M.

Sellal appelle à lutter contre toute forme d’exclusion en matière d’accès à la nourriture
M. Sellal en visite de travail et d’inspection aujourd’hui dans la wilaya d’Alger
23 Chaâbane 1434 - Mardi 2 Juillet 2013 - N°14861 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

RÉUNION DE HAUT NIVEAU À ADDIS-ABEBA POUR L’ÉLIMINATION DE LA FAIM EN AFRIQUE

PAIX INTERNATIONALE

G Le Premier ministre s’entretient avec son homologue éthiopien

P. 32

P. 5

DANS UN MESSAGE ADRESSÉ AUX PARTICIPANTS AU 2e SOMMET DU FORUM DES PAYS EXPORTATEURS DE GAZ

Le Président Bouteflika plaide pour des stratégies gazières basées sur des contrats à long terme

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

M. Medelci plaide à Vienne pour une plus grande convergence des efforts des états
CAMPAGNE MÉDIATIQUE MAROCAINE CONTRE L’ALGÉRIE

P. 4

«Une escalade préméditée»
BACCALAURÉAT

Les résultats accessibles depuis hier sur Internet

P. 32

LOGEMENT PROMOTIONNEL PUBLIC (LPP)

P. 9

Evoquant le contexte international, le Président de la République a indiqué que ce dernier est marqué par les mêmes incertitudes que celles soulevées lors du

CLÔTURE DES 17 JEUX MÉDITERRANÉENS DE MERSIN (TURQUIE)

premier sommet tenu à Doha en 2011 et liées à l’absence d’une reprise durable de la croissance dans nombre de pays industrialisés frappés par une crise écono-

La stabilité de l’industrie gazière est une préoccupation majeure du FPEG

ÉGYPTE

Les premiers dossiers peuvent être déposés à partir d’aujourd’hui

mique sévère et les menaces potentielles qui pèsent sur les contrats à long terme, et qui «confirment la pertinence de nos appréhensions».
P. 3

Retour de la délégation algérienne  aujourd'hui
P. 31

es

ÉVALUATION DU PREMIER SALON DU RECRUTEMENT DE LA SÛRETÉ NATIONALE AU SUD

Engouement des jeunes

&

P. 8

Les professionnels se concertent autour de l’objectif d’exportation
P. 11

POMME DE TERRE

L’opposition appelle Morsi à quitter le pouvoir sous 24 h

P. 7

P. 15

IONS ATAL ALIS RÉET ISATIONS IRE RÉ MÉMO IRE OET MÉM

CINQUANTENAIRE E DE L’INDÉPENDANC

Remplissez votre bulletin de participation :

BULLETIN DE PARTICIPATION

Nom : ........................................................................................................ Prénom : .................................................................................................. Date de naissance : .............................................................................. Adresse : N°.......... Rue : ....................................................................... Ville : .......................................................................................................... Code postal : ........................................................................................... Tél. : ............................................................................................................ E-mail : .......................................................................................................

Les 10 Bulletins de participation à compléter et à renvoyer par courrier au 20, RUE DE LA LIBERTÉ, ALGER avant le 5 Juillet 2013

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

VOILÉ

DEMAIN À 10H AU FORUM CULTUREL D’EL MOUDJAHID
Le Forum culturel d’El Moudjahid organise, demain à 10 heures, la projection de Portraits de femmes algériennes, de Meriem Hamidat. Le débat sera animé par quatre réalisateurs.

Projection de Portraits de femmes algériennes

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaïssa, effectuera aujourd’hui une visite de travail dans la wilaya d’Aïn Defla.

Benaïssa à Aïn Defla...

Au Nord, le temps sera localement brumeux en début de matinée, puis partiellement voilé en cours de journée, avec localement des formations orageuses isolées vers les régions de l'intérieur et les Hauts Plateaux à partir de l'après-midi et soirée. Les vents seront variables faibles à modérés (15/25 km/h). La mer sera peu agitée. Sur les régions Sud, le temps sera partiellement nuageux de l'Extrême Sud vers le Hoggar/Tassili, avec activité pluvio-orageuse locale en cours de journée. Ailleurs, ciel partiellement voilé. Les vents seront variables (20/40 km/h) avec soulèvements de sable locaux. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (30- 21°), Annaba (29°- 20°), Béchar (39° - 28°), Biskra (41° - 29°), Constantine (36°- 21°),Djanet (39°- 26°), Djelfa (36° - 25°), Ghardaïa (39° - 28°), Oran (29° - 19°), Sétif (33°- 19°), Tamanrasset (37°- 27°), Tlemcen (32° - 18°).

CET APRÈS-MIDI À 16H À LA GRANDE POSTE
La Semaine culturelle et de fraternité entre les villes jumelées d’Alger-Centre et d’El-Ayoune (RASD) aura lieu du 1er au 7 juillet. La cérémonie d’ouverture de cette manifestation de solidarité avec le peuple sahraoui aura lieu cet après-midi à 16h à la kheima de la RASD, Esplanade de la Grande Poste.

Semaine de fraternité avec la RASD

Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, M. Sid Ahmed Ferroukhi, présidera aujourd’hui la cérémonie officielle à l’occasion de la célébration de la Journée nationale du pêcheur, à partir de 8h30 à Boumerdès. Le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, effectuera aujourd’hui une visite de travail dans la wilaya de Blida, au cours de laquelle il inspectera plusieurs projets en cours de réalisation, comme il aura à inaugurer d’autres projets réalisés.

Ferroukhi à Boumerdès...

Benbada à Blida...

CE MATIN À 10H AU PALAIS DES EXPOSITIONS LA SAFEX
Le secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Prospective et des Statistiques, M. Bachir Messaitfa, présidera la table ronde sur le thème «Les politiques économiques de l’Algérie, 50 ans d’indépendance : les leçons dégagées et les nouvelles orientations», qui se tiendra, ce matin à 10h, au niveau du pavillon U- palais des Expositions-Safex.

«Les politiques économiques de l’Algérie»

Le Centre culturel islamique organise, demain à 14h, une projection-vidéo intitulée «Mustapha Benboulaïd» (réalisée par le ministère des Moudjahidine) et une conférence de presse sur le thème «5-Juillet, mémoire d’une nation et victoire d’une révolution».

Projection vidéo et conférence de presse

DEMAIN À 14H AU CCI

Le secrétaire d’État auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse, M. Belkacem Mellah, effectuera aujourd’hui une visite de travail dans la wilaya de Mostaganem, au cours de laquelle il procédera au lancement des manifestations de l’université d’été du mouvement associatif local organisée du 2 au 5 juillet.

... et Mellah à Mostaganem

Agenda culturel

AUJOURD’HUI À 18H30 À L’OREF

Dans le cadre de la série d’ hommages initiés par le ministère de la Culture aux doyens de la musique algérienne, une cérémonie sera dédiée à l’artiste Abderrahmane El-Koubi, aujourd’hui à partir de 18h30 à la salle Ibn Zeydoun, office Riadh El-Feth.

Hommage à Abderrahmane El-Koubi

L’institut Cervantès d’Alger, en collaboration avec l’ambassade d’Espagne en Algérie, organis, demain à partir de 10h30 au siège de l’Institut, une table ronde sur les relations algéro-espagnoles de l’Indépendance à nos jours «Algérie-Espagne 50 ans : Bilan et perspectives». La rencontre, qui s'inscrit dans le cadre du cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie, regroupera trois spécialistes, qui aborderont trois thèmes différents.

Les relations algéro- espagnoles de l’Indépendance à nos jours

DEMAIN À 10H30 À L’INSTITUT CERVANTÈS D’ALGER

AUJOURD’HUI À 19H À LA SALLE IBN KHALDOUN
Dans le cadre de la fête nationale du 5 juillet, l’Institut culturel italien propose les manifestations suivantes : • Ce soir à 19h salle Ibn Khaldoun : concert spectacle Antonio Maiello et les amis du Monde. • Demain à 19h au Théâtre national algérien : concert du Quatuor de Verdi.

Concert d’Antonio Maiello

Mobilis, acteur incontournable dans le secteur des TIC en Algérie, participe au Salon «Mémoire et réalisations», organisé par le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, du 1er au 3 juillet à l’Office Riadh El-Feth.

Mobilis au Salon « Mémoire et réalisations » du secteur des TIC

Le ministre de l’Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotion de l’Investissement, M. Cherif Rahmani, animera ce matin à 10h30 au siège de son département ministériel, la cérémonie de signature d’un protocole d’accord de partenariat entre la S.G.P –Gephac et une société portugaise.

Accord de partenariat avec le Portugal

CE MATIN A 10H30 AU MINISTERE DE L’INDUSTRIE

DEMAIN À 9H30 À L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES SCIENCES POLITIQUES
L’École nationale supérieure des sciences politiques abrite demain à 9h30, en son siège à Ben Aknoun, la cérémonie de sortie de la 2e promotion.

Cérémonie de sortie d’une promotion

Spectacle de la troupe chinoise Heilong Jiang

LE 8 JUILLET À 19H AU TNA

Dans le cadre de la commémoration du 50e anniversaire de l’indépendance et du 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre l’Algérie et la Chine, un spectacle artistique de la troupe Heilong Jiang sera présenté lundi 8 juillet à 19h, au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi.

À l’occasion de la célébration du premier anniversaire d’ARDIS, qui coïncide avec le 5 juillet, une conférence de presse sera organisée demain à 11h, à l’Hôtel Hilton.

Conférence de presse à l’occasion du 1er anniversaire d’ARDIS

DEMAIN À 11H À L’HÔTEL HILTON

50 ANS DE TÉLÉCOMMUNICATIONS EN ALGÉRIE
Nedjma participe au Salon des TIC organisé par le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication qui se tient, du 1er au 3 juillet, à l’office Riadh El-Feth, à l’occsion de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

Nedjma participe au Salon des TIC

À l’occasion de la célébration du cinquantenaire du recouvrement de l’indépendance, la wilaya de Boumerdès et les Archives nationales organisent une conférence nationale sur

« La Déclaration de recouvrement de la souveraineté nationale : 3 juillet 1962 »

DEMAIN À 9H À BOUMERDÈS

Mardi 2 Juillet 2013

le thème «La Déclaration de recouvrement de la souveraineté nationale : Boumerdès 3 juillet 1962», demain au centre culturel de la wilaya de Boumerdès à 9h.

EL MOUDJAHID

D

Le Président Bouteflika plaide pour des stratégies gazières basées sur des contrats à long terme
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a souligné la nécessité de poursuivre les stratégies gazières basées sur de longs délais d’amortissement en vue de favoriser le développement de nouveaux projets gaziers.
pays producteurs, s’interrogeant si cette attitude « ne va pas rompre ces équilibres patiemment construits et perturber durablement ces projets ». Rappelant l’importance du rôle et de la responsabilité assumés par les pays producteurs de gaz dans l’approvisionnement des marchés mondiaux en gaz naturel, le Chef de l’Etat a souligné que « l’une des premières préoccupations de notre Organisation sera certainement de préserver la stabilité, la régularité et la continuité de cette industrie » à la lumière des mutations que connaît cette industrie. Evoquant le contexte international, le Président de la République a indiqué que ce dernier est marqué par les mêmes incertitudes que celles soulevées lors du premier sommet tenu à Doha en 2011 et liées à l’absence d’une reprise durable de la croissance dans nombre de pays industrialisés frappés par une crise économique sévère et les menaces potentielles qui pèsent sur les contrats de long terme, et qui « confirment la pertinence de nos appréhensions ». Faire prévaloir les intérêts fondamentaux des producteurs et consommateurs. Il a, ainsi, plaidé pour « une concertation permanente » entre les pays producteurs de gaz, mais également entre producteurs et consommazière. Se réjouissant du renforcement de l’organisation avec l’adhésion de l’Irak et des Emirats arabes unis, le Président de la République a renouvelé l’offre de l’Algérie d’abriter l’institut commun du gaz, une proposition formulée par l’Algérie et adoptée lors du 1er sommet du Forum tenue à Doha (Qatar) en 2011. L’Algérie avait présenté au Forum un projet complet sur la création de cet institut qui aura pour objectif de «fournir aux pays membres des données sur l’industrie gazière et les moyens d’en tirer les meilleurs avantages». «L’idée de création d’un institut commun du gaz est certainement à encourager», a-t-il souligné, faisant remarquer que l’Algérie a été le pionnier de l’industrie du GNL. Les prix du gaz sont actuellement fixés soit dans le cadre de contrats à long terme, qui peuvent être indexés sur le prix du pétrole, soit sur le marché au comptant. Outre l’Irak et les Emirats arabes unis, admis hier, le FPEG regroupe l’Algérie, la Bolivie, l’Egypte, la Guinée équatoriale, l’Iran, la Libye, le Nigeria, le Qatar, le Sultanat d’Oman, la Russie, Trinité-et-Tobago et le Venezuela. Il regroupe aussi trois pays observateurs : Norvège, Pays-Bas et Kazakhstan.

DANS UN MESSAGE ADRESSÉ AUX PARTICIPANTS AU 2e SOMMET DU FORUM DES PAYS EXPORTATEURS DE GAZ

Nation

3

ans un message adressé aux participants au sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) qui se tient à Moscou et lu en son nom par son représentant à ce sommet, le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, le Chef de l’Etat a réaffirmé sa conviction que les pays exportateurs « sauront, dans un esprit de coopération renforcée, poursuivre dans cette voie, à même de favoriser le développement de nouveaux projets gaziers.» Pour le Président de la République, c’est la structure de marché basée sur les contrats à long terme qui a impulsé le formidable essor de la consommation de gaz, notamment en Europe et en Asie, avec un partage équitable des risques entre importateurs et exportateurs. « La stabilité et la sécurité d’approvisionnement et de débouchés doivent se baser sur des paramètres qui ne soient pas volatils », a-t-il soutenu, faisant remarquer que les capitaux à investir dans le développement de l’industrie gazière, pour assurer la demande mondiale future sont «considérables». Il regretté, à cet égard, la démarche «unilatérale» que souhaitent adopter certains acteurs, notamment l’Europe, sans concertation avec les

L

e Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a plaidé hier pour « une concertation permanente » entre producteurs et consommateurs de gaz afin de développer cette source d’énergie propre appelée à constituer la transition entre les formes traditionnelles et les nouvelles énergies. La structure du marché gazier et ses caractéristiques « militent pour une concertation permanente entre nous-mêmes mais, également, entre producteurs et consommateurs afin de développer cette source d’énergie propre, qu’est le gaz naturel, à même de constituer la transition entre les formes traditionnelles et les nouvelles énergies », a indiqué le Chef de l’Etat dans un message adressé aux participants au 2e sommet du Forum des pays exportateurs

M. Bouteflika appelle à « une concertation permanente » entre producteurs et consommateurs

teurs afin de développer cette source d’énergie propre appelée à constituer la transition entre les formes traditionnelles et les nouvelles énergies. Le Chef de l’Etat a estimé que le sommet offre « l’opportunité d’échanger nos vues sur toutes les préoccupations que nous partageons », soulignant la volonté de ses pays membres de « faire prévaloir les intérêts fondamentaux de tous les

Le deuxième sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) a achevé ses travaux hier après-midi à Moscou en appelant à poursuivre l’indexation des prix du gaz sur ceux du pétrole et des produits pétroliers afin d’assurer des prix équitables, des revenus stables et de garantir le développement des ressources de gaz naturel. Dans la déclaration finale du sommet, tenu en présence du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, représentant personnel du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres du FPEG ont souligné leur détermination à défendre “le rôle fondamental” des contrats de long terme de gaz naturel dans le financement des projets d’infrastructures à grande échelle en amont et en aval de l’industrie du gaz et en prévoyant des solutions mutuellement acceptables pour la sécurité de la demande et de l’offre. Ils ont mis l’accent, en outre, sur

Le FPEG plaide pour la poursuite de l’indexation des prix du gaz sur ceux du pétrole
la nécessité de renforcer le Forum en tant que plateforme pour définir et faire avancer les positions des pays membres sur les défis et les questions des marchés internationaux de gaz. Le FPEG, dont les pays membres contrôlent près de 70% des réserves gazières mondiales, a plaidé pour le renforcement de la coordination des actions afin de protéger les intérêts des pays exportateurs de gaz dans tous les domaines, y compris les interactions avec les autorités de régulation des pays consommateurs. leur efficacité et ont permis le développement continu de l’industrie gazière à travers le monde. Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres du FPEG ont réitéré leur détermination à encourager l’utilisation du gaz naturel en tant qu’énergie propre afin d’augmenter sa part dans le mix énergétique primaire mondial. Ils se sont engagés également à encourager le dialogue entre le FPEG et tous les acteurs et les partenaires du marché gazier pour promouvoir le gaz en tant qu’énergie de l’avenir, respectueuse de l’environnement. Par ailleurs, le FPEG a réaffirmé la souveraineté permanente et absolue des pays sur leurs ressources naturelles, reconnaissant l’importance croissante du gaz naturel en tant que carburant respectueux de l’environnement et matière première pour de nombreuses industries, contribuant au développement durable à long terme de

de gaz (FPEG) à Moscou, lu en son nom par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah. Le Chef de l’Etat a estimé que le sommet offre « l’opportunité d’échanger nos vues sur toutes les préoccupations que nous partageons », soulignant la volonté de ses pays membres de « faire prévaloir les intérêts fondamentaux de tous les opérateurs économiques, pays producteurs exportateurs et consommateurs confondus.» Il a, ainsi, émis le vœu que cette rencontre puisse permettre aux membres du Forum de «convenir» d’une démarche consensuelle autour des mesures à prendre pour défendre leurs positions communes, et de réponses à apporter aux questions liées à l’importance croissante de l’industrie gazière.

P

DANS UNE DÉCLARATION FINALE

réserver la stabilité, la régularité et la continuité de l’industrie gazière constitue « l’une des premières préoccupations » du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) qui tient son deuxième sommet à Moscou, a affirmé hier le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. « L’une des premières préoccupations de notre Organisation sera certainement de préserver la stabilité, la régularité et la continuité de cette industrie gazière » à la lumière des mutations que connaît cette industrie, a indiqué le Chef de l’Etat dans un message adressé aux participants au 2e sommet du Forum et lu en son nom par son représentant à ce sommet, le président du Conseil

La stabilité de l’industrie gazière est une préoccupation majeure du FPEG
de la nation, Abdelkader Bensalah. Rappelant l’importance du rôle et de la responsabilité assumés par les pays producteurs de gaz dans l’approvisionnement des marchés mondiaux en gaz naturel, le Président Bouteflika a souligné que « la stabilité et la sécurité d’approvisionnement et de débouchés doivent se baser sur des paramètres qui ne soient pas volatils.» Les capitaux à investir dans le développement de l’industrie gazière, pour assurer la demande mondiale future sont «considérables», a-t-il poursuivi. Selon le Président de la République, c’est la structure de marché basée sur les contrats à long terme qui a impulsé le formidable essor de

opérateurs économiques, pays producteurs exportateurs et consommateurs confondus ». Il a émis le vœu que cette rencontre puisse permettre aux membres du Forum de «convenir» d’une démarche consensuelle autour des mesures à prendre pour défendre leurs positions communes, et de réponses à apporter aux questions liées à l’importance croissante de l’industrie ga-

la consommation de gaz, notamment en Europe et en Asie, avec un partage équitable des risques entre importateurs et exportateurs. Partant de ce constat, le Chef de l’Etat a réaffirmé sa conviction que les pays exportateurs « sauront, dans un esprit de coopération renforcée, poursuivre dans cette voie, à même de favoriser le développement de nouveaux projets gaziers.» Il a mis l’accent, à cet égard, sur la démarche «unilatérale» que souhaitent adopter certains acteurs, notamment l’Europe, sans concertation avec les pays producteurs, s’interrogeant si cette attitude « ne va pas rompre ces équilibres patiemment construits et perturber durablement ces projets.»

Les pays membres du FPEG ont réaffirmé leur détermination commune à préserver et renforcer les principes de commerce international en matière de gaz y compris les mécanismes de partage de risques qui ont prouvé

Augmenter la part du gaz dans le mix énergétique mondial

Mardi 2 Juillet 2013

l’économie mondiale. La déclaration de Moscou a relevé que les pays du FPEG qui disposent d’une part majeure des réserves mondiales de gaz, “sont des exportateurs responsables et sûrs à long terme de cette ressource”, réitérant leur conviction qu’il existe un grand potentiel pour une importante contribution des pays du Forum à l’économie mondiale. Exprimant leur préoccupation par rapport à certaines mesures appliquées de manière unilatérale par quelques pays consommateurs qui affectent négativement la stabilité du marché du gaz, les pays du FPEG ont souligné l’importance de la stabilité du marché pour assurer un investissement suffisant dans de nouveaux projets gaziers, mettant en avant l’importance d’un partage équitable des risques entre tous les acteurs du marché gazier dans le but d’assurer la sécurité de l’offre et de la demande de gaz.

4

Algérie estime que la préservation de la paix et de la sécurité internationales, commande d'œuvrer à une plus grande convergence des efforts dans un cadre cohérent pour davantage de synergie et de coordination en matière de sécurité, dont la responsabilité première revient aux Etats’’, a affirmé M. Medelci à la conférence internationale de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui se tient à Vienne du 1er au 5 juillet. Il a précisé que le rôle de l'AIEA était "prépondérant dans la dissémination des connaissances scientifiques et techniques, la coopération internationale et l'assistance technique aux Etats pour maintenir un niveau élevé de sûreté et de sécurité nucléaires". Cette Conférence offre l'occasion d'échanger les vues sur les progrès accomplis et de mettre en perspective la sécurité nucléaire, à la lumière des leçons tirées par les Nations unies, l'AIEA et d'autres initiatives auxquelles l'Algérie a participé : sommets sur la sécurité nucléaire, l'Initiative Globale de lutte contre le Terrorisme Nucléaire, les risques chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN), a déclaré M. Medelci. Il a également souligné que l'Algérie "réaffirme son attachement au droit inaliénable pour les utilisations pacifiques de l'atome que confère l'article 4 du TNP (Traité sur la non-prolifération d'armes atomiques), afin d'ac-

La préservation de la paix et de la sécurité internationales commande d'œuvrer "à une plus grande convergence" des efforts des Etats qui sont les premiers responsables de ces questions, a indiqué hier à Vienne le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci.

M. Medelci plaide à Vienne pour une plus grande convergence des efforts des Etats
PAIX INTERNATIONALE
célérer le développement et le bien-être des populations partout dans le monde", a précisé M. Medelci. "Nous encourageons l'AIEA à apporter sa contribution à une mise en œuvre réussie des politiques de mix énergétique envisagées dans de nombreux pays, dont l'Algérie", a-t-il souligné. M. Medelci a soutenu que l'Algérie se déclarait prête à poursuivre sa contribution aux efforts collectifs engagés au sein d'instances internationales compétentes et des partenariats au niveau régional et bilatéral, pour relever les défis et menaces de la sécurité nucléaire."L'Algérie s'associe à la Déclaration ministérielle de la Conférence qui met en exergue un engagement renouvelé pour la sécurité nucléaire, dans le cadre de la promotion des utilisations pacifiques de l'atome et du désarmement nucléaire", a-t-il encore affirmé. M. Medelci a relevé que l'assistance de l'AIEA était également requise pour la concrétisation de la décision de l'Union Africaine sur les recommandations de la Conférence Régional Africaine de haut niveau tenue, à Alger en janvier 2007, sur le thème : "Contribution de l'énergie nucléaire à la paix et au développement durable". Il a précisé que l'adhésion aux instruments existants et la prise en compte des orientations de l'AIEA, participent au renforcement des efforts en matière de sûreté et de sécurité nucléaires.

Nation

EL MOUDJAHID

L’

Il a indiqué, par ailleurs, que des améliorations étaient encore possibles dans le domaine du partage, de la gestion et de l'exploitation d'informations recueillies par la base de données de l'AIEA sur le trafic illicite (ITDB), soulignant que "de même que mérite d'être initiée une coopération dans les domaines de la criminalistique et du cybercrime". "Ce faisant, les responsabilités confiées à l'AIEA pour l'application du Plan de sécurité nucléaire 2014-2017, en cours de finalisation, et la gestion du Fonds de Sécurité Nucléaire, plaident pour que

L

e secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale établie à l’étranger, Belkacem Sahli, a indiqué hier à Bamako qu'il importait, pour l'Algérie, d’assurer la stabilité, la sécurisation et la normalisation de la vie dans les villes et localités, sous l’autorité de l’Etat malien. Intervenant au cours des travaux de la 5e réunion du groupe de soutien et de suivi sur le Mali, qui se sont ouverts hier dans la capitale malienne, M. Sahli a ajouté qu'il s’agit également de "veiller à la cohésion de la nation malienne, bâtie depuis des siècles sur la tolérance et la coexistence entre les différentes composantes de son tissu social" et de continuer à mener une "lutte implacable" contre le terrorisme et le crime organisé au Mali, dont l’éradication est une "condition essentielle" pour une stabilité "à long terme" de ce pays et de toute la région. Il a rappelé que les développements "importants", qui ont eu lieu au Mali depuis la dernière réunion du Groupe de soutien et de suivi, s’inscrivent dans le cadre de la réalisation des objectifs majeurs, qui unissent la communauté internationale autour du Mali, à savoir la restauration de l’intégrité territoriale du Mali, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé et le

"Assurer la stabilité, la sécurisation et la normalisation de la vie"
retour à la légitimité démocratique. Evoquant la question du dialogue inter-malien, le secrétaire d'Etat a estimé que celui-ci doit être "inclusif" et impliquer toutes les communautés du Mali pour "décider des meilleurs moyens pour un règlement viable et durable de la crise multidimensionnelle, que vient de connaître leur pays, et d’apporter la réponse appropriée aux revendications citoyennes des populations du Nord". "Ce dialogue, a-t-il ajouté, doit être appuyé par une œuvre de réconciliation nationale qui unit tous les Maliens autour d’un projet national", se félicitant de la signature de l’accord préliminaire à l’élection présidentielle, le 18 juin dernier à Ouagadougou, et qui permettra à l'élection présidentielle, prévue le 28 juillet prochain, de "se dérouler sur l’ensemble du territoire et consacrer ainsi l’unité nationale du Mali, tout en assurant le parachèvement de la restauration de l’ordre constitutionnel". Une évolution harmonieuse des grands paramètres de sortie de crise au Mali. M. Sahli a estimé que cet accord "ouvre la voie au dialogue, autre objectif stratégique de la feuille de route, et permet l’extension des prérogatives de l’Etat malien sur l’ensemble du territoire".

SITUATION AU MALI

Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a réitéré hier à Vienne (Autriche) l'appui de l'Algérie aux efforts internationaux pour faire face à la menace sur la sécurité des installations et matières nucléaires, a indiqué dans une déclaration à l'APS, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani. Dans une déclaration prononcée à la Conférence internationale de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur la sécurité nucléaire qui se tient dans la capitale autrichienne, M. Medelci a réitéré l'appui de l'Algérie aux efforts internationaux pour faire face à la menace sur la sécurité des installations et matières nucléaires ainsi qu'à l'Agence en matière de coordination de l'appui technique fourni aux Etats membres. Le ministre a eu en marge des travaux de cette conférence des entretiens bilatéraux avec, respectivement, le vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères autrichien, Michael Spindelegger et la ministre sudafricaine des Affaires étrangères, Maite Nkoana-Mashabane. Les deux entretiens ont porté sur les questions bilatérales, régionales et internationales d'intérêt commun, a précisé le porte-parole.

Le MAE réitère à Vienne l'appui de l'Algérie aux efforts consentis pour la sécurité nucléaire

des ressources humaines et financières suffisantes lui soient accordées", a-t-il noté. Il a estimé que dans cette perspective, que la mobilisation envisagée pour la promotion de la sûreté nucléaire ne devait pas faire oublier la satisfaction des besoins croissants en matière de coopération et d'assistance technique que requièrent les applications civiles de l'atome. Pour M. Medelci, l'Algérie a développé une infrastructure institutionnelle et juridique, fondée sur les Conventions et Codes mis au point par l'AIEA. Il s'agit, notamment, du Code de conduite sur la

sûreté des réacteurs de recherche, de la Convention sur la protection physique de matières nucléaires et de son amendement, ratifiée par l'Algérie, ainsi que du document portant "Orientations pour l'importation de sources radioactives". Il a relevé que des évaluations périodiques régulières étaient effectuées pour tester et améliorer les plans et mesures nationaux de sécurité. Il a souligné que le renforcement des capacités nationales en matières de sûreté et de sécurité nucléaires, figurait en bonne place dans le Plan Cadre national de coopération convenu avec l'AIEA pour la période 2012-2017. "De plus, la sécurisation des sources radioactives de haute activité fait l'objet d'un programme de travail avec l'Agence, tandis que la signature du plan intégré d'appui en matière de sécurité nucléaire (INSSP) est en préparation", a-t-il expliqué. Il a soutenu que le Centre de formation et d'appui à la sécurité nucléaire est opérationnel depuis février 2012, et participe au Réseau des Centres de l'AIEA, ajoutant que "dans l'intervalle, Alger abrite le Secrétariat régional du centre d'excellence Afrique du Nord pour l'atténuation des risques CBRN".

Le déploiement de la MINUSMA, a-t-il poursuivi, est "de nature à favoriser une évolution harmonieuse des grands paramètres de sortie de crise au Mali, notamment l’aide à la stabilisation de la situation dans les principales agglomérations, l’application de la feuille de route pour la transition, y compris le dialogue national et le processus électoral, la protection des civils et du personnel des Nations unies, la promotion et défense des droits de l’homme et le soutien de l’action humanitaire". Au sujet de la coopération entre les pays de la région, notamment dans le domaine "crucial" de la surveillance de leurs frontières, M. Sahli s’est félicité du suivi de la réunion consultative ministérielle sur la coopération régionale et l'opérationnalisation de l'architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne, tenue à Nouakchott le 17 mars 2013, ainsi que de la contribution de l’Unité de fusion et de liaison (UFL), pour renforcer l’efficacité de la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée. Ce mécanisme d’échange d’information et de coordination, a-t-il dit, qui a donné des résultats "probants" sur le terrain, "doit être impérativement renforcé".

C’

LA CROATIE FAIT SON ENTRÉE DANS L’UE

Mardi 2 Juillet 2013

est fait. La Croatie, au terme de 10 ans de négociations intenses, est devenue le 28e membre de l’Union européenne. Le deuxième pays des Balkans, après la Slovénie. Cette adhésion « confirme le succès de l’intégration européenne », et constitue « une valeur sure à même d’ouvrir d’autres perspectives », a déclaré M. Marin Andrijasevic, ambassadeur de Croatie à Alger, lors d’une conférence de presse conjointe avec Marek Skolil, chef de la délégation européenne, au siège de l’UE à Alger. Avec l’Algérie, il sera question de « renforcer les liens historiques » et d’« impulser une nouvelle dynamique » aux secteurs d’investissements. Une coopération qui « doit être améliorée dans plusieurs domaines, notamment touristique, d’autant plus que les deux pays disposent d’atouts incontournables ». M. Andrijasevic compte également renforcer le partenariat dans les domaines de la pêche, du génie civil et de l’électricité, en particulier pour la fabrication des transformateurs. La construction des ports de pêche, comme c’est le cas

Un succès de l’intégration européenne

pour celui de Skikda, intéresse également les Croates. Bénéfique à plus d’un titre, cette adhésion « extrêmement laborieuse » permet à la Croatie un meilleur accès à l’Algérie, signataire de l’accord d’association avec l’UE. « On aura plus d’avantage par rapport au passé », confie l’ambassadeur. Cet intérêt particulier accordé à notre pays est lié aux « histoires communes que les deux pays se partagent ». Mieux, le 28e membre de l’UE est désigné, depuis janvier 2013, comme coordinateur de l’OTAN à Alger. La Croatie, explique M. Andrijasevic, est une « passerelle » entre les pays membres et non membres de cette organisation planétaire. De son côté, le chef de la délégation européenne, M. Skoli, trouve en cette intégration « un signe d'encouragement pour les autres candidats comme la Serbie et le Kosovo pour ouvrir les négociations d'adhésion ». Il confirme dans un autre contexte la venue à Alger les 6 et 7 juillet de José Manuel Barroso, président de la Commission européenne. Fouad IRNATENE

EL MOUDJAHID

D

ans une allocution prononcée à cette occasion, M. Sellal a noté que 1,3 milliard de tonnes de nourritures sont gaspillées chaque année, alors que plus de 20.000 enfants meurent chaque jour victimes de la faim. "Il faut également lutter contre toute forme de marginalisation ou d’exclusion en matière d’accès à la nourriture et contre toutes les formes de gaspillage et de déperdition des ressources", a-t-il insisté. Par ailleurs, le Premier ministre a plaidé pour la promotion des systèmes alimentaires africains durables qui seront mis au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition. La question "qui se pose aujourd’hui", a-t-il dit, est de savoir "comment accélérer l’émergence de systèmes alimentaires durables, qui seront mis au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition, comme cela a été préconisé lors de la 38e session de la conférence de la FAO (organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture)". Il a indiqué, à ce propos, qu’il s’agissait pour les Africains de promouvoir des systèmes alimentaires, dont la durabilité passe par celle des systèmes de production, qui prennent en compte les capacités de reproduction, la sécurité hydrique, la protection de la diversité des ressources biologiques et les équilibres écologiques dans le continent africain. Parallèlement à ces systèmes alimentaires durables, M. Sellal a également souligné l’importance de construire des systèmes de régulation "efficaces" aux niveaux national, régional et international, pour être "en mesure d’atténuer les effets de la volatilité des prix et lutter efficacement contre le gaspillage de nourriture". M. Sellal a mis en exergue l’aide que pourraient apporter la FAO, les institutions spécialisées, l’institut Lula et d’autres acteurs concernés, dans le cadre d’une contribution pratique et effi-

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la réunion de haut niveau sur le thème "Nouvelles approches unifiées pour éliminer la faim en Afrique", a appelé, hier à Addis-Abeba (Éthiopie), à lutter contre toute forme de marginalisation ou d’exclusion en matière d’accès à la nourriture et contre toutes les formes de gaspillage et de déperdition des ressources.
cace, pour permettre à l’Afrique d’aller vers "la croissance recherchée et vers une sécurité alimentaire et une nutrition construite sur une base durable". Le Premier ministre a déploré, d'autre part, le fait que le continent africain enregistre toujours le plus grand nombre de personnes affectées par la faim et la malnutrition, alors que 60% de ses terres arables ne sont pas cultivées. Les chefs d’État et de gouvernement africains avaient attiré l'attention, en 2003 à Maputo, sur ces stratégies répétées, mais surtout pour lancer le Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA) et d’allouer au moins 10% de leurs budgets nationaux au développement agricole et rural, a-t-il rappelé. M. Sellal a indiqué que cette initiative a pour cadre de référence le NEPAD, "moyen approprié pour faire découvrir aux Africains les capacités et les forces dont ils disposent afin de leur permettre de jeter les bases d’un développement endogène et durable". "Depuis lors, de nombreux pays africains ont enregistré des avancées notables dans le combat pour le développement et contre les maux qui rongent notre continent", a-t-il soutenu. Le Premier ministre n’a pas manqué de rappeler les efforts de l’Algérie "qu’ils soient orientés vers son propre développement et sa sécurité alimentaire à travers sa politique de renouveau agricole et rural lancée en 2009, ou qu’ils portent sur une mobilisation solidaire et active destinée à faire de «la faim zéro» sur le continent africain un objectif réaliste et réalisable". Pour M. Sellal, "une ère de rénovation s’ouvre devant les Africains, riche de la promesse d’un continent qui pourra pourvoir à la nourriture de ses populations et concourir à celle de 9 milliards de personnes". "Cette volonté et cet espoir ne nous font pas oublier les énormes défis qui nous restent encore à relever. Beaucoup de nos pays ont prouvé, ces dernières années, que cela tient du domaine du possible, certains d’entre eux ayant même atteint, avant terme, l’Objectif numéro un du Millénaire pour le développement", a-t-il observé. Le Premier ministre a conclu son intervention en affirmant que l’Algérie "ne cessera de conjuguer ses efforts avec ceux des autres pays du continent, fidèle à ses principes et soucieuse de promouvoir la paix, la sécurité et la prospérité en Afrique et dans le monde". Il est à souligner que la cérémonie d’ouverture de cette rencontre a été présidée par le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, président en exercice de l’Union africaine (UA). La présidente de la commission de l’UA, Nkosazana

M. Sellal appelle à lutter contre toute forme d’exclusion en matière d’accès à la nourriture

RÉUNION DE HAUT NIVEAU À ADDIS-ABEBA POUR L’ÉLIMINATION DE LA FAIM EN AFRIQUE

Nation

5

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a quitté hier après-midi Addis-Abeba après avoir pris part à la Réunion de haut niveau sur les nouvelles approches unifiées pour éliminer la faim en Afrique. Dans une allocution prononcée à cette occasion, M. Sellal a appelé à lutter contre toute forme de marginalisation ou d’exclusion en matière d’accès à la nourriture et contre toutes les formes de gaspillage et de déperdition des ressources. Il a noté que 1,3 milliard de tonnes de nourritures sont gaspillées chaque année, alors que plus de 20.000 enfants meurent chaque jour victimes de la faim. En marge de cette réunion de haut niveau, le Premier ministre s’est entretenu avec son homologue éthiopien, Hailemariam Desalegn, et reçu en audience le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Graziano Da Silva.

M. Sellal quitte Addis-Abeba

L

e fondateur et président d’honneur de l’Institut Lula, l'ancien président du Brésil Luiz Inacio Lula Da Silva, a appelé, lundi à Addis-Abeba (Éthiopie), les gouvernements africains à agir rapidement pour pouvoir réaliser l’objectif d’éradiquer la faim en Afrique d’ici 2025. Intervenant lors de la Réunion de haut niveau sur le thème "Nouvelles approches unifiées pour éliminer la faim en Afrique", M. Da Silva a rappelé qu’en décembre dernier, une initiative conjointe a été lancée pour mettre un terme à la faim en Afrique. "Une initiative qui a été partagée et saluée par tous les chefs d’État et de gouvernement africains", a-t-il souligné. "Nous sommes ici pour surmonter cette tragédie qui est la faim, et il est important que les gouvernements africains aient le courage d’agir vite", a insisté l’ancien président brésilien. "Ce défi complexe ne doit pas nous intimider. Car je suis persuadé que ce continent est le lieu d’avenir où il y aura progrès et prospérité", a-t-il poursuivi. Il a fait remarquer que la faim n’était pas la seule conséquence des caprices de la nature, mais

Lula Da Silva appelle les gouvernements africains à agir rapidement

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s’est entretenu, hier à AddisAbeba, avec son homologue éthiopien, Hailemariam Desalegn, en marge de la réunion de haut niveau sur les nouvelles approches unifiées pour éliminer la faim en Afrique. Dans une déclaration à la presse à l’issue de cet entretien, M. Sellal a indiqué avoir examiné avec son homologue éthiopien, l’état de la coopération entre les deux pays, rappelant qu’une "totale solidarité" a toujours existé entre l’Algérie et l’Éthiopie. Il a aussi relevé que les deux pays "ont beaucoup de points en commun sur le plan de la politique internationale". "Nous sommes en train de relancer la coopération stratégique entre les deux pays et inces-

Le Premier ministre s’entretient avec son homologue éthiopien

Dlamini Zuma, le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Graziano Da Silva, et le fondateur et président d’honneur de l’Institut Lula, l’ancien président brésilien Luiz Inacio Lula Da Silva, ont pris la parole lors de la cérémonie d’ouverture de cette réunion, avant de lever la séance pour la tra-

ditionnelle photo-souvenir. Plusieurs chefs d’État et de gouvernement, ainsi que des représentants d’organisations internationales, de la société civile, du secteur privé, d’université et autres partenaires prennent part à cette réunion de haut niveau. Cette réunion est co-organisée par la commission de l’UA, la FAO et l’Institut Lula.

samment une ligne aérienne va s’ouvrir entre Alger et Addis-Abeba, ainsi qu’une ambassade d’Ethiopie à Alger", a ajouté M. Sellal. Le Premier ministre a également fait savoir que la commission mixte algéroéthiopienne, qui ne s’était pas réunie depuis 2002, "va être relancée de manière très forte". Par ailleurs, M. Sellal a déclaré avoir abordé avec son homologue éthiopien, "les points liés à tout ce qui se passe dans

la région". "Nous sommes parvenus à une vision commune où la sagesse doit prévaloir dans le règlement de l’ensemble des conflits qui touchent l’Afrique", a-t-il dit. Pour sa part, le Premier ministre éthiopien a qualifié d'"excellentes", les relations qui unissent l’Algérie à son pays "qui ont beaucoup de points en commun". Il a également indiqué avoir saisi cette occasion pour transmettre ses salutations et ses meilleurs vœux de santé au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. M. Desalegn a, par ailleurs, souligné que la prochaine réunion de la commission mixte algéro-éthiopienne va permettre de relancer la coopération bilatérale dans différents domaines, ajoutant que l’ouverture d’une ligne aérienne entre les capitales des deux pays "va aussi renforcer les échanges" bilatéraux.

Mardi 2 Juillet 2013

plutôt un phénomène social causé par des structures économiques défectueuses. Évoquant l’expérience brésilienne en matière de lutte contre la faim et la misère lorsqu’il était à la tête de l’État, M. Da Silva a indiqué que les politiques publiques menées avec l’aide de la société civile et de différents autres partenaires avaient permis de sortir plus de 36 millions de personnes de la misère et de créer plus de 20 millions postes d’emplois. "Il faut que l’État consacre une partie de son budget aux pauvres, car il a le

devoir et l’obligation de s’occuper de ces personnes vulnérables", a-t-il souligné. Pour sa part, le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, a fait remarquer que le continent africain vit "une bonne période" à même de lui permettre de vaincre la faim. Il a également mis en exergue le rôle des gouvernements, avec l’aide des différents partenaires, dans l’élimination de la faim en Afrique, à travers l’adoption de stratégies et de politiques publiques appropriées. Pour ce faire, M. Desalegn a insisté sur la nécessité d’axer les efforts sur le développement de l’agriculture et des industries agroalimentaires, déplorant le fait que 60% des terres cultivables en Afrique ne soient pas encore utilisées. La présidente de la commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini Zuma, et le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Graziano Da Silva, sont également intervenus lors de cette réunion pour affirmer que l’éradication de la faim en Afrique "est un défi réalisable, mais nécessite une volonté politique forte".

6

CÉLÉBRATION DU CINQUANTENAIRE DU SECTEUR DES TIC

Le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (MPTIC), M. Moussa Benhamadi, a procédé, hier à Alger, à l’inauguration de l’exposition «Mémoire et les réalisations» du secteur dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance nationale. La séance d’inauguration s’est déroulée en présence de membres du gouvernement, dont le ministre de la Communication, Mohamed Saïd. M. Benhamadi a visité plusieurs stands d’entreprises relevant de son secteur, notamment Algérie Poste et Algérie Télécom. L’exposition était une occasion d’évoquer les développements importants enregistrés dans le secteur de la poste et des technologies de l’information et de la communication dans ses différentes composantes, et qui ont accompagné les changements politiques et socioéconomiques vécus par l’Algérie depuis 1962. Dans son intervention, M. Benhamadi a évoqué «l’importance des grands projets du secteur», décla-

Un demi-siècle de progrès

tisfaction pour le soutien de l’Algérie aux jeunes stagiaires de la RASD. De son côté, M. Brahimi Azzedine,

directeur des études et de la coopération au ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels, a

Ph. Nesrine T.

L

es entretiens des deux responsables ont permis de "faire le point sur le programme d'échanges et d'assistance technique en cours entre l'Algérie et la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en matière de formation professionnelle". M. Mebarki et son homologue sahraouie ont évoqué, à cette occasion, "l'octroi de bourses de formation professionnelle au profit de stagiaires sahraouis dans le cadre

Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki, a reçu hier, au siège de l’Institut national de la formation et de l’enseignement professionnels, Mme Khera Balahi Arab, ministre de la Formation professionnelle, de l’Emploi et de la Fonction publique de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

L’Algérie forme plus de 100 stagiaires sahraouis chaque année
FORMATION PROFESSIONNELLE
des quotas de bourses fixés par le ministère des Affaires étrangères", selon un communiqué remis à la presse au terme de l'audience. Les entretiens ont aussi porté sur "la formation de formateurs sahraouis par les établissements algériens" et sur "la remise de programmes pédagogiques et de référentiels d'emploi", a ajouté la même source. En marge de cette rencontre, Mme Khera Balahi Arab a exprimé sa sa-

Nation

EL MOUDJAHID

affirmé que la formation des stagiaires de la RASD date depuis plus d’une dizaine d’années. Il dit, dans ce sens, que «nous encadrons environ 100 stagiaires par an». Tout en soulignant que «depuis 2000, nous avons formé plus de 1.500 stagiaires dans les différents domaines tels que l’administration et la gestion». Il y a lieu de souligner que lors de cette rencontre, les deux parties sont convenues de privilégier les domaines d’assistance technique, entre autres l’octroi de bourses de formation professionnelle au profit des stagiaires dans le cadre des quotas de bourses fixés par le ministre des Affaires étrangères, la formation de formateurs, ainsi que la remise de programmes pédagogiques et de référentiels d’emploi. Makhlouf Ait Ziane

L

e président du Front de l'Algérie nouvelle (FAN), Djamel Benabdesslem, a indiqué, hier à Alger, que son parti poursuivait les consultations pour arrêter la «position appropriée» à l'égard de la prochaine élection présidentielle. «Nous avons entamé des consultations avec des partis politiques et autres personnalités nationales pour recueillir des données qui nous permettent de prendre une position, par rapport à la prochaine joute électorale. Nous veillons à prendre une position qui servira l'intérêt suprême de la patrie et qui sera à la hauteur des aspi-

Le FAN poursuit les consultations
rations du peuple algérien», a déclaré M. Benabdesslem, lors d'une conférence de presse au terme de la session ordinaire du conseil national du FAN. En effet, le conseil national du FAN avait suggéré, lors de la dernière sa session ordinaire, deux options. La première, sera donc, l’organisation d’une élection présidentielle anticipée ouverte et transparente, avant la fin de l’année en cours, en entamant dans l’immédiat, les procédures juridiques et constitutionnelle appropriées. Quant à la deuxième option, le FAN propose d’aller vers «un consensus national entre les acteurs de la scène politique nationale à travers un dialogue sérieux et approfondi». Cette option implique «la dissolution du Parlement avec ses deux chambres et la constitution d'une Assemblée constituante pour rédiger la nouvelle constitution qui sera soumise à un référendum populaire et la formation d'un gouvernement national qui prendra en charge une période de transition déterminée et organisera des élections présidentielle et parlementaire conformément aux conditions objectives et juridiques», a-t-il ajouté. Concernant l’accord conclu avec les anciens cadres d’El-Islah pour leur intégration dans

rant qu’«il vont poursuivre les efforts afin de continuer ce qui a été fait». À la fin de la visite, une convention a été signée entre le ministère et la di-

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

rection générale des Archives nationales. Le but de cette convention est la généralisation de l’usage des TIC et la promotion du contenu numé-

rique national relatif à la mémoire nationale des archives et les mettre sur le net, et relier le réseau national des archives avec toutes les directions des institutions. À cette occasion, M. Benhamadi a remis les archives relatives à la Poste, à la télégraphie et aux télécommunications durant la colonisation française, au directeur général des Archives nationales, M. Abdelmadjid Chikhi. Il lui a également remis le plus ancien dossier, comportant 7 documents concernant la création du bureau de la télégraphie militaire de Tadjmount (Laghouat) et datant de 1886 à 1887. Le DG des Archives nationales a considéré l’initiative du ministère de la Poste et des TIC comme une première en Algérie, appelant tous les autres secteurs à faire de même en enrichissant les Archives nationales de documents. Par ailleurs, le ministre a assuré qu’«il n’y aura pas de problème de liquidités pendant le mois béni dans les bureaux de Poste». Wassila Benhamed

Les associations doivent mieux répondre aux attentes de la jeunesse

BELKACEM MELLAH À BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

L

Ph. Nesrine T.

L

e président du parti El-Karama, Mohamed Benhamou, a souligné, hier à Tizi Ouzou, la nécessité de "rassembler les forces nationales en privilégiant ce qui les unit", suggérant de "convoquer l’histoire nationale, pour puiser dans les valeurs ayant fait la grandeur de la Révolution de Novembre 1954". "Les Algériens n’ont d’autre salut que dans l’unité de leurs rangs pour relever les défis et faire face à l’adversité. Car l’Algérie est notre pays et nous n’avons pas une patrie de rechange (...).", a souligné M. Benhamou, lors d’une conférence sur la Révolution algérienne, organisée par son parti à la maison de la Culture, à l’occasion de la célébration du 51e anniversaire de l’indépendance nationale En ouverture de cette rencontre animée par des moudjahidine, en présence de militants de son parti et de citoyens, M. Benhamou a estimé, par ailleurs, qu’"il est temps de réhabiliter l’échelle des valeurs, de remettre les choses à leur place en rétablissant le mérite et en distinguant le grain de l’ivraie, pour mettre un terme à l’amalgame préjudiciable à la cohésion nationale". Dans sa prise de parole, le moudjahid Aït Ahmed Si

“Rassembler les forces nationales en privilégiant ce qui les unit”
Ouali, l’animateur principal de cette conférence, a mis en avant le rôle de l’unité du peuple algérien durant la guerre de Libération nationale, en le considérant comme un "facteur déterminant dans l’issue triomphale du combat libérateur livré à l’occupant colonial". Cet officier de l’ALN et secrétaire du poste de commandement de la Wilaya III historique a restitué, à travers une rétrospective historique, le processus du combat pour la cause nationale, en qualifiant la Révolution du 1er Novembre 1954 d’"acte fondateur de l’État national moderne, en ce sens qu’elle fut une marche de tout un peuple pour le recouvrement de sa souveraineté spoliée". Il a rappelé que "toutes les jacqueries et insurrections menées auparavant, soit 106 révoltes enregistrées sur le territoire nationale de 1830 à 1945, ne pouvaient pas aboutir et ont été annihilées par l’ennemi, car revêtant un caractère sporadique et étaient circonscrites dans le temps et l’espace". Mais il a fallu beaucoup de temps pour réaliser cette unité, grâce à la prise de conscience nationale quant à sa nécessité, maturée à travers le mouvement national qui a permis de pré-

EL-KARAMA :

les instances du parti, à différents niveaux de responsabilité, le responsable du parti a indiqué que cet accord a été validé par le conseil national. En effet, selon Benabdesslem, quatre-vingtdeux membres du conseil consultatif d’El-Islah et des président de bureaux de 30 wilayas ont rejoint le FAN, en attendant l’intégration du reste des militants. D'autre part, M. Benabdesslem a salué les actions du bureau national de son parti quant à «la réactivation de l'initiative de plusieurs partis et organisations pour la défense de la mémoire et la souveraineté». Salima Ettouahria

parer les conditions objectives du déclenchement de la Révolution", a-t-il expliqué, en mettant en avant "les liens dialectiques existant entre l’unité , la liberté, la dignité et la prise de conscience". L 'autre aspect de la grandeur de la lutte armée de Libération nationale relevé par le conférencier a trait à "l’esprit de sacrifice" qui a animé les combattants de la cause, un facteur qui a pesé lourdement en faveur des moudjahidine au vu de l’asymétrie manifeste des forces des deux belligérants". Abordant l’étape de l’Algérie post-indépendance, le moudjahid Si Ouali, membre du bureau de wilaya de l’ONM et président de l’association "Thagrawla", a insisté sur la nécessité, pour l’édification du pays sur la base des principes énoncés par la proclamation de Novembre 1954, de "consolider l’esprit sacrificiel des artisans de l’indépendance par l’avènement d’un enseignement de qualité pour former l’élite dont a besoin le pays, mais aussi pour réhabiliter l’échelle des valeurs, et donner les repères nécessaires à la jeunesse pour la soustraire aux fléaux sociaux".

Mardi 2 Juillet 2013

e secrétaire d’État chargé de la Jeunesse, Belkacem Mellah, a appelé, hier à Bordj Bou-Arréridj, les associations de la wilaya, à "jouer pleinement leur rôle en tant que partenaire principal dans la réalisation des aspirations de la jeunesse". Au cours d’une rencontre avec le mouvement associatif de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj où il effectue depuis dimanche une visite de travail, M.Mellah a estimé qu’il fallait "donner la possibilité aux jeunes de proposer des solutions à même de permettre la satisfaction de leurs attentes et la construction de leur avenir". L’État algérien consent des "efforts considérables" pour soutenir toutes les associations qui doivent être "ce médiateur capable de porter à la connaissance des autorités les propositions, les attentes et les souhaits des jeunes", a souligné le secrétaire d’État, réaffirmant la volonté des pouvoirs publics de soutenir et d’accompagner la jeunesse algérienne. M. Mellah a estimé, dans ce contexte, que les jeunes "sont en mesure de participer eux-mêmes à la satisfaction de leurs besoins, dans le cadre organisé des associations qui bénéficient constamment de l’écoute des pouvoirs publics". Saluant le "dynamisme" du secteur de la jeunesse et des sports dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, le secrétaire d’État a considéré que la "prise en charge des vocations" a permis de faire de cette wilaya, un "pôle d’excellence en matière de sports". M. Mellah avait donné dimanche, au chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, le coup d’envoi officiel des activités de proximité désormais dévolues aux maisons de jeunes activant dans les villes de l’Algérie profonde.

EL MOUDJAHID

Les premiers dossiers déposés à partir d’aujourd’hui
Dès le matin, l’Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI) a enregistré, hier, un engouement de souscripteurs venus pour le retrait des formulaires en vue de postuler pour le programme de la nouvelle formule commerciale logement promotionnel public (LPP), destinée en premier lieu à la classe moyenne.
layas où l'entreprise n'est pas représentée, « les directions régionales de l'Agence nationale de l'amélioration et du développement du logement (AADL) ou les directions de wilaya du logement se chargeront de la réception des dossiers », a précisé M. Guellati. Le directeur de l’ENPI a rappelé que le dossier comprend une demande d'achat (imprimé fourni par l'ENPI), une photocopie de la carte d'identité, un extrait de naissance n°12, un certificat de résidence, une attestation de travail pour les salariés ou attestation de profession, un relevé des émoluments pour les salariés ou déclaration de revenus. Il contient également une déclaration sur l'honneur précisant que le postulant n'a pas possédé en toute propriété, ni lui, ni son conjoint, un lot de terrain à bâtir, un bien à usage d'habitation à l'exception des logements de type F1 et qui n'a pas bénéficié, ni lui, ni son conjoint d'une aide financière de l'Etat en vue de la construction ou de l'acquisition d'un logement. En outre, les agents chargés de cette opération mentionnent le nom du demandeur sur son formulaire, et saisissent le numéro de ce dernier sur leurs registres afin d'assurer qu'il ne soit pas utilisé à des fins commerciales et de garantir la transparence de l'opération. Aussi,

LOGEMENT PROMOTIONNEL PUBLIC (LPP)

Nation

7

E

n effet, le lancement de l'opération de retrait des formulaires pour l'acquisition d'un logement promotionnel public a connu un fort afflux des citoyens qui se sont présentés aux bureaux de l'ENPI et ses différentes structures implantées dans 24 wilayas, afin de souscrire à cette nouvelle formule. A l’exception de la direction générale de l'ENPI où l’opération s’est déroulée dans de bonnes conditions, a assuré M. Amar Guellati, directeur de l'ENPI, chargée de la mise en œuvre de cette nouvelle formule d'accès au logement, « au niveau des différents guichets à l'annexe de la direction générale à Saïd Hamdine, de la direction régionale d'Ouled Fayet et de la direction commerciale de Bab Ezzouar mobilisés à cet effet, l'affluence était trop forte », a-t-il indiqué. En effet, les guichets ouverts pour la distribution de ces formulaires ont été pris d'assaut par les solliciteurs de logements, des centaines de citoyens venus dès les premières heures de la matinée pour le retrait des documents nécessaires. Le premier responsable de l’ENPI a assuré que « des mesures rigoureuses ont été prises » pour le déroulement de l'opération des souscriptions de manière très organisée et efficace. Dans les wi-

LE RÔLE DES COLLECTIVITÉS LOCALES DANS LA PRÉSERVATION DE LA MÉMOIRE
et il y a lieu aujourd'hui de maintenir présent à l'esprit de tous les Algériens, des personnalités locales décédées qui méritent d’être glorifiées et honorées, surtout vis-à-vis de la nouvelle génération », a précisé le responsable de l’association « Machaal Chahid » Mohamed Abbad lors d’une conférence hier, au siège de l’Assemblée populaire de la wilaya d’Alger qui avait pour sujet, « le rôle des collectivités locales dans la préservation de la mémoire historique ». « Nos élus doivent s'inspirer un peu plus de l'histoire locale, car de tels sites se situent sur leur territoire communal. Ils doivent établir une liste de martyrs de leurs communes et se rapprocher de la direction des archives pour les aider à puiser dans les biographies de ces personnalités. La nomination d’un quartier au nom d’un martyr doit être suivie de sa biographie pour que nos enfants puissent être sensibilisés à leur histoire », a précisé Abdelmadjid Chikhi, directeur général des archives nationales, lors de son intervention , ajoutant que « bon nombre d'établisse-

Durant l’occupation de l’Algérie, l’administration coloniale a décidé de donner une physionomie européenne aux villes algériennes. Cette volonté de dépersonnalisation de l’environnement séculaire du pays, se faisait par la dénomination des rues et des quartiers avec des patronymes français. Nous retrouvons dans la nomenclature ancienne, les noms des quartiers sous leurs anciennes appellations ainsi que la nouvelle, celle de l’après-indépendance. Des noms de militaires : Georges Boulanger, ministre de la Guerre, des hommes de lettres comme Victor Hugo, le cardinal Lavigerie, et bien d’autres personnalités françaises. Après l’indépendance, les autorités algériennes décident à leur tour de redonner à la ville d’Alger sa toponymie algérienne. Elles ont alors renommé les rues et les quartiers et créé des secteurs urbains sous des noms de martyrs, de personnalité politiques, d’écrivains, de figures de la résistance, etc. « Depuis l'indépendance, le devoir de mémoire envers tous les martyrs n'a pas cessé

Une nouvelle toponymie des lieux

après le retrait des formulaires, les demandeurs peuvent déposer les dossiers à partir d’aujourd’hui, les dossiers retenus passeront ensuite devant une commission nationale pour validation. Assurant que « l'ENPI proposera des prix étudiés à la portée des souscripteurs éligibles au programme du LPP », M. Guellati a souligné que « le coût du terrain et les travaux des voiries et réseaux divers seront pris en charge par l'Etat », « les prix et les modalités de payement seront connus très prochainement », a-t-il ajouté. Par ailleurs, les souscriptions au programme du LPP se poursuivront à l'avenir puisque aucune date limite pour le dépôt des dossiers n’a été fixée. « Le programme LPP n'est pas limité par un quota. C'est l'un des principaux avantages de cette formule commerciale qui continuera tant qu'il y aura des demandes », a précisé M. Guellati. Pour rappel, le LPP est destiné aux postulants dont le revenu est compris entre 6 et 12 fois le salaire national minimum garanti (SNMG), soit entre 108.000 et 216.000 DA,

en calculant les revenus du souscripteur et de son conjoint. Ainsi les souscripteurs peuvent choisir entre plusieurs types de logements, un F3 (80 m2), F4 (100 m2), F5 (120 m2) collectif, semi-collectif ou logement individuel. Les prix d'achat ne sont pas encore fixés, mais ils varieront selon le type et le site de logement choisis. La totalité du montant doit être payée avant la remise des clés. Le souscripteur peut toutefois, demander un crédit bancaire auprès du Crédit populaire d'Algérie (CPA), qui financera ce programme au nom de l'ensemble des banques publiques. Dans ce cas, l'ENPI se chargera de transférer la demande de crédit du souscripteur à la banque avant de lui communiquer sa décision dans un délai de 30 jours au maximum. Le souscripteur bénéficiera d'une bonification de taux d'intérêt bancaire. Destinée à la classe moyenne qui ne peut acquérir ni un logement social ni un logement locationvente "AADL", le programme LPP prévoit la réalisation de près de 152.000 logements, dont 45.000 à Alger, à Annaba et à Constantine

avec 13.000 unités chacune. Il y a lieu de signaler que certains projets ont déjà été lancés, notamment 1.200 logements à Ouled Fayet, 1.400 logements à Sidi Abdellah à Alger, 280 logements à Bouinan, 100 logements à Ouled Yaïch dans la wilaya de Blida et 300 logements à Tizi Ouzou, ainsi que d'autres chantiers entamés à Tlemcen, Oran et Annaba. Les autres projets seront lancés au fur et à mesure en fonction des assiettes foncières disponibles. Enfin, pour garantir une meilleure qualité de construction, des spécifications techniques exigeantes seront introduites dans ces logements. Une attention particulière sera accordée à l'adaptation des espaces construits avec les exigences de la qualité à travers un bâti cohérent sur le plan architectural et urbanistique. Les quartiers "intégrés" réalisés dans le cadre de ce programme seront dotés des locaux de services et de commerce, d'équipements de proximité, des espaces verts, ainsi que des aires de jeux et de loisirs pour les trois âges. Sihem Oubraham

FORCES NAVALES TURQUES ET ALGÉRIENNES
que nous participons aux exercices et autres manœuvres militaires », a-t-il indiqué, rappelant dans la foulée que les relations entre l’Algérie et la Turquie sont « vieilles ». « Nous sommes, Turcs et Algériens, les descendants de Barberousse », a-t-il précisé non sans observer que les flottes des deux pays portent souvent des noms communs. Mise en service en septembre 2011, la corvette « TCG Heybeliada », longue de 99 mètres, a quitté le port turc d’Aksaz le 12 juin dernier pour une tournée en Afrique du Nord qui l’a menée en Egypte, au Maroc, en Algérie avant de regagner la Tunisie et la Libye. Elle est conçue pour les opérations de surface, de défense sous-marine et de défense aérienne. Le « TCG Heybeliada » peut assurer la reconnaissance et la patrouille et la défense contre les menaces asy-

La Turquie œuvre à renforcer la coopération militaire avec l’Algérie mais aussi entre les deux peuples. C’est en ces termes que le commandant de la 1re flottille de corvettes du pays d’Atatürk a qualifié l’escale effectuée à Alger par la corvette « TCG Heybeliada ». S’exprimant lors d’un point de presse hier à bord du navire, le colonel Yasar Çamur se dit en effet « convaincu » qu’il existe de belles « opportunités » dans les domaines de la défense, de la sécurité et de l’industrie militaire pour renforcer davantage les relations entre les deux pays, qualifiées du reste « d’excellentes » et affirme qu’une convention a été signée entre les deux pays en septembre 2013. « Les forces navales turques sont disposées à d’éventuels échanges d’ expériences avec nos amis algériens, de même

Des relations historiques

ments scolaires et autres portent aujourd'hui des noms qui n'évoquent absolument rien en dehors de notre ville, si ce n'est parfois un nom de martyr. De plus, il faut veiller à ce que l'on baptise un lieu par rapport à ce que l'on y fait, c'est-à-dire choisir un nom assorti à ce qui va se faire dans ce lieu, un nom de personnalité locale décédée qui par le passé a œuvré dans les domaines éducatif, sportif, culturel, économique, politique, révolutionnaire … ». Au lieu de dire « place du 1er-Mai », beaucoup de gens continuent à dire Champde-manœuvres. Le terrain du Champ-de-manœuvres (aujourd’hui station de bus) servait, durant l'époque coloniale aux manœuvres des régiments militaires. Il en existe encore qui persistent à utiliser les vocables de « balcon Saint Rafaël ». Pour le reste des quartiers, toutes les personnes interrogées pensent que le mauvais choix des toponymes et le manque d’information ont fait que beaucoup d’Algérois ne connaissent parfois même pas les noms al-

gériens de ces quartiers, raison pour laquelle ils préfèrent toujours, par méconnaissance ou ignorance, appeler les quartiers et les rues comme au temps de la colonisation. Aujourd’hui encore, jeunes et vieux utilisent les anciens noms coloniaux au lieu des noms de l’Algérie indépendante. Cela est dû surtout au choix des noms, au manque d’information sur les nouvelles appellations et à l’attachement de certains à un passé révolu. Afin de remédier à cette situation, M. Chikhi a proposé la collaboration entre toutes les institutions concernées comme les APC, les APW, la direction des archives, les établissements scolaires pour accompagner les noms de biographies afin de permettre aux jeunes de s’informer sur ces personnalités algériennes. La rencontre s’est achevée par une série de recommandations dont le devoir d’assurer la continuité des travaux afin d’établir un programme durable qui s’occupe de ce sujet Kafia Ait Allouache

Mardi 2 Juillet 2013

métriques. Le navire dispose à bord d’un hélicoptère et peut accueillir jusqu’à 93 hommes. Côté armement, il est doté de huit missiles antinavire Boeing Integred Defense Systems AGM-84 Harpoon, d’un lanceur Mk.49 Mod.3 pour 21 missiles et d’un lanceur vertical pour missiles surface-air Raytheon RIM-162 ESSM Rolling Airframe Missile Block 1A. Il est équipé également d’un canon rétractable de 76 mm, de quatre torpilles 324 mm et de deux mitrailleuse de 12,7 mm. Il convient de rappeler que l’équipage de la corvette a été reçu par le commandant de la façade maritime centre, le général Mohamed Guelmami. S. A. M.

8

E

L’engouement des jeunes
Évaluation Du PReMieR Salon Du ReCRuteMent De la SûRetÉ nationale au SuD
«Un grand succès.» Ce sont les termes du directeur des ressources humaines à la Direction générale de la Sûreté nationale, Mohamed Benaired, s’agissant de la première édition du Salon du recrutement de la Sûreté nationale qui s’est déroulée en avril dernier dans 8 wilayas du Sud.

Nation

n trois jours, le Salon a connu un engouement inattendu au cours duquel les services de police ont enregistré le dépôt de 31.556 dossiers et reçu la visite de plus de 57.320 personnes. la première édition du Salon qui s’est tenue du 23 au 25 avril a permis à 31.556 jeunes, dont 20% des femmes, de déposer leur candidature afin de postuler pour un poste dans la police. un nombre important lorsqu’on sait que pour les 8 wilayas concernées (ouargla, illizi, eloued, adrar, tamanrasset, tindouf, Béchar et Ghardaïa), l’opération de recrutement offrait 6.180 postes budgétaires. au vu du succès du Salon et de l’intérêt que portent les jeunes du Sud à la fonction de la police, le Directeur général de la Sûreté nationale, abdelghani Hamel, a instruit ses services de doubler le nombre de postes budgétaires pour l’exercice 2013. ainsi, après avoir dégagé 6.180 postes en premier lieu, la DGSn a augmenté ce nombre pour atteindre 12.180 postes et permettre à plus de jeunes d’intégrer les rangs de la Sûreté nationale. le concours de recrutement des futurs agents de police, cadres et personnels civils assimilés sera axé principalement sur les diplômes et les qualifications, en sus de la condition physique. tous les concours seront effectués localement dans des centres qui rendront compte du déroulement des examens à la DRH de la DGSn. le nombre de fonctionnaires de police originaires des wi-

11,6 millions d’estivants ont été enregistrés au début de la saison estivale 2013, a indiqué, hier à alger, le secrétaire d’État chargé du tourisme, Mohamed amine Hadj Saïd. “nous sommes à 11,6 millions estivants pour le mois de juin”, a affirmé M. Hadj Saïd au forum du quotidien national Liberté, qualifiant ce chiffre de “record” par rapport aux années précédentes. il a cité, à cet égard, l’exemple des wilayas d’“oran, avec plus de 2,2 millions d’estivants, Mostaganem (plus de 1,3 million) et aïn temouchent (plus de 1,1 million)”, tout en relevant que ces wilayas “n’atteignaient pas le million d’estivants au mois de juin”. le responsable a souligné, dans le même ordre d’idées, “le fait que juin, qui suscite peu d’engouement pour les vacances, est marqué par les périodes d’examen et la plupart des employés ne prennent leur congé annuel durant ce mois, d’autant plus que cette année, il n’a pas connu de fortes chaleurs”. Selon lui, “cette tendance, qui connaîtra une baisse durant le mois de Ramadhan, en-

11,6 millions d’estivants en juin

layas du Sud s’élevait, avant cette année, à 14.000 ; avec les nouveaux contractuels, le chiffre a atteint 20.000. «Jusqu’à ce jour, nous avons remis 6.288 contrats d’agents assimilés des 6.350 postes budgétaires destinés aux différentes professions, dont 950 femmes, ce qui représente plus de 15% du nombre global», a affirmé Mohamed Benaired. les nouveaux fonctionnaires de la police qui ont réussi à décrocher leur contrat de travail percevront leur premier salaire durant ce mois de juillet, a précisé le DRH. Concernant les agents assimilés cadres, la DGSn avait annoncé la date du 16 juin dernier comme jour d’ouverture du dépôt des candidatures au niveau des sûretés de wilaya. 2250 cadres seront engagés dans les rangs de la police durant la

SaiSon eStivale

période de référence. Pour les agents en tenue et les officiers, l’ouverture de la date de dépôt des candidatures se fera incessamment. Pour cette catégorie, la DGSn prévoit d’enrôler, cette année, pas moins de 3.580 nouveaux policiers. le DRH a rappelé, à cette occasion, que le Salon qui «sera reconduit chaque année» était composé de trois ateliers, l’un destiné à l’orientation des jeunes, le second au dépôt des Cv et le dernier à la remise des contrats pour les jeunes ayant déjà déposé un dossier de candidature pour rejoindre la Sûreté nationale. Des conférences et des rencontres avec les jeunes ont également été organisées pour sensibiliser et informer les jeunes du Sud sur les dangers de la drogue et des accidents de la circulation. Mohamed Mendaci

l’imagerie satellitaire et la cartographie étaient à l’honneur à alger, à l’occasion de la deuxième édition de l’exposition “Mémoire et réalisations” de l’armée nationale populaire (anP) consacrée lundi au Service géographique et de télédétection. les citoyens, et particulièrement les jeunes, interrogeaient les responsables des stands, par exemple, sur la coordination avec le satellite algérien alSat à haute résolution lancé le 12 juillet 2010 à partir de la station de Sihakota à Chennai, au sud de l’inde. le Service géographique et de télédétection de l’anP comprend, en fait, deux entités, à savoir le Centre de réception et d’exploitation de l’imagerie satellitaire (CReiS) et l’institut national de cartographie et de télédétection (inCt). le CReiS se charge, entres autres de ses missions, de la commande et du contrôle des satellites de télédétection et de reconnaissance algériens, d’où l’intérêt accordé à ce domaine par un public curieux et avide de s’informer. un capitaine relevant de ce centre expliquait que “le CReiS avait, entre autres missions, la réception des données requises pour la poursuite des satellites, à partir des opérateurs satellitaires algériens ou étrangers”. Quant à l’institut national de cartographie et de télédétection (inCt), il assure la couverture du territoire national en photographie aérienne, l’actualisation des plans de ville à différentes échelles, la réalisation des bases de données géographiques et la satisfaction de divers travaux spécifiques pour ses clients. il fournit également des supports pédagogiques comme les cartes en relief pour l’enseignement scolaire ou des donnés pour les géomètres ou d’autres citoyens qui expriment des besoins spécifiques. l’inCt est très disponible pour satisfaire les commandes des institutions et établissements publics comme l’anRH (agence nationale des ressources hydriques). il existe également des établissements régionaux de cartographie et de télédétection se situant à oran, Constantine et ouargla permettant d’assurer une couverture nationale pour la prise en charge de différents travaux techniques et commerciaux. Depuis le 25 juin et jusqu’au 7 juillet, le palais des expositions (Safex) accueille quotidiennement un grand public venant découvrir les missions et le travail des différentes structures de l’anP.

Imagerie satellitaire et cartographie à l’honneur

exPoSition De l’anP

EL MOUDJAHID

Ph : Billal

Revue MenSuelle EL DJEÏCH - CinQuantenaiRe De l’inDÉPenDanCe nationale

les services de sécurité ont déjoué, hier matin, deux attentats terroristes à la bombe dans la daïra de Draâ Ben Khedda, à 10 km à l’ouest de tizi ouzou, a appris l’aPS de source sécuritaire. agissant sur la base d’informations, les services de sécurité ont identifié les endroits ciblés par les terroristes, a-t-on indiqué. Des artificiers de la Sûreté nationale ont été dépêchés vers 6h30, sur la Rn12, pour inspecter, avec des détecteurs de métaux, un tronçon routier situé entre la commune de tadmaït et celle de Draâ

Deux attentats terroristes déjoués

tizi ouzou

registrera une forte hausse à partir du mois d’août avec une demande excessive, car il y aura un effet de rattrapage avant la rentrée”, a-t-il dit. Dans le même cadre, M. Hadj Saïd a indiqué que “pas moins de 631.000 touristes ont visité l’algérie durant le premier trimestre de l’année en cours, soit une augmentation de 12% de plus comparativement à la même période de l’année dernière”. “il s’agit de 382.000 algériens résidant à l’étranger et 249.000 étrangers venant principalement de tunisie, France, espagne et italie”, a-t-il précisé. le secrétaire d’État a évoqué, par la même occasion, le schéma directeur de l’aménagement touristique (SDat) et les efforts déployés par le gouvernement pour développer le secteur du tourisme afin de faire de l’algérie une destination privilégiée à la hauteur de ses richesses et de ses moyens. il a appelé, ainsi, les acteurs concernés à œuvrer pour réaliser cet objectif, faire valoir et mettre en avant les atouts de l’algérie et ses caractéristiques en la matière.

Q uatre individus âgés entre 30 et 35 ans et originaires du village ihesnaouene, banlieue sud du chef-lieu de commune de tizi ouzou, ont été placés, jeudi dernier, sous mandat de dépôt par la parquet de la ville des Genêts, pour «soutien au terrorisme», apprend-on de source judiciaire. les quatre mis en cause dans cette affaire du soutien au terrorisme ont été interpellés au lendemain de la capture d’un terroriste par les forces de sécurité de la sûreté de daïra d’aïn el-Hammam, il y a deux semaine.

Quatre individus sous mandat de dépôt pour soutien au terrorisme

Ben Khedda, et ont pu découvrir et désamorcer la première bombe, a-t-on précisé. le second engin explosif, a-t-on ajouté de même source, était placé aux abords de la route reliant la ville de Draâ Ben Khedda à celle d’oued Ksari (commune d’aït Yahia Moussa), non loin du barrage mixte des forces de sécurité. les artificiers n’ont pas pu arriver à temps pour le désamorcer et il a explosé sans faire de dégâts, at-on encore précisé.

Ces présumés membres du réseau de soutien approvisionnaient les groupes terroristes armés en produits alimentaires et autres matériels de la téléphonie mobile, nous ont indiqué des sources sécuritaires.  le terroriste capturé, originaire de la localité de Kadiria, wilaya de Bouira, allait rejoindre ses acolytes au niveau de la forêt se trouvant la localité d’aït aggoucha et aït el-Hammam, où un terroriste a été abattu le lendemain de la capture de ce criminel armé. B. A.

Mardi 2 Juillet 2013

Pour marquer la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance nationale, la revue mensuelle El Djeïch vient de sortir un troisième numéro hors- série, daté d’avril 2013 et intitulé «anP, histoire et mémoire du cinquantenaire ». tiré à 5.000 exemplaires, abondamment illustré, ce numéro spécial de 234 pages se distingue également par une riche thématique qui s’inscrit tout droit dans les activités habituelles de l’anP, comme la mobilisation et les risques majeurs, les missions humanitaires, la coopération militaire, notamment. Cerise sur le gâteau, un dossier volumineux a été consacré à la femme algérienne dans ce numéro, sous le titre  : «  la femme de l’aln à l’anP». Pour défendre le pays contre toute agression extérieure ou lors d’une catastrophe majeure, la mobilisation des troupes constitue une des missions traditionnelle de l’anP. Dans ce cadre, la revue a publié un solide dossier sur la question, intitulé : «Des avancées conséquentes», dans lequel elle aborde divers aspects de la mobilisation et la préparation de l’État et de l’anP à la défense, et face aux risques majeurs, sans pour autant oublier la prévention et la gestion de ces catastrophes, sur la base des nombreuses expériences de l’algérie. un entretien avec le chef du bureau «mobilisation et risques majeurs» de l’état-major de l’anP complète le tableau. la publication mensuelle de l’anP s’est montrée généreuse en consacrant une soixantaine de pages au volet information et communication en algérie, depuis la Révolution de novembre à nos jours, tous secteurs confondus, sans manquer de réserver une bonne place aux médias nationaux historiques, tels que l’aPS et El Moudjahid. Dans ce contexte, un article riche et varié portant sur le développement des médias militaires est proposé aux lecteurs, accompagné par des zooms sur les entreprises spécialisées du secteur. la revue El Djeïch, qui fête elle aussi ses 50 ans d’existence, cette année, a eu droit ainsi à une belle présen-

Un numéro hors-série sur l’ANP

tation. enfin, des interviews avec les responsables militaires de l’information et de la communication, parmi lesquels figure le directeur de la communication de l’information et de l’orientation du MDn, le général Boualem Maddi, sont proposées. Sous le titre : «la femme de l’aln à l’anP», la revue El Djeïch a rendu un vibrant hommage à la femme algérienne en mettant en relief sa précieuse contribution à la Révolution de novembre et à l’édification et au développement du pays, sans oublier de donner la parole à nombre d’entre elles qui occupent diverses responsabilités au sein de l’institution, notamment la générale Fatma Boudouani, représentante du MDn au sein du comité directeur de l’initiative 5+5. entamées par l’algérie depuis maintenant 40 ans, les missions humanitaires ont retenu également l’attention des responsables de la publication, lesquels ont mis l’accent sur l’engagement constant de l’anP dans les opérations de maintien de la paix dans le monde, ainsi que sa participation aux missions d’acheminement des aides humanitaires et de transport des troupes africaines de maintien de la paix. enfin, le volet de la coopération militaire n’a pas échappé à l’attention de la revue El Djeïch, qui lui a réservé une surface appréciable, s’agissant notamment de la coopération en mer Méditerranée et du dialogue avec l’otan, ainsi que sur les plans africain et arabe. À ce propos, l’«initiative 5+5 Défense» et ses objectifs de surveillance aérienne et maritime ont été mis en exergue dans ce numéro horssérie, et appuyés par un entretien avec la générale Fatma Boudouani, spécialiste des questions de sécurité au MDn. C’est le cas aussi de la coopération militaire avec l’afrique, et celle avec les pays arabes, qui a débuté à la faveur de la guerre israélo-arabe de 1967, soit 5 ans après l’indépendance du pays. en conclusion, ce numéro d’El Djeïch est exceptionnel. Mourad A.

Ph. : Nacera

EL MOUDJAHID

Trois cérémonies d’installation de groupes parlementaires d’amitié ont été organisées, hier, à l’Assemblée populaire nationale en présence des représentants diplomatiques des pays en question, des affaires étrangères ainsi que des parlementaires membres des groupes en question.
Le groupe d’amitié Algérie-Mali…

Installation de trois groupes d’amitié
COOPÉRATION PARLEMENTAIRE

Nation

9

L
L

Le groupe parlementaire d'amitié Algérie-Mali a été installé hier dans le but de consolider les relations d’amitié et de fraternité entre les deux peuples et donner une nouvelle impulsion à la qualité des relations entre les deux pays en vue de renforcer les échanges, la coopération multilatérale et l’action bilatérale commune au service des deux Etats. En procédant à son installation officielle, le vice-président de la commission permanente de l’Assemblée, M. Belkacem Belabbès, a salué les relations excellentes entre les deux pays, rappelant l'importance de les élargir à d'autres domaines. Il a aussi souligné l’importance de la création du groupe d’amitié dans le renforcement et le rapprochement entre les deux institutions législatives. C’est donc de nouvelles passerelles d’amitié qui se tissent entre les deux peuples, pour faire front aux fléaux auxquels font face les pays du Sahel en termes de

trafics d’armes, de drogue et d’immigration clandestine. Pour sa part, l’ambassadeur du Mali à Alger , M. Boubacar Karamoko Coulibaly, a salué l'installation du groupe et le rôle de l'Algérie dans le soutien de son pays dans le cadre des efforts de l'Union africaine (UA) ou de celui des relations bilatérales. Le vice-président de l’Assemblée, M. Mohamed Djemaï, a procédé hier à l’installation du groupe parlementaire d’amitié AlgérieNiger lors d’une cérémonie officielle en présence de l’ambassadeur du Niger et du président du groupe d’amitié. Il a, à ce titre, souligné la qualité de la coopération qui existe entre l’Algérie et le Niger dans une région qui connaît des situations complexes et difficiles. Le vice-président de l’Assemblée, tout en soulignant la politique prônée en vue de renforcer les relations, a rappelé la stratégie commune qui s’appuie sur la coopération, les actions de partenariat et le développement collectifs

Ph : T. Rouabah

… Algérie-Niger...

dans l’intérêt de l’ensemble des pays du continent. La création de ce groupe est un acquis qui s’inscrit dans le prolongement des relations de coopération dans l’intérêt de nos peuples, a encore expliqué M. Djemaï, appelant à la conjugaison des efforts en vue de consolider la coopération et les liens historiques entre les pays du continent. L’ambassadeur du Niger, El Hadji Mahamidou Yahaya, a appelé les parlementaires à contribuer à la promotion des relations historiques et au renforcement de la coopération face aux défis du continent, ajoutant que nous avons besoin de l’appui des membres de l’exécutif et de l’accompagnement des membres parlementaires pour donner un souffle plus proche de la réalité du terrain, notamment en ce qui concerne les défis dans la lutte contre les trafics d’armes, de drogue et d’immigration clandestine. Le troisième groupe parlementaire d’amitié Algérie-Mexique a été également installé hier lors

...et Algérie-Mexique

PROJET DE LOI PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION
Le bâtonnier d'Alger, Me Abdelmadjid Sellini, a déclaré à l'APS que "ce sit-in a été organisé pour protester contre le changement intervenu dans les axes fondamentaux du projet de loi régissant la profession d'avocat, convenus entre le ministère de la Justice et le conseil de l'Union nationale des barreaux d'Algérie (UNBA). "Ce changement a été perçu à travers le contenu du rapport préliminaire présenté par la commission des affaires juridiques et adminis-

es avocats du barreau d'Alger ont organisé, hier, un sit-in au siège de la cour d'Alger pour dénoncer le projet de loi portant organisation de la profession d'avocat qui sera soumis aujourd’hui au vote de l'Assemblée populaire nationale (APN). Le sit-in avait pour objectif aussi de demander l'approfondissement du dialogue avec la partie concernée et l'amendement de 40 articles du texte car "portant atteinte aux droits de la défense".

Les avocats d'Alger dénoncent le texte

d’une cérémonie en présence du vice-président de l’APN, M. Mohamed Djemaï, du représentant des affaires étrangères, de l’ambassadeur du Mexique à Alger, M. Alfredo Feria et du président du groupe parlementaire, M Mahmoud Saci. Dans une allocution, M. Djemaï a rappelé l’importance et la solidité des relations bilatérales entre l’Algérie et le Mexique appelant à davantage de coopération et d’échanges dans les domaines économiques et commerciaux en vue de les hisser

à l’excellence de la relation politique qui unit les deux Etats. La création du groupe constitue un jalon aux acquis entre les deux pays en matière de rapprochement des deux peuples afin de relancer la coopération et les échanges. L’ambassadeur du Mexique, M. Alfredo Feria, a évoqué la similitude entre les deux Parlements les appelants à œuvrer à améliorer les relations et la coopération au service du développement et le progrès de nos peuples. Houria A.

es résultats de l'examen du baccalauréat, session 2013, sont accessibles, depuis hier, sur le site internet de l'Office national des examens et concours (Onec). Durant toute la journée, les candidats, ayant passé les épreuves du Bac, dont le nombre est fixé à 566.694 candidats, dont 391.622 scolarisés, ont afflué sur cette plateforme web de l'Onec pour connaître leurs résultats. Sur le site consulté le candidat à droit à une des trois réponses : reçu, recalé ou fraudeur ! Pour la première fois dans les annales du bac, les tricheurs sont dénoncés on line. Il s’agit des incidents «isolés» signalés lors de l’examen dans certains centres d’examen situés dans dix-sept wilayas et qui sont le fait de candidats «perturbateurs» ayant prétendu que les sujets du baccalauréat n’avaient aucun rapport avec le programme de l’année. Selon les responsables du secteur les fautifs des incidents ont été sanctionnés et ce, suite à une enquête ouverte déterminant les circonstances des incidents qui ont émaillé le dé-

Les résultats accessibles depuis hier sur Internet
roulement du troisième jour de l’examen du baccalauréat de la session 2013. A propos des trois sujets facultatifs de l’examen de philosophie des séries Lettres et Sciences humaines et Lettres Philosophie, ces mêmes responsables estiment qu’ils « n’ont pas dérogé au programme officiel, contrairement aux allégations de certains candidats qui, juste après avoir pris connaissance des feuilles d’examen, se sont comportés violemment en cassant des chaises et des tables et tenté même d’agresser les surveillants chargés d’encadrer l’examen, ce qui a nécessité l’intervention des agents de sécurité. Nadia Bensalem, mère de deux enfants qui viennent d’avoir leur examen au bac, l’un en sciences et l’autre en langues étrangères, estime que « certains enfants commencent à pratiquer le copiage dès le primaire et arrivent au lycée grâce à cette mauvaise pratique. Pourtant tout au long des cycles d’enseignement, on leur fait apprendre le fameux Hadith du Prophète : celui qui triche, n’est pas des nôtres ! ». Pour les syndicats ce qui s’est passé lors des épreuves du bac «ne peut pas remettre en cause la crédibilité du baccalauréat 2013». Tous les syndicats ont appelé le ministère à prendre les mesures qui s’imposent, pour mettre fin à la fraude et à la tricherie et ce, en sanctionnant les candidats fraudeurs et fauteurs de troubles qui seront interdits d’examen pendant cinq ans pour les candidats scolarisés et dix ans pour les candidats libres. sophie au bac, caractérisée par un copiage à grande échelle. En attendant les résultats officiels, le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) a rendu publique son enquête effectuée sur un échantillon de 5.000 copies du bac corrigées pour chaque matière au niveau de chaque filière dans 10 centres de correction relavant de plusieurs wilayas à savoir Oran, Sétif, Alger, Bejaia, Laghouat… selon le rapport établi, les résultats seraient faibles en mathématiques et en anglais pour toutes les filières. Ainsi le secrétaire général du CLA, Achour Idir, a indiqué que pour les langues on compte 11% des candidats inscrits qui ont obtenu la moyenne. Le bac gestion et le bac technique compte respectivement 20% et 27% des inscrits qui ont obtenu le 10 pédagogique. Pour l’anglais, seuls 15% de candidats inscrits dans la filière langues étrangères qui ont pu décrocher la moyenne, les littéraires sont de 25%, les gestions 18%, les scientifiques 5% et les maths techniques 10%. Par contre, les candidats ont obtenu,

BACCALAURÉAT

tratives devant l'APN pour débat", a ajouté le bâtonnier. "Après réunion du conseil ayant regroupé 10 bâtonniers, il a été procédé à l'analyse des aspects qui touchent aux constantes de la profession d'avocat, d'où la décision d'organiser ce sit-in de protestation pour exprimer le refus des avocats de ce projet de loi "dans sa mouture actuelle" qui met la profession sous la tutelle du ministère de la Justice", a estimé Me Sellini. Un autre sit-in sera organisé mardi au siège de la cour d'Alger, a annoncé le bâtonnier

d'Alger, prévenant qu'au cas où le projet de loi serait voté dans sa mouture actuelle, une grande marche serait organisée à Alger pour dénoncer "le peu d'égard" accordé aux droits de la défense. Devant de nombreux avocats, les uns portant des chaînes symbolisant les "restrictions qui entravent la liberté de la profession", d'autres ayant muselé leur bouche, Me Sellini a déclaré : "Ce projet n'est pas de nature à organiser la profession d'avocat", appelant à "le rendre caduc" ou à le "réviser".

Une liste a été établie par les services de sécurité chargés de la surveillance de l’examen. Les copies des candidats impliqués ont été corrigées et analysées suite aux instructions du ministre qui a demandé aux directeurs de l’éducation de consulter le dossier scolaire de ces élèves en récupérant les notes obtenues pendant l’année ainsi que la note du bac blanc. Le but étant de comparer entre ces notes est celle de l’épreuve de philo-

Entre reçus, recalés et fraudeurs

Mardi 2 Juillet 2013

selon l’enquête de bon résultats dans les matières de spécialités telles que la comptabilité et l’économie pour la filière gestion et la troisième langue (allemand, espagnol…) pour la filière langues étrangères ou la matière technique pour la filière technique mathématiques. Selon M. Idir, la matière sciences islamiques a réalisé la meilleure performance au niveau de toutes les filières avec plus de 70% des postulants ayant obtenu la moyenne. Par ailleurs, on notera que 40,88% de candidats ont obtenu une moyenne supérieure à 10/20 pour la filière maths, 47,17% pour la filière technique-math, 41,68% pour la filière sciences, 41,68% pour la filière gestion, 48,65% pour la filière lettres et philosophie et 51,82% pour la filière langues étrangères. Pour leur part les enseignants affirment que les notes de cette année sont nettement inférieures à celles des sessions précédentes, notamment dans les matières philosophie, histoire-géo, français et anglais. Sarah SOFI

10

A

U

ussi, le groupe de travail chargé de développer cette vision commune, installé à l’occasion de la 3e réunion du comité conjoint de la coopération économique bilatérale, devait identifier les opportunités de coopération économique et technique entre les deux pays et cibler les actions à prévoir en priorité. La visite de travail effectuée, à cette occasion, dans notre pays par le ministre de l’Economie et de l’Emploi du Portugal, M. Alvaro Santos Pereira a permis aux deux parties de discuter des opportunités et des perspectives de développement d’un partenariat stratégique entre les deux pays dans divers secteurs d’activités, notamment l’industrie, le BTP, l’énergie et les mines, l’agroalimentaire et les nouvelles Technologies de l’information et de la communication (TIC). Dans le même contexte, le mi-

Les relations économiques algéro-portugaises devront amorcer une nouvelle étape qui sera marquée par un renforcement des liens de coopération à la faveur d’actions concrètes, dans le cadre d’un partenariat stratégique et complémentaire.
nistre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’investissement qui présidera, aujourd’hui, une cérémonie de signature de contrats de partenariat avec la partie portugaise, a effectué les 9 et 10 avril de cette année, une visite officielle au Portugal, pour co-présider à la 4e réunion du Groupe de travail mixte de coopération économique à l’invitation du ministre de l’Economie et de l’Emploi de ce pays. Visite qui sera d’ailleurs soldée par l’adoption d’une feuille de route dans le domaine de la coopération industrielle dans des secteurs d’intérêt commun, notamment le textile, l’électronique, l’électroménager, la pharmacie et médicaments, la construction, la machinerie et l’équipement agricole, le câblage électrique et en fibre optique, la céramique et produits sanitaires, et la mécanique.

Un partenariat stratégique et complémentaire
ALGÉRIE-PORTUGAL

Economie

EL MOUDJAHID

Le retard dans la remise des actes de concession n’aura pas d’effet sur les producteurs

FONCIER AGRICOLE

ne cérémonie de signature de 8 protocoles d’accord de partenariat entre des entreprises algériennes et italiennes sera organisée demain au niveau du siège de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Tizi-Ouzou, a-t-on appris hier, auprès du président de l’APW, Hocine Haroune. Selon lui, cette initiative est l’aboutissement des démarches, pour un partenariat décentralisé, entreprises avec un entrepreneur italien, M. Raimondi Adriano, gérant d’une entreprise spécialisé dans l’électricité, Softel engeineering SRL, basée dans la région de Rovigo (Italie). Après une première rencontre qui s’est déroulée au siège de l’APW, et qui a porté sur la possibilité de partenariat entre les opérateurs des deux pays, M. Hocine Haroune accompagné d’investisseurs et d’élus, s’est déplacé, le 5 juin passé en Italie ou il a rencontré une quarantaine d’industriels des régions de Padova et Rovigo, afin de présenter les atouts

Signature demain de 8 protocoles de partenariat

ENTREPRISES ALGÉRIENNES ET ITALIENNES

Dans le sillage de cette dynamique, une mission économique a été organisée à Alger du 21 au 23 avril courant avec l’objectif de renforcer la coopération économique entre les deux pays liés par un Traité d’amitié, de coopération et de bon voisinage signé en 2005. Il est utile de rappeler que plus d’une quarantaine d’entreprises portugaises sont présentes sur le marché algérien. Les statistiques placent l’Algérie comme étant le 2e plus grand marché du Portugal en Afrique et le 13e à l’échelle mondiale. Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays s’établissait à près de 3,3 milliards d’euros en 2012, dont plus de 800 millions d’euros d’exportations algériennes et quelque 2,4 milliards d’importations. D. Akila

L

La Commission d’organisation et de surveillance des opérations de Bourse (COSOB), compte lancer à partir du mois d’octobre prochain, une formation destinée aux professionnels du marché financier, indique samedi, la Commission dans un communiqué. Cette formation, organisée par la COSOB en collaboration avec l’Institut d’économie douanière et fiscale (IEDF) et l’appui de l’Association des banques et établissements financiers (ABEF) est également «destinée

Une formation pour les professionnels de la Bourse en octobre
à tous les acteurs du marché financier ou ceux désirant acquérir des connaissances reconnues dans ce domaine», précise la même source. Elle concerne particulièrement les cadres des sociétés émettrices, les gestionnaires d’actifs au niveau des investisseurs institutionnels ou les journalistes spécialisés en Finances et permettra notamment aux candidats qui l’auront réussie «d’exercer une activité réglementée du marché financier». La formation est instaurée pour

COSOB

qu’offre la wilaya de Tizi-Ouzou en matière d’investissement, et de promouvoir la destination Algérie, a-t-on informé de même source. Ces protocoles d’accord concernent des entreprises activant notamment dans les secteurs du bâtiment, de l’électricité, de l’automatisme et de l’hydraulique, a ajouté M. Haroune. «Ce partenariat est recherché par des investisseurs italiens qui, suite à la crise économique qui secoue l’Europe, s’intéressent de plus en plus aux pays de la rive sud de la méditerranée», a-t-il indiqué. «Les opérateurs italiens interviendront avec leurs matériels et équipements. Il y aura également un échange de savoir faire et un transfert de technologies entre les opérateurs des deux pays», a-t-on observé de même source. Huit entreprises italiennes et treize algériennes, des wilayas de Tizi-Ouzou, Bouira, Naâma, M’sila et Bejaia, seront représentées à la cérémonie de signature des protocoles de partenariat, a-t-on indiqué.

Une commission tripartite pouvoirs publics–UGTA-patronat a engagé la réflexion sur la façon d’amender un article important du code du travail, le fameux 87 bis qui avait intégré dans le SNMG, un certain nombre de primes et indemnités durant les années de «vaches maigres» à savoir les années 90, programme d’ajustement structurel en 1993 oblige, dans le but de maîtriser la hausse des salaires, des charges sociales et fiscales et surtout l’inflation. Avec le temps et l’arrivée de l’embellie financière, cet article 87 bis est apparu de plus en plus comme un plafonnement d’un revenu national minimum garanti et non pas d’un salaire minimum garanti d’où le fait que nombre de partenaires et de voix se sont prononcés pour sa suppression depuis longtemps afin d’aller vers un vrai salaire minimum garanti, proche par exemple de l’ancien SMIG, salaire interprofessionnel garanti.

G

Pouvoir d’achat, charges salariales et inflation ou le difficile équilibre
ARTICLE 87 BIS
Ce serait alors un salaire minimum transversal à tous les secteurs d’activité, dépouillé et épuré de toutes formes de primes et indemnités et il servirait alors de base pour le calcul des indemnités, primes et autres compléments. Quel est l’enjeu de la suppression de cet article ? Pour nombre de partenaires et d’employeurs, il convient de rester prudent avec cette éventuelle suppression car il s’agit tout simplement de prendre en charge une incidence financière considérable pour les entreprises et la fonction publique en termes de charges salariales, sociales et fiscales qui pourraient alourdir la situation financière des entreprises et le budget de l’Etat, avec bien naturellement un risque d’inflation, dans la mesure où cette hausse brutale de la demande s’effectuerait sans hausse de la productivité et de l’offre sur le marché des biens et services. Pour d’autres partenaires sociaux , la suppression de cet article pourrait améliorer le pouvoir d’achat des salariés des secteurs publics et privés dans la mesure ou salaire de base ou plutôt un salaire minimum garanti serait séparé de la question des primes et indemnités, il ne serait plus possible de «jouer» sur un amalgame qui, en fait, fixait un revenu salarial minimum pour tous les secteurs et non pas un salaire qui lui doit obéir à de nombreux paramètres à identifier et à négocier entre partenaires représentatifs et «outillés» de façon claire, nette et tranchée, compte tenu des aspects d’inflation, de productivité, de marché et de conjoncture. Il semble que la commission tripartite, chargée de trouver une solution, pourrait s’engager sur une voie médiane à savoir au lieu d’aller vers une suppression totale et coûteuse pour le secteur économique sans être, pour autant, sûr d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés, la solution serait alors un aménagement permettant

aider les professionnels du marché financier «à répondre aux exigences réglementaires qui imposent notamment une formation sur le commerce et la gestion des valeurs mobilières», rappelle la COSOB. Le programme de la formation porte sur plusieurs thèmes notamment sur les marchés des capitaux, les instruments financiers, le marché financier en Algérie, l’analyse économique, la finance islamique et l’évaluation des entreprises.

a fin du délai fixé pour l’établissement des actes de concession de terres agricoles n’aura aucun effet sur les exploitants, a indiqué, hier, le directeur général des Domaines, Mohamed Himour, qui a rassuré les exploitants concernés que l’administration des domaines poursuivra son travail jusqu’à la remise des actes à tous les concernés. La loi 10-03 fixant les modalités d’exploitation des terres agricoles relevant du domaine privé de l’Etat a fixé une échéance de trois années à l’administration pour l’établissement des actes de concession, en remplacement du droit de jouissance perpétuelle. Ce délai qui expire selon cette loi le 18 août 2013 «n’a aucun effet sur les producteurs. Même s’il y a un retard de quelque mois, l’administration des domaines continuera son travail jusqu’à l’établissement de la totalité des actes», a affirmé, M. Himour, dans un entretien à l’APS. «Avec le rythme actuel de prise en charge de cette opération, on peut dire que le retard qui devrait être rattrapé concernera notamment les dossiers qui posent problème», a ajouté ce responsable. L’opération de traitement des dossiers transmis par l’Office national des terres agricoles (ONTA) à l’administration des domaines n’a commencé qu’en janvier 2011, cinq mois après la promulgation de la loi 10-03 en août 2010, alors que la publication des textes d’application n’est parvenue qu’en décembre de la même année. «Au début de l’opération, il y a eu beaucoup de dossiers transmis en même temps aux services des domaines, ce qui a créé un déséquilibre entre le nombre important des dossiers reçus et les moyens mis en place, en plus des autres missions assignées à ces services dans le cadre de la réalisation du programme quinquennal dans les différents secteurs», a expliqué M. Himour. Il a, néanmoins signalé que le rythme du traitement des dossiers au niveau de son administration s’est accéléré suite aux mesures d’allègement prises par le ministère des Finances. Le nombre d’actes établis durant les cinq premiers mois de 2013, a atteint 26.000 contre une moyenne annuelle de 22.000 en 2011 et 2012. Sur les 219.000 exploitants qui devraient convertir leur droit de jouissance perpétuelle en concession de 40 ans, l’ONTA a traité 212.000 dossiers dont 158.000 cahiers de charges ont été transmis aux services des domaines. Ces derniers ont remis au total plus de

69.037 actes de concession à fin mai 2013, sans compter les 16.405 actes soumis actuellement à la formalité d’enregistrement au niveau des impôts et à la publication foncière.

Les raisons du retard Outre le retard marqué au début de l’opération et la charge du travail qu’a subit l’administration des domaines, d’autres contraintes ont ralenti le processus de remise des actes de concession. M. Himour cite des problèmes de fond liés notamment aux différences de superficies relevées par le cadastre général qui ne correspondaient pas à celles mentionnées dans les anciens arrêtés régissant le droit de jouissance perpétuelle. «Cela a freiné considérablement l’opération», a-t-il dit. Il y a aussi des cas où les terres agricoles ont été touchées par diverses opérations comme l’expropriation, la distraction, et dans certains cas, le détournement de leur vocation, réduisant l’assiette foncière principale concernée par la reconversion du droit de jouissance en concession. La mise à jour de la situation cadastrale des anciennes superficies, une opération préalable à l’établissement des actes de concession a fait traîner le processus. «Je peux citer d’autres contraintes qui peuvent paraître banales, mais qui ont freiné sensiblement l’accomplissement de cette mission. Il s’agit notamment de la constitution des dossiers auxquels manquaient des pièces administratives, ce qui a créé des aller-retour des dossiers entre les services des domaines et ceux de l’ONTA», explique le même responsable. «L’administration des domaines et la conservation foncière, en tant que garant de la préservation et la sauvegarde de la propriété, sont obligés de procéder à des vérifications minutieuses avant d’établir les actes de concession pour les livrer aux exploitants», souligne M. Himour. Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaïssa a imputé récemment le retard accusé dans l’attribution des actes de concession à la rigueur des services des domaines qui prennent toutes les précautions possibles pour remettre des actes incontestables aux exploitants. Les services des domaines de l’Etat se disent, néanmoins, conscients de l’importance de ces actes de concession qui permettront aux producteurs d’aller vers des partenariats, de moderniser leurs exploitations et d’augmenter la productivité.

Mardi 2 Juillet 2013

de couper la poire en deux, c’est-à-dire en libérant une partie de la dynamique d’adaptation du salaire minimum garanti, en faisant le tri des primes à y inclure et à intégrer au SNMG et celles à exclure pour donner de la flexibilité à tous le partenaires sociaux. Ce serait un compromis, probablement momentané comme tous les compromis, sauf que la question de fonds devra un jour être tranchée en construisant une relation forte, durable, évolutive entre pouvoir d‘achat et productivité du travail, entre investissements et emplois, entre croissance et qualification des ressources humaines, ce qui est en soi un véritable défi pour sortir définitivement d’une option «distributive» de revenus salariaux et aller vers une véritable vision conjuguant performance économique et solidarité sociale dans notre pays. Yacine Ould Moussa

EL MOUDJAHID

«P

réparer la prochaine campagne et revoir les mécanismes qui ont fait défaut, l’administration est là pour vous accompagner », a souligné M. Boudjema Zerrouk, directeur des services agricoles tout en insistant sur la qualité du produit à exporter s’agissant d’un label portant pavillon algérien. Connaître les besoins du marché mondial, ne pas se fixer essentiellement sur le marché européen mais viser l’Afrique subsaharienne également, établir le calendrier des périodes de soudure, cibler la variété du produit, a-t-il relevé tout en appelant les deux parties à établir un contrat programme par objectif et ce, pour que le fellah

Louable initiative que celle prise par la direction des services agricoles de la wilaya d’Ain-Defla en réunissant en son siège dimanche dernier, producteurs et exportateurs de pomme de terre pour discuter des conditions à mettre en place pour la réussite des opérations d’exportation futures de ce produit dans le sillage de la première expérience menée en ce sens.

Les professionnels se concertent autour de l’objectif d’exportation
POMME DE TERRE

Economie

La création en 2011 d'une chaîne de montage de matériel de transmission vise à diminuer la dépendance de l'armée algérienne vis-à-vis de l'approvisionnement en différents équipements de dernière génération, a indiqué hier à Alger un officier de l'Armée nationale populaire (ANP). "Au vu de l'évolution des nouvelles technologies de l'information et de communication (TIC), l'arme de transmission algérienne se devait de relever le défi dans ce domaine parce que le transfert de technologie ne s'offre pas mais s'arrache grâce aux connaissances et aux applications pratiques", a affirmé le colonel Abdelhakim Belaid dans une déclaration à l'APS, à l'occasion de la deuxième édition de l'exposition "Mémoire et réalisations" de l'ANP dont la journée d’hier a été dédiée à la Direction centrale des transmissions (DCT). "Il fallait, à tout prix, maîtriser toute la boucle allant de la fabrication des équipements à la création d'une Unité de recherche et développement (URD) et puis assurer la formation du personnel", a-t-il précisé. L'URD en télécommunications est une unité qui réalise, entre autres, les essais et l'évaluation technique du matériel des transmissions et les autres composants électroniques des systèmes d'armes, a expliqué le commandant Nehar. Il a souligné que cette structure a réalisé plusieurs projets en exploitation au sein des unités opérationnelles de l'ANP comme le déclencheur de bombes artisanales, la modernisation de l'engin de

Une unité de montage pour diminuer la dépendance de l'ANP

veille sur l’application stricte de l’itinéraire technique et récolte un produit de qualité. Une première expérience en direction du marché espagnol, facilitée il est vrai, par les aléas climatiques prévalant alors dans la péninsule ibérique mais pour laquelle les producteurs et les exportateurs locaux n’étaient pas prêts. Une opération test qui malgré des couacs comme la lenteur dans les opérations douanières, les containers non réfrigérés et entreposés des jours durant entraînant une altération du produit, ou encore le facteur urgence qui a fait que plus de 40% du produit acheté localement au niveau des chambres froides ou sur champ en pleine période d’arrachage de saison a été mis de côté, car ne répondant pas en termes de qualité et de calibrage aux normes d’exportation, cette opération-test aura été

MATÉRIEL DE TRANSMISSION

de l’aveu des concernés en un tour de table réussi, le produit algérien s’étant bien placé sur le marché en termes de qualité. « Le produit algérien s’est très bien placé en Espagne » a assuré le représentant de l’entreprise Profert qui a, à elle seule, exporté 180 tonnes de pommes de terre de Mostaganem et AinDefla. Pour M. Abdellah Meziane, il faut établir une relation de confiance, nous concernant, nous les producteurs, nous sommes en mesure de maîtriser autant le calibre que la qualité du produit. » Le représentant de l’entreprise Soveproam quant à lui a informé l’assistance que la période de soudure (période entre deux saisons de cueillette de pomme de terre, NDLR) se situe entre les mois de février, mars et avril et que les marchés de la Mauritanie et du Sénégal sont actuellement prospectés.

Avec une entrée de 160.000 tonnes de pommes de terre de semence contre 110 à 120.000 les dernières années, la production locale avec la multiplication des superficies a connu un boom extraordinaire en termes de récolte. Savoir gérer cette abondance en exploitant à fond le segment de l’exportation, pour justement réguler le marché local et éviter l’asphyxie des petits producteurs, ou revenir au quota initial avec une production moindre et évidemment des crises cycliques à venir. Les producteurs locaux ont convenu de l’impérative nécessité qu’il y a, de s’organiser en groupement pour unir leur force et parler d’une seule et même voix et se sont engagés par la même à honorer les contrats par objectifs pour réussir la prochaine opération d’exportation avec la pomme de terre d’arrière-saison. A. M. A.

commandement de la DCA (défense contre les avions), le poste radio VHF tactique, le générateur photovoltaïque et d'autres projets en cours de développement au niveau des laboratoires de l'URD. Par ailleurs, les chercheurs de l'URD participent dans les différentes manifestations scientifiques et techniques au niveau national et à l'étranger, comme ils assurent des formations au profit des cadres de l'ANP dans

Mardi 2 Juillet 2013

les domaines de leurs compétences. Au septième jour de l'exposition, qui se tient depuis le 25 juin dernier au Palais des expositions (Safex) dans le cadre des festivités du cinquantenaire de l'indépendance nationale, l'affluence du public ne s'arrête pas, notamment, les jeunes diplômés qui demandent sur les opportunités d'intégrer les structures relevant de Direction centrale des transmissions (DCT).

Le président-directeur général de Sharikat El Kahraba wa El Takat El Moutadjadida, M. Chaher Boulakhras, a animé, hier, une conférence de presse, consacrée à son entreprise, filiale du groupe Sonelgaz, créée, en avril 2013. Le conférencier, tiendra à préciser d’emblée que cette filiale a pour mission l’exploitation des réseaux d’énergie électrique isolés du Sud et des énergies renouvelables, le développement des infrastructures électriques du parc de production des réseaux isolés du Sud, l’engineering, la maintenance et la gestion des centrales et la commercialisation de l’énergie produite pour les deux filiales de distribution SDO et SDC ainsi que les filiales SDE et SDA prochainement. Il affirmera à cet, effet, que la SKTM, dont le siège social est à Ghardaïa, couvre six wilayas du pays a hérité des 26 centrales diesel, réparties sur ces mêmes wilayas. Ce chiffre est appelé à accroître, dès l’achèvement des projets de centrales, en cours, pour atteindre les 50 unités. M. Boulakhras qui rappellera que la demande en électricité en interconnecté se situe aujourd’hui à 18%, alors qu’en réseau isolé, elle est de l’ordre de 40% au Sud, relèvera que son entreprise a lancé un plan d’urgence pour l’été 2013. Ce dernier fait ainsi ressortir une demande prévisionnelle estimée à 247 mégawatts, pour cet été, soit une croissance de 40% par rapport à 2012, avec respectivement 47% et 35% pour les localités du Sud-Ouest et du Sud-Est et dix localités qui enregistrent une demande qui dépasse les 50% et va jusqu’à 200%. Ce plan, dont le taux d’avancement a atteint les 94% sera achevé, selon le PDG de Sharikat El Kahraba Wa El Takat El Moutadjadida, avant le mois du ramadhan, avant d’ajouter que ce plan dont le coût est de 40 milliards de dinars a engagé un programme de maintenance sur les 52 mégawatts produits par les 67 groupes et une puissance additionnelle de 140 mégawatt, dont 92 sont déjà mis en service. Il ne manquera pas de souligner qu’un vaste programme de formation est lancé, au Sud notamment, au niveau des 26 centrales diesel, héritées par sa filiale, lors de sa création auxquelles, soutenues par 19 autres qui seront créées durant les trois prochaines années. Il s’agit, estimera-t-il, de garantir la demande et disposer d’une réserve qui permettra d’intervenir pour prendre en charge les besoins exprimés, d’où le recours au système d’hybridation. Il faut dire aussi que la SKLM est chargée du déploiement du programme des énergies renouvelables d’une capacité de 4.200 mégawatts qui s’étale de 2012 à 2022, un extrait du plan national de développement des énergies renouvelables qui va porter sur la production de 22.000 mégawatts, à l’horizon 2030, dont 10.000 destinés à l’exportation. D’ici 2030, 40% de la production d’électricité aura pour origine les énergies renouvelables. Le PDG de Sharikat El Kahraba wa El Takat El Moutadjadida, signalera, en outre que trois ouvrages sont en cours, il s’agit d’une ferme éolienne de 10 mégawatts à Adrar, la centrale photovoltaïque de Ghardaïa d’une capacité de 1,1 mégawatt et deux autres Tindouf et Tamanrasset, un projet de réalisation de dix stations de mesure météorologique qui seront mises en service en 2014, un projet de réalisation de 350 MW répartis sur 26 localités et la Boucle d’Adrar et la construction d’une usine de fabrication de modules photovoltaïques par Rouiba éclairage, filiale de Sonelgaz. M. Boulakhras notera enfin qu’il faut aller vers des mesures incitatives pour encourager l’exploitation diurne et changer les habitudes, sachant que la pointe de l’été dépasse ces dernières années, celle d’hiver et glisse même vers le milieu de l’aprèsmidi. Nous allons miser sur le déploiement à grande échelle du programme des énergies renouvelables, conclura-t-il. Samia D.

Cap sur les énergies renouvelables

SKTM

11

EL MOUDJAHID

L

a foule avait déferlé dimanche au Caire et dans de nombreuses autres villes, conspuant le chef d'Etat aux cris de "Le peuple veut la chute du régime", reprenant ainsi le slogan déjà scandé début 2011 contre le pouvoir autoritaire de Hosni Moubarak. Au moins seize personnes ont été tuées dimanche dans tout le pays en marge de manifestations, dont huit dans des affrontements entre pro et anti-Morsi au Caire, a indiqué hier le ministère de la Santé dans un nouveau bilan. Des affrontements similaires avaient déjà fait huit morts, dont un Américain, en milieu de semaine dernière. L'armée et la police sont déployées dans le pays pour éviter des dérapages graves, notamment autour des établissements vitaux. Le siège du mouvement des Frères musulmans, dont M. Morsi est issu, a été en partie incendié dans la nuit dans le quartier du Moqattam au Caire, avant d'être occupé et pillé hier matin. Les cortèges de dimanche — d'une ampleur sans précédent — ont lancé "La révolution du 30 juin", par ail-

L'opposition égyptienne a donné jusqu'à aujourd’hui au président Mohamed Morsi pour qu'il quitte le pouvoir, le menaçant en cas de refus d'une campagne de désobéissance civile, au lendemain de manifestations monstres.

L'opposition appelle Morsi à quitter le pouvoir sous 24 h
EGYPTE

Monde

SELON HUMAN RIGHTS WATCH

15

Quatre ministres égyptiens ont présenté hier leur démission, au lendemain de manifestations massives contre le président islamiste Mohamed Morsi, a indiqué à l'AFP un haut responsable gouvernemental. Les ministres du Tourisme, de l'Environnement, des Communications, et des Affaires juridiques et parlementaires ont remis ensemble leurs lettres de démission au Premier ministre, Hicham Qandil, selon la même source.

Quatre ministres démissionnent du gouvernement

leurs jour du premier anniversaire de l'investiture de M. Morsi, affirmait hier le quotidien indépendant AlMasry al-Youm. A quelques kilomètres de la place Tahrir, où des manifestants sont restés pendant toute la nuit, les partisans du premier président élu démocratiquement de l'histoire du pays campaient également dans le faubourg de Nasr City, dans l'est de la capitale, pour soutenir la "légitimité" de M. Morsi. L'armée, qui a parlé de "millions" de manifestants hostiles à M. Morsi à travers le pays, a estimé le chiffre des pro-Morsi à 25.000. Après avoir récolté 22 millions de signatures pour une pétition réclamant le départ du président, le mouvement

Tamarrod (rébellion en arabe) a posé un ultimatum à M. Morsi. "Nous donnons à Mohamed Morsi jusqu'à mardi 2 juillet à 17h00 (15h00 GMT) pour quitter le pouvoir et permettre aux institutions étatiques de préparer une élection présidentielle

anticipée", a affirmé Tamarrod sur son site internet. En cas de refus, "mardi 17h00 sera le début d'une campagne de désobéissance civile totale". Le mouvement appelle désormais l'armée, la police et l'appareil judiciaire à "se positionner clairement du côté de la volonté populaire représentée par (ces) foules". L'armée, qui avait pris pour un an et demi les rênes de l'exécutif entre le départ de M. Moubarak et l'élection de M. Morsi en juin 2012, a déclaré la semaine dernière qu'elle ne laisserait pas le pays "plonger dans un tunnel sombre de conflit et de troubles". Les adversaires de M. Morsi dénoncent une dérive autoritaire de son pouvoir et une mainmise des Frères musulmans sur le pays. M. Morsi a une nouvelle fois appelé dimanche soir au dialogue. Une offre aussitôt rejetée par Tamarrod qui ne voit "pas d'autre alternative que la fin pacifique du pouvoir des Frères musulmans et de leur représentant, Mohamed Morsi".

Les violences ont fait plus de 2.500 morts ces trois derniers mois en Irak, selon des statistiques de l'ONU publiées hier. L'Irak est secoué depuis des mois par un mouvement de contestation des sunnites contre le Premier ministre chiite, Nouri al-Maliki, par des tensions entre le gouvernement central et le Kurdistan irakien, ainsi que par un blocage politique qui empêche l'adoption de lois essentielles au bon fonctionnement du pays. Selon la mission de l'ONU en Irak, 761 personnes ont été tuées 1.771 autres blessées dans le pays en juin, ce qui porte à 2.518 le bilan total des morts pour les trois derniers mois. Le gouvernement irakien, dont les estimations sont régulièrement bien en-deçà de celles de l'ONU, a fait état de 240 morts en juin. Selon l'ONU, la plupart des victimes des attaques de juin étaient des civils. Les attentats de juin ont visé plusieurs groupes différents au sein de la société irakiennes — des agents du gouvernement et membres des services de sécurité, des citoyens, des miliciens engagés contre Al-Qaïda et des personnes jouant ou regardant du football. Lundi, la violence ne connaissait aucun répit, avec une nouvelle attaque qui a tué huit anciens membres de la milice des Sahwa, enlevés chez eux avant l'aube par des hommes armés en uniforme militaire puis abattus. Pendant la seule semaine passée, neuf membres des Sahwa, coalition de milices s'étant rangées du côté des Etats-Unis et membres d'Al-Qaïda depuis 2006, ont péri dans des attaques. Les insurgés "cherchent à faire un nombre important de victimes, pour mettre le gouvernement dans l'embarras, attiser les frustrations et peut-être accélérer un retour des milices", a estimé John Drake, expert pour la firme britannique de risque pays AKE Group.

Plus de 2.500 morts ces trois derniers mois

IRAK

L

e président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a demandé un contrôle de la sécurité de la Commission, après des allégations d'espionnage des institutions européennes par les Américains, a annoncé hier sa porte-parole, Pia Ahrenkilde-Hansen. "Compte-tenu de ces allégations, le président Barroso a ordonné aux services compétents de la Commission de procéder à un contrôle complet de la sécurité", a déclaré la porteparole. Elle a répété la position de la Commission, demandant une "pleine clarification", de la "clarté" et de la "transparence" de la part des autorités américaines. Le magazine allemand Der Spiegel avait rapporté samedi que l'Agence de sécurité nationale (NSA) américaine surveille non seulement la communication entre les citoyens européens, mais comprend également un

Barroso demande un contrôle de la sécurité de la Commission européenne

CYBER-ESPIONNAGE AMÉRICAIN

Huit personnes ont été tuées et 70 autres blessées lors d’affrontements armés qui ont éclaté entre les manifestants et des éléments des Frères musulmans lors de l’attaque du quartier général de la confrérie dans la région de Moqattam, situé dans l’est du Caire, indiquent des sources sécuritaires. Ces personnes ont été tuées par balles réelles de fusils de chasse retrouvées dans différentes parties de leur corps, ont précisé des sources bien informées. Des dizaines de manifestants égyptiens de la région de Moqattam avaient envahi hier matin le siège des Frères musulmans et se sont emparés des équipements et incendié une partie du bâtiment après des heurts meurtriers entre partisans et opposants du président Mohamed Morsi. Le chargé de la communication des Frères musulmans Ahmed Aâref, a accusé les forces de sécurité de “laxisme”, soulignant que les assaillants avaient attaqué le siège et ont fait exploser une bouteille de gaz devant l’entrée incendiant le premier étage du bâtiment. Le morchid (guide) des Frères musulmans, Mohamed Badiî, a appelé à lever le couvert sur la violence, demandant au peuple égyptien de “défendre la légitimité élue”. Les forces de sécurité ont encerclé le quartier général des Frères musulmans et puis procédé à son évacuation.

8 mots et 70 blessés lors de l’attaque du QG des Frères musulmans au Caire

Mardi 2 Juillet 2013

programme d'écoute ciblant des bureaux de l'UE. Le magazine cite des documents confidentiels qu'il a réussi à obtenir en partie d'Edward Snowden, l'ancien agent de la CIA qui est actuellement toujours bloqué dans un aéroport de Moscou, après que les Etats-Unis ont émis un mandat d'arrêt contre lui. Il a divulgué un projet de surveillance classé secret mené par la NSA, connu sous le nom de code PRISM, qui peut retracer des courriels et des appels téléphoniques à

l'échelle internationale. Michael Mann, porteparole de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a indiqué que "les bureaux de l'UE à New York et à Washington avaient tous les deux déménagé depuis la date à laquelle remontent les allégations" d'espionnage. "Nous avons un système de sécurité complètement nouveau", a ajouté Michael Mann, ajoutant que les accusations "font apparemment référence à une situation ancienne". Pour sa part, un porte-parole de la chancelière Angela Merkel, a déclaré hier que les Etats-Unis doivent "rétablir la confiance" avec leurs alliés européens, après ces révélations. Le gouvernement allemand a communiqué à la Maison-Blanche son "étonnement" durant le weekend, a déclaré le porte-parole, Steffen Seibert, ajoutant que cette affaire devait faire l'objet d'éclaircissements.

La Turquie, la Jordanie et l'Irak doivent entièrement rouvrir leurs frontières pour accueillir les milliers de Syriens qui fuient leur pays en guerre, a indiqué hier Human Rights Watch. "Les garde-frontières irakiens, jordaniens et turcs repoussent des dizaines de milliers de gens qui tentent de fuir la Syrie", dont la vie est en danger, a précisé l'organisation de défense des droits de l'homme. "L'Irak, la Jordanie et la Turquie ont soit complètement fermé de nombreux points de passage, soit ils ont seulement laissé passer un petit nombre de Syriens, alors que des dizaines de milliers sont bloqués". L'ONU estime que plus de 1,7 million de Syriens ont fui le conflit. La vaste majorité d'entre eux est allée chercher refuge dans les pays voisins. Mais seul le Liban a gardé une politique de portes ouvertes pour les réfugiés syriens, déclare HRW. La guerre en Syrie a éclaté il y a plus de 27 mois, faisant plus de 100.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). HRW, basée à New York, a insisté sur le fait que le droit international interdit aux pays "de renvoyer qui que ce soit — ou de repousser ceux qui essayent de partir — dans un pays où leur vie ou leur liberté seraient en danger". HRW a appelé les pays donateurs à apporter un soutien à la hauteur de la crise aux pays accueillant les réfugiés syriens. Et "ni la pression sous laquelle sont ces pays à cause du nombre grandissant de réfugiés, ni le fait d'apporter de l'aide en Syrie ne peuvent justifier le fait de violer le droit primaire de chercher refuge contre la persécution et autres violences," a insisté HRW. Le groupe rapporte que la Jordanie nie avoir fermé ses frontières, bien que "des réfugiés arrivés récemment (...) disent que les garde-frontières jordaniens les ont empêchés, eux et d'autres, d'entrer pendant plusieurs jours ou semaines en mai". Le gouvernement régional du Kurdistan irakien a admis avoir fermé sa frontière avec la Syrie mais a permis à certains Syriens ayant besoin d'une aide d'urgence d'entrer depuis mi-juin. Baghdad a "sévèrement limité le nombre de Syriens autorisés à entrer depuis août 2012 et les nouvelles entrées ont virtuellement cessé fin mars", a déclaré HRW. La Turquie "empêche l'entrée de milliers de Syriens aux points de passage de Bab alSalama, Atmé et d'autres," a ajouté le groupe.

Les voisins de la Syrie doivent rouvrir les frontières aux réfugiés syriens

16

R

éputée pour être l’une des avenues les plus fréquentées de la capitale, la rue Didouche-Mourad est quelque peu animée, bien qu’il soit 22 h passées : quelques terrasses et boutiques sont demeurées ouvertes, ce qui fait «prolonger la veillée», souligne un père de famille, sorti «prendre l’air» avec son épouse et ses enfants. D’autres apprécient la fraîcheur de la soirée autour d’un café entre amis ou en arpentant l’avenue à pied pour «éviter» la circulation automobile, pas suffisamment fluide même à cette heure de la soirée, fait remarquer Ahmed, qui aime à se «balader» avec deux amis. Ayant eu vent de la décision des autorités de redonner vie à Alger le soir, ce fonctionnaire s’en réjouit et espère que cela s’inscrira dans la durée. «Il était temps ! Il n’est pas normal et c’est même honteux qu’une capitale s’endorme dés la nuit tombée, ce qui pénalise les citoyens désireux de veiller et réduit le temps des loisirs et de la détente», soupire-t-il. La rue Larbi Ben M’hidi est, comme à son accoutumée, à peine animée. Une animation créée davantage par les piétons et autres automobilistes que par une trépidante vie nocturne qui suppose l’ouverture des commerces et autres enseignes de consommations diverses. Rares, en effet, sont les commerçants encore en activité à cette heure-ci et pendant que certains ont fermé depuis un moment, quelques uns s’affairaient à le faire. «Nous avons entendu parler de la décision des autorités de voir les commerces ouverts plus tard mais elle n’est toujours pas appliquée. A partir de 19h, les boutiques com-

Absente pendant de longues années du quotidien des Algérois, la vie nocturne commence à se réinstaller timidement et de manière inégale dans la capitale en attendant de confirmer l’ancrage de cette habitude de manière pérenne, comme le projettent les pouvoirs publics.

Timidement, la vie nocturne se réinstalle
ALGER LE SOIR
mencent à fermer et ce n’est que durant le ramadan que l’on veille plus longtemps», explique un vendeur de vêtements pour dames. En revanche, la mesure qui consiste à réhabiliter les façades des commerces en liaison avec leur réouverture de nuit, a commencé à être appliquée par certains commerçants qui ont entamé des travaux dans ce sens de sorte à ce que les devantures soient ment bruyant le jour, retrouve un brin de sérénité mais ne se départit pas totalement de son bouillonnement. Même si la plupart des commerces est close à partir de 20 h, la fréquentation humaine est telle qu’elle n’est pas sans rappeler l’ambiance prochaine du ramadan. plus esthétiques et respectant unanimement l’espace réservé au trottoir. C’est sans doute dans le populeux Bab-ElOued que l’agitation est la plus évidente: avant même d’attendre le mois sacré, les veillées prolongées entre amis ou en familles agrémentent déjà la vie extérieure du quartier. Le complexe El-Kettani est devenu, à la faveur de la saison estivale, le point de chute des habitants alentour, voire d’autres arrondissements de la capitale. L’avenue Colonel Lotfi menant aux «Trois Horloges», particulièreLa décision de redonner vie à Alger de nuit enchante, à ne point s’en douter, plus d’un. Ceux qui ont vécu dans une capitale plus agitée et joyeuse la nuit éprouvent la nostalgie du «bon vieux temps» alors que les plus jeunes qui s’en souviennent peu ou n’y étant pas encore nés aspirent à évoluer dans un quotidien moins «triste». La soixantaine bien entamée, Ahmed déplore la «morosité» qui s’est installée dans les comportements des Algérois au fur et à mesure que la situation sécuritaire se détériorait. Il dit se rappeler, non sans une pointe d’amertume, cette «belle époque» à présent révolue, où les Algérois étaient «fêtards», respiraient davantage de «joie de vivre» et semblaient plus épanouis. Notre interlocuteur tient à modérer ses propos, en notant que même au lendemain de l’indépendance, les Algériens n’étaient pas si «festifs» et «noctambules» que cela. Il s’interroge sur les conséquences de cette situation sur les jeunes qui, dit-il, sont contraints, le soir venu, de «se cloîtrer» chez eux où de se retrouver entre amis au bas de leurs immeubles. D’aucuns se demandent comment une capitale peut-elle prétendre à attirer des touristes étrangers lorsqu’elle renvoie une image aussi «hostile» et «négative» alors que d’autres s’attardent sur la comparaison avec d’autres capitales, y compris les moins évoluées.»Pas besoin de comparer avec l’Europe, nos plus proches voisins. Pour mieux convaincre les Algérois de sortir plus longtemps à la tombée de la nuit, l’APC d’Alger-

Société

EL MOUDJAHID

Comme au bon vieux temps...

L’APC d’Alger-Centre veut s’impliquer activement

Q

uatre personnes sont décédées par noyade et 800 autres ont été secourues au niveau des différentes plages de la wilaya de Tipasa, a-t-on appris dimanche auprès de la direction de la Protection civile. La dernière noyade mortelle a été enregistrée, samedi, au niveau de la plage non autorisée à la baignade «Matares». La victime est un jeune âgé de 24 ans, a-t-on ajouté de même source, précisant que 1.279 interventions ont été effectuées par les services de la Protection civile au niveau des 43 plages autorisées à la baignade depuis le début de la saison estivale. Deux autres estivants ont trouvé la mort à la plage dite «La roche blanche», à Cherchell, et un autre est décédé à la plage «La forêt noire», à Damous, a-t-on souligné de même source,

4 morts par noyade et 800 personnes secourues depuis le début de la saison estivale

TIPASA

Centre envisage de lancer dés le 1er juillet une campagne de sensibilisation de proximité visant à les informer du programme culturel estival qui a été concocter par ses services. La démarche, explique son Président, Adelhakim Bettache, consiste à distribuer des copies du programme détaillé en activités au niveau des cafés, restaurants, hôtels, institutions publiques, associations de quartier, et pour une large diffusion de l’information. Tout en précisant que le programme sera aussi diffusé via le site Internet de la Commune, notre interlocuteur indique que la réouverture des salles de cinéma de nuit, s’inscrira dans l’optique de la décision des pouvoirs publics d’attribuer un nouveau visage pour la capitale.» Je m’assure moi-même depuis quelques jours que les terrasses et autres façades commerciales restent ouvertes plus longtemps», affirme le Maire, instruit au même titre que ces pairs de la capitale par le Wali d’Alger sur le sujet. APS

L'

ajoutant que ces plages enregistrent un afflux massif des estivants en dépit du fait qu’elles soient interdites à la baignade. La bande côtière de la wilaya de Tipasa, s’étendant sur 13 km, a connu, depuis le début de la saison estivale, une affluence nombreuse d’estivants, dont le nombre est estimé à 490.000 personnes, selon la

même source. Douze (12) plages y sont interdites à la baignade. Les services de la Protection civile ont transféré 44 estivants aux établissements de santé environnants et ont prodigué des soins au niveau des plages pour 411 personnes, légèrement blessées, a-t-on, par ailleurs, appris auprès de la même source.

Mardi 2 Juillet 2013

Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé, dimanche dernier, que 9,3 millions de personnes supplémentaires auront le droit d'avoir accès aux médicaments antirétroviraux utilisés contre le VIH, selon les nouvelles recommandations de l'Organisation publiées dimanche. L'OMS s'est fixé l'objectif mondial de 15 millions de personnes bénéficiant d'un traitement d'ici à 2015. Quelque 26 millions de personnes, vivant avec le VIH dans les pays à revenu faible ou moyen remplissent — selon les estimations — les critères de nouvelles directives de l'OMS pour recevoir un traitement antirétroviral (TAR) alors qu'elles n'étaient que 16,7 millions, selon les recommandations de 2010. Ainsi, l'OMS pourrait permettre d'éviter jusqu'à trois millions de décès liés au sida et 3,5 millions de nouvelles infections par le VIH entre 2013 et 2025. Dans ce sens, l'investissement financier annuel total dans la lutte contre le VIH devra considérablement augmenter. Basées sur une approche de santé publique visant à élargir davantage l'utilisation des antirétroviraux pour le traitement et la prévention du VIH, les nouvelles lignes directrices de l'OMS répondent aux nouvelles données scientifiques et aux pratiques ayant vu le jour depuis 2010 et recommandent notamment de traiter de

9,3 millions de personnes supplémentaires auront droit aux antirétroviraux

LUTTE CONTRE LE SIDA

manière plus précoce les malades afin de freiner au plus vite le développement du virus dans le sang. En outre, l'organisation onusienne estime désormais que les femmes enceintes ou allaitantes peuvent elles aussi être traitées, alors que les enfants de moins de 5 ans doivent, de leur côté, commencer un traitement dès que possible.Selon le patron d'Onusida, Michel Sidibé, les nouvelles recommandations vont permettre à la communauté internationale "d'être plus près de la fin de l'épidémie du sida". "Ces nouvelles recommandations sont tournées vers l'avenir, elles sont plutôt optimistes", a déclaré, pour sa part, le directeur du département du VIH/sida à l'OMS, Gottfried Hirnschall. En 2012, 9,7 millions de personnes bénéficiaient d'un traitement antirétroviral dans les pays à revenu faible ou intermédiaire contre 300.000 en 2002. En 2012, l'augmentation de l'accès aux traitements s'est poursuivie, avec à la fin de l'année 1,6 million de bénéficiaires de plus qu'en 2011, soit la plus forte hausse annuelle jamais enregistrée et celle-ci concerne principalement la région Afrique. Par ailleurs, la communauté internationale devra redoubler d'efforts pour que toutes les personnes ayant droit à un traitement puissent y accéder, sans compter que certains malades ne savent même pas qu'ils sont infectés, soulignent les experts.

EL MOUDJAHID

Proche de Ait Menguellet et de Slimane Azem, dont il partage la magie du verbe, engagé dans un registre musical, qui n’est pas sans rappeler tantôt Idir, tantôt Takfarinas, Ali Amrane, n’en reste pas pour autant prisonnier, rajoutant à ses cordes d’autres rimes, d’autres rythmes et d’autres sonorités, puisés des inclinaisons musicales qui ont bercé son parcours étudiant et au sein duquel, des groupes comme Pinkfloyd, Scorpions ou encore les Eagles, ont laissé leurs marques.

Ali Amrane enflamme Bejaia
fortiori celui de Bejaia qui l’a adopté depuis des années et en a fait une de ses étoiles fétiches. dimanche soir, il l’a s’y bien montré en l’accompagnant dans son tour de chants et en répétant, dans une totale communion une brochette de ses chansons. si bien qu’a plusieurs reprises, l’artiste a du s’interrompre, pour laisser fredonner seulement le chœur «chavirant» de ses admirateurs ravis et emportés dans une transe musicale rarement observée. Hurriya, Aqlalas, Tilufa, Ssfina, interprétées dans un genre complainte, «l’achawik kabyle», a autant de chansons reprises avec délectation par un public qui, en connaissait les mélodies comme les textes sur le bout des doigts et qui a vibré à tout rompre, à un répertoire plus entraînant et plus dansant dont Tabalizt, Tazla-U-ssan. une soirée magique en somme, qui a surpris y compris, ceux qui ne le connaissaient pas. a l’évidence, les organisateurs de ce festival ont eu la main heureuse, en le programmant à cette séance d’ouverture, qui

6e édition du festival de la chanson KaBYle
aura été une réussite totale. les autres artistes sont sommés désormais, de tenir la dragée haute, en dehors de la compétition qui, pour sa part, enregistre la participation de six wilayas : Bejaia, tizi-ouzou, Bouira, sétif, Boumerdes et alger. parrainée par le musicien Kamel hamadi, cette 6e édition se déroulera en divers endroits de la ville de Bejaia, notamment à la maison de la culture, au théâtre abdelmalek Bouguermouh, et sur l’esplanade du front de mer, à hauteur de la promenade léonardo fibbonacci, mais aussi dans une dizaine de communes des vallées de la soummam et du sahel. 107 chanteurs et 60 musiciens animeront les différentes places, et ce, en plus des conférences-débats retenuepour aborder divers thèmes, articulés autour de la chanson kabyle.

Culture

17

L

e chanteur ali amrane, l’une des nouvelles icônes de la chanson kabyle moderne, a inauguré avec beaucoup de brio dimanche soir, la 6e édition du festival de la chanson kabyle. déclinant un répertoire, émouvant et captivant, dont la singularité tient dans la force de ses chansons, qui allient un univers musical éclectique et original et des textes d’une rare sensibilité, l’artiste a manifestement séduit. proche de ait menguellet et de slimane azem, dont il partage la magie du verbe, engagé dans un registre musical, qui n’est pas sans rappeler tantôt idir, tantôt takfarinas, ali amrane, n’en reste pas pour autant prisonnier, rajoutant à ses cordes d’autres rimes, d’autres rythmes et d’autres sonorités, puisés des inclinaisons musicales qui ont bercé son parcours étudiant et au sein duquel, des groupes comme pinkfloyd, scorpions ou encore les eagles, ont laissé leurs marques. si bien que ses mélodies tiennent d’un kaléidoscope à la portée de tous les publics, a

U

ne autre édition, la sixième du festival national du rai démarre au stade des trois frères-amarouche au grand bonheur des fans de ce genre musical, notamment une jeunesse qui célèbrera sa fête dans quelques jours pour se laisser aller dans l’ambiance et vibrer au rythme d’une pléiade de chanteuses et chanteurs. le fait saillant reste naturellement la participation du roi Khaled qui, avec son tube de l’été dernier On va danser, enthousiasme déjà la foule. un plateau riche est ainsi offert au public qui verra se succéder pas mois d’une quarantaine d’interprètes pendant une semaine. un vibrant hommage sera rendu au regretté cheb akil, décédé récemment à la suite d’un accident de la route. dans un point de presse animé par le commissaire du festival, m. tayebi mohamed, l’occasion était saisie pour aborder les phases préparatoires de cette manifestation et s’étaler notamment sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour la perfection de l’organisation et la perception de son impact culturel. une idée d’ailleurs s’est dégagée pour la création d’une cellule de réflexion regroupant des universitaires à l’effet de valoriser ce patrimoine et de retracer loca-

Hommage au regretté cheb Akil

6e festival national du rai de sidi Bel aBBès

spiritualité, chants sur des rythmes rap et hip-hop et musique soufie venue d’indonésie ont marqué la quatrième soirée du 35e festival international de timgad. une soirée à laquelle a assisté un public assez nombreux et qui aura marqué les esprits par l’originalité des sonorités offertes et le caractère quelque peu inattendu (mais très apprécié) du plateau proposé. c’est le groupe américain Baraka Blue et son chanteur californien Jimmy gordon qui ont donné le «la» avec des paroles et des sons rap entièrement dédiés à la religion musulmane. dans une atmosphère empreinte de spiritualité, le chanteur de Baraka Blue, disséminant çà et là des paroles en arabe dans ses textes en anglais (salla allah aâla mohamed, ya rab), aura subjugué, l’assistance massée dans les travées du théâtre de verdure de l’antique thamugadi. l’américain, Jimmy gordon dira qu’il essaie, par sa musique qui cible en particulier les jeunes, effacer l’image plutôt négative que se font de l’islam certains de ses compatriotes. pris en sympathie par le public du festival, il n’hésitera pas à se diriger vers les gradins pour chanter en compagnie des spectateurs. ce fut ensuite au tour du chinois abdullah arken, né d’une fa-

De la spiritualité et de la musique soufie

4e soirée du festival de timgad

mille du peuple ouïghour (ancien turkestan oriental) de fouler la scène du théâtre de plein air. ce jeune musulman adepte du flamenco et sa guitare acoustique qui ne sont pas sans rappeler les sonorités gitanes aura réussi à enflammer le public déjà «chauffé» par le groupe Baraka Blue. «arken» qui signifie «homme libre» en langue ouïghour a pris avec bonheur des libertés avec le flamenco, donc avec la musique d’essence andalouse, d’où cette belle fusion avec l’assistance, littéralement éblouie par la prestation de ce jeune homme attaché à l’islam mais aussi à ses racines comme le prouve son gilet rayé multicolore, propre à sa région natale. la dernière partie de soirée, confiée à la troupe indonésienne debu, a été consacrée à la musique soufie, tout en méditation et en spiritualité. chantant en sept langues et utilisant toute une panoplie d’instruments de diverses origines (iranienne, indienne, espagnole, irlandaise et arabe), debu, son chanteur mustapha daoud et ses danseuses gracieuses aux robes amples et flamboyantes auront conféré une atmosphère mystique à cette 4e soirée considérée «d’exceptionnelle» par la majorité des spectateurs.

B

eaucoup d’eau a coulé sous les ponts autour de la domiciliation de ce festival national du rai pour qu’il soit institutionnalisé enfin et organisé annuellement au niveau de la cité de mostefa Ben Brahim, le chantre des Beni amer ou le barde de l’oranie comme le qualifiait le pr azza abdelkader dans son œuvre consacré à sa vie de poète populaire. un retour aux sources à vrai dire de par les traditions de cette région qui s’est illustré dans ce genre musical à travers le succès, la notoriété et la réputation de ses interprètes ayant le plus souvent dépassé les frontières. un genre musical qui a évolué dans le temps et l’espace naturellement pour s’adapter au contexte. un phénomène social aujourd’hui, une forme d’expression et d’attachement aussi à une authenticité autrefois, une grande mutation s’est opéré assurément pour nécessiter une étude approfondie et une réflexion surtout de manière à valoriser un patrimoine et à canaliser ces voix à la forte résonance. et comment ne pas s’étaler un tant soit peu sur les caractéristiques de cette région des Beni amer qui fut conditionnée le plus souvent dans son comportement  et ses réactions par la parole du guwel et animée dans ses actes par le rythme du gallal et de la gasba des cheikhs et cheikhate interprétant admirablement les quacidate des mostefa Benbrahim, Ben harrath, ould ezzine, Ben chaabane, Belhadri et autres poètes populaires… le véritable coup d’envoi fut donné par cheikh el madani dans les années 1920 déjà, et fut relayé par abdelmoula et djillali en attribuant toute la signification au chant bédouin. la place publique du vieux quartier el graba servait de scène de divertissement pour les «arabes» et d’un espace de résistance pour les

La cité de Mostefa Ben Brahim à l’honneur

le choix d’une ville pour le rai

lement l’itinéraire d’une évolution. constructive, cette rencontre a permis en outre, de situer les représentants de la presse sur les perspectives de promouvoir ce genre musical grâce à une véritable prise en charge et une canalisation des vocations. Khaled, abdou, Khallas, Zahouania et autres ne manqueront certainement pas d’enflammer un public juvénile en quête parfois de moments de détente .nous y reviendrons… A. Bellaha

militants de la cause nationale. tout s’entremêlait en fait, pour que ce genre musical s’assimile à une forme d’évasion et une manière également de renforcer les liens d’union et de solidarité d’une société musulmane au gré de ces quaçidate faisant les éloges des batailles d’héros arabes… c’est dans ce climat qu’une cheikha a fait son apparition pour bouleverser un ordre établi jusque là dominé par les hommes et imposer un autre rythme. absolument, l’entrée en scène de la fille des monts de tessala, en l’occurrence remiti était un événement de taille dans la vie culturelle de la cité. les premiers tubes tels Moul Djellaba Taifiya ou Hak Amamtek (tiens ton turban) ne pouvaient laisser indifférents ses fans pour qu’ils s’adonnent totalement à la diva et vibrent à ce nouveau genre, le rai … la percée de remiti brisa un tabou pour permettre à d’autre cheikhate à l’instar de habiba et par la suite djenia de poursuivre l’aventure et d’enraciner la culture du rai. la dynamique provoquée devait enthousiasmer les jeunes artistes de l’époque pour qu’ils s’engagent dans la voie autre que celle balisée pourtant par les frères saim dans le style oranais pour enrichir un répertoire et consolider les traditions. les frères Zargui dont plusieurs chansons furent reprises par Khaled, cheb mimoun, cheb Yacine, cheikh naam et puis raina rai sans compter le ballet de la regrettée reguieg rachida ont été les fidèles interprètes de ce genre musical et apposer d’une certaine façon le sceau de l’exclusivité Belabbesienne… avec ses spécificités et ses talents, sidi Bel-abbès a contribué pleinement à jeter les fondements de ce genre musical qui est le rai… A Bellaha

mardi 2 Juillet 2013

24
Mots CROISÉS
Nº 3450
5 6
I II III IV V VI VII VIII IX X

Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3450
SPORT COLLECTIF —————————— DÉBUT D’ ADDITION ———————————— ATTACHER
DANS LE BAIN ————————— ETHNIE D’AFRIQUE —————————— STYLE DE MUSIQUE LE MOI ————————— VILLE DE FRANCE —————————— DEESSE INDIENNE CÔTE NORD —————————— ROUE DE MARIN —————————— LAGUNE LITTORALE
FÊTE FORTE ——————————— PERSONNEL ——————————— VILLE MONAIE EUROPÉENNE

EL MOUDJAHID

1

2

3

4

7

8

9

10

UNITÉ ROUMAINE ——————————— TERME DE MICRO ——————————— VILLE DE FOUILLES

EN LEURRE ——————————— GAI PARTICIPE ——————————— DÉSERT

I-Support de slogans II-Fin de verbe-Ester de la celluose. III-Les siennes-Met à terre. IV-Portée de solipède-Brusque intempérie. V-Brûler totalement.VI-Énergie et puissance-Sur une borne.VII-Unité de luminance-Ancienne organisation de l’Europe. VIII- Maillot de bain réduit. IX-Pâté de maisons ou île miniscule-Balcon en encorbellement. X-Petite armoire-Placée dans l’autel d’une église.
1-Gros sac rudimentaire-Unité élémentaire d’information. 2-Jardin de Padoue-Ville de l’Est algérien.3-Sujet au seigneur-Antilope d’Afrique. 4-Accord russe-Caoutchouc durci .5-Écrivain italien-Câble d’ancrage.6-Note de musique-Quand elle est extrême, la fin est proche.7-Bête de cirque-Dieu chauffeur. 8-Plus loin qui ici-Indispensable pour changer un pneu crevé. 9-Support dans un meuble- Article espagnol. 10-Sans fin.

HORIZONTALEMENT

Définitions

MARCHÉ EXOTIQUE ——————————— UN JEUNE ——————————— VUS EN AQUARIUM CRIE COMME UN ÂNE ———————————— EN LICE ———————————— PETITE SAINTE

TROTTENT EN TÊTE ———————————— POISSON ——————————— MODÈLE

FONT UN —————————— EN DIRECT ————————— DIRECTION

VERTICALEMENT

INCONVENANT ——————————— GREFFA ——————————— EXTERMINÉES

SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2 3 4 5 6 7 8 10 9
1 2 3 4 5 6 7 8
B

HAUT EN COULEUR —————————————— ÉCRITURE RAPIDE —————————————— CROCHET

9 10
E
E

A

C
E

A

S

D

A

N

N

E

E

S

A

D

A

R
F

B T
I

M
L I

O
N

B

E

O

C

E

R

E

O
A
R

T

A

L

O
R
I

O

C
T
I

N

E

I

A

B

A

T

E

S

G

T

3. Feldspath 6. Coltinage

Grille

Nº 3450

Mot CACHÉ
B R O G A T E N S F M A N G E T O U T A N T

E

R

11. Hésitation 13.Branchette 12 . Moisissure

35. Passereau

34. Infirmier

33. Prescient

15 . Bailleur

20 . Fantasque 22 . Microfilm 23 . Paralyser 25 . Extension 24 . Sous-genre

I

O N S M E T

A C A R I

R

A

O

K B

T

I

N

E

R

O N

A

R

R

C
I

E E

N
E
L

36 . Saloperie 37. Nasillard 38 . Frottoir 39. Confrère

C

L

L

14. Titanesque

D H M B T A B A A T P P

L B U B O N

I

T R
I

I

Q U E T E C O T I
Q U E C A M E I C R O F E

E

16. Expérience

E O R S I
I

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2 3 4 5 6 7 8 10 9
B

17. Bourdonner 40. Absorbant 27 . Cravacher 18 . Hydrofuger 19. Rossignols 21. Centaine 26. Préoccupe 31.Goulotte 32 .Raillerie 28. Pectoraux 41. Cédratier 43. Supplèant 7. Nitrique 8. Coterait 42 . Madrilène 29 . Plaisance 30 . Haïssable 2 . Métacarpe 5. Antiphoné

1

A
A

Z

O
L

D

A

2

S

3

U

A
L

K

4

5

G

E

T

6

R
I

E
S

A

B

I

O
L

C
L

U

R

A A

B

7

8

A

R

F

L

9

10
R

H A S H E E X T E N S R

T I

S N A P A R A L Y I S

A T M I

F A N T A S Q U

L L E U R U E B H R T

R

E R A
I
S

P H O N E C
T E L I

P E A

T O
I

C N S O U S G E N R E
S C R A V A C H E I I S I S A B L I

S I

I

L M E P U D E R N E R R E R E

C X O Y O
S I

E I

L

1. Rogations

T

O N A

T R D O I
I

S

N G A

D

C

C
S

H
H N
I

E
S

N

E

D

I

U
E

L
N E

I

O
I

U
I

T

E

T

A

O

N

D E

N
T

G
E

R

E

O

T

U

E

S

S

E

E

S

ASSURANT DES PROMENADES SUR LA SEINE

10. Camériste

9. Bubonique

4 . Mangetout

O N E E E M G O U L O T T C E P C R E U E E

E O R T U H A

U T Q P L A I

S A N C

R E L L I M R
I

SOLUTION PRÉCÉDENTE: BANNISSEMENT

Canal Algérie
•08h00 : Bonjour d'Algérie (direct) •10h00 : La mer méditerranée (01) •10h30 : Dar Da Meziane II (26) rediff •11h00 : Senteurs d'Algérie ''Tissemsilt'' reportage •12h00 : Journal en français+météo •12h20 : Oua yabqa el hob (78) •13h40 : Rahalat bahria (10) •14h25 : Nour ayni (09) •15h45 : La rupture •17h30 : Sahla mahla n°35 •18h00 : Journal en Amazigh •18h30 : Dar Da Meziane II (27) •19h00 : Journal en français+météo •19h30 : La régate international d'Oran •20h00 : Jurnal en Arabe •21h00 : Mostefa Ben Boualid film alg révolutionnaire •00h00 : Journal en Arabe

MARDI

Sélection

SAHLA MAHLA
Animée par Ghania Seddik Produite par Nadia Chérabi Labid

Télévision
H E N E L I

R

T N A B R O S

I

I

O T T O R F U C E R
R D A M T N A
B A R E I

R E P O L A S D R A

F N

A R T N E

U A E

E C E E L C E O E R R S T I C S E R P O R E S S A P R
L L I S A N A E R F N O C U T A R D E C X E L P P U S E

E N N N G O E

E N U N P

O F G E

21h00

Sahla Mahla est le rendez-vous incontournable des enfants sur la Télévision Algérienne, un lieu ludique de rencontres, d’échanges et de découvertes. Une autre façon de voir la télé : une télé faite avec les enfants pour les enfants. L’émission se donne pour ambition d’accompagner les enfants d’aujourd’hui à la découverte du monde qui les entoure et de les aider à le comprendre, mais aussi d’être une source intarissable ‘d’éveil à la curiosité’.

17h30

Mardi 2Juillet 2013

« Ben Boulaid » est une oeuvre consacrée au combat du héros de la Révolution, Mostefa Ben Boulaïd. Ce film retrace le parcours de Mostefa Benboulaïd, grande figure historique du Mouvement national et de l’Organisation spéciale et son rôle pendant la Guerre de libération, notamment dans la région des Aurès. Le héros algérien Ben Boulaïd était considéré comme le véritable commandant de la Révolution algérienne.

MOSTEFA BEN-BOULAÏD
Réalisateur : Ahmed Rachedi Avec : Rachid Farès, Hassen Kachache

EL MOUDJAHID

Horaires des prières de la journée du Mardi 23 Chaâbane 1434 correspondant au 2 Juillet 2013 :
- Dohr.........….............12h52 - Asr.............................16h43 - Maghreb................... 20h14 - Icha……...……....... 21h54
Mercredi 24 Chaâbane 1434 correspondant au 3 Juillet 2013 :

Vie religieuse

SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS ETUDES & ENGINEERING
Le Président du Directoire Monsieur ARAB Saïd et les cadres dirigeants ainsi que l'ensemble du personnel de la SGP Etudes et Engineering « GENEST - SPA » présentent à Madame BOUABDALLAH Nadia née OULD MOHAMED, et à toute sa famille, leurs sincères condoléances suite au décès de sa chère mère et de son frère et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder aux défunts Sa Sainte Miséricorde et les accueillir en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »
El Moudjahid/Pub

Vie pratique

29
Félicitations

- Fedjr........................03h43 - Chourouk.................05h34

CONDOLÉANCES

A Toi yemma Triste fut cette journée du 24-052013, où nous a quittés à jamais ma chère maman, laissant derrière elle un immense vide et une très grande douleur. Tu étais une mère exceptionnelle qui s’est toujours dévouée à ses enfants, ses petits-enfants et à sa famille. On t’aime Yemma et on ne t’oubliera jamais, tu es toujours dans nos cœurs et tu nous manques. Pour le 40e jour de ton décès le 20.07.2013, ton fils prie ceux qui t’ont connue d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.» Ton fils Ahmed Ibrouchène
El Moudjahid/Pub du 02/07/2013

Mme Ibrouchène Wiza née Debbache

PENSÉE

Cher Zine Eddine A l’occasion de ta réussite au BEM 2013, la famille HADDOU HADJ ; ta maman, ton papa, tes sœurs ainsi que tes beaux-frères te félicitent chaleureusement et te souhaitent beaucoup de joie, succès et courage dans ton avenir. Bravo Ezzaim ! Ta sœur Soumia
El Moudjahid/Pub du 02/07/2013

SOCIETE NATIONALE DES TABACS ET ALLUMETTES

ANEP 528877 du 02/07/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef

Kamal oulmane — Achour cheurfi
Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 internet : http://www.elmoudjahid.com e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

diRectioN geNeRAle Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 diRectioN de lA RedActioN

La Société Nationale des Tabacs et Allumettes SNTA Spa déclare infructueux l'Appel d'Offres National Ouvert Nº 02/2013 portant sur les Etudes d'Aménagement de Bâtiment en charpente métallique pour le projet « cigarettes » Centre, paru sur El Moudjahid, Liberté, Echourouk et sur le BOMOP, et ce, pour avoir retenu techniquement une seule offre.
El Moudjahid/Pub

AVIS D'INFRUCTUOSITÉ

SNTA - SPA au capital social de : 18 000 000 000 DA 40, rue Hocine-Noureddine - Belouizdad - Alger NIF : 096316040005254

Félicitations

DADOU KHADIDJA a décroché son BEM haut la main Elle quitte un cycle pour aborder un autre plus fourni en matières. Elle apprendra d’autres cours, ceux du lycée et de niveau. Toute la famille DADOU, en particulier ton frère Abderrahmane, te souhaitent d’autres succès, d’autres satisfactions. On est fiers de toi Khadou… Bon courage.
El Moudjahid/Pub du 02/07/2013

ANEP 302854 du 02/07/2013

BUReAUX RegioNAUX coNStANtiNe 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 oRAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BoRdJ BoU-ARReRidJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 Sidi Bel-ABBeS Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BeJAiA : BP 68 - Béjaia 06000 tiZi oUZoU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 tleMceN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MAScARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 ceNtRe AiN-deFlA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBlicite Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” AlgeR : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABoNNeMeNtS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. coMPteS BANcAiReS Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger iMPReSSioN Edition du Centre : Société d’impression d’Alger (SiA) Edition de l’Est : Société d’impression de l’est, constantine Edition de l’Ouest : Société d’impression de l’ouest, oran Edition du Sud : Unité d’impression de ouargla (SiA) diFFUSioN centre : EL MOUDJAHID tél. : 021 73.94.82 est : SARl “SodiPReSSe” : tél-fax : 031 92.73.58 ouest : SARl “SdPo” tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tdS” tél-fax : 029 75.02.02 France : iPS (international Presse Service) tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

Région de Transport de l'Electricité d'Alger Adresse : 7, Chemin Fernane-Hanafi - Hamma - Alger Tél. : 021-67-63-20 — Fax : 021.67.49.36

La Région de Transport de l'Electricité d'Alger informe le public de la mise sous tension de la ligne 60 kv Oued Sly/Aïn Mrene 1 et 2 à partir du 04/07/2013. A compter de la publication du présent avis, la Région décline toute responsabilité en cas d'accident.
El Moudjahid/Pub

AVIS DE MISE SOUS TENSION

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'HABITAT ET DE L'URBANISME OFFICE DE PROMOTION ET DE GESTION IMMOBILlERES

TEL.: 39/85/80 FAX : 39/39/39 TELEX : 22907

08, PLACE BOUDALI-HASNI SIDI EL HOUARI - ORAN

ANEP 528822 du 02/07/2013

CENTRE D'ETUDES ET DE REALISATIONS EN URBANISME (URBA.SETIF). ZONE INDUSTRIELLE BP 55 SETlF 19000 NIF : 0983 190 100 423 49 N.R.C N° 98B082253

L'URBA.SETIF informe l'ensemble des soumissionnaires ayant soumissionné à l'avis d'appel d'offres national n°03/2013, paru dans les journaux EL MOUDJAHID et ECHAAB du 05/05/2013 relatif à : "ACQUISITION DU MATERIEL ROULANT" ; que les soumissionnaires attributaires provisoirement sont indiqués au tableau suivant :
Soumissionnaire CHEVROLET PEUGEOT LOT 1 2 14 325 000,00 DA 42 406 000,00 DA MONTANT 20 Jours 05 mois DELAIS Meilleure offre Meilleure offre Observation

AVIS D’ATTRIBUTION PROVISOIRE

El Moudjahid/Pub

Les soumissionnaires intéressés de prendre connaissance des résultats de l'évaluation de leurs offres sont invités à se rapprocher du secrétariat du D.G Urba Sétif au plus tard 03 jours à compter de la 1ère publication du présent avis d'attribution. En outre, les soumissionnaires non retenus peuvent introduire un éventuel recours, dans un délai de 10 jours qui suivent la 1ère publication du présent avis.

Mardi 02 Juillet 2013

ANEP 302867 du 02/07/2013

L'entreprise CHENNOUF MOHAMED, sise à BOCCA CHORFA N° 19 - CHLEF, titulaire des marchés n° 40/2011, (ODS n° 145/2011 daté du 17/08/2011) et n° 08/2012, (ODS n° 47/2012 daté du 25/03/2012) relatif à la réalisation des travaux de bâtiment des projets : - 16/168/200 logements RHP à BEGGOUG - AIN-EL-KERMA, - 24/104/184/200 logements RHP à BEGGOUG - AIN-ELKERMA, est mise en demeure sous 48h00 de reprendre les travaux et renforcer le chantier en tous moyens utiles afin de rattraper le retard enregistré. A défaut, des mesures coercitives prévues par la réglementation seront prises à l'égard de votre entreprise.
El Moudjahid/Pub

MISE EN DEMEURE

ANEP 528901 du 02/07/2013

30

L'entraîneur de la sélection militaire algérienne de football, Abderahmane Mehdaoui, a indiqué que la mission de son équipe de conserver son titre mondial décroché en 2011 au Brésil "sera difficile", à l'occasion de la Coupe du monde 2013, qui débutera aujourd’hui en Azerbaïdjan. "Ce sera difficile, mais en football, tout est possible. Nous avons bénéficié de tous les moyens pour une bonne préparation", a déclaré Mehdaoui, quelques minutes avant le départ de la délégation algérienne à Bakou pour prendre part à la Coupe du monde militaire, prévue du 2 au 14 juillet prochain. Forte de 32 personnes dont 23 joueurs, la délégation a quitté Alger samedi à 19h. "Nous sommes conscients que notre tâche sera difficile et que la pression est très forte. Maintenant, il faut être costaud et aborder la compétition avec détermination pour aller le plus loin possible. La balle est désormais dans notre camp. Je suis persuadé que les joueurs seront à la hauteur de la confiance des responsables", a-t-il assuré. Le coach de l'équipe nationale militaire a

Mehdaoui, sélectionneur de l’EN militaire : "Notre mission sera difficile à Bakou"

COuPe Du MONDe MiLitAiRe 2013

Sports

Le président de l'uSMH, Mohamed Laib, a affirmé hier que le transfert de son attaquant international, Baghdad Bounedjah, à l'eS Sahel, sera tranché aujourd’hui, précisant que l'entraîneur Boualem Charef "s'oppose toujours" à la transaction. "Le transfert de Bounedjah à l'eS Sahel n'est pas encore fait, d'autant qu'il est soumis à libération. Le joueur qui préfère rejoindre la tunisie pour des considérations financières veut partir, alors que l'entraîneur Charef refuse toujours cette idée, surtout qu'il s'agit d'un cadre de l'équipe", a affirmé à l'APS, le premier responsa-

La question sera tranchée aujourd’hui

uSMH :tRANSFeRt De BOuNeDJAH à L'eS SAHeL

rendu hommage, à cette occasion, aux responsables du sport algérien en général et du football en particulier pour "leurs encouragements". L'Algérie avait remporté le titre mondial en 2011 à Rio De Janeiro (Brésil) en battant en finale l'équipe égyptienne sur le score de 1 à 0. De son côté, le directeur du sport militaire, le général Megueded Benziane, a indiqué, dans une brève

allocution à l'hôtel Salil au Cercle de l'Armée nationale populaire à Alger, avoir "mis tous les moyens à la disposition de l'équipe algérienne afin que les joueurs puissent honorer l'Algérie lors du Mondial-2013. Je suis conscient que le plus difficile est de conserver le titre mondial", a-t-il dit. Plusieurs personnalités du sport algérien, entre autres les présidents du COA et de la LFP, Mustapha Berraf et Mahfoudh Kerbadj, ont assisté à la cérémonie organisée avant le départ de l'équipe algérienne à Bakou. La sélection algérienne militaire de football entamera la compétition demain face au Bahreïn, en match comptant pour la première journée (Gr B). La sélection nationale enchaînera ensuite avec le Kenya, le 5 juillet, avant de donner la réplique à la France trois jours plus tard (8 juillet). Les 16 nations qui prendront part à cette compétition ont été réparties en quatre groupes. Les deux premiers de chaque poule se qualifieront pour les quarts de finale. Le match d'ouverture de cette manifestation footballistique mondiale opposera aujourd’hui l'Azerbaïdjan au Mali, le 2 juillet.

La JSMB tient son nouvel entraîneur. enfin, presque  ! Patrick Rémy devrait être, sauf revirement de situation, le nouvel entraîneur de la JSMB. Alors que les tractations entre le président de la JSMB, Boualem tiab, et l’entraîneur français ont débuté il y a une dizaine de jours, un accord final devrait intervenir dans les jours, voire carrément dans les heures à venir. Les deux hommes qui se sont revus à Marseille ce dimanche se sont quittés sur un accord de principe. S’il est vrai que pour l’heure, il n’y a  rien qui dit que Patrick Rémy sera officiellement l’entraîneur de la JSMB, dès lors qu’aucun contrat n’a été signé, il n’en demeure pas moins que Boualem tiab a réussi à arracher l’accord de principe de l’entraîneur. «Nous avons beaucoup discuté. J’ai dis au président que j’étais très intéressé par le projet qu’on m’offre. On a parlé naturellement des objectifs à atteindre. On a eu une vision à moyen terme. Le président m’a fait un bref état des lieux, ses ambitions et ses projets. J’avoue que j’adhère à son projet. Après, il m’a fait aussi une proposition financière. Je lui fais part de mes exigences. Nous nous sommes quittés avec la promesse de se revoir. Sur le principe, je suis OK, mais je m’abstiendrai de dire que c’est fait tant que le président ne m’a pas rappelé», a déclaré Patrick Rémy à la presse nationale, hier. Boualem tiab qui tient particulièrement à ce technicien devrait entériner, dans les heures à venir, l’accord verbal contracté à Marseille, dimanche. Si tel est le cas, Patrick Rémy viendra à Béjaia avant la fin de la semaine pour finaliser et éventuellement débuter la préparation, d’autant que la date de reprise est fixée pour ce vendredi. Côté recrutement, la direction du club a décidé cette année de ne pas faire de folies. Six joueurs venant de divisions inférieures ont été recrutés. Le club devrait quand même faire signer deux joueurs émigrés et un gardien de but si Yacine Djabaret n’est pas remis en liberté. Par ailleurs, les deux Maliens, Bangoura et Coulibaly, sont attendus aujourd’hui. ils reprendront les entraînements avec le reste du groupe, vendredi. Amar Benrabah 

JSMB : accord verbal avec Rémy

EL MOUDJAHID

Le nouvel entraîneur de le JS Saoura, Abdelkader Amrani, a entamé le travail avec sa nouvelle équipe, en dirigeant les premières séances d'entraînement en début de semaine. Nommé a ce poste dernièrement en remplacement de Cherif Hedjar, Amrani a choisi le stade d’athlétisme du "18Février" de Béchar pour les séances d’entraînement dans le cadre de la préparation pour de la saison 2013-2014.

JS Saoura : Abdelkader Amrani entame son travail CABBA : Rachid Belhout nouvel entraîneur

ble du club harrachi. Bounedjah (22 ans) avait signé, il y a quelques jours, un contrat de trois ans avec les gars de ''Sousse'', mais sans avoir

au préalable bénéficié de sa lettre de libération de l'uSMH où il est encore lié pour une autre année. Son entraîneur Charef a vu d'un mauvais œil l'attitude de son joueur, le sommant de rejoindre les entraînements de son équipe, entamés depuis 15 jours à Aïn témouchent. Mais le natif d'Oran a campé sur sa position d'aller monnayer son talent en tunisie. "Franchement, je suis entre le marteau et l'enclume. Le joueur veut quitter le club alors que son entraîneur refuse. Nous devons absolument trouver une solution en tenant compte des intérêts et du club et du joueur", a-t-il ajouté.

Le technicien Rachid Belhout est devenu le nouvel entraîneur du CABBA pour la saison prochaine, en remplacement d'Abdelkader Amrani, parti, lui, à la JS Saoura.

L’entraîneur Nour Benzekri a paraphé hier le contrat devant le lier au Mouloudia pour une durée de deux ans, et ce après un round final de négociations avec le président Abdelhak Demigha. Les contacts, établis depuis une vingtaine de jours par le manager général, Djamel Adlani, ont donc abouti à l’installation du technicien algérois, lequel avait déjà eu par le passé à driver les Bleu et Blanc. Le néo-coach sera épaulé dans sa tâche par Abdelkrim Arradji et l’ex-gardien du CRe Constantine, Hichem Dif. Côté effectif, le défenseur Lemaïci et l’attaquant Amir Derbal viennent de prolonger leurs contrats, alors qu’on annonce l’arrivée de l’ex-joueur de l’AS Khroub, Si Hadj, pour renforcer le milieu de terrain. I. B.

MOC : Benzekri officiellement à la barre technique

I. B.

transférables par le staff technique et la direction du club usmiste, l’attaquant usmiste Salim Hanifi, qui ne manque pourtant pas de contacts, n’a pas encore tranché la question de sa future destination. en effet, l’eSS, le MCO, l’ASO, la JSK et le CRB l’ont officiellement sollicité pour le faire venir chez eux. Selon une source très proche du joueur, Hanifi qui demeure un redoutable attaquant a reçu des offres intéressantes sur le plan financier, dont certaines supérieurs à ce qu’il touche à l’uSMA, seulement le joueur ne veut surtout pas se précipiter, mais plutôt bien réfléchir et mûrir la question dans sa tête avant de se prononcer afin de faire le meilleur choix possible. un choix qui lui permettra de se relancer et de donner un nouvel élan à sa carrière qui a connu un certain fléchissement à l’uSMA, où malgré ses qualités avérées, il n’a pas réussi à tirer son épingle du jeu. Ainsi, Hanifi a demandé aux clubs qui l’ont sollicité un temps de réflexion avant de leur rendre sa réponse. Sa future destination sera connue dans quelques jours.

Hanifi ne veut pas précipiter son choix Porté sur la liste des joueurs

uSMA

Les joueurs du CR Belouizdad ont fait savoir à la direction de leur club qu'ils refusaient d'entamer les entraînements en vue de la saison 2013-2014 avant la régularisation de leur situation financière, a-t-on appris hier auprès d'un membre du conseil d'administration du club. Les coéquipiers d'Amar Ammour avaient enclenché plusieurs mouvements de grève pour réclamer leur dû lors de l'exercice écoulé, ce qui a influé négativement sur le parcours de l'équipe en championnat où elle s'est contentée d'une modeste place au ventre mou du tableau. La crise financière sévissant dans le club a entraîné également la démission du président du conseil d'administration, Azeddine Gana, qui a officialisé son départ de son poste depuis quelques jours. Le club accuse aussi un retard en matière de préparation de la nouvelle saison, et les dirigeants, faute d'argent, n'ont pu encore engager aucune recrue. Mais la situation devrait être débloquée avant la fin de cette semaine, avec l'entrée de deux subventions dans les caisses du ''Chabab'' émanant de la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya d'Alger et du sponsor majeur du club, a indiqué à l'APS, la même source. Les dirigeants du CRB misent également sur l'éventuel transfert de leur attaquant, islam Slimani, vers un club étranger, pour renflouer d'avantage leurs caisses, selon le dirigeant belouizdadi, affirmant que des contacts avec une banque nationale pour le rachat de 80% des actions du capitale du club "sont en bonne voie". L'attaquant international, islam Slimani, a été débouté par la commission de résolution des litiges (CRL) de FAF dans la plainte déposée contre la direction de son club le CRB pour résilier son contrat. Slimani misait énormément sur cette action pour avoir son ''bon de sortie'' lui permettant de décider seul sur son avenir, accusant les dirigeants de son club de ne pas honorer leurs engagements financiers envers lui. Mais la direction du ''Chabab'' a transmis à la CRL les documents attestant que le buteur des Verts a déjà perçu plusieurs salaires, apprend-on de même source. Le verdict de la commission de la FAF permet à la direction du CRB de poursuivre ses pourparlers avec les clubs étrangers désireux de s'offrir les services de son joueur, après sa décision de le mettre sur le marché des transferts avant une année de l'expiration de son contrat. Le dirigeant des Rouge et Blanc de la capitale a précisé, à ce titre, que les contacts avec evian tG (Ligue 1, France) se poursuivent, estimant que les dirigeants de ce club ont montré leurs bonnes intentions envers Slimani en dépêchant dernièrement un émissaire à Alger pour négocier son transfert. "C'est le seul club qui a agi de la sorte jusque-là, les autres se sont contentés de nous envoyer des emails", a-t-il expliqué.

CRB : la reprise des entraînements retardée à cause du problème financier...

... et Slimani débouté par la FAF

Mardi 2 Juillet 2013

EL MOUDJAHID

I

l faut dire qu'il y aura une délégation de 146 personnes entre athlètes, encadrement et officiels. Elle sera conduite par le chef de mission Ahmed Chébaraka. Ce rendezvous de Mersin, la belle ville turque, qui a réussi a bien organiser ces JM en attendant de voir la candidature d'Istanbul choisie pour l'organisation des JO de 2020, a été une grande réussite sur tous les plans. L'ambition des Turcs est vraiment très grande pour assister au plus grand événement sportif sur leurs terres. La partipation algérienne à ces JM a été une grande réussite et ce, malgré un début de compétition assez ta-

Après presque deux semaines passées à Mersin, la ville hôte de ces 17es Jeux Méditerranéens, la délégation algérienne retournera au pays aujourd'hui durant la nuit du 2 au 3 juillet.

Retour de la délégation algérienne aujourd'hui
De notre envoyé spécial : Hamid Gharbi
tillon. Les cinq médailles d'or obtenues par la boxe ont remis tout le monde en selle. Ce résultat en lui-même est historique dans les annales de cette discipline sur le plan méditerranéen. Puis, il y eut les coureurs d'athlétisme qui ont ramené quatre médailles d'or rendant le pactole algérien des plus conséquents. Avec neuf médailles d’or, deux d'argent et quinze de bronze, les Algériens ont fait un parcours très honorable, analogue à celui d'Alméria en 2005, mais moindre que celui réalisé en 2001 à Tunis avec 10 médailles d’or. Toujours est-il, il n'y a pas photo avec Pescara (Italie) où on a récolté seulement

clô t u r e d e s 1 7 e s J e u x M é d i t e r r anéens de Mersin

Sports

31

AhMED ChEBARAkA (ChEf DE MISSIOn) ET ABDELMADJID DJEBBAB (REPRéSEnTAnT Du MJS) :

Le chef de la mission algérienne a Mersin, Ahmed Chebaraka affirme que l'organisation de "ces JM a été parfaite. Certes au départ, on avait rencontré tous des problèmes liés au transport et a la communication, mais par la suite tout est rentré dans l'ordre. Les gens à Mersin étaient très accueillants et très présents avec toutes les délégations. En ce qui concerne notre délégation, on peut dire que tout s'est bien déroulé. On a bénéficié des meilleures conditions. On n'a pas rencontré de problèmes qui méritent qu'on s'y attarde. Pour cela, je tiens personnellement à féliciter tous les athlètes, staff, officiels et autres pour leurs comportements exemplaires durant ces JM. Il faut noter la grande coordination entre le travail du COA, du MJS et des fédérations sportives. Il y avait une osmose entre tous. D'où les résultats attendus et qui ont dépassé toutes les espérances."Pour M. Djebbab Abdelmadjid, représentant du MJS : "Les résultats obtenus sont les fruits de la bonne coordination entre tous. Il y a un suivi permanent. La stratégie du MJS qui consiste à rajeunir l'élite, tout en gardant les anciens a été payante. Ceux qui ont remporté des médailles sont des trentenaires. Par conséquent, il n'y a pas d'âge pour la performance. Si l'on peut donner, il faudra continuer a le faire jusqu'au bout", a-t-il conclu. H. G.

"C'était parfait"

L

L

a carrière du regretté Zaoui Ismail a commencé comme lutteur en 1972 au CRB (Belouizdad), puis à l’OnACO avant de terminer sa carrière en 1976. Dès 1977, il s’est converti en entraîneur au sein du club banlieusard d’El-Biar et enfin au sein de l’ASTA. Il a intégré la commission d’arbitrage, puis il est devenue président des arbitres de la ligue régional d’Alger, tout en étant arbitre national de la fALA. Arbitre international catégorie 3 en 1980, arbitre international catégorie 2 en 1981 et arbitre international catégorie 1 en 1982. Il a aussi occupé le poste de président des arbitres de la commission centrale auprès de la fALA. Il a été ensuite membre de la commission d’arbitrage centrale et arabe de lutte. Le regretté Ismail Zaoui était un vrai éducateur, un homme sobre, intègre et aimant la lutte. En tant qu’officiel et arbitre, il a officié dans différentes compétitions offi-

Tournoi en hommage au regretté Ismail Zaoui
national catégorie excellence, mais la maladie était là pour l’empêcher d’atteindre son objectif. Son sourire, ses plaisanteries, ses conseils auprès de ses élèves qui sont devenus de grands champions sont des preuves de la qualité de ce brave homme. C’est pourquoi le regretté Ismail Zaoui est toujours présent dans l’esprit et le cœur de la famille de la lutte. En hommage au regretté Ismail Zaoui champion de lutte, un tournoi sera organisé le 3 juillet 2013 à la salle ferhani de Bab El Oued. En collaboration avec Algeria Sport. Tous les anciens lutteurs et toute la famille de la lutte sont cordialement invités à ce tournoi. Les anciens lutteurs en activité peuvent participer aux exhibitions. (Se munir de son équipement pour participation).

es 17es Jeux Méditerranéens ont été clôturé, avant-hier, par les responsables du comité d'organisation turc dont le maire de Mersin, mais aussi par notre compatriote Amar Addadi, président du Comité international des Jeux Méditerranéens (CIJM). Amar Addadi dans son allocution a loué les organisateurs et notamment la ville de Mersin, qui malgré le temps très court dont elle a bénéficié pour organiser ces JM, a réussi, d’une main de maître, son pari et surtout son défi. Car ç'en est un ! Le stade de Mersin, flambant neuf, où a eu lieu les cérémonies d'ouverture et de clôture, a été, on ne le dira jamais assez, réalisé en un temps record. C'est un pari que beaucoup de nations leur envie, c'est quasi sûr ! Certains avancent le chiffre de 4 mois et demi alors que d'autres, celui de six mois et demi... Toujours est-il, construire en un laps de temps très court un tel bijou, cela dépasse l'entendement. Lorsqu'on sait qu'ailleurs, rien que les études du sol, de faisabilité, mais aussi de conception et d'engineering traîneront en longueur bloquant souvent le projet lui-même. Il y a lieu donc d'avoir une attitude respectueuse vis-à-vis de ce pays accueillant et hospitalier qui a réussi ses jeux, n'en déplaise à certains qui veulent à tout prix dénigrer ce pays pour lui barrer la route pour les JO de 2020 du fait que la ville d'Istanbul est candidate à l'organisation des JO de 2020. La Turquie a prouvé qu'elle est vraiment dans une position confortable pour organiser n'importe quelle compétition de niveau mondial. Elle en a les moyens financiers, humains et surtout infrastructurels. De plus les villes turques sont très fonctionnelles du fait qu'elles sont dotées de toutes les commodités faisant d'elles des villes modernes où rien ne manque. De plus qui ne connaît pas Istanbul, une ville superbe où il fait bon vivre. Autre chose, la cérémonie d'adieu, ou de clôture, qui avait mis fin à plus de 10 jours de compétition entre les 3.000 sportifs issus du Bassin méditerranéen a été magnifique. La présence de Jacques Rogge, président du CIO, à la cérémonie d'ouverture le 20 juin dernier pourrait-être un autre gage pour la Turquie pour accueillir les JO de 2020 qui viendront juste après ceux de Rio de Janeiro, la brésilienne, en 2016. Lors de la clôture de cet événement majeur de la région méditerranéenne où 24 pays, dont l'Algérie,

Adieu Mersin, bonjour Tarragone
CéRéMOnIE DE CLôTuRE

deux médailles d’or. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammed Tahmi, sera à l'accueil pour féliciter les athlètes, les encadreurs et les officiels qui ont permis a l'Algérie de réussir

une participation plus qu'honorable. En effet, on s'est classé à la 10e place avec 9 médailles, juste devant la Tunisie et le Maroc qui n'ont pu récolter que 7 médailles, en comptabilisant les résul-

tats des athlètes de paralympiques. une participation qui mérite tout le respect, surtout que notre élite avait connu un rajeunissement fort remarquée, même si les trentenaires comme Abour Rabah (32 ans), kenza Dahmani (32 ans), Souad Ait-Salem (34 ans), Baya Rahouli (34 ans) ont prouvé que l'âge sportif est différent de l'âge civil. Par conséquent, un athlète qui se sent encore capable de donner ne doit pas baisser les bras. C'est l’enseignement à tirer de ces 17es Jeux Méditerranéens de Mersin (Turquie). L'émulation entre anciens et jeunes athlètes et plus que nécessaire pour donner un autre souffle à notre sport qui a besoin, plus que d'habitude, de bien fructifier la dynamique de ces JM de Mersin et le très bon résultat obtenu par nos sportifs. Cette ville a porté chance à notre délégation, c'est le moins que l'on puisse dire... H. G.

ChAMPIOn DE LuTTE DES AnnéES 1970/80 (DéCéDé En 2004)

ont participé avec une grande frénésie pour montrer leur niveau a l'échelle de cette partie du globe. Toute l'histoire de la Turquie allant de l'empire ottoman, en passant par Atatürk jusqu’à nos jours a été passée en revue devant un public, même s'il n'était pas présent en masse, très enthousiaste. Les organisateurs les jeunes Turcs présents sur le "ground" du stade de Mersin ont donné une grande image de ce pays qui ne cesse de montrer ses grandes potentialités organisationnelles. Ils ont terminé ces jeux en apothéose et avec des feux d'artifice. Sur le plan sportif, les Turcs se sont classés derrière les  intouchables italiens avec 46 médailles d'or. Ce qui constitue pour eux un résultat pour le moins historique. Les nôtres dans cette compétition ont eux aussi exceller en remportant un résultat

pour le moins très acceptable, puisqu'on a fait mieux qu'à Pescara et presque aussi bien qu’à Tunis, à une médaille près, puisqu'à Tunis en 2001, on avait obtenu dix médailles d'or et 32 médailles tout métal confondu. Le rendez-vous de Tunis demeure l'édition référence de l'Algérie depuis qu'elle prend part à ces Jeux Méditerranéens. Lors de la cérémonie de clôture on a remis le drapeau des Jeux à Balesteros, le maire de Tarragone (Espagne), la ville choisie pour organiser la 18e édition en 2017. Adieu Mersin, bonjour Tarragone l'espagnole. Les Espagnols seront-ils à la hauteur de cet grand événement méditerranéen ? C'est toute la question que tout le monde se pose. Attendons pour voir ! H. G.

cielles africaines, arabe et en compétitions internationales tels que les Jeux méditerranéens. Il a représenté dignement l’Algérie et les couleurs nationales, il a aspiré à être arbitre inter-

-16h00 : Cérémonie d’ouverture. -16h05 : Une minute de silence. -16h10 : Présentation du défunt. -16h15 : Prise de parole du président -16h30 : Exhibition de lutte (écoliers) -16h45 : Compétition des cadets -17h30 : Compétition des vétérans -18h10 : Remise des récompenses aux athlètes. -18h25  : Remise de cadeaux symboliques. -Remise des cadeaux à la famille du défunt

Programme 

Mardi 2 Juillet 2013

Pétrole Le Brent à 102,95 dollars

Monaie L'euro à 1.3715 dollar

M. Sellal en visite de travail et d’inspection aujourd’hui dans la wilaya

D E R N I E R E S
ALGER

L

IL Y A VINGT ET UN ANS DISPARAISSAIT SLIMANE AMIRAT (1929-1992)

e Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’Alger, a indiqué hier un communiqué du cabinet du Premier ministre. Accompagné d’une délégation ministérielle, M. Sellal procédera, lors de cette visite, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au lancement de plusieurs projets dans les secteurs de l’habitat et de l’environnement. Selon le programme de cette visite, M. Sellal donnera le coup d’envoi

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ECOSOC

de plusieurs projets dans les secteurs de l’habitat et de l’environnement. Il s’agit du projet de 6.100 logements locationvente (AADL) situé au Plateau sud dans la commune d’Ouled Fayet et d’un autre de 3.340 logements publics locatifs (LPL) à Semrouni relevant de la même collectivité. Le Premier ministre procèdera également au lancement du projet de 1.064 logements publics promotionnels (LPP) à Semrouni, dans la commune d’Ouled Fayet. Un autre projet de 1.500 logements type AADL sera lancé à Djenane Sefari dans la commune de Gué de Constan-

Moudjahid de la glorieuse Révolution de Novembre avant de devenir militant de la liberté et de la démocratie, le défunt Slimane Amirat est resté toute sa vie un grand patriote, fidèle à ses idées, fidèle à ses principes. Pour commémorer le 21e anniversaire de la mort tragique de celui qui disait aussi «si j’avais à choisir entre la démocratie et l’Algérie, je choisirai l’Algérie», la fondation Slimane Amirat a établi un programme de célébration qui, tout en cultivant le souvenir de ce patriote convaincu, met en relief ses idéaux, à travers les chants patriotiques présentés par les chorales invitées, sans oublier d’honorer, à cette occasion, ses compagnons de lutte. Après avoir rendu hommage à «Ammi» Slimane, hier matin, au cimetière d’El-Alia, la fondation a organisé une sympathique réception à l’hôtel El-Aurassi, durant l’après-midi, en présence de nombreux invités parmi lesquels des moudjahidine et moudjahidate, des artistes, ainsi que des représentantes du mouvement associatif. Dans ce contexte, Mme Amirat a pris la parole pour rappeler brièvement le souvenir de son mari, le défunt Slimane Amirat (1929-1992), avant de souligner la volonté qui l’anime en vue de continuer sur la voie qu’il a tracée, perpétuer les idéaux pour lesquels il a vécu. Mourad A.

Un patriote convaincu et un militant de la démocratie et de la liberté

Le président du Conseil national économique et social (CNES), Mohamed Seghir Babès, en sa qualité de président de l’association internationale des Conseils économiques et sociaux et institutions similaires (AICESIS), prendra part à l’Assemblée générale du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) prévue à Genève du 1er au 4 juillet. Cette session se penchera sur les «questions décisives de la science, de la technologie et de l’innovation et, plus globalement, sur le rôle générique de la culture et du savoir dans la promotion du développement durable, para-

M. Babès à Genève

tine. Le programme quinquennal du secteur de l’habitat (2010-2014) prévoit de réaliser deux millions de logements à l’échelle nationale, dont 105.000 unités de type AADL et LPP seront construites à Alger. Par ailleurs, le Premier ministre fera une halte au centre d’enfouissement technique de Hamici dans la commune de M’halma qui s’étend sur 95 hectares. Le centre est conçu avec sept casiers d’une capacité globale de 10 millions de tonnes par an. Ce projet d’envergure qui va coûter plus de 3,4 milliards DA devrait créer 192 emplois.

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, s’est entretenu lundi à Moscou avec le Premier ministre irakien, Nouri El-Maliki, quelques heures avant le début des travaux du 2e sommet des chefs d’État et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG), a-t-on constaté. La rencontre a permis aux deux parties d’échanger les points de vue et d’analyser la situation internationale, notamment les contextes régionaux des deux pays. Les deux responsables ont souligné la nécessité de redynamiser les relations bilatérales aussi bien sur le plan économique que politique, et de les renforcer davantage à l’avenir. Le président du Conseil de la nation et le Premier ministre irakien ont convenu de mettre en place les mécanismes de concertation pour harmoniser leurs actions au plan régional et international. L’entretien qui s’est déroulé en présence du ministre de l’Énergie et des Mines, Youcef Yousfi, a permis de passer en revue les relations énergétiques.

M. Bensalah s’entretient à Moscou avec le Premier ministre irakien

CAMPAGNE MÉDIATIQUE MAROCAINE CONTRE L’ALGÉRIE
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, a qualifié la campagne médiatique menée par le Maroc contre l’Algérie d’«escalade préméditée», relevant qu’à l’origine, il y a eu d’abord un acte d’hostilité inqualifiable mettant en cause l’intégrité territoriale de l’Algérie. Interrogé par l’APS sur le dernier communiqué du MAE marocain, M. Belani a fait remarquer que tout d’abord, «il est intéressant de revenir sur le séquentiel de cette escalade, que tout laisse à penser qu’elle est préméditée puisqu’elle répond à des considérations multiples qui ne nous échappent point». «À l’origine, il y eut donc, cet acte d’hostilité inqualifiable mettant en cause l’intégrité territoriale de l’Algérie. Les propos martiaux d’une gravité extrême, tenus par le chef du parti de l’Istiqlal, membre de la coalition gouvernementale, et relayés par les télévisons publiques, ne peuvent en aucune manière participer benoîtement de la +liberté d’expression et d’opinion+ et leur impact hautement dommageable ne pouvait être ignoré par les autorités qui préférèrent les absoudre par leur silence», a-t-il soutenu. «Par ailleurs, comment doit-on interpréter le fait que ceux qui plaident vigoureusement pour la réouverture de la frontière en viennent, en même temps, à en contester le tracé», s’est-il interrogé, notant que «ce n’est pas la seule contradiction que nous avions relevée puisque l’invocation des +règles de voisinage et de l’exigence de coopération+ aurait voulu que les actes suivent les professions de foi, fussentelles volontaristes et engageantes pour l’avenir de la relation bilatérale, comme celles que nous avions entendues en février dernier». M. Belani a affirmé que tout le monde «sait et admet qu’il y a un problème grave» en ce qui concerne les «infiltrations massives» de drogues à partir du territoire marocain. «Nous fûmes surpris, lors des discussions que nous avions voulues confidentielles, dans un premier temps, de nous entendre dire, sur le ton du diktat, que pour +mieux coopérer, il faut d’abord ouvrir la frontière», a-t-il dit. À cet égard, a-t-il poursuivi, «on est alors en droit de s’interroger sur la partie qui a com-

La ministre sud-africaine des Affaires étrangères et de la Coopération, Mme Maite Nkoana-Mashabane, a réaffirmé la position de son pays qui soutient la décolonisation du Sahara occidental et le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Intervenant lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue de sa réunion avec le ministre sahraoui des Affaires étrangères, M. Mohamed Salem Ould Salek, la ministre sud-africaine a souligné que son pays considérait la question du Sahara occidental comme étant une «affaire de décolonisation» mettant l’accent sur la nécessité d’«accélérer l’organisation d’un référendum pour permettre aux Sahraouis de décider de leur avenir», a indiqué lundi l’Agence de presse sahraouie (SPS).

La MAE sud-africaine réaffirme le soutien de son pays à la décolonisation

SAHARA OCCIDENTAL

digme qu’entend s’approprier le système des Nations unies dès la prochaine échéance automnale, lorsqu’il aura à examiner l’agenda post-2015 de la communauté internationale», indique lundi un communiqué du CNES. La société civile organisée est appelée à jouer un «rôle de premier plan en lien avec les institutions onusiennes, et c’est d’ailleurs, à ce titre, que l’AICESIS, qui a installé des plates-formes de coopération durables siège désormais dans le segment de haut niveau de l’Assemblée générale de l’ECOSOC», ajoute la même source. APS

« Une escalade préméditée »

Mme Maite Nkoana-Mashabane a exprimé son inquiétude face à la détérioration de la situation des droits de l’homme dans les régions occupées du Sahara occidental appelant à «un élargissement du mandat de la Minurso pour englober un mécanisme de contrôle des droits de l’homme». Elle a déploré, par ailleurs, «l’exploitation illégale» des ressources minérales du Sahara occidental, en ce sens qu’il s’agit d’un territoire non autonome conformément au chapitre 11 de la Charte des Nations unies. La ministre sud-africaine a indiqué avoir convenu avec son homologue sahraoui de la nécessaire «augmentation des aides destinées aux réfugiés sahraouis vivant dans des conditions difficiles du fait du non règlement de ce conflit».

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), M. Larbi Ould Khelifa, a examiné, dimanche à Alger, avec le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom Ghebreyesus, les moyens de promouvoir les relations bilatérales dans différents domaines. La rencontre a été une occasion pour «évaluer l’état des relations bilatérales et définir les perspectives de les développer davantage», indique un communiqué de l’APN. Les deux parties ont évoqué plusieurs questions d’actualité internationale, précise la même source. Le président de l’APN a salué les relations «politiques excellentes entre les deux pays marquées par la convergence de vues sur plusieurs questions régionales et internationales». Il a, en outre, exprimé «la disponibilité de l’Algérie à élargir ses relations avec l’Éthiopie à d’autres secteurs de coopération, notamment économique», affirmant la nécessité de «relancer la coopération parlementaire bilatérale qui est quasi inexistante», a-t-il dit. Par ailleurs, M. Ould Khelifa a salué les positions de l’Ethiopie, à propos du conflit au Sahara occidental, la lutte du peuple sahraoui et son droit à l’autodétermination. Le ministre éthiopien a, de son côté, fait part de la volonté de son pays d’élargir ses relations avec l’Algérie. «Un travail est en train d’être accompli pour trouver un mécanisme permettant d’intensifier les relations avec l’Algérie sur les plans gouvernemental et parlementaire, tout en accordant de l’intérêt aux relations entre les représentants des secteurs public et privé dans les deux pays dans la perspective de soutenir les activités d’investissement», a-t-il dit.

M. Ould Khelifa examine avec le MAE éthiopien les moyens de promouvoir les relations bilatérales

COOPÉRATION

mencé à vouloir imposer des +conditionnalités+ inacceptables, tant dans la forme que dans le fond», soulignant que cette campagne «est échafaudée en grande partie sur une déformation substantielle de nos déclarations officielles en ce qui concerne la question du Sahara occidental». Au sujet du Sahara occidental, territoire déclaré par les Nations unies «non-autonome» depuis 1964, le porte-parole du MAE a tenu à souligner que «la seule partie qui met cette question au cœur de la problématique bilatérale, c’est la partie marocaine», prenant comme exemple, le dernier communiqué du MAE marocain «qui soutient, une nouvelle fois, que +l’Algérie est bel et bien partie à ce différend artificiel+, et ce en contradiction flagrante avec toutes les résolutions des Nations unies qui identifient très précisément les deux parties au conflit comme étant le royaume du Maroc et le Front Polisario». M. Belani a rappelé que l’Algérie «n’a cessé, pour sa part, depuis la réunion de Zéralda en juin 1988 et celle de Marrakech en février 1989, qui a abouti à la signature du traité

constitutif de l’UMA, de découpler la question du Sahara occidental de la relation bilatérale algéro-marocaine et de la perspective stratégique de l’intégration maghrébine à laquelle nous croyons fermement malgré les vicissitudes conjoncturelles que nous voulons transcender». «Il a été convenu, au plus haut niveau, que chaque partie défendra sa position sur cette question et l’Algérie, en ce qui la concerne, continuera à défendre, en toute souveraineté et avec détermination, sa position non négociable de soutien au droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination», a-t-il expliqué. «Pour ce qui est des +attentes, ambitions et préoccupations du peuple algérien sur d’autres questions nationales et maghrébines+, nous répondons tout simplement qu’il n’appartient à aucune partie étrangère de lui suggérer, et encore moins de lui dicter ses choix souverains, spécialement en ce qui concerne sa solidarité naturelle avec les causes justes à travers le monde, et ce en raison de sa propre expérience historique», a-t-il conclu.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful