You are on page 1of 2

VOYAGE AU PAYS DES ARBRES J.M.G.

Le Clézio / Henri Galeron

Présentation du livre : Un petit garçon qui s’ennuie s’enfonce dans la forêt à la rencontre des arbres. Il entre en communication avec eux en sifflant et en étant patient. Il découvre que les arbres parlent, sifflent, bâillent, dansent………….et devient leur ami. Il se rend compte aussi que la nuit, les arbres ne cessent de parler et de chanter. Les plus jeunes d’entre eux invitent même le garçon à danser jusqu’au lever du jour. Cette fête transporte l’enfant dans un univers de plaisir et de douceur mais aussi de connivence avec les arbres. Cette nouvelle a des allures de conte poétique, de voyage initiatique dans lesquels le rêve, l’imagination, la poésie donne accès à un pays merveilleux. De superbes illustrations accompagnent ce texte court. Déroulement du livre : Présentation du personnage principal « un petit garçon » qui s’ennuie et qui décide d’aller au pays des arbres (pages 5/6) Apprivoisement des arbres (pages 11 à 14) Entrée en relation avec les arbres / Présentation des différents arbres (pages 15 à 22) Intégration progressive par la vision (les yeux), la voix (les bavardages), le partage (la fête) (pages 22 à 34) Communion par le sommeil (page 35) Rapport texte/images : Les illustrations de Galeron sont des interprétations des rêveries de l’enfant. Elles donnent à voir ce que l’enfant pense. Elles utilisent un mélange d’éléments végétaux et humains dont le but est d’humaniser les arbres (regards, visages, bouche…) mais aussi une association d’éléments animaux et végétaux ( chouette/arbre …) Difficultés possibles pour les enfants : • Le système narratif : D’ABORD « un petit garçon ». Le lecteur ne peut s’identifier au personnage qui reste extérieur à l’histoire par un système descriptif. Le narrateur décrit soit le point de vue de l’enfant soit celui des arbres. PUIS, en opposition, introduction de dialogues avec « tu » • Le contexte non-explicite : est-ce un rêve ? un pays imaginaire ? un texte poétique ? • Le lexique forestier • La personnalisation des arbres : attribution d’un caractère aux arbres à partir de leur aspect physique (sapin = gardiens / chêne = roi…..) ainsi que d’une organisation sociale • La compréhension des illustrations : sont-elles réalistes ? Imaginaires ? • L’interprétation du cycle du jour comme passage d’un état à l’autre, d’un monde à l’autre JF Deboos / Elisabeth Descol / Mai 2004

Faire le lien avec les œuvres d’Arcimboldo.Aides envisageables : • Faire des fiches d’identité des arbres : les dessiner à partir des caractéristiques décrites. les sensations. Le petit Prince) Mises en réseaux : • Le seigneur des anneaux / scène des Hent • La poésie JF Deboos / Elisabeth Descol / Mai 2004 . compréhension des personnages décrits ( mise en relation avec des photos ???) • Faire le lien entre l’aspect physique des arbres et le caractère qui leur est attribué • Relever les différents bruits évoqués dans la nouvelle et l’arbre ou le végétal associé • Relever les éléments qui participent à la mise en place d’une atmosphère mystérieuse : la nuit et l’obscurité. le vent léger… • Suivre l’évolution de la relation entre les arbres et l’enfant : L’enfant est extérieur à la forêt « Il a eu l’idée d’aller au pays des arbres » L’enfant pénètre dans la forêt « Il marchait doucement à l’intérieur de la forêt. • Faire jouer de façon théâtrale la scène entre le petit garçon et le vieux chêne. Adapter les voix des personnages ( voix de l’enfant sifflante / voix de l’arbre grave) Sujets pouvant être abordés à partir de cet ouvrage : • Rapports de l’homme avec la nature • Le monde imaginaire et/ou fantastique • Faut-il apprivoiser pour entrer en relation ? (Cf. en faisant attention à ne pas faire trop de bruit » L’enfant découvre la forêt : « Le petit garçon avait appris à reconnaître le sifflement des arbres » « Le petit garçon avait appris à faire ouvrir les yeux » « le petit garçon écoutait leurs bavardages » L’enfant est intégré à la forêt : « Le petit garçon aime parler avec le gros chêne » « Les arbres sont ses amis » « Il est entré dans la danse » »Il dansait avec un tout jeune cèdre » L’enfant fait partie de la forêt : « Il s’étend sur le tapis de mousse » « le vieux chêne veille sur lui » Activités possibles : • Décrire une sortie en forêt : les observations. les impressions • L’univers fantastique : comment le poète le crée-t-il ? Pourquoi avoir choisi la forêt ? • Analyser les illustrations et faire repérer les techniques employées pour rendre les arbres « humains ». comparer les aspects. le silence et le bruissement des feuilles.

Related Interests