You are on page 1of 11

101/ Détailler le mode de fonctionnement de l'ancien système/Détailler les inconvénients et limites de l'ancien système.

Lorsqu'un navire était en difficulté, il pouvait compter sur : Les navires avoisinants. Pour signaler sa détresse, un navire ayant une jauge de plus de 1600 utilisait de préférence les communications de type : radiotélégraphiques sur 500 kHz. Sur les navires ayant une jauge de plus de 1600, cela imposait : la présence d'un officier radio – électricien. Pour pouvoir recevoir une détresse d'un navire, il fallait : effectuer une veille radio permanente. @@ Avant le SMDSM, lorsqu'un navire était en difficulté, il s'appuyait en priorité sur les navires avoisinants (appel à la solidarité des gens de mer). Pour signaler sa détresse, un navire utilisait de préférence les communications de type radio -télégraphie morse sur 500 kHz. Sur les navires d'une certaine importance, l'usage de la radio - télégraphie 500kHz, impliquait la présence d'un officier radio - électricien ("le radio"), seul compétent pour pratiquer le morse. Pour être à l'écoute des navires en détresse, le "radio" devait effectuer une veille permanente des fréquences de détresse. 102/ Énumérer les évolutions technologiques / Citer l'évolution des mentalités. Pour émettre une détresse, cela devait se faire de manière essentiellement : manuelle. La technique des transmissions par morse : ne pouvait plus évoluer. La fréquence utilisée pour la détresse (500 kHz) : était sensible aux interférences. Les organisations des moyens de secours : étaient développées de manière inégale. @@ Les messages de détresse, ainsi que le trafic, se faisait de manière entièrement manuelle et nécessitait la présence obligatoire d'un officier radio. La technologie de la radiotélégraphie morse sur 500 kHz ne pouvait plus évoluer. Les fréquences 500 kHz - 2182 kHz sont particulièrement sensibles aux perturbations atmosph. Les ondes décamétriques HF n'étaient pas utilisées pour les détresses. Une fois le message de détresse capté, l'organisation des secours dépendait très largement d'une organisation développée de manière très inégale sur la planète. Les techniques de construction actuelles ont permis de rendre le matériel radio plus : Fiable. Parmi ces moyens, quel est celui qui a été associé à l'élaboration du SMDSM : Les communications Satellitaires. La télégraphie à impression directe permet de transmettre : Des messages par téléimprimeur. L'abréviation A. S. N. signifie : Appel Sélectif Numérique. Parmi ces termes, quel est celui qui caractérise le mieux le monde des communications modernes : L'utilisation croissante des télécommunications. Parmi ces termes, quel est celui qui caractérise le mieux le matériel actuel : La facilité d'utilisation. Parmi ces termes, quel est celui qui caractérise le mieux les transmissions par satellite. Confidentialité des communications. Les transmissions par satellite permettent : Tous les types de transmissions. @@ Les techniques modernes (microprocesseurs) ont permis de rendre le matériel radio beaucoup plus performant et fiable. La création des radiocommunications satellitaires a permis de concevoir le SMDSM en y associant ces techniques modernes. La radiotélégraphie à impression directe permet d'établir des liaisons par téléimprimeur entre abonnés et stations de navire. L'appel sélectif numérique est une technique de codage informatique permettant de transmettre automatiquement des informations à des destinataires spécifiés. @@ A partir du milieu des années 80, il y a eu une utilisation croissante des communications à travers le monde. La miniaturisation, comme les recherches d'ergonomie, ont rendu ce matériel utilisable facilement par tous. L'utilisation des transmissions numériques satellitaires rendent particulièrement difficile les tentatives d'écoute indésirable. 1

@@ La zone A1 est la zone de couverture d'au moins une station VHF avec ASN. A2 et A3.terre) par 2 moyens distincts. La zone A2 est définie : par une couverture MF avec ASN (permanente). Les moyens de communication sur site et SAR : 4. par l'OMI. Quelle est la fonction (la cinquième) la plus importante parmi les suivantes : Émettre et recevoir des communications sur site. émettre et recevoir des communications de passerelle à passerelle. 105/ Expliciter le concept de zones. image. de correspondance publique et de navigation : 7. 6. à l'utilisation d'au moins deux moyens distincts de transmission de la détresse. 2 . Quel terme définit l'utilisation par. émettre des alertes de détresse (navire . La zone A3 est définie : par une couverture INMARSAT avec AGA (permanente).navire). 2 Automatisation. des accords d'entraide entre états peuvent définir l'universalité du SMDSM.Les communications par satellite permettent la transmission de données aussi différentes que : voie.S. L'automatisation permet de transmettre des données précises concernant une détresse en appuyant simplement sur un bouton. La zone A2 est la zone de couverture d'au moins une station MF avec ASN. émettre et recevoir des communications ayant trait à la coordination des opérations SAR. Quel terme définit la couverture mondiale. au moins 2 moyens distincts. SART. Quelle est la première fonction du SMDSM telle que définie par l'OMI : Émettre des alertes de détresse (navire . Quel terme définit le système de direction de la détresse par la terre : Coordination. de la transmission de l'appel de détresse : Fiabilité. La coordination. 