Mourad Medelci, à propos de l’état de santé du président de la république

11 chaâbane 1434 - jeudi 20 juin 2013 - n°14851 - nouvelle série - www.elmoudjahid.com - issn 1111-0287

Son état “évolue de manière positive”
L’Algérie exprime sa satisfaction
ALGÉRIE-FRANCE COOPÉRATION

accord entre le gouverneMent Malien, le Mnla et le Hcua

P. 3

P. 32

“L’Espagne souhaite devenir le premier investisseur en Algérie”
conFérence de presse conjointe Mourad Medelci - josé Manuel garcia-Margallo :

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

Signature d’un programme d’action (2013-2017)
Q ForMation proFessionnelle ALGÉRIE-OMAN

Q education nationale

Un protocole d’accord P. 7 paraphé Signature de deux mémorandums d’entente

deux Ministres sur le cHantier d’extension du Métro d’alger taFouraH – place des Martyrs

P. 11

Ph. Billal

Le tronçon sera réceptionné au premier semestre 2015 
correction des copies du bac et du beM

P. 32

Les relations bilatérales entre l’Algérie et l’Espagne et les différents segments considérés comme prioritaires dans le domaine de l’investissement et du partenariat, outre les questions d’actualité internationale, ont été au centre des entretiens entre Mourad Medelci et son homologue espagnol, M. José Manuel Garcia-Margallo.

HoMMage au célèbre coMpositeur MaHboub bati

FORUM CULTUREL D’EL MOUDJAHID

Le premier volet évoqué par les deux ministres concerne, en effet, la question de mobilité des personnes entre les deux pays. Selon le chef de la diplomatie algérienne, l’accord algéro-espagnol sur la facilitation d’attribution de visas, signé en janvier dernier, sera « exécutoire dans les prochaines semaines ».

Sur le volet économique, le ministre espagnol des Affaires étrangères, a exprimé la volonté de son pays de devenir le premier investisseur en Algérie, précisant qu'au moins 100 projets d'investissement espagnols sont prévus. « L’Espagne est le troisième client de l'Algérie et son quatrième fournisseur », at-il indiqué
P. 3

Ph. Wafa

Ph. T. Rouabah

Ph. Billal

Une pensée reconnaissante pour l’œuvre monumentale de l’artiste

« plan azur » de la sûreté nationale

34 .000 enseignants mobilisés

P. 7

P. 17

50.000 policiers mobilisés cet été

P. 8

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2

CHAUD ET ENSOLEILLÉ

Mét éo

EL MOUDJAHID

Au Nord, prédominance d'un temps relativement chaud et ensoleillé, notamment vers les régions de l'intérieur. Les vents seront en général faibles à modérés (20/30 km/h). La mer sera peu agitée. Sur les régions Sud, le temps sera généralement chaud et ensoleillé. Les vents seront modérés avec soulèvements de sable.

Invité dans le cadre du cycle de rencontres organisées par le Forum Économie d’El Moudjahid, le président-directeur général de la compagnie aérienne Aigle Azur, M. Arezki Idjerouidène, animera, samedi 22 juin à partir de 10h, une conférence sur le thème «Bilan et perspectives de développement d’Aigle Azur».

Le PDG d’Aigle Azur, invité du Forum Économie

SAMEDI 22 JUIN À 10H

Benyounes et Tebboune inaugurent un projet de construction de logements

CE MATIN À 10H SUR LE SITE DE LA NOUVELLE VILLE DE BOUINAN

CE MATIN À 10H30 AU FONDS NATIONAL DE LA PROMOTION DES INITIATIVES DE LA JEUNESSE
Une conférence de presse MJS/ANALJ ayant pour thème «Le plan et le programme de la campagne estivale des centres de vacances et des loisirs» se tiendra, ce matin à 10h30, au siège du Fonds national des la promotion des initiatives de la jeunesse et des pratiques sportives, 7, avenue Ghermoul (près de la salle Harcha).

IDI CET APRÈS-M A À 14H À TIPAS
nal de la culL’Office natio ion (ONCI) rmat ture et de l’info rès-midi à 14h, ap t organise, ce lturel Abdelouaau complexe cu ua, Tipasa, le no heb-Salim-Che ias de la wilaya éd m s de m Foru cueillera l’émide Tipasa, qui ac Othmane Late nent journalis a récemment hyani, qui du journalisme remporté le prix arabe à Dubaï.

Conférence de presse

Forum des médias

Les ministres de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville, M. Amara Benyounes, et de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Abdelmadjid Tebboune, se rendront aujourd’hui dans la wilaya de Blida où ils procéderont, à 9h30, à la pose de la première pierre d’un projet de construction de logements sur le site de la nouvelle ville de Bouinan.

Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (26°- 16°), Annaba (25°- 16°), Béchar (38° - 26°), Constantine (31°- 13°),Djanet (39°- 24°),), Ghardaïa (38° - 24°), Oran (27° - 16°), Sétif (29°- 12°), Tamanrasset (37°- 24°), Tlemcen (28° - 13°).

Samedi 22 juin au Centre culturel islamique d’Alger
Initialement prévue au siège du conseil scientifique d’Alger, à la mosquée Dar El Arkam de Rostomia (ex-Chevalley), la 2e session scientifique de psalmodie du Coran, prévue du 22 au 27 juin, consacrée à l’explication du « Code d’introduction de l’imam Ibn El Djazri », se déroulera au Centre culturel islamique d’Alger, 12 rue Ali Boumendjel.

2e session scientifique de psalmodie du Coran

Agenda culturel

SAMEDI 22 JUIN À 14H AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

Dans le cadre de son programme d’activité intellectuelle et l’amélioration de la culture parlementaire, le Conseil de la nation organise, dimanche 23 juin, à partir de 9h, une journée d’étude sur «Le cancer en Algérie : réalités et défis».

Journée d’étude sur le cancer en Algérie

DIMANCHE 23 JUIN À 9H AU CONSEIL DE LA NATION

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M. Mohamed Benmeradi, présidera, ce matin à 10h, une rencontre de travail avec les représentants de la Fédération nationale de l’hôtellerie.

Benmeradi rencontre la Fédération nationale de l’hôtellerie

CE MATIN À 10H AU MINISTÈRE DU TOURISME ET DE L’ARTISANAT

CET APRÈS-MIDI À 14H30 AU PALAIS DES EXPOSITIONS

Le ministre des Moudjahidine, M. Mohamed Cherif Abbas, présidera, cet après-midi à 14h30, au palais des Expositions Pins-Maritimes, l’ouverture de l’exposition de la mémoire et des réalisations de son secteur. Le ministre des Transports, M. Amar Tou, effectuera une visite de travail et d’évaluation les 20, 21 et 22 juin dans les wilayas de Relizane, Tiaret, Saïda et Sidi Bel-Abbès.

Exposition sur les réalisations du ministère des Moudjahidine

Spectacle pour enfants

Dans le cadre des activités du Mois de l’enfance, le palais de la Culture Moufdi-Zakaria propose, samedi 22 juin à 14h, un spectacle pour enfants présenté par les enfants de la bibliothèque Kan ya makan du palais de la Culture.

DEMAIN À 10H À LA SALLE EL MOUGGAR

Dans le cadre des festivités marquant le cinquantenaire de l’Indépendance, l’association Machaâl Echahid, en coordination avec l’APC d’Alger-Centre et l’Organisation nationale des moudjahidine, organise la caravane de la protection de la Mémoire nationale, en mémoire aux chouhada de la région de Miliana et en hommage au chahid Hamdane Batal, tombé au champ d’honneur en 1959. Le départ se fera à partir de la place l’Émir Abdelkader, Alger-Centre, à 7h30.

Hommage au chahid Hamdane Batal

SAMEDI 22 JUIN À MILIANA

Tou à Relizane, Tiaret, Saïda et Sidi Bel-Abbès

Spectacle de marionnettes

L’ambassade d’Espagne et l’institut Cervantes d’Alger organisent un spectacle de marionnettes pour enfants, Clara, le petit clown, de la compagnie théâtrale espagnole Minusmal Puppet Théâtre, demain à 10h, à la salle El Mouggar.

LE 22 JUIN À 9H AU MUSÉE RÉGIONAL DU MOUDJAHID DE TIZI OUZOU
Dans le cadre du cinquantième anniversaire de l’Indépendance, le Musée régional du moudjahid de Tizi Ouzou et la famille Chara organisent une journée commémorative en hommage au chahid Chara Ali dit Ali n’Saïd, le 22 juin à la salle de conférences du musée, à partir de 9h.

Hommage au chahid Chara Ali

Mobilis réaffirme son engagement pour l’accompagnement et la promotion du sport algérie en étant le sponsor officiel du Meeting international d’athlétisme «Dr Brahim Baba», qui se tient le 18 juin, au stade annexe du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf.

Mobilis sponsor officiel du Meeting international d’athlétisme d’ Alger

AUJOURD’HUI À 8H30 À ZÉRALDA

La session extraordinaire du conseil national du RND s’ouvre aujourd’hui à 8h30, à la Mutuelle générale des travailleurs de la construction de Zéralda.

Session extraordinaire du conseil du RND

Activités des partis

Le secrétaire d’État auprès du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, chargé du Tourisme, Mohamed Amine Hadj Saïd, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès pour s’enquérir de l’état de son secteur.

Hadj Saïd à Sidi Bel-Abbès

L'Assemblée Populaire Nationale reprend aujourd’hui ses travaux en séance plénière consacrée aux questions orales au Premier ministre et à plusieurs ministres, au nombre de treize.

Séance plénière consacrée aux questions orales

CE MATIN A 10H A APN

Le président du FNA, M. Moussa Touati, animera une conférence de presse, samedi 22 juin à 10h, au siège national du parti.

FNA : conférence de presse
Jeudi 20 Juin 2013

SAMEDI 22 JUIN À 10H AU SIÈGE DU PARTI

CE MATIN A 9H30 A SIDI FREDJ
A l’occasion de la célébration de la journée mondiale des Réfugiés et en partenariat entre le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugies et le Réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant «NADA», organisent une journée d’animation et de sensibilisation sur les droits de l’enfant réfugié.

Journée mondiale des Réfugiés

EL MOUDJAHID

L

“L’Espagne souhaite devenir le premier investisseur en Algérie”
Les ministres algérien et espagnol des Affaires étrangères ont animé, à l’issue de leurs entretiens mardi soir, une conférence de presse conjointe.

CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE MOURAD MEDELCI -JOSÉ MANUEL GARCIA-MARGALLO

Nation

es relations bilatérales entre l’Algérie et l’Espagne et les différents segments considérés comme prioritaires dans le domaine de l’investissement et du partenariat, outre les questions d’actualité internationale, ont été au centre des entretiens entre Mourad Medelci et son homologue espagnol, M. José Manuel Garcia-Margallo. Le premier volet évoqué par les deux ministres concerne, en effet, la question de mobilité des personnes entre les deux pays. Selon le chef de la diplomatie algérienne, l’accord algéro-espagnol sur la facilitation d’attribution de visas, signé en janvier dernier, sera « exécutoire dans les prochaines semaines ». « L’accord a été approuvé par le gouvernement espagnol. Le processus de ratification du côté algérien va être engagé de manière rapide, et nous pourrions avoir dans les semaines prochaines un accord tout à fait exécutoire », a-t-il indiqué lors d’un point de presse animé conjointement avec son homologue espagnol, à l’issue de cette rencontre. Sur le volet économique, le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo, a exprimé la volonté de son pays de devenir le premier investisseur en Algérie, précisant qu'au moins 100 projets d'investissement espagnols sont prévus dans le futur. « L'Espagne est le troisième client de l'Algérie et son quatrième fournisseur », a-t-il indiqué Concernant les questions d’ordre international, les entretiens entre les deux ministres ont porté essentiellement sur la situation au Mali et la guerre en Syrie. S’agissant de la situation au Mali, M. Medelci a indiqué que les deux pays se sont félicités de la signature, mardi dernier, de l'accord entre les différentes parties maliennes. Cet accord, permettra la tenue au Mali de l'élection présidentielle prévue le 28 juillet prochain. « Nous ne pouvons pas aujourd'hui ne pas évoquer, ensemble, avec satisfaction la signature de l'accord entre les parties maliennes, qui a pour objectif de préparer l'élection présidentielle au Mali, prévue pour le 28 juillet», a indiqué M. Medelci, avant d’exprimer, au nom du gouvernement algérien, sa « grande satisfaction » quant à la signature de cet accord. « Nous souhaitons que ce nouvel acquis soit le point de départ d'un processus ouvert pour un dialogue inclusif qui permettra au peuple malien de se ressouder. Un peuple désireux plus que tout de consolider son unité nationale et de préserver l'intégrité de son territoire dans le respect de ses valeurs », a-t-il souligné. M. Garcia-Margallo a qualifié la signature de cet accord de très bonne nouvelle. « Il y a quelques semaines, la signature d'un tel accord n'était pas évidente », a-t-il dé-

claré avant de rappeler que son pays avait participé à l'offensive militaire au Mali à travers l'envoi de formateurs et de moyens logistiques.

Abordant la question syrienne, M. Mourad Medelci a indiqué que l'Algérie et l'Espagne ont réaffirmé, lors de l’entretien qu’il a eu avec son homologue espagnol, « l’attachement commun à une solution politique au conflit syrien » et estimé que « l'ouverture d'un dialogue inter-Syriens est une priorité. « C’est une nouvelle opportunité qui se présente pour conduire à un dialogue entre les Syriens et une passerelle entre les processus de Genève 1 et Genève 2 qui est en train de se consolider », a-t-il estimé. Pour M. Medelci, l'ouverture d'un dialogue inter-Syriens est la solution incontournable. « Tout ce qui pourrait contribuer à réduire la violence, dont le peuple syrien est victime aujourd'hui, doit être considéré également comme étant prioritaire », a-t-il affirmé. S’exprimant sur cette question, M. Garcia-Margallo a souligné qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit syrien, et que le règlement du conflit doit « passer par une solution politique négociée ». Le ministre des Affaires étrangères espagnol a exprimé, à cette occasion, le souhait de son pays que la conférence de Genève 2 « puisse déboucher sur une solution pacifique et sur un dialogue inter-Syriens pour mettre fin aux violences qui endeuillent la Syrie».

Vision commune quant à une solution politique au conflit syrien

L'état de santé du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, “évolue de manière positive”, a déclaré, mardi soir à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci. Interpellé par la presse à propos de cette question, le chef de la diplomatie algerienne a tenu à préciser que “l'état de santé du Président Bouteflika évolue de manière positive comme tout le monde l'a remarqué lors de son apparition à la télévision, à l'occasion de l'audience qu'il avait accordée, pendant plus de deux heures, au Premier ministre et au chef d'état-major de l'ANP et auxquels il avait donné ses orientations et ses directives”, a également précisé M. Medelci. S. E.

Son état « évolue de manière positive »

MOURAD MEDELCI À PROPOS DE L’ÉTAT DE SANTÉ DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

M. Medelci a également abordé avec son homologue espagnol la situation des deux pays voisins, à savoir la Tunisie et la Libye. Concernant la Tunisie, le chef de la diplomatie algérienne a indiqué que ce pays « est en train d'évoluer dans un processus de transition actif qui devrait lui permettre, avant la fin de l'année, d'aller vers des institutions pérennes ». S'agissant de la situation en Libye, M. Medelci a indiqué avoir exprimé avec son homologue

«Une solution concrète, juste et durable pour la situation du peuple sahraoui »

espagnol leurs « préoccupations, mais en même temps leur espoir de voir ce pays aller de l'avant le plus rapidement possible et de se donner des institutions stables, démocratiques et pérennes », affirmant que la « Libye a les moyens d'aller vers un développement durable ». « Nous avons manifesté le souhait qu'un grand nombre de pays puissent apporter à la Libye tout le soutien nécessaire. Le peuple libyen en a aujourd'hui besoin. Nous sommes persuadés qu'il a lui-même, en soit, les ressources nécessaires pour recouvrer la stabilité et la sécurité le plus rapidement possible », a-t-il déclaré. M. Medelci a, par ailleurs, indiqué que son entretien avec son homologue espagnol a porté sur la question du Sahara occidental, ajoutant que les deux parties se sont « félicitées de leurs bonnes relations avec le Maroc ». Il a, toutefois, souligné que l'Algérie “est désireuse de faire en sorte que la communauté internationale soit davantage consciente sur l'urgence de trouver une solution concrète, juste et durable pour la situation du peuple sahraoui”. Il a, à cet égard, rappelé que le peuple sahraoui était en attente, depuis plus de trente années, de la possibilité “promise” et “garantie” par les Nations unies d'aller vers une autodétermination dans un cadre “transparent”. Pour sa part, M. Garci-Margallo a indiqué que son pays essaie de garantir actuellement un “contrôle effectif” de la situation des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental. Concernant l'aide humanitaire espagnole destinée aux réfugiés sahraouis, il a rappelé que son pays « a été le premier donateur en 2012, même s'il a dû réduire cette aide de 18% en 2013 à cause de la crise économique ». Il convient de préciser que la visite du MAE espagnol, qui entre dans le cadre de la consolidation du dialogue politique et la concertation entre l'Algérie et l'Espagne, s'inscrit dans le prolongement des recommandations de la déclaration commune adoptée à Alger le 10 janvier dernier, à l'issue de la cinquième réunion de haut niveau qui avait mis l'accent sur le renforcement des contacts politiques entre les deux pays. Salima Ettouahria

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu hier à Alger le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, José Manuel Garcia-Margallo, en visite de travail en Algérie, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre. La rencontre “a permis d'évaluer l'état des relations entre les deux pays et d'examiner les voies et les moyens de renforcer le partenariat”, a précisé la même source. Les deux parties ont exprimé leur “satisfaction” de la qualité de la coopération entre l'Algérie et l'Espagne et réaffirmé leur “volonté de la hisser au plus haut niveau pour l'intérêt des deux peuples”, a ajouté le communiqué. L'au-

M. Sellal reçoit le ministre espagnol des Affaires étrangères…

3

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu hier à Alger le ministre des Affaires étrangères du Sultanat d'Oman, Youssef Ben Aloui Ben Abdallah, en visite de travail en Algérie, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre. L'audience, qui a eu lieu au siège du Premier ministère, a permis d'aborder “l'état des relations entre les deux pays tant sur le plan politique qu'économique et les voies et les moyens de renforcer les liens entre les deux peuples frères”. La rencontre a été l'occasion d'évaluer les résultats de la réunion de la commission mixte algéro-omanaise, laquelle a permis de “consolider et de renforcer davantage les relations économiques et sociales entre la République algérienne et le Sultanat d'Oman”. L'entretien a, égale-

… le ministre omanais des Affaires étrangères

dience a été également l'occasion “de procéder à un large échange de vues entre les deux parties sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun qui ont convenu par la même occasion d'intensifier et de renforcer la concertation bilatérale et multilatérale”.

Ph. Wafa

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu hier M. Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale de la République française dans le cadre de sa visite de travail en Algérie. L’entretien a porté sur la coopération dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement professionnel entre les deux pays. La rencontre a permis d’évaluer l’expérience suivie par les deux pays en matière pédagogique et de jeter les bases d’une coopération plus approfondie pour une meilleure prise en charge des élèves, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre. La rencontre a été également l’occasion pour les deux parties d’évoquer l’approche retenue par les deux partenaires et de privilégier les échanges des expériences dans les domaines d’évaluation et de modernisation des outils pédagogiques et de formation. L’audience s’est déroulée en présence du ministre de l’Education nationale, M. Abdelatif Baba Ahmed.

… et le ministre français de l’Education

ment, porté sur un échange de vues sur des questions régionales et internationales d'intérêt commun, “tout en convenant de maintenir la concertation entre les deux pays”. Le chef de la diplomatie omanaise avait coprésidé avec son homologue algérien les travaux de la sixième session de la commission mixte algéro-omanaise. Les deux audiences se sont déroulées en présence du ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci.

PROJETS D'ÉLECTRICITÉ ET D'ÉNERGIES RENOUVELABLES

Le ministre de l'Energie et des Mines, Youcef Yousfi, et le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, José Manuel Garcia-Margallo, ont abordé hier l'éventuelle participation de l'Espagne au programme algérien d'électricité et des énergies renouvelables, indique le ministère dans un communiqué. Lors d'un entretien, tenu en présence des ambassadeurs des deux pays, M. Margallo a réitéré l'intérêt de la partie espagnole à participer au programme algérien de l'électricité et des énergies renouvelables, précise la même source. A cette occasion, les deux ministres ont passé en revue les relations de coopération et de partenariat entre les deux pays dans les domaines des hydrocarbures, de

Intérêt espagnol

Jeudi 20 Juin 2013

l'énergie et du dessalement d'eau de mer, indique-t-on. Pour sa part, le ministre a invité les entreprises espagnoles à participer aux appels d'offres qui seront lancés prochainement dans ce domaine. En outre, M. Yousfi a exprimé l'intérêt de la partie algérienne d'avoir, dans le futur, une interconnexion électrique directe avec l'Espagne pour permettre l'échange d'électricité entre l'Algérie et l'Europe. En effet, avec les nombreux projets en perspective, l'Algérie s'apprête à avoir une importante capacité de production d'électricité dans le cadre du programme national de développement des énergies renouvelables, à même de favoriser cette interconnexion.

