You are on page 1of 8

SAS : une opportunité pour les PME Fiche 1

1 - COMPARATIF SARL, SA et SAS
SARL SA classique (conseil d’administration) Capital minimum • 7 500 ¤, divisés en parts. • Les parts sociales représentant des apports en numéraire doivent être libérées d’au moins 1/5 de leur montant lors de la constitution. • Appel public à l’épargne : interdit. • Capital variable : possible. • Apports en industrie possibles selon les clauses statutaires • 1 à 50. • Personnes physiques ou morales. • 37 000 ¤, divisés en actions. • Les actions d’apport en numéraire doivent être libérées de la moitié au moins lors de la souscription, le solde dans les 5 ans. • Appel public à l’épargne autorisé si capital d’au moins 225 000 ¤. • Capital variable : interdit. • Apports en industrie interdits. • 7 au moins. • Personnes physiques ou morales mais au moins une personne physique. • 37 000 ¤, divisés en actions (ou équivalent en euros). • Les actions d’apport en numéraire doivent être libérées de la moitié au moins lors de la souscription, le solde dans les 5 ans. • Appel public à l’épargne : interdit. • Capital variable : possible. • Apports en industrie interdits. • 1 à l’infini (sauf clause statutaire limitant le nombre et appel public à l’épargne). • Personnes physiques ou morales (statuts fixant les conditions d’admission). • Un président personne physique ou morale dont la désignation est obligatoire. • Nomination en fonction des clauses statutaires. • D’autres organes de direction peuvent être institués par les statuts : vice-président, directeur général, collège de dirigeants. SAS

Nombre d’associés

Direction

Révocation des dirigeants

• 1 ou plusieurs gérants obligatoire- • Soit une seule personne physique : ment personnes physiques. P-DG Un président du conseil d’administra• Nomination dans les statuts ou par tion, personne physique, qui assume décision des associés représentant également la direction générale de la plus de la moitié des parts sociales. société : il a une double fonction : - de président du CA ; - de directeur général (présidentdirecteur général). Cette personne est nommée par le CA. • Soit deux personnes physiques : président et DG : Un président du conseil d’administration, personne physique, qui n’exerce que cette fonction et une seconde personne, directeur général, qui dirige la société. Ces deux personnes sont nommées par le CA. • Directeurs généraux délégués : Sur proposition du directeur général (P-DG si cumul des fonctions), un ou plusieurs directeurs généraux délégués (5 au maximum) peuvent être nommés par le CA. • Conseil d’administration : Conseil d’administration (3 à 18 membres). • Décision des associés représentant • Président qui assume les fonctions de • Selon les clauses statutaires : révocation libre ou pour juste motif avec ou plus de la moitié des parts sociales. directeur général (P-DG) : il est libresans indemnités. ment révocable par le CA sans motif • Octroi de dommages-intérêts en ni préavis. • Révocation à la majorité simple ou l’absence de juste motif de révocarenforcée des associés selon les tion. • Directeur général qui n’assume pas la clauses statutaires. présidence du CA : il est révocable à tout moment par le CA mais, à défaut de juste motif, il a droit à des dommages-intérêts. • Directeurs généraux délégués : révocation par le CA, dommages-intérêts si pas de juste motif. • Les membres du CA sont librement révocables par l’assemblée, sans dommages-intérêts, sauf fraude.

4

son président.son directeur général (P-DG). l’un des directeurs généconsultation écrite. si les critères du contrat de travail sont réunis. administrateur.• Fiscal : P-DG ou DG : sa rémunérataire : il bénéficie des mêmes abattetion est un salaire. s’il s’agit d’une société actionnaire. com. la direction générale de la société. l’un des gérants ou l’un de ses administrateurs. . art. membre du conseil de surveillance ou. • Rapport à l’assemblée : contrôle a posteriori : Le commissaire aux comptes présente aux associés un rapport sur les conventions intervenues directement ou par personne interposée entre la SAS et : . 225-38). général (P-DG). Conventions • Droit commun : contrôle a posteriori : • Autorisation préalable du CA. l’un des actionnaires • Gérant non associé : autorisation détenant plus de 5 % des droits de préalable. • Le président représente la société envers les tiers . membre du directoire ou du 3 qui dispose d’une fraction de droit conseil de surveillance est simultanéde vote supérieure à 5 %. directeur actionnaire au sens de l’article L. Il représente également le CA. à l’approbation préalable de l’assem. • Rapport spécial du commissaire aux comptes et approbation par AGO. et social du ments plafonnés que les salariés. raux délégués. 233général. com. sont soumises à autorisaconsidérée (c. un associé indéfiniment responsable.les conventions intervenant entre la blée de la SARL ne disposant pas d’un SA et une entreprise. d’une part. dirigeant • Social : P-DG ou DG assujetti à la • Social : gérant minoritaire ou égalitaire sécurité sociale au régime général. par personne interposée. pouvoirs les plus étendus dans les rapports avec les tiers. 5 . L. soit directeurs généraux délégués . . si le directeur commissaire aux comptes. l’un de ses dirigeants .• Possible si les critères du contrat de un contrat tères du contrat sont réunis. Cumul avec • Gérant minoritaire possible si les cri. la société la contrôlant au sens de l’article L. la société et. .l’un de ses actionnaires disposant d’une fraction des droits de vote supérieure à 5 % ou. réglemenEst soumise à l’autorisation préalable Le gérant ou le commissaire aux tées du CA toute convention intervenant comptes (s’il existe) établit un rapdirectement ou par personne interport sur les conventions intervenues posée entre la SA et : entre. l’un des admicommuniqués aux associés en cas de nistrateurs.l’un de ses actionnaires disposant Il en est de même des conventions d’une fraction de droit de vote supépassées avec une autre société dont rieure à 5 % . vote ou la société contrôlant cet La convention passée entre la société actionnaire (au sens de l’article et un gérant non associé est soumise L. • Gérant majoritaire : régime des nonsalariés. L. • Social : pour l’URSSAF. 227-10). dirigeant de cette entreprise (c. l’un des directeurs Pouvoirs des dirigeants généraux délégués ou l’un des administrateurs de la SA est propriétaire.les conventions auxquelles le direcsemblée ou joint aux documents teur général (P-DG). associé indéfiniment responsable. organise et dirige ce conseil. le président est assimilé au P-DG de SA. • Président du CA (non directeur général) : il représente. art. l’un d’autre part. Statut fiscal • Fiscal : gérant majoritaire ou minori. l’un de ses des associés. • Directeur général : il dispose du pouvoir général et est le chef de l’exécutif. soit directement. de façon générale. 233-3 (c. • Gérant majoritaire : impossible. gérant.la société contrôlant une société gérant. L. travail sont réunis. ment gérant ou associé de la SARL De même. de travail • Gérant égalitaire : difficile. art.SAS : une opportunité pour les PME Fiche 1 SARL SA classique (conseil d’administration) SAS • Pouvoirs les plus étendus dans les • Président-directeur général : il assure rapports avec les tiers. 233-3) est indirectement intéressé . organise et dirige les travaux du CA. tion préalable : Le rapport doit être présenté à l’as. administrateur. personne physique. com. . 223-19). • Fiscal : comme un P-DG de SA. • Possible pour le président. rémunéré : assujetti au régime général de la sécurité sociale.

À défaut.inaliénabilité des actions pendant 10 ans maximum . y compris pour les cessions entre associés. pas de quorum sur 2e convocation). Tout associé a droit d’en obtenir communication (c. un ascendant ou un descendant.SAS : une opportunité pour les PME Fiche 1 SARL SA classique (conseil d’administration) SAS Conventions • Aucune procédure particulière. • Selon les statuts. • Oui. art. art. • Décision obligatoire des associés. • Assemblée générale ordinaire. • Décision dans un acte. • Mode de consultation selon les statuts.CA : 3 100 000 ¤ . com. • Le conseil d’administration peut être déclaré compétent pour statuer sur les demandes d’agrément. • Fiscal : 4. . • Communication de ces conventions portant au président du CA. La liste et l’objet sur des desdites conventions sont communiopérations qués par le président aux membres courantes du CA et au commissaire aux et conclues comptes (c. • AGE : 1/3 des actions (1re convocation). dance auquel est attaché un grand formalisme. 6 . • Pouvoir de l’AGO. Quorum • AGO : 1/4 des actions (1re convocation. 225-39). des droits • Un original de l’acte de cession est sociaux déposé au siège social contre remise par le gérant d’une attestation du dépôt. elles se transmettent par virement de compte à compte. • Décision obligatoire des associés selon la forme prévue aux statuts. • Consultation écrite. .80 % sur le prix de cession ou la valeur vénale. les clauses statutaires ci-après peuvent s’appliquer : . quelle qu’en soit la forme. comptes au greffe Nomination • Nomination obligatoire si deux des des commiscritères ci-après sont dépassés à la saires aux clôture d’un exercice : comptes . Ces clauses ne peuvent s’appliquer en cas de cession entre époux. annuels Dépôt des • Oui. • Nomination demandée en justice par un ou plusieurs associés représentant au moins le 1/10 du capital. • Si les statuts ont prévu un quorum. • Pas de quorum. • Assemblée.nombre moyen de salariés permanents : 50.bilan : 1 550 000 ¤ . 227-11). signification par huissier dans les termes de l’article 1690 du code civil. L. com. 1/4 des actions (2e convocation). cet agrément peut être général. • Actions négociables. Approbation • Réunion d’une assemblée ordinaire des comptes nécessaire. • Fiscal : 1 % plafonné à 3 049 ¤ par cession. • Nomination obligatoire d’au moins • Nomination obligatoire d’au moins un commissaire aux comptes pour 6 un commissaire aux comptes pour 6 exercices. consultation • Possibilité de consultation écrite si prises en assemblée (pas de consultation écrite ou de décision unanime les statuts l’ont prévu. • AGE : 3/4 des parts sociales (double majorité pour cession des parts à des tiers). • Réunion informelle. • Les actions sont négociables . La clause d’agrément ne peut jouer entre actionnaires. • Possibilité d’acte signé de tous les • Possibilité de vote par corresponassociés. à des conditions normales Mode de • Les décisions des actionnaires sont • Assemblée. exercices. • Communication de ces conventions au commissaire aux comptes. • Sauf en présence d’un seul associé. • Oui. Cession • Nécessité d’un acte. • Un droit de veto peut être institué pour un ou plusieurs associés. Majorité • AGO : plus de la moitié des parts • AGO : plus de 50 % des voix. sociales. • La cession aux tiers nécessite le consentement de plus de la moitié des associés représentant au moins 3/4 des parts sociales. dans un acte). • AGE : 2/3 des voix. ou limité à certains associés. • L’agrément peut être donné par les associés ou le président. • Les statuts prévoient ou non un agrément préalable . • Les cessions sont faites librement sauf clause d’agrément ou de préemption. L. • L’unanimité est exigée pour adopter ou modifier des clauses statutaires restreignant les droits des actionnaires.

Associés : à hauteur de leurs apports. • Responsabilité fiscale comme tout la responsabilité peut être étendue à dirigeant. due à leurs biens personnels.• IS de plein droit. • Gérants : en cas de faute de gestion. IS de plein droit. • Actionnaires : à hauteur de leurs apports. SAS • Responsabilité • Associés : à hauteur de leurs apports. • Responsabilité fiscale comme tout dirigeant. sonnes pour les SARL de famille. la responsabilité peut être étentenu du passif sans limitation.suspension du droit de vote et exclusion sous certaines conditions de la société actionnaire dont le contrôle est modifié. leurs biens personnels. • Associé unique : si décide la dissolution de l’EURL. Responsabilité fiscale comme tout dirigeant. Associé unique : s’il décide la dissolution de la SAS unipersonnelle. il reçoit l’ensemble du patrimoine de cette société et il est tenu du passif sans limitation. Fiscal : 1 % plafonné à 3 049 ¤ par cession. Présidents : en cas de faute de gestion.SAS : une opportunité pour les PME Fiche 1 SARL SA classique (conseil d’administration) . . • • • • • 7 .exclusion d’un ou de plusieurs associés et obligation de céder les actions aux conditions prévues . Régime fiscal • IS mais régime des sociétés de per. il reçoit l’ensemble du • Dirigeants : en cas de faute de gespatrimoine de cette société et il est tion. la responsabilité peut être étendue à leurs biens personnels. quelle qu’en soit la forme.

Dénomination sociale précédée ou suivie de la mention « socié. les associés sont (fiche 3). Révocation. documents émanant de la société (fiche 5). apports désigné par le président du tribunal de commerce. généralement identifiés dans les statuts. Capital minimum 37 000 ¤ : versement d’au moins 18 500 ¤ lors de la constitution. Le siège est fixé dans les statuts. En fonction des clauses statutaires : majorité ou unanimité. les autres dirigeants prévus par les statuts ne représentent tiers. Fiche 8. ses pouvoirs peuvent être très limités. L’organisation et le fonctionnement de la société sont définis à travers les stipulations statutaires . à défaut. Modalités de désignation. Siège social. L’appel public à l’épargne est interdit. Conditions d’accès. Les statuts peuvent prévoir d’autres organes de direction : viceprésident. du moins dans les rapports entre associés (fiche 5). Apports : En industrie : interdiction. lesquels peuvent prévoir que tout transfert sera du pouvoir du président et non de la décision des associés (fiche 5). Statuts : acte sous seing privé ou notarié. Les statuts fixent les pouvoirs de direction du président pour la gestion de la société . directeur général. Objet social.Ces indications doivent être mentionnées sur tous actes ou té par actions simplifiée » ou SAS et du montant du capital. À l’inverse. Les statuts peuvent fixer les conditions d’admission des associés Mais la SAS n’est pas une société anonyme . Les pouvoirs du président envers les tiers ne subissent aucune limite légale (fiche 8). même durée que la société (fiches 8 et 9). ou encore associé majoritaire de plein droit président (fiche 8). 8 . Les statuts fixent la durée des fonctions . Durée : 99 ans.SAS : une opportunité pour les PME Fiche 2 2 – PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA SAS Caractéristiques : Actionnaires : une ou plusieurs personnes physiques ou sociétés. pas légalement la société envers les tiers. Selon les clauses statutaires : révocation libre ou révocation pour juste motif . Pouvoirs de direction. Pouvoir général du président de représenter la société envers les Le président est le seul représentant de la société envers les tiers . À définir de façon précise dans les statuts car il sert de limitation aux pouvoirs du président. un collège de dirigeants. Les statuts fixent la durée de vie de la société (fiche 5). En nature : établissement d’un rapport par un commissaire aux Fiche 6. Président : désignation obligatoire. Personne morale : possibilité d’être président. Durée des fonctions. le défaut de précision sur des points essentiels comme les règles de majorité ou l’organisation de la direction sont une source de conflit entre associés (fiches 5 et 8). révocation avec ou sans indemnité . éligibilité réservée à certains associés. révocation à la majorité simple ou à une majorité renforcée. En numéraire : dépôt des fonds provenant de la souscription en numéraire dans une banque et établissement d’une liste des souscripteurs avec indication des sommes versées par chacun d’eux. ils peuvent être très larges et limiter les pouvoirs des associés aux seuls cas prévus par la loi.

– l’obligation pour un associé de céder ses actions . Pour les opérations courantes conclues à des conditions normales. – dissoudre la société . Fiche 12. Agrément en cas de cession des actions. Quorum – majorité. – l’agrément prévu en cas de cession des actions . Cumul de fonctions. – la suspension des droits d’une société associée suite à un changement de contrôle de cette société. communication aux commissaires aux comptes. Les statuts prévoient le mode de consultation des associés et les modalités d’organisation du ou des systèmes choisis. Décision des associés. avoir un droit de veto. Les conditions de la rémunération dépendent des clauses statutaires qui peuvent en arrêter les conditions et modalités ou qui peuvent laisser ce soin à une décision des associés (fiche 9). Les statuts prévoient ou non un agrément préalable en cas de cession des actions . Actions et actionnaires Droit de vote multiple. Fiche 13. la clause d’exclusion ne peut être mise en œuvre en présence d’un seul associé. le président peut. Convention entre la société et un dirigeant de la SAS et un actionnaire disposant de droits de vote > à 5 % ou si l’actionnaire est une société. Sanctions pénales.SAS : une opportunité pour les PME Fiche 2 Rémunération. exercices. Exclusion d’un associé. cette clause ne peut s’appliquer en présence d’un seul associé (fiche 13). 9 . – approuver les comptes annuels . cet agrément peut être limité à certains associés . – les opérations de fusion ou de scission. Ils arrêtent le domaine réservé aux décisions des associés sous réserve des règles légales (fiche 11). la société la contrôlant : contrôle des actionnaires et rapport du commissaire aux comptes. droit de vote double . Les statuts peuvent contraindre un ou plusieurs associés à céder selon des conditions prévues ses actions et à quitter la société . droit de veto pour un ou plusieurs associés . Toutefois l’unanimité s’impose pour l’adoption ou la modification de clauses essentielles portant atteinte aux droits des associés (fiche 12). par exemple. Décision obligatoire des associés pour : – modifier le capital . Stipulation de clauses inégalitaires dans les statuts . La durée maximale d’interdiction pour un ou plusieurs associés de céder leurs actions est de dix ans . tout associé peut en obtenir communication. droit de vote différent selon les catégories d’actions (fiche 11). – nommer le commissaire aux comptes . à défaut de consultation des associés. Commissaires aux comptes : désignation obligatoire par Les statuts ne peuvent interdire la désignation d’un commissaire aux comptes ni réduire son mandat à une durée inférieure à 6 une décision collective. Possible dans les termes des statuts et sous réserve de l’effectivité du contrat de travail. Compétence et modalités de consultation. l’agrément peut être donné par les associés ou par le président. Inaliénabilité des actions. En fonction des règles prévues dans les statuts. Unanimité pour les clauses adoptant ou modifiant : – l’inaliénabilité des actions .

d’amortissement ou de réduction de capital. En revanche. ̈ La SAS peut émettre des obligations sous réserve de ne pas faire appel publiquement à l’épargne . ̈ La transformation d’une SAS en une société d’une autre forme est une décision de la compétence des associés. ils seront tenus d’avoir un conseil d’administration . Le prix de souscription sera déterminé conformément aux méthodes objectives retenues en matière d’évaluation d’actions. la procédure d’autorisation a posteriori par l’assemblée s’applique non seulement aux conventions entre la SAS et l’un de ses dirigeants mais aussi à celles qui interviennent directement ou par personne interposée entre la SAS et l’un de ses associés disposant d’une fraction de droits de vote supérieure à 5 % ou s’il s’agit d’une société associée à la convention conclue entre la SAS et la société qui contrôle l’associé. les textes sont beaucoup plus contraignants. ce dernier 10 . Le président de la SAS pourrait être bénéficiaire de stock-options (voir fiche 5). d’approbation des comptes et de répartition des bénéfices est sanctionné pénalement (voir fiche 12). ̈ Les conventions conclues à des conditions normales sont transmises au commissaire aux comptes . et non plus 10 %. certaines dispositions applicables à la SAS.SAS : une opportunité pour les PME Fiche 2 Modifications et apports de la NRE La loi sur les nouvelles régulations économiques du 15 mai 2001 a réformé. notamment sur les points suivants : • Les textes n’imposent qu’un président . ̈ Le nouveau régime des stock-options s’applique aux SAS qui peuvent consentir des options de souscription ou d’achat d’actions. En dépit des nouvelles limitations apportées par cette loi à la SAS. ̈ L’expertise de gestion est ouverte à un ou plusieurs actionnaires représentant au moins 5 % du capital social. Si les fondateurs décident de créer une société anonyme classique. ̈ La transformation d’une SARL ou d’une société en nom collectif en SAS nécessite la désignation d’un commissaire à la transformation. personne morale. Dans une SA. la procédure commence par une question écrite adressée au président (voir fiche 10). mais la rédaction retenue fait que le commissaire à la transformation s’impose (voir fiche 7). de fusion. peuvent demander une expertise de gestion. Les attraits de la SAS par rapport à la SA La loi sur les nouvelles régulations économiques a augmenté de façon significative le formalisme et les contraintes de la société anonyme. Cette transformation peut intervenir même si la SAS n’a pas deux années d’existence (voir fiche 7). ̈ Le défaut de consultation des associés dans les conditions prévues par les statuts en cas d’augmentation. la condition d’avoir deux années d’existence est supprimée pour toutes les sociétés par actions et donc pour la SAS. de dissolution ou de transformation en une société d’une autre forme. il appartient aux statuts de confier à ce seul organe la direction ou de créer d’autres structures. poursuivre la récusation ou la révocation des commissaires aux comptes. de scission. ̈ Les conventions réglementées ont vu leur champ d’application étendu . de nomination de commissaires aux comptes. ̈ La dissolution d’une SASU dont l’associé unique est une personne physique n’entraîne plus transmission immédiate sans liquidation du patrimoine de cette société à l’associé unique (voir fiche 14). directement ou par voie de ricochet. le législateur avait souhaité dispenser de la désignation de ce commissaire pour les transformations de SA en SAS. ̈ Les actionnaires détenant 5 %. tout associé a le droit d’en obtenir communication. cette structure conserve son originalité et de nombreux atouts par rapport à la SA. exercer une action en responsabilité contre les dirigeants. au sens de l’article L. ̈ La SAS a été ouverte aux sociétés d’exercice libéral qui peuvent désormais se constituer sous cette forme en prenant la dénomination de SELAS. soit en se groupant . soit individuellement. 233-3 du code de commerce (voir fiche 9).

le rapport de gestion obligatoire doit désormais contenir ces informations. ce rapport sera établi mais il n’aura pas à rendre compte aux associés de la rémunération totale et des avantages de toute nature versés durant l’exercice social aux mandataires sociaux . les dirigeants ne sont pas tenus d’établir un rapport de gestion . nommera deux personnes physiques. La consultation des associés de SAS n’est exigée que pour des opérations importantes (approbation des comptes. • Le champ d’application des conventions réglementées dans les SAS se rapproche de celui des sociétés anonymes. sur de nombreux points. • Le président d’une SAS peut être une personne morale. le texte n’évoque pas le cas des conventions conclues entre la SAS et une entreprise dont l’un des dirigeants ou associés à plus de 5 % serait dirigeant ou assurerait le contrôle . de 69 189 contre 303 841 SA et 1 024 199 SARL. augmentation de capital.SAS : une opportunité pour les PME Fiche 2 choisira en application des clauses statutaires un président du conseil cumulant cette fonction avec celle de directeur général ou. le nombre total de SAS était. nomination des commissaires aux comptes… . sauf un second dans une filiale. Au 1er juillet 2002. Ainsi. Dans la société anonyme. les administrateurs personnes physiques ne peuvent cumuler plus de 5 mandats d’administrateur ou de membre du conseil de surveillance de société (les mandats dans les sociétés contrôlées ne sont pas retenues). l’une à la tête du conseil. le directeur général de SA peut être président de plusieurs SAS. à l’image de la procédure classique de la SARL. ne peut exercer qu’un seul mandat. la société anonyme est gouvernée par la hiérarchie des pouvoirs au sein des différents organes. À défaut d’approbation. dans les sociétés anonymes. En outre. elles sont approuvées par les associés. 11 . voir fiche 12). 227-10 du code de commerce . un formalisme tatillon est imposé. des différences profondes subsistent : – dans les SAS. dans le cadre d’une information normale des associés. On constate un tassement du nombre de créations de SA depuis les deux dernières années. • Les associés n’ont pas à approuver les comptes consolidés comme ils doivent le faire désormais dans les SA. l’autre comme directeur général. et donc le P-DG. – une révocation pour juste motif à l’égard du directeur général non président du CA. il n’existe aucune règle légale concernant le cumul des mandats. • Les statuts déterminent les conditions de révocation des dirigeants « ad nutum » ou pour juste motif. la convention n’est pas nulle mais les personnes intéressées en supportent les conséquences préjudiciables pour la société . • Le mode de consultation des associés de SAS est libre. les conventions ne sont pas préalablement autorisées . – les conventions auxquelles un dirigeant ou un associé détenant plus de 5 % est indirectement intéressé ne sont pas visées par l’article L. – le dirigeant ou l’associé concerné par la convention n’est pas expressément privé du droit de vote sur ces conventions même s’il peut être de son intérêt de s’abstenir. Dans une SA. selon les sources de l’INSEE. • Dans la SAS. – de même. Le directeur général d’une SA. les fonctions exercées dans une SAS (président ou organe de direction) ne sont pas comptabilisées pour le calcul des limites applicables aux mandataires de SA. • La répartition des pouvoirs entre l’organe de direction et les associés dépend. À l’inverse. • Dans la SAS. Toutefois. dans les sociétés anonymes. en aucun cas le président ou le directeur général d’une SA. il en est de même de leur information . les textes imposent : – une révocation « ad nutum » pour le président du conseil cumulant sa fonction avec celle de directeur général . au contraire. des statuts.