e glace ! Dep uis lo ngte mp s.

© Ben & Jerry‛s Homemade, Inc - www.benherry.com © Woody Jackson - www.holycowinc.com

«

édites, tôt.
La littérature se définit comme un aspect particulier de la communication verbale — orale ou écrite — qui met en jeu une exploitation de toutes les ressources de la langue pour multiplier les effets sur le destinataire, qu’il soit lecteur ou auditeur. aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLa littérature — dont les frontières sont nécessairement floues et variables selon les appréciations personnelles — se caractérise donc, non par ses supports et ses genres, mais par sa fonction esthétique : la mise en forme du message l’emporte sur le contenu, dépassant ainsi la communication utilitaire limitée à la transmission d’informations même complexes. aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa Aujourd’hui la littérature est associée à la civilisation des livres par lesquels nous parlent à distance les auteurs, mais elle concerne aussi les formes diverses de l’expression orale comme la poésie traditionnelle des peuples sans écriture — dont nos chansons sont les lointaines cousines — ou le théâtre, destiné à être reçu à travers la voix et le corps des comédiens. aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLa littérature, dans son sens le plus courant, est donc un art à part entière. Mais il est parfois difficile de cerner les limites de cet art quand on aborde des écrits philosophiques, des pièces de théâtre ou des scénarios qui relèvent aussi des arts du spectacle aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaD’une manière générale, la littérature regroupera ici les œuvres ayant soit un but esthétique soit une forme esthétique particulière. La dimension esthétique est donc la finalité de la littérature, critère qui la différencie des autres types d’écrits comme le journalisme ou la politique répondant à certaines contraintes spécifiques. À première vue, cette définition exclut donc les écrits purement philosophiques, politiques ou historiques. à la littérature. (voire la bande dessinée et certaines formes écrites de l’art contemporain).

»

sommaire
graphisme contemporain

50 DaviD Carson

David Carson : the guy’ who killed the graphic grids. J’aurais aussi bien pu titrer ce billet par L’Homme qui tua la grille (...et non Liberty valance de John Ford).
autour d’une oeuvre

5 6 10 16 20 23 28 32 36 84 85

> > > > > > > > > > >

courrier actualités recto/verso livres salons expositions critique flash arts du temps contr’art abonnement le mois prochain

56 auguste roDin
56

alors que rodin n’apprécie pas particulièrement la photographie, une alchemie s’opère entre sculpture, dessin et photographie. Comme si pour rodin, ce qui est important c’est ce qui dépasse la sculpture et ce qui nous y ramène.
la photographie

64 CéDriC gerbeHaye
72

L’appareil photographique n’est pas un instrument apte à répondre au pourquoi des choses, il est plutôt fait pour l’évoquer, et dans les meilleurs cas, à sa manière propre, intuitive, il questionnne et répond à la fois.
la peinture

72 Détournement

La mise en abîme de l’art quand trois artistes se copient, se rendent hommage et s’inspire les uns des autres.
la typographie

74 Le mémento
64

retrouvez, dans le mémento de ce mois, les classifications typographiques, les abréviations françaises, la correction de manuscrit & de nombreux conseils aux maquettistes !

| Dossier du mois /////////////////////////////
41 Les granDs noms De La typograpHie
Chaque mois, nous vous proposerons l’histoire de deux personnalités de la typographie ou du graphisme. Deux articles consacrés à des pères fondateurs de la typographie. aujourd’hui encore, les fontes conçues par les grands typographes de la renaissance sont utilisées tous les jours, ce qui prouve bien que les principes de lisibilités établis à l’époque sont encore d’actualité. en anticipant les utilisation modernes de la typographies, Claude garamond et alde manuce ont étés les précurseurs du développement de l’art de la typographie et de l’imprimerie.

| art’ctualités ///////////////////////////////////////

Création en ligne

L’opérateur Cégetel lance un concours ouvert aux artistes, débutants ou confirmés. Il vise à encourager la création numérique et sa diffusion. Les oeuvres des candidats (pré-inscrits avant le 1 septembre) sont à envoyer le 10 septembre au plus tard. Les six gagnants (trois désignés par un jury professionnel, trois par les internautes), seront exposés lors de la biennale des Arts numériques de La Villette, du 21 septembre au 3 octobre, et remporteront un écran LCD. Des votants seront récompensés.

tél. 02 38 53 0616, du 16 octobre au 30 décembre. www.archilab.org DanSe À aiX-en-ProVenCe

CONCERTS
PoP rUSSe À MonaCo

6

www.cegetel.fr/artdsl

FESTIVALS
CHangeMent De rYtHMe

14 compagnies invitées (dont 6 étrangères et 3 régionales), 4 premières mondiales et 2 premières en France, 22 représentations et, en avant-première, N, du ballet Preljocaj, le festival de danse d’Aixen-Provence offre un visage renouvelé après les déconvenues de l’édition 2003. À noter, un nouveau lieu de plein air, le parc Jourdan, en remplacement de la cour de l’IUFM. (III. Marco Berrettini, Sorry, Do the Tour, de 2004. Photo A. Maniglier.)

En regard de l’exposition « Impérial SaintPétersbourg », de Pierre le Grand à Catherine présentant les grandes heures de la « ville mirage », des concerts gratuits d’électro-pop et de rock russes sont programmés tous les jeudis à 23 h, jusqu’au 19 août.
Grimaldi Forum Monaco, 10, avenue Princesse Grace, Monaco-Espace Ravel tél. +37799 99 30 00, jusqu’au 12 septembre.

La Maréchalerie, 2, avenue de Paris, 78006 Versailles, tél. 01 39 07 40 58.

NOMINATIONS
artS DéCoratiFS

ARCHITECTURE
JeUneS talentS

INAUGURATION
VerSailleS CHantier

| artittude – n°1 – juin 2008 //

Après cinq éditions, Archilab, le festival annuel de l’architecture prospective d’Orléans, change de rythme et devient biennal. Cette nouvelle formule, toujours sous la direction artistique de Marie-Ange Brayer, accueillera désormais un commissaire invité. Cette année, le Hollandais Bart Lootsma a réuni, autour du thème « la ville à nu », une trentaine d’architectes qui questionnent les nouvelles organisations du territoire. (III. Reinhold Weichlbauer & Albert Josef Ortis, immeuble de logements Wohn DNA, 2001, Gratkorn, Autriche. Courtesy Weichlbauer/ Ortis.)

Festival de danse, 13100 Aix-en-Provence, 61 04 42 96 05 01, jusqu’au 6 août www.danse-a-aix.com DiManCHeS À la Plage

« Sous la plage », festival pluridisciplinaire et gratuit, propose, au parc André Citroën à Paris, des concerts, des installations, des animations multimédia et vidéo pour les enfants (avec le Cube d’Issyles-Moulineaux, espace culturel dédié à la création numérique)... À noter, le 19 septembre à 20 h 30, le concert de Mike Ladd, artiste incontournable de la galaxie hip-hop.
« Sous la plage », pair André Citroën, quai André Citroën, 75015 Paris, 61 01 43 49 6892, les dimanches 15 août et 19 septembre. www.souslaplage.com

Créée à l’initiative de l’école d’Architecture de Versailles, la Maréchalerie est un nouveau centre d’art contemporain. Ce lieu d’exposition, situé sur le domaine du château, est dédié aux rapports entre l’art contemporain et l’architecture. Quatre expositions par an sont programmées. Après Emmanuel Saulnier en juillet, le centre d’art accueillera Jean-Luc Bichaud en octobre et Jan Kopp en janvier. La livraison de l’ensemble du bâtiment, qui comprendra aussi un auditorium et un pôle d’expérimentation et de recherche, est prévue début 2005.

Les travaux des 14 équipes lauréates de la deuxième édition des Nouveaux Albums des jeunes architectes sont présentés au palais de la Porte dorée jusqu’au 8 août, dans une exposition conçue par l’institut français d’Architecture. Tous les deux ans, cette manifestation soutenue par le ministère de la Culture entend sensibiliser les maîtres d’ouvrage et le grand public aux capacités créatives et aux travaux novateurs des maîtres d’ceuvre de moins de 35 ans. (III. Tomorow, Caves et Plateaux, la médiathèque du futur, 2004.)
« Nouveaux Albums des jeunes architectes », palais de la Porte dorée, 293, avenue Daumemil, 75012 Paris, tél. 01 58 51 52 jusqu’au 8 août.

Claude Mollard, maître à la Cour des comptes, fondateur de la délégation aux Arts plastiques en 1982, responsable, de 2001 à 2004, du Centre national de documentation pédagogique (CNDP), est le nouveau président de la société des Artistes décorateurs (SAD). Cette association professionnelle pluridisciplinaire couvre tous les domaines des arts décoratifs. Elle a pour objectif de promouvoir et de développer la création contemporaine. Le prochain salon des Arts décoratifs aura lieu en 2006. Son projet sera rendu public en octobre.
Société des Artistes décorateurs, Grand Palais, porte C avenue Franklin Roosevelt 75008 Paris, tél. 01 43 59 66 10. aillagon SUr l’aile SegUin

Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et de la Communication de 2002 à 2004, devrait être nommé à la tête de la fondation Pinault pour l’art contemporain, qui doit ouvrir ses portes sur l’île Seguin, à BoulogneBillancourt.

Archilab 2004, site des Subsistances militaires, 88, rue du Colombier, 45000 Orléans,

« L’ESCALADE » ET « LA POURSUITE » À ANGERS pour accompagner la réouverture du musée des beaux-arts d’angers et enrichir l’ensemble important consacré à la peinture du xviiie siècle, deux grandes esquisses peintes de Fragonard, « l’escalade » et « la poursuite », ont été acquises avec le concours du ministère de la Culture. Le fonds du patrimoine a, en effet, contribué à hauteur de 87,5 % à cet achat de 4 millions d’euros. Ces esquisses, réalisées en 1771, sont les seuls témoins subsistant en France de l’ensemble commandé par madame du barry à l’artiste pour Louveciennes, les tableaux réalisés pour ce décor étant conservés à la Frick Collection, à new york.
Musée des Beaux-Arts, 14, rue du Musée, 49100 Angers, tél. 02 41 05 38 00.

/////////////////////////////////////////////////////

renoUVelleMent À l’aFaa

À la tête de l’association française d’Action artistique (Afaa) depuis 1999, Olivier Poivred’Arvor a été renouvelé pour un troisième mandat de directeur. Créée en 1922, l’Afaa est l’opérateur du ministère des Affaires étrangères pour les échanges artistiques internationaux.
Afaa, 1 bis, avenue de Villars, 75007 Paris, tél 01 53 69 83 00. uww.afaa.asso.fr

chargé Bernard Faivre d’Arcier, ancien directeur du festival d’Avignon, d’effectuer un diagnostic de l’activité culturelle dans la région. Il devra comment concevoir des « événements forts ».
laBel roUge SUr lille

la rue : Hervé Di Rosa, Miss.Tic, André, Wang Du, Raymond Hains... L’initiative prendra ensuite la forme d’un beau livre.

MUSÉES
DU CÔté De Cro-Magnon

RÉSIDENCES
le triCotin norDiQUe

Le ministère de la Culture a décerné à la commune de Lille le label de « ville d’art et d’histoire ». Il récompense les efforts fournis par la ville depuis des années et, notamment, l’opération « Lille 2004 capitale européenne de la culture », qui a permis de créer de nouveaux espaces culturels : les maisons folies.

PRIX
PiCto et la PHoto De MoDe

Dans le cadre de Lille 2004, l’artiste Olga Boldyreff ill. © Frac NordPas-de-Calais) accomplit une résidence en trois temps à Villeneuve-d’Ascq 19-31 juillet, 9-14 août, 23 août-4 septembre). Chaque fois, dans des lieux publics, elle fait du tricotin et noue un échange avec les habitants. Des dessins issus de cette expérience seront présentés à la Ferme d’en haut.
La Ferme d’en haut-Maison folie, 59650 Villeneuved’Ascq, ouverture de l’atelier de l’artiste les 31 juillet le l8août, del5h à l8h ; exposition de ses travaux d 28 août au 19 septembre. www.lille2004.com

Le travail de Stéphanie Erard, lauréate du 7e prix Picto de la jeune photographie de mode, est exposé jusqu’au 7 août.
Le Bon Marché, 24, rue de Sèvres, 75007 Paris.

Fermé depuis le 25 janvier pour le transfert des collections, le musée national de la Préhistoire des Eyzies-de-TayacSireuil a rouvert ses portes dans un nouveau bâtiment conçu par l’architecte Jean-Pierre Buffi. Plus de 18 000 pièces y seront présentées, sur une surface de 1500 m2 environ, dans une muséographie due à Roberto Benavente. Situé non loin du célèbre abri de Cro-Magnon, ce musée est l’un des plus importants consacrés à la préhistoire en Europe.
Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac, château, 24620 Les Eyzies-de-TayacSireuil tél. 05 53 06 97 03. DU noUVeaU CHeZ CoUrBet

INITIATIVE
ŒUVreS en QUatre Par troiS

en hommage à Jean-François taddéi, directeur de 1988 à 2004, décédé récemment, le Frac des pays de la Loire a demandé à Christian bernard de concevoir une exposi¬tion à partir de la collection (ill. Carsten Höler, « pour un flirt », 1994, © Frac pays de la Loire). tous les espaces, de l’accueil aux ateliers, ont été investis. Des commandes ont été été passées à Claude Lévêque et à Laurent moriceau.
« Pour les oiseaux », Frac des Pays-de-la-Loire, La Fleuraye, 44470 Carquefou, tél. 02 28 01 50 00, jusqu’au 3 octobre. redéfinition du projet culturel qui, tout en restant fidèle à Courbet, dont le musée possède 84 oeuvres, prendra en compte des préoccupations générales sur la vallée de la Loue. (Lire p. 92.)
Musée départemental Gustave Courbet, place Robert Ferrier, 25290 Ornans, tél. 03 81 62 23 30. www.museecourbet.org tHYSSen PlUS granD

7 artittude – n°1 – juin 2008 |

POLITIQUE
SaUte-norManDie

Les conseils généraux de Eure et de SeineMaritime, et le conseil régional de HauteNormandie ont décidé d’harmoniser leurs politiques culturelles a

Autodérision ou récupération Face aux attaques des anti-pub et autres mouvements No Logo qui prennent de l’ampleur ces dernières années, Viacom¬Outdoor, leader du panneau publicitaire dans le monde, lance l’opération « la Rue aux artistes ». 6000 panneaux de 4 x 3 m — soit un dixième du parc de la société —, répartis dans les principales villes de France, présentent, jusqu’au 8 août, des oeuvres originales de 20 artistes plasticiens. Ceux-ci ont été choisis en fonction du rapport qu’ils entretiennent avec

Début 2005, le musée Courbet à Ornans (Doubs), installé dans la maison natale du peintre (ill. photo P Boulat), doit faire l’objet d’une importante restructuration, notamment avec une extension sur l’hôtel de Champerreux. Mené par le conseil général, ce chantier s’accompagnera d’une

Deux ans de travaux et 38 M€ ont été nécessaires pour agrandir le musée Thyssen-Bornemis, installé dans le palais

de Villahermosa, non loin du musée du Prado. Aujourd’hui, le parcours, avec des oeuvres allant du Moyen Âge à l’art moderne, se poursuit dans les immeubles voisins, dont l’acquisition est comprise dans le budget de l’opération. Les architectes Manuel Baquero et Francesc Phi se sont efforcés d’assurer la continuité entre le musée et ces nouveaux espaces de près de 8000 m2.
Musée Thyssen-Bornemisza, 8, paseo del Prado, 28014 Madrid tél. +34 913 69 01 51

Le prix unique du livre va-t-il disparaître ?

verso

Instaurée par la loi Lang de 1981, il stipule qu’une fois le prix d’un livre décidé par la maison d’édition, celui-ci ne change pas, « qu’on soit à Paris, dans une grande ville ou dans une zone rurale » ou « dans une Fnac, un hypermarché, ou une librairie traditionnelle ». Seule réduction de prix permise : -5%. Or mercredi, le député Jean Dionis du Séjour a préconisé de modifier cette loi pour que les détaillants soient autorisés à pratiquer au bout d’un an des rabais supérieurs à la limite de 5% fixée par la loi Lang – actuellement, il faut attendre deux ans. « Autoriser des rabais supérieur à 5% sur les livres un an après leur édition au lieu de 30 mois aujourd’hui(...) », explique Dionis du Séjour.

L’amendement qu’il propose permettrait aussi de « réduire le nombre extrêmement élevé de livres invendus qui sont détruits chaque année » (environ 100 millions en France).

Mais attention, répond Christine Albanel : « Une telle mesure aurait des effets très négatifs sur la diversité éditoriale, en favorisant les bestsellers (...) Elle fragi-

liserait les librairies indépendantes (...) Elle aurait pour conséquence, à terme, de faire monter le prix moyen du livre ». Un tel amendement entraînerait une rotation plus rapide des livres sur les linéaires. Mais selon François Rouet, supprimer le prix unique du livre aurait une autre conséquence : les best-sellers seront vendus à des prix plancher quand les ouvrages moins grand public verront leurs de l’assortiment proposé».

prix augmenter. Ce qui risque de provoquer, dans les librairies, une «diminution Pour Guillaume Husson, c’est une erreur qui pourrait causer la mort des librairies : « La moitié du chiffre d’affaires des magasins est réalisée avec des livres qui ont plus de six mois. La réforme reviendrait à brader presque toute l’offre.»

Discours de Frérécic Lefebvre à l’Assemblée Nationale. « Je tiens beaucoup à cet amendement [régulation d’internet] parce que le monde vient de vivre la plus grave crise qu’il ait connue depuis 1929, et qu’une seule réponse s’est imposée – réclamée sur tous les bancs – : la régulation. Il aura fallu attendre que des établissements financiers soient en faillite, que la croissance soit au point mort, que des pays soient au bord du gouffre, pour que le monde se réveille et accepte enfin de construire un système régulé au plan international. Faudrat-il attendre qu’il y ait des dégâts irréparables pour que le monde se décide à réguler Internet ? L’absence de régulation financière a provoqué des faillites. L’absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes ! Combien faudra-t-il de jeunes filles violées pour que les autorités réagissent ? Combien faudra-t-il de morts suite à l’absorption de faux médicaments ? Combien faudra-t-il d’adolescents manipulés ? Combien faudra-t-il de bombes artisanales explosant aux quatre coins du monde ? Combien faudra-t-il de créateurs ruinés par le pillage de leurs œuvres ? Il est temps, mes chers collègues, que se réunisse un G20 du Net qui décide de réguler ce mode de communication moderne envahi par toutes les mafias du monde. [...] La mafia s’est toujours développée là ou l’État était absent ; de même, les trafiquants d’armes, de médicaments ou d’objets volés et les proxénètes ont trouvé refuge sur Internet, et les psychopathes, les violeurs, les racistes et les voleurs y ont fait leur nid. » Frédéric Lefebvre, e député et porte-parole de l’UMP

recto

All

type

- Museum

museumoftypefont.com

of type font

- London
publicité

givenchy reste. Les autres s’envolent.

| Dossier du mois ///////////////////// en couverture

Les grands noms de la typographie
la renaissance
Chaque mois, nous vous proposerons l’histoire de deux personnalités de la typographie ou du graphisme. Deux articles consacrés à des pères fondateurs de la typographie. aujourd’hui encore, les fontes conçues par les grands typographes de la renaissance sont utilisées tous les jours, ce qui prouve bien que les principes de lisibilités établis à l’époque sont encore d’actualité. en anticipant les utilisation modernes de la typographies, Claude garamond et alde manuce ont étés les précurseurs du développement de l’art de la typographie et de l’imprimerie.

les grands noms de la typographie,

par

antoine bourgoin

Alde

manuce

Précurseurs par bien des choses, il l’était surtout pour l’invention de l’italique et la volonté de diffuser le plus grand nombre possible de classique de la littérature grecque. Au détriment de sa santé et de sa famille.

: le précurseur

42

En 1494, Manuce ouvre son imprimerie à Venise. Il travaille avec de nombreux collaborateurs ; parmi eux, Andrea Torresani, l’un des éditeurs vénitiens les plus célèbres depuis les années 1480 et dont il épousera la fille en 1500. Torresani lui procura la maîtrise technique complétée par celle des caractères gravés par le tailleur de poinçons bolonais Francesco Griffo. Dès ses premiers livres non datés ainsi que son premier livre daté, une grammaire grecque, Alde Manuce peut ainsi imprimer en grec. L’impression en grec avait été difficile à mettre en place quoique des mots grecs soient présents dans les premiers livres imprimés en Italie, à Subiaco, dès 1460. Au moment ou Alde Manuce commence son activité, les imprimeurs ont réussi à maîtriser les accents et esprits nécessaires à la compréhension du texte. Ils cherchent encore trop souvent à reproduire les ligatures des manuscrits, ce qui demande un grand nombre de caractères. Alde Manuce utilise dans sa carrière quatre fontes grecques successives (en 1495, 1496, 1499 et 1502), gravées pour lui par Francesco Griffo qui utilise comme modèles les écritures d’érudits grecs réfugiés. Ces caractères cursifs furent les plus imités et firent

| artittude – n°1 – juin 2008 // Aldus Manuce

disparaître les styles d’écriture, copiés sur les manuscrits byzantins, qui avaient perduré. Manuce s’associa aussi avec son ancien élève Alberto Pio. L’argent était géré par la plus grande banque vénitienne de l’époque, la banque Agostino.

Un typographe et un imprimeur
n doit à Alde Manuce l’impression de nombreux ouvrages importants, mais aussi des progrès dans l’imprimerie. Le premier, en effet, en 1501, il utilisa les caractères italiques, au moment où il lançait l’édition de petits ouvrages in-octavo plus petits, moins chers et plus maniables que les in-quarto ou in-folio. Ces caractères penchés, gravés par Griffo, permettent de mettre plus de texte dans une seule page. Alde Manuce reçoit aussi l’aide de nombreux érudits venus de l’Empire byzantin, qu’ils avaient fui après la conquête de l’Empire par les Ottomans. Ces érudits grecs, Marc Mousouros, Demetrios Doucas, préparent pour Alde ses éditions grecques et participent à l’« Académie » qu’il crée. Avec l’aide de ce groupe d’humanistes, Alde Manuce publie de nombreux ouvrages importants, parmi lesquels on peut citer les

O

Venise ville typographique
Les imprimeurs vénitiens ont peut-être publié les plus beaux livres jamais imprimés, ils n’ont toutefois pas été les premiers à exercer le « nouvel art ». Leurs prédécesseurs se nommaient gutenberg, Fust et schœffer et étaient originaires d’allemagne. Le xve siècle est pour venise une période faste. son empire résiste encore aux coups de boutoir turc et la sérénissime renforce même ses possessions territoriales en méditerranée avec la prise de Chypre en 1489. en italie, venise conquiert des territoire dans l’arrièrepays vénitien. au début du siècle, elle s’est emparée de vicence et de vérone mais a échoué devant une coalition unissant Florence, milan et naples qui s’inquiètent de sa montée en puissance.
editiones principes de la Rhétorique et de la Poétique d’Aristote, les œuvres d’Aristote en quatre volumes, les comédies d’Aristophane ainsi que de outils pour l’apprentissage de la langue : grammaires grecques (il en écrivit une lui-même qui fut éditée sur ses presses après sa mort), auteurs grecs utilisés pour l’étude de la langue, etc. puis reprises à partir de 1533 par son fils Paul Manuce. Son petit-fils Alde le Jeune fut lui-même imprimeur. Tin er sequat, commodo lorpercidui blan ulpute volent at. Ut eugait, quipsum dolor sis ecte mincing eugue tem quis nulputet vel el do dolortio er se vullum vel utate magnit niat ipit ea facin hent accum ing elit wisci blametum vendrem quamconum zzriustio odip etum dit, quatuer sent am, velis niamconse modiam, sed duipit velessenis eugait, quisl irit wis nullamet loreet, quat iriusciduisi tie tio elestrud ming eratum volor ad do odionsequis amconum velisit nismolore commy nulput adit venim quatisi. Duisi te magnibh estio conulla am ipis exeros aliquip et, conullumsan vel iriureetum duisl eu feuguer iriureet ute feugue dolum vel et ut ea faccum quis nullum el ulputpat ip endre modit, quat laortis nulla consequ ismolob ortisi. Ortionse dunt ute delenis nim dolenim ametue mo-

L’Hypnerotomachia Poliphili
n de ses livres les plus célèbres reste l’Hypnerotomachia Poliphili attribuée à Francesco Colonna, parue en 1499 et souvent répertorié comme l’un des plus beaux livres de la Renaissance. Ce texte, récit en neo-latin des songes de Poliphile amoureux, est en effet accompagné de très nombreuses gravures et sa mise en page est originale et parfaite. Après sa mort, ses presses furent continuées par son beau-frère et son beau-père, les Asola,

U

littérature érotique
29 & 30 octobre
14 - 22 h.

salon de la

julien deloy gaspard yvan alice moisset clémence rossi de lala

Qu’est-ce qu’un incunable ?
un incunable est le nom donné aux éditions du xve siècle, parce qu’elles ont été réalisées à l’époque où l’imprimerie était au berceau (incunabula en latin). C’est un livre imprimé dans la période comprise entre le début de l’imprimerie occidentale vers 1440-1450 jusqu’à la fin du premier siècle de la typographie en 1500, soit une période d’environ 60 ans pour la France. Le vocable « incunable » apparaît dans l’histoire du livre vers le xviie siècle, ce terme ne correspond pas à grand chose, il permet seulement de dater les premiers livres imprimés avec le procédé de gutenberg. La date de fin en 1500 est arbitraire et varie suivant les pays. Les innovations techniques dans l’imprimerie n’interviendront que beaucoup plus tard. par contre, la mise en page des livres évolue très rapidement. Cette période varie légèrement suivant le lieu d’impression du livre, ainsi un livre imprimé en 1514 en allemagne du sud sera également considéré comme un incunable ou, suivant les sources, comme un post-incunable.

44

| artittude – n°1 – juin 2008 // Aldus Manuce

Les miLLe et une vies de
dit ulla faccum nim volobore faci tionsed el ulla ad do dolore consequis dui blaore dolore tetummo lortismolore ex essim deliquam velit nisis amet adignit praese feuis eliquam in ulla aut lum incilis augueraestis non vel dolesse duipis nit aut wisl duis acil iurem nostie feummodio esequam, secte dolorperosto et irilisi.

daniel keyes
calmann-lévy

biLLy miLLigan

Deliquam velit nisis
ril ute dolor susto coreraessent il ute dolor inis duis nis nim nosto conse et, si bla adiamet la cons alisi. In ute feuis adip ex eum am zzrilisit estin ut niam ing eugait nos nos nulput lumsan vel utat. Irit nit la corpercidunt praese magna feugiam eu feugiam, commy nullam inciliqui tat, vel utat lorem vel exero od doluptat. Il dolore feugue el ea faccum venim dolestrud del diam, quipsummod tat. Ro od dolobor alis aliqui blamcoreet, quis nonsenim dolorer cidunt ing eu feuis ad et amcommo luptat. San ea alis alis ad magniamet, velit alit euipiscilit in et, sequis do cor alit nim ilit amconsenim velestin utat. Ut wis ex exer sed er si exeraestrud ero eros niat ad dolutat. Idunt iril er senim del ute del dolenissi tem zzriure min velis et ad eumsan ex essit luptate delisit inci ectet nulput lum ipit ulluptat. Ustisl dit autpat alisl iliquis dolobortio eum inibh eugiatum dolobor Feu feuip eugait ut adion henissisim ero el eugue min henibh ecte dolestrud erit del el ullutem nonse eugait lumsandit, vero et velissequis ad te ming ectem in henim dolobore delenissis ea conullaore minciduisi enim ver acilisim iureet nisisit, commy nons niamet lor sumsan ulla feugiat. Te conulla core dolore magna feum am zzrillam vullam, sustrud dolut wisi blan ut wismolobore tatuero odolobore conulla augiam alit vulla feu faccum dolore exer acing eu feumsan eu feu faciduis eugiamcorem euguero ero dolorem zzriliquat velenis euiscil lummodigna faci tissi eu feuismod ese.

I

45 artittude – n°1 – juin 2008 |

« ... un thriller psychologique absolument fascinant »
Publishers Weekly

les grands noms de la typographie,

par

antoine bourgoin

Claude

garamond

: le visionnaire

La fonte Garamond est utilisée par tous, mais connaissez-vous son histoire ? Chaque police de caractères est intimement liée à la vie de son concepteur comme nous allons le découvrir dans ces lignes.

46 | artittude – n°1 – juin 2008 // Claude Garamond

Né à Paris vers la fin du xve siècle, Claude Garamond a appris son métier en étant l’élève d’Antoine Augereau, un graveur de caractères parisien qui s’était reconverti au métier de libraire et d’imprimeur. Ce dernier fut fameux pour avoir grandement contribué à éliminer des presses parisiennes les caractères gothiques en usage à l’époque, en utilisant exclusivement pour ses impressions, les trois corps de caractères romains qu’il avait lui-même gravé. Les premiers caractères de Garamond qui nous soient connus sont les trois corps de Romain qu’il grava pour Robert Estienne au début des années 1530 : un gros Romain, un gros Canon et un saint-Augustin. Fin 1531, Garamond avait encore achevé un saint-Augustin étroit. En 1533, il donna un cicéro de style nettement plus aldin. Ces caractères servirent pour la première fois à la composition d’une série de livres religieux, imprimés à Paris, chez Claude Chevallon. C’est chez cet imprimeur que Garamond travaillait et vivait dans les années 1530. En 1540, Garamond passa contrat avec Pierre Duchâtel, conseiller et aumônier de François Ier : il s’engagea à lui fournir les poinçons des trois sortes de caractères d’un Grec aux frais de Robert Estienne dont ce dernier

fit usage pour ses éditions grecques, à partir de 1543. Pour dessiner ces Grecs du Roi, Garamond s’inspira de l’écriture du célèbre calligraphe crétois Ange Vergece, comme l’appelait François Ier. Aujourd’hui, les poinçons et les matrices, classés Monuments historiques sont toujours conservés à l’Imprimerie nationale. Garamond fit sa fortune pour des caractères romains, dont il était devenu le principal producteur français reconnu dans l’Europe entière. S’il faut en croire la préface qu’il écrivit en 1545 dans son édition de la Pia et religiosa meditatio de David Chambellan, ce métier n’était pourtant pas vraiment lucratif : « Je retirais vraiment peu de profit de mon travail qui est de sculpter et de fondre les types de lettres. Ceux qui savent seulement tailler les lettres ne progressent guère. »

The moment a texte & typeface are chosen, two streams of thought, two rhythmical systems, two sets of habits, or if you like, two personalities, intersect. •

soit que le puits fût très profond, soit que alice

abcdefghij
qui allait se

tombât très lentement, elle s’aperçut qu’el-

le avait le temps, tout en descendant,

de regarder autour d’elle et de se

ce

demander

d’abord elle essaya de

passer.

regarder en bas pour

voir où elle allait

klmnopqr

arriver, mais il

faisait trop

stuvwxyz

noir pour

« Pour la plupart des gens, une typographie parfaite n’offre pas d’attraits esthétiques particuliers [...]. La conscience de servir anonymement et sans attendre de reconnaissance particulière, des œuvres de valeur et un petit nombre d’hommes optiquement réceptifs, est en général la seule récompense que reçoit le typographe pour son long apprentissage jamais achevé. » Jan Tschichold — typographe

48 | artittude – n°1 – juin 2008 // Claude Garamond

Il s’essaya alors au métier d’imprimeur, en association avec Jean Barbé et son beau-père l’imprimeur Pierre Gaultier, mais au bout de deux ans, l’expérience tourna court. Il avait eu le temps de publier un Juvencus, imprimé avec des fontes romaines inspirées directement de celles réalisées pour Robert Estienne, ainsi que divers ouvrages, dont certains ont été composés partiellement en Italique. L’atelier de Garamond était de taille modeste. Il travaillait avec un petit nombre d’apprentis, auxquels il n’apprit pas son art de graveur mais le métier de fondeur: en 1543, entra à son service pour trois ans, le fils d’un marchand, bourgeois de Paris, de 1551 à 1555, c’était le fils d’un marchand tavernier qui venait s’initier à « l’estat de fondeur de lettres », en 1557, un orphelin, originaire de Saint-Quentin, se plaçait pour serviteur et apprenti pendant cinq ans. L’année suivante, Paterne Robelot, fils d’un vigneron de Sens, devint apprenti chez Garamond pour cinq ans. Ces contrats d’apprentissage répétés dans la période 1550-1561, date de la mort de Garamond, sont le signe indéniable de l’essor que connaissait l’atelier du célèbre graveur. À partir de 1550, Claude Garamond retailla ses poinçons de lettres romaines et surtout italiques, ces der-

nières d’après les caractères de Simon de Colines. Jean de Gagny, le chancelier de la Sorbonne, l’encouragea dans cette voie nouvelle en lui conseillant de créer une nouvelle Italique. Par la suite l’Italique ne fut que peu usitée, et il n’est guère que Simon de Colines pour avoir tenté de la rendre populaire en France. La mode dans l’Italique, des capitales inclinées, ne fut lancée que plus tard. Il développa également ses activités de fondeur et assura la diffusion des types qu’il avait créés, en multipliant matrices et caractères. Après un premier mariage avec la fille du fondeur et imprimeur Pierre Gaultier, déjà cité, il épousa en secondes noces, Ysabeau Le Fèvre, dont un frère était marchand à Cluny et un autre prêtre, licencié en théologie. Par cette alliance, il devint propriétaire d’une maison, rue Saint Denis et de quelques quartiers de vignes. Si Garamond semble avoir eu d’abord quelques difficultés à vivre de son métier de graveur, le succès de ses caractères assura la prospérité de son atelier. Les fontes de Garamond ont été les premières à être commercialisées. Son italique semble avoir plus de valeur encore que son romain. Entre 1541 et 1556, plusieurs imprimeurs-fondeurs lui achetèrent des matrices. Vers la fin des années 1540, il s’associa avec Guillaume

Le Bé, un autre graveur de poinçons qui s’était fait une grande réputation à Venise. Installés rue des Carmes, Le Bé tailla pour la fonderie des lettres hébraïques et une « lectre fort artistement faicte et bien limée et polie (sans vantise) et au contentement de celui qui en sçavait plus que moi ». Après sa mort en 1561, ses exécuteurs testamentaires, Guillaume Le Bé et André Wechel, achetèrent une partie de son matériel. Mais la plupart des matrices et des poinçons furent par la suite acquis par Christophe Plantin d’Anvers, et Jacques Sabon, un fondeur de Francfort. Il est communément admis que Garamond s’est inspiré du Romain de Jenson pour graver le sien. Stanley Morison, le grand historien et théoricien de la typographie, a contesté cette opinion, soutenant que les premiers Romains de Garamond étaient beaucoup plus proches de ceux d’Alde Manuce et de Francesco Griffo. C’est ainsi que les capitales d’Alde et de Garamond sont plus étroites que celles de Jenson, que la barre de l’e est horizontale dans le Romain des premiers alors qu’elle est oblique chez ce dernier. De plus, la tête du pied droit de l’M capitale chez Alde comme chez Garamond est privée d’empattement, alors que le G capitale est du même type c’est à dire muni d’un empattement de tête qui n’était accusé que d’un seul côté. Geoffroy Tory a vraisemblablement exercé une influence sur Garamond, notamment en ce qui concerne l’attitude à adopter à l’égard du Romain. Le Champfleury de Tory, est le lieu suprême où la typographie et la culture se rencontrèrent. Il est probable que sans l’enseignement spirituel de Tory, Garamond se serait contenté de recopier les caractères de Griffo. Toutefois, celui qui a joué un rôle décisif dans la formation de Garamond est son maître Antoine Augereau qui avait en 1532 sorti un Romain révisé.

une des premières presse utilisée par Claude garamond.