4

L

Les carences de l'économie nationale et les opportunités de relance
TRAVAUX EN ATELIERS
Les travaux du Forum économique et social du cinquantenaire de l’indépendance nationale se poursuivaient hier à Alger, avec, au menu, des ateliers thématiques les carences de l'économie nationale, ainsi que les obstacles à lever pour les entreprises publiques et privées.

2e JOUR DU FORUM ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU CINQUANTENAIRE DE L’INDÉPENDANCE

Nation

EL MOUDJAHID

e vice-président du Conseil national économique et social (CNES), M. Mustapaha Mékidèche, qui a pris part aux travaux de l’atelier sur la croissance économique, considère qu’il s’agit surtout, à l’heure actuelle, de ''remédier aux carences'' relevées. Pour ce faire, il a appelé à un consensus entre les syndicats, le patronat et les experts, pour parvenir à un bon diagnostic de l'état général de l'économie nationale, et entamer ensuite sa diversification. Il a évoqué aussi la nécessité pour le pays de sortir de la domination du secteur des hydrocarbures en encourageant les autres secteurs productifs, comme l’industrie ''qui ne représente plus que 5% du produit intérieur brut''. Il cite également d’autres secteurs porteurs de croissance, comme l’agriculture et le bâtiment qui font appel, selon lui, à de nouvelles politiques. De son côté, le président du Conseil national consultatif de la PME, M. Zaïm Bensaci, qui a présidé l'atelier consacré au rôle de l’entreprise dans la croissance économique, a énuméré les entraves que connaissent ces entités. Selon lui, les entreprises se débattent dans des problèmes récurrents, comme le financement, le foncier, la dépénalisation de l’acte de gestion et la difficile relation avec les universités. Le dossier de la soustraitance est aussi abordé par les participants à ces débats. M. Bensaci a relevé que les recommandations de l’atelier vont suggérer des solutions à ces problèmes. Lors des débats qui ont eu lieu au sein de l’atelier sur le rôle de l’entreprise, les dossiers du code des marchés publics, de la complexité des procédures administratives dans les domaines des douanes, des impôts et du commerce ont été abordés

C

L'industrie publique se caractérise actuellement par un affaiblissement des performances au niveau des résultats dans les cycles d'exploitation et de développement, indique un rapport du Conseil national économique et social (CNES). "La situation de l'industrie publique se caractérise par un sérieux affaiblissement en matière de performances palpables au niveau des résultats obtenus aussi bien dans le cycle d'exploitation que dans celui du développement", détaille ce rapport présenté par le CNES, à l'occasion du Forum économique et social du cinquantenaire de l'indépendance, dont les travaux se déroulent à Alger.

Faibles performances du secteur industriel public
Cela est "d'autant plus inquiétant" que ce segment d'activité est fortement influencé par les soubresauts de la concurrence à l’échelle mondiale, ajoute le document intitulé "L'état économique et social de la nation pour les années 2011 et 2012". Selon les rédacteurs du rapport, cet état de fait est en bonne partie "le résultat d'un processus d'organisation maladroitement mené à travers les différentes phases de restructuration". Ce résultat "se répercute en particulier dans une opération insuffisamment maturée en matière de privatisation illustrée par un cantonnement au sein de segments pro-

SELON UN RAPPORT DU CNES

par de nombreux intervenants, à l’instar de M. Messaoud Zehar, PDG du groupe industriel du papier et de la cellulose (GIPEC). Le directeur général de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), M. Delih Chérif, a parlé de la nécessité de création de passerelles entre les universités et les entreprises, en évoquant la création du pôle de biotechnologie. Pour lui, les étudiants cherchent des stages dans des entreprises pour finaliser leurs recherches, mais ils se heurtent à des portes closes. Ce qui lui a fait dire que la relation entreprises-université n’est pas encore ''pleinement instaurée''. D’autres représentants d’institutions publiques, notamment Rachid Bouchefa, président du holding Centre, ont soulevé la question de la gestion de l’entreprise qui doit obéir, selon lui, aux règles de la commercialité. Toutefois,

il est constaté que l’État, en tant que propriétaire, continue de dicter des règles que l’entreprise est tenue d’appliquer conduisant à une omniprésence de fonctionnaires dans les conseils d’administration, alors que l’État devait s’en tenir à un rôle de contrôle et pas de gestion directe. Ce sont l’ensemble de ces dispositions et constats qui doivent être revus pour une meilleure gestion de l’entreprise, ont plaidé de nombreux intervenants, dont les propositions seront consignées dans les recommandations des ateliers. Ces dernières seront adoptées jeudi au troisième et dernier jour du forum qui a débuté mardi, et qui s’est fixé comme objectif d’adopter une feuille de route pour le développement économique et social de l’Algérie au-delà de 2015. APS

De nouveaux instruments sont nécessaires
préconise le CNES

POUR FREINER LA HAUSSE DES IMPORTATIONS

ductifs traditionnels, tels que l'agroalimentaire et l'assemblage de l'électronique". Les chiffres relatifs à l'évolution de l'indice de la production industrielle, fournis par l'Office national des statistiques (ONS), indiquent une croissance modérée de l'ordre de 1,6% pour l'année 2012 par rapport à 2011. Ce résultat est dû aux performances enregistrées par le secteur de l'énergie qui demeure un secteur clé, avec un taux de croissance de 12,1% en 2012, contre 8,2% durant l'année 2011. L'indice de l'industrie manufacturière, quant à lui, continue d'enregistrer "des contre-performances".

Le gouvernement a besoin de mettre en place de nouveaux instruments pour freiner la hausse des importations de l’Algérie, après l’échec des mesures prises en 2009 pour les limiter, a préconisé le Conseil économique et social (CNES). Dans son rapport 2011-2012 sur l’état économique et social de la nation, le CNES constate que la hausse des flux des importations a rendu l'équilibre financier externe de l’Algérie "vulnérable", malgré les mesures d’encadrement du commerce extérieur mises en place en 2009 pour juguler les sorties massives de devises. "Les mesures de 2009 semblent ne pas donner leurs effets pour 2011 et 2012, dont le rythme d’importation demeure important (...) Leur impact relativement faible renseigne sur la nécessité de mettre en place d’autres instruments afin de juguler la hausse des importations", écrit le CNES dans son rapport diffusé à l'occasion du Forum économique et social du cinquantenaire de l'indépendance.

Le payement des importations en 2012 a généré des sorties massives de devises qui étaient à l’origine de l’amenuisement du solde global de la balance des payements, véritable baromètre de la santé financière du pays. L’excédent de la balance des payements, même en baisse en 2012, place manifestement l’Algérie à l’abri des perturbations qui frappent l’économie mondiale, mais le CNES recommande, pour dissiper toutes les inquiétudes sur l’économie nationale, de "passer d’une logique d’accumulation basée sur la rente à un régime d’accumulation basé sur la productivité". Ce passage inéluctable à une économie productive doit également être adossé à une judicieuse diversification des placements des réserves de changes, appelées à atteindre 208 mds de dollars en 2013, recommande le CNES qui s’interroge sur la stratégie d’investissement productif et financier de l’État à l’international.

Jeudi 20 Juin 2013

oncevoir l’avenir économique du pays dans le cadre d’une vision consensuelle nouvelle, telle est l’orientation qui guide les travaux des experts et spécialistes regroupés au sein des quatre ateliers thématiques prévus par le Forum économique et social organisé par le CNES. Il s’agit de prendre acte des conclusions tirées d’un état des lieux, aujourd’hui connu, pour sortir avec des recommandations concrètes, susceptibles de concourir à la relance économique, et, par conséquent, à la création de richesses et d’emplois durables. L’objectif consiste, en définitive, à recadrer les orientations qui ont guidé jusqu’ici l’économie nationale, en matière de perspectives. Des orientations jusqu’ici façonnées par la rente pétrolière, qu’il faudra impérativement transférer vers les activités productives, industrialisantes et innovantes, souligne un document du CNES remis à la presse à l’occasion du forum. Au niveau de la réflexion engagée par le CNES, intervient justement, cette question cruciale de la formation, par son rôle dans la maîtrise des technologies. Un des facteurs mis en cause dans la situation actuelle réside dans l’existence de «blocages bureaucratiques, de situations de monopoles». Notre économie est également financée par les dépenses publiques, donc «faiblement incitative et peu orientée vers le développement de la demande». Un autre facteur non moins négligeable est lié au choix d’orientation des disciplines académiques, sachant que plus de 50% des étudiants algériens sont versés dans les sciences sociales et humaines qui progressent au détriment des sciences et des techniques. Une situation qui impacte sensiblement «la capacité d’entrepreneuriat et d’innovation». Il s’agit, par conséquent, d’identifier les facteurs qui favoriseraient la transition de notre économie «vers une configuration plus universelle», sans toutefois négliger les risques de parcours. Dans cette optique, relève le CNES, le gouvernement sera appelé à «définir le cadre stratégique de son action économique, les orientations» et les avantages à accorder aux opérateurs. La démarche des pouvoirs publics devra inclure les exigences de diversification et de développement de l’entreprise, notre économie étant insuffisamment restructurée, avec un faible tissu industriel, d’énormes retards technologiques et un secteur informel qui a pris ancrage. En fait, il s’agira de réunir les conditions qui permettent à l’entreprise d’assumer son rôle de véritable moteur de la croissance, de productivité et de diversification de l’économie. L’analyse fait ressortir, en fait, «de faibles taux d’utilisation des capacités de production, souvent en deçà des normes, un faible recours à la recherche-développement, un foisonnement de stocks et une prépondérance des importations sur les approvisionnements». À ce propos, les experts évoquent une série de problématiques liées au financement de l’investissement, à l’accès au foncier, à la prise en charge de l’innovation et la propriété industrielle, à l’organisation des moyens de réalisation, ainsi qu’à la mise à niveau qui reste étroitement conditionnée par leur intégration dans les chaînes de valeurs internationales dans les perspectives d’adhésion à l’OMC et à la zone de libre-échange avec l’UE. La stratégie suggérée renvoie également à l’élément de la gouvernance, peu présent dans l’action globale. En fait, les experts du CNES relèvent un manque de visibilité, en matière d’impact, dans les stratégies de développement de certains secteurs d’activité. La réflexion va, de toute évidence, à l’amélioration du climat général des affaires et de l’investissement, en particulier, et à la nécessité de renforcement des structures de contrôle dans le souci de favoriser la concurrence et la régulation, engénéral. D. Akila

Le gouvernement appelé à définir le cadre stratégique de son action

RELANCE ÉCONOMIQUE

EL MOUDJAHID

L

Une croissance positive grâce au soutien de l’Etat
AGRICULTURE
Le secteur agricole a connu une croissance positive, en 2012, grâce aux efforts déployés par les pouvoirs publics, mais « n’a pas encore atteint les évolutions attendues» en termes de croissance des cultures et des productions agricoles, constate le CNES dans un rapport publié hier. «En 2012, l’agriculture a connu une croissance positive due aux efforts déployés par le secteur et les facilitations dont ont bénéficié les opérateurs», note le Conseil national économique et social (CNES) dans son rapport sur l’état économique et social de la nation pour la période 2011-2012.
pétuelle de ces terres à la concession. Le rapport fait aussi état de 11.900 exploitants traînés devant la justice et près de 3.000 ha de terres détournées qui devraient être récupérées par voie judiciaire au profit de l’Office national des terres agricoles (ONTA). Concernant la propriété privée gérée par la loi sur l’Accès à la propriété foncière agricole (APFA), une circulaire a été promulguée pour assainir la situation des exploitants ayant mis en valeur leurs terres en leur donnant des actes de propriété, souligne le même document. A propos du dispositif d’accompagnement des jeunes investisseurs, le rapport avance que 10.000 jeunes ont profité du dispositif ANSEJ-CNAC pour la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage. Les pouvoirs publics ont mobilisé 1.000 milliards DA pour le quinquennal 20102014, soit 200 milliards DA/an pour soutenir le renouveau agricole et rural à travers les mesures et actions d’incitation à l’investissement privé. Il est attendu de ce programme, à l’horizon 2014, l’amélioration de la sécurité alimentaire du pays. « De gros efforts sont entrepris comme en témoignent les gros investissements initiés (...), cependant le secteur est encore loin d’atteindre les évolutions attendues en termes de croissance des cultures et des productions agricoles », affirme le CNES, qui constate un recul des surfaces agricoles cultivables sous la pression des périmètres urbains en perpétuelle évolution. APS

2e JOUR DU FORUM ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU CINQUANTENAIRE DE L’INDÉPENDANCE

Nation

5

e secteur a continué, en 2011, à déployer des efforts pour « sortir, au plus vite, de l’état d’archaïsme dans lequel il s’est retrouvé », alors que l’objectif pour l’année 2012 était d’« accroître les investissements », constate le Conseil. En valeur, le taux de croissance du secteur s’est établi à plus de 13% en 2012, par rapport à 2011 portant la part du secteur dans le PIB à 4,9% en 2012 contre 3,4% en 2011. La structure des importations a connu une légère baisse de 0,94% en 2012. La facture alimentaire a atteint 8,98 milliards de dollars en 2012, contre 9,85 milliards de dollars en 2011. « A l’heure où le pays cherche à réduire sa dépendance à l’égard des importations, qui ont progressé de 6 milliards de dollars en 2011, on aspire toujours à atteindre l’autosuffisance alimentaire», souligne le rapport. Par filière, la céréaliculture, la pomme de terre, les maraîchages, le lait, les agrumes et la tomate ont connu une « amélioration » de la production. L’aviculture — qui était confrontée pendant des décennies à une désorganisation avérée — commence progressivement à se structurer grâce notamment à la création du conseil interprofessionnel de cette filière, constate le même rapport. Ce dernier relève, toutefois, que l’agriculture algérienne continue de « souffrir, en amont, d’une insuffisante intensification des modes de production et, en aval, du manque d’infrastructures pour le traitement post-récolte.» S’appuyant sur le bilan de la politique du Renouveau agricole et rural, lancée en 2009, le CNES note une « tendance à

l’amenuisement des productions agricoles au nord du pays.»

La qualité de l’enseignement doit être améliorée à tous les échelons pour promouvoir le capital humain, garant de l’avenir, a estimé hier le coordinateur du Conseil national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (CNAPEST), Larbi Nouar. “L’Algérie a fourni certes beaucoup d’efforts en matière d’éducation et de formation, mais il reste à revoir la qualité de l’enseignement pour aspirer à avoir un capital humain qui contribuera à long terme au développement de l’Algérie”, a indiqué à l’APS, M. Nouar, qui a participé à l’atelier sur “Le

Le CNAPEST plaide pour l’amélioration de la qualité
capital humain et économie du savoir comme garants de l’avenir”. Il a soutenu qu’il fallait “impérativement” réhabiliter l’enseignement technique qui a été supprimé’’, a-t-il dit, alors qu’il jouait un rôle “très important” dans le développement de l’économie du savoir. “Il est nécessaire d’impliquer tout le monde dans cette tâche importante”, a plaidé M. Nouar, soulignant que “l’école, l’enseignement, la société et l’établissement d’une bonne gouvernance doivent être mis à contribution de concert pour arriver à former un capital humain perfor-

« Ni la vallée de la Mitidja ni les plaines d’Annaba ou le massif du Chéliff ne figurent en effet parmi les régions à forte production agricole, pourtant mieux dotés en ressources (pluviosité et foncier) et renfermant le plus haut potentiel agricole du pays », constate le rapport. « Compte tenu du rétrécissement de la SAU, l’agriculture doit davantage s’orienter vers les Hauts Plateaux et le sud

L’agriculture doit s’orienter vers les Hauts plateaux et le Sud

ENSEIGNEMENT

du pays. Mais il ne faut pas négliger les contraintes pesantes » liées notamment à l’exploitation excessive et incontrôlée des eaux souterraines sur les sols à long terme, recommande le Conseil. A propos du foncier, le rapport avance que 65.000 actes de concession avaient été délivrés en 2011, dans le cadre de la nouvelle loi régissant l’exploitation des terres relevant du domaine privé de l’Etat. L’objectif étant d’arriver à 200.000 actes durant la période 2012-2013 sur un total de 219.000 exploitants concernés par la reconversion de l’ancien droit de jouissance per-

Des experts économistes ont préconisé hier à Alger que l’Algérie adopte le concept de la co-production, un nouveau modèle de partenariat Nord-Sud qui se substitue à celui de la délocalisation tout en assurant aux partenaires des avantages réciproques. La co-production, baptisée aussi co-localisation ou co-traitance, consiste, pour un industriel, à faire fabriquer des composants intermédiaires industriels à forte valeur ajoutée par une main-d’œuvre qualifiée mais moins coûteuse, dans un pays étranger, selon les explications de ces experts qui participaient à un débat autour de ce concept. Ce modèle vient remplacer la délocalisation des investissements des pays développés vers les pays dont les coûts salariaux sont faibles, un déplacement de la production hors des frontières nationales qui a montré ses limites à cause notamment du coût élevé du transport des

L’Algérie devrait opter pour un modèle de co-production
produits finis vers les pays d’origine et l’extension du chômage dans ces pays, selon El Mouhoub Mouhoud, professeur d’économie à l’université Paris Dauphine. Cette nouvelle démarche permet de créer des partenariats gagnant-gagnant car, comme la délocalisation, elle assure une main-d’œuvre à bon marché, un accroissement de compétitivité et des opportunités de création d’emplois — à travers de nouveaux investissements — pour le pays commanditaire et un transfert de savoir-faire et un développement des filières industrielles des pays d’accueil. Ce type de partenariat est généralement exclusif (produit d’un accord entre les deux partenaires) et inscrit dans le long terme, explique ce spécialiste. Dans le cas de l’Algérie, cette nouvelle forme de coopération Nord-Sud constitue une opportunité pour diversifier la production nationale, réduire les importations, accé-

POUR DIVERSIFIER SON ÉCONOMIE

mant, rentable et porteur de plus-value”. Evoquant la qualité du système éducatif, il a déploré l’octroi, ces dernières années, du baccalauréat à un nombre “considérable d’élèves, au détriment de la qualité de l’enseignement”. “Il faut cesser de faire du social dans nos écoles pour faire avancer les choses. Quand on attribue un baccalauréat politique, nous ne pourrons jamais avoir une élite et sélectionner les compétences qui seront les fers de lance du développement en Algérie”, a relevé le coordinateur national du CNAPEST.

CAPITAL HUMAIN ET ÉCONOMIE DU SAVOIR COMME GARANTS DE L’AVENIR

Jeudi 20 Juin 2013

der aux marchés régionaux et préparer l’après-pétrole. Elle permet ainsi de réexporter vers les entreprises européennes des biens intermédiaires de haute valeur ajoutée utilisant les jeunes diplômés algériens, selon l’expert. Elle pourrait même mettre l’Algérie en position de “pays relais fondamental” pour les exportations européennes vers le marché sub-saharien en pleine croissance et favoriser l’attractivité des investissements directs étrangers (IDE), l’emploi et l’accès au marché local et régional. Pour un autre expert, l’Algérie doit saisir l’opportunité d’être proche des pays européens pour promouvoir ce type de partenariat dans les filières où elle possède de grandes potentialités comme la pétrochimie, la pharmacie, l’électronique, l’informatique, les énergies renouvelables, le textile et autres.

La nécessité de revoir les conditions de production du savoir, sa diffusion et sa capitalisation a été souligné hier à Alger au deuxième jour du Forum du CNES et dont les travaux se poursuivent en ateliers. Le modérateur de l’atelier “Capital humain et économie du savoir comme garants de l’avenir”, Mustapha Cherif, a mis l’accent dans son intervention, sur la nécessité de revoir les conditions de production du savoir, de sa diffusion et de sa capitalisation en raison des “défis” relatifs à la mondialisation des progrès techniques et scientifiques auxquels est confrontée la société algérienne. Il a relevé à ce propos que l’avenir dépend du savoir, de l’aptitude à faciliter la circulation des savoirs et des élites ainsi que leur renouvellement et leur valorisation, estimant à ce titre que l’Algérie est riche de ses potentialités. “L’Algérie est en voie d’être un pays émergent, mais cela dépend de la synergie, du travail collectif et de la responsabilité collective pour que demain le pays soit une vraie et une grande puissance sur le plan technique et scientifique”, a-t-il estimé. Abondant dans le même sens, le représentant du ministère de la Communication, Mohamed Bedredine, a mis l’accent sur la communication, soulignant qu’une société d’information et de savoir “doit faciliter le partage, la circulation de l’information ainsi que la libre expression des citoyens et des institutions”. Il a préconisé “l’impératif” d’œuvrer au développement de la communication dans toutes ses formes et à tous les niveaux afin de réduire les conflits sociaux et de réussir une cohésion sociale à même d’assurer une large diffusion de l’information et du savoir. Le représentant du ministère de la Communication a ainsi estimé que le partage de l’information et du savoir permet la promotion des bonnes valeurs, alors que la cohésion sociale passe par une communication permanente et interactive, de même que le développement local qui est intimement lié à la diffusion de l’information de proximité, a-t-il ajouté.

