You are on page 1of 10

L'INJONCTION BIOGRAPHIQUE DANS LES POLITIQUES SOCIALES

Spécifité et exemplarité de l'insertion
Nicolas Duvoux CNAF | Informations sociales
2009/6 - n° 156 pages 114 à 122

ISSN 0046-9459

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2009-6-page-114.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article : Duvoux Nicolas, « L'injonction biographique dans les politiques sociales » Spécifité et exemplarité de l'insertion, Informations sociales, 2009/6 n° 156, p. 114-122.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 201.231.141.100 - 10/06/2013 20h20. © CNAF

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 201.231.141.100 - 10/06/2013 20h20. © CNAF

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour CNAF. © CNAF. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Une réflexion sur les objectifs des politiques d’insertion reste alors.10/06/2013 20h20.100 . © CNAF . insuffisamment analysées à ce jour..201.info . responsable et surtout capable.100 .141. dans ce domaine.231. à mener.. c’est la question des solidarités collectives et de leur déclin qui est soulevée.201..231. Document téléchargé depuis www. 1983). Cette tendance confronte les individus les plus défavorisés de notre société à une norme et à des exigences qu’ils n’ont souvent pas les moyens d’atteindre. porteur de nouvelles potentialités pour les populations vulnérables (Donzelot. Au bout du compte.Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques L’injonction biographique dans les politiques sociales Spécifité et exemplarité de l’insertion Nicolas Duvoux – sociologue Le lien social des sociétés contemporaines est de plus en plus tissé par les biographies individuelles. En ce sens.. Aujourd’hui.info . Le rapport entre les institutions et les individus. À la structuration autour de collectifs réels d’appartenance concrète se substitue un processus d’individualisation reposant sur l’investissement de biographies individuelles. l’individu des institutions était un « individu-hors-du-monde » (Dumont.cairn.cairn. Jusqu’alors. sans doute. montre comment les injonctions et les normes à l’œuvre peuvent contribuer à fragiliser encore davantage ces publics.141. 2006). 2008) mais également de nouvelles inégalités. 114 Informations sociales n° 156 Document téléchargé depuis www. Depuis deux ou trois décennies. une transformation profonde des politiques publiques marque en effet le retour de l’individu concret. Ce mouvement est particulièrement manifeste dans les transformations des politiques publiques. La société est autant productrice qu’elle a tendance à devenir le produit de ces dernières (Astier et Duvoux. il est saisi en tant que sujet participant. Ce retour d’une dimension subjective dans les politiques sociales ne peut ni ne doit être interprété comme le signe d’un démantèlement de l’État social mais comme celui d’un redéploiement. on peut dire qu’ils sont confrontés à une injonction biographique : la société exige d’eux qu’ils construisent leur parcours social alors qu’elle ne les dote pas des moyens qui leur permettraient de le faire. © CNAF Les politiques d’insertion sociale et professionnelle à l’égard des personnes les plus vulnérables ne sont pas exemptes de tout paradoxe.10/06/2013 20h20.

Dans ce contexte..141.141. d’une part. nous voudrions examiner les enjeux de cette personnalisation des politiques publiques en nous concentrant sur l’examen de la logique contractuelle à l’œuvre dans les politiques d’insertion. Si le contrat d’insertion a été l’innovation majeure du dispositif français. La place stratégique qui lui fut échue dans le dispositif législatif adopté le 1er décembre 1988 lui a donné le triple rôle d’instrument de sécurisation du droit au revenu. tout en rappelant la nécessité de l’engagement des bénéficiaires dans les projets définis avec eux.info . de l’autre (1)..10/06/2013 20h20.10/06/2013 20h20.cairn. © CNAF . et sur l’analyse d’entretiens approfondis (plus de soixante-dix) menés auprès de bénéficiaires de ces politiques en Île-de-France. porteuses d’une injonction biographique à l’endroit de leurs cibles.100 .201. La logique contractuelle qu’elles mettent en œuvre prend le pas sur la logique statutaire des droits sociaux classiques. dans la mesure où de nombreux pays européens avaient déjà instauré un revenu minimum (Paugam. Les allocataires sont alors considérés comme des citoyens Document téléchargé depuis www. signé et validé structure un rapport entre institutions et acteurs faibles mettant en œuvre une véritable injonction biographique. Nous nous demanderons également comment l’interaction au cours de laquelle le contrat est élaboré.. Les politiques d’insertion comme vecteur de l’injonction biographique Parce qu’à la différence des politiques d’intégration.201. de fondement du droit à l’insertion complémentaire de l’allocation et de vecteur de la transformation des pratiques d’intervention sociale impliquées par cette nouvelle philosophie de l’action sociale.231.. elles sont. La réciprocité instituée par le contrat visait à créer l’égalité par la participation. Notre démarche repose sur l’analyse sociologique des principales évolutions des politiques d’insertion.info . © CNAF n° 156 Informations sociales 115 Document téléchargé depuis www. plus que d’autres.231. C’est pourquoi on a considéré que la collectivité se devait d’offrir aux populations concernées des activités et des actions d’insertion. 1999). Les capacités des individus sont de plus en plus mobilisées non seulement pour s’inscrire dans les cadres sociaux mais aussi pour contribuer à la production permanente de ceux-ci.100 . au milieu des années 2000.Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques Dans cet article. les politiques d’insertion sont individualisées et territorialisées.cairn. La logique contractuelle des politiques d’insertion L’adoption de la loi portant création d’un Revenu minimum d’insertion (RMI) a offert sa pleine légitimité à l’utilisation de la notion de contrat comme instrument du travail social en France. nous nous demanderons ce qu’il en est dans les faits de cet objectif de restauration de la dignité des personnes « exclues » ou « disqualifiées ». les individus se trouvent devant l’injonction de produire eux-mêmes leur monde social à partir de leurs singularités biographiques. c’est-à-dire des usagers de l’État social.

dans des ensembles de prestations.100 . La res(. Or l’ambiguïté de ces tendances tient à ce que ces logiques visant à l’élaboration et à la consolidation de la citoyenneté en dotant les allocataires d’une voix propre se retournent.) la réalité de l’accompagnement social devrait désormais rembourser.cairn.) le contrat d’insertion n’est pas tauration de la dignité de la personne était un vrai contrat. puisqu’il ne résulte l’objectif premier du contrat. opérant un renversement de la « dette » (Astier.cairn. la charge de la responsabilité s’est progressivement reportée sur les bénéficiaires.. 2003). Ce risque s’est trouvé renforcé parce que. 2007) qui n’est plus celle de la société envers les individus en difficulté. mais bien celle de l’individu qui (. 582)... dans les faits. dans un contexte de forte progression des effectifs du RMI et d’absence de mise en place d’une offre d’insertion susceptible de prendre en charge l’ensemble des publics concernés. il est apparu que le RMI portait une déstabilisation du modèle clinique du travail social fondé sur une logique réparatrice et stabilisatrice faisant entrer les individus dans des statuts.10/06/2013 20h20. Mais on peut penser que. puisqu’il ne résulte pas de la rencontre de volontés libres. Dès l’origine. le revenu que lui verse la société.201.201. souvent en instances de moralisation du traitement de la question sociale..141.info . le contrat d’insertion n’est pas un vrai contrat. bousculé dans ses représentations et ses pratiques par la contractualisation de son action. par son qui tient lieu d’insertion est constamment travail.Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques La tension vécue par les professionnels La coexistence d’une pression sociale forte et d’une faiblesse structurelle de l’offre d’insertion accroît ainsi la tension induite par la contractualisation pour les travailleurs sociaux. Grâce à celuici. p. 1989. persistant et par une offre d’insertion qui reste limitée.231. Il a bien plutôt pour objectif de produire cette volonté... au travers du dispositif contractuel. l’allocataire du RMI devait être reconnu pas de la rencontre de volontés libres. Cependant. Malgré ces limites structurelles. de toute manière.. C’est peut-être un des écueils majeurs de cette politique que d’avoir voulu créer un dispositif sans former le personnel chargé de le mettre en œuvre (Castra. © CNAF ..10/06/2013 20h20. cette conditionnalité se révèle – et de plus en plus – battue en brèche et largement inapplicable dans le contexte délégitimée par l’injonction à la mise en français.231. dans des espaces institutionnels 116 Informations sociales n° 156 Document téléchargé depuis www. dans sa responsabilité d’acteur.info .141. Cette évolution a trouvé une consécration politique avec le Revenu minimum d’activité (RMA).100 . © CNAF “ “ “ “ responsables. marqué par un chômage de masse relation avec le marché du travail. le travail social se trouve interpellé. Cependant. la réalité de l’accompagnement social qui tient lieu d’insertion est constamment – et de plus en plus – battue en brèche et délégitimée par l’injonction à la mise en relation avec le marché du travail. non assisté. de « susciter la volonté d’insertion chez le bénéficiaire » (Lafore. Document téléchargé depuis www.

s’ils sont souvent dans l’empathie face à la souffrance des allocataires. dans un premier temps. La mise en scène des besoins et leur mise en relation avec le parcours biographique des individus constitue la matière première du droit à l’insertion.201. En principe déstabilisé par un dispositif qui le place à égalité avec son « client ».) s’ils sont souvent dans l’empathie « souffrance sociale » (Renault..231. Ces derniers sont les relais de l’injonction institutionnelle à se dire travailleurs sociaux n’en sont pas moins aussi formulée aux allocataires. mais on peut le devenir. de l’ouverture du dialogue et de l’instauration d’une réciprocité..201. la personnalisation vise à mieux adapter l’action publique aux besoins singuliers des usagers. comme un renouvellement et une sophistication du modèle clinique. On ne rentre pas égal dans la relation d’insertion. L’injonction biographique ou la reproduction de l’asymétrie par l’exigence d’authenticité Du point de vue du travailleur social. à la mise en avant de la notion de (.100 . Dans la mesure où l’injonction biographique passe par une relation asymétrique avec un référent institutionnel. C’est pourquoi les stratégies de retrait des allocataires qui vivent l’exercice de l’entretien comme une forme d’intrusion sont perçues par eux comme étant les plus problématiques. les travailleurs sociaux n’en sont pas moins aussi enclins à exiger de ceux-ci plus que ce qu’attend la commande institutionnelle. “ Document téléchargé depuis www.10/06/2013 20h20. le fait de donner la parole apparaît. elle est perçue de manière extrêmement ambivalente par les usagers.Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques L’ambivalence des usagers Document téléchargé depuis www. au profit de la négociation..141. ce qui ne préjuge pas de la possibilité de le dépasser par l’effet de la relation elle-même : l’égalité des interlocuteurs peut se construire.info .10/06/2013 20h20.100 . elle n’est pas un donné. Ils sont l’instance de réception de la plainte mais aussi des agents actifs dans la construction avec les allocataires d’un statut qui leur permette de sauver la face. les travailleurs sociaux. voire dans la négociation d’un statut de victime.. par la contractualisation et le suivi personnalisé du bénéficiaire visant à lui proposer les actions et les activités nécessaires à son insertion sociale et professionnelle. Ainsi.cairn. Pour reprendre l’exemple de la relation d’insertion. « problématique ». © CNAF . pour permettre enclins à exiger de ceux-ci plus que ce le traitement adéquat de leur situation ou qu’attend la commande institutionnelle.cairn.. 2004) par les face à la souffrance des allocataires. Cependant.info .. sa « professionnalité » même est engagée dans la capacité à recueillir les informations pertinentes. © CNAF La personnalisation des politiques publiques se fait dans l’intérêt de l’usager.231. Le bouleversement des politiques d’assistance a conduit. le travailleur social récupère la maîtrise sur la relation par n° 156 Informations sociales “ 117 de traitement des diverses inadaptations.141.

d’autre part.100 .201. dans la mesure où l’exigence d’« authenticité » s’applique de manière unilatérale. dans cette réponse donnée à l’injonction de parler de soi. © CNAF . quand vous voyez quelqu’un qui vous dit : “Ça vous ferait du bien de voir 118 Informations sociales n° 156 Document téléchargé depuis www.. alors que le contrat d’insertion Dans une interaction instituée est une obligation légale. d’une part. dans la situation instituée entre allocataires et référents. Ainsi.141.info .Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques L’ambivalence des usagers : un décryptage « indigène » Loin de correspondre à un état de fait.cairn. une double fonction d’attestation de sa « professionnalité » pour le travailleur social d’une part. grâce à l’instauration d’un jeu de langage décalé par rapport à la philosophie de l’insertion mais rendu crédible par le contexte d’application des politiques d’insertion en France : les prestations sont des avantages ou des privilèges bien plus que des droits.. comment la démarche analytique qu’il accomplit lui a été fortement suggérée par son référent et. C’est pourquoi il est susceptible de faire l’objet d’un travail.info . un travail sur soi peut apparaître comme un mode d’actualisation de la contrepartie implicite ou explicite.. Dans certains cas. Ainsi.231. les deux interlocuteurs. l’injonction au déroulement de son parcours biographique par l’allocataire institue un rapport clivé entre les deux interlocuteurs. seuls 44 % des comme égale. 2007).100 . l’injonction au déroulement allocataires du RMI avaient pu signer un de son parcours biographique par l’allocataire contrat en 2006. il est même le seul travail sur lequel puisse reposer l’actualisation de la contrepartie. peuvent apparaître comme des injonctions à peine voilées. Ainsi. par exemple.10/06/2013 20h20. les droits à l’accompagnement sont transformés en avantages ou en faveurs accordés aux « bénéficiaires ».141. Dans une interaction instituée comme égale.cairn.201. “ “ Document téléchargé depuis www. dans les faits. comment elle lui apparaît à la fois comme une contrainte et comme une chance : « Au bout de deux ans. Elle revêt. le récit biographique est l’objet d’une interprétation à partir de laquelle se lit l’évaluation que la personne peut faire de sa propre situation. des études. la suggestion de suivre une psychothérapie ou de faire des ateliers « d’expression » par le théâtre. de institue un rapport clivé entre l’évaluation et des statistiques (Drees) (Pla.10/06/2013 20h20. Les travailleurs sociaux avouent d’ailleurs évoquer leur vie personnelle dans certains entretiens et on peut interpréter cela comme une façon pour eux d’atténuer l’asymétrie dictée par la mise en récit attendue de la part des allocataires sans contrepartie de leur part.231. envers permanent de ce droit ambigu et paradoxal qu’est le RMI. et de confirmation de l’asymétrie entre les partenaires d’autre part. Faute de pouvoir demander à l’allocataire d’exercer une activité en contrepartie d’un droit. La bonne volonté de l’allocataire s’éprouve dans cette mise en récit. Ainsi. d’après les chiffres de la Direction de la recherche. © CNAF l’asymétrie de l’investissement de l’intimité.. un jeune homme dont le suivi d’insertion est effectué dans le cadre d’une association consacrée à la thérapie familiale explique.

. peut avoir.. Certes.10/06/2013 20h20. Enfin moi.100 . de la part des interlocuteurs – je ne dis pas des partenaires –. Donc voilà. en tout cas de sincérité. cependant. un effet corrosif sur la personnalité voire agir comme un dissolvant sur la relation. l’injonction biographique déploie ses effets de manière très inégalitaire selon les différents supports ou capitaux sociaux dont disposent les individus.100 . peutêtre qu’elle a raison.141. En effet. © CNAF . Au départ.10/06/2013 20h20. 2006. un sens qui leur soit favorable. Un grand nombre d’allocataires sont dépour- Document téléchargé depuis www.. puisque c’est bien ça. mais l’allocataire ne joue pas forcément le jeu de la sincérité. Et puis.cairn. ne voyant dans ce dernier que la “victime” d’un appareil d’État par essence voué à la répression » (Dubois. De l’autre côté. Je fais cette démarche.cairn. que l’exigence d’authenticité va se dévoyer (nous ne raisonnons pas ici en termes moraux mais dans ceux d’une confrontation de la réalité des expériences vécues avec la philosophie de la réciprocité instaurée dans et par l’insertion) : « La démarche d’insertion suppose.201. Les allocataires sont amenés à instrumentaliser la mise en récit de leur parcours et de leur situation actuelle pour orienter la relation dans le sens qui leur soit le plus bénéfique. j’ai fini par accepter […]. pour m’en sortir ». d’un côté. une opportunité pour aller mieux. 1999. p. Évidemment. p. c’est l’intimité elle-même qui doit être mobilisée pour que se trouve renforcé le pouvoir de disposer de droits. on se remet en question. l’obtention de droits. comme je suis en situation d’échec. on s’aperçoit assez rapidement qu’il y en a qui y ont succombé.141. 77). c’est une contrainte. si elle révèle la capacité c’est l’intimité elle-même qui doit être des allocataires à maîtriser la relation et à mobilisée pour que se trouve renforcé aménager la contrainte bureaucratique dans le pouvoir de disposer de droits. Moi. Il faut que l’autre joue le jeu de la confession. de vérité. Or. je me dis. il faut qu’il en sache un minimum sur elle. en effet.Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques n° 156 Informations sociales “ 119 “ Document téléchargé depuis www. mettent en œuvre des « pratiques d’aménagement de la contrainte bureaucratique et des savoir-faire à l’égard des institutions » (Siblot. © CNAF un psy.231. C’est par un mécanisme structurel.info .. Dans le contrat d’insertion.231. ben forcément… ça travaille. je ne vous impose rien.201. dont la citation suivante rend bien compte. Mais il va avoir tendance à fournir non pas les éléments objectifs. Cette construction de l’intimité pilotée par Dans le contrat d’insertion. Pour assister la personne dans sa démarche d’insertion. rien ne serait plus erroné que de réduire à « un acte de pure coercition la rencontre entre agent de l’administration et usager.info . de façon à ce que le travailleur social puisse faire son travail en toute sincérité. en retour. ce mécanisme est rarement explicité comme tel mais la recherche d’éléments dans la biographie de la personne pour justifier son maintien dans les services sociaux est systématique. il peut le jouer. mais à satisfaire l’attente de ses interlocuteurs » (témoignage d’un ancien juriste logé en centre d’hébergement et de réinsertion sociale) (2). c’est mon avis”. un minimum de clarté. mais je la prends aussi comme une chance. 58). Les allocataires. ni « a fortiori d’adopter le point de vue misérabiliste qui voit dans les conduites des allocataires du RMI des conséquences d’un “cumul de handicaps” ».

cairn.cairn. Symboliquement ensuite. puisque les usagers sont souvent.info . par leur statut même.. La relation d’insertion est ainsi susceptible de cristalliser le développement Les allocataires ne peuvent plus alors d’une ambivalence affective inextricable. les populations vulnérables se trouvent face à ce qu’il convient d’appeler une injonction biographique. parce qu’ils ne sont pas dans une négociation avec nous. L’individu est davantage pris en considération dans sa situation concrète et avec ses capacités propres. Les travailleurs sociaux constatent ainsi chez les usagers des alternances de soumission et d’explosion où l’on est au plus loin de l’objectif d’établissement d’une négociation : « Le fait est qu’on a affaire à des gens extrêmement soumis. Ce qui n’est pas incompatible avec des accès de révolte. Matériellement d’abord. Le droit interprété comme un avantage fait entrer le suivi personnalisé dans une dépendance qui peut vite se révéler insupportable pour qui ne maîtrise pas les règles d’un jeu socialement institué. 2005).. tout en l’accentuant.231. qu’adopter des stratégies de sortie violentes dont seul le travailleur social peut se retirer ou passives de la relation. c’est à partir de l’individu lui-même et de sa capacité à faire valoir ses droits que le lien de solidarité est institué. Sommées de rendre allégeance aux institutions en mobilisant la qualité de leur être dans les relations qu’elles ont avec ces dernières (Supiot. attitudes entre lesquelles il n’y a pas de médiation possible et qui se renforcent l’une l’autre » (le responsable de l’Arapej..10/06/2013 20h20. De plus en plus. l’exigence institutionnelle vis-à-vis des individus est paradoxale à double titre. La contractualisation croissante des relations des populations vulnérables avec les institutions illustre.Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques *** La transformation des modes de constitution du lien social dans le sens d’un plus grand individualisme permet de comprendre certaines mutations récentes des politiques publiques. de manière unilatérale. Cependant.141. Document téléchargé depuis www. © CNAF “ “ vus des ressources qui leur permettraient de se mettre à distance d’avec la « posture » qu’ils doivent présenter et de « tenir » ainsi un rôle sans que leur for intérieur en soit affecté.. Ils sont pris dans des attitudes extrêmes de soumission et d’explosion. Ils ont beaucoup de difficultés à dire qu’ils ne sont pas d’accord.100 .10/06/2013 20h20. le déclin des solidarités collectives et des formes d’appartenance d’une société conçue comme un ensemble de classes différenciées et hiérarchisées. © CNAF . Il y a des transformations des individus dont on ne peut pas s’apercevoir.201.info . de colère et de haine.100 . association conventionnée pour le suivi d’insertion à Paris). incapables de répondre à l’injonction institutionnelle de construire un projet par leurs propres moyens.231.201. Faire ce constat n’est pas pour nous une façon de refuser tout 120 Informations sociales n° 156 Document téléchargé depuis www. dans la mesure où l’intériorisation des normes promues par l’institution peut conduire les individus à se dévaloriser eux-mêmes.141. Les allocataires ne peuvent plus alors qu’adopter des stratégies de sortie violentes ou passives de la relation.

Paris.. L’injonction à l’autonomie. La contrepartie dans les mesures envers les sans-emploi en Europe et en Amérique du Nord.. Paris.Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques redéploiement de l’action de l’État-providence visant à l’adapter à une société fortement individualisée. sur laquelle le discours social comme les dispositifs d’action publique insistent de plus en plus..100 . Cf.141. Ainsi.Ces entretiens ont été effectués dans le cadre de la préparation d’une thèse pour le doctorat de sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales.info . mettre en lumière les conditions de possibilité d’une individualisation des politiques publiques qui soit conforme à l’ambition de donner à tous les individus des capacités concrètes (Sen.. Presses universitaires de France. L’expérience vécue des politiques d’insertion. n° 156 Informations sociales 121 Document téléchargé depuis www. Le Seuil. 1983. Bibliographie Astier I. L’Harmattan. Paris. Donzelot J. La reconnaissance des individus doit être non seulement verbale mais effective et l’étayage social des capacités individuelles se substituer à la responsabilité individuelle. Bruxelles. 1992) d’intégration à la société. Economica. 1999. Relation administrative et traitement de la misère.231. « Le social de compétition ». Boismenu G..141. Dufour P..Signalons que l’allocataire que je cite et qui a produit ces analyses tout à fait éclairantes sur le fonctionnement de l’assistance induit par la contractualisation possède des ressources en termes de capital culturel et symbolique qui lui permettent d’avoir et de formuler cette distance critique et analytique sur l’institution. 2008. Les presses de l’Université de Montréal-PIE. no 349. Presses universitaires de France.231. Dumont L. 2007. « Logiques sociales ».).201. Dubois V.. Astier I.info . Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne.100 .201. Essais sur l’individualisme. Les nouvelles règles du social. 2 . 2006. La vie au guichet. dans certains pays scandinaves. p. Notes 1 .. Duvoux N. Paris. Paris.. 51-77. 2003. 2008. et Duvoux N. © CNAF Document téléchargé depuis www. Peter Lang. © CNAF . effectuée sous la direction de Serge Paugam. EHESS. coll. Castra D. coll.. Esprit. au contraire. (dir. Duvoux.cairn. de pallier les conséquences de la flexibilité croissante des itinéraires professionnels et des parcours de vie.cairn. 2008.10/06/2013 20h20. 2003. la mise en œuvre généralisée de dispositifs d’accompagnement individualisé permet-elle..10/06/2013 20h20. et Noël A. L’aide au conditionnel. C’est. « Le Lien social ». La société biographique : une injonction à vivre dignement. L’insertion professionnelle des publics précaires..

n° 599.. Reconnaissance et clinique de l’injustice.201. Palier B. juillet-août. Paris. Paris. Oxford. Sen A. Presses de Sciences-Po. Renault E. coll. La Documentation française. Essai sur la fonction anthropologique du droit. coll.. Presses universitaires de France. 1992. 1989. Homo juridicus. 2007. Paugam S. p. in Paugam S..)...141. « Des assurances de moins en moins sociales ». Études et résultats. © CNAF . Paris. Les expériences nationales de revenu minimum garanti. Clarendon Press. Supiot A..231.201.141. La Découverte. Inequality Reexamined.100 . Repenser la solidarité. Pla A.). Paris.info . 563–585. 2006. « L’accompagnement des allocataires du RMI dans leur parcours d’insertion ».231.. 122 Informations sociales n° 156 Document téléchargé depuis www. (dir. L’expérience de l’injustice. Le Seuil. 2004.cairn. L’apport des sciences sociales. Droit social.10/06/2013 20h20. « Les trois défis du RMI ». « La couleur des idées ». L’Europe face à la pauvreté. Drees.. Siblot Y.info ..cairn. « Le Lien social ».100 . © CNAF Document téléchargé depuis www.10/06/2013 20h20.. 2005. 1999. (dir.Parcours de vie et société Temporalités et politiques publiques Lafore R. 2007. Paris.. Faire valoir ses droits au quotidien : les services publics dans les quartiers populaires.