4-H de développement de la jeunesse Nebraska Clubs 4-H: Historical Matériaux et Publications

University of Nebraska - Lincoln Année 2009

Sergei Nazipovich Gavrov

Modernisation de la Russie: postimpersky transit
Sergei Nazipovich Gavrov Institut russe pour culturologie, Ministère de la Culture

Ce document est affiché à DigitalCommons @ University of Nebraska Lincoln. http://digitalcommons.unl.edu/a4hhistory/21

University of Nebraska - Lincoln

2009

1

Gavrov,

S.N.

(Sergey

Nazipovich)

Modernisation

de

la

Russie:

postimpersky transit. Monographie / Perepelkin, LS Preface. Nebraska, University of Nebraska – Lincoln, 2009, 264 pp. © Gavrov Sergey Nazipovich © University of Nebraska – Lincoln

Un nouveau livre et politique culturologist S.N. Gavrov consacrée aux problèmes de la Russie et de la modernisation postimperskogo transit. L'auteur tente de trouver des réponses aux principales questions: Qu'est-ce qui empêche de nous sur la voie de l'intégration culturelle et institutionnelle dans Erope - pour la liberté et la démocratie? Et pourquoi avons-nous si souvent chercher à se transformer en un, pour les siècles nakatannuyu historique voie, à des neoimpersky historique impasse? Le livre est destiné aux spécialistes des sciences politiques, de la culture, des historiens, des sociologues et tous ceux qui s'intéressent au processus de modernisation dans des conditions de transformation de la Russie postimperskih Etat et la société. Gavrov Sergey Nazipovich - Russie, philosophe, anthropologue, un politologue. Docteur en Philosophie. Professeur de sociologie et d'anthropologie sociale. Année de naissance: 1964 Lieu de naissance: La ville de Gorki (URSS). Senior Research Fellow du secteur des systèmes et des processus sociaux de l'Institut russe pour la recherche culturelle. Auteur de cinq livres et plus d'une centaine d'articles scientifiques de la collection de la Bibliothèque du Congrès, le leader mondial des bibliothèques et des universités (Harvard, Turabian, Chicago, APA, MLA, University of Nebraska - Lincoln, Freie Universität Berlin). Un membre du comité de rédaction des revues Personality. Culture. Communauté (Institut de philosophie de l'Académie russe des sciences) et de la psychologie d'élite , ainsi que la Commission d'étudier les problèmes complexes de la culture humaine et de la société , agissant sous l'égide du Conseil de l'Académie russe des
2

Sciences L'histoire de la culture mondiale . Dans la zone d'intérêt scientifique - le problème de la modernisation des transformations dans les différents hypostase, y compris politiques, démographiques, éducatives, sociales et culturelles ainsi que la philosophie de l'éducation. Professeur Gavrov sur la courte liste des plus connus de conseil en Amérique du Nord et en Europe, des universitaires et des politiciens russes, reflètent le mieux dans leur vie politique de la Russie dans les années 19942003. http://www.worldcat.org/wcpa/ow/82393785 Vit à Moscou.

Un nouveau livre par le professeur de philosophie, politique et culturologist Gavrova SN consacrée aux problèmes de la Russie et de la modernisation postimperskogo transit. L'auteur tente de trouver des réponses aux principales questions: Qu'est-ce qui empêche de nous sur la voie de l'intégration institutionnelle et culturelle en Europe - pour la liberté et la démocratie? Et pourquoi avons-nous si souvent chercher à se transformer en un, pour les siècles nakatannuyu historique voie, à des neoimpersky historique impasse? Le livre est destiné aux spécialistes des sciences politiques, études culturelles, des historiens, des sociologues et tous ceux qui s'intéressent au processus de modernisation dans des conditions de transformation de la Russie postimperskih Etat et la société.

Le livre, qui est intéressant à faire valoir
3

(au lieu de la préface) Avec le plaisir de présenter au lecteur un nouveau livre La modernisation de la Russie: postimpersky transit Docteur en philosophie, le chercheur principal de la Branche des processus et des systèmes socio-culturel de l'Institut russe pour la culture Sergei Gavrova. Pour moi, un intérêt particulier dans ce livre porte sur le fait qu'il est dédié non seulement à examiner les problèmes théoriques de la modernisation et de postimperskogo transit, mais aussi des questions qui ont été et le montant One Day. L'auteur interprète et analyse les événements actuels en fonction de la situation dans de précédents travaux [p. ex.: Le Havre, 2004] monde. Elle traite de sujets tels que les caractéristiques du processus de modernisation de la Russie impériale passé de notre pays et souhaite pour son avenir, la politique intérieure et extérieure de la Fédération de Russie, y compris les développements dans les pays voisins ( révolution démocratique). Commentées dans le livre et une question d'ordre privé. L'analyse des textes fourni une bonne occasion d'exprimer des doutes, des objections, des observations. Et bien sûr, afin de faire de . Au moins, cela est une∗bonnes conclusions et les interprétations bonne occasion de mettre de l'ordre dans leurs propres pensées. Winning côté de ce livre, comme d'autres oeuvres de S. Gavrova est de limiter l'auteur de l'honnêteté. Il n'est pas la ruse -, il écrit ce qu'ils pensent. L'objet de la préface - de mettre en évidence de l'auteur de référence. Il semble que l'auteur appartient à un certain et beaucoup d'influence russe écoles scientifiques dans le domaine des études sociales, qui prône les principes suivants. Le plus important d'entre eux - c'est le libéralisme comme une idéologie politique. Il est suivi par un système de positif ( démocratie) et négatives ( État, Empire) des valeurs. Dans ce système de coordonnées du monde purement évolutif, qui est, elle suppose que toutes les sociétés vont évoluer dans le cadre de modèles sociaux particuliers. Pour ce point de vue est caractérisé par ce que j'appellerais le finalizmom. Il s'agit d'une représentation selon laquelle certaines sociétés modernes, incarnent la finale des caractéristiques tout au long de l'histoire
4

humaine. Une fois ces péché GF Hegel, le considérait comme un moderne Prusse sommet de l'organisation humaine. Maintenant, le plus frappant final peut être considéré comme un sociologue américain F. Fukuyama [Fukuyama, 2004]. Dans notre pays, finalizm se manifeste dans zapadotsentrizme, dans lequel il est estimé que la Russie - non pas un pays, ce mal, il doit être transformée lekalam autres. Avec ces points de vue, je ne suis pas d'accord que le fait d'aller à discuter plus avant. Libéralisme. Il s'agit d'une solide doctrine idéologique, ce qui suggère que l'initiative privée est toujours meilleure des initiatives publiques, public. Mais, comme toute idéologie, libérale a ses limites dans la pratique de la vie publique. Au moins, parce que la maximisation du profit privé n'équivaut pas à maximiser le bien public [voir l'exemple de la modernité de pétrole et de gaz de la Russie: Simonov, 2006, pp. 75-98]. Aucune société ne se construit exclusivement sur l'idéologie libérale ou d'une autre prescription: la proportion des initiatives privées et publiques est toujours compatible avec les circonstances actuelles. La liberté de l'individu est toujours limitée: soit la législation ou de ses propres idées (bien sûr). S'exprimant sur le même libéralisme en Russie, il convient de garder à l'esprit que, dans le début des années 1990, s. Nous avons fait une forme de libéralisme et transféré à son variante pathologique de darwinisme social, ... que le montrent la réduction du développement de la société humaine aux lois de l'évolution biologique et la désignation des principes de la sélection naturelle, lutte pour l'existence et la survie du plus fort comme un déterminant de la vie sociale [philosophique ..., 1983, pp. 639]. Ce point de vue, j'ai eu au début des années 1990 s. Quand j'ai entendu pour la première fois l'idée que le laisser vymrut 20-30 millions de vieux, mais les réformes avec succès. Je pense qu'il serait d'accord avec mon opinion et de nombreux libéraux modernes - juge pour Eugenia Gontmahera [Gontmaher, 2007, pp. 10]. L'Etat, l'empire. Aussi surprenant que décrit ici миросозерцание anarhichno: ils se sont rebellés contre le gouvernement de l'État. Je ne me suis pas comme toute autorité, mais la compréhension que l'Etat a une forme particulière
5

d'auto-complexe des sociétés fondées sur l'anonymat des citoyens, la professionnalisation du travail, la répartition des fonctions de gestion. La société moderne ne peut survivre sans le contrôle du gouvernement. Il est clair qu'il est très difficile d'établir un principe universel de la gouvernance, de l'autorité de l'État. Mais izvolte: un sentiment de légitimité, qui est, de l'équité et l'efficacité de ce pouvoir, partagé par les résidents, il existe un mandat pour la gestion ultérieure. Et dans ce contexte, il n'est pas question que la façon dont le pouvoir est formée: les lois de la succession monarchique, aristocratique, de consensus ou des élections démocratiques. Elle a ajouté que la dichotomie manichéenne entre l'État et la société civile a un caractère local: il est apparu au XVIIe siècle. au Royaume-Uni pendant la guerre civile. Pour ce faire, grâce à des généralisations peu productive. Voici un autre intéressant: continuer les querelles idéologiques autour de la notion de Empire. Dans l'exemple, l'empire américain objectifs d'utilisation sont souvent préférés en tant que [p. ex.: Outkine, 2006]. L'auteur utilise ce mot que dans un contexte négatif. C'est certainement l'objet d'un débat. Le concept remonte à un empire européen, et, surtout, la culture romaine. Emperor (Lat. master) - le titre donné à un Octaviano août à remplacer l'impopulaire rex, un roi. En fait, en se référant à l'empire, nous ne sommes pas face à un phénomène universel, mais la tradition européenne. Ce qui est bien reflétée dans la terminologie. Russie terme remonte au roi le nom de Jules César, ainsi que le terme allemand Kaiser Empereur. Concept personnage août, août famille remonte au nom de Octavian Augustus ( Août - exaltation des dieux). Il ya quelques caractéristiques générales du concept de l'empire comme un phénomène purement européen. En premier lieu parler de l'empire comme un type particulier de système social dans la compréhension que, compte tenu de T. Parsons. Le sociologue américain définit les systèmes sociaux comme un système formé les États et les processus d'interaction sociale entre les acteurs, et il estime que la société - que ce type de système social, qui a le plus haut degré d'autonomie sur leur environnement, y compris d'autres systèmes sociaux [Parsons, 1997, pp. 18, 20]. Suite à ces idées, vous pouvez prendre l'empire du système social de la
6

politique (l'état) d'un type, mais pas la société, et de la communauté - les pays, des peuples et des terres. C'est, en effet, a déclaré la fédération impériale terme anglais. Un rôle particulier est joué par l'idée impériale, qui est une coquille idéologique de l'Imperial Commonwealth. Dans la Rome antique, une telle idée était d'apporter la civilisation et l'ordre dans le territoire d'un autre peuple. En ce qui concerne l'Empire britannique peut être dit sur le fardeau de l'homme blanc l'introduction d'éléments de progrès en matière de non-européens parties oykumeny. Empire russe dans une centaine d'années après la chute de Constantinople, né de l'idée de Moscou - troisième Rome, qui est, avec l'idée de la préservation et la diffusion de l'orthodoxie (Russie est le seul dans le monde orthodoxe indépendante de l'Etat). Imperial idée impériale donne plus de pouvoir, certains gains passionarnost pour le contrôle des territoires occupés et leur intégration dans l'espace impérial. Ceci est aussi dû à la colonisation des territoires nouvellement annexés. (Il convient de noter que l'ex-métropole moderne zones caractérisées par le processus inverse - tirer les résidents de l'ex-possessions coloniales.) Comme en témoignent de ce qui précède, l'impériale organisme social doit résoudre une tâche très difficile: concilier l'universalisme de particularisme, les différentes traditions culturelles et des territoires, à des niveaux de développement différents - dans une seule entité politique. La difficulté de cette tâche est de ne pas avoir un seul moyen de résoudre, il ne peut être résolu que par le biais d'une expérience unique, par essais et erreurs, la méthode de l'accumulation de succès et les erreurs. En outre, développé pour une époque ou les techniques de gestion du territoire dans les autres cas, mai est inacceptable. L'art de maintenir l'équilibre entre particularisme et universalisme dans la communauté politique peut être considéré comme une variante de la politique impériale. Son objectif - le maintien de l'hégémonie de la métropole, comme l'instrument principal - une combinaison de contrôle direct et indirect. Il est impérial dans les formations sociales se poussée plus élevée, impérial de culture.

7

Nous devrions ajouter que l'empire et l'impérialisme - ne sont pas des concepts connexes. Avec lumière Gilferdinga mains et Lénine, l'impérialisme est défini par la politique étrangère des activités liées à l'obtention des avantages économiques de la dépendance des autres pays et des peuples. Voici, par exemple, qu'à cette occasion, écrit l'historien économique actuelle néerlandais Herman Van der Vee: Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la production dans le tiers monde a été en grande partie dans les mains du secteur privé. Contrôlée de la production et de post-coloniale, les entreprises européennes, ainsi que les sociétés transnationales américain. Enfin, dynamique différente et prendre la naïveté politique de nouveaux États ont été en mesure de tirer profit du processus de décolonisation, en établissant un contrôle sur le commerce mondial des matières premières [Van der Vee, 1994, pp. 78, plus en détail cette question figure dans le livre: Simon, 2006]. Russie, a servi de métropole de l'URSS, de tels avantages ne sont pas reçues. La même chose peut être dit à propos de l'Union soviétique, qui a joué le rôle de la métropole de l'empire soviétique dans son ensemble. Par conséquent, l'URSS, l'on pourrait appeler le système social de l'empire, non pas de type impérialiste. Il devrait être ajouté, et les considérations suivantes. L'auteur, dans l'un des articles mis ici, en faveur d'exprimer otnesya bien connu économiste E. Yassin que la politique impériale revient à la violence. En fait, ce n'est pas le cas. M. Weber, par exemple, estime que le droit à la légitime violence descente d'un État, mais comme les auteurs de ce droit à l'Institut de police et de la Cour. Selon mes données [Mastyugina, Perepelkin, 1997], national (par exemple), la politique de l'Empire russe a été fondée non pas sur la violence. Et sur l'URSS et sur le XX siècle doit être un appel spécial. Par exemple, je me demande encore pourquoi, au cours du siècle dernier, une vague sans précédent de la violence qui a culminé dans le bombardement atomique de deux villes du Japon - Hiroshima et Nagasaki. Démocratie. Ce terme, malheureusement, perdu son contenu en raison de la fréquente utilisation dans des contextes différents. Par exemple, je refuse d'être appelé la promotion de la démocratie de l'homosexualité dans une gay parade. Et je
8

ne se soucient pas de droit d'une minorité, en particulier si elles risquent de devenir plus grand que moi, le plus. Dérivation du terme démocratie en sciences politiques de la zone de culture est très dangereux. En fait et en politique, il n'est pas explicitement évaluées positivement: le comprendre, assez brillant pour lire le livre et la controverse scientifique et politique américain journaliste Walter Lipmann philosophie publique [Lipman, 2004]. La démocratie est le pouvoir des représentants du peuple, sur la base de leur mandat, l'organisation de la vie d'un pays moderne. Mais si vous regardez de près, de la démocratie - une forme de gestion des élites: les effets de cinq générations d'ancêtres de la U. S. Président ne soit pas étudié à l'université Ivy League? Il convient de noter que le gouvernement représentatif dans sa forme moderne a une très courte histoire. S'il ne se trompe pas, seul, en 1913, pour la première fois dans le monde, en Nouvelle-Zélande a été proclamé le suffrage universel. La prochaine manifestation - la Russie en 1917, et dans la plupart des pays, le suffrage universel a été adopté qu'après la Seconde Guerre mondiale. Seulement en 1960-s. aux États-Unis a été aboli le système de ségrégation raciale. Et plus controversés réalisation de démocratie est la pratique de la manipulation de l'esprit du public, né aux Etats-Unis en 1950-s. Dans ses origines est un psychologue américain B. Skinner, qui écrit: Nous pouvons atteindre ce niveau de la gestion des administrés, qui, même si elle suit une beaucoup plus précisément que dans l'ancien système, cependant, de se sentir libre. Ils font ce qu'ils veulent faire, pas ce qu'ils font. Voici une source de grande force de renforcement positif il n'ya pas de résistance, pas de scandale. Grâce à des recherches minutieuses, nous ne gérons pas le dernier problème, mais l'intention de se comporter - les motivations, les désirs, les inclinations. Curieusement, cette affaire ne soulève la question de la liberté [op. par: Rimashevskaya, 2007, pp. 228; italiques B. Skinner]. Personnellement, pour moi, cette démocratie est bien pire que celle d'une simple falsification de l'élection: il est préférable de savoir que vous tromper. Avouer que je ne vois pas un autre destin de la notion de démocratie, comment
9

ideologem à l'eau potable, et non pas la direction à agir. En outre, l'état actuel, se faisant appeler démocratie, diffèrent considérablement de sorte que la notion même de celui-ci est hors de la mise en œuvre. Récemment, j'ai lu que Bush fils a voulu à Poutine que la Russie était la même que la démocratie aujourd'hui en Irak. Besoin de commentaires? Modernisation. Cette notion, pour autant que je sache, a été introduit dans la circulation scientifique chercheur israélien S. Eyzenshtadtom [Eyzenshtadt, 1999] et a ensuite été rastirazhirovano nombreux experts, y compris la conduite international de recherches sociologiques (par exemple, un sociologue américain Alex Inkeles). Nous devons admettre que, dans une période de maturation scientifique du travail de ce type existent zavorazhivayusche: ils commencent à y croire. Mais alors, cet effet se produit - vous commencez à comprendre que les auteurs ont choisi n'est pas le niveau de généralité. La théorie de la modernisation, bien sûr, la théorie evolyutsionistskogo type. Il est bien entendu (et étudié), que la transformation culturelle dans une petite région d'Europe de l'Ouest étaient des mutations, aboutissant à la XVII-XVIII siècles. à la révolution culturelle, sous la forme de la science expérimentale, et la production industrielle. Sur cette base, il y avait un type particulier d'organisation sociale, appelé le capitalisme. Sa particularité est que toute Production Manager forcés de retirer des fonds de la part du consommateur, les mettre en investissements dans l'expansion de leur entreprise. Et, en effet, il existe la moindre . Il est vite∗différence, il est le chef d'entreprise ou de l'État devenu évident que les coûts de leurs propres activités et peut faire à l'extérieur du pays (voir ci-dessus à propos de l'impérialisme). Cette combinaison de la créativité scientifique, technique смекалки et de l'éthique des affaires, vous pouvez voir l'essentiel de la modernisation. En outre, ce phénomène est clairement manifestée dans le domaine de la démographie. Mais je voudrais en aucun cas a été considérée comme un phénomène universel Moderniti culture, et en particulier de la partie qui traite de l'organisation politique de la société. Le fait est que dans l'histoire de l'humanité est un lot de modernisation, par
10

exemple, la révolution néolithique. Mais le dernier ne signifie pas définitive. Généralement, pour les groupes humains ont tendance à ekvifinalnosti qualité, c'est-à-dire la réalisation de certains objectifs de différentes manières. Mais qui sait ce qui est de ces problèmes? Dans ce contexte, vesternizm ressemble à vkusovschina. La culture politique n'est pas nourri dans les lits de la culture, l'agriculture. Quand (et c'est tout), 20-30 ans, Seigneur du monde sera la Chine, va, sans doute, beaucoup de livres sur la beauté du confucianisme, en particulier la création de cadeaux Mongoloid course mondiale, l'importance historique de l'insurrection boxer. *** Honnêtement, j'ai beaucoup de choses à discuter ici. Par exemple, un tel complot. L'auteur, ainsi que d'une grande partie des écrivains russes de la fraternité, a critiqué dans les deux premières parties de la vie moderne de la Russie: le président de l'autorité et l'Eglise orthodoxe. Mais si vous tournez à des études sociologiques, ces deux institutions sont les plus fiables dans la communauté. De plus, on peut clairement dire que les autres institutions sociales ne bénéficient pas de la confiance du public [Rimashevskaya, 2007, pp. 164-165]. Strange critiques. Soulignons que cette méconnaissance de la vie - n'est pas un cas isolé. Voici un excellent exemple - la section de l'Institut de l'Europe, Dmitry Furman [Furman, 2007, pp. 10]. Elle commence par un échec de l'expression de V. Poutine. Il a écrit plus de temps que leader politique perd sens de la réalité. En conclusion, les résultats de comparer assez incroyable: des cours, écrit D. Furman, Bush Jr. a fait beaucoup plus stupide, mais il va passer par un processus démocratique. Et Poutine est que - ne pas partir? Et ne comprennent pas que la question principale de cette comparaison, c'est exactement la raison pour laquelle les électeurs américains sont autorisés à participer à l'aventure irakienne, ce qui n'est pas la fin en vue. Je pensais que le livre S. Gavrova - un bon exemple d'un certain suspendus (un ordinateur dans la compréhension de la parole), ce qui démontre une grande partie de l'intelligentsia russe. C'est malheureux, mais modifiable. Je pense que
11

vous pouvez faire une différence seulement dans les grandes - et un tollé - débats. Il ya eu une discussion sur les idées de W. Surkova démocratie souveraine. Mais je dirais que cela ressemble à un dommage. Il semble que ce que nous pensons et à écrire très bientôt ne sera pas d'intérêt pour toute personne - même pas nousmêmes. C'est pourquoi j'ai décidé d'écrire cette préface dans le genre de la critique - peut-être quelqu'un d'autre le fera comprendre qu'il est temps de réfléchir et d'argumenter, c'est de faire son travail, plutôt que de simplement de gagner leur vie. Références: 1 Van der Vee G. Histoire de l'économie mondiale. 1945-1990. M., 1994. Gavrov SN Mise à jour pour le bien de l'empire. Les aspects sociaux et culturels du processus de modernisation en Russie. Moscou, URSS, 2004. Monographie électronique publié sur le site http://edocs.fu-berlin.de/docs/receive/FUDOCS_document_000000000817 http://edocs.fu-berlin.de/docs/receive/FUDOCS_document_000000000816 http://books.google.ru/books?printsec=frontcover&id=B0PJ3zSxmD0C E. Gontmaher vivent à la réforme / / Nezavisimaya gazeta. 2007. 28 août. 2 Lipman U. publique Philosophie. M., 2004. 3 Mastyugina TM, Perepelkin LS Ethnologie. Les peuples de la Russie: Histoire et situation actuelle (manuel). M., 1997. 4 Parsons T. Le système des sociétés modernes. M., 1997. 5 Rimashevskaya NM (Ed.), la sauvegarde de la population. M., 2007. 6 KV Simonov Superpuissance de l'énergie. M., 2006. 7 Outkine A. L'impact de l'American Gods. M., 2006. 8 Philosophical dictionnaire encyclopédique. M., 1983. 9 F. Fukuyama, La Fin de l'Histoire et le dernier homme. M., 2004. 10 D. Furman tardive président / / Nezavisimaya gazeta. 2007. 21 août. 11 S. Eyzenshtadt révolution et de transformation sociale. Une étude comparative des civilisations. M., 1999.
12

Chef de Secteur de la culture de recherche appliquée et de la politique culturelle de l'Institut russe de Recherche sur la Culture, de bureau, et. M. LS Perepelkin.

Russie après l'empire Postimperial statut de notre pays est confuse. Aujourd'hui, la Russie n'est pas encore à part entière Etat national. Je pense qu'il est mutilé, perdu au temps et l'espace postimperial formation. Il n'ya pas de consensus dans la conscience publique au sujet des frontières d'un Etat: il est très difficile de répondre à la question, pourquoi certaines régions constituent l'État, les régions et pourquoi d'autres ne le font pas. Comme avant, le pays dispose de impérial corps (1) (EA Pain), qui a été reçu en héritage de l'empire de la scène territoriale expantion. Jusqu'à présent, la plus grande partie de la société et l'élite politique territoriale percevoir l'héritage impérial près certain que la valeur sacrée, qu'il est impossible de déroger en aucun cas, en dépit de la proximité socioculturelle ou socio-culturel à distance de contestable territoire. Mais le plus désagréable est conclu, à mon sens, dans le fait que la menace de disinteration de la Russie en tant que formation de l'État, reste de l'empire, qui est sauvé. Dans l'héritage de l'empire nous avons reçu une ethnonational et socuocultural fleurs du mal (KNLeontiev) de régions de Russie: il se réfère à trois civilisations, trois grandes religions du monde, il réside à différents stades du développement économique: préindustrielle, industrielle et postindustrielle. En plus, à mon avis, la nation n'a pas formé en Russie ni dans son origine ethnique, ni dans sa postethnic, civile sens. Traditionnelle question - comment se mettre d'accord aussi hétérogène d'intérêts régionaux - est très important pour notre ordre du jour. Mais face n'est pas seulement dans les différences culturelles et de civilisation. Sur la base de la position des régions russes (territoire, économique) et
13

de ses divergences sur l'ampleur des étapes de développement, ils ont des intérêts différents, et ils diffèrent au niveau extrême de la vie, revenu et la protection sociale. La Russie, les régions périphériques sont souvent attirés à Moscou, mais à d'autres centres du monde économique. Par exemple Kaliningrad / Kenigsberge région est attiré par ES conformément à certains droits économiques, des raisons historiques et culturelles. Dans l'Est du pays, les Etats d'Asie et du Pacifique ou la région de l'océan, tout d'abord la Chine, sont à l'origine de la forte attraction économique. Nous ne parlons pas strictement culturel et civilisationnel des réorientations de la Sibérie et Extrême-Orient russe, mais de valeur absolue de l'intégration économique de ces régions dans l'économie de l'étranger en Asie. Néanmoins, comme nous le savons de l'histoire, de politique d'intégration suit souvent l'intégration économique. Souvent, il s'agit d'une fonction du temps. Nous prêtons attention à ces points bien connus de souligner les différences dans les intérêts des régions de Russie, de mettre une question à propos de possibilité de convenir si différents intérêts dans le cadre de l'État russe, en laissant à gauche mais pas de l'empire. L'histoire et l'expérience donne deux principales décisions, individuellement exécutées sous l'influence de différents contextes historiques et socioculturels. La première variante prévoit le redressement de l'ethno-relations fédératives comme une procédure d'intérêts régionaux de coordination, de la délimitation et la délégation de pouvoirs. Il s'agit d'un long, souvent nerveux racking processus pour les autorités russes. Tentation de revenir aux formes traditionnelles, mais pas de gestion d'état, afin de simplifier les coordinations des intérêts, pour aller à l'ordre, la gestion autoritaire et unitaire de l'Etat est trop grand. C'est la deuxième manière. Dans son cadre les intérêts des régions sont moins d'accord, les principales décisions sont prises au centre, le processus de coordination à réaliser dans les traditions de l'unité impériale État. Telles sont les pratiques de l'URSS et l'Empire de Romanoffs. Bien qu'il y ait eu des exceptions à l'autonomie de la Finlande et de la Constitution polonaise de l'Empire tsariste en Kindom ... Cette conception
14

prévoit de recourir à la violence contre les non-conformistes. Il s'agit d'un héritage, qui unit aujourd'hui l'État russe à l'état de Russie Imperia. Je suis d'accord la caractéristique essentielle des empires, par E. Yasin: existence of Empires est impossible sans violence, bien que dans des formes douces. C'est le principal signe de l'identification des empires (2). Pour changer le vecteur de développement et de la Russie à sortir de la vie impériale, il est nécessaire de joindre les efforts considérables, pour former le véritable fédéralisme, de travailler sur l'élaboration de la fonction nation, à la forme démocratique, les instituts et les traditions. Pour poursuivre le mouvement dans une direction de la vie impériale, historiquement l'habitude, de manière significative les efforts ne sont pas nécessaires. Maintenant, il est possible d'observer une reconstruction de l'Etat unitaire mécanisme autoritaire. Mais si elle est antérieure (en période présoviétique) aux avantages de l'Etat impérial et le régime autoritaire dépasse les coûts, après la seconde guerre ont progressivement les coûts dépassent les avantages. Aujourd'hui, c'est le plus essentiel de restriction sur la voie du développement du pays. Je vais de nouveau référence à la position de E. Yasin: une décomposition de l'empire a commencé il ya longtemps. Les pays développés, l'empire (comme sa forme politique) - non, et ce fait est devenu le frein de la poursuite du développement du pays (3). Il est probable que le choix entre deux variantes de développement est faite. De fait, la variante de la reconstitution de l'État unitaire est choisi. En conséquence, nous pouvons voir le refus de la démocratie en faveur de son exploité, même variante décoratifs. Mais les différences de régions de Russie ne peut pas à combiner la forme unitaire de l'organisme d'Etat (de jure ou de facto) de la démocratie. Souvent, le choix de Unitarianisme affecte la situation sur les actions des autorités dans les relations avec les politiciens, les entreprises, les médias de masse. Possible, aujourd'hui, de cette façon est efficace, mais cet effet est temporaire, en particulier tactiques. Si long et ferme de la coexistence commune hétérogènes régions russes et de leurs habitants est possible, en principe, cette possibilité est fondée sur deux principes cardinaux: l'existence d'un véritable
15

fédéralisme avec des éléments de la Confédération - et l'existence de la vie civile, la nation multiethnique. Civile, plutôt que la nation ethnique exprime le générique de la relation à la citoyenneté de l'empire. Pour atteindre cet objectif, notre héritage impérial peut être utile: on ne peut pas constituer la nation ethnique, mais peuvent former la nation multiethnique et civile. Cette variante préférée est sans aucun doute dans le sens du respect des libertés civiles et politiques, les droits de l'homme en général aussi. Que peut vous aider ou de perturbations à la réalisation de ces principes et ce qui peut contribuer à perturber ou à fixer le droit commun la vie de la population sur le territoire de l'État russe? Il est possible de construire la vie commune d'une nation en fédérateur civile / Etat confédéral, sur la base de la consommation et de la réalisation d'activité d'une personne. En bandoulière pour rêve russe dans sa moscow, Jakutsk d'enregistrement et d'autres, il peut (mai que temporaire) de ne pas rappeler, qui est-il, d'où et où il va, ou, de toute façon, d'oublier au sujet de son culturelles civilisations identité. Bien que sa mémoire ne définit pas son activité sociale l'État russe postimperial existent dans ses propres frontières actuelles. Mais aujourd'hui, l'identité religieuse traditionnelle des différents groupes ethniques est présent dans la conscience publique souvent cachés, sous forme latente. En règle générale, il est emporté à l'occidentalisation et de la politique de la sécularisation total, menée par le pouvoir soviétique. En conséquence de cette politique importante et mai être la plus grande partie de la population est indifférente aux religions. Comme l'a remarqué I. Yakovenko (4), le nombre de ceux qui donnent à penser que lui-même une partie de l'église orthodoxe russe à propos de plusieurs pourcents les formes de la société, et ce nombre ne sera pas sérieux. Cette indifférence unit le pays et lisse interethnique et inter-religion contradictions. Dès que de l'ethno-religion renaissance sera sur la persistance de la masse, se posera de graves contradictions, en mettant en question l'intégrité territoriale du pays. Niveau d'expression du traditionalisme définit le degré de résistance de la Russie. À mon avis, aujourd'hui, une partie de la
16

Russie, la classe politique tente de se reposer sur certains éléments de la tradition, tout d'abord, dans sa variante religieuse. Ce cours n'a pas perspective, comme aujourd'hui, l'ancien empire des mécanismes pour détruire le pays. Mais au cours de soixante dix ans de l'autorité soviétique, non seulement les traditionalistes, mais l'ensemble de la société ont été considérablement affaiblis. Si comparer le potentiel démocratique de la Russie tsariste et de la Russie contemporaine, nous pouvons deduse, que cette comparaison ne donne pas l'avantage sans équivoque à l'actuelle situation. Pour les événements du soviet décennal autorités de notre pays sérieusement avancé sur la voie de la modernisation, il a fait la transition démographique, il a rassemblé la population russe dans la ville, détruit patriarcaux, y compris religieux, de traditions. Le pays a adopté l'industrialisation, il a obtenu haut niveau d'éducation de masse. Mais au cours de cette période, en particulier avant 1953, wу ont perdu des millions d'hommes instruits de haut, qui n'a pas seulement cherché à installer la démocratie en Russie et de la République, mais qui était aussi prêt à prendre personnellement part à ce processus. Avant la révolution de 1917, des millions d'hommes dans le pays repose sur furcated système d'institutions civiles. Ils ont essayé de diriger le pays sur la voie européenne de développement. Mais ce n'était pas vraiment en paix, étape par étape, et il est nécessaire de la révolution de 1905, mais la révolution de Février 1917. À la fin de la période soviétique, la couche de population, comparable avec le nombre de prerevolutionary qualité humaine - professionnels et civils, - n'est pas en Russie soviétique. Il y avait des dissidents et des sympathisants, mais presque personne d'entre eux sont allés dans la politique post-soviétique, presque personne ne les rangées de renouvellement de la bureaucratie russe. La nouvelle autorité a été créée avec des hommes sans expérience dans le travail démocratique, il a été créé avec une partie de chance. En Russie soviétique, il n'y avait pas un vaste mouvement démocratique, comme il l'a été dans d'autres pays du bloc soviétique. Mais il y avait cousu des centaines de milliers de personnes dans le pays, qui ont pris part à des
17

manifestations de 1990-1991. Il y avait des hommes, qui était prête à mourir pour la nouvelle république russe, comme elle l'a été au mois d'août 1991 (événements près de la maison blanche) et à Octobre 1993 (événements Mossovet près), mais il n'y avait pas un nombre nécessaire de personnes, qui a été capable de prendre part à la vie quotidienne faisandés travail, mettre les idéaux et les valeurs chères alors des avantages matériels. En outre, il y avait quantité insuffisante de la population dans le pays, qui était prête à envisager la démocratie comme valeur et d'utiliser les droits démocratiques. La démocratie - est de l'ordre public pour les gens libres. /.../ C'est une, qui utilise sa liberté, est libre (5). Mais une fois, il est nécessaire de recourir à d'autres, qui, en dehors de la dépendance de leur propre regard et le passé, peut et va mourir au travail, capable de rapide et sale de tous les jours de travail officiel. Ils sont prêts à travailler pour raisons de son intérêt de posséder certaines discipline interne. Ainsi, l'augmentation du nombre d'anciens membres des structures de pouvoir dans nos autorités ne doivent pas être surprise en ce sens. Ils ont été ajoutés avec les traditions de la gestion étatique. S'il est impossible ou que d'autres raisons de se reposer sur la société, l'autorité repose sur les structures du pouvoir. En venant de l'avant août 1991, ce résultat est plus probable, donc, probablement, elle est devenue la réalité. Notre histoire commune, l'exercice se termine dans le fait qu'il a été réalisé en moyenne à certaines variantes de l'avenir possible, et non pas le plus grand bien, mais pas la plus mauvaise. La plus terrible des pratiques de transformation sociale en Russie a montré au monde entier à des années de la guerre civile de 1918-1921, et terible les pratiques des transformations de la fédération multinationale - en 1990-e année ont montré au monde entier par S. Miloshevich et nationalistes serbes en ex-Yougoslavie. Compte tenu des particularités de l'héritage soviétique, l'extrême faiblesse de la classe politique, pour ne rien dire de l'absence de pratique, l'élite politique, nous avons fini facile. La classe politique n'a commencé à être formés, et pour sa formation et de reproduction de leurs propres rangs efficace et responsable d'élite, il faut, pour dire le moins, de nombreuses décennies. Mais maintenant, il est seulement formé, y compris dans sa composition et son rejet de
18

prétendants non seulement sur leur politique coup d'oeil, mais également en fonction de leur efficacité en matière de gestion. Le pouvoir est intrinsèquement hétérogène: il est donc nécessaire de prendre en compte les différences de vue politique de hauts fonctionnaires. La classe politique de la Russie moderne, avec le conformisme de la part connu, il est possible de se scinder en deux groupes principaux: les bureaucrates libérale et d'anciens membres des structures de force. Ils occupent, sur déclaration de Moscou politique jokers, différents des tours du Kremlin. Bien sûr que chacun de ces groupes de disposer de sa propre image du monde, ils ont sa propre conviction sur la raison et de la non-raison, à ce sujet ce qui est bon et ce qui est mauvais pour la Russie. Cette fission peut-être que les appels avec, ce qui était à des années de grandes réformes de Alexander II. Ainsi, certains historiens révèle deux types de culture politique russe, qui caractérisent la bureaucrat-éclairé zapadnik (axée sur les personnes-ouest), et ainsi appelé les responsables de la police. Le système de valeurs de la culture politique (le premier type), composé de légalité, l'égalité des personnes, l'initiative personnelle et juridique du pouvoir politique. Centrale de la police de la culture politique (le deuxième type) ont une telle valeur, comme la paternité, de tutelle et à la confession personnelle des autorités de la monarchie, plutôt que de droit, aussi bien que négatifs, à l'attitude suspecte public indépendant et de la paysannerie. En idem temps des éléments de la mentalité de la police: Venez à la lumière dans worldoutlook modernes réformateurs depuis dans la base de leur coup d'œil à jeter les aveux du primat de l'intérêt de l'État et de conservation (la préservation) de l'ordre et la stabilité (6). Ces groupes de fonctionnaire exprimer les différents états d'âme du public. Et la plus grande menace pour le développement démocratique de la Russie -, lors de sa période de transit de la puissance soviétique, le modèle de la démocratie moderne de l'ouest - est marqué opposition civile, de soins de dialogue constructif entre l'autorité et de la société. La responsabilité en incombe aux autorités et à la société. Ceux qui représente le pouvoir de démon, ont-ils l'aider à fortifier dans
19

autoritaire orthodoxe autocratique couloir de la possibilité et qu'ils font la plus grande erreur. Au lieu de cela, il faut un dialogue constant avec sobre dans l'autorité, en dépit de leurs anciens et actuels professionnel met en œuvre, en dépit de leur personnel politique vue. Il n'est pas nécessaire pour représenter en tant que démon membres ou anciens membres des structures de force, se lamentant sur la grande quantité d'entre eux dans les autorités. Le dialogue se lave pas les positions des deux parties car elle peut conduire à des compromis. Par conséquent, il est tellement compliqué d'aller dans le sens du dialogue. De se côté, le sentiment de supériorité intellectuelle de l'expliquer, pourquoi le pouvoir est toujours mal, et comment les mauvais sont tous ses projets, et pourquoi ses actions et inactions aura absurdement terminé, est plus facile. Il est nécessaire de pouvoir parler avec le langage des intérêts, plutôt que d'idéaux et de principes. Aujourd'hui, la possibilité réelle de notre société civile pour aider le democratizations composé de la Russie est en interaction avec le pouvoir tout d'abord par le biais d'une participation efficace dans les processus d'État et de la gestion corporative. Comme il a été obtenu au cours de la période de trou de la réforme, par exemple, par A. Chubys. Le dialogue est réussie si elle porte à faire des compromis. Mais ce qui est le terrain de ce compromis peut être atteint? Paradoxalement, mais temporaire, la situation de compromis est reçu spontanément, et il est conclu à la possibilité d'éviter des choix au cours de toute l'histoire du temps, afin d'éviter toute décision mentale dans le cadre de notre impériale / postimperial, pour éviter de nous-mêmes la question: sommes-nous ou de l'Ouest Orient, nous sommes une partie de la civilisation européenne ou non, où vecteur de notre histoire, le développement est réalisé. La possibilité d'un compromis global est lié à la conjoncture économique, tempête économique de plus en plus dans les pays du tiers monde, la croissance forte des matières premières et la consommation de ressources énergétiques. À l'époque industrielle de matières premières et ressources énergétiques ont été entièrement suffisant pour des impératifs économiques d'une milliard, aujourd'hui,
20

ils seront assez pour le reste du monde aussi, mais ce sera plus haut niveau des prix. Naturellement, une telle situation dans le monde du commerce apportera à financières supplémentaires et mondial des avantages politiques pour les pays exportateurs de matières premières, y compris la Russie. C'est pourquoi il est en train de réaliser dans notre pays au niveau brièvement la variante de l'énergie et des matières premières superpuissance (sverkhderzhava). Maintenant, il fait rare dans l'histoire du monde la situation: pour une fois, il sera possible d'obtenir toutes incoms de plus en plus compte de la croissance des matières premières et des prix mondiaux des ressources énergétiques, de ne pas craindre de changement de prix dynamique. hausse permanente des prix de cette dynamique minimise les risques de chocs économiques extérieurs de la Russie. Mais, à son tour, réduit les risques de politique interne, des convulsions. Si nous être en mesure d'éviter une impasse national patriotique fin, ainsi que la coupe de l'intensification de la concurrence entre les différentes élections tours du Kremlin, la stabilité politique et économique croissante sont pratiquement garanti. En d'autres termes, les particularités positives de la conjoncture économique étrangère sont susceptibles de geler les relations ethniques et fédérateur entre les régions russes, beaucoup de sourdine et le potentiel réel des ambiances distinctes, reporter dans un avenir lointain vaste possible de la troisième phase de l'état deconsruction (je parle de l'Etat qui va du système impérial au système national de ses organisations). Historique pause de superpuissance énergétique sera en mesure de devenir un conte de fées sur le temps perdu. Mais il peut permettre à plus prévisible et plus ferme en faveur de l'autodétermination de la société russe et de l'État.

Littérature 1. Pain E. Entre empire et nation. Projet moderniste et traditionaliste de son alternative à la politique nationale de la Russie. M.: Fondation libéral mission,

21

2003, 164 pp. (Pain Mezhdu imperiey EA i natsiey. Modernistsky Proekt i ego traditsionalistskaia alternativa natsionalnoy v politike Rossii). 2. Yasin EG Phantom douleur empire autrefois / / Après l'Empire. M.: Fondation libéral mission, 2007, pp. 7 (Yasin EG Fantomnyie Boly uschedschey imperii / / posle imperii, p. 7). 3. Yasin EG Phantom douleur empire autrefois / / Après l'Empire. M.: Fondation libéral mission, 2007, pp. 10 (Yasin EG Fantomnyie Boly uschedschey imperii / / posle imperii, p. 10). 4. I. Yaklvenko Empire et de la Nation / / Après l'Empire. M.: Fondation libéral mission. M.: 2007, pp. 60 (Yakovenko I. Imperiya i natsiya / / posle imperii, p. 60). 5. Yasin EG Choix de savoir si la démocratie en Russie. M.: Une nouvelle maison d'édition, 2005, pp. 339-340 (Yasin EG Prizhivietsa li demokratiya v Rossii, pp. 339-340). 6. Op. par: Bolshakova OV Empire russe: Le système de contrôle (l'historiographie moderne): Une étude analytique. M.: INION Académie russe des sciences, 2003, pp. 14-15. (OV Bolschakova Rossiyskaya imperiya: sistema upravleniya / Sovremennaya zarubezhnaya istoriografiya / pp. 14-15).

Chapitre 1. Modernisation

Quelle est la modernisation de Modernisation - macro transition du traditionnel au moderne, la société - une société moderne. Aujourd'hui, la notion de la modernisation est considérée principalement dans trois sens différents: 1) que le développement interne des pays d'Europe occidentale et en Amérique du Nord, en se référant à la nouvelle heure d'Europe;
22

2) la capture de la modernisation du pays, la pratique, ne sont pas liés au premier groupe de pays, mais aussi chercher à rattraper son retard avec eux; 3) les processus de l'évolution des sociétés les plus modernisé (Europe occidentale et Amérique du Nord), c'est-à-dire la modernisation comme un processus permanent par la mise en œuvre des réformes et des innovations qui aujourd'hui signifie une transition vers une société postindustrielle. Nous savons qu'il y avait l'anthropologie culturelle, l'étude de la tradition, forme archaïque de la coexistence humaine. Il suffit de rappeler les travaux classiques de l'anthropologie culturelle Krebera A., L. White, M. Herskovitsa, E. Taylora. Dans l'anthropologie culturelle de l'évolution de nombreuses cultures locales traditionnelles a été observée principalement dans les deux formes. 1) comme une évolution linéaire stadialnoy de la nature progressive de relativement simple, les sociétés de plus en plus complexes. Cette compréhension est en corrélation avec la compréhension classique de la modernisation des processus. Ces vues sont plus ou moins partagé en Angleterre - G. Spencer, J. McCarthy Lennane, J. Lebok, E. Taylor, J. Fraser, Allemagne - A. Bastian, T. Vayts, J. Lippert, France - S. Létourneau, aux États-Unis - LG Morgan; 2) en tant que multi-développement de différents types de cultures. Dans ce dernier cas, l'accent a été mis sur l'originalité du processus de modernisation et d'options de modernisation, qui se présentent comme une conséquence. La modernisation est considérée plutôt comme la réalisation de différents types d'histoires. Par exemple, un expert bien connu dans le domaine de la modernisation de transformations S. Eyzenshtadt estime que il existe à l'heure actuelle en cours d'élaboration et de nombreuses civilisations. Le problème est juste que ceux de la civilisation, avec de nombreux composants similaires, et il ya des points d'intersection entre eux, continuent d'évoluer, donnant naissance, les nouvelles versions de divers aspects de la modernité, dont chacun offre son propre programme de développement culturel. Tout cela contribue à diversifier les

23

approches à la compréhension de la modernité et à l'évaluation des programmes culturels initiés par les différentes parties de la société contemporaine Parler de la généalogie du mot moderne, le philosophe allemand Habermas Yu note qu'il est utilisé pour la première fois en Europe à la fin du V po afin de distinguer reçu le statut officiel de la chrétienne et païenne romaine passé. Au cours de la prochaine ère de la teneur de la notion de changement, mais la philosophie des Lumières et romantisme, puis le remplir de sens, соотносимым et le moderne. Moderne, avancé, depuis lors, est celle qui contribue à l'objectif de l'expression spontanée de mise à jour de la pertinence de l'esprit de l'époque. À la suite de l'accélération du développement inhérents à la nouvelle heure en Europe est une civilisation moderne, radicalement différente de la société traditionnelle. Modern émergé en Europe de l'Ouest en raison de la formation de l'éthique protestante, l'économie de marché, la bureaucratie et le système juridique. En Europe occidentale, la modernisation macro - le passage de la traditionnelle (pré-industrielle) la société de modernisation de la société a pris plusieurs siècles (la révolution industrielle en Angleterre, le renforcement de la bourgeoisie et de son acquisition du pouvoir politique par les Britanniques en 1640-1642, les ÉtatsUnis en 1776 et 1789 g de la . révolutions). Habituellement identifier trois périodes de la modernisation: I période - la fin du XVIIIème siècle - début du XX siècle.; Période II - 20-60-s. XX siècle. III période - 70-90's. XX siècle. Plusieurs auteurs, dont E. Yu Habermas et Giddens, croire que l'ère de la modernisation se poursuit aujourd'hui, qui continue le processus de modernisation. Certains auteurs pensent que le moderne (contemporaine) ne peut être mené à son principe. Ainsi, la sociologue sénégalaise S. Amin soutient que la modernité (modernité) incomplète, elle ouvre la porte à l'inconnu. Aujourd'hui nezavershaema dans son essence, mais il s'agit d'une séquence de formes, qui sont très variées de surmonter les contradictions de la société à chaque moment de son histoire . Genealogical civilisation occidentale moderne remonte à la nouvelle heure, dans différentes régions du monde soumises à l'environnement institutionnel
24

propre et des éléments de valeur réglementaire. La modernisation comme un processus et moderne que sa conséquence, après avoir émergé dans le monde occidental au XX siècle. ont été réparties à l'échelle mondiale. E. Giddens estime que Pas d'autre part, des formes plus traditionnelles de la communauté ne pouvait pas résister, tout en maintenant une isolation complète de tendances mondiales. Est-moderniti phénomène exclusivement occidental en termes de modes de vie, qui contribuent au développement de ces deux grandes forces de convertir? La réponse directe à cette question doit être oui. Selon le célèbre sociologue israélien S. Eisenstadt, le passé, la modernisation est un processus de changement, conduisant à deux types de mesures sociales, économiques et politiques qui ont prévalu en Europe occidentale et en Amérique du Nord dans la période comprise entre le XVII et XIX siècles, et s'étendre à d'autres pays et continents . La société moderne est composée de quatre institutions de base: un concours de démocratie, économie de marché, l'Etat providence et de la communication de masse. L'économie de marché - la base de l'autonomie de la société civile, transcende toutes les frontières et créer une société ouverte. Contrairement une étude détaillée de l'anthropologie culturelle des sociétés traditionnelles à moderniser la société repose sur les principes: la loi électorale, la primauté du droit, de l'universalisation des droits civils: l'institutionnalisation du changement social, la culture séculaire et de la sécularisation de la société, l'urbanisation, de l'autonomie des sous-systèmes; rationalisation, la domination de l'économie de marché, la bureaucratie, la professionnalisation, la grande distribution l'alphabétisation et les médias, la croissance de la mobilité sociale et professionnelle. Modernisation de la société se compose de citoyens avec des droits inaliénables: civils, politiques et sociaux. La révolution scientifique du XVIIe siècle. et les progrès technologiques ont conduit à la transformation des membres des communautés locales de citoyens de communauté imaginée - l'Etat-nation. Caractéristiques de la modernisation sont les suivants: dans le domaine de la politique - un Etat de droit démocratique, dans l'édification de l'État - aller à l'État
25

national dans les domaines de la science et de l'éducation - la formation d'une science autonome dans le domaine économique - la transition au capitalisme. Universal paquet modernisation transformation caractéristique du XX siècle., Considérées comme l'anthropologie culturelle de la Russie EA Orlova. Au niveau de l'organisation socio-culturelle de modernisation sociale sous la forme de mouvement de l'industrialisation à postindustrializmu dans le domaine économique, en politique comme un mouvement de régimes autoritaires à la démocratie, comme dans le passage de la morale conventionnelle d'un droit légal. Les changements socio-les connaissances et la vision du monde: dans le domaine religieux est à noter le passage de l'sacré à un monde laïque justification dans la philosophie - à partir d'un moniste à un monde pluraliste, les perspectives, dans l'art - de la volonté de l'unité stylistique de polistilistike de la science - à partir de objectivisme au principe anthropique. La combinaison de ces grandes tendances sociales et culturelles sont connus comme la modernisation . Conformément à la définition d'un célèbre expert britannique dans le domaine de la modernisation de la transformation B. Moore, de la modernisation est une transformation totale de la société traditionnelle domodernistskogo dans une organisation sociale qui a caractérisé les avancés , économiquement prospère et politiquement stable, les pays de l'Ouest. Professeur de sociologie, Université de Munich U. Beck estime que la modernisation n'est pas seulement à l'éducation, un centre de pouvoir de l'État, la concentration du capital et d'autant plus subtil de la division du travail et des relations de marché, la mobilité, la consommation de masse, etc, mais - ici nous en venons à la généralisation de modèle - d'un triple personnalisation: la libération de l'histoire sociale, les formes et les relations dans le sens traditionnel de la situation de domination et de la ( dimension de libération), la perte de stabilité en termes de connaissances, les croyances et les normes ( dimension razvolshebstvleniya ) - et comment inverser le sens des concepts - un nouveau type d'intégration socio-culturelle ( la dimension de contrôle et de réinsertion ).

26

Le deuxième sens de la modernisation de comprendre une variété de processus de capture de développement les moins développés ou en voie de développement des sociétés, de la modernisation comme une réponse au défi de la modernisation de la civilisation occidentale, à laquelle chaque entreprise dispose ou ne répond pas en conformité avec ses principes, ses structures et de caractères, dans un long développement . Dans ce sens du terme modernisation se réfère à la sous-sociétés, et décrit leurs efforts pour rattraper le leader, la plupart des pays développés, qui co-existent avec eux dans un temps historique dans une seule société globale. Dans ce cas, la notion de modernisation décrit le mouvement de la périphérie vers le centre de la société moderne. Les théories de la modernisation et la convergence neomodernizatsii utilise le terme modernisation dans ce sens étroit du terme. Sur les différences et les interactions entre dosovremennymi (préindustrielle) des sociétés modernes et de style Art Nouveau dans le XIX siècle. écrit H. Spencer, A. Conte, G. Meng, F. Tennis, E. Durkheim. Enfin, le troisième sens de la modernisation est comprise comme un processus de transformation de l'innovation, la plupart des pays développés en Europe et en Amérique du Nord, qui a commencé le processus de modernisation et de longue enracinée dans le style moderniste. Sur le sujet de la transition vers une société postindustrielle, il ya les travaux de construction, en particulier, D. Bell, JK Gelbreyta, R. Iglegarta, F. Fukuyama, C. Handy, L. Turou, VL Inozemtsev. La modernisation comme un macro-socio-culturel a sa base théorique. Il représente la théorie de la modernisation, la formation de ce qui a été influencé par l'évolutionnisme, le fonctionnalisme et diffuzionizm. Une contribution fondamentale à la formation des concepts scientifiques qui expliquent les macromodernisation, c'est-à-dire passage de la traditionnelle à la société moderne, ont fait O. Conte, C. Spencer, K. Marx, M. Weber, E. Durkheim, F. Tennis, P. Cooley, D. Maine. Les théories de la modernisation dans leur forme classique scientifique et obtenu la reconnaissance publique dans les années 50 - mi-60. XX siècle. Comme l'ont bien connu le travail de M. Levy, E. Hagen, T. Parsons, N. Smelzera, D. Lerner, J. Aptera, S. Eyzenshtadta, P. Berger, W. Rostow.
27

Parmi les études functionalists convient de mentionner les travaux de classiques américains et de la sociologie du monde T. Parsons, le processus de ségrégation socio-culturel de l'importation dans la modernisation de l'expérience des pays. T. Parsons croit que les tentatives constantes de diviser importés inokulturny une expérience acceptable et inacceptable tend à préserver les valeurs d'une culture de haut niveau d'ouverture, dans le même temps, la façon dont les changements radicaux au niveau de la valeur des spécifications, c'est-à-dire au niveau des grands fonctionnelle sous-système . Evolutive, notamment G. Spencer (1820-1903) - philosophe anglais, biologiste, psychologue et sociologue, l'objectif principal de leurs constructions théoriques sur l'analyse de la façon dont la société se développe. Le plus complet H. Spencer a présenté ses vues sur l'évolution de la société comme un ouvrage fondamental Fondements de la sociologie. Lui et ses disciples à accorder une attention particulière à la continuité du changement social, progressive, des résultats positifs du processus de l'évolution, le caractère évolutif du processus de modernisation. Ils ont estimé que la modernisation de transformation unique: les pays les moins avancés devraient prendre le même chemin, qui ont été de moderniser les pays développés, les changements sont graduels, cumulatif et pacifique. Ils ont souligné l'importance de l'exogène, des raisons intrinsèques, et décrit les facteurs de changement les termes structurels et différenciation fonctionnelle, amélioration adaptative evolyutsionistskimi et des concepts similaires. Professeur de l'Université Jagellonne de Cracovie P. Shtompka note que, dans le cadre de l'évolution - des partisans de la théorie de la modernisation, il est à une amélioration générale dans la vie sociale et la condition humaine. La modernisation et la convergence a été considéré comme nécessaire, irréversible, et les avantages des processus endogènes. La voie de la modernisation de la transformation est composé de plusieurs phases, des segments, ou les stades, par exemple, Traditional - transition - Modern, traditionnelle - Stage d'atteindre des conditions préalables pour commencer le changement - le début de la continuité de la croissance - maturité - pour atteindre le niveau de consommation de masse.
28

Modernisation de la théorie classique sur le contraste entre la première et la troisième monde. Auteurs, tyagotevshie pour les théories classiques de la modernisation, en général, la convergence dans la prochaine. L'idéologie du progrès et de laïcité est de plus en plus de contenu, tout au long de la période de modernisation evropotsentrizm processus historique déterminé, en supposant que le mouvement des différents peuples dans l'escalier pour monter le rationalisme et ekonomikotsentrizmu. Un célèbre politologue américain Robert Nisbet, résumant les points de vue des classiques de la pensée politique et sociale en cours, a déclaré que, en général, la conception classique de l'idée peut être considérée comme une libération progressive de l'humanité de la peur et l'ignorance de la circulation sur la voie à des niveaux toujours plus élevés de la civilisation. Dans ce cas, la théorie de la modernisation est privé expression du paradigme du progrès. Diffuzionisty (F. Rattsel, L. Frobenius, F. Gröbner) a interprété le processus de développement, et certains de leurs adeptes et les processus de modernisation, principalement à la diffusion, plutôt que de façon endogène, l'évolution dans la nature. Contrairement à l'interprétation de la modernisation que les tendances de l'évolution spontanée, l'auto bas, diffuzionisty pense qu'il a commencé et est contrôlée par les top intellectuelle et l'élite politique, qui cherche à surmonter le retard de leur pays par le biais de prévu, purposeful actions. Diffusion sert de mécanisme pour la modernisation des changements. L'interaction entre les plus développés, modernisés et moins développés, à la modernisation des sociétés est un facteur crucial dans la modernisation. Dans les pays en transition comme l'objectif de la modernisation sont considérés comme des pays développés de la civilisation occidentale. Par conséquent, la modernisation - il n'est pas seulement un développement spontané d'une orientation progressive. Dans cette compréhension, de la modernisation est une conséquence directe et souhaitable d'avoir une idée plus précise de transfert inokulturnyh normes, valeurs, institutions, modes de travail et de loisirs du groupe de référence qui leur est propre. La modernisation n'est pas un auto-entretenue, samoprogressiruyuschim processus. Il

29

s'agit plutôt d'un transfert de spécimens, de modèles, et les réalisations des pays développés à leurs propres moyens. Processus de modernisation dans les sociétés pourraient être expliquées en utilisant la théorie de l'évolution et diffuzionistkoy. Compte tenu de l'interaction endogène (evolyutsionistskih) et exogènes (diffuzionistskih) du processus de modernisation, l'auteur nous présente leur classement: Endogenous type de modernisation - d'un processus endogène de déterminer la dynamique socio-culturelle. Mise à jour due à des causes internes complexes, l'auto samotransformatsiey société. Un exemple de ce type de modernisation, de Modern Times, est le développement de l'Europe occidentale et Amérique du Nord. Adaptive (capture) la nature de la modernisation. Pratiqué dans les Etats qui n'appartiennent pas à l'Ouest des pionniers de la modernisation, en commençant comme une adaptation à des processus de réaction rapide de la dynamique sociale et culturelle de la civilisation occidentale dans le moderne, en passant sur un défi réponse. Divisé en deux sous-espèces: I. modernisation samovesternizatsiya. Lancé en interne afin d'atteindre les objectifs, qui comprennent la nécessité de surmonter le retard technologique de la civilisation occidentale moderne et la préservation de l'indépendance. Ce type de modernisation, à son tour, est divisée en deux sous-espèces: A) la défense de modernisation. Une avant tout pour renforcer le potentiel militaire et politique de l'État, l'évolution de la société sert plus comme un processus secondaire technique et technologique de l'emprunt. Selon ce modèle, le renforcement de la modernisation de l'État est l'objectif absolu, mais les gens seuls moyens de subsistance à une fin. Un exemple est la modernisation de la Russie, les réformes de Peter I jusqu'à la fin de la période soviétique, à l'exception de la réforme de Alexander II et de la transformation socio-culturelle de la période postsoviétique. R. Bendiks remarqué que seule la première modernisation de la nation a la chance de suivre son propre chemin de façon indépendante, sans pression extérieure. Tous les autres pays sont influencés par la lutte entre l'avant-garde et
30

l'arrière-garde de la modernisation. La menace de la défaite militaire forcé laggards (la Russie, l'Empire ottoman, le Japon) à la réforme de la bureaucratie et l'armée. Cette mise à niveau est décrit par la notion de défense de la modernisation . Cette vaste mise à niveau, basée sur l'attribution et le développement d'autres réalisations culturelles de la population, les résultats de l'innovation d'emprunt sans acquérir la capacité d'auto-innovation, qui ne peuvent pas être empruntés. B) la modernisation libérale. Un changement de la société et la libération de la perception humaine, non seulement les techniques et les outils technologiques de la civilisation occidentale moderne, mais aussi les processus qui ont conduit à la création de cette trousse, la perception occidentale de la généalogie des institutions, des normes, de valeurs, de comportements. Un exemple classique est la réforme de Alexander II, ainsi que le processus de modernisation en Russie et dans les anciens pays socialistes d'Europe de l'Est dans les années 90. XX siècle. II. modernisation de la tutelle étrangère. Il s'agit d'une transformation du système socio-culturel, avec la participation directe ou indirecte par l'état ou le nombre d'États appartenant à la civilisation de la modernité occidentale. Géopolitique de la souveraineté, en règle générale, pas conservés. Ce type de modernisation, à son tour, est divisée en deux sous-espèces: A) la modernisation, sous la forme de la part de responsabilité. A, dans l'esprit de la coloniale et semi-politique, où une ou plusieurs branches de l'économie coloniale servir les intérêts de l'économie métropolitaine, alors que d'autres industries ne reçoivent pas une impulsion au développement. Modernisation des colonies ne sont pas examinés et n'a pas formulé comme un problème de politique. Le développement social et culturel de l'Etat est contrôlée par les produits des activités de l'administration coloniale. Un exemple est le régime colonial britannique en Inde, qui a été formé vesternizirovannaya l'élite indienne, qui a commencé la lutte pour la libération de la domination coloniale. B) la modernisation sous la forme de systémique, d'un ou de plusieurs Etats lancer et d'assumer la pleine responsabilité du processus de modernisation dans le

31

service des domaines. Un exemple servir de mai en Allemagne et au Japon après la Seconde Guerre mondiale. Le régime est conditionnelle, dans la pratique, il est le mélange de facteurs internes et externes qui déterminent le processus de modernisation, tandis que la composante diffuse domine dans le processus de modernisation de la nontransition des sociétés. Dans les années 70 - années 80. XX siècle. la notion de progrès, en général, et la théorie de la modernisation, en particulier, ont été soumis à une réévaluation. Dans le cadre du discours scientifique et de la conscience publique a été mise en cause comme un modèle d'évolution de l'arrangement du monde, sa modernisation, et la notion même de progrès. Les détracteurs de la théorie de la modernisation a fait de la faible efficacité de la transformation de la modernisation dans les pays du tiers monde, à leur exclusion partielle ou totale. Il a été reconnu qui persiste et qui est susceptible de continuer à rester une grande diversité du pays moderne. Par exemple, le célèbre sociologue israélien S. Eyzenshtadt noté que la contradiction entre l'unicité de l'Ouest et le fait qu'il a été comme un modèle pour le reste du monde, mais d'autre part, les spécificités de la dynamique des autres civilisations, il n'est pas évident à l'époque de Marx et de Weber, lors de la propagation du capitalisme et de la modernisation en dehors de l'Europe en était à ses débuts. Mais il est devenu beaucoup plus évident à des stades ultérieurs de la modernisation après la Seconde Guerre mondiale . À la suite de processus de modernisation dans les différentes régions du monde, il s'est avéré que le processus de modernisation et les résultats sont influencés par les traditions socio-culturelles des pays bénéficiaires. Transformer la société inokulturnye perçoivent l'innovation, les modifier, faire de la production hybride, combinant des éléments de la matière importée et locale inokulturnogo traditions socio-culturelles. L'authenticité de l'origine des échantillons et l'efficacité pratique de l'hybride structures ne sont généralement pas élevé. En ce qui concerne le fait observer dans le XX siècle. la propagation mondiale de la modernisation des processus et la modernisation institutionnelle,
32

l'image se dégage de la macro de cette façon. Jusqu'à la seconde moitié du XX siècle. véritable supériorité de la civilisation occidentale dans la zone géographique qui a donné naissance au moderne, sur le reste du monde a été le principal, sinon absolue. Comme solution de rechange pour la plupart du siècle dernier préconise projet socialiste, c'est avant tout de l'URSS, une tentative désespérée pour atteindre les performances quantitatives du modernisme. Options de modernisation socialiste pratiquée au cours du XX siècle. dans divers pays à travers le monde, en particulier dans l'URSS, a été, malgré toutes les différences idéologiques, seule l'une des branches de grand processus de modernisation, l'adaptation de la non-réponse. Ce n'est pas par hasard que, en dehors de la gamme traditionnelle de la modernisation, il a été perçu la modernisation socialiste option, car il est en corrélation avec la mentalité collective des sociétés. Il est à proximité de collectivisme socialiste de l'Asie, dans la mesure où individualiste civilisation euro-atlantique, où ses chances négligeable. Situation révolutionnaire en Allemagne et en Hongrie après la révolution d'Octobre en Russie, comme dans le cas de la Russie ont été le résultat de la défaite de la Première Guerre mondiale, la conséquence d'un développement à prédominance autochtone. La seconde variante des projets, n'ont pas la prétention à l'universalité, un projet du national-socialisme. Il ne faut pas oublier que la modernisation est un processus progressif et la synthèse de la dynamique inverse, de progrès et de régression, même si, en traitant avec une longue diahronnom contexte, dominé par l'augmentation des processus dynamiques. En combinaison dialectique raznovektornyh processus dynamique, un exemple négatif de la réponse adaptative au défi de la civilisation euro-atlantique de modernisation peut être considérée comme l'expérience des régimes totalitaires du XX siècle., Y compris en particulier l'expérience de l'Allemagne nazie et l'Union soviétique sous Staline. Utilisation de la modernisation des progrès technologiques combinés avec le refus des formes démocratiques d'organisation de la société, les droits de l'homme, des règlements sévères potentiel créatif des individus.

33

En raison d'enracinement totalitarisme avéré plus difficile le développement de la culture et de la société, avoir une capacité d'auto-organisation, les propriétés des systèmes ouverts et nonequilibrium. Les régimes totalitaires du XX siècle. persistantes coque externe société moderne, rendent indispensable fondement ontologique. Les pays de la deuxième vague de modernisation de l'Allemagne au siècle dernier, derrière le politique et économique des pays plus développés. National-socialiste allemand essayé d'adapter la technologie à la société moderne, ouverte objectifs du totalitarisme, société fermée. Le fascisme en Allemagne a été une réaction au renforcement du contrôle interne de crise sociale et culturelle et de la politique étrangère défaite. Dans ce cas, plutôt, sur l'utilisation de la puissance de la modernisation dans le domaine instrumental de l'application de progrès technologiques, de construction militaire, en partie dans l'économie. Les régimes totalitaires ont cherché à adapter certaines de ces évolutions pour la re-création d'une société fermée, une idéologie qui est un mélange de rationalisme et irratsionalizma, le recours à la science et à la même époque, le plus archaïque, syncrétique de traditions socioculturelles. Dans la seconde moitié du XX siècle. situation a changé radicalement, en Allemagne, en commençant par sa partie occidentale est devenue une partie de, et, ensuite, un élément structurel du modernisme européen. Plutôt difficile chemin dans cette direction et de certains autres pays du continent européen, dont l'Italie et l'Espagne et, plus tard, la Pologne, la Hongrie et d'autres anciens pays socialistes, les intégrer progressivement dans la communauté euro-atlantique de la civilisation moderne. Le reste de l'humanité tels que définis dans les années après la Seconde Guerre mondiale que le tiers monde, a non seulement omis de fournir une alternative universel, mais efficace, des options de développement local pour les non-membres. La situation a changé dans la seconde moitié du XX siècle. Lorsque la modernisation a conduit à la propagation de la modernisation est bien au-delà de la civilisation occidentale.

34

Un exemple de cela - une dynamique, économiquement et socialement succès du groupe des États d'Asie, le processus de modernisation dans la civilisation islamique, y compris la tentative de construire l'économie, en tenant compte de la pratique suivie dans l'établissement religieux (l'interdiction du prêt vzymanie pour cent dans la tradition coranique). Période de modernisation de la civilisation occidentale se développe principalement dans le plan horizontal, en laissant derrière eux un corset, de plus en plus réduits, la dimension verticale. Notez que la direction verticale, nous comprenons la valeur de sacré, la dimension transcendante et d'une direction horizontale - la valeur de la terre, la vie physique. Il s'agit d'un départ du sacré, transcendant les valeurs, en particulier, à transformer et à enrichir le nouveau contenu chrétien séculaire sur leur généalogie structures. Non-civilisation n'est pas assez long pour répondre à l'appel de la modernisation de l'Ouest en raison principalement de leur civilisation les priorités se situent dans la domination de mesure verticale au-dessus de l'horizontale. Dans le cadre du processus de modernisation, le désir de rattraper et dépasser sans perdre de moderniser l'État, ou du moins de ne pas transformer radicalement la civilisation traditionnelle identité est plutôt problématique. Dans le cas de la mise en œuvre pratique de ces projets ont obtenu la transformation, généralement au coût de la tension extrême des forces de la société et l'État, a reçu raznovektornoe la direction du mouvement du système ne peut fonctionner efficacement dans un de ces avions. Se poursuit aujourd'hui et infantilisme mifologizm conscience, et pas seulement en Russie, continue de se concentrer sur la possibilité de réaliser l'ensemble des bienfaits de la civilisation et le niveau de vie, rien de significatif ne sera pas un don. Ainsi, les arabo-musulmans religieux penseur S. Qutb décrit l'idéal société musulmane, qui, dans sa vie matérielle serait en ligne avec moderne (occidentale) de civilisation, et l'esprit, la philosophie - les croyances religieuses, les idées sur la vie, l'objectif de la vie humaine, la place de l'homme l'univers, sur ses propriétés, droits et responsabilités - sur la base d'providentsializme .
35

Les tentatives de modernisation de l'avion dans la mesure de la civilisation, qui comprend l'économie, des formes d'organisation de la société, technologie, etc, tout en maintenant la priorité de la mesure verticale de la civilisation, de sa dimension spirituelle, religieuse -, il n'est pas une utopie. Cependant, le désir de préserver l'identité des civilisations aboutit à un individu, chaque fois que le ratio des collectivités locales (civilisation) et universel (stadialnogo). Ce ratio, dans le contexte de la civilisation, à son tour, n'est pas statique, mais est déterminée par l'intensité de endogènes face à son contexte historique et socioculturel de l'adaptation dynamique de nature à l'égard de la dynamique de l'exogène, produit au cours de la période de la civilisation occidentale moderne. Dans la seconde moitié du siècle dernier, le processus de modernisation sont devenus mondiaux. Modernisation de la précédente période de mondialisation a créé. La mondialisation est devenue une source de ressources et de la modernisation, l'ouverture des changements dramatiques dans le monde vivant dans lequel les sociétés occidentales ont été les pionniers. C'est un long processus historique, qui comprend un certain nombre d'éléments de la définition de la culture et de l'émancipation humaine. Aujourd'hui, on peut affirmer que la mondialisation est une donnée unique et universel Nouveau projet. La mondialisation se manifeste dans le mouvement vers une intégration économique, juridique, d'information, d'éducation et, en bout de ligne, espace culturel, est le stade actuel de la modernisation. Il s'agit d'un flux, le vecteur de flux de modernisation / mondialisation de changement, une évolution vers des interventions complémentaires à la paix, fondée sur les institutions et les valeurs de la civilisation occidentale moderne. La mondialisation est le produit de l'accélération de la dynamique socioculturelle de l'ensemble du monde, qui mène à un endroit géographiquement, socialement, culturellement éloignés lieu dans un seul continuum spatio temporel en l'espace d'une seule cause à effet. La mondialisation est la propagation de la macro-environnement institutionnel et réglementaire, la valeur de la civilisation occidentale de moderniser le monde, résultant en une plus grande perméabilité des
36

frontières des États-nations et d'un affaiblissement important de la souveraineté nationale, si un certain nombre de fonctions du gouvernement sont transférés au niveau transnational. Ce processus est dû à diverses raisons, principalement la réduction émergents, en notant les fonctions de l'Etat aux fonctions du gouvernement local (services postaux, qui fait partie du système éducatif, les pouvoirs de la police, etc.) Le plus important d'entre eux - l'exhaustivité de la géo-politique de souveraineté sur son territoire - l'objet de redéfinition, l'évolution se produit dans le sens d'une réduction des pouvoirs de l'État-nation. Au cours de la fin du moins de moderniser les États peuvent sérieusement parler de la sécurité nationale avec l'aide des forces armées, économique, éducatif, fiscal espace devient de plus en plus caractère supranational, le moins de contrôle au niveau national. Dans le processus de mondialisation, l'identité de la personne amélioré transcende les frontières nationales, de plus en formes transnationales de l'identité. Ceci augmente le niveau de liberté, de la transformation de la communauté nationale et les traditions culturelles. Les formes de prestige social, les modes de référence, les normes et les valeurs sont simulés et sont diffusés dans le mondial de l'information et espace culturel. Maintenant, vous pouvez identifier à l'échelle mondiale transkulturnymi formes de solidarité sociale, qui remplace un précédent en grande identification avec les religions du monde et des nations, les Étatsnations. Aujourd'hui, le vecteur de l'historique et socio-culturel a changé la dynamique de l'institutionnalisation, les entreprises verticalement intégrées formes de solidarité sociale au réseau formes (R. Castells), les mouvements sociaux, globale, c'est-à-dire ouest de la généalogie de ses normes, de valeurs, de comportements. Man ère de la modernisation de la fin qui peut s'identifier avec les mouvements transnationaux, y compris les anti, les écologistes (Greenpeace), les minorités sexuelles, les mouvements de jeunesse non-conformiste type, avec les propriétaires de voitures, machines à laver, shampooing, avec des consommateurs de certaines marques de produits de référence et des services. Une personne peut
37

agir en tant que propriétaire de la maison construite pour un projet spécifique, le modèle de voiture, faire un choix entre la grande communauté de consommateurs amateurs de Pepsi ou Coca-Cola, la racine de l'équipe de football, qui représente souvent l'Etat-nation dont il est, solidariziruyas avec les fans de ce club etc En outre, de nouvelles formes d'identité et de solidarité constituent une identification avec les produits culturels produits par les médias à l'échelle mondiale. Personnalité mai être conscients d'eux-mêmes dans le cadre prestigieux d'un des groupes sociaux qui sont créées et reproduites par le biais de la publicité sous diverses formes.

La Russie impériale et le modèle libéral de la modernisation En décrivant les processus de modernisation en Russie, un certain nombre d'auteurs, notamment A. Kara-Murza et A. Wisniewski, recours à la notion de modernisation conservatrice, vstraivaya la Russie dans un certain nombre de pays qui sont à la recherche d'une véritable entrée dans la modernité, centrée sur la préservation ou de la lenteur transformation des valeurs traditionnelles, des institutions et des relations. De notre point de vue, l'utilisation du terme modernisation conservatrice par rapport à la Russie n'a pas, au moins, parce que le but de dominer la ligne de modernisation de la Russie n'est pas la transformation du système de la Russie dans la civilisation moderne. Cette distance a été démontré à la fois avant et après la révolution bolchevique de 1917 Ainsi, L. Pellikani croyait que la révolution bolchevique en Russie a été la tentative radicale de stopper la propagation de la culture occidentale. Le système soviétique a tenté de ne prendre que la civilisation de l'ouest de la science et la technologie, en abandonnant le reste. Puissance industrielle de la bolcheviks utilisées pour contrôler l'Ouest et de l'édification d'une société hostile à l'individualisme et laïque , qui est très hostile motifs modernes. Similaires de la position est bien connue en anglais érudit dans le domaine des relations
38

internationales Kouker K., estime que tous les non-aggravation du communisme en Russie. Lénine a été le produit de réaction de la Russie contre l'Occident, et non pas le catalyseur de l'occidentalisation des pays . Nous ne pensons pas qu'il est correct en ce qui concerne la Russie, et l'utilisation du terme capture de développement, même si certains auteurs travaillant sur la Russie, la modernisation de transformation, et nous pensons que la Russie se développe principalement dans le cadre de ce modèle de la modernisation. Malgré le fait que, dans certaines situations historiques, le sens de circulation en Europe (ou US) aussi avancées que la Russie et la capture de la même chose, mais si l'on considère la situation dans le contexte d'un vieux de plusieurs siècles d'interaction historique / la lutte contre la Russie et la civilisation euro-atlantique, les membres de la zone de la course n'est plus coureur déplacement dans la même direction, sur différents, mais les pistes unidirectionnelles. Les divergences de trajectoires historiques, civilisationnels paradigmes de développement est clair, donc il est assez difficile de parler de la capture de développement au sens strict du terme. Nous pensons que la tâche de comprendre la nature des processus de modernisation de la Russie a besoin d'un mandat spécial et de mettre dans une série typologique. Notre thèse est la suivante. À la suite de siècles d'interaction historique avec la civilisation occidentale en Russie, a toujours joué situation ambivalente dans laquelle socio-culturelle de la fondation de la civilisation russe, et sont déterminées en interne stabilisée pendule cycle, où le modèle impérial dominant de la modernisation de l'autre des composants du modèle de libéral. Ce processus de modernisation a une dominante stable - un modèle impérial de la modernisation. Il semble non seulement possible mais aussi nécessaire d'examiner la question de la modernisation de la Russie n'est pas aussi samorazvertyvayuschiysya processus qui se déroulent en elle-même comme quelque chose de naturel, mais comme un aspect de l'interaction avec makroistoricheskogo euro-atlantique de la civilisation moderne.

39

Quelle est la modernisation impériale? Empire ne vise pas à évoluer dans le sens de l'intégration dans la civilisation moderne, en fait, elle a peur de la transformation libérale des faiblesses internes et inhérentes à l'adoption inokulturnyh les institutions de la démocratie politique, le marché capitaliste, la nécessité de prendre des engagements significatifs en ce qui concerne le montant des droits de l'homme. Les objectifs de la modernisation impériale n'est pas de renaître, l'adoucissement de l'empire, il est important de prendre de l'ennemi, que les éléments qui lui permettent de faire face à (dans une solution - à la concurrence). Imperial modernisation n'implique pas une transformation structurelle de la société, mais surtout les changements dans ces domaines ou d'autres, principalement liés aux besoins de construction militaire. En outre, la modernisation impériale est effectuée principalement dans la stabilisation et la conservation des caractéristiques de base de l'empire, qui a servi de inokulturnye emprunt, et la réalisation de la compétitivité de certains éléments du système culturel et civilisationnel. Ainsi, à l'égard de privé, mais il est un représentant de la modernisation de l'empire soviétique, Pellikani estime que si la société moderne - la société, les communistes dans leurs actions ne sont pas liés par des lois. États communistes n'était pas la version totalitaire de l'État moderne, comme il a nié tous les grands principes de la moderne et n'emprunte que les avancées scientifiques et technologiques de l'état de la partie la bureaucratie . Imperial modernisation n'est pas liée à la déconstruction empire, au contraire, contribué à son succès les défis de la construction et de reproduction impérial dans les nouvelles conditions historiques et socioculturelles. Il s'agit de la spécificité des tâches peut être considérée comme une modernisation impériale de l'histoire et de phénomène culturel. Nous avons présenté un modèle général de la modernisation impériale, bien sûr, que le véritable processus socio-historiques et de ne pas procéder de manière simple et mehanistichno. La confrontation et les conflits sont aussi une forme de
40

dialogue culturel et civilisationnel, et sa dialectique ne convient pas à l'étroit dans le système mécanique. Les écarts de ces régimes ne sont pas à l'abrogation de la logique commune, construite dans le contexte historique de l'interaction avec l'Europe, qui se reflète dans asymétrique et de non-cumul impériale et libérale, les modèles de la modernisation de Russie. Dans le cadre du modèle libéral, nous comprenons d'un type de perception de l'expérience de la culture et la civilisation de l'Occident, qui implique la transformation de la société russe dans un sens libéral. Selon le point de vue, J. Berbank, imaginaire Occident est devenu un modèle pour l'imaginaire ou antimodelyu Russie , et l'opposition binaire pour couper de la possibilité d'autres projets culturels. Ainsi, l'historique de la dialectique des relations entre la Russie et l'Occident dans le cadre de la modernisation acquiert une autre dimension, qui n'est pas seulement une dimension interne de la civilisation russe. Le modèle libéral et impérial de la modernisation dans l'histoire de la Russie n'est pas seulement dans une position alternance, cette séquence n'est pas aussi linéaire. Quant à l'effet de différentes tendances, ils ont presque toujours fonctionner en parallèle. À une époque où l'empire est dans une phase de modernisation impériale inokulyurnye éléments illégitime par rapport à la situation socio-culturels de l'empire, le système va inévitablement pénétrer: La volonté d'achever la transformation de la plus archaïque des institutions sociales attenant à la perception négative de l'expérience occidentale de la modernisation capitaliste. Le désir de préserver la dignité de réel ou de la culture nationale avec l'un ou l'autre des caractéristiques socio-culturelles de la structure dans la contradiction avec le processus, même très restreint des réformes administratives et militaires . Pénétrant dans la Russie d'espace socio-culturel, ces éléments contribue inokulturnye interne érosion de la base impériale, ce qui prépare le terrain pour l'essor de la modernisation des tendances libérales. À son tour, l'abondance des éléments inokulturnyh, accompagnée de l'affaiblissement de l'empire des motifs des systèmes sociaux et culturels, à fermenter dans la société et, en général, divers degrés de sévérité de la répression de la réponse du système impérial.
41

Pénétration constante dans la Russie du système socio-culturel de l'influence européenne, l'infiltration dans la Russie du système socio-culturel de l'Occident sur sa propre généalogie des éléments déterminent largement l'ambivalence des sentiments d'attraction et de rejet, qui est la Russie contre l'Occident, qui a été ... pour les Russes à la même heure et le but recherché par le et l'objectif pour lequel le tournage ... . Quoi de curieux, pour la Russie, les Occidentaux West - plutôt consacré une bonne compréhension de l'état de choses: l'Ouest pour les Occidentaux - le point de vue, plutôt que de la réalité culturelle et géographique. À l'autre extrême, la vie sociale et culturelle, un signe de l'évolution des perceptions de la civilisation occidentale, à l'opposé: ... l'Occident de nous est le mal. Cela encourage la peur, agent actif pour la protection de nos valeurs, à partitsipatsii active et de notre plus haute vérité, stimule la peur de l'échec, qui conduit automatiquement à partitsipatsii mal à l'Occident . Il convient de noter que la réflexion sur l'Asie composantes de la civilisation de la Russie dans la conscience du public se manifeste beaucoup plus faiblement que le débat sur la constante de notre relation à l'Europe. Il est à noter que la Russie, il existe différents intérieure Asie - Asie et les peuples des territoires d'Asie, mais tout de même elle ne peut pas être attribué à l'est elle-même, car pour de nombreux siècles, a modernisé ses eurasienne. Empire des citoyens sont opposés à la civilisation libérale sentiments d'attraction et de rejet. D'une part, l'empire, cherche à acquérir des avantages sociaux intéressants de la civilisation libérale - le commerce, la connaissance, la technologie, mais d'autre part, rejette la conscience impériale de l'ensemble du système, qui produit de ces avantages. Devant une telle abondance d'emprunt inokulturnyh Imperial système socioculturel a peur de la renaissance, parce que, pour quantifier les niveaux inokulturnye éléments de l'auto et de commencer à jouer du système. Ici, il convient de rappeler T. Parsons, le processus de ségrégation socioculturel de l'importation dans la modernisation de l'expérience des pays, et notant que les tentatives constantes de diviser importés inokulturny une expérience
42

acceptable et inacceptable tend à préserver les valeurs d'une culture de haut niveau d'ouverture dans la même temps de changement radical hériter de la valeur de la route au niveau des spécifications, c'est-à-dire au niveau des principaux soussystèmes fonctionnels . De notre point de vue, en Russie, ces changements au niveau des principaux sous-systèmes fonctionnels strictement dose car zaimstvuemoe doit opérer dans l'étroit, bien délimité par le biais et en aucun cas pas de racine, autrement disistemnye éléments peuvent faire pour un autre système. Par conséquent, le dosage et la séparation des éléments inokulturnyh est un défi à la décision prise par la conscience impériale toujours prendre très au sérieux. Le mécanisme existant pour le maintien de la stabilité interne de la Russie sur la situation socio-culturel, le remplacement permanent de la conscience impériale entrave l'innovation. Le système est protégé de l'environnement par le contrôle et la répression de comportements indésirables du point de vue des élites sociales et culturelles. Statistiques de la royauté, l'empire russe, l'Union soviétique s'est efforcée de tenir inokulturnuyu, principalement occidentaux, des informations relatives à l'outil technologique. Ainsi a été réalisée par la reproduction sociale et culturelle, identité religieuse, le report de l'historique et les dynamiques socio-culturelles, où l'image de l'éducation, dépourvue de toute approfondie éducation et de citoyenneté, et reconnus (Moscou - SG), les autorités de la meilleure pour leur pays et la plus conforme à leurs de dire que le peuple aurait été peu probable de se déplacer, s'il en a reçu une éducation et une meilleure compréhension de Dieu, ainsi que d'un bon appareil. À cette fin, les rois de la destruction de tous les moyens de l'améliorer et essayer d'éviter tout étranger, qui pourrait changer la native traditions . En résumé, on note que le processus de modernisation dans la société russe dans la dimension extérieure de la téléologie déterminée impériale Ouest, qui est exprimé dans une relation ambivalente d'attirance et de répulsion. Dans la dimension interne du processus de modernisation de déterminer la dynamique
43

impériale dominante de la lutte et de servir comme éléments d'un modèle libéral de la modernisation.

Littérature 1. Benedict R. Les images de la culture / / L'homme et l'environnement socioculturel. M., 1992. 2. Benoît R. Chrysanthème et le sabre: Patterns of Japanese culture. M., 2004. 3. Gavrov Sergey Mise à jour pour le bien de l'empire. Aspects socioculturels de la modernisation de Russie. M., 2004. 4. Giddens, A. Sociologie M., 1999. 5. Girts, K. Interprétation des Cultures. M., 2004. 6. James, W. La multiplicité de l'expérience religieuse. M., 1993. 7. Klakhon, K. miroir pour l'homme. Introduction à l'anthropologie de SaintPétersbourg., 1998. 8 Levy, L. brulee surnaturel dans l'esprit primitif. M., 1994. 9. Levi-Strauss, C. pensée préhistorique. M., 1999. 10. Levi-Strauss, C. pensée préhistorique. M., 1994. 11. Lévi-Strauss, C. Anthropologie structurale. M., 1985. 12. Malinovsky, B. Magic and Religion / / Religion et Société. M., 1996. 13. Malinovsky, B. La mort et la réintégration du groupe / / Religion et société: Хрестоматия sur la sociologie de la religion. M., 1996. 14. Moss, M. Society. Partage. Personality. M., 1996. 15. Orlova, EA Social et culturel des conditions de la modernisation en Russie. Bibliothèque à l'ère du changement. Vol. 2 (10) Moscou, 2001. 16. Parsons, T. Le système des sociétés modernes. M., 1997. 17. Habermas, Yu discours philosophique de la modernité. M., 2003. 18. Shtompka, P. Sociologie du changement social. M., 1996.
44

19. Evans-Pritchard E. Nuer. M., 1985. 20. Eybesfeldt, I. L'espace public et son rôle social / / de la Culture. 1983. Numéro 1. 21. Eyzenshtadt, S. Pluralité modernisme dans l'ère de la mondialisation / / La mondialisation: Les contours du XXI siècle. M., 2002. 22. Eyzenshtadt, S. révolution et de transformation sociale. Une étude comparative des civilisations. M, 1999. 23. Fomichev, PN Le discours de la mondialisation et les tendances dans le développement de la sociologie: Analyse / / les recherches sociologiques sur le seuil du XXI siècle. / RAS. INION. M., 2000. 24. Dusk Kouker K. West. M., 2000. 25. Kravchenko, II Modernisation de la Russie d'aujourd'hui / / Etatistskie modèle de la modernisation. M., 2002. S. 6-30. 26. Fedotova, VG Modernisation autres en Europe. M., 1997. 27. Geller, M.Ia. La machine et les vis. L'histoire de la formation de l'homme soviétique. M., 1994. 28. Fomichev, PN Le discours de la mondialisation et les tendances dans le développement de la sociologie: Analyse / / les recherches sociologiques sur le seuil du XXI siècle. / RAS. INION. M., 2000. 29. Bolshakova, OV Le paradigme de la modernisation de l'anglo-américain rusistike (Empire russe) / / Political Science. Politiques de développement et de modernisation: Modern études: samedi. science. tr. / RAS. YNION. Centre social. informer les scientifiques. Issled.; Otd. la science politique. Ross, Assoc. la politique, la science, éd. Ed. et de statut. AG Volodin. M, 2003. 30. Solovyov, EG A la racine de Russie conservatisme / / Political Studies. M., 1997. Numéro 3. 31. Pivovarov, Yu.S. L'histoire russe comme idée russe. Partie II. Vlastetsentrichnye motifs iideologicheskie / / Russie et le monde moderne. 2003. Numéro 3.

45

32. Lotman, YM Le symbolisme de Saint-Pétersbourg et le problème de la sémiotique ville / / Sélection d'articles à partir de: 3 t. T. 2. Tallinn, 1992. 33. Akhiezer, AS Russie: l'expérience historique de la critique. 2. M., 1991. 34. Fedotova, VG Entre l'Europe et l'Asie / / les Occidentaux et les nationalistes: le dialogue est-il possible?: Compte-rendu de ce débat. M., 2003. 35. Parsons, T. Essays système social / / Un des systèmes sociaux / Ed. VF Chesnokov, et SA Belanovskogo. M., 2002.

II. La culture politique: de la société traditionnelle à la société moderne. La culture politique - la façon dont les gens de la participation à la vie politique, qui comprend les normes, les valeurs, les comportements adoptés dans les politiques nationales et se manifeste sous la forme de gouvernement. Anthropologie culturelle primitive a d'abord, les sociétés archaïques, en examinant en particulier la manière de l'organisation sociale et politique. À des degrés divers, la question se sont tournés vers les anthropologues culturels James Feyblman ( Type Culture), Alfred L. Kreber ( Style et de la civilisation), Ruth Benedict ( Chrysanthème et le sabre: Patterns of Japanese Culture et Les types psychologiques des cultures Sud-Ouest des États-Unis ), Leslie A. White ( La structure économique de la haute culture ), EB Taylor ( Prehistoric culture), le dernier M. Salins, M. Harris, S. Tyler, D. Schneider et d'autres, bien sûr, que la notion même de p. r. dans l'étude de la primitive, archaïque, les sociétés n'ont pas de temps a été le scientifique et son utilisation. Toutefois, étant donné l'état dans une forme ou une autre, il y avait de la vie politique, notamment celle exprimée PK et de la vie politique de la société est un processus et le résultat de l'activité politique des différents groupes sociaux, les secteurs, les individus et les institutions politiques créées par eux.

46

Même Aristote écrivait que ... l'homme est par nature intrinsèquement politique (zoon politikon), et ceux qui par leur nature même, n'est pas due à des circonstances accidentelles, vivant à l'extérieur de l'État - ou de sousdéveloppement dans le sens moral de la substance ou de superman . L'inclusion de la sphère politique, en l'espace de la culture dans la tradition allemande et russe, il est traditionnel de la culture de la recherche: La politique et la sphère sociale font partie de la sphère humaine, composée d'un ensemble de problèmes humanitaires ... l'esprit, il doit inclure dans cette population, qui, si elle n'a pas la vie politique, sociale élément pour détecter un écart dangereux culture , - écrit en 1939, Thomas Mann article Culture et Politique . En Russie, en 1896, dans le dictionnaire encyclopédique Brockhaus et Efrona, il a été noté que l'examen de l'histoire culturelle de la culture est divisé en physique, mental et social. Nous tenons compte de la sphère politique de la culture, mais aussi économique, environnemental, juridique, ou parler de l'économie, l'environnement, la culture juridique et politique. Les descriptions de caractère national et à la population de partage des politiques, religieuses et d'autres valeurs, même dans l'antiquité on trouve dans les livres sur la géographie. Intéressante à cet égard, Histoire d'Hérodote et la géographie Strabon généraliser les connaissances sur les pays et les peuples d'Europe, d'Asie et d'Afrique. De temps modernes peut être le travail de S. Puffundorfa (1632-1694), D. Viko Fondements de la nouvelle science de la nature générale des nations (1725), S. Montesquieu, l'esprit de la loi (1748), IG Herder Idées pour la philosophie de l'histoire (1784-1791), G. Hegel la Philosophie de l'Histoire (cours 1820), etc La phrase très P. r. appartient au philosophe allemand IG Herder. Un Idées pour la philosophie de l'histoire, en considérant la vie politique de l'Antiquité, les Grecs et les Juifs, il utilise le terme de recherche PK Mais XVIII et XIX siècles. Le terme P. chambre est rare et souvent limitée à la soi-disant politique de la culture . Le concept scientifique de PK a été développé dans le milieu du XXe siècle. dans les œuvres de philosophes politiques, G. Almond et S. Verba, plus tard,
47

Robert Tucker. Pour la première fois introduit dans l'utilisation scientifique de la notion de p. r. Le sociologue américain G. Almond en 1956, dans la forme élargie de la notion de PK a été présenté dans un travail commun avec S. chatte 1963 la culture civique: attitudes politiques et la démocratie dans les cinq pays . G. Almond et S. Verba envisager le terme culture que dans un seul sens: l'orientation psychologique sur les sites sociaux. Lorsque nous parlons de la culture politique d'une société, nous entendons le système politique, les enseignements dans l'esprit, des sentiments et des évaluations de la population . G. Almond utilise le concept de PK pour l'analyse de la conscience sociale qui influe sur l'émergence et le fonctionnement des institutions politiques, individuels et le comportement politique de masse. En 1963, le livre la culture civique. Attitudes politiques et la démocratie dans cinq pays G. Almond et S. Verba PK définir la priorité d'un effet politique. PK - est un ensemble d'attitudes à l'égard d'un certain nombre de processus sociaux et objets ... Lorsque nous parlons de la culture politique d'une société, nous entendons le système politique, les enseignements dans l'esprit, des sentiments et des évaluations de la population. Ils identifient trois types d'orientation à l'action politique: cognitives (apprentissage) d'orientation, portant sur les connaissances et les opinions sur le système politique, ses rôles et les médias. Afektivnye (émotionnel) orientation, qui reflète les sentiments expérimentés en ce qui concerne le système politique, son rôle, l'efficacité et l'engagement dans ce système politique des citoyens. Evaluation de ciblage, contenant à l'attitude personnelle du système politique, ses participants et de leurs actions. Mais il ya aussi une définition plus large du PK exemple, A.Ya. Plaquette d'avis que le champ d'application du PK est composée de spécialistes des domaines de politique publique, l'idéologie, travail de gestion, militaires et policiers question, etc, tous les jours - les relations interpersonnelles entre les gens dans une interaction. Dans la zone d'intérêt PK est composé non seulement de l'identification des formes spécifiques d'exercice du pouvoir, la gestion des conflits, de

48

coopération et de l'analyse sociale de la mythologie à la lumière de leurs rationnelle et historiques. En ce qui concerne la typologie des PK, G. Almond et S. Verba dans The Civic Culture d'identifier trois principaux types de PK: patriarcales; poddannicheskaya; participation. Patriarcale PK (PK ou des collectivités locales). Dans ces sociétés, il n'y a pas de rôles politiques spécialisées. Les dirigeants, les chefs, les chamans - sont mélangés politico-économiques et religieuses, les rôles. Pour les membres de ces sociétés sur l'orientation politique de ces rôles sont indissociables de l'orientation religieuse ou sociale. Orientation patriarcale à l'absence relative des attentes de changement, initié par le système politique. Ainsi, dans le centre de l'Afrique des tribus et les principautés PK largement patriarcale, mais pas plus de politique spécifique des rôles dans ces sociétés mai signifie l'émergence d'une plus différenciée les orientations politiques. Même à grande échelle et plus différenciée du système politique en mai une culture patriarcale. Mais sur le net patriarhalizm plus susceptibles de se produire dans des systèmes où traditsionalisticheskih spécialisation politique est minime. Culture patriarcale dans un système politique plus différenciée, plutôt, affectif et cognitif que normative. Cela signifie que les gens dans les tribus du Nigéria et du Ghana sont vaguement conscients de l'existence d'un régime politique. Mais leurs sentiments au sujet du régime de l'incertitude ou négatives, et ils ne sont pas internalisés [pas accepté] relation avec lui. Poddannicheskaya PK. Il existe une forte orientation sur les différences de système politique et que le système donne des sortie, mais l'orientation sur les objets à l'entrée du système et sur eux-mêmes en tant que participant actif dans un très faible. Le sujet d'un tel système (objet) est au courant de l'existence du gouvernement et sensuel porté sur elle, sa fierté, pourrait ne pas aimer et l'apprécier comme légitime ou non. Mais l'attitude à l'égard du système en général et sur le fait qu'il donne de sortie, c'est-à-dire pour la partie administrative du système politique ou la baisse
49

des flux, c'est essentiellement une forme limitée de la connaissance passive et la participation, ce qui correspond à poddannicheskoy culture. Nous parlons de pure poddannicheskih orientation, très probablement, dans les sociétés où il n'y a pas de maturité et différenciées des autres parties du système de structures à l'entrée. Poddannicheskie orientation dans le système politique qui a mis au point des institutions démocratiques, au contraire, sera affective que cognitive et normative. Par exemple, le français sait royaliste de l'existence d'institutions démocratiques, mais il ne prend pas en compte les légitimes. PK participation. Culture, dans lequel les membres de la communauté est définitivement axé sur le système en général, ainsi que à la fois les structures politiques et administratives et des processus, en d'autres termes, comme entrée, et dans le off du système politique. Les membres individuels d'un système politique peut être positive ou négative axée sur les différentes classes d'objets de politique. Ils ont tendance à se concentrer sur les actifs propre rôle dans la politique, même si leurs sentiments et à l'évaluation de ces rôles peut varier d'un déni à l'acceptation ... Civic culture - est d'abord et avant tout, fidèle à une culture de participation. Les individus ne sont pas seulement se concentrer sur l'entrée de politique, d'y participer, mais ils ont aussi un accent sur le front la structure et les intrants des processus. En d'autres termes, en utilisant les termes imposés par nous, la culture civique - est l'implication des PK, PK et où la structure politique sont en harmonie et en cohérence les uns avec les autres. Vingtième siècle. à titre d'exemples poddannicheskoy PK a une idéologie et les pratiques politiques des régimes autoritaires et totalitaires, bien que ses éléments sont présents dans les sociétés plus développées. En fait, il convient de noter que le patriarcat, poddannicheskaya la culture et de la culture de la participation ne fait pas toujours dans sa forme pure et holistique vzaimoperepletayas et se compléter mutuellement. Du point de vue de l'anthropologie culturelle peut être dit à propos de l'unité de PK autoritaire / totalitaire privé et la société civile (la démocratie libérale) la culture, caractéristique d'une société ouverte (au sens de K. Popper). K. Popper
50

opposition antérieure des formes d'organisation sociale, la société tribale comme fermé - de la société moderne, comme ouverte. L'histoire de la pensée sociale en général, et PK, en particulier, peut être interprété comme l'histoire des luttes de ces deux méthodes d'organisation sociale. Il convient de rappeler que, d'abord, historiquement, la société a été fermé fermées ont été la culture tribale, le despotisme Antiquité, le Moyen-Age. PK société ouverte, dans la perspective de l'anthropologie culturelle -, il est plutôt une exception à la règle que la règle. Du point de vue des tendances historiques PK Open Society est une innovation. Fermeture de la société patriarcale, ou poddannichesky type PK dans la classification de G. Almond, autoritaires ou totalitaires de type PK dans le classement des KS Hajiyeva, PK fermée ou détenu Société pour la classification de K. Popper. K. Popper analysé le totalitarisme en recul historique, établit un parallèle entre les différents types de sociétés fermées: l'organisation tribale, le fascisme, le communisme, le fondamentalisme religieux. Pour une société fermée est caractérisée par une tradition de l'équipe juridique, en l'absolutisme, le conservatisme, le totalitarisme et kommunitarizme. Cette tradition, avec toutes les différences, ne nie pas l'engagement de diverses formes de l'équipe, la traçabilité des ZH.ZH. Russo et G. Hegel à la VI Lénine, K. Schmidt, conservateurs et autres révolutionnaires, au moins pour Yu Habermas. Pour le PK fermé les sociétés ont tendance à restreindre amateur dramatique l'ensemble de la société et de certains groupes, y compris les associations professionnelles, des territoires autonomes (la limite du fédéralisme), et d'autres sujets du processus politique. Elle est caractérisée par la domination de l'liens horizontaux et verticaux, de la relation de subordination, plutôt que de la coopération, le pouvoir monologue plutôt que le dialogue avec la société. Un homme dans une culture politique a pris une place clairement définie dans la hiérarchie sociale, en s'associant avec le groupe, dont les intérêts l'emportent sur ses intérêts. Ce n'est pas PK nominalistichna, acteur, il n'est pas un individu, un
51

peuple ou un groupe: Êtes-vous - rien, ton peuple - tous - ce slogan de l'Allemagne national-socialiste a été la plus haute expression de nos motifs PK société fermée. Dans les sociétés tribales sont socialement établi de normes, de règles et les représentations sacrées de légitimation. Les membres de la société ne sont pas refleksiruyut en ce qui concerne l'action des forces qui, selon elles, la magie, à l'autorité des prêtres, et plus tard, et les autorités laïques. Magic rites et les tabous de réglementer tous les aspects de la vie en société, y compris les actes individuels préjudice dans une situation particulière, l'élimination de lui de la nécessité de choix, de la nécessité de prendre des décisions, suivi de la responsabilité personnelle. Dans le cadre du PK société fermée de l'idée répandue destin historique commun à tous les individus, étrange récompense pour des actes commis dans la vie. L'idée d'un destin commun, le partage de salut ou la mort, est dominée par l'idée de destin personnel et dostizhitelnosti dans tous les segments de la vie sociale et culturelle. J. Ellyul écrit: Pensez à toutes les politiques, un masque, tout usage de la parole (avec des références à des philosophes, de Platon et d'autres), à tout donner dans les mains de l'Etat, de faire appel à l'Etat en toutes circonstances, de se conformer aux problèmes de chaque groupe questions, estimant que chacun est à la hauteur des relations politiques et suffisamment mature pour faire face à eux - ce sont les facteurs qui caractérisent la politisation de l'homme moderne . Dans la société fermée PK articuler l'idée de justice sociale, entendue non pas comme un désir d'égalité des chances pour la concurrence dans différents segments du domaine social et culturel ainsi que la répartition équitable (par exemple, en pré-révolutionnaire russe village de distribution des terres par le nombre de couteau et une fourchette, mais non valides paysans). Cette attitude négative à l'égard de profit, non-capitaliste, à la tarification, que l'équilibre entre l'offre et la demande, ce qui conduit à l'individualisation des droits et une plus grande autonomisation de l'État, et de la haute société locale.

52

Mais, aujourd'hui, se manifeste le projet de droits à une culture de sociétés fermées. Ainsi, le dramaturge allemand moderne Boto Strauss affirme que le pays est tellement forte que, quelle partie de son sens de la communauté, ou unité spirituelle: L'histoire de la demande ... de la révolte contre la domination de l'ensemble, ce qui exclut l'individu, lui refusant toute sorte de mal -- passé, l'événement historique, mystique du temps . Cette soif de la vie dans une mystique du temps, loin d'être anodin, le fait est que, comme il l'a écrit le théoricien de la révolution conservatrice K. Schmitt, métaphysique de l'image du monde, créée dans un certain délai, a la même structure, qui est inhérente à l'ère de l'évidence forme d'organisation politique . En d'autres termes, l'image mise à jour mystique du monde est une menace pour la restauration de l'organisation politique de la société, la prochaine perturbation de l'archaïque, le traitement de l'héritage socio société fermée. Caractérisé en ce sens, le long et douloureux chemin à l'Allemagne de PK société fermée dans le PK société ouverte. Retour en 1923, un classique de la littérature allemande T. Mann a déclaré que la demande allemande d'être attachée à ... que l'on appelle la liberté des peuples de l'Europe, il serait ... équivaut à une obligation de violence sur sa nature . Comme nous le savons, une telle rupture dans l'archaïque, le désir de traverser les résultats d'un temps nouveau et la Révolution française s'est produit en Allemagne 30-40-s. Vingtième siècle. Dans sa version totalitaire de ce PK chercher à réaliser la modernisation de la civilisation pour la reconstruction de l'obsolète traditions socio-culturelles, tout en s'appuyant sur le rationalisme et irratsionalizm, la science et de l'essence transcendantale. K. Schmitt Substantsialnaya homogénéité doit être établi - si nécessaire - par une séparation ou de la destruction de hétérogènes ... Le chemin vers la libération du peuple allemand de ce sièclevieille bourgeoise distemper constitutionnalisme a été donné par Hitler. En d'autres termes, tous les individus qui, pour une raison ou une autre, ne correspondent pas à cette substantsionalnuyu homogénéité doit être isolé ou détruit. Théorie de l'Etat, la proposition de K. Schmitt, est l'une des nombreuses
53

tentatives visant à imposer l'unité et l'utilisation de la soi-disant valeurs absolues de commettre des actes de violence contre la personne d'irremplaçable individus. Ainsi, la société fermée PK les intérêts de l'individu sont subordonnés à l'intérêt de connaître le pouvoir, l'État-nation. Personne morale est nécessaire pour vivre dans le paradigme du service, de se sentir seule une petite partie de l'ensemble, de sens que dans la mesure où il sert les intérêts de l'ensemble. Dans la seconde moitié du XX siècle. la situation a radicalement changé. Allemagne, en commençant par sa partie occidentale est devenue une partie de, et, ensuite, un élément structurel du modernisme européen. Il suffit d'avoir déjà fait le difficile chemin, ou de continuer à faire les autres pays du continent européen, dont l'Italie et l'Espagne et, plus tard, la Pologne, la Hongrie et d'autres anciens pays socialistes. Aujourd'hui, sur la manière dont se leva et certains pays de la CEI, notamment l'Ukraine. Le processus d'élargissement des limites géographiques de la propagation du PK société ouverte n'est pas complète. Cette dernière s'étend plus loin vers le sud et l'est. Il est important de noter que PK moderne, c'est-à-dire, d'une procédure ouverte, laïque de la société civile. Aujourd'hui, dans une confession publique de sa religion et le respect de l'athéisme est une affaire purement privée de l'individu, non pas comme une idéologie d'Etat. Depuis la Révolution française, l'église, séparée de l'Etat. En Amérique du Nord et la plupart des Etats européens pour construire une société d'abondance (ou la société de consommation), le plus confortable sur le plan matériel par rapport à l'homme. Mais l'idéologie de l'atavique privé événements se déroulent dans une société ouverte, qui se traduit en particulier par rapport à la société de consommation, sa critique de positions laïques et religieuses. Ainsi, Jean-Paul II lors de sa visite à Lviv, a déclaré: Nous ne pouvons pas nous passer du régime communiste à la consommation captive la captivité, qui est une forme de matérialisme, qui, bien que les mots ne nie pas Dieu, mais nie les faits, à l'exception de son de la vie .
54

Mais le processus de sécularisation immanenten PK société ouverte, peu à peu la diffusion, non seulement dans la région du monde chrétien, qui est maintenant dénommé posthristianskom un monde, mais en dehors de cette plage, par exemple, en Turquie. Depuis le discours d'Ahmet Evin: Il est assez difficile de trouver un homme qui serait prêt à dire ouvertement qu'il ne croit pas en Dieu (si il ya, bien sûr, ne fait pas référence à d'autres confessions). Toutefois, ces personnes avec le passage de chaque année devient de plus en plus. L'opinion publique est de savoir que la question de la foi - une zone de protection de la vie privée au-delà du gouvernement et la société. Individualism progressivement adoptées en Turquie . Il s'agit d'un des nombreux indices que le PK est une société ouverte répand progressivement dans le monde entier, même si elle est inégale et semé d'échecs macro. Et rien, il ne peut pas faire le groupe de religieux fondamentalistes, des extrémistes de suicide, des prédicateurs et des administrateurs. Les sociétés démocratiques modernes de la civilisation occidentale classique sont la modernisation de sociétés ouvertes, dans la terminologie de K. Popper. Ouvrir la société en conformité avec la démocratie libérale de type PK (pour le classement de Hajiyeva KS) ou de la culture civique (dans la classification de G. Almond et S. Вербы). Vous pouvez dire que la culture civique - c'est PK fidèle participation, caractérisé par la cohérence et la conformité de la PK et les structures politiques. Il représente une synthèse de la participation au PK patriarcale et la culture politique poddannicheskoy. En devenant parties au processus politique, les citoyens dans le même temps, ne renonce pas à son poddannicheskih ou des attitudes patriarcales, ce qui rend civile PK durable dans le processus de reproduction, géographique et temporelle de traduction. PK modernisation, avec la participation institutionnalisée activité de l'individu libre, il crée un mode fonctionnel de l'activité du pouvoir exécutif lors de la branche principale est devenue une administration bureaucratique, de façon pragmatique et cohérente de gestion de la politique. Ordre institutionnel politique
55

est en train de devenir un système complet point de vue, ce qui correspond à la cohérence dans la hiérarchie des institutions judiciaires. Développement de la culture, la création d'un espace libre de l'autodétermination politique des personnes, requiert de l'exécutif à agir non pas tant l'Etat de soutien ou de gestion de rationalité, mais plutôt d'un médiateur et d'arbitre de la communication politique, ni de coordination des efforts déployés par l'ordre politique est possible. L'histoire de l'humanité peut être considérée comme l'accélération du processus d'attribution des droits de la première naturelle et d'un environnement social. Le plus clairement et d'articuler ce processus a été pris en compte dans une société ouverte, qui a pris naissance et a été institutionnalisé centralité de l'individu au lieu d'une tribu, un groupe, une nation. Vous pouvez parler de la modularité des droits de l'ère de la modernisation, de sa capacité à être intégré dans différentes couches sociales, de choisir le domaine professionnel de l'expertise, à participer à l'élection de la centrale et locale (régionale) des autorités. Les humains sont de plus en plus commencent à déterminer leurs actions et à supporter les conséquences de leur responsabilité personnelle. La raison la plus importante, qui est basé sur la société ouverte est protoliberalnaya / tradition libérale de l'individualisme normatif, la centralité de la megatendentsy, caractéristique de l'ère moderne, la généalogie remonte à l'idée de contrat social, qui s'étend de T. Hobbes, ZH.ZH. Rousseau. Dans l'histoire de la pensée sociale dans cette tradition, notamment J. Locke, W. Bentama, I. Kant, Humboldt, B., J. St. Mill, John Rawls et d'autres comme un concept systématique de la personne, la propriété, la société et de l'État, le libéralisme favorise l'émergence et les stéréotypes de l'innovation, en favorisant l'individualisme, antikonstruktivizmu et de scepticisme. En termes pratiques, le libéralisme promeut le développement d'une économie de marché, ce qui améliore le bien-être de l'humanité au cours de la dernière demi-siècle. Surtout civile PK est son autonomie, de rationalité, de démocratie, de tolérance et de pluralisme. PK civile est progressivement devenu une référence de
56

la culture politique de la modernité, non seulement dans le domaine de Christian / posthristianskoy civilisation. Dans le domaine politique, l'expansion planétaire PK ouverture de la société conduit à l'unification et à la déconstruction progressive de couleurs et héroïque, mais les types d'anti-PK Pour la dernière un jeu à somme nulle n'est pas typique, les problèmes le plus souvent enlevés dans une forme de compromis, il ya un équilibre des intérêts, aucun des participants dans le processus politique ne doit pas conduire à la situation désespérée. Le dialogue prend le pas sur le monologue, il ya une volonté de compromis avec un adversaire. Aux Pays-Bas ou les pays scandinaves, il existe déjà des éléments d'une vie quotidienne fondamentalement démocratique, que tout le monde sait qu'il est impossible à organiser. La culture politique a besoin d'un bon climat - pas de Prusse . A. Camus, a dit que, dans la Méditerranée (occidentale) du monde La politique, c'est pour les gens, pas des gens pour la politique. Il distingue le refus de sacrifier à cette grande bonté, sont disposés à tolérer l'ambiguïté et de la différence plutôt que de les retirer de la vie politique ... Cette tolérance n'est pas typique du nord du monde (on dirait une société fermée) - un monde d'ordre, la violence et la tendance à l'imagination les guerres, ce qui est du peuple allemand. Ce sont les Allemands avant la Deuxième Guerre mondiale, quand ils ne l'ont pas encore adopté les valeurs de clé primaire de la société ouverte ne sont pas inclus dans la civilisation euro-atlantique, afin de moderniser sa généalogie. Aujourd'hui, la mondialisation qui se passe et dans le PK, l'impact culturel de la société moderne dans la société traditionnelle. Prévision Yu Habermas sur l'orientation possible de l'évolution de la situation actuelle: L'avenir des différentes cultures nationales pourrait otdifferentsirovatsya général PK. Caractéristiques PK ère de la mondialisation, bien sûr déterminé par le processus de mondialisation, où l'approche globale de la culture, l'économie, la politique s'oppose à l'examen des stratégies ou des actions des différents agents, que l'ancienne notion de souveraineté de l'Etat perd de sa signification précédente. La mondialisation a privé l'État-nation a le statut d'un acteur autonome sur la scène
57

internationale, le centre de la prise de décision est devenu international. Cela conduit à des discussions animées sur le gouvernement mondial et d'un nouvel ordre mondial. On peut supposer que la paix dans le monde planétaire PK pourrait être une culture des droits civils, la société ouverte, ne serait-ce que parce qu'il a mené le processus de la mondialisation devrait être l'état de l'Amérique du Nord et en Europe, ce qui est typique d'un tel modèle PK Dans le même temps, l'influence que la mondialisation a nonglobal sur la forme de droits civiques et de l'action collective dépend de la position dans la structure sociale et le lieu du pays (région) de la géographie de la mondialisation. Les processus de mondialisation se rapportent à la sous-tendances mondiales dans les différentes régions du monde et sont confrontés à de nombreux types de réactions et de résistances.

Man ère du modernisme L'existence d'un objectif de la nature humaine a toujours été une tragique, du fait même de la finitude de la vie terrestre. Type de fonction psychologique pour atténuer la tragédie de l'original du tissu de la vie, de réaliser et d'exécuter les diverses religions du monde, les sectes religieuses et mouvements. La grande distribution et le succès des exercices, demander à la transcendance domaines, principalement en raison de la promesse de l'éternité, l'ouverture des droits à quelque chose de plus grand et plus stables que sa courte vie. Dans l'Europe médiévale jusqu'à la Réforme de la vie quotidienne, le comportement humain de définir sa place dans l'éternité. Réforme calviniste Eglise catholique romaine a changé les perceptions quant à la possibilité de samospaseniya de l'homme, que la limitation de l'exhaustivité de la souveraineté divine. Le désespoir de la prédétermination de l'homme dans l'éternité amorti tous les efforts pour correspondre à la vie quotidienne des affaires humaines et les pensées de la transcendance, que la personne qui, en définitive, faire comme si rien
58

de bon qui est en excès, lent et puissant homme n'existe tout simplement pas. Ce sentiment de liberté personnelle, en particulier dans la vie quotidienne, la vie en permettant de réaliser le projet sans la nécessité d'une corrélation entre leurs actions avec le monde du surnaturel, sur la base de son potentiel d'approbation ou condamnation. L'âge du Modernisme de postuler que la définition de la vérité et la fausseté des événements afin de vérifier les faits, à confirmer ou infirmer empiriquement. Depuis le début d'une nouvelle fois en Europe a accéléré le processus desakralizatsii monde, une partie des fonctions qui étaient auparavant undividedly ont été en charge de l'église, passer progressivement à l'émergence d'Etat-nation. Au XIX siècle, le processus de samootozhestvleniya gens avec des idéologies différentes, y compris les socialistes et les libéraux, et plus tard dans les trente du XX siècle, et nazi. L'homme tente de modernisme dans les biographies de permettre le conflit tragique entre la puissance de la raison individuelle et la finitude de l'existence matérielle. Comme mesure de faire face à ce problème tout à fait différents transvremennye fait, plus ou moins résistants au passage du temps par rapport à l'individu la durée de la vie humaine. Au XX siècle, le clergé et les idéologues, plus de la génétique, les médecins, les psychothérapeutes, ou le problème du sens et de la finitude de la vie humaine est devenue progressivement la responsabilité de la science en général et de la médecine en particulier. Ce mélange de soins du corps, des modes de vie sains, une bonne, alimentation équilibrée, des visites aux centres de santé, clubs de sport. Dans l'ère moderne de l'organisme pour la première fois reconnu comme la principale valeur, qui est un homme. Long temps de la réconciliation avec la finitude de la vie humaine a été réalisé culturelles des mécanismes compensatoires, qui sont, en fait, le caractère mythologique. Comme un mécanisme de compensation pour une longue période de temps historique et anthropologique geliotsentrizm utilisées (l'homme que la couronne de la création, de la Terre - le centre du monde). Le développement de la
59

science et la technologie dans l'ère moderne de très dévalué de telles représentations, remplacée dans le mythique. Le processus de mondialisation ont affaibli la capacité de compensation de l'État national, a conduit à la limitation de la souveraineté de l'État-national dans les domaines économique, militaire, culturel et autres. Ces processus sont la nature ambivalente, c'est-à-dire, capable de causer le plus de liberté personnelle samootozhestvleniya, et un sentiment d'inconfort psychologique causé par la déconstruction du site historiquement avéré l'ère de l'homme moderne attaché un sentiment de communauté nationale, d'appartenance, de l'empathie. Liberté samootozhestvleniya, la modularité de repousser les limites de la conscience moderne de l'homme et le comportement, les règles razdvinuli frontière a ouvert la voie à un développement intensif de l'innovation. Les innovations sont le air, qui respire la société et la culture du modernisme. Caractéristiques de base de la modernité est ekonomikotsentrizm. Le succès dans la sphère économique, ne concerne pas simplement la création de nouveaux biens et services, mais aussi de nouveaux marchés, ce qui donne le plus grand profit. Production et utilisation de l'innovation est devenue un élément essentiel économiques stéréotypes. Le familier de la chaîne stéréotype innovation est le plus grand changement en cours dans le domaine des stéréotypes, qui perd sa rigueur et la certitude que la norme. Au contraire, avec une société modernisée, elle est un ensemble hétérogène de stéréotypes qui sont relativement peu de temps d'existence. L'hétérogénéité se manifeste dans l'absence d'un style unique, c'est-àdire dans polistilistichnosti, localité stéréotype. Élargir les frontières du comportement stéréotypé facilite la diffusion des innovations. Ces nouvelles capacités d'innovation des systèmes d'information est disponible sur notre site (connus) des personnes non seulement dans ce pays, mais aussi dans les différentes régions du monde où, pour cet ensemble en place les capacités techniques. Aujourd'hui, alors que la déconstruction soulevée plus tôt samootozhestvleniya l'homme, son besoin de la durée d'existence (l'éternité), la
60

première fois dans l'histoire, ne peuvent pas être réalisés indirectement, c'est-à-dire par le biais de compensation des mécanismes culturels et psychologiques, et directement, comme la décision d'un homme face à des défis technologiques . Au début du XXI siècle, l'humanité a été la nouvelle, jamais face à la situation: la poursuite des travaux sur la restructuration, l'utilitaire de l'environnement, le monde matériel, nous arrivons à la possibilité de manipuler l'homme en utilisant les paramètres anthropologiques science et la technologie modernes. Fonctions d'ajustement samomodifikatsii droits offrir de nouvelles options pour l'avenir, la probabilité que précédemment, soit de ne pas traiter ou ne sont pas liées au genre de la recherche scientifique et prognostiki. Le développement de la science et la technologie est de plus en plus l'accélération exponentielle de la nature. Merci à de nouvelles découvertes scientifiques et technologies sont soumis à des solutions pratiques, en supprimant les bases du tissu de la tragédie de la vie. Déjà aujourd'hui, il ya krionika, le génie génétique, mai changer l'individu et la durée de vie d'espèces, d'améliorer sa qualité. La dynamique de la sphère scientifique et technique mai causer un certain type de la compétition interspécifique entre l'homo sapiens et ses créations. Ainsi, la performance de cerveau humain produit des systèmes informatiques, mai, mais aller dans le sens de leur symbiose, ce qui peut augmenter la possibilité de droits. Depuis la Révolution astronomique N. Copernic, la science a rejeté le modèle héliocentrique du monde, il est devenu évident que l'homme - la poussière dans l'univers et des terres perdu dans la périphérie de la galaxie. Pour le traditionnel, la conscience religieuse est - le choc d'ouverture, minant la confiance dans l'élection et le pouvoir de l'homme. Mais à l'ère de l'humanité moderne encore mieux faire face à distance, communication, énergie, transport de substances désignées possible des options de développement. La science et la technologie sont des facteurs décisifs anthropologique évolution des espèces homo sapiens. Les appels sont douloureusement essayer de trouver une réponse positive humanité exige interprétation, une nouvelle interprétation des capacités humaines, des approches novatrices. Modernisation de la civilisation occidentale de référence
61

est une accélération significative de la situation socio-culturel et technologique dynamique, soutenue par le taux quotidien de mai pas de changement historique analogs. Nous assistons à la course mouvementée du capitalisme, kaléidoscopique changements entourant l'humain. Real, monde matériel est en train de perdre de sa rigueur, la durée de l'existence temporaire fait de même dans certains théâtres, rappelant subtilement le monde créé par Nabokov, dans le roman, Invitation à la décapitation. Zygmunt Bauman conduit les données contenues dans le rapport du Programme des Nations Unies pour le développement, consacré à faire preuve de la forte augmentation de la consommation au cours des cinquante dernières années. Depuis 1950, la consommation mondiale totale de biens et de services a augmenté plus que sextuplé. La principale augmentation a été dans la modernisation du pays, le plus économiquement développé. La question se pose quant à la viabilité du modèle de développement, a défini le potentiel des ressources du monde et l'homme la capacité d'adaptation. Les modèles prédictifs du développement humain, une extrapolation des tendances actuelles dans l'avenir, mai ne pas prendre en compte d'éventuelles nouvelles découvertes scientifiques fondamentales sont basées sur les technologies. Modernisation de la civilisation est une créature de la rapide socio-culturel et technologique dynamique, qui non seulement provoque des problèmes mondiaux, mais les interprète avec créativité, offrant des solutions innovantes. Espoir d'options positives pour le développement de l'humanité est précisément dans ces créateurs modernes, sa foi en la science et la technologie. C'est important, car l'existence humaine a toujours été objectivement le caractère tragique de l'existence même de la finitude de la vie terrestre. Type de fonction psychologique pour atténuer la tragédie de l'original du tissu de la vie, de réaliser et d'exécuter les diverses religions du monde, les sectes religieuses et mouvements. La grande distribution et le succès des exercices, demander à la transcendance domaines, principalement en raison de la promesse de l'éternité,

62

l'ouverture des droits à quelque chose de plus grand et plus stables que sa courte vie. Dans l'Europe médiévale jusqu'à la Réforme de la vie quotidienne, le comportement humain de définir sa place dans l'éternité. Réforme calviniste Eglise catholique romaine a changé les perceptions quant à la possibilité de samospaseniya de l'homme, que la limitation de l'exhaustivité de la souveraineté divine. Le désespoir de la prédétermination de l'homme dans l'éternité amorti tous les efforts pour correspondre à la vie quotidienne des affaires humaines et les pensées de la transcendance, que la personne qui, en définitive, faire comme si rien de bon qui est en excès, lent et puissant homme n'existe tout simplement pas. Ce sentiment de liberté personnelle, en particulier dans la vie quotidienne, la vie en permettant de réaliser le projet sans la nécessité d'une corrélation entre leurs actions avec le monde du surnaturel, sur la base de son potentiel d'approbation ou condamnation. L'âge du Modernisme de postuler que la définition de la vérité et la fausseté des événements afin de vérifier les faits, à confirmer ou infirmer empiriquement. Depuis le début d'une nouvelle fois en Europe a accéléré le processus desakralizatsii monde, une partie des fonctions qui étaient auparavant undividedly ont été en charge de l'église, passer progressivement à l'émergence d'Etat-nation. Au XIX siècle, le processus de samootozhestvleniya gens avec des idéologies différentes, y compris les socialistes et les libéraux, et plus tard dans les trente du XX siècle, et nazi. L'homme tente de modernisme dans les biographies de permettre le conflit tragique entre la puissance de la raison individuelle et la finitude de l'existence matérielle. Comme mesure de faire face à ce problème tout à fait différents transvremennye fait, plus ou moins résistants au passage du temps par rapport à l'individu la durée de la vie humaine. Au XX siècle, le clergé et les idéologues, plus de la génétique, les médecins, les psychothérapeutes, ou le problème du sens et de la finitude de la vie humaine est devenue progressivement la responsabilité de la science en général et de la
63

médecine en particulier. Ce mélange de soins du corps, des modes de vie sains, une bonne, alimentation équilibrée, des visites aux centres de santé, clubs de sport. Dans l'ère moderne de l'organisme pour la première fois reconnu comme la principale valeur, qui est un homme. Long temps de la réconciliation avec la finitude de la vie humaine a été réalisé culturelles des mécanismes compensatoires, qui sont, en fait, le caractère mythologique. Comme un mécanisme de compensation pour une longue période de temps historique et anthropologique geliotsentrizm utilisées (l'homme que la couronne de la création, de la Terre - le centre du monde). Le développement de la science et la technologie dans l'ère moderne de très dévalué de telles représentations, remplacée dans le mythique. Le processus de mondialisation ont affaibli la capacité de compensation de l'État national, a conduit à la limitation de la souveraineté de l'État-national dans les domaines économique, militaire, culturel et autres. Ces processus sont la nature ambivalente, c'est-à-dire, capable de causer le plus de liberté personnelle samootozhestvleniya, et un sentiment d'inconfort psychologique causé par la déconstruction du site historiquement avéré l'ère de l'homme moderne attaché un sentiment de communauté nationale, d'appartenance, de l'empathie. Liberté samootozhestvleniya, la modularité de repousser les limites de la conscience moderne de l'homme et le comportement, les règles razdvinuli frontière a ouvert la voie à un développement intensif de l'innovation. Les innovations sont le air, qui respire la société et la culture du modernisme. Caractéristiques de base de la modernité est ekonomikotsentrizm. Le succès dans la sphère économique, ne concerne pas simplement la création de nouveaux biens et services, mais aussi de nouveaux marchés, ce qui donne le plus grand profit. Production et utilisation de l'innovation est devenue un élément essentiel économiques stéréotypes. Le familier de la chaîne stéréotype innovation est le plus grand changement en cours dans le domaine des stéréotypes, qui perd sa rigueur et la certitude que la norme. Au contraire, avec une société modernisée, elle est un ensemble hétérogène de stéréotypes qui sont relativement peu de temps
64

d'existence. L'hétérogénéité se manifeste dans l'absence d'un style unique, c'est-àdire dans polistilistichnosti, localité stéréotype. Élargir les frontières du comportement stéréotypé facilite la diffusion des innovations. Ces nouvelles capacités d'innovation des systèmes d'information est disponible sur notre site (connus) des personnes non seulement dans ce pays, mais aussi dans les différentes régions du monde où, pour cet ensemble en place les capacités techniques. Aujourd'hui, alors que la déconstruction soulevée plus tôt samootozhestvleniya l'homme, son besoin de la durée d'existence (l'éternité), la première fois dans l'histoire, ne peuvent pas être réalisés indirectement, c'est-à-dire par le biais de compensation des mécanismes culturels et psychologiques, et directement, comme la décision d'un homme face à des défis technologiques . Au début du XXI siècle, l'humanité a été la nouvelle, jamais face à la situation: la poursuite des travaux sur la restructuration, l'utilitaire de l'environnement, le monde matériel, nous arrivons à la possibilité de manipuler l'homme en utilisant les paramètres anthropologiques science et la technologie modernes. Fonctions d'ajustement samomodifikatsii droits offrir de nouvelles options pour l'avenir, la probabilité que précédemment, soit de ne pas traiter ou ne sont pas liées au genre de la recherche scientifique et prognostiki. Le développement de la science et la technologie est de plus en plus l'accélération exponentielle de la nature. Merci à de nouvelles découvertes scientifiques et technologies sont soumis à des solutions pratiques, en supprimant les bases du tissu de la tragédie de la vie. Déjà aujourd'hui, il ya krionika, le génie génétique, mai changer l'individu et la durée de vie d'espèces, d'améliorer sa qualité. La dynamique de la sphère scientifique et technique mai causer un certain type de la compétition interspécifique entre l'homo sapiens et ses créations. Ainsi, la performance de cerveau humain produit des systèmes informatiques, mai, mais aller dans le sens de leur symbiose, ce qui peut augmenter la possibilité de droits. Depuis la Révolution astronomique N. Copernic, la science a rejeté le modèle héliocentrique du monde, il est devenu évident que l'homme - la poussière dans
65

l'univers et des terres perdu dans la périphérie de la galaxie. Pour le traditionnel, la conscience religieuse est - le choc d'ouverture, minant la confiance dans l'élection et le pouvoir de l'homme. Mais à l'ère de l'humanité moderne encore mieux faire face à distance, communication, énergie, transport de substances désignées possible des options de développement. La science et la technologie sont des facteurs décisifs anthropologique évolution des espèces homo sapiens. Les appels sont douloureusement essayer de trouver une réponse positive humanité exige interprétation, une nouvelle interprétation des capacités humaines, des approches novatrices. Modernisation de la civilisation occidentale de référence est une accélération significative de la situation socio-culturel et technologique dynamique, soutenue par le taux quotidien de mai pas de changement historique analogs. Nous assistons à la course mouvementée du capitalisme, kaléidoscopique changements entourant l'humain. Real, monde matériel est en train de perdre de sa rigueur, la durée de l'existence temporaire fait de même dans certains théâtres, rappelant subtilement le monde créé par Nabokov, dans le roman, Invitation à la décapitation. Aujourd'hui, l'augmentation de la tension dynamique entre les pays très développés, se déplaçant vers un post, la société de l'information et les pays du tiers monde, pour laquelle malodostizhimoy rêve est la construction d'une civilisation industrielle. Ce conflit, qui est souvent désigné comme le conflit du nord et du sud, est dangereuse pour plusieurs raisons. La différence est énorme potentiel démographique, le niveau de vie, économique possible la réalisation de soi dans un monde où la consommation des normes modernes de la civilisation occidentale. Beaucoup de gens dans les pays du tiers monde ont la culture de masse razbuzheny global, portant les normes élevées en matière de consommation, de comportement de référence, y compris dans la sphère de la vie quotidienne. Dans un contexte historique pour réaliser les nouvelles normes dans la pratique de la vie n'est guère possible pour une majorité absolue de l'humanité. Massa razbuzheny, l'augmentation de la migration vers les régions les plus prospères du monde, notamment aux États-Unis et en Europe.
66

L'expérience historique montre que les moyens techniques capables de supprimer les contradictions les plus graves au cours de la prochaine spirale de développement de la civilisation, seront disponibles lors d'une société prête à les absorber, c'est leurs besoins domestiques, comme articuler, ainsi que de façon implicite. Les humains ont tendance à s'identifier à quelque chose de plus durable, à long terme et fondamentale que celle de la fin de la vie humaine, il a une aspiration à la solidarité, l'identité du groupe. La quête de l'identité culturelle transvremennoy avant le début d'une nouvelle fois en Europe dans l'expression de sentiments religieux, en un sens, donnant l'illusion de l'immortalité personnelle. En Europe, Modern Times a été un changement radical dans les attitudes à l'égard de la personne humaine. Sotsiogenez ce processus a été axée sur les transformations qui ont lieu à la fin du Moyen Age, lorsque la société a fait preuve d'innovation, allant au-delà, en raison de la tradition socio-culturelle. La société médiévale en Europe, en limitant la possibilité de choix individuel, la personne se sent membre d'un groupe social particulier, la paroisse paroissien, a servi de genre, et le processus samootozhestvleniya à une identité collective a été assez linéaire, predzadan, askriptiven. Dans le processus de construction de sociétés de moderniser progressivement recevoir la légitimation d'un nouveau type de personnalité. L'individualité, l'indépendance de l'individu contre le collectif (la communauté), ont une justification théorique, dans l'ensemble de la morale, l'esthétique et des concepts philosophiques. Situation de l'homme social predzadannost perd, la personne peut être intégrée dans différentes couches sociales, sous-culture, qui est une possibilité de personnel, des biographies. Невиданная на более ранних отрезках исторической динамики свобода личностного самоосуществления, привела к еще большей свободе самоотождествления, которое также потеряло аскриптивный статус. Paul Sartre a dit que dans les temps modernes, ne suffit pas d'être né bourgeois, vous avez besoin de vivre comme un bourgeois, qui a été commis
67

impensable à l'époque du Moyen Age. Moderniti remplace la prédétermination de la situation sociale du travail forcé et obligatoire, l'auto-détermination. Sociocultural tradition commence à tout le moins, influencer le processus de l'expérience face à des stéréotypes, l'accélération de la dynamique des processus est accompagné par un flux d'innovations. Man Modern Times de vivre dans une société à risque. Pour la première fois dans l'histoire de la personnalité humaine est attirée sur la possibilité d'ouvrir des choix rationnels à une variété d'actions possibles. Depuis le début d'une nouvelle époque, une identité religieuse collective est affaibli, le rôle de remplacement divine discours commence à jouer en grande partie d'une identité nationale. L'homme tente de modernisme dans les biographies de permettre le conflit tragique entre la puissance de la raison individuelle et la finitude de l'existence matérielle. Comme mesure de faire face à ce problème tout à fait différents transvremennye fait, plus ou moins résistants au passage du temps par rapport à l'individu la durée de la vie humaine. L'homme lui-même est devenu synonyme de la nation comme transvremennoy essence, qui est en partie pour satisfaire les envies de l'immortalité, a été le processus de desakralizatsii monde, les sentiments religieux de remplacement. Au cours d'une période ultérieure, le processus d'autoidentification des personnes avec des idéologies différentes. Typique pour modernes dynamiques socio-culturelles de l'intensité conduit à une réduction de la stabilité ontologique. Aujourd'hui, à la fin du moderne, dynamique des processus de mondialisation, la vitesse des processus dynamiques, à bien des égards l'approche du seuil de la capacité d'adaptation des droits lorsque rien n'est permanent, lorsque le risque est de nature systémique, la séquence est violé, l'unité du monde vivant. Nationale, idéologique (partisans) l'identité et de les remplacer progressivement complétée par de nouvelles formes, sa substitution d'avoir un grave impact des restrictions sur l'exhaustivité de géopolitique, économique et culturel de la souveraineté de l'État-nation.

68

De nouvelles formes d'identité est en grande forme transnationale (global) de la culture populaire. L'identité va au-delà des frontières nationales, le désir d'immortalité personnelle est exprimée dans les formes hétérogènes de la solidarité. En conformité avec les lois de la personnalisation, chacun veut sa part de la subjectivité de (ethniques, linguistiques, etc.) Tout le monde veut maintenant avoir sa mémoire, mais pas universelle; votre esprit, pas de machines, de leur imagination, plutôt que quelque chose qui s'est développée dans le giron du visage de rédaction et de réflexion consciente machines. Mais comment les trouver (et comprendre) quelque chose, si jamais elle tombe en panne à quelque chose d'étrange ... loin de la subjectivité de l'homme et pressée pour la voiture, qui produit des images. La subjectivité est devenue trop de série . Identité devient une modulaire, a l'illusion de l'intégration et de choix à de nombreuses formes de communauté de consommateurs transvremennym, disons, Coca-Cola en tant que boisson d'une marque et comment y arriver et il est peu probable que l'on prendra fin. Aujourd'hui, les formes de prestige social, les modes de référence, les normes et les valeurs sont simulés et sont diffusés dans le mondial de l'information et espace culturel. Maintenant, vous pouvez identifier avec transkulturnymi les formes de la solidarité sociale. Aujourd'hui, les entreprises verticalement intégrées, des formes institutionnalisées de la social complétées et remplacées les formes de son réseau. Man ère de la fin de la modernité qui peut s'identifier avec les mouvements transnationaux, des sous-groupes de consommateurs définis marques (marques) de biens et de services, et allègue que la référence est reproduit à ce titre, les médias, en particulier dans leur forme électronique. La tendance à la diversification, une plus grande variabilité des samootozhestvleniya pas linéaire, puisque l'effet observé du contraire tendance à l'aplatissement de l'identité et la culture sous l'influence de la croissance de technologisation et de la normalisation des pratiques de l'existence quotidienne. Néanmoins, optimistes, nous pouvons conclure que les moyens techniques nécessaires capable de supprimer les contradictions les plus graves au cours de la
69

prochaine spirale de développement de la civilisation, seront disponibles lors d'une société prête à les absorber, c'est leurs besoins domestiques, comme articuler, ainsi que de façon implicite.

III. L'influence de la mentalité russe sur le processus de modernisation Vu les processus de ségrégation socio-importés dans la modernisation de l'expérience des pays, T. Parsons note que les tentatives constantes de diviser importés inokulturny une expérience acceptable et pas acceptable, il ya une tendance à préserver les valeurs d'une culture de haut niveau d'ouverture, dans le même temps, des changements radicaux dans la manière prochain niveau de la valeur des spécifications, c'est-à-dire au niveau des principaux sous-systèmes fonctionnels . Exprimé ambivalence de la culture russe, il est difficile de répondre à l'une de ses principales fonctions, qui est d'assurer la légitimité des systèmes politiques et économiques de la société. Comment une culture à son plus haut, l'archétype de niveau de rejeter la propriété privée, le désir de sverhmernomu, à son avis, l'enrichissement d'un droit légal, en s'opposant à la vérité de son peuple, les concepts, le droit coutumier, à minimiser l'importance de la personnalité, en accordant la priorité à la communauté et l'État, de percevoir le destin de l'individu en tant que partie du total (qui est dans le monde entier, alors babemu fils), et en même temps, empêcher la réalisation de l'autre, a rejeté les parties de la double oppositions. Quelle est l'efficacité sont les suivants sous-système (secondaire) lorsque les valeurs des niveaux de plus haut niveau implicite de l'efficacité et la fonctionnalité de blocage des sous-systèmes. La réponse à ces questions est une très grande importance pour déterminer les perspectives de modernisation dans le processus de Russie domaine socio-culturel.

70

Résiste à l'environnement socioculturel de la formation du bon fonctionnement des sous-systèmes dans les domaines du droit, économie, droits de l'homme. Soviétique, les journalistes, en réponse aux accusations selon lesquelles l'Union soviétique, en l'absence de droits civils fondamentaux, a déclaré qu'il n'ya pas de liberté d'expression, de réunion, la vie politique dans le sens occidental du terme, mais nous sont fournis de base, physiologique des droits de l'homme. Le droit de reproduire la vie de leurs propres avec un minimum d'effort de la personne: le travail pour tous, mais avec une faible rémunération, pertinentes, cependant, atteint le niveau de productivité du travail (le droit au minimum nécessaire pour maintenir la vie à souder), l'opinion publique sur l'éducation des enfants, qui comprend les prestations , les avantages sociaux, les orphelinats (pour soulever le présent soviétique Man). L'apparente possibilité de salut de l'écoute de l'archaïque, la possibilité de leur élimination est l'hétérogénéité de la société et la culture. Speed interiorizatsii, le développement créatif d'un homme nouveau, qui portent le processus de modernisation dans les différentes couches sociales et sous-cultures. Le niveau maximal de l'adaptation au processus de modernisation témoigne de la plus instruite de la société, une partie de la classe moyenne russe, qui comprend des hommes d'affaires, des représentants des scientifiques et artistiques des intellectuels, et les gestionnaires. Certains de nos concitoyens combine un haut degré de l'enseignement avec une forte capacité d'entreprise. Vitesse minimale de processus d'adaptation des pays les moins éduqués de nos citoyens, la plupart d'entre eux optant pré-stratégie d'adaptation, y compris les soins d'une grande économie à une économie de subsistance, dans son expression maximale de l'appel à une forme plus archaïque - de rassembler, sous toutes ses formes, c'est-à-dire non seulement recueillir les fruits de la terre et tout ce qui est mauvais. Le choix des stratégies d'adaptation, les données ont révélé des détails sur la réflexion collective et individuelle, limitée, voire impossible, d'opérer des prélèvements capitalistes, dont les plus importants sont l'argent, les différents types

71

de valeurs mobilières, et hors opération d'échange, c'est-à-dire toutes les opérations séparées, en dehors de manifestations номиналистических du monde matériel. Typique de la mentalité russe implicite de rejet de l'abstraction n'est pas unique. Dans les sociétés traditionnelles européennes, et l'homme a résisté chose shematizatsii, abstraction mathématique appliquée à l'économie et la société. Dans la sphère transcendantale de l'idéal idée des choses est parfaitement complétée par le divin-humain prototype. Ces préfigurations étaient assez abstrait, mais par définition, isolé, unique. En matière de culture et de la société modernisation des chiffres et des symboles mathématiques multiplicité corporéité remplaçant le monde traditionnel, où la chose et sa production ont été bien comprises, tangibles et concrets. Un homme dans son hypostase, comme certains paroissiale paroissien, membre de la boutique d'artisanat, de biens de consommation et des services est aussi plus nominalistichen, une personne, pas aussi facile que la prochaine ère, est tombé sous la loi des grands nombres, de devenir une structure formelle, une valeur abstraite. Nouveaux germes sont sanctifiés dans le religieux, sociaux et culturels de la tradition de vivre dans une vieille ville européenne, en changeant le sens, de valeurs, de détruire la totalité de l'existence, la chaleur des relations humaines, la différenciation est remplacé syncrétique neraschlennosti: Tout ce que l'on tangible oeil et la main, elle s'est tournée vers abstractiveness. Bazaar est devenue la bourse, le club, les journaux, restaurant, brasserie rassemblements. C'était avant que la couleur, la forme, le visage, la voix, - une figure, marque, lettre, symbole . En ce qui concerne la richesse et la pauvreté, les pays d'Europe occidentale à part la présentation de leur temps, semblables à celles conservées dans la Russie moderne. Cette attitude se retrouve à la fin du Moyen Age au point de vue social de l'Eglise catholique. La richesse de l'homme perçu comme un don de Dieu qui doit être utilisé au profit d'un nombre croissant de personnes, parents, employés, seulement les pauvres. La richesse n'est pas condamné, mais n'ont pas soutenu la quête de sa valorisation, la société médiévale européenne à l'approche abstraite,

72

depersonifitsirovannym capitaliste des modes de l'activité économique, notamment dans le domaine de la finance. L'Eglise catholique est considéré comme un subordonné la localité dans le cadre des valeurs les plus élevées de salut, a condamné sévèrement l'usure comme une forme d'espèces, non-productive, économie parasitaire. Les laïcs, qui donnent de l'argent à intérêt, sous réserve de la condamnation de l'Eglise, les prêtres ont trouvé à des actions similaires malédiction. Avec l'Eglise catholique, les sanctions ont contribué à l'esprit des valeurs chrétiennes-système de réglementation du Moyen Age, precapitalist société. L'usure a créé un projet de loi qui a divisé le devoir de relations personnelles et de crédit prêteur. Veksel est prescind dette de papier, qui peut être acheté et vendu. Par le projet de loi remonte à la généalogie d'actions et de titres. A la bourse, qui occupe une place centrale dans la sphère économique de la société capitaliste: char à vapeur, trains go - ceci est le résultat de ce qui s'est passé dans le marché. Dans le cadre de la mentalité russe, la préservation des éléments importants du traditionalisme, plus compréhensible et, bien sûr, la simple reproduction de la vie. L'argent est déjà perçu comme une sorte d'abstraction n'est pas conventionnel, mais de préférence quand elle est nécessaire pour la vie des produits fabriqués de leurs propres mains, dans les fermes de la famille naturelle, les fruits du travail sont échangés pour l'absence d'artefacts du monde matériel, soit directement, soit par le biais d'une variété de fonds de remplacement, tels que l'alcool: la vodka de lune remplir le rôle de Vice-argent, depuis au moins depuis que l'armée communiste. Dans le cadre de la Russie, la tradition socio-culturelle est légitime de refus de la symbolisation des relations d'échange, résumé dans la nature, le commerce, les relations d'argent en général, le sentiment d'exclusion de la négociation, qui est décrit M. Montaigne à l'égard de néerlandais lui: Dans les pays où, comme dans Pays-Bas, a dominé l'humeur du commerce, toutes les actions humaines sont des qualités morales servir de monnaie d'échange. Le simple service causé ailleurs simple humanité, sont achetés pour l'argent .

73

Dans ses mémoires, S.Yu. Witte rappelle l'atmosphère typique de la société russe instruit dans les années soixante du XIXe siècle, quand, sur toutes les dovlel: l'esprit de la haine bien connue de ceux qui par leur statut ou de richesse matérielle sont émis à partir d'un certain nombre de personnes de taille moyenne ... tel est l'état d'esprit a prévalu tout au long de la couche libéral intelligent. Cette humeur est stable, son remplacement est assez classique dans les traditions socioculturelles. Il est présent et dans une longue histoire de la Russie, vyryvayas des paysans, des émeutes Cossack Razin, Pugachev, Bolotnikova, un grand nombre de petites perturbations, avec un complet, téléologique expression, dans les premières décennies du pouvoir soviétique en URSS. Dans cette forme d'art est une attitude grotesque, mais de la plus fortement exprimée MA Boulgakov dans Dog Heart. L'ex-beau dvornyaga est devenu un homme de science, en son centre, l'ouest, urgiynogo (créé par le travail), l'approche de la vie, le chant révolutionnaire chants en chœur, joue de la balalaïka, et de la complexité du monde prend une recette simple: à tout prendre et à diviser. Depuis la fin des années 50 début 60-s de l'Union soviétique laminés d'une vague d'agitation, de gigantesques batailles, l'intimidation de groupe, ce qui indique une tendance croissante à la haotizatsii espace social et culturel. En fait, une situation similaire a été observée en Russie et après l'abolition du servage, causés par la décomposition, la transformation de l'habitude des formes socioculturelles, la réduction globale de la culture de répression et de la société. Massive intimidation subi lui-même comme les éléments naturels, il est peu conscient de protestation contre l'extérieur, la vie matérielle, et ont été une réaction au processus de différenciation de la masse, les inégalités de revenu, la possibilité de comparer son et quelqu'un d'autre de la situation financière. Complémentarité des gens la vérité par rapport à la puissance de l'idéologie socialiste égalitaire, a été l'une des causes déterminantes de la longue expérience socialiste en URSS. Les participants de la masse de la part de pouvoir d'examiner leur action comme une forme de protection des idéaux communistes, comme une tentative de retour le Parti et le pouvoir soviétique à la forme primitive de l'Union soviétique
74

utopizma. Il est impossible de ne pas reconnaître que la réduction des émeutes ont été en un sens, la défaite de l'idéologie bolchevique, un symptôme de la perte d'influence dans la société son utopie: il est devenu moins en moins de gens capables de sortir de leur protection . Au début des années 70-s de l'intensité des émeutes ont sensiblement diminué, ce qui indique que les pertes indirectes des paysans et des travailleurs, est venue hier de paysans, la conviction que la péréquation comprendre les idéaux de justice sociale sont séparés par le suprême pouvoir de l'État. Queer pravdolyubtsy, les images qui sont décrites avec un tel amour, VM Shukshina progressivement rattachés à la ville, (la masse) la culture, tous les meilleur partage de la vie publique, sociale et privée, les collectivités locales. La vie dans le premier champ d'une partie de la partie, Komsomol, des réunions syndicales, subbotnik, d'autres formes de travaux publics, de l'exécution d'un certain rôle social, le maintien des règles conventionnelles de la partie. Dans le domaine de l'espace privé pour se détendre, boire de la vodka et philosopher dans la cuisine, de dénoncer les responsables, disbosom. Mutiny a été éliminé par le public dans la sphère privée de la vie, tout en conservant son illogisme, clair (binaire) division en amis et ennemis, en noir et blanc, le bien et le mal. Par la lumière et un pôle, l'unification de leurs cotravailleurs, convive, c'est-à-dire, en règle générale, les personnes qui se connaissent personnellement. Au contraire, l'obscurité, pôle de l'univers, le monde sont zakulisa, impérialistes, ochkasty propriétaire privé, régionaux ou plus tard, les autorités de Moscou, c'est-à-dire autres étrange, incompréhensible, et donc susceptibles de représenter les forces du mal. Dans le domaine privé de l'inconscient collectif, l'expression de la même série de phrases importantes: Nous nous en tenons ici, mais ils sont là avec Giroux besyatsya, je me suis battu, en ce qui concerne la participation effective de toute action militaire. Ces mizanstseny comprend les éléments de communication non verbale: a déchiré sa chemise sur la poitrine, frappe le poing sur la table, les plats de lien, un homme a demandé au monde d'une autre personne: Je suis tout à fait significatif pour l'environnement, à
75

la paix, Je suis tremblante créature, ou avoir le droit, voproshanie exprimé la phrase sacramentelle: vous me respecter? Le phénomène de l'aspiration à l'égalité (pour les commentaires des consommateurs), la distribution, le paternalisme d'État en ce qui concerne non seulement à la nécessité d'un soutien social et pour des raisons biologiques, les citoyens, mais tout le reste, y compris la santé et vigoureux, et non pas le signal s'est évanoui avec le temps, modifié et reproduit conformément avec les nouvelles conditions historiques et socio-culturel dynamique. À l'époque soviétique izlete B. Eltsine est arrivé au pouvoir sur la même vague de réclamations des consommateurs la lutte contre la nomenklatura communiste privilège, la prospection et à diviser l'argent PCUS, l'amélioration du niveau de vie sans l'augmentation des prix etc . Les principales accusations contre les réformateurs ne sont même pas reproche à la perte державного statut, et de l'indifférence à la puissance de la justice sociale, l'indifférence du public à la richesse et la pauvreté, l'absence de sanction de la richesse et de l'aide sociale dans la pauvreté. Au cours de la post-soviétique, les réformes à des personnes n'aiment pas, frappez à la moyenne du nombre mentale comme un invariant, qui se manifeste dans la haine de l'oligarchie, le peuple de réussite matérielle, et en utilisant la forme capitaliste de l'adaptation à une nouvelle qualité de l'environnement social et culturel. La péréquation, qui sont sujettes à de paternalisme, le niveau élevé de redistribution de la mentalité de la société russe au cours des dernières années a changé, ce n'est pas tant que l'extérieur culturels, sociaux, économiques de vie. Il est également évident que le nombre total de cas de base, et se séparent, événements, choquant la démonstration de l'archaïque. Président de l'Union des industriels et des entrepreneurs, AI Volsky, pour exposer sa vision des relations de pouvoir et des affaires: Les relations avec le pouvoir doit être résolu par la négociation, direct et secret. Mais ce problème ne se pose pas encore, le jeu doit être menée sur les règles. Et a expliqué: Règles - Russie expression est spécifique et a un sens plus large que celle de la loi. Sam M. Wolski a convenu que les
76

entrepreneurs payer pour leur liberté, par exemple, aider Poutine lutte contre la pauvreté, ou d'accepter d'augmenter la toute taxes spéciales sur les rentable. En d'autres termes, aujourd'hui, la réforme de la Russie, la force n'est pas encore dans la loi, comme dans la vérité archaïque folk, percevoir les rapports capitalistes de trahison, de la déviation de syncrétisme, de la distribution, de l'étrangeté de montage DOS terrestre vie matérielle. Dans 90 du siècle dernier dans l'économie russe a connu une utilisation sans précédent de l'échange naturel de compensation. Le développement d'un échange naturel de marchandises était dû non seulement la situation économique de la réaction du corps à l'état afin de réduire et de la contraction de la masse monétaire, mais aussi pratique, véritable expression de l'inconscient collectif, la vérité des gens capables de traduire les entreprises visible. Compte tenu de la dynamique du processus de modernisation de la Russie, socio-culturel, il convient de garder à l'esprit que d'un changement dans l'environnement externe, à la fois matériel et spirituel, a un impact important sur les mentalités, la question de l'intensité et la durée de uniaxiaux impact. Après l'évasion de l'Égypte, Moïse a conduit son peuple dans le désert quarante ans, n'a pas encore été cultivées par plusieurs générations de personnes qui n'ont pas connu l'esclavage. La tâche la plus importante est de préserver la modernisation de la Russie dans une période suffisamment longue pour une socialisation et inkulturatsii personnalité, plus émancipé à l'égard de la Russie traditions socioculturelles. La nécessité d'un délai suffisamment long intervalle de temps et continue de la liberté, entre autres choses, en raison de certaines restrictions à l'absorption des innovations dans l'unité du temps historique, la limitation de la vitesse du nouveau personnel interiorizatsii qui portent le processus de la dynamique historique, sociale et culturelle. Le dilemme est d'essayer de faire face à la modernisation de la Russie, est historiquement déterminé la nécessité de maintenir un rythme de plus en plus accélérée des processus dynamiques, et en même temps, la nécessité d'éviter une nouvelle dégradation dans le chaos social et culturel, égalitaire archaïque folk
77

vérité. Cette constante d'équilibre sur le point de chute particulièrement marquée pendant les périodes de révolution et de la réforme. Selon GP Fedotova: Tous les derniers développement de la Russie à une dangereuse courir à la vitesse: celui de prévenir - ou de libération de l'européanisation de Moscou révolte, qui inonderont de liberté et d'une jeune smoet vague de colère populaire. Raznovektornaya direction implicite socio-culturelle des phénomènes et des processus conduit à une critique de haut niveau de variabilité de directions possibles pour le développement futur. Dans la multiplicité des options pour le développement social et culturel de la société russe est variable en continu, qui est le résultat de la contre-mutuelle dissipation divergentes processus ne sont pas prévues pour l'une des parties, consciemment ou inconsciemment, a lancé le processus. À la suite de la continuité de l'existence d'un fardeau division museler l'opposition, la Russie, du système socio-culturel est en constante proximité de la zone critique de la bifurcation, la transformant en l'un, dans une autre modalité, résiste entelehii, de certitude, de l'harmonie téléologique. Que fait une soif permanente de nedelaniya physique, sous la forme d'événements en images Emeli, Ivanushki-idiots dans le conte populaire russe, Ilya bylinas sur Muromtsev couché sur le four et trente trois ans, si elle n'est pas une tentative désespérée de préserver l'intégrité de la capacité vitale, de la transparence des options pour le développement . En fin de compte, il s'agit d'une tentative d'émancipation de destin personnel. La préservation de la possibilité de vivre dans la zone de bifurcation, et à proximité de lui, en outre, la persistance de la croyance dans miracle, nécessairement inégal dans la relation de cause à effet est encore importante, des éléments de la conscience de masse. Ce désir naturel d'éviter l'incertitude, définitif a été bien sort-Ortega et Gasset: La vie - il s'agit d'une nécessité inévitable pour décider d'écrire lui-même tout à l'exceptionnel destin, accepter, en d'autres termes, il doit être résolu. Indépendamment de nos désirs, nous sommes obligés d'exercer notre personnage, notre vocation, notre programme de vie, notre entelehiyu ... Goethe refuse de subordonner leur sort, qui, par définition, un homme laisse qu'une possibilité, à l'exclusion de tous les autres.
78

Il veut conserver le droit de se défaire. Toujours . Pour l'histoire sort de la Russie est implicite ambivalent début, le désir de conserver le droit de disposer, pour éviter la certitude du sort. Il reversionnoe mouvement, quand le désir de moderniser les suppléants à la restauration de l'archaïque. Raznovektornost, des représentations mentales de l'ambivalence se manifeste dans une série d'actions concrètes, dans tous les aspects de la vie matérielle, de la société et la culture. Par conséquent, la production dans les résultats pratiques obtenus soit elle-même, mais sait ce que l'enfer, une situation de trésorerie de choses dans le 90 e du dernier siècle, a reçu une description de la capacité Tchernomyrdine V.: Nous voulons mieux, mais il s'est avéré, comme d'habitude . Comme le succès de la modernisation de la Russie, et le degré de radicalisation, directement en corrélation avec la capacité de s'adapter archaïque vérité populaire à l'environnement socio-culturelles de la civilisation moderne. AS Akhiezer, à cet égard, a déclaré la médiation, de traduction d'une valeur normative, mirovozrencheskogo, technologiques langue à l'autre, l'ouverture des processus qui peuvent résulter d'une perspective historique, à l'élimination de la double opposition entre l'archaïque et libérale de la civilisation moderne. Le succès du processus de modernisation très clairement corrélée avec le taux de revenu par habitant, le niveau de mai, qui facilitent ou bloquent samoosuschestvlenie personne, ici et maintenant, dans le plan horizontal de l'existence. Créer des possibilités pour la masse du matériau zhizneosuschestvleniya et signifierait la capture de la phase d'achèvement de la modernisation, la réalisation d'un inconscient collectif souhaité fin de l'histoire, mais son ironie dans laïques plutôt que les formes religieuses. La lutte contre la pauvreté est importante dans le contexte de la formation de couches massives de la réussite des biens de consommation, des services, des produits de la culture. Les consommateurs plus de succès en Russie, moins sera la vie, sens de l'espace non seulement pour les personnes dans les mines souterraines vysey et l'abîme de l'esprit, mais aussi pour les pré-humains à tous. Zhizneosuschestvleniyu dans le plan de la vie matérielle komplimentaren image du monde, réduit à un
79

supermarché, où une grande partie a la formel (monétaire) équivalent, complémentaires forma l'homme de la fin de la vie moderne des possibilités d'espace ouvert. Il existe des alternatives, le choix entre une réussite de l'auto-réalisation dans le plan horizontal de l'existence et la sublimation du potentiel latent, la possibilité de la terre, horizontal samoosuschestvleniya identité et l'importance de la prise de conscience de masse alternative, eskeypistskih scénarios de vie. Self masse de l'homme dans le plan horizontal, en train d'être évincés par d'autres, y compris asocial et verticalement stratégie axée sur la vie marginal. Si ce n'est pas possible, des options de compensation zhiznestroitelstva le devant de la scène en tant que vice-samoosuschestvleniya dans la terre de la vie physique. La mise en œuvre de l'horizontale zhizneustroitelnogo projet qui, en fait, à la modernisation, ce qui conduit à les rationaliser, de Russie kosmologizatsii espace social et culturel. La modernisation de l'complémentaires personnalité, avec ses lieux de contrôle, d'auto-discipline, la volonté d'obéir à la médiane de la culture, capables de contrôler leurs activités vitales, en corrélation avec les idées conventionnelles de la norme et la pathologie, à des projets vitaux. Une personne avec une dominante de contrôle interne loci mai bien faire sans debout derrière le dos de la police. La vie de l'homme à la fin de la société moderne, apparaît comme un projective chreda dostizhitelnyh action pour la mise en œuvre, la création, la fabrication, bien souvent dans des formes de réduction de la consommation de masse, qui est opposé à un monde religieux nedelaniya: S'il ya une question religieuse, il n'est pas de ce monde, et si il existe un objet religieux à la valeur, il est concevable que le monde extérieur, qui nous est donnée . En l'absence de possibilités samoosuschestvleniya dans le plan matériel de l'existence des cartes d'énergie non envoyés dans la zone marginale, qui inclut les comportements déviants, y compris l'alcoolisme et l'abus de drogues, de compensation et de portée nationaliste, messianique enseignements, le fondamentalisme religieux, laïcs et les idéologies religieuses. La priorité de la mesure verticale de la vie et tous les dérivés, portant en elle-même les éléments de
80

la mesure, y compris celles qui sont liées au niveau national religieux et philosophiques de la tradition, articuler plus clairement dans un ensemble de représentations, dénommée idée russe. Dans la Russie post-soviétique, cette série de représentations ont une symbolique, un sens symbolique, l'attitude qui divise la société en partisans et adversaires des projets qui ont une importante composante verticale: Le mouvement est encore possible, ou la manière de surmonter les idées de Russie , qui, traduit en purement ethno-culturels termes, hérité, dans l'histoire que vous souhaitez rappeler et de savoir, ou comme un mouvement de retour - de la mythologie, comme un rejet de principe de l'approche rationnelle du problème de la trajectoire historique de la Russie . Dans le même temps, avoir une dimension verticale de la construction idéologique est efficace dans le processus de resocialisation de masse de la population dans les zones marginales de la vie. Determinancy projets personnels zhizneneosuschestvleniya matériau de base des possibilités de la société est la règle, la plus efficace à l'égard des masses. Cette règle a номиналистические certaines exceptions, une personne peut être très active dans les deux dimensions horizontales et verticales de la vie. Dans la pratique, la mise en œuvre des projets pour lesquels zhizneustroitelnyh ascendant ou descendant immanenten vecteur de coordonnées dans la dimension verticale de l'existence, il Délocalisation des zones marginales, de l'expansion de roulement exprimé apocalyptique harmoniques. Dionisiyskaya élément de la vie folklorique, refoulée dans le cadre de mécanismes de répression, de la culture et de la société, en temps de l'accélération radicale de la dynamique historique, sociale et culturelle de tours et de profondes réformes ont eu la plus grande partie de la vie, quand l'attitude dominante, pratiques de la vie, les normes et les valeurs inhérentes à l'collective archaïque. Dans une lettre adressée au PB Struve, écrit en 1918, lors de la révolution et la guerre civile commence un peu l'archétype de l'homme de masse, trouvé brillant et l'évaluation affective, le VV Rozanova: J'ai été très clair que le peuple russe, âme russe - totalement anarhichna; qu'elle - mélancolie, fantastique, afin de l'enfer avec peu ou pas de classe ... J'ai eu
81

peur toute sa vie et détestait Gogol: dans 62 ans, je pense: Vous gagné, terrible toupee . Non, il a vu un chouchou de la Russie Sheol contenu . Cette fonctionnalité est tout à fait compatible avec l'une des branches de la tradition littéraire russe du XIXe siècle: L'identité nous n'avons pas encore naklevyvaetsya, et parce que Gogolevsky types - tandis que les types les plus fidèles de Russie. Belinsky dit à ce sujet, sans beaucoup de regret, à juste titre penser que l'émancipation de l'individu et non comme un processus historique rapide. Pain de ce processus dans la deuxième moitié du XIX siècle n'est pas si évident, il semble que les moeurs allégée, la barbarie est progressivement remplacée par la civilisation: Dans tous les pays couverts par l'historique de la vie, plusieurs concepts sociaux réduit les formes de vie sont devenues un peu plus raisonnable que ce qu'elle était avant la fin de l'année dernière siècle . Ces vues sont compatibles avec le monde XIX début du XX siècle, l'idée sublime de l'homme et de la culture, sur la rationalité du comportement humain, l'ensemble de la gamme de mémoires, ventilés de la Première Guerre mondiale, a démontré la fragilité de la civilisation et l'humanité. Lors de la phase industrielle du développement de la société moderne pour atteindre un certain niveau de la ponctualité, de réunion, de la complémentarité technologique et de l'identité de l'économie industrielle. Terreur bolchevique année 1917-1953 n'est pas seulement idéologique, mais aussi en partie utilitaire justification. Il s'agit d'une tentative, en utilisant la violence extrême à inculquer gagnante dans le contexte de la orthodoxe système de réglementation des valeurs de l'homme soviétique, un impératif moral, même dans un simple utilitaire formes. Historiquement, dans la Russie du système socio-culturel dominé par la forme extérieure d'un contrôle sur l'individu, le locus interne de contrôle personnel n'a pas une position dominante dans la société ou dans la Russie tsariste, ni dans l'aprèspériode, il n'a pas contribué à la formation de la révolution des années de chaos et de troubles civils. De mémoires AS Izgoeva pour la période de la guerre civile: peuple russe seul un gouvernement et devrait l'être. D'autres ne le font pas face à la situation.
82

Pensez-vous que les personnes que vous (ou cadets) respecte. Non, il rit de vous, et respecte les bolcheviques. Bolchevique lui, chaque minute peut tirer . Dans les années trente, quarante, à midi, l'ère stalinienne, dans la conscience du public cheville vérités simples: ne pas être en retard au travail, au décollage les clous cheville presque littéralement, comme dans les années de guerre civile, lorsque les mêmes personnes pas allégorique, mais dans le sens littéral de l'agent de scellement dans la tête et des épaules. Méthodes barbares de résoudre le problème des changements de masse precapitalist Russie droits, en l'adaptant aux besoins de l'industrie soviétique, modèle de la société moderne. Le problème qui se pose dans les différentes sections de l'historique et les dynamiques socio-culturelles dans le processus de modernisation est Entrelacée mesures horizontales et verticales de la vie russe, une abondance de l'avant, la vie marginal des politiques, tout ce qui ne rentre pas dans le cadre d'un comportement rationnel, à la compréhension de la liberté que l'anarchie et sur d'autoritaire. La limite de la Russie, de la liberté que l'anarchie et la guerre de tous contre tous (Hobbes sur) a été adoptée à l'automne 1999, un signe, il y avait des explosions de maisons d'habitation à Moscou et Buynaksk, qui a commencé après reversionnoe motion à l'ordre tel qu'il est interprété en conformité avec les traditions socio-culturelles. Dans cette limite, le domaine de la liberté de la déconstruction de contrôle externe sur la personne que partiellement compensée par une augmentation de locus de contrôle interne, radikalizuetsya chaos social et culturel, un affaiblissement général de la normative, la réduction de la capacité du gouvernement, accompagné par les nouvelles possibilités de localisation de la société civile. Pénétré dans l'espace socioculturel avéré raznovektornymi, chaotique des impulsions, mais il est dans des périodes de transition dans la culture et la société a été appelé le degré maximum de liberté pour l'innovation, la compétitivité de sélection, la lutte pour l'avenir, la possibilité de déplacer les différents éléments de l'innovation dans les modalités classiques. Dans une autre innovation se stéréotypes, qui combinent une complémentarité en ce qui concerne

83

les traditions socio-culturelles avec l'instrumental d'efficacité dans la nouvelle étape de la dynamique historique, sociale et culturelle. Une contrainte naturelle majeure est l'inversion du processus de modernisation des processus dynamiques dans le domaine de la vie sociale et culturelle de la société russe, un nombre anormalement haut degré de la localisation de la zone médiane de la culture et de la société. Certaines de l'amplitude des fluctuations inhérentes processus historique et socio-culturels en général et la dynamique sont visibles, y compris la modernisation de la plupart des pays développés, la question de l'étendue protivohoda, la présence ou l'absence de sens commun et d'une certaine ambivalence des positions extrêmes, l'espace sémantique de dialogue. Pour les pays de l'ouest de la modernité classique, ces variations de fournir un moyen de reproduction d'innovation, en intégrant une partie d'entre elles dans l'espace conventionnel des traditions sociales et culturelles. Le stade ultérieur de développement reste un haut degré de continuité avec le précédent, sont soumis à la correction de la communauté locale, номиналистические les tendances et les artefacts. Dans le cadre de la Russie, socio-culturel, pas d'oscillation de la terrible, mais l'ampleur de son amplitude, l'absence du minimum nécessaire complémentarité entre les pôles, reversionny mouvement protivohod processus de modernisation. À la fin de la période historique est passé accumulé un potentiel considérable pour incompatibilité entre les principes fondamentaux de la vérité syncrétique folk et la tendance à la plus discrète, spécialisée dans le domaine socioculturel. Ship briser l'ordre ancien est perçu dans des tons très heureux, il ya des espoirs d'une généralisation absolue, la reconstruction de la vie révolutionnaire. Ici, grâce à Dieu, a été lancée, a dit un soldat dans la mémoire F. Stepuna de la Révolution de Février 1917, devient la terre, est baptisé. Lors de l'apprentissage de la révolution à Petrograd, la non-officier de la population, près de Tchoulkov, a déclaré: Ce n'est pas un péché.

84

La nouvelle étape historique dans le début perçu comme une tentative de construire le royaume de Dieu sur la terre, ou au moins de récompense pour les péchés de l'élite au pouvoir et, plus tard, tout simplement intellectuel, un homme avec des lunettes et une cravate. Les bolcheviks ont été en mesure d'obtenir et de conserver le pouvoir en Russie est largement dû à la coïncidence avec les gens de la vraie compréhension de l'original, bien que la somnolence, l'hostilité du peuple russe, non seulement pour la première et tolstosumu de l'homme, c'est l'homme de ne pas être riche mai mais portant un manteau et un col, lire des livres, la vie incompréhensible et inutile de la vie des gens . Une partie de la société, les perdants de l'évolution de la dernière période, a beaucoup d'énergie négative à l'encontre des réformes post-soviétique, perçue comme une forme de développement destructeur qui détruit la confiance légitime dans le cadre des traditions socio-culturelles de la valeur réglementaire de la société russe. Juste une attitude prudente à la sortie progressive du modèle paternaliste de l'État-providence, une augmentation radicale de l'inégalité des revenus, la divergence des chances dans la vie des jeunes, des stratégies de croissance de la vie individualiste personnalité. Ce à quoi nous assistons aujourd'hui est une forme de la réaction du public à des résultats provisoires de l'espace post-soviétique réformes. La question de l'étendue des mesures radicales, à la suite des résultats de cette réflexion, reste ouvert, source de préoccupation pour le rationnel et l'intuitif du niveau de succès et adapté à la réforme de la société. Extreme éléments de l'ère post-soviétique sont devenus les séparatistes ethniques, les éléments criminels et semi dans pratiquement toutes les sphères de la société, tenue les médias marchands de peur, le choc des informations négatives. En conséquence haotizatsii socio-culturelle de la Russie dans l'espace public émergé la conscience soutenue dichotomie, un choix entre la liberté, la redutsiruemoy à l'anarchie et de la sécurité, perçu comme un ordre autoritaire. La réaction est toujours et partout, est la conséquence inévitable de l'apparition sur la scène de l'extrême des éléments, une loi historique. La question est: quelle est la réaction et comment fonctionne-t-il? Vosstanovlyaet Est-il seulement ce que vous avez
85

besoin, sur la base de la santé et les forces modérées de la société, ou elle, à son tour, courir à l'extrême, et donc provoquer de nouvelles fluctuations? . La genèse et la stabilité de la société civile est clairement corrélée avec le niveau de développement économique, de sorte que, à la suite de ce développement devient de personnes. Selon E. Gellneru la société civile peut être comparé d'une bicyclette: quand elle perd de la vitesse se bloque lors de perdre l'économie ne peut plus assurer l'amélioration continue du bien-être de la majorité de ses membres. La plupart d'entre elle est prête à abandonner les grands principes, de sacrifier pour le bien-être illusoire de véritable liberté . Post-Soviet vague de modernisation a permis le triomphe de la définis localement le principal vecteur de développement social et culturel du général vers le privé, polistilistichnosti de valeurs et le relativisme. Ce que l'on a du public, alors que dans les intérêts de l'État, a été gardé secret. Il ya une énorme expansion du secteur privé, tout en réduisant la portée de l'objet d'un contrôle public. Go, l'homme, être libre - il alchet Grand Inquisiteur, qui a dit: Je sais comment. Il s'agit de la seule Russie. Pas grand-chose idée, mais la physiologie - le sentiment de liberté comme quelque chose de bogoprotivnogo esclavage, comme une œuvre de charité ... En liberté - un péché, de l'esclavage les saints. Saints esclaves. Sainte Russie - la terre des saints des esclaves . Échange de liberté, d'autonomie, d'une localité - pour l'autoritarisme et de la Cathédrale, sous condition, le festival de la bière à une parade militaire et procession aux flambeaux, ce qui donne un sens de l'unité: je n'étais pas seul, beaucoup d'entre nous, nous le peuple. Formation de la Société pour le type dominant de la personnalité, avec des lieux de contrôle interne, de la tolérance à différents groupes ethniques et cultures, est une conséquence du long processus historique et socio-dynamique. Souvenonsnous de la politique de sanctions, des amendes infligées par les autorités de la ville médiévale de boue, de débris et la saleté en face de maison privée, une politique qui a finalement conduit à la formation d'un comportement responsable et équilibrée des Européens de l'Ouest, leur relation à l'esthétique du matériau
86

environnant, y compris l'environnement naturel . Comme l'herbe devient une pelouse, téléologique de quelques centaines d'années, et de manière rationnelle et civilisée, la médiane est le comportement humain atteint d'un assez long temps historique.

Littérature 1. Parsons, T. Essays système social / / Un des systèmes sociaux / Per. Angleterre. A. Harrasha, Ed. VF Chesnokov, et SA Belanovskogo. M.: Le projet académique, 2002. S.543-686. 2. Iglegard, R. la modernisation et de postmodernizatsiya / / Une nouvelle vague de post dans l'Ouest: An Anthology, ed. VL Inozemtsev. M.: Academia, 1999. S. 261-291. 3. Voloshin, MA Les visages de la créativité. Book Four. L.: Nauka, 1989. S. 416-426. 4. Shafarevich IR fondement spirituel de la crise russe du XXe siècle / Les deux voies - l'une laissée. M.: Iris Press, 2003. S. 360-428. 5. Kovalevskiy, MM esprit des lois / On Liberty. Anthologie de la pensée libérale du monde (I moitié du XX siècle). Moscou: Progress-Tradition, 2000. S. 413-490. 6. Koivisto, AM Russie idée / Per. avec l'exercice. YS Deryabina. M.: Tous mondiale, 2002. 244 pp. 7. Akhiezer, AS et DR Social et culturel et le sens du bolchevisme. Novosibirsk: Siberian chronographe, 2002. 610 pp. 8. Kara-Murza, A.A. Américanisme et psevdoamerikanizm que les phénomènes de la conscience contemporaine russe / / Entre Empire, et détrempe: Selected socio-philosophique, le journalisme. M.: Ifran, 1996. S. 31-35. 9. Op. : P. Netreba Arkady Volsky a quitté le domaine juridique / / Kommersant. 2003, № 134. C. 2.

87

10. Op. par: VK Kantor ... Il est une puissance européenne. Russie: un chemin difficile à la civilisation: Istoriosofskie essais. Moscou: Russie, politique Encyclopedia (ROSSPEN), 1997. 704 pp. 11. Voir, par exemple.: Akhiezer AS Russie: Commentaires de l'expérience historique. (La dynamique socioculturelle de la Russie). T. II. Théorie et méthodologie: Glossaire. Novosibirsk: Siberian chronographe, 1998. Pp. 390-394, 160-162. 12. Ortega et Gasset, J. À la recherche de Goethe / / Esthétique. Philosophie de la culture. AM: Art, 1991. S. 433-462. 13. Voir, par exemple.: Akhiezer AS Russie: Commentaires de l'expérience historique. (La dynamique socioculturelle de la Russie). T. II. Théorie et méthodologie: Glossaire. Novosibirsk: Siberian chronographe, 1998. S. 267-273. 14. Land DS Merezhkovsky bouche / / Patient Russie. SPb.: Public avantages, 1910. 15. Stepun, FA La tragédie de la créativité (Friedrich Schlegel) / / FA Stepun Compositions. M.: ROSSPEN 2000. 16. Volkogonova, OD Russie idée. Les rêves et réalité / / Postzapadnaya civilisation. Libéralisme: Past, Present and Future / Sous total. Ed. SN Yushenkova. M: Un nouveau facteur en 2002. 17. Pipes, R Struve: droit libéraux, 1905-1944. T. 2 / Pec. d'Ed.: Richard Pipes. Struve libéral sur le droit, 1905-1944. Harvard University Press, Cambridge, Massachusetts et Londres, en Angleterre, en 1980 / par. Angleterre. Zakharova. Moscou: Mosk. École de politique. E Studies, 2002. 18. Belinsky, VG Lettre de KD Cavelin (Novembre 22, 1847 g) / / Full. SOBR. cit. Moscow: Publishing House of USSR Academy of Sciences, 1955 1956. T. XI. 19. Chernyshevskiy, NG Avant la publication de la traduction de la base de l'économie politique Mill (deuxième version) 1864 / / Full. SOBR. cit.: 15 tonnes / A total. Ed. V.Ya. Kirpotina, BP et d'autres Kozmin M.: Gos. Izdat. Hood. lit., 1939 - 1950. T. IX.
88

20. Kantor, VK Il est une puissance européenne. Russie: un chemin difficile à la civilisation. Istoriosofskie essais. M.: ROSSPEN, 1997. 21. Tchoulkov, GI Mars jours / / Les années d'errance. Moscou: Ellis Luck, 1999. 22. Trois, B. Veydle Russie / / Dying Art / Comp. et auth. poslesl. VM Tolmachev. Moscou: la République, 2001. 23. Chicherin BN Russie avant le XXe siècle / / A propos de la liberté. Anthologie de la pensée libérale du monde (I moitié du XX siècle). Moscou: Progress-Tradition, 2000. 24. Gellner, E. Conditions of Liberty. La société civile et ses rivaux historiques. M.: Ad Marginem, 1995. 25. Land, DS Merezhkovsky bouche / / Patient Russie. SPb.: Public avantages, 1910.

IV. Projet de modernisation de Russie dans le contexte de la mondialisation du monde Au cours des dernières décennies, une tendance à la formation d'un seul prototsivilizatsii moderne, où les institutions et dans une certaine mesure la valeur du monde occidental sont devenus de référence pour une grande partie de la nonhumanité. Nous assistons non pas la fin mais le début de phase de la mondialisation, quand le secteur privé, à grande échelle commence à aller à la périphérie de l'histoire, est l'indemnisation, le rôle complémentaire. Se référant à l'avis de l'anthropologue Peter Uorsli, E. Giddens note que pour autant que l'ensemble de l'humanité n'existait pas, la formation de liens sociaux dans l'ensemble de l'humanité. Le monde est devenu un système social à la suite de l'accroissement de l'interdépendance, qui touchent aujourd'hui près de chaque être

89

humain. Sociales, politiques et économiques à travers les frontières et le pouvoir des États à envahir le sort de la vie dans leur gens. L'interdépendance croissante de la communauté mondiale peut désigner un terme universel la mondialisation. Ce serait une erreur de penser la mondialisation comme un processus de croissance de l'unité mondiale. La mondialisation des rapports sociaux doit d'abord être comprise comme une transformation de l'espace et le temps de la vie moderne. En d'autres termes, nos vies sont de plus en plus touchés par les actions et les événements qui ont lieu, suffisamment loin de la réalité sociale au sein de laquelle nos activités quotidiennes. Malgré le fait qu'aujourd'hui, il se développe plus rapidement, la mondialisation n'est pas quelque chose de totalement nouveau, ce processus a commencé depuis près de deux-trois siècles plus tôt, lorsque l'influence occidentale a été répandu dans le monde entier . Nous sommes témoins et participants dans le processus de création de l'infrastructure pour l'avenir de la paix mondiale, le chevauchement et la complémentarité de l'information, l'énergie, les systèmes financiers. Cette imbrication des marchés naturels causés par l'amélioration de l'industrie, le transport, les technologies de l'information, d'une part, et virtualisation l'argent et l'argent de l'autre. Base idéologique de la modernisation et la mondialisation est un universalisme chrétien (ni les Grecs, ou Juif). La modernisation est un vecteur de changement dans le domaine socio-culturel, la réduction de la composante locale et universelle de l'augmentation, de grandes tendances lokalizma à l'universalisme. La mondialisation fait aussi des mises à jour de l'universel, la promotion de la déconstruction national, local. La mondialisation est le produit de l'accélération de la dynamique socio-culturelle de l'ensemble du monde, qui mène à un endroit géographiquement, socialement, culturellement éloignés lieu dans un seul continuum spatio temporelles dans un espace d'un effet de causalité. Une mosaïque de l'humanité dans son ensemble, alors que dans certaines parties, pas indifférent à ce qui se passe dans d'autres régions, en particulier la dynamique de l'argent et des marchés. Événements importants à tout point de la Terre se retrouve dans l'espace
90

d'information, de suggérer, si elle n'est pas une réponse directe, au moins une formation de l'opinion publique. De plus en plus, le processus en limitant le rôle et les fonctions de l'Étatnation, bien note des fonctions de gouvernement local (services postaux, qui fait partie du système éducatif, les pouvoirs de la police, etc.) Le plus important d'entre eux - l'exhaustivité de la géo-politique de souveraineté sur son territoire - l'objet d'une repenser radicalement, deaktualiziruetsya. Au cours de la période de la mondialisation, moins les États peuvent sérieusement parler de la sécurité nationale avec l'aide des forces armées, économique, éducatif (la forme d'enseignement à distance), l'espace budgétaire est de plus en plus caractère supranational, d'autant moins de contrôle au niveau national. Au cours des dernières décennies, un processus intensif de formation a lieu au niveau international, l'élite mondialisée, qui est la base sotsiogeneza activités des sociétés transnationales, la nouvelle de l'interdépendance économique, culturelle, politique et espace médiatique. La mondialisation des élites est une formation hétérogène, composé de segments de l'élite nationale, le fondement du développement économique, culturel et des activités d'information, ce qui rend l'utilisation, surtout, la capacité de l'intégration internationale (mondiale) des marchés. Les intérêts de la nouvelle élite internationale progressivement s'écarter de l'intérêt de cette partie de l'élite, ce qui maintient le caractère national, guidé dans son travail pour la plupart sur le marché national. Il est envisagé de plus en plus l'écart entre les revenus de la société, principalement sur l'économie nationale et de la partie qui est plus utiliser le potentiel international (global) marchés. National et, de plus en plus, les nouvelles élites mondialisées, susceptible non seulement d'accélérer la dynamique socio-culturelle, mais plus que cela, ils sont en grande partie de sa source. La mondialisation est un processus de formation d'un unique espace institutionnel, conduisant à un maximum de perméabilité des frontières nationales des systèmes socio-culturels et de leur contexte, quand un certain nombre de fonctionnalités du système sont transmises à l'échelle transnationale, afin d'ouvrir
91

les

canaux

de

la

communication

interculturelle.

Genealogical

nouvelle

communauté dans l'origine de bien des façons remonte à la civilisation occidentale moderne. Elle voit, par-dessus tout, l'environnement institutionnel et de la valeur normative du système, où les institutions et, dans une certaine mesure, les valeurs du monde occidental sont devenus des références pour une grande partie de la nonhumanité. Dans cette partie de son processus de mondialisation se répète, se chevauchent, ce qui renforce le processus de modernisation. Perçue par les éléments qui sont soit en mesure de démontrer son efficacité opérationnelle, de promouvoir les objectifs de développement, ou sont encore perçus comme tels, le reste du monde. Par exemple, peut servir comme un engagement politique à la démocratie, ce qui favorise une meilleure note de l'État-nation, en fournissant un plus grand flux d'investissements, en augmentant le prix des actions, le gouvernement et les obligations de sociétés, etc Une autre question, comment fonctionne la gouvernance démocratique adéquate du niveau de développement, qui est l'État. Dans le contexte de la mondialisation, l'État-nation, ont forcé à jouer par certaines règles, ne peut, à tout moment bloquer le processus de modernisation, y compris dans la sphère politique, ces processus sont largement autonomes par rapport à l'exigence fixée par la tradition sociale et culturelle. Le processus de la mondialisation sont une synthèse des progrès et la dynamique inverse. Recul est possible, en particulier, comme une réaction aux crises financières et économiques, par exemple, une grande chute dans le cadre régional et des marchés financiers à la suite du processus de la forte diminution de la mobilité du capital financier. La mondialisation des processus ouverts, nonequilibrium, nonlinear nature, qui détermine en grande partie les caractéristiques de la dynamique sociale et culturelle. Historiques, sociaux et culturels des alternatives que nous pouvons traiter, ont une certaine limite, déterminée par la quantité de relations de cause à effet, accumulé dans le processus diahronnogo développement, ils sont à bien des égards et que
92

номиналистическую de déterminer la proportion de local et universel, qui est dans la culture et la société de l'expérience l'impact des processus de mondialisation. Parlant de la mondialisation, il est nécessaire d'éviter la réduction du modèle de makdonalizatsii monde, les intérêts, les entreprises transnationales, en termes de maximisation des bénéfices, compte tenu de la demande de caractéristiques culturelles, comme le succès de la promotion des marchés nationaux en tant que produit de consommation universelle dans le domaine du matériel et spirituel (culturelles) de consommation, il faut une interprétation partielle, dans l'esprit des traditions socio-culturelles. Nous considérons la mondialisation comme un mouvement en faveur de l'universalisation économiques, juridiques, d'information, d'éducation et, en bout de ligne, espace culturel, en grande partie comme une adaptation moderne de transformation du projet, le prochain, nous avons avancé, le stade de la modernisation. La mondialisation est un stade moderne, nous déployons une seule et universelle Nouveau projet. Une question importante est de savoir si elle doit être considérée comme une modernisation complète, incarné abattu dans la réalisation des principales caractéristiques de la modernité dans les diverses sphères de la vie humaine. Les processus historiques et des dynamiques socio-culturelles, non seulement ralenti, mais continue de montrer l'accélération dramatique samotransformatsii que dans la modernisation de la civilisation occidentale, et sa nouvelle zone de l'Est (Japon, pays dynamiques d'Asie). Quels sont ces processus: la poursuite de la modernisation, ou postmodernizatsiyu? Si postmodernizatsiyu, elle continue de nier ou de processus de modernisation? La mondialisation, se déroule rapidement dans un monde en mutation qui est en train de perdre un grand nombre de caractéristiques établies, la généalogie remonte à l'aube d'un nouveau temps. AI Neklessa note que le Nouveau Monde du temps rapidement-et-vient, accompagné de la crise systémique de la base, les structures de la société, fondé sur la durabilité des cultures et des formes de la
93

valeur rationnelle monde. Etat-nation du système des relations internationales, droit international, sur la base, à commencer par le Traité de paix de Westphalie, sur l'inviolabilité de la souveraineté nationale, soumis à des processus de déconstruction. Traverse une grave transformation de l'économie classique de fabrication, est remplacée par la pression de la machine virtuelle neoekonomiki à la périphérie de l'espace économique, non moins grave de transformation dans le domaine de l'idéologie et de la culture nationale. Mettre en cause un modèle de l'accord de l'évolution du monde, sa modernisation, et la notion même de progrès. Aujourd'hui, la mondialisation est devenue une communauté planétaire, apposée de personnes, de l'humanité dans son ensemble lorsque l'un quelconque événement important dans toute partie de la Terre est en train de devenir la province d'un espace unique de l'information, en suggérant, si ce n'est la réaction, au moins une formation de l'opinion publique. Les processus de la division du travail dans un monde où prévalent la civilisation occidentale capitaliste, ne peut être équitable et juste, car il n'est pas dans le cadre des règles du jeu qui sont les plus forts. Les pays de la civilisation occidentale ont été le monopole presque complet sur ce qu'on appelle la clôture de technologie, qui peut non seulement apporter leurs propriétaires excès, mais aussi de détruire la concurrence économique, la fermeture de l'ensemble de l'industrie. Ils sont capables de produire des biens avec un maximum de valeur ajoutée, l'exportation de nouvelles technologies, de rendre la production d'une grande partie des produits financiers à travers les frontières nationales. Les nouveaux pays industrialisés ont d'importer la technologie, principalement de payer pour le progrès scientifique et technologique dans une économie post-capitaliste, en particulier dans les États-Unis. Ils peuvent produire et vendre des produits avec moins de valeur ajoutée. Les pays en développement, les pays du tiers monde sont contraints de vendre des matières premières, c'est-àdire, la première transformation des produits, pour lesquels le type minimum de valeur ajoutée. Cette nonequivalence est causé par l'échange de base, les causes
94

systémiques. Les pays les plus problématiques dans le groupe de post-transition, depuis la réalisation de cet objectif va bien au-delà de la percée industrielle qui, en particulier, a montré au monde le nouveau tigres asiatiques. Efforts de l'industrie, à l'aide d'autres personnes de la technologie va inévitablement conduire à renforcer et à perpétuer la civilisation industrielle. Pour déplacer vers postindustrializma besoin de son propre interprétation créative des problèmes du progrès scientifique et technologique, le développement de sa propre technologie. Étant donné que c'est la façon dont il est possible de maximiser la valeur ajoutée afin d'obtenir le maximum de profit et d'atteindre une efficacité maximale. La civilisation occidentale est la modernisation de la locomotive du développement mondial, d'accélérer la dynamique socio-culturelle de l'échelle de la planète. La domination du paradigme moderniste, ce qui suggère l'accélération de course mouvementée du capitalisme, dans laquelle le taux de change atteignent un niveau critique, notamment en ce qui concerne la capacité d'adaptation de la psyché humaine. Medical statistiques a fait état d'une augmentation significative de la santé mentale, maladies psychosomatiques, en indiquant que les gens ne sont tout simplement pas en mesure de s'adapter aux flux de changement social et culturel, où rien n'est stable, où le risque devient systémique. Real, objectif monde est en train de perdre ses certitudes, de la durée d'existence, est d'accélérer le changement de mode, presque chaque année, sont mises à jour de la gamme des dispositifs techniques utilisés par les humains. Une sorte d'idéal a été la seule chose que, après une seule ou très peu l'usage du nom de la poursuite du développement de l'économie peut même tout simplement jetée. Permanent de la croissance économique, exige de l'entretien d'un nombre croissant de ressources, dont beaucoup sont irréparables, ce qui conduit à la pollution de l'environnement. Le changement climatique est également en grande partie une conséquence de la croissance continue de la production et de consommation. Les modèles, qui traite de l'évolution de ces tendances au cours du prochain siècle, montrent clairement que le système ne peut croître durablement sur une
95

longue période de temps. Êtes-efficace des ressources, l'environnement, les restrictions sociales, un appauvrissement général, la dégradation des systèmes naturels, et, par conséquent, la question n'est pas seulement atteint la qualité de vie, mais également la survie physique d'une grande partie de l'humanité. Les écologistes, антиглобалисты offre à cet égard aller à la décélération de la croissance, de passer de l'expansion, l'élargissement de la reproduction de l'humanité à une simple reproduction, en équilibre avec la capacité de l'environnement. Ces attitudes, à bien des égards semblables à des croyances traditionnelles, dominante dans le plus traditionnel, de la non-civilisation, qui suppose une coexistence harmonieuse des humains et l'environnement naturel. Au cours de ce siècle, l'humanité est confrontée à un difficile et extrêmement important de ses conséquences dans le choix de deux voies de développement. La première concerne la poursuite de l'accélération du développement économique, social et culturel dynamique qui, à moyen terme, conduire à des conséquences désastreuses pour les biocénoses de la planète, y compris l'humanité. La deuxième voie concerne la transition vers une société plus statique, qui se caractérise non seulement par l'utilisation de nouvelles technologies d'économie d'énergie, et un ralentissement dans toutes les formes de la dynamique humaine, le passage de l'idéologie du progrès. Ce développement n'est pas un conflit de bonne à la meilleure, si caractéristique de la méthode artistique du réalisme socialiste, ce qui laisse peu de place à l'optimisme historique. Lors de l'examen de biocénoses, le potentiel de ressources de la planète Terre dans son ensemble, comme un système fermé, les deux voies sont un difficile dilemme. Ce choix est valable pour fermé, l'équilibre des systèmes, et devient moins important lorsque l'on considère aujourd'hui comme un environnement ouvert et nonequilibrium systems. La civilisation occidentale, en se concentrant sur le développement explosif qui, par définition, est synonyme de vie, comprendre que l'expansion est le seul chef de file de l'humanité, peut littéralement le pousser dans l'espace afin de
96

commencer une nouvelle grande épopée spatiale colonisation. Dans un univers de la matière, qui pourrait servir comme une base de ressources pour l'expansion de l'économie capitaliste et de l'humanité, qui est, dans ce contexte que la civilisation occidentale moderne. Économique habituelle de l'homme reçoit physique motivation, tout comme celui qui a poussé les gens dans le processus de colonisation de la planète Terre. Il a été le manque d'harmonie, de biocénoses pratiques de destruction de la planète Terre, qui est, à bien des égards samoedsky nature de la civilisation occidentale peut conduire soit à une grave crise systémique de l'humanité, ou comme une alternative positive à l'espace d'expansion. Probablement pas un hasard a coïncidé avec le début de la modernisation des grandes découvertes géographiques et la fermeture du monde entier l'expédition de Magellan, et le début de la mondialisation - avec des droits d'accès à l'espace qui a donné l'occasion de voir l'ensemble de la planète et le rôle de travail à l'échelle planétaire. La mondialisation est devenue une autre étape dans le processus de modernisation et de perspective historique conduit à la formation d'une humanité commune, unie par le développement économique, d'information et, éventuellement, Police d'intégration. Il semblerait que la mondialisation n'est pas une idéologie. Officiellement, c'est le cas, mais le contexte général de l'idéologie de la paix mondiale est encore visible. Cet arrière-plan est représenté l'idéologie de la culture de masse. Malgré sa propagation mondiale, la culture de masse d'origine, principalement la production de l'Ouest, en fait, l'Amérique. Cette culture est essentiellement laïque, avec de multiples inserts et païennes neyazycheskih motivation, le mysticisme et la superstition. Ce n'est clairement pas monothéistes, la culture, il est de plus en plus loin de la judéo-chrétienne de la tradition religieuse, ou plutôt de ne pas lui fournissant une multitude de dieux païens, extraterrestre esprit, jeux de lumière et d'obscurité.

97

Ceci est en contraste frappant avec ce qui se passe dans le domaine de la non-essentiellement le monde musulman. Deviennent de plus en plus encombré, le monde reste attaché à la tradition religieuse. Selon les projections de la population, examine le potentiel de croissance de la population dans certaines régions et l'ensemble de la planète, sa force atteindra un plus haut historique à la fin du XX siècle, qui commence après un long processus historique de la dépopulation de l'humanité. La croissance de la population au cours de cette période sera réalisé par les pays en développement, avec leur faible revenu par habitant, l'éducation, les soins de santé, l'inégalité des femmes, c'est-à-dire les pays en développement pendant un certain temps va continuer à suivre leurs propres traditions socio-culturelles. Dans les régions du nord de la Terre aujourd'hui, et l'emporter au cours de ce siècle a finalement mis en place un modèle très différent de la reproduction humaine, qui implique une famille avec un enfant qui n'est pas une simple reproduction de quantification de la population. Dans le siècle à venir sont énormes XXI société non-potentiel démographique, l'introduction d'un grand nombre de personnes, du matériel de préhension tentations, en supposant dostizhitelnuyu moderniste, motivé, dynamique, mais surtout pour les bonnes raisons de ne pas susceptibles d'obtenir ce qu'ils ont perçu en interne comme nécessaires pour une décente, modernistkoy la vie, la réussite du projet de vie personnel. La variation de potentiel démographique constitue une menace pour le conflit entre le Nord et le Sud, mais dans la perspective plus historique, devient une menace très réelle de la dissolution de l'Ouest, moderniste, faustovskogo l'humanité dans l'océan plus d'une inerte non plus. Les processus de mondialisation contribuent à la création de groupes de soutien, les néophytes l'Ouest, a non seulement son environnement institutionnel, mais aussi des valeurs, l'organisation de la vie quotidienne des comportements. C'est le moins que les petits, mais la plupart vesternizirovannaya laïciser et de nonpaix devient une chance de la civilisation occidentale, tout en maintenant une
98

continuité culturelle avec des changements dans la composition ethnique, racial relations entre les différentes parties de l'humanité. Il est pertinent de procéder à une analogie historique entre la Grèce antique et de Rome, où le processus de développement culturel a conduit à la perception de la tradition culturelle grecque comme les traditions de l'antiquité. Quelque chose de semblable à une nouvelle spirale de l'évolution historique de mai se produire en ce qui concerne occidentale moderne traditions socio-culturelles, ce qui est probable, est la mission historique de la mondialisation. Nous pensons que l'accélération de la dynamique socio-historique et modifier radicalement nos habitudes de carte evropotsentrichnogo paix, de progrès, conduit à une déconstruction des éléments de modernité, qui ont perdu de leur efficacité, sont devenues trop rigides, épuisé, ou sont proches de l'épuisement de sa capacité d'adaptation. En particulier, le ci-dessus s'applique à l'utilisation à grande échelle du patrimoine de l'instrument européen de l'éducation et de la Révolution française, avec ses sacramentelle slogan Liberté, égalité, fraternité. Avec le passage du temps est tout à fait clair que la réalisation de cette partie de l'héritage socio-culturel n'est pas technologique, ne peuvent pas être utilisés à des fins de mise en œuvre effective de la politique de non-paix. Cette politique est poursuivie au niveau politique, économique, sociale et culturelle a exprimé ambivalent base. D'une part, il est a posteriori la prise de conscience de l'inefficacité de l'application pratique de l'héritage culturel européen, de l'autre - pour plus de pragmatisme, du cynisme et de double standard. Plusieurs redutsiruya, vous pouvez parler des différentes normes de l'Ouest et de la non-paix, les différentes approches de l'Ouest et le monde non occidental, qui ont différents types de stratégies et de technologies de l'existence humaine. Dans le contexte de la violence institutionnelle et la valeur normative de transformation, qui connaît un monde moderne, surtout les plus modernisés, dynamiques, à la fois dans l'Ouest et l'Est, la question se pose quant à l'efficacité de stratégies pour la capture de la modernisation de cette pratique, de nombreux pays non occidentaux, y compris et la Russie.
99

Non seulement les pays les plus avancés sont passés à une société postindustrielle, ils font toujours partie de dekonstruiruyut inefficace avec une faible capacité d'adaptation, l'efficacité des institutions et des valeurs du modernisme. Dans ces circonstances, nous (Russie), ou est en train d'achever un projet national visant à créer une société moderne, avec la déconstruction de ses éléments, ou une fois de plus essayer de tourner l'histoire. Aujourd'hui, le truc de mai pour tenter d'entrer par la porte, passez directement à l'économie post-industrielle, multiculturelle, multikonfessionalnomu la société et la culture, la légalisation de nos différences, de les traiter non pas comme un frein au développement, ainsi que la source d'un excès de créativité, le potentiel d'innovation, qui mai être réclamés à la présente et futures étapes de la dynamique historique, sociale et culturelle. Mais il faut comprendre que le danger d'une telle créativité, la recherche suivante troisième voie zashkalivayusche élevé. Nous savons que la modernisation de l'époque de la mondialisation a créé. La mondialisation est devenue une source de ressources et de la modernisation, l'ouverture des changements dramatiques dans le monde vivant dans lequel les sociétés occidentales ont été les pionniers. C'est un long processus historique, qui comprend un certain nombre d'éléments de la définition de la culture et de l'émancipation humaine. La mondialisation est un moteur de la modernisation exogène dans les communautés locales, qui affectent leur reproduction et le degré de la radicalisation. L'intensité, la profondeur, les axes de la modernisation de bien des façons définies par le processus de mondialisation, d'où des réponses d'adaptation et de restructuration du système socio-culturel. Les processus de régulation sociale et culturelle dans la modernisation de la société sont déterminées par l'action des deux, face à de nombreux égards, les sources, à savoir les traditions sociales et culturelles d'une part, et l'influence de la exogènes (la mondialisation comme un agent exogène de la modernisation de la Russie). Sociocultural tradition, à son tour, est ambivalente, qui, dans une mesure non négligeable, en raison de l'adaptation des processus de modernisation, le
100

développement socio-culturel de la société est exposée pendant environ trois siècles. Au cours de cette période, avec les échecs et de réflexion, le processus d'adaptation économique, militaire, socio-culturel et politique de la société et l'état de la civilisation occidentale aux défis modernes et à mûrir dans la nouvelle ère. I. Dans le monde d'aujourd'hui, où un espace unique de l'information, de l'idéologie pochvennichestva (samobytnichestva), troisième voie n'est pas une bonne option pour la Russie. Le mondial d'échange d'idées, de technologies, la connaissance devient le facteur déterminant dans le développement historique de l'humanité sur la voie de la création d'un espace commun de la culture. II. Le succès de la modernisation de la Russie sur la situation socioculturelle exige l'ouverture interne et externe socio-culturel et économique de communication. III. D'autres mouvements de la Russie sur la voie de la modernisation, à bien des égards l'équivalent de la circulation de l'œcuménisme, de tolérance, de rejet du rôle messianique de la vie politique, économique et culturelle dans une Europe unifiée, le modèle occidental de la civilisation de la fin du modernisme. IV. Essentiel à la réussite de la modernisation est un processus de départ de l'archaïque, le syncrétisme, qui dans une large mesure, détermine les caractéristiques de la Russie, traditions socio-culturelles, peut être sur le chemin polikonfessionalnosti, d'améliorer le niveau général de tolérance de la culture et de la société. V. Le succès du projet de modernisation de la Russie exige une compréhension claire de ce que la Russie fait partie de l'Union européenne (chrétienne) de civilisation, dans la direction de la Russie, socio-culturelles dans une longue période historique. VI. La mondialisation est la prochaine étape de la modernisation, marquée par la formation d'une approche intégrée économique, informationnel, politique et culturel.

101

VII. La mondialisation est un vecteur de changements de débit, le mouvement des inter-reliées et complémentaires à la paix, fondée sur l'institution et, dans une moindre mesure, les valeurs de la civilisation occidentale. VIII. La mondialisation est un puissant moteur exogènes de la modernisation de la Russie, son influence sur la reproduction et le degré de la radicalisation. L'intensité, la profondeur, les priorités du processus de modernisation en Russie est largement définie par le processus de mondialisation, d'où la réponse adaptative de la Russie, socio-culturel. IX. La dichotomie de l'universalisme et de la Russie lokalizma socio-culturel se reflète dans la variation du développement régional, de la disponibilité de l'ère pré-industrielle, industrielle et postindustrielle domaines. Modernisation de Russie constitue une hybridation et enclavés de développement. X. La nouvelle classe moyenne russe est un sujet potentiel de modernisation de la Russie, la force sociale inhérente qui peut rendre le processus samopoderzhivayuschimsya, indépendamment de la volonté de la modernisation du pouvoir politique. XI. L'hétérogénéité de la Russie, sociaux et culturels des espaces est un défi, de trouver la réponse à la question qui se poursuit aujourd'hui, ainsi que d'une source d'un excès de créativité, les capacités, les options pour le développement futur. Nous savons que le départ avec le nouveau temps historique et la dynamique socioculturelle de la Russie est caractérisée diahronnym grandes tendances d'un mouvement du traditionnel au moderne, les institutions et les systèmes de réglementation des valeurs. Formation des grandes tendances est dû à l'adaptation à la croissance explosive des dynamiques sociales et culturelles dans le cadre de la civilisation occidentale. Il ya un degré d'intensité de la dynamique du mouvement mégatendances inégalement réalisée à-coups (réforme, de révolution), suivie par l'arrière (inversion) motion. À ce stade, établit qu'une partie de l'innovation caractéristique de la période d'intense dynamique. Néanmoins, à l'inverse, réflexive

102

mouvement doit être considéré seulement comme une fluctuation de la mégatendances. Son apparition est une réponse au défi de la civilisation occidentale, que l'empire russe ne pouvait pas accepter. Mégatendances est inhérent à inertie, mais la nature de l'inertie varie selon les époques et de différentes couches sociales. Au cours de la période de l'empire russe, l'Union soviétique et les premières années post-soviétique (90-ème années du XX siècle) de la nature de l'inertie modernizatorskimi déterminée par le pouvoir suprême, la société a joué un complémentaires (supplémentaires) rôle. Le stade actuel de développement social et culturel de la modernisation de la société russe se développe dans le contexte de la mondialisation, qui est considérée comme une continuation de notre projet de modernisation. Les processus de mondialisation, à bien des égards le rôle des acteurs extérieurs de la Russie, de modernisation, d'adaptation en réponse de la Russie, socio-culturel.

