POUR CRÉER DES EMPLOIS ET ACCÉLÉRER LA CROISSANCE

Sellal insiste sur le recouvrement de la base industrielle
7 Chaâbane 1434 - Dimanche 16 Juin 2013 - N°14847 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

P. 3

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE SOLIDARITÉ DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DES PAYS DU SAHEL AVEC LE MALI

L’Algérie devrait jouer les premiers rôles
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

estime un responsable de Kidal
P. 32

N ENTRETIE EXCLUSIF

M. YOUCEF YOUSFI, MINISTRE DE L'ENERGIE ET DES MINES, A EL MOUDJAHID

LOGEMENT PROMOTIONNEL PUBLIC

“Notre sous-sol recèle d’importantes ressources en hydrocarbures”

L’ENPI lance les premiers projets
P. 7

POPULATION ALGÉRIENNE

PP. 8-9

Elle stagnera à 55 millions d'habitants en 2050-2100
P. 7

LES ÉCOLES DES CADETS DE LA RÉVOLUTION ET DE LA NATION ÉVOQUÉES AU FORUM DE LA MÉMOIRE

Ph. Nacéra I.

Les pépinières de l’ANP
P. 6

PRÉSIDENTIELLE EN IRAN

Hassan Rohani élu avec 50,68% des voix P. 15
ELIMINATOIRES DU MONDIAL-2014 ◗ “L’Algérie fait face avec sérénité aux évolutions des marchés gaziers.” ◗ “Notre devoir aujourd'hui est d'accélérer la diversification de notre économie.” ◗ “Les partenaires reconnaissent que Sonatrach est un groupe d'envergure.”
AUJOURD’HUI À 14H30 AU STADE AMAHORO

Rwanda-Algérie : ne sous-estimons pas l’adversaire P. 31

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Mét éo
JOURNÉE MONDIALE DE L’ENFANT AFRICAIN

EL MOUDJAHID

CHAUD ET ENSOLEILLÉ

CET APRÈS-MIDI À 14H30 AU CNFPS
À l’occasion de la célébration de la journée de l’Enfant africain (16 juin), Mme Souad Bendjaballah, ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, procédera cet aprèsmidi, à partir de 14h30, au Centre national de formation des personnels spécialisés de Birkhadem, à l’ouverture des festivités, en présence d’ambassadeurs de pays africains.

CET APRÈS-MIDI À 15H À SIDI FREDJ

Coup d’envoi de la campagne des centres de vacances
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohamed Tahmi, donnera, cet après-midi à 15h, au Village africain de Sidi Fredj –ANALJ, le coup d’envoi de la campagne des centres de vacances et de loisirs de jeunes, placée cette année sur le thème «Protégez mon enfance et mon environnement».

CET APRÈS-MIDI À 14H À LA CIRCONSCRIPTION ADMINISTRATIVE D’EL-HARRACH
Au Nord, le temps sera localement brumeux près des côtes en début de matinée, puis généralement chaud et ensoleillé en cours de journée, avec localement formation de cellules orageuses isolées sur les Hauts Plateaux Ouest et Centre. Les vents seront de secteur Nord-Est (20/30 km/h) prés des côtes et vers l'intérieur. La mer sera belle à peu agitée. Sur les régions Sud, le temps sera partiellement voilé de l'Extrême sud vers le Hoggar/Tassili, et partout ailleurs ciel dégagé. Les vents seront de secteur Est à Sud-Est (30/40 km/h), avec soulèvements de sable locaux. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (34°- 24°), Annaba (31°- 19°), Béchar (40° - 24°), Biskra (41° - 26°), Constantine (37°- 19°),Djanet (36°- 24°), Djelfa (37° - 23°), Ghardaïa (39° - 25°), Oran (31° - 17°), Sétif (33°- 19°), Tamanrasset (36°- 24°), Tlemcen (35° - 17°). À l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’Enfant africain, le secrétaire d’État auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse, M. Belkacem Mellah, présidera cet après-midi, à partir de 14h au siège de la circonscription administrative d’El-Harrach, l’ouverture de festival de l’enfant africain, et inspectera des établissements de jeunesse dans cette circonscription.

Necib à Bouira
Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, inspectera, demain, l’état d’avancement des différents lots urbains constituant le grand système d’alimentation en eau de Koudiat Acerdoune, dans la wilaya de Bouira.

AUJOURD’HUI À BOUDJOUR (Camps de réfugiés sahraouis)
La Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme, en collaboration avec les organisations sahraouies des droits humains, organise une conférence à l’occasion de la journée internationale de l’Enfant, demain à Boujdour (camps de réfugiés sahraouis).

Yousfi à Constantine
Le ministre de l’Énergie et des Mines, M. Youcef Yousfi, effectuera demain une visite de travail dans la wilaya de Constantine au cours de laquelle il s’enquerra de l’état d’avancement de plusieurs projets d’électricité, de gaz et de produits pétroliers.

DEMAIN À 9H30 À L’HÔTEL EL-DJAZAÏR

Présentation de la filière électrodomestique
Le ministre de l’Industrie, de la Petite et moyenne entreprise et de la Promotion de l’investissement, M. Cherif Rahmani, présidera, demain à l’hôtel El-Djazaïr, à partir de 9h30, la cérémonie de présentation du programme de développement de la filière électrodomestique.

AUJOURD’HUI DANS PLUSIEURS COMMUNES D’ALGER

Suspension de l’alimentation en eau potable
L’alimentation en eau potable sera suspendue dans plusieurs communes d’Alger d'aujourd’hui à18h à demain 13h, en raison de travaux de réparation de la canalisation principale au niveau de la rue Frères Bouadou, commune de Bir Mourad-Raïs. Il s’agit des communes de Bir Mourad Raïs (en partie), Hydra, Ben Aknoun (en partie), El-Biar et Birkhadem (quartier de Tixeraine).

CE MATIN À 10H À L’HÔTEL EL-AURASSI

Conférence internationale de solidarité avec le Mali
Le Réseau algérien des amis du peuple malien et le Front citoyen africain organisent, les 16 et 17 juin à Alger, la conférence internationale de solidarité de la société civile des pays du Sahel avec le Mali.

M. HARAOUBIA REÇOIT LES AMBASSADEURS DU LIBAN ET DE LIBYE

L’échange d’expériences dans la formation supérieure au menu
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Rachid Haraoubia, a évoqué hier à Alger avec l’ambassadeur du Liban, Ghassan Ahmed El Moualem, les moyens susceptibles de relancer la coopération entre les deux pays, notamment par l’échange d’expériences en matière de formation supérieure. M. Rachid Haraoubia, a également reçu l’ambassadeur de l’Etat de Libye, M. Mohamed Mokhtar Ahmed Mazen,avec lequel il a évoqué les moyens susceptibles de renforcer la coopération entre les universités algériennes et libyennes, notamment par l’échange d’expériences et l’envoi de délégations, La partie libyenne a manifesté, également, un intérêt particulier pour le niveau d’encadrement et de formation acquis par les universités algériennes.

Appel au don de sang

Famille, et le arité nationale et de la Le ministère de la Solid la population FNUAP organisent, pour Fonds des Nations unies tional de la santé publique, un forum na t itu nst l’I à , demain à 9h s femmes réunisits socioéconomiques de , la société civile dro les sur ue log dia de institutions nationales sant les représentants des et les médias.

ues Les droits socioéconomiq des femmes

DEMAIN À 9H L’INSP

MARDI 18 JUIN À 9H AU FCE

« Évaluation du dispositif régissant le foncier industriel »
Le Forum des chefs d'entreprise organise un atelier de réflexion sur le thème : «Évaluation du dispositif régissant le foncier industriel». La rencontre aura lieu mardi 18 juin 2013 à 9h, au siège du FCE à Chéraga. À l’occasion de la célébration de la journée mondiale du Don de sang, le 14 juin, la Fédération algérienne des donneurs de sang, en collaboration avec le ministère des Affaires religieuses et du Wakf, et l’Agence nationale du sang, lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 ans à 65 ans et en bonne santé afin de répondre en masse à l’appel du cœur et aller offrir un peu de sang.

CE MATIN À GUELMA ET À ANNABA

Expositions itinérantes de Sonatrach
Sonatrach organise, à l’occasion de son 50e anniversaire, des expositions itinérantes sur les métiers du pétrole à travers le territoire national qui se sont déjà tenues dans plusieurs wilayas. Demain, l’exposition sera à Guelma et à Annaba. À Guelma, l’exposition aura lieu du 16 au 20 juin à la maison de la Jeunesse Salah-Boubnider. À Annaba, l’exposition se tiendra du 16 au 20 juin au Centre de loisirs scientifiques. L’inauguration de ces deux expositions se fera simultanément ce matin à 10h.

LE 18 JUIN À L’UNIVERSITÉ DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE D’ORAN

Salon de la technologie
L’Université des sciences et de la technologie d’Oran Mohamed-Boudiaf organise, le 18 juin, le Salon de la technologie autour de la production technologique et des compétences de l’USTO-MB en termes de production des laboratoires de recherche. Cinq grand prix seront décernés lors de cette journée.

Dimanche 16 Juin 2013

EL MOUDJAHID

Nation
POUR CRÉER DES EMPLOIS ET ACCÉLÉRER LA CROISSANCE

3

Sellal insiste sur le recouvrement de la base industrielle
Le Premier ministre a déclaré que la révision de la règle 51/49 «n’est pas d’actualité», même s’il n’écarte pas une telle possibilité à l’avenir en disant que cette démarche fait partie «d’un dossier plus général».

L

e Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a mis l’accent, hier à Alger, sur la nécessité de recouvrement de “la base industrielle de l’Algérie”, pour parvenir à créer davantage d’emplois et à accélérer le rythme de la croissance économique. “On va essayer de recouvrer la base industrielle qu’on avait auparavant”, a déclaré le Premier ministre, lors d’une réunion du bureau du Conseil national économique et social (CNES) consacrée à la préparation du Forum économique et social du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie prévu à partir de mardi prochain. “Nous avons inscrit notre action dans le sens de la reprise de cette structure industrielle pour sortir du dialogue de sourds sur le rôle des hydrocarbures” dans le développement socio-économique du pays, a indiqué M. Sellal, relevant qu’“il y a des usines fermées depuis des années” dans divers secteurs d’activité, comme celui du cuir. Pour autant, il a relevé que les hydrocarbures restent un des leviers de l’économie nationale, en annonçant une nouvelle découverte de gaz de schiste. “Il y a longtemps que j’entends parler d’économie hors hydrocarbures”, mais “j’ai inscrit l’action du gouvernement sur une base pragmatique (...) pour régler le problème de l’emploi”, a souligné M. Sellal qui considère qu’“il y a des moments où nous devons réfléchir ensemble pour faire mieux dans le domaine économique et social”. “Le pays a besoin de revenir à ses fondamentaux”, dit-il, tout en rappelant que le travail du gouvernement s’inscrit dans la perspective “d’aboutir à la croissance” qu’il qualifie de problème qu’“on n’arrive pas à régler malgré des frémissements”. À propos de la règle 49/51%, relative à l’investissement étranger en Algérie, le Premier ministre a déclaré que sa révision “n’est pas d’actualité”, même s’il n’écarte pas une telle possibilité à l’avenir en disant que cette démarche fait partie “d’un dossier plus général”. Tout en appelant à la récupération de la base industrielle de l’Algérie, le Premier ministre a insisté dans son allocution sur la nécessité “de redonner à la valeur du travail, toute son essence”. Il a alors demandé au CNES “de réfléchir à la meilleure démarche possible pour accompagner ceux qui sont chargés de mettre en œuvre cette politique de développement de l’économie de la croissance”. “La croissance est faible”, et

“c’est inadmissible qu’elle tourne autour de 4,5%, alors qu’on peut aller plus loin”, a regretté le Premier ministre. Il cite les nouvelles technologies de l’information et de la communication comme l’un des axes sur lesquels cette croissance peut être bâtie. Réhabiliter la valeur du travail Il a également indiqué que le ministère de l’Industrie est en train d’élaborer un dossier sur la stratégie globale pour relancer l’investissement sans remettre +en cause certains principes et certaines règles juridiques comme celle du 49/51. Ce n’est pas en changeant cette règle “qu’on aura forcément la croissance, même si cela est possible”, a-t-il dit, ajoutant qu’“il y a une reprise des investissements” en termes de partenariat. Dans ce contexte, le Premier ministre appelle à une amélioration du climat des affaires et à la poursuite de la lutte contre la bureaucratie, en plaidant pour “des initiatives volontaristes” dans ces domaines. Pour lui, “il y a nécessité pour que ces différentes politiques parviennent rapidement à des résultats”, et ce au moment où “le pays est regardé par tout le monde” dans un contexte de maladie du Président. La presse focalise sur l’état de santé du Prési-

dent algérien alors que “d’autres chefs d’État se soignent à Paris depuis plus de deux mois”, a-t-il relevé. M. Sellal décèle les raisons de cet intérêt accru pour l’Algérie par le fait que le pays n’a pas sombré dans ce qu’on appelle “le printemps arabe”. Malgré les conflits et les menaces terroristes qui se manifestent au niveau des frontières du pays, l’Algérie a évolué “mieux qu’auparavant”, grâce à “la stabilité socio-économique sans laquelle il est difficile de parler de développement”. Parmi les moyens de parvenir à cet objectif, le Premier ministre cite la libération de l’acte d’investir “qui ne doit pas être un acte bureaucratique”, comme il fait aussi référence à la nécessité “de faire confiance aux cadres” et de réhabiliter “la va-

LE CNES PRÉPARE LE FORUM ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU CINQUANTENAIRE

Une vision pour l’Algérie de demain
Le bureau du Conseil national économique et social (CNES) s’est réuni hier, en session extraordinaire, sous la présidence de M. Mohamed Seghir Babès, pour examiner de près les préparatifs d’organisation du Forum économique et social du cinquantenaire, prévu du 18 au 20 juin, au Palais des nations du Club des Pins, Alger, annonce un communiqué de cette institution nationale. Placé sous le haut patronage du Président de la République, cet important forum permettra d’abord de dresser un bilan objectif et serein des innombrables réalisations de l’Algérie post-indépendance, sans manquer de «débusquer les multiples distorsions et dysfonctionnements qui risquent de subvertir cet effort titanesque de la nation». Dans ce contexte, ce Forum du cinquantenaire devra mettre l’accent sur la nécessité de passer d’un pacte distributif, basé sur la rente, à un pacte de croissance et d’emploi, privilégiant la réduction de la dépendance du pays vis-à-vis des hydrocarbures, et ce conformément à l’injonction qui a été faite au CNES par le Président de la République, lors du Conseil des ministres du 2 mai 2011. Pour ce faire, une feuille de route consensuelle est requise par le bureau du CNES. M. A.

RETOUR SUR LA VISITE DE M. SELLAL DANS LA WILAYA D’EL-BAYADH

Un développement tous azimuts

I

l est une réalité indéniable que l’action de l’État porte ses fruits, à travers un ambitieux programme de reconstruction nationale. Cette œuvre, faut-il encore le rappeler, doit combler le déficit en termes d’amélioration des conditions de vie des citoyens et entraîner le pays dans un processus de développement incontestable. N’en déplaise, encore une fois, à certaines voix qui préfèrent semer le doute sur la capacité de l’Algérie à opérer son décollage économique, en misant à tort sur une baisse sensible des prix des hydrocarbures ou sur une réduction de nos réserves en hydrocarbures supposées éligibles, selon de curieuses déductions, à un inéluctable tarissement dans les 25 prochaines années. Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a remis les pendules à l’heure en déclarant, depuis la wilaya d’El-Bayadh, que l’Algérie se porte bien, contrairement à tout ce qui se dit et se diffuse, parfois de façon tendancieuse. Notre pays est loin de s’engouffrer dans l’impasse ; bien au contraire, il recèle des potentialités qui lui permettent d’aller aussi loin que possible dans son vaste processus de développement. «Nous avons les capacités de créer une économie diversifiée. Nous avons découvert un champ de gaz de schiste à In Salah», a-t-il rassuré. C’était une occasion propice pour infliger un cin-

glant démenti à une «prospective» pseudo-économique. Pour celui qui a eu l’opportunité de suivre M. Sellal dans chacun de ses déplacements à l’intérieur du pays profond, le ton est à un optimisme de raison, à l’expression d’une volonté inexorable de poursuivre l’effort de construction. Ce ne sont pas là de vains propos, mais une réalité que l’on peut appréhender à travers tout un faisceau de projets à mener à bon port ou à lancer dans le cadre d’une politique de développement durable. La population d’El-Bayadh, pour ne s’en tenir qu’à sa seule appréciation, peut en attester aisément. Au cours de ses visites à l’intérieur du pays, M. Abdelmalek Sellal n’a eu de cesse d’exhorter les autorités locales à déployer un maximum d’efforts pour jeter les bases d’une économie créatrice de richesse, capable d’employer nos jeunes diplômés de l’université, d’insérer dans le monde du travail, le potentiel scientifique issu des grandes écoles, les jeunes de la formation professionnelle, et tous ceux qui sont porteurs de projets d’investissement, ou sont imprégnés d’un sens de l’initiative avéré. Il agit de favoriser une économie adossée à une restructuration effective de notre base industrielle, celle-là même qui, à une époque pas très éloigné, faisait la fierté de l’Algérie, une économie fondée également sur un

partenariat mutuellement bénéfique. C’est là par ailleurs la grande tendance des trois derniers plans économiques, dont le troisième (2010-2014) a été doté pratiquement d’une manne financière de 286 milliards de dollars. Logement, emploi, agriculture, transport, santé, enseignement, investissement et octroi de microcrédits sont une parfaite illustration de l’implication des pouvoirs publics. Sur tous ces créneaux, les wilayas des zones steppiques, des Hauts Plateaux et celles des 10 wilayas du Sud sont, de l’avis général, loin d’être laissées en rade. Des avantages spéciaux leur sont consentis compte tenu de leurs particularités. Il est permis de dire que le développement social et économique de ces immenses régions est une priorité constante. L’État fait beaucoup d’efforts en direction des populations qui y vivent et qui demeurent fermement attachées à leur terre. Il s’emploie à favoriser, autant que faire se peut, l’émergence d’un vaste tissu économique afin de créer les conditions indispensables d’une vie équilibrée. Il convient de rappeler, notamment en direction de ceux qui se confinent dans le déni des réalités, que les pouvoirs publics se sont fait un devoir de répondre aux multiples besoins de ces contrées pour en faire des pôles de croissance. M. Bouraib

CONFÉRENCE SUR LES COMMUNAUTÉS D’ÉMIGRÉS

M. Sahli demain à Paris

L

e secrétaire d’État, chargé de la Communauté nationale à l’étranger, Belkacem Sahli, participera, demain à Paris, à une conférence sur “les communautés nationales établies à l’étranger”, à l’invitation de son homologue française, Hélène Conway-Mouret, a indiqué hier le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Cette conférence portera sur “l’examen de l’évolution qu’a connue, ces dernières décennies, le phénomène migratoire, à travers le monde, et les enjeux et les défis qu’il représente, aujourd’hui, dans les relations internationales”, a précisé la même source. La rencontre s’intéressera, en outre, à l’échange d’informations sur “les bonnes pratiques en matière de mobilisation des communautés de migrants

à l’effort de développement économique et social menés par les pays d’origine”. Les travaux de la Conférence de Paris s’articuleront autour de “la représentation politique des communautés expatriées dans leur État d’origine et leur participation à la vie politique nationale de cellesci”, et du “rôle des communautés établies à l’étranger dans l’économie de leur pays”. Par ailleurs, le secrétaire d’État se rendra à Toulouse pour y inaugurer le nouveau siège du consulat d’Algérie, “traduisant ainsi dans les faits, l’engagement des pouvoirs publics à améliorer les conditions d’accueil dans les postes consulaires algériens à l’étranger, en mettant à leur disposition des locaux adaptés en termes de fonctionnalité et de confort”, a-t-on ajouté de même source.

M. Sahli aura également une rencontre avec les membres de la communauté algérienne établis dans la circonscription consulaire de Toulouse pour écouter leurs préoccupations. Le secrétaire d’État saisira cette occasion pour informer les membres de la communauté algérienne en France du contenu du plan d’action gouvernemental mis en place en leur faveur et qui consiste, notamment, à alléger les procédures administratives pour assurer le rapatriement des dépouilles vers l’Algérie. Le plan comprend aussi l’organisation de formations sur les langues arabe et amazigh, ainsi que la facilitation des déplacements (vers et à partir de l’Algérie) des émigrés durant les périodes estivales. APS

Dimanche 16 Juin 2013

4

Nation
PARTIS POLITIQUES
CONFÉRENCE NATIONALE DU PARTI TAJ

EL MOUDJAHID

Ghoul appelle les compétences nationales à s’engager dans l’action politique
Le président du parti Tajamoue Amel El-Djazaïr, Amar Ghoul, a lancé hier un appel à toutes les forces et compétences nationales à s’engager dans l’action politique afin de contribuer à la construction de l’avenir du pays.
l est temps, pour toutes les compétences nationales à tous les niveaux, de s’engager dans l’action politique de manière à participer au développement économique et social», a-t-il affirmé, à l’occasion de la conférence de wilaya des cadres du parti d’Alger. Il justifie son appel par le fait que ces forces ne s’intéressent pas à la sphère politique. C’est pourquoi, dit-il, «nous devons conjuguer les efforts de toutes les forces vives du pays afin d’être à la hauteur des défis graves qui affectent une grande partie de notre sécurité, notre stabilité et notre développement». Dans cette optique, le parti TAJ «veut en finir avec la culture qui exclut les cadre et les compétences de la vie politique et veut les faire participer au processus de construction de l'Algérie et de ces institutions». «Le but de notre parti et d’inciter ces forces à jouer un rôle à tous les niveaux de la vie poliPh : Lousa

L’intérêt de la nation d’abord

«I

tique». Il souligne, à cet égard, le rôle que doivent jouer les jeunes dans ce domaine, à travers une forte adhésion à la vie politique, ainsi qu’à travers les institutions économiques et sociales. M. Ghoul a également appelé à faire de la femme, une partie prenante de l'équation politique, compte tenu du niveau et de la place qu’elle a atteint et qui lui permettent de jouer des rôles importants dans le développement du pays. S'exprimant au sujet de la restructuration des institutions du parti, le président de TAJ a affirmé que cela nécessite la conjonction de toutes les opinions positives et de toutes les idées constructives, à la lumière des défis internes, régionaux et internationaux auxquels l’Algérie doit faire face. Il évoque, à ce sujet, la crise économique et le plan de division qui vise le monde arabe. Ghoul dit à ce propos que «nous n’accepterons jamais de remettre en cause la

sécurité et la stabilité du pays qui constituent une ligne rouge à ne pas franchir». Par ailleurs, Ghoul considère que la différence qui distingue les partis politiques en Algérie est naturelle, et ne doit pas conduire à un conflit qui ne sert pas l’intérêt suprême du pays. Le chef du parti Taj a rappelé que les différents courants politiques doivent gérer leurs différences de manière civilisée qui ne compromette pas la sécurité et la stabilité de la patrie. Il a saisi l'occasion pour renouveler l’engagement de son parti à tendre la main à tous les courants en tant que partenaires dans la construction de l'Algérie et exprimera la satisfaction de son parti au sujet du rétablissement

progressif du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, espérant qu’il rentrera bientôt au pays. Il a également salué le rôle joué par l'Armée nationale populaire pour maintenir la sécurité et la stabilité du pays et sécuriser ses frontières. Il est à noter que cette conférence consacrée à la restructuration et à la construction du parti au niveau de la wilaya d’Alger est la dernière étape de ce processus au niveau national, avant d'être élargie à la communauté nationale à l’étranger. À ce titre, Amar Ghoul souligne que cette restructuration doit rassembler toutes les énergies et les compétences à tous les niveaux. Salima Ettouahria

TENUE D’UNE SESSION POUR L’ÉLECTION DU NOUVEAU SG DU FLN

M. Belayat estime le contexte et le temps non propices
Le coordinateur national du parti du Front de libération nationale (FLN), M. Abderrahmane Belayat, a estimé, hier à Tipasa, que "ni le contexte, ni le temps ne sont en faveur de la tenue d’une session pour l’élection d’un nouveau secrétaire général", ajoutant que le parti s’attelle actuellement à la "moralisation" de l’action politique. Selon le coordinateur national du FLN, qui a connu "quelques tiraillements" avant son commencement, est inscrit au titre d’une communication institutionnelle transparente sur la situation interne du parti, de même que sur le contexte interne et externe que traverse le pays, avec les militants du FLN, a ajouté M Belayat. Réitérant la possibilité de la "tenue d’une session extraordinaire, à tout moment, pour l’élection d’un nouveau SG", M. Belayat a, néanmoins, estimé que la responsabilité incombant au FLN "nous a poussé à privilégier le rapprochement des points de vue des membres du comité central, l’aplanissement des différends et le dépassement des sensibilités", at-il dit, soutenant que le parti vit actuellement une "période de cohésion". Il a aussi dénoncé l’attitude de certains "partis microscopiques" qui ont l’audace de s’en prendre au "parti de la Majorité", affirmant que le FLN est un "vieux parti doté d’institutions indépendantes". Pour sa part, M. Abdelhamid Si Afif a plaidé pour le renouvellement des directions et des structures du parti de manière démocratique et civilisationnelle, par notamment la "moralisation de l’action politique au sein du parti et la mise à l'écart des opportunistes et des détenteurs de la rente", expliquant par là le retard mis dans la tenue d’une session élective d’un nouveau secrétaire général.

L’«intérêt de la nation» est placé au-dessus de toute autre considération pour les partis politiques toutes tendances confondues. Après le Front des forces socialistes qui aspire, au lendemain de son 5e congrès, à aller vers «un consensus national», le Front de l’Algérie nouvelle lui emboîte le pas. Cette formation «tiendra son conseil national le 29 juin prochain», a déclaré, hier, son président Djamel Benabdeslam. Passée la parenthèse des élections, législatives et locales, pendant lesquelles le FAN a réussi un résultat relativement positif, M. Benabdeslam sollicite d’autres formations pour «travailler ensemble et réfléchir à des projets communs». L’objectif : dresser un bilan détaillé de la situation du pays. Ce travail collectif qui œuvre à «un pôle nationaliste» permettra, selon le leader du FAN, de faire «converger les idées des partis». L’appartenance politique, ajoute-t-il, ne devrait pas «entraver le processus d’entente sur lequel nous voulons aboutir». Toutefois, il reconnaît, à demi-mot, la complexité de la tâche. Comme ler FFS, le FAN réclame un «consensus large». À propos de la révision de la Constitution imminente, M. Benabdeslam appelle à la mise en place d'une commission composée de représentants de partis politiques, de personnalités nationales et d'experts en droit constitutionnel pour la rédaction de la future Constitution. Sur le plan régional, le président du FAN a passé en revue la situation en Syrie et l’éventuelle intervention étrangère. M. Benadeslam souhaite que ce soit au peuple syrien de décider de son sort. Il a fait part, à ce sujet, du soutien de son parti à la volonté de ce peuple et ses aspirations à des «reformes politiques profondes et des élections libres et régulières». Pour sa part, Abderrezak Mokri a appelé, vendredi, la classe politique à s'unir, estimant que «la division au sein de la classe politique a contribué à la propagation du phénomène de corruption». Son prédécesseur, Bouguerra Soltani, avait déjà fait preuve de cette volonté à nouer des coalitions. Par ailleurs, M. Mokri, lors d’un colloque international organisé vendredi à l'occasion du 10e anniversaire de la mort du fondateur du MSP, cheikh Mahfoudh Nahnah, a précisé que son mouvement a «eu des rencontres de concertation avec le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et le Front des forces socialistes (FFS), en vue d'une coordination, en attendant d'autres rencontres». Fouad Irnatene

MEETING DU SG DU PARTI ENOUR AL DJEZAÏRI

LORS D’UN MEETING ANIMÉ À ANNABA

Belbaz appelle à préparer les citoyens à la « véritable démocratie »
Le secrétaire général du parti Enour Al Djezaïri (PEA), M. Badreddine Belbaz, a plaidé, hier à Ouargla, à "conscientiser" les citoyens et à les préparer à une "véritable démocratie". Au cours d’un meeting tenu à la maison de la Culture Moufdi-Zakaria d’Ouargla, M. Belbaz a invité les cadres de son parti à travailler de sorte à "éveiller la conscience des citoyens et à les préparer à pratiquer une véritable démocratie" axée, a-t-il dit, sur des "élections libres et transparentes, l’alternance au pouvoir, la séparation entre les pouvoirs, la liberté d’expression et le respect des droits de l’homme". Le SG du PEA a souligné par ailleurs que son parti suggère "la contribution des élites de la société algérienne à l’enrichissement de la Constitution" qui, a-t-il dit, "ne doit pas être l’apanage d’une commission". "L’adoption de la Constitution devra passer par un référendum populaire", a soutenu le SG du PEA, avant de souligner que sa formation politique appelle à la "lutte contre la corruption, sous toutes ses formes", et œuvre à la "consécration de la culture du compte rendu et du contrôle, notamment".

El-Karama salue « la constance de l’action institutionnelle »
La "constance de l’action institutionnelle" a été saluée, hier à Annaba, par le président du parti El-Karama, M. Ahmed Benhamou. Cette stabilité représente un "signe positif à mettre à l’actif de l’État algérien et de ses institutions", a ajouté M. Benhamou au cours d’un meeting populaire qui a réuni des militants et des sympathisants de son parti à salle Pax. Évoquant la prochaine élection présidentielle, le responsable d’El-Karama a souligné que son parti est favorable à un passage "serein et démocratique" du pouvoir, "de la légitimité historique à la génération de l’indépendance". Préconisant "la moralisation de la vie publique et

LE FRONT DU MILITANTISME NATIONAL À AÏN DEFLA 

Associer la classe politique à la révision de la Constitution
Le secrétaire général du Front du militantisme national, M. Abdellah Haddad, a présidé, hier matin au niveau de la salle de cinéma Doui du chef-lieu de la wilaya d’Aïn Defla, une rencontre régionale des cadres et militants de son parti ponctuée par l’installation officielle des 15 membres du bureau de wilaya. Dans son intervention préalable, M. Haddad est longuement revenu sur les questions politiques de l’heure et sur ce qu’il considère comme «le flou et le gel qui entourent plusieurs dossiers sensibles». Tout en souhaitant un prompt rétablissement au Président de la République et un rapide retour au pays, M. Haddad, arguant du fait que c’est un Président élu légitimement, estime qu’«il est du droit du citoyen d’être informé sur son état de santé». Le secrétaire général du FML considère que «l’absence de consultation de la classe politique et de la société civile à propos de la révision de la Constitution est un déni du droit et de la souveraineté du peuple, et que cette révision ne peut que servir certains intérêts si elle passe par le Parlement sans une consultation populaire référendaire». M. Haddad a abordé également le dossier de la corruption, demandant à ce que l’office de lutte mis en place soit doté de tous les moyens légaux pour qu’il puisse mener à bien sa mission tout comme une protection des citoyens qui dénoncent les cas de malversations et de corruption. A. M. A. 

la réhabilitation des valeurs qui garantissent la dignité du citoyen", M. Benhamou a également insisté sur la nécessité de lutter contre les "opportunistes et la corruption" en "associant le citoyen au suivi et à l’évaluation des activités des responsables locaux".

Dimanche 16 Juin 2013

EL MOUDJAHID

Nation
« PORTS DE PÊCHE BLEUS 2013»

5
SORTIE DE 3 PROMOTIONS À L’ÉCOLE DE SOUS-OFFICIERS DE LA GENDARMERIE NATIONALE DE AIN ROUMANE

Ferroukhi lance l’opération nationale à El Kala
L
e ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid-Ahmed Ferroukhi, a donné, hier à El Kala (El Tarf), le coup d’envoi de l’opération "ports de pêche bleus", destinée à débarrasser les infrastructures et les bassins portuaires du pays des déchets qui les encombrent. Le lancement de cette opération a eu lieu dans l'ancien port de pêche de la ville d’El Kala en présence de MM. Mohamed-Amine Hadj Saïd et Belkacem Mellah, secrétaires d’Etat chargés, respectivement, du Tourisme et de la Jeunesse. L'objectif de cette opération est à la fois économique et environnemental", a indiqué le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques ajoutant que cette opération "doit permettre de débarrasser nos ports de tous les déchets qu’ils soient flottants, jonchant les fonds marins dans les bassins portuaires, encombrant les quais ou enlaidissant le littoral près des ports de pêche". "L'ambition de cette opération d’envergure est de stopper les effets des macro-déchets sur l’écosystème marin et sur les activités de pêche", a souligné M. Ferroukhi. Au cours de sa visite de travail dans la wilaya d’El Tarf, le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, accompagné des deux secrétaires d’Etat et des autorités locales, s’est rendu sur le chantier du nouveau port de pêche d’El Kala où les travaux, qui devaient être achevés en 2012, accusent

M. Boustila met l’accent sur le niveau de formation
Force, volonté et dévouement : ce sont là autant de symboles forts qui ont émergé hier de la cérémonie de sortie de 3 promotions de différents niveaux, qui s’est déroulée à l’école de formation de sousofficiers de la gendarmerie nationale de Ain Roumane dans la commune de Ouled Saber. Cette imposante cérémonie présidée par le général major Ahmed Boustila, commandant de la gendarmerie nationale, en présence, du général major Hambli Nordine, adjoint du chef de la 5e région militaire, du colonel Besaha Nordine chef d’état-major du 5e commandement régional de gendarmerie nationale de Constantine ainsi que du wali de Sétif, M. Abdelkader Zoukh, cadres de la gendarmerie nationale et des autorités civiles et militaires de la wilaya, aura été en effet un moment opportun pour mesure les avancées enregistrées par ce corps de sécurité ces dernières années, notamment autant dans le domaine de l’équipement que d’une formation qualitative adaptée aux exigences technologiques d’un monde en constante mutation. Une cérémonie de sortie de 3 promotions de 2006 gendarmes, agents de la police judiciaire, 151 gradés se hissant désormais au certificat militaire professionnel n°2 (CMP2) et 71 autres gradés (CMP1), le commandant de la gendarmerie nationale qui a également mis en exergue le caractère rigoureux d’une jeunesse profondément ancrée dans ses racines, son authenticité mais abondant aussi et surtout sans relâche dans le sens des nobles missions qui lui sont conférées, de la préservation

un retard important. M. Ferroukhi a ordonné l’accélération des travaux afin de livrer cette infrastructure avant la fin de l’année 2013. M. Sid-Ahmed Ferroukhi s’est également rendu à l’Ecole de formation technique de pêche et d'aquaculture d'El Kala où les professionnels de la mer ont exprimé des doléances liées, principalement, à l’acquisition d’embarcations de pêche, conduisant le ministre à rappeler les mesures prises par les pouvoirs publics pour relancer ce secteur stratégique et le mettre sur la voie de la perfor-

mance. A l’auberge de jeunes du lac Tonga, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse, M. Belkacem Mellah, a rappelé la mise en œuvre, sur instructions du Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, d’une grande opération d’animation ciblant la jeunesse. M. Mellah a souligné, à cette occasion, que la saison estivale est tout indiquée pour étrenner cette opération qui touchera, principalement durant l’été, les plages des 14 wilayas littorales du pays. APS

BEJAIA

Le coup d’envoi donné au môle Sidi Abdelkader

L’

opération nationale « Ports de pêche bleus 2013 » lancée a travers les ports de pêche du pays a connu, hier, une forte participation du mouvement associatif, des garde-côtes, des clubs de plongée sous-marine, des entreprises et professionnels de la pêche au port de pêche « Môle Sidi Abdelkader » de Bejaia. C’est en présence du chef de cabinet du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques et des autorités de la wilaya que le coup d’envoi a été donné pour le nettoiement de terre-pleins et ses environs, l’enlèvement des déchets flottants et des déchets aux fonds des bassins du port. Ainsi, des vieux filets, casiers de poissons endommagées, et tous les objets encombrants ont été enlevés par les participants pour être mis dans des bennes à ordures. Les équipes de plongée sous-marine et les garde-côtes sont quant à eux intervenus sur mer pour enlever tous les macro-déchets solides tels que les pneus, plastiques, éléments métalliques, batteries usées et vieux filets. Cette louable initiative, visant à restaurer la salubrité au niveau

des espaces portuaires du fait de comportements pour le moins irréfléchis car il est insensé de considérer la mer comme une poubelle, aura mobilisé tous les moyens matériels et humains pour la préservation de l’environnement. Une opération appelée à se poursuivre dans le futur. A cette occasion plusieurs stands ont été organisés avec le club de plongée Atlantide Subaquatique de Bejaia, la direction de l’environnement, le parc de Gouraya, la commune de Bejaia, les scouts, les associations écologiques des communes de la wilaya et l’association culturelle et écotouristique les Aiguades. Par ailleurs des conférences sur la qualité de l’environnement et fonction de reproduction chez les poissons, et la qualité de l’environnement et pathologie de poissons ont été organisées dans le grand hall de l’exposition. A la fin de l’opération des attestations ont été remises aux participants. M. Laouer

des biens et des personnes jusqu’à cette grande force du présent et du futur qui accomplissait sa parade, l’écho de l’Algérie qui avance débordant de ses entrailles. La remise de diplômes et de grades aux lauréats des différentes promotions, laissera ensuite place à la passation du drapeau de la promotion baptisée du nom du chahid Saïd Demouche qui a rejoint les rangs de l’OCFLN en 1956 avant de tomber au champ d’honneur le 27 novembre 1960. Au cours d’une rencontre avec les cadres de l’école et responsables du 5e commandement régional de la gendarmerie nationale et autres cadres de cette institution, le général major, Ahmed Boustila, commandant de la gendarmerie nationale, ne manquera pas de mettre l’accent sur la nécessité de rehausser sans cesse le niveau de la formation et abonder dans le sens d’une meilleure qualité de service à l’endroit de la population. Il insistera sur la mise à jour et l’actualisation périodique des programmes de formation et leur adaptation aux exigences et mutations mondiales. F. Z.

