Global Junior Challenge 2007

ELECTROTECHNIQUE
« Nous n'avons pas de livre d'électrotechnique? Nous le faisons nous même! »
Les élèves du Lycée Technique Alessandro Rossi de Ngozi, Burundi, construisent leur propre livre d'électrotechnique en utilisant l'Internet.

Lycée Technique Alessandro Rossi Classe 2ème EM Année Scolaire 2006-07 Ngozi – Burundi

Copyright (c) 2007 2e Electromécanique du Lycée Technique Alessandro Rossi de Ngozi Permission vous est donnée de copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de la Licence GNU Free Documentation License, Version 1.1 ou ultérieure publiée par la Free Software Foundation, avec pas de sections inalterables, pas de texte de première page de couverture, pas de texte de dernière page de couverture. Une copie de cette Licence est incluse dans la section appelée GNU Free Documentation License de ce document, en Annexe.

Les auteurs

prof. NTACOBAMAZE Déogratias

prof. NDIKUMANA Jean-Bosco

BIKORICI Noël

BUCINYIBUKA Janvier Régis

CIZA Pascal

COYITUNGIYE Herménegilde

MANIRAKIZA Elysé

MANIRAKIZA Willy

MANIRAMBONA Eric

MBONYUMUGENZI Lionnel

MBARUSHIMANA Eric

NAZE Alain Justice

NDABARUSHIMANA Pierre

NDAGIJIMANA Salum

NDAYISABA Adamon

NDAYISHIMIYE Egide

NDIHOKUBWAYO Gilbert

NDIKIMINWE Evariste

2

NDUWIMANA Aristide

NITUNGA Prosper

NIVYOVYO Claude

TUTOR DE L'ASSOCIATION WITAR A.S.B.L.

PRIVITERA Concetto

ZILIOTTO Marco

BRUNELLO Paolo

3

Table des matières
PREMIERE PARTIE CIRCUITS PARCOURUS PAR UN COURANT CONTINU .......................................................... 7 CHAPITRE . 1 . COURANT ET TENSION. PUISSANCE ET ENERGIE ELECTRIQUE ...................................................................................... 8 1.1 COURANT ET TENSION ....................................................................................................... 8 1.1.1 Nature de l'électricité: matière, molécule et atome............................................................ 8 1.1.2 Corps conducteurs et isolants: loi de Coulomb ............................................................... 12 1.1.3 Courant électrique............................................................................................................ 14 1.1.4 Intensité du courant ......................................................................................................... 18 1.1.5 Potentiel et tension........................................................................................................... 19 1.1.6 Dipoles ............................................................................................................................. 23 1.2 PUISSANCE ET ENERGIE ELECTRIQUE.......................................................................... 25 1.2.1 Puissance électrique ......................................................................................................... 25 1.2.2 Energie électrique ............................................................................................................ 27 1.2.3. Rendemets ...................................................................................................................... 27 1.3.EXERCICES ........................................................................................................................... 28 CHAPITRE . 2. RESISTANCE ELECTRIQUE................................................................................ 30 2.1. Loi d'Ohm .......................................................................................................................... 30 2.2 Puissance dissipée en chaleur ............................................................................................. 32 2.3 Groupement des résistances................................................................................................ 33 2.4 Résistance d'un conducteur filiforme ................................................................................. 36 2.5 Variation de la résistance avec la temperature .................................................................... 39 2.6 Pont de Wheatstone ............................................................................................................ 42 2.7 Exercices ............................................................................................................................. 44 CHAPITRE . 3. GENERATEURS ET RECEPTEURS .................................................................... 48 3.1 GENERATEURS ................................................................................................................... 48 3.1.1. Générateur parfait ........................................................................................................... 49 3.1.2. Générateur réel ............................................................................................................... 49 3.2 RECEPTEURS ........................................................................................................................ 58 3.2.1. Récepteurs actifs ............................................................................................................. 58 3.2.2 Modèle équivalent d'un récepteurs .................................................................................. 59 3.2.3 Puissance mise en jeu dans un récepteurs ....................................................................... 59 3.3 LOI D'OHM GENERALISEE ............................................................................................... 60 3.4 LOIS DE KIRCHHOFF ......................................................................................................... 60 3.5 EXERCICES .......................................................................................................................... 63 CHAPITRE 4. CONDENSATEURS ................................................................................................ 70 4.1. NOTION DE CONDENSATEURS ....................................................................................... 70 4.1.1 Constitution . ................................................................................................................... 70 4.1.2 Capacité d'un condensateur ............................................................................................. 72 4.1.3 Energie emmagasinée par un condensateur .................................................................... 73 4.2 GROUPEMENT DES CONDENSATEURS ......................................................................... 74 4.2.1 Groupement en parallèle .................................................................................................. 74 4.2.2.Groupement en série ........................................................................................................ 75 4.3 CHARGE ET DECHARGE D'UN CONDENSATEUR A TRAVERS UNE RESISTANCE 76 4.4 UTILISATION DU CIRCUIT RC ......................................................................................... 79 4.5 CARACTERISTIQUES DES CONDENSATEURS USUELS ............................................. 82 4.6 EXERCICES ........................................................................................................................... 87 4

DEUXIEME PARTIE : ELECTROMAGNETISME......................................................................... 95 CHAPITRE.1.PHENOMENES MAGNETIQUES ET ELECTROMAGNETISME ....................... 96 1.1. CHAMP MAGNETIQUE ...................................................................................................... 96 1.1.1 Définition ......................................................................................................................... 96 1.1.2 Aimant ............................................................................................................................. 97 1.1.3 Vecteur champ magnétique .............................................................................................. 99 1.1.4 Flux du champ magnétique............................................................................................ 102 1.1.5 Champ magnétique produit par une courant.................................................................. 103 1.1.6 Ferromagnétisme ........................................................................................................... 109 1.1.7 Exercices ........................................................................................................................ 112 1.2. INDUCTION ELECTROMAGNETIQUE ET LOIS DE LENZ ET DE LAPLACE ........ 117 1.2.1. Induction électromagnétique ........................................................................................ 117 1.2.2. Auto-induction ............................................................................................................. 127 1.2.3. Force électromagnétique............................................................................................... 129 1.2.4. Exercices ....................................................................................................................... 135 SITES WEB UTILISES ................................................................................................................... 140 METADATA .................................................................................................................................... 141 ANNEXE ......................................................................................................................................... 142

Index des illustrations
Illustration 1: Câbles électriques haute tension plus un Transformateur électrique de distibution...... 7 Illustration 2: Représentation 3D d'une molécule de saccharose. ........................................................ 9 Illustration 3: Complexe tuyau + isolant. ........................................................................................... 13 Illustration 4: Les composants d'un voltmètre. .................................................................................. 20 Illustration 5: Voltmètres à affichage numérique .............................................................................. 20 Illustration 6: Bilan des puissances électriques (approximatif, déduit d'un modèle) ......................... 25 Illustration 7: Schématisation de la loi d'Ohm ................................................................................... 31 Illustration 8: Pont diviseur de tension non chargé ........................................................................... 33 Illustration 9: Pont diviseur de tension chargé ................................................................................... 34 Illustration 10: Circuit en série........................................................................................................... 35 Illustration 11: Circuit en parallèle .................................................................................................... 35 Illustration 12: symbole européen d'une résistance dans un circuit ................................................... 40 Illustration 13: symbole Américain d'une résistance dans un circuit ................................................. 40 Illustration 14: Caractéristique de la résistance : Courbe de I = f(U) = U/R ..................................... 41 Illustration 15: Pont de Wheatstone ................................................................................................... 42 Illustration 16: Un montage en pont de Wheatstone .......................................................................... 43 Illustration 17: symbole d'un générateur dans un circuit ................................................................... 48 Illustration 18: Caracteristique de la f.é.m.d'un générateur parfait .................................................... 49 Illustration 19: Caracteristique de la f.é.m.d'un générateur réel ........................................................ 49 Illustration 20: Figure(a) .................................................................................................................... 51 Illustration 21: Figure(b) .................................................................................................................... 51 Illustration 22: Figure(C) ................................................................................................................... 52 Illustration 23: Figure(d) .................................................................................................................... 52 Illustration 24: Le circuit original ...................................................................................................... 53 Illustration 25: 1re étape: Calcul de la tension équivalent de sortie .................................................. 53 Illustration 26: 2e étape: Calcul de la résistance équivalente ........................................................... 53 Illustration 27: 3e étape: Le circuit équivalent................................................................................... 53 Illustration 28: Cette caractéristique est linéaire et ne passe pas par l'origine ................................... 54 Illustration 29: Modèle équivalent de Thévenin ................................................................................ 57 Illustration 30: Schéma d'un montage électrique: la loi des nœuds. .................................................. 64 5

Illustration 31: Schéma d'un montage électrique : la loi des mailles. ................................................ 65 Illustration 32: Image d'un condensateur ........................................................................................... 73 Illustration 33: Symbole d'un condensateur non polarisé dans un circuit .......................................... 74 Illustration 34: Plusieurs types de condensateurs. ............................................................................. 75 Illustration 35: Deux condensateurs en parallèle ............................................................................... 77 Illustration 36: Schéma de plusieurs condensateurs en parallèles ..................................................... 78 Illustration 37: Schéma de plusieurs condensateurs en série ............................................................. 78 Illustration 38: Schéma des condensateurs en parallèle et en série.................................................... 79 Illustration 39: Montage électrique d'un condensateur en charge et décharge................................... 79 Illustration 40: Caractèristique d'un condensateur déchargé.............................................................. 83 Illustration 41: Schéma d'un photo-transistor .................................................................................... 84 Illustration 42: Champ magnetique .................................................................................................. 101 Illustration 43: Aimant suspendu au-dessus d'un supraconducteur.................................................. 102 Illustration 44: Schéma d'un champ rémanent ................................................................................. 103 Illustration 45: Schéma de la régle de la main droite du vecteur champ magnétique...................... 105 Illustration 46: schéma du vecteur champ magnétique uniforme .................................................... 106 Illustration 47: Figure : Éléments du champ magnétique ................................................................ 107 Illustration 48: Schema1 .................................................................................................................. 109 Illustration 49: schéma2 ................................................................................................................... 109 Illustration 50: Sshéma3................................................................................................................... 109 Illustration 51: Le schéma pour reconnaître les faces de la bobine ................................................. 111 Illustration 52: aimant droit spectre obtenu avec la limaille ............................................................ 112 Illustration 53: aimant en U ............................................................................................................. 112 Illustration 54: Champ magnétique dans un solénoïde .................................................................... 113 Illustration 55: Schéma de la régle de trois doigts ........................................................................... 113 Illustration 56: Schéma de l'angle de déclinaison magnétique ........................................................ 114 Illustration 57: Schéma de l'angle d'inclinaison magnétique ........................................................... 114 Illustration 58: Cycle d'hystérésis pour un matériaux doux ............................................................. 116 Illustration 59: cycle d'hystérésis pour un matériaux durs ............................................................... 116 Illustration 60: Schéma d' expérience d'induction élémentaire ........................................................ 126 Illustration 61: Le déplacement d'un conducteur dans un champ d'induction B fait apparaître une tension induite Ui aux bornes de ce conducteur. ............................................................................. 127 Illustration 62: La méthode pour déterminer le sens du courant dans le conducteur....................... 128 Illustration 63: Schéma d'un inductance dans le circuit ................................................................... 130 Illustration 64: les schémas électriques d'inductances pures L ....................................................... 131 Illustration 65: Symbole de l'inductance .......................................................................................... 133 Illustration 66: Le schéma de ce type de machine à courant continu .............................................. 137

6

PREMIERE PARTIE CIRCUITS PARCOURUS PAR UN COURANT CONTINU

7

CHAPITRE . 1 . COURANT ET TENSION. PUISSANCE ET ENERGIE ELECTRIQUE

1.1 COURANT ET TENSION 1.1.1 Nature de l'électricité: matière, molécule et atome 1.1.1.1.Introduction
L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la physique qui étudie les phénomènes électriques et leurs applications. Pour les scientifiques, l'électricité est très liée au magnétisme, ils ont donc créé une discipline, l’électromagnétisme, qui regroupe l'étude des phénomènes électriques et magnétiques. C'est au cours du XIXesiècle que les propriétés de l'électricité ont commencées à être comprises. Sa maîtrise a permis l'avènement de la seconde révolution industrielle. Aujourd'hui l'énergie électrique est omniprésente dans les pays développés: à partir de différentes sources d'énergie (hydraulique, thermique, nucléaire, ...) l'électricité est de nos jours un vecteur énergétique employé à de très nombreux usages domestiques ou industriels.

Illustration 1: Câbles électriques haute tension plus un Transformateur électrique de distibution.

1.1.1.2.Histoire de l'électricité
8

Électricité est un mot provenant du grec êlektron signifiant ambre jaune. Les anciens Grecs avaient découvert qu’en frottant l’ambre jaune, celui-ci produisait une attirance sur d’autres objets et, parfois des étincelles. Ils ont donc appelé cette force électricité. En 1799, Alessandro Volta invente la pile électrique et en 1868 le belge Zénobe Gramme réalise la première dynamo. En 1879, Thomas Edison présente sa première ampoule électrique à incandescence. Une centrale hydraulique de 7kW est construite la même année à Saint-Moritz, puis, en 1883, Lucien Gaulard et John Dixon Gibbs créent la première ligne électrique. En 1889, une ligne de 14 kilomètres est construite dans la Creuse, entre la Cascade des Jarrauds lieu de production et la ville de Bourganeuf. L'électricité se développe alors progressivement pendant le vingtième siècle, d'abord dans l'industrie, l'éclairage public et le chemin de fer avant d'entrer dans les foyers. Différents moyens de production de l'électricité se développent: Centrales hydraulique, thermique, éolienne, puis nucléaire...

1.1.1.3.La production d'électricité
L'électricité représente environ un tiers de l'énergie consommée dans le monde. L'électrotechnique est la science des applications domestiques et industrielles (production, transformation, transport, distribution et utilisation) de l'électricité La méthode la plus courante pour produire de grandes quantités d'électricité est d'utiliser un générateur, convertissant une énergie mécanique en une tension alternative. D'une manière générale la source n'est pas forcément mécanique, on peut penser aux piles ou aux panneaux solaires par exemple. Cette énergie d'origine mécanique est la plupart du temps obtenue à partir d'une source de chaleur, issue elle-même d'une énergie naturelle, telles les énergies fossiles, pétrole, nucléaires ou une énergie renouvelable, l'énergie solaire. On peut également directement utiliser une énergie mécanique, l'énergie hydraulique ou l'énergie éolienne.

-Matière
La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. Elle occupe de l'espace et la quantité de matière se mesure à l'aide de la masse (lorsqu'il s'agit de compter des particules de matière, on utilise la mole).

Molécule

9

Illustration 2: Représentation 3D d'une molécule de saccharose.

Une molécule est un assemblage d'atomes dont la composition est donnée par sa formule chimique. Le mot molécule vient du latin molecula/moles désignant une petite masse de matière, ou un grain de matière.

Exemples: La molécule de méthane CH4 est constituée d'un atome de carbone (C) et de quatre atomes d'hydrogène (H); . La molécule de dioxygène O2 est constituée de deux atomes d'oxygène (O).

Atome
Un atome (du grec ατοµος, atomos, «que l'on ne peut diviser») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. Il est généralement constitué d'un noyau composé de protons et de neutrons autour desquels orbitent des électrons. Sa taille caractéristique est de l'ordre du dixième de nanomètre (nm), soit 10-10 m.

Caractéristiques de l'atome
La majeure partie de la masse de l'atome se trouve concentrée dans un très faible volume (dimension de l'ordre de 10-15 m): le noyau, composé de deux sortes de particules semblables, appelées nucléons:

les neutrons, particules de charge électrique nulle, et de masse égale à: mn = 1,67495 ×10-27 kg;

les protons, particules de charge électrique positive égale à: c=+e = 1,602 19 ×10-19 C, et de masse égale à: mp = 1,67265 ×10-27 kg.

La masse du proton étant très proche de celle du neutron, il est pratique de caractériser un noyau par son nombre de nucléons, appelé nombre de masse. Autour du noyau se trouve «un nuage» de particules identiques: les électrons; les dimensions de ce nuage électronique (de l'ordre d'un angström, ou 10-10 m) correspondent à celles de l'atome. 10

Les électrons possèdent une charge électrique négative égale à: e = -1,602 189 ×10-19 C, identique à celle du proton en valeur absolue; leur masse est bien plus faible que celles des nucléons (1836 fois moindre): me = 9,109 53 ×10-31 kg. La charge électrique d'un atome est neutre, car le nombre d'électrons (chargés négativement) du nuage électronique est égal au nombre de protons (chargés positivement) constituant le noyau. Ainsi, les charges électriques s'annulent d'un point de vue macroscopique. Les atomes sont susceptibles de se charger électriquement en gagnant ou en perdant un ou plusieurs électrons: on parle alors d'ions. Du fait qu'un électron a une charge électrique négative, si un atome gagne un ou plusieurs électrons, la charge de l'atome devient négative (anion), et s'il en perd, la charge de l'atome devient positive (cation). Les propriétés physiques et chimiques des atomes dépendent essentiellement du nombre de protons qui composent leur noyau. Aussi, les atomes sont-ils classés suivant ce nombre, appelé numéro atomique. La matière constituée d'un ensemble quelconque d'atomes de même nombre atomique est un corps simple, ou élément chimique. Les atomes ayant un même nombre atomique, mais des nombres de masse différents (nombre de neutrons différent), sont appelés isotopes. Les différents éléments chimiques naturels ou artificiels ont été ordonnés en fonction de leurs propriétés dans le tableau périodique des éléments. Des charges de nature opposées s'annulent; la matière ordinaire, qui possède autant de protons que d'électrons, est donc électriquement neutre. Contrairement à la masse, il existe deux types de charges électriques, qui se comportent comme si elles étaient «opposées» l'une à l'autre; on les appelle donc par convention positive et négative.

deux charges de même nature, par exemple deux charges positives, se repoussent C'est le mouvement des charges électriques dans la matière qui est à l'origine de l'électricité. deux charges de nature opposée s'attirent

L'électricité statique
Les atomes qui composent la matière sont faits d'électrons chargés négativement qui se déplacent autour d'un noyau composé de neutrons (électriquement neutres) et de protons chargés positivement. Le nombre d'électrons étant égal au nombre de protons, l'ensemble est électriquement neutre. Quand on frotte certains matériaux entre eux, les électrons superficiels des atomes de l'un sont arrachés et récupérés par les atomes de l'autre. Par exemple une tige de verre frottée sur un tissu de soie se charge positivement, car ses atomes perdent des électrons au bénéfice de la soie; Si on frotte un ballon de baudruche sur des cheveux secs, on le charge négativement, car il capte des électrons aux cheveux. Une règle en plastique frottée sur des vêtements possède une charge négative. Elle peut alors attirer des petits morceaux de papier. La règle modifie, par induction électrostatique, la répartition des 11

charges dans le papier: les charges négatives de la règle repoussent les charges négatives à l'autre extrémité du morceau de papier et attirent les charges positives des atomes de papier. On parle d'électricité statique, car les charges électriques ne peuvent pas circuler: elles sont piégées dans des matériaux isolants: (le plastique, le verre, le papier..) qui résistent à la circulation des charges. Il est toutefois possible de leur associer un courant électrique (détectable directement ou par le champ magnétique qu'il crée) en mettant en mouvement le matériau chargé.

12

La foudre

La foudre fut la première manifestation visible de l'électricité pour les humains. La friction de nombreux matériaux naturels ou artificiels produit de la triboélectricité. La foudre est une énorme décharge électrique due à l'accumulation d'électricité statique dans les nuages. En temps normal l'air est un isolant qui ne laisse pas passer l'électricité. Quand les nuages d'orages accumulent trop de charges électriques, ils parviennent à modifier la structure de l'air en la transformant localement en un plasma ionisé qui conduit l'électricité. Des arcs électriques se forment alors entre le nuage et la terre: les éclairs. L'électrisation de l'air peut donner lieu à d'autres phénomènes, comme le Feu de Saint-Elme

1.1.2 Corps conducteurs et isolants: loi de Coulomb 1.1.2.1.CORPS CONDUCTEURS
En électricité, un conducteur est un matériau qui contient des porteurs de charge électrique mobiles.Il existe deux types de conducteurs: conducteurs électriques et conducteurs thermiques Lorsque ce conducteur n'est soumis à aucun champ électrique ou, plus généralement, dans la situation décrite par la théorie de l'électrostatique, les porteurs de charge sont animés d'un mouvement aléatoire, ce qui fait qu'on n'observe aucun courant électrique, on dit que le conducteur est en équilibre électrostatique .Un conducteur électrique en équilibre électrostatique est un conducteur pour lequel les charges libres sont en moyenne fixes, par conséquent il y a absence de courant à l'intérieur de celui-ci. Lorsqu'on lui applique un champ électrique, le mouvement des porteurs de charges devient partiellement ordonné, ce qui fait qu'on observe un courant électrique. Par extension, un conducteur est un composant électrique ou électronique de faible résistance, servant à véhiculer le courant d'un point à un autre. On parle aussi de conducteur pour désigner les objets suivants: fil électrique, câble, piste, barre, strap, cordon.

13

Materiaux

Parmi les matériaux conducteurs, on peut citer les métaux, les électrolytes (ou solutions ioniques) et les plasmas.

(* Il faut également noter que certains solides non métalliques sont conducteurs (par exemple le graphite).
• • • •

Le conducteur parfait n'existe pas. Il s'agit en général d'un conducteur ohmique. Les semi-conducteurs sont des cas particuliers: leur conductivité dépend de conditions physique externes. Un autre type de conducteurs est constitué par les supraconducteurs, des conducteurs dont la résistance ohmique devient strictement nulle dans certaines conditions. En dessous d'une certaine température dite «température critique» certains matériaux deviennent des supraconducteurs. Il est notable que ces matériaux ne sont pas forcément bons conducteurs à température normale . Actuellement, la température critique la plus élevée est 138 K, soit -135°C.

Conducteur thermique
Un conducteur thermique est un matériel ayant une conductivité thermique élevée.
• • • •

Un conducteur thermique est utilisé pour conduire la chaleur. Dans cette fonction on appelle un conducteur un caloporteur, ce rôle est souvent dévolu à fluide (liquide ou gaz). Les conducteurs thermiques sont aussi utilisés pour évacuer ou dispersser la chaleur, notamment dans les radiateurs. Soit pour évacuer cette dernière généralement dans l'atmosphère, afin d'éviter l'échauffement excessif d'un système produisant des calories; Soit pour chauffer un bâtiment (confort domestique) ou un produit (processus industriel).

Les meilleurs conducteurs thermiques sont les métaux et certains fluides.

Rapport entre conduction thermique et conduction électrique
Un bon conducteur électrique est également un bon conducteur thermique (cas des métaux), un bon isolant électrique est également un bon isolant thermique.

1.1.2.2. - ISOLANTS

Un isolant est un matériau qui permet d'empêcher les échanges d'énergie entre deux systèmes. On distingue: les isolants électriques, les isolants thermiques, les isolants phoniques et les isolants mécaniques. Le contraire d'un isolant est un conducteur (électricité et chaleur), ou transmetteur 14

(mécanique et son).

Isolant électrique
En électricité comme en électronique, un isolant, aussi appelé matériau diélectrique, est une partie d'un composant ou un organe ayant pour fonction d'interdire le passage de tout courant électrique entre deux parties conductrices. Un isolant possède peu de charges libres, elles y sont piégées, contrairement à un matériau conducteur où les charges sont nombreuses et libres de se déplacer sous l'action d'un champ électromagnétique. La faculté d'un matériau à être isolant peut aussi être expliquée par la notion de bandes d'énergie. L'isolation électrique est rattachée à une grandeur physique mesurable, la résistance, qui s'exprime en ohms (symbole: ). Il ne faut pas confondre isolant qui désigne la propriété d'un matériau de ne pas conduire l'électricité, et isolateur qui désigne un composant électrotechnique en matériau isolant.

-Loi de colomb
En physique, il existe deux lois de Coulomb :
• •

en électrostatique, la loi de Coulomb exprime la force électrique s'exerçant entre deux particules chargées immobiles. en mécanique, la loi de Coulomb permet d'exprimer sous une forme simplifiée les forces de frottement qui s'exercent entre deux solides.

exercée par une charge En électrostatique, la loi de Coulomb exprime la force électrique électrique placée en un point sur une charge placée en un point . Cette loi s'exprime sous forme vectorielle par la formule suivante:


• •

ε0=8,854·10-12 F·m-1 est une constante universelle appelée permittivité électrique du vide, et est le vecteur position qui relie le premier corps au deuxième.

Dans le système d'unités C.G.S. la loi s'écrit plus simplement

avec les longueurs cette fois-ci exprimées en centimètres (cm) et les charges en unité électrostatique (esu). NB: la loi n'est pas valable pour des charges en mouvement mais uniquement dans un référentiel où elles sont fixes.

1.1.3 Courant électrique
Un courant électrique est un déplacement d'ensemble de porteurs de charge électrique (électrons)

15

1.1.3.1.Courant continu
Le courant continu (CC), par opposition au courant alternatif, est un courant électrique unidirectionnel: le courant circule à chaque instant dans le même sens, le déplacement des électrons se fait toujours dans le même sens. Ces courants sont produits par des générateurs délivrant des tensions également continues

Classification
Le terme de courant continu recouvre plusieurs sens:
• • •

Courant constant: le courant est totalement constant en direction et en intensité au cours du temps. Les courants de ce type sont parfois appelés courants parfaitement continus Courant continu lissé: c'est un courant qui s'approche du courant constant, mais qui conserve une ondulation. Courant variable unidirectionnel C'est un courant qui ne change pas de sens mais dont la tension et donc l'intensité varie au cours du temps

16

1.1.3.2.Courant alternatif
Le courant alternatif est un courant électrique qui change de sens. Ce courant alternatif est dit périodique s'il change régulièrement et périodiquement de sens. Un courant alternatif périodique est caractérisé par sa fréquence, mesurée en hertz (Hz). C'est le nombre d' «aller-retours» qu'effectue le courant électrique en une seconde. Un courant alternatif périodique de 50 Hz effectue 50 «aller-retours» par seconde, c'est-à-dire qu'il change 100 fois (50 allers et 50 retours) de sens par seconde. La forme la plus utilisée de courant alternatif est le courant sinusoïdal, essentiellement pour la distribution commerciale de l'énergie électrique. La fréquence du courant électrique distribué par les réseaux aux particuliers est généralement de 50 Hz en Europe et 60 Hz en Amérique du Nord. On doit distinguer:
• •

Les courants purement alternatifs dont la valeur moyenne (composante continue) est nulle, qui peuvent alimenter un transformateur sans danger. Les courant alternatifs à composante continue non nulle qui ne peuvent en aucun cas alimenter un transformateur

Avantages
Contrairement au courant continu, le courant purement alternatif peut voir ses caractéristiques (tension/courant) modifiées par un transformateur à enroulements. Dès qu'il existe une composante continue non négligeable, un transformateur est inutilisable. Grâce au transformateur:

• •

Le courant transporté par des lignes à haute tension subit des pertes par effet Joule beaucoup plus faibles. En divisant simplement par 10 l'intensité du courant transporté, on divise par 100 les pertes dues à la résistance des câbles électriques, la puissance dissipée dans une résistance étant proportionnelle au carré de l'intensité du courant. (P = RI²) À puissance constante, on peut réduire fortement l'intensité d'un courant alternatif en augmentant sa tension. On abaisse ensuite la tension afin de fournir une alimentation en basse tension près du lieu de distribution, afin de pouvoir l'utiliser à des fins domestiques (attention le danger est bien réel, même en basse tension).

Pour créer un courant électrique, il faut donc un circuit de matériaux conducteurs qui permettra aux charges électriques de se déplacer et, un système capable de créer une différence de potentiel entre les deux extrémités du circuit. Ce système est appelé un générateur: ce peut être par exemple une pile ou une dynamo.

1.1.3.3.Le sens du courant
Dans un circuit électrique on dit que le courant électrique, noté I, circule entre les électrodes depuis le pôle positif vers le pôle négatif du générateur. Ce sens est purement conventionnel puisque le courant peut aussi bien être causé par des charges positives qui seront attirées par le pôle négatif du générateur, que par des charges négatives qui se déplaceront en sens inverse, vers le pôle positif. C'est ainsi que dans un fil électrique, les charges positives (les noyaux des atomes) restent fixes 17

dans la structure du métal et ne peuvent constituer aucun courant électrique; le courant électrique dans un métal est créé uniquement par le déplacement des charges négatives (les électrons libres) vers le pôle positif du générateur: c'est un courant électronique, cependant on utilise toujours le sens conventionnel I du courant, institué avant cette découverte. On parle de courant continu quand le sens reste constant et, de courant alternatif quand il change périodiquement. La fréquence d'un courant alternatif est le nombre de périodes par seconde. Elle s'exprime en hertz [Hz], par exemple en Europe le courant distribué dans les installation électriques est à une fréquence de 50 Hz et en Amérique 60 Hz.