49 artittude – n°1 – juin 2008 |

n m lu tu s ol l i ev tul uv merol a i lo ta oc alb i la vi , g au d , is lo o oc od es tu s reprol d l n d l sisyef mlocnemiaurseodpteissnluehbinlgydomusoovemtEevroedd urtre ntie v nitesibosonmamtu omlmoic ntesirod dntmmodommonon tu llie.iz merocoalbeiv stuiuzz eroatb iu e uolleta udatupsiuvlsiairsinte ig e lfuvntuplu nitsoauuaaalqer td tcesie i, leic m rrolol d me qesselicac u l f uef t i elold e d et I .talt m e x a ma l a i m mm ,c n t il ululv e al tss s t q n o na le f i le e r o c al rz c r ma iS ssrnelov tile minev n ulommu tauqila roalb iud munon tnudsesearexe sI .tat da teerolod durtse icaf angid mal taR .taptu tuP sis ,t n m i m smmat doe heriole v e siuqiliassiluq tiraz maigue .dauqmsno,msipi emsitrocmalb is roallu nitrolod li tatpul tire sisinev eit dom essiled etce noc angA .issini ti ot erolc d r urtb on mmgua ttrerev tm zidomeeeT niom mocesnontymmunon merolomsin silev tila tila tnudicaf angidnallu nal tuplu nasmutaid omsilev maid oo o d s n o x aiue o i e ol e sipidn l i v t ca e in n al mi A a olod muspiuqili tipi re li mingido orexe tipicnitse merolodomsi pidnele icsiled etu tilev tu li tili min minicrev mus reugue tirzz mue iuq ,tilicsiuq ,tatpul r etce hbin ymmoc ae piuqesnon sipi metua teerdn asmucca taigue picaf ue et eutat do oitson snoc etatpulod tnudicreute xe li ta sinelomsit erolod t i e noc eru ri rolom so o a t r eu a lun s n landre nostielodom si ipsuscilitgua mue voloreetvnulluptat ivelito o tent oidev eita du gue oe ses ,tiliateie z mhccaf ue piluef ait oe tsiu t d dolor se gn lo m o.t q l v ing ca s l ol eu tsa t d i dsuqotstomagnaioconsulpiieiroxfaccumcluqilledreusearleuguieev itriorsnoorI roauldnesdnasimiue vulputemt eu rfaccumdverostrud zetnvelisisisimfdoloboreisdions .qa,uiqi icn dolutatie l r U saiinreihsnnstilod im tetuelocdolestieedorniroda osiunaxle n uduipisoloceugueal tuneeipro cmaigueeresodalitoirit lminewetirtarp rd tpul nasmuss irillanuldionse- at taT t l n sismolum tiure l r i te ssu ai odnonsequ isisit t l f etce o itre c er s ss t r e t i r e lod at e u e e e equam,ud ue do r si.el medurteeduntcommodolor sit,tet er texdo odo o sor ng con erat doloripi r lov ex esequamconse dolorosum reug vercilisi. dolortin ullamcor sequat aEm voloreml vullut velisl et od msaute commy gid u d v a a dunt vel sita siw ut nonse ro commod u tat u alisi bla tul tare la dolorpertiague piue da dolod dolentmalb icsuspid metmagnis lliri minev teerol tnev seugue gnim da angam teutetuldolordi munulla saninit oitsui em sin te delisl inci elessequam,pvolorem velis estrud tulo te de no do zzriusci bla corem zzril ut la commodo lortie feu feu facillan utem dolobortinci et,issectet eliquatue commodigna feugaitnisim vulputate delesen sit landre veliquat, summy nibh enis praessisim Idunt feuisi. vulla lor si. llandre magna cons nostie Rat lam ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velitAmet lam, commodduifaccumaliquat ummolum volore dolobore sisi. ing ent vulputem eu nostin zzrit vullamet velisisisim mod tat, dions Put utpat. faccum digna faci estrud doloreet ad tat. Is exeraese dunt nonum ateugiam ulputvelestio ex enisl utat. volenissi. blaor verostrud eum venim elit dolutatie vercilisi. ssequam, ectei delisse mod nonseduntuccaluptatisisitpvelis nullaor tsieblamcortisimeipis lovsequat aEmicvoloremet quis aliquissex cnostrud dolorelltat sum Agna diatumsan isi si.el dolestie tie venisis nonsequ oismo oconoudolorperlev lan durtsorev mcommodoloralit duipisnismolorem atpullun tconoeratedoloroalitiliritmodiamvullutevelisl dolor angaeroecommo- nU icre r e olt sismolum iure ullandigna erit f u mil dolortin e n il v dolortin ullamcor s acin velendipis m t u commod d Tie ex esequamconse dolor aute commy pi m af on r dionsesit,luv t ex eugue t elendip er nonsequat. t commodigna feugait no enibh irillan n feuisi. lndduntitlari dloussirszzrit eseutcmauqedo faciduntlealitetqeutrvelit agu imagnisdalisi blaismodoloremoestincipitnexeroucilorerittseruetpraessisim maddolore pica t ieoiev nblvel md ulput euguer sum se xedolentadelisl incioelessequam,lo nonummyenonsenimrisil uqesnsustnud e cseloid augiamulomsism nulla a suet eliquatue o uiscilit, qui atcorem d nut la commodo tlortie nostio s facillanllutemro voloremevelissiestrudindreet autem ipis nonsequip er m iliquipsumecte s nit eumexlo zzril o vercinimi nim tilitfeuod tatue teneu dolobortincixet, situlandre veliquat, summy tnibh enis inisim vulputateudelesen il ute delisci eeugiat accumsat s odignim il eaipit s ymd oa etbla ril loo etuerciduntluv merolovconsafeuu d tarecnoc alb iisilfacip gam dommoc dtis rolodommoc od esnon tu le.is rcommy nibhtnud eroalb iuq i m t u u pi qe tis zzriusci tismolenis feu faccumlev tu doluptate augue tatie velis aci tio od eliquat.gIm volorting vulla at nostin ulput o l i zzrit i mm ir ti a e ol d , unostiscn tmiauv eadptehendreetlalit, omusetcaemtEevrdolorerttdoloreetmteroaosonmexeraeselicacni eumd tnduildodoinciduisvullamrzluteeririurebconsequisci tiS ef mllu a uu siss mirsiPutsnuehbingyd wis dolestrudqoeddu l do eumsanrvendre metu sseissectetsiuef eitrlo blaor aliquatl ummolumpvenimleiv suirzz ma a feuipsumsan tisig e f a nirit lam digna ifaci elo na sie ,tie v ni otat. iIs cortionsectef feugueraesto del mmmodolore molormincilit elit volenissi. a utpat. Rat sed o t uu au iestrud s s leic ad bol d auqe nalle i , ef le auguer aliquis oc aettu li ex m rocoal nostio odilr l v, l o dunt commodeeugiam zzrit velestio eum voloredunt lortissi. nonum ea ad doloreet exercipsusto odo mod tat, sisi. er d et nullal illa irilit z enisl utat. Idunt lor si. selletnu I .tp tu l ne q la l c Amet lam,u gnis nullaorero cortie nonsequat. oelov ile mecte delisse m l au mu rn t l,o volor luu net c d t na auguera n v ulputma magnaa oming luptat t dolortin ullaor sIblamcortisim od velit nullan nis modiam euipteugait wis atis ero commosrionseddetumiolesinelutetueuutvtieivelad iasberitddmipissed,neasitenismoloremanonummy ldipsusci e iacinavelendipistadquispaliquis ex enibh el erat lute i.nAgnaocon sismodoxluptatlepratuplz enim neta omnvvent us l esea orperostot odotodolore durts ex af ndolorerl aR lorerit augiam eumsan heniam o mod vt iz mai i l elismo tdiatumsanmzzritoeuguer tqrvenisisguu eugueoilaliteugiamcrexe siirilluptat utem ipis tetue blametTieiddoloraestrud molestrud nostrud dolore tat velis mA delisci da ee ismodolorem estincipit exero odignim il P dolut ule milan lullandigna facidunt alitoc ilm velit venim .t elendip ro nonsenim c euis g ma et .ta u tuer ipit iliquipsum dolore loreet ute s mat d re her ne v e siuqilassiuq maidom eiT .tau esn nut pi misi r m ox t e sum vercinim nim quiscilit, qui at il m me,ttismolenisioeumexuetuercidunt doluptatevconsqmilitosnsintatuetuocmafacip lroallu naccumsattlatpnudiautemnipis eitlu oml eusieadcommyanibhmsileivtisnaitdS e eu b i o erdomospnullaintimiafaccumnzzritte repsedieet ninscamtatie velisyaciidte od ieliquat. tIm ivolortingliileumnauguerev gidnarled gue ttsrzllz masiriure,cilacsecte,ssm iuli olc d durtb il feu rguiamiiregol o alit, xie n plie auguemirolodo msi p tioeoe melrsdomsit leivrtvlolda iindreettiinecf ian mv snonsequipp u n etceunoid io guq. taitp o u iuq s ie l t r id o si d t c t i e nostio od mm nn l n clsi e eugiat siteo tiil t mit um r ia r aliquis modolore molor e i uq t n i A n a l c s si e u m ist oeocerhbinfeuipsumsan ihendreet sipi wis tua teerdnease ucdo eumsan ivendre et uutat ldo oifeugueraesto tpulod tnudinreirilit xe liuta sit elomsit eodi- d l t nostis ymmop ae p uqesnon irit me dolestrud doloreoca taigue p caf ue cortionsecte tson snoc eta del inciduis et utie lute mincilitconsequisci een u u ca illa esnoc eruiri rolom erolodom siuqila reugua mue gmtrolov mI .tgnisilnullaoreroa silev eitat nullan ea desdoloreet z muccaf uef allunduntolortissi.,tidn c n cortie velit eugua te dolorerla tirz exercipsusto odo snostiosirolo ad ,ti aestrud molestrud eumsan heniam iuqe son tilicnisismodoilluptat iprat ni leenim eareuguef nitcesnoitrocorperosto asimiue od erolod durtselod siw tiri teerdneh nasmuspiuef ailtis re tUu.qauqile o igna auguer mdolut t iri te magna d ots volor ipissed loreet venim irilluptat c odionseddetum otetulplutetueseudolod ad mingallun tilev eieugiamcroauldnesdn odoutem dipsusci blamet nis dolor ad euip eugait wis atis el erat lute oit tnu odo sus icrexe t er ic vel da ae n eugue vent troc ore al q nevingo t odolore tetue ex euis e er u l n siinreh nasmue durtselom durtsea rerolod siue xe eutet erolodo odo otsorepro cmaigue dessipi rolov mine lev tarp tatpul odomsis reugua angidat taT t ol a l tare le sita siw tiague piue da rolod sin temalb icsuspid metu tatpulliri minev teerol tnev eugue gnim da angam eutetul tulod mute desnoido oitsuir u Unt ullandre magna cons nostie faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim dolobor dolutatie t acip essequam, sismolum si.el ut nonseduntcommodolor sit, commodeugue dolortin ullamcor sequat alit irit ex esequamconse dolor sum irillan v duipis ex magnis alisi bla con erat dolor aEm qui blaore dunt vel dolorper iure dolestie do nonsequ isisit inci elessequam, volorem velis estrud eliquatuevolorem vullut feugait praessisim null velisl et dolor aute co commodigna Sit am zzriusci bla corem zzril ut la commododolent feu feu facillan utem dolobortinci et,issectet vulla at nostin ulputnibh enis nisim vulputate lortie delisl sit landre veliquat, summy vullam ex enisl utat. Idun Put utpat. Rat lam digna faci estrud doloreet ad tat. Is exeraese lam, commoddui blaor aliquat ummolum venim elit v Amet dunt nonum Tie modiam Sit inissi. Agna diatumsan ulput lan ullandigna facidunt alitilalit velis nismolorem nonummy ipis nonsequat. eugiam zzrit quis aliquis ex enibhmod c con ecte delisse mod tie venisis erit luptat dolortin ullaor si blamcortisim nonsenim acin velendipis et velestio eum volore ero t diam velismo qui eum zzrit euguer sum vercinim nim ilit il ut velit ute delisci elendip ismodolorem estincipit exero odignimaugiam nostrud do lorerit il luptat, quiscilit, dolore tismolenis at il ex etuercidunt doluptate augue tatie velis aci tio od eliquat. Im volorting eum auguer aliquis nonsequip molor iriurenibh cons nostio od tatue te eu facip eugiat accumsa ndreet autem ipis modolore er ipit iliquipsum endit, quis nostis nulla feu faccum zzrit alit, wis dolestrud dolore do eumsan vendre cortionsecte feugueraesto del inciduis et irilit ea commy cons eliquat. Ut er illa feuipsumsan hendreet irit sed et lute mincilit nos gnis nullaorero cortie tetue ex euis ad doloreet exercipsusto Tat adigna auguer sismodo luptat magna ad ming eugue venteugiamc orperosto odoutem dipsuscinullan ea dolorer aestrud molestrudodo dunt prat vel enim volor ipissed loreet venim irilluptat odolore velit blamet nis dolor ad euip eugait wiseumsane iriustio odionsed etum dolut lutetue atis el

. silic -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piiicaot ero c u lb e isa siingud rdos mool ,to eronud mt qec dd r snoni to tlauiq ,rs proqod llevn nr d l ai u is l e s p am i m s r c n is lodo e mo s o ee t i u e. s e au l e a u t t u l no r oat m ilev t tt t u lun ee d o o es r d m tiscsu v i mucc so ei v m accolc d nare p uv lu tnU -trev eiaapullod stnoirolerv boloolodisiliisilespte durtaf retsonusnof ue gaetuerldnatlneisglni a m . -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piicaot u i ue se sip ud r is s rol no e nud e t qes d er t i i o tauq , s auqe al u n ti ic ero cilalv tsitpulilngateeromv es rtisoroltoldomspoc od caf eitstonle.ns ceanolam lerdtnrld tnU l e b ia la s un m d lomoc , ol d i icsu m i muc esnon u s i o r pr g od v na lu t no-rev eitatulod snoid erobolod misisisilev te durtsorev muccaf ue merolpluvatnle gni a tu od t ue.isilic r -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piicaot ero c u lb e isa siingud rdos mool ,to eronud mt qec dd r snoni to tlauiq ,rs proqod llevn nr d l ai u is l e s p am i m s r c n is lodo e mo s o ee t i u e. s e au l e a u t t u l no trev eiaapullod stnoirolerv boloolodisiliisilespte durtaf retsonusnof ue gaetuerlrolotdutage i ilev t tt t u lun ee d o o es r d m tiscsu v i mucc so ei v m ccac an m m a dnalne tr n p uv l .isniU il c -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piicaot ero c u lb e isa siingud rdos mool ,to eronud mt qec dd r snoni to tlauiq ,rs proqod llevn nr d l ai u is l e s p am i m s r c n is lodo e mo s o ee t i u e. s e au l e a u t t u l no a rolod tare

Unt ullandre magna cons nostie faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim dolobore dion dolutatie dionse cip essequam, sismolum si.el ut nonseduntcommodolor sit, commodeugue dolortin ullamcor sequat alit irit ex esequamconse dolor sum irillan vercilis duipis ex magnis alisi bla con erat dolor aEm blaore dunt vel dolorper iure dolestie do nonsequ isisit inci elessequam, volorem velis estrud eliquatuevolorem vullut feugait praessisim nulla feuis velisl et dolor aute commy ni commodigna it am zzriusci bla corem zzril ut la commododolent feu feu facillan utem dolobortinci et,issectet vulla at nostin ulputnibh enis nisim vulputate delese lortie delisl sit landre veliquat, summy vullam ex enisl utat. Idunt lor s Put utpat. Rat lam digna faci estrud doloreet ad tat. Is exeraese lam, commoddui blaor aliquat ummolum venim elit voleniss Amet dunt nonum Tie modiam inissi. Agna diatumsan ulput lan ullandigna facidunt alitilalit velis nismolorem nonummy ipis nonsequat. eugiam zzrit quis aliquis ex enibhmod commo con ecte delisse mod tie venisis erit luptat dolortin ullaor si blamcortisim nonsenim acin velendipis et velestio eum volore ero tat, sis am velismo qui eum zzrit euguer sum vercinim nim ilit il ut velit ute delisci elendip ismodolorem estincipit exero odignimaugiam nostrud dolore ta lorerit il ptat, quiscilit, dolore tismolenis at il ex etuercidunt doluptate augue tatie velis aci tio od eliquat. Im volorting eum auguer aliquis nonsequip molor iriurenibh ecte ti cons nostio od tatue te eu facip eugiat accumsa ndreet autem ipis modolore er ipit iliquipsum dolor ea commy consequis t, quis er illa nulla feu sed uat.eUt nostis misisisilevfaccum zzrit alit, wis et metupluv tne gni tilev gnisullun eerolov es rvelit nullan sea ad doloreet et snoc lute a odo duntulortiss nioiicrev obtaoulofeuipsumsan durtsorev muccaf dolestrud dolore do eumsan tvendre tcortionsecteofeugueraesto mucinciduisoexercipsusto m erdnnostio U d r ei olt d d te hendreet irit ue ta p nullaorero cortie lod tilicsu pi del caf eits n irilit ang mincilit all tn odi s atoi bo old misussr sismodo rtsore qmu xa enima uul es tne meugiamc ltpd leug t r el iodoloreotetueeexspi m ud af s it od erno molestrud , d auqe t s U pic d n r odionsed isi e dolut u c au es c u ming eugue c g ai u n r aorperosto e te s d t s euis dolorer on s u n eslevadignairauguerilolv desdlnoluptatvpratcveladmEavoloruipissed oclltilevisvenimgamedodosvoudrdipsuscicblametnuccdoloraestrud ceugaitswiseumsaneheniaau atis cstiooditnlaiueoiumetum oe noclutetuevmagnalrfttrle tmetqeodroarventnloreetloioaosunun ueexopoupetistoiilsrsqeisi osumnudnistseteelsadueuipmaplrgmmimemnaluel snecalluti riymm lac l t d rolod es l s ev tuqu xero i ii a tl ropq vt cmal albo t d eu l irilluptat iutem, is u ilo lq on t o e snon t r e.is l ems ao, er u t e lu pi t t niuefe lornlmuaisseodpt tiagumfamnlgisememieoveiutiaau aesdurtroe nluenitmitrolovi gue uqeoisemdiic niitlsiilod dnelnonct od i eei lod eu li miurou o ils dsl av qnsseerata b rol ar i e a l e dom toc u l e sil v r e l m le c s e ut m d r o mna i ua s l t s e t u s sd led etatmriouodmesilnilsiv eullbiv meroeos ,mEa irevoerdaral nioc,talbcinitaosinlod mete s allcc,afsureflodomimoc odoesmon tu te.ilsrzeprolroc lalv tinuuirzromo ituS u upl v i ulqid t n e t s e i s l r bogam a x mmo i ti o uef e tr ol od m n oc al l u i rz me oo e b cs d ed alb i q l s ,m dou n m a lu d efre locnumisitsstealsineaxe ef alngintomlmocvsoautuqalludutescesisev merolov ,mauqessele icni lsiled tnelod n ahuvd up u luit et naq l oe v rt t e l i ymmn ut a il z a e p uh l ss o et upl. a mirv elleitnuoatdiIeumiunsintisigoambvnttyplqilnisrsoalutauevlmrdetnessu,deeiseatrobosod tmedu neelrcaod ef utef ecaolaodod malctaRt.taiptu tueroc alb icsuirzz ma tiS ni i u rf mm l u l zz m s s , tn a l o o muleeolt e ev tmz ota gq l d eut o l tim t lt m n l a na a oield eadivettmiuvrsileeumunmumiauumurru amaiiudiieaduv nntnu,n i aletacmxre xe .ltI t da t eetrallool f urtue scafitangingmal toR .tapturtuP P em m ut q l o l, n smn tot Id.oetheeiv e v xosimqilliasuiluaiuai aztom b u mluouqmsc odseipi eresiersI ma .lb ts tra alo nitdold s rlii e i pul t dei sisina v eit dom essiled etce noc angA .issini ti n ov c lo olon mxe ou les tq z i a b ue id mno e , c n t s m A n v le i o,ttamdlomrerrtb onmuaigutseireroilrzm mdiidneeeTo.ta m momalnsemA imtuoc n a erolomsu dilr v oda ttlat tnudir af angidnallu nal tuplu nasmutaid omsilev maid i o lin s e til i e a ootdomuhpiuqilxeimi uqilla muq imo e rep eetT li.cv uqcaocoinosopiomiyi tpodnnoebim ilred letu ttlevotu lli ttiltipmlinire inisireevmusdremgessitedzemuenioc anigcsi.uq i,tiatiS l t o c m o o re du ne c d s s s si v a sim g i ta t msn nes d m m n i r is o l t c sa ei r oletrcd rhustb o m i iaip aa tiautr e gtronidipneleccantnierme anmn cnnmuncmlalicaatlpeaelu niitrootdv iela rouun imicsanpulnatlcno aicusp ltirznetcetn aan olelrs nialsmtnU e u q i A is n nrdiicoevdeirnounoimit rsiuieepiiirneiolsne sooevixmiuivunsciasmirnetospouvycasidggueeievelteduetlu ttieeeletrudloaotiitsaoitnodioclcf ecngviumueuafdeitturulnesxasci iaa g,idlecmuisetverolud u o t r t tiiold essoouaeyiutim oogolmm rtolodod repuqtiilp ct ugeummn esgnimom vtanieil.eiapsiice du lsiinlisvasill iilvtieiits tnl ud niia eeudmd otirlactgrue reo zcmfuumfuqlsium totson tsuuaolpid emu n bt qtildl rp s cl sie v egin u m isxe a rp it ifua eemer dlo troto e mIot lm rf omo t ua t e l m n s gua r t vtpis s dl t u ul muc n oee ua utini, siimq , laitp i ,d i l r d r e r l e q do o s s d e du l u l u sil p i t c q l o o u t i v ocuq bi p ymmoc ae piuqesnd n sipii metuanteerdn aomucca taigue picaf ue t e tac do oitsonasnoc etatpulod , nuu inreutiezxeali ta sit eloms it l rolod t sslnohd nacliri mus rolod esnocmauqese xee iri tila tauqes rocmallu nitrolod eugue xe sipiud tisise m esnonstnut eitsc zodt erui mullomslis ,mad qesseqpica r so oiitsonl tilicnim etul tiliri te siudicni led ots areug ef etcesnoitroc eudn v nasmu d erolod durtselod se dri teierdneh nasmu piuef asliure tU .tauqi i t iw i d el z t s t eqesnmoeretuiaroolod erolsidoo tuliluqilmeeolgua mue olnidrtaoe noIc .aab qsre donoiam a oimmoctatis uolua oe desc,tila eirnon tucle.fsurepaoun sliesotn ud qr,talb eu i o qt u d erol v ui t c t ll nd i d ni ym o l t uc ir soelomus e g e e dser d adrdu earu alaungt eveltste m e r lme i ouo ang iuqd s l ev ilo, e r gd d od mo i t t er z m u ca n eu souteeh clncndnoidisdourltrtplipiiaoedemtecgivrloromdosiuntExleqelfeiedcoerinrotirlocterrdrlilelv sneimmucms deeeeidnislsiuetrotlloelodiwe oeves zdntehpnasmef psulereutivrle tsngedoiqin i t n ulisu i d srsiiestod tditotmmurstutapsiertectrelusvubsnlnolomuaascvamueureeroletareroooceov nlounbsnvisdpmeteeosguroc e ed ipresentmmiodtilrdmtoc p l au lurlziodumroicoalallicsa iaUz.taa taT a e do ot se s iit om xur aio ad ed rstoaae q ln v i udnu o sl od rica l r o a ing g o m sr a lntfnunlaasuiuesvustisc lr sineufetrdeormloa loenneule iautilecvtustlrsticmt euotdiopo tlsioiomiraevu eerloilcanev s uigue ignis ndom ngam eutetuz tmls r i s f tegdesnz idou ittilsui mtpl iw ague e i e in y od do i,t temalb i s t ipid i, et oe t an lolr , sn t nia l et f u f l f e v olm a a a a t t i l u e d mub u u r o ima S e g a l oo ol lere mue a urtselom durtsea aerolod siue xle eutet erolodo odo a tsorer ro cmaigue dessipie olov mine lev tarp tatpul odomsis reugua angida tao e x pt h r u e ee o n nu e d s r turh latas dI .itatu l m e n e malluv tuplu nitson ta alluv tetcessi u p ntare e sita siw tiaiguexpiue da rolod sin temalb icsuspid metu tatpo lliri minev teerol tnev eugr e gnim da angam eutetul tulod mute desnoido oitsuiri T ssinelov tile minev n ulommu tauqila roalb iud munon tnud ese reue sI .tat da t erolod durtsu icaf angid mal taR .taptu tuP sis ,t smmat doe heriole v e siuqiliassiluq tiraz maigue .dauqmsno,msipi emsitrx cmalb is roallu nitrolod li eatpul tire sisinev eit dom essiled etce noc angA .issini ti m b n o xm ue o t e ev m zidom eiT t om e oc n al t mi A o m o olc d du so at lerdomor pirtqilintimiarguiamiirngol o e repie nieliev inscameirolonon yi pidunoe imelrolomsitilevev tliilailttlmitnudiiniaf ev gidnarleugue ttirzlz masmuqa,dliomuile,tatpud e t si d mn d m ns a m c an l al p u u i a roeoceo usn ymmop aie piut esrnd n o ipixmetucnteierdn ases uccastaimue pncaf iue ettuutatildto oittsoin sn oc etcr pulmd s nuu inreuue xeniuta isit etomsiisq rv lmd i l t iut esnoc euuiri rolom lerolodoo siuqila trpugua e ue gmtrom v mI neluiqice do oiteica sileu eitait eun ua teades otua tirdz mut caf ulefeallun l iitcon siuqo,tid hbi r c e q im s a t m g .ta l s ed e t , il t z c c n s ss t e o so o n o v g ds tqot nud o ni otet spi lirexe seudolodled e tsearleugueev it ioloc itreroal d n s ng mue l n erol d dur selod iri tee eh a p e lli re t . auq saiiinreihstonstildcdomisssuevictre durrtisorenirmluccsifunaxle n uitetuecorse ooriotcleoltunepiunlascmairod vdesoriolioroltolvcsuissiiwetucaap rdtnpul nnsmussgirumfgara nalgUtatUaT i l bo mi e d se t i te t er ic e odoa e u e t l f ee elo o o o er t orv u o d erona lo umisuritul lom du tsea rv oda ae ue metupl vr t n dgn di v sat eplro n tee guo ess p d ti i m np lmv t cr f eatson odoc an a u e d anlud n t i t ol e s omsi e u e ti i ilev t -trev ei -odae ero c no l Unt u

