You are on page 1of 21

L'OFFRE ÉTHIQUE DES ENTREPRISES.

Une production du capitalisme ?
Anne Salmon P.U.F. | Cahiers internationaux de sociologie
2004/1 - n° 116 pages 77 à 96

ISSN 0008-0276

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-cahiers-internationaux-de-sociologie-2004-1-page-77.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Cahiers internationaux de sociologie, 2004/1 n° 116, p. 77-96. DOI : 10.3917/cis.116.0077
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 189.62.81.221 - 28/05/2013 15h42. © P.U.F.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 189.62.81.221 - 28/05/2013 15h42. © P.U.F.

Salmon Anne, « L'offre éthique des entreprises. » Une production du capitalisme ?,

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour P.U.F.. © P.U.F.. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

L’OFFRE ÉTHIQUE DES ENTREPRISES. UNE PRODUCTION DU CAPITALISME ?
par Anne SALMON

L’offre éthique des entreprises Anne Salmon
R ÉSUMÉ
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 189.62.81.221 - 28/05/2013 15h42. © P.U.F.

Que l’éthique ait pu soutenir le capitalisme n’est pas une idée nouvelle : on la trouve déjà chez Marx, puis chez Weber qui analyse les « affinités électives » entre l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Il semble cependant qu’aujourd’hui, on assiste à un phénomène qui relèverait d’une « économisation » du concept d’éthique. Le lieu de « production » de l’ « éthique » paraît bien être la sphère économique elle-même, et notamment l’entreprise qui en serait l’un des principaux vecteurs de diffusion. C’est en ce sens que l’on parlera d’ « offre éthique ». Si l’éthique en « s’économisant » s’adresse à l’individu en tant qu’être de besoin, ne va-t-elle pas devenir, au même titre que les biens culturels (Arendt), un bien marchand ? L’entreprise est-elle fondée à produire une éthique économique ? Mots clés : Éthique des entreprises, Responsabilité sociale, Identités au travail, Éthique calviniste du travail, Éthique progressiste du travail, Éthique économique, Sociologie économique. S UMMARY The support provided by ethics to capitalism is not new : the idea was expressed by Marx, then by Weber analyzing the « elective affinities » between protestant ethics and the spirit of capitalism. Nevertheless, it seems that, in the contemporary period, another phenomenon is appearing : the « economization » of the concept of ethics. From now on, ethics would be produced by the economic sphere itself, and particularly by business. In such a configuration, the question raised are the following ones : is this evolution leading to a « marketization » of ethics parallel to the one put in evidence by Arendt concerning the cultural goods ? Is business legitimate to produce an economic ethics ? Key words : Business ethics, Social responsibility, Work identities, Calvinist work ethics, Progressist work ethics, Economic ethics, Economic sociology.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 189.62.81.221 - 28/05/2013 15h42. © P.U.F.

Cahiers internationaux de Sociologie, Vol. CXVI [77-96], 2004

189.info . une nouvelle combinaison. 1954.F. Il est établi que Goethe avait en main deux ouvrages scientifiques sur les « affinités électives ».81. il a eu connaissance de l’article « Les affinités » dans le Dictionnaire de physique de J. se dévorent. car nous éprouvons que nos sens suffisent à peine à les bien observer. Les Affinités électives. 2. peut-être. 1954. Éd.U. 65-66). Tübigen. Document téléchargé depuis www.. XX et XXI.cairn. Puis Weber le publia de nouveau en 1920 dans sa série d’études en sociologie des religions. « Si l’on met un morceau de cette pierre dans de l’acide sulfurique dilué. trad. La référence au texte de Goethe est cependant suffisamment explicite pour qu’elle ne puisse faire l’objet d’aucun doute. s’attirent. nouvelle. . tandis que cet acide faible. Weber emprunte à Goethe2 le vocable d’ « affinités électives »3. 1954. et même de la sensibilité et de l’intelligence.62. 339).221 . © P.1964)1. 1920-1921. mais jamais à propos de son roman Les Affinités électives. 4. © P. Document téléchargé depuis www.U. « Il faut voir agir devant ses yeux ces êtres. 1980.221 . 338) de l’Édition Gallimard (1980). Paris. Gallimard. p. puis. p. Gehler. et l’on se croit désormais autorisé à employer l’expression d’affinité élective. il faut admettre tout d’abord un hasard puis la force d’une nécessité. aérien. 62). Cet essai a d’abord été publié dans Archiv für Sozialwissenschaft und sozialpolitique. Il s’est opéré une séparation. l’acide s’empare de la chaux et se manifeste avec lui à l’état de gypse . S. Voir à ce propos la préface de Michel Tournier de l’ouvrage de Goethe Les Affinités électives (p. se dégage. Par ailleurs. traduit et annoté par Pierre du Colombier. il faut regarder avec sympathie comment ils se cherchent l’un l’autre. C.81.. se détruisent. 3. pour la préface . Mohr. et que notre raison suffit à peine à les comprendre » (Goethe. se manifestent à nouveau sous une forme renouvelée.cairn.189. 3 vol.info . T. En 1785 paraît la traduction allemande de l’ouvrage du chimiste suédois Torbern Bergman sous le titre Die Wahlerwandtschaften. en cette vie » (Goethe. se saisissent. 16) et la note (p.. Goethe a lui-même puisé ce terme dans l’outillage conceptuel des sciences de la nature et plus précisément de la chimie4. Gesammelte Aufsätze Zur Religionssoziologie. J. qui semblent morts et qui cependant sont toujours intérieurement prêts à l’activité . B. que l’une a été choisie plutôt que l’autre » (Goethe.28/05/2013 15h42. Goethe utilise ce concept pour repérer et analyser à la manière d’un chimiste dans l’attirance amoureuse « la sombre nécessité des passions qui ne saurait être entièrement effacée que par la main d’un être supérieur.62. 1904-1905. Goethe.. 1954.F.28/05/2013 15h42. parce qu’on dirait en effet qu’une relation a été préférée à l’autre. Là où l’on voudrait voir le choix et le désir de deux personnes. vol. après s’être intimement unis. Max Weber cite Goethe à quatre reprises dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme.. de Die Wahlrverwandtschaften (1809). pour la traduction et les notes. inattendue : alors seulement on leur attribue une vie éternelle. La définition qu’il en donne s’y réfère explicitement. Dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (Weber. p.78 Anne Salmon 1. et non pas encore.

mais dont il faut cependant reconnaître le caractère « non voulu ».81. L’ascétisme puritain n’a pas été créé pour soutenir l’esprit du capitalisme.221 . Nous examinerons tout d’abord l’émergence de ce « mouvement » à travers l’analyse d’un ensemble de textes d’entreprises emblématiques de cette « posture éthique » contemporaine. Dans un contexte où les grandes croyances mobilisatrices semblent avoir perdu leur capacité d’entraînement.. Ce concept contient également les processus qui sont à l’œuvre dans la formation de l’esprit du capitalisme. C’est pourquoi nous devons nous attendre à ce que les effets de la Réforme. Mais ce « mouvement » ne va pas de soi. que les écoles en charge de la formation des futurs cadres supérieurs ou dirigeants l’enseignent. conséquences souvent fort éloignées de tout ce qu’ils s’étaient proposé d’atteindre...L’offre éthique des entreprises 79 Document téléchargé depuis www. parfois même en contradiction avec cette fin » (Weber. non voulues. 1964.F. la part prépondérante – aient été des conséquences imprévues. 47).221 .81.F. p. La mise Document téléchargé depuis www. Le concept d’affinités électives contient de manière voilée la méthode qui permettra à Weber de déterminer des séparations et des combinaisons entre des « éléments singuliers qui sont à extraire un à un de la réalité historique » (Weber. © P. pour une grande part – sinon. de l’œuvre des réformateurs. p. Il s’agit d’une « attraction » mutuelle de deux éléments ou d’une rencontre qui semble relever d’un choix. de notre point de vue particulier. « inattendue ». le concept d’ « affinités électives » situe immédiatement la rencontre entre les formes de « croyances religieuses » et l’ « esprit du capitalisme » au cœur d’une problématique des « liens intimes » qu’il faut démêler pour qu’apparaissent des « éléments purs » qui appartiennent à des sphères elles-mêmes distinctes : la religion et l’économie. Leurs buts éthiques. de leur action.62. d’une préférence. 49. implacable. 106) La problématique des « affinités électives » inscrit les relations entre l’ascétisme puritain et le capitalisme dans un rapport non instrumental. 1964. étroitement mêlés au point d’être rendus méconnaissables dans le sermon idéal typique de Benjamin Franklin (Weber.189.info .28/05/2013 15h42. Que l’entreprise soit posée comme le lieu privilégié d’une « exigence éthique ».info . 50). presque subi.62.28/05/2013 15h42. l’éthique protestante n’était pas le moyen de détourner les esprits encore attachés à la tradition. p. .cairn.U.. le déploiement de l’ « éthique d’entreprise » se veut sans doute une réponse.cairn. 1964. 48. « Le salut des âmes – et lui seul – tel fut le pivot de leur vie. les manifestations pratiques de leurs doctrines étaient tous ancrés là. © P.U.189. que les entreprises la véhiculent auprès de leurs salariés peut faire l’objet d’un questionnement. et n’étaient que les conséquences de motifs purement religieux. Ces éléments singuliers « intimement unis » se manifestent sous une forme « renouvelée ». Chez Weber.

cet ensemble de discours et de pratiques peut toutefois être suspecté d’ « invention dogmatique » au niveau organisationnel ou sociétal tant il paraît déconnecté des réalités vécues. chartes éthiques et codes déontologiques. guides pratiques . ESSO. Paris.. voire même désirées.U. Carrefour. Pour une distinction plus précise entre ces deux notions voir Norbert Alter.info . qui. Le corpus1 analysé est composé : a) de documents produits dans les entreprises : communications de dirigeants accessibles au public ou aux salariés . SNCF. « Innovation » dans les cercles managériaux.62.cairn. etc. © P. publicités dans la presse . plaquettes ..cairn. qui de nos jours semblaient devoir être soigneusement maintenues séparées. textes issus pour la plupart de grandes entreprises ou de groupes.189. Le réveil d’une exigence éthique se présente 1.81. Document téléchargé depuis www. b) de textes de consultants et de professionnels dans l’entreprise .189. nous avons tout d’abord examiné un ensemble de textes d’entreprises puis intégré d’autres types de textes. Document téléchargé depuis www.221 .62. documents stratégiques officiels .221 . cherchent à promouvoir ou à structurer ce mouvement. PUF. Ou d’autres rapports sont-ils en jeu : la production d’une éthique. © P.F. Renault. 3 M.. projets d’entreprise. Comment se fait-il que la sphère de l’éthique et celle de la production. 2000.80 Anne Salmon en perspective historique proposée dans un deuxième temps vise à préciser la spécificité de cette « offre éthique » de l’entreprise. . BTB. paraissent se saisir l’une de l’autre et se rejoindre ? « L’offre éthique des entreprises » peut-elle être analysée en termes d’ « affinités électives » ? Elle serait le signe qu’une forme « renouvelée et inattendue » de l’esprit des affaires est en train d’émerger. 2. articles de journaux d’entreprise .81.info .U.28/05/2013 15h42. ÉMERGENCE DU MOUVEMENT DE L’ETHIQUE DES AFFAIRES ET DE L’ENTREPRISE Ampleur et forme du mouvement Les directions générales à travers la création de comité d’éthique et de surveillance. Crédit lyonnais. d’une façon comme d’une autre. Pour rendre compte de ce phénomène.28/05/2013 15h42. au service du développement de l’économie et des logiques de croissance ? I . dans des secteurs très diversifiés : EDF-GDF. . L’innovation ordinaire. L’ensemble des citations de cette première partie a été tiré de ce corpus.F.. c) de textes scientifiques et/ou techniques qui interrogent et se centrent sur la dimension éthique de (ou dans) la vie économique. la publication de codes de « bonne conduite » et de chartes n’attendent pas de ces innovations managériales2 que des retombées marketing. notes internes ou rapports de commissions d’études .

L’éthique se prolonge dans une morale qui cherche à établir des normes de comportement que l’ensemble des salariés doit adopter.62. diffusées au sein des entreprises. mais aussi les stages de formation.28/05/2013 15h42.info .81.221 . l’État auraient cessé de hiérarchiser. p. mais aussi apporter une plus grande visibilité de leur utilité sociale dans un moment où elle est contestée au regard de la fragilisation du tissu social et des problèmes environnementaux récurrents. et plus largement la vie économique.cairn. n’hésitent pas à qualifier de « faute grave » le non-respect des principes qu’elles édictent. l’école.221 .28/05/2013 15h42. il peut être exigé des salariés de les signer au moment de l’embauche. © P. « Moraliser les affaires ».81...info . En externe. de leur rôle et de leur responsabilité par rapport aux grands problèmes qui agitent notre société moderne. de la part des acteurs du champ économique.L’offre éthique des entreprises 81 Document téléchargé depuis www. Elle est alors une réponse des entreprises face aux mouvements de contestation qui se sont traduits tout d’abord par des appels au boycott de leurs produits (menés par les ONG notamment) en cas de non-respect des droits des travailleurs.) Ce discours s’enracine dans la mise en évidence d’une demande sociale de repérage ou d’affirmation claire des valeurs que la religion. Associé tout d’abord à de grands noms du patronat.F.189. Des déontologues sont recrutés pour élaborer ces codes et contrôler en interne la mise en œuvre de cette politique. les entreprises tentent ainsi de s’imposer comme des acteurs incontournables de l’articulation de l’économique et du social et de la régulation (Giroux. 2001. l’éthique se déploie notamment à travers la thématique de la responsabilité sociale ou de la citoyenneté d’entreprise. comme l’a montré Corinne Gendron..189. les codes déontologiques.cairn. En interne les chartes éthiques s’adressent à toutes les catégories de personnel qui sont désormais appelées à les respecter. .F. les projets d’entreprises. les chartes éthiques.U. Par ailleurs. © P. 2001. c’est réduire les scandales financiers qui entachent la réputation des entreprises.. Ces normes sont très clairement affirmées dans ces chartes : certaines chartes. tout d’abord comme l’affirmation d’une prise de conscience. il faut maintenant reconnaître qu’il se diffuse de façon plus anonyme et surtout plus systématique à l’intérieur comme à l’extérieur de l’entreprise. Elle va prétendre Document téléchargé depuis www. Le discours éthique dans l’entreprise est véhiculé à travers les journaux.U.62. Ce « mouvement » s’organise autour d’acteurs puissants du champ économique qui le véhiculent et le défendent. Il s’agit de mobiliser les salariés sur les objectifs de croissance et de compétitivité de l’entreprise tout autant que d’adapter leurs comportements. Ces thématiques cherchent. à promouvoir l’idéologie d’ « une prise en charge formelle de l’intérêt commun par l’entreprise privée » (Gendron. 320) À travers la notion d’éthique.

au lieu de la propagande (qui. la communication stratégique et commerciale qui structure les discours n’en demeure pas moins au cœur de la diffusion de cette « éthique de l’entreprise ». Le besoin de sens.info . La justification du discours éthique dans l’entreprise se développe alors dans deux directions complémentaires.info .. et cela de façon nécessaire.cairn. moins strictement idéologique dans ses formes. 343) De nombreux textes issus de l’entreprise ou de la littérature managériale s’appuient sur la reconnaissance d’une crise – crise du sens du travail et plus généralement du sens de l’activité – pour justifier la reformulation des finalités de l’organisation en les reliant au bien-être des hommes. 1991). mobilise l’intérêt général pour persuader qu’il est dans son propre intérêt individuel de se conduire selon l’intérêt supérieur de l’État de la Nation) (Gorz. Elle est en ce sens le résultat d’un bricolage d’idéaux puisés parfois dans la philosophie.cairn. motivé par l’avantage ou l’intérêt privé en écartant toute considération qui le transcende).U. Les mots prennent alors une tournure colorée. © P. p. mais perdent leur pouvoir analytique et cri- Document téléchargé depuis www. donner « un sens à la société pour pallier les défaillances des autres institutions » (Enriquez. satisfaisant des besoins d’ordre privé et l’intérêt « bien compris » de l’individu. . Le registre publicitaire (la séduction et le plaisir immédiat pour soi-même. tout en mettant en évidence une « pénurie » de valeurs. que commerciale et publicitaire. est en effet symptomatique de cette nouvelle orientation de la communication des entreprises.F. à l’intérêt général ou au bien commun.28/05/2013 15h42. la religion.28/05/2013 15h42. à partir du moment où l’entreprise.81..62. 1996.F. analysé et reconnu par les dirigeants. Document téléchargé depuis www. Si l’ampleur du phénomène empêche de n’y voir qu’une mode passagère. Il s’agit de convaincre de l’existence d’un besoin de sens chez les individus et de montrer que l’offre qui émane de l’entreprise répond bien à cette demande.82 Anne Salmon Le système de valeurs L’éthique de l’entreprise mobilise des références multiples qui se juxtaposent les unes aux autres.. Les compositions/recompositions de l’éthique de l’entreprise transfigurent les concepts au gré d’une communication capricieuse toujours en quête d’un nouvel habillage séducteur. justifierait ainsi les réponses fournies actuellement par l’entreprise en termes de production de repères proposés dans le cadre d’une « éthique identitaire » constitutive tout à la fois de l’identité de l’entreprise et de ses membres et porteuse dans le même temps du sens de la responsabilité que l’entreprise entend exercer à l’égard de la collectivité.221 . © P. L’articulation entre l’éthique et la communication publicitaire s’établit.81.62.189.U.189.. définit ces propres repères comme des objets désirables. comme le souligne André Gorz.221 .

U. Le oui au lieu du non. Les chartes éthiques. Cependant si elle libère l’individu Document téléchargé depuis www.cairn. vont mettre en scène un choix de valeurs dont on pourrait dire qu’il reflète l’image d’une entreprise tendant à libérer le sujet du carcan disciplinaire dans lequel il avait été préalablement enfermé. « être rassuré ». la « créativité ». la « responsabilité ». ce n’est pas l’efficace du système moral complet de référence qui est recherché..F. Les messages que multiplient les directions des ressources humaines..info . tique.. l’affirmation de soi au lieu de l’abnégation. les directions de la communication mais aussi de plus en plus fréquemment des services spécialisés sont conçus pour « formaliser » les comportements et les attitudes que l’entreprise entend valoriser.189. Que l’idée de devoir soit accompagnée de la promesse d’un bénéfice personnel immédiat. © P. que le bien est ce qui est utile à la société et le mal ce qui nuit à son intégration et à son efficacité » (Touraine.81. la « spontanéité ».. p. 129).U. L’ « authenticité ». Ces « motifs idéels » produits par l’entreprise loin de paraître plier le désir ont au contraire pour vocation de le libérer tout en l’orientant. l’ « autonomie ». elles sont aussi le signe d’une nouvelle orientation des modes de contrôle. la « visibilité ». partage des connaissances. le « respect des autres ».221 .62.cairn. l’ « informel » sont au niveau des comportements ce qui doit orienter la nouvelle génération de salariés. curiosité. voilà probablement l’une des spécificités de l’ « offre éthique » de l’entreprise : on est loin de l’argumentation qui consiste à démontrer que le sacrifice est pour l’individu la seule manière de participer au progrès de la société et qu’en se soumettant à l’ordre de la raison par le combat contre sa propre irrationalité.221 . c’est apparemment contre cette idée que se développe l’éthique des affaires. Chiapello.. . la « transparence ». Si l’idéologie classique de la modernité se caractérise par « l’idée que la société est source de valeurs.189. Il ne s’agit pas d’énoncer une série d’interdits mais bien d’exprimer un « devoir être » porteur de repères pour l’action (tolérance et franchise. l’individu peut atteindre de plus hautes satisfactions.. « que son activité a du sens ». Des valeurs sont ici mobilisées comme figures du désirable et sont offertes aux individus soucieux de s’accomplir et de se réaliser dans un « agir ensemble ». © P. 1999.F. publiées par les entreprises. la positivité au lieu de la contrainte. On aura bien dans certains cas une mobilisation de motifs idéels externes à l’économie. siège du désir singulier.28/05/2013 15h42. « sentir qu’on existe dans l’entreprise ».81. mais y compris dans ce cas. 1992. 30).28/05/2013 15h42. volonté de dialogue.L’offre éthique des entreprises 83 Document téléchargé depuis www. Symptôme du déclin « du contrôle hiérarchique rapproché » (Boltanski.info . p.). le vouloir être au lieu du sacrifice structurent cette nouvelle éthique qui se réclame de la valorisation de l’individu et de la restauration possible de son intégrité dans et par le travail.62.

15..cairn.221 . à moins que l’auteur de ces cris ne se déclare » (un Tissage de Roubaix. Aussi mettra-t-on à l’amende : « Art. les dirigeants ont pour mission de maintenir l’ordre.81. 4. le patron et ses « alliés ».info .F. 1863).25 c.62. Cette identité ainsi construite légitime l’autorité patronale.U. mais en mesurant les écarts entre les chartes éthiques d’aujourd’hui et les règlements d’atelier qui se sont généralisés dans les fabriques du XIXe siècle. qui est chargé. Les interdits des règlements d’ateliers caractérisent le monde ouvrier qui devient une masse irrationnelle.F.84 Anne Salmon des contraintes et des devoirs envers la société. « Art. Les conversations bruyantes. 1878). S’il est impossible de découvrir l’ouvrier qui a poussé ces cris.62. d’imposer la discipline et de moraliser les employés. la masse ouvrière doit reconnaître un principe d’organisation qui se situe en dehors d’elle-même. C’est peut-être la vocation principale du règlement .81. sorte de communauté dans laquelle une collection de « je » devra désirer se fondre dans un « nous » ? Éthique et identités collectives Ce discours vise un infléchissement des conduites individuelles. d’assurer les bonnes mœurs et la décence publique dans son établissement » (Imprimerie Hennuyer. Les règlements d’atelier rédigés par les patrons qui imposent des comportements et des règles auxquels eux-mêmes ne sont pas soumis contribuent très nettement à rappeler dans le quotidien l’existence de deux univers imperméables : d’un côté.. les disputes.. ou chantera dans l’atelier paiera 0. © P. . Document téléchargé depuis www. se distingue d’un « eux » les Document téléchargé depuis www. tous les ouvriers travaillant à ces métiers seront pris à l’amende.info . eu égard à la présence des apprentis confiés aux soins physiques et moraux du patron. jouer ou pousser des cris dans l’atelier.28/05/2013 15h42. Au-delà des interdits. un autre enjeu se dessine.189. les rixes. Tout ouvrier qui poussera des cris. d’amende. ainsi que les propos grossiers ou immoraux. Paris. n’est-ce pas pour qu’il se plie aux contraintes de l’entreprise. c’est la description et l’identité de la classe ouvrière telle qu’elle est définie par le patron qu’il faut repérer dans le règlement d’atelier. les chants et les jeux sont formellement interdits. c’est justifier et légitimer une limitation de ces comportements infantiles (voire animaux) par cette autorité qui représente l’ordre rationnel par rapport à l’irrationalité de la masse.cairn. Un « nous ». mais que l’on puisse s’assurer qu’ils partent d’un certain nombre de métiers.28/05/2013 15h42.221 . conformément à la loi du 22 mars 1841..189. © P. Les règlements sont adressés clairement aux ouvriers et à eux seuls par un patron ou une équipe dirigeante qui y est soustraite.U. de l’autre. dire que l’ouvrier peut chanter.

en guise d’illustration. p.cairn. aurait pour effet de diluer les « nous » fondés sur d’autres types d’appartenance et plus particulièrement l’appartenance à une classe sociale. ouvriers.info . Les chartes éthiques. Le mouvement éthique est suffisamment stable pour que se profile une forme particulière d’ « économisation » de l’éthique. dans des textes à vocation scientifique qui explorent aujourd’hui de façon systématique la question de l’ « éthique économique » (Koslowski. bien plus que les valeurs proposées dans ces éthiques. © P.F. [.] Je veillerai personnellement à agir selon ces principes. en s’adressant à tout le personnel. tout en prenant au Document téléchargé depuis www.. au même titre que les groupes d’expression du management participatif. Le système d’imputation. ce qu’écrit un directeur général.. © P. « Nous voulons tous apporter notre pierre à la réussite de Rhône-Poulenc.81.L’offre éthique des entreprises 85 Document téléchargé depuis www. « ensemble ». Une personne particulière s’adresse à d’autres personnes particulières. plus il est nécessaire de savoir et de dire ce que nous avons en commun.28/05/2013 15h42.62. que nous avons repérée dans l’ensemble de notre corpus. 137).221 .189. contribuer pour sa part à cette « gigantesque entreprise de façonnage.81. s’engageant personnellement à suivre les « Principes pour l’action » du groupe qu’il dirige : « Pourquoi des principes pour l’action ? « Plus nous nous employons à être décentralisés. Voilà. Ce système d’imputation des chartes éthiques semble.. Le « nous » mis ici en relief est composé de « je personnels ».28/05/2013 15h42.U. semble se structurer et se consolider.U. Ces dernières sont en effet systématiquement occultées. Le capitalisme. L’économie de marché serait par elle-même porteuse de repères et de normes valables par-delà les frontières de l’entreprise. Cette tendance. Autrement dit.info . Il est donc possible de formuler l’hypothèse selon laquelle le discours managérial diffusé de façon systématique en interne comme en externe finirait par être ramassé pour devenir le socle à partir duquel le capitalisme entend affirmer son propre impact culturel sur la société tout entière..F. .189. qui se détachent des places et rôles concrets occupés par chacun. peuvent contribuer à brouiller cette séparation. 1990. J’attends la même chose de chacun de vous. 1998) et tentent de lui donner une armature théorique.221 .. Que ces principes pour l’action renforcent notre dynamisme et notre engagement » (1993). qui. font vivre un « nous » communautaire recomposé par les techniques langagières bien plus que par les situations réelles..62.cairn. si le règlement d’atelier établissait une ligne de partage entre ceux qui devaient obéir aux règles et ceux qui n’y étaient d’aucune façon soumis. de remodelage des identités collectives – sources d’action et de mobilisation – à la mesure des besoins de l’économie » (Borzeix-Linhart.

se prétendrait être la source possible d’un nouveau système de valeurs porté par l’ « institution » que serait devenue l’entreprise.U. © P.28/05/2013 15h42. au XIXe siècle.62. sérieux la mise en garde des humanistes contre la destruction progressive du tissu social et culturel sur lequel l’activité économique prend pourtant appui.221 . le reconnaissant aujourd’hui. Les promoteurs de cette nouvelle « éthique économique » engagent ainsi les entreprises à « investir » dans l’éthique qui est alors radicalement instrumentalisée. C’est à partir de l’analyse des « affinités électives » entre l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Mais il opérerait alors un dangereux renversement que résume de façon exemplaire l’expression « l’éthique a une valeur économique » (Challe. Comprendre ce que le présent comporte de différent et de commun avec les situations antérieures.info .86 Anne Salmon II . Comme on le sait.. ce n’est pas tant qu’une éthique sociale puisse exercer des formes de soutien au capitalisme. une éthique progressiste se serait substituée à l’éthique protestante pour accompagner la phase de rationalisation du travail dans la grande industrie.cairn. que sont examinés ici les Document téléchargé depuis www. Ce qui paraît nouveau. Ce qui est nouveau. comme l’une des conditions du maintien du système. © P.info . en définitive. 15).U. les principaux acteurs économiques cherchent à la produire (ou à la reproduire) en l’intégrant.cairn. 1997).62. puis en étudiant l’hypothèse selon laquelle. Le recours à l’histoire est alors pensé comme « l’effort pour ressaisir le surgissement du plus contemporain en reconstruisant le système des transformations dont la situation actuelle hérite » (Castel. à part entière.F. 1995. L’économie est alors le point de vue à partir duquel est évaluée l’éthique. La question qui se pose alors est de savoir si les acteurs économiques peuvent produire une éthique sociale qui soit mise au service de fins strictement économiques ? Document téléchargé depuis www. Elle est défendue notamment par Robert Castel lorsqu’il cherche à caractériser la spécificité de la précarité de la situation salariale de notre époque en la référant aux anciennes situations de vulnérabilité de masse.28/05/2013 15h42.F.221 .. voilà ce qui est visé par Castel.189.. . l’éthique protestante puis l’éthique progressiste au XIXe siècle ont l’une et l’autre fini par jouer un rôle important en contribuant à légitimer l’orientation de l’activité économique mais aussi à assurer une qualité de motivation au travail adéquat au développement de celui-ci dans l’entreprise capitaliste. MISE EN PERSPECTIVE HISTORIQUE L’exploration des situations passées pour comprendre le présent est une orientation méthodologique et théorique adoptée par certains sociologues contemporains.. c’est que. p.81.81.189.

28/05/2013 15h42. Cet ensemble de valeurs ainsi que le rapport aux valeurs constitue le système éthique complet. © P.221 . aujourd’hui fragilisée. © P.81. dans ce contexte. mais exclusivement le « salut des âmes ».U. c’est aussi une mobilisation psychique suscitant une forme particulière d’adhésion.cairn.81.info . La confirmation du salut est alors une quête perpétuelle pour le . cela. c’est la besogne : travailler toujours plus plaît à Dieu. C’est l’activité qui est donc légitimée ici. Le travail professionnel devient l’ordre que Dieu impose à l’individu . et devient une « obligation morale ».62.F. Ce qui est justifié moralement par le protestantisme (tout d’abord chez Luther). il faut le rappeler. qui détermine le comportement et les devoirs des capitalistes eux-mêmes. Complémentaire à celle énoncée ci-dessus.info . Cette dernière. mais aussi les tensions qui animent les relations entre la sphère éthique et la sphère économique.221 .28/05/2013 15h42. Comme le montre Weber à propos du calvinisme. L’éthique calviniste du travail procède d’un renforcement de l’anxiété irrationnelle à l’égard des décrets divins éternellement hors de portée de la connaissance des hommes. L’éthique protestante du travail Document téléchargé depuis www. L’ « esprit du capitalisme ».cairn. Le capitalisme rationnel semble exiger un mode de socialisation particulier. selon l’expression de Marx. paraît faire défaut pour donner un sens et justifier les activités relevant de la sphère économique et la soutenir dans son développement : le mouvement de l’éthique économique et de l’entreprise pourrait bien.189. pose l’augmentation du capital comme une fin en soi. un système éthique n’est pas un simple inventaire de valeurs et de préceptes.. mais dans la doctrine de la prédestination et dans l’angoisse qu’elle ouvre chez le croyant. selon les thèses bien connues de Weber. remplir la « charge concrète assignée par la providence ». il s’agit d’explorer cette autre hypothèse selon laquelle cette mode de l’éthique peut s’interpréter comme la construction d’un substitut qui cherche à s’imposer pour remplacer la vision progressiste du monde. ce dernier doit désormais.L’offre éthique des entreprises 87 rapports de soutien. Document téléchargé depuis www.F.. n’était pas l’ « éveil de l’esprit du capitalisme ».62. L’efficace de l’éthique protestante ne repose pas uniquement dans les idéaux offerts par la religion. pour accompagner les développements de la rationalité économique et le passage d’une société industrielle à une société postindustrielle. C’est en donnant un sens religieux aux activités intramondaines que l’éthique protestante a fini par exercer un soutien au capitalisme.U. à travers son travail. fonctionner comme « le complément le plus convenable ».189. dont le but.. dans le but de ressaisir la spécificité des liens qui semblent aujourd’hui de nouveau se tisser entre l’éthique et l’économique..

À travers l’idée de vocation.cairn.189. Weber indique que la religion comme support des motivations a subi dès le XVIIIe siècle une érosion telle que les capitalistes ont bientôt évité d’y faire référence. en la référant à une volonté divine et transcendante qui repousse toujours plus loin le terme du labeur..81. 1965..62..F. la religion fait sortir l’activité de reproduction des choses nécessaires à la vie et celle d’accumulation de la sphère de la pure nécessité et de la futilité de ce qui doit toujours être recommencé.info . Pourtant. par-delà les phénomènes d’érosion. L’activité prend un sens et une valeur qui permet à l’individu de transcender sa propre existence pour entretenir. dans son action.F.221 . confirmation du Salut.U. © P. non seulement « travailler toujours plus » plaît à Dieu et devient un devoir moral. La transcendance de cette éthique implique une tension entre le réel et l’idéal qui peut déboucher non pas sur une adhésion passive au monde. mais sur une visée émancipatrice et transformatrice du monde. 1120). un rapport avec Dieu. .. croyant qui peut trouver dans sa capacité à œuvrer pour la gloire de Dieu à l’intérieur du monde les signes de son élection.U. fixée dans le cadre d’une profession. 1844-1846 . pouvait s’opposer à la nouvelle séparation établie par l’industrie naissante lorsqu’en son sein le travail perdait « toute apparence d’une mise en œuvre de soi-même » (Marx. l’individu assure son salut devant Dieu.221 .28/05/2013 15h42. p. Elle détermine en partie le respect des valeurs et interdit en permanence de s’y soustraire.28/05/2013 15h42. Document téléchargé depuis www. La référence à l’Au-delà et à l’ordre divin justifie le détachement de l’activité par rapport à la satisfaction immédiate dans la consommation des fruits du travail. mais il atteste aussi de ses qualités devant les hommes et s’affirme personnellement. mais cette conduite est « agie par Dieu » (elle doit être rationnelle). La profession dans le protestantisme ascétique est ce qu’il y a de meilleur pour chacun dans la mesure où justement elle fixe et valorise ce qu’il y a de meilleur en chacun : des qualités individuelles qu’elle sélectionne et reconnaît. © P. En leur donnant quelque chose de l’ordre du divin. Cette éthique religieuse.88 Anne Salmon Document téléchargé depuis www. la vie matérielle et l’affirmation de soi (devant Dieu et les hommes). se considère dans son action comme l’instrument de Dieu et l’est à chaque fois qu’il accomplit sa tâche. C’est en ce sens que l’effort sans relâche et son résultat peuvent devenir signes d’élection.cairn. L’acteur économique. L’éthique religieuse peut ainsi accompagner le protestant dans une pratique du monde qu’il expérimente au quotidien.81. il faut prendre en compte les tensions entre le développement de la rationalité et l’éthique protestante.info . dans la mesure où elle est le vecteur par lequel se sont trouvées reliées (contre l’héritage de la tradition) la production.189. guidé par l’éthique ascétique.62. Dans ce type d’ascétisme.

© P. celle déployée par le « travailleur collectif ». Ces mobiles individuels et ces intérêts personnels furent donc mis au service du maintien et de la propagation de l’éthique puritaine “bourgeoise” [. ces bénéfices psychologiques étaient liés à la “confirmation” (Bewährung) du chrétien devant Dieu. une éthique du travail par laquelle l’individu s’affirme devient de moins en moins pensable à mesure que l’individualité de l’ouvrier se perd dans le mécanisme industriel. en établissant une continuité entre les différents gestes de fabrication. au sens d’assurance du salut ..221 .U. Document téléchargé depuis www.info . c’est-à-dire au moment où la production s’organise au sein de la fabrique qui réunit une masse de plus en plus nombreuse de travailleurs..L’offre éthique des entreprises 89 « Les sectes puritaines utilisèrent pour les fins de cette éducation disciplinée (Anzüchtung) les intérêts individuels tout-puissants sur le plan social de l’estime de soi-même.. L’éthique progressiste du travail La grande industrie participe en effet d’une reformulation de l’unité qui n’est plus tout à fait confondue avec l’unité individuelle.cairn. dans la fabrique du XIXe siècle. ils étaient axés sur l’ “attestation” devant les hommes. mais comme celui d’ « un travail socialement organisé et combiné en grand » (Marx.info . Toutefois.221 .cairn. cette manière particulière qu’a la modernité de relier le développement des techniques. Si l’idéal progressiste ne s’est pas formé avec le capitalisme. achève de morceler l’individu au travail pour intégrer son geste comme unité élémentaire d’une chaîne continue.189. 1867.F.. p.1964.. l’accroissement des richesses collectives à l’épanouissement de l’humanité est un thème dont les évolutions paraissent indissociables de l’histoire du capitalisme..81. est ancré dans ces rapports de production particuliers : il doit permettre de redéfinir le sens du travail lorsque celui-ci ne s’effectue plus dans le cadre d’une production pensée comme le résultat de l’activité de travailleurs isolés en concurrence les uns avec les autres. celle-ci étant décomposée pour constituer une force supérieure. dont le terme est la réalisation d’une œuvre collective qui détermine la raison d’être du travail hétéronome et justifie par sa grandeur et son sens pour la société les sacrifices et les renoncements accomplis par chacun.U.189.] Dans toutes les dénominations puritaines.62. et la morale qui l’accompagne.28/05/2013 15h42.28/05/2013 15h42.81.F. 1965. 995). Le moteur. . © P. à l’intérieur des sectes puritaines. 260). Le culte du progrès.62. Document téléchargé depuis www. p. C’est alors que sont abolis les derniers vestiges de l’organisation traditionnelle des métiers qui structure encore la manufacture au XVIIIe siècle. au sens d’affirmation sociale de soi-même » (Weber.

L’efficace de l’éthique progressiste du travail repose sur des moyens (en apparence au moins) plus rationnels que l’éthique calviniste : la croissance de la productivité du travail selon le cadre imposé par la société industrielle est la condition nécessaire d’une existence humaine plus heureuse. Elle donne un sens (direction-horizon).. . © P. toujours différé.U. Ce bonheur collectif. © P. de participer à la seule grandeur possible pour l’individu : la réalisation d’une œuvre collective.F. pour sa part. Les fins deviennent le point d’appui du système de justification d’un choix particulier de société et de développement qui désigne le progrès technique et l’industrialisation comme les moyens nécessaires pour réaliser les espoirs formulés par les Lumières.. C’est ce renoncement à soi-même qui devient moral. À la différence du XVIIIe siècle dans lequel cette rationalisation sociale naissante semblait poser le couple moyen-fin dans une simultanéité qui permettait de référer la dépense des forces aux buts escomptés (le bonheur de l’humanité). Le terme de l’effort est repoussé toujours plus loin et installe chaque génération dans le sacrifice pour les générations futures et la dette envers les générations passées. c’est alors moins accomplir soi-même un chef-d’œuvre qu’abandonner son désir d’être soi-même à l’origine de la production et. l’évolutionnisme au XIXe siècle métamorphose la pensée du développement de la société et produit un éloignement des fins qui deviennent le terme abstrait de l’histoire humaine.U.189.28/05/2013 15h42. Document téléchargé depuis www.90 Anne Salmon Document téléchargé depuis www. du labeur accumulé par les générations passées..221 . L’éthique individualiste du protestantisme se voit détrônée par une éthique de l’œuvre collective que sous-tend la vision progressiste du monde. obéissant. Une éthique progressiste imposant « une morale sociale du devoir » s’est constituée au XIXe siècle pour accompagner l’essor de la société industrielle. en restant humble.81. C’est à ce prix que chacun participe aux progrès de l’humanité. docile. Cette éthique favorise. exige et justifie les sacrifices individuels quotidiens et l’acceptation d’une rationalité qui se met à exister en dehors de soi.62.62. C’est finalement en renonçant au désir de réaliser en soi-même l’ « humanité tout entière » que l’on contribue à la réalisation de l’humanité ..cairn. dans l’organisation des choses et la cadence des machines.F. une finalité cette fois-ci intramondaine à l’activité économique en l’inscrivant dans une problématique de la rationalisation sociale.221 .info . l’émancipation des logiques économiques du cadre individualiste que lui avait fixé l’éthique religieuse en justifiant le travail social et les nouvelles formes de coopération dans la grande industrie.info .189.cairn. et surtout dans l’incapacité d’aménager et de construire son bonheur présent. pour sa part.81.28/05/2013 15h42. lent développement au cours duquel chaque génération améliore le sort de la génération à venir en bénéficiant. c’est en sacrifiant sa propre perfectibilité que l’on perfectionne l’humanité. Être utile.

cairn. de savoir-faire. au bien moral.221 . 2002.81. les capacités d’innovation liées de plus en plus aux échanges de savoir.. dans cette évolution de l’organisation de la production.81.62. la morale.L’offre éthique des entreprises 91 L’éthique des entreprises et la rationalisation des ressources humaines Aujourd’hui. 173). Cette étape consiste à intégrer dans le vaste processus de valorisation du capital les échanges et les communications au moment où s’accentuent les tendances à la tertiarisation et à la mondialisation de l’économie. que l’individu aura accès à la reconnaissance. à condition toutefois de mobiliser le désir d’échanger et de communiquer de tous ceux qui sont appelés à participer à la modernisation.F..189.cairn. © P. en s’appuyant sur les nouvelles technologies de la « société informationnelle » (Castells. p. L’autorité morale. soutient la certitude que l’activité morcelée et en partie dénuée de sens permet d’accomplir un plus grand bien lorsqu’elle s’intègre et s’ajuste dans l’organisation de l’atelier. L’économie de marché pourrait avoir trouvé les nouvelles « bases technologiques » de son développement. © P. Désormais c’est la « personne globale » qui est prise en compte : l’autonomie. au désir de communiquer trouvent.62.info .. comme le souligne François Sellier.189. . Document téléchargé depuis www. Dans la société postindustrielle qui émerge. et d’accepter de s’intégrer dans ce collectif. elle désigne tout autant les processus par lesquels chaque individu accède à la grandeur. Document téléchargé depuis www. la créativité. n’est pas seulement la sphère à partir de laquelle sera distingué le bien du mal. le « nous ». malgré la petitesse de la force de chaque homme (voire même en la lui faisant désirer). C’est en acceptant la médiation de l’action collective. telle qu’elle se déploie dans les règlements d’ateliers au XIXe siècle. de connaissance. le geste de l’individu morcelé n’a que peu d’importance au service du capital : l’action des individus et des groupes qui composent l’entreprise dépend. 1975) sont la marche même du progrès : en ce sens. garantir à chacun de participer à la construction d’une grande œuvre. La tâche infinitésimale et répétée doit apparaître comme ce qui peut. elle valorise et rend respectable le goût du détail.info . que le patronat au XIXe siècle s’est octroyée.28/05/2013 15h42.221 .. 1998).F. Les petites actions toutes comptabilisées et accumulées (Foucault. le souci ou l’amour du détail. Les règlements d’atelier sont symptomatiques de cette nécessité pour le patronat de contraindre chaque individu à abandonner au collectif de travail la possibilité d’accomplir la grandeur. de plus en plus de la « qualité des rapports sociaux qui les unissent et c’est sur l’analyse de la qualité de ces rapports sociaux que porte l’effort » (Sellier. paraît s’engager dans une nouvelle phase de rationalisation.28/05/2013 15h42. l’économie.U.U. sublime l’étroitesse d’esprit qui lui est associée.

C’est dans cette mesure que l’on peut repérer une forme de privatisme des valeurs liée aux ressorts mêmes de l’adhésion moins strictement idéologiques et de propagande que commerciaux et publicitaires. L’efficace de ces procédés. tant il apparaît que l’individu de la société postindustrielle tranche avec celui qui. risque de s’émanciper du cadre moyen-fin tel qu’il a été jusqu’à présent posé ..62..cairn.. Comment tout à la fois susciter les échanges.. et s’assurer dans le même temps d’une maîtrise et d’une prévisibilité de ces nouveaux comportements ? Comment susciter des valeurs capables de cimenter..U. © P. ces valeurs risquent d’être au fondement d’exigences de redistribution des richesses produites socialement ? La formulation d’une éthique économique et de l’entreprise nous paraît chercher répondre à ces questions. c’est bien plutôt la captation des qualités individuelles au service d’une tout autre fin que l’affirmation de soi-même qu’il faut repérer. L’éthique économique. L’éthique économique ne donnerait plus le « sens-direction ».62. Des valeurs positives sont alors mobilisées (respect de l’autre.92 Anne Salmon Document téléchargé depuis www. au nom des buts fixés et fournis par l’éthique progressiste.U. ici. devait affirmer ses qualités personnelles devant Dieu et la société.81. les formes de coopération mises à mal par les logiques managériales. la créativité dans le travail.) et offertes par l’entreprise aux individus en « quête de sens ». lorsqu’elle se trouve réduite à n’être qu’un « moyen de régulation » de « processus sans fin ». . c’est-à-dire plus globalement. par-delà les logiques de séduction. dans son rapport à l’éthique.221 .81. Il n’est pas certain cependant qu’elle prenne tout à fait les formes de l’éthique religieuse (ou bien même de l’éthique individualiste du XVIIIe siècle). lorsque.info .F. la communication et l’innovation..28/05/2013 15h42.info .F. Une éthique apparemment recentrée sur l’individu pourrait bien être le « complément le plus convenable » de la nouvelle société informationnelle et plus généralement tertiarisée. mais des « valeurs-croyances ». Document téléchargé depuis www. dont l’économie attend visiblement de nouvelles sources de richesse. pourrait permettre d’interroger l’utilisation de la richesse sociale : le bien de l’humanité ou les logiques de croissance (sans fin ?). solidarité. Aujourd’hui. Les ressorts de l’adhésion reposent en effet bien plus.28/05/2013 15h42. pourtant. sur l’affirmation d’un « désir irrationnel de croire en quelque chose » et de se sentir structuré par des valeurs et des normes qui ne seraient plus véritablement fournies par les institutions traditionnelles touchées de plein fouet par la « perte d’autorité ».cairn. © P.189. dans le même temps.189. de nouveau.221 . une façon d’être « valorisées » en devenant les « matières premières » indispensables à l’utilisation pleine des nouvelles technologies. à travers la séduction de l’éthique. comme éléments de régulation d’une action collective qui doit rester coordonnée. épanouissement. cadre qui.

comme René Passet. 1999).. le système et le monde vécu.189. Document téléchargé depuis www. religieuses ou humaines surplombantes. d’autres économistes. c’est-à-dire une économie qui assume sa dimension normative et ce faisant se mette résolument au service de finalités Document téléchargé depuis www. justifiés par l’action efficace. Le besoin de croire se substituerait au désir de sens.221 . Il ne s’agit plus ici d’évaluer le système économique au regard de valeurs sociales. même lorsqu’elle ne sera plus qu’une agitation sans fin pour l’homme. entre le réel et la visée éthique.cairn.28/05/2013 15h42. 2001). posé comme ordonnancement d’un réel social et humain pourtant problématique. risque de reposer sur des logiques d’autopersuasion si. religieuses et humaines ? Aussi. appellent à la formulation d’une « économie éthique »..U. l’individu a intérêt d’y croire – ou peut-être simplement de faire semblant ? La publicité des biens et des valeurs maintiendrait par un simulacre le lien..221 . Amartya Sen réaffirme la dimension morale de la discipline comme en témoigne le titre provocateur de son ouvrage L’économie est une science morale (Sen. loin d’être le signe d’un réencastrement du marché dans le social.81. Perret. devra être contrôlée. pourtant de plus en plus distendu.189. L’éthique « immanente » à l’ordre économique risque en effet de devenir une pure mystique sociale dont la vocation serait de soutenir une action humaine dépourvue de sens et de valeurs mais qui. l’éthique économique prend tout au contraire le chemin d’une instrumentalisation du social au profit des formes capitalistes (Lévesque et al. cette dissolution du sens dans l’économique instrumental fait l’objet d’une critique de plus en plus vive et cela à plusieurs niveaux.cairn. Pourtant. . mais bien de répondre à la question : quelle est la valeur économique des valeurs sociales.81..62. pour rester dans la course. organisée. réduite à une pure fonctionnalité pourrait se satisfaire d’effets de vérité. © P. Sur le plan théorique tout d’abord. La perte de transcendance caractéristique de cette nouvelle éthique produite par l’ordre économique fragilise en effet ses potentialités critiques. et les discussions théoriques autour des conceptualisations de la notion de « capital social » en offrent un nouveau témoignage (Ballet.info . entre les moyens et les fins. Gillon..info . coordonnée pour l’économie. © P. L’éthique.62. loin d’être réalisée.L’offre éthique des entreprises 93 CONCLUSION Certes les risques d’une instrumentalisation du social à des fins économiques ne sont pas négligeables.28/05/2013 15h42. 2003). À l’instar du prix Nobel d’économie.F. 2003 .U. C’est l’adhésion au monde et non plus l’émancipation du monde qui serait visée.F.

62.. mais au contraire sont resitués dans leur ancrage social. 1997) se caractérisent également par une démarche dans laquelle les phénomènes économiques ne sont pas autonomisés. soumis à la Commission des droits de l’homme en mars 2004. Gallimard. sur un autre plan. . UFR Sciences de l’Homme. Ballet J..F. Différentes conceptions du bien commun qui traduisent en définitive différentes approches institutionnelles d’encastrement du marché sont au cœur du débat qui s’engage à l’heure actuelle. 2003.. Ces oppositions théoriques font écho au débat qui émerge et se structure. humaines.221 .F. de ce fait.28/05/2013 15h42. Guillon.81. 1972..cairn. Document téléchargé depuis www. optent résolument pour une approche plus interventionniste de contrôle : « Chaque entreprise transnationale [. [.. Regards croisés sur le capital social.189.81. Arendt H. Paris. La crise de la culture.28/05/2013 15h42..info . les travaux récents de la souscommission des droits de l’homme aux Nations Unies qui vient de voter une résolution visant à faire respecter les engagements éthiques des multinationales. Paris. 14032 Caen cedex BIBLIOGRAPHIE Alter N. Les choix en matière d’ « éthique économique » sont ainsi vivement discutés comme en témoignent.221 . Département de sociologie.]devra adopter [. Les 26 experts internationaux à l’origine de ce texte. Les sociologies économiques (Cahiers internationaux de Sociologie.. culturel et politique.. Paris. L’innovation ordinaire. © P.] Les entreprises [. ils peuvent chercher à instaurer des espaces de dialogue ou de négociation avec les directions sur lesquels pourraient s’établir des formes de contrôle interne.189.. LASAR. BP 5186. Document téléchargé depuis www.] devront être sujettes à des contrôles réguliers et des vérifications par les Nations Unies ou d’autres mécanismes nationaux où internationaux existants ou à créer. © P. [...] Les États devront établir et renforcer le cadre administratif et légal pour faire en sorte que [. Les partenaires sociaux tentent d’enrayer les processus unilatéraux de mise en place des démarches éthiques dans l’entreprise.] et appliquer des règles internes en conformité avec ces normes.] ces normes soient appliquées par les multinationales » (in Belot.62.94 Anne Salmon Université de Caen. 2000. [....cairn......U.. 2003). R. clarifiant ainsi les lignes d’affrontement et les enjeux pour la société.] Ces contrôles devront être transparents et indépendants. L’Harmattan.U.info .. PUF.

Castel R. 336-359. Les métamorphoses de la question sociale. Challe B. Paris. Paris. Paris. L’émergence contemporaine de l’interrogation éthique en économie. I.info .cairn. M..L’offre éthique des entreprises 95 Document téléchargé depuis www. investissement et concurrence. 2002. Responsabilité sociale de l’entreprise et déréglementation. Bourque. © P.info .62. L’idéologie allemande. Borzeix A. PUF. Desclée de Brouwer. Paris. 2001. De la société comme monde commun. 2002. 2003. Sellier F. L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. AubierMontaigne. « Bibliothèque de la Pléiade ». Castells M. Chanlat (dir. Gallimard. Éthique et ordre économique. Conception matérialiste du monde et critique du monde (1re éd.. 1991.. 1997. Cinquante ans de recherches à EDF... Librairie Arthème Fayard.. 1965. Principes d’économie éthique (1re éd.F. Marx K. in H. Paris.221 . La Découverte. Les enjeux éthiques dans les organisations modernes (1re éd. La Découverte. Entreprise et pratiques langagières. Paris.. Paris. E. Gendron C. Globalisation. 5 janvier 1997. Perret B.. La société en réseaux.28/05/2013 15h42. in J.. E. 2003. Giroux G. Marx K. 1965.. Paris. 320. 1998. Éd... 1951. Sen A. D.28/05/2013 15h42. Paris. Unesco.. Librairie Arthème Fayard. 1844-1846).. L’économie est une science morale. Paris.. Surveiller et punir..-Y. Paris. p. suivi de Les sectes protes- Document téléchargé depuis www. Métamorphoses du travail et quête du sens. Lévesque B. Paris. Foucault M. D. Meynaud (éd. 1993. 1998.. L. L’individu dans l’organisation.325. Les identités en parole. 1995. Brunelle. Chiapello.. .U. CIII. 1999. Enjeux sociaux et représentations de l’entreprise. Koslowski P. 2001. p. Paris. t. 1996). 1990. Deblock C. t. « Bibliothèque de la Pléiade ».... Rioux. La nouvelle sociologie économique. Touraine A.221 . Les sciences sociales et l’entreprise.. p. Originalité et diversité des approches. Gorz A. communication au Colloque « Rencontre internationale.. 2001. L’apport de l’analyse sociétale à la théorie économique de la firme. 155-174. Éthique et économie. Sociologies économiques.. Librairie Arthème Fayard. in Œuvres. Les multinationales sont priées de prouver leurs engagements éthiques. 1992.81. Boltanski L. 115-138.. Linhart. 1996. Paris. Galilée. Critique de la raison économique. Cerf. 1988). Cahiers internationaux de sociologie. Revue du Mauss (15).)... Le nouvel esprit du capitalisme. 1954..62. Paris. 1867). Gallimard.. Les Affinités électives. Passet R. Guérin.U.. Presses de l’Université Laval et Éd.189.. La voie du régionalisme : le projet des Amériques.81. Le capital (1re éd. p. Économie éthique. Montréal..F. Le rôle de l’entreprise dans la régulation. Forgues. Nietzsche F.-F. Une entreprise de séduction. 1999. Mondialisation et coopération internationale » organisé par le Forum de Delphes. Belot L. © P. La Tribune. traduit et annoté par Pierre du Colombier. in M. les dimensions oubliées. Gallimard. in Œuvres.). G. vol. Salmon A. Par-delà le bien et le mal (1re éd. 1975. Sociologie du travail. 25 août 2003.. Le Monde. Naissance de la prison.). Enriquez E. Desclée de Brouwer.. no 2.cairn. Goethe J.. III. Gallimard. Weber M.. 1886). Critique de la modernité. Dion (dir. Paris. Sen A. L’ère de l’information (1re éd. 44 (2). Paris. Gallimard. 1993). ESKA. du CNRS.189. 20 au 23 octobre 2001.

Principes pour l’action de Rhône-Poulenc.62. © P. Biroleau..189.81. 2001. Règlement d’atelier de l’Imprimerie Hennuyer. 2000. 1904-1905). Source : A.info .U.28/05/2013 15h42.U.info .221 . Les règlements d’ateliers. Principes directeurs de l’OCDE relatifs au gouvernement d’entreprise.62. 1967). 1984. 1878.. 1964 (2e éd.28/05/2013 15h42. .81.cairn.221 .org. Document téléchargé depuis www. 1863. Livre vert de la CCE.F.. 1993.189. 1999. Code de conduite « Global compact » de l’ONU. Paris. Bibliothèque nationale. no 1.. corrigée. Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises. © P. 1798-1936. vip@ilo. Cet ouvrage est le catalogue des 354 microfiches des règlements d’ateliers conservés à la Bibliothèque nationale. Plon. Paris. DOCUMENTS CITÉS Règlement d’atelier d’un tissage de Roubaix. Paris. Base de données sur les initiatives sociales des entreprises de l’OIT.96 Anne Salmon tantes et l’esprit du capitalisme (1re éd. Document téléchargé depuis www.cairn..F.