You are on page 1of 4

Ce document est strictement réservé aux étudiants du Centre de formation juridique.

Université PARIS OUEST NANTERRE SESSION : mai 2012 Licence 3 Droit pénal spécial Traitez, au chois, un des deux sujets suivants : Sujet n°1 : Commentez l’arrêt suivant Cour de Cassation, chambre criminelle, 31 août 2011, n° de pourvoi : 10-88093
Statuant sur le pourvoi formé par : - M. Zobeir X..., contre l’arrêt de la cour d’appel de SAINT-DENIS DE LA RÉUNION, chambre correctionnelle, en date du 28 octobre 2010, qui, pour homicide involontaire, l’a condamné à 15 000 euros d’amende et a prononcé sur les intérêts civils ; […] Sur le moyen unique de cassation, pris de la violation des articles 111-3, 111-4, 121-3 et 221-6 du code pénal, R. 4323-62 (ancien article R. 233-13-22) et R. 4323-63 du code du travail, 591 et 593 du code de procédure pénale, défaut de motifs et manque de base légale ; ” en ce que l’arrêt attaqué a déclaré M. X...coupable d’homicide involontaire ; ” aux motifs qu’il est constant, en droit, qu’en application des dispositions des articles R. 4323-62, R. 4323-58 et R. 4323-63 du code du travail, le principe fondamental en matière de travail en hauteur est la prévalence des équipements permettant une protection collective sur ceux assurant une protection individuelle ; qu’il est également constant, au regard des dispositions de l’article R. 4323-62, que pour déroger à cette priorité, c’est-à-dire, pour pouvoir utiliser comme en l’espèce des échelles notamment, il faut soit que la mise en place d’un équipement assurant la protection collective des travailleurs, de type nacelle, se heurte à une impossibilité d’ordre technique, soit que les trois critères suivants se trouvent cumulativement réunis : un risque faible ; des travaux de courte durée et ne présentant pas de caractère répétitif ; que sur l’impossibilité technique qu’en l’espèce, il ressort du procèsverbal de l’inspection du travail, et il est admis par le prévenu que l’installation de la protection collective de type nacelle était parfaitement possible, le lieu étant parfaitement dégagé et accessible ; que le recours à cette protection, dont l’entreprise était dotée mais qu’elle utilisait de préférence en site urbain selon les constatations effectuées, a été délibérément écarté, le prévenu ayant opté pour l’utilisation d ‘ une échelle avec un équipement de protection individuelle comprenant harnais et “ ligne de vie “ ou “ longe anti-chute “ ; que dès lors, il convient de rechercher si les critères précités étaient réunis, condition juridiquement nécessaire pour permettre à l’employeur d’exercer l’option ; que sur le risque que M. X...ne peut sérieusement soutenir qu’une opération consistant à faire travailler un salarié, aussi qualifié soit-il, à 12 mètres de hauteur alors que la tâche à accomplir impose momentanément une suspension dans le vide, présente un risque faible ; qu’il s’agit au contraire d’un travail présentant des risques de chute particulièrement importants et chute mortelle compte tenu de la très grande hauteur ; que d’ailleurs, comme l’a justement relevé le tribunal, deux éléments montrent que le prévenu avait parfaitement mesuré l’importance du risque ; que suite à l’accident mortel d’un agent EDF tombé d’un poteau en juin 2008, et avant l’accident qui a coûté la vie à M. Y..., la société Reel Electricité a rappelé dans un flash QSE (qualité-sécurité-environnement), les règles de sécurité applicables lorsque les agents travaillent en hauteur ; que ce document commence par cette phrase, démontrant bien l’importance du risque aux yeux de l’employeur “ le travail en hauteur est la troisième cause d’accident du travail et la deuxième en termes de gravité après les accidents de conduite “ ; que ce document se termine ainsi “ risques pour la santé : chutes pouvant entraîner : décès, traumatismes crâniens, fractures, contusions, plaies, écrasements ; séquelles pouvant être importantes et irréversibles “ ; qu’en outre, l’importance du risque avait été prise en compte dans le plan particulier de sécurité et de protection de la santé (PPSPS) applicable au chantier litigieux et cinq mesures de protection avaient été retenues dans ce document : assujettissement pendant toutes les phases, ascension, travail et descente du support, utilisation de nacelle élévatrice de personnel, port de harnais, utilisation de système anti-chute, mise en place et utilisation d’une ligne de vie dans le cas de travaux de grande hauteur ; qu’il est donc établi par les considérations qui Document imprimé le 15/03/2013 à 14h02 par Thanh Le (identifiant:128483 :: email:dpi247@gmail.com :: mdp:123456) précèdent que le travail confié à la victime exposait manifestement celle-ci à un risque important et que le prévenu

antérieurement aux faits. le fait pour un employeur d’avoir choisi de doter ses salariés d’un équipement de protection individuelle pour assurer leur sécurité lors de l’exécution de travaux temporaires en hauteur. en violation des textes et principes visés au moyen . Agathe .. l’utilisation d’une échelle comme poste de travail pour un salarié travaillant temporairement en hauteur. que.provoqué par une chute d’environ 10 mètres dont il n’existe pas de témoin direct mais qui a pu être expliquée par le fait que la victime ne s’était pas équipée de l’intégralité de son équipement individuel de sécurité. qu’il était impérativement tenu de mettre en place un système de protection collective qui ne se heurtait à aucune impossibilité d’ordre technique . pour retenir la culpabilité de M. ni une violation délibérée de la réglementation. salarié de la société Reel Electricité. 4323-63 du code du travail. de ne pas respecter les dispositions réglementaires visées par la prévention.. l’arrêt relève qu’il avait opté pour l’utilisation d’une échelle avec Document imprimé le 15/03/2013 à 14h02individuelle par Thanh Le (identifiant:128483 email:dpi247@gmail. un manquement caractérisé particulièrement grave exposant autrui à un risque qu’elle ne pouvait ignorer . qu’en excluant néanmoins d’office toute évaluation du risque comme faible de la seule exécution d’un travail à 12 mètres de hauteur.a été renvoyé devant le tribunal correctionnel.. alors que de tels équipements étaient techniquement possibles. 4323-62 du code du travail. en sa qualité de dirigeant de la société. ou à défaut. Zoheir X... ”. que le travail effectué à plus de dix mètres comportait des risques importants et qu’il avait un caractère répétitif “ . qu’en se contentant d’affirmer que le prévenu avait fait le choix délibéré de ne pas recourir. qu’il convient dès lors d’entrer en voie de confirmation de ce chef . que. la hauteur à partir de laquelle un employeur n’était plus autorisé à utiliser une échelle pour l’exécution de travaux en hauteur pour lesquels l’utilisation d’une nacelle était possible. et privé de ce fait sa décision de toute base légale au regard des textes visés au moyen “ . la nature et le contenu de la tâche à effectuer “. et de ne pas avoir mis en place en conséquence un système de protection collective ne saurait constituer la cause directe du décès de M... tirant des circonstances de la cause les conséquences juridiques qui s’imposaient. qui imposait ... la cour d’appel n’a en rien caractérisé. conformément aux exigences rappelées par la circulaire du 27 juin 2005 relative à la mise en oeuvre de ce texte . de sorte que sa responsabilité n’est engagée qu’en cas de faute qualifiée . M. alinéa 4. il ne pouvait se contenter. X.. et en le condamnant en conséquence sur le fondement d’une simple faute de négligence. pour assurer la sécurité de ses salariés. par suite. Attendu que. à un système de protection collective quand ce choix était pourtant expressément autorisé par le règlement. pour l’exécution des travaux. Y. le 30 septembre 2008. 1°) “ alors que l’interprétation des textes répressifs est de droit strict . manquement qui se trouve directement à l’origine du décès de M...com équipement de protection comprenant ::un harnais et une :: “ mdp:123456) ligne de vie “ alors qu’une installation collective de type nacelle était possible et que la tâche à accomplir à douze mètres de hauteur. pour l’exécution des travaux en cause. qu’en l’espèce. seuls susceptibles d’engager la responsabilité pénale de son auteur en cas de causalité indirecte.. la cour d’appel a ajouté au texte réglementaire un critère qu’il n’avait pourtant pas retenu. X. a été victime d’un accident mortel du travail sur un chantier d’électrification rurale alors qu’il préparait le déroulage d’un câble électrique aérien entre deux poteaux et grimpait sur un des pylônes après avoir gravi une échelle de dix mètres . du chef d’homicide involontaire pour avoir commis une faute caractérisée en omettant “ de mettre à la disposition de ce salarié travaillant temporairement en hauteur des équipements de travail assurant une protection collective imposée par l’article R. Y. de les doter d’un équipement de protection individuelle . Attendu qu’il résulte de l’arrêt attaqué et des pièces de procédure que. qu’en retenant néanmoins que le défaut de mise en place d’un système de protection collective “ se trouvait directement à l’origine du décès de M. 2°) “ alors que le lien de causalité est indirect lorsqu’une personne physique a simplement créé ou contribué à créer une situation qui a permis la réalisation du dommage ou n’a pas pris les mesures permettant de l’éviter. lorsque le régime de la causalité indirecte prévu à l’article 121-3.Ce document est strictement réservé aux étudiants du Centre de formation juridique. la cour d’appel a fondé la condamnation pénale du prévenu du chef d’homicide involontaire sur une interprétation extensive du texte d’incrimination. et notamment du “ stop chute “ . n’est pas interdite lorsque l’évaluation du risque a établi que ce risque était faible et qu’il s’agissait de travaux de courte durée ne présentant pas un caractère répétitif . c’est donc à juste titre que le tribunal. qu’aucune condition de hauteur au-delà de laquelle le risque ne peut être évalué comme faible n’a été posée par le texte .. qu’à la suite de ces faits.a commis un manquement à une obligation de sécurité.. M. a retenu la culpabilité du prévenu . ni un manquement caractérisé particulièrement grave. qu’en fixant ainsi arbitrairement à 12 mètres.. en avait conscience . 3°) “ alors que. Agathe . qu’aux termes de l’article R. précisément dans le but de favoriser une appréciation globale de l’évaluation du risque en fonction “ de tous les éléments qui caractérisent la situation de travail. la cour d’appel a violé les dispositions susvisées . la personne poursuivie pour homicide involontaire ne peut être déclarée coupable de ce délit qu’autant qu’est démontré son choix délibéré. .. à ce type de protection.. qu’en choisissant délibérément de ne pas recourir. . du code pénal est applicable. M.

Attendu que. à la suite de l’accident mortel d’un agent EDF survenu au mois de juin 2008 et qui avait été pris en compte dans le plan particulier de sécurité et de protection de la santé applicable au chantier litigieux. à un prix très inférieur de sa valeur. alinéa 4.. nous retournons tranquillement à l’appartement. « Dans la vie. au début on nait. REJETTE le pourvoi . lycéenne de 14 ans . Surtout. si c’est à tort que les juges d’appel énoncent que la faute commise par M. Bérengère. après quelques caresses. Il m’annonce que Marla a eu un accident. je lui demande de surveiller la soirée et notamment Marla qui pourrait. Je réalise que je n’aurai jamais du confier la surveillance de ma soirée à Kheiron. Tous mes amis sont venus. des faits et circonstances de la cause. Je préviens mon ami Kheiron que je m’absente de l’appartement avec Alice . Baptiste. Elle m’avoue alors qu’elle l’a acheté à un ami. ils étaient nombreux à ne pas savoir que c’était mon anniversaire.com :: mdp:123456) elle que l’on va croire . elle me regarde. par les juges du fond. X. en sa première branche. Kheiron ne voulait pas qu’elle prenne la route). mon colocataire. Entre les deux il se passe des trucs… ». se borne à remettre en question l’appréciation souveraine.. D’où il suit que le moyen qui. même des gens que je ne connaissais pas . du coup. Selon les premières informations que Kheiron a pu obtenir de la police. l’arrêt n’encourt pas pour autant la censure. le la regarde. se révéler jalouse (en effet. momentanément une suspension dans le vide. elle s’approche de moi . A mon retour à l’appartement. Alice. avec Marla on est en couple. au regard de la situation. mais sans succès. lors de la soirée. c’est souvent grave . puis elle me dit qu’elle souhaiterait m’offrir mon cadeau en tête-à-tête dans un cadre plus romantique. A un moment. Il me raconte que. Sujet n°2 : Solutionnez le cas pratique suivant : Bref. il n’y a que de la tôle froissée et quelques égratignures pour une victime. à la fin on meurt. dès maintenant. présentait des risques de chute pouvant être mortels . Elle a été interpellée par la police alors qu’elle multipliait les comportements dangereux sur la route. que j’essayais de séduire depuis des semaines. dirigeant de la société employant la victime. elle racontera à tout le monde que Baptiste l’a violée et qu’avec son profil de jeune fille sage c’est Document imprimé le 15/03/2013 à 14h02 par Thanh Le (identifiant:128483 :: email:dpi247@gmail. je fête mes 22 ans. du code pénal . Puis. Après avoir discuté un long moment (elle parle beaucoup). elle m’embrasse. puis elle me dit « avec cette montre tu peux être sûr. c’est le chaos. Bérengère lui dit alors que s’il refuse d’avoir un rapport sexuel. de nature à engager sa responsabilité pénale conformément aux dispositions de l’article 121-3. dans la soirée. Et attendu que l’arrêt est régulier en la forme .. Je ne peux m’empêcher de lui demander comment elle s’est procuré une montre aussi chère. surtout elle). est la cause directe de son décès. il y avait cette fille. elle a profité de l’inattention de Kheiron pour récupérer les clefs de son véhicule que ce dernier lui avait confisquées (au regard de son état d’ivresse. Baptiste me raconte qu’il est sûr que leur acte . Kheiron s’approche de moi et commence par me dire « tu n’aurais jamais du me confier la surveillance de la soirée ». et quand Baptiste dit qu’il a fait une bêtise. enfin. alors…Baptiste s’est laissé faire. Bref. vient alors m’annoncer qu’il a fait une bêtise . doit être écarté . Alice m’entraine sur le pont des Arts et m’offre une magnifique Rolex .Ce document est strictement réservé aux étudiants du Centre de formation juridique. il s’est laissé séduire par la sœur d’un ami. qui a souvent des « bons plans ». Baptiste la repousse en lui disant qu’elle est trop jeune. que tu n’as pas raté ta vie… ». et là…c’était grave. Enervée par mon rapprochement avec Alice. que les juges ajoutent que le prévenu avait conscience de l’importance de ce risque. notamment par la préconisation de l’emploi d’une nacelle élévatrice pour le personnel . le 23 mars 2012. mais que c’est une vraie. dès lors qu’il résulte de ses constatations que le prévenu en choisissant de ne pas recourir à un dispositif de protection collective a commis une faute caractérisée ayant causé indirectement le dommage. on se regarde .

il n’a peut être pas complètement tort) . mais la perceuse nécessaire à fixer la tringle est dans la cave.Ce document est strictement réservé aux étudiants du Centre de formation juridique. il a clairement distingué qu’un voisin de l’immeuble d’en face après avoir vu la scène a rapidement tiré les rideaux de sa fenêtre et qu’un deuxième voisin a. D’ailleurs. c’était pour la prêter à Kheiron qui devait faire quelques achats en vue de la préparation de ma soirée d’anniversaire. Keyvan traite normalement Baptiste de drogué et de pervers (il faut reconnaitre que pour « drogué. il ne comprend pas que Baptiste ait pu se laisser faire ainsi . alors j’ai coupé court à la conversation .com :: mdp:123456) . un ami. I m’explique qu’il est soucieux en ce moment. mon frère. qui s’était assoupi sur le canapé. J’ai fêté mes 22 ans. Keyvan vient me voir pour s’excuser de son comportement. Bref. qui a tout entendu de la conversation tombe dans une rage folle . Cela fait rois ans que l’on vit dans cet appartement et je crois qu’il ne s’est pas passé une journée sans que Baptiste me dise : « il faut absolument que j’installe des rideaux dans ma chambre » . je lui réponds qu’il a eu tort. Quelles sont les infractions susceptibles d’être reprochées aux différents protagonistes ? Document imprimé le 15/03/2013 à 14h02 par Thanh Le (identifiant:128483 :: email:dpi247@gmail. quant à lui. Ma carte bleue est pourtant toujours en ma possession . plus j’y pense. Sous le choc. a souhaité se venger. les insultes fusent. qu’il filmait ce rapport sexuel et le diffusait au sein de son lycée. est mort suite à une chute due à une absence de garde corps latéraux. Ben crie à Keyvan qu’il est inconscient et qu’il va se venger sur ses parents : « ils devront se méfier à l’avenir quand ils sortiront de chez eux… ». pris des photos. Ce dernier a constaté des mouvements inhabituels sur mon compte dus à des paiements en carte bleue effectués sur internet depuis 4-5 jours. Je fais alors gentiment remarquer à Ben que les parents de Keyvan sont aussi mes parents. Un salarié. Cinq jours après la soirée. Celle-ci se brise et blesse Ben. Un peu plus tard. alors… Keyvan. c’était mon banquier. Le téléphone a sonné. Keyvan reconnait qu’il aurait peut être du vérifier sur place si toutes les règles relatives à la sécurité des salariés étaient respectées et ne pas se contenter de la seule élaboration par son prédécesseur d’un plan de prévention des risques . il est à la tête d’une société de nettoyage de vitres d’immeubles. il souligne que le salarié aurait du s’attacher à l’aide d’un mousqueton mis à sa disposition. en effet. la dernière fois que je m’en suis servie. Il est entré en contact avec Julien qui est dans la même classe que Bérengère au lycée . Baptiste toujours choqué par sa mésaventure. il lui a promis une importante somme d’argent s’il parvenait à avoir un rapport sexuel avec Bérengère. Keyvan frappe alors violement la porte vitrée de la cuisine. qui travaillait en hauteur. Il me demande alors si je pense qu’il a eu raison ou tord de procéder de la sorte . En effet. plus je me dis que Baptiste a souvent tort. sexuel a été observé . cependant.