60 — A/R magazine voyageur / PARTIR

PARTIR / A/R magazine voyageur — 61

Vietnam

VIETNAM Sur les eaux du dragon
Vers midi, à l’embarcadère de Bai Chay c’est l’effervescence. Venus de Hanoi, les bus libèrent les touristes après trois heures de route. Face à eux la baie d’Halong baigne dans une lumière aveuglante. Le long du ponton principal, les équipages s’affairent déjà pour le départ. Sacs et appareil photo à la main, les touristes piaffent d’impatience. Halong, les voilà !

BAIE D’HALONG

À

la hâte, toutes amarres larguées, les bateaux pointent leur proue vers le large, le golfe du Tonkin. Dans le lointain, au-delà des flots luisants, les pains de sucre forment une barre sombre, indéfinie. À mesure que l’on s’en approche, les rochers se détachent les uns des autres, on distingue mieux les crêtes, les plans successifs de masses coiffées d’une végétation diffuse. Ha Long signifie « La descente du Dragon ». Selon la légende, l’animal fabuleux aurait plongé dans les flots

de jade pour remettre de l’ordre dans les courants trop turbulents à son goût. Ce faisant, il entailla la montagne en agitant avec trop d’insouciance sa queue. Ainsi, sans le faire exprès, il sculpta ce paysage sorti tout droit d’un songe flottant dans les brumes de l’opium. Une autre explication beaucoup moins flamboyante parle de l’érosion lente d’un plateau calcaire par les pluies, cela à l’échelle de millions d’années. Passons sur le volet géologique de l’histoire. Nul ne sait qui, des poètes ou des pêcheurs, a nommé en premier

ces îlots rocheux : les coqs combattants, le brûle-parfum, la mère et l’enfant, l’ongle, le crapaud, les baguettes … mais tous sont familiers aux Vietnamiens.

Bateaux grotte-trotteurs

Obéissant à un ordre secret d’attaque navale, les bateaux se séparent en deux flottes. La première met le cap au sudest. C’est celle des touristes vietnamiens qui partent pour une seule journée. Après avoir visité et photographié les plus célèbres rochers, ils jettent l’ancre

Nicolas Cornet — Textes & Photos

01. Village de Cua Van Vè, 13 ans, rentre de l’école sur son bateau de bambou tressé 02. Scène de pêche À quelques encablures des Rochers des coqs combattants

01

02

juillet — août 2013 / N°18

N°18 / juillet — août 2013

62 — A/R magazine voyageur / PARTIR

PARTIR / A/R magazine voyageur — 63

Vietnam

01. Village flottant de Cua Van À l’abri de la houle grâce au Rocher de l’Hirondelle 02. M. Hiêu se repose lors du calfatage de son bateau 03. Hongai Port de la baie d’Halong

01

LA FIN DES VILLAGES FLOTTANTS La baie compte sept villages flottants. Plusieurs milliers de personnes y vivent et contribuent à la pollution de la « énième merveille du monde ». Les plus grands villages, Vung Vieng et Cua Van ont une école mais les services de santé sont quasi inexistants. L’électricité provient de batteries rechargées par des groupes électrogènes et l’eau douce est livrée par bateau. En 2014 la plupart de leurs habitants devront déménager et s’installer sur la côte. Des terrains en bord de mer seront alloués aux familles, ce qui facilitera l’accès à l’enseignement supérieur et aux services de santé tout en préservant les eaux de la baie.

03

devant Sung Sôt, la Grotte des surprises, ou celle de Hang Dau Go, la Grotte des bâtons. Toutes deux renferment une succession de salles grandes comme des cathédrales où les pirates venaient dissimuler leurs butins. La Grotte de Bo Nau (Pélican), plus modeste, est la plus connue des « gens de mer », ainsi se nomment ceux qui habitent la baie de Ha long. Elle ne possède qu’une seule salle peu profonde et ouverte sur les flots, mais de tout temps elle fut un abri remarquable où notamment les femmes venaient accoucher pour échapper au mauvais sort censé frapper

celles qui donnaient naissance à bord des bateaux, mauvais sort qui se transmettait ensuite à leur progéniture. À quelques encablures, l’île de Ti Top accueille sur sa plage populaire les excursionnistes d’un jour venus pique-niquer entre deux baignades. Ti Top s’appela un temps Titov en hommage au cosmonaute soviétique Gherman Titov qui fut après Gagarine le deuxième homme à séjourner en orbite (et se paya en 1962 une petite visite sur l’île en compagnie de Ho Chi Minh alors que la guerre contre les États-Unis faisait rage). Comme à une lettre près, ce cosmonaute

faisait une île, il aurait été dommage de ne pas en profiter. Ce n’est pas avec le nom de Gagarine qu’on aurait pu se permettre ce genre de plaisanterie propre à souder la grande fraternité communiste au cœur de la Guerre froide.

La nuit de la méduse

La deuxième flottille, chargée de passagers asiatiques et occidentaux, se dirige plein sud. Les navires, plus puissants, équipés de cabines et de solarium, sont autorisés à passer la nuit dans la baie. Sans doute le meilleur moyen de s’impréN°18 / juillet — août 2013

02

juillet — août 2013 / N°18

64 — A/R magazine voyageur / PARTIR

PARTIR / A/R magazine voyageur — 65

Vietnam

BILAN DE SANTÉ DE LA BAIE D’HALONG La baie d’Halong dans le golfe du Tonkin compte 1 600 îles et îlots qui dressent leurs silhouettes tarabiscotées au-dessus d’une eau turquoise qui a tendance à changer de couleur. En cause : l’exploitation du charbon qui entraîne le rejet de millions de tonnes de terres polluées, le port pétrolier B2 qui se débarrasse d’eaux contaminées, la ville d’Haïphong (2 millions d’habitants) qui évacue ses eaux usées sans aucun traitement. Ajoutez à cela le développement anarchique du tourisme, une pêche incontrôlée et vous comprendrez que ce paradis pourrait se transformer en enfer pour les poissons, les dauphins, les tortues et bien sûr les hommes.

02

« Perché sur un petit mât, le guetteur montre la direction à son épouse qui tient la barre. De mars à avril, c’est la chasse à la méduse à l’aide d’épuisettes assez solides pour attraper des spécimens pesant jusqu’à dix kilos. »
gner de la magie du lieu. En haute mer, on croise des pêcheurs. Dans de petits esquifs motorisés, ils zigzaguent en une danse curieuse. Sur un petit mât, en équilibre instable, le guetteur montre la direction à son épouse qui tient la barre. De mars à avril, selon la lune, c’est la chasse à la méduse à l’aide d’épuisettes assez solides pour attraper des spécimens pesant jusqu’à dix kilos et plus. De quoi préparer de copieuses et délicieuses soupes et salades. Reconnaissons à cet animal gélatineux à souhait l’avantage d’être dépourvu de carapaces et d’arêtes, contrairement aux crabes et aux poissons, ce qui en facilite la mastication par les plus jeunes et les plus vieux. C’est bien connu, de Saigon à Hanoi, l’enfant qui se tient mal à table redoute cette punition suprême : être privé de méduse. de l’océan Pacifique. Certains passagers partent pour une balade en kayak, d’autres visitent le village, accueillis par son chef, M. Long : « Depuis deux ans, nous sommes organisés en coopérative. Nous répartissons le travail entre les femmes et les filles des pêcheurs, tout en assurant l’intimité des villageois et la sécurité des visiteurs. Les gilets de sauvetage sont obligatoires. De plus, depuis que les rameuses collectent ça et là les objets flottants à l’aide d’une épuisette, la propreté du village s’est beaucoup améliorée. » En file indienne, les bateaux de bambou tressé dessinent une longue guirlande qui sillonne le village. Devant
N°18 / juillet — août 2013

01. Départ pour la pêche aux méduses L’épouse, à la barre, suit les consignes de son mari qui scrute les flots 02. Village de Cua Van Préparation des lignes pour la pêche de la nuit

Un village flottant

Plus tard, le navire s’immobilise à proximité de Cua Van, un des villages flottants de la baie. Protégés par le « Rocher de l’hirondelle » les pêcheurs se sont regroupés dans cette anse en amarrant une centaine de maisons flottantes, à mi-distance entre le port de Ha Long et la haute mer, à l’abri des lames saillantes

01

juillet — août 2013 / N°18

66 — A/R magazine voyageur / PARTIR

PARTIR / A/R magazine voyageur — 67

Vietnam

01. Lumière matinale sur la baie à bord de l’Émeraude 02. Dîner en famille sur un bateau de bois En vietnamien l’expression « à table » se dit « an com » qui signifie manger du riz

Halong / Pratique
CHINE

Y aller

Vietnam
Hanoï BAIE D’HALONG Haiphong

Vietnam Airlines propose 14 vols directs par semaine : Hanoi et Ho Chi Minh Ville. Avec TGVair, les passagers peuvent rallier la gare de Roissy 2E depuis plus de 19 villes en TGV pour prendre leur vol Vietnam Airlines. www.vietnamairlines.com Formalités Visa obligatoire. 70 €, et 80 € par correspondance Ambassade du Vietnam en France, 62 rue Boileau, 75016 Paris. Tél. : 01 44 14 64 00 Quand y aller La baie est capricieuse mais belle toute l’année. Les brumes font partie de son charme et la rendent mystérieuse ; pour les baigneurs qui n’ont pas peur de la chaleur et des pluies de mousson : mai à octobre.

À savoir

LAOS

Golfe du Tonkin

Île d’Hainan (Chine)

Vinh

Mer de Chine Méridionale Huê Da Nang THAÏLANDE

CAMBODGE

Maison de l’Indochine, spécialiste de l’Asie du Sud-Est et du Vietnam, propose de découvrir le nord du pays à travers son circuit « Au cœur du Tonkin ». 9 jours au départ de Paris à la découverte des lacs, rizières, pagodes et temples sans oublier la magnifique Baie d’Halong. À partir de 1450 € : transports, pension complète, visites et guide francophone inclus dans le tarif. www.maisondelindochine.com
1 L’Emeraude Pour revivre la façon d’explorer Halong des années 20 sur une réplique du bateau à aube des frères Roque, bordelais de naissance, tonkinois d’adoption. Emeraude Classic Cruises 46 Le Thai To, Hanoi. Tél. : 84 439 35 18 88 www.emeraude-cruises.com 2 Bhaya legend Pour 2 ou 3 jours agréables entre copains, en amoureux ou en famille, sur des répliques de jonques en bois de 2 à 4 cabines. 47 Phan Chu Trinh, Hanoï Tél. : 84 4 3944 6777 www.bhayacruises.com.

Avec qui y aller

Croisières à Halong

les maisons, sur le plancher, les familles partagent le repas. Riz, poisson grillé, une soupe et parfois des légumes, denrée rare et chère. Le bateau ravitailleur en eau douce fait escale au village trois fois par semaine. Les pêcheurs viennent s’y approvisionner pour la toilette et la cuisine. Sous la « terrasse », des viviers munis de filets recueillent les poissons. « Nous élevons les poissons à partir d’alevins ou de poissons pris en pêche et conservés vivants » explique Mme Ly dont le mari est pêcheur. « Quand ils arrivent à maturité ou que nous avons besoin d’argent, la famille les vend au marché à des restaurateurs ou à des grossistes collecteurs qui visitent les villages flottants. Pour nous, cette manne vivante est comme une banque ». Devant
juillet — août 2013 / N°18

l’école qui regroupe cinq classes, les enseignantes accoudées à la rambarde profitent de la récréation. Les gamins sautent d’un bateau à l’autre, s’éclaboussent de leur rame avant que le tambour ne les rappelle à l’ordre. En quelques secondes, ils rejoignent la classe et leurs études tels des oiseaux de retour en cage. La corne de brume, quant à elle, invite les passagers à remonter à bord. À la sortie de la Passe de l’Étoile, l’ouest rougeoie, les eaux s’enflamment. Le soir s’étend sur la baie. Les détails s’estompent ; les silhouettes des grands rocs paraissent plus grandes, leur présence plus mystérieuse. Pour chacun Halong est une page de roman, une peinture à composer selon son regard, ses états d’âme.

VOUS HÉSITEZ ENCORE ?
Allez-y si …
Après les baies de Rio et de Naples, il manquait à votre collection la baie d’Halong, vous raffolez de la méduse au petit-dej, vous aimez à l’aube quand la brume n’est pas encore dissipée contempler les silhouettes fragiles des jonques se découpant sur un décor de rochers tout biscornus qui pointent au-dessus des flots turquoises.

Le souvenir de Diên Biên Phu vous met les larmes aux yeux, vous préférez le ketchup au nuoc-mâm, vous pensez que vous serez le seul à avoir eu cette idée originale de naviguer sur la baie.

Évitez si …

1 Une si jolie petite guerre Marcelino Truong (Denoël) Dans une BD atypique et personnelle, Marcelino Truong revisite les heures mouvementées du Saigon des années soixante. Sens du portrait et humour décapant à l’alcool de riz. 3 Lê Cat Trong Ly Jeune chanteuse vietnamienne qui monte, qui monte.

À lire / à écouter

N°18 / juillet — août 2013

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful