You are on page 1of 2

L'appel du 18 juin pour un Islam de France

PAR DALILA BOUAZIZ | VEN, 21/06/2013 - 11:40
MOTS CLÉS : MUSULMANS, FRANCE, RECTEURS, ISLAM DE FRANCE, MOSQUÉES, APPEL DU 18 JUIN, FAILLITE,CONSEIL FRANÇAIS DU CULTE MUSULMAN, CFCM, KAMEL KABTANE, GRANDE MOSQUÉE, INGÉRENCE ÉTRANGÈRE, LYON., SOCIÉTÉ

Des responsables musulmans de France, dont des recteurs de mosquées, ont lancé mardi 18 juin un «Appel du 18 juin» pour dénoncer la «faillite du Conseil français du culte musulman (CFCM)». A l’initiative de cette fronde, Kamel Kabtane de la Grande mosquée de Lyon.
Pour le recteur de la Grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, les récentes élections aux

conseils régionaux du culte musulman (CRCM) ne sont pas du tout représentatives. Le 18 juin, soutenu par plusieurs représentants de mosquée, il souhaite créer un mouvement baptisé Mosquées et musulmans solidaires. Une structure qui se veut «ouverte à la jeunesse, aux femmes, aux intellectuels et aux Français convertis». Pour Kamel Kabtane, le Conseil français du culte musulman (CFCM) ne reconnaît plus la légitimité des mosquées et les a mis au simple rang de «salles de prières». «Aujourd’hui, les mosquées ont été exclues du CFCM au niveau national et régional, notamment les mosquées fondatrices», souligne-t-il. Aussi, face à cette exclusion, il a décidé au sein de Mosquées et musulmans solidaires de «représenter l’ensemble des musulmans». Revenir à l’essentiel et redéfinir les nouvelles normes qui doivent présider à l’organisation de l’islam de France : tels sont les objectifs du recteur de la Grande mosquée de Lyon. «On ne peut pas au XXI siècle gérer l’islam comme au temps du Prophète. Il faut
e

maintenant sortir de cette vision avec des normes qui n’ont pas cours ici en France», note-t-il.

Une vraie rupture avec l’ingérence étrangère ?
A l'instar de l'Union des organisations islamiques de France, Kamel Kabtane dénonce l’ingérence étrangère dans l’islam français au sein du CFCM. «Nous voulons être citoyens de ce pays, aussi

rattachée à l’Algérie… Le recteur de la Grande mosquée de Lyon s’en défend : «Je sais qui ils étaient. le président CRCM Ile-de-France-Centre. Ce n’est pas qu’ils ont été à la Grande mosquée de Paris ou à la Fédération nationale des musulmans de France qu’ils ne peuvent pas changer d’avis». S’ils ont voulu adhérer. . indique le recteur. conclut Kamel Kabtane. président de la Fédération de la Grande Mosquée de Paris Grand Est. Une vraie rupture ? «Notre volonté. On ne peut pas avoir un pied ici et un pied là-bas.il faut que nous apprenions à nos enfants et à la communauté musulmane que nous ne sommes plus des étrangers». c’est qu’ils sont tout à fait libres et indépendants». Mais parmi les signataires de l’ «Appel du 18 juin». Ce sont des gens qui ont compris l’intérêt que nous représentions. appartient lui-même à la Fédération nationale des musulmans de France rattachée au Maroc ou Kamel Chibout. c’est de faire en sorte que les gens prennent conscience qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. ce qu’ils sont. Bekkay El Merzak.