You are on page 1of 47

OUTIL DE RE-FORMATAGE DES ETATS FINANCIERS FORMAT PARMEC - CGAP CALCUL DES RATIOS POUR L’ANALYSE FINANCIERE GUIDE

D’UTILISATION

Novembre 2002

Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002

1

Table des Matières 1 Introduction............................................................................................................................ 4 1.1 Fondements.................................................................................................................... 4 1.2 Objectifs de l’Application................................................................................................. 5 1.3 Rappel des Différences d’Approche PARMEC - CGAP...................................................6 1.4 Conception et Utilisation du Guide..................................................................................7 1.5 Avertissement.................................................................................................................. 7 2 Installation de l’Application..................................................................................................... 7 2.1 Ouverture de l’Application............................................................................................... 8 3 Structure de l'application........................................................................................................ 8 3.1 Feuille Bal Bil CR............................................................................................................. 8 3.2 Feuille Bil CR TFT........................................................................................................... 8 3.3 Feuille Retraitements....................................................................................................... 9 3.4 Feuille RentaEffic............................................................................................................ 9 3.5 Feuille Niv Ref................................................................................................................. 9 3.6 Navigation dans ou entre les feuilles...............................................................................9 4 Entrée des données dans la feuille " Bal Bil CR " pour l'année "0"......................................10 4.1 Etape 1 : Identification................................................................................................... 10 4.2 Etape 2 : Subventions antérieures.................................................................................10 4.2.1 Importance du choix de t = zéro..............................................................................10 4.2.2 Entrée des subventions antérieurement portées au compte de résultat.................11 4.2.3 Saisie du solde des subventions d'équipement en début d'exercice "An Zéro"......11 4.2.4 Traitement des subventions antérieures.................................................................11 4.2.5 Calcul du flux de subvention d'équipement de l'exercice........................................12 4.3 Etape 4 : Balance après inventaire................................................................................13 4.4 Section Etats PARMEC................................................................................................. 14 4.5 Section Retraitements................................................................................................... 14 4.5.1 Récapitulatif des points critiques du reformatage...................................................14 4.5.2 Créances rattachées...............................................................................................14 4.5.3 Subventions de l’exercice.......................................................................................16 4.5.4 Subventions antérieures à l’exercice......................................................................17 4.6 Les états détaillés au format CGAP...............................................................................17 4.6.1 Le compte de résultat.............................................................................................17 4.6.1.1 Produits d’exploitation......................................................................................17 4.6.1.2 Charges d’Exploitation......................................................................................18 4.6.1.3 Résultat d’exploitation et opérations hors exploitation......................................18 4.6.2 Le Bilan................................................................................................................... 19 4.6.2.1 Actif.................................................................................................................. 20 4.6.2.2 Dettes............................................................................................................... 20 4.6.2.3 Fonds Propres.................................................................................................. 20 4.7 Les états synthétiques au format CGAP........................................................................21 4.7.1 Agrégation des états détaillés.................................................................................22 4.7.1.1 Adaptations de l'agrégation standard...............................................................23 5 Entrée des données pour les années suivantes..................................................................24 5.1 Logique Générale ......................................................................................................... 24 5.1.1 Section « Valorisation des subventions des années antérieures ».........................25 5.1.2 Réintégration / Extraction des créances rattachées................................................27 5.1.3 Traitement des fonds propres dans le format CGAP..............................................29 5.1.4 Conclusion sur les années 1 à 5.............................................................................31 6 La feuille Bil CR TFT............................................................................................................ 32 6.1 Objectifs et Structure..................................................................................................... 32 6.2 Données complémentaires............................................................................................ 32 6.3 Les bilans en pourcentage............................................................................................33 6.4 Le tableau de flux de trésorerie / méthode indirecte......................................................33 6.4.1 Fondements............................................................................................................ 33 6.4.2 Le tableau de flux de trésorerie...............................................................................34 6.4.2.1 Rappel du principe de calcul............................................................................34 7 Les Retraitements Analytiques : Rappels et Calculs............................................................35 7.1.1 Rappels................................................................................................................... 35

Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002

2

7.1.2 Calculs des Retraitements Analytiques...................................................................36 7.1.2.1 Retraitement au titre de l’inflation.....................................................................36 7.1.2.2 Retraitement au titre des ressources à taux subventionné...............................36 7.1.2.3 Retraitement au titre des dons en nature.........................................................38 7.1.2.4 Conclusion sur les retraitements......................................................................40 8 La Sortie des Indicateurs et Ratios......................................................................................41 8.1 Indicateurs et Ratios de Rentabilité...............................................................................41 8.2 Indicateurs et Ratios d’Efficacité....................................................................................43 8.3 Autres indicateurs.......................................................................................................... 44 8.3.1 Indicateur de Solvabilité..........................................................................................44 8.3.2 Analyse des provisions pour créances douteuses..................................................44 8.3.3 Relation entre indicateurs.......................................................................................44 8.4 Conclusion sur les ratios............................................................................................... 45 9 Conclusions......................................................................................................................... 47 9.1 Résultats souhaités....................................................................................................... 47 9.2 Limites de l’application.................................................................................................. 47 9.3 Conclusion..................................................................................................................... 47

Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002

3

1
1.1

Introduction
Fondements

L’analyse financière est le calcul de ratios analytiques à partir des états financiers, et l’interprétation de ces ratios en vue de déterminer des tendances sur lesquelles fonder la prise de décision. Il est attendu de ces décisions qu'elles permettent la progression de l'institution vers la pérennité. Les états financiers sur lesquels se base l'analyse doivent donc présenter l'information d'une manière qui permette d'aboutir à une compréhension claire de la situation financière de l'institution, particulièrement au regard de son évolution vers la pérennité. Cette logique peut se résumer comme suit :

PERENNITE ⇑ GESTION FINANCIERE ⇑ ANALYSE FINANCIERE ⇑ MODELES DE RAPPORTS FINANCIERS ⇑ INFORMATION FINANCIERE Les modèles de rapports ou d'états financiers utilisés par les institutions de microfinance ne permettent pas nécessairement de présenter l'information et d'établir des indicateurs permettant de formuler ce type de jugement, et donc de prendre des décisions appropriées. Qu'entend-on par pérennité (financière) ? La définition retenue dans notre approche est la suivante : PÉRENNITÉ FINANCIÈRE = Couverture DES CHARGES ADMINISTRATIVES + DES PERTES SUR CREDITS + DES COÛTS DU CAPITAL ET DE L’INFLATION + CAPITALISATION POUR LA CROISSANCE PAR LES PRODUITS D’EXPLOITATION Il est donc important de parvenir à des états financiers qui mettent en évidence ces grandes masses, et lorsque c'est nécessaire, de retraiter ces états financiers pour voir l'impact d'éléments non-pris en compte par l'information financière qui a permis de les établir (ex :

Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002

4

2 Objectifs de l’Application L’objectif final de l’application est de permettre d’obtenir les données nécessaires à l’analyse financière. CAPAF et ses partenaires ont assuré depuis l'an 2000 une large diffusion de ces concepts auprès des institutions de microfinance. d'organismes d'appui ou de supervision nationaux ou internationaux. mais qui pourraient être amenés à disparaître. Nous souhaitons qu'il intéressera au premier chef les cadres et responsables d'IMF qui ont suivi les formations délivrées par les partenaires de CAPAF. cela année par année (sur une année initiale et les 5 années suivantes.inflation). mais également tous ceux qui par leurs fonctions ou missions sont amenés à effectuer des évaluations de la situation financière d'institutions de microfinance. à savoir les ratios de rentabilité et d'efficacité tels que recommandés dans les cours "Principes Fondamentaux de la Comptabilité des IMF" et "Analyse Financière des IMF" développés par le CGAP et diffusés par CAPAF et ses partenaires en Afrique Francophone. Il apparaît également essentiel de bien cerner ce que sont les produits d'exploitation. En proposant aujourd'hui cette application informatique. permettant une analyse dynamique) synthétiser ces états en grandes masses. et à la production d'une série d'indicateurs. c'est à dire ceux que l'institution est capable de générer par sa propre exploitation. propres à assurer une bonne compréhension de la situation financière d'une institution de microfinance. Le CGAP a établi des modèles d'états financiers permettant de présenter l'information financière en vue d'une analyse de l'évolution vers la pérennité telle que définie ci-dessus. la prise de décisions de gestion propres à assurer la croissance et la pérennité des institutions de microfinance sera grandement facilitée. CAPAF souhaite permettre au public le plus large possible de bénéficier d'un outil pratique . sans tenir compte des soutiens extérieurs dont elle pourrait bénéficier pour le moment. 1. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 5 . L’application permet d’atteindre en préalable deux objectifs intermédiaires : re-formater des états financiers du format PARMEC vers un format CGAP détaillé puis synthétisé. Cet outil permet d'aboutir à une présentation de l'information financière. Sur cette base. de prestataires de services etc. pour disposer des données nécessaires aux calculs des ratios L’application est un tableur développé sous MS Excel.

et l’ensemble des dons en nature qui n’apparaîtraient pas dans la comptabilité financière de l’IMF. Indique de ramener toutes les subventions reçues au niveau du passif. C’est seulement une fois ce travail fait qu’on pourra tirer de façon pertinente les ratios d’efficacité et de rentabilité. ce qui permet de dégager un résultat d’exploitation hors subvention.3 Rappel des Différences d’Approche PARMEC . on doit donc passer des états élaborés par la comptabilité financière à des états reformatés selon une approche de comptabilité de gestion. Plus d’information sur www. qu’il s’agisse de mise à disposition de personnel ou d’autres contributions en nature soutenant le fonctionnement de l’IMF.org Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 6 . selon leur origine (taux subventionné ou pas). CGAP Recommande de fonctionner en comptabilité d’engagement en matière de charges. pourvu qu’on soit sûr de la solidité financière de l’institution auprès de laquelle on a placé des fonds). par exemple liés à des placements. qu’on s’intéresse aux charges ou aux produits.    Indique :  .de virer au compte de résultat la quotepart de subvention d’équipement (pour un montant qui correspond aux amortissements pratiqués sur les investissements financés par cette subvention d’investissement).1. on doit se livrer dans l’approche CGAP à une analyse des ressources de type fonds de crédit. se référer au cours « Principes Fondamentaux de la Comptabilité des IMF » et « Analyse Financière des IMF » développés par le CGAP. outils d’analyse et de pilotage indispensables aux responsables d’une IMF 1. Pour travailler correctement avec le format CGAP à partir d’états de type PARMEC. mais de fonctionner en comptabilité de caisse en ce qui concerne les produits liés aux crédits (le CGAP indique que pour les autres produits financiers. on peut fonctionner en comptabilité d’engagement. . et valoriser d’autres coûts cachés tel que l’impact de l’inflation sur les fonds propres (érosion des fonds propres non investis en immobilisation). et diffusés en Afrique Francophone par CAPAF et ses partenaires.capaf.de porter en produits au niveau du compte de résultat les subventions d’exploitation. et reconstituer l’historique des subventions de l’IMF. Au final. Outre ces différences fondamentales.CGAP Les différences majeures entre les approches PARMEC et CGAP sont de deux ordres : PARMEC Recommande de fonctionner intégralement en comptabilité d’engagement. 1 Pour revoir les notions comptables rappelées dans cette introduction. on devra donc procéder au retraitement des créances rattachées calculées sur les crédits consentis. et ainsi de mieux mesurer la progression de l’IMF vers la pérennité.

La vigilance est donc de mise. Par la suite vous pourrez copier autant de fois que nécessaire ce fichier vierge pour traiter par exemple autant d'agences ou de caisses de votre réseau. Pour suivre plus facilement ce manuel.4 Conception et Utilisation du Guide L’application étant développée sous MS Excel.org . il est alors conseillé de travailler dans un premier temps sur le fichier contenant les données exemple. en n'ayant besoin de vous référer que ponctuellement au manuel et à sa table des matières détaillée . - 1. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 7 .1. de procéder aux retraitements et de calculer les ratios. il est probable que vous pourrez travailler directement sur l'application. On verra alors la manière de saisir les données. si vous êtes averti des spécificités de l'approche du CGAP. SI VOUS CHOISISSEZ D’OTER DES PROTECTIONS. l’application n’est que partiellement « verrouillée ». si vous êtes moins confiant dans votre maîtrise de l'approche. Par précaution.capaf. il décrit ensuite l’organisation des données et du classeur utilisé pour le re-formatage. ou depuis vos états financiers. de façon à conserver un modèle vierge. en rappelant à chaque étape la logique comptable qui sous-tend ces traitements. LES RISQUES D’EFFACEMENT OU MODIFICATION DE FORMULE SONT REDUITS. NOTE A L'UTILISATEUR Ce guide comprend plus de 40 pages. Gardez toujours un fichier vierge de toute donnée dans un emplacement spécifique de votre ordinateur. et de la placer où vous le souhaitez sur votre disque dur. Ensuite. et la façon dont elles sont traitées. 2 Installation de l’Application Il vous suffit de télécharger l'application depuis www. pour peu qu'elles disposent d'une comptabilité individuelle. obtenus par la comptabilité financière. le guide s’attache à définir dans un premier temps l’installation du fichier sur lequel le travail sera mené. et êtes à l'aise avec Excel. aussi sa lecture intégrale peut-elle s'avérer fastidieuse. c’est à dire que les formules ou macro-commandes ne sont pas totalement protégées contre l’effacement ou la modification. C’EST VOTRE CHOIX L’outil est conçu pour prendre les informations (solde des postes) depuis vos balances après inventaire. qui comprend déjà des instructions ou commentaires pour l'aide à l'entrée des données. il est conseillé de télécharger le fichier "Données Exemple Reformatage PARMEC – CGAP" en plus du modèle vierge. ce guide vous guidera pas à pas . avant de travailler sur vos propres données. le guide décrit la façon de synthétiser les informations ainsi obtenues. faites une copie à l'aide de votre navigateur.5 Avertissement En l’état actuel. TANT QUE VOUS NE TOUCHEZ PAS AUX PROTECTIONS DE FEUILLE.

on obtient le bilan et le compte d'exploitation au modèle PARMEC. choisissez l’option « Activer les macros ». selon la méthode indirecte (bien que la méthode directe soit en général recommandée. Enfin. Elle fournit quelques graphiques sur les évolutions des grandes masses de ces états. Ces étapes peuvent être reprises pour les 5 années qui suivent l'année de premier reformatage (on peut visualiser la structure globale de la feuille en choisissant un affichage à 10% de la taille normale) - - - - 3. à partir de cet état détaillé.2 Feuille Bil CR TFT Cette feuille reprend les éléments synthétiques obtenus à la fin de chacun des traitements annuels opérés sur la feuille précédente (bilans et comptes de résultat). Elle donne également une composition en pourcentage des bilans successifs. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 8 . électricité. avant de faire un click gauche sur son onglet pour la faire apparaître. elle fournit le tableau de flux de trésorerie. on peut voir de façon détaillée comment chaque poste est réaffecté . sur cette base.1 Ouverture de l’Application A l’ouverture du classeur. On verra plus loin comment ces dernières informations sont reprises d’année en année pour mener à bien retraitements et calculs des ratios. si nécessaire en utilisant les flèches en bas à gauche de faire défiler les feuilles. 3 3. cette feuille traite d’une part la problématique des créances rattachées.1 Structure de l'application Feuille Bal Bil CR C'est dans cette feuille que les données de la comptabilité financière sont saisies : Cette feuille permet de saisir l'historique des subventions antérieures à l'exercice comptable sur lequel on se livre au premier reformatage. des états au format CGAP sont produits. la base de travail étant constituée des balances après inventaire. une synthèse en grande masse est opérée. puis de saisir la balance après inventaire à la fin de cet exercice de premier reformatage. qui agrège par exemple les montants en « caisse et disponibilités bancaires ». Sélectionnez la feuille « Bal Bil CR ». c'est la méthode indirecte qui permet de traiter plus facilement le tableau de flux de trésorerie). l'usage de cette dernière impliquerait de disposer de données comptables à rechercher spécifiquement dans les journaux ou grands livres . et est également alimentée par les informations qu’on a entrées en valorisation des subventions des années antérieures.2. permettant de visualiser les principaux postes qui constituent l'actif ou le passif. A partir de cette balance. tout en respectant intégralement le plan de compte PARMEC : ainsi. ou reprend sous une même rubrique des postes tels que loyer. transport etc. un message de mise en garde sur l’existence possible de virus dans les macro-commandes va apparaître .

qu'ils soient au titre de l'inflation. Elle donne également un indicateur de solvabilité et deux indicateurs d'analyse du portefeuille.6 Navigation dans ou entre les feuilles En haut de chaque feuille. Enfin. 3.5 Feuille Niv Ref Cette feuille fournit des niveaux de référence observés sur un échantillon d'IMF. pour la feuille "Bal Bil CR" dans laquelle s'effectue l'essentiel des saisies. bases de calcul des ratios de rentabilité. sur la base de la précédente.org .4 Feuille RentaEffic Cette feuille effectue le calcul des ratios de rentabilité et d'efficacité tels que recommandés par le CGAP. 3.3 Feuille Retraitements Cette feuille. Elle fournit quelques graphiques sur leurs évolutions.mixmbb. une série de boutons permet de naviguer soit à l'intérieur de la feuille. En particulier. se référer au site www. 3. on retrouve pour chaque année un jeu de boutons permettant de se déplacer entre les différentes sections de saisie et de sortie. des ressources subventionnées ou des dons en nature. Elle permet d'aboutir pour chaque exercice aux charges d'exploitation retraitées et au résultat d'exploitation retraité. selon les données (non-vérifiées) qu'elles fournissent régulièrement au MicroBanking Bulletin. soit d'une feuille à l'autre. permet de calculer les montants auxquels s'appliqueront les retraitements. ce qui vous permet de comparer vos résultats aux niveaux internationaux (pour actualisation.3. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 9 . elle met en évidence les liens entre certains indicateurs.

et de l’autre un simple suivi des flux d’épargne/crédit .1 Entrée des données dans la feuille " Bal Bil CR " pour l'année "0" Etape 1 : Identification Vous devez entrer en haut de la page « Bal Bil CR » le nom de votre IMF ou d’une de ses agences. Cependant. mais que de 95 à 97. ce qui est l’idéal. et avoir établi des états normalisés depuis son origine . il est important de clarifier les points suivants : • Une IMF peut avoir derrière elle de nombreuses années d’activités. car les sommes en jeu peuvent avoir un impact très important sur la composition des fonds propres de l’IMF. • • • Ce travail peut être assez long et complexe. Il faut pourtant bien se fixer une date. mais il est très important de le mener d’une façon aussi rigoureuse que possible. mais cela pourrait amener à un travail fastidieux (surtout si on a de nombreuses agences) : on peut donc se fixer une date de premier reformatage qui soit plus récente . pour des raisons diverses. Si on a des états financiers de type PARMEC depuis 95. l’information devra être obtenue sous une forme qui permettra : • • • De faire la somme des subventions d’exploitation depuis l’origine de l’IMF. avec d’un côté un suivi budgétaire des fonds du bailleur. qui sera la fin d’un exercice passé : supposons que l’IMF existe depuis 95. elle a été gérée de façon « projet ». l’IMF peut ne pas disposer d’états normalisés depuis l’origine (ou bien elle a commencé son activité avant que le cadre PARMEC n’existe) . on peut choisir de ne partir que de 97 parce qu’on estime la charge de travail trop lourde (surtout si l’exercice doit être mené sur un nombre important d'agences). Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 10 . les montants de subvention qui ont été injectés dans l’IMF. Inversement.2. ou bien elle peut avoir connu des changements structurels tels qu’il n’est pas pertinent de remonter aux origines pour effectuer le travail de reformatage . il nous faudra isoler.2 4. on peut choisir d’entrer les informations depuis l’origine. De faire la somme des quotes-parts de subvention d’équipement virées au compte de résultat depuis l’origine de l’IMF. 2000 et 2001 » . puis nous verrons ceux de 1999. qu’on appelle « t = zéro ». dans les suivis des années 95 à 97. dans ce cas.1 Etape 2 : Subventions antérieures Importance du choix de t = zéro Pour bien comprendre l’importance du choix de cette date. 4. et la date « t=zéro » de premier re-formatage des états (voir ci-dessous). De dire quel était le solde de la subvention d’équipement au démarrage de l’exercice se terminant à t = zéro. Quel que soit le cas de figure. supposons que c’est seulement depuis 98 qu’elle tient des états PARMEC : il paraît légitime de choisir l’option suivante : « nous allons opérer le premier re-formatage sur la base des états de 98.4 4.

2 Entrée des subventions antérieurement portées au compte de résultat Cette saisie se traite à l'étape 2 (utiliser le bouton "Subventions antérieures"). 4. On surestime ainsi les reports à Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 11 .4 Traitement des subventions antérieures Au terme de l'étape 3. il reste à indiquer à l'application quel était le solde de la subvention d'équipement au démarrage de cet exercice. Cela sera fait plus bas par saisie de la balance après inventaire de l'exercice. Elle permet de reconstituer tous les flux de subventions antérieurement portés aux comptes de résultat.2. Cette saisie se fait à l'étape 3 : 4. on peut dire que durant les années antérieures. ce qui concerne les subventions apparaissant au compte de résultat pour cette année de reformatage ne doit pas être entré à ce stade.2. on aura ainsi reconstitué l'ensemble des subventions antérieurement reçues.2.3 Saisie du solde des subventions d'équipement en début d'exercice "An Zéro" Pour avoir le montant total des subventions reçues par l'IMF antérieurement à l'exercice de premier reformatage. on a artificiellement augmenté le résultat d'exploitation en y intégrant les subventions d'exploitation et les quotes-parts de subvention d'équipement virées au compte de résultat.Ainsi on aura au total général la « somme des subventions antérieures » à l’exercice qui se termine à t = zéro. En effet. élément dont on a besoin pour présenter correctement l'information au niveau du bilan au format recommandé par le CGAP. Comme on le voit. 4.

les fonds correspondant peuvent avoir été reçus depuis longtemps.5 Calcul du flux de subvention d'équipement de l'exercice Bien que cette information ne soit pas traitée à ce niveau dans la page "Bal Bil CR". Ce montant viendra en déduction du montant de report à nouveau donné par l’état PARMEC à « t=zéro ». nous donnera : le solde final de la subvention d’équipement . Il y a fort à parier qu'une grande part de ces reports à nouveau (ou des montants de réserves constituées par leur affectations successives) provient en réalité des subventions passées. En indiquant comme on l'a fait à l'étape 3 quel était le solde de la subvention d'équipement au démarrage de cet exercice. la quote-part de cette subvention d’équipement virée au compte de résultat. c'est à dire qu'on ne peut pas considérer la quote-part comme une subvention de l'exercice : il s'agit d'une écriture ne correspondant pas à des flux physiques. puisqu'on se situe dans le calcul des flux de subvention. on arrive alors à reconstituer le montant total des subventions reçues dans cet exercice. il a paru logique de présenter ici son mode de calcul. il sera alors possible de calculer le flux spécifique de subvention d'équipement reçu dans cet exercice se terminant à t = zéro. Notez que le calcul réintègre la quote-part virée au compte de résultat. et on tendrait à croire que l'IMF a su par le passé se constituer des fonds propres substantiels par les revenus de son exploitation. 4. L'inconnue à rechercher est le flux réel de subvention d'équipement reçu dans l'exercice se terminant à "t = zéro". Le traitement qui sera fait consistera à introduire dans le format CGAP un montant de report à nouveau négatif égal à la somme de ces subventions. qu'on obtiendra par le calcul suivant : La valeur "SI" a été entrée à l'étape 3 . "SF" et "QP" seront entrées lors de la saisie de la balance à "t=zéro". En l'additionnant à la subvention d'exploitation éventuellement reçue dans cet exercice. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 12 .2. car on peut dire que ce report à nouveau a été « gonflé » des subventions antérieurement portées au compte de résultat. la balance ou l’état PARMEC qui sert de base à l'entrée des données (voir plus loin la procédure). Pour cet exercice se terminant à « t = zéro ».nouveau accumulés. ce qui n'est pas nécessairement le cas.

Remarques : Entrez les valeurs des amortissements et des provisions en positif au crédit (ou en positif au débit s'il s'agit de provisions du passif). dans la zone orangée . on peut passer aux états financiers. on peut donc reprendre soit la balance de l'institution à la date voulue. obligeant l'utilisateur à entrer les informations au niveau "développé". et d'éviter d'entrer une seule valeur globale sur la rubrique "66-Dotation aux amortissements et provisions" (idem sur les reprises). C'est pourquoi la saisie au niveau "rubrique" a été verrouillée dans certains cas.Ce résultat sera pris en compte plus loin lors de l'établissement des états au format recommandé par le CGAP. soit les états financiers établis dans la foulée (sans introduire alors le montant du poste "résultat de l'exercice" qui sera recalculé automatiquement). Extrait : … … … … Pour chaque poste. sur les postes "661-Dotation aux Amortissements" et "662-Dotation aux Provisions". mais alors le poste 10 restera nul. elles seront réintégrés en négatif au niveau de l’actif du bilan automatiquement.. Si la balance fournit le détail des postes 101. 102 etc. 4.3 Etape 4 : Balance après inventaire La balance après inventaire doit donc être saisie. on n'aura plus aucune donnée à entrer. il est impératif de les entrer séparément. Si on n'entre pas ce détail. (ou directement les soldes finaux). - - Si la balance est conforme aux documents ayant servi à l’entrée des données. on entrera les flux débiteurs et créditeurs du mois de décembre. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 13 . Il est recommandé de faire une saisie détaillée et non pas résumée : par exemple. disponibles plus bas dans la feuille. certains traitements s'avèreront impossibles. sauf cas particulier (voir plus loin "Recodage"). Il n’y a pas de cumul par sous-rubriques pour donner le total général de la rubrique principale: tout dépend du niveau de détail de l’état PARMEC qui sert de base de travail. on entrera ces postes (ce qui permettra ensuite de vérifier facilement l’exactitude des données saisies par rapport aux documents de base). A ce stade. le calcul (ou report) des soldes dans la zone verte est automatique. il ne fera pas la somme des sous-rubriques. Un contrôle de l'égalité débit = crédit se trouve juste en dessous de la balance.

soit créditeur. Le cadre PARMEC impose de comptabiliser ces intérêts courus non-échus avec pour contrepartie les créances rattachées. dont le solde final pourrait être soit débiteur. pour qu’apparaissent dans l’exercice les produits générés par des actifs productifs (les crédits) au cours dans cet exercice. Dans les deux cas. l’application dispose de tous les éléments pour opérer le retraitement des informations pour passer d’un format PARMEC au format CGAP. c’est pourquoi on va extraire de l’actif du bilan le montant des créances rattachées calculées sur les crédits versés. soit au passif du bilan.1 Récapitulatif des points critiques du reformatage Le reformatage à effectuer pour passer d’un modèle PARMEC au modèle CGAP va toucher aux créances rattachées et aux subventions.5.2 Créances rattachées Les créances rattachées aux crédits consentis par l’IMF ont pour contrepartie des produits d’intérêt. Cela aura forcément un impact sur le résultat (on y reviendra plus bas). Ils seront renseignés selon le cas. Ainsi n’apparaîtront dans les produits que ceux effectivement encaissés dans l’exercice. sont prévus soit à l'actif.5 Section Retraitements Il ne s'agit pas ici de retraitements au sens prise en compte de l'inflation ou dons en nature. Certains comptes. 4. le solde de ces valeurs permet précisément de dégager le résultat de l'exercice : Extrait du compte de résultat : 4. grâce aux saisies faites dans les étapes « Valorisation des subventions antérieures »et « Saisie de la balance ».4 Section Etats PARMEC Cette section comprend : • • Le bilan au format PARMEC Le compte de résultat au format PARMEC Il n'y a aucune entrée de données à faire. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 14 . Le cadre CGAP privilégie la prudence. On peut alors vérifier que les états obtenus sont conformes à ceux établis à la date de clôture de l'exercice considéré.5. mais des retraitements à apporter aux états PARMEC en vue de préparer la sortie des états au format recommandé par le CGAP 4. et en parallèle on va diminuer le montant des produits de l’exercice. En bas des états figurent des cellules rouges qui servent à calculer les totaux "hors résultat".4. Le résultat de l'exercice est recalculé automatiquement.

et qu’elle fait la somme des créances rattachées aux crédits versés. pour bien visualiser le retraitement effectué. et un montant de créances rattachées pour 197.La section retraitement prévue explique ce mécanisme. 43. La section retraitement va nous indiquer : Extrait : On constate qu’elle reprend pour mémoire le montant des intérêts sur crédit.870 F. et par simple égalité entre cellules elle va isoler les informations relatives aux créances rattachées et aux produits sur crédits. Supposons que les états PARMEC aient présenté les valeurs suivantes : Extrait de l’Actif : Extrait du Compte de résultat : On constate des produits liés aux crédit pour 809. En parallèle. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 15 .000 F ont été comptabilisés en produits et en parallèle en créances rattachées sur dépôts à terme.000 F.

La quote-part n’est qu’un "artifice" comptable qui ne correspond pas directement à une entrée de nouvelles subventions. d’une part de la subvention d’équipement. et de quote-part de subvention d’équipement virée au compte de résultat. le traitement que fait l’application est simple.870 F qui seront pris en compte dans le compte de résultat au format CGAP. Pour clarifier cela. un exemple sommaire peut servir : soit une IMF qui termine sa première année d’activité . de subvention d’exploitation reçus dans cet exercice : la réponse est 3 millions en investissement. on voit 1 million en quote-part de subvention virée au compte de résultat. sans comptabiliser évidemment à nouveau ces produits. c’est la différence entre les produits comptabilisés et la somme des créances rattachées.870 – 197. on a pu solder au cours de l’exercice des créances rattachées qui existaient à son démarrage. Il s’agit simplement de le mentionner de façon visible au niveau des retraitements pour que vous voyiez clairement quelle information va être retraitée. et d’autre part. mais en débitant le poste caisse : cela introduit un léger biais pour cette « Année Zéro » . mais on ne le retrouvera pas les années suivantes). à la fin de l’année. les états montrent un solde de 1 million en subvention d’équipement. L’année suivante. 4. et 2 millions en subvention d’exploitation.5. soit dans notre exemple : Extrait : A noter que la subvention d’exploitation sera considérée comme une subvention de l’exercice dans les états retraités. qui donne le montant des produits encaissés de l’exercice (en réalité. puisqu’elle va simplement reprendre les données figurant au compte de résultat en face des postes de subvention d’exploitation. pour ce qui concerne les crédits. Bilan 0 Subv Equipt 3 (1) P 2 Ch Cpte de Résultat Charges 3 Subv Expl Quote Part Pr 2 1 A Trésorerie Immo Brute Amortiss. La question est : quels sont les montants.3 Subventions de l’exercice A ce niveau. Dans l’exemple. et 2 millions en exploitation. Par contre. on a bien 809. tandis que les créances rattachées en question seront ramenées à zéro à l’actif du bilan. le solde qui apparaît en subvention d’équipement vaut 2 millions en produits.Les produits sur dépôts à terme et les créances rattachées afférentes ne seront pas l’objet du retraitement. Les montants considérés seront donc reportés tels quels dans les états au format CGAP . alors que la quote-part sera réintégrée dans la subvention d’équipement.000 = 612. car on considère que ces placements sont suffisamment sûrs pour considérer que les produits sont certains. et seulement pour cette première opération de retraitement. et 1 million en quote-part virée au compte de résultat Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 16 . l’état dont on dispose donne les valeurs suivantes : au passif.

Extrait : Ici les valeurs sont nulles car l'exemple pris est celui d'une IMF pour laquelle on reformate les états de la première année d'exercice. d’où Dotation de l’année = Solde Final –Solde Initial + Quote-part Dotation de l’année = 1 – 2 + 1 = 0 F 4.Quel est le montant de subvention reçu pour cette année suivante : il est nul : le solde initial de la subvention d’équipement valait 2 millions (les 3 reçus en année 1 diminués de la quotepart de l’année 1.6 4. des charges d’exploitation. 4. A ce stade. on enlève la quote-part de cette année (1 million ) pour aboutir au solde final = 1 million .4 Subventions antérieures à l’exercice Les données nécessaires ont été entrées au niveau de la section « Valorisation des subventions antérieures». et à dégager un résultat d’exploitation qui ne prenne donc en compte que les produits et les charges afférentes à l’activité.1 Les états détaillés au format CGAP Le compte de résultat Rappel : le compte de résultat au format CGAP s’attache à faire ressortir des produits d’exploitation.1 Produits d’exploitation Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 17 . Les subventions sont ramenées en hors exploitation.6. soit Solde initial + Subvention d’équipement de l’année – Quote-part = Solde Final. au solde initial on ajoute une éventuelle subvention d’équipement supplémentaire.5. ainsi que les autres charges ou produit hors exploitation. On verra plus loin comment les informations de cette année initiale sont reprises pour l'année suivante. on a tous les éléments nécessaires pour que le reformatage au modèle CGAP soit effectif. On n’a repris ci-dessous que les éléments clés des états re-formatés pour les détailler : 4.6. soit 1 million en moins d’où solde de 2 millions en démarrage de l’année 2) .1. elles sont reprises ici pour visualiser l’information qui va servir de base au reformatage. C’est ce résultat d’exploitation (hors subvention donc) qui sera reporté au bilan.

6. elle pourra servir pour la sortie ultérieure de certains ratios de gestion du portefeuille.1. des postes « autres produits » ou « produits divers » devront être rapatriés en hors-exploitation. Dans la mesure du possible. mais en le mettant délibérément sous celui de dotations aux provisions.1.6. 4. (Voir plus loin « Adaptation du re-codage standard »).3 Résultat d’exploitation et opérations hors exploitation Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 18 . plutôt que de le laisser caché dans les charges diverses comme le cadre PARMEC l’indique. Notez qu’on a classé ce poste 6501 non pas dans l’ordre de présentation normal du plan. 4.2 Charges d’Exploitation Extrait :  On a créé un poste spécifique car il vaut mieux isoler cette valeur En effet.Extrait :  Notez qu’on a fait la somme des intérêts sur les différents types de crédit. pour peu qu'ils ne soient pas directement reliés aux opérations d’épargne et de crédit. et que le montant qui apparaît est celui obtenu après déduction des créances rattachées (poste 701-A) Notez qu’on sépare bien les produits financiers des autres produits d’exploitation  A noter que selon les cas. on cherchera donc à isoler ce montant.

et ne tiendrait-on pas compte des autres opérations hors exploitation. les opérations autres que les subventions doivent également être prises en compte : en effet. on reviendra en détail sur ce point un peu plus loin.Extrait : … … … Le résultat net d’exploitation qui apparaît sera celui qui sera reporté au bilan. pour éviter la confusion avec le résultat d’exploitation. ou de la quote-part de subvention d’équipement virée au compte de résultat. 4. qu’on pourrait assimiler à un résultat des opérations hors exploitation et hors subvention. pourquoi irait-on prendre les subventions pour les rapatrier au passif.2 Le Bilan Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 19 . appelée « autres fonds propres ». on obtiendra exactement le montant des créances rattachées extrait des produits de l’exercice. On voit clairement apparaître en hors exploitation les montants de subvention. Ces deux montants seront réintégrés au passif du bilan .6. qui sera reporté dans une ligne spécifique au passif du bilan. On a préféré faire le raccourci direct. Soit : Le résultat total consolidé apparaît inférieur à celui obtenu dans la logique PARMEC . si on fait la différence entre les deux. alors qu’elles ont leurs contreparties dans les postes du bilan ? On dégage donc un solde des opérations hors exploitation et hors subvention. qu’il s’agisse des subventions que le cadre PARMEC considère comme des subventions d’exploitation. Sur l’aspect hors exploitation.

on verra plus loin comment faire la différence entre fonds de crédit subventionnés ou à taux commercial.3 Fonds Propres Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 20 . Le total actif obtenu dans le format CGAP sera inférieur à celui obtenu avec PARMEC.4.6. la différence vaut le montant des créances rattachées qu’on a extraites : Extrait du bilan PARMEC : Extrait du bilan CGAP : La différence vaut 197.000 F. il n’y a rien de particulier à indiquer .6.2.1 Actif Les points qui méritent une mention particulière sont les suivants : Extrait : Il apparaît bien que les créances rattachées sur crédit ont été ramenées à rien (zones colorées en rouge).2.6. soit le montant des créances rattachées qu'on a extrait. 4. 4.2 Dettes A ce stade.2. ce qui préserve l’équilibre entre bilan et compte de résultat : on a enlevé le même montant des produits de l’exercice.

mais en admettant que des subventions antérieures aient été entrées. donc les montants reportés depuis le modèle PARMEC sont nuls . (Si vous regardez la formule dans cette cellule. il n’y a pas de réserves.Extrait : On note que : • • On retrouve en subvention des années antérieures un montant nul. ce poste aurait été négatif. 4. on dispose d’un état au format CGAP. puisque dans l'exemple on s'intéresse à une IMF dont c'est la première année d'activité. Le poste « report à nouveau » est nul. vous verrez qu’elle indique de prendre le report à nouveau existant dans l’état PARMEC et d’en déduire les montants de subventions d’exploitation + quotes-parts des années antérieures reportés depuis la feuille « Valorisation » dans la section Retraitements). Comme la quote-part a déjà été prise en compte dans le calcul de la subvention d’investissement. puis en enlevant le montant de début d’exercice : on a ainsi le flux reçu pour cet exercice au titre de la subvention d’investissement. il ne reste plus qu’à reporter la subvention d’exploitation de l’exercice. mais avec un niveau de détail aligné sur celui du plan comptable PARMEC. en y ajoutant la quotepart virée au résultat dans l’exercice.7 Les états synthétiques au format CGAP Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 21 . • • • A ce stade. ce qui est normal puisqu'on est dans la première année d'activité de l'IMF exemple . Dans notre exemple. pour un montant équivalent à ce total des subventions antérieures. • Le poste subvention d’investissement – montant de l’exercice est calculé en prenant le solde qui apparaît en fin d’exercice dans l’état PARMEC. il aurait été reporté au poste 50-A Autres Fonds Propres. Si on avait dégagé au niveau du compte de résultat un montant non nul en solde des opérations hors exploitation et hors subvention.

chaque ligne des états détaillés est pourvu d’un « codage CGAP » .SI et son utilisation dans la feuille « Bil CR TFT ». soit 612. pour ne pas biaiser le calcul 2 Ces totaux sont obtenus en utilisant la fonction SOMME.1 Agrégation des états détaillés Afin de faciliter l’analyse financière. En savoir plus sur la fonction SOMME. Pour opérer cette agrégation. on doit maintenant agréger les postes comptables par grandes masses : cette dernière section de la feuille « Bal Bil CR » se base sur les états CGAP détaillés qu’on vient d'établir. Intérêts et commissions sur crédits » le montant cumulé des 3 lignes qui dans le tableau précédent ont été codées « 1 ». Ainsi plus bas dans la page « Bal Bil CR ». par exemple si on prend l’extrait ci-dessous du compte de résultat. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 22 .SI : voir note n°6) La fonction SOMME. qui permet de définir une zone de conditions (ici les numéros de code). et une zone sur laquelle s’applique ces conditions (ici les montants des différents postes comptables) : c’est seulement quand les conditions sont remplies que la fonction somme se fait. il apparaît à droite des montants une série de numéros: Extrait : Ces numéros sont ceux des rubriques dans lesquelles les postes considérés vont être agrégés.2 Remarque : sur les commissions.SI de Excel.4.245 F.870 + 9.375 = 622. on obtient : Extrait : On retrouve bien sous la rubrique « 1. il faudra éventuellement pouvoir les éclater entre commissions sur crédits et commissions autres que sur crédit.7.

Dans le bilan PARMEC. 4. il sera reclassé en « Emprunts aux conditions du marché » : Extrait du bilan synthétique : Pour tenir compte de l’hypothèse. au cas par cas. le montant entré est enlevé de ce codage inital .1. l’autre non subventionné valant 3.7. voir plus loin). que faire si dans le montant global d’un poste se trouvent des montants qui réclament un tel éclatement ? Dans ces cas.000. Egalement. c’est à dire que dans le bilan synthétique.000 F. l’un subventionné valant 2. en utilisant en bas de page la partie « Postes réclamant un ajustement ». soit : Extrait du bilan détaillé format CGAP : On note que le poste 172 est codé « 27 ». le montant est affecté à la rubrique voulue.du rendement du portefeuille (ce traitement est opéré dans la feuille "Bil CR TFT". et dans le bilan CGAP détaillé. Emprunts à moins d’un an auprès de banques ou autres organismes ».000 à la ligne correspondant au poste comptable n° 172 . ici 29.1 Adaptations de l'agrégation standard Le codage standard doit pouvoir être adapté en fonction des spécificités de votre IMF : par exemple sur le poste « 162. on verrait apparaître un total de 5. Exemple : supposons que l’IMF bénéficie de deux emprunts à terme. on va devoir aller dans la partie « Postes réclamant un ajustement ».000. ce qui se traduit comme suit dans le bilan synthétique : Extrait : Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 23 . ou 29 s’il s’agit d’emprunts à taux subventionné.000. le codage pourrait être 27 ou 29 : ce serait 27 s’il s’agit d’emprunts aux conditions du marché.000. en renseignant la case « re-codage ». il faut procéder à un traitement manuel. et y entrer : Au bas de la page : En renseignant le « codage initial ».

Vous notez que le total des emprunts reste bien à 5 millions. (si la totalité de ces dettes avaient été à taux subventionné. qui pourra ultérieurement servir pour le calcul des ratios de rentabilité et d’efficacité. il vaudra mieux directement dégonfler le poste 712. Ces similarités et différences sont détaillées cidessous. et augmenter le poste 773. car avec le temps.1 Entrée des données pour les années suivantes Logique Générale L’approche générale de l’application est de faire en sorte que l’utilisateur puisse pour chaque exercice comptable partir de ses balances après inventaire "de type PARMEC".000 dans le montant à recoder). qui indiquent que le recodage ne doit pas porter sur des éléments qui aboutiraient à faire passer des charges ou produits de "exploitation" vers "hors exploitation" ou réciproquement. 5 5.000. il n’est pas évident que votre mémoire vous permette de retrouver à terme le pourquoi de ces ajustements … NB : dans la suite du guide. cela se traduirait alors par des incohérences entre le résultat apparaissant dans le compte de résultat synthétique de l'année (n) et le report à nouveau apparaissant dans le bilan détaillé de l'année (n+1). mais alors vous serez sûr que ce que vous avez passé en 773 ira bien en hors exploitation au niveau du compte de réulttat au format CGAP. Si vous ne saisissez que « codage initial » et oubliez de saisir « re-codage ». - A ce stade. l’équilibre ne sera plus respecté !! Renseignez bien la partie explication. et que donc le total du passif est inchangé. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 24 . Si vous deviez être confronté à un besoin de recodage de ce type (transfert de charge ou de produit entre "exploitation" et "hors exploitation". Aussi. Toutefois. on fait en sorte que certains des résultats obtenus dans « AnZéro » soient pris en compte dans l’année suivante. on aurait saisi 5. alors . Cela introduira certes une légère distorsion entre vos états PARMEC initiaux et ceux établis par l'application. cela aboutirait à faire changer dans le bilan synthétique le résultat d'exploitation et le résultat hors exploitation-hors subventions . et éventuellement un travail qui concernerait de nombreuses agences. AVERTISSEMENT : Il apparaît en bas de page quelques remarques en rouge. il est alors conseillé de modifier la balance initiale : si par exemple vous considérez qu'une partie du solde du poste 712 doit être affecté en hors exploitation. au stade de la balance. En effet. ce qui donne lieu à quelques différences. Le même travail peut maintenant être entrepris sur les années suivantes. on dispose d’un état au format CGAP synthétique. l'entrée des données pour les années suivant le premier reformatage suit la même logique que celle de l'entrée des données pour « AnZéro ». Il n’est pas question de demander aux IMF de gérer en parallèle une comptabilité « auxiliaire » au jour le jour. on ne tiendra pas compte de cet exemple : les extraits d’états qui seront présentés plus loin ne prendront pas en compte cet exemple.

Dans notre exemple.1. étant donné que vous avez fait une fois l’historique. 5. En effet. la section « Valorisation des subventions des années antérieures » pour « AnZéro » contenait les éléments suivants : Extrait : Mais les données entrées en « AnZéro » ont notamment permis de dégager les éléments suivants : Extraites du bilan PARMEC « AnZéro » : Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 25 . il est inutile de le re-saisir : les informations suffisantes existent déjà. Les différences proviennent essentiellement du report de certaines données depuis « AnZéro » : elles portent sur la « Valorisation des subventions antérieures ».La présentation des tableaux est la même d'année en année .1 Section « Valorisation des subventions des années antérieures » A la différence de « AnZéro ». la saisie de la balance après inventaire. et sur la partie du bilan reformaté touchant aux Fonds Propres. les liens entre tableaux sont prévus de telle sorte que les données se reportent automatiquement. sur l’aspect « Créances Rattachées ». l'obtention des états financiers PARMEC et CGAP sont similaires. vous n’avez pas de saisie à faire dans la section « Valorisation des subventions des années antérieures ». Celle-ci est totalement protégée. où vous avez dû saisir les informations sur les subventions antérieures à l’année se terminant à « t= zéro ».

ce qui correspond précisément à ce qu’on avait calculé dans « An Zéro » en bas du bilan reformaté (voir cellule A559). Le solde de la subvention d’investissement en fin d’exercice à « t = zéro » est nécessairement le solde au démarrage pour « An1 ». Ce qui est apparu dans le compte de résultat en « An Zero » devient pour l’année 1 ce qui a été porté au compte de résultat de l’année « n –1 ».710 F. soit : Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 26 . • • On retrouve donc dans « An1 » à la section « Valorisation des subvention des années antérieures » les éléments suivants : Notez que le total de ces 3 éléments nous amène à 575.Extraites du compte de résultat PARMEC « AnZéro » : Les liens entre tableaux sont faits de telle sorte que : • Ce qui était renseigné comme étant les subventions antérieures portées au compte de résultat en « année n – 1 » pour l’année zéro est pris comme subventions antérieures portées au compte de résultat en « année n – 2 » pour l’année 1 : ce qui était « n –1 » en 1998 (« An Zero ») devient logiquement « n – 2 » en 1999 (« An1 ») .

En effet. dont le poste «Caisse » tient compte de ces entrées.1. Or. mais il faut maintenant les passer en produits de l’exercice « An 1 ». L’état PARMEC qui nous sert de base de travail pour « An1 » tient normalement compte de cette écriture. durant l’année 1. tandis qu’on débitait la caisse. on ne les a pas comptabilisés en « An Zéro ». tandis qu’on baissait d’autant les produits de l’exercice.2 Réintégration / Extraction des créances rattachées Cette tâche est assurée automatiquement. dans le format CGAP « An Zéro ». Il n’y pas eu comptabilisation de produits. avec pour contrepartie une entrée en caisse. Il faut réintégrer dans l’année 1 le montant de créances rattachées qu’on a extrait en année zéro. les créances rattachées ont été soldées en minorant les produits de l ‘exercice « An Zéro » . ces créances rattachées ont été soldées en comptabilité financière.5. puisqu’on part de l’état PARMEC « An1 ». Ci-dessous en figurent les fondements et la façon dont l’application l’exécute. ces créances rattachées ont été ramenées à zéro. il apparaissait dans la feuille « Bal Bil CR» pour « An Zéro » les informations suivantes : Au niveau du bilan : Au niveau du compte de résultat : Ce qui avait conduit au retraitement suivant : Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 27 . sachant qu’elles seront réintégrées dans « An2 ». il nous faut pour rester cohérent passer maintenant en produit les intérêts reçus : par prudence. doivent être soldées. Si on se réfère à l’exemple. Dans la logique du format CGAP. ou plutôt de ces écritures. Inversement. qui ont dû être passées au fur et à mesure que les crédits en cours à la fin de l’année zéro se sont remboursés au cours de l’année 1. les créances rattachées qui apparaissent au bilan format PARMEC en « An1 ». Mais alors on a soldé les créances rattachées en les créditant.

selon la comptabilité financière – PARMEC) Au bilan PARMEC : Au compte de résultat PARMEC : Ce qui nous conduit au retraitement suivant : Extrait : Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 28 . en produits liés aux crédits. diminué des créances rattachées.870 F : Extrait : Dans le format PARMEC pour « An1 ».Ainsi. soit 612. il apparaissait dans le compte de résultat au format CGAP. un montant de produits égal à celui obtenu par le modèle PARMEC. on retrouve dans la feuille « Bil CR TFT » des montants qui se présentent comme suit : (il s’agit donc là des informations saisies sur la base de la balance après inventaire à la fin de l’année 1.

l’IMF a dégagé quelle que soit l’approche un résultat nul. Cette logique se retrouve dans les relations entre « An2 » et « An1 » : à l’année n+1. va rechercher l’information sur les créances rattachées extraites et les réintègre aux produits de « An 1 ».000 1. Faute de quoi on n’aura plus d’équilibre avec l’actif.695 Fondamentalement.1.000 F. où ces mêmes créances rattachées ont à leur tour été soldées en comptabilité financière. on y trouvera au passif : Réserve Légale = Report à nouveau = 300. sur la base de son état PARMEC de 1998. obtenu par différence entre produits calculés et créances rattachées. 5. Supposons également qu’en 1998.695 F. qu’il nous faut donc réintégrer.000 F qui correspond à la somme des créances rattachées extraites l’année précédente. ait choisi d’affecter 300. on a diminué de façon parallèle l’actif et les produits. traitons d’abord un exemple sommaire : Supposons une IMF qui en 1998 a dégagé selon le format PARMEC un résultat de 500. il faut rajouter les créances rattachées extraites l’année précédente. si on part de l’état PARMEC. En 1999. et réintégrer en produits les créances rattachées extraites l’année n. Supposons enfin qu’en 1999. à savoir celui d’une comptabilité de caisse pour ce qui concerne les intérêts sur crédit.000 F. Il est donc prévu une cellule qui depuis « An Zero ».000 en report à nouveau en 1999. en année 1 on part d’un actif qui tient compte de ces produits.597.196. Pour illustrer cette difficulté.000 Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 29 . Ce qui donne pour les produits sur crédit du format PARMEC pour « An1 » : Extrait : On a bien à droite un montant de 197.000 en réserve légale. En année zéro. car elle avait en réalité reçu une subvention d’exploitation de 400.365 597. On obtient alors au compte de résultat au format CGAP un montant de : Produits obtenus par comptabilité financière Créances rattachées de l’exercice à extraire Créances rattachées de l’exercice précédent à réintégrer D’où produits sur crédits à prendre en compte pour « An1 » = + = 1. contre la caisse.Mais à ce montant de 999.3 Traitement des fonds propres dans le format CGAP Il s’agit ici de garantir la cohérence entre les reports à nouveaux obtenus d’année en année dans le format CGAP. il s’agit de rester cohérent avec le type de comptabilité qu’on a choisi de privilégier. on devra déduire le montant des créances rattachées apparaissant au bilan n+1 des produits de l’année n+1 obtenus par PARMEC. Il se peut que l’IMF. et ait choisi de laisser 200.670 197. elle a dégagé selon le format CGAP un résultat d’exploitation de 100.000F .000 200.

puisque celui-ci a fait ressortir en 1998 un résultat de 100. non seulement dans la logique PARMEC. d’où un report à nouveau de 100. En conséquence. à savoir les créances rattachées.On voit bien qu’on ne pourra pas reporter ces données telles quelles du format PARMEC au format CGAP. rapatriées du compte de résultat au passif du bilan. d’où les montants nuls qu’on voit apparaître ci-dessous aux postes 53 à 55 repris dans le bilan CGAP détaillé de l'année 1.000 F à considérer pour 1999. puisque 2 distorsions sont intervenues pour expliquer l’écart entre le résultat PARMEC et le résultat CGAP.720 F. mais également dans la logique CGAP. on ne doit pas procéder au simple transfert des données depuis le format PARMEC vers le format CGAP en ce qui concerne les postes de report à nouveau ou de réserves.141. ce qui est cohérent. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 30 . et le traitement des subventions. Or il est vital pour la pertinence de l’exercice que la cohérence entre résultats et reports/affectation de ceux-ci soit préservée. on ne tiendra pas compte des éventuelles affectation du résultat PARMEC de l’année précédente. dans le bilan CGAP en fin d’année 1. La conséquence pratique est que dans « An1 ».000 F. Mais le format CGAP à fin 1998 (« An Zero ») faisait lui ressortir les éléments suivants : On ne va donc pas pouvoir reprendre telles quelles les données PARMEC de 1999. Dans notre exemple : Le compte de résultat PARMEC faisait ressortir pour 1998 (« An Zero »)un excédent de : Le bilan PARMEC à fin 1999 fait bien ressortir (« An1 ») : Soit au total une somme qui vaut bien 1.

assurez vous.1. Ce sont les objectifs de la feuille "Bil CR TFT". de les faire pour les années suivantes. et ainsi de suite. en s’assurant de la cohérence des données entre états PARMEC d’une année sur l’autre. On doit également préserver la cohérence entre les résultats et reports à nouveau/affectations. on disposera au final d’un état synthétique re-formaté selon les recommandations du CGAP. Notez enfin que si le compte de résultat au format CGAP de l’année zéro a dégagé un poste de « Autres Fonds Propres ». du fait d’un solde des opérations hors exploitation et hors subvention non nul. Remarque : Si vous avez été amené à faire des re-codages de certains postes pour "An Zéro". Pour rester cohérent avec la logique d’une comptabilité de caisse. et opérer dessus les retraitements nécessaires avant de sortir les ratios. Par ailleurs. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 31 . l’avantage est que les données relatives aux subventions antérieures sont déjà disponibles et reportées depuis l’année précédente. ce qui permet d’obtenir un format synthétique de même présentation. les postes de réserves 53 à 55 seront laissés à zéro.Autres postes de fonds propres. la logique d'agrégation des informations détaillées du format CGAP est la même que dans « An Zero ».Notez que la ligne 52 – Report à nouveau qui est calculée ici prend en compte les données obtenues dans le bilan au format CGAP de l’année précédente. il s’agit de conserver la cohérence entre résultats et affectations qui peuvent en être faites. et en adoptant (sauf si l’état « An Zero » en comprenait). Celles de « An1 » doivent à leur tour être extraites pour être ultérieurement réintégrées dans « An2 ». alors ce solde devra être repris dans le bilan au format CGAP de l’année 1 à la ligne 50-A . Sauf à ce que l’état PARMEC qui a servi de base initiale au re-formatage ait inclus des données au niveau des postes de réserves (auquel cas on reportera uniquement ces montants d’année en année). les créances rattachées extraites en « An Zero » de l’actif. s'ils sont encore nécessaires. Dans les deux cas. exemple plus haut sur dettes à taux commercial ou à taux subventionné). et en parallèle des produits (donc du résultat). 5.4 Conclusion sur les années 1 à 5 La logique est fondamentalement la même que pour « An Zero » . doivent être réintégrées. On va pouvoir maintenant synthétiser ces données. une pratique qui consiste à ramener systématiquement à zéro les montants des réserves dans le format CGAP (postes 53 à 55 dans les fonds propres). pour toutes les années sur lesquelles on aura procédé au re-formatage. (cf. Au final.

ne comprenant plus que les produits spécifiques aux crédits .1 La feuille Bil CR TFT Objectifs et Structure Les objectifs de cette feuille sont : • • • • d’avoir une vision globale des états financiers synthétiques (bilans et comptes de résultat) pour chacune des années (de zéro à 5) . on a donc la latitude d'entre en manuel des données à ce niveau. d'obtenir un tableau de flux de trésorerie pour les années traitées La feuille « Bil CR TFT » reprend donc les données obtenues pour chacune des années traitées dans la feuille "Bal Bil CR". . Le report de ces données est automatique. en faisant cela. d'obtenir une vision en pourcentage du bilan. toutes les valeurs sont nulles. ce qui facilite l'analyse . on pourra éventuellement entrer des commissions gagnées sur d'autres services (frais de tenue de compte de dépôt)par ex. Cependant. d'obtenir des données graphiques sur les évolutions des grands postes du bilan et du compte de résultat . dans la ligne "commissions autres que sur crédit". de telle sorte que les ratios à fin 98 ne soient pas "trop" inexacts. ainsi. la ligne Intérêts et commissions sur crédit diminuera.6 6. si l'IMF existait depuis déjà longtemps. 6. La ligne 1 – Intérêts et commissions est éclatée en deux lignes : ainsi. on ne surestimera pas le rendement du portefeuille de crédit au moment du calcul des ratios. il serait faux de dire que tous les postes étaient nuls en 97 . Dans notre exemple. La ligne 5 – Intérêts et commissions (charges) est éclatée entre ce qui relève des dépôts et ce qui relève des financements extérieurs. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 32 .2 Données complémentaires Il n’y a que trois séries de données à saisir éventuellement (zone orangée) : La zone verticale qui apparaît ici à Décembre 97 correspond à l'année antérieure à celle de premier reformatage.

Bien que la méthode directe soit celle recommandée par les Standards Internationaux de Comptabilité. puisque certains produits peuvent avoir été enregistrés sans pour autant correspondre à des encaissements réels : pour travailler correctement selon la méthode directe. il reflète la capacité d'une entreprise à gérer de l'argent : la capacité d'une entreprise à remplir ses obligations financières et à exécuter ses activités est fondamentalement basée sur les flux de trésorerie. La méthode indirecte prend en compte les variations des produits et charges calculé(e)s (d'avance. la méthode directe implique de pouvoir isoler très précisément les charges décaissées et les produits encaissés (physiquement) . c'est un seuil arbitraire. Le tableau de flux isole d'abord les flux de trésorerie liés à l'exploitation. et les postes "consommateurs" . à recevoir). ce qui n'est pas réellement souhaitable … 6. et ce ne sera pas toujours le cas. puis ceux relatifs à la gestion d'actifs. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 33 . mais les 2 informations resteront sommées dans le total des charges. en travaillant simplement de balance à balance. on a choisi ici de travailler selon la méthode indirecte. En effet. du total passif d'autre part. cette somme se déduira automatiquement de la ligne 5. il identifie l'origine et l'emploi des fonds sur une année comptable.1 Fondements Le tableau de trésorerie vise à faire ressortir les postes "générateurs" de ressources. et enfin ceux relatifs à la gestion des ressources.4 Le tableau de flux de trésorerie / méthode indirecte 6. 6. Il peut être construit selon la méthode directe. Extrait : En l'occurrence.4. il faudrait avoir accès aux journaux ou aux grands livres de l'institution. on constate que les encaisses représentent la majeure partie des actifs. et permet donc de faire l'économie d'une recherche approfondie dans les livres comptables. En faisant cette distinction entre origine des charges financières. on prépare le retraitement. et que les valeurs négatives apparaissent en orangé foncé. Il a été prévu que les masses représentant plus de 15% de ces totaux apparaissent en orangé clair. Le seuil de 15% ne correspond pas à une norme particulière. dans l'exemple. ou selon la méthode directe. or.En entrant une valeur dans la ligne « I et C sur refinancements ». à payer.3 Les bilans en pourcentage Cette section permet de visualiser rapidement la composition relative du total actif d'une part. l'application ne permet pas d'avoir le détail exact de ces montants.

Ce traitement établit d'abord le total des flux entrants et le total des flux sortants.1 Le tableau de flux de trésorerie Rappel du principe de calcul Pour chaque poste pouvant avoir un impact sur le cash. la valeur absolue de la variation calculée sera affectée du signe … Positive Sortie Actif Négative Entrée Positive Entrée Passif Négative Sortie - + + - Dans la méthode indirecte. Noter qu'un contrôle est prévu en bas de ce tableau. Selon le cas. on interprétera la variation comme suit : Calcul du Solde (n) moins Solde (n-1) Si le poste appartient à … Si la variation calculée est … Alors pour la trésorerie c'est une … Donc dans le tableau de flux. on calcule la variation du solde de l'année (n) par rapport au solde de l'année (n-1). et auquel on soustrait les produits calculés (ex : reprises sur provisions). qui vérifie la trésorerie le calcul fait par rapport aux données entrées. Le tableau proposé peut ne pas fonctionner correctement pour la première année.2. on part du résultat net d'exploitation. il est en général dû à des incohérences dans le données entrées concernant les dotations aux provisions ou aux amortissements. ou bien elles ne sont pas nécessairement présentées d'une façon permettant un calcul exact. car on n'a pas nécessairement les données sur l'année antérieure. Le tableau de flux de trésorerie se présente donc comme suit : Extrait : … … … … … Pour en faciliter l'analyse.4.4. puis indique Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 34 . Si un écart se produit. il est prévu plus bas dans la page un traitement du tableau de flux.6.2 6. auquel on rajoute les charges calculées (c'est à dire qui ne correspondent pas à un décaissement effectif (ex : dotations aux amortissements)). On n'entrera pas ici dans le détail des calculs faits pour établir ce tableau de flux de trésorerie.

elle permet alors d’aboutir aux charges et au résultat d’exploitation retraités. il faut tenir compte de ces appuis. • • Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 35 . discutées ci-dessous. que ce reliquat soit laissé en disponibilité (auquel cas il apparaît clairement qu’il perd de son pouvoir d’achat). non valorisés dans les subventions et charges comptabilisées par l’IMF . Elle gère également une série de conditions. et leurs contributions relatives aux entrées ou sorties de fonds totales de l'exercice.pour chaque flux entrant sa contribution relative au total des flux entrants (même calcul relatif pour les flux sortants). qui ronge les fonds propres non investis dans des immobilisations. toute contribution supérieure ou égale à 20% des flux entrants apparaît en vert. et toute contribution supérieure ou égale à 20% des flux sortants apparaît en orange : On voir ainsi apparaître les postes qui ont connu les variations les plus fortes. De ressources à taux subventionné : si on veut réellement connaître la progression de l’IMF vers la pérennité. 7. 7 Les Retraitements Analytiques : Rappels et Calculs Cette feuille opère depuis la feuille précédente les calculs de moyennes nécessaires aux retraitements . faute de quoi on risque de surestimer le niveau de progression vers la pérennité. ou qu’il soit placé dans des actifs financiers (le rendement de ceux-ci sera amputé de l’inflation. on doit considérer les coûts réels qu’encourrait l’IMF si elle devait se procurer les-dites ressources à un taux commercial .1 Rappels Les retraitements visent à valoriser des coûts « cachés ». car certains calculs de retraitements dépendent du type d’institutions et de la façon dont certains appuis extérieurs sont valorisés dans la comptabilité financière de l’IMF . n’apparaissant pas dans la comptabilité de l’IMF.1. Par convention. De dons en personnel et en nature : l’IMF peut bénéficier d’appuis en personnel ou d’autres natures (ex : loyer pris en charge par une structure d’appui). Ces coûts cachés peuvent provenir : • De l’inflation. et en retour les fonds propres reconstitués par les produits de ces actifs financiers) .

d’organismes de statistique nationale par exemple. 7. et à un calcul des immobilisations nettes moyennes sur l’exercice. Deux points importants à noter : • Dans le calcul des dettes moyennes. on va calculer en surcoût une somme de (1. de diverses charges à payer.1 Calculs des Retraitements Analytiques Retraitement au titre de l’inflation Ce retraitement fait appel à un calcul des fonds propres moyens sur l’exercice. on ne tient pas compte des "Autres dettes à court terme" ni de "Autres dettes à long terme" (rubriques 30 et 31 de la feuille « Bil CR TFT ») car il s’agit en général de dettes fournisseurs. On obtient alors : Extrait : Le montant obtenu chaque année sera ajouté au total des charges d’exploitation nonretraitées.000 à 5% (taux subventionné).200 – 500) soit 700 F ) Hormis le coût des ressources commerciales à entrer. il ne reste qu’à saisir dans la zone orangée les taux d’inflation constatés sur les années considérées : Ce taux peut être obtenu auprès des autorités. ou en s’alignant sur les bons du trésor à 90 jours par exemple).1. Les informations nécessaires à ce calcul se trouvent dans la feuille « Bil CR TFT » du classeur.2. à ces dettes moyennes. qui ne donnent pas lieu à la comptabilisation de charges financières .1.2 7.2. On retranchera du résultat obtenu le montant de frais financiers enregistrés en comptabilité. si elle fait ressortir un reliquat de fonds propres non affectés à des immobilisations. on va appliquer un coût de marché (obtenu auprès d’une banque commerciale. de façon à ne dégager que le surcroît de charge à valoriser (éviter le double emploi : si on valorise 10.7. La différence entre les deux.000 à 12 % (taux de marché). se voit alors appliquer le taux d’inflation constaté sur l’année considérée.1.2 Retraitement au titre des ressources à taux subventionné Ce retraitement fait appel au calcul des dettes financières moyennes pour l’exercice . la quasi totalité des autres informations nécessaires se reportent automatiquement depuis la feuille « Bil CR TFT ». Le mode de calcul des dettes moyennes peut varier selon qu’on est une institution habilitée à collecter de l’épargne ou non : • Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 36 . alors que dans la comptabilité figuraient déjà des charges calculées sur une base de 10.

dont l’essentiel des actifs est financé par de l’épargne. dans le cas d’une institution mutualiste. et/ou qui se destinerait à devenir un établissement financier. dans ce cas. vous n’allez pas valoriser le coût de l’épargne à un taux de type taux de refinancement par une banque commerciale. le montant des dettes moyennes à valoriser à un taux de refinancement commercial se fera « hors dépôts » . le surcoût sera calculé par différence entre (dette moyenne x taux du marché) d’une part. pour ne pas biaiser l’analyse. et le total des charges financières (celles payées sur refinancement et celles payées sur dépôts). et en tenant compte du paramètre « 0 » ou « 1 » que vous aurez entré. mais vous devez tout de même intégrer le différentiel entre votre taux et celui qu’une banque commerciale pourrait servir à ces clients. le montant des dettes moyennes à valoriser à un taux de refinancement commercial. Extrait : Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 37 . Si vous saisissez « 0 ». on confrontera ce montant à celui des frais financiers actuellement payés aux banques . il faut considérer que les éventuels dépôts actuellement mobilisés doivent être valorisés au coût du marché (celui d’un refinancement auprès d’une banque commerciale) : dans ce cas. et ce montant sera confronté aux intérêts sur dépôt que vous payez actuellement à vos membres ou clients. il est prévu une zone en dessous du tableau des retraitements.o dans le cas d’une organisation qui adopterait une approche non-mutualiste. • C’est pour tenir compte de ce paramètre que la partie concernant les retraitements au titre des ressources est scindée en deux parties . l’épargne moyenne sera elle valorisée au taux qu’une banque commerciale peut proposer pour ce type de service. les calculs se font en respectant les principes évoqués ci-dessus. qui se présente comme suit : Extrait : • Si vous saisissez « 1 ». les charges financières liées à cette collecte sont fonction du taux que vous avez choisi de fixer par votre politique : il se peut que votre taux soit sensiblement inférieur à celui pratiqué par des institutions commerciales (la rémunération de l’épargne est souvent symbolique dans ces IMF) . le calcul des dettes moyennes intègre le montant moyen des dépôts. se fera en intégrant les dépôts . la structure institutionnelle ne permettra pas de continuer à faire appel à de l’épargne : dans ces conditions. on doit se dire qu’à terme. o Pour traiter ce problème. dans ce cas.

1. doit être prise en compte en « autres dons en nature » . les coûts que j’ai mis en évidence doivent être divisés par n. sont exclues dans tous les cas du calcul des dettes moyennes. dont elle n’a payé qu’une fraction : si oui. mais qu’en phase de démarrage vous en collectez par exemple à titre de dépôt de garantie. puisque l’IMF pourrait à terme ne plus bénéficier de ces appuis. il ne faut pas la biaiser d’entrée par une sous-estimation des charges. d’autre part de réfléchir à une façon de répartir ces coûts cachés d’une façon pertinente (sur les différentes agences si on est en réseau) : une règle simple à se fixer peut consister à dire : n caisses sont appuyées par la structure d’appui. dont les coûts là encore ne sont pas enregistrés dans sa comptabilité : les prendre en compte au titre de dons en nature. mais qu’elles peuvent aussi augmenter - Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 38 . et ce sont les montants obtenus que je vais saisir dans le retraitement de l’agence sur laquelle je suis en train de travailler . et qui n’a pas été valorisée dans la comptabilité. ou même d’une cellule d’appui. L’IMF ne bénéficie-t-elle pas d’un conseiller technique. au niveau « personnel « . vous calculez le surcoût de la valorisation de ces dettes au prix de marché des refinancements. ou d’autres appuis en matériel. des règles plus complexes peuvent être envisagées. sachant que les coûts d’appui à une agence peuvent diminuer avec le temps. Etc. le calcul des dettes moyennes sur lequel doit s’appliquer un taux de marché ne doit pas valoriser à ce prix les dépôts collectés. équipement. avec des salariés. Le surcoût doit être calculé en considérant d’une part les charges financières payées sur d’éventuelles autres sources de financement subventionnées. en considérant comme base le total des charges financières. de formation. Si vous êtes une institution habilitée à collecter de l’épargne. qu’elles soient dues sur refinancement ou sur dépôts. Ils présentent par rapport aux subventions la spécificité de ne pas avoir été valorisés dans la comptabilité de l’IMF. des frais de fonctionnement : ces frais doivent être valorisés en dons en nature . Il faut pourtant en tenir compte. 7. la part non supportée par l’IMF. de formations. Si vous êtes une institution dont la logique institutionnelle ne conduira pas à une mobilisation d’épargne. dans ce cas.Pour conclure sur ce retraitement au titre des ressources subventionnées. qui ne génèrent pas de frais financiers. • Notez que ce paramètre sur le type d’institution peut être modifiés d’une année sur l’autre. auquel on applique alors le taux commercial de ce type de service. chaque IMF a ses particularités. locaux. on peut dire que : • • Les autres dettes à court ou long terme. vous devez intégrer les dépôts au calcul des dettes moyennes . Si on veut avoir sur le long terme une analyse pertinente.2. d’autre part sur le montant moyen d’épargne collecté.3 Retraitement au titre des dons en nature Ces dons en nature peuvent consister en la mise à disposition de personnel. • • A ce stade. ce qui permet de suivre l’évolution institutionnelle de l’IMF. chaque organisme d’appui ses règles : l’important est d’être aussi exhaustif que possible d’une part. Quelles informations chercher (liste non limitative) : • • L’IMF a-t-elle bénéficié de voyages d’études. La cellule d’appui en question a des immobilisations à amortir. etc.

vous pouvez également créer une nouvelle feuille dans le fichier. au niveau « personnel » et/ou au niveau « autres dons en nature ». (NB : si le cadre proposé ne s’adapte pas à votre logique. en insérer. et traiter les données de la façon qui vous convient. en vous assurant toutefois que les résultats auxquels vous parviendrez seront bien reportés dans les zones orange vif. c’est depuis ces zones que les données sont reprises pour les calculs des retraitements.car une agence ancienne qui gère 2.000 clients nécessitera plus d’appui qu’une agence récente qui n’en gère que 300… Il est donc proposé un cadre pour saisir de façon détaillée ces dons en personnel ou en nature.) Ce cadre se présente comme suit : Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 39 . en étant attentif à ce que les résultats de vos calculs soient repris dans les zones orange vif de bas de tableau . Vous pouvez adapter les titres des rubriques.

si on travaille sur des états consolidés.1. extérieurs. le surcoût total qu’ils représentent est calculé.2. dont l’IMF aurait bénéficié. On obtient ainsi : Extrait : Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 40 . 7. on saisira 1 en nombre d’agences / caisses. Les totaux calculés dans l’avant dernier tableau sont imputés à la ligne 23 de la feuille « Retraitements ».4 Conclusion sur les retraitements Les 3 types de charges cachées ayant été valorisés. faisant ainsi le total des charges cachées à considérer du fait des dons en personnel ou en nature. Le troisième bloc permet de valoriser des appuis plus ponctuels. Par défaut. le modèle vierge propose 1 à la ligne nombre d'agences.Le premier bloc permet de clarifier les appuis « structurels » qu’un organisme d’appui donnerait à l’IMF. Le second propose une imputation de ces appuis à l’agence sur laquelle on travaille .

qui vaut résultat d’exploitation non retraité – supplément de charges. les retraitements sont terminés.- le supplément de charges à prendre en compte . et on dispose des informations nécessaires au calcul des ratios. et en divisant cette somme par 2. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 41 . Les valeurs moyennes sont calculées depuis la feuille « Bil CR TFT » ou « Retraitements » selon le cas. pour le calcul des ratios d’efficacité. soit dans la feuille « Retraitements ». 8 La Sortie des Indicateurs et Ratios Sur la base des résultats des deux feuilles antérieures.1 Indicateurs et Ratios de Rentabilité Pour mémoire. 8. toutefois. le résultat d’exploitation retraité. les charges d’exploitation retraitées (somme des charges d’exploitation calculées par la comptabilité ( repris en haut de la feuille « Retraitements » ) + supplément de charges mis en évidence). il est requis l’entrée de certaines données relatives au personnel par exemple. la feuille "RentaEffic" aboutit à la sortie des ratios de rentabilité et d'efficacité . - A ce stade. les indicateurs et ratios de rentabilité recommandés par le CGAP sont : Résultat d’exploitation retraité Rentabilité retraitée des actifs Produits d’exploitation – charges d’exploitation retraitées Résultat d’exploitation retraité Actif total moyen Le résultat de l’institution Avec quel niveau de productivité l’institution a-t-elle utilisé ses actifs ? Rendement des fonds propres de l’institution Le niveau de couverture des charges d’exploitation par les produits d’exploitation Le niveau de couverture des charges d’exploitation retraitées par les produits d’exploitation Rendement retraité des fonds propres Autosuffisance opérationnelle Résultat d’exploitation retraité Fonds propres moyens Produits d’exploitation Total des charges d’exploitation Autosuffisance financière Produits d’exploitation Charges d’exploitation retraitées On peut voir que la totalité des éléments nécessaires aux calculs sont disponibles soit dans la feuille « Bil CR TFT ». en sommant les postes ou totaux nécessaires en fin d’exercice précédent et en fin de l’exercice considéré.

puisqu’après tout. combien est ce que je récupère ? C’est le rendement retraité des fonds propres qui m’apporte la réponse : chaque % positif au dessus de zéro % me dit combien cette institution est capable de dégager sur les capitaux que je lui aurais confiés en propre . on fera en sorte de reconstituer en grande masse ces données pré-existantes si disponibles. Mon exploitation courante me permet-elle de couvrir mes charges actuelles ? C’est le ratio d’autosuffisance opérationnelle qui permet de répondre à cette question . Grâce aux calculs de ces ratios de rentabilité. qui lui même aurait besoin de disposer de données antérieures fiables etc. mais avec le travail fait sur la valorisation des subventions des années antérieures.Dans notre exemple. on colle à la réalité : que les activités aient commencé en Janvier ou en Août. Il faut bien se fixer une date « t = zéro ». mais dans ce cas précis . propre à produire des valeurs cohérentes aux ratios de 1998. chaque % positif au dessus de zéro % me dit combien je génère en net . on laissera les valeurs à zéro. et de les saisir en manuel dans la feuille « BilCR » dans la colonne « Jan 98 ». mais pour laquelle on se livre au premier re-formatage des états en 1998. A défaut. on compare bien ce qu’on a atteint depuis l’ouverture à des charges et produits engagés ou générés depuis l’ouverture. En réalité. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 42 . Cela conduira à ce que les ratios de l’année zéro (dans notre exemple 1998) ne soient pas réalistes. non retraitées . Du point de vue d’un « investisseur » : si je met 100F dans cette IMF. Pour 100 F employés dans mon activité. l’IMF a démarré en 1998. alors seulement je peux conclure que je suis capable de faire face à l’inflation. sa limite essentielle tient au fait qu’il ne prend en compte que les charges d’exploitation. A MAXIMISER. Cela n’introduit pas réellement de biais dans les calculs à fin 1998. De fait cela nous amènerait à décaler d’un an en arrière le « t = zéro ». Comme une date de premier reformatage a été choisie. ce qui fait que toutes les données relatives au démarrage de l’exercice sont à zéro. A MAXIMISER. combien est ce que je gagne ? C’est le rendement retraité des actifs qui répond à cette question . suis-je vraiment en position d’envisager l’avenir de façon sereine ? C’est le ratio d’autosuffisance financière qui me le dit : si je suis de façon significative au dessus des 100%. on saura qu’on peut considérer comme « robustes » les ratios à partir de l’année suivante. soit des éléments « de film » à des éléments « photographique » (de bilan). on pourra répondre aux questions telles que : • • Suis-je réellement rentable ? Le résultat retraité fournit cette information . il faudrait alors entrer les grandes masses du bilan et du compte de résultat en manuel dans la feuille « Bil CR TFT » au 31 Décembre 1997. Si on était dans le cas d’une IMF ayant démarré ses activités en 1995. A MAXIMISER • • • Les réponses à ces questions ne sont pas à considérer à un instant donné : il faut considérer les tendances. à un tarissement des fonds subventionnés et à un retrait d’appuis extérieurs. Les graphiques en bas de la page « RentaEffic » aident à visualiser ces tendances. A MAXIMISER. on compare : soit des éléments « de film » (compte de résultat) à d’autres éléments « de film » (autosuffisances opérationnelle et financière) : pas de biais . en faisant « en manuel » un re-formatage "approximatif". A MAXIMISER.

Ces indicateurs et ratios sont définis comme suit : • Nombre d’emprunteurs actifs / employé : à maximiser en restant attentif à ce que la qualité du portefeuille ne se dégrade pas. ou inversement salaires excessifs alors qu’il vaudrait mieux se doter de systèmes de gestion plus performants. de personnel et administratives) ramené à l’encours sain : montant des charges engagées (y compris le coût actuel des ressources) pour gérer 100F de crédit. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 43 .2 Indicateurs et Ratios d’Efficacité Ces indicateurs et ratios permettent de juger de l’évolution de la performance des agents. et que les systèmes peuvent faire face à la croissance … Encours brut de crédits / agent de crédit : à maximiser en restant attentif à ce que la qualité du portefeuille ne se dégrade pas. Nombre d’emprunteurs actifs / agence : : à maximiser en restant attentif à ce que la qualité du portefeuille ne se dégrade pas. car ceux-ci peuvent fournir les éléments opérationnels sur lesquels on peut jouer pour améliorer les indicateurs financiers. et que les systèmes peuvent faire face à la croissance … Nombre d’emprunteurs actifs / agent de crédit : à maximiser en restant attentif à ce que la qualité du portefeuille ne se dégrade pas. 8. Efficacité administrative = (Personnel et autres charges administratives + dons de personnel « en nature ») / Encours de crédits net moyen : à minimiser : pour 100F de crédit sain (productif). et que les règles d’intéressement des agents privilégient une croissance SAINE du portefeuille.). pour voir si la structure de nos coûts n’est pas foncièrement « décalée » (charges administratives excessives. Il est également souhaitable de mener des analyses comparatives entre agences d’un réseau. Ils permettent de voir les tendances. Efficacité opérationnelle = (Charges d’exploitation + dons de personnel « en nature ») / Encours de crédits net moyen : (total des charges financières. et peuvent aider à la fixation des objectifs. qu’il s’agisse de la performance des agents de terrain ou de la maîtrise des charges de l’institution. de l’efficacité dont ils font preuve dans les relations avec la clientèle. encours sain) : A Maximiser … dans des proportions acceptables par la clientèle. Rendement du portefeuille = (Intérêts + Pénalités + Frais et Commissions liés aux Prêts) /Encours moyen net de crédits : ce que le portefeuille rapporte pour 100 F productifs (cf. et supportables par les activités financées. combien est ce qu’on dépense en fonctionnement (hors charges financières) pour gérer ce crédit ? (Charges de personnel + dons de personnel en nature) / (Total charges administratives + total dons en nature) : à comparer avec d’autres IMF (notamment celles qui ont atteint l’autosuffisance). etc. • • • • • • • Note : Le CGAP a choisi de passer le ratio de rendement du portefeuille au niveau des ratios d’efficacité.Les ratios de rentabilité obtenus doivent être confrontés aux ratios d’efficacité. ou globalement de son institution par rapport à des institutions comparables. et que les règles d’intéressement des agents privilégient une croissance SAINE du portefeuille. amortissement d’équipement trop coûteux.

Le taux d'abandon de créances compare le montant des créances abandonnées sur l'exercice à l'encours brut moyen de l'exercice.2 Analyse des provisions pour créances douteuses Les indicateurs proposés sont le taux de provisionnement et le taux d'abandon de créances. L'existence d'un écart significatif témoignerait d'une modification des résultats obtenus ou d'une politique de provisionnement inadéquate.3 8. Si celle-ci n'a pas de fonds empruntés.3.3. 8. disposerait-elle de fonds propres suffisants pour couvrir ces pertes. Si l'institution ne parvenait pas à recouvrer une parie importante de ses prêts en cours. le montant des provisions pour créances douteuses à l'encours de crédit brut. Il indique dans quelle mesure l'institution exploite ses fonds propres pour accroître ses ressources disponibles en empruntant. le multiplicateur de fonds propres vaut 1. elle ne serait pas en mesure d'honorer ses engagements (retraits sur épargne de la part des clients. en fin d'exercice. Si ce n'était pas le cas. sur une longue période. Généralement.1 Autres indicateurs Indicateur de Solvabilité L'indicateur proposé est le multiplicateur des fonds propres. qui sont : La feuille « RentaEffic » reprend depuis les autres feuilles du classeur les éléments nécessaires au calcul de ces indicateurs. Le taux de provisionnement compare. qui vaut : Multiplicateur des fonds propres = Actif total moyen Fonds Propres moyens Cet indicateur représente le "levier" de l'institution.3. 8. respectant les formules définies plus haut : 8. le taux d'abandon de créances doit avoir une valeur proche du taux de provisionnement. ou remboursement d'emprunts).L'obtention des ratios d'efficacité implique la saisie d’un certain nombre d’informations extracomptables. Il mesure l'aptitude de l'institution à couvrir des pertes d'actif éventuelles. Le re-calcul des indicateurs est alors immédiat.3 Relation entre indicateurs Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 44 .

cela veut dire que l'institution opérerait à perte si elle devait couvrir toutes ces charges . 8. - - Plus le montant des capitaux emprunté sera élevé (augmentation du multiplicateur).Le rendement retraité des fonds propres est l'indicateur clé de la performance pour un investisseur. on cherche à montrer que si un certain rendement retraité de l'actif a été obtenu. on doit appliquer un rendement "brut" de l'actif (2). et plus la différence entre RRA et RRFP sera grande. nous donne une marge bénéficiaire . pour obtenir le rendement retraité de l'actif . à cette marge bénéficiaire (1). Pour détailler la façon dont cet indicateur se constitue. on peut établir les équations suivantes : Marge bénéficiaire(1) x Rendement de l'actif (2) = Rendement retraité de l'actif (3) Ce qui équivaut à : Résultat net retraité Total des produits d'exploitation> Et ensuite : Rendement retraité de l'actif (3) Multiplicateur de fonds propres (4) Rendement retraité des fonds propres (5) Total des produits d'exploitation> Actif total moyen Résultat net retraité Actif total moyen x = x = Ce qui équivaut à : Résultat net retraité Actif total moyen Actif total moyen Fonds propres moyens Résultat net retraité Fonds propres moyens x = Par ces équations. à ce rendement retraité de l'actif.4 Conclusion sur les ratios Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 45 . on voit que : le résultat net retraité (égal à la différence entre produits d'exploitation(hors subvention donc) et charges d'exploitation) . alors qu'en tant qu'investisseur. ce qui nous intéressera sera le rendement retraité des fonds propres (5). si ce rendement retraité de l'actif est négatif. on applique alors le multiplicateur de fonds propres (4) : en faisant cela. cette valeur provient d'un total de ressources mobilisées (dettes et fonds propres). comparé au total des produits d'exploitation.

Les ratios constituent des indicateurs synthétiques facilitant l'interprétation des états financiers. le rendement du portefeuille sera utilement confronté au ratio d'efficacité opérationnelle. et comparer les indicateurs les uns aux autres. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 46 . ou bien une comparaison montrant un fort écart entre autosuffisance opérationnelle et autosuffisance financière fera réfléchir sur les coûts cachés. la feuille "Niv Ref" permet de confronter vos résultats à ceux observés au niveau international. et de vous situer en fonction de divers critères. Par ailleurs. Par exemple. il faut analyser les tendances. par exemple sur la question des dons en nature si ceux-ci s'avèrent importants. et sur la façon de prévoir à terme la couverture de ces coûts selon des alternatives moins onéreuses. Aucun ratio ne dit tout.

vous êtes en mesure d’entrer année après année les soldes des postes comptables obtenus aux stades des balances après inventaire. de façon détaillée. Ces éléments synthétiques sont agrégés pour faciliter le retraitement et la sortie des ratios. il vous faudra "passer" une écriture de dotation aux provisions supplémentaire pour en tenir compte dans la balance.1 Conclusions Résultats souhaités Grâce à cet outil de « re-formatage ». et ceux obtenus via l’outil. Eventuellement. induisant une légère distorsion entre vos états financiers d’origine (que vous ne devez pas modifier). les montants des dotations et des provisions peuvent être sous-estimées car les normes minima que votre IMF est censée respecter à ce niveau peuvent s’avérer trop optimistes par rapport à ce qu’un examen approfondi du portefeuille vous amènerait à obtenir. cours « Plan de Développement et Projections Financières »).9 9. sous réserve de l’entrée des paramètres nécessaires à ce stade.3 Conclusion Cette application peut vous fournir des éléments indispensables à l’analyse de l’évolution passée de votre IMF et de sa situation actuelle. dans ces conditions. Vous obtenez alors des états au format recommandé par le CGAP. N’oubliez jamais que votre portefeuille de crédit est votre actif productif n°1. il vous faudra intégrer de nombreux autres facteurs. sachez qu’il en existe de nombreux autres. qu’il s’agisse de la vision et de la mission de votre IMF. de son marché. Vous avez alors en main une liste des indicateurs les plus pertinents pour mener vos analyses et réflexions sur l’évolution de votre IMF vers la pérennité.2 Limites de l’application Un point doit être souligné : • L’examen du portefeuille : les informations sur lesquelles on travaille sont celles obtenues par la comptabilité financière . Si les ratios et indicateurs proposés sont ceux considérés comme les plus pertinents pour une analyse globale de votre IMF. et que dans vos réflexions. Outil de Reformatage des Etats Financiers PARMEC  CGAP –Novembre 2002 47 . il est donc recommandé de mener un examen approfondi du portefeuille au moment où vous utiliserez cet outil de reformatage. 9. 9. Pour garantir la pertinence des ratios obtenus. de ses ressources humaines (cf. puis synthétique.