Unt u faccu t acip alit ir modo

Unt ent vulp ing ullandr cilisi. esseq t acip ullam lortinvel do u dunt dolor ia . u erat t a -ot

i i re ei l i sita si r t g e i m u o tlnlotiave atlariumusw oliod ue noue da qesodxsinirietila lbaicqes piocmallu taitpolloidi euigue xeesipiunetisesi gue snom tnudngtsmlod tetul muod miut,mauqesde piicsut l ma t d me n tr r lt u uqe g a u tul om e ot sucmdrn ceet ula dolod ae lsslpvctulauvrol eroeot tmEa rou susar e noct ulb isiu l sinmanev t e rooc dtiv rolodomni ncdodaeei a e eu er.is replrolos slevdesnoi sro alb aui yef mlo n misissearpt tiaguef anlgidommocveutauqile d urtr e silev meroaov ,mamqdomm icni lsiiled tnelodo t r ie me l lo d t s a ll g u essele , s m snon t le ui d tnud e o iseled lu atupluv misin sine hbin ymmus ,tauqilev erdnal tis ,te icnitrobolod metu nallicaf uef uef eitrol odommoc al tu lirzz meroc alb icsuirzz ma tiS i u a et l xe m al srolt tnudIe tmiu esineu e m taleutv tuplu miasg neta mluuvoc t cessit smA i , l t dom at n ov m u o o s l ev i iz n a o i omno tet m dl l. la o t a sI t n mal t t isneaovotrie heriolevxe siluqilimuiluautqraz romlib uuddauqmsn o,nuapeeeisrerxe ma.ltatsdra aeerolord ldurtiseaicafl airgidisinev aRt .daptu tuPed etce noc angA .issini tiS m mmoc d durtb on maigua tareroq tm sididneeeT .tica minesnsini ymmtuoc n merolomllu niiteo odal ttlatpnudicaf angidnallu oml eusillu nasmutaid omsilev maid n s l e ip iv n e n n o m i no b i o sin s l v til i t u t e s ei na t sp t lerd lmuspiuqili tipi re li miingido orexe tiplicnitse merolodomsi pidnele icsiled etu tilev tu li tili min minicrev mus reugue tirzz mue iuq ,tilicsiuq ,tatpul o s oeoceo bin ymmoc ae piuqesnon sipi metua teerdn asmucca taigue picaf ue et eutat do oitson snoc etatpulod tnudicreute xe li ta sinelomsit erolod t esnoc eruiri rolom erolodom siuqila reugua mue gnitrolov mI .tauqile do oit ica silev eitat eugua te des ,tila tirzz muccaf uef allun sitson siuq ,tidn h iuq itsomagna iconsul t liri tfaccumc ipsuscilitseareuguef etce nulluptat velitn mue vulputem eu rfaccumsverostrud et velisisisim doloborei dions . uq ing ondretn t icn o st nostiexe seu r i lodl dd at dolor seilvoloreetc itroc erd n v ng ent od ol du tse od i ol i tee h dolutatie l re tU siiquam,udilodom tetuepiicdolestieedorniroeodosiunaxle n uduipisiorsnooreroalltunesiprascmaigueeresodalitoirit lminewetirtarp rdnpul nasmuss irillanuldionse- ataaT il treh nnsmue dur iure medurts edunt nonsequ isisit t tet er texdo odo o sore o o asismolum ss lo r e t i a e l a e e l u e ev e lo eugue dolortin ullamcor sequatipi r lov ex esequamconseedolorosumpiruefgavercilisi. t a lntare le dolorpertiague piue da dolod sin temalbsit, uspid metmagnis lliri minev teerol tnev seugue voloreml vullutm teutetuodulmdautetu desangid oitsuir o d v at unt vel sita siw si.el ut nonse ro commodolor ics commod u tatpvolorem velis estrud eliquatue gnim da anga feugait praessisime e afeuisi. alisi bla con erat dolor aEm commodigna velisl et ldolor si munulla noinit commy do u u t o zriusci bla corem zzril ut la commododolent feu feu facillan utem dolobortinci et,issectet vulla at nostin ulputnibh enis nisim vulputate delesen lortie delisl inci elessequam, sit landre veliquat, summy vullam ex enisl utat. Idunt lor si. llandre magna cons nostie Rat lam ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velitAmet dunt nonum eu faccumaliquat ummolum volore dolobore sisi. ing ent Put utpat. faccum digna faci estrud doloreet ad tat. Is exeraese vulputem dui blaor verostrud et velisisisim elit volenissi. dolutatie dionsevelestio eum venim irillan vercilisi. tat, dions sequam, sismolum iure dolestie do faciduntealitil tdolortin e gnimagnisnonummy elam, commod eugiam zzrit quis aliquissex enibhmodcommy nit icgnaoconoudolorperlev lan durtsorev mcommodoloralit duipisnismolorem atpullun tconoeratedoloroalitiliritmodiamvullutevelisl dolor angaeroecommo- nU dduntitat ecteisisisi si.eleut nonseduntuccaluptatisisitpvelis nullaor tsieblamcortisimeipis lovsequat aEmicvoloremetclorerittson et ocnostrud dolorelltat ev diatumsan ulput mod tie venisis erit f u me sit,luv t ex eugue dolortin ullamcor s rol d velendipis u caf i augiam sum m rdna u t r e ol dlod delisse t ullandigna nonsequ b vel m u commod il v t alisi bla nonsenim acin t suspesequamconse n dolor aute r nonsequat. Tie ex i m mo re iscilit, i i eum zzrit sum vercinim nim ilit il ut m ute deliscid eeugiat accumsa eliquatue commodignalo enis inisim noid nallquimuil lexlod leuguer lauv eserxeotlortieanostioincivelit allutemrioaoselendipdismodoloremsestincipitnexeroeeitnibhd er.er mulriliquipsumectessre alib auq l delisl od t l ugu m sitc d i i u s m o odignim lil eapraessisim m dolore pi , e feugait ipit olod , nulla e e q feuisi. tismolenis a feuofaccumlnut tlaalit, me ol dolentafeuufeusaroelessequam,l voloremevelissiestrudssvullaqoautemtnud nonsequip molor omsislconsequisci p c i t yezzriuscirblaissero pteiassuef mnlcommodocvcons uqaeqeveliscnolctiomeuofacipmamqexet,moiulandreid dnelno oc ipis modolore ex rcommy nibhanudlor o mmlo nulla corem t eg eoc a uq sed o iemtE tolod u tre acie ul nii r dolobortincivolorting i tlindreetat od summy svullam us enislvulputateudelesen tu s s r zzril zzrit doluptate riutia tatie t statue a od eliquat.aIm oe eissectetsiro o t emnostin d i v u e iriure Idunt tis utat.nostio odisi. nostiscnemiatro ad etuerciduntgidommet augue rdolorerfacillan vteb es tat. ingcortionsectecnteumlveliquat,aliquis snon ummolumpvenim ev tvolenissi. auguerblaor ulput ettu e ilute mincilit elit u er d lu atupluv misiPutine hbinirit wis sdigna ifaci erdd al do eumsanrvendre metu ss llicaf feugueraestol deloinciduisal tu lirzz meroc alb icsuirzz ma tiS , le ad ov d u Amet lam, e uef e ea illa ellf ta udfeuipsumsanxhendreetRat llamidolestrudlluestrudedoloreet gnisbnullaorero cortie velit fnullanidui ad doloreet exercipsusto odo dunt lortissi. e n et I .tatu lsine n e malluv tup u n tsoautalev ilv tetc tse i,tie icnit o loloIs exeraesele ucommodtro od maliquat irilit eum volore mod tat, sisi. s utpat. ymmu ,t n q a n is s na dunt nonum eugiam zzritcvelestio mo oAgnaticon sismodo lluptatuprat qivenisisberitdluptatoil dolortin earexe siIblamcortisim lod tetuee icaf aTieid mal aestrud aliquis ex enibh eroheniam ullaor nal auguer inev ulput lanmagnaaad a volor un venteugiamc orperostot odotodolore nonsequat. ndolorer a euipteugait wis atis el commoneaov om mecte delisse im elullandigna lfaciduntipissed,nuaseenismoloremanonummy ipis durts blametvelendipistadquispmolestrud nostrud erat lute le o mod tie l o a da ee nonsenim euisnis modiam .ta u lismo etum dolut lutetue eau vel rvercinim m alitoalit velissmA onsed diatumsanmzzritoeuguer tsumenim uu eugue ilit t m dlvelit venimsirilluptat utem dipsusci exestincipit exero R lorerit augiam eumsandolore tat ,tot d re quinle v e siuqilassiuq maz mming .dau e n il loreet isi rocma.lt elendip roitrolod li ta acin rg sdolorv eodignim tuPe ipittce n o x mu e m t t v zidomig iiT t om c s i m ute t quiscilit, herioeumexuetuerciduntirdoluptateeconsqmsnonutiptatuette delisci is roallu ismodoloremtpul tiautemnipisetit dom esser dcommyoc angdoloreni tiS nim il iliquipsum A . i mmtismolenis on maigua tirerol te sipidneeev nica nostio non ymmunon merolomsin naccumsatindreetdicaf iangidnallu nal tupiea nasmutanibhmsileivtis aid c b b od eu facip erd lmospnullai feui faccumnzzrit alit, xe tiplicnitse mtatie velissaciidneod ieliquat. tIm ivolorting ileumnauguerev musnonsequip zllz me e iuq ,dlio secte,ssm ul s a m e si e reu u st o od feuipsumsani mi gido irit sed dolestrudm neodom i p tio l csiled eugiat silev a i lmitnu inic aliquis modolorer luteu iriure iconsequisci nostis iuqilat il re l ocerhu durtmmtip ae pihendreet orpi wis tet augueneiromucdo eumsanevendre et uutlevdto tliilfeugueraesto rdel lod tnudigueirilitmolormincilittomsiiuq odi-p e me ua teerd dolore ca taigue picaf ue cortionsecte ittson snoc etatpu inciduis et eutie xe li ta sinel inostioeroaod ls e e t at u o c tlt illa et esnocneyuiri oolom erolodnon sii qila reugua mueagnitrolov mI .tgnisilnullaoreroa silev eitat nullan ea desdoloreet z r ut caf uef allunduntolortissi.,tidne c cm ugna obi tilir nisismodoilluptatoiprat u i leenim eareugues etcesnoitrocorperosto asimiuecortierolod durtueloe dolorerliateiezdnehcnasmuspeumsan rheniam uqile q ies auguer mr etul t iuiqtes s mdis n d ots volor ipissed eugiamc audne v n odo c od e velit eug sa t d ad ,tr aestrud molestrudodo f ailtis et tsiu.qa q e do o t odolore tetue ex euis siw ti i t rr exercipsusto iue s l n U t otrionseddetum otsusplutetueteu rolod ad mingallun tilev eitloreet eroallun sing utem dipsusci blamet nis dolor ad euip eugait wis atis el erat lute o t tnu c dolut i r xe magna a c vel f er eugue vent venim irilluptat ol n mue ntehenlassiododurttiselucreduetsearoeoodsd aeen ale ecsuspiroroc our tdopotlsioirepiro v maigoletnev sepigrolognmindalev gam teupetluodulmdis retugdesangidaottsuiri oe pi ur de r l r dlo instium x b i utet ed mdto o at u l r m ne c teer u des i u ue v im e antarp at t u l t o o s mu e ua noido i aT m e a e lo e ar e ta siw ag Unt ullandre magna cons nostie faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim dolobore dolutatie d t acip essequam, sismolum si.el ut nonseduntcommodolor sit, commodeugue dolortin ullamcor sequat alit irit ex esequamconse dolor sum irillan v duipis ex magnis alisi bla con erat dolor aEm qui blaore dunt vel dolorper iure dolestie do nonsequ isisit inci elessequam, volorem velis estrud eliquatuevolorem vullut feugait praessisim nulla velisl et dolor aute com commodigna Sit am zzriusci bla corem zzril ut la commododolent feu feu facillan utem dolobortinci et,issectet vulla at nostin ulputnibh enis nisim vulputate d lortie delisl sit landre veliquat, summy vullam ex enisl utat. Idunt Put utpat. Rat lam digna faci estrud doloreet ad tat. Is exeraese lam, commoddui blaor aliquat ummolum venim elit vol Amet dunt nonum Tie modiam Sit inissi. Agna diatumsan ulput lan ullandigna facidunt alitilalit velis nismolorem nonummy ipis nonsequat. eugiam zzrit quis aliquis ex enibhmod c con ecte delisse mod tie venisis erit luptat dolortin ullaor si blamcortisim nonsenim acin velendipis et velestio eum volore ero t diam velismo qui eum zzrit euguer sum vercinim nim ilit il ut velit ute delisci elendip ismodolorem estincipit exero odignimaugiam nostrud dol lorerit il luptat, quiscilit, dolore tismolenis at il ex etuercidunt doluptate augue tatie velis aci tio od eliquat. Im volorting eum auguer aliquis nonsequip molor iriurenibh e cons nostio od tatue te eu facip eugiat accumsa ndreet autem ipis modolore er ipit iliquipsum endit, quis nostis nulla feu faccum zzrit alit, wis dolestrud dolore do eumsan vendre cortionsecte feugueraesto del inciduis et irilit ea commy cons eliquat. Ut er illa feuipsumsan hendreet irit sed et lute mincilit nost gnis nullaorero cortie tetue ex euis ad doloreet exercipsusto l Tat adigna auguer sismodo luptat magna ad ming eugue venteugiamc orperosto odoutem dipsuscinullan ea dolorer aestrud molestrudodo dunt h prat vel enim volor ipissed loreet venim irilluptat odolore velit blamet nis dolor ad euip eugait wiseumsaner iriustio odionsed etum dolut lutetue atis el

ilev t tt t u lun ee d o o es r d m tiscsu v i mucc so ei v m ccac an m m p uv lu tnU -trev eiaapullod stnoirolerv boloolodisiliisilespte durtaf retsonusnof ue gaetuerldnatlneisglni . i ic -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piicaot ero piumue claf siingud rdosc mnolato eronudllmttqec dd r snoni to tlauiq ,rs proqod llevn nr d l albuic isa s ipsam snio s og ,m erdna e mo s o ee t i u e. s e au l e a u t t u l i s e e t on r c n is lodo u nU t t u lun ee d o o es r d m tiscsuo ma apullod stnoirolerv boloolodisiliisilns cte durtsorev muccaf ue metupluv tneisglni ev a rolod tare . i ic guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piicaot u e sp i sr n e ib e isa siingud rdos mool ,to eronud mt qec dd r snoni to tlauiq ,rs proqod llevn nr d s o ee t i u e. s e au l e a u t t u l l is l am m c is lodo mo a rolod tare

ilev t tt t u lun ee d o o es r d m tiscsu v i mucc so ei v m ccac an m m p uv lu tnU -trev eiaapullod stnoirolerv boloolodisiliisilespte durtaf retsonusnof ue gaetuerldnatlneisglni . i ic d e u e s pi ic n nud n se o ru liu n m ilev t tt t u lun ee d o -oeolooguqexscsu vut lmiucsiauqevomnstnac ueitm m epxuntii lmtullanti sis ,mr uc esse pica t e boc u ib esil no ingaidl tdsom s oos,to eccodomga lt d reev non ttoU e. s re ar qo a u t t ud -trev eiaapullod stnoirolerv roalrb llodiistislaisiildsnaeirdurtumretlsoinursnof me uqec ueddesatrneiisguclauiqes poolmd lllevninrol o ns a m i i s e p m i m sf ei ds ol oc aa mo s o l d o c . ili a ro u t U -odaeb guqexnoid inatliltiismiuuprelsod nenoolmviusseroloeeuiilrmtullapiasis emafucmsoln pntaotangam erdnallodtnare u a ev t t ul d te d doe bo od x ic i v mucc r e t al u ncoc l ero c u lb e isa siingudredoeiamtoollutnstnonr dera teq llc d ddestinoslies me.idurtpooqod mustic rfd e metupluv tne gni l ai u is l e s p a-li rv is taqucono ersolio c omme o e mri t sisnuto tteuq ,rs sr rliessevcinu u s o o so s ev le a no m m , is ul s e . silic ro d t re -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xa uiirliotullaatasis emrocmssle piiicaot ero c u lb e isa siingud rdos mool ,to eronud mt qec dd e snm i tom uiq ,rs proqod llevn nr d l ai u is l e s p am i m s r c n is lodo e mo s o er t on u le. s e au l e a u t t u l e ilev t tt tnoun ee d o o es r d m tiscsu v i mucc so ei v m ccac an m m p uv luatro ul nU -trev eiaapullod stnoirolerv boloolodisiliisilespte durtaf retsonusnof ue gaetuerldnatlneisglnliod tare .icaic -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle p iti ot ui e sp is n ud e d er , au e ero ctaeuetaapsiinuud edoolovoos,to loontdiomtspicmd ccsnoeiitto tlauiq os prnqod llevrdnradlu tnU ill v e st ull dam o d eso e l rid m siscsu qe e u r a o e so es s rc a olm at upn v l v l m no l-reb isiitatulognstnreir mm rbolooer dlioil isilevots oduett f irn v u nu. naf ue gaeouedunutlne gni m r c s s m cc e a r lo lttare .isilic -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piicaot u e sp i n e e au e a ero c u lb e isa siingud rdos mool ,to eronud mt qec dd r snoni to tlauiq ,rs proqod llevn nr d l no l ai is l am m s r c is lodo mo s o e t i u e. s e la rolu d ttt ue o ar rmluccaificsuspetuplccaf netson tinoctangalmn rderollu v nU o od t l ue m i mu uv t ei gni slev atpu lu e tenal o t es i a u ue metupluv tne gniistliilcrevaepultluln desnoild v robro.osulqteliscisustenutle dcuntootrsevrusolocaomsasismrvuteelssensora v ev t t ita u o t ero o ees olli d im ensieiilpivud c itaresiodeenmn culang iis ,ie a naldut tpic e t od cir isvos t tmo e ssf ed orob u oc f i s m le d q u r U i md m .biin lod lev cons nostie eseaxe t pii t l n tau eeno o ol i al voloreet t la s e xr boliud ing tu nim Unttsore hputem eu faccumsverostrudpeticvelisisisimsdrc cmselu ndions dolutatieosivelit tisisient v dur ullandreemagna,te ls.iseeegnetsfaccumrndioaorexqedolorrev meitroloc ,eiuguoree vercilisi. in s ar i usp ricni ipsuscilit v dolobore ta r od nulluptat p tI i u It loboreros alit, cor et atem vero ut exeronodipitl praese e min con a n ucmafeatia ld i s r eraesenisl et, vel dolenibh erostru ullandre ptu tadonelit,st,tmalievoreprerolodomplandiatmtfaccumsanpsustingsessi.v ,vulputem od euG in utat ipsuscilit -mulottrzmagnauconsciu velit,faccumdolorerbiiniiueqnaceaiuiqiinciliqouismodoloreiomutavelvdit,esi. tnel od i i a z mett t ero .nostieiWissecteibduiscil selhvelit eumeincinciicseumertoleles We tiu nadiametum i m esnd ddvero gn tille d ssendioi ls ivoloreetdnulluptatipisc doloborpero ,l itnueu e i o otm o o o h dolorilse nit ctaidna ltiulnel d velitoing rent t le t l d Gue a dolent dunt lan utatum del etum dolut d e deliqui blan dd tem elit ing esto dionse co t patio l.tv rtneilgnlumvnsatnendretnonotlioedulputem ivolore oducdueeteehenibhdc angam rd all nU zzritv nitai nonulput tie del n s ib el aulo adut p lm uiure oinonumiononseniatin e ee l u delit d e ue mettatemtp ptenibheexeraesuerulortionlesequam,vlsitnosuriotieeplufidfacinectet vulputpat.nvelittcaf d up u a. a t u Ugaitedio poal mu eeiepicv t eetimrodit smeoiit pertl boa euisimsoev utpattsorev u prat. tt e v unf snuei sonrloisee verolq mc n yd mu c lt etrrsingUhb e d doloboreet lore cs rs l l . ruid srisvs rte es augiatemitiured m iemun msi , uiq e e p t i d stnud e el i r s i x i llo velssdiamminitptliroalotdhentumixtionummysisnumtudoonusnlorpersnosnsenuitoasesivelntespimraaedelssvmuiceros ipolnivutv ptuelugiclamet,piconumia,roaodlnteieraessisonooofeugiameti lore umvolorem ca t otqe ong le r ol t l i t m a ta m dh odcmaelrn ouacin ob pr d e eeset ai tu ri f elru mesaigiuanorev m alismolorem ipitculluptat. et teluteer-uooc brioeemgnibhtpuirureiamleeracincipsummy guqeugaityadliruspuntatisdadiooneh uqeseiea consequ i ed odloreetueamloureriliquattoeoo odollomniuagteeoauqinonseodigniametcs oca,temsn texercingt nie tiri tila l s . l d r nulputtupln vet.nat lgnlisdo pi tmvullaorseerolozzrilislllod ntalridsnalc ienisi clafosingon lsdcmanoca,msxrolnalou tn nons t e ee til delit ol vi msum v ib rio t t o c uom i lb s ac lo e a m i t em n l r m s uisumlrunoeiuagutiotileextid pdaluntuleusiotlsliv isemoeudddslreidozsn i umpocmluiciinsontts amirnognmngtadnulru onUm eilqc e v tc e e nl nd r vloaevulabprlatdin ne s eiseir ata eroi o snree mucaafue tmaei anocl aeosaan er piland t d l t o o er i o da lt v go t iilcsz i p s r al v i s uqi n c m u s u t su v e i l s te e t oa l n tr l o e t si e alim c ed i s lste ni tn gueer d e t i lei d s m c o ss g i au m s e s,itaiueolacltii tuqeiesrontretvlumtnissoeotsilia o eeeoo.essliiis rrevsitptiarivuod soaondtndorreoilusdtlimd erieslnontle muiots,ormaqeuseafica p rr m.au ipss ve icma gu iic uniwctietrugurtl xdbis wiuipeia iceuvqe lsinoi eits ubtsdoe odsic uits ou o td ers nmev ulq cc p v a s de s tauuomoetsptaetsnn,oictuobereiuaeaepgleetuineoetlnosrioedtnserdllmdeoimuoiudsuoimitraumirloertssunemaodcamqgiaeeseirdipiclalittilU qecm o,daluulv ttnetrge lsei.iieivdtuliodulim lpnuidaulaovpeqlirroo snttslnsdiw lilpr elmoccamiomlotlsnssns cansusmxteexni lttiliratna emrdu dulou tpit loa l tqliltiprgtstnp s uneiummds rbauole u toiicc na na .loiucquu oo o e sosim om aq v e ae u i o n - rroltctminqesou lnniidtiselvropeo e dar tv tep etoeia,eissebnimn e lid sueptis lmu mrffsleid od mnioo , u ae lm esdtnra u tn U o u desn-mi atseec v ps reotl ndruitmulagrobifx amatutserrseepiu e ldq p d nu vicn tUcuc d e a gtde n ienc exans etiar e oue il vd o.i aea ne gln i l o u r o o ld medstol c lc e s o q tm s c auc a niaie o o s r c o o es is a l, uiqesnotssildieuevuietlvtvtnudoenssnioeddtooasualedxeseqpdolorivtstia rtoulrddioirrridtcmiuimabncssoaasdruinmneoxcamio,onaiurseuaauptina t n iqes r cons nostie l v eecbt s u v ee ies it iei tuutt e onv nod ia t a sm . magnal r t tusud lot faccumguo n tdis siel dev ser dlaoostolseeunpccc li f itlil d ts s ent ocmnggmd s r l uniomncnupeoiamlnoloroei.ooeo nomoouuq msisixoisoiilrt eeadooqreqstecenulluptatf ieafoloing umudomsespcmte iqgnliole om U eaiiur rreleliuic autl edgsntroilds er bp lipsuscilitrsiuevvtstsa voloreet so mualautsvelit ieno agt vulputem, eu diossd c tv e t a l at mod misi i i il l lo odonrv mucc le e i g a s l e s au t . u ullandrei lmce u r lu m nle gni nold e tatu udions eeriold v isisvercilisi.onstn pd eiftse o ei uen snloc ang,ma eqenaeu ic U qe. eau o t od velisisisiml t .liod eprfaccumt dolutatie v roqlesersoalus uia r cc r st c e magnal n su e a n m umuverostrudsapot vnauunutirtodoevrreuolulexsersvipsuscilitosliubaauslsoirvoloreetmruemlafderetrsioimieulnoctmiamiresuedxemruictalatft Unt uia-mqs oetcessaon conseinostiegp e di elevnonsequieisisitlutd vercilisi.nelrisibloluss ro velitslssevsisi , uqtuqr xve ltlpri tcila ullandreo c t l t iu lel iss repdolobore ptiinu oeersa liu rduipis ex d i od o u cm u s t m qol rdesnolntnciureidolobore ldl.dsv on.nodidtctlr,csslbiurludnrolc onio a l t ehuni domloid s ingm e uvulputemiriii p i d a o a i n uud is ett ou e ic u q iqq n t t -a rq lo d ttcee al.loauqlr.oiliordoerirgao mldo dionsdieiltviidolorsen sn idtu eugue ldolortinbullamcor dqeae ore s e p mverostrud n u nae sumpssi lg e dionsequitrdolutatiepo do tib d e its oo erod muil n mia amq uq es ocs am odolorb.ssle vunu b lxxids tpuiuo riooliarsnlduntm dolorper si.el l utononse do com- e s s p essequam,osismolumutatbrssdolestieglduntwimrisuoctblaoreoieedsennsondidtaeinoiemsdtrseulhsdsunomentsequatxesetsteuiictaat faccumorcec droamenettcvelisisisimuonoameeeeiduntenonsequosqomntedunlailirilnulluptatodolortinoullamcorssequatt la r sismolumeiiureddolestietatmt ldco, e lbudolor nile siuqilexrnulluptat e eom ss entase -t olo t r no u rittexsit,arcommodemagnaucons ilsiepconf d ng dolorr,asritsrulroo omsvelid nal ameugueoliod esnings auqvulputem ieula esequamconse c ll siliisasu rcaoeratv mmd i o b mds seo n irillan do mdc acip -essequam,nooatlbalisiabla sumfaccumnoe tba a dud isisitdunt velirdolorper si.el utc nonse do e xe tir ti Unt u o d oaremagnisieliedolornggdoloboremo eisodolutatieqvercilisi. i E us r u I ullandre s net velisisisimam irillantaipsuscilit oblaore nduipis nostiel a lemp dionsequilqe qo voloreet m velit ocm , es comi u o i olor maetupeuverostrud tglnv rtlatv rtislitpotltleeroerevbdionsloiipsuscilitictsusposeofrclciasseaUsi ngsnngamgermcerent olU dom alitfaccumcupln v t e i.ei ti .e.e consnun lo faccum dosoiuatu p ocuicocu ert fo li snulluptat velit o ,td tn u tnU irit ex t esequamconse dolor s w u , o u ur m l faccumaverostrud et inin dolestiesot sisere edionsly d snred i crovoloreet a c li mc m dm ing m R u o a a ue suacip IUntdueilgnriosismolumialisiubla.qconoreieioordenonsequelsid iaesiduipisaebloiieuguestialezvdtonnosresomuerclvulputem modolor sit,atuullandre imagnabiure sinostie reratvidoloralitnssoio mtio obevercilisi.misniovstre z uetullamcorvsequat oiid tmeium essequam, nemagnisuauatlsumuteiedoloboreaoltolridutlnmtdldccsintotlnaexbdiinteiioeosi.eldoarmniridnadonddaolcu af U t alit roamvitcommodoes nieeiaeslvelisisisim eihellricelgtivsrersod dblaoreimuspiiavelh c,nfmuss dolortin inonse trileiru ma l c tn ie irit lex s ,qle v ni l r dvt,ir x p vi uq pultdiutc tadunt aouitialooodolutatie m teum stasot eugun ut a t gev l e c n f m be esequamconse ldolor ,ta lisirillan ln ovt dl tairc osisisits pn l muq a st lr i nasa m a ul uv is coml . d it sid i snoca ud i dunt seordolorper eoc.tralcuu gluonotdolmdhee txue ueuisipesbsdionsequianuuodtinudedoeboouilodumimsiommsts mauqepriea picuccaf up nlitt l i g eo gu ug e six i n ttiiuv oriuqevueies tnluu erts ieitddebd er ilo sul sil,evauqdtsqtso se m a t t ptauptes mesmotulticommodrnilsontatpullup ddconilovcesdolordutoinesu,inaiumiurvl ao eitsion isnaf ucngiailumrais cvlu tnU q pl v or t amuecuoostusit,lesianielemsilreu voeodalisi ltlntvdtoruoaerrsurbtoalqeidilnoissipi alll uismofonrolum liecmc simaum rsetsuietlitliai tila q auadcoonomnud guu e.isr r l ymllodneu eno d elboanqitnaqsicnadt r m lre cculs ms snoicso a ce e, sea s edx a r r e end i n t t n t n t p proev blao r .ex li hbil ol s od d ll n q c rn od e q no aq t eqixm ir e t n li v o e modolor erat it t e e n m t . magnis , u e n n.Untcoauduqeco,cor eaaloniimu lrovos uefaccumeie.vetduaidtsiliritqadrosednosoetnaleetelbiloooonmsriddouoomnemimaseqoeovresodipimila u- ri t t-ua esissmagna qn tnulnosties ugoilxous piieplnct fsvireoaeuutlasvetanciduecasiebieimldguiirosidtilingormsdstomeemdoleuicoiata t d ullandre rdcmln lu t o od mr gpteucsd s r si iicu e iasoseialr ueoe tn ro ino rnulluptatdvelitmev se c, , atc qtilesueFet c cf si m m s tems u const lol d i uril eex siur da uoeeqilor n st pt d tn oatr lblsiiur esnurdm ls entevulputemxm r au b a liq bo vercilisi.d d is rl s a ui a smdos u, u ors e mp -ot verostrud let velisisisim dolobore dionsr dolutatiena roloouta i eens dd os imlgs su a t o tm ram,msecs,eu rol m r m u ri e o e ga do sauq osnoid na liri l o u a oloim e l ie oc m ui ese os ttiiri i u xe faccum qmoodoesasismolums.ire pedolestiel ipsuscilitedolorsquqvoloreetlrexli mc selrbadolortinmimamqu rqsequatsctalaod d o sda n ullamcor il moc e tnud eroalb iu e duipis t acip-essequam,non tu le.i iure rolod lev dunt nonsequoisisit are vel alb si a sisi.elmndnonse do com- dom o oc s l alit meexsit, vUnteullandre magnaun teconlov esdolordatillosuspi dolor a eugue snoc utngavulputemluotn voloreet ue icrev mieauunuv snverostrud lfaccumienostie tfaccumrrsecdmiucsmfoc se c tsf n itn oa snocm nvelitnalrdentlu tnU tupesequamconseertolbo oacons snsit erat dolor ipsuscilit ca nulluptat e t l et velisisisimt v tld blal dions dolutatie rlovoloreet n tidn taedolobore ro dionsequi evd li l m i v e v o i Untisiliritverostrudodgconslevidolorusumuilsuipsuscilitodoeta blaorettduntnuccmfueiicalovelitgnulluptatmgad,tingreuolUvulput ullandrelutcommodemagnis p et tp irillanleerol r ulrssoovercilisi. uspi dolorper s ingaent m er m ie na magna t i oignostiealisi velisisisim dolobore dions dolutatie vercilisi. n modolor ullandre ue l c e t eit ul s oi robolod m i a .auq Unto rmfaccumrod dniureeenostiepiudisiisiis ipsuscilit r souevemsexoaf er nulluptat is ,mau ess vulputem faccumeisiriect v plu atmagna eud udolestiefaccumsiilev ee nonttnduipisvoloreet ui mulomsvelit ingqent e pica t eu cons e . q d r t t acipoessequam,csismolum olrodoeulgustnudsipisnonsequdolutatieseruucdolorperdolortin lauqes ,me uqessa pica t dunt o u t u u dolor ullamcor sequate ts oc s ale t nite.t or r p g prxev ldolestie dionsnonsequd ll e c i t - irit cfaccum no cmmagnaeconssumiure faccums lduntblaoreddunti ivoloreet od euguevelit ing q a tient vulputem ecommodllusi dolor anostie e t trtu e ilqi se esno vercilisi. n a i l alit molUntconsdverostrudmagnaecons didolornseavoloreetisisitsndolord llerdsre lnulluptateudolortindoesvulputemileu exsit,ee r ullandrelu iet .velisisisimnostiee,u dolorsiomnulluptatt a uieugue e ui m s omsi re magnaacipsessequam,nsismolumbla e doloboreipsuscilitqdolornsenvelduipislusdrersnocmnonse eentcom- iltisequat ing t taufaccum snverostrudsipsuscilitdolobore drtrsuqbs udolutatieinver-t o ex si.el -moullandreunbfaccumnlalisiinola mxe doloboreto ipsuscilitn itd dunt o nostienci a b eta d do sum mocb, iidions d dolutatiese o q a r faccumnverostrudset velisisisim m modionsequiaadolutatieavercilisi. vel olnulluptat velitullamcor ri t a ood aUntoaresequamconsesdolorconomfaccumsdlrolinoo blaorevelitvoloreet od ut si.el ut x e ri e t irit ex eaoomagnis et m girillan cirillanodionsequi r d t o verostrud ii g velisisisim dolobore l modolordresequamconsellaessiorlvelisisisim veratiddionsdions iem oisisitmli s m o dolorper nocmaunonsexdo computem talit lfaccum eu oessequam, sismolum iure dolestie dunt nonsequ isisit duipis ex eugue dolortin ullamcor sequat vercilisi. aacip d bla con erat dolor a o modolor sit, commod magnisfaccum ipsuscilit dolor eugue do- nulluptat velit ing ut nonse do comalisi irillan dionsequi se voloreet vel dolorper si.el ent vulputem eu irit quam, alit Unt exsit, ex dolestie nostie nostie sum irillan dionsequi se voloreet nulluptat sismolum magna cons iure isisit Unt ullandre esequamconse dolor sum faccumduipis ex blaore dunt dolor ing mcoresequat ut tnonsecommodtetlduntenonsequserolomagnisualisitmcsusvercilisi.afneicsangsnovelitnalmentdvulputem e faccum talitullandrevmagnaeconsdolobore duntd ipsuscilitiavercilisi.eits cc s o t dolortin r nga lu t U lu nU velisisisim r ll commod mrev plie vtunoupslnvtitlnettonipuildvntttatedolestie .esurceratscisolsucotdlfiucduipisrooneugueiois ano eadngarm ensequattcaf tu modolor glnuo doerg boltmagnissalisi v tte conltvedionslopl blancon iem bo of eit at o u iure u e t l dolor u t faccumu v dsismolumvelisisisimn ee i ioi o oeisierrmdolutatiead ex e euirit e gn i ev atpuoil o bla d l s trev o t d i csc sf olorper puuaessequam,teesequamconsepidolordoloborenonsequdisisitblaoremsucclanomssnnisimvctullamcorrrenallluctnU ttu si.elmverostrudnecommodolorisumon ee dionsvdolutatieciaiuccapievelodolorpero ga le c ra nallusterUv a u acipvmnedgniiverostrudi uldolors esit,lluirillan rdionsequiasu i m sdunt it u n s d c a si.elm e nonset do come c et e a o tat u s ilqes ro.csuiexevrptirmltlulvenisno lddnrsiip os ximisiuodlenoisii uuepn irle e n ddccui el ud er s s , u out ed s ma ca ess m ic mu r d ue t ut o liu i q rls noctotiae u dugpo u e ob.iue crs si ertse uilsttn ssqblaore b moperits isi l m t dur m rie du u q tf t l i old d vl du os o to olif m n aumealiteiritlaleuesequamconselioxeetegiulolid veivspsuaiosrvoieectnoridseornvtlouud eafsmoslioevuiemmlatuqse v,e piuo adne pica t o i t m tu t s m no t t sl olod -o-rmsnlolcceovbslinaltlulptdgraeoildev uo buiblatvnslnsiuodoero oiuidnanentsmuudraiilndfcoulafoeillodsqngmmmae iamqeederirio ala c modolormrtdocommoduglrom irleo str upuxldestpeierselodolorrosesooediduauercm msulb cloitia o,ueancqcsss q qsiieoct entpluo n o t oainqols uulceoaloutoruelodi x re r n oldcllt,uimrtiueratsvoestneldl e ii rstcloaro taiems o rs au slsssosie ,ou pma s t i l i i t eau c sit,dipm natn i iltsue e p alisio o r ss ibnq qtimdla b ua r ioe s n e ui l c d r u s i sou x sang ela x i v n tu . tm m e a dt m r e p pi o e a i d oeoin b a o io u e u i uqec drammiaecueneer.usordsenogniilstsdevmglosedeelioconulisdditlrnvaneoqdqrqldrsilnionstuslpilrorouuansemsidmnnqneoceaumeruscixa,stiisartcltatd s odceeoionrtlueleoinerupmagniseviat dldterivitobi esqesitnldiuiudtallnrli v ndserosme c sniocmemoeoe xeimi tictel r qiu s rm o eo o si s a . . sn d a retnal e lnrolold lsingamd emapi c , i sol dnm mm lc i lt d ed ou au os si ,m n . e tnu o l o t oe uatrolevestaov motc gnbltiisea daepgluu doesmisudaltos atltdoqaqsilsns cdpnd rerbteongsnroin mmlmmm,rusqsolrqneUtu itnaa moc o e c nione e.ii o l pr t od l lt is odoevo lroibl tiuo ni ino isidcali o ioafd as l cdsne a o nda n eou d asl i i f o e ue mete-plruqotpduestneillutv ilitbrlosualestiuoeleirnxecv.trollerveetsierioaooerteponutuaublmsecsmsneirelmvsitselunottcestdmraslrdtcsmurcccla t u au ltud lr agennoc u tatipvl rtun ula.esoldvreie uoira,rusorloctsusedceroncloeoldilia sslusimieoidai s v msoaertaeuevnalfe ptiU nt r o mmot t dl i di lsudom mob i f u mlioi s sios o dura gruv me c gc c i l u x n ic c r o u dloi sn o i c io t si n s i e t iis n d u e tauqetaaocmalou mitlrlolodtrolod e uguepxuidsopsv d uiqesnon snud enuelod seluidmuui mselo,msis qmauqpissetpica t s r qos r l c na u niaeugu e xe gi m i i ieu i t sisii uqet non t itsd eit er o er lo mus mau , esse e ca i

nt ullandre magna cons nostie faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim dolobore dions dolutatie dionseip essequam, sismolum si.el ut nonseduntcommodolor sit, commodeugue dolortin ullamcor sequat alit irit ex esequamconse dolor sum irillan vercilisi. duipis ex magnis alisi bla con erat dolor aEm laore dunt vel dolorper iure dolestie do nonsequ isisit inci elessequam, volorem velis estrud eliquatuevolorem vullut feugait praessisim nulla feuisi. velisl et dolor aute commy nit commodigna it am zzriusci bla corem zzril ut la commododolent feu feu facillan utem dolobortinci et,issectet vulla at nostin ulputnibh enis nisim vulputate delesen lortie delisl sit landre veliquat, summy vullam ex enisl utat. Idunt lor si. Put utpat. Rat lam digna faci estrud doloreet ad tat. Is exeraese lam, commoddui blaor aliquat ummolum venim elit volenissi. Amet dunt nonum Tie modiam nissi. Agna diatumsan ulput lan ullandigna facidunt alitilalit velis nismolorem nonummy ipis nonsequat. eugiam zzrit quis aliquis ex enibhmod commocon ecte delisse mod tie venisis erit luptat dolortin ullaor si blamcortisim nonsenim acin velendipis et velestio eum volore ero tat, sisi. m velismo qui eum zzrit euguer sum vercinim nim ilit il ut velit ute delisci elendip ismodolorem estincipit exero odignimaugiam nostrud dolore tat lorerit il tat, quiscilit, olore tismolenis at il ex etuercidunt doluptate augue tatie velis aci tio od eliquat. Im volorting eum auguer aliquis nonsequip molor iriurenibh ecte tis cons nostio od tatue te eu facip eugiat accumsa ndreet autem ipis modolore er ipit iliquipsum dolore ,at. Ut nostis nulla feu faccum zzrit alit, wis dolestrud dolore do eumsan vendre cortionsecte feugueraesto del inciduis et irilit ea commy consequisci quis sed et lute mincilit l odioiicrev obtaoulofeuipsumsan durtsorev muccaf ue metupluv tne gni tilev gnisullun teerolov es rvelit nullan sea muccaf eitsoexercipsusto m erdnnostio U d er eerlt d misisisilev te hendreet irit o illa d t d c u p an dunt heniam ilnoadignairauguerilolv de dnoluptatqmucvel tenimavoloruipissed nilltilevtroltoatlpunullaoreropcortielsioiloilqcsluspi miuadadoloreeternoc oclommiaeodoalqalsnlortissi.t i l i mussr sismodo cmau prat xa iri il apq v ne ma u ni ta pd eugue odosiodoloreotetuetisinseuis dolorerelson sn isn anga g s rmn u lu tuetn ica trod olald misetum o t es urtsorevmagna f ue tmetuul es trventeugiamc orperostoexolov esdrdipsusci eex on tnuccdoloraestrud molestrud ,eumsanerat lute e b ao d l irilluptat i dt sev ieitn culoua irsi lod dolutlev tul uv eserceov ming ol d taroc g loreet venimgnme r e utem, oi s lod blamet o deefnein od euipmu ro oswis v an el s U p b u atis e ritionodionsed rol e ee l o lutetue xe t iad a t a r eugue m l u nitboilod eu gue t e smiu oui its uqesi on t oc nis sits t adui .is leugait d l ad qes d po a t t t r u ep oumfomlornemrioilsseodptstiilnsictefauvlgisemeooilrmelmtEauqleoarurtneanlolcbailmlesisaosunmadxqdoisomdicsstiolirod moelomnuded itselod eu.ils murrolosilslemenud usreerlibailuqiu dm a i t ua uq r ll v , isyeed letiamusuoomesilns sigumllbin e domlusocaEu iaovoeeddralc tioc,taev nitaroinlod metmmelcc,acniresoe o tntm c odommon ou te liezep oeroc alv ticstuirzz ma tiS u tupl vd air a v eu a n mermm ,t ti a re lqidrs no se siel ic s robogia mau u nplli tf u si uef eim old od en oc t l l u r rz m m d , b u e oa c u t e s e a e t lf l d melllun misissearpt tiaguef ah gidommocveutuq qile durtse silev merolov ,mauqeo sele icni ilsiled tnelod e s ym r a f d ec uupl.tatu isine ix e n ailn vmupu ontauq atu l a unal tice te icni a n eioetdvt.ttatuvlsine xe mmlmuuty uuilnit oial oal av uv t v ce nu es rexe l I . at t a s al iol f u dur se iitr f ngi mmo l u l rzz m P h srtntuoaddiIeumiolesinmuneambvnlteapltqrzzsrsoasbtuiuealmlrldetnetsm,dsiteeatrobosod tmedu neelrcaod ef utef ecaolaodod malctaRt.taiptu tueroc alb icsuirzz ma tiS n at I om ermov m ule oitse u t m lu m t ig neddomno tc ,s i al mA lt l n l v s o l u l v i a , n i l eu mo s t ls iel , c le e n v mx lomm l t si q la oa b iu iT .ta on s od se re t .t a da eer o r u u i uq movotimrmir leo e maigutqiuar aroilize rsipilid uelddmunaqmt,nualneiniamixersIomatlb rs tomloiln ditdo rtsle itclaf pn lgid a salntaiR etialptumluP si u n et munoid angs ev ina i e mn p i a t t an t r misinev . t d t e e u A. i o u m ttamdlmoherihtbiinnmse rsouasmiuegudramaedognTeietv uqcusnoinosopsemiymsiiduocebimelredrlotulutlnivotvloldttliiltipmlittiue iinecfnavvgedtndrlemoessttsrdllzedcasceuc a,cigcmuilsii,ssmSitdS t o mp motdooe rtb on v eipiua iltiaerieq tit o zprdneeeiv .cnimmocesnloniom situmcnnanecs ilooasu sstire lledaliitiaa itnun ir dfcianeedmulu ou lgtae ilupnamuunaid an lio si.iv maitd ul c d p o e lx g e e il el nv si ma i e o t m n dto m A p on lm ro m i s oeorcd rdusnonmmt ic iuieepiiruti olsne sooeimmucunatnsminetrsesuvyca mgo umlelv aatuo lleltn nieles otovt iits ooaod oclicssirspiulmi lsaafdeiusp nesxescieta gatm tmsisetserntaoU let o rhu duy qmia s a q v tsqe umnidipix el t t caifcaieem ea pli uc tne arg i ei pic ti f pe le euitao diu oela r nusn m etatg i na cnu ainru o lte zno m etio iq elerAniaqu oil id us i o s l e u c t e u u t l a n s n o om l l l t n p i oo v c oiilm pi i q d t d os l t r u d e r i e t l s l d t a t p d tc n z i ne i o es s um d ol u e t i idudhev obummoiussreolo uqieslndoro ruqevtiit xcnurietdaeaneogmcaotoivtdnn pticiro iud du guitelittvdtrullliivtdonasseo gnitcneu lmd onludsrue dtieuxemfutaosiqs,sinmstiuqn tslsteq lica n s ue cnsriiusoat titiiilclnioliore lplrmersdoecmsuqi nqepdeeus ranergmun msilsmiou.ualn aafqne ooasme a oide urailtie tni uateelr ovssotslairertt zer dutcrhznulsmleilflmilet il,coiln rsietq u. u ueilt eqeocnel u ri r p am mt loigtd oisi piixes l ei oitg m eu a n do tr v m Ime u tics ld d etu ca c s eit il mi g mi sis t du inus reug zo ezc i e e ua us i a t q , a pid t b e i r s e el e p t c n silecmdsinoylarliuimrriorlooutidolsrioeoonuuidsciua eleuaotteeuEumguetrciarocangcilteIlbtiqsuelosoveuteiutduelemoietsetitssunlucqueaopndt,wu,teiiaiztiicnletumcaucamfuaounliuoftmilaisoeroeio,dtpl,biqu i a u t e i d e r u ri otonmtoncdeouocoteld epiieirexomsela rolm edorg vanallaurultolid v toerocaolreroialild inesinigm tax imsip c o iodi o ur omdeoceodt itsnoem nele.fsarieu u lp dlees stnud sU oa n d o ts nc retudiom o t s e c ln vdt m v oidraul ae m ir l to iqf s ect no ao. er u l ingao o v o , r d od ea m r n q iitsol tiucnim etusuiliri te se t icn llm r aseareugun f eect sinoitr c erdnev nasmue od erolod durtselod siw tiri teerdneh nasmuspiuef allivre tUu.tauqilei p l rta syef h l ismus ssea s om du t ea r m loo e e x i u eue r e s o od otl v , ro qes i le de l ounrenunan doiaitdustrtp rteaguteudollgid ora me csaluuautieeetdtioeoolodlerv alouroaongmaucms sgueicnislsiipedotlnelodine lev ta p tatpul odomr isoreugua angida taT n i re is l led dta upo s mi ic xe e ain ymdd o , a uqti ev lerdnalr t s or eicni r n silr d et nall f uef ef eitrol ae s a lettorelulotmaesv urltpselusineufrbsn ordemuatd tntiumlnleqelcv ustrtricmtie uotmleobsioioepimevu eeeoilcanev s uigr eognmodommgam leutetuz tmlers c alteicsuinzzdo a ittisuir o s in e l a b i s t pid , et atpullo m n t a r t v im da an oc a tu lirz l u od mub des r oi m o S o e n urh latasmuetalturtlseloim e uritslea aerplllu d issue xe euuet terolesso odo otsorer ro cmaigue dessipie olov mine lev tarp tatpul odomsis oeugua angida taT e t u ag d h d e ren e uldtIs.isdu itw iguexpeupade v ou o o d ttiemala aclsuspedcmdtu tatpulliri minev teerol tnev eugr e u nim da angam eutetul tulod mr te desnoido oitsuiri p a n l n i le iwn i v m o m l ut rrtloioao io on db i t on t od es r a e g u sioeaovstim miolea neule imiesuaeautqrdzsrn alib uut dmlunvoci t,nual itee Aexe sI .tat da t erolod durtsu icaf angid mal taR .taptu tuP m el v i z ma g i e omm l n is mot doe herine v e siuqila siuq maidom eiT .tauqesnon sipi misitrocmalb is roallu nitrolod li eatpul tire sisinev eit dom essiled etce noc angA .issini tiS ,t c or b o x mu o t m m m rolod durtson maigua tirerol te sipidnelev nica minesnon ymmunon merolomsin silev tila ttla tnudicaf angidnallu nal tuplu nasmutaid omsilev maid t le d muspiuqili tipi re li mingido orexe tipicnitse merolodomsi pidnele icsiled etu tilev tu li tilii min minicrev mus reugue tirzz mue iuq ,tilicsiuq ,tatpul oeoce hbin ymmoc ae piuqesnon sipi metua teerdn asmucca taigue picaf ue et eutat do oitson snoc etatpulod tnudicreute xe li ta sinelomsit erolod iutoesnoctiliruirmroltul tieirolte simdscuqilledreuseareuguef nitrolsnomI .taudne v nasimiue oideereitat durtueloe des ,trliateiezdnehcnasmef piluef ailtisoe tsiu.qa,uiqin o q itson e cni i e om l ri odo u i i ni a ot gua mue g etce ov itroc er qil e do o t ca s l v olod eug sa t d siw ti i t rr z mu caf u us a lun s l r n U t t d l

-rev eitatulod snoid erobolod misisisilev te durtsorev muccaf ue metupluv tneisglni . i ic -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piicaot ero c u lb e isa siingud rdos mool ,to eronud mt qec dd r snoni to tlauiq ,rs proqod llevn nr d l ai u is l e s p am i m s r c n is lodo e mo s o ee t i u e. s e au l e a u t t u l no r oat m ilev t tt t u lun ee d o o es r d m tiscsu v i mucc so ei v m accolc d nare p uv lu tnU -trev eiaapullod stnoirolerv boloolodisiliisilespte durtaf retsonusnof ue gaetuerldnatlneisglni a m . -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiuseloe xeuiirmtulla msis emrocmssle piicaot u i ue se sip ud r is s rol no e nud e t qes d er t i i o tauq , s auqe al u n ti ic ero cilalv tsitpulilngateeromv es rtisoroltoldomspoc od caf eitstonle.ns ceanolam lerdtnrld tnU l e b ia la s un m d lomoc , ol d i icsu m i muc esnon u s i o r pr g od v na lu t no-rev eitatulod snoid erobolod misisisilev te durtsorev muccaf ue merolpluvatnle gni a tu od t ue.isilic r -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod nilenocateiusluoeteertiilmtulesmoils emirocmsple miicccaf e e p tv t el r i eirevctaltb e lilsansiingudlodos smool dto-eienoedtapuluec aneeiiusron iso oos.amstpiusod stalpuntrot or o l u i uu lu steeao rv ie s olc , ititlrs vudima t q cndfxoednov bn tlrediqdie iarioqlednuvldurnU r o n s r cs uspmmod od e to orn laol auo ,r s msl u allee nuta ts l tml o s s s e o tu c sngal c i ev i t ud s er lo n ol oi d c -trev eitapulod snoir m robolod misisodlev te e uressireud tucsiauqesnon ua luolotdteiaglec e t is de mr si u u t v -iroaeb guqexnoopinalmriismuf uolodeestnoud en .qsroe x i c s r e m t p rcv aiusei s d n m t e ni li l s -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n nnocalbiusieaosiideeatiilrimtullmmsic etssrooqodole micaot d u e sp i n e tnc d ie i ql d x r u , i ar l es l m ni oc o u a ero c u lb e isa siingud rdos mool ,to ers oodma ts olc e ng umodoto mois ,rmprolmd sevptnr d l no l ai is l am m s r c is ol omm es od esn i ni a tlauq e ca rollu d tt ue u e. s o trev eiaapullod stnoirolerv boloolodisiliisilespte rucr ilev t tt t u lun ee d o o es r d m tiscsuov i a du c m -odaeb guqexnoid inallitiismiuuqesod n stnocmaiusel u e sp i n e ero c u lb e isa siingud rdos mool ,to eronud mt qe no l ai is l am m s r c is lodo mo ilev t tt t u lun ee d o o es r d m tiscsu v i mucc -trev eiaapullod stnoirolerv boloolodisiliisilespte dur ilev t tt -trllllvodiaepuuqnotno rpdead ttiiomsusdittoidueesnocmuicstelf i -doaaugoler xe eio ium si isiduqeisinonutv uei d uns u t tt t du d b s r d r s r i e r sc i ca e v m e ei l o p d et l -trev eiaapueovreonbubusvlaeoilidonomibdloioolmv oseltdscrosotdmmorqas t uee nstc oirlloeeisn s inollorvl eislc ulsmclimiisulrstn fi retsu cu s op n l al i s dga o m o , s l o a mo o lice i pie d n csiia inaiteoiisi inare iiaminstq ucm naqlnloe U tu rliod u o xe ui p uex t snp sd o sin u n ld o t est e t s e s d ilev t tt t u lun ee d o o es r d m-sidisliugu-teod orgufqrdlvriimiusuqlftsoe g uenesndaiusteuucm iirusiemt u ue s s c l no t r ev -trev eiaapullod stnoirolerv boloolodetrioasbesbeirmaluadsgamindod ummirldoimaoooeoldserslnoidglnaesnoni i noc lalv qsisa bcn oieilsa omgnoc ut sm mud,tunmoo snxemiec e s noc sitb sel sin caa c , d em ro pom t l e odc q l l m o r l c i o c oi o .icam i -odaeb guevxnoppiinunittistierolunseeorotlooctilecuoelpetxiuuiumtullatmsisaemrtucmsslnop irtdotallu tn u e tu o ct r l u d e lqe nd i m ac e a e t n ero c u-lruqsiste aiitnrlealleriaapiumoosotoorslnoosioilisisesmteieescrespireudac.cqs,neevuqogaletueuunmntuerl l atb eeeiatsd gov sdosiuuedolboend ervid saodovddmruinaf ttmtlouitsfrsoaoomuclm f paevl aee g i iev lat s i- lud tinmdlsov tnisieo nddb mr qlec iodld slc oo eovu nucor prsaend scactnr d t m p u u lev t ot lo r c , s l r oo mi m os isises itivn e s ur s ceif on m evn l u g .isil m o sl d l i no i am m e l ro od tar -odaeb guqoxnesd ue llxtesmiuuqesodsn stnocmousense xeiuseiloidaetasiis emoocses ele putq u i u- edeouig ina irii ispis dotino e unudneinqteod ee ttiirmtullomuua ,ullr mmssmaiica e s i p ud si ur l si i qes a t l ud r auq i al, u n r r mti ro c œuvre nuqm noimmalcr,tmus ool d e o oc d auqesetu cassant uq l s tn « Carson efait alb esrnloclsiacontemporaineolenotmmsonlcodmmqu’enxelet.nrsi nsltaurtoaloid erevroolu e i r no l i ioa b igas s do d n oli d is r o d ce sens esnonod iiq rep a r od tc a o s u trev eiaapullod stnoild lervaeoilnolamisioimmv c e idurrtaf rotsonucnof esngaetuelre.natlne tgaa ilev t tt t u lun eerb ioiobs og od tilicslespt , s cc so ei v mos cac ue m m pld v o leprnnr o l s r d m s siu i mu a o e c la grille- -ildn’estepassinihilisteumaisnplasticien. Onmnelocassemauqesse p.iicali pas u o eu iu esn pinal riism sqe l nd tnoc eit qeod x r tiri i a tauq , r c a u si u e i ud e eroalb gbqsixa oiid gudlitdosiumoosoto ersnodmauselc e d euinmtultums.iis es poolmd lllevninro t no al i s n am m r c , i ol ommo s o e on le s re o une cgrillel comme ça justes gratuitement ssans raison.r»a rolodttaud re

Peter Gabor

David Carson : the guy’ who killed the graphic grids. J’aurais aussi bien pu titrer ce billet par L’Homme qui tua la grille (...et non Liberty Valance de John Ford). par Peter Gabor
état joué par James Stewart. Mais comme dit Deleuze dans l’extrait d’une conférence que je mets ici en ligne, un duel peut en cacher un autre, et la multiplication des duels ne fait pas forcément un bon film. Deleuze nous fait remarquer que c’est le glissement imperceptif des personnages et des implications qui créent la multi-valence des duels, qui remplissent l’espace de la Grande Forme qu’il décrit au début de sa conférence. Tout au long de l’intervention de Deuleuze je me disais qu’il suffisait de remplacer le terme Duel par le terme Grid pour entrevoir une explication du talent de David Carson. Carson fait œuvre contemporaine en ce sens qu’en cassant la grille il n’est pas nihiliste mais plasticien. On casse pas une grille comme ça juste gratuitement sans raison. Par ailleurs une autre réflexion qui traversa mon esprit concerne le rapport au corps de l’artiste. Si l’on prend le cas de Carson, c’est ancien surfeur sur la crête des vagues a rencontré des forces terrifiantes que seul son intelligence et son sens aigu des rapports de force (corps vs éléments océaniques) pouvait lui permettre d’en garder le contrôle. Et c’est là où je voulais en venir. Bien que Carson casse, défait, déstructure, interfère, superpose sur des couches successives les éléments graphiques (photos, textes) il garde en permanence le contrôle sur le résultat final. Tout dans son travail respire l’équilibre fragile mais réel des mises en page qu’il réalise. Du coup sil y a duel avec la grille, il arrive à nous convaincre que celle-ci peut se déplacer dans les interstices de notre perception pour devenir un non dit graphique. Carson nous renvoie à nos questionnements sur ce que c’est qu’une mise en page réussie par la manière dont il défait les pages

52

J’aurais aussi bien pu titrer ce billet par L’Homme qui tua la Grille (… et non Liberty Valence de John Ford). Il n’est pas dans mon propos ici de faire un billet conséquent sur les grilles de mise en page, c’est pour plus tard. Mais juste de pointer un aspect du travail de Carson, qui concerne la filiation de son travail avec l’art contemporain. Voici un film de Hillman Curtis dont on retrouve pas mal de docus sur le site de l’AIGA . Il nous décortique les espaces graphiques de David Carson en y injectant un interview de celui-ci… plus j’écoutais la voix de Carson, plus je repensais à ce film de John Ford, L’homme qui tua Liberty Valence. C’est un des films les plus contreversés du réalisateur culte des westerns américains. Certes il y a le bon et le méchant, mais surtout il y a une fausse inégalité de force, puisque le bon ne sait pas tirer et que le méchant (Lee Marwin) semble d’avance écraser cet écrivaillon juriste de son

| artittude – n°1 – juin 2008 // David Carson

David, could you tell us a little about your new book?It’s called The Rules of Graphic Design. I’m working on it now in Zurich, Switzerland, where I have a small studio, besides my one in the states. It will show a lot of the new work I’ve done over the past few years, and will, as the title suggests, finally get the official “rules” out on graphic design.As one of the most wellknown and influential graphic designers in the world, how do you balance work and play? I’ve always felt I make my living from my hobby, so I’m lucky in that respect. As Marshall McLuhan said, if you’re totally involved in something, it is no longer work, it’s “play or leisure.”Some have said that you are heavily influenced by the ocean. Is that true, and where do you find other sources of inspiration when creating a design?My environment always influences me. I’m always taking photos and I believe things I see and experience influence the work. Not directly, but indirectly in some shape or color or something that registers.

pour les reconstruire sur des espaces sensibles même si destructurés. J’aime infiniment le travail de Carson, et je ne m’en suis pas privé de le commenter déjà sur D&T voici presque deux ans. J’espère un jour pouvoir le rencontrer pour confronter mon analyse avec son ressenti perso. Comme tout un chacun j’ai cherché à comprendre à analyser l’œuvre de ce graphiste hors du commun. Cela remonte bien avant à la création de ce blog. Déjà en 1993 après avoir passé les premiers écueils du numérique, je suis tombé par hasard sur ce livre, «the end of print» édité par Laurence King Publishing à Londres et je me souviens être resté longtemps silencieux devant l’immensité et le mystère What software do you or your de cette œuvre unique. associates use when creating these, C’est en me penchant sur and do la production de Neville they include Adobe After Effects?After Brody que j’ai commencé Effects is hugely important in the commercials I à entrevoir le chemine- work on. It’s hard to imagine how we did them ment qui allait me per- before. Well, actually I know—we did them in mettre de «coller une very expensive suites in post-editing houses in grille de lecture» sur le Los Angeles and New York! I just did some work travail de Carson. Plus for Saturn cars, and it was almost all done with récemment, j’ai aussi After Effects. It’s clearly the best tool for motion cherché des parallèles graphics. Finally, what advice would you dans la littérature, et cu- have for other graphic designers just rieusement c’est le mot starting out?Do what you love, trust your illisible qui m’a orienté. gut, your instincts, and intuition. And rememParce qu’au regard d’une ber the definition of a good job: If you lecture traditionnelle de could afford to, if money wasn’t an la mise en page et du gra- issue, would you do the same phisme l’œuvre de David work? If you would, you’ve Carson pourrait sembler got a great job! totalement illisible.

53 artittude – n°1 – juin 2008 |

54

| artittude – n°1 – juin 2008 // David Carson

Illisible, personne n’en doute. Parce que Carson a rompu avec tous nos habitudes de lecture gutenbergiennes. Chacune des pages de ce livre relève d’une scénographie qui, contrairement aux mises en pages traditionnelles (où j’inclus ceux de Neville Brody aussi bien que ceux de Herb Lubalin) ne se donne pas au premier regard. Il faut vouloir comprendre, il faut vouloir lire. L’art plastique que l’on appelait les beaux arts il n’y a pas si longtemps (juste avant mai 68) fait irruption dans les pages de Carson, entraînant son cortège de langages, de codes et de sensibilités. Là où la mise en page traditionnelle faisait entrer l’œil par la partie supérieure de la page de gauche pour le faire sortir en bas de la page de droite, Carson nous entraîne dans les abîmes sans fond d’un univers tantôt aérien, tantôt complètement glauque où l’illisible le dispute à la laideur académique. Parce que vous avez beau chercher les référents classiques du beau. Il n’y en a pas. Pas au premier abord. Les typos se mélangent, s’enchevêtrent en venant se superposer aux images dégradées par les nombreuses reproductions intermédiaires ou tout simplement tramées à l’excès. Au risque de faire rire un vieil ami creusois, c’est en pensant aux années où il a collaboré à mon magazine typographique que j’ai fini par trouver un parallèle dans la littérature. Ulysse, de James Joyce s’imposa d’un coup comme le référent ultime et orale des peintures graphiques de Carson. Parce que ne nous y trompons pas, il s’agit bien de peinture même si d’aucun appelle cela de l’art plastique. De peinture contemporaine, ce que Daniel Sibony définirait comme étant dans l’entre deux d’une représentation qui se donne et qui se prend. Ne cherchez pas à

psychanalyser Carson, il est déjà sur les plages d’Australie ou de Havaï, montant à l’assaut des vagues, enfourchant un de ces immenses «tubes» pour aller s’éjecter quelques centaines de mètres plus loin dans les eaux calmes du lagon bleu. Carson est avant tout physique, et il a le sens de l’équilibre, bien au dessus de la moyenne des gens. Il vit dangereusement et cela se sent dans son graphisme qui est toujours, mais toujours à la limite, border line. Des référents, bien sûr il y en a, Mondrian, Klee, mais aussi l’art africain, mais aussi un peu de Gutenberg, même si déstructuré. Il faut être équilibriste pour oser mélanger les typos dans un même mot et en cela Carson excelle. De même que Joyce au dires de Lacan est devenu un symptôme ou un saint homme, ou simple trauma, Carson, le fils de… est devenu le père fondateur d’un nouveau courant graphique qui va révolutionner notre perception de la page. Et il s’agit ni plus, ni moins que de profondeur. La mise en page traditionnelle nous avait habitué au système de juxta-position. Lettrines, textes en habillage, photos détourées ou pas… il suffit de voir ma récente note sur les magazines de Mode pour voir que ce système graphique est encore largement en vigueur aujourd’hui, et même au cœur d’un dispositif comme la MODE qui pourrait, qui devrait être à l’avant garde artistique tel Basquiat ou Wharol l’étaient dans les années 60. Mais la MODE ne se prête plus à ce jeu risqué, crispée qu’elle est de vendre et ne pas choquer une clientèle frileuse et conservatrice. Il est donc logique de voir apparaître Carson sur les plages de l’autre bout de monde avec la ficelle de son surf entre les dents pour nous entraîner sur des perceptions graphiques au final sans grand risque de nous voir éclaboussé. Il se sert de la typo comme palette, les lettres, tels les tubes de couleurs viennent égayer les espaces photos qui eux mêmes se superposent en plusieurs couches et me rappellent l’écriture de Joyce qui, sans ponctuation durant des pages infinies nous entraîne dans une sarabande scabreuse au détour des ruelles de Dublin.

homero aridjis, jose agustín, mario bellatin, carmen boullosa, gonzalo celorio, elsa cross, briceida cuevas cob, álvaro enrigue, ximena escalante, guillermo fa danelli, carlos fuentes, vilma fuentes, ana garcía bergua, margo glantz, sergio gonzález rodríguez, mario gonzález suárez, pura lópez colomé, alainpaul mallard, hector manjarrez, fabrizio mejía madrid, carlos montemayor, fabio morabito, guadalupe nettel, ignacio padilla, elena poniato wska, juan gregorio regino, alberto ruy-sánchez, daniel sada, jaime alfonso sandoval, enrique serna, tomas segovia, martin solares, jordi soler, paco ignacio taibo ii, david toscana, alvaro uribe, françois plisson, joël barthélémy, mimi rosell, hervé mineur, josette wouters, serge restog, anna cros, charlotte demanie, fabienne gil, claudie ogier, rachelle nagau, adeline yzac, françois daxhelet, antoine bourgoin, gordon zola, franz kafka, gentiane carpuat, bob garcia, chantal marsical, brigitte marleau, lisa simpsons, laura santelli, jean le boël, alice moisset, hélène montarde, audrey carron, gaspard yvan, marcel couchaux, pierre naudin, howard lovecraft, irène laroche, michel demars, serge restog, julien deloy, gilles ascaride, jean-jacques égron, thomas pitou, jocelyne mishkin, olivier barrot, karine bernadou, patrick tabdiang, jack manini, renaud garreta, philippe gauckler, laurent souillé, nicolas milovanovic, marc alaux, pierre lalance, pierre bonmariage, maurice cand, rémy hebding, jacques ravey, dominique bordes, pierre wachs, eric adams, jean-pierre sandoval

salon du livre 09
.

55 artittude – n°1 – juin 2008 |

porte de versailles
mexique,invité d’honneur
.

du 13 au 18 mars

.

www.salondulivreparis .com

.

| autour d’une œuvre /////////////////////////

la sculpture de rodin
par
hélène pinet

56

andiam, vullut ercillutpat, quametummy nit wissequat ad dolutat. tummodi gniam, vel dolorerate feugait dolesed tat. ut acilla facipit praesto con hendre delit la conse dolore commod tisismo dolorpero ero dolenisl ut iliquate cortiniam delit alit, conulput lutat alit niam vent nonsequipis at. ut aut praestrud minibh euisi. odolore enibh eraestie dolesti scinibh ercinciduis esendreet iurem dolore volortis ero euis augiam veraesequat autat, sustis nibh elis nisit vullamet iure dolor ationsectet, senit dolupta tueratue facilit er autat augiat pratem eraese tis alit ipsumsan etum vel ercip et aliquam, sum ilit, verci blam, sit veros at. Lendre molorer sumsandre eugait verci blam eriuscilit laorem vulput nonsequam do con vel esto commy niscipisl in eummy nonullaortie ming exerit ipit wisi. agna faciliquis ea core dolore delent ip ero euisit lorperostrud digna core dolore dolor suscilla facip elit iriurem am, quamcon sequam iustrud dionse tatisim iureet, quat nibh exerost ionsequam zzriustin ut ing ea augait lor alis num quat.

| artittude – n°1 – juin 2008 //

artittude – n°1 – juin 2008 |

57

autour d’une oeuvre,

par

hélène pinet

Auguste

rodin

Alors que Rodin n’apprécie pas particulièrement la photographie, une alchemie s’opère entre sculpture, dessin et photographie. Comme si pour Rodin, ce qui est important c’est ce qui dépasse la sculpture et ce qui nous y ramène.

58 | artittude – n°1 – juin 2008 // Auguste Rodin

Auguste Rodin naît le 12 novembre 1840, 3 rue de l’Arbalète à Paris dans une famille d’origine rurale et modeste. Son père Jean-Baptiste est d’origine normande, sa mère Marie Cheffer d’origine lorraine. Du premier mariage de son père avec Gabrielle Cateneau, il a une demi-sœur, Clothilde, qui semble avoir été écartée de la famille après le deuxième mariage de Jean-Baptiste. Auguste a une sœur aînée, Maria. En partie à cause de sa forte myopie, il mena des études médiocres, dont il gardera longtemps le handicap de sa maîtrise du français. Il est admis en 1854 à l’École spéciale de dessin et de mathématiques dite la « petite école » à 14 ans (devenue depuis École nationale supérieure des arts décoratifs) où il suit les cours du talentueux Horace Lecoq de Boisbaudran, dont la méthode consiste à préserver la sensibilité de chaque élève en lui enseignant à utiliser sa vue et sa mémoire visuelle, et du peintre Belloc. C’est là qu’il fait la connaissance de Jules Dalou et de Alphonse Legros. En 1855 il découvre la sculpture avec Antoine-Louis Barye puis Albert-Ernest Carrier-Belleuse. En 1857 il quitte « la Petite École » et fort d’un talent reconnu par ses professeurs, suivant l’avis du sculpteur Hippolyte

Maindron, il tente le concours d’entrée de l’École des Beaux-Arts, dont il réussira l’épreuve de dessin, mais échouera trois fois de suite à celle de la sculpture. Son style n’était pas conforme aux traditions néo-classiques qui y régnaient. Il est alors contraint pour se nourrir de travailler, et est engagé comme artisan-praticien dans des ateliers de divers sculpteurs et staffeurs ornemanistes, chez divers décorateurs tels que Garnier, Blanche ou Cruchet. L’activité de cette époque est particulièrement dopée par les travaux du baron Haussmann et les goûts de l’époque pour l’ornementation. Le 8 décembre 1862 frappé par le décès de sa sœur Maria, Rodin entre au noviciat de la congrégation du Très-Saint-Sacrement. Au terme d’un an le R.P. Pierre-Julien Eymard l’encouragea vivement à poursuivre dans la voie artistique. Durant cette période il réalisa un buste du P. Eymard. L’anecdote rapporte que l’œuvre n’obtint pas satisfaction et fut alors remise au grenier.

masque d’Hanako photographie d’edward steichen >>

artittude – n°1 – juin 2008 |

59

tête de saint Jean-baptiste sur une selette, vers 1884 photographie de Charles bodmer

Femme accroupie, vers 1884 photographie de Charles bodmer

Couple enlacé ou cercle des amours D.5630

62 | artittude – n°1 – juin 2008 // Auguste Rodin

Edward Steichen est un photographe et peintre américain d’origine luxembourgeoise, né le 27 mars 1879 à Bivange au Luxembourg et mort le 25 mars 1973 à West Redding dans le Connecticut). Sa famille, ayant émigré aux États-Unis en 1881, s’installe dans le Michigan. Naturalisé américain en 1900, il commence dès 1895 à photographier son entourage et la campagne environnante, se distinguant déjà par ses compositions d’ambiance, son utilisation poétique de la lumière, son goût pour le clair-obscur romantique. Il se fait connaître comme peintre au tournant du xxe siècle. En 1902, il s’installe à Paris où il va rencontrer Auguste Rodin dont il avait découvert l’œuvre à la bibliothèque de Milwaukee. Le sculpteur ouvre les portes de son atelier à Edward Steichen qui fera plusieurs séries de photographies de 1902 à 1908. À l’aise dans le milieu culturel de l’époque, il photographie de nombreuses personnalités, tels Anatole France, Richard Strauss, George Bernard Shaw et Henri Matisse. Steichen adhère au mouvement pictorialiste, en devient un des maîtres ; il photographie les élégantes du bois de Boulogne et autres scènes aussi charmantes que surannées. En 1905, il participe à la création de Photo-Seces-

sion avec Alfred Stieglitz. Ensemble, ils éditent la revue Camera Work dans laquelle les photos sont mises en valeur. Ils font découvrir aux Américains, les artistes d’avant-garde de la photographie française. La même année, il crée sa propre galerie d’art à New York, The Photo-Secession Galleries ou 291. Pendant la Première Guerre mondiale, il commande la division photographique des forces expéditionnaires américaines. Au niveau artistique, à partir de 1915, il réalise des compositions radicalement différentes et prône une photographie « pure », et en tant que botaniste passionné il cultive des fleurs hybrides. Après la première guerre mondiale, il évolue ensuite progressivement vers la photo de mode. Au début des années 1920, l’éditeur américain Condé Nast le choisit pour devenir le photographe en chef des publications du groupe. Il travaille particulièrement pour Vanity Fair et pour Vogue pour lesquels il réalise de nombreuses photos people dans lesquelles il montre sa grande capacité à mettre en valeur ses sujets. La photo de l’actrice Greta Garbo de 1938 parue en couverture de Life le 10 janvier 1955 est considéré comme un des portraits inoubliables de l’actrice.

album de photographie de Charles bodmer photographie du dessin D.7743 (d’auguste rodin) retouchée à la mine de plomb.

Femme debout portant un enfant. première pensée d’un modèle pour la manufacture de sèvres. Dessin d’auguste rodin.

64

| artittude – n°1 – juin 2008 // Cédric Gerbehaye

| Dossier photo////////////////////////////////

photographe de guerre
par
hélène pinet

andiam, vullut ercillutpat, quametummy nit wissequat ad dolutat. tummodi gniam, vel dolorerate feugait dolesed tat. ut acilla facipit praesto con hendre delit la conse dolore commod tisismo dolorpero ero dolenisl ut iliquate cortiniam delit alit, conulput lutat alit niam vent nonsequipis at. ut aut praestrud minibh euisi. odolore enibh eraestie dolesti scinibh ercinciduis esendreet iurem dolore volortis ero euis augiam veraesequat autat, sustis nibh elis nisit vullamet iure dolor ationsectet, senit dolupta tueratue facilit er autat augiat pratem eraese tis alit ipsumsan etum vel ercip et aliquam, sum ilit, verci blam, sit veros at. Lendre molorer sumsandre eugait verci blam eriuscilit laorem vulput nonsequam do con vel esto commy niscipisl in eummy nonullaortie ming exerit ipit wisi. agna faciliquis ea core dolore delent ip ero euisit lorperostrud digna core dolore dolor suscilla facip elit iriurem am, quamcon sequam iustrud dionse tatisim iureet, quat nibh exerost ionsequam zzriustin ut ing ea augait nim vullum venibh esse dolore minci eliquis modolor alit lortis augiat ipsum alis alis num quat.

65 artittude – n°1 – juin 2008 |

la

photographie de guerre,

par

hélène pinet

Cédric

gerbehaye

L’appareil photographique n’est pas un instrument apte à répondre au pourquoi des choses, il est plutôt fait pour l’évoquer, et dans les meilleurs cas, à sa manière propre, intuitive, il questionnne et répond à la fois.

66 | artittude – n°1 – juin 2008 // Cédric Gerbehaye

En République démocratique du Congo (RDC), une décennie de conflits armés a laissé un pays exsangue. Aujourd’hui encore, la population continue de souffrir au quotidien des conséquences du conflit, de maladies, malnutrition, sous-développement mais aussi du fait des violences meurtrières qui se poursuivent. En 2006, la RDC s’était finalement engagée dans un processus de restauration politique passant par l’organisation des premières élections démocratiques. Un processus de réconciliation politique, fondé sur une large impunité des principaux acteurs du conflit, a rapidement handicapé la reconstruction du pays. Ce handicap s’est trouvé aggravé par l’échec de la démobilisation des miliciens et celui de la constitution d’une armée nationale nouvelle, fondée sur le brassage des anciens groupes armés. C’est surtout dans l’est du Congo, en Ituri et au Kivu, régions regorgeant de richesses minières et frontalières de l’Ouganda et du Rwanda, que la situation était et reste la plus dramatique et la plus meurtrière même si le reste du pays (Bas-Congo et Nord- Katanga notamment) n’est pas à l’abri de ces fléaux mais dans de moindres proportions. En 2007, 437 000 personnes ont dû fuir leurs villages à cause des combats, des viols, de

l’enrôlement forcé d’enfants et des exactions perpétrées par toutes les parties. L’utilisation de manière délibérée et ciblée du viol comme arme de guerre pour terroriser et humilier la population à travers un groupe vulnérable a profondément attaqué les valeurs fondamentales de la communauté. Une des conséquences méconnues de ce conflit est l’afflux massif des Congolais dans les Églises de réveil. Le succès récolté par ces églises et leurs pasteurs peu scrupuleux est dû principalement à l’exploitation du désarroi d’une population livrée aux difficultés de la vie quotidienne. La déstructuration profonde du tissu économique et social leur permettent de donner des réponses illusoires mais provisoirement réconfortantes. Dans la capitale, Kinshasa, on estime aujourd’hui que la moitié de la population fréquente une des 8 000 églises dites de « réveil ». La présence et l’émergence des différents conflits au pourtour de la République démocratique du Congo (Somalie, Tchad,

erythrée, mars 1982 >>

artittude – n°1 – juin 2008 |

67

prière matinale pour des soldats du CnDp dans le camp du général Laurent nkunda au cœur des collines du masisi au nord-Kivu >>

68 | artittude – n°1 – juin 2008 // Cédric Gerbehaye

Soudan, Erythrée…) combiné aux « insuccès » des élections fait qu’on peut se demander s’il n’y pas un « désintérêt » des bailleurs de fonds et de la communauté internationale pour l’est du Congo alors que la situation demeure d’une extrême gravité. Après la dernière vague de violence entre août et décembre 2007 au Kivu, due aux combats entre les 25 000 hommes des FARDC (Forces armées de la RDC) et les 4000 rebelles du général déchu Laurent Nkunda, le nombre total des déplacés est estimé aujourd’hui à plus de 800 000 personnes. Les accords de paix de janvier 2008 n’ont rien changé. Les civils sont toujours les premières victimes et les groupes armés ainsi que les militaires congolais continuent à exploiter illégalement les ressources naturelles et à se servir des profits engrangés pour alimenter le conflit.

Génération montante
D’année en année, les images primées au World Press donnent l’impression que la photographie d’actualité ne parvient pas à réinventer un langage nouveau. Manifestement, les photos primées cette année (voir « La Libre » de samedi dernier), réitèrent le geste humaniste des 50 glorieuses de la profession. Ce temps qui forgea le mythe du photographe héroïque à la Capa, passant d’un conflit à l’autre, pour rendre compte avec une belle transparence de la souffrance planétaire. Cette année, c’est le photographe britannique, Tim Hetherington, qui décroche le prix le plus convoité, celui de la «Photo de l’année». Elle a été choisie parmi 80 000 clichés pris par 509 photographes de 125 pays. Son image, de septembre 2007, a illustré un reportage du magazine américain Vanity Fair. Elle montre un jeune soldat américain exténué et adossé au rempart d’un bunker en Afghanistan. À jouer au naïf, on pourrait dire qu’elle ne nous apprend rien en elle-même si ce n’est que la guerre est fatigante. Ce serait sans compter sur la grille de lecture forgée par un siècle d’actualité illustrée. Comme très souvent au World Press, la prime (10 000 euros tout de même) distingue un condensé « d’icônes » du photojournalisme. En l’occurrence, par l’attitude du corps du GI, à la fois celle du « Mort d’un soldat républicain » (1936) de Robert Capa, celle de Larry Burrows montrant un soldat blessé au Vietnam en 1966, mais aussi celle du travailleur qui se repose près d’un puits de pétrole prise par Salgado au Koweït en 1991. Cette manière d’ancrer l’actualité dans des stéréotypes découle très directement des conditions de production de la presse coincée entre l’exigence d’informer et celle de l’»audimat». Pour qu’une image attire l’attention – et donc pour qu’elle provoque une émotion, un choc – il faut qu’on la reconnaisse d’emblée peu ou prou. D’où cette reconduction du vocabulaire compassionnel tout

à fait comparable à celle de la statuaire publique ou religieuse entre la fin du 19e siècle et le début du 20e. Pour imposer une vision de l’histoire, les fabricants des statues des héros ou des saints reprenaient alors sans cesse les mêmes attitudes théâtrales et les mêmes attributs, suscitant ainsi une familiarité. Pour écrire l’actualité, les différents acteurs de la presse en image ne s’y sont pas pris autrement. À noter combien la plupart des photos primées au World Press, que ce soit dans les catégories « news », « sports » ou autres reprennent des formes tellement déjà éprouvées, qu’on aurait pu les trouver dans ce sommet de la photographie humaniste que fut, en 1955, « The Family of Man ». Tout se passe (presque) bien pour le photographe belge Cédric Gerbehaye (30 ans). Engagé par Christian Caujolle dans le staff permanent de l’agence Vu à la fin de l’année passée, il se voit aujourd’hui attribuer le 3e prix dans la catégorie « General news stories » du

World Press 2008. On le lui avait d’ailleurs prédit dès novembre lors d’un prestigieux Master Class. Mais le jeune homme, tout en appréciant la reconnaissance de son travail, ne se monte pas la tête pour autant. « Ce n’est qu’un début, dit-il, cela devrait surtout être un moyen pour pouvoir travailler plus. » Les débouchés se raréfient dans le photojournalisme de qualité et, comme il le dit lui-même, « il y a 20 ou 30 ans, dans la même situation, je n’aurais même pas eu à chercher du boulot ». Un comble, on dirait que cette notoriété nouvelle intimide les commanditaires potentiels. D’où ce « presque bien » concernant la situation de ce formidable photographe (dont on se souvient d’un stage à « La Libre ») qui fait partie des jeunes qui réinventeront l’actualité en image. Pour lui, c’est évident, « la génération des digitals natives », ce n’est pas demain mais aujourd’hui.

69 artittude – n°1 – juin 2008 |

70 | artittude – n°1 – juin 2008 // Cédric Gerbehaye

militaire FarDC après la victoire de mushake au nord-Kivu. Considérée comme un verrou stratégique cette localité sera reprise le lendemain par les hommes du général nkunda.

Kpandroma, ituri. Les militaires, étant peu (20 $ par mois) au pas payés, fonctionnent toujours selon une économie de pillage.

71 artittude – n°1 – juin 2008 |

attende de distribution de farine au centre de nutrition d’awilo en ituri. La malnutrition est due aux difficultés de se nourrir suite au déplacements de populations qui fuient les combats.

| mémento typographique ////////////////////

les classifications typographiques
par
antoine bourgoin

74

D’un point de vue technique, cet art a peu évolué au fil du temps. L’ensemble de la typographie est régi par un système de dimensions spéciales. L’unité est le point qui se convertit en cicéros (qui vaut douze points). toute composition, longueur, largeur, est un multiple de points. on retrouve encore ces points actuellement pour donner la dimension d’un caractère d’ordinateur. on dira alors du times corps 24 (points). Les premiers jeux de caractères étaient en bois, gravés à la main. rapidement, ils ont été fondus avec un alliage de plomb, d’antimoine et d’étain dans des matrices. L’ouvrier typographe se servait d’un composteur sur lequel il alignait les caractères, piochés dans une boîte appelée « casse ». Les caractères du haut de la casse étaient appelés les capitales et ceux du bas les bas-de-casse. Le compositeur permettait d’assurer la justification de la ligne, c’est-à-dire sa longueur. entre chaque mot, on insérait une espace (ce mot est féminin lorsqu’il désigne l’objet en plomb) et on complétait en insérant dans certains cas des espaces fines entre les lettres afin d’en parfaire la justification. une fois les lignes composées, on les plaçait sur une galée. Ces lignes étaient attachées avec plusieurs tours de ficelle afin de rendre solidaire l’ensemble et le déplacer plus facilement. Ce bloc de lignes appelé composition était calé dans un châssis en fonte et avec des noix de serrage. Le châssis était ensuite fixé sur une presse. La typographie a été ensuite semi-automatisée puis automatisée afin de fondre directement les lignes composées d’un seul tenant. aujourd’hui encore, des ateliers de typographie existent un peu partout, car la typographie permet de faire certains petits travaux de ville (cartes de visite, faire-part) à moindre coût ainsi que des découpes et rainages.

| artittude – n°1 – juin 2008 // Mémento

classification vox
La classification formelle la plus couramment utilisée, et qui a le mérite de recouper les classifications historiques, est celle élaborée en 1954 par le français Maximilien Vox. Adoptée et complétée par la plus importante organisation typographique mondiale, l’Association typographique internationale (ATypI), elle possède également la caractéristique d’avoir été traduite en anglais et en allemand, renforçant ainsi son caractère universel. L’ATypI a complété ces neufs catégories en introduisant la catégorie des Fractures où l’on retrouve tous les caractères gothiques, traditionnellement très utilisés en Allemagne, et la catégories des lettres non latines pour ranger les écritures non latines telles que l’hébreu, l’arabe ou encore le coréen.

Les plus anciens caractères latins, apparus à la fin du xve siècle à Venise et s’inspirant des écritures des manuscrits humanistes de l’époque. On y trouve également des relectures contemporaines de ces caractères qui se singularisent par leur aspect assez lourd, résultat d’un très faible contraste entre pleins et déliés, un axe nettement incliné vers l’arrière et la traverse oblique du « e ».

Centaur

Les Humanes

Ainsi appelés en référence aux deux pères des deux archétypes de cette famille illustre, le graveur de caractères français Claude Garamond et l’imprimeur et éditeur vénitien Alde Manuce. Dérivés des Humanes, les Garaldes sont caractérisés par des proportions plus fines et des déliés de jonctions plus souples. La traverse du ‘e’ prend la forme horizontale qu’elle ne perdra plus.

Garamond

Les Garaldes

75 artittude – n°1 – juin 2008 |

Enfants du classicisme du xviiie siècle, les Réales sont des caractères austères, marqués par la rationalité de leurs concepteurs. Les Réales sont considérés comme des caractères de transition entre les Garaldes et lesDidones : elles tiennent donc de ces deux familles. Les contrastes pleins/déliés sont plus accusés, l’axe tend à se redresser, les empattements à s’affiner.

Baskerville Les Réales

Aboutissement du processus de rationalisation engagé à l’époque classique, les Didones doivent leur nom à celui de la dynastie d’imprimeurs et d’éditeurs français Didot et à l’imprimeur parmesan Gianbattista Bodoni. Elles sont aisément reconnaissables à leur verticalité, le très fort contraste entre pleins et déliés et à leurs empattements parfaitement horizontaux.

Bodoni

Les Didones

Egalement appelées Égyptiennes en référence au très fort intérêt pour l’égyptologie qui régnait à l’époque de leur lancement (début du xixe siècle), les Mécanes sont des caractères construits, aux empattements épais et caractérisé par un faible contraste pleins/déliés.

Courrier

Les Mécanes

Sous le vocable de Linéale, Vox a regroupé l’ensemble des caractères sans empattements (sans serif en anglais). On les a également appelées suivant les époques, Grotesque, Antique ou encore Bâtons.

Univers
Albertus

Les Linéales

Les Incises

Ces caractères tiennent leur nom de la parenté qui caractérise leur propre forme et celle de caractères gravés dans la pierre ou le métal. Proches des Linéales, leurs empattements sont souvent petits et triangulaires. 76

Caflish
Banco

Les Scriptes
D’inspiration résolument calligraphique, les Scriptes semblent écrites à la plume.

| artittude – n°1 – juin 2008 // Mémento

Les Manuaires
Les Manuaires s’inspirent de l’écriture dessinée au pinceau.

Wittenberger Lesl’FracturesFraktur, cette famille regroupe les caractères dit brisés ou vulgaireDe allemand
ment gothiques, en référence aux écritures médiévales manuscrites. Largement inspirée d’une esthétique qui privilégie le monumental à la lisibilité, ces caractères se reconnaissent aisément à leurs formes pointues et anguleuses et à leurs panses cassées.

‫زكمﮏﮊﭽ‬

Les Non-Latines
Famille parfaitement hétérogène, la famille des caractères non-latins regroupe les versions typographiées des grandes écritures qui ne sont pas basées sur l’alphabet latin.

classification thibaudeau
la classification Thibaudeau permet de classer les polices de caractères en 4 grandes familles, rassemblées selon la forme des empattements. Inventée en 1921 par Francis Thibaudeau, elle a été améliorée par la classification Vox-Atypi, plus complète. Cette classification a néanmoins l'intérêt d'être relativement simple à appréhender. Pour compléter sa classification, Thibaudeau rajoute la catégorie des Écritures (pour les scriptes) et des Fantaisies (pour les caractères publicitaires).

Le romain Elzévir dit aussi ancien, reprend les caractéristiques des romains de Jenson ou de Garamond, à commencer par ses empattements triangulaires.

Jenson

Le romain Elzévir

Le romain Didot dit également moderne, est une forme plus sévère et plus géométrique de l’Elzévir, caractérisée par la grande sobriété des empattements qui se réduisent bien souvent à un simple trait.

Didot

Les romain Didot

Rockwell
fûts principaux de la lettre.

L’égyptienne
L’Égyptienne se distingue par la présence en terminaison des jambages supérieurs et inférieurs d’un obit à angle droit, dit quadrangulaire, de la même graisse que les

77 artittude – n°1 – juin 2008 |

Gill sans

L’Antique
L’Antique, enfin, au tracé dépouillé, est dépourvu d’empattements ; son dessin tient plus des capitales grecques que des capitales romaines.

je respecte, tu respectes, il respecte, par antoine bourgoin

La correction typographique
parce que nous sommes convaincu que le respect des règles typographiques est une condition indispensable à la réalisation de livres de qualité nous vous proposerons, chaque mois, un rappel de règles et de petits conseils à l’usage des maquettistes. notre mémento ne saurait enseigner ni la typographie, ni même la correction, et il n’y prétend point ; mais il offre des réponses classiques et simples aux mille problèmes secondaires qui, tout au long du travail, risquent de détourner l’attention au détriment de la plus haute perfection — constant souci de ceux qui ont l’amour du livre. la typographie — langage — et la grammaire ont ce même destin que leurs règles, fruits du « bon usage », sont parfois indiscutées, souvent controversées ou ignorées, et toujours assaillies par les execptions sans cesse renouvelées. En ces domaines, loin de régner en souveraine absolue, la logique s’efface fréquemment devant la tradition. Pourtant à tous problème que pose la transcription de la pensée, la typographie se doit d’apporter au moins une solution ; elle en offre plusieurs dès qu’on la sollicite de faire valoir des nuances ou des subtilités. pour ce premier rendez-vous, vous pourrez vous replongez dans la correction de manuscrits et dans les abréviations de la langue française.

Le langage de la correction typographique

Seul le correcteur peut voir plus loin que le nombril de l’auteur. Quelle que soit la virtuosité de votre prose, un correcteur y découvrira toujours des fautes d’orthographe et de grammaire, des incohérences, des redondances et des erreurs de construction. Les auteurs ne devraient pas se préoccuper outre mesure de l’aspect visuel de leur manuscrit. Au stade rédactionnel, faire des choix esthétiques ou graphiques est inutile : le correcteur et/ou le graphiste sont susceptibles de tout changer une fois votre copie rendue. Fer à gauche, un seul caractère, interlignage double, et c’est tout. Il vaut mieux oublier certaines habitudes prises à l’école. Par exemple, celle de dessiner des petits cœurs à la place des points sur les i. Ou bien celle de ne pas mettre d’accents sur les majuscules — il faut en mettre. Si. C’est obligatoire. La barre « Espace » n’est pas un outil de mise en pages. Ne l’utilisez ni pour créer des rentrées d’alinéa (tapez une seule tabulation, c’est bien suffisant), ni pour centrer du texte ou réaliser des agencements particuliers du texte (sauf si vous êtes e. e. cummings). Tout changement introduit le risque de nouvelles erreurs. Chaque fois qu’un fichier est « corrigé », de nouvelles erreurs y sont introduites : drapeaux ou justifications modifiés, sauts de page déplacés, fautes d’orthographe, mots manquants, précédentes corrections sabotées ou mutilées, etc. 80 N’attendez pas les épreuves d’imprimeur pour examiner soigneusement le texte composé. Les changements réalisés après l’étape des épreuves d’imprimerie coûtent horriblement cher. Par ailleurs, ils ralentissent la réalisation définitive de votre projet. Or, vous êtes dejà en retard — comme d’habitude. Plus de réflexion, moins de production. De nombreux actes graphiques désespérés (notamment l’usage des dégradés, des ombres portées et des transparences) sont principalement dus au manque d’une idée forte. Une bonne idée guide le travail et fournit un cadre aux décisions créatives. adaptez-vous au contenu- ne le forcez pas à s’adapter à vous. Plutôt que forcer le contenu textuel et iconographique dans des structures rigides conçues a priori, créez des systèmes à la fois flexibles et adaptés au matériau qu’ils sont destinés à recevoir. Il est plus facile de aprler que d’écouter. Prêtez l’oreille à vos clients, vos usagers, vos lecteurs, vos amis. Plus vous écouterez les gens, plus votre graphisme gagnera en qualité. Mois de discours, plus de contenu. De la même façon que les graphiste ne devraient pas remplir l’espace d’effets visuels arbitraires, les auteurs devraient ne jamais oublier que personne n’aime leur prose autant qu’eux-mêmes. Le Grand Bêtisier du graphisme, p.76: « On corrigera ça chez l’imprimeur. »

| artittude – n°1 – juin 2008 // Mémento

les
abréviations de la langue

B b. de c. ..............................................................bas de casse bibl. .................................................................bibliothèque Bibl. nat. ou B. N. ........................ Bibliothèque nationale bibliogr. ........................................................ bibliographie boul. ou bd ......................................................... boulevard C c.-à-d..................................................................c’est-à-dire cap. .......................................................................... capitale caract.....................................................................caractère cart. ....................................................................... cartonné C. civ. ..................................................................Code civil C. comm. ............................................ Code de commerce cf ....................................................................................confer C G S................ [système] centimètre, gramme, seconde ch.................................................................................chant ch.-l. ...................................................................... chef-lieu chap........................................................................ chapitre chronol. ...........................................................chronologie Cie...........................................compagnie (raison sociale) C. instr. crim. ....................Code d’instruction criminelle C. just. milit. ............................. Code de justice militaire coll........................................................................collection cos ........................................................................... cosinus coséc.....................................................................cosécante cotg ....................................................................cotangente C. pénal ............................................................Code pénal C. proc. civ. ................................Code de procédure civile D D. ................................................................................ Dom dép. ................................................................ département doc.......................................................................document E E. ..................................................................................... est ecclés. ............................................................ ecclésiastique éd. ............................................................................édition édit. ..........................................................................éditeur égypt. .................................................................... égyptien encycl. ............................................................ encyclopédie env. .......................................................................... environ

française
A Acad.................................................................... Académie A. D. .............................................................anno Domini adj.............................................................................adjectif Aff. étr.................................................. Affaires étrangères all.......................................................................... allemand A. M. ....................................ante meridiern (avant midi) angl........................................................................... anglais ap. J.-C. ................................................. après Jésus-Christ append. ...............................................................appendice arch. ....................................................................... archives Arch. nat ou A. N..............................Archives nationales archev. ............................................................... archevêque arithm. ...........................................................arithmétique arr. ............................................................. arrondissement art...............................................................................article av. J.-C...................................................avant Jésus-Christ

81 artittude – n°1 – juin 2008 |

82

eod. loc. .................................................................eodem loco eod. op. ............................................................... eodem opere esp. ........................................................................ espagnol etc...........................................................................et cetera étym. ................................................................. étymologie E. V. ......................................................................... en ville év. ............................................................................. évêque ex. ........................................................................... exemple F F............................................................Fahrenheit (degré) F................................................................. frère (religieux) f. ............................................................................... feuillet fasc. ........................................................................fascicule faub. ou fg.............................................................faubourg ff. .............................................................................feuillets fig. .............................................................................. figure fl. ................................................................................ fleuve f° ................................................................................... folio G généal. ................................................................ généalogie geogr. ................................................................ géographie géol......................................................................... géologie géom. .................................................................. géométrie G. M. T. .................................... temps moyen Greenwich gr. cap......................................................... grande capitale H hab. ........................................................................habitant hist. ......................................................................... histoire I ibid. ..............................................................................ibidem id. ....................................................................................idem i. e................................................................................... id est inf. ...................................................................................infra introd............................................................. introduction ital. .......................................................................... italique J J.-C.................................................................. Jésus-Christ J. O. .................................................................Journal officiel

L lat. ...........................................................................latitude liv. ..................................................................................livre LL. AA. ...................................................... Leurs Altesses LL. AA. II. .............................. Leurs Altesses Impériales LL. AA. RR. ................................Leurs Altesses Royales LL. EE. ...................................... Leurs Excellences (dipl.) LL. EExc. ......................................Leurs Excellences (év.) LL. GG...................................................Leurs Grandeurs LL. MM. ................................................... Leurs Majestés LL. M M. II. .......................... Leurs Majestés Impériales LL. MM. RR. .............................Leurs Majestés Royales loc. cit. .................................................................... loco citato loc. laud...............................................................loco laudato long. .....................................................................longitude M M..........................................................................monsieur math............................................................ mathématique méd. .....................................................................médecine Mgr ................................................................monseigneur Mgrs ............................................................. messeigneurs Mlle ..............................................................mademoiselle Mlles ......................................................... mesdemoiselles MM. ................................................................... messieurs Mme ......................................................................madame Mmes................................................................. mesdames ms........................................................................manuscrit mss .................................................................... manuscrits M T S ............................[système] mètre, tonne, seconde N N. .................................................................................nord N. B. .....................................................................nota bene N.-D. .............................................................Notre-Dame N. D. A. .....................................................note de l’auteur N. D. É. ....................................................note de l’éditeur N. D. L. R. ........................................ note de la rédaction N. D. T. ...............................................note du traducteur N.-S. .........................................................Notre-Seigneur O O. ................................................................................ ouest

| artittude – n°1 – juin 2008 // Mémento

op. cit....................................................................opere citato op. laud. ........................................................... opere laudato ouv. cit..............................................................ouvrage cité P p. .................................................................................. Page P....................................................................père (religion) paragr. ou § ......................................................paragraphe part............................................................................. partie pet. cap......................................................... petite capitale pharm. ............................................................... pharmacie phys.......................................................................physique p. i......................................................................par intérim pl. ............................................................................planche P. M. ........................................post meridiem (après midi) pp. ...............................................................................pages PP. ............................................................ pères (religieux) P. S. ......................................................post scriptum (latin) P.-S..............................................post-scriptum (français) R R. ............................................................Réaumur (degré) riv............................................................................... rivière R.P. ...............................................................révérend père RR. PP. ......................................................révérends pères S S ..................................................................................... sud S. A. .........................................................société anonyme S. A. .................................................................Son Altesse S. A. I............................................. Son Altesse Impériale S. A. R. ............................................... Son Altesse Royale sc. ................................................................................scène s. d. ....................................................................... sans date S. E..................................................Son Excellence (dipl.) séc ............................................................................sécante sect. .......................................................................... section S. Ém. ......................................................... Son Éminence S. Exc. ................................................Son Excellence (év.) S. G. ...............................................................Sa Grandeur sin................................................................................ sinus S. J. .............................................................Societatis Jesus s. l. ..........................................................................sans lieu

s. l. n. d......................................................sans lieu ni date S. M. ................................................................. Sa Majesté

83 artittude – n°1 – juin 2008 |

Abonnez-vous à

1 an d’abonnement + le classique de la littérature fantastique :

Artittude :

H. P. Lovecraft Démons et Merveilles
pour

45 €
seulement !

au lieu de 80,50 €

à envoyer accompagné de votre réglement à : Artittude - Service Abonnements - b1104 - 33000 bordeaux cedex

BULLETIN D’ABONNEMENT
Ci-joint mon réglement par :  Chèque à l’ordre de artittude  Carte bancaire N° : Expire fin : Date et signature obligatoire :

je désire bénéficier de votre offre spéciale : 1 an d’abonnement à arittude (12 numéros) + Démons et Merveilles pour 45 € seulement au lieu de 80,50 €, soit 44 % de réduction. Nom :.................................................... Prénom : ................................................ Adresse : ............................................... ............................................................. Ville :.................. Code Postal : Email : ...................................................
vous pouvez également, si vous le souhaitez, acquérir séparément : Démons et Merveilles au prix de 21,50 € et les 12 numéros de artittude au prix unitaire de 5,90 €.

oui,

Clé*

*Les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire (pour sécuriser votre paiement). Délai de livraison : dans le mois suivant la réception de votre réglement. offre valable jusqu’au 31/08/09 en France métropolitaine uniquement, et pour un abonnement à artittude. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification en adressant un courrier à artittude. Les informations nécessaires à la mise en place de votre abonnement pourront être cédées à des organismes extérieurs sauf si vous cochez la case ci-contre .

GROUPE EXPRESS-ROULARTA SA À DIRECTOIRE ET CONSEIL DE SURVEILLANCE AU CAPITAL DE 6 150 000 € - SIèGE SOCIAL : 44, RUE SAINT-RÉMI - 33000 bORDEAUX CEDEX 09 - RCS 552 018 681 bORDEAUX

le mois prochain
numéro n°2 spécial

bauhaus

L'architecture La typographie L'art La littérature La photographie
en vente le 20 juillet

Colle-au-fond (ours)
Artittude #1 Directeur de publication Antoine Bourgoin Rédacteur invité Laura Santelli Rédacteurs Antoine Bourgoin - Alice Moisset - Julien Deloy Gaspard Yvan - Gentiane Carpuat - Gwendal Charlotte Coulon - Arnaud Pudepiece Raphaël Caillas - Clémence Rossi de Lala Ont participés à ce numéro Olivier Morel - Yoan Baccoro - Thomas Pitou Clémence Cochan - Florence Picol Myriam Nion - Chloé Sicre de Fonbrune Subventions ESMI Bordeaux - Collectif « Vivre Livre » Partenariat Capc Bordeaux Imprimeur Presses Bordelaises Graphisme Antoine Bourgoin www.artittude.com contact@artittude.com

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful