La  suite  des  questions  de  @Marsactu   par  Christophe  Masse          

Manivette   Comment  espérez-­‐vous  dépasser  votre  fief  de  l’est  marseillais  ?   Vous  avez  la  carrure  pour  ?     Mon  projet  est  marseillais  et  chacun  se  reconnaîtra  dans  les  ambitions  que   j'avance   pour   notre   ville.   Marseille,   c'est   111   quartiers,   et   plus   largement   encore,   une   aire   métropolitaine   à   construire,   un   territoire   à   redynamiser.   Les  parrainages  que  je  reçois  confirment  que  ma  candidature,  ainsi  que  ma   méthode  de  travail,  intéresse  tous  les  Marseillais  où  qu'ils  soient.       Sol34   Vous   avez   récemment   fait   un   voyage   d’études   à   Bruxelles   .Qu’est-­‐ce   que  vous  en  avez  retiré  ?  Qui  a  payé  le  billet  ?     Je   défends   l'idée   d'un   Maire   VRP   pour   Marseille.   Un   Maire   présent   à   Bruxelles,  à  Strasbourg,  à  Paris  pour  défendre  l'intérêt  des  Marseillaises  et   des   Marseillais.   Je   veux   rendre   Marseille   éligible   aux   aides   européennes,   mais  pas  seulement.  Je  veux  conduire  des  actions  de  partenariat  de  part  et   d'autres   de   la   méditerranée,   entre   les   villes   de   l'arc   latin,   participer   au   pilotage  du  développement  du  Grand  Port  Maritime  de  Marseille,  etc.     Le   voyage   que   j'ai   entrepris   récemment   à   Bruxelles   en   tant   que   président   du   groupe   d'opposition   municipal   avec   plusieurs   conseillers   municipaux   m'a   conforté   dans   cette   voix.   Je   m'y   suis   rendu   à   l'invitation   de   Jean-­‐Luc   Benhamias   (MODEM)   sur   des   crédits   européens   destinés   à   ce   type   de   rencontres.            

Electeur  de  gauche   Lyon   réussit   sa   métropole   qui   sera   un   formidable   outil   de   développement.   Pourquoi   Marseille   n'y   arrive-­‐t-­‐il   pas?   Que   pourrez   vous  faire  si  vous  êtes  élus?     Le   gouvernement   de   Nicolas   Sarkozy   a   clairement   échoué   sur   cette   question.   Celui   de   François   Hollande   est   en   passe   de   réussir.   Vous   avez   raison  de  souligner  l'exemple  de  Lyon.  Pour  autant,  à  Marseille,  le  processus   est  en  marche,  il  est  inéluctable.  Demain,  la  loi  fixera  le  cadre.   Je  l'appliquerai  avec  d'autant  plus  de  conviction  que  je  soutiens  l'idée  d'un   territoire  métropolitain  dynamique,  solidaire  et  coopératif.       Il   n'y   a   pas   de   Marseille   sans   l'OM.   Que   ferez   vous   pour   l'OM   si   vous   êtes  élu  Maire?     L'OM   est   un   vecteur   important   pour   l'image   de   Marseille.   J'y   suis   attaché   comme   beaucoup   de   Marseillaises   et   de   Marseillais.   Pour   autant,   je   considère   que   l'on   ne   doit   pas   demander   aux   contribuables   de   supporter   seul  le  financement  du  club.       Pourrions  nous  revenir  à  l'avenir  de  Marseille?  Quels  sont  les  axes  de   développement  de  votre  future  politique  à  la  Mairie  ?     Je   souhaite   redonner   à   Marseille   un   cap,   une   vision.   Mon   ambition   est   économique.  Ma  préoccupation  est   d'abord  l'emploi.  Ma  volonté  est  d'offrir   à  tous  une  ville  attractive,  sécurisée  et  tournée  vers  le  bien  public  en  luttant   notamment   contre   toutes   les   formes   d'incivilités.   Mon   défi   est   de   reconstruire  Marseille.  Enfin,  ma  méthode  :  rassembler,  concerter,  agir  !  Je   vous   invite   à   vous   rendre   sur   mon   site   de   campagne   christophemasse2014.fr  pour  prendre  connaissance,  dans  le  détail,  de  mes   ambitions  pour  Marseille.                    

Loustal   Vous   n'expliquez   pas   pourquoi   le   principe   du   mandat   renouvelable   une   seule   fois   ne   vous   va   pas.   N'est   ce   pas   le   meilleur   moyen   de   renouveler  la  classe  politique  française  ?     Je   suis   pour   le   mandat   unique.   Maintenant,   je   ne   souhaite   pas   priver   les   citoyens   de   la   possibilité   de   réélire,   pour   un   mandat   encore,   un   élu   qui   remplirait  parfaitement  sa  mission.       Jules  G   Vous   dites   être   en   faveur   des   conseils   de   territoire   dans   la   future   métropole  au  nom  de  la  préservation  de  l'identité  des  EPCI  actuels  qui   n'existent  que  depuis  10  ans  !  C'est  quoi  exactement  cette  identité  ?     Cette   étape   transitoire   du   conseil   des   territoires   est   la   seule   manière,   aujourd'hui,  de  faire  avancer  le  processus.  Comment  pourrions  nous  sinon   faire  en  quelques  mois  ce  que  l'on  a  pas  pu  faire  en  50  ans  ?       Manu   A   la   communauté   urbaine,   vous   avez   défendu   les   emplois   d’avenir.   Pourquoi   ce   dispositif   ne   marche   pas   ?   Est   ce   que   l’Opac   va   en   embaucher  à  son  tour  ?     Les   collectivités   et   les   associations   doivent   s'approprier   ces   contrats   d'Avenir,   mais   aussi   les   contrats   Francs,   les   contrats   de   génération…   Les   contrats  d'avenir  font  partie  d'un  ensemble  de  mesures  gouvernementales   qui,  agrégées  les   unes  aux  autres,  ont  vocation  à  lutter  contre  le  chômage.   La  Direction  Générale  de  13  Habitat  se  penche  aussi  sur  ce  dispositif.       Judith   On  ne  vous  entend  pas  sur  la  culture.  Quel  est  votre  programme  pour   prolonger  2013  ?     2013   va   laisser   une   empreinte   solide   :   des   lieux   magiques,   qui   contribueront   au   rayonnement   de   la   cité   bien   après   l'année   2013,   mais   aussi   une   identité   culturelle   plus   affirmée,   bien   que   fragile,   qui   participe   aujourd'hui   à   l'attractivité   de   notre   territoire   et   lui   donne   une   ouverture   insoupçonnée   sur   le   monde.   Pour   moi,   la   rencontre   de   Marseille   avec   son   tissu  culturel,  créatif  et  foisonnant,  est  aussi  un  événement  marquant.    

Cet  esprit,  festif  et  populaire,  je  souhaite  aussi  le  pérenniser.  Cet  objectif,  je   n'en   viendrai   à   bout   qu'avec   le   concours   des   acteurs   impliqués   que   j'entends   solliciter   à   l'heure   du   bilan.   Je   suis   par   exemple   ouvert   à   la   création   d'une   biennale   internationale   d'art   contemporain,   à   la   promotion   de   la   création   locale,   à   toutes   actions   susceptibles   de   prolonger   durablement   cet   esprit   de   fête   populaire   que   MP2013   aura   contribué   à   réveiller.  Bref,  déterminé  surtout  à  ne  pas  laisser  retomber  la  mayonnaise  !       Anononyme   Vous   dites   que   vous   êtes   un   homme   d’ordre   mais   n’est-­‐ce   pas   le   rôle   de   l’Etat   de   maintenir   l’ordre   ?   Que   peut   faire   une   police   municipale   face  à  des  délinquants  ?     Vous  avez  raison,  la  sécurité  demeure  une  compétence  régalienne  de  l'Etat.   Pour   autant,   le   Maire   d'une   ville   comme   Marseille   ne   peut   plus   s'exonérer   de   sa   responsabilité   dans   la   lutte   contre   toutes   les   formes   d'incivilités   (propreté,   stationnement,   etc.).   La   police   municipale   doit   agir   en   complémentarité,   proche   des   citoyens   et   déployée   sur   l'ensemble   du   territoire  marseillais  pour  accompagner  le  changement.       Renouveausocialo   Est-­‐ce   que   vous   représentez   la   droite   du   PS   local   comme   Valls   au   niveau  national  ?     Je  ne  sais  pas  ce  que  c'est,  la  droite  du  PS.  Si  cela  signifie  que  je  peux  faire   bouger  les  lignes  au  sein  du  PS,  sur  la  sécurité  comme  sur  nos  rapports  avec   l'entreprise,  je  vous  réponds  oui.       Sam   J1  :  boîte  de  nuit  ?  Musée  ?  Camp  de  rétention  ?     J'ai  été  charmé  par  ce  lieu,  devenu  un  emblème  de  Marseille-­‐Provence  2013.   Je  négocierai  avec  le  GPM  pour  trouver  une  vocation  culturelle  ou  ludique   au  J1.            

Francine   Ne   pensez   vous   pas   que   Marseille   doit   se   développer   vers   la   méditerranée   au   lieu   de   sans   cesse   regarder   vers   un   nord   qui   l'a   toujours  méprisée  et  écartée  ?     Oui,   oui   et   oui.   Marseille   doit   d'abord   se   tourner   vers   la   mer,   et   plus   globalement   vers   le   Sud.   Se   repositionner   dans   le   fameux   processus   de   Barcelone,   aujourd'hui   oublié,   et   développer   son   extraordinaire   potentiel   économique  mais  aussi  touristique.       Vlouff   Mettrez-­‐vous   un   terme   à   la   politique   des   ""éléphants   blancs""   de   la   municipalité  actuelle  au  profit  d'équipements  publics     La   nouvelle   municipalité   aura   une   obligation   de   résultat   en   matière   de   bonne  gestion  et  d'amélioration  des  équipements  publics  qui  ne  sont  pas  à   la  hauteur  (quand  ils  ont  le  mérite  d'exister)       Electeur  du  8eme   Pensez-­‐vous  pouvoir  surmontez  le  traumatisme  électoral  de  2007  et   2012?     Oui,   et   c'est   la   règle   du   jeu   en   politique.   On   gagne   des   élections,   mais   on     en   perd  aussi.  Je  vous  remercie  de  vous  inquiéter  pour  moi.  Tout  va  bien.       okham   Comment  comptez  vous  résoudre  le  problème  de  l'endettement  de  la   ville  de  Marseille  ?  Quel  est  selon  vous  le  budget  optimal  pour  la  ville  ?     Je   fais   la   différence   entre   la   métropole   qui   est   l'outil   d'attractivité   du   territoire  de  demain  et  l'aide  indispensable  que  l'Etat  doit  encore  apporter   à   Marseille.   En   matière   de   gestion,   je   serai   un   Maire   rigoureux   sur   le   fonctionnement,  et  donc  sur  les  effectifs  comme  sur  les  investissements.   Par   exemple,   la   création   et   la   gestion   de   la   patinoire   de   la   Capelette  sont   un   véritable   gouffre   financier.   Je   n'hésiterai   pas   à   en   confier   la   gestion   à   un   établissement  privé.        

Sonia   Carlotti   a   proposé   un   budget   sécuritaire   totalement   déséquilibré   au   détriment  de  l'éducation  et  d'autres  pôles.  Quelle  sera  votre  position   la  dessus?     Pour   moi,   ces   deux   thématiques   se   complètent   et   nécessitent   des   efforts   équilibrés.   La   lutte   contre   l'insécurité   et   les   incivilités   est   indispensable.   De   même,   la   réforme   des   rythmes   scolaires   n'est   pas   une   dépense   mais   une   chance  pour  Marseille.  On  ne  perd  jamais  à  miser  sur  la  jeunesse.       Benjamin   D'expulsion   en   expulsion,   rien   n'est   réglé   :   quelle   solution   proposez   vous  ?  Et  que  pensez  vous  des  déclarations  de  Teissier,  Hovsepian  ou   Benarouia  sur  les  Roms  ?     Ces  déclarations  ne  font  pas  avancer  le  débat,  n'apportent  rien  de  neuf  aux   riverains,   et   stigmatisent   encore   une   population   qui,   partout   en   Europe,   est   victime  d’idées  reçues.  Nous  devons  trouver  des  solutions  et  cette  question   appelle   une   méthode,   un   diagnostique,   des   moyens,   et   notamment   des   fonds  européens…  Je  serai  ferme  sur  la  poursuite  des  expulsions,  quand  le   diagnostique  sanitaire  l'impose,  mais  ouvert  au  principe  d'anticipation  pour   dégager   en   amont   des   solutions   humanistes,   en   matière   d'intégration,   d'éducation,   de   santé…   Je   veux   surtout   réunir   l'ensemble   des   acteurs   publics   et   des   associations   oeuvrant   auprès   de   ces   populations   pour   dégager  un  vrai  projet,  innovant  et  respectueux  des  devoirs  et  des  libertés   de  chacun.       Théocrate   Vous  considérez  que  la  politique,  vous  l’avez  reçue  en  héritage.   Mais  n’est-­‐ce  pas  le  contraire  de  la  démocratie  ?     Les   journalistes   utilisent   parfois   des   expressions   qui   ne   sont   pas   les   miennes.   Il   n'y   a   pas   d'héritage   en   politique.   Il   y   a   des   candidats   et   des   électeurs,  et  ce  sont  les  électeurs  qui  ont  toujours  le  dernier  mot.              

Sylvanus   Que  comptez  vous  faire  pour  les  transports,  Avec  quel  budget  ?     Je   veux   définir   une   politique   urbaine   au   service   de   tous   les   Marseillais,   en   matière  de  transport  notamment.  J'ai  pour  cela  listé  un  certain  nombre  de   priorités  (voir  mon  site  internet).  En  bref,  j'engagerai  un  dialogue  avec  les   services   de   l'Etat   pour   obtenir   les   moyens   d'achever   la   construction   d'infrastructures  (L2,  RD4D).  J'agirai  en  faveur  d'une  meilleure  desserte  du   métro,   notamment   dans   les   quartiers   Nord,   ou   encore   favoriserai   un   nouveau  rapport  à  la  ville  à  travers  une  approche  "économe  en  énergie"  et   "propre"  pour  répondre  aux  enjeux  de  la  mobilité  à  Marseille  et  sur  tout  le   territoire   de   la   Métropole.   Bien   sûr,   cette   compétence   des   transports   dépasse  largement  le  cadre  de  la  commune  et  c'est  pourquoi,  je  mettrai  en   place   un   conseil   de   développement   spécifique   à   Marseille   pour   impliquer   plus  largement  la  société  civile  à  la  recherche  de  solutions  adaptées.       Benjo   Vous  vous  appuyez  sur  la  communauté  arménienne  très  présente  dans   votre   secteur.   Mais   ce   type   de   pratique   communautaire   n’est   ce   pas   justement  le  type  de  clientélisme  qu’il  faut  stopper  ?     Je   suis   fier   d'avoir   à   l'assemblée   national,   lorsque   j'étais   Député,   ouvert   le   débat   sur   la   pénalisation   de   la   négation   du   génocide   des   Arméniens.   Ce   combat  est  encore  le  mien  et  je  suppose  que  votre  question  fait  allusion  à   cela.  Pour  autant,  je  n'ai  pas  fait  de  déclaration  particulière  à  l'attention  de   cette  communauté,  ni  à  l'attention  d'aucune  autre  d'ailleurs,  durant  le  mois   de  campagne  qui  vient  de  s'écouler.  Vous  devez  faire  erreur.       Fêtedelarose   Quelle  est  votre  stratégie  pour  les  primaires  ?     Cette   élection   n'est   pas   une   élection   comme   les   autres.   On   ne   se   bat   pas   contre  l'UMP,  ni  contre  le  FN,  mais  débattons  sur  l'avenir  de  Marseille.  Cette   démarche,  démocratique,  va  contribuer  à  créer  notre  socle  de  légitimité  en   vu  du  rassemblement  du  20  octobre.            

Volare   Avez  vous  un  plan  piscine  comme  M.Miron  ?     Ses   20   dernières   années,   Marseille   s'est   construite   sans   schémas   d'aménagement.   Les   promoteurs   immobiliers   ont   eu   la   part   belle   et   les   équipements   publics,   comme   les   piscines,   sont   aujourd'hui   insuffisants   et   mal  adaptés.  Là  aussi,  il  faudra  mettre  de  l'ordre.  

Master your semester with Scribd & The New York Times

Special offer for students: Only $4.99/month.

Master your semester with Scribd & The New York Times

Cancel anytime.