Analogie hydraulique
Pour comprendre certaines propriétés du courant électrique, il est intéressant de le comparer à de l'eau s'écoulant dans un circuit de tuyaux. Le générateur peut alors être vu comme une pompe chargée de mettre en pression ce liquide dans les tuyaux. La différence de potentiel, ou tension, ressemble alors à la différence de pression entre deux points du circuit d'eau. Elle est notée U, et exprimée en volts [V]. L'intensité du courant électrique peut être rapprochée du débit d'eau dans le tuyau. Elle mesure le nombre de charges qui passent chaque seconde à un point du circuit; elle est souvent notée I, et mesurée en ampères [A]. La résistance d'un circuit électrique serait alors analogue au diamètre des tuyaux. Plus les tuyaux sont petits, plus il faut de pression pour avoir le même débit; de façon analogue, plus la résistance d'un circuit est élevée, plus il faut une différence de potentiel élevée pour avoir la même intensité. La résistance électrique mesure donc la faculté de freiner plus ou moins le passage du courant. Elle est notée R et, elle est exprimée en ohms ( ). Il est possible de pousser cette analogie beaucoup plus loin [1] mais il est important de garder à l'esprit qu'elle a ses limites et que certaines propriétés du courant électrique s'écartent sensiblement de ce modèle à base de fluide, de tuyaux et, de pompes.

Stockage
Il est aussi possible de stocker l'électricité à petite échelle au moyen de batteries d'accumulateurs, de condensateurs ou de bobines d'inductances. • Les batteries d'accumulateurs sont très répandues pour l'utilisation des équipements et systèmes autonomes fixes ou mobiles.

Les condensateurs sont utilisés depuis longtemps en électricité et électronique, mais il est apparu récemment les supercondensateurs permettant de disposer de plus de puissance instantanée qu'avec des batteries d'accumulateurs classiques de taille plus grande, mais pendant des temps très courts. Une utilisation possible peut trouver sa place dans la traction électrique automobile pour les phases transitoires d'accélération, d'autant plus que la recharge des condensateurs est presque instantanée. Le stockage de l'énergie électrique dans des selfs ou bobines d'inductances n'offre d'intérêt qu'avec des matériaux supraconducteurs, ce qui n'est encore que du domaine expérimental en matière de stockage.

18

Applications industrielles
• • • •

L'électrolyse sert à fabriquer l'aluminium, à plaquer les métaux... Les moteurs électriques servent à fournir de l'énergie de fonctionnement des machines Les arcs électriques servent à souder ou à découper des métaux l'alimentation de circuits électroniques, de relais, de contacteurs permet des séquences automatisées.

1.1.4 Intensité du courant
L'intensité du courant électrique en un point du circuit correspond au débit de la charge passant dans le conducteur en ce point.

q en coulombs et t en secondes. L'intensité i du courant électrique se mesure en ampères (unité SI) dont le symbole normalisé est A. L'intensité se mesure à l'aide d'un ampèremètre qui doit être branché en série. Sa borne « com » doit être reliée à la borne « - » du générateur.

Vitesse de propagation
La propagation de l'influx électrique se fait à une vitesse voisine de celle de la lumière (aux effets capacitifs près), mais ce n'est pas pour autant la vitesse des électrons qui le constituent. Ceux-ci voyagent plus modestement à quelques millimètres ou centimètres par seconde, en fonction de l'intensité du courant et de la section du conducteur.

Utilisation du courant
La propagation de l'influx électrique peut servir à son utilisation à distance comme source d'énergie. Ce fut sa principale utilisation au début de l'ère industrielle. Elle peut aussi servir aux transmissions d'informations, depuis le simple télégraphe, jusqu'aux systèmes modernes de traitement et d'échange d'informations (ordinateur, informatique). Dans ce cas, une ou plusieurs caractéristiques du courant électrique sont contrôlées et modulées par l'émetteur de l'information pour construire un signal électrique. Dans le cas du télégraphe, les seules présence et absence (suivant un rythme codé) du courant électrique transmettaient l'information. - Le XXe siècle a vu se développer l'utilisation de nombreux autres phénomènes possibles pour contrôler le courant électrique qui sont très largement utilisés en électronique. Grâce à eux, il est possible de traiter le courant électrique (mais aussi les ondes électromagnétiques) comme un vecteur d'informations, un signal électrique (ou électromagnétique) à l'échelle microscopique. -

19

Coulomb
Le coulomb (symbole : C) est l'unité de charge électrique dans le système international (SI). C'est une unité dérivée. Son nom vient du nom du physicien français Charles de Coulomb. C'est la quantité d'électricité traversant une section d'un conducteur parcouru par un courant d'intensité de 1 ampère pendant 1 seconde (1 C = 1 s.A).

Charge élémentaire
La charge élémentaire |e| vaut proton +|e|. . La charge de l'électron vaut -|e|, celle du

Autres unités de charge
Elle a remplacé l'unité franklin (noté Fr), du nom du physicien américain Benjamin Franklin. Cette unité était en usage dans le système CGS. 1 franklin valait 0,3336×10-9 C. On utilise aussi, en électrochimie, le faraday (noté F), du nom du physicien anglais Michael Faraday. C'est le produit de la charge élémentaire par le nombre d'Avogadro. 1 faraday vaut 96 485 C et représente la charge associée à une mole d'électrons (en valeur absolue). (note : le farad est une unité de capacité associé à un condensateur voir l'article correspondant) En technologie, on utilise également une unité plus grande l'ampère-heure (Ah). 1 Ah = 3600 C

Ordres de grandeur
D'après la loi de Coulomb, deux charges ponctuelles chacune d'un coulomb et séparées d'un mètre dans le vide exercent l'une sur l'autre une force de 9×109 N, c'est-à-dire approximativement le poids d'un objet de neuf cent mille tonnes (900 000). Le coulomb est donc une unité beaucoup trop grande pour exprimer les quantités de charge statiques et on utilise généralement ses sous-multiples tels que le millicoulomb (mC), le microcoulomb (µC) ou le nanocoulomb (nC).

1.1.5 Potentiel et tension 1.1.5.1.Potentiel
Un potentiel est une fonction scalaire ou vectorielle prenant une valeur en tout point de l'espace caractéristique d'un champ de force conservatif. En effet, toutes les forces conservatives dérivent d'un potentiel. Potentiel électrique Le potentiel électrique est l'une des grandeurs définissant l'état électrique d'un point de l'espace. Son unité est le volt.

Analogie
On observe un courant d'eau dans une rivière: 20

C'est la différence d'altitude entre deux points du lit de la rivière :

qui fait qu'un courant existe entre ces deux points. L'altitude Z est un potentiel gravitationnel (on connaît l'énergie potentielle liée à l'altitude). D'où l'analogie entre la dénivellation géographique et la différence de potentiel électrique appelée également tension et notée U. La différence de potentiel ou tension est une valeur algébrique pouvant être positive, négative ou nulle. On la représente sur les schémas électriques par une flèche allant d'un point B vers un point A lorsqu'on veut représenter le potentiel du point A par rapport à celui du point B. .

Mesure
Sa mesure s'effectue en physique comme en biologie grâce à un voltmètre ou d'un oscilloscope qui sont toujours placés en dérivation ou parallèle, par rapport au circuit ou à l'objet bipolaire à mesurer. Le potentiel est toujours défini à une constante près. En électricité il est fréquent que l'on prenne comme référence des potentiels (le potentiel qui sert de zéro) le potentiel de la terre (que l'on abrège par terre) mais cela n'est pas une obligation. Quel que soit le choix opéré, le point de référence dans le circuit dont le potentiel est fixé à 0 volt et il est appelé point froid. Selon les dispositifs il peut être relié soit à la masse (carcasse métallique du dispositif), soit à la terre, soit au deux. Pour des explications plus pratiques concernant la notion de potentiel électrique, on se référera à l'article tension.

1.1.5.2.Tension électrique
La tension électrique est la différence de potentiel électrique (DDP en abrégé) entre deux points d'un circuit électrique.

Description
• • •

Le symbole normalisé d'une tension électrique est U. L'unité de mesure en est le volt, unité de symbole V. Dans les schémas électriques on se sert de la lettre V associée à d'autres symboles pour désigner les différents potentiels électriques.

Si dans un circuit électrique constitué d'éléments de résistance non nulle, il existe un courant électrique, c'est qu'il existe dans ce circuit un générateur entretenant une tension à ses bornes.

21

Classement
En fonction de sa valeur efficace, une tension est classée selon le tableau normalisé suivant : Nom Haute Tension B Haute Tension A Basse Tension B Basse Tension A Très Basse Tension Abréviation HTB HTA BTB BTA TBT Valeur en courant continu > 75 kV 1500 V < HTA < 75 kV 750 V < BT < 1500 V 120 V < BT < 750 V < 120 V Valeur en courant alternatif > 50 kV 1000 V < HTA < 50 kV 500 V < BT < 1000 V 50 V < BT < 500 V < 50 V

Mesure
On peut mesurer la tension à l'aide d'un voltmètre branché en parallèle sur le circuit.

Représentation symbolique d'un voltmètre dans un circuit Tout appareil de mesure doit se faire électriquement parlant aussi discret que possible. C’est pourquoi un voltmètre se comporte comme un circuit ouvert (il ne consomme pas de courant).

Illustration 5: Les composants d'un voltmètre.

Illustration 4: Voltmètres à affichage numérique

22

ampèremètre grandeur mesurée Il mesure l'intensité en 1 point

voltmètre Il mesure la tension entre 2 points

en série dans le circuit (le montage en dérivation entre les 2 points nécessite une coupure du circuit au point considéré)

montage

considérés. (pas de coupure du circuit) La résistance électrique de l'ampèremètre doit être la plus faible possible pour que l'appareil ne freine pas de manière sensible le courant dans le circuit.

résistance

La résistance du voltmètre doit être la plus grande possible pour que le courant dérivé dans l'appareil soit négligeable.

appareil analogique

Il est réalisé le plus souvent à partir Il est réalisé le plus souvent à partir d'un galvanomètre en ajoutant des d'un galvanomètre en ajoutant des résistances de faible valeur en résistances de forte valeur en série. dérivation (shunts). Il est réalisé à partir du voltmètre par .Appareil de base doté d'un mesure de la tension aux bornes d'une amplificateur lui permettant d'avoir résistance de faible valeur parcourue une résistance interne très grande. par le courant (shunt).

appareil électronique

Si on branche un ampèremètre en dérivation aux bornes d'un dipôle, le dipôle est court-circuité. Le courant qui passe dans le circuit peut être très intense et peut détériorer l'ampèremètre ou un autre élément du circuit. Si on branche un voltmètre en série dans un circuit, la grande résistance du voltmètre empêche le courant de passer normalement. Il passe toutefois un très faible courant et le voltmètre indique la tension aux bornes du générateur (circuit simple) ou la tension aux bornes de la branche dans laquelle il est placé (semblable à la tension aux bornes d'un interrupteur ouvert)

23

1.1.6 Dipoles
Le dipôle électrique est un conducteur électrique possédant deux bornes. d'un dipôle électrique Caractéristique C'est la courbe représentative, soit de la fonction avec
• •

, soit de la fonction inverse

: tension aux bornes du dipôle, : intensité du courant qui traverse le dipôle.

Puissance consommée par un dipôle électrique
Un dipôle traversée par un courant d'intensité puissance telle que et dont la tension à ses bornes est met en jeu une

Cette puissance correspond à la puissance consommée lorsque u et i sont fléchés selon la convention récepteur (en sens opposé) et à la puissance fournie lorsqu'ils sont fléchés avec la convention générateur.

Classification des dipôles Dipôles passifs et actifs

Les dipôles passifs ont une caractéristique qui passe par l'origine (u = 0 ; i = 0). Ils ne peuvent que consommer de la puissance électrique, et cette puissance est dissipée par effet Joule. Les dipôles actifs ont une caractéristique qui ne passe pas par l'origine et une partie de la puissance qu'ils mettent en jeu ne correspond pas à de l'effet Joule.

Dipôles linéaires
Cette dénomination ambiguë recouvre deux sens :
• •

dipôles dont la caractéristique est une droite, dipôles pour lesquels la fonction f : uD = f (iD) est une fonction différentielle à coefficient constant. la résistance statique : RS = U / I la résistance dynamique : RD = dU / dI m*m*

Pour les dipôles passifs non linéaires on définit pour un point de fonctionnement donné :
• •

Dipôles symétriques
Dipôles dont la caractéristique est symétrique par rapport à l'origine.Pour ces dipôles, le sens de branchement est sans importance.

24

Impédance d'un dipôle En régime sinusoïdal de courant le comportement des dipôles dépend de la fréquence f donc de la pulsation ω = 2 π f On défini l'impédance d'un dipôle par : Zω = Uω / Iω, avec
• •

Uω : valeur efficace de la tension de pulsation ω aux bornes du dipôle Iω : valeur efficace de l'intensié du courant de pulsation ω à travers le dipôle.

Dipôles linéaires idéaux
Ce sont des dipôles virtuels qui répondent parfaitement à des équations mathématiques à coefficient constant. Les dipôles réels sont, soit assimilés à ces dipôles idéaux, soit considérés comme des associations particulières de ces dipôles idéaux.

Dipôles passifs idéaux
Ils sont aux nombres de 3 Les résistances pures Elles respectent exactement la relation u = R i. avec R constant quelques soient les conditions d'utilisation. En régime sinusoïdal leur impédance complexe est donc égale à R Les inductances pures Elles respectent exactement la relation

avec L constant quelques soient les conditions d'utilisations. En régime sinusoïdal leur impédance complexe est donc égale à j.Lω Les condensateurs parfaits Ils respectent exactement la relation

avec C constant quelques soient les conditions d'utilisation. En régime sinusoïdal leur impédance complexe est donc égale à 1/j.Cω

Dipôles actifs idéaux
Les sources idéales de tension Elles délivrent une tension continue ou variable au cours du temps totalement indépendante du courant qui les traverse. On les nomme aussi générateur de Thévenin Les sources idéales de courant Elles imposent d'être traversées par un courant continu ou variable au cours du temps totalement indépendant de la tension à leurs bornes. On les nomme aussi générateur de Norton

Propriétés physiques des dipôles linéaires
• •

Lorsqu'un ensemble de ces dipôles est alimenté en régime sinusoïdal de tension, l'intensité qui le traverse est également sinusoïdale et de même fréquence. Le facteur de puissance d'un ensemble de dipôles linéaires est toujours égal au cosinus du déphasage du courant par rapport à la tension (le cos φ )

25

1.2 PUISSANCE ET ENERGIE ELECTRIQUE 1.2.1 Puissance électrique
Si la tension et le courant varient, la puissance instantanée consommée par un dipôle est égale au produit des valeurs instantanées du courant qui le traverse et de la tension à ses bornes.

avec P en Watt, u en volts et i en ampères.

Puissance en continu
En régime de tension et de courant continu,

U et I étant les valeurs constantes de la tension aux bornes du dipôle et de l'intensité du courant à travers le dipôle. Remarques

Si

la

tension

U

est

continue avec

et

l'intensité

est

variable

on

a:

: valeur moyenne du courant .

Si l'intensité I est continue et la tension est variable on a :

Puissance dissipée par une résistance : effet Joule
Si R est la résistance du dipôle, alors on a :

Cela conduit à l'expression de la puissance instantanée :

La puissance moyenne s'écrit alors :
• •

avec

la moyenne du carré de l'intensité la moyenne du carré de la tension

On introduit généralement les valeurs efficaces du courant ou de la tension afin de mettre la puissance moyenne sous la forme :

avec

26

• •

valeur efficace du courant. valeur efficace de la tension.

Puissance dissipée par un dipôle actif linéaire Bilan de puissance en fonctionnement récepteur
D'un point de vue électrique, on peut modéliser un dipôle actif linéaire (électromoteur) par un M.E.T. (Modèle équivalent de Thévenin. Remarque : ce modèle est très sommaire et ne rend compte que des puissances électriques mises en jeu.

La puissance absorbée par le dipôle est fournie par l'alimentation électrique :

Cette puissance est tranformée en puissance électromagnétique et en pertes par effet Joule :

Dans ce cas la puissance utile est la puissance électromagnétique :

Bilan de puissance en fonctionnement générateur

La puissance absorbée par le dipôle est fournie par l'extérieur sous forme de puissance électromagnétique : Illustration 6: Bilan des puissances électriques (approximatif, déduit d Cette puissance est transformée en puissance électrique et en pertes par effet Joule et dans ce cas la : puissance utile est la puissance électrique :

1.2.2 Energie électrique Relation entre puissance et énergie en régime permanent
Un apport d'énergie électrique à un système électrotechnique est nécessaire pour qu'il effectue un travail : déplacer une charge, fournir de la lumière, calculer. Ce travail est proportionnel à la quantité d'électricité.

W en joules, Q en coulombs et V en volts, la différence de potentiel entre deux points. Avec, la quantité d'électricité :

P la puissance en watts. 27

Remarque : Une autre unité pratique est utilisée : sachant que

Loi de Joule
L'effet Joule correspond au dégagement de chaleur d'un résistor parcouru par un courant. Pour un résistor de résistance R traversé par un courant d'intensité i, Donc : avec W en Joules, R en Ohms, i2 en « Ampères-carré » et t en secondes.

1.2.3. Rendemets

Cas ou le dipôle actif fonctionne en récepteur :

Cas ou le dipôle actif fonctionne en générateur : .

On a toujours

28

1.3.EXERCICES

Exercice 1 Solution Essayez de resoudre seul(e) ces exercices.

Exercice 2
Solution Essayez de resoudre seul(e) ces exercices.

Exercice 3
Solution Essayez de resoudre seul(e) ces exercices.

Exercice 4
Solution Essayez de resoudre seul(e) ces exercices.

29

Exercice 5
Solution Essayez de resoudre seul(e) ces exercices.

30

CHAPITRE . 2. RESISTANCE ELECTRIQUE
Définition
Une résistance électrique c'est la capacité que possède un corps de pouvoir s'opposé au passage du courant électrique. En électricité, le terme résistance désigne plusieurs choses différentes mais liées : • une propriété physique : l'aptitude d'un matériau conducteur à s'opposer au passage du courant électrique. • un dipôle qui est utilisé justement par le fait que sa résistance est utile, principalement pour produire de la chaleur. • un modèle mathématique qui respecte idéalement la loi d'Ohm, que l'on baptise conducteur ohmique et qui permet de modéliser les dipôles réels • un composant électronique conçu pour approcher de manière très satisfaisante la loi d'Ohm dans une large plage d'utilisation.

La propriété physique
C'est la propriété d'un matériau à s'opposer a passage d'un courant électrique. Elle est souvent désignée par la lettre R et son unité de mesure est l'ohm (symbole ). Elle est liée aux notions de résistivité et de conductivité électrique : Pour un conducteur filiforme homogène, à une température donnée, il existe une relation permettant de calculer sa résistance en fonction du matériau qui le constitue et de ses dimensions :

étant la résistivité en .m, • la longueur en mètres, • la section en m2, • la conductivité en ( .m)-1. La résistance est aussi responsable d'une dissipation d'énergie sous forme de chaleur. Cette propriété porte le nom d'effet Joule. Cette production de chaleur est parfois un effet souhaité (résistances de chauffage), parfois un effet néfaste (pertes Joule).

2.1. Loi d'Ohm
La loi d'Ohm est une loi physique permettant de relier l'intensité du courant électrique traversant un dipôle a la tension à ces bornes. Point de vue macroscopique

En courant continu
La différence de potentiel ou tension U (en volts) aux bornes d'un consommateur de résistance R (en ohms) est proportionnelle à l'intensité du courant électrique I (en ampères) qui le traverse.

31

Illustration 7: Schématisation de la loi d'Ohm On peut en déduire:

si R est non nul si I est non nul

La résistance s'exprime en ohms (symbole : ). Cette loi porte le nom de Georg Ohm qui a travaillé sur le comportement des conducteurs métalliques. Elle s'applique de manière satisfaisante aux conducteurs métalliques thermostatés, c'est-à-dire maintenus à une température constante. Lorsque la température change, la valeur de la résistance change également de manière plus ou moins simple ce qui impose d'introduire des termes correctifs. Par convention on conserve la loi et on introduit les termes correctifs dans la valeur de la résistance du conducteur.Point de vue local (mésoscopique)

Applications Chauffage
L'utilisation la plus commune de l'effet Joule est le chauffage électrique : radiateur, four, plaque de cuisson, sèche cheveux, grille pain. Ces appareils utilisant une résistance électrique restituent 100% de l'énergie électrique en chaleur par convection et par rayonnement. Ils sont néanmoins moins performants que les pompes à chaleur, qui peuvent atteindre un rendement de 300 ou 400%.

Éclairage
Les ampoules à incandescence recourent également à l'effet Joule : le filament de tungstène, placé dans une enceinte contenant un gaz inerte, est porté à une température élevée (plus de 2200°C). À cette température la matière émet des rayonnements dans le visible (Loi de Planck). Néanmoins l'efficacité lumineuse des lampes à incandescence est assez faible (5 fois moins que l'éclairage fluorescent, 10 fois moins que les lampes à décharge).

32

Protection des circuits
Les fusibles sont des dispositifs utilisant l'effet Joule pour faire fondre un conducteur calibré, afin d'isoler un circuit électrique en cas de surintensité. Les disjoncteurs thermiques utilisent le même effet, mais sans destruction, ils sont réarmables.

2.2 Puissance dissipée en chaleur
L'effet Joule est un effet thermique qui se produit lors du passage du courant électrique dans un conducteur. Il se manifeste par une augmentation de l'énergie thermique du conducteur et donc de sa température. L'effet porte le nom du physicien anglais James Prescott Joule qui l'a étudié vers 1860. L'énergie dissipée sous forme de chaleur entre deux instants t1 et t2 par un dipôle de résistance R traversé par un courant d'intensité i s'écrit :

La puissance moyenne vaut donc :

En régime de courant périodique l'expression de la puissance peut se mettre sous la forme : avec la valeur efficace de l'intensité du courant

En régime de courant continu l'expression de la puissance devient :

Si ce dipôle vérifie la loi d'Ohm, on peut écrire :

avec

, la valeur efficace de la tension à ses bornes.

Remarque : L'emploi de ces formules n'est pas toujours simple, particulièrement lorsque la résistance dépend de la température du conducteur. La puissance dissipée par effet Joule modifie la température qui modifie la résistance qui modifie la puissance dissipée par effet Joule. L'effet Joule se manifeste dans tout conducteur électrique avec plus ou moins d'importance. Dans certains cas, il s'agit d'un effet recherché pour produire de la chaleur (radiateur électrique, chauffeeau, grille-pain) ou de la lumière (lampe à incandescence). En effet, l'élévation de la température du conducteur provoque un échange d'énergie avec l'extérieur sous forme de transfert thermique. Si cette température devient très importante, il cède également de l'énergie par rayonnement visible. Parfois, l'effet Joule est responsable de pertes d'énergie c.à.d de la conversion indésirable, mais inévitable d'une partie de l'énergie électrique en énergie thermique. Exemple : les pertes en ligne lors du transport du courant électrique que l'on cherche à limiter en augmentant la tension pour diminuer l'intensité du courant . L'utilisation la plus commune de l'effet Joule est le chauffage électrique : radiateur, four, plaque de cuisson, sèche cheveux, grille pain. Ces appareils utilisant une résistance électrique restituent 100% 33

de l'énergie électrique en chaleur par convection et par rayonnement. Ils sont néanmoins moins performants que les pompes à chaleur, qui peuvent atteindre un rendement de 300 ou 400%. Les ampoules à incandescence recourent également à l'effet Joule : le filament de tungstène, placé dans une enceinte contenant un gaz inerte, est porté à une température élevée (plus de 2200°C). À cette température la matière émet des rayonnements dans le visible (Loi de Planck). Néanmoins l'efficacité lumineuse des lampes à incandescence est assez faible (5 fois moins que l'éclairage fluorescent, 10 fois moins que les lampes à décharge). Protection des circuits Les fusibles sont des dispositifs utilisant l'effet Joule pour faire fondre un conducteur calibré, afin d'isoler un circuit électrique en cas de surintensité. Les disjoncteurs thermiques utilisent le même effet, mais sans destruction, ils sont réarmables.

2.3 Groupement des résistances
Diviseur de tension Le pont diviseur de tension est un montage électronique simple permettant d'obtenir une tension proportionnelle à une autre tension.

Constitution
Un pont diviseur de tension est constitué de deux résistances en série. La tension d'alimentation est appliquée à l'ensemble des résistances tandis que la tension de sortie est prise aux bornes d'une d'entre elles. Pont de diviseur de tension non chargé

Dans ce type de montage, les résistances R1 et R2 sont en série. Il n'y a pas de problème particulier et on obtient directement l'équation suivante :

Illustration 8: Pont diviseur de tension non chargé

34

Démonstration • Req = R1 + R2 (association de R1 et R2 en série)

(d'après la loi d'Ohm)

• •

• soit : Pont diviseur de tension chargé

Les résistances R2 et R3 sont en parallèle. Le principe est de transformer les deux résistances R2 et R3 en une seule (Req) pour pouvoir calculer la tension de sortie par la suite dans l'équation en rapport avec le pont diviseur de tension.

Finalement, on a :

Illustration 9: Pont diviseur de tension chargé

35

2.3.1 Circuit en série
Dans un circuit en série, la résistance équivalente s'obtient en additionnant les résistances respectives des résistors à remplacer.

Req = R1 + R2 + R3

2.3.2 Circuit en parallèle
Dans un circuit en parallèle, l'inverse de la résistance équivalente vaut la somme des inverses des résistances de chacun des résistors. Illustration 10: Circuit en série

En particulier, quand il n'y a que deux résistances en parallèle, la résistance équivalente est

Illustration 11: Circuit en parallèle

36

2.4 Résistance d'un conducteur filiforme
La résistance d'un conducteur filiforme s'écrit :

Afin de limiter les pertes par effet Joule, on souhaite que la résistance soit la plus faible possible. La longueur de la ligne étant imposée, on ne peut jouer que sur la résistivité et sur la section .

Résistivité des matériaux utilisés pour les lignes
Le cuivre, dont la résistivité vaut 1,72 x 10-8 ·m, n’est pas utilisé car trop coûteux, mais aussi trop lourd pour les lignes aériennes. On lui préfère des ensembles aluminium-acier ou des alliages aluminium, magnésium et silicium dont la résistivité est de l’ordre de 3 x 10-8 ·m

Section des lignes

La section d’un conducteur aérien d'une ligne à haute tension est de l'ordre de 500 mm2 : il n’est pas avantageux d’augmenter davantage la section des conducteurs. En effet, à la fréquence de 50 Hz (et a fortiori à une fréquence de 60 Hz), il est avantageux d'utiliser 2 conducteurs de 500 mm2 en remplacement d'un de section 1000 mm2 à cause de l'effet pelliculaire ou effet de peau. Par ailleurs, sur des lignes de tension supérieure ou égale à 345 kV, il est nécessaire de prévoir au moins 2 conducteurs par phase pour limiter les pertes par effet couronne.

Ordre de grandeur des résistances linéiques

Pour une ligne de section 500 mm2 réalisée avec un matériau de résistivité 3 x 10-8 ·m, la résistance d’un conducteur aérien est de l’ordre de 6 x 10-2 /km. Cette valeur est donnée à titre indicatif car nous avons vu que la résistance dépendait fortement de la section. Pour les lignes à haute tension, les valeurs des résistances linéiques sont comprises entre 0,01 /km (ligne 735 kV d'hydroquébec) et 0,1 /km.

Pertes de puissance
Malgré l'effort entrepris pour limiter la résistance, le transport de l'électricité engendre des pertes d’énergie importantes, principalement par effet Joule. À titre d'exemple, pour le réseau de transport d'électricité en France, ces pertes sont estimées en moyenne à 2,5 % de la consommation globale, soit 13 TWh par an. Pour ne pas subir de pertes importantes, on utilise donc deux techniques :
• •

augmenter le nombre de conducteurs : certaines lignes comportent pour chacune des phases jusqu’à quatre câbles distants de quelques centimètres ; diminuer l'intensité du courant en élevant la tension : pour une puissance transportée identique, si on augmente la tension, l'intensité du courant diminue et les pertes dues au passage du courant dans le fil seront réduites selon le carré de l'intensité.

Toutefois, la tension servie aux particuliers doit rester inchangée (230 V en France ou 120 V au Québec pour les installations domestiques) et dans le domaine de la basse tension afin de limiter les risques pour les utilisateurs. Il faut donc l'abaisser au plus près de ceux-ci. Comme on ne sait pas le faire de façon simple avec le courant continu (cf. HVDC), on a recours au courant alternatif (de fréquence 50 Hz en France ou 60 Hz au Québec et Amérique du Nord) et à des transformateurs.

37

Il faut également prendre en compte le risque d'arc électrique entre deux conducteurs. Ce risque est d'autant plus important que la tension est élevée. Cela impose des contraintes d'isolement plus fortes et nécessite notamment :

pour les lignes aériennes, d'écarter suffisamment les conducteurs, (typiquement 1 cm/kV), ce qui a pour conséquence d'augmenter proportionnellement la dimension des matériels associés (isolateurs, pylônes...) ; pour les câbles (enterrés ou non), d'augmenter les épaisseurs d'isolants, d'ajouter des écrans de masse, voire de recourir à des technologies différentes (par exemple câbles à isolation gazeuse).

Intensité du courant
La résistance de la ligne est la raison principale de la valeur limite de l'intensité du courant que l'on peut transporter. Toutefois, il n'est pas économiquement intéressant d'atteindre la limite de l'échauffement supportable par le conducteur. Rappelons tout d’abord que l'échauffement est proportionnel au carré de l'intensité du courant. Pour une ligne de 500 mm2, une densité de courant de 1,6 A par mm2 est une limite qui permet de ne pas dépasser la température de 60°C. Mais il est plus économique de réaliser deux lignes transportant la moitié du courant, car les pertes de chaque ligne sont divisées par 4 — donc le total des pertes est divisé par 2. L’économie réalisée permet d’amortir la réalisation de la deuxième ligne. De plus, on conserve la possibilité de doubler l’intensité du courant en cas de besoin (opérations de maintenance, pannes sur l’autre ligne, ...). La densité du courant dans les lignes aériennes haute tension est d’environ 0,7 – 0,8 A/mm2

Impédance de la ligne
Contrairement à la résistance, les paramètres réactifs de la ligne dépendent peu de la tension et de la section mais, en revanche, ils sont très différents pour les lignes aériennes et pour les câbles posés ou enterrés.

Inductance de la ligne [
• •

De 1 à 2 mH/km pour les lignes aériennes soit des réactances comprises entre 0,3 et 0,7 /km, donc nettement supérieures aux résistances linéiques. De 0,2 à 0,7 mH/km pour les câbles soit des réactances comprises entre 0,06 et 0,25 /km

Capacité de la ligne • Proche de 10 nF/km pour les lignes aériennes. • De 30 à 800 nF/km pour les câbles. Chutes de tension À vide Si l'on considère le modèle en π lorsque le courant de sortie est nul, on remarque que le condensateur de sortie est alors en série (c'est-à-dire traversé par exactement la même intensité) avec la résistance et l'inductance de ligne.

On peut écrire :

, soit :

d'où l'on tire :

38

, donc le deuxième terme est prédominant, Pour une ligne aérienne, nous avons vu que ce qui conduit à une tension de sortie supérieure de quelques pour cent à la tension d'entrée. Ce phénomène est appelé effet Ferranti. En charge La f.é.m d'un alternateur est constante et égale à la somme vectorielle de la résistance interne fois le courant qui la traverse plus l'impédance interne fois le même courant plus la somme (résistance et impédance) de la ligne fois le courant plus la tension au bornes de la charge qui est en parallèle avec la capacité de la ligne. , soit :

augmentent Si l'intensité appealer I augmente les deux termes (r + R).I et donc diminue à l’extrémité de la ligne. Pour y remédier, il y a deux possibilités : soit demander aux groupes de fournir plus de réactif soit insérer les batteries de condensateurs dans le réseau ou bien les deux solutions à la fois.

Environnement et nuisances des lignes haute tension
Les lignes dites à très haute tension, 225 ou 400 kV, sont vivement critiquées par les associations de protection de l'environnement et dans les médias, en raison de :
• • •

l'impact sur les paysages et la création de tranchées de déboisement ; l'impact sur le tourisme, l’habitat, les nuisances sonores, ainsi que les conséquences sur l’avifaune ; les aspects sanitaires évoqués ci-dessus. suspendre l’ensemble des projets d’extension de lignes THT ; enfouir les lignes THT existantes ; mener des études épidémiologiques à proximité des lignes THT ; réduire les besoins électriques.

Les associations écologistes demandent de :
• • • •

Les obstacles à l'enfouissement des lignes peuvent être soit techniques, soit économiques : une ligne 400 kV enterrée coûte environ dix fois le prix d'une ligne aérienne (¹). Mais, d'une part, cette évaluation approximative ne tient pas compte des économies d’échelle obtenues qui seraient possibles grâce à la généralisation des techniques d’enfouissement, d'autre part, les pertes en ligne pour les lignes aériennes sont supérieures à celles des câbles enterrés (¹). Enfin, les lignes aériennes sont extrêmement vulnérables en cas de tempête : en France, la tempête de 1999 a entraîné un surcoût de 30 % rien que pour la mise aux normes des lignes THT afin qu’elles résistent à des vents violents de 170 km/h. Le surcoût théorique mis en exergue par l'opérateur du réseau français RTE occulte les bénéfices attendus d’un enfouissement tout en faisant implicitement abstraction des externalités négatives, à savoir l’impact sur le paysage, le tourisme, l’habitat, les nuisances sonores, ainsi que les conséquences sur l’avifaune

39

2.5 Variation de la résistance avec la temperature
Une résistance variable est une résistance dont la valeur est variable. En fait, toutes les résistances sont variables, mais seules celles ayant une plage de variation significative sont désignées comme telles. De nombreux facteurs peuvent induire une variation de R en fonction de sa constitution. Les plus courants sont les facteurs suivants : • Mécanique : Généralement une variation de la longueur du corps résistant. • Thermique : La température à laquelle est soumis la résistance (on parle alors de thermistance). On distingue les résistance Coefficient de Température Positif (la résistance croit quand la Température augmente) et les C T Négatif ou (la résistance diminue pour une augmentation de T). • Rayonnement : Le rayonnement auquel est soumit la résistance. (De nombreux modèles existent chacun est sensible à une gamme de rayonnement spécifique). • Chimique : Une substance (gaz, liquide, solide) mis en contact de la résistance. • Fréquence : La fréquence du courant électrique qui traverse la resistance, on parle d'impédance et non plus de résistance En électricité, le terme résistance désigne plusieurs choses différentes mais liées : • une propriété physique : l'aptitude d'un matériau conducteur à s'opposer au passage du courant électrique. • un dipôle qui est utilisé justement par le fait que sa résistance est utile, principalement pour produire de la chaleur. • un modèle mathématique qui respecte idéalement la loi d'Ohm, que l'on baptise conducteur ohmique et qui permet de modéliser les dipôles réels • un composant électronique conçu pour approcher de manière très satisfaisante la loi d'Ohm dans une large plage d'utilisation. • La propriété physique C'est la propriété d'un matériau à s'opposer au passage d'un courant électrique. Elle est souvent désignée par la lettre R et son unité de mesure est l'ohm (symbole ). Elle est liée aux notions de résistivité et de conductivité électrique : Pour un conducteur filiforme homogène, à une température donnée, il existe une relation permettant de calculer sa résistance en fonction du matériau qui le constitue et de ses dimensions :

étant la résistivité en .m, • la longueur en mètres, • la section en m2, • la conductivité en ( .m)-1. La résistance est aussi responsable d'une dissipation d'énergie sous forme de chaleur. Cette propriété porte le nom d'effet Joule. Cette production de chaleur est parfois un effet souhaité (résistances de chauffage), parfois un effet néfaste (pertes Joule). Un des problèmes majeurs pour les ingénieurs est que la conductivité, et son inverse, la résistivité, dépendent fortement de la température. Lorsqu'un dipôle est traversé par un courant électrique, sa résistance provoque un échauffement qui modifie sa température, laquelle modifie sa résistance. La résistance d'un dipôle dépend donc fortement des conditions d'utilisation.

40

La puissance dissipée par effet Joule est • étant l'intensité du courant, en ampères, traversant la résistance et • la tension, en volts, entre ses bornes. La résistance a ceci de particulier que c'est une des rares caractéristiques physiques dont la plage de valeurs va pratiquement de 0 (supraconducteurs) à l'∞ (isolants). Le dipôle

Illustration 12: symbole européen d'une Pour distinguer le dipôle de sa propriété physique, il faudrait en théorie l'appeler "résisteur" (le mot résistance dans anglais resistor ou l'anglicisme résistor sont parfoiscircuit un employés à tort). Par abus de langage le dipôle s'est donc fait appeler lui aussi "résistance" Illustration 13: par la pratique. Cet usage est permis par les dictionnaires. symbole C'est un composant électronique qui permet d'augmenter volontairement la résistance (propriété Américain physique) d'un circuit. Il est caractérisé par la proportionnalité entre l'intensité du courant qui le d'une traverse et la tension entre ses bornes. Dans la pratique cette propriété ne se vérifie résistance dans qu'approximativement à cause de la variation de résistivité avec la température. un circuit On distingue :

• •

Les résistances de puissance dont le but est de produire de la chaleur, exemple : chauffage électrique. Généralement une plaque indique la tension nominale d'utilisation et la valeur de la puissance produite. Les résistances fixes dont le but est d'obtenir, dans un montage électronique, des potentiels ou des courants parfaitement déterminés en certains endroits du circuits. On indique alors par un code sa valeur de résistance et la précision de cette valeur. La puissance maximale qu'elle peut dissiper se devine (parfois) par sa taille. Ces résistances sont les seules à véritablement vérifier la loi d'Ohm dans un grand domaine d'utilisation (or elles ont été conçues après sa mort) Les résistances variables qui permettent à un utilisateur d'ajuster un courant (rhéostat) ou une tension (potentiomètre). Les dipôles dont la résistance varie avec une grandeur physique : • La température : CTN (résistance à coefficient de température négatif) et CTP (à coefficient de température positif) • L'éclairement : photorésistances • Les forces appliquées : jauges de contraintes...

Le conducteur ohmique

Un conducteur ohmique est un composant électronique appelé également résistance et qui vérifie la loi d'Ohm : , avec • étant l'intensité du courant, en ampères, traversant la résistance et • la tension, en volts, entre ses bornes. Connaissant cette relation, on peut alors remarquer que la courbe représentative de la caractéristique d'une résistance est une droite passant par l'origine du repère.14: Caractéristique de la résistance : Courbe de I Illustration = de = U/R On utilise parfois les termes de résistance pure ouf(U)résistance idéale. Le terme de résistor avait 41

été introduit un certain temps dans les programmes de l'Éducation nationale française, il en a été retiré par la suite. En toute rigueur aucun dipôle n'applique exactement la loi d'Ohm. Le conducteur ohmique est donc davantage un modèle permettant de décrire les dipôles réels. Par exemple, la résistance d'un conducteur métallique à une température donnée est bien approchée par la relation : avec un hypothétique conducteur ohmique modélisant le comportement du conducteur parfaitement thermostaté à la température de 0°K et la température en K. Lois d'électrocinétique Expression de la puissance La puissance consommée par un conducteur ohmique de résistance

peut s'écrire

avec :
• •

le courant qui traverse effectivement le dipôle la tension effectivement aux bornes du dipôle, cette dernière peut être différente de la tension délivrée par le générateur.

est exprimé en watts. Résistances équivalentes Les lois dites d'associations de résistance ne s'appliquent en toute rigueur qu'à des conducteurs ohmiques • en série :

en dérivation :

Résistances équivalentes Les lois dites d'associations de résistance ne s'appliquent en toute rigueur qu'à des conducteurs ohmiques

en série :

en dérivation :

2.6 Pont de Wheatstone
Un pont de Wheatstone est un instrument de mesure inventé par Samuel Hunter Christie en 1833, puis amélioré et démocratisé par Charles Wheatstone en 1843. Ceci est utilisé pour mesurer une résistance électrique inconnue par équilibrage de deux branches d'un circuit en pont, avec une branche contenant le composant inconnu.

42

Illustration 15: Pont de Wheatstone Considérons la figure ci-contre. Le pont est constitué de deux résistances connues, R1 et R2, d'une résistance variable de précision, R3, et d'un galvanomètre ou voltmètre sensible, G. La tension au point de jonction entre R1 et R2 vaut V.R2/(R1 + R2), où V est la différence de potentiel aux bornes de la pile. Si nous plaçons entre R3 et la masse une résistance inconnue, Rx, la tension au point de jonction entre R3 et Rx vaut V.Rx / (R3 + Rx).

43

Ajustons R3 de façon à annuler le courant dans le galvanomètre ; la différence de potentiel aux bornes du celui-ci est donc nulle. En égalant les deux tensions calculées ci-dessus, l'on trouve

Rx =R2 . R3 R1
En pratique, le pont de Wheatstone comporte un ensemble de résistances calibrées, de façon à pouvoir mesurer une large gamme de valeurs de Rx avec une seule résistance de précision ; il suffit de changer le rapport R1/R2. Par ailleurs, la même technique peut être utilisée pour mesurer la valeur de condensateurs ou d'inductances. On remplace la source de tension continue par une source de tension alternative et la résistance de précision par un condensateur ou une inductance de précision. À l'équilibre du pont (courant nul dans le galvanomètre), le rapport des impédances dans la branche réactive est égal au rapport des résistances. Utilisation pour les jauges de contrainte

Illustration 16: Un montage en pont de Wheatstone

Le pont de Wheatstone est également utilisé lors de la mise en œuvre de jauges de contrainte. Une jauge de contrainte est basée sur la propriété qu'ont certains matériaux de voir leur conductibilité varier lorsqu'ils sont soumis à des contraintes, pressions ou déformations (piézorésistance). Elle permet de fabriquer des capteurs de pression, accélération... Comme les variations de résistance sont trop faibles pour être directement mesurables, il est nécessaire de faire appel à un montage en pont de Wheatstone. Alimenté par une source de tension le pont a, à l'équilibre une tension V nulle, mais la variation de l'une ou l'autre des résistances fait apparaître une tension non-nulle. Dans la pratique, plusieurs de ces résistances sont des jauges.

44

L'intérêt de ce montage est que deux résistances adjacentes agissent en sens opposé et deux résistances opposées agissent dans le même sens. On peut donc réduire les variations parasites (comme la température) et avoir une meilleure précision. Un capteur à quatre jauges permet d'avoir encore une meilleure précision qu'un capteur à une jauge. Dans la pratique, le nombre de jauges est souvent dicté par la géométrie de la pièce.

2.7 Exercices
1Calculez la résistance R Tension U = 424 V L'intensité du courant I = 4,8 A Réponse R = U/I = 424 V/4,8 A = 88,333 2 L'intensité du courant I = 0,9 A Tension U = 30 V R=?? Exercice avec solution: R = U/I = 30 V/0,9 A = 33,333 3Calculez la tension U Résistance R = 885 L'intensité du courant I = 2,9 A Exercice avec solution: U = R · I = 885 · 2,9 A = 2566,5 V

4.Calculez la résistance R Tension U = 424 V L'intensité du courant I = 4,8 A Réponse R = U/I = 424 V/4,8 A = 88,333 5. L'intensité du courant I = 0,9 A Tension U = 30 V R=?? Exercice avec solution: R = U/I = 30 V/0,9 A = 33,333 45

6.Calculez la tension U Résistance R = 885 L'intensité du courant I = 2,9 A Exercice avec solution: U = R · I = 885 · 2,9 A = 2566,5 V

Calculez: 7. Résistance R = 732 Tension U = 131 V I =? A 8. Résistance R = 968 L'intensité du courant I = 4,6 A U =? V 9. Tension U = 453 V L'intensité du courant I = 3,2 A R=?

10.Résistance R = 251 Tension U = 464 V I = ?A 11. Résistance R = 732 Tension U = 131 V I =? A 1 2. Résistance R = 968 L'intensité du courant I = 4,6 A U =? V 13. Tension U = 453 V L'intensité du courant I = 3,2 A R=?

14.Résistance R = 251 Tension U = 464 V 46

I = ?A 15. Résistance R = 732 Tension U = 131 V I =? A 16. Résistance R = 968 L'intensité du courant I = 4,6 A U =? V 17.Tension U = 453 V L'intensité du courant I = 3,2 A R=?

19.Résistance R = 251 Tension U = 464 V I = ?A 20. Calculez l'intensité si on a: La Résistance R = 732 La Tension U = 131 V I =? A Résistance R = 5.968 L'intensité du courant I = 4,6 A U =? V 21. Tension U = 453 V L'intensité du courant I = 3,2 A R=??

22.Résistance R = 251 Tension U = 464 V I = ?A Calculez: 23. Résistance R = 732 Tension U = 131 V I =? A

47

24. Résistance R = 968 L'intensité du courant I = 4,6 A U =? V 25. Tension U = 453 V L'intensité du courant I = 3,2 A R=?? A 26..Résistance R = 251 Tension U = 464 V I = ?A 12. Résistance R = 732 Tension U = 131 V I =? A 27. Résistance R = 968 L'intensité du courant I = 4,6 A U =? V 14. Tension U = 453 V L'intensité du courant I = 3,2 A R=? 29. Résistance R = 251 Tension U = 464 V I =??? • 30.Calculez l'intensité du courant I Résistance R = 812 Tension U = 247 V Exercice avec solution: I = U/R = 247 V/812 = 0,3042 A 31. Calculez la tension U Résistance R = 684 L'intensité du courant I = 3,1 A

Exercice avec solution: U = R · I = 684 · 3,1 A = 2120,4 V

48

CHAPITRE . 3. GENERATEURS ET RECEPTEURS
3.1 GENERATEURS

Définition:
D'une manière générale, le mot générateur est employé pour désigner un objet qui produit ou engendre quelque chose.

En électrotechnique, un générateur électrique est un dispositif qui permet de produire de l'énergie électrique à partir d'une autre forme d'énergie. Par opposition, un appareil qui consomme de l'énergie électrique s'appelle un récepteur électrique. En électricité, un générateur de basses fréquences permet de délivrer un signal observable sur un oscilloscope

Illustration 17: symbole d'un générateur dans un circuit

49

3.1.1. Générateur parfait
définition: un générateur parfait est un générateur qui crée toujours la même différance de potentiel E,appelée
force électromotrice,entre ses deux bornes,quel que soit le courant qui le traverce.. Un générateur de tension idéal délivre une tension indépendante du courant débité :U

Cette tension est la force électromotrice (f.e.m.) du générateurIllustration 18: Caracteristique de la f.é.m.d

3.1.2. Générateur réel
Définition:: La résistance interne d'un générateur de tension idéal est nulle, ce qui n'est généralement pas le cas pour un générateur réel. Un générateur réel est modélisé par un générateur idéal en série avec sa résistance interne. En convention générateur, la caractéristique statique tension-courant du générateur de tension réel devient : u = e − r i. La résistance interne induit une chute de tension.

Sens du courant électrique
Par convention, dans un circuit électrique en boucle simple et en courant continu, le courant électrique sort du générateur par la borne positive (+), traverse le circuit électrique et revient au générateur par sa borne négative (-). C'est ce qu'on appelle le sens conventionnel du courant électrique, il peut être différent du sens réel de déplacement des porteurs de charges. Ainsi lorsque les porteurs de charges sont des électrons (cas le plus fréquent), ou des anions leur mouvement effectif est du - vers le +, sens de déplacement des particules chargés négativement donc attirés par le positif. Au contraire cations et trous d'électrons se déplacent dans le sens conventionnel du courant. Cette convention est dite « récepteur », car elle décrit ce qui se passe dans les câbles d’alimentation et les appareils.

Dans les générateurs électriques
À l'intérieur des générateurs électriques où l'on crée le potentiel qui permet aux charges de se mettre en mouvement, les électrons se déplacent de la borne positive vers la borne négative. Ceci est rendu possible grâce à la conversion d'une autre forme d'énergie (ex. : l'énergie électrochimique dans le cas d'une pile).C'est la convention dite «générateur».

3.1.2.1. Modèle équivalent d'un générateur
(modèle équivalent de Thévénin): Théorème de Thévenin Énoncé Le théorème de Thévenin est une propriété électronique, qui établit qu'un réseau électrique linéaire vu de deux points est équivalent à un générateur parfait dont la tension est égale à la différence de potentiels à vide entre ces deux points, en série avec une résistance égale à celle que l'on mesure entre les points lorsque les générateurs indépendants sont rendus passifs.

50

Détermination du modèle de Thévenin
Communément :
• •

La tension de Thévenin est la tension entre les bornes de la charge lorsque celle-ci est déconnectée (tension à vide). La résistance de Thévenin est celle mesurée entre les bornes de la charge lorsque celle-ci est déconnectée avec les sources de tension indépendantes remplacées par un court-circuit et les sources de courant indépendantes par un circuit ouvert.

D'un point de vue mathématique :

Rth = Rn Avec In et Rn (source de courant et résistance équivalente pour un modèle de Norton). Pour déterminer la tension de Thévenin, on mesure la tension à vide avec un voltmètre aux bornes de la charge. Pour déterminer la résistance de Thévenin, nous avons 3 méthodes :
• • • •

On éteint les sources indépendantes et on calcule la résistance équivalente Si on connait la tension de Thévenin , à vide, et le le courant de Norton , en courtcircuit, on utilise la formule précédente On place une résistance dont on connaît la valeur sur les bornes de la charge, on prend la tension aux bornes de cette résistance et on utilise le théorème du diviseur de tension. Un variante courante de cette méthode est celle dite de la demi-tension: On place une resistance variable (précise et étalonnée) sur les bornes de la charge et on mesure la tension. On fait alors varier la valeur de la résistance jusqu'à avoir alors égales. , les deux résistances sont

Démonstration
La démonstration de ce théorème repose sur le principe de superposition, ce qui permet d'étendre la généralité de son application à tous dispositifs électroniques qui fonctionnent linéairement. On peut imaginer la situation où l'on relie deux dipôles linéaires désignés respectivement par les lettres A et B, le but de la démarche est alors de trouver un schéma équivalent au dipôle A de sorte que son comportement vis à vis du dipôle B reste identique. Avant de relier les dipôles A et B, on note que les tensions à vide entre leurs bornes sont respectivement et car on considère tout d'abord pour simplifier la démonstration que le dipôle B ne contient pas de sources électriques et que toutes les grandeurs électriques, en circuit ouvert, y sont initialement nulles (figure a).

On peut ensuite relier les deux dipôles à l'aide d'un court-cicuit qu'on remplace, toutefois de manière équivalente, par deux sources de tension en série et qui ont une même amplitude égale à mais des orientations opposées (figure b). Dans ce nouveau montage, les courants et tensions se voient alors, par application du principe de superposition, comme le résultat de l'action cumulée de deux influences: celle de et des sources électriques situées dans A d'une part (figure c) et celle de d'autre part (figure d). Cependant, il apparait clairement que la première de ces 51

Illustration 20: Figure(a)21: Figure(b) Illustration

influences est équivalente à la situation où les deux dipôles se trouvaient en circuit ouvert et qu'elle d'amplitude ne modifie donc pas les grandeurs électriques de B. La source de tension mis en série avec le dipôle A dans lequel a été annulé l'influence de toutes sources électriques indépendantes peut ainsi sembler comme à l'origine des courants et tensions du dipôle B. Lorsque le dipôle B contient également des sources électriques indépendantes, on peut encore à l'aide du principe de superposition revenir à la situation précédente et utiliser le même raisonnement. Il suffit pour retrouver cette situation d'annuler les sources électriques, tour à tour dans chaque dipôle, cela permettant de déterminer successivement les dipôles de Thévenin équivalents à A et à B.

Illustration 22: Figure(C) Illustration 23: Figure(d)

52

Exemple

Illustration 24: Le circuit original

Illustration 25: 1re étape: Calcul de la tension équivalent de sortie

Illustration 26: 2e étape: Calcul de la résistance équivalente Illustration 27: 3e étape: Le circuit équivalent

Dans l'exemple, calcul de la tension équivalente:

(Notez que R1 n'est pas prise en considération, car les calculs ci-dessus sont faits en circuit ouvert entre A et B, par suite, il n'y pas de courant qui passe à travers R1 et donc aucune tension ne sort de cette partie) 53

Calcul de la résistance équivalente:

3.1.2.2.Puissance mise en jeu dans un générateur
1. Loi d'ohm pour un générateur La caractéristique UAB=f(I) d'un générateur a l'allure suivante:

. Son équation est de la forme UAB=a.I+b. L'ordonnée à l'origine b a la dimension d'une tension. Cette tension est appelée force électromotrice du générateur et est notée E. Le coefficient directeur a est négatif et s'exprime en V.A-1, c'est à dire en ohms. Il a donc la dimension d'une résistance. Le coefficient directeur représente l'opposé de la résistance interne du générateur et est noté -r. On en déduit la loi d'ohm pour un générateur: Illustration 28: Cette caractéristique est linéaire et ne UAB passe pas par l'origine : Tension électrique aux bornes du générateur en UAB = E - r.I volts (V). E: Force électromotrice du générateur en volts (V). avec r: Résistance interne du générateur en ohms (Ω) I: Intensité du courant traversant le générateur en ampères (A).

2. Bilan de puissance, bilan d'énergie D'après la loi d'ohm aux bornes d'un générateur:

UAB = E -r.I => UAB.I = (E - r.I)

=>

UAB.I = E.I - r.I2

UAB.I représente la puissance électrique fournie par le générateur au circuit (notée Pe). 54

r..I2 représente la puissance perdue par effet Joule à l'intérieur du générateur (notée PJ). E..I représente la puissance totale fournie par le générateur (notée Pt). On en déduit: Pt = Pe + PJ avec Pt: Puissance totale fournie par le générateur en watts (W). Pe: Puissance électrique fournie au circuit en watts (W). PJ: Puissance perdue par effet Joule dans le générateur en watts (W).

55

Cas général: régimes variables
Si la tension et le courant varient, la puissance instantanée consommée par un dipôle est égale au produit des valeurs instantanées du courant qui le traverse et de la tension à ses bornes.

avec P en Watt, u en volts et i en ampères.

Puissance en continu
En régime de tension et de courant continu,

U et I étant les valeurs constantes de la tension aux bornes du dipôle et de l'intensité du courant à travers le dipôle. Remarques

Si

la

tension

U

est

continue avec

et

l'intensité

est

variable

on

a:

: valeur moyenne du courant .

Si l'intensité I est continue et la tension est variable on a :

Puissance dissipée par une résistance : effet Joule
Si R est la résistance du dipôle, alors on a :

Cela conduit à l'expression de la puissance instantanée :

La puissance moyenne s'écrit alors :
• •

avec

la moyenne du carré de l'intensité la moyenne du carré de la tension

On introduit généralement les valeurs efficaces du courant ou de la tension afin de mettre la puissance moyenne sous la forme :

avec
• •

valeur efficace du courant. valeur efficace de la tension.

56

Puissance dissipée par une dipole actif linéaire
Bilan de puissance en fonctionnement récepteur D'un point de vue électrique, on peut modéliser un dipôle actif linéaire (électromoteur) par un M.E.T. (Modèle équivalent de Thévenin.) Remarque : ce modèle est très sommaire et ne rend compte que des puissances électriques mises en jeu.

Bilan des puissances électriques (approximatif, déduit d'un modèle): La puissance absorbée par le dipôle est fournie par l'alimentation électrique :

Cette puissance est tranformée en puissance électromagnétique et en pertes par effet Joule :

Dans ce cas la puissance utile est la puissance électromagnétique : Illustration 29: Modèle équivalent Bilan de puissance en fonctionnement générateur de Thévenin La puissance absorbée par le dipôle est fournie par l'extérieur sous forme de puissance électromagnétique :

Cette puissance est transformée en puissance électrique et en pertes par effet Joule et dans ce cas la puissance utile est la puissance électrique : :

57

Rendement Cas ou le dipôle actif fonctionne en récepteur :

Cas ou le dipôle actif fonctionne en générateur : .

On a toujours

Puissances en régime sinusoïdal de tension et en régime non-sinusoïdal de courant
Ce cas est très important : La distribution de l'électricité se fait en régime sinusoïdal de tension (si l'on fait abstraction de la pollution du réseau), mais une grande quantité des récepteurs utilisés par les particuliers ou les industriels appellent des courants non-sinusoïdaux du fait des convertisseurs de l'électronique de puissance qui sont utilisés pour les alimenter. En particulier, la majorité des appareils électroniques grand-public sont alimentés à travers un montage redresseur qui absorbe un courant alternatif en forme de pics.

3.2 RECEPTEURS 3.2.1. Récepteurs actifs
Définitions Un récepteur est un appareil qui convertit l'énergie électrique qu'il reçoit en un autre forme d'énergie. Un récepteur est dit passif si toute l'énergie qu'il reçoit est convertie en énergie thermique (conducteur ohmique par exemple). Un récepteur est dit actif s'il convertit une partie de l'énergie électrique qu'il reçoit en une autre forme d'énergie que l'énergie thermique. La caractéristique UAB=f(I) d'un récepteur actif a l'allure suivante:

Cette caractéristique est linéaire et ne passe pas par l'origine. Son équation est de la forme UAB=a.I+b. L'ordonnée à l'origine b a la dimension d'une tension. Cette tension est appelée force contre électromotrice du récepteur et est notée E'. 58

Le coefficient directeur a s'exprime en V.A-1, c'est à dire en ohms. Il a donc la dimension d'une résistance. Le coefficient directeur représente la résistance interne du récepteur et est noté r'. On en déduit la loi d'ohm pour un récepteur:

UAB = E' + r'.I avec UAB: Tension électrique aux bornes du récepteur en volts (V). E': Force contre électromotrice du récepteur en volts (V). r': Résistance interne du récepteur en ohms (Ω) I: Intensité du courant traversant le récepteur en ampères (A).

3.2.2 Modèle équivalent d'un récepteurs

Le modèle équivalent de Thévenin d'un récepteur actif est semblable à celui d' un générateur. Il est constitué d' une source de tension en série avec une résistance.

3.2.3 Puissance mise en jeu dans un récepteurs
En fonctionnement, un récepteur actif transforme une partie de l'énergie électrique qu'il reçoit en une autre forme d'énergie que l'énergie thermique.

3. Energie utile Définition: On appelle énergie utile la fraction de l'énergie reçue par un récepteur actif qui est convertie en une autre forme d'énergie que l'énergie thermique. 4. Bilan énergétique

59

We = Wu + QJ

Rendement: On appelle rendement d'un récepteur actif le rapport:

Remarques:

η<1

car Wu < We

η

Wu = We

=> η

Pu.∆t = Pe.∆t

=>

3.3 LOI D'OHM GENERALISEE
Loi de Pouillet La loi de Pouillet permet de calculer l'intensité dans un circuit série en maille simple composé de générateurs, de récepteurs et de conducteurs ohmiques. Découverte expérimentalement par Claude Pouillet, elle découle de la loi d'Ohm. Soit un circuit simple composé de plusieurs piles orientées (Ei,ri), de plusieurs récepteurs (E'i,r'i), et de plusieurs conducteurs ohmiques de résistances Ri. La formulation de cette loi est ainsi :

3.4 LOIS DE KIRCHHOFF
Les lois de Kirchhoff expriment la conservation de l'énergie et de la charge dans un circuit électrique. Elles portent le nom du physicien allemand qui les a établies en 1845 : Gustav Kirchhoff. Dans un circuit complexe, il est possible de calculer les différences de potentiel aux bornes de chaque résistance et l'intensité du courant continu dans chaque branche de circuit en appliquant les deux lois de Kirchhoff (qui découlent de la loi d'Ohm) : la loi des nœuds et la loi des mailles. 60

Loi des nœuds

Illustration 30: Schéma d'un montage électrique: la loi des nœuds. La somme algébrique des intensités des courants qui entrent par un nœud est égale à la somme algébrique des intensités des courants qui en sortent. Les intensités des courants sont des grandeurs algébriques (positives ou négatives). Sur la figure est représenté le sens (choisi arbitrairement) des courants entrant ou sortant du nœud A. D'après la loi des nœuds, on a donc : i1 + i4 = i2 + i3. Pour bien comprendre cette loi, il faut savoir que l'intensité est définie comme un débit de charge par unité de temps . Sachant que les charges ne peuvent pas s'accumuler à un endroit quelconque du circuit, elles circulent, donc l'integralité des charges qui « arrivent » à un nœud en repart.

61

Loi des mailles

Illustration 31: Schéma d'un montage électrique : la loi des mailles.
• •

Uab + Ubc + Ucd = Uad soit Uab + Ubc + Ucd + Uda = 0 (car Uda = - Uad).

Dans une maille quelconque d'un réseau, la somme algébrique des forces électromotrices (positives) et forces contre-électromotrices (négatives) est égale à la somme algébrique des différences de potentiel aux bornes des résistances. Cette loi découle de la définition de la tension comme différence de potentiel entre deux points. La tension entre a et b est U = Vb - Va. Va et Vb étant les potentiels respectifs aux points a et b. En additionnant toutes les tensions d'une maille et en se servant de cette définition, on obtient un résultat nul.

Méthode
1. On trace le sens de parcours du courant et les tensions associées à chaque dipôle. 2. On dessine la maille. 3. Si le sens de la maille est différent de la tension associé au dipôle, c’est une tension négative. 4. On remplace dans l’équation des mailles.

62

3.5 EXERCICES
exercice 1 shunt d'un ampèremètre
Soit un milliampèremètre de résistance 100Ω . L'intensité maximale qu'il peut supporter est 1 mA. A partir de ce milliampèremètre et d'un shunt (résistance), on désire construire un ampèremètre capable de mesurer des intensités plus importantes. 1. Quelle résistance,S (shunt),faut-il disposer en dérivation aux bornes d'un milliampèremètre pour que l'appareil muni de son shunt ,placé dans un circuit marque 100 quand le circuit est parcouru par uncourant de 1 A? 2. Quelle est alors l'intensité du courant qui traverse le shunt ? Quelle est la résistance R équivalente à l'appareil shunté ? 3. L'appareil shunté précédent est intercalé dans un circuit qui comprend en série une bobine B, dont la résistance est 5 Ω et la f.c.e.m E'=1,5 volt et un générateur de f.e.m , E et de résistance intérieure r. Les fils de connexion ont une résistance négligeable. L'aiguille de l'ampèrmètre se fixe à la division 50. On remplace la bobine B Par une autre B' ,dont la resistance est alors 10 Ω (f.c.e.m =1,5 volt ). L'aiguille de l'ampèrmètre se fixe à la division 40. Calculer les valeurs de E et de r.

corrigé résistance équivalente
résistances en dérivation : 1/R = 1/100+1/0,1=10,01 R=1/10,01= 0,0999 Ω

loi de Pouillet

0,5=(E-1,5)/(0,1+5+r) 0,4=(E-1,5)/(0,1+10+r)

r= 14,9 Ω ; E=11,5 V

générateur et électrolyseur
Un générateur est constitué par 20 piles identiques disposées en série . Chaque pile a une f.e.m E= 1V , et une résistance intérieure r = 0,5 ohm On branche ce générateur sur un voltamètre à eau acidulée de résistance 2 Ω et de f.c.e.m E'= 1,5 volts. Calculer l'intensité du courant .

63

corrigé
n piles en série n piles en dérivation fem équivalente nE E résistance équivalente nr r/n

caractéristiques du générateur
E = 20*1= 20 V ; r = 0,5*20 = 10 Ω

intensité du courant
I= (20-1,5)/(10+2)= 1,54 A

exercice 2
1. La consommation énergétique journalière d'une famille correspond à la combustion , sans perte , de 1,5 kg de bois . Le pouvoir calorifique du bois est de 13 MJ.kg-1 . Calculer la quantité d'energie correspondante .La comparer avec la valeur obtenue à la question 2.

corrigé
La batterie de cellules photovoltaiques est un convertisseur d'énergie

Energie électrique fournie chaque jour pendant 12 H (kilojoules)
4*0,12*(3600*12) = 20736 kJ= 20,73 kWh

consommation journalière d'énergie (kilojoules) 1 méga joule = 106 joules = 103 kilojoules
1,5*13 103 = 19 500 kJ

exercice 3 Quelles résistances faut-il choisir ?

64

Les résistors sont identiques. Comment choisir les conducteurs ohmiques afin qu'il n'y ait pas de surchauffe? UPN = 12 V ; puissance maximale dissipée par chaque résistor 0,50 W.

1. Exprimer, en fonction de R, la résistance équivalente à l'association des quatre résistors . 2. Exprimer, en fonction de R, l'intensité I du courant principal. 3. Calculer la tension aux bornes de chaque résistor (UPB, UBD, UBC) et vérifier que ces tension sont indépendantes de la valeur de R. 4. Quelle résistor reçoit la plus grande puissance électrique ? 5. Exprimer, en fonction de R, la puissance électrique reçue par le conducteur ohmique situé entre P et B. 6. Quelle valeur minimale faut-il donner à R pour éviter une surchauffe ? 7. On choisit R= 150 Ω . Calculer l'intensité du courant qui traverse chaque conducteur ohmique. 8. Calculer la puissance reçue par chaque résistor.

corrigé résistance équivalente

intensité I :UPN / (5/3R) tension
UPB UBD UBC RI=R*UPN/(5/3R)=12*3/5 2/3RI=2/3R*UPN/(5/3R)=12*2/5 la moitié de UBD

7,2 V

4,8 V

2,4 V

puissance (watt)=tension(volt)*intensité (A)
Le résistor situé entre P et B reçoit la plus grande puissance car la tenion à ses bornes est la plus grande et l'intensité qui le traverse est aussi la plus grande. P = 7,2*UPN / (5/3R)= 7,2*12*3/(5R)=51,84/R

valeur minimale de R
51,84/R < 0,5 d'où R >51,84/0,5 donc R>104 Ω.

intensité
I=12*3/(5*150)= 48 mA 65

I1=4,8/ 150= 32 mA I2=4,8/ 300= 16 mA

puissance reçue
7,2*0,048= 0,345 W 4,8*0,032= 0,153 W 2,4* 0,016= 0,038 W

exercice 4 associations de résistances et potentiomètre
Le potentiel de M est nul. UPM=12V. R1=10 Ω ;R2=10 Ω; R3=5 Ω. Le point B est situé au tiers du potentiomètre de résistance totale R=33 Ω.

1. 2. 3. 4. 5.

Quelle est la résistance équivalente R4 à l'association de R2 et R3? Quelle est la résistance équivalente R4 à la portion du potentiomètre comprise entre B et M. Quelle est la résistance équivalente R à tous les résistors du circuit ? Calculer les intensités des courants mA et µA. Calculer la puissance consommée par chaque résistor.

corrigé résistances équivalentes à
R2 et R3 en série R4=10+5=15 Ω. R4 et la portion BM en dérivation 1/15+1/20=7/60 puis 60/7=8,57 Ω. tout le circuit 8,57 Ω et 10 Ω en série 8,57+10= 18,57 Ω.

intensité
I=12/18,57 =0,646 A

15 I1 = 20 I2 et I1+I2 = 0,646
I1= 0,278 A et I1= 0,368 A 66

puissance= R I²
P1 = 10*0,646²= = 4,17 W P2 = 10*0,278²= = 0,77 W P1 = 10*0,646²= = 0,38 W

exercice 5 charge et décharge d'une batterie
On charge un batterie de voiture pendant t= 10h sous une tension électrique U= 14V avec une intensité électrique I=12A. Rappeler comment doit être branché le chargeur su la batterie. Calculer la charge Q emmagasinée par la batterie. Calculer l'énergie fournie W par le chargeur à la batterie. Pendant son fonctionnement en générateur,la batterie délivre une intensité l'=13A sous une tension E=12V et elle est déchargée au bout de t'=8h d'utilisation. Calculer W' l'énergie utile restituée par la batterie pendant son uttilisation. 5. Quel est le rendement énergétique de la chaine chargeur batterie? 1. 2. 3. 4.

corrigé
Relier la borne positive du chargeur à la borne positive de la batterie.

Quantité d'électricité (coulomb)=intensité (A) * temps (seconde)
Q=12*10*3600= 4,32 105 coulombs = 120Ah

énergie (joule)=Qté électricité (C) * tension (volt)
E=4,32 105*14 = 6,05 106 joules =6,05 106/3600 Wh=1,68 kWh énergie restituée par la batterie: 13*12*8*3600= 1,248 kWh rendement= énergie utile*100/ énergie reçue = 1,248*100/1,68 = 74,2%

exercice 6 pile, moteur et résistance en dérivation
E=20V ; R=200 Ω E'= 16 V r' =10Ω 1. 2. 3. 4. 5. Quelle est valeur de la tension UAB ? Que vaut l'intensité i1 ? Que vaut l'intensité i ? Quelle est la puissance fournie par le générateur ? Quel est le rendement du moteur ? 67

corrigé UAB = -E = -20 V
i1 = UBA / R= 20/200 = 0,1 A

calcul de i
UBA = E'+r' i2 i2 =(UBA -E' ) / r' = (20-16)/10= 0,4 A

i= i1 + i2 = 0 ,5 A

puissance (watt) = tension (volt) * intensité (A)
puissance fournie par le générateur: 20*0,5= 10 watts

rendement moteur = puissance mécanique / puissance reçue
puissance reçue par le moteur: 20*0,4 = 8 W puissance mécanique : E' i2 = 16*0,4 = 6,4 W rendement : 6,4/8 *100= 80%

exercice 7 batterie : générateur ou récepteur
On utilise une batterie d’accumulateurs pour alimenter une veilleuse dont les caractéristiques sont (5Ω ; 12V). La résistance interne de la batterie est r = 120 mOhm, sa f.é.m E = 12V et sa capacité est Q = 35Ah.On suppose que la valeur de E reste constante tant que la batterie délivre un courant électrique. 1. Calculer la résistance de la lampe puis calculer l’intensité qui traverse la batterie en fonctionnement. 2. Calculer la durée de l’éclairage de la veilleuse. 68

3. La batterie complètement déchargée est mise en charge par l’intermédiaire d’un chargeur maintenant une tension U’ = 13,9V à ses bornes. La f.c.é.m de la batterie est alors E’ = 13,2V. 4. Calculer l’intensité I’ du courant électrique passant dans la batterie. 5. Calculer la puissance électrique P’ consommée au cours de cette charge.

corrigé
puissance de la lampe =UI = RI² = U² / R d'où R =12² / 5 =28,8 ohms intensité I = E / ( somme des résistances) = 12/ (28,8 + 0,12) = 4,15 A durée d'éclairrage Q = It d'où t = 35 / 0,415 = 84 heures la batterie en charge est un récepteur : U' = E' + r I' ; 13,9 = 13,2 + 0,12 I' I' = 0,7/0,12 = 5,8 A puissance consommée par le récepteur : U'I' = 13,9*5,8 =80,6 watts

69

CHAPITRE 4. CONDENSATEURS
4.1. NOTION DE CONDENSATEURS 4.1.1 Constitution .
Un condensateur est constitué fondamentalement de deux conducteurs électriques, ou "armatures", très proches l'un de l'autre, mais séparés par un isolant, ou "diélectrique"

Illustration 32: Image d'un condensateur

Définition
Un condensateur est un composant électronique ou électrique dont l'intérêt de base est de pouvoir recevoir et rendre une charge électrique, dont la valeur est proportionnelle à la tension. Il se caractérise par sa Capacité électrique. Son comportement électrique idéal est donc:

où:
• • • •

I est le courant qui traverse le composant; U est la tension aux bornes du composant; C est la capacité électrique du condensateur. est la variation de tension avec le temps.

Les signes sont tels que la tension augmente dans le terminal par lequel entre le courant. Il est utilisé principalement pou :
• • •

stabiliser une alimentation électrique (il se décharge lors des chutes de tension et se charge lors des pics de tension); traiter des signaux périodiques; stocker de l'énergie, auquel cas on parle de supercondensateur.

Loi de comportement du condensateur On définit la capacité par la relation:

70

où: Q est la charge stockée sur sa borne positive; U est la tension aux bornes du composant; • C est la capacité électrique du condensateur. Expression algébrique de la loi de comportement du condensateur: Illustration 33: Symbole d'un condensateur non polarisé étant la charge Les indices 1 et 2 repérant chacune des bornes. Qk dans un circuit de la borne k et Vk son potentiel électrique (k = 1 ou 2). La borne au potentiel le plus élevé (borne positive) est donc chargée positivement. La charge "totale" d'un condensateur Qt = Q1 + Q2 est donc NULLE. Ce qui fait que le courant "pénétrant" par une borne ressort à l'identique par l'autre borne alors que les armatures sont séparées par un isolant! Si l'on oriente la branche de circuit contenant le condensateur dans le sens: borne 1 -> borne 2 , fixant ainsi le sens positif du courant i, on définit alors algébriquement la tension u dans le sens opposé (convention récepteur) u = V1 − V2 Il devient alors possible de définir algébriquement une relation algébrique entre le courant circulant dans la branche et la dérivée temporelle de la tension:

71

Composant électrique ou électronique

De gauche à droite: céramique multicouches, céramique disque, ajustable, électrochimique Illustration 34: Plusieurs types de condensateurs. 4.1.2 Capacité d'un condensateur Définition La capacité représente la quantité de charge électrique stockée pour un potentiel électrique donné. Elle est définie comme étant la somme des charges électriques d'un élément divisé par le potentiel de cet élément:

ou, selon le théorème de Gauss, la capacité peut être exprimée comme étant un flux électrique par volt

où C est la capacité en farad Q est la charge en coulomb V est le potentiel en volt Φ est le flux électrique associé à la charge Q en coulomb Energie L' Énergie (mesurée en joules) accumulée dans une capacité est égal au travail fourni pour la charger. On considère une capacité C, portant une charge +q sur une plaque et -q sur l'autre plaque. Pour déplacer une charge infinitésimale dq d'une plaque à l'autre à l'encontre d'une différence de potentiel V = q/C, il faut fournir un travail dW:

où W est le travail mesuré en joules q est la charge mesurée en coulombs C est la capacité mesurée en farads On peut calculer l'énergie accumulée dans la capacité en intégrant cette équation. Si l'on part avec une capacité non chargée(q=0) et que l'on déplace les charges d'une plaque à l'autre jusqu'à avoir les charges +Q and -Q sur l'une et l'autre plaque, il faut fournir le travail W:

72

Si l'on combine cette relation avec celle qui donne la valeur de la capacité d'un condensateur formé de deux plaques parallèles, on obtient:

. avec ε0 = 8,854.10-12 F·m-1 (permittivité électrique du vide)

4.1.3 Energie emmagasinée par un condensateur
Un condensateur emmagasiner de l'énergie sous forme électrique. Cette énergie Ue s'exprime en fonction de sa capacité C et de sa charge q (ou de sa tension u ) selon:

On remarque que cette énergie est toujours positive (ou nulle) et qu'elle croît comme le carré de la charge ou de la tension. Ces propriétés sont analogues à celles de l'énergie cinétique d'une masse m animée d'une vitesse v. La puissance électrique P reçue par le condensateur est la dérivée par rapport au temps de cette énergie.

On reconnaît dans la dernière égalité, l'expression générale de la puissance électrique reçue par un dipôle (en convention récepteur). Si la puissance est positive (puissance reçue) cette énergie augmente, le condensateur se charge. Inversément lorsque le condensateur se décharge, l'énergie diminue, la puissance est négative: elle est cédée par le condensateur au monde extérieur. Il en résulte qu'il est difficile de faire varier rapidement la tension aux bornes d'un condensateur et ceci d'autant plus que la valeur de sa capacité sera élevée. Cette propriété est souvent utilisée pour supprimer des variations de tension non désirées (filtrage). Inversément, une décharge très rapide d'un condensateur dans une utilisation de faible résistance électrique est possible. Une énergie importante est délivrée dans un temps très court (donc avec une très forte puissance). Cette propriété est entre autres exploitée dans les flashs électroniques et dans les alimentations de lasers pulsés. Notons qu'il est préférable de parler de puissance reçue (ou cédée) plutôt que de puissance consommée. Ce dernier qualificatif laisse à penser que la puissance reçue est "perdue" ou du moins dissipée. Ce qui est le cas d'une résistance qui "consomme" de la puissance électrique, toujours positive par Effet 73

Joule, la puissance Joule "consommée" s'écrivant:

4.2 GROUPEMENT DES CONDENSATEURS
Un condensateur est formé de deux armatures conductrices de surface S et séparées par une distance e. L'espace entre les deux armatures est le diélectrique qui peut être de l'air ou un isolant. La capacité C en farad d'un condensateur peut être calculée avec la formule :

avec : S : surface de la plus petite des armatures en m² e : épaisseur du diélectrique en m. ε est la permittivité ou constante diélectrique de l'isolant

4.2.1 Groupement en parallèle

Lorsque deux condensateurs identiques de diélectrique e et de surface S sont branchés en parallèle, tout se passe comme si la surface S avait été doublée. Remplacer la surface S par 2S dans la formule cidessus montre que la capacité du Illustration 35: Deux condensateurs en parallèle condensateur équivalent est doublée. En fait elle est égale à la somme de chacun des deux condensateurs. Pour calculer la capacité équivalente aux condensateurs C1, C2... Cn en parallèle il suffit d'additionner les capacités de 74 Illustration 36: Schéma de plusieurs condensateurs en parallèles

chacun d'eux. Exemple: On branche en // des condensateurs de 22, 33 et 47pF. La capacité équivalente est égale à 102pF

4.2.2.Groupement en série
Brancher deux condensateurs identiques en série revient à doubler l'épaisseur du diélectrique e, la capacité du circuit équivalent est la moitié de la capacité d'un condensateur. La tension d'isolement du condensateur équivalent est presque doublée. Le calcul de la capacité équivalente à plusieurs condensateurs en série s'apparente à celui de la résistance équivalente à plusieurs résistances en parallèle. Le plus simple est de faire la somme des inverses de chacune des capacités et de calculer l'inverse de cette somme. Exemple 1 : Ca = 10 pF et 1/Ca = 0,1 Cb = 5 pF et 1/Cb = 0,2 Cc = 5 pF et 1/Cd = 0,2 L'inverse de la capacité C est 0,1 + 0,2 + 0,2 = 0,5 Donc C = 1/0,5 = 2pF Exemple 2 : 10 condensateurs de 220 pF sont branchés en série. La capacité équivalente à ce circuit est 220/10 = 22pF Illustration 37: Schéma de plusieurs condensateurs en série

Schémas plus complexes
Pour calculer la capacité équivalente au schéma ci-contre il n'existe pas de formule simple. Un problème aussi complexe peut se résoudre simplement en calculant les capacités équivalentes de chacune des branches du circuit : - capacité C12 équivalente aux deux condensateurs C1 et C2 en parallèle. - puis C312 capacité équivalente à ce condensateur (fictif) C12 en série avec C3. - puis capacité C4321 équivalente au condensateur C4 en parallèle avec C312 - enfin capacité équivalente C54321 au condensateur C5 en série avec le condensateur (fictif) C4321 Remarque : ce principe peut être appliqué au calcul de résistances en série/parallèle.

4.3 CHARGE ET DECHARGE CONDENSATEUR A TRAVERS RESISTANCE

D'UN UNE

75

Illustration 38: Schéma des condensateurs en parallèle et en série

La charge ou décharge d'un condensateur dans une résistance a des utilisations diverses dans le domaine de l'électronique. Elle sert en général à créer des temporisations, pour des capteurs de niveau de liquide anti-remous par exemple. La valeur de la temporisation peut être réglable à l'aide d'un montage potentiométrique (ou rhéostatique) de la résistance dans laquelle le condensateur se décharge.

Montage électrique

Illustration 39: Montage électrique d'un condensateur en charge et décharge

76

Loi des mailles D'une part, uC − uR = 0 Nous obtenons l'équations différentielle: car nous utilisons la convention générateur pour le condensateur.

, avec Et l'on pose τ = RC qui est la constante de temps du circuit. Equation instantanée On en tire donc la valeur de A: À t = 0,uC = E, d'où A = E Donc Courbe de décharge Comme le montre l'équation de uC(t), la décharge est exponentielle. La courbe possède quelques caractéristiques:
• • • •

.

La tangente à l'origine de l'exponentielle coupe la valeur finale (ici 0) à t = τ, À À À , , .

77

Illustration 40: Caractèristique d'un condensateur déchargé On considère en général que le régime permanent est établi à t = 3τ. On peut donc définir deux zones de la décharge:
• •

De 0 à 3τ: régime transitoire, De 3τ: régime permanent.

Applications La charge d'un condensateur à travers une résistance est beaucoup plus utilisée. Exemple d'application: le capteur de niveau d'eau anti-remous. Le capteur ouvre ou ferme un contact (photo-diode + photo-transistor) selon la présence ou absence d'eau à un certain niveau d'une cuve. Le problème qui se pose est de pouvoir éliminer le phénomène de «clignotement» du capteur dû aux remous de l'eau, qui peuvent générer des problèmes au niveau d'un automate. La solution consiste à temporiser la sortie du capteur en intercalant un circuit RC entre le contact "photo-transistor" et la sortie.

78

Illustration 41: Schéma d'un phototransistor Une telle solution peut-être présentée comme ceci: La sortie peut basculer après un temps prédéfini pour lequel le capteur voit de l'eau en permanence (donc pas de remous), donc à partir d'une tension "seuil" aux bornes du condensateur. En cas de remous, le contact s'ouvre, et donc le condensateur se décharge, on repart à zéro. La présence de l'amplificateur opérationnel monté en trigger de Schmitt (ou comparateur à hystérésis) est destinée à empêcher le clignotement de la sortie dans le cas où la tension aux bornes du condensateur n'est pas purement exponentielle (des ondulations sur la courbe peuvent exister)

4.4 UTILISATION DU CIRCUIT RC Principe de fonctionnement +Exemple
Objectif: simuler la temporisation d'un éclairage de voiture et d'un flash d'appareil photo avec un dipôle RC.

I SIMULER LA TEMPORISATION D'UN ECLAIRAGE DE VOITURE AVEC UN DIPOLE RC • Lorsqu'on ferme une portière de voiture, l'éclairage de l'habitacle ne s'éteint pas instantanément mais après quelques secondes: 5 s à 10 s. On se propose de simuler le système de temporisation de l'éclairage avec un circuit RC (voir montage). • Le condensateur est relié à la source électrique de la voiture (batterie), simulé ici par le générateur de tension. A l'arrêt, on ouvre puis on ferme la porte: ceci est simulé par le commutateur lors du passage de la position 1 vers la position 2. • L'éclairage de la voiture est simulé par la DEL: la DEL brille lorsque la tension
79

entre ses bornes est supérieure ou égale à la tension de seuil Useuil = 2 V donc ici lorsque la tension uC = uR est supérieure à 2 V. • Le dispositif électronique permet de séparer le dispositif de temporisation du dispositif d'éclairage sans perturber le circuit décharge. 2) Montage - fils pour le montage: 6 (4 pour le montage et 2 pour l'acquisition). - AO + alimentation (-15 V; 0 V ; +15 V) + 3 fils courts bleu , noir, rouge - 3 cavaliers - 1DEL verte avec résistance de protection Rp = 220 Ω - Capacités: plaquette avec C = 47 µF, C = 470 µF , C = 2200 µF - Résistances: R = 470 Ω , R = 2,2 kΩ , R = 1,0 kΩ. - 1 inverseur deux positions - 1 alimentation 9 V continue - 1 chronomètre. • Réaliser le montage suivant (un montage pour deux binômes) avec: E = 9,0 V C = 470 µF R = 1,0 kΩ Rp = 220 Ω. • Faire vérifier votre montage. a) Quelle est la position du commutateur permettant de charger le condensateur ? De le décharger ?

b) Réaliser la charge du condensateur. Le condensateur se charge-t-il rapidement ou lentement ? Justifier. Dispositif de temporisation Dispositif électronique Dispositif d'éclairage • Réaliser la décharge du condensateur et observer la DEL. c) Noter votre observation. La durée d'éclairement de la DEL est-elle satisfaisante
80

pour la simulation ? d) Calculer la constante de temps τ1 lors de la décharge. e) On désire satisfaire à la simulation de la temporisation: temps d'éclairement de la diode compris entre 5 s et 10 s. Comment doit-on alors modifier C et / ou R ? Choisir parmi les valeurs de capacité et de résistance celles qui conviennent en réalisant les expériences. Noter les valeurs retenues pour C et R. Estimer, avec un chronomètre, la durée pendant laquelle la DEL est allumée. f) Calculer la nouvelle constante de temps τ2 lors de la décharge 3) Acquisition informatique • Faire les branchements nécessaires (masse et voie EA0) pour mesurer la tension uC(t) aux bornes du condensateur et les reproduire sur le schéma. a) On désire visualiser la décharge complète du condensateur. Quelle doit-être la durée minimale d'acquisition à paramétrer si la décharge commence à t = 0 ? Une durée d'acquisition de 15 s convient-telle ? Même question pour 30 s. • Faire le paramétrage sur la durée calculée avec 1000 points de mesure et un déclenchement à 9,0 V sens descendant. Faire l'acquisition demandée (touche F10). b) Déterminer graphiquement la durée d'éclairement de la DEL en utilisant l'icône Réticule. On rappelle que la DEL est allumée si uc(t) > 2 V = Useuil c) Rappeler l'expression mathématique de la tensions uC(t) en fonction de E, τ2 = R.C et t. d) Montrer que la durée d'éclairement de la DEL est: t = R.C. e) En utilisant l'outil modélisation retrouver la valeur de τ2. Ecart relatif. Commenter le résultat sachant que le constructeur propose une tolérance de 10 % sur la valeur de la capacité du condensateur. II SIMULER UN FLASH PHOTO AVEC UN DIPOLE RC • Pour simuler un flash photo, la DEL doit être allumée pendant une très courte durée. 1) Que peut-on alors dire de la constante de temps τ3 ? Quelles valeurs de C et R doit-on choisir ? 2) Calculer la valeur de τ3. En déduire la durée de décharge totale du condensateur. • Avec le même montage faire le paramétrage nécessaire pour l'acquisition et réaliser
81

l'acquisition. 3) Déterminer graphiquement et par le calcul la durée d'éclairement de la DEL. 4.5 CARACTERISTIQUES DES CONDENSATEURS USUELS Le mot condensateur peut désigner spécifiquement un composant électrique ou électronique conçu pour pouvoir emmagasiner une importante sous un faible volume; il constitue charge électriqueainsi un véritable accumulateur d'énergie. En Octobre 1745, Ewald Georg von Kleist de Pomerania inventa le premier condensateur. Le physicien hollandais Pieter van Musschenbroek le découvrit de façon indépendante en janvier 1746. Il l'appella la bouteille de Leyde car Musschenbroek travaillait à l'Université de Leyde.

Un condensateur est constitué fondamentalement de deux conducteurs électriques, ou "armatures", très proches l'un de l'autre, mais séparés par un isolant, ou "diélectrique".

La charge électrique emmagasinée par un condensateur est proportionnelle à la tension appliquée entre ses 2 armatures. Aussi, un tel composant est-il principalement caractérisé par sa capacité, rapport entre sa charge et la tension. La capacité électrique d'un condensateur se détermine essentiellement en fonction de la géométrie des armatures et de la nature du ou des isolants; la formule simplifiée suivante est souvent utilisée pour estimer sa valeur:

avec S: surface des armatures en regard, e distance entre les armatures et ε la permittivité du diélectrique.

L'unité de base de capacité électrique, le farad représente une capacité très élevée, rarement atteinte (à l'exception des super-condensateurs); ainsi, de très petits condensateurs peuvent avoir des capacités de l'ordre du picofarad. Une des caractéristiques des condensateurs est leur tension de service limite, qui dépend de la nature et de l'épaisseur de l'isolant entrant dans leur constitution. Cet isolant présente une certaine rigidité diélectrique, c'est-à-dire une tension au-delà de laquelle il peut apparaître un violent courant de claquage qui entraîne une destruction du composant (sauf pour certains d'entre eux, dont l'isolant est dit auto-cicatrisant).

La recherche de la plus forte capacité pour les plus faibles volume et coût de fabrication conduit à réduire autant que possible l'épaisseur d'isolant entre les deux armatures; comme la tension de claquage diminue également dans la même proportion, il y a souvent avantage à retenir les meilleurs isolants.
Désignation Capacité Champ électrique Représentation

82

Condensateur plan

Condensateur cylindrique

Condensateur sphérique

Sphère

Calcul des circuits comportant un ou des condensateur(s)
L'intensité qui traverse un condensateur ne dépend pas directement de la tension à ses bornes, mais de la variation de cette tension. Ainsi, on écrit généralement l'équation (en convention récepteur, q étant la charge de l'armature sur laquelle arrive i ):

q étant la charge de l'armature en coulomb.

C étant la capacité du condensateur en farad. On peut ainsi en déduire l'impédance du condensateur alimenté par une tension fonction sinusoïdale du temps :

où U et I sont les valeurs efficaces des grandeurs u et i La transformation complexe appliquée à la tension et à l'intensité permet de déterminer l'impédance complexe:

Ces relations montrent bien qu'un condensateur se comporte comme un circuit ouvert (impédance infinie) pour une tension continue et tend à se comporter comme un court-circuit (impédance nulle) 83

pour les hautes fréquences. Pour ces raisons, ils sont utilisés pour réaliser des filtres, parfois en association avec des inductances.

Les différentes catégories de condensateurs
De nombreuses techniques, souvent issues de la chimie, ont permis d'améliorer sensiblement les performances des condensateurs, que l'on relie à la qualité du diélectrique employé. C'est donc la nature du diélectrique qui permet de classer les condensateurs:
• •

les condensateurs non polarisés, de faible valeur (nanofarad ou microfarad) sont essentiellement de technologie «mylar» ou «céramique»; les condensateurs dits polarisés sont sensibles à la polarité de la tension électrique qui leur

est appliquée: ils ont une borne négative et une positive. Ce sont les condensateurs de technologie «électrolytique» (également appelée, par abus de langage, «chimique») et «tantale». Une erreur de branchement ou une inversion accidentelle de la tension conduit généralement à leur destruction, qui peut être très brutale, voire explosive; les super-condensateurs (ultracapacitor) non polarisés ont une énorme capacité mais une faible tenue en tension (quelques volts). Ils ont été développés suite aux recherches effectuées pour améliorer les accumulateurs. La capacité qui peut dépasser la centaine de Farad est obtenue grâce à l'immense surface développée d'électrodes sur support de charbon actif; les condensateurs à capacité variable, employés par exemple pour la réalisation des filtres RLC réglables (utilisés ainsi dans les postes récepteurs de radio pour le choix des stations). Ils sont constitués d'armatures mobiles l'une par rapport à l'autre; les surfaces en regard déterminent la valeur du condensateur.

Quand on rapproche les plaques, la capacité augmente rapidement, de même que le gradient de tension (i.e., le champ électrostatique). Par exemple, le champ dans un condensateur soumis à seulement 5 volts et dont les plaques sont distantes de 5 micromètres est de 1 million de volts par mètre! L'isolant joue donc un rôle capital. L'isolant idéal aurait une résistance infinie et une transparence totale au champ, n'aurait aucun point d'éclair (gradient de champ où apparaît un arc), n'aurait aucune inductance (qui limite la réaction aux hautes fréquences: un condensateur idéal laisserait passer la lumière par exemple), etc. On doit donc choisir un isolant selon le but recherché, c’est-à-dire l'usage qu'on veut faire du condensateur. Les condensateurs électrolytiques Les condensateurs électrolytiques sont utilisés:

quand on a besoin d'une grande capacité de stockage
84

quand on n'a pas de besoin d'avoir un condensateur parfait • grande résistance en série • mauvaise réponse aux hautes fréquences • grande tolérance

Fabrication

Contrairement à tout autre condensateur, lorsqu'on les fabrique, on ne met pas d'isolant entre les deux conducteurs. D'ailleurs, un électrolytique neuf conduit le courant continu! En fait, un des conducteurs est métallique, l'autre est une gelée conductrice: le conducteur métallique est simplement inséré dans la gelée. Lorsqu'on applique une tension pour la première fois, une réaction chimique (appelée électrolyse, d'où le nom) a lieu, ce qui crée une interface isolante à la surface du métal. Évidemment, sitôt formée, cette couche empêche le courant de passer et donc sa propre formation. Il en résulte une couche isolante très mince (quelques molécules d'épaisseur) d'où la très grande capacité des électrolytiques. D'où aussi leur tension maximale limitée, ce qui en fait néanmoins son utilité pour les blocs d'alimentation basse tension (moins de 200
volts). Cependant, la gelée n'est pas aussi bonne conductrice qu'un métal: un électrolytique a donc une résistance série non négligeable qui crée un "zéro" au sens des fonctions de transfert (filtre passe-bas) avec la capacité. De plus, un courant alternatif passant dans la gelée déforme les orbitales des électrons des couches de valence qui lient la gelée, créant une petite vibration mécanique dans la gelée, d'où:
• •

un effet d'inertie (inductance) important; une mauvaise réponse aux hautes fréquences.

Disons simplement qu'à l'origine, ces condensateurs n'étaient tout simplement pas conçus pour servir à des fins de découplage ou de filtrage de signaux.

Les condensateurs au tantale
Les condensateurs au tantale sont des électrolytiques où la gelée est plus dense et meilleure conductrice. Il en résulte des caractéristiques meilleures:
• • •

moins de résistance; moins d'inductances parasites; de plus de petites résonances.

C'est pourquoi ces condensateurs sont déconseillés pour la transmission de signaux sauf lorsqu'ils sont associés à d'autres condensateurs non électrolytiques pour former un condensateur composite.

Modélisation
Un condensateur électrolytique se modélise de façon plus ou moins réaliste.

En première approximation, on décrit les caractéristiques essentielles du composant: • la valeur de la capacité; • la résistance série; • la inductance série; • la résistance parallèle;
85

En faisant une modélisation plus sophistiquée, on accède à des caractéristiques plus fines: • l'hystérésis de charge; • l'effet de batterie; • autres (influence de la température, le vieillissement des matériaux, etc...)

L'hystérésis de charge est un effet qui fait que, en deçà d'une tension seuil (faible), la gelée ne laisse pas passer de courant. (Par exemple, un gros condensateur électrolytique de 1 farad soumis à une tension de 5 microvolts n'accumulera pas une charge de 5 microcoulombs). Il en résulte donc que les faibles signaux alternatifs en ressortent avec une distorsion qui ressemble à celle d'un amplificateur classe B pure, quoique beaucoup moindre. L'effet de batterie, moins négligeable, est dû à l'existence d'une réaction d'électrolyse et une d'électrosynthèse parasites qui ont lieu en présence d'un signal alternatif ou d'une tension continue. Cette charge et décharge de batterie est à ne pas confondre avec une charge et décharge de condensateur, car sa constante de temps est beaucoup plus grande. Pour l'observer, on peut charger un condensateur électrolytique, le laisser chargé quelques minutes (ce qui provoque le phénomène) puis le décharger brusquement en le court-circuitant pendant un court moment. Au moyen d'un voltmètre, on observera alors aux bornes la réapparition d'une tension: c'est la charge de batterie. Un autre effet de cette technologie est que la couche isolante n'a pas toujours la même épaisseur, même pour un même modèle. L'épaisseur dépend de plusieurs facteurs: la température, les micro-aspérités microscopiques du métal, les vibrations, l' humidité lors de la fabrication, l'âge du condensateur, l'usage auquel il a été soumis, etc. C'est pourquoi la capacité des électrolytiques est toujours présentée avec une grande tolérance (typiquement -20% à +100% pour les gros), ce qui en fait des mauvais candidats pour faire des filtres précis ou des bases de temps.

86

4.6 EXERCICES
exercice 1 : 1. Les caractéristiques d'un condensateur sont les suivantes : C= 0,12 µF, épaisseur du diélectrique e = 0,2 mm ; permittivité relative de l'isolant : ε r= 5 ; tension de service : Us = 100 V. ε 0= 8,84 10-12 F/m. Calculer : - La surface des armatures. - La charge du condensateur soumis à la tension de service. - L'énergie emmagasinée dans ces conditions. 2. Le condensateur étant chargé, on l'isole, puis on l'associe en parallèle à un condensateur de capacité C1= 0,15 µF initialement déchargé. Calculer : - La charge totale de l'ensemble formé par les deux condensateurs. - La tension commune aux deux condensateurs en régime permanent. - L'énergie emmagasinée par le montage.

corrigé
C = ε 0ε r S / e soit S = C e / (ε 0ε r S) S = 0,12 10-6 * 0,2 10-3 / (8,84 10-12 *5) = 0,543 m². charge q = CUs = 0,12 10-6 *100 = 0,12 10-4 C = 12 µC. énergie stockée : E = ½ CUs² = 0,5 *0,12 10-6 *100² = 0,6 10-3 J = 0,6 mJ.

conservation de la charge q = q1 + q2= 12 10-6 (1) exprimons la tension u de deux manières différentes : u = q1 / C = q2/C1. soit q1 C1= q2C ; 0,15 10-6 q1= 0,12 10-6 q2 ou encore q1=0,8 q2 . repport dans (1) : 0,8 q2 + q2= 12 10-6 q2 = 6,66 10-6 C et q1 = 5,33 10-6 C

87

tension u = 5,33 10-6 /0,12 10-6 =5,33 /0,12 = 44,4 V. énergie stockée : E = ½ C u² + ½ C1 u² = ½(C+C1) u² E = 0,5 ( 0,12 10-6 + 0,15 10-6 ) 44,4² = 2,66 10-4 J = 0,266 mJ. Une partie de l'énergie initiale a été perdue ( effet joule, rayonnement électromagnétique lors de l'association)

exercice 2 : Le condensateur est initialement déchargé.

E=15 V ; R1 = 50 kΩ ; R2=R3 = 100kΩ ; C= 10 µF. 1. Déterminer les élements Eth, rth,et Icc des modèles de Thévenin et de Norton équivalent du dipôle actif linéaire situé à gauche des bornes A et B, l'interrupteur K étant ouvert. 2. Calculer l'intensité Ic du courant à la fermeture de K. - L'énergie du condensateur une fois sa charge terminée. - La durée approximative nécessaire pour que la charge du condensateur soit complète.

corrigé

le schéma (1) permet de calculer la résistance équivalente rt : R1 et R3 en dérivation équivalentes à R = R1R3 / (R1+R3) = 33,3 kΩ. R et R2 en série équivalentes à rt = R+R2 = 133,3 Ω.

88

le schéma (2) permet de calculer la fem u = Et : aucun courant ne traverse R2 ; soit i l'intensité à travers R1 et R3 : i = E / (R1+R2) et u = R3 i = R3 E / (R1+R2) =100*15 / 150= 30 V. d'où l'intensité Ic du modèle équivalent de Norton : Ic = Et / rt = 10 /133,3 103 = 0,075 mA. le schéma (3) permet de calculer l'intensité i : en début de charge ( fermeture de K) l'intensité vaut 0,075 mA. énergie stockée en fin de charge : ½C Et² = 0,5 * 10 10-6 * 10² = 0,05 J. La durée approximative de la charge est égale à cinq fois la constante de temps τ = rtC 5τ = 133,3 103 = 10 10-5 = 6,65 s.

Autres exercices

Charge d'un condensateur à l'aide d'un courant constant
Un condensateur, de capacité 3mF, a été chargeé par un courant constant de 2 µA pendant 2,5 minutes. La tension aux bornes de ce condensateur est alors de 1V ; 0,1 V ; 10 V ; 1,66 V ; 10 mV

corrigé
La charge de l'armature positive du condensateur est:2 10-6 *2,5*60 =3 10-4 coulombs La tension aux bornes du condensateur et la charge sont proportionnelles Q=C*U

tension=3 10-4 / 3 10-3=0,1 V exercice 2 Décharge d'un condensateur à travers un résistor
On donne R=1000 Ω 1. Quelques secondes après le début de la décharge, la tension aux bornes du condensateur est nulle 2. Le condensateur a été chargé à partir d'un génrateur de tension de fem égale à 6 V 3. La constante de temps du circuit est égale à 1 ms et la capacité du condensateur est égale à 89

1µF 4. Pour obtenir la même constante de temps, en doublant la valeur de R, il faut doubler également la valeur de C.

corrigé
vrai la durée de la décharge est de l'ordre de 5 fois la constante de temps du dipole RC soit au dela de 5 ms. vrai au tout début de la décharge, la tension aux bornes du condensateur est égale à la fem du générateur de tension utilisé pour la charge soit 6V. vrai la tangente à la date t=0 à la courbe dessinée ci dessus coupe l'axe des abscisses à une date égale à la constante de temps du dipole RC faux en doublant R il faut diviser la capacité par deux pour avoir la même constante de temps voir formule ci contre

τ =RC

Exercice 3

Identifier un dipole
A la date t=0 on ferme l'interrupteur en position 1. A la date t1 l'interrupteur bascule en position 2. A la date t2 l'interrupteur bascule en position 1 et ainsi de suite. 1. On relève la courbe donnant la tension U aux bornes du dipole inconnu X au cours du temps. Identifier X et calculer la constante de temps du circuit. Si R=1000 ohms en déduire la grandeur caractéristique du dipole X.

90

corrigé

L'allure des courbes entre 0 et t1 indique que X est un condensateur en train de se charger. A t=0,4 µs U=2,5 V lecture graphe 2,5=5(1-e-0,4/τ) avec τ=RC en microsecondes 2,5/5=0,5 = 1-e(-0,4/τ) 0,5=e(-4/τ) -0,4/τ =ln(0,5)=-0,693 constante de temps: 0,4/0,693= 0,47 microsecondes 91

0,47 10-6=1000*C

C=0,47 10-9 F Exercice 4 condensateur-champ électrique-relation courant tension
Un condensateur plan est constitué de deux armatures métalliques A et B, surface S=1 dm²,séparées par de l'air et distantes de 1cm. Il est chargé tel que QA soit positive. ε0=1,13 10-11 (répondre vrai ou faux) 1. Le vecteur champ électrique pointe vers A. 2. La capacité du condensateur est 11,3 pF. 3. On double la distance des armatures, la charge restant constante. Le module du champ électrique diminue de moitié. 4. Relation liant l'intensité et la tension aux bornes du condensateur : quelle(s) relation(s) est(sont) fausse(s) i=C dUAB/dt ; i= dQ/dt ; QB=CUAB.

corrigé
faux le vecteur champ électrique pointe vers le plus petit potentiel (armature négative) donc vers B. Entre les armatures le champ électrique est uniforme. Le vecteur champ est constant. vrai C=1,13 10-11 *0,01 /0,01 C=1,13 10-11 farad =11,3 pF vrai la capacité du condensateur est divisée par deux. charge =capacité fois tension aux bornes ; la charge étant maintenue constante, la tension va doubler. la tension et la distance doublent , la valeur du champ ne change pas. la 3ème relation est fausse il faut écrire QA=CUAB capacité du condensateur plan

C =ε0 S / d
farad ....... m²... mètre ε0=1,13 10-11 champ électrique

E = UAB / d
V m-1 ....... volt... mètre

92

Exercice 5 Décharge d'un condensateur et puissance mise en jeu
Le flash d'un appareil photo foctionne gràce à la décharge d'un condensateur( C=4 mF )chagé sous une tension de 4,5 V. La décharge complète du condensateur s'éffectue en 0,1 ms 1. Quelle est l'énergie stockée par le condensateur ? 2. Quelle est la puissance mise en jeu au cours de la décharge ? 3. Si la durée da la décharge double, que devient cette puissance (autres données inchangées) ?

corrigé
énergie stockée par le condensateur =0,5 CU² 0,5*4 10-3*4,5²= 40,5 mJ la puissance (watt)est l'énergie (joule) divisée par la durée (seconde) P=40,5 10-3 / 10-4 = 405 W l'énergie stockée ne change pas mais la durée double. La puissance est donc divisée par 2.

cours

dipole RC: équation différentielle
équation différentielle à laquelle obéit la charge E=Ri+ q/C E=Rq'+q/C

q'+ q /τ = E/R avec τ=RC

Au bout d'un temps supérieur à 5 fois la constante de temps , la charge est constante égale à q=CE. L'intensité du courant est nulle i=q'=0

93

Le coefficient directeur de la tangente à l'origine est égal à la valeur de la dérivée q' (t=0)

Le condensateur aura atteint sa charge maximale à 1% près au bout d'un temps t tel que :

94

DEUXIEME PARTIE : ELECTROMAGNETISME

95

CHAPITRE.1.PHENOMENES MAGNETIQUES ET ELECTROMAGNETISME
1.1. CHAMP MAGNETIQUE 1.1.1 Définition

Le champ magnétique est une grandeur caractérisée par la donnée d'une intensité et d'une direction, définie en tout point de l'espace, et déterminée par la position et l'orientation d'aimants, d'électroaimants et le déplacement de charges électriques.

La présence de ce champ se traduit par l'existence d'une force agissant sur les charges électriques en mouvement (dite force de Lorentz), et divers effets affectant certains matériaux (paramagnétisme, diamagnétisme ou ferromagnétisme selon les cas). La grandeur qui détermine l'interaction entre un matériau et un champ magnétique est la susceptibilité magnétique. Le champ magnétique forme, avec le 42: Champ magnetique deux composantes du champ Illustration champ électrique les électromagnétique décrit par l'électromagnétisme. Des ondes de champs électrique et magnétique mêlées peuvent se propager librement dans l'espace, et dans la plupart des matériaux.

96

1.1.2 Aimant

Un aimant est un objet fabriqué dans un matériau magnétique dur, c’est-à-dire dont le champ rémanent et l'excitation coercitive sont grands (voir suspendu au-dessus d'un Illustration 43: Aimant ci-dessous). Cela lui donne des propriétés particulières comme d'exercer une force d'attraction sur tout matériau ferromagnétique. supraconducteur Applications des aimants • Tout barreau aimanté s'oriente naturellement dans la direction nord-sud suivant les lignes du champ magnétique terrestre, pour peu qu'on lui laisse un axe de rotation libre de toutes contraintes. Cette propriété est utilisée dans la fabrication des boussoles. • Les aimants sont très utilisés pour la réalisation de machines à courant continu ou de machines synchrones. • L'existence de champ magnétique en l'absence de courant est mise à profit pour la réalisation de capteurs, par exemple des capteurs de proximité. • Les aimants sont aussi utilisés dans la conception de sources dipolaires afin de produire des plasmas micro-onde.

Caractéristiques des aimants
Les aimants contiennent presque systématiquement des atomes d'au moins un des éléments chimiques suivants : fer, cobalt ou nickel, ou de la famille des Lanthanides (terres rares). Les aimants naturels sont des oxydes mixtes de Fer II et de Fer III de la famille des ferrites (oxyde mixtes d'un métal divalent et de Fer III). Ce sont des matériaux magnétiques durs (à cycle d'hystérésis large).

Le champ rémanent est le champ magnétique existant dans le matériau en l'absence de courant. • L'excitation coercitive de démagnétisation est l'excitation (champ magnétique créé par des courants circulant autour du matériau) qu'il faut produire pour démagnétiser ce matériau. • La température de Curie : température pour laquelle le matériau perd (irréversiblement) son aimantation. Illustration 44: Schéma d'un champ rémanent Br en Hc en T° de Curie en Matériaux Remarques diverses Tesla kA/m °C ferrites 0,2 à 0,4 200 300 les moins chers Alnico 1,2 50 750 à 850 se démagnétisent trop facilement Samarium cobalt 0,5 800 700 à 800 prix élevé à cause du cobalt 97

prix en baisse (brevets), sujet à Néodyme fer 1,3 1500 310 l'oxydation bore 3.Calcul de la force de contact exercée par un aimant [modifier] Si l'on connaît l'intensité du champ magnétique (en teslas) produit par l'aimant à sa surface, on peut calculer une bonne approximation de la force nécessaire pour le décoller d'une surface en fer. On imagine que la force a décollé l'aimant d'une distance de la surface de fer. La distance est très petite de sorte que l'on puisse accepter que dans tout le volume situé entre l'aimant et le fer le champ magnétique est égal à . Le travail fait par la force est Ce travail s'est transformé en énergie du champ magnétique dans le volume créé entre l'aimant et le fer. La densité d'énergie par unité de volume due au champ magnétique est :

J.m-3 Ici est la perméabilité de l'air, presque égale à celle du vide : où H.m-1. est la surface de l'aimant qui

Le volume de l'espace créé entre l'aimant et le fer est égal à était collée au fer. Le travail fait s'est transformé en énergie :

On déduit la valeur de la force de contact :

Pour un aimant de 2,54 cm (1 pouce) de diamètre et produisant un champ égal à 1 tesla dans le circuit magnétique formé avec la pièce métallique au contact de laquelle il se trouve, la force obtenue est de 205 newtons, c'est-à-dire environ égale au poids de 21 kilogrammes.

1.1.3 Vecteur champ magnétique 1.1.3.1.CHAMP MAGNETIQUE
· Un champ magnétique règne dans une région de l'espace lorsque une aiguille aimantée y subit des actions mécaniques. · Tout champ magnétique est créé par un courant électrique à l’échelle humaine ou à l’échelle atomique. · Nous admettrons que le champ magnétique, en un point P, peut être représenté par un vecteur noté : - son point d'application est le point P - sa direction est celle que prend l'aiguille aimantée qui le détecte. - son sens est choisi, par convention, selon le sens sud ® nord de l'aiguille aimantée qui le détecte. - sa valeur dépend de la positon des sources de champ et de la position du point d'observation P 98

(voir paragraphe 3) · L'unité de champ magnétique est le tesla (symbole T). Il existe des appareils appelés teslamètres (sondes de Hall), qui permettent de mesurer la valeur du champ magnétique B. · Un spectre magnétique dessine les lignes de champ, tangentes au vecteur champ magnétique .

On l'obtient avec de la limaille de fer. Chaque grain de limaille s’aimante et s’oriente comme une boussole dans le champ étudié. · Le champ magnétique terrestre provient du mouvement du fer liquide, conducteur de l'électricité, dans le noyau de notre planète. On parle de ses composantes ainsi que des angles de déclinaison et d'inclinaison dans le problème n° 4-A. (voir bas de page)

1.1.3.2. INTERACTIONS MAGNETIQUES
· Pôles d'un aimant : un barreau aimanté rendu mobile et placé au voisinage de la Terre s'oriente suivant la direction nord ® sud. Par convention, on appelle pôle nord l'extrémité de l'aimant qui pointe vers le pôle nord magnétique (distinct du pôle nord géographique) et pôle sud l'autre extrémité. · Faces d'une bobine : une bobine parcourue par un courant électrique continu est équivalente à un aimant droit. Les faces nord et sud de la bobine, analogues aux pôles d'un aimant, dépendent du sens du courant qui la parcourt. La règle de la main droite permet de trouver la face nord : Le pouce de la main droite sort par la face nord de la bobine lorsque les autres doigts indiquent le sens du courant d'intensité i.

Le vecteur

représenté sur le schéma sera introduit au deuxième paragraphe.

· Lorsque des aimants ou des bobines agissent l'un sur l'autre : - les pôles ou faces de même nom se repoussent. - les pôles ou faces de nom contraire s'attirent.

1.1.3.3. CHAMP MAGNETIQUE UNIFORME
· En tout point d'un domaine où le champ magnétique est uniforme, le vecteur direction, le même sens et la même valeur. conserve la même

Illustration 45: Schéma de la régle d'un main droite du vecteur long, magnétique · Le champ magnétique à l'intérieur de la solénoïde suffisammentchamptraversé par un courant d'intensité i, est sensiblement uniforme, et a pour valeur (en l’absence de noyau ferreux intérieur) :

- µ o est la perméabilité magnétique du vide ou de l'air ( µ o = 4 p ´ 10 - 7 S.I. ) - N représente le nombre total de spires - L est la longueur de l’axe du solénoïde. - Le sens du vecteur champ magnétique est lié au sens du courant traversant le solénoïde par la 99

règle de la main droite : Le pouce de la main droite indique la direction et le sens du vecteur champ magnétique lorsque les autres doigts indiquent le sens du courant d'intensité i (voir le schéma cidessous). Quelques lignes de champ sont représentées en rouge sur le schéma. Il est important de retenir que ces lignes sont fermées. C'est seulement à l'intérieur du solenoïde, loin des extrémités, que les lignes de champ sont parallèles. C'est dans cette zône que le champ magnétique est uniforme et que sa valeur est donnée par la relation :

· Entre des bobines de Helmholtz existe également un champ magnétique quasi uniforme (voir le problème 4 B). Éléments du champ magnétique Le champ magnétique terrestre est une quantité vectorielle : il possède, à chaque point de l'espace, une intensité et une direction particulières. Trois valeurs sont nécessaires à sa description complète en un point. Ce peut être : Illustration 46: schéma du vecteur champ magnétique uniforme • les composantes orthogonales de l'intensité du champ (X, Y, et Z);
• •

l'intensité totale du champ et deux angles (F, D, I); ou deux composantes de l'intensité du champ et un angle (H, Z, D)

La relation entre ces sept éléments est montrée dans le diagramme de la figure 4.

1.1.4 Flux du champ magnétique
Le flux d'induction magnétique Φ qui traverse une surface est égal au nombre de lignes de forces du champ d'induction magnétique de ces deux vecteurs. qui pénètre une surface . Il correspond au produit scalaire

où θ est l'angle entre les lignes du champ d'induction

et le vecteur normal au plan de la surface S. , cet angle est égal à 0 et son cosinus

Ainsi, si la surface est perpendiculaire aux lignes du champ vaut 1, ainsi le flux est maximum.

La loi de Lenz précise que, si une variation de flux dΦ(t) apparaît dans un cadre constitué d'un conducteur électrique, une force électromotrice e(t) apparaîtra aux bornes de ce cadre. Cette force électromotrice est créée pour s'opposer à la variation de flux dans le cadre.

100 Illustration 47: Figure : Éléments du champ magnétique

L'unité de flux magnétique est le Weber (Wb), en hommage au physicien allemand Wilhelm Eduard Weber (1804-1891). Comme e(t) est exprimé en volt et t en seconde,

1.1.5 Champ magnétique produit par une courant
Un aimant crée un champ magnétique dans son voisinage. Une aiguille aimantée s'oriente, (placée dans une zone ne contenant ni aimant, ni circuit électrique ) dans le champ magnétique terrestre : l'extrémité qui pointe vers le nord est appelé pole nord. Les grains de limaille de fer se comportant comme de petites boussoles, s'alignent selon des courbes appelées lignes de champ. L'ensemble des lignes de champ constituent le spectre magnétique de l'aimant. Un fil parcouru par un courant électrique se comporte comme un aimant. Il crée un champ magnétique. Le champ magnétique est représenté par un vecteur, tangent aux lignes de champ. A l'extérieur de l'aimant, les lignes de champ sont orientées du pôle nord vers le pôle sud. Superposition de champs magnétiques : Le champ résultant est égal à la somme vectorielle des champs créés par chaque aimant au point M Champ magnétique créé par un courant La valeur du champ est proportionnelle à l'intensité I du courant électrique parcourant le fil. La constante de proportionnalité dépend de la géomètrie du circuit électrique 1. Fil rectiligne Les lignes de champ sont des cercles concentriques. Règle du bonhomme d'Ampère: L'observateur d'Ampère placé sur le fil, le courant entrant par ses pieds et sortant par sa tête, regarde le point M, son bras gauche indique le sens du champ.

2 . Bobine plate Sur l'axe de la bobine, le champ magnétique est perpendiculaire au plan de la bobine. Sens du champ: L'observateur d'Ampère placé sur la bobine, le courant entrant par ses pieds et sortant par sa tête, indique le sens du champ magnétique par son bras gauche lorsqu'il regarde le centre de la bobine. 3 . Bobine longue ou solénoïde à l'intérieur le champ magnétique est uniforme ( lignes de champ parallèles et valeur du champ constante)

101

Schéma électrique permettant de montrer l'influence de l'intensité du courant électrique qui circule dans le solénoïde sur la valeur du champ magnétique crée.

Illustration 48: Schema1 Illustration 50: Sshéma3 Illustration 49: schéma2

102

champ magnétique (T) dépend du sens du courant proportionnelle à l'intensité (A) proportionnelle au nombre de spires par mètre

champ uniforme à l'intérieur d'une bobine longue ou solénoide 4p 10-7 n I champ uniforme: le vecteur champ est un vecteur constant les lignes de champ sont paralèlles Interactions électromagnétiques :

Les pôles d'un aimant :

Un aimant possède une dissymétrie : il possède deux pôles. Une aiguille aimantée placée loin de tout autre aimant, de tout circuit électrique et de toute masse ferreuse s'oriente dans la direction géographique Nord-Sud : son extrémité dirigée vers le nord est appelée pôle nord son extrémité dirigée vers le sud est appelée pôle sud L'aimantation est une propriété microscopique de la matière. En effet chaque atome se comporte comme une petite boucle de courant. Dans la matière non aimantée, ces boucles s'orientent au hasard et compensent ainsi leurs effets magnétiques. Dans la matière aimantée ces boucles de courant sont orientées dans une position déterminée et leurs effets s'ajoutent. Il est donc impossible de séparer un pôle nord d'un pôle sud. (Expérience de l'aimant brisé : il apparaît 1 pôle nord et un pôle sud au niveau de la cassure)

Interaction aimant-aimant : Deux pôles de nature contraire Deux pôles de même nature se

103

s'attirent.

repoussent.

Faces d'une bobine ou d'un solénoïde :

Le solénoïde (ou la bobine) parcouru par un courant présente une face nord et une face sud qui s'inversent si on change le sens du courant. on peut utiliser la règle illustrée par le schéma suivant :

Illustration 51: Le schéma pour reconnaître les faces de la bobine

Mais d'autres règles seront vues plus loin pour le champ magnétique. Comme pour les aimants, les faces de même nom se repoussent et les faces de noms différents s'attirent. C’est le champ magnétique qui est responsable de ces interactions.

1.1.5.1.Mise en évidence du champ magnétique :

Champs magnétique engendré par un aimant :

L'aimant provoque une modification des propriétés de l'espace environnant (mouvement de particules chargées, aiguille aimantée). On dit que l'espace est le siège d'un champ magnétique. Ce champ magnétique peut être décrit en un point M par un vecteur champ magnétique noté B s'exprime en Tesla (T) et se mesure à l'aide d'un Teslamètre. L'aiguille aimantée est un véritable détecteur de champ magnétique, elle permet de déterminer : sa direction (droite SN) son sens de S vers N de l'aiguille. Attention le champ magnétique part du pôle Nord de l'aimant créateur, car le pôle sud de l'aiguille est attiré par ce pôle nord de l'aimant. Champ magnétique engendré par un courant électrique : Un champ magnétique apparaît au voisinage d'un circuit parcouru par un courant, ce champ est en général très faible, il devient important seulement si l'intensité du courant est très grande ou si le circuit est constitué de nombreuses spires.

1.1.5.2.Topographie des champs magnétiques :

Lignes de champs :

On appelle ligne de champ une courbe tangente au vecteur champ magnétique en chacun de ses points, orientée dans le sens du champ magnétique.

Spectres magnétiques :

104

Champ magnétique uniforme : Illustration 52: aimant droit uniforme dans un domaine de l’espace Un champ magnétique est spectre obtenu avec lace domaine, le vecteur champ magnétique si, en tout point de limaille conserve la même direction, le même sens et la même valeur. Les lignes de champs sont parallèles. Illustration 53: aimant en U Pour obtenir un champ uniforme on peut se placer à l'intérieur d'un solénoïde, dans l'entrefer d'un aimant en U ou au voisinage du milieu de l'axe des bobines d'Helmholtz. (image ci-contre)

1.1.5.3.Champ magnétique à l'intérieur d'un solénoïde :
La direction et le sens sont déterminés par l'application de la règle des 3 doigts avec : - pouce = V1 = sens de I Illustration 54: Champ - index = V2 = pointe vers l'axe du solénoïde magnétique dans un - majeur = V3 = sens de solénoïde

A l'intérieur le champ est uniforme et vaut : avec µ 0 = 4p10-7 SI, N nombre de spires total, L longueur du solénoïde en (m) et I intensité du courant en (A).

Illustration 55: Schéma de la régle de trois doigts

1.1.5.4.Le champ magnétique terrestre
En l'absence de toute autre source de magnétisme une aiguille sur pivot s'oriente dans une direction particulière : celle du champ magnétique local. Dans les schémas ci-dessous D désigne l'angle de déclinaison magnétique et I celui de l'inclinaison magnétique. Ces 2 angles varient au cours du temps et dépendent du lieu. Le champ magnétique total est

A Paris Bh = 2.10-5 T , I = 64°, D = 5,5° et B = 4.10-5 T .

1.1.6 Ferromagnétisme
Le ferromagnétisme est la propriété qu'ont certains corps de s'aimanter très fortement sous l'effet d'un champ magnétique extérieur, et pour certains (les aimants, matériaux magnétiques durs) de Illustration 56: Schéma de l'angle de déclinaison magnétique Illustration 57: Schéma de l'angle 105 d'inclinaison magnétique

garder une aimantation importante même après la disparition du champ extérieur. Cette propriété résulte du couplage collectif des spins entre centres métalliques d'un matériau ou d'un complexe de métaux de transition, les moments de tous les spins étant orientés de la même façon au sein de la substance. Voir l'article Magnétisme : Magnétisme dans la matière. La susceptibilité magnétique : Aimantation du matériau : Excitation magnétique est alors très élevée.

Influence de la température Quand la température augmente, les moments magnétiques deviennent de moins en moins ordonnés, diminuant ainsi la susceptibilité magnétique jusqu'à la température de Curie. La susceptibilité des matériaux ferromagnétiques varie avec la température selon une loi de la forme :

(loi de Curie) où est la constante de Curie et la température ; au delà de cette température le matériau devient paramagnétique et l'aimantation est quasi nulle. Corps ferromagnétiques [ Pour l'usage industriel, seul le fer, le cobalt et le nickel sont ferromagnétiques. Certaines terres rares (Lanthanides dans la classification périodique) sont également ferromagnétiques à basse température. En ce qui concerne les alliages, la situation est très complexe : Certains alliages de fer et de nickel ne le sont pas alors que l'alliage d'Heussler, constitué uniquement de métaux non ferromagnétiques (61% Cu, 24% Mn, 15% Al), est ferromagnétique. Enfin, il faut ajouter les ferrites dont la composition est de la forme (MO ; Fe2O3) ou M est un métal divalent et dont le représentant le plus ancien est la magnétite Fe3O4 (FeO ; Fe2O3) du nom de la ville de Magnésie, en Asie Mineure. Courbe de première aimantation

Cycles d'hystérésis

106

Lorsque l'on a magnétisé un échantillon de matériau jusqu'à la saturation et que l'on fait décroître l'excitation H, on constate que B décroît également mais en suivant une courbe différente qui se situe au dessus de la courbe de première aimantation. Ceci est le fait d'un retard à la désaimantation. On dit qu'il y a hystérésis

Lorsque H est ramené à 0, il subsiste un champ magnétique Br appelé champ rémanent (du latin remanere, rester).

Pour annuler ce champ rémanent, il est nécessaire d'inverser le courant dans le solénoïde, c’est-àdire d'imposer à H une valeur négative. Le champ magnétique s'annule alors pour une valeur de l'excitation Hc appelée excitation coercitive. Matériaux magnétiques doux

Ce sont en général des matériaux doux mécaniquement. Ces matériaux ont des cycles très étroits : l'excitation coercitive ne dépasse pas 100 A.m-1. Ils possèdent une grande perméabilité Illustration 58: Cycle Quelques exemples : d'hystérésis pour un matériaux • SuperMalloy (Fer, Nickel, Molybdène, etc.) : Hc = 0,16 A.m-1 ; Br = 1,2 T (l'un des plus doux doux).

Fer + 3 % de Silicium, grains orientés : Hc = 8 A.m-1 ; Br = 1,0 T

Les matériaux magnétiques doux sont utilisés pour réaliser des électroaimants (leur aimantation doit pouvoir facilement être annulée) ou des circuits magnétiques fonctionnant en régime alternatif (machines électriques, transformateurs), car ce phénomène d'hystérésis est responsable de pertes d'énergie. Matériaux magnétiques durs Contrairement aux précédents, les cycles sont extrêmement larges : plusieurs centaines de kA.m-1. Il est impossible de les dessiner dans un même repère que les précédents.

Certains de ces matériaux à base de terres rares (alliages samarium-cobalt ou néodyme-fer-bore), ne se désaimantent pas, même lorsqu'on annule le champ magnétique interne (l'excitation vaut alors Illustration 59: cycle d'hystérésis pour un matériaux durs 107

HcB). Pour annuler (en fait inverser) l'aimantation, il est nécessaire de fournir une excitation magnétique que l'on appelle HcM : excitation de désaimantation irréversible. L'application de ces matériaux est la réalisation d'aimants permanents de très forte puissance.

1.1.7 Exercices
électicité, champ magnétique, force de Laplace Un générateur idéal de fem E = 12 V est utilisé pour alimenter le pont de résistances représenté cicontre :R1 = 20 W ; R2 = 5,0 W ; R3 = 15 W ; R4 = 60 W.

1. Déterminer la résistance équivalente à l'ensemble et en déduire l'intensité I du courant débité par le générateur. 2. Calculer les intensités I1 et I2 des courants qui circulent respectivement dans les branches ADC et ABC. 3. Calculer les puissances consommées et vérifier la conservation de l'énergie électrique pour ce circuit 4. En déduire la tension aux bornes de chaque conducteur. Calculer la tension UBD

corrigé
R1 et R4 en série, équivalent à : R5= R1+R4 = 20+60 = 80 W. R2 et R3 en série, équivalent à : R6= R2+R3 = 5+15 = 20 W. R5 et R6 en dérivation, équivalent à : R= R5R6 / (R5+R6 )=20*80 / (20+80)= 16 W. I1 = E/ R5= 24/80 =0,3 A ; I2 = E/ R6= 24/20 =1,2 A ; puissance consommée dans R1 et R4 : E I1 = 24*0,3 = 7,2 W puissance consommée dans R2 et R3 : E I2 = 24*1,2 = 28,8 W puissance fournie par le générateur : E(I1+I2)= 24*1,5= 36 W UAD= R1I1 = 20*0,3 = 6 V ; UDC= R4I1 = 60*0,3 = 18 V ; UAB= R2I2 = 5*1,2 = 6 V ; UBC= R3I2 = 15*1,2 = 18 V ; UBD= UBA+ UAD= -UAB+ UAD -6+6= 0.

108

+ On place un fil de cuivre vertical en face du pôle nord d'une boussole horizontale orientée dans le champ magnétique terrestre. Lorsqu'on fait circuler un courant d'intensité 1,5 A dans le fil, on constate que la boussole est déviée d'un angle a= 45 ° par rapport à sa position initiale.

1. Représenter la composante du champ magnétique terrestre 2. Quelle est l'allure des lignes de champ magnétique créées par le courant électrique traversant le fil. Représenter le champ magnétique créé par le courant électrique au point M où se trouve la boussole. En déduire le sens du courant électrique dans le fil. 3. Quelle est l'expression vectorielle du champ magnétique résultant au point M ? 4. En admettant que Bh = 20 µT, déterminer la valeur du champ créé par le courant au point M. 5. On considère que le champ magnétique créé par le courant est proportionnel à l'intensité du courant électrique. Déterminer l'orientation que prendra la boussole en M si on fait passer un courant d'intensité 5 A dans le fil.

corrigé

les lignes de champ magnétique créées par le courant électrique traversant le fil sont des cercles concentriques

109

valeur du champ crée par le courant : tan a = Bfil/Bh =1 car a=45°. Bfil=Bh = 20 mT. si l'intensité est égale à 5 A alors B'fil = 5/1,5 Bfil = 3,33 Bfil . tan a '= B'fil/Bh = 3,33 Bfil/Bh = 3,33 d'où a '= 73,3°.

Deux rails conducteurs rectilignes sont disposés horizontalement comme indiqué sur la figure. Ils sont distants de L=10 cm. Une tige de cuivre de masse m=20 g est libre de se déplacer sur ces deux rails et assure le contact électrique. L'ensemble est placé à l'intérieur d'un aimant en U qui crée un champ magnétique uniforme B vertical et de valeur B=100 mT.

1. Si la tige est parcourue par un courant I, elle se déplace de la gauche vers la droite. Représenter et nommer la force responsable de ce déplacement. 2. Indiquer le sens du courant sur le schéma puis en déduire le sens du champ magnétique dans l'aimant. 3. Calculer la valeur de la force F lorsque I=2,00 A. 4. A l'instant t=0, la tige est placée à l'extrémité gauche des rails et le circuit est fermé. Faire l'inventaire des forces agissant sur la tige et les représenter sur un schéma. Les forces de frottements seront notées f. 5. On s'intéresse à la phase d'accélération pendant laquelle la tige parcourt 2,0 cm de rail. La force F=0,02 N et on peut négliger les frottements.Calculer le travail de chacune des forces pendant cette phase. 6. Quelle est la variation d'énergie cinétique pendant cette phase ? 7. En déduire la vitesse de la tige à la fin de cette phase d'accélération.

110

8. que vaut la variation d'énergie potentielle de pesanteur lors de cette accélération ? 9. Après avoir accéléré, on ne peut plus négliger les force de frottements et la tige possède alors une vitesse constante. En déduire la valeur de la force f de frottements.

corrigé
Le conducteur mobile sur les rails, traversé par un courant I et placé dans le champ magnétique B est soumis à une force de Laplace F= I L B, perpendiculaire au plan défini par le conducteur et le champ.

F= I L B= 2 *0,1*0,1 = 0,02 N. La tige est également soumise à son poids P, à l'action des rails R et aux frottements f.

le poids et l'action des rails, perpendiculaires à la vitesse ne travaillent pas. travail moteur de F : Wmot = 0,02*0,02 = 4 10-4 J les frottements sont négligés. la variation d'énergie cinétique est égale au travail de la force de Laplace Ecfin-Ec init = 2 10-4 = ½mv²fin. vfin = racine carrée (2*2 10-4 / 0,02) =0,14 m/s. la tige se déplace dans le plan horizontal : l'énergie potentielle de pesanteur ne varie pas. Le mouvement de la tige est rectiligne uniforme : la tige est pseudo-isolée le poids et l'action des rails sont opposées la force de Laplace et les frottements sont opposés. d'où f= 0,02 N.

111

On dispose d'un solénoïde de longueur 50cm et comportant 200 spires et d 'une bobine plate comportant 20 spires de rayon 12,5cm. Le solenoide est placé dans la bobine de facon que leurs axes et leurs centres soient confondus. L'axe commun des deux bobines est perpendiculaires au plan meridien magnetique. On place une petite aiguille aimantée au centre commun O et on branche le solénoïde et la bobine en serie dans un circuit parcouru par un courant dintensite I . L'aiguille aimantée dévie alors de 45 degrés. Montrer que 2 cas sont possibles. Déterminer dans chaque cas l'intensite du courant. Données : champ crée au centre de la bobine plate de rayon r : B= Nm0I/(2r) ; N nombre de spires composante horizontale du champ terrestre B0 =2 10-5 T

corrigé
deux possibilités : le champ du solénoide s'ajoute ou se retranche à celui de la bobine, tout dépend du sens du branchement les deux bobines en série sont traversées par la même intensité I

la boussole s'oriente suivant le champ total l'angle faisant 45 °, tan 45 = 1; champ total des bobines = champ terrestre = 2 10-5 T solénoide : m0 nI avec n=N/L= 200/0,5 = 400 spires par mètre. Bsolénoide = 4*3,14 10-7 * 400 I = 5 10-4 I bobine plate : Bbob= Nm0I/(2r) =20*4*3,14 10-7 * I / (2*0,125)=10-4 I champ total des bobines: 6 10-4 I = 2 10-5 soit I= 0,033 A. ou 4 10-4 I= 2 10-5 soit I= 0,05 A.

112

1.2. INDUCTION ELECTROMAGNETIQUE ET LOIS DE LENZ ET DE LAPLACE 1.2.1. Induction électromagnétique 1.2.1.1. Courants Induits
Le courant induit, par ses effets s'oppose aux causes qui lui ont donné naissance (loi de Lenz). L'origine de ce courant induit résulte de la variation d'un flux électromagnétique inducteur au travers d'un circuit fermé appelé induit. Le courant induit crée alors un champ magnétique induit, tel que le flux ainsi induit (c’est-à-dire créé) est opposé au flux inducteur. Michael Faraday découvrit le phénomène d'induction en 1831. Il a établi que la force électromotrice produite le long d'un chemin fermé est proportionnelle au taux de changement du flux magnétique. Théorème Pour une bobine sujette à un changement de champ magnétique, la loi de Faraday pour l'induction établit que :

Avec
• • • •

ε la force électromotrice en Volt ; N le nombre de tours de la bobine ; Φ le flux magnétique en Wb ; U la tension induite en Volt.

Applications Ce principe est mis en application :

Dans les générateurs d'électricité et en particulier une dynamo de vélo, ou la rotation d'un aimant à l'intérieur d'une bobine, engendre un courant continu dans celle-ci, suffisant pour alimenter le système d'éclairage. Les moteurs électriques ou l'on crée en alimentant en courant électrique un bobinage inducteur un champ électromagnétique variable, ce dernier engendre par induction des forces, mettant en mouvement l'induit.

De plus, la loi de Lenz donne la direction de la force électromotrice induite. La loi de Lenz (ou loi de Lenz-Faraday) sert en électromagnétisme et permet de déterminer le sens du courant induit. Elle peut s'énoncer comme suit : un changement d'état d'un système électromagnétique provoque un phénomène dont les effets tendent à s'opposer à ce changement. 113

Cas particulier important Cas particulier important : la tension induite dans une bobine est due à la variation du flux inducteur. La loi de LENZ peut alors s'énoncer ainsi : La polarité de la tension induite est telle que si le courant peut circuler, il génère un flux qui tend à s'opposer à la variation du flux inducteur. Par exemple, lors du déplacement d'une bobine dans un champ magnétique (dans un microphone électrodynamique, par exemple), une force électromotrice (fem) est créée qui fait circuler un courant dans la bobine. Ce courant produit une force de Laplace qui tend à s'opposer au déplacement initial. C'est la variation temporelle du flux magnétique, et non sa simple présence, qui va produire une force électromotrice aux bornes de la bobine. Si on note e la valeur de la fem, N le nombre de spires de la bobine, t le temps et φ celle du flux magnétique (supposé homogène à l'intérieur de la bobine), on obtient cette expression mathématique de la loi de Lenz Faraday :

e est en volts, N représente le nombre de spires de la bobine et φ est en webers. Le signe - est pour indiquer que la polarité de la tension est telle qu'elle s'oppose à la cause qui l'a produite. Si on note S (en mètre carré) la surface de la section de la bobine (π fois rayon des spires au carré), et B (en Tesla ou Weber/mètre carré) l'intensité du champ magnétique qui traverse S (B est supposé égal en tout point à l'intérieur de la bobine, mais il peut varier dans le temps), on a la relation suivante : 1.2.3 Loi de Laplace Force de Laplace. La loi de Laplace est une loi donnant la différence de pression entre deux milieux dont la surface de séparation est incurvée. Dans le cas particulier où la surface est localement sphérique, cette loi s'exprime par : .


• • • •

P1 est la pression du côté convexe en pascals ; P2 est la pression du côté concave en pascals ; A est la tension superficielle à la limite de séparation en newtons par mètre ; R est le rayon de courbure de la surface de séparation au point considéré.

Plus généralement, la loi s'écrit :

où R1 et R2 sont les deux rayons de courbure principaux de la surface au point considéré. Dans le cas sphérique, les deux rayons de courbure principaux sont égaux : R1 = R2 = R. 114

On peut aussi retrouver la loi de Laplace lors d'une transformation thermodynamique d'un gaz parfait, plus précisément lors d'une transformation adiabatique et réversible, ou une transformation isentropique. Dans ce cas, la loi de Laplace est une relation qui relie la pression et le volume, la température et le volume, ou la température et la pression.


• • • • •

P est la pression du gaz V est le volume occupé par le gaz T est la température du gaz γ est le coefficient de Laplace du gaz parfait (sans unité), c'est à dire le rapport des capacités thermiques à pression et volume constants C1,C2 et C3 étant trois constantes différentes et différentes selon les gaz parfaits.

115

1. 1.2.1.2. Valeur de la force électromotrice induite
Expérience Considérons un fil électrique bobiné de façon à obtenir n spires (voir figure ci-dessous). La bobine obtenue est placée dans le champ magnétique d'un aimant. Les extrémités du bobinage sont placées suffisamment loin pour ne pas être soumises au champ de l'aimant (les deux conducteurs qui relient ces extrémités à la bobine proprement dite sont jointifs, pour une raison qui apparaîtra plus loin). Un voltmètre est connecté entre ces deux extrémités (le voltmètre se situe donc Illustration 60: Schéma d' expérience d'induction élémentaire en dehors de la zone d'influence de l'aimant). On s'intéresse à la tension u mesurée par ce voltmètre. La première personne à réaliser cette expérience avait placé la bobine et le voltmètre dans deux pièces différentes de son laboratoire, pour éviter toute influence de l'aimant sur le voltmètre. Et il avait observé une tension nulle. Ce qu'il n'avait pas pu observer, c'est que la tension avait pris une valeur non nulle au moment où il avait placé l'aimant, mais que l'aiguille de l'appareil de mesure avait eu le temps de revenir en position zéro pendant qu'il allait d'une pièce à l'autre. En fait, la tension n'est nulle qu'au repos. Lorsque l'on déplace l'aimant, ce qui fait varier le champ magnétique auquel la bobine est soumise, une tension u non nulle est observée. A noter que l'on observe aussi une tension non nulle si on laisse l'aimant immobile mais que l'on déplace la bobine. Aucun courant ne parcourt la bobine pendant ces expériences, puisque, idéalement, un voltmètre se comporte comme un circuit ouvert. Puisqu'il y a dans la bobine une tension non nulle même en l'absence de courant, il faut admettre qu'elle ne respecte pas la loi d'Ohm. Pour interpréter ce résultat, on est amener à considérer que, ce qui peut faire circuler un courant, ce n'est pas uniquement la tension, mais une "force électromotrice totale" qui est la somme de la tension et d'une "force électromotrice induite", cette dernière étant due à la variation du champ magnétique ou au mouvement du circuit dans un champ magnétique. On écrira donc (S08-1)

116

où est la force électromotrice induite (due au champ B). Dans le cadre de ce cours, la force électromotrice totale correspondra toujours à la "chute de tension ohmique" R i, ce qui nous permet de remplacer la loi d'Ohm par la loi plus générale (S08-2) Cette relation n'est pas encore complètement générale car, tout comme la loi d'Ohm, elle ne tient pas compte de forces électromotrices dues à des gradients de concentration chimique (piles), à des gradients de chaleur... . Pour cette raison, nous préférons ne pas l'encadrer.

1.2.1.3. Déplacement d'un conducteur dans un champ magnétique uniforme
Les découvertes de Faraday énoncent le principe suivant :

Le micro-ampèremètre est branché aux bornes des deux tiges conductrices. Lorsque nous déplaçons le conducteur dans un champ magnétique uniforme, le microampèremètre dévie. Le courant induit a un sens tel qu'il tend à s'opposer à la cause qui lui a donné naissance.

Illustration 61: sens du courant dans le conducteur, nous utilisons la main gauche. Pour déterminer le Le déplacement d'un conducteur dans un champ d'induction B fait apparaître une tension induite Ui aux bornes de ce conducteur. Gauche - Générateur
Le pouce correspond au déplacement v L'index correspond au sens du courant I Le majeur correspond à l'induction B Le micro-ampèremètre est branché aux bornes des deux tiges conductrices. Lorsque nous déplaçons le conducteur dans un champ magnétique uniforme, l'aiguille du micro-ampèremètre dévie. Si nous admettons un déplacement de la barre selon l'axe des x positif ( ) , la barre est le siège d'une tension induite Ui opposée.

La force s'oppose au mouvement vues précédemment.

. Le sens de la force

s'obtient avec les règles

117 Illustration 62: La méthode pour déterminer le sens du courant dans le conducteur

La relation nous permettant d'obtenir la valeur de la tension induite Ui est la suivante :

En pratique, cette variation de flux d'induction DF (delta phi) est obtenue par un déplacement relatif d'un élément rectiligne du circuit par rapport au champ magnétique inducteur.
Cette tension induite Ui est donnée par la relation vectorielle suivante :

Les grandeurs , l et le produit scalaire admis :

sont souvent perpendiculaires entre elles, ce qui donne un sin q = 1. D'où

Cette disposition implique la présence de la plus grande tension induite Ui. Comme pour la tension électrique U , la tension induite Ui est exprimée en volt [V].

Si pour une raison ou pour une autre, B , l ou v ne sont pas perpendiculaires entre elles, nous multiplierons par le sinus des angles appropriés.

Exemple Un aimant permanent replié, en TICONAL, possède une induction de 0.4 [T]. Nous déplaçons un conducteur long de 20 [cm] dans l'espace formé par l'aimant. Cet espace mesure

118

50 [cm] , et le déplacement est effectué de façon rectiligne durant 20 [s] . Calculer la tension induite Ui Les grandeurs sont considérées perpendiculaires. Données : Relation : Puisque nous avons admis la perpendicularité, nous pouvons utiliser la relation suivante l = 20 [ cm ] laimant = 50 [cm] t = 20 [s] B = 20 [T]

Le signe - devant le symbole de l'induction B ne nous est pas utile ici. Elle nous indique le sens de la tension Ui , mais nous ne voulons ici que la quantifier. C'est ce que nous appelons parfois la valeur absolue d'un nombre. Nous ne tenons pas compte de son signe, nous notons alors : Þ½ Ui½
Application numérique : Calcul de la vitesse v :

Valeur absolue : ½ Ui½= 100 [mV]

Inductance L
Dans le circuit que nous venons de calculer, nous possédons une tension induite Ui . Cela signifie que nous avons un circuit électriquement fermé.

Le conducteur est une source de tension induite Ui que l'on mesure aux bornes du voltmètre de grande résistance.

Il s'agit d'une application de la loi d'Ohm ! Illustration 63: est égale au produit du courant induit i circulant Nous pouvons admettre que la tension induite UiSchéma d'un inductance dans le Icircuit pendant un
certain temps t , et de l'inductance L. (caractéristique du montage à laisser passer les lignes de force).

Cette grandeur porte le nom de perméance L pour le circuit magnétique. Mais nous sommes dans un circuit mélangeant le magnétisme et l'électricité.
Nous lui donnerons donc le nom d'inductance. Symbole de la grandeur : L

Symbole de l'unité : [ H ] henry
En utilisant cette nouvelle notion, nous pouvons écrire la relation suivante :

119

tension induite Ui [V] inductance L [H]

courant I [A] temps t [s]

Remarque : le trait au-dessus de la bobine représente le noyau. Illustration 64: les schémas électriques d'inductances pures L Self-induction C'est le physicien russe Heinrich Lenz (1804-1865) qui fit la découverte du sens des courants induits appelée loi de Lenz. Loi selon de Lenz s'énonce comme suit
Le courant induit a un sens tel que ses effets s'opposent à la cause qui lui a donné naissance.

Plus simplement, le courant induit tend à s'opposer au flux inducteur. Nous constatons, par expérience, qu'une bobine parcourue par un courant électrique I provoque un flux magnétique F . C'est la bobine elle-même qui génère une tension induite Ui pendant le temps t ou un courant I la traverse. Selon l'application de la relation que nous venons d'étudier plus haut :
en volt [V]

Pour effectuer notre expérience et nos mesures, nous réalisons le montage suivant :

La bobine possède certaines caractéristiques magnétiques dont nous mesurons les conséquences électriques. Pour notre mesure nous utilisons une bobine qui a une inductance L de 100 [mH] . Cette bobine est utilisée, en électrotechnique, pour obtenir des flux magnétiques F importants qu'il ne nous est pas possible d'obtenir à l'aide d'aimants permanents. Au moyen de l'oscilloscope (voir la description des instruments de laboratoire, au début de ce cours), nous mesurerons la présence d'une tension induite Ui aux bornes de la bobine. Cette tension induite sera présente lorsqu'un courant I la traversera. Nous allons procéder pas à pas à l'interprétation de l'expérience.

120

1.2.1.4. Courant de Foucault
On appelle courants de Foucault les courants électriques créés dans une masse conductrice, soit par la variation au cours du temps d'un champ magnétique extérieur traversant ce milieu (le flux du champ à travers le milieu), soit par un déplacement de cette masse dans un champ magnétique constant. Ils sont une conséquence de l'induction magnétique. Ce phénomène a été découvert par le physicien français Léon Foucault en 1851. Principe Le champ magnétique variable au cours du temps est responsable de l'apparition d'une force électromotrice à l'intérieur du milieu conducteur. Cette force électromotrice induit des courants dans la masse. Ces courants ont deux effets :
• •

ils provoquent un échauffement par effet Joule de la masse conductrice ; ils créent un champ magnétique qui s'oppose à la cause de la variation du champ extérieur (loi de Lenz).

Lorsque la variation de flux est due à un déplacement du milieu devant un champ magnétique constant, les courants de Foucault sont responsables de l'apparition de forces de Laplace qui s'opposent au déplacement, d'où l'effet de freinage observé. Applications

Des systèmes de freinage à courants de Foucault sont utilisés notamment sur les véhicules poids lourds et sur les autocars sous le nom de « ralentisseur », ou sous le nom commercial Telma, marque d'un important fabricant de ce système de freinage, ainsi que sur certains freins ferroviaires, notamment les TGV.

Le premier brevet de ralentisseur électromagnétique a été déposé par Steckel en 1903. Raoul Sarazin a réalisé en 1936 la première application pratique sur véhicule d'un ralentisseur utilisant le principe des courants de Foucault. Des disques solidaires des roues sont encadrés par des électroaimants fixés au véhicule. Lorsque ils sont mis sous tension, les courants de Foucault vont freiner les disques. Ces freins apportent confort, sécurité et rentabilité grâce à la rareté des réglages (pas de contact, pas de frottement mécanique). Enfin, ce type de freinage est d'autant plus efficace que la vitesse est élevée. Il ne peut en aucun cas permettre le blocage d'un véhicule à l'arrêt.

On utilise en outre les propriétés des courants de Foucault dans le contrôle non destructif ou dans les plaques de cuisson à induction, et même en métallurgie avec les fours à induction qui chauffent la masse métallique jusqu'à la faire fondre. On utilise les propriétés des courants de Foucault pour réaliser des capteurs de distance sans contact.Ils sont généralement constitués d'une bobine exitée à haute fréquence (200 kHz à 2MHz), la proximité d'une pièce conductrice en modifie l'inductance, la mesure de cette inductance permet de déterminer la distance de la pièce mesurée. Le moteur à champ tournant est aussi basé sur ces courants. Les compteurs de vitesse à aiguille utilisent également les courants de Foucault : un aimant est relié à une roue et est entouré par un tube métallique tenu par un ressort en spirale qui ramène l'aiguille à zéro. Plus la roue tourne vite, plus la force exercée sur le ressort est grande, et plus l'aiguille s'éloigne de sa position initiale. Dans les chemins de fer, la rame ICE 3 de la Deutsche Bahn utilise un système de freins à courant Foucault comme système de frein de service sur certain lignes nouvelles, et comme 121

• •

système de freinage d'urgence ailleurs. Les courants de Foucault sont aussi responsables de pertes (pertes par courant de Foucault) dans les circuits magnétiques des machines électriques alternatives et des transformateurs.

1.2.2. Auto-induction

Auto-induction est la propriété électromagnétique remarquable qu'a un conducteur parcouru par un courant électrique, de s'opposer aux variations de celui-ci. Principe
• •

Un conducteur parcouru par un courant électrique génère un champ magnétique. La loi de Faraday fait que lorsque le flux du champ magnétique qui traverse un circuit conducteur varie au cours du temps, il apparaît dans ce circuit une tension appelée force électromotrice. La f.e.m. ainsi créée est orientée de façon à générer des courants s'opposant à la variation du flux.

Toute variation du courant produit une variation de ce champ induit, ce qui a pour effet de produire une tension qui s'oppose à la variation du champ donc qui s'oppose à la variation du courant.

L s'appelle le coefficient d'auto-inductance du circuit ou inductance propre du circuit

1.2.2.1 Inductance

Illustration 65: Symbole de l'inductance En anglais self inductance qui a donné le mot self La définition la plus courante d'inductance propre est la suivante : La surface circonscrite par un circuit électrique parcouru par un courant I est traversée par le flux du champ magnétique (appelé autrefois flux d’induction) . L’inductance L du circuit électrique est alors définie comme le rapport entre le flux embrassé par le circuit et le courant :

Il est important de préciser que le flux en question est celui produit par le courant I et non celui provenant d'une autre source (courant, aimant, etc.). Malgré sa popularité, cette définition présente deux inconvénients. Le premier est que la définition de l'inductance est donnée en fonction du flux qui est une grandeur physique inaccessible directement. Il n'existe pas de moyen de mesurer le flux magnétique sans le faire varier en fonction

122

du temps. Le second inconvénient est que la « surface circonscrite par le circuit » n'est pas toujours facile à déterminer et, dans certains cas, elle n'existe même pas (par exemple si le circuit « fait un nœud »). Une deuxième définition qui ne présente pas ces inconvénients est :

où :
• • • •

est l'inductance propre du circuit ou composant. est la tension aux bornes du circuit. est la variation du courant qui traverse le circuit avec le temps (mesurée en ampères/seconde). et sont des valeurs instantanés.

Les signes sont tels que le terminal du circuit ou composant par lequel le courant qui rentre augmente est positif par rapport à l'autre. Cette phrase peut se lire dans l'autre sens : quand on applique une tension à une inductance, le courant qui rentre par l'extrémité positive augmente avec le temps. Dans la réalité, ce n'est qu'en utilisant cette définition que l'on peut mesurer la valeur de l'inductance d'un circuit et, à partir de là, déterminer le flux magnétique équivalent qui traverse la « surface circonscrite » équivalente. Cette définition est valable pour des inductances non linéaires (p.e.: des inductances à noyau ferromagnétique). Mais la valeur dépendra de la valeur du courant et, peut-être, de son histoire (hystérésis)). Une partie du flux produit par le courant traverse le câble lui-même. Il convient donc de distinguer l’inductance externe et l’inductance interne d’un circuit. L’inductance interne d’un câble diminue lorsque la fréquence du courant augmente à cause de l’effet pelliculaire ou effet de peau. En pratique, l'effet de peau est presque complet à partir d'une ou deux dizaines de kilohertzs et l'inductance ne varie plus.

1.1.2.2 Force électromotrice d'auto induction
Lorsque le flux du champ magnétique qui traverse un circuit conducteur varie au cours du temps, il apparaît dans ce circuit une tension. La tension ainsi créée est orientée de façon à générer des courants s'opposant à la variation du flux. On dit donc qu'elle s'oppose à la variation du flux. Cette tension est aussi appelée force électromotrice. La variation du flux du champ magnétique peut avoir deux causes (non exclusives) : • Soit le circuit est soumis à un champ fixe mais on le déforme ou on l'oblige à tourner (cas des machines à courant continu). • Soit le circuit est immobile et l'intensité du champ magnétique varie ou tourne (cas des alternateurs). La distinction entre force électromotrice et force contre-électromotrice est artificielle : le phénomène physique est unique.

Si le courant, qui circule effectivement dans le conducteur, le fait selon le sens qui lui permet de s'opposer à la variation de flux alors on dit que l'on a affaire à une f.e.m. : cette f.e.m. est (parfois en partie) génératrice du courant qui circule. 123

Si le courant circule dans l'autre sens, on peut la nommer force contre-électromotrice (mais ce n'est pas une obligation) car elle tend à s'opposer à la circulation du courant. Ce courant en sens inverse ne peut exister que s’il existe une autre source de tension dans le circuit qui s'oppose à la f.c.e.m.et qui délivre une valeur de tension supérieure à cette dernière.

1.2.3. Force électromagnétique 1.2.3.1. Caractéristiques
La force électromagnétique est, avec la force de gravitation, l'interaction faible, et l'interaction forte, l'une des quatre forces fondamentales de la physique. Lorsque l'on tient compte de la mécanique quantique la force électromagnétique doit être réétudiée dans le cadre de l'électrodynamique quantique.

Puissance
L'interaction électromagnétique est la deuxième des quatre interactions élémentaires dans l'ordre des puissances. A basse énergie, soit celle des réactions chimiques ou nucléaires, elle est à peu près cent fois plus faible que l'interaction forte, mais dépasse les interactions faibles et gravitationnelles d'un facteur 1011 et 1036 respectivement.

Description Mathématique
Le champ électromagnétique exerce la force suivante (souvent appelée la force de Lorentz) sur des particules électriquement chargées ou encore :
en unité de Gauss

avec :
• • • • • •

la force subie par la charge q ; le champ électrique là où est située la charge ; le champ magnétique là où est située la charge ; la vitesse de la charge ; c la vitesse de la lumière ; le produit vectoriel usuel . galiléen).

(toutes les grandeurs sont mesurés dans le même référentiel supposé

1.2.3.2 Travail des forces électromagnétiques Définition

• • •

direction (perpendiculaire au plan défini par et) sens(règle du tire bouchon) module : dF = I dl B sinθ

124

Force de LORENTZ .

Force subie par une charge en mouvement (

) dans un champ magnétique :

Si la charge subit un champ magnétique et un champ électrique ("force de Lorentz")

:

Energie potentielle électromagnétique.

Energie potentielle ∆E emmagasinée par un circuit C parcouru par un courant I, placé dans un champ magnétique , traversé par un flux magnétique Φ et subissant, lors de son déplacement, une variation ∆ Φ de ce flux :

∆E = - I ∆Φ / ∆t ∆W = I ∆Φ / ∆t

• •

Soit pour le travail des forces électromagnétiques mises en jeu : Règle du flux maximum : Un circuit C parcouru par un courant I, et placé dans un champ magnétique , évolue de manière à augmenter le flux sortant par sa face Nord. Résultat de l'ensemble des forces électromagnétiques agissant sur un circuit C : • Résultante générale :
• Moment résultant par rapport à un point : Composantes de ?

Forces électromagnétiques.

dW =. * Composantes de ?

= X dx + Y dy + Z dz avec X = - I dF / dx , etc

dW = Γα dα + Γβ dβ + Γγ dγ avec Γα = - I dΦ / dα , etc

1.2.3.3 Application : principe du moteur à courant continu
Une machine à courant continu est une machine électrique : convertisseur électromécanique permettant la conversion bidirectionnelle d'énergie entre une installation électrique parcourue par un courant continu et un dispositif mécanique.
• •

En fonctionnement moteur l'énergie électrique est transformée en énergie mécanique. En fonctionnement générateur l'énergie mécanique est transformée en énergie électrique. La machine se comporte comme un frein. La génératrice à courant continu est aussi appelée dynamo

Inventeur officiel : Zénobe Gramme. C'était au départ un simple générateur de courant continu (pour applications galvanoplastiques, par exemple, les accumulateurs étant onéreux). Un ouvrier des usines Gramme ayant par erreur branché un dispositif à l'envers, on découvrit ainsi par hasard son utilisation possible comme moteur.

Machine de base ou machine à excitation indépendante
Une machine électrique à courant continu est constituée :

125

D'un stator qui est à l'origine de la circulation d'un flux magnétique longitudinal fixe créé soit par des enroulements statoriques soit par des aimants permanents. Ce stator est aussi appelé inducteur en référence au fonctionnement en génératrice de cette machine. D'un rotor bobiné relié à un collecteur rotatif inversant la polarité dans chaque enroulement rotorique au moins une fois par tour de façon à faire circuler un flux magnétique transversal en quadrature avec le flux statorique. Les enroulements rotoriques sont aussi appelés enroulements d'induits, ou communément induit en référence au fonctionnement en génératrice de cette machine.

Le courant I, injecté via les balais au collecteur, traverse un conducteur rotorique ( =une spire rotorique ) et change de sens ( =commutation ) au droit des balais. Ceci permet de maintenir la magnétisation du rotor perpendiculaire à celle du stator.

La disposition des balais sur la « ligne neutre » (=zone où la densité de flux est nulle), permet d'obtenir la force contre-électromotrice maximum. Cette ligne peut néanmoins se déplacer par la réaction magnétique d'induit ( influence du flux statorique sur le champ inducteur ) selon que la machine travaille à forte ou à faible charge. Une surtension, due en partie à la mauvaise répartition de la tension entre lames du collecteur et en partie à l'inversion rapide du courant dans les sections de conducteur lors du passage de ces lames sous les balais, risque alors d'apparaître aux bornes de la spire qui commute et de provoquer la destructionIllustration 66: Le schéma de ce palier cela, c’est-àprogressive du collecteur. Pour type de machine à dire compenser la réaction d'induit, et aussi améliorer la commutation on utilise des pôles courant continu auxiliaires de compensation/commutation.

L'existence du couple s'explique par l'interaction magnétique entre stator et rotor : • Le champ statorique (Bs sur le schéma) est pratiquement nul sur les conducteurs logés dans des encoches et n'agit donc pas sur eux. L'origine du couple reste la magnétisation transversale du rotor, inchangée au cours de sa rotation (rôle du collecteur). Un pôle statorique agit sur un pôle rotorique et le moteur tourne. • Une manière classique mais simpliste de calculer le couple est de s'appuyer sur l'existence d'une force de Laplace (fictive) créée par le champ statorique (Bs sur le schéma) et agissant sur les conducteurs rotoriques traversés par l'intensité I . Cette force (FL sur le schéma) qui résulte de cette interaction est identique en module pour deux conducteurs rotoriques diamétralement opposés mais comme ces courants sont en sens inverse grâce au système balais-collecteur, les forces sont aussi de sens opposés. La force ainsi créée est proportionnelle à I et à Bs . Le couple moteur T est donc lui aussi proportionnel à ces deux grandeurs. La tige conductrice traversée au rotor par le courant I se déplace soumise au champ statorique Bs . Elle est donc le siège d'une force contre-électromotrice (FCEM) induite (loi de Faraday-Lenz) proportionnelle à Bs et à sa vitesse de déplacement donc à la fréquence de rotation. L'ensemble de ces forces contre-électromotrices à pour conséquence l'apparition d'une force contre-électromotrice globale E aux bornes de l'enroulement rotorique qui est proportionnelle à Bs et à la vitesse de rotation du moteur. Pour permettre au courant I de continuer à circuler, il faudra que l'alimentation électrique du moteur délivre une tension supérieure à la force contre-électromotrice E induite au rotor.

• •

Schéma électrique idéalisé

126

Ce schéma rudimentaire n'est pas valable en régime transitoire. Ri et Re sont respectivement les résistances du rotor et du stator Ce schéma correspond aux équations électriques suivantes :

- au stator : Ue = Re . Ie (loi d'ohm) et le champs statorique vaut Bs = ke . Ie (la moins exacte des formules de ce paragraphe car on ne tient pas compte des non-linéarités qui sont importantes et, en plus, on suppose que la machine comporte des enroulements de compensation/commutation qui rendent ce champ indépendant des courants rotoriques. En fait, on fait passer dans ces enroulements de compensation/commutation un courant tel qu'il crée un champ annulant le champ induit au niveau des balais. Ce courant est le courant passant dans l'enroulement d'armature car le champ de commutation doit varier de la même manière que le champ induit.) - au rotor : Ui = E + Ri.Ii - La force contre électromotrice : E = Cte . Bs . ( = fréquence de rotation en rad/s). - Le couple électromécanique (moteur ou résistant) : T = Cte . Bs . Ii E . Ii = T . ou « Puissance électrique utile » = « Puissance mécanique ».

D'autre part on a deux équations électromécaniques :
• •

On peut montrer que les constantes sont les mêmes pour les deux lignes, ce qui implique :

Descriptif du fonctionnement
Imaginons une machine électrique alimentée par une source de tension U constante. Lorsque le moteur tourne à vide ( il ne fait pas d'effort ) il n'y a pas besoin de fournir de couple, Ii est très faible et U ≈ E. La vitesse de rotation est proportionnelle à U.

fonctionnement en moteur

Lorsque l'on veut la faire travailler, en appliquant un couple résistant sur son axe, cela la freine donc E diminue. Comme U reste constante, le produit Ri.Ii augmente donc Ii augmente, donc le couple T augmente lui aussi et lutte contre la diminution de vitesse : c'est un couple moteur. 127

Plus on le freine, plus le courant augmente pour lutter contre la diminution de vitesse. C'est pourquoi les moteurs à courant continu peuvent « griller » lorsque le rotor est bloqué, si le courant de la source n'est pas limité à une valeur correcte.

fonctionnement en génératrice

Si une source d'énergie mécanique essaie d'augmenter la vitesse de machine, ( la charge est entrainante : ascenseur par exemple ), augmente donc E augmente. Comme U reste constante, le produit Ri.Ii devient négatif et augmente en valeur absolue, donc Ii augmente, donc le couple T augmente lui aussi et lutte contre l'augmentation de vitesse : c'est un couple frein. Le signe du courant ayant changé, le signe de la puissance consommée change lui aussi. La machine consomme une puissance négative, donc elle fourni de la puissance au circuit. Elle est devenue génératrice. Ces deux modes de fonctionnement existent bien entendu pour les deux sens de rotation de la machine. Celle-ci pouvant passer sans discontinuité d'un sens de rotation ou de couple à l'autre. On dit alors qu'elle fonctionne dans les quatre quadrants du plan couple-vitesse.

Machine à excitation constante [
C'est le cas le plus fréquent : Bs est constant car il est créé par des aimants permanents ou bien encore parce que Ie est constant. Si l'on pose : Cte . Bs = K, les équations du paragraphe précédent deviennent :
• • •

U = E + Ri.Ii E=K. T = K . Ii

Moteur série
L'excitation série étant aujourd'hui réservé à des moteurs, il n'est pas habituel d'utiliser le terme de machine à excitation série. Ce type de moteur est caractérisé par le fait que le stator est raccordé en série avec le rotor.
• •

Donc le même courant traverse le rotor et le stator : Ii = Ie = I et la tension d'alimentation U = Ui + Ue Bs = ke . I
• • •

les équations de la machine deviennent : U = E + Ri.I + Re . I = E + (Ri + Re) . I E = k . ke . I . = K . I . T = k . I . ke . I = K . I2

Les équations ci-dessus permettent de montrer que les moteurs à excitation série peuvent développer un très fort couple en particulier à basse vitesse, celui-ci étant proportionnel au carré du courant. C'est pourquoi ils ont été utilisés pour réaliser des moteurs de traction de locomotives jusque dans les années 1975. Ce type de machine présente toutefois, du fait de ses caractéristiques, un risque de survitesse et d'emballement à vide. Aujourd'hui, les principales applications sont : • les démarreurs d'automobiles. • les moteurs universels ( perceuses, outillage à main, etc ) : le couple T = K . I2 reste 128

de même sens quel que soit le signe de I. Une des conditions pratiques pour qu'un moteur série soit un moteur universel est que son stator soit feuilleté, car dans ce cas le flux inducteur peut être alternatif. (Remarque : une perceuse prévue pour le raccordement sur le réseau 230V alternatif fonctionne aussi en courant continu : essayez de la brancher sur votre batterie d'automobile, ce n'est que du 12 V et elle tourne ...)

Excitation Shunt
Dans le moteur shunt le stator est monté en parallèle avec le rotor. Il n'y a plus beaucoup d'application à ce montage.

Donc la tension aux bornes du rotor est la même que celle aux bornes du stator : Ui = Ue = U • Bs = ke . Ie K . U
• • •

les équations de la machine deviennent : U = E + Ri.Ii E=K.U. T = K . U . Ii

Excitation composée ou Compound
Dans le moteur compound une partie du stator est raccordé en série avec le rotor et une autre est de type parallèle ou shunt.

Ce moteur réunit les avantages des deux types de moteur : le fort couple à basse vitesse du moteur série et l'absence d'emballement ( survitesse ) du moteur shunt.

Avantages et inconvénients

L'avantage principal des machines à courant continu réside dans leur adaptation simple aux moyens permettant de régler ou de faire varier leur vitesse, leur couple et leur sens de rotation : les variateurs de vitesse. Voire même leur raccordement direct à la source d'énergie : batteries d'accumulateur, piles, etc. Le principal problème de ces machines vient de la liaison entre les balais, ou « charbons » et le collecteur rotatif. Ainsi que le collecteur lui même comme indiqué plus haut et la complexité de sa réalisation. De plus il faut signaler que :
• • •

Plus la vitesse de rotation est élevée, plus la pression des balais doit augmenter pour rester en contact avec le collecteur donc plus le frottement est important. Aux vitesses élevées les balais doivent donc être remplacés très régulièrement. Le collecteur imposant des ruptures de contact provoque des arcs, qui usent rapidement le commutateur et génèrent des parasites dans le circuit d'alimentation, ainsi que par rayonnement électromagnétique.

Un autre problème limite les vitesses d'utilisation élevées de ces moteurs lorsque le rotor est bobiné, c'est le phénomène de «défrettage», la force centrifuge finissant par casser les liens assurant la tenue des ensembles de spires (le frettage). Un certain nombre de ces inconvénients ont partiellement été résolus par des réalisations de moteurs sans fer au rotor, comme les moteurs «disques» ou les moteurs «cloches», qui néanmoins possèdent toujours des balais. Les inconvénients ci dessus ont été radicalement éliminés grâce à la technologie du moteur 129

brushless, aussi dénommé « moteur à courant continu sans balais », ou moteur sans balais.

1.2.4. Exercices Champ magnétique crée par un aimant et par un courant Magnétisme
A- Champ magnétique crée par un aimant : On considère une aiguille aimantée. Indiquer son orientation lorsqu'elle est placée dans une zone ne contenant ni aimant, ni circuit électrique. réponse : L'aiguille aimantée s'oriente dans le champ magnétique terrestre : l'extrémité qui pointe vers le nord est appelé pole nord. On considère un aimant droit dont les pôles ne sont pas indiqués. Indiquer une méthode permettant d'identifier la nature des deux pôles de cet aimant. réponse : L'aiguille aimantée s'oriente dans le champ de l'aimant : deux pôles de même nom se repoussent ; deux pôles de nom contraire s'attirent.

Dresser la liste du matériel permettant la réalisation des spectre magnétiques d'un aimant droit et d'un aimant en U. Dessiner ces spectres réponse : aimant droit, aimant en U, limaille de fer, plaque de plexiglass transparente, rétroprojecteur. Les grains de limailles de fer se comporte comme de petites boussoles

130

B- Champ magnétique crée par un courant : Décrire la constitution d'un solénoïde ; quelle est la différence entre une bobine et un solénoïde ? réponse : Bobine longue ( sa longueur est supérieure à 5 fois son diamètre) constituée de plusieurs couches de fil de cuivre enroulé sur un support. Dans la partie centrale du solénoïde le champ magnétique est uniforme ; ce dernier est nul l'extérieur du solénoïde. Une bobine peut avoir une forme quelconque ( cas des moteurs électriques) ; le champ magnétique crée n'est pas uniforme. Le professeur désire visualiser la direction des lignes de champ à l'intérieur du solénoïde. Quel type de générateur électrique faut-il utiliser ? réponse : générateur de courant continu 12 V ( par exemple) ; intensité maximale : 10 A

Quel est le nom de l'appareil qui permet de mesurer l'intensité du champ magnétique crée par le passage du courant dans le solénoïde ? Indiquer brièvement les différentes parties de cet appareil. réponse : teslamètre : sonde de mesure ( sonde de Hall ) reliée à un dispositif électronique avec afficheur de la valeur du champ ( mT)

Le proffesseur veut montrer l'influence de l'intensité du courant électrique qui circule dans le solénoïde sur la valeur du champ magnétique crée. Proposer le schéma électrique.

131

réponse :

exercice 1 champ magnétique d'un solénoide
Une bobine, de longueur 50 cm, comportant 1000 spires de diamètre 4 cm est parcourue par un courant de 300 mA .µ0=4π 10-7 . Le champ magnétique à l'intérieur de la bobine est: 7,5 mT ; 75µT ; 0,75 mT ;1,5 mT 3 mT

corrigé
B=4π 10-7 n I I=0,3 A n=1000 / 0,5=2000

0,75 mT

exercice 2 somme de 2 champs magnétiques
Composante horizontale du champ magnétique terrestre BH=2 10-5 T.et µ0=4π 10-7 SI Les 2 propositions suivantes sont équivalentes: le vecteur champ magnétique est un vecteur constant et le champ magnétique est uniforme ( répondre vrai ou faux) On fabrique un solénoide à spires jointives en enroulant une seule couche d'un fil conducteur isolé. le diamètre extérieur du fil est égal à d. On fait circuler dans le fil un courant continu d'intensité I . A l'intérieur du solénoide règne un champ magnétique dont la valeur est 4π 10-7 I / d Un solénoide de 500 spires jointives de rayon R=2 cm, mesure 20 cm de long. En son centre est placée un petite aiguille aimantée. L'axe du solénoide est horizontal, l'aiguille peut tourner dans un plan horizontal . Le solénoide est parcouru par un courant d'intensité I. On fait passer un courant 132

d'intensité 3,7 mA, l'aiguille tourne d'un angle de 30°. On recommence l'expérience avec deux solénoides ayant les mêmes caractéristiques, placés en série et bout à bout ; l'aiguille aimantée tourne d'un angle supérieur à 30°.

corrigé
vrai Un champ de vecteurs est uniforme si les lignes de champ sont parallèles et si la norme du champ est constante .entre les branches d'un aimant en forme de U, dans la région centrale d'un solénoide parcouru par un courant continu ,le champ magnétique est uniforme. faux Le champ est proportionnel à l'intensité et au nombre de spires par mètre. vrai Le champ magnétique crée par le courant est 4π 10-7*3,7 10-3 *500 /0,2 =1,16 10-5 T

tan(α)=1,16 /2

α=30°
Si l'intensité dans le circuit est égale à 3,7 mA , deux solénoides créent un champ plus intense(vrai) Par contre si la tension aux bornes des 2 bobines est constante , alors l'intensité est divisée par deux (la résistance du circuit double) faux

exercice 3 bobines de Helmholtz- champ magnétique uniforme
Deux bobines circulaires coaxiales de rayon R=6,5 cm sont parcourues par un courant d'intensité I=3 A. Chaque bobine compte N=100 spires. On cherche à obtenir en O, milieu de O1O2 un champ magnétique uniforme. 1. Le courant dans les deux bobines a t-il le même sens ? 2. Comparer d et le rayon R des bobines lorsque le champ est uniforme en O. 3. Quelle est la bonne expression de B champ magnétique crée en O (k est sans unité ; µ0= T m A-1) kµ0N/(RI) kµ0NI/R 133

kµ0NIR 4. Calculer B si k=0,71

134

SITES WEB UTILISES
Résistance (électricité). (2007, mai 15). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 13:41, juin 5, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=R%C3%A9sistance_%28%C3%A9lectricit%C3%A9%29&oldid=16887247. Atome. (2007, mai 28). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 13:56, juin 5, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Atome&oldid=17374917. http://www.elektrotechnik-fachwissen.de/php/fr-aufgabenaufruf.php Licence de documentation libre GNU. (2007, mai 26). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:17, juin 5, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Licence_de_documentation_libre_GNU&oldid=17283272. Loi d'Ohm. (2007, mai 28). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:21, juin 5, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Loi_d%27Ohm&oldid=17356058. Effet Joule. (2007, juin 8). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:01, juillet 6, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Effet_Joule&oldid=17710578. Résistance (composant). (2007, mai 15). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:15, juillet 6, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=R%C3%A9sistance_%28composant%29&oldid=16887284. Résistance. (2007, juin 23). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:23, juillet 6, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=R%C3%A9sistance&oldid=18180190. Résistance équivalente. (2007, juin 24). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:33, juillet 6, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=R%C3%A9sistance_%C3%A9quivalente&oldid=18225581. Physique. (2007, juillet 6). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:40, juillet 6, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Physique&oldid=18576495. Condensateur (électricité). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée 14:39, à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Condensateur Condensateur (électricité). (2007, mai 15). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:05, mai 15, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Condensateur_%28%C3%A9lectricit%C3%A9%29&oldid=17144341 Condensateur (électricité). (2007, mai 18). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:07, mai 18, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Condensateur_%28%C3%A9lectricit%C3%A9%29&oldid=17144341 Condensateur (électricité). (2007, mai 22). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:07, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Condensateur_%28%C3%A9lectricit%C3%A9%29&oldid=17144341 http://labotp.org/TPTSphy/05phyTS/05_Simulations_RC.pdf Contributeurs à Wikipédia, "Alimentation des appareils domestiques et électroniques," Wikipédia, l'encyclopédie libre, http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Alimentation_des_appareils_domestiques_et_%C3%A9lectroniques&oldid=16990121 (Page consultée le mai 22, 2007). Récepteur radio. (2007, mai 26). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 13:43, mai 29, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=R%C3%A9cepteur_radio&oldid=17290026. Auxiliary power unit. (2007, avril 27). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:01, mai 29, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Auxiliary_power_unit&oldid=16302740. Dipôle électrique. (2007, mai 1). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:22, mai 29, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Dip%C3%B4le_%C3%A9lectrique&oldid=16418191. Loi d'Ohm. (2007, mai 28). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:46, mai 29, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Loi_d%27Ohm&oldid=17356058. Facteur de puissance. (2007, mai 17). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 08:42, juin 2, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Facteur_de_puissance&oldid=16975060. Électricité. (2007, juin 1). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 09:29, juin 2, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=%C3%89lectricit%C3%A9&oldid=17505286. Générateur. (2007, mai 26). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 08:00, juillet 13, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=G%C3%A9n%C3%A9rateur&oldid=17284456. Théorème de Thévenin. (2007, juillet 7). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 08:13, juillet 13, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Th%C3%A9or%C3%A8me_de_Th%C3%A9venin&oldid=18610818. http://www.web-sciences.com/fiches1s/fiche21/fiche21b.php Loi de Pouillet. (2007, mai 9). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:17, juillet 17, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Loi_de_Pouillet&oldid=16678707. Lois de Kirchhoff. (2007, mai 1). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 15:13, juillet 17, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Lois_de_Kirchhoff&oldid=16415590. Électricité. (2007, mai 21). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 13:55, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=%C3%89lectricit%C3%A9&oldid=17139530. Conducteur (physique). (2007, mai 9). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:34, mai 25, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Conducteur_%28physique%29&oldid=16688668. Courant électrique. (2007, mai 10). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:41, mai 25, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Courant_%C3%A9lectrique&oldid=16705587 Courant électrique.Courant électrique. (2007, mai 10). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:34, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Courant_%C3%A9lectrique&oldid=16 Potentiel. (2007, mai 7). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:46, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Potentiel&oldid=16608899. Tension électrique. (2007, mai 20). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:54, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Tension_%C3%A9lectrique&oldid=17105104. Dipôle électrique. (2007, mai 1). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 15:04, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Dip%C3%B4le_%C3%A9lectrique&oldid=16418191. Diélectrique. (2007, mai 18). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 15:14, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Di%C3%A9lectrique&oldid=17020072. Puissance (physique). (2007, mai 13). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 15:26, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Puissance_%28physique%29&oldid=16815183. Puissance en régime alternatif. (2007, mai 15). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 15:39, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Puissance_en_r%C3%A9gime_alternatif&oldid=16866719. Énergie électrique. (2007, mai 7). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:52, mai 25, 2007 à partir de

135

http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=%C3%89nergie_%C3%A9lectrique&oldid=16621732. Rendement lumineux. (2007, mars 8). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:59, mai 25, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Rendement_lumineux&oldid=14877424.

136

METADATA
Extrait du fichier Calc pour l'enregistrement et le suivi du travail de téléchargement des fichiers de l'Internet N URL Électricité. (2007, mai 21). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 13:55, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=%C3 %89lectricit%C3%A9&oldid=17139530. Conducteur (physique). (2007, mai 9). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:34, mai 25, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Condu cteur_%28physique%29&oldid=16688668. Courant électrique. (2007, mai 10). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:41, mai 25, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Coura nt_%C3%A9lectrique&oldid=16705587 Courant électrique.Courant électrique. (2007, mai 10). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 14:34, mai 22, 2007 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Coura nt_%C3%A9lectrique&oldid=16 DATE NOM du FICHIER

1

05/22/07 Nature de l'électricite

2

Corps conducteurs(physique et 05/22/07 électrostatique)

3

05/22/07 Courant électrique

4

05/22/07 Courant

137

ANNEXE
GNU Free Documentation License Version 1.2, November 2002 Copyright (C) 2000,2001,2002 Free Software Foundation, Inc. 51 Franklin St, Fifth Floor, Boston, MA 02110-1301 USA Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but changing it is not allowed. 0. PREAMBLE The purpose of this License is to make a manual, textbook, or other functional and useful document "free" in the sense of freedom: to assure everyone the effective freedom to copy and redistribute it, with or without modifying it, either commercially or noncommercially. Secondarily, this License preserves for the author and publisher a way to get credit for their work, while not being considered responsible for modifications made by others. This License is a kind of "copyleft", which means that derivative works of the document must themselves be free in the same sense. It complements the GNU General Public License, which is a copyleft license designed for free software. We have designed this License in order to use it for manuals for free software, because free software needs free documentation: a free program should come with manuals providing the same freedoms that the software does. But this License is not limited to software manuals; it can be used for any textual work, regardless of subject matter or whether it is published as a printed book. We recommend this License principally for works whose purpose is instruction or reference. 1. APPLICABILITY AND DEFINITIONS This License applies to any manual or other work, in any medium, that contains a notice placed by the copyright holder saying it can be distributed under the terms of this License. Such a notice grants a world-wide, royalty-free license, unlimited in duration, to use that work under the conditions stated herein. The "Document", below, refers to any such manual or work. Any member of the public is a licensee, and is addressed as "you". You accept the license if you copy, modify or distribute the work in a way requiring permission under copyright law. A "Modified Version" of the Document means any work containing the Document or a portion of it, either copied verbatim, or with modifications and/or translated into another language. A "Secondary Section" is a named appendix or a front-matter section of the Document that deals exclusively with the relationship of the publishers or authors of the Document to the Document's overall subject (or to related matters) and contains nothing that could fall directly within that overall subject. (Thus, if the Document is in part a textbook of mathematics, a Secondary Section may not explain any mathematics.) The relationship could be a matter of historical connection with the subject or with related matters, or of legal, commercial, philosophical, ethical or political position regarding them. The "Invariant Sections" are certain Secondary Sections whose titles are designated, as being those of Invariant Sections, in the notice that says that the Document is released under this License. If a section does not fit the above definition of Secondary then it is not allowed to be designated as Invariant. The Document may contain zero Invariant Sections. If the Document does not identify any Invariant Sections then there are none. The "Cover Texts" are certain short passages of text that are listed, as Front-Cover Texts or Back-Cover Texts, in the notice that says that the Document is released under this License. A Front-Cover Text may be at most 5 words, and a Back-Cover Text may be at most 25 words. A "Transparent" copy of the Document means a machine-readable copy, represented in a format whose specification is available to the general public, that is suitable for revising the document straightforwardly with generic text editors or (for images composed of pixels) generic paint programs or (for drawings) some widely available drawing editor, and that is suitable for input to text formatters or for automatic translation to a variety of formats suitable for input to text formatters. A copy made in an otherwise Transparent file format whose markup, or absence of markup, has been arranged to thwart or discourage subsequent modification by readers is not Transparent. An image format is not Transparent if used for any substantial amount of text. A copy that is not "Transparent" is called "Opaque". Examples of suitable formats for Transparent copies include plain ASCII without markup, Texinfo input format, LaTeX input format, SGML or XML using a publicly available DTD, and standard-conforming simple HTML, PostScript or PDF designed for human modification. Examples of transparent image formats include PNG, XCF and JPG. Opaque formats include proprietary formats that can be read and edited only by proprietary word processors, SGML or XML for which the DTD and/or processing tools are not generally available, and the machine-generated HTML, PostScript or PDF produced by some word processors for output purposes only. The "Title Page" means, for a printed book, the title page itself, plus such following pages as are needed to hold, legibly, the material this License requires to appear in the title page. For works in formats which do not have any title page as such, "Title Page" means the text near the most prominent appearance of the work's title, preceding the beginning of the body of the text. A section "Entitled XYZ" means a named subunit of the Document whose title either is precisely XYZ or contains XYZ in parentheses following text

138

that translates XYZ in another language. (Here XYZ stands for a specific section name mentioned below, such as "Acknowledgements", "Dedications", "Endorsements", or "History".) To "Preserve the Title" of such a section when you modify the Document means that it remains a section "Entitled XYZ" according to this definition. The Document may include Warranty Disclaimers next to the notice which states that this License applies to the Document. These Warranty Disclaimers are considered to be included by reference in this License, but only as regards disclaiming warranties: any other implication that these Warranty Disclaimers may have is void and has no effect on the meaning of this License. 2. VERBATIM COPYING You may copy and distribute the Document in any medium, either commercially or noncommercially, provided that this License, the copyright notices, and the license notice saying this License applies to the Document are reproduced in all copies, and that you add no other conditions whatsoever to those of this License. You may not use technical measures to obstruct or control the reading or further copying of the copies you make or distribute. However, you may accept compensation in exchange for copies. If you distribute a large enough number of copies you must also follow the conditions in section 3. You may also lend copies, under the same conditions stated above, and you may publicly display copies. 3. COPYING IN QUANTITY If you publish printed copies (or copies in media that commonly have printed covers) of the Document, numbering more than 100, and the Document's license notice requires Cover Texts, you must enclose the copies in covers that carry, clearly and legibly, all these Cover Texts: FrontCover Texts on the front cover, and Back-Cover Texts on the back cover. Both covers must also clearly and legibly identify you as the publisher of these copies. The front cover must present the full title with all words of the title equally prominent and visible. You may add other material on the covers in addition. Copying with changes limited to the covers, as long as they preserve the title of the Document and satisfy these conditions, can be treated as verbatim copying in other respects. If the required texts for either cover are too voluminous to fit legibly, you should put the first ones listed (as many as fit reasonably) on the actual cover, and continue the rest onto adjacent pages. If you publish or distribute Opaque copies of the Document numbering more than 100, you must either include a machine-readable Transparent copy along with each Opaque copy, or state in or with each Opaque copy a computer-network location from which the general network-using public has access to download using public-standard network protocols a complete Transparent copy of the Document, free of added material. If you use the latter option, you must take reasonably prudent steps, when you begin distribution of Opaque copies in quantity, to ensure that this Transparent copy will remain thus accessible at the stated location until at least one year after the last time you distribute an Opaque copy (directly or through your agents or retailers) of that edition to the public. It is requested, but not required, that you contact the authors of the Document well before redistributing any large number of copies, to give them a chance to provide you with an updated version of the Document. 4. MODIFICATIONS You may copy and distribute a Modified Version of the Document under the conditions of sections 2 and 3 above, provided that you release the Modified Version under precisely this License, with the Modified Version filling the role of the Document, thus licensing distribution and modification of the Modified Version to whoever possesses a copy of it. In addition, you must do these things in the Modified Version: * A. Use in the Title Page (and on the covers, if any) a title distinct from that of the Document, and from those of previous versions (which should, if there were any, be listed in the History section of the Document). You may use the same title as a previous version if the original publisher of that version gives permission. * B. List on the Title Page, as authors, one or more persons or entities responsible for authorship of the modifications in the Modified Version, together with at least five of the principal authors of the Document (all of its principal authors, if it has fewer than five), unless they release you from this requirement. * C. State on the Title page the name of the publisher of the Modified Version, as the publisher. * D. Preserve all the copyright notices of the Document. * E. Add an appropriate copyright notice for your modifications adjacent to the other copyright notices. * F. Include, immediately after the copyright notices, a license notice giving the public permission to use the Modified Version under the terms of this License, in the form shown in the Addendum below. * G. Preserve in that license notice the full lists of Invariant Sections and required Cover Texts given in the Document's license notice. * H. Include an unaltered copy of this License. * I. Preserve the section Entitled "History", Preserve its Title, and add to it an item stating at least the title, year, new authors, and publisher of the Modified Version as given on the Title Page. If there is no section Entitled "History" in the Document, create one stating the title, year, authors, and publisher of the Document as given on its Title Page, then add an item describing the Modified Version as stated in the previous sentence. * J. Preserve the network location, if any, given in the Document for public access to a Transparent copy of the Document, and likewise the network locations given in the Document for previous versions it was based on. These may be placed in the "History" section. You may omit a network location for a work that was published at least four years before the Document itself, or if the original publisher of the version it refers to gives permission. * K. For any section Entitled "Acknowledgements" or "Dedications", Preserve the Title of the section, and preserve in the section all the

139

substance and tone of each of the contributor acknowledgements and/or dedications given therein. * L. Preserve all the Invariant Sections of the Document, unaltered in their text and in their titles. Section numbers or the equivalent are not considered part of the section titles. * M. Delete any section Entitled "Endorsements". Such a section may not be included in the Modified Version. * N. Do not retitle any existing section to be Entitled "Endorsements" or to conflict in title with any Invariant Section. * O. Preserve any Warranty Disclaimers. If the Modified Version includes new front-matter sections or appendices that qualify as Secondary Sections and contain no material copied from the Document, you may at your option designate some or all of these sections as invariant. To do this, add their titles to the list of Invariant Sections in the Modified Version's license notice. These titles must be distinct from any other section titles. You may add a section Entitled "Endorsements", provided it contains nothing but endorsements of your Modified Version by various parties--for example, statements of peer review or that the text has been approved by an organization as the authoritative definition of a standard. You may add a passage of up to five words as a Front-Cover Text, and a passage of up to 25 words as a Back-Cover Text, to the end of the list of Cover Texts in the Modified Version. Only one passage of Front-Cover Text and one of Back-Cover Text may be added by (or through arrangements made by) any one entity. If the Document already includes a cover text for the same cover, previously added by you or by arrangement made by the same entity you are acting on behalf of, you may not add another; but you may replace the old one, on explicit permission from the previous publisher that added the old one. The author(s) and publisher(s) of the Document do not by this License give permission to use their names for publicity for or to assert or imply endorsement of any Modified Version. 5. COMBINING DOCUMENTS You may combine the Document with other documents released under this License, under the terms defined in section 4 above for modified versions, provided that you include in the combination all of the Invariant Sections of all of the original documents, unmodified, and list them all as Invariant Sections of your combined work in its license notice, and that you preserve all their Warranty Disclaimers. The combined work need only contain one copy of this License, and multiple identical Invariant Sections may be replaced with a single copy. If there are multiple Invariant Sections with the same name but different contents, make the title of each such section unique by adding at the end of it, in parentheses, the name of the original author or publisher of that section if known, or else a unique number. Make the same adjustment to the section titles in the list of Invariant Sections in the license notice of the combined work. In the combination, you must combine any sections Entitled "History" in the various original documents, forming one section Entitled "History"; likewise combine any sections Entitled "Acknowledgements", and any sections Entitled "Dedications". You must delete all sections Entitled "Endorsements." 6. COLLECTIONS OF DOCUMENTS You may make a collection consisting of the Document and other documents released under this License, and replace the individual copies of this License in the various documents with a single copy that is included in the collection, provided that you follow the rules of this License for verbatim copying of each of the documents in all other respects. You may extract a single document from such a collection, and distribute it individually under this License, provided you insert a copy of this License into the extracted document, and follow this License in all other respects regarding verbatim copying of that document. 7. AGGREGATION WITH INDEPENDENT WORKS A compilation of the Document or its derivatives with other separate and independent documents or works, in or on a volume of a storage or distribution medium, is called an "aggregate" if the copyright resulting from the compilation is not used to limit the legal rights of the compilation's users beyond what the individual works permit. When the Document is included in an aggregate, this License does not apply to the other works in the aggregate which are not themselves derivative works of the Document. If the Cover Text requirement of section 3 is applicable to these copies of the Document, then if the Document is less than one half of the entire aggregate, the Document's Cover Texts may be placed on covers that bracket the Document within the aggregate, or the electronic equivalent of covers if the Document is in electronic form. Otherwise they must appear on printed covers that bracket the whole aggregate. 8. TRANSLATION Translation is considered a kind of modification, so you may distribute translations of the Document under the terms of section 4. Replacing Invariant Sections with translations requires special permission from their copyright holders, but you may include translations of some or all Invariant Sections in addition to the original versions of these Invariant Sections. You may include a translation of this License, and all the license notices in the Document, and any Warranty Disclaimers, provided that you also include the original English version of this License and the original versions of those notices and disclaimers. In case of a disagreement between the translation and the original version of this License or a notice or disclaimer, the original version will prevail.

140

If a section in the Document is Entitled "Acknowledgements", "Dedications", or "History", the requirement (section 4) to Preserve its Title (section 1) will typically require changing the actual title. 9. TERMINATION You may not copy, modify, sublicense, or distribute the Document except as expressly provided for under this License. Any other attempt to copy, modify, sublicense or distribute the Document is void, and will automatically terminate your rights under this License. However, parties who have received copies, or rights, from you under this License will not have their licenses terminated so long as such parties remain in full compliance. 10. FUTURE REVISIONS OF THIS LICENSE The Free Software Foundation may publish new, revised versions of the GNU Free Documentation License from time to time. Such new versions will be similar in spirit to the present version, but may differ in detail to address new problems or concerns. See http://www.gnu.org/copyleft/. Each version of the License is given a distinguishing version number. If the Document specifies that a particular numbered version of this License "or any later version" applies to it, you have the option of following the terms and conditions either of that specified version or of any later version that has been published (not as a draft) by the Free Software Foundation. If the Document does not specify a version number of this License, you may choose any version ever published (not as a draft) by the Free Software Foundation. Licence de documentation libre GNU Disclaimer This is an unofficial translation of the GNU Free Documentation License into French. It was not published by the Free Software Foundation, and does not legally state the distribution terms for documentation that uses the GNU FDL--only the original English text of the GNU FDL does that. However, we hope that this translation will help French speakers understand the GNU FDL better. You can read the official English version in the Annexe at the end of the book. Ceci est une traduction française non officielle de la Licence de documentation libre GNU. Elle n'a pas été publiée par la Free Software Foundation, et ne fixe pas légalement les conditions de redistribution des documents qui l'utilisent -- seul le texte original en anglais le fait. Nous espérons toutefois que cette traduction aidera les francophones à mieux comprendre la FDL GNU. Vous pouvez lire la version originelle dans l'Annexe à la fin du livre. Traduction française non officielle de la GFDL Version 1.1 (Mars 2000) Copyright original : Copyright (C) 2000 Free Sofware Foundation, inc 59 Temple Place, Suite 330, Boston, MA 02111-1307 USA Pour la traduction : Version 1.0 FR (Jean-Luc Fortin, juillet 2000) Version 1.1 FR (Christian Casteyde, mars 2001) Version 1.1.1 FR (César Alexanian, mars 2001) Version 1.1.2r2 FR (Christian Casteyde et César Alexanian, juin 2001) Chacun est libre de copier et de distribuer des copies conformes de cette Licence, mais nul n'est autorisé à la modifier. 0 - PRÉAMBULE L'objet de cette Licence est de rendre tout manuel, livre ou autre document écrit « libre » au sens de la liberté d'utilisation, à savoir : assurer à chacun la liberté effective de le copier ou de le redistribuer, avec ou sans modifications, commercialement ou non. En outre, cette Licence garantit à l'auteur et à l'éditeur la reconnaissance de leur travail, sans qu'ils soient pour autant considérés comme responsables des modifications réalisées par des tiers. Cette Licence est une sorte de « copyleft », ce qui signifie que les travaux dérivés du document d'origine sont eux-mêmes « libres » selon les mêmes termes. Elle complète la Licence Publique Générale GNU, qui est également une Licence copyleft, conçue pour les logiciels libres. Nous avons conçu cette Licence pour la documentation des logiciels libres, car les logiciels libres ont besoin d'une documentation elle-même libre : un logiciel libre doit être accompagné d'un manuel garantissant les mêmes libertés que celles accordées par le logiciel lui-même. Mais cette Licence n'est pas limitée aux seuls manuels des logiciels ; elle peut être utilisée pour tous les documents écrits, sans distinction particulière relative au sujet traité ou au mode de publication. Nous recommandons l'usage de cette Licence principalement pour les travaux destinés à des fins d'enseignement ou devant servir de documents de référence. 1 - APPLICABILITÉ ET DÉFINITIONS Cette Licence couvre tout manuel ou tout autre travail écrit contenant une notice de copyright autorisant la redistribution selon les termes de cette Licence. Le mot « Document » se réfère ci-après à un tel manuel ou travail. Toute personne en est par définition concessionnaire et est référencée

141

ci-après par le terme « Vous ». Une « Version modifiée » du Document désigne tout travail en contenant la totalité ou seulement une portion de celui-ci, copiée mot pour mot, modifiée et/ou traduite dans une autre langue. Une « Section secondaire » désigne une annexe au Document, ou toute information indiquant les rapports entre l'auteur ou l'éditeur et le sujet (ou tout autre sujet connexe) du document, sans toutefois être en rapport direct avec le sujet lui-même (par exemple, si le Document est un manuel de mathématiques, une Section secondaire ne traitera d'aucune notion mathématique). Cette section peut contenir des informations relatives à l'historique du Document, des sources documentaires, des dispositions légales, commerciales, philosophiques, ou des positions éthiques ou politiques susceptibles de concerner le sujet traité. Les « Sections inaltérables » sont des sections secondaires considérées comme ne pouvant être modifiées et citées comme telles dans la notice légale qui place le Document sous cette Licence. Les « Textes de couverture » sont les textes courts situés sur les pages de couverture avant et arrière du Document, et cités comme tels dans la mention légale de ce Document. Le terme « Copie transparente » désigne une version numérique du Document représentée dans un format dont les spécifications sont publiquement disponibles et dont le contenu peut être visualisé et édité directement et immédiatement par un éditeur de texte quelconque, ou (pour les images composées de pixels) par un programme de traitement d'images quelconque, ou (pour les dessins) par un éditeur de dessins courant. Ce format doit pouvoir être accepté directement ou être convertible facilement dans des formats utilisables directement par des logiciels de formatage de texte. Une copie publiée dans un quelconque format numérique ouvert mais dont la structure a été conçue dans le but exprès de prévenir les modifications ultérieures du Document ou dans le but d'en décourager les lecteurs n'est pas considérée comme une Copie Transparente. Une copie qui n'est pas « Transparente » est considérée, par opposition, comme « Opaque ». Le format de fichier texte codé en ASCII générique et n'utilisant pas de balises, les formats de fichiers Texinfo ou LaTeX, les formats de fichiers SGML ou XML utilisant une DTD publiquement accessible, ainsi que les formats de fichiers HTML simple et standard, écrits de telle sorte qu'ils sont modifiables sans outil spécifique, sont des exemples de formats acceptables pour la réalisation de Copies Transparentes. Les formats suivants sont opaques : PostScript, PDF, formats de fichiers propriétaires qui ne peuvent être visualisés ou édités que par des traitements de textes propriétaires, SGML et XML utilisant des DTD et/ou des outils de formatage qui ne sont pas disponibles publiquement, et du code HTML généré par une machine à l'aide d'un traitement de texte quelconque et dans le seul but de la génération d'un format de sortie. La « Page de titre » désigne, pour les ouvrages imprimés, la page de titre elle-même, ainsi que les pages supplémentaires nécessaires pour fournir clairement les informations dont cette Licence impose la présence sur la page de titre. Pour les travaux n'ayant pas de Page de titre comme décrit ci-dessus, la « Page de titre » désigne le texte qui s'apparente le plus au titre du document et situé avant le texte principal. 2 - COPIES CONFORMES Vous pouvez copier et distribuer le Document sur tout type de support, commercialement ou non, à condition que cette Licence, la notice de copyright et la notice de la Licence indiquant que cette Licence s'applique à ce Document soient reproduits dans toutes les copies, et que vous n'y ajoutiez aucune condition restrictive supplémentaire. Vous ne pouvez pas utiliser un quelconque moyen technique visant à empêcher ou à contrôler la lecture ou la reproduction ultérieure des copies que vous avez créées ou distribuées. Toutefois, vous pouvez solliciter une rétribution en échange des copies. Si vous distribuez une grande quantité de copies, référez-vous aux dispositions de la section 3. Vous pouvez également prêter des copies, sous les mêmes conditions que celles suscitées, et vous pouvez afficher publiquement des copies de ce Document. 3 - COPIES EN NOMBRE Si vous publiez des copies imprimées de ce Document à plus de 100 exemplaires et que la Licence du Document indique la présence de Textes de couverture, vous devez fournir une couverture pour chaque copie, qui présente les Textes de couverture des première et dernière pages de couverture du Document. Les première et dernière pages de couverture doivent également vous identifier clairement et sans ambiguïté comme étant l'éditeur de ces copies. La première page de couverture doit comporter le titre du Document en mots d'importance et de visibilité égales. Vous pouvez ajouter des informations complémentaires sur les pages de couverture. Les copies du Document dont seule la couverture a été modifiée peuvent être considérées comme des copies conformes, à condition que le titre du Document soit préservé et que les conditions indiquées précédemment soient respectées. Si les textes devant se trouver sur la couverture sont trop importants pour y tenir de manière claire, vous pouvez ne placer que les premiers sur la première page et placer les suivants sur les pages consécutives. Si vous publiez plus de 100 Copies opaques du Document, vous devez soit fournir une Copie transparente pour chaque Copie opaque, soit préciser ou fournir avec chaque Copie opaque une adresse réseau publiquement accessible d'une Copie transparente et complète du Document, sans aucun ajout ou modification, et à laquelle tout le monde peut accéder en téléchargement anonyme et sans frais, selon des protocoles réseau communs et standards. Si vous choisissez cette dernière option, vous devez prendre les dispositions nécessaires, dans la limite du raisonnable, afin de garantir l'accès non restrictif à la Copie transparente durant une année pleine après la diffusion publique de la dernière Copie opaque (directement ou via vos revendeurs).

142

Nous recommandons, mais ce n'est pas obligatoire, que vous contactiez l'auteur du Document suffisamment tôt avant toute publication d'un grand nombre de copies, afin de lui permettre de vous donner une version à jour du Document. 4 - MODIFICATIONS Vous pouvez copier et distribuer une Version modifiée du Document en respectant les conditions des sections 2 et 3 précédentes, à condition de placer cette Version modifiée sous la présente Licence, dans laquelle le terme « Document » doit être remplacé par les termes « Version modifiée », donnant ainsi l'autorisation de redistribuer et de modifier cette Version modifiée à quiconque en possède une copie. De plus, vous devez effectuer les actions suivantes dans la Version modifiée : 1. Utiliser sur la Page de titre (et sur la page de couverture éventuellement présente) un titre distinct de celui du Document d'origine et de toutes ses versions antérieures (qui, si elles existent, doivent être mentionnées dans la section « Historique » du Document). Vous pouvez utiliser le même titre si l'éditeur d'origine vous en a donné expressément la permission. 2. Mentionner sur la Page de titre en tant qu'auteurs une ou plusieurs des personnes ou entités responsables des modifications de la Version modifiée, avec au moins les cinq principaux auteurs du Document (ou tous les auteurs s'il y en a moins de cinq). 3. Préciser sur la Page de titre le nom de l'éditeur de la Version modifiée, en tant qu'éditeur du Document. 4. Préserver intégralement toutes les notices de copyright du Document. 5. Ajouter une notice de copyright adjacente aux autres notices pour vos propres modifications. 6. Inclure immédiatement après les notices de copyright une notice donnant à quiconque l'autorisation d'utiliser la Version modifiée selon les termes de cette Licence, sous la forme présentée dans l'annexe indiquée ci-dessous. 7. Préserver dans cette notice la liste complète des Sections inaltérables et les Textes de couverture donnés avec la notice de la Licence du Document. 8. Inclure une copie non modifiée de cette Licence. 9. Préserver la section nommée « Historique » et son titre, et y ajouter une nouvelle entrée décrivant le titre, l'année, les nouveaux auteurs et l'éditeur de la Version modifiée, tels que décrits sur la Page de titre, ainsi qu'un descriptif des modifications apportées depuis la précédente version. 10. Conserver l'adresse réseau éventuellement indiquée dans le Document permettant à quiconque d'accéder à une Copie transparente du Document, ainsi que les adresses réseau indiquées dans le Document pour les versions précédentes sur lesquelles le Document se base. Ces liens peuvent être placés dans la section « Historique ». Vous pouvez ne pas conserver les liens pour un travail datant de plus de quatre ans avant la version courante ou si l'éditeur d'origine vous en accorde la permission. 11. Si une section « Dédicaces » ou une section « Remerciements » sont présentes, les informations et les appréciations concernant les contributeurs et les personnes auxquelles s'adressent ces remerciements doivent être conservées, ainsi que le titre de ces sections. 12. Conserver sans modification les Sections inaltérables du Document, ni dans leurs textes, ni dans leurs titres. Les numéros de sections ne sont pas considérés comme faisant partie du texte des sections. 13. Effacer toute section intitulée « Approbations ». Une telle section ne peut pas être incluse dans une Version modifiée. 14. Ne pas renommer une section existante sous le titre « Approbations » ou sous un autre titre entrant en conflit avec le titre d'une Section inaltérable. Si la Version modifiée contient de nouvelles sections préliminaires ou de nouvelles annexes considérées comme des Sections secondaires et que celles-ci ne contiennent aucun élément copié à partir du Document, vous pouvez à votre convenance en désigner une ou plusieurs comme étant des Sections inaltérables. Pour ce faire, ajoutez leurs titres dans la liste des Sections inaltérables au sein de la notice de Licence de la version Modifiée. Ces titres doivent êtres distincts des titres des autres sections. Vous pouvez ajouter une section nommée « Approbations » à condition que ces approbations ne concernent que les modifications ayant donné naissance à la Version modifiée (par exemple, comptes rendus de revue du document ou acceptation du texte par une organisation le reconnaissant comme étant la définition d'un standard). Vous pouvez ajouter un passage comprenant jusqu'à cinq mots en première page de couverture, et jusqu'à vingt-cinq mots en dernière page de couverture, à la liste des Textes de couverture de la Version modifiée. Il n'est autorisé d'ajouter qu'un seul passage en première et en dernière pages de couverture par personne ou groupe de personnes ou organisation ayant contribué à la modification du Document. Si le Document comporte déjà un passage sur la même couverture, ajouté en votre nom ou au nom de l'organisation au nom de laquelle vous agissez, vous ne pouvez pas ajouter de passage supplémentaire ; mais vous pouvez remplacer un ancien passage si vous avez expressément obtenu l'autorisation de l'éditeur de celui-ci. Cette Licence ne vous donne pas le droit d'utiliser le nom des auteurs et des éditeurs de ce Document à des fins publicitaires ou pour prétendre à l'approbation d'une Version modifiée. 5 - FUSION DE DOCUMENTS Vous pouvez fusionner le Document avec d'autres documents soumis à cette Licence, suivant les spécifications de la section 4 pour les Versions modifiées, à condition d'inclure dans le document résultant toutes les Sections inaltérables des documents originaux sans modification, et de toutes les lister dans la liste des Sections inaltérables de la notice de Licence du document résultant de la fusion. Le document résultant de la fusion n'a besoin que d'une seule copie de cette Licence, et les Sections inaltérables existant en multiples exemplaires peuvent être remplacées par une copie unique. S'il existe plusieurs Sections inaltérables portant le même nom mais de contenu différent, rendez unique le titre de chaque section en ajoutant, à la fin de celui-ci, entre parenthèses, le nom de l'auteur ou de l'éditeur d'origine, ou, à défaut, un numéro unique. Les mêmes modifications doivent être réalisées dans la liste des Sections inaltérables de la notice de Licence du document final. Dans le document résultant de la fusion, vous devez rassembler en une seule toutes les sections « Historique » des documents d'origine. De

143

même, vous devez rassembler les sections « Remerciements » et « Dédicaces ». Vous devez supprimer toutes les sections « Approbations ». 6 - REGROUPEMENTS DE DOCUMENTS Vous pouvez créer un regroupement de documents comprenant le Document et d'autres documents soumis à cette Licence, et remplacer les copies individuelles de cette Licence des différents documents par une unique copie incluse dans le regroupement de documents, à condition de respecter pour chacun de ces documents l'ensemble des règles de cette Licence concernant les copies conformes. Vous pouvez extraire un document d'un tel regroupement et le distribuer individuellement sous couvert de cette Licence, à condition d'y inclure une copie de cette Licence et d'en respecter l'ensemble des règles concernant les copies conformes. 7 - AGRÉGATION AVEC DES TRAVAUX INDÉPENDANTS La compilation du Document ou de ses dérivés avec d'autres documents ou travaux séparés et indépendants sur un support de stockage ou sur un média de distribution quelconque ne représente pas une Version modifiée du Document tant qu'aucun copyright n'est déposé pour cette compilation. Une telle compilation est appelée « agrégat » et cette Licence ne s'applique pas aux autres travaux indépendants compilés avec le Document s'ils ne sont pas eux-mêmes des travaux dérivés du Document. Si les exigences de la section 3 concernant les Textes de couverture sont applicables à ces copies du Document, et si le Document représente un volume inférieur à un quart du volume total de l'agrégat, les Textes de couverture du Document peuvent être placés sur des pages de couverture qui n'encadrent que le Document au sein de l'agrégat. Dans le cas contraire, ils doivent apparaître sur les pages de couverture de l'agrégat complet. 8 - TRADUCTION La traduction est considérée comme une forme de modification, vous pouvez donc distribuer les traductions du Document selon les termes de la section 4. Vous devez obtenir l'autorisation spéciale des auteurs des Sections inaltérables pour les remplacer par des traductions, mais vous pouvez inclure les traductions des Sections inaltérables en plus des textes originaux. Vous pouvez inclure une traduction de cette Licence à condition d'inclure également la version originale en anglais. En cas de contradiction entre la traduction et la version originale en anglais, c'est cette dernière qui prévaut. 9 - RÉVOCATION Vous ne pouvez pas copier, modifier, sous-licencier ou distribuer le Document autrement que selon les termes de cette Licence. Tout autre acte de copie, modification, sous-Licence ou distribution du Document est sans objet et vous prive automatiquement des droits que cette Licence vous accorde. En revanche, les personnes qui ont reçu de votre part des copies ou les droits sur le document sous couvert de cette Licence ne voient pas leurs droits révoqués tant qu'elles en respectent les principes. 10 - RÉVISIONS FUTURES DE CETTE LICENCE La Free Software Foundation peut publier de temps en temps de nouvelles versions révisées de cette Licence. Ces nouvelles versions seront semblables à la présente version dans l'esprit, mais pourront différer sur des points particuliers en fonction de nouvelles questions ou nouveaux problèmes. Voyez http://www.gnu.org/copyleft/ pour plus de détails. Chaque version de cette Licence est dotée d'un numéro de version distinct. Si un Document spécifie un numéro de version particulier de cette Licence, et porte la mention « ou toute autre version ultérieure », vous pouvez choisir de suivre les termes de la version spécifiée ou ceux de n'importe quelle version ultérieure publiée par la Free Software Foundation. Si aucun numéro de version n'est spécifié, vous pouvez choisir n'importe quelle version officielle publiée par la Free Sofware Foundation.

144

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful