SITUATION SOCIOÉCONOMIQUE DES MÉNAGES ET IMPACT DE LA CRISE SOCIOPOLITIQUE 2009

DISTRICT AMBOVOMBE - 2012

Cabinet RADSE Mars 2013

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

SOMMAIRE
RÉSUMÉ EXÉCUTIF....................................................................................................................................a PARTIE I : CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE ..................................................................1 1.1 CONTEXTE.........................................................................................................................................1 1.2 OBJECTIFS..........................................................................................................................................2 1.3 MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE.................................................................................................3 1.3.1 Choix des sites........................................................................................................................3 1.3.2. Echantillonnage ......................................................................................................................3 1.3.3. Phase pré-enquête ...................................................................................................................4 1.3.4. Phase de collecte de données..................................................................................................6 1.3.5. Traitement informatique .........................................................................................................6 1.3.6 Analyse des donnÉes ..............................................................................................................6 Partie II : PRESENTATION DES RÉSULTATS ..........................................................................................7 2.1 ECHANTILLON..................................................................................................................................7 2.2 CARACTERISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES .....................................................................7 2.2.1 Population...............................................................................................................................7 2.2.2 Ménage ...................................................................................................................................9 2.2.3 Migration et déplacement .....................................................................................................11 2.2.4 Eau et assainissement ...........................................................................................................19 2.2.5 Education..............................................................................................................................23 2.2.6 Santé .....................................................................................................................................33 2.2.7 Jeunes ...................................................................................................................................42 2.2.8 Chocs et stratégies ................................................................................................................48 2.2.9 Service administratif.............................................................................................................51 2.3 CARACTERISTIQUES SOCIOECONOMIQUES ...........................................................................53 2.3.1 Activités économiques..........................................................................................................53 2.3.2 Revenus et dépenses .............................................................................................................61 2.3.3 Sécurité alimentaire ..............................................................................................................68 2.3.4 Réseau social ........................................................................................................................75 2.4 SÉCURITÉ.........................................................................................................................................77 2.4.1 Perception de la sécurité .......................................................................................................77 2.4.2 Insécurité ..............................................................................................................................78 2.4.3 Impacts d’actes de banditisme ..............................................................................................79 2.4.4 Prévention de la sécurité.......................................................................................................80 2.5 ÉTAT DE DROIT ET VIOLENCES .................................................................................................80 2.5.1 Médias .........................................................................................................................................80 2.5.2 Violences à domicile ...................................................................................................................81 2.6 BESOINS PRIORITAIRES ...............................................................................................................83 2.7 OPPORTUNITES...............................................................................................................................85 CONCLUSION ............................................................................................................................................88 ANNEXE......................................................................................................................................................90 ANNEXE 1: FCS ou Food Consumption Score…………………………………………………………..i ANNEXE 2 : Revue des photos ................................................................................................................ ii ANNEXE 3 : Tableaux globaux.................................................................................................................v Annexe 4 : fiche de denombrement...................................................................................................... xxiv Annexe 5 : questionnaire aupres des menages .......................................................................................xxv

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1: Effectifs des ménages enquêtés, nombre d’individus par ménage et taille du ménage................................. 7 Tableau 2 : Structure de la population selon les groupes d’âge ..................................................................................... 8 Tableau 3: Composition des membres de ménages selon les groupes d’âge.................................................................. 8 Tableau 4 : Taux des chefs de ménage selon l’âge....................................................................................................... 10 Tableau 5: Taux des chefs de ménage selon la taille de ménage et le statut matrimonial ........................................... 10 Tableau 6: Migration selon les caractéristiques sociodémographiques ........................................................................ 12 Tableau 7 : Taux de migration selon les lieux de provenance et les motifs ................................................................ 13 Tableau 8 : Taux des déplacements effectues par les individus âgés de 6 ans et plus au chef lieu de district.............. 14 Tableau 9 : Taux de déplacement des individus selon le sexe, les groupes d’age, le statut matrimonial et le niveau d’instruction ................................................................................................................................................................. 15 Tableau 10: Caractéristiques de déplacements selon le sexe....................................................................................... 16 Tableau 11: Motifs de déplacement ............................................................................................................................. 16 Tableau 12: Caractéristiques des déplacements selon les secteurs d'activités .............................................................. 17 Tableau 13 : Caractéristiques du nombre de déplacements des membres du ménage au cours ................................... 17 Tableau 14: Dépenses en transport pendant les 30 derniers jours avant l’enquête........................................................... 18 Tableau 15 : Dépenses mensuelles en transport (en Ar)............................................................................................... 18 Tableau 16: Sources d’approvisionnement en eau de boisson et de cuisson ................................................................ 19 Tableau 17: Pratique habituelle pour rendre l'eau de boisson plus saine...................................................................... 20 Tableau 18: Problème en matière d'accès a l'eau.......................................................................................................... 21 Tableau 19: Approvisionnement en eau payant............................................................................................................ 21 Tableau 20: Mode de l’utilisation d’une latrine ........................................................................................................... 22 Tableau 21: Utilisation d’une douche........................................................................................................................... 22 Tableau 22: Pratique du lavage des mains avec du savon ............................................................................................ 23 Tableau 23: Raisons du fait de ne pas se laver la main avec du savon......................................................................... 23 Tableau 24 : Age d’entrée à l’école ............................................................................................................................... 24 Tableau 25: Seuil d’instruction .................................................................................................................................... 25 Tableau 26 : Niveau d’instruction du CM .................................................................................................................... 26 Tableau 27: Taux de scolarisation ................................................................................................................................ 27 Tableau 28: Situation de la scolarisation des enfants âgées de 6 a 17 ans.................................................................... 28 Tableau 29 : Scolarisation de la population selon les groupes d’âge et le genre .......................................................... 29 Tableau 30: Perception de la qualité de l'éducation...................................................................................................... 30 Tableau 31 : Incidence de l’absence prolongée ............................................................................................................ 30 Tableau 32: Incidence de l’absence prolongée selon le niveau d’instruction............................................................... 31 Tableau 33 : Difficulté de payer les frais de scolarité .................................................................................................. 31 Tableau 34 : Types de difficulté pour payer les frais de scolarité ................................................................................ 31 Tableau 35 : Problème d’accès à l’éducation ............................................................................................................... 32 Tableau 36: Naissances et décès au cours de l’année 2012 .......................................................................................... 33 Tableau 37 : Taux de ménages selon le nombre de maladies des membres depuis janvier 2012................................. 34 Tableau 38: Taux de maladies selon les groupes d’âge................................................................................................ 35 Tableau 39: Types de maladie selon les groupes d’âge................................................................................................ 35 Tableau 40 : Evolution du taux de morbidité selon les 3 résultats ESMVIC 2010-2011-2012 .................................... 36 Tableau 41 : liste des pathologies 2012, district d’AMBOVOMBE ............................................................................ 37 Tableau 42 : Evolution du recours a la consultation méicale ....................................................................................... 37 Tableau 43: Types de consultation ............................................................................................................................... 38 Tableau 44 : Raisons de non consultation médicale ..................................................................................................... 38 Tableau 45 : Connaissance du VIH/SIDA.................................................................................................................... 39 Tableau 46 : Connaissances sur le VIH/SIDA selon les caractéristiques des répondants ............................................ 39 Tableau 47: Appréciation du mode de transmission du SIDA ..................................................................................... 40 Tableau 48: Compréhension de l’infection du SIDA ................................................................................................... 41 Tableau 49: Appréciation de transmission du Sida de la mère à l’enfant..................................................................... 41 Tableau 50: Utilisation de préservatif .......................................................................................................................... 42 Tableau 51: Appréciations de moyens de réduire la transmission du VIH/SIDA ........................................................ 42 Tableau 52: Participation des jeunes à la vie communautaire ...................................................................................... 43 Tableau 53: Avenir des jeunes à Madagascar............................................................................................................... 43 Tableau 54: Principales occupations des jeunes pendant leur temps libre ................................................................... 44 Tableau 55 : disponibilité d’infrastructures de loisirs pour jeunes ............................................................................... 44 Tableau 56 : Opinion des enquêtés selon les caractéristiques sociodémographiques sur la disponibilité d’infrastructures de loisirs ............................................................................................................................................ 45 Tableau 57 : Degré d’optimisme des enquêtes sur l’avenir des jeunes ........................................................................ 46
Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 58 : Opinions sur les principales menaces à la santé des jeunes âgés de 15 à 24 ans ..................................... 46 Tableau 59 : Opinions sur les rôles des parents en matière d’éducation sur le SIDA .................................................. 47 Tableau 60 : Compatibilité des attentes des services de santé aux besoins des jeunes................................................. 47 Tableau 61: Chocs subis par les ménages au cours des années 2010, 2011 et 2012 .................................................... 48 Tableau 62: Impacts subis par l’agriculture et l’élevage .............................................................................................. 49 Tableau 63 : Stratégies adoptées pour faire face aux chocs ......................................................................................... 50 Tableau 64 : Appréciation des ménages concernés sur les prestations des services publics ........................................ 51 Tableau 65: Répartition des ménages selon la perception du fonctionnement du fokontany ....................................... 52 Tableau 66: les domaines faisant l’objet de non satisfactions ...................................................................................... 53 Tableau 67: Secteurs d’activité de la population active ............................................................................................... 53 Tableau 68: Ventilation des activités du secteur primaire ............................................................................................ 54 Tableau 69 : Typologie des ménages éleveurs ............................................................................................................. 54 Tableau 70 : Situation vis-à-vis de l’activité des membres des ménages de 15 ans et plus .............................................. 55 Tableau 71: Population active de 15 ans a 64 ans selon le secteur d’activité............................................................... 55 Tableau 72 : Taux d’occupation par tranche d’âge......................................................................................................... 56 Tableau 73: Profil du capital humain de la population âgée de 15 ans et plus ............................................................. 56 Tableau 74: Profil du capital humain par groupe de population................................................................................... 57 Tableau 75: Profil du capital humain selon les groupes d’âge ........................................................................................ 57 Tableau 76: Profil du capital humain selon le niveau d’instruction................................................................................. 59 Tableau 77 : Profil du capital humain selon la situation matrimoniale............................................................................ 60 Tableau 78 : Typologie des revenus ............................................................................................................................. 62 Tableau 79 : Sources et composantes (%) du revenu total ........................................................................................... 63 Tableau 80: Structure du revenu total........................................................................................................................... 63 Tableau 81 : Structures du revenu courant selon le sexe du CM.................................................................................. 64 Tableau 82 : Répartition des ménages suivant le niveau de revenu courant (000 ar.) et .............................................. 66 Tableau 83: Structure des dépenses totales par ménage (en Ar) .................................................................................. 67 Tableau 84 : Part des dépenses monétaires alimentaires par rapport au revenu monétaire courant ............................. 67 Tableau 85 : Fréquence et consommation alimentaire au cours de la semaine ayant précédé l’enquête...................... 69 Tableau 86: Répartition des ménages selon le type d’aliment de base pendant le jour ayant ...................................... 70 Tableau 87: Comparaison du nombre de repas journaliers par tranche d'âge, selon le passage d'enquête ........................ 70 Tableau 88 : Estimation de la durée des stocks au cours du mois précédant l’enquête ................................................ 71 Tableau 89: Principales sources d’aliments de base déclarées par les ménages (%)................................................... 72 Tableau 90: Perception sur la situation alimentaire ...................................................................................................... 73 Tableau 91 : Répartition des ménages selon le FCS et les caractéristiques sociodémographiques .............................. 74 Tableau 92: Difficultés rencontrées par les ménages ................................................................................................... 75 Tableau 93: Recours habituels en cas de difficultés ..................................................................................................... 76 Tableau 94: Satisfaction des recours en cas de difficultés............................................................................................ 77 Tableau 95: Perception de la sécurité dans le village ................................................................................................... 77 Tableau 96 : Actes de banditisme................................................................................................................................. 78 Tableau 97 : Proportion des ménages touchés et fréquence des vols au cours de l’année 2012................................... 79 Tableau 98: Disposition en vue de la sécurité .............................................................................................................. 80 Tableau 99: Type de médias les plus recourus par les enquêtés.................................................................................... 81 Tableau 100 : Perception sur le rôle des médias dans le contexte actuel de la crise...................................................... 81 Tableau 101 : Nature des violences à domicile, en pourcentage .................................................................................. 82 Tableau 102 : Actes de violence perpétrés contre les enfants ...................................................................................... 82 Tableau 103 : Membres de ménages ou riverains arrêtés par les forces de l'ordre....................................................... 83 Tableau 104 : Besoins prioritaires immédiats du ménage ............................................................................................ 84 Tableau 105 : Besoins pouvant attendre du ménage .................................................................................................... 85 Tableau 106 : Opinions sur l’évolution de la situation des ménages............................................................................ 85 Tableau 107 : Appréciation sur l’avenir proche selon les caractéristiques sociodémographiques des ménages .......... 86

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

LISTE TABLEAUX EN ANNEXE
Tableau a. 1: Répartition des chefs de ménage selon la taille de ménage et le statut matrimonial................................ v Tableau a. 2: Motifs de déplacement............................................................................................................................. vi Tableau a. 3: Seuil d’instruction en 2010 .....................................................................................................................vii Tableau a. 4: Seuil d’instruction en 2011 .....................................................................................................................vii Tableau a. 5 : Seuil d’instruction en 2012 ...................................................................................................................viii Tableau a. 6: Evolution des membres de ménage au cours de l’année 2012 ................................................................. ix Tableau a. 7 : Taux de morbidité selon le sexe, le statut marital et les tranches de revenu............................................ x Tableau a. 8 : DEpenses mensuelles en transport en 2012 ............................................................................................ xi Tableau a. 9: Stratégies adoptées pour faire face aux chocs.........................................................................................xii Tableau a. 10: Perception de la qualité du service public dans la commune ...............................................................xiii Tableau a. 11: Motifs de non satisfaction de la qualité des services dans la commune............................................... xiv Tableau a. 12 : Fréquence de la consommation alimentaire ........................................................................................ xv Tableau a. 13: Principales sources d’aliments (%) en 2010 ........................................................................................ xvi Tableau a. 14: Principales sources d’aliments (%) en 2011 .......................................................................................xvii Tableau a. 15: Principales sources d’aliments (%) en 2012 ......................................................................................xviii Tableau a. 16: Stratégies adoptées pour faire face aux chocs...................................................................................... xix Tableau a. 17: Recours et types d’aides reçus en 2012 ............................................................................................... xxi Tableau a. 18: Impacts des actes de banditisme .........................................................................................................xxii Tableau a. 19: Types de vols touchant les ménages concernes selon l’activité principale ........................................xxiii

LISTE DES CARTES
Carte 1 : Localisation du district d’Ambovombe ............................................................................................2 Carte 2: Localisation des zones de dénombrement .........................................................................................4

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

LISTE DES FIGURES
Figure 1 : Pyramide d’âge pour l’année 2012 ................................................................................................9 Figure 2 : Repartition par genre du chef des ménages enquetés.....................................................................9 Figure 3 : Evolution des dépenses moyennes en transport au cours du mois précédant l’enquête...............19 Figure 4 : Evolution des différentes sources d’accès à l’eau........................................................................20 Figure 5 : Evolution du seuil d’instruction de la population de 6 ans et plus...............................................25 Figure 6: Niveau d’instruction des chefs de ménages selon le genre en 2012 ............................................27 Figure 7: Causes de décès............................................................................................................................34 Figure 8 : Motifs de non satisfaction au niveau des services dans les communes .......................................52 Figure 9 : Part du profil du capital humain selon le groupe d’âge en 2012 .....................................................58 Figure 10 : Part du profil du capital humain selon le niveau d’instruction en 2012 ........................................59 Figure 11 : Part du pofil du capital humain selon le statut matrimonial en 2012 ............................................61 Figure 12 : Structure du revenu monetaire ...................................................................................................64 Figure 13 : Répartition des ménages selon les tranches de revenu courant (en Ar) .....................................65 Figure 14 : Proportion des ménages concernés par activité principale selon les vols ..................................79 Figure 15 : Impacts des dégâts en 2012........................................................................................................80

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

ACRONYMES
Ar BIT CEG CEPE CM CSB EPM EPP FCS INSTAT IRA IST ESVMR ONG PAM PNUD RGPH SIDA TBS TNS VIH ZD : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : Unité monétaire malgache Ariary Bureau international du travail Collège d’Enseignement Général Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires Chef de Ménage Centre de Santé de Base Enquêtes Périodiques auprès des Ménages Ecole Primaire Publique Food Consumption Score Institut National de la Statistique Infections Respiratoires Aigües Infections Sexuelles Transmissibles Enquête de suivi sur la vulnérabilité des ménages ruraux Organisation Non Gouvernementale Programme Alimentaire Mondial Programme des Nations Unies pour le Développement Recensement Général de la Population et de l’Habitat Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise Taux Brut de Scolarisation Taux Net de Scolarisation Virus de l’Immunodéficience Humaine Zone de Dénombrement

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

RÉSUMÉ EXÉCUTIF
L’Enquête de Suivi de la Vulnérabilité des Ménages Ruraux (ESVMR) 2012 est la troisième d’une série de trois enquêtes depuis 2010. Elle a été menée dans le district d’Ambovombe du 12 novembre au 06 décembre 2012 en période de soudure, dans le but d’analyser les impacts des conditions climatiques et de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches. Ces chocs externes ont énormément d’influence sur les conditions de vie de la poulation qui ne cessent pas de se détériorer. L’ESVMR 2012 a pu être réalisée grâce à l’appui financier des bailleurs de fonds dont l’UNICEF est désigné en tant que coordonnateur. Pour permettre la comparabilité et l’analyse de la tendance, les aspects méthodologiques utilisés sont les mêmes qu’auparavant. Les vingt (20) zones de dénombrement des quinze (15) communes composées de quarante et un (41) fokontany/localités/hameaux de 2010 et de 2011 sont retenues ; sauf que les ménages échantillons ont augmenté passant de 500 à 600 ménages théoriques. Mais, étant donné les refus et absence ainsi que de l’évènement imprévu de l’ Havoria (évènement coutumier de l’enterrement) dans une localité, 583 ménages ont été réellement enquêtés, soit 97,2 % de ce qui est prévu.

1) Caractéristiques sociodémographiques de la population Les caractéristiques des ménages présentent certaines différences plus ou moins significatives selon les thèmes à celles de l’ESVMR de 2010 et de 2011. Les femmes destinées à diriger des ménages sont en majorité plus âgées et une proportion significative s’occupe des personnes plus ou moins nombreuses au foyer.
Au cours des trois périodes, la taille de ménage est quasiment constante estimée à 5,9 individus en 2010 et 2011 et à 5,7 en 2012, bien que certaines communes à l’instar de Maroalopoty et de Maroalomainty disposent une taille moyenne élevée de plus de 7 individus ; de même pour l’âge moyen de la population et des chefs de ménage respectivement d’environ 19 ans et 45 ans. Malgré que les taux des jeunes mariés (es) « moins de 24 ans » sont toujours en augmentation, 9,2% en 2010, 10,8% en 2011 et 13,2% en 2012. Le « mariage coutumier » a régressé respectivement de 62,2% en 2010, 60,9% en 2011 et 57,5 % en 2012 ; et la polygamie pratique courante dans le district d’Ambovombe, a beaucoup progressé 6 fois plus en 2012 par rapport à 2011. En 2012, les ménages dirigés par des femmes ont en majorité le chef de ménage âgé de « 55 ans et plus » (39,1%) et 23,0% d’entre eux ont une taille de « 7 individus et plus ». Comme le cas au niveau national et dans les autres régions de l’île, la population d’Ambovombe reste relativement jeune car plus d’une personne sur 5 a « moins de 5 ans » et plus de la moitié « moins de 15 ans ».

2) Migration et déplacements
La migration est un phénomène touchant la population ayant pour raisons principale la recherche de travail et de nouvelles terres cultivables. Elle concerne surtout les jeunes, les célibataires et les sans instructions. Quant aux déplacements vers Ambovombe centre pour les non résidents dans le chef lieu du district, peu s’y adhèrent ; car plus de 80% des individus de 6 ans et plus n’effectuent pas de déplacement.
Cabinet RADSE
a

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

La migration touche pour plus de la moitié les jeunes âgés de « moins de 25 ans » et les « sans instruction » ainsi que 38,5% des « célibataires » en 2010, 48,0% en 2011 et 44,3% en 2012. En 2012, les motifs de la migration sont principalement la « recherche de travail » (38,5%) et le « rapprochement familial » (35,5%). La migration dans d’autres régions est plus importante (plus de 50,0%), en général, axée à la recherche de travail. Au cours des périodes 2010, 2011 et 2012, selon l’âge, la population âgée de « 6 à 25 ans » et de « 35 à 54 ans » est plus active aux déplacements vers le chef lieu du district avec respectivement les taux de 32,7%, 36,0% et 43,6% pour la première frange et de 36,7%, 28,3% et 28,8% pour la seconde. Pour l’année 2012, les femmes (83,5%) préfèrent beaucoup plus de « ne pas se déplacer » que les hommes (79,8%).

3) Eau et assainissement
Les difficultés en approvisionnement en eau causées par la sécheresse et la mauvaise qualité de l’eau compromettent de manière significative les conditions de vie de la population en matière d’hygiène et de santé. Plus de 70,0% des ménages s’approvisionnent toujours en eau des sources non améliorées. Les difficultés d’accès à l’eau dues à l’ « éloignement » sont émises par 23,7% des ménages et le « tarissement » (11,8%). L’assainissement de l’eau pour être buvable sainement ne préoccupe pas la population d’Ambovombe (74,6% en 2012) et pour ceux qui s’adonnent à l’approvisionnement en eau payante, 84,4% expriment ne pas avoir de problème à son paiement. En 2012, seulement 12,3% des ménages utilisent la latrine (8,8% en 2010 et 7,0% en 2011), sinon presque la totalité des non utilisateurs effectuent leurs besoins dans la nature. Concernant la douche, 9,3% des ménages seulement disposent d’un coin douche et 10,8% ne le possède pas du tout ; tandis que le reste s’adonne à une douche soit dans les « lieux non fixes » (55,7%), soit dans la « rivière, lac et mer » (16,6%) et même « ne prend pas de douche » (10,8%).

4) Education
A Madagascar, des réformes éducatives ont été apportées depuis l’année 2002. Malheureusement l’existence de la crise politique en 2009 n’a pas permis l’aboutissement de certains processus de réforme. Au cours de 2012, il est remarqué une nette augmentation de déscolarisation et d’abandon scolaire. Pendant les trois années, l’âge moyen d’entrée dans les écoles publiques reste constant estimé à 6,7 ans dans le district d’Ambovombe. Pour la population âgée de 6 ans et plus, plus de la moitié reste « sans instruction » (respectivement 58,6 %, 59,8% et 51,9 % pour l’année 2010, 2011 et 2012). Une tendance en légère amélioration est remarquée pour l’année 2012. Pour les chefs de ménage, durant les trois périodes, le niveau d’instruction est toujours faible dont 70,0% reste « sans instruction » et seulement, 20,0 % ont pu fréquenter le niveau primaire. En général, les hommes ont plus de visibilité sur le cycle secondaire que les femmes (9, 3% contre 6, 9 % en 2012).

Cabinet RADSE

b

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Les filles (9,3%) sont beaucoup plus déscolarisées que les garçons (6,3%), - à partir de 10 ans, les filles commencent à arrêter l’école pour s’adapter à la vie familiale -. Si un faible taux d’abandon scolaire a été enregistré pour l’année scolaire actuelle (2012-2013) au niveau de la classe d’âge de « 6 à 10ans » (0,6%), c’est au niveau de la classe d’âge de « 11 à 17ans » qu’il y ait une forte déscolarisation des enfants (30,9%). En 2012, l’avis général des ménages (60,2%) indique la qualité de l’enseignement « assez bonne ». Par rapport aux deux résultats précédents de l’ESVMR (2010 et 2011) et l’appréciation des parents sur la qualité de l’éducation améliorée a augmenté. Bien que la qualité de l’enseignement ait été prise comme étant « assez bonne », la vulnérabilité est de plus en plus accentué dans le secteurde l’éducation, car les problèmes d’accès sont nombreux au cours des années de 2010 à 2012, dont le « manque d’uniformes et de documents » (53,5, en 2010, 39,4% en 2011 et 63,3% en 2012), le « manque d’argent » (45,5% en 2010, 31,5% en 2011 et 61,3% en 2012), la « sous alimentation » (42,5% en 2010, 29,0% en 2011 et 48,1% en 2012) et le « manque d’infrastructures » (33,5% en 2010, 22,0% en 2011 et 46,0% en 2012). En moyenne, pour ces types de problèmes, entre 2011 et 2012, on contaste une variation de plus de +20,0%, respectivement + 23,9%, + 29,8%, + 19,1% et +24,0%.

5) Santé
Le système de santé à Madagascar est structuré par rapport aux niveaux d'administration. Il se définit par les services offerts, la qualité des personnels et les types d'infrastructures disponibles. Depuis quelques années et avec la crise actuelle, Madagascar fait face à une dégradation de son système de santé1. Néanmoins, les ménages ont tendance d’amener de plus en plus leurs malades à la consultation médicale. En 2012, le « paludisme » et la « diarrhée » restent toujours les maladies les plus fréquentes et dans certaines mesures des causes non négligeables de décès. En cas de maladies, les ménages ont tendance à recourir de plus en plus à la consultation médicale. En effet, les proportions ont été respectivement pour les « enfants de moins de 5ans » de 59% en 2010, 46% en 2011 et 57,1% en 2012 et pour les « individus de 5 ans et plus » de 54% en 2010, 49% en 2011 et 66,2% en 2012. On remarque qu’entre 2011 et 2012, cette tendance a beaucoup augmenté avec une variation de + 17,2%. En 2012, le paludisme et la fièvre restent les maladies les plus fréquentes touchant 46,5% des « enfants de moins de 5ans » et 44,0% pour les « individus de 5 ans et plus ». Respectivement pour ces maladies, l’évolution chez les « enfants de moins de 5ans » est de – 6,7% entre 2010 et 2011 et +0,5% entre 2011 et 2012, et chez les « individus de 5 ans et plus » de + 2,4% de 2010 à 2011 et de + 1,6% de 2011 à 2012. Vient en seconde position la diarrhée 23,2% pour les « enfants de moins de 5 ans » avec une évolution de – 5,1% de 2010 à 2011 et de + 3,1% de 2011 à 2012 et pour les « individus de 5 ans et plus » ; cette maladie a toujours regréssé de – 1,9% de 2010 à 2011 et de – 3,1% de 2011 à 2012. En dernier lieu, les maladies névralgiques touchent essentiellement les « individus de 5 ans et plus » (10,5%) avec une évolution de + 3,2% de 2010 à 2011 et de – 4,9% de 2011 à 2012. Le VIH/SIDA n’est pas encore bien connu à Ambovombe car 36,3% des répondants seulement ont « entendu parler du VIH/SIDA » ; parmi eux 73% affirme que la contamination se passe « entre mère et enfant ». Ce qui est très remarquable c’est que la majorité (76,4%) n’utilise pas le préservatif que ce soit avec les partenaires occasionnelles ou en particulier avec les travailleuses professionnelles du sexe. Pour ce dernier cas, la situation est alarmante.
1

Médecins Sans Frontières - Rapport annuel 2011 – Présenté à l’Assemblée générale des 2 et 3 juin 2012 à BordeauxMérignac – Enquête communautaire ESVMR 2012
Cabinet RADSE

c

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Les moyens financiers « pas d’argent » (36,2%) et l’ « automédication » sont les principales raisons de non consultation médicale.

6) Jeunes
L’avenir du développement social et économique local et national dépend en grande partie des contributions des jeunes. Or, l’engagement des jeunes dans la vie communautaire diminue énormément à Ambovombe. Quant à leur avenir les avis divergent et le niveau de confiance en l’avenir s’aménuise. Concernant l’engagement des jeunes dans la vie communautaire, la vulnérabilité est de plus en plus accentuée car ils se désintéressent de plus en plus. Les ménages enquêtés estiment que la jeunesse « n’est pas du tout engagée » respectivement 17,9% des répondants en 2010, 20,1% en 2011 et 32,2% en 2012 soit une augmentation de + 14,3% entre 2010 et 2012 et ceux qui « n’ont rien à dire », la proportion est de 10,4% en 2010, 7,3% en 2011 et 16,5% en 2012. A en croire aux avis des répondants en 2012, l’avenir meilleur des jeunes est compromis car 48,7% n’y mettent pas de l’espoir. Cette situation est confirmée par l’appréciation des occupations « s’amuser à faire des bêtises » et « ne rien faire » lesquelles ont progressé de 2011 à 2012, passant respectivement de 0,8% à 2,7% et de 8,0% à 11,3%. Seuls les instruits « primaire », « secondaire 1er cycle » et « secondaire 2nd cycle » espèrent un avenir meilleur aux taux tolérables de 34,1%, 35,3% et 31,3%. Le manque des espaces de loisirs renforce cette situation car 76,5% des répondants estiment l’insuffisance des lieux affectés aux sports et loisirs. Concernant la santé des jeunes de 15 à 24 ans, les résultats de 2012 estiment que chez les garçons les risques proviennent de l’ « Alcool » (29,3%) et chez les filles la « grossesse précoce » (41,0%). Le « manque de personnel qualifié » (53,2%) au sein des services de santé est le plus senti pour satisfaire les besoins des jeunes en matière d’éducation sanitaire. Un ménage sur 3 pense que les parents ont une responsabilité en matière d’éducation sur le SIDA. A défaut des parents ou pour combler le manque de responsabilité des parents, les « services de santé » (48,0%) et les « écoles » (24,0%) sont parmi les sollicités à assumer cette responsabilité.

7) Chocs et stratégies
Les phénomènes des aléas climatiques (sécheresse) et de la crise sociopolitique de 2009 (insécurité et hausse des prix), ont énormément bouleversé les conditions de vie de ménages qui se manifestent à travers leur patrimoine et les aspects économiques. Pour faire face à ces chocs, les principales stratégies adoptées par les ménages s’articulent surtout autour de restrictions alimentaires. Parmi les chocs, les ménages perçoivent toujours la « hausse de prix à la consommation » très élevée (80,4% en 2010, 71,6% en 2011 et 75,6% en 2012), la perception des « maladies des animaux d’élevage et de culture » a diminué respectivement 54,6% en 2011 à 32,8% en 2012 et 83,2% en 2011 à 46,7% en 2012. Quant à la « sécheresse », si celle-ci n’est pas trop sentie en 2011, le niveau revient à celui de 2010 en 2012, respectivement 94,4% en 2010, 31,2% en 2011 et 93,1% en 2012.

Cabinet RADSE

d

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

En 2012, 4 ménages sur 5 expriment des pertes en agriculture dont 19,9% estiment la perte totale. La même proportion est attribuée à l’élevage sauf que les pertes enregistrés sont plus faibles, seulement 3,6% pour la perte totale. Les ménages d’Ambovombe n’ayant pas l’habitude de s’endetter ou d’emprunter ont de plus en plus recouru à ce système, car au cours de la crise, si 81,6% « n’achètent jamais à crédit » ou « ne s’endettent jamais » pour l’alimentation en 2010, la proportion a diminué en 2011 (71,3%) et en 2012, elle n’est plus que 53,3%.

8) Service administratif
Le service administratif est le pilier du dévéloppement socioéconomique de la communauté. Les instabilités politiques se répercutent sur les services offerts au niveau de la commune et du fokontany, l’entité publique la plus proche de la population. Auprès de la commune, en général, la qualité de service auprès du « CSB », pour l’organisation du « marché »,de l’ « état civil » et de la « sécurité » est déclarée satisfaisante selon 7 ménages sur 10. En outre, seulement autour de 3 personnes sur 10 jugent satisfaisante celle des services rendus pour l’ « eau potable » (difficulté d’approvisionnement), l’ « entretien routier » et les « cantines scolaires », Pour ceux qui ne sont pas satisfaits, les raisons sont très variées. En effet, les ménages concernés ne sont pas satisfaits pour les frais/coûts élevés auprès des « CSB » (43,4% des réponses), de l’ « état civil » (41,5%) et de l’ « eau potable » (49,4%). Par ailleurs, les ménages concernés se plaignent de la mauvaise gestion des « marchés » (55,0%) et des « cantines scolaires » (50,0%). Enfin, la lenteur administrative affecte l’ « état civil » (23,2%) et la « sécurité » (22,4%). La quasi-totalité des ménages enquêtés (94,8%) perçoivent les qualités de services publics du fokontany à un niveau de satisfaction tolérable : (18,4%) « très satisfaisantes », 70,7% « satisfaisantes » et 5,7% « moyennement satisfaisantes »).

9) Activités économiques
La vulnérabilité transparait énormément dans les activités de la population. Dans le domaine de l’élevage, les ménages le pratiquant ont progressivement diminué. Concernant le travail des enfants, la proportion des enfants de 6 à 14 ans en activité parait toujours inquiétante et le nombre d’individus à âge avancé de 65 ans et plus a beaucoup augmenté. La vulnérabilité pour la disponibilité en stocks des produits maniocs, riz et patate douce reste constante. Depuis la crise 2009, les proportions des ménages pratiquant l’élevage n’ont cessé de diminuer. En effet, en ce qui concerne les « bœufs/vaches » où les ménages répondants sont quasiments constants d’environ au nombre de 280, les proportions des ménages ont été respectivement de 57,6% en 2010, 55,4% en en 2011 et 47,9% en 2012. Quant à l’élevage des « ovins/caprins », elles sont de 51,6% en 2010, 41,2% en 2011 et 32,8% en 2012. Entre 2010 et 2012, les proportions des « enfants de 6 à 14 ans » qui travaillent déjà fluctuent selon les périodes, respectivement 4,7% en 2010, 12,3% en 2011 et 11,9% en 2012 ; tandis que pour les « individus âgés de 65 ans et plus », la proportion en activité est toujours en progression passant de 48,1% en 2010, 57,8% en 2011 et 74,5% en 2012. Malgré l’augmentation dans les activités, le ratio de dépendance
Cabinet RADSE
e

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

économique reste à un niveau élevé, respectivement 160,6% en 2010, 124,2% en 2011 et 262,9% en 2012 ; une forte augmentation est remarquée avec une variation de + 138,7% de 2011 à 2012. En 2012, globalement les femmes sont plus nombreuses à être actives avec un ratio femme/homme égal à 1,12 et la majorité des individus en activité (88,8%) travaillent dans le secteur primaire. Parmi les femmes actives, 99,7% exercent dans l’agriculture et seulement 0,2% dans l’élevage. Pour la population de 15 ans et plus, selon l’activité principale, 79,9% sont « actifs occupés » en 2012 (87,3% en 2011). Le secteur primaire reste la principale activité en milieu rural. L’activité en agriculture/élevage représente 88,8% en 2010, 94,5% en 2011 et 88,8% en 2012. Le profil du capital humain permet d’évaluer la potentialité de la population en termes de production. Par rapport à 2011, la population censée en activité mais reste « inactive » (8,6%) en 2012, a augmenté de 6,8 points. Le résultat montre que 79,8% de la « population âgés de 15 ans plus » est occupée avec une moyenne d’âge de 35,3 ans. En fait, ce groupe de ménages sont formés majoritairement à 60%, par des « hommes et femme mariés (es) » ayant suivi en moyenne 4 année d’étude scolaire réussie. Pour 2011 et 2012, la population âgée de 15 à moins de 35 ans avec un taux de plus de 60,0%, compose la majorité des individus les mieux placés au profil du capital humain. En effet, leur âge reflète le maximum de dynamisme qui leur permet de pratiquer tout type de travail. Selon les ménages enquêtés, les proportions des ménages disposant de stocks en produits « manioc », « riz » et « patate douce » ont été respectivement de 65,3%, 2,1% et 12,6% en 2010. Au cours des trois périodes celles-ci ont évolué pour le « manioc » de + 24,3% de 2010 à 2011 et de – 29,6% de 2011 à 2012 ; pour le « riz » de – 0,5% de 2010 à 2011 et de + 1,3% de 2011 à 2012, et pour la « patate douce » de + 54,0 % de 2010 à 2011 et – 58,0% de 2011 et 2012. Il est à remarquer pour les produits « maniocs » et « patates douces », les variations excessives sont dues à la bonne récolte de 2011 de par la bonne pluviométrie inattendue. Par rapport à la durée de stocks au cours du mois précédant l’enquête, les variations sont très minimes au cours des trois périodes se situant dans une fourchette moins élargie en moyenne entre 2,4 et 2,9 jours pour le « manioc », entre 0,2 et 0,6 jours pour le « riz » et entre 1,5 et 1,8 jours pour la « patate douce ».

10) Revenus et Dépenses
Le revenu est source du bien être du ménage car il permet l’accès aux différentes conditions de vie telles que l’alimentation, l’éducation, la santé, …. Le revenu concerne les activités génératrices des contre parties en argent durant 30 jours avant l’enquête. Selon les résultats, les ménages à faible revenu moins de 50 000 Ar ont beaucoup augmenté. L’impact de la crise perçu à travers le revenu a beaucoup touché les ménages car la proportion des ménages à faible revenu « revenu inférieur à 50 000 Ar » a passé de 36,6% en 2011 à 45,3% en 2012, soit une augmentation de + 8,7 points. En 2012, pendant le mois précédant l’enquête, le ménage a un revenu moyen total de 217 192 Ar. réparti en « revenu courant » (40,7%), « revenu exceptionnel » (44,5%) et « autoconsommation monétarisée » (14,8%). Les « ventes de zébus » contribuent à 38,9% du revenu total.
Cabinet RADSE
f

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Au cours des trois périodes, pour le revenu supérieur correspondant « à plus de 300 000 Ar », la proportion des femmes chefs de ménage est généralement inférieure à celle de leur homologue homme. Ces proportions sont respectivement pour les femmes CM et les hommes CM 3,2% et 7,7% en 2010, 3,4% et 6,1% en 2011 puis 6,8% et 18,4% en 2012. En 2012, selon la taille, une corrélation s’établit, car, plus la taille est grande plus la proportion des ménages gagnant « plus de 500 000 Ar » est élevée. En effet, pour cette tranche de revenu, les proportions respectives pour la taille de ménage égale « à moins de 5 personnes », à « 5 et 6 personnes » puis à « 7 personnes et plus », sont 5,9%, 11,4% et 11,7%. Compte tenu de la faiblesse de la production, la part des dépenses non monétairescomposées essentiellement de l’autoconsommation, reste en decà de celle des dépenses monétaires représentant respectivement 41,6% en 2010, 28,3% en 2011 et 22,1% en 2012. Quant aux dépenses monétaires, 30,7% sont attribuées pour les achats des PPN alimentaires. Concernant les dépenses, la contribution en « achat de zébus » considérée comme investissement correspond à une faible propotion de 0,5% par rapport aux dépenses totales ; tandis que pour les « PPN alimentaires », elle est de 23,9%.

11) Sécurité alimentaire
La sécurité alimentaire est analysée à travers les habitudes et la disponibilité alimentaires ainsi qu’au régime alimentaire lié à la situation alimentaire. A travers ces indicateurs, les résultats dénotent la dégradation de la situation de la sécurité alimentaire. La période de l’enquête est la période de soudure, mais la disponibilité en aliments de base se détériore encore plus du fait de l’impact de la crise et des effets des aléas climatiques. En 2012, le manioc sec devient le repas priorité pour les ménages vue son abondance : 55,2% des ménages l’utilisent comme « Petit déjeuner », 71,7% pour le « dejeuner » et 79,9% pour le « diner ». Globalement, comparé au ESVMR 2011, la situation alimentaire s’est dégradée en 2012 par rapport à 2011. Rappelons qu’un FCS pauvre est caractérisé principalement par un ratio alimentaire limité et composé par la consommation journalière de manioc et de brèdes. Les autres types de consommation ne sont pas accessibles ou le plus souvent à fréquence très rares. L’analyse évoque une large augmentation : 1,1% en 2011 contre 40,7% en 2012 pour le « FCS pauvre » et 5% contre 24,7% pour les « FCS moderé » ; tandis que, pour le « FCS jugé Bon » le taux a baissé passant de 93,9% à 34,6%. Par ailleurs, c’est toujours au niveau des ménages de grande taille (plus de 7 : 44,4%) qui connaissent des difficultés alimentaires (ayant un FCS le plus bas) en termes de diversification et de fréquence de consommation par jours. En d’autre terme, la taille de ménage a une influence négative sur le niveau du FCS. En effet, plus la taille de ménage est grande, plus la valeur du FCS est faible. Selon le niveau de revenu, plus celui-ci augmente, plus le niveau du FCS s’améliore, tendance identique qu’en 2011. On peut ainsi avancer que l’amélioration des sources de revenu se répercute favorablement sur la diversification alimentaire et contribue à la lutte contre l’extrême pauvreté.

Cabinet RADSE

g

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

12) Réseau social
La majorité des ménages n’est pas épargnée par les difficultés causées par la crise et qui affectent principalement le plan alimentaire et l’aspect financier. Les « difficultés financières » sont les plus rencontrées car elles touchent plus d’un ménage sur deux (58,1%) en 2012, situation en hausse depuis la crise (39,2% en 2010 et 54,9% en 2011). Par ailleurs, les méfaits des aléas climatiques, en particulier la sécheresse, ne font que compliquer la situation alimentaire à cause de l’insuffisance de la récolte. Selon les ménages interrogés, les « difficultés alimentaires » après une nette diminution de la proportion des réponses en 20112 par rapport à 2010 (55,6% en 2010 et 23,2% en 2011), se sont de nouveau aggravées en 2012 (28,6%). Pour la majorité, les recours aux « familles proches » sont toujours privilégiés avec les proportions respectives de 68,3% en 2010, 73,1% en 2011 et 49,5% en 2012 ; mais il est à noter une diminution significative de -23,6 % de 2011 à 2012. En général, les recours sont satisfaits à plus de 90,0% des cas. Pour les autres recours (groupes ethniques, ONG et groupe de bienfaisance...), la satisfaction concerne les « aides alimentaires » (45,1%), les « aides financières » (33,3%) et les « deux à la fois » (19,6%).

