You are on page 1of 22

REVUE DE PRESSE – ELECTIONS EUROPEENNES DU 7 AU 10 JUIN 2009

AGENDA............................................................................................................................................................... 2 Réunions conseils départementaux ................................................................................................................. 2 Conseil départemental des Hauts-de-Seine le 3 juin 2009 ......................................................................... 2 Assises Démocrates Hauts-de-Seine le 27 juin 2009 ................................................................................. 2 RESULTATS ELECTIONS ................................................................................................................................ 2 Députés élus....................................................................................................................................................... 2 Résultats par circonscription........................................................................................................................... 4 Résultats Hauts-de-Seine............................................................................................................................ 5 INTERVENTION DE FRANCOIS BAYROU .................................................................................................. 6 LE MODEM DANS LES MEDIAS .................................................................................................................... 6 Presse ................................................................................................................................................................. 6 AFP ................................................................................................................................................................ 6 9 Juin 2009 - Bayrou: le MoDem pour une alliance anti-Barroso avec Verts et socialistes ...................... 6 20 Minutes ..................................................................................................................................................... 7 10 Juin 2009 - Après les européennes, le MoDem se veut optimiste......................................................... 7 10 Juin 2009 - Sarkozy reçoit ses rivaux à l'élysée .................................................................................... 8 9 Juin 2009 - Deux militantes à l'origine du coup de colère de François Bayrou? .................................... 8 7 Juin 2009 - Le MoDem se cherche des excuses ...................................................................................... 9 Les indiscrets.com....................................................................................................................................... 10 9 juin 2009 - Remaniement : Lepage (MoDem) et Boutih (PS) approchés ............................................. 10 Réponse de l’intéressée : .......................................................................................................................... 10 Le Parisien – 9 Juin 2009 - La colère de Corinne Lepage........................................................................ 10 Les Echos..................................................................................................................................................... 10 9 Juin 2009 - Les chantiers qui attendent François Bayrou...................................................................... 10 8 Juin 2009 – Les réactions au sein du MoDem....................................................................................... 11 Le Figaro ..................................................................................................................................................... 12 8 Juin 2009 - Cohn-Bendit, nouvelle «institution» médiatique par Éric Zemmour ................................. 12 8 Juin 2009 - Coup de massue pour le MoDem ....................................................................................... 13 7 Juin 2009 - Bayrou en voie de "chevènementisation"........................................................................... 14 L’Express..................................................................................................................................................... 14 8 Juin 2009 - François Bayrou, lâché par les siens?................................................................................. 14 Le Parisien................................................................................................................................................... 15 7 Juin 2009 - Cuisant échec pour le MoDem ........................................................................................... 15 Libération.................................................................................................................................................... 16 7 Juin 2009 - «Bayrou a fait une énorme boulette».................................................................................. 16 Le Monde..................................................................................................................................................... 17 8 Juin 2009 - François Bayrou reconnaît une erreur stratégique dans sa campagne................................ 17 7 Juin 2009 - Européennes : les motivations du vote des Français .......................................................... 18 Marianne ..................................................................................................................................................... 19 8 Juin 2009 - Le Modem a la gueule de bois............................................................................................ 19 7 Juin 2009 - Bayrou: Moi le maudit........................................................................................................ 20 Le Nouvel Observateur .............................................................................................................................. 21 10 juin 2009 - François Bayrou ne renonce pas à 2012 mais se veut "moins batailleur"......................... 21 Europe 1 ...................................................................................................................................................... 22 9 Juin 2009 - Les excuses de Bayrou au patron de TNS Sofres............................................................... 22
FJ - 1

AGENDA

REUNIONS CONSEILS DEPARTEMENTAUX Concernant le fonctionnement interne du Mouvement Démocrate, François Bayrou a annoncé qu'une réunion de tous les mouvements départementaux aurait lieu "avant le 20 ou 22 juin", que seraient organisés "des étatsgénéraux dans les régions", et qu'un conseil national se réunirait "le 4 juillet". "Nous avons décidé que je proposerai une nouvelle composition de notre comité exécutif" pour essayer de "le diversifier", a-t-il ajouté, et d'avoir "une méthode de travail en commun qui va nous faire davantage réfléchir ensemble que pendant la campagne". http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/bayrou-europe-alliance-anti-barroso-090609.html
CONSEIL DEPARTEMENTAL DES HAUTS-DE-SEINE LE 3 JUIN 2009

20 heures précises au 133 bis rue de l'Université.
ASSISES DEMOCRATES HAUTS-DE-SEINE LE 27 JUIN 2009

De 9 heures à 13 heures, nous organiserons des Assises Démocrates ouvertes à tous les militants du mouvement des Hauts-de-Seine pour faire la synthèse des contributions, transmises soit aux présidences de section, soit à Antoine Dupin (président du MoDem 92) : antoine.dupin@modem92.net Cette synthèse sera répercutée au mouvement national. RESULTATS ELECTIONS

DEPUTES ELUS Nord-Ouest : 10 sièges PCF - 1 siège : Jacky Hénin PS - 2 sièges : Gilles Pargneaux, Estelle Grelier Verts - 1 siège : Hélène Flautre MoDem - 1 siège : Corinne Lepage UMP - 4 sièges : Dominique Riquet , Tokia Saïfi, Jean-Paul Gauzes, Pascale Gruny FN - 1 siège : Marine Le Pen Ouest : 9 sièges PS - 2 sièges : Bernadette Vergnaud, Stéphane Le Foll Verts - 2 sièges : Yannick Jadot (Divers Gauche), Nicole Kiil-Nielsen MoDem - 1 siège : Sylvie Goulard UMP - 3 sièges : Christophe Béchu, Elisabeth Morin-Chartier, Alain Cadec Libertas - 1 siège : Philippe de Villiers

FJ - 2

Est : 9 sièges PS - 2 sièges : Catherine Trautmann, Liem Hoang-Ngoc Verts - 1 siège : Sandrine Bélier MoDem - 1 siège : Nathalie Griesbeck (Jean-François Kahn lui a laissé son siège) UMP - 4 sièges : Joseph Daul, Véronique Mathieu, Arnaud Danjean, Michèle Striffler FN - 1 siège : Bruno Gollnisch Sud-Ouest : 10 sièges Front de Gauche - 1 siège : Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) PS - 2 sièges : Kader Arif , Françoise Castex Verts - 2 sièges : José Bové, Catherine Grèze MoDem - 1 siège : Robert Rochefort UMP - 4 sièges : Dominique Baudis, Christine de Veyrac, Alain Lamassoure, Marie-Thérèse Sanchez-Schmidt Sud-Est : 13 sièges PCF - 1 siège : Marie-Christine Vergiat PS - 2 sièges : Vincent Peillon, Sylvie Guillaume Verts - 3 sièges : Michèle Rivasi, François Alfonsi, Malika Benarab-Attou MoDem - 1 siège : Jean-Luc Bennahmias UMP - 5 sièges : Françoise Grossetête, Damien Abad (Nouveau Centre), Dominique Vlasto , Gaston Franco, Nora Berra FN - 1 siège : Jean-Marie Le Pen Massif-Central-Centre : 5 sièges PS - 1 siège : Henri Weber Verts - 1 siège : Jean-Paul Besset UMP - 3 sièges : M. Jean-Pierre Audy (UMP), Mme Sophie Briard-Auconie (NC), M. Brice Hortefeux (UMP) Ile-De-France : 13 sièges PCF - 1 siège : Patrick Le Hyaric PS - 2 sièges : Harlem Désir, Pervenche Bérès Verts - 4 sièges : Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly, Pascal Canfin, Karima Delli MoDem - 1 siège : Marielle de Sarnez UMP - 5 sièges : Michel Barnier, Rachida Dati, Jean-Marie Cavada (Nouveau Centre), Marielle Gallo, Philippe Juvin Outre-Mer : 3 sièges Divers gauche - 1 siège : Elie Hoarau PS - 1 siège : Patrice Tirolien UMP - 1 siège : Marie-Luce Penchard http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-06-08/les-72-eurodeputes-francais/917/0/350513

FJ - 3

RESULTATS PAR CIRCONSCRIPTION

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-06-08/les-resultats-region-par-region/917/0/350498

FJ - 4

RESULTATS HAUTS-DE-SEINE

COMMUNE ANTONY ASNIERES SUR SEINE BAGNEUX BOIS COLOMBES BOULOGNE BILLANCOURT BOURG LA REINE CHATENAY MALABRY CHATILLON CHAVILLE CLAMART CLICHY COLOMBES COURBEVOIE FONTENAY AUX ROSES GARCHES LA GARENNES COLOMBES GENNEVILLIERS ISSY LES MOULINEAUX LEVALLOIS PERRET MALAKOFF MARNES LA COQUETTE MEUDON MONTROUGE NANTERRE NEUILLY SUR SEINE LE PLESSIS ROBINSON PUTEAUX RUEIL MALMAISON SAINT CLOUD SCEAUX SEVRES SURESNES VANVES VAUCRESSON VILLE D'AVRAY VILLENEUVE LA GARENNE TOTAL

NOMBRE DE VOIX 1 978 1 856 606 573 2 543 775 733 1 009 712 1 478 956 1 356 2 122 718 464 691 332 2 011 1 616 648 41 1 414 1 131 1 375 1 137 707 1 330 2 393 814 836 594 1 052 834 231 373 257 37 696

% 10,37% 9,84% 7,98% 8,30% 8,50% 10,80% 9,34% 10,14% 11,50% 9,23% 8,84% 7,80% 10,40% 9,70% 8,20% 8,70% 5,50% 11,16% 9,06% 7,56% 6,50% 9,60% 9,28% 8,87% 5,95% 8,90% 10,04% 9,90% 8,29% 11,20% 8,30% 9,64% 9,65% 7,60% 9,20% 7,70% 9,14%

FJ - 5

INTERVENTION DE FRANCOIS BAYROU Dimanche 7 juin au siège du Mouvement Démocrate, François Bayrou a déclaré qu'il prenait "sa part de responsabilité" dans le résultat de son parti : "Le résultat d'aujourd'hui est une déception. Il y a eu deux bons résultats électoraux: le maintien de l'UMP et surtout le grand succès des écologistes. De ce résultat, bien entendu comme président de ce mouvement, je prends ma part de responsabilité. Dans une campagne très dure, je ne suis pas parvenu à faire passer le message auquel j'étais attaché. J'ai pensé que l'on ne pouvait pas séparer les enjeux nationaux et les enjeux européens, je n'ai pas réussi à faire partager ce sentiment. Et je me suis laissé entraîner dans une polémique excessive qui a troublé." "La vie c'est comme ça, ce sont des succès et des revers; les revers, s'il faut en tirer les leçons, je le ferai. Maintenant, les problèmes de tous les jours qui n'ont pas été abordés pendant cette campagne vont revenir. La crise, ce n'est pas en l'air, c'est dans la vie de toutes les familles. D'ici l'automne, si les choses ne se redressent pas, les conséquences seront de plus en plus dures et les Français les subiront de plus en plus directement dans leur vie. Ce qui m'a frappé aussi, c'est le regard dur que les électeurs portent sur les responsables politiques et leurs organisations. Le résultat en est à la fois une abstention très lourde et le vote écologiste dans une ambiance de grande émotion sur l'état de la planète. Il y a maintenant deux impératifs: proposer une autre vision de l'avenir et un autre chemin pour les problèmes concrets de la vie des gens et trouver une autre approche dans le comportement politique. Si cette élection européenne nous y oblige, elle n'aura pas été inutile ni pour nous ni pour les Français." http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/bayrou-reaction-elections-europeennes-070609.html

LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE

AFP

9 JUIN 2009 - BAYROU: LE MODEM POUR UNE ALLIANCE ANTI-BARROSO AVEC VERTS ET SOCIALISTES

PARIS (AFP) — Le Modem est favorable à une alliance anti-Barroso avec les Verts et les socialistes au Parlement européen, a annoncé mardi soir François Bayrou, à l'issue d'une réunion du bureau exécutif de son parti, qui a duré plus de trois heures. Cette réunion, destinée à tirer un bilan des élections européennes qui se sont soldées par un échec pour le Mouvement Démocrate (4è derrière Europe Ecologie avec 8,45% des voix), a été "passionnée" mais "constructive", a affirmé le président du MoDem devant la presse. "Nous avons décidé que nous suggèrerions à l'ensemble de notre groupe de l'alliance des démocrates et libéraux au Parlement européen (ndlr: ADLE) de rechercher les conditions d'une majorité nouvelle, qui propose une alternative et permette un autre choix que celui de M. (José Manuel) Barroso" à la tête de la Commission européenne, a déclaré M. Bayrou. "Si nous avons une majorité composée des libéraux, des démocrates, des Verts, des socialistes européens, nous pouvons proposer une alternative", a-t-il ajouté, rappelant que le MoDem avait proposé pendant la campagne la candidature de Guy Verhofstadt, ex-Premier ministre belge.
FJ - 6

"Nous aurons des relations de travail avec les groupes qui accepteront de participer à cette alliance, dans le cadre de coopérations renforcées", a-t-il ajouté. Daniel Cohn-Bendit, figure de proue d'Europe Ecologie, avait proposé dimanche soir une alliance anti-Barroso au MoDem et au PS. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5haNmvBFBFuhMoRGofqH1abmKTEFw

20 MINUTES

10 JUIN 2009 - APRES LES EUROPEENNES, LE MODEM SE VEUT OPTIMISTE

POLITIQUE- François Bayrou réunissait mardi soir le bureau exécutif. Trois heures de discussion au résultat plutôt positif, selon les cadres du parti... Depuis ses 8,5% aux européennes, François Bayrou a un programme chargé. Mardi matin, c’était radio et profil bas. François Bayrou déclarait au micro d’Europe 1 qu’il serait «moins batailleur» à l’avenir mais toujours «aussi intransigeant». Ce faisant, il comparait devant Jean-Pierre Elkabach son «coup de gueule» en direction de Cohn-Bendit au coup de boule de Zidane. Mardi soir, c’était réunion en petit comité. Le président du Modem réunissait le bureau exécutif du parti, pour un débriefing en règle et remonter le moral des troupes. L’ex-ministre de l’Environnement Corinne Lepage, élue dimanche dans le Nord-Ouest, s’est montrée ferme sur un point. Elle demande à François Bayrou davantage de «collégialité». «Il y a, dit-elle, une alliance à construire entre la démocratie et l’écologie et je pense que le MoDem est capable d’inventer cela.» Plutôt critique sur la campagne de Bayrou et la gouvernance du parti, Corinne Lepage a pourtant glissé au «Parisien» quelques mots de soutien: «C’est un homme qui souffre, qui est malheureux, je l’aime bien et je souffre pour lui.» Elu dans le sud-Est, Jean Luc Bennahmias s’est lui aussi voulu rassurant: «Je suis au MoDem et j'y reste de plain pied, sans critique fondamentale par rapport à ce qui s'est passé lors de ces élections.» Selon l’ancien élu Verts, le plus dur reste à faire, le MoDem est «un mouvement jeune» qui «doit se construire, passer de l’artisanat à la moyenne entreprise». «Ceci va conduire à une construction solide, positive» Le principal intéressé n’a pas présenté d’excuses aux membres du bureau, mais il a reconnu publiquement que «dimanche n’a pas été un moment agréable». Depuis, il l’assure, le président du MoDem a reçu «des milliers de messages». «Certains disent il faut arranger, corriger, mais tous disent s'il vous plait, continuez!», s’est félicité le grand perdant des élections européennes. Au sortir de la réunion, le centriste déclarait non sans optimisme: «Je suis absolument persuadé que tout ceci va conduire à une construction solide, positive.» Bref, le scrutin de dimanche appartient au passé. Un optimisme partagé par sa vice-présidente. «J'ai le sentiment d'avoir été entendue et que les choses vont dans la bonne direction», a déclaré Corinne Lepage en quittant la réunion. Le bureau exécutif a néanmoins décidé de reparler des ratés de la campagne. Un conseil national extraordinaire sera organisé à cet effet le 4 juillet. Histoire, pour les 350 cadres du MoDem et son président, de se laisser du recul avant les journées d’été du parti, prévues du 4 au 6 septembre à La Grande Motte. R.G avec agence http://www.20minutes.fr/article/331639/Elections-europeennes-Apres-les-europeennes-le-MoDem-se-veutoptimiste.php

FJ - 7

10 JUIN 2009 - SARKOZY REÇOIT SES RIVAUX A L'ELYSEE

Un défilé de perdants en perspective sur les marches du palais présidentiel. La première secrétaire du Parti socialiste (16,48 % des voix) Martine Aubry, pressée hier par ses équipes de transformer le parti, doit être reçue aujourd'hui par le président Nicolas Sarkozy. Celui-ci est sorti renforcé des élections européennes après un score de l'UMP supérieur à toute attente (27,87 %). Il accordera aussi une audience, demain après-midi, au président du MoDem, François Bayrou, qui a pris une sévère claque avec seulement 8,45 % des voix (six sièges). Demain soir, ce sera au tour du leader du Mouvement pour la France d'être reçu. Philippe de Villiers est le seul élu européen sous la bannière de Libertas, malgré son alliance avec CPNT (Chasse, pêche, nature et traditions). Le chef de l'Etat avait annoncé qu'il recevrait les responsables des partis politiques français représentés au Parlement européen. Les autres dirigeants de mouvements représentés à Strasbourg seront reçus ultérieurement. http://www.20minutes.fr/article/331425/France-Sarkozy-recoit-ses-rivaux-a-l-elysee.php

9 JUIN 2009 - DEUX MILITANTES A L'ORIGINE DU COUP DE COLERE DE FRANÇOIS BAYROU?

POLEMIQUE – Elles expliquent avoir évoqué «le passé» de Daniel Cohn-Bendit dans un mail adressé au président de leur parti… Jeudi 4 juin, trois jours avant les élections européennes, François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit s’accrochent violemment sur le plateau d’«A vous de juger», sur France 2. Le président du MoDem fait référence au «passé» de Daniel Cohn-Bendit, évoquant des «ignominies». «Je trouve ignoble, moi, d'avoir poussé et justifié des actes à l'égard des enfants que je ne peux pas accepter» s’insurge-t-il alors. Une allusion à une polémique suscitée en 2001 par des écrits de l'ex-leader de mai 1968 sur la sexualité des enfants, datant de 1975. Dans «Le Grand Bazar», Daniel Cohn-Bendit raconte ses activités d’aide-éducateur au jardin d’enfants de Francfort. Passé inaperçues à sa publication, le livre fait hurler en 2001. Mais aucune plainte pour pédophilie n’a jamais été posée à son encontre, et encore aujourd'hui Daniel CohnBendit reçoit le soutien des parents et des enfants auprès desquels il a travaillé. Dans les jours qui suivent le débat, la blogosphère et les observateurs politiques se demandent pourquoi François Bayrou fait référence à cette polémique. Un début de réponse est apparu ce mardi, par l’intermédiaire d’un témoignage de deux internautes, sur le site «Mediapart». «Je lui ai demandé s’il savait ce que Cohn-Bendit avait écrit» Marie-Anne Kraft, 49 ans, analyste financière et candidate en 7e position sur la liste européenne du MoDem en Ile-de-France, et également blogueuse sur 20minutes.fr, explique avoir prévenu François Bayrou, par e-mail, quelques jours avant son intervention sur le plateau d’«A vous de juger». «Je suis assez proche de François Bayrou, je lui fournis des analyses sur l’économie et la veille des médias. Je lui ai demandé s’il savait ce que Cohn-Bendit avait écrit en lui donnant des liens [web]», explique-t-elle sur Mediapart. Tout a débuté sur le site d'informations en ligne, dans les commentaires d’un article. Marie-Anne Kraft échange des informations avec une autre internaute, sympathisante du MoDem, Etoile66, chef d’entreprise en Allemagne. Celle-ci fait référence aux écrits de Daniel Cohn-Bendit. Marie-Anne Kraft envoie alors un e-mail à François Bayrou. Ce dernier, interpellé, «se plonge dans la lecture du livre» du leader d'Europe Ecologie, explique l’internaute. C’est alors la veille de l’émission «A vous de juger», avec les conséquences que l’on connaît.
FJ - 8

Ce mardi, Marie-Anne Kraft l’affirme sur Europe1 : «Je ne cherchais pas à nuire». François Bayrou, de son côté, explique avoir été poussé à bout lors de l’émission. Oriane Raffin http://www.20minutes.fr/article/331413/Politique-Deux-militantes-a-l-origine-du-coup-de-colere-de-FrancoisBayrou.php
7 JUIN 2009 - LE MODEM SE CHERCHE DES EXCUSES

REPORTAGE - Plus de journalistes que de militants un soir de vote au MoDem, mauvais signe… De notre envoyé spécial François Bayrou prostré dans son bureau, la valse des seconds couteaux assurait le spectacle au siège du MoDem. Bien que «député jusque aujourd'hui» Bernard Lehideux se refuse à imputer l’échec du MoDem aux européennes à son leader et fondateur. Pour lui, «c'est un naufrage collectif» qui s’est produit le 7 Juin 2009 dans les bureaux de vote. Humble dans la défaite, il reconnaît «qu’on n’a pas trouvé les bons mots, peut être pas appliqué la bonne communication». Alors que les résultats confirment les premières estimations, que quelques «Ohlala» de déception se font entendre, une militante s’interroge à voix haute: «comment ça a pu nous arriver?» Bernard Lehideux a son idée sur la question. Plus qu’une victoire surprise du parti de Daniel Cohn-Bendit, il voit dans les 8,5% du MoDem la défaite de la politique traditionnelle. Celle des débats et des techniciens. Au final, «les gens qui n'avaient pas envie ou ne savaient pas pour qui voter ont voté écologie» juge-t-il, tout juste dépossédé de son siège au parlement. La faute au film de Yann Arthus Bertrand. Diffusé sur tous les supports vendredi dernier, Home aurait ranimé la fibre verte des Français deux jours avant le scrutin : «la campagne s’est cristallisée vendredi soir», se désole Bernard Lehideux, «et non lors du clash avec Cohn Bendit.» «Le vote d'aujourd'hui n'est pas politique, il est sociétal», analyse le cadre MoDem. «Ce n’est pas le succès que nous attendions» Robert Rochefort s’est beaucoup répété durant toute la soirée. Les caméras ne connaissaient que lui, tous les micros radio pointant dans sa direction. Placée sous le feu des projecteurs en l'absence de son leader, la tête de liste sud ouest déclare: «le succès d’Europe Ecologie, personne ne l'attendait». Même constat à peu de chose près sur le score du parti centriste, «ce n’est pas celui que nous attendions non plus». Si la vive incartade de jeudi dernier sur le plateau d’«A vous de juger» a «bien eu un impact» sur le désamour des Français pour François Bayrou et sa liste européenne, «c’est d’abord Home qui nous dessert», blâme luiaussi le centriste. Bon joueur, Robert Rochefort se félicite de l’intrusion d’un film à thématique écolo dans la campagne, mais regrette que la réalisation du photographe philanthropique n’ait pas été rendue publique plus tôt. C'est a dire «une ou deux semaines avant le scrutin du 7 juin, pour qu'il puisse donner lieu a un débat ou alimenter celui de la campagne.» «Pas bien compris le message du MoDem» Les cadres du MoDem l’ont dit plusieurs fois, «le MoDem est une formation politique récente». Robert Rochefort explique que «la construction d'un tout jeune parti comme le MoDem prend du temps, aucun parti na jamais connu que des victoires, on va devoir faire avec cette défaite». Pour avancer, il faudra d'abord que François Bayrou, qu’on soupçonne d’avoir mené une campagne trop personnelle, rende des comptes, «mais pas ce soir, le mouvement fera le bilan plus tard». La débacle du 7 juin montre une chose de celui qu’on pensait être un concurrent sérieux de l’UMP et au moins un rival potentiel du PS : le centre n’est pas, aux yeux des électeurs en tout cas, l’alternative qu’il voudrait être. «Il va falloir retravailler certaines choses», lâche Robert Rochefort, «c’est vrai, les Français n'ont pas très bien compris le message du MoDem.». Le grand absent de la soirée, qu’il présente pourtant comme le «trait d’union» entre les centristes, reste toujours à ses yeux le seul à pouvoir affronter Nicolas Sarkozy et l’UMP. Une confiance que les centristes ne partagent pas tous ce soir. Un militant s’inquiète: «François Bayrou est quand même arrivé 4eme à des élections européenne…» Le leader du MoDem a jusqu'aux régionales de mars 2010 pour redresser la barre. Romain Gouloumes, au QG parisien du MoDem http://www.20minutes.fr/article/330867/Elections-europeennes-Le-MoDem-se-cherche-des-excuses.php

FJ - 9

LES INDISCRETS.COM

9 JUIN 2009 - REMANIEMENT : LEPAGE (MODEM) ET BOUTIH (PS) APPROCHES

L'Elysée serait entrée en contact avec Corinne LePage, Présidente de Cap21, Mouvement écologique apparenté au MoDem pour entrer au Gouvernement; d'où ses distances qu'elle a d'ores et déjà prises avec François Bayrou et le Modem depuis hier. Par ailleurs, l'entourage de Malek Boutih (PS) confie qu'il a été appelé par l'Elysée pour également participer au prochain Gouvernement de François Fillon, sans pour autant confirmer s'il avait accepté. http://www.lesindiscrets.com/article-3346-remaniement-lepage-modem-et-boutih-ps-approches.html
REPONSE DE L’INTERESSEE : LE PARISIEN – 9 JUIN 2009 - LA COLERE DE CORINNE LEPAGE

M.C Accepterait-elle d’incarner l’ouverture écologiste au gouvernement ? « La question ne se pose pas dans la conjoncture actuelle », répond Corinne Lepage. La présidente de CAP 21 (mouvance écologiste associée au MoDem depuis sa création en mai 2007) ajoute : « Dans un gouvernement d’union nationale qui ferait un big bang écologiste, peut-être que ce serait oui. Mais je ne suis pas pour les castings sans convictions, même pour des choses tentantes… » Depuis dimanche, l’ex-avocate ne ménage pas ses critiques à l’égard de François Bayrou, même si elle affirme ne pas vouloir, pour le moment, quitter le MoDem : « Dans la représentation médiatique du MoDem, il n’y a que François Bayrou. J’ai dû menacer de boycotter la convention européenne dans ma circonscription du Nord pour obtenir plus de trois minutes de temps de parole. J’ai ainsi appris dans la presse le déjeuner avec Dominique de Villepin... » Pour Lepage, Bayrou « n’a d’autre solution aujourd’hui pour s’en sortir que de changer ». http://www.leparisien.fr/politique/la-colere-de-corinne-lepage-09-06-2009-541962.php LES ECHOS

9 JUIN 2009 - LES CHANTIERS QUI ATTENDENT FRANÇOIS BAYROU

Pour remonter la pente, le leader centriste sait qu'il doit changer le fonctionnement du Modem, affiner sa stratégie présidentielle et donner de lui une image « moins batailleuse ». Et maintenant ? François Bayrou va devoir s'atteler à la tâche pour tenter de remonter la pente après l'échec du Modem aux européennes : 8,45 % des voix et 6 élus, aucune liste au-dessus des 10 %. « S'il faut en tirer les leçons, je le ferai », a-t-il promis dimanche. Revue de détail du travail qui l'attend. · Une gouvernance à modifier Dès l'annonce des résultats, Corinne Lepage, élue dans le Nord-Ouest, a mis la pression sur François Bayrou : « Si le Modem veut un avenir, il faut qu'il joue collectif. » Le leader centriste est accusé de longue date - et pas seulement par ceux qui l'ont abandonné en 2007 - d'être « très directif », de travailler et de tout décider seul ou avec un petit groupe de fidèles. Notamment avec Marielle de Sarnez, son bras droit. Au sein du parti, certains reprochent à cette dernière - non sans une certaine jalousie - son caractère abrupt, parfois autoritaire et l'accusent d'écarter ceux qui pourraient s'intercaler entre elle et François Bayrou. « J'ai de l'autorité ; je ne suis pas dans l'autoritarisme », corrige l'intéressée. « Marielle est infiniment précieuse pour cette maison », insiste François Bayrou : « On s'attaque à elle parce que l'on n'ose pas s'attaquer à moi. » Le centriste promet une nouvelle « organisation », dans laquelle chacun aura « des responsabilités ».
FJ - 10

· Une stratégie à corriger Plutôt que de mettre l'accent sur ses propositions européennes (comme le souhaitait Marielle de Sarnez), lui qui se pose comme l'héritier des pères fondateurs de l'Union, François Bayrou a choisi de focaliser la campagne sur la critique de Nicolas Sarkozy. Avec, notamment, un livre dénonçant les « Abus de pouvoir » du chef de l'Etat. Si cette stratégie lui a permis d'occuper le devant de la scène, elle semble avoir lassé l'opinion. « Dans une élection, deux messages, c'est un de trop », glisse Gérard Faivre, directeur de campagne de Jean-François Kahn aux européennes. « A l'arrivée, il y a un succès de librairie et un échec électoral », se désole un centriste. Avant même l'altercation avec Daniel Cohn-Bendit, le Modem était « sur un toboggan », admet-on dans l'entourage de François Bayrou. Même parmi les électeurs du parti centriste, à peine un sur trois aurait voté en fonction de préoccupations nationales, selon un sondage TNS Sofres. François Bayrou a fait son mea culpa. Mais corriger le tir ne s'annonce pas aisé. Mettre en avant des propositions, c'est aussi prendre le risque, notamment sur les questions de société, de froisser une partie de son électorat très composite. « Un gros quart à gauche, une moitié au centre, un petit quart à droite », explique Eric Azière, le spécialiste des élections au Modem. · Une image à retrouver François Bayrou a vu cette fin de campagne altérer son image. Au Modem, on admet qu'en accusant Daniel Cohn-Bendit de complaisance pour la pédophilie François Bayrou a donné le sentiment de « fouiller dans les poubelles » et d'ébrécher sa stature de « chevalier blanc », lui qui se positionne sur des « valeurs ». Sans compter des « sourires complices avec Marine Le Pen » pour dénoncer les sondages, qui ont choqué une partie des électeurs centristes. Le troisième homme de la présidentielle sait qu'il se doit, désormais, de donner de lui « une image moins batailleuse », tout en restant « intraitable sur le fond ». « Il faut laisser du temps au temps », relève l'eurodéputé Jean-Luc Bennahmias. Avant d'ajouter : « Des présidents de la République qui ont eu une image non écornée, moi, je n'en connais pas... » PIERRE-ALAIN FURBURY, Les Echos http://www.lesechos.fr/info/france/4872814.htm

8 JUIN 2009 – LES REACTIONS AU SEIN DU MODEM

Marielle de Sarnez. Bras droit du président du Modem François Bayrou, Marielle de Sarnez a estimé que le résultat des élections européennes traduisait "presque un vote apolitique". Les Français ont exprimé "un vote citoyen pour la planète, l'environnement", a-t-elle dit. Corinne Lepage. Tête de liste du MoDem dans le Nord-Ouest, Corinne Lepage a déclaré que le "mauvais" score du MoDem aux élections européennes était "une déception". A ses yeux, le Modem, "n'a pas bien su convaincre: si on avait su convaincre on n'aurait pas 8 ou 9%, on aurait fait 13% ou 14%". "Je pense que toute la partie écolo du Modem - Dieu sait comme elle est importante - n'a pas pu s'exprimer et être suffisamment mise en valeur", a-t-elle poursuivi. Corinne Lepage a expliqué être "partagée" face aux estimations de résultats étant "au Modem avec un mouvement qui s'appelle Cap 21". "Je suis une écologiste convaincue : qu'il y ait 14% de Français qui votent pour l'écologie, je ne vais pas dire que je vais pleurer, je trouve ça formidable", a-telle poursuivi. Interrogée sur une responsabilité du leader du Modem François Bayrou dans le score des européennes, elle a répondu : "J'aurais eu toute seule à prendre un certain nombre de décisions, je n'aurais pas pris les mêmes". Mais "je vais y rester" au Modem. "Si je suis élue au Parlement européen, je serai prête à faire une alliance démocrates-écolos", "on peut trouver des terrains d'entente", a affirmé Corinne Lepage. Jean-François Kahn. Tête de liste du MoDem dans l'Est aux élections européennes, Jean-François kahn a estimé que son parti "payait l'erreur stratégique commise pendant le débat (entre François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit) sur France 2". "La déception est d'autant plus douloureuse que nous avons frôlé un vrai succès en développant l'idée qu'il y avait dans l'électorat une forte aspiration à dépasser le clivage UMP-PS qui asphyxie la vie politique française", a-t-il déclaré à l'AFP. "Paradoxalement, notre analyse était juste mais elle a favorisé Europe Ecologie. C'est la vie", a-t-il ajouté. http://www.lesechos.fr/info/france/300353508.htm

FJ - 11

LE FIGARO
8 JUIN 2009 - COHN-BENDIT, NOUVELLE «INSTITUTION» MEDIATIQUE PAR ÉRIC ZEMMOUR

Daniel Cohn-Bendit est un amoureux averti du football. L'autre soir, sur France 2, alors que François Bayrou le tançait pour ses impudicités avouées jadis à l'égard des enfants, il n'a pas pu ne pas songer au «coup de boule de Zidane», lors de la finale de la Coupe du monde de 2006. Car Cohn-Bendit avait jusque-là joué parfaitement le rôle du joueur italien Materazzi. Celui qui insulte, exaspère, irrite tant l'adversaire qu'il en devient fou de rage. Et perd ses nerfs et la coupe du monde. La rouerie, jusqu'au cynisme ; la décontraction jusqu'à la séduction ; le tutoiement chaleureux jusqu'au mépris. Cohn-Bendit est tout cela à la fois. Quand on observe son parcours depuis quarante ans, on songe que les «enragés de Mai 1968» ne se sont pas trompés en le choisissant comme incarnation de leur révolte. Icône médiatique de leur génération. Avec ses talents et travers. Ses contradictions, et apostasies. Sa réalité sans fard. Libertaire dans les années 1970, libéral dans les années 1980. Français et Allemand selon les moments. Pacifiste, mais pour la guerre contre la Serbie. Au nom des «droits de l'homme». De la Révolution jusqu'au Marché, mais toujours internationaliste. Sa vision inspirée de «l'Europe du Rhin au Bosphore» qui inclurait la Turquie correspond exactement aux frontières de l'Otan et aux desiderata de l'Administration américaine, de Bush à Obama. Un hasard sans doute. Un rebelle devenu bourgeois Finalement, une seule constante idéologique, cette hostilité sourde à l'État-nation, le français, surtout, comme matrice de tous les autres, coupables d'enrégimenter les individus dans des carcans à la fois sociaux et patriotiques. «Le nationalisme, c'est la guerre», comme disait Mitterrand. Cohn-Bendit est cet enfant de la guerre qui ne voudra jamais voir que l'Allemagne nazie combattait elle aussi au nom de l'Europe. Au fil des années, le rouquin a perdu des cheveux, mais arbore des lunettes rondes, derrière lesquelles vibrionne son sempiternel regard bleu. À 64 ans, l'héritier rebelle est devenu un bourgeois respecté, dans lequel se reconnaissent les fameux bobos. L'insolent trublion souriant à la face d'un «CRS-SS,» s'est transformé en politicien habile et retors. Le référendum de 2005 sur la Constitution européenne fut son chemin de Damas. Il fait campagne pour le oui, mais s'abouche très vite avec les partisans du non. Son alliance avec José Bové est le mariage de la carpe et du lapin, du «grand marché» et de l'altermondialisme. Mais les électeurs ne sont pas trop regardants. Cohn-Bendit fait de José Manuel Barroso un parfait bouc émissaire, dont il soutenait pourtant naguère les choix «européens». Il brocarde sans vergogne son ancien «copain» de Strasbourg, François Bayrou, «touché par la Vierge» et obsédé par la présidentielle. Lui qui appela, au lendemain du premier tour de la présidentielle de 2007 son cher «François» à rejoindre «Ségolène», se fait désormais l'allié objectif de Nicolas Sarkozy. Il savoure sa revanche Le résultat du 7 juin valide ses choix tactiques. Le soir, à la télévision, il jubile, plastronne, entre narcissisme et savoir-faire médiatique. Il savoure sa revanche. Les Verts, qui le détestaient pour son vedettariat et son libéralisme, sont contraints de l'acclamer ; en une campagne, il a redonné vie au plus vieux fantasme politique des écologistes, mais auquel ils avaient fini par renoncer : remplacer le PS comme celui-ci s'est substitué au PCF. Au nom du sens de l'Histoire. Mais Cohn-Bendit n'est pas Mitterrand. Il ne rêve pas d'être président de la République ni «faiseur» de parti. Trop de contraintes, de responsabilités. Séduire, convaincre, combattre, détruire : tout cela est dans ses cordes. Mais pas diriger, façonner, construire. Être l'homme d'influence, le parrain, l'oncle, qui conseille, oriente, catalyse. Mais surtout pas incarner la figure honnie du pater familias. Jusqu'au bout, une certaine incarnation de sa génération. http://www.lefigaro.fr/elections-europeennes-2009/2009/06/09/01024-20090609ARTFIG00007-cohn-benditnouvelle-institution-mediatique-.php

FJ - 12

8 JUIN 2009 - COUP DE MASSUE POUR LE MODEM

Rodolphe Geisler Avec près de 8,5 % des voix, les listes de l'ancien candidat centriste à la présidentielle arrivent loin derrière celles d'Europe Écologie. Le choc. Le traumatisme. Pour le président du MoDem, ces élections représentent la fin des illusions. Avec 8,45 % pour ses listes, soit très loin derrière celles d'Europe Écologie, conduites par Daniel Cohn-Bendit, la stratégie de l'ancien candidat à la présidentielle vient de connaître un sérieux coup d'arrêt. Difficile, désormais, pour le troisième homme de 2007 de continuer de présenter son parti comme une alternative crédible au pouvoir en place et au PS en vue des élections de 2012. Arriver en quatrième position derrière les écologistes : la pilule est d'autant plus difficile à avaler qu'il y a encore trois ou quatre semaines, quand ses listes talonnaient dans certains sondages celles du PS, le chef centriste s'était mis à rêver secrètement que ses candidats gagnent la deuxième place. Sarnez : «Garder intacte notre capacité à rebondir» Peu après 22 heures, le président du MoDem a déclaré qu'il prenait sa «part de responsabilité». «Dans une campagne très dure, je ne suis pas parvenu à faire passer le message auquel j'étais attaché. J'ai pensé que l'on ne pouvait pas séparer les enjeux nationaux et les enjeux européens, je n'ai pas réussi à faire partager ce sentiment. Et je me suis laissé entraîner dans une polémique excessive qui a troublé», a-t-il ajouté avec gravité. Déjà, dimanche matin, en sortant d'un bureau de vote de Pau, où il est député, François Bayrou a reconnu que cette élection avait été «une des campagnes les plus dures qu'(il ait eues) à vivre», soulignant que le vote du jour aurait «une grande signification». Depuis samedi soir, des sondages, non rendus publics, circulaient et donnaient ses listes en dessous de 10 points. Dimanche soir, sa directrice de campagne Marielle de Sarnez, elle-même tête de liste en Ile-de-France, voulait relativiser les interprétations à avoir sur ce score. «La vie politique, comme la vraie vie, est faite de hauts et de bas», a-t-elle dit. Pour elle, «il faut accepter ce score, l'analyser, comprendre nos erreurs, et garder intacte notre capacité à rebondir». Sarnez, elle-même réélue en Ile-de-France, a voulu voir dans le scrutin européen une forme de «vote apolitique». «C'est un succès pour Europe Écologie, je crois que c'est bien de le dire, c'est bien de le reconnaître», a-t-elle ajouté. Pour François Bayrou, le rapport de force qu'il avait tenté d'imposer avec le PS ne sera plus le même. Les régionales sont proches. PS et MoDem devront faire avec (ou sans ?) les Verts. Or, durant ce dernier mois de campagne, les relations entre le président du MoDem et le leader du rassemblement Europe Écologie se sont sérieusement gâtées. Voire ont atteint un stade de non-retour. La vive altercation jeudi soir entre Bayrou et Cohn-Bendit est encore dans tous les esprits. Pourront-ils un jour se réconcilier en vue d'un accord électoral, ne serait-ce que pour former une majorité aux prochaines régionales ? Nul doute que les cadres MoDem examineront la question dès cette semaine. Mise en cause des sondages Parmi les leçons à tirer : sans doute aussi la posture de victime, adoptée par François Bayrou la semaine dernière vis-à-vis des sondages. Mercredi soir, lors de son avant-dernier meeting au Palais de la Mutualité à Paris, il avait mis en cause l'impartialité des sondages. Alors que quelques instituts donnaient ses listes en perte de vitesse par rapport à celles d'Europe Écologie, il avait fait valoir que «déjà» en 2007, «on lui avait fait le même coup». Mais peut-être que pour Bayrou, la principale leçon de ces européennes consistera à apprendre à finir une campagne. Déjà, en 2007, dans la dernière ligne droite, il n'avait pas su trouver les arguments pour devancer Ségolène Royal. Cette fois-ci, faute d'arguments décisifs, il a même raté la troisième place. Le dernier défi pour lui, une fois ces leçons tirées, sera de garder ses troupes mobilisées. Et, surtout, éviter une hémorragie dans ses rangs. Déjà, dimanche soir, Corinne Lepage, tête de liste Nord-Ouest, a assuré que si François Bayrou «veut un avenir, il faut qu'il joue collectif». Pour l'ancien ministre Didier Bariani, cofondateur de l'ancienne UDF, «Bayrou est le fossoyeur prévisible du centre». Pour lui, qui s'est mis en retrait du parti, «il faut changer le MoDem, car l'aversion maladive de son président pour le chef de l'État ne fait pas une politique». http://www.lefigaro.fr/elections-europeennes-2009/2009/06/08/01024-20090608ARTFIG00347-coup-demassue-pour-le-modem-.php
FJ - 13

7 JUIN 2009 - BAYROU EN VOIE DE "CHEVENEMENTISATION"

AFP Hervé Morin, ministre de la Défense et président du Nouveau Centre, a commenté ce soir l'échec des listes MoDem de son ancien partenaire François Bayrou aux élections européennes en estimant que ce dernier était "dans une impasse politique", "en voie de chevènementisation". Dans un communiqué, M. Morin se félicite du succès des listes de la majorité présidentielle (UMP-NC) et indique que trois élus du Nouveau Centre siégeront au Parlement européen: Jean-Marie Cavada (Ile-de-France), Sophie Auconie (Massif Central-Centre) et Damien Abad (Sud-Est). Pour lui, "les électeurs ont récompensé les candidats qui leur ont parlé d'Europe et ont lourdement sanctionné ceux qui ont détourné le scrutin pour leurs ambitions personnelles et qui, par leur comportement, ont suscité l'incompréhension, la confusion, le désarroi et l'exaspération des électeurs au point de provoquer cet immense gâchis civique que représente l'abstention", écrit Hervé Morin, en concluant: "Ce soir, François Bayrou est dans une impasse politique. Il est en voie de chevènementisation". http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/06/07/01011-20090607FILWWW00220-bayrou-en-voie-dechevenementisation.php L’EXPRESS

8 JUIN 2009 - FRANÇOIS BAYROU, LACHE PAR LES SIENS?

Avec 8,7% des voix, le Mouvement démocrate a essuyé un cuisant echec lors du scrutin européen. Dès l'annonce des résultats, son président, François Bayrou, a été vivement critiqué par certaines figures du Modem. Trop personnelle, trop présidentielle, la stratégie mise en place par le leader centriste n'a pas porté ses fruits. Le MoDem n'a obtenu que 8,47% des voix lors du scrutin européen du 7 juin, un score loin des ambitions de François Bayrou. Un revers personnel pour lui, qui suscite au sein même du parti de nombreuses critiques. Au cours de la soirée electorale, plusieurs voix se sont élevées. Le président du MoDem, esseulé, a pris sa "part de responsabilité", lors d'une brève allocution télévisée depuis le siège de son parti. "Le résultat d'aujourd'hui est une déception", a-t-il déclaré. "Dans une campagne très dure, je ne suis pas parvenu à faire passer le message auquel j'étais attaché. J'ai pensé que l'on ne pouvait pas séparer les enjeux nationaux et les enjeux européens, je n'ai pas réussi à faire partager ce sentiment. Et je me suis laissé entraîner dans une polémique excessive qui a troublé", a-t-il dit. Jeudi soir, François Bayrou, qui n'était pas candidat au scrutin, et Daniel Cohn-Bendit, tête de liste d'Europe Ecologie en Ile-de-France, s'étaient violemment opposés lors d'un débat télévisé sur France 2 qui a tourné au pugilat. Cette altercation du président du Modem avec le leader d'Europe Ecologie sur le plateau d'Arlette Chabot est pointée du doigt par certains, jugeant qu'elle a porté préjudice aux listes modem. Problèmes de gouvernance Pour Jean-François Kahn, tête de liste dans l'Est: le parti paie "l'erreur stratégique commise pendant le débat sur France 2". "La déception est d'autant plus douloureuse que nous avons frôlé un vrai succès en développant l'idée qu'il y avait dans l'électorat une forte aspiration à dépasser le clivage UMP-PS qui asphyxie la vie politique française", a-t-il déclaré. Le fonctionnement du parti centriste est également remis en cause. Corine Lepage, élue dans la circonscription du nord-ouest, n'a pas maché ses mots sur la responsabilité de François Bayrou. "J'aurais eu toute seule à prendre un certain nombre de décisions, je n'aurais pas pris les mêmes" a-t-elle déclaré. "Il faudra tirer les conséquences de la stratégie qui a été suivie. Il ne faut pas que le Modem soit une aventure personnelle mais collégiale, avec une autre forme de gouvernance", a-t-elle ajouté.

FJ - 14

Même Marielle de Sarnez, fidèle bras droit du député des Pyrénées-atlantiques, a reconnu l'échec du parti et la nécessité d'un changement profond de la ligne politique. "Nous ne pouvons pas non plus tout mettre sur le dos des attaques violentes que nous avons encaissé de la part de Daniel Cohn-Bendit et d'autres", a-t-elle admis. Si la présidentielle de 2012 reste l'objectif personnel de François Bayrou, il va devoir procéder à de profonds changements pour y parvenir. Quitte à nouer de nouvelles alliances. Tout sourire, son adversaire écologiste, Daniel Cohn-Bendit, a proposé dimanche soir sur les plateaux de télévision une alliance à l'échelle européenne entre les écolos, les socialistes et les centristes du MoDem pour contrer un nouveau mandat de José Manuel Barrosso à la tête de la Commission européenne. Un piège ou une main tendue? http://www.lexpress.fr/actualite/politique/francois-bayrou-lache-par-les-siens_765899.html

LE PARISIEN

7 JUIN 2009 - CUISANT ECHEC POUR LE MODEM

Le MoDem a essuyé un cuisant échec aux européennes dimanche, relégué à la 4ème place, loin derrière les écologistes et sous la barre symbolique des 10% de voix, un nouveau coup dur pour François Bayrou et ses ambitions présidentielles. Avec 8,5 ou 8,7% des voix, selon des estimations de Opinionway-Fiducial et TNS-Sofres-Logica, le Mouvement Démocrate (MoDem) arriverait plus de 6 points derrière Europe Ecologie (14,8-15,4%). Le parti centriste perdrait plus de trois points par rapport au score de l'UDF en 2004 (11,95% et 11 eurodéputés), et se situerait environ 10 points derrière le score de François Bayrou à la présidentielle de 2007 (18,57%). L'ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage, tête de liste du MoDem dans le Nord-Ouest, a reconnu sur France 2 que ce «mauvais» score était «une déception». Cet échec s'ajoute à celui des législatives de 2007 et des municipales de 2008, alors que le MoDem ambitionne d'incarner une alternative au Parti socialiste dans l'opposition à Nicolas Sarkozy. La campagne du parti centriste, qui avait atteint jusqu'à 14% d'intentions de vote dans les sondages dix jours avant le vote, avait été dynamisée par le livre à succès de François Bayrou, «Abus de pouvoir», une virulente critique du sarkozysme publiée fin avril. L'accrochage avec Cohn-Bendit a nui à Bayrou Mais le MoDem a ensuite perdu du terrain, alors que les écologistes progressaient.Lors d'un débat télévisé jeudi soir, François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit se sont violemment affrontés, le président du MoDem accusant implicitement le chef de file d'Europe Ecologie de complaisance envers la pédophilie, après avoir lui-même été traité d'«ignoble» et de «minable». Pour Pascal Perrineau, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences-Po, «François Bayrou a voulu transformer ces élections européennes en une espèce de galop d'essai pour la présidentielle, au risque d'irriter toute une partie de l'électorat. Son dérapage au cours du débat avec Daniel Cohn-Bendit a certainement rajouté au désarroi d'une partie de ces électeurs». Cet épisode a affecté «son avantage absolu, la construction d'une image d'homme d'éthique et de valeurs», estime Stéphane Rozès (société de conseil CAP). François Bayrou, qui n'était pas lui-même candidat mais s'est fortement impliqué, «a trop axé sa campagne sur la critique de Nicolas Sarkozy», au détriment des questions européennes, dit également ce politologue. «Coup d'arrêt» «La marginalisation que François Bayrou a connue après son succès personnel à la présidentielle, d'abord aux législatives, puis aux municipales, se trouve confirmée», juge M. Perrineau. «Cela renforce cette dimension d'aventure solitaire qui est la sienne. Il ne dispose pas d'un appareil capable d'exister entre les deux échéances présidentielles». Pour Frédéric Dabi (Ifop), cette quatrième place donne «un coup d'arrêt sérieux à la stratégie de François Bayrou qui était d'apparaître, dans la perspective de la présidentielle, comme une alternative au PS», même si
FJ - 15

«les rapports de forces aux européennes ne se reproduisent pas nécessairement dans le cadre d'élections nationales». «Je ne crois pas que son avenir présidentiel soit définitivement obéré, mais il faut qu'il tire des conclusions de ce qui s'est passé», dit M. Rozès. «Quand on s'institue en procureur du président de la République en disant qu'il abaisse la fonction présidentielle, on doit être soi-même irréprochable». http://www.leparisien.fr/elections-europeennes-2009/cuisant-echec-pour-le-modem-07-06-2009-540330.php

LIBERATION

7 JUIN 2009 - «BAYROU A FAIT UNE ENORME BOULETTE»

SYLVAIN MOUILLARD Au siège du parti centriste, certains militants regrettent une fin de campagne en queue de poisson. Il est 19h30 quand Marielle de Sarnez et Jean-Luc Benhamias, têtes de liste Modem pour les élections européennes, quittent le siège du parti centriste, dans le 7ème arrondissement de Paris. Avec la mine des mauvais jours. Marielle de Sarnez s'engouffre sans un mot dans la voiture qui la conduit sur le plateau de TF1. Benhamias, lui, démine déjà le terrain: «L'écart entre le Modem et Europe Ecologie est anecdotique. Ce qui compte, c'est d'avoir parlé des enjeux européens, du changement climatique.» Quelques minutes plus tard, les premières estimations tombent. Le Modem fait quasiment moitié moins qu'Europe Ecologie (8,5% contre 16%). Robert Rochefort, candidat dans le Sud Ouest, a déjà trouvé le responsable: le film Home, de Yann Arthus-Bertrand, diffusé vendredi soir dans le monde entier. «Ce film a impacté le vote. Mais je ne suis pas sûr que cela soit de la politique. On est davantage dans l'émotionnel par rapport aux enjeux écologiques.» «Une claque» La rengaine sera répétée plusieurs fois par les responsables centristes, qui qualifient le scrutin de «bizarre et dramatique», à l'image de Géraldine Martiano. «Europe Ecologie, c'est l'alliance de la carpe et du lapin. En plus, Cohn-Bendit n'est pas présidentiable». Bernard Lehideux, numéro deux en Ile-de-France, persiste: «Le vote pour Europe Ecologie est plus sociétal que politique». Et quand on lui demande si une campagne trop personnelle de François Bayrou, symbolisée par son altercation avec Daniel Cohn-Bendit jeudi lors de l'émission «A vous de juger», a pu nuire au Modem, il répète que tout «s'est cristallisé vendredi soir». Le Modem, avec deux têtes de listes connues pour leur engagement écolo (Jean-Luc Benhamias et Corinne Lepage), avait pourtant des arguments à faire valoir ce domaine. Du côté des militants, la référence au manifeste environnemental d'Arthus Bertrand ne semble pas porter. Fanny, vice-présidente des jeunes Modem de Paris, parle d'une «énorme claque pour les militants d'un parti viscéralement attaché à l'Europe». Christophe, lui, s'interroge ouvertement sur l'impact du clash avec le leader d'Europe Ecologie: «Bayrou a fait une énorme boulette. En plus, attaquer Cohn-Bendit sur sa connivence avec Sarkozy n'avait pas de sens par rapport à la campagne que nous menons». Déficit de notoriété Le jeune militant parisien se dit fier d'avoir fait campagne, sur le terrain, pendant neuf mois, sur des thèmes européens. D'après lui, les derniers jours de campagne ont eu une influence décisive - «ça nous a coûté 4-5%», évalue-t-il - et ont également «donné du grain à moudre à tous ceux qui pensent que Bayrou fait de la polémique pour la polémique». Quant aux attaques contre les sondages, il redoute que «la théorie du complot puisse créer une certaine lassitude. Dénoncer, c'est bien, se victimiser non». Xavier, responsable d'une section dans le Haut-Rhin, ne veut pas céder au découragement: «Notre parti est encore jeune. On a un déficit de notoriété, notamment par rapport à Europe Ecologie qui a présenté des listes avec de nombreuses personnalités, alors que sur le fond, nos programmes sont proches». Plus expérimentée, Isabelle regrette surtout «l'absention monstrueuse». Les attaques de Bayrou contre Cohn-Bendit étaient «une
FJ - 16

gaffe qui tombaient mal», les résultats du Modem sont certes «décevants», mais cette militante de Meudon affirme surtout en «avoir vu d'autres». http://www.liberation.fr/politiques/0101572040-bayrou-a-fait-une-enorme-boulette

LE MONDE

8 JUIN 2009 - FRANÇOIS BAYROU RECONNAIT UNE ERREUR STRATEGIQUE DANS SA CAMPAGNE

Il a attendu 22 heures, les résultats définitifs, pour intervenir. Comme pour gagner du temps ou espérer une ultime correction. François Bayrou ne s'est pas attardé devant les caméras. Cinq minutes pour lire un texte. Puis il est retourné en trombe dans son bureau, laissant les quelques militants présents au siège du MoDem sonnés par la défaite. Jean-François Kahn, élu, renonce à siéger à Strasbourg L'ancien directeur de Marianne, Jean-François Kahn, ne fêtera pas son 71e anniversaire, vendredi 12 juin, au Parlement européen. Dès l'annonce de son élection dans la circonscription de l'Est, où il conduisait la liste du MoDem, il a indiqué qu'il laisserait sa place à la députée européenne sortante, Nathalie Griesbeck, qui se trouvait en deuxième position. M. Kahn s'était engagé à se désister en sa faveur si son parti n'obtenait le renouvellement que d'un seul des deux sièges qu'il détenait. Le journaliste et essayiste avait été considéré comme une prise de choix par François Bayrou lorsqu'il avait accepté de rejoindre son mouvement. "Quand on est dans le journalisme d'opinion, on est engagé politiquement. Les idées que je défends là, je les ai toujours défendues dans les journaux, donc il y a pour moi une continuité", avait déclaré M. Kahn, qui se présentait pour la première fois à une élection. Nathalie Griesbeck, 53 ans, est députée européenne depuis juin 2004 et conseillère générale de la Moselle depuis 1988. Le Mouvement démocrate ne recueille que 8,45 % des voix, alors qu'en 2004 l'UDF avait frôlé les 12 %. M. Bayrou n'a pas tergiversé : "Le résultat d'aujourd'hui est une déception, il y a eu deux bons résultats électoraux, au moins apparents, le maintien de l'UMP et surtout le grand succès des écologistes." Il reconnaît "sa part de responsabilité" et son erreur stratégique : "Dans une campagne très dure, je ne suis pas parvenu à faire passer le message auquel j'étais attaché. J'ai pensé que l'on ne pouvait pas séparer les enjeux nationaux et les enjeux européens. Je n'ai pas réussi à faire passer ce sentiment." Le président du MoDem assume aussi s'être "laissé entraîner dans une polémique excessive qui a troublé", se référant sans le dire au violent échange qui l'a opposé, jeudi sur France 2, à Daniel Cohn-Bendit. Mais pour lui, plus que cet affrontement, c'est la diffusion du documentaire Home sur France 2, l'avant-veille du scrutin, qui a été déterminant. "Neuf millions de personnes l'ont vu. Cela a fait bouger deux ou trois points en faveur des listes écologistes. Europe Ecologie nous a piqué la moitié de nos voix", confie-t-il. Deux ans après l'élection présidentielle où il avait recueilli 18,57 %, M. Bayrou enregistre son troisième échec électoral. Il avait déjà perdu deux élections intermédiaires, législatives et municipales. Le président du MoDem espérait se positionner, à l'issue de ces européennes, comme la troisième force du pays et incarner l'alternative au sarkozysme. Toute sa campagne a été bâtie sur cette thématique du vote sanction. Mais, ce faisant, celui qui se présente comme l'héritier des fondateurs de l'Europe a peu parlé d'Europe, ou trop tard, trois jours avant le scrutin. Il a permis à ses adversaires, à droite comme à gauche, de fustiger son obsession présidentielle. L'échec de M. Bayrou est d'autant plus grand qu'il est devancé par des écologistes qui se sont refusés au vote sanction pour privilégier le débat européen. Au siège du MoDem, le dimanche 7 juin au soir, ses conseillers essayaient de relativiser la défaite. "Le vote de ce soir, décrypte Philippe Lapousterle, le conseiller politique de M. Bayrou, ne dit rien sur la suite des échéances nationales. L'Europe est une bataille qui fait des morts provisoires. Ce n'est certes pas une bonne journée, mais elle ne condamne pas l'avenir de Bayrou. Il a gagné son statut de meilleur opposant à Sarkozy."

FJ - 17

UNE "ÉQUIPE" À CONSTRUIRE M. Bayrou qui, après la victoire de Nicolas Sarkozy, avait perdu la quasi-totalité de ses élus, partis rejoindre le camp de la majorité présidentielle, risque-t-il une nouvelle hémorragie ? Michel Mercier, son vieil ami et trésorier du MoDem, devrait être appelé au gouvernement dans les jours prochains. Le sénateur du Rhône, totalement absent de la campagne européenne, a rencontré, le 4 juin à l'Elysée, le chef de l'Etat qui lui a confirmé son souhait de le voir incarner dans le gouvernement le centre démocrate-chrétien. D'autres élus semblent "déstabilisés" par la défaite. C'est le cas de Corinne Lepage, dont le mouvement Cap21 a intégré le MoDem. Sur France 2, l'ancienne ministre de l'environnement d'Alain Juppé n'a pas caché "sa déception" : "Je ne suis pas contente, c'est un mauvais score. Je suis contente du score de Daniel Cohn-Bendit. Il faut tirer ensemble les conséquences de cette stratégie. Nous n'avons pas bien su convaincre de la partie écologie du MoDem." Questionnée sur la stratégie antisarkozyste de M. Bayrou, Mme Lepage a confié qu'elle "n'aurait probablement pas pris cette décision", avant de déclarer, sibylline : "Pour le moment je reste" au MoDem. Après son troisième échec, M. Bayrou estime urgent d'" aller lentement mais sûrement". Le Béarnais ne veut "rien précipiter". Face au "revers", il affirme qu'il "faut tirer les leçons". Lesquelles ? Le président du MoDem veut réfléchir à une "meilleure organisation" de son mouvement créé après la présidentielle et insuffisamment structuré. "Jusqu'à présent, souligne M. Bayrou, j'étais seul. J'ai désormais des gens autour de moi, cinq ou six personnes. On a des élus dans toutes les eurorégions, comme Robert Rochefort ou Sylvie Goulard, qui peuvent s'exprimer. C'est une équipe qui est en train de se construire." Passé le scrutin, il affirme que "les problèmes de la vie de tous les jours, qui n'ont pas été abordés dans cette campagne, vont revenir". Le président du MoDem a peu de temps pour rebondir : dans un an, il devra affronter l'échéance des élections régionales. Un scrutin à deux tours qui l'obligera à des alliances. "C'est un vrai problème, prévient M. Mercier, on ne peut pas toujours être seul." Sophie Landrin http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/06/08/francois-bayrou-reconnait-une-erreurstrategique-dans-sa-campagne_1203927_1168667.html

7 JUIN 2009 - EUROPEENNES : LES MOTIVATIONS DU VOTE DES FRANÇAIS

Comment les Français motivent-ils leur vote ? Qu'ont-ils voulu exprimer ? Qu'attendent-ils désormais du gouvernement, ou encore du PS ? Autant de questions auxquelles un sondage de TNS Sofres-Logica réalisé dimanche pour Le Monde, Le Point, France 2, France 3 et France Inter essaie de répondre. En voici les principaux éléments. LE VOTE L'intérêt porté à la campagne. Les Français confirment que la campagne ne les a pas intéressés. C'est ce que disent 76 % des personnes interrogées. Ce désintérêt est notamment fort chez ceux qui ont voté FN (67 %), ou encore ceux qui ont choisi un bulletin du Nouveau parti anticapitaliste d'Olivier Besancenot (53 %), mais aussi chez les électeurs du PS (45 %). Ceux qui disent avoir été intéressés par la campagne se recrutent plutôt chez les électeurs UMP (62 %) et chez ceux du Front de gauche (60 %). Les raisons de l'abstention : c'est la volonté de marquer un mécontentement à l'égard des partis politiques (31 %) qui est citée en premier. Viennent ensuite l'absence de différence entre les projets des différents partis (22 %), et la volonté de manifester un mécontentement à l'égard de l'Europe et de la construction européenne (20 %). Le moment du choix : 80 % des personnes interrogées disent avoir pris leur décision avant ce week-end. Le message derrière le vote : 45 % des Français disent avoir voulu manifester un mécontentement à l'égard du gouvernement, contre 30 % qui disent avoir voulu exprimer un soutien. Cette volonté d'exprimer un "vote sanction" est notamment forte chez les électeurs du Front de gauche (84 %) et du NPA (79 %). Elle est moindre chez les électeurs socialistes (71 %). L'enjeu du vote : pour autant, une majorité de Français (59 %) disent avoir tenu compte lors de leur vote des positions prises par les partis sur les problèmes de la construction européenne (59 %), plutôt que sur les problèmes qui se posent à la France (37 %).
FJ - 18

LES CONSÉQUENCES AU NIVEAU DU GOUVERNEMENT Faut-il un remaniement ? Pour 44 % des personnes interrogées, un remaniement ministériel n'est pas souhaitable, alors que 39 % pensent qu'il faut au contraire le faire. Le remaniement est notamment le plus fortement souhaité par les électeurs du NPA (60 %) et ceux du PS (54 %). Ces mêmes personnes plaidant d'ailleurs pour que ce remaniement ait lieu avec introduction de nouvelles personnalités politiques venant de la gauche : c'est ce que disent 54 % des électeurs du NPA et 42 % des électeurs du PS. Quel ryhme pour les réformes ? Là encore, les Français apparaissent relativement partagés. 35 % des personnes interrogées disent vouloir que le rythme se maintienne, contre 27 % qui souhaitent un ralentissement et 32 % qui veulent une accélération. LES CONSÉQUENCES POUR LE PS L'orientation politique du PS : pour 37 % des personnes interrogées, le PS n'est pas assez à gauche, 27 % considérant qu'il est "à gauche, juste comme il faut". Chez les électeurs socialistes, 52 % des personnes interrogées considèrent notamment que le parti dirigé par Martine Aubry n'est pas assez à gauche. Quelles alliances pour le PS ? Pour 38 % des Français, le PS n'a pas besoin de se rapprocher de qui que ce soit. Ils sont 26 % à penser qu'il faut au contraire un rapprochement avec le MoDem et les écologistes. Par ailleurs, 15 % considèrent que les alliances doivent être "modulables" : avec le PCF et des partis d'extrême gauche sur certains sujets, avec le MoDem et les écologistes sur d'autres sujets. Seulement 9 % des Français prônent un rapprochement avec le PCF et l'extrême gauche. Les électeurs du PS sont assez équitablement partagés sur cette question : 28 % penchent pour une alliance avec le MoDem et les écologistes et 27 % pour des alliances modulables (avec le PCF et l'extrême gauche dans certains cas, avec le MoDem et les écologistes sur d'autres sujets). 17 % seulement appellent à un rapprochement avec le PCF et l'extrême gauche. Et 26 % considèrent que le PS n'a besoin de se rapprocher ni des uns ni des autres. L'enquête a été effectuée dimanche 7 juin, auprès d'un échantillon national de 2 000 personnes, représentatif de l'ensemble de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées par téléphone par le réseau des enquêteurs de TNS Sofres. Méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), avec stratification par région électorale et catégorie d'agglomération. http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/06/07/les-motivations-du-vote-des-francais-et-leursattentes_1203034_1168667.html

MARIANNE

8 JUIN 2009 - LE MODEM A LA GUEULE DE BOIS

Régis Soubrouillard Un chef absent, des militants hagards, quelques hypothèses et des mises en cause sur la stratégie. C'est le spectacle d'une armée en déroute qu'a donné le Modem après l'annonce de ses résultats aux élections européennes. Une seule certitude. Tout est à refaire. 22h30. Les locaux du Modem se vident. L'ambiance a tout du pot de départ du salarié qui n'aurait pas demandé à partir. Quelques sourires, des accolades, mais le coeur n'y est pas. Chacun y va de ses hypothèses, « l'acampagne », ou la non-campagne, la fin de campagne chahutée. Et un mot qui revient sur toutes les lèvres: « Home ». L'ultime plaidoyer pro-terre de Yann Arthus Bertrand diffusé deux jours avant l'élection sur France 2 qui aurait largement favorisé un vote émotionnel. Dès le début de la soirée, l'atmosphère n'était pas à la fête. Comme un parfum de catastrophe annoncé flottait dans l'air. La gueule de bois avant que la soirée ne commence. Pas fréquent. Les journalistes meublent mais n'ont à rien à dire, les leaders ne se montrent pas. Preuve que le parti a perdu tout ses repères, au Modem, on regarde...TF1. La chaîne autrefois honnie.
FJ - 19

Les chiffres tombent: 8,5%. La douche est froide. Très froide.Il y a très peu de monde: «c'est une catastrophe», s'inquiète une militante qui se demande comment Cohn-Bendit a pu passer devant. Et pas seulement devant le Modem... Bayrou K.O. debout En quelques semaines, Bayrou, l'impétrant politique qui ambitionnait de s'imposer comme le centre de gravité politique de l'opposition à Sarkozy est devenu quantité négligeable. Le refuge au centre du vote protestataire a peut-être déjà vécu. Le vote anti-système à l'intérieur du système n'a pas trouvé sa place au centre. C'est vers les écolos que les regards se tournent désormais. A 22 heures, François Bayrou, se montre enfin. Un passage éclair: « C'est une déception. De ce résultat, je prends ma part de responsabilité. J'ai pensé qu'on ne pouvait pas séparer les enjeux nationaux des enjeux européens. Je me suis laissé entrainer dans une polémique excessive qui a troublé ». Le président du Modem s'autorise un mea-culpa dans un discours de trois minutes. Puis repart. Sans un mot. Sonné. Les militants applaudissent et restent pour se parler. Tout juste si une cellule de soutien psychologique pour la poignée de militants présents n'aurait pas eu son utilité. Du reste, les régionales, les présidentielles, l'avenir en somme. Personne ne dira mot. Tout est à refaire. http://www.marianne2.fr/Le-Modem-a-la-gueule-de-bois_a180598.html?com#comments

7 JUIN 2009 - BAYROU: MOI LE MAUDIT...

Bénédicte Charles Le plantage du Modem renforce la légende de la malédiction du troisième homme. Daniel Cohn Bendit l'a compris, qui avait annoncé, avant le scrutin, qu'il ne serait pas candidat en 2012. Un homme qui monte, monte, monte dans les sondages. Puis s’effondre. Pas inexplicablement. Mais sans véritable raison non plus. Ce scénario ne vous rappelle rien ? Eh oui, avant François Bayrou, il y a eu JeanPierre Chevènement. Lui aussi séduisait une partie de l’électorat de gauche alors lassé d’un PS angélique et déconnecté de la France d'en bas. Lui aussi a rassemblé autour de lui diverses personnalités hors-normes. Et lui aussi s’est planté. Certes, Bayrou n’est pas Chevènement. Le candidat du Modem a fait un excellent score à la présidentielle de 2007 (ce qui ne fut pas le cas du Che en 2002). Et l’électorat de gauche qu’il capte est surtout lassé des luttes internes d’un PS converti au néolibéralisme et qui a réussi à tuer en son sein tout débat, et même toute idée. Il n’empêche : François Bayrou s’inscrit ce soir dans la longue lignée des « troisièmes hommes ». Une lignée frappée d’une malédiction originelle : en France, on n’aime pas les troisièmes. Depuis le coup de Jean Lecanuet en 1965, tout le monde s’est cassé les dents, de Jean-Jacques Servan-Schreiber à Alain Poher. Seul Le Pen (même si on savait qu’il n’avait aucune chance) a réussi à effacer le traditionnel face à face entre la droite et la gauche. En somme, le troisième homme ne peut être qu’un « extrémiste ». Lorsqu’il incarne simplement comme Chevènement, une forme aigüe du républicanisme ou comme Bayrou, un centrisme qui, s’il se revendique révolutionnaire, n’a toujours pas osé prendre la Bastille, il se vautre. Car si les Français sont prompts à clamer que la droite et la gauche sont « blanc bonnet et bonnet blanc », ils manifestent à chaque élection leur attachement à un paysage politique dominé par deux grands blocs. Toute tentative de leur proposer une troisième voie qui se rapprocherait de la norme anglo-saxonne du dualisme politique entre conservateurs et démocrates semble donc vouée à l’échec. François Bayrou a cru — et il n’est pas le seul — qu’il y parviendrait. L’énorme succès de son livre, un parti socialiste en dessous de tout, un ras-le-bol général du sarkozysme : le leader du Modem avait tout pour réussir son coup et devenir le seul véritable opposant crédible à Nicolas Sarkozy. En ce sens, les Européennes auraient pu être une sorte de primaire de l’anti-sarkozysme. Elles ne l’ont pas été. Sans doute la campagne réussie des Verts y est-elle pour quelque chose. Mais Bayrou a apporté lui-même une contribution décisive à sa propre défaite. Bien sûr, il y a eu son faux pas de jeudi soir sur France 2 face à Daniel Cohn-Bendit. Il aurait pu n’être qu’une
FJ - 20

anecdote sans conséquence si François Bayrou n’avait pas choisi d’incarner à lui seul son parti, et d’en personnaliser à outrance la campagne, s’exposant du coup à ce qu’on sanctionne tout le Modem pour une malheureuse sortie de son chef. Mais la ridicule polémique qui l’a opposé à Cohn-Bendit (qui, rappelons-le, avait commencé parce que Bayrou accusait le leader écolo de complaisance envers Sarkozy) est surtout le signe que le patron du Modem n’avait, dans cette campagne, guère plus à offrir qu’un discours hostile au président de la République. Qu’a dit Bayrou sur l’Europe ? Et puisqu’on raconte qu’il ambitionne avant tout l’Elysée et est déjà en campagne pour 2012, quel est son programme ? Qu’a-t-il à proposer en pleine crise du modèle néo-libéral ? Certes, dans un parti qui regroupe des Jean Peyrelevade et des Jean-François Kahn, établir un programme économique relève du grand écart. Surtout quand, comme Bayrou, on vient seulement de comprendre la nocivité d’un système qu’on croyait libéral mais qui était en réalité néolibéral, c’est-à-dire favorable à la rente et à la spéculation. Le chef du Modem n’a manifestement pas eu le temps de digérer cette découverte en somme assez récente. Daniel Cohn-Bendit aurait pu, ce soir, prétendre au statut de troisième homme. Pas fou, il a déclaré cette semaine qu'il ne serait pas candidat en 2012. http://www.marianne2.fr/Bayrou-Moi-le-maudit_a180595.html

LE NOUVEL OBSERVATEUR

10 JUIN 2009 - FRANÇOIS BAYROU NE RENONCE PAS A 2012 MAIS SE VEUT "MOINS BATAILLEUR"

Le président du MoDem regrette son altercation avec Daniel Cohn-Bendit, qu'il compare au "coup de tête de Zidane". Tout en affirmant qu'il gardera "son intransigeance", il laisse entendre qu'il ne renonce pas à la présidentielle. Il "faut que je sois moins batailleur", a estimé le président du MoDem François Bayrou, mardi 9 juin sur Europe 1, en référence à son échange houleux avec Daniel Cohn-Bendit sur France 2. Cet épisode, advenu peu avant le scrutin, a contribué au cuisant échec du MoDem lors des européennes, où il n'a recueilli que 8,45 % des voix. Mais "je garderai intégralement mon intransigeance parce que ce pour quoi je me bats ne supporte pas la demimesure", a-t-il ajouté. Quant à 2012, il n'y renoncera pas : "L'élection présidentielle ce sont les Français qui en décident et qui en décident le moment venu", a-t-il répondu, avant d'ajouter : "En tout cas, si je dois être dans les années qui viennent le défenseur intransigeant de ceux qui ne peuvent pas s'exprimer, je le serai sans la moindre référence à une élection", a-t-il dit. "Personne ne sait où il sera en 2012". Deux causes au revers électoral François Bayrou explique son échec électoral par "deux élément qui n'ont pas été justes" : le fait d'avoir trop mêlé France et Europe dans sa campagne et "ce moment polémique excessif" avec Daniel Cohn-Bendit. Lors d'un débat sur le plateau de l'émission "A Vous de Juger" jeudi dernier, le président du MoDem a accusé le chef de file des listes Europe Ecologie de complaisance envers la pédophilie dans un livre que Daniel CohnBendit avait publié en 1975. "Daniel Cohn-Bendit a explosé dans des injures qui n'étaient pas pour moi acceptables (...) c'est sur le mot 'ignoble' que les choses pour moi se sont faites", a-t-il expliqué sur Europe 1. "Je regrette l'affrontement mais, sur le fond du fond je ne peux pas dire que j'ai la moindre complaisance ou la moindre indulgence à l'égard des écrits et des actes qui étaient là rapportés", a toutefois réaffirmé le président du MoDem. Alors qu'on lui demandait s'il accepterait de rencontrer Daniel Cohn-Bendit seul à seul, il a répondu "sûrement oui".
FJ - 21

Comme le "coup de tête de Zidane" "Tout d'un coup c'est sorti comme une réponse à des injures insupportables, la réponse de quelque chose d'insupportable à des injures insupportables", a encore expliqué François Bayrou , comparant sa réaction au "coup de tête de Zidane". "Vous savez, en finale de la Coupe du monde Zidane donne un coup de tête. Or Zidane est un homme qui, je crois, garde ses nerfs en général. Il arrive qu'il y ait des moments où tout simplement s'exprime quelque chose qui devrait naturellement être gardé, conservé, mis au frigo, et puis qui tout d'un coup explose parce qu'un moment est devenu un moment insupportable", a-t-il expliqué. Jouer collectif Pour ce qui est des critiques de certains membres du MoDem qui réclament une gouvernance plus collégiale, "contrairement à ce qu'on dit, je n'ai jamais cessé de jouer collectif", a-t-il estimé. Une réunion du bureau politique du MoDem doit se tenir ce mardi. (Nouvelobs.com) http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/europeennes_2009/20090609.OBS9883/bayrou_ne_renonce_pas_a_2 012_mais_se_veut_moins_bataill.html

EUROPE 1

9 JUIN 2009 - LES EXCUSES DE BAYROU AU PATRON DE TNS SOFRES

"François Bayrou m'a appelé pour me dire qu'il s'était trompé", a assuré mardi sur Europe1 Brice Teinturier. Le président du MoDem avait accusé les sondeurs de "manipulation". Brice Teinturier, directeur chez TNS Sofres, a assuré jeudi sur Europe1 que François Bayrou l'avait appelé pour s'excuser. Le président du MoDem avait fustigé lors d'une émission sur France 2 des "coups sondagiers". "François Bayrou m'a appelé dès lundi pour me dire qu'il s'était trompé et que, dans une campagne difficile pour lui, il avait, à un moment donné, proféré des propos plus qu’inapropriés. Lors de l'émission "A vous de juger" de France 2, François Bayrou avait dénoncé une tentative de manipuler l'opinion par des "coups sondagiers". Les sondages TNS Sofres le disaient alors distancé par Europe Ecologie. http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Politique/Sofres-Teinturier-assure-que-Bayrou-s-estexcuse/(gid)/227980

FJ - 22