You are on page 1of 6

Quel paysage pour le développement urbain de nos villes ?

Par Meziane Abdellah Architecte Paysagiste, Lakhdaria L goa cni r j i cm el n dsv l l p spor ahut os é e a s o m ’ e e ie e l rpe , dé d u ls s u s dAgr ,’fe u udhi ncnt a e e m tr dhg n e ’ l i s f aj r’u u os t m r n aè ’yi e t ée o r o a ie è dev onm n pyae C ri os i u z n ln et -ville, ce ’ i ne et asgr asvu c cl e p i cn e nr . r e e r net sr et ps l du ds la qi s f a sn r m i ’ s ûe n a ’ er e is u e e et a m o l r i s cr i m n qe u pr ueu e ’ ot e a e et ul e a ,n fi dé u tn , q t t g . N t ee et e ’ t pas nouveau si du côté des cités des 250, 600 et a r l n c ne u lm , s 482 logements de la ville, les espaces verts se font rares ou sont parfois inexistants. Car, pour toutes les villes algériennes, les espaces verts sn t j r péu t oi e et as e p n dubn oto o s r s h r um n dn l l s ’rai uu v é q s a sme, mais r n ’ ta pu dr cr o r pnal ca é ds sae vr i ne f t or ue a nse osb s hr s e epcs e s e s i r s e g t ont perdu la culture de nos ancêtres et pensent avant tout à leurs por éoo i , upi q’sj et uinet a ncs i rpe cnm e a o t ui u n q’ ’ ps ées r s s n l g l s ae dao lsvi a e ’n r ic pyaie i ô é e’ o d ’ i e ao -f r du a h et asg td l d l cl u vr r i ct e s pm é e paysage de Versailles pour faire un espace vert. Même si nous avons hérité de la civilisation musulmane la tradition de f r lv lae ssa i ,u udhil e osetqee é ee a ea ie vc e j d saj r’u in nu r e u lr l i l rn o s fx des nomades, au point qel ni ne et asgr ens ie s u ’ v onm n pyae d o v l e e r ls dgaed j r nj rsn q’npi ef r r el e nu l ér d e o e o , as uo u s a e é ie n os a u u s i v lr tradition ancestrale qui nous permettra de reprendre le chemin pour aboutir à une nouvelle stratégie de gestion du paysage urbain de nos villes en Algérie et pour mettre en place les outils nécessaires afin de réussir à améliorer le cadre de vie de nos citoyens en milieu urbain. « av l et l i t m n da éae et t ’rai ee l L ie n e e n r et ’ ngm n e dubn m ta l, r s su s m s r lé,c s l t m d sm ni nt nlorganisé par le é i» ’ t e h e u é i r aoa at e è ae i département du ministère délégué à la Ville pour lancer le débat sur ct pol aqee dé b r nd l u et l epr e l ee rb m t u t ’ al u io e n e e xe s te t é i t i ag r s t s responsables au niveau des collectivités locales, sur la ville et les m yn da éoe l ni ne oes ’ l r ’ v onment paysage urbain. Cette initiative m i re r est la suite logique de la décision du gouvernement de mettre en place un nouveau projet de loi pour guérir nos villes. Le développement urbain de nos villes, en ce début du XXIème siècle, est jugé par ce dernier sémini nt nl ’ a h u e m reds a e aoa da r i e t é t e r i n cq i é ds déa ao a n d pede e cni r i l bsi t e ’ l t n f e r r n os é t n e eo s u vui i n d ao s n urgents des citoyens en milieu urbain et de constituer une prise de

conscience des décideurs en vue de réussir à améliorer le cadre de vie urbain et de faire renaître le paysage urbain dans la ville algérienne. L pyaeubi f t a i d l ni ne et el v l dn i e asg ra a pre e ’ v onm n d a ie otl n i t e r l, cntur t’nds set qi é t dê epo g, o m o s ost a l e apc u m re ’ r rt é cm e n e ie i u s i t é did suea el ni ne etn ie ubi o e avgr r’ v onm n e m lu ra . t d e r i n En Algérie, le paysage urbain est réduit à une forme visible, qui ne sr t u eqecl d l ni ne et nm luubi Lh t r e iat u ee e ’ v onm n e ie ra . ’io e a r l e r i n si ui r l nu apedqee asg net a l ni ne eta n e ee os pr v sl n u lpyae ’ ps’ v onm n cr s e r le paysage reste essentiellement la modalité visuelle de notre relation à l ni ne et t o ps’ f t nqid nsor m n à a e ’ v onm n e nn a lnli u e o j s èe pr r e r i ao , u, l de paysage à propos de tout et de rien, du paysage sonore au paysage c m nl u t dn à n a e n o v ea rq’ etm ot t e r i qie et e f r u m t i ,l s ui si pr n d i e n i d o l a donner au pasg u sn qie o v el nae ase od d yae n es u lm t e t’ gg dn lm ne u i e X I e i l a ndéir e a e d pyae asose sn e X è s c f ’ t d pr r u asg dn t l es t m è e i ve l u s finalement dans aucun. Il est temps pour nos architectes politiques, historiens ou at oo ge d cm ecr sn r gr la notion du paysage n rpl us e o m ne à ’ t r e sur h o ie o ubi e dev ae ue o t u qi odi a sà esr u l ra t ’ i gr n pli e u cnu a i i pne qe e n ns iq r n paysage urbain doit être inventé pour chaque ville algérienne, car nos villes se disloquent et se déchirent de jour en jour. Afin de réussir à guérir nos villes e a éh ue t ’ éoe l r d l dci r e da l r e s r m i ru paysages urbains, une législation insistante doit être adoptée à haut n eudn l cded l nueel d l v l àl des ds i a as e ar e a ovl o e a ie ’ r e e v l i l, a s r pnal d l m ngm n dsv l ,pu q’sasr tà e osb s e ’ éae et e ie or ui s e s e a ls l un l ne b ds i yn l j i ac du nueub npb c uet ’ sm l e coesa o s ne ’n ova i ul q’ e e t us e i s le paysage urbain. Jsuà aj r’u e Agr ,l m ngm n e l rai t n uq’ u udhi n l i ’ éae et t ’ gn ao o ée a o si globale et concertée des espaces de la ville sont le champ de travail des urbanistes et des architectes, qui normalement savent composer des paysages pour accompagner une ville, aménager un parc de loisirs ou une zone touristique, mais ne sont pas formés pour résoudre les questions du paysage urbain qui se font jour à présent dans nos villes et la création des espaces verts publics car on ne peut faire un projet depc vrsn m îi ra o o pyaè d lv l ’ ae e as arelnt n asgr ea ie s t ts i e l. Dans les pays développés, les acteurs des aménagements des milieux urbains sont multiples. Mais pour réussir la notion paysagère dans le cded l rganisation globale des villes, on se tourne vers «les ar e ’ o a bl c r d l rai em dre, ui s ooet ’ pl m u ni s e ’ bn m oe » q’s ’ nr da e r a e u s n l h n p e «architectes paysagistes», alors que chez nous, on persiste à les appeler «jardiniers» tout court.

Comme les idées sur la tradition et l io el nuee i e sre ’ s i ,e ovlsd s u l h tr s l é pyae ra éo etvcee p. ’ cic pyaie sl n asg ubi vl n ae lt sLa h et asg tet’ n u m r t e s u des spécialistes qui possèdent les nouvelles techniques pour penser le paysage urbain de la ville car il répond à sa fonction suprême qui est de produire un concept sur un site inconnu où il faut dérouler un raisonnement en établissant une théorie, pour définir un vocabulaire afin de faire passer ses découvertes pour des vérités qui donneront à ns ie lj i ac du nueu asg ubi o v l ao s ne ’n ova pyae ra . ls u s n Par le travail des architectes paysagistes, le paysage de nos villes deviendra le lieu du rationnel où toutes ses composantes ne seront cm r es l qeprr é neàu esm l da éae et o pé ni e u a é r c h bs fe n ne b ’ ngm n e m apl pyae ubi e qisn ge prl é m n qui les pe asg ra t u ’ t r a e l et é n iè s é s cm oetsn sgoe cr lssn le pr n m m pné o psn as ’ nr a ee oti s a ue ê e ese , i r l é paysagère. D n l poess ’ ti t npu l t nfr ao d ns ie as e rcs da ip i ora r s m t n e o v l u n c ao a o i ls ainsi que pour la création de nouveaux paysages urbains modernes, l r ic pyaiev nr p faire valoir un point de vue de ’ c t t asg t i da our a he e s e «technicien paysagiste» pour donner la manière adéquate à accomplir lnet nd pyae ra ds ie a é enst t nr sr n ’ vn o u asg ubi e v l l r ne,o e e ot t i i n ls g i u s a les divers changements utiles au citoyen au sein de son milieu urbain, a ndaot à n nuee om da éae et ut ro esn f ’ u r ue ovl fr e ’ ngm n d e i i ,as i b i l m rt r q’ l n sicl d l rp r cr o epyaeubi dis uee e o ee e a ut e a nt asg ra o e l t l u, r n t réconcilier avec sa culture et son histoire pour retrouver sa forme et son sn qiugr tsnlpéec daj r’ui et de demain. es ul a n s ta r ne ’ o dh i a ie s uu Pr qe o act s n fréeri e sra ai e ’ péi a e u ns nê e otog l sd s u lm n r da r e c r u é è p cr et de créer des paysages urbains avec des espaces verts, et comme l io e e ’ r e a,e t nfr aos vn si àa ovl ’ s i n s r tpsl r s m t n à ei u e lnuee h tr aê sa o i r t l stratégie élaborée par le m n t dl u à l m ngm n d i se é gé ir é ’ éae et u A t ro ee d l ni ne et hréd l v l pu gé rns e i i t e ’ v onm n ca rt r E r g e a ie or ur o l, i villes, doivent pousser les transformations de nos paysages urbains vers l c ao depcs e s as o zns ra e a ndasr u a r t n ’ ae vr dn ns oe ubi s f ’ ue n éi s t n i s r meilleu cde ’rai e éé lu e d ns ie. rardubn m vgt a si e o v l s a n ls P u lr s td l rai e éé lu e d ns ie, neie ora é se e’ bn m vgt a si e o v l i ’ s ui u s a n ls l x t pas en la matière de solutions définitives mais une compréhension de l r ic pyaieqiu pr eed cneo e dapprécier le ’ c t t asg t u l e t e ocvi t ’ a he e s i m t r po t éé l e ao p s c i e t t ns tcat r eo u rj vgt d f n l élr ,o e ’ t hn à e vi n e a ç u aé u aa c r ptm i e l t nm te e l m l r td f o à c q’ a i o e t e r s er n ’ éoa e a n r n a t a i n ç e ui l bénéficie aux citoyens de chacune des 1.541 communes algériennes. Scat ue m tr dubn m vgtal de ce début du XXIème ahn q’ aè ’rai e éé n ie s siècle, nos milieux urbains ressemblent, à quelques exceptions près, à

ceux qui existaient au moyen-âge européen car, dans les espaces publics de la plupart des villes algériennes, les arbres sont peu nombreux et souvent majestueux avec une présence antérieure au t p d l cnt co d nset s n d v l . ’ t orui e s e a osut n e o x ni s e ie Ce puqo m r i e o ls s aj r’u e Agr , esr f r acm anre éu e etd u udhin l i pne à a e co pge l qi m n e o ée i s p s grande envergure avec des études paysagères de bonne qualité et adaptées au projet en milieu urbain est devenu presque une chimère, ce qi os os vr l l i e ’n nuee t t i d gso d u nu pus e a o q due ovl sa g e et n e e s gu l ré e i l rai evgt e d l m ngm n pyae a n dapr r ’ bn m éé l t e ’ éae et asgr f ’ ot u s a a i p e quelque cohérence aux paysages urbains de nos zones urbaines, désarticulées par des aménagements paysagers non maîtrisés depuis lnéedne ’ dpnac. i C t nueesa g d gso d l rai e vgt e ds ee ovl t t i e et n e ’ bn m éé l t e t l ré e i u s a aménagements paysagers en milieu urbain fera appel, de la part des r pnal da éae et asgrd cau c e osb s ’ ngm n pyae e hqe ollectivité, à des s e m connaissances spécifiques en botanique et en arboriculture, à une maîtrise des principes de composition et de gestion urbanistique et vgte a s q’ x r é ne d t o g subi stl l éé l i i ua é r cs e y l i ra e ee e a, n u fe poe n ls s avenues, cours, boulevards, squares,t C ro dê eéutcscs e . a l n ’ r r c i ,e c i t d re cm é ne am n n lnet nds rjscn m oa s u l o pt cs l et t’ vn o e po t ot pr n qe a e i e i i e e i collectivité fera siens, en collaboration avec les architectes paysagistes ou des techniciens paysagistes complétés par des urbanistes et des architet , cued l péec du nm r r u d séiie c sà as e a r ne ’n o be é i e pc lt e s dt as s en architecture du paysage sur le territoire national. Cet a e u l r oss oto dê e i p s or é re ô ’ pr qee é ne sn l n ’ r s l pu gr lct s c s p i t m e e é vgt dn lbt e ’ éoao d cde e i e m lu urbain, éé l ase u d l m l r i u ar d v n ie a a i tn e i que nombre de places dans les villes occidentales sont exemptes de t t péec vgtee fr n l d i t n qadl t viaé o e r ne éé l toc t’ m r i , un e r a u s a e a ao a l t é f t a ds pyaie» e qepr i l péec depcs e s a pr e «asg t , t u a o a r ne ’ ae vr i ss fs s s t pu pr re ldn t d l v l de ses quartiers, quand le travail a et e ubr’ eté e a ie t i i l été fait par des faiseurs de jardins disparates, qui ne cherchent dans la r lao ds rjs ’ pcs e s u l rpor éoo i . a é i t n e po tde ae vr qee s rpe cnm e C r as i e s t u s s il ne suffit pas de créer des espaces verts et de planter des alignements da r pu d eq’ yae a éoao d l rai evgt, ’ be or i ui r s r l u m l r i e ’ bn m éé l i tn u s a pr q’ f tao b ncneo pu p n r t a o m m n a e ui a svi i ocvi or l t e pr i ê e e c lu r e r ae fs pas planter pour donner un meilleur paysage urbain. La stratégie de gestion des espaces verts viendra pour faciliter la mobilisation des moyens nécessaires au sein de chaque collectivité l a ,pu r s rl pli ed l rai t n vgtecru o l or é s a o t u e ’ bn ao éé l a n ce ui iq u si a pyae ra et ’ t t i x é nu uiet e u o m ba asg ubi sda a m e df d q’ spr cm e eu n un u e l ç

par une majorité de la population, qui aspire à un meilleur cadre de vie au sein des quartiers, villages et villes. Cet or a er acr o epy dn s cn ni h t i ee ’ pu f r e ne nt as as a ot u é io q n s i l r i t s ru m tr dubn m vgt q’ et ret epoée àl gso aè ’rai e éé l ui s ugn d rcdr a et n ie s a l i des espaces verts de nos zones urbaines, car il est temps pour nous, en ce XXIème siècle, de trouver la qualité des paysages urbains conformes à notre culture et notre histoire, mais aussi de changer nos mentalités de manière à imaginer les raisons de vivre ensemble sans cdr lni das e conomique. Car avec une stratégie nationale ée à ’ d i lm é i vui d gso d l rai e éé ldp e nt m c cs ecaue e et n e’ bn m vgt aat à o e i oom ,hcn i u s a é r r ds o et is i oe du sri d gso ds sae vr e e clcv é d psr ’n e c e et n e epcs e s t l it s a ve i t de la ville qui saura collaborer avec les paysagistes afin de faire doter caue e cm ue da m i u gad a i pb c u eo i hcn ds o m ns ’ o s n r j d ul o d l ss u n n rn i ir e qel pt di m ul srn r hse m tr d cue ue t u e â s ’ eb s e ti e n aè e ovr r s é m e o c ie t végétale et munis de terrains de sport et de jeux pour enfants dans le bt ’ ot à n ard v ubicnorme aux normes du paysage uda u r u cde e i ra of b i e n urbain contemporain. L r hr e ’n asg ubi d qatdicntur n b cf a e e h du pyae ra e ulé o ost u oj t c c n i t ie ei fondamental pour les premiers responsables du pays car la création du a éae et asgr dqa e d m ier qualité en milieu ’n m ngm n pyae aéut t e el e lu ubi dm uegnr e etem d qi ’ è l p s ual l ra e er éé l n l oe u s vr e l dr e e n am a e u b, p s taat te l éoo i e l gt m , or’ éoao l ar n e l p s cnm q à o e epu l m l r i u ty u u n r a i tn du cadre de vie des citoyens et du tourisme dans notre pays, ce qui fera de la stratégie de gestion d l rai e éé l n gad cl r d e’ bn m vgt ue r e u ue e u s a n t lqat d l xeec ed lc av é n aè da éae et a ulé e’ clne t ea r t i e m tr ’ ngm n i, e l é it ie m urbain. A e ct sa g d gso d l rai evgt d ns ie, vc ee t t i e et n e ’ bn m éé l e o v l t ré e i u s a ls nos paysages urbains présenteront des qualités certaines pour le bienêtre des citoyens et des touristes, où des choix seront toutefois précisés pour accroître la qualité des milieux de vie et de contribuer au développement touristique dans notre pays, conformément au programme de développement touristique en Algérie. Pr q’ n pu y vid m ier m n r d r onre lt s a e ui e et ao e el e ai e e e ne l er c l r lu è d s te de noblesse aux paysages urbains de nos villes que de réinventer l s ne e o eiec ed l m i eidn lcn ni edn ’ s c d sn x t e t ee a t r asa ot u é t as ee sn s nn i t le temps, il est temps que les projetsda éae et asgrds ’ ngm n pyae e m clcv é,ase ard l rai e éé l e e éu et a à o et isdn lcde e’ bn m vgt, s r i n ps l it u s an ds un besoin de surfaces vertes avec des équipements de sports et de jeux def td pr e, a à e po tpyae r l i l dn l ’ a s i a t m i ds rjs asgr é s n u ase n n s as s e s e, c s cadre de l m l r i d pyae ra ecnu pr e pyaie ’ éoao u asg ubi toçs ads asg t a i tn n ss

afin que la ville algérienne ait sa cohérence spatiale perceptible à p s us éhls e qi r u e due l i e sm o qe e l i r cee t u é l ’n o q ue l st g u y bl u t i fonctionnelle.