You are on page 1of 118

Meziane Abdellah

Architecte paysagiste-Lakhdaria-Algérie

Réflexion sur les enjeux de la politique de la ville et du paysage urbain en Algérie

Novembre 2006
1

Table des matières
1. Introduction. 2. Quel rôle pour les architectes paysagistes? 3. Jardin, le paysagiste et la ville. 4. Quel avenir pour les espaces verts en Algérie? 5. Anticiper le paysage urbain de nos villes. 6. Pour une amélioration du paysage urbain de nos villes. 7. Les états généraux des espaces verts de nos zones urbaines. 8. L l iu du e t t id gso d l ra i vgtl ao q e ’n s aé e e et n e’ b ns éé e g r g i u me a. 9. Quel paysage pour le développement urbain de nos villes ? 10. Quelles solutions pour les aménagements paysagers de nos milieux urbains ? 11. Une nouvelle approche pour améliorer les paysages urbains. 12. Vers une nouvelle approche de gestion et da l rt nd n s asgs ’méoai e o p yae i o urbains. 13. Exorde pour une meilleure gestion de nos espaces verts urbains. 14. Quelles perspectives pour les architectes paysagistes en Algérie. 15. Valorisation du potentiel paysager de nos agglomérations urbaines. 16. Réflexion pour une meilleure stratégie des aménagements paysagers de nos milieux urbains. 17. Réflexion pour une nouvelle approche paysagère de nos milieux urbains. 18. V r U e ier v i da n gmet Tz es n mel e io ’méae n à i-Ouzou. lu sn i 19. Vers une nouvelle stratégie de gestion des espaces verts à Ain Témouchent. 20. Regards sur la ferme Cross de Ain Témouchent. 21. Conclusion. Epillogue.

2

1. Introduction.
C et ac q e o s vn hr é e o a ct sa rdt nd fi ’ p re u n u ao s éi d n s nê e lt io ea e s t r a i r l v lae ssadn e q ’uo r’u,l o s et q ee é ee a ie vc e jris t ua judh iin u rs u lrf x l e l des nomades au point que nos zones urbaines se dégradent de jour e ju, uiet r ri d fire réveiller en nous la tradition n o r q ’ s pi da e a l mo l a cs a , o rq ’np i et ern r snce ne a o t à net l p u uo us n rpede o hmi t b ui re s r u e n u eu ss me d gso da l rt n ub ie ai d n o va yt è e et n ’méoai ra i i o n f e n mettre en place les outils qui nous permettront de réussir l méoai d cde id n s ’ l rt n u a r v e o citoyens, en milieux urbains. a i o e
Le mardi 05 septembre 2006, le Conseil du Gouvernement s'est réuni, sous la présidence de M. Abdelaziz BELKHADEM, Chef du Gouvernement d l tt e ’a é Algérien, pour examiné et endossé un avant-projet de loi relative à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts, présenté par le Ministre de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement. Ce nouveau avant projet de loi qui a pour objet de définir le cadre général, les règles de gestion, de protection et de développement des espaces verts dans le cadre du développement durable, a pour objectifs d'améliorer le cadre de vie urbain, d'entretenir et d'améliorer la qualité des espaces verts urbains existants, de promouvoir la création d'espaces verts de toute nature et de faire de l'introduction des espaces verts dans tout projet de construction, une obligation prise en charge par les études urbanistiques et architecturales publiques et privées. Afin de protéger les zones vertes et les terrains à vocation récréative, espaces fragiles, précieux et convoités, l'avant projet de loi énonce la nature des infractions et les sanctions applicables à leurs auteurs. A l u ed ln éed nee jsua db t e a ne 8, or p y é i ’ b e ’ dpn a c t uq ’u éu ds n és 0 n t as t t a i e a fière de la qualité de son cadre de vie car nos responsables locaux continuaient à maîtriser le savoir-faire de faire la ville et de considérer les aménagements ub is o ra cmme at pea t d l méoai d cde e i ds i yn. n p r e rn ne e ’ l rt n u a r d v e c oes i a i o e t S n s lu ub is tuf t uo r’u e q e’bec d l yi e pi i o miex ra é f n a judh it u l sne e’ g n a r i n o e a h è s u e rp r o a r ne p r n u d c i du e caa t maoi d n po ot n l ma t a ma q e e i s i a , v me ’n érsne jr é e t n t p p l i , e ’ t u p re u n s ep na l i oet u l sc or o ua o c ne q e ac q e o rso sbe g rn q e e ol e tn s s n e sur lequel se bâtit un aménagement urbain est les espaces publics, qui sont souvent considérés comme les espaces restants de la construction dans la ville. Ma t a t q el ra i vgtl en smiexub isetdvn ds i e n, u ’ b ns nn u me éé d o a lu ra i n s eeu e a n gmet dep cs et dsaae e q el tt el vrued n n s méae ns ’ ae vr i rt t u ’ a d a ed r a s o s s p s é villes est très dpoa l l rp ot e ’ N sr ’ a d l p p l i 20, él be e a p r d l U u l tt e a o ua o 06 r , O é tn estime que notre pays est loin de rattraper les pays développés, surtout que 63% de nos citoyens ont préféré les zones urbaines tout en délaissant les terres érables et cultivables, où seulement 0,9 habitant par hectare y habite. C et ac q ed n n t p y l méae n ds lu ub is ’ t ls ’ p re u a s or as ’ n gmet e miex ra ne pu s e a i n s u e ra i t ng b l e cnet d l sae u l, et é àstfi l n ogns i l a t o cr e e ’ p c p bi dsne aia e e ao o e é e c i s r s besoins des populations en réalisant des équipements adaptés et en valorisant les rs ucs auee e d p t mo ehs r u, u l s irs l e ot es re n trls t u ar i ioi e q e a i s oe ’ mp r o l i n t q nt a é srl be ê ee l btnsrl vruea p it u l n t nl ra i u e i t te é n r o u a ed r u o q e a oi ’ b ns n o u me vgtlnet lse h îo d da g e nr l a tr é c éé , ’ pu l ca n u i ou et e uoi s entrales et locales a s n l e s t pour intégrer les urbanistes et les architectes paysagistes dans le cadre de la p liu d l méoai d cde e ids i yn e mie ub i. l é o t e e’ l rt n u a r d v e c oes n lu ra Ma r iq a i o e t i n g 3

l tta na l d n s lu ub is te df rne ciq e q i ’a l é metbe e o miex ra e l iéet r ius u viennent i n s f s t de partout, nos responsables continuent à gérer les aménagements de nos ag méai sae l mê ss me e et ne cl dp iln éed ne gl rt n, vc e me yt d gso t e eus’ dpn a c, o o è i a i malgré que plusieurs décrets et lois aient été instaurés par nos différents gouvernements. Si dans les pays développés, les acteurs des aménagements urbains sont mut l , o r ’méae n p yae ds lu ub iso s tun vr lpe p u l n gmet asgr e miex ra , n e o re es i s a i n « l a ua c r d l ra i e mb l i s e ’ b ns mo en » q ’s s o oet da pl s ne u me dre ui ’ n rn ’p e r l h e « Architectes paysagistes » ; chez nous, on persiste à continuer à faire dominer les postes clés des aménagements urbains, par des incompétences en matière daci c r d p yae cmme ie rmi ds et e a e o d mnr o ’rht t e u asg, o eu slpe e éi sd fi cn a e n s r r r citoyens à vivre dans notre pays, au sein de villes angoissantes malgré que nous smme q e3, mii s ’a i n e q en u p s d n dj q e us 0 o su 3 6 lo dh bt t t u o s os o s é ul e 50 ln a é à q villes. En ce début du XXI eme siècle, si nous sommes en marge de la civilisation ub ie a n s lu ub is o t a s né t ’ f i i ,e ’ t u p r ra cr o miex ra sn d n u t di é o t c ne q e a n i n a n r ré s ce que notre pays continu à fonctionner avec un système de gestion urbaine qui met les spécialistes des aménagements urbains en égalité avec les faiseurs de poe da n gmet i aae, u cecet a se rj da n gmet rj s ’méae n ds rt q ihrhn d n lpoe ’méae n t p s t que leurs propres économies. Afin que notre pays aboutisse à trouver une meilleure solution pour remédier aux différents échecs de notre système de gso da l rt nub ieate e dar e àé vrn s ie e v l e et n ’méoai ra i i o n c l t ’ri r l e o v l t ia s u v e ls lg aux normes des milieux urbains contemporains, il faut que nos projets da l rt n ub ie si te rid t vidu svi ’méoai s ra s o n lf t u r a ’n ao -faire choisi parmi i o n e u a l r l va séi ie da n gmetp yaes e miex ra sq ia rn e ri pc lt ’méae ns asgr ds lu ub i , u suo t s s as s i n rn r l méoai d n t cde d v e mie urbain, une réalité ede ’ l rt n e or a r e i n lu a i o e e i quotidienne. Lis uai du n u eu ss me d gso da l rt n ub ie e ’ t rt n ’n o va yt na o è e et n ’méoai i i o ra n n Algérie, ne pourra devenir une réalité effective, que suite à une volonté qui viendra des hautes sphères de nos autorités compétentes, car si la réalité de nos miexub is ’ t a af néae cuaee h n ê t c s be srl lu ra ne p s f o t vc o rg t o nt é ’ t i u e i n s r e, e n mensonge et les faiblesses de nos autorités locales qui continueront à planer sur n sftr pormme da l rt n ub ie.S u egnrt n d n s o uus rga s ’méoai s ra s i n ééai e o i o n o milieux ura scntu d rn dss c dhs i , aé pru d rn b i o sté ua t e i l ’io e n i èe tr t ed e ua t é seulement quelques années de politique anarchique de gestion de milieux urbains dvs t c, a l fue ’n maoi d n s uoi soa s c e , u n éat r ep r a a t du e jr é e o a tr é l l at l q i e ai t t ce us cecet uàpré e leurs positions en faisant semblant de travailler, tout hrhn q ’ ept r u e cl tn l poe da n gmet ra se e l s n n sc oesà n o a t e rj s ’méae n ub i t n a s t o i yn ma s t n ia t v r d n u cded v l na l q ’ et r ri q en sa tr é i e a s n a r e i a tbe ui s pi da u o uoi s v e me , l mo l t compétentes réfléchissent dans les plus bref délais, de mettre en place le souhait d n t ce dé te is ua te o va ss me e et nda l rt n e or hf ’ a,n nt rn ln u eu yt d gso ’méoai e t a è i i o ub ie u v n r p u sueil n u eeo doi tt nd l v l ra q ii da o r o t ra o vl l ’r nai ea ie n e n l i e o l. Lugne d dp s r l s t q o ate d n s miex u ’rec e éas e t u u c l e o e a u lu rbains et de i commencer sérieusement à réfléchir de mettre en place une nouvelle politique de gso da l rt nub ieq ina t a jma lnfcc élgsiae et n ’méoai ra , u a éni à a i ’ e i i , apl g i i o n r s i fa t e l e lnes it a xei ne d n s i yn,ai q e o miexub is de t’ sni lé u x ecs e o c oes f u n s lu ra i bi g t n i n demain, seront bâtit par une coordination entre politique et technicien des clc v é l a s isq e e cnel e d svifi d l ra ie t e o et i so l a i u ds o sie t u ao a e e’ b ns e d l it c e n ls r r u t l rht t p yaie D s fr t npuii il a eàl ficnet r ’ ci c asg t e a omai lr s pi i , a o o cpe , a ee s. o dc n r s u maît dœ ve e méi er l rht t p yaie et l p r n i e r ’ u r t da u, ’ ci c asg t s e at a e t e t a ee s e r lnel uerdsdc er d l méae n e mie ub i t sq el ’t o t i r c u e éi us e ’ n gmet n lu ra e u e d a i n l s 4

clc v é l a s l wl a e l drc o sda n gmet is q el o et i s o l ,e i ys t e i t n ’méae n a i u e l it c e s a s ei n s architectes, urbanistes et igner, o rpne l n i n e n e t me n éi s p u esr ’ v o nmet n e s u e r r culturels, plastiques, sociaux et écologiques afin de réussir un urbanisme végétal mo en a sri d l méoai d cded v ds i yn a si ds dre u ev e e ’ l rt n u a r e i e c oes u e e c a i o e t n milieux urbains. Laci c p yaierpond à sa fonction suprême qui est de produire un ’rht t asg t é ee s concept sur un site inconnu où il fait dérouler un raisonnement en établissant une théorie, pour définir un vocabulaire et de faire passer ses découvertes pour des vérités. Par le travail des architectes paysagistes, le paysage de nos milieux urbains, deviendra le lieu du rationnel où toutes ses composantes, ne sont cmpées l q e p r rf ec à u esmbe da n gmeta pl o rhni e u a é rne bs é n ne l ’méae n p e é ub ns vgtl tq i ’ t r p rl é met q i e cmp sn, ans ra i me éé e u snè e a e l ns u l o oet s a i g s é s sg oe a n u euss med gso da l rt nub iecree sn ’ n rr u o va yt i è e et n ’méoai ra i i o n a ls o t l liées par une même pensé paysagère. D n l poess ’nip t np u l t nfr t nd n s lu ub is a se rcs da t iai o r a r s mai e o miex ra u c o a o o i n e l cét n du ub ns vgtla éu tp u n smi t a rai o ’n ra i me éé a dq a o r o lieux urbains, l rht t p yaie ears r r e dvr ca gmet uis uc oe a ’ ci c asg t f es t l i s h n e ns te a i yn u a ee s r oi s e l t si d snag méai , o ra o t àu en u eefr da n gmet e e o gl rt n p u b ui n o o r n o vl ome ’méae n l d t r o esn q ’ l n sicls e arpuecr or p yae ra , u e i i ,a s uee e o ee d l u tr,a n t asg ub i r tr l t l e n doit se réconcilier avec notre culture et notre histoire, pour retrouver sa forme et snsn, u li aa tsn l péec da judh i t edma d n l o es q iu grni eta rsne ’uo r’u e d e i a s e s n cde u n u euss me e et nda l rt nub ie a r d o va yt d gso ’méoai ra . è i i o n Le but de la création des espaces verts dans le cadre du nouveau système de gso da l rt n ub ie c s d dt mie l rl d l rht t et n ’méoai i i o ra , ’ t e é r nr e ô e ’ ci c n e e e a ee p yaiee d df i snca d t viq ’ t’méae n p yae, asg t t e é nr o h mp e r a ue l n gmet asgr s i a l s a p u ldf rni d cli e’méae n d t r o ed l n i n e n, o re iéec r e e d l n gmet u e i i , e’ v o nmet f e u a r tr e r ds sae àpa t e ds oê ai duisrsnsvi e ep cs l e t e frt f ’ti o ao -faire de façon plus nr s n le r e iet d n l sae ra ,d n lb t e d n e u mel r a r d v fc ne a s’ p c ub i a se u d o nr n ie cde e i fi e n lu e a x i yn. o ra és t d l ra i t nvgtl e o milieux urbains, il u c oesP u l ruse e’ b ns i éé d n s t i u ao a neiep s nl mai ed slt n df ivs i u ecmpées nd ’ s a e a t r e o i s é nt e ma n o rhni e xt è uo i i s o l rht t p yaie q iu pr t d cneo e da péi l poe ’ ci c asg t u li eme e e o cvi t ’p rc r e rj a ee s, t r e t vgtl e ao pu él retu e s t ca tà eeo u p t mo e t le éé d fçn ls c i ,o t n ’ t h n rcvi n ar i e a aé aa r i n t nme r e l méoa t e ao à e uibnf ia x i yn d cau e r s t e n ’ l rn d fçn c q ’ éé c u c oes e h cn a t a i l ie t d n s 51 o e o 14 cmmu e. ah n q ’ mai e ’ra i vgtl nc db t nsS ca t ue n t r dub ns éé e e éu è me a du XXI eme siècle, nos milieux urbains ressemblent, à quelques exceptions prés à ceux qui existaient au Moyen-âge Européen car dans les espaces publics de nos milieux urbains, les arbres sont peu nombreux et souvent majestueux avec une péec a t i r a t s el cnt c o d n sag méai s C et rsne né e e u e ru mp d a o s ut n e o gl rt n. ’ r i o o s p uq o a judh i pne à fi o ru i uo r’u, esr a eaccompagner les équipements de nos r ga dsevrue ae dsé dsd n l cded l ra i vgtld rn e n eg rs vc e t e a s e a r e ’ b ns u u me éé , e a bonne qualité et adaptés au projet en milieu urbain est devenu presque une ci r,e u n u p us vr u n u euss me e et nda l hmèec q i o s o s es n o va yt d gso ’mé e è i ioration ub ie ai da p r r q e u chrne a x p yae ub is d n s ra n f ’p ot ul e o éec u asgs ra n e q n e o agglomérations, qui sont désarticulés par des aménagements paysagers non ma r é dp iln éed ne î i s eus’ dpn a c. ts i A e c n u eu ss me d gso da l rt n ub ie cau ds vc e o va yt è e et n ’méoai i i o ra , h cn e n rso sbe t h iusda n gmetub isdsclc v é l a set ep na l e nq e ’méae n ra s c n e o et i s o l s l it ce e mmeé à s r r d cn a sne séiq e e b tnq e e e n ’ me e o n i a cs pc ius n oa iu t n a s f arboriculture, à une maîtrise des principes de composition et de gestion ub nsq e t éé l a sq ’u ra iiu e vgt e i i ua xréférences de typologies urbaines tels les t a, n aeus cus b uead,su rs e . cr l n dê e rd c i s cs vn e, o r, o l rs q ae, t , a o v c i ’ r éut c e t re 5

cmpt cs l net’ vni ds rj s o t oa s u l clc v é o é ne a met ln et n e poe cne ri q ea o et i e i n i o t mp n l it fera siens, en collaboration avec les architectes paysagistes ou les urbanistes qui pourront remplacer le nombre réduit de spécialistes en architecture du paysage srl t r o e ai a d n u pe e t sC et ac q el rp ne u e e i i n t n l a s n rmi e . ’ p re u e éo ss r tr o , r mp s s sn l ndê e i l p u grr l ct vgtl a se u d l méoai o to ’ r s e o r ée e oé éé d n l b t e ’ l rt n i t mp a a i o du cadre de vie en milieu urbain, que nombre de places dans les villes oc etl sn ee t d tuepéec vgtl fretl d rt n ci na s o t xmpe e o t rsne éé e ocn ’ mi i , d e s a a ao quant le travail a été fait par des architectes paysagistes et que parfois la péec dep cs etpu pr re ldni d l v le d ss u r es rsne ’ ae vr et et br ’ eté ea ie t e e q at r, s s u i t l i quant le travail a été fait par des faiseurs de projets disparates car il ne suffit pas d cér e ep cs ete d pa t ds l nmetdabe, o r i q ’ e re ds sae vr t e l e e a g e ns ’rrsp u dr ui s nr i e l yae a l rt nd l n i n e n ub i,d n l cded l ra i ’ u méoai e ’ v o nmet ra i o e r n a s e a r e ’ b ns u me végétal car il faut savoir bien concevoir pour planter et parfois même ne pas planter pour donner un meilleur cadre de vie aux citoyens. La stratégie de gestion des espaces verts viendra pour faciliter la mobilisation des moyens nécessaires au sein de chaque collectivité locale, pour la réussite de l ra i vgtl a s or p y cru ev o nmet ra e da tn ’ b ns u me éé d n n t as a n n i n e n ub i t ’ua t a e r n mi xdf d q ’ et eç cmmeba p r n maoi d l p p l i , e é n u ui s pru o u e l eu a u e jr é e a o ua o t tn qui aspire à un meilleur cadre de vie au sein de leurs quartiers, villages et villes. C et o rfi rl crn t p y d n s cniut hs r u e mai e ’ p u a e e ne or as a s a o t i ioi e n t r s r a e n é t q è da l rt n ub ie q ’ etugn d poée à lnrd c o d c ’méoai ra , ui s ret e rcdr ’ t ut n e e i o n l i o i nouveau système d gso da l rt nub iecriet e sp u n s e et n ’méoai ra i i o n a lst mp o r o citoyens de trouver la qualité des espaces de vie en milieu urbain, mais aussi les metlé e l ma i e di g e l ri n d v r esmbe a s ée à na t te nè s ’ i r e a o s e i e ne lsn cdr is s r ma n s s v ln i d a s éo o q ecrae ct s aéi d gso dub ns ’ dv u lme cn miu a vc e e t t e e et n ’ra i i i i t r g i me végétal adaptée au microcosme Algérien, chacune de nos collectivités locales dsoeadu sri d gso ds sae vr , u suacl b rrae i sr ’n ev e e et n e ep cs et q i a r o a oe vc p c i s l « l a ua c rd l ra i mo en » afin de faire doter chacune des e mb l i e ’ b ns s ne u me dre cmmu e da mo su jri p bi e q el p t di u l , eo t o ns ’u i n adn u l t u e âé ’ n c s s mmebe srn s riches en matière de couverture végétale et munis avec des terrains de sport et des jeux pour enfants. L rcece du ev o nmetub i d q a t cnt a ehrh ’n n i n e n ra r n e u lé o s i itue un objectif fn a na p u l pe es ep na l d n t p y cr acét ndu o d metl o r e rmi rso sbe e or as a l rai ’n s r s e o aménagement paysager adéquat et de meilleur qualité en milieu urbain, dmer gnrl n l mo e u s vr l pu d rbe l pu at yn e e ue ééa mete d q i’ èe e ls ua l e ls t aa t t e a , r plus économiu à o g emep u l méoai d cde e ids i yn, q e l t , o r’ l rt n u a r d v e c oes n r a i o e t c q if a d n u eu ss me d gso da l rt n ub ie u e e u e r u o va yt è e et n ’méoai i i o ra , n n oi tt np u l dvl pmet ’n pu ga d cl r d l q a t d r nai o r e ée p e n du e ls rn e ut e e a u lé e e o o u i, l xeec e d l cét i e mai e ’méae n ub i.À ct gr, ’ clne t e a rai t n t r da n gmet ra e l vé è n e éad ae u n u euss me e et nda l rt nub ie l p yae ra vc n o va yt d gso ’méoai ra ,e asg ub i è i i o n n de nos milieux urbains présentera des qualités certaines pour le bien être des citoyens, où des choix seront toutefois précisés pour accroître la qualité des milieux de vie et de contribuer au développement touristique de nos villes et villages, dans le cadre du programme de développement touristique de notre pays. P req eo a snmé e, esri l q a t ub iee da l rr le ac u n i o me t r d ev a u lé ra i r i n t ’méoe i cde e ids i yn, uo cece euo ppu à e ev q ’ s sri a r d v e c oesq ’n hrh ba cu ls lsri uà e ev e t r r d li t uiet r ri d me r e pae e o va ss me e et n e u e q ’ s pi da e t e n l c n u eu yt d gso l mo l t c è i da l rt nub ie a in pu yao d mel rma i e erd n e ’méoai ra cr l e et vi e ie i o n r lu nè d eo nr r les lettres d n bes à ’méoai ub ie u d rivne l s ne e o e o l e l l rt n ra q e e é et ’ s c d sn s a i o n n r ee eiec, u etacét nd drc o s ’méoai ub ie uo o s u x t eq isl rai e i t n da l rt n ra a tn me a sn o ei i o n sein de chaque collectivité locale et de collaborer avec les spécialistes en 6

aménagements paysagers des milieux urbains, pour savoir gérer les projets paysagers des collectivités locales et les maintenir dans la continuité. Sachant que les aménagements des espaces verts et des parcs urbains, sont les poumons du milieu urbain car ils constituent une véritable entité écologique et de petits havres de tranquillité invitant les citadins à se soustraire à la nuisance acoustique, que génère le tohu-b h ds lu ub isq ’ et éesi q e o u e miex ra , ui sncs r u i n l ae l aci c sp yaie e l ub ns sda judh i o aborent avec les e rht t asg t te ra ie ’uo r’u cl s ee ss s t l politiques et les techniciens des collectivités locales, pour songer à implanter ces o vae vroa t a si dsznsub ie, d n l b t ’ma o e l u rgs ed yns u e e o e ra s a s e u da d ur e n n p yae e o v l e v l e sl l l iu du e t t i d l ra i asg d n s ie t ia s e n a o q e ’n s aé e e ’ b ns ls lg o g r g u me vgtlt un u euss me e et nda l rt nub ie éé e d o va yt d gso ’méoai ra . a è i i o n Grâce à une série de nos articles sur le diagnostique des aménagements paysagers des milieux urbain en Algérie, parus sur les quotidiens « El Watan » et « le Q oii dO a ainsi que quelques réflexions présentés aux autorités u t e ’ rn», dn concernés, l po l t u d l bec du e o t u de la ville en Algérie a rbé i e e ’ sne ’n p li e ma q a iq est démontrée mais reste à mettre en place la réflexion qui donnera les solutions adéquates afin que notre pays pourra enfin trouver le chemin qui le mènera vers un meilleur cadre de vie de ses citoyens en miexub is t’ p i d l voir lu ra e l so e e i n e r parmi les pays qui auront intégrer la civilisation urbaine, pour retrouver à jamais sa continuité historique et le chemin des aménagements urbains et paysagers de ses ancêtres.

2. Quel rôle pour les architectes paysagistes?
En Algérie, le besoin des architectes paysagistes est latent et presque icn up r o rso sbe da n gmet ra s a id itu no n a n s ep na l ’méae n ub i crl o o t s n t a pu eie u e dzie ma c s su et l t h ies u ls x t n i n sr a i ’ t o vn e e nc n s e s c i p yaie,e arn me e l frsesq ’n h n r a tr asg t l go o s t e oet r uo o oe u i e ss s s i t daci c s asg t . ’rht t p yaie ee ss
Le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, lors de sa visite effectuée sur le chantier des travaux de la trémie 2, reliant la localité de Bab El Oued au complexe du 5 Juillet, a demandé que l méae n p yae dsa no r ’ n gmet asgr e l tus a e interviendra en dernier, tout en laissant le champ libre aux faiseurs des espaces vr dsaae de ete c t vi l n d svi fi dsaci c s et i rt ’ f ur e r a , o u ao a e e rht t s p s fc a l i r r ee paysagistes. Alors que les aménagements paysagers dans le monde occidental sont devenus le domaine de prédilection des architectes paysagistes, chez nous ils sont toujours considérés comme de simples plantations de lieux réservés aux espaces verts car ils sont presque toujours estimés comme des investissements de décoration t oa e js p u l t sdu ev i péi e ri , ut o r e e mp r e mp ’n it rs se dentielle ou ministérielle, comme les drapeaux ou les guirlandes. Au moment où l rht t p yaie Agr n eéue ds t vu ’ ci c a e e asg t l i s é e xct e r a x a da n gmet p yaes o fr met u séict n du pa ,o t n ’méae ns asgr cnomé n a x pc i i s ’n l tu e fa o n s cu a t epéae l t ri, ’méae ds rocailles, des plates bandes, ’ cp n d rp rr e e a da n gr e o r n ds l s ’ ue dypa t ds rrs ds rut e ds l r a s q e e pa de t ’ l e e abe, e ab s s t e f us i i u n a nr e e n dê e rso sbe d l nrt n rg lr ds a n gmet p yaes d ’ r ep na l e ’ t i éui e méae ns asgr e t e ee e résidences, de commerces ou autre ; en occident, l rht t p yaie est ’ ci c asg t a ee s cniéécmmeu poes n e q i ’ l eàcérdsse v a xq i os r o d n rf i nl u s mpo so e i re e i s i u u t t 7

iv et l mevie n e q i ea s jma p u cmpea et nd rbe n i n à ’ rel t é lmett u n l s a i o r o t l gso ua l ie s i d mie crit viesn rl h àé bi u éul r et l sg e l u lu a lr a l a s e ce t l n q ibe nr ’ ae ta i a l â a r i e u jouissanc d l t r,du e p r e l cnevt n e l slbi d e e a e e ’n at t a o srai t a a r é e r , o u t l n i n e n, ’ur p r ’ v o nmetda t at e r e . Laci c p yaie f e o svi a ea t usc u p biq ’usc u ’rht t asg tof sn ao -fi tn a et r u l ua et r ee s r r r e c e privé. Il laisse notamment ses empreintes dans la planification des villes, des collectivités, des quartiers et des aménagements des espaces urbains, des espaces verts, des promenades panoramiques, ainsi que dans la gestion des parcs nationaux et de la conservation du patrimoine et des sites historiques. Laci c p yaie se dévoue corps et âme à améliorer le cadre de vie des ’rht t asg t ee s citoyens, en mettant à contribution ses compétences aux plans créatif, technique et scientifique pour la gestion et la création de sites attrayants, fonctionnels, novateurs et congrus dans les milieux urbains et suburbains. L'architecte paysagiste contribue dans la pratique de sa profession, au développement durable des milieux urbains à travers une analyse pluridisciplinaire du contexte grâce à la mise en relation d'informations scientifiques, techniques et culturelles de plusieurs domaines, pour obtenir une image "multicouche" de la réalité d'un espace ou d'un territoire. Il sait représenter cette réalité sous une forme compréhensible par le grand public, on lui communiquant sa compréhension des paysages, des territoires et des milieux urbains de manière à en faire saisir les modes et les dynamiques d'évolution, les avantages et les problèmes à venir de cette évolution qui se poursuit, tout en concevant et en organisant la mise en oeuvre de nouveaux espaces à construire et en participant à l'établissement de plans de gestions des espaces existants (naturels ou urbanisés) de manière à accroître l'équilibre et la diversité de l'environnement urbain. C et ac q e an t nd p yae s leàl v et à la perception, que le ’ p re u l oi e asg eti s o é a ue p yaedpn é o e n d sj q iergree d l n l ep yaèe asg éed t i met u ue u l ead t e ’ a s asgr rt t a y ainsi que de l'interprétation du paysage, qui sont des notions fréquentes dans les é ds p yaèe q e l rht t p yaie ra s d n sn d maine t e asgrs u ’ ci c u a e e asg t éle a s o o s i deec ecrl p yaeest à la fois le résultat et la reconnaissance des ’ ri a e asg x c occupations successives du territoire, source de création et d'expression qui évolue constamment et à des échelles diverses. Depuis quelques années, la profession de paysagist n cs da g ne e e e es ’u met n e r Agr mê e l bec d l l d p yae q ia r p u e e d l i é e me n ’ sne e a o u asg, u ua o r f t e a i f reconnaître et de réglementer une demande paysagère notamment au niveau du volet paysage du permis de construire et de la prise en compte du paysage dans le POS et le PDAU, mais cet enthousiasme pour le « paysage » à favoriser des vct n q i i un fr da o t àdsmp s s a s naei poh cr oai s u r q etot ’b ui e i as d n u vnr rce a o s r e h r s e aci c s asg t q i o tomé d n ds cl daci c s omi l rht t p yaie u sn fr s a s e éo s ’rht t s ee ss e ee paysagistes reconnues à l t n e,l ’ iep sdéo sr uee Agr , ’ r gr ine s a ’ l éi s n l i éa xt ce e ée même si un nombre déterminé de formations professionnelles sont ouverts pour fr r e t h ies asg t q ’nh n r cmme rht t p yaie u ome dse nc n p yaie uo o oe o c i ss aci c asg t a ee s dt met e va séi ie da n gment paysagers, qui se comptent sur é i n ds ri pc lt ’méae r s as s les doigts. Mê s l poes nd l rht t p yaieet rsj n ce n u, o me ia rf i e ’ ci c asg t s t e e hz o s sn so a ee s è u dvl pmetn p ur ê e f c f uae u e eo n i a c of ilai ée p e n e o ra t e et q ’vc n rcn a sne fc l f o r f i s iee n da odr e rh q i’f e ee ntue rnp rne a a judh ie ’b re l macé u s f à l e o t t saec cr uo r’u l or l a s rso sbe da n gmet sn l nd svi l séic é d cnet r ep na l ’méae ns o to e ao e pc it u o cpe s i r s fis u 8

de paysage vis-à-v d l nrpeerp yaiee d po ut rds l t i e ’ t rnu asg t t u rd c u e pa e s e e s e ns a s q ed ca dscmpt csd l rht t p yaie même si la i i u u h mp e o é ne e ’ ci c asg t n e a ee s, poes n n rvn iu e a cn csl xls i d grrl p yaecr rf i e eedq e n uu a ’ c i t e ée e asg a so e u vé da t spoes n e da t strso tàœ ve srl p yaeq i et ’ur rf i s t ’ur i e n e so e t u rr u e asg u rs e suffisamment riche. A la différence des entrepreneurs paysagistes et des producteurs de plantes, les architectes paysagistes offrent au public des services professionnels variés, autant en consultation qu'en planification et design, en réalisation d'études préparatoires, en recherches et études d'impact sur l'environnement, en préparation d'esquisses, de plans et de devis, en représentation et gérance de projets et en surveillance des travaux de construction. L'architecte paysagiste pratique une profession de synthèse car lorsque l'envergure ou la complexité d'un projet nécessite la collaboration d'autres experts-conseils, l'architecte paysagiste dirige et coordonne les diverses disciplines liées au projet et s'assure que tous les rouages fonctionnent en douceur. Laci c p yaieete meuedof ra xclc v é l a se a x ’rht t asg t s n sr ’f i u o et i s o l t u ee s r l it c e privé l ra st n dé ds péaao e t l q e ds éa ai s , a élai i o ’ u e rp rti s ee u e vl t n t r ls u o environnementales, des études de faisabilité, des enquêtes sur les ressources n trlse cl rls l n l ev ul,asl t nd se di l tt n auee t ut ee,’ a s i ee l é c o e i s ’ a ai l u l a y s l ei t mp n o etc., la réalisation de cnete de us sl péaa o d pa s t eid o cps t ’ q i e,a rp rt n e l e dv e s s i n s réalisation, les services pendant la construction tels que la surveillance de chantier, la gestion des aspects technique et financier du projet, la gestion de projet telle que la coordination des dvr apc du poe meép ru e i s set ’n rj e s t n a n équipe pluridisciplinaire. Par rapport à l'architecture, les architectes paysagistes maîtrisent le design avec des formes vivantes (plantes), c'est la garantie d'un aménagement durable et évolutif. Par rapport à l'urbanisme, les architectes paysagistes assurent la maîtrise d'oeuvre, c'est la garantie de la cohérence entre la planification à la réalisation concrète. Par rapport au design, les architectes paysagistes maîtrisent la création des espaces, c'est la garantie que les objets seront élégants mais que l'espace dans lequel nous nous trouvons le sera également. Par rapport à l'horticulture, les architectes paysagistes maîtrisent les effets sensibles des plantes, c'est la garantie que les plantes seront utilisées pour créer l'ambiance des espaces verts. Par rapport à l'environnement, les architectes paysagistes maîtrisent le projet, c'est la garantie d'intégration coordonnée du changement et de la préservation. Par rapport à la sociologie, les architectes paysagistes réalisent la maîtrise d'oeuvre, c'est la garantie que les façons de vivre et de voir le territoire seront pris en compte dans la réalisation des espaces verts. Par rapport à l'ingénierie, les architectes paysagistes maîtrisent le vivant, la forme ou la perception selon les d ma e d fr t n c s l grni d n p s o s o i s e omai ,’ ta aa t e e a su-estimer l'une ou l'autre n o e e des composantes d'un aménagement et de proposer un ensemble qui puisse être différent de la somme de ses parties. Par rapport à la politique, les architectes paysagistes réalisent la maîtrise d'oeuvre, c'est la garantie que la vision d'avenir sera inscrite dans le territoire. Par rapport à un entrepreneur des espaces verts disparates, les architectes paysagistes maîtrisent la création, c'est la garantie d'avoir un espace vert différent du précédent ou de la ville voisine. Par rapport au budget, les architectes paysagistes maîtrisent les raisons et les effets des solutions choisies car le hasard fait rarement bien les choses et le professionnalisme est la garantie de l'atteinte des objectifs et du moindre coût. 9

Pour la réussite des aménagements paysagers au sein des institutions privées, l'architecte paysagiste commence par discuter avec le client pour déterminer ses bsis ’méae n tu e ea n n et évaluant le terrain où sera conçu le eo da n gmeto t n xmia t n poe da n gmetp yae.E t a tcmpe dscrc r t usd rj ’méae n asgr n e n o t e aat ii e u t n é sq paysage du site, des bâtiments, du climat, de l'usage futur et autres aspects; le concepteur paysagiste supervise la préparation des croquis détaillés du terrain à aménager, y compris les caractéristiques telles que les arbres, les arbustes, les jardins, les appareils d'éclairage, les allées, les patios, les terrasses, les bancs, les clôtures, les murs de soutènement et les fontaines; tout en évaluant les coûts. C et’rht t p yaieq i rp r l dv p u é de l su s o s ’ l ci c asg t u péae e ei o r t i e o mi i s a ee s s s u r s sn du projet de réalisation de l'aménagement paysager et supervise, s'il y a lieu, les travaux de construction. Au niveau de sa collaboration avec les collectivité l a sma r do vae l so l ( î e ’u rg) e ce t , t vi d cnet n dsa n gmet p yaesd l rht t p yaie r a e o cpi e méae ns asgr e ’ ci c asg t a l o a ee s ( î edou r)d i ê ea s rg met q eclidsaci c s L s ma r ’eve o t us él né u e t t r i e s u e rht t . e ee sri s e’rht t p yaie o re î e ’u rg d i n comprendre ev e d l ci c asg t p u l ma r do vae o et c a ee s t v les consultations, les conseils, les expertises, les enquêtes, les analyses et les recommandations spécialisées pour les études de faisabilité ainsi que pour les évaluations et les interprétations de données. C nen n l é ds da n gmet paysagers des milieux urbains et o cra t e t e ’méae ns s u suburbains, son travail commence par une étude préparatoire qui est destinée à recueillir et à établir les données de base pour la préparation d'un programme de besoins et l'établissement d'un budget dans le but de s'assurer de répondre à ssei ne d ma r do vae C t é d péaao ed i cu r l e x ecs u î e ’u rg. e e t e rp rti o o vi a g t t u r t r coordination des recherches et des explorations, les relevés topographiques, les études de sols et les recherches pour établir les conditions du site et des ouvrages existants ou toute autre étude devant servir de base à la formulation de rcmma d t n rl i s upoeda n gmet eo n ai s e t e a rj ’méae n. o av t A rssn é d péaao e l rht t p yaiepoèeà l p aed pè o t e rp rti , ’ ci c asg t rcd u r a ee s a hs e l sus d cnetda n gmet q icmpeda la formulation des ’ q i e u o cp ’méae n, u o rn r e s critères de design et de performance pour chacun des éléments du programme, l'examen de différentes approches de conception, l'élaboration d'un concept général en conformité avec les critères établis et son représentation au moyen d'esquisses, qui seront suivi d'une estimation budgétaire du coût total du projet et qui peuvent inclure les coûts récurrents d'opération et d'entretien des équipements projetés. C et ut a co d l slt nrt u d l méae n p yae a rsa ’ si u h i e a o i e n e e ’ n gmet asgr pè l s e x uo e a prsnai ds ai t d l sus e e codn t nae l t h ies u éett n e vr ne e’ q i e t n oriai vce e nc n d o a s e s o s c i ma r do vae q e l ma r dou r péae l pa gnrl î e ’u rg, u e t î e ’eve rp r e l t n ééa d'aménagement et sa représentation graphique au moyen de croquis et de dessins préliminaires ainsi que l'analyse comparative d'options et de matériaux choisis. L tp e l n mbe e l s e élai q e ’rht t p yaie e y e te o r d pa d ra st n u l ci c asg t n i o a ee s d i péet a ma r do vae vr rn sl l tie d poe o rsne u t r î e ’u rg, ai o t e n a a l u rj t e o l t da n gmet ’méae n. De façon générale, les plans suivants sont à présenter : implantation, nivellement et drainage de surface, plantation ; détails de construction et de plantation ; localisation pour l'irrigation et l'éclairage ; et tout autre plan de réalisation requis pour la bonne marche de la construction. Après la préparation des dessins rq ip u l cnt c o d l méae n p yae,’rht t p yaie eus o r a o s ut n e ’ n gmet asgr l ci c asg t r i a a ee s procède à la révision de l'estimation du coût des travaux pour présenter les 10

documents d'appel d'offres incluant le devis descriptif et fait en collaboration des t h ies d ma r do vae e nc n c i u î e ’u rg, l n l e ds su s o s e l t ' a s e o mi i a y sn t e s recommandations appropriées quant à leur acceptation ou à leur rejet. G âe usvifi d l rht t p yaie ta a ai d grre poe rc a ao a e e’ ci c asg t e s cp c é e ée l rj s r r a ee s t s t da n gmet asgrs à bien, le paysage urbains et suburbains de notre pays ’méae n p yae pourra devenir le résultat d'une synthèse réussie car il sera pris en compte dès les premières volontés d'aménagement pour jouer un rôle dans le développement social et économique de tout site et de tout milieu urbain, mais sans une reconnaissance jr iu d s tt e’rht t p yaie a s or ui q e u t u d l ci c asg t d n n t d a a ee s e pays, notre paysage en tant que composante essentielle du cadre de vie de nos c oes n p ur jma dvnr l x rs o d l dvri d notre i yn, e o ra a i eei ’ pes n e a i sé e t s e i e t patrimoine culturel et naturel commun et le fondement de notre identité historique.

3. Jardin, le paysagiste et la ville.
Lhueet u jris l jrisn u sn pu pohse pu ’er s a x adn,e adn o s o t ls rce t ls s nécessaires que jamais, parce que les tracteurs transforment nos campagnes et parce que la pollution qui règne dans nos villes, nous attache à notre patrimoine naturel dont dépend notre qualité de vie sinon notre vie même.
Depuis les fresques des jardins romains, depuis les patios des jardins islamiques, depuis les paysages flamands et italiens de la renaissance, les couleurs de la n tr o ttuo r é p u l o aue n o jus t o r ’ mmeclsq i s codn l mi xa x é h ee u ’ cret e e l a u u poo dusd s v metl Sèed pit so p yae dhvr li rfn er e a i na . cn e r e e e n mp u asgs ’i s u e p r n u ea g e uina a ie bsi da pede al t n l u q ’ ’ jma u eo ’p rn r. e n l s n L sl r sn asc e à o se ga d éée ns e a i Inet o c a e f us o t s i s tu l rn s vnmetd s v .l ’ d n p s e oé s e s srrn n q ’ l er o lfm n u pr t e o sre e d rnme tu upea t uà ’ ue ù e i o s eme d cnevr t e a i r o t h l ce que nous voulons dérober au temps, les jardins soient un cadre choisi pour fixer le souvenir des instants heureux. En satisfaisant les besoins les plus é meti sd l o l na e e ’ mme l jrist i etdsdb t d s v srl é r h ,e adn é g n e éus e a i u a s mo n e pa è . ’ t o r e q ’s o t nrp ot r ig a x te ds r ie l t C e p u cl ui sn u a p r pi l i u myhs e oi ns ne s a l vé é g et aux mythe d f ti q e’nrno t d n l pu at e c ist n.l s e e it u l ecnr a sa lp r ds i lai sI r lé o e vi o s iut n da tn pu fce n cs te q ’s o t l fid n l t s l s et ’ua t ls aimet e myhs ui sn à a o a se e l r l l s mp et hors de lui, éternels comme la nature et changeants comme le paysage. Pour les civilisations préislamique,e adnrpéetil no d dv e d l jri ersna ’ i u i n t u tu n i mot ,arvl i crnq e s sp rr e mo ds ns e ’niut e d r ll éé t n oa iu a u éae cs n e u id l t i t e e ao a q é l r cnarr ds shrs df rne d n l i aci ds mé i s d e u o sce e p èe iéet a s ’ é rhe e f s hr mo e u r croyant. Grâce à la civilisation islamique, la ville antique est sortie de son jardin pour faire place à la ville du moyen age car les hommes se trouvaient sur cette terre en face de la tâche difficile de construire la ville et son jardin, qui se placera entre ciel et terre parce que pour les musulmans, tout jardin, même le plus mo et d ip r rlmaiai àpesni l ji d behuexsju ds , o ot ’ g t n rs t e o s u i eru é r e t e i n o e r s e n o ds ls a s’udl A e lt sljri et eeullud péic o e é dn l u a e . vce e ,e adn sdvn ei e rdl t n à mp e ei d p yaiesnd ma e ’ clnecmmeei s g u asg t o o i de eec,o s, n x l llu i ulier du territoire où e n s cp c é ’c o e d ma r e s a mai m. iifu a s rp e r a a ai dat n t e î i et u x t i ts mu Ma la t us a pl s i e q e o s e ga d jris n tuo r sbi d n l rmi e œ ve u e u tu l rn s adn o to jus u l s mé a se u s n u r, n e 11

pensée sur le paysage car il sont à cet égard des lieux privilégiés d ‘p r a pentissage edepr ne e rj s u o to t ’ éi c d poe q in cmme i eeer o e o tni . x e t v é lt i i tu et r s r tr e L mo p yaea judh i s dvn s r h d sn dvr q en u n e t asg uo r’u et eeu i i e e es i s u o s e c e pouvons plus penser le jardin sans lui. Ces deux monts entrent de concert dans la pratique profes o nl dsp yaie.D n da t sp y l p yaie s n ee e asg t i l s s a s ’ur as e asg t e s ss s o oet ’ r a pl « ’ n rn dê e p e s Architectes paysagistes » par contre chez nous, on h t é persiste à les appelés « Jardiniers » tout court. De sa formation pluridisciplinaire, à la fois concepteur, maître dœ ve e méi er l ’ u r t da u, e t p yaieet ep r n i e lnel uerdsdc er d l méae n asg t s l at a e t ’ t o t s e r i r c u e éi us e ’ n gmet d a a sq e e aci c sub ns s tn éi r, o r esr ’ v o nmet i i u ds rht t , ra ie e igne sp u pne l n i n e n n ee t u e r en termes culturels, plastiques, sociaux et écologiques. Dans des milieux de toute nature et à toute échelle, le paysagiste intervient dans les processus de pormmai , ’ a oai e d ra st nds rj s ’méae n,a t rga t n dé b rt n t e élai e poe da n gmettn o l o i o t a nva du e l e ra e ua nva du e o e éi a . e asg t u i u ’n pa ub i q ’u i u ’n zn rg n l L p yaie e c n e o e s, nous montre ce qui relie la ville et le paysage sans intégrer la pensée de l rht tr mê sl u ju e rné ulu coe l rht tr, u ’ ci c e me ’ a n o r mpu t q e e h s à ’ ci c e q i a eu i q a eu a judh iedà’rht tr d p yaee fn e ns e a ese uo r’u rn l ci c e u asg l o dmetd s pné. a eu s C et ac q ee aci c s asagistes travaillent avec des matériaux vivants ’ p re u l rht t p y s s ee t s u lvgtlq ’snci n l r rj d n l d n mius ’ o t n e q e e éé , ui isr ete poe a se y a q e dé l i l a l v u t s v uo ds lu n trl q io t euo pdfu a judh i a s apo ut n e miex aue , u fn ba cu é t uo r’u d n l rd c o i s a i d n s ie. or sc t dp iln éed nemace l n es a cau e o v l N t oi é eus’ dpn a c, rh à ’ vr cr h cn ls e é, i e pense selon sa technique et son économie au point que nos villes sont en train de se rompre et de se fragmenter. Cette fragmentation tend à faire disparaître le p yae ra d n s ie cr u n o pa t o q ’ne asg ub i e o v l a q a d n l e u uo nlève un arbre, on n ls n change les conditions globales du milieu. En terme des conditions globales du mie,e rvisr agorp i e l io e o t e o tsmp r nsp u lu l t a u l éga he t’ s i sn ds ui i ot t o r i a l h tr l a , l rht t p yaie d n l rcnt c o d l pné ub iep req ’ ’ ci c asg t a s a eo s ut n e a ese ra a ee s, r i n ac ui l fu tuo r pne e t me e o l i crl ’ a a d slt nu iu e a to jus esr n e d cmpe t a iny p s e o i nq e t r xé uo mi cl s p u l méae n ub i sn lméi erq ia r rit rr r ue e o r’ n gmet ra a se da u, u sua é é e a u a n t ng la ville dans son histoire et sa géographie.

4. Quel avenir pour les espaces verts en Algérie?
LAgr et l àl er ds adn?C r e jris o t’lme ’ l i s l ’ ue e jris a l adn sn l t é e -ee h s ui solution pour contrer le béton et donner une meilleure qualité du cadre de vie à nos villes et à nos villages.
A e ds adn cnu e a a t àn s ie e v l e,’ lgérien sera plus à vc e jris o çs t d pé s o v l t ia sl ls lg A l i srsnt r o e rcniéae si ’ s u o e i i , éo ci vc o ae r tr l -même et avec la nature. Grâce à la civilisation islamique, les Arabes ont su se retrouver sur cette terre, face à la tâche difficile de construire la ville et son jardin, car nomades du désert, les Arabes né i t a dsns cér e jrisn mê u e rdt na s a cs a . ’ a n p s et é à re dsadn, i me n t io us net l te i a i i re Même si nous avons hérité de la civilisation musulmane la tradition ancestrale de fi l v l ae ss adn, eq i o s et e Agr a judh ic net a e a ie vc e jrisc u n u rs n l i uo r’u, e ’ r l e ée s que le réflexe des nomades car nous habitons des villes et des villages où nous nous considérons comme des ambulants, sinon comment expliquer la décadence de notre cadre de vie sur tout le territoire Algérien. Au moment où le jardin dans le monde occidental est devenu le lieu de prédilection des architectes paysagistes, en Algérie, le jardin est considéré, presque, comme un investissement de 12

décoration temporaire juste pour une visite présidentielle ou ministérielle, comme les drapeaux ou les guirl dsq ’nuis js lt s ’n v i . a e, uo ti ut e e du e it n le e mp se Dr q ’ Agr ,e rso sbe pnet fi acmp g e l éupmet i ue l i l ep na l esn à a e co anre q ie ns e n ée s s r s de grandes envergures avec des espaces verts de bonne qualité et adaptés au projet, est presque une chimère. Car seuls les grands projets de bases de vie dans l S h r sn d t du pormmebe f e , vcl x ec d l péec e a aa o t oé ’n rga s i i l ae ’ i ne e a rsne n cé eg du igner udaci c p yaie ac q ’s o t et é su et o r ’n n éi o ’rht t asg t p re ui sn dsns o vn p u u ee s l i les investisseurs pétroliers étrangers, qui y font profiter quelques travailleurs Agr n.F i u ga d poe déupmeto d l e ns e Agr l i s a e n rn rj ’ ie n u e o met n l i ée r t q g , ée indépendante, est devenu une nécessité pour le développement du pays, peu importe le budget alloué, mais donner une part raisonnable de ce budget, à l méo ’ l ration du cadre de vie du citoyen, soit au niveau des équipements a i (université, CHU , etc..) ou des nouvelles villes et des grands projets de po t n i blrs etu gsiae cr l l r n etp u cr is rmoi s mmo ièe, s n apl g a ’ g i s o r et n o i l A ée a cniéécmmeu n ma ed n inap s eo du cded v ara l os r o d n o d o c l ’ a bsi ’n a r e i gébe n e sédentaire. A ln éed nea éi n e jsuàl f ds n és7,’ l r é iu ’ dpn a c l r n e t uq ’ a i e a ne 0 l g i t t n i g e n A ée a pays qui donnait une certaine importante aux espaces verts dans ses villes et ses villages et même au sein de ses équipements p bius t o r éie cl o na u l e ep u vr i e ,n ’ q fr a q ’ viq iti te cnet r u s cu a n d l méae n ds l e uà o u é e l o cpe q i’ cp i t e’ n gmet e pa s r an s u o e a c publiques urbaines et des espaces verts des équipements. Les jardiniers étaient des fonctionnaires et les espaces verts avaient leurs propres budgets, au sein de chaque collectivité locale ou établissement publique, pour leurs entretiens, sans parler des pépinières et des jardins hérités de la France coloniale, qui suivaient leur vitesse de croisière, au point que chaque Algérien était fière de la qualité de son cadre de vie même si en réalité les choses allaient beaucoup plus vite au delà d l oi nece n s o is e’sed l us e’ r o thz o vin d l tt e’ et h z s E O . A judh i a r q el l iai na p sca g e q el p p l i a uo r’u, l s u a é s t n ’ a h n é t u a o ua o o gl o tn presque doublé, les espaces verts sont abandonnés au point que les budgets sont dtuns o r ’urs éesé. t ’s x t ti sn su et l us ds é ré p u da t ncs t E sleie ,l o t o vn a o é à e o e is i sn s l et pi s a s o é ned n l méae n ds sae vr e gérés par nr r e sn cmpt c a s ’ n gmet e ep cs et t e s e a s des architectes de bâtiment qui ne connaissent des arbres et des arbustes que leurs distances de plantation ou à des forestiers dont la vocation est de faire pousser les forets. S n t sc t e mai e da n gmetdsep csvr ,a judh i i or oi é n e é, t r ’méae n e sae et uo r’u è s mace l n esc s p re u su ete ep na l ds méae ns e rh à ’ vr, ’ t ac q e o vn l rso sbe e a n gmet ds e e espaces urbains, pense selon sa technique et son économie, peu importe que nos villes et nos villages se rompent et se fragmentent. Afin de réussir une meilleure qualité de cadre de vie en milieu urbain, il faut que nos espaces verts soient conçus ae u e td d n l n r snen t n l , ulpoe d is d pe a se vc n é e a se ome it ai a so e rj o ’ a t u i u s r o e t ta r t da n gmet e pna tl n i n e n e t me cl rl pat us ’méae n, n esn ’ v o nmet n e s ut e , l i e, e r r u s sq sociaux et écologiques et entretenus quotidiennement par des jardiniers, pris en charge par les collectivités locales ; car il ne faut pas oublier que chaque famille algérienne paye se i ôsoa x o r rfe du mel r a r d v . smp tl u p u poi r ’n ie cde e i c t lu e Pour aboutir à ce pari il faut que chaque citoyen responsable reste dans le d ma e e a pc lé t u l ra iel rht t lfrse o ld c u o i d s séi i e q e’ b ns ,’ ci c ,e oet r u e ot r n at u t a ee i e en médecine ne se mêlent pas du travail des architectes paysagiste car ils sont fr s o rnevnr a se poess e rga omé p u it eid n l rcs d pormmai , ’ a oai ed r s u t n dé b rt n t e o l o ra st nds rj s ’méae n ds sae vr ub is tlsn àl élai e poe da n gmet e ep cs et ra e i o t a i o t s n s fi cnet r ma r dou rs t daer a que les partenaires et les o o cpe s î e ’eve e méi us i s u t t nsi 13

it l uer dsdc er d l méae n,t sq el aci c s l ne o t s e éi us e ’ n gmet e u e rht t , e rc u d a l s ee s ub ns s te igner. ’ gner ul rht t p yaie o rpede ra ie el n éi sLi éi o ’ ci c asg td i ern r t s u n u a ee s t sa place de maître de bord des aménagements des espaces verts urbains et cela en li f a t e grni e dso a éu t à o rle à o t vi crl ’ u of n ds aa t s t e l s dq ae sn ô t sn r a ,a iny r e i s e a l ap s eslt nu iu e mi cl s p u l méae n ds sae vr a d o i nq e t r ue e o r ’ n gmet e ep cs et uo a u a s sans le paysagiste en qualité de médiateur. Il est le seul qui saura réintégrer la ville et le village algérien dans son histoire et sa géographie, pour donner une meilleure qualité de cadre de vie aux citoyens.

5. Anticiper le paysage urbain de nos villes.
C net u p req en srso sbe smbet a el sud e ’ q e ac u o ep na l e l fi a o re s s n r oreilla x t ne ds i yn e q ee i ynv ae l bec d e u at t e c oes t u lc oe i vc’ sne e e s t t t a vigilance et le manque de civisme envers son cadre de vie, que le paysage de nos villes est dans un état de déliquescence avancé.
A i da t ie l méoai d cde e i ds i f ’nipr’ l rt n u a r d v e c oyens et rendre le paysage n c a i o e t urbain de nos villes respectable, il faut que chacun de nos responsables concernés p r l méae n ub i, me e e pae u e p liu d t vi a ’ n gmet ra a n t t n l c n ot e e r a iq a l da n gmeta si d snsri , u s d peaa xbsis up yae ’méae n, u e e o ev e q i’ a t n c a r u eo d asg n urbain et qui donnera au citoyen un cadre de vie constitué, soit au niveau de la cellule du quartier ou du tissu de la ville. C etp rl q at rq ’ fu ’ s a e u r e ui a t i l cmmecr a t ie lt vid l méoai d cde e id c oe cr o ne à nipre r a e’ l rt n u a r d v u i yn a c a l a i o e t c s d n ssi t q e o ’ t a s e l e u cmmec n t éuai c iu,aa t e o ce e mi s ne or d ct n i q e vn d tuhr e o v cl d cnr v l A i d péevr ’ uai c iu d n s ee u et ie f e rsre l d ct n i q e e o enfants, il est l e l. n é o v pi ri , uo r’u, e o ste u cde e i ara l a sul e o r da a judh id cntur n a r d v gébe u eid n s mo l i e , maisons et cela pour que chacun de nous, puisse trouver les commodités ncs i s u e i sie p u éi r n s na t da e l ndsi t d ées r à n v e , o r v e à o efns ’lr o e l e u ae e n t l i mi s quart r, l rcece ’n n tr pu gnrue t a grue i sà a ehrh du e aue ls éées e d n ees. e Anticiper une nature plus généreuse et sans danger, au seuil de nos maisons, est dvn d n l l t d p s be ma ae u e ot ’méae n ub is eeu a s a i e u os l mi i , i vc n f r da n gmet ra s f n adaptés aux besoins du quartier et de la ville. Mettre au sein de chaque quartier ds méae ns o sté p u l méoai d cde e i ae ds i s e a n gmetcntus o r’ l rt n u a r d v , vc e a e i a i o e r de jeux pour enfants, des terrains de jeux et une végétation généreuse et reposante, fera renaître dans chacun de nous la responsabilité de préserver notre quartier et de sauvegarder la beauté de notre paysage urbain. LAgr d c db t uX I me i l et l rcece e o ga d ’ l i e e éu d X e s c , s à a ehrh d sn rn -père, ée èe qui entretenait la beauté de son paysage urbain, au point que depuis sa disparition, sn ba p tgr ub i,q e n u ai spi l a i d d o eu oae ra n u o s v n r ’ bt e e o s h u traverser sans trop le regarder, est devenu comme une charge pour nos responsables car pour mille bonnes raisons, nous ne pouvons plus lui consacrer autant de temps que notre grand-père et la déliquescence de nos zones urbaines, avance de jour en jour, laissant les citoyens pleurer leur ancêtre. C et ac q ee asg ub i d n s ie net a u s lp tgr uu ’ p re u lp yae ra e o v l ’ p s n i e oae o n s n ls s mp jri p bi mê sl o adn u l, me i’ mme’ peq e ni e n fçn é snaantage, c h l rsu et rmetao n à o v a è q ’ fu d n a t ie s fbi t ne ln et e p r e uttlé a o ui a t o c nipr a a r ai t’ vne n at o oa t cr n l c c o i r i i n pu cniurd ma i e é cie àrpo ur àldniu c q e o s e et o t e, e nè f i s , erd i n r th t e ’ et e e u n u i q avons hérité de nos responsables post-idpn a c e q e o s ’vn mê n éed ne t u n u nao s me pas pu le maintenir dans son évolution. 14

C t ncs t d cét n du n u eu p yae ub i p u l v l e e éesé e rai t i o ’n o va asg ra n o r e ie s ls Agr n e fi q ’nd i s tunrvr « e a ua c r d l ra i l i n,a uo o e o re es l mb l i s e ’ b ns ée t t s ne u me moderne » car même si les paysagistes ne sont pas les seules à se mettre en marche à la réalisation de ce défi, leur savoir-faire paysager est exemplaire. On a tuo r asc l p yaie à ldedspa t , i l rrl cnie o jus s i e asg t oe s s s ’ é e l e ma e ô o s t i ns s u e s a judh i rit rrl v l d n snhs i e s gorp i crl v l uo r’u à é é e a ie a s o io e t a éga he a a ie ng l tr l netp ssue n l ne l d f x d mas o d rsa x ma u e ’ s a el met ’ smbe e l , e s u e éeu e u e i n s évolution des espaces dans le temps. Le paysagiste, peut être représenté comme un être multiple coexistant en lui un jardinier, un artiste et un ingénieur car quant il observe le paysage d’n v l u e ie l, c stu u db tnéi rq ie t npae o r ru e u p c et l ’ to t n éa it e , u s me e l p u t vr n at nr e e ru c o e e s trois voix, afin de trouver la démarche adéquate pour anticiper la transformation de la ville, pour lui donner un nouveau paysage urbain intégré dans son histoire et sa géographie. Par le travail des paysagistes, le paysage de nos villes, deviendra le lieu du rationnel où toutes ses composantes, ne sont compréhensibles que par référence à u esmbeda n gmet u snèr p rl é met q ie cmp sn, n ne l ’méae n q i ’ t e a e l ns u l o oet i g s é s sn sg oe cr ls o ti s a u e me es p yaèe a s’ n rr a ee sn le p r n mê pné asgr. i l é A T C P RU EP L T Q ED A N G ME TP Y A E N I IE N O I I U ’ ME A E N A S G R D n c l gpoess ’nip t np u l t nfr t nd n s ie e l a s e o rcs da t iai o r a r s mai e o v l ta n u c o a o o ls cét nd n s o vls ie,’rht t p yaief ressortir les divers rai e o n u ee v l l ci c asg t era o l ls a ee s changements utiles à la ville Algérienne, qui se situe entre la ville et la compagne, p u a o t àu e o vl fr d p yae ra ,a s uee e o cls o r b ui n n u ee ome e asg ub i sn q ’ l n si ee r l n l t l de la rupture, car le paysage de nos villes doit se réconcilier avec notre culture et notre histoire, qui lui ont donné la forme et le sens, qui garantissent leurs péec da judh i rsne ’uo r’u. Au sein de cette nouvelle forme du paysage urbaina t ié,’ l r nd X I nipel g i u X c A ée emes c , a r rt u e sn c i p req ’ trouvera, au seuil de sa i l sua e o vr o i s èe r v me ac ui l ma o ,asnai du a l r o tue l cmmo i s éesi s o r n i n l est n ’n ie s ù o t e o s o lu s s dt ncs r p u u é ae mel r a r d v ,o t x tne,e l l a cde e i cntu, ui ie cde e i sn eia t smba e u a r d v o stéq ’ lu e s s b e i l voit à travers les chaînes de télévision satellitaires et durant ses voyages en oc et ue pnnueA a e e cl gâeàl mb l c rd l ra i ci n o n éisl rb, t e rc d a ’ ua i e ’ b ns a ne u me moderne, qui a su anticiper le nouveau paysage de nos villes et de façonner un vocabulaire urbanistique, par une recherche approfondie du fonctionnement de toutes choses dans nos villes, tout en recomposant différemment des éléments souvent tirés de nos paysages quotidiens et qui seront la base de création des nouveaux espaces paysagers de nos futurs villes et nos nouvelles villes. C et ac q e a judh in s ’ p re u, uo r’u, o responsables se souciaient moins des limites s da t iai ds asg t d n l méoai d p yaeub i,ào l ’nip t n e p yaie a s ’ l rt n u asg ra l ù e c o ss a i o n s pensées architecturales, urbanistiques et environnementalistes sont défaillantes, que les quelques paysagistes, exerçant en Algérie,s t u età l cr d e r vn o ’ at e é l nip t np yaèeub ie a p it edvnrds l r t ,a sn l ’ t iai asgr ra , u o d eei e f uie l s te a c o n n e s s ia champs libre aux faiseurs des espaces verts disparates, qui consomment les 15 000 dinars, alloues aux aménagements extérieurs, pour chaque appartement cnt i sn o bi l rl n e b d é i scl su q el tt t l o s ut a s u lr e a o gs u gt r o s x u ’ a me à a r , e s l ae oa é dispositions des villes, pour constituer un cadre de vie agréable au sein de notre paysage urbain.

15

S tu d n n s ie da judh ie u tp s,t u l v l c du paysage io t a s o v l ’uo r’u s jxa oee q e a i e e ls on ub i e etacnéunec s p re u l l r da judh i e i oe ra n s l o sq ec,’ t ac q e ’ g i ’uo r’u n ds s n e A ée p da cn éo o istt séi i d n l fr t n digner o ’uu e cl u ntu pc lé a s a omai e i as o ’ éi s u n u daci c s asg t e q el q e us asg t , u dsoel l r , ’rht t p yaie t u e ul e p yaie q e i s ’ g i ee ss s q ss p A ée sont, souvn, bet a s’nip t nds rj s ra s t e ma r q e eta sn d n l t iai e poe ub i e cl l é u a c o t n a g l r œ ve mo iet o sue n l q a t ds sae d v , ia s l e s u rs df n n n el u i meta u lé e ep cs e i ma us e i e s is metlé e l ma i e di g ai d v r esmbe usi du p yae na t te nè s ’ i t n e i e ne la e ’n asg is s r ma n o v n urbain commun. La pensée du jardin a été considérablement recomposée, pour arriver au projet p yae ai da t ie u e n u ee v l p u fbiur l a nt asgr f ’nipr n o vl ie o r a r e e méi s n c l l q s é attendues du cadre de vie et chercher à diffuser de nouvelles valeurs dans le cdedu poe cmmu d meleur habitat, que la nouvelle ville « Akid a r ’n rj o t n e i l Othmane » d AnT mo cet sr srmetu mo e p u l vnrd e i é uhn, ea ûe n n dl o r ’ ei u a paysage urbain des villes Algérienne car suite à la volonté du premier rso sbed l wl a l ndsrrsaci c sp yaie Agr a été ep na l e a i y,’ e ae rht t asg t l i a u ee s s é en it rrd n l q iepuii il a e meép rl l P I l D C e l né e a s ’ up lr s pi i , n a a ’ G , a U t a g é dc n r O DLEP, pour le programme de reconstruction de la zone sinistré du séisme de 19 eq ee ns e ’tt t ns e e’ t i r t e clc v é l a s 99 t u lmiir dEa e miir d lné e eds o et i so l , t t i ru l it c e durant la visite du président de la république à la nouvelle ville « Akid Othmane » et de la wilaya de Ain Témouchent, a estimé comme un vrai miracle car ce travail est le symbole de la solidarité et de la compétence des cadres Algériens. L dma d ugneda t ie u ep liu da n gmet asgr p u a e n e ret ’nipr n o t e ’méae n p yaèe o r c iq n sv l ,fi q ’ etncs i d rivne l poes n daci c o ie a ui s ées r e é et a rf i ls t l ae n r s o ’rht t ee p yaiee Agr e cl gâeà l cét n du isttséi i e asg t n l i t e rc s ée a a rai ’n ntu pc lé n o i as formation de paysagistes, afin de pouvoir réussir cette nouvelle politique, qui me r l p yaiep r l at r q i rvieo tp u lnt ai d t a e asg t amie c us u t a l n o r ’ sgt n u t s s e a lr i i o nouveau paysage urbain, avec un cadre de vie constitué, pour que son rôle, qui lietrfs a judh ip rl isgt r dsa n gmet p ysagers u s e é uo r’u a e nt ae s e méae ns a u s i u disparates, sera primordial.

6. Pour une amélioration du paysage urbain de nos villes.
C net u p req en srso sbe smbet a el sud e ’ q e ac u o ep na l e l fi a o re s s n r oela x t ne ds i yn e q ee i ynv ae l bec d rie u at t e c oes t u lc oe i vc’ sne e l e s t t t a vigilance et le manque de civisme envers son cadre de vie, que le paysage de nos villes est dans un état de déliquescence avancé.
A i da l rrl cded v ds i yn e rn r l p yaed n s ie f ’méoe e a r e i e c oes t ede e asg e o v l n i e t ls rsetbe ifu q ecau d n s ep na l d l méa epc l l a t u h cn e o rso sbe e ’ n gement urbain, a , s a me ee paeu ep liu d t vi da n gmet q is d peaa x t n l t c n o t e e r a ’méae n, u ’ a t iq a l a r u besoins du paysage urbain et qui sera au service du citoyen, soit au niveau de la cellule du quartier ou du tissu de la ville. C et a l q at r u l t vid ’ p re u re q ee r a e s i a l l méoai d cde e i d c oe, o db t cr ’ t a s e l t ’ l rt n u a r d v u i yn d i éue a c sd n ssi e a i o e t t r e mi s que commence notre éducation civique, avant de toucher celle du centre ville. A i d péevr l d ct n c iu d n s efns i et pi ri , f e rsre ’ uai n é o i q e e o na t l s r da v , mo l a judh i d cmmencer à améliorer notre cadre de vie, au seuil de nos uo r’u, e o maisons et cela pour que chacun de nous, puisse trouver les commodités ncs i s u e i siepoh d ce li f déi r ss na t da e ées r à n v e , rce e hz u ai ’ t à e efns ’lr ae e n n ve l 16

loin des limites du quartiers, à la recherche d’n n tr pu gnruee u e aue ls éées t dangereuse. U e aue ls éées e sn d n e a sul e o ma o sc sp s be n n tr pu gnrue ta s a gr u eid n s i n,’ t os l s e i , ma ae u e otda n gmetdep csvr a a t a xbsisd i vc n f r ’méae n ’ ae et d pé u eo s f s s s n u quartier et de la ville. Mettre au sein de chaque quartier e a n gmetdep cs etd q a t ds méae ns ’ ae vr e u lé s s i, avec des aires de jeux pour enfants, des terrains de sport, des terrain de boules et une végétation variée, pour toute la famille, fera renaître dans chacun de nous la responsabilité de préserver notre cadre de vie et de sauvegarder la beauté paysagère de notre ville. LAgr d c db t uX I ’ l i e e éu d X eme siècle, est comme si ée elle a perdu le grand-père, qui entretenait la beauté de son paysage urbain, au p it u snp tgr ra , u n u ai s r l a i d de traverser sans o q e o oae ub i q e o s v n pi ’ bt e n n o sh u trop le regarder est devenu une charge pour nous car pour mille bonnes raisons, nous ne pouvons plus lui consacrer autant de temps que notre grand-père. C et ac q ee asg ub i d n s ie net a u p tgr uu jri, ’ p re u lp yae ra e o v l ’ p s n oae o n adn s n ls s mê s l o me i’ mmel peq eet rmet ao n àsnaa tg, uifu h ’ rsu ni e n fçn é o vnae q ’ a t a è l d n l fbiur t’ vne e p r e uttlé a o n pu cniurd o c e a r e e ln et n at o oa t cr n e et o t e, e q i r i i n ma i ef i ie àrpo ur àldniu c q en u ao shr éd n s nè é c s , erd i r th t e ’ et e e u o s vn éi e o i q t ancêtres et que nous nao s me a p lma t id n snéo t n ’vn mê p s u e i e r a so vl i . nn uo C t ncs t d cét n du n u eu p yae ub i p u l v l e e éesé e rai t i o ’n o va asg ra n o r e ie s ls Agr n e fi q ’n d i s tunrvr l p yaie « l i n, a uo o e o re es e asg t ambulanciers de ée t t s ss l ra i mo en »crmê sl n sn p sl seules à se mettre en ’ b ns u me dre a me ’s e o t a e i s marche à la réalisation de ce défi, leur savoir-faire paysager est exemplaire. O atuo r asc l p yaie àlde e pa t , il r ô cnie n o jus s i e asg t oe s s s ’ é ds l e ma e rl o s t i ns s u e s a judh i rit rrl v l d n snhs i e s gorp i uo r’u à é é e a ie a s o io e t a éga hecar la ville ng l tr netp ssue n l ne l d f x d mas e d rsa x ma u e ’ s a el met ’ smbe e l , e s t e éeu e u e i n s évolution des espaces dans le temps. Le paysagiste, peut être représenter comme un être multiple coexistant en lui un jardinier, un artiste et un ingénieur car quant il o sree asg ub i du e bev lp yae ra ’n n v l c s tu u db tnéi r q i eme e paep u t u e u p c ie ’ t o t n éa it e , u s l, e ru tn l c o r r vr n at o e entre les trois voix, afin de trouver la démarche adéquate pour transformer la ville et lui donner un nouveau paysage urbain intégré dans son histoire et sa géographie. Par le travail des paysagistes, le paysage urbain de nos villes, deviendra le lieu du rationnel où toutes ses composantes, ne sont compréhensibles que par référence à u esmbeda n gmet u snèr p rl é met q ies composent, n ne l ’méae n q i ’ t e a e l ns u l i g s é sn sg oe cr ls o ti s a u e me es p yaèe a s ’ n rr a ee sn le p r n mê pné asgr. i l é Dans ce long processus de transformation de nos villes de demain, le paysagiste, fera ressortir les divers changements de la ville, pour savoir transposer et créer des nouvelsfr sd p yaeub i ai q ’ l n si p sclsd l l ome e asg ra f uee e o a ee e a e n n l t l rupture car le paysage de nos villes doit se réconcilier avec sa culture et son histoire, qui lui ont donné la forme et le sens. A e c n u eup yae ra ,’ l r nd X I vc e o va asg ub i l g i u X eme siècle, saura retrouver n A ée snc i p re uit u eaa sul e a i n l snai du a l r o i s ac q ’ r vr,u eid s ma o ,a est n ’n ie s v me lo s o lu où toutes les commodités nécessaires pour un meilleur cadre de vie, sont eia t ,smba l à cliq ’ vi à t vr l ca e d t éio x tne e l e s s b e u ui o l t r es e h î s e é v i a s n l sn saei i s e cl p req el séi ied l rht tr d p yae as t la e, t e ac u e pc lt e ’ ci c e u asg, u lt r a as a eu 17

façonner un vocabulaire urbanistique, par une recherche approfondie du fonctionnement de toutes choses dans la ville, tout en recomposant différemment des éléments souvent tirés de nos paysages quotidiens et qui seront la base de création des nouveaux espaces paysagers de nos zones urbaines. Si tout dans nos v l da judh ie u tp s,t u l v l c d p yae ra e eta ie ’uo r’u s jxa oee q e a i e e u asg ub i n s l ls on n cnéune c s p re u l l r da judh i e i oe ’uu e cl o sq ec, ’ t ac q e ’ g i ’uo r’u n ds s da cn éo e A ée p e o istt séi i d n l fr t n ds igner o daci c s u ntu pc lé a s a omai i as o e n éi s u ’rht t u ee p yaie e q el q e us asg t , u dsoel l r ,o t o vn asg t t u e ul e p yaie q e i s ’ g i sn su et ss s q ss p A ée absent des projets urbains ou sont appelés trop tard. C et ac q en srso sbe, esui et isdsl t d l r ds ’ p re u o ep na l s o c i mo s s an n e i e e’ t e mi s a paysagistes malgré leurs capacités à requalifier le cadre de vie des citoyens et à fabriquer différemment le paysage de la ville, là où les pensées architecturales, urbanistiques et environnementalistes sont défaillantes, que les paysagistes en Agr s t u et l cr d l paiu p yaèe a p it edvnrds l i e r vn à ’ at e a rt e asgr, u o d eei e ée o é q n fleuristes, laissant le champs libre aux faiseurs des espaces verts disparates, qui consomment les 15 000 dinars, alloues au espaces verts pour chaque a p r met o s utsn o bi l b d e cl su q el tt t l p at n cnt i a s u lr e u gt o s x u ’ a me à a e r , e s s oa é dsoio s e v l p u cér e ep cs etp bi eda l rre a r i si ds ie o r re ds sae vr u ls t ’méoe lcde p tn ls s c i de vie du citoyen au sein du paysage urbain. Ain Témoucetea ûe n u ee lp u l vnr up yae ra ds hn sr srmet n xmpe o r’ eid asg ub i e a n villes Algérienne car suite à la volonté du premier responsable de la wilaya, un aci c p yaieAgr n aé it rrd n l q iepuii il a e rht t asg t l i ee s ée t né e a s ’ up lr s pi i , é g é dc n r d n l b t ’méoe l cadre de vie des citoyens, à moindre coût, pour le a s e u da l rr e i programme de reconstruction de la zone sinistré du séisme de 1999 et le résultat est visible sur place où le citoyen trouvera au sein de la nouvelle ville « Akid Othmane » ou des 1000 logements, toutes les commodités nécessaires pour sa vie quotidienne et ses loisirs comme les commerces, les espaces verts, les terrains de sotte j x ’ fns p rel e de a t s u n . A lntrd AnT mo cetda t swl a cmmeSt, rn Sd B l ’s i a e i é uhn, ’ur i ys o e a é fO a , ii e i abess, Alger, Tizi-ouzou, Bouira, Constantine ainsi que la nouvelle ville de Sidi bel abbes e l pormmed l A L p u a n rus l r pormme t e rga e ’ D , o vi t és r e s rga A e i u s da l rt n d cded v dsc oese me r e paeu n u eu ’méoai u a r e i e i yn t t e n l i o e t t c n o va p yae p u l r znsub ie,sl n cno n i t p sl rht t asg o r e s o e ra s ’s e a tn a n u n i e a ’ ci c a ee paysagiste à la seule décoration florale. La demande urgente de mettre une p liu da n gmetd p yae ub i p u n sv l ,fi q ’ et o t e ’méae n u asg ra iq n o r o ie a ui s ls t l nécessaire de réinventer la profession du paysagiste en Algérie et de remettre le paysag t p r l at r,à p r et r,p u lnt ai d n u eu ie ami e c us s s e at ni e o r ’ sgt n u o va è i i o p yae ra d n s ie e l méoai d cde e i ds i yn,o t asg ub i e o v l t’ l rt n u a r d v e c oestu n ls a i o e t en lui redonnant son rôle, qui lui est refusé par les instigateurs des espaces verts disparates.

7. Les états généraux des espaces verts de nos zones urbaines.
Nos villes se disloquent et se déchirent, les murs se fissurent, le cre g s bi ,e eclr d mabe a se jris ’ gre arl e e r el sa es e rr d n l adn ne ad a s s i s n que le nom et les espaces verts ont perdu leur esthétique et pourtant n l ub ns s t ie fi us e adn dsaae no t rê r ie ra ie e n l a er d jris i rt ’n art s t s s p s e d t vie e d grrn sv l e ssa n gmet dep cs e r a l t e ée o ie t e méae ns ’ ae a lr ls s verts.
18

Au vu des transformations que subissent les villes, les quartiers, les villages et tout le bâtl s p re o na s ,e o t net ls ermis. En cette Algérie ia s a lcl i i ld ue ’ pu p ié o lme s du XXI eme siècle, le paysage urbain se dégrade à une vitesse incontrôlable, la vrueub iedsaa à v edœl su l i q irgrea l r,d ed r ra n i rî p t u ’ i o s ’ l u ead ie s u , œ, lu ministre, du wali, du mai e du P r metq ie q e ucde e ids r t ’n al n, u s mo u d a r d v e e e e c oescmme ’ s g sidu po l scn a el s n lca sir i yn,o t sl’ i a ’n rbè eo d i , i a te h mp l e i as t me r as b à des architectes destructeurs élaborer des plans dément, dés lors que les normes d l ra i ,dsep csvr e d l méae n ub i,no tpu e ’ b ns u me e sae et t e ’ n gmet ra s a n ’n ls pro n p u l fi rset , u n i eiet e pui ot q ’ n f a esn e o re a e epc rq a tl x t , t e mp r ui e e s r e s sn e l r plus bon vivre en Algérie dans vingt ans au plus. Depuis quelques années, un véritable engouement pour les plantes décoratives est d mi à eh ro ds a i ns e n gn a cne ot f dao , u e s B ca,ù e h bt tn méaet uu f rai ’vi q i e a f n r un jardinet avec des arbustes verdoyants, qui un balcon ou un rebord de fenêtre f ui t u s l n u abe ’l nmet ea tap r d s ma o . l r e q ii e t n rr da g e n dvn l ot e a i n Il e mp me i e s ya e e v g-cinq ans, à Tlemcen, le lieu dénommé Grand Bassin, ou Sahridj ’ d cl i t a n M’ea ft méaée ep c vr d t du pa deuetuéd mass bd ,u a n g n sae et oé ’n l ’ n a no r e s f i dabe onmetu .A judh i i r q e à l fvu du e dc i ’rrs re na x uo r’u, l i u s a aer ’n éio sn irréfléchie de disparaître car les décideurs ont trouvé plus utile de remplacer cet unique espace vert de Tlemcen par des terrains de sports. La cité Akid Othmane, la plus ancienne des constructions réalisées dans l xes nn r d l v iev l d AnT mo cet aé co i p u u ’ t i od e a il ie e i é uhn, t h ie o r n e no el l é s projet pil e da n gmetub i q isr cn utd n l cdedu e o ’méae n ra u ea o d i a s e a r ’n t n coopération algéro-a e n e ae l p u ds igner a e n s q i lma d vc ’ p i e n éi s lma d u l a u l apporteront leur méthodologie et leur expérience, acquise en ex-RDA durant cinq années de travail aménagements urbains, cela même avec lesquelles des projets semblables ont été réalisés à Oran ( dans la cité des Amandiers), Alger, Tizi-ouzou, Tébessa et Bechar. A Oran, de Trouville à Cap Falcon, la quasi-totalité des espaces publics font l be dacp rmet p r ds tierces personnes. A commencer par le ’ j ’ca ae n a e o t boulodrome de la station « les Pins » dont les trois quarts du site font office de restaurant « quatre saisons », au niveau du parc des loisirs de Bouisseville où une mosquée va être érigée avec une simple autorisation de voirie, malgré que le parc dso i et npoe iié a l tt o r’cuids i yn e p u n p s e l s s su rj nt p r’ a p u l ce e c oes t o r e a ir t i é a l t citer la quasi-ttlé e ep csàl s t nd S G r i,e é àl uoi oa t ds sae, a t i e t ema l df ’ tr é i ao n i a t d l tt sf ga t a d f uie cb rt rina a uq ’np sE e e e’ a etl rn cr e l r t à a ae e,l ’ fl uu a. n f t é a e s i l f, l s e eot yed n l cded l mpo d j nsp u u eat i d ’ s t c oé a s e a r e ’ l e e e o r n c v é e a it r e i u it f uieaf i a samuiu e l d ne a dsr i e lue paes s l rt e s , i d n l s e ta a s cr éoma ,n i t l ,’ t n q s e c e érigé un cabaret. Par arrêté n°234 en date du 24 avril 1996, la wilaya de Mascara a défini les aires de jeux devant être préservées pour utilité publique et réservées a xefns e c é sue àpoi t O , euse éu d l n é 20,a u na t ds i s i és rx é rdp ildb t e ’ ne 00 l t t mi . a sc t c i as t i us neà ’ éai d n u ee constructions sur ces oi é i l s s ,mp i a t l l t n e o vls é v e ie s , év o l espaces squattés par une certaine catégorie de citoyens, nullement dans le besoin, et ce, au détriment des enfants. Décidément à Sidi Bel abbés, toutes les structures destinées à la détente sont exposées à toutes sortes de dégradations car le jardin public, jadis synonyme de ds at n e d dt t e rp t p u ê el n dspu ba xdAgr , irc o t e é ne t éué o r t ’ t i e r u e ls eu ’ l i ée cntu l xmpetp cris t u ettl n a a d n éa xc cad, o ste ’ e l y e a l e r v oa met b n o n u l h rs i e o e o a x auad e à a a t e a judh iiet evenu un lieu de débauche où u so l s t l sl é t uo r’u,lsd r e le moindre petit recoin est squatté, où des détritus de toutes sortes, des canettes 19

d bèe ds o t ls e i jnhn l jrie e l a és a s ua cn e i , e b uel d v o cete adnt te le sn q ’uu r ie n s s s l rso sbe e’ P s né u e t ég s. ep na ld l C ’ mev e rai e A e s Les habitants de la commune de Ain lechiekh (extrême sud de Ain Defla) p urn bett éé c rdu epsiep u s rf î i cpn a t e e o ro t i ô bnf i ’n i n o r e ar c r eed n ct n ie c ah t piscine verra le jour dans le jardin public datant de la période coloniale, mais si lde ’ t et t p s u a e, dans cette région où les étés sont torrides, et ’ é ne pu ê e a ma vi i s r s s da t cmmu e si n ct xmpe inya r pu d jri p bi n i ’ur o e ns uv t e ee l l ’ ua ls e adn u l i e , c mê dep cs etd n n s ie ev l e. me ’ ae vr a s o v l t ia s s s ls l g L P r O o P l b pi d n m d l ni P e e miir S éo e ac l a f m, a té u o e ’ c n rmi s a e r ns e ud i t s assassiné en 1986 à Stockholm, est en train de perdre ses lettres de noblesse à Hydra. Joyau de la nature, espace de convivialité par excellence, lieu de rno t dsa ls u s rn et o r ca pr l po sut dsoes ecnr e fmie q i’ edn p u éh p e à a rmi i e fyr, e l y c é fierté des riverains, ces enes i c jri p bi s s d n eesmet t dri mo , e adn u l ’ t a grue n e r s c e nt met l h ri p r ’bec det t nd l p r d l tbi e n d e e n c cads a l sne ’ r i ea at e’ a lsmet e t o é a n ee E s D vl pmet e E p cs etd l wl a ’ l rE E A ) ée p e n ds sae V r ea i y dAg (D V L. o s a e

Le Parc Olof Palm est en train de perdre ses lettres de noblesse à Hydra
A Birtouta, les habitants de la cité des Frères Boumedfaâ, regroupés au sein de l s c t nd poet nd l n i n e n, ecs n, eus e mo , e ’ s i i e rt i e ’ v o nmetn es tdp i ds i d a o ao co e r e s dn ne l ai e ns ’nh mme eo q i j é o dvl sre e éo cre g smetdu o s s d l u a e sn éo u l spaces i t u s verts qui entourent leur cité. Les travaux de terrassement, déjà entrepris, ont dû ê eart su l pes ndsc oesma a judh icsdri ssn t rê s o s a rs o e i yn r é i t i uo r’u, e ene o t s r poursuivis en justice par cette même personne pour violation et menace malgré q e ’rê q ’ ba dt ca u fisin l ’ f , a ili é dl r à u l rt ui rn ià h q e o o u de e cr lu a t évé a é l s t ft é i l p q e ea E e q e e ou n net ls eo n p re é s c e d ’ o u d l D C t u c d cmet ’ pu rcn u a l l at l e é s s u us lP ’ C(mairie). A O a ea e e co e uo et ea te i e ea i y d B ur,a t n d l pi à ri q ’n sdvn ls g d l wl a e o i tn la n r è a a dégradation subie par les réalisations entreprises à si grands frais et sans jamais q ’ l siahve d n u b t ’ ei e n, rn d n c sc u ds uee o ceé, a s n u de ls metped a s e et r e l t mb ls e po ot n a r ne a p it uo s dma d sl s s dfcep u l rp r o s l ma t u o q ’n e e n e ’ et i iil o r e i a s n i fi s responsabl d s g d l wl aa tn q e o r e é s ’ g e u moe e u i e e a i y ua t u p u l l di i r n yn è a s u ma n d me r f à e e i ai e d t mie c poe da n gmet ’ p cs e t e i ct su t n t e e nr e rj ’méae n de ae t n t t o r t s verts. Même si le conseil national économique et social (CNES) recommande, au titre du dossier de la pri e cag ds c o s el n i n e n, unva ds s n h re e at n d ’ v o nmeta i u e e i e r e collectivités locales, la réhabilitation de la commune dans ses activités traditionnelles, pour une meilleure prise en charge des actions relevant de la préservation du cadre de vie du citoyen. E mai e ’ p cs et l zns ra e a éi ns o t ndf ivgtl n t r de ae vr e o e ub i s l r n e sn e é c éé è s s s n g e it a cr o ga ds ie cmp rs P r q i o t q e m² ’ p cs l t a n s rn e v l o aé à ai u cmpe u 6 de ae pa é ls s s ns par habitant (hors bois), à Amsterdam qui en compte 36 m² et à Londres qui en compte 45 m², ne so t uu tsd btnsn vruemê s l bsi d n q ’n a e é o a s ed r me ie eo e n verdir, est ressentie par tous et devient une nécessité pour le citoyen, qui aspire à une amélioration de son cadre de vie et de voir son paysage urbain ressembler au belles maquettes et esquisses en perspective exposées et montrées aux autorités et durant les expositions au public aux différentes expositions. La n gmet ra ycmpi l cét nds sae vr e dep cs e ’méae n ub i n o r a rai e ep cs et t ’ ae d s o s s l s se d dt t e Agr ,dv n etu epi i crc une des o i t e é ne n l i ei nn n r r é a ’ ir e s ée e ot est 20

composantes incontournables pour la réussite des grandes lignes de la stratégie de développement durable du tourisme, qui est mise en application par le programme présidentiel et suivi par le ministère du tourisme, qui a prévu un budget de près d u mii dd d l r di à a i 21. e n la e o as ’ i l f 03 lr l c n En Algérie on coupe un arbre pour construire un magasin, un garage ou pour ra sr n et s nspr u du e âi eE filna bi a o éle u e xe i u ef e ’n b ts. n a ’ sl r é cmmec à i no l s ti u t né sntlrd n l mœ r a éi n dsl sq e particuliers et puissance ’ s l as e i ae s us l r n e é o u g e r publique se sont autorisés à déboiser les villes et les villages et à raser les p u n ub isa poi du ep useh ril d btn a p itq el o mo s ra n u rf ’n o s t é or e u é b o u o n u e p yae ra iiu n rs mbe ls uàu e o t ut d btne q e asg ub nsq e e es l pu q ’ n cni i e é t e n é o t u les espaces verts sont devenus disparates. C et ac q ea judh i6% d l p p l i Agr n ev et a s e ’ p re u uo r’u, 0 e a o ua o l i n i n d n l s tn é e v s v l e q el l r et nt i d dvnru p y ub i, u l tt o ie t u ’ g i s e r n e eei n as ra q e ’ a d i ls A ée a n é t pede o si c e snéesr ucde e i ds citoyens, si non comment rn r cnc ne t ’ t s a a r d v e e i r e e seront nos villes quant la population urbaine atteindrait, selon des études popc vs 3 mii sd pro ns l q i l t el p p l i ttl d rset e, 0 lo e esn e,’ uv e d a o ua o oa e i ln é an tn e l l r atee. urmetdt8% ds4 mii sdAgr n q en us ’ g i c ls A t n i 0 A ée u l e e 2 lo ln ’l i s u o ée serons en 2025. LAgr dsoe e 8wl a e d 14 cmmu e d n 98sn rrl ,n ’ l i i s d 4 i ys t e 51 o ée p a ns o t 4 o t ua se e mai eda n gmet ra e dsep csvr ,’ cp c édsp u o s t r ’méae n ub i t e sae et lna ai e o vi è n s i t r p bi à me r e œ ve u e l iai p u mee u e p liu d u ls c t e n u r n é s t n o r nr n o t e e t gl o iq sauvegarde et de développement harmonieux des espaces verts dans le paysage urbain, laisse les ministres, les walis ou les maires faire de leurs propres p liusda n gmet u el iai vl l d rn l r rg e, ac o t e ’méae ns n é s t n a be ua t e s èns p re iq gl o a u q e ’tt e er e n e a ds u l a n l dma d p s e comptes et les Algériens ont appris à vivre E u sn l ttt vc e ep cs etdsaae. a s’ a eae ds sae vr i rt E s p s Une enveloppe de 100 milliards de centimes est dégagée par la wilaya de Guelma p u l méae n e l méoai dsdf rne cmmu e d l wl a o r ’ n gmet t ’ l rt n e iéet o a a i o f s ns e a i y. a Cette evl p dggea tr d pormmecmpé na ed l n é n e p e éaé u i e u rga o t o l meti e ’ ne r a 20, s cnareàl s ii e n e àl mb 03 et o scé ’ s ns met t ’ ellissement des quartiers ainsi aa s e q ’ l nrt n n tmmet dsrsa x da mett n e eu p tbe à uà ’ t i , oa e ee n, e éeu ’l nai n a oa l i o , indiqué la direction de la planifict ne d l méae n d t r o ema ai t e ’ n gmet u e i i o a r tr i s r nnidq e ap r ds sae vr d n ct evl p dggecmme i i ’ iu l at e ep cs et a s e e n e p e éaé,o e n s t o s l ep cs etn sn p s n ds o oa t d l méae n d t r o e e sae vr e o t a u e e cmp sne e’ n gmet u e i i s s s a r tr eu e r r é o r’méoai d cde e ie des citoyens. t n pi i p u l l rt n u a r d v ot a i o La c nw ldO a ,nevn n l s eac tr ds rvu d l du i ’ni a ’ rn it ea to d l l ue e t a x e a ex me e i r r ô a è ss o d l P aa n né uu pa q iq en l 04 es n e ’ W, n o c q ’n l un un a 20-2009 au profit de la i A n wl adO a , oédu eevl p d 20mii d d dn r, eal c i y ’ rn d t ’n n e p e e 0 a o la s e ias sr a é lr n incessamment.

Sidi Bel-Abbès, toutes les structures destinées à la détente sont exposées à toutes sortes de dégradations.
Ce plan devrait permettre la réalisation de 80 000 nouveaux logements, de n u eu é bi e ns cl rsdu p lu i ri i devergure ainsi que o va x t lsmet so i , ’n o nv sa e ’ a s ae e e tr n d n mbess if s utrs p bius P u l méae n ub i d e o rue nr t c e u l e. o r ’ n gmet ra ar u q a n e cr ie l a t l t p e d l cmmu edO a ,u eevl p d 2 et ns o lé i r hs e a o a c i s mi o n ’ rn n n e p e e o milliards de dinars sera débloquée et au titre du même programme, une enveloppe de 500 millions de dinars sera dégagée pour la réfection des 21

pic a s r rs el v l dO a ,o t nsui a t u tue cs tds r i l at e d a ie ’ rn tu e o l n n q e o t e é e npe è l g s u o tt ahve e s t u et unva d l drc o d l ra i ma r n n é ceés te r vn a i u ea i t n e’ b ns é o e ei u me i i se na t idq é u l p r q e rn ea ra des espaces verts et la nécessité ’ é n iu sra at u pen l cétion é da n grdsep csd l s p u l oa a e cl ma r q el tt ’méae e sae e o i o r e rn i t e ir s s a lé u ’ aa g E d n ée smme ncs i s l méae n ub i ds ie e v l e d l on l o s s ées r à ’ n gmet ra e v l t ia s ea ae a n ls lg wl a ’ rn i y dO a . a A O a ,’ra i et aé u d btn quelques chaussées, une orientation rn l b ns s b s sr u é , u me o p r a p r a sllt e dep cs et O a é uf ee smê l re a rp ot u o ie pu ’ ae vr . rn t f ,l et me i é à e s s o e l v l p l t n e p utn, ui s g s d cd e mai ed poéue d a o ui t o r t q ’ ’ i e u o e n t r e rcd rs e l o a l as è cnt c o o d n r s ’rht tr,e ep cs et devraient occuper o s ut n u e ome daci c e l sae vr r i eu s s une place importante « sur papier seulement »e c s js metsrp pe t ’ t ut n u a i e e r q ’nrcne ulu 4 000 hectares de forets et 150 espaces verts dont 80% en uo ees q e e 0 q pe ts ub i. amie ep cs et q ie ru et lnéi r ut ln i u ra P r l sae vr u s t vn à ’ t e d issu i s n s s o i ru ub i,e pu i otn é n ljri p bie l po n d d l tn , u ra l lsmp r t t te adn u l ta rmea e e’ a g q i n s a a c E fn p r ed p t mo ed l P d l v l dO a , o o t at u ar i e ’ C e a ie ’ rn cmmeu edzie i i n A l n i ns a da t s adn, i l rgso p s éomé n d po l s a eeet ’ur jris ma e et n oe n r met e rbè e s u i me cr l s l anarchique, afin de remédier à cette incompétence de gestion des espaces verts d l v l dO a ,e rso sbe d l dv i ds sae vr ( E ) n e a ie ’ rn l ep na l e a i s n e ep cs et D V o t l s s io s trouvé la formule de concession, de façon à ce que la gestion des espaces verts sera cédée aux particuliers qui feront payer les espaces publiques aux citoyens, q i aet é l i ôs oa xàca u fc r dé c it e cl ma r u p yn dj e mp t l u à s c h q e at e ’ et c é t e u l ri a lé g l x éi c p s ed l mi e cnes nd jri « ’ pr ne as e a s n o cs o u adn Hadj Ali », situé au e e é e i centre ville de Constantine, qui a été un échec patetcnri a t’ P à e r n,o t g n l C gl an A e l cnes ne da a d n e l pi tai àl n l s ds sae vr cr a o cs o t ’b n o nr a r ai t n ’ g i e ep cs et a i v s o a ae s les paysagistes et leurs substituts, même si le niveau de leurs connaissances est rrmet x l t svn be q e avct ndu jri d être définie dès ae n epo é aet i u l oai ’n adn oit i, n o son implantation en fonction des données sociales et démographiques du site. Le paysagiste répond à sa fonction suprême qui est produire un concept sur un site inconnu, il fait dérouler un raisonnement en établissant une théorie, qui définira un vocabulaire afin de faire passer ses découvertes pour des vérités. En ra t l p yaieh ma p r l a t spo su l d s es ’ at élé e asg t u i amie ur , l e o se os r di c , i, s, n s e i s i mp s dcir l cnrit l a st t d dmê re it ê cnrdc i du éhf ee o t ne o l ,e e e é l l né t o t i o e ’n f s a s ce n e s rs a tr client multi têtes, épluche les programmes, à défaut les invente, lève une équipe et se lance dans des études techniques. Il finira par gribouiller une esquisse, à l rah,ot dae su l tr r e idr vi mo svi a ec s u e ’ rcésr ’vu o sa ot e tl i o a n ao -fi ,’ t n a e u a l r r e idée qui esb n e t u j d idf deE divne ldso r q iuti a t o n e q e e o é n r. t ’ et e i us u jsf r t e n r c ie les divagation du trait, un discours dosé, conceptuel, cependant claire et parsemé d cir acpa l crl dso r etsu sàl y r a miirt eq i e hf e cetbe a e i us s o mi ’ de d ns ai u f c h t v co i p r da t scliq ’ l et a n a l Lorsque le verdict h ir ami ’ur e sa e u uee sme med be l i . s b tsrl p yaiel ra,cmmec u eéru eo l cnet r ’ a u e asg t a ét o a s u ne n pev ù e o cpe u paysagiste assigné à la verticale devra remplir la mémoire des disques durs avant dacuhr ’néome os r e o sl t des entreprises de réalisation. ’co ce du n r d s e d cnut i i a on C nri meta jrii q ia l ma s ocpe e l sr l r,l o t r n u adne u ae r e s i cu és t ’ pi i e e n e t b cnet r asg t et e i u a r tuo r l ma s t’ piocps a o cpe p yaie scl q i ua o juse i el sr cu é cr u s u s n e t il est celui qui espère un jour planter la forêt que sa moisson de projet aura fait disparaître. D n l p liu d l a i tb se u l ca eg du mii d l e ns a sa o t e e ’ bt , aé sr e h ln e ’n lo e o met iq h a l ln g prévus pour le quinquennat en cours, 30% des logements seront de type social, 2% srn ra ss a l uo o s ut n 2% si n l frmule AADL et les 0 eo t élé p r’ t cnt c o ,5 uv ta o i a r i a 25 % restants dans la catégorie du logement rural. En plus du million de l e ns u l l r s p rt àcnt i , ls us o vls ie sn o o met q e’ g i ’ pê g A ée a e o s ur pui r n u ee v l o t u r e e l ls srn cnt i sà lntrd cl d Sd A dl h q ietcnu p u eo t o s ut r e ’s i a e ee e ii b ea u s o ç o r l l 22

stabilisrl p p l i s a sermie doi n e déi rp rl mê ,e e e o ua o d n l s tn u lu ’r ie t ’ t a a me l i g ve p éo n d l xd rrl A e csn u ee prpc vsdh btt u e hn mèe e ’ o e ua vc e o vls eset e ’a i , n e . l i a amélioration de la qualité du cadre de vie pour tous les habitants de ces nouveaux logements, ainsi que pou n s ie e v l e,’vrn pi ri e r o v l t ia ss èet r da ls lg a mo l a slmiièe e’ v o nmet o ê e y e s aéiu e n ni e o s i ie ns r d l n i n e n d i t h pr t t q e t a td tu n t e r tr r g les moyens législatifs, humains et financiers, afin de réussir la politique des espaces verts et des jardins situés dans le tissu urbain dans le cadre de la charte cmmu a d l n i n e n moen n du en u eel iai srl o n l e ’ v o nmet yn a t ’n o vl é s t n u a e e r l gl o sauvegarde et le développement harmonieux des espaces verts dans le paysage urbain. Avec une législation régissant les espaces verts en milieu urbain, adapté au mi oomeAgr n cau edscmmu e dsoeada mo su jri c cs r l i , h cn e o ée ns i sr ’u i n adn p n public ou un jardin de détente et de loisir ainsi que des espaces verts munis avec des terrains de sport et des jeux pour enfants pour chaque cité ou zone dh btt n cmme cu q ’ rus à me r e pae l pormme ’a i i , o ao ex ua és i te n l t c e rga da l rt nd cde e ids i yn, a se a r d l rcnt c o d ’méoai u a r d v e c oesd n lcde ea eo s ut n e i o e t r i la zone sinistré du séisme de 1999 à Ain Témouchent où 1,5 millions de dollars sur les 80 millions de dollars de financés par un prêt de la banque mondial, ont é cnar p u l td e l ra st nds sae vr a si d l n u ee t o scé o r’ u e ta élai e ep cs et u e ea o vl é é i o s n l ville « Akid Othmane »q i o s o n,uo r’u, nsni n da l r. , u n u d n ea judh i u et t ’ie s me lu C t at nda l rt nd cde e i ne sera opérationnelle et bénéfique, e e c o ’méoai u a r d v , t i i o e pour les citoyens, que si une nouvelle législation des espaces verts viendra cmpé ra éiai atee e’méae n e d l ra i , a se u o l e l l s t n c l d l n gmet t e’ b ns d n lb t t gl o ul a u me d po l e l df io du pa l a dsep csvr afin que chaque e rmug r a é nt n ’n l o l e sae ets u i i n c commune aura le droit de protéger ses jardins publics existants et ses espaces verts ainsi que les lots réservés aux espaces verts par le POS, tout en incluant la part nécessaire des espaces verts dans le budget du développement local de la commune et en mettant à la disposition de chaque collectivité locale les moyens h ma s tia c r p u l cét ndu sri d gso ds sae vr , u i e f ni s o r a rai ’n ev e e et n e ep cs et n n e o c i s avec au moins un technicien paysagiste dans le service technique. La plupart des nos collectivités locales, ont la volonté stratégique de se donner une image capable de fédérer dans les bases du développement durable pour le tui e Agr ,i’tt t l r dsoio l moes ia c r, i o r me n l i sl a me à e s i si e yn f ni sma s ée E u p tn s n e s sans une loi adéquate qui sera appliq é p r l ne l ds a tr é ue a ’ smbe e uoi s e t a miirt e cnenstu e via t l bet nds ier rsl t d ns ai s o cré,o t n el à ’ t i e mel s éut s t v ln o no lu a p u l méae n ds ep cs vr e mie ub i, gâe à u e o r ’ n gmet e sae et n lu ra a s i n rc n collaboration étroite avec les architectes paysagistes ou leurs substitutsl tt e ,’ a n E p ur q e ’t n r à e u l po l s c e d l gl rt nub ie o ra u s t de c q ee rbè at l e’ g méai ra , ae s me u s a o o n n f o t uacnura p it u l v l e v l e Agr ne 22,n e e n q ’cete u o q e e ie t ia s l i n 05 e r n s ls lg ée seront jamais disposer à donner un meilleur cadre de vie aux 80% des 42 millions dAgr n e l d uesbieasrl rused pormmed ’l i s t e ot u st ée s r u a és t u rga i e développement durable du tourisme en Algérie.

8. L l i e ’ et t id gso d l rai végétale. ao q d n s a g e ei e’ bn me g u u r ée tn u s
A judh i q e n t ub ns uo r’u, u or ra i e me vgtl et dvn ds éé a s eeu e a n gmet dep cs et dsaae e q e ’ a d l vrue méae ns ’ ae vr i rt t u l tt e a ed r s s p s é d n n sv l ett sdpoa l l nt rg n l d l gne a s o ie s r él be ’ i éi a e ’ ec ls è r , u é o e a
23

nationale pour la conservation de la nature de Sidi Bel abbés, pour d n e l sn e e ’l me e é td n s ie e gnrlt e o nra o nt da r ds t s e o v l n ééa e d la t a a ls ville de Sidi Bel abbés en particulier, a organisé un séminaire national sur le développement et la sensibilisation environnementale en milieu urbain, dicté par plusieurs considérations ayant un lien ae l dga ai cniu d l sae ra ,npo à ’vné vca érd t n o t e e’ p c ub i e ri l a ce o n e n e a ravageuse de béton et du manque donné aux espaces verts en milieu urbain.
P u l june ai a d l rr,l sri s e frt l a tr é l a s o ra o ré n t n l e ’ be e ev e ds oe ,e uoi so l o e a s c s s t ce ainsi que le mouvement associatif et les citoyens de Ain Témouchent ont partic é l ni i e n d l sae ed yn d l ne l ds ut a a i à ’ r hs met e ’ p c vroa t e ’ smbe e h id ï s p e c s e e r de la wilaya, en plantant 3445 arbres et arbustes. A rs’cèe n d pormme ’méoai d cde e i ds i yn pè l hvmet u rga a da l rt n u a r d v e c oes i o e t dans le cadre du prêt de la banque mondiale, pour la reconstruction des zones s irsd l wl ad An T mo cet o i aé q et n dit d i i s é e a i y e i é uhn, ù l t uso ’ r ur nt a é i no e l ra i t nvgtl d n l poess el cnt c o d l n u eev l ’ b ns i éé e a s e rcs d a o s ut n e a o vl ie u ao a u r i l l « Akid Othmane » t ea ta érd t nd l n i n e n ub i a fur et e dvn l dga ai e’ v o nmet ra u o e r n à meue d l xes n dsv l ds2 cmmu e d l wl a d An sr e ’ t i e n o e ie e 8 o ls ns e a i y e i a Témouchent, notamment en terme de déficit végétale, le premier responsable de l wl a e et ls e o t t dat n smb l us ne àl cai d a i y n vu pu s cne e ’c o s y o q e meés ’ cs n e a nr i i o o journées commémoratives et a pris des décisions rigoureuses et fermes pour la création de parcs urbains munis de pépinières de production ou sera crée un sri d gso dep cs et a nva d l ne l ds hf ev e e et n ’ ae vr , u i u e ’ smbe e ce -lieux de c i s s e e s daïra, avec une main-dœ veq iea ssurée par les collectivités locales, dans ’ u r u sr a l meueo u ep r ed l f c f e aet cmmu a xsrn a pl à a sr ù n at e ’ f t ds gns o i ee i n u eo t p e s é et t i l ftrs sae vr ,t eàl f t e o vi l df ici de nr e r e uue ep cs et e c, ’ f d cu r e é c r r n en s s ee r it a mai edep cs et d n l cded l ra i t nvgtl e dart l t r ’ ae vr a s e a r e ’ b ns i éé e t ’rê r e è s s u ao a e massacre constaté au niveau des nouvelles agglomérations de Ain Témouchent où règne que le béton et donnant une vision triste a ses habitants, qui aspirent à un meilleur cadre de vie en milieu urbain. A lntr e an u e ville de Ain Témouchent, à la future agglomération de ’ s d l o vlle i a Sidi Abdellah, qui bourgeonne du coté de Mahelma à quelques encablures dAgro n p tu eap s a sab u e l efns e ucmbrn p s ’ l , n e aa gr a d n l o e te na t n sco eo t a à e s l n u cr i neta s a h sr e l péec du e td é bid n l ’ n ia r n ’ l s u aad ta rsne ’n é e t l a se e e s ié u a e cded l ra i t n vgtl d n eau cded v mel rp u l a r e ’ b ns i éé e o nr n a r e i u ao a e ie lu o r e s citoyens dans ces nouvelles villes, à la différence de leurs antinomies de la wilaya d C ntnieo r nna nié l méoai ds o ditions de vie urbaine e o s t , ù i ’ is t à ’ l rt n e cn a n e s a i o des nouvelles villes Ali Mendjeli et Massinissa, car les phénomènes da po r t n dsep cset i r sn jgsp rl h btns sl l ’p rpi i e sae xé e s o t u é a e a i t e n e ao ru s a , o s é ds esc l us el nvri d C ntnie cmmeé n mo oo e, t e d oi o e d ’ i sé e o s t , o u og u e t a n t t n tns a répétitifs et dévalorisés, ce qui a engendré la constitution de bandes de jeunes qui smp sn ae v l cs t c s éc ex p u df deer er o etu ’ oet vc i e e e at dlt u , o r é n r l t i i ,o t i on e iu e u r tr e s d n a t l cno n ’ o n n à a o smmai d ldou. a t n ea rg e o La gestion des différents espaces verts et autres jardins publics, à travers la cmmu edO a , s atee n l cnr dit ê dsrso sbe l a x o n ’ rn et c lmet e et ’ é t e ep na l o u ul e nr s c car plusieurs opérations de réhabilitation de ces espaces sont en cours. Cette vaste opération de réhabilitation est inscrite au moment où la wilay dO a a ’ rn péo l cét n d pé du e d ua e dep csvr a si d s rvi a rai t o e rs ’n o zi ’ ae et u e e a n s s n c cncit n cmmec s l csàl wl ad B ur o u edzie d i o sr i , o r po ’ te a e a iy e oi a a ù n i ns e a jardins publics seront crées au niveaux de ses différentes communes et tout en 24

commençant par la restaurant du jardin du siège de la wilaya, une compagne de vl tr t o ra l tt nd pu d 20 abe sr’x d l R 1,nr o nai p u l pa ai e ls e 00 rrs u l e ea N 8et o a n o a e AnB s m e B ur, é et pi p radrc o d l n i n e n d l ï es t o i a t nr r e a l i t n e’ v o nmet ea a a é e s ei e r wilaya, en collaboration avec les services de la protection civile, de la conservation des forêts et de la DSA. Sl u rp ot ea i c o d l n i n e n d l wl a e l a l 4 e n n a p r d l dr t n e’ v o nmet ea i y d Bi ,e 7 o ei e r a d s ep csvr q i ’ a n sru espr c d 7 22m²n cs n d s sae et u s tl t u n u ef i e 9 3 s é e ie , e es t e e e dégrader pou cueda snedet t n d gri n g,d ma q ed r a s ’bec ’ r i , e ade ae e n u e n ee n ci i s ds c oes e lnéê ds clc v é l a s e f o t l be v me e i yn t ’ t t e o et i s o l t e n ’ j t i r l it ce r o t d « at n ugne e du e p rcenére e agso d rbe car à ce ’ c o s ret t ’n a poh it é d l et n ua l» i s g i titre et pour remédier à cette situai l wl a e l a ev ae ’ ggr u t n a i y d Bi ,n i g de ae a o a d s n cus d l n é 20,ds at n d rh blai d cs ep cs vr o r e ’ ne 05 e c o s e éa itt n e e sae et a i i o s auxquelles seront associés plusieurs partenaires à savoir les communes, la conservation des forêts ainsi que les association de protection de l n i n e n. e e i ai ngt eq iea or é a f d t sa a ’ v o nmetC t su t n éai , u sr cri e u i u e , fi e r t t o v g l mp t q e’ra i vgtl e la ville des roses » soit délaissé subissant, au fil des u l b ns éé d « u me a a ne,tue sr sdars o s q in u fn o bi q ejds i é i n és o t ot ’ges n, u o s o t u lr u a i l t t s e i e , a agréable de se promener ou de déguster un moment de repos et de détente. Cn u ne l abe vn ê e l t d n l cptl c sldfq e o t iq a tmie rrs o tt pa é a sa a i e ’ te é u cmpe l r ns a,e i rl e l cnevt ndsfrt dAgr ct o éai d rb i met s e vr a o srai e oe ’ l , e e prt n e eo e n et e o s e t o s rendue possible avcl iedsbnvl , a l ba dsasc t n d l e ’ d e ééo s p r e i s e s i i s e a a e i o ao poet nd l n i n e n e dscmi sd q at r L pu l n ds rt i e ’ v o nmet t e o t e u r e. e epe t e co e r é i me arbres et arbustes se conforme aux techniques préalables afin de contrer les ravages causés par les troupeaux de moutons lâchés dans la nature et les dégâts occasionnés par les interminables parties de football. L miir d l a i t t el ra i ,osd s v i dsca t r d e ns e e ’ bt e d ’ b ns l t h a u me r e a it e h ni s e se e construction de logements au niveau de la wilaya de Tipaza, a insisté sur la quali ds R e ds sae vr e afisvi q ’ net ls uso d t e V D t e ep cs et t a ao ui ’ pu q et n e é s t r l s i livrer les logements sans que ce volet soit réellement pris en charge, tout en me a t’cetu l mi e pae e ogns e et nds sae vr , e t n l cn sra s n l ds ra e d gso e ep cs et ds t a e c i s parkings et de l yi e L n u euWa d l wl a ’ l r , a s nsui ’ g n, e o va h è l ea i y dAg a d n u o c i a e d péevr’ v o nmet a se a r d l ra i vgtl eo e rsre l n i n e n d n lcde e’ b ns éé , cmma d e r u me ar ne aux autorité locales de transformer chaque poche foncière, récupérée suite à une dmo t ndi u l vts , espace vert et le wali délégué de Cheraga é li ’ io mmebe é t en ue l c u ecmp g ed sniist n e da n gmetd n l cded a e n o an e es lai t ’méae n a s e a r e n bi o l ra i ’ b ns vgtl p u rméi à dsa ne da o d n e mai e u me éé , o r e de a r e n és ’b n a t n t r è da n gmet asgr nmie ub i ai d rd n e às c c ’méae n p yae e lu ra f e eo nr a i onscription i n n r s ba tda t fi a eué ’ur o . e s S l tbi e n d dvl pmet e ep cs et (D V L d l wl a i’ a lsmet e ée p e n ds sae vr E E A ) e a i y E s o s a dAgr su é bi e n séi i e ep cs et atcéàu ewl aa ’ l , el t lsmet pc lé n sae vr t h e a s as s a n iy u a nva d l ne l d t r o en t n l pieàet t i couverture i u e ’ smbe u e i i ai a e e e r tr o , n nr e rla en vgtldsadn, ac ea t s q ae eia ta nva dAgrt s e éé e e jrisp rs t ur su rs x tns u i u ’ l ,r pu a e s e e è dep csvr , n rvnh, o t a n gsa mie dsn u eu p t ’ ae et e ea ce sn méaé u lu e o va x âé s s i s di u l e d rs ecs at ui s el wl a q i f ea q ia u ’ mmebe t e éi ne p r clr d a i y, u of u ud m n s d i e a r décor ds pu lg be e cl ma r q e l D V L s t l ae ss e ls u u rs t e a l é u ’ E A ’ t l vc e g E a ee ingénieurs agronomes, techniciens et paysagistes à entretenir ces poumons dAgr tu e mea t e at n ç e l p u rn r l cded v ds ’ l ,o t n n n ds c o s à t à o r ede e a r e i e e i e citoyens plus agréable. « La ville, enr l is u ns ’méae n e dub ns e l ra t», t e nt met da n gmet t ’ra i e s r me ta élé i c s l tè d smia en t n l ra i p rl dp r met umiir ’ te hme u é n i ai a ogns a e éat n d e r o é e ns e t 25

dl u àl v l p u l crl db t u ct po l t u e dé bi u é g é a ie o r a e e éa sr e e rbé i e t ’ a l n é l n t ma q t r dialogue entre les experts et les responsables au niveau des collectivités locales, srl v l e l moesda l rrl cded v dsc oes tu e u a ie t e l s yn ’méoe e a r e i e i yn, o t n i e t engageant une réflexion pour atténuer les dysfonctionnements urbanistique de nos villes. Cette initiative est la suite logique de la décision du gouvernement de mettre en place une nouvelle politique de la ville en initiant, dés janvier 2005, via le ministère délégué chargé de la ville, des études urbanistiques portant sur la co snee l ra i t n dsga dsv l Agr ri a c t ’ gns i e rn e ie l i s o ao ls é ennes, qui permettront dé b rru pa dtiéd n sv l e de l t l et s n,o t n ’ a oe n l é l e o ie t ’ i e e xe i s tu e l n al ls n mi r s no via t l méoai d cde e ids i yn. el à ’ l rt n u a r d v e c oes ln a i o e t Suite à cette nouvelle iiai ,adrc o d l ra i d l wl ad nt t e l i t n e ’ b ns iv ei U me e a i y e a Constantine vi td p bi u a pl ’f e n t n l o rl rv i d e e u lr n p e dof s ai a p u a éio e n e r o sn pui r P A (l drc u da n gmet t ’ra i )d P S(l ls us D U Pa i t r ’méae n e dub ns , e O Pa e n ee me n docp t ndssl e du i sd vin g, a sl v u ts ub i d ’cu ai e o ) t ’nt e o iae d n e i x i u ra e o s é s e s n Constantine et aussi dans les communes dites satellites et à la nouvelle ville Ali Mendjeli. Le développement urbain des villes Algériennes, de ce début du XXI eme siècle, est jugé par ce dernier séminaire national par anarchique et mérite des études déa ai ai d pede ncniéai les besoins urgents des citoyens en ’ l t n f e rn r e o s rt vu o n d on mie ub i e cntur n pi d cnc ne e dc er e v e ’ i r lu ra t o ste u e r e e o si c ds éi us n u dé t i n i s e d ve de continuer à engager des milliards sur des coups de tête, même avec une bonne intention de faire améliorer le cadre de vie urbain et de faire renaître l ra i vgtlnAgr . ’ b ns éé e l i u me a ée Pour la réussite du programme de développement durable des espaces verts en milieu urbain, qui est une partie intégrante de la décision du gouvernement de mettre en place une nouvelle politique de la ville l méae n p yae e ,’ n gmet asgr n a milieu urbain, avec ses espaces verts et ses espaces de loisirs et de détentes, d i n dvnr n p r e rn ne e’ra i vgtl f dit d i u e o et eeiu e at pea t d l b ns éé ai ’ r ur n v i u me a n no e organisation globale de gestion des espaces verts pour nos collectivités locales de chaque Daïra. P req el méae n etl ra i t n g b l e cnet d l sae ac u ’ n gmet s ’ gns i l a t o cr e e ’ p c, a o ao o e é e destinée à satisfaire les besoins des populations en réalisant des équipements adaptés et en valorisant les ressources naturelles et le patrimoine historique, que l n t nda n gmet e ’ra i vgtl d n l cde e ap liu a oi ’méae n d l b ns o u me éé , a se a r d l o t e a iq d l méoai d cde e ie mie ub i, s ue nda g e nr l e’ l rt n u a r d v n lu ra i t r u i ou et e a i o e i n na l e s autorités centrales et locales, tout en intégrant les urbanistes et les architectes paysagistes. D n l p y dvl ps l at r dsa n gmet d l ra i a s e as ée p é,e c us e méae ns e ’ b ns sn s o s e u me o t mut l ma p u l méae n p yae d n l cded l ra i lpe i s i o r ’ n gmet asgr a s e a r e ’ b ns s a u me végétal, on se tourne vers « l a ua c r d l ra i mo en »q ’s e mb l i s e ’ b ns s ne u me dre ui l s o oet ’p e r Architectes paysagistes » et que chez nous, on persiste à ’ n rn da pl « h e les appeler « Jardiniers » tout court. D s fr t n puii il a e à l fi cnet r ma r dœ vee e a omai lr s pi i , a o o cpe , î e ’ u r t o dc n r s u t méi er l rht t p yaie et l p r n i e lnel u da u, ’ ci c t a e e asg t s e at a e t ’ t o teur des s e r i rc dc er d l méae n e mie ub i t s u l clc v é l a sl éi us e’ n gmet n lu ra e q ee o et i so l ,e d a i n l s l it c e s wl a e l drc o s ’méae n a s q el aci c sub ns s t i ys te i t n da n gmet i i u e rht t , ra ie e a s ei n s ee t igner, o r esr’ v o nmet nt me cl rl pat ussc u n éi sp u pne l n i n e n e e s ut e , l i e,oi x u e r r u s sq a et écologiques afin de réussir un urbanisme végétal moderne au service de l méoai d cde e ids i yn. ’ l rt n u a r d v e c oes a i o e t 26

Laci c p yaierp n às fnt nspê q i s d po ur u ’rht t asg t éo d a o c o u rme u et e rd i n ee s i e concept sur un site inconnu où il fait dérouler un raisonnement en établissant une théorie, pour définir un vocabulaire afin de faire passer ses découvertes pour des vérités. Par le travail des architectes paysagistes, le paysage de nos milieux urbains, deviendra le lieu du rationnel où toutes ses composantes, ne sont cmpées l q e p r rf ec à u esmbe da n gmeta pl o rhni e u a é rne bs é n ne l ’méae n p e é ub ns vgtl tq i ’ t r p rl é met q i e cmp sn, a s ra i me éé e u snè e a e l ns u l o oet sn a i g s é s sg oe cr ls o ti s a u e me es p yaèe ’ n rr a ee sn le p r n mê pné asgr. i l é D n l poess ’nip t np u l t a se rcs da t iai o r a ransformation de nos milieux urbains u c o e l cét ndu ub ns vgtl dq a p u n s ie e n u ee v l , ta rai ’n ra i o me éé a éu t o r o v l t o vls ie a ls l ls l rht t p yaie ears r r e dvr ca gmet uis uc oe a ’ ci c asg t f es t l i s h n e ns te a i yn u a ee s r oi s e l t sein de son milieu urbain, pour aboutir à une nouvelle ome ’méae n d fr da n gmet u t r o esn q ’ ln sicls ea u tr,a n t p yae ra , o e i i ,a s uee e o ee d l rpuecr or asg ub i d i r tr l t l e n t se réconcilier avec notre culture et notre histoire, pour retrouver sa forme et son sn, u li aa tsn lpéec da judh it e e esq iu grni eta rsne ’uo r’u ed dmain. s L b t ea rai ds sae vr d n lcde e’ra i vgtl ’ t e u d l cét n e ep cs et a se a r d l b ns éé , e o s u me a cs d dt mie lrld l rht t p yaie t e é nr o ca d t vi e é r nre ô e’ ci c asg t e d df isn h mp e r a e e a ee s i a l q ’ t’méae n p yae,p u ldf rni d cli e’méae n ue l n gmet asgr o re iéec r e e d l n gmet s a f e u a du t r o e d l n i n e n,dsep csà pa t e dsfrt ai e i i , e ’ v o nmet e sae r tr e r l e t e oê f nr s n duisrsnsvi a ed fçnpu e iet d n l saeub i d n l ’ti o ao -fi e ao ls fc ne a s ’ p c ra a s e le r r fi e n but de donner un meilleur cadre de vie aux citoyens dans leurs communes. P u l ruse e’ra i t nvgtl e o cmmu e,l ’ ie a e l o ra és t d l b ns i éé d n s o i u ao a nsine s p s n a xt mai e d slt n df ivs ma u e cmpées n d l rht t t r e o i s é nt e è uo i i i n o rhni s o e ’ ci c a ee p yaieq iu pr t d cneo e da péi lpoe vgtl e ao asg t u li eme e e o cvi t ’p rc re rj éé d fçn s, t r e t a pu él retu e s t ca tàrcv un patrimoine et le transmettre en ls c i ,o t n ’ t h n aé aa eeoir l méoa td fçnàc q ’ bnf i a xc oes d cau eds14 ’ l rn e ao a i e ui éé c u i yn, e h cn e 51 l ie t communes Algériennes. S ca t ue mai e ’ra i vgtl e e éu d X I me i l n s ah n q ’ n t r dub ns éé d c db t u X e s c , o è me a èe milieux urbains ressemblent, à quelques exceptions prés à ceux qui existaient au Moyen-âge Européen car dans les espaces publics des villes algériennes, les arbres sont peu nombreux et souvent majestueux avec une présence antérieure a t s ea o s ut nd n s ie. ’ t o ru i uo r’u e Agr , u e d l cnt c o e o v l C e p uq o a judh in l i mp r i ls s ée penser à faire accompagner les équipements de grandes envergures avec des é dsd n l cded l ra i vgtld b n eq a t e a a t a t e a s e a r e ’ b ns u u me éé , e o n u lé t d pé u a i s projet en milieu urbain est devenu presque une chimère, ce qui nous pousse vers la logiu du en u ees aéi d gso d l ra i vgtle d q e ’n o vl t t e e et n e ’ b ns l r g i u me éé a t e l méae n p yae ai da p r r q e u chrne a x p yae ’ n gmet asgr f ’p ot ul e o éec u asgs a n e q urbains de nos zones urbaines, désarticulés par des aménagements paysagers n nma r é dp iln éed ne o î i s eus’ dpn a c. ts i Cet n u ee t t i d gso d l ra i vgtl t e a n gmet t o vl s aé e e et n e ’ b ns e l r g i u me éé e ds méae ns a paysagers en milieu urbain, fera appel, de la part des responsables da n gmetp yaes dsclc v é l a sd ca u D ï ,à ds ’méae n asgr e o et i s o l e h q e a a l it ce r e connaissances spécifiques en botanique et en arboriculture, à une maîtrise des pic e d cmp si e d gso ub nsq ee vgtl a s q ’u r i s e o oio t e et n ra iiu t éé e i i ua x np tn i t a n références de typologies urbaines tels les avenues, cours, boulevards, squares, e . cr l n dê e rd c i scscmpt csa met tln et n ds t, a o ’ r éut c e o é ne l ne ’ vni e c i t re e i n i o projets contemporains que la collectivité fera siens, en collaboration avec des 27

architectes paysagistes ou leurs substituts tels que les agronomes ou les forestiers spécialisés en arboriculture, complétés par des urbanistes ou des architectes, à cued l péec du n mberd i d séi ie e aci c r d a s e a rsne ’n o r éut e pc lt n rht t e u as s eu paysage sur le territoire national. C et ac q el rp ne sn l ndê es l p u grr l ct vgtl ’ p re u e éo ss o to ’ r i e o r ée e oé éé s s i t mp a d n l b t e ’méoai d cded v e mieu urbain, que nombre de a se u d l l rt n u a r e i n l a i o e i places dans les villes occidentales sont exemptes de toute présence végétale fret’d rt n q a te rviaé fip r e aci c s asg t e ocn l mi i , u n lt a a ao a l t a a ds rht t p yaie t é t ee ss q e afil péec dep cs etpu pr re ldni d la ville et de u p r sa rsne ’ ae vr et et br ’ eté e o s s u i t ses quartiers, quant le travail a été fait par des faiseurs des jardins disparates, qui ne cherchent dans la réalisation du projet que leurs économies car il ne suffit p s e re ds sae vr e d pa t ds l nmet dabe, our dire a d cér e ep cs et t e l e e a g e ns ’rrsp s nr i q ’ ya e a l rt n d l n i n e n ub i d n l cde d ui ’ u méoai l i o e ’ v o nmet ra e r n as e ar e l ra i vgtl a i fu svi be cneo p u pa t e p r i ’ b ns u me éé cr l a t ao i o cvi o r l e t af s a r n r nr o même ne pas planter pour donner un meilleur cadre de vie aux citoyens. La stratégie de gestion des espaces verts viendra pour faciliter la mobilisation des moyens nécessaires au sein de chaque collectivité locale, pour la réussite de l ra i vgtl nAgr cr nev o nmet ra e da tn mi x ’ b ns u me éé e l i a u n i n e n ub i t ’ua t e a ée r n u df d q ’ etpru cmmeba p ru emajorité de la population, qui é n u ui s eç o e l eu a n aspire à un meilleur cadre de vie au sein de leurs quartiers, villages et villes. C etp u fi rl crl l r d n s cniut hs r u e mai e ’ s o r a e e ne ’ g i a s a o t i ioi e n t r r a A ée n é t q è dub ns vgtlq ’ et ret e rcdr l rf x nd cette stratégie ’ra i me éé , ui sugn d poée à a é ei e a l l o d gso d l ra i vgtla iete s o re Agr n, uX I me e et n e’ b ns éé crlst i u me a mp p u l l i sd X e s ée siècle, de trouver la qualité des espaces de vie en milieu urbain, mais aussi les metlé e l ma i e di g e l ri n d v r esmbe a s éder à na t te nè s ’ i r e a o s e i e ne l sn c is s r ma n s s v ln i d a s éo o q ecrae ct s aéi d gso d l ra i ’ dv u lme cn miu a vc e e t t e e et n e ’ b ns i i i t r g i u me vgtl d pé a mi oomeAgr n cau edsD ï sdsoeadu éé a a t u c cs a e r l i , h cn e a a i sr ’n ée r p service de gestion des espaces verts qui saura collaborer avec « les ambulancier d l ra i moderne » f d fi d t cau e e cmmu e da mo s e’ b ns u me ai e a e oe h cn ds o n r r ns ’u i n u jri p bi e q el p t di u l , eo tr hse mai ed n adn u l t u e âé ’ c s s mmebe srn i e n t r e s c è couverture végétale et munis avec des terrains de sport et des jeux pour enfants. L rcece du ev o nmetub in de qualité constitue un objectif a ehrh ’n n i n e n ra r fn a na p u l pe esrso sbe d p y cr l cét n du o d metl o r e rmi s r ep na l u as a a rai s o ’n aménagement paysager adéquat et de meilleur qualité en milieu urbain demeure gnrl n l mo eq i ’vr l pu d rbe l pu at yn e ééa met e d u s èe e ls ua l e ls t aa t tplus e a , r éo o q eàl gt me p u l méoai d cded v ds i yn, e cn miu o e , o r ’ l rt n u a r e i e c oesc n r a i o e t q if a d l s aéi d gso d l ra i u e r e a t t e e et n e ’ b ns vgtl q i rf t l r g i u me éé , u e è e a le s oi tt n p u l dvl pmet ’n pu ga d cl r d l q a t d r nai s o r e ée p e n du e ls rn e ut e e a u lé e e o o u i, l xeec ed l cét i e mai e ’méae n ub i. ’ clne t ea rai t n t r da n gmet ra e l vé è n À ct gr, vcu es aéi d gso d l ra i vgtll p yae e éad ae n t t e e et n e ’ b ns r g i u me éé ,e asg a urbain de nos villes et villages présentera des qualités certaines pour le bien être des citoyens, où des choix seront toutefois précisés pour accroître la qualité des milieux de vie et de contribuer au développement touristique de nos villes dans le cadre du programme de développement touristique en Algérie. P re u o a snmé e, e ev lq a tub ie t ’méorer le cadre ac q e n i o me t rd sri a u lé ra eda l i r i n i d v ds i yn,t uo cece euo ppu àl sri q ’ s sri d e i e c oese q ’n hrh ba cu ls e ev uà e ev e e t r r liq ’ et r ri d me r e pae e e t t i d gso ds sae u, ui spi da e t e n l ct s aé e e et n e ep cs l mo l t c t r g i vr p u l ne l d t r o en t n l a in pu yao d meleur et o r ’ smbe u e i i ai a cr l e et vi e i s e r tr o r l manière de redonner les lettres de noblesse aux espaces verts dans le cadre de l ra i t nvgtl q e d rivne l s ne e o eiec, u eta ’ b ns i éé e u e é et ’ s c d sn x t eq i s l u ao a, n r ee sn cét nd drc o s ’ra i vgtl uo o s usi d ca u D ï e rai e i t n dub ns éé a tn me a e e h q e a a t o ei me a n r 28

de collaborer avec les spécialistes en aménagement paysager du milieu urbain, pour savoir gérer les projets paysagers des collectivités locales et les maintenir dans la continuité. Sachant que les espaces verts sont les poumons du milieu urbain car ils constituent une véritable entité écologique et de petits havres de tranquillité invitant les citadins à se soustraire à la nuisance acoustique que génère le tohub h d lv l q ’ et r ri q ee ub ns s ’uo r’u cl b rn o u ea ie ui spi da u l ra ie da judh io a oet l, l mo l s t l avec les architectes paysagistes ou leurs substituts, pour songer à implanter ces o vae vroa t a si dsznsub ie, d n l b t ’ma o e l u rgs ed yns u e e o e ra s a s e u da d ur e n n p yae ub i sl l l iu du e s aéi d gso d l ra i asg ra e n a o q e ’n t t e e et n e ’ b ns n o g r g i u me végétal.

9. Quel paysage pour le développement urbain de nos villes ?
L g o a, o s éé jdscmmel n dsv l l pu po rs ah u tcni re a i o d ’ e e ie e ls rpe u ls s dAgr ,’f e uo r’u u cntt me e mai e ’yi e ’ l i s f a judh i n o s a r n t r dh g n ée or a è è e dev o nmet asgr crs vu c cl e pe cnrt ’ i n e n p yae, a i o s i ue n ln et nr r z i e v l c net ûe n p s ’du ds i s u s f asni ma ie e ’ srmet a l er e la q i e e et , i l, s o l r r s cr ie n, ulu p r u eutdéo t et nmetq e e at n fi ’ u. a q , e g
N trlmet enetp sn u eu s d ct dsc é ds20 60e 42 auee n c ’ l s a o va , i u ôé e i s e 5, 0 t 8 t Logements de la ville, les espaces verts se font rares ou sont parfois inexistants, car pour toutes les villes algériennes, les espaces verts sont toujours prévus tér umet a s e pa s ’ra i , i r nnet a p u d rrcr hoi e n d n l l dub ns ma i ’ fi o r ue a q s n me s e s t nos responsables chargés des espaces verts ont perdu la culture de nos ancêtres et pensent avn tu à er po rs cn mi ,up it ui jgn q ’ net a to t l s rpe éo o e a o q ’su et ui ’ u s n l l s p sncs i dao l svi a edu aci c p yaiedpô d a ées r ’vi e ao -fi ’n rht t asg t il ae r r r ee s mé e l cl d p yae e esie p u fi u e sae etMê sn u ao s ’ o u asg d V ra l o r a e n ep c vr é e ls r . me i o s vn hérité de la civilisation musulmane, la tradition de faire la ville avec ses jardins, a judh i i n u rs q e l rf x ds n ma e a p it q e uo r’u, l o s et u e é ee e o ds u o e l n u l n i n e n p yae d n s ie s dga ed ju e ju,a s uo ’ v o nmet asgr e o v l e érd e o r n o r sn q ’n e r ls puisse faire réveiller, en nous, la tradition ancestrale qui nous permettra de reprendre le chemin pour aboutir à une nouvelle stratégie de gestion du paysage urbain de nos villes en Algérie et pour mettre en place les outils nécessaires afin de réussir à améliorer le cadre vie de nos citoyens en milieux urbains. « La ville et l is u ns ’méae n e dub ns e l ra t », est le thème nr e nt metda n gmet t ’ra i e s r me ta élé i du séminaire national organisé par le département du ministre délégué à la ville p u l crl db t u ct po l t u e dé bi u da g eet les o r a e e éa sr e e rbé i e t ’ a l n i ou nr n t ma q t r l e experts et les responsables au niveau des collectivités locales, sur la ville et les moes ’méoe l n i n e n p yae ub i. yn da l rr’ v o nmet asgr ra i e r n Cette initiative est la suite logique de la décision du gouvernement de mettre en place un nouveau projet de loi pour guérir nos villes. Le développement urbain de nos villes, en ce début du XXIe siècle, est jugé par ce dernier séminaire n t n l a a aciu e méi dsé dsdéa ai ai d pedee ai a p r n rhq e t r e e t e ’ l t n f e rn r n o t u vu o n considération les besoins urgents des citoyens en milieu urbain et de constituer une prise de conscience des décideurs en vue de réussir à améliorer le cadre de vie urbain et de faire renaître le paysage urbain dans la ville algérienne. Le p yaeub i fip r ed l n i n e n d l v l d n icn asg ra a at e ’ v o nmet e a ie o tl o stituerait n t i e r l, l ndsapc q i r edê epoéé cmmeo s d i d su eadr ’ e set u méi ’ r rt , o u s t t g n e o e a vgre t l n i n e n e mie ub i. ’ v o nmetn lu ra e r i n 29

En Algérie, le paysage urbain est réduit à une forme visible qui ne serait autre q e ee e’ v o nmet nmie ub i, hs u cl d l n i n e n e lu ra l i l e r i n ’ toire universelle nos apprend q ee asg net a l n i n e n,a lp yae et esnil n l u lp yae ’ p s’ v o nmetcr e asg rs s t lmeta s e r e e ee mo a t v ul d n t rl i à ’ v o nmet t o p s’ f t nq i e d lé i ee e or e t n l n i n e n e n n a lnl i u d i s l e ao e r i ao nos jours mène à parler de paysage à propos de tout et de rien, du paysage sn r a p yaeci nl u t dn àe fi u mo v e a r q ’ et o oe u asg r e q ie et n a e n t i , l s ui s mi n r d o l i otn d d n e a p yae nsn q ie t e t’ gg d n lmo d mp r t e o nr u asg u es u lmoi e l n ae a se n e a v e d X I s c ai déi r e al d p yae a so se sn e f a met u X e i l f ’ t d p r r u asg d n tu l es ti l n è e n ve e s ne dans aucun. Il est temps pour nos architectes, politiques, historiens ou anthropologues de cmmecràsnergrsrl n t nd p yaeub i e dev ae u e o ne ’ t oe u a oi u asg ra t ’ i gr n i r o n ns politique qui conduira ainsi à penser que le paysage urbain doit être inventé pour chaque ville algérienne, car nos villes se disloquent et se déchirent de jour e ju. f d rus àg éi n s ie d l dci r e da l rrl r n o r A i e és r ur o v l e a éhr e t ’méoe e s n i r ls u i u paysages urbains, une législation insistante doit être adoptée à haut niveau dans le cadre de la nouvl l d l v l à l des ds rso sbe d ee o e a ie l i l, ’ rs e ep na l e a e s l méae n d v l ,p u q ’sasrn à l ne l dsc oesl ’ n gmet e ie o r ui s et ’ smbe e i yn a a ls l u e t jus ne du n u eu be p bi q ’ t l p yae ub i.J suà o i a c ’n o va i s n u l, ue e asg ra c s n uq ’ a judh i nAgr , a n gmett’ra i t n globale et concertée des uo r’u, l i l méae n el gns i e ée ’ o ao espaces de la ville sont le champ de travail des urbanistes et des architectes, qui normalement savent composer des paysages pour accompagner une villa, aménager un parc de loisirs ou une zone touristique, mais ne sont pas formés pour résoudre les questions du paysage urbain qui se font jour à présent dans nos villes et la création des espaces verts publics, car on ne peut faire un projet dep c vr sn ma r e ln t np yaèe ea ie ’ ae eta s î i ra oi asgr d l v l s ts o l. Dans les pays développés, les acteurs des aménagements des milieux urbains sont mut l , ip u rus l n t np yaèe a se a r d l ra i t n lpe ma o r és r a oi asgr d n l cde e ’ gns i i s s i o o ao globale des villes, on se tourne vers « l a ua c r d l ra i mo en » e mb l i s e’ b ns s ne u me dre q ’ss o oetda pl « ui ’ n rn ’p e r architectes paysagistes », et que chez nous on l h e persiste à les appeler « jardiniers » tout court. Comme les idées sur la tradition et l io e l n u ee iéssrl p yaeub i éo etae l t s ’ s i , e o vls de u e asg ra vl n vc e e , h tr s l n u mp l rht t p yaie et l n ds séi ie q ip s ’ ci c a e e asg t s ’ s u e pc lt u osède les nouvelles as s techniques pour penser le paysage urbain de la ville, car il répond à sa fonction suprême qui est de produire un concept sur un site inconnu où il fait dérouler un raisonnement en établissant une théorie pour définir un vocabulaire afin de faire passer ses découvertes pour des vérités qui donneront à nos villes la jouissance du n u eup yae ra . ’n o va asg ub i n Par le travail des architectes paysagistes, le paysage de nos villes deviendra le lieu du rationnel où toutes ses composantes ne seront compréhensibles que par rf ec àu esmbe ’méae n a pl p yae ra e q i’ t r é rne n ne l da n gmet p e asg ub i t u snè e é é n i g p rl é met q ie cmp sn, a ssg oe cree sn le p ru e a e l ns u l o oetsn ’ n rr a ls o ti s a n s é s i l é mê pné p yaèeD n lpoess ’nip t np u l t nfr tion me ese asgr. a se rcs da t iai o ra r s ma u c o a o de nos villes ainsi que pour la création de nouveaux paysages urbains modernes, l rht t p yaie i dap u fi vl r np it e u d « ’ ci c asg t v n r o r a e a i u o d v e e technicien a ee s e r o n paysagiste » p u d n e l ma i e a éu t à acmpi ln et n d o r o nr a nè dq ae r co l ’ vni r i o u paysage urbain des villes algériennes, tout en ressortant les divers changements uisa c oe a si d snmie ub i, f da o t àu en u ee te u i yn u e e o l t n lu ra ai ’b ui i n n r n o vl l fr da n gmet ut r o e sn q een sicl d l rpue cr ome ’méae n d e i i ,a s ul e o ee e a u tr, a r tr l t l notre paysage urbain doit se réconcilier avec sa culture et son histoire pour rt u e s fr e snsn, u li aa tsn l péec da judh it e o vr a ome t o esq iu grni eta rsne ’uo r’u e r s de demain. 30

C et ac q e o a ct s n fré er iés u l ma i e ’p rc r t ’ p re u n s nê e o tog l sde sr a nè da péi e s r u r e de créer des paysages urbains avec de ep csvr ,cmmel io en s sae et o s ’si e h tr s rê p sl t nfr t n à eisi à a o vl s aéié b re a ’ rt a, sr s mai s vnr ut l n u ee t t e l oé p r a e e a o o e l r g a l miièedl u à l méae n d t r o ee d l n i n e n, e ns r é g é ’ n gmet u e i i t e ’ v o nmet t é A r tr E r chargé de la ville pour guérir nos villes, doit pousser les transformations de nos p yae ub is esacét ndep cs et d n n s o e ub ie, f asgs ra vr l rai ’ ae vr a s o zns ra sai n o s s n n dasrru mel rcdedub ns vgtl usi d n s ie. o rl ’s e n ie a r ’ra i u lu me éé a e e o v l P u a a n ls rused c dri a si d n sv l ,l ’ iep se l mai des és t e e ene u e e o ie ine s a n a t re i r n ls xt è slt n df ivsma u e o rhni d l rht t p yaie q iu o i s é nt e, i n cmpées n e ’ ci c asg t u li uo i i s o a ee s, pr t d cneo e da péi lpoe vgtl e ao pu él retu eme e e o cvi t ’p rc re rj éé d fçn ls c i ,o t t r e t a aé e s t ca t rcvi u p t mo ee l t nme r e l méoa td n ’ t h n à eeo n ar i t e r s t e n ’ l rn e aa r i n a t a i façon à c q ’ bnf i a x c oes d cau e ds 14 cmmu e e ui éé c u i yn e h cn e 51 o l ie t ns a éi ns S ca t ue mai edub ns vgtl ec db t uX I l r n e. ah n q ’ g e n t r ’ra i è me éé d e éu d X e a siècle, nos milieux urbains ressemblent, à quelques exceptions près, à ceux qui existaient au Moyen-Âge européen, car dans les espaces publics de la plupart des villes algériennes, les arbres sont peu nombreux et souvent majestueux avec une péec a t i r a t s ea o s ut nd n s xes n d v l . ’ t rsne né e e u e d l cnt c o e o et i s e ie C e ru mp r i no ls s p uq oa judh inAgr , esr fi acompagner les équipements de o ru iuo r’u e l i pne à a e c ée r grandes envergures avec des études paysagères de bonne qualité et adaptées au projet en milieu urbain est devenu presque une chimère, ce qui nous pousse vers l l iu du en u ees aéi d gso d l ra i vgtlet de a o q e ’n o vl t t e e et n e ’ b ns g l r g i u me éé a l méae n p yae ai da p r r q e uschrne a x p yae ’ n gmet asgr f ’p ot ul e o éecs u asgs a n e q urbains de nos zones urbaines désarticulées par des aménagements paysagers n nma r é dp iln éed ne o î i s eus’ dpn a c. ts i C t n u ee t t i d gso d l ra i vgtl t es aménagements e e o vl s aé e e et n e ’ b ns t l r g i u me éé e d a paysagers en milieu urbain fera appel, de la part des responsables da n gmet asgr d ca u clc v éà e cn a sne séiq e ’méae n p yaes e h q e o et i , ds o n i a cs pc ius l it s f en botanique et en arboriculture, à une maîtrise des principes de composition et de gestion ura iiu e vgtl isq ’u rf ecs e y o g s ra e, b nsq e t éé a i ua x é rne d tp l i ub i s t a n é oe n t sl aeus l cus l b uead,l su rs e .a l n dê e e e vn e, e o r, e o l rs e q ae, t, r o l s s s v s cc i ’r t rd c i s cscmpt csa met t ’ vni dspoe cne oa s éut c , e o é ne l ne ln et n e rj s o t re e i n i o t mp ri n que la collectivité fera siens, en collaboration avec les architectes paysagistes ou des techniciens paysagistes complétés par des urbanistes et des architectes, à cued l péec du n mberd i d séi ie e aci c r d a s e a rsne ’n o r éut e pc lt n rht t e u as s eu paysage sur le territoire national. C et ac q el rp ne sn l ndê es l p u grr ect vgtl ’ p re u e éo ss o to ’ r i e o r ée l ôé éé s s i t mp s a d n l b t e ’méoai d cded v e mie ub i, u n mbed a se u d l l rt n u a r e i n lu ra q e o r e a i o e i n places dans les villes occidentales sont exemptes de toute présence végétale fret’d rt n q a dle travail a été fait par des « paysagistes » et que ocn l mi i , u n a ao p r il péec dep cs et pu pr re ldni d l v l e d ss af sa rsne ’ ae vr et et br ’ eté e a ie t e e o s s u i t l quartiers, quand le travail a été fait par des faiseurs des jardins disparates qui ne cherchent dans la réalisation despoe dep csvr , u l r po rs rj s ’ ae et q e e s rpe t s s u économies, car il ne suffit pas de créer des espaces verts et de planter des a g e ns ’rrs o r i q ’ y e a l rt nd l ra i vgtl l nmetdabe p u dr ui a u méoai e’ b ns éé , i e l i o u me a car il faut savoir bien concevoir pour planter et parfois même ne pas planter pour donner un meilleur paysage urbain. La stratégie de gestion des espaces verts viendra pour faciliter la mobilisation des moyens nécessaires au sein de ca u clc v é oa p u rus l p liu d l ra i t nvgt car h q e o et i l l o r és r a o t e e ’ b ns i éé l it c e i iq u ao al, u p yaeub i e da tn mi xdf d q ’ et eç cmmeba p r n asg ra t ’ua t e é n u ui s pru o n u e l eu a une majorité de la population qui aspire à un meilleur cadre de vie au sein de leurs quartiers, villages et villes.

31

C et o rfi rl crn t p y d n s cniut ’ p u a e e ne or as a s a o t i s r a e n éhistorique en matière dub ns vgtlq ’ et ret e rcdr l gso ds sae vr ’ra i me éé , ui s ugn d poée à a et n e ep cs et a l i s de nos zones urbaines, car il est temps pour nous, en ce XXIe siècle, de trouver la qualité des paysages urbains conformes à notre culture et notre histoire, mais aussi de changer nos mentalités de manière à imaginer les raisons de vivre esmbesn cdrà ln i d a s éo o q e cr ae u es aéi ne l a s ée ’ dv u lme cn miu, a vc n t t e i i i r g n t n ld gso d l ra i vgtld pé à or mi oomecau e ai a e et n e’ b ns éé a a t n t o e i u me a e e c cs ,h cn r des collectivités i oeadu sri d gso ds sae vr e d l v l ds sr ’n ev e e et n e ep cs et t e a ie p c i s l qui saura collaborer avec les paysagistes afin de faire doter à chacune des cmmu e da mo su ga djri p bi o d l s s e q el p t o ns ’u i n rn adn u l u e o i , t u e âé n c ir s s di u l srn r hse mai ede couverture végétale et munis de ’ mmebe eo t i e n s c tr è t ris e p r e dsex o r na td n lb t ’b uià ncde e i e a d sot t e j p u efns a se u da o t u a r d v r n u r e urbain conforme aux normes du paysage urbain contemporain. La recherche du p yae ra d q a t d icntur no j t fn a ’n asg ub i e u lé o o ste u be i o d mental pour les n i t i cf pe esrso sbe d p y, a l cét n du a n gmetp yae rmi r ep na l u as cr a rai ’n méae n asgr s o adéquat et de meilleur qualité en milieu urbain demeure généralement le mode q i ’vr l pu d rbe l pu at yn e pu éo o q eàl gt me u s èe e ls ua l e ls t aa t t ls cn miu a , r o e , n r p u l mé o r’ l a ioration du cadre de vie des citoyens et du tourisme dans notre pays, c q iead l s aéi d gso d l ra i vgtl n ga d cl r e uf r e a t t e e et n e ’ b ns éé u e rn e ut e r g i u me a u d l q a t d l xeec e d l cét i e mai eda n gmet e a u lé e ’ clne t e a rai t n t r ’méae n i, e l vé è urbain. Avec cette stratégie d gso d l ra i vgtl en s ie n s e et n e ’ b ns i u me éé d o v l o a l, paysages urbains présenteront des qualités certaines pour le bien-être des citoyens et des touristes, où des choix seront toutefois précisés pour accroître la qualité des milieux de vie et de contribuer au développement touristique dans notre pays, conformément au programme de développement touristique en Algérie. P req ’ n pu yao d mel r ma i eàrd n e ssl t sd ac ui e et vi e ie e nè l r lu r eo nr e e r e te n bes a xp yae ub is en s ie q ed rivne l s o l e u asgs ra d o v l u e é et ’ s s n ls n r e ence de son eiec e d l ma t i d n l cniut e d n l t sq ’ ete s x t e t e e i e r a sa o t i t a se e , ui s t sn s nn n é mp l mp p u q ee poe da n gmet asgr ds o et i sd n lcde e o r u l rj s ’méae n p yaes e clc v é, a se a r d s t l it l ra i vgtln s rd i n p s u bsi d sr cs et ae ds ’ b ns éé , e e éus t a à n eo e uf e vr s vc e u me a e n a e éupmet d sot e d j x defnsdsaae,ma à dspoe q ie ns e p r t e e s u ’ a t i rt n p s i s e rj s t p yaesre ,nlsd n l cded l méoai d p yaeub i e asgr él ic s u a s e a r e ’ l rt n u asg ra t a i o n conçus par des paysagistes afin que la ville algérienne aura sa cohérence spatiale, perceptible à plusieuséhlse q irsl du el iu smb l u e r cee t u éut ’n o q e y o q e t l e g i fonctionnelle.

10. Quelles solutions pour les aménagements paysagers de nos milieux urbains ?
Q i esn uè d l tt c e d n t cded v e mie u n ’ q i e e ’ a at l e or a r e i n lu i t é u e e i urbain, même si en réalité cette dégradation est le produit de nos activités ordinaires qui nous paraissent absurdes ou criminelles et q ep r i o s sn ma àl i dvn c q esn dvn s o u af s n e et l ’ s ea t e u o t eeu n s o, ae paysages urbains et leurs aménagements.
Léo t n d n s miex ub is rvl u e e ’ li v uo e o lu ra i n éè n xtension très rapide et e a aciu, a p it q e ct é rec dep cs sn n r s n rhq e u o n u e e megne ’ ae a s ome t s da n gmet p yaesdsznsub ie, o trvl dscrne d ’méae ns asgr e o e ra s fn éé r e aecs e n e conception et de gestion des espaces urbanisables et des milieux urbains 32

eia t o mê l éritage des espaces publics avec leurs espaces verts, ont été x tns ù me’ s , h dtun d l rvct npe èe q i s l méoai d cded v ds é ré e e oai rmi , u et’ l rt n u a r e i e o u o r a i o e citoyens et du paysage urbain de nos agglomérations. Il ne se passe pas un seul jour, sans que des écrits de presse fassent état de la dégradation continuelle des espaces publics et des espaces verts de nos milieux urbains, par des individus sn fi io e l bec ds uoi s o é ne e su l yu d c oes a so n l ,n ’ sne e a tr é cmpt t to se ex e i yn i a t e s s t impuissants. Transformée depuis plusieurs mois en véritable « souk » des fruits et légumes, la place Champs de Mars, située en plein centre-ville de Annaba, est devenue un véritable casse-tête pour les pouvoirs publics et les riverains, car cet ep c é in g èe asmé ’ p cs ete f q etés par des personnes en sae t t aur p re de ae vr tr un a s s é quête de repos, pour devenir par la suite une source de nuisance de toutes sortes dont particulièrement les ordures et les odeurs puantes. Jadis, la place de la République de la ville de Bechar était un endroit attrayant par sa propreté et son jri vroa t gé né a u j deulmiex a judh i e e l e adn ed yn armet p r n e ’ u nu , uo r’u ct pa t a t c net lsu moi d f r p u l r ea s crees dga ea f ds ’ pu n t e i t o r e i ri , a l e érd u i e s f eé s v n l l jours, tout en se transformant en dépotoir et en lieu de retrouvailles de jeunes deal so di onsq i ’d n et lnéi rdscré d jri àds e u ’ rg e u s o nn à ’ t e e ars u adn r v a i ru e beuveries devant des passants indignés qui la contournent tout en dénonçant l tt él a l d ct pae d lni s aééd cr is i yn e d ’ a dpo be e e e l , e ’ c i é r t c i v me vr e et n c oes t u a t laxisme flagrant des services concernés aussi bien des responsables administratifs que des élus qui ne se soucient plus de la salubrité de leur ville. A B jï dsséé d vi vnr l sri s d l P cnens p r é a éeprs e o ei e ev e e ’ C o cré a a, r s c A l méae n ub i,e h btns el c é5J iet ont décidé de résoudre ’ n gmet ra l a i t d a i a n s a t ul l eux-mê s e po l s i àl méoai d cded v d l rc é e me l rbè s me ls ’ l rt n u a r e i e e i , n é a i o e u t engageant des particuliers pour les travaux de réfection de la remise des dalles et la réhabilitation des espaces verts, tout en continuant à payer aux caisses de l ttl tx dh btt n ae ca u fc r dé c it D n l b td ’ a a ae ’a i i vc h q e at e ’ et c é a s e u e E ao u l r i. péevr’ v o nmet t e o nr napc ara la n u eae o t r rsre l n i n e n ed d n e u set gébe u o vlx rui e r e à double sens reliant Sainte Clotide à Mers EI Kébir ville, sur un tronçon de 5 km, une at o éai d pa tt ndev o 10 ab s s t a es is vs prt n e l ai ’ i n 50 rut e p l r a i e o n o nr e mi n que de nettoyage a été entamée en collaboration avec la subdivision des travaux p bi d l d ï d AnE T rkae l sri s e frtdO a . u ls ea a a e ï I uc vce ev e dsoê ’ rn c r s c s Notre capitale a adopté de nombreux programmes de développement urbain depuis les années 1960, mais si la plupart de ces programmes ont été interrompus ou gelés par manque de financement, de changement de politique ou encore de remplacement de certains responsables ; la majeure partie des constructions incluses dans ses 25 000 ha urbanisés a été réalisée de façon a aciu, up it u n t cptl a judh iet p e eàdvnru n rhq e a o q e or a i e uo r’u, s a pl n e a, é eei n milieu urbain sans perspectives de développement du cadre de vie des citoyens tant que les bidonvilles et autres habitations précaires qui sont un véritable frein à’ p ni d ts ub i d n t cptleiet t cu et n spr c l x a s n u i u ra e or a i e x t eocpn u e u ef i e o s n e a sn ie totale de 2000 ha environ. La nouvelle ville Sidi Abdellah, qui a démarré en 1998 à2 k àl us dA 5 m ’ et ’ lger, constitue une véritable aubaine pour la capitale qui o étouffe à tout point de vue, car à terme, elle pourra abriter plus de 500 000 habitants qui trouveront tous les équipements sociaux nécessaires ainsi que les équipements scientifiques et technologiq e a pl às utrrl l r d us p e s t c e ’ g i e é r u A ée demain. C et ac q ema t a t’ret ema q ep s a s or p y q ’ et ’ p re u s i e n l gn n nn a n u a d n n t as ui s e l pi ri q en s uoi s nuf n u efr d n miu àl df ai d r da u o a tr é isfet n ot y a q e ’ ict n e mo l t l e é i o cette ville nouvelle, tout en exhortant les ministères et les institutions publiques à dmarra pu ttl éupmet q ’sy aa n péu p u q el é re u ls ô e q ie ns ui s l vi t rv s o r u a e nouvelle ville de Sidi Abdellah, qui est déjà baptisée « Les Mille et Une Nuits », 33

offre un meilleur cadre de vie et une nouvelle destination pour tous les amoureux de la nature, car cette ville nouvelle sera dotée de parcs et de jardins dans le cadre de son aménagement paysager. L s a i ns e ac éSle, un m d l ra iee d rfr t rsc l e h bt t d l i ei d o e ’ b ns t u é mae oi a t lr u t o u a Henry Sellier, située dans la commune de Hydra, se morfondent dans un environnement morose, car ses espaces verts, déjà mis à mal par la gabegie mu ip l sn péet n esvl su l éo l p r e at dic it nc a ,o t rsne t nees o se b ui a ds c s ’ i lé i e me i s s e n vi de quelques locataires réfractaires. Si la capitale tunisienne « Tunis la ville verte »cn a cs enèe a ne u eéo t ne mai ede ei e n o n î e dri s n és n vl i n t r ’ t r uo è mbls met ls vgtle da n gmetdsep csvr p yaes ae l cét n ds éé a t ’méae n e sae et asgr, vc a rai e s o b uead d l n i n e n, a se u d suei l méoai d cde o l rs e ’ v o nmetd n l b t e o t r ’ l rt n u a r v e r n a i o de vie de ses habitants et de développer le concept des aménagements paysagers, notre capitale connaît un déficit de 70 000 arbres par rapport aux standards a pi be à u ev l d l dmes n d l v l dAgr crl ma q e p la l c s n ie e a i ni e a ie ’ l , a e n u l o l e det t n l vn a s e ln ’ r i , e a d lme t ’ compétence des opérateurs en matière n ee i i da n gmet e ep cs et p yaes n fiéh u u poe a iex ’méae n ds sae vr asgr o ta co é n rj mbt u s t t i relatif à la mise en place de 100 000 arbres dans les rues de la capitale. Si chaque année, un grand nombre des arbres plantés aux abords des autoroutes mer e ri n d ma q e det t n c s p re q e l su-traitants ut n a o u n u ’ r i , ’ t ac u e o s s n ee e s cags e l t cs rrs a l sri s ’ra i d l wl adAgr h ré d pa e e abe p r e ev e dub ns nr s c me e a i y ’ l a e n s cu et a d l ret t ne pr nne c q i éut es l n e ’ cpn p s e e nr i n ema ec, e u rd isni e t o u ee b me leurs chances de survie, car la question des espaces verts, qui rentre dans le cdedsa n gmet pi ri xp u l rused l méoai d a r e méae ns r da mo u o r a és t e ’ l rt n u i a i o cadre de vie des citoyens, pose un véritable problème dans notre capitale, au point que la plupart des espaces verts qui y existent actuellement datent de l p q e o na e suf n, q e us xet n pè, ’nsr u ma q e ’ o u cl i e to f età ul e ecpi s rsdu éi x n u é o l r q o e det t n p u l rsri cmmec s l csp u l jri dE si dE ’ r i o r e uv o n ee u e ’ t e a o r e adn ’s s ’l e a Hamma, qui est un jardin légendaire et mondialement connu pour ses valeurs historiques, esthétiques et scientifiques. Selon une étude britannique réalisée par un bureau de recherche spécialisé, en l curne h E o o s It l ec U i n t cptl et’n ds ie ’ crec T e cn mi nei ne nt or a i e s l e e v l o t lg , e a u ls les moins fréquentables dans le monde, loin des villes comme Vancouver, Melbourne, Vienne et Genève qui passent pour être les meilleures villes du mo d o ifib nv r. a ie ’ l r scniéé, a ct é d, ami n e ù la o i eL v ldAg et o s rep r e e t ep r t v l e d t u les plus mauvaises destinations de la planète, tant pour les touristes que pour les ivss us ul é a gr ds exd s é bi crss nrs utrs t n ets r o e t n es éi u e ’ t l, a e if t c e e ie s r r y a r ar u son cadre de vie sont en deçà des normes internationales souhaitées, pour donner à ses citoyens ou à ses hôtes, les conditions de vie agréable. Au moment où la ville de Dubaï ravirait la vedette aux grandes métropoles it n t n l e q ’urtme ùvn l coe,l sr p u l E rt c ne ai a s t ua yh o o te h ssee ea o re mi s e r o e s l s a que la Californie est pour les Etats-U i a judh ip req el poe l ns uo r’u, ac u e rj s e s t s plus fous sont lancé e u tu d ma , v ldAgrc é e ei zhn a s n n o r e i l ie ’ l ,i d B n Meg en na l e t e v l d Sd A dra ma e q elna bi rn ed p r u cmmeu t ie e ii b erh n, u ’ sl r é o g e at t o l i u t o n cne e ae u ma q e f ga tdif s utrs d t np r e d a cr t vc n n u l rn ’ r t c e e r sot t e a n ar u a structures de divertissement comme les parcs paysagers, a peu de chance de rivaliser avec les mégalopoles européennes, sud américaines ou asiatiques et reste condamnée à se joindre aux villes de Dacca, Karachi, Lagos et Phnom Penh, tant q e l l r ate n sua p s acre ss v l s e mai e u ’ g i c l e a r a codr e i o A ée u on n tr è dh r nst ne d vl i t ndsep csp bi d n l méoai d ’amo i i t e a r ai e sae u ls a s ’ l rt n u ao os o c a i o cadre de vie en milieu urbain. 34

C etp re q e l l r etl su p y a mo d o l pu atds ’ s ac u ’ g i s e el as u A ée n e ù a lp r e rso sbe dsclc v é l a sfn l coe àl n esq el w ep na l e o et i s o l o t e h ss ’ vr u a ilaya s l it c e s e dAgr u p s d 3 A Cdf i i s amie 5,o a oe rsu tuo r ’ l q i os e 0 P é c a e p r ss 7cl b r peq e o jus e è it r l avec les mêmes établissements publics à caractère industriel et commercial (pc p u stfi ss recs o t us ’ ei e n dsaae d ss E i o r aia e e ugne p li e de ls met i rt e e ) s r iq mb ls p s milieux urbains et des espaces verts, sans toutefois respecter la réglementation ds rhs nv uu, u ei l péec du b ra dé ds pc lé e macé e i er q i x e a rsne ’n ueu ’ u e séi i g g t as p u ca u poe da n gmet tnedte r àgé o r e et pi s o r h q e rj ’méae n e it il gé r p u l nr r e t r s e s de réalisation sans une consultation conforme à la réglementation en vigueur. A cue ecs rt us ut s el gso d l neme n iél iu, a s d e pai e d e q mp d a et n e ’ f i e r metdo g e oq notre capitale est souvent privée de la compétence et du savoir-faire des quelques séi ie a éi s q i u rn àl rce pc lt l r n, u œ vet a ehrche de meilleures solutions pour as s g e améliorer le cadre de vie de nos milieux urbains et des espaces verts paysagers, cr vc e E ida n gmet e ep cs u ls t unt yg ds lu a ae cs pc ’méae n ds sae p bi ed e oae e miex c t i ub is lno é ne poes n ee d miea l p yae u ra , ’ cmpt c rf i nl o nr e asg rbain de la n i e so l capitale ainsi que celui des agglomérations de nos wilayas, tant que les premiers responsables usent des mêmes pratiques révolues, loin des solutions modernes qui feront avancer notre pays vers la prospérité de milieux urbains et la promotion du tourisme national et international. Il serait inconvenant de nier la réalité de notre capitale et de nos autres mégalopoles et agglomérations, car juste en se mesurant à de grandes villes arabes du bassin méditerranéen, on remarque que leurs villes, à lntrds ’s i a e n t sof n ds o dt n d v a s ara l q ’ t esne,o ôr , f et e cn io s e i us gébe ui é s t cmme n e r i e i s nr a s e témoigne le taux de touristes qui affluent vers des villes comme Tunis, Marrakech, Tanger, Alep, Damas ou encore Beyrouth qui en dépit des violences dmer l n des destinations les plus prisées de la région du Proche-Orient. Si e ue’ e u a judh i o v l sn d n u é t a na l c net u p req ’ uo r’u n s ie o t a s n t l ls a metbe e ’ q e ac ue , s n mai eda n gmetub i e d cét n dsep csvr p yaes t r ’méae n ra t e rai e sae et asgr, è n o s l l r v tuo r a t sdspaiusd l gso d l neme n ’ g i i o jus u e A ée t mp e rt e e a et n e ’ f q i e r met iél iu,osuo s sui t e d me r a da ao l méoai ds do g e l q ’n e o c ipu e t e u i sn ’ l rt n e oq r a t p a i o milieux urbains avec le développement économique et social. Comment ne pas ê edç p rl c s met el v l dAgrp r l dx villes les moins t éu a e l s n d a ie ’ l r ae l e amie i s vivables sur 127 agglomérations du monde, quand on voit que notre capitale « Alger la blanche »et eeu s rp usnee q ’ q e us na lrs e s dvn e i eo s t t uà ul e ecbue d a q l mb s d ds tt ns ’ méiu,e ru ee io v lN s E K z n ’ as e e Eas idA r es t v lbd n ie as l ai a a a -U q o l r où l’ l rg p bi etieia ta p itq elnéui etttl dsl é a ae u l s nx tn u o ci c s n u ’ scr é s oa è a i t e tombée de la nuit et où des groupuscules épars de jeunes vivent de petits larcins e s d n etàl cno t ’ o nn a a o smmai d douse da ol o sl rgrsd t n e rg e t ’l o su e ead e o c s l xct cmmu a q semble ignorer même leur existence, tout en honorant ’ éui o e f n l ui , des cérémonies de distinction régulières dans des salles des fêtes privées ou des hôtels huppés de la capitale au coût exorbitant, au lieu de se préoccuper de l méoai ds o dt n e d cde vie de la majorité de leurs citoyens, ’ l rt n e cn io s t u a r de a i o i ai d vice’ slbi d ct p r e ea a i l C rsl lpéiet f e a r lna r é e e e at d l cpt e a,e n e rs n n n i u t t i a. o d d C lg n t n l e epr aci c sC E )l v ldAgr i u d s u o èe ai a ds x et rht t ( N A ,a ie ’ l r q e e e l o s ee l e s transformer en une multitude de ghettos dans les quelques années à venir, si a cn meue netpi p u a l rr l su t n e éi r l r q e uu e sr ’ s r e o r méoe a i ai t v e e i u s i t o t s decuae l gnrlai d n mbexf a xsc u a si d ss o e ’ o rgr a ééa st n e o ru l u oi x u e e e zns n i o é a n urbaines. Quarante-t i a s pè ln éed ne o nar etuo r pas, dans notre r s n a rs ’ dpn a c, n ’ri o jus o i v p y, ma r e l rused l c o da l rt nd cded v d n s as à î i r a és t e ’ t n ’méoai u a r e i e o ts i ai i o e citoyens en milieu urbain. Et si nos zones urbaines se dégradent de jour en jour e q ’ l sn d pu e pu l ds vcu p yaeicmpées l e d t uee o t e ls n lsa e ae n asg no rhni e t es ls i b ep cs etdsaae,e ’ t u p re ua nva ds o et i soa s sae vr i rt c ne q e ac q ’u i u e clc v é l l , s p s s e l it c e 35

o gretuo r l rf x d l gso da tn q ia é dcé a rs n ad o jus e é ee e a et n ’na u l i t ért pè é é ln éed ne q a diyaa ds o e ub ie ae u smba t e a r ’ dpn a c, u n l vi e zns ra s vc n e l d cde i t n n de vie et des ci yn ae q e us oi s ’ uai c iu, éi e ut s t es vc ul e n t n dé ct n i q ehr é d e o q o d o v t mp du colonialisme, et que la priorité - d n é à ’méoai ds o dt n d v o ne l l rt n e cn io s e i a i o i e de nos citoyens - cnia à er p ot d l l t c éd l a , ugz t e o s ti l a p r r e’ e r i , e’ u d a e ds s t u e é c it e logements décents pour vaincre la création anarchique des bidonvilles qui symbolisaient pour, ce temps-là, la continuité de la présence du cadre de vie cl i ie L q a t d l v , ’ tl dgéd be-être des citoyens qui o na s . a u lé e a i c s e er e i o lt i e e n dpn et ’ncr i n mbed fc us, notamment le droit au logement, éedn du et n o r e at r a e l cè àl a p tbe l p s blé d so r ai ,’cè a xsise l ’ cs ’ u oa l e os it e cl i t n l cs u o a e , s i is as o a n te bnf e e etie pett n d sri sLa l rt nd cde e ids éé c d cr ns rs i s e ev e. ’méoai u a r d v e i a ao c i o e c oes c s tu da od l rvl i t n d l v et ses quartiers, en i yn, ’ t o t ’b r a ea r ai e a i t e os o lle requalifiant leurs espaces extérieurs et en créant des espaces verts munis de lieux d dt t e d rcét np u tue l t nhs ’g,o t nasrn u e é ne t e érai o r o t e r ce dâe tu e s a t n e o s s a u entretien permanent grâce à des micro entreprises spécialisées, qui entretiennent le mobilier urbain extérieur (jeux publics, bancs, abribus...), les fontaines, les végétaux et nettoient les monuments, les panneaux de signalisation, les trottoirs et les espaces publics et verts. La sne hz o s ’n at nree o r ’méoai d cde e i e ’bec ce n u du e c o él p u l l rt n u a r d v n i l a i o e milieu urbain, avec la création de lieu de détente comme les espaces verts et les jardins publics paysagers, laisse les citoyens amoureux de la nature se contenter de jardins suspendus loin des mythiques Jardins suspend s e a y n. ’ te u d B b l eC e l o s csdu c oe d Meka a q ia cé u va jri o f ui ete a ’n i yn e si t n u ré n ri adn ù l r sn t e s s p n us n dsabe, e rs r e dvre pa t gi a t d n l ’ a o i et e rrs ds oi s t i ss l e r é s e e n s mp ne a s e s mo de sae e e b l n à ’ aecmme ’ vua d n e u s n à os i r ep c d ss a o s l tg,o n c é sl o l t o nr n i e n i i g autorités compétentes pour les pousser à réfléchir et à mettre en place une action cnrt ai da o t àl méoai dsep csp bi . acét ndu o cè f ’b ui ’ l rt n e sae u ls L rai ’n e n r a i o c o ub ns vgtl usi d n s lu ub isq io ta judh ievhs ra i me éé a e e o miex ra , u sn, uo r’u,n a i a n i n de plus en plus par le béton, rendant nos paysages urbains insupportables à voir, sri lda P req el vnrd n t p y pu ao dscnéune ea ’ él ac u ’ ei e or as et vi e o sq ecs t i . a e r économiques évidentes, à cause des coûts que notre Etat va dépenser pour éviter les dégradations à venir de nos paysages urbains et ceux destinés à la réparation ds o e d mmae cué srtu l poe da n gmet i aae ra ss gs a ss u o s e rj s ’méae n ds rt élé à s t p s i coups de milliards de dinars, avec un manque de savoir-faire en qualité p yaèe ce l maoi d n s ma rs do vae et de nos maîtres asgr, hz a jr é e o t î e ’u rg t dou rs aa tdfé dp i ln éed ne p u l méae n d n s ’eve, yn é l eus ’ dpn a c o r ’ n gmet e o i i a milieux urbains.

Iet ret uo r’u d rf cià éo de e rbè maer lsugn a judh i e é éhr rsu r c po l l me j u q io ce ’ smbe e o ag méai se fi n a pl ds u tuh l ne l d n s gl rt n, n a a t p e à e e o o s experts-conesséi i se é dsdi atp yaèe sr l si pc lé n t e ’ c asgr u e l as u mp s milieux urbains afin de proposer de nouvelles mesures.
Celles-ci nous permettront de tracer les grandes lignes pour résoudre nos problèmes urbains actuels avec un aspect paysager, dans un premier temps, aa t ’ ggre ga d t vu da n gmet t e éa itt nae ds vn de ae l rn sr a x ’méae n e d rh blai vc e n s a i o et pi sd ra st n mu i du eéup digner e d t h ies nr r e e élai , ne ’n q ie ’ éi s t e e nc n e s i o s n u c i compétents dans les techniques de réalisation des aménagements urbains, en suivant à la lettrel é dsda n gmetp yae dj ahve p rl e t e ’méae n asgr é ceés a e s u à s a ua c r d l ra i mo en,h ie sl l poéue l a s ea mb l i s e’ b ns ne u me dreco i e n e rcd rsé l d l ss o s ge législation en vigueur et loin des abus de pouvoir ou du passe-droit que certains de nos responsables ont hérité du temps du système socialiste. 36

C r i ny a pu d sn cmmu d l p r d n s a n gus q i a l ’ ls e es o n e a at e o méaer, u smp sri t l ne l dsat r sc u ai d ds a e l c oes ’ oea n à ’ smbe e c us oi x f e i u dr e i yn i e e e a n s s t inciviques de dégrader leur cadre de vie et les espaces verts de leurs milieux ura sC et né da ta e t nd n t sc t àl sae u l e mie b i . ’ e t i l rl i e or oi é ’ p c p bi n lu n s u n ao e é e c i ub i e l éhc d n s x éi cs rcdne e mai e ’méae ns ra te ces e o epr ne pééet n t r da n gmet n s e s è urbains, qui ont abouti à cette chimère et qui continuent à infester nos agglomérations, que nous réussirons à mettre en place un premier pas vers une solution globale pour améliorer le paysage de nos milieux urbains. Bien sûr, tout e f a tcmme o j t dar e à po oe u e amaue cnetee n in o x be i ’ri r cf v rp sr n r tr o cpul l sset ldê e p l ue usi d n s g ucpi e ’ r a pi é a e e o aglomérations pour atteindre le sens b t q n désiré de faire de nos milieux urbains un cadre de vie amélioré avec des espaces verts paysagers, à nos citoyens et aux millions de touristes étrangers - qui v n rn v i rn t p y d n q e usa ne, i’bet touristique est i do t it or as a s ul e n és s l j if e se e q o c atteint dans les délais. Parce que pour aménager nos milieux urbains, on cniu à fi a pl à u e it dsil ai d ma r dœ ve e ot e n a e pe r n ne i pi r é e r c n t îe ’ur t t det pi s d ra st n q i s dvl pn ae ds fi us ’ r re ne s e élai , u ’ ée p et vc e a er i o y o s da n gmetdsaae, ’méae ns i rt sans faire appel aux architectes paysagistes - appelé p s e O c ete a ua c r d l ra i mo en -, que nous continuerons n ci n l mb l i s e ’ b ns d s ne u me dre à faire de nos agglomérations des lieux où les citadins jouent aux dominos sur les places publiques. Laci c p yai qui offre un savoir-faire professionnel en planification et ’rht t asg te, ee s design des aménagements urbains et des espaces verts paysagers, de la préparation à la surveillance des travaux de réalisation, pratique une profession d snhs. i l su l n eg r o l cmpei du poe ncs t l e y tèe Ma o q e ’ vrue u a o l t ’n rj éese a s r e xé t i cl b rt n da t sepr cmmel rht t o l ra ie l rht t o a oai ’ur x et o l o e s ’ ci c u ’ b ns , ’ ci c a ee u t a ee paysagiste dirige et coordonne les diverses disciplines liées au projet, tout en s s rn q etu l ru gsfnt n ete d uerpour la réussite du ’ s a t u o s e o ae o c o nn n o cu au s i poe da n gmet C et e it rn I rht t p yaie d n l rj ’méae n. ’ t s n né a t ’ ci c asg t a s e g a ee s poess ’méoai d cde e i ds lu ub is tacét nds rcs da l rt n u a r d v e miex ra e l rai e u i o e i n o espaces verts paysagers, que nous pouvons parler du paysage urbain de nos agglomérations. L mo p yae cniu déo ur fr met l n tr e smb le e t asg o t e ’ q e ot n a aue t y o s n v e i lnért nds sae vr d n l poess e l ict nub iecr e ’ t ai e ep cs et a se rcs d pa f ai ra , a l i g o s u ni o n paysage ne peut guère se passer de la nature, instituée en objet distinct par les projets en milieu urbain et, par voie de conséquence, devenue de plus en plus ht oèe u œ ve h ma e àt p it u l n tr,e n t n d mie, é rgn a x u rs u i s e o q ea auel oi s e lu é n l n s o i dev o nmet t ep yaesn dvn s arl i ds oi é àl sae ’ i n e n e d asg o t eeu l e t n e sc t nr ao é s ’ pc e construit du milieu urbain. La réussite du grand pari de la wilaya de Aïn Témouchent pour la construction de la nouvelle ville Akid Othmane, avec un mel r a r d v p u ss i yn e l bet nd f itt n d l p r d ie cde e i o r e c oes t’ t i e éc ai s ea at e lu e t o no li o l B n u mo da p u l x t c du apc ev o a a q e n i e o r’ ie e ’n set n i nnemental et paysager au l e sn r si d c poe d 30 l e ns netdvn eu era t e Agr e e e rj e 50 o met ’ n t g , s eeu n élé n l i i ée indépendante que grâce aux efforts quotidiens des premiers responsables de la wilaya. Ceux-c o t s cl b rr ae l cmpt c du e éup i n u o a oe vc a o é ne ’n q ie l e interdisciplin i d t h iese digner a éi s maoé,p u l a e e e nc n t ’ éi s l r n, jre o r a r c i n u g e pe èe o , ’naci c p yaie il d V ra l , yn a p r s rmi fi du rht t asg t dpô r s ee s mé e esie aa t p ot a ls é touche paysagère finale inspirée du nouveau concept paysager et son savoir-faire ds ome d l ra i vgétal moderne, à cette nouvelle ville construite dans e n r s e’ b ns é u me un délai record pour un meilleur cadre de vie des citoyens. Ma r q edp i q e usa ne,l méoai d cded v d n s l é u eus ul e n és ’ l rt n u a r e i e o g q a i o e miex ub is cn a u poo d poess da n gmet ee rste lu ra i n o n î n rfn rcs t u ’méae n, l e l tuo r à ’ a e ro n i , ac q ’ lcniu àb t sre ma vi s o jus l tt mbyn a ep re uee o t e ue u l é r l n r s ua e s 37

metlé d cr isd n srso sbe, r ésdp i ln éed ne q i na t e et n e o ep na l éi e eus ’ dpn a c, u is a s g i t viet a se es o t i d l vlt ndseh ius e’méae n r a l d n lsn cnr r e’ o i e t nq e d l n gmet a ln ae é uo c a urbain et dsn r sd l ra i vgtl E e e l méae n ds e ome e ’ b ns u me éé . n f t ’ n gmet e a f, a poe ub isnetp sacmp g éd l v i p yaèedsaci c s rj s ra t n ’ s a co an e a io asgr e rht t sn ee paysagistes expérimentés et avec un savoir-fi p u l l oai ds asgs a e o r’ a rt n e p yae r éb o urbains avec un urbanisme végétal conforme aux normes modernes et aux traditions architecturales de notre pays, loin des pratiques de faiseurs da n gmet ’ p csvr dsaae, u no tp u sueséi i e ’méae n de ae et i rt q i ’n, o r el pc lé n s s p s at aménagement des espaces verts paysagers, que le code du registre.

Régression
Si notre pays est presque dans une régression irréversible dans le domaine de l ra i vgtl t e a n gmet p yaes nmiexub isc net ’ b ns éé e ds méae ns asgr e lu ra ,e ’ u me a i n s q e ac q ’uu e sr gu enmetlna t pi sr ue n p u l u p re ua cn meue o vre na ’ é r e éi smet o re e é s e respect des normes de réalisation des aménagements urbains et des espaces verts p yaes D p i ln éed ne l pu at d n s rso sbe ds asgr. eus ’ dpn a c, a lp r e o ep na l i s e clc v é l a s t e drc o s ’ra i cnièete a n gmet o et i so l e ds i t n dub ns o s rn l méae ns l it c e ei me d s des parcs et jardins dans les zones urbaines, ainsi que la présence végétale vis-àvis du bien-être et de la qualité du milieu urbain comme secondaires par rapport a x fnt n pu sr ue q e rpéet tl c cl i ,l a i te l u o c o s ls éi ss u ersne a i ua o ’ bt t e i e n r tn h a commerce pour ne citer que les plus évidents. Parce que les forêts constituent un cadre agréable de détente pour se mettre au vrq ee Agr n n s t mpn p s u n i rvn iun ae freer et u l l i s e ’ r et a q a d l eedq et vc oc l s ée y o s u attachement à toute forme de présence végétale dans leurs milieux urbains, cmmei vuet u l o l el q e ’ de leurs robinets, des routes appropriées et une s n eau mel r éuai p u l r efnsP u l n r s e ’ra i vgtl ie e d ct n o r e s na t o r e ome d l b ns éé , lu o u . s u me a les espaces végétaux, qui viennent pour agrémenter le cadre de vie du milieu urbain, sont les jardins et les espaces verts qui sont maintenant à la disposition de tous et offrent des moments de plaisir aux visiteurs, car ils sont démocratisés en sn pu rsré a x elpi l i cmme ’na . t e o t ls éevs u sus r ig s o vé é da tn Pour que notre pays ne reste pas au dernier rang des pays en voie de déve p e n, e mai e da n gmet ub i e ds ep cs vr l pmet n o t r ’méae n ra è n t e sae et s paysagers, tout en satisfaisant la demande des citoyens, une batterie de textes l iai s vr ncs i d l p r d n t gu enmetai d pr t e é s ts ’ èe ées r ea at e or o vre n, f e eme r gl f a ae e n t aux bonnes volontés, de nos spécialisés en amélioration du cadre de vie en miexub is t e q e us rht t p yaie, ’ t vnrsn gn lu ra e ds ul e aci c s asg t di e ei a s êe i n q ee ss n r afin de protéger le paysage urbain de nos agglomérations et de promouvoir les aménagements des espaces verts paysagers dans nos zones urbaines, tout en mettant en place les moyens adéquats pour exiger la présence de « l rht t ’ ci c a ee paysagiste » d n l l oai ds é ds e l xct n ds poe a s ’ a rt n e t e t ’ éui éb o u e o e rj s t da n gmet e p yaes ra sae l cét ne Agr , ’ns tt ’méae n ds asgr ub i , vc a rai n l i du t u n o ée a de bureu dé ds pc lé e a n gmet asgro du s lcd a x ’ u e séi i s n méae n p yae l n ’n i e o e t as i mp de registre du commerce pour la création et la réalisation des espaces verts, qui est à la portée de toute entreprise de réalisation sans savoir-faire dans le domaine d l rht tr du paysage. e’ ci c e a eu Il faut que cette nouvelle « loi paysagère » soit légiférée par notre gouvernement sn u db t a u àl P e q ’ l n si p scéeq ed n l b t e a s n éa cd c ’ N t uee e o a ré u a s e u d A l t remplir le Journal officiel parce que comme disait le cardinal Richelieu : « Faire u eo e n p sa a e xct ,’ t uoi ra h s q ’nvu df de n l t e a l fi eéue c sa tr e l coe uo et é n r », i r r e s e sr u q et pd gsiaeg e el méoai d cded v d n l ut t u r o o e apl g ut ’ l rt n u a r e i a s e l t a i o e s milieux urbains de nos agglomérations dans les années à venir. Si la plupart des 38

aménagements des espaces verts récents de nos zones urbaines ont montré tout le mal que peuvent faire des aménagements aveugles au cadre de vie de nos citoyens - étant conçus de la sorte pour ne pas marcher-, il faut faire appel aux techniques de conception des architectes paysagistes qui, en concevant un aménagement paysager, le considèrent comme un élément de la nature dont ils ne lui empruntent que ce qui peut leur servir pour le faire valoir dans le but da l rr l p yae ub is L s ep cs vr p yaes sont une ’méoe e asg ra . e sae et asgr i s n s cmp snepi ri ed l ra i vgtlS l bl ds méae ns o oa t r da e ’ b ns mo l u me éé . ie i n e a n gmet a a paysagers de nos milieux urbains est connu par tous ceux qui y vivent quotidiennement, ou sont informés par les quelques écrits de la presse quotidienne, il est temps pour n u d dggr e vi rpds e ’p lai o s e éae l o s a ie d l pi t n s e a c o dsslt n a éu t ai daq éi l moesp s be p u it vnr e o i s dq ae f ’cur e uo s n r s yn os l o r ne ei i s r efficacement dans les aménagements paysagers de nos milieux urbains, tout en alliant les besoins urgents de nos zones urbaines a rsetd l ra i u epc e ’ b ns u me végétal et des aspects paysagers de nos agglomérations, par la promotion et l x ec ds ome eté q e d l rht tr d p yaeE c d n lb t ’ i ne e n r s s t us e’ ci c e u asg. t e a se u eg hi a eu d péevre do t srl méoai d cded v d n sc oe e rsre t ’pi e ’ l rt n u a r e i e o i yns, mi a i o e t dasrr naeipu d rbe o r o miex ra s t eoe l pae e ’s e u vnr ls ua lp u n s lu ub i e rd rra l d u i n c l l r tuiiu, amie ads ai s a sue’ t l ec rf cids ’ g i o r t ep r lb l e n t n cr ellnei ne é éhe e A ée sq o i lg l aci c s asg t suama i u poe da l rt nub ie vc e rht t p yaie a r ee ss ne n rj ’méoai ra ae ds r t i o n espace vr ,d n u cnet p yae jsuà s ruse ttl e s s et a s n o t e asgr uq ’ a és t oa t a s x i e prn i ,o t nrsetn l vlt ndsn r smo ens el ra i éent tu e epc t’ o i e ome é a é uo dre d ’ b ns u me végétal.

11. Une nouvelle approche pour améliorer les paysages urbains.
C et ac q el snédsh btn dépendait de celle de leurs ’ p re u a a t e a i ts s a villes, que les grandes cités ont été la marque de sociétés qui rus si t tu a l g d l io e e q ’uo r’u,n s és s e , o t u o ia n n e ’ s i t ua judh i o h tr responsables politiques doivent faire en sorte que nos villes soient fr s ta e,a c sla façon dont elles seront planifiées et gérées ot e si scr ’ t e n e qui décidera si notre avenir collectif sera brillant et durable ou au contraire brutal et chaotique.
Mê s l vnrd l u nt dpn d cli ess ie, or epr ne me i’ ei e ’ ma i éed e e d e v l n t x éi c a h é u ls e e dans le domaine de gestion eda n gmet ra rs t s ndç d c q e t ’méae n ub i et r e eà e e u n e è font nos voisins méditerranéens, car dans notre processus de production des milieux urbains, nos projets sont ponctuels, sans aucune articulation et souvent sn chrneae u shmadesmbed n s milieux urbains. Car nos a s o éec vc n cé ’ e l e o n rso sbe l a xn s i s t o w l o t r l a i d d t vie ae ep na l o u , o ma e e n s a s n pi ’ bt e er a l vc s c r i sh u a lr l bec d pa ict n reee dé d pél l dsi at dspa s ’ sne e l f ai él t ’ u e ra be e mp c e l a ni o l t a s n dub ns e p yaes C mmeatee n, o poe ub isgnèrent ’ra i me t asgr. o c lmetn s rj s ra ul t n é des incohérences aux multiples incidences paysagères, urbanistiques, architecturales, sociales, économiques, écologiques et politiques, notre Algérie vit une crise urbaine sévère et voit la détérioration du cadre de vie de ses citoyens accroître, au point que tous les indicateurs urbanistiques de nos milieux urbains sn a ru ep r a a t d cr is ep na l , u nar et a àme r o t u o g, a l fue e et n rso sbe q i ’ri n p s a s v te t en place une politique adéquate en la matière et qui vise à faire adhérer tout le 39

monde au respect des nor s ’méoai s ra e e à ’ t t nd mie me da l rt n ub i s t l nr i u lu i o n e ee i dans lequel nous évoluons. C net u p req en sv l cniun àcn a r dsisfsne e e ’ q e ac u o ie o t et o n î e e nufa cs n s ls n t i mai e ’méae n ub i, l é o te pormme dpoé p r or t r da n gmet ra ma r tu l rga è n g s s él s a n t y e pays, que notre président de la République, Abdelaziz Bouteflika, après avoir affirmé, lors de la dernière rencontre gouvernement-walis, que nos villes sont t s ce, l xet nd AnT mo ceta nié uietn i esbe e r mohsà ’ cpi e ï é uhn, is tq ’ sids na ld è e o s l p créer un nouveau système de gestion urbaine dans notre pays, qui consacrera le pic ed l nt d l v l e q iligrni u eu i d gso e r i e ’ i e a ie t u u aa t a n nt e et n t np u é l r é i l méae n d snep c, isq e o dvl pmet a saprpc v ’ n gmet e o sae a i u sn ée p e n d n l eset e a n o i du e méoai pu nt e pu l g ds o dt ns et du cadre de vie de ’n a l rt n ls e e t lsa e e cn io i o t r i nos citoyens.

Contourner la médiocrité
P i u ltui ub i snèr d n u e t t ig b ld l v lcmme us ee o r me ra ’ t e a s n s aé e l a ea ie o q s n i g r g o e l un facteur de promotion des milieux urbains et se caractérise par un tourisme dafi s darmet e éée ’f r , ’gé n t vnmentiel, les compétences de notre pays, ae spécialisées en aménagement des milieux urbains, doivent participer à la réussite d pormmede ei e n d l ne l d n s ie e v l e, f d u rga ’ mbls met e ’ smbe e o v l t ia sai e ls e ls lg n les hisser à un niveau de standard touristique international, car pour réussir le programme de développement durable du tourisme dans notre pays, il faut que nos visiteurs soient aussi bien attirés par nos petites agglomérations que par nos ga ds ie,a c s d n l t ri q e e tuie t u eo t leurs repos rn e v l cr ’ t a se e o s u l o r t r vrn ls e s r r s ss o et leurs détentes. Le ministre délégué chargé de la Ville a précisé, lors du débat sre et d l l doi tt nrl i à a ieq e 3 mii s ’a i ns u lt e ea o ’r nai e t e l v l u « 3 lo dh bt t x i e o av l, ln a sre 4 mii s ’ l r n srn cnet s a se v l à ’orizon 2025 » u l 1 lo dAg i s eo t o cnr d n l ie l s ln ée é s ls h e l miir d l méae n d t r o ee d l n i n e n, u a t e ns e e ’ n gmet u e i i t e ’ v o nmet q i t A r tr E r péo i u e ltd dat n v a tdu e atà méoe lcde e i rcns n mutu e ’c o s i n, ’n p r a l rr e a r d v é i i s , i e ds i yn e miex ra s t ’ur p r àa ée l v l d p is ea e c oes n lu ub i e da t at lgre ie u o d l t i n e , l s ls d surpopulation, estime que si en 1965, notre pays dénombrait quelque 95 villes, a judh i lncmpe n i n50 uo r’u, e o tev o 0. i r U rp otu l gso ds ie e l méoai ub ie é a o t si à n a p r sra et n e v l t’ l rt n ra a t d pé ut i ls a i o n é e la rencontre gouvernement-walis du mois de juin 2006. Ce rapport rcmma d il rdct nd pu d 40 0 bd n ie sr’ hl n t n l eo n a ’ a i i e ls e 0 00 io v l u l cee ai a té ao ls é l o e e l cé rt nd l x ete eh iu dc é p u l v l dAgrdO a , t’ cl ai e’ pr s t nq e éi e o re ie ’ l , ’ rn a é o e i c d s ls e d C ntnie t ’ n a aL d cmet via s sgééa élai du e o s t e dA n b . e ou n aa us u gr l ra st n ’n a n t i i o pormmede ei e n dsn àhs rAgràu nva d s n ad rga ’ mbls met et é i e l ls i s e n i u e t dr e a it n t n lcrl v l dAgraé cniéé p ru eé d bi n iu, ne ai a a a ie ’ l r o , l e t o s re a n t e r a nq e é d u t ra sep ru b ra d rceceséi i , nl curneT eE o o s élé a n ueu e ehrh pc lé e ’ crec h cn mi i as o t Intelligence Unit, parmi les plus mauvaises destinations de la planète, tant pour l tuie q ep u l ivss us ul é a gr ds exd s é bi e o r t u o r e n ets r o e t n es éi u e ’ t l, s ss s ie s r r y a r ma r q ’ l aa u e l e rs éi e uXVI eme siècle lorsque Hassan El l é uee vi n pa t ds é a g l t c è r Wazn dt énl f ci,’v décrit comme « une ville très grande et fait za , iL o ’ r a l ait A i n a les 400 feux. Ses murailles sont splendides et extrêmement fortes, construites en grosses pierres. Elle possède de belles maisons et des marchés bien ordonnés dans lesquels chaque profession a son emplacement particulier. On y trouve a s b nn mbe ’ôeei e dé dsE t a t s df e, nyrmaq e us o o r dh t l e t ’ u e. nr ur éicso i lr s t e e i e ru un superbe temple très grand placé sur le bord de la mer et devant ce temple une très belle esplanade aménagée sur la muraille même de la ville, au pied de laquelle viennent frapper les vagues ».

40

Comme chez les mozabites, il est de coutume que « l b n e mœ r vl t e o ns us a n s e mieux que la science et que le bien commun passe avant le bien individuel », les autorités locales de la ville de Ghardaïa, en préparai d l p lai d t n e ’ pi t n u o a c o pormme ’ ei e n ub i cnomé n a pic e « Pour une vie rga de ls met ra o fr met u r i : mb ls n np meilleure » o t s na pi t nl ra st ndu rsa dasii e n , n mi e p lai a élai ’n éeu ’s ns met c o i o a s a éu t t’méoai ds o dt n dace d l v l C et is q ’ dq a e l l rt n e cn io s ’cui e a ie ’ a i ue a i o i l l. s n n matière de revêtement de certaines artères du centre-ville de Ghardaïa, les autorités locales ont décidé de regoudronner certaines artères déjà bitumées ; at nq i ’ t a d gû d cr is i yn q i o s t t vc ui i e c o u ne p s u o t e et n c oes u cnt e ae cr sé t i s a t an ot étonnement un déséquilibre entre les quartiers de la même ville en matière da n gmetd vie ! Allusion faite aux voiries des anciens quartiers de la ’méae ns e o i rs v l d G ad ï q i ’n p s et àc ju,’du d btme cmmes ie e h ra , u no t a sni e o r l er u i , o l a , o u i certains responsables locaux de cette ville mythique et touristique se plaisent de s d n e àa rt u d l p liu d du p isdu meue. ’ o nr lpai e ea o t e e ex o , ex srs a q iq d L r d s tune ’ set nd n h ica t r àAgre ji 20, or os e a o ré di pc o a s ut h ni s l ,n un 06 n t n i e e e miir d l a i t t e’ ra i aa is t sra u lé t’ té q e ns e e’ bt e d l b ns vi nié u l q a t e l s t u t H a U me t s i eh i d n l ra st nds rj s tu e et n q ’ fu é vrl nva d a s a élai e poe ,o t n sma t ui a t l e e i u e i o t i l e e conception en allant vers le haut, sinon nous allons tout droit vers la médiocrité. S n t miir d l a i t t e’ ra i fisu i or ns e e’ bt e d l b ns a o venir des constats et des e t H a U me t rmaq e a r,os ess ot s u l t ri, a s eb t ’méoe l e rus mes l d e sr e sr e e a d n l u da l rr e r i r n i résultat des réalisations des projets de logements, notre ministre des Travaux publics lance souvent des mises en gardes pour veiller sur la qualité des projets rui s a p it ’ h r rl rso sbe, ncag d l ra st n d o t r, u o de ot e ep na l e h re e a élai , e e n x e s s i o tenir compte également du dossier environnemental car il a décidé de mener une guerre sans merci à la médiocrité et à la négligence dans la réalisation des projets d’méae n. a n gmet C et ac q e o a tr é l a s es t t n p s t e upoid l r ’ p re u n s uoi so l prie à e a me r a rf ee s s t ce sn t t u circonscriptions administratives les compétences algériennes spécialisées en a n gmet ra , lntrd cu q i n fi l n u eev l d An méae n ub i à ’ s n i a e ex u o t a a o vl ie e ï t l l Témouchent, que la médiocrité et la négligence ont dominé nos aménagements et nos réalisations des milieux urbains, au point que certains de nos ministres nart t a d fi ds e rus ud d n e ds ss ngre e q e ’rê n p s e a e e rmaq e o e o nr e mi e ads t u e r e notre président de la République en fasse un constat amer. A judh i q en sv l o tpru l raci c r e q en spoe uo r’u, u o ie n ed e ls u rht t e t u o rj s eu t urbains sont devenus de moins en moins durables, le devenir de nos milieux urbains est un thème qui a autant de points de réflexion, aussi bien pour nos pouvoirs publics, nos dirigeants politiques, nos spécialistes en aménagement urbain, ainsi que pour le simple citoyen directement impliqué dans la transformation de son environnement urbain, car nos projets urbains actuels ont le mérite de dévoiler les limites des démarches polytechniciennes existantes de la poes ndaci c e dub ns , u sn an q é p r e cal a s e rf i ’rht t t ’ra i so ee meq io t ra us a ds h r tn d a tout bord et qui réussissent à induire en erreur, par leur égoïsme et autorité, tous l ma rsdo vae tu l pouvoirs publics et même le citoyen algérien. e s î e ’u rg, o s e t s P i u a judh ilcntt e o miexub is s a rl q et nq i us e uo r’u,e o s d n s lu ra et me,a uso u q a i n i reste sans réponse pour nos responsables est de savoir comment faire pour réussir à rendre nos milieux urbains conformes aux normes des villes modernes et instaurer un cadre de vie meilleur pour nos citoyens ?C et a l dan sc ’ p r e i ot s g i d l n tr d n t ss meda n gmet ra ate q en u srn e a aue e or yt e è ’méae n ub i c l u o s eo t n u amenés à bien comprendre les causes qui paralysent nos milieux urbains et les ri n d l p n e ’ és e o rso sbe,h ré d l gso ds ie e a o s ea a n di e d n s ep na l cags ea et n e v l t s d s i ls d l méoai d n s lu ub is e’ l rt n e o miex ra . a i o i n 41

Changements fantaisistes
C mme e mé o e d t vie l x éi c d n s rht t e ub ns s o l s t ds e r a t’ pr ne e o aci c s t ra ie, h a l e e ee t dp iln éed neno t a p rus l cniut p yaèe e o v l eus’ dpn a c, ’n p s u és ra o t i asgr d n s ie i i n é ls e l rus d l méoai d cded v d n s i yn a si d l r ta és r e ’ l rt n u a r e i e o c oes u e e e s i a i o e t n u agglomérations urbaines, sauf à la nouvelle ville de Aïn Témouchent, devonsnous faire appel aux spécialistes étrangers pour les études et la réalisation des poe da n gmet ra , ufu-il rechercher et exploiter sérieusement rj s ’méae n ub i o a t t n les compétences professionnelles algériennes existantes et spécialisées en matière da n gmetp yaes e miex ra s ’méae ns asgr ds lu ub i ? i n Après quarante-q ar a s de ot sn rsl t e Agr e mai e u t n ’ fr a s éut n l i n e f s a ée tr è da n gmet ub i, n s rso sbe d poe d i n s p oe ’méae n ra n o ep na l s e rj s o et ’ p sr t v o fermement au bâclage des études, tout en refusant catégoriquement le moindre ca gmet a tis ds tds ’méae h n e n fna ie e é e da n gment définitivement ficelés et bon st u pour exécution, quels que soient les fantasmes superficiels des personnes aussi influentes et autoritaires soient-ee,d n l rn sd l d ns ai o ls a s e a g e ’ miirt n u l s a t o a l r cr n s miex ub is o tbsi,a judh i d cmpétences ie s a o lu lu ra i n n eo n uo r’u, e o a éi nsdt t csd slt n da n gmetd n sv l e v l e, l r n e é nr e e o i s ’méae n e o ie t ia s g e e i uo ls lg capables de travailler dans la transparence et le respect des lois en vigueur, cmme cl q ’ rus An T mo cet o l svi a e du e éup o ee ua és ï é uhn, ù e ao -fi ’n q ie l i r r algérienne composé daci c sdub ns s t ’naci c p yaie a e ’rht t , ’ra ie e du rht t asg t ee t ee s, fait montrer le miracle algérien, à moindre coût à une gestion bien établie et suivie par la Banque mondiale. A rs ï T mo cetpui r v l a éi ns e a cn a judh i a s pè An é uhn, ls us ie l r n e s l et uo r’u d n e ls g e n un vs pormmeda l rt nd cded v d l r c oes tu e at rga e ’méoai u a r e i e e s i yn,o t n i o e u t bnf i t d moes d clc ds od rs méaèe e du r h éé c n e yn e o et e rue ia l e n grs t ’n i e c pormme da n gmetds ep cs vr e ds pae ub ie.C s rga ’méae n e sae et t e l s ra s e s c n o éai sde ei e n d n sga ds villes, qui vont coûter cher aux prt n ’ o mbls met e o rn e ls contribuables, pourront résoudre la complexité de nos grandes agglomérations ub ie e l r rn r l r ba t da tn q e s l paius ra s t e n u ede e u eué ’na , u i e rt e s q da n gmetsn l u r du e q ie e o é ne e epr né,a ’méae ns o t’ ve ’n éup d cmpt cs t x éi t cr œ e me e cette fois-c Iny ua ls’p u ds pc lt d l B n u mo da . i l ’ a r pu l p i e séi ie ea a q e n i e , a as s l Sl u rp ot ea i c o d l n i n e n d l wl a e l a l 4 e n n a p r d l dr t n e’ v o nmet ea i y d Bi ,e 7 o ei e r a d s ep csvr q i ’ a n sru espr c d 7 22m2n cs n d s sae et u s tl t u n u ef i e 9 3 s é e ie e es t e e e dégrader pour caus da snedet t n d gri n g e d ma q ed e ’bec ’ r i , e ade ae t e n u e n ee n c i dsc oes E sl l rvl i sdu cnel a miièed is v me e i yn. t e n e éé t n ’n o sie u ns r e t o s ao lr t l n i n e n e d l méae n d t r o e l n r a éi n ds ’ v o nmet t e ’ n gmet u e i i ,a ome l r n e e E r A r tr g e ep cs etnet u d 1 p r a p r à ’ p c ub i, l s ue T ns sae vr ’ q e e % a rp ot l sae ra a r q ’ u ie s s e n o n i ee sd 1% eq ’unva mo da ee sgnrl n d 1%. l et e 2 t ua i u n i ,l et ééa met e 0 l e l l e S a judh isue n 1 dep c vr mebe or cde e ie mie i uo r’u,el met % ’ ae et u ln t a r d v n lu s e e i ub i, l u e e’ dpn a c e jsua db t e a ne 18,’ l r n ra à ’ b d ln éed ne tuq ’u éu ds n és 90l g i n a i A ée était fier de la qualité de son cadre de vie, parce que notre pays continuait à se gérer avec un savoir-faire de responsables disciplinés et amoureux de leur travail e d l rp y, mesl naa n hr éd t s el péec cl i e t e e asmê u ’s ’vi t éi u e i e t mp d a rsne o na , o l que la considération des aménagements paysagers et des espaces verts en milieux ub iscmme at pea t d l méoai d cde e ids i yn e ra ,o n p r e rn ne e’ l rt n u a r d v e c oes t i a i o e t que les collectivités locales continuaient à perpétuer la tradition de faire de l rht t p yaie u ma r dœ ve a se rcs s e a n gmet ’ ci c asg t n î e ’ u r d n l poes ds méae ns a ee s, t u paysagers en milieu urbain et du jardinier un acteur primordial dans la réussite d ll gv é e a n gmetdep cs et ea o éi ds méae ns ’ ae vr . n t s s 42

A la fin du XIXe siècle dans les grandes cités européennes, les élites admettaient que le développement des villes ne pouvait être laissé au hasard et que pour parer aux conséquences parfois désastreuses de ce développement, il fallait cnrl l set asgr a l ge s o s éé o o t e ’ pc p yae cr o t ôr a n mp cni r cmme np it e u sr d u o d ve u n lan tr q i’f e l bevt r l p yae s ma t a t eeul p it aue u s f à ’ srae ,e asg et i e n dvn e o or o u nn n sensible des milieux urbains occidentaux car toute beauté est fondée sur les lois dsfr sn trlse q el rht tr du ev l et ’ u o e n n e ome auee t u ’ ci c e ’n ie s dé vi t o l a eu l mo r dof r u s l sri a crsd l o ’f i n i e ev e u op e ’ mme I ett sp u n u, r mp c h .l s e mp o r o s a judh id rf ci àme r e pael cn io sa éu t , o uo r’u, e é éhr l t e n l e o dt n dq ae cmme t c s i s demandées par les recommandations de notre président de la République, lors de la rencontre gouvernement-walis, qui changeront nos mentalités et nos ma i e di g e l ri n d v r esmbesn cdr ln i d a s nè s ’ i re a o s e i e ne l a s ée a ’ dv u lme r ma n s s v , i i i éo o q e crp rl p lai du n u euss meub i a a t àn s cn miu, a a ’ pi t n ’n o va yt a c o è ra d pé o n traditions historiques et urbanistiques, on fera contrer à court terme la dérd t n d l n i n e n, u p yae d ts e dsif s utrs ga ai e ’ v o nmet d asg, u i u t e nr t c e o e r s ar u urbaines, tout en donnant à nos citoyens un cadre de vie urbain amélioré, en plus du e u lé e i q oii n,a n s lu ub is o t or su rfg ’n q a t d v u t e ecr o miex ra sn n t el e e i e dn i n e u en Algérie et notre milieu de vie de quotidien. Mê s l l r q i s r h e p t t lé e q essci e sn pe e me i’ g i u et i e n oe i i s t u e a ss o t lns A ée c n at s i dagn,n smiex ub iss t u et a judh i d n u e su t n ’ret o lu ra i n e r vn, uo r’u, a s n i ai o t o di as e ae u ftr icr i d n l cde d l méoai des ’ s t vc n uu net n a s e a r e ’ l rt n mp e a a i o cn io s d v ds c oes cr tue l p lius si e,jsuà o dt n e i e i yn a o t e o t e uv s uq ’ i e t s s iq i ma t a tp u l ruse e ’méoai ub ie tagso ds lu i e n, o r a és t d l l rt n ra e l et n e miex nn i a i o n i i ub ie sn ae ds éuttdéhcàl xet nd l n u ee ie e ï ra s o t vc e rsl s ’ e, ’ cpi ea o vl v ld An n a c e o l l Témouchent, et e p r a s du e no é ne nmai e ’méae ns cl a cue ’n icmpt c e a e t r da n gmet è urbains qui perdure collé à leurs postes, faisant fuir vers des horizons lointaines, toute compétence algérienne spécialisée et qui est venu travailler avec honneur, dignité et étique dans son pays, pour mieux améliorer le cadre de vie de leurs citoyens en milieux urbains. Dans notre pays, le premier souci de nos autorités l a sa tpol e etsu etde êhrn scmpt cs e mai e o l uo rc més s o vn ’ ce a mpce o o é ne, n t r e è da l rt nd cde e ids i yn e mieux urbains, de construire des ’méoai u a r d v e c oes n l i o e t i villes authentiques qui rendront à nos agglomérations urbaines leurs places da tn e d d n e à n t pu l l so d rn urae l vnrd ’na t e o nr or epe ’ p i e eo e vc ’ ei e e e r a l u nt C s me rso sbe l a xna p ri et o ra l rrn s ’ ma i . e mê s ep na l o u ’p aa sn p u méoe o h é s c s i milieux urbains uniquement lors de la visite du président de la République, où tous les moyens matériels et humains sont mis à la disposition de la réhabilitation ds fie ds ga ds at e d l v l js l t s du e v i e a l e rn e r rs e a ie ut e e ls è l, e mp ’n it se présidentielle.

12. V r u e o vl a poh d gso e da l rt n es n n u ee p rce e et n t ’méoai l i i o de nos paysages urbains.
Afin de remédier aux pratiques anciennes établies par nos responsables locaux, depuis notre indépendance, en termes de gestion urbaine, le 20 février 2006, notre Parlement, par ses deux chambres ru i , a aré p r u vt à l n nmi l pe èe l éne s gé a n oe ’ a i t a rmi u é r o i doi tt nd lv ld n l io e e or p y. ’r nai ea ie a s’ s i d n t as e o l h tr e
Cette loi-cdecnar l vnmetdu en u eep liu d l gso a r o sce ’ èe n ’n o vl o t e e a et n a l iq i urbaine car elle prend en charge la situation de nos villes et apporte une nouvelle 43

a poh p u l méoai d n smiexub is ai déi rd tmbr p rce o r ’ l rt n e o lu ra , f ’ t e o e a i o i n n ve d n l erus up s e déi r ’urs rme ub nsq e. a a l r, a se rer d as t ’ t da t da s ra iiusP r ie s s é ve e t lu ce texte de loi prévoit de nouvelles dispositions visant à « atténuer les pathologies urbaines », « maîtriser la croissance des villes », « préciser le cadre légal qui réglementera la ville » et « promouvoir et préserver les espaces publics et les espaces verts ». Ma t a tq en sa n gmet dep csvr au sein de nos milieux i e n u o méae ns ’ ae ets nn s ub is sn dvn s dsaae e q e l tt d l vrue d n n s ra n o t eeu i rt t u ’ a e a ed r a s o p s é ag méai s st s él a l lpudit ê acré a n s ep na l gl rt n etr dpo be e e ’ é t cod p r o rso sbe o o è r , nr s a xa n gmet p yaes t l ra i vgtl d n n t p y, o s u méae ns asgr e à ’ b ns u me éé e a s or as n u a e donne matière à réfléchir sur cette situation, afin de redonner à nos villes et villages un nouveau visage environnemental et paysage adéquats, où le mot paysage deviendra si riche de sens et que ne nous pouvons plus penser la ville sans lui car paysage et espaces verts sont deux mots qui entrent de concert dans l paiu poes n eed l rht tr d p yaee o et d p rc a rt e rf i nl e ’ ci c e u asg t n ne q so l a eu n a e t me l r o l si c d l méae n d t rise h r neae l e ,’ t u a c ne e ’ n gmet e e a , n amo i vc e r a, e a r n s ep cs te é met q i’ t u etp u un usage sécuritaire, efficace, sain sae e l l ns u s r vn, o r s é y o e stfi n p rl c oes L poes nd l r snd l rht tr d t aia a t a e i yn. a rf i e ’ ta e ’ ci c e u s s s t so ai a eu p yaeq isl rht t p yaies su à a h ri e e pécu ai s asg, u et’ ci c asg t e i e l canè ds rocp t n a ee s, t r o da n gmetd l saeet ev o nmete achitecture, car elle est ’méae n e ’ p c nr n i n e n t r e e r cmpé na ee p r n i d l cl u e d l rht t e p r ga t e o l meti t at a e e ’ o g e t e ’ ci c t at en ds r e r é o a ee a savoir-fi ae l no l ur. a e vc’ u ’ t r u a e Ainsi les architectes paysagistes interviennent en amont des projets pour les é ds ra e, o re é ds ’ t e ub i sp u l t e di u n s u mpacts mais aussi pour la requalification des cités ou des espaces difficiles à aménager. Si la conception des jardins, des parcs est une tâche qui semble à la portée de chaque architecte ou aménagiste, l méae n p yae dsmiexub iset nat une démarche des ’ n gmet asgr e lu ra a i n s u r et aci c s p yaie,cr i s t ln à dcy t l se l lu d rht t asg t ee s s a l ’ tl t s a ee érpe e i , e i r t e e transformation pour faire naître un projet où chaque architecte paysagiste possède sa sensibilité propre de nature à faire exister et à transformer en réalité u eié o u cnet crl rht t p yaienetp ssue n u n de u n o cp, a ’ ci c asg t ’ a ee s s a el met n h mmed l r c s a s u cn a su e u o sraerds hn mèe o e ’ t ’ t us n o n i er t n bevt a, e i s u e p éo ns naturels en milieux urbains. Laci c p yaie su poes n eq i’ l e cér e se vitaux ’rht t asg t et n rf i nl u s mpo à re ds i s ee s so e i t e miexub isq in i n àl mevie n e q i e a s jma p u n lu ra , u iv et ’ rel i n t é lmet t u n l s a i o r ie s compte la gestion durable de notre milieu car il travail sans relâche à établir un éul r et l sg e l jus ne e at r du e ate l cnevt n q ibe nr ’ ae ta o i a c d l e e ’n p r ta o srai i eu s r , o e l slbi d l n i n e n, ’ur p r e q e d l tpe l ra t ta a r é e ’ v o nmetda t at t u « e ’ o i à a élé u t e r e , u i urbaine »et eeu l q ai q i s rslep rlip u mee àbe l s dvn e ’ u t n u et éo é o u a u, o r nr i a n ra st ndu a n gmet ra e snss med gso , o élai ’n méae n ub i t o yt i o n è e et n cmmepéu i rv p rl bet f par notre président de la République lors de la dernière a ’j i i o c f xé réunion gouvernement-walis. Si chez nos voisins, la médina de Fès ou la vieille ville de Tunis sont mieux sauvegardées que nos Casbahs, bien que nous partageons avec eux la même culture, les mêmes traditions et les mêmes modes d v ,e ’ t u p re u ce exl aci c s asg t o t é aq i e i c ne q e ac q e hz u , s rht t p yaie n dj cus e s e ee ss à leurs places dans les aménagements des milieux urbains et que dans notre pays, o tcniu àcnt i ni ot cmmet tu e cniu n di oe n o t e o s ur ’ n r e mp r o e n, o t n o t a t ’ n rr n g l rht tr d p yae t ea o n î e u p re t asg, u vu dr ’ ci c e u asg ed l cn a r q e a lmo p yaeq i et i a eu t e pour nos responsables : jardins ou espaces verts des milieux urbains. Car depuis ln éed ne l l r ma q e déo s séi i e e aci c r ds ’ dpn a c, ’ g i i A é e n u ’ l pc lés n rht t e e ce as eu jardins et des aménagements paysagers dans son patrimoine universitaire, ainsi 44

q ’n l iai q i i da mp sra l e e’rht t p yaie a se uu eé s t n u v n r i oe l pa d l ci c asg t d n l gl o e c a ee s processus des aménagements paysagers en milieux urbains. Après les compromissions et les incompétences, au point que notre pays est devenue reine des chantiers inachevés et des « villas cubiques » l l r ,’ g i A ée da judh id i svi ic r l rht t p yaied n sn poess ’uo r’u o ao nl e ’ ci c asg t a s o rcs t r u a ee s u da n gmet ra e d rus l méoai d cde e ids citoyens, ’méae n ub i t e és r’ l rt n u a r d v e n i a i o e tu e l x en p r n b t r d poet n l iai sd n ca u é d o t n ’ i a t a u e at i e rt i sé s t e, a s h q e t e eg ee co g l v u da n gmetub ieo p yaèe crsu l rht t p yaiesua ’méae n ra n u asgr, a el ’ ci c asg t a r a ee s t nfr rl lu d n smiexub is du ema i ep é q etu e r s me e i x e o lu ra , ’n a o se i n nè ot u o t n r i étant à la fois un artiste et un artisan, comme elle doit combler son manque daci c s e d t h ies p yaie p r l cét n du cru ’rht t t e e nc n asg t ee c i s s a a rai o ’n uss u i ri i daci c se digner p yaie, is q el rcn ut nv sa e ’rht t t ’ éi s asg t a i u a eo d i e tr ee n u ss n e des formations pour les techniciens et les ouvriers paysagistes dans les instituts et cnrs d fr t n D p i q e us a ne,l poes n darchitecte et e e omai . eus ul e n és a rf i o q so ’ paysagiste n cs da g ne àl fie q a té t nq a t àt vr l e es ’u met e r a o n u ni e e u lé r ese s t i a s pays méditerranéens, sauf dans notre pays où une loi sur le paysage urbain s vr ncs i p u vnrrg met u edma d p yaèee mie ’ èe ées r o r ei él ne n e n e asgr n lu a ae e r i urbain et notamment au niveau du volet paysage du permis de construire et de la prise en compte du paysage dans le POS. C et ac q ’ s g du eat ’ p re ui ’ i ’n t nte de nos citoyens qui aspirent de manière s l at e légitime à un meilleur cadre de vie où le confort urbain et la convivialité des espaces se substituent à la monotonie et à la répétitivité de nos milieux urbains, q ’ et ret o r o rso sbe l a xd revoir sans complaisance leurs ui s ugn p u n s ep na l o u e l s c stratégies de gestion des aménagements urbains de leurs villes et villages, surtout en ce qui concerne la réhabilitation de la redistribution des rôles dans le processus du nouveau système de gestion de nos milieux urbains. Afin de reconnaître les valeurs publiques de notre paysage urbain et de poser les conditions nécessaires pour la prise en compte des dimensions paysagères à t vr l xri d pa ict n d n smiexub is a s q ed l r r es ’ ec e e l f ai e o lu ra , i i u e e s a e c ni o i n n u a n gmetdep c verts, car il est temps pour les Algériens du XXI e siècle méae ns ’ aes s de trouver la qualité des espaces de vie en milieu urbain surtout que la p p l i ub ie e or p y at n r l 8% àl oi nd 22 e q e o ua o ra d n t as t ida e 0 tn n e e s ’ r o e 05 t u h z notre pays possède déjà les moyens humains et matériels pour garantir la ruse ’nn u euss me e et nd n s lu ub is és tdu o va yt d gso e o miex ra . i è i i n

13. Exorde pour une meilleure gestion de nos espaces verts urbains.
C et ac q ele milieu urbain est le premier espace qui mérite ’ p re u s l t ni p u s cu e ’ t t n o r ’ cprdu tourisme, en général, et du tourisme ae o o urbain, en particulier, que la première préoccupation de nos responsables concernés doit être l méae n d n s miex ’ n gmet e o a lu i urbains, avec une considération plus importante de l méae n ’ n gmet a de l nre la ville car il est temps de faire réveiller la conscience ’ t de e é professionnelle de nos responsables pour retrouver la tradition a cs a d fi l v l e ss sae vr , f q e ’ l r d net l e a e a ie t e ep cs et ai u l g i e re r l s n A ée demain puisse retrouver le ce n da l rt n ub ieet de hmi ’méoai ra i o n mettre en place les outils qui lui permettront de réussir
45

l méoai d cde i d ss i yn a sq e ’cuii ds ’ l rt n u a r v e e c oes i i u dacel e a i o e t n lr mii s eo r t , lntr e e vin méi ra én. lo d tuie à ’ s d ss o is dt rnes ln ss i a s e
Même les espaces verts, qui sont pourtant reconnus comme un facteur capital pour bâtir un milieu de vie urbain de qualité, ne se voient pas accorder, par nos a tr é l a s l paeq ’sméi n d n n t p y, a n sp rse uoi s o l , a l t ce c ui l r et a s or as cr o ac t t e jardins existants sont souvent menacés de disparition par négligence et nos derniers bois urbains continuent à se dégrader de façon continue, depuis quelques années. Comme il y a un manque flagrant, dans notre pays, de programmes visant clairement à promouvoir le verdissement de nos milieux urbains à différents niveaux malgré que les espaces naturels en milieu urbain et périurbain sont une composante essentielle de la qualité de vie des citoyens, la réflexion de la mise en paedu evr a l p liu p u lntuai du rsa vr a si d l c ’n éi be o t e o r ’ s rt n ’n éeu et u e e t iq i a o n n s lu ub iss vr u eei neprimordiale pour le moment afin de o miex ra ,’ èe n x ec i n a g préserver la qualité de notre cadre de vie et la promotion de notre patrimoine des espaces verts au sein de nos milieux urbains. Le mardi 05 Septembre 2006, le Conseil du Gouvernement de notre pays, s'est réuni sous la présidence du Chef du Gouvernement, pour examiné et endossé un avant-projet de loi relative à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts, présenté par le Ministre de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement. Ce nouveau projet de loi qui a pour objet de définir le cadre général, les règles de gestion, de protection et de développement des espaces verts dans le cadre du développement durable de nos milieux urbains, a pour objectifs d'améliorer notre cadre de vie urbain, d'entretenir et d'améliorer la qualité de nos espaces verts urbains existants, de promouvoir la création d'espaces verts de toute nature et de faire de l'introduction des espaces verts dans tout projet de construction, une obligation prise en charge par les études urbanistiques et architecturales publiques et privées. Afin de protéger les zones vertes et les terrains à vocation récréative, espaces fragiles, précieux et convoités, cet avant projet de loi énonce la nature des infractions et les sanctions applicables à leurs auteurs. Ce texte de loi qui tend à é bi u ep liu chrnecnen n l ep csvr e da l rrl t l n o t e o éet o cra t e sae et t ’méoe e a r iq s s i cadre de vie du citoyen en milieu urbain, va permettre de valoriser le rôle des espaces verts dans la réalisation du développement nécessaire des groupements ub is t ’s c r e i ynàl gso d s v l cr ’bet pic a d ra e das i l c oe a et n e a ie a l j i r i l e n oe t i l o cf n p la création des agglomérations et leurs espaces verts est le développement humain, afin que l ma r edo vaep i eao u ev i g a î i ’u rg us vi n io lobale du ts s r sn développement des espaces verts, avec des programmes de végétalisation suivis du egs o d q a t q i o u egs o éo t ed rbeàt vr u e ’n et n e u lé u si n et n vl i ua l r es n i i, t i uv a gso rsetes d l n i n e n d n s l u ub is et n epc ue e’ v o nmet e o miex ra . i u e r i n Pour que cette nouvelle loi des espaces verts puisse être concrétisée avec une réussite totale dans son application sur le terrain, il faut que nos autorités concernées puisse permettre la participation de nos citoyens, au maintien de la qualité de leurs espaces verts et dans certains cas de les associer même à la gso ,p r e i s ’s c t n d q at r e d cde e i ds i yn, et n a l ba das i i s e u r es t u a r d v e c oes i i o ao i e t car pour pouvoir maintenir le plan des espaces verts pour chacune de nos agglomérations, avec une répartition équitable sur son territoire, qui avoisine une superficie de 10% des terrains tant privés que publics, il faut maîtriser le savoir-faire de gestion pour arriver à ramener la nature dans nos villes et assurer que cette nature puisse joue un rôle vital dans nos milieux urbains, qui 46

af hn u ecos nedh btnsd pu e pu fr , ni l u n l fcet n ri a c ’a i t e ls n ls ot e mpi a t e i s a e q s citoyens et en développant les capacités des décideurs responsables de l'aménagement des milieux urbains, pour mieux protéger et gérer leurs espaces verts. Si aménager des espace vrs usi d n s l u ub is f da l rr s et a e e o miex ran ai ’mé oe n i n i la santé et le bien-être de nos citoyens, est devenu une nécessité primordiale, sro t ua ju dh i u l s i rs ad mién tecd ed ve iet u tu q ’uo r’u q e a i s oe o n or a r e i l s nt , devenu difficile pour notre citoyen de trou e l mo e d s vr e yn e ’ offrir une très bonne qualité de vie en dehors de sa maison, car il est devenu presque impossible, dans nos agglomérations, d'aller se promener et laisser jouer ses enfants sans inquiétudes au sein de nos espaces verts et des aires de jeux car les espaces verts existants, ne sont plus un indicateur déterminant de la vitalité écologique, sociale et économique pour nos responsables locaux. C mmen tep y a b si dacotel v l réu aie c l rl e o or a s eon ’crî a ae d ct , ut e e t r u v u l écologique de nos paysages urbains pour rendre l'éducation de nos citoyens jyuee et îa t i fu cmmecrd n lmméi d pa t l oes t nr n ne l a t o a , ne a s ’ i da e lne e t r s graines de l'apprentissage et du militantisme de notre pays de demain. Voici pourquoi la nouvelle loi des espaces verts doit inclure les aménagements des cours d'écoles et des espaces publics qui reflètent à la fois l'écologie et l n i n e n l a d n smiex ub is d n l méae n e l ’ v o nmet o l e o e r ce l u ran, o t ' n gmet t e i a s activités qui s'y déroulent répondent aux besoins physiques, intellectuels et sociaux et q ’ fu a r a n grds asgs ra s u rf t t or ui a t l s méae e p yae ub i q i e è n n t l o n le e diversité culturelle et historique, tout en ménageant un meilleur accès aux environnements naturels urbains, à ceux et celles qui autrement n'auraient pas la possibilité de goûter au monde naturel de la compagne car la notion de paysage représente également un critère important à considérer dans la gestion des espaces verts de nos milieux urbains. A judh i u n s lu ub isé uf t a ma q edep csvr e uo r’u q e o miex ra i n t f n p r n u ’ ae et t o e s s q el bec d l yi eapi u epo ot n a r ne p rma q ed u ’ sne e ’ g n a h è r n rp r o l ma t a s i a , nu e ci is v me du e érsne maoi d n t p p l i , p re q e n s ’n caa t jr é e or o ua o t e t n ac u o responsables concernés ignorent que le socle sur lequel se bâtit un aménagement urbain est les espaces publics avec leurs espaces verts, qui sont souvent considérés comme les espaces restants de la construction dans la ville car ma t a t q el ra i vgtld n smiexub isetdvn ds i e n, u ’ b ns nn u me éé a e o lu ra i n s eeu e a n gmet dep cs et dsaae e q el tt el vrued n n s méae ns ’ ae vr i rt t u ’ a d a ed r a s o s s p s é milieux ub isett sdpoa l l rp otd l N sr l ttd l ra n s r él be e a p r e ’ U u ’ a e a è r , O é population de 2006, estime que notre pays est loin de rattraper les pays développés, avec notre système de gestion actuel, surtout que 63% de nos citoyens ont préféré habiter les zones urbaines, tout en délaissant les terres érables et cultivables, où seulement 0,9 habitant par hectare y habite. C et ac q ed n n t p y l méae n ds lu ub is ’ t ls ’ p re u a s or as ’ n gmet e miex ra ne pu s e a i n s u e ra i t ng b l e cnet d l sae u l, et é àsatisfaire les n ogns i l a t o cr e e ’ p c p bi dsne ao o e é e c i besoins des populations en réalisant des équipements adaptés et en valorisant les ressources naturelles et du patrimoine historique, que au sein de nos ag méai s l s irs l e ot srl be ê ee l btn srl gl rt n, a i s oe ’ mp r u e i t t e é o o nt a é n r o u a verdure au p it u l n t nl ra i vgtlnet lsl ca o d o q e a oi ’ b ns n o u me éé , ’ pu e h î n u a s n da g e nr l a tr é cnrl e l a s f dit rr e ub ns s t i ou et e uoi s et e to l ai ’ é e l ra ie e l e s t as ce n n g s t l aci c sp yaie d n l cded l p liu d l méoai d e rht t asg t a s e a r e a o t e e ’ l rt n u s ee ss iq a i o cadre de vie des citoyens e l p lai sr e eri ds iéet dce e t’ pi t n u l t a e df rns ért t a c o r n f s lois existants sur les notions des espaces verts aux sein de nos milieux urbains.

47

En ce début du XXI eme siècle, si nous sommes en marge de la civilisation ub ied n l cded l ra i vgtl c netq ep req e n s ra n a s e a r e ’ b ns u me éé e e ’ a, s u ac u o ep cs et ub is o t a s né t ’ f i i e q el gso d n t sae vr ra sn d n u t di é o t t u a et n e or s n a n r ré i e pays continu à fonctionner avec un système de gestion urbaine qui met les spécialistes en architecture du paysage en égalité avec les faiseurs des projets da n gmetdep csvr dsaae,t sq e l ppnèie e l ’méae n ’ ae et i rt e u e eéi s s t e s s p s l s rt s aci c s q i hrhn d n l poe da n gmet ra sq el r rht t e e u cecet a s e rj s ’méae n ub i u e s s t n u po rséo o e ma r q ’ssn l nd ma r e l svi rpe cn mi s l é ui o to e î i r e ao -faire adéquat g l i ts r qui donneraàn s i yn l su a tn at d e mai edep cs et o c oes e o h i a t t n u n t r ’ ae vr , t t e è s s cmmecli uo a mi àt vr l ra st n rus sp rn svin o e q ’n d r u e r es e élai s és e a o o is a s i o i s méditerranéens. Afin que notre pays aboutisse à trouver une meilleure solution pour remédier aux différents éhc d n t ss med gso e mai edub ns ces e or yt e è e et n n t r ’ra i i è me vgtle dar e à l e l ep cs etd n s gl rt n a x ome éé e t ’ri r é vre sae vr e o ag méai s u n r s a v e s s o o internationales contemporaines, il faut que nos projets paysagers soient le fruit d t vidu svi u r a ’n ao -faire chois p r l va séi ie da n gmet a l r i amie ri pc lt ’méae ns s s as s paysagers des milieux urbains et des espaces verts, qui sauront rendre à l méoai d n t cde e ie mie ub i, n ra t q oii n e ’ l rt n e or a r d v n lu ra u e élé u t e e t a i o e e i n i dn font attirer à notre pays des millions de touristes de la part annuelle destinée aux pays méditerranéens. C et ac q eu egnrt nd n sag méai scntue d rn ds ’ p re u n ééai e o gl rt n o stés ua t e s o o o i s c dhs i , aé pru d rn sue n q e usa ne d p liu i l ’io e èe tr t ed e ua t el é met ul e n és e o t e q iq anarchique de gestion de milieux urbains dévastat c, a l fueda tr é r e p r a a t ’uoi s i t l a s u n ceca n q ’ pré e l r p si s nfi n smba t e o l q i e hrh i t uà ept r e s oio e a a t e l d ce e u u tn s n t vie,o t ncl tn l poe da n gmet ra s t e ep cs r a l tu e o a te rj s ’méae n ub i e ds sae a lr ma s t n verts et tout en laissant nos citoyens à vivre dans un cadre de vie lamentable, q ’ et r ri q e o cmpt cs o cré rf ci etae u e io ui spi da u n s o é ne cnens é éhs n,vc n v i l mo l e l s sn ra s e cne oa eai d me r e pae e o h id ce dé t t e élt t o t ie mp ri , f e t e n l l su a u hf ’ a e d n n t c t t son gouvernement en instaurant la nouvelle loi des espaces verts, qui viendra p u suei l n u ee l doi tt n d l v l d n l t ne d o r o t r a o vl o ’r nai n l i e o e a ie l, a s ’ t t e ae lntuai d n u euss me e et nda l rt nub ie ’ s rt n u o va yt d gso ’méoai ra . i a o è i i o n Lugned dp s rl s t q oate dsep csvr a si d n s ’rec e éas e t u u c l e sae et u e e o e a u s n milieux urbains, nous pousse à commencer sérieusement à réfléchir de mettre en pae u e n u ee p liu d gso da l rt n ub ie ae ds l c n o vl o t e e et n ’méoai l iq i i o ra n vc e a n gmet dep cs vr a éu t q i sua a éni à jma méae ns ’ ae et dq as u a r na t s s , r a i s lnfcc édsfi usdep csvr dsaae ai q ’u si de nos ’ e i i e a er ’ ae et i rt f ua e i fa t s s s p s n n milieux urbains, de demain, les espaces verts seront bâtit grâce à une coordination entre politique et technicien des collectivités locales ainsi que l p ot e cnel e d svi fi ds rht t p yaie, u suo t ’ p r ds o sie t u ao a e e aci c s asg t q ia rn a ls r r ee ss intégrer le prcs sda t iai p u l t nfr t n d n smiex oes u ’nip t n o r a r s mai c o a o o e o lu i ub ise l cét n du ub ns vgtlmo en p u n s ftrs ra n t a rai o ’n ra i me éé a dre o r o uue agglomérations. Penser à faire accompagner les équipements de nos espaces publiques avec des é ds d n l cded l rbanisme végétal, de bonne qualité et adaptés au t e, a s e a r e ’ u u poe a si d n sag méai s etdvn a judh i rsu u e rj u e e o gl rt n, s eeu uo r’u peq e n t n o o ci r,e u et edpi ri e d fi aa cr nugne ’ s uai hmèec q is rn r da e a e vne e rec lnt rt n mo l r i a o d l n u eel dsep csvr ai da p r rquelque cohérence à nos e a o vl o e sae et f ’p ot l i s n e paysages urbains, qui sont devenus désarticulés par des aménagements paysagers non maîtrisés par nos responsables locaux car pour nos citoyens, si le p yaevr et iéet e nq ’ s g du p r, ’njri p bi o asg et s df rn sl ui ’ i ’n ac du adn u l u f o l at c dun square, pour les agglomérations urbaines, le paysage urbain a des usages ’ 48

différents et des perceptions qui évoluent en permanence avec les évolutions du temps. Avec la nouvelle loi des espaces verts , qui sera une partie prenante du futur nouveau systè d gso da l rt nub ie q iscmme ncea d me e et n ’méoai ra , u et o i i o n u hvl e T o p u l péiet el rp biu ai d rus l méoai d n s ry o r e rs n d a éu l e f e és r ’ l rt n e o d q n i a i o a n gmet ub is cau dsrso sbe t h iusda n gmet méae ns ra , h cn e ep na l e nq e ’méae n n s c urbains de nos collectivités locales, ete s mmeéàs r rd cn a sne n ’ me e o n i a cs a s spécifiques en botanique et en arboriculture, à une maîtrise des principes de cmp si e d gso ub nsq ee vgtl a s q ’u rf ecs e o oio t e et n ra iiu t éé e i i ua x é rne d tn i t a, n é typologies urbaines tels les avenues, cours, boulevards, squares, etc., car loin dê e rd c i s cs cmpt cs a met t ln et n ds poe ’ r éut c t r e e o é ne l ne e i n ’ vni i o e rj s t contemporains que la collectivité fera siens, en collaboration avec les architectes paysagistes ou les urbanistes qui pourront se substituer, dans un premier temps, au nombre réduit de spécialistes en architecture du paysage sur le territoire n t n l e at d n l cét n d fr t n a éu t e déo s ai a n t n a t a rai o , e o e omai s dq ae t ’ l o s ce spécialisées. C et o rfi rl crn t p y d n s cniut hs r u e mai e ’ p u a e e ne or as a s a o t i ioi e n t r s r a e n é t q è dep csvr qui nous rappellent les fameux jardins islamiques de notre ’ ae ets, s c ist nmuuma e q ’ et ret epoée àlnrd c o d ct i lai vi o sl n, ui s ugn d rcdr ’ t ut n e e e l i o i t nouvelle loi des espaces verts, car il est temps pour nos citoyens de trouver la qualité des espaces de vie en milieu urbain, mais aussi les mentalités et les ma i e di g e l ri n d v r esmbe a s ée àln i d a s nè s ’ i r e a o s e i e ne l sn cdr ’ dv u lme r ma n s s v i i i éo o q ecrae ct s aéi d gso dub ns vgtl d pé a cn miu a vc e e t t e e et n ’ra i t r g i me éé a a t u a e microcosme Algérien, chacune de nos collectivités loca s i oeadu sri l ds sr ’n ev e e p c de gestion des espaces verts, qui saura collaborer avec « les ambulancier de l ra i mo en »ai d fi d t cau e e o 14 cmmu e da ’ b ns u me dre f e a e oe h cn d n s 51 o n r r ns ’u mo s njri p bie q ee p t di u l ,eo t i e e mai de i u adn u l t u l âé ’ n c s s mmebe srn r hs n t re s c è couverture végétale et munis avec des terrains de sport, des jeux pour enfants et dep cs etp u pro ns ge. ’ ae vr o r esn e âés s s L rcece du ev o nmetub i d q a t cntu u o j t a ehrh ’n n i n e n ra r n e u lé o ste n be i i i cf fondamental pour les premiers responsables de notre pay crl cét ndu s a a rai ’n o aménagement paysager adéquat et de meilleur qualité en milieu urbain, dmer gnrl n l mo e u s vr l pu d rbe l pu at yn e e ue ééa mete d q i’ èe e ls ua l e ls t aa t t e a , r pu éo o q e l gt mep u l méoai d cde e i ds i yn, ls cn miu à o e , o r’ l rt n u a r d v e c oes n r a i o e t ce qui fera de la nouvelle loi des espaces verts, une orientation pour le dvl pmetdu epu ga d cl r d l q a t dsep csvr , e ée p e n ’n ls rn e ut e e a u lé e sae et d o u i s l xeec e d l cét i e mai eda n gmet ra . ct gr, ’ clne t e a rai t n t r ’méae n ub i À e éad e l vé è n avec la nouvelle loi des espaces verts, le paysage urbain de nos milieux urbains présentera des qualités certaines en matière des espaces verts, pour le bien être de nos citoyens, où des choix seront toutefois précisés pour accroître la qualité des milieux de vie et de contribuer au développement touristique de nos agglomérations, dans le cadre du programme de développement touristique de notre pays. Sachant que les aménagements des espaces verts et des parcs urbains, sont les poumons du milieu urbain car ils constituent une véritable entité écologique et de petits havres de tranquillité invitant les citadins à se soustraire à la nuisance acoustique, que génère le tohu-b h ds lu ub isq ’ et éesi q e o u e miex ra , ui sncs r u i n l ae l aci c sp yaie e l ub ns sda judh i o e rht t asg t t e ra ie ’uo r’u cl s ee ss s t laborent avec les politiques et les techniciens des collectivités locales, pour songer à implanter ces o vae vroa t a si d n s o e ub ie,d n l b t ’ma o e l u rgs ed yns u e e o zns ra s a se u da d ur e n n 49

p yaed n s gl rt n sl l l iu du es aéi d l ra i asg e o ag méai s e n a o q e ’n t t e e ’ b ns o o o g r g u me végétal et de la nouvelle loi des espaces verts. La nouvelle stratégie de gestion des espaces verts viendra pour faciliter la mobilisation des moyens nécessaires au sein de chacune de nos collectivités l a s f d rus l ra i vgtl a s o l ai e és r’ b ns éé d n notre pays car un environnement ce n i u me a ub i e da tn mi xdf d q ’ et eç cmme eup r n maoi ra t ’ua t e é n u ui s pru o n u e l ba a u e jr é t de la population, qui aspire à un meilleur cadre de vie au sein de leurs quartiers, leurs villages et leurs villes. Parce que nos responsables concernés par les aménagements des espaces verts en milieux urbains doivent aimer leur métier et servir la qualité urbaine tout en a l rn lcde e id l r c oesq ’s o ethrh ba cu pu méoa te a r d v ee s i yn, ui d i n cece euo p ls i e u t l v àl sri q ’ s sri d li t uie primordial de mettre en place la e ev uà e ev e u e q ’ st r r l nouvelle loi des espaces verts car il ne peut y avoir de meilleur manière de rd n e l l t s e o l s àl méoai d l ra i vgtl q e e eo nr e e r d n be e ’ l rt n e ’ b ns éé e u d s te s a i o u me a rivne l s ne d sn eiec, q i et l cét n d directions é et ’ s c e o x t e u s a rai n r ee sn o e da l rt nd l ra i vgtl a tn me a si d ca u clc v é ’méoai e’ b ns éé e uo o s u e e h q e o et i i o u me a n l it locale et de collaborer avec les spécialistes en aménagements paysagers des milieux urbains, pour savoir gérer les futurs projets paysagers des collectivités locales et les maintenir dans leurs continuités. Si maintenant en Algérie, on prétend faciliter la lisibilité et le fonctionnement des territoires de la périphérie en leur superposant un ordre, les alignements dabe s sbturi t afiàl rht t et les modèles classiques sont ’rrs e u stea n p r s ’ ci c i e o a e ure trop souvent considérés comme les seuls recours à la complexité urbaine, qui a judh i no rn l l tr d p yaed n smiexub iscri uo r’u ecmbet a e ue u asg e o lu ra c i n a l s brouillent la diversité et la richesse de ce milieu, sans offrir de possibilités pour repenser le tissu de nos agglomérations. Chez les occidentaux, le même territoire suburbain apparaît à beaucoup comme une immense banlieue car il recèle par la péec du p yae n trlt e ds rf ecs pr nne p u rsne ’n asg aua s ie t e é rne et et é i s or l méo ’ l ration des territoires de la périphérie de leurs milieux urbains car a i plantée en abondance, la végétation apporte une logique réellement géographique et cette nature construite se superpose à un tracé de la voirie purement fonctionnel et géométrique, grâce à ’ dpn a c d cs ex t t ln éed ne e e du s ae i r s o s dgg u ereeeté q e do l chrnedss utrsb t s ù e éae n él s t u, ’ù a o éec e t c e âi l hi r u e provient de la végétation. Comme nos rares architectes paysagistes engagés au quotidien dans les aménagements des espaces verts de nos milieux urbains, ont leur désir de voir que nos premiers responsables des collectivités locales réagissent dans le sens qui permettra à nos citoyens de trouver au seuil de leurs portes des espaces verts cmmecu q ’sa mi n d n l a n gmet ub isd nos voisins o ex ui d r t a s e méae ns ra l e s n e méditerranéens et ceux des pays arabes du moyens orient, à travers les chaînes d t éio sp rst le p rl p lai àl l t ds n u ee l sd e évi l s n a aei , a ’ pi t n a e r e o vls o e lt a c o te l i gestion dans le cadre de la politique de la ville et du développement des espaces verts au sein de nos milieux urbains et ruraux, car notre pays mérite aussi de se voir promouvoir la réussite de son passage vers la civilisation urbaine grâce à la réussite de son urbanisme végétale, qui ne pourra être atteint que si nos futurs aménagements paysagers des espaces verts au sein nos milieux urbains, sauront s p u e sru t vi puii il a e dsaci c sp yaie e l ’ p yr u n r a lr s pi i e rht t asg t t a a a l dc n r ee ss participation de la société civile dans le cadre de la gestion des améliorations urbains et des espaces verts déjà réalisés car la légitimité du savoir-faire de nos séi ie e a n gmet p yaes o s p u e sr adf s nd ct pc lt n méae ns asgr d i ’ p yr u l iui e e e as s t a f o t 50

cl r poes n ee a e ’ ggmet u i ed pi d r q e a c u ut e rf i nl fi de ae n h ma t e r e e i us u œ r u so l t n n s s de réalités difficiles de nos agglomérations. P re u sin u smbeo d metl e éfr r’ otne ’n éup ac q e il o s e lfn a na d raf me lmp r c du e q ie i i a technique de projet adaptée à la dimension des objectifs du projet local et de son contrat en constituant des équipes projet pluridisciplinaires et efficientes, intervenant à plusieurs échelles et intégrant des savoir-faire en aménagement des ep csvr e p yaesd t sd moeséul rs q ’ etpi ri e sae et t asgr oé e yn q ibé, ui s r da s e i l mo l pour nos autorités concernés de légitimer ces équipes en systématisant les lettres de mission qui définissent le cadre, les objectifs et les moyens de la mission as ne l q ie ’méae ns ra s a l bet a srcecé a l s g é à ’ up da n gmetub i cr’ j i i iehrh p ra i é n o cf n nouvelle loi des espaces verts ne devrait pas être limité à la simple réhabilitation dsep csvr e l méae e sae et t ’ n gment juste avec des plantations sans aucune s a codn t n ma àisfe u n u eé t ’ pice l cno oriai , i nuf r n o vlt de r hz e o smmaer e o s l a s t s t st u gestionnaires de nos espaces verts urbains dans le but de prévenir toute a n gmetdep csvr a aciu d n l f tsrl méae n ’ ae et n rhq e o t ’ f u edéveloppement s s ee chrn d l méae n d n s gl rt n sringt crd n ct o éet e ’ n gmet e o ag méai s ea éai a a s e e a o o t f t nouvelle politique des espaces verts, on doit prendre en compte notamment la qualité des espaces verts dans le cadre des paysages urbains et ruraux, tout en identia t l é met à poée p u ds moi dode tuiiu, f n e l ns i s é rt r o r e g ts ’rr o r t e f sq patrimonial, historique ou écologique.

14. Quelles perspectives pour les architectes paysagistes en Algérie.
Une émission de la chaîne de télévision Algérienne par satellite « Algerian TV » , ainsi que le discours du président de la république M. abdellaziz Bouteflika, lors de la rencontre gouvernement-walis, aa fi l l ed l rused pormmed rcnt c o vi a ’ o t t é g e a és t u rga i e eo s ut n r i dugne ea o e iire e i T mo cet o iya ulu de ’rec d l zn s s é d An é uhn ,ù l ’ e i nt e construire 3400 habitations sociales, des écoles, des bâtiments publics, des hôpitaux ainsi que pour la première fois en Algérie, des a n gmet p yaes ae l x ec d l péec du méae ns asgr vc ’ i ne e a rsne ’n eg aci c p yaie pc lé p u l ruse e ’mélioration du rht t asg t séi i , o r a és t d l ee s as i a cde e i ds a i ns e i T mo cet t e ’ v o nmet a r d v e h bt t d An é uhn e d l n i n e n e a e r urbain.
Ain Témouchent, où les aménagements des paysagers avant le séisme de 1999 é i t’ u r d pte et pi sd ra st nae dsn t n d svi t e l ve e e t nr r e e élai vc e oi s e ao an œ is e s i o o r faire en a n gmetdsep csvr , ra se a rsl bet n d sn méae n e sae et a élé, pè ’ t i e o s i o no nouveau statut de wilaya, pour la construction de sa nouvelle extension a miirt e pui r poe da n gmet dep cs vr p bi e d ns ai , ls us rj s ’méae ns ’ ae et u ls t t v e t s s c administratifs. A judh ie a n gmetdep cs et cniéé cmme uo r’u cs méae ns ’ ae vr ,o s rs o s s d des oeuvres paysagères, sont dans un état disparate, malgré les sommes colossales que notre pays a dépensé pour leurs réussites, car les autorités locales à Ain T mo ceté i td n lna ai d dsoe du é uhn t e a s ’ cp c é e i sr ’napport du savoir-faire an i t p du séi ie l r ne a n gmetp yaes t e miex ra sv l ’n pc lt a éi n méae ns asgr e ds lu ub i , u e as g e i n statut embryonnaire de cette wilaya avant le séisme de décembre 1999. Suite à lntl t nd w ld B ur, Mazouz El Hocine, à Ain Témouchent en ’ s l i u a e o i M. z i aa o i a 20 e l cod o t u l sd l sprio dsrpéetn d l b n u 01 t ’ cr be o e a u ev i e ersna t e a a q e a n r sn 51

mondiale du 19 au 25 février 2003, un architecte paysagiste algérien diplômé de Versailles et résident à Lakhdaria (wilaya de Bouira), a été majoré à une équipe interdisciplin i d t h ies t ’ gner a tctnsq i ti t h ré a e e e nc n e di éi s uoho e, u é e cags r c i n u an de construire la nouvelle ville « Akid Othmane » su l uoi d w le l , o s ’ tr é u a t a a t i supervision des experts de la banque mondiale. Grâce au savoir-faire apprécier de l rht t p yaiede Lakhdaria, par les experts de la banque mondiale, le ’ ci c asg t a ee s w ld l wl ad AnT mo cetp rl ba du t viah réd sn a e a i y e i é uhn, a e i s ’n r a can e o i a i a l O.P.G.I, a pu réussir le grand pari, de faire du programme de reconstruction dugne ea o e iireu mo ea éi p u l méoai d cde e ’rec d l zn s s é, n dl l r n o r’ l rt n u a r d nt g e a i o vie des citoyens en milieu urbain. A rs’bet ndu bâ e 20,e pe es ep na l d l wl ao t pe l t i ’n l o no me n 03 l rmi rso sbe ea i y n s r s a obtenu, en 2004, des félicitations de la part de la banque mondiale, pour la rused l x t c du apc ev o nmetl d n ct n u eev l és t e ’ ie e ’n set n i n e na a s e e o vl ie i e sn r e t l l « Akid Othmane », que notre présidents de la république, Abdelaziz Bouteflika, a inauguré en décembre 2003 et visité son jardin centrale de 1 Ha, en présence de sncnet rl rht tp yaie Lakhdaria. o o cpe , aci c asg tde u ’ ee s C et ac q ect n u eev l d AnT mo cet etpru cmmel ’ p re u e e o vl ie e i é uhn, s eçe o s t l l e mel r rj f a c p ra a q e n i e a nva d l f q e uN r, ie poe i né a l B n u mo da , u i u e’ r u d od lu tn l e A i q ’ let eeulmo ed l n u ee io ds méae ns e o miex uee sdvn e dl ea o vl v i e a n gmetd n s lu l l sn i urbains, avec un cadre de vie amélioré. S i àl ra st ndu e xes nd ut a élai ’n et i u e i o no jardin central de la nouvelle ville « Akid othmane »e l rusedu jri t a és t ’n adn i public paysager unique en Algérie, afin de faire de cet expérience une continuité et de donner à la wilaya de Ain Témouchent la chance de devenir une région pl e p u l méoai d cded v dsc oese miex ub is i t o r ’ l rt n u a r e i e i yn n lu ra o, a i o e t i n Agr n, n rf x nsru en u ees aéi da n gmet ds sae l i su e é ei u n o vl t t e ’méae ns e ep cs ée l o l r g verts au sein de la wilaya de Ain Témo cetaé péet p rl rht t uhn, t rsné a ’ ci c é e a ee paysagiste de Lakhdaria, à son premier responsable. Lo t t nd l uoi t nd n t gu enmetp u l cnrtai d ’be i e ’ tr ai e or o vre n, o r a o cé st n e no a s o e i o l bet q e ’ a f é l cnevt ndsoe d ct wl a n20 e qui ’ j i u s ti i ea o srai e frt e e e i y e 04 t o cf é tx o s t a cnia àé ri l x éi c d l méoai d cde e i ds i yn d o s ti l g ’ pr ne e ’ l rt n u a r d v e c oes e s t a re e a i o e t l n u ee ieàl ne lds gl rt n ub ie d l wl a apr s a o vl v l ’ smbe e ag méai s ra s ea i y, emi l l, e o o n a a xa tr é d l wl adeggr ara st nàp r r e ’n é 20, a s u uoi s e a i y ’ ae l élai t a n i o at d l ne 06 d n i a le cadre du programme de développement quinquennal 2005/2009, huit jardins p bi rcéts usi d l ne lds utd ï s ea i y. u ls érai a e e’ smbe e h i a a d l wl a c f n e r a C s rj s nq e da n gmetp yaes nAgr , u o t beul vl e poe u ius ’méae ns asgr e l i q i n o t ’ a t ée n a e d miièed lnéi rpour leurs concrétisation grâce à la présence de u ns r e ’ t e t i ru l rht t p yaied L k d r à An T mo cet srn n r l n ’ ci c asg t e a h ai a ee s a i é uhn, eo t oma met e acmp g é d moes ’ t t ne d grneds sae vr a sq e a co ans e yn de r i t e éa c e ep cs et i i u l n ee s n mi e pae du e s utr cnrl d fr t n d jardiniers et de s n l e c ’n t c e et e e omai r u a o e p yaie, o rl ra st n l poet ne l nrt nd l n i n e n asg t p u a élai ,a rt i t ’ t i e ’ v o nmet ss i o co e ee e r végétal et des aménagements paysagers des villes et villages de la wilaya de Ain Témouchent. Si maintenant que le projet des huit parcs paysagers urbains aux seins des différentes daïras de la wilaya de Ain Témouchent, est lancé et que l rht t p yaied L k d r , u aco i ervnre Agr , o r ’ ci c asg t e a h ai q i h i d eei n l i p u a ee s a s ée aider son pays à sortir du marasme des aménagements urbains médiocres, tout en acceptant de manger du pain de seigle et du café amer avec son peuple, est remercié par ingratitude de la part des premiers responsables de la wilaya de Ain T mo cetma r l ruse e o t e poe da n gmet p yaes é uhn, l é a és t d tu ss rj s ’méae ns asgr à g i t Ain Témouchent et possédant un savoir-fi daci c p yaie beuàl a e ’rht t asg t o t r ee s n a grande école du paysage de Versailles et il est membre de la Société Américaine de l rht tr d p yae c netq ep req ee Agr ,e rso sbe ’ ci c e u asg, e ’ a eu s u ac u n l i l ep na l ée s s 52

réfléchissent avant tout à leurs propres économies etq ’ssn l n d l ui o t o e a l i politique de notre président de la république, qui se désole, presque à chacun de ses discours, de la fuite des 210 000 compétences algériennes et demande leur rtu p u œ ve à’ ict ndu é t dre t é caiu. e r o r u rr l df ai ’n t mo en edmort e o é i o a q C et n b ra dé dse cne arn miu « Agro Dev », qui a été ’ u ueu ’ u e n o si go o q e s t l sélectionné pour la réalisation des aménagements paysagers de ces huit jardins publics récréatifs, au sein des huit Daïras de Ain Témouchent, afin de continuer un mythe avec 20 milli d d cni s q i o t oma met o nr’ icl a s e et , u vn n r l n d n e l t ee r me e én l q i agnrle u n u eu mo e da l rt n d cded v d n s u v ééa sr n o va i dl ’méoai u a r e i e o i o e c oesàl ne l dsmiexub ise Agr . rned l io e c s i yn t ’ smbe e lu ra e i n n l i Io i e ’ s i , ’ t ée h tr e be c b ra dé ds « i e ueu ’ u e Agro Dev », quina p u sue séi i e n t ’ o r el pc lé n at aménagement des espaces verts paysagers que le code du registre de commerce, qui a été critiquée par le wali, M. Mazzouz El Hocine, concernant ses études de ra st n dscnrsdefus met dsdce ub is( E ) pour le élai i o e et e ’ o i e ns e éht ra n s s n CT t i metdsi v te d l ti t nds i a, u a t co io r t ns e l i as t e’ is i e bo zq i é h i cmme o r ae xi u la o g é s pu fi rv r l myh ds adn dsaae q ’ cn uAnT mo cetaa t a e ei e e te e jris i rt ua o n i é uhn, vn r v p s d gut a x rj s asgr du va aci c p yaie e o t r u poe p yaes ’n ri rht t asg t e t e ee s. Malgré que le miir d l a i tdma d d n ssv i sd ca t r, ns e e ’ bt e n e a s e it e h ni s t h a se e « dé vrl nva e da e vr l h u, io n u a o stu do vr l ’ ee e i u t ’lr es e a ts n o s l n o t ri es a l e l n l t médiocrité » et que le ministre des travaux publics a décidé de mener une guerre sans merci à la médiocrité et à la négligence, nos premiers responsables, qui n r l n viet l méoai d cded v d l r c oese àl oma met el à ’ l rt n u a r e i e e s i yn t a e ln a i o e u t rused l cniut d pormmeda l rt n d cded v ds és t e a o t i u rga i n é ’méoai u a r e i e i o e citoyens, demandé par les hautes autorités de notre p y, ’n t u é e ier asno tr v d mel o lu slt np u ra srl r poe ub is q edéat l svi o i o r éle e s rj s ra , u ’ r r e ao -faire venu uo i u t n c e r da l r e d fi a pl u cnet rd jrisdsaae, o ’ie s t e a e p e a o cpe lu r u e adn i rt cmmesl p s ’s i voulaient faire du programme de notre président de la république, une médiocrité d pu d n l p yaeub i d n s ie,o t npi n n s i yn du e ls a s e asg ra e o v l tu e r a t o c oes ’n n ls v t n u euv ae e lu ub isq iesmbeo t cu q ’ vi t é l o va i g d miex ra , u rs s i n e l n à ex ue o n dfe r n e ir à travers les chaînes de télévision satellitaires du moyens Orient. Sans le savoir-fi daci c sp yaie dpô se epr né, q i a e ’rht t asg t il r ee ss mé t x éi t me s u suo t o nrd l so àl méoai d cded v d n sc oes n a rn d n e e ’ p i ’ l rt n u a r e i e o i yn e e r a i o e t milieux urbains, les chances de réussite de cette exigence du programme présidentiel, au sein de nos milieux urbains, seront sans aucun espoir, surtout q ’n si q e tu etfi ae u e pa ict n r o rue p r cr is uo a u o t s a vc n l f ai i ues a et n t t ni o g a responsables concernés, pour faire continuer les projets individualistes rentables afin que la continuité de gestion soit délaissé et médiocrité perpétuée, loin des objectifs des architectes paysagistes. S l nds ae poe da n gmet dep cs et e Agr ,élé vc i’ e rrs rj s ’méae ns ’ ae vr n l i ra s ae u t s s ée i le savoir-fi du b ra dé ds pc lé na n gmet asgr t u a a e ’n ueu ’ u e séi i e méae n p yae e q i r t as obtenu des félicitations de la part de la banque mondiale pour son aspect environnemental en milieu urbain, est en cours de perdition à Ain Témouchent, c netq e p re q e l a tr é l a scnièetq e l r tce et e ’ s u ac u e uoi s o l o s rn u e ah s s t ce d u acmpi o r’ smbe e D uea n gmetdu projet programmé et si le co l p u l ne lds o z méae ns , e jardin central de la nouvelle ville « Akid Othmane »rs tuo r e é t ’n et o jus n t du e a jri db u, e ’ t u p re uieto jus o sré a l p p l i à adn eo tc ne q e ac q ’ s tuo r cnev p r a o ua o s l tn l bi uvn a s crma r s ba t e s péett ncmme model de ’ r d a d lme a a i l é a eué t a rsnai o g o poed l n i n e n urbain, il reste sans gardien et sans jardinier. rj e’ v o nmet t e r

53

Comment en ce début du XXI eme siècle, devrait-on définir au juste, la place de l rht t d p yaie e Agr ? Quant on sait que nos responsables ’ ci c e asg t n l i a ee s ée nar ettuo r p s à sir l rl d l rht t p yaie d n l ’ri n o jus a v a i e ô e ’ ci c asg t a s a s e a ee s prpc v d n s méae ns ra s t u p rl rht tr d p yae eset e e o a n gmet ub i e q e a ’ ci c e u asg, i n a eu o et dl si c d l méae n d t rise h r ne vc e ep cs n ne a c ne e ’ n gmet e e a ,n amo i ae l sae n e a r n s e l é met q is t u et t e l ns u ’ r vn,pour un usage sécuritaire, efficace, sain et s é y o satisfaisant par tous les citoyens. Si l rht tp yaie su poes n eq i ’ ci c asg tet n rf i nl u a ee s so s mpo àcér e se v a xq in i n àl mevie n e q i e a s ’ l e re ds i s i u u iv et ’ rel e i t t t é lmet t u n l s ie jamais pour compte la gestion durable de nos milieux urbains, nos autorités locales, ne font que faire fuir le savoir-faire de nos meilleurs compétences en a n gmet ub is vr da t sh r o s mê s l péietd l méae ns ra , es ’ur oi n, n e z me i e rs n e a d rp biu at t q e n s v l sn t s mohs à l xet n de Ain éu l e t s u o ie o t r q ee ls è ce ’ cpi e o T mo cett u l l r a eo s e cmpt cs e e efns é uhn eq e’ g i bsi ds o é ne d ss na t A ée n e .

15. Valorisation du potentiel paysager de nos agglomérations urbaines.
Al u e e’ dpn a c ejsua db t e a ne 8, Agr ’ b d ln éed ne tuq ’u éu ds n és 0l l i a i ’ ée é iu p y q i o n id lmp rtance à la place primordiale des t t n as u d n a e ’ o a t i espaces verts paysagers au sein des aménagements de ses milieux ub is p req ep u l p u o sp bi ,’méae n ds ra , ac u o r e o vi u ls l n gmet e n s r c a ep cs eté i t n p r e rn ne e’méoai d cde sae vr t e u e at pea t d l l rt n u a r s an i a i o de vie des citoyens et de nos paysages urbains.
J sua db t ea es d l gso d l neme n iél iu,’ l r uq ’u éu d l pné ea et n e’ f metdo g el g i i e r oq A ée avait su perpétué la tradition de faire du jardinier un fonctionnaire et de ln éi r asg t l gso ds sae vr ,o t na o a t l création ’ gne p yaie e et n e ep cs et tu e l u n à a i u s i s l des espaces verts leurs propres budgets annuels, au sein de chaque collectivité locale ou établissement publique, ainsi que pour leurs entretiens, sans parler des pépinières et des jardins hérités de la France coloniale, qui suivaient leur vitesse de croisière, au point que chaque Algérien était fière de la qualité de son cadre de v , me inra t l coe a a n ba cu pu v e udl d l oi n i mê se élée h ss l i t euo p ls i a e e’ r o e i s le t à h z cr o cmpt cs nmai e ’méae n p yae,ti t u moe d a n s o é ne e e t r da n gmet asgré e a x yn e è an l ttp r a p r àl v es d co sne é ga hq e u l l r aa ’ a, a rp ot a i s e ri a c dmorp iu q e ’ g i vi é t e s A ée t amorcé depuis le début des années 70. A judh iq en s o e ub ie s ds q et t edci n,e mus e uo r’u, u o zns ra s e io un e s éhr tl n l e s rs fissurent, le carrelage se brise, les escaliers de marbre dans l jris ’ gre e adn ne ad s n q e en m,’ra i vgtl e o miexub is prusneté q e u l o l b ns u me éé d n s lu ra a ed o s t u a i n hi ma r q e ie ub ns s t ie fi us e adn dsaae no t rê l é u n l ra ie e n l a er d jris i rt ’n art g s t s s p s é d t vie e d grrn sznsub ie e l r a n gmet dep e r a l t e ée o o e ra s t e s méae ns ’ aces a lr n u s verts. Au vu des transformations que subissent nos villes, nos quartiers, nos v l e e tu l b tl s p r apéec F a çi e Agr ,e o t net ia s to te âia s a l rsne rna e n l i l d ue ’ lg ié s ée s plus permis car en ce début du XXI eme siècle, le paysage de nos milieux urbains se dégrade à une vitesse incontrôlable, la verdure urbaine disparaît à v e ’ i su l i q iead a l r, umiir, uw l d ma e t ’n u dœl o s’ l u rgre ie sd , œ, lu ns ed a , u i e du t i r P r metq ie q e ucde e ids i yn,o al n, u s mo u d a r d v e c oescmme ’ s g sidu e e t sl’ i a ’n i as t problème secondaire, laissant le champs libre à des architectes destructeurs é b rr e pa s é n, é l s u l n r s e ’ra i , e ep cs l oe ds l dmetdso q e e ome d l b ns ds sae a n r s u me 54

vr ed l méae n p yae, ’n pu pro n p u l fi rset , et t e’ n gmet asgrno t ls esn e o re a e epc r s a s r e q a tl eiet t e i ot q ’ n f plus bon vivre en Algérie dans u n i x t e pu mp r ui e era s sn e l v g a s upu, u n 8% ds 2mii s ’ l r n, u n u srn e i t n a lsq a t 0 e 4 lo dAg i sq e o s eo s n n ln ée 2025, vivront en milieu urbain. Grâce à la civilisation musulmane, les Arabes ont su se retrouver sur cette terre avec la tâche difficile de construire la ville et son jardin, même si nomades du dsr i né i t a dsns cér e jrisn mê u e rdt na s éet l ’ a n p s et é à re dsadn, i me n t io us ,s te i a i i ancestrale. De cette civilisation et de celle des Othmans et des Français, nous avons hérité en Algérie, la tradition de faire la ville avec ses jardins mais ce qui n u rs a judh ie ’ t u lrf x ds o ds a atee n n u o s et uo r’u c ne q ee é ee e n ma e cr c lmet o s e s l ul habitons des agglomérations où nous nous considérons comme des ambulants, sinon comment expliquer la décadence de nos espaces verts et de nos aménagements urbains sur tout le territoire nationale. Lislbi d n s ’ a ré e o n u t zns ra e a o o e ub i s cmmec à ’ s lr a se mœ r a éi ns eusa i n né snt l d n l i ae s us l r n e dp il f g e n des années 70, dés lors que particuliers et puissance publique se sont autorisés à déboiser nos zones urbaines et à raser les poumons de nos agglomérations, au poi du ep useh ril d btn ai q el p yaeub nsq en rf ’n o s t é or e u é b o f u e asg ra iiu e n t rs mbeapu q ’ u ecniut d btno l ep cs et dv n et es l e r ls uà n o t i e é n é o ù e sae vr ei nn s s e disparates ou inexistants. S n t sc t a judh ie mai e ’méae n p yae e d cét n i or oi é uo r’u,n t r da n gmet asgr t e rai e é, è o ds sae vr , rh àl n esc s p re u su et o dc er a x e ep cs et mace ’ vr, ’ t ac q e o vn n s éi us u s e e d sein de nos agglomérations urbaines, pensent selon leurs techniques et leurs économies, peu importe que nos villes et villages se rompent et se fragmentent, a p it uo cu e nabe o r o s ur u maai, ngrg o p u u o q ’n o p u rr p u cnt i n gs u aae u o r n r e n ra sr n et s nspr u du e âi e éle u e xe i u ef e ’n b ts. i no l s Malgré une population Algérienne qui a presque doublé depuis la fin des années 7,al iai q i éil ep cs et e miexub is l r n nap s 0 l é s t n u rg e sae vr n lu ra Ag i s ’ a gl o s s s i n ée changé et que ces espaces verts sont devenus abandonnés et leurs budgets sont dtuns p u da t sncs t d l q a t d v dsc oese sl é ré o r ’ur éesé e a u lé e i e i yn t ’s o e is i e t i existaient, ils sont souvent alloués à des entreprises sans compétences dans l méae n ds sae vr e gr p r e aci c s e âi n, u n ’ n gmet e ep cs et t éé a ds rht t d b t tq i e a s ee me connaissent des arbres et des arbustes que leurs distances de plantation, ou à des forestiers, qui leur vocation primordiale est de faire pousser les forets ou de faire des boisements et non se mêler des aménagement paysagers en milieux urbains. Les milieux urbains Algériens sont, actuellement, en déficit végétal parce que même notre capitale comparé àP r q i ncmpe m² ’ p cs l t p r ai u e o t 6 de ae pa é a s s ns habitant (hors bois), à Amsterdam qui en compte 36 m² et à Londres qui en cmpe4 m² etva n a p u r e mai edep csvr q ess3 o t 5 , s ri t p a vi n t r ’ ae et u e me è s s mii s dh btns uisn q oii nmet sn p r r de nos autres lo l n ’a i t ti t u t e e n, a s al a le dn e ag méai s u n sn q ’n cniutd btnsn vruesn a cn gl rt n q i e o t uu e o t i e é a s ed r,a s uu e o o n é o p liu dub nst nvgtl a p it u lcne n t n lcn miu e o t e ’ra i i éé e u o q ee o si ai a éo o q e t iq ao a, n l o social (CNES) a recommandé, au titre du dossier de la prise en charge des actio s el n i n e n, unva ds o et i s oa sl rh blai n d ’ v o nmeta i u e clc v é l l ,a éa itt n e r e l it c e i o de la commune dans ses activités traditionnelles, pour une meilleure prise en charge des actions relevant de la préservation du cadre de vie du citoyen en mai e ’ p cs et parce que le besoin de verdir est ressentie par tous et t r de ae vr è s s, devient une nécessité pour le citoyen qui aspire à une amélioration de son cadre de vie et de voir son paysage urbain ressembler aux belles maquettes montrées aux autorités et au public durant les différentes expositions des projets à réaliser o a x ie d moe oi tq ’s eadn à rvr l ca e st la e. u u v l u yn r n, ui rgret t ese h î s aei i s ls e l a s n lt r 55

La n gmetp yae ub i y cmpi l cét n ds ep cs vr , ’méae n asgr ra n o r a rai s o e sae et s dep cs e o i e d dt t e Agr , e ’ ae d l s s t e é ne n l i dviennent une priorité pour nos s ir e s ée collectivités locales de ce début du XXI eme i lcr ’ t n ds o oa t s c a c su e e cmp sne èe e s incontournables pour la réussite des grandes lignes de la stratégie de développement durable du tourisme, qui est mise en application par le programme présidentiel et suivi par le ministère du tourisme, pour qui a été péuu b d e d pè d u mii dd d l r di àl f 21 crl rv n u gt e rs e n la e o as ’ i a i 03 a e lr l c n s investisseurs étrangers et leur touristes ne peuvent venir en Algérie que si nos villes ne ressembleront plus à des villes bombardés, sans aucune logique da n gmetp yae, vcdsep csvr cnu js p u l t s ’méae n asgr ae e sae et o çs ut o r e e s e mp du e itpéiet l umiiéi. ’n v i rs ni o ns r l se d e t e Selon G rr F a çi D mo t l méae n etl ra i t n g b l e éad rno u n, ’ n gmet s ’ gns i l a t s a o ao o e concertée d l saedsne stfi l bsis e p p l i s nra sn e’ p c, et é à aia ee eo ds o ua o e éla t e i s r s n tn i des équipements adaptés et en valorisant les ressources naturelles et le patrimoine historique. L n t nda n gmet e ep cs etd n lcde a oi ’méae n ds sae vr a se a r o s d l p liu d l méoation du cadre de vie des citoyens en milieux urbains, ea o t e e’ l r iq a i instaure un dialogue entre les autorités centrales et locales, tout en intégrant la société civile. Dans la plupart des pays, les acteurs des aménagements en milieu ub i sn mut l ma p u l ménagement paysager dans le cadre de ra o t lpe n i s i or ’ s a l ra i vgtl ns tun vr « ’mb l c r e’ra i mo en » ’ b ns éé , eo re es l u me ao a ua i d l b ns ne u me dre q ’ss o oetda pl « ui ’ n rn ’p e r Architecte paysagiste » et que chez nous, on l h e prie l p e r« es tà ’ pl Jardinier » tout court. s a e On a toujours as c l aci c s asg t àldeds l t , i l r s i e rht t p yaie ’ é e pa e ma e oe s ee ss i ns s u rl cnie uo r’u àrit rr av l d n snhs i e s gorp i ô o s t a judh i é é e l ie a s o io e t a éga he e s ng l tr cra ie ’ t a sue n l ne ld f x d mas o d rsa x ma a l v lne p s el l s met’ smbe e l , e s u e éeu e u e i s une évolution des espaces dans le temps. De sa formation pluridisciplinaire, à la fi cnet r ma r dœ ve e méi er l rht t p yaieetl o o cpe , î e ’ u r t da u, ’ ci c asg t s e s u t t a ee s p r n i e lnel uerdsdc er d l méae n a s q eds at a e t ’ t o t e r i r c u e éi us e ’ n gmet i i u e d a n architectes, urbanistes et ingénieurs, pour pene l n i n e n e t me sr ’ v o nmet n e s e r r culturels, plastiques, sociaux et écologiques. D n dsmiex d tuen tr e à tueéhl, ’rht t p yaie a s e lu e o t aue t o t cee l ci c asg t i l a ee s it v n d n l poess e rga ne i t a se rcs d pormmai , ’ a oai e d ra st n re s u t n dé b rt n t e élai o l o i o dspoe da n gmettn a nva du epaeub ieq ’unva e rj s ’méae n,a t u i u ’n l t e c ra n ua i u e du ezn rg n l cri o tl pu su etd n l io e is utl r ’n o e éi a a l n e ls o vn a s ’ s i ,nt i e o e s h tr r u cét np rl bevt nd l cmp g ee o l go t eet nd l r rai a ’ srai e a a an t ù a émé i s u e e s o o o r u outils familiers. Laci c p yaie peut être représenté comme un être multiple coexistant ’rht t asg t ee s, en lui un jardinier, un artiste et un ingénieur car quant il observe le paysage du mie ub i, ’ ttu u db tit i r q i eme e paep u ’n lu ra c s o t n éa né e , u s i n e ru tn l c or trouver un pacte entre les trois voix, afin de trouver la démarche adéquate pour anticiper la transformation du paysage urbain, pour lui donner un nouvelle urbanisation végétale intégrée dans son histoire et sa géographie. Par le travail des architectes paysagistes, le paysage de nos milieux urbains, deviendra le lieu du rationnel où toutes ses composantes, ne sont cmpées l q e a rf ec àu esmbe ’méae n q i’ t r o rhni e u p r é rne n ne l da n gmet u snè e bs é i g p rl é met q ie cmp sn, a ssg oe cree sn le p ru e a e l ns u l o oetsn ’ n rr a ls o ti s a n s é s i l é même pensé paysagère. Laci ’rhtecte paysagiste répond à sa fonction suprême qui est de produire un concept sur un site inconnu où il fait dérouler un raisonnement en établissant 56

une théorie, qui définira un vocabulaire afin de faire passer ses découvertes pour des vérités. Cet aperçu des pratiques paysagères dans le milieu urbain reste cpn a t at lInéo u n l r it vni s e éa itt nds rn s eed n p r e l ’ q e ie sne et n d rh blai e ga d i. v u r o i o esmbe, ierrl d n l cét nds ae d l s ,’méae n ds ne l n l s u ô a s a rai e b ss e o i l n gmet e e o ir a établissements scolaires, la restauration des jardins historiques ou l méae n ds uoo t , i noel cmma d pi ecmmecl ds ’ n gmet e a true n ecr a o a s ne r é o v ee e l s gsdet pi o l rrl d cnel sdsma r do vaep bi e i e ’ r r e u e ô e o sie e è ne s u e lr î e ’u rg u ls t t c pi s ter a ai àpoe rl poessdecde n d dvnr ’n r é el cp c é rj e e rcs v u t t s u ’ a rmet u eeidu n territoire, puis à relayer ces intentions pour les inscrire matériellement dans l sae C nri met ujrii q i l ma s cu és t’ pil r, ’ p c. o t r n a adne u a e e ae r s i ocpe e l sr i e n e tb l rht t p yaieet e i u a r tuo r l ma s t’ piocps ’ ci c asg t s cl q i ua o jus e a ee s u s i e l sr cu é, n e t car il est celui qui espère un jour planter la forêt que sa moisson de projet aura fait disparaître. Car comme ceux qui travaillent dehors, les architectes paysagistes ont, de la nature et de la géométrie, une idée convergente. Voici les dix avantages concurrentiels des architectes paysagistes par rapport aux autres intervenants usuels en aménagement urbains : 1. Par rapport à l'architecture, les architectes paysagistes maîtrisent le design avec des formes vivantes (plantes). C'est la garantie d'un aménagement durable et évolutif. 2. Par rapport à l'urbanisme, les architectes paysagistes assurent la maîtrise d'oeuvre. C'est la garantie de la cohérence entre la planification à la réalisation concrète. 3. Par rapport au design, les architectes paysagistes maîtrisent la création des espaces. C'est la garantie que les objets seront élégants mais que l'espace dans lequel nous nous trouvons le sera également. 4. Par rapport à l'horticulture, les architectes paysagistes maîtrisent les effets sensibles des plantes. C'est la garantie que les plantes seront utilisées pour créer l'ambiance des espaces verts. 5. Par rapport à l'environnement, les architectes paysagistes maîtrisent le projet. C'est la garantie d'intégration coordonnée du changement et de la préservation. 6. Par rapport à la sociologie, les architectes paysagistes réalisent la maîtrise d'oeuvre. C'est la garantie que les façons de vivre et de voir le territoire seront pris en compte dans la réalisation des espaces verts. 7. Par rapport à l'ingénierie, les architectes paysagistes maîtrisent le vivant, la forme ou la perception selon les domaines de formation. C'est la garantie de ne pas sous-estimer l'une ou l'autre des composantes d'un aménagement et de proposer un ensemble qui puisse être différent de la somme de ses parties. 8. Par rapport à la politique, les architectes paysagistes réalisent la maîtrise d'oeuvre. C'est la garantie que la vision d'avenir sera inscrite dans le territoire. 9. Par rapport à un entrepreneur de espaces verts disparates, les architectes paysagistes maîtrisent la création. C'est la garantie d'avoir un espace vert différent du précédent ou de la ville voisine. 10. Par rapport à au budget, les architectes paysagistes maîtrisent les raisons et les effets des solutions choisies. Le hasard fait rarement bien les choses. Le professionnalisme est la garantie de l'atteinte des objectifs et du moindre coût. C et ac q e a judh io s sui isds i t da t iai ds ’ p re u, uo r’u, n e o c mo s n e l e ’nip t n e mi s c o aci c s asg t d n l méoai d p yae ra ,ào l pnées rht t p yaie a s’ l rt n u asg ub i l ù e es ee ss a i o n s architecturales, urbanistiques et environnementalistes sont défaillantes, que les 57

q e us rht t p yaie,xra t nAgr ,e ru et l cr d l ul e aci c s asg t eeçn e l i s t vn à ’ at ea q ee ss ée o é p liu d l méae n d t r o e a se a r d l ra i t nvgtl o t e e’ n gmet u e i i d n lcde e’ b ns i éé , iq a r tr u ao a au po t ui eecn su et o i q ’s xret o vn cmmef uie,a sn l ca s ir a x n l l r t l s te h mp l e u e s s ia b fi usdep csvr dsaae, u cno a er ’ ae et i rt q i o smmet e 1 000 dinars, alloues s s s p s nl 5 s aux aménagements extérieurs, pour chaque appartement construit, sans oublier les rallonges budgétaires o s u q e’ a me a n ee n, l dsoio s cl s x u l tt t n ulmetà a i si oa é , l p tn des collectivités locales, pour constituer un cadre de vie agréable pour nos citoyens, au sein de nos paysages urbains. D n lpoess ’nip t np u l t nfr t nd n s lu ub a se rcs da t iai o ra r s mai e o miex rains u c o a o o i e l cét nd n u ee v l d n lcde e’méoai d cde e i ta rai e o vls ie a se a r d l l rt n u a r d v o l ls a i o e ds i yn,’rht t p yaief ars r rl dvr ca gmet uis e c oesl ci c asg t e es t e i s h n e ns te t a ee s r oi s e l aux citoyens au sein de leurs villes et villages et même de leur quartier, pour abouià n n u eeome ’méae n p yae,a s uee e o cls t u e o vl fr da n gmet asgrsn q ’ ln si ee r l l t l de la rupture, car le paysage de nos milieux urbains doit se réconcilier avec notre culture et notre histoire, pour lui donner la forme et le sens qui lui garantissent la présenc d n l vnr e a s’ ei a . P r ct n u ee fr da n gmet p yae ds miex ub is a e e o vl ome ’méae n asgr e t l lu ra , i n l l r nd X I mes c suart u e snc i , ac q ’ t u ea ’ g i u X e i l a r e o vr o i s p re ui r vr A ée èe r v me l o a suld s ma o l snai du a l r o tue l cmmo i s u ei e a i n a est n ’n ie s ù o t e o s o lu s s dt é nécessaires pour un meilleur cadre de vie sont existantes, semblables au cadre de v cntu q ’ vià rvr l ca e d t éio st la e e d rn ss i o sté ui o t ese h î s e é v i aei i s t ua te e i l t a s n l s n lt r voyages en occident, en péninsule Arabe ou chez nos voisins Tunisiens et Marocains, mais cela ne peut devenir une réalité dans notre pays que grâce à lnrd c o d l mb l c rd l ra i mo en q i a r a t ie l ’ t ut n e ’ ua i e ’ b ns i o i a ne u me dre u sua nipr e c nouveau paysage de nos milieux urbains et de façonner un vocabulaire urbanistique, par une recherche approfondie du fonctionnement de toutes choses dans nos milieux urbains, tout en recomposant différemment des éléments souvent tirés de nos paysages quotidiens et qui seront la base de création des nouveaux espaces paysagers de nos futurs villes et villages. Pour faire advenir rélmete uue e’méoai d p yae ra d n ee n lftr d l l rt n u asg ub i a s l a i o n n t p y, l s idsesbedis ue u ecat d p yaep u n s or as i et n i na l ’ t rr n h r u asg o r o e p na e miex ub is q i eg br u pa dat n p yae p u n s lu i ra , u n l ea n l n o n ’c o i asgr o r o agglomérations, afin de déterminer ce qui doit être fait au niveau de chaque zone urbaine, pour réussir sa restauration, sa conservation ou son aménagement paysager. Q ’ s g s d l v l o d v l el cat d p yae nmie ui ’ i e e a ie u u ia ,a h r u asg e lu las l lg e i urbain, sera la version contractuelle entre les élus et les différents opérateurs des aménagements urbains, pour mobiliser les compétences tels que les architectes, l ub ns se l p yaie, o sl h ue edsclc v é e d l tt e ra ie t e asg t su a o l t e o et i s t e ’ a s t s ss t l it E grn d l méoai d n t p yae ra ,d n l cde e ap l aa t e ’ l rt n e or asg ub i a se a r d l o a i o e n itique da n gmet ut r o e t ’ra i t nvgtl ’méae n d e i i edub ns i éé e r tr ao a. L cat d p yae q ietu cdedoi tt n p u l ruseds a h r u asg, u s n a r ’r nai o r a és t e e e o i aménagements paysagers de nos milieux urbains, intervient comme un outil privilégié car, à la fois, elle propose une dmacedat ne eefr l ds é rh ’c o t l omue e i l pic e dit vni q isr da p ia x eggmet dsit vn ns r i s ’ e et n u et ’p u u n ae ns e ne ea t np nr o r gouvernementaux, municipaux, associatifs et privés, dont les actions ont des impacts sur le paysage urbain. E snprn dspic e d l Charte, ces n ’ si t e r i s e a i a np acteurs peuvent contribuer au développement durable des milieux urbains en Algérie, tout en assurant la protection des paysages urbains. La Charte énonce les principes propres à guider les acteurs dans leur réflexion et leur concertation. Ceux-ci s'appliqueront à les respecter et rendront compte des 58

moyens pris pour tenir compte de la spécificité du paysage urbain et de son évolution. L C at et gl n u o t d sniist ne déuai . l po oe a h r s éa met n ui e es lai t ’ ct n El rp s e e l bi o d o e d sueil c o l a et la concertation avec les organismes de protection de e o t r’ t n o le n ai c l n i n e n ub i e d mi e vl rd l r n u eu p yae.Elle ’ v o nmet ra t e s n a u e e s o va x asgs e r n e e u vise à promouvoir la valeur des paysages urbains et le caractère propre des citoyens qui les habitent. La Charte constitue un contrat dont les signataires s n aet rset l pic e e àa o t dspaiusdit vni ’ ggn à epc r e r i s t d pe e rt e ’ e et n e e s np r q nr o assurant la protection et la mise en valeur du paysage partout au sein de nos ag méai s ub ie.Ss s n ti s srn l ma rs do gl rt n ra s e i aa e eo t e o o n g r s î e ’uvrage, les t ma rs ’ u r,e et pi s era st n l ogns s rf s n e e î e dœ ve l nr r e d élai ,e ra i t s e s i o s me poe i nl t so s associatifs de tous les paliers. A e l cat d p yae l s n ti ss n aet rset l pic e vc a h r u asg,e i aa e ’ ggn à epc r e r i s e s g r e e s np suivants: 1. Les citoyens et les instances publiques doivent partager la responsabilité de reconnaître, de mettre en valeur et de protéger le paysage urbain de nos agglomérations. 2. La l rt n d p yae d n smiex ub isd i dvnru e ’méoai u asg e o i o lu ra i n o eei n t préoccupation fondamentale lors de toute intervention dans l’méae n o l rs uai , usi d n s lu ub is a n gmet u a et rt n a e e o miex ra . a o n i n 3. Le paysage urbain de nos villes et villages évolue et se modifie constamment selon les régions de notre pays, si bien que toute intervention doit :  Tenir compte des spécificités et des caractères particuliers de chaque agglomération urbaine, qui se reposent sur une connaissance adéquate de ses dimensions temporelle, géographique, économique, patrimoniale, culturelle, écologique et esthétique;  assurer un développement durable du paysage urbain, fondé non seulement sur la viabilité économique mais aussi sur le droit des citoyens à vivre dans un cadre de vie qui leur soit culturellement et traditionnellement significatif. L ss n ti ss s rrn q el moespi l i p u l mi en e i aa e ’ s eo t u e g r au s yn r ig s o r a s vé é e œ vedspic e d l cat d p yaesi ta a t àl vr t ds u r e r i s e a h r u asg o n d pé np e e s a ai é e é aménagements au sein des milieux urbains et à la nature des acteurs impliqués. Les moyens privilégiés sont de plusieurs ordres : 1. Reconnaître la valeur multidimensionnelle des paysages urbains et en tenir cmpeos e’ri ae e poe da n gmetra ss o tl d l bt g ds rj s ’méae ns élé; r a r t i 2. Ieti l crc rsdsntsdsp yae ub isai dél rrl dnie e aat e iic f e asgs ra fr s è t i n f ’ ae e n ci s mel r co d paius t ’c v é sset l dasrrl v b ie s h i e rt e e dat i s ucpi e ’s e a i ilité du lu x q it bs u a cde e ids i yn tn e mie rrl ue mie ub i ; a r d v e c oesa tn lu uaq ’ e t i n lu ra i n 3. Établir et présenter les liens nécessaires entre le patrimoine, l'environnement et le paysage urbain pour assurer la cohérence de l'action ; 4. Adopter une approche de planification concertée qui inscrit dès ses débuts, un processus participatif permettant une discussion publique chez les citoyens et lmpi t nds iéet it vn ns a sapi d dc i s tami e ’ lai e df rnsne ea t d n l r e e éio e l s n i c o f r s sn e marche de projets de conservation et de valorisation des paysages urbains; 59

5. Reconnaître la dimension intégratrice du paysage dans les agglomérations et à développer en matière de planification et de gestion du territoire notamment d n l shma da n gmet l pa s dub ns , l dvre a s e cé s ' s méae n, e l s n ’ra i me e i ss s e réglementations et des plans de développement touristique ; 6. Obtenir l'engagement des différents intervenants de se concerter avec les c oes e dit rr à l r poe , l n l e ds p yae af t , i yn t ’ é e, t ng e s rj s ' a s e asgs f c s u t a y eé l'identification de mesures de protection et leur implication à l'égard de projets de valorisation du paysage urbain; 7. O t i dsnevn ns u ls’ ggmet e o t b e a rset e a be r e it ea t p bi l n ae n d cnr ur u epc d l n r c e i Charte par l'énoncé de politiques, de plans d'action et de mesures decde n d n l r po rs h mp dit vni ; ’ a rmet a se s rpe ca s ’ e et n n u nr o 8. Sensibiliser les intervenants socio-économiques a la valeur du paysage urbain en tant que capital à valoriser et pas seulement ressource à exploiter. 9. Intensifier les efforts en matière d'éducation et de sensibilisation à la valeur des paysages urbains, notamment auprès des jeunes et dans les programmes desi e n à o se nva x ’ e nmet tu l i u . n g s e 10. Appuyer des projets de recherche susceptibles de favoriser la protection et la mise en valeur des paysages urbains et favoriser la diffusion des connaissances et d lnomai cnen n lp yae ngnrl e’ fr t n o cra te asg e ééa i o . P u po u o l C at d p yae l l r d i s d t d moes o r rmo vi a h r u asg, ’ g i o e oe e yn r e A ée t r ncs i sai d df srct C at d n n t sc t e v edo t i ées r f e iue e e h r a s or oi é n u ’be r ae n f t e e é n l d éi ds c oes ds entreprises, des organismes professionnels et ’ hs n e i yn, e a o t associatifs et de tous les paliers gouvernementaux. En matière des espaces verts, les milieux urbains Algériens de ce début du XXI eme siècle, à quelques exceptions, ressemblent aux milieux urbains du Moyenâge Européen car dans les espaces publics les arbres sont peu nombreux, mais ils sont majestueux et leur présence antérieure est du temps de la construction de nos villes, durant la période coloniale. Actuellement, en Algérie, coté rue, la végétation est très rare mais on trouve une multitude de jardins, qui constituent les villas et les palais comme ceux qui constituaient les espaces de clarté dans les mailles serrées de la trame médiévale du Moyen-âge. C et ac q e i q ’ Agr ,e rso sbe pensent à faire accompagner ’ p re u dr ue l i l ep na l s e n ée s s les équipements de grandes envergures avec des espaces verts, de bonne qualité e a a t a poe e mie ub i etpeq e u e ci r,q ’ et t d pé u rj n lu ra s rsu n hmèe ui s s t i n l pi ri d me r e pael pa dat n p yae, u etu poet r da e mo l t e n l e l ’c o asgr q i s n rj t c n i f éaerd l ra i , u p yaee dsep csvr cri pr t a é rt d u e ’ b ns d asg t e sae et a l eme r u me s t da p r r q e u chrne a x p yae ub isAgr n dsr cl , ’p ot ul e o éec u asgs ra e q n l i s éat ué ée i s cntus a ds méae ns o ma r é d rn 4 a s ’ dpn a c. o sté p r e a n gmetn n î i s ua t 3 n di éed ne i ts n L pa dat np yae, o ê eabt ep u q ’ si cmp t l ae e l ’c o asgr d i t ri é o r ui o o ai e vc n i t r r l t b da t spa sdat n aci c ru o ub nsq e crl pa dat n ’ur l e n ’c o rht t a x u ra iius a e l ’c o i eu t n i p yae ds miex ub is et aa t tu,l b ui e n d poe asgr e lu ra i n s vn o t ’ o tsmet u rj , a s t urbanistique et architectural. L pa dat n p yae viendra, par ses e l n ’c o asgr, i décisions et sa législation, donner au milieu urbain son harmonie, tout en lui pr t n d s d pe àtue fr sd poe crc s o asc n l eme a t e ’ a t t a r o t ome e rj s a ’ t n s i t e s t e oa jri à l ra i adn ’ b ns q e l n t u e l c f d l cmpées n d u me u ’ r v e l s e a o rhni o o s e o e l méoation du cadre de vie des citoyens en milieu urbain. ’ lr a i 60

L pa dat np yae, v n r p u dvl pru ss meub nsq e e l ’c o asgr i da o r ée p e n yt n i e o è ra iiu t b s sr at me éé l àlntr e an u ee ie « aé u l r a vgt e ’ s d l o vl v l Akid Othmane » de a, i a l l Ain Témouchent et où nos collectivités locales auront un nouveau vocabulaire végétal adapté aux besoins de la ville moderne où le citoyen trouvera un cadre de vie meilleur et amélioré. P u l ruse e ’ra i vgtlineie a o r a és t d l b ns i u me éé ,l ’ s p s a xt en la matière de solutions définitives mais une compréhension qui permette de cneo e da péi l poe vgtld fçn pu él re I s g o cvi t ’p rc r e rj éé r e t a e ao ls c i . l ’ i aé at esnil n datu e d b nsn e d sgs d l rht t p yaie s t lmet ’ttds e o es t e aes e ’ ci c asg t e ee i e a ee s q i’t ce rcviu p t mo e te rnme r e l méoa t façon u s t h à eeo n ar i e lt s t e n ’ l rn de aa r i n a t a i à e uibnf ia x i yn da judh it e e i. c q ’ éé c u c oes ’uo r’u ed dma l ie t n La gestion des espaces verts et des aménagements paysagers en milieu urbain, fait appel, de la part des collectivités locales, à des connaissances spécifiques en botanique et en arboriculture, à une maîtrise des principes de composition et de gso vgtl a sq ’u rf ecs e y o g s ra e t se aeus et n éé e i i ua x é rne d tp l i ub i s e l vn e, i as n é oe n l s cus b uead, q ae, t, a l n dê erd c i scscmpt cs o r, o l rs su rs e . cr o ’ r éut c e o é ne v c i t re e a met t’ vni ds rj s ontemporains que la collectivité fera siens, en l ne ln et n e poe c i n i o t cl b rt n ae l aci c sp yaie d n l cded pa dat n o a oai vc e rht t asg t a s e a r u l ’c o l o s ee ss n i paysager. L pa dat n p yae p u l méoai d cde ub i e l n ’c o asgr o r ’ l rt n u a r ra i a i o n viendra pour faciliter la mobilisation des moyens nécessaires pour la réussite de l ra i vgtl a u ev o nmet ra e da tn mi xdf d ’ b ns u me éé cr n n i n e n ub i t ’ua t e a r n u é nu e q ’ et eç cmme eup r n maoi d l p p l i . ui spru o l ba a u e jr é ea o ua o t tn Lo j t d pa dat np yae p u n s lu ub is sd : ’be i u l ’c o asgr o r o miex ra et e cf n i i n  F i rcn a r ldni elpae e’rht t p yaie a e eo n î e’ eté ta l d l ci c asg t r t i t c a ee s.  Caie s fnt ne s paed n l méae n p yae e l fr a oco t a l ri i c a s ’ n gmet asgr t a ds sae vr a pè d lma r e ’u rg. e ep cs et u rs ea î i do vae s ts  O vi u da g eae da t sdsil e q i nev n et u r n i ou vc ’ur i pi s u it i nn r l e c n re dans le paysage urbain et avec qui le paysagiste doit travailler.  R vn iur l ti t n ds cmpt cs ds aci c s eedq e ’ is i u la o e o é ne e rht t e ee p yaie p r l df rne is ne d l tt asg t a e iéet nt cs e ’ a tels que les ss s f s a E ministères et les collectivités locales.  Définir un champ de compétences réservé auquel personne ne pu acdr slna p s l fr t n ncs i ae u e et cée ’ ’ a a omai i o ées r vc n ae acquisition permanente des compétences.  Ouvrir la profession à de nouveaux marchés. I sri ncs i q e c pa dat n p yae, n s fs p s l ea ées r u e l ’c o asgr e e as a t ae n i e u iumet o s’ ie umiièe e ’n i n e n ma e cl b rt n nq e n su l g d éd ns r d l v o nmet i n o a oai t E r s l o avec les autres ministères concernés : Equipement, Agriculture, Culture, dIt i r te ds o et i soa s ’ é e el e clc v é l l . n ru s l it c e Le paysage urbain de nos agglomérations urbaines doivent présenter des qualités certaines po re i ê e e c oes t u ds h i méi n tue idê e u lbe t ds i yn e q e e co n r t x r eto t o ’ r t fs t péi s a lpa dat np yae e d l cat d p yaep u aco r rc é p re l ’c o asgr t ea h r u asg, o r crî e s n i e t la qualité des milieux de vie et contribuer au développement économique de chaque ville et village de notre pays. Cette culture de la qualité doit également se traduire par le respect des particularités du tissu urbain de nos villes et par le 61

rnocmetd ldni d ca u v l p ru ea l rt n cniu d efre n e ’ eté e h q e ie a n méoai o t e u i t l i o n paysage urbain. Dans cet esprit, chaqueocs n of t p rl méae n cai f r a ’ n gmet o ee a du e re o du lu p bi p r l cnt c o du b t n o p r ’n u u ’n i u l, a a o s ut n ’n âi t u a e c r i me lmpa tt ndu enrs utr d t np r d iê e a i p u er hre ’ l ai ’n if t c e e r sot o t sie o r ni i l i n o ar u a t r s c pa dat np yae. l ’c o asgr n i Même si la plupart des collectivités locales auront la volonté stratégique de se donner une image capable de fédérer dans les bases du développement durable p u l tui e Agr , o r aoi r e o j t l tt o me r àl r o r e o r me n l i p u fvr e ct be i ’ a d i t e e s ée s cf E t t u disposition les moyens financiers avec un contrôle rigoureux sur la qualité paysagère et matériel des aménagements selon les closes de la charte du paysage, ai q el rusesr v il p rl ne l dsc oesAgr n q i f u a és t ea ibe a ’ smbe e i yn l i s u n i s e t ée aspirent à de meilleures conditions de vie en milieu urbain car la charte du p yaee l pa dat np yae srn l n u eucd d l ra i t n asg te l ’c o asgr eo te o va o e e ’ b ns i n i u ao végétale au sein de chacune de nos collectivités locales, afin de réussir de mel r rsl t p u l méoai d cde e ids i yn, rc àu e ie s éut s o r ’ l rt n u a r d v e c oesgâe n lu a a i o e t collaboration étroite avec les architectes paysagistes parce que sans une initiative d ct ga du, o r e o ie e ’méae n ub i e sn d n e l e e e rn erp u l d ma d l n gmet ra t a s o nre t n a n s moes cau ed n s gl rt n ub ie, nmai eda n gmet yn à h cn e o ag méai s ra se o o n t r ’méae n è des espaces verts et du paysage urbai, or p y n p ur q e ’t n r à e n n t as e o ra u s t de c e ae q el po l sate d n smiexub is n f o tq ’cete a u e rbè s me c l e o lu ra , e e n uacnur u us i n r point que nos villes et villages en 2025, ne seront jamais disposer à donner un mel rcded v a x8% ds4 mii sdAgr ie a r e i u 0 lu e e 2 lo l n ’ l i et que le doute é ens subsistera sur la réussite du programme de développement durable du tourisme en Algérie.

16. Réflexion pour une meilleure stratégie des aménagements paysagers de nos milieux urbains.
Q i e ’ q i e e’ a ated n t p yae u n sn uè d l tt c l e or asg urbain, même si en i t é u e réalité cette dégradation est le produit de nos activités ordinaires qui nous paraissent absurdes ou criminelles et que parfois, on se sent mal àl i dvn c q esn dvn sn smiexub ise l r ’ s ea t e u o t eeu o ae lu ra i n te s u environnement, après la déchirure des systèmes sociaux traditionnels e lntl t n d l p s v éd n srso sbe l a xcmme t ’ s l i e a as i e o ep na l o u o i aa o it s c dénominateur commun.
Léo t nd p yae e o miexub is éè u e xes nt s a ie ’ l i u asg d n s lu ra rvl n et i r rpd v uo i n e no è e a aciu, a p it q e ct é rec despaces sans normes t n rhq e u o n u e e megne ’ t urbanistiques et paysagères, font révéler des carences de conception et de gestion dsep csd n smiexub iseia t o mê l éi g dsep cs e sae e o lu ra i n x tns ù me ’ r ae e sae s , h t publics avec leurs espaces verts paysagers, ont été détourné de leur vocation pe èeq ’ t’méoai d cde e ids i yn. rmi , ue l l rt n u a r d v e c oes r s a i o e t Lors du séminaire international le 24 Mai 2001, monsieur le président de la rp biu dn na u ub ns paésu l t nli ed l rec e i éu l e éo çi n ra i q t me l o s’ e e s n e ’ gne tl c ér g u pa a p u u e o t u dat contre la dégradation de nos sites urbains et l d i o r n p li e ’c i t iq ion d n a l s n l ’n n u ee o t u b se u l dan sc e erus u o n i e i a du e o vl p li e aé sr e i ot ds rer d t g l iq g i passé et une concertation à même de créer une dynamique à la mesure des ambitions algériennes en matière de développement et dh r nst nd n s ’amo i i e o ao agglomérations urbaines. 62

La nouvelle ville de Sidi Abdellah, qui a démarré en 1998 à 25 kilomètres à l usdAgrcntu u e éi be u a e o r or cptlq ituf à ’ et ’ l ,o ste n vr a la b i p u n t a i e u é f o e i t n e a o e tout point de vue car à terme, elle pourra abriter plus de 500 000 habitants qui trouverons tous les équipements sociaux nécessaires ainsi que les équipements scientifiques et technologiques, appelés à structurer le nouveau paysage urbain e u mel rcded v dsc oesd l l r d dma . Parce que t n ie a r e i e i yn e ’ g i e e i lu e t A ée n l retn ma q ep sa judh i q ’ etpi ri q en sa tr é ’ gn e n u a uo r’u, ui s r da u o uoi s a l mo l t isfetu efr d n miu àl df ai d ct v l n u ee tu e nuf n n ot y a q e ’ ict n e e e ie o vl, o t n l e é i o t l l exhortant les ministères et les institutions publiques à démarrer au plus tôt les équipemet q ’syaa n péu, o rq e« ns ui l vi t rv s p u u Sidi Abdellah », qui est déjà e baptisés par nos citoyens « Les Mille et Une Nuits », offrira un meilleur paysage urbain et une nouvelle destination pour tous les amoureux de la nature car au sein de cette ville nouvelle, les espaces verts paysagers auront leurs places primordiales grâce aux bonnes volontés de nos décideurs et des meilleurs it t n dsséi ie da n gmet p yaes q i t mear eo t ne i s e pc lt ’méae ns asgr, u à e no as s r ri rn v par leurs savoir-faire de se frayer un passage pour la réussite de ce mega projet unique en Algérie. L wl a e i T mo cet etmé eus e l cnrtai d l bet a i y d An é uhn a na dp ipu a o cé st n e’ j i a i o o cf q e ’ a f é l cnevt ndsoe d ct wl a n20 e q io s t u s ti i ea o srai e frt e e e i y e 04 t u cnie é tx o s t a s à améliorer le cadre de vie des citoyens des agglomérations urbaines de la wilaya, e ra sn à p r r d l n é 20,d n l cde d pormme d n éla t i at e ’ ne 06 a s e a r u rga i a e dvl pmet un un a 20/ 0, o r ’ smbe e d ï sh ijris ée p e n q iq en l 05 09 p u l ne l ds a a, utadn o 2 e r p bi rcéts du mo tn d 20 mii s d Dn r.C s po u ls érai ’n c f na t e 0 lo l n e ias e rjets da n gmet asgr u iuse Agr , eo t co ansd moes ’méae n p yaes nq e n l i srn acmp g é e yn ée det t n e d grnedsep csvr a s q el mi e paeàAn ’ r i t e éa c e sae et i i u a s n l n ee s n e c i T mo cet du e s utr cnrl d fr t n d jrii s e d é uhn ’n t c e et e e omai r u a o e adne r t e paysagistes pour la réalisation, l poet ne l nrt nd l n i n e n a rt i t’ t i e ’ v o nmet co e ee e r végétal des villes et villages de la wilaya afin de combler le vide laissé par les sri s ’ t t ne d nt yg ds P , u n méaet uu e ot o r ev e de r i t e e oae e A C q i e n gn a cn f r p u c n ee t f réussir la pérennité des espaces verts en milieu urbain et de la propreté de nos villes et villages, tout en gaspillant les millions de Dinars, que notre Etat investi a n ee n p u l méoai d cde e ids i yn. n ulmet o r’ l rt n u a r d v e c oes l a i o e t P i u ca u wl ad n t p y, epu yao da t spoe us e h q e i y e or as n et vi ’ur rj spour q a e r e t l xri d l n é poh ieq e il t mie e uee e cusL ce ’ ec e e’ ne rca , u see e n c q ’ la n o r. e hf e c a n l r l d l xct d l wl ad D e a l s ’n ru i rgo p n l é s te e’ éui ea i y e j f,o du e éno eru a te l e l e f a l r n s u s cadres des différents secteurs où il est venu spécialement pour donner une mise en gre cu q i e o t a asz ’ fr d n s wl a p u ahvr e ad à ex u n fn p s s de ot a s a i y o r cee l e f s a s ra st n e rt a e l rtrsacmué, ’ t u et n epi e élai s t at pr e e d cu l s s o vr met x r i o r s a s e e mé n disant que « La sne e é s a se A Cet n fr d mér e d n n ’bec ds l d n l P su e ome e pi t e o u s s rset e ’ et r et du citoyen qui leur fait confiance et qui espère régler ses epc d l l e éc u po l s rc àl r it vni s ac q e ’ ud irs r o s mmet rbè gâe e sne et n p re u l l o et cnt me u r o é t e a nà l cue uc oe e n d ijma o bi q e ’ età c s be gâe c ’ o t d i yn t e o a i u lr u sl s l ’ t i rc à e é t t s e i ,e n dernier ». Si les retards d n l ra st nds rj s ’méoai d cded v e a s a élai e poe da l rt n u a r e i n i o t i o e mie ub i rs cuu ce n u, ’ t ac q el co dsb ra x lu ra et o tme hz o s c s p re u e h i e ueu i n e e x dé dse dset pi sd ra st n etsu etfi à l mbe d l ’ u e t e nr r e e élai s o vn a t e s i o t ’ r ea o législation en vigueur, sans aucune exigence réelle de savoir-faire et de moyens h ma s t t i,e u fiq e ’ l r da judh i o t ur àrs r u i e maé e c q ia u l g i ’uo r’u cni ea et n rl t A ée n e dans la ligne de mire de sa pensée chimérique des aménagements paysagers de ssmiexub is tn q el ma rsdœ ve cninueront à faire des e lu ra , a t u e i n s î e ’ u rs o t t poe da n gmet dsaae e q e l et pi s d ra st n rj s ’méae ns i rt t u e nr r e e élai t p s s e s i o 63

continueront à travailler avec des moyens dérisoires, sans même la présence sur l ca t r du t h ie p u grr l poe d ra st n ds e h ni s ’n e nc n o r ée e rj s e élai s e c i s t i o e aménagements urbains dans les normes. Il ne se passe pas un seul jour, sans que des écrits de presse ne fassent état de la dégradation continuelle des espaces publics avec leurs espaces verts au sein de nos miexub is p rdsidv u sn fin l , n l b lu ra , a e n i d s a s o i o e ’ sence des autorités i n i i a compétentes et sous les yeux de citoyens impuissants qui y perdent de jour en jour la qualité de leur cadre de vie en milieu urbain. U go p cntu du ev ga ed pes o sn tsdE K l et eu n ru e o sté ’n i ti e i -n i ai ’l a , s vn i n n d r f a spécialement pour la fête des morts et revisiter les endroits de leur enfance, leur a o sec e ba cu da t s o vnr. e v i us e ulus o r d n d l cne t euo p ’ur su ei C s it r d q e e jus a s e e s se q ct v l myhq esn é n é p r ’cuiet odn i d l p p l i e e e ie tiu,o t t ns a l ce xr ria e e a o ua o t t l o a l a r tn des autorités mais regrette la saleté et les ordures qui sont partout et qui défigurent leur plus beau pays du monde que Yann Arthus-Bertrand, le célèbre photographe de « la terre vue du ciel »vn uà3mii s ’ e l rst u e ed lo de mpa e,r v ln x i o a s q e n t p y etn n sue n l n dspu ba x p y q ’ a us u or as s o el i e met ’ u e ls eu as ui l photographiés pour son nouveau livre « l l r v e uc l mais surtout celui ’ g i u d i », A ée e où il a été le mieux reçu. Transformée depuis plusieurs mois en un véritable « souk » de fruits et légumes, la place « champs de Mars », située en plein centre ville de Annaba, est devenue un véritable casse-tête pour les pouvoirs publics et les riverains car cet espace é in g èe asmé ’ p cs ete f q et p r e pro ns nq ê d t t aur p re de ae vr tr uné a ds esn e e ut e a s s é s e repos, pour devenir par la suite une source de nuisance de toutes sortes dont particulièrement les ordures et les odeurs puantes. Jadis, la place de la république de la ville de Béchar était un endroit attrayant par s po rt e sn jri vroa tarmet p ru j deu lmiex a rpe t o adn ed yn gé né a n e ’ é t a u nu , a judh i e e l e ’ t ls nmoid f r p u ss i ris a ee e uo r’u ct pa ne pu u t c s t e i t o r e r ea cr l s f eé v n l dégrade au fil des jours, tout en se transformant en dépotoir et un lieu de rt u a l d j nsda r o di onsq i ’d n etàlnéi rds e o vie e e e el s u ’ rg e u s o nn r ls u e v a ’t e i ru e carrés du jardin, à des beuveries devant des passants indignés qui la contournent tu e dn na t’ a dpoa ld ct paed lni s aéé e etis o t n éo çn l tt él be e e e l , e’ c i é r t c i v me vr d cr n a citoyens et du laxisme flagrant des services concernés aussi bien des responsables administratifs que des élus qui ne se soucient plus de la salubrité de leur ville. A C ntnie a r q ’n pa d cnt c o cnéun d mii sd o s t , l s uu l a n o n e o s ut n o sq et e le e r i lr logements est lancé aussi bien dans les villes nouvelles Ali Mendjeli et Massinissa, ces programmes urbanistiques grandioses semblent, selon de nombreux o sraer,pce p r ma q e déul r e dh r nst n a pa bevt s éhr a u n u ’ ibe t ’amo i i q i ao u l n urbanistique. A cet égard, les sites ayant abrité des bidonvilles, comme le terrain Tanoudji et la carrière Gance, seront normalement convertis en espaces verts pour éch p e a btn ae P re q e l cetetmi p r l pe e a pr u é n g. ac u, ’ cn s o a s a e rmi r responsable de la wilaya, sur le fait que les espaces verts réalisés ces dernières a ne o t é p u l pu at a a d n é p r fue det t n e d n és n t o r a lp r b n o ns a a t ’ r i t e é n ee gardiennage et sont livrés aux exactions du e ct oi d p p l i ’n aé r g e e o ua o tn mag a se a ma r q ’s n cûé e mii s e iasr nna t péu ri lé cr l é ui o t o t ds lo d Dn r,i ’ é rv ni g l ln e é pour assurer leur entretien, leur gardiennage et leur conservation, parce que su etds l f ds t vu da n gmet ds cs ep cs verts, les o vn è a i e r a x ’méae ns e e sae n a entrepreneurs ainsi que les promoteurs se retirent sans laisser un embryon decde n o p u l mo s e gri sc q i p u cnéune u l ’ a rmet u o r e i ds ade ,e u a o r o sq ec q e a n n n majorité des équipements sont pillés et que les structures de ces espaces verts sont laissées l tt ’b n o . à’ a da a d n é 64

A B ji dsséé d vi vnr l sri s d l P cnens p r e a éeprs e o ei e ev e e ’ C o cré a a, r s c A l méae n ub i,e h btns el c é5J ie o t éiéd rsu r ’ n gmet ra l a i t d a i a n s a t ult n dc l, d e éo de eux-mê sl po l slsàl méoai d cded v d l rc é e me e rbè s me i é ’ l rt n u a r e i e e i , n a i o e u t engageant des particuliers pour les travaux de réfection de la remise des dalles et la réhabilitation des espaces verts, tout en continuant à payer aux caisses de l tta ae ’a i t nae ca u fc r dé c it ’ a l tx dh bt i vc h q e at e ’ et c é é ao u l r i. Une étude récente réalisée pa u eéup d cecer d l nvri D i l r n q ie e hrhus e ’ i sé ja u e t li La è, nr q ea ie e ii eA bs e e o v a judh i vc nt s i smo t u l v ld Sd B l b è s rt u e uo r’u ae u r b e l r è ga ddf ie abe donmet t u s pa ict n d n l cded sn rn é c n rrs ’re n e q e a l f ai , a se a r e o it ni o pormme ’méae n ub i,et peq e éo rud poe dep cs rga da n gmet ra rs rsu dp uv e rj s ’ ae n e t s vr p yaes L PA C d Sd B lA bsna t u éd slt n p u et asgr. e .P e ii e b è ’ r v e o i o r s o uo rméi à e rbè maer e’méoai d mie ub i d s v l q e e de c po l r me j d l l rt n u lu ra e a ie u u a i o i n l, de déposer une plainte, en bonne et due forme, contre les membres de l s c t n d q at r« ’ s i i u u r e 144 logements de Sidi Djillali », pour avoir planté a o ao i q e us leru abe q i e ea n q ’ jl e l v le l ée ai d ul e ma uex rrs u n f i t ue o vra ie t’ rr f e q h re n i l a n contrer avec le peu de moyens, à une désertification effrénée qui menace la ville de Sidi e A bs q ’n a pl t jds« petit Paris ». Dans le cadre des B l b è, uo p e i a i le a acrsd jme g q isn s nset l cmmu edO a e l v l cod e u l e u o t i é nr a o a g e n ’ rn t e ie s ls Françaises de Bordeaux et de Lyon, deux ateliers ont été lancés, le premier concerne la formation des cadres d l cmmu e ’ rne lscn et e t a ea o n dO a te eo d srl i u af rn u ee n ub i d l v l dO a . o cra te u l e nr O a e eo vlmet ra e a ie ’ rn C nen n l jme g et rn t l n l a e L o ,l a udu mi i s ’ poai d t h iesyn a ,’n a mo yn iy e ex s o de l t n e e nc n l n i l e u i sn x r o c i o s u s d jn i 20 e l ur a mo d jn i 2005, et ce, pour établir les premiers e a v r 04 t’ t u i e a v r e a e s e acrs e oprt n l np u l rh blai d p t mo e ni e l ur cod d co éai , u o ra éa itt n u ar i a c n t’ t o ’ i o i n e a e p u l s s ne eh iu e ub nsq e a sa o cpi e l ra st nds o r’ s t c t nq e t ra iiu d n l cnet n ta élai e a ia c t o i o espaces publics et des espaces verts au sein du milieu urbain Oranais. Sl l dv i d l ra i e d l pa ict n( U ) e ’ P dO a , e n a i s n e ’ b ns t e a l f ai D P d l C ’ rn o io u me ni o A di otns rvu da n gmet eo ta ce a nva d l vn ed ’ r t t a x ’méae n srn l és u i u e ’ eu e mp a a n e a C o p tdvn e ’n ds r rs o h u o, eeu l e e at e cmmeçne l pu i otne e av le u è ra t a lsmp r t d l i s a l dO a . e t vu cnenrn lrvt n dsrt i ,’ l rg p bi ’ rn L sr a x o creo te eê met e t t r l c i e u l, a e oo s éa a c lt i met e abe da g e n e éetee n lrvt n ttl ea e r t n ds rrs ’l nmet t vnulmete eê metoa d l ae i l e viecrl poo d t nfr t nq ’ cn u ct at ed rn l dx o i a a rfn e r s mai uà o n e e e r r ua te i r a o o t è s dernières an ésnap s uv d t vu da n gmet e ep cs u ls ne, ’ a si e e r a x ’méae n ds sae p bi , i a c tue iiy ua i , oma metp u csrvu da n gmete epc o t o l a r lu n r l n, o r e t a x ’méae n lrset fs e e a dsrg sub nsq e e d l saep bi cmmeln iu l dl u d e èl ra iius t e ’ p c u l o e t e c ’ dq e e é g é u i é sc u ub i d l v ldO a . a se u d péevr’ v o nmet t e et r ra ea ie ’ rn D n lb t e rsre l n i n e n e d e n l e r donner un aspect agréable au nouvel axe routier à double sens reliant Sainte Clotide à Mers El-Kébir ville, sur un tronçon de 5 km, une vaste opération de pa tt n dev o s 50ab s se p l es ainsi que de nettoyage, a été l ai n o ’ i n 10 rut t a r nr e mi etmé ncl b rt nd l sb i s nds rvu p bi d l d ï dAn na e o a oai e a u dv i e t a x u ls e a a a ’ i l o io a c r El-T rkae l sri s e frtdO a . uc vce ev e dsoe ’ rn s c s Une enveloppe de 201 milliards de centimes a été alloué à la commune de Maghnia dans le cadre du soutien au programme de développement, ce qui représentera sans doute une amorce pour un avenir meilleur auquel aspire chaque citoyen car parmi pas moins de 28 nouveaux projets, en plus de l méae n ub i,acmmu e ead t d n u ee rue, ’n psie ’ n gmet ra l o a n n sr oé e o vls o t du e i n l s c o mpq e du t b n ldu istt e omai poes n ee du l é l iu, ’n r u a ’n ntu d fr t n rf i nl, ’n y e y i , i o so l c d 10 pae, ’n a bred j nse besda t sra st n ma e 00 l s du e u eg e e e t i c u n ’ur élai s i e i o s malgré la consistance de ce programme, il reste néanmoins insuffisant parce q ’ n smbe a rp n r àl si t nd l méoai d cde e i d ui e e l p s éo de ’ pr i e ’ l rt n u a r d v e l a ao a i o e toute la population de Maghnia, qui ne cesse depuis des lustre à implorer les 65

rso sbe cmmu a sp u l méae n d s d hp iu, el sae ep na l o s n l o r ’ n gmet u t e ipq e su ep c e a a disponible dans la ville pour la pratique du sport public car devant le laxisme des responsables de Maghnia, le stade hippique commence à être envahi par les dt ts éess cu s e a o scmme ’ te a a s p u l n u eu é i dvré à o p d cmi , o ru n c s l cs us o r e o va e i stade, dont le pourtour a été envahi par toutes sortes de déchets au point que l nre fiit o s ue ’ t a a lê e bt é. e é l r r A Ghardaïa, qui recèle des atouts non négligeables en matière de tourisme, vu sa position géographique aux portes du désert et son style architectural qui sort de l ria el sc t c i mo t d d i l é soa x u nar et ls ’ dn i , oi é i l o r a é v e nr u o te l l u q i ’ri n pu à e g su c v faire face aux multiples dégradations du patrimoine touristique dans leur ville, o l dvl pmetoa acs u rtr cniéa l p r a p r àda t s ù e ée p e n l l cue n e d o s rbe a rp ot ’ur o c a d e communes de la wilaya. En effet, des insuffisances sont constatées dans plusieurs quartiers de la ville en général et dans les quartiers Belghanem et Saloha en particulier o l ttdpoa l dsrue etvts so ieia t e l ù ’ a él be e o t s é t u nx tne t a é r s ue s s dga ai ttl d l n i n e n d fid l x t érd t n oa e ’ v o nmet u a e ’ ie de très nombreuses o e e r t e s nce écuries, ce qui expose les riverains aux maladies transmissibles. Par ailleurs, il y aludéo ur’ iec d cmmec ifr lds rbn ie e vn er i ’ q e lx t e u o e v e sn re nome e t eds s t edus , a t à la sauvette de toutes sortes grignotant chaque jour de nouveaux espaces publics de la ville. Cette nouvelle « race » d cmmeçnsvn sd l xéi rd e o ra t eu e ’ t e e ru e G ad ï n t u ep s exq edé uf l cmmeçns osd n u h ra , e r v a mi a o u u ’ of r e o t e s ra t p s a t n é local, un registre du commerce et payant leurs impôts pour participer à l méoai d c ’ l rt n u adre de vie de leur ville. a i o En plus des commerçants illicites qui occupent les trottoirs. Sur les 100 000 é bi e ns cmmec u rcné d n l wl a dAgr 1 000 t lsmet o a s ri x eess a s a i y a a ’l , 0 e po r ti sdet ex o te etédst vu det s n ocp n l rpi a e ’ r u n f c é r ne f u e r a x ’ e i , cu a t e a xno s trottoirs ou en les déformant. Ce chiffre inquiétant est visiblement appelé à a g ne,ma r lnedc o d c gned t vu q isn dvn s u met r l é ’ t i i e e er e r a x u o t eeu g i r tn a cuu ce n s cmmeçns docpr l t t i e is l n l r o tme hz o o ra t ’cu e e r t r n nt l t e s s oo s aa u maca dssdrc metu l sae destiné aux passant tout en les obligeant rh n i , i t n sr’ p c e ee e àe rne l vi rsré a xvhcl ,e u net a sn r q e a l mpu t a o éeve u éi e c q i ’ p s a s i u cr e r e us s s s opérations de contrôle ou de démolition ne sont pas très fréquentes, ce qui encourage certains commerçants à enfreindre la loi sans crainte, pour rendre les rues de la capitale difficiles à parcourir et pas du tout agréable à regarder. Les h btns el c éSle, un m d l ra iee rfr t rsc l er a i t d a i ei d o e ’ b ns t é mae oi H ny a t lr u t o u a Sle,sue a nva d l cmmu e dH da s mofn etd n un ei i é u i u e a o lr t e n ’ y r, e r dn a s o environnement morose car ses espaces verts, déjà mis à mal par la gabegies municipale, sont présentement ensevelis sous les éboulis causés par des actes dic itd q e usoaa e rf c i s ’ i lé e ul e l ti s é at r . n vi q c r r ae Malgré que notre capitale a adopté de nombreux programmes de développement urbain depuis les années 1960, la plupart de ces programmes, ont été interrompus ou gelés par manque de financement, de changements de politique ou encore de rmpae n d cr is ep na l , eq i a q ’c ee n e l met e et n rso sbe c u fi uat lmetla majeure c a s t ul partie des constructions incluse dans les 25 00h ub nss el v l dAgr 0 a ra i d a ie ’ l , é l e ont été réalisées de façon anarchique, au point que notre capitale est appelé à devenir un milieu urbain sans perspectives de développement du cadre de vie des citoyens tant que les bidonvilles et autres habitations précaires, qui sont un vr a l f i à l x a s n ds tss ub is eiete ocpn u e éi be r n t e ’ p ni e o e i u ra , x t s n s n t cu et n superficie total de 2000 ha environ. Si la capitale Tunisienne Tunis, est surnommée par « la ville verte » car elle a connue ces dernières années une éo t n e mai ede ei e n vgtle da n gmetdsep cs vl i n t r ’ uo è mbls met éé ls a t ’méae n e sae vr , vca rai ds o l ad d l n i n e n, a se u d suei et ae l cét n e b ue rs e’ v o nmetd n lb t e o t r s o v e r n l méoai d cde e id ss a i ns ’ l rt n u a r d v e e h bt t a i o e a . 66

Notre capitale, connaît un déficit de 70 000 arbres par rapport aux standards a pi be à u e v l d l dmes n d l v l dAgr cr l ma q e p la l c s n ie e a i ni l o e a ie ’ l l e a e nu det t n l vn a s ’ r i , e a d lme e dicmpt c ds o éaer e mai e n ee i t ’ o é ne e prt s n n e u tr è da n gmet e ep cs et paysagers, ont fait échoué dans notre capitale, ’méae n ds sae vr s un projet ambitieux relatif à la plantation de 100 00abe, npu du b n 0 rrs e ls ’n o n mbe ’rrs l t a xa od ds uoo t q i uetca u a ne o r dabe pa é u b rs e a true u mern, h q e n é, ns s e ri nd ma q e ’ t t np re su-traitants de la wilaya, ce qui réduit n a o u n u de r i a l o s s n ee s sensiblement leurs chances de survie, car la question des espaces verts, qui rentre d n l cde e a n gmet pi ri xp u l rused l méoai a se a r ds méae ns r da o r a és t e ’ l rt n mo u i a i o du cadre de vie des citoyens pose un véritable problème dans notre capitale, au point que la plupart des espaces verts qui existent actuellement à la wilaya dAgr d t t e ’ o u cl i ee suf exa s , q e us xet n ’ l , ae d l p q e o na t o f e u us à ul e ecpi s e n é o l r i q o pé, du sr u ma q e det t n p u l r sri e sbs n rs ’n éi x e nu ’ r i n e e o r e s uv s t u i et u e s régulièrement des actes de vandalisme comme on le constate depuis quelques a ne ce lcl r jri desideH mma q isu jri l ed i e n és hze é be adn ’ a ’ a è s s l , u et n adn é n a e t g r mondialement connu pour ses valeurs historiques, esthétiques et scientifiques parce que en 1832 était déjà réputé pour ces 6000 variétés de plantes, que par notre incompétence ou par manque de savoir-fi , o snao sp cnevr a e n u ’vn u o sre r que quelques 1200 espèces. La disparition des espaces verts de notre capitale représente un sérieux problème qui devrait plus q ejma ssi rlnéê d n sa tr é cràct ds u a i uc e ’ t t e o uoi s a s t i r t oé e jardins publics, qui se trouvent actuellement dans un état lamentable, les prairies, q ia a n a t fil f r dAgrs rd i n dat umet meue u u fi i t ur o a i t ’ l ,e éus t rsq e n à sr q e se e s eé e e i le temps passe, au point que sur les 200 ha qui existaient en 1995, il ne reste a judh i u q e us 0h . adsaio d cs sae vr n trlet uo r’u q e ul e 2 a L i r i e e ep cs et aue s q p tn s s esnil n d eà ln ai d btn p rdscnt c o sidv uls s t lmet u e ee ’ vs n u é i o o a e o s ut n n i d ee r i i l érigées de façons anarchique, qui ont pris d l mperd rn csdri e e’ l a u ua t e enè s r années, sous le regard des élus de chacune des 57 communes de la capitale car ces constructions envahissent les prairies algéroises sans autorisations préalables p u l cusi ds l s d t ri, ma r l p liues successives o r ’ q it n e o a io t e ea r n l é e ot g s iq isfsne à rd i l ci d c po l ,q ipi n sc oesdu nufa t i s éur ’ ut e e rbè e a é me u r e o i yn ’n v t meilleur paysage urbain dans notre capitale. E pu d ma q ef ga t dep cs et d n n t cptl lmaedE n ls u n u l rn ’ ae vr a s or a i e ’ g ’l a s s e a,i B h j da tn po r e vroa t etot n t ne a l péec du e a da ’na , rpe t ed yne sfr mete ip ra rsne ’n , e r méga-décharge p biu,à q e usecbue du arp r it n t n l ul e q ul e na lrs ’n éo ot ne ai a q r o flambant neuf, que les délégations étrangères, les groupes de touristes et p s gr, e evn q ’ r q e d ss t h q é dvn l dtérioration du as esn pu et uê e u méué e co us ea ta é a t cadre de vie de nos citoyens dans notre capitale et que nos décideurs et hommes politiques refusent de voir en face pour faire sortir notre capitale du marasme d n l ulset i d vgt a judh i a se eetnr n e éé r uo r’u. q a e Selon une étude britannique réalisée par un bureau de recherche spécialisé, en l curne« ’ crec The Economist Intelligence Unit » n t cptl et ’n ds o , or a i e s l e e e a u villes les moins fréquentables dans le monde, loin des villes comme Vancouver, Melbourne, Vienne et Genève qui passent pour être les meilleurs villes au monde o ifib nv r. a ie ’ l r scniéé, a ct é d, amie pu u la o i eL v ldAg et o s rep r e e t ep r l ls t v l e d t u s mauvaises destinations de la planète, tant pour les touristes que pour les ivss us ul é a gr ds ex e ’ é bicr e i n ets r o e t n es éi u d s t l a ssnfrastructures et son ie s r r y a r cadre de vie sont en déca des normes internationales souhaitées, pour donner à ses citoyens ou à ses hôtes, les conditions de vie agréables.

67

Ce travail de recherche réalisé sur la base de données scientifiques où les conditions santi sdif s utrsd scr ée dev o nmet o te i r , ’ r t c e, e éui t ’ i n e n sn l ae n ar u t nr s p rmè e d b s p u l vlai , l méi d mo t rq ’ l v l aa t s e ae o r ’ a t n à e r e e nr uà a ie r é u o t e l dAgr a -dl d sn i g dE ia e s ba cer myt u q i ’l , u è e a e o mae ’pn l t a l hu n sq e u i l n e p a ,x tu va po l d q a t d v q ie lnao jma ’ vl p i eie n ri rbè e o t s me e u lé e i u smbe ’vi a i i e r s été une préoccupation majeur pour ses responsables et ses habitants, car rien q e o re rbè dh g n, y t l n à i . u p u lpo l me ’yi ei a ee t dr è l lme e Au moment que La ville de Dubaï ravirait la vedette aux grandes métropoles internai a s t ua rtme ùvn l coe,l sr a x mi tc q e t n l e q ’u yh o o te h ssee ea u E r s e u o e s l a la Californie est pour les Etats-U ia judh i ac q e l poe l pu ns uo r’u p re u e rj se ls s t s fous sont lancés en un tour de main avec un savoir-faire recherché. La ville dAgrc é e ei zhn a t ie e ii b erh n, u lna bi ’ l ,i d B n Meg en e v ld Sd A dra ma eq e’ sl r é e t l i u t rn e e atu cmme ncne e ae u ma q e l rn dif s utrs o g d p r to o u a cr t vc n n u f ga t ’ r t c e a n ar u de transport et de structures de divertissement, a peu de chance de rivaliser, avec les mégalopoles européennes, sud-américaines ou asiatiques, tout en restant condamné à se joindre au coté des villes de Dacca, Karachi, Lagos et Phnom Penh, tant que nos décideurs ne sauront accorder leur violon en matière dh r nst ne d vl i t ndsep csp bi p u l mé ’amo i i t e a r ai e sae u ls o r ’ l ao os o c a ioration du cadre de vie des citoyens en milieu urbain. A l cai d l junen t n l d l rr,e2 otbe l miir d ’ cs n e a o ré ai a e ’ be l 5 c r,e ns e e o o o e a o t l gi l r e d dvl pmet ua a l d p u l u etr à o c oes ’ r ut e t e ée p e n rrl pa é o r’ vr e n s i yn A c u o i o u t ds oe sb ra s e awl adA e frt u ub i d l i y ’ lger, afin de leur permettre de respirer et s n a d fid t s nt s’ g i ds lu ub isL miir su a e u e ur e e e e l xut e miex ra . e ns e o h i q e mp mp e é i n t t les services concernés de la wilaya, lance le projet de réhabilitation des 20 forets, du e spr c ttld 13 hc rsd n ’n u ef i oa e 34 et e a sles meilleurs délais, avec la ie a p r c ai divss us r é e lmpi t nd tu l at r séi i s at i t n ’ ets r pi s t’ lai e o se c us pc lé, ip o n i e v i c o s e as tu e it dsn l péec mê du cni t d btnd n l frtq i o tn ne i ta rsne me ’n et r e é r a mè e o a se oe u s s seront aménagées car suite aux échecs des expériences précédentes de gestion de ces forets par des Etablissements publics à caractère industriel et commercial (pc su l tt ld l wl a ’ l rae ds u gtdbo us ut àd E i o sa uee e a i y dAg , vc e b d e él é si ) l a e s q e e s l f hs t h ius sn a cn é d pél l du séi i i e i e e nq e, a s uu e t e ra be ’n pc lte mp s c c u a as da n gmet p yaes t e ep cs et q e e frt sb ra e sn ’méae ns asgr e ds sae vr , u cs oe u ub i s o t s s n a judh i a s né t ’b n o ttl ma r q e euo pdagn e d uo r’u d n u t da a d n oa a , l é u ba cu ’ret t e g t s n é gsié p u l r rh blai sa dt met el ret e e mp o t t apls o r e s éa itt n, u é i n d ’ gn ds é l u i o r a contribuables et de notre pays. C etp req el l r etl su p y a mo d o l maoi d n s ’ s ac u ’ g i s e el as u n e ù a jr é e o A ée t rso sbe d wl a fn l coe àl n es q el wl adAgrq i ep na l e i ys o t e h ss ’ vr, u a i y ’ l s a s e a e u possède 30 APC déficitaires parmi ses 57, collabore presque toujours avec les mêmes établissements (Epic), pour satisfaire ses urgences politiques de ei e n su etdsaae d ss miex ub is sn tue i ’ mbls met o vn i rt e e ls p s lu ra , a s o t o i n fs rset l rg mett nds rhs nv uu, u ei l péec du epc r a él nai e macé e i er q i x e a rsne ’n e e o g g b ra dé dspc lé o r h q e rj da n gmettnedte r à ueu ’ u e séi i p u ca u poe ’méae n eit ilgé t as t r gré pour les entreprises de réalisation, sans une consultation conforme à la réglementation en vigueur car par cause de ces pratiques qui perdure du temps d l gso d l neme n iél iu, or cptl est souvent privée de e a et n e ’ f metdo g en t a i e i e r oq e a la compétence et du savoir-fi ds ulus pc lt Agr n q i u rn a e e q e e séi ie l i s u œ vet r q as s é e à la recherche de meilleurs solutions pour améliorer le cadre de vie et le paysage d n smiex ub isp req ec s ae csE i da n gmet ds e o lu ra i n ac u ’ t vc e pc ’méae ns e e ep cs p bi e d nt yg ds miex ub is q e lno é ne sae u ls t u e oae e c t lu ra , u ’ cmpt c i n i e professionnelle dominera le paysage urbain de notre capitale ainsi que celui des autres agglomérations urbaines de nos autres wilayas, tant que leurs premiers responsables pratiquente mê s rt us éo e du a t t sl nds l s me pai e rvl s ’n ur e ,o e q u e mp i 68

slt n mo ens el méae n p yae q ieo t vne n t p y o i s dre d ’ n gmet asgr u f n aa cr or as uo a r e vers la prospérité du paysage de ses milieux urbains et la promotion de son tourisme national et international car même si certains directeurs du tourisme, et n q ep i u n t p y bnf i dj du b nrsa rui d 14 smet u us e or as éé c é ’n o éeu o t r e 0 i q e ie à e 00 m, e 5 éo ot d n 1 a x ome it n t n l , e 3 ote du 0 k d 3 arp r , o t 3 u n r sne ai a sd 1 p r t ’n s r o e s réseau ferroviaire de 4500 km avec 200 gares commerciales déjà opérationnelles, pu s vne q ’ v at n r àt mesno j t tuiiu d 1 mii s et e a t ui a t ide e ,o be i o r t e e 3 lo r l e r cf sq ln d v i us p req el ca e e l dr mo da xd l ôeei cmme e it r ac u e h î s t e es n i se s n a u e ’ tl e o h lr Accor, Hilton, Sheraton et Méridien sont déjà présent sur son territoire, tout en oubliant que les millions de visiteurs par an, ne viendront dans notre pays que lorsque nos agglomérations, qui continuent a se disloquer et que leurs espaces verts sont toujours disparates, seront aménagés par des spécialistes da n gmet p yaes des zones urbaines et que le cadre de vie de nos ’méae ns asgr milieux urbains sera aussi amélioré que celui des agglomérations urbaines de nos voisins, en Tunisie et au Maroc. S e t me ’méae n ub i, usi d n s gl rt n q e l ma in e r da n gmet ra a e e o ag méai s u e l n n o o s t ns e dv n f o dp re u l t ni fil e t u e o cmpe ’ e i t ei té n ac q e ’ t tme a o tr v sn o t ér e e c ae s t i o , a p it u n mbedeéui cmmu a xdssèet el r tt l q i u o q e o r ’ cts o n x f n u éeprn d e s uee u u ls treta d n e l p rb t n p u maéi i rl mo ca x dspoe adn o nr ’ po ai o r t a s e a o r le s neu e rj s t da n gmet ub is e ss o s ’méae ns ra ds es n plénières, qui demeurent en veilleuse au n i niveau des wilayas malgré leurs nombreuses requêtes comme si nos élu ne peuvent avoir le bonheur de la par de leurs tutelles de voir leurs démarches aboutir dans un délais raisonnable et acceptable, pour rendre aux paysages urbains de nos agglomérations, la ligne droite vers un meilleur cadre de vie du e o uai q i éepr,tn q ’ l n suap s éo vi u ju l ’n p p l o u dssèe a t uee e a r a dcu r n o r e tn l r sésame qui lui permet de réagir en temps opportun. C et ac q e ndp r met usri ds i yn, u s vr icp be e ’ p re u u éat n a ev e e c oesq i’ èena a ld s e c t a résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est un département dcdn e q ’n a tr é q irs ae ss pic e etu e a tr é éa et t uu e uoi u ue vc e r i s s n uoi t np t moio d,q el tbi e n d D vl pmetdsE p csV r de la r n e u ’ a lsmet e ée p e n e sae et b E s o s wl adAgraé a cnr d l gon d miir ds rvu p bi , iy ’l a e t u et e a rg e u ns e e T aa x u ls é e t c réputé pour ses mises en garde et ses ultimatums, au point de décider que son département prendra en charge le volets des aménagements des espaces verts el leurs entretiens des abords des autoroutes et des aéroports, parce que les espaces vr q imbls n l o vae dat o et u e ei ete u rgs ’r cmme ex u p rn l at e d l s ls s cu q i aete r rs ea s è cptl sn àl b n o ma r q ect tbi e n d l wl adAgr a i e o t ’ a d n l é u e é lsmet e a i y ’ l , a, a g a s a e emploie environ 1200 agentse q es vct npe èeé i l nrt nds t u a oai rmi o r t t’ t i e a e ee espaces verts de notre capitale comme le sont, depuis toujours, les services des espaces verts des collectivités locales des pays développés. Il serais inconvenant de nier la réalité de notre capitale et de nos autres agglomérations urbaines, car juste en se mesurant à des grandes villes arabes du b s nMéi ra én o t e ru q eer v l , lntr e n t sof s as i dt rne, n rmaq e u l s ie à ’ s ds ôr , f e e u ls i a e r dscn io sd v a s ara l q ’ t esne, o e o dt n e i us gébe ui é s t cmmee t i el i e i s nr a s né g e mo n taux de touristes qui afflue vers les villes comme Tunis, Marrakech, Tanger, Ae, a s uecr B yo t q i ndpt e v l csdmer l n ds l D ma o noe eruh u e éids i e e, e ue ’ e e p on u destinations la plus prisée de la région du Proche-O i t S a judh i o r n. i uo r’u n s e villes sont dans un étatl na l c netq e p re q e e mai e a tbe e ’ me , s u ac u n tr è da n gmetub i, ’ l r v tuo r a t sdspaiusd l ’méae n ra l g i i o jus u e n A ée t mp e rt e e a q gso d l neme n iél iu e dspné d moe aeerpe, et n e ’ f i e r met do g e t e ess u yn g uo én oq l suo s sui t e à t e nda ao l méoai des milieux urbains o q ’n e o c ipu me r e i sn ’ l rt r a t p a i on avec le développement économique et social. 69

C mmet ep s t dç p rl c s met el v l dAgrp r l dx o n n a ê e éu a e l s n d a ie ’ l r ae l e amie i s villes les moins vivables sur 127 agglomérations du monde choisies par le rapport, quant on voit que notre capitale « Alger la blanche » est devenu si rp usne e q ’ q e us ecbue d l mb s d ds Eas eo s t t uà ul e na lrs e ’ as e e tt a q a a -Unis dA r u,e ru e e io v l « ’ méi es t v l bd n ie Nass El Kazirna »o l c i g p biet q o l ù ’ lr e u l s éa a c ieia t up it u lnéui et oa ds atmbed nx tn a o q e ’ scr é s ttl é l o é ela nuit, où des s n i t e go p sue éas d j ns v etd pts l c s e s d n età l ru ucl p r e e e i n e e t a i t ’ o nn s u v i rn a a cno o smmai d dous t ’l o su l rgrs el xct cmmu a t n e rg e e da ol o s e ead d ’ éui o o c , s e f nl , qui semble ignorer même son existence, tout en honorant des cérémonies de distinction régulières, dans des salles de fêtes privées ou des hôtels huppés de la cptl a xcûseobtns a lud s pécu e d l méoai ds a i e u o t xri t u i e e rocpr e ’ l rt n e a a , e a i o conditions et du cadre de vie de la majorité de leurs citoyens, afin de vaincre lna bi d ct p r de la capitale car selon le président du Collège ’ sl r é e e e atie i u t t n t n lds epr aci c s ( N A , l v l dAgr r q e d s ai a e x et rht t C E ) a ie ’ l o s ee l e iu e e s transformer en une multitude de ghettos dans les quelques années à venir, si a cn meuenetpi p u a l rrl su t n e déi rl r q e uu e sr ’ s r e o r méoe a i ai t ’ t e i u s i t o ve s decuae l gnrlai d n mbexf a xsc u a si d ss o e ’ o rgr a ééa st n e o ru l u oi x u e e e zns n i o é a n urbaines. Ietmprt d rg l l v ds i yn a éo , f d rh ble lmae lsi éai e éue a i e c oes l ri ai e éa it ’ g f r e t g s n ir i de notre capitale aux yeux des Algériens et de ses visiteurs étrangers, mais cela n pu s fi q ’vcavl t d ss rmi s ep na l l a xe d ss e ete a e uae l o né e e pe e rso sbe o u t e e r o r s c drc usdssri sda n gmet d rn ne àp s rl maoi d i t r e ev e ’méae ns e eo cr as a jr é e ee c , e t leurs temps dans leurs bureaux à signer des documents, pour être présents sur le terrain afin de vérifier les étapes de réalisation de leurs projets en milieux urbains et de faire instaurer au même temps au sein de la population algéroise u e o t u cl rl,oi e t éui i , f d l r eme r dao u n p li e ut eesc l e scr a e ai e e pr t e ’vi n iq u l a tr n u t r cadre de vie de qualité, tout en leur apprenant à vivre dans leur tissu urbain du e ao c ise a se u d rus àe fi d ct ga d epr ne ’n fçn i lé d n lb t e és r n a e e e e rn e x éi c vi i r t e da n gmet t ec i , npoe pl ep u tue n s o e ub ie, ’méae n e d i s u rj i t o r o t o zns ra s v me t o s n qui servira à résoudrel ne l ds rbè s efn , u sn l rp ot ’ smbe e po l e me d o d q io te a p r s s des Algériens avec leurs tissus urbains et cela en accompagnant ce projet pilote par une compagne nationale de vulgarisation et de sensibilisation pour l ne ld n s i yn à rvr ds p tpublicitaires et par la voie de cours ’ smbe e o c oes t es e sos e t a séi i sd n n séo s ai d rus e p r clr,’méoai d pc lé a s o cl , f e és r n at ui s l l rt n u as e n i i e a i o cadre de vie dans notre capitale et en général, des autres agglomérations urbaines à aménager. S q aa t t ia s pè ln éed neo nar e o jus a àma r e i u rne r s n a rs’ dpn a c, n ’ri tuo r p s o i v îi r ts l ruse e ’c o da l rt nd cde ev d n s i yn e mie a és t d l t n ’méoai u a r d i e o c oes n lu i ai i o e t i ub i, up it u n s o e ub ie s dga et eju e ju e q ’s ra a o q e o zns ra s e érdn d o r n o r t ui n n n l sont de plus en plus laids avec un paysage incompréhnil c net u p re es e e ’ q e ac b, s que au niveau des collectivités locales et des ministères concernés, on garde tuo r lrf x d l gso q i é dcé a rs’ dpn a c, u n iy o juse é ee ea et n u a t ért pè ln éed neq a tl l i é é i avait des zones urbaines avec un semblant de cadre de vie et des citoyens avec q e us oi s ’ uai c iu, éi d t s e apéec F a çi ul e n t n dé ct n i q e hr é u e q o d o v t mp d l rsne rna e s e Agr ,t u l pi i é id n é l méoai ds o dt n d v d n l i e q ea r r é t t o n à ’ l rt n e cn io s e i e ée ot a a i o i e n s i yn, u cnia à era p r r e’ et c éd l a , ugaz et des o c oesq io s ti l t s t u p ot d l l r i , e’ u d e é c it e logements décents pour vaincre la création anarchiques des bidonvilles qui symbolisaient pour nos responsables de ce temps là, la continuité de la présence du cadre de vie colonialiste. Ma r q e e a p r sr ’ a d l p p l i mo da e 20, sme u l é u l rp ot u l tt e a o ua o g é t n n i e n 05 et q e l i l l r a neire e rsl tp si d rn l q ar dri e a ne e ’ g i erg t ds éut s oif ua te u t enè s n és t A ée sé a ts s e r que notre pays est sur la b n e vi cr i etl n ds rrs p y e on o a l s ’ e u e ae as n 70

dvl pmet u ivs d n l sné t’ uai . let ba cu de ot ée p e n q in et a sa a te l d ct n Irs euo p ’ fr o i é o e f à fournir pour notre pays, afin de réussir un développement harmonieux et une amélioration de ses milieux urbains, car la majorité de nos acteurs de décisions dspoe da n gmet ub is sn e gnrl a ssvi e rj s ’méae ns ra , o t n ééa sn ao -faire pour t n r p u o df rni et l méoai ds o dt n d v e l méoai o vi iéec r nr ’ l rt n e cn io s e i t’ l rt n r f e e a i o i e a i o du cadre de vie des citoyens. Si la qualité de la vie est le degré de bien-être des c oes éedn du cr is o r d fc us n tmmetedo a i yn dpn et ’n et n n mbe e at r, oa t a e n l ri u t l e n,’cè àl a p tbe l p s blé d so r ai ,’cè a x o met l cs ’ u oa l e os it e cl i t n l cs u g a e , s i is as o a soins et le bénéfice de certain prestations de services. La l rt nd cde e i ds i yn, s tu da od l rvl i t n ’méoai u a r d v e c oeseto t ’b rs a ea r ai i o e t os o de la ville et ses quartiers, en requalifiant leurs espaces extérieurs et en créant des espaces verts munis de lieux de détente et de récréation pour toutes les t nhsdae, o t nasrn un entretien permanent grâce à des agents r ce ’gs tu e s a t a u spécialisés, qui entretiennent le mobilier urbain extérieur (jeux public, bancs, a r u…) l fna e,l vgtu e i nt i tl mo u ns l bi s , e o ti s e éé x t l e o n e b s n s a s te s n met e , s panneaux de signalisation, les trottoirs et les espaces publics. A lntr e’ a ’ s d l tt i a é actuel du cadre de vie des citoyens dans nos agglomérations urbaines, qui reste loin des normes demandées, les conditions de vie au sein des 1541 communes que cmpen t p y nar ettuo r p sà t u e l v es d coisière o t or as ’ri n o jus a e v r vr a i s e r o t e rq i d n l miex ub isma r tu l retdpnée l e ot eus a s e lu ra e s i n l é o t ’ gn ées t e f r g a s f s funsp rn t p y dp i ln éed ne cmmel dmo t l td o ri a or as eus ’ dpn a c, o e i e é nr ’ u e e é ra se a l gne ai a d l méae n d t r o e ncl b rt n élé p r ’ ec n t n l e ’ n gmet u e i i e o a oai i a o e a r tr l o avec le PNUD, qui constate que 177 de nos communes connaissent une précarité avancée pour leurs populations, 168 sont pauvre dans le domaine de la santé et 229 sont dans un état critique où ils ont les plus faibles taux de branchement aux différents réseaux (eau potable, assainissement, gaz et électricité). La sne nAgr , ’n at nree o r méoe lcde e ie mie ’bec e l i du e c o él p u a l rre a r d v n lu ée i l i e i urbain avec la création de lieu de détente comme les espaces verts et les jardins publics, laisse les citoyens amoureux de la nature se contenter de jardins ssed so ds tiusadn ssed d B b l ecmme ’ tlcs upn u l n e myhq e jris upn u e a y n,o i o cs ea e de ce citoyens algérois de Meskiana, qui a crée un vrai jardin où fleurissent et s p n us n ds rut , e rs r e dvre pa t gi a t d n le ’ a o i et e ab s s ds oi s t i ss l e r é s e e e n s mp ne a s s mo de sae e e b l n à ’ aecmme ’ vua d n e u s n à o i r ep c d ss a o s l tg,o n c é sl o l t o nr n i e n s i i g autorités compétentes de commencer à réfléchir à mettre en place une action cnrt p u a o t àl méoai ds sae p bi ae l cét ndu o cè o r b ui ’ l rt n e ep cs u ls vc a rai ’n e r a i o c o urbanisme végtla si d n s lu ub isq io t uo r’u evhs é e u e e o miex ra , u sn a judh in a i a n i n de plus en plus par la fureur du béton, qui rend nos paysages urbains insupportables à voir. P req el vnrd n t p y pu ao dscnéune éo o q e ac u ’ ei e or as e vi e o sq ecs cn mius a e r évidentes, par cause des coûts que notre Etat va dépenser pour éviter les dégradations à venir de nos paysages urbains et à ceux destinés à la réparation ds o e d mmae cué srtu l poe da n gmet i aae ra ss gs a ss u o te rj s ’méae n ds rt élé à s t p s i coup de milliards de Dinars, avec un manque de savoir-faire chez la majorité de n sma rsdo vae e d n sma rsdœ ve, u s sn dfé dp i o î e ’u rgs t e o t î e ’ u rs q i e o t é l eus t is ln éed nep u l méae n d n smiexub is q ’ etugn ’ dpn a c o r ’ n gmet e o lu ra , ui s ret i a i n l a judh i erf ci àrsu r c po l maerq io cel uo r’u d é éhr éo de e rbè l me j u u tuh ’ ensemble de nos agglomérations urbaines, en faisant appel à des experts-conseils séi i s né ds ’ at o re miex ra s f dar e à rp sr pc lé e t e di c p u l as u mp s lu ub i ai ’ri r po oe i n n v de nouvelles mesures qui nous permettrons de tracer les grandes lignes pour solutionner nos problèmes urbains actuels, dans un premier temps, avant deggrl ga d t vu da n gmete d rh blai ae ds ’ ae e rn s r a x ’méae n t e éa itt n vc e n s a i o et pi sd ra st n mu i du eéup digner e d t h ies nr r e e élai e s i o ns ’n q ie ’ éi s t e e nc n n u c i 71

compétents dans les techniques de réalisation des aménagements urbains et tout e si n à l l t l é ds da n gmet dj ahvs p r l n uv t a a e r e t e ’méae n, é te s u à ceé a e s a ua c r d l ra i mo en co isl l poéue l a s e a mb l i s e ’ b ns ne u me dre h is e n e rcd rsé l d l s o s ge législation en vigueur et loin des abus de pouvoir ou du passe-droit de certains de n s rso sbe,cr i ny a pu d sn cmmu ,d l p r d n s o ep na l a l ’ s ls e es o n e a at e o a n gusq i’ oea àl ne lds c us oi xai d ds a e méaer, u smp sri ’ smbe e at r sc u f e i u dr i t e e a n s les citoyens, sans foi ni loi, de dégrader leur cadre de vie et les espaces verts de leur milieux urbains. C et n é da tarl i d n t sc t àl sae u l e mie ub i ’ e t i l e t n e or oi é ’ p c p bi n lu ra s u n ao e é e c i n et les échecs de nos expériences précédentes, qui ont abouti à cette chimère qui continu à infester nos agglomérations, que nous réussirons à mettre en place un premier pas vers une solution globale pour améliorer le paysage de nos milieu ub i,tu e f a tcmme o j t dar e à po oe u e amaue ra n ot n i n o x be i ’ri r cf v rp sr n r tr cneteesset l dê ea piuea si d n sv l e v l e o cpul ucpi e ’ r p l é u e e o ie t ia spour l b t q n ls lg atteindre le sens désiré de faire de nos milieux urbains un cadre de vie amélioré pour nos citoyens et aux millions de touristes étrangers qui viendront visiter n t p y d n q e us n éssl bet tuiiu ae u e méoai or as a s ul e a ne,i’ j i o r t e vc n a l rt n e q o cf sq i o du cadre de vie dans nos milieux urbains, sera atteint dans les délais. Inyaa cn epi t nàd nner pour justifier les retards que connaît notre l ’ uu e x lai c o o p y d n l d ma e e ’méae n p yae ds lu ub iss o l as a se o i d l n gmet asgr e miex ra ,i n e n a i n n ma q edi g ai e l vl t p u vnràb u dscnrit q i n u ’ i t n t a o né o r ei ma n o o o t e o t ne u a s e êhn l b ndrue n ds rj s ’méae n paysager car malgré mpcete o éo l met e poe da n gmet t tue l ei ne p u rus l méoai ds o zns ra e, euse o t e x ecs o r és r’ l rt n e n s o e ub i sdp il ss g i a i o n s années quatre-vingt, la majorité des programmes réalisés sont, souvent, des projets chimérique. Parce que pour aménager nos milieux urbains, on continu à fi a plà u eit dsil ai d ma r dœ vee det pi sd a e pe r n ne i pi r é e î e ’ u r t ’ r r e e r c n t t ne s ra st n q i ' dvl pn ae dsfi usda n gmet dsaae, élai , u s ée p et vc e a er ’méae ns i rt i o y o s p s sn fi a pla x aci c sp yaie,q ’n a ple oc et l a s a e p e u rht t asg t r ee s s uo p e n ci n e d s a ua c r d l ra i moderne que nous continueront à faire de nos mb l i s e ’ b ns ne u me agglomérations des lieux avec des places publics où nos citadins continueront à jouer aux dominos. Les architectes paysagistes font un travail de qualité loin des avant-projets sans cnet ’méae n e des pratiques du bricolage pour la réalisation des o cp da n gmet t poe da n gmet asgràcu d mii d d cni s p req ’ rj s ’méae n p yae t o p e la s e et , ac ui lr me l d n e upoe ub i ae ss sae vr u sn d n l o o n a rj ra vc e ep cs et n es a s’ mme t uo r t n s h e a tu d lo e ’ mme gâe a x l s d l rht tr d paysage. Les lois de h , rc u o e ’ ci c e u i a eu l rht tr d p yaesn cls u rg n l ra t ds h ss nmie ’ ci c e u asg o t ee q i èl ta élé e coe e lu a eu l e i i ub i cr ls o t n l iu ihrne u rpéett n q e ’o ra a ee sn u e o q e n éet a x ersnai s u l mme e n l g o h s fid l n tr e d l ba t p re u c s l sniit h ma e a e a aue t e a eué ac q e ’ ta es lé u i qui est à t , e bi n l r ie ucde e ia l r ds asgs ra s e v l mo ens rc ’ i n d a r d v méoé e p yae ub i ds ie dre gâe og e i n ls à lnrd c o ds t h ius d l rht tr d p yae d n l ’ t ut n e e nq e e ’ ci c e u asg a s e i o i c a eu s aménagement des espaces verts et des milieux urbains. L'architecture du paysage est un art mixé aux normes architecturales, qui s'intéresse à l'organisation des espaces extérieurs et des jardins publics. Son artiste appelé « architecte paysagiste », élabore le design et l'esthétique grâce à un travail minutieux qu'on retrouve aussi bien dans de grands parcs, qu'à l'intérieur des parcs municipaux, boulevards et trottoirs, ainsi que dans des lieux publics dégarnis de toute verdure. L'architecte paysagiste qui offre un savoirfaire professionnel en planification et design des aménagements urbains et des espaces verts, de la préparation à la surveillance des travaux de réalisation, pratique une profession de synthèse mais lorsque l'envergure ou la complexité 72

du poe ncs t l cl b rt n da t sepr cmmel rht t o 'n rj éese a o a oai ' r x et o t i l o ue s ’ ci c u a ee l ra ie l rchitecte paysagiste dirige et coordonne les diverses disciplines ’ b ns ,' u t a le a poe tu e s s rn q e o se ru gs o c o nn e d uer i s u rj ,o t n ’ s a t u tu l o ae fnt n et n o cu é t au s i p u lruse upoeda n gmet o ra és td rj ’méae n. i t Laci c p yaie et u é met maer d n l poe ’rht t e e asg t s s n l n é j u as e s rj s t int dsil a e crlspu u e si t nq 'né t e a e c sgâe e i pi i s a iet ls n apr i uu t d fi t ’ t rc à r c nr ao a t e son intervention que les architectes et les urbanistes pourront achever les finitions de leurs aménagements en milieux urbains parce que malgré que tout le monde a tendance à vouloir continuer à jouer dans sa cour, Il est évident de se rn r cmpeq el aci c se l ub ns sno tp sl svi ede o t u e rht t t e ra ie ’n a e ao -faire s ee s t r a éu t o r és re a n gmetda l rt nd cde e ie mie dq a p u rus l méae ns ’méoai u a r c v n lu i s i o e i urbain avec des espaces verts payaes t uiet r ri d ca gr e e sgr e q ’ s pi da e h n e ct l mo l t su t ne d fi it d i l a ua c rd l ra i mo en p u i ai t e a e nr ur e mb l i e ’ b ns t o r o e s ne u me dre o r guérir nos agglomérations urbaines de cet état de fait, qui continu à gangrener n smiexub i, ac q el rec s n fi sentir en Algérie. C ete o lu ra p re u ’ gne ' a i n u e t ’ n s it rn l rht tp yaie a se rcs s ’méoai d cde e i né a t’ ci c asg t d n lpoes da l rt n u a r d v g a ee s u i o e des milieux urbains et la création des espaces verts publics, que nous pouvons parler du paysage urbain de nos agglomérations car le mot paysage continue déo ur ot n l n tr e smb le’ t rt nds sae vr d n l ’ q e fr meta aue ty o s lné ai e ep cs et a se v e i i g o s processus de planification des aménagements urbains, car le paysage ne peut guère se passer de la nature, qui est instituée en objet distinct par les projets en milieu urbain et par voie de conséquence devenu de plus en plus hétérogène aux œ ve h ma e a p it u l n tr,e n t n d mie, ’ v o nmet u rs u i s u o q ea auel oi s e lu de i n e n n n s o i nr e d p yae o t eeu l rl i ds oi é àl sae o s ut umie t e asg sn dvn sa e t n e sc t ao é s ’ p c cnt id e r lu i urbain. Le paysage est un écheveau « saturé de détails » et de singularités, la nature est lpu su et é rgn e na a dode p aet cpn a tp u œ ve e ls o vn ht oèe t ’ p s ’rr a p rn ; eed n, o r u rr é dans ce brouillard de multiplicités, il faut nécessairement avoir recours à la géométrie, au cordeau N sri …. e ea -ce que pour approcher la réalité et t snome sr l. e asg etama i s t nsnil du a n gmet ’ fr r u eeL p yae s l nf t i es e ’n méae n i l e ao b p yae p re q ’ t d i l sn d mie e t me i dae n asgr ac ui r ut e es u lu n e s mméi met l a i r t acs be àl v ee c s p u ct ri nq el q ces l i s a u t ’ t o r e e a o u a uestion du paysage doit e t s tenir une place essentiel et particulière dans chacun des aménagements ou de rs uai d n s miex ub iscr c s d n l sae p yae q e et rt n e o a o lu ra i n a ’ t a s ’ p c asgr u e e s x r da od l rl i du e oi é snev o nmeta p it uu ’ pi ’b r a e t n ’n sc t à o n i n e n,u o q ’n e me ao é r n mie ub i mu ida n gmet p yaescnu p r ds aci c s lu ra i n n ’méae ns asgr o çs a e rht t ee p yaie, tmop oet e c oese da t sê e ae u en u ee asg t mé ss a rh sn ss i yn n ’ur t s vc n o vl t e r l cl r d c i p req ’ et esni t méaép u l be ê ed l ut e e i s u v me ac ui s rs t e a n g o r e i t e a l e n r société, qui perçoit son milie ub i e fnt nd l sg q ’ l e fie u ra n o c o e ’ ae uee n a t n i u l t l ti e fnt n ea ecpi q ’ le a e o cde e i ’ is n o c o d l pret n uee n d sn a r d v . u le i o l e L n mbe e rf s n q io tmpius a s’bet da l rre a r e o r d poe i s u sn i l é d n l j i ’méoe lcde so q o cf i de vie de nos citoyens en milieu urbain, ne cesse de croître parce que notre gu enmet d n éu ega d paeàct at n cmmec ti l cs o vre n a o n n rn e l c e e co, o t i ’ a e a, é t pour la réalisation de la nouvelle ville « Akid Othmane » et des différents pormme dh btt t ’méoai d cde e ids i yn à a ilaya rga s ’a i e da l rt n u a r d v e c oes l w a i o e t d AnT mo cetq e e ns e e ’a i t ’ p s n u d s f it e i é uhn, u l Miir d l bt na a ma q é e e éc e t h a li r d l tt ’vne n dst vu ,o t ncmpi na t o Wa p u l e ’ a daa cmet e r a x tu e o l tn sn é a me l or e i d n mi q el sc u d l cnt c o e d l méae n ub i a ya s me u e et r e a o s ut n t e ’ n gmet ra e r i a n enregistré à travers cette wilaya, au point que cette expérience géré par le sui tt h iu d l b n u mo da eta l td p rl miièed o t n e nq e e a a q e n i e s e c l ’ u e a e ns r e é t l a i t a se u d l gnrle à ’ smbe e wl a d n t p y. ’ bt d n lb t ea ééa sr l ne lds i ys e or as h a i e a e 73

La réussite du grand pari de la wilaya de Ain Témouchent pour la construction de la nouvelle ville « Akid Othmane » avec un meilleur cadre de vie pour ses c oese l bet nd f itt n d l p r d l b n u mo da p u i yn t ’ t i e éc ai s e a at e a a q e n i e o r t o no li o l l x t c du apcev o nmetlep yae a si d c projet de 3500 ’ ie e ’n set n i n e na t asgr u e e e e sn r e n l e nsnet eeuu e élée Agr d c X I mes c , u gâe o met ’ dvn n ra t n l i e e X e i l q e rc g , s i ée èe aux efforts quotidiens des premiers responsables de la wilaya, qui ont su cl b rrae l cmpt c du eéup it dsil a ed t h ies t o a oe vc a o é ne ’n q ie ne i pi i e e nc n e l e r c nr c i digner a tctnsmaoé, ’naci c p yaie l r ndpô ’ éi s uoho e, jre du rht t asg t Ag i il n u ee s ée mé de Versailles, qui est venu apporter à cette nouvelle ville, sa touche paysagère final inspiré du nouveau concept paysager et son savoir-faire dans la maîtrise des n r s e’ra i végétal moderne. P u l méoai d cde e ids ome d l b ns u me o r’ l rt n u a r d v e a i o e citoyens, depuis quelques années nos milieux urbains connaissent un profond poessda n gmetma rs e gnrl a su é te ro n i rcs u ’méae n i et n ééa d n n t mbyn a e s e a r p req ’ l cniuàb t srl ma vi sme ac uee o t l n ue u e r s ua e s ntalités de certains de nos rso sbe l a x r és eus’ dpn a c e q irviet a se es ep na l o u éi e dp iln éed ne t u t a l d n l sn s c g i a ln cnri d l vlt ndseh ius e a n gmetp yaes e miex o t r e’ o i e t nq e ds méae ns asgr ds lu ae é uo c i ub is t e n r s el ra i vgtl crl a n gmet de nos ra e ds ome d ’ b ns n u me éé e a e méae ns a, s milieux urbains ne sont pas accompagnés de la vision paysagère des architectes paysagistes, qui ont le savoir-faire pour élaborer les paysages urbains loin des paius efi us ’méae ns ae l r ep cs et dsaae ds rt e d a er da n gmet vc e s sae vr i rt e q s u s p s milieux ura se q i ’n d séi i e a n gmetdsep csvr b i t u no t e pc lé n méae n e sae et n at s paysagers, que le code du registre de commerce hérité du temps de la gestion de l neme n iél iu. ’f e r metdo g e oq Le ministre des travaux publics, suite aux explications lors de sa visite à la wilaya de Tipaza, pour les travaux de réalisation des ports de Tipaza ville, de Cherchell e d G uaa aaetq ’ fu fi ds méae ns t at, u srn t e o ry, vr ui a t a e e a n gmet at c fq i eo t i l r r i réalisés par des spécialistes comme les architectes, les architectes paysagistes et les spécialistes en esthétiques et non pas par des bricoleurs qui ne savent respecter les cahiers des charges car le port de Tipaza, en particulier, sera un port de plaisance plus que de pêche avec des gargotes et de bidonvilles, surtout que cet aménagement sera impérativement économique, fonctionnel et rationnel pour la wilaya. P r u e iiai cmmu e l miir d l n i n e n e d a n nt t e o iv n, e ns e e ’ v o nmet t e t E r l méae n d t r o e ae l miir d l mpo e d l S l ai ’ n gmet u e i i , vc e ns e e ’ l t e a o d r é A r tr t E i i t N t n l d n l b t ’méoe l cd de vie de nos citoyens, ont mis en ai a , a s e u da l rr e a re o e i œ veu poe itué« u r n rj ni l Blanche Algérie ». Ce projet aura pour objectif, à t t cuteme’s ii e n ds u r es a l clc ds rue méaèe ort r l s ns met e q at r p ra o et e od rs n grs aa s i l e e l cét n dat i sgnrt csd rvn sp u 5 000 demandeurs t a rai o ’c v é ééar e e eeu o r 0 it i de l s t e ai da l rr aq a t d v e mie ub is te r a ’ o e cl f ’méoe l u lé e i n lu ra e sme l mp i a n i i e i n culture du civisme au sein de notre société. Quant aux objectifs à long terme, ils v et ’méoai d cded v d n smiexub ise da nhl i n l l rt n u a r e i e o lu ra s a i o e i n t ’n iirla e pollution qui dégrade nos milieux naturels et fait perdre à nos paysages leurs valeurs touristiques. L r d lntl t nd cmi it sc r l ecnett nae l miièe os e ’ s l i u o t ne et i d o cr i vc e ns r i aa o é r oe ao t l n i n e n e d l méae n d t r o el miir d ’ v o nmet t e ’ n gmet u e i i ,e ns e uTourisme a E r A r tr t mil cet u l vl t d gu enmet e rn r e cag l d s e d s’ cn sr a o né u o vre n d pede n h re e os r u a o i dvl pmetd tui ,p req el meue da e e d sui à ée p e n u o r me ac u e o s s srs ’i t e o t n d e l c v étuiiu, n p u o j tsdi usrl co sneéo o q e ’ t i o r t e o t o r be i ’ a it sq c f mp l a ri a c cn miu, e s decuae la compétitivité et de promouvoir un environnement propice pour ’ o rgr n me r e pae nepidet pi e u dvl pmeto r t u d rbe t e n l u sr ’ r r e t n ée p e n tuii e ua l t c t ne s o sq . Le tourisme est une industrie qui pourra être notre or vert qui remplacera la rente pétrolière à long terme et changera les mentalités de nos citoyens envers le 74

paysage de leurs milieux urbains, tout en brisant les enfermements que nous vivons actuellement. Au moment où notre Algérie est assise sur plus de 55 milliards de Dollars de réserves de change, une politiq efr d n l sn da l rrl o j ts u ot a s e es ’méoe e be i e i s cf tuiius e or p y,’vr pi ri e ea at e o gu en ns a o r t e d n t ass èe r da d l p r d n s o vra tcr sq e a mo l nos citoyens attendent une meilleur visibilité sur les reformes économiques en cours, qui permettront dans quelques années de résorber le chômage et de dmiura r e ul e n gâe upormme rs et l ’nmii d i n e l ci d o met rc a rga s g péi ni du d e lo e ln logements, qui seront normalement intégrés dans un nouveau paysage urbain où rsl r u e ognst n desmbe cnt i ae u e asc t n d éut a n ra i i e a o ’ e l o s ut vc n s i i n s r s o ao e l e nsd cmmecs t ’ p cs xéi r a n gs a dsaci c s o met e o g , re e de ae et e s méaé p r e rht t s ru ee p yaie ai q ea isc ls p n ur d n u cde e iara l q i asg t f u l v oi e ’ a o i a s n a r d v gébe u ss n e a é a e , viendra pour réussir le sens touristique du paysage de nos milieux urbains, gâeàlnrd c o dsn r smo ensd l ra i vgtl d n c rc ’ t ut n e ome i o i dre e ’ b ns u me éé e a s e a programme présidentiel. Si notre pays est presque dans une régression irréversible dans le domaine de l ra i vgtl td l rht tr d p yae c netq ep req e ’ b ns u me éé e e ’ ci c e u asg, e ’ a a eu s u ac u aucune mesure gouvere na naé pi sr ue n d n l p lai nmetl ’ t r e éi smet a s ’ pi t n e é s e a c o des normes de réalisation des aménagements paysagers urbains avec leurs ep cs et e q e eus’ dpn a c,l pu at e o rso sbe ds sae vr t u dp iln éed ne a lp r d n s ep na l e s i s clc v é l a s t e drc o s ’ra isme considèrent les aménagements o et i so l e ds i t n dub n l it c e ei des parcs et jardins dans les zones urbaines, ainsi que la présence végétale vis-àvis du bien-être et de la qualité du paysage en milieu urbain comme secondaires, par rapport aux fonctions plus sérieuses que représentent l c cl i , h btt a i ua o l a i r tn ’ a et le commerce pour ne citer que les plus évidents. Pour que notre pays, ne restera pas au dernier rang des pays en voie de dvl pmete mai eda n gmet asgr ds lu ub is ta ée p e n, n t r ’méae n p yaes e miex ra e l o è i n créations des espaces verts, tout en satisfaisant la demande des citoyens, une b t r d t t l iai s vr ncs i sd l p r d n sé s p u at i e e e é s ts ’ èe ées r e a at e o l , o r ee x s gl f a ae u pr t e a x b n e vl t d n sséi i sda n gmet ub is eme r u o ns o né e o pc lé ’méae ns ra t o s as n dit vnr a s nb nsn, o r’ s uai dun meilleur cadre de vie des ’ e eid n u o esp u lnt rt n ’ nr i a o citoyens et de protéger le paysage de nos agglomérations urbaines, tout en faisant promouvoir les aménagements des espaces verts paysagers dans nos zones urbaines grâce à la mise en place des moyens législatifs adéquats pour exiger la péec d l rht t p yaied n l l oai ds tds t’ éui rsne e ’ ci c asg t a s ’ a rt n e é e e l xct n a ee s éb o u e o ds rj s ’méae ns nmie ub i ai q ’ d c db t uX I e poe da n gmet e lu ra f t i n n ue e e éu d X n emes c , or p y a r d n s l iai l s ttd b ra dé ds i l n t as ua a s a é s t n e t u u ueu ’ u e èe e gl o a t spécialisé en aménagement paysager, qui remplacera le simple code de registre du commerce pour la création et la réalisation des espaces verts, qui est à la p r d tue nrpi d ra st n sn a cn ei ne ’n ma r e e ot e o t et r e e élai ,a s uu e x ec du e î i d é e s i o g ts l rht tr d p yae ’ ci c e u asg. a eu Il faut que cette nouvelle « loi paysagère », soit légiférée par notre gouvernement sn u db t a u àl P e q ’ l n sip scéeq ed n l b t e a s n éa cd c ’ N t uee e o a ré u a s e u d A l t remplir le journal officiel parce que comme disait le cardinal Richelieu : « Faire une loi et ne pasa a e xct ,’ t uoi ra h s q ’nvu df de l fi eéue c sa tr e l coe uo et é n r », r r e s e sr u q e t p d gsiae g e e l vnr d l rs uai p u ut t u r o o e apl g ut ’ ei e a et rt n o r l t a a o l méoai d cded v dsc oesa si d n smiexub is ’ l rt n u a r e i e i yn u e e o a i o e t n lu ra , i n durant le programme de développement quinquennal 2005/2009. Lis uai dso tsdacmp g e n p u l cét n d ppnèe ’ t rt n e ui ’co anmet o r a rai e éii s na o l o r ornementales modernes et des cycles de formation de jardiniers paysagistes et 75

daci c s o digner p yaie, p r l cét n d cru ’rht t u ’ éi s asg t ee n u ss a a rai o e uss professionnele u i ri i s pc lé,’vrn ncs i p u l vnr e s t nv sa e séi i ss èet ées r o r’ eids e tr as a ae a aménagements paysagers de nos milieux urbains car avec 960 centres de formation professionnelles (CFPA) repartis sur tout le territoire nationale, en t a tcmpeq ’n su cnr d formation par wilaya, sera doté de la e n o t uu el et e n e spécialité pour la formation des jardiniers paysagistes et avec une moyenne de 30 jardiniers paysagistes formés annuellement ; en sept ans dans un premier temps e ca u c qa sp rl si ,’ l r p ur ao t h q e i n a a ut l g i o ra vi n e A ée rune capacité de 7200 jardiniers paysagistes à répartir sur ses 1541 communes, ce qui fera une moen d 4 adnes asg t p r o yn e e jrii p yaie a cmmu e o r eve d n l nrt n r ss n p u ou rr a s’ t i e ee des espaces verts de chacune des communes et la production des plantes ornementales, au sein des pépinières instaurés dans la circonscription de chacune ds hf lu d d ï . a s ecded d n e àl l r u eét d n l e ce i x e a a D n l a r e o nr ’ g i n le a s e se r A ée i d ma ed l ma r edœ vedspoe da n gmet p yaese ds o i e a î i ’ u r e rj s ’méae ns asgr t e n ts t techniques modernes pour la prod c o e l nrt nds l t onmetl ut n t’ t i e pa e re na s i e ee ns e des espaces verts, la formation des architectes et des ingénieurs paysagistes srn grs a lntu N t n lA rn miu dE H rahe cl b rt n eo t éé p r’ stt ai a go o q e ’l arc n o a oai I i o e l o ae l éo s te istt daci c r d vc e cl e l ntus ’rht t e upaysage des pays francophones s e s i eu occidentaux, comme la France, la Belgique et le Québec. LIstt ai a A rn miu dE H rah q i dj l vct ne l ’ tu N t n l go o q e ’l arc, u a é a oai t e ni o e à o s moesp u funràl méae n p yae d n smiexub isu e yn o r o ri ’ n gmet asgr e o lu ra a i n n vingtaine de paysaie p r n c q ieaq e ’ l r dsoeatu l c q g t a a ,e u f ss r u l g i i sr o te i A ée p s n ans, en plus des jardiniers paysagistes, une moyenne de 100 architectes p yaie p u cneo ,si e l poe da n gmetp yae e asg t o r o cvi uv e rj s ’méae n asgr n ss r r s t milieux urbains et gérer les pépinières de production des plantes ornementales a s q e d l nrt n ds ep cs vr eia t A e ds igner ii u e ’ t i n e e e e sae et x tns vc e n éi s s s . u paysagistes pour nos futurs pépinières qui seront conçus selon les normes internationales, grâce au recours au partenariat avec les pépinières de la rive nord des pays méditerranéens, nos futurs aménagements des espaces verts auront une variété de plantes ornementales diversifiées et de meilleur qualité, que celle qui existe actuellement sur notre marché embryonnaire des plantes ornementales. Parce q ee frtcntun u cde gébe e é ne o r ’ me r a u l oe o stet n a r ara ld dt t p u s s s i e y te u t vr q ee Agr n n s t mpn p s u n i rvn iun ae freer et u l l i s e ’ r et a q a tl eedq et vc oc l s ée y o s u attachement à toute forme de présence végétale dans leurs milieux urbains, cmmei vuet el o l el d ’ dans leurs robinets, des routes appropriées et une s n eau mel réuai p u l r efns crp u l n r sd l ra i ie d ct n o r e s na t a o r e ome e ’ b ns lu o u , s u me végétale, les espaces végétaux, qui viennent pour agrémenter le cadre de vie du milieu urbain, sont les jardins et les espaces verts qui sont maintenant, à la disposition de tous et offrent des moments de plaisir aux visiteurs car ils sont démocratisés et n sn pu rsré a x elpi l i da tn e o t ls éevs u sus r ig s ’na . vé é L i dê e e i l acs i s ut p u l t s ’n v i péiet l o ’ r d s e ces r js o r e e n t mp oe e mp du e it rs nil se d ee o p u cno u o r o smme u b d e du pormmegu enmetll ep cs r n u gt ’n rga o vre na e sae , s vr sn ds l ns éesi s o rl bet nd l l a c p yaèed et o t e é met ncs r p u ’ t i e ’ é ne asgr u s é ae o no ég mie ub i e o t nrl dc id n l ra i t ne l dvl pmet e lu ra t n u ô éif a s’ gns i te ée p e n ds i n e s o ao o metlé dsc a iscrcnr tueat t c s su et nasc n l na t e i dn a o t o t t ne ’ t o vn e s i t e is t e e , e oa s espaces verts et les aménagements paysagers dans le projet urbanistique, que l nt u el c f d l cmpées np u l rused mie ub i e ’ r v e l s e a o rhni o r a és t u lu ra t o o s e o i i n lntuai dspic e d c i ce l s l c oe, o ’ s rt n e r i s e i s i a o np v me hz e i e i yn cmmeo l mp t n’ a constaté chez les habitants de la nouvelle ville de Ain Témouchent, deux ans après son inauguration par le président de la république. 76

C et ac q ea jr é e a n gmetrcns e o zns ra e o t ’ p re u l maoi ds méae ns éetd n s o e ub i s n s t n montré tout le mal que peuvent faire des aménagements aveugles au cadre de vie de nos citoyens car ils ont été conçus de la sr d n p s rhr q ’ fu ot e e a mace, ui a t e l faire appel aux techniques de conception des architectes paysagistes, qui en concevant un aménagement paysager, le considère comme un élément de la nature dont il ne lui empreinte que ce qui peut lui servir pour le faire valoir dans l b t ’méoe l p yae ra scr e ep cs et p yaes o t n e u da l rr e asg ub i ,a l sae vr asgr sn u e i s n s s cmp sne r ri e e’ra i vgtlmo en. o oa tpi da d l b ns éé e dre mo l u me a Lei ned lnrd c o d l ra i vgtl ae lntuai ds ’ g c e ’ t ut n e ’ b ns xe i o i u me éé e vc ’ s rt n e a i a o aménagements des espaces verts au sein du paysage de nos milieux urbains afin de rendre le cadre de vie de nos citoyens meilleur, demande un sacrifice rc rq e e ap r d l tt t e cnr u be crs l tt ’ gg p u éi o u d l at e ’ a e ds o t b a l a i’ a s n ae o r p E i s E e lntuai du mel r asg ub i d n s ’ s rt n ’n ie p yae ra e o villes et villages, en finançant i a o lu n l a n gmet p yaesal rr d 5%, ec oe d i a pedeà e méae ns asgr s ’ de e 0 l i yn o p rn r o t t cnr ur e p yn l df rne ae ss di ôs a n e ,ai q ’ o t b e, n aa t a iéec vc e ’ i f mp t n ul f ui s n l smpiu d n lpoess e a n gmetp yaes e o ag méai ’ l e a se rcs ds méae ns asgr d n s gl rt ns i q u o o ub ie e da pede rset snmie ub i e snev o nmet a ra s t ’p rn r à epc r o lu ra to n i n e n cr n e i n r i siq e ’ t np r e rc à o agn, uiju du e ier u lé e l a u c se at gâe sn retq ’ o i ’n mel q a t d s t e i l lu i cadre vie dans sa ville ou son village. Lo j t d ct rf x net e i rasn e e ’l me o r’ s uai ’be i e e e é ei sd t e l o nt da r p u lnt rt n cf t l o r t a i a o àcuteme nAgr du poess ’méae ns asgr e miex or t r e l i ’n rcs da n gmet p yaes n lu ée u i urbains, avec un urbanisme végétal moderne géré par des spécialistes, parce que les aménagements actuels de nos agglomérations avec leurs espaces verts sont loin des principes du travail des vrais spécialistes en architecture du paysage, qui sont une composante primordiale pour les aménagements p yaes t’méoai d cde e i a si ds o v l e v l e cr asgr e l l rt n u a r d v u e e n s ie t ia s a a i o e n ls lg l méoai d ’ l rt n eleurs paysages urbains est un facteur primordiale pour la a i o réussite des vocations touristiques actuelles de notre pays. C et gâe a x cn a sne séiq e e b tnq e e ab r utr ’ s rc u o n i a cs pc ius n oa iu, n roi l e s f c u ornementale et un savoir-faire unique pour la conception des jardins et des espaces verts que les architectes paysagistes réalisent les projets paysagers en milieux urbains avec des espaces verts intégrés, tout en prenant comme modèle sur le concept de nos maîtres du passé et en exprimant leur propre goût en tenant o t d l vl t dsma rsdslu e dsl sd l ra i cmpe e a o né e o î e e i x t e o e ’ b ns t e i u me végétal moderne, car les paysagistes sont différents et meilleurs que les faiseurs da n gmet dsaae, u cniun àfi d n t cded v d n ’méae ns i rt q i o t et a e e or a r e i a s p s n r e e nos agglomérations urbaines, une qualité en deçà des normes exigées de l ra i vgtlmo en. ’ b ns éé e dre u me a Si le bilan des aménagements paysagers et des espaces verts de nos milieux urbains est connu par tout ceux qui y vivent quotidiennement en Algérie, ou q ’s sn ifr s a les quelques écrits de notre presse quotidienne, il est ui y o tnomé p r l t s o r o s o s e éae l vi rpds e ’p lai ds o t n e mp p u n u tu d dggr e o s a ie d l pi t n e sl i s s e a c o uo a éu t q i o s eme rn daq éi l moes os l p u it vnr dq ae u n u pr t o t ’cur e yn p s be o rne ei s t r s i s r efficacement dans la réussite des aménagements paysagers de nos milieux urbains, tout en alliant les besoins urgents de nos zones urbaines au respect de l ra i vgtl mo en e ds set p yaes en s ie e v l e, ’ b ns u me éé e dre t e apc asgr d o v l t ia s a s ls lg p rl po t n e l x ec dsn r seté q e d l rchitecture du a a rmoi t ’ i ne e ome s t us e ’ o eg hi a paysage et des aménagements en milieux urbains, afin de préserver et do t sr ’méoai d cde e i d n s i yn,o t nasrn u ’pi e l l rt n u a r d v e o c oestu e s a t n mi a i o e t u avenir plus durable pour nos agglomérations urbaine et de redorer la place de l l r tuiiu p r l b l e n t n cr el’ t l ec rf ci ds ’ g i o r t e amie a ds ai s a su lnei ne é éhe e A ée sq o i lg l 77

aci c s asg t suama i u poe da l rt nub ied n u rht t p yaie a r ee ss ne n rj ’méoai ra r t i o n as n cnet p yae,àcuteme jsuàs ruse oa e s prn i ,o t o t e asgr x o r t ,uq ’ a és t ttl t a éent tu r i é e rsetn l vlt nds ome mo ens e’ra i vgtlt e l s n epc t’ o i e n r s dre d l b ns éé e dso a é uo u me a i d l rht tr d p yae. e’ ci c e u asgs a eu

17. Réflexion pour une nouvelle approche paysagère de nos milieux urbains.
C et ac q el snédsh btnsdpn a d cl d l r ’ p re u a a t e a i t éed i e ee e e s s a t l u villes, que les grandes cités ont été la marque de sociétés qui rus si t tu a l g d l io e q ’uo r’u n s és s e , o t u o ia n n e ’ s i , ua judh i o h tr responsables politiques doivent faire en sorte que nos villes soient fr se sie, a c s àl fçnd n ee srn pa iése ot t a s cr ’ t a ao o t ls eo t l f e t e n e l ni gérées, qui décidera si notre avenir collectif sera brillant et durable ou au contraire brutal et chaotique
Mê sl vnr el u nt dpn d cli e e v l ,n t epr ne me i’ ei d ’ ma i éed e e d ss ie or x éi c a h é u ls e e d n l d ma ed gso e da n gmet ra , et t s ndc d c a s e o i e et n t ’méae n ub i rs r e éa e e n i n e è que font nos voisins méditerranéens. Dans notre processus de production des milieux urbains, nos projets sont ponctuelles, sans aucune articulation et souvent sn chrneae u shmadesmbed n s lu ub isp req e a s o éec vc n cé ’ e l e o miex ra , ac u n i n nos responsables, nos mai s t o w l o t r l a i d d t vie ae r e n s a s n pi ’ bt e e r a l vc e i sh u a lr l bec d pa ict n reee dé dspél l dsi at dspa s ’ sne e l f ai él t ’ u e ra be e mp c e l a ni o l t a s n dub ns ep yaes ’ra i me t asgr. Comme actuellement, nos projets urbains, génèrent des incohérences aux multiples incidences paysagères, urbanistiques, architecturales, sociales, économiques, écologiques et politiques, notre pays vit une crise urbaine sévère et voit la détérioration du cadre de vie de nos citoyens accroître, au point que tout les indicateurs urbanistiques de nos milieux urbains sont au rouge, par la faute ds rmi srso sbe, u nar et a àme r e paeu ep liu e pe e ep na l q i ’ri n p s r s v te n l t c n ot e iq adéquate en la matière, qui vise à faire adhérer tout le monde au respect des n r sda l rt n ub ie e asrrl nrt nd milieu dans lequel ome ’méoai s ra s t s e ’ t i u i o n u e ee nous évoluons. Alntr ea jr é e o miex ra sl cmmu e e sa cue n ’ s d l maoi d n s lu ub i , o i a t i n a n d M’l acs e i mai e da n gmetub i,dasii e n,dél rg p bi e d t r ’méae n ra è n ’s ns met ’ a ae u l t e a s ci c voirie, un immense retard car cette ville de 150 000 habitants qui avait pris de l mpere t meub nsq e d n u ettl a aci àdfu du e ’ l a u ne r ra iius a s n oa n rhe t e , é t ’n a gestion normative de la ville, a fini par engendrer une ville ghetto, dépourvue de commodités dans la majorité de ses quartiers où ces citoyens vivent un véritable cuhma àl g erda ne C netq ep req en smiexub is a ce r o uu ’n é. e ’ n s u ac u o lu ra i n cniun àcn a r dsisfsne e mai eda n gmet ma r o t et o n î e e nufa cs n t r ’méae n, n t i è lé g tout les programmes déployés par notre pays, que notre président de la république M.Abdelaziz Bouteflika, après avoir affirmé, lors de la dernière rencontre « gouvernements-walis » q e o v l sn t s ce à ’ cpi , u n s ie o tr mohs l xet n ls è e o d An T mo cet a is t q ’ etidsesbed céru n u eu e i é uhn, nié ui s n i na l e re n o va s l p système de gestion urbaine dans notre pays, qui consacrera le pic e e’nt r i dl i np u é d l v l e li aa tsn u eu i d gso e da n gmet esn e a ie t u grni a t n nt e et n t ’méae n d o l s é i ep c,isq e o dvl pmet a sa eset e ’n a l rt npu saea i u sn ée p e n d n l prpc v du e méoai ls n o i i o nette et plus large des conditions et du cadre de vie de nos citoyens. Si la 78

majorité de nos milieux urbains sont très moches et que rien ne marche selon les normes urbaines, au point que nos agglomérations sont livrées à elle-même, c sp re u lmii m da n gmet ’ t a fip r o rso sbe, ’ t ac q ee nmu ’méae n ne p s a a n s ep na l e s t s qui ne savent pas prendre les décisions adéquates pour prioriser les actions à mener dans chacune de nos agglomérations, comme si faire fonctionner un ogns d gso ub ieet y o y d cus àl ni i e n e u ra i me e et n ra i n s sn n me e o re ’ r hs met t n e c s bénéfice de privilèges, qui fait de lui une oeuvre de charité et non une entité de gso d l ret upu l q i do d svi o vn l r cnr ui s et n e ’ gn d epe u a ri e ao ù o te s o t b t n i a , t r u i o au développement urbain. Malgré que dans notre pays, les lois pour la promotion du tourisme ne manquent pas et les potentialités en matière de tourisme non plus, notre secteur touristique reste bien loin de celui des Tunisiens ou des Marocains et cela même si nous ayons des potentialités culturelles et géographiques qui dépassent de loin ceux de nos voisins car au moment où les Marocains attirent plus de 5 millions de touristes et les Tunisiens 4 millions par an, notre pays arrive à peine à frôler la barre des 820 00tuie,o t ncmpa t or cmmu a t é bi àl t n e q i 0 o r t tu e o tn n t o ss e n ué t l a e ’ r gr u éa vient rendre visite à leurs familles, car notre tourismeub i n snèr p s ra e ’ t e a n i g dans une stratégie globale de la ville, comme un facteur de promotion des miexub ise s crc r a t a u tui dafi s darmet t lu ra , n e aat i n p r n o r me ’f r , ’gé n e i n és s ae événementiel, et que les compétences de notre pays spécialisés en aménagement des milieux urbains, ne participe pas à la réussite du programme de ei e n d l ne l d n s lu ub isai d l hs ràu ’ mbls met e ’ smbe e o miex ra , f e e i e ls e i n n s s n niveau de standard touristique international et arriver à enregistrer 4 à 6 milliards de dollars comme nos voisins Marocains et Tunisiens, au lieu de se contenter des 133 millions de dollars que notre pays engrange annuellement. Notre ministre délégué chargé de la Ville, a précisé que 3 mii s ’a i ns 3 lo dh bt t ln a sre 4 mii s ’ l r n srn cnet s a se v l àl oi n22 u l 1 lo dAg i s eo t o cnr d n l ie ’ r o 05 s ln ée é s ls h z e n t miir d l méae n d t r o ee d l n i n e n q i t or e ns e e ’ n gmet u e i i t e ’ v o nmet u t a r tr e r péo i u e ltd dat n v a t ’n p r àa l rre a r d v rcns n mutu e ’c o s i n du e at méoe lcde e i e i i s i e ds i yn e miex ra s t ’ur p r à lgre v l d e c oes n lu ub i e da t at a ée l ie upoids lié de t i n e , l s ls la surpopulation, estime que si en 1965, notre pays dénombrait quelques 95 v l ,a judh i i e cmpe ev o 50 v l e q e us 50 ie uo r’u, l n o t n i n 0 ie t ul e 0 000 ls r ls q bidonvilles à travers le territoire national. Parmi les 500 000 bidonvilles que compte notre pays, la ville de Bouira en p s d u e pe cnr v l C bd n ieq i aed l p q ecl i e os e n n ln et ie e io v l u d t e ’ o u o na , è i e l. l é o l ma r l rdct nd du ga ds at sl p r e etne es t ec ve l é’ a i i e ex rn e p r e,a at rs t prie nl é g é ao i i a s a entre la nouvelle Maison de la culture, le siège de la wilaya, la cité des 130 logements et le nouveau siège de la daïra, ce qui fait que ce quartier, est cité cmme n h ne o r’ l r . o u e o tp u l g i A ée U rp otu l gso ds ie e l méoai ub ie é a o t si à n a p r sra et n e v l t’ l rt n ra a t d pé ut i ls a i o n é , e la rencontre « gouvernement-walis » du mois de Juin 2006. Ce rapport rcmma d il rdct nd pu d 40 0 bd n ie àl ceen t n l eo n a ’ a i i e ls e 0 00 io v l té ao ls ’ hl ai a é l o e e l cé rt nd l x ete eh iu dc é p u l v l dAgrdO a , t’ cl ai e’ pr s t nq e éi e o re ie ’ l , ’ rn a é o e i c d s ls e d C ntnie t ’ n a aL d cmet via s sgééa élai du e o s t e dA n b . e ou n aa us u gr l ra st n ’n a n t i i o pormmede ei e n dsn àhs rAgràu nva d s n ad rga ’ mbls met et é i e l ls i s e n i u e t dr e a it n t n lsr u q ’ l etu é p r or miir d lnéi rcmme ne ai a ut t uee s jge a n t r o , o l e ns e e ’ t e ,o t i ru u e ie u net a dg e e a i l e n pu ê ecniéé cmme n n v l q i ’ p s i d cpt e t e ex t o s re o l s n a r d ue gra d v l mo en e cl ma r q ’ l aa u e paet s éi a 1e n e ie dre t e l a l é uee vi n l r ds é u 6 g l t c è r s c l su H s neWazndt énl f ci,’vidcicmme une i l o q e as l za iL o ’ r a l a ér o èe r a A i n a t t « ville très grande et fait les 400 feux. Ses murailles sont splendides et 79

extrêmement fortes, construites en grosses pierres. Elle possède de belles maisons et des marchés bien ordonnés dans lesquels chaque profession a son emplacement particulier. O y ru e usb nn mbe ’ôeei e dé dsE t a t s df e,n n t v a s o o r dh t l e t ’ u e. nr ur éicso o i lr s t e e i y remarque un superbe temple très grand placé sur le bord de la mer et devant ce temple une très belle esplanade aménagée sur la muraille même de la ville, au pied de laquelle viennent frapper les vagues » et que durant la période coloniale, elle rivalisait avec la ville de Canne pour le festival des films. S a judh io i uo r’u, n rge ee e s ùl Agrid n a n a x t n es’ é du e ie a ert lt t mp o e l o o n i t u é a gr lde ’n v lcl s é s e r i l me e dsil é e q epro n n pu ê ef rdAgrl ba ce c s p re t i pi e t u esn e e et t i ’ l a l h, ’ t ac c n r e e n e n t cptl adspo l sdeu d sl é d t np r discr ée or a i e e rbè e a me ’ , e a t e r sot ’ éui t a e, a , n t da n gmet ub isA e tu cs rbè sac é e éi zh n n ’méae ns ra . vc o s e po l n me l i d B n Meg a a e t pourra pas se placer au rang des capitales mondiales, car durant les dernières dcn i , o a fi dee u e c é e sri a gi a t e raison de éene s n a ’ l n i n us , n o sne n t l t s s l cé rt n e d l mper ds ds ut n ma r u b d e a n e ’ cl ai t e ’ l a é o a u e et c o s l é n u gt n ul r i g dépassant les 300 milliards de centimes de subventions annuelle, consacrées aux E i cags el su ead d sncded v , o vn q ep u l sae pc h ré d a a vgre e o a r e i su et u o r ’ p c e e du éée n e q ’n fil l i s t nstu l mo d rv n àss ’n vnmet t uu e o e a o é it o te n e ei t e s s mp n e , e vieux réflexes. Comme la cité de Béni Mezghana, notre capitale, a perdu de son éclat du passé et que son état de lieu est fort préoccupant, voire agonisant, malgré toutes les tentatives réa se p rl sri sdub ns d l wl a dAgrp u lés a e ev e ’ra i i s c me e a i y ’ l a e or améliorer son cadre urbain et celui de sa baie unique dans le monde, nos responsables continuent de faire la même chose ou moins, au point que des Coréens et des Emiraties sont venus nous présenter leurs projets divss met o rn t cptl ai depo e c q en u nao s a ’ ets n p u or a i e f ’ l t e u o s ’vn p s n ie e a , n x ir réussi à faire depuis 1962, parce que chacun des différents responsables de gestion de notre capitale, est arrivé avec une nouvelle stratégie qui divorce avec l s aéi pééet cmme ie s aéi da n gmet d n s lu a t t e rcdne o r g , sl t t e ’méae ns e o miex s r gs i ub is n d i n p s s dvl pr d fçn h r o tl p u q ’ l ra , e o et a e ée p e e ao oi na o r uee n v o z e l atteignent leurs objectifs. Puisque chez les Mozabites, il est de coutume que « l b n e mœ r vlent e o ns s us a mieux que la science et que le bien commun passe avant le bien individuel », que l a tr é l a s el v l d G ad ï e péaai d l p lai d e uoi s o l d a ie e h ra , n rp rt n e ’ pi t n u s t ce l a o a c o pormmede ei e n ub i cnomé n a pic e « pour une rga ’ mbls met ra o fr met u r i : ls n np vie meilleure », o t mi e a pi t n l ra st n du rsa n s n p lai c o a élai i o ’n éeu dasii e n a éu t t’méoai ds o dt n dace d l v l ’s ns met dq a e l l rt n e cn io s ’cui e a ie a s a i o i l l. C et is q ’ mai ed rvt n d cr ie at e d cnr-ville de ’ a i ue s n n t r e eê met e et ns r rs u et è e a è e Ghardaïa, les autorités locales ont décidé de regoudronner certaines artères déjà btmésat nq i ’ t a d gû d cr is i yn q i o s t t vc i e, c o u ne p s u o t e et n c oes u cnt e ae u i s a t an curiosité et étonnement un déséquilibre entre les quartiers de la même ville, en mai eda n gmet d vie! Als n fi a x v t r ’méae ns e o i , l i a e u oiries des anciens è rs uo t q at r d l v l d G ad ï q i ’n p ssniàc ju,’du d u r es e a ie e h ra , u no t a et i l a , e o r l er u o bitume, comme si certains responsables locaux de cette ville mythique et tuiiu,e l sn d s d n e àl paiu d l p liu d du p is o r t es pa et e ’ o nr a rt e e a o t e e ex o , sq i a q iq d deux mesures. L r d s tune ’ set nd n h ica t r àAgr nJ i 20, or os e a o ré di pc o a s ut h ni s l e un 06 n t n i e e e miir d l a i te d l ra i ,aa is t sr l q a t e ns e e ’ bt t e ’ b ns t H a U me vi nié u a u lé t t s i l s é q e a sa élai ds rj s tu e et n q ’ fu é vre ’ t t u d n l ra st n e poe , o t n sma t ui a t l e l eh i i o t i l e niveau de conception en allant vers le haut, sinon nous allons tout droit vers la 80

médiocrité. Si notre ministre d l a i t t el ra i ,a su et e e ’ bt e d ’ b ns fi o vn ds H a U me t constats et des remarques amers, lors de ses sorties sur le terrain, dans le but da l rr e ’méoe l résultat des réalisations des projets de logements, notre ministre i des Travaux Publics, lance souvent des mises en gardes pour veiller sur la q a t ds rj s o t r, up it ’ h r re rso sbe e cag d l u lé e poe rui sa o de ot l ep na l n h re ea i t e n x e s s réalisation, de tenir compte également du dossier environnemental car il a décidé de mener une guerre sans merci à la médiocrité et à la négligence dans la ra st nds rj s ’méae n. élai e poe da n gmet i o t C et ac q en sa tr é l a s priet n p sme r a poi d ’ p re u o uoi s o l , es t à e a s t ce sn t e u rf e t t leurs circonscriptions administratives, les compétences algériennes spécialisées e a n gmet ra , lntr e exq i n fil n u ee ie e An n méae n ub i à ’ s d cu u o ta a o vl v l d i n i a t l l Témouchent, que la médiocrité et la négligence ont dominé nos aménagements et nos réalisations des milieux urbains, au point que certains de nos ministres, nart t a d fi ds e rus ud d n e ds ss ngre e q e ’rê n p s e a e e rmaq e o e o nr e mi e ads t u e r e n t péiet el rp biu e fs u cntt me p u l tt en s or rs n d a éu l e n as n o s a r o r ’ a d o e d q e a é milieux urbains. A judh iq en s lu uo r’u, u o miexurbains ont perdu leur architecture et que nos i poe da n gmetsn dvn s e is nmo s ua l ,e eeid rj s ’méae ns o t eeu d mo e t n i d rbe ldvnr e n s nos milieux urbains est un thème qui a autant de points de réflexion, aussi bien pour nos pouvoirs publics, nos dirigeants politiques, nos spécialistes en aménagement urbain, ainsi que pour le simple citoyen directement impliqué dans la transformation de son environnement urbain, car nos projets urbains actuels ont le mérite de dévoiler les limites des démarches polytechniciennes exia t d l poes ndaci c e dub ns , u sn an q é p r s ne e a rf i ’rht t t ’ra i t s so ee me q i o t ra us a des charlatans de tout bord et qui réussissent à induire en erreur, par leur éo me t uoi ,o se ma rs ’u rg,o se p u o s u ls t me gï ea tr étu l s t s î e do vaetu l o vi p bi e mê t s r c le citoyen algérien P i u a judh il cntt en s lu ub is s . us e uo r’u,e o s d o miex ra et q a i n amer, la question qui reste sans réponse pour nos responsables est de savoir comment faire pour réussir à rendre nos milieux urbains, conformes aux normes des villes modernes et instaurer un cadre de vie meilleur pour nos citoyens? C etp rl dan sq ed l n tr d n t ss me da n gmet ’ s a e i ot u e a aue e or yt g i e è ’méae ns urbains actuel, que nous serons emmenés à bien comprendre les causes qui p rl etn smiex ub ise l ri n d l p n e diésd nos aa sn o y lu ra i n t e a os e a an ’ e e s s d rso sbe cags e agso ds ie e d l méoai d n s lu ep na l h ré d l et n e v l t e ’ l rt n e o miex s i ls a i o i urbains. C mmel mé o e d t vie l x éi c d n saci c se o e s t ds e r a t ’ pr ne e o rht t t h a l e e ee ub ns sdp iln éed ne no t a p rus l cniut p yaèe ra ie, eus’ dpn a c, ’n p s u és r a o t i asgr t i i n é de nos miliexub ise l méoai d cded v d n sc oes à u ra n t ’ l rt n u a r e i e o i yn, a i o e t l xet nd ln u ee ie e i T mo cetdvn n u cniur fi ’ cpi ea o vl v ld An é uhn, eo s o s o t e à a e e o l l n r appel aux spécialistes étrangers pour les études et la réalisation des projets da n gmet ub is o fu rechercher et exploiter sérieusement les ’méae ns ra , u a t-il n compétences professionnelles algériennes existantes et spécialisés en matière da n gmetp yaes e miex ra s ’méae ns asgr ds lu ub i ? i n A rs q aa t q ar a s ’ fr e mai e ’méae n ub i,sn pè u rne u t n de ot n t r da n gmet ra e f , è n as résultt d n n t p y,n s rso sbe d poe d i n s p oe a a s or as o ep na l e rj s o et ’ p sr e s t v o fermement au bâclage des études, tout en refusant catégoriquement au moindre ca gmeta tis ds tds ’méae n df ivmet i l e b n h n e n fna ie e é e da n gmet é nt e n f e s t o st u i i cé pour exécution, quels que soient les fantasmes superficiels des personnes aussi influentes et autoritaires soient-ee, d n l rn sd l d ns ai o ls a s e a g e ’ miirt n u l s a t o a l r cr n s miex ub is o tbsi,a judh i d cmpt cs ie s a o lu lu ra i n n eo n uo r’u, e o é ne e dt t r d slt n da n gmet d n s ie e v é ne s e o i s ’méae ns e o v l t illages, capables de e u uo ls 81

travailler dans la transparence et le respect des lois en vigueurs, comme celle q ’ rusl q ie l r n e l n u ee ie e i T mo cetq i ti ua és ’ up a éi n à a o vl v l d An é uhn, u é t ié g e l l a cmp sedaci c s dub ns se du aci c p yaiee o tfait o oé ’rht t , ’ra ie t ’n rht t asg t t n ee t ee s montrer le miracle algérien à moindre coût, à une gestion bien établie et suivie par la banque mondiale. A rs i T mo cetpui r v l a éi ns ea cn a judh id n pè An é uhn, ls us ie l r n e s l et uo r’u, a s e ls g e n u vs pormmeda l rt n d cded v dsc oes, tout en n at rga e ’méoai u a r e i e i yn i o e t bnf i t d moes d clc ds od rs méaèe e du r h éé c n e yn e o et e rue ia l e n grs t ’n i e c pormme da n gmetdsep csvr e dspae ub ie.C s rga ’méae n e sae et t e l s ra s e s c n o éai s ’ ei e n d n s rn e v l q i o t o t cèe àn s prt n de ls met e o ga ds ie u vn cûe hrs o o mb ls ls r contribuables, pourront résoudre la complexité de nos grandes agglomérations ub ie e l r rn r l r ba t da tn e mai eda n gmet ra s t e s ede e s eué ’na n t r ’méae n n u u s è ub i,ie paius ’méae ns o t’eve ’n éup cmpt t ra sl rt e da n gmetsn l u r du e q ie o é ne n s q o e s e epr né ae cmme mo e l x éi c d l russite en matière t x éi t vc o me e dl ’ pr ne e a é e e da n gmet ra d AnT mo cetmê s ct fi i inya r ’méae n ub i e i é uhn, me i e e o -c l ’ ua n t s pu l p u ds x etd l b n u mo da . ls’ p i e epr ea a q e n i e a s l Sl u rp ot ea i c o d l n i n e n d l wl a e l a l 4 e n n a p r d l dr t n e’ v o nmet ea i y d Bi ,e 7 o ei e r a d s ep csvr q i ’ a n s une superficie de 79 232 m², ne cessent de se sae et u s tl t ur s é e dga e p u cueda snedet t n d gri n g e d ma q ed érdr o r a s ’bec ’ r i , e ade ae t e n u e n ee n civisme des citoyens. et sl l rvl i sdu cnel a miièed e n e éé t n ’n o sie u ns r e o s ao lr t l n i n e n e d l méae n d t r o el norme de notre pays des ’ v o nmet t e ’ n gmet u e i i ,a E r a r tr ep cs etnet u d 1 p r a p rà’ p c ub i,l s ue T ns sae vr ’ q e e % a rp ot l sae ra a r q ’ u ie s s e n o n i ee sd 1% eq ’unva mo da ,l et ééa met e 0 l et e 2 t ua i u n i eee sgnrl n d 1%. l e l l e A la fin du XIX e siècle dans les grandes cités européennes, les élites admettaient que le développement des milieux urbains ne pouvait être laissé au hasard et que pour parer aux conséquences parfois désastreuses de ce développement, il fallait cnrl l set asgr a l ge s o s éé o o t e ’ pc p yae cro t ôr a n mp cni r cmme np it e u sr d u o d ve u n la natue u s f e l bevt rl p yae s ma t a t eeul p it r q i’ f à ’ srae ,e asg et i e n dvn e o or o u nn n sensible des milieux urbains occidentaux car toute beauté est fondée sur les lois ds ome n trls t u l rht tr du mie ub i et ' u o e e fr s auee e q e' ci c e ’n lu ra s dé vi t l a eu i n mo r non d'offrir un simple service au corps de l'homme. Iete s o r o sa judh i e é éhr me r e paee cn io s lst mp p u n u,uo r’u, rf cià t e n l l o dt n d l t c s i nécessaires, comme celles demandés par les recommandation de notre président de la république, lors de la rencontre « gouvernement-wali », afin de changer n s na t e n s nèe di g e l ri n d v r esmbe sn o metlé t o ma i s ’ i r e a o s e i e ne l a s is r ma n s s v , cdr à ln i d a s éo o q e cr p r l p lai du n u eu ée ’ dv u lme cn miu, a a ’ pi t n ’n o va i i i a c o système urbain adapté à nos traditions historiques et urbanistiques, on fera contrer à cutemea érd t nd l n i n e n, up yaed ts e o rt r l dga ai e’ v o nmetd asg, u i u t o e r s des infrastructures urbaines, tout en donnant à nos citoyens un cadre de vie ub i a l r,e pu du eq a t d v q oii n crn smiex ra méoé n ls ’n u lé e i u t e e a o n i i e dn lu i urbains sont notre seul refuge durant notre vie du quotidien. Même si notre pays est riche en potentialité et que ses caisses sont pleines dagn, uo r’u, o miexub is et t a s n su t ndi as ’reta judh in s lu ra rs n d n u e i ai ’ s i n e t o mp e e ae u ftr neti d n l cde e ’méoai ds o dt de vie t vc n uu icr n a se a r d l l rt n e cn ions a a i o i ds i yn cr o t l p lius uv sjsuà it a tp u l ruse e c oes a tue e o t e si e,uq ’ ma e n, o ra és t t s s iq i nn i d l méoai d cde e i e d l gso ds lu ub ie sn ae e’ l rt n u a r d v t ea et n e miex ra s o t vc a i o e i i n ds éhc e cl p r cue du e péec dicmpt c e mai e e ces t e a a s ’n rsne ’ o é ne n a n e tr è da n g ’méaements urbains, qui perdure collé à leurs postes, faisant fuir vers des horizons lointaines, toute compétence algérienne spécialisée, qui veut travailler 82

avec honneur, dignité et étique dans son pays, pour mieux améliorer le cadre de vie de leurs citoyens en milieux urbains. Dans notre pays, le premier souci de nos autorités locales autoproclamées, est su et ’ êhr o cmpt cse mai e ’méoai d cde e i o vn de ce n s o é ne,n t r da l rt n u a r d v mp e è i o e des citoyens en milieux urbains, de construire des villes authentiques qui ren rn àn sag méai sub ie l r pae da tne d d n e à do t o gl rt n ra s e s l s ’na t e o nr o o n u c n t pu l l so d rn ur ae l vnr d l u nt C smê s or epe ’ p i e eo e vc ’ ei e ’ ma i . e e e r a h é me rso sbe l a xna p ri et u l t ri, o ra l rrn smiex ep na l o u ’p aa sn sr e e a p u méoe o lu s c s r n i i urbains, que pour préparer la visite du président de la république avec tous les moyens matériels et humains, afin de réhabiliter les failles des grandes artères de la ville, juste pour le temps de la visite présidentielle. Pour remédier aux pratiques anciennes établies par nos responsables locaux, depuis notre indépendance, en terme de gestion urbaine, le 20 février 2006, notre P r metp r e du ca rs éne, aré a u vt àl n nmi l al n, a ss ex h mbe ru i a gé p r n oe ’ a i t a e s u é pe èeodoi tt nd l v ld n l io e e or p y. e eo rmi l ’r nai ea ie a s’ s i d n t asC t l -cadre r i e o l h tr e t i qui est une plate-forme devant permettre à la ville à la ville algérienne de rd rrs fnt n a t e snieté cnar l vnmet ’n n u ee eoe a o c o n lé t o dni , o sce ’ èe n du e o vl i i t a l politique de la gestion urbaine qui prendra en charge la situation de nos villes et apporte une o vl a poh p u l méoai d n s lu ub isai n u ee p rce o r ’ l rt n e o miex ra , f l a i o i n n déi r d tmbr d n l erusd p s e déi r da t sda s ’ t e o e a s e rer u as t ’ t ’ur rme ve s é ve e urbanistiques. Par ailleurs, ce texte de loi prévoit de nouvelles dispositions visant à «atténuer les pathologies urbaines», à «maîtriser la croissance des villes», à «préciser le cadre légal qui réglementera la ville » et « à promouvoir et préserver les espaces publics et les espaces verts » mais elle reste loin de combler toutes les erreurs accumulées depuis notre indépendance. Maintenant que nos aménagements paysagers au sein de nos milieux urbains, sn dvn s i aae e q e’ a d l vrue a s o ag méai set o t eeu ds rt t u l tt e a ed r d n n s gl rt n s p s é o o t s dpoa l l pu dit ê acré p r n s rso sbe a x r è él be e e r , ’ é t cod nr a o ep na l s u aménagements urbais t l ra i vgtl d n n t p y, o s o n n e à ’ b ns u me éé e a s or asn u d n e a e matière à réflexion sur cette situation, afin de redonner à nos milieux urbains, un nouveau visage environnemental et paysager adéquat, où le mot paysage deviendra si riche de sens et que ne nous pouvons plus penser nos milieux urbains sans lui, car paysage et espaces verts, sont deux mots qui entrent de cnet a sapaiu poes n ee e ’rht tr d p yae t u on o cr d n l rt e rf i nl d l ci c e u asg e q e q so l a eu entend, par le terme « architecture du paysage » l r o l s , ’ t u a cience de a l méae n d t rise h r ne vc e ep cs te é met q i’ ’ n gmet e e a ,n amo i ae l sae e l l ns u s a r n s s é y trouvent, pour un usage sécuritaire, efficace, sain et satisfaisant par les citoyens. L poes nd l rht t p yaiel r snd mé e d l rht tr du a rf i e’ ci c asg t ’ ta u t r e ' ci c e so a ee s,a i i a eu paysage, se situe à la charnière des préoccupations d'aménagement de l'espace entre environnement et architecture car elle est complémentaire et partenaire de l'écologue et de l'architecte et partageant des savoir-faire avec l'un ou l'autre, ainsi les architectes paysagistes interviennent en amont des projets pour les études urbaines, pour les études d'impacts mais aussi pour la requalification des cités ou des espaces difficiles à aménager. Si la conception des jardins, des parcs est une tâche qui semble à la portée de ca u aci c o ub ns , a n gmet asgr e miex ra s s h q e rht t u ra iel méae n p yae ds lu ub i et ee t ’ i n u at t n dmace e aci c s asg t ,cr ls t l t dcy t n r e u e é rh ds rht t p yaie a i ’ t e a érpé ee ss s aèn le site, le lieu de transformation pour faire naître un projet où chaque architecte paysagiste possède sa sensibilité propre de nature à faire exister et à transformer 83

e ra t u ede uu cnetcr’rht t p yaie ’ t a sue n n élé n ié o n o cp,a l ci c asg t ne p s el i a ee s s met u h mme e’r c sa s u cn a su eu o sraer e p éo n no d l t ’ t us n o n i er t n bevt ds hn mèes a,e i s u n trl e miexub is Laci c p yaieetu poes n e q i aue n lu ra . ’rht t asg t s n rf i nl u s i n ee s so s mpo à cér ds se v a x e miex ub is q i iv et à ’ le e i re e i s i u n lu ra , u n i n t t i n t l mevie n e q i ea s jma p u cmpea et nd rbe e or ’ rel é lmet t u n l s a i o r o t l gso ua ld n t ie s i e milieu car il travail san rl h à é bi u éul r et l sg e l s e ce t l n q ibe nr ’ ae t a â a r i e u jus ne d l t r du e p r e l cnevt n e l slbi d o i a c e a e e ’n at t a o srai t a a r é e s r , o u t l n i n e n da t p r e q e« el tpeàl ra t ub ie est ’ v o nmet ’ur at t u d ’ o i e r e u a élé ra » i n dvn e’ u t nq isrsle a li p u mee à i l ra st ndu eeu l q ai u et éo p ru, o r nr be a élai ’n é o u n i o a n gmet ra e snss me e et n cmme rv p r ’bet f é méae n ub i t o yt d gso ,o n è i péu a l j i i o cf x par notre président de la république lors de la dernière réunion « waligouvernement ». A l C sa dAgro cntt q e u l 1 000 maisons recensées en 1962, a ab h ’ l , n o s e u sr e 7 e a s i n sbiet u 80 uo r’u, o t 0 meaet nrie l é uu e l e u s t q e 0 a judh i n 20 n cn e un ma r q ’n s sn d g istt nd gso eie t uee oé d tu l moes o r éa it ntui e et n x t e q ’ l d t e o te i o i s l e s yn p u rh ble ir ce qui reste de cette cité historique. Si chez nos voisins, la médina de Fès ou la vieille ville de Tunis sont mieux sauvegardées que nos casbahs, même-ci nous partageons, avec eux, la même culture, les mêmes traditions et les mêmes modes d v ,e ’ t u p re u chez eux, les architectes paysagistes ont déjà acquis e i c ne q e ac q e e s leurs places dans les aménagements et la restauration des milieux urbains et que dans notre pays, on continu à construire et réhabilit ni ot cmmettout e ’ r o r mp e n, e cniu n di oe l rht tr d p yae q en u cniu s d n o t a t ’ n rr ’ ci c e u asg, u o s o t o n g a eu n e connaitre que par le mot paysage, qui veut dire pour nous « jardin ou espace vert » crdp i ln éed ne l l r ma q e déo sséi i e e a eus ’ dpn a c, ’ g i i A é e n u ’ l pc lés n ce as architecture des jardins et des aménagements paysagers dans son patrimoine u i ri i ,a s q ’n l iai p u i oe l paed l rht t nv sa e i i uu e é s t n o r mp sr a l e tr n gl o c e ’ ci c a ee paysagiste dans le processus des aménagements paysagers en milieux urbains. Après les compromissions et les incompétences, au point que notre pays est devenue reine des chantiers inachevés et des « villas cubiques »,l l r ’gi A ée da judh id i svi ic r l rht t p yaied n sn poess ’uo r’u o ao nl e ’ ci c asg t a s o rcs t r u a ee s u da n gmetub ise d rus l méoai d ’méae n ra n t e és r ’ l rt n ucadre de vie de ses i a i o c oes tu e l x en p ru eb t r d poet n l iai s d n i yn, o t n ’ i a t a n at i e rt i s é s t e, a s t eg ee co gl v ca u é d da n gmet ub ie o p yaèe cr su l rht t h q e t e ’méae n ra u n u asgr a el ’ ci c a ee p yaiesuat nfr rl lu d n smiexub is du ema i e asg t a r r s me e i x e o lu ra , ’n s a o se i n nè r poétique tout en étant à la fois un artiste et un artisan, comme elle doit combler snma q edaci c se d t h iesp yaie p rl cét ndu o n u ’rht t t e e nc n asg t ee c i s s a a rai ’n o cursus universitaire spécialisé pour la formation des architectes et des ingénieurs paysagistes, ainsi que la reconduite des formations pour les techniciens et les ouvriers paysagistes dans les instituts agronomiques et les centres de formation. Deus q e us a ne, l poes n daci c p yaie n cs p i ul e n és a rf i q s o ’rht t asg t e es ee s e da g ne à l fi e q a té e e q a t à t vr l p y ’u met r a o n u ni t n u lé s t i r es e as a s meditérrannéens, sauf dans notre pays où une législation sur le paysage urbain s vr ncs i , o venir réglementer une demande paysagère en milieu ’ èe ées r p ur a ae urbain et notamment au niveau du volet paysager du permis de construire et de la prise en compte du paysage dans le POS et PDAU. C et ac q ’ s g du eat t d n s i yn, u aprn d manière ’ p re ui ’ i ’n t ne e o c oes q i si t e s l at e t e légitime à un meilleur cadre de vie où le confort urbain et la convivialité des espaces se substituent à la monotonie et à la répétitivité de nos milieux urbains, q ’ et ret o r o rso sbe l a x d rvisn cmpa a c l r ui sugn p u n s ep na l o u , e eo a s o l snee s l s c r i u stratégies de gestion des aménagements urbains de leurs agglomérations, surtout en ce qui concerne la réhabilitation de la redistribution des rôles dans le 84

processus du nouveau système de gestion de nos milieux urbains. afin de reconnaître les valeurs publiques de notre paysage urbain et de poser les conditions nécessaires pour la prises en compte des dimensions paysagères à t vr l xri d pa ict n d n smiexub is a s q ed l r r es ’ ec e e l f ai e o lu ra , i i u e e s a e c ni o i n n u a n gmet dep csvr criet e sp u l A méae ns ’ ae et a l s t s s mp o r e lgériens, du XXI e s siècle, de trouver la qualité des espaces de vie en milieu urbain, surtout que la p p l i ub ie e or p y,at n r l 8 % à ’oi nd 22 e q e o ua o ra d n t as t ida e 0 tn n e e s l r o e 05 t u h z notre pays possède déjà les moyens humains et matériels pour garantir la ruse ’nn u euss me e et nd n s lu ub is és tdu o va yt d gso e o miex ra . i è i i n Mê s l l r idpn a t aé gr p rds et n a e l nd n t me i’ g i n éed ne t éé a e gso n i s o e or A ée , é i r i e savoir-fi ate lna bi d n s miex ub is na cmmec à a e c l ’ sl r é e o r u, i u t lu ra i n ’ o né sntlr a s o mœ r q ’ l f des années 70, dés lors que particuliers et ’ s l d n n s us uà a i i ae n autorités publique se sont autorisés à déboiser nos zones urbaines et à raser les p u n d n s gl rt n, upoidu e o s e or ld btne d o mo s e o ag méai sa rf ’n p us h ri e u é o o t é b o te bidonvilles afin que le paysage urbanistique de nos milieux urbains, ne rs mbeapu q ’ u ecniut d btno l a n gmet p yaes es l e r ls uà n o t i e é n é o ù e méae ns asgr s sont disparates ou inexistants par cause de la corruption et la bureaucratie, qui ont fait fuir les bonnes intentions loin des rouages de la gestion de nos milieux ub is S n t p y, uo r’u, n mai eda n gmetp yae e ra . i or as a judh ie n e t r ’méae n asgr n è miexub is t e rai ds sae vr , rh àl n esc s p re lu ra e d cét n e ep cs et mace ’ vr, ’ t ac i n o s e e q e o vn l cûs e o poe da n gmetub is o t xess ta u su ete o td n s rj s ’méae ns ra sn ecs fe l s t n i préparation t h iu d pro nl ’ éui e d q a t dst vu et e nq e e esn e de ct n t e u lé e r a x s c x o i a isfsnea r q eba cu d poe da n gmet n rp n et a nufa t l s u euo p e rj s ’méae ns e éo dn p s i o t aux normes minimales et ne doivent pas être approuvés. Malgré une population Algérienne qui a doublé depuis la fin des années 70, la l iai q i éi n s méae ns ra s ’ cn ud ca gmet u é s t n u rg o a n gmet ub i na o n e h n e n q e gl o s n depuis le 20 février 2006 avec la loi 06-0, otn l doi tt nd l v l et 6 p r to ’r nai ea ie a i e o l où un prix de la république sera désormais décerné annuellement à la plus belle ville dAgr . ’l i ée Si nos aménagements paysagers en milieux urbains, sont dans un état l na l e su etl r b d e dtunsp u da t soi tt n d a tbe t o vn e s u gt é ré o r ’ur r nai s e me u s o e e o pe èencs t c s p req en t p y nap ss ei rdsva s rmi r éesé ’ t ac u or as ’ a u x e e ri i, e e g e mesures, qui rentrent dans la valorisation de la qualité des aménagements en milieux urbains, tout en intégrant dans cette politique urbaine la présence de séi ie da n gmet ub is e ds aci c s p yaie, p u pc lt ’méae ns ra as s n t e rht t asg t ee ss or po u o daa tg l cét i afin de réussir des agglomérations rmo vi ’vnae a rai t r vé algériennes plus belles. C et ac q e a judh in s ep na l s sui et is e l t ’ p re u, uo r’u, o rso sbe e o c i mo ds i e s s an n mi s da t iai ds rht t p yaie d n l méoai d p yae ra , ’nip t n e aci c s asg t a s’ l rt n u asg ub i c o ee ss a i o n là où les pensées architecturales, urbanistiques et environnementalistes sont défaillantes, que les quelques architectes paysagistes, exerçant en Algérie, se t u et l cr d l p liu d l méae n ds lu ub isd n l r vn à ’ at e a o t e e’ n gmet e miex ra , a se o é iq a i n cded l ra i t n vgtld n sag méai s a p itq ’ssn a r e ’ b ns i éé u ao a e o gl rt n, u o o o n ui o t l devenus des entreprises de vente de plantes et de fleurs, laissant le champs libre aux pseudos aménagistes, qui consomment les budgets alloues aux aménagements extérieurs et paysager, pour chaque appartement construit, sans oublier les rallonges budgétaires colossaux, que notre pays met annuellement à la dispositions des collectivités locales, pour réussir un cadre de vie agréable à nos citoyens et un paysage urbain agréable à visiter. 85

Pour faire advenir réellement le future del méoai d n s p yae ’ l rt n e o a i o asgs urbains, il est indispensable pour nos autorités concernées de promouvoir la b n egu en ned n l xct n dspoe da n gmet p yaes o n o vra c a s ’ éui e rj s ’méae ns asgr, e o t ae l ncs t du e rnp rne a se h i e l xct nd po ainsi vc a éesé ’n t saec d n l co t’ éui u rjet i a x e o que la responsabilisation de ceux qui prennent les décisions et cela par lntuai du ecat p yaèea a t p u n smiexub is e ’ s rt n ’n h r asgr d pé o r o i a o e e lu ra , n i n continuité de la nouvelle loi doi tt nd l v l d 2 f r r20, ai ’r nai e a ie u 0 é i 06 f e o l ve n denglober un pla dat n p yae p u n s miex ub is tu e ’ n ’c o asgr o r o i lu ra , o t n i n déterminant ce qui doit être fait au niveau de chaque territoire urbain et pour réussir sa restauration, sa conservation ou son aménagement paysager futur. Q ’ s g s du ev lo du v l ecette charte paysagère, sera la version ui ’ i e ’n ie u ’n ia , las l lg contractuelle entre élus, pour mobiliser les compétences tels que les urbanistes et l aci c s asg t ,o sa o l t ds o et i s t e’ a grn d e rht t p yaie su l h ue e e clc v é e d l tt aa t e s ee ss t l it é l méoai d p yae ra d n l cde e ap liu da n gmet ’ l rt n u asg ub i a se a r d l o t e ’méae n a i o n iq d t r o e t ’r nai d lv l u e i i edoi tt n ea ie r tr e o l. C t n u ee h r p yaèeq i i da o r o l e l l doi tt n e e o vl cat asgr, u v n r p u cmpé ra o ’r nai t l e e t i e o de la ville, garantira : a) à reconnaître juridiquement le paysage urbain de nos agglomérations en tant que composante essentielle du cadre de vie de nos citoyens, expression de la diversité de leur patrimoine commun culturel et naturel et fondement de leur identité ; b à é nr t me r e œ ve n p liu p yaèev a ta rt t n l ) df ie à t e n u r u e o t e asgr i n l poe i ,a i t iq s co gestion et l'aménagement des paysages de nos milieux urbains ; c) à mettre en place des procédures de participation du public, des autorités l a s e dsaci c sp yaie e da t sat r cnens p u l o l , t e rht t asg t t ’ur c us o cré, o r a ce ee ss e e conception et la réalisation de la nouvelle politique paysagère adéquate à l ne ld n s lu ub is ’ smbe e o miex ra ; e i n d) à intégrer le paysage dans les politiques d'aménagement du territoire, d'urbanisme et dans les politiques culturelle, environnementale, agricole, sociale et économique, ainsi que dans les autres politiques pouvant avoir un effet direct ou indirect sur le paysage urbain. L pa dat n d l cat p yaèed i ê eabt ep u q ’ si e l ’c o e a h r asgr o t ri é o r ui o n i e t r r l t cmp t l ae da t s l s ’c o aci c ru o ub nsq e cr e o ai e vc ’ur pa dat n rht t a x u ra iius a c b e n i eu t pa dat np yae ds lu ub isetaa t o t’b ui e n d l ’c o asgr e miex ra n i i n s vn tu l o tsmet u , a s poe ub nsq e aci c rle p yae. C etp req el p yae rj ra iiu, rht t a t asgr t t eu ’ s ac u e asg ub i rsl d l ra i t n desmbe cnt i,d l s c t n d ra éut e ’ gns i n e o a o ’ e l o s ut e ’ s i i n s r s a o ao e l e ns ’c v é e d cmmecs eme a t l v sc ld s p n ur o metdat i s t e o g it re pr t n à a i oi e e ’ a o i t e a é , que le rôle des parcs et des jardins dans la vie de nos milieux urbains et la présence végétale vis-à-vis du bien-être et de la qualité du milieu urbain, sont souvent considérés comme secondaires, par nos élus ou responsables, par rp ot u fnt n pu sr ue q e ersnetac cl i ,’a i t t a p r a x o c o s ls éi ss u rpéet l i ua o l bt e i e n r tn h a le commerce pour ne citer que les plus évidents. Or la population Algérienne ne s t mpn p s q a t l rvn iu, peq eq oii nmetàt ’ r et a, u n ee eedq e rsu u t e e n, r y o l dn avers l lmercusdsc oes ae frel ratce n àtuefr d ’t ui eo r e i yn, vc oc e t hmet o t ome e t u a présence végétale dans leurs milieux urbains. C pa dat np yae, i da p r e dc i s t al iai ,d n e e l ’c o asgr v n r, a ss éio e s é s t n o nr n i e sn gl o au milieu urbain son harmonie, tout en lui peme a t es d pe àtue r t n d ’ at t a r ot s 86

fr s e rj s a c so asc n lvgtl l ra i , u l nt u e ome d poe cr ’ t n s i te éé à ’ b ns q e’ r v t e oa a u me o o l c fd l cmpées nd l méoai d cde e ie mie ub i. e l s ea o rhni e’ l rt n u a r d v n lu ra se o a i o e i n L n u eupa dat nd cat p yaèe v n r p ur développer un e o va l ’c o e h r asgr, i da o n i e e ss meub nsq eb s srl t mevgtl àlntrd l n u eev l yt è ra iiu aé u a r t a éé e ’ s a , i a e a o vl ie l l « Akid Othmane » de Ain Témouchent, où les autorités locales ont eu un nouveau vocabulaire végétal adapté aux besoins de leur ville et le citoyen trouvera un cadre de vie meilleur dans sa nouvelle cité, qui est mieux aménagé. C et ac q e i q ’ Agr , s ep na l pnet fi acmp g e ’ p re u dr ue l i l rso sbe esn à a e co anr s e n ée e s r les équipements de grandes envergures avec des espaces verts, de bonne qualité et adaptés au proj e mie ub i etpeq e u e ci r,q ’ et e n lu ra s rsu n hmèe ui s t i n l pi ri d r da e me r e pae c poe f éaer l ra i , ds mo l te n l t c e rj é rt t d u ’ b ns u me e a n gmet p yaese dsep csvr cr i pr t a da p r r méae ns asgr t e sae et a l eme r ’p ot s t e quelque cohérence aux paysages urbains algériens désarticulés, crées par des a n gmetn nma r é d rn 4 a s ’ dpn a c. méae ns o î i s ua t 4 n di éed ne ts n P u l ruse e a n gmet p yaes e o miexub isineie o ra és t ds méae ns asgr d n s lu ra ,l ’ s i i n xt pas en la matière de solutions définitives mais une compréhension qui permettra d cneo e da péi l poe vgtl efçn pu él re I s g e o cvi t ’p rc r e rj éé d ao ls c i . l ’ i r e t a aé at esnil n datu e d b nsn e d sgs d l rht t p yaie s t lmet ’ttds e o es t e aes e ’ ci c asg t e ee i e a ee s q i ’t ceàrcvi u p t mo ee d l t nme r e l méoa t e us th aa eeo n ar i t e e r s t e n ’ l rn d r i n a t a i fçnàc q ’ bnf i a xc oes ’uo r’u e d dma . agso ao e ui éé c u i yn da judh i t e e i L et n l ie t n i des espaces verts et des aménagements paysagers en milieu urbain, fait appel, de la part des collectivités locales, à des connaissances spécifiques en botanique et en arboriculture, à une maîtrise des principes de composition architecturale et d gso vgtl a s q ’u rf ecs etp l i ub ie t s u l e et n éé e i i ua x é rne d y o g s ra s e q e e i as n é oe n l s aeus cus b uead,su rs e . cr l n dê e rd c i s cs vn e, o r, o l rs q ae, t, a o v c i ’ r éut c e t re cmpt cs l net’ vni ds rj s o t oa s u l collectivité o é ne a met ln et n e poe cne ri q ea e i n i o t mp n fera siens, en collaboration avec les architectes paysagistes, que les occidentaux appellent « l a ua c r d l ra i mo en » . e mb l i s e’ b ns s ne u me dre C et ac q ee rp ne sn l ndê e i lp u grr lct p yae ’ p re u l éo ss o to ’ r s e o r ée e oé asgr s s i t mp de nos milieux urba s d n l b td l méoai d cded v ds i , a s e u e ’ l rt n u a r e i e n a i o e citoyens, car nombre de nos villes exemptes de toute présence végétale, forcent l d rt nq a te rviaé fip r e séi ie e q e afil xè ’ mi i u n l t a a ao a l t a a ds pc lt t u p r s’ cs é t as s o e dep cs etpu pr re ldentité de la ville, quant le travail a été fait par ’ ae vr et et br ’ s s u i l fi usda n gmet p yaesdsaae, u n cecetd n l e a er ’méae ns asgr i rt q i e hrhn a s a s s p s réalisation du projet que leurs techniques et leurs économies. Il ne suffit pas de créer des espaces verts et de planter des alig e ns ’rrsp u dr q ’ nmet dabe, o r i ui e l yae a l rt nd p yaeub i crifu svi be cneo p u ’ u méoai u asg ra a l a t ao i o cvi o r i o n r n r planter et parfois même ne pas planter pour réussir un projet urbain. C s srs ’méoai d cded v ds i yn e mie ub i, ne e meue da l rt n u a r e i e c oes n lu ra i o e t i n srn o éai nls e bnf us q es l pa dat n d l cat eo t prt n ee t éé q e, u i e l ’c o e a h r o l i n i e paysagère, viendra pour compléter la plateforme de la législation actuelle des aménagements urbains, représenté par la loi 06-06 du 20 février 2006 portant loi doi tt de la ville, afin que chaque une des 1541 de nos communes, aura le ’r nai e on droit de protéger son paysage urbain, ses jardins publics existants et ses espaces verts, tout en incluant la part nécessaire des aménagements paysagers dans le budget du développement local de la wilaya et en mettant à sa disposition, les moes u is tia c r p u l cét ndu sri d gso d poe yn h ma e f ni s o ra rai ’n ev e e et n u rj n n e o c i t paysager et des espaces verts, avec au moins un poste de paysagiste pour gérer l ne lds o ’ smbe e cmmu e d l wl a nmai e ’ra i t nvgtltp u e ns ea i y e a t r dub ns i éé e o r è ao a yas t l ma rs ’u rgst s u l P Il D C l D E ,a D P ss re ie s î e do vae,e q e ’ G ,a U ,a L P l T , t l O e .dacmp g e l t vids î e dœ ve d n l co d poe q i t, ’co anr e r a e ma rs ’ u rs a se h i u rj u c a l t x t 87

correspondra le mieux aux besoins du site de réalisation et de la collectivité locale, ainsi que de procéder au suivi de chantiers pour la réalisation des aménagements urbains, tout en incluant les associations des quartiers, dans toutes les phases du projet, pour participer, avec leur savoir-faire autochtone, dans la sensibilisation des habitants sur le rôle de chaque projet paysager dans le tissu urbain, afin de réussir la pérennité et la sauvegarde des aménagements paysagers en milieu urbain. D n l p liu d l a i tb se u l ca eg du mii de logements a sa o t e e ’ bt , aé sr e h ln e ’n lo iq h a l ln prévus pour le quinquennat 2004-2009, 30% des logements seront de type social, 2% srn ra ss a l uo o s ut n 2% si n l fr lA D el 0 eo télé p r’ t cnt c o ,5 uv ta omue A L te i a r i a s 25 % restants dans la catégorie du logement rural. En plus du million de logements q en t p y s p rtà o s ur, ls us o vls ie sn u or as ’ pê cnt i pui r n u ee v l o t e a e r e e l ls o srn cnt i s lntrd cl d B u zu o d Sd A dl h q i u eo t o s ut à ’ s r e i a e ee e o go l u e ii b ea , u l l sn cnup u s ble l p p l i s a ser ludoi n e déi r o t o ç o r t isr e o ua o d n l mie ’r ie t ’ t a i s tn u i g ve par la même, le phén mèed l xd rrlA e csn u ee prpc vs o n e ’ o e ua vc e o vls eset e e . l i dh bttu ea l rt n d l q a t d cde d v p u tu l ’a i , n méoai a i o e a u lé u a r e i o r o s e i e s habitants de ces nouvelles cités, ainsi que pour nos agglomérations existantes, s vrn pi ri e p r l mii ’ èet r da a e a mo l s ns tères concernés qui doivent être hyper stratégique et nanti de tous les moyens législatifs, humains et financiers, afin de réussir la politique de des aménagements paysagers, dans le cadre de la nouvelle charte paysagère, pour la sauvegarde et le développement harmonieux de nos milieux urbains. Avec cette charte paysagère régissant les aménagements paysagers de nos milieux urbains et adaptée à notre microcosme, chacune de nos communes, dsoeada mo s njri p bi o u jri d dt t e d l ainsi i sr ’u i u adn u l u n adn e é ne t e o p n c e isir que des espaces verts munis avec des terrains de sport et de jeux pour enfants au si d ca u c éo zn dh btt n cmmecu q ’ rus àme r e e e h q e i u o e ’a i i , o n t ao ex ua és i te n t place la wilaya de Ain Témouchent, dans le cadre du programme de la reconstruction de la zone sinistré du séisme de 1999. Si la nouvelle ville «Akid Othmane »d AnT mo cetn u d n eu sni n da l r, enet e i é uhn, o s o n n et t ’ie s c ’ me lu s p re u c pormme ’méoai d cde e i ds i yn, é u e ac q e e rga da l rt n u a r d v e c oesa t n i o e t é réussite et une fierté pour notre pays auprès de la banque mondiale, car le pe e rso sbe d l wl a a it rr l n ds rrs aci c s rmi ep na l e a i y, né e ’ r a g u e ae rht t ee p yaie a éi a si d snéup puii il a e meé a l P I asg t l r n u e e o q ie lr s pi i , n p r ’ G , ss g e n dc n r O l D C l D E e l df rns b ra x dé ds daci c r e a U , a L P t e iéet ueu ’ u e ’rht t e t s f t eu dub ns , u ct epr nep ur ê egnrléàl ne l d n s ’ra i me q e e e x éi c o ra t ééa s ’ smbe e o t e r i e zones urbaines. A judh iq e o miex ra s o ta s medp uv e déupmet uo r’u, u n s lu ub i sn sn â , éo rus ’ ie ns i n q sc u ,a s ed r e sus ndh r d tueprpc v d cét ndu oi x sn vrue t i é e eos e o t eset e e rai ’n a t i o tissu urbain moderne, les dégâts sont constatés et le mal est généralisé. Il est primordial pour tous ceux qui sont concernés par les aménagement urbains, de rf ci esmbe l ruse e ami e pae ’n cat p yaèe f é éhr ne l à a és t d l s n l du e h r asgr ai l i e c e n d péevr’vnir de nos agglomérations, de réussir un meilleur cadre de vie e rsre l e a p u n sc oese sr u q en sefnsp i ets p n urd n l r o r o i yn t ut t u o na t us n ’ a o i a s e s t o s é u miex ra saa t uin sit ptr eq ee rmèe srn ie i c. lu ub i ,vn q ’ e o r ad t u l e dseo tnfc e i n l to s fa

88

18.Vers Une meilleure vision da n gmet Tz ’méae n à i-Ouzou. i
1. Tizi wezzu (Col des genêts) :
Re n rs a judh i e gnt dsull v l d Tz i e et uo r’u ds eê , eq e a ie e i-Ouzou a tire son n e s s l i nom. Cette plante épineuse à fleurs jaunes ne subsiste encore que sur les hauteurs du Marabout « Sidi Belloua » qui surplombe la ville. C et ut àl cnt c o d « ’ si s e a o s ut n u bordj turc » qui a ensuite donné naissance à r i une place commerciale (Souk Sebt) que la ville de Tizi-Ouzou (col des genêts) a été baptisée durant la colonisation française, sinon elle serait peut-être demeurée un chemin de passage reliant la vallée du bas à celle du haut Sebaou. La ville de Tizi-Ouzou aurait bien pu être implantée à Dellys, Tigzirt, Taksebt o A zfu cr a s’io e ea a y ec sn l pe èe pae fr s u ze n a d n l s i d l K b l,e o te rmi s l sot o h tr i s r c e qui ont intéressé les Phéniciens et où ils ont installé des comptoirs, puis les Romains qui y ont érige des constructions dont les vestiges sont encore présents. AT o rae D a âS h r j x t t noe e rie rma e e is vr aug t jma a ai eie ecr ds uns o i s tl’ èe d sn n a q ’ngu enmet ra i àl p q eap eiéd n m d ryu d uu o vre n ogns ’ o u é é u x t u o u oa me e s K u o , a s’c e AnE-Hammam. Mais Tizi-O zurs l n ds ie oku dn l t l i l au uo et ’ e e v l e u ls l pu rcne d l l r . e ls éet e’ g i s s A ée A judh il G a d K b l etl n dspu ga d wl a dAgr uo r’u,a rn e a y e s ' e e ls rn e i ys 'l i i u a ée démographiquement parlant, sa population fut estimée à 1.222.334 habitants en 2005, avec une superficie de 2958 km², la Grande Kabylie est limitée par la méi ra é a n r, uS dp rB ur, l s p rB ji e àl us p r dt rne u od a u a o i à ’ t a e a t ' et a e a E a, O Boumerdes, tout en se trouvant à 100 Kms de la capitale et occupant une place s aéiu e Agr . C etTz t t qe n l i r g ée ’ s i-Ouzou qui est le chef-lieu de la Grande i Kabylie et aussi sa capitale économique et culturelle. Cette ville de 120 000 habitants est prospère par son capital touristique, car elle se situe au pied des plus belles stations de ski algériennes comme Thalaguilef et Tikjda et à 50 km des plus jolies stations balnéaires comme Tigzirt, Dellys et Azefoun.

2. La beauté de Tizi-Ouzou :
C et ac q ea ie e i-O zuet’n ds enè villes réalisées par ’ p re u l v ld Tz uo s l e e dri s l i u res le colonisateur en Algérie, que sa structure urbanistique a su garder son charme pi i , jsuà csdri e a ne,o ftlmbae n gnrle r r ma e uq ’ e enè s n és ù u ' rsmet ééa t r e l x l i ub nsq e ’ po o ra iiu. e sn t Malgré des transformations urbanistiques exécutéesa rsln éed ned pè ’ dpn a c e i l l r , a v iev l d Tz uo na p ss cnevrs cniut ’ g i l il ie e i-O zu ’ a u o sre a o t i A ée el l i n é paysagère et sa vision générale instaurée par ses concepteurs durant la période cl i ie cr ae lntuai ds xes n ub nsq e a s de la o na s , a vc ’ s rt n e et i s ra iius u ein o lt i a o no t n u eev l e l xd rrl l v l d Tz uo ,à lntrdsa t s o vl ie t ’ o e ua a ie e i-O zu l l e , l i ’s i a e ur e ga ds v l d l l r idpn a t na p éh p e à l n rhe rn e ie e ’ g i n éed ne ’ u ca pr ls A ée , ’ aci a urbanistique, ce qui a rendu cette ville, qui était la fierté des kabyles, une ville qui tend vers une dégradation total, car durant toutes les années de lmbae n gnrlc s tuel rg n q i afnt n éa rg ' rsmet ééa ’ t o t a éi u e , e o o c o n u éi d i me e ralentie. A judh i u l ba t d v l da t fi s pr d ju e ju, f uo r’u q e a eué e ie ’ur o e ed e o r n o r ai l e s n da l rr e a r d v d l ville de Tizi-O zu iet éese ’ s ue ’méoe l cde e i e a i e uo ,l s ncs t di t rr i na 89

u e otda n gmeta éu te cnomea xn r sub nsq e e n f r ’méae n dq a t o fr f u ome ra iius t t paysagères de la région.

3. Etat des lieux de Tizi-O zu ’uo r’u: uo da j dh i u
A. Let e ea ie ’ r d lv l: né l C et a l nred l v lde Tizi-Ouzou, que le visiteur se rendra compte que ’ p r’ t s e é ea ie l l v lds ee , ln es ds ie d cnr Agr n cn a u df ie a ie e G nt à ’ vre e v l u et l i ,o n î n é c n l s i ls e ée t it mai e ’cuip u su a e l bevn e u v i us t rur ’ t e t r dace o r o h i r a i eu a x it r e maq e l nr è l t n se e é du ega d v l q iy o s l ’n rn e ie u smb le agrande Kabylie, connu par tous pour ses l i Genets, Oliviers, Figues et son artisanat. B. Le centre ville: Malgré une extension vers de la nouvelle ville, la partie centrale de la veille ville reste toujours considérée comme le centre ville de Tizi-ouzou, vue la présence dat i s d ns ai sq io t et s usi d l r b t nsnt u , ’c v é a miirt e, u sn rs e a e e e s âi t iia x it t v é n u me i su p u l nvri , u et o vl e q i é rjit a l xes nd l a f o r ’ i sé q i s n u ee t u a t e n p r ’ t i e a u e t l é o e no veille ville et la construction de la nouvelle ville. Par cause de la présence des activités administratives au sein de la veille ville de Tizi-Ouzou, la concentration humaine est en déca des capacités du centre ville, ce qui engendre une circulation difficile pour les piétons et les voitures, malgré la construction de trémies en plein centre ville. C. Les espaces verts: Même si la ville de Tizi-Ouzou est située dans une région où la foret domine son p yaepr ra , n t medep csvr ub is eers ttl n asg éi b i e e u n r ’ ae et ra , l et oa met s s n l e e appauvri de présence végétale, au point que les quelques espaces verts existants, sont excentrés du centre ville et totalement délaissés à leurs propres sort même si les habitants de Tizi-O zu esy d poi r upudep cs et eia t uo s e e rfe d e ’ ae vr x tns a t s s s pour leurs détentes quotidiennes. Le centre ville de Tizi-Ouzou est totalement dépourvu de square central, qui fait du centre ville un lieu de rencontre et de détente, car même si le square du « 1er Novembre » existe en plein centre ville, sa conception actuelle, ne fait q ’ cmbe lcnr v ld Tizi-Ouzou. ue o rre et ie e n e l L n u ee ie s ttl n dp uv dep cs et e inyaq e e âi a o vl v l etoa met éo ru ’ ae vr tl ’ l l e s s u lbt q i o n lp yae ra , me inra t iya n ga d cnet t n u d miee asg ub i mê se élél ’ u e rn e o cnr i n i ao dh btns u y éiet ’a i tq i rs n. a d

4P u u e el r v i da éae et ra à Tizi-Ouzou : . o r n m ie e io ’m n gm n ubin lu sn
A pe e rgr d l tt c e d l v l d Tz u rmi ead e ’ a at l e a ie e i-Ouzou, on se rend compte r é u l i q e l vlt n d l méae n p yae d l v l a é fi sn u ’o i é u o e ’ n gmet asgr e a ie a l, t a e as é t anticipation, ni même une maîtrise du processus de transformation urbaine. C et ac q e av l ds ee d irt u e s ba t da tne l pae ’ p re u l ie e G nt o e o vr a eué ’na ta l s l s t r c d vgtl d n ssre, uiet r ri d rf ci àra n grl u éé e a s e us q ’ s pi da e é éhr éméae e a l mo l l s espaces urbains de la ville de Tizi-Ouzou, dans une stratégie claire et bien définie. 90

Puisque Tizi-Ouzou est loin de la longue période des années de l'embrasement général, afin de contrer les périodes des extensions rapide de manière expansive et incontrôlée des espaces de la ville, la réussite de son réaménagement, est devant le choix du renouvellement urbain. Le défi à relever pour la ville de Tizi-O zuet ’ri r me r e pael uo s dar e à t e n l e v t c s outils nécessaires pour assurer une meilleure qualité des services publics et aussi une administration efficace et performante. Un objectif de premier plan, également pour les associations de citoyens et les autorités municipales afin de réussir le développement et l vn d l vl d Tz ’ ei e a i e i-Ouzou. Les autorités locales doivent a r l e i mettre en place les structures nécessaires pour définir les orientations, qui feront de Tizi-Ouzou, une nouvelle ville grâce à la recalcification des anciens quartiers de l vl l ra n gmetdsep csp bi dl s se l méoai d a ie e éméae n e sae u ls é i é t ’ l rt n u l, c as a i o fonctionnement de la ville nouvelle, qui ressemble,uo r’u, u e i dortoir a judh ia n cé t mu idu g ne ’n rand bazar commercial. La réussite du changement de la ville de Tizi-O zu vr lntuai du uo , es ’ s rt n ’n i a o meilleur cadre de vie pour ses citoyens, reste une problématique qui trouvera sa voie de réussite, on agissant avec efficacité et avec une bonne gestion des projets de réalisation avec des maîtres dou r spécialises et un savoir-faire adéquat. ’eve

5P ne a j r’u, pyae ea ie e i-Ouzou de demain: . esr uo dh i e asg d l vld Tz u l l i
Sachant que le paysage urbain participe de manière importante à lnéê gnrl ea i sur les plans culturel, écologique, environnemental et ’ t t ééa d l v i r lle, social ; l p yaecntu u ers uc fvrbeàl c v ééo o q e e asg o ste n es re aoa l ’ t i cn miu i o a it dont sa protection, sa gestion et son aménagement approprié peuvent contribuer àl cét nde l s C nc ns ue le paysage concourt à l'élaboration des a rai ’ o . o si t q o mp i e cl rs l a s e l rpéett n du e cmp sne fn a na d ut e o l t a ersnai u ce o ’n o oa t o d metl u e patrimoine culturel et naturel de la région, sa réussite au sein du milieu urbain de Tizi-ouzou, ne pourra être que le résultat d'une synthèse réussie, qui doit être pi e cmpe a s’ r e n o td n lmméi p re a tr é l a s s i da a l uoi so l . t s t ce Puisque la situation actuelle du paysage urbain de la ville de Tizi-Ouzou, est d n u é t u dma d u e ier rf x nda n gmetles nouvelles a s n t q i e n e n mel e é ei ’méae n, a lu l o autorités locales ne peuvent plus rester passifs devant la standardisation des équipements et des aménagements, qui banalisent toute la ville de Tizi-Ouzou et la qualité de vie de sa population. Pour répondre au souhait du public et des autorités locales de la ville de Tizi-O zud jurdu p yaed q a t a uo e o i ’n asg e u lé u i sein de son milieu urbain, qui jouera un rôle actif dans la transformation de la v l l é ds ’méae ns e df rns u r es e i-Ouzou, doivent ie e t e da n gmetds iéetq at r d Tz l, s u f i i être é b re a tu du e rme et cmme l oés uo r ’n t a a vr o e ossature principale car par cette t h iu da n gmetl ep cs u sn cniéé cmme e ep cs e nq e ’méae n,e sae q io t o s rs o c s d ds sae « vides à remplir » deviendront des éléments structurant la ville de Tizi-Ouzou. La ruse e epic e ’ra i t nd n l v ld Tz és td c r i dub ns i a sa ie e i-Ouzou, se fera avec le i np ao l i savoir-fi du séi ie e a n gmetp yae e sl l é ps a e ’n pc lt n méae n asgr t e n e t e r as o s a suivantes :  Ea oai du pa gnrl up yae ea ie e i-Ouzou, l rt n ’n l ééad asg d l v ld Tz b o n l i  Mi e pae ’n t me ets utrn l et e d lv l s n l du er vr t c a te nr s ea ie e c a e r u s é l,  Traitement e vie ub ie,ae l pa tt ndabe e l mi e pae ds o i ra s vca l ai ’rrs ta s n l rs n n o e c de jardinières,  C ét ndu ecué vr a si d l n u eev l ae jris u ls t rai ’n o l et u e e a o vl ie vc adn p bi e o e e n l l c aires de jeux, 91

 Restauration du square de la veille ville, tout en intégrant les trois entités des espaces existants,  Réhabilitation des parcs et jardins existants de la veille ville,  C ét ndu ga dp r p yae ub i p u l h btns ea ie e irai ’n rn ac asgr ra o re a i td l v ld Tz o n s a l i O zu a si d l n u ee ie t rs e’nvri . uo ,u e ea o vl v lepé d l i sé n l l u e t Cette nouvelle restructuration paysagère de la ville de Tizi-Ouzou, doit ê e eçe o t pru cmme nmoe d rcus o rama r e t’ra i t nd l r u yn e eo r p u l î i e l gns i ea ts o ao croissance urbaine de la part des autorités locales, qui doivent être soucieux de parvenir à un développement durable de la ville, fondé sur un équilibre harmonieux entre les besoins sociaux, l'économie et l'environnement.

6. Conclusion:
C pa l a da n gmet p yaesd l v l d Tz e l o l ’méae ns asgr e a ie e i-Ouzou, n c l i présentera le projet urbain de la commune en matière d'aménagement, de traitement des espaces publics, du paysage et d'environnement urbain. Il doit être compatible avec les autres documents de planification et notamment le schéma de cohérence territoriale car Il permettra aux collectivités locales de Tizi-Ouzou, de définir les règles d'urbanisme les mieux adaptées à la situation de leur commune et à mettre en exécution les projets urbains, qui feront de Tiziouzou, une ville où il fera bon vivre. C et a u t vid poes n e ru i a t’rht t p yaie ’ p r n r a e rf i nl éns n l ci c asg t s a l so , s a ee s, l’ra ieltp ga h e ds nrpi s o é ne, q earuse e e ub ns ,e o orp e t e et r e cmpt t t e s e s u l és t d c i plan sera une réalité pour la villa de Tizi-o zu crcmmedsi l uo , a o i t ’ a auteur français Henri Lefebvre « P u ca gr l v ,i fu ca gr da od o r h n e a i l a t h n e ’b r e l sae ’ p c ». e

19.

Vers une nouvelle stratégie de gestion des espaces verts à Ain Témouchent.
INTRODUCTION : Ain Témouchent est une ville à vocation agricole, située à la croisé des chemins entre les villes de Sidi bel abbés, Tlemcen et Oran et actuellement chef lieu de wilaya de Ain Témouchent. La wilaya de Ain Témouchent est composée des 8 daïras suivantes :  Témouchent, Ain  Amria, El  Hammam Bouhdjar,  Malah, El  Larbaa, Ain  Beni Saf,  Oulhaca, et 92

 Kihel. El Et de 28 communes qui lui sont rattachées. Suite au tremblement de terre de 1999, qui a fait détruire une partie des anciennes habitations au niveau de la wilaya de Ain Témouchent, un Téléthon a été effectué pour la reconstruction des villes sinistrés de la wilaya, mais grâce à la promesse du président de la république de faire reconstruire la ville de Ain T mo cetmel rq ’ l yé i aa tl t mbe n d t r, a su é uhn ie uee t t vn e r l lu l a e met e e e d n n r délais de deux ans, un prêt de la banque mondiale de plus de 80 millions de Dollars, a été débloqué pour la construction de 3400 logements, tout en incluant u e at e . mii s e o asp u l méae n ds sae vr d n n pr d 1 5 lo d D l r, o r ’ n gmet e ep cs et a s ln l a s lcde e’méoai d cde e ids i yn. e a r d l l rt n u a r d v e c oes a i o e t L pormmeda l rt nd cded v dsc oesdma d d n l e rga ’méoai u a r e i e i yn e n é a s e i o e t cadre du fond de prêt de la banque mondial, a été débloqué pour la mise en place des espaces verts de détente et de repos pour les habitants des 1400 logements répartis sur les communes de Ain Témouchent, Ain Tolba et Sidi ben Adda et aussi pour les 2000 logements de la nouvelle ville « Akid Othmane » de la commune de Ain Témouchent. IL pormme ’méoai d cde e ids i yn : . e rga da l rt n u a r d v e c oes i o e t A. Le programme des 1400 logements : C pormme ’méoai d cde e i ds i yn p u l 10 e rga da l rt n u a r d v e c oes o re 40 i o e t s logements, dans le cadre du prêt de la Banque Mondiale, a été réparti comme suite : 1. Pour la commune de Ain Témouchent :       les 200 logements coté Trésor, les 200 logements Hay Moulay Mustapha, les 45 logements coté 488, les 100 logements route de Chabate, les 155 logements coté 88 villas, l t at nct 8 v l . ’ t c o oé 8 ia Ar i ls

2. Pour la commune de Ain Tolba :   les 200 logements programme BM, les 150 logements programme BM.

3. Pour la commune de Sidi Ben Adda :   les 200 logements programme BM, les 150 logements programme BM.

B. Le programme des 2000 logements :

93

Ce programme est inclus dans le cadre de construction de la nouvelle ville « Akid Othmane » à Ain Témouchent e cntu p r l méae n ds t o sté a ’ n gmet e i a ep cs etp u l méoai d cde e idse h btns sae vr o r’ l rt n u a r d v e ss a i t s a i o e a . Il prend la plus grande partie du budget alloué par le programme de la banque mondiale aux aménagements des espaces verts car il englobe le jardin central et l ne l dsa n gmet à lnéi r dsî t e dspae e d l ’ smbe e méae ns ’ t e e i r u e ls t e l ts e a o ct nouvelle ville. II. Remarquessrl ttd fi d pormmedsep csvr ds30 u ’ a e a u rga é t e sae et e 40 s logements: L t vidé d e d si ds h ni s e ep cs etp u lpormme e r a ’ u e t e uv e ca t r ds sae vr o re rga a l t i e s da l rt n d cded v dsc oes a é dma d p rl ma r ’méoai u a r e i e i yn, t e n é a e î e i o e t é t do vaea b ra dé d spécialisé en aménagement des espaces verts ’u rg u ueu ’ u e t « l mpe t vr », suite aux accords du wali de Ain Témouchent et de la ’ ri e et e n e banque mondiale. L gso ds élai s e e a n gmetdep cs eto t t cni à a et n e ra st n d cs méae ns ’ ae vr n é o f s i i o s s é é l ’ O.P.G.I de Ain Témouchent et la gso det t n d csep csvr , et n ’ r i s e e sae et i n ee s après réalisation, devait être gérée par les A.P.C de Ain Témouchent, de Ain Tolba et de Sidi ben Adda. L t vid ra st nds méae ns ’ p cs et p u l pormme e r a e élai e a n gmet de ae vr o r e rga a l i o s s da l rt nd cded v ’méoai u a r e i i o edes citoyens des 3400 logements, est en cours dahvmet i rs l ndsat t p liuse sc l , p u cue ’cèe n ma s et o e t ne o t e t oi e e i e s iq a s or as du e et nd ra st na ao e t n a sne oa d si det t ne ’n gso e élai l ti e u e bec ttl e uv ’ r i t i i o é r e i n ee d gri n g p u lprn i du mel r cadre de vie des citoyens. e ade ae o ra éent ’n ie n é lu a. La gestion des réalisations dep cs et ’ ae vr : s s N u cnttn q esrl ne l da n gmet dep csvr p u l o s o s o s u u ’ smbe ’méae ns ’ ae et o r e a e s s s 30 l e ns l b ra dé d « ’ rit vr » na e l do 40 o met e ueu ’ u e l mpe e et g , t e n e ’ u e ri t dit vnr u sre a nagements suivants : ’ e eiq e u l mé nr s         les 200 logements coté Trésor, les 45 logements coté 488, les 100 logements route de Chabate, les 155 logements coté 88 villas, l t at nct 8 v l , ’ t c o oé 8 ia Ar i ls les 150 logements à Ain Tolba, les 150 logements à Sidi ben Adda, le jardin central de la nouvelle ville avec son extension.

A quelques mois de la fin du programme de la banque mondiale, il reste pour « l mpe t vr » e cusd ra st nq el poe dep csvr ’ ri e et , n o r e élai u e rj s ’ ae et e n e i o s t s s suivants :    l xes nd jri cnrl ea ’ t i u adn et d l nouvelle ville (contrat en cours), e no a les 150 logements à Ain Tolba (hors contrat), l t at nct 8 v l (os o t t ’ t c o oé 8 ia h r cnr ) Ar i ls a.

94

Mais malgré un temps considérable pour superviser les entrepreneurs en plantations ses îlots des 2400 logements, avant la visite du président de la république, à « l mpe t vr » é ec d l ma r e ’eve e é ds ’ ri e et a t xl ea î i dou r ds t e e n e é u ts u da n gmet e d si dsca t r d l ne l ds rj sdep cs ’méae ns t u uv e h ni s e ’ smbe e poe ’ ae i e e t s verts suivants :    les 200 logements de Ain Tolba, les 200 logements de Sidi ben Adda, les îlots de la nouvelle ville « Akid Othmane ».

b. La gestion des entretiens des espaces verts réalisés: Lesmbedspoe dep csvr ra sse ahvs d n l cded ’ e l e rj s ’ ae et élé t ceé, a s e a r e n t s s i l méoai d cde e i ds i yn,o t total abondant par absence ’ l rt n u a r d v e c oessn en a i o e t d gri n g e d si det t n e q eatee n o cntt q e e ade ae t e uv ’ r i t u c lmet n o s e u n i n ee ul a certains projets sont partiellement détruits. Il était prévu que chacune des A.P.C, ds o e cmmu e o lpoe dep cs et ns ù e rj ’ ae vr t s s a été réalisé, devait prede ncag l gri n g e l si det t nds n r e h re e ade ae te uv ’ r i e n i n ee espaces réalisés, en collaboration avec les associations de quartiers. C et l cmmu ede Ain Témouchent que revient la plus grande part des ’ àa o s n espaces verts alloués par le programme de la banque mo da , i jsuà n i e ma uq ’ l s preuve de contraire, on constate un abondant total de ses engagements en mai ed gso det t ne d gri n g ds sae vr ra ss a t r e et n ’ r i t e ade ae e ep cs et élé, u è i n ee n s i point que les projets « des 200 logements coté trésor » et « des 155 logements coté 88 villas » àq ie d re d grni d l nrpi d ra st nsn , u l ués e aa t e ’ t r e e élai o t s e e e s i o t miéss t u et a s né tda o d n ttl uma ds na t sn e ne,e r vn d n u t ’b n a toa a r o a i e efns a s n c i e su l yu ds s c t n d q at r, u dvi t ie l .. i s to se ex e as i i s e u r esq i ea n a r’ PC v me s o ao i e d A pour la get ndet t ndsep csvr , nsniisn l h btnsd so ’ r i e sae et e es la t e a i t u i n ee s bi s a quartier. c. Conclusions sur une expérience de gestion des espaces verts: A t vr ct pe èeepr neda n gmet e ep csvr d n l r es e e rmi x éi c ’méae n ds sae et a s e a t r e s cde ’méoai d cde e i ds i yn, uacn ul wl ad An a r da l rt n u a r d v e c oesq ’ o n a i y e i i o e t a Témouchent, nous avons pu décelé, après analyse des travaux effectués, les principales causes qui ont abouti à une demi réussite du programme. Les principales causes qui ont fait défaut à la réussite de la gestion du pormme ’méae n ds sae vr e d si det t np u l r rga da n gmet e ep cs et t u uv ’ r i o r e s s i n ee u pérennités, afin de réussir une amélioration du cadre de vie des citoyens, sont les suivantes :  Ma q e d cn a sne d ma r dœ ve sr l paius nu e o n i a cs u s î e ’ u r u e rt e t s q adminis ai s e mai e dep cs vr a si d l wl a d An t te n r v t r ’ ae et u e è s s n e a iy e i a Témouchent,  C o du ma r do vae pc lé nb t n e sn svi h i ’n î e ’u rg séi i e âi t ta s ao -faire en x t as me r mai e ’méae ns e ep cs et t r da n gmetds sae vr , è s  T o dit vn n d l p r d ma r do vaea pè d maître rp ’ e ea t e a at u î e ’u rg u rs u nr t dœ ve ’ u r, 95

D s tds ’méae ns rc i s o r a ss ’recs o t us e é e da n gmetpéi t p u cue dugne p li e, u pé iq

 Démarrage de chantiers de réalisation, souvent, avec des études préliminaires et sans que soient terminées les démarches administratives du ma r dœ veeds n î e ’ u r t e etreprises de réalisation, t  C o det pi s d ra st n p r l ma r do vae sn h i ’ r r e e élai , a e x ne s i o î e ’u rg, a s t q a f ai e a n gmet e ep cs et p u ds a o s ’rec o u li t n n méae n ds sae vr o r e ri n dugne u ic o s s de calendrier,  A sned c ue ic a t’ t t ndsep cs et p u u ed rée bec e l ss nl n l nr i e sae vr o r n u a u e ee s da mo s e i mo d n lcnrt e élai ,ndh r d l pr d d ’u i d s n x i a se o t d ra st n e eos ea éi e e s a i o o garantie.  N nrset e eggmet d si det t ne d gri n g d l o epc ds n ae ns e uv ’ r i t e ade ae e a i n ee n p rdsev e dep cs etdsAPCeds s c t n d q at r at e sri s ’ ae vr e .. t e as i i s e u r e. c s s o ao i  Absence du b d e séiq e ce lma r do vaep u l nrt n ’n u gtpc iu, hze î e ’u rg, o r’ t i f t e ee et le gardiennage des espaces verts après réception définitive du projet da n gmeta mo s uq ’ l maui ds l tt n ai q ’ l n ’méae n, u i jsuà a tr é e pa ai s f uee e n t n o n ls soient pas une proie facile aux mains des enfants sans civisme, le temps de mettre e pae npooo dacr ae l sri s e ep cs etds ... n l u rtcl ’cod vce ev e ds sae vr e APC c e s c s III. La nouvelle stratégie des espaces verts à Ain Témouchent : S i àct pe èe x éi c e mai e ’méae n ds spaces verts, ut e e rmi epr ne n t r da n gmet e e e t r e è eai d rus l méoai d cde e ids i yn d tuea i y d t f e és r’ l rt n u a r d v e c oes e o tl wl a e n i a i o e t a AnT mo cetds éio s i uess teme v n et ’ r pi s a i é uhn, e dc i r o rue e f s i nn dê e r e p r sn g r e t s le premier responsable de la wilaya, pour faire de cette expérience, une coniut sr ’ smbe e 2 cmmu e d l wl a ma tu e éi n, t i u l ne l ds 8 o n é e ns e a i y a i ot n v at s t cette fois-ci, les erreurs commises dans la phase du programme de la banque mondiale, tout en adaptant des solutions modernes et adéquates au microcosme de la wilaya de Ain Témouchne mai e ’méae ns ’ p cs et e n t r da n gmetde ae vr . è s s a. c o s o r n n u ee t t idep cs et A t n p u u e o vl s aé e ’ ae vr : i l r g s s Lesmbeds ce d D ï d l wl ad AnT mo cetsn iv é ’ e l e 8 hf e a a e a i y e i é uhn,o tn i s n s r a t par le wali pour choisir en collaboration le directeur des forets et du paysagiste de « l mpe t vr », les sites adéquats pour la création, au niveau de ’ ri e et e n e chacune des chef-lieu des Daïras, au moins un jardin public de proximité et du eppnèed po ut ndspa t onmetl , u sr l s g d ’n éii r e rd c o e l e re na s q i ea e i e u i ns e è futur service des espaces verts de la Daïra. L b t e e e prt net e o l l df ie t me ’ p cs et a e u d ct o éai s d cmbe e é c n e t o r it r de ae vr , u s s niveau des chefs-lu dsD ï sà cutt me e d l ne l ds2 ix e aa e r or e r t e ’ smbe e 8 e communes à long terme, afin de donner aux citoyens de la wilaya de Ain Témouchent un cadre de vie agréable dans leurs zones urbaines et de faire des villes et village de la wilaya, un exemple à suivre pour toutes les agglomérations Algériennes. b. Réflexion sur la nouvelle stratégie de gestion: L sui uo a o re e o cq ’n p u lmoment dans la stratégie actuelle de gestion des espaces vr , ’ t ’ pi u emé o ed t viae ds de tue s l e et c s de r s e x mé n t d e r a vc e iés o t i e t h a l s mp s nues de tout mensonge, afin de faire paraître une nouvelle image pour notre 96

réalité urbaine, loin des images déformées par une imagination fastidieuse aux conséquences pas toujours bien calculées, pour la pérennité de nos projets dep cs et ’ ae vr . s s E rd n a td lmp r ne à l gso ds ep cs vr a si d n eo n n e ’ ot c i a a et n e sae et u e e i s n l ne l ds D ï s d l wl a d An T mo cet le Wali de Ain ’ smbe e a a e a i y e i é uhn, e r a Témouchent a réinventé la beauté dans toute sa splendeur et les citoyens de la wilaya découvriront à long terme que le plus séduisant des aménagements urbains est celui qui enveloppera une fonction vitale et équilibré pour les zones urbaine et non celle qui découle de calculs purement formels. C et ac q e u n o a snmé e, ncece euo ppu à e ev ’ p re u q a d n i o s me t ro hrh ba cu ls lsri i r q ’ s sri d li q ’ etpi ri d me r e paeu en u ee uà e ev e u, ui s r da e t e n l r l mo l t c n o vl l stratégie de gestion des espaces verts pour le nouveau programme de la wilaya de Ain Témouchent car il ne peut y avoir de meilleur manière de redonner les l t sd n bes a x ep csvr , q e d rivne l s ned sn e r e o l e u sae et te s s u e é et ’ s c e o n r ee existence, sa stratégie de gestion. c. La nouvelle stratégie de gestion des espaces verts: D n c n u eucnet d l wl a e i T mo cete mai e ’ p cs a s e o va o t e ea i y d An é uhn n t r de ae x a è s verts et de la montée des valeurs environnementalistes prises en charge par les p u o p bi ,e a d AnT mo cet rn lnt t e t e o investie o vi u lsl w l e i é uhn ped ’ iai e s vit r c i i iv de la mission de faire restaurer la culture des espaces verts en milieux urbain et sb ra p u l ne ld ss a a d l wl a u ub i o r’ smbe e e D ï s ea i y. n e r a A i q e e e o vl s aéisiu e és t ttlp u l vnr e ep cs f u ct n u ee t t e o n ruse oa o r’ eids sae n t l r g t i e a verts au sein des villes et villages de la wilaya de Ain Témouchent, il est pi ri d rivne l ra i a r da e é et ’ gng mme usri ds sae vr e cén mo l n ro r d ev e e ep cs et n ra t c s une direction des espaces verts. a. La gestion administrative : 1. Au niveau du siège de la wilaya :

Par décision du premier responsable de la wilaya, une direction des espaces verts sera créée au niveau du siège de la wilaya, pour venir compléter le rôle de la Di c o dAdministration Local. r tn ’ ei Cette nouvelle direction, sera dirigé par un ingénieur paysagiste ou par un igner ot o dpô du Istt go o q e ud frt n éi h r cl il u i e mé ’n ntu arn miu o eoe . i s Ce nouveau directeur des espaces verts sera accompagné par deux techniciens supérieurs séi i se p yai o e h r cl r, o rl ie d n ss pc lé n asg me u n ot ut e p u ’ dr a s e as s i u a taches quotidiennes de gestion des espaces verts au sein de la wilaya. 2. Au niveau des Daïras :

Au niveau de chacune des 8 Daïras de la wilaya de Ain Témouchent, au sein des futures pépinières de production des plantes ornementales, des sous directions des espaces verts sern césae u eéup cmp sedu sous-directeur o t re vc n q ie o oé ’n ( cnc n spr u p yaieo h r cl , ’n ce déup p yaie t h ie u éi r asg t u ot o ) du hf ’ ie asg t e i e s i e q s (technicien paysagiste ou horticole) et de jardiniers horticoles, qui auront la 97

tache de gérer la production des plantes pour les besoins des espaces verts de l ne lds o ’ smbe e cmmu e d ca u D ï , e ns e h q e a a r Le sous-directeur, en plus de sa gestion de la pépinière, veillera à la mise au p itd l pa ict n dscl di sdet t n dsep csvr d o n e a l f ai n i o e a n r r ’ r i s e sae et e e e n ee s chacune des communes e d grr l ra i t n ds ep si s d t e ée ’ gns i o ao e x oio tn e sniist n e d vne ds pa t p u l june d l rr e es lai b i o t e et e l e o r e o ré e ’ be n ns s a collaboration avec les associations de quartiers. Les sous directions seront attachées directement à la direction des espaces verts du siège de la wilaya, mais seront autonomes pour leurs gestions internes, concernant les besoins de leurs communes en matière de production des plantes onmetl eds nrt n dep cs et re na s t e et i s ’ ae vr . e ee s s

3. Au niveau des communes : Au niveau de chacune des 28 communes de la wilaya de Ain Témouchent, le sri det t n dsep csvr eia tsr cmpé p rdsmoes ev e ’ r i e sae et x tn ea o l é a e c n ee s s t yn humains et matériels de la part de la direction des espaces verts du siège de la wl a ai d me r e pae u va sri dep ces verts chargé de iy f e t e n l a n t c n ri ev e ’ a c s gri n g edet t n ade ae t ’ r i . n n ee La sous direction des espaces verts de la Daïra sera la gérante du service des espaces verts de la commune, qui sera composé par une ou plusieurs équipes, selon le besoins de la commune et constituée par un jardinier paysagiste séi i e et t n dep csvr e q e usouvriers paysagistes pour pc lé n nr i ’ ae et t ul e as ee s s q l ie à rmpi l tce q oii ns sl l cl di det t n ’ dr a e l e ahs u t e e e n e a n r r ’ r i r s dn o e e n ee hebdomadaire et de garder les espaces verts de la commune. Avec ce nouveau service des espaces verts au niveau de chacune des communes e grrsu l uoi d l drc o ds sae vr d s g d l wl a t ée o s ’ tr é e a i t n e ep cs et u i e e a i y, a t ei s è a l .. na r pu l cag d s cu e d l nrt nds sae vr d s ’ PC ’ua lsa h re e ’ cpr e ’ t i e ep cs et e a A o e ee s commune. III. La conclusion : Cet aperçu de la stratégie de gestion de cette nouvelle direction des espaces vr ,et cpn a t at l cr e ’ t uae u e x éi c sl e l g et rs eed n p r ee a c ne q ’vc n epr ne o d à o s e il s e i n t me q ’ l a r l tcedit vnrd n l rh blai dsga d e , uee ua a ah ’ e ei a s a éa itt n e rn s r l nr i o ensembles du milieu ura ,d cér dsb ssd l s ,da n gr l b i e re e ae e o i ’méae e n ir s é bi e ns u l usd rs ue l jris ioius uda n gr e t lsmet p bi e, e et rr e adn hs r e o ’méae l a s q a s t q s autoroutes et même de répondre à la commande privée comme celle des sièges det pi eds o l e tuiius ’ r r e t e cmpe so r t e. ne s x sq Cette nouvelle stratégie de gestion des espaces verts aura plusieurs traits maq a t d n l p r c ai d l cnt c o du mel rcded v ru ns a s a at i t n e a o s ut n ’n ie a r e i ip o r i lu e p u l c oes e awl ad AnT mo cet np r clr t e ’ l r o r e i yn d l i y e i é uhn e at ui e d l g i s t a i e A ée en général.

98

20. Regards sur la ferme Cross de Ain Témouchent.
A la différence de ses voisines, Sidi bel Abbés, Tlemcen et Oran, Ain T mo ceta s cnevrl camedsrtd l n dsrrs é uhn u o sre e h r i e e’ c u e ae jardins botaniques de cactus en Algérie. Point de rencontre des pique-niqueurs sa o nes rc à apéec du e oe d pn e i n i gâe l rsne ’n frt e is t s r du eruepupai be l f meC os et u lud dt t ’n o t e rt a l a e c , r rs rs n i e é ne e e e pour toute la région de Ain Témouchent et un lieu de découverte des cactus malgré que le jardin est suffisamment en anarchie pour paraître comme un vrai jardin botanique car le site est en total a o d n dp iln éed ne e’ l r . b n a t eus’ dpn a c d l g i i A ée
A cli u cn a l x t c d c luu iu e Agr , af meC os e q i o n î ’ ie e e e i nq e n l i L e u t e sn e ée r rs révèlera ses secrets. Loin des routes commerciales des grandes villes et où on y dcu r lcl e l ip r ea o an,a a n g,l p ur dvnr éo vee a me t’ r u d l cmp g ecr méaéee o ra eei a l un lieu de rencontre des amoureux de la nature et des connaisseur des cactus, tout en offrant aux visiteurs des espaces de détente appréciés et un lieu de repos et de gastronomie. 1. POINTS FORTS DU SITE: 1.1.LE JARDIN BOTANIQUE A t fijri p r clr ’ncl F a çiq iut é ea i eljri ur o adn at ui du o n rna u clv d l v n,e adn e s i e o s i g b tnq e e cc s x tn àl f me rs et et d n l ne l d n oa iu ds at eia t a e u s r C os s rs a s’ smbe a s , é e un état appréciable car l cc s n l vct nd s uodf de cnr l e at o ta oai e ’ t é n r o t e s u o a e e vandalisme. Nous constatons que le site est prédisposé à devenir un lieu éducatif pour les amoureux des cactus mais aussi pour les étudiants et les élèves des instituts de botanique. Comme la wilaya de Ain Témouchent ne dispose pas encore de jardin botanique, c jri eia td l f meC ospu bnf i du arn i e n e e adn x tn e a e s r rs et éé c r ’n ga ds met t ie s lnrd c o dsnouvelles techniques en matière d'irrigation, pour contenir ’ t ut n e i o i une nouvelle collection végétale enrichie de plusieurs espèces de plantes rares, qui seront importées des cinq continents grâce au dont des jardins botaniques et devenir un lieu éducatif et de promenade pour les visiteurs du premier jardin b tnq e pc iu d l rg nd l usAgr oa iu séiq e ea éi e’ et l i f o o é en.

1.2.LA FORET DE DETENTE A judh i AnT mo cetc net a ljri ds ats u fil f r uo r’u à i é uhn,e ’ p se adn e cc q ia a i t s u t eé de la ferme Cross mais sa foret de pins, par sa vocation de lieu de pique nique et lieu de jeux pour enfants en plein air. Cette foret de pin est déjà prédisposé à devenir une partie prenante du projet da n gmet e’ smbe ea eme rs cr e abe sn be ga d ’méae n d l ne ld l f e r C os a ss rrs o t i rn s n e i eiesfsmmetdep c p u pui r dzie d fmie p u t l x t ufa s i n ’ ae o r ls us i ns e a ls o r s e a l pique-niquer ou de se reposer durant les ca us e’ é e i T mo cet h l r d l td An é uhn. e é 99

2. POINTS FAIBLES DU SITE: A la visite du site de la ferme Cross, on constate que le site présente plusieurs points faibles à vocation touristiques car on arrivant à la ferme, on observe tout de suite la beauté du site mais on identifie les différents points faibles qui rn ete i n ncnome u ei ne du se o r t us t u sn l edn l se o o fr a x x ecs ’n i tuii e e q io te t g t sq s suivants : 1. Manque de signalisation pour la ferme Cross. 2. L rue ei t iilepupai be eus’ stut agronomique. a o tdv n dfce t e rt a ldp ilnt e fi c i i 3. Le parking est sans surveillance et en mauvais état. 4. Ma q e ’r nai tuiiu sr l e o re i ê e e v i us n u doi tt n o r t e u pa p u lbe t ds it r. e o sq c n r se 5. P éec dh btt n dga és u d n et n ma vi i g a se rsne ’a i i s érde q i o nn u e u a emae u i . ao s t 6. Etat délabré des jeux pour enfants et manque de tables de pique nique. 7. Ma q e ’c v é r sn legs o o q e u lse n u dat i ata a t at n miu sre i . it i e r t 8. A sne d t np r e cmmu jsua se dp i l v l bec e r sot n o a n uq ’u i t eus a ie ls environnantes. 9. Manque de gîte pour passer la nuit dans les environs du site de la ferme Cross. 10. Absne ’c v é dat c o ecl rls o ra etblé u i . ec dat i s ’t at n tut ee p u l rna itd se it r i u l i t La ferme Cross est actuellement sans grand intérêt touristique pour les visiteurs de la région, ni même pour les étranger car vu son éloignement des grandes villes environnantes et son absence des indications de toutes les cartes touristiques et cl rls eenetepo éq ep rl a tctnse cl q ed rn l ut ee, l ’ x l t u a e uoho e t e u ua t e u l l s i s a s week-ed esllse l cn éet a s ma s l méae n d c se n no ié t e o g svl , i i ’ n gmet e e i el s i e s a t atteint sa vocation touristique et culturel, en matière de tourisme, la ville de Ain T mo cetgg ea ba cu d l x t c d l f me C os sr sn é uhn anr euo p e ’ ie e e a e e sn r rs u o territoire. 3. O J C ISD LA N G ME TD ST : B E T F E ’ ME A E N U I E P i u atee n, l f meC os esr q edu ludh btt np u us e c lmet a e q ul r rs n et u ’n i ’a i i o r e ao quelques familles et un lieu de pique-nique occasionnel pour les autochtones, ma r l péec du jri ds ats ’n vl rb tnq eiet be l é a rsne ’n adn e cc du e a u oa iu nsma l g u e i , en total abondant et sans surveillance, le site peut être exploité au profit des habitants des wilayas environnantes, après son aménagement en un lieu de détente et de culture. Afin que la ferme Cross trouvera sa vocation régionale, il faut que l méae n d se e o p s a d n u o j t d poet nd jri ’ n gmet u i n si a fi a s n be i e rt i u adn a t t t cf co des cactus seulement mais dans un objectif de donner à ce site une valeur tuiiu e cl rl, u li eme r dacel ds it r tu a l g o r t e t ut eeq iu pr t a ’cuii e v i us o t u o sq u l t lr se n d l n é e d gnrr e e l s i s ta o nes o r e h btns ea e’ ne t e éée ds mpo f e e si n i p u l a i t d l a i x s r s a wilaya de Ain Témouchent. 4. ELEMENENTS MAJEURE D LA N G ME T S E ’ ME A E N : La décision du premier responsable de la wilaya de Ain Témouchent, de faire valoir ce site de la ferme Cross et de lui donner une nouvelle utilité régionale, pr t al dsnl e n d l f me rs d l u le d vn a s cr eme r e éec vmet e a e t a r C os e ’ bi t u a d lme a o i par un aménagement adéquat et bien étudié, Ain Témouchent aura son parc de détente naturel ou tout le monde pourra profiter de ses bienfaits durant toutes l n é cr e i a r eau luo cau t u easnpa i d rcét n ’ ne a c se bi r n i ù h cn r vr o l s e erai a t t e o ir o pour ses moyens financiers. 100

L f meC os ead t du jri b tnq eàtè seg b n l jri ae r rs sr oé ’n adn oa iu hme, n l a te adn o des cactus existant et aménagé dans une vocation éducative et touristique. Lesmbed n u eujri b tnq esr cnud n u b t ecéru ’ e l u o va adn oa iu ea o ç a s n u d re n n espace vert de repos et un lieu éducatif où on trouvera toutes les variétés de plantes existantes en Algérie en plus de la riche collection des cactus existants. Sur la route de la ferme Cross, des panneaux de signalisation seront posés sur l ne ld t j q i nn vers ce site, de façon que le visiteur trouvera son ’ smbe u r e u mèet e at chemin sans difficulté même se le site sera indiqué sur les cartes touristiques et culturelles de la région. Une fois sur le site de la nouvelle ferme Cross, le visiteur trouvera un parking aménagé avec un gardien et des panneaux de renseignements de chaque partie du site. L v i u t u ea u lu dhbre n a nva d moe q isr e it r r vr n i ’éegmet u i u u t , u ea se o e e l implanté à la place des habitations existantes actuellement. L ga d cv à i eia t e é t ’b n a tsera aménagé de façon à être a rn e ae v x tne n t da o d n, n s a éclairée par le toit à travers des pyramides vitrées, et accueillant un restaurant, u ecf éi a s q edsvn er d bbl se do j sdata a d l n aé r i i u e edus e ie t t ’be ’r sn t e a t a n o t i région de Ain Témouchent. La foret sera doté de nouveaux équipements de détente afin que les visiteurs trouverons un lieu pour pique niquer et que leurs enfants puissent profiter des nouveaux aires de jeux du site. P u q ’n v n c resipéet srl se u tét d vruesr o r uu e i ot n o rsne u e i , n hâr e ed r ea e u t t e a n g d n l sr du site existant et où des veillés nocturnes seront méaé a s ’ pi e t organisées avec des groupes folkloriques régional. La présence de la ferme Cross à Ain Témouchent, pourra être connu mo da metgâeà l cét n du seIt ntq if a dcu r l n i e n rc l a rai ’n i ne e u e o t r r éo vi a r richesse du jardin des cactus pour les amoureux de la nature et le lieu tuiiu p u l a uex e’vnue o r t e o re mo ru d l etr. sq s a Comme cet aménagement est avant tout pour les habitants de la région, les villes environnantes du site de la ferme Cross actuelle, seront dotées de transports en commun afin que tout le monde puisse venir découvrir cette nouvelle merveille éducative et touristique de Ain Témouchent. 5. CONCLUSION: C et ac q en s i yn sn àl rcecedu b l ’xgn q el 3 ’ p re u o c oes o t a ehrh ’n o doyèe u a 8 s t eme foire international d’ l r e pu d 70mie it r e u e e ie Ag a u ls e 0 l v i us n n sma e l se n ma r q ’ let r c a met et é u iumet o r rf s n ee. l é uee spi i l n dsne nq e n p u poe i nls g l npe i so l La découverte de la ferme Cross comme un des sites exceptionnels et uniques sur tout le territoire national, nous emmène à cnlr q ’ mai e o c e ue u n tr è d'aménagement paysager de cet espace historique et culturel, dans un but de fi poi rn sc oesdu b l ’xgn a nva d l wl ad An a e rfe o i yn ’n o doyèe u i u e a i y e i r t t e a Témouchent, son étude de réalisation en un lieu à vocation botanique et touristique, doit être paysagère et pluridisciplinaire (botanique, architecturale et 101

historique) afin de pouvoir préserver l'authenticité de cet espace car il est a s n l ,q ’vcl bec du eé d da n gmetséi i ,l f me i a r uae ' sne 'n t e ’méae n pc lé a e g e a u as r Cross risque de voir son aspect culturel à la fois botanique et architectural, se dn trr ufidu enevni péii e d prr ss bets utrl éaue d a ’n it et n rc t t e ede e o j i cl e t r o pé cf u s e tuiius p req el méae n dmerr cpn a ti t p u l t o r t e, ac u ’ n gmet e uea eed n l é o r a sq a mi valeur du site et la ferme Cross ne pourra jamais devenir un site protégé dans le cadre de la Charte de Florence de 1982 et par le Comité international des Jardins ICOMOS/FLA relevant de l'UNESCO, dans le but de donner à la wilaya d AnT mo cets vct nd tuo r q ’ tetui et la tradition e i é uhn, a oai e o jus ue l o r o s sme culturelle . S i àl cn a sne e e ecmpei da n gmet use e af me ut a o n i a c d ct o l t ’méae n d i d l e e s t xé t r Cross pour son aspect historique et culturel, « l mpe t vgtl» est à la ’ ri e éé e e n a disposition de la wilaya de Ain Témouchent pour accomplir ce travail daci c p yaie t e és r e rj da n gmet e af me rs ’rht t asg t e d rus l poe ’méae n d l e C os ee s i t r selon la vision de ce concept préliminaire, tout en procédant à une étude exhaustive et pluridisciplinaire (botanique, architecturale et historique) du site en collaboration avec des spécialistes en botanique en en patrimoine historique, aa t d pede e cag l td da n gmet d l f me cr vn e rn r n h re ’ u e ’méae n e a e , a é r lnei neepr né d n t b ra dé d gâea svi ’ t l ec x éi t e or ueu ’ u e rc u ao -faire de i lg me e e t r n t aci c p yaie suama i l ménagement de ce projet de la or rht t asg t a r e ee s, ne ’ r a f me C os jsuà l b ui e n d l ra st n e l u etr a e r rs , uq ’ ’ o tsmet e a élai t ’ vr e u a s i o o u p biu d l rg nd AnT mo cet f d t u e snb l ’xgn. u l e ea éi e i é uhn ai er vr o o doyèe q o n o

21. Conclusion.
Si le problème de la saleté au niveau de nos milieux urbains se pose avec acuité, la prolifération des décharges sauvages offre un spectacle hdu àns i s q ioti és l nrhe uate dri e iex o vl , u sn lre à ’ acid rn l enè s l e v a s r années.
Lis lt nds as od rs a se gads r rs e o gads i s t ’ t l i e b c à rue dn l rn e at e d ns rn e vl eà n aa o s è l e lnre e hq e ure eds â metna a p rg re rbè d slé ’ t d cau q atr t e b t ns ’ ps u él lpol e é i i e me e a t e d ns lu ubis a ds isn éct j t ter dce ni ot o e o mi x ra cr e ma idlae e e l s éht ’ r ù i e n n i s tn u s mp e sn ê en u t s a q i n u. ’ t ac q e uu t vid snii a o as t i ié p r u oq eCe p re u a cn r a e es l t n r q ée c s a l bi i s na j is été fait par nos autorités locales, que nos agglomérations se sont ’ a ma transformées en véritables villes poubelles. Si certains de nos responsables locaux essayent de justifier la saleté de nos milieux urbains par le manque de moyens humains et matériels, malgré que certains services de gestions urbaines, emploient plus de 600 personnes entre permanents et vct rsdat s t n e aat’ c i d ns i yn, me iovn aa i , ’ r me et n vn lnis e o coesmê ssu et ae ue t i v me t l mut l fis deu e l dt i a o ds rs u dasii e s lpe ut ’ i s e a t a é r rt n e é a x ’s ns éo i e a sement contribuent, avec le laxisme de nos autorités locales, à la détérioration de notre cadre de vie aux sein de nos milieux urbains car le ruissellement des eaux usées sur ns ot e n srt i n f t uagae l su t n e c ls r lr par les o rue t o t t r e a q ’ rvra i ai t ea s ae s oo s i g t o ie l services concernés de nos autorités locales, a de fâcheuse conséquence sur la santé p b q e e o coes u s n ru e os mmet n ce u l u d n si yn q i’ t v cnt i t e o a n meaé. Comme souvent les eaux usées ruissellent sur les trottoirs des principales avenues de nos milieux urbains, qui sont déjà occupés par les vendeurs à la sauvette et les marchés informels, appuyés par des réseaux très influents et épaulés par les 102

commerçants de gros, obligent nos citoyens à disputer la chaussée aux automobilistes qui, eux aussi, éprouvet ’ ome dfcls s f yre hmi n dé r s ii t à er e lce n n fu é a e p s e oer nuébn e q i’ dggn e cl ma r t te df rns n l ds dus asaods u s éaet t e u y a l é o l iéet g u s f programmes à milliards de Dinars, financés par notre état pour redonner à nos agglomérations leurs anciennes belles images, cmme ’ te a d l cmet e o c slcs u a e n ds e n opérations de « blanche Algérie » et « TUP HUMO », où les milliards de dinars qui sn dpné dn c vs po tsmbet t p re nfmé, lntr e e ot ées as e at rj ,e l ê e at e u eà ’ s d c s e e n r i i a qui se passe à la prestigieuse ville de Chéraga, localité à vocation résidentielle, qui offre un spectacle lamentable au niveau de ses lotissements et où les comités du quartier porte un regard très critique sur leur cadre de vie car pour ce qui est de l yi e l moclmet ’ ’ g n,’ nee n di n i s e ot sr s et de déchets ménagers h è a l mmodc d tue ot e s e a i l moce e l m l i i etue pre u lnèe n ds rue tr e uhs te a de n ces ac q e ’ l met e od rs te s s a s f i s e v méaèe s f t os e t i juss c net a pu q e us o . o n grs e a t l r s or i e ’ p s ls ul e f sC mme i u s o , s q i partout dans notre pays, les emplacements des espaces verts et des aires de jeux sont devenus des véritables dépotoirs car toutes les promesses des responsables de l P d ct aralvl sn rs e lt motà eorecl ma r q e ’ C e e e gébe i , ote ése r r c j ,te A t l e t te e u a léu g le budget alloué à cette localité est colossale pour ce qui de la réussite de l méoa o d cde e id s coes ’ lrt n u ar d v e e i yn. a i i e st Alntr eav ld C éaa n t cptl q i i oa e spe r 20 ’ s d l ie e hrg, or a i e u ds si n et i a l e a p t mbe 04 plus de 110 milliards de dinars pour son programme de développement, est dvn e uo r’u a s moh q e o a t s gl rt n,up it ’ r eeu a judh i us ce u n s ur ag méai sa o dê e i e o o n t jg e p bi cmmeu ev l l n dê emo en p rn t miir d ué n u l o c n ie o ’ r l i t dre a or e ns e e t lnéi r a l yi e ta a bi p bius sma pi e cag p r e ’ t e cr’ g n e l sl r é u l e et l r e n h re a l i ru h è u t q s s sri sd nt yg ub i d l wl adAgr ma r q e les dernières ev e e e oae ra e a i y ’ l , l é u c t n a e g meue dugneq i n ncs t u dsoif u adpoée mo is u srs ’rec u o t éesé n i siq i él i p t y t blé n i effectif de plus de 10 400 agents et 2700 camions de différents tonnages et engins, ont éradiqué plus de 1800 points noirs de salubrité et ont évacué plus de 500 000 tonnes de déchets ménagers, détritus et de gravats. A l u e d ln éed ne e jsua db tds a ne d l gso ’ b e ’ dpn a c t uq ’u éu e n és e a et n a i i anarchique, notre pays était fière de la qualité de son cadre de vie en milieu urbain car nos responsables locaux continuaient à maîtriser le savoir-faire de gérer nos milieux urbains et de considérer les aménagements urbains comme u ep r epea t d l méoai d cded v dsc oes ma n at rn ne e ’ l rt n u a r e i e i yn, i i a i o e t s a judh iq e l’ uo r’u u Algérie compte 39 centres urbains de plus de 100 000 habitants, 40 villes de plus de 50 000 habitants et 120 autres de moindre densité, n smiexub isé uf tcrl bec dh g n api u epo ot n o lu ra i n t f n a ’ sne ’yi e r n rp r o o e a è s i alarmante, comme si nos responsables locaux ignorent que le socle sur lequel se bâtit un aménagement urbain est avant tout les espaces publics. Lep c p bi d n l n ia c eti àl n t nd dmort t l q ’ l ’ ae u l, o ta a sne s le a oi e é cai ee uee s c s é o e l l s sdvl pe partir du XIXe siècle, se fonde sur une coupure juridique entre ’ t ée p é à e o l p bi e l pi , l si d l b n o d l r ub i o iaé cniéé e u l te r éà a ut e’ a d n e ’ t ra ù l t o s r c v e a a n é d comme un espace résiduel et que durant la période du courant fonctionnaliste, il s s l t e paiu, s fnt nd mia t d dpae n, or en réalité il ’ ti é n rt eà a o co o n ne e él met e mi , q i c asme u rl maer dod n aer ds cnt c o s fr n l sae s u n ô e j u ’ro n t u e o s ut n oma t ’ p c r i e ub i, echs n sc l e d me ere sèed ldni hs r u, ra d o éi oi e t e t u n cn e ’ eté ioi e n o a t i t t q cl rl o p yaèe S ni at s i otn srlmaevl i neo ut ee u asgr. o mp c et mp r t u ’ g a r a t u u l a i os repoussante du milieu urbain parce que c s lsae u dva ê e es e ’ t’ p c q i eri t pné n e e t r premie,a iet o t u s utrn e gnrt r e’gl rt nub ie rcrls cni ,t c a t t ééae d l g méai ra , n r u u a o o n de la superposition des morphologies sociales, historiques, plastiques et des paysages n trle atie q i o tb et ll oai d s vl r o r aue t r f is u cnr un à ’ a rt n e a a u p u s ic l i éb o e q ’ s rvlp ui e éè orteur de sens pour les usagers et devient appropriable par ceux l e q i v ety rviet tl at ie isà ome l n t n dieté t e u y i n, t a l e ip r c a i fr re oi s ’ ni e d v a ln ip n s o d t 103

c a ii d n l sae ra q i i dnt a s’ p c ub i u acquiert avec le temps une identité propre, des t é e n qualités spécifiques, mais qui doit aussi pouvoir évoluer et retrouver un autre uae a s t cntmmeta o dfi da tn que les sols, les façades, les sg sn ê e o s r a n fi u é t ’ua t t a, vlme,l cuer,l mo ie,l vrue l paeu deu e . s o u s e o l s e blr a ed r, e l a x ’ , t, e s u i s t a c modifient au fur et à mesure du déplacement du piéton pour former un eca e n dep cs nh î met ’ ae. n s S a judh inO c et l n t ndep c p bia r u eee mper t i uo r’u e ci n, a oi ’ ae u l pi n t la l e d o s c s l u une telle richesse grâce à la diversité de ceux qui sont intervenus sur lui tels que les urbanistes, les architectes paysagistes, les éclairagistes, les artistes, etc., et qui l n a od cau sl l r p it d v e dans notre pays, les espaces ’ t b ré h cn e n e s o s e u ; o o u n p bi , u sn su et o s éé a judh icmme e pae p bius ù u lsq io to vn cni rs uo r’u o c d ds l s u l e o c q ont coutume de se retrouver nos personnes âgées à la retraite, se réduisent cmme n pa d car a si d n s gl rt n, lntr ea l e o u e eu e h gi u e e o ag méai sà ’ s d l pa n n o o i a c Kennedy à El Biar, qui a été escamotée dans les années 1980 afin de construire u cnr cmmec l p u n l s ràn s i xq ’npt b u dep c, n et o e ri , o r e a s a ie o v u uu e t o t ’ ae e i s q ’sd i n p r grae l cme t crn sa n g t ,t sq el ui o et at e vc e a l s a o méaie e u e l v a s o ss l s architectes et les urbanistes, ne semble pas savoir maîtriser la diversité des espaces publics pour en faire une approche paysagère, qui permettra de contr url gmetà er hrl n l eub iee ie a e n b r ni i ’ a s ra c a y n tla lecture des espaces ub isp r acmpées nd l fr t n d l vlt ne ds ra , a l o rhni e a omai , e ’ o i t e différentes n o o é uo transformations et substitutions que connaît le paysage en rapport avec les différentes couleurs et lumières du milieu urbain. C et ac q e o c oes o t a s nmo d e n s uoi soa s a s n ’ p re u n s i yn sn d n u s t n e t o a tr é l l d n u t ce a t ,o ur cmme ’ y viu e tnhi e aa t et l a miirt r e l e sl aa n é cé é f rne nr e d ns ae s te i t a t f e s t u s administrés, parce que nos responsables locaux en charge des affaires da n gmet ub is sr n rrmet d l r b ra x q e l ’méae ns ra n ot t ae n e e s ueu , u e e u s aménagements de nos milieux urbains ne sont plus une organisation globale et cnet d l saep bi dsneàstfi l bsisdsc oes e o cr e e ’ p c u l, et é é e c i aia e e eo s r s n e i yn, n t réalisant des équipements adaptés et en valorisant les ressources naturelles et du p t mo ehs r u, i u es irs q i’ e ot srl be ê eds ar i ioi e ma n i s oe u l mp r u e i t e i n t q s nt a é n r citoyens et des constructions en béton sur la verdure au point que la notion de l méoai ub ie netpu l c ’ l rt n ra , ’ a i o n s ls e haînon du dialogue entre les autorités centrales et locales pour intégrer les urbanistes et les architectes paysagistes d n l cded l p liu d l méoai d cded v ds i yn e a s e a r e a o t e e ’ l rt n u a r e i e c oes n iq a i o e t milieu urbain. Comme près de la moitié de la populatio mo dae ia ju dh i a s e n n il vt uo r ’u d n d s villes de taille moyenne et des grands centres urbains et que au cours des 25 p oh ie a n e,l q ai ttlé d l cri e n d mo rp iu rcan s n és a u s oai e ’ cos me t é ga hq e t a s interviendra dans les zones urbaines des pays en développement. Dans notre pays, si 31% de notre population vivaient dans nos zones urbaines en 1966 et 58 % en 1998, l mo d rrl ersne a judh iu p t mo ei otn e n e ua rpéet uo r’u, n ar i mp r t , i n a p u l vnr e or p y cr l f d 20,e o s ea o uai rrl o r’ eid n t as a à a i e 05 lp i d l p p l o ua a e n d tn e des 979 communes, sur les 1 541 que compte notre pays, était de 13,3 millions soit 40 % du total de nos habitants actuels et avec 70 % de la population qui a moins de 30 ans, ce qui représente une bonne opportunité pour nos autorités concernées de mettre en oeuvre une vraie stratégie de développement rural gagnante, avec les 4 milliards de dollars US dégagée dans le cadre du programme des hauts plateaux, afin de comblé le vide laissé par la dernière stratégie qui a déjà coûté entre 2004 et 2005 plus de 3 milliards de dollars US sans donner une réel évolution à nos milieux ruraux malgré que nos autorités cnene et n q ’ l a tuh pu d 20 o crés smet uee i l o cé ls e 0 000 ménages grâce au 104

lancement de plus de 1743 projets de proximité de développement rural. Devant la situation difficile qui existe au sein de nos 979 communes rurales, le renouveau rrl s pu q ejma data t p req ’ ap u o j t d funrl ua et ls u a i ’c lé ac ui o r be i e o ri e s ui l cf cadre et les moda t du e ei lai pors v ds o e rrl à rvr lé ’n rv a st n rges e e zns ua s t es is ti o i e a une valorisation des activités économiques et des patrimoines humain et naturel ai da l rrl cn io sd v d n sc oesrru e asrru e f ’méoe e o dt n e i e o i yn ua x t s e n n i s i e t u sécurité alimentaire des ménages tout en valorisant les potentialités existantes mê s l ce net noel gcrc s l pu sre l pu d rbes l me ie hmi s ecr o a ’ te ls û te ls ua l ia n e volonté sera réelle et le résultat recherché. Notre campagne a connu, depuis notre indépendance, une mutation au niveau de se cni rt n sc le sai e a l sae gi là rx t d n s s o f uai s oi e tp t lcr’ p c ar oe poi é e o g o a a e c mi ag méain et nt i d dsaa r p u li e pae l tl n d l gl rt s se r n e i rî e o ras r l à ’ a met ea o o a p t s c é e v l sn q ’ yet n va iiai , e ap r d n s uoi s ie a s ui s u e ri nt t ed l at e o a tr é concernées, l l e i v t pour contre c p éo n ai d cnevrl saear oecrla ville qui r e hn mèe f e o sre ’ p c gi l a n e c e u éoyt ntrltoi cmp x diê e ée cmme e mê sl s n css me a ee sc lo l e o t grr o t è u a e tr t, me ’ l i ne pu p sbe ’o ra i d sn ri e ’ t l os ldi l lvl eo ar r-pays cr’ p c dit fc et s s i se l e è a l sae ’ e ae nr e nr e ville et campagne, le périurbain se caractérise principalement par la domination des espaces verts ouverts, en particulier agricoles, sur les espaces construits. Cepend n lntl t ndu ep p l i c a iee l xes nd poess a t ’ s l i ’n o ua o i dn t ’ t i u rcs i aa o tn t e no u dub nst na si du t ’ra i i u e ’n erritoire dont les logiques de fonctionnement et ao n dognst nsn rg s a l c v é ’ra i i o t éi p r ’ t i agricole semble constituer une source de ao e a it cnl et l ra i e l rrlé q ietà l fi sc u ,politiques, o ft nr ’ b nt t a uat u s i e u é i a o oi x s a économiques et paysagers parce que ces conflits se traduisent le plus souvent par l mag a st n d l c v éar o a s q ep rl xls n d l sae a ri lai e ’ t i gi l i i u a ’ c i e ’ p c ni o a it ce n e uo e q ’ l ocp dss aéi d gso e d pa ict n dst r o e uee cu e e t t e e et n t e l f ai l r gs i n i o e e ii s r tr périurbains. N t p y q i et nfr du mo d rrl nun monde urbanisé doit or as u s r s me ’n n e ua e e a o relever les défis qui requièrent une approche dynamique de la gestion urbaine gâeàlntuai du en u eep liu in vt c q i a r maq e rc ’ s rt n ’n o vl o t e n oar e u sua rur i a o l iq i tuel df rneae l df rne iiai suise jsuàa judh i o t a iéec vc e iéet nt t e ti s uq ’ uo r’u f s f s iv lé dp iln éed ne t ùiy ua np r g depr ne a se d ma e eus’ dpn a c e o l a r u at e ’ éi c d n l o i s i a x e s n d lnls nsc l d fni , ul e n, e sri s e aed l a , e e ’ c i oi e u o c rd o metds ev e d b s, e ’ u d i uo a, e g c e la santé, du développemet e ’ o o e oa e d rl ds uoi soa s n d l cn mi l l t u ô e a tr é l l é ce e t ce conene gâe l p ot e cmpt cs naci c r d p yae t e crés rc à ’ p r ds o é ne e rht t e u asg e n a e eu a n gmet dsmiexub is q ’ l si tl a so é a grsp r méae ns e lu ra , uee o n o l u t n èe a i n ls e ce r défaut, car ma r l ttl na l d n smiex ub isate e l l é ’ a a tbe e o g é me lu ra i n c l te us s différentes critiques qui viennent de partout, nos responsables concernés continuent à gérer les aménagements de nos agglomérations avec la même mentalités de la gestion anarchique des années du système socialiste, même si plusieurs décrets et lois aient été instaurés par nos différents gouvernements, cmme i s odt n dev onmet ra not a u enlec drc sr o sl cn ios ’ i n e n ubi ’ p s n if ne i t u e i nr n n u ee les stratégies et les politiques de développement de notre pays et que les collectivités l a snot i àgge e a lrn l r mi u ubis q favorisera o l ’ r n anr n méoat e s l x ra , ui ce n e i u i e n ll ai d n eud v d ns i yn e a i r l et pi s u gnrn ’é t n u i a e i e o coes t tr a e nr r e q i éèet év o v e t te s e s des emplois pour leurs citoyens, si vraiment nos autorités locales mettaient en place la politique adéquate, qui créera un environnement urbain stable dans leur localité. LAgr ,q ietet i d cn at u dvl pmetéo o q e e ’ l i u s nr n e o n î e n ée p e n cn miu t ée a r o démographique sans précédent, car ses réserves de change ont dépassé les 70 miirs e o as t u s p p l inadp sé e 3 miin dh btns lad d D l r e q e a o ua o l l t éas l 6 lo s ’a i t s l a , voit au nivea d ssag méain,l po f ai du e ub nst n u e e gl rt s a rlé t n ’n ra i i o o ir o ao accélérée non contrôlée des zones littorales, qui a généré des pollutions ub ie co sne q isn à l r ie d sr u po l s d sné ra s ri a t u o t ’ i n e éi x rbè n s s og e me e a t publique et de détérioration de la qualité de vie de ses citoyens au sein de nos 105

milieux urbains car nos villes sont de gros utilisateurs de ressources naturelles e di otns é éae r d d c es t’ mp ra tgn rtu s e éh tparce que 80 % de notre population vivent sur 14 % du territoire national et enregistre un déversement du ml nd m / jour ’n io e 3 l i deu ué , u s dvr n s vn dn l m r pu ple ns l e d nt ’ x s sq ie ée eto et asa e , or our o p gs e o e a e s u l a r bande littorale et génèrent des catastrophes écologiques car nos responsables locaux cnens a lm ngm n d l oaot u l dep ire s tndéuaos ocré pr’ éae et u i rln obé ’ lt l t i ’ rtn a t t i x oe s ao p i djras pr o e t à e ml rs e i req iernf m n aj r’ i é élé a nt é t ds iad d d as t u s t s r et uo dh à is r a l i n a o u u en un matériel affecté par la corrosion et la rouille. S a n eud nt l oa t te od aprucr l t e dn lb i u i a e o ei rlo l m n e e v r t t u d a ’ a s as’ ligation Et t o deggr d nueu bde pu l rs uao ds s tn d p rtn ’ ae e ovax ugt or a e artn e t i s ’ uao, n s t i ao é i lni n e et’ t érd pr asd dvr m n dsax s s asa e l ’ v onm n s sdgaé a cue e ées et eeu ué dn lm r e e r e e e ,s citoyens limitrophes sont confrontés quotidiennement aux odeurs nauséabondes avec tout les risques que représente pour la santé publique, mais le plus grand perdant dans c ta a e e ou o,’ ti nt s t rort u, a prasd lpr d ee f i d pltn c sb n o ee e t ii e cr a cue ea et e t fr li e e r c u u sq e notre littoral suite à la pollution de son environnement, en plus de sinistrose de nos milieux urbains, notre potentiel touristique est devenu vraiment caduc au niveau de notre littoral parce que nos responsables locaux concernés gèrent la protection de notre pyaet r t u d ltrlq i s du evl rit nt nle, et de leurs asg o ii e u ioa u e ’n a u ne a oa u sq t , t e r i milieux urbains, comme une entreprise simple sans mesurer la gravité qui dépasse largement les fluctuations de la politique locale car toute discussion sur la protection d c p tmo e n rn d me, o t icmpe ea id l rière-pays et des e e a i i e f t e rd i e r o td lv e’ r r n o tn e a lois internationales de la protection du littoral et des aménagements urbains à vocations touristiques. Au cours des vingt prochaines années, les gens vivant dans nos milieux urbains dépasseront largement en nombre les individus vivant dans nos milieux ruraux et la pauvreté urbaine de nos 500 mille bidonvilles, existants actuellement, doublera sûrement durant cette période tout en affectant ainsi des millions de nos citoyens, si nos autorités compétentes ne prennent pas les mesures adéquates capables de susciter un développement économique innovateur et une gouvernance améliorée de nos milieux urbains et ruraux et de créer des agglomérations plus sûres et plus propres, où tous ot cè a l e età ’ ueq eose bsi e etls pour un cadre de vie n acs u o m n, la t u t l e n s ni g e u s os s e meilleur où seront satisfaits nos citoyens qui auront acquis leurs qualité de vie grâce à une conscience démocratique et des efforts quotidiens. C mmeatee n, npu du eub nst na aciu,’ l r af h o c lmete ls ’n ra i i n rhq e l g i fce ul ao A ée i un déséquilibre immense en terme de population car 65% de notre population est concentrée sur une superficie ne dépassant pas 4% du territoire nationale, 25% est localisée dans les Hauts Plateaux sur une superficie de 9% du territoire et uniquement 10% vivent sur une superficie de 87% du territoire du Sud. Si nos agglomérations affichent des dysfonctionnements incommensurables sur tous les pa sc net u p re u l r hs s e or p y sn ma rp r e p r l , e ’ q e ac q e e i es d n t as o t l éat s a n s s c e e i nos autorités concernées et que nos agglomérations ne sont pas toutes sous lvna da us u fvr ete mê saat e cm éts n s i yn. ’ eti ’t tq iaoi n l é l o s s me vna s o pti à o coes g if t Afin que notre pays aboutisse à trouver une meilleure solution qui nous permettra de remédier aux échecs des différentes politiques de gestion da l rt nub ie e o rso sbe l a x ate e dar e àé vr ’méoai ra d n s ep na l o u c l t ’ri r l e i o n s c us v e nos milieux urbains et ruraux aux normes internationales contemporaines, il fu q e o poe da l rt n ub ie si te ridu t vie du a t u n s rj s ’méoai s ra s o n lf t ’n r a t ’n t i o n e u a l savoir-faire choi p r dsva séi ie da n gmet p yaesds s ami e ri pc lt ’méae ns asgr e i s as s miexub is q i a rn rn r l méoai d n t cded v e lu ra , u suo t ede ’ l rt n e or a r e i n i n a i o e e mie ub i e rrl u era t q oii n gâeà lntuai du lu ra t ua n élé u t e e rc i n , i dn ’ s rt n ’n i a o n u eu ss me d gso da l rt n urbaine dans notre pays, qui o va yt è e et n ’méoai i i o 106

viendra suite à une volonté des hautes sphères de nos autorités compétentes, car sl ra t d n s lu ub is ’ t a af né vc o rg e h n ê t ia élé e o miex ra ne p s f o t ae cuae t o nt é i i n s r e, c s be sr l mesn e e l fil ss d n s a tr é ’ t i u e no g t e a e e e o uoi slocales qui e n s bs t cniurn àpa e sr o ftr pormme da l rt n ub ie cr o t eo t l r u n s uus rga n n s ’méoai s ra s a i o n sn a cn reeut cnr l cru t ne o lco d l méi r éc s a s uu e él lt o t a orpi t ù e h i ea do i ,’ t l e e o x ct e l mesn ed n srso sbe l a xe l n rheq i o t ur àsv e no g e o ep na l o u t ’ aci u cni ea éi s c a n r préset n e mai e ’ra i t neda l rt nub ie ne tn t r dub ns i t ’méoai ra . me è ao i o n C etp req eu egnrt n d n smiexub ise rru , u aé ’ s ac u n ééai e o lu ra o i n t ua x q i t é cntu d rn ds i l dhs i , é pru d rn sue n q e us o sté ua t e s c ’io e a t ed e ua t el i èe tr é met ul e q a ne didpn a c p rcuedu ep n és ’ éed ne a a s ’n olitique anarchique de gestion de n milieux urbains dévastatrice, que le rapport sur "La ville algérienne ou le devenir urbain du pays" du Conseil National Economique et Social de 1998, avait souligné dans sa partie introductive que « se saisir d'un tel dossier trente six ans après l'indépendance, n'est-ce pas tenter d'intervenir sur un territoire déjà fortement aménagé et sur un tissu urbain qui a subi de nombreuses atteintes et transformations », q ’uo r’u iet rsdfced n p s ég q a te ua judh il s t è iil e e a rai u n l fi r président de la république, lui-même, admet que toutes nos villes sont moches à l xet nd l v l d AnT mo cet C mmep rl fuedu cr i ’ cpi e a ie e i é uhn. o e o l a a a t ’n et n a n mbed n s uoi soa s o crésq i ececa n q ’ pré e o r e o a tr é l l cnene, u n hrh i t uà ept r t ce e u leurs positions en faisant semblant de travailler, tout en colmatant les projets da n gmet ra se rru e e dl s n n sc oes p u yv r ’méae n ub i t ua x t n é i a t o i yn, o r i e n as t v dans un cadre de vie lamentable, la situation de nos milieux urbains et ruraux se t u et uo r’u op en crn s r vn a judh i rhl s a o agglomérations ont atteint un seuil de o i saturation extrême et poursuivent encore leur extension par des excroissances construites souvent à la hâte, sans viabilités, qui enlaidissent l'environnement rural et le menace à tous les points de vue. Siet r ’ s pimordial pour nos autorités compétentes concernées de commencer à l réfléchir dans le bon sens afin de mettre en place le souhait de nos citoyens et du président de la république, en instaurant le nouveau système de gestion da l rt nub iec sp re u l gso d l v ls t de i oa t ’méoai ra ,’ t ac q ea et n ea ie ’ e n g rn i o n e i l én n son patrimoine agricole et que la campagne représente un espace de respiration pour la ville, que de plus le développement prévu pour les communes à proximité des espaces agricoles ne tient pas compte de la présence de terres agricoles et que l rht tr e l p yae e acmp g e et t o vi s a l c a is n ’ ci c e te asg d l a an rs n cn o é p r e i dn e a eu e t s t quête de maisons individuelles qui est le rêve de tous ménage, puisque les h btns ea éihr d lv led l sae ua snt très mal servis alors a i td lpr éi ea ie t e’ p c rrlo a p e l e iet ret ’méoe n s ie,aa t uee n t nme ete ma x l lsugn da l rr o v l vn q ’ l e r s t n ss u à a i ls ls a t campagne. Après que nos responsables locaux de nos milieux urbains, qui se caractérisent par une urbanisation excessive et parfois anarchique, ont eu la difficulté dedg e c p éo n p rds et l iai dp i 4 a s c net u ’ i r e hn mèe a e t e é s ts eus 4 n, e ’ q e n u x s gl f s p re u a lud su t ea élé e o miex ra s u l si no t ac q e u i e o me r l ra t d n s lu ub i a x o , s ’n e t i i n i l fi q ’d pe l l sàl ra t d t ri e q i et u et uo r’u a ua a t e o t r s i a élé u e a t u s r vn a judh i i r n o souvent dépassées par le terrain car nos responsables concernés manquent de péet ne da t iai àrcniée l vct n sc l e éo o q e rvni t ’nip t n eo s rr e oai s oi e t cn miu o c o d s o a de nos milieux urbains. La ne 06a ri n fi dcu r l v là n s uoi s ’n é 20, va meta éo vi a ie o a tr é concernées, car t r l t a rs apo l t nd l l doi tt nd l v l e f r r20, ùl pè l rmug i e a o ’r nai e a ie n é i 06 o e ao i e o l, ve sc u dva ê e efré a l mi e pae ’n cr d rsa ds ie et r eri t rnoc p ra s n l du e at u éeu e v l e tr e c e ls edu e o t u n t n ld l v l u aa t rj de loi relative à la gestion, t ’n p li e ai a ea ie n vn poe iq o e l, t à la protection et au développement des espaces verts, a été étudié le 05 septembre 107

2006 par le conseil des ministre et le président de la république avait demandé, au mo d J i, d rfci àlntuai du en u eep liu d i e un e é éhr ’ s rt n ’n o vl ot e egestion s l i a o l iq da l rt n ra el s e a éno a n ee vce w l. ’méoai ub i , r d s ru i n ul ae l a s i o n o n l s i Lugneate p u dp s rl s t q o d n sag méai setd ’rec c l o r éas e t u u e o gl rt n s e u e a o o cmmecrsr ue n àrf ci d n l b nsn da l rt nub ie o ne éi smet é éhr a s e o es ’méoai ra e l i o n afin de mettre en place une nouvelle politique de gestion de nos milieux urbains, q i na t aàjma lnfcc él gsiae t’ sniit a xei ne u a éni r a i ’ e i i ,e apl g e lnes lé u x ecs s i fa t l i bi g de nos citoyens et de permettre à nos milieux urbains et ruraux de demain, de se bâtit par une coordination entre politique et techniciens des collectivités locales ainsi que des conseilles et du savoir faire de consultants dans les domaines de l ra ie t e’rht t p yaie a l mi i d ct n u ee o t u, ’ b ns ed l ci c asg t cra s o e e e o vl p li e u t a ee s sn t l iq consiste à atteindre un développement harmonieux et durable pour nos agglomérations urbaines et rurales, qui seront accompagné par un dvl pmet éo o q e cr l ra i t n d i ê e it re d n l ée p e n cn miu a ’ b ns i o u a o o t né é a s e t r g développement durable, tout en plaidant pour une lutte multisectorielle, notamment avec les miièe d l a i tds rnp r , travaux publics, ns rs e’ bt , e T a sot des t H a s d lnéi re d l n i n e n, t, ù le partenariat technique reste e ’ t e t e ’ v o nmet e . o I ru e r c encore une notion nouvelle. S l “ éo vr ”d cnet el v l mo en e tn q ’ téa tn me ia dcu et u o cp d a ie dre n a t ue i uo o e l nt ayant un rôle prépondérant à jouer dans le développement socioéconomique du pays, a permis à nos responsables concernés de promulguer la loi 06-06 « ’r nai d l v l» d 2 f r r 06 t ’ u i l5 et r 20 l doi tt n ea ie u 0 é i 20 e dé de e Spe e 06 a e o l ve t r mb loi sur les espaces verts au conseil des ministres, en se basant sur des textes de loi de la Constitution, pour répondre à une demande urgente de nos citoyens et de trouver une initiative de plate-forme pour coordonner des activités trans-sectorielles v atà a e l t à ras u d in s ir ’a d E t éle n éveloppement écologiquement rationnel, ir socialement équitable et culturellement adapté à nos milieux urbains et ruraux, il faut que les efforts déployés dans le cadre de cette nouvelle « politique cohérente » doit assurer la promotion du cadre de vie des citoyens, la maîtrise du développement et des équilibres urbains et ruraux par le renforcement du rôle des collectivités locales dans la gestion des agglomérations, qui vise par un is u n e i c da n gmete d dvl pmet à coordonner les nt met fc e ’méae n t e ée p e n r fa o action d l tt t e clc v é l a s a s agso e l dvl pmet s e ’ a e ds o et i s o l d n l et n te ée p e n E l it c e i o des agglomérations urbaines et rurales grâce à des responsables qui sachent a pl l ne l dsat r éo o q e,e a i t r d l v sc l p e r ’ smbe e c us cn mius l nmae s e a i oi e e e e s u e a, culturelle, sportive et le mouvement associatif à apporter leur contribution pour enrichir la vision relative à cette nouvelle politique d gso da l rt n e et n ’méoai i i o urbaine afin q ’ lsisné,o éeted rbe uee o esechrne t ua l l t . Parce que les rares professionnels engagés au quotidien dans les aménagements paysagers de nos milieux urbains, ont leur désir de voir nos autorités cmpt t raid n lb nsn p u l ruse ’n n u ee o t u d o é ne ég a se o es o ra és t du e o vl p li e e e s r i l iq gestion dans le cadre de la politique de la ville et du développement des espaces verts au sein de nos milieux urbains et ruraux, que notre pays doit savoir promouvoir la réussite de son passage vers la civilisation urbaine, qui ne pourra être atteint que si nos responsables locaux concernées auront le courage de s p u e srer rvil pluridisciplinaire, le partenariat et la participation de ’ p yr u l t a a u a la société civile dans le cadre de la gestion des améliorations urbains car la légitimité du savoir-faire de nos spécialistes en aménagements paysagers et des miex d i s p u e srl df sion de cette culture professionnelle faite lu , o ’ p yr u a iu i t a f deggmet u i e d pi d r q e a c u d ra t dfce d n s ’ ae n h ma t e r e e i us u œ r e élé iil e o n n s s i s f is milieux urbains et ruraux car si il nous semble fondamental de réaffirmer lmp r nedu eéup t h iu d poe a a t à l dimension des ’ ot c ’n q ie e nq e e rj d pé i a c t e a 108

objectifs du projet local et de son contrat en constituant des équipes projet pluridisciplinaires et efficientes, intervenant à plusieurs échelles et intégrant des savoir-faire en aménagement urbain et paysager dotées de moyens équilibrés, il est primordiale pour nos autorités locales de légitimer ces équipes en systématisant les lettres de mission qui définissent le cadre, les objectifs et les moes eami i as ne l q ie ’méae ns ra s a l bet yn d l s o s g é à ’ up da n gmetub i cr ’ j i sn i é n o cf ainsi recherché ne devrait pas être limité à la simple réhabilitation des plans dub ns e da n gmet iàisfe u n u eé t ’ pice l ’ra i me t ’méae n ma s nuf r n o vlt de r hz e l a s t s consommateurs et gestionnaires des espaces urbains et ruraux, dans le but de prévenir toute urbanisation anarchique e l grvt nds ééul rs nr t’ gaai e dsq ibe et a o i e l rg n d n l f t u l dvl pmet o éet e ’méae n d n s e éi s o t’ f sr e ée p e n chrn d l n gmet e o s o ee o a agglomérations urbaines et rurales serait négatif, si dans cette nouvelle politique, on doit pas prendre en compte notamment la qualité des paysages urbains et ruraux tout en identifiant les éléments à protéger pour des motifs dodeo r t u, ar na hs r u o éo g u. ’rr tuii ep t mo i , ioi e u cl i e sq i l t q oq

EPILOGUE

Aïn Témouchent : créée il y a plus de 15 000 ans. C'est une ville et une wilaya de l'ouest Algérien. La ville tire son nom de l'Arabe ayn (source ou fontaine), et du berbère Ouchent ou touchent (La chacale) donnant en arabe (Aïn El-Diba) ; en latin, on l'appelait Albulae. Aïn Témouchent occupe une situation géographique privilégiée en raison d s poi t d t iga ds ie (2k àl s dOran, 65 km e a rx é e r s rn e v l 7 m ’ t ’ mi o ls e au nord de Sidi-Bel-Abbès,6 k a l s d Tlemcen. Aïn 3 m u ’t e e Témouchent se trouve à 504 km à l'ouest d'Alger).
I. Catégories: Aménagement urbain et régional durable: - Utilisation efficace des espaces publics ; - Verdissage des espaces urbains ; - C ét ndep cs etd dt tp u l h btns rai ’ ae vr e é ne o re a i t; o s s e s a - Impact environnementale en milieu urbain ; - C ét nde l s a s’ t t nds sae vr ed mie ub i rai ’ o d n l nr i e ep cs et t u lu ra o mp i e ee s i n. Niveau d'activité: Milieu urbain Écosystème: Aride/Semi-aride

II. Sommaire :

1. Les objectifs de l'initiative incluent: a Lit rt ndu a n gmet asgr npe cnr du e o vl v l ) ’ é ai ’n méae n p yae e ln et ’n n u ee ie ng o i e l l en Algérie; 109

b La l rt nd cde ev ds a i ns ’n n u eev l dsneà ) ’méoai u a r d i e h bt t du e o vl ie et é i o e a l l i une population à caractère social; c Lis uai du eéuai c iu p u l rset el n i n e n ) ’ t rt n ’n d ct n i q e o r e epc d ’ v o nmet na o o v e r urbain chez une population habituée à vivre dans un milieu social précaire; d l méae n du lu d dt t a si du ep c vr p u d n e )’ n gmet ’n i a e e é ne u e ’n sae et o r o nr e n aux femmes et leurs enfants la possibilité de trouver un lieu de récréation et de rencontre au pied de leurs habitations ; eLa p r du svi ) ’p ot ’n ao -faire dans le domaine des aménagements paysagers dans r les milieux urbains et la création des jardins urbains de détente pour les autorités locales.

2. Les résultats réalisés incluent: a L cét ndu ep c vrd dt te pe cnr d ln u ee ie ) a rai ’n sae et e é ne n ln et ea o vl v l o e i e l l « Akid Othmane » qui est dominée par du béton et du bitume; b La g nai d tu d vri e n a si ds sae l rs ea ) ’u mett n u a x e eds met u e e ep csi e d l o s n b nouvelle ville; cL péec du jri p bie pe cnr d l n u ee ie e i ) a rsne ’n adn u l n ln et ea o vl v ld An c i e l l Témouchent, a réussi de faire adapter ses habitants orig a e du mie i i s ’n lu nr i social, à un meilleur cadre de vie et au respect des espaces publics; d L cét ndu jri p bi uisbep rl ne l ds rnhs ’g ) a rai ’n adn u l ti l a ’ smbe e t ce dae o c la e a des habitants de la nouvelle ville et des visiteurs grâce à sa composante variée, qui est réservée séparément aux familles, aux personnes âgées , aux jeunes et aux enfants; e La p r du svi ) ’p ot ’n ao -faire en aménagement paysager dans une région r dp uv e daci c s p yaie e det pi s séi i e e éo ru ’rht t ee asg t s s t ’ r r e pc lés n ne s as aménagement des espaces verts et des jardins publics; fLit rt ndu n u eus lda n gmet asgr nmie ub i à ) ’ é ai ’n o va t e ’méae n p yae e lu ra ng o y i n Ain Témouchent pour devenir un model aux futurs aménagements des agglomérations urbaines en Algérie; g Lo t t ne 20 ds éc ai s e a part de la banque mondiale, pour ) ’be i n 04 e f itt n d l no li o l ruse d lmp c ev o nmetla si l n u ee v l « a és t e ’ at n i n e na u e a o vl ie Akid i i r n l l Othmane » en particulier; h Lia g rt nd l n u ee ie« Akid Othmane » et de son jardin central ) ’ u uai ea o vl v l n o l l par le président de la république algérienne, le 18 Décembre 2003; i) Accord des autorités algériennes au premier responsable de la wilaya de Ain T mo cetp u l gnrlai d ct pe èe x éi c da l rt n é uhn, o ra ééa st n e e e rmi epr ne ’méoai i o t r e i o d cded v dsc oes p rl cét nda n gmet p y u a r e i e i yn, a a rai ’méae ns asagers de e t o dt t à’ smbe e h iga ds ie d lwl a é ne l ne lds ut rn e v l ea i y. e , e ls a III. Le récit du poe ’n rj : t 110

1. La situation avant la construction de la nouvelle ville. Le Mercredi 22 décembre 1999, à 18h 36 mn 55s, un séisme d'une amplitude de 5.5 sur l'échelle de Richter a frappé la ville de Ain Temouchent et les villages environnant de Sidi Ben Adda, Ain Tolba et Ain Lâalem faisant 28 morts et 150 blessés dont 50 dans un état grave. Tout le reste de la Wilaya a aussi été touché mais sans dégâts importants et sans perte en vie humaine. Ce séisme a été ressenti dans tout l'Ouest algérien (Oran, Tlemcen, Mascara...) jusqu'au Maroc (Oujda). L'épicentre de ce tremblement de terre a été localisé au niveau des monts de Tessala qui est situé à 20 km à l'Est de Ain Temouchent. L'intérieur d'un domicile dont les murs se sont écroulés. Au niveau de la ville de Témouchent, c'est dans la partie sud: le vieux Temouchent, où se concentre le vieux bâti, que les dégâts ont été les plus importants. On dénombre 2000 habitations touchées dont 39% durement touchées et 15% à démolir. Par contre la nouvelle ville, construite plus ou moins selon des règles anti-sismiques, n'a pratiquement subi aucun dommage important. En ce qui concerne le secteur public, on a recensé 17 administrations publiques plus ou moins touchées dont le tribunal, l'O.P.G.I, le siége de la Wilaya et la B.E.A. Quant au minuscule village de Ain Lâalem, il a été complètement rasé. Ain Tolba à moitié détruite n'a miraculeusement déploré aucun décès. Sidi Ben Adda, elle aussi, a enregistré d'importants dégâts dans certains quartiers.Les jours suivants le séisme, des camps de fortune ont étés installés ça et là afin de loger les sinistrés dans des tentes; Le nombre de ces camps à atteint le chiffre de 22, éparpillés à travers le chef lieu de wilaya ; Un centre de transit d'une capacité de 1200 tentes, à été érigé en moins d'une semaine, soit 10 hectares terrassés, drainés avec eau et électricité. Dénommée "Minene" à cause des tentes données par l'Arabie Saoudite, ce camp à peu à peu récupéré les sinistrés des autres camps; Finalement, il n'est resté que 02 camps de tentes, les camps 411 tentes et 1200 tentes qui ont étés enlevés une fois les sinistrés relogés vers la fin de l'année 2000. Les sinistrés possédant une habitation siglée Rouge ou Orange 4 bénéficieront d'un nouveau logement alors que ceux possédant une habitation siglée Orange 3 ou Vert se verront attribuer des aides financières pour la reconstruction de leur logement. Enfin, notons que le secteur éducatif a lui aussi été durement touché. On notera à cet égard que sur les 45 écoles primaires, 9 C.E.M et 3 lycées secoués par le séisme à Temouchent, Ain Tolba, Sidi Ben Adda et Ain Lâalam les expertises ont donné 5 établissements à démolir, 7 devant bénéficier de grosses réparations et 33 pouvant rouvrir moyennant le colmatage des lézardes subies par la maçonnerie. Au total, le montant des dégâts s'élèvent à 4 milliards de Dinars Algériens; Un Téléthon a été organisé par la télévision nationale algérienne les 12 et 13 Avril 2000, pour collecter des fonds pour la reconstruction des écoles. Par ailleurs, la solidarité nationale et internationale s'est exprimée immédiatement après ce drame qui a durement touché cette Wilaya et cela par des dons et aides diverses : les Wilayates de Mostaganem, Oran, Tlemcen etc... ont envoyés plusieurs camions chargés de vivres et de tentes. Des pays arabes frères ont envoyé des grandes sommes en vue de la reconstruction de la ville. Enfin, la Banque Mo da a cod u pê à ’ l r pour la construction de logements afin de n i e acré n rt l g i l A ée recaser les sinistrés. 111

2. P oe dugned l b n u mo da p u l rtbi e n dsScus rj ’rec e a a q e n i e o r e é lsmet e eo r t l a s suite au tremblement de terre de Ain Temouchent. L poe dugne p u l rcnt c o d An T mo cet v à e rj ’rec o r a eo s ut n e i e uhn i t r i se reconstituer le fonctionnement normal des communautés endommagées après le 2 D cmbe19 p rl t mbe n d t r e da g ne lttd 2 ée r 99 a e r l e met e e e t ’u met ' a e r r é péaai n t n lp u déete ftr dss e,v l p si d rp rt n ai a o r ’ nul uus éat s u a oio e o o v s r tn l l r p rrp ot l ’ g i a a p r à afaille sismique. Un programme de reconstruction est A ée mi e œ vee spe r s n u r n et mbe2000, pour prendre en charge la construction de 3400 logements, en plusieurs tranches durant trois années. Cet ambitieux projet est principalement financé par un prêt de la Banque mondiale d'un montant de 83,5 millions EU Dollars. Dans ce cadre un plan d'occupation des sols (POS) à été élaboré sur 58 Ha à la sortie nord-est de la ville (POS Nord) et ce pour l méae n du e o vl v lp u l cnt c o ds uusoe ' n gmet ’n n u ee ie o ra o s ut n e ftr l ments et a l l r i g futurs infrastructures administratives, sanitaires et éducatives. Ce projet est composé de cinq composantes : 1) l'organisation du désastre et la gestion des risques pour renforcer la capacité institutionnelle de gérer les secours en Algérie, tout en préparant le contrôle des conséquences urgentes à grande échelle. 2) le soutient de la banque mondiale pour la construction de logements, qui aidera le gouvernement algérien à la reconstruction de logements permanents dans les secteurs affectés par le tremblement de terre. 3 lnrs utr t h iu rcntur l s nil dsif s utrsa ) ' f t c e e nq e eo stea ’ s t l e nr t c e u i ar u c i e e ee ar u profit de la population dans son ensemble et en particulier à la population affectée par le tremblement de terre. Ces composantes incluent aussi la conception et la surveillance de la construction d'infrastructure par les cadres de la banque mondiale. 4) l'infrastructure sociale financera la reconstruction des bâtiments publics qui fourniront des services sociaux essentiels, y compris les écoles, les hôpitaux, les centres de récréation, et les bureaux administratifs. 5 lxct nd poe f a cr a s l cét ne l nrt ndu e nt d )' éui u rj i nea us a rai t ’ t i 'n u i e e o tn i o e ee é coordination de projet pendant l'exécution. 3. Programme de la banque mondiale pour la créat ndu cde e i a l r i ’n a r d v méoé o e i a tu ds a i t n d pormme ’rec. uo r e h bt i s u rga ao dugne En réponse aux futurs événements catastrophiques qui peuvent intervenir en Agr ,e poe d rcnt c o dugne e i T mo cet i àfi l i l rj e eo s ut n ’rec d An e uhn v e a e ée t r i s r contribuer les autorités algériennes et cela non seulement aux buts de reconstruction seulement mais aussi à renforcer la capacité institutionnelle par le financement, l'organisation du désastre et la gestion des risques. Un Plan de Gestion Environnementale (PGE) a été instauré par la banque mondiale pour soutenir et améliorer la qualité du projet de reconstruction, tout en participant pour assurer un savoir-faire continu pour les autorités de protection de l'environnement et des communautés locales, afin de renforcer la capacité de répondre aux problème environnementaux dans les circonstances de désastre. Le but de ce plan (PGE) est de réussir les mesures suivantes: 112

1 me r e pae ds poéue d mo ict n dugne ae u e ) te n l t c e rcd rs e df ai i o ’rec, vc n assistance technique afin de réussir dans les délais la protection de ln i n e n d n l cnet nelxct nd pormmedugne ' v o nmet a sa o cpi t' éui u rga e r o e o ’rec; 2) réaliser des infrastructures techniques et des logements réadaptés à de nouveaux emplacements avec des aménagements paysagers et de verdissage des sites choisies, tout en mettant en place un système de drainage pour les stations déuai s e eu ués tara a tt no l cnt c o d n u eu ’ rt n ds a x se e l éd pai u a o s ut n e o va x p o o r i équipements d'eau usagée. 4. V r u poe da n gmet asgr o r’méoation du cadre de vie des es n rj ’méae n p yae p u l l r t a i c oes e 30 l e ns upormme ’rec. i yn ds 40o metd rga t g dugne C pormmedugned cnt c o d 30 l e nssc u p bi e rga ’rec e o s ut n e 40 o met oi x u ls r i g a c sera réalisé sur une durée de trois (03) années au niveau du POS Nord de la ville et cela sur trois (03) tranches: * 1ére tranche: Il s'agit d'une tranche de 1000 logements. * 2éme tranche: Il s'agit d'une tranche de 900 logements. * 3éme tranche: Il s'agit d'une tranche de 1500 logements dont 1100 à Ain Temouchent, 200 à Sidi Ben Adda et 200 à Ain Tolba. Tous ces logements sont des logements sociaux publics. Sur les 3.400 logements lancés en mars 2000 à travers les trois communes touchées par le séisme, 1000 ont été attribués alors que 2400 (2000 à la nouvelle ville de Aïn Témouchent, 200 à Sidi Ben Adda et 200 à Aïn Tolba) étaient achevées au mois de Juin 2003 et sont attribués aux citoyens sinistrés après ln u uai d l n u ee ie a lpéiet ea éu l u a éi n e ’ a g rt n ea o vl v lp re rs n d l rp bi e l r n e n i o l l d q g e Décembre 2003. Conformément au programme de la banque mondiale, pour la rused pormmeda l rt nd cded v dsc oesds30 és t u rga i ’méoai u a r e i e i yn e 40 i o e t l e ns d pormme dugne l a tr é d l wl a d An o met u rga g ’rec, e uoi s e a i y e i s t a Témouchent ont fait appel à notre savoir-faire unique en Algérie, dans le domaine de l rht tr d p yae t e é ds ’méae n ds sae ’ ci c e u asg e ds t e da n gmet e ep cs a eu u verts, afin de réussir la réalisation des aménagements paysagers des espaces extérieurs dans un style moderne adapté à la tradition architecturale de la région car ces aménagements étaient considérés par la banque mondiale comme pi ri ed n l vlai e l u i dic ecssrln i n e n ds r da a s ’ a t n t ’ dt ' i ne u ' v o nmet e mo l é u o a nd e r 30 l e ns upormme ’rec. e h i ds o é ne d ma r 40 o met d rga g dugne L co e cmpt cs u î e x e t dœ vecag d pormmed vri e n, d n l b t ’mé ’ u r h ré u rga e eds met a s e u da l s iorer le cded v ds i yn, tiei daa c p rl che ds h re d l a r e i e c oes é t x é ’vne a e a i e cags e a e t a g r banque mondiale. 5. L co du jri cnrl o ra o vl v ld AnT mo cet e h i ’n adn et p u l n u ee ie e i é uhn. x a l l 1 mii s UD l r,’ te u gtoa a o é a l b n u mo da aux , lo E o asc slb d e ttl l u p r a a q e n i e 5 ln l e l l a n gmet et i r p yaes t evri e n p u l méoai d méae ns xé e s asgr e d eds met o r ’ l rt n u ru s a i o cadre de vie des citoyens à Ain Témouchent, dans le cadre du programme dugne e eo s ut n Lei ne e ab n u mo da d l péec ’rec d rcnt c o . ’ g c d l a q e n i e e a rsne r i xe l du b ra dé dsséi ’n ueu ’ u e pc t alisé en architecture du paysage, pour prendre en cag l td e l si ds a n gmet p yaesd n l cde d h re ’ u e t e uv e méae ns asgr a s e a r u é i pormmeda l rt nd cded v ds i yn, é iicno ra l rga ’méoai u a r e i e c oes t tno tun be i o e t a si a x éhc sreu l sds méae ns ’ p cs etp u l nre ut u ces uvn so e a n gmetde ae vr o r’ t e r s s e é 113

pic a d l n u ee ie p r nb ra dé ds pc lé naci c r r i l ea o vl v l a u ueu ’ u e séi i e rht t e npe l l, t as eu d b t n e l mbls met e ep cs xéi r ds 7î t dh btt n u âi t t’ ei e n ds sae et e s e 1 l s ’a i i , me e ls ru o ao par une entreprise de plantation régionale, nous a permis de devenir une priorité sur le terrain car la nouvelle ville ainsi que les 1000 logements déjà construits ma q a n tuo r da n gmet a éu t p u rus l méoai d n u i to jus ’méae ns dq as o r és r ’ l rt n u e i a i o cadre de vie des citoyens de Ain Témouchent concernés par le programme de reconstruc o dugne t n ’rec. i En mois de Février 2003, nous avons commencé notre travail de prospection à An T mo cet su l p t n g d ma r do vae e d pe e i é uhn, o s e ar ae u o î e ’u rg t u rmi t r rso sbed l wl a ai d rméi a xerus ’méae ns é ep na l e a i y, f e e de u rer da n gmet dj a n r à effectués par ceux qui nous ont précédé et de mettre en place un programme dans le but de réussir le pari de faire de la nouvelle ville ainsi que des milles logements déjà construits, un cadre amélioré pour les habitants. Au cours de notre prospection à Ain Témouchent, nous avons constaté que les travaux da n gmet e du cnrsv a xd l n u eev l é i te cus ’méae n ds ex et e i u e a o vl ie t e n o r t l l an dahvmetma i n d n a n q ’nsmba t erusep u lmp c ’cèe n, i l e o n i t uu e l d és t o r ’ at ss e n i i environnemental au sein cette nouvelle ville car il étaient conçus par des architectes sans vision paysagère. En collaboration avec nos partenaires, nous smme ar é àl slt ndit rr njri cnrl ’nH c r d n l o s ri s a o i ’ é e u adn et du et e a sa v uo ng a a continuité de la deuxième placette afin de combler le manque de verdissement et de donner à cette nouvelle ville un nouveau visage dans le cadre des aménagements paysagers et un meilleur cadre de vie pour les citoyens de Ain Témouchent. Comme le terrain destiné à la réalisation du jardin central de la nouvelle ville demandait un grand travail de terrassement, nous avons convenu à la rs uai d t vi da n gmet ds ep cs et i r ds 10 et rt n u r a ’méae n e sae xé e s e 00 a o a l ru l e ns q i n u i t ’méae ns dq as o rl méoai d o met u ma q a n da n gmet a éu t p u ’ l rt n u g , e a i o cadre de vie des citoyens. Ce travail de restauration a réussi à donner un nouveau visage aux 1000 logements tout en nous permettant de mieux cmpedel po l sa tctnslsàl setd poe sc l An o rn r e rbè s me uoho e i é ’ pc u rj oi à i a t a Témouchent, ce qui nous a permit de dégager une meilleure logique de travail p u l méae n d jri cnral de la nouvelle ville et de réussir o r ’ n gmet u adn et a l méoai d cde e ids i yn d ln u ee ie ’ l rt n u a r d v e c oes ea o vl v l a i o e t l l. IV. Le jardin central de la nouvelle ville « Akid Othmane »: 1. lrc du poe : e éi ’n rj t t C et ut àu e n l e vc e a tr é d AnT mo cet t de la banque ’ si s e n a a s ae l uoi s e i é uhn e y s t mondiale, des problèmes générés par une mauvaise gestion des aménagements dep cs et a si d l n u ee ie u l dc i aé pi p u n u ’ ae vr u e e a o vl v l q e a éio s s n l l s n t r e or os é s pr t e ecmmecr ’méae n d jri cnrl e an u eev l eme r d o t ne l n gmet u adn et d l o vl ie a a l l. Au débu d lnt t ep u l ra st n d c jri cnrll pic a t e ’ iai o r a élai e e adn et ,e r i l i iv i o a np po l é ildggmet e’s e e o r a élai cr usi d P S rbè t te éae n d l s t p u s ra st n a a e u O me a a it i o n et dans la continuité de la deuxième placette, il était programmé la réalisation d du bos dh btt n. C mme l pormme dugne p u e ex l c ’a i i s o ao e rga ’rec o r l méoai d cde e ids i yn aa dj dpnéd n s pe èe ’ l rt n u a r d v e c oes vi é ées, a s a rmi a i o e t t à r tranche de réalisation, la somme de 1,1 millions de EU dollars sur les 1,5 millions d d l r a o é p u l méae n ds sa extérieurs des 3400 logements e o as l us o r’ n gmet e ep ces l l a d pormmed rcnt c o dugne n u n u smme rt u éae u rga e eo s ut n ’rec, o s o s o r i s e o v vc r seulement la somme de 400 000 dollars pour réussir à terme le pari de faire de la nouvelle ville « Akid Othmane », une ville avec un jardin central qui contribuera d n lruse e’méoai d cde e ids i yn e mie ub i. a sa és td l l rt n u a r d v e c oes n lu ra i a i o e t i n 114

A mo d J ie 20, s tds upoe da n gmet e du pe èe u i e ult 03l é e d rj ’méae n ds ex rmi s s l e u t r parties du jardin central étaient achevées et le démarrage du chantier a commencé avec une entreprise locale de bâtiment habituée à construire des l e ns dh btt n e sn a cn epr ne d n l d ma e ds o met ’a i i g a o t a s uu e x éi c a s e o i e n e aménagements paysagers des espaces verts et de plantations. Comme notre rôle était seulement la conception et le suivi du chantier de réalisation, afin de réussir le pari final, par amour de notre métier, nous avons assisté cette entreprise dans ssrvu da n gmet vc or svi a e ’rht t p yaiep u e t a x ’méae n ae n t ao -fi daci c asg t o r a e r r ee s, que le projet de cette première phase soit achevé en totalité avant la fin du mois d N vmbe20 ai dê eia g r p rl péietd l rp biu e oe r 03 f ’ r n u ué a e rs n e a éu l e n t d q Mo s u A dl i B ue ia l 1 D cmbe20.C età l si ds ni r b e z o t l , e 8 ée r 03 ’ e az fk s a ut e e encouragements du président de la république pour la création des espaces verts d n l cded l méoai d cded v ds i yn, u l du i a s e a r e ’ l rt n u a r e i e c oes q e a ex me a i o e t è phase du jardin central a été réalisée entre Septembre 2004 et Janvier 2005 afin de donner aux habitants de la nouvelle ville, un lieu de détente et de récréation.

2. le projet : Le jardin central de la nouvelle ville de Ain Témouchent est composé par trois parties différentes, les deux premières parties constituent la phase 1 du projet da n gmet tat iè p r e o ste ap ae d l méae n d ’méae n e l r s me at cntu l h s 2 e’ n gmet u oi i i a jardin central. A. la phase 1: Constituée par la partie basse et la partie haute, la partie basse est conçue selon l ga ds l ns s lt us du jri ia q e d fçn à fi l e rn e i e t ii e ’n adn s miu, e ao s g y sq l ae a r cniut a s laci c rl e b t ns ’a i t n d l n u e ville. o t i u t e rht t a ds âi tdh bt i s ea o vl n é y eu me ao le Cette partie de la phase 1 du jardin central a comme fonctionnalité primordiale l rl du jri p bi darmete a s l rl éuai du jri e ô ’n adn u l ’gé n t us e ô d ct ’n adn e c i e f botanique car elle contient presque la totalité des plantes ornementales utilisées dans les espaces verts en Algérie. La partie haute qui se trouve en hauteur de la partie basse et dans sa continuité ; csmaéi xd cnt c o fn deeu eu i ids c bed l p r e e t a r u e o s ut n o t ’ l n nt n i oi l e a at r i l é s a i basse, tout en étant totalement différente en terme de fonctionnalité car elle joue le rôle de foret urbaine avec ses arbres forestiers, qui feront profiter ses visiteurs de la fraîcheur durant les périodes chaudes de Ain Témouchent. B. la phase 2: La Troisième partie du jardin central, qui constitue la phase 2 du projet da n gmet eta n ged fçn à d n e u en u eeetéàl ’méae n, s méaé e ao o nr n o vl ni l t a première phase du jardin avec une fonctionnalité totalement différente à celles de la phase 1. Cette partie du jardin central est destinée essentiellement pour donner aux habitants de la nouvelle ville un lieu où ils pourront passer des moments de récréation grâce aux équipements de jeux pour enfants et personnes âgées. Cette partie du jardin central est munie de Topogans, de balançoires et de terrains de jeux de boules, qui serviront comme moyens de récréation pour les habitants de la nouvelle ville. 115

Grâce à cette fonctionnalité spécifique de la phase 2, les jardins à de la phase 1 seront mieux destinés au repos et aux rencontres des visiteurs du jardin central. 3. Les objectifs réalisés p r’méae n d jri cnrl ea o vl v ld a l n gmet u adn et d ln u ee ie e a a l l Ain Témouchent:   D n e a xh btnsq i i nn du mie péa eun meilleur cadre o nr u a i t u v n et ’n lu rci , a , e i r de vie au sein de la nouvelle ville de Ain Témouchent. Permettre aux habitants de la nouvelle ville de trouver un lieu de détente, de repos, de récréation et aussi un espace de rencontre pour les femmes aux foyers avec leurs enfants, aux pieds de leurs immeubles. Réussir la réalisation du jardin central avec seulement 400 000 dollars de dépense tout en donnant un meilleur résultat que les onze projets réalisés avec 1 mii s e o as o r ’méoai d cde e i ds i y au sein , lo d d l r p u l l rt n u a r d v e c oens 1 ln l a i o e t dsl s e 30 l e ns upormmed rcnt c o dugne An e î t ds 40 o met d rga o g e eo s ut n ’rec à i r i Témouchent. Lit d c o d l p si s aéiu d se t e o rlf a se tl ’ r ut n ea oio t t q e u i e d sn ee d n l s e no i tn r g t i y de conception inspiré des données topographique, géographique et historique, pour réussir de faire du jardin central de la nouvelle ville un model dans la région de Ain Témouchent en particulier et en Algérie en général. La réalisation du jardin central par une entreprise du bâtiment sans expérience en aménagement paysager et des espaces verts. 4. L seo s p r e d l méae n d jri cnrl e l n a pi s e’ n gmet u adn et : ç s a a 1. La planification et le suivi du chantier de réalisation des aménagements p yaesd n l cded l méoai d l q a t e d cded v e asgr a s e a r e ’ l rt n e a u lé t u a r e i n a i o i e milieu urbain, doit être faite par des spécialistes maîtrisant leur métier et savent it rr’ p c à méae d n l p rmè e ds luub is né e l sae a n gr a se aa t s e mie ra . g e s r i n La n gmet ’ p csvr ae u cnet asgre ae df rne ’méae n de ae et vc n o cp p yae t vc iéet s s f s fonctionnalités permet de donner un meilleur rendement qualité prix, que les a n gmetd fnt n a tu iu esn cnet ’méae n. méae ns eo c o n lé nq e ta s o cp da n gmet i i L s ma rs do vae rso sbe d l ra st n ds poe e îe t ’u rgs ep na l s e a élai i o e rj s t da n gmet dsep csvr e dsmiexub ise Agr , o et ’méae ns e sae et t e lu ra s i n n l i di n ée v mieux se préparer dans les techniques de réalisation des projets paysagers, afin de mieux pouvoir gérer les suivis des chantiers de réalisation et les délais de réalisation. Lit d c o , a se poe da n gmet ds sae vr p y ’ r ut n d n l rj s ’méae ns e ep cs et asagers, no i s t s des équipements de récréation dans les zones de constructions des logements dsns a x h btns dode sc l fi mi x rus l d pai ds et é u a i t ’rr oi , a i a a t e u és r ’ a tt n e i a o bnf i e à nmel r a r d v q e ie lu sn p uv déupmet éé c rs u iè ie cde e i u sl i x o t o ru ’ ie n lu e se q de récréation. L s ev e cnens e ’méoai d cde e i ds i yn ds o e e sri s o cré d l l rt n u a r d v e c oes e zns c a i o e t dh btt n àcrc r sc ld i n rf ci àl vneàlnrd c o ’a i i s aat e oi , o et é éhr ’ a c ao è a v l a ’ t ut n i o i du b d e sp l na edet t n e d rs uai dsep csvr , ’n u gt u pé ti ’ r i t e et rt n e sae et me r n ee a o s afin de réussir la sauvegarde à long terme des espaces extérieurs aménagés et la cét nde l si s o re jrii s te gri s e jris u ls rai ’ o f e p u l adne el ade dsadn p bi . o mp i x s r s n c 116

2.

3.

4.

5 .

6.

Un jardin public surveillé en permanence et bien entretenu peut être dépourvu de mur de cl ue cr o vr d n l sae i d n ea u e mel r ô r, a u et a s ’ p c l o nr n t e ie e lu it rt nd n l mie ub i,e u net a l cs o r e adncnrl né ai a se lu ra c q i ’ p se a p u l jri et , g o i n s a qui est une première expérience algérienne dans un milieu social. Les Dates clefs :    Le Mercredi 22 Décembre 1999, à 18h 36 mn 55s, séisme de Ain Témouchent. Mas 00 l cmet upormmedugne d rcnt c o d An r 20,a e n d rga n ’rec e eo s ut n e i r i Témouchent. F vi 20,cmmecmetd t vi d popc o d l rht t ér r 03 o e ne n u r a e rset n e ’ ci c a l i a ee p yaiesrl se da n gmet dsep csvr dans le cadre de asg t u e i s ’méae ns e sae et s s t s, l méoai d cde e ids i yn. ’ l rt n u a r d v e c oes a i o e t Juillet 2003, démarrage du chantier de réalisation du jardin central de la nouvelle ville « Akid Othmane » à Ain Témouchent. Décembre 2003, fin du chantier de réalisation de la phase 1 du jardin central et son inauguration par le président de la république algérienne. Septembre 2004, début de la réalisation de la phase 2 du jardin central de la nouvelle ville. Janvier 2005, fin des travaux de réalisation du jardin central et attente do ’uverture au public. La nouvelle ville « Akid Othmane » sur Internet : Une ville parasismique C et s nil n gâe u pê d l B n u mo da du e a u d 8 ’ es t lmet rc à n rt e a a q e n i e ’n vl r e 3 s e ee l e millions de dollars US que le somptueux projet de la nouvelle ville a vu le jour. A cl ifu riao t u pê du mii d d l r cnetp r aB n u e ,la da jue n rt ’n lo e o as o sni a l a q e a t r ln l ia q e d dvl pmet a s q ’n d n k w ïe cnia te u e s miu e ée p e n, i i uu o o e i o s tn n n l o n tn s polyclinique baptisée du nom de son donateur, le prince Al-Sabbah. La nouvelle ville s tl sr5 h ’ a u 8 ectares et sur plusieurs bâtiments. Ceux-c sn du e é e i o t ’n cnet n aci c rl q ina r n à ev r a x mel r l e ns o cpi o rht t a eu e u ’ i e ni u e ie s o met lu g po t n e q e ’nvid n l q at r h p é d l cptl O t l rmoi nl u l o s o o a s e u r es u ps e a a i e ur e t s i a. e s immeubles, les heureux locataires de cet ensemble trouveront tout à portée de main : une annexe administrative, un poste P et T, une antenne de sûreté, une polyclinique, des écoles, un lycée, des espaces verts, des aires de jeu, des placettes avec de magnifiques monuments, etc. Mais la merveille des mervel , ’ te ie c s l ls e côté "cyber-ville" de cette cité. Jugez plutôt : grâce à un système de contrôle ifr tél ne l d rsa A P l rsa dasii e n, ’ et c é nomai ,’ smbe u éeu E ,e éeu ’s ns metdé c it s e a s l r i, de gaz, de téléphone est supervisé par ordinateur. Ainsi, si une panne survient, celle-ci est aussitôt détectée et localisée, donnant lieu à une intervention chirurgicale au lieu de tout mettre sens dessus dessous. Il semblerait que ce mode de fonctionnement soit une expérience pilote du genre. Par Mustapha Benfodil, Liberté, du 14/06/2003.

   

117

 DZ FOOT .com du Dimanche 21 Décembre 2003 «Akid Othmane», une nouvelle ville est née Sans exagération, on peut dire que la nouvelle ville est une réussite. Située au nva d P Sn r d l v l dAnT mo cetL spr c ttl rsré i u u O od ea ie ’ i é uhn. a u ef i oa éeve e l ie e à la nouvelle ville est de 58 hectares, dont 21,36 hectares sont affectés au cadre bâti. En outre, différentes infrastructures une grande fonctionnalité 20,71 hectares sont consacrés aux espaces de circulation et de regroupement et 4,25 hectares aux espaces de loisirs et de détente. ’ a lsmet s u vr a l Lé bi e n et n éi be t s t joyau architectural. En sus, plusieurs établissements scolaires relevant des cycles primaire et moyen ont également été réalisés. Pour ce qui est des équipements a miirtsiy e l ra st ndu e nen A C u e nen ds & T d ns ai, a u a élai ’n a t e P , n a t e e P t f l i o n n et une unité de sûreté urbaine. Celle-c et e vi dahvmet U i s n o e ’cèe n. n établissement financier est également prévu. Très fonctionnelle, la polyclinique, qui comprend plusieurs services (maternité, chirurgie dentaire, etc.) est dotée de tous les équipements nécessaires. C nen n l l a xcmmec u ,l alud rl e l cnt c o du o cra te o u o s c ri x iy i e e vr a o s ut n ’n a e e r i marché cu etdu e rht tr t s l oé.l a e o t , ulu 21 o vr ’n aci c e r é b re Iy , n ur q e e 2 , eu è a e q locaux commerciaux affectés aux commerces de première nécessité, situés dans l ne l ds e-de-ca s e e i u l rs et ld n a t u l r r ’ smbe e rz e h us dsmmebe éi nis o n n sr ’ t e é s d e aè principale. Il y a lieu de s n l , ’ur p r q eds eris o t éevs i a r da t at u e t a sn rsré g e e , r n p u l cnt c o déupmet pi s h mma d uhs b ua gr s o r a o s ut n ’ ie ns r é: a r i q v m, o ce, o l ei , n e salle des fêtes, salles de sports, etc. Enfin, un complexe sportif de proximité est péu a s q ’n place publique, 3 placettes jardins, un jardin public et un rv , i i uu e n espace vert à boiser. Meziane Abdellah.

Mail : empreinteverte@yahoo.fr

118