>INFORFEB

[
30 AVRIL 2009 – N° 16

La newsletter pour décideurs

]

Il faut réécrire la loi sur les pratiques du commerce
manière de transposer correctement la directive est de supprimer toute interdiction des offres conjointes en Belgique. Comme toute pratique commerciale, elle ne devra plus à l’avenir être susceptible d’être interdite que par une décision de justice qui déciderait, en tenant compte des éléments de la cause, qu’elle ne respecte pas le critère général de Par son arrêt du 23 avril 2009, la Cour de Justice des Communautés européennes confirme la non-conformité du droit belge avec la directive 2005/29/CE du 11 mai 2005 relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs. Comme le rappelle la Cour, la directive vise à établir des règles uniformes relatives aux pratiques commerciales déloyales. Il s’agit d’une directive de protection maximale qui procède à une harmonisation complète des règles applicables dans toute l’Europe. Cela signifie que les États membres ne peuvent pas adopter des mesures plus restrictives que celles qui sont définies par la directive. Or, tel est bien le cas en ce qui concerne les offres conjointes, encore appelées ventes couplées. Les offres conjointes ne font pas partie des pratiques que la directive répute déloyales « en toutes circonstances ». Par conséquent, leur interdiction de principe ne peut pas être établie par la loi, contrairement à ce que prévoit aujourd’hui le droit belge. La seule loyauté qu’impose la directive. Il n’est donc plus question d’interdire les offres conjointes, mais de les traiter comme toutes les autres pratiques du commerce. Elles sont licites par principe. Cet arrêt oblige le législateur belge à modifier radicalement la loi actuelle. Bon nombre d’autres pratiques commerciales parfaitement licites au regard de la directive restent aujourd’hui interdites par la loi belge. Celle-ci a en effet maintenu l’intégralité de la réglementation sur les promotions de vente (comme les offres conjointes, les annonces de réduction de prix, les bons de valeur, les services aprèsvente par téléphone, les achats forcés, etc.) et s’est refusée à les confronter aux dispositions de la directive sur les pratiques commerciales déloyales. C’est pour cette raison qu’à la suite d’une plainte de la FEB, la Commission européenne a mis en demeure la Belgique de transposer correctement la directive. Contrairement aux messages de certains, il ne saurait être question de soumettre les offres
PHILIPPE LAMBRECHT , ADMINISTRATEUR-SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

conjointes à des conditions non prévues par la directive. Il est temps que le législateur belge accepte l’idée qu’il est inutile de vouloir faire mieux que le restant de l’Europe en matière de pratiques du commerce. La matière est harmonisée.

Il est temps que le législateur belge accepte l’idée qu’il est inutile de vouloir faire mieux que le restant de l’Europe en matière de pratiques du commerce.
Notre droit doit correspondre au droit européen. Ni plus, ni moins. En acceptant de respecter la loi européenne, nous mettrons les entreprises belges à égalité avec leurs concurrentes étrangères et nous prouverons notre volonté de mieux légiférer. Trop de loi tue la loi ! Il nous faut des principes clairs, bien écrits et compréhensibles, qui garantissent la sécurité juridique et ne nécessitent pas des bataillons de juristes pour les interpréter. En d’autres termes, il est grand temps de réécrire la loi sur les pratiques du commerce.

A EPINGLER

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

> CONJONCTURE > Le FMI tempère l’optimisme naissant > Veut-on pousser les entreprises à la faillite ?
LICENCIEMENTS COLLECTIFS ET OUTPLACEMENT MONITORING DE LA CRISE ÉCONOMIQUE

>

2.850

Taux d’intérêt à la hausse

L'offre d'emploi reste élevée
HEBDOMADAIRE — BUREAU DE DÉPÔT : SINT-NIKLAAS — P409959

Ceci est le montant cumulé d’obligations d’État que les gouvernements du Japon, des USA, de la zone euro et MILLIARDS EUR du Royaume-Uni prévoient d’émettre cette année. Ce montant considérable crée une pression à la hausse sur les taux d’intérêt de long terme. www.feb.be > publications > chiffres et faits

WWW.FEB.BE

[ INFOR FEB 16 — 30 AVRIL 2009 ]

>

LICENCIEMENTS COLLECTIFS ET OUTPLACEMENT

âge, leur ancienneté et leur statut. Les travailleurs temporaires et intérimaires comptant au moins 1 an d’ancienneté dans l’entreprise pourront également s'y inscrire. Ces nouvelles mesures rendront les restructurations encore plus onéreuses et plus contraignantes pour les entreprises (création d'une cellule de reconversion, outplacement, indemnités de reclassement, etc.). Seule consolation pour les employeurs : un remboursement (et encore, plafonné !) est prévu pour les secteurs qui recourent à l'outplacement collectif. On peut difficilement comprendre qu’en pleine période de récession, on rende les restructurations d’entreprises encore plus onéreuses, en imposant aux entreprises des obligations qui incombent en partie aux services de placement publics. Quelle est d’ailleurs l’efficacité d’une mesure qui ne fait aucune distinction entre un travailleur ayant besoin d’outplacement pour son reclassement et ceux pour qui l’outplacement n’offre aucun intérêt (par exemple, les travailleurs exerçant un métier à pénurie et qui sont très demandés sur le marché de l’emploi, les jeunes hautement qualifiés, les techniciens…). Peut-on parler d’une mesure de relance ?
Michèle Claus – mc@vbo-feb.be

>

MONITORING DE LA CRISE ÉCONOMIQUE

Veut-on pousser les entreprises à la faillite ?
Les règles relatives à la restructuration et à l’outplacement ont été modifiées (voir INFOR n°10/2009). Désormais, les entreprises comptant plus de 20 travailleurs seront obligées – dès qu’elles annoncent un licenciement collectif – de créer une cellule de reconversion pour tous les travailleurs, quels que soient leur

L'offre d'emploi reste élevée
La crise économique touche également la Belgique de plein fouet, avec des effets accrus sur le marché de l'emploi. Les prévisions de croissance pour 2009 sont continuellement revues à la baisse. Le Conseil supérieur de l'emploi prévoit 100.000 chômeurs de plus fin 2009 (par rapport à fin 2008) et, dans les médias, les annonces de restructurations, de faillites et de pertes d'emploi se succèdent. La FEB, qui suit l'évolution de la crise au jour le jour, relève les tendances suivantes : (1) le travail intérimaire, véritable baromètre de la conjoncture, a reculé de 24% (en février); (2) le dernier trimestre de 2008 a vu la création nette de 25.000 emplois (par rapport à l'année précédente), mais ce chiffre signifie un ralentissement clair de la croissance de l'emploi; (3) le nombre d'emplois vacants annoncés par les services publics (via le VDAB, le Forem et Actiris) se maintient, avec un recul de 15% seulement entre mars 2008 et mars 2009 ; (4) le nombre de faillites a augmenté de 34%; (5)

ACTION FEB

> Le Forum FEB lance un ambitieux plan d'efficacité énergétique
Près de 1.100 représentants du monde économique, politique, scientifique, syndical et des ONG ont participé ce 22 avril au Forum bisan© Dann

nuel de la FEB consacré à l’efficacité énergétique. Plus de 40 orateurs belges et internationaux de haut rang y ont débattu, sur la base de cas concrets, des pistes à privilégier afin de réduire la consommation d’énergie dans les bâtiments, les transports et les processus industriels notamment. Thomas Leysen, président de la FEB, y a présenté les pistes d’actions concrètes recommandées par notre fédération et y a lancé un appel à toutes les autorités du pays pour la conclusion d’un pacte énergétique

Un des 5 ateliers ayant pour thème les ‘Consumer Goods,’ avec (de g. à dr.) Wouter Ulburghs (directeur adjoint d'Ovam), Jean-Yves Saliez (managing partner chez Green Bazaar), Bernard Deryckere (managing director d'Alpro), Roland Moreau (directeur général du SPF Environnement) et Rudi Sueys (Environment Manager 'Climate & Energy' auprès de Coca-Cola Europe Groupe).

Nigel Jollands, responsable de la division Energy Efficiency and Environment de l’Agence internationale de l’Energie.

commun avec les entreprises, destiné à faire de énergétique d’ici 2030 (cf. Opinion de l’Infor du 23 avril dernier).
Isabelle Callens – ic@vbo-feb.be Olivier Joris – oj@vbo-feb.be Une assemblée nombreuse écoute attentivement les orateurs qui se succèdent à la tribune.
© Dann

la Belgique un leader en matière d’efficacité

Plus d’information (discours, présentations, brochure FEB, photos) : www.energyefficiency.be

© Dann

Ruben Verhoeven, directeur McKinsey & Co, entouré de Thomas Leysen, président de la FEB, et d’Isabelle Callens, directeur du Département économique de la FEB. C'est un public enthousiasmé qui a participé au cocktail après la séance académique.

Rudi Thomaes, administrateur délégué de la FEB, remet à SAR le Prince Laurent l’étude McKinsey sous le regard attentif de Paul Magnette, ministre fédéral du Climat et de l’Energie, et de Ruben Verhoeven, directeur de McKinsey & Co.

© Dann

© Dann

>

CONJONCTURE

Le FMI tempère l’optimisme naissant
La semaine dernière, le FMI a publié deux rapports importants : l’un présentant de nouvelles prévisions économiques pour 2009 et 2010 et l’autre sur la santé du système financier. Ces deux rapports confirment que, malgré l’apparition de quelques éclaircies, la situation économique reste extrêmement fragile. Ainsi, par rapport à ses pronostics de janvier dernier, le FMI a revu ses prévisions à la baisse pour presque tous les pays. Pour 2009, il annonce à présent une croissance économique de respectivement -2,8%, -4,2% et -6,2% pour les États-Unis, la zone euro et le Japon. Pour 2010, ces chiffres s’élèvent respectivement à 0%, -0,4% et 0,5%. Toutefois, c’est la Russie qui affiche la plus forte révision à la baisse. Alors qu’en janvier, le FMI se fondait encore sur une croissance de -0,7%, il annonce aujourd’hui que l’économie russe subira en 2009 une contraction de 6% ! En ce qui concerne la stabilité du système financier, la prudence reste de rigueur, malgré les nombreux efforts des banques centrales et des autorités. Ainsi, le FMI prévoit d’ici à 2010 un total d’environ 4.100 milliards UDS de dévalorisations d’actifs sur les prêts et titres issus des États-Unis, d’Europe et du Japon. Aujourd’hui, à peine 25% de ces dévalorisations ont été effectivement enregistrées. Depuis quelques semaines, on note de plus en plus de signes d’un ralentissement du déclin de l’activité économique et il est probable que la crise aura atteint son paroxysme d’ici quelques mois. Les deux rapports du FMI soulignent toutefois que ce scénario ne se confirmera que si les différentes autorités et banques centrales gardent la même détermination à garantir la stabilité financière et à stimuler la relance.
Geert Vancronenburg – gva@vbo-feb.be

Les signes d’un ralentissement du déclin de l’activité économique se multiplient ; il est probable que la crise aura atteint son paroxysme d’ici quelques mois.

Nombre d'emplois vacants à la fin du mois auprès des services publics de l'emploi (VDAB : hors intérim)
(Source : VDAB, Forem, Actiris)
70.000 60.000 50.000 40.000 30.000 20.000 10.000 0 Jan 2008 Fév 2009 Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc

> La diplomatie belge, en renfort contre le protectionnisme
La semaine dernière, les journées diplomatiques se sont déroulées au Palais Egmont, réunissant tous les ambassadeurs et consuls généraux belges en poste à l’étranger. À cette occasion, la FEB, l’UWE, Voka et BECI ont organisé une réception de réseautage ‘diplomates-chefs d’entreprise’. Le président de la FEB, Thomas Leysen, a mis en garde contre le protectionnisme, qui ne peut que prolonger et approfondir
Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht, en conversation avec Thomas Leysen, président de la FEB.

le recours au chômage temporaire a plus que doublé; (6) le nombre de demandeurs d'emploi indemnisés a crû de seulement 5.000 unités jusqu'ici, mais le nombre de demandeurs d'emploi inscrits est, quant à lui, monté en flèche. L’impact de la crise se reflète sur le marché du travail avec un temps de retard. Nous observons un net recul de l'activité dans le secteur du travail intérimaire ainsi qu’une forte hausse du chômage temporaire, mais également une augmentation des licenciements parmi les travailleurs fixes. En comparaison des crises que nous avons connues précédemment, de nombreux emplois demeurent heureusement disponibles, pour des profils qualifiés, mais également pour des

profils peu qualifiés. Dans de nombreux cas, le licenciement pourrait être évité grâce à l’introduction du chômage économique temporaire pour les employés.
Klaas Soens – ks@vbo-feb.be

www.feb.be > Dossiers > Travail et sécurité sociale

la crise. Il a tout d’abord demandé aux diplomates de suivre ce problème de près, tant au sein de l’Union européenne qu’au-delà de ses frontières. Par ailleurs, les entreprises attendent de notre diplomatie qu’elle agisse rapidement auprès des pays concernés, les exhorte à faire preuve de leadership et les persuade de renoncer aux mesures protectionnistes envisagées. Enfin, l’Europe doit intervenir énergiquement lorsque des partenaires commerciaux transgressent des accords internationaux.
Elizabeth De Wandeler – edw@vbo-feb.be

>

FISCALITÉ

Nouvelles obligations déclaratives en matière de TVA
La TVA subira de nombreux changements au 1er janvier 2010. Concernant l’une de ces nouveautés, les nouvelles obligations déclaratives en matière de TVA, l’ad-

[ INFOR FEB 16 — 30 AVRIL 2009 ]

[ INFOR FEB 16 — 30 AVRIL 2009 ]

AGENDA

Solidaritest - Remise du Prix aux lauréats en présence du Premier ministre
Evénement organisé par la Croix-Rouge avec le soutien actif de la FEB

6 MAI 2009 10h30

LIEU : INFO:

FEB, Bruxelles www.solidaritest.be

Politique préventive en matière d’alcool et de drogue
Séminaire organisé par la FEB en collaboration avec le CRFRT

8 MAI 2009 8h45 à 12h30

LIEU : INFO:

FEB, Bruxelles Laurent Sempot T 02 515 09 83 F 02 515 09 15 ls@vbo-feb.be FEB, Bruxelles Koen Van Echelpoel T 02 515 07 77, F 02 515 09 73 contact@excellencefornonprofit.eu

La fondation privée en Belgique - Affecter un patrimoine à la réalisation d’un but désintéressé
Séminaire organisé par Excellence for non profit avec le soutien actif de la FEB

13 MAI 2009 14h00 à 18h00

LIEU : INFO:

1er janvier 2010 : Quels sont les défis posés par le paquet TVA aux entreprises et comment peuvent-elles s’y préparer ?
Ce séminaire vous permettra d’obtenir des réponses à la plupart de vos questions individuelles portant sur l’impact concret du paquet TVA sur votre entreprise.

14 MAI 2009 9h00 à 12h30

LIEU : INFO:

FEB, Bruxelles Laurent Sempot T 02 515 09 83 F 02 515 09 15 ls@vbo-feb.be

Europe’s Food & Agribusiness Representing your interests to the EU
Seminar organized by EBS in collaboration with the College of Europe and the FEB.

25 MAY 2009 from 8.30 am to 17.30 pm

VENUE:

FEB, Brussels

REGISTRATION:

www.ebsummit.eu/executiveprogamme
INFO:

Nathalie Simon T 02 515 08 11, ns@vbo-feb.be

ministration a publié le 27 mars une communication sur le site du SPF Finances. Le seuil de chiffre d’affaires au-delà duquel les entreprises doivent introduire une déclaration mensuelle de TVA (…) est abaissé pour les entreprises qui effectuent beaucoup de livraisons intracommunautaires de biens. De plus, d’importantes modifications de fond sont apportées à la déclaration de TVA. Dans le relevé de leurs opérations intracommunautaires, les assujettis devront reprendre non seulement leurs livraisons de biens, mais aussi leurs prestations de services. En outre, de nombreuses entreprises devront désormais introduire ce relevé sur une base mensuelle plutôt que trimestrielle. Ces nouvelles règles auront un impact considérable sur les obligations administratives des entreprises. Non seulement elles devront déclarer un plus grand nombre d’opérations, mais en outre, elles devront le faire plus souvent. Il est donc essentiel

qu’elles s’y préparent à temps. Pour plus d’information sur la journée d’étude que la FEB consacre à ce thème, voir la rubrique Agenda.
Alain Lecocq – ale@vbo-feb.be

gation appelle de nettes réserves de la part de la FEB, en ce qu’elle n’améliore pas la situation de l’artiste lui-même et qu’elle implique des coûts supplémentaires pour les entreprises débitrices de droits d’auteur et de droits voisins. Il s’agit, à présent, d’examiner comment les négociations avec le Conseil progressent. Par ailleurs, le Parlement européen

www.minfin.fgov.be > actuel

>

PARLEMENT EUROPÉEN

et la Commission européenne se sont mis d’accord sur une série de lignes directrices pour un registre commun (et un code de conduite commun) pour les lobbyistes dans le cadre de l’initiative sur la transparence. A défaut d’avoir pu atteindre un compromis sur la directive 'temps de travail' dans le cadre de la procédure de conciliation ce 27 avril, le texte actuel reste en vigueur. La Commission pourrait néanmoins présenter une toute nouvelle proposition. Elle avait, au demeurant, formulé une série de propositions de compromis en la matière. Ainsi, il s’agissait de considérer le temps de garde (on-call time) – en ce compris celui qui est inactif – comme du temps de travail devant, dès lors, être
Graphisme et production : The Mailshop – tél. 03 771 12 30 – mail@themailshop.be

Pas d’accord sur la directive 'temps de travail'
La FEB était présente à la session plénière du mois d’avril du Parlement européen à Strasbourg. En cette fin de législature, nombre de dossiers étaient à l’ordre du jour. Ainsi, le Parlement européen réclame, et ce avec une majorité de 370 voix (et 220 contre, dont la plupart des eurodéputés belges), une extension à 70 ans des droits d’auteur sur les œuvres musicales (la Commission avait proposé une extension à 95 ans). Cette prolon-

FEB – Fédération des Entreprises de Belgique ASBL
rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles – tél. 02 515 08 11 – fax 02 515 09 15
RÉDACTION

rémunéré. Selon la FEB, ceci mettrait en danger la flexibilité plus que jamais nécessaire pour les entreprises et les travailleurs en temps de crise économique. Enfin, ce fut l’occasion de présenter à nombre d’eurodéputés le mémorandum de la FEB pour les élections européennes.
Diane Struyven –ds@vbo-feb.be

: : : :

Anne Michiels – tél. 02 515 09 44 – am@vbo-feb.be Thérèse Franckx – tél. 02 515 09 50 – tf@vbo-feb.be Olivier Joris – rue du Wolvenberg 17 – 1180 Bruxelles ADeMar bvba – tél. 03 448 07 57 – nele.brauers@ademaronline.com FEB – Service mailing – tél. 02 515 09 06 – fax 02 515 09 55 – mailing@vbo-feb.be Reproduction autorisée moyennant mention de la source

ÉDITEUR RESPONSABLE

ANNEXES PUBLICITAIRES

CHANGEMENTS D’ADRESSE COPYRIGHT

:

L’Infor est imprimé sur du papier issu de la gestion durable des forêts. La gestion durable des forêts tient compte de l'écosystème forestier, respecte les aspects sociaux (droits des populations indigènes et des travailleurs forestiers*) et est responsable d'un point de vue économique.