10 juin 2013

              Une  grève  du  contrôle  aérien  injustifiée  et  inopportune      
    En  déposant  un  préavis  de  grève  pour  les  journées  du  11  au  13  juin  inclus,  les  syndicats  du  contrôle  aérien  français   vont   au-­‐delà   de   l’appel   à   la   grève   lancé   par   leurs   collègues   européens   pour   la   seule   journée   du   12   juin   et   viennent   porter  un  coup  sévère  au  transport  aérien  français.       La  FNAM,  principale  organisation  professionnelle  du  secteur,  regroupant  tous  les  acteurs  de  la  chaîne  de  transport,   considère  que  les  modalités  de  cette  grève  sont  injustifiées  et  inopportunes.       La  FNAM  veut  rappeler  son  soutien  au  projet  de  réorganisation  du  secteur  de  la  navigation  aérienne,  essentiel  à   l’achèvement   du   Ciel   unique   européen.   Ce   projet,   structurant   pour   l’Europe,   permettra   d’optimiser   les   routes   aériennes  et  de  facto,  la  consommation  de  carburant  et  la  ponctualité  des  vols.  Or,  les  reports  successifs  du  Ciel   unique  européen  pénalisent  les  passagers,  notre  industrie  et  derrière  elle  l’économie  européenne  toute  entière.       La  France  va  une  nouvelle  fois  se  distinguer  et  probablement  être  la  seule  à  voir  ses  contrôleurs  aériens  suivre  ce   mouvement   de   grève   européen  :   72   heures   de   grève   injustifiées,   là   où   les   quelques   pays   européens   concernés   par   cette  grève  connaîtront  des  perturbations  de  24  heures  seulement.  Pourquoi  cette  surenchère  ?     Cette  grève  est  avant  tout  injustifiée  pour  les  millions  de  passagers  et  travailleurs  du  secteur  aérien,  qui  seront  pris   3  jours  en  otage  pour  une  grève  dont  ils  chercheront  longtemps  la  raison.         Cette   grève   est   inopportune   enfin,   au   regard   de   la   situation   des   entreprises   du   transport   aérien   français   et   de   l’effort  considérable  demandé  à  tous  ses  salariés  dans  le  contexte  de  crise  économique  sans  précédent  que  nous   connaissons.       Lionel  Guérin,  Président  de  la  FNAM,  souligne  que   «  le  préjudice  subi  sera  considérable,  pour  les  clients,  pour  les   compagnies  basées  en  France  et  leurs  sous-­‐traitants.  Alors  que  le  transport  aérien  basé  en  France  tente  de  sortir   des  difficultés  et  se  bat  pour  maintenir  l’emploi  et  reconquérir  ses  clients,  c’est  tout  l’emploi  du  secteur  de  l’aviation   marchande  qui  va  se  retrouver  un  peu  plus  fragilisé  ».         A  propos  de  la  FNAM   La   FNAM   est   la   principale   organisation   professionnelle   du   secteur   aérien.   Au   travers   de   8   groupements   professionnels,  elle  représente  plus  de  370  entreprises  et  fédère  9  métiers  :  le  transport  de  passagers  et  l’aviation   d’affaires,   le   taxi   aérien,   le   transport   par   hélicoptères,   le   transport   de   fret,   la   maintenance   aéronautique,   les   services  aéroportuaires,  le  travail  aérien,  les  écoles  de  formation.  80%  de  la  flotte  et  des  activités  du  secteur  sont   représentés  au  sein  de  la  FNAM.  www.fnam.fr     Contacts  presse  FNAM  :  exPRession  -­‐-­‐-­‐  15,  rue  Monsigny  75002  Paris   Tél:  01  58  01  01  30  -­‐-­‐-­‐  Mail  :  fnam.press@expression-­‐rp.com      

28, rue de Châteaudun 75009 PARIS - Tel 01.45.26.23.24 . Fax 01.45.26.95 . E-mail : info@fnam.fr
SIRET394 382 089 00024 - APE 9412z