104/ Énumérer les neuf fonctions à assurer par le S. en particulier. émettre et recevoir des signaux destinés au repérage. sur les bases d'une analyse des fonctions à assurer en matière de radiocommunications par un système de détresse et de sécurité utilisant tous les moyens modernes de communication. Quel organisme a défini les principes de base du SMDSM : OMI. émettre et recevoir des communications d'ordre général à destination et en provenance de réseaux à terre. La fiabilité est due.M. Les moyens d'émettre et de recevoir des alertes de détresse : 1.D. 3. car le système de direction de la détresse est coordonné par la terre. @@ Par une couverture mondiale. @@ Le SMDSM a été bâti. La zone A4 est définie : hors zone A1.navire).terre) par au moins 2 moyens distincts et indépendants. émettre et recevoir des RSM. MSI 8. hors zone A1. 5. télex. 2. 103/ Définir l'esprit du SMDSM. émettre et recevoir des communications sur site. Quelle est la fonction (la deuxième) la plus importante: Émettre et recevoir des alertes de détresse (terre navire). La zone A1 est définie : par une couverture VHF avec ASN (permanente). 9. émettre et recevoir des alertes de détresse (navire . données informatiques. Quel terme définit la possibilité de transmettre un appel de détresse en appuyant sur un bouton : Automatisation. Les moyens de sécurité. recevoir des alertes de détresse (terre .M. 3 Fiabilité. ainsi que l'accord entre états : 1 Universalité.

on peut utiliser : La MF et HF. un système d'émissions automatiques de renseignements concernant la navigation dans le cadre de l'Appel Sélectif Numérique (A.S. Le NAVTEX est un système d'émissions sur ondes hectométriques MF.M.La zone A3 est la zone de couverture d'un Sat. géostationnaire d'INMARSAT. Afin d'éviter les conflits de compétences. la convention SAR implique : Une forte coopération entre états. Le SafetyNet est un réseau d'émissions coordonnées et de réception automatique de renseignements concernant la navigation dans le cadre de l'Appel de Groupe Amélioré (A. Les procédures de mises en oeuvre sont déterminées par le MRCC compétent. Les ondes métriques (VHF) permettent des communications phoniques de bonne qualité. Le matériel radioélectrique à bord dépend : du type de navire et de sa zone de navigation.D.M. mais à courtes distances (20'). En adhérant à la convention SAR. un état doit définir une région de recherche et de sauvetage. Il existe en ondes décamétriques. les RSM sont diffusés en : Ondes décamétriques avec ASN.N. des bulletins météo et des messages urgents de sécurité. Le service de renseignements sur la sécurité maritime diffuse des informations comprenant: Avertissements à la navigation. A2 et A3. il existe 3 phases d'urgence. appelée zone de responsabilité SAR.S. Quel est le document définissant la réglementation française : La division 219. météo et messages urgents de sécurité. ainsi que les gaspillages de moyens. La zone A4 est la zone située hors zones A1. de recherche et de sauvetage : Phase d'incertitude. Afin d'éviter les conflits de compétence. @@ En adhérant à la convention SAR. telle qu'adoptée à Hambourg en 1979.G. Les MRCC ont pour rôle : De coordonner et de mettre en place les moyens SAR. d'alerte.) sont un réseau d'émissions coordonné au niveau international qui diffuse des informations comprenant des avertissements à la navigation.M. de détresse. Les Maritime Rescue Coordination Center (MRCC) ont pour rôle de coordonner et de mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la sauvegarde de la vie en mer. @@ Les Renseignements sur la Sécurité Maritime (R. @@ Le système INMARSAT grâce à un réseau de satellites géostationnaires permet les radiocommunications entre les parallèles 70° N et 70° S. Le SafetyNet utilise pour ses transmissions la technique : de l'Appel de Groupe Amélioré. les états voisins doivent coopérer et ouvrir leurs frontières. 3 . Le système COSPAS . Pour les communications phoniques à courtes distances. Un navire navigant en zone A3 ou A4 doit entretenir son matériel par : Deux moyens de maintenance. Pour diffuser les RSM en ondes hectométriques.).A. hors zones A1 et A2. Le matériel radioélectrique obligatoire à bord des navires d'une jauge de plus de 300 UMS est décrit par : La convention SOLAS. En dehors du service NAVTEX International et du SafetyNet. 106/ Décrire la Convention de Hambourg / Décrire le système de diffusion des RSM. on utilise de préférence : La VHF. Pour les communications à moyennes et longues distances. sur les trois possibles. Le système INMARSAT utilise des satellites : Géostationnaires.SARSAT permet le repérage et la localisation de radio balises à l'aide de satellites à orbite polaire. un état doit : Définir une zone de responsabilité SAR. 107/ Détailler les moyens utilisés par le S.S.) d'INMARSAT. coordonnées et de réception automatique de renseignements concernant la navigation et qui utilise la télégraphie à impression directe. Le système COSPAS . quel système est utilisé : le NAVTEX./ Détailler les stations de navires. Quelles sont les procédures de mises en oeuvre.SARSAT permet de : Repérer et localiser des balises.

en ondes décamétriques pour la diffusion des RSM. par l'intermédiaire de l'IFRB. Il existe 4 catégories d'identité dans le service mobile maritime. SHF). le SMDSM utilise principalement les gammes: MF. En ondes décamétriques HF les RSM sont diffusés: sur une fréquence dans chaque bande. HF. Il doit assurer l'entretien soit : par le bord. Télex). @@ Ce système d'identification des stations de navire a été établi à la Conférence Administrative Mondiale des Radiocommunications pour les services mobiles. VHF. 201/ Décrire les fréquences et les différentes longueurs d'ondes/Détailler les différentes fréq. La fréquence 406. Il existe 13 types de modulations différentes qui seront utilisés selon l'émission. Le monde a été divisé par l'IFRB en : 3 zones.Les ondes hectométriques (MF) et décamétriques (HF) permettent des communications à moyennes et longues distances. 4 . par la terre ou par duplication. Le monde a ainsi été divisé en 3 zones. Les émissions sont principalement désignées par: la largeur de bande et le type de modulation de la porteuse.5 kHz.5.025 MHz est utilisée pour la localisation et le repérage des radiobalises. 3 le codage du MMSI. Une fréquence est attribuée. M. @@ Le spectre des fréquences radioélectriques est divisé en 9 gammes différentes. Le SMDSM en utilise principalement 5 (MF. d'après la largeur de bande et le type de modulation de la porteuse principale. @@ La convention SOLAS de 1974 dans son chapitre IV définit le matériel radioélectrique obligatoire SMDSM à tous navires astreints à cette convention. @@ Les fréquences de détresse sont pour la VHF (canal 70 et canal 16). 1 l'uniformisation des identités des stations du service mobile. Les émissions sont désignées. 2 les catégories du MMSI. I. Chaque navire a une identification unique. 2182 et 2174. SHF. entre autres. Les plus utilisés sont la modulation de fréquence et la Bande Latérale Unique (BLU).5 MHz. Phonie. Le nombre de catégories d'identité dans le service mobile maritime est de : 4 Catégories. dans chaque bande. HF. Le numéro MMSI se compose de 9 chiffres dont 3 (MID) représentent la nationalité de la station. Les numéros MID correspondant à la France sont : 227 et 228. Le matériel radioélectrique obligatoire à bord des navires dépend de son type et de sa zone de navigation. L'identification des stations de navire doit être : Unique. MHz Les balises de localisation des sinistres COSPAS . Les fréquences de détresse sont en VHF et MF: VHF : canal 70 et 16 . Les types de modulation les plus utilisés par les radiocommunications sont: La modulation de fréquence et la bande latérale unique. Le numéro MMSI est codé : Sur 9 chiffres.SARSAT travaillent sur les fréquences : 406. La division 219 est l'interprétation française élargie des recommandations de la SOLAS (chap. S. Sur les 9 gammes de fréquence. 2182 kHz et 2174. 4 6 8 12 16. Le NAVTEX diffuse les RSM sur la fréquence de : 518 kHz. UHF.5 MHz est utilisée pour le radio ralliement. 4 le plan français. La fréquence pour la diffusion des RSM en ondes hectométriques (MF) est pour le NAVTEX international la fréquence de 518 kHz. UHF. 202/ Expliquer le numéro M.4 kHz) et pour la HF (3 fréquences allouées par bande : ASN.025 MHz et 121. La fréquence 121. attribue les fréquences en fonction de nombreux critères.5 kHz. IV).MF : 2187. Les répondeurs RADAR émettent dans la bande (X) de 9200/9500 MHz. L'entretien du matériel dépend du type de navire et de sa zone de navigation. L'UIT. pour la MF (2187. VHF.

on utilise : Le système INMARSAT A. du message. Le système étant synchrone. Pour pouvoir transmettre des communications d'ordre général à moyenne distance (200 milles environ). d'une fin de séquence et du contrôle d'erreur. d'une catégorie. de l'heure. a été imposée par : le SMDSM.La France (MID 227 et 228) dispose de 1600 numéros MMSI qu'elle attribuera en fonction de ses besoins suivant des normes précises. il est préférable d'utiliser : les ondes métriques. Le début de chaque séquence d'appel se compose d'une : suite de points. de l'identification du navire en détresse. entre les navire et la terre. @@ Il se compose d'une suite de points. Les communications de service comprennent entre autre : les communications concernant la marche technique du navire. de l'auto identification. Le format d'un relais d'un appel de détresse comporte la télécommande : relais de détresse. Chaque séquence d'appel. il est préférable d'utiliser : les ondes décamétriques. C. de l'auto . d'une fin de séquence et du contrôle d'erreur. il y a une symétrie parfaite entre l'émission et la réception. La possibilité d'établir des communications d'ordre général. Le format d'un accusé de réception d'un relais d'appel de détresse a exactement la même composition qu'un relais de détresse. d'un spécificateur de format et d'une adresse. Pour pouvoir transmettre des communications d'ordre général à courte distance (20/30 milles). de la nature de la détresse. @@ C'est un système synchrone utilisant les caractères composés d'un code de dix moments avec détection d'erreurs. de la nature de la détresse. B. de la télécommande. de la nature de la détresse.identification. Il se compose de l'entête. de la télécommande : accusé de réception détresse. On peut définir l'Appel Sélectif Numérique comme étant : un système synchrone utilisant un code à 10 moments. de la position. de la position. d'une fin de séquence et du contrôle d'erreur. Les communications commerciales comprennent entre autre : les communications privées. Pour pouvoir transmettre des communications d'ordre général à grande distance. du spécificateur détresse. il est préférable d'utiliser : les ondes hectométriques. d'une fin de séquence et d'un contrôle d'erreur. de la mise en phase. En cas de détresse l'ASN utilise : un format spécifique. de la position. 5 . L'ASN peut fonctionner suivant les modes : F1B ou J2B. Le format d'un appel de détresse comporte en particulier : un spécificateur détresse et l'auto – identification. les remorqueurs. Les communications portuaires comprennent entre autre : les liaisons avec le pilotage. Le format d'un accusé de réception d'un relais de détresse est identique au : format d'un relais de détresse. 204/ Définir les différents types de communication/Décrire les moyens utilisés. d'une adresse. 203/ Décrire l'Appel Sélectif Numérique / Décrire le format des appels ASN. Le format d'un accusé de réception d'un appel de détresse comporte la télécommande : Accusé de réception détresse. Un format spécifique est prévu pour les messages de détresse fournissant de manière automatique les renseignements essentiels. de l'identification du navire en détresse. de la télécommande : relais de détresse. d'un spécificateur de format. de la télécommande. Il se compose de l'entête. de l'heure. se compose d'une suite de points. Ce système fonctionne en F1B ou en J2B à la vitesse de 100 bauds en HF et MF et de 1200 bauds en VHF. de la télécommande. de l'heure. Pour pouvoir transmettre des communications d'ordre général par voie satellitaire.

Sur un récepteur NAVTEX.5 kHz pour les zones tropicales. Les conditions de fonctionnement de ce système sont précisées dans : la recommandation 625 du C C I R. c'est-à-dire avec correction d'erreur par détection et répétition (ARQ) La télégraphie à impression directe peut être utilisée en mode B. @@ Le service NAVTEX International est un système d'émissions coordonnées et de réception automatique des RSM. l'opérateur peut : effectuer une sélection. Des communications d'ordre général peuvent être établies au moyen des émetteurs en ondes hectométriques OH permettant des liaisons (phonie et télex) jusqu'à 200 milles des côtes.. la position à quai etc. La télégraphie à impression directe peut-être utilisée en mode A. De plus une coupure de courant ne doit pas effacer les informations en mémoire. à un groupe spécifique. 205/ Expliquer la technologie de la télégraphie à impression directe. en fonction des moyens dont ils sont pourvus au titre de leurs zones de navigation. Pour la diffusion des messages en langue national ou dans la zone tropicale. Le service du système INMARSAT permettant la diffusion des RSM en utilisant le procédé AGA est : SafetyNet. C’est un système automatique qui permet une identification des stations concernées. . B. Les messages NAVTEX sont diffusés sur les fréquences : 518 kHz . La diffusion des RSM par le service SafetyNet peut être limitée : à une zone géographique. @@ C'est un système synchrone à une seule voie utilisant un code de correction à 7 moments. C permettant tous les types de transmissions et à toute distance.à . L'appareil doit comprendre un récepteur. La télégraphie à impression directe CED / FEC correspond : au mode B. Les messages diffusés par le service SafetyNet le sont en langue : anglaise. L'opérateur peut effectuer une sélection. un dispositif de traitement des signaux avec une imprimante totalement dédiée.@@ Le SMDSM impose que des communications d'ordre général puissent être établies par voie radioélectrique entre les navires et la terre et ce.. l'identification du sujet. deux fréquences ont été prévues : 490 kHz pour les NAVTEX nationaux et 4209. 206/ Définir le service NAVTEX / Définir le service SafetyNet.4209. @@ Des communications d'ordre général peuvent être établies au moyen des émetteurs en ondes décamétriques OD permettant des liaisons (phonie et télex) mondiales. Les communications commerciales comprennent toutes les liaisons de correspondance publique entre la terre et le navire. La télégraphie à impression directe est un système : synchrone à une seule voie utilisant un code de correction. Le système NAVTEX international utilise : la télégraphie à impression directe en mode B. c'est .5 kHz. Il utilise la télégraphie à impression directe en mode B. la priorité des messages. la numérotation des messages. Les communications portuaires concernent le trafic entre le navire et les différentes infrastructures portuaires telles que le pilotage. Ce service est assuré sur une fréquence unique assignée au niveau international : 518 kHz.dire avec correction d'erreur sans voie de retour (CED) La recommandation 625 du CCIR précise les conditions de fonctionnement de ce système. Des communications d'ordre général peuvent être établies au moyen des systèmes INMARSAT A. 6 . Des communications d'ordre général peuvent être établies au moyen des émetteurs en ondes métriques VHF permettant des liaisons uniquement en phonie jusqu'à 20/30 milles des côtes. Les communications de service comprennent les messages ayant trait aux différents aspects techniques concernant la bonne marche du navire.. Les messages comportent un certain nombre de codes qui permettent de définir l'émetteur. Les récepteurs AGA doivent être en mesure de recevoir les RSM pendant au moins : 98% du temps. La télégraphie à impression directe ARQ correspond : au mode A.490 kHz . Un appareil NAVTEX doit comprendre impérativement : une imprimante totalement dédiée.

Ces zones peuvent être circulaires ou rectangulaires. Elles émettent également sur 121. une balise déclenchée émet sur 406. entre autre. visualiser la réception. 208/ Reproduire le principe de fonctionnement d'un répondeur radar. Les radiobalises du système INMARSAT sont positionnées grâce : à un GPS incorporé à la balise. Un répondeur radar doit être installé à une hauteur. @@ C'est un ensemble émetteur .récepteur fonctionnant dans la bande de fréquence 9200 / 9500 MHz. Il a été spécialement conçu pour la diffusion des RSM dans le cadre du SMDSM. Les répondeurs doivent être de couleur : jaune / orange. 209/ Reproduire le principe de fonctionnement d'une VHF portative. Ils peuvent aussi être adressés soit à tous ou à un groupe spécifique. doit en fonctionnement être installé à une hauteur minimum de 1 mètre au dessus du niveau de l'eau. qui doit se trouver en temps normal de chaque côté de la passerelle.@@ Le service SafetyNet est le système d'émissions coordonnées et de réception automatique de RSM avec le procédé d'Appel de Groupe Amélioré (AGA) du système satellitaire INMARSAT. On peut limiter la diffusion des RSM soit à une zone géographique fixe. de couleur jaune/orange. Les messages sont diffusés en langue anglaise. La fréquence 121. Les radiobalises du système INMARSAT fonctionnent avec les satellites géostationnaires de ce système et transmettent l'identité du navire ainsi que la position de la balise grâce à un GPS incorporé. le récepteur AGA doit être en mesure de recevoir les RSM pendant au moins 98% du temps. Le programme SARSAT . soit à une zone déterminée par l'expéditeur.025 MHZ.SARSAT émettent sur les fréquences : 121. travaillant dans cette bande.5 MHz afin de permettre le homing. Il existe des balises de survie et des balises de pont. Il doit avoir une autonomie de 96 heures en veille et de 8 heures en émission. Lorsqu'il reçoit une émission en provenance d'un RADAR. @@ Dans le SMDSM. 207/ Reproduire le principe de fonctionnement d'une RLS.025 MHz avec une puissance de 5 W et transmettent toutes les 50 s un message contenant l'identité du navire. Selon les prescription de l'OMI. Celui-ci les retransmet à un MRCC. y répond en matérialisant sa position sur son écran par une série de 12 points partant du répondeur.5 MHz permet : le homing. Ce matériel. un navire qui sombre rapidement peut encore lancer une alerte de détresse en utilisant sa radiobalise de localisation des sinistres. Le répondeur doit fonctionner correctement lorsqu'il est interrogé par le RADAR d'un navire se trouvant à une distance minimale de 5 milles et dont l'antenne est installée à 15 m de hauteur. 7 . au dessus de l'eau. minimum de : 1 mètre. Celle-ci transmettra à un satellite l'identité du navire ainsi que sa position ou un signal permettant de la localiser. Les répondeurs radar fonctionnent dans la bande : 9200 .5 MHz et 406.9500 MHz. Elles fonctionnent sur la fréquence de 406. Les Radiobalises de Localisation des Sinistres permettent aux MRCC de connaître : l'identité et la position du navire en détresse. Ils sont codés en fonction de leurs priorités (code "C").025 MHz un signal contenant l'identité du navire (MMSI) et des données permettant aux satellites à orbite polaire d'en déterminer la position. Dans ce système. Combien de VHF portatives les navires d'une jauge de plus de 500 doivent-ils posséder : Trois Les fréquences obligatoires sur une VHF portative sont : le canal 16 et au moins une autre fréq. Le récepteur doit pouvoir recevoir en permanence le canal satellite et traiter le message. être étanches à 10 m et pouvoir flotter. être munis de moyens visuels ou sonores indiquant un fonctionnement correct.COSPAS est le produit d'une collaboration entre la France et la Russie. protégés contre les déclenchements intempestifs. Les répondeurs doivent être. Les radiobalises du système COSPAS . Les VHF portatives doivent pouvoir résister à une chute de : 1 mètre. Quel appareil sera utilisé pour les communications entre le canot de sauvetage et les moyens de secours : la VHF portative. Le répondeur doit fonctionner correctement à l'interrogation d'un navire se trouvant à la distance minimale de : 5 milles.

naviguant en zone A1. Le certificat restreint d'opérateur (CRO) ROC Le certificat de radioélectronicien de 1ère classe. Vous possédez le Certificat Spécial d'Opérateur SMDSM. Ces VHF doivent pouvoir être utilisées par des personnes non qualifiées (portant des gants) et résister aux chocs (chute d'un mètre). Les navires d'une jauge de plus de 500 doivent avoir à bord 3 VHF portatives.GMDSS Hand book -. Il contient en particulier le MASTER PLAN définissant les éléments principaux des structures du SMDSM. Le GMDSS Hand book est le livre référence du SMDSM. 301/ Définir le contenu des ouvrages concernant cette réglementation. Que signifie TUC : Temps Universel Coordonné Dans les services mobiles.stations côtières (2 volumes) --stations de navire (2 volumes) --stations de radiorepérage et stations effectuant des services spéciaux. 8 . avoir une puissance minimum de 0. la sécurité de la vie est assurée par : les CROSS et France Télécoms @@ Les définitions générales déterminent ce que sont : l'administration.le MASTER PLAN -. Qu'est-ce qu'un service mobile : service de radiocommunication entre stations mobiles. entre canots de sauvetage et navires ou tout autre moyen de secours. Quel est le certificat d'opérateur minimal pour naviguer en zone A3 avec un navire soumis aux dispositions du titre 2 : le C G O / G O C.MERSAR -IMOSAR. A partir de quel document a été élaboré le SMDSM : SOLAS 74. Qu'est-ce qu'une station côtière : station terrestre du service mobile.liste des indicatifs d'appel et des identités numériques. De plus. Tous les canaux installés doivent être simplex. Il peut être utilisé pour les communications de bord. Les télécommunications sont définies dans : les définitions générales. les télécommunications et les radiocommunications. celle-ci doit pouvoir être réduite. 1 les ouvrages OMI. Les principaux ouvrages (UIT) à consulter sont : --Règlement des Radiocommunications (RR) --le manuel à l'usage des services mobile maritime et mobile maritime par satellite --Nomenclatures des stations -. Les nomenclatures de stations sont les suivantes : -. Les VHF portatives doivent pouvoir fonctionner sur le canal 16 et au moins une autre fréquence. Le certificat de radioélectronicien de 1ère classe est nécessaire pour : Effectuer l'entretien par le bord. Quel ouvrage vous permettra de connaître les fréquences veillées par Durban Radio : 1 Nomenclature des stations côtières. Vous possédez le Certificat Restreint d'Opérateur SMDSM.@@ Ce matériel portatif est destiné à assurer les radiocommunications entre des canots de sauvetage. sur quel type de navire pouvez vous exercer les fonctions de radio ? Un fileur de 55 m. 4 les nomenclatures de stations. Dans quel ouvrage de référence se trouve le Master Plan : GMDSS Hand book. la sécurité de la vie est répartie entre : 3 grands services Dans le service mobile maritime. @@ Les principaux ouvrages (OMI) à consulter sont : --SOLAS 74 Édition récapitulative de 1992 Chapitre IV (Radiocommunications) -.25 W et si la puissance excéde 1 W. Les définitions des services déterminent les différents services mobiles. 3 le contenu du GMDSS Hand book. Avoir une autonomie de 8 heures. 2 les ouvrages UIT. Dans quel document peut-on trouver le numéro MMSI d'une station de navire : 1 Indicatifs d'appel et identités numériques. elles doivent être étanches. Les navires d'une jauge inférieure à 500 et les navires de pêche doivent en embarquer 2. @@ Le certificat général d'opérateur (CGO) GOC. Le certificat spécial d'opérateur (CSO) SOC. légères et de faible encombrement. sur quel type de navire pouvez vous exercer les fonctions de radio ? Un chalutier de 38 m naviguant en zone A3.

2 Les principales fonctions d'un processeur ASN. 703/ Utiliser les principales fonctions d'un Émetteur/Récepteur MF/HF. 1 La zone d'utilisation. était exprimé antérieurement en GMT. La couverture en ondes décamétriques étant assurée. H. 1 La mise en marche.TOM. 2 Les principales fonctions de l'émetteur/récepteur. Ces stations assurent des services dans les gammes des ondes hectométriques et métriques.il de stations principales en France : Sept L'indicatif des stations côtières est composé de : 3 lettres (TKM).Mer Combien y – a – t. 702/ Utiliser les principales fonctions d'une V. 4 La programmation d'une alerte de détresse. 2 L'affichage des fréquences. Sept stations principales sont réparties de Boulogne à Grasse. mobiles et de bord. 602/ Citer les principales stations côtières françaises et leurs activités.Les définitions des stations déterminent les différents types de stations dont les stations côtières. 704/ Utiliser les principales fonctions d'un terminal INMARSAT. H. 3 La programmation d'une détresse. 4 Les différents types de messages. @@ La France métropolitaine et d'outre . 1 La mise en marche. 4 Les boutons de la face avant. 706/ Utiliser les principales fonctions d'un récepteur NAVTEX. TUC (UTC en anglais). Trois stations permettent la couverture des DOM . 1 La mise en marche.mer entretient un nombre suffisant de stations afin de répondre à tous les besoins des navigants. (exemple : FFL pour St Lys Radio). Quelle station assure la couverture en ondes décamétriques : FFL. 3 La sélection de la fréquence de détresse MF. Outre mer Les indicatifs d'appel des stations côtières sont constitués de trois lettres. 2 Les différents boutons. 4 L'envoi d'une détresse. au niveau de la France. 2 La mise en marche. 1 La mise en marche. F. 1 La mise en marche. 3 La sélection des messages à recevoir. 3 Changer de canal. 4 Les fonctions secondaires. Les stations côtières françaises satisfont aux besoins des navigants pour : 1 la France Métropolitaine et d'Outre . 705/ Utiliser les principales fonctions d'un processeur ASN. 9 . Portative. VOUS DEVEZ VOUS SERVIR DU MANUEL D'UTILISATION 701/ Utiliser les principales fonctions d'une V. 3 Les principales fonctions du logiciel. F. 3 Les canaux programmés. 2 L'affichage canal 16. par la station de St Lys Radio. Le Temps Universel Coordonné. 4 Des fonctions secondaires.

Il est impératif de vérifier la date de péremption des batteries. Exemple de message correctif : 10 . arrêter immédiatement l'émission et transmettre sur la fréquence 2182 kHz un message "A TOUS" annulant l'alerte de détresse. penser aussi à vérifier que l'amarre de secours est toujours à sa place et penser à la rincer régulièrement à l'eau douce. le numéro MMSI et annuler l'alerte de détresse. En MF. de façon à pouvoir fonctionner en toutes circonstances. Mettre en marche l'équipement et le régler sur le canal 16. si elle est visible. Émettre le message "Appel à tous" en donnant le nom du navire. En ce qui concerne une alerte VHF sur le canal 70.Appel à tous . INMARSAT A et C ainsi que l'ASN/DSC et leurs dispositifs d'émission automatique d'appel de détresse génèrent des fausses alertes dans plus de 90% des cas. Il faut. Une fois en place.5 m et 4 m Dès sa mise en place une RLS doit être : mise en mode automatique Les tests doivent être effectués par: la personne responsable des communications Il faut régulièrement vérifier entre autre : le mécanisme de largage automatique @@ La Radiobalise de Localisation des Sinistres (RLS) est logée à l'intérieur d'un conteneur rigide et doit pouvoir être dégagée facilement soit manuellement soit automatiquement dès que le navire se trouve à une profondeur comprise entre 1. Arrêter immédiatement le transmetteur. Chacun des composants du SMDSM. le message d'annulation doit être adressé : au MRCC concerné. doit être armée (mise en mode automatique).707/ Déclencher et entretenir une RLS. • Tous les quatre ans les batteries doivent être remplacées et un contrôle poussé de la balise réalisée. des essais doivent être effectués à période régulière (fixées par le constructeur) par la personne responsable des communications à bord. vérifier que personne n'a manipulé la balise. En VHF.SARSAT.5 et 4 m. Si l'assistance est déjà sur place : il ne faut pas activer votre RLS. que la date de péremption des batteries n'est pas dépassée. En INMARSAT. En HF il faut transmettre le message d'annulation sur toutes les gammes fréquences HF.Appel à tous. Des tests réguliers doivent être effectués : • Tous les ans par l'inspecteur de la navigation ou un représentant du fabriquant. que le largueur automatique est en bon état. le message d'annulation doit débuté par : Appel à tous . est en bon état et propre. Il est important d'y remédier au plus vite en sensibilisant au plus vite toutes les personnes concernées. Une RLS doit se larguer automatiquement. 3. Si les secours sont déjà présents. pratiquement toutes dues à des erreurs humaines. Arrêter immédiatement l'émission et signaler au MRCC concerné que vous avez transmit une alerte de détresse erronée. ATTENTION : arrêter la radiobalise avant tout déplacement. Afin de garantir la fiabilité de fonctionnement. • Tous les deux ans par un agent agréé qui va effectuer le changement de tous les joints et le remplacement du largueur automatique. que l'antenne. à une profondeur comprise entre : 1. que les interrupteurs sont toujours sur la bonne position. Arrêter immédiatement la transmission et signaler au MRCC le plus proche que cette émission est erronée. 2. balises COSPAS . le message d'annulation doit être émis sur : le canal 16. la radiobalise. l'indicatif d'appel. le mécanisme de largage automatique et que la zone d'implantation de la radiobalise est toujours libre de toutes entraves. Ces procédures sont obligatoires et des sanctions sévères sont prévues en cas de non-respect de cette obligation. le plus souvent possible. il ne faut pas activer sa RLS. il faut : 1. 708/ Agir en cas d'émission d'alerte de détresse erronée. @@ Arrêter immédiatement l'émission et transmettre sur le canal 16 un message "A TOUS" annulant l'alerte de détresse. En MF/HF. en cas de naufrage.

un navire peut utiliser toute fréquence. En ce qui concerne la HF. P os i t i on. TIME UTC.. Position. 12 et 16 MHz. 8. 6. IDENTITY number. 2. Mais. par quelque moyen que ce soit. Arrêter immédiatement le transmetteur. le transmetteur doit être réglé consécutivement sur les fréquences de détresse radiotéléphoniques dans les bandes des 4.. = Master NAME. = Master NAME + Si pour une raison quelconque.All stations. En ce qui concerne une alerte en MF sur la fréquence 2187. MMSI number. 11 . le numéro MMSI et annuler l'alerte de détresse. TIME UTC. le navire doit prendre contact avec la station côtière la plus proche ou la station côtière approprié ou encore le MRCC et annuler l'alerte.5 kHz. CALLSIGN. MMSI. Émettre le message "All Stations" en donnant le nom du navire. MMSI number. En conséquence. Cancel my distress alert of. pour informer les autorités appropriées qu'une fausse alerte a été transmise et doit être annulée. Exemple de message correctif : All stations. I Cancel my distress alert of. Il faut procéder comme en MF. TIME UTC. this is SHIPNAME. TIME UTC. MMSI. DATE. TIME UTC. DATE. Mettre en marche l'équipement et le régler sur la fréquence 2182 kHz. CALLSIGN. 3. DATE. une balise de détresse est activée accidentellement.. = Master NAME. il faut : Envoyer un message prioritaire au MRCC concerné et annuler l'alerte. Des peines sévères sont prévues pour toutes personnes ne respectant pas ces recommandations. il faut : 1. DATE... this is SHIPNAME. Position.. l'indicatif d'appel. Cancel my INMARSAT C distress alert of. mais l'alerte doit être annulées sur toutes les bandes de fréquence. CALLSIGN. En ce qui concerne une alerte INMARSAT. Exemple de message correctif : SHIPNAME. 7.. DATE.