TUMEUR AU CERVEAU CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

Déficit dans la prise en charge

L

COMMÉMORATION DE LA JOURNÉE MONDIALE DE L’ENFANT AFRICAIN

Focus sur l’action sociale

L’

objectif général de la célébration de la JEA, cette année, est d’attirer l’attention sur les pratiques sociales et culturelles néfastes exercées sur les enfants et souligner les rôles et les responsabilités des diverses parties prenantes. Il s’agit également d’accentuer les rôles et les responsabilités des Etats parties à la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant. A cet effet, le Comité africain a identifié et adopté le thème "Eliminer les pratiques sociales et culturelles néfastes affectant les enfants : notre responsabilité collective". Le Conseil exécutif de l’UA a approuvé ce thème lors de sa 21e session organisée en juillet 2012, à Addis-Abeba, selon la note d’orientation pour la Commémoration de la Journée de l’Enfant Africain du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant (CAEDBE). L’objectif de cette note est d’expliquer la raison qui a amené le Comité à choisir ce thème, son

contenu, la nature des obligations des États et du rôle d’autres parties prenantes vis-à-vis de ce thème. Bien qu’elle ne soit pas normative, cette note d’orientation donne une idée sur les principales activités et certaines obligations des Etats parties à prendre en compte sous ce thème. Une directive pour l’élaboration de rapports par les États sur la célébration de la JEA est jointe à cette note d’orientation pour leur permettre de présenter un rapport au CAEDBE sur les activités menées en vue de la célébration de la JEA. Cette commémoration est, d’une part, une occasion pour rappeler les insurrections de 1976 à Soweto, en Afrique du Sud, quand une protestation des écoliers contre une scolarité inspirée par l’apartheid, a eu pour résultat la répression brutale et meurtrière de ces jeunes manifestants par des policiers. D’une part, la JEA est une opportunité pour réfléchir sur les réalités vécues de nos jours, par les enfants en Afrique, d’autre part, elle permet

à ceux qui s’occupent du bien-être des enfants de se concentrer sur le travail de tous les acteurs dévoués aux droits de l’enfant sur le continent, de consolider leurs efforts et de lever les obstacles à la réalisation des droits de l’enfant. La JEA est encore une occasion pour les gouvernements, institutions internationales et communautés de renouveler leurs engagements continus pour l’amélioration de la condition des enfants en général et des enfants marginalisés et vulnérables en particulier et la sensibilisation. De son côté, « L’Unicef se joint à l’Union africaine pour marquer les efforts déployés par les communautés africaines pour promouvoir le changement social et mettre fin aux pratiques qui mettent en danger la vie et la santé de centaines de milliers d’enfants chaque année », selon un communiqué rendu public par l’Unicef à la veille de la Journée de l’enfant africain célébrée le 16 juin de chaque année. Sihem Oubraham

e président de la société algérienne d'oncologie, le Pr. Kamel Bouzid, a annoncé hier à Alger, un déficit dans la prise en charge des personnes âgées atteintes de tumeur au cerveau par rapport aux jeunes. Les enfants atteints de tumeur au cerveau bénéficient d'une meilleure prise en charge en comparaison avec les personnes âgées, car ce type de cancer nécessite une chirurgie suivie d'une chimiothérapie sans recours à la radiothérapie, a indiqué le Pr. Bouzid en marge de la rencontre sur la prise en charge du cancer du cerveau à Alger en présence de spécialistes français. Il a précisé à ce propos, que la prise en charge des personnes âgées atteintes de ce cancer passe par la chirurgie puis par la radiothérapie, déplorant le "manque de centres" pour assurer ce traitement et l'espacement des rendez-vous qui laisse peu de chances de guérison. En Algérie, la tumeur au cerveau vient en deuxième position chez l'enfant après le cancer du sang et septième chez les personnes âgées, a-t-il dit avant de faire remarquer que ce type de cancer est "facilement" détectable. D'autre part, le chef du service neurologie de l'établissement

hospitalier Salim Zemirli, le Pr. Benaissa Abdennabi, estime que la tumeur bénigne est "bien" prise en charge à travers la chirurgie et la chimiothérapie avec de grandes chances de guérison. Les tumeurs malignes nécessitent elles, une chirurgie et une radiothérapie durant les trois premières semaines qui suivent l'intervention chirurgicale, a-t-il souligné relevant que la prise en charge tardive par radiothérapie provoque une détérioration de l'état de santé du malade et donc l'échec des différentes étapes de la radiothérapie. La tumeur au cerveau chez la personne âgée compte parmi les types de cancer qui ne bénéficient pas d'une bonne prise en charge par les spécialistes en Algérie, a encore ajouté le Pr. Benaissa. L'hôpital Salim Zemirli assure à lui seul, une prise en charge de 300 cas de cancer du cerveau annuellement tous âges confondus, alors que le Centre de lutte contre le cancer Pierre et Marie Curie s'occupe de 50 cas de tumeurs au cerveau chez l'enfant. Entre 1.500 et 1.700 nouveaux cas sont recensés annuellement. Les spécialistes estiment que le nombre ne reflète pas la réalité car il dépasserait les 3.500 nouveaux cas par an.

Dimanche 16 Juin 2013

6

Nation
Les pépinières de l’ANP
première formation des cadres de la Révolution. La décision émanait de l’étatmajor de l’ALN, dans le but de prendre en charge les enfants de chouhada, restés auprès des moudjahidine. C’est ainsi que près de 200 enfants ont été regroupés, «Il fallait les éduquer, leur donner une formation.» Aussi, ils avaient reçu un enseignement général, ainsi qu’une formation paramilitaire. C’est ainsi que l’idée avait fait son chemin et l’expérience s’était avérée très

EL MOUDJAHID

LES ÉCOLES DES CADETS DE LA RÉVOLUTION ET DE LA NATION ÉVOQUÉES AU FORUM DE LA MÉMOIRE

Créées officiellement le 22 mai 1963, les Écoles des Cadets de la Révolution, devenues en 2009 Écoles des Cadets de la Nation, seront toujours considérées comme les pépinières de l’ANP (Armée nationale populaire) et le vivier pour les élites destinées aux Forces armées. Le mot d’ordre de ces établissements d’exception sont rigueur, discipline et un seul leitmotiv : l’Algérie avant tout.

L

e Forum de la Mémoire, initié en coordination avec l’Association Machaâl Echahid, a tenu à marquer le cinquantième anniversaire de création des Écoles des Cadets de la Révolution. Cette commémoration a constitué un moment de grandes retrouvailles pour d’anciens élèves qui ont fréquenté ces établissements au lendemain de l’indépendance. Moments forts pour certains qui ne sont pas vus depuis plusieurs années, et notamment ceux qui, pour une raison ou pour une autre, ont choisi la vie civile. Et il était très aisé de distinguer ceux qui sont restés dans les rangs de l’ANP et ceux qui sont aujourd’hui à la retraite. Ils étaient heureux de se souvenir ensemble de cette période de leur vie. Enfants encore, il ont été formés par des moudjahidine, qui ont constitué l’encadrement de ces écoles, et qui leur ont inculqué le nationalisme et le patriotisme. En plus des anciens élèves, invités du Forum de la Mémoire, le moudjahid et le général à la retraite, Hocine Benmaalem, qui a été le premier responsable nommé à la tête de cette institution. Pour l’ancien secrétaire particulier du colonel Amirouche, l’École des Cadets a été créée officieusement en 1961 à El-Kaf (frontière algéro-tunisienne), au sein même de l’École des Cadres, où était dispensée la

Photos : Nacéra

fructueuse. Après l’indépendance en 1963, une décision officielle a été prise pour ouvrir des écoles dans quelques wilayas dans l’objectif de mobiliser et de former des jeunes au profit de l’Armée et surtout des cadres engagés et fiers de défendre l’intérêt du pays. Il faut souligner que l’enseignement dis-

pensé, le volume horaire, le régime de vacances et des examens étaient les mêmes que ceux appliqués dans les établissements scolaires relevant du ministère de l’Éducation nationale. Fermées en 1986, ces écoles ont été rouvertes en 2009, sur décision du Président de la République Abdelaziz Bouteflika, et

les Écoles ont été baptisées École des Cadets de la Nation. Lors de la précédente session du baccalauréat, le taux de réussite dans ces établissements était de 100%. Les participants à la rencontre d’hier, élèves ou enseignant, ont été unanimes à dire que les Écoles des cadets de la Révolution ont eu le grand mérite d'avoir produit des cadres, pétris des valeurs telles que l'amour et le respect de la patrie, mais aussi une solidarité à toute épreuve entre les membres de cette grande famille. Et si l’ANP est la digne héritière de l’ALN, les ca dets de la Nation seront sans aucun doute les dignes héritiers des cadets de la Révolution. Nora Chergui

Écoles des Cadets de la Nation : le vivier d’une élite destinée au Forces armées
Créées par décret présidentiel, le 26 octobre 2008, ces nouvelles écoles sont au nombre de 10 (3 lycées à Oran, Blida, Sétif et 7 Collèges d'enseignement moyen à Msila, Batna, Béjaïa, Béchar, Laghouat, Tiaret et Tamanrasset). L'implantation de ces nouvelles institutions est répartie sur l'ensemble du territoire national. Placées sous l'autorité du chef d'état-major de l’Armée nationale populaire, elles constitueront un vivier de formation d'une élite destinée aux forces armées. Missions Dans le cadre de l'exercice de ses missions, la direction des Écoles des cadets de la Nation à pour tâches : de veiller à dispenser un enseignement moyen et secondaire au même titre que les établissements scolaires relevant du ministère de l'Éducation nationale ; de procéder au recrutement, sur concours, des cadets de la Nation ; d’assurer l'organisation pédagogique des enseignements ; de satisfaire les besoins des écoles en matière de personnels enseignants, en coordination avec le ministère de l'Éducation nationale ; de veiller à l'application des dispositions statutaires en vigueur et des directives et instituions particulières ; de tenir à jour la situation des effectifs des cadets ; de proposer toute action à entreprendre en vue de l'amélioration de la qualité de l'enseignement en menant des études sur les voies, moyens, méthodes pédagogiques et programmes ; d’arrêter le planning des activités de la direction et d'en assurer l'exécution ; de planifier, réaliser et gérer les moyens spécifiques d'enseignement et le budget alloué ; d’élaborer le règlement intérieur des écoles et veiller à son application rigoureuse ; d’adapter l'enseignement prodigué au niveau des écoles en l'intégrant au contexte national et en suivant l'évolution et la réforme ; d’élaborer les programmes de formation complémentaire axés sur le civisme, le nationalisme et les notions élémentaires de la formation militaire.

ILS ONT DIT...

M. HAMLET RAMDANE, COLONEL À LA RETRAITE

Un terreau pour les institutions de l’État
«L’École des Cadets avait, au départ, une autre appellation. C’était l’École nationale des cadets de la Révolution. En fait, l’École nationale des cadets de la Révolution a été créée le 22 mai 1963, par décret présidentiel. En 1958, bien avant sa création officielle, le haut commandement de l’ALN a pensé aux fils de chouhada qui étaient, à l’époque, livrés à eux-mêmes, notamment dans les régions de l’est du pays. On a donc rassemblé quelques-uns et, personnellement, j’en connais certains qui avaient traversé la frontière tunisienne à pied, à l’âge de 6-7 ans ! On a donc rassemblé une cinquantaine de fils de chahids et on les a placés au niveau des unités installées au niveau de la frontière algéro-tunisienne. Les moudjahidine les prenaient en charge en matière d’éducation et de formation. Ils leur avaient même appris le maniement des armes. En 1962, juste après l’indépendance, on les a regroupés à El-Tarf. Là, on a également repéré quelques fils de chachid avant de les transférer vers Séraïdi. Et en 1963, lors de la création de l’École des cadets officiellement, une école a été ouverte à Batna. Donc, ce noyau qui était composé d’une centaine d’élèves a été transféré de Séraïdi vers Batna, à la faveur de la création de l’École nationale des cadets de la Révolution de Batna. Après deux années scolaires, l’école a été transférée vers Annaba, et plus exactement à Laalaligue. Me concernant, j’ai rejoint l’École des cadets de Laalaligue en 1966. Deux années après, l’école a été transférée à Guelma. Et c’est là que j’ai terminé mon cursus primaire et moyen. J’ai terminé l’École des cadets en 1977. Après ma réussite à l’examen du bac, nos unités opérationnelles. Il faut le dire, vers les années 1984-85, nous avons atteint notre objectif puisqu’on a formé des unités mécanisées qui pouvaient répondre à n’importe quelle menace de n’importe quelle direction, que ce soit de nuit comme de jour. Plus tard, en 1991, j’ai été affecté dans les premiers groupes chargés de la lutte antiterroriste. En somme, l’École des cadets est la pépinière de l’Armée nationale populaire et même des autres institutions de l’État. Nous avons participé dans plusieurs domaines d’activité pour le développement et le progrès de notre cher pays. Et durant la décennie noire, nous étions opérationnels, et nombreux sont ceux qui sont morts sur le terrain. Mais, si c’était à refaire, je le referais. Je répondrai toujours à l’appel de la Nation.» Propos recueillis par S. G.

j’étais orienté vers l’Académie Interarmes de Cherchell. Après 3 années de formation, j’étais promu au grade de sous-lieutenant. Ensuite, j’ai été directement muté vers les unités opérationnelles qui avaient vraiment besoin de cadres bien formés et surtout nationalistes. Dans les unités, on a trouvé du matériel nouveau et on a commencé notre travail, celui de former et d’entraîner les troupes. On a fait de notre mieux pour donner une formation meilleure à

M. TAOUTI MUSTAPHA KAMEL ANCIEN ÉLÈVE :

M. BENOUFEL MOHAMED, DIT MEROUANE, ANCIEN ÉLÈVE :

« On souhaite que l’association des Cadets de la Révolution voie le jour prochainement »
«Jusqu’à présent, on n’a pas une association officielle propre à nous. Il faut dire que les Cadets de la Révolution ont déjà lancé l’idée de créer une association. Pour ce faire, une rencontre a eu lieu, il y a 4 à Zeralda, durant laquelle, le général Oued Eddey avait été élu président de l’association. Mais, depuis, j’attends toujours que cette association active.» Propos recueillis par S. G.

« Nous avons été élevés par des moudjahidine »
«Le 9 septembre 1965, on a rejoint l’École des Cadets de Koléa. On a passé des moments inoubliables durant lesquels on a connu des hommes valeureux. Nous avons été élevés par des moudjahidine. Ce sont eux qui nous ont inculqué les principes à suivre et qui nous ont appris les valeurs du 1er Novembre. Ces moudjahidine sont nos pères et nous, leurs fils, nous garderons jalousement, jusqu’au dernier souffle de notre vie, ce flambeau qui nous a été transmis.» Propos recueillis par S. G.

Dimanche 16 Juin 2013

8

ENTRE

SIF TIEN EXCLU

Nation

EL MOUDJAHID

M. YOUCEF YOUSFI, MINISTRE DE L'ENERGIE

« Notre sous-sol recèle d’importantes
L’industrie énergétique, l’importance du gaz en Algérie, la promotion du domaine minier des hydrocarbures, le développement d’une industrie de transformation et de valorisation des ressources extraites, le raffinage, la pétrochimique, le partenariat et les conséquences de l’attaque terroriste contre le site de Tiguentourine sont autant de sujets que le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a abordés dans cet entretien exclusif accordé à El Moudjahid.
Le secteur des hydrocarbures a connu un développement important ces dernières années. Quelles sont les perspectives attendues pour les prochaines années ? La politique du secteur vise essentiellement deux objectifs : satisfaire à long terme la demande nationale en produits énergétiques et contribuer au financement de l'économie nationale à travers les exportations des hydrocarbures et des produits dérivés et ce, à travers une consolidation de la position de l'Algérie sur le marché international de l'énergie. Pour les prochaines années, le secteur s'attelle à adapter le cadre juridique par la promulgation des textes d'application de la loi nouvelle sur les hydrocarbures. Il est également question d’intensifier l'effort d'exploration dans tous les bassins (nouveaux horizons, zones sous explorées, ressources non conventionnelles en hydrocarbures, etc.) en recourant aux techniques et technologies les plus récentes et en s'assurant de l'augmentation du taux de récupération des gisements en exploitation, notamment Hassi Messaoud. Ensuite, vient l’achèvement du programme de réhabilitation des raffineries existantes, le lancement et la réalisation de six nouvelles raffineries d'une capacité totale de plus de 32 millions de tonnes avec en parallèle une augmentation des infrastructures de stockage et de distribution, et un élargissement des capacités de production de GNL et de séparation du GPL. Enfin, assurer le développement et la valorisation de la filière pétrochimie (engrais, polymères, etc.) pour maximiser la valeur ajoutée tirée de nos hydrocarbures liquides et gazeux, renforcer le tissu industriel national et réduire les importations en produits dérivés. Avec l'arrivée de volumes supplémentaires sur les marchés (gaz de schiste, l'offre de GNL du Moyen-Orient et d'Australie), les tarifs ont enregistré une baisse sensible en dessous des prix pratiqués. N’est-ce pas que le prix du gaz naturel est tombé à son plus bas niveau depuis 20 ans ? Non, les prix du gaz ne sont pas tombés au niveau que vous indiquez. Ils suivent ceux du pétrole et ceux-ci connaissent effectivement des fluctuations. Ceci étant, les investissements dans l'industrie du gaz sont très capitalistiques et à maturation lente. Cette réalité est encore plus marquée pour ce qui concerne la chaîne GNL qui nécessite des investissements considérables pour se développer, aussi bien au niveau du producteur/exportateur de gaz, qu'au niveau du consommateur appelés à mettre en place l'ensemble des infrastructures de production, de transport, de réception, de stockage et de distribution. D'où la nécessité d'un partage équitable des risques et donc de garantir un prix rémunérateur du gaz pour encourager et favoriser le développement de nouveaux projets gaziers et ainsi satisfaire la demande mondiale de gaz à moyen et long termes. La solution à ces préoccupations réside donc dans la promotion d'une relation de confiance entre les partenaires engagés dans l'industrie gazière. Cette approche, basée sur la concertation, la coopération et le partenariat entre les différents acteurs de l'industrie et du commerce international du gaz, est largement partagée par tous les exportateurs de gaz. La question des réserves d'hydrocarbures revient de façon récurrente. Selon les données dont vous disposez, le sous-sol algérien recèle-t-il encore des richesses dont pourraient bénéficier les générations futures ? Sans la moindre hésitation, ni aucune ambiguïté, je réponds par l'affirmative à cette question, qui d'ailleurs nous intéresse tous en tant qu'Algériens. En effet, les efforts de prospection et de recherche ne cessent de s'accroître. Ces efforts ont permis la mise en évidence de découvertes d'hydrocarbures liquides et gazeux, classés en différentes catégories de réserves. On compte celles actuellement en cours d'exploitation, les réserves prouvées mais non encore développées, les réserves probables et les réserves possibles. Ces deux dernières catégories font l'objet de travaux et d'études supplémentaires, dans le cadre d'un programme d'intensification des travaux de recherche et d'exploration dont les résultats permettront sans aucun doute d'augmenter les volumes des ré-

serves prouvées. N'oublions pas d'adapter, à chaque fois que néque les travaux de prospection cessaire, l'environnement législacontinuent à proposer de nou- tif en vue de son actualisation par velles perspectives par la mise en rapport à l'évolution de l'industrie évidence de nouveaux prospects des hydrocarbures dans le monde. pétroliers, dont les réserves cor- Pour revenir aux générations furespondantes ne sont pas encore tures, celles-ci trouveront non évaluées. seulement des hydrocarbures enLes réserves en cours d'exploi- core en place, mais également un tation ne représentent qu'une frac- potentiel humain formé et expérition des réserves totales menté, des unités de traitement, réellement en place. Pour prouver de transformation, ainsi qu'un rél'existence de ces dernières, un seau de transport dépassant déjà budget significatif est consacré au aujourd'hui les 18.000 km et des segment amont en vue d'intensi- capacités d'exportation de gaz apfier, durant les prochaines années, préciables. les efforts de recherche consentis Sur un autre plan, le nombre par la société nationale Sonatrach, dont le nombre de découvertes réali“Notre devoir sées ne cesse aujourd'hui est d'augmenter. d'accélérer la Le partenariat continue également d'apporter sa diversification contribution dans ce dode notre maine. Ajoutons à cela les économie.” hydrocarbures non conventionnels, dont la thématique est récente, pour lesquels les premières de compagnies qui déposent auétudes sont déjà lancées afin d'en près de l'agence ALNAFT, contidéterminer le potentiel ainsi que nuellement soit des dossiers de leur répartition géographique. préqualification pour des nouNous demeurons donc pleine- velles compagnies, soit des dement confiants pour l'avenir et mandes de renouvellement de sommes persuadés que notre l'attestation de préqualification sous-sol, qui est loin d'avoir livré pour celles qui étaient déjà prétous ses secrets, recèle encore qualifiées, démontre la volonté et d'importantes ressources en ma- l'intérêt de ces compagnies à intière d'hydrocarbures. vestir dans le domaine minier des Ces dernières ne demandent hydrocarbures en vue d'acquérir qu'à être mises en évidence. Pour des projets en Algérie, pour la reque cela se réalise de manière op- cherche et l'exploitation des hytimale, nous devons faire appel drocarbures. aux nouvelles techniques et techMais on ne le répétera jamais nologies et améliorer les condi- assez, le meilleur héritage reste le tions au sein desquelles sont développement de la ressource menées nos différentes opérations humaine et des ressources dont (prospection, recherche, exploita- nous disposons, ce qui permettra tion, transport, commercialisa- aux générations futures d'hériter tion, etc.). D'où la nécessité d'un environnement qui les mettra

à l'abri de toute dépendance économique. Notre devoir aujourd'hui est d'accélérer la diversification de notre économie. Qu'en est-il réellement du développement des gaz de schistes ? L'approche choisie par l'Algérie est-elle la plus judicieuse ? Nous sommes, actuellement, dans la première phase qui consiste à réaliser des études préliminaires. Un programme a été mis en place afin d'évaluer avec précision le potentiel en gaz de schiste, qui semble considérable. L'approche adoptée par l'Algérie a été mûrement réfléchie, avec la mise en place d'un cadre juridique incitatif en matière d'investissement et propice au partenariat. Vous êtes au courant de cette étude qui place les ressources en gaz de schiste algérien en 3e position dans le monde, avec la possibilité de récupérer jusqu'à 20.000 milliards de m3. Cette étude n'inclut pas les hydrocarbures compacts dont les ressources s'avèrent considérables. La phase d'exploration est beaucoup moins difficile que celle du gaz conventionnel, mais l'exploitation de ce type de gisement requiert des techniques et technologies adaptées. Ces techniques d'extraction, en l'occurrence le forage horizontal et la fracturation, sont des techniques fiables et éprouvées et leur futur développement en Algérie bénéficiera des avancées technologiques réalisées, de par le monde, par les compagnies qui opèrent dans ce domaine.
●●●

Dimanche 16 Juin 2013

EL MOUDJAHID

Nation

9

ET DES MINES, A EL MOUDJAHID

ressources en matière d’hydrocarbures »
●●●

L'Algérie dispose de res- produit de base dans la formula- sel, marbre, baryte, des actions sont actives avec Sonatrach dans cadre repose sur la consolidation sources minérales importantes, tion de nombreux engrais ; ceci ont été lancées pour la réhabilita- le développement et l'exploitation de sa base de réserves et d'infrapourtant, il semble que le déve- induira la création de plus de tion du potentiel de production des nouveaux projets. Cette structures, lui permettant la flexiloppement de minerais comme 6.900 emplois directs et indirects. existant par des actions de renou- année, les champs de Menzel bilité requise pour s'adapter au vellement et de moder- Ledjmat et d'El Merk démarrent mieux à l'évolution continue du le phosphate et le fer soit en nisation, la création leur production. D'autres grandes contexte énergétique internatiodeçà des capacités réelles. “L’Algérie d'une nouvelle unité de compagnies d'Amérique, d'Eu- nal, ainsi que sur des partenariats Quelles dispositions votre produira 3 production de baryte à rope et d'Asie ont exprimé leur et une coopération fructueuse, département compte-t-il Draïssa (w. Béchar), intérêt à développer avec Sona- s'inscrivant dans une vision de millions de prendre pour remédier à ces long terme qui transcende les l'extension des unités de trach de nouveaux projets. tonnes/an de lacunes ? aléas conjoncturels. marbres de Fil Fila et de DAP, produit de L'Algérie dispose d'un poQuelles sont les démarches Kristel et la création tentiel important en resbase dans la Que faire face à la concurd'une nouvelle unité de que compte entreprendre le sources minérales. Dans formulation de production de bentonite groupe Sonatrach pour rassu- rence des grands groupes l'activité minière proprement nombreux et de terres décolorantes rer ses partenaires et conquérir pétro-gaziers qui investissent dite, hors matériaux de engrais, ceci induira la les marchés qui vous étaient réde nouveaux marchés ? à Maghnia. construction, le problème foncréation de plus de 6.900 Permettez-moi de rappeler servés ? Il faut également soudamental à résoudre est celui Tout d'abord, il faut souligner ligner la mise en œuvre certaines options stratégiques emplois directs et indirects.” de mettre en évidence des gid'actions appropriées de dans ce domaine. Le groupe So- que tous les fournisseurs imporsements commercialement formation et de perfec- natrach a clairement annoncé que tants du marché européen subisexploitables pour assurer, tionnement pour satisfaire les be- le partenariat avec des acteurs sent depuis plusieurs années les Nous comptons également valopour le moins, le relais des giseriser le gisement de minerais de soins exprimés par les différents disposant de capacités et du sa- effets de la récession dans pluments exploités. L'insuffisance de l'effort glo- fer de Gara Djebilet. Les réserves opérateurs miniers à travers l'Ins- voir requis, est une option arrêtée sieurs pays de cette région, qui a bal de recherche minière depuis minières du gisement sont de l'or- titut Algérien des Mines et l'Ecole dans son programme de dévelop- affecté la demande de gaz de manière significative. Mais les années 1980, a amené la fer- dre de 2 milliards de tonnes. Le des Mines d'El Abed. forte de ses ressources, meture de nombreuses mines problème essentiel posé pour la Enfin l''évolution, la prode ses avantages commotion et le dynamisme mise en valeur de ce gisement est consécutivement à l'épuisement “Les partenaires paratifs et de son expéde trouver un procédé de traite- du secteur d'activité des des réserves minières. reconnaissent que rience, l'Algérie fait L'aggravation de cette situa- ment rationnel permettant de ra- mines suppose une poliSonatrach est un face avec sérénité aux tique minière. La polimener le niveau de la teneur en tion s'est accentuée depuis que la groupe d'envergure évolutions des marchés tique minière définie par phosphore qu'il contient à la législation minière en vigueur exgaziers et notamment qui a montré son clut tout financement d'activités norme commerciale. Compte les pouvoirs publics sera son marché naturel mise en application par le tenu des prévisions à l'horizon de recherches minières par l'Etat. professionnalisme qu’est le marché euroministère de l'Energie et 2020-2025 : Cependant, dès 2011, il a été déet sa fiabilité et péen. Pour mieux i) de la production nationale des Mines dans le cadre cidé de l'affectation de ressources reste un acteur clé dans le consolider ses posidu projet de loi, en cours d'acier prévue à 12 millions de financières d'un montant annuel tions, sa stratégie s'apd'examen actuellement tonnes/an ; ii) des besoins natiosecteur de l'énergie.” de l'ordre d’un milliard de dinars puie sur le visant un programme de recons- naux en minerais de fer estimés à par le gouvernement. Ce renforcement de ses projet de loi vise à faire 16 millions de tonnes/an et iii) de titution des réserves minières. moyens comme rappelé Cette préoccupation est prise la consommation nationale pré- occuper au secteur minier en charge pleinement dans le pro- vue se situant à 9-12 millions de une place plus importante dans pement. Cette option est égale- plus haut, avec l'argument jet de loi portant loi minière en tonnes/an, des actions ont été lan- l'économie nationale, le but étant ment confortée par la dernière maintes fois prouvé de sa position cours d'examen actuellement par cées, ou sont sur le point d'être de créer les conditions pour une adaptation du cadre juridique ré- de fournisseur fiable sur le marle gouvernement. Mais le pays re- lancées, et portent sur la mise en meilleure préparation de son ave- gissant les activités hydrocar- ché gazier durant près d'un demibures. Les partenaires siècle. Sonatrach est un acteur cèle des gisements insuffisam- place, depuis 2013, d'un groupe nir. reconnaissent que Sonatrach est sérieux et réaliste qui a la capade travail interministériel chargé ment ou non encore exploités : Près de 6 mois après un groupe d'envergure qui a mon- cité de s'adapter et la résilience fer, phosphates, non-ferl'attaque qui a ciblé le tré son professionnalisme et sa pour atteindre ses objectifs mareux, métaux précieux, complexe de Tiguentou- fiabilité et reste un acteur clé dans jeurs. En plus de ses parts de marsel, marbres, baryte et “Malgré ce terrible rine avez-vous constaté le secteur de l'énergie. En effet, ché en Europe, Sonatrach autres substances minéune baisse des investis- notre compagnie nationale a tou- poursuivra ses actions de diversiévénement de rales utiles. Partant de sements étrangers dans jours honoré ses engagements fication de ses débouchés de Tiguentourine, ces constats, il est acle secteur des hydrocar- vis-à-vis de ses partenaires et GNL, vers les marchés les plus cordé une attention partil'intérêt des clients. La continuité et la régula- prometteurs, comme ceux de bures ? culière à un certain compagnies rité des approvisionnements du l'Asie. Poursuivant l'objectif Permettez-moi d'abord nombre d'actions prioride souligner que grâce à marché et des flux d'exportation constant de valoriser au mieux taires. Pour ce qui internationales pour concerne la valorisation l'Algérie est toujours présent, et la détermination de son de gaz naturel, lors des évène- ses exportations gazières, Sonades phosphates, qui ocnous croyons que cela va personnel, le champ de ments de Tiguentourine du début trach cherche aussi à nouer des de gaz en par- de cette année, l'ont de nouveau partenariats avec d'autres compacupent une place de continuer, compte tenu du production gnies aux intérêts convergents et tenariat entre confirmé. choix dans les richesses potentiel de notre domaine Afin de consolider sa position, qui permettent de développer des Sonatrach/BP et Statoil minières nationales, et le minier et de la confiance est actuellement en pro- Sonatrach a consenti d'importants synergies économiquement soudéveloppement de l'inentretenue au fil des années duction. Je rappelle aussi investissements dans tous les seg- haitables et mutuellement profidustrie des engrais, ils visent essentiellement à avec tous les partenaires.” que de nouvelles mesures ments de la chaîne hydrocar- tables. Entretien réalisé par de sécurité sont déjà en bures, y compris dans l'activité de élaborer des produits inWassila Benhamed place. Un engagement la recherche - développement. Le termédiaires (acide phosdéveloppement de très fort est pris par les auphorique) et des engrais composés. Nombre d'opérations de définir le schéma général de torités afin d'éviter qu'une telle l'activité commer“Forte de ses seront réalisées : développement mise en valeur de ce gisement, la tragédie ne se reproduise à l'ave- cialisation à l'inters'inscrit des capacités d'extraction et trai- réalisation d'essais semi-indus- nir et de fournir aux partenaires, national ressources, de tement du complexe minier de triels pour l'optimisation des pro- une assurance maximale dans le dans la stratégie du ses avantages de traitement, domaine de la sécurité de leur groupe de consolidjebel Onk qui produira à partir cédés comparatifs et der ses parts de marde 2019, 5 millions de tonnes/an d'enrichissement, de pelletisation personnel. ché, notamment Malgré ce terrible événement et de réduction directe du minerai de son de phosphates marchands, avec expérience une extraction de 10 millions de de fer de Gara Djebilet, l'identifi- de Tiguentourine, l'intérêt des pour le gaz naturel, tonnes/an de minerai brut en car- cation des sites potentiels d'im- compagnies internationales pour mais aussi d'investir l'Algérie fait l'étude des l'Algérie est toujours présent, et de nouveaux marrière, la transformation des phos- plantation, face avec sérénité aux phates à Oued Kebirit pour infrastructures nécessaires : voie nous croyons que cela va conti- chés, pour sécuriser évolutions des marchés les débouchés et nuer, compte tenu du potentiel de ferrée, port, alimentation en eau, produire en phase finale 1,5 milmieux valoriser ses notre domaine minier et de la électricité et gaz, et enfin l'étude gaziers et notamment son lion de tonnes d'acide phosphode faisabilité technico-écono- confiance entretenue au fil des exportations d'hyrique. marché naturel qu’est le Ainsi, l'Algérie produira 3 mique. Quant aux autres subs- années avec tous les partenaires. drocarbures. La démarché européen.” millions de tonnes/an de DAP, tances minérales, notamment le Les compagnies internationales marche dans ce

Dimanche 16 Juin 2013

EL MOUDJAHID

Régions
3e ÉDITION DU MARCHÉ DES FEMMES CULTIVATRICES

11
ORAN
LE FUTUR HÔPITAL DES GRANDS BRÛLÉS

TIZI-OUZOU

Les potagers d’Ath Ouabane mis en valeur
La troisième édition du marché des femmes cultivatrices d’Ath Ouabane, plus grand village de la commune Akbil, près de 80 kilomètres à l’extrême Sud du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, s’est ouverte vendredi en présence de dizaine de personnes venues des quatre coins de la wilaya de Tizi-Ouzou, a-t-on constaté.

Une référence pour la recherche L’hôpital des
grands brûlés en cours de réalisation à Oran dans la commune de Sidi Chahmi sera opérationnel vers la fin de l’année prochaine. Estimée à 2 milliards de dinars, cette infrastructure qui s’étend sur une superficie de 17.218 m2 offrira 120 lits pour les victimes de brûlures graves. Cet hôpital sera également un centre de références, d'études et de recherches, consacré aux traitements des grands brûlés. Composé de cinq secteurs, l'hospitalisation, le plateau technique, les services administratifs, les services généraux et les services destinés au public et au personnel cet hôpital s’intègre dans un schéma global qui vise à doter la région d’infrastructures de soins spécialisées à l’image de l’Institut national de recherche sur le cancer, destiné à la lutte contre les pathologies cancéreuses ou du centre de transfusion sanguine à Haï Usto ou encore de la prochaine réalisation à Bir El Djir d’un nouvel hôpital pour les maladies psychiatriques. Ce dernier, d’une capacité de 720 lits, viendra en renfort au seul établissement de la wilaya à Sidi Chahmi qui ne peut plus répondre aux besoins de toute la région ouest du pays. Toujours dans cet ordre d’idées, citons aussi le projet d’un hôpital spécialisé de rééducation fonctionnelle à Ain El Turck. En fait, l’espace hospitalier de la wilaya d’Oran sera consolidé par de nouvelles infrastructures, dont 12 polycliniques en cours de réalisation, à Sidi Chahmi, Sidi Maârouf, Aïn El Beïda, Oued Tlelat… En parallèle à ces projets, la direction de la Santé et de la population de la wilaya d'Oran a lancé plusieurs opérations de réhabilitation et de mise à niveau de plusieurs infrastructures. L'aménagement d'un centre de traitement des maladies infectieuses (clinique Abed Atika ex-Gasser), la réhabilitation des salles d'opération et des urgences de l'hôpital d'Aïn El-Turck, de trois pavillons de l'établissement hospitalier spécialisé en psychiatrie de Sidi Chahmi, de la maternité « Point du jour », de la clinique Hammou Boutlélis, la polyclinique Bendaoud, la polyclinique de Aïn El-Beïda, la polyclinique d'Arzew, la polyclinique Gdyel, la polyclinique de Hassi Ameur, la polyclinique Tafraoui… M. Koursi

F

aire sortir de l’anonymat ce village fortement enclavé, valoriser les produits agricoles produits par des potagers entretenus par la femme et encourager les cultivatrices locales à persévérer dans cette culture bio héritée des anciennes, tels sont, entre autres, les principaux objectifs assignés à cette manifestation organisée par le mouvement associatif de ce village incrusté au pied de la majestueuse chaîne montagneuse Djurdjura. Abritée par l’école primaire du village, cette troisième édition à laquelle ont pris part une quinzaine de femmes cultivatrices, qui ont étalé fièrement un tas de produits allant de la laitue, ail, oignon, huile d’olive, figues sèches, fèves, petits pois, cerises jusqu’à des plantes médicinales et autres variétés de couscous, galettes et légumes secs, a connu une forte affluence de visiteurs comparée aux deux premières éditions, selon ses organisateurs. Les produits exposés, tous bio, ont suscité une incroyable curiosité des visiteurs qui ont harcelé de questions les cultivatrices présentes sur les effets thérapeutiques des plantes proposées à la vente, l’origine des produits agricoles exposés et les recettes de préparations des différentes galettes et autres couscous et plats traditionnels préparés à base d’orge, de blé et d’ herbes, proposés à la dégustation. Les visiteurs visiblement éblouis par ces produits 100% bio n’ont pas hésité un moment à en acheter moyennant des sommes plus au moins élevées par rapport aux prix pratiqués sur les marchés. Normal, un produit bio est de nos jours une denrée rare et son prix ne peut être qu’élevé, commentaient les ache-

teurs eux-mêmes. Le piment d’Ath Ouabane, un produit agricole intimement lié à ce village, a été le plus grand absent de cette troisième édition, à la déception générale de certains visiteurs qui ont parcouru des dizaines de kilomètres dans l’espoir de faire provision en ce produit réputé pour ses vertus aussi bien gustatives que nutritives. Selon les cultivatrices d’Ait Ouabane, l’absence de ce légume est tout à fait normale puisqu’on est en pleine saison de cueillette qui interviendra au début du mois de juillet, soit quelques jours avant le début du mois de ramadhan. Les amateurs de piment ont tous promis de revenir dès que les premiers piments d’Ath Ouabane seront cueillis, nous ont signalés certains qui, faute de piment, se sont contentés de quelques produits bio exposés à l’occasion de

cette manifestation qui rend hommage aux cultivatrices de ce village de quelque 4.000 âmes. Lors de notre visite des stands, nous avons remarqué l’âge plus au moins avancé de la majorité des exposantes et qui, selon certaines d’entres elles à l’image de Na Malika, la soixantaine, continuent toujours de cultiver elles-mêmes leurs potagers pour satisfaire leurs besoins personnels d’abord et vendre le reste aux autres citoyens du village. Rendez-vous est pris pour une autre édition, dont tout le monde souhaite qu’elle soit tout aussi réussie. Cette troisième édition aura été de l’avis de la majorité des visiteurs, une initiative des plus louables qui mérite le soutien des autorités dans la perspective de l’ériger en tradition. Bel. Adrar

AGENDA ORANAIS

■ Forum des clubs verts
700 élèves originaires dans 27 wilayas prendront part à la 2e édition du forum des clubs verts qui sera organisé les 20 et 21 juin prochains à Oran. Des institutions telles la gendarmerie nationale, la sûreté de wilaya et différents services techniques de la wilaya prendront part à cet évènement pédagogique pour lequel une quinzaine d’associations se sont mobilisées. Le centre des conventions d’Oran servira d’espace d’exposition sur l’environnement. Cette édition est placée sous le signe de « la culture écologique » . En marge de cet événement, des ateliers scientifiques, des activités culturelles et des soirées artistiques seront également organisées, conclut le coordinateur de la 2e édition du forum des clubs verts.

BATNA

La production d’abricots en nette augmentation

L

es services agricoles tablent, cette saison, sur une hausse de 20% de la production d’abricots, par rapport à l’année dernière, a indiqué le directeur des services agricoles de la wilaya de Batna, M. Mohamed-Lamine Grabsi. Le responsable, qui compte sur une production de 700.000 quintaux, a précisé à l’APS que les premiers indicateurs recueillis à l’issue de la seconde semaine de cueillette dans les communes de Sefiane et de Boumegueur permettent d’envisager une amélioration "qualitative et quantitative" de la production, avec des rendements oscillant entre 130 et 160 quintaux par hectare. M. Grabsi a également souligné que l’amélioration de la production d’abricots a été favorisée par "la maîtrise, par les agriculteurs, de l’itinéraire technique de la production, l’irrigation massive et le traitement de certaines maladies de façon opportune". Des mécanismes pour encadrer le processus de récolte et faciliter la tâche des agriculteurs ont été également mis en place afin d’assurer, selon le responsable, "un climat approprié" pour la cueillette et la commercialisation de l’abricot. M. Grabsi a souligné, dans ce contexte, qu’une convention-cadre, signée entre les

■ Journée mondiale de la musique
La Fête de la musique qui célèbre d’une façon festive le passage à l’été dans une centaine de pays à travers le monde viendra également cette année égayer la nuit du 21 au 22 juin des Oranais. L’Institut français d’Oran est derrière cette initiative. Le thème de la soirée rendra un hommage au patrimoine musical de l’Algérie. La 32e édition de la Fête de la Musique, qui est à sa 32e année, aura comme thématique « de vive voix. Elle se décline en timbres, accords, accents, qui évoluent dans le temps, la géographie, les cultures. Comédies musicales, cours et ensembles vocaux, karaokés ». Aussi, les organisateurs espèrent, à Oran, célébrer la diversité des genres musicaux et des cultures entre artistes français et locaux.

■ Mouloud Feraoun
services agricoles et les professionnels spécialisés dans l’industrie de transformation des produits agricoles, permettra de stocker une quantité plus importante de fruits grâce à leur dotation en moyens de stockage. L’amélioration et la promotion de la culture d’abricot est "un volet essentiel" du programme des services agricoles qui ont créé 17 pépinières devant doter les nouvelles superficies d’arbustes dans le cadre de la relance de la culture de cet arbre fruitier. La mobilisation des ressources en eau et l’adaptation des systèmes d’irrigation avec les différentes variétés d’abricots figurent également dans le plan d’action mis en œuvre pour relancer la culture des abricots qui se pratique dans la wilaya des Aurès sur une superficie de 4.500 hectares.

Une association sera créée prochainement à Oran, au nom de l’écrivain Mouloud Feraoun. L’information est venue de M. Ali Feraoun, fils de l’écrivain algérien, invité au forum d’El Djoumhouria consacré au parcours littéraire et militant de cet écrivain assassiné par l’OAS le 15 mars 1962. L’assistance s’est rappelé de l’engagement nationaliste et de la richesse intellectuelle de cet écrivain grâce à l’intervention de son fils qui a retracé son parcours de militant jusqu’à ce que l’OAS l’assassine en compagnie, à quatre jours du cessez-le-feu, de 5 de ses collègues. Une école théâtrale en vue de porter sur les planches toutes les œuvres de Mouloud Feraoun ainsi que celles d’autres auteurs algériens, a été annoncé au cours de ce forum par Ali Feraoun, qui est par ailleurs président de la Fondation nationale Mouloud Feraoun. M. K.

Dimanche 16 Juin 2013

EL MOUDJAHID

Monde
PRÉSIDENTIELLE EN IRAN
LIBYE
903.000 voix (17%). Le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili a obtenu 679.000 voix (13%) et un ex-commandant des Gardiens de la Révolution, l’armée d’élite du régime, Mohsen Rezaïe, 536.000 voix (10%), a précisé un porte-parole du ministère. Les deux autres candidats, l’exchef de la diplomatie Ali Akbar Velayati et Mohammad Gharazi, sont hors course. Quelque 50,5 millions d’Iraniens étaient appelés aux urnes pour élire le successeur du président Mahmoud Ahmadinejad. M. Rohani, 64 ans, était le responsable des négociations sur le dossier nucléaire de Téhéran sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami (1997-2005). Il prône plus de souplesse dans les discussions avec les grandes puissances pour alléger les sanctions décrétées contre Téhéran et qui ont provoqué une grave crise économique. Saïd Jalili ou Mohammad Bagher Ghalibaf refusent quant à eux toute «concession».

15
Affrontements à Benghazi entre forces spéciales et un groupe armé
Des affrontements opposaient ■ hier les Forces spéciales et un groupe de manifestants armés qui s’attaquaient à des installations de l’armée et de la police, selon des correspondants sur place et des témoins. Des échanges de coups de feu nourris, ainsi que des explosions étaient entendus depuis 4h (02H00 GMT), près du QG des Forces spéciales, non loin du centre-ville, selon l’agence AFP et des témoins. Vendredi, des manifestants ont délogé une brigade d’exrebelles de son QG à Benghazi, dans l’Est libyen, une semaine après des affrontements meurtriers ayant fait plus de 30 morts, selon un officier de l’armée libyenne. Les manifestants ont incendié deux véhicules de la «Première brigade d’infanterie», avant de se diriger vers sa caserne, a indiqué cet officier cité par l’agence AFP. Il a ajouté que la brigade a quitté son QG qui a été investi par les manifestants. Selon un témoin sur place, les manifestants dont certains sont armés ont tiré en l’air et ont tiré une roquette RPG sur le mur extérieur de la caserne, sans faire de victimes.

Hassan Rohani élu avec 50,68% des voix
L
e modéré Hassan Rohani a remporté l’élection présidentielle iranienne, au premier tour du scrutin disputé vendredi face à cinq candidats conservateurs, a annoncé hier le ministre iranien de l’Intérieur, Mostapha Mohammad Najjar. M. Rohani a obtenu 18,6 millions de voix (50,68%). Il devance très largement le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf (6,07 millions de voix) et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili (3,17 millions). Le taux de participation est de 72,7%, a ajouté M. Najjar. Le président sortant Mahmoud Ahmadinejad lui a envoyé un message de félicitation. Immédiatement après l’annonce, un millier de personnes se sont rassemblées sur une des grandes places du centre de Téhéran pour fêter la victoire de leur candidat, selon des médias. Le candidat Hassan Rohani était déjà hier matin en tête du premier tour de la présidentielle ira-

nienne avec 52% des voix, selon des résultats partiels portant sur 18% des bureaux de vote, a indiqué un responsable du ministère de l’Intérieur intervenant à la télévision d’État. Sur 5,2 millions de

bulletins de votes valides dépouillés, M. Rohani, soutenu par les camps réformateurs et modérés, obtient 2,7 millions de voix devant le conservateur Mohammad Bagher Ghalibaf, qui ne recueille que

SELON MOSCOU

« Le régime syrien n’a pas besoin d’utiliser des armes chimiques »

L

e régime syrien n’a pas besoin d’utiliser des armes chimiques contre les rebelles, dans la mesure où ses forces remportent des «victoires sur le terrain», a affirmé hier le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. «Le régime remporte des victoires sur le terrain, l’opposition l’a reconnu ouvertement», a déclaré M. Lavrov, lors d’un point presse avec son homologue italienne Emma Bonino, en visite en Russie. «Quel sens peut-il y avoir pour le régime syrien d’utiliser des armes chimiques, surtout à si petite échelle ?» s’est encore interrogé le chef de la diplomatie russe. Les États-Unis ont exprimé leur confiance dans les preuves que la Syrie avait utilisé des armes chimiques contre les rebelles et ont exclu de commettre la même erreur d’appréciation sur les armes qui avait conduit à l’invasion de l’Irak en 2003. Le président Barack Obama présentera «toutes ces preuves» à son homologue russe

Vladimir Poutine au cours du sommet du G8, les 17 et 18 juin en Irlande du Nord, a indiqué la porte-parole du département d’État, Jennifer Psaki. Le président américain expliquera ainsi à M. Poutine, «les raisons pour lesquelles nous sommes si confiants», et fera part de «l’évaluation révélée par la MaisonBlanche sur le recours aux armes chimiques», a dit Mme Psaki. «Cette évaluation a été faite par le biais de multiples voies d’informations indépendantes», a assuré la responsable américaine. La Maison-Blanche a nettement durci jeudi sa position face au régime syrien en l’accusant clairement, pour la première fois, d’avoir eu recours aux armes chimiques, et notamment du gaz sarin, dans sa guerre contre les rebelles, et en promettant une aide militaire aux insurgés. Mais Moscou a mis en doute les accusations des États-Unis contre Damas, appelant Washington à ne pas répéter ce qui s’était passé pour l’Irak il y a dix ans. Sur le ter-

ÉTATS-UNISAFRIQUE

‘’D’énormes intérêts’’ selon la MaisonBlanche
Les États-Unis ont ■ «d’énormes intérêts» en Afrique qui est une région d’une «importance capitale» dans le monde, a déclaré le conseiller adjoint à la sécurité nationale auprès de la Maison-Blanche, M. Ben Rhodes. Alors que le président Barack Obama s’apprête à effectuer une visite en Afrique subsaharienne qui le conduira, du 26 juin au 3 juillet, au Sénégal, en Afrique du Sud et en Tanzanie, son conseiller adjoint à la sécurité nationale a observé que contrairement à l’Asie, à l’Amérique latine et à l’Europe où le président américain a effectué plusieurs voyages depuis son premier mandat présidentiel en 2009, l’Afrique n’a pas été, jusqu’à maintenant, une destination des visites du président américain qui ne s’est rendu qu’au Ghana il y a plus de quatre années.

rain, les forces du régime syrien menaient samedi des raids sur des positions tenues par les rebelles dans la capitale Damas et sa périphérie, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Selon l’OSDH, «des raids aériens ont été menés sur des secteurs de Jobar», un quartier périphérique dans l’est de la

capitale syrienne, où les insurgés résistent aux assauts quotidiens de l’armée régulière. Dans la banlieue sud de Damas, également cible de bombardements menés par les forces du régime, des affrontements ont éclaté à l’aube à la périphérie du camp palestinien de Yarmouk.

EFFETS DU BLOCUS ISRAÉLIEN SUR GHAZA

PAKISTAN

ONU : « Le territoire ne sera plus habitable dans trois ans »
Un expert de l’ONU a prévenu que la ville de Ghaza ne serait plus habitable d’ici trois ans, en raison des conséquences économiques et sociales désastreuses du blocus imposé par Israël. «Les sept années d’un étranglement soigneusement calculé de la bande de Ghaza par Israël ont dévasté l’économie et maintenu les habitants de Ghaza dans une pauvreté perpétuelle et une dépendance à l’aide extérieure», s’est indigné le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, exhortant Israël à lever son blocus. Renforcé après la prise du pouvoir du Hamas à Ghaza en juin 2006, le blocus entre dans sa septième année. Soulignant les souffrances insupportables endurées par le peuple de Ghaza pendant sept années, le Rapporteur spécial a demandé que cesse le «châtiment collectif» de la population civile des mains de l’État israélien. M. Falk a fait remarquer que depuis 2007, la capacité productive de Ghaza a diminué, 80% des usines étant fermées ou opérant à la moitié de leur capacité, et que le chômage atteint 34% de la population active. «44% des habitants de Ghaza sont en insécurité alimentaire et 90% de l’eau de Ghaza est impropre à la consommation sans traitement approprié», a-t-il déploré. Rappelant les prévisions des Nations unies indiquant que la bande de Ghaza serait inhabitable d’ici 2020 si les conditions en vigueur se poursuivaient, M. Falk a, ainsi, émis des prévisions encore plus pessimistes en avisant que Ghaza ne serait plus habitable d’ici trois ans seulement.

Nouvelle arrestation formelle pour l’ex-président Musharraf
L’ancien président pakistanais Pervez Musharraf a été formellement arrêté vendredi pour son implication présumée dans le meurtre d’un leader indépendantiste baloutche, une décision qui a pour effet de le maintenir en résidence surveillée. Le général Musharraf (1999 et 2008) avait été arrêté à la mi-avril, peu après son retour d’exil, car il était poursuivi dans deux affaires, le renvoi illégal de juges en 2007 et le meurtre de l’ancien Premier ministre Benazir Bhutto, assassinée la même année.

ISTANBUL

Les manifestants du parc Gezi poursuivent leur mouvement
Les manifestants qui occu■ pent le parc Gezi à Istanbul, point de départ d’une vaste contestation antigouvernementale en Turquie, ont annoncé hier la poursuite de leur mouvement, malgré la «promesse» du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan de suspendre le projet d’aménagement du parc. «Nous allons poursuivre notre résistance contre toute injustice dans notre pays (...). Ce n’est qu’un début, notre lutte se poursuivra !» a indiqué, dans un communiqué, le collectif Solidarité Taksim, qui chapeaute les manifestants. «Aujourd’hui, nous sommes bien plus forts, organisés et optimistes qu’il y a 18 jours», a-t-il souligné dans le texte.

Dimanche 16 Juin 2013

16

Société
Un suivi médical s’impose

EL MOUDJAHID

JOURNÉE D’ÉTUDE SUR L’ACCOMPAGNEMENT DES ENFANTS TRISOMIQUES

ATTEINTES À L’ENVIRONNEMENT

Récupération de 862 animaux protégés par la GN

Une journée d’étude sur le thème « accompagnement de l’enfant trisomique » a été organisée, hier, au centre culturel Azzedine Medjoubi, par l’Association Nationale pour l’Insertion Scolaire et Professionnelle des Enfants Trisomiques (ANIT).
bien même l’on va à établir les facteurs favorisants à l’instar de l’âge extrême de la mère, âgée de 18 ans ou entre 38 et 40 ans, ou encore l’association tabagisme et contraceptifs oraux, les troubles hormonaux ou la carence en vitamine B9. Elle insistera dans sa communication sur l’importance de la surveillance des grossesses mais aussi la réalisation d’examens caryotypes et la préparation de l’accueil de l’enfant, sans pour autant omettre le suivi du trisomique à travers le développement psychomoteur de celui-ci et l’amélioration de ses fonctions cognitives. Dans le même ordre d’idées, le Dr Ouadahi ne manquera pas de soulever l’importance de rechercher chez l’enfant trisomique certaines maladies qui aggraveraient l’état de cette catégorie de population, notamment l’apnée du sommeil, le diabète ou la maladie cœliaque. Elle ajoutera par ailleurs qu’une attention particulière devra être donnée aux articulations et la colonne vertébrale pour ne pas laisser cette dernière en éventuelle scoliose. Cette journée d’étude verra l’intervention de psychologues, éducateurs qui reviendront sur la prise en charge psychologique et éducative de l’enfant trisomique, indispensable pour lui permettre d’évoluer normalement. Samia D.

C

ette journée de sensibilisation, qui a vu la participation de familles ayant à charge des enfants trisomiques, a été animée par des médecins, des psychologues et des éducateurs qui sont revenus, au cours de cet espace, sur cette maladie qui touche — selon M. Youcef Chibani, président de l’ANIT, se référant à une étude réalisée par le CHU Mustapha Bacha — 80.000 porteurs du chromosome 21, soit deux naissances touchées par cette pathologie par jour. Il précisera en fait, qu’il n’existe pas de statistiques concernant le nombre de personnes trisomiques, en Algérie, rappelant

que l’association qu’il représente compte quelque 900 enfants, ce qui représente 1% de la population. Il affirmera que l’ANIT s’occupe des enfants trisomiques dès leur naissance et ce, jusqu’à l’âge de 18 ans, rappelant qu’une convention a été signée, dans ce sens avec le ministère de l’Education nationale pour l’insertion scolaire des enfants trisomiques dans des classes normales. Intervenant sur cette maladie, le Dr. Radia Beniferi, spécialiste en cytogénétique, reviendra sur les causes et risques de survenue de cette pathologie. Elle dira d’emblée que les causes directes ne sont pas encore élucidées quand

Internet et enfants, pas que des avantages
L’Internet n’a pas que des avantages sur les enfants, d’éventuels dangers guettent cette catégorie de la population, notamment par les sites licencieux, si les adultes ne s’arment pas davantage de vigilance, de l’avis de spécialistes en technologie de l’information et de la communication et des professionnels de la santé. Les spécialistes mettent en garde contre les répercussions néfastes des « contenus nuisibles » du net, sur la société en général, mais surtout sur l’enfant, en l’absence de filtres, l’enfant étant le maillon le plus fragile, le plus ingénu et le plus pur de la société. Le consultant en technologie de l’information, Younès Grar, explique que l’Internet représente pour l’enfant comme pour l’adulte, à la fois des avantages et des inconvénients et il impératif de l’utiliser à « bon escient ». Certaines données Internet peuvent avoir des retombées « néfastes » sur le développement psychologique et éducatif de l’enfant, a-t-il averti, citant en exemple, l’influence des sites « immoraux » sur l’équilibre émotionnel et relationnel de l’enfant. Il a aussi évoqué l’apparition de sites électroniques destinés aux enfants, en apparence ludiques, et qui sont, en réalité des sites de détournement et de kidnapping d’enfants. Pour limiter les risques liés à l’Internet, le consultant en TIC a proposé des solutions techniques en direction des fournisseurs de contenus informatiques licencieux, les incitant à mentionner sur leurs sites électroniques la notification « adulte ». Pour plus de vigilance, le spécialiste recommande des solutions plus « radicales », consistant en l’installation de logiciels au niveau des na-

Selon les statistiques des unités de la gendarmerie nationale spécialisées dans le domaine de l’environnement, l’on compte au cours du seul 1er trimestre de cette année quelque 434 crimes et délits et 597  arrestations contre 272 crimes et 376 arrestations enregistrées au 1er trimestre de 2012. La violation du code des eaux a constitué, avec 214 infractions, la moitié des atteintes à l’environnement, en sus de près de 300 personnes arrêtées, suivie des délits à l’urbanisme qui augmentent d’année en année, avec 186 affaires et 226 arrestations. Le reste des atteintes est partagé entre les délits de pêche, la protection santé animale et la santé publique. Quant aux affaires liées à la protection de l’environnement, la GN a traité 40 cas qui ont conduit à l’arrestation de 69 personnes. A la même période de l’année dernière, l’on a constaté 47 affaires et 74 arrestations. En 2012, les unités de la gendarmerie nationale chargées de la lutte contre les atteintes à l’environnement ont observé plus de 3.660 affaires et procédé à l’arrestation de 1.215 personnes, dont 129 personnes ont été placées en détention préventive. Dans ce registre, le bilan des saisies opérées par les gendarmes portent sur 862 animaux protégés, 58 appareils de forage, 42 pompes à eau ou en-

core 39 camions de sable dont la contrebande et le trafic sont connus depuis la nuit de temps. L’on relève également 22 quintaux de viande blanche périmés, 1.300 troncs d’arbres (pins), 1.264 bottes d’alfa, 12 quintaux de charbon. Les moyens de transports ne sont pas en reste dans la mesure où il y a eu la récupération de 74 camions, 9 tracteurs, idem pour les armes avec la saisie de 23 fusils de chasse, 56 cartouches 16 mm et 101 cartouches 12 mm. Pour revenir au type des affaires traitées en 2012 par la GN, la protection de l’environnement accapare les deux tiers (62,4%) et compte à son actif 2.286 affaires pour 335 arrestations. Les atteintes au code des eaux vient, loin, en seconde position avec 516 affaires et 454 personnes arrêtées, soit 14% du total des affaires, talonnées de près par les crimes et délits liés à la gestion des déchets qui comptent 438 affaires et 82 arrestations. La santé publique (230 affaires et 159 arrestations), le code de chasse (60 affaires et 54 arrestations), la protection de régime forestier (88 affaires et 80 arrestations), les mines (30 affaires et 25 arrestations) et la protection de la santé animale (7 affaires et 5 arrestations) complètent le tableau. SAM.

vigateurs, pour bloquer l’accès aux sites « corrupteurs » et « immoraux ». Des moyens de filtrage « plus sophistiqués » peuvent aussi être envisagés comme le blocage, par exemple, de l’accès à des données « néfastes » pour l’enfant, à la source, autrement dit, à partir des fournisseurs « Internet ». Dans le même ordre d’idées, M. Grar a rappelé le lancement d’un projet de protection des enfants des dangers du net, par le ministère de la Poste et des Technologies de l’information, en collaboration avec le ministère de l’Education et en partenariat avec Algérie Poste et des Associations de protection de l’enfant. Ce projet consiste en la mise en place d’une charte pour la protection de l’enfant des expositions « violentes » au net et où chaque administration se chargera du volet qui lui est assigné. Le chef de service pédiatrie de l’hôpital Lamine Debaghine, le Pr Abdennour Laraba, prévient pour sa part, contre l’effet anti-pédagogique des inter-

dictions sur l’éducation de l’enfant et a prôné le recours à la communication entre les parents et leurs enfants. Certains sites « véhiculent une image des relations hommesfemmes erronées et se répercutent sur le développement affectif et émotionnel de l’enfant », a-t-il mis en garde. Les parents et les éducateurs doivent aborder avec les enfants et les adolescents les sujets liés à la sexualité, à la pédophilie et au kidnapping et leur expliquer les conduites et comportements à tenir en cas de tentative de détournement moral ou physique, selon le professeur. Pour sa part, la psychologue clinicienne, Nafissa Benbouzid, a souligné que la connexion Internet pouvait devenir addictive chez l’enfant qui ne pourra plus se consacrer à ses études. Pour pallier aux désagréments du net, cette clinicienne a suggéré de limiter les temps de connexion pour les enfants et de les surveiller durant l’utilisation de l’ordinateur. APS

Programme spécial d’animation sur les plages
Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse, M. Belkacem Mellah, a annoncé, vendredi après-midi à Constantine, un programme spécial, dès cet été, sur les plages du pays. Ce programme, décidé en exécution des directives du Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, concernera les plages des quatorze wilayas côtières du pays, a indiqué M. Mellah à l’APS en marge de l’ouverture de la manifestation ‘‘Constantine ville olympique 2013’’. Conçu en collaboration avec les ministères de la Jeunesse et des Sports et de la Poste et des Technologies de l’information et la communication (PTIC), le programme donnera lieu, entre autres, à l’installation de chapiteaux dotés d’une connexion à l’internet, grâce au concours de l’opérateur public Mobilis, ainsi que d’espaces de lecture, de musique et de diverses activités culturelles et sportives, a souligné M. Mellah. Une partie des activités des maisons de jeunes aura lieu, dans le cadre de ce programme spécial d’animation estivale, sur les plages, a encore fait savoir M. Mellah, précisant que des tournois sportifs et des spectacles folkloriques et musicaux seront organisés à l’intention des estivants. APS

Dimanche 16 Juin 2013

EL MOUDJAHID

Culture

17
FESTIVAL NATIONAL DE MUSIQUE DIWAN

HARRAGA BLUES EN AVANT-PREMIÈRE NATIONALE À LA SALLE IBN ZEIDOUN

Partir, c’est mourir un peu…
Le cinéaste connu pour sa fameuse production dans les années soixante-dix du film humoristique intitulé les Vacances de l’inspecteur Tahar n’a pas hésité un seul instant dans cette fiction, dont il a rédigé le scénario avec sa femme Amina Bedjaoui, à confier le rôle principal à un jeune premier, Karim Hamzaoui, qui aura donné à l’image une interprétation touchante d’un harraga, dans un long métrage qui s’intéresse principalement aux problèmes sociaux actuels de la jeunesse algérienne. 

L’heure est à la remise en question

L

e nouveau long métrage du réalisateur Moussa Haddad, une coproduction 100% algérienne du cinéaste et de l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel avec le soutien du Ministère de la Culture, (FDATIC) a été projeté vendredi dernier en présence des acteurs du film et d’un public de journalistes qui ont exprimé leur réactions à chaud après la projection. Après dix ans d’absence, Moussa Haddad renoue avec sa passion de toujours du grand écran en réalisant une œuvre cinématographique qui traite du quotidien des jeunes algériens à travers le prisme d’une caméra qui analyse en profondeur les raisons pas toujours économiques, puis que les personnages de la fiction sont issus d’un milieu social relativement moyen, qui poussent la frange la plus vulnérable de la société à s’expatrier dans des conditions souvent périlleuses en traversant la Méditerranée pour rejoindre l’Espagne dans de petites embarcation de fortune avec des passeurs qui leur extorquent des sommes faramineuses d’argent, qu’ils retrouvent au niveau du port de la ville d’Oran. Le cinéaste connu pour sa fameuse production dans les années soixante-dix du film humoristique intitulé les Vacances de l’inspecteur Tahar n’a pas hésité un seul instant dans cette fiction dont il a rédigé le scénario avec sa femme Amina Bedjaoui, à confier le rôle principal à un jeune premier, Karim Hamzaoui, qui aura donné à l’image une interprétation touchante d’un harraga, dans un long métrage qui s’intéresse principalement aux problèmes sociaux actuels de la jeunesse algérienne. «Harraga Blues est un long métrage fiction, qui propose une vue sur l’Algérie moderne, celle d’aujourd’hui. Une Algérie vibrante, écartelée, tonitruante et universelle. C’est un parcours initiatique pour

Zine et Rayan qui ambitionnent fortement de tenter la harga, qui représente pour eux l’Eldorado à portée de main», écrit le réalisateur dans sa note d’intention, et de poursuivre : «À vrai dire, leur vision illusoire de l’idéal est obsessionnelle, et tient surtout au fait qu’ils ont pour référence de cet Eldorado : les films occidentaux, et surtout américains, qu’ils visionnent par le biais des milliers de DVD qui passent entre leurs mains.» Sur une musique originale de Lotfi Attar, du célèbre groupe Raïna Raï, et la participation exceptionnelle du chanteur du groupe Caméléon, les premières images qui défilent à l’écran nous montrent une mer calme, puis se rapprochent de la baie avec une vue d’ensemble sur le port. Le spectateur entre petit à petit dans le cœur de la fiction en découvrant deux jeunes amis qui s’aiment comme de véritables frères et qui rêvent tous les deux de partir en Europe pour fuir cette ville affairée où seuls les privilégiés goûtent à une vie de

luxe. Eux veulent s’exiler définitivement pour fuir l’enfermement au quotidien et leurs habitudes qui les confinent, pour l’un, à gratter sa guitare, et, l’autre, à préparer des pizzas dans une gargote avec un modique salaire qui lui assure tout juste sa subsistance. La lassitude a vite fait de les emporter dans une sorte d’ennui mortel par manque de loisirs et de plaisirs, eux qui pourtant devraient pourtant regorger d’énergie ; ils ont l’impression que les horizons sont bouchés et s’imaginent alors sous d’autres cieux. Ils s’inventent alors un idéal qu’ils ne pourront trouver qu’ailleurs dans un environnement propice où ils espèrent et croient en fait qu’ils pourront se réaliser pleinement. Zine tente alors avec appréhension l’aventure, lui qui brûle d’un amour sincère pour sa dulcinée. Sa traversée avec six autres jeunes harraga se déroule mal et manque de lui coûter la vie lorsque la barque tombe en panne dans une mer déchaînée. Zine prend alors conscience du danger et se rend à l’évidence que cette traversée clandestine est un échec total puisqu’il sera sauvé avec ses compagnons qui tenteront encore l’aventure, par les garde-côtes. La tournure tragique que prend son périple le traumatise au point qu’il décide de rester dans son pays et convaincre son ami de ne pas se risquer à la harga. Un happy-end voulu par le réalisateur qui voulait sans doute, dans son intention qui peut paraître moralisatrice, orienter le regard du spectateur vers les réelles préoccupations des jeunes Algériens qui expliquent, avec des paramètres socio-économiques, les raisons d’un tel fléau, avec, bien sûr, la touche esthétique et artistique qui transparaît dans les images et les émotions des personnages dotés, comme on le ressent à l’écran, d’une certaine modernité. Lynda Graba

CLÔTURE DES JOURNÉES DU FLAMENCO À BATNA

Beau final 
Une foule nombreuse et enthousiaste, constituée essentiellement de familles, a vibré aux sons du flamenco, jeudi soir au théâtre régional de Batna, lors de la clôture des journées dédiées à cette musique venue tout droit d’Andalousie. La soirée de clôture a donné lieu, à la grande joie du public, à une fusion très réussie entre la musique populaire algérienne et le flamenco qui se distinguent tous deux par des rythmes aussi voluptueux qu’endiablés. Les chanteurs Abdeladim Khomri du groupe Nostalgia d’Aïn Beïda (Oum El-Bouaghi) et Salah Hamlaoui de la troupe El Moustakbel de Batna, servis par une orchestration exécutée de façon maîtrisée par l’ensemble des musiciens ayant participé à ces journées, ont séduit l’assistance par leurs voix puissantes. Le public batnéen n’a pas cessé, tout au long de cette manifestation culturelle tout en rythmes andalous, d’applaudir chaleureusement les groupes flamenco venus d’Oum El-Bouaghi, d’Alger, de Bouira et de Laghouat, participant lui aussi, à sa façon aux spectacles. De nombreux spectateurs, approchés par l’APS au sortir des concerts, se sont dits «ravis» et «subjugués» par la qualité offerts trois soirées durant, surtout par la prestation du groupe Nostalgia et de son chanteur Abdeladim Khomri qui ont fait «exploser» l’applaudimètre. Tous les artistes présents ont fait part de leur souhait de voir ces premières journées du flamenco qui furent, pour un coup d’essai un coup de maître, élevées au rang de festival national. Cette manifestation était organisée, conjointement, par la direction de la culture de la wilaya de Batna et le conservatoire régional de musique.

La révision des objectifs et de la conception du Festival national culturel de musique diwan était au cœur de la septième édition qui a révélé un grand potentiel créatif, mais aussi de grandes lacunes. Ouverte vendredi à Béchar, cette édition, la première sous la direction de Hamedani Lammari, nouveau commissaire, était une occasion d’ouvrir une consultation franche avec les artistes, universitaires et les médias présents afin d’aider à l’évolution du festival. Devant le grand potentiel de créativité qui a défilé sur la scène du stade En Nasr, les observateurs ont relevé un grand nombre d’insuffisances et une conception tronquée du festival qui se limite actuellement à des spectacles qui ne débouche que sur une scène au festival international d’Alger pour les trois lauréats. Pour préserver l’authenticité du rituel tout en encourageant la vulgarisation et la création dans le diwan, les habitué du festival ont proposé plusieurs recommandations pour améliorer ce festival qui doit «redéfinir sa vocation», comme le rappelait le commissaire du festival. Devant un tel bouillonnement d’énergies créatives, le comité a recommandé au festival de supprimer la compétition qui a, au bout de six, anéanti l’espace d’échange du festival et créé une grande animosité entre les concurrents. Le festival qui a jusqu’à aujourd’hui favorisé la scène et le spectacle par rapport à la tradition a reçu la proposition de convier les mâalmine reconnus à une «Lila» (rituel diwan traditionnel), pour que l’authentique reprenne sa place dans cette manifestation. Dans le style rituel ou profane, la scène de Béchar a, malgré les insuffisances, révélé un potentiel artistique et une pérennité du genre musical, grâce à des troupes très jeunes comme «Sidi Blal» de Mascara ou «Tourat Gnawa» d’Oran qui sont vues comme des formateurs de jeunes talents. L’authenticité était aussi au rendez-vous de cette édition avec les troupes «Dendoune» de Ghardaïa ou «Nass el Wahat» d’Ouargla qui dont les prestations ont fait découvrir au public de Béchar des aspects du diwan peu connus. Par sa passion pour la tradition familiale du diwan, «Hna Mselmine» d’Aïn Sefra a donné une leçon d’authenticité sur scène lors d’un show unique et très professionnel. Comme les six éditions précédentes, ce festival était aussi l’occasion unique, vue le manque de festivités d’envergure dans la région, d’inviter des têtes d’affiche pour en faire profiter le public bechari qui s’est déplacé en grand nombres comme lors du passage du groupe local «Essed» qui a rassemblé plus de 8000 personnes. Dans ce sens, le festival devient un rendez-vous incontournable pour la population, et le volet spectaculaire prend parfois le dessus sur la vocation même de l’événement, ont relevé plusieurs habitués. Insuffisance dans le volet académique Chaque année, le festival organise une série de conférences autour d’un thème ayant trait au diwan, mais la redondance dans les communications et le manque de chercheurs qui travaillent sur les thèmes ont fait que sept éditions plus tard, l’intérêt pour ce volet est quasiment nul. En dehors de quelques communications sur l’expérience de vulgarisation du patrimoine musical targui ou autour du passage du rite à la scène, la presse a pris l’initiative de rassembler des praticiens du diwan ou des chercheurs pour des discussions ouvertes afin de combler le manque de références dans le domaine. Lors de cette édition, les métiers traditionnels, comme la fabrication des instruments, étaient absents de l’événement qui avait pourtant impliqué les artisans à qui il a offert des espaces d’exposition et de vente depuis les premières éditions. Pourtant, la maison de la Culture de la wilaya de Béchar dispose d’un espace d’exposition qui ne contenait que trois instruments de musique, et la grande place publique du centre-ville était restée sans animation, si ce n’est le bref passage de parade «Berk Aichou», tradition populaire de Kenadsa. Ouvert vendredi, le Festival culturel national de musique diwan a baissé rideau, très tard jeudi, avec un grand spectacle du groupe Gaâda Diwan Béchar qui a aussi attiré les foules après le record d’affluence d’«Essed». APS

Dimanche 16 Juin 2013

24
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3436
7 8 9 10

EL MOUDJAHID

Mots CROISÉS
Nº 3436
1
I

2

3

4

5

6

II

COUSIN ——————————— QUI ENVOÛTE ——————————— DIEU GREC
CENTURE JAUNE ———————————— À LA VUE DE TOUS ———————————— TIGE VÉGÉTALE EN CAB ———————————— PANTALON TRÈS COMMUN ——————————————— CONSERVATION D’UN TITRE

III

IV

V

VI

VII

VIII

PERSONNEL ——————————— MONSTRES DES CONTES
CONVERTIT LES ONDES ————————————— FORME DE RIRES ————————————— COURT COURS

ROUGE À GORGE ——————————— DANS LA LOI ——————————— AFFECTUEUSEMENT

IX

X

Définitions
HORIZONTALEMENT
I-Ville du Japon anéantie par l’arme nucléaire. II-Légère écorchure. III-Fils d’Adam-Plats savoureux. IV-Ébranlé en son for intérieur-D’une vivacité blessante. V-Partie de la jambe du cheval-Sur le do.VI-Partira dans le vent-Pas beaucoup. VIIPetite canne. VIII-Unité du Pèrou-Rejette son passé.IX- Conjonction copulative-Le ,faire avec les cartes c’est dévoiler ses intentions.X-Remises aprrès détention.

S’ENCASTRE ‘L’UN DANS L’AUTRE ——————————————————— ARGENT ——————————————————— COUP DE PONGT

PETIT SINGE ——————————— ORGANISATION ARMÉE ——————————— DIRECTION À L’INTERIEUR —————————— DES RESTES ——————————— S’EST CALTÉ TERRAIN D’ATTERISSAGE ———————————— DE FEU ————————————— POSSESSIF PERSONNAGE ——————————— DIEU SUPRÊME —————————— QUI CHICANE LIQUIDE ———————————— MAMIFÈRE INSECTIVORE —————————————— PARLE RELATIF À L’OLIVE ——————————— MÉTAL ——————————— EN CODE

VERTICALEMENT
1-Interjection-Commerçant vendant des comestibles. 2-Plante ornementale à fleurs rouges. 3-Qui répuggne.4-Unité monétaire scandinave-Rejetat énergiquement.. 5-Celui qui reçoit régulièrement une rémunération pour son travail-préfixe pour doubler. 6-Gamme d’ondes radio-Convention jurdique liant deux personnes. 7-Lac de Russie (Novgorod)-Forte tête.8-Changer de voix ou de peau-Déclivité d’un terrain. 9-Grande voie urbaine-Vieille colère.10-Tenues à l’écart.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
I

3
R

4
O

5
C

6
H

7
I

8
M

9 10
A

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

H
A

Grille
E

Nº 3436

Mot CACHÉ
F M O N A S

E
A

R
E

A
L

F

L
M

U
E

R
T

3.Dynamique
B
U

33. Bémoliser 34. Dispenses 35. Stomatite 36 . Plutonium

15 . Révérend 20 . Colmatage 22 . Eliminent 23 . Exorciser

S

T E R E A S
I

S

U R A B L N T R

E E

E B I

E

M

A

C

E

R

E

S
E

6. Arbitrage 11. Aromatique 12 .Mesurement

D F

I

L O U T A G E P H E I L L E U R F

I A

C I

I S

E N A I I I

P
I

A
R
A
N T E

T
A
N
T

U

R
I

O N
T
R

N

R
P
E

Y B A R A T T E R U N C U E

A G R A N

E A B L

U
L

E R O T R A I
E

C
I
E

N

E

T
E
T

E
N

13. Empourprer 37. Arc-en-ciel 14. Epigraphie 16. Charretier 17. Logistique 18.Virilement 19. Bourriquet 21. Emétique 26. Sang-froid 28. Bouteille 31. Variance 32 . Réfaction 38 . Cerfeuil 39. Marauder 40. Distingue 41. Vermillon 42 . Boulevard 43. Tavernier 1. Monastère 7. Baratter 8. Agréable 9. Cueilleur 10. Fantaisie 2 . Assurable 4 . Filoutage 5. Phénicien 24 . Diocésain 25 . Baronnage 27 . Vitrifier 29 . Affaisser 30 . Limogeage

A A M E E L D N E R E V E I

L C L V B E H O E R I
I S

I A B
I

I

E E S

M R E M P E G A T A M L O C

A T

T
E

R
E

O S

P

I

T N E N I

I M

I

L I I F

E M A G R U R E B D T R V Q T A U L L R G

R

S

T

U

Q M U O G R E S U A R U R N E S

C R O X E C O I I
R T A F I S

I

A S I S F S

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
A
B

T E R A E G A N N O R A I M P
P R E I

E T E I

3
F I

4
I

5
Z

6

7
S

8
O

9
R

10
T
E

I M Q B Q E U O

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

H

A Q E R H R E N U N E F

O
N
O

E
L

T

A J O

L E I

E A

E G A E G O M I I S I I

E E U N E U
T T E
I

B
G
R

U
S

E

N

G E T R E E E C N A

R A V M R E T
I
S I

E

D

R E
I

F A C T S P E N

O N B E M O L E S

E R E T E E E

R
A
R I

I
G
O
G

E

S
I

T
R
U
A

U

N
E

E
N

R

R D I

T O M A T

E
M

O P L U T O N

G

N

R
M

E A U

S
F

N
O

E

E

QUI A LA COULEUR DES FEUILLES SÉCHES

A
T

N

U
R E

A
C

C D

U

N

E

N

I

T

SOLUTION PRÉCÉDENTE :FIBRILLATION

U M A R C E N C I L O R M A R A U D D D I S T I N G U E V E R M I L L T B O U L E V A R D T A V E R N I

L L R L R E

C E R F E U

O N E

Canal Algérie

Sélecti o

Télévision on
12h25 14h00

Dimanche
•09h00 : bonjour d'algérie (week-end)'' •10h30 : dar da meziane II (10) rediff •11h00 : santé mag ''rediff' '•12h00 : journal en français+météo •12h25 : avis religieux (direct) •14h00 : match à l'affiche ''RWANDA/ALG'' •16h30 : sebaq el madjarate (51) •16h50 : tarikh oua hadhara (13) •17h20 : takder tarbah n°163 •18h00 : journal en amazigh •18h20 : dar da meziane II (11) •18h45 : 50 ans, 50 femmes •19h00 : journal en français+météo •19h30 : chine: L'ESSOR •20h00 : journal en arabe •20h45 : switchers (13) •21h05 : canal foot •22h40 : culture club •23h40 : mohamed hamdine •00h00 : journal en arabe

«AVIS RÉLIGIEUX»

RWANDA/ ALGERIE Retour
L’équipe nationale de football rencontre aujourd’hui son homologue du Rwanda au stade de Kigali, entrant dans le cadre de la 5e journée des éliminatoires de la coupe du monde 2014 prévue au Brésil.

Réalisée par Moussaoui Saliha Présentée par Beredouane M’hamed Une émission qui tente de répondre aux questions des téléspectateurs en rapport avec la religion musulmane. Son objectif est de faire comprendre l’islam à travers le saint coran et la sunna.

Dimanche 16 Juin 2013

EL MOUDJAHID

Vie pratique
PENSÉE
EPE/SOCIETE DES MATERIELS DE TERRASSEMENT ET DE LEVAGE Spa
EPE/SOMATEL spa Filiale du Groupe E.N.M.T.P. Société par Actions au capital social de 1 000 000 DA BP Nº 71C Aïn Smara 25140 Constantine - Algérie Fax : +213(0) 31 97 36 41 - Tél.: +213(0) 31.97 36 42 /(0)31 97 37 50 - Site web : www.enmtp.com -E-mail : sadp@enmtp.com

29

Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du dimanche 7 chaâbane 1434 correspondant au 16 juin 2013 :
- Dohr.........….............12h49 - Asr.............................16h40 - Maghreb................... 20h12 - Icha……...……....... 21h53
Lundi 8 chaâbane 1434 correspondant au 17 juin 2013 :

- Fedjr........................03h37 - Chourouk.................05h29

AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHÉ
L'EPE SOMATEL SPA, Filiale du Groupe ENMTP, informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national et international ouvert Nº003/2013/920 paru dans les quotidiens nationaux Ennahar et El Moudjahid du 11/02/2013, que les marchés sont attribués provisoirement aux soumissionnaires ci-après : Lot Intitulé Soumissionnaire Adresse Montant

Entreprise recrute de suite :
Ingénieurs en hygiène et sécurité pour les régions de l’Est, de l’Ouest et du Centre. Exigences : - Diplôme dans la filière. - Age : Entre 30 et 40 ans. - Disponibilité, rigueur et esprit d’initiative exigés. Envoyez CV par Fax au : 021 54 05 35 BP 150 - O. Smar - Alger
ANEP 302637 du 16/06/2013

Nº1 Pneus 17,5 - 25EM 12PR TL L2 ou L3 BEDELCO EL DJAZAIR ALGERIE 13 499 799 30 DA Nº2 Pneus 1000 R- 20 16 PR Nº3 Fil à souder EURL TASSRIAA EURO DRILLING ALGERIE FRANCE 7 707 960,00 DA 62 350,00 €

Déjà 40 jours que tu nous as quittés chère RADIA AMEL TALBI Douloureux et pénible fut ce jour et quel vide immense tu as laissé. Repose en paix et que Dieu Le Tout-Puissant t’accueille dans Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons».
El Moudjahid/Pub du 16/06/2013

El Moudjahid/Pub

VENDS
Terrain à Kherrouba, Boudouaou Surface 1200 m2 avec acte. Tél. : 0560 23 61 75
El Moudjahid/Pub du 16/06/2013

Tout soumissionnaire contestant cette attribution provisoire dispose d'un délai de dix (10) jours à compter de la parution du présent avis dans la presse pour formuler un recours qui doit être adressé au Département juridique - EPE SOMATEL SPA - Zone Industrielle AIN SMARA - 25140 CONSTANTINE - ALGERIE.
El Moudjahid/Pub ANEP 8651 du 16/06/2013

Offre d’emploi
Entreprise privée cherche ingénieur en hydraulique. Contactez le : 0661 53 35 91
El Moudjahid/Pub du 16/06/2013

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l'Agriculture et du Développement rural Bureau National d'Etudes pour le Développement Rural NIF : 000116001467178

Demandes d’emploi
Ingénieur, expérience dans une centrale électrique au sein d’une multinationale, cherche emploi. cyclecombined@yahoo.fr ——0o0—— J.H. cherche emploi maçonnerie générale (carrelage, dalle de sol + soudure) conducteur de travaux ou agent de sécurité, 03 ans : service militaire. Tél. : 0664.58.52.99
El Moudjahid/Pub du 16/06/2013

CHERCHE
Location licence de taxi 0774 51 54 45
El Moudjahid/Pub du 16/06/2013

Avis d'appel d'offres national ouvert Portant formation du personnel
Le Bureau national d'études pour le développement rural (BNEDER) lance un avis d'appel d'offres national ouvert pour la formation de son personnel technique et administratif. Les soumissionnaires intéressés par le présent avis peuvent retirer le cahier des charges contre le paiement de la somme de 2000,00 DA, auprès du Bureau National d'Etudes pour le Développement Rural (BNEDER) n° sis route de Chéraga - Bouchaoui - W. d'Alger. Les offres, accompagnées obligatoirement des pièces réglementaires conformément au cahier des charges, doivent parvenir à l'adresse sous pli fermé et anonyme portant la mention : Avis d'appel d'offres national ouvert Pour la formation du personnel N°004-2013 «A NE PAS OUVRIR» La durée de préparation des offres est fixée à vingt (20) jours à compter de la première parution du présent avis dans la presse nationale. La date limite de remise des offres est fixée au dernier jour de la durée de préparation des offres avant 12h00. Les soumissionnaires ou leurs représentants mandatés sont conviés à assister à la séance publique d'ouverture des plis qui aura lieu le jour de dépôt des offres à 13h00.
El Moudjahid/Pub ANEP 302641 du 16/06/2013

Félicitations
C’est avec un immense plaisir que nous avons appris le succès à l’examen de 6e de nos trois enfants : MERABET Wafa, MERABET Sid Ali et MERABET Lylia. En cette heureuse occasion, leurs parents, leurs frères et sœurs ainsi que leurs proches les félicitent et leur souhaitent d’autres succès à l’avenir.
El Moudjahid/Pub du 16/06/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Naâma Abbas
Rédacteurs en chef

Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l’Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotion de l'Investissement Agence Nationale d'Intermédiation et de Régulation Foncières NIF : 000816097984689

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

Motif : Une seule offre réceptionnée.
El Moudjahid/Pub ANEP 302631 du 16/06/2013

El Moudjahid/Pub

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BEJAIA : BP 68 - Béjaia 06000 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90

AVIS DE PROROGATION DE DELAI
APPEL D'OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL RESTREINT N°02/2013
L'Agence Nationale d'Intermédiation et de Régulation Foncières «ANIREF» informe les entreprises intéressées par l'appel d'offres national et international restreint portant : «ETUDES D'AMENAGEMENT ET TRAVAUX DE VIABILISATION DU PARC INDUSTRIEL DE HASSI BEN ABDELLAH, WILAYA DE OUARGLA» Que > La date limite de dépôt des offres, fixée initialement au mercredi 19 juin 2013, est prorogée de dix (10) jours. > La remise des offres doit intervenir, au plus tard, le dimanche 30 juin 2013 avant 13h00, heure locale. L'ouverture des plis, en séance publique, aura lieu le même jour à 14h00 au siège de l'ANIREF, sis au 13, avenue Mustapha Sayed El Ouali (ex-Claude Debussy) Alger.
El Moudjahid/Pub ANEP 302642 du 16/06/2013

ENTREPRISE NATIONALE DES GRANULATS

AVIS DE PROROGATION DE DELAI
L'Entreprise Nationale des Granulats (ENG) tient à informer les soumissionnaires ayant retiré le cahier des charges concernant l’avis d’appel d’offres Nº05/DG/DEX/13 (installation de recompsé unité SI MUSTAPHA Wilaya de BOUMERDÈS) que le délai de remise des offres est prorogé au 24 juin 2013. L’ouverture des plis sera publique et aura lieu le 25 juin 2013 à 10h00.
ANEP 302639 du 16/06/2013

Filiale Entreprise Nationale de Génie Rural (EAGR) EPE/ SPA au Capital Social de 251.000.000,00 Route du Sahel BP 55 Staouéli 16 101 - Alger Tél. : 021 39 01 10 - 020 30 61 71 - Fax : 021 39 03 75

AVIS D'APPEL D'OFFRES INFRUCTUEUX
Conformément aux dispositions de l'article 44 tiret 1 du décret n°10-236 du 7 mars 2010, modifié et complété par les décrets n°11-122 du 16/06/2011 et n°12-23 du 18/01/2012 portant réglementation des marchés publics, l'Entreprise Horticole et Espaces Verts (EHEV) Filiale Entreprise Nationale de Génie Rural (EAGR), porte à la connaissance des soumissionnaires, ayant participé à l'avis d'appel d'offres national ouvert EHEV/EAGR/DAF/SMG N°005/2013 portant location matériel de transport du personnel, de marchandises, tracteur agricole et matériel de travaux publics projet BERKAOUI, Wilaya de Ouargla & Rhourd Ennous et Hamra Rhourd Ennous, Wilaya d'Illizi, publié sur les quotidiens nationaux Echaâb et El Moudjahid du 12/02/2013 et sur le BOMOP, que ledit appel d'offres est déclaré infructueux par la Commission des Marchés de l'Entreprise.

Dimanche 16 Juin 2013

30

Sports
LIGUE 1 - MCA

EL MOUDJAHID

MOHAMED EL MORRO (PDG DE LA SSPA/ASMO) :

Une domiciliation qui pose problème
Le MC Alger, malgré le fait qu’il soit géré depuis la phase du mercato de la saison écoulée par la Sonatrach, son nouveau propriétaire, est toujours confronté au problème de domiciliation.
A vrai dire, depuis que le doyen des clubs algériens a perdu le stade de Bologhine, lieu où il a toujours été domicilié, le MCA est pratiquement sans domicile fixe. Ce club, même s’il n’en quémande pas ne dispose pas d’une infrastructure propre où il accueille ses adversaires. Comme la Ligue du football professionnelle, lors de la dernière réunion avec les clubs de l’élite en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi, ainsi que du président de la FAF, Mohamed Raouraoua, avait décidé de faire jouer tous les derbys du centre au stade du 5-Juillet, il devient impératif et urgent que le MCA trouve un stade où il pourra jouer la saison prochaine, surtout que le club nourrit de sérieuses ambitions pour réussir une très bonne saison. De plus, et comme on le sait déjà, le stade du 5-Juillet va fermer ses portes pour rénovation et aménagement. Un toilettage qui s’avère nécessaire afin de donner à cette infrastructure, qui a toujours été la fierté du peuple algérien, retrouve son aura de toujours. En effet, tous les matches officiels ou presque de

« Belkaroui a signé à l’USMH, mais sa lettre de libération n’est pas encore accordée »
Rencontré en marge de la cérémonie du trophée du fair-play organisé par la DGSN mercredi passé, nous avons sollicité le P-DG de la SSPA/ASMO, Mohamed El Morro, pour nous donner des clarifications concernant le transfert de Hichem Belkaroui, propriété du club de M’dina J’dida qui fait l’actualité des transferts de la presse nationale durant cette intersaison, sachant qu’il est sollicité de toutes parts, notamment par l’USMH, la JSK, le MCA, le CSC et autres qui se le disputent et qui veulent racheter son contrat. Faisant partie des joueurs qui se sont distingués cette saison, Belkaroui a de fortes chances d’entamer une carrière professionnelle outre-mer dès le prochain mercato d’hiver, selon El Morro. Ce dernier nous a fait savoir qu’à présent que l’ASMO dispose d’un statut de club professionnel, il doit fonctionner comme une entreprise commerciale. De ce fait, il dira : «Belkaroui fait partie des joueurs les plus prisés sur le marché des transferts. C’est pourquoi, en tant que responsables de l’ASMO, club qui l’a formé, on veillera avant tout aux intérêts de notre club, tout comme à ceux du joueur, que nous voulons voir réussir une grande carrière. Son passage à l’USMH lui a été des plus bénéfiques, mais nous le céderons au plus offrant. Je tiens à vous affirmer que ce qui nous intéresse en premier lieu, c’est de négocier la quote-part de l’ASMO en cas de transfert du joueur à l’étranger. Ce n’est qu’une fois cet aspect discuté avec les clubs qui le veulent que nous négocierons la prime de son transfert définitif.» Il poursuivra en affirmant : « Pour le moment, seule l’USMH a répondu à nos attentes par rapport à cet aspect-là. Puisque les deux parties ASMO et USMH ont convenu que dans le cas du transfert à l’étranger de Belkaroui, l’ASMO bénéficiera de 40% du montant de la transaction. La JSK et le CSC ont donné 1 milliard chacun pour acheter sa lettre de libération dans un premier temps mais n’ont rien proposé concernant la quote-part qui reviendrait à l’ASMO en cas de transfert vers l’étranger, en dépit du fait qu’on leur a fait savoir sur quoi notre démarche était basée». Il nous a fait savoir que la JSK a même porté le montant à 1 milliard 200 millions de centimes pour s’adjuger les services du défenseur de charme de l’ASMO qui évolue à l’USMH depuis deux saisons à présent, mais cela n’a servi à rien, finalement. El Morro nous a indiqué que vu les rapports cordiaux entre l’ASMO et l’USMH et du moment que le joueur a bien réussi chez les Harrachis et qu’il est bien protégé par l’entraîneur Charef et le président Laïb, en plus du fait que l’USMH propose 40% de quotepart à l’ASMO si Belkaroui trouve preneur à l’étranger, il est préférable que ce dernier soit cédé et demeure à l’USMH. «A offre égale concernant la quote-part dont devra bénéficier l’ASMO provenant des clubs intéressés on le cèdera à l’USMH », avouera le P-DG du club oranais. Il nous fera savoir que pour le montant de la lettre de libération, l’USMH a proposé 500 millions de centimes, soit la moitié de ce qu’ont proposé la JSK et le CSC, mais cela demeurait à l’avantage du club harrachi qui, lui, s’est mis d’accord sur la quote-part à accorder aux Asémistes. Voilà l’Etat des lieux mercredi dernier au soir. Le lendemain, c’est-à-dire jeudi, Belkaroui prend la décision d’opter pour l’USMH où il se sent bien. Il connaît à présent parfaitement la maison, comme on dit. Sur conseil de ses parents, de ses proches et convaincu par le président Mohamed Laïb et son entraîneur Boualem Charef, il a tranché la question du club où il évoluera la saison prochaine : c’est l’USMH. Suite à quoi, il a paraphé un contrat d’une durée de deux années au profit de ce dernier. Voulant savoir si la lettre de libération de Belkaroui a été accordée par l’ASMO à l’USMH, nous avons pris attache à nouveau avec le président asémiste El Morro hier matin. Ce dernier nous a quelque peu surpris en tenant à préciser  :  «Nous ne sommes pas contre le transfert de Belkaroui à l’USMH, on en est même favorable en veillant en parallèle aux intérêts de l’ASMO. Je confirme que le joueur vient de signer un contrat de deux ans à l’USMH, mais l’ASMO n’a pas encore délivré la lettre de libération en question. On doit encore régler quelques détails avec les dirigeants harrachis pour que tout soit réglé à ce propos». Mohamed-Amine Azzouz

l’Algérie se jouaient dans le temple de Chéraga, surtout qu’il peut recevoir jusqu’à 90.000 spectateurs pour ne pas dire plus. Aujourd’hui, faute d’une pelouse impeccable, l’EN de Vahid Halilhodzic est contrainte de recevoir dans le petit stade de Mustapha-Tchaker de Blida, même si ce terrain a toujours porté chance aux Verts. Par conséquent, le MCA est obligé de chercher une autre domiciliation. La saison écoulée, le MCA avait trouvé un deal avec les dirigeants de l’USMA de recevoir à Bologhine avant de changer d’avis et de jouer au 5-Juillet en payant rubis sur l’ongle la location qui revient au demeurant assez cher.

Kaoua, le manager général du MCA, avait refusé le stade de Bologhine arguant qu’il est la propriété de l’USMA. Là, il faut dire qu’il y a beaucoup à dire sur le sujet, surtout si l’on prend en ligne de compte l’histoire du doyen des clubs algériens. Sans trop entrer dans le détail, on peut dire que les dirigeants du MCA, malgré l’argent qui est disponible, risquent d’en pâtir avec ce sérieux souci de domiciliation. C’est alors qu’on est en train de parler du stade de Rouiba, de Kouba et pourquoi pas celui d’El-Mohammadia. Il faut dire que l’application du professionnalisme algérien avait buté sur beaucoup de manques, à commencer par les ennuis financiers et surtout in-

frastructurels. Un club qui n’a pas de stade ne peut évoluer convenablement ou espérer jouer les premiers rôles comme on a tendance à le dire. Il est certain que même avec la venue de Sonatrach, le MCA qui n’a pas de stade où il pourra jouer normalement risque de connaître beaucoup de difficultés. Il est temps pour les responsables de Sonatrach de prendre le taureau par les cornes et de penser sérieusement à créer les conditions idoines pour que le MCA devienne un grand club au sens propre du terme. Pour cela, il faut construire un stade qui lui permettra de mettre les vrais jalons du professionnalisme. Hamid Gharbi

YACINE FERSADOU (MEMBRE DU CA DU CSC) : 

RC ARBAÂ

« Le club fêtera son 150e anniversaire le 26 juin » Les supporters du CS Constantine
viennent d’être distingués par la DGSN qui vient de leur accorder, suivant des critères bien définis en prenant aussi en compte l’avis des médias, le trophée du fair-play des équipes de la Ligue 1 au cours de la cérémonie qu’elle a organisée mercredi dernier dans le cadre de sa première édition. Présent à ladite cérémonie, Yacine Fersadou, membre du conseil d’administration de la SSPA/CSC qui s’est vu remettre le trophée en question, a promis de le présenter aux inconditionnels du club, à l’occasion de la grande fête qu’organisera la direction du club dans le cadre de la célébration du 150e anniversaire de la création du CS Constantine, prévu pour le mercredi 26 juin prochain. Il faut savoir que le CSC est le club qui remplit le plus le stade à chacune de ses productions à Constantine. La sportivité et la fidélité du public du CSC ont été payantes avec ce trophée du fair-play que vient de lui décerner la DGSN. Cela est tout à son honneur. M.A.A.

Réunion décisive aujourd’hui entre les dirigeants et le président de l’APC

L

es dirigeants du RC Arbaâ, en butte à des problèmes financiers énormes, tiendront aujourd’hui une réunion qualifiée de «décisive» avec le président de l’Assemblée populaire communale (APC) de Larbâa, a-t-on appris hier auprès de Sid Ali Ouahsi, le président de la section football du nouveau promu au championnat de Ligue 1 algérienne. «Une réunion décisive est prévue pour cet aprèsmidi avec le président du conseil communal de Larbaâ en présence des autres élus de la ville, afin de débattre de la situation très difficile que connaît le RCA», a déclaré Ouahsi à l’APS. Après avoir réussi l’exploit d’accéder en Ligue 1 lors de sa première saison en Ligue 2, le RCA trouve des difficultés énormes pour préparer le prochain exercice en raison du peu de moyens financiers dont dispose le club, selon ses dirigeants. «Pour assurer le maintien parmi l’élite, l’implication des autorités locales est impérative. Or, et jusquelà, leurs aides ne sont pas conséquentes», a expliqué M. Ouahsi. Cette situation a entraîné, il y

a quelques semaines, la démission du président d’honneur du RCA, Adlane Djaâdi, réputé pour être le principal bailleur de fonds de la formation d’Ezzarga. Les autres membres de la direction du club, dont Ouahsi, pourraient lui emboîter le pas si les autorités locales ne fassent pas les efforts nécessaires pour aider le RCA à bien préparer le prochain exercice, a encore précisé le même dirigeant. «On place d’énormes espoirs sur la réunion de dimanche (aujourd’hui, ndlr), afin d’entamer les préparatifs de la nouvelle saison. Il est temps d’ailleurs pour que tout le monde se mobilise si l’on ne veut pas éviter à notre équipe un retour rapide en Ligue 2», a-t-il averti. Plusieurs joueurs

d’Ezzarga sont convoités par d’autres clubs après leur parcours brillant lors du précédent exercice, alors que l’entraîneur Samir Boudjaârane, l’architecte de la montée du RCA en Ligue 1, n’est pas sûr de poursuivre sa mission en raison des problèmes qui ont surgi dans le club à l’issue de la saison passée. «Tous les joueurs sont liés par des contrats, et on n’a l’intention de libérer aucun d’entre eux. Même l’entraîneur Boudjaârane ne devrait aller nulle part», a rassuré Ouahsi qui annonce l’entame de l’opération de recrutement la semaine prochaine si la réunion programmée avec les autorités locales venait à déboucher sur les décisions souhaitées.

Dimanche 16 Juin 2013

EL MOUDJAHID

MONDIAL ELIMINATOIRES DU

2014

Sports

31

AUJOURD’HUI, 14H30 (HEURE ALGÉRIENNE) AU STADE AMAHORO

Rwanda-Algérie : ne sous-estimons pas l’adversaire
Les Verts seront à un tournant décisif aujourd’hui, 14h30, au stade Amahoro, dans la capitale rwandaise Kigali, à l’occasion de la 5ème journée des éliminatoires du Mondial 2014 prévu au Brésil, face au Rwanda.

A

priori, cette rencontre ne doit pas nous échapper, surtout qu’à l’aller, au stade Mustapha-Tchaker de Blida, les Algériens n’avaient fait qu’une bouchée de leurs adversaires du jour. Toutefois, et malgré le fait que cette formation rwandaise drivée par Eric Nshimiyimana est déjà out de ces éliminatoires du Mondial, elle cherchera à sortir en beauté en «exhibant ses biceps» contre des équipes comme le Mali et l’Algérie. Face aux Maliens de Seydou Keita, les «Amavubi» sont revenus au bercail sur le score de 1à1. Mieux encore, ce sont les Rwandais qui avaient ouvert le score en premier avant que les Maliens n’égalisent en fin de match. C’est pratiquement un signal fort et sans frais, comme quoi cette équipe du Rwanda ne jouera pas pour s’acquitter d’une simple formalité. Bien au contraire, elle fera tout pour se distinguer contre nous et montrer qu’elle possède une très bonne équipe. Et si elle n’avait pas réussi à se qualifier pour le 3ème tour de ces éliminatoires, cela est dû à la malchance et aussi à son début contre l’Algérie qui a été une catastrophe, puisque le Rwanda avait été battu sur le net score de 4à0. D’où la nécessité de jouer à fond la «caisse» et ne pas faire de calcul. On doit jouer exclusivement pour les trois points qui seront décisifs pour la qualification avant terme. C’est-à-dire si l’on gagne, on n’attendra pas le dernier match,

à Blida, contre le Mali, pour pavoiser. On peut le faire dès cette rencontre contre le Rwanda à Kigali. Il est certain que du fait qu’ils joueront amoindris, notamment par les absences de Cadamuro, mais aussi Abdelmoumène Djabou, les Fennecs auront quelque chose qui leur manquera dans leur échiquier. Néanmoins, cet aléa ne va nullement ôter au mérite des autres joueurs, surtout si le staff médical parviendra à mettre d’aplomb les blessés comme Feghouli, Slimani et Mehdi Mostépha. Le coach national, Vahid Halilodzic, qui avait demandé à ses joueurs de ne pas jouer en farniente face à cette équipe rwandaise qui se transcende lorsqu’il s’agit de jouer à domicile et notamment contre des équipes de la trempe de l’Algérie. On se rappelle qu’en 2009, à l’occasion des éliminatoires du Mondial 2010 organisé pour la première fois par une équipe africaine, l’Afrique du Sud, les Verts avaient réussi à accrocher les Rwandais sur ce même stade sur le score de 0à0. On avait même raté le but victorieux, puisque la balle de Abdelkader Ghezzal avait buté contre la transversale. Cette fois-ci, et dans le même cadre, il faudra la mettre dedans cette balle. Pour autant, Halilhodzic comptera sur l’opportunisme d’Islam Slimani, mais aussi le brio de Soudani et Feghouli, s’il est rétabli. En défense, le Bosnien fera confiance au même groupe avec Mostépha à droite, Mesbah à

gauche et Bougherra-Belkalem dans l’axe. Il est évident que face au Rwanda, Guedioura retrouvera sa place aux côtés de Lacen. Il est certain qu’Halilhodzic craint énormément l’arbitrage. Le Guinéen Yacouba Keïta n’est pas tellement estimé par les supporters algériens. On se rappelle encore les bévues monumentales et surtout les buts non accordés par cet arbitre. En dépit de cette crainte justifiée, les nôtres doivent jouer à 100% de leurs moyens pour assurer leur qualification au 3ème et dernier tour qui les mènera en cas de qualification au Mondial brésilien de 2014. Ce qui exaucerait le vœu de tous les Algériens. On est tout prs du « puit, on doit y boire » et faire plaisir à tous les fans de l’équipe nationale. Hamid Gharbi

Le point du groupe H avant la 5e journée
Le point du Groupe H des qualifications de la zone Afrique pour le Mondial-2014 de football avant la 5e journée prévue dimanche à 14h30: Rwanda - Algérie (Kigali) / 19h00 : Mali - Bénin (Bamako) Classement : Pts J G N P bp bc dif 1. Algérie 9 4 3 0 1 11 4 +7 2. Mali 7 4 2 1 1 5 4 +1 3. Bénin 4 4 1 1 2 4 7 -3 4. Rwanda 2 4 0 2 2 3 8 -5 Déjà joués : 1ère journée : Mali - Algérie 2-1 Bénin - Mali 1-0 2e journée : Algérie - Rwanda 4-0 Rwanda - Bénin 1-1 3e journée : Algérie - Bénin 3-1 Rwanda - Mali 1-2 4e journée : Bénin - Algérie 1-3 Mali - Rwanda 1-1 6e journée : 06/09 : Algérie - Mali 06/09 : Bénin - Rwanda.

CHAN 2014 (QUALIFICATIONS) ALGÉRIE-LIBYE :

Echos…Echos…Echos…Echos…Echos…Echos…Echos…
Entraînement : la sélection algérienne effectue ce samedi à 14h30 sa principale séance d’entraînement au stade Amahoro (la Paix) après le décrassage effectué vendredi après-midi sur la pelouse du stade de l’université à Kigali en présence de tous les joueurs. A noter que le gardien Mbolhi a écourté sa séance à cause dun maux de tête mais rien de grave pour le portier des Verts. Billetterie : les organisateurs du match Rwanda-Algérie ont décidé de retarder de 24 heures l’opération de vente des tickets au niveau du stade Amahoro à cause de la fête de la jeunesse rwandaise qui sera marquée par la présence du président Kagami. D’ailleurs, les alentours du stade ainsi que l’entrée principale étaient bien gardés par les agents de sécurité, a-t-on constaté sur place. Bougherra : Le capitaine de la sélection algérienne Madjid Bougherra connaît bien le football rwandais puisqu’il l’a affronté à trois reprises dont la première fois le 23 mars 2005 au stade Zabana à Oran avec à la clé une victoire sur le score de 1 à 0. La seconde fois c’était en mars 2009 à Kigali en qualification du Mondial 2010 où les Verts avaient obtenu un nul vierge. Quant à la troisième confrontation, elle remonte à octobre 2009 à Blida et un large succès des Verts (3-1). En revanche, il a manqué le match de juin 2012 à Blida à cause dune blessure. milieu de terrain Alfred Martin Mugabo, qui exerce son métier avec l’équipe réserve d’Arsenal et de Tumaine Ntamuhanga qui évolue avec léquipe militaire (APR), qui avait raté le dernier match contre le Mali (1-1) en raison d’une blessure au genou. D’autre part, le défenseur Michel Rusheshangoga et l’attaquant Meddie Kagere, touchés face aux Aigles du Mali sont incertains, mais le coach des Guêpes espèrent bien les récupérer à temps pour le match de dimanche face à l’Algérie. puis des années. Il rate rarement un match des Verts, que ce soit en Algérie ou en Afrique. Le natif de Frenda, âgé de 63 ans, a fait un véritable parcours de combattant pour rallier la capitale Kigali. Aprés avoir assisté à la victoire des camarades de Sofiane Feghouli à Cotonou dimanche dernier, il a pris le lendemain l’avion à partir de la capitale béninoise pour Ouagadougou pour atterrir à Alger. Il a repris son bâton de pèlerin vendredi pour se rendre à Kigali pour aller encourager l’équipe algérienne face aux guêpes rwandais. « Je suis un fervent supporteur des Verts depuis le Mondial 1982 en Espagne. Je suis tous les matches de l’Algérie, c’est ma drogue. Jai assisté à la CAN et le Mondial 2010. Je souhaite que l’Algérie se qualifie pour la coupe du monde au Brésil » a-t-il déclaré à l’APS.

Le match délocalisé au stade du 5-Juillet
Le match aller entre l’équipe nationale A’ de football, composée de joueurs locaux et la Libye, comptant pour les qualifications au championnat d’Afrique des nations CHAN 2014, initialement prévu au stade Mustapha-Tchaker de Blida le 23 juin, a été délocalisé au stade du 5-Juillet d’Alger, a-t-on appris samedi auprès de la Fédération algérienne de football (FAF). La sélection nationale a entamé le 1er juin un stage bloqué, réparti en trois phases, en vue de cette première manche, avec un effectif décimé en raison du nombre important de blessés (7), mais aussi en l’absence des joueurs retenus chez l’équipe nationale A, qui jouera dimanche en déplacement face au Rwanda, en match comptant pour la 5e journée des éliminatoires du Mondial 2014. Le match retour est programmé pour le 5 juillet prochain au stade international de Tripoli. La phase finale du CHAN se déroulera en Afrique du Sud du 11 janvier au 1er février. Lors du dernier CHAN disputé en 2011 au Soudan, l’Algérie, dirigée par l’ancien sélectionneur Abdelhak Benchikha, a terminé le tournoi au pied du podium après sa défaite en match de classement face au pays organisateur (1-0).

Communauté : la communauté algérienne au pays des mille collines est insignifiante par rapport aux pays africains voisins, à l’instar du Burundi, la Tanzanie ou encore l’Ouganda. Ils sont à peine une dizaine dont la plupart exercent dans l’import-export. Il y a également quelques ingénieurs et médecins. Encouragement : le ministre de la Défense rwandais James Kabarebe a envoyé un message d’encouragement via sa page twitter à la sélection nationale du Rwanda à la veille de son match face à l’Algérie. Dans son message relayé par la presse locale, le patron de l’armée rwandaise a exhorté les joueurs à être confiants dans le but d’assurer la victoire. Comme quoi même éliminés de la course à la qualification, les Rwandais veulent prendre leur revanche après la large défaite du match aller sur le score de 4-0. Supporter : Hadj Kouider est un fidèle supporteur de la sélection algérienne de-

Renfort : L’équipe nationale du Rwanda a été renforcée par l’arrivée du

Arbitrage : la délégation algérienne appréhende beaucoup l’arbitrage du trio guinéen conduit par l’illustre Yakhouba Keita que tous les Algériens se souviennent de son arbitrage scandaleux à deux reprises. La première fois à l’occasion de la rencontre Algérie-Rwanda (3-1) pour le compte de l’avant-dernière journée des qualifications du Mondial 2014 où il avait refusé un but valable pour les Verts que tout le monde a vu sauf lui. Il revient à la charge en mai dernier à l’occasion de la huitième de finale retour de la Ligue des champions entre l’ES Tunis et la JSM Bejaïa (1-0). Il refuse tout d’abord de siffler un penalty pour les camarades de Derrag avant d’accorder un penalty discutable aux Tunisiens.

Dimanche 16 Juin 2013

Pétrole Le Brent à 105,81 dollars

Monaie L'euro à 1,330

D E R N I E R E S
MODERNISATION DU SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE SOLIDARITÉ DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DES PAYS DU SAHEL AVEC LE MALI

L’Algérie devrait jouer les premiers rôles estime un responsable de Kidal

M. Louh salue l’accord de coopération entre l’Algérie et l’OIT
Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, M. Tayeb Louh, a salué l’accord de coopération entre l’Algérie et l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la création d’une école supérieure de sécurité sociale qu’il considère comme un « jalon privilégié » dans la modernisation du système de sécurité sociale en Algérie, a indiqué samedi un communiqué du ministère. Cet accord est « un modèle dans les relations de coopération entre l’Organisation et les pays africains » a indiqué M. Louh dans une déclaration en marge des travaux de la 102e session du Congrès international du travail et à l’issue de la cérémonie de signature qu’il a coprésidée avec le directeur général du Bureau international du travail (BIT), Guy Ryder. Le directeur général du BIT a, pour sa part, qualifié l’accord de « pas qualitatif » dans la coopération entre l’Algérie et l’OIT. Il a également salué la décision de l’Algérie d’« investir dans la ressource humaine », soulignant l’importance de cette école pour les étudiants et cadres des pays maghrébins et africains.

L’

Algérie devrait jouer les premiers rôles pour contribuer aux solutions de la crise malienne actuelle et préserver la stabilité de la région du Sahel a affirmé hier à Alger un responsable de Kidal. « Puisqu’elle connaît mieux le Mali, possède assez d’expérience dans la gestion des conflits et beaucoup d’atouts, l’Algérie devrait jouer les premiers rôles pour contribuer aux solutions de la crise malienne et la stabilité du Sahel », a déclaré à l’APS le président du Conseil régional de Kidal, Homeny B. Maiga. Ce responsable fait partie de la délégation devant participer à la conférence internationale de solidarité de la société civile des pays du Sahel avec le Mali, prévue aujourd’hui et demain à Alger, et qui s’est recueillie hier au Sanctuaire des Martyrs (Riadh El Feth) en déposant une gerbe de fleurs avant de visiter le musée du Moudjahid. Pour Maiga : « Il ne peut y avoir de solution globale à la crise au Mali sans consulter les

représentants de la société civile, puisque ce sont eux qui peuvent exprimer ce qu’endurent les populations locales et leurs attentes dans ce qui se dessine pour l’avenir du pays.» A propos du terrorisme transnational, des mouvements de narcotrafiquants et de la criminalité organisée qui menacent le Mali et le Sahel, il a déclaré : « Nous avons sollicité l’Algérie depuis longtemps et nous espérons à

l’occasion de cette conférence internationale profiter de ses conseils.» Par la même occasion, Ousmane Mohamed Touré, président d’une organisation malienne dénommée Nouvelle jeunesse africaine (NJA), a estimé que « la rencontre internationale d’Alger doit aboutir à des solutions pratiques et réalistes pour le bien de toutes les communautés au Mali et autour de valeurs parta-

gées et démocratiques.» D’ailleurs, Tidiani Diakite, consultant indépendant auprès d’organisations maliennes de la société civile a jugé que « les contacts entre les Etats ou les gouvernements est une bonne chose, mais les concertations entre les acteurs de la société civile sont encore mieux.» « Il faut surtout des contacts entre les communautés pour dégager les formules de solutions qui réellement vont participer à la sécurité, la stabilité et le co-développement dans les régions où des populations sont mal prises en charge et trop souvent victimes de toute sorte de crise », a-t-il relevé. Vendredi dernier, le président du Haut Conseil islamique du Mali, cheikh Mahmoud Dicko, avait affirmé à Alger que le peuple malien était « un peuple opprimé qui vit dans des conditions déplorables depuis plus de deux décennies » au cours desquelles l’Algérie a joué un rôle « efficace » dans sa résistance et dans l’amélioration de sa situation.

PATRONAT AFRICAIN

Habib Yousfi réélu à la tête du « Business Afrique »
Le président de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), Habib Yousfi a été réélu à Genève pour un deuxième mandat, de deux ans, à la tête du patronat africain «Business Afrique», a indiqué hier le CGEA dans communiqué. M. Yousfi a été élu à l’unanimité en marge des travaux de la 102e Conférence internationale du travail (CIT) qui se tient du 5 au 21 juin 2013, a-t-on précisé dans ce communiqué. La Confédération des employeurs africains regroupe l’ensemble des structures patronales autour d’un consensus adopté sur proposition de M. Yousfi afin que l’Afrique puisse notamment « accélérer son développement économique, lutter contre le chômage, exploiter ses propres ressources, et asseoir un dialogue constructif avec tous les gouvernements du continent », souligne la même source.

TIZI-OUZOU

AFFAIRE DE CORRUPTION CA BATNA - JS SAOURA

Deux noyades La LFP réagit aux accusations du président batnéen La Ligue de football profestoute fonction et/ou activité en mortelles dans sionnel (LFP) a réagi hier au relation avec le football pour le contrevenant, en plus de la réde la décision prise l’oued Sebaou et le lendemain par le CA Batna, relégué en trogradation du club en division inférieure », avait affirmé le barrage Taksebt Ligue 2, de boycotter le chamDeux enfants, âgés de 15 ans et 17 ans, ont trouvé la mort par noyade, vendredi dernier, l’un dans l’oued Sebaou et l’autre dans le barrage Taksebt, wilaya de Tizi-Ouzou, a annoncé hier la protection civile dans un communiqué. La première victime, O. Mohamed, âgé de 15 ans, s’est noyée, au début de l’après-midi de vendredi au niveau de l’oued Sébaou, à hauteur de la commune de Sidi Naâmane, une vingtaine de kilomètres à l’ouest du chef-lieu de wilaya, tandis que la deuxième, M. Ahmed, âgé de 17 ans, a été repêché à partir du barrage Taksebt, à hauteur du lieu-dit « Thassifine », commune d’Irdjen, une dizaine de kilomètres au sud-est du même chef-lieu, indique-t-on de même source. Les dépouilles mortelles ont été repêchées puis transportées à la morgue du CHU Nedir Mohamed de la ville des Genêts par les plongeurs de la protection civile. B. A.
pionnat 2013-2014, suite à l’affaire de corruption présumée de joueurs du CAB par l’équipe de la JS Saoura. L’instance dirigeante, estime le président du CAB, Farid Nezzar, est en train de mener une « campagne de dénigrement contre la FAF et la LFP », précisant que l’affaire se trouve toujours aux mains de la justice. Les membres de l’assemblée générale du CA Batna, réunis vendredi après-midi en session extraordinaire, ont affirmé qu’il n’était « pas question pour le club d’évoluer dans une autre division que la ligue 1 ». « La LFP doit appliquer président Farid Nezzar dans une déclaration à l’APS. De son côté, la LFP souligne qu’elle « a récemment informé officiellement et par écrit, le président du CAB que s’il y a des suites à donner sur cette affaire, ce sont les structures du football national qui prendront les décisions qui s’imposent, conformément aux règlements généraux de la FAF ». Enfin, la LFP a décidé de convoquer Farid Nezzar devant la commission de discipline « pour répondre de ses agissements et des mensonges qu’il répand d’une manière outrancière.»

l’article 80 du code disciplinaire qui stipule que dans le cas d’une affaire de corruption ou tentative de corruption, cette dernière est sanctionnée d’une interdiction à vie d’exercer

INCENDIE À EL HAMIZ

RÉALISATION DE 5 TÉLÉCABINES À ALGER

Aucune perte humaine
Les services de la Protection civile ont réussi hier à circonscrire un incendie qui s’est déclaré dans un entrepôt de stockage de produits de peinture et dérivés à El Hamiz (banlieue est d’Alger), a indiqué le directeur général de la Protection civile, le colonel Mustapha Lahbiri. « A l’exception de dégâts matériels, aucune perte humaine n’est à déplorer lors de cet incendie survenu à 14h15 », a-t-il précisé. Les premiers éléments de l’enquête révèlent un « nonrespect des normes en vigueur en matière de stockage des produits inflammables, à l’origine de l’incendie qui a vite été maîtrisé par les éléments de la Protection civile », a ajouté le responsable. A ce propos, le directeur général de la Protection civile a appelé les commerçants « au respect des conditions de stockage, notamment durant l’été ».

Prorogation des délais de remise des offres

L

ALGER

Un mort et un blessé après la chute d’un support de tonnelle
Une personne est morte et une autre a été blessée suite à la chute hier d’un support de tonnelle d’un local commercial situé à la rue Didouche Mourad (Alger-Centre), a constaté l’APS. Dans une déclaration à l’APS, un élu de l’Assemblée populaire nationale (APC) de la commune d’Alger, a affirmé que la dépouille de la victime ainsi que la personne blessée ont été évacuées vers l’hôpital Mustapha Pacha. Le sinistre a eu lieu au 64 rue Didouche Mourad en plein centre d’Alger.

a date limite de remise des offres pour la réalisation de 5 télécabines à Bab El Oued (Alger), Constantine, Béni-Saf (Aïn Témouchent) et Bejaia est prorogée d’un mois, a annoncé l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA). Ainsi, la date limite de remise des offres pour la réalisation de télécabines à Bab El Oued, Constantine et Béni-Saf, fixée initialement pour le 24 juin, est prorogée au 24 juillet 2013, selon des annonces publiées hier dans la presse nationale. Il s’agit des télécabines d’Alger «Bab El Oued-Village Celeste-Zghara», de Constantine «Gare routière-Bekira» et «Kerikri-Daksi», ainsi que le téléphérique de Béni-Saf «Zone indus-

trielle-Centre ville-Béni Khaled». L’EMA informe aussi les soumissionnaires que la date limite de remise des offres pour la réalisation de la télécabine de Bejaia «Lakhmis-cité Amimoune-Plateau des Ruines-Fort Gouraya», fixée initialement pour le 11 juillet prochain, est prorogée au 11 août 2013. Par ailleurs, la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) a lancé hier un deuxième appel d’offres national et international restreint pour l’acquisition de 17 autorails diesel électriques de voie normale (1,435 m), de pièces de rechange et pièces parc, d’outillage spécial avec l’assistance technique nécessaire.

DÉCÉDÉ JEUDI AU MAROC

Le corps du chanteur algérien Cheb Akil rapatrié aujourd’hui
Le corps du chanteur de rai algérien Cheb Akil, décédé dans la nuit de jeudi à vendredi, à la suite d’un accident de la route survenu dans la région de Tanger-Tétouan (nord du Maroc), sera rapatrié aujourd’hui après-midi en Algérie, a-t-on appris hier auprès du service des affaires consulaires de l’ambassade d’Algérie à Rabat. La dépouille mortelle arrivera à 15h25 à l’aéroport international «Houari Boumediène» (Alger) à bord d’un avion de la compagnie nationale «Air Algérie» en provenance de Casablanca, a-t-on précisé de même source. Pour rappel, Cheb Akil est décédé jeudi à 23 h 45 (heure algérienne) à la suite d’un accident de la route survenu près de la ville de Moulay Bousselham, à 45 km au sud de Tanger, sur la route reliant Rabat à Tanger. La victime a succombé suite a des blessures causées par l’accident qui s’est produit vers 21h30. Cheb Akil était accompagné de son épouse, enceinte, qui a été admise à l’hôpital de Tanger où les médecins ont diagnostiqué des fractures au niveau des côtes, et d’un musicien qui est sain et sauf. Le corps de la victime se trouve à l’hôpital de la ville Larache à 86 km de Tanger. Le défunt, de son vrai nom Abdelkaau Palais des Etoiles à Tanger. A la suite de ce décès, Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, a déclaré dans un message de condoléances, avoir appris « avec une profonde tristesse la disparition tragique du jeune chanteur Cheb Akil, victime d’un accident de la circulation entre deux spectacles qu’il devait donner hors du pays.» « Avec son départ prématuré, la scène artistique endeuillée perd un interprète talentueux dont la carrière était en pleine ascension et un artiste aux multiples qualités tant humaines que professionnelles », a souligné la ministre.

der Akil, était né en juin 1974 à Khemis Miliana (w. de Ain Defla). Il devait animer, vendredi soir, un concert

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful