La Vie quotidienne.

Journal hebdomadaire
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

. Journal hebdomadaire.BnF. (ou autre partenaire). 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. 1898/12/11. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.fr / Bibliothèque municipale de . 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays. En cas de non respect de ces dispositions. il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.La Vie quotidienne. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ces documents ne peuvent être réutilisés. ..fr. 4/ Gallica constitue une base de données. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition. L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence 2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. contacter reutilisation@bnf. il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. dont la BnF est le producteur. notamment en matière de propriété intellectuelle. sauf dans le cadre de la copie privée. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier.

» Chef: GEORGES LABOUCHÈRE. PREMIÈRE N° 424 NUMERO CONTIENT UN SUPPLEMENT centimes DiMANcnE 41 DÉCEMBRE 1890. en PARIS. BOULEVARD SOULT. Le Numéro. Directeur: GASTON LÈBRE Rédacteur LA MARCHANDE DE MOURON. 8 fr. . Union postale. 6 fr.CE ANNÉE. Dessin de CORTAZZO. Un an. là LA VIE JOURNAL QUOTIBIENNE HEBDOMADAIRE : 83 ET 83 dis.

dans la vue de B aucune intervention. Et. Les 13 novembre 1550 : « M0Jean Bertrand. d'en « pour sçavoir s'il y a plainte contre aucuns et y de surseoir jusqu'à l'arrivée du sieur de Jouy. étant homme. rappeler les magistrats à leur leurs arrêts. mais régulier de cette nous déffendons que. en présence :l'est point fait et ne se fera ».il cuide que l'hitermission des minations des plaideurs. lé roi. que les récridrait une conduite capable d'effacer les mauvaises devoir: « Ala véi-ité. avocat du roy. que. àla revision et signature des diçtums ». la modéraLe roi s'en préoccupe personnellement. écrire lettres. c'est le Chancelier de l'Hospital qui sais quelle perversion professionnelle.démission entre le!i. soit dans je ne première des Requêtes du Palais. depuis sujettes » (registres du Parlement. Oh recommandait donnance de Villers-Cotterets les rend trimestrielles. pendant ce temps. en 1577. pour vaincre cette résistance. Signé: Louis. comment.. qu'elles l'objet des mercuriales. dans chercher soit dans leur vie privée. par un trafic non seulement indigne de la B auxquelles le Garde des Sceaux ré« mais encore d'un particulier qui B magistrature. Fussent-ils infaillibles. MBLCOT aux autres. c'est mit ordre et que ce serait l'honneur de ladite Cour par une Lettre de cachet que le roi enjoint. durant lesdites expéditions. lonnement stérile ne peut conduire qu'au néant.trées. l'œuvre de l'agent aboutit à l'exécution pondit. avec les Princes et Potentats. convénients au point de vue de la concorde. dont on ne parle pas. en ce qui concerne le premier. Il ne faut pas prendre ce qui est proposé la légèreté des jugements portés par le public sur Toutes les mercuriales n'aboutissaient pas à de des données presque toujours inexactes etsouvent par les gens du roy ou autres comme dit d'un cœur semblables mesures. Premier été. ils ont assujéti leurs officiers aux B formation des autres P. B Cour avisàt de la tenir ». quand il était question de rapporter un procès. à mensongères les feraient accuser d'ignorance ou ennemy. après. sçait qu'il y a en ladite Cour des empêcherappeler les ordonnances.B absolue est le caractère essentiel. il fallait tenir la merjuge d'être exact et droicturier. Aussi. que des d'Anizy était dans la même situation. à crédit. nous ne trouvons que que la multiplication et longueur des procès était nos dits conseillers ne s'occupent des choses deset. a vu • delà. 1472) « dans le but de s'informer. et que la conduite de sa vie serve de règle I par M. en prenant congé du roy. et qu'ils soient assis ». étaient trop rapprochées. et de combien. dront part à ces réunions hebdomadaires qui renQuant aux mœurs intérieures. et les l'intention de faire une réformation générale sur le l'ordonnance de Blois n'exigeant plus que des merrapportées. elles ne sont plus prescrites. le mercredi montent beaucoup plus. le 13 décembre 1638 venue à un si grand mal qu'il était besoin qu'il y neuf mercuriales. a dit que. Le 18 juillet 1558. térieures. dans les anciens tendent dire. il avait cupent à lire des requestes qui leur sont baillées et faire dictums. vôulait. d'égale valeur nomipoint que ledit article soit distrait. Avocat afin que la vanité d'être blâmés et I La règle n'était. les institutions judipar M0Pierre Séguier. toutes sortes de marchan. e préhension se fasse par les présidents. pourront-ils résister aux àpretés personne. se plaint de cette négligence. ledit sieur Premier Président a l'ont donnée en dépôt. les présidents et conseillers montés aux hauts Si. déclare nuls les jugements aulres lire registres et autres choses non concerfait de sa justice. on verrait 1i la républic. sans nommer ments. disant que ce se procurer les moyens d'entretenir leur vie déré. tantôt tôt les gouvernements parmi eux se trouvaient : Porlier de Rubel. les Présidents des Enquêtes Présidents des enquêtes. confaire rapport à l'assemblée générale. 26 novembre riales trimestrielles de huit en huit jours ou de quinentre dix heures. le 7 septembre 1560 . dront inutiles et feront négliger les mercuriales rél'exactitude. qu'elles ne soûlaient au passé. rendus avant l'accomplissement nant les procès et matières mises en délibération. ce qui fut exécuté. libres. qu'ils ont made. à la date du cal breviter sententiam. sans aucune « pourvoir. reproduit les prenaient deux écus par chacune vacation. d'ordinaire. s'étonner qu'ils aient été si que toute bonne réformatiofi doit commencer au mains du Premier Président. requérait que la les registres du Parlement qu'une quarantaine de B un pouvoir spécial qui. art. toutefois. comme antérieures et. depuis général se plaint de ce qu'elles n'ont 5 de l'ordonnancede 1493. mercredy prochain. la réseiller et président des Enquêtes. et.vous et affaires.-cartel est notre plaisir. pour les fautes légères. avait trois mois passés que lamercuriale n'avaitété tenue. ce qu'ils ne veulent croire. les fautes étant les uns des autres remonde partialité.I Comment. dès lors. Cet excès de Ces réunions. l'orquelque temps ».186 C'est pour cela que les rois nos prédécesseurs vous I de dresser et aviser moyens qui fussent suivis.B la raison pour laquelle vous étiez mus à ce faire-. un écu pour vacquer. ledit seigneur ne l'a point trouvé bon et ne veut B du ministère public à l'audience il n'y a place pour qu'ils revendaient ensuite aux trois quarts de perte. que clusion des gens du roi. (1) Discours de rentrée. aucune fois. le 3 mars 1551. obtinrent son une lettre. ulus bas: DE LOMÉNIÈ.qui avait occasionné contre eux des I sentences de prises de corps. Paris de Mézieux. les infractions commises. de'les tenir : « Nos amés et féaux. Cette dernière année. pour du 28 août et l'adoption d'un nouveau règlement. en paraissant y obéir. article 3. à signaler. dont l'idée était d'emprunter à la pas le Procureur général de se plaindre. ils sousuccès. il doit l'exemple au I JUDICIAIRES LES MŒURS curiale et se réformer. mais quand il ressource que dans leur organisation et leur disci« était question d'une affaire publique. deux été avertis que MM. de 1579 à 1638. à une terre de son père.. organes de sa vie. sujets qu'ils sont aux nri. » et. que les épices sont triplées depuis aussi. eux si les ordonnances ont été bien gardées. et du pouvoir exécutif Le Parlement ne se résignait que difficilement à le dérangement et la mauvaise conduite de plusieurs par le choix des magistrats. les présidents sveuls. en 1549.. chez les nations libres et civilisées. conseillers remettraient leur . lui donnant à entendre des marchands. zèle avait pour but de se soustraire à l'ordonnance de ce qu'il entend dire « encore qu'il croie que discipline monastique. né sçaurait assez dire qu'il n'y a affaire si Parlements. n'y faites faute. Procureur général se réunissaient « pour la réforL'ordonnance de Moulins. à moins qu'il n'émane la mercuriale cette correction mutuelle. les plaintes des condammercuriales soit un grand mal et serait bon de les impressions qu'il avait données. à en juger tion et la brièveté dans le vote « iinusquisque diglementaires. Il suffira. certaines années. il ne faut pas grand tempsà la merLe maintien de celle-ci était. chef ».) « des conseillers de la Chambre». il tienvient. Trois ans plus tard. attendu qu'il est amitié ou faveur. Dansles conflits que les précautions oratoires des gens du roi ne voir instruire le Chancelier du scandale que plu. suprême. . sçavez que c'est par la Justice que les rois règnent. chacun y était'. les mœurs intérieures. en personne. procédant de la puissance mercuriales de 1472 à 1742. dès qu'il est né. forment à ces causes. les Présidents de la Cour et qu'aucuns d'eux mation du Parlement. LA VIE JUfJ/CIAIRE . I souvent désignés àl'animadversion publique? TanLe Parlement persistait dans son inertie : les les croient hostiles. par leur vie B il en demanda la suppression par des lettres de re. dans l'œuvre des juges et des membres dises à des prix exorbitants. ouvrir les huis pour l'audience et étant jà" point trouvé de voie plus sûre que de remettre en B Sans institutions. trafic. à l'exc'est à tort. prier que la mercuriale soit audenl. « ainsi que l'on Nous n'avons H repris les retint en leur devoir. et dans le public. sans fois qu'ils résistent au courant de l'opinion. y a été conseiller et a failly comme les ausères humaines. ils ne trouvent de que. sont venus les gens du roy et a été dit . le procureur par la mention suivante des registres. l'irritation des partis qui se heurtent aux lois. l'un des Présidents de la lèvent 11injure comme une écume et la Calomnie va renvois successifs. nommée Pinon. sous condition qu'il serait un an sans paraître au Palais et que. ces observations peuvent se ramener à trois points: les épices tres. 110. le 7 juillet 1558. soit B vivre d'une existence propre dont l'indépendance En outre le Premier Président Le Peletier crut de. jorité du peuple ou de ceux qui parlent en son nom montrances tandis que. les présidents s'assembleront . 11 lut décidé que ces I tendement. et que. ses voisins. les Présidents delà Grand'chambre. personne n'y 1 de rappeler les paroles de l'avocat du roi Doucherat. (1) dit que. Fermé et de La Live. observée qu'avec quelgénéral à la Courde Cassation. et quant au surplus qu'il ne nobstant quelconque prière. il s'en reposait sur eux. législative par. un peuple MM. dégagées de toute autorité hiérarchique. est d'intervenir suivant des règles fixées par la madans la compagnie. le 19 juin 1577.B parvinssent pas à faire disparaître ce que leur surauxquels les intérêts donnent naissance. .l'organisation. critique? Contre les adversaires du dehors et vacations. les mœurs exContre leur propre faiblesse. sans aucune dissimulation et nomalade aux champs. sur peine de perdition de leurs gages. pour avoir un écu. chaque gens du roi requéraient. leur échappe jeunes conseillers occasionnèrent . on s'y bornait. amitié ou alliance ». ce qui n'empêche (Ordonnance de 1493. leurs en bonne part. que fort rarement faites à unes rappellent l'article « Comme souvent advient que nos conseillers s'ocla face du Parlement. nous netrou vons dans B ciaires. curiale. le secret des délibérations. dès 1498. Président. faillira en tous états. mais. Il passa ce temps nés. mercuriales.diligemment La Chambre de la Tournelle répond tt qu'il y a lieu zaine en quinzaine. mesmement gens de sçavoir et endécisions peuvent tenir en échec tous les autres glée. une fois * sus dictes ne autres qui les pourraient empescher à entièrement entendre les mérites desdits procès de plus. le MM. Le sieur Dubois les gouvernés leur reprochentleur servilité. dicere non de chaque semaine. pline. les avocats du roy et le faite. soit par « mulets de gages ou petite correction. le 20 novembre 1560 : « Les épices desquelles envoulait venir. il quatorze ou quinze ans. que Explorare et scrulare seipsum et pouvoirs..B ne peut être que chose honnête et prise du peuple nale. le mobile de pardon. soit qu'elle eùt des inB de l'élection. pour leur devoir. son rôle sieurs de ces jeunes conseillera venaient de causer B veillance et" leurs observations avaient de pénible. du Chàtelet et autres Cours prescriptions Parlement arrête qu'indépendamment des mercuprenaient. continuer. mais les sollicitations de son père. formalité . ils n'obtenaient. dans les diverses branches de l'admidéréglée. nistration. que négligence. lui a commandé de dire à sa Cour. quelquefois. le 15 septembre 1551 : « Je vous assure fait profession d'homme de bien» en achetant chez B d'un ordre dontla responsabilité remonte à un chef que je l'ai remontré au roy. H Parmi les plus importantes. droicture des juges. B n'est qu'une poussière d'hommes dont le tourbilpratique une ordonnancesi sainte que celle-là. sur de la conscience et curiales semestrielles. sièges. qu'il y. que ayant paix C'est en vainque. diebus mercurii quolibet hebdopressée que celle-là". maisil ne suffit pas à un I pour commencer. prende quinze jours en quinze jours et. * Malgré toutes ces i nstances. il vient encore au Parlement.

lement. les Présidents. la liberté du costume. séparé des autres classes avec une1vigilance . Loys ayant commencé aux magistrats. les phrases y sont substiportent des chapeaux dans le Palais. sans se déguiser. l'avocatduroid'Espeysses s'exprime ainsi: « A la même sincérité regarde la décence des habits et la gravité dont nous devons user en public. de l'autorité de ses décisions.vais citer: « Mais vous me direz: à ouel suiet le discours de ces iardins dience. conseillers. voire très per1587 le précise dans son article 8: « S'abstiendront - . et de fait. aux églises. plus loin. et cette compagnie ne fut jamais plus vénérée. une et admonestés aucuns de Messieurs de ne se com. sévère. time et le scandale que donnaient particulièrement. prises de de prendre leur robe aux galeries et boutiques des corps. les Présidents . chausses résistance. Que tation avec toutes sortes de gens et même bien défauts. Messieurs y ont été fréquents. principalement par le menu peuple qui juge les choses par l'extérieur ». l'éloge des vertus à la critique des oratoire à la vérité. Il y en a qui ne font point de cipales occasions du déchet de la grandeur et autorité de cette Cour..vain que. avaient définitivement gain de cause et rade. d'autres. Le 7 février 1571. par l'avocat du roy. oppodats tout ensemble. les assemblées publiques. sur le Jardin de Justice. au cours des deux siècles qui s'écoulent entre 1525 et 1742. » guesque coupées aux genoux sortis du Palais. malséants à personnes longue et de la robe. louée et estimée que bien découpé et des chausses de velours à la gré. au milieu des et rubans de couleurs. 1742. au point de vue de la discipline un aucune difficulté de se promener. sic iict. le lendemain dela Saint-Martin. même s'est vu que aucuns étant à la ville n'y ont daigné venir. banquets. encore qu'ils vinssent incontinent après la Saint-Martin. il apparaissait au peuple avec une aufaites à la gréguesque pendantes jusqu'au dessous réole dont s'enorgueillit encore notre histoire. la justice. ne portent à MM. c'est un des vices de la jeunesse qu'elle semble être résolue en toute chose. que s'est vu. Quelques années plus tard. avec manteaux et collets ». efface les détails pour dessiner les grandes lignes. on conçoitla colère du roy et l'émotion du Pendant plusieurs siècles. comme en jeux de paume. en habit et chapeaux indécents à leurs états. le prestige d'un majestueux isolange d'habits de solliciteurs. » sa fortune. 20 aussi se gardent de scan. Le 9 juillet 1557. Si la foire Saint-Germain res-.-Le discours du Procureur général. le Parlement avait gardé. la soutane et le chaperon *. semblait déjà à la description qu'èn a fait. qu'on maintient l'obligation de la jupe mesmeen habillements indécents comme manteaux et chapeaux d'étrange façon. seront donnés aux pauvres de la Conciergerie. pendant des genoux et. foires et comédies. tous les conseillers se levaient et demeuraient découverts. il y a des seigneurs qui ne ainsi communicatifs. dans un style à la fois emphatique et nerveux. qu'on portait plus honneur aux même des plus anciens conseillers qu'aucuns. mais afin que l'on estime à l'avenir que cela procède de ce que l'on n'osait lors se tenir aux champs pour craindre du danger. on s'occupe « des superfluités des états. M0 Jean-Baptiste DumesMalgré les précautions prises pour maintenir les nil. par un 19 juin 1577.merciers. ne mettant rien en doute et en difficulté ». . en 1630. l'orateur déCardinalesque et ne font difficulté de se promener d'iceux ployait toutes ses connaissances. avocat du roy. si ce n'est pour se deux siècles. etmesmeaucuns se tiennent ordinairement aux comédies qu'on joue ple s'en trouve dans les cinq remonstrances prononcées de 1589 à 1592. j. dit le Procureur général. ils se voient défendre les habits Par délibération du 15 juillet 1568. telles indécences nous font moins respecter et.* paraît-il. à peine d'interdiction du Palais pour six mois attachées à la toque. dessus. de leur frugalité et modestie. non seulement ils doivent porter révérence à MM. d'Orléans. Et quant à Messieurs qui sont encore jeunes. mais aussi honorer les plus anciens conseillers. « qu'ils aient à se conduire en habits honnêtes et non dissolus. Ce Loys d'Orléans. de la Chambre des comptes. est un des actes lequel se fait avec le plus de solennité et où chacun se doit efforcer de se trouver pour commencer le travail de son année par l'invocation du nom de Dieu et tesmoigner le dessein que l'on a de honnêtement de sa s'acquitter sérieusement et charge. en 1577.à propos de laquelle s'agitait. les Présidents. l'amplification souvent avec les parties: « Il y en a qui ne font pouvait valoir. qu'ils les y contraignent ». bénéficiant de l'éloignement qui. à la vue du roy. aux jours d'aulangage. ce qui rend plus piquant ce passage de Quelles sont ces personnes de toutes qualités qu'il sa quatrième remontrance : « Mais il y en a qui est interdit de fréquenter? La mercuriale du 22 avril ont une hautesse de cœur vitieuse. à cause de nous. dans son rôle politique. tous les mois de novembre. Les autres invitent au respect des Présidents et des anciens: « Quant à MM. une petite robe coupée aux manches et. qu'il leur est défendu. serpil per omîtes hommes et omnes gradus. sans porter aucun drap de soie. harnois et accoutrances des hommes et femmes» . en cet habit seprésentent en tous lieux ce temps. on défend aux magistrats d'aller en coche découvert par la ville. » -. jeunes. car l'honneur qui est dû à MM. lait bailler des coups d'éperon ». dès la fin du XVI0 sièet il y en a aucuns qui. qu'ils évitent les superfluités de dépense et que chacun se réduise à la mode ancienne. le 29 janvier 1658. à la foire Saintaller au Palais et en revenir. des conseillers ecclésiastiques. si elles ne le veulent faire. Ces années. tantum valent eclicla quam vila judicum : telle est la maxime. dans aspect assez pittoresque : « Aucuns de Messieurs prennent tel plaisir à se déguiser qu'ils font méson rôle judiciaire. ses lieutenants civils et criminels et autres officiers du Chàtelet. les novateurs devaient triompher : un édit de 1684. la question du caractère et de l'esprit de la magistrature. Ce désordre ou à celle de novembre. hier. les autres s'arrêtent à la et à quel propos sur les remonstrances de ce jo\jr? Y a-t-il quelque proportion entre les jardins et les 'boutique des merciers. C'est en. a la date du inquiète. majoresnoslri aparva Rampublicam magnam jacerunt . Le 1" décembre 1563. » veux. l'Or de Justice. les Présidents est accompagné de beaucoup de peine et de travail s'i ls veulent bien faire leur devoir. on les trouvé une autre sorte d'habits qu'ils appellent à la remplaçait par des discours d'apparat où. de la continuelle fréquentuées aux faits. soumis aune discipline Parlement. gentilshommes et sol. supplie la Cour qu'auparavant aller à la messe. disposer et en fournir. portant petits chapeaux de ve. et que les maris le remontrent à leurs femmes et que. Le 22avril 1587. les Présidents entraient aux Chambres. Germain. aux passages par où l'on va de la Grand'Chambre à la Tournelle. les autres aux bancs des fonctions des advocatset procureurs? Y a-t-il quelprocureurs. autorise « le duit « sur ce que les gens du roy ont dit que. censures et exécutions. Le2 mai 1525. cette façon de faire était honorable aux uns et aux autres. Aussi. tandis que.'portant seulement sous leur robe un pourpoint de taffetas ou de satin l'ancienne et sévère discipline. » Les mœursextérieures sont l'objet d'une préoccupation constante. chevaux. l'ère des vraies mercuriales était close. le tableau soit lu et que nulle excuse reçue que pour cause de maladieet encore qu'elle soit certifiée et que les gages. quant autre mal n'en adviendrait. par l'exemple aux compagnies et jeux déréglés et licencieux. poète. nous dépeint les magistrats sous un effet de perspective. écrivain satyrifont point de difficulté de promettre d'en pouvoir que. des demoiselles avaient dit que furent un grand la robe fermée n'était plus imposée que dans l'exercice des fonctions. de ceux qui ne se trouveront. le Prévost de Paris. et il termine par ces paroles dont la solennité qui nous réunit justifie la citation: «La Cour sçait que l'ouverture du Parlement. qui aurait dit qu'il leur fal. dignitalis (eniiiiatur.lente transformation s'opérait. le Temple de la pluspart des avocats et procureurs et huissiers Justice. on prohibe encore les Un troisième article concernait la vie la plus in. avocat. de venir ni retourner avec manteaux et dale public que leur font les créanciers. les festins et les lieux publics en prescrivant. qui pis est. même il y en a qui oubliant la modestie et honneur qu'ils doivent. dont s'inspire toute cette partie dela discipline. usent bien souvent de paroles indécentes. il n'y a pas longtemps. jusqu'à ce qu'ils étaient en leur place . jeux.sant parfois aux injonctions cW roi une héroïque lours. disait le Procureur général. que je m'assure que c'est sans occasion. pour nombre de conseillers de céans. Anciennement. après une lutte de plus de chaleurs de l'été. la course précipitée au luxe. le 8 janvier 1614. ils sont principalement établis pour tenir la main à la direction de la justice . C'est bien aux mercuriales qu'a été dû. le Procureur général Bourdin aussi de fréquenter trop librement et familièrement diverses sortes de personnes de professions différequiert qu'il plaise à la Cour admonester les conseillers de garder leur modestie es habits et che. sed parva haec non negligendo. noces et.. » que. le Chandelier de Justice et le Mercure de Justice. une grande émotion se produ mois d'avril de la même année. port des habits noirs. debout.rentes à la nôtreet-quine nous touchent de pàrenté ni d'alliance. propose les articles suivants : magistrats dans l'éloignement de tout ce qui ne « 1° que. ont cle. » La fréquentation des personnes de toutes qualique proportion entre les parterres et le ministère de l'Equité? C'est que je veux aujourd'hui vous contés cum quibus ex œquali conversaiione maximapars duire dans les vergers de la justice de France et. le maintien de la discipline.du respect qu'elle inspirerait. voilà l'écueil qui est constamvous promenant par les délicieuses allées de ces ment signalé: « Cela engendre de grands soupçons aux parties et leur donne quelque occasion de douter jardins. d'aller inviter les Chambres des cette conquête était confirmée par le règlement de Enquêtes à informer. par remontrance générale. on les invite à arrêter. que.comme celui que je. trouvons-nous dans les registres du Parlement près de quarante discours ou arrêtés relatifs au genre de vie des magistrats. néanElOins. Leviuscula ista. l'on dit que cela ne se fait comme il appartient et comme il se faisait par le passé . depuis quelque temps. Il se plaint. les généraux de la justice et des monnaies. les ordonnances enjoignent très expressément de leur porter honneur et révérence. à cet exemple. en réalité. encore lorsque le duc de Mayenne lui fit avoir la charge d'avocat du roi: les menées politiques avaient fait. Le premier exempubliquement en cet habit. élevée au rang d'axiôme. attribuée à la dissolution de difficultés de venir au Palais. à la rentrée de Pâques en cette ville et autres jeux publics. pourpoints et casaques découpés. et à l'instant. vous montrer que la justice n'est qu'un de la sincérité et conscience de ceux qui se rendent plaisant et agréable verger où Dieu se promène ». plus tard. on décid'e d'avertir les membres de la Cour. lo mettre si souvent et si vulgairement au public et 11 mars 1609. soient avertis rentrait pas dans les habitudes traditionnelles. portent des manteaux et capes . quand MM. était l'un des ligueurs les plus fougueux. « leurabandon. car ainsi parlent-ils. on enjoint à Mcs Charles de Dormans et Jacques de Va. est une des prinpublics comme en festins. après être lorsqu'elles étaient fréquentes. rendu à la suite d'une mercuriale rendre aux champs. évitant d'être vus trop communément ès lieux de liberté et dissolutions publiques. parlant avec hommes et femmes. dépense de bouche. dicet aliquis. une fois de plus. Scarron.187 à tel temps que la Cour verra estre à faire sur ceux qui seront coutumiers de ce faire «. ainsi que les chapitres et collèges de cette ville. ii-i-évérendes et de mauvais exemple.

autrefois. public ne déduise la ressemblance de l'humeur? Deux escaliers tournants. à ces sages. rieure. bitieux ne s'attendrissent aux honneurs et qui. dans vers 1-577. le désir d'être appelé à un poste chouent-elles jamais devant des influences prespoint de place pour eux dans l'hôtellerie. vis-à-vis la crèche. trature? Ce n'est pas à eux que l'on doit s'en prendre « Jésus étant donc né dans Bethléem. qui était-grosse. et quelque violence ou injustice qu'elle conduisit les trois rois. ils ont à subir une attente moyenne deux lampes envoyéespar différentsprinces chrétiens. est-il l'objet politiques. leurs représence qui porte ce nom n'est partout qu'une statisponse qui y sera faite nous révélera le mal auquel B au commencetants sont ou seront.B et au retour du Palais. paraît par-dessus tout dangereuse . Quant à ceux qui. du moins. quiètes.188 - aînée de toutes les passions » (La Rochefoucauld). que prendre pareil touré d'un cercle d'argent. et dansle portdes cheveux ou de la barbe d'abnégation. I a do. Celle-ci est le lieu à jamais révéré de la nativité du nouvelle dans laquelle le caractère de l'homme est A ces honnêtes magistrats. vers le midi. iaspe On lit capables. prétendre marbre blanc. il semble. ni sécurité pour les . alors qu'on devrait développer en I « les cœurs amveulent monter eux le sentiment de la dignité professionnelle. appelée Bethléem. On y descend par deux degrés.B aux tant effort. Ce chœur est élevé de trois dex avec la nom confondant de et ne lui certains. parfois éphémère. exhaussé d'un pied au-dessus du sol. des effronteries du luxe et de la vanité. ils élucident ou obscurcissent une affaire. roté elle le coucha dans une crèche. Ce sont ceux si. nous n'avons plus de mercuriales : tice telle quela conçoit leur passion .B n'a pas réussi. qui sert d'autel. S'il ya dans ses rangs des hommes qui convoitent paraître aux spectacles et dans les lieux publics LA VIE EN VOYAGE des postes auxquels personne ne leur reconnaît de B risquerait de refroidir plus d'une vocation judidroits. peut se manifester toute notre liberté. en eux l'ambition. la I qui. l'emploi dé la robe ne serait pourvu qu'elle ne s'étende pas des individus à l'inspecté de laquelle il ne peut y avoir ni solidité pour B l'interdiction de titution elle-même. elle-devait accoucher s'accomplit.citoyens. certain. jugent Telles sont les questions qui se posent lorsque B pompeuses harangues de d'Aguesseau. et nous savons qu'il n'y a pas de justice sans pitié et et de protégés qui. les avenues. « Et elle enfanta son fils premier-né. comme cement? Si les gouvernements dit Saint-Bernard ». « l'ambition a autant de maîtres qu'il y se bandent contre le Parlement. un genre iriiportance quand vint'à la lumière. dans un cons. bition illégitime. pourquoi leur permettre 1IICDEVIRGINE MARIA JESUS EST. ils ne se demandent ni pourquoi on l'église souterraine de la Crèche. marbre : la tradition veut que cette étoile corres: « La Patrie est plus que ton père ou étoile de oublier leur caractère? Se tiennent-ils suffisamment dait à Griton au point du ciel où s'arrêta 1étoile miraculeuse qui ponde à l'écart des détenteurs de la fortune etdu pouvoir.le reste. plus élevé soit à peine avouable la place où Marie était assise lorsqu'elle présenta l'enfant sée que leur conscience puisse être faussée par une recourent à des protections étrangères à la magisdes douleurs aux adorations des Mages. par le dédain des B ques . mais les habitudes nouvelles. par une infa tigàble sollicitude. ont rien f simplicité demandé jamais Se grés au-dessus de la nef. les magistrats peuvent prenqu'il appartient de faire disparaître. qui ne semble-t-il pas mainbien y en a-t-il qui ne connaissent la chancellerie morgue insupportable. d'exceptionnel est Une table de marbre. est un autel. promettaient de disposer des juges?.B mêmes. une l'église n'a plus d'unité. à ce point de vue.. A Dieu donc ne plaise titue-t-il pas un privilège pour ceux qui-sont favoritrouvez la crèche. et l'inAu cours de leur carrière. 'parce qu'il n'y avait chez les magistrats. Les Grecs occupent le sanctuaire des Mages. enfoncée dans le rocher. pas un hommage de sympathie et de respect? à la main et me fit une courte exhortation. placée sous ce gistrat qu'il croit connaître prend une personnalité chœur.est rendu facile un dédommagement. blent les vipères qui rongent le ventre de leur toujours H plus difficile. objet d'une recommandations Aussi. l'ambition est Mais tones. L'église ne tire aucun jour carrière.dont la plus belle a été donnée par Louis XIII. c'est au moment même où elle a cessé de fonctions au fond de la grotte. certains David. et l'ayant emmailfaveur sont-elles régulièrement suivies d'effet? N'épresque regardée comme un devoir. par des modifications organi. devient de plus en I dépendance est la condition primordiale de la jusplaies très profondes à la ville. de sorte que nom enseveli dans la poussière des cartons. par suite de considérations budgéle rocher. leur trois autres branches de la croix par un mur. occupe le haut de la croix. Ceux-là ressemtice. sera appelé régulier et res. on s'alarme à la penA deux pas. CHRISTUS NATYS universellement reconnu. l'outragent ou le louent au nom de la jusl'on se préoccupe des mœurs judiciaires. aux Gardes des Sceaux nous distingue.des Arméniens est en possession de la nef que je viens de décrire. simplicité s'ouvrent aux deux côtés du chœur de l'église extégrés. attaques? longtemps dans les travaux ignorés ou de mono« Pendant qu'ils étaient en ce'lieu. Paris. ville dela tribu . et s'élève-au-dessus de l'éndroit où le Messie au milieu de vie modeste sans taires il vant. parce qu'elle occupe l'emplacement. maîtres dans leurs de juger? Cet état de choses qui. XVIe et XVlIe siècles. placés. De. à raison même de I pirent contre cette lumière de justice et font des ces interventions étrangères.--Galilée. toutefois. par un redoublement s'explique ni parla durée des services. correspond-il à une conception suf. . ta mère. Elle a trente-sept irrégulier ment qui lui.. loisirs! les propositions faites en leur auquel. Cette indépendance. les partis. il était exilé peser sur les décisions judiciaires . on nous reprochait. le droit auxhabits noirs. découragés. que : cratie lui adresse les plus violents reproches. n'y a-t-il pas de ce roc sont revêtues de marbre. se recruter dans les classer privilégiées. B ment de ce siècle. un jour. que. seuls. radié en forme de soleil. les taches qui peuvent ternir l'œuvre intéressées qui transforment en débiteur celui qui dre pour modèle la vie de leurs-prédécesseurs B à l'aller. du côté de l'orient. mandons-nous. nous fasse. je recrutement. imposent prudence. la Uépublique. B ne des sollicitations tenaces. les laissent en arrière ne leur causent ni envie ni le. Ces embellissements sont attribués à sainte Hélène. à chaque pas dans sa carrière. tranquilité? B sollicitent ou gourmandent le magistrat. sans l'accomplissement XVe. > pas les mêmes scrupules : par les mille voix de la fait naître. « sœur vue d'intérêt particulier. qu'avec modération qu'ils sont en petit par CHATEAUBRIAND des devoirs qu'il faut soigneusement observer. c'estassez de m'acquitter de mon devoir. sans être en proie à une amde l'étable et de la crèche. et puisqu'il laisse encombrer creusé en forme de berceau. au pouvoir: si le il fautremédieren faisant appelà tousles concours: tique des affaires.ces mots alentour de ses membres est sais que le désintéressement core la valeur nécessaire. le dévouement généreux qui B et ne pouvait revenir qu'en 1604. et parfois neufs pieds da haut. ils doivent encourir. ils sont A sept pas de là. indique l'endroit même où le n'ai pas qualité pour aspirer à un si grand honneur. la tentative faite. par B du talent. vous d un des escali(. B de en moins est d'un d'un examen surtout si si longue lutte. C'est une sés des dons de la fortune? N'est-il pas un obstacle que j'entreprenne leur défense. magistrat est ambitieux restera-t-il inaccessible à c'est aux Chambres. risque de leur paraître cette ville. à qui l'on est tenté de *rappeler le vers de ciaire. Avant d'y entrer.à 1église supérieure. on se demande alors s'il n'est pas du à l'éloignement de tout ce qui ressemble à l'habileté. Ces deux dernières nefs t-il pas sont vides et sans autels. consH encore un heureux expédient. Cette place pour pourtant. ainsi que les deux autres nefs formées par les deux extréla similitude à craindre de ils un été ont. pour établir le costume de ville. l'inamovibilité la protège.nombre et il serait injuste de faire rejaillir sur les SUITE autres une défaveur que. mités de la traverse de la croix. c'est que où naquit le Sauveur du monde se trouve perpenceux-là mêmes qui ont succédé aux seigneurs qui. . pieds trois pouces de large. après avoir passé l'entree fisamment élevée de la mission du jugNe? Ne consdignes du respect des honnêtes gens et n'ont pas . l'esprit de justice qui inspire le B A l'entrée d'Henri IV dans. plus tard. quand il réponMages. ne doivent être. composés chacun de quinze deà mamontant le son dans la amertume et.pieds et demi de long. Ce qu'il y a de. onze. remuent force des choses les réduit au rôle de solliciteurs I jamais » (La Harpe). à des recommandations Sans doute. ni si on les relèvera jamais du poste où un moment. afin qu'elle les enfante en honneur. nous devons les subir sans chercher à l'endroit diculairement au-dessous de cette étoile de marbre. n'ont mépris de l'intrigue. mais ne' suis-je pas convaleur? --. et n'est éclairée que par la lumière de trentedes mœurs et des idées nous'est rapprochée vingt-cinq ans. Je parlerai de celle-ci dans Leur genre de -vie est-il assez discret? ne donnéles oublie. et la ré. car elle n'est pas de niveau avec. leur situation est difficile: àgés d'au moins gistrature n'a été plus attaquée que depuis qu'elle du dehors. outre que je ne puis. au bas de cet autel.qui occupe santés? Çommenten vouloir à ceux qui. » . quelque légitimes qu'elles soient. et vint en Judée à la ville de David. ne s'abaissent pas à dans un ressort. rien ne l'espoir ou à la crainte? . si l'on ne renPour quelques magistrats qui essaient de rappecontre pas des magistrats en relations fréquentes La secte chrétienne. est la place où la de cinq années de juge suppléant. est obligé de subir? ractère par d'indiscrètes démarches. conserdevenu général. on remarque une ce qui n'en estque l'affectation. gens utiles à sa fortune » (La Bruyère)." aux magistrats eux. s'agit de l'organisation judiciaire. même réduit à de justice. de la. accusation qui est devenue le prétexte de toutes les d'être nommés à leur tour et de ne pas languirplus '< Pour se faire enregistrer avec Marie son épouse.. voûte peu élevée.parce qu'il était de la maison et de la famille de traint par mon sujet même à m'expliquer sur une Si les juges suppléants étaient. et descendentA l'église souterraine.B Aujourd'hui. dans les autres états. en dehors de l'audience. il"arriva que le temps Alors que. Vierge enfanta le Rédempteur des hommes. et le pavé de la grotte Les faits se chargent de répondre: jamais la mad'une excuse? Dès l'entrée dans la pour eux plus est également d'un marbre précieux. dès le début. Quand vous avez passé ce murvous vous trouvez en face du sanctuaire oudu chœur. juger demain : préoccupation légitime. moins l'avancement ne usage inquiet. par ambitieuse prétentions. ont conscience de remplir celui d'un autre. les attribuent à un mérite sans cesse grandissant. y échapper ». la confiance et la B Ne trouvons-nous pas là le style précurseur des presse. Tout dans les velles. compromettraient leur ca. acceptées = Claudien : Il Principibus placuùse vtris non ultima JERUSALEM et elles laits est il faut reconnaître ». avant lui. d'un escaliers qui montent besoin de l'estime des autres. nicieuse et dommageable au public. Un bloc de ici à la liberté du à un bon style apologétique. Souverain du ciel fut couché sur la paille. ni leur rôle ni leur àge ne justifient un et enest marquée par un marbre blanc incrusté de la démodes allures surnumérariat : s'ils sont ne démocratiques.que. comdevrait éloigner. Elle est taillée dans le roc : les parois à l'autorité qu'il. au détriment des jeunes avocats qui. chez les auxiliaires. de leur ils siège Comprendra-t-il qu'en àme. sans tenter fait leurs de leur « Joseph partit aussi de la ville de Nazareth qui est en ayant preuves. pratiquent les plus frétillants et moins sans bonté. aux chefs de ressort. On tenant que que y voit-un autel dédié aue Sur le pavé.grotte. ne doit-on Sauveur. ni par l'éclat fréquent. qui. est appuyée contre arrêts des intérêts les plus considérables. Cet autel est éclairé par trois lampes. B pas sans quelque inconvénient. Cette nef est séparée des avec des personnes dont la condition morale les ler à un Garde des Sceaux. Je les nomme-t-on juges titulaires? S'ils n'ont pas en. pour y parvenir. Cette sainte pas tenté de chercher dans l'amer plaisir d'un dénigregrotte est irrégulière. les magistrats rencontrent-ils mais que deviendra-t-elle avec le souci de l'avanchez leurs chefs l'énergie qui maintient le bon ordre B mère. le supérieur me mit un cierge modifié par celui de la fonction? Ne sera-t-il. succès de ceux qui que jour. oublient et fassent conformant à la parole de Socrate. les des plaisirs.

où nous nous blessions avec nos armes. L'inconnu et celui qui veut jouer avec les forces terrible. avait aux environs des bergers qui la « Or. ces compagnes d'Esther ne revirent pas toutes Emmlllls et Bélliel : plusieurs laissèrent leurs dépouilles aux champs de la captivité. mais cette terre sainte n'ose plus faire éclater au dehors son allégresse. et deux autres d'ordre ionique. quam jfenuit. ce qui présenta d'une extrême crainte. au-dessous de soi. Ceux-ci sautent à cheval : on s'arme. et. et allait abattre la tête du chef des Bédouins. Tellessont les destinées humaines: un Françait bords gémit aujourd'hui sur la pertede son paysaux mêmes dont les souvenirs inspirèrent autrefois le plus beau des cantiques sur l'amour de la patrie: Super flumina Babylonis. Ce sera peut-être est une chose le parti le plus sage. et fus recueilli quelnavire anglais qui ques mois après par un m'amena à Aden. ils trouvèrent l'enfant avec. L'une de ces tours est hors dit couvent. Dansles nombreux tableaux que l'on voit aux lieux saints. les deux mains dans ses manches. et la porte se referma sur nous. Ceci n'était chemin. cachée au fond d'un ravin. car en sortant de la grotte. car je viens vous apporter une nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande ioie. armés de poignards et de longs fusils à mèche.. La dernière porte du monastère s'ouvrit . et ses murs sont si épais qu'ils soutiendraient aisément un sièerecontre les Turcs. briller les poignards. le Village des Bergers. 11est bâti dans la 'ravine même du torrent de Cédron. à notre race une documents. l'Arabe appela ses frères à son secours. et qui ont une réputation de courage à soutenir. et le menace de l'écraser s'il ne fait. C'est de Ii qu'il vit la chute de l'empire romain. chéris de Dieu. « « Et en même temps l'étoile qu'ils avaient vue en Orient allait devant eux. Je doute que les couvents de Scété soient placés dans des lieux plus tristes et plus désolés que le couvent de SaintSaba. Nous arrivâmes il une grotte appelée laGrotte des Pasteurs. qui formaient un cercle autour de moi. Les Bethléémites. Dans un instant nous vîmes voler les pierres. Vous serez alors à même de décider si mes recherches . Nous passâmes une croupede montagnes où l'on voit sur la droite une vigne nouvellement plantée. je me préparai à partir pour la mer Morte. pour mot : « Qui est-ce qui se souvient encore de moi en France? Suis-je si j'ai encore des frères et des sœurs ? J'espère obtenir par le mérite de la crèche du Sauveur la force de mourir ici. lorsque le couvent s'ouvrit. où ils se terminent par deux tours carrées. la religion des peuples civilisés. étaient devenus furieux. Mais je ne veux nullement vous lisez et jugez par vous même. » Ajoutons qu'un contraste extraordinaire rend encore ces choses plus frappantes. « Et tout d'un coup un ange du Seigneur se a les remplit eux. Il était. que c'était la raison pour laquelle il n'avait pas voulu tuer le chef . enQuant aux aventures qui m'arrivèrent suite. et la porte de tette cour n'était point ouverte. leur innocence el leur douceur. paix. en vous mettant au monde. qui s'étend au levant. et se prosternant en terre ils l'adorèrent . la barbed'Ali-Aga. aimait l'urgent. Nos chevaux enfonçaient dans une terre molle et crayeuse. ils m'apprirent qu'il y avait au couvent un père. une fois le sang versé. La paix du saint et les troubles du monde effet dans les lettres fort un merveilleux du savant interprète de l'Ecriture. il avait été déporté en Espagne avec une centaine de prêtres comme lui . Sainte Paule et sainte Eustochie sa filleétaientdeux grandes damesromaines de la famille des Gracques et des Scipions. vous êtes transporté dans une solitude profonde. Le supérieur du monastère avait promis que je satisferais les Bédouins. Français de nation. Une lieue plus loin. En déjeunant avec les religieux. on ne pillât le monastère. Ces tableaux représentent les mystères de ces lieux. On voyait seulement croître touffes de plantes épineuses aussi pâles çà et là quelques que le so qui les produit. une nouvelle troupe d'Arabos. Ces lieux sont pourtantceux-là. Six Arabes belhléémiles à pied. en descendant le revers d'une montagne. parmi des Sauvages demi-nus et des musulmans sans foi. elle servait autrefois de poste avancé pour surveiller les Arabes. et marchant toujours à l'orient.laissant paître sescliameaux. reçu l'hospitalité dans un couvent de son ordre. et en tout le pays et au-dessous: d'alentour. je m'arrêtai c'est là qu'elle est morte. nous découvrîmes la cime de deux hautes tours qui s'élevaient dans une vallée profonde. sur le flanc de la ravine. comme tous les Turcs. car ils craignaient que. qu'il était des environs de Mayenne. Les Bethléémites voulurent le repousser. celui de saint Euscbe. en dedans. Les Arabes touchèrent la main des Bethléémites et. Voici sa réponse mot. une véritable merveille. Les ornements ordinaires de la crèche sont de satin bleu brodéen argent. Nous apprîmes alors le sujet. et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. la Venue des Pasteurs.La piété des fidèles a transformé cette grotte en une : j'y ai rechapelle. formaient notre escorte. on découvre les sommets stériles des montagnes de Judée. une religion inconnues des chrétiens de l'Occident. très brave . où l'on voit des grottes qu'habitèrent jadis les premiers anachorètes. Enfin. Elle est enrichie de tableaux des écoles italienne et espagnole. en Grèce. Nuus avions ajouté à un âne qui portait l'eau et les provisions. où vous avez retrouvé la richesse. « Alors l'ange leur dit: Ne craignez point. atteint de ma dernière maladie. en ce qui me concerne. n'est pas assez bonne et est trop connue pour que je la rapporte ici : Scipio. entre autres les débris d'une tour qu'on appelle la Tour de Sainte-Paule. l'autre composé d'une douzaine de tentes plantées en cercle. jouer h la messe les airs les plus doux et les plus tendres des meilleurs compositeurs d'Italie. et il montrait sa main ensanglantée mais Ali. Peu de temps après. Cependant. Onvoit dans l'oratoire de saint Jérôme un tableau où ce saint conserve l'air de tête qu'il a pris sous le pinceau du Carrache et du Dominiquin. etc. et les tornberux de sainte Paule et de sainte Eustochie. faite par saint Jérôme. On l'envoya chercher : il vint les yeux baissés. les arts. Je lui demandai s'il n'avait 189 renfermés dans un espace étroit. inventée parle cerveau maladif d'une pauvre femme. homme d'ailleurs. Les frères. veillant tour à tour iLla passaient garde de leurs troupeaux. sans importuner personne et sans songer à un pays où je suis ouulie. et s'il voulait écrire à sa famille. jusqu'à ce qu'étant arrivée sur le lieu où était l'enfant. mon fils. prosternations. Du baut de ces tours. hérissé de cailloux . l'Adoration des Mages. Marie sa mère. des Vierges et des Enfants d'après Raphaël. d'où je partis pour l'Anglede poursuivre terre avec l'intention mes recherches dès qu'il serait possible. comme pour rappeler. il cherchait inutilement à mettre la Nous étions tous arrivés à la porte de Saint-Saba. pour quelque argent. une piété. d'une tour.qu'aucun voyageur n'a décrits. ces filles de Judée qui s'écriaient sur le bord de l'Euphrate: 0 rives du Jourdain! ô champs aimés des cieuxl etc. je me mis à apprendre l'Arabe. Un autre tableau offre les images de Paule et d'Eustochie. la colline du nord porte des figuiers sur un sol semblable à celui de l'autre colline. ajuster les fusils. se jeta sur notre escorte en poussant des hurlements. Nous nous précipitâmes tous pêle-mêle dans une cour. . nous quittâmes les montagnes Rouges pour entrer dans une chaîne de montagnes blanchâtres. Il n'en est pas de même pour vous. nous n'aurions eu d'autre parti à prendre que de retourner promptement à Jérusalem. Les Arabes l'appellent encoreDta-el-Natour. un religieux grec criait de son côté et gesticulait du haut. l'histoire est finie. d'où nous devions enle Jourdain. J'ai vu cet habitantdu désert communier à l'autel des Mages avec une ferveur. comme les antiques bergers de Belhléem. dans la ville de David. après avoir possédé les palais de la terre. Ils marchaient trois eh avant et trois en arnotre cavalerie rière de nos chevaux. le peintre a donné aux deux saintes une ressemblance parfaite. L'église occupe une printemps une eau fangeuse petite éminence dans le fond du lit. l'intention de retourner et dont la tradition d'éclaircir le mystère s'est dans notre famille. Mais ces fils d'Aaron qui suspendirent leurs harpes aux saules de Babylonc ne rentrèrent pas tous dans la cité de Duvid. marchant d'un air sérieux . et. que nous serions infailliblement massacrés. adorer le Hoi des rois dans sa crèche. et une lumière divine les environna. Tout se passa bien d'abord. Le janissaire.finir cette querelle. ce fut là qu'il reçut ces patriciens fugitifs qui. Ce torrent est à sec et ne roule qu au et rougie. roi de Jérusalem et successeur de Godefroi de Bouillon : c'est une véritable forteresse. L'abord continuel des caravanes de toutes les nations chrétiennes. (A suivre. qu'un Bédouin arrêta l'âne qui portait nos vivres. je suis persuude que tous les voyageurs le remarqueront comme moi il faut être environné d'une stérilité aussi affreuse pour sentir le prix d'une touffe de verdure. Bethléem est bâtie sur un monticule qui domine une longue vallée. de l'encens et de la myrrhe. s'estimèrent heureux de partager la cellule d'un cénobite. comme je l'ai dit. et tous ces miracles mêlés de grandeur et d'innocence. Je ne leur voulais rien donner. fort bien touché. Elles quittèrent les délices de Rome pour venir vivre et mourir à Bethléem dans la pratique des vertus monastiques. Ces deux héritières de Scipion 80l\t représentées mortes et couchées dans le même cercueil. dans ce désordre. car. et qui semblent couvertes de poussière comme les arbres de nos grands chemins pendant l'été. elle s'y arrêta.de Juda.Je ne dois point oublier un palmier qui croit dans un mur sur une des terrasses du couvent . Ali-Aga me représenta que si je tenais à cette résolution. j'ai cru quelquefois reconnaître la touche mystique et le ton inspiré de Murillo : il serait assez singulier qu'un grand maître eût à la crèche ou au tombeau du Sauveur quelque chef-d'œuvre inconnu. qu'il tenait toujours par la barbe avec une force surprenante. chose assez rare dans le pays pour que je l'aie remarquée. Nous descendîmes de la grotte de la Nativité dans la chapelle souterraine où la tradition place la sépubure des Innocents : « Hérode envoya tuer k Bethléem. Ces Bédouins exigèrent un ils prennent apparemment le désert pour droit de un grand passage : chacun est maître chez soi. Ces copcerts charment l'Arabechrétien qui. il est inutile d'en parler. » La chapelle des Innocents nous conduisit a la grotte de saint Jérôme : on y voit le sépulcre de ce docteur de l'Eglise. l'une a marché plus longtemps et l'autre plus vite dans la vie. Je rentrai dans le monastère. quand vous aurez atteint l'âge mùrmais seulement a ce moment-là on remetde mes latra entre vos mains les résultats beurs. encore contre toute espéToutefois. On découvre çà et là quelques ruines. Cette terre était si horriblement dépouillée qu'elle n'avait pas même une écorce de mousse. il me donna un salut froid et court. la richesse les prières publiques. Cette vallée s'étend de l'est à l'ouest : la colline du midi est couverte d'oliviers clairsemés sur un terrain rougeâtre. Elle devait être autrefois très ornée marqué trois chapiteaux d'ordre corinthien. Mais deux jours après. La découverte de ces derniers était. Ce n'est pas une fable. « Au même instant il sejoignit à l'ange unegrande troupe de l'armée céleste. le chef des religieux parut. du temps du roi Hérode. Nous étions Je me mis en route pour l'intérieur. nous ne pourrions jamais arriver au Jourdain. A dix heures du matin nous montâmes à cheval. » Le père Clément fut oblige de se retirer: ma présence avait réveillé dans son cœur des sentiments qu'il cherchaie à éteindre. En tournant une des croupes de ces montagnes. des Mages vinrent de l'Orient en Jérusalem. tournaient la clef. Je fis naufrage sur la côte de Madagascar. et parviennent ainsi jusqu'à la croupe de la montagne. Je n'ai jamais entendu chez l'étranger le son d'une voix française sans être ému : Après un si long temps. et nous sortîmes de Bethléem.Par une idée touchante. qui peut avoir trois ou quatre cents pieds de profondeur dans cet endroit. le Seigneur. trop tard pour reculer : il fallut faire bonne contenance et traverser le second camp. je revins ici pour mourir. L'encens fume sans cesse devant le berceau du Sauveur. nous : l'un formé de sept aperçûmes deux camps de Bédouins tentes de peaux de brebis noires disposées en carre long. et l'affaire s'était arrangée. : Où est le roi des Juifs qui es Et ils demandaient nouvellement né' car nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus l'adorer. n'avaient pas voulu céder. couché dans une crèche. n'inspire plus de dévotion. Comme nous approchions. je crois qu'il y a un endroit où les forces vitales du monde existent visiblement. on distingue seulementla fille de la mère il sa jeunesse et à son voile blanc. il y nuit dans les champs. J'examinai la campagne du haut d'une terrasse. et les souvenirs de sa gloire sont renfermés dans son sein. De là les bâtiments du monastère s'élèvent par des escaliers perpendiculaires et des passages creusés dans le roc. Nous primes la route du monastère de Saint-Saba. Il me dit qu'il s'appelait le pire Clément. ils lui offrirent pour présents de puis ouvrant l'or. il tira son sabre. formée des débris d'une roche calcaire. « Et voici la marque à laquelle vous le reconnaîtrez : Vous trouverez un enfant emmaillotté. animés par le bruit. que ces Arabes iraient appeler les autres tribus. et elles sont arrivées au port au même moment. En sortant de cette grotte. et. pour épargner cause de trouble et de souci. Pendant le tumulte.. « Lorsqu'ils virent l'étoile ils rurent tout transportés de joie: « Et entrant dans la maison. Descolombes bleues nichent aujourdhui dans ces grottes. » Rien n'est plus agréable et plus dévot que cette église souterraine. dit le père Neret.) LA REINE AYESHA Par RIDERHAGGARD. C'était le couvent de Saint-Saba. il vous est né un Sauveur. et que les bergers de Judée furent avertis dans ce même lieu de la naissance du Sauveur. Les derniers Arabes qui nous avaient attaqués appartenaientà une tribu qui prétendait avoir seule le droit de conduire les étrangers à Saint-Saba. une pointe de compas uu midi. mais avec lenteur. « C'est qu'aujourd'hui. des Annonciations. vient. et où nos chevaux.le prélude d'une scène plus violente. où j'épousai votre mère. espérant avec rance. Mais à peine avions-nous franchi les dernières tentes. vous êtes persuadé que tout cela n'est qu'une le tesson de poterie et les détruisez chimère. mêmedes présents que les princes chrétiens y ont envoyés tout cela excite en votre âme des choses qui se font sentir beaucoup mieux qu'on ne peut les exprimer. pour les punir. de la contestation. ouvert à l'extrémité orientale. Quelques chameaux et des cavales erraient dans les environs. qu'ayant. « Nul endroit dans l'univers. peutvous voulez poursuivre toute cette histoire comêtre regarderez-vous me une simple fable. on nous enveloppe. ses supérieurs l'avaient ensuite envoyé missionnaireen Terre-Sainte. si influencer. Ali se précipita dans la mêlée. le manque de provisionsainsi d'une que les premiers symptômes mon grave maladie me forcèrent à regagner navire. Oh1que cetteparole à mon oreilleest chère ! Je fis quelques quelques questions à ce religieux. qui désiraient avoir le prix de l'escorte. Nous remontâmes au couvent. L'escortearabe étant arrivée. louant Dieu et disant : « Gloire A Dieu au plus haut des cieux. dans un monastère en Bretagne. l'entraîne sous le ventre de son cheval. l'œil plonge dans le ravin desséché du torrent de Cédron. entrait en fureur contre les religieux et contre les Arabes. il y avait une autre cour à passer. à la côte d'Afrique.etc. Ali prétendit avoir détourné un coup de poignard qu'un Arabe me portait par derrière. Leur épitaplie.au milieu des masures arabes. fatigué de ces délais. se trouvant. On prétend qu'Abraham faisait paître ses troupeaux dans ce lieu. L'affaire devintalors plus sérieuse: nous n'étions point dans l'intérieur du couvent . les. (SUITE) II 1 point envie de revoir sa patrie. mêmes où s'opérèrent tant de merveilles . Mais je ne me perpétuée suis point rétabli. nous courons pour lui prêter secours : il saisit le chef des Bédouins par la barbe. leurs trésors. dit quelques mots et le bruit cessa. les saints qui peuplaient autrefois ces rochers-. qui est le Christ. suite descendre àla nierMorte et revenir par Nous suivîmes d abord le vallon de Bethléem. tous les enfants âgés de deux ans alors s'accomplit ce qui avait été dit par le prophète Jéré1 mie : Voxin Rama audita est. Saint Jérôme passa la plus grande partie de sa vie dans cette grotte. car on ne trouve plus guère après le siècle d'Hélène que l'éternel corinthien. J'ai entendu un orgue. par leurs gémissements. que. que . Ali parvint à calmer tout ce bruit. qui doit une partie de sa richesse à Baudouin.

à causer paisiblement sur le pont du navire. Comment alors ce que expliquez-vous me demanda Léo. A tribord. Quelle est-elle ? Voici. Ce doit-être un pays sauvage riche en gros été de tuer un gibier. vous voyez quelle opinion ces gens ont du pays.-E. tous deux. je me suis enavec ton père. si vous partez peu des pays étrangers. mais votre pauvre père n'était pas dans son bon sens quand il a écrit cette lettre. nous restâmes. nous naviguions sur en route pour Zanzibar. dix jours dudes sauvages qui des déserts et des marais. La nuit est paisi paisible le moindre sible. dit Léo en replaçant Ce que je vais en faire? Mais. fit observer Léo. le tout ire vaut pas la peine qu'on s'y Il y a certainement. répliqua contrée n'est qu'un vaste marécage. dit Léo avec calme. La lettre qui n'était ni datée. j'irai mon oncle. j'ai reporté toute ma tendresse sur mon cher Léo. elle lança un regarder. Je dis. mon fils Fisisthenes (le puissant -vengeur. mon père a vu et appris? 11 y a sans doute sur Pure coïncidence. n'ait écrit ce que nous voyons sur le tesson de poterie. et qu'il m'arrivât mes proches attaqueraient malheur. et la lune verse sur les flots sa lumière La plupart des argentée. A propos. c'est vrai.Eh bien. ma première composé le tout dans que mon pauvre ami avait il sem"ait difun accès de folie.. le même fond grondement. Tiens! qu'est-ce une tache noire que ce nuage? et il montrait sur le ciel étoilé. Je crois aussi Et puis. ni signée. une histoire aussi originale. emportée au loin sur le navire où je te donnai le enfin à Athènes après mille péjour. revenu Votre Soyez sans inquiétude. ripéties. admirant la beauté de cette nuit et bientôt une sorte de torpeur s'emd'Afrique. qui nous émeut jusqu'au de notre être. j'y lus une quantité d'insdatant les unes de l'époque romaine. et je -ne suis pas homme à vous abandonner après vingt ans de service. les allées plantées d'ormes. cher ayant la forme d'une tête d'Ethiopien. frappé de terreur. en même temps. mais il m'aimait au moyen de son Alors elle nous conduisit. je cherchai à lui donc un moyen. -Le timonier dit que c'est un ouragan. des forces cachées que nous ne pouvons commais. à gypte. à moins de l'avoir vu de mes prendre . et je deviendrais la risée de tout Cambridge ! Trois mois plus tard. Nous étant enfuis vers le Sud. Il dit que toute la Non. à l'écart du bas. je ne croirai jamais qu'il y ait nn moyen d'éviter la mort. notre pilote Arabe. mon cher . vers dix heures. Mon désir a toujours buffle avant de mourir. et je désignai le tesson de poterie. avait rompu ses vœux. Peut-être avez-vous tous deux raison. Je n'exprime pas d'opinion. Rassurés par cette réponse. quand nous fûmes réveillés par un d'unetrombe coup dé ventterrible. la traduction et. Demain. Et maintenant. de la famille royale d'E. Tiens! jen'y avais jamais pensé. je suis fâché de vous le dire. je tirerai du moins de fusil. oncle Holly? Qu'allez-vous la lettre sur la table. Monsieur. je suis décidé à en avoir le cœur net.) Sous le règne' de Nectanebes. pleura. et. Je ne doute pas que ou un scribe à ses la princesse Egyptienne. prendre un congé et vous accompagner. par hasard. même pour un temps. et qu'il servé dans votre famille depuis le quatrième le prouvent siècle avant J. Quant a Job. 11 avait éprouvé de grands cette histoire s'était emparée de son chagrins. Oui. dans sa rage. et attestaient s'était transmis dans que le précieux fragment la famille de père en fils.qu'en Job? dites-vous. Il ne faut pas dire un traître mot de cette « bêtise ». et que si. C'est de la faive. je vis bien Regardant le faire changer d'avis. et. les nousoonduisirent vers laReine d'un indigènes sur la tête peuple qui place des pots enflammés cette Reine est une magicienne des étrangers. écrite par son frère. tu échoues. . plus heureux toutes choses vous guide Dieu qui gouverne dans votre choix! Adieu. ordres. Si'cela s'ébruitait. . je suis sûr et la perte de son mari lui que ses souffrances avaient tourné la tête. quelques bons coups Je saisis la balle au bond: Des coups de fusil ? dis-je. dis-je à Léon. je ne dis rien. il est près de minuit . et me mis à lire les caractères grecs onciaux qui y étaient tra- aussi ? Il est temps que vous Job. dans la nature. Le timonier arabe lève la main. et nous s'est accumulé pendant de rien. brusquement : faire de ceci. le jeune homme. par amour fuie d'Egypte pour moi. mais qu'il passera à côté de nous sans nous toucher. qui est pour moi un frère. et en sortit sans blessure. si tu recules ou que tompère Kallikrates. de génération en génération. dévrions. esprit. je crois assez au gros gibier. et nons montra la Cone meurt point. essaya. je répète ceci à tous ceux de ta ce qu'il race qui viendront après toi. qui pendait aux flancs du navire. entre la terre ferme et les récifs qui bordent cette côte périlleuse pendant des centaines de milles. vous aurez besoin de quelqu'un pour vous aider. et plus belle que jamais. Et rechercher aussi la cité ruinée et la « Colonne de Vie». et il refusa. la côte d'Afrique plusieurs caps ayant l'apparence d'une tête humaine. pourtant.Quant idée était à moi. Examinant ensuite le tesson de poterie sous toutes ses formes. arrête. Amenartas. et s'asqui se baignera Je jure que je siéra sur le trône des Pharaons. écoutez-moi.de m'imposer sans en avoir l'air. et sur ton père. réellement jeunesse ? Choisissez. mais inutilement. j'irai seul. Mais. ajoute Job. venez-vous commenciez à voir le monde. Oh! Monsieur. criptions elles étaient signées les autres du moyen-âge . l'Océan. de toutes choses. mer nous entoure de toutes parts. Fort bien. Sans croire à l'histoire en question. Et sa main devant ses yeux. nous dene se trompe pas. si vous refusez de m'accompagner. ou qu'il existe une sorcière blanche vivant au cœur des marais d'Afrique. Job. et il mourut. pour si vous partez. que c'est un mensonge. a-t-il entendu ou des parler de la cité en ruines grottes ? Léo. il n'y . des années. tations. toujours Examinons tout de môme ce que le tesson de poterie a à nous dire.accompagné d'eau qui nous fouettait le visage. Nous écoutons et nous entendons attentivement. si le capitaine couvrir cette fameuse tête de nègre. monsieur.. les inscriptions d'une manière irréfutable. et. et que vous acquériez une beauté et une en serez-vous éternelle. ne manquerons à l'abri Eh bien! mettons ces documents et allons à Londres acheter nos fusils. j'espère bien que M. Puis. Je crains bien que nous ne revoyions jamais notre chère Angleterre ! C'est égal. Mais l'argent? nous aurons besoin d'une forte somme. Mahomet.190 devient souvent la victime secrètes de l'univers de sa folie. se tient à seul. et où nous avions enta-ssé toutes nos le capitaine nous ayant dit que provisions. et commencer notre chasse. rempli de et de gibier. répondit Job. Toutefois. la barre. III Nous voici'loin de notre patrie . tue-la pour venger et. pauvre père ne fùt suiVous voyez qu'il s'est évidemment fou. Aucun d'eux ne voudra nous accompagner. cidé. Craignant voya à l'embouchure de la grande rivière . Kallikrates. finissait là. qui. para de nous. ils ont peut-être raison. adieu. il s'était installe dans une barque. va retrouver Fisisthenes. propres yeux. les brisants l'empêcheraient d'attérir. que rien ne pourrait Mais je n'aurais consenti à le laisser jamais ni liens icipartir sans moi. et rant. prêtre d'Isis. qu'un ment nous arrive de la terre lointaine. et que le monfils."et aussi mainte nation qui parle un patois arabe. à supposer que le but soit atteint. elle se plongea alors dans les flammes. femme de Kallikrates. si je ne trouve pas la « Colonne de Vie ».. Ils nous croient fous. cette femme.et qu'elle était folle quand elle a écrit cela. dis la vérité ! » Que Dieu lui pardonne ! dit Job qui avait écouté bouchebéecetétrangedocument. Léo et moi. causé en Arabe avec notre timonier : eh bien! lui qui connaît à fond tous ces pa. L'équipage. qu'il ne manque pas de marais. car elle ne pouvait me il mit tuer. il faut tout de donc mêmetenter la chance. et sa ayant la connaissance Elle jeta un vie et ses charmes sont éternels. Léo. et refusa même delà Alors. ficile d'inventer Je pris le tesson de poterie. Bien sùr. a pas de doute que votre. mais elle le sortilège contre lui. apprends le Secret de la Vie. prenant il lut ce qui suit : « Moi. à quelques milles derrière nous.rages. à cause de ma propre magie. je me soucie mais. m'étant tenu volontairement monde. et des trouvent grottes dont personne n'a jamais vu la fin. à la fosse où le vieux philosophe est étendu mort. jusqu'à se trouve enfin parmi eux un vaillant homme dans les flammes. et le porta chez elle avec force lamenelle m'enma vengeance. Il y avait quelques moments que nous sommeillions. matelots sont endormis. . et. Je crois que le tesson de poterie s'est conest parfaitementauthentique. vous avez Quelle bêtise ! Cette après-midi. quatre jours sur Après avoir navigué pendant nous fûmes recueillis une vaste rivière. regard d'amour aurait voulu me tuer et le prendre pour époux. où se nous atteignîmes les ruines d'une grande cité. une jolie brise gonfle notre voile. un enfant et un ami. adieu nos chambrettes adieu notre chère bibliothèque! La d'étudiant. et que personne serpents n'y habite. Et. mon testament pour cause de folie. Sans affections. tout et. Il me quitta et revint au bout d'un instant. nous errâmes pendant douze lunes sur la côte orienà l'endroit où se dresse un rotale d'Afrique. ma foi. infernale magie. j'arrivai mon fils. qu'on entend si paisible sourd grondemurmure . par nous portèrent. à travers les mers. et la craignait. une ligne basse se dessine vaguement : c'est la côte orientale Nous navid'Afrique. ajouta Léo en souriant. lui dis-je. il était inutile de lui laisser voir l'empire qu'il avait pris sur moi. mon opinion est faite. car il n'en peut sortir rien de bon. dis-je. à travers enfin une montagne. Léo n'ira pas se mêler de choses pareilles. et ne dit qu'un mot : « Simba » (lion). dont la voix lonne de Feuqui est commela voix du tonnerre . gouvernant avec nonchalence. qui voyait le côté positif des choses. guons vers le Sud. oncle Horace. du nom'de Vinclex ou Vincey. de tous points à ces •' ce texte correspondait la traduction anglaise de Vincey. elle jura s'il voulait me ton père immortel de rendre tuer et se donner à elle. si tu en trouves le moyen.

Voyez donc.Alors. nous étions Notre situation gées de cognac. voilée un un cap maintenant très large. j'étendis ont été amarrés. Mahomet nous faiafin d'en sait franchir heureusement les nombreux bridifficulté. en face de mon étrange Et. de ceci. onel. encore plusieurs se dressera siècles Job me criait: « Sauouvrage en pierre? Çaen a bien l'air. Qui serait asplémentaires de quinine. toute l'histoire est l chissant à la tête mystérieuse du nègre et aux des del'enfer. ce que Une contrée comme l'Afrique. et je pus distinguer peuple inconnu. La rivière où nous entrions ne semblait pas s'était tout-à fait calmée.à Job fit la grimace. verra. On dirait un wharf où de gros navires Le navire est englouti. découverte. et deux lignes de briOui. Grâce à la brise favorable. et. voilà cette fameuse tête dont marais. n'y a-til pas toujours core. dément. ont-ils eu ici des coligne de brisants. non une pure fantaisie si toutefois il est. Cette langue de terre était élevée d'envidépart.) .Grands qui a posé pour son portrait sur ces rochers » mes mains. cependant. par un pic qui semblait Eh bien! qu'allons-nous faire mainteéloigné de nous d'un mille tout au plus. gigantesque sombres nuages . c'est elle. et nous vîmes que le petit estuaire sants. Vous êtes un incrédule. n'est-ce pas là un ancêtre de Léo. sans parler des Juifs qui se faufilent inondes Fort bien. dit-il sèchement. en effet. Heureusement. Léo. et ma main rencontra répondis-je. tout un le bras. pas? oncle Horace. que l'ouragan ballotés parmi les rochers et les herbes de FOcéan ! Notre repas terminé. de l'espèce des magnotagnes. tinue d'âge en âge à dominer les profondeurs ajouta-t-il. La cents mètres sur cinq cents de long. etles miasmes qui poussant sur le crâne. tête colossale de nègre. nous nous mimes'. sens tout raide. avait en réalité tout l'air d'avoir été créée de remonter aisément main d'homme. car je venais diabolique. et vous-même. ment construit. geâmes vers les bords du marécage. cela ne parle l'inscription. geant vers ce point. et je constatai marais désolés. et je mis à jour un énorme anneau J'éclai de rire. des marais et des sauvages. par des doublé avec tant de difficulté. mais ce n'est pas instant. les Phéniciens. un rayon de cognac pour le réconforter. jene nez le gouvernail. Mais nous étions a eau. Qui vivra. vi-Ciel! étaient sûrement les débris d'un wharf solidevenais de sauver. à l'embouchure. tandis que Mahomet coupait avec quait pour la première du sol tion. figure menaçante tait sur nous. tout y était. maintenant je viens de parler.. et ces pierres notre étrange aventure. Sans doute la ville à laquelle ta-t-il soudain après avoir avalé quelques gorvant. dis-je la clarté des étoiles pâlit devant mille devant nous. dans la à l'artez dans le bateau ! » Je me précipitai après que nous serons descendus Allons donc! répliquai-je de nouveau. l'eau qui enparle l'inscription ! obligés de yider constamment Hem ! on dirait tout de même que l'hisvahissait notre canot. et le sentis s'enfoncer me dirigeant avec lui vers l'arbre dérDciné. Qu'elqlles minutes après. mais un monument par des sauvages. et la lune.. ramons et voyons si nous pouvons environ se dressait la deuxième demi-mille partout à présent. sur les monmourrons débarquer. et peuplées de croméphitiques s'exhalaient des flaques d'eau stagnante. Léo ouvrit les yeux. et. me répliqua Léo en souriant. ruines également mystérieuses. Mon bras fut presque arraché de l'épaule par « Allons J'étais sur le point de répéter : le poids du corps flottant.Eh bien! dit-il. Deux choses. dit Je suis décidé à remonter ne détruisit le navire. « Allah! » Quant à moi. ou épuisées. Et maintenant. et prole cours de la conversatioli. le crâne arrondi. voyant Mahomet s'élancer --. c'est là qu'elle sembla que j'étais sous l'eau durant plusieurs et soulevé en même temps une la un magnolia deux mille ans. Personne ne consans encombre notre timonier. ce qui réveilla Léo. meurai stupéfait. pour compléter la unn touffe d'herbe ou de lichen se dégageaientdes C'est un ancien wharf. les lèvres épaisses. « Prehôtes et mugissant comme vraie. nous passâmes oubliées depuis longtemps. on apercevait à mes trois compagnons! une lueur' étincelante une sorte de langue de terre. dis-je. dé. Bientôt ses rayons éclairèrent le désireux de l'avant. Job.:. la tempête trouver une place nour aborder. votre père l'a vue. dis-je.. rapidement le cap dont dans une ri-. vous n'avez été sauvé que tre. considérable mais nous parnonça. il y a un arbre magnifique. le nez la rivière pendant deux ou per.) Horace.visage de nègre. le soleil devint insupaplati. les rives mense. prouve r-ien. à l'époque ce n'étaient en réalité que quelminutes d'Amenartas. Peu d'instants après. pierre. qui remard'apercevoir répondit Cinq après. bordée: que Léo de marcher tête de nègre et les ruines avaient piqué ma cupicsurmontantle de l'autre promontoire que nous avion s d'un côté par la rivière. nous pûmes environnants et du niveau de la rivière : elle l'aspect terrifiant. nous prîmes le parti de pouvons certainement de la fièvre. et a un Job. Job. naît l'origine 'égyptienne. Mahomet gémit en murles alentours. Le ciel était couvert de y a là. trois heures. de plus en plus. nous nous embarquâmes. en sous tombe!. que je ponna n'est la même tête dont probablement pas abonde en reliques de civilisations mortes et l'énergie du désespoir. épais un objet pouces. les et nous pûmes gagner un petit bras de mer où ajoutez les Babyloniens. tandis que Job allait chercher un flacon je parvins à le hisser vigueur peu commune. dans le canot. de la nature. –Tiens! ajouc'était Léo. n'est-ces de nous quaest noyé. voyant un objet qui émergeait son couteau la corde qui nous attachait à lui. et je crois à présent qu'il sez stupide pour construire un wharf au milieu (A suivre. C'était assuAllons donc! répondis-je. défi aux ennemis haute de vingt pieds environ. dit Léo sentenressemblance. La vague passée.• en la rive conen cette soit. et. secondé par Cette fois. sur la ligne des côtes. au gouffre de l'Océan !. ou mort. A un le firmament. Lalune commença à descendredans codiles couchés au milieu de la vase. je me décidai à le suivre. . à ron vingt-cinq de la mei. dit Léo. après avoir amarré notre bateau à nous arrêtons on cet endroit. Ayant donc tout disposé pour notre qui s'étendaient avec stupeur et le vent. ce qui serait fort risqué. et. portable. il était sauvé!. mais. je ne répondis rien. "pas cette tête était là. Vers midi. la rivière. et toutes sortes degensplusou les flots étaient relativement paisibles. aborder. Peut-être ces différents peuvigoureusement. Je n'en suis nullement sûr. répondit-il. grâce à une par miracle. il y eut un grande quantité ques secondes." n'ous ne qui s'élevait à l'Orient.. d'écume inonda le pont du navire.. de ter-re. sur les marais deux alternatives : virer de bord. le soleil émergea des flots dans toute explorer sa splendeur. qui viendraient qui se précipi. où est le navire? se rapprochait tourbillons. une barre moment même. j'étais' aussi. toire est vraie? dit Léo d'un air gai. et soudain je vis flotter sur la crête des vagues • d'environ trois Je dedonc? me au milieu del'écume et des Oh ! oh! noir s'écria-t-il. contournant explorer la nature et l'étendue. la lune brillait enà titre d'avertissement et de Peut-être eu ici une vague énorme. grâce à l'adresse de et. et. deux ou trois mots. Job. de lune éclaira le visage de l'homme jadis amarrés que je dit-il d'une voix faible. qu'elle cas. forcèrent à avaler des doses supd'une. qu'ài-je je qui. demandaidans la barQue pensez-vous moi. nous entrions que le soleil était déjà haut dans le ciel. et. une véritable muraille de pierres le minutes navire bateau. » Mahomet se cramet tâchons de les franchir. Nous nous trouvions Enfin. il avait appartenu était ensevelie au fond des était terrible .à l'exception autre bras. moins Perses. donc! » mais je n'osai. et tâcher de au-delà. élevé par un ?. Ainsi. réfléen face de nous. versa des torrents de lunous. Quelques instants après. je pense que c'est le Diable en personne pas tout. queje serrai comme dansunétau. si nous mière sur la crète des vagues. à la tandis ramai avec barre. je lui racontai en cet endroit. civilisés. Dès lors. l'équipage dit Léo avec animation. rément fort étrange. des navires avaient été A ce moment même. grondant sants se dressaient . je tombai comme une masse au fond du . et bientôt l'Aurore traverser ce marais. Quoi qu'il regardant escarpée. nous permit de hisser la soufflait des marais pieds au-dessus Il n'y avait pas à s'y tromvoile. terminé ses rives nous empêchât d'en bien mesurer la rocailleux. lonies ou des comptoirs. toutefois. la terre avec ! au bas de la muraille. Nous savions directement à sa question. Léo arraché. A ce largeur. à perte de uriosité. que le sommet du pic avait la forme d'une tête et d'un . bien que le brouillard nous découvrait Oui. murant : et inonda la terre de chaleur et sur une langue de terre large d'environ deux de lumière.. et dans un pays habité de carguer les voiles'. et il me où l'ouragan de lo nuit dernière avait déraciné se dressait il y a de l'Océan . qui couvrait là ce que vous disiez tout-à-l'heure. petit reliées entre elles par du ciment. Léo dormait profonétaient fort marécageuses. répondis dis-je en' Arabe. ensuite. Personne ne répondit et nous nous dirivînmes à franchir cet obstacle sans trop de . s'était couché hier pour nous étions heureux d'avoir entassé gagner un port. Il y avait. qui vue. j'écartai Dieux! où est Léo? m'écriai-je. Hélas! le soleil qui lias. avait environ un demi mille de large. dont les corps bien remonter toutes nos provisions dans la barque avant étaient maintenant la rivière. Et ce n'est lois l'objet en quescoulait à pic. des vapeurs vière au cours paisible. que. Un copieux déjeuner qui s'étendaient répara nos forces se levait pour nous. en lui montrant cette tête je à notre serviteur. c'est là femme de Kallikrates. nous dirid'abord. en tout cas. et figurant la toison maraisnous cieusement. comme dans presque toutes nant? demandai-je en changeant les rivières de la côte d'Afrique.191 - de ces affreux marais. un flot en désignant un endroit du rivage. et. rière du navire.sont claires pour moi. Mahomet.Oh! Monsieur. ou l'un d'entre eux. ples. dix-huit de nos compagnons. en tout moment de calmerelatif. la brume Il semblait imse dissipa. de la civilisation au milieu d'un gigantesque tourbillon d'écume.

BRUXELLES UN JOUR DE FÊTE. 1 A .BOULEV. I/Imprlmeur-Gtérant s G.LA VIE EN VOYAGE. DE LA VI B MODERNE. TYPES DE LA RUE. SOULT iMPItIMBHIB LÈBRE. HUBERT. Dessin de A. 83 E? 83 Bis.

Le Numéro. il& centimes N"^24.SUPPLÉMENT Un an. BOULEVARD SOULT. Union postale. PARIS. DIMANCHE 11 DKCUMKRE 1898. secours de sauvetage Dessin de ROBERT MOLS. en Chef: GEORGES LA BOUCHÈRE Rédacteur LES se portant au DRAMES d'un MARITIMES. . LA Directeur : VIE JOURNAL GASTON LËBRE QUOTIBtENNE HEBDOMADAIRE : 83 ET 83 bis. navire drossé sur Bateau un banc. 6 fr. 8 fr.

de Binic et de Paimpol. en cas d'accident grave. pèce la C'est la du grande pèche. ceux de I C'est dans ces trous que s'introduisent péniblement chent à la ligne. Il ne suffit pas de pêcher la morue. appartiennent. En haut sur le pont. che à savoir. pèche large. En effet pour le foin. pitalière . pèche I ceux du banc. Le bancde Terre-Neuve naturellement appartient rencontrons des pêcheurs dans des conditions par. et on l'étale de manière L'expérience a appris C'est sous cette Saint-Jean à l'est et aux pêcheurs de la à la transformer en poisson plat. Pour se reposer. enfin Fécamp et I à la côte sud de l'Islande en débordant un peu à simple hamac. du côté du vent. ils sont exposés à se briser contre les Des 10. vu la terre une seule fois. et même A l'heure actuelle la mauvaise humeur des An. Dans la mer du I ATerre-Neuve. C'est donc sur le banc de Terre-Neuve que nous sés de revenir sur le banc. forme que dans le grand compartiment réservé du mer du Nord les lois qui de ce fait est milieu on établit des couches de morues et des connue sous le nom de ces migrations. ils peuvent retés ont été soulevées par les Anglais du fait que gagner leur port sans trop de peine et de retard. ils progresdentà Saint-Pierre. on peut y trouver des médecins. Le temps devient-il menaçant.000 marins de la grande pè. en tà'fi Nous comptons 16. plus tard c'est l'encornet. Telles sont les condiI lieux de pêches sont pêche est surtout le tions dans lesquelles vivent les pêcheurs du banc. etils peuvent assez rapidement entrer en comles Anglais. Rien ne rappelle l'idée d'un lit ou d'un la corde de la ligne. loin d'être gai et attrayant. ils sont obligés de regagner leur port. ou meules . Il est merger constituent une caste particulièrement ce hardie. sont aussi serrés. comme pièce d'ameuI le butin les bateaux de pêche. les pècheurs ne se surtout Boulogne arment pour la mer du Nord. Chaque posé en moyenne de 40 à 50 hommes. rue verte. dès que le soleil se monglais persiste encore et se traduit par cette expression dédaigneuse : la soz-dzsant côte française (so lement qui n'est que relatif. le homard étant également très abonLes pêcheurs d'Islande font toute leur saison sur dant dans ces parages. d'où une série de Terre-Neuve. pres|f| called french shore). Ces deux Mi tlccin CilChefne la Marine. avec cette les pêcheurs de la mer du Nord mettent tout au restriction que nous ne pouvons pas y bàtir dans plus quinze à vingt jours pour remplir leurs barils le sens rigoureux du mot. les lieux de pêche . enau filet. afin que le compartiment du milieu qui > H les sépare en soit d'autant plus vaste. . Les bateaux qui PÊCHEURS t vont mouiller sur le banc sont toujours d'un tonH des bâtisses en bois les chauffauds. les Anglais disent la à peine'au milieu. le premier employé est pèche est l'appat boële sont ceux qui tiennent la mer pendant de longs I une ouverture étroite par où passe un peu d'air et mois et vont souvent jusque sur les côtes de l'A. Il est donc tout naturel qu'au point de vue des LA VIE MARITIME . on la vide. La zone de pèche correspond Brieuc. Granville et Saintdeux par deux les pêcheurs pour prendre un peu I avec cette seule différence qu'ils tiennent à la main Malo. L'Islande ne fournit que de la morue verte. réparent leurs avaries. peude choseprès. comme sur nos paisibles rivières. Considérons d'abord leur I Les pécheurs du french shore mettent leurs naH DU LARGE vires à l'abri au fond des havres et s'installent dans habitation. possible. Dans cet état la morue se conserve En conséquence ils bien et constitue ce que dans le commerce on apcommencent à pê(french shore). A une époque relativement récente. ga* Là encore les pêcheurs se trouvent dans un isomorue en tas. on finit par s'apercevoir qu'elles . . moins forts que . Ce dernier Sur le banc on pêche la morue avec des lignes En France. Dès le commencement. que les marins pèsuperposés. un poële et c'est tout. La vie est dure pour tous les pêcheurs de la haute à sécher sur les graves. banc de Terre-Neuve. morue. 4. (esde lumière et par ou descendent les pêcheurs à de seiche). cependant elle ne l'est pas au même degré morue comme en France nos paysans agissent pour de la côte (french shore) nous est exqu'une partie nos trois principaux lieux de pèche. bois dans le seul but d'abriter les pécheurs pendant font de l'eau et des vivres et repartent vivement la saison de pêche et de leur permettre la manipula pèche.. ils n'oient même pas leurs l'ouestet plus fortement à l'est.000 pour Terre-Neuve.France pour la saison et qu'on appelle des graviers. Làles prairies sont remplacées principales dispositions : les ilôts de Saint-Pierre sent vers le sud et arrivent ainsi jusqu'en face de et de Miquelon situés au sud de la grande île nous par des champs de beaux cailloux qu'on appelle des Douvre. cette tète n'ayant pas de valeur marchande on tend la est utilisée pour nourrir l'équipage.Nord1 objectif de la immenses et lourdes bottes. ala même étendue que la grande Les pêcheurs du banc sont pendant leur camîle de Terre-Neuve est constitué par un plateau teaux de pêche de Fécamp mouiller sur le banc. Une fois descendu. mais le homard n'étant pas un poisson.000 marinsqui pèchent dans ces parages. s'occupent du séchage. comme la mer à tout le monde.. I l'aide d'une échelle à pic. permis de faire c'est d'y élever des bàtiments en là ils débarquent leur butin. Ce banc qui. y sous-marin que l'on trouve partout à 60 mètres enrester six mois et repartir pour Fécamp sans avoir pagne exposés à des dangers graves et multiples. de pêche. outre la motrecht (1713) qui a au sud des Shetland. des difficulD'autre part. il faut encore d'abord le grand banc harengqui se prend la préparer pour la conserver. vous le savez. homarderies. le poste de l'équipage. Ils pèchent sur ! H la côte généralement à la senne. Les morues sont déchargées. Cependant. Ce poisson on coupe la suite la partie nord d'opérations dont voici le résumé: voyage par bandes. produit ce qu'on appelle la morue sèche réglé la question de à mesure puis que la pêche dans ces paque l'on prépare de la manière suivante: certains la saison de pèche Un Bateau-Hôpital des Œuvres de mer bateaux. Le temps passager de la pèche tre on l'étalé.tant les parois. La grosse question de la est celui de l'avant. les autres vont nous prenions comme exemple les pêcheurs du sur le banc. mérique. lavées et mises graves. aussi réduits que du Conseil Membre supérieur desanté de la Marine doris est monté par deux hommes et rayonne auH tour du bateau mouillé. En certains armateurs français ont voulu étendre leur somme ce sont encore les pêcheurs du large les industrie sur le french shore en y établissant des moins isolés.le hareng conservé. ont dit côte. tout ce qu'il nous est de harengs. de côte française couches de sel. mais elle est très hostraité. I déshabillent jamais. : ÉflL-' est bien trop précieux pour que les équipages. Neuve qui s'étend ges comme pour les oiseaux migrateurs. on En Islande c'est encore la morue qui constitue '. I et à les relever. ral. c'est-à-dire le navire. c'est là qu'on mettra la morue.capitaine et à l'avant le poste de l'équipage comH par le Dr BONNAFY cilement à bord les uns dans les autres. avance. ceux d'Islande partentde DunkerquedeSaintI de sommeil. Terre-Neuve partent de. Les pêcheurs du banc mouillent leurs bateaux bateau présente à l'arrière le logement du I sur ce banc et mettent à la mer de légères embarChaque : NAVIRES-HOPITAUX ŒUVRES DE MER DES I cations à fond plat des dons qui s'empilent très fa. on enlève la plus grande partie depuis le cap Raye à l'ouest jusqu'au cap de la colonne vertébrale. le capelan etc. mer.2 conditions dans lesquelles se fait la grande pèche 800 environ vont sur le frenchshore. distingue la de mer profonde (deep sea). Deux à deux dans leurs doris les pêcheurs tradition et en considération des circonstances par Le compartiment qui intéresse le plus l'hygiéniste I passent leur temps à amorcer les lignes à les imtoute spéciales où ils se livrent à leur industrie.Fécamp. on met la clusivement réservée pour la pêche. qu'on pèche est coupée par des retours dans leurs foyers. le banc de Terre-Neuve. les. On procède à l'égard de la elle est sous la souveraineté de l'Angleterre sauf mer. quandils sont chargés de morue se renen voici les rages. Vous avez le droit de pèche.000 pour I sont partout garnies d'enfoncements teaux même. nous possédons une catégorie de pécheurs qui. en dehors de nos pécheurs du littoI fixées à de très longues cordes que l'on jette à la est en effet relativement grandiose et imposant. H compartiments.mer et surtout ne mouillent pas I c'est de leurs ba.'::: la pêche de la haute mer. à ticulièrement pénibles d'isolement et d'abandon. la Capitale. pour se rendre sur les lieux viron de profondeur. I c'est le sanctuaire. mais ils ne sont pas loin de la c'est-à-dire le droit de prendre du poisson. munication avec la terre. ne mettent pas d'embarcations à la blement. Ils ne perdent certes pas de temps pour lation de la morue qui. 10. quanta lagrande île de Terre-Neuve. cette besogne est faite par des enfants venus de C'est là qn'on peut voir notamment de grand ba. est le butin mais il n'en est pas moins vrai que leur saison de va chercher dans.000 pour la mer du Nord. C'est le traité d'Ucher immédiatement pelle la morue verte. de la côte de Terreil y a de vrais passatête. nage relativement élevé. afin de pouvoir tenir la LES H mer dans ces parages particulièrement difficiles. Il est vrai que cette terre sa capture n'est plus de la pèche et vous violez le danoise est assez misérable. l'Islande et 2. ces parages.un hôpital très convenableà Reikiavick.

(1) nous trouvons comme mortalité des malades à bord.passé en revue la flottille de pèche et recueilli en pêcheurs qui ont fréquenté Terre-Neuve et l'Islande decins de la marine et des médecins de la guerre. Tous ils ont servi sur mêmes de pêche.corps à Bordeaux. ils ont à lutter contre tout en visant la généralité des classes laborieuses. Cette Société n'a pas perdu de temps puisgénéral. on voit que les 14. par disparitions naufrages). bien qu'y stationnant dans de Vhôpital. connu. Mais en pratique le nomainsi: 143 par Verein) qui ne s'occupe exclusivement pertes d'hommes se répartissent bre des. qui en réalité vivent constamment dans la fièvre de la pêche. une mer très dure. prévu des aumôniers dans les ambulances. est d'assistance de et secours. on Samaritertion Samaritaine allemande (dcutscher peut à la rigueur y hospitaliser dans d'excellentes ce qui donne comme mortalité 26 pour 1.. sont absolument gratuits. dans ce nombre sont compris le ordonné que la princesse Christian l'a traduit en çaise également 3. le secrétaire sant campagne.718 pêcheurs qui ont fréquenté plète guèrison. pêcheurs. viennent En 1877 s'est constituée en Angleterre la Société truit parles œuvres de mer sur les indications fourArrivés sur le banc. decins de la marine ont très simplement déclaré la certains instincts de brute . c'est la mission service du médecin. Ces que des* conditions 30 malades.–C'est 1 . moyenne de 5 à 10 malades. les paquebots pourraient ne pas passer sur le banc. Bailly. s'est émue de la situation pénible que le lor avril 1896 son premier glaces flottantes (icebergs) qui sont entraînées sur de ces rudes travailleurs de la mer et a cherché à partait pour le banc de Terre-Neuve. du bateau-hôpital les malades graves et les sérieu. l'amiral Lafont en est le président et troupes qui vont au feu. en considération des transbor. est le trois mâts goelette de 37 mètres de long.000. sous la vigoureuse eu6 65 pêcheurs.000. que générosité pensé a du prendre la mer. quelques-uns d'entre publique. St-Jean (St-John hospital Association) qui nies par M. pour nos soldats fai-<(r l M. donne des consignalent la qui conseils sans terre ce n'est ferme . du Nord. Il peut bien se faire qu'à un En 1897 elle a déet sur les cotes du Labrador. compris. ce qui donne comme morles hôpitaux à terre soit à l'hôpital de St-Pierre. aussi bien à que l'opinion publique. de préférence par des mé. En 1895 a été fondée la Société marine a mis à la disposition des œuvres de mer les bateaux de guerre et s'y sont montrés admirades œuvres de mer dont le but est de faire croiser les médecins nécessaires pour assurer le service blement dévoués et disciplinés. sans compter plus digne fishltermen). 58 par maladies. dans ce profond isolement de la 543. plusieurs jeunes méhôpital du chez eux repêche large.3 navire-hôpital qu'en France. y qui a est admirablement En 1882 le Dr Esmarchde Kiel a fondé VAssocia. mais toutes les fois qu'un naviremoment donné. Ces deux sociétés pleines de bonne volonté. malgré le brouillard. Dans chaque centre sont faites comme mortalité 23 0/00. Agir ainsi ne serait pas sage.le constructeur de bateau bien la saison relativement bonne. Jamais groupe humain de travailleurs n'a été la hatiteiiicito the sea des pêcheurs de (mission deep clements multiples. bien entendu avec l'assentiment du leur de nos fondée en sous le de la pour campagne Reine. sultations. en l'abcaux urgents qu'ils peuvent s'administrer ces parages ont présenté 86 décès. -Naturellement a fait un pas décisif dans l'assistance efficace en arlarge vont s'exposer exactement aux mêmes périls tous ces soins. Le tailles rangées. enfin.du capitaine du bateau de pèche. rue Bayard. sement blessés. mais à notre époque de concurrence à outrance. d'Italie (1859). pécheurs sur les lieux de pêche. Or. peut-on espérer qu'une compagnie donnera le bon exemple et surtout sera imitée parles autres ? les D'autre part. A l'heure actuelle cette société posdifficile et réclame une certaine habitude de la mer. leurs doris manœuvrer leurs lignes et très souvent ils ne peuvent pas retrouver ce sont autant d'hommes leur bateau. paraissent ataviques En France l'initiative privée a du premier coup v étaient prêts à embarquer. Il est très instructif de rappeler la mortalité qu'ont présentée nos pêcheurs dans la camnaene de nêche de 1097 : camnasne i c r u a aux pécheurs. s'ils n'ont pas la chance dans la brume un autre de rencontrer bateau. et c'est avec lai qu'ils il faut tenir car au mais compte des circonstances. les 3. s'intéresse plus particulièrement il A duré six mois environ. ce qui donne le navire des œuvres de mer croise sur les lieux de sence de médecin. à Le Dr Esmarch a résumé cet enseignement dans un talité 25 pour 1.000. petit livre le catéchismedes premiers secours (Katemois). qui d'ailleurs est vice-présidentde la société. l'étranger à Paris. la marine Anglaise 3. Normand. pêcheurs Angleterre patronage . ancien officier de marine. il se trouve que la route la plus courte malheureusement pour les paquebots qui relient New-York à l'Europe coupe précisémentlo banc. pour 1.2i 8 trouvent sur les lieux. M. cherché à porter secours et assistance surles lieux plus grande bienveillance que le Ministre de la fond ces hommes sont bons. la mortalité d'une campagne de pêche. l'armée fran21 personnes. absolument dans les mêmes conditions que lesv/~ pêche. naufrages(il ya n'est pas de garder que le but du bateau-hôpital à la mer (hommes tombés à l'eau ou égarés dans impulsion de son créateur. Terre-Neuve. . une nouvelle société d'assistance. des conférences par les hommes techniques qui se pêche. y compris l'hospitalisation à bord s'ils allaient à deux bamant des les que grandes prendre part qui accompagnent bateaux-hôpitaux du navire-hôpital.soit à l'hôpital de Reikiawik en Islande. souvent par grosse mer. fait des pansements et ramène à bord assez. emploi pareil. Son objectif consiste leurs doris). Jusqu'à ment sympathiques. médecin et l'aumohier. en partant En 1884. eux-mêmes ces sont marins 14 navires croiser dans la mer du Nord sède que par particulièrepour aucun médecin civil n'a demandé présent. La mission du bateau-hôpital est autrement comprise . perdus à jamais. Vous voyez d'ici ce qu'il peut advenir de notre flottille de pêche lorsqu'un paquebot lancé à toute vapeur passe à travers. On peut donc dire que chaque année.000 hommes la marine Autrichienne Le personnel de chaque bateau-hôpital chismus zur ersten Hülfeleistnng) qui est si bien est de en perd 2 1/2. en additionnant les morts à Magenta Le médecin se rend sur les bateaux de pêche '/< se bornent néanmoins à donner des secours et des et à Sollerino. le danger le plus constant est le brouillard. Pendant la même période (6 Terre-Neuve. au milieu des bateaux de des navires-hôpitaux nous avons vu que nos pêcheurs du large sont : Ce n'est qu'à une époque relativement récente de la Le siège Société est 5. recueille les malades graves et quand il a En totalisant ces résultats. En allongeantde quelques heures leur traversée. Si nous considérons nos pertes pendant la guerre Anglais à l'usage de la Société de l'hôpital SaintJean. pèche. or. surtout à enseigner aux pêcheurs les soins médiEn Islande. est en pleine activité tous les malades à bord jusqu'à parfaite et comsur toute la côte allemande. Direc(1) D'après le médecin inspecteur Mo teur du service de Santé du XVIII.500 marins qui ont perdu 266 des leurs. il va les déposerdans ont perdu 352 hommes. les règlements de la guerre ont vache. 1 la route qu'ils doivent suivre par les courants qui Le type général du bateau-hôpital adopté et consleur porter secours et assistance.L'aménagement a eu 10. qui dans ces parages peut régner sans interruption pendant plus d'une semaine. quitter c'est-à-dire exactement pas précisément 25 pour 1.malades n'aiteint jamais ce chiffre parce Cette association.000 lui a fournis la fr. ne se Ils vont dans croisent jamais les bras.

LES DRAMES ^MARITIMES.– RENCOI D .

DEUX 1 NAVIRES. Dessin dé ROBERT MOLS .

Elles toute-puissantes. pireexemple. importante rapidement ses avaries à Saint-Pierre et croisa sur de valoirpar ses enfants.elleest graveet l'éniancipel' majeure et autonomel libreet souveraine.. LEve nouvelle.p.6 « (1)Nullen'a moins travail.M.et lavérité vous auraient pu paralyser parole de l'Evangile rendralibre. Ponrles des professions libérales Sonangoisse de séduction diminue . abordage. (H) aux pêcheurs. »(8) du sort faisant à construire ce en mais bien dès son tain. d'unesection ie section du vasteetactuelproblème pour journaux du pays et qu'il de l'organisation 1. glo-Saxonnes. 1. Balzac et MicheL t avaient estropiéesouatrophiées rendent encore des services les navires-hôpitaux mais corrompue dansson application connue ofticiettement. dit M. 304. pour moyens d'assistance . considérant qne ladi-.. on l'échoua du Vieuxlit de une enfin Procuste stature éblouissante. int. spirituelle rifier le mariage. ou mortes. que l'idéal. 217. mée ceux qui la dirigent. Des sommes et entretenir ses accénavires-hôpitaux.ce n'est révéler à la sottise. des « œuvresoriginales où l'éliiuicr. à leur famille.« poursentiret apprendre épanouissant ». fourni les fonds nécessaires pour construire. ont gardéici. (11). H.ne s'apprend Saint-Pierre pour Terre-Neuve.et.seméedansl'aineféminine.nouvelle.par le capitaine voulut regagner sans retard le banc. p résent vitalité et l'énergique impulsion que lui ont impriC'est pourquoi. leur oflicesocial.mais dans Saint-Pierre ses essentielfcprinquer pour deux caractères spéciaux et que voici : hardieset fortes.H. juge. ramena en France d'où. c'estpuconditions 21 malades et convalescents pris à l'hôlafonction la fonction matérielle desubsistance et transfigurer économique. néraux par ces mots: « la Fédération. portant la rubrique: 2. assurée. Sesacrifierau vice. de iusiicc. LEve 'nOUvPlle. --raceslatinesdégénèrent armer justement pour cetteraisonquidcvraitlesfaire 8. villes du littoral. en vue d'augmenter ses' resest enfermée. tage par les grands-parents. et dela corfemme loinde lérermêmel'évolution d e la ont été collectées des comités de l'ignorance 12.-p. p. ce premier navire-hôpital.fontaine d'oit. et complète en avril leU6. 339. dès le début. note. hommes de 5 doris en dérive . p. que ».salaireégal:accès de leurs facultés l i et desfemmes à par la âme attire et est attiréeavec les places.» (12) Qm-lques et nonpas femmes.devenir Consciente? sincère profonde. ontsu Slaveset les les Américaines. Constituer Ineidement: « L'homme par amour. de la femme science. année il l'Islande. pêcheurs navire-hôpital . sa subordination choisirait virile. c. économique sont des sur interrompues par pointes croisières c'est maisla femme la responsabilité de sa viematérielle. p. Espérons qu'il est normalque les enfantssoient et du monde? moinsélevés Que faut-il pour le salutet le progrésde la femme et davanbateau de guerre Danois le Heimdcil essayèrent de par les parents qu'ils ne le. le Saint-Paul comme les autres. forcé de louvoyer contre un vent contraire. 2. p. proclamation accomplij..cÕnnaissanco. p. n'ainieft élaborerle doubleet i déal humain : Lieueet t-on « L'homme il faut inséparable pasmieuxignorerpourcalomnier soit directement. zrJ.le dévouement bonté intelligent. en fait. travail artificiel et pervers. si celapeut il un début eut un Terre-Neuve.M.. spirituelle des les lieux de pêche et prennent celles qui. non la non « nonplus Jeveuxenfin écouter l e de plus femme-victime. 279. L'Eve nouvelle.selon les mesures bienplus d'intensitéqu'uneâmemesdes salles bien éclairées des livres.. m'ef.nondansses vainsdétails.–L'équipage Société est à rendre service pas une de connaissance la femme qui appelée à apportera. m ême dans les cas sera Doit-on c raindre la diminution pas toujours a domicile ..dont les noms. 19. Elle a pu foncforte sera « dela nation M. La troisième..P. économique » IlLa de une idée làStension de sa analogue : soi. 218. La variationsdu tempérament. d'un géde ses « cahiers » intitulé« le droit à la vie le paragraphe sur les du mençant autant de cabarets article paru dans VArt et la l'io'de juillet 1897. des yentdans -enet dans danschaque ouverture chapitre concurrence. si intéressants de comme : pour féministe dominant le contrat travail très cultivéesn'inspice principe les du véritable amour.avantlui. Bayonne.détournées de leur rôle maternel. mais la Société était sans navire.L'Evenouvelle. malheureux.Au-dessus de l'amour.Faut-ildoncrévéler tout au monde.-mari.L'Evenouvelle.« Vous connaîtrez la vérité. mer sont tangibles.p. 219. pourrait-on coffret. 9. P 2i4. p.donnantle courageet la bonié. J. les Dieu. aux travailleurs de la mer . la vie 196 fois il communiqua avec des bateaux de pêche. 16.réalitéen acquérant FÉMINISTE de 1897.» (10) « Je ne veux volonté.P. C'est la Femme nouvelle. et qui estime femme. 3. Leurs donner à la femme femme là fonction de la femme. 33b.par le développement jetés à la côte. 231. vivantes réussit à mettre à Ilot le Saint-Paul. afinde mieuxappartenir au un résumé des services qn'il. ouleserontbientôt.nais poursavoirsi Darwina raison. En dehors. augmenterait-beaucoup direencore. P.mt. 2G4.331. 63. à sa paresse l'outrage.. La Société des oeuvres de mer a déjà prouvé sa leur rendement. » (18) Elles partagent. qui lui a les 7 H. 71. Ellesviventdans l'exaltation « les saintesnouvelles héroïque. masculines 3. âme. elleperdrale méprisde la la vraie LA VIE . P. jailliraleréconfort d'Eve. organe. 222. oùtoute son Óî1.« L'altruisme est le fruitde la^con<cience » (9) Libérée Saint-Paul. la mer du Nord construire et armer un troisième 24. Ecoutezla Fédération jour 122 visiteurs en 1896 et i98 en 1897. 246-247. jour corporelle à l'homme. sont des« » féminines.avecson indépend'acquisitionde\)a Lesdeuxpremières. Ellese laisseraarracherles seins. retirésde l'action et possesseurs indépendante d'expéle retirer des rochers surlesquels il gisait.n'est « beauque s'il a pour réde la félicité collective.sonbut. enfant à sa voisine. Bois). P. » (4) Et il conseille des âmesqui aient : « Faites-vous une direction moins dévouée à son œuvre. Enfin la Société des œuvres du travail.à la fourberie. p. l'amour.Lamonomanie tinées aux pécheurs.(l(î) saison toute la de Voici le banc pendant pêche.du parasitecontratd'argent.renditaux mondains. CI vérité : La femme vautpar soiseuled'abord » (15) (4).LEvenouvelle.Lan eur.parlesAnsontdevancées.LEve nouvelle. 5. ramenées ici sommairement auxtroischefsprincipaux Reconstituer la fom-tion sexuelled'amour et (['enfantement. LEve nouvelle. 8. exposer son but et rappeler les résultats qu'elles des yeux. le mariage àl'argent. Dansces conditions. coup répondit origine la femme àla so'iétéles trésorsdesoncœur. ses.P. par importantes 1 13. qui accepter. L'Evenouvelle. "D'abord elle ne s'adresse pas aux vaincus et mière croisière le fauxouletrop incomvoulons' pas. l'épopéeardentedu divinpar le monde. le Havre. a eu à sa disposition des ressources suffisantes . Jusqu'à présent. peinte.La femmelèvera la femme Leur fonction intellectuelle et sociale. » (2) (. on à part. pouvant « Qui envisage vivre prennent. 6.cette réalitéde demain.par letravail. il était mouillé à Reikiawik quand humaine ».mcneilleuseinont la comon pourraitciter la camarade vitaleen êtreisoléde soi. l'acquisition les malades recueillis dans une prela science.. de Jupiter. de ces dont les 237.à prodiietioi plus"?. pas conseil impérieux ». LEvenouvelle. le l'abnégation. Malgré le brouillard. En vain. ce qui . cl ludroit de l'enrant. la véritable.p. sa mainest ferme. Quand s'ouvrit là campagne de pêche deschimères. il rapatria dans d'excellentes normales. sont à constituer. venait de déposer à l'hôpital de admirable mission d'assistance qui se fait remarde la.» (21) : à savoir.autantquefairese peut. le Saint-Pierre c'est forcément établir un fort courant déjà obtenus. répara sainte Félicité. le Saint-Pierre n° 2 et le Elle aura. P . enVace ».voicila femme dedette constitution affranchie de la nécessité de l'es COSIséquencpÉ capitales économique où ils vont déposer leurs malades dans les hôpi: sont les suivantes elle peuts'avouerqu'elle«n'a pas été faite. //EM nouvelle."Doisa vucette loi essentielle sources et de lui permettre de réaliser les amélioet l'a marquée del'intensité : Je ne die la lumière à sauraistropteredire et le crier : la nière merveilleuse contre les accidents de mer. nir d'une machine à vapeur. --la etc. Société Brest. P. amant on passant. Ellesse retirentdes milieux pêcheurs: ses facultés.le droitde la femme que l'opinion publique ignore. omniscient pargrâced'enpour haut. par»la grande œuvres de.p. avec le « cahier» rédige par la Fédération p ar il recueillit 19 malades graves qu'il alla déposer à Sociétésféministes : « Le dix-huitième sièclea proclamé les droits la science. 8. d'avance nouvelle. les énergiesde résistance sur rade et Tous les navires à voile furent balayés "et dé réserve. P. mais bien aux lutteurs. les officiers et matelots du en vain les. de point. institutions Mois : «Il n'estpa'sd'autrebonheur Accolas. dit rHvc nouvelle. navire de guerre dela station Ja Manche arriva et jettir mineure ellea vaincu le caprice. 1281. pourront être.. 2. delasection: féminines «questions » . qui signe M. XVII. toutesni beaucoup même de -. 337. qued'être bon.devoir. Comme l'amour (23) que le estpour elle Saint-Pierre (Terre-Neuve )et sur Reikiawik(Islande) delafemme estaffranchide l'argent. CiteH. ô.» (5) Nonplusla feninie-poupoe. suivracette libération de ses virtualités. jointeà l'usagede la réflexion. « Ce que nousne cipeset dans ses conclusions sur le banc. ensuite elle désirérait muet régénérant de leriipspourla maternité la femme oisive ». 237. 307. G.« Lesvérités scientifiques ferma la plaie béante qu'il portait au flanc et on le corps sur leurs lèvresavecla gravitédes anciens Ellesy ayantsa vie propre. comme pas parl'ignorance. le Saint-Paul partit pour l'Islande et le connaissance de l'idéal. --25. 11faut monde. particulièrem'ent appréciés par les pécheurs. Moralement. Constituer la femme dansla conquête.elles y croientcomme à un Dieu com. » (3) Il cite la belle l'ont et Société des œuvres de mer. 18. par sont lès degrés disposés loi qui fai. Elle particulière pénétrationd'ellel'investigation générale sa même. pour allerse livreraux bête*.P. ? (22) « Indépendante. plet. (17) etsage moacœtir la mais la femme-femme » certes femme-homme.c'est le vraimot.dauce. solidairement. comfrançaisedes Sociétésféministes riage. parellc-mèinc. ensuite çe n'est foisintcllcctuellenicnl et moralement. sesfacultés et accomplissent constituée 1 Cellesqu'exigent retour en France. V. fut sauvé. qui. de l'autre.(2). d'amour 'etde maternité. force. 10. progrès. par la pèreenlever le rendre à l'amour. avant que Jésus a dit la vérité.Enfin que pour taux là ils déposent les lettres recueillies sur l'oisiveté m atérielle e t » c!assesriches : reconnaissance l'amour.c'est que d'un côtéonenseigne aux défaillants. q ui p as En effet. de douce.1fa. pourrat'être.L.pour le centredes activités industriel ne -de mer a installé à Saint-Pierre.rience. l'homme guration spontanée respire. il y rien. rien. 'd p. que maintenant et M. Dois cette comme d'avoirosé affirmer perdit pas courage. et dansl'activité Elles adorent.) Formulons soncredo. l'hô il M faut établir. selonle vceud')'jnii<' « dans le. peusaient-ils. (20) Il faudrait recueillit de 27 navires de pêche.LEve nouvelle. d'abord elle voudrait 22.la Cité future. (10) « Ellefera partiede celteEglise des volontés. int. il est bon de faire connaître la femme nesera librequ'après avoirété consciente.L'Eve nouvel'e. méconnues en droit. ruplion dansle salutaire donc avec juste raison que chaque navire-hôpital sont encore dépourvus. 337. e llepassera son il ne il mais » (3) Il fautféliciter M. enfinl'amourde la » recon'naitre l'intérêtet de servitude. œuvre dejustice.. il.ce n'est que lâcheté. la réalisation maisne blessepas. L. enfin » (14) Elles n'à pas comme visible. avec mille précautions sur une plage de sable. et avant Les résultats déjà obtenus par la Société des gnitéde la femme r •noncemenfc toutle aux anciens privilèges. 23. et en elle-même. n'ayez de pauvres nesavent instincts incohérents. par. le mariage est délivré. Il faut affirmer. Ellen'a besoin de four les trouver sa nourritnrcde que (2-i) plus chaque et inaufemmes est une du danssa soumission anomalie.p. vient de repariircstte pour plète. aprèslui. estions La maison de famille a reçu en moyenne par « est dansle maOn disait.Je m'aperçois int. dames quise sont formés à Paris et dans quelques 11. ses Q. 17.» (9) la calomnie. lt. celleoù lesfemmes que n'exerceront pas de métier. notamment à Boulogne. maisaussipar les délicats. Le Saint-Paul venait déjà de rendre des services POUR UNE HUMANITE NOUVELLE « citoyenne a.. et iciprécieux. par. 7. 10. --. en réagissant d'une mala liberté.p. 15.p. l'homme.-Notre et lé développement la possession desresfacultés.il." navires Constituer la fonction spirituelle. il vint lence. le renversement des termes! Certes!Imaginez Le sacrifice de lafemme sacrifice. ne peuvent a la:personnalité consciente. àla se briser sur la côte de Terre-Neuve.en dehorsde sa collaboration dans un avenir plus ou moins hypothétique et loindu monde. ninralié etdu la fonction ! a La subsistance matérielle pital de Saint-Pierre.. recevant française affirmer. apportera deux nouveaux bateaux. sa destinée?x (1) Il fautdéclarer montent psaumes.travail charnelle ouvrières: acceptation des formesnouvelles dans laville: « Jerêve une humanité classes s'apaise quen'affoler# industriel être à l'atelierjusqu'à ce que le. 156. soit à bord d'autres plustranquillement? navires.CitéH. la Penséedela lenime.comme sultat l'accroissement sainteAgathe. ssu. es. moisson A-l'œuvre sociale.p. des misérable desouvriers. pour les graviers qui puisse de plusl'aignillon » ou il le. (6) (J.Au lieu de l'assu. faire personne Le développement.certainesfemmes. œuvrede salut.dit M. je sépare Travail àla foisun droit et un. int.p. « Lafemme croientd'ailleursàcette science. pour à l'avarice. p.Hoisnousle rappelle. » (13) son commandant prit la direction du sauvetage. En l'espritrésident la forceet espérance la sagesse. C'est gagné exprime pays.nonpourprouver pas héroïsme.Ihiis). rations projetées. El!esont retrouvé l'enthousiasme Dumas Les prévoyait : « "si communément femmes vontse jeter dansla science à l'homme. p.de leur rôle de secours et d'assistance. et dans les mœurs. masculin dans l'humanité. après réparation missionuniquede plaireà l'homme.p.. 195. providence « Alorsla eiléne sera plus physiologide la forcemusculaire parles seulsdépositaires survint pendant la:nuit un formidable coup de vent. le mystère de la laelation. mais elle désire compléter et perfectionner 21.« L'aïeule estl'éducatrice Ellene subit plusles détestables et subordonnée.magnificences et ses destins. est à reconstituer. 4. arrive le c omme l 'homme ditl'Eve a niver Baiser. il compléta le coffre à del'homme.sont aujourd'hui. pensante et instruite.Quelleerreur l'élimination à production égale.formeindépendante et personnelle dans l'ullivcrs. 20. 9 L'Evenouvelle.S. L'Eve nouvelle.int.dans la science humanitaire. « activesadmirables. Quant au Saint-Pierre..re.9.p.la vériténleine.Em. L'Evenouvelle.caduque l'anthropocentrisme» . perpétuelle e trégulière. par la suppression féminine à la dofriination de la dot. q iie ses a son aumônier. la liberté.. à corpsperdu. 336.1.Jules proclamer de Saint-Pierre . et constamment.. LE FOYER quementreprésentée et brutale. mais la science? deviendraune' « femmesociale une Elle par ».Il(7) exceldonnerala plusabondante La science. médicaments » (8) citerdes nomset desvies. 3. frappée (. ce faut tout écrire du travail. 37. 262. (25) et pour les pêcheurs de passage. p. leTravail » là conditionde tout qui l'elfort Fagtieiparle progrès. parti également en 1897 exalté. LEve parages nouvelle. on dit encore : La dignitéde la femme 4. Boisrépond choisira.penserque «les femmes i tgale salaireé -l toutes rerontplusl'amouret nele rendront ! unegrande une maison dite de famille où les pêcheurs troudeuxsexes.. ledix-néuvièinesièrledoit ledroithumain. » (19. n°1 que nous avons vu partir pour Terre-Neuve de sympathie et de générosité à l'cgard de cette »(o) (6)-Ktcomment la femme peut-elle de Par l'assimilation .P. p eut-être. par tionner grâce à la générosité publique. 233. possession a poursauvegarde le travail. p. Lacour. A Jules Bois. car-la faire connaître. » (7) cœurspratiqueset tendres.. enfin lors de son de la fopime et • d'insolent doiventdoncêtre les fonctions épargner l'effortd'unecuriosité Quelles emancipec. et. la femme-reflet. Puis ellesse répandent les villes.LEve.

Chau134. la statuesaintede l'amour toujours J'esclave violeurde vierges cloîtréedu Barbare ».unearrivéepluvieuse unique t'evidenccpar la bouche nous avons p our Etvoiciles aphorismes cousin intellectuel formule à l'héroïne héroset del'héroïne à Venise. et mêmeidiot. dans le mariage sion socialeet pourplaisirindividuel parl'apport » (-4) et parfois terrifiée ou de l'inlelligence.» (o) le plusgrandnombre la joie complémentaire. épOtlx.ô femme. delui ajouterce' qui lui manque.P.mais pour se posséder genres.Peu de conclusions. et exclusive. le purgatoire. et par sa nouveauté.l'ardentet multiple chair. v ertsétaient et sans 1. lariche efflorescenco desrêveset desjoies. Mme M. 1 •>. à la de ce livre. estl'auteur: Une jeunefilledit qui lit des romans.Ah! dametrèsbienet nonrebelle com.les Pourtant la psychologie volontiers que.comme sansamoutypair Danssonbaiserun secretest passé. p. time. âmes dechair. qui possède pointlesmots. se « sans besoin.Et cet autrearrivequand la courtisane a une pagepleine x. p our en pleineconnaissance des suitesd'un tel serment. dansl'individu la province s'il.Lacour)Surprise Très vif Nouveau-Cirque comme « voulus femme féminines : Je fils subite qu'est le'mariage. deToussaint. S. follet: on physique? de.l'illusoire ct maudite d'enchaincr à la dansée. des de choississent générations je vi. d'esprit a fui.prosuivant Lacour cette le second. » Woodhull.s'ilse peut.sans gondole garantie.l'organe comme l'organc géné.. et justes. de la vuechat'nel:. MaisM. (Offres et 1 L'Eve notivelle.aujourd'hui ici et là l'exactitude" absolue donne la chimère. Jules Bois. moderne a fait la femme et l'homme etavides à l'esprit naîtraun idéal seulement pours'élever complexes : « Demain trop où l'on aimera-passionnément la tracedela pensée. de représentants 5 P. espérance » (11) Oui. 116. nousà admirer.femme « Jesuis ce sens. qu'àson'devoir pureté « Pas Un droit qui inquiète. cynisme: fisamment d'amourcharnel. paroles que vivre ? Les grandsmériteslittéraires de celivre amusant. onest closeencore quecelui-ci L'épotise unique. (9) ». 1 c.P. plicitéd'unions AMICALE aspirations COOPÉRATION . sesacrifiait auxidées.il faut se posséder.. P.Parbleu! Etremaître des fonctions quoique l'avorlcment i) . pour pard'autres. 92-93. l èvent« "ans unefemme. permis. un gneau..de l'artiste.la sociale. ellc-mêmc. aveclogique « Les si vesmaris. terme:continuer à souffrir d'unesolitude la venue unecité septentrionale. accueillir toutun cœuraimant. et l'auteurs'en indigne. Celaest décide. p. o. licité de leurs compagnes.75. ainsi quelque B ruges temps souvent solitude à deuxpireque lasolitudeen soi-même.Cespersonnages Dessin et virevoltent Ils sont plus faits de t'là Falquiétle plutôtcyniquement. C'estjustement à la chariténécessaire. aux conversations ineptes il même d e ces bornerlesmérites lesdesiderata est el des d'en rèyer . etc. Ibid. 11 voitles tableajix dechaque instant avec J.. grâce ayez cribléede pluie(10).et.dontunefemme. Entendons-nous sousce brouillard Venise moyen dumari que d'eau. Joseph-Henaud a ordinaire à ce qui n'est pas composé.traverse.Lecouple quiimporte s'exhibent avec arrogance..– del'idée de contre lamaternité o ù l'on la de génération murer femme.supra) l'indique finement sultations en tous : « Pour se juridiques.dans consulte)'? ». Vous le complétez ». La gestation.et l'amour (4).Lacour dans l'odeur de langesmêlée . » (11.-V. Organisation de toute publicité. sur un seul être » (8). 61.si heureuxquand par moi respectdelalibertédu conjoint quela délicatesse l'usagede ma science terminée ditla maîtrise en fait. selonle premier. 9. JM PRI MER IEY DE LA ViE MODERNE P.dières. boulevard Soult L'Imprinfieur-Grérant: G LÈBRE f .moi. l'enferremplaçant grispluviassait. Pas stricteexprimé tairement et qu'unarticledu Code.pondeuse. de.accréditant de sonêtre. et angoissée : e mplissait l'aube froide. diverses..l'inutile).rées. Achat et vente de fonds de et embellipar la possession conscientequ'on a de soi-commerce.VT. Moteurs à gaz et à pétrole. vautlesconversations littéraires des deUnpointest traité M.Onne sent pas decesmaladies sontprésents à touslesesprits. par respect.ne faut pasépanouir.eme. suivant solennellement. la Sphinge: factice.C'estainsi que M. Les Il suffira de nous écrire avec un timbre pour dansle mystère d'un cloître continuant. P. clos. Machines I i H.avecla' portée.nevoulant pasperpétuer qui depuisdes formule. LA VIE ARTISTIQUE par un sentiment que nous attendons quinc. quelques Nous sommes spécialement en mesure de four: on complète tigesde barbarieleur causeunesotiffrance lafénir dès maintenant L-P. a vançait d e e n et « Si votremarivousdonne avec un gracieux suf. contraire de sacrifice vraiment en faveurde l'amour humain.semble-t-il. d'eau. Endehors decelteidée.J'offris aux pour l'exposition des maquëttes de FalMme IIudry-MenoSj '« se reprendre avant de pouvoir possible. portant ? sur quecettediversité et mauvaise bien soitméprisable C'estinouï. pouvoir est satisfaire. clandestin. comme mariages. (3)«Pourquoicettefiertécontinuelle à'. simplisme.le nancecrétinouroublardconnait comme autrefois onliaitles corps. 168. du couple.Onprétend créerl'Ange. solitude ». 11faut restituer la femme à la vérité queje signaled'unmot.sentiment où rueSaint-Denis ou avenue dit Bois. 97. chaque époux.« lecoûple. ourefuser à l'amour parmiles artistes.. 259.lit l'héroïne s'insurge prétend de l'enfant.liosny. croiser d'autres. elnges.P.– personnage. : « Soimentsur les soirées.ayez ànticàte -Vouscomblez je maintiens ses lacunes. Joseph-Renaud (16) ": la thèse. dramatique.lin. Tuilètics ou autre. prolongement ducouple générateur estpourluil'élément essentiel et complet. dansces de minuità cinq. coupleenexagérant : et dela femme une unité auxpeuples et sotte. « comme la vie ». inexorable. L'auteur. achat. p. de floraisons. lecontratdéjàparaphé. Boiset surtoutM. -. abonnés. livrées aux travaux côteà côtesans diverger d'aise transforment jamais. Ah! les soirées. J.Htde façon anodine.il seraitaisé de . P. dramehumain.Maisil faut appré.devantnotrevo. rester la premièreinsignifiante venue.\1. n'a paspeur:«< C'est lesqualités parexcmple.!'» demeure teur »(6). iiieme. à vapeur. Justes? des idéesencore nonvelles. Réservoirs en desaint Antoine.canalinfiniment ce douxbruit croyons. M. quand un concours utile sur les.il manque que un jour. LIndomptee.. la sentimentalité même.P. dans ce livre centrale.ces rareset tristesfêtesdesinclinations > (10) Et voici lacon. Jhixl TV. vousniesemhlez pouren sortirplusgrandes.M.pas : certaines vives. l'uneconnaissait complet parfois dela ment Lemariage (2) 1). montre femmes individuelle altruiste. par la révélation chair. la demandé. dit la reinedeSaba (9). solitude désormais sansespérance. L'idéald de beauté vilisation.88. l'heureuse vertud'une multi.cettefiertédesmères'.cettejeuneépousée. s'est arrêté prèsde toi. de posd'unesilliple vent. bien.Ibid. quelaloinie. de sa nature.cestémoins scrupuleux cier. des nourrices.Tragédie (7) que. dans la plupart des cas.. l'on offreles petitesvierges le plusinjuste.Joseph-Renaud a lucidement enfantements. ordinaire enfaisantdel'uniondurablede l'homlllc fiertéspéciale stéi-iles. par infatigables à l'airlibre. chezFlammarion. damnation « Sa sourceest le. M. permis actions puériles.3 fr. et cettehouledel'amoureuse? l'alia'iteitient. g lisser un ami intellectuel.Camille attachantes.peut-être sede. lacité. 167. Est-on reproductives est unedes conditions du bonheur. Constitution de sociétés et apport demandes). touteslesaspirations. Une vériténouvelle est dans lessoirées soirées de Madame DIIfontsincère amour. 124. Maisne voyons-nous *** p as de pareilles -. 116". . qui s'estdonnépourmisil fautentendre de combler. d'unions partielles (1) ». sontla sensation et l'expression. louner. la nosyeux.int. 1 NA vendre d'occasion: Matériel de menuiserie. dansantes. sans responsabilité obligeant.1. tout' êli'e tiiite. (V. En ce mo. t oujours j 'affirme s olennellement fjue vraitoutema vie dansun célibat immuable.rêventde trouverdans l'ohjet paslibre de donner ! »(5)–N'esl-on principalement lesplusopposées.10t. Le côte inverse et-complémentairede l'attraction amoude capitaux. Sansaucundoute. la limitedes facullés (lesinères. '4.«L'amourvéritableest don libre. entreautres. « harmonogamie M. celles-ci Saint-Vincent de Paule sont multiples avec clésenhâtecomme un budget.T)0.int. par tradition. unrien ! Même se pratique d'aspirations déjà !. 83et 83bis. monstrueuse. a fort vu bien -désirs de nos Certes. avecdis sanies.lui rendresa réelle. luimaines.guière.MaisM.sousle nomde sévices Les conviction se joue un peu de la vérité. Maisvoici.signaler plusieursquestions où. êtrenoble.246. s ouvent. doit-on enfincellede sa vie quelui prémander s'illie faut pasque les âmesardentes entrent dansplusieurs senteunevieille au courtage.je cçnduis à l'épanouissement la joieparfaite diversesamantes et harmonie de enunehiérarchie l'esquisse dit sa conscience.comme pierreangulaire Pourquoi ostentation et éduca.La Tentation I 10. Ah! cessera-t-il à nos relations de cœuret de un amantafleclifeux et Et gide ardent. guilles. sens. échange de matériel neufet d'oc4. dans l'encombrement des en-« couplej couple. noms uncas rend. et par sa gravité doulou. « Cinématographe le public. en margede cette théorie. reuse : le droitdene pas naîtremalade et vicié. el'aiméet dul'aimée se modifiera supérieur!Le monde doits'entraîner La citemps meilleurs » (l)-(2). de la jalousie de propriété ponton de la marquise. aveccette citation d'unenouvelle un roman. acquise humaines. élégamment que de pareils taires mais selon volonnotreauteur. anglaise.gant. évités. dirais-je.jeune femme fi insatisfaite Il a Unsilence de cimetière disposition de nos abonnés eu tout ce qui peut n'y pasde striaitles perspectives. S'il est uncérébraladmirable.citoyeii. 3.cettejeunefcmmp. 295-29G. maisun fri.iUaubert.deviensinstruite.unebande Touslesvolets par de ciel mettant en rapport. amour. la facilité M. 134. nous regardaient ahuris. 7. sévitsur rotre famille. ne doivent-ils 2. casion. maisne satisfaitpas votre cérébralité.il faut admirerle plume habile. naïve quecenïariage p récision. Lacour. 51. 9. historiographes de. 1 1. je veuxdire son-héroïne. P. ta le fléaudola phthisie. lesbouches. n'est passupérieure. Elles'écrie. sentiment.t Un vol. te i l au sonvisage n'est-ilpas semblable Dieuque tu adores?Ecoute. lonté. savoir et don cité ll. « Institution lucidité. 1 s.Lacour d'unecertaine avantd'êtremère?Occupe-loi alion d'abord polygamies «N'es-lu pas femme s'aperçoit dene. pourtant.-ides l'annihiler. Impressions 10. P.(I_cell. pourraêtre enfin transfiguré par ledéveloppement .109. congénitaux. à x le amoureuxest précisément deve8 P. * ou s'adresser o. et il est juste.Ml-. contreeux la peauglauquedu la réponse et.consciente. tôle.BornonsCinématographe du Mariage(13). pas. de noces: « Le tissude pluie décidé de nous.» (12) no devaitguèreapporterde troubledans les étantpeudéveloppée. comme faussé la naluredu on pourra duinain remarquer oui. 1 '.pour -la jeime sedonner. se pas connaître se vouloir ? » i. attachant.Joseph-Renaud et d'agréparle.dessinant jolieajoute sacontribuc'estun curieux ces mots au pointde tionoriginale: la libertéde l'aulrcépoux. 6. imaginations quise glisse jusquedansla monoganlie aimé réfléchie sa suite.1 sontfaites d'éléments boupourtant disparates psycholoiiies . etc. curieux. inadmirer en soitouteunerichesse Scène en ne ménageant quisait époux. l'auteur remarque. dotal. Vente. autant qu'il aux possible.onà.tenir qu'un v oyage Y"IU'ie. P.» c'estunesorted'unitémystique. sens. dans la prison morale du mariage'. combattre c e P. le développecomme unemarque d'excellence sommes encore loinde cetteliberté dans Nefaut-il regarder de lièvre(6) ». misenface du vastemonde.Le la vision et la grâce verbale. il y a duhasard. citer:«Est-cequc on Osons sais.comment quisaitcharmer j e tu m'engagerais maintenant exaltées et satisfaites ? «Je ne suispas uneremmei je suis' évitelesenfants? prévoir ainsi sansme Pouvais-je q ue un monde vied'une obscure et violente ». d'ailleurs y trouve 011 satisfaisant tes nombieuses de l'amour. et quisuflit.prononce del'auteur. le pour qu'ils ne cherchassent en uneharmonie pas la totalefélicité intelligent plus » (3) del'effortcérébral. oùles époux jardinparisien. arrive-t-il. Et c'est ainsiquece livrese maintient Ce sont desvuesde Mme ZulaMaud : « l'affirme vie. que vousne le trompez pas. Notre rôle apparaissait n'apaschangée. I 11.fants. tous(14)H. Mariée. l'indissoluble fortet unià traversla\ic. qui devraient être.qui s'élabore del'amonl'! L'amour plexe ofliciel. ».". du des relations cordiales et suivies. touchées s'exprime.\! sesaptitudes. Et. vii. unions si à l'unitésimple soiréesde monpetitcoeur. éléLevicede la simplicité du mariage. punira ment parfois.) grâce à la création d'une lîoii personnelles. Scieries mécaniques.et qui votesde Gapou Mortain (8) touche moins audroitdelafemme par : et audroitdel'enfant avecla sincéritéde sa vie. .une sorte d'unité l'œilstupidede maternité. Conloppé reuse. inl.Précisons L'auteur la nécessité des chosesdites. humaines!. h-s dansson tout récentroman. p ar d'attentats sur l'enfant attentatsinvolon. éclose. à l'occasion. iiiiinmiiitmtiiiiiiiiiiiiiiitnmiiiiiii 1 4. ce qu'il D'ailleurs. P.7 I 12. Cité H. L'œuvre contreellele droitet la force. les mamans. doit. 1enfantement? lui un assemblage de femmes devenu nécessaire?. évidemment. OilèR. p. présente unions-unique en passantd'une en un certain Chai. Je veux inexactitudes ou de mœurs.monotone interminable et liquide. intensité. 10. suivants : pas points 1. Que nous des pas ment idéal'? Et nefaut-ilpas surtout a de notrecorps! Elles'irrite contreson pas de cette personnalité désirs.ce passage.martyr-né d'ailes 1 del'amour ! Lesdouceurs dusentiment elle contact despeaux d'une tare ou déjàhéréditaire Sortes nues!Noussommes lesparents. (7) « il y a réellepolygamie.M. 1 124. a sonbalancement l'offre Et. Emplois.11poursuit.. iepassif despassions succès au (L. et (loimères de famillu.déjà établie plissement le de une r auteur sera purifié encore L'EXPOSITION FALGUIÈRE Lemariage figurine. M. va plusloin : <»Plaçons devant aucloître del'innocence: ! Jeunefilleonest enfermée aufondde notredésir. où. Entreles demeures à six ne peut être qu'un rôle d'intermédiaire ailleurs (15) Oui.et c'estencore o nrcinier un enseignement aue son élreinie.halle : les âmes.L'invention de caractères. pour parler J'e être. faut-il ne 11. Joseph-Renaud manifeste il peintd'une finesse Désireux d'établir entre nos lecteurs et nous artiste.qui le lui peut-être profonde.soirées. l'harmonie soirées dnusantes.théories Et. r».

. Bateau de sauvetage se portant au secours d'un navire incendié.LES DRAMES MARITIMES. - Dessin de ROBERT MOLS.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful