You are on page 1of 8

Thermodynamique de l’ingénieur

BY SA

Olivier Cleynen

http://thermo.ariadacapo.net

cleynen ariadacapo.fr Ces documents de cours sont placés sous licence Creative Commons CC by sa : La copie. commentaires et suggestions :  olivier.net .net © 2009-2013 Olivier Cleynen L’auteur apprécie vivement vos corrections. http://creativecommons.Licence Creative Commons BY SA Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique. sous seules conditions d’attribution de l’auteur et de conservation de cette licence.ariadacapo. La version la plus à jour de ces cours est téléchargeable librement à l’adresse http://thermo.0/deed.org/licenses/by­sa/3. la redistribution. et la modification sont encouragées.

C’est la température. Autrement dit. prend la science de court. qui ne se produisent jamais que dans un seul sens. que veut dire « chaud » exactement ? Peut-on le mesurer ? Les premières réflexions sur la nature de la matière. dont on se fait plus facilement une idée que de la chaleur. Il faudra attendre les années 1600 pour que débutent de sérieux travaux de recherche.9 – 01/2013 La thermodynamique est l’étude de la conversion de l’énergie entre deux formes. datent de la Grèce antique. au début du XIXème siècle. plus fondées sur une vision spirituelle organisée du monde que sur de réels travaux d’observation. Elle occupe une place centrale dans la science occidentale. et donnent déjà naissance à la théorie atomique. et celle du feu. Il faudra une trentaine d’années avant que la théorie ne rattrape la . chaleur et travail. car la vision Newtonienne du monde ne peut fournir d’explication aux phénomènes de frottement et de transfert de chaleur. Mais il ne s’agit alors que de constructions philosophiques.Introduction v1. qui est d’abord le centre d’intérêt. de façon prévisible et reproductible ? Pendant ces années et jusqu’en 1850. la thermodynamique reste à l’échelle macroscopique – il n’est pas encore question d’atome ou de molécule. La conception du thermomètre soulève en effet de nombreux problèmes d’ingénierie et de physique : comment lier cette idée de « température » à un phénomène observable directement. Les premiers moteurs pompent l’eau hors des mines. ses débuts remontent bien avant que ces trois concepts ne soient établis : pendant longtemps il ne s’est agi que de se pencher sur la nature de la chaleur. Pourtant. Le grand essor des machines thermiques. mais la thermodynamique –qui ne porte alors même pas son nom– ne sait pas expliquer comment.

Clausius clôture près d’un siècle de tâtonnements en explicitant les grandes bases de ce qu’il nomme « thermodynamique » : c’est ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom des deux principes. puis automobiles. De leur côté. le moteur thermique est passé à la propulsion des locomotives et navires. par exemple. nous passerons du comportement élémentaire des fluides à la théorie des moteurs – l’objectif étant de fournir à l’étudiant/e une base solide pour pouvoir aborder la conception moteur et la mécanique des fluides. et de celui que connaîtront nos descendants. Les fondements sont mathématiques . et que l’on établisse une vision cohérente de la thermodynamique permettant. génératrices de courant. on parle surtout de probabilités et de quantification du désordre. et aéronefs. montre à quel point nous sommes devenus dépendants de la puissance et de la précision qu’il permet. ce faisant. Au fur et à mesure du XXème siècle. Au cours de cette série de dix cours sur la thermodynamique de l’ingénieur. Entre temps. En 1865. La thermodynamique est d’une utilité sans pareille pour le comprendre. en somme.pratique. est la raison pour laquelle notre environnement diffère tant de celui de nos ancêtres. Notre mode de vie. le concept d’incertitude se fait accepter : les ponts s’établissent vers la théorie de l’information et la mécanique quantique. ses observations sur un ballon de gaz à l’univers tout entier. dans lequel la force physiologique humaine n’a plus la moindre importance. Le moteur thermique. Il généralise. Maxwell et Boltzmann réconcilieront la thermodynamique avec la physique telle que nous la connaissons aujourd’hui. Délaissant la pompe à eau. la révolution industrielle a eu lieu. de prévoir le rendement d’un moteur. .

2. et les raisons expliquant la faiblesse de leurs rendements. Donner à l’étudiant/e des notions utiles dans l’étude de la mécanique des fluides. Permettre à l’étudiant/e de comprendre le fonctionnement des moteurs et des réfrigérateurs. en lui permettant de quantifier les échanges et transformations d’énergie au sein d’un fluide. 3. Donner à l’étudiant/e les bases nécessaires pour travailler sur un cours de motorisation. en lui permettant de conceptualiser et décrire les propriétés des fluides.Objectifs du cours 1. .

1. 5. La chaleur est un transfert d’énergie sous forme thermique. Le gaz parfait est un modèle mathématique qui permet de prévoir les propriétés (énergie interne. enthalpie) d’un gaz simplement en fonction de sa température. Par approximation. 2. il faut également un mouvement infiniment lent. 4. 3. la thermodynamique est l’étude de la transformation de chaleur en travail : la théorie des moteurs et réfrigérateurs. On ne peut pas les calculer comme celles d’un gaz parfait : il faut les tabuler. Un système ouvert est traversé par un débit de masse. Un système fermé contient une quantité de masse fixe. mais lorsqu’elle se condense ou s’évapore. l’air est un gaz parfait. Pour que le travail puisse être réversible. Pour que le travail puisse être réversible. Les transferts de chaleur et de travail y font varier l’énergie interne du fluide. il faut un mouvement infiniment lent. Le premier principe stipule que l’énergie est constante et indestructible : on transforme de la chaleur en travail. . Les transferts de chaleur et travail y font varier l’enthalpie du fluide. dont le potentiel est la température. L’eau suit globalement les mêmes tendances qu’un gaz parfait. Le travail est un transfert d’énergie sous forme mécanique.Résumé exécutif Pour l’ingénieur. ses propriétés changent très brutalement.

Cela pose une limite fondamentale à l’efficacité des transformations travail–chaleur. . De nombreux compromis thermodynamiques sont apportés pour s’adapter aux limites de vitesse. et usuellement très basse (~50%). 7. La chaleur ne se déplace que vers un corps de température plus basse. et de pression des composants moteur. 8. de chaleur (avec gradient de température). de température.6. il fournit plus de travail à la détente qu’on en avait dépensé à la compression. Lorsqu’on chauffe un fluide comprimé. L’entropie augmente au cours des transferts irréversibles : de travail (avec mouvement brutal). Les moteurs à gaz sont moins complexes et plus légers. Avec ces deux méthodes. coûteux et lourds. Les variations d’entropie permettent de mesurer l’irréversibilité des transformations d’énergie (indésirable pour l’ingénieur). Carnot décrit un moteur de rendement maximal. on fait chuter sa température et on peut ainsi absorber de la chaleur d’un corps plus « froid ». Elle est dictée par les températures extrêmes des machines. 10. De nombreuses modifications sont apportées aux cycles idéaux pour réduire le coût et augmenter la puissance des machines. Les moteurs à vapeur sont efficaces à faible température. 9. on transforme chaleur en travail et inversément. En détendant un fluide.

Premier semestre 1. 8. 3. 9. 7. Notions fondamentales Systèmes fermés Systèmes ouverts Le gaz parfait Liquides et vapeurs Second semestre 6. 2. 5. 10. 4. Les cycles thermodynamiques Le second principe Les variations d’entropie Cycles moteurs à vapeur Cycles moteurs à gaz .