Revoir les conditions de production du savoir, et sa capitalisation

6

Le secrétaire d'etat de La communauté nationaLe à L'étranger a genève

"T

outes les lois fondamentales nationales octroient à la diaspora algérienne les mêmes droits politiques et civiques que ses concitoyens vivant en algérie", a indiqué m. sahli dans une intervention sur le rapport relatif à la relation diaspora-etat. m. sahli a exposé l'expérience de l'algérie, l'historique de son émigration, son organisation, le mouvement associatif et le rôle d'encadrement assuré par le réseau diplomatique et consulaire, tout en valorisant les apports des membres de la communauté à toutes les phases de consolidation de l'etat algérien. il a souligné que la mise en place, depuis 1996, d'une structure gouvernementale, tantôt appelée ministère délégué et tantôt secrétaire d'etat chargé de la communauté nationale établie à l'étranger, "dénote de l'intérêt accordé par les autorités algériennes à sa diaspora". il a, par ailleurs, mis en exergue les grands axes du plan d'action du gouvernement algérien en direction de la communauté nationale expatriée et les initiatives menées, en ce sens, pour une meilleure organisation de la diaspora algérienne. Parmi les initiatives lancées en direction de la communauté établie à l'étranger, le secrétaire d'etat a notamment cité le travail de sa structuration en mouvements associatifs et de son organisation en groupes socioprofessionnels. La valorisation de son rôle en direction de son pays d'origine, l'organisation de rencontres régulières sur les questions d'intérêt commun, la mise en place en cours de structures de consultations et sa participation à la vie politique et économique de l'algérie, figurent également parmi les actions lancées en direction de la communauté algérienne établie à l'étranger. sur ce dernier point, m. sahli a indiqué que l'algérie figure parmi les pays qui œuvrent à une "implication effective de sa communauté expa-

La diaspora algérienne dispose des mêmes droits politiques et civiques que ses concitoyens vivant en Algérie, a affirmé le secrétaire d'Etat de la Communauté nationale établie à l'étranger, Belkacem Sahli, lors de la conférence sur la diaspora, tenue mardi et hier à Genève.
triée, à travers sa représentation dans les instances législatives et celles chargées des questions qui concernent directement notre communauté". il a rappelé, à ce propos, que depuis 1995, les membres de la communauté nationale établie à l'étranger "participent, constamment et de manière directe, aux élections présidentielles et législatives organisées en algérie". a ce titre, le secrétaire d'etat a souligné qu'au terme des élections législatives de mai 2012, huit députés issus de cette communauté et appartenant à différents partis politiques, siègent à l'assemblée populaire nationale et, par conséquent, sont directement impliqués dans la vie politique, économique et sociale de l'algérie. Les résultats de cette conférence doivent constituer une base de réflexion en prévision de la conférence sur le dialogue de haut niveau sur les diasporas qui se tiendra, en octobre

La diaspora algérienne a les mêmes droits que ses concitoyens en Algérie
prochain à new York, sous l'égide des nations unies. Les travaux de cette conférence ont porté sur les moyens et mécanismes à mettre en œuvre afin de mobiliser les diasporas et capitaliser leur rôle en tant qu'acteur de rapprochement entre les pays d'accueil, le pays d'origine et le développement social. dans ce cadre, les travaux ont axé sur les rapports entre les diasporas, d'une part, la société, les etats et le développement, d'autre part. Le secrétaire d'etat avait, par ailleurs, pris part, à Paris, à une conférence ministérielle sur les communautés nationales établies à l'étranger, au cours de laquelle il a mis l'accent sur les initiatives prises par le gouvernement algérien pour mobiliser les compétences algériennes expatriées, en vue de participer à l'effort de développement économique et à la promotion de la recherche scientifique en algérie.

Nation

EL MOUDJAHID

L

a ministre de la solidarité nationale et de la famille, mme souad bendjaballah, a reçu mardi dernier à alger, le président de l'assemblée parlementaire du conseil de l'europe (aPce), Jean claude mignon, en visite de travail et d'amitié en algérie, a indiqué hier un communiqué du ministère. Lors de l'audience, m. mignon a fait une présentation des activités que mène l'aPce, notamment dans les domaines de la promotion des droits de la femme et la lutte contre les formes de violence à l'égard des femmes et des enfants. de son côté, mme bendjaballah a rappelé le chemin parcouru par l'algérie en matière de protection et de promotion de la femme et son intégration dans tous les domaines d'activités, ainsi que les grands axes de la protection des autres catégories vulnérables dont l'enfance, précise la même source.

Mme Bendjaballah reçoit le président de l’APCE

aLgérie-ue

Le secrétaire d'etat chargé de la communauté nationale établie à l'étranger, belkacem sahli, a relevé à genève la "bonne intégration" de la communauté algérienne en suisse, lors d'un entretien avec le secrétaire d'etat suisse aux affaires étrangères, Yves rossier, a indiqué hier un communiqué du ministère des affaires étrangères. Lors de cette rencontre, qui s'est déroulée en marge de la conférence ministérielle sur les diasporas, m. sahli a "notamment mis l'accent sur la bonne intégration de la communauté algérienne dans la société suisse et son apport aux pays d'accueil et d'origine".

M. Sahli relève la "bonne intégration" de la communauté nationale en Suisse
Le secrétaire d'etat "s'est également félicité de la bonne mise en œuvre du mécanisme informel mis en place, en avril dernier, entre l'algérie et la suisse pour traiter, dans ce cadre, toutes les questions consulaires en suspens", ajoute la même source. il a exprimé, à cet égard, "la disponibilité de l'algérie à veiller, de concert avec le partenaire suisse, à la bonne application de l'accord de 2006 en matière de circulation des personnes". m. sahli a, en outre, "sensibilisé son interlocuteur sur les conditions d'accueil pour les demandeurs algériens de visa au niveau de l'ambassade suisse à alger, la lenteur des dé-

lais de traitement des demandes, ainsi que les difficultés que rencontrent les étudiants algériens en matière de délivrance de visas d'études et/ou de stages spécialisés". il a exprimé, par la même occasion, "le souhait de la partie algérienne de conclure un accord sur la facilitation de délivrance de visas avec la suisse". de son côté, le secrétaire d'etat suisse aux affaires étrangères "a partagé l'analyse de son homologue algérien sur l'évolution des relations consulaires et humaines entre les deux pays", tout en exprimant son souhait de les voir "se renforcer davantage".

réunion de La commission PoLitique de L'assembLée ParLementaire de L'uPm
L'assemblée populaire nationale (aPn), représentée par le député djamel madi, prendra part aujourd’hui, à la réunion de la commission politique, de sécurité et des droits de l'homme de l'assemblée parlementaire de l'union pour la méditerranée (uPm), prévue à bruxelles (belgique), a indiqué hier un

Le député Djamel Madi à Bruxelles

communiqué de l'assemblée. La réunion portera sur "des questions d'actualité", notamment "les préparatifs aux élections en tunisie et en egypte et les perspectives de sortie de la crise syrienne, ainsi que les domaines de coopération entre le groupe des 5+5 et l'uPm", a ajouté le communiqué.

L

a session extraordinaire du conseil national du rnd s’ouvre ce matin au complexe de la mutualité des travailleurs du bâtiment à Zéralda, avec pour ordre du jour, l’installation des membres de la commission nationale de préparation du 4e congrès ordinaire ainsi que l’annonce de la date de sa tenue. Les travaux du conseil national permettront aux participants d’examiner la situation interne du parti et d’élargir les débats au sujet des missions qui incombent à la commission de préparation du congrès et de ses quatre souscommissions qui seront installée à la clôture, comme l’a indiqué hier la porte-parole et chargée de la communication du rnd, mme nouara djaâfar, rencontrée hier au siège du parti à ben aknoun. Les travaux présidés par le secrétaire général par intérim du rassemblement, m. abdelkader bensalah, interviennent près d’un semestre après la septième session ordinaire du conseil national, le 17 janvier dernier, à la suite de la démission de m.

La date du 4e congrès sera annoncée
ahmed ouyahia du poste de secrétaire général et du plébiscite du président du conseil de la nation comme intérimaire à sa succession. a signaler que lors de la tenue de la réunion du 17 janvier dernier, le conseil national et sur proposition du nouveau secrétaire général par intérim a adopté une résolution portant création d’une instance technique provisoire chargée de définir l’organisation, la composition et les règles de fonctionnement de la commission nationale de préparation du 4e congrès pour l’élection du nouveau secrétaire général du parti. depuis lors, le comité national technique s’est attelé à cet ordre du jour, orienté résolument sur la consolidation de l’unité des rangs au plan interne, et de la cohésion du parti sur la scène politique. une préoccupation majeure que les nouveaux membres de l’instance du conseil national, et à leur tête m. abdelkader bensalah, ont œuvré durant ces six derniers mois. dans son discours d’ouverture

session extraordinaire du conseiL nationaL du rnd

de la session, m. abdelkader bensalah abordera l’état des lieux du parti au plan organique et interne, exposera le bilan financier et moral du programme d’action du parti et évoquera l’actualité nationale et internationale en ouvrant les débats sur les sujets de l’ordre du jour. a savoir, les préparatifs et la date de la tenue du 4e congrès ordinaire avec l’installation des commissions chargées des textes de la résolution organique, du programme d’action et de la déclaration finale à l’issue de la fin de la session. Les travaux de la session, qui s’achèveront demain avec l’installation officielle de la commission nationale de préparation du congrès, laisseront place aux membres de la commission nationale de s’atteler au travail de préparation des conditions de la tenue du rendezvous politique qui attend le rnd. L’élection du futur secrétaire général du rnd, la composante de la nouvelle direction politique, à savoir le bureau national et le conseil national. Houria A.

Jeudi 20 Juin 2013

tout en réaffirmant que les travaux d’extension des Lieux saints de La mecque n’ont aucune influence sur le déroulement de la « omra », l’ambassadeur d’arabie saoudite à alger, le dr sami abdallah al salah, a déclaré mardi dernier que contrairement aux rumeurs colportées, aucune mesure de restriction de visas « omra » de ramadhan n’a été prise par ses services. L’animateur du forum du quotidien arabophone Echourouk devait ajouter que la seule décision prise dernièrement par les autorités de son pays à cet égard porte uniquement sur la réduction de la durée de validité du visa à 15 jours, précisant que 170.000 visas « omra » ont été délivrés par ses services, jusqu’à la date du 17 juin dernier, soit une hausse de 15% par rapport à l’année dernière. s’agissant du hadj 2013, l’invité d’Echourouk a tenu d’abord à souligner la nécessité impérieuse des travaux d’extension des Lieux saints de La mecque pour augmenter leurs capacités d’accueil, surtout durant le grand pèlerinage, où le nombre de hadji avoisine les 4 millions. dans ce contexte, a ajouté le dr sami al salah, le quota des hadji concernant les pays musulmans a été réduit exceptionnellement de 20%, en précisant que cette

Aucune mesure de restriction de visas Omra

L’ambassadeur d’arabie saoudite L’a affirmé hier

mesure portera sur trois ans, soit jusqu’à la fin des travaux. Le quota des hadji saoudiens a été réduit pour sa part de 50%, a-t-il souligné avant d’aborder le cas de l’algérie. a ce propos, il faut rappeler que les autorités saoudiennes ont octroyé 27.800 visas hadj pour l’algérie cette année, au lieu de 36.000, délivrés habituellement. Pour l’ambassadeur saoudien, cette mesure restrictive est provisoire, en promettant que, conformément aux vœux de l’algérie, le quota réservé aux hadji algériens, fixé précédemment à 36.000, sera porté à 38.000, à l’horizon 2016, soit à la fin des travaux d’extension des Lieux saints, eu égard à l’accroissement de la population de notre pays. L’ambassadeur a évoqué aussi l’infection causée par le coronavirus dans plusieurs pays, dont l’arabie saoudite, en précisant que ce problème de santé est bien pris en charge par les autorités sanitaires de son pays et que les candidats au hadj cette année doivent se faire vacciner contre la maladie au préalable. L’invité du forum d’Echourouk a ensuite indiqué que toutes les conditions nécessaires ont été prises par les responsables concernés de son pays pour assurer le bon déroulement du hadj 2013. Mourad A.

EL MOUDJAHID

S

Signature d’un programme d’action (2013-2017)
EducAtIoN NAtIoNALE
Un programme d’action portant coopération dans le domaine de l’éducation a été conclu, hier matin, entre l’Algérie et la France dans le cadre du partenariat entre les deux pays pour la période 2013-2017.
Il concerne aussi le renforcement des compétences professionnelles des professeurs d’enseignement secondaire dans le domaine de la didactique, des sciences humaines, des sciences expérimentales et des sciences exactes. Les deux parties ont convenu de la prise en charge de l’évaluation systématique des acquis des élèves et des établissements scolaires algériens, en s’appuyant sur l’expertise de différents acteurs telle la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance. Il est question aussi de la généralisation de la «  guidance  scolaire  », qui

COOPÉRATION ALGÉRO-FRANÇAISE

Nation

7

igné par le ministre de l’Education nationale, Abdellatif Baba-Ahmed, et son homologue français, Vincent Peillon, ce programme d’action s’inscrit dans le cadre du document-cadre de partenariat algéro-français qui définit les principaux axes de la relation bilatérale 2013-2017 dans le domaine de l’éducation. Il porte sur plusieurs thèmes liés au secteur. Il s’agit notamment du passage du système de pilotage administratif vers un mode de gouvernance par objectifs dont les résultats sont garantis par la réalisation d’évaluations régulières à partir d’indicateurs de performance et de qualité nouvellement créés dans le système éducatif algérien. ce système de pilotage administratif pourrait, selon les responsables, bénéficier du soutien de l’expérience française. Le programme est lié, en outre, à la poursuite du processus visant la consolidation des capacités nationales dans le domaine de la formation des formateurs dans les cycles d’enseignement primaire et moyen, notamment en matière de langue française et des mathématiques.

« Des systèmes éducatifs similaires »,
selon les deux ministres

s’inscrit dans le cadre d’une politique d’orientation fondée notamment sur l’accompagnement de la construction des projets personnels des élèves.

En matière de relations culturelles et éducatives, le document souligne le renforcement de la coopération bilatérale.

Le ministre de l’Education nationale, Abdellatif Baba-Ahmed, et son homologue français, Vincent Peillon, ont plaidé hier à Alger, en marge de la cérémonie de signature du programme d’action portant sur la coopération bilatérale dans le domaine de l’éducation, pour une coopération « durable » en matière d’éducation. « Nous avons évoqué différents points qui sont pratiquement mis en place pour une coopération durable en matière d’éducation et de formation des générations montantes», a notamment indiqué M. Baba-Ahmed à la presse.

U

A

n programme d'action portant coopération dans le domaine de la formation professionnelle a été signé hier entre l'Algérie et la France dans le cadre du partenariat entre les deux pays pour la période 2013-2017. Le protocole d’accord a été signé entre le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. Mohamed Mebarki, et le ministre de l’Education français M. Vincent Peillon, à l'issue d'une séance de travail tenue à l'Institut national de la formation et de l'enseignement professionnels. Le programme d'action s'inscrit dans la perspective du document-cadre de partenariat algérofrançais qui définit les principaux axes de la relation bilatérale 20132017 dans le domaine de l'éducation. Il s’agit pour les deux pays d’œuvrer pour un travail commun pour ce qui est notamment de l’orientation des stagiaires, des nouvelles spécialités, mais aussi de la formation des forma-

teurs. Selon le ministre français, cet accord est basé sur des échanges des expériences communes, puisque les deux pays ont les mêmes préoccupations dans le domaine de la formation professionnelle. «Nous avons une expérience et un savoir-faire, et nous coopérons pour améliorer d’abord l’orientation, mais aussi l’offre de formation», a-t-il déclaré. M. Peillon a également évoqué la formation des formateurs pour les nouveaux enseignements. Il a expliqué que «l’Algérie et la France sont au début d’un travail sérieux afin d’offrir une bonne formation à des jeunes à travers cette coopération.» de son côté, M. Mebarki a déclaré que «la signature de ce programme d’action entre les deux pays vise à l’échange des expériences en commun, notamment dans le perfectionnement des formateurs, la gestion des établissements, et l’amélioration de l’utilisation de l’outil informatique.» Et d’ajouter  : «Nous axerons aussi nos efforts sur

Un protocole d’accord paraphé

ForMAtIoN ProFESSIoNNELLE

Accompagné du ministre de l’Education nationale, Abdellatif BabaAhmed, le ministre français de l’Education, Vincent Peillon, s’est rendu hier après-midi au nouveau lycée de mathématiques de Kouba (Alger). M. Peillon, qui a visité des structures de cet établissement, notamment la salle de sports, a assisté à un cours de langue française. Inauguré à l’occasion de la rentrée scolaire 2012-2013, le nouveau lycée de mathématiques a accueilli, pour sa première année, 104 élèves dont 65 filles et 39 garçons ayant obtenu les meilleurs résultats à l’examen du BEM et les meilleures notes en mathématiques. S. S.

M. Peillon se rend au lycée de mathématiques de Kouba

Les deux départements ont également décidé du lancement de projets- pilotes relatifs aux classes multiniveaux dans l’enseignement primaire pour résoudre les problèmes de scolarisation dans les zones à faible densité de population. Parmi les axes thématiques relevés dans le programme d’action, figure la participation de l’Algérie à l’implantation de la langue arabe dans les établissements d’enseignement en France. La création d’un comité mixte de suivi du partenariat et l’organisation de rencontres consacrées à la réalisation de ce programme d’action, ainsi qu’à des thèmes éducatifs d’intérêt commun, ont été convenues. une première rencontre de ce comité mixte aura lieu au courant de l’année 2013. Sarah Sofi

corrEctIoN dES coPIES du BAc Et du BEM

près les épreuves du baccalauréat et de l’examen du brevet d’enseignement moyen, la phase des corrections des copies a débuté il y a quelques jours. une lourde mission pour les 34.000 correcteurs et autres chefs de centre, secrétaires, présidents de commission de correction… La phase de la correction des copies de plus de 566.000 candidats au baccalauréat 2013 « se poursuit à travers 1.928 centres de déroulement d’examen et 53 centres de correction à l’échelle nationale », nous a-t-on déclaré. contactée, hier, notre source ajoute que « la correction des copies du baccalauréat 2013 se poursuit dans de bonnes conditions». Les correcteurs soumettent les réponses des candidats au barème de notation élaboré par l’office, a-t-on également précisé.  Il y a lieu de rassurer les candidats sur le fait que les copies seront soumises à deux corrections, mais qu’en cas d’écart de plus de 4 points pour les matières littéraires et de plus de 3,5 points pour les matières scientifiques et techniques entre les deux corrections, les copies sont soumises à une troisième correction. En ce qui concerne la correction des copies

d’examen du brevet d’enseignement moyen, la même source indique que ce sont « 35.000 enseignants qui sont chargés de cette opération. ceux-ci sont répartis à travers 2.226 centres de déroulement d’examen et 63 centres de correction  ». Pour rappel, pas moins de 566.694 candidats, à l’échelle nationale, se sont présentés aux épreuves du baccalauréat, session qui a eu lieu du 2 au 6 juin 2013, dont les résultats seront publiés le 7 juillet prochain. En outre, 603.239 candidats se sont présentés aux épreuves du BEM qui s’est déroulé du 9 au 11 juin 2013, dont la proclamation des résultats est programmée pour le 2 juillet prochain. Aussi, pour les heureux bacheliers, ceuxci pourront immédiatement procéder aux préinscriptions universitaires puisqu’elles débuteront le jour même, soit le « 7 juillet et se poursuivront jusqu'au 31 du mois ». En effet, selon « la nouvelle circulaire 2013-2014 » émise par le ministère de l’Enseignement supérieur, relative « aux inscriptions et à l'orientation des titulaires du baccalauréat », la première phase de ces inscriptions, qui se feront via Internet, sera

34 .000 enseignants mobilisés

l’amélioration de l’orientation et nous mettrons également en place des pôles d’excellence. » Le programme d’action porte essentiellement sur le renforcement des capacités nationales dans le domaine de la formation destinée aux forma-

teurs dans des filières considérées prioritaires, notamment l'agriculture, le bâtiment et les travaux publics (BtPH), l'art graphique, et aux gestionnaires des établissements de la formation. donner un appui à la mise en place de l'enseignement profes-

consacrée aux préinscriptions et ce, du 7 au 13, tandis qu'entre le 14 et 16 juillet,  les futurs bacheliers devront confirmer leurs choix. Enfin, il y a lieu de signaler que le secrétaire général de l'oNEc, M. Aïssa Mirazi, a tenu à rassurer les candidats et leurs parents à l’issue de l’examen du bac, expliquant que les incidents enregistrés durant cette session “n'ont

Jeudi 20 Juin 2013

L’opération correction des épreuves de l’examen du baccalauréat, qui a débuté au niveau du centre de correction installé au lycée djamel-Eddine-El-Afghani de Mascara, se poursuit dans de bonnes conditions en ce sens que tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés par l’oNEc pour sa réussite. Plus de 588 personnes parmi le personnel de service sont mobilisées, dont 490 correcteurs, soit 60 jurys de correction pour un nombre global de 75.087 copies d’examen des filières de lettres et philosophie, sciences expérimentales et technique et math (4 filières).

Les corrections du bac se poursuivent   
L’opération durera 10 jours ; la première journée de samedi  a été consacrée à l’élaboration des barèmes de notation dans les différentes disciplines de compostion de cet examen. concernant les conditions de travail et d’hébergement, le problème ne se pose pas, surtout que le lycée a fait l’objet d’un récent aménagement. ce qui facilite la tâche au personnel de service et de correction, les lieux étant climatisés, a-t-on appris du chargé de la cellule de communication de la dEW de Mascara. A. Ghomchi

MAScArA

nullement influé sur le cours de l'examen du baccalauréat, contrairement aux allégations rapportées par plusieurs organes de presse qui ont amplifié les quelques incidents et les cas d'évanouissement et de panique, dont sont généralement  victimes les candidats d'un examen aussi important”. Sihem Oubraham

Ph. : Wafa

Ph. : Louiza

sionnel en redynamisant le jumelage entre des lycées professionnels français et des instituts de l'enseignement professionnels algériens est également un des objectifs de ce plan d'action. M. Mebarki avait déclaré que «le système actuel d'orientation réduit considérablement le flux des élèves vers le cursus de l'enseignement professionnel”. “on valorisera beaucoup mieux la diversité des métiers en organisant l'orientation au plus près des besoins, au plus près de l'offre économique et au plus près des personnes. c'est là le rôle des conseillers à l'orientation et à l'insertion professionnelle», a-t-il estimé. Selon le ministre, si la nomenclature offre un large éventail de formations et de spécialités, elle doit aussi valoriser les aptitudes à l'exercice d'un métier par le développement de formations de courte durée qui répondent aux opportunités du marché du travail. Wassila Benhamed

8

G

randiose  ! C’est le moins que nous puissions dire de cette cérémonie qui a marqué, mardi après-midi à l’école de spécialisation sur hélicoptères d’Aïn Arnat (Sétif), la sortie de quatre promotions d’élèves officiers qualifiés sur différents appareils et instructeurs, faisant émerger du même coup dans la rigueur, l’organisation, la force, la science et la technologie qui ont prévalu ; toutes ces grandes avancées qui sont à mettre au compte de l’Armée nationale populaire, plus que jamais au diapason d’un monde en constante mutation. présidée par le général major Louanes Abdelkader, commandant des forces aériennes en présence du chef

Des hommes imprégnés des valeurs de leurs aînés
d’état-major de la 5e région militaire, le général ziad Said, ainsi que du wali de Sétif, M. Abdelkader zoukh, et de nombreux autres cadres de l’Anp et membres des familles des éléments sortants, cette cérémonie à été marquée par la sortie de la 23e promotion de qualification sur helicoptère Mi2 qui regroupe 28 éléments dont 9 relevant de la Sûreté nationale et 2 Maliens, la 12e promotion de qualification sur appareil Mi17, la 16e promotion d’instructeurs sur Mi2 et la 11e promotion d’instructeurs sur simulateurs. à noter que des éléments de deux pays Africains, le niger et le Mali, ont pris part à cette formation. Une cérémonie, à l’issue de laquelle le commandant des forces aériennes procédera d’abord à l’inspection des promotions sortantes et des unités aérienne, avant de rejoindre la tribune officielle et écouter une intervention du commandant de l’école, le colonel Ourabah zoubir, qui ne manquera pas de souligner l’intérêt et les efforts consentis par l’Anp dans la formation et, partant, la mobilisation de toutes les potentialité de cette école. il exhortera les composantes des promotions sortantes à s’inscrire dans le prolongement des générations qui les ont précédées. Cette 23e promotion sera baptisée du nom du chahid rahal Abdelhamid. F. Z.

Le COMMAnDAnT DeS fOrCeS AérienneS préSiDe LA CéréMOnie De SOrTie De 4 prOMOTiOnS à L’éCOLe De SpéCiALiSATiOn SUr héLiCOpTèreS D’Aïn ArnAT

Nation

EL MOUDJAHID

L

ancé pour la première fois en 2003, le «plan Azur» de la Sûreté nationale revient cet été avec plus de moyens humains et matériels. ils seront en effet quelque 100.000 policiers mobilisés dans tout le pays durant cette saison estivale, avec toutefois un intérêt particulier, logique du reste, accordé aux wilayas côtières dans la mesure où la moitié de ces effectifs (50.000 éléments) seront déployés dans les 14 wilayas côtières. «notre seul souci est d’assurer la tranquillité aux citoyens et de garantir un été sécurisé», résume le directeur de la sécurité publique de la DGSn, le commissaire divisionnaire, Aïssa naili, qui s’exprimait hier à l’école de police d’Aïn Benian (Alger), à l’issue de la cérémonie ayant marqué le coup d’envoi officiel de ce plan, donné pour la circonstance par le patron de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani hamel, au port el-Djamila de la même commune. pour la sécurisation des plages, la DGSn prévoit le dispatching de 900 policiers dans les 76 plages entrant dans les territoires compétents de la Sûreté nationale, en sus de la mise

50.000 policiers mobilisés cet été
« pLAn AzUr » De LA SûreTé nATiOnALe

planche. «C’est une période propice à la hausse des accidents de la circulation. D’où les directives qui ont été données à nos éléments de veiller doublement à la sécurité des estivants. notre politique repose d’abord sur la sensibilisation des automobilistes avant de penser à la répression, mais si nous constatons des violations flagrantes et graves de la loi, nous n’hésiterons pas à sévir», a averti le divisionnaire naili qui concède cependant que les policiers ont été instruits d’être «souples» dans certaines situations. Le «plan Azur» sera également l’occasion d’intensifier la lutte contre le banditisme et la criminalité sous toutes ses formes. pour ce faire, il est prévu de multiplier les patrouilles motorisées et pédestres dans les lieux de grand affluence, et de renforcer les dispositifs de sécurité mis en place au niveau des sites touristiques (patrouilles, points de contrôle… ) et les itinéraires y menant. Qui dit saison estivale, dit forcément arrivée massive des

Ph : Billal

La police des frontières impliquée

Le renforcement du secteur de la santé publique par l'organisation de formations continues au profit des médecins et des paramédicaux figure parmi les principaux points qui seront abordés par le ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, et les différents syndicats du secteur, a indiqué, hier à Alger, un responsable du ministère. "La formation continue des médecins et des paramédicaux dans différentes spécialités sera l'un des sujets primordiaux à débattre entre le ministère de la Santé et les syndicats de la santé en vue d'améliorer le secteur de la santé publique", a souligné le chargé de la communication du ministère de la Santé, Slim Belkessam, dans une déclaration à l'ApS. il a fait savoir que les différents syndicats de la santé étaient reçus régulièrement par la tutelle et qu'ils étaient arrivés à des accords "permettant d'améliorer la prise en charge des malades et les conditions de travail des professionnels de la santé dans les établissements de santé publique". parmi les doléances des syndicats qui ont été étudiées et déjà prises en charge par la tutelle, figure, notamment, la révision du régime indemnitaire se rapportant aux primes de garde et de contagion. La date d'effet

La formation au menu

renCOnTre MiniSTère De LA SAnTé - SynDiCATS

en place de 59 postes de police dans les plages mêmes qui auront comme mission essentielle de «veiller» à l’ordre public. «Ce sont des agents qui ont été bien formés pour parer à toute éventualité, allant de l’intervention aux premiers secours», a ajouté le directeur de la sécurité publique de la DGSn, lors du forum de la Sûreté nationale, évoquant

également la sécurisation des places publiques, des mosquées, ou encore les gares. La circulation routière ne sera pas en reste dans le «plan Azur», et lorsqu’on sait le formidable flux que connaît, notamment, le littoral algérien chaque été, il va sans dire que nos policiers, mais également les gendarmes auront du pain sur la

de la mise en œuvre de la prime de contagion se fera à partir de janvier 2012, alors que celle de la prime de garde se fera dans les meilleurs délais, a fait savoir M. Belkessam, ajoutant que cette application est tributaire de la disponibilité des crédits budgétaires. Les quatre syndicats du secteur de la santé publique, à savoir le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SnpSp), le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SnpSSp), le Syndicat national des professeurs et enseignants en paramédical (Snpep) et le Syndicat national des psychologues (SnApSy), avaient entamé une grève cyclique commune de cinq semaines, le 2 mai dernier. Le Snpep s'était retiré du mouvement de grève le 23 mai dernier après la reprise du dialogue avec le ministère de la Santé, alors que le SnpSp, le SnpSSp et le SnApSy avaient poursuivi la grève jusqu'au 11 juin dernier. Les principales revendications des syndicats de la santé étaient liées à l'amendement des statuts particuliers, à la révision des régimes indemnitaires, à l'amélioration des conditions socioprofessionnelles et à l'ouverture des concours d'accès aux grades professionnels supérieurs pour les praticiens.

COMpArUTiOn De TrOiS ex-CADreS DU MiniSTère De L'inDUSTrie DevAnT Le pôLe pénAL SpéCiALiSé
Trois ex-cadres, dont un ordonnateur retraité du ministère de l'industrie, poursuivis depuis 2006 pour détournement de deniers publics dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions au dit ministère, ont comparu hier devant le pôle pénal spécialisé au tribunal de Sidi M'hamed à Alger. Les deux autres co-accusés occupent respectivement les postes de chef de parc et de régisseur. Le ministère public a requis une peine de sept (7) ans de

ressortissants algériens vivant à l’étranger, essentiellement en europe. à ce propos, le «plan Azur» de la Sûreté nationale a pensé à cette donne et prévoit des mesures devant normalement permettre à nos émigrés d’être accueillis dans de bonnes conditions dans les ports, aéroports et autres postes frontaliers. «nous nous sommes préparés pour la circonstance en mobilisant un effectif important réparti dans les différentes structures d’accueil et dont la mission principale est d’assurer la sécurité des voyageurs sans omettre la facilitation des procédures administratives», a indiqué le directeur de la police des frontières, le commissaire divisionnaire, elGhali Lazreg, qui, tout comme le chef de sûreté de wilaya d’Alger, le divisionnaire, noureddine Berrachedi, s’est attelé à fournir des explications aux nombreux journalistes qui ont assisté à ce forum de la Sûreté nationale. en été dernier, les statistiques de la pAf font état de l’entrée de plus de 9,3 millions d’estivants, dont 2,2 millions de nationalités étrangères. SAM

Le verdict attendu le 3 juillet
prison ferme à l'encontre des accusés, alors que le pôle pénal devrait prononcer son verdict sur cette affaire le 3 juillet prochain. Selon l'arrêt de renvoi, le détournement qui a concerné le ministère de l'industrie en 2006 consistait en la rédaction d'ordres de missions fictives induisant des frais de mission élevés portant préjudice au budget de ce ministère. L'ordonnateur avait reconnu avoir eu recours à la rédaction

Des peines allant de 2 à 6 ans de prison ferme ont été prononcées hier par le pôle pénal spécialisé d’Oran à l’encontre de 43 personnes jugées pour "blanchiment d’argent" et "détournement et dilapidation de deniers public", alors que 20 autres mis en cause ont été acquittés dans le procès de l'affaire de la Banque commerciale et industrielle (BCiA). Une peine de six (6) années de réclusion assortie d'une amende de trois (3) millions de dinars a été pronon-

Des peines de prison ferme à l'encontre de 43 personnes et 20 acquittements

AffAire BCiA

d'ordres de missions fictives dont les fonds allaient servir à acheter des pièces détachées et du carburant sans toutefois utiliser ces fonds à des fins personnelles. L'ordonnateur avait reconnu également avoir commis son acte, sans aucune autorisation écrite de la part des responsables de l'administration centrale, mais uniquement sur la base de directives reçues verbalement et avec le consentement du régisseur et du chef de parc.

Jeudi 20 Juin 2013

cée à l'encontre de 26 mis en cause dans cette affaire, dont l’un des fondateurs de la BCiA, Kharoubi Ahmed, ainsi que Kharoubi Mohamed, tous deux en fuite. Onze (11) personnes ont été condamnées à quatre (4) ans de prison et à une amende de 1 million DA, et six autres à 2 ans d’emprisonnement assortis d'une amende de 1 million DA. La saisie de leurs biens a été également prononcée au cours du verdict.

Ph : Dj. Krache

EL MOUDJAHID

N ation M. RACHID BENAÏSSA, MINISTRE DE L’AGRICULTURE ET DU DÉVELOPPEMENT RURAL :
« Les subventions ne doivent pas mettre en danger la production nationale »
le développement ne peut être durable que s’il touche l’ensemble des territoires, pour justement mettre en avant cette notion d’équité. Aussi, le développement durable est un concept plus vaste qui touche également l’espace rural». «En fait, dès qu’on a réglé les problèmes de base, libéré les initiatives, on se rend compte qu’il y a une marge de progrès énorme, que le tissu des industries agroalimentaires est encore insuffisant, d’autres terres qui restent encore à valoriser, d’autres méthodes à introduire, que la mécanisation doit être menée de manière intelligente et ciblée. C’est cette dynamique qui a donné une croissance en moyenne annuelle de 13,8%, ces quatre dernières années. Il faudra situer ce mouvement dans un système de production alimentaire durable, ce qui interpelle beaucoup de catégories d’intervenants et d’institutions», constate le ministre. «La question consiste à savoir si l’on sera capables d’introduire les nouvelles technologies pour produire autrement, préserver la qualité de nos produits, produire plus en respectant les équilibres écologiques. Il s’agit-là d’un véritable challenge, un véritable projet

9

est un appel à la reconnaissance de l’effort accompli, mais également un appel à plus d’efforts en ce qui nous concerne.» Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, qui est revenu, hier, sur la 38e conférence de la FAO à Rome, a affirmé que cela veut dire que «nous sommes à la recherche de systèmes alimentaires durables». Une entreprise qui, a-til souligné, «touche du travail, au niveau d’une famille, pour s’assurer une sécurité alimentaire, jusqu’au grand débat de l’heure, autour du développement durable, de la préservation des ressources et des capacités de reproduction». La question a trait également «au débat des grandes nations quant à la mise en place de systèmes de régulation pour atténuer les effets de la volatilité des prix, la lutte contre le gaspillage des produits alimentaires, la prévention contre de la sécheresse, sur le comportement nutritionnel et la lutte contre le gaspillage, thème central de la journée mondiale de l’Environnement, le 5 juin. «Des thèmes qu’il fallait aborder frontalement», a-t-il indiqué. Le ministre, qui était hier «L’invité de la rédaction», de la Chaîne III, ajoute que «notre principe est que

«C’

La distinction de l’Algérie par la FAO pour avoir réalisé, avant 2015, le premier Objectif du millénaire pour le développement des Nations unies (OMD1), fixé initialement pour 2012, portant sur la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim, va à un effort collectif, et atteste qu’on est sur la bonne voie.

pour au moins une génération», at-il affirmé. L’avantage est que «nous avons encore une base agricole, une chance que 40% de la population vive dans le milieu rural. C’est un milieu qu’il faut préserver, une politique d’aménagement à préserver, en plus de cette possibilité de mettre en valeur de nouvelles terres agricoles, 500.000 hectares étant en cours de mise en valeur». Pour les 10 prochaines années, tout son mouvement positif aura certainement son rôle dans la dynamique économique et sociale du pays. Les choses s’améliorent, mais il faut densifier le réseau, valoriser la production qui doit également être bien conservée. «Il faut que les efforts des agriculteurs soient relayés par les efforts de ce sous-secteur», relève le ministre qui plaide pour des «actions de proximité plus

L'

Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) a lancé un avis d'appel d'offres national pour le suivi des travaux de réalisation de 30 silos métalliques et leurs annexes, destinés au stockage de céréales. Les silos sont répartis en trois lots de 12, 10 et 8 sites situés, respectivement, à l'est, à l'ouest et au centre du pays, indique hier l'OAIC. Les organismes et bureaux d'études intéressés, agissant unilatéralement ou en groupements d'organismes solidaires, peuvent soumissionner pour un, deux ou les trois lots, précise-t-on de même source. Les soumissionnaires doivent insérer leurs offres technique et financière dans deux enveloppes distinctes fermées, présentées dans une seule enveloppe extérieure, selon l'appel d'offres. La date de dépôt des offres est fixée pour le 16 juillet prochain, précise la même source.

Appel d'offres pour la réalisation de 30 silos

STOCKAGE DE CÉRÉALES

Transformation : beaucoup reste à faire

L

AMÉNAGEMENT DE L’ESPACE TERRITORIAL SUD-EST

Un grand exercice de simulation de sauvetage lors de catastrophes naturelles majeures sera organisé, en octobre prochain, dans une région du centre du pays, pour tester le dispositif d’intervention et de secours sur des sites sinistrés, a annoncé, mercredi à Boughezoul (sud de Médéa), le colonel Mohamed Khellaf, directeur de l’organisation et de la coordination des secours à la direction générale de la Protection civile. Cinq mille éléments, tous grades et fonctions confondus, issus des unités opérationnelles de la Protection civile de quarante-quatre wilayas du pays, seront mobilisés lors de cet exercice de simulation qui aura lieu dans une région des hautes steppes, a indiqué le colonel Khellaf, en marge d’un regroupement

un exercice national de simulation de sauvetage en octobre

CATASTROPHES NATURELLES

des unités de secours médicalisés. Cet exercice de simulation nationale, qui s’étalera sur plusieurs jours, permettra d’évaluer, selon ce responsable, le niveau de performance de l’ensemble des unités d’intervention, et de s’assurer du bon fonctionnement du dispositif de sauvetage et de secours qui sera mis en application en cas de séisme. L’intégration de la chaîne de secours médicale au sein du dispositif opérationnel d’intervention est l’objectif du regroupement qui a mobilisé, durant deux jours, quatre cent éléments d’intervention et de secouristes relevant des unités opérationnelles de la Protection civile de Bouira, Djelfa et Médéa, encadrés par des officiers de l’unité nationale d’intervention et d’instruction de Dar El-Beïda.

e directeur général de l’aménagement et de l’attractivité du territoire au ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville, a souligné, mercredi à El-Oued, la nécessaire implication des différents acteurs de la société civile dans l’élaboration du Schéma d’aménagement de l’espace de programmation territoriale du Sud-Est (Biskra, El- Oued, Ouargla et Ghardaïa). "Il appartient d’associer l’ensemble des acteurs de la société civile dans l’élaboration de ce schéma du Sud-Est, dont les prestations ciblent, notamment le citoyen", a indiqué M. Mohand Saïd, lors des travaux de la rencontre régionale consacrée au lancement de la Mission II "Orientations générales", retenue au titre de l’élaboration du schéma d’aménagement de l’espace de programmation territoriale du Sud-Est. Il a, dans ce cadre, mis l’accent sur la nécessité de faire valoir les éléments de ce schéma en fonction des besoins des citoyens de ces régions du pays. La seconde phase ce schéma appelée "Mission II"

La société civile s’implique

denses». L’exemple de la pomme de terre est édifiant. «Des agriculteurs d’Aïn Defla et de Mostaganem ont exporté quelques quantités vers l’Espagne. Ils auraient pu exporter beaucoup plus, mais le handicape résidait dans l’insuffisance des unités de calibrage et d’emballage. Certains ont commencé à installer des unités et nous les auront pour la saison prochaine. Mais si on les avait maintenant, les agriculteurs auraient pu valoriser mieux leur production. Ce n’est pas de gros investissements, mais il s’agit d’une multitude de petites réalisations qu’il faut multiplier. Concernant la subvention de certains produits alimentaires, le ministre précisera qu’en termes de ressources mobilisées par l’État, les subventions des produits alimentaires ne représentaient que 1,1 à 1,3% du soutien global. Ces subventions ne doivent mettre en danger le développement de la production nationale.

Que ce soit au titre de l’importation ou de la politique de subvention, il ne faudrait pas que ces actions soient des handicaps pour le développement agricole local.» Aussi, il faudra concilier la politique pour aider les bas revenus et encourager les producteurs. «C’est une politique qui est en négociation constante pour trouver cet équilibre», dit le ministre. Concernant le pain, M. Rachid Benaïssa estime qu’«il faut travailler de manière professionnelle et à tous les niveaux. Ce n’est pas une question de pour ou contre l’option de subvention du prix du pain, car si les acteurs travaillent d’une manière professionnelle, chacun trouvera la marge qu’il faut pour réduire les pertes et chacun gagne dans cette dynamique». Sur un autre registre, le ministre a rassuré sur la disponibilité des produits alimentaires durant le Ramadhan, «à des prix équilibrés». «C’est cela le système de régulation. Cela dit, le prix implique l’offre, la demande, mais aussi le comportement. On n’a plus de pénurie dans les produits. Au contraire, on est en train de dénoncer le gaspillage et la perte de produits. Jusqu’à maintenant, la demande est équilibrée ; dans quelques jours, elle va peut-être augmenter. Donc, il n’y a aucune raison pour qu’on se mette à spéculer», commente le ministre. Abordant la campagne moisson-battage, le ministre précise qu’en agriculture, «il faut toujours attendre la fin». C’est vrai qu’on a eu une pluviosité pas très favorable, notamment dans certaines régions, «mais, d’une manière générale, nous aurons une bonne campagne céréalière», a-t-il rassuré. D. Akila

Jeudi 20 Juin 2013

concerne l’examen des orientations générales consistant en la mise en place de mécanismes devant garantir, dans le cadre du développement durable, le triple équilibre de l’équité sociale, de l’efficacité économique et du soutien écologique de cet espace à l’horizon 2030. Le directeur des grands travaux d’aménagement du territoire au ministère de tutelle, M. Rabeh Essid, a de son côté mis en valeur l’organisation de pareilles rencontres régionales dans l’élaboration de grands axes de développement de l’espace de programmation en fonction des spécificités de chaque région, riche en différentes potentialités économiques. La rencontre a été mise à profit pour passer

en revue la première phase "Mission I", de ce schéma, la méthode préparatoire des ateliers pour la seconde phase "Mission II" de ce schéma. Elle constitue une importante étape dans l’ancrage de l’esprit de concertation, aux niveaux national, régional et local, entre les acteurs et partenaires concernés par cet espace territorial, ont indiqué les organisateurs. Les travaux se poursuivront en ateliers et porteront sur l’examen de trois axes liés aux "Développement durable et la valorisation du patrimoine naturel et culturel", "La ville, l’urbanisme et la population" et "Les systèmes productifs et le développement économique". Des membres de l’exécutif des wilayas concernées (Biskra, El- Oued, Ouargla et Ghardaïa), des élus locaux, les membres du comité de suivi du projet des wilayas et des partenaires socio-économiques, des représentants du mouvement associatif, des chercheurs et universitaires prennent part à ces travaux de deux jours.

EL MOUDJAHID

Sixième SeSSion de la commiSSion mixte algéro-omanaiSe

L

es deux mémorandums ont été signés par le ministre des affaires étrangères, m. mourad medelci, et son homologue omanais Youssef Ben alaoui, à la fin des travaux de la sixième session de la commission mixte algéro-omanaise. a cette occasion, m. medelci a affirmé que les résultats des travaux de cette session “auront un impact positif sur les relations entre les deux pays”, soulignant la nécessité de la mise en œuvre des décisions et des recommandations adoptées en vue de renforcer la coopération bilatérale. Pour leur part, les experts des deux pays ont appelé à la nécessité d'intensifier les

L'Algérie et le Sultanat d'Oman ont signé hier deux mémorandums d'entente relatifs à la suppression mutuelle des visas au profit des titulaires de passeport diplomatique et de service et à l'enseignement technique et la formation professionnelle.

Signature de deux mémorandums d'entente

Economie

U

P

Plan d’urgence Pour l’alimentation en électricité

L

lus de 1.200 transformateurs électriques ont été installés, à ce jour, à travers 13 wilayas du pays, au titre du plan national d’urgence pour l’amélioration de l’alimentation en électricité, entré en vigueur depuis octobre dernier, a-t-on appris hier mercredi auprès du président-directeur général de la Société de distribution du gaz et d’électricité du centre (Sdc). “Quelque 1.210 transformateurs ont été installés sur un total de 1.367 programmés au titre de ce plan d’urgence, soit un taux d’exécution estimé à 94 %”, a révélé m. Yacine reda redouane dans un point de presse animé à Blida, ajoutant que plus de 1.100 de ces transformateurs sont déjà opérationnels à travers les wilayas de Blida, médéa, djelfa, laghouat, ghardaïa, tizi-ouzou, Bouira, Biskra, el oued, ouargla, illizi, et tamanrasset. “chacune de ces wilayas a bénéficié d’une moyenne de 100 transformateurs”, a-t-il signalé. Selon m. Ya-

1.200 transformateurs installés à travers 13 wilayas
cine, l’entrée en service de ces installations a permis une “amélioration effective des prestations fournies aux abonnés de l’entreprise”. il a, en outre, observé que l’opération de sélection d’assiettes pour l’installation de ces transformateurs a été achevée à 100%, en un temps record, avec l’obtention de 1.367 assiettes foncières. ce plan d’urgence a été affecté d’une enveloppe globale de 8.916 millions de dinars, dont un taux de 56% est déjà consommé, a encore signalé ce responsable, soulignant que cette dotation aura permis, à ce jour, d’atteindre un taux de production énergétique de 80% de la totalité du taux escompté. le plan d’urgence a notamment ciblé les points noirs recensés à travers chaque wilaya, en vue d’éviter les coupures récurrentes de l’été dernier, a-t-il relevé, citant particulièrement les wilayas d’el oued, Biskra et ouargla, dont le réseau électrique avait connu beaucoup de problèmes en 2010.

échanges commerciaux, soulignant l'importance du partenariat entre les entreprises du secteur privé. tout en se félicitant du progrès enregistré en matière de coopération dans les secteurs pétrolier et gazier et des énergies renouvelables, les experts ont affirmé l'importance de dynamiser cette coopération compte tenu “des richesses et potentialités humaines des deux pays”. ils ont également appelé au renforcement de la

coopération en vue de relancer les investissements, les secteurs des industries manufacturières, de l'environnement, des transports et de l'agriculture “au mieux des intérêts des deux peuples frères”, appelant à la création d'une compagnie de transport maritime “qui contribuera à augmenter les échanges commerciaux et renforcer la complémentarité entre les deux pays”. APS

a chambre algérienne de commerce et d’industrie a organisé hier à l’ecole supérieure algérienne des affaires (eSaa) de Pins-maritimes un séminaire d’information sur l’accès des produits algériens sur le marché européen. cette séance de formation a été animée par l’expert et consultant international m. ali Bey nasri. a cette occasion, l’expert a mis l’accent sur l’historique de l’accord d'association algérie-ue, en rappelant que l'algérie a engagé des négociations en vue de la conclusion d'un accord d'association avec i'ue en remplacement de i’ accord de coopération du 26 avril 1976 régissant ses relations avec la cee et la ceca. S’exprimant en marge de cette séance d’information, l’expert a déclaré que « l'accord d'association avec l'union européenne a fait perdre à l'algérie entre 2 à 3 milliards de dollars en taxes douanières annuellement  ». il faut absolument, a-t-il souligné, que «l’algérie réduise ses factures d’importation  ». c’est-à-dire, a-t-il dit, que « la politique

Un impératif économique

SuBStitution aux imPortationS

le programme national d’urgence a ainsi permis la réalisation de deux lignes de transport d’énergie électrique à m’sila et Batna, dans le cadre de l’approvisionnement des régions sud du pays à partir du nord. a ce titre, il sera procédé à la réalisation de quatre turbines de production d’électricité à el oued, avant la fin de l’année 2013, dont deux seront opérationnelles à la fin du mois courant, portant ainsi à huit le nombre de ces installations dans cette wilaya, à l’achèvement de cette opération. une école technique pour la formation des agents de l’entreprise est également prévue à ouargla, en vue de réduire la pression existante sur l’école de Blida, a indiqué m. Yacine, signalant, en outre, le recrutement de pas moins de 300 agents dans le cadre du renforcement de l’effectif humain chargé de la mise en œuvre de ce plan national d’urgence.

de substitution aux importations est impérative. Parce que la valeur des importations vis-à-vis de l’union européenne est toujours plus importante». actuellement, a-t-il précisé, «  nous importons pour 24 milliards de dollars au niveau de l’ue ». S’agissant du principe de réciprocité, il a indiqué : «celui-ci n’est pas fiable pour l’algérie.» tout en expliquant qu’«  il n’y a pas d’équilibre entre les deux partenaires en ce qui concerne les droits des douanes en citant, à titre

Jeudi 20 Juin 2013

d’exemple, le sucre européen qui rentre en algérie avec 30% et celui de l’algérie à 100% ». et de poursuivre : «l’article premier de l’accord d’association stipule que l’économique et le commercial doivent être équilibrés, mais notre constat sur le terrain affirme le contraire». Selon lui,  « les membres de l’eu se protègent par plusieurs systèmes ». allant plus loin dans ses explications, le consultant a souligné qu’« il est nécessaire que l’algérie gèle cet accord ». il dira dans ce sens qu’«  avec l’augmentation des membres de l’ue, les exportations vers l’algérie vont augmenter  ». Pour appuyer ses dires, il a cité à titre d’exemple l’adhésion de la roumanie, en indiquant qu’« avant l’adhésion de celle-ci à cette organisation, ses exportations vers l’algérie ne dépassaient pas les 50 millions d’euros, et après son adhésion, les exportations ont atteint en 2012 150 millions de dollars». Makhlouf Ait Ziane

n nouveau concept de partenariat est en vogue. il s’agit de la «colocalisation ou la coproduction », basé sur un partage de la chaîne des valeurs (dans la littérature économique, une chaîne des valeurs ou une filière peut être définie comme un ensemble de produits — biens ou services — et de producteurs concourant à la desserte d’un marché). ce sujet est intéressant dans la mesure où l’algérie affiche une forte volonté de dépasser le mode traditionnel d’échange de marchandises par le commerce et de diversifier son économie trop dépendante des hydrocarbures. elle a l’ambition de mettre en place un partenariat par la production de biens et services sur son territoire ceci, en substitution de ses importations. le professeur m. e. mouhoud, enseignant d’économie à l’université Paris dauphine, dans un exposé intitulé « coproduction, rattrapage technologique et substitution à l’importation : une stratégie pour l’emploi des jeunes en algérie », a montré comment la France et l’allemagne appréhendent leur stratégie de fragmentation internationale de leurs chaînes des valeurs et en quoi dans les pratiques françaises le bilan est mitigé, tant pour les pays du sud de la méditerranée que pour la compétitivité des industries de biens de consommation française, comparé à celui des firmes internationales. il a démontré en quoi la fragmentation et le cloisonnement des pays du sud et de l’zst de la méditerranée n’ont pas été par le passé, et ne seront pas plus dans l’avenir, favorables au développement d’une stratégie de coproduction. il s’est interrogé si le processus de relocalisation des activités, qui semble se dessiner en europe et en France, est à même de constituer un obstacle à un approfondissement des stratégies de coproduction entre les deux rives de la méditerranée. le professeur mouhoud a, dans un second temps, proposé des solutions de sortie par le haut par des stratégies de coproduction gagnantes à la fois pour les pays du sud de la méditerranée, pour résorber le chômage des qualifiés, et pour les entreprises du nord de la méditerranée pour gagner en compétitivité coûts et hors coûts. l’orateur a expliqué que pour assurer le développement d’une véritable coproduction, on doit passer d’une logique de sous-traitance internationale de court terme à une logique de cotraitance exclusive et de long terme, favorisant des accords de type oem (original equipment manufacturing), qui est un préalable à la réussite de cette stratégie, ainsi que la mise en place de manière ciblée d’une stratégie de coformation. dans ce cas, l’objectif est triple : il s’agira de favoriser l’attractivité des investissements directs étrangers d’accès au marché local et surtout régional, de réexporter vers les entreprises des biens intermédiaires de haute valeur ajoutée utilisant intensément une main-d’œuvre qualifiée et bien formée et permettant aux entreprises de bénéficier à la fois d’avantages de compétitivité coûts et hors coûts, et de positionner l’avenir de l’algérie comme un pays relais fondamental pour les exportations européennes vers le marché en croissance rapide subsaharien. Plus généralement, le but ultime de cette stratégie doit viser l’employabilité des jeunes algériens dans une perspective post-pétrolière. dans son exposé intitulé « colocalisation et coproduction  : problématique, concept et démarche opérationnelle vues d’alger », mustapha mekideche, conseiller en stratégie et vice-président du cneS, a indiqué qu’il a eu l’opportunité de rencontrer un trinôme d’experts mis en place par le gouvernement français pour donner du contenu à ce concept et d’imaginer des pistes de mise en œuvre au niveau des pays du maghreb. ce concept est apparu intéressant pour la partie algérienne en ce qu’il constitue une des voies à explorer pour la construction de partenariats gagnant-gagnant. un deuxième élément favorable est d’ordre politique au niveau des relations algéro-françaises. dans son exposé, l’auteur situe deux obstacles à éviter pour parvenir à une démarche opérationnelle qui soit couronnée de succès. le premier concerne un volontarisme politique insuffisant pour amorcer une mise en œuvre rapide et gagnante pour les deux parties. car c’est au niveau des stratégies des groupes et des promoteurs industriels qu’il va falloir comprendre si ce concept est apte à faire l’objet d’une appropriation conjointe ou pas. l’expérience a démontré que la construction d’un pacte de production bilatéral n’est pas aussi simple à élaborer car le temps politique n’est pas le temps industriel. le deuxième obstacle touche la problématique de l’exclusivité. le concept et la démarche de coproduction sont élargis dans la vision française à trois pays du maghreb : l’algérie, le maroc, la tunisie. la France aura des démarches différenciées en fonction des opportunités qu’elle trouvera dans chacun de ces pays. en conclusion, souligne le conférencier, le concept de coproduction, qui peut se décliner sous toutes formes de partenariat, dispose en algérie plus qu’ailleurs d’un espace économique et d’un moment de mise en œuvre particulièrement propice. le tout est de faire preuve de pragmatisme et de réciprocité dans l’équilibre des intérêts. M. Bouraib

Un outil d’intégration régionale

colocaliSation et SuBStitution deS imPortationS

11

Le G8 conclut un accord à minima
EL MOUDJAHID

SYRIE

Monde

A L

près deux jours de dures tractations, le sommet du G8 a accouché d'un accord a minima sur la Syrie, appelant à l'organisation “dès que possible” d'une conférence de paix, mais laissant en suspens toutes les questions clés pour le règlement du conflit. Avec ses formulations floues ou ambigües, la déclaration finale du G8 sur la Syrie reflète les profondes divergences entre Moscou, soutien indéfectible du régime de Damas, et les Occidentaux, qui appuient l'opposition syrienne. Au sommet de Lough Erne, en

e Comité spécial de l'ONU chargé de la décolonisation, ou Comité des 24, a adopté mardi à New York un projet de résolution qui appelle à l'octroi, au plus tôt, du droit à l'autodétermination aux peuples colonisés et à la lutte contre l'exploitation illégale des ressources naturelles des territoires non autonomes, dont le Sahara occidental occupé. Ce projet de texte, qui deviendra une résolution de l'Assemblée générale des Nations unies une fois qu'elle l'adoptera à son tour, réaffirme la résolution 1514 et toutes les autres résolutions relatives à la décolonisation, y compris celle proclamant la période 2011-2020 comme la 3e Décennie internationale de l’élimination du colonialisme. Dans ce sens, ce projet de ré-

Adoption du projet de résolution sur le droit à l'autodétermination des peuples colonisés

COMITÉ DE DÉCOLONISATION DE L'ONU

Irlande du Nord, les Occidentaux, d'un côté et le président russe Vladimir Poutine de l'autre se sont écharpés sur la Syrie, multipliant critiques et piques réciproques. “Parvenir à un accord n'a pas été facile”, a reconnu le Premier ministre britannique, David Cameron, hôte du sommet, évoquant des discussions “franches” entre les dirigeants. A peine le sommet terminé, Vladimir Poutine a d'ailleurs de nouveau évoqué la possibilité pour son pays de livrer de nouvelles armes au régime syrien, donnant un premier coup de boutoir au

consensus de façade obtenu au G8. “Nous restons engagés à trouver une solution politique à la crise”, indique le G8 dans sa déclaration, affirmant sa détermination à l'organisation “dès que possible” de la conférence dite de Genève 2, dans les limbes depuis son annonce début mai par Moscou et Washington. Le G8 a par ailleurs pris acte du poids des jihadistes dans la rébellion, s'inquiétant de “la menace grandissante du terrorisme et de l'extrémisme en Syrie et de la nature de plus en plus intercommunautaire du conflit”.

Le sous-secrétaire général aux Affaires politiques de l'ONU, M. Oscar Fernandez-Taranco, a affirmé que dans un contexte régional marqué par l'escalade de la crise en Syrie, il ne fallait pas perdre de vue le conflit israélo-palestinien dont la résolution n'en est pas moins urgente. M. Fernandez-Taranco s'exprimait devant la Réunion internationale des Nations unies à l'appui de la paix israélo-palestinienne qui se tient mardi et mercredi à Pékin (Chine) et organisée par le Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien. Selon lui, l'espoir né du réengagement des Etats-Unis doit être préservé et traduit en actes par les parties, en appelant ces dernières à s'abstenir de toute action qui pourrait entraver la reprise de négociations. Jugeant “cruciales” les semaines à venir, le sous-secrétaire général aux Affaires politiques s'est dit “profondément troublé” par la poursuite par Israël des colonies de peuplement en Cisjordanie, illégales au regard du droit international. “Israël doit s'acquitter de ses obligations en vertu de la Feuille de route, geler toutes les activités de colonisation et démanteler les postes avancés de peuplement érigés après 2001”, a insisté M. Fernandez-Taranco, qui a estimé que la situation prévalant à El-Qods-Est était particulièrement inquiétante.

L'ONu appelle à l'urgence du règlement du conflit israélo-palestinien

PROCHE-ORIENT

15

RAPPORT DE L'ONU SUR LE NOMBRE DES DÉPLACÉS DANS LE MONDE

CONTACTS ETATS-UNIS TALIBANS

solution demande aux puissances occupantes de “'prendre toutes les mesures pour permettre aux peuples des territoires non autonomes d’exer-

hier ses négociations d'accord bilatéral de sécurité avec Washington pour marquer son mécontentement au lendemain de l'annonce de prochaines discussions directes entre les Américains et les rebelles talibans. Quelques heures plus tôt, au nord-est de Kaboul, les talibans ont tué quatre soldats américains en attaquant la base militaire américaine de Bagram, montrant que le conflit afghan se poursuit sur le terrain malgré les annonces de la veille qui ont fait naître des espoirs de futures négociations de paix. Mardi, les talibans et les Américains avaient officiellement annoncé une prochaine reprise de leurs contacts en vue de discussions de paix, après l'ouverture dans la journée d'un bureau de représentation taliban à Doha, capitale de l'émirat du Qatar ; un événement historique après plus de onze ans de guerre.

Kaboul suspend ses négociations avec Washington Le gouvernement afghan a suspendu

Le directeur de l'Agence Américaine de Sécurité (NSA), le général Keith Alexander, a affirmé mardi devant le Congrès que les deux programmes américains de surveillance des communications téléphoniques et d'internet avaient permis de déjouer plus d'une cinquantaine d'attaques terroristes potentielles depuis le 11 septembre 2001, dont deux visaient la Bourse et le métro de New York. Auditionné par la commission du renseignement de la Chambre des représentants suite à la divulgation de l'existence de ces deux programmes par un ex-technicien de la NSA, le général Alexander a dévoilé quelques détails sur ces attentats potentiels contre les Etats-Unis et d'autres pays, tout en défendant ses méthodes de surveillance les considérant comme “essentielles” dans la lutte contre le terrorisme.

NSA : «Plus de 50 attentats terroristes déjoués»

SURVEILLANCE INTERNET

cer pleinement et au plus tôt leur droit à l’autodétermination, y compris l’indépendance”. Le document affirme, une fois de plus, que l’exis-

tence du colonialisme, sous toutes ses formes, y compris l’exploitation économique, “est contraire à la Charte des Nations unies, à la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux et à la Déclaration universelle des droits de l’homme”. Aussi, ce nouveau projet de résolution a réaffirmé sa volonté de “continuer à faire tout ce qui est nécessaire pour que le colonialisme soit éliminé complètement et rapidement et que tous les Etats observent scrupuleusement les dispositions pertinentes de la Charte, de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux et de la Déclaration universelle des droits de l’homme”.

45,2 millions de personnes depuis 20 ans

L'attaque menée mercredi à la mi-journée contre le principal complexe de l'ONU à Mogadiscio, dans lequel des assaillants étaient parvenus à entrer, est terminée et les forces de sécurité somaliennes ont repris le contrôle des bâtiments onusiens, ont annoncé des sources policière et onusienne. “Les combats sont terminés (...) ils semblent que les assaillants aient tous été tués”, a déclaré à l'AFP Abdulahi Osman, un responsable de la police somalienne. Une source onusienne à Nairobi a confirmé, sous couvert de l'anonymat, la fin de l'attaque : “Il n'y a plus de combats.”

Fin de l'attaque contre l'ONu à Mogadiscio

SOMALIE

Jeudi 20 Juin 2013

Plus de 45,2 millions de personnes vivaient en dehors de leurs foyers en 2012, la majorité déracinée par des conflits, soit le chiffre le plus élevé jamais enregistré depuis près de 20 ans, selon un rapport de l'ONU publié mercredi.”On a enregistré en 2012 le nombre le plus élevé de personnes déplacées depuis l'année 1994”, marquée par le génocide rwandais et les conséquences de l'implosion de l'ex-Yougoslavie, a expliqué le patron du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres, lors d'une conférence de presse. “Nous assistons à une multiplication de nouveaux conflits et il semble que les anciens conflits ne meurent jamais”, a-t-il constaté. Environ 55% des réfugiés recensés dans le rapport du HCR étaient originaires de pays touchés par un conflit : Afghanistan, Somalie, Irak, Syrie et Soudan. Le rapport pointe aussi de nouveaux afflux massifs depuis le Mali, la République démocratique du Congo (RDC) et le Soudan. Sur les 45,2 millions de personnes déracinées, 15,4 millions étaient des réfugiés (dont 4,9 millions de Palestiniens), 28,8 millions des déplacés internes et 937.000 des demandeurs d'asile. “Mais le plus dramatique, ce sont les chiffres des nouveaux déplacés : 7,6 millions de personnes déplacées de force (...) soit une personne à chaque fois que vous clignez de l'œil”, a affirmé M. Guterres. Sur ces 7,6 millions, 6,5 millions étaient des déplacés internes et 1,1 million des réfugiés. L'Afghanistan reste le pays qui génère le plus grand nombre de réfugiés, une position qu'il détient depuis 32 ans. M. Guterres s'est dit, par ailleurs, préoccupé par le nombre record d'enfants demandeurs d'asile qui voyagent seuls (21.300). “C'est en train de devenir un des problèmes humanitaires les plus graves auquel nous sommes confrontés, car ces personnes voyagent en utilisant des systèmes contrôlés par des contrebandiers, des trafiquants”, a-t-il déploré. Les moins de 18 ans représentent par ailleurs 46% des réfugiés dans le monde, selon le HCR.

16

C’

est sur la base de nombreuses plaintes que la Division Ouest de la police judiciaire de la sûreté de wilaya d’Alger a déclenché une enquête. Les investigations entamées et toute une brigade mobilisée pour mettre un terme aux agissements plus que douteuses de cette bande de repris de justice. Composée de 10 personnes âgées entre 20 et 30 ans, tous originaires de Zéralda, (ouest d’Alger), l’association de malfaiteurs a été impliquée dans plusieurs affaires de trafic de stupéfiant, consommation et commercialisation illicite de drogue. Ayant réussi en quelques jours à situer la zone d’activités des mis en cause, les enquêteurs de la police judiciaire ont mis la main sur deux membres du groupe, le 11 juin dernier, dans la ville de Staouéli. Arrêtés et interro-

Des pistolets électriques de type « Taser », des épées, bombes lacrymogène, fusils harpons, des comprimés psychotropes et plusieurs signaux de détresse ont été saisis par les services de la police de la sûreté de wilaya d’Alger. Toutes ces armes blanches et tous ces produits prohibés ont été la propriété d’une bande de malfaiteurs très dangereux activant au niveau du littoral entre les localités de Staouéli et Zéralda, nous a indiqué la cellule de communication de la sûreté de wilaya d’Alger.

Ils agressaient avec des Taser, des épées et des fusils harpons

Un DAngeReUx gROUPe De mALfRATS neUTRALISé à ZéRALDA

Société

EL MOUDJAHID

L’OMS met en garde contre la commercialisation d'aliments malsains

ObéSITé

L

e ramadhan est un évènement très spécial pour la famille algérienne et la femme en particulier. en effet, la particularité du mois sacré ne réside pas seulement dans son aspect cultuel, mais aussi culturel et traditionnel. C ette place, accordée par tous les membres de la famille, grands et petits, au ramadhan, explique cette tendance à s’assurer que tout y est pour honorer le mois de piété. Cette importance est chaque année renouvelée par la ménagère qui veille au grain pour que le ramadhan se passe dans les règles de l’art. Se préparer donc, pour le grand événement est devenu une tradition pour la femme algérienne qui ne laisse rien au hasard, en prenant toujours les devants pour être à la hauteur. Ainsi, les préparatifs pour le mois sacré vont bon train. A moins d’un mois du ramadhan, les ménagères se lancent dans une course contre la montre pour se doter de tout ce qu’il faut pour la circonstance. Une bonne ambiance et un cadre agréable et convivial sont indispensables. Ce n’est pas étonnant aujourd’hui, que la gent féminine se procure tous les ingrédients nécessaires pour que le ramadhan se déroule sous les meilleurs auspices. et la vaisselle et les ustensiles de cuisine font partie des mœurs de l’algérienne. Cette dernière, en effet, s’adonne à cœur joie à des achats de vaisselle, casseroles et autres pièces de cuisine. Ce commerce, à quelques encablures du ramadhan, est très prisé par les consommatrices. C’est le rush sur

RAMADHAN

Jamais sans ma vaisselle

gés, les deux individus n’avaient d’autre choix que de « balancer » l’identité de leurs complices toujours en cavale. Les premiers arrêtés ont révélé qu’outre la vente de drogue, ils commettaient des vols avec agressions à l’aide d’armes blanches (Taser, harpon et épée) sur des passants et autres citoyens. Cinq jours plus tard, les auxiliaires de la justice ont interpellé le reste de la bande au nombre de 8. L’arrestation n’était pas de tout repos pour les policiers. Ils ont été confrontés à une résistance des plus féroces, heureusement aucun blessé n’a été recensé du côté des hommes de loi, a ajouté notre source. « Les présumés trafiquants ont agressé les policiers

dans l’exercice de leurs fonctions et ont proféré des menaces à leur encontre lors de leur arrestation », a indiqué la représente de la cellule de communication du commissariat central. A la faveur d’un mandat de perquisition délivré par le procureur de la République près le parquet de Koléa, les enquêteurs ont découvert dans le domicile du cerveau de la bande à Zéralda près de 2.000 comprimés psychotropes de marque Rivotril, et 60.000 DA. Présentés devant le tribunal de Koléa pour trafic de stupéfiant, vol suivi d’agression, port d’armes prohibé, recel, les mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt. Mohamed Mendaci

L

les derniers cris, en termes d’ustensiles de cuisine, au niveau des marchés populaires et des magasins spécialisés dans ce créneau. Il faut dire que les marchands ambulants ont aussi investi dans le commerce de la vaisselle, en prévision du mois sacré. La cuisine, disent certains, est le royaume des femmes et ce dicton est confirmé par la grande affluence de celles-ci sur ces espaces qui regorgent d’articles, répondant aux goûts et aux bourses de chacune d’entre-elles.

Jeudi 20 Juin 2013

un saut à ces commerces est ainsi devenu pour de nombreuses femmes, un geste machinal, voire même un réflexe. Un budget est ainsi consacré par la ménagère à l’aspect « vaisselle ». Concevoir aujourd’hui, un ramadhan sans ce petit « plus » relève de l’inimaginable pour beaucoup de femmes qui ne sont pas prêtes à renoncer à une tradition, transmise de générations en générations. Samia D.

faire

a commercialisation d'aliments malsains auprès de la jeunesse encourage l'obésité, notamment par le biais de publicités sur les réseaux sociaux vantant des produits gras et bourrés de sel ou de sucre, met en garde mardi dernier l'Organisation mondiale de la santé (OmS). L’obésité des enfants constitue, actuellement, l’un des plus grands défis pour la santé publique. Il s’agit d’un problème mondial qui affecte de nombreux pays à revenu faible et intermédiaire, en particulier en milieu urbain. La prévalence s’est accrue à un rythme alarmant. On estime qu’en 2010 le monde comptait plus de 42 millions d’enfants en surpoids. Près de 35 millions de ces enfants vivent dans des pays en développement. en Algérie, un enfant sur six souffre d’obésité d’après une étude effectuée en 2008 par l’établissement public de santé de proximité de bouzaréah. Les enfants en surpoids et obèses risquent de rester obèses une fois adultes et sont plus susceptibles de contracter des maladies non transmissibles telles que diabète et maladies cardiovasculaires à un âge plus précoce. Le surpoids et l’obésité, ainsi que les maladies qui leur sont liées, sont en grande partie évitables. La prévention de l’obésité de l’enfant doit donc se voir accorder un haut degré de priorité. Dans un rapport sur la commercialisation des aliments, l’OmS souligne que l'industrie agroalimentaire fait de plus en plus appel à de nouveaux canaux publicitaires bon marché comme les réseaux sociaux et les applications pour Smartphones pour "cibler" les enfants. La télévision demeure toutefois le principal vecteur de publicité et une bonne partie des enfants et des adolescents passent plus de deux heures par jour en moyenne devant un téléviseur. Il est admis que la prévention constitue le meilleur moyen d’enrayer l’épidémie d’obésité de l’enfant, car les traitements courants visent essentiellement à mettre le problème sous contrôle plutôt qu’a assurer une guérison. Selon l’OmS, pour lutter contre l’obésité de l’enfant, une approche multisectorielle s’impose pour réaliser des progrès durables : elle mobilise l’énergie, les ressources et les compétences de tous les intervenants mondiaux impliqués. De ce fait, l’OmS suggère la promotion d’une alimentation saine et de la pratique régulière d’une activité physique appropriée qui représente un facteur important dans la lutte contre l’épidémie d’obésité de l’enfant. Les parents peuvent influer sur le comportement de leurs enfants en mettant à leur disposition des aliments et des boissons sains, ainsi qu’en leur donnant des occasions d’avoir une activité physique et en les encourageant à le faire. Il est également conseillé aux parents d’adopter et de promouvoir des modes de vie sains, car le comportement des enfants est souvent façonné par l’observation et l’adaptation. Kamélia H.

• consommer davantage de fruits et de légumes, ainsi que de légumineuses, de céréales complètes et de fruits secs ; • limiter l’apport énergétique provenant de la consommation de graisses et réduire la consommation des graisses saturées au profit de graisses non-saturées; • limiter la consommation de sucres ; et • avoir une activité physique modérée à intense, au moins 60 minutes par jour, qui soit appropriée au point de vue du développement et qui implique diverses activités. Davantage d’activité peut être nécessaire pour contrôler son poids.

Pour lutter contre l’obésité il faut :

EL MOUDJAHID

Urel ForUm cUltahiD D’el moUDj

L

e centre de presse a organisé, hier, un hommage appuyé à travers l’expression d’une pensée émue et pleine de gratitude en direction d’un artiste qui fut habité, sa vie durant, par un indicible talent, conjugué à une constante inspiration populaire, qu’il a dévoilé au public algérien au lendemain de l’indépendance, et ce jusqu’à la fin des années 1980, par la production régulière d’une œuvre musicale alliant mélodies modernes et textes regorgeant de fraîcheur forçant l’admiration jusque dans la création de la première chanson citadine aux airs légers et entraînants. Du temps où les valeurs artistiques doublées du génie de la composition avaient cours, des musiciens et auteurs de chansons, à l’instar de Mahboub Bati, sortaient du lot en osant innover avec des thématiques nouvelles. Ils distillaient avec un art avéré et une subtilité des sujets que la société d’alors jugeait comme tabous. Bien entendu, l’époque ne s’y prêtait guère puisque la plupart des chansons adoptaient des refrains pour la majorité patriotiques ne laissant presque pas de marge à la création, dans ce qu’elle revêt de singulier et d’esthétique. Mohamed Lamari, Belkacem Rouache et Madjid Lounès qui étaient les invités de ce forum s’exprimeront, se remémoreront en égrenant avec émotion des morceaux connus de chansons qui ont marqué des générations d’Algériens en évoquant les moments forts qu’ils ont vécus avec le compositeur et discuteront avec le public de la portée thématique d’une œuvre, qui selon Mohamed Lamari, comportait 2.300 titres produits par l’artiste durant sa longue carrière musicale, d’abord comme membre de l’orchestre national de la RTA, alors dirigé par Mustapha Skandrani, puis en tant que producteur et parolier indépendant enregistrant pour pratiquement tous les grands artistes algériens dans le studio de la rue Ahmed Zabana, ex-rue Hoche. La discussion sur la portée à la fois universelle et typiquement algérienne fut précédée par le visionnage d’un documentaire consacré à la mémoire de l’artiste disparu produit

Du temps où les valeurs artistiques, doublées du génie de la composition, avaient cours, des musiciens et auteurs de chansons, à l’instar de Mahboub Bati, sortaient du lot en osant innover avec des thématiques nouvelles. Ils distillaient avec un art avéré et une subtilité des sujets que la société d’alors jugeait comme tabous. Bien entendu, l’époque ne s’y prêtait guère puisque la plupart des chansons adoptaient des refrains, pour la majorité patriotiques, ne laissant presque pas de marge à la création, dans ce qu’elle revêt de singulier et d’esthétique.

Une pensée reconnaissante pour l’œuvre monumentale de l’artiste
HOMMAGE Au CéLèBRE COMpOSITEuR MAHBOuB BATI

Culture

17

Ph. T. Rouabah

D
moire et ses tripes à la recherche d’une nouvelle composition à succès dans tous les registres de la chanson algérienne avec ses différents rythmes, particulièrement le chaâbi qu’il affectionnait. Mahboub Bati allait à la rencontre des artistes de toutes les générations en leur composant des chansons inspirées de son propre vécu, tout en tentant à chaque fois de sortir des sentiers battus et se différencier avec cette liberté de créer selon ses idées propres, de ce qui était communément établi et conforme à l’ensemble. Bien au contraire, le compositeur qui avait ce don de l’improvisation et savait écrire des textes taillés sur mesure pour chaque artiste qu’il découvrait, avait une longueur d’avance sur les interprètes de son temps, alors que d’autres artistes comme lui désespéraient de ne pas connaître la gloire dans leur pays en demeurant des éternels incompris, lui avait choisi sa terre et sa ville dont il a su magnifier la beauté et tous les secrets et grâce à une conviction démesurée en ce qu’il faisait, son émergence en tant qu’artiste et musicien a pu gagner les faveurs d’un public de mélomanes avertis. Les intervenants ont à ce sujet déploré avec amertume que la reconnaissance du talent de ce compositeur, qui a voué sa vie à la chanson algérienne avec l’apport certain d’une modernité qui a su la faire évoluer, fut tardive et qu’une place, une rue ou encore un établissement ne porte pas aujourd’hui le nom de l’artiste disparu. Lynda Graba

« Dites-le aux présents, dites-le aux absents », Mahboub Bati, le père du chaâbi moderne, disparu il y a près de 13 ans, mérite qu’une rue ou une place porte son nom. A l’occasion de l’hommage que lui a consacré, hier, le Forum culturel d’El Moudjahid, Madjid Lounès a réitéré la revendication de millions d’Algériens mélomanes qui remonte à des années. Et d’aucuns diront que ce monument de la musique algérienne le mérite bien, même si l’histoire a déjà écrit en lettres d’or le nom de ce talentueux artiste sur le fronton du 5e art. Ce musicien, à part entière, faut-il le rappeler, était saxophoniste, clarinettiste, luthiste, guitariste, artisan luthier avait la main heureuse. Toutes les chansons qu’il a écrites et composées, ont connu un grand succès populaire. Contre vents et marrées, il a réussi à sortir des sentiers battus et a réussi à révolutionner le chaabi, en lui donnant une peau neuve sans toucher au cœur, et défier l’orthodoxie qui caractérisait ce genre musical très populaire, par une poignée de conserva-

« Dites-le aux présents, dites-le aux absents »
teurs. Anti-conformiste il l’était jusqu’au bout. Mais le génie de l’artiste réformiste, qui avait commencé son aventure musical en 1954, suscitait le respect. « Dites-le aux présents, dites-le aux absents », Mahboub Bati auteur compositeur prolifique a été derrière la carrière de grands chanteurs qui ont marqué leur époque à l’image des Guerrouabi, El Ankis ou Chaou Abdelkader. Les années 1970 seront les années Bati, qui connaîtra le summum de la gloire. Il réussira à réconcilier les jeunes avec leur identité. En un temps record, il pouvait « produire » une chanson qui réponde à tous les goûts. Des chansons comme El Barah, Allô, allô, Dites-le aux présents, dites-le aux absents ont bercé toute une génération. En un temps record, et avec peu de moyens, dans un petit studio, situé à la rue Hoche, actuellement Ahmed Zabana, il donnait libre court à son génie et sa créativité, toujours couronnés par un succès fou. Au point

par l’ENTV et diffusé par la chaîne de télévision Canal Algérie. On découvre dans ce film les images de Mahboub Bati, la soixantaine déjà bien entamée, qui s’exprime sur le processus même de la création de ses célèbres compositions interprétées par son chanteur fétiche El Hachemi Guerrouabi ainsi qu’une pléthore d’artistes de marque comme, El Anka, Boudjemaâ El Ankis, Saloua, Nora et bien d’autres. Mahboub Bati qui parle face à la caméra répond aux questions du journaliste en fumant une cigarette. Le spectateur est transporté dans un moment de nostalgie où il aperçoit le compositeur hors pair qui a su avec des titres phares comme Allô, Allô, El Barrah... pour ne citer que ceux-là, jouer de plusieurs instruments en compagnie de ses musiciens préférés au tour d’une table improvisée, donnant la cadence d’un rythme et marquant les différentes tonalités d’une mélodie. Le personnage transparait à l’écran avec la lumière qui traverse ses yeux sans cesse préoccupés par un air de musique qui turlupine son esprit, qui fouille dans sa mé-

e son vrai nom Safar Bati Mohamed El Mahboub, l’artiste qui fut un grand innovateur dans le domaine du chaâbi algérois, est né le 17 novembre 1919 dans la ville de Médéa. Il fut le plus célèbre auteur-compositeur et musicien algérien maniant avec dextérité plusieurs instruments de musique comme le mandole, les percussions, le violon, le banjo et la flûte. Issu d’un milieu familial modeste, il apprend, comme tous les Algériens de son époque, le texte coranique dans une école non loin de chez lui. Après seulement quelques mois, il décide en raison des conditions précaires dans lesquelles se trouve sa famille de travailler très tôt comme apprenti-coiffeur. Adolescent, il est profondément épris de musique et il s’oriente tout naturellement vers un musicien juif de sa ville natale pour apprendre le solfège avec une prédilection pour le jeu de la cornemuse. Puis, il part vers la capitale pour parfaire sa formation, il est doué d’une incroyable capacité d’auto-apprentissage et il ne tarde pas à être remarqué puis intégré en 1937 à la jeune troupe théâtrale de Bachtarzi. Il s’initie à la musique qui commence à l’inspirer auprès des grands maîtres du chaâbi et de l’andalou, tels que Hadj M’hamed El Anka, Hadj M’rizek, Khelifa Belkacem, Mohamed et Abderzak Fekhardji. Il joue alors de la clarinette dans l’orchestre moderne de la station d’Alger. Malgré certaines objections des conservateurs du genre chaâbi, il choisit d’écrire de nouveaux textes qu’il préfère aux compositions poétiques du melhoun. Il fait alors montre de son vrai talent en algérianisant le chaâbi et ne tarde pas à connaître le succès en donnant à ce genre sa dimension populaire. Grace à lui, le public algérien connaîtra les visages des nouvelles vedettes de la chanson à l’instar de Guerrouabi (El Barah), Boudjemaâ El Ankiss (Rah el ghali), Amar Ezahi (Mail Hadja), Amar El Achab (Nesthel el kiya), Chaou Abdelkader (Djah rabbi ya djirrani). Il quitte la scène artistique en 1986 après avoir fait un pèlerinage à La Mecque et s’éteint le 21 février 2000. L. G.

Un grand innovateur

BIOGRAPHIE EXPRESS

que les refrains de ses chansons sont fredonnés dans les tribunes des stades, à l’image de Aouah Yantia (oh toi). Qui de nous n’a pas chantonner Nesthal al kiya ana li bghit (je mérite cette peine, c’est moi qui l’ai voulue), ou encore Rah el ghali rah (il est parti l’être cher)…

Jeudi 20 Juin 2013

« Dites-le aux présents, dites-le aux absents », l’âme de Mahboub Bati — le plus grand mélodiste algérien de tous les temps, qui nous a quittés en l’an 2000 — planait, hier, au centre de presse d’El Moudjahid. La diffusion de la projection de 55 minutes a montré l’homme aux compositions éternelles qui continueront à bercer d’autres générations, qui pourront découvrir la richesse de notre terroir et savourer des paroles qui trouvent leur place dans toutes les époques. C’est là tout le génie de cet artiste visionnaire qui a fait du renouveau sa raison d’être. Nora Chergui

24
Mots CROISÉS
Nº 3440
5 6
I II III IV V VI VII VIII IX X

Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3440
ENLÈVE TOUT SOUPÇON —————————————— PALAIS DE FEMMES —————————————— BRUIT DE L’EFFORT
ETHNIE D’ AFRIQUE ——————————— QUI FAIT UNE VALEUR ———————————— DE LA VOIX
EN ABSCENCE ——————————— LÀ COMPRIS ——————————— PÈRE DE LA PELLICULE

EL MOUDJAHID

1

2

3

4

7

8

9

10

MONTRE SA JOIE ——————————— POUDRE DE BÉBÉ ——————————— EN CAME

PÂLE ET MAIGRE ——————————— VIDE ABSOLU ——————————— PLANTES LAXATIVES

I-Action de fixer les bornes II-Palmier des régions chaudes d’AsieFamilièrement : grande paresse. III-Procéder à une élimination totale. IV-Unité élémentaire d’information-Assemblage de deux bouts de bois.V-CannebergeDébut d’aération.VI-Mouvement brusque de détente-Lettre grecque. VII-Pousser à la décrépitude. VIII- Bout ou membre inférieur-Brique rudimentaire sèchée au soleil. IX-Arbre-Raccompagner. X-D’une manière hypocrite. 1-Petite ville près d’Alger-Familièrement:Appendice nasal. 2-PartiraitOrganisation internatioinale sportive. 3-Habit acceptable.4-Pas ailleurs-Organes d’amour.5-Bien ouvert-Un champion.6-Plante des marais-Évènement tragique . 7-Maisons-De même. 8-Originaire de -Recommande avec insistance.9-Aurai la hardiesse-Fils arabe. 10-Dieu grec de la mer- père des néréides-Utile donc.

HORIZONTALEMENT

Définitions
AMICALE —————————— CLOT —————————— UNE BONNE ÉPAULE

POINT GAGNANT —————————— QUI QUALIFIE —————————— DIEU DU VENT

FORME ARCHITECTURALE ——————————————— REMISE EN TRAIN ———————————— AUSSI CE

VERTICALEMENT

DIT SÉPIA ————————————— DIEU SUPRÊME ———————————— REPRÉSENTER

TRAVAILLE EN FORÊT ———————————— UN HOMME

EN PERMISSION ——————————— LU SUR UNE TOMBE ——————————— EN CAUSE

PASSEÉ À LA VAPEUR ————————————— MAL CONSIDÉRER ————————————— GRECQUE

SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2 3 4 5 6 7 8 10 9
1 2 3 4 5 6 7 8
L

9 10
N

REJETA ——————————— SANS VIE ——————————— TITRE ANGLAIS

R

A

A

B

A

R

I

M

A
P F
I

T

I

T

T

E

C
I

I

T B

A

A
B

F
F I

E

L

O
U S
E

C

A
N
T

E

O

C

O
I

T

N

T

D

S

U

S

S

I

O
E

S

R

A

U

R

A
S

M E

A

D

I

M

E

O

R

P

A
I

R

R

E

3. Trégorois

Grille

Nº 3440

Mot CACHÉ
T H A R P O N N E R B A R T N O R M A L I E M A N G E T O U T P O L T E A R M A D B L T

E

E

11.Immolation 13.Calandrage 16. Rafraîchir 17. Bassinoire 19. Ionisation 21. Guyanais 12 . Vasculaire

6. Décrocher

34. Graissage 35. Faciliter

33. Hydracide

15 . Corselet

20 .Vouterait

O T A G E U T I
I
L I

N
E

N

E

B

R

E

S

36 . Fourrures 37.Polycopie 39.Visiteur 38 . Dévoiler

22 .Autoneige 23 . Compléter 24 . Professer 25 . Benthique

R G A S C O G N E L E R A D G O M A A L V O U T E R A R M S S I I L A A U T O N E

A N C E

L E D E

E

14. Claquement

I

V C C E C O R S

E L E
I
I

T

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2 3 4 5 6 7 8 10 9
L

1

N

A

I

B

A

2

O

V

3

E
I

4

5

T

E

A
T

E

C

R
T

H
N

6

A

S

L

N

I

A

M
I

A

M

A

O

E

A

C

N

E

L

N R

R

M

C

E

S
I

H

C

R

A

7

8

R

L

E

E

9

10
M
E

18 .Orfèvrerie

41. Demi-place 29 . Vertèbres 42 . Omettront 7.Gascogne 43.Entretenu 8. Radiance 30 .Tourbière

40. Retombées 27 . Sexologie

O O C A Q C O M P L E T E C T A R M S E X O L O G F F N R E

G E E I

T G A A R O O

C R B O
S S I E

O N C

I

R

A L D E B E N T H I
I

L U N U P R O F E

S I

Q U E R
I

S

R Y R E N E L I S

U F
I

F N C

R A A

E

E

C

N A I

C

N
E

A

V

U

T

E

E

S

26. Chiffonne 31. Pastoral 32 .Visagiste

1. Harponner 4 . Normalité 2 . Barbotage

H

28. Dynamiste

O R G N T O U R B E T
S I I G A S S

A E V E R T E B R E

E A C O E T D

N R A R I R I

V

S I

I

H E

E
P

T
M

S

I

T

H
E

C S

H

I

R

E

SOLUTION PRÉCÉDENTE: TARIFICATION

Canal Algérie
•08h00 : Bonjour d'Algérie ''direct'' •09h30 : Dar Da Meziane II (14) rediff •10h00 : Azhar oua hikayet (12) •10h30 : Bouhairet e'chabout (27) •11h00 : Culture club ''rediff'' •12h00 : Journal en français+météo •12h25 : Oua yabqa el hob (70) •13h40 : Rahalat bahria (05) •14h35 : Nour ayni (01) •15h20 : Lé zimmigri •17h00 : Tarikh oua hadhara (15) •17h20 : takder tarbah n°165 •18h00 : Journal en Amazigh •18h20 : Dar Da Meziane II (15) •18h45 : 50 ans, 50 femmes •19h00 : Journal en français+météo •19h30 : Khenchela •20h00 : Journal en Arabe •20h45 : Kindy •22h20 : Global food ''sandwitch'' •23h05 : Festival de la musique andalouse •00h00 : Journal en Arabe

JEUDI

Sélection KINDY

Télévision
20h45 18h20

TRANSMISION EN TEMPS RÉEL

10.Pollution 5. Armadille

9. Mangetout

N E E T R P A S T O R A S E R U R R U O F E
I
A R G R E T I V E D

I

S I L P

I

H I

O E G A S N R E L

C A R D Y H M O C Y L O P E L

R E I

R

E N A

O N F
I

Y

T N O R T T E M O U N E

S E E B M O T E R E C A

O V E D T U R U

I

P

C A S I

T

I

T E R T N E E

I M E D E

V T

S

DAR DA MEZIANE

Canal Algérie
•09h00 : Bonjour d'Algérie (week-end)'' •10h30 : Bouhairet e'chabout (28) •11h00 : Parlons-en ''rediff'' •12h00 : Journal en français+météo •12h25 : Massadjid oua tarikh (10) •13h20 : Prière du vendredi (direct) •13h45: Association founoun El Djazair Alger •14h00 : Réflexions •15h00 : Les vacances de l'apprenti •16h20 : Tarikh oua hadhara (16) •16h45 : Kayfa souni'ate (19) •17h10 : Takder tarbah n°166 •18h00 : Journal en Amazigh •18h20 : Dar Da Meziane II (16) •18h45 : Martyrs de la guillotine •19h00 : Journal en français+météo •19h30 : Canal azur •20h00 : Journal en Arabe •20h45 : Travelling •21h20 : Des combrioleurs au grand coeur •22h35 : Ala athar el djirah (04) •23h30 : Latifa Ben Akouche •00h30 : Journal en Arabe

Vendredi

Film algérien réalisé par : Ameur Behloul Avec : Sid Ahmed Agoumi, Hassan Benzerari et Amel Himeur. Le film relate les péripéties d’une enquête policière sur un crime « mystérieux » commis à Jijel. Le commissaire Kindy, dépêché d’Alger et aidé par la police locale, est chargé de mener à bien l’investigation. Natif de Jijel mais l’ayant quitté très jeune, le commissaire s’aperçoit que la ville est désormais scindée en deux clans rivaux, avec une sorte de parrain à la tête de chacun : Si Achour et Si Ramdhan.

Jeudi 20 Juin 2013

Réalisé par Mahfoud Okkacha. Avec : Arezki Siouani, Feroudja, Idir, Mokrane,Razeka Ferhan.et la regrettée Salima Labidi Le fils de Da Meziane s'est marié avec une française Monica et décide de l'amener en Kabylie. Mais cette dernière est plus âgée que lui ce qui n'est pas du goût de sa famille. Monica apprend à vivre en Algérie après que son mari décide finalement de la laisser chez ses parents et de rentrer en France.

30

L

e premier contingent de la délégation sportive algérienne est arrivé, hier tôt dans la matinée (2h00), à Mersin (sud-est de la Turquie), pour prendre part à la 17e édition des jeux Méditerranéens 2013 (20-30 juin). Ce premier contingent, conduit par le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, et le directeur général des sports au ministère de la Jeunesse et des Sports, Mokhtar Boudina, est arrivé à l’aéroport international d’Adana, avant de prendre la route (80 km) vers la ville

Arrivée du premier contingent de la délégation algérienne

Sports

EL MOUDJAHID

“Notre souhait est de monter sur le podium”

JUDO SALIM BOUTEBCHA (DTN) :

L VOLLEY-BA

L

e directeur technique national (DTN) de la Fédération algérienne de judo (FAJ), Salim Boutebcha, a prédit un niveau "très relevé" lors des jeux Méditerranéens (20-30 juin 2013) à Mersin (Turquie), soulignant que monter sur le podium serait déjà une "belle performance" pour les judokas algériens. "Les judokas du bassin méditerranéen sont réputés pour leur niveau confirmé. Pour nous, monter sur un podium sera une bonne performance, surtout que l'équipe a été renouvelée à hauteur de 70%", a déclaré Boutebcha à l'APS. L'Algérie prendra part aux JM-2013 avec 14 athlètes dont 7 dames : une sélection dont la moyenne d'âge serait de 22 ans. Les judokas algériens ont récolté cinq médailles de bronze lors de l'édition 2009 à Pescara (Italie). "Nous sommes en début du cycle olympique et la majorité des équipes ont renouvelé leurs effectifs, alors nous ne sommes pas en mesure de connaître les forces en présence. Pour cela, avancer un pronostic de médailles n'est pas une chose logique", a expliqué le DTN. "Si nous arriverons à placer un judoka en finale, chose que nous n'avons pas réussi à Pescara, nous serons très satisfaits", a-t-il ajouté. Appelé à donner un pronostic sur les judokas sur lesquels la Direction technique nationale mise pour gagner des médailles, Boutebcha a affirmé que le facteur expérience sera déterminant. "Nous nous attendons à des satisfactions de la part de Djazia Haddad, Ouallal Kaoutar, Sonia Assellah chez les dames. Chez les messieurs, j'espère que l'expérience de Ilyes Saker et Abderrahmane Benamadi les aidera un réussir un bon tournoi", a-t-il souhaité, assurant que "Ouallal a même les capacités de gagner une médaille olympique en 2016 à Rio, à condition de persévérer dans le travail". Concernant la préparation pour le rendez-vous méditerranéen de Mersin, Boutebcha, qui est également l'entraîneur de la sélection féminine, a indiqué que le staff technique effectue les derniers réglages. "Le plus important de la préparation a été achevé. Maintenant nous sommes en stage à Staoueli (ouest d'Alger) pour parfaire les aspects techniques, tactiques et psychologiques", a conclu Boutebcha.

L

La sélection nationale algérienne de volley-ball (messieurs) prépare activement le rendez-vous méditerranéen de Mersin en Turquie (20-30 juin), avec "l'ambition de réaliser le meilleur parcours possible", a affirmé le directeur technique national (DTN), de la Fédération algérienne de volley-ball (FAVB), Lyamine Benseghir. "Nous allons à Mersin pour réaliser le meilleur résultat possible. La tâche est difficile devant des adversaires de haut niveau, dont l'Italie, la Tunisie et la Macédoine", a indiqué à l'APS M. Benseghir.

Lyamine Benseghir (DTN) : “Une étape préparatoire pour la CAN-2013”
"Le match face aux Tunisiens, champions d'Afrique en titre, est un derby à caractère maghrébin, alors que le rendez-vous devant l'Italie sera difficile d'autant qu'il s'agit d'une nation qui occupe le devant de la scène mondiale", a ajouté le DTN, estimant que les JM2013 constituent une étape préparatoire pour la CAN-2013, prévue en septembre prochain au Maroc. Depuis l'installation du nouveau coach national, Mourad Sennoun à la tête de la barre technique des Verts en août dernier, en remplacement de l'ancien entraîneur natio-

L

MESSIEURS

de Mersin, qui abritera la majorité des épreuves de cette compétition méditerranéenne. Le départ du premier groupe de la délégation sportive algérienne, composée de 132 athlètes représentant 13 disciplines, avait été retardé d’une heure et demie pour des raisons liées aux retards causés par quelques athlètes. Le deuxième contingent de la délégation algérienne rejoindra la ville de Mersin le 24 juin avec la présence des athlètes de trois disciplines : karaté, boules et athlétisme.

CHAMPIONNAT DU MONDE 2013 /U-20 (FILLES) :

Le tournoi d'haltérophilie des jeux Méditerranéens-2013, prévus du 20 au 30 juin dans la ville turque de Mersin, constitue une occasion pour les jeunes athlètes algériens d'améliorer leurs résultats et se frotter à l'élite mondiale qui sera présente au rendezvous, a indiqué le directeur technique national (DTN), Zaïdi Yahia. "Par notre participation à Mersin, nous voulons que nos jeunes haltérophiles gagnent en expérience, d'autant plus que la compétition sera d'un haut niveau en présence de l'élite mondiale, à l'image de la Turquie, de la Grèce et de l'Egypte", a déclaré Zaïdi Yahia à l'APS.

HALTÉROPH

ILIE

En effet, avec la participation d'haltérophiles de cette dimension, la mission des Algériens sera plus que difficile pour se frayer un chemin jusqu'à une place sur le podium et faire ainsi mieux qu'en 2009 à Pescara (Italie) où ils sont revenus bredouilles. Malgré ses prestations encourageantes aux championnats arabes à Doha du 26 mai au 2 juin (toutes catégories, messieurs et dames) où elle a récolté un total de 63 médailles dont 21 en or, l'Algérie reste encore loin de former un athlète de la trempe d'Abdelmouneim Yahiaoui, qui a toujours été présent sur le podium des jeux Méditerranéens

“Une occasion de se frotter à l'élite mondiale”
d'Athènes (1991), Languedoc-Roussillon (1993) et Bari (1997). Vu la difficulté de la mission de l'équipe nationale à Mersin, la Fédération algérienne (FAH), conduite par son nouveau président Aziz Brahimi, a décidé d'envoyer des haltérophiles juniors pour améliorer leurs résultats et surtout s'aguerrir en prévision des prochaines échéances car, selon Zaïdi Yahia, l'instance fédérale a élaboré un programme à long terme visant les jeux Olympiques 2016 et 2020. D'ailleurs, les trois athlètes qui seront présents à Mersin, à savoir Abdelkader Oua-

a sélection algérienne de volley-ball des juniors-filles (U20) affrontera demain à Brno (République tchèque) son homologue d’Egypte, en match d’ouverture de la 17e édition du Mondial-2013 de la catégorie à laquelle participent 20 pays, représentant les cinq continents. Faisant partie du groupe D, dans lequel figurent l’Italie, championne du monde en titre, la Turquie, l’une des meilleures nations mondiales de la discipline, l’Egypte et le Nigeria, les jeunes Algériennes, qui en seront à leur 4e mondial après les éditions de 1993, 2001 et 2003, iront dans cette deuxième ville de la République tchèque avec l’ambition de passer au second tour, dans la mesure où une seule victoire leur donnerait l’opportunité de côtoyer les 16 nations appelées à animer les 8es de finale. Ce vendredi, les camarades de Nawel Hammouche débuteront la compétition face à l’Egypte, championne d’Afrique en titre, sacrée en mars dernier au Caire, lors du Championnat d’Afrique aux dépens de l’Algérie et du Nigeria. D’ailleurs, le rendezvous tchèque sera en quelque sorte la "répétition" du rendez-vous africain de mars dernier qui avait vu la seule présence de ces trois pays africains, et que le hasard a placés dans un seul groupe (D). Deux d’entre eux sont quasi assurés de jouer le 2e tour, en compagnie des Italiennes et Turques, large-

L’Algérie dans le bain dès demain

nal, Kamel Imloul, plusieurs regroupements ont été organisés en Algérie, à Staoueli (septembre 2012), Bousmaïl (janvier 2013) et à l'étranger à Norcia (Italie) en février 2013, et enfin du 4 au 15 juin en Pologne. Outre les compétitions nationales auxquelles ont pris part les internationaux locaux, ceux du NRBB Arréridj ont eu l'occasion de prendre part au championnat d'Afrique des clubs disputé en mars dernier en Libye, ce qui leur a permis d'avoir un maximum de compétitions dans les jambes.

ZAïDI YAHIA (DTN) :

ment favorites pour le sacre final. Pour l’entraîneur national, Imeddine Saidani, largement satisfait du tirage au sort, les chances sont grandes pour passer aux 8es de finale, et figurer parmi les meilleurs. "Le tirage au sort nous a été clément en nous offrant deux équipes qu’on connait assez bien, pour les avoir affrontées en mars dernier à Abuja (Nigeria), lors de la CAN-U20. D’ailleurs, nous avons réussi à battre le Nigeria chez lui (3-1)", a-t-il déclaré à l’APS lors de l’ultime stage organisé à Alger, avant le départ pour Brno. Un mini-stage de trois jours a été organisé à Alger, à l’intention de 12 joueuses, afin de procéder aux dernières retouches d’usage avant le jour J. Ces joueuses ont dans leur ensemble pris part au dernier rendez-vous africain d’Abuja, ce qui permet au staff technique de bénéficier de

la stabilité nécessaire à ce niveau de la compétition, en dépit de la période d’examens scolaires pour de nombreux éléments à la veille de cet important rendez-vous universel. Un autre avantage pour cette sélection, la présence d’une majorité de joueuses de la ville de Béjaïa (10 sur 12) dont 5 du NCB, principal fournisseur des sélections nationales des jeunes catégories. Heureusement pour les Bayou, Ayadi, Belhocine, Achour et autres Dali, elles ont la chance d’avoir un calendrier favorable, car après l’Egypte, elles seront exemptes (samedi) pour préparer à l’aise le match du Nigeria (dimanche). Les deux dernières sorties du six algérien seront contre les intouchables, l’Italie, sacrée détentrice du titre mondial en 2011, et la Turquie, un ténor du volley-ball féminin mondial. "Contre l’Italie et la Turquie, nous tâcherons de faire de notre mieux devant des équipes qui ne sont plus à présenter, et qui nous sont largement supérieures", a conclu M. Saidani qui nourrit secrètement l’espoir de terminer derrière ces deux ténors, pour peu qu’il gagne ses deux premiers matches. Pour le 2e tour (8es de finale), les équipes du groupe D auront à affronter celles du groupe C, composé du Brésil, sextuple champion du monde de la catégorie, de la Russie (2 titres), de la Bulgarie, du Mexique et des Etats-Unis.

zene, Hossein Ferdjellah et Walid Bidani, ont une grosse marge de progression et se sont distingués au Qatar dans la catégorie des juniors en récoltant à eux trois 6 médailles d'or, 6 argent et 3 bronze. Pour bien préparer le rendez-vous de Mersin, la sélection algérienne, sous la houlette de l'entraîneur Abdelmouneim Yahiaoui, est en stage permanent depuis mars dernier à Chéraga (Alger) dans le cadre du programme établi par la Direction technique nationale (DTN) conjointement avec l'ancien bureau, ajoute-t-on de même source.

Jeudi 20 Juin 2013

EL MOUDJAHID

L

L

e mois de juin a porté bonheur à la sélection nationale dirigée d’une main de maître par Vahid Halilhodzic. En effet, le sélectionneur national et ses poulains ont réussi leur pari de faire le plein lors de leurs deux périlleux déplacements consécutifs face respectivement au Bénin et au Rwanda, en remportant deux importantes victoires, qui ont permis aux Verts d’arracher brillamment leur qualification aux play-offs, aidés en cela par les deux faux pas inattendus enregistrés par son principal rival à la qualification et favori du groupe H, le Mali. En effet, les données paraissaient lui être a priori favorables, puisque tout le monde s’attendait à le voir faire le plein chez lui devant son public, face à des équipes qui étaient déjà hors course avant de se présenter au stade olympique de Bamako. Hélas pour les camarades de Diabaté et tant mieux pour Bougherra et les siens, rien n’a marché pour eux. Ce fut un véritable fiasco. Ils concédèrent contre toute attente deux matches nuls, pendant que l’Algérie faisait le plein. Cette belle qualification au dernier tour de la sélection nationale permet au peuple algérien, dont l’attachement à son équipe nationale n’est plus à démontrer, d’espérer vivre de grands moments avec l’éventuelle qualification des Fennecs du désert au Mondial-2014 brésilien dont tout le monde rêve en Algérie. Le tirage des play-offs, qui sera effec-

Le Mondial-2014 fait rêver toute l’Algérie

E Q U I P E

Sports

N A T I O N A L E
en sorte d’être à chaque fois présent aux grands rendez-vous planétaires du football demeurent l’un des principaux leitmotis des actuels dirigeants du football algérien. Il faut dire que le Mondial-2014 brésilien fait rêver toute l’Algérie quand on sait que le pays de la samba, qui a vu naître le grand Pelé, respire football, l’on s’attend à une Coupe du monde de haut niveau où le spectacle sera garanti avec la présence des plus grosses cylindrées du football mondial. Le public algérien passionné de foot veut voir son équipe nationale parmi les grands. Il veut vibrer sous les coups de boutoir des Slimani, Taider, Brahimi, Feghouli and Co. L’EN est aux portes de Rio… il ne reste qu’un pas à franchir pour y parvenir, le pas le plus difficile. Halilhodzic et ses troupes tiennent à aller en Coupe du monde, ils ne lésineront sur aucun moyen pour réaliser cet objectif qui fait rêver tous les Algériens. Ils en sont capables, faisons-leur confiance, même si l’on sait que cela ne sera pas une mince affaire… Mohamed-Amine Azzouz

31

es athlètes algériens, marocains et français ont dominé les épreuves du Meeting international d’athlétisme d’Alger disputé mardi soir au stade annexe du complexe Mohamed-Boudiaf, qui a été crédité d’un niveau «très moyen», selon les techniciens présents. Les Algériens ont remporté les épreuves du 1500 m (dames), le 3000 m steeple (messieurs), le 200 m (dames) et le 400 m haies (messieurs). Bouali Souheir a gagné la course du 200 m en 23.26, suivie de la Marocaine Grioui (24.80) et d’une autre Algérienne, Louahla Souheir (24.98). Bettiche Amina a fait de même en terminant la course du 1500 m en tête avec un temps de 4.20.26, devant la Tunisienne Jerfel Hallouma (4.25.12) et Sifi Nabila (Algérie). Pour sa part, le champion arabe algérien Abdelmadjed Touil (3000 m steeple) a surclassé ses concurrents en parcourant la distance de la course en 8.23.58,

Domination des athlètes algériens, marocains et français

MEETING INTERNATIONAL D’ALGER D’ATHLÉTISME

tué le 16 septembre prochain dévoilera le prochain adversaire de l’EN qui fera partie du chapeau 1 où figurent le Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Ghana en cas de qualification, que les Verts éviteront donc. Ce qui est une bonne chose. Les spéculations vont bon train quant au futur adversaire de l’EN, surtout qu’il y a éventualité de voir un come-back Egypte-Algérie, que franchement tout le monde aimerait éviter que ce soit du côté algérien ou égyptien. Certains appréhendent aussi des adversaires comme le Cameroun, la Tunisie ou autres. Mais ce qu’il y a lieu de préciser, c’est que l’Algérie n’est pas n’importe quel adversaire et les autres sélections aussi nous craignent et espèrent ne pas croiser notre chemin. L’Algérie a un standing et une équipe redoutable avec

des joueurs de qualité capables de mettre à genoux n’importe quel adversaire, quel que soit son standing. Les Verts savent se transcender lors des rendez-vous importants. Ils l’ont déjà prouvé. Ils ont la chance de réaliser un joli coup qui marquera l’histoire du football algérien en se qualifiant pour la seconde fois consécutive à une Coupe du monde comme l’avait fait avant la génération dorée de l’EN du temps des Madjer, Belloumi, Guendouz et autres. Maintenir l’EN à ce niveau et faire

La sélection nationale A’ de football, composée de joueurs locaux, qui a déclaré forfait pour les qualifications au Championnat d’Afrique des nations CHAN 2014, devrait reprendre du service au mois de septembre, avec un stage en vue d’une éventuelle participation en Championnat arabe des nations, prévu en novembre prochain en Arabie saoudite, a-t-on appris hier auprès de la Fédération algérienne de football (FAF). Le sélectionneur national des A’, Toufik Kourichi, devrait diriger le stage de septembre prochain, d’autant que la FAF aurait l’intention de le maintenir à son poste en vue du rendez-vous arabe, selon la même source.

EN A’: reprise des stages du Championnat arabe des nations

Djamel Haïmoudi, meilleur arbitre africain du moment, dirigera la rencontre du Groupe B de la Coupe des Confédérations 2013 entre l’Espagne et Tahiti. Le coup d’envoi de la rencontre est prévu pour demain à 20h00 (heure algérienne) au mythique stade Maracana de Rio de Janeiro (Brésil).

Djamel Haimoudi pour officier Espagne-Tahiti

«Nous espérons avoir Belfodil»

MASSIMO MORATTI, PRÉSIDENT DE L’INTER MILAN :

suivi du Kényan Kipterege Elijah (8.26.43) et de Bouchicha Hicham (Algérie). Dans la course du 400 m haies (messieurs), l’Algérien Miloud Rahmani a réalisé 50.79, exactement le même chrono que celui réussi lors du meeting de Dakar mercredi dernier. «Il tentera d’atteindre les minima du championnat du monde de Moscou (A : 49.40 / B : 49.60) dans une compétition plus relevée», a souhaité son entraîneur. Le dernier mot est re-

venu aux athlètes marocains dans les courses du demi-fond messieurs, à savoir le 800 m, le 1500 m ainsi que le 5000 m. De leur côté, les athlètes français ont dominé les courses du sprint en remportant le 110 m haies, le 400 m (messieurs) et également le concours du triple saut (dames). «Comme il fallait s’y attendre, le niveau du meeting n’a pas été relevé. La date de cette compétition n’a pas été favorable pour motiver les meilleurs athlètes à venir. Le week-end prochain, il y aura les Championnats d’Europe des nations et juste après les jeux Méditerranéens de Mersin en Turquie. Cela explique, en partie, les performances modestes réalisées», a déclaré à l’APS le célèbre manager italien, Enrico Dionisi. Le champion olympique algérien du 1500 m, Taoufik Makhloufi, qui a fait l’impasse sur ce rendez-vous, vu qu’il ne s’est pas complètement rétabli de son état grippal, était quand même présent à Alger pour assister à la compétition et participer à des actions caritatives au profit des enfants malades organisées en marge du meeting.

100 m haies dames : 1-Caravelli Marzia (Italie) 13.06 2-Decaux Amoin Alice (France) 13.15 3-Okari Makendengue Reina (France) 13.22

RÉSULTATS TECHNIQUES DE LA COMPÉTITION
800 m messieurs : 1-El Kaam Fouad (Maroc) 1.48.10 2-Hathat Yacine (Algérie) 1.48.39 3-Luis Alberto Marco (Espagne) 1.48.39

3- Bouchicha Hicham (Algérie) 8.26.93 Triple saut dames : 1- Marie Nely Nathalie (France) 14.07 2. Rahouli Baya (Algérie) 13.91 3- Gumeniuk Irina (Russie) 13.90

110 m haies messieurs : 1- Martinot Lagarde Pascal (France) 13.51 2- Martinot Lagarde Thomas (France) 13.58 3- Jhon Alex (Allemagne) 13.61 200 M dames : 1-Bouali Souheir (Algérie) 23.26 2-Grioui Hassena (Maroc) 24.80 3-Louahla Souheir (Algérie) 24.98

400 m messieurs : 1- Coulibaly Toumany (France) 46.70 2- Bouhedda Sofiane (Algérie) 47.09 3- Luke Lenon Ford (Grande Bretagne) 47.29 400 m haies messieurs : 1-Rahmani Miloud (Algérie) 50.79 2-Antmanis Vladimir (Russie) 50.94 3-Lahoulou Abdelmalik (Algérie) 51.56

1500 m dames : 1-Bettiche Amina (Algérie) 4.20.26 2-Jerfel Hallouma (Tunisie) 4.25.12 3-Sifi Nabila (Algérie) 4.25.76 1500 m messieurs : 1- Moustaoui Mohamed (Maroc) 3.37.32 2- Lafi Samy (Algérie) 3.37.45 3- Zebene Alemayehu Bekele (Ethiopie) 3.38.07

Le président de l’Inter Milan (Série A italienne de football), Massimo Moratti, a affiché son intérêt pour les services de l’attaquant algérien du FC Parme Ishak Belfodil, souhaitant conclure la transaction dans les plus brefs délais. «Belfodil est un joueur qui nous intéresse au plus haut point. Nous sommes au stade des négociations avec Parme, et j’espère que nous tomberons d’accord sur ce transfert», a affirmé à le premier responsable du club intériste aux médias locaux. Belfodil (21 ans) avait rejoint Parme la saison dernière en provenance de Bologne, pour un contrat de quatre ans. L’excellente saison réalisée par Belfodil avec le club parmesan, avec à la clé 8 buts (34 matchs), a fini par attirer la convoitise de certaines formations à l’image de la Juventus, et récemment de l’Inter Milan, dirigé par Walter Mazzari, qui avait succédé à Andrea Stramaccioni. «Belfodil a le profil que nous recherchons. C’est un joueur que j’avais toujours comparé à Karim Benzema, ils ont le même style de jeu. J’espère qu’il sera parmi nous en vue de la saison prochaine», a souligné Moratti.

Triple saut messieurs : 1- Mamba Schilick (Cameroun) 16.38 2- Bafuanga Saku (France) 16.38 3- Silva Jhonatan (Brésil) 16.27

5000 m messieurs : 1- Bouqantar Sofiane (Maroc) 13.25.00 2- Elroy Sirenventhul Leechalton (Afrique du Sud) 13.25.70 3- Bellani Hicham (Maroc) 13.26.31 3000 m steeple : 1- Touil Madjed (Algérie) 8.23.58 2- Kipterege Elijah (Kenya) 8.26.28

Lancer du marteau dames : 1-Perie Bianca (Roumanie) 69.07 2-Anderson Tracey Anna (Suède) 67.20 3-Guehaseim Jessika (France) 65.57

Lancer du disque messieurs : 1- Kirchler Hannes (Italie) 60.41 2- Vonavka Tomas (République Tchéque) 57.48 3- Vaisjuns Oskars (Lituanie) 56.93

Jeudi 20 Juin 2013

L’équipe du commandement de la 2e Région militaire a remporté la supercoupe d’Algérie militaire de football en battant la 3e Région militaire sur le score de (1-0-) en finale disputée mardi dernier au Centre de regroupement et de préparation des équipes sportives militaires (CREPESM) de Ben Aknoun (Alger). L’unique but de la rencontre a été inscrit par Abdelaziz Zaidi (80’).

Victoire de la 2e Région militaire

SUPERCOUPE D’ALGÉRIE MILITAIRE DE FOOTBALL :

Pétrole Le Brent à 104,78 dollars

Monaie L'euro à 1,340

deux MiNistres sur le cHaNtier d’exteNsioN du Métro d’alGer taFouraH – Place des Martyrs

A

l’issue de cette visite, le ministre des transports, qui a exprimé sa satisfaction quant à l’avancement des travaux, a indiqué que la réception du projet aura lieu au premier semestre, soulignant que le creusement sera achevé en septembre 2013 et le bétonnage en décembre 2013. l’année 2014 sera consacrée, quant à elle, à la pose des rails et à la mise en place du système intégral électromécanique. le projet est qualifié de « prouesse scientifique et technique » par la ministre de la culture, Mme Khalida toumi. Plus explicite, elle dira que la station Place des Martyrs, initialement prévue en surface, sera non seulement une station souterraine de 35 mètres de profondeur, mais également une station-musée. Poursuivant ses explications, la ministre notera que l’enjeu était, en fait, de trouver la solution technique et scientifique adéquate à même d’empêcher la  destruction du riche patrimoine national remontant à 20 siècles, et la solution était de creuser 35 mètres. « comme les vestiges sont à 7 mètres et que l’on descend à 35 mètres, on ne met pas en danger ces vestiges. cela demande beaucoup de travail, beaucoup d’argent et des solutions techniques appropriées », a affirmé la ministre. Faut-il le rappeler, le ministère de la culture et le ministère des transports ont convenu que les travaux de réalisation du métro d’alger, au niveau de cette extension, soient adaptés à la

M. Amar Tou, ministre des Transports, et Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, ont effectué hier après-midi une visite de travail et d’inspection sur le chantier de l’extension du métro d’Alger Tafourah-Place des Martyrs.

Le tronçon sera réceptionné au premier semestre 2015 

D E R N I E R E S

accord eNtre le GouverNeMeNt MalieN, le MNla et le Hcua
l’algérie a salué hier l’adoption de l’accord intérimaire intervenu, mardi dernier, entre le gouvernement malien, d’une part, le Mouvement national de libération d’azawad (MNla) et le Haut commissariat de l’unité d’azawad (Hcua), d’autre part. «en tant que pays facilitateur, nous exprimons notre satisfaction de voir cet accord consacrer la volonté des parties à trouver une solution politique, juste et durable, à la crise du nord du Mali, par la voie du dialogue et de la négociation, rejoignant ainsi l’approche que nous avions préconisée», a indiqué dans une déclaration à l’aPs le porte-parole du ministère des affaires étrangères, amar Belani. «cette étape substantielle, franchie, mardi, à ouagadougou, ouvre la voie d’un dialogue politique inclusif qui, nous l’espérons, contribuera à l’avènement d’une paix globale et définitive, fondée sur la réconciliation nationale, la préservation de l’unité et l’intégrité territoriale du Mali et la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée», a poursuivi M. Belani. il a également fait savoir que l’algérie était déterminée à accompagner les Maliens dans leurs efforts visant la restauration de la paix et la sécurité sur toute l’étendue du Mali, ainsi que la consolidation des bases nécessaires à un développement intégré, notamment dans les régions nord du Mali. l’accord a été signé, mardi à ouagadougou, par le ministre malien de l’administration territoriale, le colonel Moussa sinko coulibaly, et par Bilal ag achérif et algabass ag intalla au nom des deux groupes touaregs (le MNla et le Hcua). l’accord qui prévoit, notamment, le retour de l’armée à Kidal en prévision de la présidentielle du 28 juillet, a été perçu par de nombreux responsables maliens comme un «pas important» pour le Mali qui a connu une grave crise, en 2012, marquée par le coup d’etat contre le président amadou toumani touré et la prise du Nord par des groupes terroristes.

L’Algérie exprime sa satisfaction

Ph : Billal

A

l'occasion de la célébration du 57e anniversaire de la mort d'ahmed Zabana, la wilaya de Mascara et l'organisation nationale des moudjahidine ont tenu à rendre un vibrant hommage à celui qui fut guillotiné pour l'amour de la patrie. un riche programme a été concocté pour la circonstance, en ce jour du 19 juin. les moudjahidine se sont dirigés vers le lieu de cérémonie pour la lecture de la Fatiha, l’écoute de l’hymne national et le dépôt d'une gerbe de fleurs au niveau du carré des martyrs de la ville de Zahana, ville natale d’ahmed Zabana. ces festivités marquant cette journée historique se sont poursuivies par la baptisation de plusieurs cités d’habitation aux noms des martyrs de la région et l’inauguration d’une école primaire de type B1 à Zahana, suivie d’une course de la cavalerie et de la fantasia locale. une exposition de photos historiques, de métiers artisanaux et de livres a été organisée au milieu de la place publique de la ville. les visiteurs et les invités venus des quatre coins de la région de Béni chougrane ont assisté à la projection, par le ciné bus, du film révolutionnaire retraçant le parcours du chahid ahmed Zabana. une opération de don de sang a eu lieu également pas loin du domicile du martyr, héros de la nation. au programme des conférences on note la tenue d'une journée d'étude sur l'itinéraire révolutionnaire du martyr au cours de laquelle le conférencier a mis en exergue tout ce qui a trait à la vie de cet homme révolutionnaire connu sous le nom de H'mida. ahmed Zabana

Commémoration de la mort d’Ahmed Zabana

Mascara

nature du site qui recèle des vestiges archéologiques datant de 2.000 ans. c’est ainsi qu’un arrangement a été passé pour réaliser une station-musée, comme cela se fait dans des capitales européennes, c’est le cas à rome et à athènes. des études de sol et des sondages archéologiques approfondis ont été réalisés avant le lancement des travaux de cette extension qui s’étendra sur une distance de 1,7 kilomètre. réaliser le métro au cœur de la capitale, sans altérer le patrimoine national, tel est le défi à relever par les techniciens chargés de la concrétisation du projet d’extension.

il convient de retenir, par ailleurs, que le creusement sur le tronçon Hai el Badr-ain Naadja est lui aussi pratiquement terminé, pour ce qui est du tronçon Hai el Badr-el Harrach, les travaux de forage ont pris fin et l’opération de mise en place des équipements débutera dans deux mois au plus tard. la mise en service de ce tronçon est prévue vers la fin de l’année 2014. avant cela, la fin de l’année en cours verra notamment l’entame des travaux de creusement du tronçon el Harrach-aéroport Houari Boumediène. Soraya G.

la médaille « achir » de l’ordre du mérite national a été attribuée mardi soir à alger à l’éditeur et écrivain Nils andersson en signe de reconnaissance et de considération pour son soutien à la révolution algérienne. la médaille « achir » a été remise à M. Nils andersson par M. salah aka, représentant du Président de la république M. abdelaziz Bouteflika, et secrétaire général de l’ordre du mérite national, lors d’une cérémonie organisée par la ministre de la culture, Mme Khalida toumi, en présence du commissaire du Festival international de lit-

Nils Andersson décoré de la médaille « Achir » de l’Ordre du mérite national
térature et du livre de jeunesse (Feliv), azzedine Guerfi, d’hommes de lettres participant au festival ainsi que de personnalités politiques et culturelles. la ministre de la culture a salué les qualités de Nils andersson et son combat pour la liberté et les valeurs humaines. la ministre a mis en exergue le soutien et l’engagement de cet écrivain aux côtés de la révolution algérienne en compagnie d’autres «frères et sœurs» comme ils se faisaient appeler partant de leur foi en la justesse de la cause algérienne et du combat de son peuple, a-t-elle dit. la ministre a, à cette occasion, rappelé les actions et positions de l’homme en soutien à la révolution que ce soit à travers l’écriture ou l’édition. il a depuis 1958 édité et réédité, a-t-elle souligné, des ouvrages sur la réalité de la révolution et la sauvagerie du colonisateur, précisant que ces livres étaient interdits et retirés par les autorités coloniales à l’instar de l’ouvrage d’Henri alleg, La question. Partant de ses convictions profondes de défense des causes justes dans le monde, Nils andersson a défendu le droit, a-t-elle poursuivi, considérant cette

est né à el-Kasd, dans la localité de jniène Meskine, à 4 kilomètres de Zahana. c'est dans le quartier populaire d'el-Hamri qu'il grandira. Militant dès son jeune âge, il fut membre de l'aile militaire de l'organisation spéciale (os). Fervent défenseur de la cause nationale, il s'orienta vers la formation de cellules de l'organisation. il se distingua par sa participation à l'attaque de la poste d'oran aux côtés d'autres grands révolutionnaires. son engagement armé lui a valu plusieurs arrestations et incarcérations au niveau de nombreuses maisons d'arrêt. en 1954, il fut désigné par larbi Ben M'hidi, responsable de zone, chargé de préparer la révolution. après avoir dirigé plusieurs opérations militaires, Zabana a été arrêté après avoir été blessé lors de la bataille de Ghar Boudjelida. le 21 avril 1955, le martyr a été présenté devant le tribunal militaire d'oran qui l'a condamné à mort. il fut transféré vers serkadji où il sera guillotiné un 19 juin 1956 à 4 heures du matin. sa dernière lettre, adressée à ses parents dont des copies ont été distribuées à l’assistance, résume amplement la personnalité du chahid, qui a sacrifié sa vie pour l'honneur et l'indépendance du pays. Plusieurs compagnons d’armes du chahid et des membres de sa famille ont été honorés au lycée portant son nom. les lauréats de la meilleure œuvre de recherche sur la vie du chahid ahmed Zabana ont été également récompensés à la fin de cette journée historique. A. Ghomchi

editeur et iNtellectuel

le projet de loi relative à l’organisation et au développement de la formation et des activités physiques et sportives, présenté par M. tahmi à l’aPN, a été adopté, hier, en séance plénière par les députés en présence du ministre du secteur et du président de l’assemblée nationale M. ould Khelifa. le texte de loi qui s’inscrit dans la mise en œuvre du processus de réforme du système sportif national vise l’enrichissement du dispositif législatif et l’actualisation de la loi de 2004 au sujet de la pratique des sports, ainsi que son adaptation aux nouvelles mutations politiques, économiques et sociales que vit le pays. le projet de loi, articulé autour de 225 articles, entame le processus de relance et d’assainissement du secteur, considéré comme stratégique dans le programme national de construction  du pays sur des critères d’épanouissement avec le redressement du niveau, par la généralisation de la pratique sportive dans le système d’enseignement, de développement des infrastructures sportives de proximité, de soutien à la formation des nouvelles générations de sportifs, d’encouragement de la compétition de haut niveau, ou encore de promotion de l’élite sportive nationale. il reste à mobiliser les moyens et à réunir les conditions d’épanouissement de la jeunesse et de sa protection des fléaux sociaux. c’est le but du projet de loi adopté. R. N.

Les députés adoptent le texte à la majorité

Projet de loi sur les activités sPortives

l’algérie s’est félicitée hier de la déclaration par laquelle les chefs d’etat et de gouvernement du G8 rejettent « sans équivoque » le paiement de rançons aux terroristes, en s’inspirant de la résolution 1904 du conseil de sécurité de l’oNu, a indiqué le porte-parole du ministère des affaires étrangères, amar Belani. l’algérie « appelle les pays et les entreprises du monde à suivre ce principe pour tarir l’une des principales sources de financement des organisations terroristes qui permet à ces dernières de recruter et de renforcer leurs capacités opérationnelles», a précisé M. Belani dans une déclaration à l’aPs. «Nous formons le vœu pressant que cette position, prise à l’initiative du Premier Ministre britannique, puisse contribuer au lancement rapide de nouvelles discussions à l’oNu sur l’adoption de nouveaux instruments et mécanismes contraignants pour traiter radicalement la menace que constitue le paiement des rançons aux groupes terroristes», a-t-il ajouté. il a encore affirmé que l’algérie continuera à «travailler activement» sur cette question avec ses partenaires britanniques et américains ainsi qu’au sein du système des Nations unies. les dirigeants du G8 ont convenu d’«éradiquer» le paiement de rançons aux groupes terroristes, avait annoncé mardi le Premier Ministre britannique, david cameron qui a appelé les entreprises privées à suivre l’exemple du G8 et de refuser de payer des rançons aux ravisseurs.

L’Algérie se félicite du rejet « sans équivoque » du G8

PayeMeNt de raNçoNs aux terroristes

médaille comme une marque de reconnaissance de la part du peuple algérien pour l’apport de cet intellectuel durant la guerre de libération. Prenant, à son tour, la parole M. andersson a estimé que tout l’honneur revient au peuple algérien qui a mené une révolution grandiose et combattu pendant plus de sept ans, défiant l’armée coloniale et endurant les affres de la torture. « c’est ce peuple qui doit être honoré pour ses sacrifices et sa détermination à lutter jusqu’à l’indépendance», a-t-il déclaré.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful