CHIMIE ET SANTÉ

dOSSIER

>>> Feuilles de l’if européen, utilisées dans la synthèse du Taxotère, médicament leader contre le cancer.

Les apports de la Chimie à la recherche médicale
La chimie a mauvaise presse. On doit pourtant à cette discipline une part importante de l’augmentation de notre espérance de vie.
Si la recherche médicale est considérée à juste titre comme une priorité par nos concitoyens, on connaît mal le rôle essentiel joué par la chimie dans cette recherche. Paradoxalement, les médias prédictifs, multiplie les chances de succès, tandis que la formulation par des vecteurs chimiques conduit à la localisation sélective du médicament sur le site même où il doit exercer son action. L’augmentation constante de notre espérance de vie doit beaucoup à cet apport de la chimie au médicament. Et l’avenir ? La miniaturisation extrême des systèmes, qui nous amène à travailler à l’échelle du nanomètre, nous fait rêver à des supports actifs capables d’aller chercher eux-mêmes leur cible. Un champ immense, qui ne sera bientôt plus de la science fiction, s’ouvre ainsi à nous, et la chimie restera donc encore pour longtemps l’allié indispensable de notre santé.

>>> Isabelle RICO-LATTES, Directeur de Recherches au CNRS, Directrice du Laboratoire Interactions

se font souvent l’écho de la nocivité des produits chimiques en oubliant de rappeler combien la chimie a apporté et continue d’apporter au domaine de la santé : dans le diagnostic, tout d’abord, avec des méthodes d’analyse et de dosage permettant de déceler des traces de substances et de les identifier, mais aussi dans le domaine du médicament. Depuis l’époque où l’empirisme était de règle, que de progrès accomplis grâce aux chimistes qui savent extraire des produits actifs à partir des substances naturelles, identifier leur structure, les synthétiser à l’identique, mais aussi les moduler pour optimiser leur activité et diminuer leur toxicité. La chimie de synthèse, accompagnée par des outils

Moléculaires et Réactivité Chimique et Photochimique (IMRCP) (Unité mixte UPS/CNRS)

Contact : rico@chimie.ups-tlse.fr

page 4

Paul Sabatier — Le magazine scientifique — numéro 5

En effet. prennent une ampleur alarmante comme les maladies neurodégénératives (Parkinson. une analyse des maladies. Des médicaments. à la hauteur des défis qui restent encore considérables dans ce secteur de recherche. imagerie médicale. le Laboratoire hétérochimie fondamentale et appliquée (LHFA) et le Laboratoire de pharmacochimie des substances naturelles redox. comme les maladies infectieuses (tuberculose ou paludisme par exemple) et pour lesquelles des phénomènes de résistance remettent sans cesse en question les traitements . bio-capteurs. page 5 >>> Geneviève PRATVIEL. On connaît celles que l’on croyait éradiquées. de nombreuses maladies restent encore non maîtrisées. A côté de ces grands thèmes. mais aussi d’utiliser la science “ chimie ” pour comprendre au niveau moléculaire les rouages d’une maladie de manière à pouvoir concevoir intelligemment des molécules actives. le Laboratoire Interactions moléculaires et Réactivité chimique et photochimique (IMRCP). Directeur de Recherche CNRS au Laboratoire de Chimie de Coordination (LCC. unité CNRS associée à l’UPS) >>> Analyse par Spectrométrie de Masse du composé RMN3 entrant dans la formulation d'Oxane HD. les hôpitaux ou les industriels. tous abordés dans les laboratoires de recherche de l’Université. Il s’agit non seulement de synthétiser de nouvelles molécules pour développer de nouveaux médicaments. en ce début de 21ème siècle. comme le cancer . Contact : pratviel@lcc-toulouse. Une ouverture qui est source d’échanges interdisciplinaires et des collaborations et qui contribue à créer un pôle de recherche chimie et santé attractif et productif. on notera quelques approches plus ciblées vers le traitement de l’athérosclérose ou du décollement de la rétine. le sida ou encore les maladies à prion. celles qui sont tristement célèbres et pour lesquelles aucune véritable solution thérapeutique n’existe encore aujourd’hui. ou que l’on croyait savoir guérir. enfin celles qui. bio-puces). Le dynamisme du milieu scientifique de la région toulousaine constitue pour la chimie à l’Université un contexte privilégié qui permet l’ouverture vers les milieux universitaires des sciences de la vie. Enfin. de manière relativement récente. (IMRCP. Ils sont répartis principalement dans des équipes de 5 laboratoires : le Laboratoire de Chimie de Coordination (LCC).Chimie et Santé dOSSIER Les recherches en chimie appliquées à la santé à l’Université Paul Sabatier L’engagement des chimistes de l’Université Paul Sabatier vis-à-vis des questions de santé est fort. des outils Les activités des chercheurs dans le domaine de la chimie à l’Université Paul Sabatier illustrent les nombreux aspects abordés par le chimiste et qui lui permettent d’apporter sa contribution à la recherche en santé. Alzheimer).fr . les chimistes toulousains s’intéressent également à l’amélioration des moyens de diagnostic des maladies ou de formulation des médicaments grâce à de nouvelles molécules ou entités (polymères. le Laboratoire de synthèse et physico-chimie de molécules d’intérêt biologique (SPCMIB). unité mixte UPS/CNRS) C’est un potentiel d’une soixantaine de chercheurs permanents engagés dans ce domaine de chimie et santé à l’UPS.

résultat de la croissance démographique après guerre. a conduit à l’étude d’une protéine naturelle qui possède une affinité pour ces métaux supérieure à celle de l’amyloide. une collaboration avec le groupe du Professeur Vasak à l’Université de Zürich. une meilleure connaissance de l’origine et des mécanismes de la dégénérescence des neurones est d’un intérêt capital. Ces ions tendraient à accélérer la progression de la maladie.Chimie et Santé dOSSIER Maladie d’Alzheimer : le rôle des ions métalliques Certains ions métalliques semblent jouer un rôle essentiel dans la maladie d’Alzheimer. il forme des agrégats appelés plaques amyloïdes ou séniles chez les personnes atteintes de la maladie. Compte tenu de la forte augmentation de la population des plus de 60 ans. 700 000 victimes en 2020 En France. dont 85 % touchent les plus de 65 ans. zinc et cuivre Un peptide nommé beta-amyloïde (ßA) semble jouer un rôle essentiel. Cette meilleure compréhension des interactions entre les ions métalliques et le peptide ßA pourrait ainsi déboucher sur le développement d’un médicament. Professeur à l’UPS et chercheur au Laboratoire de Chimie de Coordination (LCC). Fer.et multidisciplinaires. car cette recherche implique des approches inter. Présent dans tous les cerveaux sains sous forme soluble. Unité CNRS associée à l’UPS >>> Schéma représentant la dégénérescence des neurones page 6 Paul Sabatier — Le magazine scientifique — numéro 5 . La connaissance de ce paramètre est essentielle si ont veut concevoir un médicament capable d’extraire l’ion métallique du ßA de manière à supprimer son effet néfaste. Sur la base d’études en éprouvette pratiquées sur des cultures cellulaires et d’études in vivo pratiquées sur des souris transgéniques. Dans cet objectif. L’identification d’une protéine susceptible de les extraire du cerveau des malades suscite l’espoir de ralentir la maladie. Urgent. on estime que la maladie fera plus de 700 000 victimes en 2020. et qui pourrait donc extraire le cuivre. Cu. il a été démontré que les ions de Zn. et Fe sont présents au sein de ces plaques amyloïdes et qu’ils induisent l’agrégation de ßA. ce qui situe la fréquence de la maladie entre 3 et 7 % pour cette tranche d’âge. Elle touche uniquement le cerveau et provoque la dégénérescence des cellules nerveuses (neurones) et en particulier de celles impliquées dans la mémoire et les fonctions intellectuelles. mais complexe. Dans cet esprit. C’est à partir de ce constat que les chercheurs de l’équipe “ Métalloneurochimie ” du LCC se sont penchés sur la chimie de l’interaction entre les ions métalliques et le peptide ßA. Il est donc urgent de trouver des traitements médicamenteux pour la maladie d’Alzheimer. La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative conduisant progressivement et irréversiblement à la perte de la mémoire (amnésie) et des fonctions cognitives. Contact : faller@lcc-toulouse.fr >>> Peter FALLER. on dénombre actuellement environ 400 000 cas. Ils ont identifié les sites de fixation du cuivre et du zinc. et en ont déduit l’affinité du ßA vis-à-vis de ces deux métaux.