Littérature 1 Almond, G. la culture civique. La démocratie politique et l'installation des cinq nations / / Anthologie de la pensée politique mondiale. 5 c. T. II. La pensée politique étrangère. XX siècle. M., 1997. 2 Arendt, H. Les origines du totalitarisme. M., 1996. 3 Akhiezer, AS Les spécificités de la culture politique russe et le sujet de la science politique (historique et culturel de la recherche) / / Pro et Contra. 2002. T. 7. Numéro 3. 4 Belik, AA Psychologie de cultures: de la société archaïque à la culture moderne. M., 2001. 5 Giddens, A. Sociologie / Per. Angleterre. Malashenko V., E. et al Kryukova Nauchn. Ed. VA poison. M.: Editorial URSS, 1999. 704 pp. 6 Benoît, R. Chrysanthème et le sabre: Patterns of Japanese culture. M., 2004.
103

7 Butina, NA Le peuple de Papouasie-Nouvelle-Guinée (à partir de la structure tribale à un État indépendant). SPb., 2000. 8 Neklessa, AI La fin de la civilisation, en zigzag ou une histoire globale de la Communauté: La cartographie de la post-World / Comp. et la TOB. Ed. AI Etc Neklessa M.: Orient. lit. 2002. S.109-142. 9 Bhaskar, R. société Moscow: Progress, 1991. Girts 10 K. Interprétation des Cultures. M., 2004. 11 Klakhon, K. miroir pour l'homme. Une introduction à l'anthropologie / Per. Angleterre. Ed. AA Panchenko. - Saint-Pétersbourg: Eurasie, 1998. - 352 pp. 12 Kradin, N. Anthropologie politique: Un manuel d'utilisation. - M., 2001. 13 Levi-Strauss C. pensée préhistorique. M., 1999. 14 La culture politique: théorie et des modèles nationaux / Gadjiev KS, Gudimenko DV, Kamenskaya, GV M. et al, 1994. 15 Le système politique et la culture politique de l'Est / Institut de lavage roc Intern. Relations (un t) Ministère des affaires étrangères de la Russie. M., 2006. 16 Terborn, G. mondialisation: la mesure, historique des vagues, les effets régionaux, de la réglementation / / Sciences sociales et humaines. La littérature nationale et étrangère. Ser. 11, Sociologie: RJ / ASR. INION, Center for Social. informer les scientifiques. Issled. Otd. sociologie et social. psychologie. M., 2002. № 4. P.11-16. 17 Popper, KR Société ouverte et ses ennemis. M., 1992. 18 Taylor, EB La culture préhistorique. M., 1989. 19 Schmitt, K. Glossaire: 1947-1951's Notes / / sciences politiques: Type de pouvoir dans la perspective historique et comparative. Problem-collection thématique. Vol. 3. - M., 1997. 20 Savitskaya, TE Post monde: l'évolution du paradigme culturel / / La communauté mondiale: la cartographie de l'après-monde / mains. état d'avancement du projet. et la TOB. Ed. AI Etc Neklessa M.: Orient. lit., 2002. P.76-104.

104

21 Bauman, Z. individualisé société / Per. Angleterre. Ed. VL Inozemtsev. M.: Logos, 2002. 390 pp. 22 Ilin, MV, Inozemtsev, VL grandes tendances du développement mondial. Moscou: Economics, 2001.

Chapitre II. Après l'Empire

I. Histoire de la Russie et l'URSS de Akhiezer A., J. Klyamkin, Yakovenko, I. et Gaidar, E. En Octobre 2005, le fonds libéral mission et New Editeurs a publié un nouveau livre du célèbre la culture russe et politique Alexander Akhiezer, Igor Klyamkin et Igor Yakovenko - Histoire de la Russie: la fin ou nouveau départ? Malgré le fait que le tribunal présenté au lecteur le contexte philosophique, culturel, politique oposredovaniya sensibles à des événements historiques dans l'histoire russe, est écrit, il étonnamment simples et claires, la langue de la littérature. Il est l'impression que le livre est écrit en une seule fois en une seule séance. Mais cette présentation est trompeuse, comme la facilité de l'écriture est réalisée seulement, le travail sur un grand nombre de texte. Le texte lui-même a été scellé et très utile - il s'agit d'un rare cas où les mots de près et spacieuses pensées. Enfin, le livre est tout simplement fascinant, très vite remarqué que vous pouvez commencer la lecture de la lettre d'une page, et loin de ce texte est déjà difficile. Alexander Akhiezer, Igor Klyamkin, Igor Yakovenko, ont combiné leurs efforts pour faire en sorte que le lecteur puisse mieux comprendre le phénomène et de l'évolution de l'Etat russe, de sa base politique, idéologique et socio-culturelles. Auteurs et, en conséquence, les lecteurs intéressés par les moyens de consolider le pouvoir politique, l'élite et la population utilisait l'État à différentes étapes historiques.

105

Toutefois, le lecteur peut être tout à fait une question: Pourquoi, encore une fois appel à l'histoire? - Les événements historiques décrits dans un long temps, et beaucoup d'entre eux dans le lecteur, au taux de l'histoire de l'école. Question rhétorique, mais combien de nos concitoyens à lire non seulement l'enveloppe de Pipes et Robert M. Geller, et les classiques de l'histoire des sciences - SM Solovieva, VO Kluchevskoy, GV Vernadskogo, MN Pokrovskiy ... Un nouveau livre d'Alexander Akhiezer, Igor Klyamkin, Igor Yakovenko, le lecteur ne peut pas uniquement se rafraîchir et de renouveler leurs connaissances de l'histoire russe, mais aussi une explication des causes et des effets de certains événements historiques et des processus. Sur la base d'un représentant pour les œuvres de l'histoire nationale, les auteurs ont examiné l'énorme documentation historique, l'ordre chronologique couvrant une période allant de l'origine de la formation de la Rus à nos jours - nous sommes immergés dans la circulation de l'histoire russe, à bien des égards, définit notre présent et de scénarios futurs possibles. Mais la principale raison de cet intérêt dans l'histoire que la Russie (soviétique) n'a pas passé maintenant, et afin de mieux comprendre les alternatives possibles à l'actuel et l'avenir de la Russie, nous avons besoin de penser à de l'histoire de problèmes non résolus et des défauts nesrosshimisya divisions sociales et culturelles. Supposons que dans la nouvelle forme, ils ont joué aujourd'hui nous avons à les traiter au nom de la libre développement de la Russie et les élections européennes du pays. Malgré le peu de mode dans la 90-ème année du siècle dernier, la prétendue fin de l'histoire, ce n'est pas sur nous, nous continuons de vivre dans son sein. Note que de nombreux événements bien connus, et même un manuel de l'histoire russe et de la modernité, Alexander Akhiezer, Klyamkin Igor, Igor Yakovenko réfléchir dans le cadre d'une approche libérale, ce qui correspond à l'intention originale de l'ouvrage. Nous sommes tout à sympathiser avec les auteurs souhaitent attirer l'attention du lecteur comment la Rus de Kiev et de la Moscovie à prendre racine dans la première fois axial et dans le processus long et douloureux, mais pas encore terminé d'entrer la Russie dans la deuxième axial temps - le temps
106

de la primauté du droit, le respect des droits de l'homme et des droits de propriété Apprentissage pays de l'Europe des valeurs. Mais ils ne partent pas sans surveillance, et les macro-reproduction, et progressive izzhivaniya de l'autoritarisme (ou soi-disant système russe). Comme il est surtout Systèmes de Russie directement déterminer le contenu de notre histoire et, indirectement, et le présent, nous avons le point de ses principales caractéristiques. Tout d'abord, système russe - un système dans lequel les autorités russes bloc subjectivité de groupes d'élite, avec la complicité passive ou active de soutien à la subjectivité des personnes démunies (126). En d'autres termes, la politique est l'objet de pouvoir, personnalisé à des images historiques du grand prince, roi, empereur, secrétaire général du PCUS du Comité central - et ils sont les seuls à posséder la plénitude de la subjectivité. Les habitants de cette subjectivité ne doit pas, sauf pour les périodes de graves crises de l'État (vague importante de temps et Cossack révolte paysanne, la révolution). Mais la particularité de ce système en ce que la subjectivité de l'élite de la société est également en cours de la plus grande possible dans la situation historique donnée, la restriction. Spécifiques historiquement causé, les méthodes de blocage de la subjectivité élites russes sont dans une large gamme: de la physique de répression massive à une extrusion relativement doux de certains membres des équipes de l'élite politique russe dans le domaine économique et dans l'Union européenne et l'émigration en Amérique du Nord. Comme un exemple de cette répression peut rappeler antiboyarskuyu oprichnina I. Grozny et la destruction de la partie de l'élite I. Staline, mais il existe aussi des méthodes intermédiaires, par exemple, peuvent désormais servir à l'arrestation et l'emprisonnement MB Khodorkovski et PL Lebedeva. La base de système russe est ce qu'on appelle le père - paternaliste - la matrice sur la base des dispositions et des pouvoirs Bol'shakov dans la famille paysanne patriarcale. Pour un militaire paramilitaires / matrice organise la société et l'État, qui est particulièrement évidente dans les moments de crises internes et de troubles, lorsque le système lui-même la base du mouvement de personnes, et dans
107

la politique étrangère de l'Etat, elle se manifeste dans un effort pour voennoderzhaviyu. Military / paramilitaires matrice et organise les autorités russes: la puissance russe - est, bien sûr, la puissance-monosubekt. Mais seulement parce que et pour autant que de la limiter - Power-militarizator, donc, en définitive, son identité historique (153). Par son existence et de reproduction de ce système autoritaire est de chercher et de trouver externe ou interne ennemi, diviser le monde entre nous et eux. Selon son mental motifs de mobilisation et de repli sur soi, elle-défense, mais ses adeptes sont enclins à rechercher les causes des blessures ne sont pas des failles dans le système, mais les expliquer dans un esprit de konspirologii et de la négligence criminelle et les erreurs des différents artistes. Sama système russe infaillible, elle a seulement subi des machinations des ennemis internes et externes, ainsi que les erreurs et neradeniya artistes à partir de laquelle vous pouvez toujours choisir les auteurs de tous. Donc, d'intimider les ennemis et de punir les auteurs, vous pouvez continuer à mener des politiques analogues, de commettre une erreur et nelepitsy qui, d'ailleurs, du point de vue du système lui-même, ne le sont pas. En collaboration avec les auteurs du livre L'histoire de la Russie: la fin ou nouveau départ? Permettant d'alerter le lecteur à une autre source de la formation et à la reproduction des systèmes de Russie. Cette caractéristique de notre adoption interiorizatsii et le christianisme. Nous savons que le christianisme européen est apparue comme un mouvement populaire dans les limites géographiques de l'Empire romain, avec tous les excès d'une période, tout en maintenant la continuité de l'Antiquité tardive culture. Christianisation ultérieure capturés et marginal nations européennes où la propagation du christianisme n'est plus le fond, mais sur le dessus de la puissance, de ne pas avoir tout ce sérieux. Au moment où la propagation du christianisme dans la Rus de Kiev locale paganisme était encore très viable, d'un siècle après, alors que le fondement sur lequel les Instituts de overbuild églises chrétiennes. Le résultat a été le report de leur généalogie païenne des présentations sur l'évolution des institutions, y compris les institutions de pouvoir. Dans un phénomène
108

populaire spontané dvoeveriya quand rurales païennes accepte externe (rituel) la piété chrétienne, sans changer sa qualité interne. Au gouvernement il existe des procédés similaires, lorsque les orthodoxes successeur direct au roi et l'incarnation de l'totem païens, bien entendu, dans le cadre de la phraséologie chrétienne. Ainsi, au cours des siècles du christianisme, il est seulement une forme séparée de contenu, les faibles et partiellement guschu de pénétrer dans la vie des gens. En résumé, on pourrait arguer que le système russe est exprimée dans la synthèse du père matrice culturelle, un païen interprétation du christianisme et de l'armée de la vie (163). Avec la volatilité soutenue, ce système est, paradoxalement, de son archaïque dogosudarstvennogo début de la relation et de l'État contribue à la reproduction d'une profonde division socio-culturel, élaboré dans l'esprit du temps, la situation forme. Et la principale raison pour le remplacement des anciennes et des nouvelles lignes (fissures), les divisions sociales et culturelles dans l'histoire est que la fondation culturelle de conception est restée divisée. Divisé, il a été en raison de l'importance, l'état des sociétés organisées ont été transférés le modèle de la toile de la vie des tribus locales, dogosudarstvennyh mondes (85). Il est important de rappeler que, en elle-même une division sociale et culturelle n'est pas un cas unique et isolé, à travers lui, tous les peuples ont été au stade de leur transformation en un État (21). Nous sommes différents des autres personnes, seulement une résistance à l'écoulement du temps historique split, sa reproduction lorsque les nations d'Europe de l'Ouest, il a non seulement brisé, mais il est devenu un lointain passé. Naturellement, le design extérieur et du contenu informatif de certaines formes de divisions sociales et culturelles de chaque époque historique à sa situation unique, et qu'ils sont exprimés par ses principales contradictions. En ce qui concerne l'intensité de la division, elle diffère dans les différentes périodes de l'histoire russe. Sans entrer dans les empiriste ses nombreuses manifestations historiques, un tel examen approfondi de l'ouvrage L'histoire de la Russie: la fin ou nouveau départ?, Dwell seulement sur les transformations sociales
109

et culturelles en Russie divisions XX siècle. En pré-soviétique, la Russie, la situation est le schisme social et culturel est évident - mais les différents sousgroupes sociaux et de gravité à l'un des deux pôles de la reproduction stable de l'opposition binaire. Nous croyons que d'ici la fin du XIX - début du XX siècle avec le célèbre part peut être formé pour parler de l'extrême dynamiques sociales et culturelles, qui sont regroupées autour de la réussite économique et éduqués groupes sociaux - les consommateurs et les créateurs de la technique des réalisations de la civilisation et de haute (élite) la culture, en un sens, les modernistes luttant pour l'avenir. Le deuxième pôle, conventionnelle visée à nous comme un pôle socio-culturel de la statique, a conduit à l'archaïque, souvent dopismennoy de la culture populaire, elle est axée autour de l'essentiel de la paysannerie et Philistinism petites villes de Russie. Une fois au pouvoir, les bolcheviks ont progressivement affaibli les deux pôles, les privant de leur ancienne puissance et de la certitude. Nous comprenons que, en tant que réalité socio-culturelle, et de ses pôles ne peuvent pas être lus dans le temps sans la vie, l'action de l'homme, et des événements contemporains complice. Les bolcheviks progressivement détruits physiquement, à l'extérieur du pays, renversé par la faible superficie de la grande majorité des instruits et économiquement les personnes, souvent supprimer le nom de leurs groupes sociaux. Mais les dynamiques sociales et culturelles du pôle ne peut pas être complètement éliminée, car elle signifie la désintégration de la société et la perte de l'État. Les bolcheviks rempli moderniste dynamiques socio-culturelles d'une perche, mais il était déjà un haut niveau de qualité de contenu, en particulier après la grande échelle des purges de Staline, le Parti des cadres de la deuxième moitié du 30-s du XX siècle. En ce qui concerne les pôles d'socioculturel statique, l'archaïque et la masse de la paysannerie Philistinism été fragmentée et broyer Moloch collectivisation, l'industrialisation, la répression étatique. Ici, les bolcheviks ne sont pas en mesure de procéder à l'élimination totale ou préférentiel des membres de ces groupes, car ils représentent collectivement plus de 90% de la population. Par conséquent, bien
110

que leur destruction physique totale ou partielle - c'est des millions et des millions de nos compatriotes - le chiffre exact, délibérément tuer des gens, nous ne savons pas aujourd'hui. À la suite de la période soviétique, de notre histoire, le second exprimant l'archaïque, un pôle d'opposition binaire, la perte de la certitude de son système de qualité, a affaibli et en partie démantelé. En conséquence, est devenu un très diluée opposition binaire socioculturel pôles, nettement diminué, et la distance symbolique entre eux. Pour un certain nombre de facteurs historiques et culturels ont à la fois dans le domaine de Moscou, la Russie et l'URSS a été formé relativement lentement, la médiation culturelle complexe cosmologique reproduction de ces pôles. Torn pays n'avait pas de médiation, le dialogue entre les pôles de la conversation des personnes et des idées, ce qui réduit l'intérêt de l'actuelle zone médiane de la culture et de la vie sociale. Toutefois, la formation d'un tel médiateur culturel-sémantiques complexes sont accélérées de manière spectaculaire en Russie / Union soviétique au cours du dernier siècle. De médiation, le dialogue avec toutes eu lieu pendant la majeure partie du XX siècle, dans le camp des casernes, sur les fronts du monde les guerres et les conflits locaux dans des appartements communaux, étouffante, eseninskih la bière, sur les trains, dans les expéditions géologiques dans le développement de la Sibérie et l'augmentation des stocks sol kazakh. Ainsi, au détriment de l'isolement physique et social useknoveniya gens ordinaires qui ont été la base de dynamiques sociales et culturelles des pôles, d'une part, et l'introduction de l'enseignement secondaire - d'autre part, podtyanuvshego au niveau moyen des personnes de la situation sociale et culturelle des secteurs de l'archaïque, de la société d'ici la fin de la période soviétique, est devenue beaucoup plus homogène. Revenant au texte du livre L'histoire de la Russie: la fin ou nouveau départ?, Qui nous a conduit à ces réflexions, en notant qu'il s'agit de quatre périodes de développement de l'Etat russe, qui sera tôt ou tard, a pris fin en cas de catastrophe. Le livre, en fait, se compose de périodes historiques correspondant à ces sections: la Rus': le premier État et le premier accident, de la Russie à Moscou: deuxième
111

Etat et de la deuxième accident; Empire Romanov: la transformation du nouvel État russe et le troisième accident, la Russie soviétique: la reconstruction et le quatrième accident державности . Et ce n'est que le dernier, la cinquième, la partie de celui-ci est appelé l'État post-soviétique, en rétrospective et perspective, lors de la période actuelle n'est pas encore achevé et le futur est toujours probabiliste. Mais dans le période postsoviétique, nous avons joué détendu et une réduction de faiblesses systémiques et des vices formé dans le domaine de Moscou, l'Empire russe, soviétique traditions socioculturelles systèmes de Russie. Et il est d'hériter de ces maux et les carences, en dépit de la diminution marquée de la profondeur que nous avons et réduire l'intensité de la tradition socio-culturelle division, propose l'ouverture éventuelle de cette série catastrophique de l'histoire nationale. Quelle est, en fait, nous voyons un avenir possible socio-culturelle des conditions préalables de décrochage, où la tendance indique que le potentiel de la volatilité de la prochaine étape de développement du pays? Malheureusement, ces tendances sont déjà évidents aujourd'hui, alors que le temps historique est l'accélération, et le résultat d'erreurs ne se faire attendre trop longtemps. Nous pensons que la recherche de nouvelles recettes pour résoudre des problèmes et des défis à l'ère de la autoritaire tradition socio-culturelle, la mise à jour de l'expérience forcée de Moscou royaume dopetrovskogo période de notre histoire - conduit à une répétition des mêmes erreurs historiques. Tirez la société dans le Moyen-Age, non seulement comme le prétend l'orthodoxie dominante de religion d'Etat, mais en considérant presque comme une idéologie d'Etat - il existe un danger de confusion. Cette action ne peut pas consolider, mais aussi à saper les fondements socioculturels de la post-soviétiques, ce qui remet en question son intégrité territoriale. En dépit de ces graves conséquences de ces politiques sont aujourd'hui nettement plus moderne, entendu des voix de pochvennikov, niant l'essence universelle du christianisme, qui n'a pas les Hellènes, ni Juifs, le vote, dans lequel tous les sémantique déplacé l'accent de souligner bogoizbrannosti, rien sur comme l'identité de la Russie et de l'homme soi-même. Ce faisant, le christianisme lui112

même est considéré comme un simple outil pour la consolidation et la mobilisation de la population d'origine russe, un marqueur qui peut clairement diviser l'humanité sur le nous et eux, notre, et pas la nôtre, justes et pécheurs. L'idée d'une telle privatisation du christianisme et de l'utiliser pour ces besoins spécifiques ne sont pas nouvelles, mais dans la période pré-soviétique de l'histoire de ces plans, dans une certaine mesure double emploi avec la réalité socio-culturel dans lequel le pays a vécu. Nous sommes entièrement d'accord avec A. Akhiezer, J. et I. Yakovenko Klyamkin que ... Derzhavnaya-impériale et formes orthodoxes de l'identité de ces jours ne sont pas aussi détendu après l'effondrement de l'empire soviétique, malgré tout, au fil du temps un pays d'imposer des l'athéisme et de priver l'église de ses fonctions traditionnelles: une source de légitimation du pouvoir suprême, il a cessé d'être un retour à ce rôle dans un Etat laïque n'est pas possible (682). Mais l'érosion des valeurs traditionnelles qui ont eu lieu au cours des dernières décennies que l'Union soviétique, la fin, tant dans la Russie postsoviétique (dans la forme la plus explicite), conduit à une forte activation de la protection traditionalisme. Aujourd'hui, écouter de la déclaration, selon laquelle une personne peut se considérer Russie que dans le cas de l'appartenance à la religion orthodoxe: L'orthodoxie pour nous, les Russes - notre matrice et la base de notre existence historique. Oui, pour de nombreux siècles de l'histoire russe qui est le cas, mais après plus de soixante-dix répression violente des différentes confessions de telles généralisations douteuses. L'empire russe était essentiellement orthodoxe pays. Mais à la période soviétique, l'athéisme et le postagnostique, qui a maintenu au cours de la nature laïque de l'éducation et la culture de masse - de la société russe est devenue beaucoup moins religieux. Il n'a pas besoin de plus amples explications sur la raison pour laquelle, aujourd'hui, après la période soviétique, de notre histoire, nous vivons dans une réalité fondamentalement différents. Indiquez seulement les résultats des enquêtes sociologiques effectuées en 2004, de toute la Russie Centre pour l'étude de l'opinion publique, où à peine plus de la moitié (51,7%) des répondants appartenant
113

à une variété de groupes ethniques en Russie, a déclaré qu'ils croient en Dieu. Plus de la moitié d'entre eux (57,5%), en parallèle, comme juste au cas où, croire en ces forces surnaturelles et des phénomènes tels que la sorcellerie et de magie, de la réinstallation des âmes, le destin, horoscope, les signes, les ovnis et les étrangers. En outre, la majorité (48,8%) positive attitude des Russes à la prolifération des festivals en Russie, est venu à nous à partir de l'étranger, tels que les catholiques de Noël, Saint Valentin, etc, ne sont pas révéler le désir de défendre la tradition pays les valeurs religieuses. Ces statistiques montrent également que de toute nature, soi-disant anti particuliers russe homme qui n'a pas à dire. Mais tout de même que les données des sondages d'opinion indiquent prévaut dans la société russe, l'indifférence à l'égard des questions de la foi. Aujourd'hui, les gens votserkovlennyh orthodoxe n'est pas beaucoup dans le nombre total de ceux qui d'une certaine manière s'identifie avec la foi orthodoxe. En d'autres termes, toutes les tentatives visant à construire sur l'orthodoxie comme idéologie d'Etat ont joué un peu la capacité, que de quelques pour cent des citoyens russes constituent une minorité absolue de la population. En outre, à l'orthodoxie dominante comme la religion d'État et la seule véritable idéologie n'est pas seulement le gouvernement mais aussi la dimension religieuse. Nous savons comment le marxisme en URSS est devenue responsable des horreurs de la période léniniste-stalinienne de l'histoire, même si les conditions préalables pour que inhérents à tout le marxisme n'était pas tellement. L'Église orthodoxe, en mettant à la charge de l'idéologie de l'État, ce qui assume la responsabilité pour les marchandises et le séculier, par définition, les décisions de politique publique qui ne sont pas toujours populaires. Par exemple, un rappel a causé tant de l'intérêt public de loi sur la monétisation des avantages sociaux. Et si le Mon Royaume n'est pas de ce monde, et la main de l'homme pour construire le royaume de Dieu sur terre est impossible, alors vaut-il pour des raisons de psevdopatriotam et mondain lzhepravoslavnym tentation de céder à un autre? Et ici, il nous semble opportun de rappeler l'avertissement philosophe russe Ε.Η. Trubetskoy, en notant les tendances dangereuses de son temps, très
114

clairement, et de se reproduire dans le fond de ce Gromily, lzhepravoslavnye, lzhepatrioty, et avec elles de nouvelles et de faux prophètes se préparer un nouveau et plus horrible que maintenant, l'explosion du bolchevisme - dans notre réalité actuelle peut ouvrir la voie à un nouveau, cinquième sur le compte, la catastrophe de Russie. Dans la Russie moderne sont de plus en plus visible, et idéologique de l'innovation patriotes-pochvennikov est que le recours à un nationalisme ethnique russe. Ce nationalisme est un type particulier, il vise plutôt que sur l'édification d'un Etat-nation, mais la renaissance de l'empire. Une autre chose que l'on entend la construction de l'ethno-nationaux - la Russie, pas le monde - ideokraticheskoy empire. Supposons que, à des degrés divers, mais l'empire russe et l'Union soviétique ont été le monde entier aspirent à ideokraticheskimi empires. Le problème, c'est que venant de ladite catégorie de l'innovation, de nos concitoyens, ainsi que d'un appel à archaïques sociaux et culturels, est exactement la même chose pour le pays et les événements tragiques de contemporains conséquences. Ici, l'auteur de ces notes est difficile d'éviter les quelques ernicheskogo retraite. Si elle est dans le patriotique pofantazirovat-pochvennicheskom esprit sur le monde (zhidomasonskogo) conspiration contre la sainte Russie, l'Empire russe, Union soviétique, la situation se présente comme suit. Imaginez une sorte de puissante et zlokoznennye forces que non seulement la planification pour détruire la sainte Russie, mais aussi fournir à ces fins bogomerzkih un peu d'argent, les informations et autres formes de soutien des projets, tasuya stocks disponibles dans le pays des forces politiques, le choix - qui sera en mesure d'aborder le rôle d'une telle pogubitelya disgracieux? La réponse, à première vue paradoxal, mais un examen plus attentif à tous de devenir à leur place. En multi-ethnique et multi-Etat offre pour le nationalisme et les nationalistes de Russie ne pourrait que conduire à une augmentation radicale du nationalisme petits peuples, à renforcer le pays n'est pas centripète, mais la force centrifuge. En polikonfessionalnom ethniques et la société russe est très dangereux de jouer sur les sentiments ethniques - l'accent mis sur l'identité ethnique et
115

religieuse de tout, sauf à augmenter le risque de l'effondrement de l'Etat, ne peut pas aboutir. Malheureusement, les rudiments de la Russie Systems présente dans la mentalité de l'élite politique russe et de la société, fonctionne comme un système intégré dans la large gamme de variation historique. Pour la Russie, la conscience du public de ne pas perdu de temps sélection de la puissance de travail, où tous les personnels désir est peu à peu privé de l'authenticité, et traduites en un outsider par rapport à l'impersonnel, et en même temps personnalisé public besoin . En outre, elle doit pas être considérée comme quelque chose d'imposé et prescrits de l'extérieur, mais comme l'ultime expression de la veulent. En d'autres termes, la personne tenue de vouloir que le conscient et strictement subordonnés volonté royale, voyant en elle la vertu suprême (163). Nous reconnaissons pleinement que la Société pour la plus part, rejette l'attitude envers lui-même comme un objet passif de l'administration et la tutelle. Le système russe, il a développé au cours du régime communiste, qui est devenu la principale cause de la chute de ce dernier. En outre la modernisation est bloqué n'est pas la mentalité du peuple et les élites russes ne sont pas prêts et ne pas en mesure de contrôler le peuple libre . Cependant, l'élite russe est également une partie de la société, et sa réticence à contrôler les êtres humains libres, associée à la persistance latente de l'élément moral des systèmes de Russie, et même une partie de la société, avec une convergence de circonstances historiques mai conduire à essayer de reproduction institutionnelle. Le fait que toute tentative ne réussira pas il est normal maintenant, nous sommes solidaires avec les auteurs que l'essentiel des sols, l'alimentation des projets, XX siècle, à gauche, dans le passé (694). Néanmoins, de toute évidence pas ce projet ne réduit pas le degré de leur danger pour l'homme, de la société et l'État. Rappelons que le projet national-socialiste en Allemagne, elle aussi, est regrettable, mais comment est la tragique tentative de sa mise en œuvre pour les Allemands et les autres nations européennes. Pour paraphraser de Tchekhov, on peut dire que nous tous, indépendamment de nos concepts scientifiques et pratiqué les opinions politiques, à un degré ou un
116

autre sont obligés d'abandonner la mentalité d'un résiduel dogosudarstvennogo droits et державного / fonctionnaire impérial. Notez que la mentalité résiduelle dogosudarstvennogo personne à la fois archaïque et doosevomu державного / serviteur impérial - par le temps qu'il a pris racine dans la première axial temps. Le processus de guérison, avec la compréhension des normes et des valeurs de la deuxième axial temps, difficile et tortueux, mais sans lui, le peu de perspectives de la société russe et les gens - et ce livre permet de guérir un grand nombre de Akhiezer Alexander, Igor Klyamkin, I. Yakovenko Histoire de la Russie: une fin ou un nouveau Home? Ainsi, pour l'existence même de la Russie post-soviétique, l'Etat est non seulement inefficace, mais extrêmement dangereux car la dépendance à l'égard neoimperskuyu le nationalisme ethnique et politique, et la tentative de transformer l'orthodoxie dans une idéologie nationale. Aujourd'hui, les citoyens de la Russie sont en face d'un autre choix historique, mais la réponse claire à la question de ce que la Russie que nous voulons construire - il n'ya pas une élite politique, ni la société. Il est clair que les principales options de ce bâtiment sont regroupées autour de deux fondamentalement différent d'autres projets. Soit nous construire une société démocratique, rationnelle, de succès et de high-tech post-Russie, ou le désir de reproduire le spirituel, et même les éléments institutionnels de systèmes de Russie. Aujourd'hui dans la société il ya à la fois hétérogène et multi-tendances. Mais le désir de traduire simultanément les conduit non seulement à un maximum d'inefficacité, mais de connaissance infaisabilité projet de construction d'une nouvelle Russie, d'ailleurs contribuer à une scission de la conscience de masse et d'introduire dans la société, un élément bien connu de la schizophrénie. Nous, les auteurs sont convaincus que le bâtiment stratégique de développement ne peuvent pas être transmises simultanément dans des directions opposées, tôt ou tard, auront à faire un choix historique. Comme l'élite politique russe et la société en général assez coquet et de cacher de l'histoire - la Russie est en Europe, la volonté politique nécessaire pour déterminer le vecteur stratégique de
117

développement du pays: Donner la Russie une identité européenne, son intégration dans l'ensemble de la civilisation occidentale avec ses intérêts stratégiques, et non moins que les intérêts de l'Ouest (700). L'adhésion à une croyance rigide que le vecteur stratégique peut et doit viser à l'intégration de la Russie dans la communauté euro-atlantique de la civilisation afin de moderniser sa généalogie, nous notons que ce type d'intégration ne peut pas être edinomomentnoy, un long et complexe macro. Rappelons, par exemple, que la Turquie est à la recherche de l'Europe depuis l'époque de Mustafa (Kemal) Ataturk. Oui, il est long, mais maintenant, les Européens sont sérieusement discuter de l'intégration institutionnelle de la Turquie dans la Communauté européenne. Mais la Russie est beaucoup plus de raison d'inclure l'Europe, non seulement un choix politique, et de la patience, et que l'échec de tactique à l'échelle de plusieurs années - et non des décennies - les élites politiques sharahatsya forcé de côté à l'autre, eskeypistski de tourner le dos à la situation présente et future dans le nom d'un passé lointain. Il convient de noter que le principal problème de la Russie est la nécessité de la transition à l'agriculture biologique intensive soi, ne peuvent pas être résolus dans le cadre des systèmes de Russie, comme elle a toujours utilisé le modèle de développement étendu. Il est évident que la large développement - le développement par l'attribution des autres ressources. Ressources mai naturel (terre, ressources humaines) et culturel (connaissances, technologie). Mais dans les deux cas, ils ont été affectés à la modernisation plateau ..., c'est-à-dire appropriation et d'exploitation d'autres réalisations culturelles de la population, est différente de l'intensité d'un dessin qui comprend des résultats de l'innovation, sans acquérir la capacité d'auto-innovation, qui ne peuvent pas emprunter (264). En ce qui concerne l'utilisation de la modernisation, le processus de transition vers une économie postindustrielle, l'inefficacité des méthodes de la période d'industrialisation accélérée. Aujourd'hui nekonkurentosposoben esclaves, ne peut pas revenir au statu quo, où les non-libre scientifique et ingénieur de réaliser le complexe militaro-technique de la parité avec les pays les plus
118

développés de l'Europe et l'Amérique du Nord. Parmi les souvenirs des témoins des événements, des documents historiques et artistiques, nous savons que la rémunération pour les découvertes scientifiques et les inventions technologiques ont servi sur l'acceptabilité en comparaison avec le reste des conditions de vie du système de goulags - des lits avec des draps et beaucoup de pain avec un peu d'huile. Le succès de la modernisation de la Russie post-soviétique de déterminer la disponibilité de la concurrence libre et ouverte sur le monde, la formation de l'innovation socio-spatiales. Nécessité de modernisation n'est pas par souci de renforcement permanent de l'armée et le pouvoir politique de l'empire, mais, par souci de développement de la société et l'homme. Besoin d'un air de liberté, qui est si peu d'espace dans le domaine socio sévit efflux systèmes de Russie. En termes de la Russie post-soviétique vaste type de développement maloeffektiven de maintenir sa base de ressources ne sont pas vieux. Mais nous vivons maintenant dans la vaste majorité de paradigme, en utilisant les dernières ressources d'un vaste développement - une abondance de pétrole, de gaz et autres ressources naturelles. La disponibilité de ressources naturelles abondantes prolongée occasion de large développement, à faire la transition vers une destination inconnue grande intensité de développement de l'innovation sur la base des technologies révolutionnaires. Vivre grâce à l'utilisation de la nature de loyer, vous pouvez sauter la prochaine révolution technologique, en douceur et progressive augmentation de la capture de la région, en utilisant le paradigme de développement intensif. En ce qui concerne les ressources de développement important, mais, aujourd'hui, est presque impossible de l'expansion territoriale de l'État russe, il est difficile d'établir des politiques et un contrôle économique sur les territoires voisins. Bien qu'il n'y ait pas tous perdu, n'oubliez pas au moins un projet de création d'un empire libéral. Pour une nouvelle restriction qui empêche large développement est la réduction de la main-d'oeuvre et la diffusion du modèle européen de la reproduction démographique de la population. Notez que ce n'est
119

pas seulement le plus important à des contraintes nationales de développement, mais aussi pour la reproduction institutionnelle de systèmes de Russie, y compris dans ses державно / impérial hypostase. Le plus grave restriction transforme interne du projet de restaurer la grandeur et la puissance impériale dans un cadre purement ideokraticheskuyu avion appartient au domaine de la démographie. Sans entrer dans un examen détaillé de cette question, nous constatons seulement que, enracinée dans la Russie moderne, modèle de la famille nucléaire avec un enfant, ne parvient pas à fournir non seulement une augmentation, mais une simple reproduction de la population. Mais la plus grande valeur de chaque vie humaine, le moins de possibilités de grande ampleur des actions militaires, koimi a été si riche en histoire russe. Dans les récits ont été les mots, General Field Marshal BP Sheremetev adressée à la dépression par les énormes pertes de Narva empereur Pierre le Grand: Ne pas le chagrin, le père-roi, encore bébé narozhayut. Dans la Russie post-soviétique - ne seront plus narozhayut, aussi longtemps que vous le souhaitez, vous pouvez rêver de pouvoir impérial et de la grandeur державном - sans la grande famille patriarcale, ces rêves resteront dans le domaine de l'utopie. Fin de la famille patriarcale en Russie, le passage à la prédominance de la famille nucléaire avec un enfant - et cela est synonyme de la fin de l'impérialisme russe. Pas des masses de jeunes gens - et non pas l'aptitude physique à maintenir, et encore moins de restaurer l'empire, ni dans les frontières de 1991, et encore moins 1913. Pour l'élite politique russe, conservatrice et autoritaire neoimperskoy politiques les plus graves de la contrainte extérieure est l'expansion des institutions de l'Union européenne et euro-atlantique de défense alliance. Aujourd'hui, la Russie est en contact directement avec l'OTAN dans le nord-ouest, et indirectement, par l'Ukraine et le Bélarus, presque tout au long de ses frontières occidentales. Nous assistons sans précédent dans son ampleur et la vitesse de l'expansion continue d'une Europe unie, de saisir et de frères slaves, ce qui rend tout à fait le choix sans équivoque en faveur de l'Occident plutôt que de l'Est, l'intégration européenne, plutôt que d'une union avec la Russie. Ainsi, la majorité
120

de la population orthodoxe aujourd'hui se concentrer sur l'intégration de la civilisation occidentale et de la direction de la Russie et les soins de sa part n'a pas besoin (682), et ... (le peuple ukrainien. - SG) a démontré clairement la volonté de vendre à impériale primogéniture chechevichnuyu potage adhésion à l'OTAN et l'UE . Mais si il ya l'Ukraine indépendante , alors il ne peut y avoir à part entière (rossiyskoy. - SG) empire. S'il ya une nation ukrainienne, il n'existe pas de peuple russe impériale, qui comprend les grandes, petites et belarosov. Les Ukrainiens sont nos yeux trahissent un grand principe de l'altérité en relation avec la Russie à l'Europe, une grande partie de l'affrontement, la peur et la haine envers l'Occident, nous ont légué par Alexander Nevsky . Beaucoup est vu à distance, et plus ou moins bonne compréhension de l'importance de ce qui s'est passé à l'automne / hiver 2004/2005 en Ukraine sera reconnu comme un peuple, et certains historiens, pour leur plus éloignés résultats. Nous pensons que les Orange en Ukraine, la révolution, les collectivités locales et n'était pas réparable, mais une défaite définitive et irréversible du projet d'un nouvel impérialisme russe, ne suffit pas à démarrer, échec de la tentative anti-skolachivaniya bloc occidental des États de la CEI. Ainsi, la société russe et des élites politiques ne s'agit pas seulement de l'élargissement de l'Europe et les structures euro-atlantiques, à l'est de l'Europe, mais aussi avec la participation active dans ce processus, aussi près que les Russes, les peuples slaves. Aujourd'hui, une Ukraine indépendante, demain, avec une grande probabilité, le Bélarus. Nous pensons que pro-choix nations slaves réduit de façon spectaculaire les possibilités de toute forme de restauration impériale, ce qui ne peut que rêver, mais ces projets sont intrinsèquement intraduisible dans la langue de la pratique politique. Ainsi, tous les projets comme celui neoimperskie sont condamnés à maintenir son caractère de farce de simulation, de même, et d'autres tentatives de recréer les éléments ou de ces systèmes de Russie. Nous sommes entièrement d'accord avec les auteurs que ... l'intégration de l'Europe (occidentale) de civilisation suppose une simple séquence
121

zhiznevovoploschenie ces principes juridiques qui sont inscrits dans l'actuelle Constitution russe (696). Mais à partir de l'histoire soviétique, nous savons également que la déclaration de principes démocratiques ne signifie pas leur respect effectif. Voici suffisamment de mémoire de Staline-buharinskuyu la constitution, en 1936, et les négociations avec la présentation de 1965 des droits de l'homme, sous le slogan - Suivez votre constitution. Aujourd'hui, nous assistons à la restauration du modèle de simulation et de l'Etat de droit, où inévitablement imitational s'étend à la démocratie, c'est-à-dire la sphère des droits et libertés politiques (658). En outre, Simulation - c'est de cette manière pour le fonctionnement de l'État dans la société protogosudarstvennoy la culture ... (658), et encore protogosudarstvenna la culture et la société atomizirovano - ne peut a priori exclure la possibilité de scénarios négatifs de notre avenir. Russie Les Européens ne peuvent samouspokaivatsya et blagodushestvovat: jouer beaucoup de rhétorique, l'élite politique est en mesure de régler, sous l'influence de leur propre propagande pour aller au-delà des limites du sens commun, contre son gré, être entraînés dans une logique de situation neoimperskogo processus. Suivez neoimperskoy pratique politique catastrophique, inévitablement lourde de la souffrance humaine et de la désintégration territoriale de l'État russe, la destruction de l'intégrité géographique. Aujourd'hui, nous sommes tous les contemporains et les témoins involontaires / participants des événements survenus dans le pays. Nous savons que, dans la Russie post-soviétique, a dit le mot que peu d'effet sur le changement de la réalité sociale et culturelle, mais qui peut conduire au progrès scientifique et l'intérêt public. Nous savons aussi que le rôle de la personnalité de l'histoire, a ouvert aujourd'hui, mais nous sommes toujours des événements contemporains, nous avons au moins une possibilité théorique pour changer quelque chose, essayez d'éviter les scénarios les plus négatifs de l'avenir de la Russie. Demain, lors de l'ordinaire des événements historiques se produisent déjà, il est impossible, donc nous avons suivi les auteurs du livre L'histoire de la Russie: la fin ou nouveau départ?, En essayant d'attraper aujourd'hui. Ce désir d'avoir expliqué notre désir de
122

ne pas seulement répondre à l'analyse du discours Akhiezer Alexander, Klyamkin Igor, Igor Yakovenko, mais aussi d'identifier leurs études et à la citoyenneté en ce qui concerne l'évolution des interprétations de notre passé, notre espoir d'un choix européen de l'historique de notre présent et notre futur.

La mort de l'empire soviétique. Rechercher Egor Gaïdar. La mort de l'Empire romain, Byzance, l'Empire héroïquement Romanov a eu lieu, une dynamique, un brillant, de la facture du matériel pour de futures générations d'historiens, poètes et musiciens. Ce matériau est de l'ancienne tragédie, épopée, de Wagner, enfin. Non pas que la perte de l'empire soviétique - il n'est pas Shakespeare, non pas pour le poète romantique, et pas même pour Prokhanov. Cette histoire d'un économiste - et nous livre Yegor Gaidar, économiste à la mort de l'empire soviétique. C'est une histoire sur le temps qu'il a perdu environ un fou organisation de l'économie, les importations alimentaires massives, épargne et meurtrière flambée des prix du pétrole. L'empire soviétique est tombé sous les coups des ennemis extérieurs pas, mais pourri de l'intérieur, son économie n'a pas été en mesure non seulement de présenter le peuple soviétique dans la société de consommation, mais seulement le nourrir. Il semble que la perte de l'empire s'est passé récemment, mais au cours de la décennie et demie, a réussi à grandir et à socialiser d'une nouvelle génération de Russes, pour qui l'empire a été laissé dans l'offre des souvenirs d'une enfance heureuse pionnier, pyatachka à Metro et d'autres petits, mais aussi les joies de la belle époque soviétique. Pour eux, il y avait des enfants, et peu importe ce qu'ils sont aujourd'hui, de la richesse et un niveau élevé, stand dans la hiérarchie sociale est encore un enfant, il ya, à l'époque soviétique, il a été mieux. Il suffit de croire, et beaucoup d'autres adultes de leurs compatriotes, pour qui le beau soviétique, de jeunes d'extrême gauche, la randonnée, le chant au feu de camp, de longues conversations dans la cuisine. La propriété de la mémoire humaine est telle que toutes les mauvaises avec le temps passé sur la deuxième à la troisième plan, une
123

bonne, même si elle était un peu, de rappeler que le plus important que le contenu essentiel de l'époque. Nous avons eu une belle époque, nous sommes en avance sur le monde, nous sommes respectés et craint - nous avons eu un grand empire. Et il n'y a pas de bonnes raisons supposées de sa dissolution, de manière mal géopolitiques rivales oui vendu, ils cinquième colonne - démocrate. Tels sont les sentiments et l'évaluation se produire dans la conscience de masse, est donc né si bien décrite par Gaidar postimpersky syndrome. Mais quand il s'agit de l'éclatement de l'Union soviétique, la même chose ici avec la Russie, que ces enseignements peuvent être pour l'Etat moderne de la Russie? Après tout, plus récemment, 90 ans, le nouveau gouvernement russe a tenté de freiner avec des siècles de naezzhennoy impériale jauge, mais il semble que nous sommes à jamais renoncer à l'ambition impériale. L'expérience soviétique montre que la voie impériale de développement du pays conduit à la catastrophe. Néanmoins, aujourd'hui, le risque de mouvement dans cette direction est élevé. Gaidar compare la Russie post-soviétique avec la République de Weimar, en citant des exemples de presque textuellement les résultats de l'esprit et les symboles de l'État-nation démocratique, en faveur du passé impérial - symboles nationaux impérial a été restauré en Allemagne en 8 ans après l'effondrement de l'empire - en 1926, en Russie - par le biais de 9 ans - en 2000 . Mais en Russie postimpersky syndrome est inextricablement liée au syndrome de l'autoritarisme, en fait aux autorités une si grande tentation d'éviter la longue et parfois douloureuse procédure d'homologation dans le cadre du système démocratique, les différentes composantes économiques, politiques, sociales et ethno-religieux. Gaidar formé aujourd'hui, les appels système du closed (gestion) ou de l'autoritarisme doux de la démocratie. En effet, il est difficile et parfois extrêmement difficile dans les négociations, le dialogue public afin d'aligner les intérêts des différents groupes sociaux, les territoires, dans la mesure où les uns des autres géographiquement et culturellement, comme le Caucase du Nord et l'Extrême-Orient. Où est plus facile de construire le pouvoir vertical, piercing être haut en bas, d'un montant de toutes
124

les couches sociales, professionnelles et des groupes ethniques, des acteurs économiques, des partis politiques et organisations à but non lucratif - de les envoyer à la puissance de la chaîne d'approvisionnement des commandes et des supérieurs. Mais si la simple solutions autoritaires bien sûr, leur efficacité est tout à fait classique, en fait, ils ne peuvent apporter le courant, les gains à court terme. Gagner de tactique en augmentant le niveau actuel de la maîtrise, puissance autoritaire joue dans la stratégie, mettant en péril l'avenir du pays, notre propre avenir. Gaïdar estime que la nomination des présidents des républiques autonomes du centre fédéral fournit un puissant atout dans les mains des nationalistes, qui leur permet de facilement prouver que Moscou ne voit pas d'autonomies que les résidents des citoyens à part entière, mais comme des sujets conquis. Le meilleur cadeau pour les séparatistes réfléchir . Politique autoritaire dans l'esprit de la Russie, la tradition socio-culturelle conduit à l'auto-destruction, comme en témoignent les échecs répétés peuvent servir de notre histoire, plutôt que de l'évolution révolutionnaire voie de développement, où la négation de tous les stades ultérieurs de la précédente, est une lacune de la continuité historique et culturelle. Seulement dans le vingtième siècle, le pays a connu deux rompre avec le passé, la première - le fossé tragique premières décennies du régime soviétique et la seconde - purificatory, doux, à la révolution sociale de la 90-s. Initier le lecteur à des chiffres précis, des extraits d'un strict secret, puis des lettres de mémoires provenant de différents niveaux de la nomenklatura soviétique, E. Gaidar montre comment neadaptivnaya système autoritaire a été à son autodestruction. Au cours de la dernière période de son existence, l'empire soviétique a cessé de répondre aux défis de notre temps, en fait, de résoudre les problèmes accumulés. Même dans leur décision de Staline, délibérément remplacé le renvoi des personnes et social (ethnique) des groupes qui expriment ces préoccupations. Mais même après la disparition de personnes, en le transformant en camp de poussière, qui n'est pas un problème artikuliruemaya reste, de détruire
125

progressivement le système, qui n'a rien de l'intérieur, tous les dégradés de cendres, et à gauche une seule enveloppe extérieure. Gaïdar estime qu'il a été en grande partie responsable de Staline, l'effondrement de l'économie soviétique, en fait, il pose ses fondations: I. Staline, le modèle de l'industrialisation, l'inverse buharinskoy, a jeté les bases de système économique et politique, qui au fil du temps ont été formés de grandes fissures, créant le risque de leur destruction avec des moyens relativement modestes des chocs externes . Mais l'empire soviétique s'est effondré, non seulement due à un défaut de fondement économique, le manque de fonds pour l'entretien des importations de céréales, une forte baisse des prix du pétrole et d'une surprenante faiblesse intellectuelle et de la rigidité de la bureaucratie au pouvoir. Tout cela avec des arguments et des faits, avec l'ensemble et le peu connu des documents d'archives, les milieux universitaires, et strictement dit E. Gaidar lecteurs. Il ya une autre raison - quand il n'ya pas de démocratie, il est l'autoritarisme, alors la probabilité d'auto-destruction du système augmente considérablement. Il n'a pas besoin d'un complot, il fait partie d'un système autoritaire et, par conséquent, inévitable, n'est pas connue à l'avance seulement à la période de temps. Ces dates ne sont pas connus poète, mais connue économiste. Aujourd'hui, la Russie comme l'URSS et les années soixante-dix, quatrevingt, dépend de la situation des marchés mondiaux des produits, en particulier les hydrocarbures, est dépendante des importations alimentaires. Et si nous ajoutons à cette crise économique d'un éventuel rejet de la démocratie - l'harmonisation des intérêts dans le pays et l'ouverture et l'expansion de son empire clandestin extérieur - mais d'une répétition du destin de l'Union soviétique est de plus en plus probable. Seuls loin d'être évident que les histoires il ya une autre version de ce très doux démantèlement de l'empire continental, comme ce fut le cas avec l'effondrement de l'Union soviétique. Donc pas besoin de tenter le sort tendance à l'autoritarisme et de l'empire, qui a été faire les mêmes erreurs, il est nécessaire de tirer des leçons, enseigner l'Union soviétique, les cours, qui de manière claire et nous a rappelé cruellement tous Yegor Gaidar.
126

Littérature 1. Akhiezer, Α., Klyamkin, I., Yakovenko I. Histoire de la Russie: la fin ou nouveau départ? Μ.: La nouvelle maison d'édition, 2005. 708 pp. 2. Akhiezer AS Russie: l'expérience historique de la critique. T.I. M.: Philos. Société de l'URSS, 1991. 318 pp. 3. Akhiezer, AS Le split / / Russie: l'expérience historique de la critique (la dynamique socioculturelle de la Russie). T. II. Théorie et méthodologie: Glossaire. - Novosibirsk: Siberian chronographe, 1998. S.390-394. 4. Akhiezer, AS Aucune tentative de diviser le dialogue dans la culture russe nepreodolim / / les Occidentaux et les nationalistes: le dialogue est-il possible?: Compte-rendu de ce débat. Moscou: OGI, 2003. P.73-76. 5. Akhiezer, AS Les spécificités de la culture politique russe et le sujet de la science politique (historique et culturel de la recherche) / / Pro et Contra. 2002. T. 7. Numéro 3. P.51-76. 6. Trois, B. Veydle Russie / / Dying Art / Comp. et auth. poslesl. VM Tolmachev. Moscou: la République, 2001. 7. Dugin, AG Eglise orthodoxe russe dans l'espace de l'Eurasie: un discours lors de la VI mondial Cathédrale nationale de Russie (Décembre 2001, la cathédrale du Christ-Sauveur) / / Basics eurasisme. M.: Arktogeya Center, 2002. 8. John, 18, 36 9. Trubetskoy, EI Prince. Du statut de réfugié Voyage / écriture / du passé. Memoirs. De Voyage écrit réfugié. Tomsk: Aquarius, 2000. 10. Kutkovets, T, Klyamkin, I Modernistes de projet pour la Russie / / Vedomosti. 11. Besançon, A. Russie au XIX siècle / / soviétique de Russie et maintenant l'histoire: La collection d'articles / Per. de fr. A. Babic (chapitres IVXI) et M. Rozanova (chapitres I-III). M.: La maison d'édition IMCINE, 1998.

127

12. Yakovenko, Igor l'Ukraine et la Russie: la pertinence Subjects / / Herald de l'Europe. T. XVI. M., 2005. С.63-76. 13. Gaidar, Е. La perte de l'empire. Leçons pour la Russie contemporaine. M.: La politique russe encyclopédie (ROSSPEN), 2006. 440 pp.

II. Postimperskom la Russie dans le contexte géographique et socio espace Le problème de la géo-politique d'aujourd'hui aussi, et dans d'autres époques historiques, n'a pas eu et ne peut être facile et volyuntaristicheskogo solutions. Une tentative de parvenir à des positions de premier plan doit être appuyé par des socioculturel sur la prétendue supériorité agent, une expression locale qui sont à la disposition des technologies innovantes et solide potentiel d'investissement. Le désir de leadership formel et informel est indissociable de la formation d'un champ d'attraction et d'affection, de se positionner comme un référent, un exemple de modèle pour le monde en général et / ou de ses différentes régions, pour modéliser l'état désiré de l'État et la société. Elle est la réalisation de ces postes permet la référence à la diffusion près et de loin les peuples, de leurs normes, des valeurs, des modes de comportement de tous les jours. Cette direction collective montre l'ancien pays de l'Europe - l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, de son succès la création d'un exemple à suivre, ce qui donne un désir d'adhérer à ces succès, d'intégrer dans le système interétatique, capable de promouvoir le développement des pays moins développés. Dans une large mesure sur de tels motifs est construit comme un rationnel et informé, et le désir inconscient de l'intégration européenne dans la seconde moitié du XX - début du XXI siècle.

128

Aujourd'hui, nous assistons de plus en plus de l'expansion des institutions en Europe, où l'élargissement de l'Union européenne à l'Est comprend toutes les nouvelles régions, y compris ceux qui n'ont jamais appartenu à traditionnels en Europe. L'expansion observée de frontières de l'Europe est sans précédent, mais encore plus curieux possible transformation future de l'UE. Nous avons à l'esprit que la persévérance, qui veut une Europe unie dans la République de Turquie, vise à saisir la notion de choc des civilisations et des cultures, en dépit de leur confession passé et le présent, en dépit de la tradition impériale, qui en fait toujours confiance et combattu réformateur turc Kemal-Occidentaux Mustafa (Atatürk). À Moscou, une conférence Les dilemmes de l'européanisation, à la lumière de la concurrence au sein de l'élite, sur la comparaison entre la Turquie et de l'expérience de modernisation de Russie, a fait le fondateur du Centre d'Istanbul d'études politiques de Ahmet Evin. Les matchs sont probablement plus que les différences, mais ce sont les matches de plus à la période impériale de la Russie et la Turquie. Ce n'est que dans la tradition impériale de la Turquie a été interrompu au début des années 20-s du siècle dernier, alors que dans la Russie de l'empire existe encore près de soixante-dix ans. Union soviétique et est devenu un perelitsevavsheysya, en supposant que la nouvelle idéologie marxiste-léniniste de l'empire russe, le vin nouveau, versez-le dans de vieilles bouteilles, gagne rapidement l'habitude du goût, la couleur et l'odeur de l'impérialisme russe. Il est étonnant de persévérance turc d'élite, avec lequel il n'est pas simplement à la recherche de l'Europe unie, mais aussi de sa propre généalogie des normes occidentales, les valeurs, les comportements, et qui a trait à l'érosion des valeurs islamiques traditionnelles. Nous pensons que la principale différence entre le russe et le turc élites politiques et culturelles, en dépit des similitudes de tradition sociale et culturelle, ce qui implique de longues périodes d'autoritarisme et de l'empire, est la suivante. Élites turques depuis l'époque d'Atatürk du désir sincère de l'Ouest, vers l'Europe. Pour plusieurs générations de représentants de l'élite turque, et non pas seulement les droits civils mais aussi militaires, ont une éducation occidentale, d'achever un
129

cycle complet d'études dans des universités et des écoles militaires en Europe. La durée de ce processus au cours de nombreuses décennies, entraînant la progressive européanisation de l'élite turque. Aujourd'hui, l'identité européenne - elle est en grande partie son identité, si profondément ancrée qu'elle est prête à protéger par tous les moyens possibles, y compris l'utilisation de la force militaire. Nous savons de l'histoire qui à la moindre menace des islamistes, traditionnellement axée sur une partie de la Turkish people toujours associée à l'armée turque qui, pendant des décennies a été et demeure un bastion de l'Ouest de la Turquie, par la force des garanties de l'Ouest, la voie du développement séculaire. Donc, changement d'attitude d'élite, mais il est habituellement le premier changement culturel, et même leur identité religieuse. Dans le cas de Russie, facilement reproductible, avec une autre situation historique, sociale et culturelle, le désir de préserver sa spécificité, l'autonomie, la recherche d'une mythique troisième voie, le désir de demeurer concurrentiel avec les collectifs objet de la puissance occidentale. Imperial l'idéologie et de l'empire comme le naturel et socio-culturelle ont le potentiel pour servir ce a priori, quelque chose de l'inconscient à des objectifs de l'établissement russe. C'est dans cette autoimage de l'empire du monde est considérée comme une grande valeur car il est impérial ressources peut porter cette politico-militaire, économique et culturel de confrontation avec l'Occident au-delà de la situation de toute évidence anecdotique. Notez que c'est la raison pour laquelle la Russie post-moderne, du moins son élite politique et militaire, afin de créer un tire kvaziimperskoy groupement des pays satellites. Un rôle clé dans cette construction a été neoimperskom à jouer un pro-russe, l'Ukraine, mais, après le célèbre Orange révolution géopolitique, ces rêves ne sont pas seulement préservé, mais aussi renforcé son statut de virtuel. Aujourd'hui, l'élite politique ukrainienne est très clairement identifié avec leur idéologie et de la valeur des préférences, y compris l'orientation géopolitique. L'orientation est très claire: Ukraine - elle est une partie intégrante de l'Europe, le monde occidental en général.
130

Nous pensons que les Orange en Ukraine, la révolution, les collectivités locales et n'était pas réparable, mais une défaite définitive et irréversible du projet d'un nouvel impérialisme russe, ne suffit pas à démarrer, échec de la tentative antiskolachivaniya bloc occidental des États de la CEI. Beaucoup est vu à distance, et plus ou moins bonne compréhension de l'importance de ce qui s'est passé à l'automne / hiver 2004/2005 en Ukraine sera reconnu comme un peuple, et certains historiens, pour leur plus éloignés résultats. L'auteur est un désir de croire, et cela est très grave et important que les hypothèses ne sont pas très éloignées, au plus tard en 2008, le résultat de Orange ukrainienne révolution sera le démantèlement de l'autoritarisme et la démocratisation, et dans le neoimperskosti la Russie postsoviétique. Une autre question que le jeu géopolitique de l'espace post-soviétique n'a pas encore été joué, et là nous pouvons nous attendre à quelques surprises. Une partie de l'élite russe est de plus en plus clair de consultation sur un cadre de régime autoritaire. Nous savons que cela a traîné pour tels, de manière inévitable de recherche de ces régimes et les dirigeants politiques eux-mêmes qui professent les valeurs de l'autoritarisme, à l'identité, face à l'Occident dans tous les domaines de la vie. Et ici, le choix est limité, s'il en existe. Peut-être un ou deux chef de file dans la force de la situation politique qui, il est possible de mettre en doute aujourd'hui, et sans doute sans doute pas demain. Vous pouvez sans doute essayer de jouer un wah-banque, comme cela a déjà été joué, M. Slobodan Milosevic, plusieurs cas récents combats d'arrière-garde, et même gagner certains d'entre eux. Mais l'état actuel des choses dans le monde, c'est que dans la lutte contre l'entité collective de l'Ouest ne peut être gagnée, si beaucoup de chance, certains combats, mais vous ne pouvez pas gagner les conflits en général. Quel courage, kurazhnee va jouer contre les institutions occidentales et la culture occidentale des élites autoritaires dans l'ancienne Union soviétique - plus le niveau de coût final, à la fois pour eux et pour les peuples de ces pays. Le paradoxe de l'histoire, c'est que le jeu difficile et téméraire, le plus rapide entre La Haye, et il n'est pas aussi insouciante touristique. Bien sûr, les prisons de
131

l'UE sont plus des institutions similaires en Russie et dans d'autres pays de la CEI, mais encore .... En outre, un exemple de Slobodan Milosevic, qui peut être vu qu'au-delà de l'argent durement gagné conservées dans les banques occidentales, qui ne sont pas libres de loose politique. En considération de ces contraintes sur volyuntaristichnoy la politique intérieure et extérieure devient de plus en plus compréhensible réticence persistante E. Chevardnadze, Koutchma et L. A. Akayev difficile à jouer, à utiliser dans la lutte contre le peuple et la révolution de l'armée, des services spéciaux. Il mai être que tous n'ont pas oublié, et le sort de Ceausescu C. - est l'histoire et la manière .... Mais vous pouvez essayer d'éviter une telle évolution, de se repentir, de demander un monde nizhayshe l'immunité de poursuites, en effet soutenu leur pétition conduite exemplaire au cours de la période révolutionnaire de la crise. Après le sens commun, composé de la reconnaissance dans le monde se balance du pouvoir et mai obtenir leur récompense, y compris une garantie de calme et un long séjour dans les coins de la planète - quelque part à Tahiti, la Côte d'Azur, etc Un tel sort mai et devraient être adaptées à des hommes politiques, capables de dialogue au niveau des abstractions idéologiques, mais d'intérêt. Nous parlons de la possibilité de choisir des dirigeants politiques, mais leur choix, affecte sérieusement la vie de la nation. Oui, ce serait mon choix, mais le degré de changement sans effusion de sang et de l'humanité dépend en grande partie sur les dirigeants nationaux, élite politique et militaire, il est de leur responsabilité historique. Mais les dirigeants n'ont fait que passer, mais on reste encore la situation géopolitique reste humide vent de la mer Baltique et l'Europe, reste une fatalité historique de l'intégration européenne. Nous pensons que positif majeur stratégique des objectifs de politique étrangère pour les peuples de la partie européenne de l'espace post-soviétique est l'intégration dans l'UE et l'OTAN. Cette intégration ne signifie pas seulement un changement dans l'orientation géopolitique et de politique étrangère en général, mais aussi changement de la situation interne, qui comprend la démocratie, les droits de l'homme, espace social et culturel de
132

l'alignement sur le modèle européen. Nous n'avons pas d'illusions en ce qui concerne la facilité de cette manière, sachant que chaque pas en direction de l'intégration européenne, il faudra des changements à la santé mentale, et les niveaux institutionnels. Mais nous devons comprendre non seulement la complexité de la tâche, mais sa solution pratique dans le pas trop lointain, une perspective historique. L'alternative à l'historique de l'évolution de la version post-soviétique, d'une restauration impériale, n'est pas compatible avec la démocratie politique, le respect d'un ensemble minimal de droits et libertés démocratiques. Nous pensons que la tentative de restauration impériale conduit à l'inévitable rétrécissement de l'espace de vie personnel, réduit considérablement la probabilité de l'autonomie de l'homme, dans pratiquement tous les domaines professionnels, sauf ceux qui, directement ou indirectement, servir les intérêts de neoimperskogo État. Il existe deux principaux acteurs - publics et siloviki (un homme avec une arme à feu), et de capture - fournir la couverture idéologique de actifs nouvelle génération d'avocats et les travailleurs de proximité. Mise en oeuvre d'une telle alternative historique pour nous n'est pas satisfait, nous croyons que nous devons maintenant clairement et le plus gravement à dire non neoimperskim popolznoveniyam dans l'ancienne Union soviétique, pour tenter d'empêcher une nouvelle extension de l'existence de l'empire, comme il l'a été après la guerre civile en Russie / URSS . Qu'est-ce qui se passe actuellement dans le pays - la construction d'un Etat national ou d'un chemin de la vengeance impériale? La question en relation avec la Russie ne semble plus de rhétorique, car il aurait été encore il ya dix ans. Et ici, nous ne sommes pas mettre l'histoire, car son expérience est à réaliser otrefleksirovan société - tout comme un antidote peut être développé à partir de l'idéologie impériale, et des formes de gouvernement impériales. Le travail sur des erreurs historiques n'ont pas été dans la conscience du public et est devenu un fausse impression que l'empire soviétique est devenu une victime de court terme, des circonstances extérieures et de la traîtrise de l'élite
133

politique et intellectuelle - démocrate. Mais si tout facile, mais plutôt essayer de changer les circonstances extérieures, améliorer la position géopolitique de la Russie, joint de la Transnistrie, l'Abkhazie, l'Ossétie du Sud, et, qui ne sont pas des blagues, de l'Ukraine et la Biélorussie. That's est organisée neoimpersky projet gant percevrait comme une plaisanterie de mauvais goût pervoaprelskuyu, mais entravée par un sens de plus en plus clair que ce projet non seulement réel, mais est déjà en cours. Il est évident que sa mise en œuvre ne saurait conduire à la plus grave de politique étrangère les coûts, mettre la Russie au bord de la guerre entre le froid - latent et à chaud - ouverte. Bien entendu, toutefois, que les pertes les plus graves de cette confrontation politico-militaire sera très société russe, de sorte apathique dealer Aujourd'hui, les acquis démocratiques de la période Eltsine-Gorbatchev. Mais la démocratie - c'est la seule façon de vous protéger de la société politique étrangère de l'aventure, car elle est maintenue à un décoratifs, purement extérieur, sont dépourvus de références sur le refus de la majorité en matière de politique étrangère d'assurance. Nous savons ce qu'est un énorme prix à payer pour la population de l'Allemagne pour le rejet de la démocratie et le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Tout comme le prix à payer pour ce choix de l'élite politique allemande et les peuples de l'Europe. Mais c'est quelqu'un d'autre de l'expérience historique, trop lointain pour la société russe, l'analogie, nous avons même propre expérience historique apprend rien. Construire en Russie de démocratie contrôlée de minimiser la participation du public au processus décisionnel, tant politique intérieure et étrangère. Les décisions de ce fait partie de l'élite politique, qui est connu à part peut être définie comme nostalgiruyuschih de l'empire soviétique d'Etat. La question clé, à laquelle ils sont responsables, est la suivante: Russie - fait partie de l'Europe, le potentiel de l'Ouest, ou un centre de pouvoir - que l'Union européenne, Etats-Unis et la Chine? De la réponse à cette question dépend de notre présent et notre futur. Si l'élite politique russe a déclaré que la Russie de l'Europe et le potentiel de l'Ouest, le long des lignes de l'Allemagne, qui est juste après la Seconde Guerre
134

mondiale a rejoint la zone euro-atlantique de la civilisation, puis l'expansion de l'UE et l'OTAN à l'Est et du Sud, sur l'Ukraine et la Géorgie ne sont pas non seulement dangereux, mais également souhaitable. Ensuite, ce mouvement, avec la Russie - ils sont dans l'OTAN et l'UE, avant, nous avons de nouveau plus tard. Naturellement, l'intégration de ces structures internationales dans la petite Géorgie et la Russie peuvent être d'un grand différent. Il existe une autre option - la Russie est un centre de pouvoir, un organisme indépendant la civilisation chrétienne orientale, incarnée dans les précédents empires russes et soviétiques, et qui devrait se traduire par un nouvel empire. Cette réaction suggère que l'OTAN est un rival politique et militaire, dont la promotion à l'intérieur des frontières de la Russie constitue une grave menace - une menace pour la possibilité même de la restauration impériale. La gravité de cette menace est perçue et jusqu'où peut aller l'armée russe, l'élite politique afin de neutraliser cette menace? Dans le cas de l'Ukraine, la menace la plus grave est perçue. Parce que seulement avec l'Ukraine, la Russie mai, en quelque sorte, de revenir à l'empire des moyens de développement fondé sur les orthodoxes slaves identité. Sans le Centre ukrainien de l'empire russe inévitablement passer à l'Est, les deux têtes de l'aigle à deux têtes sera tourné à partir de l'Euro-byzantin du patrimoine à l'héritage de l'Orient, la Mongolie, la Chine. Et si vous n'avez pas de temps à Byzance, de l'accroissement de la puissance économique et géopolitique de la Chine est aujourd'hui. Sans l'Ukraine, de Russie neoimpersky un nouveau projet pourrait être le projet de retour à Ordu, idéologique et militaire et politique de distanciation de l'Ouest, le départ de l'Europe. Aujourd'hui, la Russie d'Etat favorable à la tradition impériale de projet - la Russie, la tête de la slaves état de l'éducation - à la tête de l'Ukraine et la Biélorussie. Ce noyau est la dissolution de l'Union soviétique, le noyau traditionnel de l'État russe - oui, nous la langue de la géopolitique, la majorité de la Heartland. Pour certains, très peu de temps historique, il mai être assez de ressources pour faire face à l'Union européenne et l'OTAN, sera suivie par un géo-politiques et
135

sociaux en cas de catastrophe - est aussi une répétition distance. Il est important pour l'élite politique russe est que lorsque neoimperskom l'unification des Slaves sur le label de règne sera publié à Moscou, dans le cas de l'Est, en Chine, la distribution des étiquettes mai déplacer à Beijing. Il est clair que, en vertu de cet ensemble de solutions de rechange neoimperskaya partie de l'élite politique de la Russie est à la lutte désespérée pour l'Ukraine, pour son intégration impérial, ou du moins les pro-russe, bien sûr. En effet, l'intégration de l'Ukraine dans l'UE et l'OTAN supprime même la possibilité théorique de la tradition impériale de restauration. Les enjeux pour l'Ukraine zashkalivayusche élevé, il est ici possible de démolition géopolitique puissant avec la participation de la Russie, contrairement à l'évolution dans le Caucase, en Géorgie, qui, avec l'ensemble de sa gravité et la possibilité de tragique ne pouvait pas aller au-delà d'un conflit local. Pas dans le Caucase, mais l'Ukraine a envoyé à la pointe de la géopolitique impériale restauration. Pour ce faire, mis au rebut géopolitique, la division et la division du pays à l'ouest et l'est par les Ukrainiens? Je ne le crois pas - indépendamment de la politique et la loyauté, même indépendamment de la langue - l'ukrainien ou le russe. Et ce n'est pas déjà fait, il est important de soutenir les électeurs ukrainiens Parti des régions, Yulia Tymoshenko, Notre Ukraine - tous d'entre eux n'ont pas besoin. Ceci est juste à l'extérieur de l'Ukraine neoimperskim forces. Pas de restauration impériale et les peuples de la Russie - prekrasnodushnye neoimperskie rêve d'une tasse de thé coûteuses lorsque vous essayez de leur mise en œuvre pratique. La principale question qui se pose dans les domaines politique, économique et culturel des élites des États post-soviétiques, se déroule dans le processus de mondialisation des limites de la souveraineté nationale. Cette restriction comprend le transfert de la souveraineté nationale au niveau supranational, il est tout à fait objective et rigoureuse dans son incarnation de ce processus. Vous pouvez le prendre et de s'adapter à ce titre, mais il est possible de résister à la confusion et aller à contre-pied du vent de l'histoire.
136

L'erreur fondamentale de l'élite politique russe qui croient qu'il ya une chance de construire un moyen efficace et viable poluavtarkicheskoy système politique qui conserve sur son territoire la pleine souveraineté, il se divise en une série d'erreurs plus localisés. Alors, essayez de répondre à certaines d'entre elles. Tout d'abord, le processus de démocratisation l'Ouest, et non pas seulement introduit de l'extérieur, mais a également un certain nombre d'adeptes à travers le monde, y compris en Russie. Que le nombre de ces personnes ne sont pas si grandes, du moins pas principalement, elle est la plus active, les jeunes et la réussite de la nation. Это сильные люди, которым не нужно патерналистское государство, люди, которым не нужна империя, люди, которые не будут жертвовать своими средствами, энергией, а тем более жизнью во имя любого антизападного политического проекта. En outre, ils ne sont pas dissipés, dans un grand pays, mais principalement concentrée dans les deux capitales - Moscou et Saint-Pétersbourg. Inutile, peut-être, de rappeler que les révolutions ont tendance à se produire dans les capitales. Et rien spishesh à konspirologicheskie la théorie, l'aide financière étrangère, et les machinations de la CIA Mosada. C'est tout l'extérieur et l'intérieur de ces personnes est presque instinctive de rejet de l'état autoritaire et impériale. Deuxièmement, nous avons très récente expérience de la confrontation politico-militaire avec l'OTAN, la confrontation, l'accélération de la chute de l'Union soviétique. Mais l'Union soviétique a été beaucoup plus forte que la Russie dans divers domaines, notamment l'économie et de l'armée. L'Union soviétique possédait un bien plus grand de ressources démographiques et bénéfice géopolitique. Tout cela fait défaut dans la Russie moderne, la tentative de confrontation politico-militaire avec l'Occident va conduire à un effondrement rapide de la nouvelle post-soviétique, va accélérer le début de la troisième phase de déconstruction de l'empire. Le paradoxe de l'histoire, c'est que toute tentative visant à imposer son influence dans l'ex-Union soviétique, à commencer la prochaine phase de collecte de pénibles terres russe conduira à un risque grave de perdre encore le reste des terres.
137

En outre, une tentative de faire face à un processus objectif, la formation d'anti-occidental politico-économique du projet exigera inévitablement recourir à la mobilisation de l'idéologie, en tant que seule la violence pure et simple d'un tel régime ne peut exister pour arbitrairement petit temps historique. À cet égard, nous notons que la Russie a connu un historique de la tentation du socialisme international, de sensibiliser le public, même un certain antidote, mais non pas en relation avec le socialisme en tant que telle, mais au moins en ce qui concerne sa dimension internationale. La tentation du national-socialisme, plus ou moins agressif des formes de nationalisme est encore à venir. L'essence de la prochaine vague de révolution de velours est otbrakovyvanii des régimes politiques qui prétendent à la traditionnelle, mais l'excès, dans le contexte actuel de contrôle des processus qui se déroulent sur le territoire national, dans le sens traditionnel de la souveraineté nationale. Qui veut résister consciemment les histoires - cette performance de leur croix, le chemin menant à la fin, si ce n'est à Nuremberg, en 1946, des échantillons, au moins dans un cadre confortable et civilisé temps procès de la Haye, Slobodan Milosevic. Mais, messieurs, que le saut de l'avion avec des parachute défectueux -, il pourrait être votre choix politique - pas besoin de faire participer les gens à lui, il n'est pas nécessaire d'insister sur un suicide collectif sujets. Nous insistons sur le fait que tout projet politique qui préserverait le niveau traditionnel de la souveraineté nationale, a une plus ou moins importante de lutte contre la composant, et donc vouée à l'échec. Le ratio de la puissance dans le monde n'est pas en faveur de ceux qui comptaient sur ces projets, on sait qu'il est en train de perdre. Les pires mauvais pour leurs peuples, en tant que patriotes, hommes d'État, aujourd'hui n'existe tout simplement pas. Comme vous le savez, la route de l'enfer est pavé de bonnes intentions, et de patriotes, hommes d'Etat peut amener les gens dans cet enfer, rien de plus, ils ne sont pas en mesure de conduire. Certains hommes politiques russes, en particulier, G. Pavlovski, affirment que la révolution est finie, le temps de contrer. Notez que la question de savoir si le produit fini une révolution, à la fois en Russie et dans toute la zone post-soviétique,
138

reste ouvert au moins. Velvet révolutions en Europe de l'Est (Yougoslavie, Roumanie) et dans l'ancienne Union soviétique (Géorgie), et aujourd'hui, et l'Ukraine spectacle: la révolution continue. En d'autres termes, la troisième vague de libération de révolutions, de la vague, qui modifie les régimes politiques autoritaires, insister sur la pleine souveraineté nationale et à de lourdes accent antioccidental. Cette version des pays de l'Europe fait partie d'un processus général de la suppression des régimes autoritaires dans le monde, de l'Afghanistan, l'Irak se poursuit, puis partout dans le monde. Cette nouvelle vague de libération remonte, en particulier, pour lutter contre l'Union soviétique et les pays de la démocratie occidentale avec les socialistes, fascistes et les régimes autoritaires en Europe et au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. Le processus de débarrasser le monde de l'anti-autoritarisme aile occidentale, et a continué au cours de la guerre froide, alors en mesure d'arrêter la propagation du communisme dans le monde entier, et plus tard en 1991 lorsque l'Union soviétique s'est effondrée, est le plus grave et soutenue de lutte contre la solution de rechange à un développement global. Qu'est-ce qui se passe aujourd'hui et sera demain - est un prolongement de la déconstruction de l'mondiale antioccidentales des régimes autoritaires. Nous nous permettre d'affirmer que dans le monde, il n'y a pas de force capable d'arrêter le démantèlement de ces régimes, au moins dans les limites géographiques de l'Europe. Révolution orange en Ukraine, avec tous les risques de déstabilisation dans la géopolitique post-soviétique, l'espace est sans doute bon pour le projet de modernisation libérale en Russie, de nos institutions d'intégration dans les structures européennes, en particulier dans l'UE et, finalement, à adhérer à l'OTAN. Une réponse positive au défi de l'époque, exige le respect des règles du jeu de l'Ouest, y compris le respect des droits de l'homme, le maintien de la démocratie parlementaire, à un compromis politique à l'égard de la homologues occidentaux. Dans le domaine économique, l'adoption de ce processus implique la construction du système de division internationale du travail, la coopération avec de grands fabricants, des sociétés multinationales, où leurs intérêts sont pris en
139

compte dans la mesure du possible. Une réponse positive au défi de l'époque était le passage de la sécurité nationale par des moyens militaires de déléguer des responsabilités à l'international (à l'ouest) par les institutions. Russie dans le cadre de l'OTAN, non seulement une, mais aussi des connaissances au point de leurs politiques dans le cadre de la politique du bloc - c'est une réelle opportunité de résoudre le problème de la sécurité nationale et la démocratisation de l'espace postsoviétique.
Postimpersky transit

Nous estimons que le choix stratégique entre la préservation / restauration de l'Empire / kvaziimperskogo État et l'État-nation dans la formation de la Russie, la contradiction entre les politiques impériales de la conservation / la vengeance et de la politique de modernisation. Depuis l'époque d'Ivan le Terrible, lorsque l'adhésion à Moskovia khanat de Kazan et d'Astrakhan, et jusqu'à la fin du XIX siècle, l'empire russe élargi, absorbant les grands et les petits à côté, et même très éloignés des peuples. Depuis la défaite dans la guerre russo-japonaise, et plus tard avec la révolution russe de 1917 - mégatendances rassemblement d'un nombre croissant de l'environnement terrestre a été achevée, le processus est allé à reculons, avec la vague d'expansion territoriale a été suivi par son déclin. L'Empire russe a commencé à partir avec la volonté et de la captivité des territoires, et ce processus n'est pas moins long que la collection de grands et petits pays. Au cours du XX siècle, l'empire russe a connu une déconstruction de deux phases - en 1917-1921 et 1991. Deux récents phase ce n'est pas une fin, nettement en avance proglyadyvaet et la troisième phase de déconstruction de l'empire, où les candidats les plus probables pour l'indépendance et l'État, de devenir la république du Caucase du Nord. Le fameux paradoxe de la Russie, du système socio-culturel, c'est que ses parties distinctes (sous) la complémentarité plus étroite à l'égard de la civilisation occidentale que les autres.

140

Phases historiques d'accélérer la dynamique socio-culturelle de plomb, en règle générale, à dezintegratsionnym processus, car le taux de variation acceptable pour les différents niveaux territoriaux, ethniques et culturelles, très différent. A différentes périodes de l'Etat russe dans l'orbite de ses forces militaires, économiques, politiques et l'influence culturelle atteint territoires voisins au cours de la longue période historique, avec différents degrés d'intensité de leur processus de l'intégration institutionnelle dans l'empire. Empire russe s'est rendu à leurs frontières naturelles géographique, à la fois, leur passage, comme dans le cas d'expansion territoriale en Amérique du Nord, la colonisation de l'Alaska. Mais le défi auquel tout Etat impérial, est que le territoire ne figure pas dans l'état, elle, au figuré, il est nécessaire de digérer, obzhit, équiper, c'est-à-dire inclus dans l'intégration économique, politique et culturel. Pour résoudre ce problème ne peut être dans n'importe quel empire, bien sûr, que n'a pas été en mesure de le faire soit dans l'Empire russe ou de l'URSS ou son successeur légal - la Fédération de Russie. Neorganichnye ne fait plus partie de l'Etat russe en 1917 et 1991 XX siècle. L'Etat russe à différents stades de développement ressemble à une sorte d'incubateur, où la scène nationale, de l'état de préparation vyzrevayut protonatsii et protogosudarstva. Puis, généralement en période de turbulences institutionnelle des transformations de l'organisme d'Etat russe, a été plus ou moins douloureux de la séparation, la sécession de l'État russe venu pour le début de l'indépendance de l'État-nation des entités vivantes. Pendant tout le XX siècle, dans la première moitié du XXI ème siècle est susceptible de continuer le processus douloureux de la recherche de frontières nationales, l'exclusion inotsivilizatsionnyh, inokulturnyh entités en temps venu de lancer et de okrepnuvshih comme indépendant des entités publiques. Certaines de ces régions est en mesure de trouver un consensus sur la direction choisie de l'identité du pays comme un État-nation démocratique, en tant que neoimperskogo éducation. L'autre partie, n'ont pas un choix pour la Russie, mais en même temps

141

n'est pas prêt pour un Etat indépendant vie, mais pour d'autres motifs, de grandir au sein de la Fédération de Russie. L'Etat russe est différente des autres pays, et pas seulement la taille, mais aussi un niveau différent de développement de leurs régions. La Russie est divisée en régions qui en sont à divers stades de développement de la modernisation. Il comprend l'après-régions, telles que: Moscou, près de Moscou, Saint-Pétersbourg; industrielle: Norilsk, dans l'Oural, de Nijni-Novgorod et dans la pré-républiques nationales, en particulier, Tuvoy, des monts Altaï, en Tchétchénie, en Kalmoukie . Le pays n'est pas simplement divisée en une série de développement économique et social, mais cette division est clairement corrélée à la composition ethnique de la population, vivent, la plupart de façon frappante par rapport à l'ère pré-industrielle des régions. La Russie a évolué assez long pour le type impérial, qui cherche à unifier certains aspects juridiques, économiques, sociaux et culturels, l'espace qui n'est pas toujours coïncider avec les aspirations des minorités ethniques. Processus de modernisation en cours dans divers socio espace, aurait inévitablement perdu l'homogénéité, la cohérence interne. Régions, qui pour une raison quelconque, ne sera pas en mesure de se développer dans le domaine post, sont susceptibles de contribuer dezitegratsionnym processus. Russe de modernisation est en grande partie auto-hybridation et de développement enclavés. Le processus d'hybridation la plus probable dans les régions pré-industrielle, où les projets de modernisation pourrait être réduit à des conditions locales, la perte de leur contenu sémantique, de la profondeur, l'authenticité. En revanche, l'hybridation, enclavés développer plus typique pour les plus avancés sur la voie de la modernisation des régions postmoderne entourée par des régions de la Russie, qui est habituellement dans les premiers stades de développement de la modernisation. Création d'inter-régionale de transport, de communication de l'information, en reliant le horizontal, la réalisation de la base économique d'une plus grande mobilité interrégionale personnel peut, dans une certaine mesure, atténuer les effets de la enclavés, c'est-à-dire modernisation inégale.

142

Il convient également de noter que le processus d'obtention de l'indépendance nationale, l'Etat ne edinomomentny, de ne pas déclarer l'indépendance, et même obtenir sa confirmation par la reconnaissance internationale - il devrait encore atteindre d'atteindre certains des garanties contre popyatnogo motion, ou involontairement, la réintégration de l'ex-métropole. Dans le même temps, l'état de notre état postimpersky difficulté. La Russie d'aujourd'hui n'est pas encore à part entière d'Etat-nation, mais pokalechennoe, perdu dans le temps et l'espace postimperskoe l'éducation, alors que l'empire resté. Dans l'esprit du public, il n'ya pas de consensus sur la légitimité des frontières d'un Etat - il est très difficile de bien répondre à la question de savoir pourquoi l'Etat est composé de certaines régions, et pourquoi d'autres ne sont pas inclus. Le pays a encore un corps impérial (EA Pain), nous un héritage de l'empire de la phase d'expansion territoriale. Jusqu'à maintenant, la plupart de la société et les élites politiques impériales territoriale perçoivent comme un patrimoine sacré près de la valeur, ce qui ne peut pas être mis de côté en toutes circonstances, indépendamment de leur situation socio-culturels de proximité ou d'un étranger controversée des territoires. Mais le plus désagréable pour ses contemporains et des collaborateurs des événements est que la Russie n'a pas encore fait de devenir un État-nation, et la menace de la troisième phase de la désintégration de la Russie, comme l'éducation du public, le reste de l'empire, demeure. L'héritage de l'empire, nous avons gagné et ethnique et socioculturel l'épanouissement de complexité (KN Leont'ev) régions appartenant à ces trois civilisations, les trois religions du monde, à différents stades de développement économique: l'ère pré-industrielle, industrielle et postindustrielle. En outre, la Russie ne s'est pas formé une nation à son origine ethnique ou postetnicheskom, le sens civique. Traditionnels a une question - quand nesformirovannoy nations à s'entendre sur une telle diversité des intérêts régionaux, en outre, que dans certains cas, ces différences sont culturelles, civilisationnelles, fondation religieuse. Mais ce n'est
143

pas seulement dans les différences culturelles et de civilisation. En raison de sa situation géo-économique et de la différence stadialnogo de développement ont des intérêts différents et les biens des régions de Russie, où l'ethnie russe, en différences de niveau de vie, de revenu et de la sécurité sociale. Marginal régions de la Russie d'aujourd'hui plutôt que de Moscou, mais aussi pour le monde des centres de pouvoir économique. Dans les pays occidentaux, à Königsberg / Kaliningrad, l'attraction économique pour les plus développés de l'UE stadialno stratifier sur l'historique et culturel. À l'est de la forte attraction économique de devenir la région de l'Asie-Pacifique, en particulier la Chine. Dans ce cas, il n'est toujours pas une bonne culture et la civilisation de réorientation de la Sibérie et l'Extrême-Orient, mais plutôt sur la valeur absolue de l'intégration économique dans l'économie de cette partie de l'Asie. Mais, comme nous le savons de l'histoire de l'intégration économique devrait souvent la politique d'intégration. Cela est en grande partie qu'une question de temps, peut-être lointain, mais ce danger ne doit pas être sous-estimée. Même si nous avons affaire à des procédés qui ne sont pas seulement subjectif, mais aussi élément objectif, la force de l'homme d'accélérer ou de retarder, le choix d'une politique. Nous pensons que nous ne devons pas nous aider, mais à l'encontre du processus de désintégration du pays, en choisissant à cet effet les politiques pertinentes. Le maintien de l'État dans ses frontières actuelles est uniquement possible dans le cadre de l'harmonisation des intérêts des régions, mais pas de les construire en un seul a, par ordonnance de la neoimperskokoy politique. Malgré l'apparente efficacité actuelle, il est en train de perdre non seulement dans le long terme, mais à moyen terme, une perspective historique, augmentant la probabilité d'une future détérioration. Nous avons une fois de plus attirer l'attention sur les choses connues pour souligner la différence entre les intérêts des régions de Russie, une fois de plus se tourner vers la question de savoir comment peut-être négocier une variété de régions d'intérêt dans le passé, mais pas encore disparu avant la fin de l'Empire, l'État russe?
144

Mondial de l'expérience historique des deux grandes solutions, conçues individuellement pour les différents contextes historiques et socioculturels. La première option implique etnofederativnyh de réseaux de relations, de procédures, l'harmonisation des intérêts régionaux, une distinction claire entre la délégation de pouvoir. Ce sera un long et souvent douloureux pour les autorités russes. Une trop grande tentation de revenir à la tradition, mais historiquement izzhivshim une forme de gouvernance, la simplification de l'harmonisation des intérêts, à les abandonner, pour la gestion de l'ordre, de fait, une gouvernance autoritaire et l'Etat unitaire. C'est la deuxième voie. Dans le cadre de l'intérêt des régions d'accord sur un minimum, les principales décisions prises au centre, le processus de d'accord a lieu dans la tradition d'un État unitaire impériale qui, en réalité, a été l'Union soviétique et l'empire Romanov. Bien que l'empire tsariste et était connu exception à l'autonomie de la Finlande, de la Constitution du Royaume de Pologne ... La construction implique l'utilisation de la violence contre les dissidents, et non pas une harmonisation des intérêts régionaux, mais l'imposition de solutions fédéral. C'est un héritage que les autochtones d'aujourd'hui avec le gouvernement russe impériale État. Je termine la définition des propriétés clés de l'empire, l'E. Yasin: Empire impossible sans recourir à la violence, quelle que soit sa forme ou doux. Tel est le principal identificateur empire . Le thème de l'empire et postimperskogo développement inclut une dimension supplémentaire. Je fais référence au problème de leadership international. Le problème aujourd'hui est, cependant, et dans d'autres époques historiques, n'a pas eu et ne peut être facile et volyuntaristicheskogo solutions. Une tentative de parvenir à des positions de premier plan doit être appuyé par des socioculturel sur la prétendue supériorité agent, une expression locale qui sont à la disposition des technologies innovantes et solide potentiel d'investissement. Le désir de leadership formel et informel est indissociable de la formation d'un champ d'attraction et d'affection, de se positionner comme un référent, un exemple de modèle pour le monde en général et / ou de ses différentes régions, pour modéliser
145

l'état désiré de l'État et la société. Elle est la réalisation de ces grands et attrayant pour les autres postes permet la diffusion près et de loin les peuples, de leurs normes, des valeurs, des modes de comportement de tous les jours. Cette direction collective montre l'ancien pays de l'Europe, son succès la création d'un exemple à suivre, ce qui donne un désir d'adhérer à ces succès, d'intégrer dans le système interétatique, capable de promouvoir le développement des pays moins développés. Dans une large mesure sur de tels motifs est construit comme un rationnel et informé, et le désir inconscient de l'intégration européenne dans la seconde moitié du XX - début du XXI siècle. Aujourd'hui, nous assistons de plus en plus de l'expansion des institutions en Europe, où l'élargissement de l'Union européenne à l'Est comprend toutes les nouvelles régions, y compris ceux qui n'ont jamais appartenu à traditionnels en Europe. L'expansion observée de frontières de l'Europe est sans précédent, mais encore plus curieux possible transformation future de l'UE. J'ai à l'esprit que la persévérance, qui veut une Europe unie dans la République turque. Endeavor de concepts à la mode de l'affrontement des civilisations et des cultures. S'efforcer, en dépit de leur confession passé et le présent, et sa tradition impériale, qui en fait toujours confiance et combattu réformateur turc-Occidentaux K. Mustafa (Atatürk). Matches de la modernisation de deux États postimperskih est probablement plus grande que les différences, mais ce sont les matches de plus à la période impériale de la Russie et la Turquie. Ce n'est que dans la tradition impériale de la Turquie a été interrompu au début des années 20-s du siècle dernier, alors que dans la Russie de l'empire a duré un autre 70 ans. La principale différence entre le russe et le turc élites politiques et culturelles, en dépit des similitudes de tradition sociale et culturelle, ce qui implique de longues périodes d'autoritarisme et de l'empire, est la suivante. Élites turques depuis l'époque d'Atatürk du désir sincère de l'Ouest, vers l'Europe. Pour plusieurs générations de représentants de l'élite turque, et non pas seulement les droits civils mais aussi militaires, ont une éducation occidentale, d'achever un
146

cycle complet d'études dans des universités et des écoles militaires en Europe. La durée de ce processus au cours de nombreuses décennies, entraînant la progressive européanisation de l'élite turque. Aujourd'hui, l'identité européenne - elle est en grande partie son identité, si profondément ancrée qu'elle est prête à protéger par tous les moyens possibles, y compris l'utilisation de la force militaire. Nous savons de l'histoire qui à la moindre menace les islamistes, sur la base des traditionalistes, orientée vers une partie de la Turkish people, toujours associée à l'armée turque qui, pendant des décennies a été et demeure un bastion de l'Ouest de la Turquie, par la force des garanties de l'Ouest, la voie du développement séculaire. Donc, changement d'attitude d'élite, mais il est habituellement le premier changement culturel, et même leur identité religieuse. Dans le cas de Russie, facilement reproductible, avec une autre situation historique, sociale et culturelle, le désir de préserver sa spécificité, l'autonomie, la recherche d'une mythique troisième voie, le désir de demeurer concurrentiel avec les collectifs objet de la puissance occidentale. Imperial l'idéologie et de l'empire comme le naturel et socio-culturelle ont le potentiel pour servir ce a priori, quelque chose de l'inconscient à des objectifs de l'établissement russe. Grâce à cette autoimage de l'empire du monde est une grande valeur car il est impérial de ressources peut amener le politico-militaire, économique et culturel de confrontation avec l'Occident au-delà de la situation de toute évidence anecdotique. Notez que c'est la raison pour laquelle la Russie post-moderne, du moins son élite politique et militaire, afin de créer kvaziimperskoy tire des groupes de pays satellites. Je crois que la révolution orange en Ukraine, un projet de nouveau subi l'impérialisme russe ne local, et de remédier, mais la défaite finale et irréversible. Un autre point est que le jeu géopolitique de l'espace post-soviétique n'a pas encore été joué, et là nous pouvons nous attendre à quelques surprises. Une partie de la politique russe et de la puissance d'élite est nettement cours d'une consultation plus difficile qu'elle ne l'est maintenant, d'un régime autoritaire. Nous savons que cela a traîné pour tels. Par conséquent, Moscou est inévitable recherche de régimes et les dirigeants politiques en dehors de la Russie, qui eux-mêmes suivre la autoritaire
147

des valeurs, l'identité, face à l'Occident dans tous les domaines de la vie. Mais la sélection est faible, voire pas du tout là. Eh bien, deux ou trois dirigeants, à la durabilité de la situation politique qui, il est possible de mettre en doute aujourd'hui. Vous pouvez, bien sûr, essayer de jouer un wah-banque, que M. Milosevic a déjà joué, plusieurs récentes batailles d'arrière-garde, et même gagner certains d'entre eux. Mais l'état actuel des choses dans le monde, c'est que dans la lutte contre l'entité collective de l'Ouest ne peut être gagnée, si beaucoup de chance, certains combats, mais vous ne pouvez pas gagner les conflits en général. Quel courage, kurazhnee va jouer contre les institutions occidentales et la culture occidentale des élites autoritaires dans l'espace post-soviétique, le plus élevé sera l'ultime niveau des coûts pour eux et pour les peuples de ces pays. Le paradoxe de l'histoire est que le plus téméraire et jouer dur, le plus rapide entre La Haye, et il n'est pas aussi insouciante touristique. Bien sûr, les prisons de l'UE sont plus des institutions similaires en Russie et dans d'autres pays de la CEI, mais encore ... En outre, l'exemple de Milosevic montre que le bénéfice pour les années de l'argent gardé dans les banques occidentales, qui ne sont pas exemptes de considérations politiques. Dans l'examen de ces contraintes arbitraires sur la politique intérieure et extérieure devient de plus en plus compréhensible réticence persistante E. Chevardnadze, Koutchma et L. A. Akayev difficile à jouer, à utiliser dans la lutte contre le peuple et la révolution de l'armée, des services spéciaux. Peut-être que tous n'ont pas oublié, et le sort de Ceausescu K. ... Je pense que le principal positive stratégique des objectifs de politique étrangère pour les peuples de la partie européenne de l'espace post-soviétique est l'intégration dans l'UE et l'OTAN. Cette intégration ne signifie pas seulement un changement dans l'orientation géopolitique et de politique étrangère en général, mais aussi changement de la situation interne, qui comprend la démocratie, les droits de l'homme, espace social et culturel de l'alignement sur le modèle européen. Je n'ai pas d'illusions en ce qui concerne la facilité de cette manière, sachant que chaque pas en direction de l'intégration européenne, il faudra des changements à la
148

santé mentale, ainsi que sur le plan institutionnel. Mais nous devons comprendre non seulement la complexité de la tâche, mais sa solution pratique dans le pas trop lointain, une perspective historique. L'alternative à l'historique de l'évolution de la version post-soviétique, d'une restauration impériale qui est incompatible avec la démocratie politique, le respect d'un ensemble minimal de droits et libertés démocratiques. Les tentatives de restauration impériale par le conduire à l'inévitable réduction de personnel de chaque espace de vie, de réduire radicalement la probabilité de l'autonomie de l'homme, dans pratiquement tous les domaines professionnels, sauf ceux qui, directement ou indirectement, servir les intérêts de neoimperskogo État. Il existe deux principaux acteurs - publics et siloviki (un homme avec une arme à feu) et la reprise - en fournissant la couverture idéologique de actifs nouvelle génération d'avocats et les travailleurs de proximité. Mais, comme le montre l'expérience historique, le peuple sera tôt ou tard, il a refusé de l'accepter. Et aujourd'hui le pays, les autorités et la société continue à dominer les marchandises Géographie et Histoire, les limites, ils ont demandé, des actions et des décisions à de nombreux égards continue de définir l'ancienne calibre la vie impériale. Pour changer le vecteur de développement et d'échapper à elle, vous aurez besoin de faire de grands efforts pour bâtir un véritable fédéralisme, de travail sur la formation civique de la nation, à bâtir des institutions démocratiques et des traditions. Pour continuer à aller dans un historique connu, vécu et nakatannoy lignes de la vie impériale, tant d'efforts est nécessaire. Vous pouvez observer la quasisuppression de l'autonomie mécanisme autoritaire État unitaire. Mais si elle est antérieure, jusqu'à la guerre de Crimée, sous le règne de Nicholas I que la voie a été dans la montagne, qui est, les avantages de l'Etat impérial et le régime autoritaire dépasse les coûts, les coûts de l'après-guerre a dépassé les avantages peu à peu, devient aujourd'hui le plus important obstacle au développement pays. Encore une fois, je me réfère à la position fermée de E. Yassin: empire en déclin a

149

commencé il ya longtemps. Les pays en développement, l'empire - il ya de plus en plus un frein au développement du pays . Aujourd'hui, la Géorgie du patrimoine impérial influences, le choix entre un fait unitaire et fédéral / État confédéral de déterminer le choix entre la démocratie et les différentes formes d'autoritarisme. Beaucoup de ceux qui ont maintenant du sort dans la cohorte a été de personnes, décideurs politiques, menée à l'interne neoimperskuyu politique d'unification de l'espace social et culturel, en minimisant l'harmonisation des intérêts régionaux. Il semble que le choix entre deux options est faite. De facto, vous choisissez la re-création d'un État unitaire. À bien des égards, ce choix résulte de la négation de la démocratie en faveur du contrôle, mais quelque chose de décoratif option. Mais les différences ethnoreligieuses et régions stadialnye faire une forme d'organisation unitaire de l'Etat (de jure ou de facto) et de la démocratie malosovmestimymi. Le choix de unitarité a une grande influence sur les actions des autorités sur le cas de la construction formelle et informelle verticale dans la politique, des affaires, des médias. Il mai être que cette façon est efficace aujourd'hui, mais cet effet est temporaire, purement tactiques. Si à long terme et relativement stable, la coexistence de différentes communes des régions, les personnes vivant en eux, mai, en principe, cette possibilité est fondée sur deux grands principes: un véritable fédéralisme et de la Confédération avec les éléments de la nation-ethnique. Civic, pas une nation ethnique est générique lien à la nationalité de l'empire. Nous, à K. Leontieva, épanouissement complexité héritage impérial ici mai être utile, pour cette raison, nous ne pouvons pas construire une nation ethnique, mais nous pouvons polyethnic et civil. En termes de respect des libertés civiles et politiques, les droits de l'homme en général, cette option de toute évidence préférable. Que peut aider à prévenir zhizneosuschestvleniyu ces principes, et donc la poursuite de la vie commune dans le territoire de l'État russe? Civil nations qui vivent ensemble dans une fédération / confédération Etat pourrait s'appuyer sur les principes des droits des consommateurs dostizhitelnoy
150

activité. Dans la poursuite de rêve russe à Moscou, Yakutsk, Daghestanian design, il peut au moins je ne me souviens pas, qui est-il, où est et où, ou, au moins, l'ont précédée - oublier à propos de son patrimoine culturel identité civilisationnelle. Alors que lui il oublié, comme il est à la périphérie de sa conscience, jusqu'à ce qu'il détermine son activité sociale - postimperskoe L'Etat russe va exister dans ses frontières actuelles. Même aujourd'hui, malgré tous popyatnye, rétrograde mouvements, l'identité religieuse traditionnelle de différentes communautés ethniques présentes dans la conscience du public en grande partie dans le latent, inactives. Il est floue et l'européanisation de l'unification de différents degrés d'intensité et de durée, dans le cas de la Russie centrale - à partir du règne de Alexei Mikhailovich Peter et moi, et le montant total de la sécularisation de la politique poursuivie par le régime soviétique. En conséquence de cette politique, les grands, et dans certaines régions du pays et la majorité de la population indifférente à la religion. Comme observé à juste titre I. Yakovenko, votserkovlennyh le nombre de personnes dans l'Église orthodoxe est à seulement quelques pour cent et ne sera pas sérieux. Et c'est l'indifférence d'un pays uni, lisse les contradictions ethniques et religieuses. Dès que le processus d'ethno-religieux est une véritable massive, ces contradictions sérieusement pire, remettre en question l'intégrité territoriale du pays. Le plus grand nombre de manifestations, mis à jour la civilisation, le début de la vie religieuse de la Russie des régions, moins stable structure de l'Etat russe. Le degré de latence détermine le degré de la force traditionnelle de la Russie. Aujourd'hui, une partie de la Russie, la classe politique tente de construire sur ces ou d'autres éléments du traditionalisme, notamment dans sa forme religieuse. Ce cours besperspektiven, l'ancien empire des intégrateurs d'aujourd'hui n'est pas seulement de ne pas travailler, mais aussi directement nocifs. Il semble que vous avez besoin de beaucoup de courage pour mettre en branle une impasse historique, l'ouverture d'un habitué de l'histoire de la civilisation russe catastrophe.

151

Mais soixante-dix ans de régime soviétique ont été les plus détendu, et pas seulement les traditionalistes, mais également la société dans son ensemble. Si l'on compare le potentiel démocratique de la Russie et la Russie, de cent ans aujourd'hui, cette comparaison ne donne pas un avantage clair de la journée d'aujourd'hui. Pendant des décennies, les autorités soviétiques ont fortement évolué vers la modernisation, l'accomplissement de la transition démographique, la collecte des restes de son peuple dans les villes, en détruisant le patriarcat, y compris religieux, de traditions. Le pays a été l'industrialisation, a un niveau suffisamment élevé de l'éducation. Mais cette fois, en particulier avant 1953, avait perdu un multi-couche de personnes éduquées, non seulement cherche à établir un régime démocratique en Russie, forme républicaine de gouvernement, mais aussi prêts à participer personnellement à ce processus, de prêt-à-tous les jours, bruts de travail au nom de la république. Avant la révolution de 1917, des millions de personnes dans le pays sur la base d'un vaste système Zemstvo organismes, a tenté d'envoyer le pays dans la voie européenne de développement. Ils voulaient un choix démocratique européenne pour la Russie, et en fait travaillé pour lui. Pacifique, l'évolution ne réussissent pas, il a fallu une révolution en 1905, puis en Février 1917. Le sort de la couche formée de la société russe est tragique, elle a été détruite dans les flammes de la guerre civile et de la répression léniniste-stalinien, en relief dans l'émigration. Mais ces personnes ont été. À la fin du régime soviétique, la couche de la population, comparable à la pré-révolutionnaire de la taille et les qualités personnelles - un professionnel et civil de la Russie soviétique ne l'est pas. Il y avait des dissidents et des sympathisants, mais presque aucun d'entre eux sont allés à la post-politique n'est pas ajouté dans les rangs de la bureaucratie. À l'exception des articles ne voulait travailler pour la république russe. En politique, les gens n'ont pas d'expérience démocratique de travail avec un pourcentage d'accidents connus, ceux qui étaient à

152

proximité, et a commencé à pouvoir, quelqu'un est devenu propriétaire de l'ancien état. En Russie soviétique, il n'y a pas de large mouvement démocratique, comme dans d'autres pays du bloc de Varsovie. Néanmoins, dans les pays eux-mêmes ont trouvé des centaines de milliers de citoyens qui ont à démontrer l'1990-1991. Il y avait des gens qui étaient prêts à mourir pour la nouvelle république russe, en août 1991, à la Maison Blanche, et en Octobre 1993, à Mossovet, mais il n'est pas nécessaire de ceux qui seraient en mesure de vivre pour le bien de la république, pour résister à la routine quotidienne de travail, afin de préserver les idéaux, les plus chères des avantages tangibles. En d'autres termes, il n'y avait pas le bon nombre d'idéalistes, des passionnés du pays. En outre, il n'y avait pas assez de personnes prêtes à considérer la démocratie comme une valeur, de jouir des droits démocratiques. Démocratie - L'ordre public est de libérer les gens. La liberté et la confiance à créer la prospérité, en particulier dans la société post-industrielle du XXI siècle. Mais la démocratie - il est un sport qui ne suffit pas d'être fans, alors vous devez participer. Pas celui qui jouit de sa liberté . Et si c'est le cas, il suffit de ne pas avoir assez de couches de personnes à qui vous pouvez compter, des gens qui veulent travailler au nom d'une société libre, démocratique en Russie, puis de l'autre, ceux qui, indépendamment de leur point de vue, et le dernier peut et sait travailler, capables de projet , officialism travail quotidien. Ceux qui sont prêts à travailler pour leurs intérêts matériels, ceux qui possèdent une certaine discipline intérieure. Ainsi, le nombre croissant de personnes au pouvoir de les structures du pouvoir dans ce sens ne devrait pas être surprenant. Ont été ajoutés à la présente, et les traditions de l'administration publique. Si non, pour une raison ou une autre compter sur la société, le pouvoir repose sur des structures de pouvoir. Ainsi, un cercle se referme. Sur la base de la contribution, les conditions de trésorerie avant le mois d'août 1991, ce résultat est plus susceptible de se produire, parce que, peut-être, et est devenue une réalité.

153

Notre chance historique que реализовался homogène version d'un avenir possible, pas très bien, mais pas le pire. Le plus horrible des pratiques de la transformation sociale de la Russie a montré au monde dans les années 1918-1921, il a été la guerre civile., A fédération multinationale de transformation - de 90 du siècle dernier a montré au monde S. Milosevic et les nationalistes serbes dans l'exYougoslavie. Compte tenu de la nature de l'héritage soviétique, l'extrême faiblesse de la classe politique, sans parler de l'absence de pratique, les élites politiques, nous avons encore descendre la lumière. La classe politique a commencé à prendre forme, et de veiller à ce qu'il a été formé, de ses rangs à jouer un rôle efficace et responsable d'élite, nous avons besoin d'au moins une décennie. Dans l'intervalle, il vient de former, en incorporant dans sa composition et les demandeurs otbrakovyvaya, non seulement pour leurs opinions politiques, mais aussi sur l'efficacité de la gestion. L'intérieur de diverses administrations, car il est nécessaire d'apprendre à comprendre les trois niveaux de gris. Il ne s'agit pas, bien sûr, des différences dans les nuances de couleur et de réduire la bureaucratie costumes, mais les différences d'opinions politiques de leurs propriétaires. La classe politique dans la Russie contemporaine avec une part bien connues peuvent être divisés en deux groupes principaux: les bureaucrates libérale et pouvoir, la détention, conformément à la politique du capital ostroslovov, divers tours du Kremlin. Bien sûr, que chacun de ces groupes de leur propre image du monde, de leur compréhension de la raison et l'abus, c'est OK, et ce qui est mauvais pour la Russie. Qu'est-ce que cette division est en accord avec la façon dont il a été au cours des grandes réformes Alexander II. Par exemple, Francis Vchislo, dans son livre La réforme rurale en Russie Identifier les deux types de culture politique qui caractérisent la conduite éclairée des bureaucrates-occidentaux, et soi-disant police. Valeur du système de culture politique, la première fois la règle de droit, l'égalité des citoyens, l'initiative individuelle et le pouvoir politique légitime. Centrale à la police de la culture politique sont les valeurs de paternalisme, de
154

soins et de reconnaissance de la primauté du pouvoir personnel du monarque, et non pas la loi, aussi bien que négatifs, soupçonneux vis-à-vis du public et l'indépendance des paysans. Dans le même temps, les caractéristiques mentalité de la police et auteur de montrer philosophique réformateurs en raison de leur point de vue est fondé sur la reconnaissance de la primauté de l'intérêt public et de la conservation (conservation) de l'ordre et la stabilité. Les groupes ont exprimé différents publics humeur. Et la plus grande menace pour postimperskogo le développement démocratique de la Russie soviétique, la transition de l'autoritarisme à la démocratie occidentale moderne est en passe de devenir la guerre civile, l'évitement d'un dialogue constructif entre les autorités et la société. La responsabilité en incombe aux autorités et la société, le libéral axé sur une partie de ce qui contribue à couloir de migration de pouvoir de plus en plus la diminution des possibilités de mal en pis. Ceux qui diabolisent le pouvoir, en l'aidant à renforcer l'autoritarisme orthodoxe autocratique couloir de la capacité, commet une grande erreur. Je crois que le monologue, l'examen de l'actuel gouvernement que comme le mal absolu, parfois montrant bien préjudiciable à ceux qui ont cru, et dommageable pour le gouvernement, et les perspectives démocratiques en Russie. Nous avons besoin d'un dialogue permanent avec les accusations portées contre les personnes au pouvoir, indépendamment de leur passé et de l'occupation actuelle, indépendamment du partage des opinions politiques. Il n'est pas besoin de diaboliser l'ancien et l'actuel pouvoir, à écraser le grand nombre de personnes de la puissance des structures de pouvoir. Le dialogue est l'érosion de la position des deux parties, car il pourrait conduire à des compromis. Parce que tant d'efforts pour rendre le dialogue. Il est plus facile de simplement par et avec la pleine supériorité intellectuelle d'expliquer pourquoi le pouvoir est toujours mal, et la mauvaise de toutes les initiatives, actions et l'inaction fin. Oui, le dialogue monologue plus difficile, surtout quand tout le monde comme il peut, et en utilisant leurs compétences professionnelles. Ce dialogue est
155

extrêmement difficile, mais il est préférable de dialogue Parties interdit marches dissident et l'OMON. Organiser régulièrement des mix avec des gens sous la forme de moyens de fixation de la confrontation, la division de la société à nos pas nous, en d'autres termes, la reproduction de l'affrontement blanc et rouge, une situation de guerre civile permanente. Je ne veux pas. Assez, c'est assez, a gagné. Avec la puissance dont vous avez besoin de parler la langue d'intérêts plutôt que les idéaux et les principes qui, comme vous le savez, ne peut pas être mis de côté. Aujourd'hui, la seule réelle opportunité pour notre société civile pour promouvoir la démocratisation de la Russie - en liaison avec le pouvoir, non seulement par des mots, mais, surtout, grâce à la participation effective du public et en gouvernance d'entreprise. Mise en place de la démocratie dans le pays n'est pas possible avec les nonsystème de la nature de l'opposition démocratique. Sans perdre de la démocratie, l'opinion libérale, vous devriez essayer de faire partie du système de cesser d'intimider et de la peur de l'autre. Il est nécessaire de plaider en faveur de la confiance légitime, pacifique et démocratique de résolution des conflits, pour un processus évolutif plutôt que révolutionnaire, la voie de développement de la Russie. Cela ne signifie pas que vous devez a priori d'accord avec tout ce qui se passe dans le pays. Cela signifie que le désir de résoudre les problèmes par le dialogue plutôt que le monologue, en se concentrant leur attention non pas sur ce qui nous divise, et qui nous unit. Mais nous voyons peu de volonté de dialogue avec la société et par l'autorité. Quand il est dans une forme ou une autre, entravent la Marches en désaccord, la motivation de ces actes peut être comprise, bien que la question de l'autonomie plus efficacement résolu d'une autre manière, dans un esprit ouvert, motivé, de dialogue, ouvert à l'avance leurs positions. La défense, comme c'est la défense, pas très efficace en ce qui concerne les objectifs poursuivis, mais aussi possible. Il est rationnel en termes de conditionnalité, les intérêts politiques et économiques.
156

Malheureusement, nous constatons une réticence de la part des autorités au dialogue non seulement avec des opposants politiques, mais avec les mouvements sociaux strictement apolitique, subkulturnymi, de détruire les fondements de la tradition. Et cela, c'est l'action, si elle n'est pas explicitement irrationnel, il n'est pas dû à une vague d'intérêt et de certaines valeurs. Interdit déclarations des minorités sexuelles, chanvre les marais ... Le résultat est une radicalisation subkulturnyh des mouvements de jeunesse qui avaient été sur la politique et de ne pas penser. Nous savons, comme au cours des dernières années, le règne de Alexander II devint détendre la spirale de l'affrontement et la haine entre la Russie, sociétés et de pouvoir. De cette manière, il a été très sanglante, l'Empereur a explosé, le gouverneur général, pendu et abattu les révolutionnaires, tiré de la famille royale ... On ne sait pas pourquoi, aujourd'hui imiter ces affrontements. Pour veiller à ce que il y avait une autre Russe troubles, n'ont pas besoin de prévention sur la violence des rues et de la télévision de propagande, et le calme du dialogue entre les autorités et l'opposition, le désir de résoudre les problèmes sur ses propres mérites. OMON de matraques, et il ya cent ans Cossack fouet, ce n'est pas la voie de la stabilisation. Pour la stabilisation à long terme peut entraîner un large dialogue public avec la perspective de la libre concurrence des forces politiques neekstremistskih. Aujourd'hui, les autorités russes ne l'ont pas encore eu un temps historique, il est possible de s'engager dans le dialogue, de parler avec le public, pour tenter de convaincre les gens d'une manière ouverte, transparente discussion. Persuasion par le biais de la violence nue radikalizuet que la société et pas dans le bien-fondé de pouvoir ne peut pas être convaincu. C'est profondément en chacun de nous la séance, indépendamment de leur appartenance politique, et la différence entre les estimations de la situation - Dieu n'est pas en vigueur, mais dans la vérité. Rubicon de non-retour à la démocratie ne passe pas, le mouvement historique vers la démocratie est non seulement possible, mais nous sommes maintenant, sont l'intérieur de cette période historique. Police matraque sur le dos d'accord dégoûtant indéfiniment -, mais il n'est toujours pas tiré les travailleurs
157

Lenskiy mines en 1912 et non pas Bloody Sunday en 1905. Aujourd'hui, un dialogue constructif entre les autorités et la société est la seule façon de lever l'émergence des conflits civils, tout en renforçant la société civile et l'Etat russe. Bien que l'auteur soulève des doutes sérieux sur la possibilité même d'un tel dialogue. Dialogue de succès que si le résultat de compromis. Mais comment est-ce compromis, et sur quelle base il peut être réalisé? Il est ironique de sons temporaire, la situation de compromis obtenus spontanément, et est-il possible pour un certain temps pour éviter le choix historique de l'engagement à une décision définitive au sujet de la réflexion de notre impériale / postimperskogo statut, le Togo, où les envoyés au vecteur de développement historique. Spontanée et permet un compromis temporaire, l'environnement économique mondial, la croissance économique rapide dans les pays du tiers monde, une forte augmentation de la consommation de matières premières et d'énergie. Dans une ère de matières premières industrielles et de l'énergie est tout à fait assez pour les besoins économiques des milliards de dollars d'or, ont maintenant assez pour le reste du monde, mais il aura très différents, des prix beaucoup plus élevés. Naturellement, une telle situation dans le commerce international va déboucher sur des avantages financiers et géopolitique pour les pays exportateurs de matières premières, dont la Russie. Une version courte de la moyenne d'énergie, de matières premières Power. Il est rare dans l'histoire de la situation: depuis un certain temps, vous pouvez obtenir l'augmentation des recettes due à la croissance des prix mondiaux des matières premières et d'énergie, sans crainte de l'évolution de la tendance des prix. Naturellement, les mouvements de correction de ces marchés est tout à fait possible, mais à long terme de la tendance à la hausse de minimiser le risque de chocs économiques extérieurs de la Russie. Cela, à son tour, réduit les risques de troubles politiques internes. Et si nous pouvons éviter les idées du national-patriotique impasse, ainsi que la forte
158

détérioration de la pré-concurrence entre les différents Kremlin tours, nous avons la quasi-garantie de la stabilité politique et la croissance économique. En d'autres termes, l'environnement économique extérieur favorable, en particulier la capacité de podmorozit etnofederativnye relations de régions russes, le maximum de la moufle et le potentiel réel du séparatisme, de pousser dans le vaste avenir lointain une éventuelle troisième phase de déconstruction de l'Etat, du système impérial de roulement à un formulaire national d'organisation. Bien entendu, de maintenir indéfiniment le statu quo, pour éviter la certitude de solutions pour la société et les autorités n'ont pas réussi, mais il sera en mesure de reporter la question du choix de la soi-disant plus prospère et plus sages avenir. Compte tenu de l'histoire de la rupture Energy Power, qui donne l'occasion non seulement de préserver l'état actuel des choses, mais aussi de revendiquer l'héritage de l'empire Romanov impériale et l'Union soviétique, mai devenir histoire d'une perte de temps, la voie à des progrès dans l'histoire russe, socioculturels et historiques catastrophe. Mais il pourrait permettre aux plus prévisible et plus durable l'auto-détermination de la société russe et de l'État, qui ne sont pas ici pour s'amuser et illusions futiles espoir, par définition, ne peut être européen, et tous les autres choix possibles pour la Russie de toute évidence des effets dévastateurs. Conclusion. L'histoire évolue rapidement et, plus récemment, le pouvoir zamahnulas police matraque sur l'ATP. Rubicon n'est pas un retour à la démocratie, semble procéder, et le scénario positif du pays, qui est si douloureuse et contradictoire de l'auteur à construire, dans un effort au moins dans les rêves et les illusions de mettre fin à la menace autoritaire / totalitaire catastrophe - renversé.

Afficher par: Rustem Dzhanguzhin

Sur les pages du livre l'espace post-soviétique du Kazakhstan Rustem Dzhanguzhin crée un lumineux, panorama sphérique, qui couvre de nombreux aspects de la vie dans notre post-soviétique, le Kazakhstan, nous pouvons dire que
159

nous avons une sorte d'encyclopédie, un livre dans lequel vous pouvez demander de l'aide, des conseils et répondre à l'énorme éventail de questions associés à la vie de l'espace post-soviétique du Kazakhstan. Voici une description et la localisation du Kazakhstan, de la situation résultant de géopolitique, histoire, économie, y compris les réserves de pétrole, les dépôts, et la société, la situation démographique des Kazakhs et des minorités ethniques, les processus de l'éducation, de la vie politique, l'émergence et le fonctionnement des partis politiques. Rustem Dzhanguzhina Le livre traite de l'histoire et l'état actuel de la science comme un Kazakh académique ou appliquée, les arts, y compris la musique, la peinture et la littérature. Mais ce n'est pas un ouvrage de référence à sec, l'auteur passe par un succès et des échecs douloureux de leur pays, son peuple, de ne pas cacher son apparence chronographer vit la douleur, l'empathie et la participation directe ou indirecte dans tous les processus de la vie kazakhe. En outre, à des aptitudes cognitives, livre Rustem Dzhanguzhina distingue de la qualité inhérents à la bonne littérature: il est lu avec intérêt, parfois intriguya et la passion pour le lecteur à l'histoire presque peripeteia détective genre, et dans de nombreuses régions du Kazakhstan sur la modernité sont lus avec un intérêt égal. L'auteur raconte la fascinante tribales dispositif, le peuple kazakh, mettant l'accent sur la base d'unités plus grandes - zhuzy (Horde), comme suit: Senior zhuz, Moyen-zhuz, associé zhuz. L'auteur note que cette division du peuple kazakh ont été quelque peu brouillé par des décennies de domination soviétique à travers les mariages mixtes et нивелирующему influencé par le centre impérial, mais avec le 60-s du siècle dernier, lorsque la République est arrivé au pouvoir en D. Kuhn, et aujourd'hui, dans le Kazakhstan post-soviétique , le renouveau des identités ethniques se produit essentiellement par l'identification d'une personne en particulier zhuzom. Dans la nomenclature de la période soviétique kazakhe, même né-proverbe dit, sur la sélection et de placement - Pour la biographie est convenable, mais la géographie - il n'y a pas. Tout cela est fascinant de la lecture, pour les Européens, cette stratification de la société plutôt exotique fermement associé à l'Orient en général, en tout cas,
160

avec les non-Europe. Et si ce n'est pas l'Europe mais l'Asie, avec la même mnogotysyacheletnyuyu autoritaire histoire socio-culturelle et la tradition, la question se pose quant à la possibilité et le calendrier de transition vers la démocratie. Cette question ne se pose pas de rien, la question est que Rustem Dzhanguzhin croit que la démocratie au Kazakhstan post-soviétique est disponible dès aujourd'hui! Cela ressemble beaucoup à croire, mais que les électeurs voteront pas pour les intérêts de son Zhuz mais, pour leur, des connaissances et des intérêts spécifiques, - il n'est pas entièrement claire. Nous pensons qu'il faudra un moment historique pour l'Occident sur son propre généalogie de la culture de masse a été en mesure de digérer une grande partie de l'ethno-socio-culturelle de traditions et de l'économie a prévu la possibilité d'être auto-suffisant en dehors de Zhuz, le type et l'identité tribale, qui est de devenir une personnalité dans le sens occidental du terme . Ce sera une victoire pour la démocratie kazakh. Mais alors que le Kazakh intelligentsia devant le peuple et le peuple à la merci des traditions sociales et culturelles, la création d'une mutuelle et sentiment d'inconfort. Si nous parlons de les lacunes de l'ouvrage, ils sont une extension naturelle de ses mérites. Les compagnies pétrolières, le développement du plateau de la mer Caspienne et de l'histoire du Kazakhstan littérature, le cinéma, le blanchiment du produit obtenu comme une zone grise l'économie du Kazakhstan, et riche histoire, philosophiques et de synthèse - toutes rassemblées dans un livre, crée un sentiment de kaleydoskopichnosti de briser plein de vie, qui n'est pas seulement que ... Nous comprenons et acceptons l'auteur de la vision, de la couverture encyclopédique du matériel, mais parfois, veulent se plonger dans un domaine particulier, cette plongée se fait déjà, et puis, soudainement, il est nécessaire de restructurer leur perception de la présentation du champ d'application de l'ordinaire Kazakh vie. Mais il est un peu émotif remarque très subjective, il est possible que d'autres lecteurs de ce livre remarquable n'est pas là. La lecture du livre l'espace post-soviétique du Kazakhstan, nous ne pouvons pas oublier que l'important fait que Rustem Dzhanguzhin - artiste, un homme en forme de réflexion et de vision du monde. Ainsi, écouter l'auteur, Rustem
161

Dzhanguzhina: ... je l'appelle, l'artiste reproduit à l'art et de sens du texte, crée une société, sa culture spirituelle et de la tradition, en même temps, ekzistentsionalnym samoosuschestvleniem individu comme une forme de rendu de transcendantes existence pour le moment / heure / ère . Ekzistentsionalnoe samoosuschestvlenie que l'auteur, non seulement ici et maintenant, mais aussi tout au long de leur vie ainsi que les différents continuum spatial et temporel, et de leur évolution plutôt que la simple adaptation à la nouvelle d'ethnies et de paysages, une création, l'impact sur personnes et situation historique. Comme une épigraphe du livre, l'auteur utilise l'ironie proverbe chinois qui dit: Si nous ne changeons pas votre chemin, vous courez le risque d'arriver là où ils tentent d'entrer. Cela s'applique non seulement à la post-soviétique, le Kazakhstan, mais aussi à la Russie, de plus en plus clairement au cours des deux ou trois ans de dérive dans la direction de la zone grise de l'autoritarisme, qui est accompagné par une manipulation de plus en plus évident et privant les institutions de la démocratie politique, le mépris des droits de l'homme, etc . Là encore, comme dans l'ancien bonne l'époque soviétique, la seule limite sur cette route dessert une critique dépendance à l'égard de la technologie occidentale et les marchés de matières premières et, en conséquence, la dépendance à l'opinion publique et les gouvernements des pays occidentaux. Si ce n'était de cette dépendance, les élites politiques nationales en Russie et au Kazakhstan ne serait guère prétendre qu'il a joué dans l'Ouest pour sa généalogie du jeu politique, pour présenter au reste du monde qu'ils se soucient des droits de l'homme, l'apparence de la légitimité parlementaire et sur la élections présidentielles, l'indépendance des médias. Il a soutenu l'impression que tout cela doit être une entité collective à l'Occident, mais qui ne sont pas les élites et les peuples des États de l'espace post-soviétique. Une exception positive dans ce sens, représentent les pays baltes et l'Ukraine après la victoire Orange People's Revolution. Ceci est la première au cours des dernières années dans l'ère post-soviétique, la leçon que les gens - c'est grave, il peut avoir votre avis, mai s'avérer plus forte que d'un régime autoritaire, qui rejoint
162

instantanément affined les régimes et politiques, par exemple tiré de ce type ... Drawn, nous avons déjà montré à l'écran européenne sourit presque viscérale et sauvage sourire upolzli à leur repaire, sans extraction, nesolono hlebavshi. Le peuple révélée plus forte. Rustem Dzhanguzhin donc pas seulement un écrivain et l'artiste, les gens du savoir encyclopédique, il a, avant tout, un citoyen - un citoyen de l'Ukraine est désormais gratuit. Et que lui et plusieurs centaines de milliers de citoyens ukrainiens, nous sommes reconnaissants pour l ' orange révolution. Il s'agit d'un guide pour l'ensemble de l'espace post-soviétique, a lancé une occasion historique de démanteler les oasis de l'autoritarisme et la violence. Pour notre et votre liberté, Rustem, merci.

Du Kazakhstan à la République de Moldova et Prednistrovyu

Qu'est-ce qui se passe aujourd'hui à la périphérie de l'ancienne Russie / empire soviétique, il est légitime. À l'espace post-soviétique restent des enclaves empire, se considèrent comme partie de celle-ci, à gauche de la masse de la population, en tenant compte des réalités de la géographie politique que purement temporaire. Plus d'un siècle de l'empire russo-soviétique de la vie, les gens sont devenus la nouvelle communauté, pour le peuple soviétique, qui pendant si longtemps, et, alors que tout semblait excessivement difficile, nous avons partie propagandistes. Référendum du 17 Septembre 2006, à laquelle les citoyens de la République moldave de Transnistrie non voté en faveur de la libre adhésion de la Russie et de ré-entrée dans la République de Moldova indique exactement cela. Mais ce n'est pas seulement dans la nostalgie de l'empire, mais aussi dans le monde entier la tendance, conduisant à un développement inégal, enclavés de vie, la concurrence pour la même zone de différents groupes raciaux, ethniques et religieux. Ces groupes sont stables, ils ne veulent pas s'intégrer dans la grande société, à s'adapter à un groupe ethnique qui prévaut le titre.
163

Les gens sont prêts à vivre de façon autonome, à parler la langue maternelle, a expliqué dans leur langue maternelle dans l'État et les autorités locales, les écoles, les magasins, dans les rues. Ils choisissent souvent leurs problèmes de la vie dans les communautés locales dans leur - dans l'esprit, le sang, la culture. La séparation des personnes sur le principe de l'altérité, de différentes habitudes nationales, de la religion, la langue - une pratique ancienne, et la motivation samoprichisleniya droits d'une communauté où son - ami, un inconnu - l'ennemi. Aujourd'hui, le tragique de la pratique re-séparation de la demande - les voitures brûlent en France, distribué dans le monde entier Chayntauny, récemment arrivés aux États-Unis proviennent de l'Amérique latine ont été lents à apprendre l'anglais. Local groupe ethnoculturel ne sont pas nécessairement besoin d'un état d'indépendance, mais dans l'émigré enclaves de son autorité, sa souveraineté de facto. Et l'État-nation est de plus en plus incapable d'obtenir ou de s'opposer à cette prise de pouvoir. Bien sûr, il a une force de police, les forces spéciales, de l'armée, enfin. Mais tous ces outils de désespoir, de dernier recours, ils commencent quand la guerre est déjà perdu l'essentiel. Emigrants de créer, de monde parallèle, dans laquelle ses lois, ses règles de conduite, de leur compréhension de l'honneur. La situation en Transnistrie, bien sûr, diffère de la situation avec de nouveaux immigrants et les nouvelles enclaves ethno-culturelle, mais de son altérité au sein de la tendance globale. Historiquement, la Transnistrie a fait partie d'une zone frontalière de l'empire, de sa forte en part, est fermement attaché à la métropole. Distant et l'histoire récente et cela détermine le développement de la région. Dimanche n'est pas le premier référendum en Transnistrie, les deux ont été: en 1991 et 1995. Mais le plus important et brutal référendum a été la guerre et a partagé les résultats de laquelle les gens sur la gauche et rive droite du Dniestr. Sa douleur n'est pas oublié aujourd'hui, entre la Transnistrie et la République de Moldova, il n'existe pas de confiance, sans la confiance et construire des relations difficiles, en particulier dans des zones sensibles et difficiles, comme l'édification d'un État civilisé. Cette douleur peut être traitée avec le temps et la
164

politique délibérée de concessions et de compromis mutuels, de trouver ce qui unit plutôt qu'elle ne divise les gens. Il devrait essayer de comprendre et de pardonner les uns les autres. La relation entre la Moldavie et la Transnistrie - il ne s'agit que d'un cas de mauvaise paix vaut mieux qu'une bonne querelle, qui n'ont pas à faire des mouvements brusques. La situation est de restaurer l'intégrité nationale de la Moldavie et difficile par le fait que la République ne sont pas les plus riches pays d'Europe. Comme le niveau de vie plus proche de la Moldavie au Tadjikistan et au Kirghizistan, les États non-européens et franchement médiocre. Qu'il s'agisse d'une autre manière, si les revenus des citoyens de la Moldavie à rapprocher les revenus des Polonais et des Hongrois, à la recherche de compromis possible sur l'état du système a été la république serait beaucoup plus facile. En ce qui concerne la reconnaissance des résultats du référendum dimanche, la communauté internationale, la situation est très claire. Le résultat du référendum n'a pas reconnu ni les États-Unis ni l'Union européenne. En ce qui concerne la position de la Russie n'est pas si simple. Déjà, nous entendons des déclarations faites par un certain nombre de politiciens-patriotes, se félicite du résultat du référendum. Si l'ensemble de ces villes, si l'affaire ne vient pas jusqu'à ce que la Transnistrie dans la Fédération de Russie, vous pouvez alors considérer que les Russes et les Européens en général, descendre la lumière. En fait, elles et les politiques qui attirent l'attention du public, d'attirer l'attention des électeurs potentiels, en s'appuyant sur toutes les informations pertinentes à ce sujet. Toutefois, si un référendum sur prodeklarirovannye objectifs seront considérés les autorités russes et du public au sérieux, et la Transnistrie se joindront à la Fédération de Russie, les chances de nouvelle confrontation politicomilitaire de l'Ouest et la Russie, de la corde raide froid et chaud. Nous rappelons que l'opposition a largement contribué à l'effondrement de l'Union soviétique, la charge de la course aux armements a prouvé à lui nepodemnym. Pas en mesure de résister à l'Ouest, par le biais de l'OTAN et l'UE et la Russie. C'est un risque très sérieux, et il ne peut pas être sous-estimée.
165

Il existe un risque sérieux que l'intégration juridique de la Transnistrie en Russie, le début de la collecte de la terre, tôt ou tard, l'empire envoyer plus tard l'histoire de l'Europe sur ce canal. Collection de la terre est toujours accompagné par le sang et puis il tombe sur la gravité de l'habitude, immergé dans la vie quotidienne de soins personne, est pour sa situation personnelle des frais de subsistance. Donc pas besoin aujourd'hui de tirer l'archiduc Ferdinand, ne doivent pas provoquer l'histoire, la célèbre suite, n'ont pas à jouer en août 1914 sur. Relation à la Géorgie En Russie, il ya les débuts de la société civile. Cela est attesté par une lettre au nom de la Russie, artistiques et scientifiques des intellectuels dans la défense de la Géorgie et les minorités nationales vivant en Russie, ainsi que spontanée, reflet de décision sur l'adoption de la nationalité géorgienne de souche russe, il n'y a pas de relation particulière avec la Géorgie n'a pas. Old Russian attitude à l'égard de la vie, tel qu'il est exprimé dans la célèbre maxime Dieu n'est pas en vigueur, mais dans la vérité, explique une grande partie de cela, à première vue, paradoxale solution à nos compatriotes. Leur position est évidente, quelque chose d'encore geroichna, mais ces actions extrêmes causés par le désespoir, l'incapacité à inverser la tendance à la lutte contre la massive campagne électorale. Aujourd'hui, dans la masse et la Russie nationaliste, archaïque, peu à peu l'esprit des Géorgiens ont pris la place des Juifs: un sombre, destructeur, qui contient la nature biologique de l'homme par rapport à l'autre, il est peu probable déversée sur notre longue et très proches voisins. Et cela malgré le fait que l'histoire de la Géorgie entrelacées de l'histoire russe, la Géorgie et l'aristocratie et de la foi a servi l'empire Romanov, peuple géorgien, avec les autres peuples de l'Union soviétique dirigée par les difficultés et les souffrances de la Grande guerre patriotique. Aujourd'hui compatriotes Bagrationi dynastie sécurité ne pouvait pas marcher dans les rues des villes russes, et leurs enfants ont reçu une attention particulière de fonctionnaires de l'éducation. La pratique des violations des droits humains pour des motifs ethniques, bien sûr, terrible. Paradoxalement, toutefois, que le pays tente de vivre de manière
166

sélective de la loi: pour les autres immigrants illégaux, le non-géorgienne communauté ethnique criminelle fermer les yeux - sur l'orientation (raznaryadki?) N'est-ce pas encore, mais des personnes de nationalité géorgienne déjà, puis examiner de plus infraction fiscale dans la culture d'origine géorgienne ... Tout d'abord, la sévérité des lois russes est atténué exigence de leur application. Mais, en réalité, lorsque la décision d'appliquer la loi, l'utilisation de faire campagne, la pleine force de l', avec le chevauchement, de sorte que les autres nepovadno il. Mais cela veut-il dire que le gouvernement de la Géorgie, le Président Saakashvili, a commencé à parler à la Russie et ses troupes ne sont pas sur des concepts, et les lois de la République de Géorgie, les droits d'un point de vue moral? Non, je ne veux pas dire. Je ne suis pas en laissant l'impression que la démonstration de l'arrestation des officiers russes, accusés d'espionnage avec et, surtout, le blocage des forces de la police géorgienne siège des troupes russes vont au-delà de l'habituel confrontation entre les agences. Il a été la volonté politique des dirigeants géorgiens, la plus grande volonté de déstabiliser les relations avec la Russie de recevoir le maximum de hard-réponse russe. Il mai être un exemple qui, à première vue, le comportement imprudent de les dirigeants géorgiens, de toute évidence, plus puissant, de déclencher, a été la tactique du mouvement chiite Hezbollah, appliquée à l'encontre de l'État d'Israël cet été. En provoquant Israël, Hezbollah a cherché à provoquer la réaction excessive force, l'usage excessif de la force contre le Liban, la population civile libanaise. En substituant les civils libanais et de ses soldats, sous les coups d'armes lourdes à l'armée d'Israël, les dirigeants du Hezbollah a fait pour gagner la guerre de l'information. Et à bien des égards, ils ont gagné. Dans le monde entier la diffusion des images de morts et de blessés parmi la population civile du Liban et de la destruction des infrastructures, des moyens de subsistance de son peuple, et pas seulement infrastructure terroriste. L'État d'Israël a le piège de l'information, rasstavlenny Hezbollah. Quelques mois plus tard, les dirigeants russes est arrivé à la même piège de l'information, rasstavlenny la direction de la Géorgie. Il est également destiné à l'affectif, au-delà
167

du sens commun de réaction de la Russie. Pour une plus grande ampleur ont réussi. Relations déstabilisé, la force de la réaction russe зашкаливает réponse pour toutes les limites. Aujourd'hui, les relations entre la Russie et la Géorgie a atteint une impasse, un pays au bord de la guerre froide et chaud. Et, comme toujours dans l'histoire, le plus souffert de la population, ceux qui n'ont jamais engagé en politique, mais l'idée de régler leurs propres vies. Sur la Russie éternelle question que faire? Vous ne pouvez répondre que, il est nécessaire de passer d'une conversation, au niveau de l'émotion pour parler au niveau de l'intérêt. Nous devons commencer la tâche difficile et, apparemment, les longues négociations sur l'ensemble des relations russo-géorgiennes. Thèmes des discussions doivent inclure le futur statut juridique de l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, les questions de coopération économique, l'éventuelle adhésion de la Géorgie dans l'OTAN, la Géorgie et l'autonomie culturelle des minorités nationales en Russie et la Russie en Géorgie ... Aujourd'hui, il ya un espace à la recherche d'un lot d'accords fondés sur des concessions mutuelles et offs, il ya une possibilité pour de graves et civilisée marchandages diplomatiques. De menacer les espèces, les mouvements brusques sur les deux côtés, il est temps de passer au dialogue. En d'autres termes, il est temps de grandir. L'intégration européenne et le problème des personnes déplacées des valeurs culturelles Aujourd'hui, nous assistons à une accélération de l'histoire et les dynamiques socio-culturelles, où des changements importants dans les diverses sphères de la vie humaine. Actuellement, un seul économique, politique et environnement de l'information, les processus d'intégration s'applique à la sphère socio-culturel des Etats européens. Il ya eu de grandes transformations dans l'organisation institutionnelle de l'Europe, où l'Union européenne et l'Alliance nord-atlantique à étendre son influence en Afrique centrale, orientale et l'Europe du Sud, la

168

prochaine vague d'expansion de ces organisations internationales de capture et d'un certain nombre d'États formés sur le site de l'ex-URSS. Dans le domaine de la colonisation européenne, nous avons affaire à une reformulation des résultats de la Seconde Guerre mondiale, avec les changements géopolitiques qui sont d'une ampleur comparable à celui qui a déterminé le développement du continent, après les guerres mondiales. Changer les frontières spirituelles de l'Europe, qui a toujours été fluctuante, mais n'avait jamais été distribués à ce jour à l'est. Réinterprétation des résultats de la Seconde Guerre mondiale, l'inclusion de la Russie dans un dialogue sérieux avec l'Europe unifiée de permettre dans un contexte nouveau pour aborder la question de la restitution des biens culturels. L'Allemagne nazie, plus d'un demi-siècle, il ya vtyanuvshaya monde de la Seconde Guerre mondiale est largement pratiqué la capture et l'exportation vers le territoire du Troisième Reich, des biens culturels dans les territoires occupés de l'Europe. Physiques, démographiques, culturels dommages causés par l'Allemagne pour les Européens, notamment les peuples de l'URSS, énorme. Un effort pour compenser les pertes causées par la guerre, les dirigeants du pays, il a été décidé de la suppression des valeurs économiques et culturelles en Allemagne et ses satellites de l'URSS. Cette politique a été une tentative pour restaurer l'équilibre des facultés mutuelle des dommages, la réponse de l'Allemagne à la même langage politique, l'action, sur la base des vieilles comme le monde, le principe: Un oeil pour oeil, dent pour dent. Expropriations de la politique publique des deux côtés accompagné d'irrégulier de la masse des sorties d'actifs, qui comprennent les valeurs culturelles. Le problème de la restitution, de retour de biens culturels aux propriétaires d'avant-guerre de longue durée, la charge héritée du passé, la division de l'Europe en blocs militaro-politiques, le manque de volonté politique, humain et culturel. En ce sens, la situation aujourd'hui est en train de changer de façon spectaculaire, l'Allemagne est une politique économique et de locomotive européen unique de l'Etat, qui peuvent et doivent convenir, à la recherche pour les non-solutions de compromis à des problèmes anciens. L'interprétation moderne du problème de la
169

restitution d'une certaine asymétrie, la possibilité de sa décision dans le contexte de l'investissement allemand en Russie, de l'annulation de la dette soviétique, les perspectives de l'intégration de la Russie dans une Europe unie. Le problème de la restitution de biens culturels se divise en d'innombrables épisodes, les faits, l'interaction complexe de la propriété, des problèmes politiques et juridiques. La question de la restitution mai généralement palliatifs (partiel) de solution, nous ne pouvons pas nous résoudre à la finale, tout comme nous ne pouvons pleinement récupérer, recréer l'aspect original de l'avion détruit des villes européennes, des châteaux médiévaux, des cathédrales et des universités. Dans une autre époque historique restitution questions sont perçues par nous dans un contexte différent. Une tentative de les résoudre est une sorte de recherche de l'équilibre de l'histoire et de modernité, de la justice historique et politique de calcul, de rationalité et un sens de l'appuyant sur la tragédie humaine, le deuil et les injustices historiques. Impossible de résoudre le problème de la restitution, en général, la décision de sa seule personne, des questions privées. L'aspect le plus important du problème de la restitution des biens culturels est nécessaire de respecter les intérêts nationaux de la Russie, impliquant notamment la mise en place de groupes d'experts, la participation de professionnels, public, ouvert l'examen de chaque projet de restauration. Moving valeurs culturelles font partie de l'interaction interculturelle, ce qui arrive souvent dans l'histoire au cours des hostilités, a été la nature de l'agression. La production militaire, des trophées, la plus ancienne forme de familiarité avec les cultures étrangères. Ces mécanismes archaïques ont d'abord été utilisée sur une telle échelle au cours de la Seconde Guerre mondiale. Dans l'Allemagne nazie, le pillage des biens culturels dans les territoires occupés, et leur concentration sur le territoire du Reich, est une forme de soutien matériel de la demande de la domination du monde. Pour les peuples de l'URSS, la confiscation des objets de la culture et ensuite les exporter vers son territoire est une forme de connaissance de la culture européenne, briser le rideau de fer, estetizatsii la vie quotidienne. Photo de gauche, salle à manger fixe, les meubles, les ustensiles de cuisine, livres de
170

comblé le vide (simplicité), de la vie prolétaire, au moins en partie, suffisante pour satisfaire les envies de burger au bien-être, rempli le vide de la propriété, un monde, la rendre plus solide, des bourgeois. Au niveau de la conscience de masse est perçu comme une petite taxe pour la douleur et les souffrances vécues par les peuples de la Russie. Aujourd'hui, nous pouvons grandement réduire le problème de l'ouverture du trophée de la restitution des fonds grâce à la collaboration avec l'Union européenne, l'UNESCO et d'autres organisations internationales, des fondations caritatives, des projets de conservation, de l'organisation des valeurs culturelles, leur inclusion dans la communauté scientifique, le musée, l'exposition du chiffre d'affaires. Et le poids de la participation financière à de tels projets pourrait prendre une Europe unifiée, car il est sur la conservation du patrimoine culturel européen. Dans la pratique, peut-être la création d'expositions permanentes, y compris en Allemagne, tout en conservant la propriété juridique de leurs expositions à la partie russe. Peut-être une dissoudre le problème de la restitution dans les programmes des contacts inter-culturels, y compris l'inclusion de biens culturels dans le pan-européenne de la révolution culturelle. Avec une bonne gestion, le champ d'application de la restitution mai un autre pont culturel à l'Europe, mais dans un sens utilitaire, la source du nouveau musée de la technologie, la propriété commune des collections des musées, des recettes, la réception de mai qui n'est pas toujours impliquer le transfert juridique des droits de propriété. Aujourd'hui, la douleur de la Deuxième Guerre mondiale, la mousse, de l'Allemagne n'est plus perçue par nous comme trente - quarante - il ya cinquante ans. La question de la restitution est progressivement transféré de l'affectif à l'exploitation rationnelle plan, la zone de calcul, des compromis, des négociations politiques, purgé des sentiments de vengeance, de faire un raid cynisme. Il fait partie de l'ensemble des questions de la mémoire historique, le pardon, la culpabilité, la réconciliation des peuples de la Russie et l'Allemagne.

171

Littérature

1. Pain, E. Entre empire et nation. Projet moderniste et traditionaliste de son alternative à la politique nationale de la Russie. M.: Fondation libéral mission, 2003. 164s. 2. Yasin, EG Phantom douleur empire autrefois / / Après l'Empire. M.: Fondation libéral mission, 2007. C.7. 3. Ibid. C.10. 4. Yakovenko, Igor Empire et de la Nation / / Après l'Empire / Sous total. Ed. AM Klyamkin. M.: Fondation libéral mission, 2007. P.60. 5. Yasin EG Choix de savoir si la démocratie en Russie. Μ.: La nouvelle maison d'édition, 2005. S.339-340. 6. Bolshakova, OV Empire russe: Le système de contrôle (l'historiographie moderne): Analyse / ASR. INION. Centre social. informer les scientifiques. Issled. Otd. otech. et à l'étranger. Histoire, éd. Ed. Shevyrin VM M., 2003. P.14-15. 7. Wolf, L. Inventer l'Europe de l'Est: La carte des civilisations dans l'esprit des Lumières / Per. Angleterre. I. Fedyukin. Moscou: New Literary Review, 2003. 560 pp. 8. Markov et markovtsy / nauch. Ed. V. Tsvetkov Zh. M.: NP semis, 2001. 551 pp. 9. Brzezinsky 3. Grand échiquier. La domination de l'Amérique et ses impératifs géostratégiques. M.: Intern. Relations, 1998. 256 pp. 10. Treyvish, A. ville, village et le développement régional, ville et village de la Russie européenne: Cent ans de changement: Monografich. Sat. Moscou: OGI, 2001. S. 337-373. 11. Deutsch, K. de l'intégration nationale: un aperçu de certains des concepts et des approches de recherche / / Ethnicity and Politics: Хрестоматия / Auto. état. AA Prazauskas. M.: URAO, 2000. S. 190-202.
172

12. Neyrn, T. l'internationalisme et le Second Coming / / Nation et le nationalisme / Traduit de l'anglais. et là. LE Pereyaslavtsevoy, MS Panina, MB Gnedovsky. Moscou: Praxis, 2002. S. 347-363. 13. Kemal, M. nouveau chemin de la Turquie. T. III. L'intervention des Alliés. La guerre gréco-turque et de la consolidation du Front national pour 19201921. M.: Gos. socio-économique Izd-vo, 1934. 14. Vlasov, A. dernière étape de l'Europe / / Expert. 28 Mars-3 avril 2005. № 12 (459). 74. 15. Eau B., A. Chernikov, S. Strokan Ukraine a donné les Alliés. Kommersant, 22 avril. Numéro 72. C.9. 16. Pomeranz, GS dans les profondeurs du froid distemper / / pas entendu les voix. Volume 2. M.: éditeurs indépendants de pointe, 2003 17. Fedotov, GP Une nouvelle image / / Le sort et les péchés de la Russie: quelques articles sur la philosophie de l'histoire russe et de la culture: Dans les 2 TT 2 / SOST., Introduction, notes Boikova VF SPb.: Sofia, 1991. 18. Modèle de la civilisation moderne et de leurs racines historiques / JN Pakhomov, SB Crimée, Y. Pavlenko et al Ed. YN Pakhomov. Kiev: Nauk. dumka, 2002. 19. Yakovlev, AN Dusk. M.: Materik, 2003. 20 Gurova, T. révolution, ses dirigeants et de ses technologies d'experts, 1319 Décembre 2004. № 47 (447). 21. Bykov, P. Oleg Vlasov Pourquoi avons-nous besoin d'une Ukraine / / Expert 13-19 Décembre 2004, № 47 (447). 22. Dzhanguzhin (Zhangozha) RN post-soviétique du Kazakhstan. Kiev: L'Union, 2002.

173

Chapitre III. De la modernisation de la restauration

I. Pas de conservateur Passant en revue les développements dans le pays de processus sociopolitiques, permettez-vous de l'hypothèse que les actions du gouvernement actuel sont plus clairement une tendance pour le grand retour impériale, bien sûr complétés par un climat de peur et konspirologicheskim la perception du monde. Aujourd'hui, le nombre de faits confirmant et illustrant cette hypothèse est de plus en plus en progression géométrique, en particulier les tendances de l'automne 2003 - début de l'année 2004. Dans le cadre de la tendance à impériale revanche, il semble logique de se tourner vers l'approbation de la construction d'un monde multipolaire, obygryvanie illusoire possibilité de collecter des droits économiques, politiques et militaires de la Russie, la Chine, l'Inde, en vue d'exercer une pression contre l'entité collective ouest. Menaces qui pèsent sur ces utopique, la probabilité de leur mise en œuvre est négligeable, mais son apparence est un signe. Et le signe - un message de la ville et le monde - bien au décodage et d'interprétation: se défendre contre les revendications des droits ancestraux à l'ouest de l'Empire (autoritaire et totalitaire) les traditions socio-culturelles, dans lesquels aucune autorité de l'homme existe, mais l'homme l'amour du pouvoir. La logique de cette tradition, dans l'environnement géopolitique a complètement irrationnel passion pour la puissance impériale, évidente dans les politiques visant à préserver le pouvoir des pays de la CEI visant à Moscou autoritaire et contre les régimes corrompus démocratique / révolutions de velours dans l'ancienne Union soviétique (Géorgie, Ukraine ), et zapadnoorientirovannymi forces qui prennent le pouvoir à la suite de ces révolutions. Mais de plus en plus autoritaire et n'a pas encore le rétablissement de son potentiel économique de la Russie ne peut pas offrir les anciennes républiques soviétiques n'est rien d'autre
174

que la fourniture de matières premières et d'armes. Cela est important, mais cela ne suffit pas de les garder dans son orbite d'influence. Cette retenue doit être culturel, la supériorité technologique de la Russie, non seulement sur le prétendu pays par satellite, mais aussi sur les pays de la vieille Europe, les États-Unis, le Japon, la possibilité d'exporter plus sophistiqués que ceux des concurrents, la technologie, réaliser des investissements. Bien que ce rôle est très difficile. Tout d'abord, rappelez-vous connus: la culture russe dans son application, la technologie, ne dépasse pas la capacité technologique des pays appartenant à la civilisation occidentale. Dans le long historique Rétrospectivement, nous n'allons pas à l'égalité, mais le rattrapage de son cours réel et virtuel homologues. Néanmoins, les dirigeants politiques des pays tente de se qualifier pour la restauration du statut de superpuissance soviétique. Expérience dans les Etats-Unis, la seule superpuissance du monde d'aujourd'hui, montre que, pour être super bien. Ce statut de l'armée et de l'incarnation politique, il est possible de convertir dans l'économie, notamment pour soutenir le dollar comme monnaie de réserve mondiale, obtenir par le biais de ce rôle sverhdeshevy crédit, le financement externe de l'économie américaine. Mais il est vases communicants, l'armée américaine et le pouvoir politique est essentiellement dérivée de la puissance économique américaine. Les dirigeants russes actuels pour une raison quelconque, pense que l'on peut prétendre être une superpuissance, en concurrence avec les États-Unis pour l'influence et le contrôle de territoires et ressources, n'ayant pas comparables avec l'économie, comparable du budget de l'État en tant que base pour le financement de l'armée et le complexe militaro-industriel, des ressources comparables dans de nombreux pure militaire. Dans ces circonstances, l'imagination (demande?) Sur le rôle d'un super look assez étrange, même si, dans ce cas est facile à trouver et d'autres, plus puissants épithètes. Mais, apparemment, cette politique est fondée sur des motifs émotionnels, alors que ce qui a priori ne le font pas, mais en même temps, il est à faire, il devient possible. Vous pouvez, bien sûr, pas dans la vie réelle, et non pas
175

d'une manière rationnelle, mais seulement dans le domaine virtuel, le champ des utopies et des illusions. Il est agréable, peut-être, un voeu pieux, le rêve impérial comme rêvé par lui, après la mort de l'Empire romain d'Occident, à l'ouest, puis à l'est de l'Europe, mais pas conforme à la réalité des fantasmes. Mais le plus important est le coût de ces expériences que pour la société dans son ensemble et pour chaque citoyen individuellement, et la valeur de ces coûts - zashkalivayusche élevé. Parlant de la durée maximale de destruction de ces coûts, nous constatons que beaucoup plus d'être un résident de la vie n'est pas très grande nation européenne et ambitieuse que la chair à canon du virtuel kvaziimperii. Pour paraphraser la célèbre expression de Bismarck, par exemple, que pas de canons au lieu de l'huile, mais avec la précision de l'autre sens: - l'hédonisme au lieu de militarisme. Nous sommes entièrement d'accord avec le vieux slogan de l'Europe et l'Amérique du Nord hippie: Nous avons besoin de l'amour, pas la guerre, estimant que les Russes ont besoin de calme joies de la consommation - au lieu de la rhétorique impériale et cultivé un esprit de service et de sacrifice au nom de l'empire, un privé, et non pas nationalisé neoimperskim flasque leadership vie. La deuxième tendance dans la politique russe contemporaine, à première vue, à l'opposé de la première, mais en réalité, ils sont très complémentaires et simbiotichny - la crainte de ennemis internes et externes, konspirologichesky vision du monde. Quand l'élite politique du pays, commence à sérieusement compter sur le rétablissement d'une superpuissance et de l'empire, qui, comme nous l'avons remarqué une assez vive concurrence / lutte pour une place sous le soleil, et les candidats ne sont pas pour vous-même, vivre de façon consciente et inconsciente peurs, complexes, phobies. Pleine floraison konspirologiya partout mereschatsya étranger, hostile et puissantes forces qui détruisent les donateurs émergents dans l'inflammation de l'imagination super, quoi d'autre - un libéral, pas libéral, mais l'empire. Ici et à l'étranger de fondations caritatives, de charge, comme la Fondation Soros, un étranger et hostile, traditions socio-culturelles de l'empire esprit de
176

l'individualisme et le consumérisme. Nous entendons les cris des fonctionnaires et le pouvoir, ultrapatriotov contenu, juste ironiziruya et simplifié, peut être résumée comme suit: Voici, soutenu par G. Soros dans le 90-années d'épaisseur revues littéraires, l'édition et des bibliothèques - ce qui introduit à notre très bonne santé et plein d'amour les fonctionnaires en général, et des représentants des forces de l'ordre et le clergé de l'Eglise orthodoxe en particulier, la communauté, l'esprit de l'ouest de vie individualiste, les droits de l'homme étranger à l'esprit les valeurs de la Russie. Intrigues de l'ennemi étranger, des troubles de sens de patriotisme impérial, pas aidé, mais entravé la préparation de la nouvelle Susanin Soros, Matrosova, Gastello, Maresevyh. Les nouvelles autorités russes ont, au cours des dernières années à évoluer dans le sens de l'autoritarisme neoimperskosti et la réalisation de leur nouvelle / ancienne des intérêts et des valeurs. Nous savons que, dans ce système de coordonnées de la valeur de la vie humaine est tout à fait classique, mais la valeur de l'autoritarisme et neoimperskogo Etat - sans conditions. Cette puissance et un tel état pendant des siècles, était au service et de sacrifice simple russe / soviétique, l'homme, ses souffrances, des actes et strastoterpii, il a payé pour les visions de leurs patrons et les amateurs dans le formulaire et en civil, sur la gloire militaire et la puissance impériale. En outre, beaucoup soutenu les fonds de la Russie et de l'intelligentsia libérale, et d'elle, comme nous le savons tout vrai patriote / État - tout mal, et est-il - la cinquième colonne de la souillure, confortable demeure dans une situation de crise permanente, le système de monde occidental. Oui, et pas une, il, la non-russe de fonds, les fonds et fondiki - et en tout, si pas des ennemis, les ennemis acolyte, le peuple, l'eau pour leur effuse moulin. Par conséquent, de conserver et de ne pas Pushcha, vérifiez avec l'aide des autorités fiscales, la pression sur les propriétaires de leur fournir l'espace pour obtenir dans les temps, des dizaines de fois pour augmenter le loyer, mais ne vous aide pas, vous pouvez déconnecter du gaz dispose de sa propre main seigneur.

177

Dans le cadre de la politique d'autant plus tangible podmorazhivaniya Russie, sous l'autorité directe ou indirecte de l'État contrôle les chaînes de télévision et autres médias, dont pressé les plus talentueux et de ne pas concéder le pouvoir de manipulation des professionnels. Chaînes de télévision nationales trottoir, mais l'apprivoisement de la puissance est déjà faible, créant ainsi de nouvelles voies pour fournir une couverture pour ses activités de plaidoyer et d'éducation de l'ancien / nouveau l'homme, consacrée non seulement par la puissance de la peur, mais aussi pour la conscience. C'est l'éternel sens de l'impérial de construction, d'entretien et de maintien du corps physique de l'Empire devrait, en задумке neoimperskih des idéologues, un complexe militaropatriotique et orthodoxe patriotique chaînes. Mais peu importe comment izoschryayutsya apologistes de l'impérialisme et de Derzhavnaya, pour plus de un remake sur uvarovskoy triade Orthodoxie, autocratie et de la nationalité, l'ensemble de leur créativité ne suffit pas. Dans la défense de la conscience, qui, à en juger par l'abondance de preuves directes et indirectes, de plus en plus la bureaucratie prend le plus élevé, il semble logique d'examiner la mise en réseau et de pouvoir verticaux dans la mesure du possible, y compris dans des domaines clés tels que la politique et l'économie. À cet égard, nous constatons que le refus des élus gouverneurs et présidents des républiques nationales, en dépit de leur très archaïques, impérial, peut encore servir de manière plus ou moins graves de discussion, mais le refus des dirigeants élus de villes auto-gouvernement (municipalités) qui jette le pays en Dark Age européenne au Moyen-Age. En d'autres termes, le pouvoir est de plus en plus concentré dans les mains d'une bureaucratie de plus en plus importante, le pouvoir de la bureaucratie, ne concerne pas tant le public, combien d'auto-intérêts. La deuxième ligne verticale du pouvoir est organisé (disposés) dans les principaux secteurs privé, public et para-entreprises. Pour pouvoir, il est important de contrôler l'ensemble des flux de trésorerie, de refuser le financement d'une éventuelle opposition, de prévention couper le financement de toute alternative sociale, politique, économique des projets. Mais si la société ne sont pas traités
178

avec ce type de projets, si le contrôle de l'information est devenue une approche globale, si le pouvoir est de plus en plus dépendante des ressources administratives - le risque de décisions de gestion augmentent de commandes. Dans le domaine économique, dans de tels catastrophique dans ses conséquences pour le pays leader des solutions affaire Yukos. Ici, nous comptons sur volyuntaristichesky approche les autorités et la société à une forme quelconque de propriété, à la fois public et privé. Dans les réalités de la vie russe de la propriété - ce n'est pas une institution juridiquement protégé, mais seulement une expression neblizosti la situation ou la proximité au pouvoir, par le biais de ses différents groupes et leurs représentants. Une fois les changements de la situation politique commence dès la rotation massive des élites politiques, presque immédiatement, il semble que le propriétaire est le propriétaire de propriété est subordonné nominal, il a pratiquement pas de fonctionnement légal (légaux), des mécanismes pour maintenir la propriété. Dans les réalités d'aujourd'hui de la Russie, les propriétaires peuvent, peutêtre, à essayer une fois d'accord avec l'ordinaire / extraordinaire pouvoir pour apporter de nouvelles dons, à prendre en permanence le financement d'une sociopolitique ou de projet sportif ... En fin de compte, se dégage une grande et, bien sûr, que tous les types de maximiser la prospérité de la Russie, le doublement du PIB et ainsi de suite. Photo - tous les quatre à huit ans de (prévu!) la redistribution des biens. Déjà aujourd'hui, nous pouvons supposer que le gouvernement formé à l'avenir des libéraux (uni?) L'opposition peut aller au processus de restitution, le retour Yuganskneftegaz et d'autres actifs de Yukos exclus, et / ou de ses actionnaires actuels, même si la société sera liquidée à la date de cette. Certains, quoique grossière analogie, mai il être une situation à une vente aux enchères pour l'ukrainien Krivozhstali. En outre, tout le russe ou les entreprises étrangères qui souhaitent participer à la propriété commune, la société pétrolière, a une chance non seulement de perdre la propriété, mais en raison de ses fonds pour couvrir les coûts des biens et le dommage moral causé par les actionnaires actuels de Ioukos.
179

Aujourd'hui, il est très facile et très naturel de supposer que, lors de la prochaine histoire caractéristique du bassin qui sépare le passé de l'avenir, peut être fort audition sur la révision de l'affaire Ioukos, comme il l'est aujourd'hui dans un bassin hydrographique, était l'arrestation de M. Khodorkovski et la défaite de la meilleure compagnie pétrolière en Russie. Telle est la logique de l'histoire ironique. La question de savoir si ou de ne pas détruire le nouveau poste de l'Etat russe, au nom de l'illusion dans le court / moyen terme, objectif historique - la capture et la conservation dans les mains d'une compagnie pétrolière efficace - est au moins ouvert. Notez que l'affaire Yukos génétiquement remonte à la tradition historique de Russie, qui pendant des siècles, le pays a été aussi ciblés et planifiés (époque IV Grozny, Vladimir Lenin, de Staline) et spontanée (la combustion de la propriété et le meurtre d'agriculteurs-otrubnikov en année stolypinskih réformes) négatifs sélection personnelle. Dans le processus, la sélection des puissants, indépendants, coût-efficacité des couches sociales ou de rejet / détruits physiquement ou à renforcer leur capacité de travail et l'intelligence de l'étranger. En effet, fort difficile à gérer, ils sont plus indépendants, et qui ont conduit à leur enlèvement périodique non seulement économique mais aussi de la vie, qui parfois pratiqué autoritaire / totalitaire gouvernement russe. En conséquence, malgré quelques interruptions, pendant des siècles, une telle politique forte et efficace, quel que soit le soutien social de l'État, a relativement peu, tandis que les faibles, compter sur ce soutien - est relativement élevé. Mais les gens sans une forte économiquement, politiquement et socialement la Russie de ne pas survivre, car elles créent de la richesse, de créer et de mettre en œuvre réussie des projets d'entreprise. Libéral de réforme 90-s du XX siècle, sont l'exception à cette règle, la destruction de la ferme, ils ont pu se développer librement, la création d'une entreprise, afin d'atteindre non seulement économique mais aussi la réussite sociale.

180

Aujourd'hui, il est évident qu'il doit être noté que le problème de la révolution démocratique-bourgeoise, en août 1991 n'ont pas été entièrement résolus. Tout d'abord, le pouvoir n'est pas passé dans les mains de la bourgeoisie pour la banale raison que, au début des réformes en Russie elle-même près de небыло. Aujourd'hui, la bourgeoisie dans le pays est, enfin, il arrive à maturité à la prise de conscience du simple fait que l'entretien, la préservation et le développement des entreprises doit être engagée dans la politique, de financer ces forces politiques qui sont capables d'exprimer et de défendre les intérêts économiques et politiques des plus éduqués, les jeunes et dynamiques la société, parce qu'ils coïncident en grande partie à ses propres intérêts. À l'amère expérience au cours des quatre dernières années, non seulement la Russie de capital, mais aussi une partie importante de la société, assurez-vous que le pouvoir ne doit pas être jeté sur la route, il peut aller chercher des gens qui ne partagent pas les valeurs démocratiques, de croire que la société en général et les entreprises en particulier, devraient jouer un rôle de subalterne par rapport à la bureaucratie. Dans ce système de valeurs d'une place d'affaires uniquement pour servir, le pouvoir transmettre à sa posture tordu et sacramentelle phrase Que daigne?. Daignent prendre en charge les affaires gratuit, envoyer une nouvelle Russie capitaliste, pour une bière, mis en prison? La relation de gouvernement russe contemporaine et ses contractants, y compris les entreprises, surtout dans le genre des scènes du film Kin-Dza-Dza - tous les patsakam (dans les réalités d'aujourd'hui les hommes d'affaires. - SG) museler l'usure, et de sourire souriant . Comme nous le rappeler, ces innovations ont pris fin pour le pouvoir chatlan sur une planète lointaine de la Terre est tout à fait mauvais. Il convient de noter ici, et un autre facteur important - sous condition de propriété en Russie, de l'examen de propriétaire de même que l'état manager (spectateur), on entend l'absence de matériel, la propriété de base de la liberté humaine en général. Dans une telle situation, les droits de l'homme sont les classiques comme le droit à la propriété, il est absolument lié choses.

181

L'histoire russe, semble-t-montre l'inversion de la caractéristique des pays du processus socio-politiques, où les pôles du bien et du mal dans les esprits et l'esprit des élites, aussi bien, et de leurs propres élites, beaucoup ont changé - le fait que, hier, est la bienvenue, le culte et la protection de la alors considéré comme une manifestation du mal absolu. Aujourd'hui, les autorités ne pense qu'il est presque toujours que la situation était contrôlée et de la société à la planification et noncourantes de manipulation de sa part. Demain n'est pas déterminée par une simple extrapolation des caractéristiques actuelles de la journée à l'avenir. Aujourd'hui, les autorités russes ont réussi à résoudre tout un défi - une ligne avec la gauche et la partie droite du spectre politique russe. Rouge Jeunesse Vanguard, NBP (limonovtsy), structures de jeunesse Apple et de l'ATP, pour ne pas aller dans le même ordre et ne sont pas intégrés dans le cadre de la direction générale, de l'ensemble des оппонированием dure assez de puissance, et la dominatrice adversaire déterminé à ne pas seulement institutionnel, mais aussi sur niveau personnel. Sacramentelle, à la question de la politique russe - contre laquelle nous allons être amis? - A cessé d'être un problème, mais il est devenu évident et déjà répondre un peu banal. C'est autour de cette compréhension commune des problèmes, la prise de conscience de la nécessité de revenir à la zone de bon sens et il est encore complètement virtuel, mais dans ses conséquences éventuelles est une association effective. Aujourd'hui, les autorités russes de soutenir les nombreuses rock centre, politiquement neutre habitants. Mais le problème fondamental de la construction sur cette partie de la société est la suivante. Ce soutien est bien stable et prévisible en situation socio-politique, mais son aggravation d'une personne ordinaire est peu probable pour protéger le pouvoir de défendre son peuple avec certains principes politiques, en août 1991 à la Maison Blanche et en Octobre 1993 à Mossovet. Au cours de ces années a permis de vivre et un optimisme prudent quant à l'avenir, un sentiment que la puissance de sa propre, en ce qui concerne l'expérience et de nombreux internes engagement - ce pouvoir peut et doit de protéger et de défendre. Un étonnant sens de la social mentale de proximité au pouvoir, c'est la première
182

fois dans la vie et finalement disparu lors d'une nouvelle idéologie et les tendances politico-économique au début du nouveau siècle. Nous pensons que, dans le court / moyen terme, une perspective historique, en raison principalement de la forte baisse possible de la valeur des exportations russes de produits de commodité, il est probable que le pouvoir sera le visage de masses perturbées, l'une sur l'un avec les gens. Notez que le groupe de soutien, quelle que soit leur nombre serait financé mai et aujourd'hui, il est peu probable que ce soit sera aussi activement impliquée dans une éventuelle confrontation. En outre, le rôle des forces de sécurité en temps de crise nationale plutôt ambivalente, car il montre l'expérience historique acquise à Téhéran en 1978, à Bucarest et dans d'autres capitales des États d'Europe orientale à la fin des années 80-s du siècle dernier. Ce n'est pas vu de raison d'exclure la Russie de cette série de manuels. Il est banal, mais l'armée et les structures de forces d'opérations spéciales du personnel des gens, mais dans la Russie post-soviétique n'est pas une aristocratie héréditaire militaire avec ses intérêts politiques claires, comme dans la Turquie moderne. En facile de trouver des histoires et des illustrations qui caractérisent la spécificité des différentes forces politiques en temps de crises politiques. Centristes, la réussite l'homme dans la rue, rester à la maison jusqu'à la dernière mesure du possible, puis de devenir comme des victimes passives de la vérification et la Gestapo, ainsi que des complices actifs dans la répression. Mais dans la crise, les points tournants de l'histoire, crée un véritable minorité de gens, la réserve d'énergie est suffisante pour un changement radical. Ce fut le cas en Russie, en Février et Octobre 1917, la première, en août 1991. Lorsque l'agrément pour une situation politique unir les gens de gauche et de droite de vues, qui est, presque tous disponibles dans les politiques publiques les amateurs / passionarii, avec des degrés variables de soutien de l'électorat de masse - la gamme de variabilité de la crise de façon spectaculaire le potentiel de développement diminue. Dans le cadre de notre socio-culturel et historique de rompre la tradition pour ne pas construire, le processus de démantèlement, la déconstruction de
183

l'ancien ordre politico-économique, l'éclaircie, la rotation rapide de l'élite de la Russie a toujours été beaucoup plus de succès et a été accompagnée d'une beaucoup plus enthousiaste au sujet de la masse que le processus de création. Aujourd'hui, vous n'avez pas besoin d'être prophète pour prédire la prochaine occasion de notre histoire, de la déconstruction, la surcharge de la charge d'une accumulation de l'absurdité du système et odieux, mais d'une nouvelle configuration socio-politique va remplacer l'ancien - il n'est pas évident à court / moyen terme une perspective historique possible la mise en œuvre de la fois positives et négatives du développement social. Toutefois, dans le cas samotransformatsii système démocratique, le rétablissement des libertés civiles, de la transition de jouer avec les à somme nulle, où le vainqueur reçoit tout, et battu tous les perd, de trouver un compromis - la nécessité et la probabilité d'une telle restructuration réduits de façon spectaculaire. Nous pensons que les systèmes de samotransformatsiya, évolution, la solution, plutôt que l'accumulation des problèmes beaucoup mieux et préférable à un soulèvement révolutionnaire. Pendant ce temps, l'autoritarisme de plus en plus dans la gouvernance du pays empêche la plénitude de la vie samoosuschestvleniya individu, la vie des générations. La vie humaine n'est pas infinie, nous n'avons pas de temps à autre perezhidanie impasse sur l'attente de la date et le lieu вывезет Russie peut-être. La capacité à réaliser l'auto-réalisation complète exige de chacun de nous dans le beau jour -, il est nécessaire aujourd'hui, maintenant. L'avenir commence aujourd'hui, il est temps de choisir, près de la fourche entre impériale / ideokraticheskim passé, alimente encore officialism et employés de bureau et de patriotisme de cette inopportune et bourgeois, sytym, mais dynamique negeroicheskim avenir européen.

Littérature

184

1. Geller, M. Et de la machine vis. L'histoire de la formation de l'homme soviétique. Moscou: MIK, 1994. 2. Bonner, W. Uigtin E. Jugement Day of American Finance: légère dépression du XXI siècle. / William Bonner, Addison Uigtin; voie. Angleterre. BS Pinsker, Ed. Yuri Kuznetsov. Chelyabinsk: Socium, 2005. 402 pp. 3. Chernyaev NI Mysticisme, poésie, et les idéaux de l'autocratie russe / Introduction. Art. MB Smolina. Moscou: Moscou, 1998. 4. Аlyakrinskaya, N. Né pressés / / Kommersant. № 01-02 (1269), 14-20 Janvier 2005. S. 12. 5. Braudel Le temps de la paix. Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XV-XVIII siècles. / Per. de fr. L. Kubbelya; Introduction. Art. YN AFANASIEVA. T. 3. Moscow: Progress, 1992. 6. Fromm, E. Escape from liberté / / dogme du Christ / Per. avec elle. G. ÉGOUTS statut. et auth. avant-propos. P. Gurevich. Moscou: Olimp, AST-LTD, 1998. 7. Starikov, EN. Caserne de la Communauté des pharaons à nos jours. Novosibirsk: Siberian chronographe, 1996. 8. Khodorkovsky, MB La propriété et la liberté / / Vedomosti. Numéro 239 (1279). 8 décembre. 2004. SA 4. 9. Koch, A. L'Etat vend / / privatisation en Russie. M.: Vagrius, 1999. 10. Bukovsky, V. Moscou processus. Moscou: MIK; Paris: la pensée russe, 1996.

II. Commis de la politique de blocage de la modernisation de Est quelqu'un orthodoxe, a déclaré: Maintenant, je - le principal. Je suis dans l'amour et la nostalgie Firebird pour l'État. Igor venir profiter Yaroslavna annulée. Donnez-moi la croix, plutôt que - face à l'impact. Pire dommages et à la sortie - les pensées de l'Ouest zymosis.
185

Sing, accordéon, saxophone silence - ischade jazz . Processus de modernisation en tant que composante essentielle du processus de sécularisation, notamment, avoir la liberté de la personne, en particulier dans la vie quotidienne, la réalisation de projets de vie, sans pour autant entraver les activités sociales ont besoin de leurs actions à mettre en corrélation avec le monde du surnaturel, sur la base de son potentiel d'approbation ou condamnation. L'âge du Modernisme de postuler que la définition de la vérité et la fausseté des événements afin de vérifier les faits, à confirmer ou infirmer empiriquement. Dans le cadre de la civilisation occidentale moderne est considérée comme un idéal individualiste de l'existence humaine, qui cherche à rivaliser avec Dieu, le Créateur, qui est attitude prudente en moins de séculariser les régions. Dans le monde non-humain est une modernisation concis et hypertrophie de la civilisation occidentale. Les processus de sécularisation de la société et la culture, mais avec des retards à l'égard de l'Europe a eu lieu en Russie, leur inhibition est due en grande partie aux particularités de la Russie, les traditions sociales et culturelles. En dopetrovskoy orthodoxie russe est l'idéologie d'Etat, de la culture et la société organisée. Les changements spectaculaires dans le Peter I n'ont pas abouti à une profonde réforme de l'Eglise, même si à la suite de la politique de modernisation monarque défenseurs de la dernière Rus, c'est-à-dire la vieille fiction de la supériorité nationale et bogoizbrannosti de Moscou, considéré comme nocif des éléments de l'opposition et a vécu dans la crainte de représailles. Cela est d'autant réforme culturelle . Dans le cadre de l'orthodoxie est perçue l'indifférence à l'idée de progrès social, le développement est considéré comme plus probable l'interprétation de la tradition religieuse, sont plus à l'spirituelle, théologique. L'orthodoxie est, apparemment, la plus authentique forme de christianisme, dans son sens original, est loin d'être les objectifs de la laïcité des améliorations. Il est difficile, et continue d'entraver l'adaptation socio-culturelle de l'Eglise orthodoxe russe. Renouvellement de l'opinion publique, vnutritserkovnogo dialogue en Russie au début du XX siècle
186

pour des raisons connues, pas entraîné dans le mouvement de réforme religieuse, une plus grande adaptation de l'Église orthodoxe à la rapidité des processus de dynamiques sociales et culturelles. Plutôt, il a été une sorte de parodie de la Réforme, qui peut être considéré comme le mouvement obnovlentsev. Ni XIX, soit au début du XX siècle, ni, plus encore aujourd'hui, l'Eglise orthodoxe en Russie ne peut pas générer de l'idéologie d'intégration nationale. Aujourd'hui, cela est défini comme l'incapacité du monde laïc européen, et une longue période de culture de l'athéisme dans le cadre de l'idéologie de l'État. Le principal obstacle à l'utilisation instrumentale de la dérivée de l'idéologie orthodoxe sur la faible capacité d'adaptation de l'Eglise orthodoxe russe, incapable de réagir rapidement à l'évolution des conditions dans lesquelles vit la société. Position, qui est vivant dans les milieux église aujourd'hui, est le mieux exprimé plus d'une centaine d'années, dans le roman de Dostoïevski démons. Ivan Shatov dit, se référant à Stavroginu: L'objectif de tout mouvement populaire, dans chaque nation et de chaque période de son existence, vient tout juste de la recherche de Dieu, le Dieu de ses propres impératifs, et la foi en lui comme le seul vrai ... Le plus grand nombre de personnes, de sorte en particulier, son Dieu. N'a jamais été un peuple sans religion, c'est-à-dire sans la notion du bien et du mal. Est-ce que tous les gens de sa propre conception du bien et du mal et de leur propre bien et du mal . Il semble clairement motif nier l'universalité du christianisme, mettant l'accent sur ses activités opérationnelles, etnointegriruyuschih possibilités. En Russie, le processus de sécularisation est le plus évident au cours de la période soviétique, de notre histoire, lorsque dehristianizatsiya, demusulmanizatsiya, etc deiudaizatsiya barbares ont eu lieu dans les formes, se reporter à l'époque des persécutions des premiers chrétiens. L'empire russe est à la base de la civilisation orthodoxe, mais comme le résultat de décennies de gouvernement soviétique athée et laïque période post-soviétique, la société russe est devenue de plus en plus indifférents envers la religion, y compris les orthodoxes.

187

Les Russes, en effet, les citoyens des autres régions à prédominance chrétienne, n'ont plus besoin de sanction pour les affaires religieuses, ainsi, et pour les activités dans d'autres sphères de la vie humaine. Néanmoins, en dépit de la tectonique et de changement fondamental de sécularisation efforts pour relancer la légende et histoire de tourner le dos, dans le Moyen-Age. Dans la tradition de l'Église en croissance active, critique de la civilisation comme le triomphe de la modernisation financière début de l'aventure spirituelle, non seulement dans le domaine de l'orthodoxie. Pope John Paul II au moment de la communication avec les jeunes en Ukraine a fait observer que vous ne pouvez pas passer du régime communiste à la consommation captive la captivité, qui est une forme de matérialisme, qui, bien que les mots ne nie pas Dieu, mais lui nie les faits, à l'exclusion de vie . Il a été, à juste titre, que l'exclusion du divin de la vie quotidienne et de la localisation en continue avec des idées plus ou moins de succès sur au moins trois ou quatre siècles, cette exception est l'une des principales tendances en Europe de cette période. Tout au long de cette période, l'accélération de l'histoire et les dynamiques socio-culturelles, méconnaissable monde est en mutation, obligeant la personne et toute organisation à évoluer, à s'adapter à l'esprit de l'époque. Cette adaptation est ce qui se passe dans la région, a occupé l'Eglise orthodoxe, est en elle-même. Le problème est que ces changements ne correspondent pas à la rapidité des transformations socio-culturelles et tente de s'adapter à la rapide accélération des processus dynamiques sont réunies à l'église, des cercles, le plus souvent de reproduire les éléments archaïques de la situation sociale et les traditions culturelles, comme des malentendus et des formes extrêmes de la résistance, au moins rappeler le sort du. A. Je le suis. Selon Yuri Afanasyev, l'Eglise orthodoxe russe, il n'est pas prêt pour la transformation, en face du monde moderne. D'où la réaction à la névrose défis exprimées dans l'isolationnisme, de xénophobie, d'intolérance extrême, un effort pour restaurer la symphonie avec les autorités . Tous les cols, avec le temps et cela passera, mais aura lieu demain ou après-demain, et maintenant utiliser les
188

orthodoxes, aussi bien, et d'autres partenaires traditionnels et non traditionnels, la religion comme la base de l'idéologie nationale ne peut pas l'être. La question que nous voulons construire: une entreprise de haute technologie et, par conséquent, sur la Russie du nouveau siècle, rationaliste, ou appeler l'image du passé médiéval de la Russie. Combinez les deux façons à l'échec, il mezheumochny, ambivalente dans la prochaine appendice histoires, et le désir de l'existence simultanée de différentes modalités soulève Association of Psychiatry. Dans la nouvelle-ethnique, multiculturelle de la société russe est très dangereux de jouer sur les sentiments ethno-national, a tenté de poursuivre une politique de ségrégation ethnique et religieuse pour rien d'autre que la dissolution d'un Etat de ne pas conduire mai. L'utilisation opérationnelle de l'Orthodoxie comme religion d'État d'au moins pour but de ralentir comme le meilleur - la modernisation des processus de verrouillage. Russie hétérogènes civilisation, la société polikonfessionalno, il ya un pourcentage élevé des ressources naturelles et conscients des athées, beaucoup de multiculturalisme. À cet égard, l'auteur tente de soulever de graves préoccupations dans les programmes scolaires sur les fondements de la culture orthodoxe, qui est une sorte de remake de pré-révolutionnaire pour l'étude des fondements de la chrétienté orthodoxe: Act of God. L'inclusion de ce cours de formation à la norme uniforme de l'État de l'éducation peuvent provoquer une division de jeunes Russes à nous pas nous, le regain de l'identité religieuse et ethnique. Cette mai remettre en question non seulement le succès du processus de modernisation, mais aussi l'existence même de l'Etat russe. Dans le même temps, l'auteur, devraient être inclus dans le programme de l'école secondaire bien sûr, sur la base de la religion, ce qui permettrait aux jeunes de prendre leurs repères dans une variété de religions mondiales et locales, les différentes religions. Et en tout état de cause, ce cours devrait enseigner aux laïcs, et non pas des membres du clergé. La tolérance et de la préservation de la liberté de choix personnel, y compris la capacité à ne pas choisir n'importe quoi, être athée
189

naturel, de préserver le droit d'obtenir des connaissances à la suite de procédures d'analyse progressive, et non pas de synthèse, a priori sans aucun doute le don de la foi. En fait, nous parlons de la préservation d'une division traditionnelle: Dieu - les dieux, César - César. Dans la nouvelle fois en Europe, la science et l'éducation ont trait à la sphère de César et exceptions ne font que confirmer la règle. Au début du XXI e siècle pour tenter de pousser la société à l'époque médiévale - ce qui pourrait être plus que suffisant et loin de la Russie, les tâches de modernisation? Il nous semble très douteux que le bureau consciemment poursuivi une politique pourrait aider à relever les défis de la modernisation, il ne peut accélérer le processus de désintégration du pays. Processus de modernisation en tant que composante essentielle du processus de sécularisation, notamment, avoir la liberté de la personne, en particulier dans la vie quotidienne, la réalisation de projets de vie, sans pour autant entraver les activités sociales ont besoin de leurs actions à mettre en corrélation avec le monde du surnaturel, sur la base de son potentiel d'approbation ou condamnation. L'âge du Modernisme de postuler que la définition de la vérité et la fausseté des événements afin de vérifier les faits, à confirmer ou infirmer empiriquement. Dans le cadre de la civilisation occidentale moderne est considérée comme un idéal individualiste de l'existence humaine, qui cherche à rivaliser avec Dieu, le Créateur, qui est attitude prudente en moins de séculariser les régions. Dans le monde non-humain est une modernisation concis et hypertrophie de la civilisation occidentale. Les processus de sécularisation de la société et la culture, mais avec des retards à l'égard de l'Europe a eu lieu en Russie, leur inhibition est due en grande partie aux particularités de la Russie, les traditions sociales et culturelles. En dopetrovskoy orthodoxie russe est l'idéologie d'Etat, de la culture et la société organisée. Les changements spectaculaires dans le Peter I n'ont pas abouti à une profonde réforme de l'Eglise, même si à la suite de la politique de modernisation monarque défenseurs de la dernière Rus, c'est-à-dire la vieille fiction de la supériorité nationale et bogoizbrannosti de Moscou, considéré comme nocif des

190

éléments de l'opposition et a vécu dans la crainte de représailles. Cela est d'autant réforme culturelle . Dans le cadre de l'orthodoxie est perçue l'indifférence à l'idée de progrès social, le développement est considéré comme plus probable l'interprétation de la tradition religieuse, sont plus à l'spirituelle, théologique. L'orthodoxie est, apparemment, la plus authentique forme de christianisme, dans son sens original, est loin d'être les objectifs de la laïcité des améliorations. Il est difficile, et continue d'entraver l'adaptation socio-culturelle de l'Eglise orthodoxe russe. Renouvellement de l'opinion publique, vnutritserkovnogo dialogue en Russie au début du XX siècle pour des raisons connues, pas entraîné dans le mouvement de réforme religieuse, une plus grande adaptation de l'Église orthodoxe à la rapidité des processus de dynamiques sociales et culturelles. Plutôt, il a été une sorte de parodie de la Réforme, qui peut être considéré comme le mouvement obnovlentsev. Ni XIX, soit au début du XX siècle, ni, plus encore aujourd'hui, l'Eglise orthodoxe en Russie ne peut pas générer de l'idéologie d'intégration nationale. Aujourd'hui, cela est défini comme l'incapacité du monde laïc européen, et une longue période de culture de l'athéisme dans le cadre de l'idéologie de l'État. Le principal obstacle à l'utilisation instrumentale de la dérivée de l'idéologie orthodoxe sur la faible capacité d'adaptation de l'Eglise orthodoxe russe, incapable de réagir rapidement à l'évolution des conditions dans lesquelles vit la société. Ces dernières années, la force, ne sont pas encore libérés de la tradition historique, pousser l'Europe dans un nouveau Moyen-Age, et la Russie n'est pas exclu du processus. Notre classe politique, avec la facilité tricentenaire jette les tentatives de faire partie de la civilisation européenne. Il ya quelques temps, ont éclaté guerre des caricatures dans le monde musulman s'est propagé à la Russie innocents шаржами dans plusieurs journaux régionaux - et les journaux ont été soumis à la répression, jusqu'à la fermeture. La liberté n'est pas de pouvoir sur le terrain d'aucune valeur, c'est quelque chose d'éphémère, quelque chose qui ne peut pas être touché par les mains, utiliser
191

immédiatement utilitaire. Liberty est tombé du ciel sur eux en 1991, ils n'étaient pas à remuer le petit doigt pour son approche, et il est aussi facilement et en toute sécurité de choisir la liberté, de ne pas même savoir ce qu'ils font. En réponse, peut-être, vous pouvez entendre que la sacramentelle quoi? Le journal, à leur avis, doit écrire sur l'évolution de l'utilité des paiements, la déclaration suivante, le maire, des bosses sur la route, par négligence ou Radivoje plombier ... Vous n'avez pas besoin umstvovat de tous les maux de punditry choses sérieuses est permis de penser seulement à la pointe de la société sont marginalisés, alors que d'autres doivent réfléchir sur le pain quotidien, et de penser à tous - et pas Kholopov cette affaire. Nous avons vu donne quinze pousses flirtant avec les autorités et la société religieuse des idéologies et des institutions, la construction massive de bâtiments religieux, à prendre place à la partie des idoles dans notre pays. Semé les dents du Dragon, et nous voyons les premiers tournages. Et ces pousses - la tolérance, la volonté de redessiner le monde à leur image et ressemblance. Il ya plusieurs années, la majorité de la société russe à accepter pogrom Art Exposition Attention, Religion, lorsque la procédure pénale a été engagée sur ses organisateurs, mais sur pogromschikov rapidement fermé. Directeur du Musée et Centre public. Andrei Sakharov Yuri Samodurov ensuite remarqué article dans le journal Nouvelles de Moscou: Dans l'acte d'accusation et, dans le cas, je n'ai pas trouvé toutes les références à toute loi ou réglementation de l'interdiction de la visualisation des parois de la laïcité des institutions culturelles d'œuvres d'art, qui les symboles religieux sont présentés dans un contexte différent . Puis ce fut une autre étape de l'État dans lequel les croyants sont dans une position privilégiée par rapport à des personnes laïques, mais la religion est une priorité en matière de culture laïque. Aujourd'hui, la situation dans le domaine de la liberté de conscience, continuent de se détériorer. Quand une société de silence et d'ingestion de la fermeture de la défense de la liberté de parole des journaux russes, il est devenu clair que nous attendons pour demain. Depuis le scandale des caricatures desekulyarizatsii nouvelles tendances dans la société, non seulement préservée,
192

mais également augmenté. Aujourd'hui promis demain a été - en Russie pour défendre la théorie de Darwin sur l'origine et l'évolution des espèces et la possibilité d'enseigner dans le système éducatif, car il rejette la théorie de l'origine divine de l'homme, ce qui est inacceptable pour les représentants de diverses religions. Dans une société de plus en plus régissent la peur, et les règles de côté politique mai exiger le port du voile ou du foulard pour les femmes, de coupe et / ou de la barbe pour les hommes. Aujourd'hui, de plus en plus distinctement entendu des voix de moderne pochvennikov nier l'universel essence du christianisme, qui n'a pas les Hellènes, ni Juifs, où tous sémantique déplacé l'accent de souligner bogoizbrannosti, quel que soit l'identité contrairement à la Russie et de l'homme soi-même. Ce faisant, le christianisme lui-même est considéré comme un simple outil pour la consolidation et la mobilisation de la population d'origine russe, un marqueur qui peut clairement diviser l'humanité en nous et eux, et nous ne sommes pas notre juste et pécheur. L'idée d'une telle privatisation du christianisme et de l'utiliser pour ces besoins spécifiques ne sont pas nouveaux, ce qui a été dans l'histoire russe, avec une centaine, beaucoup moins de deux cents, trois cents, il ya cinq cents ans, ces plans de manière plus ou moins le degré de chevauchement avec la réalité dans lequel le pays a vécu. Mais aujourd'hui, nous vivons dans un fondamentalement différentes réalités culturelles et sociales, après la longue période soviétique, de notre histoire, lorsque le processus dehristianizatsii tenue dans les formes de barbarie, se reporter à l'époque des persécutions des premiers chrétiens. L'empire russe est à la base de la civilisation orthodoxe, mais comme le résultat de décennies de régime soviétique athée et séculière dominante période post-soviétique, la société russe a été le plus souvent l'indifférence par rapport au christianisme orthodoxe. Une étude sociologique réalisée en 1998 et dédiée à l'étude des processus de l'identité sociale dans la transition des sociétés en Russie et en Pologne, a eu lieu sous la direction de E. Danilov, et KA Roebuck. Selon les résultats de cette étude a prouvé que l'écrasante majorité de ses pôles, en priorité, nous l'identité, le sentiment des
193

Polonais et des catholiques. Les Russes, en premier lieu, de déterminer leur identité collective en tant que communauté de tous les jours de la communication interpersonnelle. En termes de la communication inclut la famille, les amis, collègues de travail. Vers la fin de la liste de Russie, les répondants perçoivent eux-mêmes des Russes, les Russes, encore plus rarement, se orthodoxes. Sur l'enquête sociologique menée en Russie post-soviétique, le nombre de personnes votserkovlennyh orthodoxe de quelques pour cent par rapport au nombre total de ceux qui d'une manière ou d'une autre, s'identifie à la foi orthodoxe. En d'autres termes, toutes les tentatives visant à construire sur l'orthodoxie de l'idéologie de l'État ont très peu joué la capacité, de 3-4% par votserkovlennyh de citoyens de la Russie orthodoxe est une minorité de la population. Figuré, le train a déjà quitté, les Russes, de même, et les citoyens des autres régions à prédominance chrétienne, n'ont plus besoin de sanction pour les affaires religieuses, ainsi, et pour les activités dans d'autres sphères de la vie humaine. Néanmoins, en dépit de la tectonique et de changement fondamental de sécularisation efforts pour relancer la légende et histoire de tourner le dos, dans le Moyen-Age. Dans la forme du fondamentalisme religieux, nous sommes confrontés à un défi dévastateur traditionalisme, le désir d'éviter les masses de gens de la liberté et de son cortège de changements, la nécessité d'un choix personnel. Pour eux, il est important de déterminer qui a et qui étrange, à vivre dans l'extase lutte étrangers. Les traditionalistes et les coquins de la politique rejette la liberté, qui cherche à passer d'une responsabilité personnelle pour les grands groupes ethno-religieux, ouvrant ainsi la voie à un nouveau totalitarisme. Bientôt pieux anciens et organisée en patriotique des élèves et des étudiants qui ne savent pas ce qui se passait, vont souffrir de sa brassée de brindilles dans le feu de la nouvelle Yanaon Gusam - les libéraux, les athées, les agnostiques les philosophies, les personnes qui souhaitent conserver leur liberté, ne partage pas dans la propagation l'intolérance sociale. Malheureusement, dans la Russie d'aujourd'hui offensive du fondamentalisme religieux ne peut pas être arrêté et la gauche, parce que certains
194

sont très sensibles à la tentation religieuse. Pour historique et, de fait, un homme cadre, nous avons récemment passé de la cargaison de l'utopie communiste, libéré l'homme, et de la société. Nous avons tenté d'avoir des surhommes valeurs du marxisme-léninisme, et tente d'utiliser la religion comme une idéologie de l'Etat aujourd'hui le mal est pas moins, mais de plus, comme antidote à la Russie postsoviétique, cette incarnation de l'utopie n'a pas encore été développé. Le danger potentiel de destruction et de fondamentalisme religieux, la force de son appel et l'intolérance primitive comparable aujourd'hui à relever le défi de la Révolution d'Octobre de 1917 en Russie et dans la propagation des régimes totalitaires en Europe, le XXe siècle. Il est donc important de déterminer l'ordre dans lequel les principes idéologiques de l'État russe moderne est fondée. Quand la Russie - un état laïc, tel qu'il est consacré dans la Constitution, alors la politique du flirt, de jouer dans poddavki avec les institutions religieuses est totalement inacceptable. Il est nécessaire de protéger la liberté des médias en ce qui concerne la couverture de tout ce qui a trait à la composante religieuse des différentes traditions socioculturelles. Il est nécessaire de défendre fermement le caractère laïque de l'enseignement russe. En particulier, il serait utile d'utiliser l'expérience de la France à interdire l'utilisation des symboles de différentes religions dans la vie publique en général et dans le système d'éducation laïque, en particulier. Il doit être clairement compris et strictement respecter le caractère laïque de l'Etat russe, dans laquelle la religion est une affaire privée des citoyens, ainsi que la longueur de leurs cheveux, le choix des appareils ménagers et des vêtements. Quand de hauts fonctionnaires, des chefs des sujets de la Fédération de participer à l'adoration - c'est leur droit en tant qu'individus. Comment est la vie privée de telles actions mai ont illuminé les pages de publications spécialisées au sujet de la laïcité des chroniques, mais pas avec les socio-politique de la diffusion directe de chaînes de télévision fédérales. Ces actions publiques de fonctionnaires mis à détruire la Russie de la constitution de l'état laïc.

195

Aujourd'hui, il est évident que si nous ne parvenons pas à défendre les principes laïques de base comme la base de l'Europe en général et l'Etat russe, en particulier, nous sommes en attente d'un retour aux jours sombres de l'histoire européenne. Aujourd'hui, non seulement la Russie mais aussi l'ensemble de posthristianskomu (postreligioznomu) de la Communauté européenne a besoin de nouveaux Voltaire, Bertrand Russell, Theo Van Gogh - des personnes qui pourraient être idéologiquement et d'institutionnaliser un nouveau mouvement de libération en masse, la défense de la liberté humaine et de minimiser l'impact de l'idéologie religieuse dans la vie publique .

Le traditionalisme et l'art moderne

Le titre de l'exposition Forbidden Art - 2006 en Sakharovskaya coeur parle de lui-même. Voici ce qui a été proposé à l'Exposition d'Art de Moscou, tout d'abord, semble-t-il, Sotsart, et n'a pas été autorisé à participer à l'exposition de la décision des conseils d'administration et des directeurs de musées d'art. Et dans quelque chose qu'ils peuvent comprendre, à la motivation de ces décisions est très claire. L'exposition comprend des peintures, qui sont connus de la part de simplification peut être considéré comme appartenant au jeu de symboles religieux, la langue des adultes et corps nu, surtout dans le contexte politique. Mais nezadacha. Images et photos, qui, dans certains artistique et esthétique, tout à fait différents, растворяясь dans un tableau de fixe, plus émotionnellement et idéologiquement neutre, car cette ségrégation, la séparation propre de l'impur de défi devenir hypertexte. En d'autres termes, à cette concentration, ces œuvres prennent sens légèrement différent, en particulier les travaux vyhvachennye de la série, tels que Gloire à la Russie. Ils sont tombés sur la durée du cycle, du contexte, sont devenus trop fiziologichny - sous-idéologique presque dissous dans fiziologizme.
196

Hors d'elle, predzadannogo contexte de l'œuvre fait l'effrayer, et parfois choquant hypertexte, l'exposition est devenue une valeur artistique, esthétique, mais, plus important, un défi idéologique à la résurgence de l'esprit autoritaire de la laïcité et spirituelle pouvoir. Il a été le produit de la censure interne, interne chutya en l'homme, ce qui pourrait être plus, mais qui n'est plus disponible. Ce n'est pas le résultat des efforts de l'institutionnalisation de la censure. Cette fonctionnalité est uniquement dans un délai d'un an, l'image du public et, par conséquent, les peurs et les phobies dominatrice. Mais des craintes ont remarquable materializovyvatsya, ces interdictions - le diagnostic précis de la croissance de maladie sociale. Et cette maladie est d'autant plus étroite les limites de la liberté publique, de plus en plus religieux ou pseudo-justification religieuse. Aujourd'hui, l'Eglise ont exprimé leurs vues sur diverses questions d'ordre politique, économique, social et artistique. Cette activité est tout à fait louable, le public, il est intéressant de noter que sur un avis officiel sur le catholicisme et l'orthodoxie, les bouddhistes et les musulmans, les protestants et les Hare Krishna ... Enfin, le philosophique, les athées et les agnostiques, parce que l'athéisme de la Russie jusqu'à ce que la loi n'est pas interdite. En outre, notre constitution stipule que la laïcité de l'Etat russe. L'auteur, bien entendu, respecter les sentiments des croyants, mais une société laïque, et aucune tentative de calendrier et de la conception de la vie de l'Eglise. Mais à l'intérieur de la clôture de l'église - l'un en dehors de - l'autre. Dans le premier cas, quelque chose en relation avec Dieu, la deuxième - à César. Vous pouvez, bien sûr, le traditionnel de la monarchie russe symphonique l'église et les autorités laïques, mais il est nécessaire de comprendre et d'accepter les conséquences de cette unité. Géopolitiques, économiques et sociales de thé Symphonie simple, mais sa simplicité, pas moins triste. Nous savons que notre pays n'est pas mono-ethniques, comme les mono-catholique en Pologne. En Russie, il ya au moins trois de la civilisation, qui partage avec le célèbre peut être divisé en orthodoxe, musulmane et bouddhiste, mais la civilisation de ces existent aujourd'hui dans beaucoup de
197

caché, latent. En d'autres termes, ils ne sont pas clairement religieuse, un grand et, dans certaines régions du pays et la majorité de la population indifférente à la religion. Et c'est l'indifférence d'un pays uni, lisse les contradictions ethniques et religieuses. Une fois le religieux sera une véritable massive, ces contradictions sérieusement pire, remettre en question l'existence du pays dans ses frontières actuelles. Si vous parlez plus facilement, par la Symphonie les autorités de l'État et l'Église orthodoxe peut être poursuivi à l'intérieur des frontières de la principauté de Moscou, mais ce n'est selon les normes d'aujourd'hui inhabituel frontière, l'État russe ne peut pas être réduite. Bien sûr, l'histoire ne prévoit pas, pourrait, et il donnera les démographes à la mi-siècle, les plus sombres pronostics pour le nombre possible de personnes en Russie. Souvent considéré comme un chiffre autour de 122, 110 ou même 99 millions de personnes. C'est un peu par les normes d'aujourd'hui, et elle est négligeable par rapport aux projections de nos voisins proches et lointains. Nous allons être très difficile de garder la Sibérie et l'ExtrêmeOrient, pour préserver l'intégrité territoriale des États. Mais c'est un gros problème. Je voulais juste souligner qu'il n'y a pas de façon claire et délibérée de leurs actions pour accélérer l'effondrement de l'offensive. Il n'est pas nécessaire de la célèbre suite, il n'est pas nécessaire de relancer le peuple exalté la conscience religieuse, à saper l'État laïque et la société. Une fois de plus - dès que cela peut être fait sur une grande échelle, dans les différentes régions et confessions - La Russie commence à se lézarder. La désintégration de l'intérieure du pays, en raison de la civilisation et religieuses, de même que toute autre forme de désintégration, je ne suis pas totalement satisfait. En outre, pour protester contre les sentiments de patriotisme, de l'effondrement de l'tortueux pour les contemporains et les participants des événements. L'histoire est peu probable qu'ils fournissent une autre occasion d'effusion de sang près de l'effondrement de l'immense État, ce qui a été l'URSS. Cette dégradation sera différente, après l'effondrement du sang et du sol. Ne pas.

198

Et nous avons, et ce que tout cela a intérêt à afficher dans Sakharovskaya centre? Nous avons besoin de nous éduquer et d'autres à une tolérance à des personnes d'autres cultures, religions et même l'incrédulité. Et l'exposition est directement question de la tolérance. Ce n'est pas le PCUS, mais les groupes religieux sont les seuls véritables créateurs de l'idéologie nationale, et de leurs représentants commencent à faire face à la dissidence, inakochuvstvovaniem, inakoveriem, inakodeystviem. Eh bien, il est pour l'État? Sur cette question, nous avons tenté de répondre. Eh bien, il est pour l'église? Qui sait. A propos de l'église et de ses avantages ne sont certainement pas me juger. Il est possible que sur une lointaine et très grossière analogie, pour rappeler que le marxisme en URSS, il a été mauvais, que le marxisme a été victime governmentalization, zakostenevshego canon, a perdu son appel aux masses. Aujourd'hui, extraction de l'art dans le domaine marginal sur la division de correct et malsain restreint la liberté, la créativité, la provocation artistique, si vous le souhaitez. Bien entendu, les fidèles peuvent être désagréables, quand bien connu des artistes de Moscou, la facilité de leur vénéré outplay image, en leur donnant à d'autres, loin d'être le sens traditionnel du terme. Mais ce blasphème, vous ne pouvez pas regarder ce phénomène est purement subkulturnoe. Qui veut - qui ne semble pas vouloir - no. Quelqu'un a exposé des oeuvres semblent curieux, ne pas aimer quelqu'un. Chacun choisit pour eux-mêmes. En fait, c'est la liberté. Cette liberté de choix du bien et mauvais, vrai et faux Dalas cher à nous tous, après des décennies, sans doute, et sait toujours comment correctement et incorrectement les autorités soviétiques. Nous nous souvenons qu'il semble droit de fermer les églises et les monastères, les massacres de prêtres ... Ces crimes ont consterné sa brutalité insensée, ils n'ont pas le pardon, et les limites. Est aujourd'hui l'Eglise à assumer un tel rôle malopriglyadnuyu exécutés avant les bolcheviks? Mais au lieu de détruire les temples détruits avant de galeries d'art et musées de poursuivre les administrateurs et les commissaires d'expositions d'art? Faut-il encore à restreindre la liberté de choix des personnes, d'empiéter sur la liberté de la volonté humaine? Est-il utile de prendre sur le rôle du Grand
199

Inquisiteur? Questions sur le visage de la rhétorique. Mais la réponse à la question dépend des objectifs, la volonté de payer pour les comptes personnels et historiques de leurs décisions. En outre, les tabous, et la condamnation publique de carburant seulement spectateur intérêt, il est connu que le fruit défendu sucrée. Le fait que seulement hier, ont été exposés dans la demi-pièces, après la condamnation, et ce d'autant plus l'interdiction pourrait causer un vif intérêt et le désir de multiplier les artistes reçoivent une haute, le public d'évaluation des échantillons. Est-ce que tout ce que j'ai le plus aimé l'exposition et je n'ai pas de commentaires à l'auteur? Non, je ne veux pas dire. Je n'aime pas cette expression franche fiziologizma dans l'art, ils créent un intérieur et une protestation pruderie. Je ne suis pas comme moi et epatazh pour epatazha, où aucun sens de l'intellectuel subtexts, où ce qui n'est pas explicitement envisagée. De manière générale, la première moitié de l'exposition plus intelligent - epatazh exprime des idées dans la deuxième moitié de l'intellectuel lueur disparaît, et la epatazh forme de l'œuvre devient son contenu. Mais pas seulement. Aujourd'hui, il ne fonctionne pas, expressive, esthétique des techniques et des outils basés sur l'utilisation de focus fiziologizma - dans la cour de l'année 2007, pas 1977. Ce epatazh, personne n'aurait pu epatirovat, il est devenu l'habitude, devient de plus en plus partie de la culture règles. Alors pourquoi tout cela à l'exposition - ce n'est pas tout à fait claire. Moscou interdit les artistes, en 2006, différent, interdit mécaniquement, que l'exposition a été un différents, officiellement uni. Toutefois, si une personne semble être le fœtus n'est pas зрел et ne répond pas à la notion de l'exposition, selon laquelle les travaux sélectionnés par le critère de la défaillance interne de la censure de qualification des conseils des arts et des directeurs de musées, Est-ce à dire que l'ouverture de l'exposition a été une erreur? Loin de là. Une fois encore, il s'agit d'un local, tusovochnoe, subkulturnoe phénomène. De manière générale, l'exposition n'est pas pour le grand public, et art d'avant-garde en tant que tel. Ainsi, il était, et il va se réaliser. Alors, pourquoi ce
200

phénomène largement privées d'oeuvres d'art en raison de l'importance des manifestations publiques? Dans son local des arts et sociale niche d'exposition, il convient, pas de seulement d'accroître l'ampleur du phénomène, de l'appliquer à l'ensemble du pays, pour tous les locaux et la culture artistique consternée. Le sacré et les laïcs: le problème de la participation de l'Etat-Eglise Plus récemment, l'augmentation de débat public sur l'introduction dans les programmes scolaires, Fondements de la culture orthodoxe. Dans ce cas, l'académicien préféré mouvement Georgievtsy, le Conseil des muftis de Russie. En fait, il s'agit d'un choix de formes et de la décoration de notre vie actuelle et future, de bureau ou de la nature laïque de l'Etat russe, sur l'opportunité ou de l'inopportunité de partenariat Etat-église. Assistons aujourd'hui est la mise en œuvre de théâtre, plan de production, de la décoration du présent et l'avenir de la vie russe lubochnymi orthodoxie, autocratie et les groupes ethniques. Il semble que tant que les directives de la proportion voulue de l'connue conventions choisi en 1913. L'esthétique de notre pré-soviétique, passé pré-révolutionnaire, argent Âge de la culture russe est manifeste. Grande est la tentation de revenir à la dernière année relativement calme dans l'histoire russe, comme si ce n'était pas dans notre histoire, les horreurs du XXe siècle. Mais peu ces horreurs ont été préparés et persistante volonté de puissance n'est pas possible de changer, mettre otzhivshuyu forme monarchique de gouvernement, la persistance de la résistance à la venue du monde de la modernité, la recherche de l'idéal moral dans le Moyen-Âge, la Russie dopetrovskoy. À l'avenir, en regardant en arrière, il est difficile, pas de chemin sous mes pieds, de façon juste trébuché, perdant le sens de la chute historique. Et pour les années 1913 et les décennies à venir est assez apocalyptique. Aujourd'hui, nous semblent se diriger vers un nouveau style posleputinskoy époque, par analogie avec le dernier style de haut, 30 du siècle dernier. Il est encore vaguement mereschatsya face en noir et jaune de bannières impériales, prérévolutionnaire, les uniformes militaires, savoureux croquant sous yunkerskim
201

bottes de neige, la vie avec le son de l'hymne royal God save the king, décorée fizkulturnikov défilés, sirech Olympiens sur la Place Rouge. Message à l'impérial avant rétro, y compris la fermeture des églises gosudrstvennoe partenariat mai ne pas être la dernière occasion d'exprimer la puissance utilisée, de montrer la ville et le monde, nouveaux et anciens, dans le même temps, pré-soviétique, державность et pouvoir en Russie. Dans quelle mesure l'esthétique de la nouvelle / ancienne sera en mesure de combiner style avec la démocratie, une question ouverte. Style affecte gravement le processus politique, de pousser le pays si elle n'est pas à l'autocratie, puis rédigé les formes constitutionnelles de la monarchie orthodoxe. Monarchie dans la Russie moderne? Il semble presque comme un délire délire patient. C'est le délire vision, parce que les idéologies pozavcherashnih floraison ont le droit de signer le début de l'agonie d'hier idées. C'est ce qui explique leur délire, délirant nature ... Revive obsolescence idéologie ne peut être rien de la vie, c'est de ne pas envahir un moment fatidique dans le développement des idées, mais comme une créature de la même question relancer une idéologie de mort. Parce que les tentatives Galvanisation idéologies toujours condamnés que de leur dernier mertvost . Oui et non-retour dans l'histoire, ni dans la vie, ne le faites pas, le traditionalisme, notamment son religieuses performance, loin du matériel. Mais artificiel renaissance traditionalisme est non seulement absurde et, inévitablement, comique, mais aussi directement destructeur. En ce qui concerne absurdistskih, de la bande dessinée des conséquences de ces politiques, il ne va pas me donner le plaisir de noter les points suivants. Si la hiérarchie de l'Eglise et le public cherchent à fusionner à l'Etat, à faire de l'église, le premier parmi les égaux, hlopochut l'introduction de Fondements de la culture orthodoxe à l'école et rêve d'une renaissance de la monarchie, il est nécessaire de comprendre l'enquête et, éventuellement, la mise en œuvre de ces aspirations et les rêves, dans le aussi pour la ROC. Si l'église jouera un rôle tout aussi important dans la vie publique, comme dans la période soviétique, de notre histoire, a joué le PCUS, l'Etat seront prises
202

pour la gestion des structures de l'église au sérieux. Et ce n'est pas important, que le gouvernement sera appelé - le Saint-Synode, ou le Bureau des affaires religieuses - L'Eglise a toutes les chances d'être pris dans la structure de gouvernance externe. Si possible sur les pofantazirovat dominatrice personnalités dans ces structures, le premier candidat possible pourrait être, par exemple, le meilleur manager de la Russie, de me distinguer AB Chubais, plus que la réforme de la UES à tirer une conclusion réussie et un nouveau grand front travaille dans les affaires ne sont pas encore visibles. Et comme son prochain possible récepteurs, pourquoi ne pas envisager la candidature d'un établissement de charme et pas moins appréciées par moi, KA Sobchak? Peut-être que ces personnalités ne causent pas de peu d'enthousiasme à l'église, des cercles, mais il reste du monde d'harmonie, il est une sorte de divine ironie. Si vous le laissez entre parenthèses, le bureau politique de l'Etat-Eglise aurait pas comique mais tragique. L'enquête est la principale chose - la destruction de l'Etat russe. La Russie n'est pas encore la maturité de l'Etat-nation, mais des restes de la Russie ou l'empire soviétique, un pays où le territoire historique des trois civilisations du monde, les trois religions du monde. La Russie n'est pas mono-Pologne, où le bureau politique est soutenue par une masse homogène ethniquement traditionalistes. En Russie, il ya des traditionalistes, mais historiquement, ils appartiennent à différents groupes ethniques et religions. Le plus terrible des choses qui peuvent être faites dans un contexte historique l'hétérogénéité culturelle et religieuse, cette hétérogénéité, AINC pour rendre visible à l'enfant, tracer la ligne de démarcation entre les êtres humains sur la base de la religion. Cette fracture mentale société, à la frontière d'un étranger, mais plus encore mentale, invisible division a toutes les chances de devenir visible, otverdet dans les nouvelles frontières d'un Etat. En tant que patriote, je pense que la Russie nécessaires pour empêcher de tels développements.

203

Pologne, ainsi, et d'autres pays d'Europe orientale, y compris la Russie d'économiser plus de l'Europe occidentale, le degré d'engagement de religieux et culturels à travers le traditionalisme clair, mais souvent cachés, la résistance anticommuniste. Ces face à cela, l'idée de se battre avec des idées. Nous sommes ensemble raté la plupart du vingtième siècle, pas à la création d'une société de consommation, le passage des aspirations de l'humanité du monde délirant de la laïcité et les idéologies religieuses dans le monde du matériel dostizhitelnoy la vie du consommateur. Mais la société de consommation et la culture de masse ont un rêve traditionalistes, et dans la France d'aujourd'hui, comme en Russie, le nombre votserkovlennyh personnes, en particulier chez les jeunes, est de quelques pour cent. Cette indifférence à la religion de la majorité de la population absorbée par la terre de personnes, la privation matérielle, de jouer dans la société de consommation, influence de la culture populaire, les produits de Hollywood et de MTV, les magasins, Conserver la Russie dans ses frontières actuelles. Tout ce qui est de détruire l'indifférence religieuse - est en train de détruire l'Etat russe. Si vous parler très simplement, de la créativité et de la télévision Petrosian Chambre deux et ainsi de suite. - Renforcement de l'Etat dans ses frontières actuelles. Introduction Fondements de la culture orthodoxe, l'influence croissante des idéologies religieuses et des pratiques sur la vie des régions et l'État dans son ensemble - est en train de détruire l'État, fait sciemment des perspectives sombres pour notre avenir. Partenariat Etat-Eglise, des rêves à propos de la monarchie et a tenté de mettre en scolarité Principes de la culture orthodoxe n'est pas tactique, mais les erreurs stratégiques. C'est le seul moyen réaliste de détruire le pays pour sa performance supérieure de façon spectaculaire à tous les autres risques, y compris ceux qui émanent des mouvements séparatistes dans le Caucase du Nord. Peut-être les promoteurs de ce projet est d'arrêter et de réfléchir à nouveau?

204

Ces erreurs sont superposées sur un malentendu de base de leur place dans un monde en mutation, la réticence de l'intégration institutionnelle dans les structures européennes, la recherche de soi-même, troisième moyens, le refus de l'élite politique de la Russie à renoncer à la mentalité de l'héritage impérial.

Littérature 1. Sasaki K. antiurbanisticheskoy esthétique culture de la vie au Japon / / Itinéraires ... M.: Ifran., 2001. S. 166-187. 2. Platonov, SF Moscou et l'Occident au XVI-XVII siècle / / Moscou et l'Occident au XVI-XVII siècles. Boris Godounov. M.: Bogorodsky imprimante, 1999. S. 21-142. 3. Dostoïevski, FM Demons / / Full. Assemblée. Op.: 30 tonnes Т.10. L.: Nauka, 1974. S.198-199. 4. Poisons, VA Et encore, vous pouvez comprendre l'esprit de la Russie Russie: la transformation de la société / / Ed VA poisons. M: C Canon Press, 2001. S. 9-20. 5. Guzhva, I. absolution / / Expert, № 25. 2001. S. 14. 6. JN Afanassiev Russie dangereuses: Traditions samovlastya aujourd'hui. Moscou: la Russie humanitaire University, 2001. 432 pp. 7. Samodurov, Yu dernier mot canari / / Moscow News 04-10 Mars 2005, № 9 (1276). P.18. 8. Sasaki, K. antiurbanisticheskoy esthétique culture de la vie au Japon / / Itinéraires ... M.: Ifran., 2001. S. 166-187. 9. Platonov, SF Moscou et l'Occident au XVI-XVII siècle / / Moscou et l'Occident au XVI-XVII siècles. Boris Godounov. M.: Bogorodsky imprimante, 1999. S. 21-142. 10. Stepun FA Réflexions sur la Russie / / Stepun FA Compositions. M.: ROSSPEN 2000. S. 201-424.

205

III. L'Etat russe: Hier, aujourd'hui et demain Discussion sur les perspectives de traitement en Russie personalistskogo est urgent, vous avez parfois le sentiment que nous sommes tous dans le domaine de l'historique de bifurcations. Un peu de cacher la position, les attendus du genre de publication scientifique, le sentiment des passions humaines, des émotions et des futurs participants à ces événements. Naturellement, en fonction de leur propre image de paix, de répondre les intervenants, avec des degrés divers de la conditionnalité a été attirés vers les deux principaux pôles de sens: oui, inévitable, et non - éviter, ou même nous sommes déjà historiquement dépassées, toute la fin de la traditionnelle Russie système . Effet d'une idéologie dépassée. Je vais commencer par l'article B. Mezhueva L'Etat russe ne peut être une combinaison de ideokratii et de la démocratie. La position de l'auteur n'est pas lié au pôle dominant patriotisme ou de libéralisme, il est situé quelque part entre eux. Comme ma position a plutôt tendance à un pôle du libéralisme, quelque chose dans le texte de B. Mezhueva musique complètement mes pensées, quelque chose qui vient de l'orthodoxie, autocratie, nationalité, no. Je suis tout à fait agréable réflexions sur l'auteur technique de l'Etat russe dans son traditionnel autocratique, bureaucratique le modèle, lors de calcul technique remplace choix politique. Lorsque la nature technique de la bureaucratie de devenir presque tous les postes de pouvoir, il ya la délégation de la pleine responsabilité politique au sommet, au niveau du président. Je suis d'accord que c'est un système politique fragile est totalement dépendante de l'énergie et d'autres biens personnels de la première personne dans le système d'administration publique, la traditionnelle autocratique, bureaucratique le modèle d'un dysfonctionnement, il n'a pas les ressources nécessaires pour samoremonta et peuvent se briser presque au lendemain, comme le montre l'expérience des révolutions de 1917 et 1991.

206

Je suis entièrement d'accord avec le point B. Mezhueva que nous sommes aujourd'hui dans certains mezheumochnom, l'état d'inertie entre l'autoritarisme et de la libre concurrence politique. Nous avons maintenant la situation, à seulement réagit à des stimuli externes gouvernance. Nous avons le désir de voir les autorités pour éviter l'incertitude à court terme de réponse aux stimuli internes et externes, la réticence à faire un choix obligatoire. Ce n'est cependant pas tout à fait un choix conscient de l'action dans le domaine de la politique intérieure et étrangère dans un ensemble de dispositions mutuellement exclusives, a déclaré dans un effort pour assurer, au lieu de tout l'éventail des futurs possibles des décisions. Toutefois, au cours des dernières années, a très clairement un choix en faveur de kvaziimperskogo développement, qui exige naturellement une certaine idéologie. La voie traditionnelle du développement est plus près de chez eux, instinctivement, car il se reproduit, d'acquérir de nouvelles sémantique / old oposredovany idéologique. Le diagnostic de l'état actuel de l'Etat russe, et la proposition de B. Mezhuevym, dans une certaine mesure, en résonance avec ma position, mais plus des différences importantes commencer. Tout d'abord, je ne suis pas d'accord avec l'auteur que la Russie est une civilisation indépendante. I, ainsi que d'un certain nombre d'autres participants au débat, je suis convaincu que la Russie fait partie de la civilisation européenne. Bien sûr, que chaque pays européen a sa propre individualité, dans un sens différent d'un autre. Notre originalité, plutôt que dans l'orthodoxie, et la quantité de territoire occupé, l'approfondissement géographique en Asie. Nous sommes l'Europe que, par exemple, dans cette année européenne de la Bulgarie et la Roumanie orthodoxe, où l'influence de la culture orientale où de plus visible que dans la Russie. Civilisation que nous représentons l'Europe, en Asie, en Europe, l'expansion géographique et culturel de l'Amérique du Nord et au Japon. Merci à la Russie, il devient potentiellement un petit bout de l'Asie, dans Au cœur - la terre, ont un fort impact sur les événements du monde.

207

Notre identité européenne est naturel depuis la création de l'Etat russe. Principales caractéristiques de notre passé historique n'est pas une spéciale, que, par exemple, en Espagne. Mais sur la base du relativement longue date de la conquête arabe et relativement proche frankistskogo gouvernement de l'Espagne, l'un de la civilisation européenne ne doit pas exclure. Parler de notre civilisation à elle seule, sur la base d'un unique emplacement géographique et la taille du territoire occupé, il n'est pas possible. Ils sont uniques, mais affirme notamment à la civilisation ne peut être justifiée. Sur une autre civilisation orthodoxe ne pas avoir à parler trop. Si ces allégations étaient fondées sur la réalité, à une alliance avec la Russie, et non pas l'UE, a demandé à l'Eglise orthodoxe Etats de l'Europe. Mais ils souhaitent que l'Union européenne et l'OTAN, de quitter la Russie dans le civilisé à lui seul. Un mouvement dans cette direction sont observés en Ukraine, en tant que vecteur de la politique d'attraction du Bélarus fragile aujourd'hui. Russie - une partie de l'Europe, même indépendamment du fait que les Européens eux-mêmes. Ils sont aujourd'hui de la volonté ou le refus d'inscrire notre pays dans les structures européennes ne modifie pas la situation de façon spectaculaire - inclus dans l'historique de demain. Il n'est pas nécessaire à la demande de l'Union européenne et de l'histoire de l'intégration immédiate des mesures, tout le temps. Pendant un demi-siècle d'histoire et même d'un siècle n'est pas que pour les gens. Home - de choisir la manière d'aborder, et à ne pas retarder ce développement. Je crois que la Russie est institutionnellement intégrée dans les structures européennes est inévitable, la question de juste à temps et que le pays sera l'occasion de représenter géographiquement. Ici, deux options principales. La première est la consolidation des institutions démocratiques, le développement de l'économie de l'innovation et la société civile. Ensuite, nous avons toutes les chances de prendre le chemin de la convergence, puis de l'intégration avec les structures européennes dans la composition actuelle et les frontières.

208

Et la deuxième option. Il est légèrement plus long et plus douloureux pour l'histoire contemporaine des événements, destructrice pour la préservation des États territoriaux. Dans le cas de la circulation sur ce parcours historique assez rapidement la Russie en passant par la troisième phase de déconstruction de l'empire, et dans un si petit, la forme tronquée peut facilement devenir une partie de l'Europe unie, dans le cadre de notre avenir politique et militaire sera à La Haye. Les Barbares à la porte Quelque chose sur ce qui doit être fait pour mettre en œuvre la deuxième option, décrit un journaliste conservateur D. Volodihin article la Russie a besoin d'une monarchie autocratique, un peu atténué plusieurs institutions représentatives. Il a explicitement dit que les orthodoxes et impériale de Russie, un pays où tous les niveaux du pouvoir politique, aucune entreprise ne devrait pas être abordé sans sovetovaniya avec la force spirituelle, sans la bénédiction du patriarche, évêque, prêtre. Je pense que rien dans le dit D. Volodihinym grave question ou de ne pas durer longtemps, en raison de l'absence de l'État et le territoire, ce qui pourrait étendre cette action concertée. Utilisation de l'orthodoxie comme idéologie d'Etat, et l'Eglise orthodoxe en tant que corps ideokraticheskogo permettra d'accélérer la déconstruction de la troisième phase de l'Empire, lorsque le pays n'existe plus de la dernière inotsivilizatsionnye, inoreligioznye régions. Pas le fait que dans cette affaire, heureusement, encore hypothétique, les situations ne sont pas suivis par l'Extrême-Orient, Khabarovsk, en Sibérie possible. Je crois que dans les limites de la principauté de Moscou, que, lorsque vous vous servez de ces recettes pour l'administration publique moderne, à gauche de l'Etat russe, de consulter et d'obtenir la bénédiction, il est possible. Ne pense pas que ce genre de géopolitique reset inokulturnyh, inokonfessionalnyh les territoires peuvent être indolore pour les contemporains et les participants de ces événements, il se rappelle sans doute la classique décomposition de l'empire continental. La désintégration du sang et du sol.

209

En d'autres termes, le choix est simple. Soit un grand, multi-pays dans ses frontières actuelles, mais sans la primauté et de l'orientation Orthodoxie, une population avec une proportion considérable de l'indifférence se réfère à sa foi, d'un pays est faible, une légère diminution, les petits par les normes de l'histoire, le temps, et la suprématie de tous les possibles priorités parmi les orthodoxes. D. Volodihin dessins utopie dégénère en antiutopiyu. Il considère que l'association nationale sur la base d'un samostiynogo disant tout de l'histoire n'est pas comme la quatrième voie conservatisme russe. Mais les histoires ont déjà été de manière particulière à la national-socialiste et des régimes fascistes en Europe au siècle dernier. Tous ont été développés en théorie, et même traduits dans la pratique historique des régimes totalitaires, il vous suffit d'adapter les idées d'autres personnes à la réalité russe, l'autre paquet entre eux. De la vieille Europe révolutionnaires conservateurs peut rappeler le travail de Moeller van den Broek, Carl Schmitt, Ernst Young ... Match vieux, européen, russe et de la nouvelle pensée conservatrice bien défini et sans ambiguïté. Ainsi, selon les conservateurs A. Moeller van den Broek, Troisième Reich (les socialisme allemand) est l'antithèse du libéralisme occidental, et la Est bolchevisme. Et Carl Schmitt estime que seul le social vseedinstvo illimitée de l'État peut fournir la chose la plus précieuse d'un homme - son existence physique (survie - dans la terminologie de D. Volodihina). Enfin, le Ernst Jung en 1927, a publié un très populaire dans le Troisième Reich de travail L'état de sous. Jung a examiné et rejeté la politique de la République de Weimar et a fait ses principales dispositions de l'État. À son avis, la situation a conduit à Weimar pouvoir handicapés, n'est pas individualistichnyh libéraux, tandis que la suppression de la morale et spirituelle d'élite de l'Allemagne. Seuls les révolution conservatrice en mesure de détruire l'état de sous-et libéralisme . Dans le cadre de la révolution conservatrice Jung compris le rétablissement de toutes les lois et les valeurs de base, sans laquelle une personne perd la connexion avec la nature et de Dieu et ne peut pas établir la véritable commande. L'égalité doit être remplacée par des valeurs et des croyances sociales 210

la foi dans la justice d'une société hiérarchique, mécanique des élections - le principe fyurerstva organiques (vozhdizma), la contrainte bureaucratique - la responsabilité du véritable moi intérieur, l'énorme chance - le droit de l'identité des personnes . Ainsi, D. Volodihin et d'autres patriotique dans l'orientation de leurs résultats théoriques sont susceptibles de compter sur une solide base istochnikovedcheskuyu révolutionnaires conservateurs, a préparé le terrain idéologique de l'arrivée au pouvoir en Allemagne national-socialiste. Avec toutes les réserves, l'article D. Volodihina en temps opportun dans le genre antiutopii avertissement. L'auteur rêve de l'impossible zigzag histoires - neotraditsionalistov dernière victoire, mai qui prendra la forme de fascisme ethniques liés à l'autoritarisme, l'histoire impériale et de la tradition sociale et culturelle. Cette russe fascisme ou le national-socialisme, il ne peut y avoir un modèle exemplaire de ses homologues italien et allemand. Il peut être décoré en vêtements orthodoxie, autocratie, nationalité, peut-être nouveau paganisme. Malgré la différence d'opinions et d'évaluations faites au cours de la discussion, le sentiment général d'inquiétant. Il était bien connu historien russe Alexander Yanov: barbares, à la porte. Barbares de leur foi forte, une volonté à tous est de réaliser l'utopie prigrezivshuyusya volontiers les étrangers et son sacrifice de leur vie. Ils sont forts à l'insensibilité de l'expérience des autres, Barbares prêt à répéter et répéter les expériences sur l'autoritarisme et le pays jusqu'à ce que d'autres du pays d'être quelque chose. Avec une pensée purement mythologique, ils ne perçoivent pas les modèles historiques, à chaque fois la découverte de l'histoire encore une fois, la considérant comme un hasard de coïncidences pile. L'expérience du Troisième Reich, ils ont, bien sûr, le décret, mais douze ans de son existence sont perçus comme un accident historique plutôt que comme une fatalité. Alors pourquoi ne pas essayer de réaliser à proximité de l'esprit du projet en Russie, bien sûr, strictement orthodoxe et autocratique réglage. Qu'ils ne sont que douze ans, et notre Empire dirigé par

211

l'empereur serait exactement millénaire, il serait comme à l'extérieur du temps physique dans l'espace-temps mythique. Mais dans la situation actuelle, ce tout n'est pas perdu, il existe différentes versions des événements: à partir de la masse mouvement anti-fasciste à intensifier la lutte pour le pouvoir lui-même, la revitalisation de ses libérale, intelligentskih forces, les gens au pouvoir qui ne peut clairement répondre à la question de ses collègues - dans lequel régiment a servi? . Entièrement d'accord avec l'idée D. Trenin à propos d'une possible intensification de ces forces, qui ne servent qu'à régime libéral décor ... Fashizatsiya pays, et certainement pas dans l'intérêt de la majorité d'entre eux. Jusqu'à ce que ces gens sont peu conscients de la réalité de la menace du fascisme, mais très vite il va comprendre .
Uncomfortable questions

La discussion des perspectives personalistskogo régime en Russie ne peut pas ne pas noter l'article Igor Yakovenko. En particulier, il définit lui-même et les participants à la discussion des questions de la réponse à cette question ne dépend pas seulement l'avenir de l'Etat russe, mais aussi de notre propre avenir. Tout d'abord, ce genre de crise que nous vivons? Ce pourrait être l'une des crises de développement, et en le cassant, et mai-être la dernière crise de l'impasse historique qui ne voient que la perspective - et la destruction du retrait d'un objet. Si vous interpréter la crise qui se passe aujourd'hui pour nous, comme une crise de l'impasse historique, vous devez respecter la Russie pour régler les prescriptions émanant de la orthodoxe-conservateur camp. Par la suite, il leur est possible, ce qui a été de faire la même erreur historique en fin de skukozhit le territoire de l'Etat russe à l'intérieur des frontières de la principauté de Moscou, en fonction de sa taille et sa population de transformation, un candidat à l'intégration institutionnelle de l'Union européenne. La route a toujours possible, mais mon enthousiasme n'est pas inquiétante. Telle est la voie de la destruction, par l'intermédiaire de la pourriture, je suis assez d'accord avec la thèse I. Yakovenko que l'orthodoxie russe, en principe, n'est pas liée à l'impératif de la dynamisation, n'est pas en mesure de répondre efficacement aux défis du temps.
212

Si, toutefois, d'interpréter ce qui se passe aujourd'hui comme la crise du développement, il est incomplet changements liés à la crise actuelle et l'avenir démocratique, les tentatives de l'harmonisation des intérêts régionaux et ethniques, la construction d'une fédération asymétrique, le développement des institutions démocratiques, la société civile.
La relation de la société et le gouvernement

Un autre texte, que je ne peux pas répondre, est le document I. Diskin Aujourd'hui, c'est la première fois dans l'histoire russe, il ya des conditions préalables à un marché concurrentiel et de la démocratie politique. En accord avec une telle question, en général, suggérant qu'il s'agit d'un véritable développement démocratique de la Russie, je ne suis pas d'accord avec certains. Dans la nouvelle Russie , que l'aide sociale est devenue une question de justice sociale, de partage équitable du gâteau national (I. Diskin). Comment se fait-il, parce que même dans la très récente de 90 ans, des millions de nos concitoyens se fonder uniquement sur nos propres forces, et cette stratégie est devenue vitale pour les choix rationnel comportement individuel (I. Diskin). Ils ne s'attendaient pas à quelque chose de l'Etat, par ailleurs, que cela n'a pas empêché d'être à leur égard comme si elle ne l'était pas. Naturellement, ces sentiments ont été et sont principalement des petites entreprises. 90 années ont été pour des millions de personnes de l'expérience unique de vivre sans un État, où il n'est pas nécessairement dans le Belovode à l'étranger, quand il a pris lui-même. Au cours des dernières années, l'état de retour. Ce retour de l'État, couplé avec des niveaux élevés des prix des exportations russes vers les traditionalistes, a ravivé l'espoir pour le retour de l'Etat de paternalisme. Ici, a obtenu un droit split. Je ne comprends pas pourquoi les gens qui réussissent Nouvelle Russie, qui est, les 25-30% par opposition à des sociétés traditionnelles qui ont fait un choix purement individualiste fondée sur l'autogestion de la santé pour tous d'un coup, la catégorie de la justice dans les section de la tarte, et le problème social la justice en général? Je pense que la question de la justice sociale, surtout avec les perdants de
213

la réforme des traditionalistes, et il répond à leurs aspirations force politique, qui a avancé l'idée de la justice sociale comme un nouveau point à l'ordre du jour. (E. Diskin) Appel aux autorités d'aujourd'hui, le plus inefficace du traditionalisme, il a une très longue période mai ne pas être instrumental, technique, capable de réaliser les objectifs prévus. Le changement apparent de la modernité à premodernu fondée sur flirtant avec une société traditionnelle, elle-même de préserver non seulement sur le plan mental, mais aussi dans les pratiques économiques des traditionalistes. Et éthiques pour une telle action est possible, surtout par la Russie premoderna, mais pas les 25-30% de nos concitoyens (E. Diskin), ont été capables de s'adapter aux changements dernière décennies et demie. Maintenant, pour préserver un contrôle national sur la ressource. Oui, ce contrôle a été maintenu, a conservé le contrôle de l'ensemble de l'économie, à la différence de l'ex-pays socialistes d'Europe, ce contrôle est presque entièrement perdue. Ce à partir de I. Diskin ne peut pas accepter. Il est intéressant de noter que le prix de la société russe a payé pour maintenir un contrôle national sur l'économie. Nous savons que dans 90 ans d'entreprises par de bonnes ou de mauvaises essayer de réduire les déductions fiscales pour les budgets de tous les niveaux, ce qui l'aide sociale pour les retraités, les handicapés, les mères et les enfants, la médecine et l'éducation à un minimum. Le prix de la préservation de la propriété dans les mains des capitalistes locaux et de l'état de la population des enfants qui sont morts avant de les personnes âgées, des millions de sans-abri et d'autres dans le même esprit. Nous avons conservé dans le national des mains de l'économie, mais encore une fois atteinte à la population. Nous conservons le contrôle de l'économie et le territoire, mais il travaillera sur la conservation de la vie de personnes, autre langue, de religion et de culture. C'est une question de prix, et le prix déjà payé. Et là, dans les pays d'Europe orientale, les nouveaux propriétaires étrangers paient des impôts, et une telle défaillance dans le financement des programmes
214

sociaux n'est pas, n'est pas si évident, et les processus de dépeuplement, une forte détérioration de la qualité de la société. Mais ce qui est fait est fait. Quant à l'avenir, alors qui est entravé et de continuer à suivre aujourd'hui, la pratique - à Ipoh à vendre des participations minoritaires à des étrangers. Il est pratique traditionnelle de la Russie - les richesses minérales de la Russie, la technologie occidentale. Ne pas harceler les uns des autres le monde de complot et de rapports de la CIA. La connaissance de la situation réelle, il est nécessaire, mais ne doivent pas effrayer BOGGLE lui-même et les autres. Il n'est pas nécessaire d'aider les autorités russes à la conduite d'un en coin, dans un corridor de plus en plus la diminution de la possibilité - si les prix élevés pour les produits de nos exportations est fatal de ne pas se produire. Y. Diskin estime que le processus de transfert des biens religieux, de l'Institut pour les intellectuels orthodoxes gouvernement russe a perdu le soutien du public de tous les aspects éthiques, réunion de l'intelligentsia kvazireligioznuyu l'intolérance, le manque de coopération, le refus du dialogue avec les autorités, de ne pas voir l'autre comme une trahison idéaux . N'ayant pas la propension à l'intolérance kvazireligioznoy accord avec l'auteur que tout cela a été dans notre histoire, il a été le pouvoir et l'exclusion, le refus du dialogue, ont été populiste, Esery, tandis que dans l'époque soviétique, ennemis du peuple, et a essayé de vivre sur le mensonge dissidents ... Il y avait des gens opposés à la puissance en paroles et en actes, mais qu'il était pour le pouvoir et qui est partie à la dernière fermeture éventuelle du dialogue? Nous savons que ce neadaptivnaya le pouvoir d'inertie, de la forme, l'absence de décisions et de la volonté de répondre de manière adéquate aux défis de l'époque, jusqu'à la fin a été samoischerpaniya façon. Dans l'Empire, les Romanov, il a épuisé pas lui-même évoluer vers une société souhaitable, la forme républicaine de gouvernement, mettant fin à son existence, la révolution de 19051907 et les années de la participation à la Première Guerre mondiale sur le flanc d'une France républicaine. Révolution dans la facilité surprenante Février 1917, la
215

première révolution a été le résultat de la volonté, qui est partagée par plusieurs générations de la société russe instruits. Il ne peut pas être de prolonger l'inévitable, une révolution ne peut pas laisser la porte de la politique interne, il pause dans la fenêtre de la politique étrangère, il sont encore s'il s'agit d'un moment historique et le temps historique neadaptivnoy pouvoir - parti. Sur la souche pourri et de l'URSS, a pourri avant d'être sanglante, libre, je souhaite aux participants des événements samoraspada. Il est un grand sujet, je note seulement que le passé et son temps historique. Et le dialogue et la puissance de la société à l'ère de Gorbatchev avait déjà enregistré ne pouvait pas - trop nombreux sont ceux qui ont été dans l'histoire de l'URSS et le sang est trop inefficace économie soviétique. Aujourd'hui, le dialogue entre les autorités et la société est nécessaire, et cela ne peut qu'être d'accord avec J. Diskin, mais il ne peut être réciproque.

Au lieu de postface. La société civile et le pouvoir: de la confrontation au dialogue

Récemment, dans une situation paradoxale. D'une part, il ya une forte croissance économique, les compagnies russes sont en train de devenir des acteurs majeurs du marché international, l'augmentation de la capitalisation de la Russie, la hausse des revenus des Russes. De l'autre - parés l'espace d'information du public, en particulier les chaînes de télévision fédérales, le système est organisé démocratie gérée. Power et de la société est moins cesser de parler et d'entendre les uns les autres. Leur communication limitent plus à la combinaison Marches dissident et l'OMON. C'est mauvais pour tout le monde, et pour les perspectives démocratiques de la Russie en premier lieu. Il est nécessaire de mettre fin à la confrontation. Aujourd'hui, la puissance est guidé en Russie plutôt que d'idéaux, mais des intérêts. Lorsqu'il s'agit de gérer des centaines de milliards et des milliards de dollars à long terme, aucune des personnes concernées dans ce processus
216

pragmatique ne porterait pas atteinte. La clé de l'élite politique, y compris des personnes de l'uniforme, pas tellement de plantation dans le pays des idées, l'orthodoxie, autocratie et le peuple, mais plutôt construire leur propre capacité économique et la plus grande de Russie goskompany. Cela, dans un sens pragmatique du gouvernement. Il doit remettre à l'Ouest et l'Est de pétrole et de gaz, elle doit gagner de l'argent. C'est ce qui le limite à l'auto, il peut vous permettre un lot, mais pas tous. Il mai, par exemple, stériliser l'information du public l'espace et le point parés de ses adversaires politiques, mais ne peut pas aller sur un grave, la liaison de la solidarité, d'alliance avec l'Iran ou la Chine. La raison de ces restrictions dans le ratio de pertes et profits, et dans le plus grand possible. Et maintenant, de restreindre la démocratie, de construire géré, la simulation en option de nombreuses façons de maximiser les profits, de maximiser la capitalisation de la Russie goskompany. Aujourd'hui, sur les bas de démarrage la société et l'économie, avec toutes les réserves et les coûts, y compris l'ordre moral, il se trouve. Demain, lorsque la structure de propriété des changements, et en sa qualité d'investisseurs stratégiques comprennent de grandes entreprises occidentales, et le PIB par habitant pereshagnet chiffre magique de cinq mille dollars, la situation va changer. Ensuite, dans le même ordre de maximiser les profits ne peuvent être réclamés operetochnaya, et une véritable démocratie comme un instrument à un certain stade de développement de l'économie et la société contribuent à la croissance économique, la capitalisation de la Russie, et la population ne sera pas en appuyant sur des incitations économiques à modifier la puissance sur la gauche ou la droite extrémistes. Est-ce les autorités politiques avec la démocratie? D'un point de vue islamique et la démocratie soviétique, et peut-être compatibles, mais pas classique, la démocratie de type occidental. Néanmoins, aujourd'hui, nous vivons dans une transition historique entre le régime autoritaire soviétique et le moderne de type occidental société. Les autorités peuvent accélérer ou ralentir le processus, mais il
217

ne s'arrête pas au pouvoir. Prenant en compte les particularités de notre histoire, l'option de transition en cours aujourd'hui, ce n'est pas très optimiste, mais pas le plus terrible. Limitations de la démocratie ne touche pas seulement les libéraux, mais à gauche, les héritiers de l'Union soviétique. Les efforts de l'actuel gouvernement, il ya eu un processus de traitement communautaire Russie. Et bien sûr, et doit être coupée artificiellement base électorale du Parti communiste (Fair Russie), a retiré les symboles communistes dans l'armée. Toutes les bandes de gauche marginal extrudé en avion. Le danger de la vengeance communiste complètement éliminée, même si, en 1996, Zyuganov a été très proche de la victoire à l'élection présidentielle en Russie. Je pense qu'il vient de la gauche est un grave danger pour le présent et l'avenir du pays, et à leur permettre de pouvoir n'est pas souhaitable, au moins au niveau fédéral. Ce refus de partager le pouvoir politique et économique à ceux qui sont sur le flanc gauche et à droite, et est dû à l'utilisation des ressources administratives et les stratèges de la manipulation politique. Naturellement, la plus grande partie de cette réticence à partager le pouvoir, c'est le désir de préserver l'intégrité de l'administration de contrôle des loyers sur les flux de trésorerie dans l'économie russe. C'est l'intérêt de la conservation d'énergie a une composante privée. Il ya apparemment paradoxale et ambivalente situation interne. Sur les intérêts particuliers de la stabilité politique se développe, présentaient de graves défensive unités par rapport à d'éventuels concurrents, y compris les radicaux de gauche et de droite. Ce dernier fait, à ce sens des politiques, visant à empêcher l'accession au pouvoir dans la transition de l'autoritarisme à la démocratie soviétique, les radicaux de gauche et de droite, pour empêcher une nouvelle révolution russe. Ce n'est que lorsque l'entreprise russe feront partie du milliard doré, alors que le pays va construire une société de consommation, alors que la moyenne

218

russe, sera riche, alors vnesistemnye, de gauche et forces ultranationalistes cessent d'être dangereux pour le pays. Et si elles sont mortelles. Mais paradoxalement, aujourd'hui, de nouveau à gauche en faveur de la partie de l'intelligentsia russe. Limonov est impliqué dans les marches d'accord, aussi bien, et les autres Udaltsov, leader Avangard Rouge Jeunesse. Je me demande comment on peut lutter pour la démocratie en collaboration avec les héritiers de Lénine, Staline, pourquoi ne pas lutter contre la terrible pouvoir et la démocratie pour les héritiers d'Hitler, Maluta Skuratov, John Kronstadt, et d'autres bien connus dans l'histoire des défenseurs de la démocratie. Peut-être que quelqu'un de la Russie, les hommes politiques libérales camp aime à associer à l'avant-garde rouge et les jeunes limonovtsami, même combinés, c'est leur choix. Destroy - pas de créer des émeutes dans la rue, et plus encore dans la révolution a une juste part de romance et de l'adrénaline. Mais le romantisme de la révolution à payer trop cher, non seulement les participants directs, mais les contemporains des événements. Révolution dévastatrice dans ses résultats, et la Russie est pleinement atteint ses limites révolutionnaire. Cela ne signifie pas que les gens sur l'aile extrême de la politique russe n'est pas nécessaire de parler. Mais la mort uchuvstvovat avec eux d'une large coalition politique, avec l'objectif ultime est d'obtenir le pouvoir de l'État. Dieu nous tous et l'histoire de la réussite d'une telle révolution de la société. Il ya trop marginal, mais gagnent trop peu aptes citoyens de la Russie - les travailleurs, les paysans et les intellectuels. Alors que les forces politiques select de pouvoir dans ces évolutions qui sait. On ne peut que supposer que ces personnes ne seront ni démocratie, ni la plus libérale. Dans le meilleur pour le pays si elles sont libérales-démocrates. Toutes les autres options sont pires. À l'heure actuelle, avec une prédominance des élections libres dans le pays en faillite économique de personnes ont un risque de venir au pouvoir, de destruction - des populistes et des radicaux. Vous pouvez organiser des élections libres de l'égalité d'accès différents, y compris les forces politiques radicales, le gouvernement fédéral les chaînes de télévision d'aujourd'hui, mais alors vous ne le
219

pensez et l'introduction d'une législation anti d'assurance, en rappelant, par exemple, les élections à la troisième et la quatrième Douma d'Etat. Comme nous le savons de l'histoire, au début du vingtième siècle, la Russie antiekstrimistskoy ce type d'assurance est un sérieux propriété qualification. Je ne suis pas préoccupé par le libre choix, disons, les gens Rublevka, qui, en règle générale, un atout majeur et une bonne éducation. Ils ont pu entendre l'étendue de tout traitement et de la télévision Udaltsova Limonov reproche et sans risque pour leurs choix politiques, principalement déterminée par leurs intérêts économiques. Ils sont, par définition, peut faire beaucoup de sagesse et de la douleur, c'est-à-dire connaissance de la vie politique et économique. Cette connaissance de la vaste gamme d'informations négatives sur la vie dans un pays en particulier ne pas influer sur leur choix que les électeurs font plus de diversifier leurs investissements et leurs projets de vie. Mais je suis préoccupé par la manière dont le droit de la force, à savoir, avec toutes les réserves, les forces d'extrême-droite sont au pouvoir, pourrait remporter les élections, pour obtenir une majorité parlementaire, si les politiques ne sont pas compatibles avec les intérêts économiques de la majorité de la population de la Russie. Russie unie n'est pas seulement une partie du pouvoir, mais aussi de la partie droite, un peu plus diluée populisme ATP. Rendre les gens votent contre leurs viscères, à gauche sur les intérêts politiques et économiques est très difficile, et la victoire de la droite, sirech parti au pouvoir, dans de telles conditions mai sera une grande victoire des ressources administratives de la coupe modernes stratèges politiques. Quelle est alors la situation en Russie est similaire à la situation dans le monde islamique, où les tentatives de tenir des élections relativement libres a conduit à la menace islamiste de la victoire. Et avec la menace de l'élite laïque du pays musulmans comme la Turquie, a traité de différentes manières, à la fois qui le peuvent. Comment résoudre le problème de l'islamiste armée turque, nous sommes bien conscients non seulement de l'histoire. Militaire turc a dû utiliser plus traditionnels, plus strictes, des méthodes de contrôle social, parce que trop de
220

pouvoir des traditions religieuses, aussi, par les normes des pays occidentaux, les paysans pauvres de Turquie. Les autorités russes ont de la situation quelque peu semblable à quelque chose de différent. La situation en Russie est plus facile, mais encore trop faible par les normes des pays développés et les démocraties paysans russes, les travailleurs et les publics de l'emploi, elles mai ne pas être pleinement acteurs de la société de consommation. Ils ont encore besoin d'information et de la protection de l'anesthésique horreurs entourant sa vie réelle, regarder le monde à travers les lunettes roses, premier et deuxième canaux fédéral. Le monde réel dans lequel vivent ces gens, pas très amical pour eux, la croissance économique dans les pays encore géographiquement situés dans les grandes villes, en particulier dans les grandes villes de Moscou et de SaintPétersbourg. Beaucoup de Russes doit être donnée non seulement la possibilité matérielle de parvenir à un avenir meilleur, mais aussi aider à briser psychologiquement, d'attendre que la propagation de la croissance économique dans la largeur et la profondeur de. De l'histoire de la Russie et d'autres pays, nous savons que l'incapacité de réaliser leur potentiel dans le domaine de la Terre, et pousse à la vie matérielle de l'homme sur les soins de la validité de la portée des pratiques déviantes, et de la portée sverhmaterialnogo, l'acculturation au monde des idées, moins laïque, plus religieux. Et lui-même et une solution destructrice pour l'individu et la société. Pratiques destructrices de comportements déviants, tels que tels que l'alcoolisme et la toxicomanie et le traitement de l'opium spirituel des idéologies laïques et religieuses. Dans ce contexte, il devient évident de la politique fédérale de chaînes, qui, selon les estimations des experts, apaise, divertit et besot public de masse. Nous voyons une tentative de remplacer indésirables les formes de comportement socialement déviant pas les citoyens de la Russie monde virtuel de la culture de masse. C'est une forme de drogues d'anesthésie succombé couches sociales de la société, en réduisant leur potentiel de protestation, les obstacles à la réalisation de
221

la réalité des conditions sociales de sa propre existence. Chaque soir, les chaînes de télévision fédérales faire vacciner contre la participation régulière à la révolution russe, ce qui réduit la possibilité d'une telle révolution. La mission était d'empêcher une éventuelle révolution de la perspective stratégique, n'est pas très bien l'autorité, si elle n'est pas plus agréable, du moins plus compréhensible. Dans le révolutionnaire peut être compris cadre et le renforcement de télévision anesthésie part de la société russe. Que le meilleur homme de la rue seront à proximité de la clientèle que le fougueux révolutionnaire. Si l'homme de la rue réveiller, slezet avec aiguilles de télévision de réalité virtuelle, un peu de ne semblent pas à tout le monde. Strasheny révolte de Russie, absurde et impitoyable. L'homme dans la rue, qui est à la fois révolutionnaire, se rappeler de tout. Il se rappeler les autorités et les bien d'autres, la désintégration des grandes puissances - l'URSS, la valeur de la propriété de séparation dans la société, de leur propre situation économique peu enviable, l'absence de la grande idée nationale, la destruction des relations traditionnelles de la société. Parce que nous avons tous besoin de faire plus attention dans les discours et les actions, non plus jeter la pierre verre maison Russie. Dans leurs actions politiques et le public et les autorités doivent tenir compte de la volatilité des fondamentaux de la conception actuelle de l'Etat russe. La cause fondamentale de l'instabilité d'un minimum de participation politique des citoyens à la vie politique, même ceux qui l'ont soutenu et défendu le nouveau pouvoir pour la plupart de la période post-soviétique. Comme à première vue paradoxale, l'intérieur moderne de la fragilité de l'Etat russe, en raison de la dépendance quasi exclusive sur le pouvoir chinovnye, y compris les structures du pouvoir ne sont pas d'économie dans une situation critique. À cet égard, au moins se rappeler l'expérience de l'effondrement de l'Union soviétique. Il est si difficile pour la Russie à répéter les erreurs traditionnelles. Power est le plus affaibli la structure de l'Etat russe, localisée et démoraliser pratiquement tous les segments de la société civile, qui pourrait soutenir son dans une minute.

222

Maintenant, elle espère que pour les fonctionnaires et les personnes en uniforme. L'Etat russe est devenu trop fragile, et cette culpabilité et le péché du pouvoir. Cette situation exige que l'entreprise de ne pas faire de mouvements brusques, de tenter de briser ce qui pourrait être rompu. De l'histoire, nous savons que la destruction de l'État de porter atteinte à la personne et la société. Par conséquent, il est nécessaire de ne pas rompre, mais à construire. Noninclus dans le décrocher serré et destructrices confrontation, mais de soutenir les formes possibles de coopération, voire une telle ambivalence et de la simulation que la Chambre publique. De cette façon, vous pouvez influencer non seulement en paroles mais aussi dans les affaires du gouvernement. Nous devons essayer de mettre fin à la confrontation de la société libérale et les autorités, apprendre à écouter, non seulement pour eux-mêmes, mais aussi d'autres, de passer du monologue au dialogue les uns avec les autres. Retour de la confrontation et de dialogue - deliriously tâche difficile, impossible en l'absence d'une partie, mais le dialogue entre eux est le seul moyen de lever l'émergence d'un conflit civil, un mécanisme efficace pour renforcer la société civile et l'Etat russe.

Littérature 1. Herster-Filipps, U. politique conservatrice au cours de la dernière période de la République de Weimar / / Les types de pouvoir dans la perspective comparative et historique: Le problème-collection thématique. Vol. 3. INION Académie russe des Sciences, 1997. 2. Shtaff, I. Par la notion de théologie politique de Carl Schmitt / / Type de pouvoir dans la perspective comparative et historique: Le problème-collection thématique. Vol. 3. INION Académie russe des Sciences, 1997. 3. Yanov, AL La Russie et l'Europe en 3 livres. Volume Two. Riddle Mykolaivska Russie. 1825-1855. M.: Le nouveau chronographe, 2007. 504 pp.

223

Applications

Dialogues avec les acteurs de la science russe et de la politique

Dialogue avec Alexander Itshokinym L'auteur, à la différence de sondage et d'une certaine besfamilnogo péjorativement Alika, qui ne veut pas reconnaître une cinquième colonne moral agression contre la Russie et l'Occident défenseur des charges en l'adulation de son indistinct marmonnant sur la nécessité de nettoyer john, sa participation et de complicité dans ce virtuel Colon reconnu. Oui, chers Alexander Abramovich, pas tous, malheureusement, calme et bien dans notre patrie. Oui, trois ou même quatre cents ans, comme le début de la maudite nizkopoklontsy, et que le juste et a une très sacré de souveraineté n'est pas la raison propalyvala crêtes de la société russe et de la culture, quand prorezhivaya, et lorsqu'elles sont accordées dans le cadre de la racine de ce étrangers (européens), le vent est entré de mauvaises herbes, mais il - ici, comme en l'espèce. Cette résistance à l'autorité, la capacité à capturer de plus en plus de segments de la situation sociale et culturelle, y compris à la fois la portée des autorités, en dit beaucoup. Tout d'abord, que la Russie, comme dans d'autres pays développés à moderniser leurs vesternizirovannye élite, et cela est habituellement le plus jeune, dynamique, instruite et la réussite de la société. Au cours de plusieurs siècles d'histoire russe, le pouvoir a, à maintes reprises tenté de restreindre ou même de détruire physiquement ces nouveaux Européens, et à l'expression des OE Mandelshtam evropeyanok d'appel d'offres. Comme exemple de cette dernière soulève l'exemple de Lénine et, plus tard, encore plus classique stalinien inquisition dans la société et la culture, quand les
224

médias occidentaux ont commencé dans toutes les sphères de la vie et la culture en général, a essayé de casser physiquement en vue de résoudre le problème de l'occidentalisation de la Russie une fois pour toutes . N ° zapadnicheskoy intelligentsia - il n'ya pas de problème. Toutefois, même les fans de la Russie, la tradition socio-culturelle, le pouvoir ne peut pas se plaindre. Action construit dans le même sens - il n'ya pas de clergé, la paysannerie, la noblesse, presque Philistinism villes - pas de problème. Mais à la surprise et la consternation des autorités et des parties de la société, l'effort de siège autre part, zymosis zapadnizma pas éradiquée. Emprisonné sous Staline peu, pas à la fin, ce n'est que la septième tribu, et non tous les deux, c'est ..., de ne pas avoir de Staline , Lorsque Staline a la procédure, le prix réduit deux fois par an ... Cette simple parole de la bouche de l'Union soviétique droits peut être entendu jusqu'à ce que les participants étaient en vie de cette grande génération de fictions historiques, mais vous pouvez l'entendre aujourd'hui, avec un pourcentage connu de nostalgie sur bylom puissance impériale et de la grandeur de l'Union soviétique. Fortement outplay et obtenir de nouveaux et de la représentation de rabâcher bismarkovsy slogan - armes au lieu du beurre. Le vieux slogans au sujet de l'interprétation des principaux dirigeants et les idéologues de ce despotisme kvazivostochnoy, qui est rapidement devenu dans les bolcheviques Russie / URSS - La grandeur et la puissance de l'état natif - au-dessus de tous, penser plus tôt de la maison, puis sur lui-même et d'autres ont été inhérent pour beaucoup de citoyens soviétiques qui ont la socialisation primaire et inkulturatsiyu 30-40-s du XX siècle. Oui, nous devons admettre que pour les Occidentaux la civilisation occidentale n'est pas tellement quelque chose de spécifique, institutionnalisée, mais plutôt consacrés à proprement parler, qui est l'endroit pour les Occidentaux à un état de choses, presque l'incarnation du paradis terrestre. Mais le plus brutal / difficile que de devenir l'État A. Itshokinu, on peut faire rashristanny et anarhichny peuple russe de plus près à la mode de vie occidental, non seulement de la consommation, mais aussi au travail, de prendre beaucoup moins de maintenir,
225

comme il ne veut pas . Je ne veux pas soutenir tout nouveau Lénine (Ampilova, Tyulkina, etc), ni le nouveau Staline, et même une version plus légère, dans l'esprit de nombreux débats et d'encourager la Russie Pinochet. En ce qui concerne A. Itshokina thème important de motiver les gens à travailler dans l'Est et l'Ouest, les points suivants. Nous pensons que le travail forcé ne doit être économique. Shoot quelqu'un inutilement, il est vieux, robuste main osseuse de la faim, tandis que le pouvoir est nécessaire que dans la mesure où il peut exécuter des fonctions de police. A. Itshokin sur la base des dix-quinze dernières années, une réforme controversée, accompagné, toutefois, une réduction radicale du rôle de l'Etat, conclut que le peuple russe ne peut pas être fait pour bien fonctionner, tout en respectant toutes les exigences de la technologie, sans la contrainte sévère, presque sous la menace d'une exécution immédiate. Faire le travail pour rien ou très peu de payer ou de ne pas payer à l'Etat une grande ou de petite entreprise du peuple russe vraiment impossible. Le moment de la non-contrainte économique au travail en Russie irrémédiablement disparu. Ne pas faire de travail, mais intéressé à travailler, tourner rashristannogo l'homme en Russie un succès grevés de crédit à la consommation et le rêve d'acheter une nouvelle maison et de remplacer les distributeurs automatiques sur un de plus prestigieux et coûteux étrangères. Puis kogotok coincé et l'ensemble des oiseaux abîme. La réussite des consommateurs, habitués à la cherté de la vie, la dette en charge de crédit, vise à fournir à mieux vivre demain que d'hier, qui chérissent un travail bien payé, et plutôt calme, de travail aux normes occidentales. Cette approbation confirme l'expérience empirique à vysheoboznachennye années de réformes libérales en Russie, l'expérience de centaines de milliers d'entreprises prospères, où la productivité du travail est proche de la retenue, par exemple, dans l'ouest de l'Europe. Rashristan, ivre et tremblements moins par rapport à leur propre état de santé de Russie (russe) des personnes de notre histoire, la tradition socio-culturelle des pratiques en relation avec lui est tout à fait pouvoir sacré de l'histoire de frustration. Que le pays dans les grandes entreprises occidentales, comme l'a fait en
226

90 du siècle dernier, les pays d'Europe de l'Est, la société qui verse un salaire décent de normes russes - sera (déjà) et nos gens motivés à travailler. Donnez-lui quelques milliers de dollars de revenu par habitant et par mois - et vous aurez l'idéal de consommation et la croissance économique rapide. Il convient, toutefois, reconnaître que tous les gens, pour des raisons diverses, ont revendiqué la partie russe de la mondialisation (transnationale), économiques, et non pas chaque individu sera en mesure d'intrinsèquement caractéristiques intrinsèques de son intégration. Cette conclusion du processus de sélection naturelle, la plupart du reste au cours de l'ère soviétique, la dernière personne à adapter l'économie russe, en passant de l'industrialisme à postindustrializmu. Mesures draconiennes non la contrainte économique au travail, qui ont été largement diffusés dans les trente-quarante ans de régime soviétique, et en moins de forme prononcée sous la forme d'articles pour le parasitisme dans le code pénal soviétique, l'envoi en prison et tuneyadtsev cent unième km - tout cela est désormais inutile . En d'autres termes, au cours de la période soviétique, les principaux travaux sur la modernisation perekovke dogusudarstvennogo russe personne physique est terminé, et le chemin de l'adapter aux besoins de l'économie industrielle passée. C'est dans les années vingt, trente et quarante du siècle dernier, zahlebyvayas propre sueur et le sang de nos pères, grands-pères et arrière-grandpère est allé à la montagne de la transformation industrielle, maintenant que nous passons plus. Maintenant, par rapport à la montagne, est aujourd'hui plus facile, nous savons déjà comment jouer sur les anciennes (industriel) les règles sont désormais plus facile d'apprendre une nouvelle (post). Pendant ce temps, plus que quiconque que personne aujourd'hui n'est pas tiré de la réticence à travailler, mais le processus de ségrégation se produit spontanément Russes plus ou moins d'adaptation. Études de langues étrangères, notamment l'anglais, le leader des logiciels informatiques, de savoir comment utiliser l'Internet, a reçu un bien, de préférence, un enseignement scientifique de base est une énergie vitale - votre vie, les chances de la mobilité horizontale et verticale, tant à l'échelle nationale et à l'extérieur de la
227

croissance rapide. Si tout cela ne fonctionne pas, le tribunal ne le fait pas, il n'y a pas dans la Russie d'aujourd'hui, de facto, et sans doute ne sera pas pour l'avenir prévisible, l'État-providence. Il existe un processus permanent de la séparation des Russes dans les zones relativement riches, instruits, en bonne santé et avec les jeunes d'une part, et relativement pauvres, les malades et les moins scolarisés et les jeunes - de l'autre. Dans la société moderne de la Russie, nous avons vu hier et aujourd'hui, vu l'état de darwinisme social, mais le temps depuis la fin des années 80 à la fin 90-s du XX siècle, la plupart n'avaient pas samoedskoy l'observation et la réflexion, mais au travail. A. Itshokin dihotomichnogo modèle dans le monde, de l'Est et l'Ouest. Mais la Russie - ce n'est pas à l'est, et ce qui fonctionne dans l'est du pays - est en notre patrie n'est pas aussi efficace, si l'on travaille à tous. En outre, les mécanismes de mobilisation de la non-contrainte économique à l'œuvre, une justification idéologique de sa nécessité est déjà mort, l'esclave du travail beaucoup moins efficace sans le travail, en se concentrant sur l'amélioration personnelle et réalisation de niveaux de vie plus élevés, de l'employé. Oui, la Russie n'est pas l'Occident, la vie individualiste stratégie n'a toujours pas de distribution, bien que le processus est, de notre point de vue, il neostanovim. Longue vie à la manière dont vous, Alexander Abramovich daigne prendre la parole, le gras révolution, et que vous souhaitez soumettre un corps gras sur le trône, et de mauvaises herbes dans le révolutionnaire extras. Mais ici, hélas, la mode de Pudge a été la fin du Moyen Age, lorsque l'ensemble de l'Europe, au moins à son extrémité ouest, la nourriture est bon, mais, aujourd'hui, à l'ère de la Ramstore, Metro, et de réseaux alimentaires, dont beaucoup ne se limite pas à Moscou et à Saint-Pétersbourg, mais entré dans la province - les aliments pour les humains qui travaillent dans une entreprise privée - qui ne vaut pas la peine, alors parler de son propriétaire. Ainsi, Fatso, les gens graisse Pourtant, la métaphore, mais le niveau et la qualité des biens de consommation et des services en haut et en bas de l'échelle sociale, bien sûr différentes, les inégalités sociales sont les valeurs ordinales. Aujourd'hui dans le monde souffrent d'obésité et non des représentants
228

des groupes à faible revenu, de manger bon marché, la préparation de la nourriture rapide, les visiteurs McDonald's, plutôt que de restaurants haut de cuisine. Mais la polarisation sociale si populaire que vous avez de l'Est a été moins despotisme? Moins que dans les pays développés en Europe, mais pas dans les pays du tiers monde. Et est-ce fossé est dû à l'absence ou la présence de certaines contraintes éthiques, le cas rapidement dans un autre. Ce faible niveau de l'occidentalisation, tout en augmentant le niveau de revenu dans les riches et les pauvres de se stabiliser quelque peu. Pour ce faire, il suffit d'avoir à passer, qui est à vendre et à revendre les biens les plus importants de la Russie occidentale des sociétés transnationales, comme d'ailleurs fait les élites politiques en Europe de l'Est et, dans une certaine mesure, au Kazakhstan. Comme l'expérience des pays d'Europe orientale, poshedshih vers la masse de transférer la propriété des sociétés transnationales, il a apporté beaucoup de leur volume nécessaire et la qualité de l'investissement, supérieur à la culture autochtone de la production, les impôts et, en général, un niveau plus élevé des salaires. En outre, depuis le transfert de propriété dans les mains de sociétés étrangères exclut pratiquement l'existence de l'oligarchie russe, le statut social, la polarisation de la richesse de la nation n'est pas aussi grande que dans la Russie moderne, et, espérons-le, hier, mais aujourd'hui l'Ukraine. Dans la Russie moderne est en train de changer le paradigme de la socialisation et inkulturatsii l'homme des masses, le dépôt de la culture vient de la haute cuisine des restaurants, et par la culture de masse - par le papier glacé des magazines, la publicité, les achats, la télévision et le théâtre de comédies musicales. Ainsi, plus l'occidentalisation, de l'ouest et plus de joint-ventures, des salaires plus élevés, comme un moyen naturel pour la formation d'une majorité absolue de ploskogolovyh et zombirovannyh, par définition, A. Itshokina consommateurs. De notre point de vue - dans le pouvoir des consommateurs qu'elles incarnent dans leur vie, moderniser les pratiques de l'expansion de la civilisation occidentale, zapadnizma général. Cette masse sytyh mais dynamique
229

dans le temps, les consommateurs refusent de suivre les traditions socioculturelles, vybet sous le pied de tous les sols de rester au chômage dans les différents domaines de la théorie et la pratique sociale, non seulement marginalisés dans le marginal zone du champ de l'idéologie, mais de ne pas pouvoir consommer comparable à la nature et la valeur nationale, civilisationnel, religieux et patriotes gardiens. Naturellement, celui-ci plus insultants, et qu'il sert en tant que matériau, dans l'esprit du marxisme, la raison pour laquelle de nombreuses façons et donne lieu à la chaleur observés du nationalisme, l'intolérance religieuse dans différentes parties de la non-monde, y compris en Russie.

Dialogue avec Moïse Kaganov Le sort de Moïse Samoilovich Kagan organiquement, mais aussi étonnamment liée à la vie de Saint-Pétersbourg. En 1924, quand il a déménagé à partir de trois parents de Kiev dans l'ancienne capitale de l'Empire russe, la ville a été rebaptisée au début du premier conflit mondial à Petrograd devient Leningrad, et le nouveau, la Russie post-soviétique a de nouveau été renommé à SaintPétersbourg. Trois changements au cours de la vie d'un homme, une génération, les pauses, la chaîne de la continuité sociale et culturelle, mais aussi la préservation des monuments architecturaux, Neve, humide des vents d'ouest Baltique ... La vie de Moïse Samoilovich lieu dans ce magnifique paysage, avec une atmosphère spéciale de la ville européenne de la Russie. Ainsi, à partir de la réflexion de l'auteur en ce qui concerne les temps changent et la ville aura spirituelle fertile nés de son livre Grad Petrov dans l'histoire de la culture russe et L'histoire de SaintPétersbourg, de la fondation à nos jours. Lors de la lecture de son livre confessionnelles à la mémoire de la poésie est truite brise la glace, écrit en 1920 par un autre célèbre et talentueux écrivain russe Petersburgers - Alexeyevich Mikhail Kuzmin. Ensuite, une nouvelle, la Russie soviétique ne fait que commencer, il a été umytaya sang, mais n'a pas encore été pétrifié dans le béton et le bronze version stalinienne du marxisme-léninisme, avec
230

toutes les nouvelles sciences, avec la plus grande difficulté punch, et son apparition n'est pas seulement présente un risque pour la carrière mais aussi de sauver la vie du créateur. Moïse Samoilovich Kagan - la liberté intérieure de l'homme: il n'a pas simplement être un contemporain de l'époque soviétique, mais de sa vie, son travail scientifique à élargir les limites de la durée possible de la liberté, de la défendre contre les staliniens et post-culturelle inquisition. Il est l'un de ceux qui ont été en mesure de podtopit d'abord, puis briser la glace pseudo-dogmatique, dogmatisme idéologique, la libération de l'effet asphyxiant de la science et de l'ensemble du pays. Cela ne signifie pas que MS Kagan dans la période soviétique, sa vie a été fougueux révolutionnaire: lui et ses pairs, appartiennent à une génération qui a reçu un billet à la suite de la Révolution, d'une génération, en supposant que les valeurs humanistes qui, directement et indirectement présent dans l'idéologie soviétique. Nous sommes conscients du fait que les États membres Kagan appartient à une génération, un homme dont la moitié presque entièrement détruite sur les fronts de la Grande guerre patriotique. Il combat dans le cadre du parti de Leningrad, lorsque les étudiants de philologie de l'Université d'aller dans la bataille avec les troupes allemandes attaquent presque sans armes. Donc, la bataille s'est transformée en un massacre, il a été grièvement blessé Samoilovich, mois passés dans les hôpitaux. Depuis, plus de soixante ans, mais il a été partie à des événements, puis se souvient de son ami mort, le lecteur est schemit cœur de leur héroïsme et de l'ensemble de la situation ridicule où le manque d'organisation et de l'offre avant et arrière nager massive héroïsme sacrificiel presque des personnes non armées. J'ai été la rédaction d'une étude littéraire de Eugène Onéguine, des années d'études dans une école de cycle supérieur, le travail à l'Université de Leningrad. Après la mort de Staline en 1953, le pays est peu à peu vie après l'horreur de la répression, Khrouchtchev Dégel accompagné par l'expansion de l'espace extérieur de la liberté, y compris dans le domaine de la science. Les résultats d'un débat
231

scientifique a progressivement perdu le caractère inévitable d'une condamnation pour le moins dogmatique membres. Mais la liberté ne vient pas de lui-même, tous avaient à défendre un nouveau disque, souffrant de graves pressions et de l'obstruction de l'auto-dogmatist. Il faut dire que sur MS Kagan a déployé contemporain IV Staline idéologique contre la société cosmopolitisme et de l'adulation inostranschinoy avant, a lancé un harcèlement et les restrictions sur les droits de la population juive de l'URSS sur la base de la nationalité - une pratique criminelle, qui est quelque peu affaiblies dans le pays jusqu'à la fin des années 1980. La campagne comprenait, non seulement de renforcer et de mener à l'absurdité de contrôle idéologique de la NKVD, VKPB (b) de la société soviétique, mais aussi la partie physique de la répression contre le parti-machine affaires, de médecins, de scientifiques, d'enseignants, comme étant, n'a pas eu lieu dans les rangs Parti communiste, qui a été frappé non seulement par leur, c'est-à-dire partie, mais fini le reste de la Russie et a obtenu son esprit de l'intelligentsia soviétique. MS Kagan a connu la complexité et la tragédie, le mauvais œil du temps. Sauvés de travail, d'enseigner, de parler à des conférences, écrire des livres et des articles. Nos résultats préliminaires de l'ouvrage stock, confessionnelles histoires de temps et de lui-même, sur le vif, courageux et talentueux avec qui sort de l'auteur a introduit au cours de nombreuses décennies de sa vie, en commençant par l'avantguerre. Bien sûr, que, dans pas trop volumineux, la matière, nous ne pouvons pas donner ici une liste complète des personnes qui, en quelque sorte, représenté dans ce livre, mais tout de même essayer de dresser la liste des noms de scientifiques, d'écrivains, professeurs, amis et collègues à l'auteur, qui a consacré Selected Essays livres. Cette Vera Nikolaevna Poluboyarinova (Morozov), Jérémie Isaevich Ioffe, Eliazar Krever, Ludo Gudiashvili, Joseph A. Silver, Vladimir Dnipro (Vladimir Davidovich Resnik), Ilya Nikolaevich Kuskov (Shmekker), George V. Stepanov, P. David Pritzker, Yakov M. Smolenski (Lieberman ), Fedor Aleksandrovich Abramov, Alexander N. Iliad, Lev Naumovich Kogan, Nicholas

232

Zurabovich Chavchavadze, John Erhard, Heinz Plavius, Uli Kuhirt, Kurt Magrits, Efim Etkind Grigoryevich, Zinoviy Y. Korogodsky. Mais quand vous lisez le livre devant nos yeux n'est pas tant un mémorialiste, qui tous dans le passé, mais aussi l'image de nos contemporains, actifs ici et maintenant de l'homme-créateur. Aujourd'hui, il Samoilovich Kagan et beaucoup de bonnes œuvres, que dans les dix dernières années, est venu à la lumière de sa nouvelle recherche sur le développement de philosophique, culturelle, esthétique, l'art optique. Cela, surtout, Philosophie de la culture, la théorie philosophique de la valeur, L'esthétique comme une science philosophique, Se homme ..., les deux Introduction à l'histoire de la culture mondiale , nous l'avons déjà mentionné édition monographie Grad Petrov dans l'histoire de la culture russe . A Hambourg, a été publié la monographie Mensch - Kultur - Kunst: Systcmanalytische Untersuchung, vient de sortir à la lumière des métamorphoses de l'existence et la non-existence, Histoire de Saint-Pétersbourg, de la fondation à nos jours. Cette impressionnante liste se poursuit par la publication de collections d'articles - Les systèmes d'approche et de l'Homme et Art et Art Criticism. Attire les commentateurs Moïse Samoilovich citoyenneté, sa participation à la restructuration, la réponse aux questions critiques de notre vie présente. Cela vaut pour contrer continue à ce jour, notre société tente d'imposer une idéologie médiévale, sur la base de l'orthodoxie, et de l'éducation, en particulier l'école, cours Principes de la culture orthodoxe, qui est un pré-révolutionnaire remake loi de Dieu. Jouer avec les esprits de manière irrévocable le temps passé nous distances de la construction de efficiente et efficace en Russie. Est-ce que ce jeu cause d'un passé médiéval, dopetrovskoy Moskovia comme un symbole de notre avenir -, nous espérons sincèrement que non. Néanmoins, ces jeux sont assez dangereuses, en effet survécu à la tentation du socialisme international, nous, à la différence des Allemands, n'a pas développé d'immunité contre les tentations du nationalsocialisme, il n'ya aucune exclusion a priori des utopies religieux - et qui fait
233

maintenant partie de notre société, appelée de façon incontrôlable dans un autre appendice histoires . Et nous sommes ici en solidarité avec MS Kaganov: La seule consolation mai-être aussi que le processus historique, ainsi que la vie des individus, un cours ne l'est pas, et aucun des sorts de prêtres, même avec le soutien des politiciens qui ne sont pas en mesure de revenir à l'humanité dans le MoyenAge. Nous pensons que pour la Russie le plus important est de créer un climat de tolérance pour la liberté de choix personnel, l'exhaustivité de ce qui suggère la possibilité de rejet de la proposition de l'utilisation des laïques ou religieuses de mégaprojets. Nous nous réservons le droit d'être un site naturel ou les matières scientifiques, et de former leur propre image du monde sur la base des connaissances scientifiques acquises à partir de la succession des procédures d'analyse, plutôt que sur la base des a priori, sans aucun doute le don de la foi. En fait, nous parlons de la préservation d'une division traditionnelle: Dieu - les dieux, César - César. Dans la nouvelle fois en Europe, la science et l'éducation ont trait à la sphère de César, et le bien-connu que les exceptions confirment la règle. Retsenziruya livre A propos de temps, sur les gens, sur moi-même, il est impossible de ne pas dire qu'il contient beaucoup de philosophique la réflexion théorique et culturelle, de synthèse et des conclusions. Et le chef d'entre eux est le suivant: La tâche de la philosophie, de laquelle aucune autre forme d'activité spirituelle n'est pas en mesure de résoudre, est de réfléchir sur les perspectives de développement humain dans le nouveau siècle et de millénaire, et son bras que la connaissance - la connaissance scientifique, plutôt que de l'irrationnel, la croyance tandis que l'hypothèse de connaissances dont nous disposons quant à l'avenir . Pour cette philosophie devrait être la réalisation de la pensée scientifique du siècle dernier - une approche systémique et Synergetics. La liberté de l'homme - il s'agit d'une grande valeur. Parce que personne ne sauver pathétique monologue, le dialogue devrait se substituer le monologue, le dialogue homme avec l'homme, l'homme et la nature. Nouveau livre de Moïse Samoilovich Kagan A propos de temps. A propos de personnes. En savoir plus
234

dialogizma pleine d'esprit et de l'humanité, le désir de l'unité de la nature, de la société, la culture et des personnes. Sur ses pages sont étroitement recherche scientifique, une rencontre symbolique avec des personnes d'âge, de joie et de la famille de communication, le changement des saisons et des décennies, se mêlent, créant un désir dans l'avenir neostanovimy flux de la vie.

Dialogue avec Alexander Akhiezer À la lecture de nouvelles œuvres AS Akhiezer, il convient de noter, une triste réalité - entre la rédaction et la publication a eu lieu une dizaine d'années. Cela est essentiel pour de nombreux court-terme, en appuyant sur le texte, qui sur les routes du temps, dès que le oeuf à la journée du Christ. Burning texte rapidement mauvais, de perdre le lecteur, au mieux, reste un souvenir passé. Mais il est une autre affaire. Publié dans une collection de A. Akhiezer travaux Caractéristiques de l'histoire russe, Shoah dans la société et la nature comme un problème moral (sur l'expérience historique de la Russie), Sur les particularités de la philosophie moderne. Vue de Russie n'est pas perdu, et il n'est pas malheureux pour un long temps de ne pas perdre de sa pertinence et de la demande. Ce qui est regrettable est que cette compréhension profonde de la Russie, les réalités socio-culturelles, le nouveau paradigme des sciences sociales pour répondre à la nécessité de la société à se comprendre elle-même, son histoire, son avenir possible, enfin, être pertinentes et de la demande de nombreuses années et les décennies à venir? Réservation par Alexander Samoilovich Akhiezer, qui comprend trois grandes œuvres, est consacré à la création, le développement et l'état actuel de l'Etat russe, dans la situation de l'auto, fumant au milieu de la vie de la population et se manifeste dans pratiquement toutes les sphères de la vie sociale et culturelle du pays, de profondes divisions. Et cette division n'est pas effectivement commencé à diviser l'église ou le début des temps historiques. Il immanenten nature même de la vie russe, immanenten l'Etat russe. Pour résumer et peu
235

giperboliziruya, nous pouvons dire que la division - il est téléologique idée de Dieu et l'histoire en relation avec la Russie, une manifestation de ses propriétés intrinsèques. Et en termes de développement socio - split - le résultat d'un manque de capacité historique de reconstruire l'historique de l'objet de la culture, respectivement, l'évolution des conditions, le résultat de l'absence de sens de l'interpénétration des groupes divisés, la faiblesse du dialogue, un consensus de base que le premier devient un enjeu important dans une grande société. Et pourtant, l'auteur fournit des spécifications détaillées de cette division, ses causes et ses conséquences. La scission sistemoobrazuyusch à l'égard de notre passé historique et le présent, nous avons peur de dire que l'avenir de nos traditions socio-culturelles, je peux donc expliquer un devis des travaux de l'AS Akhiezer. La scission a pris des formes diverses: entre le gouvernement et le peuple, le spirituel et le pouvoir des élites, l'intelligentsia et le pouvoir, l'intelligentsia et le peuple, entre les cultures et les formes de communication entre les institutions, les communautés et leurs propres tentatives pour améliorer l'efficacité de leurs fonctions, etc il peut survenir entre les parties des éléments de la société. À la suite de la division, il est apparu à s'adapter à différentes formes de pathologie socio-culturel: forte perturbation, en les menaçant de dégénérer en un glissement vers l'irréversible catastrophe, la rupture de chacun (des) société, diarchy très répandue, se transforme en mnogovlastie; lokalizm (tendance à l'effondrement de la haute société dans le circuit local de mondes différents l'étendue des régions à des colonies de peuplement, et émotionnellement intégrée numériquement petits groupes), l'atomisation de la société, lame de solutions (une chaîne de décisions, où chaque décision d'annuler partiellement ou totalement de la précédente) le manque de survie pour la capacité de façonner des attitudes conformes à la réalité et les changements éventuels dans les fonctions, le désir résoudre le problème de la modernité libérale, avec le programme et les formes archaïques des relations . Vu les problèmes de l'histoire de la Russie, l'auteur explore les fondements sociaux et culturels de la société russe et de la puissance russe, et révèle les raisons
236

de répéter l'histoire du pays dans l'alternance de hausses et politique souverain victorieux catastrophes. Power a vu sa tâche principale dans la collection d'hommage à la perte de leurs formes historiques de la population. La société est devenue à grain fin, ce qui ne lui permet pas de s'unir, ne sont pas nées d'une volonté de s'unir dans une grande échelle. AS Akhiezer dit ici sur le milieu de notre vie, sur les caractéristiques de la relation entre le gouvernement et la société au cours de la période de notre histoire moderne, ainsi que des sons comme si pas des siècles d'histoire entre nous, Petrovsky soviétique et des réformes ... Le même finesse, aujourd'hui plus dire atomisation la société, tout de même la collecte hommage pour vous les avantages, y compris le personnel. Le passé est vu dans le livre et sa spécificité historique, et tant la préhistoire de la Russie moderne, les problèmes qui, à son tour, demandé à l'auteur de l'angle de vue de l'ensemble de l'histoire russe. Tout d'abord, l'ouverture des travaux du travail, Les spécificités de l'histoire russe, consacré à l'historique des boules de Russie et des problèmes socio-culturel qui ne donne pas tous de nous tomber dans le paradis sytoy calme, beaucoup plus cohérente et rationnelle la vie européenne. Tous ces problèmes sont de nature qualitative, qui est, le processus semble être là, il et de l'urbanisation et au développement des territoires, mais la qualité de ces processus, de leur contenu informatif radicalement différente de la norme, a été prononcé par simulation grotesque de la nature. Le principal problème - la transition à l'agriculture biologique intensive auto-Russie - ne peuvent pas être résolus dans le cadre de notre historique et socioculturelles, la tradition, car il est intrinsèquement vaste modèle de développement. Mais aujourd'hui, ce type de développement est non seulement inefficace, mais sa mise en œuvre est moins l'espace social et géographique. Plus précisément, l'espace géographique de l'expansion à l'extérieur des frontières de la Russie ne reste pas complètement. Aujourd'hui, nous parlons de conserver le territoire, qui est en cours de réalisation dans l'Etat russe à la frontière impériale expansionniste phase d'expansion et de colonisation. Maintien de ces vastes territoires est

237

uniquement possible grâce à l'amélioration de la vie sur eux, leur développement, telle qu'elle est aujourd'hui ne peut être intensifiée. Mais le problème est justement de faire la transition vers un développement intensif, il est souvent compris dans notre histoire comme un autre accélération vaste de développement. Il s'agit d'une transition difficile, la mise en œuvre de ses vitale, mais jusqu'à présent, pas plus de probabiliste. Il existe d'autres, et encore moins des choix rationnels. Il existe une version extrême de neperehoda, vivant sur les rentes naturelles, l'exploitation extensive de la vaste espace, nous un héritage de la phase impériale de l'histoire russe. Ce chemin d'accès neperehoda pendant un certain temps est possible, et décoré mai être tout à fait correctement, comme notre participation à la division internationale du travail. Mais cette voie sans issue pour mettre en tête que la troisième phase de déconstruction de l'empire. Seulement dans ce cas, sous la menace de la désintégration territoriale n'est plus l'Union soviétique et la Russie. Pour essayer d'éviter la désintégration territoriale, il est nécessaire de mettre au point, obzhivat, avec amour, sur le maître obihazhivat soins du territoire de succession, de créer l'infrastructure de la vie en elle. Et en décourage et empêche la bonne, à tous égards, efficace et éprouvée à maintes reprises dans l'ouest et l'est de la transition vers la voie du développement intensif de la société et l'économie, les qualifications dans l'ensemble des divisions socio-culturelles en Russie, où pratiquement tous les historiques et socio-culturel de Russie intérieur divisé. En conséquence, l'ensemble de notre histoire, et de la modernité, elle aussi, se présente comme quelque chose de mal, il n'ya souvent pas de place. AS Akhiezer impose une lourde et difficile à diagnostiquer les maladies de la Russie - une approche globale, omniprésente divisions socio-culturel. Si vous avez recours à des associations de diagnostic médical, le partage - pire la schizophrénie - car il est juste sur la division de la conscience, et la partie communique à deux volets, il est rempli de mediatsionnoe l'espace. Et son projet de recours, un moyen de guérison n'est pas si amère, comment douloureusement
238

difficile,

presque

nepodemny

en

termes

de

pertinence

éternelle,

samovosproizvodimosti, auto profondes divisions sociales et culturelles qui ont produit la Russie historique et socio-culturelles, la tradition. Cette auto qui se passe aujourd'hui sous nos yeux, lorsque l'alimentation est, en pravoliberalnye réformes avant de commencer à diminuer en socioculturelles archaïque. Ce processus est fascinant et effrayant, presque mot à mot des coïncidences avec les idéal, ce talentueux recréé et analysées, y compris sa partie A. Akhiezer prédictive. Que peut-on faire dans une situation de déjà-vu, cercles de marche, debout reversionnyh mouvements inhérents système lui-même? Il reste à rappeler la plus simple et la plus difficile, du dialogue, de médiation, de combler les vides entre les pôles de l'divisions sociales et culturelles qui renforcent médiane Life sens. Une façon de diviser le royaume ensorcelé - médiation, le dialogue entre les deux pôles de la division, de culture et de remplir l'espace dialogique efflux médian de la culture, de remplissage de la société milieu individuel réduit, selon Dostoïevski, l'homme de Russie. Qu'est-ce que tout ce travail out? Les projections à cet égard sont différentes de celles complètement sûr et décent, d'une maturation dans l'esprit de l'européisme et progressizma, de négatifs et effrayants. La Russie d'aujourd'hui n'est pas similaire à la pré-soviétique, la Russie, et moins comme l'Union soviétique. Nous pensons que l'idéologie omniprésente potrebitelsta et exprimant sa culture de masse, beaucoup plus razmoyut, les niveaux, la solution en soi. Et dans ce contexte médicament amer du consumérisme, nous apprécions très positivement. Malgré ses moyens financiers et écologique des déchets, mais il représente une occasion unique de la Russie à remplir le milieu, il superflu de remplissage de produits et de services, qui se sentent remis en état de manière confortable carré - un citoyen à part entière de la société de consommation. L'image de la Russie moderne, les consommateurs ne sont pas geroichen, il n'était pas intéressé par l'histoire, mais sur l'économie. Il n'a pas oblagodetelstvuet humanité nouvelle idéologie messianique, ne serait pas la construction d'une nouvelle République des Soviets, ou le Sun City Campanella. Il s'agit d'un homme
239

paisible dans la rue et gérés au moyen de l'ingénierie sociale, et son comportement déterminé par les valeurs d'une société de consommation, assimilée dès l'enfance, éternellement valides par le marketing et la publicité omniprésente. Et il pourrait devenir le produit final de l'histoire russe, d'éliminer un messianisme russe et socio-culturelles, la division - il serait trop facile, si vous aimez les primitifs de reproduction et de maintenance. Peut-être l'omniprésence schisme, pendant des siècles, simulation de Russie socio-culturels et historiques réalité commence à reculer, lentement et douloureusement, avec le changement de générations, les changements dans le paysage ethnique et religieuse du pays. Le temps nous le dira. Mais maintenant entrepris AS Akhiezer fructueuse tentatives d'élaboration d'un nouveau paradigme des sciences sociales permet de mettre à jour et de développer les moyens à notre disposition les instruments scientifiques, permettra d'améliorer grandement les possibilités de notre heuristique les plus complexes et les processus complexes de l'histoire russe et de la culture, de leurs causes et effets. Eh bien avoir ce que nous avons aujourd'hui, ici et maintenant, il ya les instruments scientifiques, et de la technologie avec le grand écart, qui est toujours en nous et autour de nous - pour les efforts fructueux devrait remercier A. Akhiezer, l'appréciation de sa contribution à la théorie et la méthodologie des sciences sociales.

Dialogues avec Irina Khakamada

Dialogue I. Sur la littérature et la vie

240

Notre quatrième livre SEX dans les grandes politiques. Self-self-madefemme I. Khakamada. La surprise nom provoque l'intérêt des lecteurs potentiels, ce qui oblige à prendre un livre en main, de parcourir, lire les paragraphes piégés, et même des pages. Néanmoins, la disparition du lecteur, kogotok coincé - l'ensemble des oiseaux fossé reste à passer à la caisse, payer, et de lire un nouveau livre de Irina Mutsuovny jusqu'à la fin. La dernière assertion est vérifiée pour lui-même, est devenu lui-même lire directement à l'Institut de philosophie, le livre reflète et ne seront pas remis. Son lectorat est nettement plus marquée dans le sous-titre (self self-made woman), heureux de lire un livre, les personnes de sexe différent et de l'âge, trouvant en elle quelque chose de curieux pour moi-même. Et le sexe (en anglais - sexe) n'est pas la principale raison pour laquelle, même si, bien sûr, curieux de voir comment une femme survit encore dans la Russie, dominée par les hommes politiques. Le lecteur intéressé par ce qu'il est un ancien sous-ministre, un candidat à la présidentielle, et sans ironie - étudiant komsomolka et simple beauté I. Khakamada? Je me souviens BOGDANIVSKE: Il a aimé trois choses dans le monde: / La nuit dernière, Peña, paons blancs / supprimé Card et American ..., il, la femme, aimée d'étanchéité de chocolat, bleu vases, nappes en peluche avec des brosses à la parole, le premier volume Capital de Karl Marx, les éléphants, les chutes d'eau et de la musique classique ... elle, la femme qui détestait le réveil, les musées, Ski, costumes stricts, des étangs artificiels ... a réussi à allumer un feu avec un match, même en hiver, dormir avec un balcon ouvert ... le plus aimé au monde se trouvent sur le canapé avec une télécommande et une pomme ... voulu transformer la Russie, d'apprendre à avoir un excellent anglais et de s'asseoir sur le cross-cordes ... . Le lecteur intéressé à la vision du monde introverti, observateur attentif, et depuis 1993 également un participant actif dans les événements politiques. Le livre n'a pas d'illustrations, mais de nombreux lecteurs des images visibles, qui sont de couleurs différentes, les sons et les odeurs des mondes parallèles de la jungle de Malaisie et les autorités russes. Avec Irina Mutsuovnoy nous voyons l'évolution de l'ouest à l'est, vivant dans différents temps historique, les régions russes, comme la
241

Russie dans le temps, comme les vagues de l'océan, en passant sinusoïde. Préalablement à l'Oural, directement en face de glisser vers le bas: dans les quatrevingt-dix, quatre-vingt, sans savoir de quoi. Après le recouvrement de l'Oural, et à Vladivostok e 2005 a de nouveau . Le livre est transmis et l'incroyable sentiment de liberté de l'air tour 90, la première fois, les coopératives, l'émergence du capitalisme russe, est tout à fait satisfaits des soins, des universités, mais un service reconnaissable soviétique. Au cours de ces années, et effrayant, et drôle, et deliriously veulent travailler pour eux-mêmes, pour affirmer leur indépendance: Comme un homme fou posé potentiel. Elle porte tout, lorsque la lutte pour leur indépendance. Récemment à la télévision pour faire défiler d'un fragment de programme du mouvement coopératif au cours de ces années: assis dans le soussol, même dotsentskim poutre sur la tête, mais la lecture, le romantique, et a déclaré: Je suis - un homme libre! I - un homme libre. Nous - et non pas les esclaves. Les esclaves - nous ne sommes pas . Aujourd'hui, la tendance est différente, beaucoup plus difficile aujourd'hui d'ouvrir le boîtier, se nourrir, les jeunes encore dans la manière dont les fonctionnaires, et non pas dans l'entreprise, de nouveau, la toxicomanie, seulement plus sytaya cellule et tout aussi élégante et spacieuse, avec sovke. C'est notre tradition, et, comme indiqué dans le milieu du XIX siècle, NG Chernyshevskiy, les enfants de leur (les propriétaires, les commerçants et les capitalistes. - SG) est habituellement lent à promenyat l'activité commerciale dans le service. Mais la richesse créée de capital plutôt que des bureaucrates, pour l'amour de l'état à payer des loyers chers, et de la société, et de pouvoir. Quand vous lisez SEX dans les grandes politiques. Self-self-made-femme , peu de temps, la question se pose: pourquoi voulez-vous un homme d'entrer dans le gouvernement? Power - le monde auto-hiérarchie, où vous devez faire attention à quelqu'un qui est assis avec eux, rappelez-vous beaucoup d'inutiles nom patronymique, de détente, sans se détendre les esprits - oui nous en avons besoin? Quand j'étais ministre, tous mes efforts pour attirer les gens s'est soldée par un échec. Pourquoi ne pas attirer, comment persuader soit, nul désaccord. Sortir pour
242

les petits salaires réticence, ne s'intéressent pas à voler, toute la vie de popolame et pourquoi. Le résultat est non. La machine est stupide, ne fonctionne pas ... . Ce n'est pas une question de puissance intellectuelle de la Russie et de progrès ou de Barbate bezusy Père de la Nation construit par eux-mêmes verticale des appareils capables de recevoir et d'exécuter les solutions nécessaires, les freins et le blocage nuisibles. Comme la Russie, la puissance intellectuelle Khakamada est allé, et il ya presque Nekrasova - et un cheval, et une cabane ... Pourquoi et pourquoi? Il suffit d'écouter A. Galić à comprendre que les quelques survivants de personnes à comprendre que la génération: Voici ce que je veux poser. Vous avez hâte. Vous construire sa démocratie bientôt. S'il vous plaît. Je vous demande un. Essayez vite. Bien que l'oeil pour le voir. Je vous remercie . Ici et agitateurs dans les élections de 1993: Purga, blizzard metet dans tous les bouts, tous les bus ne vont pas, il n'y a pas de métro, et tout d'un coup à l'aube - deux saints pissenlit, un foulard en croix, comme blokadnikov, veste matelassée, bottes de feutre, sanochki . Où est la littérature? Qu'est-ce que la littérature? Eh bien listovochki sur vous. Venez sur listovochki sanochki. Et hors de plongée . Tous ces gens très bien se rappeler le classique soviétique de pouvoir de Lénine - Staline, ils n'ont pas de rien avoir à expliquer et à prouver, car il existe, derrière le dos, qui parcouraient la région pour kaery / et sous la neige attend les racines pourries, / à la terre, pas de premières , pants podtyanuvshi pas s'agenouillèrent ... / Sing le même tube, comme Sing, Sing à propos de mon Potmu, / Chantez au sujet de mon frère, là, dans le glacial padi . Ces personnes sur une profonde, viscérale niveau, le sentiment que Khakamada - la leur et externes, que les actions, ils ne sont pas si importantes. Hélas, dans notre patrimoine historique commun à tenter d'influencer le pouvoir à la moindre occasion, et même sans la possibilité est - vraiment très mal et de mourir d'un héritage que nous nous refusons. Et pour faire le travail que vous personnellement, ne peut pas faire - pour construire et défendre la démocratie russe. I. Khakamada quelques années, se réunit dans le gouvernement pour le développement des petites entreprises, elle a commencé avec les premières
243

coopératives, sachant que dans cette affaire gratuitement des millions de personnes. Son développement a permis à ces changements irréversibles, la possible formation d'un indépendant, avec succès, et les atouts de la petite économie de notre société civile. Aujourd'hui en Russie, a estimé politique Maski-show, en cas de rencontre avec leurs électeurs potentiels, des hommes politiques dans les costumes de déguisement Bolshevichki et décorée d'une horloge vol - I comme vous, votez pour moi, pauvres de Russie paternalisty attendre monsieur, qui viendra juger. Mais l'homme ne sont pas tous de Russie paternaliste, il est plutôt paternaliste en temps, jusqu'à ce que vous ne pouvez pas vivre à rude épreuve en se fiant à sévère, mais juste des fonctionnaires, jusqu'à ce que vient le temps de travail lui-même et pour elle-même, sans égard à l'état. Des dizaines de millions de personnes en Russie ochnuvshihsya 90-s ont été, ils ont ouvert une petite entreprise, chelnochili, 3 / 4 des attaques à partir de rapports statistiques. Pour l'État, comme s'ils ne l'étaient pas, ils ne paient pas d'impôts, mais ils ont été les plus actifs et les plus répandues du groupe de soutien pour le président Eltsine et de la réforme des politiques. Dans ce comportement économique reflète la conception traditionnelle de la liberté comme une volonté, la liberté de la part du gouvernement et, lorsque le pouvoir qui va se donner - les millions de gens dire: c'est notre pouvoir. Rappelons-nous le phénomène de l'élection présidentielle de 1996. Si ce n'était pas pour ces millions de petites entreprises - dont des millions de la première fois dans la vie, le sentiment que la liberté économique - pas d'utilisation des ressources administratives, financières et de promotion des possibilités pour les grandes entreprises ne sont pas autorisés à re-BN Eltsine, pour un second mandat. Paradoxalement, le pouvoir n'a pas compris que les petites entreprises sont l'épine dorsale de celle-ci, qui étaient encore sur la réduction des intellectuels libéraux et de grandes entreprises. Aujourd'hui, la puissance est comprise, mais c'est un autre pouvoir, il n'a pas besoin de l'appui de l'autonomie économique des personnes, ces personnes sont suspectes, voire d'hostilité. Le soutien social pour le

244

gouvernement actuel représentent le pouvoir - un homme avec une arme à feu - et l'officier - une personne qui reçoit le statut de la location de roubles. Il s'agit d'un niveau qualitativement différent de l'aide sociale, prilnuvshie le gouvernement et les grands succès des centristes goskompaniyam-homme de la rue est bon dans ce rôle, jusque-là, jusqu'à ce que tout est calme et tranquille, le prix du pétrole et autres produits de base, les exportations de la Russie sont de plus en plus, et a reçu des milliards de dollars peuvent être bedaub presque aucun problème. Cette aide sociale est bien stable et prévisible en situation socio-politique, mais son aggravation d'une personne ordinaire est peu probable pour protéger le pouvoir de défendre son peuple avec certaines convictions politiques, en août 1991 à la Maison Blanche et en Octobre 1993 à Mossovet, estimant que cette la puissance de sa propre initiative. Centristes, la réussite l'homme dans la rue, rester à la maison jusqu'à la dernière mesure du possible, puis de devenir comme des victimes passives de la vérification et la Gestapo, ainsi que des complices actifs dans la répression. Mais dans la crise, les points tournants de l'histoire, crée un véritable minorité de gens, passionarii, de l'énergie qui est suffisant pour l'ouverture du changement social. En général, l'adrénaline - c'est l'âme de pétrole russe. Qui est extrait, qu'ils (et l'huile et de l'âme) et d'atteindre les . La libération d'adrénaline important de l'âme russe, et donc faire de la politique d'aujourd'hui est intéressant. Quel est l'intérêt dans les politiques de formation, alors que dans meystrime, et pas peur. Que je n'ai jamais Khakamada, et lui-même. Quoi d'autre accroché à ce livre et ce pour ne pas dire impossible? Pour moi, c'est la jungle de Malaisie, une grotte, avec une myriade d'hirondelles et les chauves-souris - un autre monde parallèle. Vue de ce monde pour nous et il nous aide à comprendre l'étroitesse de nos hommes, y compris les questions politiques. Plus grand monde politique russe, où une personne au visage par un adversaire pleschet jus, quelqu'un se permet de voler et de mentir, lorsque la presse et les opposants politiques font de toi terribles et traîtres Mme Mamba, en regardant à travers les yeux des oiseaux, des grenouilles de la jungle de Malaisie
245

skukozhivaetsya, en supposant que sa forme réelle. La vue principale dans son contexte. En flux nahlestyvayuschih l'autre des événements publics et de la vie privée, dans la perte de jours, dans lesquels aucun avis krugoverti Au cours de l'année, difficile de ne pas se perdre, ceux du passé, du présent - avec panneau de contrôle et de pomme. En regardant le monde à travers les yeux d'émeraude grenouille aide ici - la chose est de savoir comment regarder, quel est votre système. Voir aussi, et n'oubliez pas que ce n'est pas toute la vie, ce n'est qu'une partie de celui-ci, et le monde autour de la grande et libre. L'ouverture et l'auto-auteur frappante. Nous devons avouer que j'ai failli ne pas lire glamour des livres, même si je sais qu'il ya des livres de M. Arbatova, le show business - et peut-être parce que je n'étais pas très curieux de la vie privée des personnes qui écrivent eux. Lorsque l'auteur est intéressant pour vous, lisez-le, en prenant comme il est prenant et la humain, trop humain, c'est dans le livre. Le livre SEX dans les grandes politiques. Self-self-made-femme diverses, et que la partie où l'autonomie de la femme, à la théorie critique. Présenter la mesure du possible, et de se sentir presque aussi difficile que de voir le monde à travers les yeux de la merveilleuse émeraude grenouilles de la jungle de Malaisie. Alors que sur cette partie du texte de l'auteur ne juge pas moi. Après Khakamada I. E. Tregubova mentionner seulement en raison de son thème SEX dans les grandes politiques. Self-self-made-femme coïncide avec Baika Kremlin diggera . Les deux livres a présenté une vision critique de la politique russe, les femmes, et même de puissants personnages en question, souvent les mêmes. Mais Khakamada pas à graver un pont et ne veut pas se blottir dans un coin qui vous plus fort, parce que quand le souverain de la Russie à apporter à la plume, il devient un tyran. Ceci est un être rationnel et pragmatique, il Khakamada politicien. Tregubova n'est pas un politicien, il est romantique, elle a la passion des chasseurs et chercher à défendre la démocratie. A la vue des hommes biaisé réviseur, du bien de voir clair, intelligent, critique, et plus de femmes en politique

246

et dans la vie, augmente la probabilité que le pays vivent une vie indépendante et est auto-construit une société civile et démocratique. Maintenant, permettez-moi de dire quelques mots au sujet de la présentation du livre, plus précisément, une emblématique de détails. Russie homme de la rue que le pouvoir utilisé une fois, puis sur son cou doit être une chaîne de métal jaune, qui a toujours provoqué la brutalité avec pendentif en évidence de la couronne impériale, près de Monomakh plafond, qui, comme chacun le sait, difficile. Les métaux lourds sont presque comme des chaînes, qui a pris les clients en cent Balu Kings Boulgakov Margarita. Sur la photo de couverture livre gravité physique du métal jaune ne sont pas visibles, le sang de moins de sochitsya lui, cette allégorie, perceptible seulement par son esthétique et de la gravité inconvenance, de concert avec la clavicule enfantine impuissants. Eh bien, quelle autorité, et ces symboles. Dans un autre très récent 90-s dans le mécanisme de puissance sont tout à fait honnêtes gens, les mêmes B.E. Nemtsov, qui était dans le bureau de sa poupée de la même émission de NTV. Maintenant Nemtsova ni le pouvoir ni le programme Dolls, ou l'ancienne NTV. Il semble aujourd'hui que la terne, sombre et beznadega presque jamais. Mais non, pas toujours, terne avec le temps, tranquillement et sereinement et rapidement, et rapidement, mais il quitter. Et puis il n'est pas certain, mais espérons que ce ne sera pas un fonctionnaire de faire une demande de royal prilipchivoy de lourdes chaînes et des autorités russes, et a tiré sur le disque et ne pas cesser de fumer. L'agent, qui emploie une société civile grâce à la médiation et de contrôle par les responsables de l'État luimême pourrait devenir un autre: J'ai toujours affirmé que la Russie va mettre l'agent de paresseux. Celui qui veut faire l'amour à des femmes et des romans. Pour les romans exige loisirs. Mais les loisirs de fournir un système qui peut fonctionner sans elle . Pendant ce temps, une autre tendance, de plus en plus les domaines de la vie sont construits dans le pouvoir vertical, le pouvoir cherche à contrôler la politique, les affaires, les médias, les organisations de la société civile ... Cette tendance mai bientôt en apportant la puissance de la verticale à chaque individu, comme dans
247

notre le récent passé soviétique, avec son parti, des syndicats et des réunions Komsomol. Tous et toutes, sous la supervision de fonctionnaires, cette approche semble pouvoir mieux que le problème avec l'indépendance et du rire de votre opinion de la société civile. L'espace de liberté publique d'aujourd'hui est en baisse désastreuse, nous avons été à nouveau, comme dans prisnopamyatnye temps, conduire à la cuisine. L'espace de liberté doit être protégée, l'intérieur de l'homme libre est gratuit partout dans la liberté intérieure de l'ère du changement ne porte pas atteinte. Khakamada, un homme libre, et elle aide à devenir libre à d'autres personnes, surtout des jeunes, ceux qui regardent - de rendre la vie à quelqu'un. Irina, merci pour le livre et pour tout ce que vous avez fait et à faire à la fin des années 80-s. Aujourd'hui, seul un crépuscule de l'histoire, ils seront toujours. Un lecteur potentiel à dire - lire. Vous l'aimez.

Dialogue II. À propos de la nouvelle monnaie sociale - 2008. Le 18 avril 2007 à la Maison des journalistes a présenté le New Social Course - 2008. Le projet a été préparé sous la direction du Vice-Président du Présidium de la Russie, l'Union démocratique du peuple Irina Khakamada et proposé comme base de la pré-candidat à la présidence de la Fédération de Russie, qui va devenir le seul candidat de l'opposition des forces. Les panélistes étaient: Lyudmila Alekseeva, Sergei Havre, Sergei Glazyev, Eugene Gontmaher, Lev Gudkov, Tamara Zamyatin, Kirill Kabanov, Mikhaïl Kassianov, Elena Lukyanova, Lyudmila télen, et autres. L'idéologie d'un nouveau cours social fait Khakamada I.: Nous avons besoin d'une politique sociale nationale, comme une nouvelle forme de patriotisme. Un seul espace social, les droits sociaux, de l'unité des principaux objectifs - c'est ce que serait la nation. Notre programme peut utiliser n'importe quel candidat qui serait d'accord avec elle . Cette unité de droits et de l'unité de but, quelque chose qui peut unir le pays, contribuent à la formation des minorités ethniques, la nation civique.
248

En fait, le programme est de construire un Etat social, de renforcer le tissu social, qui, aujourd'hui encore, reste en grande partie sur l'héritage soviétique. De istlevayuschey et la désagrégation du tissu social ne pourrait pas être plus de pays. Aujourd'hui, il est épuisé, l'héritage soviétique dans l'éducation, la science, les soins de santé est presque épuisé. Sa restauration est nécessaire, il est peu à peu commencé à prendre conscience de la nécessité de ne pas seulement la société mais aussi dans les entreprises. Une troisième partie n'a pas encore eu lieu sur le contrat social - les autorités ne sont pas pleinement conscients ou ne veulent pas comprendre l'importance de l'actuelle situation sociale, leurs actions pour y remédier considère comme purement secondaire par rapport à PR-entreprises qui créent l'apparence de la solution des problèmes sociaux dans l'espace virtuel d'information. Eugene Gontmaher, chef du Centre de la politique sociale, de l'Institut d'économie, Académie des Sciences de Russie et l'un des principaux développeurs du programme, a commenté: On peut s'attendre à ce que par le parti au pouvoir, suivie par une lotion pour remédier à la situation avant les élections, mais ils ne l'ont pas enregistrer. Parlant de l'importance sociale de la part du futur candidat à l'élection présidentielle de l'opposition, I. Khakamada a noté que c'est parce que les démocrates étaient pleins d'une perte que ottorgli personnes. Afin de mettre en œuvre des politiques sociales qui ne sont pas nécessairement, comme proposé par les communistes, la fin des dépenses du budget. Vous pouvez créer un très efficace les mécanismes du marché fonctionnent efficacement, et de donner non seulement la qualité de la vie sociale, mais aussi les investissements dans l'économie. Mais pour cela vous avez besoin pour ce faire une priorité et le travail sur toute honnêteté . Je crois que le pouvoir d'améliorer la qualité de la vie sociale dans le cadre des mécanismes du marché, semble-t-il, ne peut pas travailler efficacement. Cela peut être vu et de mauvais calculs dans la monétisation des avantages sociaux, les limites de la réforme des retraites. Les autorités ne peuvent pas résoudre les
249

problèmes sociaux sur le fond, et le moment de faire quelque chose a besoin pour s'occuper de la PR-solutions. Et si le pouvoir réel dans leurs actions sont souvent très à droite du centre, dans le domaine de l'information de son visage leveet incontrôlable, tellement habitués à la Russie connotation paternaliste. La société voit dans cette gauche idéologique transfert du pouvoir, se sent d'information maladie du gauchisme. Aujourd'hui, les attentes croissantes des citoyens ne sont pas sur nos propres forces, et sur la capacité redistributive de l'État. Communauté leveet, de plus en plus la demande se trouvent dans les idées sociales-démocrates. La question se pose - pourquoi? En effet, dans pas trop lointain années 90 tout était d'une manière différente, les gens seront heureux de se lancer en affaires, à démarrer leur propre entreprise, a changé leur lieu de résidence à l'immigration du pays. En d'autres mots, avait espéré pour eux-mêmes, et non l'État. Les raisons de ce brusque changement de l'opinion publique, au moins quelque peu. Tout d'abord, il est devenu difficile de travailler dans les petites et moyennes entreprises, ont grimpé droit d'entrée, son cas peut être ouvert, avec beaucoup plus de ressources que les 90-s. Au cours de ces années, il y avait la concurrence, qui pousse les petites entreprises à la faillite. Par exemple, dans le commerce des petites et moyennes entreprises ne peuvent pas rivaliser avec les grandes chaînes de vente au détail. Ce processus incite les petites et moyennes entreprises et du marché avec des ventes au détail a non seulement pour la Russie. Aux États-Unis comme exemple la prolifération des réseaux commerciaux UOL-Mars, ce qui entraîne des pertes d'activité des détaillants, des petits transporteurs, les fournisseurs, les avocats, qu'ils servent. Le troisième est l'insécurité des droits de propriété. Depuis le système féodal impérial de la propriété de pouvoir déterminer la propriété et la propriété ellemême, en dépit d'un certain nombre de pravoustanovleny, presque vulnérable, les

250

fonctionnaires et la situation dans la hiérarchie qui est plus élevé que celui de la mise en propriétaires. Dans la quatrième, l'accroissement de la bureaucratie et les accusations et les restrictions, l'augmentation de l'appétit des fonctionnaires, leur participation active à la redistribution des biens, a augmenté de façon spectaculaire des frais bureaucratiques permis, approbations, de l'inspection. Ne faites pas de produits ou de services elle-même, et de participer à l'élaboration et l'attribution de l'administration louer - un favori activité en Russie depuis les temps anciens. Le cinquième de l'entreprise, et ensuite à ses propres frais et de l'état, il y aura de l'argent, ce qui vous permet de partager, de redéployer. Un gouvernement d'excédents, la croissance du Fonds de stabilisation, de plus en plus de financement pour les programmes sociaux. Encore une fois, vous pouvez demander à l'État pour lequel il existe un moyen de satisfaire partiellement ou totalement la demande. Le problème ici est, et comment, en soutenant les faibles, ne remet pas en cause des incitations à l'activité capitaliste de forte, ceux qui possèdent la majeure partie de création de richesses et d'emplois. Un exemple de la version scandinave du socialisme démontre l'ampleur de cette menace. Donc, il ya la demande du public pour les sociaux-démocrates, sur la gauche, tourner. Aujourd'hui, elle est le moyen de gagner des votes, afin de renforcer sa position dans le cycle électoral à venir. Étant donné que toutes les réserves de certains gauchisme est dans la nouvelle monnaie sociale - 2008. Mais cette théorie gauchisme n'est pas mal, elle s'apparente à gauchisme Parti démocrate des États-Unis. Les gens sont de moins socialement succès est toujours plus, surtout s'ils sont mis en termes de comparaison est élevée, la liste des Etats et des propriétaires de la revue Forbes. Les gens ne sont pas très réussite économique sont presque toujours en faveur de la redistribution des revenus, la redistribution des riches vers les pauvres. Ils sont presque toujours plus élevé, d'autant plus que les autorités russes est fortement pousser les gens dans la zone marginale de la faiblesse. Et cette politique publique doit être changé.
251

Sur la partie théorique du nouveau cours de l'évolution anticipée de la société, la politique sociale, les développeurs ont travaillé de nombreux auteurs New Social Course - 2008. Il est maintenant en place pour sa réalisation pratique. Mikhail Kasyanov, résumant son attitude à l'égard du programme, a noté que il s'agit d'une unité sociale de la société civile, qui sera affiché comme punition futurs candidats ou des candidats. Il s'agit d'un score très élevé, la reconnaissance de la pertinence universelle du indiqué les objectifs sociaux.

Dialogue sur dissidents Marsh A Moscou, le samedi 16 Décembre 2006, a été dissident mars. Marsh dissidents - n'est pas une répétition Maidan Russie. Il est plus comme une démonstration de révolution romantique - trotskiste en 1927. Il ne s'agit pas de nouveaux accords, les versets de la grande tourmente, un combat d'arrière-garde, suivie par le retrait de la scène historique. C'est la logique de Thermidor. Aujourd'hui, le pays a parcouru un classique dans tous les livres d'histoire magistrale Thermidor période, après l'inévitable révolution. Notre révolution a été, en 1991, heureusement, il s'est avéré être polubarhatnoy - polubarhatnym était notre Thermidor. Thermidor toujours désagréable chose, et le désir de continuer dans le même temps, révolution et le contre de peuple uni incompatible opinions politiques et positions. La lutte contre les unit plutôt que des adversaires irréductibles d'hier. Dans la ligne et de venir s'asseoir à la table Anpilov camarade de Russie et de certains libéraux. La combinaison de la grève, à l'extrême, presque prohibitif. Contre qui seront amis est défini de telle sorte que le travail, les amis et collègues. Motivation Ampilova camarades et Limonov d'autre peut comprendre, ils sont presque révolutionnaires professionnels. Avec la compréhension de la motivation des Lords, révolutionnaires délicate. Bon pour faire face à l'autorité, en sachant que d'une main n'a pas de
252

plantes, et de l'autre - de devenir une puissance n'a pas réussi. Et si pofantazirovat sur - tout à coup à réussir? Puis, le lendemain, commence une opposition farouche de la situation попутчиков Autre Russie, à l'avance et de comprendre les perspectives d'une telle confrontation. Les libéraux ne pas déborder les héritiers de Staline, pour atteindre, sous le slogan Staline, Beria, Goulag, dans les trois de l'avenir de la place des intellectuels libéraux dans le goulag. Si vous parlez sérieusement, il n'y a pas démocratiques (orange) révolution dans la Russie moderne est impossible. La société civile est faible, il n'ya pratiquement pas de contraintes internes dans le but de renforcer le pouvoir vertical, et a réussi à construire la démocratie. Si une société est un potentiel révolutionnaire, il devrait ressembler à d'autres politiques flanc - à xénophobes et ultra. L'intoxication et de révolution romantique de l'intelligentsia libérale peut faciliter leur chemin vers le pouvoir. Ne nous donne pas le Dieu des soulèvements révolutionnaires - qu'ils peuvent apporter à l'étape ultra histoires, les nationauxsocialistes et autres, la destruction durable sur le cours de la vie, de rejeter le pays aux pires moments de l'histoire. Est-ce que chaque mot que l'auteur est prêt à renoncer à la démocratie, accepter ses limites? Loin de là. La démocratie - il est la valeur la plus élevée. Mais cela exige une certaine adhésion à des procédures démocratiques, un processus évolutif plutôt que révolutionnaire dans la nature. Dans le cadre des procédures démocratiques, le pouvoir ne cherche pas à pick up dans la rue, la tactique de l'affrontement de rue, avec des coups réguliers OMON - il est déjà trop. Trop de démocratie, bien sûr. Pour les révolutionnaires de tous bords et de la rue des campagnes, l'opposition à la confrontation - l'objet et le mode de vie, et la théorie de la révolution permanente idéologie. Bien sûr, tout le monde est à la recherche de sa signification dans la vie, et la participation à la lutte pour le processus lui-même a également le droit d'exister. De plus, les civils, les médecins, les enseignants, les entrepreneurs sont fortes dans leur domaine professionnel, plus fort que le pouvoir qui leur est propre, y compris la rue confrontation. Qui est sur cette étude. Ainsi, le résultat de cette
253

confrontation est largement prédéterminé à l'avance. Et le résultat de cela, en plus de la défaite du mouvement démocratique, sera accompagnée par une augmentation de l'autoritarisme. Mais, même improbable victoire dans la rue, la confrontation, ce serait une victoire pour la Pyrrhus. Oui, aujourd'hui le pouvoir ont beaucoup fait pour construire un système de démocratie gérée, il a de nombreux défauts et imperfections, mais cela ne signifie pas qu'il devrait être de briser le genou - est plus probable, à peu près inévitable que le temps le processus démocratique et les institutions sont fortes. Sous prétexte de les imperfections de la démocratie n'est pas la peine de vous détruire les procédures démocratiques et des institutions qui n'ont pas besoin de comparer l'échantillon bolcheviks Octobre dix-septième, a tué un jeune Russe de démocratie - ce n'est pas un bon rôle dans l'histoire de la Russie.

Dialogue avec Vladislav Surkov sur politproekte Notre Aujourd'hui, une partie de l'élite politique russe, désireux de se couvrir dans le cas où il est déjà prévu des changements dans nos vies, a commencé à construire un groupe de soutien des jeunes. À supposer, a priori, les valeurs de cette partie de l'élite, qui consiste en la conservation du pouvoir pour lui-même, l'idée est tout à fait compréhensible, et, à première vue, semblent être encore raisonnable. Il s'agit de l'éternelle série sur la paille, qui est une bonne idée de zagodya lit, sans attendre le contact douloureux entre l'espace d'état moderne de la Russie pas à l'aise avec le mécontentement populaire, de l'accroissement de l'aliénation de l'establishment politique qui part à gauche et à droite des opinions politiques. L'auteur, l'initiative est de pouvoir historiques différentes associations, dont la plupart sont inoffensifs débuts du gouvernement intérimaire de la Russie pour former un bataillon de femmes de choc, qui sont à mettre la situation sur le front, et, si nécessaire, à soutenir l'autorité de l'arrière. La nécessité d'un tel soutien est apparu très vite, mais espérons que les femmes bataillons seront en mesure de
254

défendre le gouvernement provisoire de la ennemis internes et externes, comme on le sait, se sont révélées vaines. Naturellement, l'histoire presque jamais se répéter mot à mot, mais maintenant, plus visibles et les lignes et l'intersection avec l'année 1916/1917, et, surtout, avec le temps, avant la révolution de Février. Aujourd'hui, comme alors, presque tous disponibles dans la société russe passionarii se sont concentrés sur la gauche et la droite politique flanc. Dans le centre de la traditionnelle marais, les gens modérée et exacte, qui mai être formel et lent à jouer dans n'importe quoi, y compris la mesure des jeux politiques. Et ce sont ces jeunes centre et appelle le pouvoir politproekte Notre. La deuxième allusion historique, l'auteur de tous les jours après les souvenirs des femmes des bataillons comme le dernier espoir des autorités puis, le temps, les liens actuels nashistskoe le pouvoir de l'entreprise d'aujourd'hui avec une histoire de fonctionnement du comité en tant que réserve de détachement du Parti communiste à la fin de la période de l'histoire soviétique. Question rhétorique, mais qui ont sauvé et protégé le Komsomol soviétique ère de déclin? - En tout cas, pas de leurs employeurs, et les financiers du PCUS. Avec un bon sens de ci-dessus, les jeunes d'aujourd'hui peuvent payer une cotisation et aller directement à la performance assemblée élue, de tenir des rassemblements, des fusées éclairantes et autres marches de masse, des spectacles et des impromptus de piquetage plongeon dans la cuvettes de WC, d'envoyer dans la poubelle de l'histoire des livres et des portraits d'hommes politiques non désirés, des écrivains, des réalisateurs ... La prochaine analogie historique, qui se pose dans le cadre de la nashistskim Project moins inoffensifs. Bien que le mouvement et de se positionner comme l'anti-fasciste dans son symbolisme, il ya eu des chevauchements avec la sémantique des symboles dans le temps du national-socialiste allemand. Cette symbolique a été représentée par le grand public le 14 Mai 2005, lorsque des dizaines de milliers de jeunes, des étudiants de classes supérieures des écoles secondaires, écoles professionnelles, les collèges et les universités de Moscou et

255

d'autres régions de Russie ont été un espace de Gagarine et de l'avenue Lénine barrés sous des drapeaux blancs avec des croix rouges. En 30 du siècle dernier, Hitler suit traités symbolisme de la couleur nationale du Parti socialiste de l'Allemagne: La couleur rouge symbolise l'idée du social ... La couleur blanche de l'idée du nationalisme. Swastika - une mission de la victoire des Aryens ... . Bien sûr, la croix gammée sur les drapeaux nashistov Non, son apparence serait trop provocatrice dans le pays, en remportant invasion nazie. Mais le Red Ensign, qui incarnent les idéaux de la social communistes / socialistes - est, comme il ya des blancs national pureté (croix blanche). Oui, et va au-delà de l'horizon une colonne de jeunes dans le cadre du drapeau rouge-blanc ressemblent à la plupart des cadres du film de Leni Riffenshtal Triomphe de la volonté. Nous comprenons que les procès-verbaux de répétition de l'histoire ne sera pas, mais ce qui se passe a sa propre logique, son vecteur de développement. Ces extras tragicomiques tragique fait que la logique de théâtre et de l'action politique dans le cadre d'une tradition historique. Recueillir tous les livres, et de brûler, cette recette est aussi sûr et flexible pour faire face à la sédition offerts au début du XIX siècle, encore Skalozub et suivi et des conseils d'administration des nationaux-socialistes en Allemagne, 30-s du XX siècle. Mais aujourd'hui, un temps, et pourtant, formelle et informelle des dirigeants nashistskogo projet ne s'identifie pas à son idéologie et de l'réputation. Il reste une question ouverte sur la façon dont nous avons besoin d'être intolérable et grave (grave) et de l'étendue admissible des actions visant à provoquer une telle candeur réminiscences historiques. Dans les prédécesseurs directs du mouvement Nos - Mouvement marche de créativité et de rigidité suffisante pour Zadornov scansion - ennemis du peuple - pour répondre à, recyclage Livre V. Sorokina, le piquetage du Bolchoï Théâtre clairement lisible sous-passion: nous censurer, censure . Dans cette logique, tous nos problèmes sont imputables principalement à la konspirologii positions, ce qui implique la séparation de la nation, les citoyens de la Russie à la première de personnes (qui va de pair) et deuxième (breduschih seul) trie. Dans le cadre de notre contexte social et culturel, cela pourrait vouloir dire sur
256

les points suivants. Les citoyens russes - qui est avec nous / notre - c'est le peuple, qui est connu pour être toujours à droite. Mais les citoyens qui Nenashev - il reste à examiner de près et de décider qui, comment et dans quelles circonstances, en Russie, pas mal de savoir si des agents de la CIA et Mosada ou, au pire, de ne pas y vivaient dans les territoires occupés et n'ont pas demander si les membres de la famille dans les pays étrangers, comme dans les Orange en Ukraine. Par conséquent, dans le futur, mais aussi susceptibles de fonctionner, tous les pas dans nos frères et sœurs peuvent donner à chaque goutte - à l'étoile jaune sur la veste matelassée, et qui, tout simplement, veste matelassée avec des marques. Si vous en venir aux twist noix pomyagche peu que pourrait être possible contre pas trop dangereux opposants au régime - que la validité de leur citoyenneté pourrait être atténuée limitations (restrictions) sur la profession et l'échec de la voix à l'élection à tous les niveaux. La question clé à laquelle il faut répondre par les auteurs, les concepteurs d'un projet, y compris les nashistkogo - c'est son efficacité et son efficience, la capacité d'être réalisé conformément aux plans. Et ici, en ce qui concerne ce projet soulève un certain nombre de questions et de perplexité. Tout d'abord, ce pouvoir d'initiative, comme beaucoup d'autres entreprises avant, et oser assumer, alors, même pas mettre le compte à toutes les conséquences, à l'exception de développement à grande échelle de l'argent de l'État et / ou mortellement effrayé les grandes et moyennes entreprises. La montagne a accouché d'une souris - il s'agit de nous, c'est le plus commun et familier de la réalisation de toute entreprise dans la Fédération de Russie / l'histoire soviétique. Par conséquent, la réalisation politproekta avec l'unité de notre société et Nenashev une telle pourrait être banal, ignoble conclusion. Mais il ya un paradoxe, mais aussi et peut-être plus réaliste de la façon d'évoluer nashizm et quel rôle elle mai jouer dans un avenir pas trop lointain. Un lieu commun est que la demande de la Russie / Union soviétique, toute initiative visant à briser douloureusement, qui s'applique pleinement à l'émergence et l'institutionnalisation des mouvements civiques et des organisations publiques.
257

Aujourd'hui, alors que la société civile russe est en état poluzachatochnom, grassroots initiative apparaît rarement, et encore moins souvent exécutés comme des formes durables, très souvent, les premières d'énergie est dissipée en espèces, ne conduisent pas à la réalisation des objectifs fixés. Aussi il est bien connu que, lorsque la formation de différentes structures qui se passe à l'initiative des autorités, en utilisant toute la force de ses ressources administratives, ces entreprises sont généralement institualiziruyutsya reçoivent des fonds, les augmentations des fonctionnaires d'État versées, etc Cette organisation n'a pas seulement l'accès aux médias, et formels et informels de soutien de l'appareil d'État. Malgré les différences de contenu de la journée d'aujourd'hui avec l'ère communiste, de romance et de l'enthousiasme est presque VV Mayakovski Et si la partie dans la petite foule - sdaysya ennemi - Zamri et lyag. Party - millionopalaya part, compressées en un seul poing fulminatory . Et parce que - trépidation ennemis externes et internes. Notez que l'expérience de l'utilisation des mouvements de jeunesse, les jeunes en général à des fins politiques, a longtemps été connue dans le monde entier. Il existe également des pionniers du Komsomol soviétique, les organisations de jeunesse et de l'espagnol Falanga, les fascistes italiens, Hitler adultes avec les nationaux-socialistes en Allemagne. Il peut également être attribuée, et une utilisation massive des enfants et des adolescents comme un efficace et peu coûteux de la force militaire des gouvernements et / ou de l'opposition dans un certain nombre de pays du tiers monde, notamment au Cambodge, au Sri Lanka et dans certains pays africains. Les enfants et les adolescents, les jeunes en général, peut être une terrible force destructrice, nettoyer l'espace socioculturel dans le cadre de la nouvelle politique, économique, social configuration. 5 avril 2005, le chef de file du mouvement Notre Vassili Yakemenko dit littéralement le texte suivant: Nous avons besoin de gros changement politique, économique et médiatique dans le pays, en agissant comme un réseau de soutien mutuel. La plupart de l'appel rappelle les paroles de Mao Zedong, sous la direction de la jeunesse, au début de la
258

révolution culturelle chinoise: ouvert le feu sur le siège (c'est-à-dire les élites SG). Cela demande un changement des élites est une autre conséquence évidente: si nous pouvons ensemble changer la politique, économique et masmediiynuyu d'élite dans le pays - ce qui ouvrirait la voie rapide de la mobilité verticale, comme le grand nettoyage dans la trentaine de l'Union soviétique a ouvert la voie à une carrière vertigineuse de base proviennent de la société . Une autre question que le candidat de sang sont souvent incompétents et ne répondent pas aux nouvelles, à une forte baisse les rôles sociaux. Comme nous le savons, l'histoire est souvent présentée comme la tragédie et se répète dans le jeu, la réduction, sous forme de farce. Et aujourd'hui, nous avons plus de chances, il apparaît que - grotesque partie du processus historique. Mais aujourd'hui, le pouvoir n'est pas hors de payer leurs volontaires ou forcés aides à la verticale, l'accélération de la mobilité et de ses canaux prochischeniem dans l'esprit de Mao Zedong et Joseph Stalin. Notez que les monuments de Mao Zedong, ainsi, mettre la sueur et Paul dans la Russie d'aujourd'hui, car il n'est pas dans vos mains, mais I. monuments à Staline, de diriger leur professeur et chef de toutes les nations, en commençant à se développer dans les villes et vesyam de notre patrie dans l'ensemble, profit le climat socio-politique est ici (en devenir) et - à devenir un chef de file. Toutefois, la situation de nos, et peut être très ambivalente. Dans le cas d'une éventuelle crise sociale et politique, accompagnée d'une forte baisse de la capacité administrative, le pouvoir, la position peu et le rôle parce éventuel que le de jeune l'institutsianalizirovannyh nashistov prévisible,

révolutionnaire, simplement à cause de l'âge, le manque de degré de cynisme des adultes et l'excès de la disponibilité de l'énergie vitale. Ainsi, par hypothèse, nous ne pouvons pas exclure la probabilité d'une telle évolution, dans lequel nashisty peut perdre le contrôle de leurs créateurs / marionnettistes, de changer l'orientation idéologique et des préférences politiques. Par une ironie de l'histoire, ils peuvent soudainement devenir une force sociale et politique qui, en Russie, serait une sorte de remake de la Géorgie Kmara, kirghize Go-go, l'Ukraine pores.
259

Ces développements mai contribuer à deux différents mais complémentaires les uns des autres circonstances. Premier cas: les jeunes sont un révolutionnaire, pas conservateur, ils ont probablement besoin de ferraille et de changement, mais pas pour protéger les vieux découlant devant eux, et souvent pas leurs valeurs - ils veulent être les révolutionnaires et les gagnants. Et le deuxième fait: dans certaines situations, il est possible de masse acheter les élites et les institutions, une sorte de vente aux enchères, qui peut concurrencer la fois internes et externes à l'intention des forces de la Russie. Rien de tout cela ne se fait pas, le monde dans lequel nous vivons est de plus en plus mondialisée, et ceci est quelque chose de donné, quelque chose qui est hors du champ de notre contrôle, l'acceptation ou du rejet. Les événements historiques et la situation ne reflète pas les répétitions, chaque nouvelle situation, en dépit de l'adhésion possible de la tendance historique et même de la similitude externe est établi en tenant compte du contexte, compte tenu de la tradition socio-culturelle. En conséquence, la Russie sera une situation différente par rapport à la Serbie, la Géorgie, l'Ukraine et au Kirghizistan. Une personne de notre histoire peut facilement assumer une situation similaire, en particulier en Russie, où l'initiative de mécontentement de la population pourrait reprendre le dessus et l'organisation créée pour son propre compte-équipée et financée, comme les autres organisations de jeunes avec des ressources et de la masse du pays n'ont tout simplement pas. Pour les essais historiques et des mémoires des contemporains, nous savons que les événements d'un manuel en compte des événements qui ont eu lieu pendant la révolution russe de 1905-1907 ans. Nous nous souvenons de l'histoire du syndicat des travailleurs de Saint-Pétersbourg, le syndicat non politique, établie sous le patronage du Ministère de l'intérieur. Ces syndicats ont été chargés de tester le bien-prêtre et fidèles Gapon système, qui, toutefois, par la suite organisé une pacifique mars au Palais d'Hiver le 9 janvier 1905. Ce qui est fini, nous savons de l'histoire des manuels scolaires - 9 janvier, 1905 a été le début de la première révolution russe.

260

Se souvenir de la XX Congrès

XXe Congrès du Parti communiste soviétique, est devenue une version du processus de Nuremberg, qui, malgré sa douceur et demi, a brisé la pierre angulaire de la fondation de totalitarisme. Aujourd'hui, toutes les voix fortes de la critique de la révélation du culte de la personnalité, les crimes du stalinisme, la netteté avec laquelle il a été fait NS Khrouchtchev au XXe Congrès. Bon nombre d'États qui ont dû agir avec plus de douceur, de dire la vérité ne sont pas à la fois, mais au coup par coup, dans le but de préserver à long terme l'achat sur la base de la Deuxième Guerre mondiale, la géopolitique et les avantages de ne pas effrayer les intellectuels de gauche dans le monde entier. Mais avec toute la sympathie à l'abondance des zones surveillées et les idées politiques de gauche doivent se rappeler que, dans l'augmentation des mesures pour démanteler le stalinisme n'est tout simplement pas le temps. Lorsque les troupes alliées dans le Allemand de destruction du camp -, il a également été un choc pour les Européens et les Américains, le choc, exposant extraordinaire horreurs qui porte en elle la pratique du national-socialisme. Commandant de la U. S. forces alliées, le général George Patton a organisé des visites d'étude dans les camps de la mort de journalistes et de politiciens, qui voient dans l'expérience que ce n'est pas seulement la guerre. Pour mieux comprendre les réalités, de récupération idéologique, les intellectuels européens de gauche ont besoin non seulement de l'orientation prise de conscience des horreurs de la pratique quotidienne du national-socialisme, mais aussi à la version stalinienne du socialisme. Il est nécessaire de les faire sortir de la Jeunesse communiste intoxication utopie, ils ont tous à grandir et à abandonner l'illusion. Plus de vérité sur les crimes du stalinisme était nécessaire société soviétique ne doivent pas seulement maintenant mais également dans la Russie post-soviétique.

261

Les troupes alliées, pour des raisons évidentes, ne font pas partie des camps de la mort de Staline - a ouvert les portes des camps NS Khrouchtchev, pour la libération des prisonniers survivants ont un changement de politique de l'Etatpartie, l'idéologie inscrite dans le XXe Congrès du PCUS. Le Congrès a révélé un abcès géant du stalinisme, il a commencé le processus de libération du totalitarisme, le processus qui a conduit ensuite en août 1991. Souvent comparé netteté, et un discours de NS Khrouchtchev et la progressive, étape par étape, la politique de démocratisation au cours de la ajustement. Mais après la mort de Staline, le système totalitaire a été en mesure de changer de l'intérieur, évoluant dans un système autoritaire. Vers le milieu des années 80-s du XX siècle, l'URSS n'a pas été déjà un empire du mal absolu, dont il a été sous Staline. Il n'y a pas de famine morili, des millions de paysans, pas tiré par des millions de potentiels et réels des opposants politiques, arrêtez les énormes camps de GOULAG, l'ampleur de la répression politique est incomparablement plus faible. En d'autres termes, il n'est pas déjà le système totalitaire de type stalinien, l'évolution qu'elle pourrait se permettre de ne pas se presser. En 1956, il a été impossible de ne pas se dépêcher - dans les camps de personnes sont en train de mourir. Ils sont devenus un peu question, mais le public devrait avoir à expliquer ce qui s'est passé dans le pays depuis des décennies staliniennes. Il convient de rappeler que le mouvement communiste international, les partis co mmunistes dans le monde, derrière la terreur rouge et les crimes du stalinisme, les Khmers rouges et de révolution culturelle en Chine, l'original propres versions équipées de Treblinka, Dachau et d'Auschwitz. Construire une maison nouveau monde à une fondation, vous ne pouvez pas compter sur la persistance de la politique à long terme et les avantages géopolitiques, la préservation du mouvement communiste mondial, la viabilité du pacte de Varsovie, de compter sur la victoire de l'expansion mondiale du communisme. Pour l'ensemble de l'histoire doit être payé.
262

À la fin de 80 - 90 du siècle dernier, des crimes de Staline, le régime a été dit tout, ou presque tous. Cette vérité inépuisable, il n'existe pas de délai de prescription, il ne peut pas être amortis et oublié. Mais aujourd'hui, une grande partie de la société russe, il ne sait pas ou ne souhaite pas de savoir, compte tenu du fait que l'État garantit la liberté chowder important, mais Staline a été beaucoup mieux que Gorbatchev et Eltsine. Club de football anglais Chelsea bien de Roman Abramovich soulève la plupart de nos concitoyens, bien plus que le génocide de Staline. Donc, la guérison n'est pas le cas, vacciné contre ce mal n'est pas présent, et parce que le thème de notre Nuremberg - XXe Congrès - n'appartient pas seulement au passé, mais présent.

Littérature 1. Itshokin AA Redonner du sens. Quel est doskazal Zarathustra. M.: Lights, 2003. 539 pp. 2. Kantor, VK ... Il est une puissance européenne. Russie: un chemin difficile à la civilisation. Istoriosofskie essais. M.: ROSSPEN, 1997. 479 pp. 3. Semenov V. La différenciation et la consolidation des générations / / Russie: la transformation de la société / Ed. VA poison. Moscou: Canon - presse T, 2001. S. 256-271. 4. Ortega et Gasset, La révolte des masses H. / Esthétique. Philosophie de la culture. / Per. avec sp. AM Geleskula. AM: Art, 1991. S. 309-349. 5. Zinoviev, AA West. M.: Tsentrpoligraf, 2000. 509 pp. 6. Kagan MS À propos de temps, sur les gens, sur moi-même. SaintPétersbourg: La maison d'édition Petrópolis, 2005. 7. Akhiezer AS Caractéristiques de l'histoire russe / / Fonctionne. M: Le nouveau chronographe, 2006. P.23-156. 8. Akhiezer AS Sur les particularités de la philosophie moderne. Vue de Russie / / Actes. M: Le nouveau chronographe, 2006. S.157-332.
263

9. Akhiezer AS Catastrophes dans la société et la nature comme un problème moral (sur l'expérience historique de la Russie) / / Works. M: Le nouveau chronographe, 2006. P. 333-479. 10. SEX dans les grandes politiques. Self-self-made-femme . Moscou: ANO RID Novaya Gazeta , 2006. 11. Chernyshevskiy NG Provincial Essays Shchedrin / / section critique. Pouchkine. Gogol. Turgenev. Ostrovskii. Léon Tolstoï. Shchedrin, etc (Sovremennik 1854-1861) / Edition Chernyshevsky NM. SPb.: Impression et de lithographie Tihanova VA, 1895. 12. Tregubova E. Байки diggera Kremlin. M.: Hell Marginem, 2003. 13. Ilyin IA Prerequisites démocratie créative / / A propos de la Russie à venir: quelques articles. Ed. NP Poltoratsky. M. Voenizdat, 1993. 14. Karpukhin O.I, Makarevich EF Formation des masses: La nature des relations publiques et de la technologie, relations publiques: l'expérience de l'histoire et de sociologie. étude. Kaliningrad: FGUIPP ambre. tale, 2001. 15. Solov'ev V. La seconde invasion: Walking ont atteint le niveau des minis

Sergei Nazipovich Gavrov

Modernisation de la Russie: postimpersky transit

© Gavrov Sergey Nazipovich © University of Nebraska – Lincoln

264