l Les « bonnes pratiques » dans les enquêtes et poursuites judiciaires antiterroristes thème d’un atelier international à Alger.

26 Dhou El Qi’dah 1434 - Mercredi 2 Octobre 2013 - N°14940 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

Henry S. Ensher, ambassadeur US : « Les États-Unis comptent beaucoup sur l’Algérie »
LUTTE ANTITERRORISTE
P.4

PARTENARIAT ALGÉRO-FRANÇAIS

« BIENTÔT UN POINT D’ÉCHANGE WEBNATIONAL »
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

Mme DERDOURI, LORS DU FORUM ARABE SUR LA GOUVERNANCE DE L'INTERNET :

« Le potentiel de collaboration est élevé »

M. Raffarin aujourd’hui en Algérie

P. 3

RENTRÉE OFFICIELLE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À OUARGLA

P.5

l 270.000 nouveaux stagiaires concernés

M. Bedoui : « L’apprentissage nouveau défi pour le secteur de la formation » Benmeradi : « Garantie des postes jusqu’à l’intégration permanente »
PRÉ-EMPLOI
P.6

l M. Lamamra met en avant l’intérêt accordé par l’Algérie à l’internet l M. Abdelkader Messahel, à propos du champ audiovisuel : « Les lois publiées seront favorables au secteur »

M. MOHAMED AMINE HADJ SAÏD À RELIZANE :

P.7

De nos envoyés spéciaux : M. Aït Ziane et Nacéra I.
Ph : Nesrine

« Développer le tourisme cultuel »

CAMPAGNE LABOURS-SEMAILLES 2013-2014

P.7

LE DÉTOURNEMENT D’ARMES DES CASERNES FRANÇAISES ÉVOQUÉ AU FORUM DE LA MÉMOIRE

FERMETURE DE SERVICES PUBLICS AUX ÉTATS-UNIS

De notre envoyé spécial : Mourad Abdelmoumène

M. Abdelwahab Nouri donne le coup d’envoi de Tiaret

50e ANNIVERSAIRE DU COA

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

L’armée coloniale infiltrée par les Moussebiline P. 10

1.000.000 de fonctionnaires au chômage

P.32

M. Berraf : « Les préparatifs vont bon train »

P.32

Ph : Louiza

P. 30

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

CHAUD ET ENSOLEILLÉ

Le Conseil de la nation poursuit, ce matin à 9h 30, ses travaux en séance plénière consacrée au vote du projet de loi organisant la profession d’avocat.

Séance plénière au Conseil de la nation

CE MATIN A 9H 30

Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, effectuera dimanche prochain, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Skikda.

Necib à Skikda

DIMANCHE 6 OCTOBRE A 13H 30 AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA
L’association Machâal Echahid, en coordination avec le palais de la culture Moufdi Zakaria, organise dimanche 6 octobre à 13h 30 au Palais de la culture, à l’occasion de la commémoration du premier anniversaire de la mort de l’ ancien Président de la République, Chadli Bendjedid, un hommage au moudjahid, sous l’intitulé « Chadli Bendjedid, de l’ALN à l’ANP à la Présidence de la République ». Au programme, la projection d’un documentaire de 13 minutes réalisé par la Télévision algérienne et des témoignages de compagnons du défunt.

« Chadli Bendjedid, de l’ALN à l’ANP à la Présidence de la République »

Journée d’étude sur le transport et le service public

DEMAIN À L’HÔTEL EL AURASSI

Au Nord, prédominance d'un temps relativement chaud et ensoleillé. Les vents seront faibles d'est à nord-est près des côtes et variables vers l'intérieur. La mer sera belle à peu agitée. Sur les régions Sud, temps généralement ensoleillé excepté quelques formations nuageuses de l'extrême-Sud vers le Hoggar/Tassili durant l'après-midi. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (32°- 22°), Annaba (29°- 18°), Béchar (37° - 22°), Biskra (37° - 24°), Constantine (329°- 17°), Djanet (36°- 22°), Djelfa (36° - 18°), Ghardaïa (37° - 24°), Oran (29° - 19°), Sétif (31°- 16°), Tamanrasset (33°20°), Tlemcen (31° - 17°).

Le ministre des Transports, M. Amar Ghoul, présidera demain une journée d’études sous le thème «Le secteur des transports et le service publique» qui regroupera les présidents des SGP, les P-DG des entreprises de réalisation et d’exploitation ainsi que des cadres centraux du secteur à 9h à l’hôtel El Aurassi.

AGENDA CULTUREL
JUSQU’AU 10 OCTOBRE AU CENTRE CULTUREL MUSTAPHA-KATEB

CE MATIN A 9 H AU CHU BENI-MESSOUS
L’ouverture des travaux des 17es journées médico-chirurgicales du CHU BeniMessous aura lieu ce matin à 9h, organisées en hommage à l’action du professeur Pierre Chaulet.

SAMEDI A 11 H

Exposition collective

17es journées médico-chirurgicales

CE MATIN A 10H 30 AU SIEGE DE L’AGEA
Une cérémonie d’’installation officielle de la Coordination patronale (AGEA-ONPE-CGP-CPA-CNPA-SIM-CEIMI-AME) de l’industrie et du BTPH se tient ce matin à 10h30 au siège de l’AGEA, Coop Echarifa, Bt A n° 3, Bp 186 Bab-Ezzouar, suivie d’un point de presse du président de la coordination, M. Kheloufi Mouloud. L’établissement Arts et culture de la wilaya d’Alger organise, en collaboration avec « Collectif Aswad », « Kir Royal » et « Gallery Valencia » une exposition collective « Al-Tiba », avec la participation de plusieurs artistes algériens et étrangers, jusqu’au 10 octobre au centre culturel Mustapha-Kateb, 5, rue Didouche-Mourad.

Installation de la coordination patronale

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohammed Tahmi, présidera samedi prochain à 11 h, au restaurant du Golf, de l’Office du complexe olympique Mohamed-Boudiaf, la cérémonie de remise des indemnités de résultats aux médaillés des Championnats du monde de handisports qui se sont déroulés en juillet 2013 en France.

Remise des indemnités des Championnats du monde handisports

VENDREDI 4 OCTOBRE A 18 H A LA SALLE IBN-KHALDOUN

Concert de Djamel Allam

Le ministère de la Culture organise, en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères et le PNUD organise, du 2 au 7 octobre, à Tamanrasset, un atelier de lancement de la 2e phase du projet « conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services éco systémiques dans les parcs culturels en Algérie ».

Conservation de la biodiversité d’intérêt mondial

DU 2 AU 7 OCTOBRE A TAMANRASSET

L’établissement Arts et culture de la wilaya d’Alger organise une soirée kabyle, animée par l’artiste Djamel Allam, le vendredi 4 octobre à partir de 18 h à la salle Ibn-Khaldoun.

A l’occasion de la 6e édition du festival international de la Bande Dessinée d’Alger qui se tiendra du 8 au 12 octobre sur l’esplanade de Riad El Feth, une conférence de presse de présentation du programme de cette édition se tiendra ce matin à 11 h au chapiteau FIBDA de l’esplanade de Riad El Feth.

Conférence de presse sur le 6e FIBDA

CE MATIN A 11 H A RIAD EL FETH

Le président du Front militantisme national, Abdellah Haddad, présidera, samedi prochain, à la salle d’hébergement sportif du centre de la wilaya de M’sila, un rassemblement de cadres et élus du parti à l’occasion du premier anniversaire de la création de cette formation politique.

Rassemblement des cadres du FMN

SAMEDI 5 OCTOBRE A 10 H A M’SILA

Activités des partis

Le British council, en collaboration avec l’ambassade de Grande-Bretagne et la Chambre de commerce organise une cérémonie de clôture de la formation des enseignants de la langue anglaise, demain à 15 h, au siège de la Chambre de commerce direction de l’information Safex. La clôture sera présidée par l’ambassadeur du RoyaumeUni et le directeur du British council.

Clôture de la formation des enseignants de la langue anglaise

DEMAIN A 15 H A LA SAFEX

Le siège de l’UGCAA , cité Daksi, projet 35 logts n° 12, abrite, ce matin, à 10 h, une conférence de presse sur « le marché du bétail en Algérie ».

Conférence sur le marché du bétail en Algérie

CE MATIN A 10 H A CONSTANTINE

Interruption du courant pour travaux
Le courant électrique sera interrompu aujourd’hui dans trois communes à l’est de Tipasa en raison de travaux de maintenance au niveau du réseau électrique. Le courant électrique sera interrompu entre 9h et 16h dans les communes de Tagouraït, de Bouharoun et du port de Khemisti, selon le communiqué

AUJOURD’HUI DANS TROIS COMMUNES DE TIPASA

Mercredi 2 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Le Président Bouteflika félicite son homologue guinéen M. Alpha Condé L
Fête nationale de la république de Guinée
e Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à son homologue guinéen, Alpha Condé, à l’occasion de la célébration de la fête nationale de son pays, dans lequel il lui a réitéré sa volonté de renforcer et d’élargir les relations entre les deux pays. «Il m’est particulièrement agréable, au moment où la République de Guinée célèbre sa fête nationale, de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations accompagnées de nos vœux de santé et de bonheur pour vous même, de progrès et de prospérité pour le peuple guinéen frère», écrit le Chef de l’Etat dans son message. «Je voudrais saisir cette heureuse opportunité pour me féliciter des liens d’amitié, de fraternité et de coopération qui unissent nos deux pays, et vous réitérer ma volonté d’œuvrer avec vous à leur renforcement et à leur élargissement», a-t-il souligné. «Nos efforts conjoints en faveur de la promotion de la paix, de la stabilité et du développement économique et social dans notre continent témoignent de notre engagement constant à réaliser les objectifs de la Charte de l’Union africaine», a ajouté le Président de la République.

Nation

3

l’ancien premier ministre français et chargé de la relation économique entre la France et l’algérie, Jean-pierre raffarin, est attendu à partir d’aujourd’hui à alger, pour une visite de deux jours destinée à booster le partenariat entre les deux pays à quelques semaines d’une première réunion intergouvernementale de haut niveau, a-t-on appris auprès de son Conseiller. Cette visite, la troisième de M. raffarin depuis sa désignation par l’ex-président français, nicolas sarkozy, comme envoyé spécial pour la relation économique avec l’algérie, vise à faire le point sur nombre de dossiers favorablement réglés dans le cadre de cette mission, mais aussi à «avancer ou à continuer à progresser sur

M. Raffarin aujourd’hui en Algérie
partenariat alGéro- Français
ceux qui demeurent» en suspens. pour M. raffarin, cette visite fournira l’occasion de faire un «point opérationnel» avec les interlocuteurs compétents et d’examiner les voies et moyens d’avancer sur les dossiers en cause, qui seront repris lors de la réunion, en décembre prochain à alger, d’un comité intergouvernemental de haut niveau qui se tiendra pour la première fois sous la présidence des premiers ministres des deux pays. «(Ma) mission porte sur des dossiers précis et s’inscrit dans la durée. après le règlement favorable d’un certain nombre de ces dossiers, mes interlocuteurs algériens et moi, nous nous attachons à avancer ou à continuer à progresser sur ceux qui demeurent», a-t-il indiqué à

adhésion à l’oMC

dans un entretien à l’aps M. raffarin nous livre un éclairage sur cette visite et sur les perspectives du partenariat économique entre alger et paris.

Jean-Pierre Raffarin : « Le potentiel de collaboration est élevé »

l’aps, se félicitant de la mise en service du métro d’alger en novembre 2011, de la pose de la première pierre de la nouvelle usine de sanoFi, le 26 septembre dernier à sidi abdallah et du démarrage de l’usine renault de oued tletat (oran). lors de sa visite en algérie, M. raffarin qui sera reçu par le premier ministre, abdelmalek sellal, aura des entretiens, notamment avec le ministre du développement industriel et de la promotion de l’investissement, amara benyounes. la France a été classée premier fournisseur de l’algérie en 2012 avec 6 milliards de dollars et son 4e client avec 6,6 milliards de dollars, selon les chiffres des douanes algériennes.

« L’Algérie mettra son système de commerce en conformité avec les accords de l’Organisation »

Ce déplacement à Alger intervient moins d’une année après votre dernière visite en Algérie, en votre qualité d’envoyé spécial du Président français pour les relations économiques franco-algériennes afin de lancer le partenariat entre les deux pays. Peut-on en savoir plus sur cette visite et les principaux projets qui seront à l’ordre du jour ? Ce sera le troisième déplacement en algérie et la quatrième rencontre avec mes interlocuteurs algériens en moins d’un an. Cette visite s’inscrit dans la mission que m’ont confiée le président de la république Française et le ministre des affaires etrangères. Cette mission porte sur des dossiers précis et s’inscrit dans la durée. après le règlement favorable d’un certain nombre de ces dossiers, mes interlocuteurs algériens et moi nous nous attachons à avancer ou à continuer à progresser sur ceux qui demeurent. Je travaillerai avec le ministre du développement industriel et de la promotion de l’investissement, M. amara benyounes, qui est mon interlocuteur désigné. Je rencontrerai aussi d’autres ministres et aurait l’honneur d’être reçu par le premier Ministre, M. abdelmalek sellal. la nature et le degré d’avancement des dossiers sont différents mais, comme vous le soulignez, ils visent tous à renforcer le partenariat entre nos deux pays, nos entreprises, cela à leur bénéfice mutuel et en ayant à l’esprit les priorités de l’algérie pour la diversification de son économie, la création d’emplois et la formation professionnelle, le

transfert de savoir-faire et des actions communes vers les pays tiers. question : Votre visite intervient, cette fois-ci, à la veille de la tenue de la première réunion d’un comité intergouvernemental entre la France et l’algérie, prévue en décembre prochain à alger. Qu’est-ce que pourrait apporter votre visite dans cette perspective ? la visite du président de la république française à alger, en décembre dernier, a été effectivement marquée par la signature d’un accord bilatéral qui met en place des instances de concertation et de décision tant au niveau des ministres que des premiers ministres. elles fournissent un cadre pour des rencontres régulières et des contacts à un haut niveau fort utiles pour mieux se comprendre et faire progresser les dossiers. Ma mission est antérieure à ce dispositif, elle porte sur des dossiers bien identifiés et a une durée limitée — même si elle

est renouvelable — et permet des contacts rapprochés. la visite d’octobre à alger comme celle que j’avais effectuée en novembre 2012, quelques semaines avant celle du président fournira l’occasion de faire un point opérationnel avec les interlocuteurs compétents et d’examiner les voies et moyens d’avancer sur les dossiers en cause, qui seront bien sûr repris lors des échéances intergouvernementales de fin d’année.  Votre visite intervient aussi quelques jours après le démarrage effectif des travaux de l’usine Renault à Oued Tlelat (Oran). Quelle lecture en faites-vous ? Est-ce que cela confirme, en quelque sorte, votre déclaration d’avril dernier selon laquelle les «vents sont assez favorables» pour la coopération économique algéro-française et que des «beaux exemples» de réussite de ce partenariat sont là pour le prouver ? Je crois en effet, comme je le di-

sais en avril dernier, que «les vents sont favorables à la relation algérofrançaise». Face aux défis auxquels nos deux pays doivent faire face et qui portent en particulier sur la nécessité de tirer le meilleur profit d’une mondialisation qui ne disparaîtra pas et qui est porteuse d’opportunités inédites, de créer des emplois en nombre et en qualité suffisants pour répondre aux besoins de notre jeunesse, de préparer un avenir plus respectueux des valeurs humaines et de l’environnement, nous devons agir ensemble chaque fois que cela est possible et souhaitable. la mise en service du métro d’alger en novembre 2011, a été un bel exemple de ce que nous pouvons faire ensemble, en dépassant les obstacles et freins qui se présentaient à notre coopération et qui bloquaient la réussite de ce projet. la production prochaine de véhicules renault en algérie est également un autre signal fort. le projet avance bien et, d’ici la fin de l’année prochaine, les premiers véhiculent devraient sortir de l’usine de oued tlelat et commenceront à sillonner les routes d’algérie. l’intégration de la fabrication locale de certains composants dans cette chaîne de production démarre et, là aussi, des résultats importants sont attendus à court et à plus long terme. Je me réjouis également de la cérémonie de pose de la première pierre de la nouvelle usine de sanofi le 26 septembre dernier à sidi abdallah, qui témoigne là encore, le bon aboutissement de ce très bel investissement. Ces exemples sont faits pour être suivis par d’autres tant notre potentiel de collaboration est élevé et notre volonté de le mettre en valeur forte. APS

Mercredi 2 octobre 2013

l’algérie mettra son système de commerce en conformité avec les accords de l’organisation mondiale du commerce (oMC), a déclaré hier à béchar, le ministre du Commerce, Mustapha benbada. «l’algérie mettra son système de commerce en conformité avec les accords de l’oMC, pourvu que les délais de transition octroyés soient raisonnables», a souligné M. benbada, à l’issue de sa visite de travail dans cette wilaya. «notre pays est disposé à une accession rapide à l’oMC, et nous nous réjouissons des progrès enregistrés lors des rencontres bilatérales», a-t-il dit. auparavant, le ministre du Commerce a visité le chantier de réhabilitation du marché de gros des fruits et légumes de béchar. une enveloppe financière de 36 millions de dinars est dégagée pour la concrétisation de ce projet qui s’inscrit dans le cadre du renforcement et de la modernisation des marchés de gros des fruits et légumes à travers le pays. M. benbada, qui a effectué une visite de travail de deux jours dans la wilaya, s’est enquis des réalités du secteur du commerce dans cette collectivité, et a pris connaissance des préoccupations des différents opérateurs économiques de la région, au cours d’une rencontre qu’il a présidée, lundi soir. la wilaya de béchar compte actuellement 26.428 opérateurs inscrits au registre du Centre national du registre du commerce (CnrC), dont 852 entreprises et autres sociétés activant dans différentes filières notamment du commerce, des travaux public, du bâtiment et des services, a indiqué la responsable locale du CnrC.

4

ORGANISÉ PAR LE CAERT EN COLLABORATION AVEC L’AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS EN ALGÉRIE

Les « bonnes pratiques » dans les enquêtes et poursuites judiciaires antiterroristes
thème d’un atelier international à Alger

Nation

EL MOUDJAHID

Un atelier international sur la mise en œuvre de “bonnes pratiques” dans le cadre des enquêtes et poursuites judiciaires antiterroristes a été organisé, hier à Alger, avec la participation d’experts algériens et étrangers issus de nombreux pays.

O

rganisé par le Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme (CAERT), en collaboration avec l’ambassade des États-Unis en Algérie, l’atelier, qui durera deux jours, se veut un espace d’échange entre, d’une part, des juristes américains et européens, et, d’autre part, des représentants des institutions chargées de la lutte antiterroriste dans les pays d’Afrique du Nord, ont expliqué à l’APS, les organisateurs. Intitulée “L’utilisation des opérations d’infiltration et de la protection des informations sensibles pour le renseignement et pour le travail des forces de l’ordre”, cette rencontre, deuxième du genre, ambitionne de permettre aux services de sécurité des pays de l’Afrique du Nord, dont l’Algérie, de traduire des terroristes devant un tribunal et de les condamner grâce aux preuves et informations qu’ils fournissent moyennant des infiltrations et enquêtes secrètes. Dans une allocution à l’ouverture des travaux de l’atelier, le directeur du CAERT, Francisco Caetano José Madeira, a affirmé qu’une lutte efficace contre le terrorisme exigeait “l’élaboration de lois sur la justice pénale, de procédures et de politiques qui fournissent aux enquêteurs et aux procureurs des outils appropriés, tout en sauvegardant les droits individuels”. Pour sa part, l’ambassadeur des États-Unis en Algérie, Henry S. Ensher, a indiqué que la lutte contre le terrorisme nécessitait une “coopération accrue” entre l’ensemble des pays, saluant, dans ce sens, la disponibilité de l’Algérie à transmettre son savoir-faire acquis grâce à une longue lutte contre ce fléau. Le représentant du ministère des Affaires étrangères, Hamid Boukrouf, a, quant à lui, réitéré que “l’Algérie a de tout temps appelé à une coopération internationale pour lutter contre le terrorisme”. Il a mis en garde, d’autre part, contre la coopération étroite existant entre les terroristes, les trafiquants d’armes et les narcotrafiquants.

M. Madeira, pour la lutte antiterroriste dans la sauvegarde des droits individuels Le directeur du Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme (CAERT), Francisco Caetano José Madeira, a appelé, hier à Alger, à un renforcement de la lutte contre le terrorisme, mais dans “la sauvegarde” des droits individuels. “Nous

devons à la fois mener une guerre sans relâche contre le terrorisme, où il se trouve, et veiller à ce que les terroristes avérés soient traduits devant un tribunal pour les juger et les condamner”, a-t-il indiqué dans son allocution d’ouverture. Pour M. Madeira, une lutte efficace contre le terrorisme exige “l’élaboration de lois sur la justice pénale, de procédures et

Henry S. Ensher, ambassadeur US à Alger : « Les États-Unis pour un renforcement de leur coopération avec l’Afrique »
fléau. Selon lui, la récente prise d’otages par des terroristes dans un centre commercial à Nairobi “n’est pas le problème uniquement du Kenya, mais du monde entier”. Par ailleurs, M. Ensher a précisé, dans une déclaration à la presse en marge des travaux, que son pays considérait “l’Algérie comme un partenaire fondamental”. Les ÉtatsUnis “comptent beaucoup sur l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme, notamment en Afrique”, a-t-il soutenu. “Par son expérience, sa situation stratégique et son potentiel humain et naturel, l’Algérie occupe une place particulière au sein de l’Union africaine”, a-t-il ajouté.

de politiques qui fournissent aux enquêteurs et aux procureurs des outils appropriés, tout en sauvegardant les droits individuels”. “En tant que représentants d’États qui aspirent à devenir des États de droit, nous devons parvenir à prouver devant les juges, la culpabilité de personnes impliquées dans des opérations terroristes par des preuves fournies, grâce à des

investigations secrètes, mais légales”, a-t-il soutenu devant des participants africains, américains et européens à cette rencontre de deux jours. Selon lui, les éléments des services de lutte contre le terrorisme doivent maîtriser les procédures légales pour que les résultats de leurs enquêtes soient pris en compte par les magistrats et permettent la condamnation des criminels. Le défi, a-t-il dit, est que “les agents chargés de la lutte contre le terrorisme et les méthodes qu’ils utilisent doivent rester secrets pour ne par être déjoués par les organisations terroristes, mais, en même temps, nous devons prouver aux juges que les informations et les preuves sont obtenues de façon légale”. M. Madeira a, dans ce sens, précisé que l’atelier sur la mise en œuvre de “bonnes pratiques” dans le cadre des enquêtes et poursuites judiciaires antiterroristes ambitionnait de renforcer la maîtrise des services secrets et l’ordre des pays de l’Afrique du Nord des procédures et lois régissant la lutte contre le terrorisme au niveau international et local. Il a, par ailleurs, salué les efforts consentis par les pays membres du processus de Nouakchott dans le but de renforcer leur coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

Un institut international sera prochainement créé en Tunisie pour former des experts africains et moyens-orientaux spécialisés dans les questions judiciaires, en particulier celles liées à la lutte antiterroriste, a annoncé, hier à Alger, le directeur du Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme (CAERT), Francisco Caetano José Madeira. “Un institut international sera créé dans les prochains mois en Tunisie pour former des experts issus des pays africains et du Moyen-Orient en matière de justice, et particulièrement dans les questions liées à la lutte contre le terrorisme”, a-t-il indiqué à l’APS. Ce futur établissement permettra, a-t-il dit, de former une élite africaine et moyen-orientale dans le traitement judiciaire des affaires de terrorisme et à mieux comprendre ce phénomène mondial. Concernant l’expérience algérienne dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, M. Madeira a dit que “l’histoire montre clairement comment les Algériens ont réussi à s’adapter et acquérir une capacité considérable à lutter contre le terrorisme”. “Franchement, nous admirons ce que l’Algérie fait et sa capacité de confronter le terrorisme. Nous avons des leçons à prendre. Nous ne cesserons jamais de solliciter ce pays pour nous donner des leçons dans ce domaine-là (lutte antiterroriste, ndlr)”, a-t-il soutenu. Selon lui, le CAERT continuera de solliciter l’aide des experts algériens pour étudier les causes et les effets du phénomène du terrorisme. “Nous demandons toujours au gouvernement algérien de nous déléguer des experts pour animer des rencontres que nous organisons à l’étranger comme celles tenues au Burkina-Faso, au Sénégal et en Côte d’ivoire”, a-t-il dit. À une question sur les attentats terroristes perpétrés récemment au Kenya et au Ni-

Création prochaine en Tunisie d’un institut international de justice dédié à la lutte antiterroriste

Les États-Unis souhaitent renforcer leur coopération avec les pays africains dans la lutte contre le terrorisme, a affirmé, hier à Alger, l’ambassadeur des États-Unis en Algérie, Henry S. Ensher, considérant l’Algérie comme un “partenaire fondamental” dans ce domaine. “Les ÉtatsUnis souhaitent renforcer leur coopération internationale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, notamment avec les pays africains”, a-t-il indiqué. M. Ensher a souligné que la lutte contre le terrorisme nécessitait une “coopération accrue” entre l’ensemble des pays, saluant, dans ce sens, la disponibilité de l’Algérie à transmettre son savoir-faire acquis grâce à une longue lutte contre ce

SUITE À L’EXPLOSION D’UN ENGIN ARTISANAL À EL-ANCER (JIJEL)

Un ouvrier amputé d’une jambe

geria, M. Madeira a expliqué que “la montée du terrorisme en Afrique est intervenue suite à l’appel lancé par le numéro un de l’organisation terroriste El-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, à ses acolytes de traquer l’ennemi là où il est le plus faible et là où il a le plus de difficulté à se défendre”. “La récente prise d’otages dans un centre commercial à Nairobi (Kenya) démontre, une fois de plus, que le terrorisme est un phénomène mondial qui exige une coo-

pération internationale et régionale”, a-t-il relevé. M. Madeira a affirmé qu’une lutte efficace contre le terrorisme nécessite “un renforcement des capacités de défense des pays sous-développés, une plus grande coopération internationale et régionale, ainsi qu’un échange permanent de renseignements entre les services de sécurité pour pouvoir intervenir à temps”.

Un ouvrier d’une entreprise publique de génie rural a été victime, hier matin, à El-Ancer (Jijel), de l’explosion d’un engin artisanal, ayant causé son amputation d’une jambe, a-t-on appris auprès des responsables de la Conservation des forêts. La victime, qui s’attelait à la récolte de liège dans une forêt de la commune d’ElAncer (sud-est de Jijel), a été surprise, vers 8 heures, par la déflagration d’une bombe artisanale qui lui a causé la perte d’une jambe, a-t-on précisé de même source. La victime a été évacuée vers l’hôpital de la ville d’El-Milia.

Mercredi 2 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

I

Pour une vision arabe unifiée Ce forum, organisé sous le haut patronage du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, se fixe comme principales objectifs de coordonner les points de vues des différentes parties concernées dans la région arabe pour une vision arabe unifiée sur les priorités de la gouvernance de l'Internet. Quatre principaux axes de travail et 12 ateliers sont prévus à l'ordre du jour de cette deuxième réunion annuelle, placée sous le signe d’un partenariat pour le développement. L’ordre du jour fixé par le groupe AMAG (Groupe consultatif arabe multilatéral) est organisé autour de quatre principales sessions à savoir l’aspect infrastructure et les ressources internet essentielles, la sécurité et vie privée, les droits et responsabilité, la culture de l’innovation et les opportunités de développement. Les sujets retenus dans l’agenda des travaux de ce forum se trouvent

l a pour finalité de créer des passerelles d’échanges d’information, de capitaliser les expériences accumulées par les spécialistes dans le domaine, de confronter les conceptions arabes et de dégager les priorités idoines concernant la gouvernance de l’Internet dans un monde arabe qui enregistre un « déficit » dans le domaine des technologies de l’information et de la communication de pointe. C’est dans cet esprit, que sont organisés les travaux de la 2e réunion annuelle du Forum arabe sur la gouvernance de l'Internet, le deuxième du genre, ont débuté, hier, au Palais des nations (Club des pins, Alger). Cette réunion a vu la présence de nombreux membres du gouvernement. Leur présence traduit tout l’intérêt du gouvernement algérien à l’égard des questions ayant partie liée avec le renforcement et le développement du réseau Internet.

Plateforme de dialogue multilatéral et décentralisé sur les problèmes et les priorités de gouvernance de l’Internet dans le monde arabe, ce forum se veut un vecteur de coordination de points de vue entre les différentes parties prenantes dans la région arabe en l’occurrence les représentants des gouvernements, le secteur privé, la société civile, ainsi que les communautés technique et académique.

Un partenariat pour le développement
2e RéunIon Du FoRuM ARABE SuR LA GouvERnAnCE DE L'InTERnET

Nation

5

« Le monde arabe vit, aujourd’hui, dans un contexte qui se caractérise par un développement rapide du secteur des technologies de l’information et de la communication, dont il faut s’atteler à suivre les progrès et pour en réduire le «  gap  » numérique, généraliser l’utilisation de ces technologies au sein de la société, les institutions et les administrations et ce, dans une optique de préservation de nos valeurs et de notre patrimoine culturel.   Les pays arabes, présentement, ont besoin de renforcer la coopération, la concertation, et l’échange d’expériences et de connaissances à tous les niveaux afin de rapprocher les points de vue, arabes, de répondre aux aspirations et ambitions des peuples arabes de la région. Dans cet ordre de vue, le forum arabe sur la gouvernance de l’internet est un espace de dialogue entre les différents partenaires, des gouvernements, des institutions et de la société civile. M. B.

Mme ZohRA DERDouRI MInISTRE DE LA PTIC : « Il faut réduire la fracture numérique »

au cœur même du débat international sur la gouvernance de l’Internet comme par exemple, la stabilité et la sécurité de l’Internet, les crimes cybernétiques, les droits de propriété intellectuelle, la liberté d’expression. Pour rappel, le Forum arabe sur la gouvernance de l’Internet représente l’édition régionale du Forum mondial sur la gouvernance de l’Internet qui a été crée en 2005 à l’occasion du Sommet mondial sur la société de l’information de Tunis dans le but d’engager un dialogue sur la gouvernance de l’Internet avec les différentes parties prenantes. Ses objectifs consistent à discuter des questions relatives aux politiques publiques sur la gouvernance de l’Internet, d’encourager l’accès , la sécurité la stabilité et le développement de l’Internet, de faciliter l’échange d’informations, de rendre publiques toutes les recommandations et propositions qui auront donné lieu à des débats, de faire converger les points de vue vers une vision commune des priorités de la région arabe sur les mécanismes susceptibles de répondre aux besoins et intérêts des pays arabes, de contribuer au renfor-

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, à affirmé que l’Algérie accorde « un intérêt majeur » à l’Internet en tant « qu’outil important » de communication se félicitant de « la coordination » et « l’action arabe commune », en matière d’adaptation aux exigences de la vie moderne. M. Lamamra, qui a représenté le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué que l’Algérie « accorde un intérêt majeur à la technologie moderne, notamment pour ce qui est du développement dans tous les domaines de la vie moderne ». L’Algérie « se félicite de la coordination et de la coopération arabe » dans ce domaine et salue les « efforts » consentis par les pays arabes et leurs sociétés civiles pour « maîtriser ce secteur vital étroitement lié à tous aspects de la vie culturelle, sociale et économique » voire celles des individus et des familles, a soutenu le ministre. Concernant la gouvernance de l’Internet, M. Lamamra a mis l’accent sur « l’intérêt qu’accorde l’Algérie à cet outil qui n’a pas de frontières géographique ni nationale », soulignant le nécessaire attachement, dans son utilisation à nos principes (pays arabes), nos valeurs et de notre sécurité nationale et celle des individus et des familles. » « Le gouvernement algérien est optimiste quant à cet effort qui relève de l’action arabe commune et a tendance à s’adapter aux exigences de la vie moderne en apportant sans cesse de nouvelles perspectives pour servir les intérêts arabes communs et rapprocher nos peuples, toutes catégories confondues, notamment les jeunes », a conclu M. Lamamra.

M. Lamamra met en avant l’intérêt accordé par l’Algérie à l’Internet

cement des capacités dans le domaine de la gouvernance Internet de promouvoir et d’élargir la participation à l’ensemble des parties prenantes, de présenter une vision arabe consolidée au plan international et d’appuyer le rôle des pays arabes dans la mise en place des politiques générales sur la gouvernance Internet, de communiquer avec les forums régionaux et internationaux sur la gouvernance de l’Internet en vue de faciliter l’échange des expériences et le transfert du savoir. Signalons qu’en marge de cet im-

portant événement, une exposition regroupant les entreprises publiques et privées activant dans le secteur est organisée à l’intention des participants à cette rencontre.

« L’Algérie aura son point d’échange Internet au niveau national » L’Algérie a décidé de mettre en place un point d’échange Internet au niveau national afin d’avoir une interconnexion directe entre les fournisseurs d’accès au web sans passer par des réseaux étrangers, a annoncé pour

Mercredi 2 octobre 2013

En marge de l'ouverture des travaux de la 2e réunion annuelle du Forum arabe sur la gouvernance de l'Internet, le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, a déclaré que « le projet de loi sur l'activité audiovisuelle sera soumis, prochainement, aux deux chambres parlementaires. » Il a estimé que « cette loi permettra de régulariser le champ audiovisuel en Algérie afin que chacun connaisse son rôle dans ce domaine bien précis. » Répondant à une question concernant la fin de l’agrément donné aux chaînes privées, le ministre a expliqué que « la loi permettra d’étudier au cas par cas la situation de ses chaînes. Le plus important aujourd’hui est de donner un cadre juridique qui servira de protecteur pour chaque partie. Le but visé par l’ouverture du champ audiovisuel est de faire passer une information crédible au citoyen qui relève du droit constitutionnel. nous sommes attentifs à l’égard de tout ce qui se passe dans le monde dans ce domaine et nous devons bénéficier des différentes expériences dans le domaine de la presse écrite et de l’audiovisuel, et de conclure, les lois qui seront publiées sont favorables au secteur. » Wassila Benhamed

M. ABDELkADER MESSAhEL, MInISTRE DE LA CoMMunICATIon : « Les lois qui seront publiées sont favorables au secteur audiovisuel »

sa part la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Zohra Derdouri. "Le gouvernement algérien a pris la décision d’avoir un point d’échange Internet au niveau national qui va permettre à tous les fournisseurs Internet de se connecter à ce point d’échange sans avoir à passer par l’étranger", a indiqué Mme Zohra Derdouri à la presse. Ce point d’échange Internet permettra un gain économique "extraordinaire" et des "avantages" dans le temps de latence (temps de réponse réduite au maximum entre deux internautes connectés) ainsi que dans la bande passante, a-t-elle expliqué. "Ce point d’échange sera administré par l’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT), qui est une institution neutre", a-t-elle ajouté, précisant qu’il a fallu élaborer une réglementation, une charte qui va permettre à tous les fournisseurs d’Internet de respecter certaines règles". Mme Zohra Derdouri a, à cette occasion, indiqué que le 2e Forum arabe sur la gouvernance de l’Internet va aborder la possibilité d’avoir un point d’échange Internet entre tous les pays arabe. Selon des spécialistes, le point d’échange Internet au niveau local se fait sans coût supplémentaire. Le trafic passant par un point d’échange n’est pas facturé alors que les flux vers le fournisseur de trafic à l’étranger du fournisseur d’accès à l’Internet (FAI) le sont. L’interconnexion directe, souvent localisée dans la même ville que les deux réseaux, évite que les données n’aient à changer de ville, voire de continent, pour passer d’un réseau à un autre, ceci permet de réduire le temps de latence, ont-ils expliqué. Elle permet aussi le transfert des données de façon illimitée et gratuite, améliorant ainsi considérablement la bande passante entre clients de deux FAI voisins. Mohamed Bouraib et APS

Photos : Nesrine

6

Le nouveau défi pour le secteur de la formation à l’échelle nationale est l’impulsion de l’apprentissage, a déclaré, hier à Mégarine, dans la wilaya d’Ouargla, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Noureddine Bedoui. Présidant la cérémonie officielle de la rentrée de formation (2013-2014) au niveau du CFPA chahid Beltahar-Belkacem, le ministre a indiqué que le défi du secteur, à l’échelle nationale, est de donner une impulsion au segment de l’apprentissage, «afin d’atteindre un taux de 60%, en veillant à intégrer ensuite les stagiaires dans les projets publics de développement».

M. Bedoui : « L’apprentissage, nouveau défi pour le secteur de la formation »
RENTRÉE OFFICIELLE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À OUARGLA

Nation

EL MOUDJAHID

M.

Bedoui a mis l’accent, dans ce contexte, sur la formation dans les secteurs des travaux publics, de l’énergie, du tourisme et aussi de l’agriculture, «afin de préparer une main-d’œuvre qualifiée répondant aux besoins du marché de l’emploi». Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels a procédé, ensuite, à la pose de la première pierre d’un projet de centre de formation professionnelle et d’apprentissage à Zaouia El-Abidia, d’une capacité de 300 places et de 60 lits. Retenu dans le cadre du programme de soutien à la croissance économique (2011), le projet s’étend sur 15.000 m2, dont 5.910 m2 de bâtis, et compte parmi ses structures, 8 ateliers, 8 salles de cours et 4 salles polyvalentes. Auparavant, M. Bedoui avait visité, à Hassi-Messaoud, l’école d’application de l’Entreprise nationale de forage (Enafor), opérationnelle depuis novembre 2007 et chargée de la formation de personnels pour les besoins de l’entreprise. Cette école formera, cette année, 120 ingénieurs en forage, et projette de former, sur la période 2014-2018, une moyenne de 130 ingénieurs, en forage (90), électricité (20) et mécanique (20), a-t-on indiqué. Un total de 7.958 nouveaux postes de formation sont ouverts à travers la wilaya d’Ouargla, en plus de nouvelles offres de formation adaptées aux besoins du marché local de l’emploi. Les postes de formation sont répartis, notamment sur la formation résidentielle (2.325), l’apprentissage (2.383), les cours du soir (325) et la formation de la femme au foyer (1.990), pour 18 filières de formation et 169 spécialités dispensées à travers 270 sections de formation. De nouvelles filières sont introduites dans la nomenclature de formation, en rapport notamment avec l’industrie pétrolière, la maintenance des équipements audiovisuels, l’hôtellerie et le tourisme, lors de cette session encadrée par 497 formateurs. La nouveauté, cette année, est l’entrée en phase de formation de la première promotion du centre de formation du groupe Sonatrach ouvert à Ouargla, constituée de 40 stagiaires qui seront

formés dans des spécialités liées à l’activité hydrocarbure, dont la soudure pipe. La wilaya d’Ouargla compte actuellement 15 centres de formation professionnelle et d’apprentissage, 4 instituts nationaux spécialisés de la formation professionnelle, un centre régional de la formation professionnelle à distance, ainsi que 10 établissements privés agréés, offrant une capacité globale de près de 6.900 places. Le secteur dispose aussi de 9 internats totalisant 900 lits, dont 120 lits pour filles, en plus de demi-pensionnats servant 2.000 repas. Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels poursuivra sa visite de travail par l’inspection de plusieurs structures et projets relevant de son secteur à travers la wilaya.

270.000 nouveaux stagiaires concernés
Un total de 270.000 nouveaux stagiaires ont rejoint hier les établissements de la formation au titre de la rentrée de la formation professionnelle 2013-2014, a indiqué la directrice de l’orientation, des examens et des homologations au ministère, Mme Ouardia Khaldi, dans une déclaration à l’APS. Le ministère a offert, pour cette rentrée, un total de 391.000 nouvelles places pédagogiques, tous modes de formation confondus, soit un taux d’accroissement de l’ordre de 8,61% par rapport à la même rentrée de formation de l’année 2012-2013. Ces nouvelles places pédagogiques offertes concernent la formation résidentielle avec 121.000 places, la formation par apprentissage avec 94.000 et 18.000

nouvelles places pédagogiques pour les établissements privés de formation professionnelle, rappelle-t-on. Le secteur offre également, pour cette rentrée, 40.000 nouvelles places pédagogiques pour la femme au foyer, 9.000 nouvelles places de formation pour la population en milieu rural et 18.350 nouvelles places pour le milieu carcéral. Cette rentrée se caractérise par une diversification des spécialités dont la nouvelle nomenclature a intégré les besoins en formation qui sont apparus ces dernières années, mais aussi des spécialités nouvelles liées au développement de la technologie et d’autres qui tiennent compte des spécificités locales. Ces spécialités couvrent 22 branches professionnelles, dont l’agriculture et le développement rural, le bâtiment et travaux publics, l’industrie pétrolière, la construction mécanique et sidérurgique, la construction métallique, les arts et industries graphiques, l’audiovisuel, l’hôtellerie-tourisme et artisanat, les métiers de l’eau de l’environnement, ainsi que les métiers de services. À cet effet, 43 nouvelles spécialités ont été programmées pour cette rentrée dans le cadre de la mise en œuvre progressive de la nomenclature des spécialités de 2012. Il s’agit, notamment, des spécialités liées au domaine des industries pétrolières, des réseaux de télécommunication, réparation des téléphones fixes et mobiles, ainsi que l’installation et la maintenance des panneaux solaires. La nouvelle nomenclature a permis d’adapter les formations aux réalités locales. Par ailleurs, les structures du secteur de la formation professionnelle ont été renforcées par l’ouverture de 21 nouveaux établissements de formation totalisant une capacité de 12.450 postes de formation, qui viennent s’ajouter à plus de 1.100 établissements répartis sur le territoire national. Le parc équipement a aussi été renforcé par la livraison et l’installation de près de 300 sections d’équipements technico-pédagogiques. Le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels compte actuellement 212.433 stagiaires et apprentis reconduits.

BESOINS DU MARCHÉ DE L’EMPLOI AU SUD
De nouvelles spécialités de formation susceptibles de répondre aux spécificités du marché de l’emploi ont marqué la nouvelle rentrée (session d’octobre) de la formation professionnelle dans le sud du pays. La nomenclature de la formation dans la wilaya d’Ouargla, qui tend à s’adapter en termes de métiers au marché local de l’emploi, a prévu l’ouverture d’une filière liée à l’industrie pétrolière et de sept autres pour la formule de formation par apprentissage, dont celles de mécanicien en sonde et technicien en électricité de sonde et en forages. La soudure de pipelines, la production mécanique, la maintenance d’équipements audiovisuels et l’hôtellerie et tourisme, ainsi que la formation-passerelle, font partie des filières de formation nouvellement introduites, a indiqué le chef de service du suivi des établissements de la formation professionnelle, M. Mohamed Abdelkader Belâalem. Le secteur compte, ainsi, 18 filières coiffant 169 spécialités pour 270 sections de formation, à la satisfaction de 7.958 postes de formation offerts par le secteur et répartis sur la formation résidentielle (2.325), l’apprentissage (2.383), les cours du soir (325) et la formation de la femme au foyer (1.990). Dans la wilaya de Ghardaïa, le secteur s’est étoffé par l’introduction de sept (7) nouvelles spécialités (déclarant de douane, agent d’accueil touristique, énergie renouvelable, chimie industrielle, protection de végétaux, maintenance d’engins et agence de voyages), a déclaré le directeur de la formation de la wilaya, M. Djaâfri Abderrahmane. cen, les effectifs accueillis par les instituts et centre de formation professionnelle portent sur un total de 14.126 stagiaires répartis sur toutes les disciplines de formation, dont 13.026 nouveaux inscrits, parmi lesquels 6.025 en formation résidentielle, 2.336 dans le cadre de l’apprentissage, 1.385 en cours du soir, 1.080 pour les femmes au foyer et un nombre important en formation en milieu rural. À ces effectifs, s’ajoutent 530 détenus des établissements pénitentiaires qui suivent sur place une formation. Dans la wilaya de Mascara, l’évènement marquant cette nouvelle année de formation est l’ouverture de cinq spécialités répondant aux besoins du monde du travail. Il s’agit de la pose des canalisations, conducteurs de chariots élévateurs, la topographie, l’aménagement urbain et l’élevage des petits animaux. de formation confondus. À Dréan, dans la wilaya d’El-Tarf, les autorités locales ont présidé à la rentrée de 30.725 stagiaires de la formation professionnelle, marquée, cette session, par l’ouverture de sept nouvelles spécialités. Des spécialités venues combler les besoins recensés sur le marché local et répondre aux spécificités de la région, notamment dans les domaines de l’électronique-auto, de la maintenance des équipements informatiques, de l’architecture et de la menuiserie maritime, a-t-on appris sur place. Les 15 structures (10 centres de formation professionnelles, un institut national spécialisé et quatre annexes) offrent, cette année, 1.705 postes pédagogiques de formation résidentielle, 140 postes pour la formation en milieu rural, 450 autres pour la femme au foyer, ainsi que 940 postes pour la formation continue et l’apprentissage, en plus de 100 postes pour les apprenants en milieu carcéral. Dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, ce sont quelque 3.141 nouveaux stagiaires, dont 668 filles, qui ont rejoint les bancs des centres de formation au titre de la session d’octobre ouverte officiellement à l’institut des frères Chettouh, en présence du wali. À Mila, Plus de 6.000 nouveaux inscrits dans les différentes filières et modes de formation répartis sur 15 structures d’accueil relevant de ce secteur, dont 1 institut national spécialisé et 14 CFPA, ont renoué avec les cours pratiques et théoriques proposés.

De nouvelles filières adaptées

De nouvelles filières dans les wilayas de l’Est 9.140 places fournies à l’Ouest
Plusieurs milliers de stagiaires ont rejoint, hier, les différents instituts et centres de formation professionnelle éparpillés à travers la région ouest du pays, pour entamer une nouvelle année d’études leur permettant de décrocher un diplôme et d’acquérir un métier nécessaires pour leur intégration dans la vie active. Dans la wilaya d’Oran, le coup d’envoi a été donné par les autorités locales au niveau du centre de formation pour jeunes filles, sis à la cité Djamel-Mahieddine. Les invités ont notamment suivi un exposé donné par le responsable du secteur sur la situation de la formation professionnelle dans la wilaya. Le secteur a fourni plus de 9.140 places de formation pour cette nouvelle année 2013/2014, dont 6.740 places en formation diplômante et 2.400 autres en formation continue. 5.000 nouveaux inscrits ont rejoint, ce mardi, les bancs de formation. Dans la wilaya de TlemDe nombreuses nouvelles filières et de nouveaux modules de formation professionnelle sont proposés, cette année, aux milliers de stagiaires. À Constantine, durant la cérémonie marquant la rentrée officielle de la formation professionnelle, organisée à l’Institut national spécialisé (INSFP) d’El-Khroub, M. Gasmi Laiche, directeur du secteur concerné, a indiqué que 4.887 candidats nouveaux ont été inscrits dans les trois INSFP et l’ensemble des CFPA qui offrent, ensemble, 8.300 postes pédagogiques, portant ainsi le nombre total de stagiaires à 11.879 apprenants, toutes filières et modes

Mercredi 2 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

T

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M. Mohamed Amine Hadj Saïd, a effectué, hier, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Relizane. S’exprimant en marge de sa visite, le ministre a mis l’accent sur la nécessité de mettre également en valeur le tourisme cultuel, en indiquant que « le ministère du Tourisme et de l’Artisanat soutient, et de manière inconditionnelle, les fêtes locales telles que les Waâdate, les événements cultuels, religieux et spirituels. »
De nos envoyés spéciaux : Makhlouf Aït Ziane, Ph. Nacéra Ikessoulène

« Impliquer les acteurs locaux pour développer le tourisme cultuel »

M. MOHAMED AMINE HADj SAïD à pARTIR DE RELIzANE :

Nation

7

out cela parce que, a-t-il fait savoir, « tout le monde sait que le peuple algérien affectionne beaucoup ce type d’activités et de manifestations touristiques ». Il dira dans ce sens : « Nous déploierons beaucoup d’efforts pour valoriser ce genre d’évènements. » M. Hadj Saïd a insisté dans ce contexte sur l’implication des opérateurs locaux pour transformer ces événements en autant d’opportunités économiques rentables, susceptibles de donner des plus values à ces régions. Et de poursuivre : « L’Algérie regorge d’événements pareils », parce qu’a travers ce potentiel, a-t-il dit : «  On peut proposer des produits touristiques différents et à longueur d’année ». Selon lui « cette forme touristique ne nécessite pas des hôtels 5 étoiles, mais juste des structures d’accueil simples », en citant à titre d’exemple les maisons d’hôtes. « Mais ce qui est nécessaire », a-t-il encore appuyé « c’est de garantir aux touristes la propreté et la sécurité. » Le ministre a souligné par ailleurs, que « pour développer le secteur du tourisme au niveau national, le gouvernement a mis en place une politique qui a pour objectif de créer des destinations touristiques identitaires dans les différentes régions du pays. »

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed Benmeradi, a affirmé hier à Biskra que les bénéficiaires du dispositif du pré-emploi garderont leur travail jusqu’à leur intégration dans des emplois permanents correspondant à leur profil, dans les différents secteurs d’activité. Le ministre qui animait un point de presse en marge de sa visite d’inspection dans la wilaya, a affirmé "comprendre l’anxiété" des pré-employés qui "craignent de ne plus pouvoir bénéficier de ce dispositif au bout de trois ans". Il a souligné à ce propos que la durée de trois ans sera "renouvelée autant que nécessaire" jusqu’à l’intégration de l’intéressé dans un emploi permanent. Relevant qu’un million de jeunes bénéficient actuellement du dispositif du pré-emploi, le ministre a souligné que "ce n’est pas l’Etat mais l’économie qui assure la création d’emplois". Au cours de la cérémonie d’ouverture de la rentrée de la formation professionnelle, qu’il a présidée au CFpA Tayeb-Karouf de la ville de Biskra, M. Benmeradi a salué "la coordination, dans cette wilaya, entre les dispositifs d’aide à l’emploi et le secteur de la formation professionnelle". Le ministre a visité, au cours de sa tournée, les sièges du centre payeur de la Caisse nationale d’as-

« Les bénéficiaires du pré-emploi garderont leur emploi jusqu’à leur intégration permanente »

M. BENMERADI à BISKRA :

Tout en insistant sur « le respect des traditions et des coutumes de chaque région du pays  », Hadj Saïd a également mis en exergue la nécessité « de donner à chaque régions son identité et son originalité spécifique.  » S’agissant du développement de secteur du tourisme au niveau de la wilaya de Relizane, le ministre a indiqué que « cette région est en train de connaître une amélioration remarquable, en ce qui concerne l’activité touristique. » Selon lui, ce constat

surances sociales (CNAS) et de la Caisse nationale des retraites (CNR) où il s’est félicité de la qualité des prestations assurées et mis l’accent sur les efforts accomplis pour la modernisation des structures de la sécurité sociale à l’échelle nationale. M. Benmeradi a également inauguré les nouveaux sièges de la direction de wilaya de l’emploi, de l’agence de la main-d’œuvre, de la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC) et de la CNAS. Il a aussi inspecté une clinique médicale, une autre de rééducation fonctionnelle et un laboratoire d’architecture créés dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi (ANSEj) en plus d’une ferme d’élevage bovin réalisée dans la commune d’El Hadjeb, grâce à un financement de la CNAC.

La problématique du médicament destinée à l’utilisation animale, la bonne gouvernance des services vétérinaires, la sécurisation du commerce de produits d’origine animale, et les points focaux menés depuis 2010, tels sont les principaux axes qui figurent à l’ordre du jour du premier séminaire interrégional (Afrique du Nord et Moyen-Orient) des points focaux nationaux de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) pour les produits vétérinaires, dans son 3e cycle, dont les travaux ont été ouverts, hier, à la résidence El Mithaq par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, M. Fodil Ferroukhi. Durant trois jours, les experts et spécialistes d’une vingtaine de pays de la région MENA auront à plancher sur le thème lié aux médicaments vétérinaires ainsi que sur les moyens d’améliorer la qualité des prestations et de la formation des services et laboratoires concernés par la santé animale. Le conclave qui permettra également d’échanger les expériences en la matière, prévoit d’aborder les procédés de validation des tests de diagnostic. Aussi, le séminaire qui intervient après la conférence mondiale de l’OIE en mars 2013, est censé fournir aux participants des données sur les droits, devoirs, et responsabilités des points focaux nationaux de l’OIE dans le processus d’élaboration des normes de conformité aux standards internationaux de cette organisation qui compte 178 pays membres, dont l’Algérie. Le SG du MADR qui a souligné l’importance des thèmes retenus pour le séminaire d’Alger, a affirmé, lors de l’inauguration des travaux que « l’accès aux produits vétéri-

L'Algérie insiste sur la nécessité d'accéder aux produits vétérinaires de qualité

confirme que l’activité touristique en Algérie est en pleine expansion. Il a fait savoir dans ce sens qu’« il y a beaucoup de projets hôteliers inscrit dans le programmes de développement de cette wilaya  », ce qui montre, a-t-il dit : « La conscience de la région sur l’importance de ce secteur porteur pour l’économie nationale et sa forte rentabilité dans l’investissement. » Il a ajoutera par la suite que « Relizane, bien que ce ne soit pas une ville balnéaire, est en

train d’offrir aussi bien le produit d’appel que la capacité d’accueil pour recevoir des touristes. » En outre, le ministre a souligné que « pour beaucoup de gens cette wilaya ne figure pas sur les circuits touristiques, pourtant elle recèle de nombreuses potentialités en la matière. » Il ajoutera : « Ce constat montre que nous avons un énorme problème en matière de communication. » Aussi, point s’en faut pour que le ministre indique que « nous avons besoin de faire un peu plus de promotion pour que cette wilaya devienne une destination touristique. » Le ministre a insisté sur l’hygiène et la propreté au niveau des sites touristiques, en indiquant qu’« il est tout aussi obligé de passer à l’action, et s’occuper de la réhabilitation de ces endroits.  » Mettant à profit l’occasion de sa visite pour saluer le wali, sur les efforts déployés pour garder cette région propre, notamment les sites touristiques », Hadj Saïd a souhaité voir ce genre d’initiatives perdurer dans le temps. Il y a lieu de souligner que lors de sa visite, le ministre a inspecté plusieurs projets relevant de son secteur tels que le projet de complexe touristique de la cité du cinéma et le projet de la réalisation du parc d’attractions. Le ministre a enfin assisté à la fête de la « Waâda » du sein patron Sidi Ahmed Ben Ouda.

SANTé ANIMALE

Ph. : Billel

Mercredi 2 Octobre 2013

naires de qualité est une nécessité absolue », en ce sens qu’il contribue à la santé animale, à la préservation et à l’accroissement des cheptels. M. Fodil Ferroukhi a également insisté sur le renforcement de la sécurité sanitaire des aliments par des mesures strictes et rigoureuses par rapport aux résidus de médicaments vétérinaires dans les denrées animales et d’origine animale. par conséquent, il y a lieu d’opter pour des mesures d’harmonisation en matière de normes internationales et de bonne gouvernance pour optimiser la qualité des produits vétérinaires utilisés et, en définitive, la sécurité alimentaire qui constitue un enjeu de souveraineté nationale, a rappelé M. Fodil Ferroukhi. A ce titre, il a affirmé que la gestion et l’amélioration du médicament vétérinaire qui est une composante essentielle dans le développement, s’impose à l’organisation comme un enjeu capital, les conséquences induites par une utilisation irraisonnée de ce dernier sur la santé publique étant avérées, a affirmé le SG du MADR qui précisera, par la même occasion que l’élevage en Algérie représente la moitié du pIB

agricole national d’où, a-t-il ajouté, tout l’intérêt qui doit être accordé au médicament vétérinaire qui constitue « un intrant très important dans le développement de l’élevage ». Dans ce contexte, M. Ferroukhi a déclaré que « les enjeux sont économiques mais aussi sanitaires, tant pour la santé animale que pour la santé humaine ». L’Algérie qui accorde un intérêt particulier à l’élevage dans le cadre de la politique du renouveau agricole et rural compte, en référence aux chiffres du MADR, un cheptel ovin évalué à 22,5 millions de têtes dont 14 millions de brebis et agnelles et celui bovin à 2 millions de têtes. Aussi, la production nationale, ovine et bovine, évolue positivement grâce notamment à l’augmentation de la natalité et l’amélioration des conditions de prise en charge du volet sanitaire, à l’expansion des superficies réservées aux fourrages ainsi qu’aux mesures initiées par les pouvoirs publics pour développer la filière. Il existe plus de 400 inséminateurs bovins à travers le pays alors que le nombre des vétérinaires a dépassé les 8.000. D. Akila 

EL MOUDJAHID

D

ans ses réponses après l’examen du contenu du texte de loi qui vient encadrer l’organisation et l’exercice d’un partenaire important parmi les professions de l’exécution du droit, le ministre de la Justice annonce du nouveau dans le cadre de la modernisation de la justice dans le but de l’adapter aux exigences et développements enregistrés sur la scène internationale. Il parle de la révision de certaines dispositions législatives concernant les délais de traitement des affaires pénales et la nature des ordonnances, jugements et décisions de justice. En clair, il est question de traiter les aspects de lenteur qui entravent une justice de qualité en affirmant le soutien de l’État aux mécanismes d’indépendance du pouvoir judiciaire en se concertant avec toutes les parties concernées dans le but de consolider le rôle de la justice dans la protection de la société et des libertés en favorisant la promotion de la qualité des ordonnances, des jugements et des décisions de justice. Ces nouveaux mécanismes annoncés et concernant la formation des ressources humaines à l'École supérieure de la magistrature, les programmes pédagogiques et la formation de formateurs viennent en complément apporter des correctifs à la situation, comme l’a estimé Me Ksentini qui précise que la formation

Les membres du Conseil de la nation procèderont, aujourd’hui, au vote de la loi portant organisation de la profession d’avocat, présentée au débat général lundi dernier par le nouveau ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, lors d’une séance plénière présidée par Abdelkader Bensalah, président du Conseil.

Vote de la loi portant organisation de la profession d’avocat
PoursuItE DEs trAvAux Au ConsEIL DE LA nAtIon

Nation

9

L’

Algérie œuvre, depuis des années, à assurer la protection des enfants, notamment dans les domaines éducatif, social et même juridique, à travers la promulgation de textes de loi garantissant leur protection. toutefois, cette protection connaît des insuffisances, selon les spécialistes de la questions de l’enfance, à l’exemple des associations qui n’ont cessé d’appeler au renforcement de ces textes de loi dans le sens de mettre ces textes en conformité avec les engagements internationaux en matière de protection des enfants. La réponse à ces appels a été donnée lors du Conseil des ministres de dimanche dernier, et ce en approuvant un projet de loi sur la lutte contre la criminalité qui affecte les enfants. Ce texte va dans le sens du souci des

M. Araar, président du réseau Nada : « Un pas très important »
associations et autres experts qui ont plaidé pour la création de nouvelles fonctions pour assurer un meilleur accompagnement de ces enfants dans le domaine social et juridique. Dans ce sens, l’avant-projet de loi portant protection de l’enfance qui sera soumis à la session actuelle du Parlement propose la création d’un poste de délégué national chargé de la protection des enfants, notamment ceux exposés à des dangers ou se trouvant dans des situations sociales critiques. L’avant-projet de loi propose la création d’une instance nationale présidée par un délégué national chargé de la protection des enfants, lequel défendra les droits des enfants en danger dans le cadre de la protection sociale ou de l’accompagnement judiciaire de cette frange de la société. Il s’agit, notamdroits de l’enfant, à travers la mise en place de programmes nationaux, en coordination avec différentes administrations et institutions publiques et toutes les parties concernées. Le délégué national sera également chargé de mener des actions de sensibilisation, en matière de protection de l’enfance, d’encourager la recherche dans ce domaine et d’élaborer des rapports sur la situation des droits de l’enfant. L’avant-projet de loi prévoit une protection judiciaire aux enfants délinquants, en proposant des mesures juridiques souples tout au long de la poursuite judiciaire et en garantissant à l'enfant délinquant, le droit de donner son avis. En vertu de ce texte, l’instruction et l’examen des affaires impliquant des enfants délinquants relèveront de la compé-

AvAnt-ProJEt DE LoI sur LA LuttE ContrE LA CrIMInALItÉ quI AffECtE LEs EnfAnts

des juges est insuffisante, demandant l’amélioration de la formation professionnelle des juges et des avocats. Des priorités recommandées dans le rapport de la Commission natio-

nale de réforme de la justice. La loi portant organisation de la profession d’avocat, qui sera soumise au vote aujourd’hui devant les sénateurs qui comporte 135 articles

répartis sur 9 titres et chapitres fixant les règles générales organisant l’exercice de la profession d'avocat et les modalités de son organisation, a connu un riche débat avec l’intervention d’une quinzaine de sénateurs, notamment des spécialistes en droit. Ce texte de loi constitue l’une des exigences de la réforme de la justice après celui portant statut des magistrats qui ont été placés au cœur d’une justice de qualité et dans ses délais dans un État de droit. La distance parcourue dans le processus d’adaptation législative et de modernisation du cadre administratif, technique et matériel depuis ces années démontre que la justice a progressé et les professions de droit disposent de leurs statuts au profit de plus d’indépendance de décision pour les magistrats. Le bâtonnier d’Alger qui a soutenu que la loi sur les avocats est acceptable appelle à plus de formation et de moralité des professions pour les juges et les avocats. De son côté, le porte-parole des magistrats, Djamel Laidouni, avait mis l’accent, en mars dernier, sur le renforcement de l’indépendance de la justice en Algérie, notamment à l’heure où l’Algérie subit de plein fouet une cascade de révélations sur des scandales de corruption. Houria A.

5e sALon IntErnAtIonAL DE LA PêChE Et DE L’AquACuLturE Du 6 Au 9 novEMbrE à orAn

L

a cinquième édition du salon international de la pêche et de l’aquaculture «sIPA» se tiendra du 6 au 9 novembre 2013, au centre international des Conventions d’oran, avec la participation de plus de 60 exposants nationaux et étrangers, a indiqué, hier, le secrétaire général du ministère de la Pêche et des ressources halieutiques. «La 5e édition de ce salon, qui s’inscrit dans la durée, constituera une occasion privilégiée pour la promotion des activités liées à la pêche et à l’aquaculture, ainsi que pour la valorisation des facteurs et des moyens de production en relation avec les ressources halieutiques», a indiqué le même responsable, lors d’une conférence de presse relative à la présentation de ce salon, qui représentera, de ce fait, ajoute-t-il, une «réelle opportunité pour les opérateurs et autres professionnels de prendre connaissance des avancées techniques et technologiques dans les domaines de la pêche et de l’aquaculture en vue de les intégrer à leurs activités pour en améliorer les performances». Ce rendez-vous verra ainsi la participation de professionnels du secteur, notamment les investisseurs en aquaculture, des opérateurs économiques du pays et de l’étranger, des représentants d’établissements bancaires, de compagnies d’assurances, de dispositifs de

Une pêche responsable, économique et intégrée

ment, des enfants de la rue, des enfants victimes de violences ou encore ceux exploités à des fins de mendicité. L’avant-projet de loi définit les missions du délégué national, notamment en matière de protection et de promotion des

tence du juge des mineurs. Le texte prévoit, par ailleurs, l'élargissement de la compétence de la section des mineurs à tous les crimes et délits commis par l'enfant. Pour M Araar, président du réseau nada, «il s’agit d’un pas très important et très positif  puisque nous revendiquons ce renforcement du code pénal depuis 2005». Pour lui, «cette nouvelle fonction de délégué sera une véritable passerelle et une médiation entre les enfants en danger moral et les enfants victimes de violence». Il accueille favorablement «le renforcement du rôle du juge des mineurs et des mécanismes de la justice des mineurs». M. Araar espère que prochainement, ce sera la loi sur la protection des enfants qui sera examinée et renforcée. Farida Larbi

soutien à l’emploi de jeunes, de centres de recherche et de formation et du service des garde-côtes. Le sIPA 2013, fait suite, a-t-il souligné, à «une année riche et dense en activités visant le renforcement et la valorisation de la stratégie menée et accompagnée pour un développement durable de l’économie de la pêche et de l’aquaculture en Algérie, et guidée dans le cadre d’un effort partagé avec les professionnels du secteur et appuyée par une démarche intersectorielle opérationnalisée et

Mercredi 2 octobre 2013

formalisée à travers la feuille de route strAE-sAID». toujours, selon notre interlocuteur, la mise en place de cette dernière aura insufflé une dynamique nouvelle s’appuyant sur les enseignements tirés des expériences passées et se projetant résolument dans la mise en perspective prometteuse d’une économie de la pêche productive, mieux intégrée et multipliant ses impacts positifs sur les territoires, les acteurs, les consommateurs et les ressources. Par ailleurs, les organisateurs de cette

manifestation ont tenu à spécifier que parmi les autres objectifs inhérents à cette rencontre, il est question de refléter cette dynamique actuelle et d’en percevoir les potentialités et les opportunités futures. Aussi, les événements et thèmes mis en lumière au cours de ce salon sont placés sous le slogan d’une mobilisation solidaire des parties prenantes «Ensemble vers une pêche responsable, économique et intégrée», façonnant progressivement un secteur de la pêche. Ils sont intégrés autour de 5 grands axes fédérateurs, qui sont la modernisation et l’intégration des filières de la pêche maritime, promouvoir et développer les filières de l’aquaculture, mettre en avant les dispositifs de protection sociale de la pêche et de l’aquaculture artisanale, mobiliser les systèmes de formation, de la recherche et de la coopération internationale, et enfin consolider la gouvernance des activités de la pêche et de l’aquaculture. Il convient de préciser que le sIPA 2013, qui a choisi pour cadre, le centre des Conventions d’oran, devrait permettre à ce site prestigieux, de donner un cachet particulier à cette édition. Ainsi, toutes les commodités sont assurées au niveau de ce centre qui est un espace dédié aux grandes manifestations régionales et même nationales. Salima Ettouahria

10

LE DéToURNEMENT D’ARMES DES CASERNES FRANçAISES évoqUé AU FoRUM DE LA MéMoIRE

«L

e détournement des armes des casernes françaises durant la Révolution  », c’est l’intitulé choisi pour la conférence historique du Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, initié en coordination avec l’Association Machaal Echahid. Cette conférence s’est voulue un hommage à tous ces moudjahidine qui ont, sur instruction de l’ALN, infiltré les rangs de l’armée coloniale, aux moudjahidine qui ont trompé l’ennemi en lui faisant croire qu’ils servaient sous le drapeau français. Certains ont pour nom, Saïd Bentobal, Zoubir hmaidia, Zernouh Mohamed, henri Maillot... et tant d’autres. Le directeur des Archives nationales a, à cette occasion, appelé à collecter les témoignages des moudjahidine sur toutes ces opérations militaires qui ont permis l’approvisionnement de la Révolution en armes. Il faut dire que si la Révolution disposait de milliers d’hommes, la problématique de l’armement se posait avec acuité. La guerre de Libération avait commencé en comptant sur des armes anciennes. Les moudjahidine, dotés d'armes de chasse, avaient pour mission, dans le cadre de la stratégie de l’ALN, de récupérer les armes auprès de l'ennemi, lui-même, au cours des batailles, embuscades et attaques. C'est ainsi que l'armement de l'Armée de libération nationale se développa et se diversifia allant du Mat 36, Mat 49 et…anglais, fusils-

L’armement durant la Révolution de Novembre, et notamment la contribution des déserteurs de l’Armée française, n’a pas eu sa part dans les pages d’Histoire. Hier le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, a mis la lumière sur cet aspect méconnu de la guerre de Libération nationale qui fera dire à Abdelmadjid Chikhi, directeur des Archives nationales, qu’aucune référence n’existe à ce sujet, si ce n’est les témoignages des moudjahidine sur ces « Moussebiline qui ont infiltré l’armée coloniale », comme les qualifiait Larbi Ben M’hidi.
mitrailleurs , mitraillettes 49, Thomson, fusils et mitraillettes de type Brown 24/29. Ces faits sont connus, mais les attaques des casernes avec la complicité d’Algériens enrôlés dans l’armée française, dans le cadre du service militaire obligatoire sont très peu connues. Ces hommes ont par la suite mis leur expérience au service de la Révolution en formant, dans les maquis, les djounoud. Parmi ces Algériens nationaliste, mais habillé en tenue militaire française, l’exemple de Saïd Bentobal, qui n’est autre que le frère aîné de Lakhdar Bentobal. A la différence des autres, Saïd Bentobal caporal chef, en poste de garde dans

L’armée coloniale infiltrée par les Moussebiline

Nation

EL MOUDJAHID

ABDELMADjID ChIKhI, DIRECTEUR DES ARChIvES NATIoNALES :

a récupération des archives nationales, qui est encore à ses débuts, est une bataille continue  », nous a confié, hier, M. Abdelmadjid Chikhi, directeur général des Archives nationales, en marge du forum de la Mémoire d’El Moudjahid. Il a indiqué que l'opération avance doucement mais dans le bon sens, tout rappelant que ces archives « sont aussi importantes que la guerre de Libération nationale ». A propos de son éventuel déplacement, la semaine dernière, à Genève et ce, à la demande du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), M. Chikhi, précise que le but de cette visite est «  de consulter les archives du CICR concernant la guerre de Libération nationale ainsi que l’effort accompli par ce comité afin de rendre visite à nos prisonniers durant la Révolution. » Les deux parties ont évoqué en outre les visites entreprises dans les camps des réfugiés, aussi bien en Tunisie qu’au Maroc, et aux prisonniers algériens aussi bien en Algérie qu’en France. » Selon M. Chikhi, la masse de ces archives est « très importantes », car elle concerne certains aspects de la guerre de Libération pratiquement inconnus. Il a relevé dans ce contexte que «  les rapports établis dans ce cadre sont d’une valeur inestimable pour la recherche. » Le premier responsable des Archives nationales a indiqué que les deux parties se sont mises d’accord sur la nécessité de numériser ces archives et de les récupérer. « Nous avons consulté des index. Certains documents nous ont été remis. D’autres le seront très prochainement. Il s’agit des écrits archivés qui ont trait aux témoignages et entretiens qui ont eu lieu avec les prisonniers de la guerre de Libération nationale, tels que Ahmed Ben Bella, Mohamed Khider, Aït Ahmed et bien d’autres, lors de leur internement

«L

« Nous sommes en contact avec le CICR pour récupérer des documents de grande valeur »

la caserne de Boufarik, est chargé d’ouvrir les portes de la caserne au commando dirigé par ouamrane, qui a mené les opérations annonçant le déclenchement de la Révolution. Selon Salah Rahmani, il était prêt à

déserter, et à livrer le magasin d’armes avant de rejoindre le maquis. Le conférencier dira que l’opération militaire contre la caserne de Boufarik n’a fait aucune victime, dans les deux camps. Le butin

SALAh RAhMANI, oFFICIER DE L’ALN, WILAYA II hISToRIqUE :

en France. » M. Chikhi citera par ailleurs, le nombre important de photos relevant des visites rendues aux prisonniers à l’époque, qui ont été restituées au cours de son déplacement à Genève. Une autre rencontre est prévue entre les deux parties afin de rétablir un plan de travail « pour essayer de récupérer la totalité des documents qui ouvrent des perspectives de recherche jusqu’ici inexplorées », précise-t-il. Il y a lieu de rappeler que l'Algérie a entamé, depuis quelques années, une opération visant à sauvegarder sa mémoire nationale. Sur ce chapitre M. Chikhi, insiste sur les démarches entreprises par son institution pour récupérer le plus grand nombre possible d’archives. Dans ce cadre, des équipes compétentes ont été constituées pour la traduction de lettres de consuls scandinaves en Algérie à l'époque ottomane. D’autre part, une bonne partie des archives liées à la guerre de Libération nationale a été récupérée de la Serbie, (ex-Yougoslavie). Il s’agit de photos et de films rares réalisés par Stvene Labudovitch, photographe personnel du maréchal Tito, qui a été chargé par le président yougoslave d’accompagner les soldats de l’Armée de libération dans les maquis pour filmer leur quotidien. Pour le directeur général des Archives nationales, ces documents et ces films revêtent un grand apport pour les historiens et les chercheurs qui s’intéressent à l’écriture de l’histoire d’Algérie. Sur un autre plan l’Algérie va récupérer auprès des Etats-Unis une copie de l’archive attestant les massacres du 8 mai 1945. Selon les sources américaines, les massacres d’Algériens par l’armée coloniale française, qui ont fait 90.000 victimes, ont débuté le 1er mai 1945 et se sont poursuivis jusqu’à la fin du même mois. Ils ont touché presque tout le territoire algérien. Sarah Sofi

Mercredi 2 octobre 2013

aïd Bentobal est issue d’une famille très pauvre et nationaliste. Son frère Lakhdar Bentobal, colonel, était membre du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne, son autre frère Amar est tombé au champ d’honneur. Comme Saïd Bentobal était intégré au sein de l’organisation spéciale du MTLD, il a été contacté par Souidani Boudjemaâ — rappelons que Souidani Boudjemaâ a été membre du Groupe des 22 qui a décidé de déclencher la guerre de Libération nationale – Saïd Bentobal était caporal chef et caserné à Boufarik où il passait son service militaire. Il a été contacté 15 jours avant le déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er novembre 1954. Et il a été mis au courant par Souidani Boudjemaâ de la date du déclenchement de la Révolution. C’est ainsi que Saïd Bentobal et Souidani Boudjemaâ ont tenu une réunion à Soumaâ, près de Blida. C’est là que Souidani Boudjemaâ lui a demandé d’être prêt le 1er novembre et d’aider le premier commando de l’ALN de l’intérieur, afin de pénétrer dans la caserne et d’accaparer des armes, car lui-même était fourrier. Saïd Bentobal était responsable de l’armement. Le 1er novembre 1954, un lundi, entre 12h00 et 13h00, le commando qui venait de Kabylie — fort d’une quarantaine de combattants dirigés par le colonel ouamrane et le commando de Souidani Boudjemaâ, composé d’un groupe d’une

«S

« Saïd Bentobal a énormément contribué à la constitution des premières unités combattantes de l’ALN »

n’était pas négligeable. Mais l’opération a été un succès sur le plan psychologique et sur le plan médiatique. Pour sa part, la moudjahida Leila Tayeb, veuve Zoubir hmaidia, a évoqué le parcours de son défunt époux lieutenant dans l’armée française. Si Zoubir dira-t-elle a été à l’origine d’ une opération d’une grande envergure pour armer ceux qui luttaient dans les rangs des Algériens. La préparation de l’opération contre la caserne Sbabna, à Tlemcen, a duré toute l’année 1955. Le 16 février 1956, profitant de l’absence du commandant, le lieutenant Zoubir déclencha l’opération qui

s’est soldée par la récupération d’armes lourdes et légères. L’opération s’était soldée par la mort de 16 soldats français, ce qui provoqué un écho retentissant dans les médias.  «  j’étais lycéenne à cette époque là, en 1956. Et on avait peur de la riposte. » Elle se souvient que c’est la directrice du lycée qui l’avait cachée pour la protéger des représailles. La même année, en 1956, henri Maillot, militant anticolonialiste, qui a travaillé dans le journal Alger républicain, est affecté au 57e bataillon de tirailleurs de Miliana, avec le grade d'aspirant. Le 4 avril 1956, il déserte et détourne un camion d'armes et de munitions pour rejoindre le maquis. quelques jours plus tard, il adresse aux rédactions des journaux français une lettre où il écrit notamment  : « Au moment où le peuple algérien s'est levé pour libérer son sol national du joug colonialiste, ma place est aux côtés de ceux qui ont engagé le combat libérateur. » De son côté, le moudjahid Abdelmadjid Azzi, évoquera l’ opération d’El hourane (à 30 km de M’sila). C’est Mohamed Zenouh, sergent chef dans l’armée française, qui a joué un rôle important dans la prise d’autos-blindées pourvues de mitrailleuses. Cela s’est passé un 4 février 1958. Ces opérations, en dépit du fait qu’elles ont permis à la Révolution de mettre la main sur des armes, elles ont eu un grand impact médiatique. Nora Chergui

Photos : Louiza M.

vingtaine de personnes, ont attaqué plusieurs points au niveau de la daïra de Boufarik, notamment la caserne. Saïd Bentobal, qui avait pris un gros risque, a joué un rôle efficace. C’est, en effet, grâce à lui que le commando a pu pénétrer dans la caserne. Ils se sont emparés de 4 mitraillettes et 6 fusils de guerre, puis se sont retirés en direction des maquis. Pendant quelques mois, Saïd Bentobal est resté dans les maquis de la Wilaya 4. Il a ensuite rejoint les maquis de la Wilaya 3. Et ce n’est qu’en 1956, après le congrès de la Soummam, qu’il a demandé l’autorisation à Krim Belkacem de rejoindre la Wilaya II historique, avec son frère Lakhdar Bentobal qui a assisté avec Zighoud Youcef au congrès de la Soummam. En septembre 1956, il a rejoint les rangs de l’ALN dans la Wilaya II historique. je rappelle que Saïd Bentobal, en tant que professionnel de l’armée, a contribué énormément à la constitution des premières unités combattantes de l’ALN. Lorsqu’il a rejoint la Wilaya II, on l’a investi d’une très grande mission. Il était responsable militaire de toute une zone et c’est à partir de là qu’il a créé une école de guerre pour former les cadres. Il est tombé au champ d’honneur au mois de décembre 1960, au niveau de la région d’El Aouana. Propos recueillis par Soraya G.

EL MOUDJAHID

scHneider elecTric s’associe avec deux pMe privées pour réaliser des équipeMenTs élecTriques en algérie

C

e partenariat, porte sur l’intégration industrielle et le transfert de technologie entre les deux entreprises. il s’agit d’une licence de production de transformateurs et cellules moyenne tension 36 Kv, et d’une licence de production de cellules moyenne tension 36 Kva avec salgepem, société algérienne leader dans la fabrication et distribution de kiosques préfabriqués en béton pour la distribution électrique secondaire, installée dans la wilaya de bordj bou-arréridj. ce contrat entre dans le cadre du transfert de technologies entre schneider electric et ses partenaires algériens. remelec est une entreprise algérienne privée, spécialisée dans tout ce qui a trait à l’énergie électrique. elle fabrique du matériel électrique et électromécanique, à savoir les groupes électrogènes. remelec réalise aussi des installations de moyenne et basse tension, et produit, entre autres, de l’énergie photovoltaïque. ainsi, cette licence permettra à remelec de produire des transformateurs 36Kv au sein de sa nouvelle usine, dont le siège est situé à la zone industrielle de rouiba et de produire des cellules de moyenne tension de 36Kv en complément du transformateur, le tout pour couvrir les besoins du marché algérien, estimés à 10.000 transformateurs électriques. remelec compte plusieurs entreprises publiques parmi ses clients, à l’instar de la sonelgaz, qui a mis en œuvre un ambitieux plan d’investissement. ce contrat entre remelec et schneider electric permettra aussi d’augmenter la production locale. «les produits pour lesquels nous avons acquis les licences de fabrication auprès de schneider electric sont destinés exclusivement au marché algérien», a déclaré M. cherif aber-

Un accord de partenariat entre Schneider Electric, spécialiste mondial de la gestion de l’énergie, et Remelec, société algérienne spécialiste dans la fabrication et la ditribution de matériels et solutions électriques et électromécaniques, a été signé hier à Alger.

Savoir-faire et transfert technologique au programme

Economie

11

l’outil industriel pharmaceutique en algérie, composé actuellement d’une centaine d’unités déjà fonctionnelles et une dizaine en construction, pourra couvrir 70% des besoins du pays en matière de produits pharmaceutiques, a indiqué hier à oran le président de l’union nationale des opérateurs de la pharmacie (unop). en marge de l’ouverture du 2e salon international de l'industrie pharmaceutique, M. abdelwahed Kerrar a souligné que l’algérie dispose d’une centaine d’unités industrielles aux normes internationales et d'une dizaine en cours de réalisation, se référant à une étude réalisée par l’unop en 2012. "cet outil industriel peut couvrir facilement 70 % des besoins du pays en la matière", a-t-il déclaré à l’aps, affirmant que "l’industrie pharmaceutique se porte bien grâce aux investissements massifs faits par des algériens et des sociétés étrangères de droit algérien et l’interdiction de l’importation des produits fabriqués localement. " en 10 ans, nous avons décuplé la production et triplé nos capacités de couverture des besoins. en 2002, l’algérie fabriquait

L’outil actuel pourra couvrir 70% des besoins du pays

2e salon inTernaiTonal de l’indusTrie pHarMaceuTique

kane, pdg de remelec. «nous sommes en mesure de fabriquer nos propres produits et prévoyons de produire aux alentours de 6.000 transformateurs par an. cela nous permettra donc de fournir aux entreprises publiques avec lesquelles nous travaillons, du matériel à 100% algérien. remelec est l’un de nos partenaires privilégiés depuis près de dix ans», a ajouté christophe begat, dg de schneider electric algérie. «cela montre le niveau de confiance qui existe entre remelec et schneider electric : nous sommes fiers que nos produits soient désormais fabriqués localement par son usine de rouiba. cela entre dans le cadre du transfert de technologies que le gouvernement souhaite voir se faire entre entreprises étrangères et fabricants

algériens. cela nous permettra également de soutenir les autorités algériennes dans tous ces projets à forte demande énergétique à limiter leurs dépenses énergétiques et à réaliser le plus d’économies possibles.» il a, par ailleurs, annoncé que la société qu’il représente est actuellement en discussion avec Kahrakib, filiale de sonelgaz, et une société privée, en vue de monter «un partenariat triangulaire» pour la réalisation d’un projet industriel de fabrication d’équipements électriques à oran pour le compte de sonelgaz. «le projet est actuellement en phase de discussion», indique M. begat, sans fournir plus de détails. pour rappel, schneider electric algérie et remelec, partenaires depuis 2004 déjà, avaient conjointement

lancé un institut de formation mixte d’ingénieurs en énergies renouvelables. présent à la cérémonie de signature, à laquelle a assisté, également, le secrétaire général de l’ugTa, M. abdelmadjid sidi saïd, le ministre du développement industriel et de la promotion de l’investissement, M. amara benyounès, souligne que cet accord s’inscrit en droite ligne de la nouvelle politique de l’industrie, axée sur la promotion du partenariat entre les secteurs public/privé et sociétés étrangères pour relancer l’industrie algérienne. il confirme aussi que le gouvernement favorise les partenariats publicpublic et public-privé, dans le cadre d’une vision concrète de la relance industrielle, qu’il s’agit désormais de concrétiser par des actes. la finalité de la démarche étant de redynamiser les entreprises nationales et par là même booster la production nationale. le ministre affirme aussi que les pouvoirs publics sont prêts à assumer leur rôle de «catalyseur» et de  «facilitateur». pour sa part, abdelmadjid sidi saïd, secrétaire général de l’ugTa, tout en insistant sur la nécessité de redresser le tissu industriel, souligne que «c’est par un tel partenariat qu’il sera possible de relancer la production industrielle nationale», ajoutant que «les potentiels matériel et humain de l’algérie pourraient placer notre pays au rang des plus attractifs» en matière d’investissements. M. sidi saïd a estimé que la mise sur les rails de l’industrie nationale, devra permettre à l’algérie de créer plus d’emploi et de richesse. le sg de l’ugTa a appelé à «conjuguer les efforts et fait part du coût élevé des importations qui ne cessent de mettre l’économie nationale à rude épreuve». Farid B.

TarificaTions illégales de produiTs subvenTionnés eT plafonnés à alger

la valeur des tarifications illégales sur les prix de produits subventionnés et plafonnés par l'etat a dépassé 1,5 million da durant les huit premiers mois de l'année 2013, a-t-on appris hier auprès des services de la direction du commerce de la wilaya d'alger. 135 infractions ont été dressées dans le cadre des interventions des services de contrôle de la wilaya d'alger durant la même période concernant notamment l'application de tarifications illégales sur les prix de certains produits subventionnés et plafonnés par l'etat d'une valeur estimée à 1,58 million de da, a déclaré à l'aps Mohamed. Hadjal, responsable du contrôle à la direction du commerce de la wilaya d'alger.

Une valeur de plus de 1,5 million DA
ces pratiques ont concerné notamment les prix de la semoule et la farine non conditionnées, fixés depuis 1996 respectivement à 40 da et 27,5 da. la subvention et le plafonnement du gouvernement des produits alimentaires, englobent l'huile, le sucre, le lait, le pain, la semoule et la farine. selon le ministère du commerce, le gouvernement consacre annuellement, près de 250 milliards de dinars à la subvention des prix des produits de base à l'instar du lait, du blé (dur et tendre) et du sucre. par ailleurs, les services de la direction du commerce de la wilaya d'alger ont procédé à la fermeture de 507 locaux dans la période allant de janvier à août 2013, suite à 135.000 opérations de

des produits pharmaceutiques pour un investissement de 80 millions de dollars, dépassant aujourd'hui un milliard de dollars, a-t-il ajouté. "Toutefois, plusieurs contraintes entravent encore la vraie relance du secteur, principalement les lourdeurs administratives qui doivent être levées", a encore souligné M. Kerrar relevant,

entre autres, une lenteur dans l’enregistrement des produits, une défaillance flagrante en moyens humains et matériels pour accompagner les fabricants locaux dans l’enregistrement de leurs produits. a titre d’illustration, il a cité l’exemple d’une entreprise algérienne qui devait enregistrer son produit et l’exporter vers la Tu-

nisie, où les formalités administratives ont pris 8 mois et l’opération allait échouer. "le système des prix trop rigide, même si dans sa logique il est sain, doit être revu car le producteur reste toujours insuffisamment rémunéré", a-t-il ajouté faisant remarquer également que la formation fait aussi défaut. "une formation universitaire inadaptée aux besoins des fabricants, qui doivent former à leur charge les universitaires qu’ils recrutent", a-t-il déclaré. selon le même responsable, des décisions doivent être prises pour avoir une réglementation moderne, soit une mise à niveau de la réglementation pour une fluidité dans les procédures administratives. Tous ces soucis doivent être pris en charge par "la mise en œuvre d’une agence de médicament puissante afin d’accompagner les fabricants dans leurs démarches et atteindre une industrie pharmaceutique forte", a conclu M. Kerrar. 153 exposants de 21 pays prennent part à la 2e édition du salon international des fournisseurs de l’industrie pharmaceutique de l’afrique du nord de trois jours, ouvert mardi.

contrôle au niveau de la wilaya. les interventions de ces services qui ont touché les différentes activités de production, de distribution et de vente de gros et de détail, ont été sanctionnées par la saisie de marchandises impropres à la consommation ou ne répondant pas aux règles en vigueur, d'une valeur estimée à plus de 22 millions de da. le manque d'hygiène, la mise en vente de produits impropres à la consommation, le non-affichage des prix et l'absence des étiquetages, sont les principales raisons de ces sanctions. la valeur des transactions commerciales non facturées s'élève à 1,5 milliard da, selon la même source.

Mercredi 2 octobre 2013

les actions de sensibilisation entreprises par les autorités algériennes pour inciter la communauté d’affaires nationale établie à l’étranger à investir en algérie ont été présentées par l’agence nationale de développement de l’investissement (andi), lors d’un séminaire organisé récemment à portoroz (slovénie). cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme euromed Migration iii, a constitué une opportunité d’échange d’expériences entre les pays des deux rives de la Méditerranée en matière de politiques d’investissement, précise l’andi sur son site web. il s’agissait également d’adopter des mécanismes favorisant la contribution des migrants dans la croissance économique. dans ce cadre, l’andi a fait part de son expérience qui s’est traduite par des actions de sensibilisation entreprises à l’effet d’inciter la communauté d’affaires nationale établie à l’étranger pour investir en algérie. en outre, l’agence a participé aux ateliers organisés au cours de cette rencontre, portant principalement sur les voies et moyens susceptibles d’assurer un meilleur apport des migrants en matière de transfert de connaissances et de savoir-faire.

La contribution de la diaspora algérienne à l’économie

séMinaire en slovénie

12
BEJAIA

MOHAMED BENDOU, DIRECTEUR DU LOGEMENT DE LA WILAYA :

Le secteur du logement dans la wilaya de Béjaïa a connu, ces dernières années, une impulsion qualitative, avec le suivi et la réalisation des différents programmes retenus. Un secteur très dynamique qui a la charge de réaliser un programme ambitieux à travers la wilaya. Certes, l’honneur revient au directeur du logement de la wilaya, Bendou Mohamed, qui a su, en un laps de temps, redresser la situation pour lancer tous les programmes en instance et ceux inscrits en 2013.

« Le programme de réalisation de logements est très positif »

Régions

EL MOUDJAHID

L

e directeur du logement de la wilaya nous a brossé un tableau complet de la situation du logement à travers la wilaya. Ainsi, le logement, tous segments confondus, à travers la wilaya, comporte le logement public locatif (LPL), géré par l’OPGI, le logement public aidé (LPA), l’habitat rural, AADL et le logement public promotionnel (LPP). Pour le logement public locatif, la wilaya de Béjaïa a bénéficié de 18.402 unités, dont 402 logements antérieurs à 2010, 13.000 logements de 2010 et 5.000 logements complémentaires accordés lors de la visite du Premier ministre le 27 avril dernier. À Oued Ghir, 4.270 logements sont déjà lancés, destinés à la commune de Béjaïa et réalisés par deux entreprises étrangères. Ces logements qui devraient être réalisés sur le plateau de Sidi Boudrahem ont été délocalisés à Oued Ghir pour problème de foncier. Pour l’habitat précaire (RHP), programme quinquennal 2005/2009, un nombre de 2.100 logements ont été lancés sur le terrain, auxquels s’ajoutent 1.500 logements complémentaires accordés par le Premier ministre. Ce programme a été réalisé après une enquête d’une commission mixte présidée par la direction du logement de la wilaya. Cette commission a été installée suite aux instructions du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, et du wali de Béjaïa qui avait la mission d’enquêter sur les logements précaires et établir un dossier avec photos des sites à travers les communes concernées. Le logement public aidé géré par la DLEP, avec 5.025 unités de l’ancienne formule LSP, sont achevés, en plus du programme 2010/2014 qui compte 1.880 unités et dont 955 logements sont en cours de réalisation avec 140 logements à Amizour, 265 à Kherrata, 233 à Oued Ghir, 80 à Souk El-Tenine, 202 Adekar et 35 à E-Kseur. Alors que les 925 logements restants prévus à Sidi Boudrahem sont en voie de lancement après leur délocalisation vers Oued Ghir. Selon le directeur de logement, M. Bendou, «des efforts ont été faits pour préparer le terrain d’Oued Ghir une fois que le plateau de Sidi Boudrahem était jugé pas prêt à accueil-

CONSTANTINE

e pays de transit, l’Algérie est devenue une destination d’immigration, et seul l’établissement d’une véritable législation nationale en la matière est à même de faire face à cette nouvelle situation», a déclaré le directeur du Conseil italien pour les réfugiés (CIR), M. Cristopher Heine, lors d’une conférence de presse tenue avant-hier à Constantine, à l’occasion de l’organisation d’un atelier technique sur le thème «Consolidation des axes déterminants de la migration mixte». S’exprimant en tant que représentant du principal partenaire de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l'homme (CNCPPDH) dans le projet pour réfugiés et migrants en Algérie, M. Heine a tenu a saluer les efforts de l’État concernant la prise en charge des réfugiés, notamment ceux en provenance du Mali et de la Syrie, tout en insistant sur la nécessité de doter le pays d’«instruments législatifs, administratifs et structurels, en tenant compte de ce qui a été fait dans d’autres pays, européens notamment». Pour sa part, le secrétaire général de la CNCPPDH, Abdelouahab Merdjana, a indiqué que l’atelier

«D

Le nécessaire renforcement de la législation nationale
ATELIER TECHNIQUE SUR LE THÈME DE LA MIGRATION MIXTE

lir ce programme». L’habitat rural a connu également une dynamique sans précédent puisque, au programme 2005/2009, quelque 11.325 logements ruraux ont été achevés, en plus de 21.200 logements inscrits au programme 2010/2014 et le Premier ministre a accordé, lors de sa visite, 6.000 autres logements. Ce sont 27.200 logements de plus pour la wilaya, dont 21.200 logements sont lancés. M. Bendou souligne que «l’instruction du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville du 19 juin dernier, pour l’allégement de la deuxième tranche, a permis de lancer rapidement le programme où 40% sont accordée aux bénéficiaires après présentation du permis de construire et 60% dès le lancement des gros œuvres». «Pour ce qui est des 6.000 logements ruraux complémentaires accordés par le Premier ministre, ils sont en voie de lancement après répartition à travers les daïras et seront achevés à la fin de décembre 2013.Les objectifs du ministère pour notre wilaya sont positifs et ont atteint 80%, comme le confirme le bilan du ministère. Le ministre a demandé un bilan mensuel pour un

suivi très rigoureux de cette opération», ajoute-t-il. Le programme du logement promotionnel public (LPP) géré par l’ENPI, dont 1.500 logements sont notifiés par le ministère le 3 juin dernier, la déglobalisation à travers les daïras est faite, l’étude est finalisée et ces logements seront prochainement lancés à travers les communes retenues après que la direction du logement eut dégagé les terrains fonciers. Le programme AADL avec la location-vente englobe 5.000 logements et sont répartis à travers les daïras de Sidi Aïch, Akbou, El-Kseur et Amizour. Le programme est en phase d’étude et la réalisation se fera par les moyens de l’agence. La wilaya de Béjaïa est confrontée à un besoin complémentaire de logements pour affronter les habitations touchées par le séisme du 29 novembre dernier. La commission composée de la DLEP, daïra et Domaines a recensés 3.469 habitations, dont 465 classés en vert 2, 2333 en orange 3, 738 en orange 4 et 33 en rouge. Une enveloppe financière de 20 milliards de centimes a été accordée à cet effet et les dossiers des victimes sont traités cas par cas. La

répartition a été faite selon la gravité des dégâts où 150.000 DA ont été réservés pour le vert 2, un montant de 300.000 DA pour l’orange 3 et 700.000 DA pour l’orange 4. Tous les dossiers sont en voie d’achèvement, et la DLEP vérifie sur le terrain toutes les habitations, bien que le travail a été déjà accompli par la daïra. L’OPGI est désigné maitre d’ouvrage pour la réhabilitation des habitations classées orange 4. Par ailleurs, la direction du logement de la wilaya de Béjaïa gère le volet des équipements publics où un travail de réalisation colossal a été entrepris au profit des secteurs de l’enseignement supérieur et de l’éducation. Pour l’enseignement supérieur, la DLEP a réalisé des projets pour le compte de l’université Abderrahmane-Mira de Béjaïa qui a bénéficié, au titre du programme 2010/2014 de 12.000 places pédagogiques a travers les campus d’ElKseur et de Béjaïa. Selon M. Bendou, «2.000 places pédagogiques ont été réalisées et réceptionnées pour la rentrée 2012/2013 avec l’opération 2011, dont 1.000 places à Targua Ouzemour et 1.000 places à

Aboudaou». D’ailleurs, l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur a signalé, lors de sa dernière visite dans la wilaya, que Béjaïa est la seule wilaya à avoir lancé les 12.000 places pédagogiques inscrites au programme. Pour les cités universitaires, 6.000 lits sont inscrits dont 1.000 lits seront opérationnels pour cette rentrée universitaire à El-Kseur. À Amizour, 5.000 lits sont en voie de construction pour que 3.000 lits soient livrés au premier trimestre 2014 et 2.000 lits au troisième trimestre de la même année. Le programme de viabilisation freine l’achèvement de ce programme où il fallait recourir à une autre inscription extra-muros dont le dossier a été transmis en août dernier pour l’accord d’un marché de gré à gré. Ce plan de réalisation a reçu une cagnotte de 7,5 milliards de centimes et que les entreprises engagées ont été régularisées. Un programme complémentaire a été également accordé lors de la visite du Premier ministre qui comporte 6.000 places pédagogiques réparties entre Targua Ouzemour, ElKseur et Amizour. L’université réceptionnera, dans les prochains jours, 50 logements du boulevard KrimBelkacem, à Béjaïa, et 20 logements à El-Kseur. À l’indicatif du programme de gestion du recteur, 80 logements seront implantés à Sidi Ali Lebhar. Par ailleurs, une convention a réservé un quota de 380 logements LPA pour les enseignants universitaires. La DLEP a suivi l’opération de réhabilitation de 11 cités universitaires qui sont achevées dans le cadre du programme d’urgence pour un montant de 117 milliards de centimes. Une opération qui a touché l’étanchéité, les conduites de gaz, l’éclairage et le chauffage central. 40 milliards de centimes ont été destinés uniquement pour le paiement des entreprises engagées. La direction du logement a procédé au lancement de 18 lycées pour le secteur de l’éducation sur les programmes 2010 et 2013. Ainsi, la direction de logement, qui a été pratiquement sur tous les fronts, a réalisé un bilan positif pour les programmes lancés. M. Laouer

d’hier, le 9e en moins de deux ans, était l’ultime étape avant l’organisation d’une conférence internationale à Alger. «D’une certaine manière, la boucle est bouclée et cette série d’ateliers sur tout le territoire national nous aura permis de cadastrer et d’avoir une vision plus claire du phénomène de la migration mixte, et surtout d’en sortir avec de précieux enseignements. Le bilan définitif de notre travail sera dressé

lors de la conférence internationale qui se tiendra les 10 et 11 décembre à Alger.» À propos de cette même conférence dont la tenue coïncidera avec le 65e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, M. Heine ajoute : «Concernant l’Algérie, nous avons élaboré une approche régionale impliquant les pays voisins, avec notamment la mise sur pied d’un observatoire régional qui contribuera à l’établisse-

ment d’un contact permanent entre les différents partenaires méditerranéens. La conférence d’Alger s’inscrit dans ce même ordre d’idées et aura pour objectif de pousser au dialogue entre les différents pays de la région.» Pour rappel, le projet du CIR pour réfugiés et migrants en Algérie, initié en 2011 et cofinancé par la Commission européenne, dans le cadre du Programme thématique de coopération avec les pays tiers en matière de migration et d’asile, et également par le ministère de l’Intérieur italien, a pour principaux objectifs, outre la réalisation d’une étude sur les flux migratoires mixtes dans le pays et leur gestion, le renforcement des compétences juridiques et procédurales en faveur des acteurs clés, institutionnels et non gouvernementaux, impliqués dans le domaine, la réalisation d’activités d’assistance directe adressées aux réfugiés et migrants en Algérie, ainsi qu’un travail de sensibilisation en direction de l’opinion publique nationale, avec la participation des médias et de la société civile. I. B.

Mercredi 2 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

TIZI OUZOU

«Les enveloppes financières accordées par le Premier ministre sont mises en place»
LE P/APW G Ordures, pillage de sable et anarchie urbanistique : des fléaux à éradiquer.

Régions

13

L

e président de l’Assemblée populaire de la wilaya de TiziOuzou, M. Hocine Haroun, a exhorté hier les élus de l’assemblée et les pouvoirs publics locaux à déployer plus d’efforts «pour entrer de plein pied dans une nouvelle étape de développement de la région. Une tâche ardue qu’aucune excuse, aucun subterfuge ne peuvent justifier une simple négligence». S’exprimant à l’ouverture de la session de l’assemblée qu’il préside, consacrée aux bilans des rentrées professionnelles, scolaires et universitaires, de l’aménagement, M. Haroun a insisté sur la nécessité d’une mobilisation sans faille des élus et pouvoirs publics pour enclencher une véritable et non moins continuelle dynamique de développement local, d’autant que les moyens financiers et la volonté de faire mieux existent. «Vous avez constaté, honorable assistance, que la quasi-totalité des directions de wilaya s’étaient déployées et avaient déployé tous leurs efforts avant la visite du Premier ministre et avant le 05 juillet 2013, et les résultats avaient alors démontré que quand on veut on peut. Et ce n’est pas un hasard qu’une trémie, celle de Sihk Oumeddour en l’occurrence, ait été inaugurée trois mois, jour pour jour, après son lancement. Tous les sièges de direction ont pratiquement été achevés. La ville était propre, les routes asphaltées, les lampadaires réparés…», a-t-il rappelé pour motiver davantage les auteurs de ces exploits et à poursuivre sur cette lancée. Le président de l’APW n’a pas manqué également de mettre en exergue l’importance des projets inscrits à l’indicatif de la wilaya à la faveur de la dernière visite du Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal dans la wilaya de Tizi-Ouzou, annonçant au passage que toutes les enveloppes financières accordées par M.

Sellal sont d’ores et déjà mises en place. Avec ces enveloppes conséquentes, enchaine le P/APW, «nous aurons de quoi payer des assiettes de terrain pour réaliser l’ambitieux programme du logement. Nous aurons notre CHU, nous achèverons l’autoroute vers Azazga et au-delà, avec ponts, trémies et échangeurs… Nous construisons de nouveaux lycées, CEM et écoles primaires, nous entamerons l’étude de la route express Michelet-Draâ El Mizane… et nous lancerons par la même occasion la pénétrante, le téléphérique et moult autres projets qui concernent en particulier l’aménagement urbain et l’habitat, dont le nombre de logement à réaliser d’ici 2015 couvrira aisément la demande». Pour le président de l’APW de Tizi-Ouzou, tous ces in-

dices démontrent que le développement de la région est possible. «Il y a donc de quoi avoir et garder espoir sur l’avenir du développement dans notre wilaya, à condition bien sûr que l’outil autant humain que matériel suive, car celui existe bel et bien», at-il sincèrement et franchement reconnu. Si M. Haroun s’est montré particulièrement confiant et a rassuré quant au développement inéluctable de la wilaya, il n’en était pas de même tempérament en évoquant la situation environnementale y prévalant dans la wilaya de Tizi-Ouzou. «Une situation dans laquelle tout le monde semble patiner». «Neuf mois après notre installation, le temps d’une maturation, malgré nos discours à chaque occasion, malgré les

promesses d’agir de l’administration, la situation de l’environnement reste en l’état ou pire en certains lieux. C’est à croire que nous sommes condamnés à vivre avec et dans les immondices, à nous adapter et accepter la fatalité», a-t-il amèrement déploré, en se lamentant de relever «qu’aucun geste efficace pour nettoyer définitivement nos routes nationales, chemins de wilaya ou communaux et les quartiers de nos villes qui regorgent de souillures n’a été osé, excepté les villages dont le mérite de leur propreté revient plus aux comités et aux associations». Tout en avouant avoir «un moral entamé» devant l’ampleur qu’a pris ce fléau, M. Haroun a insisté sur l’urgence d’agir pour trouver les voies et moyens stables et pérennes pour en-

tamer dans l’immédiat le processus d’élimination de ces déchets, en mettant en exergue la disponibilité de l’assemblée qu’il préside à intervenir sur le budget de wilaya en accordant aux profits des communes des subventions destinées exclusivement à signer des conventions avec des entreprises spécialisées dans le domaine de la collecte et traitement des ordures, comme elle l’a si bien fait pour le ramassage scolaire. Vu l’ampleur qu’a pris la situation environnementale dans cette wilaya, le P/APW a annoncé que la prochaine session de cette assemblée sera consacrée exclusivement à l’environnement sous tous ses aspects. Le pillage du sable sur l’Oued Sébaou, principale source d’alimentation en eau potable de la wilaya de Tizi-Ouzou, est aussi un autre fléau auquel le PAW a demandé des solutions urgentes et efficaces. Pour M. Haroun, cette activité illégale et anarchique du pillage du sable constitue une véritable menace pour la nappe phréatique qui se «pollue et se meurt». «Direction de l’hydraulique, police, gendarmerie… il faut arrêter cette hémorragie sinon la génération future nous accusera de nonassistance à personne en danger !», at-il alerté, en indiquant que des solutions palliatives à «ce massacre» existent. Le P/APW a, par ailleurs, relevé dans son discours d’ouverture de cette session l’anarchie dans la construction dont sont affublées nos villes où «les PDAU et POS arrivent plus à corriger qu’à prévoir des espaces à construire et la spéculation et la prédation ont pris le pas sur la planification et la rationalisation des espaces comme des appétits». «Il faut arrêter de gérer par l’urgence. Il faut prévoir, planifier et anticiper…», a-t-il préconisé. Bel. Adrar

Un mort et 26 blessés en une semaine
ACCIDENTS DE LA CIRCULATION

Une agence commerciale d’Algérie Télécom ouvrira aujourd’hui ses portes à Azeffoun, à la satisfaction générale des clients de cet opérateur public qui sont au nombre de 1.500 abonnés pour la téléphonie fixe et WLL et 68 abonnés ADSL, apprend-on. Cette nouvelle agence, dont le coût de réalisation est

Ouverture d’une agence commerciale d’Algérie Télécom
AZEFFOUN
de l’ordre de 800 millions de centimes, est implantée au niveau de la cité 92 logements de la ville d’Azeffoun. Cette agence commerciale permettra aux clients d’Algérie Télécom de s’acquitter sur place de leurs factures, opération effectuée auparavant au niveau de l’agence commerciale de la ville de

Tigzirt, soit à plus d’une vingtaine de kilomètres de la ville d’Azeffoun. Ces clients pourraient désormais payer et renouveler leur abonnement internet au niveau de trois guichets de cette nouvelle agence. B. A.

Trente-quatre accidents de la circulation ont été recensés par les services de la Protection civile de la wilaya de Tizi-Ouzou durant la période allant du 22 au 28 du mois courant, selon un bilan hebdomadaire de cette institution. Sur les 34 accidents enregistrés à travers plusieurs axes routiers de la wilaya, 19 sont des dérapages et renversement, 9 sont dûs à des collisions alors que les 6 autres accidents sont corporels, précise-t-on dans le même bilan. Vingt-six blessés et un mort est le bilan de ces accidents. La personne décédée a été percutée dans la nuit de lundi dernier par un véhicule alors qu’elle s’apprêtait à traverser la route sur l’axe autoroutier de la rocade sud, à hauteur de la nouvelle gare routière de Kef Naâdja, selon toujours le même bilan. Cet axe autoroutier longeant cette nouvelle gare est désormais considéré comme un point noir de la circulation automobile dans la wilaya de Tizi-Ouzou. En effet, des citoyens préférant traverser cet axe pour rejoindre la gare routière au lieu d’emprunter la passerelle s’y trouvant ont été mortellement percutés par des véhicules roulant à vive allure. B. A.

Une nouvelle brigade de Gendarmerie nationale a été mise en service, hier, à Makouda, une vingtaine de kilomètres au Nord du chef-lieu de wilaya de TiziOuzou, a-t-on appris auprès du groupement wilaya de ce corps de sécurité. Cette nouvelle brigade, réalisée dans le cadre du plan de redéploiement de ce corps de sécurité dont certaines de ses structures ont été délocalisées suite aux événements douloureux d’avril 2001, sera opérationnelle à partir d'aujourd’hui, a-t-on indiqué de même source. Implantée sur le site de l’ancienne brigade, délocalisée au lendemain de ces mêmes événements tragiques, cette nouvelle brigade couvrira les communes de Makouda et Boudjima qui dépendaient auparavant de la brigade de Sidi Naâmane. La mise en service de cette brigade mettra ainsi fin à la faible couverture sécuritaire ayant prévalu dans ces deux régions et qui a été la cause principale de la prolifération de différents actes de banditisme, dont le dernier hold-up contre l’agence postale de la localité de Boudjima perpétré par des individus armés en plein jour. Avec la mise en service de cette brigade, le nombre de

Mise en service de la brigade de Makouda
GENDARMERIE NATIONALE

brigades opérationnelles dans la wilaya de Tizi-Ouzou a atteint 22 brigades, soit un taux de couverture de seulement 34%. Deux autres nouvelles brigades devraient être mises en service avant la fin de l’année

en cours, alors qu’une dizaine d’autres brigades sont en cours de réalisation à travers des communes de la wilaya, apprend-on de même source. Bel. A.

Mercredi 2 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Le calme était revenu, hier matin à Kidal, dans le nord du Mali, à l’issue de deux jours d’accrochages entre des rebelles touareg et l’armée malienne, ainsi que dans la garnison de Kati, près de Bamako, où des soldats avaient tiré en l’air pour exiger des promotions, a appris l’AFP de sources militaires.

Retour au calme à Kidal et chez les militaires à Bamako
MALI
août, le calme était également revenu hier matin. «Le ministère de la Défense prend les mesures nécessaires pour maintenir le calme sur le terrain», a déclaré à l’AFP un proche collaborateur du ministre de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga. «Les militaires mécontents ont quitté le réduit qu’ils occupaient à l’intérieur du camp militaire de Kati, les pourparlers sont en cours», a-t-il ajouté. «Le contact est noué avec les quelques dizaines de soldats qui ont tiré des coups de feu en l’air» lundi et «ils ont relâché l’otage» qu’ils avaient pris, «c’est bon signe», selon cette source. L’otage libéré est un proche du général Sanogo et il a été blessé par balle à la cheville, selon sa famille. Awa Coulibaly, membre de l’Association des femmes de militaires de Kati, a confirmé le retour au calme. Selon un responsable malien de la sécurité, parmi les jeunes militaires en colère de Kati, figurent des membres de la garde d’anciens responsables de la junte qui avait brièvement pris le pouvoir en mars et avril 2012.

Monde

15

Large victoire de l’opposition socialiste
L’opposition socialiste a remporté une large victoire aux élections municipales de dimanche au Portugal, en obtenant une majorité de voix et de mairies devant les partis de la coalition de droite au pouvoir, selon les résultats officiels publiés lundi. Quelque 9,5 millions d’électeurs étaient appelés à voter lors d’un scrutin marqué également par un taux d’abstention record pour ce type d’élection, à 47,41% contre 41,8 % en 2009. Le Parti socialiste est arrivé en tête, avec 36,25 % des voix, contre 16,67 % au Parti social démocrate (PSD, centre droit) du Premier ministre Pedro Passos Coelho, selon les données du ministère de l’Intérieur portant sur 307 des 308 municipalités concernées. Le parti conservateur CDS, membre de la coalition gouvernementale, a recueilli 3,04 %. Lors des dernières municipales en 2009, le PS avait obtenu 37,67 % des voix contre 22,95 % au PSD et 3,09 % au CDS. A la tête de diverses coalitions formées localement avec d’autres partis de droite, le PSD a recueilli dimanche 14,74 % de voix supplémentaires. Au total, les partis au pouvoir depuis juin 2011 ont donc obtenu 34,45 % des voix, contre 38,93 % en 2009. Les socialistes ont également remporté le plus grand nombre de mairies en s’imposant dans 143 municipalités, contre 132 en 2009. Seul ou allié à d’autres partis de droite, le PSD a remporté 106 mairies contre 138 il y a quatre ans. Il s’agit de son plus mauvais résultat depuis 1989, quand il avait gagné dans 114 municipalités. Le CDS a en revanche remporté cinq mairies contre une seulement en 2009. Troisième formation avec 11,07 % des voix, contre 9,76 % en 2009, la coalition communistes-verts a conquis 33 mairies, contre 27 auparavant. Le Bloc de gauche, parti d’extrême gauche également représenté au Parlement national, a de son côté perdu la seule mairie qu’il contrôlait en ne recueillant que 2,42 % des voix, contre 3,01 % en 2009. Les 80 candidats indépendants, un record par rapport aux 54 qui s’étaient présentés il y a quatre ans, ont obtenu 6,84 % des voix et 13 mairies dont celle de Porto, la grande ville du nord du pays, contre 4,09 % et sept mairies en 2009.

MUNICIPALES AU PORTUGAL

K

idal, un fief de la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) «le calme est revenu», a affirmé une source militaire africaine de la force de l’ONU au Mali (Minusma). Selon elle, c’est «l’ouverture d’une banque gardée par des troupes régulières» qui a provoqué les accrochages avec les rebelles armés du MNLA, car c’est pour eux «un symbole du retour de l’Etat malien dont ils ne veulent pas». «Nous avons trouvé une solution médiane», a-t-on ajouté : «Ce sont des éléments de la Minusma qui gardent désormais les lieux. Symboliquement, dans le dispositif devant la banque, on compte un seul soldat malien». Cependant, selon la même source, «tout n’est pas réglé» et «il faut rester vigilant, les esprits étant toujours échauffés». A Kati, à 15 km de Bamako, où lundi des militaires proches du général Amadou Sanogo, auteur du putsch du 22 mars 2012 qui avait précipité le Mali dans le chaos, avaient tiré en l’air pour exiger des promotions comme celles accordées à Sanogo, capitaine bombardé général en

D

es hommes armés du groupe armé «Ansar al-Charia», lié au réseau terroriste d’Al-Qaida, étaient barricadés, hier, dans le QG de l’armée yéménite à Moukalla (sud-est du) qu’ils avaient attaqué, lundi, en faisant cinq morts et dont les forces gouvernementales ont repris le contrôle, a indiqué une source militaire. «Des hommes armés d’Ansar al-Charia se trouvaient encore au troisième étage» des locaux de l’armée où «ils retiennent des militaires», a déclaré la source militaire, citée par l’agence AFP, sans préciser leur nombre ou celui de leurs otages. «Ils se barricadent au troisième étage du bâtiment» servant de QG à la 2e région militaire de l’armée de terre, auquel ils avaient donné l’assaut lundi, a-t-on précisé de même source. L’armée avait repris lundi soir le contrôle du bâtiment à l’exception

Des assaillants d’Al-Qaïda toujours barricadés au QG de l’armée
YÉMEN
du 3e étage où nombre d’assaillants ont réussi à séquestrer des militaires, ont rassuré des sources militaires, citées par la même agence. Lundi soir, des sources militaires avaient annoncé la reprise par l’armée du bâtiment aux insurgés, dont plusieurs ont été blessés ou capturés. Au total, l’attaque a fait cinq morts parmi les militaires, selon la même source. Un précédent bilan de source hospitalière faisait état de quatre morts parmi les militaires et de 7 blessés. Les assaillants sont présentés comme des membres d’Ansar al-Charia, un groupe armé lié à Al-Qaïda. Les hommes du réseau terroriste restent actifs dans le sud et l’est du Yémen, et tentent de s’implanter dans la province du Hadramout après avoir été chassés par l’armée d’autres régions du sud.

Près de 1.000 morts en septembre
VIOLENCES EN IRAK

Six personnes tuées dans le Sinaï
EGYPTE

La publication des résultats du vote reportée
LÉGISLATIVES EN GUINÉE

P

rès d’un millier de personnes ont été tuées et plus de deux mille autres blessées dans des violences en Irak en septembre, a annoncé, hier l’ONU. Au total, 979 Irakiens ont été tués et 2.133 autres blessés en septembre dans des actes de violences, a révélé la mission d’assistance des Nations unies en Irak. Le bilan des trois derniers mois, qui oscille entre 800 et 1.000 morts par mois, confirme, selon les observateurs, la dégradation de la situation sécuritaire et le retour au niveau de violence de 20062007. La capitale Baghdad et ses environs ont été les plus durement frappés par les violences avec 418 morts et 1.011 blessés, suivie par les provinces de Ninive,

Diyala, Salaheddine et Anbar, précise l’ONU. Le bilan établi par les autorités irakiennes pour septembre est de 971 morts, dont 86 rebelles abattus par les forces de sécurité. Le 21 septembre a été la journée la plus sanglante, plus de 90 personnes ont été tuées, en particulier dans un attentat à la bombe lors de funérailles dans le quartier de Sadr City à Baghdad, selon un bilan établi par des médias à partir de sources médicales et de sécurité. L’Irak connaît depuis le début de l’année un regain de violences, sur fond d’impasse politique qui pourrait se prolonger jusqu’aux élections législatives prévues en 2014, selon des analystes.

Trois policiers et un soldat et deux civils ont été tués lundi par des hommes armés dans le Sinaï, péninsule du nord de l’Egypte en proie à des combats entre des groupes islamistes et les forces de l’ordre, ont annoncé de hauts responsables de la sécurité. Un civil a été tué par des inconnus dans une autre attaque dans la même région. Des hommes masqués ont ouvert le feu dans la matinée sur les gardes qui assuraient la sécurité d’un poste de police à Al-Arich, sur la mer Méditerranée, tuant trois policiers, selon ces responsables. Les assaillants ont ensuite pris la fuite. Plus tard, des inconnus à bord d’une voiture ont tiré en direction d’un véhicule blindé de l’armée stationné dans le sud de cette ville, tuant un soldat avant de s’enfuir, selon les mêmes sources. Enfin, plus à l’est, à Cheikh Zouwayed, près du point de passage de Rafah vers Ghaza, des hommes armés ont ouvert le feu près d’un poste de contrôle routier, tuant un civil, selon d’autres responsables des forces de sécurité.

La publication des résultats des élections législatives en Guinée, initialement prévue pour mercredi prochain, a été reportée, a annoncé lundi, le premier vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de Guinée, Ibrahima Kalil Keita. Selon lui, la commission électorale de totalisation n’a reçu encore aucun procès verbal (PV) de centralisation des résultats en provenance des régions administratives du pays. Pour M. Keita, des moyens logiciels de transport adaptés seront opérationnels dès mardi pour la collecte des PV et leurs acheminements vers Conakry, siège de la commission électorale. Il a affirmé que son institution est la seule habilitée à donner des résultats des votes selon la loi et que «tout résultat qui n’émane pas de la CENI doit être considéré comme nul et de nul effet». Selon les dispositions du code électoral en son article 89, la publication des résultats du vote dans un délai de 72 heures entre en vigueur dès après la réception du dernier procès verbal du scrutin électoral, a précisé le directeur du département juridique de la CENI, M. Kébé.

Mercredi 2 Octobre 2013

16 EL MOUDJAHID

Le président du jury de la section long métrage de la 7ème édition du festival d’Oran du film arabe (FOFA), le cinéaste algérien Ahmed Rachedi a indiqué que les films en compétition ont été jugés sur le plan cinématographique, loin de toute considération de leurs tendances politiques.

“Wihr d’or” pour Haradj wa maradj
dans la réalisation et la direction des comédiens», a encore ajouté Ahmed Rachedi. Le même réalisateur a souhaité «une plus forte présence du cinéma national» dans les prochaines éditions du FOFA, soulignant que ce festival a permis l’émergence du court’ métrage algérien. «Je me suis réjoui à l’idée que cette 7ème édition soit dédiée à la nouvelle vague du cinéma arabe pour faire découvrir les tendances et les préoccupations des jeunes réalisateurs, mais j’aurais aimé voir également d’autres films», a-t-il

CLÔTURE DU 7E FESTIVAL D’ORAN DU FILM ARABE

Culture

EL MOUDJAHID

17

55 poétesses attendues samedi à Constantine
FESTIVAL NATIONAL DE POÉSIE FÉMININE

LE GROUPE VÉNÉZUÉLIEN REBATINA AU PALAIS DE LA CULTURE

L

L’

Palmarès des œuvres primées
Les films Haradj wa maradj de Nadine Khan (Egypte) et Mariam de Bassil Al Khatib (Syrie) ont décroché le Wihr d’or, le grand prix de la compétition des longs-métrages. Le prix du meilleur rôle masculin et féminin de cette catégorie est revenu à l’acteur Fethi Hamdaoui dans le film Thursday afternoon (jeudi après-midi) de Tunisie, à l’actrice Yara Abou Haydar de Liban dans le film Asfouri et Tahani Selloum dans Line of sight (à portée d'œil) de Jordanie. Le prix du meilleur scénario a été décerné au film Echo de Sameer Aref d'Arabie saoudite. Le long-métrage Les damnés de Mohcine Besri a décroché le prix spécial du jury qui a décerné une distinction spéciale à l'actrice Sabrina Dahmani dans le film Dans la boîte (Algérie). Un prix a été également décerné au long-métrage L'ombre de la mer de l'Emirati Nawaf Al Janahi. Dans la catégorie des courts-métrages, le

« Le FOFA se déroulera désormais la dernière semaine de septembre »
La commissaire du Festival d'Oran du film arabe (FOFA), Mme Rabia Moussaoui, a indiqué à l’APS que cette manifestation annuelle se tiendra désormais durant la dernière semaine de chaque mois de septembre. "Les prochaines éditions du FOFA auront lieu durant la dernière semaine du mois de septembre de chaque année. C'est la période idéale pour organiser ce festival car ne coïncidant avec aucune autre manifestation arabe dédiée au 7e art ", a précisé la commissaire du festival, lundi soir, en marge de la cérémonie de clôture du FOFA. Depuis sa création en 2007, le FOFA s'est tenu en juillet, durant ses trois premières éditions, puis en décembre pour ses trois suivants rendez-vous, rappelle-t-on. La commissaire du FOFA s'est engagée, par ailleurs, à améliorer les conditions d'accueil des invités lors de la 8e édition. "Nous allons entamer d'ores et déjà la préparation du prochain rendezvous", a-t-elle assuré.

Appel à la mise sur pied d'ateliers de formation dans l'écriture de scénario
Le jury de la section longs métrages, présidé par le cinéaste algérien Ahmed Rachedi, a recommandé, à la clôture du festival d’Oran du film arabe, la mise sur pied d'ateliers pour la formation et l'encadrement dans l'écriture de scénario. Les membres du jury ont souligné, dans la soirée du lundi, avant la proclamation du palmarès de cette 7ème édition, la nécessité de mettre sur pied, lors des rendez-vous du festival, d'ateliers de formation et d’encadrement dans l’écriture de scénario, "l'un des points faibles du 7ème art arabe". La définition de critères et conditions devant présider au choix des films pour être en compétition et aux prix à attribuer à la fin du festival a été également recommandée par les membres du jury. Par la même occasion, le jury a salué les nouvelles tendances du film arabe assurées par de jeunes cinéastes "abordant de nouvelles thématiques dans un style esthétique et artistique prometteur". De leur côté, les membres du jury de la section documentaire ont appelé à accorder davantage d'intérêt à ce genre cinématographique, en retenant, lors des prochaines éditions, un plus grand nombre de films en compétition. Ils ont également recommandé une révision à la hausse de la valeur du prix destiné au meilleur documentaire, sachant que les réalisateurs de ce type de travail s'autofinancent pour produire leurs œuvres.

Ph. : Nesrine

auteur de «l’Opium et le Bâton «et «Ben Boulaid «a précisé à la presse, après la cérémonie de proclamation du palmarès et de la remise des prix, que le jury a jugé les films en compétition sur les plans cinématographique et artistique «sans prendre en considération les thèses et les messages politiques qu’ils véhiculaient». Les deux lauréats, ex-aequo du grand prix du FOFA, ont été primés «sur la base de leur scénario, de leurs valeurs artistiques convaincantes et du professionnalisme

commenté . La 7ème édition du FOFA a pris fin, dans la soirée de lundi, au cours d’une cérémonie organisée au Centre des conventions «Mohamed Benahmed» d’Oran. Deux longs métrages, «Miriam» du syrien Basil El Khatib et «Haraj wa maraj «de l’Egyptienne Nadine Khan, ont remporté en ex-aequo le grand prix «Wihr d’Or». L’Algérien Karim Moussaoui a reçu le grand prix dans la catégorie court -métrage pour son oeuvre «Les jours d’après». APS

film Les Jours d’avant du jeune réalisateur algérien Karim Moussaoui a décroché le grand prix. Deux diplômes d'honneur ont été décernés aux courts-métrages Booby de Mehdi Barsaoui (Tunisie) et L'exil de Mbarek Menad (Algérie). Le film

documentaire Un monde pas à nous de Mehdi Flifel (Palestine) a décroche le prix réservé à cette catégorie. Le long-métrage Le rire de Mona Lisa de Fadi G. Haddad (Jordanie) a remporté le prix du jury spécial journalistes.

a 6e édition du Festival culturel national de poésie féminine, prévue à partir de samedi prochain à Constantine, accueillera cinquante-cinq poétesses qui aborderont le thème de " La femme et la modernité en poésie", a indiqué lundi la commissaire de cet événement, Mme Mounira-Saâda Khelkhal. S'exprimant, lors d'une conférence de presse organisée à la maison de la culture Mohamed-Laïd-Al-Khalifa, Mme Khelkhal a déclaré que les poétesses, qui se succéderont durant une semaine sur les planches du Théâtre régional de Constantine (TRC), exprimeront par les vers "les choses de la vie" et "des thèmes liés au quotidien". Le thème de la femme et la modernité en poésie sera également mis en exergue à travers des communications portant sur "la poésie féminine algérienne contemporaine", "l’amour dans la poésie féminine en Algérie" et "la problématique de la littérature féminine algérienne dans la nouvelle et le roman", animées par des universitaires de Ouargla, d’Oran, de Tizi-Ouzou et de M’sila. Les candidates au traditionnel concours de poésie organisé à chacune des éditions présenteront, lors de cette 6e édition, "un condensé" de leurs œuvres poétiques au lieu d’un seul poème, a encore précisé la conférencière, soulignant que cet événement culturel, qui a aujourd’hui "mûri" vise "plus loin et plus haut pour célébrer la création féminine". Parallèlement à un hommage à des personnalités littéraires, artistiques et journalistiques du Liban, d’Arabie saoudite, de Jordanie, de Tunisie et d’Algérie, cette édition sera rehaussée par d'autres supports artistiques avec la présentation de la pièce théâtrale El Djamilate du Théâtre régional d’Annaba et des expositions artistiques et littéraires, a-t-on noté. La 6e édition du Festival culturel national de poésie féminine offrira au public constantinois des déclamations de poétesses du pays et se "déplacera" dans la wilaya d’Oum El Bouaghi pour "partager l’amour des belles lettres" avec le public de cette wilaya.

Une interprétation exécutée avec brio

L

e célèbre trio bolivien a donné dans la soirée de lundi dernier dans une atmosphère quasi monacale et une assistance composée essentiellement d’hispanophones un palpitant et savoureux concert avec une instrumentation faite uniquement des accords synchrones de guitares. Entrant dans le cadre de la semaine culturelle d’un pays ami de l’Algérie avec un large éventail d’activités artistiques initiées sous le patronage du ministère de la culture et de l’agence algérienne pour le rayonnement culturel, le récital s’est déroulé en présence de son excellence Monsieur Hector Michel Mujica Ricardo, ambassadeur de la République Bolivarienne du Venezuela qui avait annoncé en ouverture que la troupe de musiciens se déplacerait à Tindouf dans l’extrême sud, pour donner un autre concert en solidarité avec le peuple saharaoui avant de se produire à l’auditorium de la radio nationale. Le groupe Rebatina qui a vu le jour en janvier

L

Samira Kadiri offre une belle mosaïque andalouse
FESTIVAL INTERNATIONAL DU MALOUF
l'Irakien Saâd El Adhami et sa troupe. Plus d'une heure durant, Saâd a transporté le public, subjugué, dans la douce et nostalgique ambiance du maqam irakien et de la musique patrimoniale de ce pays, interprétant les plus célèbres chansons irakiennes des années 1940 et 1950, agrémentées de belles variations rythmiques : luth, qanûn, violons et percussions des musiciens passés maîtres en la matière. La prestation a réussi à convoquer, avec beaucoup de sensibilité, l’ambiance du maqam irakien et ses chanteurs emblématiques Nadhem el Ghazali, notamment. Cette troisième soirée a été marquée par un hommage posthume à Brahim El Ammouchi (19031990), un maître des musiques algériennes citadines, et une personnalité phare du mouvement associatif, connue notamment pour avoir mis en musique la célèbre chanson patriotique Chaabou El Djazair mouslimoun. Ouvert samedi dernier sous le slogan "Le malouf, une pulsation dans le monde", la septième édition du Festival international du malouf se poursuivra jusqu'au 4 octobre prochain, avec la participation d'artistes venus de huit pays.

a Marocaine Samira Kadiri, accompagnée de son orchestre Arabesque, a gratifié lundi soir le public présent à la troisième soirée du Festival international du malouf de Constantine d'une mosaïque festive aux rythmes de la musique andalouse. Samira a entamé sa prestation en puisant du patrimoine marocain en interprétant Rouhmaka et Li habibi ourssilou salam avant d'enchaîner avec une nouba dzaïri de Noureddine Saoudi qu'elle a présenté comme le "Zyriab maghrébin". Avec sa voix cristalline et sa présence imposante sur scène, dans son caftan en velours noir brodé de fils d'or, "scotchant" l'assistance, la chanteuse a mené son public dans des voyages historiques dans la tradition andalouse en interprétant Lama bada, Layassa fi oudjoudi man yakoulou rabi du poète Ibn Arabi, Koum bina hal’n, Saad aladi tara el habib. Ce dernier morceau, partagé entre Samira et les membres de son orchestre, a été interprété dans la langue espagnole médiévale et en arabe, dans une fusion entre Orient et Occident. Une belle note finale qui a mérité

les applaudissements nourris du public présent. A la fin de son spectacle, Samira Kadiri a évoqué sa passion pour la musique et ses recherches dans le domaine pour ressusciter "des répertoires anciens de la péninsule ibérique" et les interpréter dans leur forme originale, avec "des instruments d'époque". La deuxième partie de la soirée a été animée par

Un groupe d'artistes algériens vient de lancer un appel via Internet demandant aux autorités publiques de permettre la création d'un espace dédié à l'art et à la culture en lieu et place des actuels abattoirs d'Alger, appelés à déménager de leur quartier de Hussein Dey. Dans un texte intitulé : "Les abattoirs d'Alger, une aubaine pour l'art", des artistes de tous les horizons en appellent à la compétence du ministère de la Culture pour que ces abattoirs, en voie de cession d'activité, puissent être transformés, même en partie, en une "structure vivante (et un) lieu d'échanges et de rencontres" sous la forme d'expositions, d'ateliers et autres. Pour originale qu'elle soit, l'initiative, émanant de peintres, plasticiens, sculpteurs et designers algériens, vise principalement à faire sortir les arts visuels de la "léthargie" dont ils souffrent dans la capitale, estiment les auteurs du texte dont la volonté, disent-ils, est de "structurer, dynamiser et encourager la production artistique sous toutes ses formes". Ils souhaitent également, à travers ce réaménagement des abattoirs, créer un "pôle de vie qui valorise les artistes et l'art", et qui offrirait à l'Algérien un espace pour "accéder à la production

Des artistes souhaitent voir le site des actuels abattoirs d'Alger affecté à la culture
ESPACES CULTURELS
de ses artistes". Cette demande s'inspire d'expériences relevées dans de nombreux autres pays, à l'exemple des anciens abattoirs du Testaccio à Rome (Italie) qui abritent aujourd'hui le Musée d'art contemporain de Rome. Il y a aussi le 798 de Pékin, un "village des artistes" créé à l'emplacement d'une ancienne usine d'équipements électriques datant de l'époque de Mao par des artistes chinois qui ont pu ainsi réaménager cet espace tout en conservant son aspect architectural originel. Datant de l'époque coloniale, le centre d'abattage du Ruisseau compte trois salles d'abattage de 3.250 m² ainsi que des écuries aménagées de 3.764 m² mais qui ne répondent plus aux normes actuelles. Sa fermeture annoncée par les pouvoirs publics avait été reportée dans l'attente de la construction d'une infrastructure similaire en dehors du centre de la capitale. La pétition, qui a recueilli, jusqu'à présent, près de trois cents signatures, a également suscité de nombreuses réactions de signataires (citoyens, artistes, journalistes...), unanimes à saluer une "très bonne initiative" au service de la culture en Algérie. "Ce lieu serait parfait pour l'expression artistique... donnons la

Dix propositions pour une meilleure pratique du 4e art
6es JOURNÉES DU THÉÂTRE DU SUD AU TNA
représentations, ainsi que le soutien et le suivi des initiatives et des manifestations locales dans le domaine du théâtre, sont également évoquées dans le document de clôture. Enfin, la programmation d’hommages qui seraient rendus aux acteurs de la culture, issus du Sud, lors de chaque édition du Festival du théâtre dans le Sud est aussi portée dans les propositions qui ont fait l’objet, au préalable, d’un débat approfondi, serein et responsable entre tous les participants à ces journées. M. Gamdi Ahmed Hichem, président de l’association 'Boudarga pour le théâtre dans la ville d’El Bayedh, qui a donné lecture à ces recommandations, a tenté par ailleurs d’expliquer l’absence du public à cette 6e édition par ''la coïncidence du calendrier de ces journées avec la rentrée sociale'' avant d’ajouter, ''qu’il aurait été plus judicieux de programmer ces journées quelque temps avant l’ouverture du Festival national du théâtre professionnel".

2009 dans la ville pittoresque de Caracas est composé d’une femme Dora Chavez jouant magnifiquement à la mandoline, de Gustavo marquez à la basse et de Jésus Duran au cuatro. L’interprétation très agréable à l’écoute qui fut donnée pendant cette soirée où le public était pour ainsi dire happé par des mélodies exécutées à la mandoline par la guitariste Dora, traduisait une belle harmonie de sons faisant valoir un style de grande qualité musicale et transmettant de chaleureuses ondes positives et agréables. Cette musique vénézuélienne qui prend ses sources dans le tempo latino-américain, interprétée avec un certain brio par le groupe, fut une occasion pour le public d’aller à la découverte d’un répertoire inédit composé par des auteurs peu connus dans ce pays ainsi que des titres populaires dont les arrangements varient du folklore au contemporain. Le concert donnait à voir dans des tons parfois hauts et à d’autres moments bas dans une sorte de

mouvement qui allait en crescendo une parfait combinaison musicale faite d’un jeu de guitares avec parfois quelques improvisations à la basse, qui allaient dans la légèreté et la spontanéité pour atteindre une clarté de la tendance et une solidité de l’exécution prouvant l’originalité des œuvres interprétées et dont on sait qu’elles ont pu gagner l’appréciation d’un public hétéroclite composé de toutes les catégories sociales de ce pays. Les spectateurs plongés dans un silence religieux ont pu admirer à travers ces partitions alliant la musique traditionnelle et moderne, cette remarquable synthèse contenue dans l’interprétation souvent versatile exécutée par ce groupe, une interprétation à travers un jeu de guitares qui pouvait de passer de la voix puisqu’elle constitue à elle seule un langage reflétant l’identité culturelle bolivarienne. Lynda Graba

chance à nos artistes de s'exprimer", écrit un producteur de cinéma. "Cela permettrait aux abattoirs qui sont un monument d'architecture de ne pas être détruits", relève un autre signataire, rejoint par un autre qui trouve que la réalisation d'un tel projet "redonnerait, par sa symbolique, de l'espoir à des pans entiers de la société algérienne". Outre cette proposition, les auteurs du texte réclament également une reconnaissance du statut d'artiste en Algérie, "en déclarant d'utilité publique la profession d'artiste et en encadrant juridiquement les métiers de l'art", par l'"attribution d'un identifiant fiscal aux artistes et aux professionnels" des arts, écrivent les promoteurs de l'appel. Outre leur architecture particulière qui semble convenir aux activités liés à l'art, les bâtiments des abattoirs d'Alger offrent l'avantage d'un espace ouvert, sont proches de plusieurs infrastructures culturelles importantes (Musée des Beaux-arts, Bibliothèque nationale, Palais de la culture, Centre des arts, Jardin d'essais...) et sont desservis depuis peu par un véritable système multimodal de transport qui les rend facilement accessibles aux visiteurs.

D

ix recommandations étaient au menu de la clôture des 6es Journées du Théâtre du Sud tenue lundi au Théâtre national algérien (TNA), avec l’espoir de voir leur application sur le terrain se concrétiser dans des délais raisonnables pour mouvoir davantage la pratique du 4e art dans le Sud et lui permettre de compter parmi les théâtres consacrés en Algérie. Parmi les points essentiels dans ces recommandations, l’officialisation des journées du théâtre dans le Sud (et non du Sud) et leur promotion à travers la création d’un commissariat qui leur serait consacré, avec les statuts d’un festival dont la tenue serait régulière et périodique. Egalement souhaités, l’établissement officiel d’un festival local du théâtre dans le Sud, dont la vocation essentielle serait d’organiser des compétitions éliminatoires en vue d’une qualification pour participer au Festival national du théâtre professionnel, ainsi que la possibilité pour les jeunes issus des théâtres du Sud de prendre part aux grandes productions entreprises par le TNA ou le ministère de la Culture. Les

autres recommandations s’articulent, entre autres, autour de la formation à l’échelle régionale, les subventions de projets dans le domaine, l’organisation par le TNA ou le ministère de la Culture des tournées avec la prise en charge des troupes lors des déplacements. L’ouverture des théâtres régionaux sur les différentes expériences menées par les troupes issues du Sud dans la pratique du 4e art, en leur fournissant les aides nécessaires sur le plan technique et en les programmant pour d’éventuelles

Mercredi 2 Octobre 2013

18

JOURNéE mONDIALE DES PERSONNES âGéES

L

e Pr. Hamidani, spécialiste en traumatologie, au CHU de Blida, a affirmé, hier, lors d’un espace de réflexion, organisé, par l’Association SOS 3e âge en détresse «  Ihcène  », dans le cadre de la commémoration de la journée mondiale de la Personne âgée, qu’une commission pluridisciplinaire va être installée incessamment pour que la loi de 2010, relative à la protection des personnes âgées soit suivie de textes d’application à même de lui permettre de réaliser les objectifs pour laquelle elle a été promulguée, à savoir la préservation des droits de cette catégorie et l’amélioration de leur prise en charge, d’autant plus qu’ils ont confrontés, aujourd’hui, à de nombreux problèmes d’ordre social et économique notamment. Il rappellera, en effet, qu’il est nécessaire désormais de réfléchir aux moyens et mécanismes pouvant influer positivement sur le vécu de cette tranche de la société, notamment avec les grands progrès, réalisé par l’Algérie, en termes de longévité des personnes âgées, comparée aux années précédentes. Le Pr. Hamidani insistera sur l’intérêt d’entourer les vieux de soins puisqu’exposés à des problèmes de santé multiples, telle l’ostéopo-

Combat pour la dignité

Société

EL MOUDJAHID

Pas moins de 55.000 cas de rage sont enregistrés annuellement dans le monde, avec un décès toutes les dix minutes. En Algérie, malgré les efforts consentis par les autorités sanitaires, la rage continue à sévir. Une moyenne de 20 cas mortels de rage est enregistrée annuellement en Algérie. Une situation qui est due à l’ignorance du risque vital que peut engendrer ce genre de pathologie. Environ 60% des cas de rage humaine ne consultent qu'après l'apparition des signes cliniques, seuls 20% des 40% restants consultent immédiatement, 8% consultent après 24 heures, et les autres tardivement, au-delà de 48 heures. En Algérie comme dans le monde, les vecteurs de la rage sont le chien dans presque 90% des cas. Le Dr. Abderrezak Soufi, chef d'unité épidémiologie d'intervention et vaccinovigilance de l'Institut Pasteur d'Algérie, qui est un expert dans ce domaine, affirme que la rage est une maladie mortelle à 100% et qu'une vaccination ou une sérovaccina-

55.000 cas chaque année dans le monde
tion après des morsures occasionnées par un animal suspecté de rage doit être strictement observée. Et d’ajouter que la plupart des cas recensés cette année sont dus aux morsures des chiens errants, d’où l’importance de la vaccination des animaux domestiques et la lutte contre les chiens porteurs de la rage. En 2010, l'Algérie a enregistré 20 cas répartis à travers 12 wilayas du Centre et du nord du pays en raison de la forte densité canine mais ces deux dernières années on a enregistré des cas dans le sud du pays, a fait savoir le Dr. Soufi, précisant qu’environ 120.000 morsures ont été enregistrées en 2012. Ce nombre, dira le spécialiste, ne cesse d'augmenter puisqu'il est passé de 58.000 en 2000 à 80.000 en 2005 et pratiquement à 120.000 en 2012. « La rage, qui demeure un problème de santé publique, nécessite une large campagne informative et une collaboration étroite entre les départements de la santé, de l'agriculture et des collectivités locales », insiste

rose ; ce mal de société caractérisé par des déformations de la masse osseuse, ajoutant que l’accompagnement à domicile est à même de réduire la souffrance du 3e âge, d’où l’importance de cadrer et encadrer les métiers qui vont dans le sens de la protection de cette frange

LA RAGE

de la société. Intervenant dans le même cadre le Pr. Abdenbi, spécialiste en neurochirurgie au CHU Zmirli, mettra en exergue la déliquescence des valeurs morales dans tous les domaines, y compris dans la médecine, plaidant pour un retour au respect d’autrui, notamment

les personnes âgées exposées aux tumeurs cérébrales, les maladies dégénératives, les accidents vasculaires cérébraux et autres pathologies, causés souvent par des traumatismes du crâne, dans la plupart des cas, pas traités ou carrément passés inaperçus. Cette

journée de réflexion à laquelle ont été associés aussi des néphrologues, des spécialistes en médecine légales et interne, de cardiologie, des juristes et des représentants de l’UGTA et du Conseil économique et social et des ministère de la Santé, de la Population et des Réformes hospitalières et de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine ; ainsi que la DGSN et la Gendarmerie nationale, se veut, selon la présidente de l’association Ihcène, une tribune pour rendre hommage à nos vieux et plaider pour une prise en charge meilleure pour cette catégorie qui représente aujourd’hui, près de 10%. Il appellera toutes les instances ainsi que le mouvement associatif à s’impliquer dans la prise en charge du 3e âge, rappelant que la loi de 2010 a permis de revaloriser les allocations attribués aux démunis de cette catégorie, passant ainsi de 3.000 à 10.000 DA, avant de poursuivre que son association continuera à militer pour la création de centres de gériatrie et des dispositifs d’aide à domicile. Elle estimera ainsi que la prise en charge des vieux n’est pas seulement l’affaire du ministère de la Solidarité. Samia D.

Une caravane médicale sillonne depuis lundi dernier les régions reculées d'In-m'guel (130 km au nord Tamanrasset) pour assurer des consultations médicales aux populations nomades, a-t-on appris des responsables de la direction de la santé, de la population et des réformes hospitalières (DSPRH). Cette caravane est constituée d'une équipe de 6 praticiens spécialistes en pédiatrie, chirurgie générale et orthopédique, gynécologie, maladies infectieuses et cardiologie, a explique le directeur de secteur m. Amar Bensenoussi. Cette mission médicale est chargée, dans une première phase, d'assurer des examens médicaux aux profits des populations nomades à travers cette commune, selon un programme ciblant l'ensemble des communes de la wilaya de Tamanrasset qui se poursuivra jusqu'à la fin de l'année, selon la même source. La mobilisation de cette équipe de spécialistes pour encadrer l'opéra-

Une caravane médicale sillonne les régions nomades d'In-M'guel

TAmANRASSET

le Dr Soufi. Selon l’interlocuteur, la prévention reste le "meilleur moyen" pour lutter contre cette pathologie. Dans ce sillage, l’intervenant a mis l’accent sur le rôle que peuvent jouer les campagnes de sensibilisation des populations contre la rage, particulièrement dans les zones montagneuses et rurales, et sur "la formation appropriée des travailleurs du secteur de la santé". Il a, en outre, insisté sur la vaccination ou la sérovaccination en cas de morsure par un animal suspect. Le Dr. Soufi a, dans ce contexte, indiqué que la prise en charge de la rage doit passer par la vaccination, expliquant que le mordu doit se soumettre à une série de vaccinations suivies de rappels. Il convient de signaler qu’en 1885 Louis Pasteur a réussi la première vaccination antirabique chez l'homme. Par ailleurs, durant les 20 dernières années plus de 20 millions de personnes ont été traitées contre la rage par une vaccination adéquate. Kamelia H.

tion intervient après que la wilaya ait bénéficié récemment d'un renfort de 22 médecins spécialistes ce qui a permis de porter le nombre de praticiens

dans cette wilaya à 56, touchant diverses spécialités médicales, a ajouté le même responsable. L'initiative devra permettre de couvrir l'ensemble des communes de la wilaya de Tamanrasset par les spécialités médicales nécessaires, en assurant des consultations directes ou on donnant des rendez-vous à l'hôpital de Tamanrasset pour les cas nécessitant une prise en charge au niveau de structures hospitalières, a souligné le directeur du secteur. Afin d'examiner le plus grand nombre possible de population nomade dans ces régions, les responsables des communes ciblées ont été destinataires du programme de déplacement de cette caravane médicale afin d'informer les nomades des horaires de passage de l'équipe médicale, a fait savoir le même responsable.

Le cancer des glandes lymphatiques figure en tête des cancers du sang les plus fréquents en Algérie, a indiqué lundi dernier à Alger, Dr Nadia Boudjerra, chef de service hématologie du service de lutte anticancer Pierre et marie Curie. La spécialiste qui s'exprimait lors d'une journée d'études organisée par l'association "Nour Eddoha" d'aide aux cancéreux a affirmé que le cancer lymphatique venait en tête des cancers du sang les plus fréquents en Algérie et le huitième sur l'ensemble des affections cancéreuses. L'incidence du cancer lymphatique est en hausse de 4 à 5 % par an, a-telle fait savoir. 30 types de cancer lymphatique sont prévalents, la forme la plus grave étant celle du cancer à grandes cellules qui affecte toutes les catégories d'âge. Concernant les facteurs d'atteinte, la spécialiste a évoqué les

En tête des cancers du sang les plus fréquents en Algérie

CANCER LymPHATIqUE

pesticides utilisés dans l'agriculture, les colorants alimentaires, les viandes fumées et les teintures pour cheveux. Pour ce qui est du diagnostic de la maladie, Dr Boudjerra a estimé que depuis la mise en place du groupe de travail sur le cancer lymphatique un consensus thérapeutique a contribué à l'amélioration de la prise en charge des malades et l'amélioration de leur qualité de vie déplorant le manque d'anticorps utilisés dans les analyses d'anatomie pathologique et les ruptures de stock pour ce qui est des médicaments. Elle a cependant salué les efforts de l'association Nour Eddoha dans la sensibilisation à la maladie et les initiatives entreprises auprès des pouvoirs publics pour procurer les médicaments aux malades.

mercredi 2 Octobre 2013

La direction du tourisme et de l’artisanat de la wilaya de Souk Ahras, vient d’éditer une nouvelle publication périodique intitulée Oasis Taghast, dont la vocation est de promouvoir le tourisme local. Cette nouvelle revue est abondamment illustrée de photographies représentant les sites les plus emblématiques de cette région de l’extrême-Est du pays, les principales infrastructures et réalisations et les activités du secteur, notamment la participation de la wilaya aux Salons nationaux et internationaux du tourisme. Le premier numéro d’Oasis Taghast donne des chiffres sur le tourisme dans la région, notamment le nombre de curistes dans les stations thermales, d’Ouled Driss et de Tassa. Les pages centrales sont consacrées au champion olympique Tawfik makhloufi, médaillé d’or aux 1.500m aux derniers jeux Olympiques, à Londres. Selon m. Zoubir Boukaabache, directeur du tourisme et de l’artisanat de la wilaya de Souk Ahras, l’image de l’athlète sera exploitée sous le slogan "Tawfik makhloufi, ambassadeur du tourisme", sous forme de trophée qui sera remis aux délégations en visite dans la wilaya, notamment les pèlerins se rendant devant l’olivier de saint Augustin. L’éditorial de la revue met en exergue l’histoire riche et ancienne de la région de Souk Ahras, ses atouts archéologiques, ses sites naturels, ses monuments et les opportunités d’investissement dans le domaine du tourisme. Par ailleurs, la direction du tourisme et de l’artisanat de la wilaya de Souk Ahras vient d’aménagement une aire d’exposition de 18 m2, présentant la façade touristique de la wilaya, ses nombreux sites et monuments et son artisanat traditionnel.

Oasis Taghast, une publication pour promouvoir le tourisme

SOUk AHRAS

EL MOUDJAHID
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3529
NÉGATION

21

Mots CROISÉS
Nº 3519
1
I

2

3

4

5

6

7

8

9

10

II

III

IV

NE SONT PLUS UTILES •

FIERS POUR L’HONNEUR

MÈNERONS

BONNE ENTENTE SOUS LE BRAS GÉNIE

V

REDEVABLE UNITÉ MINIME
RETIRENT DU PORT FINE LUMIÈRE FUT AUDACIEUX SOTTE PÉRIODE PLANTE AROMATIQUE

VI

VII

VIII
VIEUX TRANSPORT DE MÊME AVANT

IX

POISSON LE CHEF

X

Définitions
I-Firent un rond. II- Etat des USA - Chat de la maison. IIIOrdre de départ - Fêté chaque année - Succès musical . IV- Fréquente des bancs - Trous . V- Fait supporter l’hiver. VI- Soigne les personnes âgées. VII- Air d’une personne -Accordés par les banques. VIII - Direction - Détesté - Coutumes. IX- Ecriture rapide - Met de la joie . X- Avions.

ABANDONNAI SÉPARÉ DU RELIGIEUX PAYS ARABE

TITRE MONGOL

LE FURENT EN SALLE A MONTRÉ SA PEINE EVALUA

ORIENTÉES

HORIZONTALEMENT

L’ANCIEN CRÉÉ EN ATELER PULL

L’ENSEMBLE NOTE PRIS À DÉFAUT SE PLACENT ENTRE PAYS D’ASIE DE GRIVE

CACTUS

VERTICALEMENT

bigarré - Interjection. 6- Suffixe- Bâti. 7- Gai participe - Travaillera en boulangerie 8- Cerné - privatif 9- Fait vivre. 10- Cylindre - Crochets.

rayon - Arracher des dents. 4- Bateau en détresse - Négation anglaise . 5- Oiseau

1-Mettre en cuve - Plateaux volcaniques. 2- Homme de rayon . 3- En

SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
E T A

3
R

4
C

5
L

6
E

7
R

8
E

9 10
N

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

C
U

T

A

H
A G

M
E

I

N
T

O
U

U
B

V

3. Paralysie 11.Vieillesse 6. Pigeonner

Grille

3529

Mot CACHÉ
C E M B R A Y E U R G R A V P R E C H A P A A G E

E

L

E

V

E

P

O

R

E

34. Camomille 35 .Viriliser 36. Locataire

33. Activiste

15 .Badauder 20. Réducteur 22. Dynamique 24 .Ver-coquin 25 . Acrylique 27 . Cartilage 23 .Haranguer

E M E N T H T R A C H P
I

S

O N A A
I E B

R
O

A
G
I
S T E

D
E
N
T
E

I

A
I
C
H O
P

T A
P
A

E

U

R
I

R
E

T
R
I
R

R
E

E
S
S E S

M
E
S

T
U

13. Réfracteur 16. Démoniaque 17. Hydropisie 19. Artillerie 21. Coaccusé 26. Vaporisé 18 . Sarcophage 14. Désobliger

12 . Sénégalais

S O U R D

I

N E A T C A R C E R A L

37 . Cardiaque 38. Créateur 39. Tinettes

R O M B R A G E U X F A V L S I E A P

N C

I

E R G S

S R D O R E D U A D A E E E R U E
S E U Q T C U D E

U D H

A E

C N O

I I

R C E Y A R O

E L

I
N

R
E

A

R

A

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
O
P

41.Gentleman

40. Braguette

Y E N F

I M A N Y D O M D R T N

E R O R E U G N A R A H A O R C
I
U Q O C R E I I I L Y R C A C S P I I

I

N

3
N E

4
D E
D

5
U

6
I

7
R

8
O

9
N

10
S
O

42 .Organisme 43. Tradition 7. Sourdine 8. Carcéral

29 . Suremploi 30 . Profiteur 1. Embrayeur

L G A B N
I

V C N O O L E

L A C L E U Q S A E G S
I I S R R
I I

I

P I I S S

P

L R

V E L T

E G A L

T R A C U A F O R

H E C A R A G

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

C

E
D
A

S E
S

A
C

S M O A I

U
N

I

L

28. Cafardeur 32. Vide-pomme 31. Décevoir

O

A

E

I

T
I

O
R
I

U
A
N

B
K
A N G
E

O

S
E

S
S
E

P
E R E S

A
X
E

L A

A

G

E

A R T

L

Susceptible.

10. Faiencier

9.Ombrageux

2 . Gravement 5. Sonatrach 4 . Rechapage

O L R
I

P M E R U O V E C E

S Q S E U V L I
I I

U E R U E T

I

F

O E R V I S R

D L E E

E E A T E R E R D E

D E P O M M E A C T L L E V I

C A M O M I L O C A T A

I

R I

R E C A R D

A Q U E E

E C R E A T E U R L E T U O R G A N

N E T T

S

U

B R A G U E T T E G E N
I

T L E M A N R

I
C

R

A

N
T R

M
I

L

E
S

E

N

E

SOLUTION PRÉCÉDENTE : CARICATURALE

S M E T R A D

I

T

I

O N X

MERCREDI
12h00 : Journal en français + météo 12h25 : Maoussime el matar (44) feuilleton 13h40 : Rahalat bahria, documentaire 14h30 : El Amimi (14) feuilleton arabe 15h30 : Barbie, dessins animés 17h00 : Imily (15) dessins animés 17h25 : Takder tarbah émission de jeux 18h00 : Journal en amazigh information 18h20 : Qouloub fi sira'e (22) feuilleton alg 19h00 : Journal en français + météo 19h25 : Khalti lalahoum (05) sitcom 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Festival Djemila 2013, concert 22h15 : Mouhakamate Djouha, théâtrale 23h40 : Algérie, génie des lieux- Reportage

Sélection 14h40 El amimi
Feuilleton arabe réalisé par : Tamer Ishak Avec : Abbas Enouri, Karis Bachar, Saloum H a d a d , Wa f a Mousali. El-Amimi est une série dramatique syrienne qui se déroule dans l'ère après Ibrahim Pacha de Damas. La série met en lumière la vie sociale et politique de l'époque à travers le personnage de «Al Amimi», une personne qui recueille les déchets pour alimenter les feux des hammams de la ville.

Télévision
18h20

Qouloub fi sira'e

Feuilleton algérien dramatique réalisé par : Nazim Kaidi Scénario : Zoubir Omir - Dialogue : Ahmed Lagoun

Avec la participation de : Mustapha Laaribi, Amar Maarouf, Nawal Zmit, Razika Ferhane, Abdelkrim Bribar, Arazki Siouani, Nassima Chams, Hadjla Khaladi, Nadia Talbi, Hamid Ramass, Abdelkader Kerbach, Farida Karim, Nafaa Eldjoundi, Nadia Taisir, Saliha Karbach…

Mercredi 2 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mercredi 26 Dou El Qi’daâ 1434 correspondant au 2 octobre 2013 :
- Dohr.........….............12h37 - Asr.............................15h57 - Maghreb................... 18h33 - Icha……...……....... 19h51
Jeudi 27 Dou El Qi’dah 1434 correspondant au 3 octobre 2013 :

Vie pratique
Monsieur Ahmed NOUI, Ministre Secrétaire Général du Gouvernement, les cadres et l'ensemble du personnel, profondément touchés par le décès de la sœur de Monsieur NEGADI Mohamed, lui présentent ainsi qu'à toute sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde sympathie. Puisse Dieu le Tout-Puissant accueillir la défunte en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub

CONDOLEANCES

A la mémoire de notre chère mère et grand-mère CHIKOUNE FATIMA née KASMI

pENSEE

29

- Fedjr........................05h19 - Chourouk.................06h45

Le 27 septembre 2013, une jolie poupée prénommée

NAISSANCE

YASMINE

est venue égayer la vie de ses parents Mohamed, Meriem et ses grands-parents. En cette heureuse occasion, toutes les familles El Kechbour, Oudjiane et Dridi lui souhaitent une vie pleine de bonheur et de santé. Longue vie au bébé et prompt rétablissement à la maman.
El Moudjahid/Pub du 02/10/2013

Rappelée à Dieu le 24/09/2007. Cela fait six années que tu nous as quittés laissant un vide que personne ne pourra combler. On demande à toux ceux et celles qui t’ont connue d’avoir une pieuse pensée pour toi. Tu seras toujours présente dans nos esprits en nos cœurs. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 02/10/2013

CONDOLEANCES

ANEP 543937 du 02/10/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA

EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Kamal oulmane — Achour cheurfi
direction GenerALe Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 direction de LA redAction

naâma Abbas
rédacteurs en chef

BureAuX reGionAuX constAntine 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 orAn Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 AnnABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BordJ Bou-ArreridJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 sidi BeL-ABBes Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BeJAiA : Bloc administratif, rue de la Liberté. Tél/Fax : 034.22.10.13 tiZi ouZou : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 tLeMcen :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MAscArA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 centre Ain-defLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PuBLicite Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGer : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 orAn : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 AnnABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABonneMents Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. coMPtes BAncAires Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger iMPression Edition du Centre : société d’impression d’Alger (siA) Edition de l’Est : société d’impression de l’est, constantine Edition de l’Ouest : société d’impression de l’ouest, oran Edition du Sud : unité d’impression de ouargla (siA) diffusion centre : EL MOUDJAHID tél. : 021 73.94.82 ouest : sArL “sdPo” tél-fax : 041 46.84.87 : sud : sArL “tds” tél-fax : 029 75.02.02 est : sArL “sodiPresse” : tél-fax : 031 92.73.58

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 internet : http://www.elmoudjahid.com e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Le président-directeur général, le partenaire social, les membres du Conseil d’administration, les cadres dirigeants, le syndicat d’entreprise et l’ensemble des travailleurs de l’entreprise EN-GTP, très affectés par le décès de la sœur de M. le ministre de l’Energie et des Mines, présentent à toute sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde compassion. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
El Moudjahid/Pub ANEP 310093 du 02/10/2013

Il y a 11 ans, tu as quitté ce monde sans pour autant nous quitter très chère fille et sœur : MAYA KAREB La douleur de la séparation est toujours aussi vive, insupportable qu’elle le fût ce fatidique 2 octobre 2002. Tu ne peux imaginer le vide que tu as laissé, mais tes innombrables et merveilleux souvenirs pansent nos plaies et soufflent sur le vent de notre deuil. En ce triste souvenir, son papa, ses frères Mohamed et Lyès, sa sœur Faiza demandent à tous ceux qui l’ont connue et aimée d’avoir une pieuse pensée en sa mémoire. Repose en paix Maya auprès de ta maman et que le Paradis soit votre demeure éternelle. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 02/10/2013

W pENSEE

Il y a dix-neuf ans, le 25 septembre 1994, disparaissait à jamais notre cher père HEDROUG Hadj Aïssa laissant derrière lui un grand vide que personne ne pourra combler. Tous ses voisins de Bologhine se rappellent de sa bonté, de sa générosité et de sa gentillesse. D’ailleurs nombre d’entre-eux, les plus âgés, ne cessent d’évoquer jusqu’à présent, les moments agréables qu’ils avaient passés en sa compagnie et tout particulièrement les longues balades effectuées le long du front de mer, de Bologhine jusqu’à Bainem, sans oublier d’observer une halte à Miramar, ce quartier qu’il avait tant aimé... Tous les membres de sa famille demandent à tous ceux qui l’ont connu et aimé d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire. Qu’Allah accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons. Repose en paix cher papa. Ton fils Fateh qui ne t’oubliera jamais.
El Moudjahid/Pub du 02/10/2013

W pENSEE

Avis d'infructuosité de l'avis d'appel d'offres national restreint
Conformément aux dispositions du décret présidentiel n°10/236 du 07 octobre 2010 portant réglementation des marchés publics, modifié et complété, il est porté à la connaissance de l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'avis d'appel d'offres national restreint n°03/DCR/2013, relatif à l'acquisition de : Lot n°l : deux GPs solution siG (système d'information Géographique) Lot n°2 : Huit GPs de navigation Lot n°3 : une station GPs bi-fréquence L1.L2 Lot n°4 : Quatre stations topographiques totales Lot n°5 : six niveaux de chantiers Paru sur les quotidiens nationaux et au BOMOP, que celui-ci est déclaré infructueux pour non-respect des soumissionnaires aux exigences du CTTP formulées dans le cahier des charges.
El Moudjahid/Pub ANEP 543507 du 02/10/2013

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère des Travaux Publics Organisme National de Contrôle Technique des Travaux Publics «EPIC - CTTP»

Demandes d’emploi

N°03//DCR/2013

france : iPs (international Presse service) tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

Mercredi 2 Octobre 2013

El Moudjahid/Pub du 02/10/2013

Cadre technique (homme), leader dans son domaine, 52 ans, célibataire, bonne présentation, TS gestion stocks, 25 ans d’exp. Prof., Gestion Approv. Stocks PR + logistique, Moyens Généraux, démarchesprospection ; suivi commercial, représentation, domiciliation, liaisons, sondage, pré-inventaires, consulting, préconisation, traitement de textes, maîtrise le français, satisfaisantes connaissances en anglais, outil informatique, offre ses services à Béjaïa. E-mail : gosto06@yahoo.fr Tél. : 0553 80.50.48 ——0o0—— J.H. 34 ans cherche emploi dans un café ou restaurant comme plongeur au niveau d’Alger. Tél. : 0794 89.98.60 ——0o0—— JH possède véhicule récent 207 2012, dégagé du S.N., sérieux, ponctuel, cherche emploi avec son véhicule chez famille privée ou société étatique. Libre de suite. Tél.: 0774 99.34.10

Burkina Faso-Algérie : Il risque d’y avoir des surprises
EL MOUDJAHID

30

ELIMINATOIRES DU MONDIAL 2014 - BARRAGES

Sports

Le prochain Burkina Faso - Algérie est pour bientôt. Le match, dernier écueil avant le Brésil, revêt une importance capitale pour les Verts d’où cet empressement du sélectionneur national à régler les derniers détails inhérents à la préparation d’avant match.

L

e sélectionneur national qui s’est offert quelques jours de vacances au calme chez lui à Lille, histoire sans doute de faire le vide dans sa tête et s’extraire de la pression de plus en plus pesante, est attendu cette semaine à Alger. Vahid Halilhodzic devra communiquer la liste des 23 joueurs qui seront retenus pour ce match très attendu. Treize sur les 36 communiqués, il y a peu, vont devoir sauter. Et c’est là toute la difficulté de séparer d’un tel et prendre un tel autre à sa place. Vahid Halilhodzic a prévenu au sortir d’Algérie-Mali (1-0) que « seuls ceux qui jouent en clubs seront retenus pour les barrages », ce qui est, dans l’absolu, un raisonnement assez logique, compte tenu de l’importance de disposer d’un groupe compétitif en perspective, mais le problème qui se pose avec acuité est qu’il y a des joueurs, des cadres de surcroît, qui ne jouent plus en club. Medhi Lacen, l’un des hommes de main de Halilhodzic, vice capitaine qui plus est, ne joue plus avec Getafe (Liga, Espagne) depuis le début de la saison. Lundi encore, il a dû se contenter du banc face L’Espanyol. Une situation qui met et le joueur et le sélectionneur dans une position inconfortable. Va-t-il s’en passer ? Neuf fois sur dix, on répondra par la négative. Mais on ne dira pas de même de Yebda qui a retrouvé de nouveau le banc

face à l’Athlético Madrid. Le milieu de terrain qui a multiplié les bribes de matchs après une longue blessure va devoir, de nou-

veau, se battre pour revenir, mais Halilhodzic, qui l’a aligné pendant 90’, face au Mali, n’a pas le temps de l’attendre. De même

pour Nabil Ghilas qui n’a pas joué plus de dix minutes avec le FC Porto depuis son arrivée. M’bolhi aussi que le sélectionneur défend contre vents et marées ne joue plus en club. Zemmamouche a sorti une prestation de tout premier ordre samedi face à la JSS à Béchar. Signe de bonne santé. Cédric Si-Mohamed n’en est pas loin grâce à ses performances avec le CSC. En tout cas à un cran au dessus de Doukha, pourtant numéro 2 dans la hiérarchie de Halilhodzic, qui connaît, lui aussi, un début difficile avec l’USMH. Logiquement, Ghilas cèdera sa place à Aoudia, revenu en force avec le Dinamo Dresde (Bundesliga 2, Allemagne). Halliche a très peu de chances d’être retenu, eu égard à son début tout juste moyen. Bougherra, Belkalem et Medjani font déjà l’affaire. Il n’est pas à écarter que Fawzi Ghoulam qui fait un excellent début de saison avec l’AS St Etienne devrait revenir dans le groupe après sa mise à l’écart face au Mali. Fethi Harek blessé au genou risque d’en faire les frais. A attendre aussi le retour de Foued Kadir, flamboyant avec le Stade rennais depuis son arrivée cet été. Vraiment, la prochaine liste de Halilhodzic est des plus improbables. Il faudra s’attendre à beaucoup de surprises. A. Benrabah

COURS D'OBTENTION DE LA LICENCE CAF A

La Tunisie rappelée à l'ordre par l'instance mondiale
INGÉRENCE
La Fédération internationale de football (FIFA), a rappelé à l'ordre la Tunisie suite à une tentative du ministre des Sports de s'immiscer dans les affaires de la Fédération tunisienne de football (FTF), a indiqué lundi l'instance mondiale. "La FIFA a averti le gouvernement tunisien à propos d'ingérence potentielle dans les affaires de la Fédération de football tunisienne et l'a informé des conséquences qui peuvent aller jusqu'à la suspension de la fédération", selon un porte-parole de la FIFA. Le ministre des Sports tunisien Tarek Dhiab a écrit à la Fédération internationale pour l'aviser de son intention de dissoudre le bureau de la fédération tunisienne comme le lui permet la loi tunisienne en raison de son bilan médiocre et des échecs successifs de l'équipe nationale, mais suite au refus de la FIFA, le ministre s'est engagé vendredi à ne pas révoquer de dirigeants. Le football tunisien a connu une série de crises depuis la révolution de 2011, entre scandales de corruption incluant joueurs et arbitres, violences de supporters, et huis clos répétés en matchs de championnat et compétitions africaines. La Tunisie s'est qualifiée sur tapis vert, pour le tour des barrages qualificatif pour le Mondial 2014 au Brésil, où elle devra donner la réplique au Cameroun, en aller et retour.

3 stages organisés par la FAF en novembre et décembre

« Le COA prépare comme il se doit son 50e anniversaire »
MUSTAPHA BERRAF (PRÉSIDENT DU COA)
Dans le cadre de la préparation des festivités du 50e anniversaire du Comité olympique algérien (COA), le président du COA, Mustapha Berraf a animé, hier matin, une conférence de presse au siège dudit comité : « On prépare comme il se doit cet évènement », a-til dit to de go. Etait assis à ses côtés, Mustapha Larfaoui. Dans un document remis à la presse, le COA fait part des activités qui seront organisées par ses soins pour fêter la création de la plus haute instance morale sportive en Algérie. Le président du COA, fera savoir que pour mener à bien cette opération, un comité ad-hoc a été installé au mois d’août. Présidé par Mustapha Larfaoui, membre fondateur du COA, membre honoraire du CIO et ex-président de la (FINA). La célébration de cet anniversaire, aura lieu du 25 au 28 octobre. Le comité ad-hoc a établi un programme d’activités s’étalant sur trois jours. Ce dernier a été approuvé par le comité exécutif du COA. A souligner, comme a tenu à le préciser le président du COA, que cet évènement est placé sous le haut patronage du Président de la République. Le programme des activités s’articule autour de six axes : activités sportives et olympiques (portes ouvertes sur le sport olympique, le vendredi 25 octobre au niveau des rues d’AlgerCentre destinées aux grand public, avec organisation d’une course à pied, une course cycliste et une compétition de natation), histoire du COA (Une rencontre historique sera animée par un des fondateurs et 1er secrétaire du COA, Mustapha Larfaoui, le dimanche 27 octobre à la salle de conférence du COA)), aspect pédagogique (exposition publique dans une salle d’Alger qui durera 10 jours à partir du 24 octobre et une autre à l’hôtel Hilton le 28 octobre, mettant en exergue le parcours traversé par l’Algérie aux jeux Olympiques depuis sa 1re participation en 1964 à

La Fédération algérienne de football organisera au mois de novembre et décembre 2013, 3 stages de régularisation pour l’obtention de la licence CAF A à l’intention des entraîneurs titulaires de : la licence caf B 2009, 2010, 2011 : Le diplôme de troisième degré de football (3e degré en football) ou le diplôme de technicien supérieur en sport (T.S.S en football). Ou le diplôme supérieur (C. S - D.E.S en football). Les candidats intéressés sont invités à confirmer leur inscription en envoyant la fiche d’inscription, photocopie légalisée des diplômes à l’adresse email suivante : dtn_f@yahoo.fr NB : - Les modalités du stage seront communiquées ultérieurement

Les Algériens Ramzi Benabdellah et Meziane Rebbouh ont remporté deux médailles de bronze dans l'épreuve du Wushu, style Sanda (full-contact), lundi à Palembang, lors de l'avant dernière journée des Jeux de la solidarité islamique 2013. Engagé dans la catégorie des (65 kg), Benabdellah Ramzi est monté sur la 3e marche du podium, après avoir échoué en demi-finale devant l'Iranien Mohsen Mohammad Seifi (2-0). En quarts de finale, Ramzi a éliminé Bah Amadou Lamaranai (Guinée) 2-0, et au 1er tour, Tan Jin Guan (Malaisie) sur le même score. La finale de la catégorie opposera Mohammad Seifi à l'Azerbaïdjanais Pusan Pirayilev, vainqueur de Jum Anyyozov Gochmyrat (Turkmenistan) 2-1. Dans la catégorie dans 52 kg, l'Algérien Meziane Rebbouh devra se contenter, également, du bronze à l'issue de son élimination en demi-finale par l'Iranien Moein Hajizadeh (0-2). Dans la catégorie des 60 et 56 kg, les représentant algériens Youcef Hamrit et Athmane Djelil ont été éliminés en quarts de finale, respectivement, face à l'Iranien Ali Yousefi (0-2) et au Tunisien Fares Agrouni (1-2). Dans les styles Nan Gun et Nan Dao, Amine Nedjari s'est classé 7e, dans le premier avec 8.75 points et 6e dans le second style avec 9.01pts). Grâce à ces deux bronze du Wushu, le total de l'Algérie avant une journée de la clôture des JSI, a atteint la barre de 18 médailles dont 5 or et 5 argent.

Deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie
JEUX DE LA SOLIDARITÉ ISLAMIQUE-2013-WUSHU

Compétition nationale les 3 et 4 octobre à Oran
BILLARD
Une compétition nationale de billard se tiendra les 3 et 4 octobre à la salle "First Poll" à Oran, avec la participation de 92 joueurs, a appris l'APS lundi auprès de la Fédération algérienne de rafle et billard (FARB), organisatrice de cet événement. Les 92 joueurs devant prendre part aux épreuves sont issus des ligues et clubs suivants : Alger, Mostaganem, Skikda, Noudjoum Kourbay Oran, Club M.S.B (Sidi Bel-Abbès), Club Assala (Sidi BelAbbès), Club ASBC (Constantine), Club T.R.S Sétif, Club El Eulma, Club US Biskra, Club El Amel Barika, Club Abtal Barika, Club Joker Tébessa, Club Youkous Tébessa, Club Guelma, Club Souk Ahras, Club Djelfa.

Programme de la compétition
Demain : 13h00 à 15h00 : accueil des délégations à la salle "First Pool" 16h00 : réunion technique et tirage au sort 18h00 : début de la compétition 22h00 : fin de la compétition Vendredi 4 octobre : : début de la compétition : finales.

9h00 11h00

Tokyo jusqu’aux JO de Londres 2012), activités environnementales (Il sera question de l’aspect écologique pour sensibiliser la population), consécration et distinction (où il sera question de récompenser les meilleurs athlètes, les meilleurs paralympiques, les entraîneurs et dirigeants qui se sont distingués et qui ont marqué de leur empreinte l’histoire du sport algérien, ainsi que les meilleurs journalistes lors d’une cérémonie intitulée « soirée des oscars » qui se déroulera à l’hôtel Hilton et qui sera rehaussée par la présence du Premier ministre, les membres du gouvernement et les plus hauts représentants du mouvement sportif national et international), enfin la communication (avec l’émission de deux timbres poste que la Poste algérienne consacre à la date historique du 50e anniversaire du COA, des non-stop seront consacrés par la Télévision et Radio nationales, la presse nationale et l’APS accompagneront cet évènement). Cette manifestation a le soutien des partenaires et sponsors du COA (MJS, wilaya d’Alger, APC d’Alger-Centre, DGSN, protection civile, Mobilis, Ifri, Alliance assurance, Air Algérie), ainsi que celui de certaines fédérations sportives. Mohamed-Amine Azzouz

Mercerdi 2 Octobre 2013

EL MOUDJAHID

C

ertes, la JSK occupe la première loge avec une avance d’un point sur une équipe du CS Constantine qui alterne le bon et le moins bon, mais rien n’est décisif. A domicile, le CSC a déjà été accroché à deux reprises par les équipes des hauts plateaux : le CABBA et le MCee sur le même score de 0à0. La JSK, le leader actuel a eu énormément de difficultés pour venir à bout de la JSM Bejaia qui restait, pourtant, sur une cinglante défaite (5à0) concédée à Sétif. Ce qui a eu pour effet de provoquer le départ de son entraîneur, noureddine Saâdi, le doyen des entraîneurs algériens en exercice. Pour le moment, les Canaris ont perdu cinq points dont deux à domicile face à l’uSMA qui a joué à neuf suite à l’expulsion de Mefath et el Orfi. Par conséquent, il faudra attendre les journées à venir pour commencer à voir plus clair. L’uSMA et le MCA, deux autres prétendants aux moyens assez conséquents par rapport à la grande majorité des clubs composant cette Ligue1 durant cet exercice 2013/2014, tardent à prendre leur envol. L’uSMA, qui a réussi à sortir victorieuse du derby algérois, n’arrive plus à enchaîner les bons résultats. Face à la JS Saoura, au stade du 20-Août de Béchar, l’uSMA a failli y laisser des plumes si ce n’était la grande performance de Zemmamouche, un gardien qui traverse une phase euphorique. Hormis la victoire

Six journées après le démarrage du championnat national de Ligue1, le 24 août dernier, on ne peut pas dire qu’il y a une équipe qui a vraiment fait le vide autour d’elle en s’imposant assez nettement sur les autres prétendants.

On n’arrive toujours pas à creuser l’écart
Ligue1

Sports

31

Le technicien Fouad Bouali a été contacté par la direction de la JSM Bejaia (Ligue 1 algérienne de football), pour diriger la barre technique, en remplacement de noureddine Saâdi, a appris l’APS lundi dernier auprès d’une source autorisée. Fouad Bouali, sans poste depuis son départ du CR Belouizdad la saison dernière, serait tenté par un retour à Bejaia où il a déjà assuré les destinées techniques de la JSMB lors de la saison 2011-2012, précise la même source. noureddine Saâdi et la direction de la JSM Bejaia ont trouvé un accord pour résilier à l’amiable le contrat liant les deux parties, au lendemain de la cuisante défaite concédée hier à Sétif face à l’eSS (5-0), en mise à jour de la 4e journée du championnat. Le directeur général de la SSPA/JSMB, Rachid Redjradj, a affirmé samedi que la direction va explorer plusieurs pistes pour choisir le successeur de Saâdi, tout en soulignant l’hypothèse de recourir aux compétences d’un entraîneur étranger. La JSMB a complètement raté son début de saison en comptant 3 points seulement en six matchs. A la veille de la 7e journée, le club de Yemma gouraya pointe à la 15e place au classement de la Ligue 1.

Fouad Bouali contacté pour la succession de Saâdi à la barre technique

JSM BeJAiA

ramenée d’el Mohammadia (2-1), les usmistes n’ont pas confirmé leur solidité hors de leurs bases. Le MCA, freiné lors de son traditionnel derby face à l’uSMA, était lui aussi tout prês de perdre devant une très bonne équipe chélifenne qui se comporte très bien même à l’extérieur. geiger, le coach mouloudéen, est très contesté à cause de ses choix jugés inappropriés par rapport aux exi-

gences de l’équipe. Malgré l’existence de déséquilibres évidents au sein de l’équipe, l’entraîneur suisse ne veut pas apporter ce qui a été exigé par les supporters qui ne reconnaissent plus leur équipe en comparaison de la saison écoulée. Certes, le coach bénéficie encore de la confiance des dirigeants du MCA, mais jusqu’à quand ? L’eSS a été, jusqu’ici, l’équipe

L'entraîneur Bira renonce à son départ

uSM BeL-ABBèS:

qui a eu les moyens de prendre les rênes. néanmoins sa défaite inattendue, à domicile au stade du 8-Mai-45 face au RC Arbaâ, a scotchée la formation sétifienne tout en rendant ses fans très tristes. Le fait que Khedaïria a été mis au « frigo », explique un peu la détérioration de l’ambiance d’ensemble. Ce qui justifie un peu les résultats en dents de scie de l’équipe. Le RCA, qui occupe une bonne

place d’attente, a tous les moyens de se joindre à la bataille pour obtenir une place au soleil. Le CABBA, qui n’a pas encore perdu, peine à obtenir son premier succès at home. Les poulains de Belhout sont vraiment très solides, mais leur attaque ne marque pas beaucoup de buts, sauf contre l’uSMA, à Bologhine, où ils l’ont emporté sur le score de 3à1. C’est une équipe qui doit soigner son efficacité. Le CRB, depuis sa victoire (1-0), contre la JSK obtient de bons résultats, mais ce n’est pas encore ce que ses supporters attendent de lui. Bien que le président Riad Malek fournit le moyens pour que l’équipe retrouvent son équilibre. L’ASO de Meziane ighil possède tous les moyens pour brouiller les cartes avant de montrer réellement ce dont il est capable. toujours est-il, il suit avec sérénité l’évolution des choses avant de faire parler la « poudre ». Car il possède une équipe assez expérimentée renforcée par des jeunes avec de grandes ambitions. Les Harrachis qui ont remporté leur première victoire devant le MCO (2à0) respirent mieux en espérant des jours meilleurs. Des équipes comme le MOB, la JSMB et le CRB Aïn-Fekroun ont intérêt à réagir. Les prochaines journées seront suivies avec une attention particulière. Hamid Gharbi

L’attaquant du MO Bejaia (Ligue 1 algérienne de football), Faouzi Yaya, été écarté par la direction jusqu’à nouvel ordre pour « comportement indigne », a appris l’APS lundi auprès du nouveau promu en élite. Le transfuge du nA Hussein-Dey (Ligue 1), a été traduit devant le conseil de discipline, après son comportement à la veille du match face au CRB Ain Fekroun (1-0), disputé vendredi au stade de Bejaia, comptant pour la 6e journée du championnat de Ligue 1. Le joueur a été mis à la disposition de l’équipe des moins de 21 ans (u-21), et ne sera pas convoqué pour le prochain match du championnat face au MC Oran. Sous la houlette du nouvel entraîneur, Abdelkader Amrani, qui a succédé à Mourad Rahmouni, le MOB a décroché face au CRBAF, son premier succès de la saison.

L’attaquant Faouzi Yaya écarté jusqu’à nouvel ordre

MO BeJAiA

L’entraîneur du CA Batna (Ligue 2 algérienne de football), Ali Fergani, a balayé lundi les « rumeurs » faisant état de son limogeage de son poste, estimant qu’il jouit toujours de la confiance de la direction, a appris l’APS auprès de l’intéressé. « Je suis toujours à mon poste d’entraîneur du CAB, tout ce qui a été rapporté ici et là sont des informations infondées. La preuve, j’ai dirigé la séance d’entraînement de ce matin (lundi, ndlr) », a indiqué à l’APS Ali Fergani. Le CAB reste sur une défaite concédée vendredi en déplacement face à l’AB Bousaâda (2-1). A l’issue de la 6e journée, le club des Aurès pointe à la 4e place au classement avec 9 points, à quatre longueurs du leader, l’uSM Bel Abbès (13 pts). La direction batnéenne, présidée par Farid nezzar, a fixé à Ali Fergani l’objectif d’obtenir l’une des cinq première places, à l’issue de la phase aller, au risque d’être remercié. L’ancien capitaine de l’équipe nationale dans les années 80 a rejoint la barre technique du CAB en janvier dernier, en remplacement de taoufik Rouabah.

Ali Fergani (entraîneur) : « Je suis toujours en poste »

CA BAtnA (Ligue 2)

L'entraîneur Abdelkrim Bira, qui a menacé de quitter la barre technique de l'uSM BelAbbès, poursuivra finalement sa mission dans le club de Ligue deux algérienne de football, a-t-on appris mardi auprès de son président, Djilali Bensenada. "il est vrai, Bira était quelque peu inquiet après le retard accusé dans la régularisation de sa situation financière, mais tout est rentré dans l'ordre, puisqu'il vient de percevoir tout son dû", a déclaré Bensenada à l'APS. engagé par le club de la ''Mekerra'' quelques semaines avant le début de la saison, Bira a laissé entendre qu'il risquait de rendre le tablier s'il ne venait pas à percevoir les arriérés de ses salaires, ajoutant qu'il n'a pas été payé depuis qu'il a entamé son travail avec les Vert et Rouge. "il y a un problème administratif qui a retardé la régularisation de la situation financière du staff technique. Les choses se sont améliorées dans ce registre il y a quelques temps, ce qui nous a permis également de payer toutes les primes de matchs des joueurs", a encore dit le président de l'uSMBA.

Le RC Arbaâ, qui a atteint la Ligue1 pour la première fois de son histoire, est en train de faire frémir les ténors de cette division. Après un début assez timide et une défaite difficile devant le CRB, les gars de Chérif El Ouazzani ont créé l’exploit à Sétif en parvenant, avec brio, à battre le champion d’Algérie en titre. Beaucoup parmi les observateurs ont affirmé qu’il s’agit vraiment d’une surprise sans lendemain. Néanmoins, si l’on prend les choses en profondeur, on constate que cette équipe du président Amani, l’ex-libéro de charme du CRB et de l’équipe nationale, n’est pas à son premier exploit. Elle a déjà réussi à battre l’USMH, au stade Brakni (Blida) (terrain neutre) sur le score de 2à1. Elle est même parvenue à résister aux Harrachis qui ont, pourtant réduit le score. Les poulains de Chérif El Ouazzani ont joué comme des « cracks » en ajoutant le deuxième but celui de la victoire. Ce qui atteste que les résultats obtenus par cette équipe ne sont pas un coup du hasard ou seulement un coup d’épée dans l’eau, sans lendemain. Cette équipe de la proche banlieue d’Alger n’a pas fini de séduire et d’étonner. Elle ne se contentera plus de provoquer la sensation et d’attirer l’attention sur elle de la part des soit disant grosses cylindrées. Elle est décidée à leur rendre la vie difficile en les sortant de leur lit douillet. Le RC Arbaâ au fait que ces grosses cylindrées sont en fait des coquilles vides. Etant classée à trois points du leader canari, cette équipe de l’Arbaâ est résolue à jouer crânement ses chances durant le présent exercice. Ces coups d’éclat ayant pour auteur des clubs contre l’Arbaâ sont vraiment des apports positifs et agréables qui ne peuvent que conférer à cette compétition nationale, le plus souvent insipide, un intérêt plus grand. Ce grain de sel imposé aux meilleurs ne peut que rendre les « plats » que nos équipes nous proposent de week end en week end encore plus succulents pour le plus grand plaisir de tous, car rien ne sera servi sur un plateau d’argent. Tout se gagne sur le terrain. Des équipes comme le RC Arbaâ méritent tout notre respect et reconnaissance.

Le RC Arbaâ et le pied de nez  à la logique

D ans la lucarne

G

Mercredi 2 Octobre 2013

Hamid Gharbi

Pétrole Le Brent à 107,77 dollars

De notre envoyé spécial : Mourad Abdelmoumène

M. Abdelwahab Nouri donne le coup d’envoi de Tiaret
D E R N I E R E S
CAMPAGNE LABOURS-SEMAILLES 2013-2014
aux sollicitations des journalistes concernant les problèmes de son secteur, et ce en soulignant que, cette année, le mouton de l’Aïd ne coûtera pas cher, du fait du renforcement du contrôle aux frontières, la contrebande a d’ailleurs fortement régressé, a précisé le ministre. Pour ce qui est du stockage de la production, le ministre a indiqué qu’une trentaine de silos sont en voie de réalisation à travers le pays, Tiaret incluse. Il a également souligné l’importance de l’irrigation d’appoint de terres agricoles, en précisant que le forage de puits nouveaux est conditionné par l’abondance de pluies sur la région, histoire de ne pas puiser dans la nappe phréatique de façon inconsidérée. D’autres points ont été évoqués par le ministre avant de poursuivre sa visite dans la wilaya, en se rendant à la ferme modèle d’élevage de Chaouchaoua (jumenterie) où il s’est enquis des méthodes d’insémination artificielle des animaux. M. A.

Monnaie L'euro à 1,336 dollar

M. Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie…
Le ministre des Aff a i r e s étrangères, Ramtane Lamamra, a reçu hier, au siège du ministère, M. Iur Csaba Mohi, qui lui a remis les copies figurées de ses lettres de créance l’accréditant en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Hongrie auprès de la République algérienne démocratique et populaire, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Le ministre des AE a également reçu au siège du ministère, M. Luis Felipe Gavez Villarroel, qui lui a remis les copies figurées de ses lettres de créance l’accréditant en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Pérou auprès de la République algérienne démocratique et populaire, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. M, Ramtane Lamamra a reçu, au siège du ministère, M. Angel Raul Barzaga Navas, qui lui a remis les copies figurées de ses lettres de créance l’accréditant en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Cuba auprès de la République algérienne démocratique et populaire, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

P

Sur le thème : « L’agriculture durable : base de la sécurité alimentaire », la journée nationale de la Vulgarisation agricole a été célébrée officiellement hier à Tiaret, à travers l’organisation d’un espace d’informations et d’échange d’expériences entre les différents acteurs du secteur de l’agriculture à la maison de la culture de la capitale du Sersou, une occasion d’évaluer les efforts fournis en matière de vulgarisation et leurs répercussions sur le développement agricole et rural.

ôle agricole d’excellence, notamment dans le domaine de la production de céréales, la wilaya de Tiaret a été choisie également par M. Abdelwahab Nouri, le nouveau ministre de l’Agriculture et du Développement rural, pour donner le coup d’envoi de la campagne labours-semailles 2013-2014. À cette occasion, le ministre a prononcé une importante allocution dans laquelle il a rappelé les efforts considérables déployés par l’État en vue d’impulser le développement agricole et rural, et, partant, assurer la sécurité alimentaire du pays. Il a ensuite évoqué les lourds investissements dans ce secteur, les moyens techniques et humains considérables mis en œuvre, avant de lancer un appel solennel aux travailleurs de ce secteur, notamment les plus jeunes d’entre eux, à retrousser leurs manches pour travailler, et produire notre propre nourriture, au moins. Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural n’a pas manqué de rappeler, à cette occasion, les chiffres réalisés par le secteur

… le nouvel ambassadeur du Pérou…

agricole, en indiquant que la production de céréales a atteint 49 millions de quintaux, cette année, en recul par rapport à 2012, en raison de la destruction des récoltes dans 5 wilayas de l’Est par les intempéries. Il a fait l’éloge du secteur agricole de la wilaya de Tiaret, qu’il a qualifié de « pôle agricole d’excellence », notamment en matière de céréaliculture, d’élevages ovins et autres produits maraîchers. M. Abdelwahab Nouri a ensuite répondu

… et le nouvel ambassadeur de Cuba

Des orientations religieuses dispensées aux hadji algériens à La Mecque
HADJ 2013
Le ministère des Affaires religieuses et du Wakf, en collaboration avec l’Office national du hadj et de la Omra (ONHO), dispense quotidiennement, depuis l’arrivée des pèlerins aux Lieux saints de l’islam, des « dourous » et des « irchadate » (orientations religieuses), sur les rites du pèlerinage, au profit de tous les hadji dans les lieux de leur résidence pas loin de la Grande Mosquée. Plus de 130 imams et mourchidate, dont 80 relevant du bureau des affaires des hadji algériens (exMission algérienne du hadj) et d’autres relevant des agences algériennes de tourisme et de voyage agréées, ont été mobilisés à cet effet. Parmi les imams et mourchidate relevant du bureau, 8 sont des licenciés en sciences religieuses. Ils sont chargés de répondre aux questions des hadji sur les rites du pèlerinage et de la omra, ainsi que l’animation de conférences sur les questions liées à ce sujet. Le bureau de La Mecque a entamé les « dourous » au niveau des résidences des hadji algériens à un rythme soutenu, au fur et à mesure de l’arrivée des pèlerins à La Mecque, a indiqué le viceprésident de la commission de la fetwa, Rabah Merabtine.

Iqra appelle à la mobilisation de tous
ERADICATION DE L’ANALPHABÉTISME

La présidente de l’association «Iqra», Aicha Barki, a appelé hier, depuis Ghardaïa, à la mobilisation de tous pour éradiquer le fléau de l’analphabétisme dans le pays à l’horizon 2015. S’exprimant en marge de la cérémonie d’ouverture officielle de l’année scolaire des classes d’alphabétisation 2013-2014, la présidente de l’association Iqra a exhorté les pouvoirs publics, le mouvement associatif et les citoyens à fédérer leurs énergies pour faire de l’Algérie un pays ‘‘sans analphabète’’, conformément à la stratégie consacrée à l’alphabétisation mise en place depuis 2007. Mme Barki a préconisé la recherche et le recensement des analphabètes jusque dans les zones les plus reculées, afin d’organiser des classes d’alphabétisation même dans les champs et les lieux de travail. Le taux d’analphabète en Algérie s’élevait à 19%, selon une étude réalisée par le Centre national d’études et d’analyses pour la population et le développement (CENEAP), a rappelé Mme Barki.

FERMETURE DE SERVICES PUBLICS AUX ETATS-UNIS

Le procureur général près le tribunal de Constantine a ordonné avant-hier la mise sous mandat de dépôt d’A.A., 33 ans, vice-président de l’APC de Constantine chargé de la santé, de l’environnement, de l’assainissement et des moyens généraux, ainsi que du dénommé A.B., pour corruption. Selon des sources proches de l’enquête, le mis en cause avait exigé à des entrepreneurs, sous contrat avec la municipalité, des sommes allant de 50 à 100 millions de centimes, et ce afin de se voir délivrer l’ordre de service (ODS), A. B., impliqué précédemment dans une affaire similaire, étant l’intermédiaire dans ces douteuses transactions. Alertés par une des victimes de ce chantage, les services de la brigade de recherche et d’investigations (BRI) ont tendu un piège aux deux compères et ont réussi à les appréhender en flagrant délit, et ce au niveau d’un café situé dans la cité du 5-Juillet. Le procès des deux prévenus s’ouvrira demain. Nous y reviendrons. I.B.

Le vice-président de l’APC écroué pour corruption
CONSTANTINE

Les efforts menés au sein du Congrès américain jusqu’à la dernière minute pour sortir de l’impasse budgétaire ont finalement échoué lundi soir, mettant au chômage près d’un million de fonctionnaires et fermant plusieurs services publics à partir d’hier. Les parlementaires républicains et démocrates étaient appelés, en vain, à trouver un terrain d’entente sur le budget de l’Etat jusqu’à lundi à minuit faute de quoi une paralysie partielle de l’Etat fédéral (shutdown) s’impose. Cette situation est liée à des désaccords au sein du Congrès entre républicains et démocrates autour d’un enchevêtrement de questions financières liées à la fois au budget de l’Etat, au relèvement du plafond de la dette fédérale et au financement de la réforme du système de santé du président Barack Obama. En effet, le plafond légal de la dette, qui est à 16.700 milliards de dollars, doit être relevé avant le 17 octobre sans quoi les Etats-Unis seront en défaut de paiement. Recourant à une sorte de ‘‘chantage’’ et tentant de mettre le président Obama au pied du mur, les républicains ont alors conditionné le

Un million de fonctionnaires au chômage

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, s’est entretenu à New York avec Lounceny Fall, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères de la République de Guinée, a indiqué hier un communiqué du ministère des Affaires étrangères. L’entretien qui a eu lieu en marge de la 68e session de l’Assemblée générale de l’Onu, a porté sur « les relations bilatérales, la situation prévalant dans le sous-région, ainsi que sur les questions inscrites l’ordre du jour de l’Assemblée générale de l’Onu », précise la même source.

M. Bouguerra s’entretient à New York avec le ministre guinéen des AE…

relèvement de ce plafond par des coupes budgétaires sociales ainsi que par le report du programme de réforme du système de santé, instauré par Obama en 2010, lequel impose une couverture maladie aux Américains non assurés. Mais cette conditionnalité de l’opposition a été refusée catégoriquement par la Maison-Blanche qui veut que chaque Américain dispose d’une couverture maladie. En conséquence, plusieurs offices fédéraux, parcs nationaux, monuments et musées ont été fermés, alors que 800.000 agents publics, sur un effectif global de près de 3 millions de fonctionnaires fédéraux, sont mis en chômage technique, tandis que des dizaines de milliers de contrôleurs aériens, de gardiens de prison et des agents des patrouilles frontalières continueront à travailler mais sans contrepartie salariale. « C’est un jour très triste pour notre pays », a regretté le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, tandis que les prochaines étapes pour résoudre cette grave impasse budgétaire traversée par la première puissance mondiale demeurent floues.

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, s’est entretenu également à New York avec le viceministre bulgare des Affaires étrangères, Todor Churov, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. L’entretien qui a eu lieu en marge de la 68e session de l’Assemblée générale de l’Onu, a porté sur « les relations bilatérales, ainsi que sur les questions inscrites à l’ordre du jour de l’Assemblée générale de l’Onu », précise la même source.

… et avec le vice-ministre bulgare des Affaires étrangères

CONDOLÉANCES
M. Mohand Saïd, ancien ministre de la Communication, profondément affecté par le décès de la sœur de M. Ahmed Taleb Ibrahimi, présente à ce dernier ainsi qu’à toute sa famille ses sincères condoléances et les assure, en cette pénible circonstance, de sa profonde sympathie. Qu’Allah le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.