13) Sécurité
Les impacts de la crise de 2009 sont très ressentis entrainant la dégradation de la sécurité. Les actes de banditisme sont surtout axés sur les « vols de bœuf »3 selon 4,5% de ménages concernés, suivis d’ « autres animaux d’élevage » (3,6%) et de « cultures » (3,4%), en concordance avec les points de vue des autorités locales4. Particulièrement les « vols de bœufs », si après une légère diminution de – 0,6% est constatée de 2010 à 2011, la proportion a plus que triplé de 2011 à 2012 passant de 2,1% à 7,8% des ménages pratiquant l’élevage. Bien que le phénomène d’insécurité tende à se généraliser, les ménages du district d’Ambovombe estiment encore à 54,0% que la « paix est encore présente » ; toutefois, bien que 2,1% affirment « ne pas avoir de problème », 44,1% pensent que la sécurité du village est précaire. Malgré la faiblesse d’actes de banditisme, les impacts sont considérables pour certains types de vol à l’instar de celui de bœuf où la perte totale est subie par 46,2% des ménages concernés et celui du cambriolage par 50,0%. La plupart du temps, les villageois ne prennent pas de disposition en vue de la sécurité. Seulement, 15,3% des ménages enquêtés expriment « prendre part à la garde du village » contre 53,3% « ne rien faire ».

2 3

La pluviométrie a été favorable en 2011, des pluies inhabituelles se sont manifestées.

Les vols de bœufs ont touché les ménages étant propriétaires de bœufs quelle que soit leur activité. Si le nombre de ménages disposant comme activité principale l’élevage ssont au nombre de 14, la plupart des ménages agriculteurs ont comme activité secondaire ou associée l’élevage et ils ont été aussi victimes des actes de « vols de bœufs ».
4

Points de vue émis par les autorités locales, Rapport Enquête communautaire ESVMR 2012

Cabinet RADSE

h

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

14) Etats de droit et violences
La facilité d’accès aux médias est d’une grande importance car elle peut favoriser l’accès de la population aux programmes d’Information, Education et Communication (IEC) en matière de Planification Familiale, IST-Sida, etc. La vulnérabilité transparait dans l’augmentation des ménages affirmant la présence des médias. Même la proportion des ménages qui se mettent à l’écoute de la radio a évolué. L’accès aux médias très limité en 2010 s’est amélioré avec un niveau de – 50,0%. En effet les proportions des ménages ayant affirmé l’ « inexistence des médias » ont passé de 62,2% en 2010, 34,8% en 2011 et 43,8% en 2012. Pour ceux qui admettent l’existence, les médias les plus utilisés sont la radio, en faible proportion la télévision et les journaux (En effet, en 2012, 30,2% des ménages affirment avoir « écouter la radio », « voir la télévision » et « lire les journaux ». Pour eux, les médias jouent soit un rôle provocateur ou manipulateur (18,7%), soit reconciliateur (27,9%). Concernant les violences envers les femmes, si en 2010 et 2011 la « violence conjugale » est considérée comme étant la plus fréquente avec respectivement 25,8% et 19,0% d’expressions des ménages, en 2012, c’est la « grossesse forcée » qui est la plus citée avec 18,0% d’expressions. Quant aux violences envers les enfants, en 2012 10,8% des ménages affirment l’existence de violences envers les enfants. Ils expriment que des « châtiments corporels » (68,3%) et d’ « abandon des parents » (20,6%) ainsi que d’ « abus sexuel » (11,1%) sont infligés aux enfants.

15) Besoins prioritaires et opportunité
Le contexte sociopoliticoéconomique actuel marqué par l’insécurité et l’inflation ainsi que les effets des aléas climatiques entrainant la mauvaise récolte, amène les ménages à considérer l’ « argent » et l’ « alimentation » comme étant principalement les besoins prioritaires immédiats. Les ménages se soucient beaucoup plus de leurs conditions individuelles que celles de la communauté ; car, identique à ce qui se passe dans les années précédentes, la priorisation des améliorations en alimentation et des besoins en argent est toujours maintenue. Il est évident que la sortie de la crise contribue à satisfaire ces besoins. Font donc parties des besoins prioritaires essentiels dans l’immédiat, l’ « argent » (37,0%) et l’ « alimentation » (22, 9%). Par ailleurs, les avis des ménages sur les besoins à moyen et long terme concernent beaucoup plus la vie communautaire. Les aspirations évoquées selon les taux par ordre classé sont la « protection sociale » 12,9%, l’ « habitat » 10,0%, l’ « électricité » 9,3% et l’ « adduction d’eau potable » 9,1%. Parallèlement à ces besoins ressentis, les propres opinions des ménages sur l’évolution probable de leur situation dans un proche avenir ont été appréhendées lors de l’enquête. En 2012, l’avis sur la « détérioration » s’amplifie avec une variation de + 22,7% si la proportion des ménages a été de 29,8% en 2011. Parallèlement, les proportions des ménages espérant une « condition de vie stable » sont respectivement 12,6% en 2010, 27,9% en 2011 et 12,3% en 2012. Certains ménages sont indifférents de leur avenir ou indécis classés « ne sait pas » selon les taux de 33,1% en 2010, de 9,7% en 2011 et de 17,0% en 2012.

Cabinet RADSE

i

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

PARTIE I : CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE
1.1 CONTEXTE La crise sociopolitique de 2009 ne fait qu’aggraver la situation déjà précaire des effets récurrents des aléas climatiques et catastrophes naturelles du district d’Ambovombe situant dans la partie sud de l’île. Ces effets sont principalement négatifs surtout envers les groupes vulnérables sur les plans psychologique, social et économique. A la suite de la crise, des enquêtes multisectorielles sur le suivi de la vulnérabilité des ménages ruraux malgaches (ESVMR) face aux impacts négatifs ont été menées régulièrement chaque année. La troisième série d’enquête est réalisée à Ambovombe pour l’année 2012 grâce à l’appui financier de différents organismes dont la coordination est assurée par L’UNICEF. Le but est d’aider dans la prise des décisions rationnelles pour des actions efficientes et efficaces à partir des informations sur les « conditions de vie de la population » à jour, fiables et régulières se conformant à la possibilité de comparaison et de l’analyse sectorielle de la situation. Ces informations sont incontournables pour le redressement socioéconomique de cette partie de l’île. Les impacts de la crise 2009 entrainent la dégradation surtout sur le plan socioéconomique (désorganisation de la société due à l’instabilité du système social et de l’économie aggravée par la recrudescence de l’insécurité et le banditisme par le biais du phénomène dahalo). Les groupes vulnérables sont les plus touchés de cette crise. De ce contexte, le besoin en informations sur les conditions de vie de la population s’annonce inéluctable. En effet, il importe de réaliser un état des lieux des situations socioéconomiques des ménages pour pouvoir orienter de manière plus pertinente et objective les prises de décisions à l’issue de ces plusieurs années de bouleversements. Le présent rapport porte ainsi sur l’évaluation des impacts de la crise sociopolitique de 2009 sur les ménages ruraux dans le district d’Ambovombe en période de soudure pour l’année 2012.

Cabinet RADSE

1

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Carte 1 : Localisation du district d’Ambovombe

1.2 OBJECTIFS La mission a pour objectif global de réaliser une enquête multi thèmes dans le district d’Ambovombe, permettant l’étude sur la vulnérabilité des ménages du district d’Ambovombe suite à la crise 2009. Les zones retenues sont celles utilisées par l’ESVMR en 2010 du même district, afin de permettre la comparabilité et le prolongement des données. Pour les objectifs spécifiques, il s’agit de : Appréhender de manière transversale à travers les différents secteurs la situation des ménages ruraux dans le contexte de crise actuelle Cerner les stratégies de détresse adoptées par les ménages, ainsi que les différentes opportunités qui puissent se présenter aux ménages.
2

-

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

1.3 MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE L’enquête est menée selon la méthode participative d’un bout à l’autre de la mission. 1.3.1 CHOIX DES SITES Le plan d’échantillonnage tiendra compte de la représentativité au niveau du district d’Ambovombe. A cet effet, la présente mission gardera l’échantillonnage dans l’espace composé des zones de dénombrement (ZD) au sein des communes rurales du district d’Ambovombe choisies par l’enquête ESVMR 2010. 1.3.2. ECHANTILLONNAGE Le tirage de l’échantillonnage est effectué à deux degrés : Premier degré : la détermination des unités primaires (UP) retenue des ZD-échantillon de l’enquête ESVMR 2010 et 2011 Deuxième degré : après un recensement des ménages des ZD-échantillon à l’aide des questionnaires légers axés principalement à la localisation et l’identification des ménages résidant dans la ZD, les ménages enquêtés sont tirés aléatoirement à probabilité égale dont le saut correspond à N/n (N : nombre total de ménages, n taille de l’échantillon).

-

La taille de l’échantillon des ménages de chaque ZD se situe aux environs de 30 ménages, pour souci de représentativité. Avec les 20 ZD retenus, la taille est constituée théoriquement de 600 ménages échantillon.  Zone de dénombrement Les zones de dénombrements sont réparties dans 15 communes rurales du district d’Ambovombe qui sont : Ambovombe, Anjely Ankilikira, Maroalopoty, Maroalomainty, Erada, Ambonaivo, Ambazoa, Ambondro, Analamary, Sihanamaro, Marovato Befeno, Antanimora Atsimo, Jafaro, Andalatanosy et Ampata.

Cabinet RADSE

3

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Carte 2: Localisation des zones de dénombrement

1.3.3. PHASE PRÉ-ENQUÊTE Cette phase consiste à l’élaboration des outils de collecte (fiche de dénombrement, questionnaires communautaires et individuels, manuel de l’enquêteur), au recrutement et formation de l’équipe (remise à niveau pour le personnel clé et recrutement/formation pour les agents de terrain).  Elaboration des outils de collecte

o Fiche de dénombrement La fiche contient la localisation (commune, fokontany/hameau) et l’identification du ménage (numéro logement d’habitation/case, numéro du ménage, nom du Chef de ménage, sexe, adresse). o Questionnaires

Le questionnaire communautaire est basé sur la reprise des différents indicateurs utilisés lors des enquêtes ESVMR précédentes. La structure du questionnaire individuel est identique à celle de l’ESVMR 2010 et 2011 comprenant les modules :

Cabinet RADSE

4

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Caractéristiques sociodémographiques         Démographie : Population et Ménage Migration et déplacement Eau et assainissement Education Santé Jeunes Chocs et stratégies Service administratif Caractéristiques socioéconomiques       Activités économiques Revenus et dépenses Eau et assainissement Sécurité alimentaire Pauvreté Réseau social Etat de droit et violences Sécurité Besoins prioritaires Opportunités  Recrutement et for mat ion des membres de l’ équipe

Le principe de l’enquête participative à tous les niveaux est respecté. La constitution de l’équipe ou teambuilding est que les membres de l’équipe sont sélectionnés sur la base de niveau académique et surtout de l’expérience d’enquêtes en milieu rural et la facilitation d’adaptation aux us et coutumes ainsi que de dialectes locaux. La formation s’est déroulée au siège et dispensée par l’équipe du Consultant avec l’intervention d’un technicien de l’INSTAT. La formation comprend : la remise à niveau du système d’approche vis-à-vis des autorités et des ménages à enquêter ; le dénombrement (délimitation et balayage systématique) ; la familiarisation et le remplissage des questionnaires communautaire et individuel ; le respect de planning et du système de contrôle pour les superviseurs ; la séance de simulation ; et, la pratique sur terrain (enquête pilote dans la commune d’Alasora dela région d’Antananarivo Avaradrano).

Cabinet RADSE

5

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

1.3.4. PHASE DE COLLECTE DE DONNÉES La collecte de données s’est tenue du 12 novembre au 06 décembre 2013. Etant donnée la multitude des données à recueillir, il a été recommandé, sauf en cas de force majeure, de mettre en œuvre le questionnaire auprès du chef de ménage ou de sa conjointe pour mieux garantir des réponses fiables. L’équipe de terrain est constituée de 12 enquêteurs et de 3 superviseurs. Elle est assistée par des coordonnateurs administratifs et technique et un encadreur/formateur. Les étapes de collecte sont :  la compilation des données existantes au niveau central  le dénombrement et l’enquête proprement dite5 1.3.5. TRAITEMENT INFORMATIQUE6 Il s’agit de bien organiser l’opération de saisie. Une méthodologie de saisie et de contrôle systématique est mise en œuvre afin d’éviter tout risque d’erreur. Différentes étapes sont de ce fait suivies :           Ecriture des programmes de saisie et d’apurement selon le logiciel CsPRO Elaboration de masque de saisie sous logiciel CsPro Base de données sous format SPSS et Excel Ecriture et test du programme de sortie des tableaux de résultats sous SPSS ; Recrutement/formation des opérateurs de saisie ; Réception des questionnaires remplis et codifiés : contrôle d’exhaustivité suivant la liste fournie par les superviseurs, enregistrement dans le registre de suivi et de traitement ; Saisie des données proprement dite ; Contrôle d’exhaustivité des fiches saisies, contrôle de vraisemblance et de cohérence des données à l’aide d’un programme ; Apurement des données saisies avec la participation des superviseurs ; Edition des tableaux tenant compte des indicateurs retenus et respectant les formats appropriés.

1.3.6 ANALYSE DES DONNÉES Les résultats sont focalisés sur les indicateurs retenus pour les périodes 2010 et 2011 pour maintenir l’option de comparabilité et d’analyse tendancielle. Les données issues des tableaux de résultats quantitatifs sont analysées statistiquement avec l’appui de celles qualitatives tout en se basant sur les impacts de la crise 2009.

5 6

Rapport de mise en œuvre et de collecte Rapport sur le traitement informatique et base de données
6

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

PARTIE II : PRESENTATION DES RÉSULTATS
2.1 ECHANTILLON L’enquête est menée auprès de 583 ménages des 15 communes du district d’Ambovombe. La taille de ménage est comprise entre 4,5 et 7,3 individus par ménage. La taille moyenne est égale à 5,7.
Tableau 1: Effectifs des ménages enquêtés, nombre d’individus par ménage et taille du ménage

Commune Ambovombe Erada Anjeky Akilikira Analamary Amboanaivo Maroalomainty Maroalopoty Ambondro Ambazoa Sihanamaro Marovato Befeno Antanimora Sud Andalatanosy Ampamatà Jafaro Ensemble
Source : ESVMR 2012

Nombre de ménages enquêtés 121 30 30 28 30 30 30 30 30 30 30 30 46 31 57 583

Nombre d’individus vivant dans les ménages enquêtés 673 158 189 194 173 218 214 172 163 184 180 138 222 139 301 3318

Taille de ménage 5,6 5,3 6,3 6,9 5,8 7,3 7,1 5,7 5,4 6,1 6,0 4,6 4,8 4,5 5,3 5,7

2.2 Caractéristiques sociodÉmographiques 2.2.1 POPULATION Au cours des années 2010, 2011 et 2012, les indicateurs reflètent une population relativement jeune (illustré par le pyramide d’âge plus loin) avec 3 individus sur 5 de « moins de 18 ans », aux taux respectifs par rapport à l’ensemble de la population de 61,7 %, 60,8% et 60,5% ; tandis que ceux âgés de « 55 ans et plus » ne représentent que 6,1 %, 6,0% et 6,5%. L’âge moyen est de 18,8 ans pour 2011 et 19,3 ans pour 2012. Au moment de l’enquête, presque la majorité de la population a été présente aux alentours de 99,0%.

Cabinet RADSE

7

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 2 : Structure de la population selon les groupes d’âge

Groupe d’âges Effectif < 6 ans 6 – 10 ans 11 – 14 ans 15 – 17 ans 18 – 24 ans 25 – 34 ans 35 – 54 ans 55 ans et plus Ensemble Age moyen Age médian Présent Absent Ensemble
Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

2010 2907 22.6 19.1 12.4 7.6 10.7 9.6 12.1 6.1 100.0 19.0 13.0 99.2 0.8 100.0

2011 2872 24.4 19.3 10.5 6.6 11.3 10.6 11.5 6.0

Homme 1618 22,9 18,9 12,4 7,7 12,0 7,9 11,2 7,0

2012 Femme 1700 22,6 18,3 9,8 8,2 11,5 10,4 13,2 6,1 100.0 19,5 14,0 99,6 0,4 100,0

Ensemble 3318 22,8 18,6 11,1 8,0 11,7 9,2 12,2 6,5 100.0 19,3 14,0 99,5 0,5 100,0

100.0 100.0 19,0 18.8 13,0 13.0 Statut de résidence 98.4 99,3 1.6 0,7 100.0 100,0

Pour l’année 2012, un individu sur 5 a « moins de 6 ans » respectivement 22,7% pour les fillettes et 22,9% pour les garçonnets ; et la population féminine a une espérance de vie plus longue car 5,8% a plus de 60 ans contre 3,3% pour la gent masculine.
Tableau 3: Composition des membres de ménages selon les groupes d’âge

Effectif ménages moins d'un an 01 à 05 ans 06 à 10 ans 11 à 15 ans 16 à 20 ans 21 à 40 ans 41 à 60 ans 61 ans et plus Ensemble
Source : ESVMR 2012

Homme Effectif 409 87 481 478 361 298 497 220 82 2504

% 3,5 19,2 19,1 14,4 11,9 19,8 8,8 3,3

Sexe du CM Femme Effectif % 174 25 3,1 163 20,0 138 17,0 119 14,6 114 14,0 131 16,1 77 9,5 47 5,8 814 100,0

Ensemble Effectif % 583 112 644 616 480 412 628 297 129 3318 3,4 19,4 18,6 14,5 12,4 18,9 9,0 3,9 100,0

100,0

Cabinet RADSE

8

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Figure 1 : Pyramide d’âge pour l’année 2012

2.2.2 MÉNAGE  Sexe des chefs de ménage
Figure 2 : Répartition par genre du chef des ménages enquetés

Pour l’année 2012, 70,3% des ménages sont dirigés par les hommes contre 29,7 % pour les femmes.

Age des chefs de ménage

Au cours des trois périodes, l’âge moyen des chefs de ménage restent quasiment le même à environ 45 ans et seulement un chef de ménage sur 10 a moins de 25 ans.
Cabinet RADSE
9

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

En général, plus de 25,0 % des chefs de ménages sont âgés de « 55 ans et plus ». A ce point, les ménages ont tendance à être dirigés par des hommes vieux et agés, car, les chefs de ménages âgés de « moins de 24 ans » ne représente que d’environ 10,0 % de l’ensemble. Pour l’année 2012, les femmes chefs de ménage âgés de « 55 ans et plus » sont en surnombre par rapport aux hommes chefs de ménages respectivement de 39,1 % et de 26,9 %. Cette tendance dominatrice des femmes chef de ménage a eté la même que dans le rapport anterieur parce que ces femmes ne deviennent chef qu’après leur divorce ou le décès de leurs maris.
Tableau 4 : Taux des chefs de ménage selon l’âge

Groupes d’âge du CM Effectif répondant Proportion des ménages Moins de 24 ans 25 - 34 ans 35 - 54 ans 55 ans et plus Ensemble Age moyen du CM Age médian du CM
Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

2010 500 100,0 9.2 22.6 41.0 27.3 100.0 44.5 42

2011 500 100,0 10.8 24.1 39.4 25.8 100.0 44,4 45,6

Homme 409 70,2 11,5 18,6 43,0 26,9 100.0 44,0 41,0

2012 Femme 174 29,8 17,2 17,8 25,9 39,1 100.0 47,3 49,0

Ensemble 583 100,0 13,2 18,4 37,9 30,5 100.0 45,0 43,0

Taille de ménage et statut matrimonial

En général, il n’y a pas de changement majeur au niveau de la taille moyenne de ménage. En 2010 et 2011, un ménage est composé en moyenne de 5,9 individus et en 2012, elle est de 5,7 individus. Ce chiffre moyen est largement supérieur à la tendance nationale qui est de 4,8. On remarque l’importance de taille de « 7 individus et plus » par ménage représentant respectivement 37,2% des ménages en 2010, 36,5% en 2011 et 35,2% pour 2012. En 2012, les ménages dirigés par les hommes comportent plus de personnes. Selon le statut matrimonial, plus de 3 ménages sur 5 sont dirigés par les « chefs de ménages vivant en union » (marié légalement ou par coutumier et en union libre).
Tableau 5: Taux des chefs de ménage selon la taille de ménage et le statut matrimonial

2010

2011 Taille du ménage

Homme 34,7 24,9 40,4 100,0 6,1

2012 Femme 55,2 21,8 23,0 100,0 4,7

Ensemble 40,8 24,0 35,2 100,0 5,7

1 à 3 personnes 4 à 6 personnes 7 personnes et plus Ensemble Taille moyenne des ménages

37,5 25,2 37,2 100.0 5.9

38,0 25,5 36,5 100.0 5,9

Cabinet RADSE

10

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

2010

2011

Homme

2012 Femme

Ensemble

Statut marital des ménages Chef vit en union Monoparental Polygame/Polyandre Ensemble 64,2 30,6 5,2 100,0 70,3 26,5 3,2 100,0 84,3 6,8 8,9 100,0 4,0 90,8 5,2 100,0 60,4 31,9 7,7 100,0

Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

2.2.3 Migration et déplacement  Migration

Les aléas climatiques et catastrophes naturelles aggravés par la crise sociopolitique de 2009 ont beaucoup frappé le district d’Ambovombe. Ceux-ci amènent des raisons pour la population à la recherche de la sécurité et de l’amélioration des conditions de vie, d’où l’intensification du phénomène de la migration qui se résulte de deux manières : l’immigration pour la première raison et l’émigration pour la seconde composée essentiellement à la recherche de travail ou de nouvelles terres cultivables selon l’enquête communautaire.  Migration selon les caractéristiques sociodémographiques Certains facteurs tels que le statut matrimonial, l’âge et le niveau d’instruction des individus sont étroitement liés à la migration. Pour le facteur « statut matrimonial », il est constaté que les gens « célibataires » sont les plus attirés par la migration aux taux respectifs de 38,5%, 48,0% et 44,3% au cours des trois périodes. Corollairement, les gens de « moins de 25 ans » sont les plus mobiles dont les taux respectifs sont de 54,9%, 55,3% et 50,0%. Tandis que les « sans instruction » disposent les taux plus élevés de 47,5%, 54,3% et 51,3%. Pour l’année 2012 dans le district d’Ambovombe, si les hommes « célibataires » (47,2 %) sont plus mobiles par rapport aux femmes (41,9%), pour les moins jeunes de « moins de 25 ans », la mobilité est fréquente chez les femmes (53,5%) que chez les hommes (45,8%) ; tandis que selon le niveau d’instruction, la proportion des individus concernés « sans instruction » est sensiblement égale avec des taux de 53,5% pour les femmes contre 48,6% pour les hommes.

Cabinet RADSE

11

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 6: Migration selon les caractéristiques sociodémographiques

2010 Effectif répondant Marié légalement Marié coutumièrement Union libre Divorcé / séparé Veuf / veuve Célibataire Ensemble < 25 ans 25 - 34 ans 35 -54 ans 55 ans et plus Ensemble

2011

2012 Homme 72 5,6 37,5 6,5 2,8 0,4 47,2 100.0 Femme 86 Ensemble 158 3,8 37,3 5,8 6,3 2,5 44,3 100.0 50,0 13,9 20,3 15,8 100.0 51,3 29,7 12,7 6,3 100.0

44 157 Migration selon la situation matrimoniale de l’individu 2,4 38,5 6,8 11,4 2,4 38,5 100.0 5,1 34,6 9 2,3 1 48 100.0

2,3 37,2 4,6 9,3 4,7 41,9 100.0 53,5 14,0 22,1 10,5 100.0 53,5 29,1 14,0 3,5 100.0

Migration selon les groupes d’âge 45,8 54.9 55.3 13,9 17.9 19.8 18,1 18.5 18.0 22,2 8.7 6.9 100.0 100.0 100.0

Migration selon le niveau d’instruction Sans instruction / préscolaire 48,6 47.5 54.3 Primaire 30,6 24.9 28.8 Secondaire 1er cycle 11,1 9.3 12.1 Secondaire 2nd cycle 9,7 18.3 4.3 Supérieur 0.6 100.0 Ensemble 100.0 100.0
Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

Migration selon la provenance

La migration concerne en premier lieu les flux avec les « districts d’autres régions » (les gens à la recherche de travail selon l’enquête communautaire) dont les taux s’élèvent à plus de 50,0%, respectivement 69,7%, 68,7% et 50,0% pour les trois années consécutives. Au vu de ces taux, celui de l’année 2012 a fortement diminué par rapport à ceux de 2010 et 2011 que l’on peut interpréter comme la continuité des impacts de la crise 2009. Pour l’année 2012, il est observé que les hommes sont plus mobiles part rapport aux femmes quand la distance devient importante et les taux sont respectivement de 54,2% et de 46,5%. En second lieu se présente la migration intra district (respectivement 30,3%, 20,7% et 41,8%) lequel consiste à la recherche de nouvelles terres cultivables ou pour des raisons d’affection familiale (rapprochement et mariage). Contrairement à la migration des districts d’autres régions, on remarque l’existence d’une mobilité interne plus intense des femmes (47,7%) au sein du même district contre 34,7% pour les hommes.

Cabinet RADSE

12

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 7 : Taux de migration selon les lieux de provenance et les motifs 2012 Homme 72 Femme 86 Ensemble 158

2010 Effectif répondant 44

2011 157

Lieu de provenance/destination Même district Districts de la même région Districts des autres régions Ensemble Travail Education Mariage Confier ses enfants à d'autres familles Raisons de santé Autres, dont : Rapprochement familial Obligations familiales Autres motifs 69.7 100.0 38.3 16.8 6.8 14.6 1.5 22.0 30.3 20.7 10.6 68.7 100.0 Motifs de la migration 23,9 0,0 20,5 5,2 4,6 45,8 34,0 3,8 8,0 100.0 52,9 4,3 2,9 0,0 0,0 39,9 27,8 4,2 8,0 100.0 26,7 3,5 15,1 1,2 0,0 53,5 41,9 2,3 9,3 100.0 38,6 3,9 9,5 0,7 0,0 47,3 35,5 3,2 8,7 100.0 34,7 11,1 54,2 100.0 47,7 5,8 46,5 100.0 41,8 8,2 50,0 100.0

Ensemble 100.0 Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

 Déplacement Le déplacement considéré est le flux de la population ne résidant pas dans le chef lieu de district mais y séjourne pour diverses raisons.  Fréquence de déplacement Les motifs de déplacement des ménages sont multiples. Cela peut varier en fonction du sexe ou des activités. L’analyse suivant exclut ceux des ménages vivant dans le chef lieu de district : Ambovombe. Dans l’ensemble, pour les « individus de 6 ans et plus » et au cours des trois périodes 2010, 2011 et 2012, environ 8 individus sur 10 préfèrent ne pas se déplacer. Pour l’année 2012, les femmes (83,5%) préfèrent beaucoup plus de ne pas se déplacer que les hommes (79,8%).

Cabinet RADSE

13

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 8 : Taux des déplacements effectues par les individus âgés de 6 ans et plus au chef lieu de district

Nombre de déplacements Effectif total de déplacements Aucun déplacement 1 à 3 déplacements 4 à 6 déplacements 7 déplacements et plus Individus résidant dans le chef lieu de district Ensemble

2010

2011

2012 Homme 1200 79,8 9,4 8,1 1 1,7 100.0 Femme 1269 83,5 7,6 7,4 0,5 1 100.0 Ensemble 2469 81,7 8,4 7,9 0,7 1,3 100.0

2252 80,8 7,4 2,9 0,2 8,7 100.0

1697 78,2 11,7 5,2 1 3,9 100.0

Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

Déplacement selon l’âge, le statut matrimonial et le niveau d’instruction

Au cours des périodes 2010, 2011 et 2012, selon l’âge, la population âgée de « 6 à 25 ans » et de « 35 à 54 ans » est plus active aux déplacements vers le chef lieu du district avec respectivement les taux de 32,7%, 36,0% et 43,6% pour la première frange et de 36,7%, 28,3% et 28,8% pour la seconde. La gent féminine est plus mobile que les hommes. Pour l’année 2012, les taux de déplacement étaient de 14,6% pour la tranche (25-34 ans), 28,8% pour la tranche (35-54 ans) s’ils étaient de respectivement 23,9% et 14,6% en 2011. Selon le statut matrimonial, la frange de population « marié coutumièrement » et « union libre » se déplacent plus vers le chef lieu du district avec respectivement 59,6%, 52,2% et 66,4% puis 34,2%, 39,4% et 22,1% ; les « séparé (e), veuf (ve) célibataire » sont plus faibles respectivement 0,5%, 0,7% et 2,2%, au cours des trois périodes. Concernant le niveau d’instruction, comme d’habitude les « sans instruction » sont prépondérants pour le déplacement respectivement 65,0 %, 53,7 % et 57,3 %, au cours des trois années consécutives.

Cabinet RADSE

14

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 9 : Taux de déplacement des individus au chef lieu de district ambovombe selon le sexe, les groupes d’age, le statut matrimonial et le niveau d’instruction

Effectif total de déplacements 6 - 25 ans 25 - 34 ans 35 -54 ans 55 ans et plus Ensemble Marié légalement Marié coutumièrement Union libre Séparé / veuf / célibataire Ensemble Sans instruction Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Ensemble

Homme 1200 2252 1697 Déplacement selon les groupes d’âge

2010

2011

2012 Femme Ensemble 1269 2469 43,6 14,6 28,8 13,1 100.0 9,3 66,4 22,1 2,2 100.0 57,3 31,9 9,3 1,5 100.0

32.7 36.0 38,3 49,8 23.4 23.9 15,2 13,9 36.7 28.3 27,6 30,1 7.2 11.8 18,9 6,2 100.0 100.0 100.0 100.0 Déplacement selon la situation matrimoniale de l’individu 5,7 59,6 34,2 0,5 100.0 7,7 52,2 39,4 0,7 100.0 8,6 72,4 17,4 1,6 100.0 10 59,3 27,8 2,9 100.0 48,3 40,2 9,6 1,9 100.0

Déplacement selon le niveau d'instruction 65.0 53.7 65,0 25.8 36.4 24,7 5.7 8.8 9,1 3.5 1.1 1,2 100.0 100.0 100.0

Source : ESVMR 2010 - 2011 – 2012

En 2012, les membres de ménages âgés de 6 ans et plus résidant hors du chef-lieu de district effectuent en moyenne 1 déplacement, la moitié moins de 0,5 déplacement et l’autre moitié plus de 0,5 déplacement. Ces caractéristiques sont beaucoup plus élevées chez les hommes que chez les femmes (1 déplacement contre 0,8). Ces chiffres ont diminué plus de la moitié comparés à ceux de 2011 et 2012.

Cabinet RADSE

15

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 10: Caractéristiques de déplacements effectues par les membres de ménages résidant en dehors du chef lieu de district et âgés de 6 ans et plus selon le sexe

Nombre d’individus Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 117 121 238 201 173 374 243 209 452

Médiane 2010 2 2 2 2011 2 2 2 2012 0,6 0,4 0,5

Moyenne

Intervalle de confiance 2.1 2.3 2.3 2.6 2.5 2.7 0,8 0,6 0,8 2.8 3.0 2.8 3.3 3.4 3.2 1,2 0,9 1,0

2.4 2.6 2.5 3.0 2.9 3.0 1,0 0,8 0,9

Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

 Motifs de déplacement Sur l’ensemble des motifs, le marché attire beaucoup plus de mobilité pour les ménages, étant donné que la majorité des ménages enquetés vivent en milieu rural et ont pour activité principale l’agriculture et l’élevage. Au cours des années 2010, 2011 et 2012,comme premier motif, les gens vont au marché tout simplement pour acheter (respectivement 66,4%, 47,1% et 53,6%), car la détérioration de la production due aux phénomènes des aléas climatiques et d’impacts de la crise 2009, n’a pas permis l’affluence des échanges commerciales que les taux de « vendre au marché » ne représentent respectivement que 16,0%, 20,8% et 15,3%. En général, quelque soient les motifs, les femmes sont plus dynamiques pour les déplacements.
Tableau 11: Motifs de déplacement

Principal motif de déplacement Effectif individus ayant déplacé Aller au marché Vendre au marché Education Travail Services administratifs Institution de santé Obligation / visite familiale Autres: loisirs,… Ensemble

2010

2011

2012 Homme 243 50,2 12,4 4,1 4,6 2,1 4,1 6,6 15,8 100.0 Femme 209 57,6 18,7 4,7 2,9 1,4 4,7 5,4 12,0 100.0 Ensemble 452 53,6 15,3 4,7 2,9 1,4 4,7 5,4 12,0 100.0

238 66.4 16.0 0.8 2.1 1.3 5.9 7.1 0.4 100.0

374 47.1 20.8 0.0 6.6 0.7 3.9 12.8 8.1 100.0

Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012
16

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Caractéristiques de déplacement selon le secteur d’activité

Pour les périodes 2010, 2011 et 2012, les individus qui exercent leurs activités dans le secteur primaire effectuent le plus de déplacements avec en moyenne respectivement 2,5, 3,1 et 1,15 déplacements par individu dans le mois. La fréquence de déplacement a beaucoup diminué en 2012 par rapport à 2011 pour les raisons que la production a régressé et le pouvoir d’achat amenuisé.
Tableau 12: Caractéristiques des déplacements selon les secteurs d'activités 2010 Secteur d’activité Inactifs Primaire Secondaire 2011 2012

Intervalle de Intervalle de Intervalle de Effectif Moyenne confiance Effectif Moyenne confiance Effectif Moyenne confiance (95%) (95%) (95%) 25 197 4 2,5 2,5 3,0 0,4 0,1 0,6 1,8 2,2 1,1 1,8 37 320 0 17 2,4 3,1 2,5 1,9 2,8 2,5 2,8 3,4 3,3 1126 1180 33 115 0,63 1,15 0,15 0,91 0,42 0,98 0,33 0,83 1,35 1,50

-0,05 0,35

12 2,8 0,4 Tertiaire Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

Caractéristiques du nombre de déplacements en 2012

Selon le sexe, les hommes se déplacent plus que les femmes à Ambovombe ville, respectivement en moyenne 4,91 et 4,68 déplacements en un mois.
Tableau 13 : Caractéristiques du nombre de déplacements des membres du ménage au cours des 30 derniers jours

Sexe Homme Femme Total

Effectif 246 212 458

Médiane 4,00 4,00 4,00

Moyenne 4,91 4,68 4,80

Ecart-type 6,350 6,251 6,299

Erreur standard de la moyenne 0,40 0,43 0,29

Source : ESVMR 2012

Caractéristiques des dépenses selon le sexe et la taille de ménage en 2010, 2011 et 2012

Ce paragraphe cherche à catégoriser les ménages suivant le niveau des dépenses totales de transport au cours des 30 jours précédant l’enquête. Les hommes dépensent beaucoup plus en déplacement que les femmes. Au cours des trois périodes, les dépenses effectuées par les hommes n’ont pas cessé d’augmenter respectivement de + 141,9 % en 2011 par rapport 2010 et de + 10,5% en 2012 par rapport à 2011. Il en est de même pour les ménages de taille inférieure ou égale à 4 où l’augmentation est respectivement de + 178,1% en 2011 par rapport à 2010 et de + 109,5% en 2012 par rapport à 2011.

Cabinet RADSE

17

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 14: Dépenses en transport pendant les 30 derniers jours avant l’enquête 2010 N Masculin Féminin ≤4 5-6 7 ou plus 26 3 4 13 12 Médiane 15000 10000 10000 15000 8000 Moyenne 16634 12491 8326 19824 14009 N 15 3 4 4 10 18 2011 Médiane Moyenne 12000 8000 12000 5000 10000 40 202 19 384 23 154 77 884 26 567 N 149 1 22 11 117 150 2012 Médiane Moyenne 14 000 3 000 10 000 8 000 16 000 44 413 3 000 48 500 48 909 49 940

Dépenses de transport selon le sexe du chef de ménage (en Ar)

Dépenses de transport selon la taille du ménage (en Ar)

Ensemble 29 Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

En 2012, pour le chef de ménage homme, les dépenses de transport s’élèvent en moyenne 44 413 Ar (40 212Ar en 2011) ; 50% des ménages dépensent moins de 14 000 Ar (12 000Ar en 2011) et 50% plus de 14 000Ar pour cette catégorie de ménages. Selon la taille, toujours en 2012, pour les ménages de « moins de 5 personnes », la moyenne de dépenses de transport est de 48 500Ar (23 154Ar en 2011), 50% des ménages dépensent moins de 10 000Ar et 50% plus de 10 000Ar ; tandis que, pour les ménages composés de « 5 à 6 personnes », la dépense moyenne de transports s’élève à 48 909Ar (77 884Ar en 2011) et la dépense médiane est de 8 000Ar, et enfin, pour les ménages de « 7 personnes ou plus », cette dépense moyenne est de 49 940Ar (26 567Ar) tandis que la dépense médiane correspondant à 50% des ménages est évaluée à 16 000Ar.
Tableau 15 : Dépenses mensuelles en transport (en Ar)

2010 Effectif Moyenne Sexe du CM Homme Femme Taille du ménage inférieur ou égal à 4 5à6 7 et plus Niveau de révenu R (en Ar.) R < 50 000 50 000 ≤ R < 100 000 100 000 ≤ R < 300 000 300 000 ≤ R < 500 000 R ≥ 500 000
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2011 Effectif Moyenne 15 3 4 4 10 4 4 8 2 40 202 19 384. 23 154 77 884 26 567 26 087 46 535 10 664 125 620

2012 Effectif 23 1 8 2 14 14 1 5 4 Moyenne 44 413 3 000 48 500 48 909 49 940 49 571 50 000 11 900 55 250

26 3 4 13 12 4 7 10 4 4

16 634 12 491 8 326 19 824 14 009 7 401 9 151 15 617 32 364 21 291

Durant les 3 séries d’enquêtes 2010-2011 et 2012, une augmentation significative de dépenses en transport a été enregistrée surtout au niveau des ménages ayant une tranche de « revenu moins de 50 000 Ar » et « 50 000 à 100 000 Ar ».
Cabinet RADSE
18

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Figure 3 : Evolution des dépenses moyennes en transport au cours du mois précédant l’enquête (en 000 ar)

Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2.2.4

Eau et assainissement

La sécheresse est une catastrophe naturelle et cyclique en permanence dans le district d’Ambovombe. Multiples facettes d’approvisionnement eau très variées produisent de qualité d’eau différente.  Approvisionnement en eau selon son utilisation

Les résultats des 3 séries d’enquêtes montrent que l’accès à la « source d’eau ameliorée » s’est regressée de facon significative au cours de ces trois dernières années. Si en 2010, 27,3% des ménages ont pu accéder à la « source ameliorée » pour la boisson et cuisson, durant l’enquête 2012, ce chiffre a baissé de 13,2%. Il en est de même pour l’usage en lavage et lessive. Evidement, cette diminution en accès à la « source ameliorée » est au profit de la « source non ameliorée ». En effet, la proportion des ménages qui utilise l’eau de cette source connait une augmentation moins que proportionnel par rapport à la source améliorée. Ci après un tableau montrant l’évolution de l’accès à ces deux sources durant les trois séries d’enquête.
Tableau 16: Sources d’approvisionnement en eau de boisson et de cuisson 2010 2011 2012 Boisson et Lavage Boisson Lavage et Boisson et Lavage et cuisson et lessive et cuisson lessive cuisson lessive 500 500 583 27.3 26.1 21.9 19.6 13.2 11.7 0.3 0 3.5 3.3 0,2 0,2 6.2 5.9 9.3 8.1 2,7 2,6 7.4 6.2 2,9 2,9 14.3 0.2 14.3 0.4 7.9 0.2 7.3 0.2 7,2 0,2 5,8 0,2
19

Source d’approvisionnement Effectif Source améliorée Branchement particulier Borne fontaine Puits avec pompe à motricité humaine Puits aménagé sans système de pompage Source protégée

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Source d’approvisionnement Effectif Source non améliorée Puits traditionnel Source non protégée Lac, rivière, ruisseau Citerne Retenue d'eau après la pluie Eau de pluie Autres Impluvium Ensemble Source : ESVMR 2010 – 2011 – 2012

2010 2011 2012 Boisson et Lavage Boisson Lavage et Boisson et Lavage et cuisson et lessive et cuisson lessive cuisson lessive 500 500 583 72.7 73.9 78.1 80.4 86.8 88.3 13.6 13.3 38.9 38.7 42,0 43,2 2.7 3.5 2.7 2.7 1,0 2,1 16.2 18.8 28.1 29.4 29,0 29,5 17.5 1.6 1.6 16.3 0,9 0,9 15.4 16.4 0.6 0.6 5,1 5,1 1.9 1.6 0.1 0.1 1,2 1,2 0.9 0.9 0.4 0.4 7,5 6,3 10.4 10.2 100.0 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0

Figure 4 : Evolution des différentes sources d’accès à l’eau

Acces à la source améliorée

Acces à la source non améliorée

Assainissement

La plupart des ménages ne se préoccupent pas de rendre l’eau à boire plus saine. Seul 8,2% procède à « bouillir l’eau » et 6,3% laissent l’ « eau reposée avant de la boire ».
Tableau 17: Pratique habituelle pour rendre l'eau de boisson plus saine Système Effectif Faire bouillir Ajouter de l'eau de javel/Sur’eau ou de chlore Filtrer à travers un linge Utiliser de filtre (céramique, sable, composite,..) Désinfecter par les rayons solaires Laisser reposer Eau déjà potable Ne sait pas Rien Autres Ensemble Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012 2010 500 8.4 0.8 0.1 7.5 4.6 0.0 1.5 77.0 4.6 100,0 2011 500 26.5 4.7 1.0 2.6 0 14 12,4 3,6 35,2 0 100,0 2012 583 8,2 1,9 0,9 0,0 4,3 6,3 3,1 0,5 74,6 0,2 100,0

Cabinet RADSE

20

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

 Accès à l’eau Les trois principaux problèmes de l’accès à l’eau sont les résultats de la sécheresse induisant différentes sources dont certaines sont hors normes en eau potable, entrainant ainsi la « mauvaise qualité de l’eau » (16,8%), l’ « éloignement des lieux d’approvisionnement » (23,7%) et le « prix élevé », lorsqu’elle est payante (13,6%).
Tableau 18: Problème en matière d'accès a l'eau Genre de problème Effectif Coupures momentanés Tarissement Diminution de débit Pas assez d'eau Mauvaise qualité de l'eau Longue queue Prix élevé Eloignement Aucun problème Autre Ensemble Source : ESVMR 2010 – 2011 – 2012 2010 500 1.0 18.5 12.9 6.7 7.5 1.9 11.2 29.6 10.3 0.5 100,0 2011 500 0.6 8.7 3.8 14.8 13.3 2.3 17.0 22.4 16.8 0.4 100,0 2012 583 0,5 11,8 11,1 12,7 16,8 0,7 13,6 23,7 7,2 1,9 100,0

 Approvisionnement en eau payante
Selon le résultat, plus de la moitié des ménages (51,1%) enquêtés s’approvisionnent en eau payante. Parmi eux, la majorité (84,4%) arrive à payer en totalité leur part d’eau. Pour ceux qui n’arrivent pas à payer qu’en partie, les ménages (76,1%) évoquent le « prix de l’eau trop elevé » et qui ne correspond plus à la gestion budgetaire de la famille. Tableau 19: Approvisionnement en eau payant

Arrive à payer Effectif L’eau est-elle payante ? Oui 298 Non 285 Ensemble 583 Le ménage arrive-t-il à payer ? Oui 248 Non 21 En partie 25 Ensemble 294 Ne peut que payer en partie ou pas du tout, pourquoi ? Pas prioritaire au revenu de ménage 2 Prix trop élevé 35 Refus de la pratique 2 Autre 7 Ensemble 46
Source : ESVMR 2012

% 51,1 48,2 100,0 84,4 7,1 8,5 100,0 4,3 76,1 4,3 15,2 100,0

Cabinet RADSE

21

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

 Utilisation de latrine La proportion de ménages (12,3% en 2012) utilisant la latrine a progressé par rapport à 2010 (+3,5%) et 2011 (+5,3%). La majorité d’entre eux (61,1%) la partage avec d’autres ménages ; seulement, 34,7% dispose de latrine individuelle. Pour les autres ménages n’utilisant pas la latrine, 99,0% font leurs besoins dans la nature.
Tableau 20: Mode de l’utilisation d’une latrine

Utilisation de latrine Effectif Oui Non Ensemble Si OUI, N = Pour un seul ménage Partagé avec plusieurs ménages WC public Ensemble Si NON = Dans un pot Dans la nature Rivière, lac, mer Autre Ensemble
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 500 8.8 91.2 100,0 44 54.4 37.7 7.9 100.0 456 0.0 100.0 0.0 0.0 100.0

2011 500 7.0 93.0 100,0 35 53.6 46.4 100.0 465 0.0 99.4 0.0 0.6 100.0

2012 583 12,3 87,7 100,0 72 34,7 61,1 4,2 100,0 511 0,2 99,0 0,8 0,0 100,0

 Utilisation d’une douche 10,8% des ménages concernés « ne prennent pas de douche »; tandis que 55,7% la pratiquent dans des « lieux non fixes » et 16,6% dans la « rivière, lac et mer ».
Tableau 21: Utilisation d’une douche

Lieu pour la douche Coin douche Rivière, lac, mer Douche publique Lieu non fixe Ne prend pas de douche Autre Ensemble
Source : ESVMR 2012

Effectif 54 97 11 325 63 33 583

% 9,3 16,6 1,9 55,7 10,8 5,7 100,0

Hygiène (lavage des mains)

Environ pour les trois périodes, la moitié des ménages « ne se sert pas de savon » pour laver les mains et 1 ménage sur 3 le fait « moins de 2 fois par jour » et « quelquefois dans la semaine ».

Cabinet RADSE

22

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 22: Pratique du lavage des mains avec du savon

Utilise-t-on le savon pour laver les mains? Effectif Toujours 2 à 3 fois par jour Moins de 2 fois par jour Quelquefois dans la semaine Jamais Ensemble
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 500 5,3 4,7 8,5 32,7 48,8 100,0

2011 500 5.8 5.7 5.7 29.9 52.9 100,0

2012 583 8,9 7,5 6,7 23,3 53,5 100,0

Raisons de ne pas utiliser le savon pour les mains

Le motif le plus évoqué à l’inutilisation de savon pour se laver les mains est le « manque d’argent » avec plus de 70,0% des réponses émises pour les trois périodes ; environ un ménage sur 5 n’utilise pas « par habitude ».
Tableau 23: Raisons du fait de ne pas se laver la main avec du savon

Utilise seulement moins de 2 fois par jour, quelquefois dans la semaine ou jamais, pourquoi? Effectif Us et coutumes Pas nécessaire Manque/pas d'argent Par habitude Autres moyens préconisés Autre Ensemble 2010 475 0.8 3.0 74.3 19.6 2.1 0.1 100,0 2011 469 0.6 3.2 78.4 17.3 0.5 100,0 2012 490 0,2 4,7 72,7 17,3 2,9 2,2 100,0

Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012 et propres calculs cabinet d’études RADSE

2.2.5

Education

Le mot d'éducation7 a été parfois employé dans un sens très étendu pour désigner l'ensemble des influences que la nature ou les autres hommes peuvent exercer soit sur notre intelligence, soit sur notre volonté. Elle comprend tout ce que nous faisons par nous-mêmes et tout ce que les autres font pour nous dans le but de nous rapprocher de la perfection de notre nature. Le but de l'éducation est de développer dans chaque individu toute la perfection dont il est susceptible. A Madagascar, des réformes éducatives ont été apportées depuis l’année 2002. Malheureusement, l’existence de la crise politique en 2009 n’a pas permis l’aboutissement de certains processus de réforme. L’analyse qui suit, met en lumière dans un premier temps la fréquentation scolaire de la population suivie du niveau d’instruction de la population âgée de 6 ans et plus. Ensuite, elle traitera la scolarisation des enfants et, enfin, les principaux problèmes soulevés et les impacts de la crise 2009 sur la scolarisation.
7

Émile DURKHEIM, « Education et sociologie », 1922
23

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

 Instruction o Instruction pour la population Parmi les types de scolarisation existants, les écoles publiques sont les plus fréquentées dans le milieu rural à Madagascar. Dans le système éducatif malgache, l’âge de rentrée en classe primaire est fixé à 6 ans. Toutefois, cette âge varie suivant l’espace géographique et aussi en fonction de la possibilité des parents à scolariser ses enfants. Ci après, un tableau comparatif du résultat des trois séries d’enquêtes concernant l’âge moyen de scolarisation des enfants.
Tableau 24 : Age d’entrée à l’école

SEXE Garçons Filles Ensemble

2010 Effectif Age moyen 57 6.5 72 7.0 129 6.8

Effectif 45 37 82

2011 Age moyen 7.1 6.2 6.7

2012 Effectif Age moyen 119 7,0 148 6,5 267 6,7

Source : ESVMR 2010 - 2011 – 2012

Ce tableau montre que l’âge moyen d’entrée en classe passe de 6,5 ans à 7 ans entre 2010 et 2012. De là, on remarque une retard de scolarisation des enfants entre l’année 2010 et 2012. Néamoins, ce sont toujours les garçons qui sont plus âgés que les filles. Les sous parties suivantes montre l’ampleur du degré d’instruction au niveau des enfants âgés entre 6 et 17 ans et aussi au niveau des chefs de ménages. o Instruction pour les enfants âgés de 6 à 17 ans

Ici, l’objectif est de relater le niveau d’instruction de la population à partir de la tranche d’âge 6 à 17 ans. Cette tranche d’âge de 6 à 17 ans correspond à l’âge théorique d’admission des enfants à l’école jusqu’à l’obtention du baccalauréat. o Population de 6 ans et plus selon le seuil d’instruction Les résultats des trois séries d’enquêtes montrent que plus de la moitié de la population âgée de 6 ans et plus reste « sans instruction » (respectivement 58,6 %, 59,8% et 51,9 %). Pour ceux qui ont fréquenté le « niveau primaire » entre 2010 et 2012, on remarque une progression chez les hommes et plus significative chez les femmes, respectivement régression de 3,3% des individus concernés à 5,3% et de 2,2% à 6,8%.

Cabinet RADSE

24

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 25: Seuil d’instruction 2010 Sans instruction 2011 Sans instruction 2012 Sans instruction

Primaire

Primaire

Sexe Masculin ≥ 6 ans Féminin ≥ 6 ans Groupe d’âge 6 - 10 ans 11 - 14 ans 15 - 17 ans 18 - 24 ans 25 - 34 ans 35 - 44 ans 45 - 54 ans 55 ans et plus 6 ans et plus 553 359 220 309 277 213 139 177 2248 1327 61.5% 34.6% 41.0% 53.5% 67.9% 69.6% 78.0% 85.7% 58.6% 63.8% 0.2% 5.5% 6.9% 2.9% 2.9% 1.8% 2.1% 0.7% 2.7% 3.0% 553 301 188 323 304 170 159 172 2170 1318 68.4% 36.7% 40.%9 46.4% 62.0% 70.9% 77.3% 87.5% 59.8% 61.5% 0.0% 3.2% 7.9% 3.9% 3.0% 1.9% 4.0% 0.0% 2.6% 3.5% 616 367 264 389 304 239 166 217 2 562 1 579 45,5% 32,4% 33,3% 45,5% 62,8% 75,3% 70,5% 81,6% 51,9% 58,9% 0,6% 13,1% 11,0% 7,2% 6,6% 5,0% 4,8% 2,8% 6,0% 6,5% 1 091 1 157 58.6% 58.6% 3.3% 1 052 2.2% 1 117 63.9% 55.9% 2.1% 2.9% 1 247 1 315 54,5% 49,4% 5,3% 6,8%

15 ans et plus Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Malgré l’évolution constatée pour le niveau primaire, peu d’entre eux arrive à terminer leur étude en « niveau secondaire 2nd cycle complet » et décrocher le diplôme de baccalauréat avec respectivement 0,9 % en 2011 et 1,9 % en 2012, des taux largement inférieurs par rapport au niveau national qui est de 2,1%.
Figure 5 : Evolution du seuil d’instruction de la population de 6 ans et plus

Primaire
25

Effectif

Effectif

Cabinet RADSE

Effectif

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

o Instruction du chef de ménage Dans la plupart des pays en développement, les femmes présentent des taux d'alphabétisation8 systématiquement inférieurs à ceux des hommes. Au cours des trois périodes, la tendance est la même et les chefs de ménage ont un niveau d’instruction faible, si autour de 70,0% reste « sans instruction », seulement, 20,0 % a fréquenté le « niveau primaire ». Le niveau d’instruction des chefs de ménages a une grand répercussion sur le vie quotidienne des ménages surtout sur le plan économique où l’on note un faible pouvoir d’achat avec une économie de subsistance. En général, les hommes ont plus de visibilité sur le cycle secondaire que les femmes (9, 3% contre 6, 9 % en 2012).
Tableau 26 : Niveau d’instruction du CM

2012 2010 Effectif Sans instruction Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Supérieur Ensemble 2011 Sexe du CM Homme Femme 174 69,0 24,1 5,2 1,7 100.0 Ensemble 583 70,3 21,1 5,8 2,7 100.0

500 500 409 Niveau d’instruction du Chef de ménage 71.4 21.3 3.7 3.6 100.0 72.3 20.9 4.2 2.3 0.4 100.0 70,9 19,8 6,1 3,2 100.0

Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

L’étude comparatif sur les deux résultats ESVMR 2011 et 2012 montre qu’il y a : une nette diminution des chefs de ménage femmes « sans instruction » (ESVMR 2011-2012) : 72,3% à 70,3% ;  une diminution des chefs de ménages homme ayant vécu en classe primaire et ceux en faveur des femmes (ESVMR 2011-2012) : 24,1% contre 19,8% ;  une augmentation de la proportion des chefs de ménages ayant subi le premier du cycle secondaire (ESVMR 2011-2012) : 4,2% contre 6,2%. Tenant compte de l’ESMVR 2010, on constate que les chefs de ménages ayant suivi le « cycle secondaire » est en baisse.
8

Pour appréhender ce problème, deux définitions ont été retenues :

- la première que l'on qualifiera de « stricte » considère comme alphabète toute personne, âgée de 15 ans et plus, sachant lire sans aucune difficulté, écrire et compter. - la deuxième définition, moins contraignante, englobe dans le terme d'alphabète, l'ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus, qui déclarent se débrouiller en lecture, et qui maîtrise l'écrit et le calcul. On parlera d'alphabète « au sens large ».

Cabinet RADSE

26

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Figure 6: Niveau d’instruction des chefs de ménages selon le genre en 2012

Scolarisation

o Taux de scolarisation L’indicateur utilisé pour décrire l’état de la scolarisation actuelle est le taux de scolarisation. Mais ce taux ne se référent qu’au niveau des investissements de l’éducation formelle. Pour mieux situer dans l’analyse, deux indicateurs vont être mise en exergue: le TBS9 et le TNS10
Tableau 27: Taux de scolarisation 2010 TBS 104.1% 18.3% 8.4% 2011 TBS 96.2% 16.1% 8.1% TBS 119,8% 46,9% 9,8% 2012 TNS 69,6% 16,1% 3,4%

Cycles Primaire 1er cycle

Ages 06-10 ans 11-14 ans

Niveaux niveau 01-05 niveau 06-09

2nd cycle 15-17 ans niveau 10-12 Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

La comparaison des trois séries d’enquêtes montre que le TBS a augmenté de facon significative entre 2011 et 2012 (de 96,2% à 119,8%) à cause de l’entrée tardive des élèves au « niveau primaire » (valeur supérieure à 100%). On note également une déperdition scolaire importante malgré une diminution de l’écart entre le primaire et le premier cycle en 2012. Pour ce qui est des taux nets, ils sont respectivement de 69,6% au primaire et 16,1% au second cycle en 2012. Les écarts ont tendance à se réduire aux niveaux supérieurs, tout en restant à l'avantage des filles.

9

Rapport entre l’effectif de tous les enfants scolarisés au niveau d’un cycle quel que soit leur âge sur l’effectif de tous les enfants de la tranche d’âge théorique afférente à ce cycle.
10

Rapport entre l’effectif des enfants scolarisés au niveau d’un cycle et ayant l’âge standard prévu sur l’effectif des enfants de la tranche d’âge théorique y afférente.
Cabinet RADSE
27

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Toutefois, au niveau du collège, le TBS des filles est en retrait par rapport à celui des garçons (voir tableau 28). Cependant, les problèmes ne se posent pas avec la même acuité selon le milieu géographique considéré. En milieu rural, les problèmes d'offre scolaire, particulièrement aigüs, expliquent les faibles taux de scolarisation, notamment aux niveaux post-primaires. o Scolarisation des enfants âgés de 6 à 17 ans Pour les enfants âgés de 6 à 17 ans, les garçons « jamais été scolarisés » (34,4%) sont en surnombre par rapport aux filles (24,7%). Par contre, on observe une forte « déscolarisation avant » des filles (9,3%) par rapport au garçon (6,3%). Si un fort taux d’abandon scolaire a été enregistré en cette année scolaire actuelle (2012-2013) au niveau de la classe d’âge de 6 à 10ans, c’est au niveau de la classe d’âge de 11 à 17ans qu’il y a une forte déscolarisation des enfants, âges où les garçons vont s’occuper des travaux de champs ou d’élevage et les filles aux travaux ménagers et la préparation à entrer dans la vie de couple.
Tableau 28: Situation de la scolarisation des enfants âgées de 6 a 17 ans

Scolarisés N Sexe Homme Femme Ensemble Groupe d’âge 6 à 10 ans 11 à 14 ans 15 à 17 ans Ensemble Niveau de revenu (R) R< 50 000 50 000 ≤ R < 100 000 100 000 ≤ R < 300 000 300 000 ≤ R < 500 000 R ≥ 500 000 Ensemble
Source: ESVMR 2012

Déscolarisés avant N 40 57 97 % 6,3 9,3 7,8

% 59,1 65,6 62,3 71,3 59,1 45,8 62,3

Abandon durant 20122013 N % 1 3 4 4 0 0 4 4 0 0 0 0 4 0,2 0,5 0,3 0,6 0,0 0,0 0,3 0,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,3

Jamais été scolarisés N % N

Total %

373 404 777 439 217 121 777

217 34,4 152 24,7 369 29,6 167 109 93 369 343 20 5 1 0 369 27,1 29,7 35,2 29,6 31,1 28,6 10,4 5,0 0,0 29,6

631 100,0 616 100,0 1247 100,0 616 367 264 1247 1103 70 48 20 6 1247 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

6 1,0 41 11,2 50 18,9 97 7,8 91 3 3 0 0 97 8,3 4,3 6,3 0,0 0,0 7,8

665 60,3 47 67,1 40 83,3 19 95,0 6 100,0 777 62,3

Plus le revenu est grand, plus il y a possibilité pour les ménages d’éduquer leur enfant. Le revenu est un facteur majeur pour l’éducation et conditionne l’accès à celle-ci surtout dans le milieu rural. 31,1% des ménages ayant des enfants qui n’ont jamais eu la possibilité de fréquenté l’école vivent avec un revenu inferieur à 50 000Ar durant les 30 jours avant enquête. Il y a donc une corrélation positive entre le revenu et l’accès à l’éducation.

Cabinet RADSE

28

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Scolarisation de la population de 2 à 25 ans

Sur l’ensemble, 28% de la population recensée durant l’enquête sont scolarisée dont 58% sont âgés de moins de 10 ans. En générale, les filles affichent des taux de scolarisation légèrement supérieurs à ceux des garçons jusqu’à 10 ans. La tendance est inversée à partir de 10 ans, où les filles commencent à arrêter l’école pour s’adapter à la vie familiale. En 2012, pour la population de 2 à 25 ans, celle âgée de 5 à 10 ans (53,2%) est plus prépondérante. Selon la pondération au niveau du sexe, jusqu’à l’âge de 10 ans, les filles sont plus scolarisées (61,7%) que les garçons (54,1%) ; tandis qu’entre 11 et 25 ans, la tendance est l’inverse respectivement (38,3%) et (45,9%).
Tableau 29 : Scolarisation de la population selon les groupes d’âge et le genre

Groupe d’âge 2 à 4 ans 5 à 10 ans 11 à 15 ans 16 à 20 ans 21 à 25 ans Ensemble

Répartition des individus scolarisés en 2012 Homme Femme Effectif % Effectif % 20 4,4 25 5,1 227 49,7 276 56,6 134 29,3 136 27,9 70 15,3 42 8,6 6 1,3 9 1,8 457 100,0 488 100,0

Ensemble Effectif % 45 4,8 503 53,2 270 28,6 112 11,9 15 1,6 945 100,0

Source : ESVMR 2012

De plus, selon l’enquête communautaire, la majorité de la population parcourt une distance assez courte pour rejoindre l'école. L’école la plus proche pour la majorité de la population se trouve à une distance de moins de 1 km. La marche à pied est le moyen de déplacement le plus couramment utilisé pour l’atteindre.  Impacts de la crise sur le système éducatif

Il parait clair que l'âge de l'enfant, son sexe, sa région et son milieu de résidence et la dotation économique de son foyer, sont d'importants paramètres dans l'explication de la scolarisation de l'enfant. Ils sont, cependant, loin d'être suffisants. De nombreuses autres variables influent sur le processus de prise de décision scolaire. Citons, par exemple : la taille de la famille, la présence de jeunes enfants (i.e. âgés de moins de 5 ans) dans le ménage, ou encore, le niveau d'éducation des parents et sans oublier le contexte existant comme la crise sociopolitique actuelle. o Appréciation des parents sur l’impact de la crise sur la qualité de l’éducation Pour l’année 2012, les parents ont été interrogés sur l’évolution de la qualité de l’enseignement reçue par leurs enfants en rapport avec la crise. Sur les 392 réponses reçus, l’avis général (60,2%) indique la qualité de l’enseignement assez bonne. Toutefois, il faut noter que 21,6% de ces chefs de ménages affirme que ses enfants ont reçus un enseignement de qualité moyenne, mais, seulement 9,7% des parents ont connu une dégradation de la qualité de l’enseignement de leur enfant.

Cabinet RADSE

29

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 30: Perception de la qualité de l'éducation

Qualité Bonne Assez bonne Moyenne Mauvaise Assez mauvaise NSP Ensemble
Source : ESVMR 2012

Hommes % Répondants 7,9 20 57,3 145 22,1 56 4,3 11 6,7 17 1,6 4 100 253

Femmes % Répondants 4,5 4 68,5 61 20,2 18 3,4 3 2,2 2 1,1 1 100 89

Ensemble % Répondants 7,0 24 60,2 206 21,6 74 4,1 14 5,6 19 1,5 5 100 342

o Absence et performance scolaire des enfants : incidence et motifs En géneral, une absence est considérée comme prolongée quand elle dure 2 semaines d’affilée. Le tableau suivant nous montre l’incidence de l’absence prolongée depuis le début de l’année.  Absence prolongée selon l’âge

La tendance a diminué sur l’ensemble des trois périodes : allant de 7,2% en 2010 à 2,8% en 2012. En général, les garçons en sont les plus concernés par rapport aux filles dans tous les cycles. En outre, il y a une légère diminution de ces taux durant ces trois dernières années, si en 2010, 7,7% des garçons ont connu une absence prolongé, ce taux reste constante en 2011 et en 2012, il est de l’ordre de 2,7%. Il en est de même pour les filles (respectivement 7% en 2010, 6,7% en 2011 et 2,6% en 2012).
Tableau 31 : Incidence de l’absence prolongée

Groupe d’âge Effectif 6 à 10 ans 11 à 14 ans 15 à 17 ans Ensemble

2010 543 5,4%, 7,3% 13,5% 7,2%

2011 609 7.2%, 9.6% 7.3% 8.0%

Garçons 367 3,0% 1,9% 3,2% 2,7%

2012 Filles 392 3,1% 3,7% 0,0% 2,8%

Ensemble 759 3,0% 2,8% 1,7% 2,8%

Source: ESVMR 2010 - 2011 – 2012

Absence prolongée selon le niveau d’instruction

Il est toutefois à noter que sur l’ensemble, 2,6% des élèves ont connu cette absence durant leur scolarité surtout au « niveau du primaire » et du « secondaire 1er cycle ». A ce niveau, les enfants sont censés pouvoir contribuer aux mains d’œuvre familiales. Ainsi, la participation des enfants aux activités économiques des ménages et aussi aux travaux domestiques est la raison la plus probable des absences prolongées. Cette demande de plus de mains d’œuvre au niveau des ménages se répercute sur la scolarisation des enfants. Toujours dans le même raisonnement, les problèmes des ménages relatifs à l’alimentation peuvent obliger un arrêt momentané de la fréquentation de l’école.

Cabinet RADSE

30

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 32: Incidence de l’absence prolongée selon le niveau d’instruction

Niveau Effectif Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2è cycle Ensemble
Source : ESVMR 2012

Garçon % Effectif 329 2,8% 8 5,0% 2 0,0% 0 3,0% 10

Fille % Effectif 360 2,8% 9 0,0% 0 0,0% 0 2,5% 9

Ensemble % Effectif 689 2,8% 17 2,5% 2 0,0% 0 2,8% 19

o Frais de scolarité L'importance des différents postes budgétaires varie selon le cycle d'étude considéré. Les droits de scolarité tendent ainsi à prendre de plus en plus de poids du primaire au lycée. La proportion des ménages ayant des difficultés à payer les frais de scolarités de leurs enfants a augmenté considérablement entre les années 2011 et l’année 2012 (passant de 26,7% à 42,3%), malgré une nette diminution entre les années 2010 et 2011..Ceci est consécutif à l'augmentation de ces droits au fur et à mesure que l'on accède à des niveaux d'études supérieurs.
Tableau 33 : Difficulté de payer les frais de scolarité

Les ménages ayant des difficultés à payer les frais de scolarité Année Effectif Oui Non Non concerné 2010 275 29,0% 70,1% 0,9% 2011 441 26,7% 72,5% 0,8% 2012 343 42,3% 45,8% 12,0%
Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

o Difficulté à honorer les frais de scolarité L'extrême pauvreté de la quasi-totalité des habitants ne permet pas aux parents de payer les études secondaires de leur progéniture. Le tableau suivant résume les raisons de cette difficulté :
Tableau 34 : Types de difficulté pour payer les frais de scolarité

Oui Non Non concerné Ensemble Effectif Effectif Effectif Effectif répondant % répondant % répondant % répondant % Difficulté 145 42,3 157 45,8 41 12,0 342 100,0 Si OUI, motifs Perte d'emplois de parents 1 0,7 Inflation 52 34,4 Difficulté d'accès au crédit 2 1,3 Par prioritaire aux besoins 4 2,6 Baisse de revenu 78 51,7 Autre 14 9,3 Ensemble 151 100,0 Type de difficulté
Source: ESVMR 2012
Cabinet RADSE
31

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Maintenir un certain niveau de vie et trouver l'argent pour entretenir les enfants et fournir les matériaux didactiques nécessaires est bien difficile pour bon nombre de ménages. Même quand l'éducation est gratuite, les dépenses d'éducation supportées peuvent être élevées. En d’autres terme, le problème de revenu (baisse de revenu, insuffisance d’argent : 51,7%) et la hausse du coût de la vie (l’inflation : 34,4%), telles sont les déterminants majeurs pour les parents à payer le frais de scolarité de leurs enfants. En tout, il n’y a qu’un lien faible entre les niveaux de dépense des ménages et les niveaux d’apprentissage des élèves. o Accès à l’éducation Les enfants qui, aujourd’hui, n’ont pas ou plus accès à l’éducation sont, en majorité, issus des ménages les plus défavorisés, caractérisés par une précarité tant économique, sociale que culturelle.
Tableau 35 : Problème d’accès à l’éducation

% par rapport aux ménages concernés 2010 2011 2012 Effectifs ménages concernés 275 441 341 Problèmes en termes d’accès à l’éducation Manque d'argent 45.5% 31.5% 61,3% Manque d'enseignants 45.5% 28.1% 36,7% Manque d'uniformes et documents pédagogiques 53.5% 39.4% 63,3% Insécurité 7.6% 4.3% 8,8% Sous alimentation 42.5% 29.0% 48,1% Obstacle naturel (montée des eaux) 1.8% 8.8% 3,5% Manque d'infrastructure 33.5% 22.0% 46,0% Problème enseignant (incompétence, absence) 22,9% Autre 5.5% 0.9% 3,5% Difficulté d’honorer les frais de scolarité Oui 29.0% 26.7% 42,3% Non 70.1% 31.9% 45,7% Non concerné 0.9% 0.8% 12,0% Evolution des frais de scolarité par rapport à l'année dernière Hausse 18.8% 28.7% 28,9% Baisse 4.5% 2.6% 5,6% Inchangés 74.3% 65.0% 48,2% Non concernés 2.4% 3.7% 17,3% Types de problèmes
Source : ESVMR 2010 – 2011 – 2012 et propres calculs du cabinet RADSE

En général, selon les ménages concernés le « manque d’uniformes et documents pédagogiques » (63,3%) et le « manque d’argent » (61,3%) constituent les deux principaux obstacles à la réussite scolaire. En effet, si 62,3% des enfants sont scolarisés, ce taux cache des grandes disparités. Dans les grandes villes, quasiment tous les enfants vont à l'école. Dans les villages cela dépend de la distance entre l'habitation et l'école et du changement du montant des frais d'écolages (28,9%). La formation et l'exigence des enseignants ne sont également pas la même en ville et en campagne. En milieu rural, comme à Ambovombe, les élèves parcourent des kilomètres en marchant sous le soleil, avant d'atteindre leurs écoles (au moins 1 km). En outre, les besoins en infrastructure scolaires comme les salles de classe, les tables bancs, les matériels
Cabinet RADSE
32

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

didactiques (46%) et des responsables/enseignants compétents (Manque de formation des enseignants, absences périodiques des responsables) (59,6%) se faisaient sentir et bloquent parfois le processus de scolarisation et d’éducation dans ce district. Le résultat final tombe toujours sur un mauvais résultat scolaire et aussi une baisse de fréquentation des élèves à l’école pour ne pas dire une augmentation du taux d’abandon scolaire. A part cela, la pauvreté des ménages est le premier facteur d’abandon scolaire. 2.2.6 Santé

Le système de santé à Madagascar est structuré par rapport aux niveaux d'administration qui peuvent être définis par les services offerts, la qualité des personnels et les types d'infrastructures disponibles. Depuis quelques années et avec la crise actuelle, Madagascar fait face à une dégradation de son système de santé11. Dans cette section, sont décrits les naissances et décès, la santé en général de la population à travers les maladies fréquentes, la morbidité, les types de recours aux soins médicaux et la maladie en rapport au VIH/SIDA.  Naissances et décès En général, le nombre qui compose la taille de ménages dépend de plusieurs paramètres tant sur le plan économique que social et culturel. Depuis janvier 2012, on ne dénombre qu’un ménage sur 9 qui a connu une nouvelle naissance. Mais malgré cette extension du membre de ménage, il y a toujours de décès enregistrés. En plus, le ménage n’est pas encore saisi de la base, de l’utilité et de l’importance du planning familial. En effet, les « nouvelles naissances » sont déclarées par 118 ménages soit 20,2% des ménages enquêtés ; tandis que 18 ménages sont touchés par les décès, soit 3,1 % des ménages enquêtés.
Tableau 36: Naissances et décès au cours de l’année 2012

Effectif répondant Nouvelles naissances 1 enfant 2 enfants Ensemble Y a-t-il de décès dans le ménage? Oui Non Ensemble Si Oui, combien? moins de 5 ans 1 décès 2 décès Ensemble 5 ans et plus 1 décès 2 décès Ensemble
Source : ESVMR 2012

% 98,3 0,0 100,0 5,3 94,7 100,0

118 2 120 31 552 583

10 3 13 16 2 18

76,9 23,1 100,0 88,9 11,1 100,0

11

Médecins Sans Frontières - Rapport annuel 2011 – Présenté à l’Assemblée générale des 2 et 3 juin 2012 à BordeauxMérignac – Enquête communautaire ESVMR 2012
Cabinet RADSE
33

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

 Cause des décès Certaines familles ont eu même deux décès : pour les individus de moins de 5 ans (23,1% des décès déclarés) et 5 ans et plus (11,1% des décès déclarés). Les principaux décès pour les moins de 5 ans sont causés par « Durant/après accouchement » (30,8%), « Paludisme » (23,1%), « Infection respiratoire aigüe » (23,1%) ; tandis que pour les individus âgés de 5 ans et plus, les principales causes sont le « Paludisme » (22,2%), les « Autres maladies » (22,2%), l’ « Infection respiratoire aigüe » (16,7%). L’accouchement est souvent à l’origine des décès pour la mère et le bébé.
Figure 7: Causes de décès

Source : ESVMR 2012

Fréquence de maladies au sein des ménages

La santé humaine est facilement conditionnée par les facteurs climatiques et les effets d’une crise sociopolitique. La plupart des ménages concernés a eu « un malade » (80,7%), 13,6% pour « deux maladies » depuis janvier 2012 au jour de l’enquête (novembre 2012) et 5,7% pour « trois malades et plus ». Ce qui montre une certaine précarité de la santé des individus dans le district d’Ambovombe.
Tableau 37 : Taux de ménages selon le nombre de maladies des membres depuis janvier 2012

Nombre de maladies 1 malade 2 malades 3 malades 4 malades 6 malades 8 malades 11 malades Ensemble
Source : ESVMR 2012

Effectif ménages 113 19 2 3 1 1 1 140

% 80,7 13,6 1,4 2,1 0,7 0,7 0,7 100,0

Cabinet RADSE

34

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Fréquence de maladies selon le groupe d’âge

Chez les enfants de moins de 5 ans, plus de 8 enfants sur dix dans les ménages concernés souffrent d’ « une maladie » et 14,3% de « deux maladies » ; tandis que, pour les individus de 5ans et plus, 78,6% ont eu « une maladie » et 7,2% « quatre maladies et plus ».
Tableau 38: Taux de maladies selon les groupes d’âge

Nombre de maladies 1 maladie 2 maladies 4 maladies 5 maladies 6 maladies 10 maladies Ensemble
Source : ESVMR 2012

Moins de 5 ans Effectif % 47 83,9 8 14,3 1 1,8 56 100,0

5 ans et plus Effectif % 66 78,6 12 14,3 2 2,4 1 1,2 2 2,4 1 1,2 84 100,0

Types de maladies selon le groupe d’âge

Le « paludisme et fièvre » est le plus fréquent respectivement 43,8% (2010), 43,5% (2011) et 45,0% (2012). En 2012, les principales maladies qui ont touchée les enfants de moins de 5ans sont le « paludisme et fièvre » (46,4%), l’« infection respiratoire aigüe » (12,5%) et la « diarrhée » (23,2%) ; quant aux individus de 5 ans et plus, la proportion des « maladies névralgiques » atteignent 10,7%.
Tableau 39: Types de maladie selon les groupes d’âge

Pourcentage des membres de ménages ayant été déclarés malades au cours de la semaine ayant précédé l'enquête selon les caractéristiques sociodémographiques 2012 5 ans et plus 84 44,0 7,1 8,3 7,1 3,6 10,7 15,5 3,6 100,0

Types de maladie Effectif des malades Paludisme et fièvre Infection respiratoire aigüe Diarrhée Tension artérielle Maladies bucco-dentaires Maladies névralgiques Maladies psychiatriques Muscles Autre Tumeur Maladies de la peau Ensemble
Source : ESVMR 2010 - 2011 – 2012

2010 200 43.8 13.4 16.8 1.7 8.7 12.3 100.0

2011 197 43.5 18.3 14.2 1.2 5.4 10.5 3.0 8.0 2.0 1.0 100,0

Moins de 5 ans 56 46,4 12,5 23,2 14,3 3,6 100,0

Ensemble 140 45,0 9,3 14,3 4,3 2,1 6,4 15,0 3,6 100,0

Cabinet RADSE

35

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Morbidité

Le taux de morbidité indique le rapport du nombre des malades au nombre des personnes saines dans une population donnée pendant un temps determiné. Pour appréhender ce taux, deux niveaux suivant l’âge des individus concernés sont considérés les « moins de 5 ans » et les « 5 ans et plus », vu que la chance de tomber malade n’est pas la même entre ces catégories d’âge. Conformément à l’hypothèse ci dessus, une nette amélioration de santé de la population est constatée ; car, les taux de morbidite subissent une nette diminution progresseve pour les deux catégories d’âge respectivement de 11,2% (2010), 12,0% (2011) et 10,1% (2012), ainsi que 7,0% (2010, 5,8% (2011) et 4,8% (2012). Selon le résultat, on constate que les enfants sont plus vulnérables à différentes maladies, les taux de « moins de 5 ans » sont toujours supérieurs à ceux de « 5ans et plus ».
Tableau 40 : Evolution du taux de morbidité selon les 3 résultats ESMVIC 2010-2011-2012

2010 Moins de 5 ans 5 ans et plus 11,2% 7,0%

2011 12,0% 5,8%

2012 10,1% 4,8%

Source : ESVMR 2010 - 2011 – 2012

Santé de la population

Le faciès épidémiologique du pays est toujours dominé dans l’ensemble par le paludisme qui sévit à l’état endémo-épidémique à Ambovombe. Sa prévalence en l’an 2012 est de 44 %12. Il représente le principal problème de santé publique au niveau du district d’Ambovombe. Les autres affections majeures enregistrées sont les maladies diarrhéiques et les infections respiratoires aiguës (IRA) qui frappent plus particulièrement les enfants. Leur prévalence est de 12,5 % et 23,2% en 2012. Les impacts de cette maladie sont alarmants pour la société et pour l’économie (coût supporté élevé : traitement, absentéisme (école et lieu de travail), conséquences sur la productivité…). Par ailleurs, l’étude montre que le nombre de médecins est très faible et la dotation en médicaments est très insuffisante. La recrudescence du phénomène dahalo menace la santé publique. Les intrants destinés à la prévention du paludisme risquent de ne pas arriver à destination. À l'entendre, l’existence des zones « rouges » qui entourent le district d’Ambovombe risque de retarder l’acheminement des médicaments à temps dans leur destination. Pourtant, Androy, plus particulièrement au sein du district d’Ambovombe, est parmi les régions et district touchées de plein fouet par cette épidémie au début de l’année 2012. Les dix premières causes de morbidité sur l’ensemble du district d’Ambovombe, selon le SDSP Ambovombe, figurent dans le tableau suivant.

12

SDSP Ambovombe
36

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 41 : liste des pathologies 2012, district d’AMBOVOMBE

Maladies Toux ou rhume Paludisme simple Diarrhées (Di) sans déshydratation Affections digestives Affections cutanées Autres IRA Affections ostéo-articulaires Ecoulement génital Parasitoses intestinales Traumatismes
Source : SDSP AMBOVOMBE, décembre 2012

% 18,14% 9,84% 9,83% 7,03% 4,34% 3,71% 3,32% 2,47% 2,18% 2,15%

Ce tableau montre que même au sein du district d’Ambovombe (en plus de la zone d’étude), le paludisme reste l’ennemi majeur (9,84%) de la population suivi du toux ou rhume qui est de 18,14% sur l’ensemble (toutes âges confondus).  Recours à la consultation médicale

En cas de maladies, les ménages ont tendance à recourir de plus en plus à la consultation médicale. En effet, les proportions ont été respectivement pour les « enfants de moins de 5ans » de 59% en 2010, 46% en 2011 et 57,1% en 2012 et pour les « individus de 5 ans et plus » de 54% en 2010, 49% en 2011 et 66,2% en 2012.
Tableau 42 : Evolution du recours a la consultation méicale

2010 Moins de 5 ans 5 ans et plus Ensemble % 59 54 56

2011 % 46 49 48

2012 % 57,1 66,2 63,2

Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Lieu de consultation

Le lieu de consultation « centre médical ou chez un médecin » a traité 87,5% des enfants de moins de 5 ans et 78,8% des individus de 5ans et plus atteints d’ « une maladie ». Quant à la consultation chez les guérisseurs, elle concerne seulement les ménages ayant au maximum « deux maladies » pour les enfants de moins de 5 ans et « une maladie » pour les individus de 5 ans et plus.

Cabinet RADSE

37

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

TABLEAU 43: TYPES DE CONSULTATION

Nombre de maladies 1 maladie 2 maladies 3 maladies 6 maladies Ensemble 1 maladie 2 maladies Ensemble
Source : ESVMR 2012

Moins de 5 ans 5 ans et plus Effectif ménage % Effectif ménage % Consultation dans un Centre de Santé ou chez un médecin 28 87,5 52 78,8 4 12,5 11 16,7 2 3,0 1 1,5 32 100,0 66 100,0 Guérisseur 3 75,0 5 100,0 1 25,0 4 100,0 5 100,0

Raisons de ne pas se faire consulter dans les CSB ou par les médécins

Le « problème d’argent » constitue toujours la première raison de non consultation médicale, respectivement 60,4% des ménages ayant eu des malades en 2010, 30,8% en 2011 et 36,2% en 2012. Parfois, les ménages procédent aussi à l’ « automédication » (25,0% en 2010, 46,2% en 2011 et 36,2% en 2012). Pour les localités réculées, l’ « éloignement ou inaccessibilité des centres de santé » figure parmi les raisons de non consultation médicale (2,1% en 2010, 13,5% en 2011 et 6,5% en 2012), la proportion est faible en 2010, mais au fur et à mesure que le temps passe après la crise, le problème de sécurité se pose ainsi que la détérioration de la qualité des services.
Tableau 44 : Raisons de non consultation médicale

Répartition des ménages concernés (%) selon les raisons 2010 Effectif répondants 48 Pas d'argent, trop cher 60,4 Pas le temps Maladie jugée non grave 4,2 Eloignement ou inaccessibilité du centre de santé 2,1 Habitude 8,3 Automédication 25,0 Autre Ensemble 100
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2011 52 30,8 5,8 13,5 3,8 46,2 100

2012 47 36,2 2,1 12,8 6,4 2,1 36,2 4,3 100

VIH/SIDA et IST

L'épidémie de SIDA constitue une crise mondiale. Dans les pays les plus touchés, elle a anéanti des décennies de progrès. Les pertes en vie humaine et les souffrances qui en résultent au niveau des individus, des familles et des communautés font de ce fléau la plus grande tragédie de notre siècle. La lutte contre la propagation de cette maladie fait partie des priorités de l’Etat Malagasy depuis quelques années. La situation des ménages par rapport à la connaissance du VIH, son mode de transmission et de contamination, ainsi que l’utilisation des préservatifs constituent des indicateurs adéquats pour apprécier son état actuel dans la présente étude
Cabinet RADSE
38

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

o

Connaissance du VIH/SIDA

En 2012, la connaissance du VIH/SIDA reste encore faible, car, seulement 36,3% des ménages déclarent « avoir entendu parler du SIDA ».
Tableau 45 : Connaissance du VIH/SIDA

Avez-vous déjà entendu le VIH/SIDA ? Oui Non Ensemble
Source : ESVMR 2012
o

Effectif 211 372 583

% 36,3 63,7 100,0

Connaissance du VIH/SIDA selon les caractéristiques des ménages

En général, les « hommes » sont beaucoup plus informés sur le SIDA que les « femmes ». Selon l’âge, ce sont les anciens composés des « individus de 55 ans et plus » qui connaissent moins ce fléau et « plus les gens sont instruits » plus ils sont nombreux à avoir entendu le SIDA. Paradoxalement, les chefs de ménage vivant « en polygame ou en polyandre » qui sont les moins informés du SIDA.
Tableau 46 : Connaissances sur le VIH/SIDA selon les caractéristiques des répondants

% Sexe Homme Femme Groupe d'âge < 25 ans 25 - 34 ans 35 - 54 ans 55 ans et plus Niveau d'instruction Sans instruction Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Statut matrimonial du CM Marié légalement 59,9% Marié coutumièrement 69,1% Union libre 99,2% Séparé/Veuf/Célibataire 56,7% Polygame/Partenaire d'un polygame 72,8% Ensemble 65,4% o Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012
Cabinet RADSE

2010 Répondants 266 234 57 117 201 125 368 94 21 17

% 79,0% 72,4% 84,6% 86,3% 74,0% 52,7% 67,1% 89,9% 98,3% 100,0%

2011 Répondants 194 306 93 132 175 99 343 117 29 12

% 38,9% 36,3% 44,4% 43,5% 41,0% 22,5% 27,1% 48,0% 76,5% 100,0%

2012 Répondants 410 173 90 93 222 178 411 123 34 15

70,3% 59,9% 72,6% 66,9% 72,3% 48,9% 59,1% 77,9% 92,6% 98,4%

8 311 1 153 26 500

71,0% 80,2% 85,1% 65,7% 62,8% 75,0%

41 301 5 137 15 500

60,0% 38,2% 50,0% 32,4% 28,9% 36,3%

15 335 2 185 46 583
39

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

o Mode de transmission du SIDA Dans une zone comme Ambovombe, il est difficile de promouvoir la communication et la sensibilisation de la population à ce propos. Pour ceux qui le connaissent, cette perception est parfois erronée, voir injuste. Ci après un tableau montrant l’appréciation du mode de transmission du SIDA par les ménages enquêtés. La connaissance du mode de transmission du VIH/SIDA est en étroite corrélation avec le niveau d’instruction de la population. En effet, l’école fait partie de l’un des cibles de l’Etat pour concentrer leurs programmes dans le but de sensibiliser et éduquer les élèves à avoir conscience du fait réel du Sida. Dans l’ensemble, plus de 7 enquêtés sur 10 ayant entendu parler du SIDA connaissent les modes de transmission dont la majorité des réponses était spontanée, sauf pour la transmission par « partage de la nourriture d’un sidéen ». Par ordre de priorité, les trois premiers modes de transmission les plus connus sont : les « Rapports sexuels non protégés » (97,6% des ménages ayant entendu le SIDA), la « Transfusion sanguine » (83,8%) et les « Produits sanguins infectés » (86,2%). Il s’agit d’une tendance qui est vérifiée pour toutes les caractéristiques considérées. En effet, cet écart signifie que beaucoup de ménages qui croient connaître le SIDA ne savent pas qu’il s’agit d’une IST et ne connaissent probablement pas son mode de transmission.

Tableau 47: Appréciation du mode de transmission du SIDA Proportion des ménages (%) ayant entendu le SIDA Spontané Dirigé Ensemble Oui Non Ensemble Oui Non Ensemble Oui Non Ensemble Ayant entendu le sida, comment se transmet -il ? 100,0 0,0 82,7 17,3 86,2 13,8 100,0 100,0 100,0 100,0 0,0 92,8 7,2 97,6 2,4 100,0 100,0 100,0 93,8 6,3 72,7 27,3 74,3 25,7 100,0 100,0 100,0 91,9 8,1 67,1 32,9 71,4 28,6 100,0 100,0 100,0 100,0 0,0 80,0 20,0 83,8 16,2 100,0 100,0 100,0 69,2 30,8 57,9 42,1 58,6 41,4 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 43,1 56,9 72,9 27,1 73,5 26,5 100,0 100,0 100,0

Produits sanguins infectés Rapport sexuel non protégé Transmission mère - enfant Utilisation des piqûres/injections Transfusion de sang Piqûres de moustiques En partageant de la nourriture de quelqu’un atteint de SIDA 35,7 64,3 43,6 56,4 100,0 Partager l’utilisation de lames rasoirs 83,9 16,1 71,0 29,0 100,0 Ensemble 93,4 6,6 100,0 68,6 31,4 Source : ESVMR 2012 et propres calculs cabinet d’études RADSE

o

Infection du SIDA

En général, il est évident que ceux qui ignorent la maladie ignorent également ses modes de transmission et aussi n’a aucune idée de la compréhension de l’infection. Une personne apparemment en bonne santé peut il être atteinte du virus de sida ? En répondant à cette question, presque la moitié (42,5%) des interviewés n’a pas de réponse. Seulement 20,3% ont dit oui.

Cabinet RADSE

40

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 48: Compréhension de l’infection du SIDA Effectif % Une personne apparemment en bonne santé peut-elle être atteinte du virus de Sida ? Oui 43 20,3 Non 79 37,3 Ne sait pas 90 42,5 Ensemble 212 100,0 Source : ESVMR 2012

o Transmission du SIDA mère-enfant Par ailleurs au cours de l’enquête, on a demandé à tous les enquêtés s’ils savaient que le virus qui cause le sida pouvait être transmis de la mère à son enfant par l’ « allaitement », « au cours de la grossesse » et « pendant l’accouchement ». Les résultats présentés au tableau indiquent que la possibilité de transmission maternelle est bien connue, quelle que soit la voie de transmission : 64,1% des répondants connaissent la possibilité de transmission « lors de l’allaitement », 77,9% « pendant la grossesse » et 63,6% « lors de l’accouchement ».
Tableau 49: Appréciation de transmission du Sida de la mère à l’enfant Le SIDA est-il transmissible de la mère à l’enfant? Pendant la grossesse Lors de l’accouchement Lors de l’allaitement Ensemble Source : ESVMR 2012 Oui Effectif % 148 77,9 126 63,6 125 64,1 399 68,4 Non Effectif % 30 15,8 53 26,8 52 26,7 135 23,2 NSP Effectif % 12 6,3 19 9,6 18 9,2 49 8,4 Ensemble Effectif % 190 100,0 198 100,0 195 100,0 583 100,0

o Utilisation de préservatif La notion de confiance (toky) semble jouer un rôle central dans la décision de se protéger ou pas, tant chez les femmes que chez les hommes (« Si je fais confiance à ma copine, je n’utilise pas le condom » ; « Si la femme veut que tu portes un condom, c’est qu’elle ne te fait pas confiance »). De ce fait, l’utilisation du condom (qui d’ailleurs ne concerne qu’une faible minorité de la population sexuellement active, avec une forte corrélation avec le milieu de résidence et le niveau d’instruction) se ferait généralement par une minorité qui l’utilise avec l’épouse ou la partenaire sexuelle régulière, surtout à des fins de contraception « grossesse » : 2,4% des répondants, pour « prévenir les maladies sexuelles IST/VIH ou les deux à la fois ». La majorité estime l’ « inutilité de préservatif » dans les rapports sexuels quelles qu’en soient les raisons 86,8% en 2010, 95,7% en 2011 et 76,4% en 2012.

Cabinet RADSE

41

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 50: Utilisation de préservatif Utilisez-vous le préservatif pour prévenir : Effectif répondants La grossesse Les maladies sexuelles IST/VIH La grossesse et l’IST/VIH N’utilise pas Ne répond pas Ensemble Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012 2010 327 1.1 10.1 1.5 86.8 0.6 100,0 2011 375 1.0 1.5 1.8 95.7 100,0 2012 212 2,4 8,5 7,1 76,4 5,7 100,0

o

Réduction de transmission de SIDA

Ce tableau montre que 84,6% des personnes interrogées ont cité l’ « utilisation du préservatif (condom) » parmi les moyens de réduire la transmission du VIH/SIDA. Dans la même vision, 9 ménages sur 10 estiment que la « fidélité à un seul partenaire qui n’a aucun autre partenaire» compte parmi les moyens efficaces pour limiter la transmission. Ceci montre que les femmes de ce district (où la polygamie est la plus courante) sont conscientes de l’efficacité de la monogamie mais n’y peuvent rien faire, mais, les « us et coutumes » ou « fombafomba » constituent un handicap majeur à cette possibilité.
Tableau 51: Appréciations de moyens de réduire la transmission du VIH/SIDA Quels sont les moyens pour réduire la transmission du VIH/SIDA ? Spontané Dirigé Oui Non NSP Ensemble Oui Non NSP Ensemble Oui Non NSP Ensemble Fidélité à un seul partenaire qui n’a aucun autre partenaire 98,7 0,0 1,3 100,0 88,0 9,0 3,0 100,0 91,9 5,7 2,4 100,0 Utilisation de condom 100,0 0,0 0,0 100,0 70,4 20,4 9,3 100,0 84,6 10,6 4,8 100,0 S’abstenir de rapports sexuels à risque (avec les prostituées, …) 38,0 0,0 0,0 100,0 87,1 7,1 5,9 100,0 89,4 5,8 4,8 100,0 Éviter le rapport sexuel avec les personnes homosexuelles 100,0 0,0 0,0 100,0 51,6 19,4 29,0 100,0 56,1 17,6 26,3 100,0 Éviter le rapport sexuel avec les personnes ayant beaucoup de partenaires 100,0 0,0 0,0 100,0 76,4 11,0 12,6 100,0 79,3 9,6 11,1 100,0 Éviter le rapport sexuel avec quelqu’un infecté 100,0 0,0 0,0 100,0 90,3 6,3 3,4 100,0 91,9 5,3 2,9 100,0 Faire un test 90,6 5,7 3,1 100,0 49,7 26,3 24,0 100,0 56,0 23,2 20,8 100,0 Eviter d’utiliser des matériels usés et utilisés par d’autres personnes (lame à raser, seringue,…) 88,9 11,1 0,0 100,0 74,4 16,9 8,7 100,0 76,9 15,9 7,2 100,0 Source: ESVMR 2012

2.2.7

Jeunes

Les jeunes sont considérés être l’avenir du district, de la région voire du pays aussi bien sur l’aspect social qu’économique.

Cabinet RADSE

42

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Participation des jeunes à la vie communautaire

L’appréciation sur l’engagement des jeunes de 15 à moins de 25 ans a diminué significativement en 2012 (10,3%) par rapport à 2011 (25,3%). Comparé à 2010, période juste après la crise, les répondants ont exprimé la décadence de la participation des jeunes à la vie communautaire. La perte de confiance vis-àvis des jeunes est manifeste ; car, les ménages enquêtés sont de plus en plus indifférents à cet engagement des jeunes respectivement « pas du tout engagé » (17,9% en 2010, 20,1% en 2011 et 32,2% en 2012) et « ne s’expriment pas » (10,4% en 2010, 7,3% en 2011 et 16,5% en 2012).
Tableau 52: Participation des jeunes à la vie communautaire

Engagement des jeunes de 15 à 24 ans selon les ménages enquêtés Effectif répondants Beaucoup Moyen Très peu Pas du tout Ne sait pas Ensemble
Source : ESVMR 2010 - 2011 – 2012

2010 500 19.6 24.6 27.5 17.9 10.4 100.0

2011 500 25,3 27,1 20,1 20,1 7,3 100,0

2012 583 10,3 15,4 25,6 32,2 16,5 100,0

 Avenir des jeunes Globalement, croire en un avenir meilleur des jeunes devient utopique en 2012, car le taux correspondant a triplé de celui de 2011 (9,6%) lequel a eu un peu de répit par rapport à 2010 (19,6%. seulement 48,7% des répondants ne croient pas au meilleur avenir des jeunes, 29,8% jugent qu’il n’y a pas du tout d’avenir meilleur et 21,4% disent qu’ils n’ont pas de réponses.
Tableau 53: Avenir des jeunes à Madagascar

Les jeunes auront-ils un avenir meilleur ? Effectif répondant Tout à fait Moyennement Pas du tout Ne sait pas Ensemble
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 500 19.1 23.4 19.6 38.0 100,0

2011 500 31.9 22.5 9.6 36.0 100,0

2012 583 25,4 23,3 29,8 21,4 100,0

 Occupations des jeunes Confirmant le pessimisme évoqué à l’endroit de l’avenir des jeunes, les taux sur les occupations « S’amuser à faire des bêtises » et « Ne rien faire » ont progressé de 2011 à 2012, passant respectivement de 0,8% à 2,7% et de 8,0% à 11,3%. Selon le premier choix, « se réunir entre amis (es) » et « ne rien faire » figurent en premier lieu des réponses des ménages, respectivement 17,2% et 16,6% ; toutefois, « pratiquer/regarder des sports » recueille 13,9% des réponses. Les loisirs comme « écouter et jouer de la musique, chanter » et « se promener » apparaissent seulement en deuxième et troisième choix dépassant 10% des réponses.
Cabinet RADSE
43

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 54: Principales occupations des jeunes pendant leur temps libre Type d’occupations Regarder la télévision Ecouter la radio Lire des livres Pratiquer/regarder des sports Se réunir entre amis (es) Bar, boire de l’alcool, drogue Soirée dansante et karaoke Regarder vidéo Se promener Jouer avec des mises Jouer avec des jeux de société (domino, jeu de carte) Réunir, discuter et réjouir avec la famille Ecouter et jouer de la musique, chanter S’amuser à faire des bêtises (vols, bagarres,…) Ne rien faire Aucune idée Autres Chasser et pécher Ensemble Source : ESVMR 2012 Premier choix Effectif % 3 0,5 19 3,3 1 0,2 80 13,9 99 17,2 43 7,5 0,0 8 1,4 42 7,3 12 2,1 13 27 32 1 96 66 29 6 577 2,3 4,7 5,5 0,2 16,6 11,4 5,0 1,0 100,0 2ème choix Effectif % 4 1,1 9 2,5 2 0,6 28 7,8 56 15,5 29 8,0 3 0,8 7 1,9 49 13,6 18 5,0 24 28 40 3 29 3 26 3 361 6,6 7,8 11,1 0,8 8,0 0,8 7,2 0,8 100,0 3ème choix Effectif % 0,0 10 5,4 0,0 12 6,5 16 8,6 13 7,0 1 0,5 3 1,6 17 9,1 8 4,3 11 15 31 5 21 4 13 6 186 5,9 8,1 16,7 2,7 11,3 2,2 7,0 3,2 100,0

Espaces de loisirs

L’occupation « Ne rien faire » mentionné précédemment en augmentation a une corrélation avec la disponibilité en infrastructures de loisirs où les ménages expriment l’insuffisance des espaces de loisirs avec un taux de 76,5%.
Tableau 55 : disponibilité d’infrastructures de loisirs pour jeunes

Les espaces de loisir sont-ils suffisants dans le fokontany? Effectif répondant Oui Non Ne sait pas Ensemble
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 500 22.7 73.5 3.8 100.0

2011 500 12.6 78.1 9.4 100.0

2012 583 9,6 76,5 13,9 100,0

Espaces de loisirs selon les caractéristiques sociodémographiques

En 2012, selon le sexe, les ménages confondus estiment que les infrastructures de loisir sont loin d’être suffisants (80,4% pour les hommes et 67,2% pour les femmes). La tendance est identique quelque soit le groupe d’âge, le niveau d’instruction et le statut marital du CM.

Cabinet RADSE

44

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 56 : Opinion des enquêtés selon les caractéristiques sociodémographiques sur la disponibilité d’infrastructures de loisirs

Les infrastuctures de loisirs sont-elles suffisantes ? Sexe Masculin Féminin Groupe d'âge < 25 ans 25 - 34 ans 35 - 54 ans >=55 ans Niveau d'instruction Sans instruction Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Situation maritale du CM Ménages dont le chef vit en union Ménages monoparentaux Ménages polygames Ensemble
Source : ESVMR 2012

Oui 10,3 8,0 8,8 13,0 9,0 9,0 8,0 10,6 20,6 18,8

Non 80,4 67,2 82,4 79,3 81,1 66,3 75,1 80,5 76,5 81,3

NSP 9,3 24,7 8,8 7,6 9,9 24,7 16,8 8,9 2,9 0,0

Ensemble 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100

Effectif répondant 409 174 91 92 222 178 410 123 34 16

10,3 33,6 4,4 9,6

80,7 228,7 86,7 76,5

9,1 83,7 8,9 13,9

100 100 100 100

352 186 45 583

 Avenir des jeunes En 2012, globalement environ un individu sur 4 quelque soit le sexe affirme que les jeunes auront un avenir meilleur. Selon le groupe d’âge, les individus âgés de 25 à 34 ans sont à la fois les plus pessimistes et optimistes quant à l’avenir des jeunes, respectivement « totalement adhéré » à 30,4% et « pas du tout » à 35,9%. Par contre, ceux qui sont instruits « primaire », « secondaire 1er cycle » et « secondaire 2nd cycle » espèrent un avenir meilleur aux taux tolérables de 34,1%, 35,3% et 31,3%. Les « ménages dont le chef est en union » croient à la fois à l’avenir des jeunes à 94,5% et se méfient de cet avenir 70,4%.

Cabinet RADSE

45

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 57 : Degré d’optimisme des enquêtes sur l’avenir des jeunes Les jeunes auront-ils un avenir meilleur ? Sexe Masculin Féminin Groupe d'âge < 25 ans 25 - 34 ans 35 - 54 ans >=55 ans Niveau d'instruction Sans instruction Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Situation maritale du CM Ménages dont le chef vit en union Ménages monoparentaux Ménages polygames Ensemble Source : ESVMR 2012 21,7 34,1 35,3 31,3 21,7 24,4 32,4 37,5 31,5 24,4 29,4 31,3 25,1 17,1 2,9 0,0 100 100 100 100 410 123 34 16 23,1 30,4 22,5 27,5 25,3 20,7 30,2 15,2 29,7 35,9 28,8 28,1 22,0 13,0 18,5 29,2 100 100 100 100 91 92 222 178 Tout à fait 24,4 27,6 Moyennement Pas du tout 29,3 31,0 NSP Ensemble Effectif répondant 409 174

25,2 19,0

21,0 22,4

100 100

94,5 24,7 35,6 25,4

59,3 21,0 11,1 23,3

70,4 30,6 20,0 29,8

75,8 23,7 33,3 21,4

100 100 100 100

362 186 45 583

 Menaces pour la santé des jeunes Si les ménages enquêtés craignent la santé des jeunes garçons de 15 à 24 ans à cause de l’ « Alcool » (29,3%), 41,0% affirment que la « grossesse précoce » est la plus dangereuse pour les jeunes filles de même âge.
Tableau 58 : Opinions sur les principales menaces à la santé des jeunes âgés de 15 à 24 ans

Première menace (%) Effectif répondant Alcool Tabac Drogue VIH/SIDA Autres IST Grossesses précoces Avortement Banditisme Prostitution NSP Autre Néant Ensemble
Source : ESVMR 2012
Cabinet RADSE

Deuxième menace (%) Garçons 228 23,7 39,0 18,9 3,1 2,2 5,3 2,2 4,4 1,3 100 Filles 144 5,6 1,4 6,3 2,1 41,0 7,6 0,7 20,1 4,9 7,6 2,8 100

Troisième menace (%) Garçons 83 14,5 14,5 22,9 4,8 27,7 6,0 6,0 3,6 100 Filles 55 1,8 3,6 18,2 5,5 3,6 12,7 30,9 10,9 9,1 3,6 100
46

Garçons 577 29,3 9,9 6,4 1,9 0,5 0,2 3,5 23,9 2,6 21,8 100

Filles 575 1,0 0,7 3,8 0,7 23,7 1,7 0,2 17,2 23,0 1,4 26,6 100

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Rôle des parents et organismes en matière d’éducation sur le SIDA

Un ménage sur 3 pense que les parents ont une responsabilité en matière d’éducation sur le SIDA. A défaut des parents ou pour combler le manque de responsabilité des parents, les « services de santé » (48,0%) et les « écoles » (24,0%) sont les plus sollicités à assumer cette responsabilité.
Tableau 59 : Opinions sur les rôles des parents en matière d’éducation sur le SIDA

Rôle des parents Oui Non NSP Ensemble Si Non, Responsable Ecole Agents de santé communautaire Services de santé Jeunes pairs éducateurs Chef religieux Association des jeunes Ensemble
Source : ESVMR 2012

% 32,2 9,8 58,0 100,0 Premier choix 24,0 12,0 58,0 2,0 4,0 100,0

Effectif répondant 185 56 333 574 Deuxième choix Troisième choix 19,2 28,6 19,2 42,3 14,3 15,4 14,3 3,8 42,9 100,0 100,0

Attentes des jeunes de l’intervention des services de santé

En 2012, 2 ménages sur 5 estiment que les services de santé répondent aux attentes des jeunes.Le manque de personnel qualifié (53,2%) au sein des services de santé est le plus senti pour satisfaire les besoins des jeunes en matière d’éducation sanitaire.
Tableau 60 : Compatibilité des attentes des services de santé aux besoins des jeunes

Moyennement Pas du tout NSP Ensemble Oui 16,6 17,7 44,4 100 Les jeunes ne sont pas satisfaits, problèmes de: Horaire 8,7 Confidentialité 0,6 Soutien moral 26,0 Manque de personnel qualifié en SRA 53,2 Services d’information (manque, défaillance) 17,9 Problème de disponibilité d’intrants 20,8 Prestations défaillantes 22,0 Autres (préciser) 1,7 Eloignement de centre de santé 8,7 Ensemble 100
Source : ESVMR 2012

Tout à fait 21,3

Effectif répondant 583 15 1 45 92 31 36 38 3 15 173

Cabinet RADSE

47

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

2.2.8

Chocs et stratégies

 Chocs subis par les ménages Le contexte de crise qui perdure à Madagascar implique une variété de chocs aux ménages rendant plus difficiles leurs conditions de vie. Ces chocs se répercutent sur les patrimoines, les conditions économiques et souvent sur la productivité (chocs naturels). Si les ménages perçoivent toujours la « hausse de prix à la consommation » très élevée (80,4% en 2010, 71,6% en 2011 et 75,6% en 2012), la perception des « maladies des animaux d’élevage et de culture » a diminué respectivement 54,6% en 2011 à 32,8% en 2012 et 83,2% en 2011 à 46,7% en 2012. Quant à la « sécheresse », si celle-ci n’est pas trop sentie en 2011, le niveau revient à celui de 2010 en 2012, respectivement 94,4% en 2010, 31,2% en 2011 et 93,1% en 2012.
Tableau 61: Chocs subis par les ménages au cours des années 2010, 2011 et 2012

2010 Effectif Patrimoine Destruction de maisons Destruction d'équipements de production Maladies des animaux d'élevage Décès des animaux d'élevage Maladies des cultures Autre Economique Perte d'emploi Baisse des prix des produits de vente / Pas d'acheteurs ou diminution Hausse prix à la consommation Perte de stock Non disponibilité des intrants Intrants trop chers Diminution / pas d'accès au crédit / condition de prêt non adapté Perte de débouchés Autres 9.8 12.4 45.8 31.4 74.6 0.0 1.2 29.2 80.4 16.6 15.6 31.0 13.0 11.4 0.0 500

2011 Spontané 500 36.0 34.4 54.6 45.4 83.2 0.2 3.8 47.2 71.6 31.0 16.8 40.8 13.4 4.8 0.2 4,3 4,0 10,5 11,5 19,2 2,2 25,3 1,0 9,5 32,5 1,9 0,7 10,3 3,3 1,4 0,2

2012 Dirigé 583 21,5 10,1 22,3 23,5 27,5 0,9 25,8 1,4 16,5 43,1 2,9 6,0 21,0 7,9 6,9 0,0 25,8 14,1 32,8 35,1 46,7 3,1 51,0 2,4 25,9 75,6 4,8 6,7 31,3 11,2 8,2 0,2 Ensemble

Cabinet RADSE

48

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

2010 Chocs naturels Cyclone Inondation Sécheresse Criquet Rats Feux de brousse Grêle Troupeau, insectes, ... Autre Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2011 Spontané

2012 Dirigé 12,5 2,6 47,9 26,6 39,3 4,0 19,2 10,0 0,2 Ensemble 14,9 3,4 93,1 31,3 49,8 4,8 30,2 18,9 1,4

10.0 0.8 94.4 56.0 10.0 0.4 2.8 5.6 0.0

83.4 18.0 31.2 45.2 18.0 0.6 68.6 24.8 0.6

2,4 0,9 45,2 4,6 10,5 0,9 11,0 8,9 1,2

Impacts subis par l’agriculture

En 2012, 4 ménages sur 5 expriment des pertes en agriculture dont 19,9% estiment la perte totale. La même proportion est attribuée à l’élevage sauf que les pertes enregistrés sont plus faibles, seulement 3,6% pour la perte totale.
Tableau 62: Impacts subis par l’agriculture et l’élevage

Agriculture Effectif Perte totale Perte de 2/3 Perte de 1/2 Perte de 1/3 Perte négligeable Rien Non concerné Ensemble
Source : ESVMR 2012

Elevage 500 3,6 7,2 7,0 3,3 17,5 24,0 37,4 100,0

19,9 17,2 11,0 13,2 18,9 11,8 8,1 100,0

Stratégies face aux chocs

Face aux chocs de la crise qui a duré, les ménages sont obligés à mettre en œuvre des stratégies évolutives pour alléger les impacts et continuer à mener une vie normale dans la mesure du possible. Les ménages d’Ambovombe n’ayant pas l’habitude de s’endetter ou d’emprunter ont de plus en plus recouru à ce système, car au cours de la crise, si 81,6% « n’achètent jamais à crédit » ou « ne s’endettent jamais » pour l’alimentation en 2010, la proportion a diminué progressivement de – 10,3% entre 2010 à 2011 et de – 18,0% entre 2011 et 2012. Si rarement, ils optent de « Ne plus envoyer un enfant et/ou les enfants à l’école» (1,0% en 2011), ils y ont recours de plus en plus en 2012, car la proportion a augmenté de 1,4%. Par ailleurs, les « dépenses non essentielles » sont de plus en plus réduites touchant 1,6% en 2011 et 3,6% en 2012.

Cabinet RADSE

49

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 63 : Stratégies adoptées pour faire face aux chocs

Effectif Manger la nourriture la moins chère Sauter de repas Acheter à crédit ou s’endetter Réduire les dépenses non essentielles (éducation, santé, transport, location, etc.) Envoyer un membre de la famille vivre chez un parent ou ami Vendre des biens de production (tracteur, machine à coudre, bicyclette, maison, terre, etc.) Ne plus envoyer un enfant et/ou les enfants à l’école Chercher d’autres alternatives ou exercer un travail secondaire

2010 Jamais Rarement Parfois Souvent Chaque Jour Total 500 24.9 29.3 81.6 37.5 89.7 14.6 12.8 13.2 13.8 8.0 12.8 15.1 4.2 17.6 2.0 32.8 20.4 1.0 20.3 0.1 14.9 22.4 0.0 10.8 0.2 100 100 100 100 100

93.3 89.5 69.5

6.0 8.3 8.5

0.7 0.8 9.0

0.0 0.0 10.4

0.0 1.4 2.6

100 100 100

Effectif Manger la nourriture la moins chère Sauter de repas Acheter à crédit ou s’endetter Réduire les dépenses non essentielles (éducation, santé, transport, location, etc.) Envoyer un membre de la famille vivre chez un parent ou ami Vendre des biens de production (tracteur, machine à coudre, bicyclette, maison, terre, etc.) Ne plus envoyer un enfant et/ou les enfants à l’école Chercher d’autres alternatives ou exercer un travail secondaire

2011 Jamais Rarement Parfois Souvent Chaque jour Total 500 42.6 48.9 71.3 67.7 89.8 22.0 14.0 18.4 14.1 8.1 16.3 12.3 8.6 6.4 0.9 15.4 10.7 1.6 10.2 0.6 3.7 14.2 0.1 1.6 0.6 100 100 100 100 100

87.1 89.0 66.4

11.4 8.3 10.1

1.5 0.6 8.3

0.0 1.1 8.6

0.0 1.0 6.7

100 100 100

Cabinet RADSE

50

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Effectif Manger la nourriture la moins chère Sauter de repas Acheter à crédit ou s’endetter Réduire les dépenses non essentielles (éducation, santé, transport, location, etc.) Envoyer un membre de la famille vivre chez un parent ou ami Vendre des biens de production (tracteur, machine à coudre, bicyclette, maison, terre, etc.) Ne plus envoyer un enfant et/ou les enfants à l’école Chercher d’autres alternatives ou exercer un travail secondaire
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2012 Jamais Rarement Parfois Souvent Chaque jour Total 583 58,4 12,4 10,7 11,3 7,4 100 38,7 16,8 18,7 16,2 9,6 100 53,3 37,1 15,5 8,8 1,9 100

59,6 94,3

12,5 3,4

9,8 1,4

14,6 0,5

3,6 0,5

100 100

96,2 95,2 84,5

2,9 2,2 6,5

0,7 0,3 4,8

0 1 2,1

0 1,4 2,1

100 100 100

2.2.9

Service administratif

 Appréciation de la qualité des services publics rendus au niveau des Communes Comment les habitants perçoivent la qualité des services publics dans la commune et quelles sont les raisons dans le cas d’insatisfaction? En général, environ 4 ménages concernés sur 5 émettent de satisfaction sur les qualités de services sont satisfaisantes, sauf pour l’ « entretien routier » (69,8%) et l’ « eau potable » (40,0%). L’ « approvisionnement en eau potable » reste un problème crucial pour les ménages, car 48,1% ne sont pas du tout satisfaits
Tableau 64 : Appréciation des ménages concernés sur les prestations des services publics

CSB Marchés Entretien routier Etat civil Sécurité Eau potable Services vétérinaires Cantines scolaires
Source : ESVMR 2012

Très satisfaisante 13,0% 10,1% 1,8% 15,6% 4,7% 2,7% 20,3% 18,4%

Satisfaisante 47,2% 52,2% 31,2% 50,7% 36,3% 14,7% 26,6% 61,9%

Moyennement satisfaisante 18,4% 28,4% 36,7% 16,4% 41,5% 22,6% 37,1% 12,0%

Assez décevante 9,0% 3,6% 11,2% 7,4% 5,3% 11,9% 6,3% 1,9%

Non satisfaisante 12,5% 5,7% 19,0% 9,9% 12,2% 48,1% 9,8% 5,9%

Cabinet RADSE

51

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Motifs de non satisfaction

La cherté de la vie implique de comportement d’insatisfaction des ménages envers les servicess fournis au niveau de la commune. En effet, les frais/coûts élevés sont exprimés par les ménages pour les services des « CSB » (43,4% des réponses), de l’ « état civil » (41,5%) et de l’ « eau potable » (49,4%). Par ailleurs, les ménages se plaignent de la mauvaise gestion des « marchés » (55,0%) et des « cantines scolaires » (50,0%). Enfin, la lenteur administrative affecte l’ « état civil » (23,2%) et la « sécurité » (22,4%).
Figure 8 : Motifs de non satisfaction au niveau des services dans les communes

Source : ESVMR 2012

Appréciation de la qualité des services publics rendus par les Fokontany

La quasi-totalité des ménages (94,8%) perçoivent les qualités de services publics du fokontany sont « satisfaisantes » (18,4% « très satisfaisantes », 70,7% « satisfaisantes » et 5,7% « moyennement satisfaisantes »).
Tableau 65: Répartition des ménages selon la perception du fonctionnement du fokontany

Comment perçoit-on la qualité de service du fokontany ? Très satisfaisant Satisfaisant Moyennement satisfaisant Assez décevante Non satisfaisante Ne sait pas Ensemble
Source : ESVMR 2012
Cabinet RADSE

Effectif 107 412 33 16 8 7 583

% 18,4 70,7 5,7 2,7 1,4 1,2 100,0
52

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Non satisfation des services du fokontany

L’organisation de la « sécurité » au sein du fokontany ne satisfait toujours pas selon plus de la moitié des ménages enquêtés (62,5% en 2010, 42,9% en 2011 et 60,0% en 2012). En 2012, il ya eu une nette amélioration sur les « travaux communautaires » car, la proportion des ménages non satisfaits a nettement diminué (50,0% en 2010, 57,1% en 2011 et 36,4% en 2012).
Tableau 66: les domaines faisant l’objet de non satisfactions

Le domaine de déception et d’insatisfaction Actes de recensement (certification) Sécurité Travaux communautaire Autres domaines
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 31.3% 62.5% 50.0% -

% des non satisfaits 2011 57.1% 42.9% 57.1% 14.3%

2012 50,0 % 60,0 % 36,4 % 14,3 %

 2.3.1

2.3 Caractéristiques socioéconomiques Activités économiques

En milieu rural, l’âge limite d’être actif n’existe pas. Aussi dans cette partie sont considérés les individus âgés de 15 ans et plus13. En effet, la structure de l’emploi rural est intrinsèquement focalisée sur l’agriculture, et il se trouve qu’il n’existe pas d’âge limite dans l’exercice de telles activités. Les activités économiques considérées se rapportent a l’activité principale déclarée pour chaque membre du ménage. Il s’agit de l’activité considérée comme la plus importante en termes de contribution aux ressources du ménage, que cela soit alimentaire ou monétaire, et qui occupe le plus de temps à l’individu.  Population active selon les secteurs d’activité

En 2012, 1259 individus sont occupés activement dans les secteurs primaire, secondaire et tertiaire. Globalement les femmes sont plus nombreuses à être actives avec un ratio femme/homme égal à 1,12 et la majorité des individus en activité (88,8%) travaillent dans le secteur primaire.
Tableau 67: Secteurs d’activité de la population active

Secteurs Primaire Secondaire Tertiaire Ensemble
Source : ESVMR 2012

Homme % Effectif 90,6 537 0,7 4 8,8 52 100 593

Femme % Effectif 87,2 581 4,5 30 8,3 55 100 666

Ensemble % Effectif 88,8 1 118 2,7 34 8,5 107 100 1 259

13

Le BIT standardise la tranche d’âge de 15 a 64 ans comme âge de travail
53

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

 Activité dans le secteur primaire En 2012, en tant qu’activité principale, 98,0% des actifs exercent dans l’agriculture. La quasi-totalité des femmes actives (99,7%) sont dans l’agriculture, seulement 0,2% s’occupent de l’élevage.
Tableau 68: Ventilation des activités du secteur primaire

Activités principales Agriculteurs Eleveurs Pêcheurs Autres Ensemble
Source : ESVMR 2012

Homme % Effectif 96,3 517 2,4 13 0,7 4 0,6 3 100 537

Femme % Effectif 99,7 579 0,2 1 0,0 0 0,2 1 100 581

Ensemble % Effectif 98,0 1 096 1,3 14 0,4 4 0,4 4 100 1 118

 Activité sur l’élevage Dans le domaine de l’élevage, la vulnérabilité est de plus en plus accentuée car les ménages éleveurs ont diminué progressivement depuis la crise 2009. En effet, en ce qui concerne les « bœufs/vaches » et les « ovins/caprins », les proportions des ménages par rapport aux ménages répondants ont été respectivement de 57,6% en 2010, 55,4% en en 2011 et 47,9% en 2012 puis de 51,6% en 2010, 41,2% en 2011 et 32,8% en 2012. Sur les cheptels, les nombres moyens de têtes par ménage sont sensiblement égaux.
Tableau 69 : Typologie des ménages éleveurs 2010 % de ménage éleveurs Aviculture Boeufs/Vache Ovin/Caprin Dinde Canard Oie 77,6 57,6 51,6 13,0 0,6 0,4 Nb tête moyen/ ménage 7,1 9,5 13,3 4,2 14,3 2,0 % de Effectif ménage répondant éleveurs 388 288 258 65 3 2 0 78,0 55,4 41,2 5,4 1,8 0,8 0,8 2011 Nb tête moyen/ ménage 7,6 6,0 10,1 6,1 4,1 4,5 2,0 % de Effectif ménage répondant éleveurs 390 277 206 27 9 4 4 48,4 47,9 32,8 7,2 1,2 0,7 0,3 2012 Nb tête moyen/ ménage 8,7 10,8 13,0 4,2 6,4 6,2 0,8 Effectif répondant 282 279 191 42 7 4 2

Porcs 0,0 Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

 Situation vis-à-vis de l’activité Les activités économiques considérées se rapportent à l’activité principale déclarée pour chaque chef de ménage, laquelle est considérée comme la plus importante en termes de contribution aux ressources du ménage, que ce soit alimentaire ou monétaire et dont son occupation utilise beaucoup plus de temps à l’individu qui l’exerce.

Cabinet RADSE

54

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Après une augmentation de taux d’occupation des individus de 15 ans et plus en 2011 (87,3%) par rapport à 2010 (78%), ce taux est redescendu à 79,9% en 2012. La proportion des inactifs est à peu près la même estimée à 11% en 2011 et 2012. Les individus en âge d’être actifs mais non occupés a augmenté en 2012 (8,6%) s’ils représentent seulement 1,8% en 2011. Ce dernier taux est élevé chez les femmes (11,2%) que chez les hommes (seulement 5,7%). Les inactifs (hommes) représentent 14,2% des hommes de plus de 15 ans contre 9,2% d’inactives (femmes) appartenant à cette même tranche d’âges.
Tableau 70 : Situation vis-à-vis de l’activité des membres des ménages de 15 ans et plus

2010 Effectif Actifs occupés Individus non occupés mais en âge d'être actifs Inactifs Ensemble Taux d'occupation des individus âgés de 15 ans et plus
Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

2011 1335 87.3 1.8 11.0 100.0 87.3%

1327 77.8 2.9 19.3 100.0 78%

Hommes 741 80,2 5,7 14,2 100,0

2012 Femmes 840 79,6 11,2 9,2 100,0

Ensemble 1597 79,9 8,6 11,5 100,0 79.9%

Population active selon le secteur d’activités en 2010, 2011 et 2012

La population âgée de 15 à 64 ans est considérée comme aptes à être actifs. Dans l’ensemble, le secteur primaire rattaché à l’agriculture et à l’élevage prédomine avec 88,8% en 2010, 94,5% en 2011 et 88,8% en 2012.
Tableau 71: Population active de 15 ans a 64 ans selon le secteur d’activité

2010 2011 2012 Homme Femme Ensemble Homme Femme Ensemble Homme Femme Ensemble 86.8 88.8 2.8 1.8 10.5 9.4 Ensemble 100.0 100.0 100.0 Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012  Occupation des individus Effectif Primaire Secondaire Tertiaire 91.3 0.7 8.1 93.6 0.2 6.2 100.0 95.2 0.0 4.8 100.0 94.5 0.1 5.4 100.0 593 666 90,6 87,2 0,7 4,5 8,8 8,3 100,0 100,0 1259 88,8 2,7 8,5 100,0

Dans le district d’Ambovombe, le taux d’occupation des individus de 15 à 64 ans de 80,2% en 2012 a augmenté de + 3 points par rapport à 2011. De même, pour les personnes âgées de 66 ans et plus, le taux a passé de 57,8% en 2011 à 74,5% en 2012. En 2012, la dépendance économique est de 2,6 individus à la charge d’un individu actif.
55

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 72 : Taux d’occupation par tranche d’âge Indicateurs sur les activités économiques 2010 2011 Taux d'occupation des 6 à 14 ans 4.7% 12.3 % Taux d'occupation des 15 à 64 ans 57.8% 77.2 % Taux d'occupation des 65 ans et plus 48.1% 57.8 % Ratio de dépendance économique 160.6% 124.1 % Source :ESVMR 2010 -2011 - 2012  Profil du capital humain

2012 11,9 % 80,2 % 74,5 % 262,9%

Le profil du capital humain permet d’évaluer la potentialité de la population en termes de production. Ceci est analysé pour l’ensemble d’individus âgés de 15 ans et plus. Une forte augmentation de la « population active non occupée » se manifeste de 2011 à 2012, passant de 1,8% des individus concernés à 8,6%, soit une évolution de 6,8 points.
Tableau 73: Profil du capital humain de la population âgée de 15 ans et plus

Effectif Population active occupée 78,3 Population active non occupée 2,9 Population inactive 18,8 Ensemble 100,0 Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012

2010 1327

2011 1318 87,3 1,8 10,9 100,0

2012 1579 79,9 8,6 11,5 100,0

 Profil du capital humain selon le groupe de population En 2012, selon la situation matrimoniale, un individu sur deux « âgé de 15 ans et plus » est marié à, Ambovombe. Le résultat montre que 79,8% des individus âgés de 15 ans plus sont classés « population active occupée » avec une moyenne d’âge de 35,3 ans identique à celle de 2010. En fait, ce groupe de ménages est formé majoritairement de 60% (62,5% en 2010) par hommes et femme mariés (es) ayant suivi en moyenne 4 années d’étude scolaire réussie ; tandis que, la « population inactive » représentant 14,8% des individus âgés de 15 ans et plus et ayant une moyenne d’âge de 23,9 ans, concerne surtout les jeunes célibataires (84,6% inactifs) et les divorcés (es) avec un taux de 90,8%. Il faut toutefois noter que la faiblesse du niveau d’instruction ne constitue pas une contrainte majeure à l’exercice des activités rurales qui sont principalement orientées vers la sphère agricole et de l’élevage.

Cabinet RADSE

56

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

TABLEAU 74: PROFIL DU CAPITAL HUMAIN PAR GROUPE DE POPULATION

Groupe de population

Effectif

% par rapport à la population de 15 ans et plus

Age moyen

Nombre moyen % des célibataires d’années de (C), mariés (M) ou scolarité réussie divorcé (D) C 26,8% 60,0% 30,6% 60,0% 36,5% 62,4% 84,6% 6,6% 90,8% 37,0% 51,0% 41,1%

Population active occupée

1262

79,8%

35,3

4,5

M D C

Population active inoccupée

136

5,4%

27,4

7,2

M D C

Population inactive

181

14,8%

23,9

5,7

M D C

Population âgé de 15 ans et plus Source :ESVMR 2012

1579

100,0%

33,2

5,1

M D

 Profil du capital humain selon les groupes d’âge Selon les groupes d’âge, les jeunes âgés de 15 à moins de 25 ans sont encore « inactifs » avec un taux de plus de 90,0%. Quant aux individus âgés de 25 à moins de 55 ans, - âge reflètant le maximum de dynamisme qui permet de pratiquer tout type de travail -, la proportion des « actifs » tournent autour de 50%. La « population active non occupée » figure majoritairement aux individus âgés de 55 ans et plus en 2010 (84,6%) et en 2011 (79,7%), celle-ci est en nette diminution en 2012 (22,8%).
Tableau 75: Profil du capital humain selon les groupes d’âge 2010 2011 2012

Population inactive

Population inactive

Population active non occupée

Population active non occupée

Population active non occupée

Population active occupée

Population active occupée

Population active occupée

Population inactive 182 96,2 2,2 0,5

Ensemble

Ensemble

Groupe d’âge

Effectif 15 - 24 ans 25 - 34 ans 35 - 54 ans 55 ans et plus

1032 27.9 25.8 33.4 12.9

39 12.3 0.0 3.1 84.6

255 91.4 3.5 1.5 3.7 100.0

1327 39.6 20.8 26.4 13.2 100.0

1150 32.4 26.1 28.5 13.0

24 20.3 0.0 0.0 79.7

144 1318 1261 93.5 38.8 3.0 23.1 0.9 25.0 2.5 13.1 31,9 22,1 31,4

136 55,9 15,4 5,9

1579 41,4 19,3 25,6

Ensemble 100.0 100.0 Source : ESVMR 2010 - 2011 – 2012
Cabinet RADSE

100.0 100.0 100.0 100.0

14,6 22,8 1,1 13,7 100.0 100.0 100.0 100.0

Ensemble
57

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

En 2012, pour les individus âgés de « 35 à moins de 55 ans », 97,8% sont des actifs occupés et seulement 2,0% des actifs non occupés ; tandis que pour « 15 à moins de 25 ans », 61,6% sont des actifs, 11,6% des actifs non occupés et 26,8% des inactifs.
Figure 9 : Part du profil du capital humain selon le groupe d’âge en 2012

Source : ESVMR 2012

 Profil du capital humain selon le niveau d’instruction En milieu rural, les « sans instruction » prédominent que les individus appartenant à ce groupe sont majoritairement actifs principalement dans les activités du secteur primaire. Depuis 2010, les individus ayant terminé le niveau « secondaire 1er et 2nd cycle » sont toujours en progression (3,6% en 2010, 6,1% en 2011 et 8,3% en 2012).

Cabinet RADSE

58

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 76: Profil du capital humain selon le niveau d’instruction 2010 2011 2012

Population inactive

Population inactive

Population active non occupée

Population active non occupée

Population active non occupée

Population active occupée

Population active occupée

Population active occupée

Population inactive 182 1,6 37,4 48,9 12,1

Ensemble

Ensemble

Niveau d’instruction

Effectif Sans instruction Primaire Secondaire du 1er cycle Secondaire du 2nd cycle Supérieur

1032 90.7 5.8 2.3 1.3 0.0

39 87.5 9.4 0.0 3.2 0.0

255 76.9 13.1 6.3 3.7 0.0 100.0

1327 87.9 7.3 3.0 1.8 0.0 100.0

1150 66.1 27.5 4.6 1.5 0.2

24 92.2 3.9 4.0 0.0 0.0

144 1318 1261 19.4 61.5 48.3 29.3 24.6 7.7 0.0 6.8 2.2 0.2 66,3 25,4 6,2 2,1

136 66,9 24,3 7,4 0,7

1579 58,9 26,7 11,2 3,1

Ensemble 100.0 100.0 Source : ESVMR 2010 - 2011 – 2012

100.0 100.0 100.0 100.0

0,1 0,7 0,0 0,1 100.0 100.0 100.0 100.0

En 2012, 89,9% des individus « sans instruction » âgés de 15 ans et plus sont occupés seulement 0,3% restent inactifs ; tandis que, plus les individus sont instruits, plus la part des inactifs est élevée atteignant presque la moitié pour les « niveaux secondaires 1er et 2nd cycle » respectivement 50,2% et 44,5%.
Figure 10 : Part du profil du capital humain selon le niveau d’instruction en 2012

Source : ESVMR 2012
Cabinet RADSE
59

Ensemble

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Profil du capital humain selon la situation matrimoniale

Comme il est mentionné précédemment, les individus « célibataires et divorcés/veufs » sont plus inactifs ; tandis que ceux « mariés coutumièrement » exercent des activités à plus de moitié (59,3% en 2010, 51,5% en 2011 et 63,3% en 2012). De 2011 à 2012, le « polygame/partenaire » a nettement augmenté passant de 1,7% à 8,5% ; tandis que « mariés légalement » d’être actifs, après une évolution nette entre 2010 (1,4%) et 2011 (7,2%), la situation a regréssé en 2012 (2,6%).
Tableau 77 : Profil du capital humain selon la situation matrimoniale 2010 2011 2012

Population inactive

Population inactive

Population active non occupée

Population active non occupée

Population active non occupée

Population active occupée

Population active occupée

Population active occupée

Population inactive 182 7,7 57,1 0,0 31,3

Ensemble

Ensemble

Niveau d’instruction

Effectif Marié légalement Marié coutumièrement Union libre Célibataire /séparé/veuf Polygame / partenaire

1032 1.4 59.3 0.2 36.2 3.0

39 0.0 17.3 0.0 82.7 0.0

255 0.5 3.8 0.3 95.4 0.0 100.0

1327 1.2 47.4 0.3 48.9 2.3 100.0

1150 7.2 51.5 1.2 38.5 1.7

24 0.0 20.5 0.0 79.6 0.0

144 1318 1261 1.1 0.0 0.0 6.4 1.0 1.5 2,6 63,3 0,3 25,3 6.4 46.0 92.5 45.1

136 5,1 60,3 0,0 30,1

1579 3,4 62,3 0,3 26,4

Ensemble 100.0 100.0 Source : ESVMR 2010 - 2011 – 2012

100.0 100.0 100.0 100.0

8,5 4,4 3,8 7,6 100.0 100.0 100.0 100.0

En 2012, les individus en « union libre » sont occupés à 100% ; tandis que, ceux « mariés légalement » subissent le phénomène du chômage avec une proportion de 12,9%.

Ensemble
60

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Figure 11 : Part du pofil du capital humain selon le statut matrimonial en 2012

Source : ESVMR 2012

2.3.2 

Revenus et dépenses Revenu

Le revenu est source du bien être du ménage car il permet l’accès aux différentes conditions de vie telles que l’alimentation, l’éducation, la santé, …. Dans la présente étude, le revenu concerne les activités génératrices des contre parties en argent durant 30 jours avant l’enquête. O Structure des revenus moyens

Les revenus ont été nettement meilleurs en 2010 juste une année après la crise ; mais, au fur et à mesure que le temps avance, des variations significatives ont été constatées : car, de 2010 à 2011, il ya eu une baisse de – 23,6% et de 2011 à 2012 une légère hausse de + 5,3%. En 2012, le revenu total est réparti en « revenu courant » (41,3%) et en « revenu exceptionnel » (58,7%). Selon la médiane, 50% des ménages ayant répondu ont un revenu inférieur à 57 140 Ar le mois précédant l’enquête.

Cabinet RADSE

61

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 78 : Typologie des revenus
2010 % Montant Ménages moyen par Médiane répondants ménage Effectif des ménages Revenu total Revenu courant Revenu exceptionnel 99,6% 96,0% 81,6% 500 269 809 129 253 180 631 151 500 83 948 43 000 99,8% 98,2% 68,8% % Ménages répondants 2011 Montant moyen par ménage 500 206 215 101 467 153 950 96 101 69 261 14 000 93,0% 84,0% 47,5% % Ménages répondants 2012 Montant moyen par ménage 583 217 192 133 305 189 164 57 140 50 000 15 000

Médiane

Médiane

Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

o Composantes du revenu Les revenus sont caractérisés par :    le revenu courant ; le revenu exceptionnel ; et, l’autoconsommation.

En milieu rural, les produits d’exploitation sont très importants dans l’évaluation du revenu. Cependant, ceux-ci dépendent fortement des conditions climatiques et des catastrophes naturels. Selon le niveau de la production, les ménages décident de recourir ou non à des activités secondaires parfois diversifiées. De telle situation dicte la structure des revenus. O Sources du revenu total La part du revenu exceptionnel a été supérieure au revenu courant au cours des années 2010 (53,7%) et 2011 (51,5%), elle a diminué en 2012 (44,5%). Cas typique du milieu rural, les « ventes de culture et produits d’élevage associés » représentent la majeure partie du revenu courant dont la part est d’environ de 35% du revenu total au cours des trois périodes, soit plus de 65% du revenu courant.

Cabinet RADSE

62

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 79 : Sources et composantes (%) du revenu total

Source Revenu des activités hors exploitations Rente Riziculture (vente et autoconsommations) Autres cultures (vente et autoconsommations) Elevage et production de l'élevage (vente et autoconsommations) Revenu courant Décapitalisation (vente de zébus, vente d'équipements agricoles, vente de parcelles) Autres revenus exceptionnels (vente de biens, transferts, ACT) Revenu exceptionnel Total
Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 10,7 0,0 0,0 22,6 13,0 46,3 46,3 7,5 53,7 100

2011 13,7 0,0 0,0 29,6 5,1 48,5 44,4 7,1 51,5 100

2012 18,4 0,0 0,0 21,7 15,4 55,5 38,9 5,6 44,5 100

o Structure du revenu total en 2012 Le revenu courant (40,7% du revenu total) formé en premier lieu des « activités rémunérées hors exploitation » (18,4% du revenu total) reste en deça du revenu exceptionnel (44,5%).
Tableau 80: Structure du revenu total

Source Revenu total par ménage (en Ar) Revenu des activités rémunérées hors exploitations Rente Vente des produits de riziculture Vente des autres cultures Vente d’animaux autres que le zébu et produits d’élevage Revenu courant Décapitalisation Autres revenus exceptionnels (vente de biens, transferts, ACT) Revenu exceptionnel Autoconsommation Ensemble Source : ESVMR 2012

% 217192 18,4 0 0 13 9,2 40,7 38,9 5,6 44,5 14,8 100

L’étude des composantes du revenu total des ménages met en évidence l’importance de la partie provenant de la « vente du bétail » traduite en décapitalisation (38,9% du revenu total et 45,7% du revenu monétaire, en 2012).

Cabinet RADSE

63

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Figure 12 : Structure du revenu monetaire

Source : ESVMR 2012

Revenu courant selon le sexe du CM au cours du mois précédant l’enquête

La proportion des femmes reste toujours élevée aux alentours de 45% pour le plus bas revenu « revenu inférieur à 50 000 Ar » ; tandis que chez les hommes, elle est de 24,7% en 2010, 33,2% en 2011 et 44,4% en 2012). Pour le « revenu supérieur à 500 000 Ar. », la proportion chez les hommes est de 12,4% contre 5,4% pour les femmes.
Tableau 81 : Structures du revenu courant selon le sexe du CM

2010 Caractéristiques Revenu < 50 50 ≤ revenu < 100 100 ≤ revenu < 300 300 ≤ revenu < 500 Revenu ≥ 500

2011 F

2012 Ensemble 45,3 16,5 20,9 6,7 10,7 100,0

H F Ensemble H F Ensemble H Proportion des ménages selon le niveau de revenu (en 000 Ar.) 24,7 27,6 38,2 5,8 3,7 44,5 27,8 24,8 1,4 1,5 30,8 27,7 34,1 4,5 3 33,2 28,4 32,4 3,9 2,2 100,0 45,8 29 21,7 1,3 2,1 100,0 36,6 28,5 29,6 3,2 2,1 100,0 44,4 16,1 19,6 7,5 12,4 100,0

48,2 17,7 24,7 4,1 5,4 100,0

Ensemble 100,0 100,0 100,0 Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Depuis la crise, les ménages ne cessent de s’appauvrir, le groupe de ménages appartenant au « revenu inférieur à 50 000Ar. » n’a cessé d’augmenter respectivement 30,8% en 2010, 36,6% en 2011 et 45,3% en 2012.

Cabinet RADSE

64

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Figure 13 : Répartition des ménages selon les tranches de revenu courant (en Ar)

Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

O Revenu selon les caractéristiques sociodémographiques La faiblesse du niveau revenu des menages d’Ambovombe est toujours constatée ; car, un ménage sur deux a un « revenu inférieur à 50 000 Ar. ». Les ménages monoparentaux « veuf(ve)/divorcé(e) – célibataire » appartenant à cette tranche de revenu sont plus pauvres (57,0%) ; tandis que plus la taille de ménage est grande « 7 et plus » et plus le CM est « instruit », la proportion est élevée dans le « revenu supérieur à 500 000 Ar. ».

Cabinet RADSE

65

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 82 : Répartition des ménages suivant le niveau de revenu courant (000 ar.) et les caractéristiques sociodémographiques R<50 Sexe du CM Masculin Féminin 44,4 48,2 16,1 17,7 19,6 24,7 7,5 4,1 12,4 5,4 100 100 409 174 50 ≤R<100 100≤R<300 300≤R<500 R ≥500 Ensemble Répondants

Situation maritale du CM Ménages dont le chef vit en union 47,5 Ménages monoparentaux 57,0 Ménages polygames 42,2
Taille du ménage <= 4 5 et 6 7 et plus Sans instruction Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Ensemble Source: ESVMR 2012 58,4 55,0 37,1 54,6 47,2 23,5 12,5 50,1

15,0 15,6 8,9 10,5 17,1 18,0 14,1 13,0 32,4 6,3 14,8

19,6 20,4 20,0 19,3 10,7 26,8 17,6 24,4 23,5 37,5 19,9 5,9 5,7 6,3 6,1 3,3 8,8 18,8 6,0

7,7 2,7 6,7

10,3 4,3 22,2 5,9 11,4 11,7 7,6 12,2 11,8 25,0 9,3

100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100

352 186 45 238 140 205 410 123 34 16 583

Niveau d'instruction du chef de ménage

Dépenses

Le niveau de la pauvreté peut être appréhendé à travers les dépenses surtout monétaires. Celles-ci sont composées des agrégats dont la capacité d’investissement, un indicateur essentiel pour l’analyse de la richesse ou de la pauvreté. o Structure des dépenses monétaires et non monétaires Compte tenu de la faiblesse de la production, la part des dépenses non monétairescomposées essentiellement de l’autoconsommation, reste en decà de celle des dépenses monétaires représentant respectivement 41,6% en 2010, 28,3% en 2011 et 22,1% en 2012. Quant aux dépenses monétaires, 23,9% sont attribuées pour les achats des PPN alimentaires et, seulement 0,5% en investissement correspondant exclusivement aux « achats de zébus »..

Cabinet RADSE

66

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 83: Structure des dépenses totales par ménage (en Ar)

DEPENSES Autoconsommations Dépenses non monétaires Dépenses en PPN alimentaires Dépenses en PPN non alimentaires Autres dépenses courantes Dépenses d'investissement Dépenses monétaires Dépenses totales
Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 % 41,6 41,6 33,6 6,0 17,3 1,6 58,4 100

2011 % 28,3 28,3 18,1 5,8 44,1 3,7 71,7 100

2012 % 22,1 22,1 23,9 7,0 46,5 0,5 77,9 100

o Dépenses alimentaire et revenu courant L’importance du ratio des dépenses alimentaires y inclus l’autoconsommation monétarisée par rapport au revenu courant composé du revenu des exploitations et autres activites generatrices de revenu, permet d’apprécier les conditions de vie des ménage. Plus ce ratio est élevé plus les ménages vivent dans des conditions difficiles ; car, .le revenu courant ne parvient plus à assurer les besoins alimentaires du ménage. D’après les résultats, plus le chef de ménage est instruit et plus le revenu par ménage est élevé, moins est la valeur du ratio (en 2012, les ratios sont égaux respectivement à 37,2% pour le premier cas et 44,0% pour le deuxième cas), cas povant être traduit par une vie décente pour ces groupes de ménages.
Tableau 84 : Part des dépenses monétaires alimentaires par rapport au revenu monétaire courant

Caractéristiques du ménage Sexe du CM Masculin Féminin Situation maritale du chef Ménages dont le chef vit en union Ménages monoparentaux Ménages polygames Taille du ménage ≤ 4 personnes 5 à 6 personnes ≥ 7 personnes Niveau d'éducation du chef de ménage Sans instruction Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Supérieur

2010 % Moyenne 101,2 137,7 97,4 144,7 115,8 122,0 117,3 99,4 111,0 132,0 75,9 54,3 -

N 331 149 310 143 27 179 122 179 346 102 15 17 0

2011 % Moyenne 84,5 112,7 85,4 109,0 96,0 106,4 98,3 72,5 104,0 53,0 84,0 88,1 59,5

N 352 139 337 135 19 196 116 179 357 100 20 12 2

2012 % Moyenne 112,4 120,8 117,5 114,8 93,4 122,5 99,8 115,9 110,3 132,0 140,0 37,2 -

N 409 174 352 186 45 238 140 205 410 123 34 16 67

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Caractéristiques du ménage Niveau de revenu des ménages (en Ar) R < 50.000 50.000 ≤ R < 100.000 100.000 ≤ R < 300.000 300.000 ≤ R < 500.000 R ≥ 500.000 Ensemble
Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 % Moyenne 169,2 97,1 75,0 56,6 50,6 112,2

N 172 134 143 18 13 480

2011 % Moyenne 140,3 84,6 54,2 24,6 18,8 91,8

N 179 140 147 15 10 491

2012 % Moyenne 187,8 61,9 37,8 173,8 44,0 114,8

N 292 86 116 35 54 583

2.3.3

Sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire est analysée à travers les habitudes alimentaires, leur disponibilité, les fréquences de prise et leur approvisionnement.  Structure de la consommation alimentaire La consommation alimentaire dépend sensiblement de la disponibilité en aliments au niveau local et aussi des moyens permettant de s’en procurer en cas de recours à l’achat. L’aperçu de la consommation alimentaire au cours de la semaine ayant précédé l’enquête laisse entendre la diminution de la proportion des ménages disposant des produits à consommer entre 2011 et 2012. Par contre, pour la même période, la ratio alimentaire de ces quelques ménages semble être plus satisfaisante vu le groupe de ménages concernés et la période de la collecte de données juste après les récoltes. Ainsi, la situation de 2012 par rapport à 2011 dénote les trois points majeurs suivants: le nombre de jours de consommation par semaine sur l’ensemble des produits augmente ; la consommation moyenne par tête par semaine augmente aussi ; la proportion des ménages ayant accès à ces produits connait une baisse significative.

En effet, si dans le rapport d’étude antérieure, les ménages consommaient le riz en moyenne 2,4 jours au cours de la semaine précédant l’enquête, l’ESVMR 2012 indique une net amélioration d’en moyenne 3,6 jours. Pour la consommation moyenne du riz, bien que la proportion des ménages qui en consomme est en baisse, la consommation par tête est en haussi significative correspondant au double de 526.8 à 1147g/tête/semaine ; car, les ménages « beaucoup plus aisés » en consomment avec des quantités plus ou moins élevées, même tendance pour la consommation du manioc frais passant de 2727,9 à 4469g/tête/semaine. Néanmoins, la consommation en patates douces a diminué de 3261,9 à 2145 g/tête/semaine.

Cabinet RADSE

68

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 85 : Fréquence et consommation alimentaire au cours de la semaine ayant précédé l’enquête

2010 Consommation (gr/tête/semaine) Nombre de jours moyen Nombre de jours moyen

2011 Consommation (gr/tête/semaine) Nombre de jours moyen

2012 Consommation (gr/tête/semaine) 1 147 4 469 1 234 3 509 2 145 415

% ménages

% ménages

Riz Manioc frais Mais sec Manioc sec Patate douce Voanemba / lojy 

3.6 6.4 3.4 5.9 3.4 3.6

1 435.9 6 430.7 1114.6 5 228.7 2 359.6 569.9

39.2 76.2 27.6 42.0 20.2 33.6

2.4 5.2 3.3 6.1 5.3 2.9

526.8 2727.9 877.2 2899.9 3261.9 252.4

45.4 9.8 58.6 92.0 91.4 30.8

3,6 6,3 4,3 6,7 4,1 4,5

13,6 2,7 25,4 94,5 23,5 6

Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Type d’aliments de base/petit déjeuner/déjeuner/diner

Un aliment de base est un aliment qui constitue la base d'un régime traditionnel. Les aliments de base varient d'une région à l'autre. La plupart des aliments de base dérivent soit de céréales, telles que le maïs ou le riz, ou de légumes-racines riches en amidon comme la pomme de terre, le taro et le manioc. Pour le district d’Ambovombe, les principaux types de culture adoptés par les gens sont : le tsako (maïs), le voañemba, (niébé), le bageda (patate douce), le balahazo (manioc), l’antake (dolique), le voanjo katra (sorgho). Ces produits constituaient et constituent la base de leur alimentation, le lait (transformé en « abobo » ou non) complétant souvent la ration journalière. Le tableau ci-après évoque le type d’aliment de base pris au cours des trois principaux repas pendant l’enquête. Le resultat d’étude laisse entendre trois grand points : - Une baisse progressive de la proportion des ménages qui consomment du riz pour principaux repas les trois

- Hausse importante des ménages qui optent à consommer le manioc sec comme principal pour les trois repas - Hausses significatives des ménages qui ne consomment rien De facon générale, le résultat indique une diminution de la proportion des ménages à accéder aux differents aliments de bases comme repas. Il ne reste que le manioc sec qui constitue le principal aliment de base. Les ménages préfèrent consommer le manioc sec que le manioc frais. Le manioc sec devient ainsi le repas priorité pour les ménages vu son abondance et sa facilité de conservation: en 2012, 55,2% des ménages se servent comme Petit déjeuner, 71,7% pour le dejeuner et 79,9% comme pour le diner. Il est toutefois à noter que l’impact du revenu est légèrement appréhendé, étant donné que les ménages à revenus plus faibles prennent du repas moins fréquemment que ceux plus aisés et ce, pour chacun des groupes de ménages.
69

Cabinet RADSE

% ménages

Produits

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 86: Répartition des ménages selon le type d’aliment de base pendant le jour ayant précédé l’enquête 2010 Petit déjeuner Effectif Riz Mais frais Maïs sec Sorgho Manioc frais Manioc sec Patate douce Antake Voatsororoka Brèdes Fruit de cactus Café Autres Rien 47.2 21.0 2.0 1.2 1.0 0.4 20.2 47.4 25.4 1.4 0.4 1.4 17.2 1.0 58.4 32.2 0.2 0.2 100.0 5.8 1.2 Déjeuner 500 5.2 1.6 7.8 0.2 6,1 4 0,5 2,4 39,4 25,6 0,2 0,2 21,7 100.0 Diner Petit déjeuner 2011 Déjeuner 500 2,4 7,6 1,5 3,3 37,7 43,4 0,2 3,9 100.0 7 0,2 7,7 0,4 4,2 69,4 10,6 0,4 0,2 100.0 2,7 1,7 0,2 1,4 55,2 3,4 0,2 0,2 0,3 0,2 0,2 34,3 100.0 Diner Peit déjeuner 2012 Déjeuner 583 1,5 3,8 0,3 2,2 71,7 6,0 0,2 0,5 0,7 0,7 12,3 100.0 4,8 5,8 0,5 1,9 79,9 2,2 0,5 0,3 0,7 3,3 100.0 Diner

Ensemble 100.0 100.0 Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

 Repas journalier En moyenne, le nombre moyen de repas journalier est sensiblement égal ; par contre certains ménages ne prennent qu’un repas par jour au vu des fourchettes minima et maxima diffèrent.
Tableau 87: Comparaison du nombre de repas journaliers par tranche d'âge, selon le passage d'enquête 2010 Moyenne Enfants de moins de 6 ans Effectif répondants Nombre de repas journalier Enfants de 6 à 12 ans Effectif répondants Nombre de repas journalier Individus de plus de 12 ans 335 2.7 1 321 2.6 1 500 1 8 2.8 3 2.8 4 2.9 334 1 341 1 500 1 6 2,48 6 2,48 583 1 9 6 2,48 392 1 7 385 1 9 Min Max Moyenne 2011 Min Max Moyenne 2012 Min Max

Effectif répondants Nombre de repas 2.6 journalier Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Cabinet RADSE

70

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Durée des stocks

Comme le manioc, le maïs et la patate douce constituent l’alimentation de base de la plupart des ménages, le stock de ces produits connaissent une légère diminution en l’année 2012 ; surtout, pour le mais et la patate douce. La proportion des ménages ayant des stocks des patates douces ont été presque, par exemple , reduit à 70%. Si en 2011, 7 ménages sur 10 ont eu de stocks de patates douces, en 2012, il ne reste plus qu’environ un ménage. Pour le maïs, la proportion des ménages qui ont eu des stocks a été aussi reduite de 7 fois par rapport au étude en 2011. Pour le manioc, une diminution de stocks est aussi enregistrée mais à une proportion infime par rapport aux produits cités auparavanty, car les ménages ont l’habitude de les stocker et c’est un produit qui n’est pas rare et toujours disponible sur le marché. Les durées de stocks de chacun des produits sont sensiblement égales avec une légère diminution pour le « manioc » (2,8 jours en 2010, 2,9 jours en 2011 et 2,4 jours en 2012), pour la « patate douce » ( 1,8 en 2010, 1,6 en 2011 et 1,5 en 2012) et pour d’ « autres produits » cultivés et conservables (2,8 en 2010, 1,8 en 2011 et 1,4 en 2012). Au maximum, rarement la durée de stockage dépasse 2 jours dans le mois précédant l’enquête.
Tableau 88 : Estimation de la durée des stocks au cours du mois précédant l’enquête

2010 % Ménages ayant des stocks Effectif ménages Riz Manioc Maïs Patate douce Autre 500 2.1% 65.3% 12.9% 12.6% 1.3% Durée moyenne (jours)

2011 % Ménages ayant des stocks 500 1,6% 89,6% 36,0% 66,6% 39,4% Durée moyenne (jours)

2012 % Ménages ayant des stocks 583 1,9% 60,0% 7,2% 8,6% 4,8% Durée moyenne (jours)

0.2 2.8 1 1.8 2.8

0,6 2,9 1,6 1,6 1,8

0,5 2,4 1,7 1,5 1,4

Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

 o

Insécurité alimentaire Sources d’aliments

Le tableau ci-après présente la principale source des aliments de base dans le district pris au cours des 7 jours ayant précédé l’enquete. La propre production tient ene place importante dans l’alimentation de la population. Le régime alimentaire est surtout composé des tubercules (manioc et patate douce), des céréales (maïs) et des légumineuses (voanembe/lojy). En effet, durant les trois périodes, environ un ménage concerné sur deux a répondu que les maniocs, la patate douce, le maïs et la légumineuse (voanemba ou lojy) consommés proviennent du « propre production/jardin ». Toutefois, la provenance des aliments fluctue énormament selon les périodes, car la production n’est pas la même puisque celle-ci est tributaire des conditions climatiques et catastrophes naturelles qui beaucoup entre chaque période.
Cabinet RADSE
71

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Par ailleurs, les effets de la crise (sécurité et inflation) se répercutent sur l’habitude des ménages à se procurer des aliments de base. Concernant le riz qui n’est pas cultivé dans le district, les tendances de l’approvisionnement par l’ « Achat dans un magasin principal » et « Achat dans échoppes sur la route » sont à sens inverse respectivement 86,5% en 2010, 33,1% en 2011 et 17,7% en 2012 pour le premier et 9,7% en 2010, 65,3% en 2011 et 79,7% en 2012 pour le second.

Cabinet RADSE

72

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 89: Principales sources d’aliments de base déclarées par les ménages (%)

Riz Sources 2010 Propre production /jardin Achat dans un magasin principal Achat dans échoppes sur la route Total Effectif répondant
% ménages concernés

Maïs sec 2012 2010 2011 2012

Manioc frais 2010 2011 2012 2010

Manioc sec 2011 2012

Patate douce 2010 2011 2012

Voanemba (lojy) 2010 2011 2012

2011

0

-

0

40

55.2

39,2

66.9

89.0

75

68

88.0

62

-

82.1

45,3

20.9

44.6

31,4

86.5

33.1

17,7

42.4

6.8

6,8

23.2

-

12,5

21.2

1.3

5,5

-

2.1

6,6

70.1

13.4

5,7

9.7 100 196
39.2%

65.3 100.0 227
45.4%

79,7 100 79
13,6%

10 100 138
27.6%

35.1 100.0 293
58.6%

50 100 148
25,4%

6.4

11.0

6,3 100 16
2,7%

6.1 100 210
42.0%

7.2 100.0 459
91.8%

31,3 100 550
94,3%

-

13.0

46,7 100 137

8.1 100 168

34.8 100.0 154
30.8%

62,9 100 35
6,0%

100 100.0 381
76.2%

- 100.0 457

49
9.8%

- 91.4%

23,5% 33.6%

Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

 Perception de la situation alimentaire En 2012, la perception de la situation alimentaire par les ménages est inquiétante car 48% jugent comme « mauvaise », 7,7% seulement affirme être « bonne ». Ceci est le fait de l’existence des phénomènes climatiques inattendus qui perturbent la saison culturale comme la mauvaise pluviométrie 2012. En 2011, seulement 1,1% des ménages estiment la situation alimentaire « très mauvaise », car en cette période il ya eu une pluviométrie favorable inattendue ; la proportion a beaucoup augmenté en 2012 avec les réponses exprimées par 20,4% des ménages. La bonne pluviométrie en 2012 donne espoir aux ménages pour la prochaine récolte de cette période.
Tableau 90: Perception sur la situation alimentaire

Effectif Très bonne Bonne Moyenne Mauvaise Très mauvaise Total

2010 500 0.0 2.1 30.5 53.5 13.9 100.0

2011 500 1,1 19,5 48,0 30,2 1,1 100,0

2012 583 0,7 7,7 23,0 48,1 20,4 100,0

Source: ESVMR 2010 – 2011 – 2012

Profil alimentaire

La consommation alimentaire en milieu rural malgache est fortement dépendante de la production agricole puisque les aliments que les ménages ruraux ont consommé proviennent en grande partie de leur propre production, surtout les aliments de base. Afin de mieux cerner le profil alimentaire, l’indicateur utiliser par le PAM (FCS : Food Consumption Score) a été repris et qui nous permet de classer les ménages en trois (03) catégories :    Consommation alimentaire « pauvre » (FCS = 21) Consommation alimentaire « limité » ou « modérée » (21 ≤ FCS = 35). Consommation alimentaire « bonne » ou « acceptable » (FCS > 35)

Cabinet RADSE

73

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 91 : Répartition des ménages selon le FCS et les caractéristiques sociodémographiques 2010 Limite ou modéré Acceptable ou bon Limite ou modéré Effectif Pauvre Pauvre Total 2011 Acceptable ou bon Effectif Pauvre Total 2012 Limite ou modéré Acceptable ou bon Effectif
409 174 352 186 45 238 140 205 410 123 34 16 292 86 116 35 54 583
74

Sexe du CM Masculin Féminin 17.3 27.1 21.7 27.8 55.7 50.5 100.0 100.0 346 154 1.1 1.3 5.2 4.4 93.8 94.3 100.0 368 45,2 24,7 30,1 100 100.0 132 46,6 27,0 26,4 100

Situation maritale du CM Ménages dont le chef vit en union Ménages monoparentaux Ménages polygames Taille de ménage ≤4 5 et 6 7 et plus Niveau d’instruction Sans instruction Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2nd cycle Supérieur Niveau de revenue R R<50 000 50 000≤R<100 000 100 000≤R<300 000 300 000≤R<500 000 R>500 000 Ensemble 30.3 31.3 11.5 36.1 17.3 17.1 0.0 32.7 8.2 13.2 18.6 27.3 38.4 52.4 65.6 67.3 78.7 54.1 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 154 138 171 22 15 500 1.0 1.0 0.9 5.9 0.0 1.1 8.2 4.8 2.0 0.0 0.0 5.0 90.8 94.1 97.1 94.1 100.0 183 55,8 26,4 17,8 100 100.0 143 43,0 17,4 39,5 100 100.0 148 37,1 27,6 35,3 100 100.0 16 22,9 40,0 37,1 100 27,8 18,5 53,7 100 20.7 30.0 17.1 25.4 6.7 9.9 0.0 3.7 49.4 57.5 83.3 96.3 100.0 100.0 100.0 100.0 357 106 18 18 0.9 1.3 0.0 0.0 50.0 5.5 3.9 3.0 3.4 0.0 93.6 94.8 97.0 96.6 50.0 100.0 361 47,3 27,1 25,6 100 100.0 104 48,8 21,1 30,1 100 100.0 21 29,4 17,6 52,9 100 100.0 11 100.0 2 12,5 31,3 56,3 100 22.7 31.1 21.6 23.4 12.5 26.1 46.2 55.0 61.4 100.0 100.0 100.0 188 126 186 0.2 1.9 1.6 3.9 3.3 7.3 95.9 94.8 91.2 100.0 190 43,7 27,3 29,0 100 100.0 127 47,1 27,9 25,0 100 100.0 182 46,8 21,5 31,7 100

17.1 28.4 22.7 28.2 13.8 7.7

54.5 49.1 78.5

100.0 100.0 100.0

321 153 26

1.1 1.3 0.0

4.6 6.1 4.1

94.3 92.6 95.9

100.0 352 45,7 25,9 28,4 100 100.0 133 46,8 24,7 28,5 100 100.0 16 40,0 24,4 35,6 100

100.0 100.0 11 93.9

100.0 500 45,6 25,4 29,0 100

Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Globalement, comparé au ESVMR 2011, la situation alimentaire dans les zones d’études s’est dégradée en 2012 par rapport à 2011. Rappelons qu’un « FCS pauvre » est caractérisé principalement par un ratio alimentaire limité et composé par la consommation journalière de manioc et de brèdes. Les autres types de consommation ne sont pas accessibles ou le plus souvent à fréquence très rares.Un « FCS limité ou moderé » presente une légère diversification des consommations alimentaires mais avec une fréquence relativement modérée. Il est acceptable ou bon quand la consommation des ménages est plus diversifiée. L’analyse évoque une large augmentation (1,1% en 2011 contre 40,7% en 2012 pour le « FCS pauvre » ; 5% contre 24,7% pour les « FCS moderé » et 93,9% contre 34,6% pour le « FCS jugé Bon ») de la proportion des ménages ayant un « FCS pauvre », limité ou moderé si le « FCS acceptable ou bon » que ce soit au niveau des hommes ou au niveau des femmes diminue. Néamoins, ce sont surtout pour les Ménages monoparentaux

Cabinet RADSE

Total

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

(42,5%%) qui n’ont pas eu la possibilité de diversifié leur consommation et limité leur fréquence de consommation journalière des produits de base. Par ailleurs, c’est toujours au niveau des ménages de grande taille (plus de 7 avec 44,4%) qui connaissent des difficultés alimentaires (ayant un FCS le plus bas) en termes de diversification et de fréquence de consommation par jours. En d’autre terme, la taille de ménage a une influence négative sur le niveau du FCS. En effet, plus la taille de ménage est grande, plus la valeur du FCS est faible. Concernant le revenu, la tendance est le même qu’en 2011. Pour les ménages ayant un FCS pauvre, plus le revenu augmente, plus la valeur du FCS est faible. Il en est de même pour les ménages qui affiche un FCS moderé. Ceci peut être expliqué par le fait que leurs moyens sont limités et ne permettent pas de varier convenablement la ration alimentaire. Par contre pour les ménages ayant un FCS bon, il y a corrélation positive. Quand le niveau de revenu est elevé, le niveau du FCS s’ameliore On peut ainsi avancer que l’amélioration des sources de revenu et aux activités economiques des ménages se répercute de favorable sur la diversification alimentaire et à la lutte contre l’extrême pauvreté. 2.3.4  Réseau social Difficultés des ménages

La majorité des ménages n’est pas épargnée par les difficultés qui affectent principalement le plan alimentaire et l’aspect financier. Les « difficultés financières » sont les plus rencontrées car elles touchent plus d’un ménage sur 2 (58,1%) en 2012, situation en hausse depuis la crise (39,2% en 2010 et 54,9% en 2011). La détérioration, voire l’anéantissement de la production à cause des aléas climatiques et catastrophes naturelles14 n’est pas sans répercussion sur la situation alimentaire ; car, celle-ci, après une nette amélioration en 201115 par rapport à 2010 (55,6% en 2010 et 23,2% en 2011), s’est aggravée de nouveau en 2012 (28,6%).
Tableau 92: Difficultés rencontrées par les ménages

Effectif répondant Financière Alimentaire Habitation Matériels de production et intrants Ecoulement/prix trop bas des produits Epidémie/maladie Chômeur/perte d'emploi Autre (*) Pas de difficulté Ensemble
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 500 Types de difficulté 39.2 55.6

2011 500 54.9 23.2

2012 583 58,1 28,6 0,9 0,5 0,5 1,2 0,3 6,9 2,9 100,0

3.2 2.0 100.0

20.5 1.4 100.0

14 15

Voir Rapport enquête communautaire La pluviométrie a été favorable en 2011, des pluies inhabituelles se sont manifestées.
75

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Recours en cas de difficultés

En général, les recours en cas de difficultés sont adressés aux « familles proches » (68,3% en 2010, 73,1% en 2011 et 49,5% en 2012). Ces recours sont satisfaits à 97,7% en 2010, 97,6% en 2011 et 93,5% en 2012. Les autres possibilités de recours sont totalement acquises à 100% auprès des coorporatifs « même groupe ethnique » et « même lieu d’origine » et des sociétés civiles « église » et « ONG »
Tableau 93: Recours habituels en cas de difficultés 2010 Recours en cas de difficulté 2011 Recours en cas de difficulté 2012 Recours en % cas de Demande difficulté d'aide acceptée Effectif % 247 74 10 7 1 40 43 6 13 54 4 499 49,5 14,8 2 1,4 0,2 8 8,6 1,2 2,6 10,8 0,8 100 93,5% 91,9% 80,0% 85,7% 100,0% 85,0% 81,4% 33,3% 92,3% 92,6% 75,0% 90,2%

% Demande d'aide acceptée

% Demande d'aide acceptée

Effectif Famille proche/ parents Membre du voisinage Amis ONG, groupe de bienfaisance Ceux du même lieu d’origine Gouvernement Collègues de travail Eglise / Mosquée, ... Ceux du même groupe ethnique Autres Membres d’un groupe de femmes 269 67 1 2 16 24 15 -

% 68,3 17,1 0,3 0,5 4,1 6,1 3,7 97,7% 93,7% 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% 97,3%

Effectif 252 22 6 9 7 48 345

% 73,1 6,4 1,8 2,7 2,0 13,9 100,0 97,6% 90,0% 80,0% 100,0% 100,0% 95,7% 96,6%

Ensemble 394 100,0 Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Formes de recours en cas de difficultés

Les formes d’aide reçues permettent de conclure que les apports sont constitués surtout en aides alimentaires. En effet, les familles proches/parents accordent des aides à 93,5% dont 42,4% en « aides alimentaire ». Il en est de même pour le voisinage, les coorporatifs (groupe de femmes et de même origine) et les sociétés civiles (église, ONG). Les collègues de travail contribuent en grande partire aux « aides financières » (83,3).

Cabinet RADSE

76

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 94: Satisfaction des recours en cas de difficultés

Recours en cas de difficulté Effectifs répondants Famille proche/parents Voisinage Eglise/mosquée Collègues de travail Membre d'un groupe de femmes Ceux du même groupe ethnique Ceux du même lieu d'origine Gouvernement ONG, groupe de bienfaisance Amis Autres Ensemble

% des ménages ayant recours 583 49,5 14,8 2 1,4 0,2 8 8,6 1,2 2,6 10,8 0,8

Recours acceptés (%)

Formes de recours reçus (%) Alimentaire Financière Alimentaire et financière Autres

93,5% 91,9% 80,0% 85,7% 100,0% 85,0% 81,4% 33,3% 92,3% 92,6% 75,0% 90,2%

42,4% 61,8% 75,0% 16,7% 100,0% 47,1% 45,7% 50,0% 50,0% 32,0% 45,1%

32,9% 25,0% 25,0% 83,3% 38,2% 42,9% 38,0% 100,0% 33,3%

24,2% 13,2% 14,7% 11,4% 50,0% 26,0% 19,6% -

1,3% 1,5% -

50,0% 4,0% 1,8%

100 Source : ESVMR 2012

2.4 SÉCURITÉ 2.4.1 Perception de la sécurité Bien que le phénomène d’insécurité tende à se généraliser, les ménages du district d’Ambovombe estiment encore à 54,0% que la paix est encore présente ; toutefois, bien que 2,1% des ménages affirment « ne pas avoir de problème », 23,1% répondent « très mal » et « mal » estimant que la sécurité du village est précaire.
Tableau 95: Perception de la sécurité dans le village

Très mal Mal Moyenne Paisible Pas de problème Ensemble
Source : ESVMR 2012

Répondants 31 104 121 315 12 583

% 5,3 17,8 20,8 54,0 2,1 100,0

Cabinet RADSE

77

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

2.4.2 Insécurité  Actes de banditisme en 2012

Les actes de banditisme sont surtout axés sur les « vols de bœuf »16 (4,5%), d’ « autres animaux d’élevage » (3,6% et de « cultures » (3,4%), en concordance avec les points de vue des autorités locales17.
Tableau 96 : Actes de banditisme

Oui Répondants Vol de bœuf Vol d'autres animaux d'élevage Vol de cultures Cambriolage Violence, blessure, kidnapping
Source : ESVMR 2012

Non 58,3 67,1 82,0 91,1 87,7

4,5 3,6 3,4 0,7 0,5

Non concerné 583 37,2 29,3 14,6 8,2 11,8

Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

Evolution des actes de banditisme au cours des trois périodes

Respectivement 74,6% en 2010, 72,0% en 2011 et 62,4% des ménages enquêtés en 2012 ont répondu sur les actes de banditisme. Les vols sont plus fréquents chez les ménages agiculteurs/éleveurs18 ont tous progressé de 2011 à 2012 respectivement pour le « vol de bœufs » de 2,1% à 7,8% des ménages répondants, le « vol d'autres animaux » de 3,5% à 5,6% et pour le « vol de culture » de 3,0% à 4,3%.

16 17 18

Les vols de bœufs ont touché les ménages étant propriétaires de bœufs quelle que soit leur activité. Points de vue émis par les autorités locales, Rapport Enquête communautaire ESVMR 2012

Seulement 14 sont des ménages ont déclaré l’ « élevage » comme activité principale, mais, beaucoup de ménages se déclarant « agriculteurs » ont comme activité secondaire « élevage ».
Cabinet RADSE
78

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Figure 14 : Proportion des ménages concernés par activité principale selon les vols

Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2.4.3

Impacts d’actes de banditisme

Les actes de banditisme ont touché moins de 5 % des 583 ménages enquêtés et le principal acte reste le « vol de bœufs » atteignant 4,5% des ménages ; tandis que, le « vol de culture » est le plus fréquent avec 81 cas auprès des 3,4% des ménages concernés.
Tableau 97 : Proportion des ménages touchés et fréquence des vols au cours de l’année 2012

Type de vol Vol de bœuf Vol d'autres animaux d'élevage Vol de cultures Cambriolage Violence, blessure, kidnapping
Source : ESVMR 2012

% ménages touchés 4,5% 3,6% 3,4% 0,7% 0,5%

Fréquence 41 39 81 4 4

Malgré la faiblesse d’actes de banditisme, les impacts sont considérables pour certains types de vol à l’instar de celui de bœuf où la « perte totale » est déclarée par 63,2% des ménages touchés et celui du cambriolage 66,7%.

Cabinet RADSE

79

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Figure 15 : Impacts des dégâts en 2012

Source : ESVMR 2012

2.4.4

Prévention de la sécurité

La plupart du temps, les villageois ne prennent pas de disposition en vue de la sécurité. Seulement, 15,3% des ménages enquêtés expriment « prendre part à la garde du village » contre 53,3% « ne rien faire ».
Tableau 98: Disposition en vue de la sécurité

Prendre part à la garde du village Etre plus prudent Renforcer le système de verrouillage Ne pas conserver des produits/objets précieux Dormir aux champs Rien Autre Ensemble
Source : ESVMR 2012

Répondants 89 94 18 7 2 311 62 583

% 15,3 16,1 3,1 1,2 0,3 53,3 10,6 100,0

2.5 ÉTAT DE DROIT ET VIOLENCES 2.5.1 Médias  Rôle des médias

La facilité d’accès aux médias est d’une grande importance car elle peut favoriser l’accès de la population aux programmes d’Information, Education et Communication (IEC) en matière de Planification Familiale, IST-Sida, etc. Il est donc très important de savoir si la population a accès aux moyens modernes d’information que ce soit la presse audiovisuelle ou écrite.

Cabinet RADSE

80

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Types de médias

Au cours des trois périodes, les données relatent que les médias ne sont pas encore vulgarisés dans le district d’Ambovombe malgré l’existence de la crise de 2009. La proportion des ménages qui se sentent n’ayant pas accès « n’existe pas » aux médias, reste élevée respectivement 62,2% en 2010, 34,8% en 2011 et 43,8% en 2012. Bien que le taux des répondants qui se « désintéressent », a beaucoup augmenté entre 2011 et 2012 passant de 6,7% à 19,2%, celui qui « écoute la radio » a la même tendance depuis l’avènement de la crise en 2009 (12,0% en 2010, 20,4% en 2011 et 25,2% en 2012).
Tableau 99: Type de médias les plus recourus par les enquêtés

Effectif Radio Télévision Journaux ne s'intéresse pas N'existe pas Société Ensemble
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 500 12.0 1.8 7.7 62.2 15.4 100,0

2011 500 20.4 2.7 6.7 34.8 35.4 100,0

2012 583 25,2 2,4 0,3 19,2 43,8 9,1 100,0

Perception du rôle des médias

Conscients de la gravité de la situation, les ménages estiment que les médias, principalement la radio, joue beaucoup plus le rôle de « réconciliateur » (27,9%) que « provocateur ou manipulateur » (18,7%) ; ce n’est que par la suite vient l’éducation (10,9%.
Tableau 100 : Perception sur le rôle des médias dans le contexte actuel de la crise

Effectif Provocateur Manipulateur Educateur Réconciliateur Neutre Ne sait pas Autres Ensemble
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 145 5.2 9.2 13.9 8.6 7.0 56.3 100,0

2011 290 0.6 8.2 24.1 17.0 8.2 41.9 100,0

2012 229 3,9 14,8 10,9 27,9 9,2 32,8 0,4 100,0

2.5.2 Violences à domicile  Violences envers les femmes

Les violences envers les femmes sont toujours cachées que peu de ménages enquêtés ont exprimé l’existence. Selon eux, rares sont les actes de violences faites aux femmes de l’entourage exprimés en général par moins de 10 % des répondants. La « violence conjugale » est la plus fréquente avec respectivement 25,8% en 2010, 19,0% en 2011 et 21,4% des répondants en 2012. Par ailleurs, il est remarqué
Cabinet RADSE
81

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

de change ment notable pour le « harcèlement psychologique » qui diminue progressivement (13,6% en 2010, 8,8% en 2011 et 2,1% en 2012) et une augmentation pour la « grossesse forcée » (7,6% en 2010 et 2011, 18,0% en 2012) ainsi que le « viol » (0,2% en 2010, 0,8% en 2011 et 3,7% en 2012) et le « kidnapping » (0,2% en 2010, 0,6% en 2011 et 0,7% en 2012).
Tableau 101 : Nature des violences à domicile, en pourcentage

Type de violence Effectif Violence conjugale Harcèlement psychologique Grossesse forcée Esclavage Travail forcé Viols Kidnapping Prostitution forcée
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 500 25.8% 13.6% 7.6% 8.4% 5.6% 0.2% 0.2% 0.8%

2011 500 19.0% 8.8% 7.6% 0.6% 2.0% 0.8% 0.6% 0.0%

2012 583 21,4% 2,1% 18,0% 0,2% 3,4% 3,7% 0,7% 4,3%

Violences envers les enfants

En 2012, il en est de même pour les violences envers les enfants où, seulement, 10,8% des répondants affirment l’existence. Fréquemment, les enfants subissent les « châtiments corporels » (68,3%) ; tandis que pour l’ « abandon des parents » et l’ « abus sexuel », les taux sont respectivement de 11,1% et 20,6%.
Tableau 102 : Actes de violence perpétrés contre les enfants Ensemble Oui Non N'est pas concerné Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Est-ce que les enfants du ménage ont été confrontés à des problèmes de violences physique, psychologique ou sexuelle? 63 10,8 476 81,6 44 7,5 583 100,0 Si oui, quels types de problèmes ? 13 20,6 50 79,4 63 100,0 43 7 68,3 11,1 20 56 31,7 88,9 63 63 100,0 100,0

Actes de violence

Délaissé par les parents Châtiment corporel fréquent Abus sexuelle Source : ESVMR 2012

Affaires au tribunal

Certaines craintes limitent les expressions des ménages car seulement 1,9% des ménages déclarent avoir affaire avec les forces de l’ordre ; parmi eux, 27,3% affirment que leur membre de famille a été mis en garde à vue pour « plus de 48 heures ».

Cabinet RADSE

82

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 103 : Membres de ménages ou riverains arrêtés par les forces de l'ordre

Oui Non Ne sait pas Ensemble Si Oui, 48 heures Plus de 48 heures Ne sait pas Ensemble

Effectif 11 506 66 583 1 3 7 11

% 1,9 86,8 11,3 100,0 9,1 27,3 63,6 100,0

Source : ESVMR 2012

2.6 Besoins prioritaires L’analyse des besoins prioritaires informe sur les aspirations de la population lesquelles sont d’une importante capitale pour permettre d’affiner avec efficacité et d’une manière efficiente les projets de développement social et économique de la population. Ces besoins sont de deux formes (i) les besoins prioritaires immédiats ou urgents et (ii) les besoins à moyen et à long terme qui pourraient attendre plus tard selon les ménages.  Besoins prioritaires immédiats

Compte tenu des aléas climatiques et catastrophes naturels (sécheresse et maladies des cultures et des animaux d’élevage) surtout les effets de la crise (insécurité et inflation) , les ménages ont émis en tant que besoins prioritaires immédiats de premier choix l’ « argent » (37,0%), l’ « alimentation » (22,9%) et l’ « adduction en eau potable » (12,5%). Les mêmes souhaits sont repris en second et troisième choix respectivement 21,9%, 30,0% et 13,5% puis 12,7%, 12,8% et 18,7%. Ces opinions renforcent les difficultés des ménages axées sur le manque d’argent, le manque d’alimentation et l’insalubrité de l’eau potable.

Cabinet RADSE

83

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 104 : Besoins prioritaires immédiats du ménage 1er choix Effectif % 583 100,0 36 6,2 4 0,7 12 2,1 134 22,9 26 4,5 1 0,2 0 0,0 14 2,4 7 1,2 216 37,0 19 3,3 0,0 1,9 0,0 12,5 5,1 2ème choix Effectif % 569 100,0 24 4,1 2 0,3 29 5,0 175 30,0 22 3,8 3 0,5 3 0,5 21 3,6 14 2,4 128 21,9 21 2 15 79 31 3,6 0,3 2,6 0,0 13,5 5,3 3ème choix Effectif % 519 100,0 29 5,0 1 0,2 46 7,9 75 12,8 32 5,5 2 0,3 4 0,7 30 5,1 22 3,8 74 12,7 32 7 14 3 109 39 5,5 1,2 2,4 0,5 18,7 6,7 4ème choix Effectif % 401 100,0 32 5,5 6 1,0 36 6,2 37 6,3 20 3,4 0,0 19 3,3 31 5,3 27 4,6 38 6,5 16 8 12 2 85 32 2,7 1,4 2,1 0,3 14,6 5,5

Besoins exprimés Ménages ayant répondu Travail Sortie de crise Protection sociale Alimentation Habitat Environnement Sécurité Scolarisation des enfants Santé Argent Matériels de production et conseils techniques Ecoulement de la production et prix au producteur Autres Electricité Adduction d’eau potable Irrigation Source : ESVMR 2012

11 73 30

Besoins prioritaires à moyen et long terme

L’ordre social est considéré par les ménages comme des besoins qui pourraient être réalisés plus tard. Par ordre de priorité et selon le rang du choix, ce sont :    En premier choix, Protection sociale 12,96% Habitat 10,04%, Electricité 9,31% Adduction d’eau potable 9,12%. En deuxième choix : Habitat 12,53%, Scolarisation des enfants 12,04%, Santé 14,00%, Matériels de production et conseils techniques 10,32%. En troisième choix : Protection sociale 14,78%, Habitat 13,91%, Sécurité 10,43%, Matériels de production et conseils techniques 11,30%.

Cabinet RADSE

84

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau 105 : BESOINS POUVANT ATTENDRE DU MENAGE 1er choix Effectif % 548 100,0 28 4,8 10 1,7 71 12,2 27 4,6 55 9,4 19 3,3 17 2,9 41 7,0 49 8,4 18 3,1 47 5 16 51 50 44 8,0 0,9 2,7 8,7 8,6 7,5 2ème choix Effectif % 407 100,0 14 2,4 3 0,5 39 6,7 12 2,1 51 8,7 10 1,7 20 3,4 49 8,4 57 9,8 8 1,4 42 10 7 24 31 30 7,2 1,7 1,2 4,1 5,3 5,1 3ème choix Effectif % 232 100,0 4 0,7 4 0,7 39 6,7 7 1,2 31 5,3 10 1,7 12 2,1 25 4,3 29 5,0 4 0,7 25 6 3 11 6 16 4,3 1,0 0,5 1,9 1,0 2,7 4ème choix Effectif % 115 100,0 5 0,9 2 0,3 17 2,9 1 0,2 16 2,7 4 0,7 12 2,1 6 1,0 11 1,9 1 0,2 13 6 10 3 1 7 2,2 1,0 1,7 0,5 0,2 1,2

Besoins exprimés Ménages ayant répondu Travail Sortie de crise Protection sociale Alimentation Habitat Environnement Sécurité Scolarisation des enfants Santé Argent Matériels de production et conseils techniques Ecoulement de la production et prix au producteur Autres Electricité Adduction d’eau potable Irrigation Source: ESVMR 2012

Identique aux résultats des ESVMR précédentes, les ménages ne semblent pas intéresser par la « sortie de crise » qui, pour eux, est un problème d’ordre politique. Les réponses y afférentes ne sont que de l’ordre de moins 10,0% aussi bien au premier qu’au second choix. 2.7 Opportunités  Opinions sur l’avenir proche

Parallèlement selon les besoins ressentis, les propres opinions des ménages sur l’évolution probable de leur situation dans un proche avenir ont été appréhendées lors de l’enquete. En 2012, l’avis sur la « détérioration » s’amplifie (52,5% ; 48,8% en 2010, 29,8% en 2011). Parallèlement, les proportions des ménages espérant une « condition de vie stable » sont respectivement 12,6% en 2010, 27,9% en 2011 et 12,3% en 2012. Certains ménages sont indifférents de leur avenir ou indécis classés « ne sait pas » des taux 33,1% en 2010, 9,7% en 2011 et 17,0% en 2012.
Tableau 106 : Opinions sur l’évolution de la situation des ménages 2010 Effectif Stable S’améliorer Se détériorer Ne sait pas 500 12.6 5.5 48.8 33.1 2011 500 27.9 32.7 29.8 9.7 100.0 2012 583 12,3 18,2 52,5 17,0 100.0

Ensemble 100.0 Source : ESVMR 2010 – 2011 – 2012
Cabinet RADSE

85

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Appréciation de l’avenir immédiat selon les caractéristiques des ménages

Les hommes sont plus optimistes que les femmes respectivement « s’améliora » 21,8% et 9,8% et « se détériora » 16,1% et 19,1%. Plus la taille de ménage est moins élevé moins de 5 individus, les ménages sont pessimistes « se détériora » (54,2%) ; il en est de même pour les ménages monoparentaux (62,2%) et les ménages à faible revenu « inférieur à 50 000 Ar ».
Tableau 107 : Appréciation sur l’avenir proche selon les caractéristiques sociodémographiques des ménages

Perspectives dans un avenir proche Ne changera pas % Sexe du CM Homme Femme Taille du ménage inférieur ou égal à 4 5à6 7 et plus Statut marital des ménages le chef vit en union monoparental polygame 13,9% 8,6% 15,6% 49 16 7 22,4% 9,7% 20,0% 79 18 9 48,6% 62,2% 42,2% 171 115 19 15,1% 19,5% 22,2% 54 36 10 10,1% 15,0% 13,2% 24 21 27 19,7% 13,6% 19,6% 47 19 40 54,2% 50,0% 52,0% 129 70 106 16,0% 21,4% 15,2% 39 30 31 Répondant S'améliorera % Répondant Se déteriorera % Répondant % NSP Répondant

13,4% 9,8%

55 17

21,8% 9,8%

89 17

48,7% 61,3%

199 106

16,1% 19,1%

67 33

Cabinet RADSE

86

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Perspectives dans un avenir proche Ne changera pas % Niveau de revenu (en Ar) R < 50 000 50 000 ≤ R < 100 000 100 000 ≤ R < 300 000 300 000 ≤ R < 500 000 R ≥ Ar 500 000 9,6% 12,8% 19,0% 11,4% 13,0% 28 11 22 4 7 72 14,4% 19,8% 19,0% 31,4% 25,9% 18,2% 42 17 22 11 14 106 55,7% 51,2% 48,3% 48,6% 48,1% 52,4% 162 44 56 17 26 305 20,3% 16,3% 13,8% 8,6% 13,0% 17,0% 60 14 16 3 7 100 Répondant S'améliorera % Répondant Se déteriorera % Répondant % NSP Répondant

Ensemble 12,4% Source : ESVMR 2010 – 2011 – 2012

Cabinet RADSE

87

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

CONCLUSION
Pour conclure, il s’est avéré que plusieurs facteurs se sont combinés pour expliquer la vulnérabilité des ménages ruraux d’Ambovombe même en période qui succède à la saison des récoltes. D’abord, la sécheresse qui est à l’origine des difficultés d’accès à l’eau et des dégâts sur les cultures, constitue une contrainte d’envergure structurelle. Et à cela s’ajoutent les maladies de culture et d’animaux d’élevage. Ensuite, la flambée des prix des PPN, ainsi que l’effondrement des prix aux producteurs sont plutôt conçus comme des chocs conjoncturels, susceptibles d’être liés à la persistance de la crise sociopolitique traversée par le pays depuis le début de l’année 2009. Sur le plan sociodémographique, ce rapport révèle que la crise a eu un impact négatif réel sur les conditions de vie des ménages. En effet, plusieurs facteurs se sont accommodés pour expliquer la vulnérabilité des ménages ruraux d’Ambovombe en toutes périodes. En effet, les « regroupements familiaux » sont beaucoup plus fréquents parmi les causes de la migration, expliquant le plus fort pourcentage des ménages élargis et de là, du niveau plus élevé de la dépendance économique au niveau des ménages avec un ratio de 262,9%. L’incidence des ménages dirigés par une femme présent un taux tolérable de 29,7% à Ambovombe ; une situation en partie imputable au phénomène persistant de la « polygamie/polyandrie » qui touche 5,2% des femmes chefs de ménage et grandissant de divorcées (40,8%). En matière de statut matrimonial, le « mariage coutumier » reste toujours prépondérant pour des raisons culturelles (57,5%). Par ailleurs, le niveau d’instruction est généralement faible. Les « enfants de moins de 5 ans » ont paru plus vulnérables du point de vue sanitaire et le « paludisme » détient toujours le flambeau en type de maladie fréquent et même l’origine des décès. Ceux qui ont déjà « entendu parler de sida » sont plus ou moins informés sur le mode de transmission et les mesures préventives y afférentes dans le district. La vulnérabilité persiste à travers la prédominance de la difficulté en approvisionnement en eau et à l’ « insalubrité de l’eau potable » (16,8%). La majorité des ménages s’approvisionnent en eau auprès de la source non améliorée tant pour la « boisson et cuisson » (86,8% que pour le « lavage et lessive » (88,3%), un constat essentiellement imputable à l’impact de la sécheresse, la flambée des prix et l’insuffisance d’infrastructures adéquates. Ainsi, la vulnérabilité est étroitement liée aux chocs subis par les ménages et les réactions dans certaines communes du district plus frappés par les chocs climatiques se sont avérées plus sévères. L’enquête a permis d’informer que les ménages ruraux ont été confronté à un assez large éventail de chocs externes depuis le début de l’année 2012 ; des phénomènes qui ont affecté aussi bien le patrimoine, les exploitations voire les conditions de vie en général. Sur le plan socioéconomique, la vulnérabilité a été ressentie à travers la faiblesse du niveau de revenu, vu que 45,3% des ménages disposent en cette période de soudure d’un revenu courant mensuel en « dessous d’Ar 50 000 », soit moins d’Ar 1666 par jour par ménage. Un tel constat est en partie lié au faible prix au producteur d’une part, à la chute des productions en raison des conditions climatiques et à l’insécurité, d’autre part. En outre, La sécheresse a accentué le frein au développement du manioc (pourrissement de la tige). Le maïs a souffert de l’attaque de chenille et du régime de l’alizé du sud assez fort en 2012 (l’épi du maïs ne comporte que quelques graines) alors que des vers (olitra) ont sévi sur la patate douce. En matière de sécurité alimentaire, pour la consommation moyenne, la hausse significative est enregistrée surtout au niveau de la « consommation du riz » (qui est doublé : de 526.8 en 2011 à 1 147g/tête/semaine en 2012), et au « niveau de la consommation du manioc frais » (aussi presque le double : de 2727,9 en 2011 à 4469g/tête/semaine en 2012). Néanmoins, la « consommation en patates douces » a diminuée avec 1116,9 g/tête/semaine. Malgré l’amélioration de la fréquence de répétition de la consommation par semaine des ménages, l’étude montre une large diminution des pourcentages des ménages ayant « accès à l’alimentation ». Sur l’ensemble de tous les produits (Céréales, Tubercules, PPN d'usage courant), seul les
88

Cabinet RADSE

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

ménages qui consomment les « maniocs secs » ont connus une augmentation en termes de pourcentage (de 92% en 2011 à 94,5% en 2012). C’est au niveau de l’usage de PPN courant qu’il y a une baisse significative de la proportion des ménages en matière de consommation. A travers la situation alimentaire, la vulnérabilité transparait au vu du FCS qui s’appauvrit. L’étude de l’ESVMR 2012 évoque une large augmentation du FCS pauvre et modéré par rapport à celle de 2011 dont les proportions sont 1,1% en 2011 contre 40,7% en 2012 pour le « FCS pauvre » et 5% contre 24,7% pour les « FCS moderé ». Compte tenu de la diversité des chocs auxquels sont confrontés les ménages ruraux depuis janvier 2012, ces derniers ne sont pas épargnés par les difficultés qui sont fondamentalement de nature financière ou alimentaire. Les contraintes alimentaires prédominent dans les districts où la campagne agricole a plus souffert de conditions climatiques catastrophiques sachant que la plupart des ménages à Ambovombe déclarent affronter des problèmes d’alimentation. Pour ce qui est de l’insécurité, bien que ce phénomène tende à se généraliser, les ménages du district d’Ambovombe estiment encore à 54,0% que la « paix est encore présente ». L’acte d’insécurité rurale dans certaines zones du district, au point que 44,1% des ménages traduit que la situation d’insécurité depuis le début de l’année 2012 s’avère précaire. En raison de la dégradation des conditions de vie, les « vols de zébus » et les actes de banditisme existent toujours mais à une fréquence relativement faible pour l’année 2012. Malgré cette faiblesse d’actes de banditisme, les impacts sont considérables pour certains types de vol à l’instar de celui de bœuf où la perte totale a un taux de 46,2% et celui du cambriolage 50,0%. La plupart du temps, les villageois ne prennent pas de disposition en vue de la sécurité. Seulement, 15,3% des ménages enquêtés expriment « prendre part à la garde du village » contre 53,3% « ne rien faire ». En tout, le rapport ESVMR 2012 évoque, selon les thèmes la transparence de la vulnérabilité plus ou moins forte. Cette étude offre une vision globale prometteuse pour un progrès futur en matière d’exigences sociodémographique et socioéconomique de la vie des ménages. La saison sera encore plus difficile et il serait à craindre la faible couverture alimentaire et la dégradation du secteur de l’éducation surtout en matière de déscolarisation et d’abandon scolaire. Devant la situation, beaucoup reste à faire en matière de lutte contre la pauvreté et l’Etat doit faire face à cela et doit tenir compte des besoins prioritaires de la population locale car comme le disait MENHATMA GANDHI : « ce que vous faites pour moi mais sans moi, vous le faites contre moi ».

Cabinet RADSE

89

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

ANNEXE

Cabinet RADSE

90

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Annexe 1: FCS ou « Food Consumption Score » A. Définition La FCS est un score basé sur la diversité du régime alimentaire ou « Score de consommation alimentaire ». Son calcul est fait selon la fréquence de consommation et pondération des différents groupes d’aliments consommés par un ménage/individu au cours de 7 jours précédant l’enquête. B. Méthode de calcul de FCS 1) Classer les aliments consommés dans les groupes du tableau ci-dessous : N0 1 Liste d’aliments (non exhaustive) Maïs, dérivés de maïs, riz, sorgho, mil et pâtes de mil, pain et autres céréales Manioc, pommes de terre, patates douces, autres tubercules, plantains 2 Haricots, pois, arachides et noix de cajou ou autres noix Légumes, condiments et feuilles
Fruits

Groupe d’aliments Base (staple food)

Poids 2

Energisant

3

3 4 5 6 7 8 9

Légume
Fruit

1 1 4 4 0,5 0,5 0

Viande de bœuf-chèvre-volaille-porc, œufs, poisson Lait, yaourt et tous les produits laitiers Sucre et produits sucrés Huiles, graisses et beurres Epices, sel, et les petits condiments pour thé

Viande et poisson Lait Sucre Huile
Condiments

2) Pour chaque aliment, prendre le Nombre de jour de consommation et le multipliez par le Poids correspondant du groupe où il appartient (coefficient dans la dernière colonne du tableau), pour obtenir sa note. Le calcul ne s’applique que sur les 7 jours précédant l’enquête. 3) Totaliser ensuite toutes les notes des aliments consommés pour avoir ainsi le FCS. C. Interprétations du FCS Les seuils typiques sont:    Consommation alimentaire « pauvre » : FCS de 0 et 21 Consommation alimentaire « limité » ou « modérée » : FCS de 21,5 à 35. Consommation alimentaire « bonne » ou « acceptable » : FCS supérieur à 35

Cabinet RADSE

i

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

ANNEXE 2 : REVUE DES PHOTOS APPROVISIONNEMENT EN EAU

Cabinet RADSE

ii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

CENTRE DE SANTE DE BASE II

EDUCATION

Cabinet RADSE

iii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

CANTINE SCOLAIRE

Cabinet RADSE

iv

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

ANNEXE 3 : Tableaux globaux
Tableau a. 1 : Répartition des chefs de ménage selon la taille de ménage et le statut matrimonial

2010

2011 H Taille du ménage F

2012 Ensemble 3,1 10,8 13,7 13,2 12,7 11,3 9,1 8,1 18,0 100,0 5,7 2,6 57,5 0,3 14,2 9,6 8,1 6,5 1,2 100,0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 et plus Ensemble Taille moyenne des ménages Marié légalement Marié coutumièrement Union libre Divorcé / séparé Veuf / veuve Célibataire Polygame /Polyandre Partenaire d'un polygame/polyandre Ensemble Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

3.3 8.7 12.4 13.1 13.7 11.5 9.5 7.6 20.1 100.0 5.9 1.7 62.2 0.3 11.7 15.3 3.6 1.6 3.6 100,0

3,1 9,4 12,6 12,9 14,3 11,2 11,5 5,1 19,9 100.0 5,9 8.5 60.9 0.9 11.6 7.6 7.3 0.9 2.3 100,0

1,5 7,8 11,7 13,7 11,5 13,4 10,3 8,6 21,5 100,0 6,1 3,4 80,4 0,5 2,9 1,2 2,7 8,8 0,0 100,0

6,9 17,8 18,4 12,1 15,5 6,3 6,3 6,9 9,8 100,0 4,7 0,6 3,4 0,0 40,8 29,3 20,7 1,1 4,0 100,0

Statut matrimonial

Cabinet RADSE

v

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 2: Motifs de déplacement

2012 2010 Effectif individus ayant déplacé Aller au marché Vendre au marché Education Travail Services administratifs Institution de santé Obligation / visite familiale Autres: loisirs,… Ensemble Effectif individus ayant déplacé Aller au marché Vendre au marché Education Travail Services administratifs Institution de santé Obligation / visite familiale Autres: loisirs,… Ensemble Effectif individus ayant déplacé Aller au marché Vendre au marché Education Travail Services administratifs Institution de santé Obligation / visite familiale Autres: loisirs,… Ensemble Source : ESVMR 2010 - 2011 - 2012 2011 Homme Femme Ensemble Principal motif de déplacement 238 66.4 16.0 0.8 2.1 1.3 5.9 7.1 0.4 100.0 374 47.1 20.8 0.0 6.6 0.7 3.9 12.8 8.1 100.0 243 50,2 12,4 4,1 4,6 2,1 4,1 6,6 15,8 100.0 209 57,6 18,7 4,7 2,9 1,4 4,7 5,4 12,0 100.0 452 53,6 15,3 4,7 2,9 1,4 4,7 5,4 12,0 100.0

Deuxième motif de déplacement 57 24.6 50.9 1.8 1.8 3.5 17.5 100.0 107 31.8 30.3 0.0 7.1 2.0 3.3 15.8 9.8 100.0 102 25,4 17,6 3,9 2 18,8 16,7 15,6 100.0 80 31,3 27,5 1,3 2,5 1,3 15 7,5 13,6 100.0 182 27,7 22 0,5 3,3 1,6 12,6 12,6 19,7 100.0

Troisième motif de déplacement 11 36.4 0.0 9.1 9.1 9.1 36.4 100.0 12 28.9 45.2 0.0 0.0 6.6 19.3 100.0 35 2,9 8,6 2,9 5,7 5,7 5,7 22,9 45,7 100.0 26 3,8 7,7 3,8 3,8 19,2 61,5 100.0 61 3,3 8,2 3,3 4,9 3,3 3,3 21,3 52,4 100.0

Cabinet RADSE

vi

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 3: Seuil d’instruction en 2010 Secondaire 2nd cycle incomplet Secondaire 2nd cycle complet Secondaire 1er cycle incomplet Secondaire 1er cycle complet Primaire incomplet Sans instruction

Préscolaire

ESVMR 2010

Ensemble

Supérieur

Primaire

Sexe Masculin ≥ 6 ans =)ans) Féminin ≥ 6 ans Groupe d’âge 6 - 10 ans 11 - 14 ans 15 - 17 ans 18 - 24 ans 25 - 34 ans 35 - 44 ans 45 - 54 ans 55 ans et plus 6 ans et plus 15 ans et plus Source: ESVMR 2010

58.6 58.6 61.5 34.6 41.0 53.5 67.9 69.6 78.0 85.7 58.6 63.8

0.1 0.0 0.2 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.1 -

29.6 32.3 38.1 55.5 38.3 23.3 19.6 18.9 10.9 11.9 31.0 21.5

3.3 2.2 0.2 5.5 6.9 2.9 2.9 1.8 2.1 0.7 2.7 3.0

4.9 3.9 0.0 4.2 12.2 11.8 4.0 3.7 0.0 0.7 4.4 6.3

0.4 0.7 0.0 0.0 0.6 1.2 1.4 1.2 0.9 0.0 0.6 0.9

2.1 1.4 0.0 0.3 1.1 6.1 2.5 2.5 5.6 0.0 1.9 3.1

1.0 0.8 0.0 0.0 0.0 1.2 1.8 2.4 2.6 1.1 0.9 1.5

100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0

1091 1157 553 359 220 309 277 213 139 177 2248 1327

Tableau a. 4: Seuil d’instruction en 2011 Secondaire 2nd cycle incomplet Secondaire 2nd cycle complet Secondaire 1er cycle incomplet Secondaire 1er cycle complet Primaire incomplet Sans instruction

Préscolaire

ESVMR 2011

Ensemble

Supérieur

Primaire

Sexe Masculin ≥ 6 ans =)ans) Féminin ≥ 6 ans Groupe d’âge 6 - 10 ans 11 - 14 ans 15 - 17 ans 18 - 24 ans 25 - 34 ans 35 - 44 ans 45 - 54 ans 55 ans et plus 6 ans et plus 15 ans et plus

63.9 55.9 68.4 36.7 40.9 46.4 62.0 70.9 77.3 87.5 59.8 61.5

0.1 0.2 0.5 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.1 0.0

27.6 34.9 30.9 56.2 39.9 33.2 27.3 24.1 11.1 9.5 31.4 25.8

2.1 2.9 0.0 3.2 7.9 3.9 3.0 1.9 4.0 0.0 2.6 3.5

3.9 4.4 0.2 4.0 10.0 10.3 4.3 1.5 4.2 1.9 4.2 5.9

0.5 0.7 0.0 0.0 1.0 2.0 0.6 0.0 0.6 0.5 0.6 0.9

1.1 0.8 0.0 0.0 0.5 3.7 1.3 0.0 1.4 0.5 0.9 1.5

0.7 0.2 0.0 0.0 0.0 0.6 1.5 0.6 0.8 0.0 0.9 0.7

0.2 0.1 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 1.1 0.6 0.0 0.9 0.2

100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0 100.0

1052 1117 553 301 188 323 304 170 159 172 2170 1318
vii

Cabinet RADSE

N

N

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Source: ESVMR 2011 Tableau a. 5 : Seuil d’instruction en 2012

Secondaire 2nd cycle incomplet

ESVMR 2012 et propres calculs cabinet d’études RADSE

Secondaire 2nd cycle complet

Secondaire 1er cycle incomplet

Secondaire 1er cycle complet

Primaire incomplet

Sans instruction

Préscolaire

Ensemble

Supérieur

Primaire

Sexe Masculin ≥ 6ans Féminin ≥ 6 ans Groupe d’âge 6 - 10 ans 11 - 14 ans 15 - 17 ans 18 - 24 ans 25 - 34 ans 35 - 44 ans 45 - 54 ans 55 ans et plus 6 ans et plus 15 ans et plus Source: ESVMR 2012 45,5 32,4 33,3 45,5 62,8 75,3 70,5 81,6 51,9 58,9 5,5 0,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1,4 0,0 48,1 48,0 28,4 27,0 17,4 12,1 19,3 11,1 30,8 20,1 0,6 13,1 11,0 7,2 6,6 5,0 4,8 2,8 6,0 6,5 0,3 5,7 23,5 10,3 6,9 3,3 1,8 1,4 6,2 8,7 0,0 0,0 2,3 4,6 2,3 1,7 0,6 1,8 1,6 2,5 0,0 0,0 1,5 3,6 1,3 0,4 0,6 1,4 1,1 1,7 0,0 0,0 0,0 1,8 2,0 2,1 2,4 0,0 0,9 1,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,7 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 616 367 264 389 304 239 166 217 2 562 1 579 54,5 49,4 1,2 1,7 28,9 32,7 5,3 6,8 6,0 6,5 1,7 1,4 1,4 0,7 1,0 0,8 0,0 0,2 100,0 100,0 1 247 1 315

Cabinet RADSE

viii

N

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 6: Evolution des membres de ménage au cours de l’année 2012

Effectif répondant Nouvelles naissances 1 enfant 2 enfants Ensemble Nouveaux membres 1 nouveau membre venu 2 nouveaux membres venus Ensemble Départ membres 1 membre parti 2 membres partis 4 membres partis Ensemble Y a-t-il de décès dans le ménage? Oui Non Ensemble Si Oui, combien? moins de 5 ans 1 décès 2 décès Ensemble 5 ans et plus 1 décès 2 décès Ensemble Causes du décès moins de 5 ans Paludisme Infection respiratoire aigüe Diarrhée Durant/après accouchement Ne sait pas Autres maladies Autre Ensemble 5 ans ET PLUS Paludisme Infection respiratoire aigüe Durant/après accouchement Cataclysme naturel Ne sait pas Autres maladies Autre Ensemble Source : ESVMR 2012 118 2 120 10 3 13 7 1 1 9 31 552 583

% 98,3 0,0 100,0 76,9 23,1 100,0 77,8 11,1 11,1 100,0 5,3 94,7 100,0

10 3 13 16 2 18

76,9 23,1 100,0 88,9 11,1 100,0

3 3 1 4 1 1 13 4 3 1 1 3 4 2 18

23,1 23,1 7,7 30,8 0,0 7,7 7,7 100,0 22,2 16,7 5,6 5,6 16,7 22,2 11,1 100,0

Cabinet RADSE

ix

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 7 : Taux de morbidité selon le sexe, le statut marital et les tranches de revenu

2010 Moins de 5 ans Effectifs concernés Sexe Homme Femme Statut marital Ménages dont le chef vit en union Ménages monoparentaux Ménages polygames Taille du ménage inférieure ou égale à 4 5à6 7 et plus R < 50 000 50 000 ≤ R < 100 000 100 000 ≤ R < 300 000 300 000 ≤ R < 500 000 R ≥ 500 000 17,5% 8,7% 9,9% 11,3% 8,6% 12,3% 16,6% 13,3% 10,7% 6,9% 5,9% 7,6% 6,6% 6,7% 7,7% 8,2% 7,0% 12,2% 7,2% 6,6% 8,4% 7,0% 7,7% 9,0% 8,8% 7,8% 10,6% 12,1% 12,7% 11,1% 11,1% 14,4% 0,0% 13,2% 12,0% 12,7% 7,3% 9,1% 7,6% 6,2% 4,2% 8,6% 6,4% 5,2% 11,3% 11,5% 0,0% 546 12,5% 8,0% Moins 5 ans Ensemble de 5 et plus ans 2258 7,8% 4,8% 2803 8,7% 5,5% 578 12,6% 10,2%

2011 5 ans et plus 2356 5,6% 6,6% Moins Ensemble de 5 ans 2933 7,0% 7,3% 626 8,4% 14,9%

2012 5 ans et plus 2692 4,6% 5,7% Ensemble 3318 5,3% 7,5%

5,6% 5,9% 9,7% 9,9% 6,7% 4,1% 6,5% 6,3% 5,2% 6,5% 0,0% 5,8%

6,7% 6,9% 14,9% 10,0% 8,0% 5,7% 7,5% 7,2% 6,9% 5,8% 2,8% 7,0%

9,9% 12,5% 5,4% 11,6% 12,0% 8,3% 9,0% 11,6% 14,9% 7,0% 2,1% 10,1%

4,7% 5,3% 4,4% 6,1% 3,2% 5,0% 3,5% 5,8% 5,4% 6,1% 6,8% 4,8%

5,8% 6,5% 4,6% 7,2% 5,4% 5,5% 4,7% 7,0% 7,2% 6,3% 5,9% 5,8%

Niveau de revenu ( R ) (en Ar)

Ensemble 11,2% Source : ESVMR 2010 – 2011 – 2012

Cabinet RADSE

x

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

TABLEAU A. 8 : DEPENSES MENSUELLES EN TRANSPORT EN 2012

Effectif Minimum Maximum Sexe du CM Homme Femme Ensemble Taille du ménage inférieur ou égal à 4 5à6 7 et plus Ensemble Niveau de révenu R (en Ar.) R < 50 000 50 000 ≤ R < 100 000 100 000 ≤ R < 300 000 300 000 ≤ R < 500 000 Ensemble Source : ESVMR 2012 14 1 5 4 24 5 000 50 000 2 500 3 000 2 500 400 000 50 000 40 000 200 000 400 000 23 1 24 8 2 14 24 2 500 3 000 2 500 2 500 8 000 3 000 2 500 400 000 3 000 400 000 200 000 10 000 400 000 400 000

Médiane

Moyenne

Ecarttype

Erreur standard de la moyenne 18 492 . 17 789 23 875 1 000 27 634 17 789 27 698 . 7 089 48 272 17 789

14 000 3 000 12 000 10 000 8 000 16 000 12 000 15 500 50 000 7 000 9 000 12 000

44 413 3 000 42 688 48 500 48 909 49 940 42 688 49 571 50 000 11 900 55 250 42 688

88 687 . 87 148 67 529 1 414 103 395 87 148 103 636 . 15 852 96 545 87 148

Cabinet RADSE

xi

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 9: Stratégies adoptées pour faire face aux chocs

2010 Jamais Rarement Parfois Souvent Effectif Manger la nourriture la moins chère Sauter de repas Restreindre la consommation des adultes pour permettre aux jeunes enfants de manger Manger plus d’aliments de rue Acheter à crédit ou s’endetter Réduire les dépenses non essentielles (éducation, santé, transport, location, etc.) Envoyer un membre de la famille vivre chez un parent ou ami Vendre des biens de production (tracteur, machine à coudre, bicyclette, maison, terre, etc.) Ne plus envoyer un enfant et/ou les enfants à l’école Chercher d’autres alternatives ou exercer un travail secondaire Envoyer un membre de la famille ailleurs pour chercher du travail ailleurs 24.9 29.3 14.6 12.8 12.8 15.1 32.8 20.4 14.9 22.4

2011 Chaque Total Jamais Rarement Parfois Jour 500 100 100 42.6 48.9 22.0 14.0 16.3 12.3 15.4 10.7 3.7 14.2 Souvent

2012 Chaque Total Jamais Rarement Parfois Souvent jour 500 100 100 58,4 38,7 12,4 16,8 10,7 18,7 11,3 16,2 7,4 9,6 Chaque Total jour 583 100,0 100,0

47.0 88.3 81.6

7.9 10.9 13.2

17.0 0.6 4.2

14.4 0.0 1.0

13.7 0.2 0.0

100 100 100

67.3 71.0 71.3

14.8 19.1 18.4

8.8 8.7 8.6

5.8 1.1 1.6

3.4 0.1 0.1

100 100 100

54,1 86,1 53,3

16,0 8,2 37,1

16,7 3,3 15,5

8,9 2,1 8,8

4,5 0,3 1,9

100,0 100,0 100,0

37.5

13.8

17.6

20.3

10.8

100

67.7

14.1

6.4

10.2

1.6

100

59,6

12,5

9,8

14,6

3,6

100,0

89.7

8.0

2.0

0.1

0.2

100

89.8

8.1

0.9

0.6

0.6

100

94,3

3,4

1,4

0,5

0,5

100,0

93.3 89.5

6.0 8.3

0.7 0.8

0.0 0.0

0.0 1.4

100 100

87.1 89.0

11.4 8.3

1.5 0.6

0.0 1.1

0.0 1.0

100 100

96,2 95,2

2,9 2,2

0,7 0,3

0,0 1,0

0,0 1,4

100,0 100,0

69.5

8.5

9.0

10.4

2.6

100

66.4

10.1

8.3

8.6

6.7

100

84,5

6,5

4,8

2,1

2,1

100,0

88.7

7.8

2.7

0.8

0.0

100

91.2

8.3

0.5

0.0

0.0

100

94,7

2,9

1,7

0,2

0,2

100,0

Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Cabinet RADSE

xii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 10: Perception de la qualité du service public dans la commune

Administration CSB Marchés Entretien routier Etat civil Sécurité Eau potable Services agricoles Services vétérinaires Services foncier Cantines scolaires Autres Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif

Très satisfaisante 66 11,4 45 7,7 5 0,9 82 14,1 24 4,1 12 2,1 1 0,2 17 2,9 1 0,2 40 6,9 4 1,0

Satisfaisante 241 41,5 231 39,7 89 15,3 267 45,8 185 31,8 67 11,5 6 1,0 22 3,8 11 1,9 135 23,2 32 7,8

Moyennement satisfaisante 94 16,2 126 21,6 105 18,0 86 14,8 211 36,3 102 17,6 25 4,3 31 5,3 4 0,7 26 4,5 2 0,5

Assez décevante 46 7,9 16 2,7 32 5,5 39 6,7 27 4,6 54 9,3 5 0,9 5 0,9 3 0,5 4 0,7 1 0,2

Non satisfaisante 64 11,0 25 4,3 54 9,3 52 8,9 62 10,7 218 37,5 5 0,9 8 1,4 2 0,3 13 2,2 0,0

Ne sait pas 50 8,6 101 17,4 104 17,9 47 8,1 51 8,8 49 8,4 233 40,0 217 37,3 249 42,9 144 24,8 55 13,4

Non concerné 6 1,0 28 4,8 91 15,6 7 1,2 13 2,2 52 9,0 237 40,7 224 38,5 257 44,2 173 29,8 162 39,6

N'existe pas 14 2,4 10 1,7 102 17,5 3 0,5 9 1,5 27 4,6 70 12,0 58 10,0 54 9,3 46 7,9 153 37,4

Ensemble 581 100,0 582 100,0 582 100,0 583 100,0 582 100,0 581 100,0 582 100,0 582 100,0 581 100,0 581 100,0 409 100,0

% Source : ESVMR 2012

Cabinet RADSE

xiii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 11: Motifs de non satisfaction de la qualité des services dans la commune

Administration CSB Marchés Entretien routier Etat civil Sécurité Eau potable Services agricoles Services vétérinaires Services foncier Cantines scolaires Autres Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif %

Frais/ coût élevé 46 43,4 4 10,0 3 3,7 34 41,5 0,0 129 49,4 2 22,2 8 72,7 1 25,0 1 6,3 0,0

Accueil non satisfaisant 16 15,1 2 5,0 1 1,2 4 4,9 5 5,9 1 0,4 1 11,1 2 18,2 1 25,0 1 6,3 1 100,0

Absence/retard fréquent du personnel 22 20,8 2 5,0 10 12,2 6 7,3 7 8,2 1 0,4 2 22,2 0,0 0,0 0,0 0,0

Lenteur Manque du administrative personnel 2 1,9 2 5,0 15 18,3 19 23,2 19 22,4 3 1,1 1 11,1 0,0 0,0 0,0 0,0 3 2,8 5 12,5 9 11,0 1 1,2 17 20,0 0,0 2 22,2 0,0 1 25,0 1 6,3 0,0

Report continuel du travail 1 0,9 0,0 2 2,4 16 19,5 2 2,4 2 0,8 0,0 0,0 1 25,0 0,0 0,0

Mauvaise Autre Ensemble gestion 2 1,9 22 55,0 21 25,6 0,0 6 7,1 8 3,1 0,0 0,0 0,0 8 50,0 0,0 14 13,2 3 7,5 21 25,6 2 2,4 29 34,1 117 44,8 1 11,1 1 9,1 0,0 5 31,3 0,0 106 100,0 40 100,0 82 100,0 82 100,0 85 100,0 261 100,0 9 100,0 11 100,0 4 100,0 16 100,0 1 100,0

Source : ESVMR 2012 et propres calculs cabinet d’études RADSE

Cabinet RADSE

xiv

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 12 : Fréquence de la consommation alimentaire (en nombre de jours au cours de la semaine ayant précédé l’enquête)

2010

2011

2012

% ménages (N=500)

% ménages (N=500)

Moyenne

Moyenne

Moyenne

Moyenne

Moyenne

Moyenne

Médiane

Médiane

Médiane

Médiane

Médiane

Riz Manioc frais Mais sec Manioc sec Patate douce Voanemba / lojy Brèdes Huile alimentaire (cl/tête/semaine) Sel Sucre

3.6 6.4 3.4 5.9 3.4 3.6 5.8

3.0 7.0 3.0 7.0 3.0 3.0 7.0

1 435.9

740.7

39.2

6 430.7 5 454.5 76.2 1114.6 833.3 27.6 5 228.7 4 615.4 42.0 2 359.6 1 600.0 20.2 569.9 416.7 33.6

Céréales 2.4 2.0 Tubercules 5.2 6.0 3.3 3.0 6.1 7.0 5.3 6.0 Légumineuses 2.9 3.0 Fruits et légumes 4.6 4.0

526.8 2727.9 877.2 2899.9 3261.9 252.4 619.5

285.7 2400.0 612.3 2500.0 3000.0 166.7 300.0

45.4 9.8 58.6 92.0 91.4 30.8 90.6

3,6 6,3 4,3 6,7 4,1 4,5 4,6

3,0 7,0 4,0 7,0 3,0 4,0 4,5

1 147 4 469 1 234 3 509 2 145 415 480

400 3 159 775 3 000 1 333 250 333

Médiane

13,6 2,7 25,4 94,5 23,5 6,0 21,1

1 973.8 1 206.9 97.4

PPN d'usage courant 4.7 6.7 5.7 4.0 7.0 7.0 26.9 143.7 159.3 126.4 12.5 116.3 111.1 90.9 22.4 95.0 21.2 24.2 3.3 5.7 5.8 5.6 3.0 7.0 7.0 7.0 5.1 66.4 101.9 61.8 1.4 41.7 50.0 20.8 43.0 94.0 15.4 19.0 4,0 6,8 7,0 7,0 3,5 7,0 7,0 7,0 49 74 129 49 24 60 57 43 2,4 9,4 1,4 0,7

Café 5.9 7.0 Source: ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Cabinet RADSE

% ménages (N=583)
xv

Aliments

Fréquence (nb de jours)

Consommation par tête (g/tête/semaine)

Fréquence (nb de jours)

Consommation par tête (g/tête/semaine)

Fréquence (nb de jours)

Consommation par tête (g/tête/semaine)

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 13: Principales sources d’aliments (%) en 2010 Voanemba lojy

Manioc frais

Huile alimentaire

Manioc sec

Maïs sec

Brèdes

Sucre

Sources

Propre production /jardin Dons des proches / des voisins Achat dans un magasin principal Achat dans échoppes sur la route Chasse/Pêche/Collecte Mendicité Autres Total

0

40

66.9

68

20.9

45.7

0

0

0

3.8 86.5 9.7 0 0 0 100

7.1 42.4 10 0 0.5 0 100 138 27.6%

3.4 23.2 6.4 0 0 0 100 381 76.2%

4.7 21.2 6.1 0 0 0 100 210 42.0%

0.9 70.1 8.1 0 0 0 100 168 33.6%

10.2 27.5 8.1 8.5 0 0 100 487

0 93.5 6.5 0 0 0 100 112

1.2 37.2 58.6 0.3 100.0 469

0.7 90.7 8.6 0 0 0 100 106

1.9 85.1 11.6 0 0 1.5 100 121

196 Effectif répondant % ménages concernés 39.2% Source : ESVMR 2010

97.4% 22.4% 93.8% 21.2% 24.2%

Cabinet RADSE

Café 0
xvi

Riz

Sel

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 14: Principales sources d’aliments (%) en 2011 Voanemba lojy

Patate douce

Manioc frais

Huile alimentaire

Manioc sec

Maïs sec

Brèdes

Sucre

Sources

Propre production /jardin Vivre contre travail (VCT) Emprunt Dons des proches / des voisins Achat dans un magasin principal Aide alimentaire (organisme) Achat dans échoppes sur la route Chasse/Pêche/Collecte Mendicité Vol Aliments déjà préparés et achetés à l'extérieur Total Effectif répondant

1.6 33.1 65.3 100.0 227

55.2 0.2 2.7 6.8 35.1 100.0 293

89.0 11.0 100.0 49

88.0 3.1 1.3 7.2 0.3 100.0 459

82.1 0.2 2.4 2.1 13.0 0.1 100.0 457

44.6 5.3 13.4 34.8 1.3 0.6 100.0 154

52.0 2.0 2.5 11.4 32.0 0.1 100.0 453

2.3 0.3 0.4 53.6 0.7 42.7 100.0 215 43.0%

2.7 1.2 37.2 58.6 0.3 100.0 469

3.0 52.5 40.6 3.9 100.0 78

0.9 35.0 58.7 1.3 4.2 100.0 94

% ménages concernés 45.4% 58.6% 9.8% 91.8% 91.4% 30.8% 90.6% Source: ESVMR 2011

93.8% 15.6% 18.8%

Cabinet RADSE

Café
xvii

Riz

Sel

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 15: Principales sources d’aliments (%) en 2012

Voanemba lojy

Patate douce

Manioc frais

Huile alimentaire

Manioc sec

Maïs sec

Brèdes

Sucre 0,0 0,0 0,0 0,0 12,5 0,0 87,5 0,0 0,0 0,0 0,0

Sources

Propre production /jardin Vivre contre travail (VCT) Emprunt Dons des proches / des voisins Achat dans un magasin principal Aide alimentaire (organisme) Achat dans échoppes sur la route Chasse/Pêche/Collecte Mendicité Vol Aliments déjà préparés et achetés à l'extérieur Autres Total Effectif répondant % ménages concernés Source: ESVMR 2012

0,0 0,0 0,0 2,5 17,7 0,0 79,7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 79

39,2 0,0 0,0 3,4 6,8 0,7 50,0 0,0 0,0 0,0 0,0

75,0 0,0 0,0 6,3 12,5 0,0 6,3 0,0 0,0 0,0% 0,0

62,0 0,0 0,0 1,3 5,5 0,0 31,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 550

45,3 0,0 0,0 1,5 6,6 0,0 46,7 0,0 0,0 0,0 0,0

31,4 0,0 0,0 0,0 5,7 0,0 62,9 0,0 0,0 0,0% 0,0

43,9 0,0 0,0 3,3 0,8 0,0 28,5 23,6 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 123

0,0 0,0 0,0 0,0 7,1 7,1 85,7 0,0 0,0 0,0 0,0

3,6 0,0 0,0 3,6 3,6 0,0 89,1 0,0 0,0 0,0 0,0

0,0 25,0 0,0 75,0 0,0 0,0 0,0 0,0

0,0 0,0 100,0 100,0 148 16

0,0 0,0 100,0 100,0 137 35

0,0 0,0 100,0 100,0 14 55

0,0 0,0 100,0 100,0 8 4 0,7%

13,6% 25,4% 2,7% 94,3% 23,5% 6,0% 21,1% 2,4%

9,4% 1,4%

Cabinet RADSE

Café 0,0 0,0 0,0
xviii

Riz

Sel

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

TABLEAU A. 16: STRATEGIES ADOPTEES POUR FAIRE FACE AUX CHOCS

2010 Jamais Rarement Parfois Souvent Effectif Manger la nourriture la moins chère Emprunter de la nourriture ou compter sur de amis / de la famille Sauter de repas Limiter la portion mangée à chaque repas Restreindre la consommation des adultes pour permettre aux jeunes enfants de manger Diminuer la diversité de la consommation Manger plus d’aliments de rue Manger le reste des autres Manger du cactus rouge Mendier pour manger Acheter à crédit ou s’endetter Réduire les dépenses non essentielles (éducation, santé, transport, location, etc.) 24.9 14.6 12.8 32.8 14.9

2011 Chaque Total Jamais Rarement Parfois Jour 500 100 42.6 22.0 16.3 15.4 3.7 Souvent

2012 Chaque Total Jamais Rarement Parfois Souvent jour 500 100 58,4 12,4 10,7 11,3 7,4 Chaque Total jour 583 100,0

71.5 29.3 9.3

16.1 12.8 8.8

6.3 15.1 17.0

4.3 20.4 26.4

1.8 22.4 38.5

100 100 100

71.9 48.9 27.1

17.8 14.0 19.4

7.3 12.3 16.8

1.7 10.7 13.8

1.3 14.2 22.8

100 100 100

66,2 38,7 27,0

16,3 16,8 16,5

11,2 18,7 19,4

5,7 16,2 21,6

0,9 9,6 15,5

100,0 100,0 100,0

47.0 16.1 88.3 93.3 65.6 91.5 81.6

7.9 4.8 10.9 6.0 15.9 6.4 13.2

17.0 14.1 0.6 0.3 8.3 0.2 4.2

14.4 32.7 0.0 0.4 7.8 0.9 1.0

13.7 32.3 0.2 0.0 2.4 1.0 0.0

100 100 100 100 100 100 100

67.3 22.0 71.0 88.7 85.3 89.5 71.3

14.8 11.6 19.1 9.6 11.2 9.0 18.4

8.8 14.5 8.7 1.7 1.3 0.7 8.6

5.8 23.7 1.1

3.4 28.3 0.1 0.0

100 100 100 100 100 100 100

54,1 48,1 86,1 77,5 52,7 85,9 53,3

16,0 11,2 8,2 13,1 10,5 7,7 37,1

16,7 10,7 3,3 6,7 10,0 3,4 15,5

8,9 13,7 2,1 2,6 14,3 2,6 8,8

4,5 14,8 0,3 0,0 12,7 0,3 1,9

100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

1.1 0.6 1.6

1.1 0.3 0.1

37.5

13.8

17.6

20.3

10.8

100

67.7

14.1

6.4

10.2

1.6

100

59,6

12,5

9,8

14,6

3,6

100,0

Cabinet RADSE

xix

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

2010 Jamais Rarement Parfois Souvent Effectif Envoyer un membre de la famille vivre chez un parent ou ami 500

2011 Chaque Total Jamais Rarement Parfois Jour 500 Souvent

2012 Chaque Total Jamais Rarement Parfois Souvent jour 583 Chaque Total jour

89.7

8.0

2.0

0.1

0.2

100

89.8

8.1

0.9

0.6

0.6

100

94,3

3,4

1,4

0,5

0,5

100,0

Vendre des biens (radio, réfrigérateur, TV, bijoux, etc.) 89.0 Vendre des biens de production (tracteur, machine à coudre, bicyclette, maison, terre, etc.) 93.3 Ne plus envoyer un enfant et/ou les enfants à l’école Chercher d’autres alternatives ou exercer un travail secondaire Envoyer un membre de votre ménage pour manger ailleurs Envoyer un membre de la famille ailleurs pour chercher du travail ailleurs 89.5

8.3

1.4

1.3

0.0

100

87.3

9.5

3.1

0.2

0.0

100

94,0

5,0

1,0

0,2

0,0

100,0

6.0 8.3

0.7 0.8

0.0 0.0

0.0 1.4

100 100

87.1 89.0

11.4 8.3

1.5 0.6

0.0 1.1

0.0 1.0

100 100

96,2 95,2

2,9 2,2

0,7 0,3

0,0 1,0

0,0 1,4

100,0 100,0

69.5 90.8

8.5 8.4

9.0 0.6

10.4 0.0

2.6 0.2

100 100

66.4 89.1

10.1 9.5

8.3 0.7

8.6 0.5

6.7 0.2

100 100

84,5 86,4

6,5 8,2

4,8 4,0

2,1 1,0

2,1 0,2

100,0 100,0

88.7

7.8

2.7

0.8

0.0

100

91.2

8.3

0.5

0.0

0.0

100

94,7

2,9

1,7

0,2

0,2

100,0

SOURCE : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

Cabinet RADSE

xx

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 17: Recours et types d’aides reçus en 2012

Recours Recours en cas de difficulté Effectif Famille proche/parents Voisinage Eglise/mosquée Collègues de travail Membre d'un groupe de femmes Ceux du même group ethnique Ceux du même lieu d'origine Gouvernement ONG, groupe de bienfaisance Amis Autre (*) Ensemble Source : ESVMR 2012 247 74 10 7 1 40 43 6 13 54 4 499 % 49,5 14,8 2,0 1,4 0,2 8,0 8,6 1,2 2,6 10,8 0,8 100,0

Par rapport au recours % Aides acceptés 93,5% 91,9% 80,0% 85,7% 100,0% 85,0% 81,4% 33,3% 92,3% 92,6% 75,0% 90,2% 45,1%

Par rapport aux aides reçus % % % Alimentaire % Autre Alimentaire Financière et financière 42,4% 61,8% 75,0% 16,7% 100,0% 47,1% 45,7% 50,0% 50,0% 32,0% 38,0% 100,0% 33,3% 19,6% 1,8% 0,7% 0,2% 26,0% 38,2% 42,9% 14,7% 11,4% 50,0% 41,7% 4,0% 8,3% 32,9% 25,0% 25,0% 83,3% 24,2% 13,2% 0,9% 1,5% % Animaux d'élevage 0,4% % Moyens/ outils de production

Cabinet RADSE

xxi

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 18: Impacts des actes de banditisme

Actes Vol de bœuf Vol d'autres animaux d'élevage Vol de cultures Cambriolage Violence, blessure, kidnapping Source : ESVMR 2012

Répondants 26 21 20 4 3

Fréquence 41 39 81 4 4

Perte totale Perte 2/3 Perte 1/2 Perte 1/3 46,2 23,8 15,0 50,0 0,0 3,8 19,0 10,0 0,0 0,0 7,7 14,3 20,0 0,0 0,0 15,4 23,8 45,0 25,0 0,0

Dégâts Blessure légère 0,0 0,0 0,0 0,0 33,3

Blessure importante 3,8 0,0 0,0 0,0 0,0

Décès 0,0 0,0 0,0 0,0 33,3

Rien 23,1 19,0 10,0 25,0 33,3

Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

Cabinet RADSE

xxii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Tableau a. 19: Types de vols touchant les ménages concernes selon l’activité principale

Activités principales Vols de bœufs Effectif ménages répondants Agriculteurs/Eleveurs Autres activités Ensemble Vols d'autres animaux Effectif ménages répondants Agriculteurs/Eleveurs Autres activités Ensemble Vol de cultures Effectif ménages répondants Agriculteurs/Eleveurs Autres activités Ensemble
Source : ESVMR 2010 – 2011 - 2012

2010 373 2,7% 2,2% 2,7% 445 2,6% 3,6% 2,7% 472 5,7% 1,9% 5,3%

2011 360 2,1% 3,3% 2,2% 442 3,5% 2,6% 3,4% 476 3,0% 5,4% 3,2%

2012 364 7,8% 2,4% 7,1% 410 5,6% 1,9% 5,1% 497 4,3% 1,7% 4,0%

Cabinet RADSE

xxiii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Annexe 4 : Fiche de dénombrement

MULTI-CLUSTER RAPID ASSESSMENT MECHANISM ENQUETE DE SUIVI DE LA VULNERABILITE EN VUE D’APPRECIER LES IMPACTS DE LA CRISE DE 2009 SUR LES MENAGES RURAUX MALGACHES – District Ambovombe RECHERCHE ET APPUI POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIALET ECONOMIQUE QUESTIONNAIRE MENAGES RURAUX – 2012

FICHE DE DENOMBREMENT Région : Androy District : Ambovombe Commune :

|__|__|

ZD : |__|__|__| Sexe

N° Case

N° Ménage

Nom du Chef de ménage

Age

M : Homme F : Femme

Adresse

Taille du ménage

Cabinet RADSE

xxiv

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Annexe 5 : Questionnaire auprès des ménages

MULTI-CLUSTER RAPID ASSESSMENT MECHANISM ENQUETE DE SUIVI DE LA VULNERABILITE EN VUE D’APPRECIER LES IMPACTS DE LA CRISE DE 2009 SUR LES MENAGES RURAUX MALGACHES – District Ambovombe RECHERCHE ET APPUI POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIALET ECONOMIQUE QUESTIONNAIRE MENAGES RURAUX – 2012

Mijanona ho tsiambaratelo ny resaka izay ifanaovantsika eto

DISTRIKA (DIS) : Ambovombe____ |_1_|

J43. Code ZD |__|__|__|

J4 –Anaran’ny Tanàna J1Anaran’ny mpanadihady ______________|__|__|

_____________________________ |__|__|

J2Anaran’ny mpanaramaso : ____________|__|__| J41Anaran’ny Fokontany ________________________ |__|__|

J3Mpanao saisie : ______________________|__|__| J42 – Commune : ___________________ |__|__|

J14. Fotoana nifampiresahana : Andro J14a |__|__| Volana J14b|__|__| Taona J14c |2|0|1|2| J5. MARIKA FANAVAHANA 2012 1 J10. Iza no namaly ny fanontaniana? _____________________________ |__|__|

DI S

N° COM

N° FKT

N° MEN J21.Adiresy : __________________________________________________________
J22. Fanombohan’ny fanadihadiana : a. |__|__|ora b. |__|__|mn

J11. Hatsaran’ny fanadihadiana 1. Tsara 2. Antonony 3. Ratsy |__|

Cabinet RADSE

xxv

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

NY RANO (EA)
EA1. Famatsian-drano

a. Avy aiza ny rano fisotro sy fandrahoan-tsakafo ampiasain’ny tokantranonao (*) ? b. Avy aiza ny rano fidiovana sy fanasan-damba ampiasain’ny tokantranonao (*)?

|__|__| |__|__|

|__|__| |__|__|

(*) Manara-penitra : 01. Paompy mitokana 02. Paompim-pokonolona/fanjakana 03. Lavadrano misy paompy 04. Lavadrano nohatsaraina tsy misy paompy (*) Tsy manara-penitra : 05. Lava-drano tsotra 06. Loharano voaaro 07. Loharano tsy voaaro 08. Dobo, renirano 09. Citerne 10. Rano noraofina 11. Orana 12. Sarety 13. Hafa _____________

EA2. Inona no fanaonareo matetika mba hampadio ny rano fisotro ? (Tsy tononina ny valiny) 1. Ampangotrahana 2. Asiana fanafody toy ny eau de javel na sur’eau 3. Tatavanina @ lamba 4. Sivanina (ceramique, fasika, composite,…) 5. Atapy @ masoandro 6. Avela hipetraka elaela 7. Rano efa madio 8. Tsy fantatra 9. Tsy misy 0. Hafa ________ _ |__|

EA3. Inona no olana mahazo anareo @ famatsiandrano fisotro @ izao fotoana izao ? (Tsy tononina ny valiny)
1. Fahatapahana matetika 2. Ritra (tsy mandava taona) 3. Fihenan’ny rano ((tsy mandava taona) 4. Tsy fahampian-drano (mandritra ny taona) 5. Haratsian’ny kalitaon’ny rano (tsy fahadiovany) 6. Lasa milahatra be 7. Lasa lafo ny rano 8. Matsaka lavitra loatra 9. Tsy misy olana 0. Hafa __________________

|__|

EA4. Fakana/fatsakana rano
EA4a. Firy metatra (venty fampiasa) ny halaviran’ny toerana fakanareo rano (mandroso sy miverina)? Venty ____________________________ Isany |__|__|__|__|__| EA4b. Maharitra firy minitra ny fotoana lany @ ny fakana rano (mandroso sy miverina) ? (Tafiditra ny fotoana iandrasana) Venty ___________________ Isany |__|__|__| EA5. Fandaniana rano isanandro EA5a. Firy ‘’venty’’ ny fatran’ny rano isanandro izay nampiasainareo ho an’ny sakafo sy ny fidiovana : Venty __________ (sceau, bidon, daba, barika) Isany |__|__|__| (1 venty = …. Litatra) EA5b. Andoavam-bola ve io rano natsakainareo ho @ sakafo sy ny fidiovana io? 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa @ ASA) EA5b1. Raha Eny, hoatrinona no aloa @ izany amin’ny ankapobeny ? (Ar) a. Marika fotoana : b. Tambim-bola : 1. Isanandro 2. Isan-kerinandro 3. Isam-bolana 4. Isan-taona |__|__|__|__| Ar b.|__|__|__|__|Ar |__| a. |__| |__|__|__| litatra |__|__|__|__|__| metatra

|__|__|__| minitra

EA5b2. Voaloanareo ara-dalàna hatrany ve ny rano izay ilainareo nanomboka t@ volana janoary 2012 ? |__| 1. Eny 2. Tsia 3. Eny @ pahany (Raha Eny, mankanesa @ ASA) 2. Lafo loatra |__|

EA5b3. Raha Tsia na @ pahany, inona no antony? 1. Tsy manandanja noho ny fandaniana hafa ny vidin’ny rano 3. Tsy mankasitraka ny fandoavam-bola @ rano 4. Hafa _________________

Cabinet RADSE

xxvi

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

FAHADIOVANA/FIDIOVANA (ASA)
ASA1. Mampiasa lavapiringa ve ny tokantranonao ? |__| 1. Eny (Raha Eny, mankanesa@ ASA3) ASA2. Raha Tsia, aiza ianareo no mivoaka? 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa@ ASA2) ASA4. Aiza ianareo no mandro na midio? 1. Toerana natokana hidiovana (douche) 1. Anaty tavy (pot) 2. Ankalamanjana 3. Eny @ rano (amorony, anaty rano) 4. Hafa ____________________ |__| 1. Tsia, mitokana 2. Ikambanana @ fianakaviana hafa 3. Lavapiringampanjakana/Fokontany 4. Hafa _________________ |__| 2. Renirano, loharano, farihy, ... 3. Trano daholobe fidiovana ho an’ny |__|

ASA3. Raha Eny, itambaranareo @ ny tokan-trano hafa ve io lavapiringa ampiasainareo io?

4. Tsy voafaritra na ankalamanjana 5. Tsy mandro @ ankapobeny 6. Hafa _________________

MOMBA NY FANASANA TANANA AMIN’NY SAVONY (LM)
LM1. Nampiasa savony fanasana tànana ve ianareo tato anatin’ ny 30 andro farany ? LM2. (Raha LM1= 3 hatramin’ny 5) Inona no antony tsy nampiasanareo savony matetika rehefa manasa tànana? 1. Fomban-drazana 1. Mampiasa foana (Raha LM1= 1 na 2, mankanesa any @ M) 2. In-2 na in-3 isanandro 3. Latsaky ny in-2 isanandro 4. Indraindray anatin’ny herinandro 5. Tsy mampiasa mihitsy 6. Hafa _________________ |__| 2. Tsy dia ilaina 3. Tsy misy vola 4. Fahazarana andavanandro 5. Fomba hafa natoron’ny fikambanana ara-pahasalamana (oh: lavenona) |__|

Cabinet RADSE

xxvii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

NY TOKANTRANO (M)
Laharan’ny olona mpikambana ao @ tokantrano
01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

M1. Iza avy no Anaran’ny olona mpikambana ato @ tokantrano ? -Soraty mitsangana manomboka @ lohan-tokantrano sy ny vadiny -Anarana sy fanampiny ho an’ny lohan-tokantrano -Mpikambana ao @ tokantrano : olona nonina/monina ao @ io tokantrano io tao anatin’ny 6 volana lasa (tsy ampidirina izay efa maty) MP1. Amin’ izao fotoana izao, ao ve i « Anarana » ?

|__|
1. Eny 2. Tsia (Raha Eny, mankanesa @ M4) MP1a. Raha Tsia, lasa aiza i “Anarana” ? (Jereo Annexe 5) MP1b. Nahoana i “Anarana” no lasa ?
|__|__|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|
(Jereo Annexe 6) M4. Lahy sa Vavy i “Anarana” ? M5. Firy taona i “Anarana”, ka taona efa feno ? M6. Manao ahoana ny rohim-pihavanan’i “Anarana” @ lohantokantrano ? (Jereo Annexe 2) M7. Inona no satam-panambadian’i “Anarana”?
1. Lahy 2. Vavy

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__| |__|__| |__|__|

|__|
(Jereo Annexe 3) A1. Inona no fototr’asan’i “Anarana” ?

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|__|
(Jereo Annexe 4)

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

Cabinet RADSE

xxvii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012
A11. Nandray vola na karama ve i “Anarana” t@’izany fototr’asany izany tato anatin’ny 30 andro farany ?
1. Eny 2. Tsia

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

(Raha Tsia, mankanesa @ A2)

A12. Raha Eny, hoatrinona ny karama na tombombarotra noraisin’ i “Anarana” t@’izany fototr’asany izany t@’io 30 andro io ? (Ar 000) A2. Nisy asa fanampiny nataon’i “Anarana” ve tao anatin’ny 30 andro farany ? 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa @ A4a)

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

|__| |__|__| |__|__| |__|__|
|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|

A21. Inona avy ireo asa fanampiny mampidi-bola nataon’i “Anarana” tao anatin’ny 30 andro farany ? (Jereo Annexe 4)

A22. Hoatrinona ny karama na tombombarotra noraisin’ i “Anarana” t@’izany asa fanampiny izany tao anatin’io 30 andro io ? (Ar 000) A4a. (Raha “Anarana” >= 13 taona) Niasa t@ rafitra ACT (Vola takalon’ny asa) ve i “Anarana” tato anatin’ny 30 andro farany ? )
1. Eny 2. Tsia

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

(Raha Tsia, mankanesa @ MG)

A4b. Raha Eny, hoatrinona ny fitambaran’ny vola noraisin’ i “Anarana” tamin’izany tao anatin’io 30 andro io ? (Ar 000)

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

Cabinet RADSE

xxix

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

MOMBA NY FIFINDRA-MONINA (MG)
MGa. Efa nipetraka tany ivelan’ity fokontany ity nandritry ny enim-bolana ve i “Anarana” ? (12 volana farany) 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa @ DP)

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

Mga1. Raha Eny, taiza ny toerana nipetrahan’i “Anarana” farany talohan’ny nifindrany teto? (Jereo Annexe 5) Mga2. Inona no antony nifindran’i “Anarana” toerana t@ izany? 1. Asa 2. Fianarana 3. Fanambadiana 4. Fanambadiana vonjimaika 5. Niandreketan’ny havana (ankizy) pahasalamana 6. Antony ara-

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__| 8. Antony ara-

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__| |__|

7. Fitsidihana/adidy fianakaviana, namana panjakana

9. Hafa _______________0. Manaraka fianakaviana MOMBA NY FANDEHANANA (ANY AN-TANAN-DEHIBE) (DP) (Ho an’ny 6 taona noho mihoatra) 01 DP1. Impiry i “Anarana” no nankany @ renivohitry ny Distrika (Ambovombe) tato anatin’ny 30 andro farany? (Raha DP1=0, mankanesa @ S) DP2. Inona no antony 3 telo lehibe nivezivezen’i “Anarana” t@’izany ? 1. Miantsena 2. Mivarotra 3. Mianatra 4. Momba ny asa 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11

2

12

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

|__| |__|

Cabinet RADSE

xxx

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

5. Antony ara-panjakana 6. Mamonjy tobim-pahasalamana 7. Fitsidihana / Adidy fianakaviana 8. Hafa_______________________ 9. Fialamboly

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

MOMBA NY FAMPIANARANA (S)
S2. Nandia fianarana ve i “Anarana” ? 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia avokoa ny olona , mankanesa @ CA) S3a. Raha eny, kilasy fahafiry no nisy an’i “Anarana” farany ka nahazoany fahombiazana? (Jereo Annexe 7) S3b. Inona no diplaoma ambony indrindra ananan’ i “Anarana”? 1. Tsy misy 2. CEPE 3. BEPC 4. BAC+ |__| |__| |__| |__| |__| |__| |__| |__| |__| |__| |__| |__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

SCO1. Raha 2 ka h@ 25 taona i“Anarana”, niditra nianatra ve izy @ izao taom-pianarana 2012-13 izao ? 1. Eny 2. Tsia(Raha Tsia avokoa, mankanesa @ CA)

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

SCO1a. Raha Eny, mbola mianatra ve i “Anarana” @ izao fotoana izao ? 1. Eny (Raha Eny, mankanesa @ SCO2) 2. Tsia SCO1b. Raha Tsia, nahoana i “Anarana” no tsy mianatra intsony? (Jereo Annexe 8) SCO2. Raha Eny, kilasy fahafiry i “Anarana” ? (Jereo Annexe 7) SCO9. Nanapaka fianarana mihoatra ny herinandro roa (2) nifampitohy ve i “Anarana” hatr@ janoary 2012?
Cabinet RADSE

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

|__|__| |__|

xxxi

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

(Raha SCO1=1) 1. Eny SCO10)

2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa @

SCO9a. Raha Eny, inona no antony nanapahan’i « Anarana » fianarana ? 1. Narary ilay zaza 2. Nitady vola 3. Nanao raharaha an-trano na an-tsaha 4. Narary ny mpampianatra 5. Niato kely ny fianarana noho ny korontana 6. Tsy teo ny mpampianatra (noho ny antony tsy mahazatra) 7. Tsy voaloa ny saram-pianarana (écolage...) 8. Antony ara-boa-janahary (rivo-doza, tondra-drano) 9.Tsy fahampianan ara-bola/ara-tsakafo 10. Hafa_________

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

|__|__|

FANONTANIANA FANAMPINY MOMBA NY FAMPIANARANA (Ho an’ireo misy zaza mbola mianatra)
SCO10. @ izao fotoana izao, manao ahoana ny fahitanao ny kalitaon’ny fampianarana? 1. Tena tsara 2. Tsara 3. Eo ho eo ihany 4. Tena ratsy 1. Tsy fahampian’ny vola tokony haloa @ fianaran’ny ankizy 2. Tsy fahampian’ny mpampianatra SCO11. Inona no olana fototra tsapanareo tamin’ny fampianarana ny zanakareo mandritra ny taom-pianarana 2011-2012? 3. Tsy fahampian’ny kojakoja (aron’akanjo, boky, kahie,...) 4. Tsy fandriampahalemana 5. Tsy fahampian-tsakafo 1. Eny 2. Tsia 6. Sakana ara-boajanahary (oh : fiakaran’ny rano) 7. Tsy fahampian’ny fotodrafitrasa 8. Hafa ____________________________ 9. Olana @ mpampianatra tsy mahay ny asany sy tsy eo lava |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| 5. Ratsy 6. Tsy fantatra
|___|

1. |___| 2. |___| 3. |___| 4. |___| 5. |___| 6. |___| 7. |___| 8. |___| 9. |___| |___| |___|
xxxii

SCO12. Nanana olana t@ fanefana ny vola fandoa @ fianarana (kojakojam-pianarana, saram-pianarana, FRAM, fitaterana..) ve ianareo t@ ity taom-pianarana 20122013 ity ? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy voakasika (Raha 2 na 3, mankanesa SCO14) SCO13. Raha Eny, inona no antony ?
Cabinet RADSE

1. Very asa ny iray @ ray amandreny na izy roa 2. Fiakaran’ny vidim-piainana 3. Tsy afaka nitrosa

4. Tsy maintsy nampandeferina

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

ny fampianarana ny ankizy teo anatrehan’ny zavatra hafa tsy maintsy natrehana 5. Fihenan’ny vola miditra 6. Hafa _________________ SCO14. Niova ve ny ny vola fandoa (kojakoja, FRAM, saram-pisoratan’anarana, écolage, ...) @’izao taom-pianarana 2012-2013 izao raha mitaha t@ taom-pianarana |___| lasa (2011/2012) ? 1. Nitombo 2. Nihena 3. Tsy niova 4. Tsy voakasika 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa CA) SCO15b. Firy no afaka? 1.CEPE|___| 2.BEPC|___| 3.BAC|___| |___|

SCO15. Nisy nanala fanadinana ve ny ankizy ato @ tokantranonareo tamin’ny taom-pianarana 2011/2012? 1. Eny SCO15a. Raha Eny, firy no nanala ireto fanadinana ireto : 1.CEPE|___| 2.BEPC|___| 3.BAC|___|

Cabinet RADSE

xxxii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

NY ARA-TSAKAFO (CA)
CA1. T@ omaly, impiry nisakafo ny : (Ataovy 99 raha tsy misy ireo sokajin-taona) CA2. Inona no foto-tsakafo nohaninareo omaly? (Jereo Annexe 9)
CA1a. Zaza latsaky ny 6 taona

|___|___|
|___|___|___| |___|___|___| |___|___|___|

|___|___|___| |___|___|___| |___|___|___|

CA2a

CA2b

CA2c

CA1b. Zaza 6 ka hatramin’ny 12 taona

|___|___|

Maraina

Antoandro

Hariva

CA1c. Ho an’ny mihoatra ny 12 taona

|___|___|

CA3a1. Inona avy ireo sakafo nohaninareo tato anatin’ny t@ 7 andro farany ? CA3a2. Firy andro tato anatin’ny herinandro farany no nihinananareo izany sakafo izany? CA3a3. Firy ny fatran’izany sakafo izany isan-kerinandro ? CA3b1. Avy aiza io sakafo io?
CA3a3 CA3a2 Isan’ny andro
Fatra isankerinandro Venty

Fatra isan-kerinandro CA3b1 (Atao grama) Fiaviany
Hafa : cl (oh : ronono) Isa : atody

CA3a1 Anaran’ny sakafo Marika sakafo

|___|___|___|

|___|

|___|___|___|___|___| 03. Nindramina

|___|___|

Marika Fiaviany : 01. Novokarina

02. Sakafo t@ Asa tana maro (VCT)

04. Nomen’ny olom-pantatra / manodidina

05. Novidiana teny @ mpivarotra (magasin, épicérie) 06. Nahazo fanampiana ara-tsakafo (t@ tetikasa, fanjakana, ...) 07. Novidiana teny amoron-dalana na teny an-tsena 08. Nihaza / Nanjono / Nioty 09. Nangatahana 10. Nangalarina 11. Hanimasaka novidiana 12. Hafa _____________________

CA4a. Manana tahiry @ foto-tsakafo ve ianareo? Tahiry
1. Eny
(Efa ao an-tanàna na mbola any an-tsaha)
(Raha Tsia avokoa, mankanesa @ CA5)

CA4b. Raha Eny, maharitra firy volana ireo
tahirin-tsakafo natao hohanina ireo ?
(“00” raha latsaky ny 1 volana)

2. Tsia

1. Vary |___| 2. Mangahazo |___| 3. Katsaka |___| 4. Vomanga |___| 5. Ovy
|___| |___| |___|

|___|___|

|___|
|___|___|

|___|___|
|___|___| |___|___|

|___|___|
|___|___|

|___|
|___|___|

|___|___| |___|___|

|___|

6. Sakafo mampiavaka ny faritra __________________________ |___| |___| CA5. Manao ahoana ny fahatsapanao ny ara-tsakafo ato @ tokantranonao @ izao fotoana izao ? :
1. Tena tsara 2. Tsara 3. Eo ho eo ihany 4. Ratsy 5. Tena ratsy
|___|___| |___|___|

|___|

Cabinet RADSE
xxxiii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

MOMBA NY FIOMPIANA (EL)
EL1. Niompy ve ianareo tao anatin’ny 30 andro farany ?
1. Eny 2. Tsia ELE_A (Raha Tsia, mankanefa @ VB) ELE_B ELE_C ELE_D ELE_E ELE_F ELE_G ELE_LIG

|___|
ELE_H ELE_I

Momba ny varotra tao anatin’ny 30 andro farany Firy ny nataonareo sakafo tao anatin’ny 30 andro farany? Hoatrinona ny fitambaran’ny vola azonareo ? Firy ny namidinareo ? (Ar 000) Firy ny isan’ny fampi-asana hafa na very na maty tao anatin’ny 30 andro farany ?

Momba ny novidiana tao anatin’ny 30 andro farany ? Hoatrinona ny fitambaran’ny vidiny ? Firy ny vao novidinareo ? (Ar 000)
Firy ny isan’ny fampitomboana hafa na fanomezana tato anatin’ny 30 andro farany ?

Raha Eny, inona avy ?

1. Eny 2. Tsia

Firy ny isany amin’izao fotoana izao ?

1. Omby

|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

4. Kisoa

|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

5. Ondry / Osy

|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

6. Akoho

|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

7. Gana

|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

8. Gisa

|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

9. Vorontsiloza

|__|

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I

|__|__|__|

Cabinet RADSE
xxxiv

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

VOKATRY NY FIOMPIANA TAO ANATIN’NY 30 ANDRO (PE)
Varotra PE_C. PE_A. Firy ny fatran’ny vokatra azo? PE_B. Firy ny namidy? Hoatrinona ny vidy isambenty? (Ar) PE_D. Firy ny nohanina? PE_E. Fampias ana hafa

CIE. Hoatrinona ny vola lany t@ fiompiana tato
anatin’ny 30 andro farany?

CIE2. Karazampandaniana

Vola lany (Ar)

1

Litatra |__|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|__I |__|__|__|

Ronono

|__|

1. Fanafody, vakisiny, fakàna vétérinaire, fampanarahana

|__|__|__|__|__I__I

2

Isa |__|__|__|__| |__|__|__| |__|__|__|__I |__|__|__|

Atody Hena
3

|__| |__|
2. Karaman’ny mpiandry, mpikarakara

kg

|__|__|__|__|

|__|__|__|

|__|__|__|__I

|__|__|__|

|__|__|__|__|__I__I

Fampiasana hafa : 1. Nanasana olona 2. Nomena olona maimaimpoana 3. Sakafon’ny biby 3. Nahodina vokatra hafa 4. Nampitomboina taranaka 8. Tsy misy 5. Very/Simba 6. Natakalo

|__|__|__|__|__I__I

7. Hafa _________________

|__|__|__|__|__I__I
4. Hafa

FIVAROTAN-JAVATRA AO AN-TOKANTRANO (VB)
VB1. Nivarotra ireto zavatra ireto ve ny tokantranonareo tao anatin’ny 30 andro farany ? VB2. Raha Eny, hoatrinona ny vola azonareo t@ namarotana: ? (Ar) a. Tany b. Fitaovam-pitaterana (Sarety, bisikileta, ....) c. Fitaovam-pamokarana (angadinomby,...) d. Trano 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa@ T)

|___|

|__|__|__|__|__|__|__| |__|__|__|__|__|__|__| |__|__|__|__|__|__|__| |__|__|__|__|__|__|__|

e. Fitaovana fampiasa ao an-tokantrano (oh : momba ny lakozia, finday, radio, ...) |__|__|__|__|__|__|__|

f. Fitafiana sy lamba, firavaka |__|__|__|__|__|__|__| g. Hafa _______________

|__|__|__|__|__|__|__|

FIFANAMPIANA (T)
T1. Nandray fanomezana/fanampiana ve ianareo t@ 30 andro farany ? 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa T2) |__|
T11. Raha Eny, lazalazao ny momba io fanomezana io
T11a
Laharana Karazany Fiaviany

T2. Nanolotra fanomezana/fanampiana ve ianareo t@ 30 andro farany ? 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa R) |__|
T21. Raha Eny, lazalazao ny momba io fanomezana io

T11b

T11c. Tombam-bidy (Ar)

T11d
Natao inona

Laharana

T21a
Karazany

T21b T21c. Tombam-bidy (Ar)
Andefasana

T21d
Antony nanomezana

1 2 3

|__|__| |__|__| |__|__|

|___| |___| |___|

|__|__|__|__|__|__|__| |__|__|__|__|__|__|__| |__|__|__|__|__|__|__|

|__|__| |__|__| |__|__|

1 2 3

|__|__| |__|__| |__|__|

|___| |___| |___|

|__|__|__|__|__|__|__| |__|__|__|__|__|__|__| |__|__|__|__|__|__|__|

|__|__| |__|__| |__|__|

Cabinet RADSE
xxxv

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

Marika “Karazany” 99- Vola 01-Fotsim-bary 05- Fanafody 06- Biby fiompy aizana,…) 08- PPN hafa ____ ___ 02- Sakafo hafa 03- Fitafiana na lamba 04- Kojakoja na fitaovam-pianarana na ilaina @ fanabeazana

07- Fitaovana sy kojakoja @ famokarana

10- Fitaovana ara-pahasalamana (lay miaro @ moka, fanabeazana

11. Fahana finday (crédit)

12. Vary akotry

13. Katsaka

14. Mangahazo

15. Vomanga

16. Ovy 09- Hafa

Marika “Fiaviany” na “Andefasana” 1- Fianakaviana ivelan’ny tokantrano Manampahefana 6- VCT 2- Tokantrano hafa tsy misy rohim-pihavanana na namana 3-ONG, Association 4-

7- Olona tao @ tokantrano fa nifindra monina

8- Mpampianatra

5- Hafa _____________

Marika “Natao inona” na “antony nanomezana” : 01- Nividianan-javatra 02- Namahàna olana ara-bola maika 03- Nividianana biby fiompy 05- Nanorenana trano, fasana 10- Tsy fantatra 11- Namidy 06- Lanonana samihafa 07- Nividianana entana hamidy 04- Nolaniana t@ famokarana 08- Nojifaina

12- Nifandraisana an-tariby

09- Hafa _______________

Cabinet RADSE
xxxvi

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

MOMBA NY VOLY VARY (R)

|___|
R1a. Namboly vary ve ianareo na nampiasain’ny tokantrano hafa ny tanimbarinareo ? 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa @ C)
TANIMBARY ANANANA SY / NA TRANDRAHANA FifanaVanim-potoana Velaran’ny tanimbary N° Tanimbary
Famatsian-drano

Fomba (teknika)
Fambo-lena Fiasana ny tany Olana @ rano

Masomboly
Nampiasaina Fiaviany

Akotry nomena na azo Vola nomena na azo

R1b

R1c

R1

R42

R4

R6

R7

R10

R11

R11a

R14

R13

R24

R30

R40

Zezika

Refy

venty

Ares

Fomba rahana

2011-2012 (kg)

2011-2012 (Ar)

Toerana

Voka-bary (Akotry) kg

R23

01 02

|_|_|_|_| |_|_|_|_|

____ ____

|_|_|_|_| |_|_|_|_|

|_| |_|

|_| |_|

|_|_|_|_|_|_| |_|_|_|_|_|_|

|_|_|_|_|_|_| |_|_|_|_|_|_|

|_| |_|

|_| |_|

|_| |_|

|_| |_|

|_| |_|

|_| |_|

|_| |_|

|_| |_|

|_|_|_|_|_|_| |_|_|_|_|_|_|

R1. Firy ny refin’ny tanimbary izay nambolenareo (anareo na tsia) sy ny tanimbarinareo izay nampanofaina na nampanaovina ampahany ? : [Ny nomerao iray dia toerana (parcelle) iray]
R1b. Firy ny refin’ny tanimbary raha araka io venty fampiasanareo io? R1c. Inona no venty na fomba fampiasanareo mba handrefesana ny taninareo? R1. Firy ny tomban’ny tanimbary tsirairay (atao « ares ») ? [Ny mpanaramaso no mametraka azy araka ny refy (R1b) sy ny venty nampiasaina (R1c)] R42. Inona no vanim-potoanan’ny voka-barinareo farany ? : 1. Vanim-potoana voalohany na lehibe (Grande saison) 2. Vanim-potoana faharoa (Contresaison) 3. Vanim-potoana antenantenany

R4. Inona no fifanarahana t@ fampiasana ny tany ? Tany trandrahan’ny tompony: 1. Ny tompony no mampiasa azy 9. Natao antoka nefa mbola ny tompony no mitrandraka azy Tsy tompon’ny tany ny mpitrandraka : 2. Manome vola na vokatra hofan’ny tany 3. Mandoa vola na ampaham-bokatra arakaraka ny vokatra miakatra 4. Indramina maimaimpoana Tsy mampiasa ny tany ny tompony: 5. Ampanofaina ny tany (vola na vokatra no azo) 6. Mandray ampaham-bokatra na vola arakaraka ny vokatra niakatra 7. Ampindramina maimaimpoana
8. Natao antoka 0. Hafa _____________ - Firy ny lanjan’ny akotry na vola izay nomenareo ho saran’ny nampiasainareo ny tanimbarin’ny tokantrano hafa ? (Si R4=2,3) - Firy ny lanjan’ny akotry na vola izay azonareo ho saran’ny nampiasain’ny tokantrano hafa ny tanimbarinareo ? (Si R4=5,6) R10. Aiza ny toerana misy ny tanimbary ?: 2. Lohasaha 3. Tanety 4. Tavy 5. Lemaka azon’ny tondra-drano indraindray 6. Lemaka tsy azon’ny tondra-drano 7. Toerana dibo-drano (mihazon-drano) 8. Tanimbary manao an-tanan-tohatra R11. Inona no famatsian-dranon’ny tanimbary ? : 1. Tambazotra voamboatra (sy station de pompage) 2. Famatsian-drano hafa (renirano, loharano…) 3. Tsy voatondrako nefa marindrano misy tahalaka 4. Tsy voatondraka 5. Motopompe R11a. Misy olana momba ny rano ve io tanimbary io ? 1. Tsy misy olana 2. Tondra-drano 3. Tsy ampy/tsy misy rano 4. Ranobe tsy tafavoaka 5. Hafa ___________ 6. Feno fasika (sy atsanga) R14. Inona no fomba fiasana io tanimbary io ? 1. Vady bainga @ angady 2. Asaina @ angadin’omby 3. Diovina tsotra (mikaoka) 4. Asaina @ tracteur/motoculteur 5. Tsy asaina (voly rakotra) 6. Hosena 7. Hafa ___________ R13. Inona no fomba fambolena t@ io tanimbary io ? : 1. Ketsa saritaka 2. SRA 3. SRI 4. Fafy mivantana (sy vary tomboka) 5. Tora-tady tsotra 6. Fafy rivotra 7. Fafy mivantana nohatsaraina ankoatry ny voly rakotra 8. Voly rakotra R24. Inona no karazana masomboly nampiasaina t@’io tanimbary io ? 1. Nohatsaraina 2. Tsotra avy eto an-toerana R30. Avy aiza ny masomboly nampiasaina t@’io tanimbary io ? 1. T@ vokatra teo aloha 2. Nomen’ny tompon-tany 3. Avy @ kôperativa na fikambanana na tetikasa 4. Mpivarotra 5. Mpamboly hafa 7. Ministera na sampan-draharama miankina @ Fanjakana 6. Hafa ___________ R40. Inona no zezika nampiasaina t@’io tanimbary io ? 1. Tsy mampiasa 2. Zezi-pahitra na compost ihany 3. Zezika simika ihany 4. Zezi-pahitra (na compost) sy zezika simika 5. Natao firaofan’ny biby fiompy 6. Efa nisy zezika ny voly teo aloha 7. Ny taninketsa ihany no nasiana zezi-bazaha na nalona kely t@ zezi-bazaha ny ketsa R23. Firy ny lanjan’ny voka-bary akotry efa voadio azonareo t@’io tanimbary io talohan’izay mety ho fitsinjarana samihafa [ho an’ny tompon-tany, mpiasa (mpijinja, mpitaona, mpively, …)] ? R6 / R7.

Cabinet RADSE
xxxvii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

VARY NOJIFAINA T@ VOKA-BARY TAO ANATIN’NY 30 ANDRO FARANY (DC1)
DC1. Nisy t@ vary novokarinareo ve nojifainareo tato anatin’ny ny 30 andro farany?
mankanesa DC2) 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy voakasika (Oh: tsy foto-tsakafo ny vary) (Raha 2 na 3,

|___|

DC1a. Raha Eny, endrika ? 1 2 Akotry Fotsim-bary

Fatrany ? |__|__|__|__| |__|__|__|__|

Venty ? ________ ________

DC1b. Fatrany (kg) |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|

FAMAROTANA NY VOKATRA TAO ANATIN’NY 30 ANDRO FARANY (DC2)
DC2. Nivarotra vary na akotry ve ianareo tato anatin’ny 30 andro farany? 1. Eny Raha Eny, manao ahoana ny : DC23. Endrika ? 1 2 Akotry Fotsim-bary Fatrany ? |__|__|__|__| |__|__|__|__| Venty ? ________ ________
2. Tsia (Raha tsia, mankanesa @ DC3 )

|___| DC25. Totalim-bidy (Ar) ?
|__|__|__|__|__|__|__|__|__|__|

DC22. Fatrany (kg)
|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|

DC24. Vidy isam-benty (Ar/kg) ? |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|

DC26 Tamin’iza ? |___| |___|

|__|__|__|__|__|__|__|__|__|__|

Marika “Tamin’iza” : 1. Varotra mivantana @ tokantrano eo @ Fokontany 2. Varotra antsinjarany eo @ manodidina 3. Amin’ny mpivarotra eo @ manodidina 4. Mpanangom-bokatra 5. Tsena an-tanandehibe 6. Kôperativa 8. Mpanelanelana 9. Varotra mivantana @ orinasa mpanodina 7. Hafa __________________ DC3. Nivarotra apombo na mololo na zavatra hafa avy @ voka-bary ve ianareo ? 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa CER) Raha Eny, hoatrinona ny vola azo tamin’izany ? DC3a. Apombo DC3b. Mololo DC3c. Zavatra hafa (Ar) |___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|

|___|

Cabinet RADSE
xxxviii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

FANDANIANA ARA-BOLA (T@ 30 ANDRO FARANY) TAMIN’NY VOLY VARY (CER) Inona avy ireo karazam-pandaniana t@ voly vary? CER1. Mpikarama araka ny andro iasana CER2. Mpikarama tapaka CER3. Mpanao valintanana CER4. Kojakoja ara-pambolena (zezika, fanafody,...) |___|___|___| ___________ |___|___|___| |___|___|___|___|___| Habetsahan y |___|___|___| Venty tantsaha ___________ a. Habetsahany (Isa) |___|___|___| b. Vidy isam-benty (Ar) |___|___|___|___|___| c. Totalim-bidy
|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|

|___|___|___|___|___|___|___|

MOMBA NY FAMOKARANA SY FAMAROTANA NY VOLY HAFA ANKOATRA NY VARY NANOMBOKA JANOARY 2012 (C)
C1a. Nanomboka t@ janoary 2012, manana tahirim-bokatra avy t@ fambolena voly hafa ve ny tokantranonao sy/na azo noho ny fampiasan’ny tokantrano hafa ny taninareo? 1. Eny 2. Tsia (Raha tsia, mankanesa @ D)
Inona avy ireo voly hafa ireo ? C1. Marika Voly (Jereo Annexe 10)
|___|___|___| |___|___|___| |___|___|___| |___|___|___| |___|___|___| |___|___|___| |___|___|___| |___|___|___| |___|___|___|

|___|

C2. Firy ny lanjan’ny vokatrareo t@ vanimpotoana namokarana farany ?(kg)

C7. Firy ny lanjan’ny vokatra natao sakafo tao anatin’ny 30 andro farany ? (kg)

C4. Firy ny lanjan’ny vokatra namidy tao anatin’ny 30 andro farany ? (kg)

C5. Namidy taiza ? |___|___| |___|___| |___|___| |___|___| |___|___| |___|___| |___|___| |___|___| |___|___|

C6a. Vidy isam-benty ? (Ar/kg)

C6b. Totalim-bidin’ny vokatra namidy tao anatin’ny 30 andro farany ? (Ar) |___|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___|___|

|___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[

|___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[

|___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[

|___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[ |___|___|___|___[___[

C5. Namidy taiza : 01. Varotra mivantana @ mponina eo @ fokontany 02. Varotra atsinjarany @ mponina manodidina 03. Mpivarotra @ manodidina 04. @ mpanangom-bokatra 05. @ tsenan’ny tanan-dehibe akaiky indrindra 06. Mpanelanelana 08. Tsenan’ny tanan-dehibe 09. @ Kôperativa na Fikambanana 10. Varotra mivantana @ orinasa mpanodina vokatra 07. Hafa ___________

Cabinet RADSE
xxxix

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

FANDANIANA ARA-BOLA (T@ 30 ANDRO FARANY) T@ VOLY HAFA ANKOATRA NY VARY (CEC) Inona avy ireo karazampandaniana ? CEC1. Mpikarama araka ny andro iasana CEC2. Mpikarama tapaka ___________ Habetsahany Venty tantsaha a. Habetsahany (isa) |___|___|___| b. Vidy isam-benty (Ar) c. Fitambaram-bidy (Ar) |___|___|___|___|___|___|___ | |___|___|___|___|___|___|___ | |___|___|___| |___|___|___| |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|___|___ | |___|___|___|___|___|___|___ |

|___|___|___|

___________

|___|___|___|___|___|

CEC3. Mpanao valintanana CEC4. Kojakoja ara-pambolena (zezika, fanafody,...)

Cabinet RADSE
xl

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012 FANDANIANA NATAON’NY ANKOHONANA (D) D1A. Hoatrinona no lany t@ ireto sakafo ireto t@ 30 andro farany ? Vidy isambenty / Venty 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 Vary Voa madinika hafa (katsaka, apemba) Haninkotrana Voamaina Voankazo Anana sy legioma hafa Hena Trondro Ronono/vokatra avy aminy Menaka Siramamy Atody Kafe Sakafo efa voaomana tany ivelany Sira Rano Fandaniana hafa momba ny sakafo 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 D1B. Hoatrinona no lany t@ ireto fandaniana ireto t@ 30 andro farany ? Vidy isambenty / Venty 18 19 20 21 22 23 Toaka, sigara, paraky, katy Savony sy kojakoja fanadiovana Kitay, saribao... Labozia, solitany, fanazavana Fandaniana @ finday (antso, crédits,) Fandaniana hafa @ ppn tsy sakafo (mena-boanio, briquet,...) D1C. Fandaniana hafa t@ 30 andro lasa Fianaran’ny ankizy sy kojakoja lany t@’izany Fahasalamana/fitsaboana Fitaterana Fitafiana, lamba,... Fitaovana fampiasa ao an-trano na an-dakozia Fitaovam-pamokarana Adidy (fiaraha-monina, fiangonana, ...) Fanamboarana sy fanarenana (trano, fasana...) Fividianana tany Fanofana (trano na zavatra hafa) Fanefana trosa Fandaniana hafa

Fatra

Vidiny (ar)

Fatra

Vidiny (ar)

D1D. T@ fandaniana ara-bola tato an-tokantranonareo, inona no zavatra tsapanareo h@ janoary 2012?: 1. Nitombo ny vola mivoaka noho ny fiakaran’ny vidin-javatra ilaina an-davan’andro 2. Nahena ny fanjifana noho ny fiakaran’ny vidin-javatra 3. Voatery nahena na nofoanana mihitsy ny fandaniana t@ zavatra sasany 4. Nampitomboina ny fanjifana satria nidina ny vidin-javatra 5. Nihena ny vola lany satria nidina ny vidin-javatra 6. Tsy niova ny fandaniana 7. Hafa ____________ |___|

Cabinet RADSE

xli

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

HERISETRA ISAN-KAZARANY / TSY FANDRIAMPAHALEMANA (V)
V1. FIRONGATRY NY TSY FANDRIAMPAHALEMANA NA NY HERISETRA ENY AMBANIVOHITRA (nanomboka janoary 2012)

V0. Ahoana ny fahitanao ny resaka tsy fandriampahalemana eto amin’ny tanananareo nanomboka t@ janoary 2012? 1. Tena ratsy 2. Ratsy 3. Antonony 4. Milamina 5. Tsy misy olana
Raha Eny, nanao ahoana ny fahavoazana ?

|___|

Niharan’ireto toe-javatra ireto ve ianareo ?
Raha Eny, impiry? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy voakasika

1. Very tanteraka 2. Very 2/3 3.

Very antsasany

4. Very 1/3 5. Ratra madinika 6. Ratra mafy 7. Maty 8. Tsy nisy

V1a1. Halatr’omby V1b1. Halatra biby fiompy hafa V1c1. Halatra voly V1d1. Vaky trano

|___| |___| |___| |___|

V1a2. |___|___| V1b2. |___|___| V1c2. |___|___| V1d2. |___|___| V1e2. |___|___|

V1a3. |___| V1b3. |___| V1c3. |___| V1d3. |___| V1e3. |___|

V1e1. Fikasihan-tanana, fandratrana, kidnapping |___|

V1f. Inona no fepetra noraisinareo manoloana ny resaka fandriampahalemana? 1. Mandray anjara @ fiambenana ny tanàna 2. Mailo kokoa 3. Manamafy ny hidin-trano 4. Tsy mitahiry vokatra na zavatra sarobidy loatra ao an-trano 5. Matory an-tsaha 6. Tsy misy 7. Hafa ________

|___|

V2. HERISETRA EO AMIN’NY VEHIVAVY
V2. Inona no herisetra hitanao matetika mihatra amin’ny vehivavy eo @ manodididna anao? 1. Eny 3. Tsy fantatra 1. Eo @ adin’ny mpivady 2. Fanolanana 3. Fakana an-keriny 4. Fanerena hivaro-tena 5. Fanerena hanambady/hitoe-jaza 6. Fanindriana ara-tsaina (Harcèlement psychologique) 7. Fanerena hiasa 8. Fanandevozona |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| 2. Tsia

Cabinet RADSE

xlii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

V3. FIAROVANA NY ANKIZY SY NY HERISETRA MIHATRA AMINY
V3a. Niharan’ny herisetra ve ny ankizy ao amin’ny tokantranonao nanomboka t@ volana Janoary 2012 (ara-batana, ara-tsaina,
fanolanana, ...)? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy voakasika (Raha Tsia na Tsy voakasika, mankanesa @ V4)

|___|

V3b. Raha Eny, tamin’inona avy ? 1. Nilaozan’ny ray na ny reny na izy roa 2. Atao mpiasa ao an-trano 3. Fikapohana matetika 4. Fanolanana 5. Fitenenana ratsy na mahery loatra, ompa 6. Hafa __________

1. Eny

2. Tsia |___| |___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___| |___|

V4. HERISETRA NANDRITRA NY TOE-DRAHARAHAM-PIRENENA (KRIZY) (nanomboka janoary 2012)
V4a. Nisy olona teo amin’ny manodidina na teo amin’ny fianakavianao ve voasambotra hatr@ janoary 2012 (mifandray @ krizy) ? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy mahafantatra (Raha 2 na 3, mankanesa @MED) V4b. Raha Eny, hafiriana taorian’ ny fisamborana no nalefa teny amin’ny Fitsarana ?

|___|

|___|
1. Roa andro 2. Mihoatra ny roa andro 3. Mbola tsy nalefa tany @ Fitsarana 4. Tsy mahafantatra

ANDRAIKITRY NY FAMPAHALALAM-BAOVAO (MED) (nanomboka janoary 2012)
MED1. Mba hanarahanao ny vaovao sy ny fivoaran’ny toe-draharaha, inona no loharanom-baovao narahinao ? 1. Radio 2. TV 3. Gazety 4. Internet 5. Tsy manara-baovao/Tsy liana 6. Tsy misy 8. Hafa _____________ (Raha 5, 6 mankanesa @ CM)

|___|

7. Fiaraha-monina (namana, fianakaviana, manodidina, ...)

MED2. Raha araka ny hevitrao, inona no andraikitry ny asa fampahalalam-baovao nandritra ny krizy politika
1. Mandranitra (provoque) 2. Manodinkodin-dresaka (manipule) 3. Mitaiza 4. Mandamina (reconcilie) 5. Tsy miandany (neutre) 6. Tsy fantatra 7. Hafa ______________

|___|

Cabinet RADSE

xliii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

FAHAVOAZANA NIHATRA T@ TOKANTRANO SY NY PAIKADY NENTINA NIATRIKA IZANY (CM)
CM1. Inona ireo toe-javatra sarotra nihatra teo @ tokantranonao nanomboka t@ volana janoary 2012? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy voakasika Zavatra ananana
Valiny eo noho eo 01) Fahasimban’ny trano |___| Valiny tarihana |___| 07) Fahaverezan’ny asa 08) Fihenan’ny vidim-bokatra namidy / Tsy misy na mihena ny mpividy

Fiharian-karena
Valiny eo noho eo |___| Valiny tarihana |___|

Loza voajanahary
Valiny eo noho eo 16) Rivo-doza |___| Valiny tarihana |___|

02) Fahasimbana na tsy fahampian’ny fitaovampamokarana

|___|

|___|

|___|

|___|

17) Tondra-drano na rano be loatra

|___|

|___|

03) Aretim-biby fiompy

|___|

|___|

09) Halafosan’ny vidin-tsakafo

|___|

|___|

18) Haintany na tsy ampy orana

|___|

|___|

04) Fahafatesan’ny biby fiompy

|___|

|___|

10) Fahaverezana tahiry 11) Tsy misy azo ampiasaina ny kojakoja ilaina @ famokarana 12) Lafo loatra ny kojakoja ilaina @ famokarana 13) Tsy misy/ tsy ampy ny fampisamborambola / na tsy mety @ mpindrana ny fepetra @’izany
14) Nihena / tsy nisy intsony ny lalambarotra

19) Valala |___| |___| |___| |___|

20) Voalavo |___| |___| |___| |___|

05) Aretin’ny voly

|___|

|___|

21) Doro-tanety/ala |___| |___| |___| |___|

06) Hafa _________

|___|

|___|

25) Tsy fahampian’ny olona na ny vola ampiasaina

|___|

|___|

|___|

|___|

22) Havandra

|___|

|___|

|___|

|___|

23) Andiam-biby,
bibikely oh : lambo

|___|

|___|

15) Hafa ___________

|___|

|___|

24) Hafa _____

|___|

|___|

Cabinet RADSE

xliv

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

CM2. Nanao ahoana ny fahavoazana teo @ fambolena sy ny fiompiana vokatr’ireo zavatra nitranga ireo ? 1. Simba tanteraka 2. Androatokony (2/3) 3. Antsasany (1/2) 4. Ampahatelony (1/3) 5. Vitsivitsy 6. Tsy nisy 7. Tsy voakasika a. b. Fambolena Fiompiana |___| |___| |___| |___|

CM3. Tao anatin’ny 30 andro, inona avy ireo paikady (sy ny fiverimberenany) nampiasainan’ny tokantranonao mba hiatrehana ny fahasahiranana nihatra taminareo ?
1. Tsy mampiasa mihitsy 2. Mahalana (1-3 andro/isam-bolana) 3. Indraindray (1-2 andro/isan-kerinandro) 4. Matetika (3-6 andro/isan-kerinandro) 5. Isan’andro

Valinteny 01. Nihinana sakafo mora vidy 02. Nindrana sakafo na miantehitra @ namana / fianakaviana 03. Nahena ny fotoam-pisakafoanana isan’andro 04. Nahena ny fatran-tsakafo 05. Nahena ny sakafon’ ny lehibe ahafahan’ny ankizy mihinanana 06. Nahena ny karazantsakafo 07. Nihinana hanimasaka novidiana bebe kokoa 08. Nihinana ny ambin’ny sakafon’ny hafa 09. Nihinana Raketa mena

Eo noho eo

Tarihana

Valinteny 11. Nividy atao trosa na mitrosa 12. Nahena ny fandaniana amin’ny zavatra heverina fa azo ampandeferina (Fianarana, fahasalamana, fitaterana,
…)

Eo noho eo

Tari-hana

|___|

|___|

|___|

|___|

|___|

|___|

|___|

|___|

|___| |___| |___|

|___| |___| |___|

13. Nalefa nipetraka tany amin’ny fianakaviana/namana ny olona iray ao @ tokantranonareo 14. Namidy ny fananana (radio, frigo, TV, firavaka, bisikileta, trano etc …) 15. Nivarotra ny fitaovam-pamokarana (Traktera, Tany, etc…) 16. Tsy nalefa an-tsekoly intsony ny zaza 17. Nanao asa fanampiny 18. Nalefa nisakafo tany amin’ny tokantrano hafa ny olona ao aminareo 19. Alefa mitady asa any an-toeran-kafa ny olona sasany ao @ tokantranonareo

|___|

|___|

|___|

|___|

|___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___|

10. Nangataka vao mihinana

|___|

|___|

|___|

|___|

Cabinet RADSE

xlv

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

ZAVA-NITRANGA NAHASOA NY TOKANTRANO (OP)
Op1. Nisy zavatra na toe-javatra azonareo nohararaotina ve nanomboka t@ janoary 2012? 1. Eny 2. Tsia Op2. Nahazo tombontsoa t@ Tetik’asa na fanampiana hafa ve ny olona iray na maromaro tato @ tokantranonao nanomboka t@ janoary 2012? 1. Eny Eo noho eo Tarihana 2. Tsia (Raha Tsia, mankanesa @ RS)

|___|

OP4. Raha Eny, avy t@ iza? OP3. Raha Eny, t@ sehatra inona?
1. Eny 2. Tsia
c) Fiangonana / Fikamba -nana

Valinteny

a) Toetr’andro tsara (orana sns...)

|___|

|___|

1. Eny

2. Tsia

a) Fanjakana

b) ONG tetik’asa

d) Hafa

b) Ampy ny rano (irrigation) c) Nahita lalam-barotra d) Vokatra tsara e) Nahita asa vaovao f) Afaka nivarotra g) Nisy ny kojakoja @ famokarana (zezika, fanafody, fitaovam-pamokarana ,...) h) Nisy Tetik’asa nanohana i) Hafa _________________

|___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___|

a) Rano sy fanatsarana ny tontolo iainana (oh : fanadiovana) b) Famatsiam-bola madinika c) Fianarana d) Fanjariana ara-tsakafo e) Fahasalamana

|___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___|

|___|

|___|

f) Famokarana

|___| |___| |___| |___| |___|
g) Asa tana-maro (HIMO ) h) Hafa _____

|___| |___| |___|

|___| |___| |___|

|___| |___| |___|

|___| |___| |___|

|___| |___|

Cabinet RADSE

xlvi

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

FIFANAMPIANA ARA-PIARAHA-MONINA (RS)
RS1. Inona no tena fototry ny fahasahiranan’ny tokantranonao nanomboka t@ volana Janoary 2012?
1. Vola 2. Sakafo 3. Trano fonenana 4. Fitaovam-pamokarana sy kojakoja 5. Fivarotana ny vokatra/Ambany loatra ny vidim-bokatra 6. Areti-mifindra/aretina hafa 7. Tsy an’asa/Fahaverezan’asa 8. Hafa ________________ 9. Tsy misy olana RS1a. Rehefa nisy fahasahiranana dia iza no natoninareo mba hangatahana fanampiana ? 1. Eny
(Raha 9, mankanesa SF)

|___|

2. Tsia (Raha Tsia avokoa, mankanesa @ SF) (Raha Tsia avokoa, mankanesa @ SF)

RS1b. Nanampy anareo tokoa ve ireo izay natoninareo t@ izany? (RS1a=1 )

1. Eny 2. Tsia

RS1c. Inona ny karazana fanampiana azonareo t@ izany? 1. Sakafo 2. Vola 3. Vola sy sakafo 4. Fanampiana hafa ____________ 5. Biby fiompy 6. Fitaovam-pamokarana na fitaovam-piasana RS1a
01. Fianakaviana akaiky/ ray aman-dreny 02. Mpifanolobodirindrina 03. Fiangonana / Mosquée, ... 04. Mpiara-miasa 05. Mpiara-mikambana @ fikambanambehivavy 06. Mpiray foko

RS1b

RS1c

RS1a
07. Mpiray fiaviana (tanàna) 08. Fanjakana 09. ONG, mpanao asa soa 10. Namana

RS1b

RS1c

|___| |___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___| |___|

11. Hafa _________________________

Cabinet RADSE

xlvii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

ASA SY FOMBA FIASAN’NY SAMPAN-DRAHARAHAM-PANJAKANA IFOTONY (SF) (nanomboka t@ janoary 2012)
SF1. ASA SY FOMBA FIASA AO @ COMMUNE (nanomboka t@ janoary 2012)
SF1a. Ahoana ny fahitanao ny fomba fiasan’ny sampan-draharaha ao @ kaominina @ izao fotoana izao (nanomboka t@ janoary 2012) ? SF1b. (Raha 4 sy 5 ny SF1a) Inona no antony?

A. Tobim-pahasalamana (CSB) B. Fitantanana ny tsena C. Fikarakarana ny lalana D. Taratasim-panjakana (kopia, kara-panondro,...) E. Fandriampahalemana F. Rano fisotro G. Sampandraharaha-pamokarana (services agricoles) H. Sampan-draharaha fitsaboana ny biby fiompy
(Services vétérinaires ao @ Commune)

A. B. C. D. E. F. G.

|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|

A. B. C. D. E. F. G.

|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|

H. I. J. K.

H. I. J. K.

I. Fananan-tany (Services fonciers) J. Kantina eny an-tsekoly (Cantines scolaires) K. Hafa _____________________

1. Lafo ny sarany 2. Fandraisana tsy lavorary 1- Tena mahafapo 2- Mahafapo 3. Tsy fisiana mpiasa matetika/ mpiasa tara lava, ... 3- Eo ho eo ihany 4. Tsy dia mahafapo 4. Tsy haingam-piasa, mitavozavoza 5. Tsy mahafapo 6. Tsy fantatra 7. Tsy voakasika 8 Tsy misy 5. Tsy fahampian’ny mpiasa 6. Averimberina ny olona na asa tsy mety vita 7. Faharatsian’ny fitantanana (oh: ny tsena) 8. Hafa _______________

SF2. FOMBA FIASAN’NY FOKONTANY SF2a. Nanao ahoana ny fomba fiasan’ny fokontany hatr@ janoary 2012?

|___|
1- Tena mahafapo 2- Mahafapo 3- Eo ho eo ihany 4. Tsy dia mahafapo 5. Tsy mahafapo 6. Tsy fantatra

SF2a1. Raha 4 na 5 ny valiny, Inona no tsy mandeha? 1. Eny a) Taratasy fanamarinana (fonenana, fahavelomana, fahafatesana, ...) b) Fandriampahalemana c) Asam-pokonolona d) Hafa ________________________

2. Tsia

|___| |___| |___| |___|

|___| |___| |___| |___|

Cabinet RADSE

xlviii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

FAHASALAMANA SY FANDRINDRANA NY FIAINAN’NY FIANAKAVIANA (SP) SP1. FANDRINDRANA NY FIAINAN-TOKANTRANO (Nanomboka t@ janoary 2012) SP 1d. Nisy maty ve tao amin’ny Tokantrano SP1a. Isan’ny zaza teraka tao @ nanomboka ny janoary 2012 ? 1. Eny 2. Tsia (Raha |___| tokantrano |___| tsia mankanesa @SP2) SP 1d1. Raha Eny , Firy avy araka ny sokajin-taona? a. Latsaky ny 5 taona SP1b. Isan’ny mpikambana vaovao ao @ b. 5 taona mihoatra tokantrano nanomboka ny volana janoary |___| SP 1d2. Inona no antony nahatonga ny fahafatesana? 2012 |___| a. Latsaky ny 5 taona b. 5 taona mihoatra SP1c. Isan’ny olona nifindra monina niala tao @ tokantrano nanomboka ny volana janoary 2012 |___|

|___|

|___| |___| |___| |___| |___|

Anton’ny fahafatesana : 1. Tazo 2. Aretin-tratra (IRA) 3. Fivalanana 4. Voina (accident corporel) 5. Maty am-piterahana na aoriana kely (reny sy/na zaza) 6. Vonoan’olona 7. Loza voajanahary 8. Tsy fantatra 9. Aretina hafa __________________ 0. Hafa ___________________ SP2. ARETINA NAHAZO NY LATSAKY NY 5 TAONA SY NY 5 TAONA NO HO MIHOATRA SP2a. Firy ny isan’ny marary tao @ SP2d. Firy no nentina nozahan’ny dokotera na ny tokantrano t@ herinandro lasa ? tobim-pahasalamana : |___| |___| |___| 1. Ny latsaky ny 5 taona? |___| (Raha tsy nisy narary mankanesa SP3) SP2b. Raha nisy dia firy : 2. Ny 5 taona noho mihoatra ? |___| |___| |___| 1. Ny latsaky ny 5 taona |___| SP2e. Firy no nozahan’ny mpimasy na mpitsabo 2. Ny 5 taona noho mihoatra |___| |___| nentin-drazana t@’izany ? SP2c. Inona avy ireo aretina nahazo azy ireo ? (tanisao) 1. 2. 1. Ny latsaky ny 5 taona a |___|___| b ___ |___|___| 2. Ny 5 taona noho mihoatra a |___|___| a|___|___| a|___|___| b|___|___| SP2f. Ho an’ireo tsy nandeha tany amin’ny tobim-pahasalamana na dokotera, inona no antony? 1. Tsy fananam-bola, lafo ny fitsaboana 2. Tsy misy fotoana 3. Noheverina fa tsy natahorana ilay aretina 4. Halaviran’ny toeram-pitsaboana (CSB) 5. Noho ny fahazarana 6. Manao dokotera tena 7. Hafa _______________________________ 8. Tsy voatsabo eny amin’ny tobim-pahasalamana 9. Tsy fandriampahalemana Ny latsaky ny 5 taona Ny 5 taona noho mihoatra |___| |___| |___| |___|

b|___|___| b |___|___| Marika aretina: 01. Tazo sy fanaviana 02. Aretin-tratra (IRA) 03. Fivalanana 04. Tosi-drà 05. Aretina momba ny vava/nify 06. Aretina momba ny hozatra 07. Aretintsaina (adala, ...08. Hafa __________ 09. Bongabe na ongobe 10. Fery mivonto 11. Aretinkoditra

|___|

Cabinet RADSE

xlix

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

SP3. VIH/SIDA sy IST SP3a. Efa nahare momba ny VIH/SIDA ve ianao? 1. Eny 2. Tsia (Raha Tsia, |___| mankanesa @ JN) SP3b. Raha Eny dia ahoana no fomba fifindran’ny aretina SP3c. Ary ahoana no ahafahana misoroka ny fifindran’ny SIDA ? tsimok’aretina? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy fantatra 1. Eny 2. Tsia Eo Valinteny Eo no Tarih Tarih Valinteny noho a-na a-na ho eo eo 1. Tsy miovaova olona anaovana firaisana 1. Ra misy tsimok’aretina |___| |___| ara-nofo, fa olon-tokana ihany (na ny |___| |___| andaniny na ny ankilany) 2. Firaisana tsy voaaro |___| |___| 2. Mampiasa fimailo |___| |___| 3. Fifindrana avy @ reny mankany @ zanany |___| |___| 3. Tsy manao firaisana ara-nofo @ sokajin’olona heverina fa mpamindra ny tsimok’aretina (mpivaro-tena,...) 4. Tsy manao firaisana ara-nofo @ olona mirona @ filàna lahy samy lahy na vavy samy vavy 5. Tsy manao firaisana ara-nofo @ olona mpanao firaisana ara-nofo @ olona maro 6. Tsy manao firaisana ara-nofo @ olona mitondra ny tsimok’aretina |___| |___|

4. Tsindrona 5. Famindrana ra 6. Kaikitry ny moka

|___| |___| |___|

|___| |___| |___|

|___| |___| |___|

|___| |___| |___|

7. Firaisana lovia @ olona mitondra |___| |___| 7. Manao fitiliana |___| |___| tsimok’aretina 8. Fampiasana fitaovam-piharatana 8. Tsy fampiasana fitaovana avy nampiasina |___| |___| |___| |___| nampiasain’ olon-kafa t@ olona hafa (oh : Tsindrona, hareza……) SP3d. Mety mitondra ny tsimok’aretina SIDA ve ny olona izay jerena ety ivelany fa salama ? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy fantatra |___| SP3e. Araka ny fahafantaranao azy, mety hifindra ve ny SIDA ? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy fantatra 1. Mandritry ny fitondrana vohoka |___| |___| 2. Rehefa miteraka 3. Rehefa mampinono SP3f. Mampiasa kapaoty ve ianareo mba ho fiarovana @ : 1. Vohoka 2. Aretina avy @ firaisana 3. Vohoka sy Aretina avy @ firaisana mamaly |___| |___| 4. Tsy mampiasa mihitsy 5 Tsy |___| |___| |___|

Cabinet RADSE

l

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

MOMBA NY TANORA 15 – 24 TAONA (JN) (Tanora eo @ fiaraha-monina misy ny tokantrano) JN1. Araka ny hevitrao, JN4. Araka ny mandray anjara eo @ hevitrao, ampy ve ny JN7. Araka ny hevitrao, mifanentana @ fampandrosoana (sosialy, toerana fialamboly ho filan’ny tanora ve ny tobim-pahasalamamkoltoraly, …) ara-piarahaan’ny tanora ao panjakana misy eto @ nareo (ora fiasana, monina ve ny tanora eto @ anatin’ny Fokontany tsiambaratelo, torohevitra mahasoa, faritra manodidina anareo misy anao? (toeramfahasalaman’ny fananahan’ny tanora, …) (tanora 15 - 24 taona) |___| pilalaovana sy fialam|___| ? 1. Feno boly natokana ho 1. Tena mifanentana 2. Eo ho eo ihany an’ny tanora) 2. Eo ho eo ihany 3. Mandray anjara kely 1. Eny 2. Tsia 3. Tena tsy mifanentana 4. Tsy mandray anjara 3. Tsy fantatra 4. Tsy mahafantatra mihitsy (Raha "1“ na "4“, mankanesa @ JN8) 5. Tsy fantatra JN2. Manana fanantenana tsara @ hoavin’ny tanora eto Madagasikara ve ianao? 1. Eny 2. Eo ho eo ihany 3. Tsy manana fanantenana 4. Tsy fantatra JN3. Araka ny fahitanao ny manodidina, inona no tena fandaninandro ataon’ny tanora? 01. Mijery télé 02. Mihaino radio 03. Mamaky boky 04. Manao/mijery fanatanjahantena 05. Mivory/miresaka/mikorana miaraka @ namana 06. Mankany @ bar, misotro toaka, mifoka rongony 07. Mandeha any @ trano fandihizana/karaoké 08. Mijery vidéo 09. Mitsangatsangana 10. Miloka (misy vola) 11. Miala voly @ karatra, daomy, fanorona, ... 12. Mivory/miresaka/mikorana miaraka @ fianakaviana 13. Mozika sy hira 14. Manao hadalana (mpigafy, mpila vaniny, mangalatra, ...) 15. Tsy manao na inona na inona 16. Tsy manana hevitra 17. Hafa ___________ 18. Mihaza na manjono JN5. Araka ny hevitrao, inona no hitanao fa loza mitatao ho an‘ny fahasalaman’ny tanora lahy (15-24 taona)? (alaharo araka izay manandanja)) JN6. Araka ny hevitrao, inona no hitanao fa loza mitatao ho an‘ny fahasalaman’ny tanora vavy (15-24 taona)? (alaharo araka izay manandanja))
|__|__|

|___|

|__|__| |__|__| |__|__|

|___|

|__|__| |__|__| |__|__|

JN7a. Raha 2 na 3 no valiny, @ lafiny inona avy no tsy mahavaly ny filan’ny tanora? 1. Ora fiasana 2. Tsiambaratelo 3. Torohevitra mahasoa 4. Tsy fahampian’ny mpiasa voahofana @ fahasalaman’ny fananahan’ny tanora 5. Sampan-draharaha momba ny fampahalalam-baovao (tsy misy, tsy mahomby) 6. Olana @ fitaovana azo ampiasaina (ohatra : fanafody, kapaoty, ..) 7. Tsy fahombiazan’ny mpiandraikitra ny fahasalamana 8. Hafa _________________ 9. Fahalaviran'ny toeram-pitsaboana JN8. Araka ny hevitrao, andraikitry ny ray aman-dreny ve ny miresaka ny fomba fisorohana ny VIH/SIDA @ zanany ? 1. Eny 2. Tsia 3. Tsy fantatra (Raha "1“ na "3“, mankanesa @ BP)

|___| |___| |___|

|___|

|__|__I

|__|__I

Loza mitatao : 01. Toaka 02. Paraky sy sigara 03. Zava-mahadomelina (rongony,…) 04. VIH/SIDA 05. IST hafa 06. Vohoka aloha loatra 07. Fanalan-jaza 08. Asa ratsy (mangalatra, ...) 09. Mivaro-tena na mijangajanga 10. Tsy fantatra 11. Hafa ____________ 12. Tsy misy

JN8a. Raha Tsia, dia iza no tokony handray izany andraikitra izany? (tononiny avy hatrany) 1. Sekoly 2. Vaomieran’ ny fahasalamana FKT 3. Tobim-pahasalamana 4. Nahazo fiofanana manokana ho mpanentana 5. Mpitondra fivavahana (Pasitera, Pretra, Imams) 6. Fikambanana tanora 7. Hafa (tanisao)

|___| |___| |___|

Cabinet RADSE

li

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

FILANA FOTOTRY NY TOKANTRANO (BP) BP1. Araka ny hevitrao, inona no filana fototra (ilaina maika) ao @ tokantranonao : « Tena maika », sy « Afaka miandry any aoriana any »? (Avelao hitanisa sy handalina ny valinteniny, ka afaka mandahatra valinteny 4 isaky ny sokajy) BP1a. Tena maika BP1b. Afaka miandry any aoriana any 1. |__|__| 2. |__|__| 3. |__|__| 4. |__|__| 1. |__|__| 2. |__|__| 3. |__|__| 4. |__|__| 01. Asa (asa mitombina tsara, asa ho an’ny tsy an’asa na very asa, asa mampidi-bola kokoa, ….) 02. Fiafaran’ny krizy politika (fanatanterahana fifidianna araka izay haingana sy ifanekena ho @ tena fahatoniana, sns...) 03. Fanampiana ara-tsôsialy (findramam-bola na fampiasam-bola ho fanatsarana ny asa efa fanao na fanaovana asa vaovao) 04. Sakafo (sakafo ara-dalàna @ fahatsarany sy ny fatrany, fanampiana ara-tsakafo, tsy miakatra loatra ny vidin-javatra) 05. Toeram-ponenana (fanana trano na fanatsarana azy, hofan-trano mora kokoa, misy toeram-pidiovana, … 06. Tontolo iainana 07. Fandriampahalemana (oh : mpitandro ny filaminana tsy lavitra loatra) 08. Fianaran’ny ankizy 09. Fahasalamana 14. Herinaratra (électricité) 10. Vola (ilaina @ famokarana, iatrehana ny fahasahiranana, famatsiam-bola ...) 15. Rano fisotro madio 11. Fitaovam-pamokarana sy torohevitra ara-teknika 12. Lalam-barotra (azo ianteherana) sy vidim-bokatra tsy mamono antoka 16. Rano @ fambolena 13. Hafa ( tanisao) ___________________ BP2. Manao ahoana ny fahitanao ny fiainan’ny tokantranonao atsy ho atsy? |___| 1. Tsy miova 2. Mihatsara 3. Miharatsy 5. Tsy fantatra/tsy mamaly J23. Fiafaran’ny fanadihadiana : a. |__|__| ora b. |__|__| mn

Cabinet RADSE

lii

Enquête de suivi de la vulnérabilité en vue d’apprécier les impacts de la crise de 2009 sur les ménages ruraux malgaches – District Ambovombe 2012

BIBLIOGRAPHIE
1- Situation socioéconomique des ménages dans les districts d’Ambatondrazaka, Ambovombe, Antalaha, Antsirabe, Morafenobe et Vangaindrano et impact de la crise sociopolitique au niveau des ménages résultats comparatifs des six districts, juin 2011 – Madagascar 2- Monographie de la région d’Androy, version draft, juillet 2012 3- Evaluation de la sécurité alimentaire chez les ménages bénéficiaires de PARECAM/Madagascar, septembre 2011 4- Plan régional de développement Androy, juin 2005 5- Monographie 2011 SDSP Ambovombe-Androy 6- Rapport annuel AES Ambovombe Androy, 2011-2012 7- Système d'information sécurité alimentaire, Atlas des données structurelles concernant la sécurité alimentaire région Androy, juin 2006 8- Rapport ESVMR 2010 9- Résultats ESVMR 2011 10- Rapport sur le dénombrement ESVMR 2012, Janvier 2013 11- Rapport sur la mise en œuvre et collecte de données ESVMR 2012, Décembre 2012 12- Rapport sur l’enquête communautaire ESVMR 2012, Janvier 2013 13- Rapport sur le traitement informatique et base de données ESVMR 2012, Décembre 2012

Cabinet RADSE

liii