You are on page 1of 14

LES THINK TANKS AUX ÉTATS-UNIS

L'émergence d'un sous-espace de production des savoirs
Thomas Medvetz Le Seuil | Actes de la recherche en sciences sociales
2009/1 - n° 176-177 pages 82 à 93

ISSN 0335-5322

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2009-1-page-82.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Medvetz Thomas, « Les think tanks aux États-Unis » L'émergence d'un sous-espace de production des savoirs, Actes de la recherche en sciences sociales, 2009/1 n° 176-177, p. 82-93. DOI : 10.3917/arss.176.0082

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Le Seuil. © Le Seuil. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Institut d'Etudes Politiques de Paris - - 193.54.67.91 - 26/08/2013 00h47. © Le Seuil

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Institut d'Etudes Politiques de Paris - - 193.54.67.91 - 26/08/2013 00h47. © Le Seuil

sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.info/article. n° 176-177. des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement.info . Les think tanks aux États-Unis. L’émergence d’un sous-espace de production des savoirs par Thomas MEDVETZ | Le Seuil | Actes de la recherche en sciences sociales 2009/1-2 . © Le Seuil Pour citer cet article : — Medvetz T. © Le Seuil . p.193. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.91 .php?ID_REVUE=ARSS&ID_NUMPUBLIE=ARSS_176&ID_ARTICLE=ARSS_176_0082 Les think tanks aux États-Unis.n° 176-177 ISSN 0335-5322 | ISBN 9782020987318 | pages 82 à 93 Document téléchargé depuis www.26/08/2013 00h47. Document téléchargé depuis www.54.Institut d'Etudes Politiques de Paris .193. Distribution électronique Cairn pour Le Seuil.cairn.26/08/2013 00h47.Cet article est disponible en ligne à l’adresse : http://www. est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur..67. en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France.67. notamment par photocopie.54.. le cas échéant. n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou. Actes de la recherche en sciences sociales 2009/1-2.. L’émergence d’un sous-espace de production des savoirs.91 . La reproduction ou représentation de cet article.info . en tout ou partie. Tous droits réservés pour tous pays.cairn.Institut d'Etudes Politiques de Paris .cairn. 82-93. © Le Seuil. Toute autre reproduction ou représentation.

91 .193.cairn..54.info .info .54.Le tHINK “tANK” de George Bush sur l’Irak. Thomas Medvetz Document téléchargé depuis www..Institut d'Etudes Politiques de Paris .cairn.91 . © Le Seuil .Institut d'Etudes Politiques de Paris . © Le Seuil 82 Document téléchargé depuis www.67.26/08/2013 00h47.67.26/08/2013 00h47.193.

interpellé dans la propriété d’un riche couple de Harlem. 82-93 83 Document téléchargé depuis www. En passant d’une petite douzaine en 1970 à plus de 300 aujourd’hui. “Betrayed by his snore”. à la fin des années 1950.193.193. Document téléchargé depuis www. 2. 18 décembre 1898. parmi lesquelles des fonds d’archives. journaux et « policy briefs1 ».54. des entretiens avec des experts associés à des think tanks. Apparu à la fin du XIXe siècle. p..67. passant ainsi de celui de cerveau à celui d’un organisme de recherche : le Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences basé à l’Université de Stanford.info . le mot ne renvoyait pas.cairn. à l’origine. les think tanks ont. de façon significative.67. ainsi qu’une base de données sur les trajectoires éducatives et professionnelles de 1 011 experts. “49 scholars hold man up to mirror”. déclara au policier : « M’sieur l’Agent. le «  Think Tank » (généralement avec des majuscules) en raison du très grand nombre de théoriciens et de techniciens de haut niveau présents en son sein3.26/08/2013 00h47. Dans le New York Times. L ’argument principal est qu’on ne peut comprendre les think tanks en considérant seulement leurs répercussions sur les décisions politiques : il s’agit plutôt de considérer aussi leur effet sur la structure du débat public en tant que tel.54. il fut utilisé pour la première fois dans un article de 1898 à propos d’un délit commis par un vagabond manchot qui. C’est surtout depuis une quarantaine d’années que les think tanks entretiennent de plus en plus des relations de « coopération antagoniste » et ils forment une niche institutionnelle avec une histoire et une structure propres. détrôné l’université de sa position de premier fournisseur d’expertise. Le terme fut très vite 1. des observations directes de ces think tanks. Une institution spécifique se chargea de donner à ce terme un tout autre sens. © Le Seuil Depuis ces quarante dernières années. Différentes sources ont été utilisées pour ce travail. Dossiers traitant des questions de politique gouvernementale (NdT). Cet article donne un bref aperçu de l’histoire des think tanks aux États-Unis et propose une réflexion sur leur rôle politique. 3.26/08/2013 00h47. de critères de jugement – au sein du débat public.Institut d'Etudes Politiques de Paris .. Il s’agissait plutôt d’une expression comique et souvent légèrement condescendante désignant la tête ou le cerveau de quelqu’un. par exemple.Institut d'Etudes Politiques de Paris .91 . On trouve le terme dans des romans. que l’on surnomma.cairn. ACTES DE LA RECHERCHE EN SCIENCES SOCIALES numéro 176-177 p. connues sous le nom de think tanks .Thomas Medvetz Les think tanks aux États-Unis L ’émergence d’un sous-espace de production des savoirs Un objet opaque Un bref rappel historique du terme «  think tank » donne quelques premiers indices sur la nature de l’objet lui-même. En retour.. Le Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences fut ouvert en 1954 avec le soutien de la Ford Foundation. New York Times. la production intellectuelle d’un nombre croissant d’institutions. Ma boîte à idées [think tank] est détraquée2 ».info . est devenue incontournable dans le débat public américain. © Le Seuil . à une institution. des annonces publicitaires et des articles de journaux dès les années 1890 et jusqu’aux années 1960. 21 septembre 1958. les think tanks ont réussi à attirer l’attention de la classe politique et des médias grâce à de nombreux livres. De plus en plus sollicités par le gouvernement américain pour leur place prépondérante dans les médias et leur avis de spécialistes. la première référence à un « think tank » pour désigner une institution apparaît dans un article de 1958 à propos du Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences (New York Times. de terminologies.. Dans le New York Times. 66). cette transformation a permis l’institutionnalisation d’un répertoire complet de production des savoirs – un ensemble de pratiques.91 .

Ce secrétariat prit plus tard le nom d’Office of Management and Budget. ils se fixaient l’objectif ambitieux de convertir la politique en une série de fonctions administratives qui élimineraient toutes « va- leurs » et lutte idéologique en son sein. Bien qu’ayant émergé comme l’une des grandes puissances mondiales au sortir de la Première Guerre mondiale. un projet de la Douglas Aircraft Company et devint une institution indépendante en 1948. Les sciences sociales américaines tendaient à reproduire l’idéologie nationale dans « leurs valeurs libérales. telles que la Carnegie Foundation (1903).Institut d'Etudes Politiques de Paris . Brookings. n’étaient pas désignées par le terme de think tanks. Ces institutions furent créées quelques dizaines d’années plus tôt. Dorothy Ross. leur penchant pour la pratique. la National Civic Federation (1900).91 . Les progressistes pensaient.67. Cambridge University Press. © Le Seuil appliqué à toute une série d’organismes de stratégie militaire apparus après la Seconde Guerre mondiale. Voir le chapitre 2 en particulier. En 1927. un journaliste qui participa à la fondation et à la rédaction du journal The New Republic. Au centre de cette philosophie progressiste était la foi dans la science sociale comme véhicule du progrès humain5. Ross estime que les sciences sociales aux États-Unis se sont développées à partir d’une brusque « crise de l’exceptionnalisme » provoquée par une série de trois bouleversements : la Guerre civile. l’American Association of Labor Legislation (1906) et l’Institute for Government Research (1916). Les États-Unis adoptèrent dès lors une stratégie de politique étrangère ambivalente qui consistait à développer les échanges commerciaux avec les pays étrangers tout en s’abstenant d’intervenir militairement. 5. les États-Unis persistaient dans leur tendance à l’isolationnisme. sont aujourd’hui citées comme des cas exemplaires. d’idées et de compétences techniques – et un véhicule militaire. Louis. Cette évolution fut certainement facilitée par le double sens du mot «  tank » qui désigne à la fois un réservoir – de savoirs.cairn. Brookings Graduate School de l’université de Washington à St. et John D. Robert S.91 . la recherche indépendante sur les politiques gouvernementales connut une expansion ininterrompue aux États-Unis. Louis – pour former la Brookings Institution. fondé en 1916 dans le but de promouvoir la centralisation de la gestion du budget au niveau fédéral 7. Certaines institutions qui. le célèbre baron de l’acier. la science sociale américaine était plus souvent animée par la volonté d’échapper à celle-ci en traitant comme des forces naturelles des processus tels que l’urbanisation.193. que des industries comme le chemin de fer. D’un point de vue théorique. Les milieux d’affaires progressistes s’intéressaient aux sciences sociales parce qu’ils espéraient que le savoir technocratique mettrait fin à la contestation sociale qui avait accompagné la révolution industrielle. l’industrialisation rampante et la lutte des classes à la fin du siècle. l’assurance et les services médicaux seraient dirigés de façon plus appropriée par des commissions fédérales réunissant des experts apolitiques. on trouve Herbert Croly. l’American Bureau of Industrial Research (1904). Document téléchargé depuis www. Harding avait remporté les élections de 1920 en gagnant l’adhésion des électeurs qui s’étaient prononcés en faveur de la diminution de l’engagement du pays en Europe. et le sociologue Lester Ward. l’IGR était menacé de disparition avant d’être repris en main par un négociant en bois et magnat de l’immobilier originaire de St. leur faible vision historique et leur confiance dans la technocratie6 ». des bibliothèques et des musées notamment. The Origins of American Social Science.cairn. Pendant l’entre-deux-guerres (1918-1939). en particulier l’histoire. Son objectif premier ayant été atteint. la politique étrangère devint la chasse gardée des membres d’une petite élite qui se retrouvait dans des groupes de discussion et de recherche. et participaient à un mouvement de réformes contre la machine politique souvent corrompue du Gilded Age [l’Age doré] (dont son institution-clé. 1991.26/08/2013 00h47. 8. parmi elles la Brookings Institution. en l’absence d’instances étatiques adaptées.193. Brookings contrôla la fusion de l’IGR avec deux autres institutions – l’Institute of Economics et l’éphémère Robert S. Les directeurs de cette institution firent activement pression en faveur d’une telle mesure et réussirent finalement à l’imposer en 19218. Tandis que la philanthropie d’industriels comme Andrew Carnegie. Rockefeller.Thomas Medvetz 4. Alors que la science sociale européenne avait gardé une proximité intellectuelle plus grande avec les sciences humaines. La production de savoirs technocratiques reposait tour à tour sur des fondations philanthropiques créées peu de temps auparavant. une partie de ces dons servait néanmoins à soutenir la planification des politiques gouvernementales. au milieu du XXe siècle.info . Cambridge.26/08/2013 00h47. par exemple. l’industrialisation et le capitalisme. 7. 6.Institut d'Etudes Politiques de Paris .54. 84 Document téléchargé depuis www..  Tirant son nom de l’expression “ research and development” [« recherche et développement »]. on trouve l’Institute for Government Research. le parti politique). L’émergence de la recherche sur les politiques gouvernementales fut donc intimement liée à la naissance des sciences sociales aux États-Unis. Cependant. Parmi les principaux théoriciens de cette philosophie. la Carnegie Corporation (1911) et la Rockefeller Foundation (1913). Le président Warren G.67. Les autres prédécesseurs du think tank moderne sont le Bureau of Economic Research (créé en 1899). pendant la période connue sous le nom de Progressive Era. Ely. plutôt que par les instances législatives ou par la main invisible du marché. pendant plusieurs décennies. l’économiste politique Richard T.. le Twentieth Century Fund et la Carnegie Endowment for International Peace. la RAND Corporation était à l’origine. en 1945.   Les progressistes proposaient une approche positive de la notion de gouvernement en tant que garant des droits sociaux. Thorstein Veblen. la banque. © Le Seuil . Parmi les nouvelles institutions créées pendant cette période.54. dont la RAND Corporation était le prototype4.info . était en majorité destinée à des institutions supérieures d’enseignement et de savoir. de telle sorte que le pays n’acceptait des engagements internationaux qu’avec beaucoup de réticence. Le Budget and Accounting Act créa un secrétariat au Budget au sein du ministère des Finances.

Berghahn Books. d’un élan dynamique et de contacts ». Forts de leurs 55 membres du bureau et du directoire. The Higher Circles. Le CED fut conçu comme un organisme d’analyse indépendant afin que les sociétés privées puissent s’échanger leurs données. et trente autres avaient travaillé au niveau fédéral. Random House. qui établissait un partenariat entre des représentants officiels de l’État. Business Comes of Age: The Story of the Committee for Economic Development and Its Impact upon the Economic Policies of the United States. 1960 . 1978. lauréat du prix Nobel de la paix et ancien secrétaire d’État12. New York. les admi- nistrateurs du programme se rendirent rapidement compte que la mise en place de certains mécanismes serait indispensable pour travailler directement avec le secteur privé. Robert D. 1967. leur expertise ainsi que leurs contacts avec des gens bien placés. G. Columbia University Press. en 1943. Le conseiller de Wilson. Voir aussi G. Les dépenses allouées à la recherche Document téléchargé depuis www. P. Michael Wala. 1942-1960. Overbook Press. Sur l’histoire du Committee for Economic Development: Thomas Bayard McCabe. Council on Foreign Relations. 1970. un petit groupe de technocrates favorisa l’intervention d’une expertise extérieure – sous la forme de nouvelles institutions de planification de la politique gouvernementale. avait eu l’idée de créer un groupe de discussion chargé de produire des connaissances sur la situation européenne après la guerre. Continuing the Inquiry: The Council on Foreign Relations from 1921 to 1996. En 1941. voir in P. Le premier regroupait des conseillers non-officiels du Président Woodrow Wilson réunis pour la première fois en 1917 et connus sous le nom de «  The Inquiry   » [L’Enquête]10. Le journaliste Walter Lippmann aida à réunir ces jeunes universitaires en 1917. 12. disposaient de gigantesques ressources financières mais avaient cruellement besoin d’un apport intellectuel. Grose. G.info . les avocats de Wall Street étaient la catégorie professionnelle la mieux représentée . 11. qui était globalement d’orientation keynésienne.91 . on comptait 74 dirigeants d’entreprise.. © Le Seuil Parmi les nouvelles institutions apparues à cette époque. en particulier le chapitre 5. The Council on Foreign Relations and American Foreign Policy in the Early Cold War.Institut d'Etudes Politiques de Paris . Ce fut ensuite avec la Seconde Guerre mondiale que les recherches sur la politique gouvernementale connurent un nouvel essor aux États-Unis. 10. Early History of the Council on Foreign Relations. The Role of CED Today: An Address. du Committee for Economic Development (CED). Le Council on Foreign Relations. Karl Schriftgiesser. Who Rules America?. Vintage Books. Business and Public Policy: The Role of the Committee for Economic Development: 1942-1967. 1950 . Les juristes et les banquiers.cairn. est emblématique de cette tendance. le Sénat américain ne ratifia pas cette adhésion (NdT). p. William Domhoff.info .193. Selon Grose. Continuing the Inquiry. House. PrenticeHall Inc. 8. cit. Karl Schriftgiesser. Cependant. défendait la viabilité à long terme du système de la libre entreprise en temps de crise économique15.67. 493-513.. S’il y avait un seul principe fédérateur sur lequel reposait la nouvelle institution. le gouvernement sollicita avec beaucoup d’insistance l’expertise d’ingénieurs. les universitaires de l’Inquiry « apportaient leur expérience dans le domaine de la diplomatie. © Le Seuil . Cependant. New York. Le CED mena d’abord son action sur deux fronts. Englewood Cliffs. 30(4). “How the power elite make foreign policy” .. l’institution. Continuing the Inquiry. de mathématiciens et de scientifiques afin d’aider la création d’outils techniques indispensables à l’effort de guerre.193. Tandis que le conflit s’amplifiait. The Powers That Be: Processes of Ruling-Class Domination in America. au sein de ce même bureau. Le deuxième groupe traitant des questions de politique étrangère était un club privé réunissant des avocats et des hommes d’affaires new-yorkais fondé en juin 1918 sous la direction de Elihu Root. 1950.. Trente-cinq étaient diplô- més de l’Ivy League. Le CED. au contraire. Stanford. New York. Jesse Jones.26/08/2013 00h47. et connaître les opportunités d’investissement14. p. New York. 14. c’était bien que les États-Unis étaient désormais une puissance mondiale et ne pouvaient plus continuer à mener une politique étrangère isolationniste. La création. en participant à un travail de pression et de relations publiques très soutenu. Harper & Brothers. composé de façon très nette par une élite sociale.   Sur l’histoire du Council on Foreign Relations : Peter Grose. Wilson avait emmené plusieurs des membres de ce groupe à la Conférence de paix de Paris en 1919 et s’était servi de leurs idées pour élaborer son discours des Quatorze points ainsi que son adhésion à la Société des nations11. 1996 . la plus importante était le Council on Foreign Relations. 1994.91 . quand l’État commença à intervenir dans la gestion de la vie économique. Schulzinger. 85 Document téléchargé depuis www. principalement au sein du département d’État. William Domhoff. Douze avaient travaillé au sein d’un ministère ou d’un secrétariat d’État. 15. La plupart d’entre eux fréquentaient un ou plusieurs clubs réservés à l’élite sociale de New York et de Washington13. op.54. 1984 .Institut d'Etudes Politiques de Paris . 1960 . on peut citer la Foreign Policy Association (fondée en 1918) et l’Institute of Pacific Relations (1925). William Domhoff.26/08/2013 00h47. Grose.67. qui fut fondé en 1921 après la fusion de deux groupes déjà existants9. un groupe d’universités privées très prestigieuses. Georges Clemenceau. le ministère mit en place un conseil non officiel chargé de développer un programme pour l’industrie après la guerre. encore une fois. prévoir les demandes des consommateurs et la production de marchandises. at the Semi-Annual Meeting of the CED Board of Trustees. Cependant. De manière plus générale. Committee for Economic Development. une institution nationale d’hommes d’affaires afin de participer au projet de planification de l’après-guerre au sein du ministère.cairn. cit. Englewood Cliffs. concentra ses activités dans la recherche indépendante et dans des cercles de discussion. op. 1967 . devint un acteur majeur du débat sur la politique économique de l’après-guerre. Le premier consistait à créer. Prentice-Hall Inc. des hommes d’affaires et des économistes issus de l’université. New York. Edward M. “The first foreign affairs think tanks”.Les think tanks aux États-Unis 9. Parmi les autres grandes institutions de recherche sur les questions de politique étrangère créées pendant cette période. sous l’action du ministre du Commerce. 27. et cinq des directeurs du Council étaient présidents d’université. 13. p.54. 1978. Shepardson. Pour une étude de ces deux institutions : Alan Raucher. November 15. American Quaterly. mais ils n’avaient pas de financements. Les recherches sur les politiques gouvernementales connurent un nouvel élan au moment de la Grande Dépression.. Whitney H. The Wise Men of Foreign Affairs: The History of the Council on Foreign Relations. Providence. Le Council on Foreign Relations organisa sa première manifestation publique en novembre 1922 en invitant l’ancien Président du conseil français. New York.. à donner une conférence.

qui s’activaient depuis plus de dix ans à rebâtir leur philosophie politique en faisant la synthèse des différents courants qui la composaient. Operations Research and Policy Analysis at RAND. la perte de confiance dans le New Deal renforça les conservateurs américains. 52). New York. La combinaison exceptionnelle entre une forte inflation d’une part et. le Center for Naval Analyses et la RAND Corporation. op. 1967 . cit. The RAND Corporation: Case Study of a Nonprofit Advisory Corporation. RAND est présenté comme un « programme d’étude et de recherche sur le sujet complexe de la guerre intercontinentale. Parmi celles-ci. 18. la National Review et Human Events. qu’ils trouvèrent chez ceux qu’ils considéraient comme une « nouvelle classe » de professionnels. une profusion de centres de recherche indépendants s’était constitué comme les fournisseurs de référence de savoirs techniques sur la politique américaine. de la baisse des restrictions sur les flux commerciaux et financiers. la Maison Blanche créa un équivalent du RAND pour la politique intérieure. les médias. RAND rédigea des rapports recouvrant tous les aspects relatifs à la prolifération nucléaire. 1963 . Harper’s . le Hudson Institute. Leur objectif était d’unifier durablement le programme politique du camp conservateur à travers une série de principes de base20. le programme de recherche de l’institution allait de la défense civile et de la diplomatie internationale aux tactiques militaires et au développement de systèmes d’armement18. 1948-1967. la baisse des salaires. dont la Mitre Corporation. qui devait évaluer de façon indépendante les programmes de la Great Society19. Dickson. les revues intellectuelles et littéraires.91 . par exemple. par exemple les effets anticipés d’une explosion sur le territoire. de technocrates. Dans les années 1950 et 1960. la menace la plus grande. cit. les conservateurs de tous bords avaient un mépris commun pour ceux qui avaient participé à l’élaboration de la réforme libérale depuis la Grande Dépression et qui avaient permis au gouvernement fédéral de jouer un rôle sans précédent dans la gestion de la vie économique et sociale du pays.info . et de la diminution des impôts et des dépenses étatiques. Operations Research and Systems Analysis at RAND. RAND Corporation. Powell suggérait aux milieux d’affaires de lancer une campagne d’autodéfense agressive sur le terrain de la production intellectuelle et culturelle.91 . » P. Santa Monica. De façon primordiale. Les responsables de la publication et de la rédaction de ces revues étaient d’éminents conservateurs comme Frank Meyer. Santa Monica. Une grande partie de cette opération d’auto-analyse s’est déroulée dans les pages de journaux et revues conservateurs tels que Commentary. et l’élaboration de mesures de sécurité pour empêcher des accidents ou des sabotages sur les instal- lations nucléaires. Cambridge. p. politiques et intellectuels conduisirent à la prolifération de ces institutions. Tandis que le premier courant posait l’individualisme économique comme la valeur centrale. Les médiateurs conservateurs faisaient face à une faille idéologique primordiale entre deux courants conservateurs. les arts et les sciences21 ». le second privilégiait un traitement traditionnel des questions sociales. The Public Interest. Atheneum. R. Malgré leurs nombreux désaccords. l’un libéral et l’autre traditionaliste.193. l’Urban Institute. le consensus keynésien était en train de s’effriter et les portes du débat public s’ouvrirent aux théories en faveur de la privatisation. 86 Document téléchargé depuis www.. M. 1989. mais également identifier un ennemi philosophique ou un repoussoir idéologique commun. Buckley Jr. si tant est qu’elle eût un jour existé. © Le Seuil 16. 55. 20. Powell Jr. les aspects stratégiques liés au lancement d’attaques à l’étranger. remit en question quelques-uns des fondements suprêmes hérités du New Deal.Thomas Medvetz et au développement furent multipliées par quinze entre 1940 et 1945. À propos du sentiment anticapitaliste. Think Tanks.cairn.54. Sur l’histoire de la RAND Corporation : RAND Corporation.cairn. Plusieurs nouvelles institutions apparurent dans ce contexte. Stanton Evans et William F. les universitaires représentaient.67. L’espace des think tanks : quelques caractéristiques d’un champ Document téléchargé depuis www. RAND devint plus tard l’instrument non gouvernemental le plus important dans la planification de la guerre froide aux États-Unis16. appartenait à un passé de plus en plus lointain. selon Powell. Dans le champ politique. La « Grande Société » désigne un ensemble de décisions de politique intérieure sous la présidence de Lyndon B. connu sous ce nom à l’époque.Institut d'Etudes Politiques de Paris . c’est alors que certains personnages-clés sollicitèrent le soutien des milieux d’affaires américains. qui est pour la plupart tenu secret ou bien classé. 19. Johnson dans les années 1960 (NdT). Think Tanks. En 1971. Louis Miller. des bouleversements économiques. Les ingénieurs du RAND menèrent également des recherches techniques qui conduisirent au développement de systèmes de radar. d’« intellos ».info . avec la mission de recommander aux Forces de l’air les tech- niques et les ressorts les mieux adaptés à cet objectif. 1966  . p. d’autre part. Cette mise en garde est parue en août 1971 dans un mémorandum destiné à la Chambre de commerce américaine. Harvard University Press.. l’éminent avocat (et bientôt juge à la Cour suprême) Lewis F. se focalisait sur les capacités économiques et militaires ainsi que les caractéristiques culturelles du principal adversaire du pays. 1968-1988. « d’humanistes laïques » et de bureaucrates.. les conservateurs devaient non seulement procéder à leur réunification. Think Tanks. les chaires. 17. La grande partie de ce travail. depuis « les campus universitaires. rédigea un texte célèbre où il alertait les hommes d’affaires américains sur le fait que « le système économique des États-Unis était attaqué de toutes parts ». L ’ère des technocrates. il écrivait : « Il y a de bonnes raisons de penser que les campus sont à eux seuls le creuset le plus dynamique de cette attitude. Smith. En 1968. Paul Dickson. Parmi les coupables. 1965 .193. l’Union soviétique... 21. Bruce L. Dickson.67. Joseph Kraft. James Digby. “RAND: Arsenal for Ideas”. RAND Corporation. Le « projet RAND ».Institut d'Etudes Politiques de Paris .26/08/2013 00h47. En réponse à . Rapidement. Santa Monica. Chez les économistes. Voir aussi l’affirmation de Dickson selon laquelle RAND était « certainement l’institution de recherche la plus puissante liée à l’armée américaine » (P. » Le texte entier du mémorandum de Powell est disponible sur de nombreux sites internet... et c’est principalement à eux que l’on doit l’élaboration d’un projet connu sous le nom de «  fusionism   ».54. Les conservateurs formaient ainsi un ensemble de plus en plus unifié . de reconnaissance et de détection des missiles. RAND Corporation. Dans sa charte. The First Fifteen Years. op. 1971. © Le Seuil Dans les années 1960.26/08/2013 00h47. de la productivité et de la croissance du PIB au début des années 1970. en particulier le chapitre 5 . était destiné à développer les capacités militaires du pays dans le contexte de la lutte en cours contre le communisme17.

op. © Le Seuil cet appel pour une « anti-intelligentsia » conservatrice. Up from Communism. à des partis politiques ou à des mouvements sociaux. B6. qui était lui-même passé par Carnegie et par Brookings27 ».Institut d'Etudes Politiques de Paris . fut l’un des premiers à être recruté [à l’IIE] par M. p. un néo-conservateur influent. 1992. se réunit à New York22. Dickson consacrait. ils se tiennent au courant de leurs études respectives. “Brookings. Think Tanks. 26. The Economist. A Touchstone Book. Peter Steinfels.91 .91 . Wall Street Journal.193. un petit groupe d’intellectuels.54. Le mécénat d’entreprise ne devrait pas. P. To the Right. Himmelstein. 1979 .26/08/2013 00h47.] Quand il s’agit de faire don de votre argent. 23. 43. La première partie de la citation est extraite de “The shareholder constituency ».. Cependant.. le Council on Foreign Relations et l’American Enterprise Institute. ni ne mentionnait la Carnegie Endowment for International Peace. Ainsi. Himmelstein écrit : « L’un des éléments les plus importants dans la mobilisation des grandes entreprises est la quantité d’argent mobilisée pour développer les institutions de recherche conservatrices existantes et créer tout un ensemble de nouveaux organismes. New York. cit.26/08/2013 00h47. La concurrence accrue entre les think tanks avait pour corollaire une collaboration grandissante entre eux. 1986 . par exemple. David Vogel. Le principal argument des néo-conservateurs était que les mesures instituées à l’époque du New Deal pour protéger les employés..info . [. The Rise of the Counter-Establishment: From Conservative Ideology to Political Power. ne peut pas.67. To the Right. les consommateurs et l’environnement n’étaient plus adaptées à un contexte de concurrence internationale renforcée24. laissant quelque peu de côté leurs prédécesseurs de la «  Progressive Era25 ». La longue étude de Paul Dickson. 24. Par conséquent. dans un souci à la fois de concurrence et de collaboration. en 1979. University of California Press. New York. Ils vont aux réunions et aux déjeuners organisés par les autres. son histoire et ses règles de fonctionnement propres. Si nous croyons dans la concurrence pour les choses concrètes. L ’espace de la recherche sur les politiques gouvernementales s’agrandissait de plus en plus. évidemment) entre les deux principaux think tanks de Washington : la Brookings Institution et l’American Enterprise Institute26 ». par exemple. Dickson. Joseph Coors et les familles Koch et Richardson [voir tableau page suivante]. nous ferions bien d’y croire aussi pour les idées. Un tel changement se traduisit notamment par le fait que les think tanks commencèrent à définir des critères communs de production intellectuelle ainsi que des « produits » reconnaissables et distincts de ceux qui étaient issus de la recherche universitaire. William R. John Ehrman. New  York. avec sa logique interne. Sidney Blumenthal.67. 3 mars 1979. le magazine The Economist nota « une atmosphère de rivalité grandissante (toujours de bon ton.cairn. New York. Himmelstein. les chefs de file des milieux d’affaires se rangèrent en ordre de bataille et coordonnèrent leurs efforts pour soutenir tout un arsenal de production intellectuelle. 1995 . 1989.info . flattered by rivals”. les principaux bailleurs de fonds étant des entrepreneurs tels que Richard Mellon Scaife et Harry Bradley. écrivit une série de tribunes libres dans le Wall Street Journal afin de convaincre les hommes d’affaires de soutenir de nouvelles formes de production intellectuelle23. vous pouvez agir de façon aussi idiote. au-delà des propriétés de telle ou telle institution.. » (voir J. se focalisait sur les organismes de stratégie militaire apparus après la guerre. “No recession in ideas at capital think tanks”. En 1974. Le tableau 1 répertorie les plus importants destinataires de l’effort des conservateurs placés dans la construction de certaines institutions. entraînant un usage répandu du mot «  think tank  ». Berkeley. entre les membres occupant les positions les plus élevées des institutions qui se font concurrence. en 1982. il faut insister sur le fait que les think tanks occupaient désormais un espace social plus resserré. tandis qu’il ne dédiait que huit pages sur un total de 363 à la Brookings Institution.. les néo-conservateurs le quittèrent progressivement en raison de leur opposition à l’égard de ce qu’ils percevaient comme les excès de la New Left (Nouvelle gauche) et de son influence au sein du parti. 10 novembre 1982. 1945-1994. Il y a aussi des transferts. Le premier de ces nouveaux produits fut le short policy paper – aussi connu sous le nom de «  backgrounder Document téléchargé depuis www. Bergsten. parue en 1971. 14 août 1973. The Rise of Neoconservatism: Intellectuals and Foreign Affairs.193. À l’origine situés à la droite du Parti démocrate. Kristol écrivait que le monde de l’entreprise américain était « dans son ensemble sans défense. L. p.Institut d'Etudes Politiques de Paris . connus sous le nom de néo-conservateurs. arbitraire et fantasque que vous le souhaitez. être désintéressé. Times Books.cairn. Jerome L. Mais quand il s’agit de donner celui de vos actionnaires. 25. Bruce Macaury : « La recherche sur les politiques publiques est une industrie florissante. The Transformation of American Conservatism. The Neoconservatives: The Men who are Changing America’s Politics. 10. membre associé (senior fellow) de la Brookings Institution. 145). © Le Seuil . John P. 90. Considérés individuellement. » Cité par Walter Goodman. même si le livre. op.Les think tanks aux États-Unis 22. Fluctuating Fortunes: The Political Power of Business in America. 6 décembre 1981. un chapitre entier à la RAND Corporation. Trois ans plus tard. Yale University Press. p. “Irving Kristol: patron saint of the new right”. New York Times . Olin. cit. p.. gardant la convention sémantique. Columbia University Press. annonça l’arrivée des think tanks sur la scène nationale. Les experts commencèrent à prendre davantage conscience des autres experts et à se positionner par rapport à eux. Les priorités de cette campagne furent notamment la création de nouveaux think tanks et la réhabilitation des anciens. le New York Times souligna l’autre versant de cette tendance : « On observe une très grande influence réciproque. votre philanthropie doit servir les intérêts à long terme de votre société.54. Basic Books. Cline.. Diggins. New Haven. la cible idéale pour n’importe quel politicien ambitieux et le parfait bouc émissaire pour chaque type de mécontentement. » 87 Document téléchargé depuis www. Le même article reproduit les propos du président de la Brookings Institution. [1975] 1994 . 27. les think tanks couvraient désormais un vaste spectre allant des institutions appartenant au champ universitaire jusqu’à celles qui étaient visiblement liées à de grandes entreprises. New York Times. Irvin Kristol. ou ce que [le président de l’IIE Fred] Bergsten appelle une « synergie ». John M.

cairn.. © Le Seuil American Conservative Union GOPAC Milton Friedman. Berkeley.26/08/2013 00h47. Wealth and Poverty Bruce Bartlett. University of California Press. 1990.91 . © Le Seuil Groupes de réflexion sur la politique étrangère Fondations juridiques Lobbies et associations professionnelles Institutions universitaires Chercheurs indépendants Source : Jerome L.Institut d'Etudes Politiques de Paris . To the Right: The Transformation of American Conservatism.67. The Way the World Works George Gilder.193.193. “In search of the real America” The Public Interest The American Spectator The New Criterion Committee on the Present Danger Committee for the Free World Pacific Legal Foundation National Legal Center for the Public Interest The Business Roundtable Chaires financées dans les départements de management d’entreprise Centres de recherche universitaires Journaux universitaires Jude Wanniski.54. 88 . Himmelstein.91 .67.cairn.54. PACs) Magazines télévisés Revues et journaux Document téléchargé depuis www.Institut d'Etudes Politiques de Paris .. Reaganomics Comités de soutien politique (Political Action Committees.info .26/08/2013 00h47.Thomas Medvetz Tableau 1 Principales institutions financées par les conservateurs Institution Think tanks Exemples Heritage Foundation (1973) Cato Institute (1977) Manhattan Institute (1984) Competitive Enterprise Institute (1984) American Enterprise Institute (1943) Hoover Institution (1919) Center for Strategic and International Studies (1962) Document téléchargé depuis www.info . “Free to choose” Ben Wattenberg.

cairn. Elle le sera encore dans cinq ans.193. nous avons lancé une mode ». Washington. dans le Massachusetts. Étant donné que la Heritage Foundation apparaissait désormais comme le think tank le plus réactif de Washington.54.info . Bush and aides getting advice from all over”. déclara au Washington Post : « Je suppose que ce livre nous a soufflé l’idée ». et ils éblouissent par leur effort à faire pénétrer leurs décisions personnelles et politiques au sein de la future administration. Ces deux innovations – le « policy brief » et le plan de transition – sont toutes deux révélatrices de la temporalité spécifique de la recherche sur les politiques gouvernementales. Crane. notre contribution officielle la plus significative à la campagne de Clinton fut en grande partie conçue sur les mêmes lignes que le Mandate for Leadership de la Heritage Foundation douze ans plus tôt. la recherche sur les questions politiques se démarque par sa réactivité face aux cycles rapides et inexorables des décisions politiques34. en 1980. » 31. William Galston. 14 novembre 1988. oui. publia 89 Document téléchargé depuis www. Il s’agissait de plusieurs volumes de recommandations à l’égard de l’administration Reagan couvrant presque tous les sujets politiques ainsi que l’organisation de tous les ministères. Si la plupart étaient basées à Washington ou à New York. déclara un représentant de la Heritage Foundation au Washington Post en 198430. par exemple. le président du Cato Institute. Field Guide for Effective Communication. 34.91 . Document téléchargé depuis www. Competitive Enterprise Institute. La différence entre les temporalités universitaires et politiques est bien exprimée dans le dialogue qui suit avec le militant conservateur Grover Norquist : I : À quoi reconnaît-on un bon rapport ? GN : À l’opportunité de sa publication. l’American Enterprise Institute. « issue brief » ou « policy brief ». La législation évolue à certains moments. Mandate for Change. absolument33. le Cato Institute et le Hudson Institute firent également paraître des documents de recherche lors de la réélection de Reagan et de l’inauguration du 99e Congrès31.Institut d'Etudes Politiques de Paris .cairn. © Le Seuil . mit en place un système de sélection d’extraits des «  backgrounder reports » produits par la Heritage Foundation afin d’optimiser leur utilisation par les journalistes. le 2 août 2004. A25. une étude sur les raisons qui font que telle décision législative serait bonne ou mauvaise pour l’économie n’a d’intérêt que dans la mesure où la législation en question va être débattue et soumise au vote. Tandis que la recherche scientifique en sciences sociales exige un certain recul par rapport aux événements. Washington Post.Institut d'Etudes Politiques de Paris . Dans cet article. le think tank lié au Democratic Leadership Committee.info . Au moment des élections de 1988. Americans for Tax Reform. fit paraître son document fondateur. Washington Post. 30. 14 novembre 1988. Voir aussi New York Times.. Notamment le National Bureau of Economic Research à Cambridge. Cette année-là. 28. la Hoover Institution à Palo Alto en Californie et le Hudson Institute au nord de l’État de New York. pas moins de 36 rapports avaient été transmis au futur président George Bush. ainsi appelés le «  briefcase test28 ». Par contre. 2004. Entretien avec Grover Norquist. un personnage important du PPI. Washington Post. leur concentration augmenta dans la capitale du pays – Washington fut témoin de la multiplication de nouvelles institutions d’une part. 29. Dans ce domaine encore. En 1993. © Le Seuil report ».26/08/2013 00h47. Le Cato Institute.   “Self-appointed transition advisers push their policy guides”. le Progressive Policy Institute. et.67.26/08/2013 00h47. Voir par exemple Fred Smith Jr. organisant des groupes de travail et des conférences de presse couronnés par des dîners. d’autres institutions imitèrent ses produits. Et d’ailleurs. certains think tanks éminents se trouvaient dans d’autres villes35. la Heritage Foundation ouvrit le chemin avec la publication. ancien co-rédacteur en chef du magazine Time. » 33. Le deuxième type de produits intellectuels apparus alors était le « plan de transition » (transition manual) présidentiel. publiant des manuels politiques. les « policy briefs » devinrent les pierres de touche des think tanks29. “Washington awash in think tanks”. Certaines institutions formalisèrent leur production de synthèse. Ainsi.Les think tanks aux États-Unis À la temporalité spécifique de la recherche sur les politiques gouvernementales correspond l’évolution de l’organisation spatiale des think tanks.67. ces institutions étaient réparties sur l’ensemble du territoire. « Il y a quatre ans. qui devint plus tard le conseiller de Clinton à la Maison-Blanche sur les questions de politique intérieure. du livre Mandate for Leadership. » Voir également : “Self-appointed transition advisers push their policy guides”. 21 novembre 1988.91 . où il est écrit que « la course aux plans de transition commença sous l’impulsion de la Heritage Foundation. Une étude sur les conséquences de la Révolution française menée dans un cadre universitaire est digne d’intérêt cette année. Le terme de «  briefcase test  » renvoie à l’idée selon laquelle un bon rapport doit pouvoir tenir facilement dans le porte-document («  briefcase ») d’un homme politique. Donc.193. on lit : « des conseillers automatiquement désignés pour travailler avec les équipes chargées de la transition viennent des “ateliers industriels” de Washington. Les plans de transition présidentiels furent très vite produits à un rythme industriel par les think tanks. Après 1970. 35. Burton Yale Pines. où l’on trouve la phrase suivante : « En réalité. d’autre part. Avant 1970. La victoire de Bill Clinton en 1992 permit aux think tanks liés au Parti démocrate de participer à la campagne de rédaction du plan de transition. Y compris jusque dans le choix du titre. par exemple. a reconnu ce que le PPI devait à la Heritage Foundation : I : Peut-on comparer la place du PPI à celle de la Heritage Foundation dans les années 1980 ? WG : Tout à fait. La Heritage Foundation fut un pionnier et un acteur majeur dans la création du policy brief et des critères d’évaluation correspondants.. 7 décembre 1984. Edward H. A25. 7 décembre 1984. un think tank conservateur dont le livre Mandate for Leadership publié en 1980 inspira en grande partie le programme conservateur durant le premier mandat de Reagan. de l’implantation d’anciens think tanks. Washington Post. “Washington awash in think tanks”. 32. un ouvrage intitulé Beyond the Status Quo: Policy Proposals for America. À propos du Mandate for Leadership. F25. dont la plupart avaient été rédigés par des think tanks32. Entretien avec William Galston à l’Université du Maryland. le 1er juin 2004. on doit à la Heritage Foundation d’avoir transformé la transition présidentielle en véritable industrie pour les think tanks.54. “Think tanks. F25.. B10.

le Center for Strategic and Document téléchargé depuis www.cairn. Emily Forrest Cataldi et al. Les données sur les caractéristiques sociales des experts appartenant à 21 des think tanks les plus importants (soit 1 011 experts) font ressortir ce constat. les études les concernant augmentèrent sensiblement. Struyk. 24. Tandis qu’ils se multipliaient.info . Urban Institute. de colloques et de publications communs.nira. Pardee RAND Graduate School délivre des diplômes d’analyse politique.gov/pubsearch.cairn. Government Research Service. tandis que d’autres institutions (par exemple.67. 92]. les diplômes sont répartis de façon très inégale au sein des institutions et d’une institution à l’autre. Londres. Ellen  M.edu/curriculum. les équipes d’experts sont composées en majorité de docteurs. 2004 National Study of Postsecondary Faculty (NSOPF: 04): Background Characteristics. 2002.5 %). Raymond J. 2005.193. Think Tank Directory: A Guide to Nonprofit Public Policy Research Organizations. 37. US Department of Education. l’Urban Institute et la Brookings Institution fondèrent ensemble le Tax Policy Center. En effet. 90 Document téléchargé depuis www. Topeka. Work Activities. Et en 2002. » Voir le site http://www.Institut d'Etudes Politiques de Paris . © Le Seuil .26/08/2013 00h47. consulté le 31 juillet 2006. comment trouver une niche dans un « marché » saturé. le taux de détenteurs de « doctorats ou de diplômes professionnels  » dans les départements de sciences sociales (93. un programme de troisième cycle36. © Le Seuil L’interconnexion grandissante au sein de l’espace de la recherche sur les politiques gouvernementales pouvait également s’observer dans la multiplication des liens formels établis entre les think tanks. BA). un groupe d’experts sur les questions d’impôts. du pouvoir politique. intellectuel hybride qui répond à des manières d’être.8  %)39. 1996 . Bradburn et Mansour Fahimi. Voir également Lynn Hellebust (éd. le Center on Budget and Policy Priorities et le Competitive Enterprise Institute) emploient un nombre relativement réduit de détenteurs d’un doctorat mais une part significative de détenteurs de BA [voir schéma 1. Un nombre toujours croissant de livres et de séminaires donnaient des conseils sur la façon de résoudre les problèmes auxquels faisaient face les think tanks : comment motiver les équipes d’experts. l’espace des think tanks regroupe des individus possédant un très fort « capital universitaire » . de sciences naturelles (89.4 %). La catégorie «  think tank  » devint plus codifiée dans les années 1980 et 1990 grâce à la publication d’un grand nombre d’annuaires répertoriant les think tanks. une discipline décrite par l’institution comme étant « un domaine d’études appliquées. l’Institute for Policy Studies. la population des experts dans ces institutions se divise en deux parties sensiblement égales : ceux qui possèdent un doctorat (51. La Frederick S. p. non seulement il n’est pas indispensable de posséder un doctorat. Consulté le 3 mai 2006. Plus nombreux encore furent les partenariats à court terme que les think tanks réalisèrent à l’occasion de conférences. dans un cas au moins. National Center for Education Statistics. En 1992 par exemple.jp/ ice/nwdtt/. Consulté le 31 juillet 2006 à l’adresse suivante : http:// nces. une sorte de personnage 36.1 %) ont obtenu un diplôme universitaire. la Heritage Foundation mit en place le State Policy Network. la Hoover Institution. l’IIE. Tous les experts comptabilisés ici ont suivi des études au moins jusqu’au BA. Methuen Publishing. pluridisciplinaire et qui essaie d’utiliser la recherche pour résoudre des questions politiques difficiles. et une grande majorité d’entre eux (90. Par exemple. ce qui contribua à renforcer l’existence de ces institutions au sein d’un sous-espace spécifique du champ de production intellectuelle38. Certains think tanks tels que le Cato Institute. la Brookings Institution).Thomas Medvetz Des intellectuels hybrides : les trajectoires professionnelles jusqu’aux think tanks Le meilleur indice du fait que l’espace des think tanks a de plus en plus les caractéristiques d’un champ est l’apparition de l’« expert ». de l’entreprise et des médias. L’annuaire en ligne du NIRA est accessible sur le site : http://www.67. à des compétences et à des critères uniques au sein de l’espace de la production intellectuelle. ont calculé. Ce taux de docteurs est bien inférieur à celui qu’on trouve dans la sphère de production universitaire. 38. l’AEI et la Brookings Institution unirent leurs forces pour créer l’AEI-Brookings Joint Center for Regulatory Studies. Les think tanks commencèrent également à mettre en place leur propre système d’auto-évaluation à travers leurs programmes de stages et. Washington. Matt Innis et Justin Johnson. et comment mieux diffuser le contenu des programmes d’idées37 auprès des acteurs politiques et d’un public plus large.193. de budget et de politiques sociales. Washington. mais rien n’indique qu’il existe un lien entre une équipe d’experts très diplômée et une position dominante ou dominée dans l’espace concurrentiel des think tanks. Le schéma montre que dans certaines institutions (par exemple. and Compensation of Instructional Faculty and Staff: Fall 2003.54. comment diversifier les financements de l’institution. la proportion de détenteurs d’un doctorat. En 1998. Directory of Think Tank Publications. et d’un diplôme de premier cycle universitaire (Bachelor of Art. De manière générale.26/08/2013 00h47.54.). Une fois ces données rassemblées.. Managing Think Tanks: Practical Guidance for Maturing Organizations.go. relient et chevauchent : ceux de l’université. Cependant.Institut d'Etudes Politiques de Paris . À l’image de leur position intermédiaire dans l’espace social.91 . 39. chez les experts de ces 21 think tanks.8  %) et de sciences humaines (83. Emily Forrest Cataldi. un regroupement de think tanks conservateurs liés au gouvernement.91 . en revanche. chez les individus uniquement chargés d’enseignement.ed.info . d’un master ou d’un diplôme professionnel. tel que le World Directory of Think Tanks du National Institute for Research Advancement (NIRA).prgs. Le schéma 1 fait apparaître.2 %) et ceux qui n’en ont pas (48. on obtient une image plus globale du rôle joué par les diplômes.. les experts combinent des compétences et des modes de perception contradictoires issus des différents univers sociaux que les think tanks traversent.

viennent ensuite les experts issus du secteur universitaire seulement (12. « média ». De façon significative. la Hoover Institution et l’Institute for International Economics.26/08/2013 00h47.93].8 %) sont les plus nombreux.Institut d'Etudes Politiques de Paris . c’est-à-dire dans le milieu de la recherche non gouvernementale et dans le conseil. 16. 56. un certain nombre d’experts disent avoir suivi une trajectoire professionnelle dans le secteur « État/université ».cairn. ont tendance à recruter d’anciens universitaires ayant également fait de la politique. Parmi ce groupe des hybrides (qui représente un total de 22. Deux institutions. le taux d’hybridité professionnelle atteint 69.67. la plus grande partie des experts ont fait toute leur carrière dans le secteur « État » [voir schéma 3.Les think tanks aux États-Unis 40.info . Ce schéma reprend les différentes modalités des trajectoires professionnelles des experts au sein de plusieurs think tanks et situe ces institutions dans l’espace analytique que nous avons construit. le Center for American Progress et le Hudson Institute –. Au contraire.1 %). regroupe les individus qui ont eu une trajectoire professionnelle dans d’autres secteurs uniquement. Enfin.54.info . Seuls 5. Le diagramme analytique construit à partir de ces données montre la répartition inégale des experts à travers l’espace des think tanks.3 % dans les secteurs des médias et de l’État. On voit apparaître des différences parmi les think tanks. « État » et « hybride » – que l’on trouve la plus grande densité d’individus. La catégorie « hybride ».54. économique et médiatique.193. ou bien à une trajectoire associant deux univers professionnels structurellement opposés – université/entreprise ou média/État41. Ces zones sont relativement denses mais dans une moindre mesure que le centre. constituent les grandes « périphéries » de l’espace social des think tanks. 41. Les trajectoires professionnelles multiples sont courantes. et une catégorie supplémentaire appelée « autre40 ». l’American Enterprise Institute.. Les experts faisant part d’une expérience dans le secteur de l’État et de l’Université à la fois (20. le Center for Strategic and International Studies et le Center on Budget and Policy Priorities. La catégorie « autre » (6.193. et 22. et non plus l’expert en tant qu’individu. la Carnegie Endowment for International Peace. du côté du pôle médiatique : l’Institute for Policy Studies et la New America Foundation emploient un grand nombre d’experts ayant travaillé pour des journaux. tels que la Heritage Foundation. « université/État ». De façon plus surprenante. Les diplômes ont un poids décisif dans l’accès aux positions les plus prestigieuses au sein de ces institutions. « média/université » et « hybride ». On observe les mêmes différences en ce qui concerne la trajectoire professionnelle des experts. dans de très respectables organisations telles que la Brookings Institution. p. « entreprise/média ».8 % des experts disent avoir eu une expérience professionnelle dans deux ou plus des quatre secteurs de carrière en question. Même les institutions ayant la réputation d’être très universitaires.4 %.9 %). Par exemple. les trajectoires professionnelles « hybrides » sont les plus courantes. Au contraire. 91 Document téléchargé depuis www. voire dans les quatre. qui n’apparaît pas dans le schéma. sont situés dans la deuxième moitié de cette population. telles que la Brookings Institution et la Hoover Institution. les trajectoires professionnelles telles qu’elles sont présentées par les experts eux-mêmes (n = 876) ont été codées selon neuf catégories structurelles de départ. dans des think tanks plus « idéologiques »/ politiques.3 % des experts ont travaillé uniquement dans le secteur médiatique. Le schéma 3 prend cette fois comme unité d’analyse l’institution. selon la classification que j’ai retenue. et permet de faire à peu près la même observation que précédemment. 2. Les chiffres proposés ici sont des pourcentages de la population totale des experts comptabilisés dans la base de données. Il ressort que 58.cairn.91 . renvoie à des trajectoires professionnelles combinant une expérience dans trois secteurs en question. © Le Seuil International Studies et la Heritage Foundation.6 %) et du secteur « État/entreprise » (9. Les parties en clair correspondent aux régions les moins peuplées de l’espace des think tanks.67. 3. « entreprise ». © Le Seuil . Le schéma 2 répertorie les anciennes activités professionnelles des experts appartenant aux 21 think tanks en question [voir schéma 2.. Pour construire ce schéma.0 %) ainsi que dans le secteur étatique uniquement (15. 93]. dans plusieurs think tanks – le Council on Foreign Relations. les données recueillies montrent qu’aucun think tank ne possède une majorité d’experts ayant eu un parcours exclusivement universitaire.Institut d'Etudes Politiques de Paris .26/08/2013 00h47. Document téléchargé depuis www.9 % disent avoir connu un parcours professionnel extrêmement « hybride ». sont très en vue et obtiennent des financements conséquents. mais cette réalité est atténuée par le rôle que jouent d’autres formes de pouvoirs – en particulier politique. Les catégories sont « université ». sont proches du pôle « entreprise » de l’espace des think tanks. C’est dans les zones ombrées du schéma – les secteurs « État/université ». située au centre du schéma.7 % des experts des think tanks appartiennent à l’un de ces trois secteurs.7 % ont eu des expériences professionnelles dans trois ou dans les quatre secteurs. De la même façon. des revues et des magazines télévisés. qui existent depuis longtemps. les trois zones plus claires. « État/entreprise ». « État ». le Cato Institute et le Competitive Enterprise Institute. Si l’on élargit la notion d’hybridité professionnelle pour inclure les individus ayant auparavant travaillé dans l’un de ces quatre secteurs et en plus dans le secteur à but non lucratif. qui représentent les secteurs « université ».91 .9 % dans les secteurs universitaires et privés. Un expert qui n’aurait aucune expérience préalable appartient également à cette catégorie.0 %). « État/entreprise » et « média ». p.

67. L ’institutionnalisation d’une représentation collective des chercheurs en sciences sociales américains sur un modèle professionnel et non pas intellectuel.26/08/2013 00h47. Le premier est la présence persistante d’un milieu des affaires puissant et possédant les moyens et la volonté de mettre en place sa propre machine de production intellectuelle. En effet. La puissance des think tanks repose surtout sur leur capacité à mettre en relation ces formes de pouvoir et.67. les contenus et les orientations du débat public. les a prédisposés à devenir des « experts ». on peut distinguer trois grands phénomènes expliquant l’émergence des think tanks aux États-Unis.info .26/08/2013 00h47. dans une étude future. Le deuxième est l’absence ou la faiblesse relative d’institutions politiques alternatives qui auraient pu rendre caduque l’existence des think tanks et absorber le « surplus d’intellectuels » du pays. © Le Seuil Selon l’analyse précédente. Ces conditions ne furent pas seulement responsables de la création de nouvelles institutions. les hommes d’affaires américains ont été. La part relativement réduite que l’État consacre à la production de savoir technocratique est.. Document téléchargé depuis www. © Le Seuil Traduit de l’anglais par Camille Joseph . mais également de la formation d’un sous-espace de production intellectuelle distinct.91 .info . politiques. à modifier leur poids relatif. au sein de laquelle des agents hybrides rassemblent et associent des formes de pouvoir issues des institutions universitaires. même s’il faut également souligner la faiblesse tout aussi grande des partis politiques et des syndicats américains.Institut d'Etudes Politiques de Paris . mais plutôt comme les chevilles ouvrières d’une nouvelle niche institutionnelle aux États-Unis.Thomas Medvetz Schéma 1 : Diplômes détenus par les experts dans les principaux think tanks 92 Document téléchargé depuis www. l’un des premiers points soulevé par cette étude est qu’il est plus judicieux de considérer les think tanks non pas comme un type d’institution distinct en tant que tel.. exemplaire. de façon surprenante.91 .cairn.193.54.cairn. à ce titre. très actifs dans la recherche de moyens de contrôle des conditions du débat public et dans la mainmise sur les programmes d’économie et de politique étrangère. grâce à cette capacité. Par rapport à d’autres pays. éventuellement. de savoir si.54. Il serait particulièrement intéressant. Le troisième phénomène expliquant l’apparition des think tanks est le caractère technocratique des sciences sociales naissantes. en particulier.193.Institut d'Etudes Politiques de Paris . économiques et médiatiques. les think tanks ont réussi à diminuer l’impact des connaissances produites par les sciences sociales de façon indépendante sur les termes.

info .91 .67.. © Le Seuil Document téléchargé depuis www. © Le Seuil .54.67..193.Institut d'Etudes Politiques de Paris .26/08/2013 00h47.193.91 .26/08/2013 00h47.Institut d'Etudes Politiques de Paris .info .Les think tanks aux États-Unis Schéma 2 : Répartition des experts dans l’espace des think tanks en fonction de leur trajectoire professionnelle Schéma 3 : Classement des think tanks dans l’espace social en fonction de la trajectoire professionnelle des experts 93 Document téléchargé depuis www.cairn.cairn.54.