يحرلا نحرلا ا مسب

هتكربو ا ةحرو كيلع ملسلا
La façon dont doit se comporter le musulman
dans un sujet à divergence entre les savants d'ahl as-sunna

Allah a dit :

ۦ ¸ه¸نو

د ن¸م

او

ع¸ب

ت

ت

ل

و ´م

ك

ب

ر ن

م م

ك´ي

ل
¸
إ

ل
¸
زنأ

ا

م

او

ع¸ب

تٱ

نو

ر

كذ

ت ا

م

لي¸ل

ق ¯

ء

ا

ي¸ ل´و

أ
Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas d’autres alliés que Lui. Mais vous
vous souvenez peu.
Sourate al a`raf, verset 3
Allah nous ordonne dans ce verset de suivre ce qui a été révélé de Sa part (donc le qur'an et la
sunna), et nous a interdit de suivre autre chose. Il nous a donc ordonné de suivre le qur'an et la
sunna c'est tout, et ceci dans tous les sujets de religion, qu'ils soient en rapport avec la croyance
('aqida), ou la jurisprudence (al fiqh), etc.
A partir de là, il devient clair que le musulman ne prend sa religion que de la révélation seulement.
Alors on peut dans un premier temps se poser la question : mais si je prends ma religion du qur'an et
de la sunna et c'est tout, quel est alors le rôle des savants dans ce cas là ?
Le rôle des savants est qu'ils sont l'intermédiaire entre nous et le fait d'accéder au dalil (l'argument,
la preuve) et surtout de comprendre le dalil. Car ce sont eux qui regroupent les arguments, les
méditent, qui ont cette capacité.
C'est pourquoi on revient vers eux en posant des questions, en écoutant leurs paroles, lisant leurs
livres, pour connaître notre religion avec ses preuves.
C'est pourquoi l'imam Muqbil al Wadi'iy al hanbali al yamani ا هحر disait :
'' Parmi les signes qu'Allah fait réussir un prêcheur, le fait qu'il accroche les cœurs des gens au
Livre et à la Sunna, et pas à sa propre personne''
Quand on se trouve dans un sujet
dans lequel ont divergé les savants parmi les Gens de la Sunna :
1. on regarde les arguments qu'ont pris chacun (sur lesquels ils s'appuient)
2. on choisit l'avis pour lequel notre intérieur s'est apaisé comme quoi c'est le haqq, ou comme
quoi il en est plus prés que les autres paroles
Donc on choisit un avis en connaissant le dalil, car on doit suivre la révélation, donc la preuve du
qur'an et/ou de la sunna.
Si on n'arrive pas à choisir un avis :
regarder la parole d'un savant parmi les plus forts dans ce domaine, prendre l'avis sécuritaire
Si en regardant les preuves de chaque qawl (de chaque avis, de chaque parole) on n'a pas réussi,
avec le degré de compréhension qu'on a, à savoir quelle parole est la vérité ou plus prés de la vérité,
alors dans cette situation il devient autorisé de prendre la parole d'un savant (tout en connaissant
son dalil) qu'on sait être un savant connu pour être le plus fort parmi les savants dans lequel on se
trouve (par exemple sheikh al 'uthaymin ou sheikh ibn baz dans le fiqh, sheikh al albani ou sheikh
muqbil dans le hadith,....)
Et dans une telle situation aussi, il nous est permis également d'opter pour l'avis sécuritaire.
Par exemple : certains disent qu'il est halal de manger telle chose, d'autres que c'est haram. On
regarde les arguments de chaque qawl sans arriver avec notre degré de compréhension à savoir quel
est l'avis le plus juste. Alors on a le droit d'opter pour la parole d'un savant qu'on sait être fort dans
ce domaine-là, ou prendre l'avis le plus sécuritaire pour notre religion (à savoir ici opter pour l'avis
que l'aliment est haram).
Et ce afin de mettre en pratique le hadith :
"Certes le halal (licite) est clair et le haram (l'illicite) est clair ; et entre les deux se trouvent des
choses douteuses (ambigües) que beaucoup de gens ne connaissent pas . Quiconque donc craint
(met une protection) les shubuhât aura certes préservé sa religion et son honneur (sa réputation),
et celui qui tombe dans les choses douteuses vient de tomber dans le haram; ......." (hadith rapporté
par Bukhârî et Muslim)

Choisir l'avis sécuritaire et/ou choisir la parole d'un savant qu'on sait être fort dans ce domaine tout
en connaissant son dalil n'est pas contradictoire, même si en apparence il nous est demandé d'opter
pour l'avis le plus sécuritaire pour notre religion.
Car Allah nous a ordonné de revenir aux gens de science quand on ne sait pas :

نو

م

ل´ع

ت

ل ´م

تن

ك ن
¸
إ
¸
ر´ڪذلٱ

ل´ هأ

ا

و

لـ´س

ف
Demandez donc aux gens du Rappel (les érudits du Livre = les savants), si vous ne savez pas.
Sourate al anbiya, verset 7
Cet ordre comprend aussi d'opter pour la parole d'un savant connu pour être le plus fort dans son
domaine, opter pour son avis tout en connaissant l'argument sur lequel il s'appuie, puisqu'Allah nous
a ordonné de revenir aux savants lorsqu'on ne sait pas. Nous ne serons donc pas considérés comme
ayant pris le qawl qui n'est pas la sécurité.
Ce qui nous est interdit dans une telle situation
Dans une telle situation (sujet à divergence entre les savants d'ahl as-sunna) , il nous est interdit de
suivre nos passions et nos désirs en prenant la parole qui nous convient le plus et s'accorde avec ce
que veulent nos passions, sans aller regarder/vérifier le dalil.
Et ceci est malheureusement le cas de beaucoup parmi la masse de musulmans dans un sujet à
divergence.
Et également il nous est interdit le fanatisme et le suivi aveugle alors qu'Allah nous a ordonné de
suivre la révélation et non les hommes.
Egalement, ce qui nous est interdit et illicite dans un tel cas c'est de blâmer, ou faire reproches, ou
pire que cela d'aller déclarer pécheur/fasiq ou innovateur , celui qui a choisi une autre parole
que celle que l'on a choisi dans ce sujet à divergence.
Cela est interdit car il a fait la même chose qui nous est demandée, ce qu'Allah a ordonné : il est
revenu aux gens de science tout en suivant la révélation (il a pris l'avis d'un savant tout en
connaissant son dalil)
Par contre, il nous est demandé de conseiller celui dont on sait qu'il a choisi un avis sans regarder
les preuves et en suivant ses passions. Celui-là il peut même nous être obligatoire de le conseiller ou
de le blâmer pour cela.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful