You are on page 1of 4

LA PRODUCTION DE RICHESSES

INTRODUCTION La production est une fonction économique essentielle. Ce sont principalement les entreprises industrielles et commerciales qui écoulent sur le marché les biens et services produits. D'autres agents économiques participent à la production, notamment l'État et les collectivités locales. L'activité productive a considérablement évolué au cours du xx ème siècle.

LA NOTION DE PRODUCTION
1 - Définitions de la production
On peut donner de la production deux définitions différentes : chacune d’elles met l’accent sur un point particulier de la notion :
‰

La première définition insiste sur le résultat de la production ; en ce sens, la production représente les biens ou les services destinés à satisfaire des besoins individuels ou collectifs. Exemple : Peugeot produit des automobiles, de manière à satisfaire le besoin des individus à se déplacer.

‰

La seconde définition insiste sur le processus de production ; la production est alors l'activité socialement organisée consistant à créer des biens et des services à partir d’éléments tels que le travail, les machines, les matières premières. Exemple : Peugeot produit des automobiles à partir des tôles, des pièces détachées, de machines-outils, disponibles sur le marché des biens intermédiaires. Cependant, les activités domestiques ou le travail non rémunéré (bénévolat) ne sont pas des activités productives pour l’économiste. Deux éléments distincts permettent donc de définir la production : il faut que les biens produits s’échangent sur un marché ou alors, que ceux-ci soient le résultat d’un travail rémunéré.

2 - Les différentes formes de production
‰

La production marchande c’est l’ensemble des biens et des services mis à la disposition des consommateurs, sur un marché, à un prix qui couvre les coûts de production supportés par la firme et rémunère l’entrepreneur. Le consommateur seul supporte le prix du produit. Exemple : les micro-ordinateurs de DELL, les repas chez MAC DONALD’S, etc.

‰

La production non marchande c’est l’ensemble des services fournis en dehors du marché par les administrations publiques et privées à la collectivité dans son ensemble ou à des groupes de particuliers, à titre gratuit ou quasi gratuit. Dans ce cas, le prix du service, évalué à son coût de production (lequel est principalement constitué des salaires versés au personnel chargé de les produire) est supporté par les citoyens sous forme d’impôts ou de cotisations sociales. Exemple : enseignement public, la défense nationale, etc.

La production de richesses

page 1/4

La valeur ajoutée ‰ Définition – formule de calcul On peut mesurer la production d’une entreprise par la somme de ses ventes. pour effectuer sa production.LA MESURE DE LA PRODUCTION 1 . pour déterminer le montant de la production réellement due à une entreprise.Unités de mesure On peut mesurer la production réalisée par une entreprise ou une nation de deux manières principales : par les quantités physiques. on obtient alors ce que l’on nomme la valeur ajoutée. En fait. La production de richesses page 2/4 .consommations intermédiaires La valeur ajoutée mesure ainsi la contribution réelle de l’unité de production à la création de richesses. en fait. la production ne mesure pas réellement la valeur véritablement produite par la firme. On a donc : Valeur ajoutée = chiffre d’affaires . Ainsi. il faut déduire de son chiffre d’affaires les produits fournis par d’autres entreprises (ses fournisseurs) . ont physiquement disparu dans le processus de production et ont. c’est-à-dire son chiffre d’affaires. produits semi-finis. etc. dénommés consommations intermédiaires. services marchands. déjà été comptabilisés par Comptabilité Nationale. En effet. Ces produits. une entreprise utilise les produits de ses fournisseurs : matières premières. 2 . ou par la valeur monétaire des biens et des services produits.

PIB et PNB ont de toute manière un montant peu différent dans les pays développés. La production de richesses page 3/4 .‰ Répartition de la valeur ajoutée Les entreprises répartissent la richesse qu’elles créent entre les divers participants à son activité : LES AGREGATS DE LA PRODUCTION 1 . PIB = ∑ Valeurs ajoutées + TVA collectée + Droits de douane – subvention à l’importation Autres formules de calcul : PIB = PIB marchand + PIB non marchand PIB + importations = consommation finale + FBCF +/. Il est obtenu en additionnant les valeurs ajoutées de toutes les entreprises implantées sur le territoire français. PNB = PIB + Revenus du travail et de la propriété reçus du reste du monde . b) Intérêts de ces agrégats Le PIB (PNB) sert à comparer les pays entre eux. Le PIB global mesure la puissance économique d'un pays .Revenus du travail et de la propriété versés au reste du monde Les statisticiens préfèrent utiliser le PIB car il est difficile d’évaluer de manière précise la valeur des biens crées par les français à l’étranger.produit intérieur brut et produit national brut a) définitions – formules de calcul ‰ Le produit intérieur brut mesure la richesse créée au cours d'une période sur le territoire national par les agents résidents. le PIB par tête d’habitants traduit le niveau de vie des habitants du pays.variation de stocks + exportations ‰ Le produit national brut est utilisé pour effectuer des comparaisons internationales. Il exprime la richesse créée par les entreprises nationales.

sont donc des instruments très contestables : leur augmentation n’implique pas une amélioration du bien-être... prend mieux en compte la qualité de la vie pour mesurer le développement de chaque pays.le travail bénévole : par exemple.le travail clandestin : non déclaré. comptabilise de la même manière la création réelle de richesses (fabrication d'automobiles.B. De plus. ‰ Le PIB ne tient pas compte des effets destructeurs de certaines productions La pollution. Cet IDH est construit à partir de trois éléments clés : . PNB. . .H) L’IDH. par exemple) et la réparation des dégâts causés par les activités productives (accidents de la route.D. par définition. le travail « au noir » est. revenu national. dépollution des rivières.le travail domestique : la valeur du travail d'une ménagère à son domicile n'est pas comptabilisée dans le PIB . les activités des militants des « Restaurants du Cœur » ne sont pas prises en compte par la comptabilité nationale . . 2 .. Pour effectuer ces comparaisons..B. La production de richesses page 4/4 . il faut en effet traduire les PIB des différents pays dans une monnaie unique. c) Les limites des agrégats On considère traditionnellement comme un progrès toute augmentation de la production.Ces agrégats servent aussi à effectuer des comparaisons dans le temps. PIB. destruction de la couche d'ozone.. c'est-à-dire à mesurer la croissance économique entre deux périodes. Or les variations de taux de change peuvent modifier considérablement les résultats d’une période à l’autre.l’espérance de vie à la naissance.). ignoré dans les comptes de la nation. C’est pour cette raison que l’on classe parfois les pays selon un nouvel instrument de mesure : l’indicateur de développement humain. Un taux de croissance élevé reste un des principaux objectifs de tous les pays car il permet de créer des emplois et donc de lutter contre le chômage. Pourtant ces indicateurs économiques peuvent faire l’objet de nombreuses critiques : ‰ Le PIB ne comptabilise pas la totalité de la production Une part de la production est oubliée dans le calcul des agrégats : .et le niveau des revenus par habitants. mis au point par les économistes du programme des Nations-Unies pour le développement.le niveau d’instruction (défini par le taux d’alphabétisation des adultes et le taux de scolarisation).I. l'augmentation des accidents de la route due à l'accroissement du trafic routier.). sont autant d'effets pervers qui devraient venir en diminution du P. en général le dollar. le temps perdu dans les embouteillages.L’indicateur de développement humain (I. il ne prend pas en compte la destruction des richesses naturelles (pollution de l'air. . Or le P. ‰ Le PIB (PNB) n’est pas un bon instrument pour faire des comparaisons internationales.I.. Le PIB constitue un indicateur de base pour l’élaboration des politiques économiques.