VERS UNE STRATEGIE D’ADAPTATION A LA VARIABILITE ET AU CHANGEMENT CLIMATIQUES, ET DE REDUCTION DES RISQUES Y AFFERENTS EN MILIEU URBAIN Madagascar, Septembre

2013 - Parallèlement à la documentation sur les initiatives de solutions d'architecture dessinées pour résister aux catastrophes naturelles, ou reconstruites après l'introduction des mesures de résistance, dans les domaines de l'infrastructure de base (écoles, centres de santé, marchés, etc.), du logement et de l'abri, développées à Madagascar financée par ECHO, un draft de Stratégie d’Adaptation à la Variabilité et au Changement Climatiques, et de Réduction des Risques y afférents en Milieu Urbain est en cours de lancement avec l’appui technique de l’ONU-HABITAT et financement du PNUD. En effet Madagascar fait partie des pays soumis au grand défi de l’urbanisation puisque en 2030, l'étendue des zones urbaines de l'Afrique va passer de 7,5% (1950 - 2000) à 22,6% (2000 2030). Et Madagascar n’échappe pas non plus à la tendance où les changements environnementaux, notamment le Changement Climatique, constituent un enjeu de développement de premier plan. Les défis de la variabilité et du Changement Climatiques en milieu urbain sont nombreux et complexes : 70 % du commerce de l’énergie sont consommés dans le milieu urbain et le péri-urbain. 80% des déchets sont générés par les villes et jusqu’à 60 % des émissions de gaz à effets de serre proviennent des villes. Les maladies respiratoires affectent de plu en plus les populations urbaines. Les fortes crues provoquant des inondations, les tempêtes, des déplacement des populations pendant ou après les catastrophes, la destruction des biens et la perte des moyens de subsistance, les maladies… sont de graves impacts sans parler des facteurs sociaux, économiques, institutionnels tels que la pauvreté généralisée, l'augmentation de l'exode rural avec les réfugiés climatiques, et la périlleuse absorption des zones péri-urbaines, la faiblesse des systèmes de gouvernance, l'insuffisance des infrastructures pour l'élimination des déchets liquides et solides, la disparition de l’agriculture urbaine ….

Les villes situées le long de la côte sont susceptibles d'être ou sont déjà affectées par l'élévation du niveau de la mer, l'érosion côtière, l'augmentation de la salinité dans les estuaires et aquifères côtiers, la hausse des nappes phréatiques côtières….

Malgré l'augmentation de l'attention et une meilleure compréhension des questions du Changement Climatique au cours des dernières années, et face au fait que les problèmes de perturbation climatique apparaissent au même moment et au même rythme que nos villes grossissent, nous avons besoin de nouvelles réflexions et d’agir vite pour relever les défis de

l'urbanisation et du développement économique dans le contexte des changements climatiques de façon à soutenir nos villes et leur croissante population dans une plus grande dignité et équité surtout pour les couches les plus pauvres et notamment les habitants des bidonvilles. Un Comité de Pilotage de l’élaboration du draft de Stratégie d’Adaptation à la Variabilité et au Changement Climatiques, et de Réduction des Risques y afférents en Milieu Urbain vient d’être mis en place pour développer les mesures d’adaptation et de mitigation face aux impacts de plus en plus importants des variabilités

climatiques en milieu urbain constituant une grave menace pour le développement socioéconomique du pays. Le Comité de Pilotage présidé par le département en charge de l’Aménagement du Territoire comprend les représentants de : CPGU , BNGRC, Min ENVEF, Ministère de l’Energie, Ministère de l’Eau, Direction de l’Observatoire de l’Aménagement du Territoire, Direction du Développement des Villes et de la Planification Territoriale, GTCC, GIZC, Service de la Météorologie, DMGRC, point focal RRC et experts de ONU-HABITAT.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful