’a pas suscité un engouement chez les consommateurs.info . H.113. est interprété comme la conséquence à la fois de la position d’arrivée de Celtel sur le marché et de « l’effet de club » que produisent les externalités que génère l’extension du Document téléchargé depuis www. Tableau 8 Evolution comparée des tarifs des communications téléphoniques locales (en F cfa) Cyrus vers Cyrus Cyrus vers autres opérateurs Celtel vers Celtel Celtel vers autre opérateurs Libertis vers Libertis Libertis vers autres opérateurs ONPT vers ONPT et autres 1997 160/mn 450/mn 70/mn 1998 160/mn 450/mn 70/mn 1999 160/mn 450/mn 70/mn 2000 160/mn 450/mn 235/mn 520/mn 120/mn 200/mn 70/mn 2001 160/mn 450/mn 215/mn 215/mn 120/mn 200/mn 100/mn 2002 160/mn 195/mn 215/mn 235/mn 200/mn 230/mn 100/mn Sources : Ministère de l’économie. des finances et du budget (coûts des facteurs de production en République du Congo)..67.respectivement 40 000 et 37 000). La deuxième remarque est quant à elle liée à la progression spectaculaire du parc d’abonnés de Celtel. La raison à cela est que les conditions d’abonnement au réseau Cyrus ne sont pas aussi attrayant que celles proposées par Celtel et Libertis. 2000/Service commercial Cyrus/ Service commercial Celtel/Service commercial Libertis.02/11/2012 13h38. © De Boeck Supérieur ..217. il apparaît que les tarifs les plus bas sont ceux de Cyrus et Libertis. comme on peut l’observer dans le tableau suivant.

Gille. grâce à son activisme dans la publicité. Si à ce stade du raisonnement.info .1 L’abonnement d’un consommateur à deux réseaux différents. les conditions d’abonnement et la taille du réseau paraissent être les déterminants majeurs du processus concurrentiel.113. C’est le phénomène d’auto-croissance de la demande dont bénéficie Celtel qui. de même que les nombreuses affiches promotionnelles qui apparaissent tous les mois témoignent non seulement de l’intensité de la concurrence qui prévaut sur ce marché mais aussi de la volonté pour chaque opérateur d’accroître le nombre de ses abonnés. la fréquence élevée des spots publicitaires à la télévision. Bien que nous ne disposons pas d’informations sur les budgets publicitaires des différents opérateurs en compétition. donne la preuve de ce que pour un opérateur. formant la masse critique. comme on peut le constater. une fois qu’un réseau acquiert l’adhésion d’un nombre suffisant de consommateurs..217.02/11/2012 13h38. 236 Document téléchargé depuis www. En focalisation l’attention sur le marché de la téléphonie mobile où la concurrence entre les trois opérateurs est directe.cairn. © De Boeck Supérieur réseau Celtel. © De Boeck Supérieur .02/11/2012 13h38. il reste tout de même à expliquer l’attitude des consommateurs face aux actions commerciales des concurrents de Celtel. le mécénat et le sponsoring.67. Plus concrètement on peut étayer l’argumentation en avançant qu’en matière de télécommunications. soit en débauchant ceux des concurrents. un accroissement de l’utilité du service téléphonique se produit pour ce réseau et attire de ce fait de nouveaux consommateurs (L. Document téléchargé depuis www..113.. soit en attirant les consommateurs n’ayant pas encore adhéré à un quelconque réseau. a été le premier opérateur à avoir atteint la masse critique (sur le segment de la téléphonie mobile) qui est essentielle pour l’exploitation dynamique des externalités de réseau.info . 1992).cairn. sauf évidemment le cas de Cyrus qui en perd d’années en années.217. gagner un abonné supplémentaire ne signifie pas irrévocablement une perte pour le concurrent même s’il existe des cas non négligeables de renonciation définitive à un réseau. les taux de croissance des parcs d’abonnés des différents opérateurs au cours de ces quatre dernières années laissent plutôt penser que les efforts de vente entrepris sur ce marché permettent généralement de gagner des parts de marché sans forcement réduire celle des concurrents1.67.168 .168 ..

nous voulons particulièrement mettre en évidence la détention par l’opérateur d’un pouvoir à manipuler les paramètres structurels du marché. il nous semble intéressant et aisé d’axer l’analyse sur la position actuelle de l’opérateur historique sur ce marché d’une part. © De Boeck Supérieur L’inertie des consommateurs qui semble apparaître ici dans la substitution entre Celtel et Libertis est interprétée comme la conséquence des coûts de changement qui associent tout changement de réseau à la perte d’une partie de l’utilité que génère les externalités positives qui sont liées au réseau habituel.168 .113.02/11/2012 13h38. En somme.217.Tableau 9 Evolution des taux de croissance des parcs d’abonnés entre 1999 à 2002 Années Cyrus Celtel Libertis 1999 Nbre d’abonnés 2010 Variation (%) 5..cairn.info .3% 81.. L’évolution de la structure du marché Afin de rendre compte de l’évolution de la structure du marché de la téléphonie au Congo. la taille du réseau et les coûts de changement sont des déterminants du processus concurrentiel sur le marché de la téléphonie au Congo.02/11/2012 13h38.9% 2001 Nbre d’abonnés 1403 85000 48000 Variation (%) -14. Nous montrerons dans le paragraphe suivant comment la réglementation permet notamment à l’ONPT de tirer partie de l’ouverture du marché à la concurrence et comment elle peut influer sur l’évolution de la structure du marché. et sur le rythme de croissance des différents réseaux cellulaires en compétition d’autre part.. il ressort de ces analyses que les conditions d’abonnement. entre 1997 (année de l’ouverture du marché à la con237 Document téléchargé depuis www. Lorsque nous évoquons la position de l’ONPT sur ce marché devenu concurrentiel.7% 2002 Nbre d’abonnés 882 154302 78420 Variation (%) -36. Document téléchargé depuis www..5% 63.67.3% Sources : Service commercial Cyrus/Service commercial Celtel/Service commercial Libertis. © De Boeck Supérieur .35% 2000 Nbre d’abonnés 1650 40000 37000 Variation (%) -17. Concrètement cette perte se mesure par les tarifs d’interconnexion (cf.217.67.168 .cairn.info . tableau 8) qu’on est obligé de supporter si l’on veut joindre un interlocuteur appartenant à un réseau différent et les échecs de connexion qui peuvent s’en suivre. notamment à travers l’évolution de ses tarifs téléphoniques et l’évolution de ses résultats financiers qui déterminent sa survie sur ce marché. En effet.5% 29.113.9% 112.

Par ailleurs. relevée dans le premier paragraphe de la première partie). elle est de l’ordre de 15%. on peut théoriquement rendre compte de l’évolution de la structure de ce 238 .8 10986 1999 22723. Dans le segment de la téléphonie mobile.02/11/2012 13h38. si l’ouverture du marché des télécommunications a érodé la part de marché de l’ONPT (il faut ajouter à cela les effets dévastateurs des conflits armés de la décennie 90 et surtout les insuffisances de l’ONPT en matière d’offre.168 .02/11/2012 13h38.0 503.4 351.67.217.5 10475 2000 26162. donc à sa part de marché.2 15833. alors qu’à partir de 1998.1 23040.8 23287.0 20362 1997 15415. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.6 22083. vraisemblablement du fait des frais et taxes payés par les opérateurs alternatifs. l’évolution de son chiffre s’affaires à partir de 1997 ne correspond ni à des efforts de vente.8 21410 1996 25598.8 22326. les résultats financiers et la survie de l’ONPT s’en trouveront améliorés du fait de l’exploitation de rentes rendue possible par la réglementation en vigueur sur ce marché.cairn. tableau 5).. Tableau 10 Evolutions comparées du chiffre d’affaires et du parc d’abonnés de l’ONPT entre 1994 et 2000 Années Chiffre d’affaires (millions de F cfa) Dont : * produits télécom * produits poste Parc d’abonnés 1994 23150.8 9873 1998 16337. comme cela apparaît dans le tableau 7. la variation annuelle moyenne du chiffre d’affaires (produit télécom) est de l’ordre de 2%.currence) et 2001.34 14006 Document téléchargé depuis www.7 908. L’analyse beaucoup plus détaillée des produits du chiffre d’affaires de l’ONPT pour la seule année 2000 révèle d’ailleurs que les redevances et autres frais d’interconnexion payés par les opérateurs alternatifs contribuent à environ 12% de ce chiffre d’affaires.67.113.2 15063. © De Boeck Supérieur Source : Centre de calcul / DPICG.8% depuis janvier 2001 (passant de 70F/mn à 100F cfa/ mn).3 728.info . ONPT Le tableau 10 montre qu’entre 1994 et 1996..9 20553 1995 23769. ceux de l’ONPT ont connu une hausse de 42.1 640.9 823. ni à l’extension de son réseau. Ce qui permet d’avancer qu’au fur et à mesure que les réseaux privés se développeront.11 714.. Alors que les tarifs des communications locales offerts par les opérateurs privés tendent à la baisse (cf. traduisant sa position dominante et la non contestabilité du marché de la téléphonie filaire..113. on peut noter que les tarifs de l’ONPT ont subi une évolution contrastée. c’est-à-dire avant l’ouverture du marché à la concurrence.cairn.217.45 25448.info .168 .

surtout si de nouveaux investissements ne sont pas consentis pour étendre le réseau. la position de leader qu’occupe actuellement Celtel sur ce marché (en terme de part de marché et d’étendue du réseau) traduit le positionnement de cet opérateur dans une trajectoire ascendante. sans oublier son interconnexion avec Celtel-Kinshasa (République Démocratique du Congo) qui lui confère davantage l’envergure de réseau panafricain.02/11/2012 13h38. L’hypothèse de travail est. résultant du développement de « l’effet de club » en « effet d’avalanche » (N.168 .113. plus exactement dans vingt deux localités (contre quatre pour Libertis).217. Libertis semble être confiné dans une position d’équilibre instable qu’on peut interpréter en considérant qu’eu égard à la taille de Celtel.67. le principe de la masse critique a eu chez Libertis des effets en deçà de ceux enregistrés par Celtel. la croissance de l’offre entraîne la demande. tn-1)] [3] Il est aisé de conceptualiser les différents régimes de marché qui correspondent en fait à la situation respective des trois opérateurs mobiles (Cyrus.info . Gensollen..cairn. 1992) qui décrit un mécanisme suivant lequel. Document téléchargé depuis www.217.113. qui en retour est susceptible de conduire à la régression du réseau. ce qui paraît justifier le fait que ce réseau ne s’est guère étendu au delà de Brazzaville et Pointe-Noire qui sont les deux seules localités où il s’était déployé depuis 1997. la taille des différents réseaux obéit à une évolution dynamique telle que la demande dn qui s’adresse à un opérateur à la date n est motivée par l’observation de la taille tn-1 du réseau à la date tn-1.168 .02/11/2012 13h38.info . par rapport à celui enregistré par Celtel. traduisant un faible accroissement de la demande. © De Boeck Supérieur marché en se fondant sur la formalisation précédente. Celtel et Libertis)... telle qu’elle se dégage du modèle et de l’observation des faits. l’excès de demande motive l’offre. Face à ce positionnement. Le mécanisme est tout à fait visible dans notre cas quand on sait qu’en l’espace de deux ans Celtel a étendu son réseau dans la quasi-totalité des centres urbains du Congo.67.cairn. Bien au contraire. Si donc on peut formaliser la demande qui s’adresse à chaque opérateur à la date n par l’expression : dn = G[ϑ(E.239 Document téléchargé depuis www. et ainsi de suite. La dynamique d’un tel réseau est nécessairement décroissante. Curien et M. qu’à un prix d’entrée E donné.. Ainsi la situation de Cyrus qui se caractérise par une évolution dégressive du réseau (avec une part de marché évoluant à la baisse) est le cas typique des réseaux à prix d’entrée élevé et dont l’offre tend à dominer la demande. © De Boeck Supérieur .

De l’autre. et d’autre part le maintien de la position dominante de l’ONPT (actuel SOTELCO) sur ce marché.Les enseignements qui se dégagent de l’analyse du processus concurrentiel dans le secteur des télécommunications au Congo valide le cadre conceptuel et méthodologique dans lequel s’insère la grande majorité des travaux consacrés aux télécommunications. En tenant compte d’une part de la « base installée » dont bénéficie désormais Celtel et d’autre part de la présence sur ce marché d’importants coûts de changement.info . un marché concurrentiel dans lequel la grande disparité des parts de marché traduit la domination d’une entreprise (Celtel) grâce à sa taille et aux économies d’échelles liées à la demande. la réglementation congolaise en matière de télécommunication y participe sous deux influences : d’une part la tendance d’une ouverture plus étendue de ce secteur à la concurrence.113.cairn. une guerre des prix nourrirait l’illusion d’une baisse continuelle de ces prix chez l’opérateur qui en sera l’initiateur (P.168 . © De Boeck Supérieur . 1989).cairn..168 .217. La consistance du raisonnement vient de ce que en situation d’incomplétude d’informations de la part des consommateurs sur les coûts de production des différents opérateurs téléphoniques en compétition.217. Si les externalités de réseau affectent le processus concurrentiel en ayant des effets sur les performances des entreprises et le développement des réseaux téléphoniques. Klemperer.. Il est apparu dans cette étude que les externalités de réseau et la réglementation ont de fortes incidences sur la dynamique du secteur des télécommunications du Congo. il est légitime de prédire que toute nouvelle entrée sur ce marché ne se réaliserait qu’au moyen d’une guerre de prix à la fois sur les conditions d’abonnement et sur les tarifs téléphoniques.info . distordant ainsi le développement d’un processus concurrentiel loyal entre l’ONPT et les opérateurs alternatifs.67..113.67.02/11/2012 13h38.02/11/2012 13h38. Document téléchargé depuis www. D’un côté on a l’opérateur historique qui exploite un segment du marché dans lequel la concurrence est limitée du fait non seulement de sa non-contestabilité. on peut envisager l’évolution de la structure du marché de la téléphonie au Congo comme un processus au cours duquel la réglementation et « l’effet de club » tendent à bipolariser le marché. 240 Document téléchargé depuis www. © De Boeck Supérieur Sur la base de cette analyse. mais aussi de l’existence de services qui génèrent des revenus servant à le subventionner..

(1999). GENSOLLEN M. et Sibley D. eds. (1992). (1992). GILLI L. CURIEN N.. © De Boeck Supérieur . L’Afrique et le Nouvel Ordre Commercial Mondial. SHAPIRO C. Paris. in Curien N.168 . Preliminary draft for presentation at CERNA.217. Bell Journal of Economics and Management science. Le rôle des externalités de réseaux dans les performances des firmes et des régions. (1995). Economica.113. Journal of African Economics. Interconnexion des réseaux. University of California. KLEMPERER P. Economie industrielle et économie spatiale. Recherche commerciale sur le marché des télécommunications au Congo. Economie des Réseaux : variété et complémentarité. La prévision de la demande de télécommunications. (1974). et Torre A. eds. in Rallet A.cairn. NELSON P. Elsevier Publisher.. Telecommunication Policy. NIJKAMP P. et Torre A. (1974). (1995). GENSOLLEN M. (2001).02/11/2012 13h38. Différentiation du produit. AVTSF – Conseil (2000). Princing Access to Incumbent facilities in US Telecommunications. KIMPOLO T. Principles of Economics. ROHLF J. méthodes et modèles.info . (2000). WARIN T. 56. Nice.info . Review of Economic Studies. Université de Nice – Sophia Antipolis.cairn. Economie des télécommunications : ouverture et réglementation. BENTAL B. ed. CURIEN N. Consumption Externalities in Telecommunication services. Advertising as information.02/11/2012 13h38. in de Fontenay M. Telecommunications Demand Modelling. Networks. Economie de l’Information. l’exemple des NTIC. Economie industrielle: une perspective européenne.A. Brazzaville. in Rallet A. A theory of Interdependent Demand for a communication service. Economica. VARIAN H. Paris.168 .217. Rapport Intérimaire présenté à l’atelier 241 Document téléchargé depuis www. eds. Paris. (1995). Vol. Economie Industrielle et Spatiale.. 10. ANTONELLI C... (1989). SHELANSKI H.67. publicité et structures de marché. (1989). Paris. Paris. vol. Erolles. (1989). CAPELLO R. Price wars caused by switching cost. MAKOSSO B. Bruxelles. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.113. (1990). vol.RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANTONELLI C. TSASSA C. MARSHALL A. Londres. (1992).. Thèse de doctorat ès sciences économiques.67.. Paris. september. (1990). communities and markets in sub-saharan Africa: Implications for firm growth and investment. De Boeck. Paris.. 5. Macmillan.. Journal of Political Economy. (2001).. (1920). (2001). vol 81. ENSPTT/ Economica.. (ed). Dunod. Economie et Management des Entreprises de Réseaux. (1995). FAFCHAMPS M. SPIEGEL M. ENSPTT/Economica. MEDAN P. The Diffusion of Information Technology and the Demand for Telecommunications services.

.info .B..168 . Documents officiels Loi n°14-97 du 26 mai 1997 portant réglementation du secteur des télécommunications. Kampala.217. 242 Document téléchargé depuis www.02/11/2012 13h38. frais et redevances en matière d’exploitation des télécommunications. (1987). Arrêté n°1060 du 15 octobre 1999 fixant le barème des droits.168 . Competitive access: a comparative industry approach to the essential facility doctrine.cairn.113.113.cairn.67.Méthodologique organisé par le Consortium pour la recherche Economique en Afrique (CREA) du 13 au 16 2002. Décret n°98-86 du 25 février 1998 portant attribution et organisation de la Direction Générale de l’Administration Centrale des Postes et Télécommunications. Décret n°99-187 du 29 octobre 1999 portant réglementation de l’interconnexion des réseaux de télécommunications.217.02/11/2012 13h38. © De Boeck Supérieur .67.info .. Décret n°98-87 du 25 février 1998 portant attribution et organisation du ministère des postes et télécommunications. in Energy low Journal.. TYE W. © De Boeck Supérieur Document téléchargé depuis www.