Si l’on ajoute ensuite un oligonucléotide complémentaire marqué. les traitements du cancer. donnant ce que nous avons appelé des "dendri-puces". Bien que ces résultats ne permettent pas de conclure à une utilisation des dendrimères phosphorés comme agents permettant de faire disparaître définitivement la présence de prion pathologique dans les différents organes (inhibition à 80 % dans la rate). nous avons montré que les dendrimères présentent des activités anti-prion remarquables en inhibant la production d’une forme scrapie de la protéine du prion. Sur certaines des fonctions restantes des dendrimères. >>> Jean-Pierre MAJORAL. mais aussi des maladies à prion pourraient en bénéficier. directeur de recherche CNRS.Chimie et Santé L’avènement des dendrimères Nouveaux objets chimiques de synthèse. C’est ce que l’on appelle la transfection génique. ces molécules ont tout à fait leur place dans une indication prophylactique ou comme traitement de première intention lors d’une contamination récente par les prions (collaboration avec S. Les principaux avantages de ces nouvelles puces sont une excellente sensibilité en terme de rapport signal sur bruit. Par analogie avec les polyéthylèneimines (PEI) qui sont actuellement parmi les meilleurs agents chimiques de transfection génique. Un dendrimère (du grec dendron. il s’agit de fonctionnaliser de façon covalente une surface de verre (ou de plastique. “ partie ”) est une macro-molécule arborescente de grande dimension construite par un processus itératif à partir d’une molécule initiale souvent qualifiée de cœur dendritique. Puces à ADN Nous avons mis au point de nouvelles puces à ADN. Ces résultats ont été confirmés par une étude effectuée sur des souris. et comportant au moins trois sites réactifs. ou d’or…) par des dendrimères. Ces “ dendri-puces ” s’avèrent être les plus performantes des puces commercialisées. En voici trois: Transfection génique Pénétrer dans une cellule pour y déposer du matériel génétique constitue une étape essentielle de la thérapie génique. la possibilité de détecter même une seule mutation dans la structure de l’oligonucléotide complémentaire. En greffant sur chacun de ces sites une nouvelle molécule possédant elle-même plusieurs sites réactifs en périphérie. Des tests effectués n’ont pas révélé de toxicité significative sur les cellules. et une excellente stabilité. Directeur de recherches CNRS et Anne-Marie CAMINADE. La répétition de cette séquence génération par génération conduit à une architecture hautement ramifiée dont la forme est une sphère possédant un grand nombre de fonctions périphériques et des cavités internes. Elles permettent la détection d’oligonucléotides à des concentrations de 10-12 moles. De très bons résultats ont été obtenus en particulier pour la transfection du gène de la Luciférase (du plasmide) dans des cellules NIH 3T3 en présence de sérum. Lehmann. Des essais de transfection sur diverses souches de cellules humaines (cancéreuses ou non) ont été récemment effectués et se sont avérés positifs. l’hybridation se produit et peut être détectée. Par des essais in vitro.fr page 7 . La thérapie génique. par exemple par fluorescence. unité CNRS associée à l’UPS >>> Principe d’une dendripuce Contacts : majoral@lcc-toulouse. Sur le principe. “ arbre ”. des oligonucléotides sont également greffés de façon covalente. Maladies à prion La faible toxicité de ces dendrimères nous a conduit à les tester avec succès pour l’élimination de la forme maligne du prion. Par ailleurs. on crée un dendrimère dit de “ première génération ”. Montpellier). ils permettent d’affirmer que ces molécules constituent un exemple concret d’agents inhibant la réplication de la protéine pathogène in vivo. nous avons utilisé des dendrimères à extrémités ammonium pour des essais de transfection in vitro. les dendrimères possèdent des propriétés étonnantes. et meros. Plusieurs applications de ces macromolécules à des problèmes de recherche médicale ont été mises en évidence.fr et caminade@lcc-toulouse. chercheurs au LCC.

Cette dernière propriété rend parfois leur formulation difficile. date de sa mise sur le marché. même à l’état agrégé. Une formulation associant l’AZT montre aussi une synergie tout à fait remarquable.) apportent leur propre bioactivité et contribuent ainsi à l’activité du médicament. Depuis mai 2003. etc. Cette invention a été primée au Concours Chéreau-Lavet de la meilleure innovation française en 2004 (nomination parmi les cinq meilleures innovations de l’année). C’est le cas d’un composé amphiphile dérivé de sucre appelé Gemini et qui possède une forte activité anti VIH in vitro ainsi qu’une très faible toxicité. à partir d’un même principe actif on doit rechercher quelle est la meilleure forme de préparation et d’administration du médicament. Les tensioactifs catanioniques dérivés de sucres : un exemple d’amphiphile bioactif à activité anti VIH. nous avons de cette manière synthétisé et optimisé deux types d’amphiphiles bioactifs : Traiter les décollements de rétine majeurs Les amphiphiles f luorés présentent des propriétés très particulières : fort pouvoir tensioactif. ce qui permet d’envisager un développement d’une formulation bioactive associant ces deux types de composés pour une thérapie anti Sida.fr >>> RMN 3 entrant dans la composition d’Oxane HD page 8 Paul Sabatier — Le magazine scientifique — numéro 5 . En effet des études physicochimiques des agrégats formés nous ont permis de montrer que ce composé s’arrange de façon à ce que son espaceur et les deux chaînes latérales soient étirées et se compactent pour limiter leur contact avec l’eau. ce médicament a permis de traiter environ 40 000 patients dans le monde (dont plus de 10 000 en Europe) avec un taux de réussite de plus de 85 %. puis en faire un médicament. présente une très faible toxicité. c’est-à-dire la meilleure présentation ou “ formulation ”. A titre d’exemples. C’est-à-dire. inocuité. Le principe actif devient alors en quelque sorte acteur de sa propre formulation. nous avons envisagé un nouveau concept : la mise en œuvre de formulations bioactives. Nous avons mis au point une huile de silicone dite “ lourde ” constituée de nanogouttelettes de RMN3 dispersées dans de l’huile de silicone. Les molécules issues de préparations d’origine naturelle sont un large vivier et surtout une puissante source d’inspiration pour le chimiste de synthèse. filaments. Cependant. Ainsi. la plupart des médicaments sont préparés à partir de molécules actives synthétiques ou hémisynthétiques. rico@chimie. Dans ce contexte. Ces composés sont particulièrement prometteurs car ils permettent des modulations structurales aisées associées à la formation d’agrégats originaux : vésicules spontanées.Chimie et Santé dOSSIER Formulations bioactives et médicaments : un concept original Aujourd’hui. C’est donc un amphiphile bioactif qui. polymères etc.ups-tlse. L’originalité de notre travail consiste à associer dans la même molécule la partie hydrogénée et la partie f luorée pour faciliter leur mise en forme. malgré une très forte hydrophobie. chacune d’elles incluant de nombreuses étapes : obtenir tout d’abord une molécule active. la mise au point d’un médicament comprend généralement deux phases. Ainsi nous avons développé des molécules covalentes mixtes telles que RMN 3 utilisé dans la formulation Oxane HD comme médicament traitant les décollements de rétine majeurs (entraînant la cécité) dans lesquels il est nécessaire de "plaquer" la rétine contre la paroi de l’oeil avant de procéder aux opérations nécessaires au recollement. Oxane HD. breveté en collaboration avec la société Chauvin/Bausch and Lomb. De plus ils peuvent conduire à des amphiphiles bioactifs. Contact : isabelle Rico-Lattes. à l’heure actuelle. vient d’être commercialisé comme médicament (il peut être maintenu dans l’œil durant plusieurs mois pour aider à la cicatrisation). pouvoir hydrophobe et oléophobe importants. Ceci peut être réalisé par un tamponnement interne par un substitut du vitré plus lourd que l’eau. Ce système original. les constituants eux-mêmes de la formulation (amphiphiles . Une hypothèse consiste à expliquer la faible toxicité de cet analogue par son importante partie hydrophobe masquée.

ups-tlse. Les pathologies suivies en direct Un autre exemple intéressant est la conception et la synthèse de sondes moléculaires adressées à un récepteur impliqué dans une pathologie donnée (cancer. Ainsi. issus de recherches menées dans les équipes de l’UPS: Privés d’énergie La glycolyse. les insectes…. le monde marin.fr >>> Premières images obtenues en France d’une tumeur cancéreuse par tomographie par émission de positrons (TEP). La Chimie est une alliée précieuse de la médecine. TEP).vinorelbine et taxotère pour la lutte anticancéreuse). Nouveaux médicaments Le recours à la biodiversité végétale a permis la mise sur le marché de médicaments extrêmement efficaces (e. Professeur à l’UPS. mais les difficultés de récolte d’organismes marins impliquent une participation indispensable du chimiste pour copier et optimiser les molécules bioactives identifiées. ou l’émission de fluorescence à longue durée de vie issue de complexes de lanthanides. Le monde marin est une source à fort potentiel pour cette stratégie. La RMN des hétéro noyaux (19F et 31P) permet également du fait de sa spécificité d’étudier le mécanisme d’action. IRM). utilisant la 4-fluoro [18] ethyltyrosine page 9 . Cette voie de la glycolyse est également exploitée dans une stratégie anticancéreuse (les cellules cancéreuses sont de grosses consommatrices d’énergie) visant à "affamer" les cellules cancéreuses. La glycolyse étant la voie unique de fourniture d’énergie pour certains parasites.). L’élucidation du mécanisme de fonctionnement de chacune des enzymes impliquées dans ce processus fournit un accès raisonné à la conception de molécules inhibitrices. Elle contribue à la compréhension du fonctionnement de la machinerie biologique au niveau moléculaire et de ses dérèglements dans le cas de pathologies. Il peut s’agir d’un signal magnétique (Imagerie par Résonance Magnétique.g. le métabolisme et la toxicité de médicaments anticancéreux fluorés ou phosphorés. Le chimiste peut également mettre à profit sa créativité et son savoir-faire pour concevoir des médicaments à partir de la connaissance des mécanismes moléculaires de dysfonctionnements cellulaires et de particularités de pathogènes. Parkinson. anti-athérosclérose (action sur les espèces radicalaires de l’oxygène: ROS) et anti-vitréorétinopathie. Une autre approche. >>> Pierre TISNES. celle de la spectroscopie RMN ex vivo de prélèvements de tumeurs cancéreuses. processus métabolique de transformation du glucose en pyruvate.. Alzheimer) et délivrant un signal utilisable en imagerie médicale. La chimie permet également de mettre au point et d’utiliser des outils pour le diagnostic ainsi que de créer de nouvelles molécules ou d’optimiser celles issues de la biodiversité (le monde végétal. Directeur du Laboratoire de synthèse et physico-chimie de molécules d’intérêt biologique (SPCMIB) Unité mixte UPS et CNRS Contacts : Contact : tisnes@chimie. assure aux cellules une production d’énergie sous forme de molécules d’ATP (adénosine triphosphate). des équipes du LSPCMIB sont engagées dans des programmes antituberculeux (inhibition de la formation de la paroi cellulaire de mycobactéries par inhibition d’arabinosyl-transferases). d’un signal radioactif résultant de l’émission de positons par des molécules marquées au fluor-18 (Tomographie par Emission de Positons.Chimie et Santé Espionnage moléculaire et ripostes ciblées Identifier les mécanismes chimiques qui conduisent à la maladie permet d’inventer des thérapies plus ciblées et plus précises. ces molécules inhibitrices peuvent fonctionner comme des antiparasitaires à condition de mettre à profit de légères différences structurales entre enzymes parasitaires et humaines. permet de mettre en évidence des désordres métaboliques liés à cette pathologie et de les quantifier. En voici quelques exemples précis.

dont le développement est en cours. Cela est dû au réveil d’une protéine (la télomérase) qui allonge les télomères. >>> Jean BERNADOU. Le blocage de la télomérase rétablit le processus de vieillissement normal et supprime le caractère malin des cellules. unité CNRS associée à l’UPS. La télomérase rallonge les télomères des cellules cancéreuses et les soustrait donc au vieillissement en leur conférant une capacité de multiplication rapide et non limitée. l’artémisinine. le défaut d’activation in vivo de cet antibiotique majeur est responsable de très nombreuses résistances conduisant à l’échec thérapeutique. Comprendre le mécanisme d’action de l’artémisinine. Dans la lutte contre ce f léau. permet par la suite d’inspirer la synthèse de nouveaux antipaludiques efficaces fonctionnant de la même façon et conduit ainsi à s’affranchir des contraintes et des limites de l’approvisionnement en molécule naturelle. Cette recrudescence est due en grande partie aux résistances développées vis-à-vis des principaux antibiotiques par le bacille tuberculeux. Dans le cas de l’isoniazide. Ces résistances peuvent être contournées par la conception d’analogues interagissant directement avec la cible. Le fléau du paludisme La synthèse d’analogues s’avère également utile quand les molécules naturelles utilisées sont produites en quantités trop limitées. c’est-à-dire la façon dont ce médicament tue le parasite. C’est le cas des antipaludiques. molécules de synthèse et nouveaux antipaludiques page 10 Paul Sabatier — Le magazine scientifique — numéro 5 . Professeur à l’UPS au LCC. La découverte de cette nouvelle cible biologique ouvre la voie à la mise au point d’inhibiteurs de télomérase en tant qu’anticancéreux. Le paludisme ou malaria pose à plus de cent pays un problème majeur de santé publique et de développement. Cette approche a permis la synthèse au laboratoire de nouveaux antipaludiques. Age des cellules et cancer On sait maintenant que les cellules cancéreuses sont des cellules dont l’horloge biologique programmant le vieillissement est arrêtée. médicament naturel. Ces inhibiteurs représenteraient un principe actif différent et complémentaire des molécules existant actuellement.Chimie et Santé dOSSIER Des médicaments d’avenir mieux ciblés La connaissance à l’échelle moléculaire du mécanisme d’action d’un médicament ou d’un processus physiopathologique constitue un moyen de créer de nouveaux médicaments ou de mieux utiliser les médicaments existants La tuberculose aujourd’hui La tuberculose est actuellement une maladie en recrudescence très inquiétante. est un médicament efficace et bien toléré mais dont l’approvisionnement est très insuffisant pour traiter les 500 millions de cas annuels. les trioxaquines®. extraite d’une plante asiatique. sans nécessité d’activation préalable. Contact : bernadou@lcc-toulouse. et les trioxaquines. Les télomères sont des séquences d’ADN situées à l’extrémité des chromosomes qui raccourcissent à chaque division cellulaire et qui lorsqu’elles atteignent un certain seuil provoquent le déclin de la cellule.fr >>> : L’artémisine.

Chimie et Santé Des polymères prolongent l’effet des médicaments Emprisonnés dans des polymères qui se dégradent lentement. page 11 .fr >>> Cycle de synthèse et biodégradation des polymères dérivés d’acides lactique et glycolique. L’énorme intérêt de ces médicaments à effet prolongé est de diminuer le nombre d’administrations et de mieux contrôler la quantité de principe actif présente dans l’organisme à chaque instant. unité mixte UPS/CNRS). les PLGA sont aussi utilisés dans d’autres secteurs comme l’emballage (bouteilles…) et la chirurgie (fils de sutures auto-résorbables…). Les acides lactiques et glycoliques résultant de la dégradation des polymères sont en effet assimilés et éliminés par l’organisme. Ces médicaments augmentent la qualité de vie du patient et sont particulièrement appropriés dans le cas de maladies longues ou chroniques. C’est un rêve de pharmacologue: un médicament qui.ups-tlse. ferait effet pendant plusieurs heures ou même plusieurs mois! Or ce rêve devient réalité avec les médicaments à effet prolongé. Dernier avantage: ils sont issus de sources renouvelables. Ces travaux font l’objet d’étroites collaborations avec des groupes pharmaceutiques (Ipsen Pharma) et des sociétés de chimie fine (Isochem). Grâce à ces propriétés. CR CNRS au Laboratoire Hétérochimie Fondamentale et Appliquée (LHFA. Extraits du maïs Les polymères dérivés des acides lactique et glycolique (PLGA) sont très utilisés comme support dans ce type de médicaments (Zoladex®. en une seule prise. des médicaments peuvent libérer leurs principes actifs en continu pendant plusieurs mois. Le deuxième tient à leur caractère bioassimilable. avec reformation des acides lactique et glycolique. Le principe: la molécule active (appelée principe actif) est emprisonnée dans un support polymère qui la libère progressivement dans l’organisme après administration. notre équipe développe différents systèmes catalytiques permettant de préparer de façon efficace et contrôlée des polymères de type PLGA. Nutropin Depot®. à base de liaisons Carbone-Oxygène. est détruit petit à petit en présence d’eau. En parallèle. Médaille de bronze CNRS en 2005 Contact: dbouriss@chimie. >>> Didier BOURISSOU. Atrigel®…) car ils présentent de nombreux avantages. Le premier: ils sont biodégradables. L’acide lactique peut notamment être extrait des épis de maïs. Decapeptyl®. nous cherchons à mettre au point de nouveaux précurseurs permettant d’accéder à ces polymères dans des conditions plus douces. Leur squelette. L’influence des propriétés de ces matériaux sur leur capacité à piéger et libérer des médicaments est également étudiée. Dans ce domaine. Ainsi avec une seule administration peut-on ajuster la concentration en principe actif pour une efficacité maximale et des effets secondaires minimaux (fenêtre thérapeutique).